Issuu on Google+


Le grand prix d’architecture, d’urbanisme et d’environnement UN POINT 13

Le Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement des Bouches-duRhône accueille et organise l’université d’été des CAUE au programme duquel est intégré UN POINT 13, le grand prix d’architecture, d’urbanisme et d’environnement.

CAUE 13 – www.caue.fr 18 rue Neuve Sainte Catherine – Marseille 7ème Tél : 04.96.11.01.20 Président : Frédéric Vigouroux, Conseiller général, Maire de Miramas Directrice : Sandrine Dujardin, architecte - urbaniste de l’Etat

Relations presse Nicole Chiri – nicole.chiri@gmail.com 04.91.74.30.79. / 06.11.81.70.67.


UN POINT 13

Le grand prix d’architecture et d’urbanisme et du paysage des Bouches-du-Rhône initié par le Caue 13. Date : Jeudi 19 septembre 15h30 – 18h00 : Débat public 19h00 – 20h30 : Remise des prix Lieu : Les Grandes Tables de la Friche de la Belle de Mai 85 projets candidats Exposition photo des16 projets présélectionnés 9 réalisations en finale

Débat public animé par François Chaslin, critique d’architecture, Metropolitain France Culture.

Membres du jury : Dominique Alba, Directrice de l’APUR Françoise Barré, ancien Conseiller à l’architecture Luc Le Chatelier, Journaliste à Télérama Emmanuelle Caille, Rédacteur en chef de DA Chris Younès, Philosophe de l’urbain Exposition photos signées de Yohanne Lamoulère : Les 16 projets présélectionnés


UN POINT 13

Le CAUE 13 Issus de la loi sur l’Architecture voilà plus de 30 ans et mis en place par les Conseils Généraux, les Conseils d’Architecture, d’Urbanisme et d’Environnement se définissent comme des organismes publics qui s’engagent dans la mission de formation, de sensibilisation et d’aide à la décision auprès des particuliers, des professionnels et des collectivités pour servir

la qualité

architecturale et paysagère des villes et des villages et améliorer le cadre de vie, dans le respect du patrimoine naturel . Conseil gratuit au particulier pour une construction ou une réhabilitation afin de réussir

son

intégration dans le site sans se charger de la maîtrise d’œuvre, intervention auprès des communes dans leurs conceptions urbaines, initiatives valorisant former leur regard et susciter leur exigence

l’architecture destinées au public

pour

sont autant de compétences au service de la

collectivité. Le Caue appréhende les problématiques sociétales, culturelles et topographiques qui sollicitent sa connaissance du territoire et l’application de ses moyens. Il met en place les dispositifs adaptés aux enjeux de son département qui font écho aux valeurs communes de son institution. Formations, conférences, rencontres-débats, informations, expositions alimentent les échanges et contribuent à alerter les publics, les professionnels et les élus sur les enjeux de leurs trois champs disciplinaires. Ces propositions qui se multiplient, contribuent à une dynamique d’ouverture et confirment la mobilisation du Caue 13 pour promouvoir l’architecture, l’urbanisme et le paysage. Dans cette démarche, le Caue 13 a investi un nouvel espace en cœur de ville baptisé Rue Neuve où les événements thématiques, non plus réservés à un cercle d’initiés, favorisent une large fréquentation du lieu et rendent les rencontres accessibles au plus grand nombre. Le grand prix d’architecture, d’urbanisme et du paysage, UN POINT 13, s’inscrit dans les actions mobilisatrices de promotion et de sensibilisation que le Caue mène sur le territoire. L’Université d’Eté des Caue tenue à Marseille et organisée par le Caue 13 propose de réfléchir sur le thème Culture, Débat, Territoire dans lequel s’intègre le grand prix UN POINT 13. Plus de 300 professionnels, responsables de Caue et institutionnels participent à ces rencontres.


UN POINT 13 La quatrième édition du grand prix d’architecture, d’urbanisme et de paysage, UN POINT 13, initié par le Caue des Bouches du Rhône se déroule dans le contexte exceptionnel de l’Université d’Eté du Caue qui prend ses quartiers à la Friche Belle de Mai, centre des nouvelles cultures urbaines et haut lieu événementiel du dispositif Marseille – Provence 2013. 85 projets conçus de fait dans le département des Bouches-du-Rhône étaient candidats. 16 bâtiments présélectionnés sont le sujet de l’exposition de Yohanne Lamoulère, artiste et photographe reconnue. 9 réalisations sont en finale et alimentent le débat de la séance délibératoire à laquelle, pour la première fois le public, invité à s’exprimer, compte parmi les votants… Le jury est composé de journalistes, de personnalités de collectivités publiques et de professionnels pour défendre la conception, la créativité et le rapport au paysage et répondent aux critères d’un projet remarquable du grand prix « UN POINT 13 ».


UN POINT 13 – Le Propos

Cette initiative menée par le Caue 13 valide la mission de valorisation et de promotion de l’architecture, de l’urbanisme et de l’environnement et distingue l’exemple de projets respectant les trois disciplines. La participation du public au vote élargit le débat et opère à la sensibilisation du plus grand nombre suscitant son regard sur la qualité architecturale des bâtiments et leur rapport au paysage. Marseille, Aubagne, Roquevaire, La Ciotat, Aix-en-Provence, Saint-EstèveJanson, Miramas, Septèmes-Les-Vallons, Mallemort sont autant d’étapes du grand prix d’architecture où se situent les réalisations emblématiques : école maternelle, école d’arts graphiques, programme de logements, aménagement urbain, collège, crèche, place-passerelle, tour-panorama, villa particulière, espace citoyen, bureaux… Ces propositions témoignent d’une large diversité des ouvrages conçus et stimulent la réflexion appliquée à chaque cas afin d’apprécier leur réponse percutante.


9 PROJETS CONCOURENT AU GRAND PRIX UN POINT 13 Après 300 kms parcourus, 9 opérations ont été retenues et permettent d’alimenter le débat des délibérations. MARSEILLE -

Appart’ City Marseille Euromed Résidence de tourisme de 200 chambres Architecte : Atelier Fernandez & Serres

-

Boulevard de Dunkerque Aménagement urbain Architecte : Stoa

-

Crèche de la Belle de Mai Réhabilitation d’un réservoir d’eau, la crèche accueillant 50 enfants répartis sur 3 sections. Architecte : ARM Architecture Mathieu Poitevin et Pascal Reynaud

-

Tour – Panorama et Magasins La Friche de la Belle de Mai Ateliers d’artistes, bureaux, commerces, lieu de discussion et d’exposition Architecte : ARM Architecture Mathieu Poitevin et Pascal Reynaud

-

Le Greenwich (quartier de Mazargues) 86 logements, 4 espaces commerciaux et 209 places de parking Architecte : Michel Kagan et Nathalie Regnier-Kagan


AUBAGNE -

Les Cailloux – Espaces des libertés Salle polyvalente de 1400 places et ses annexes Salle des mariages modulable, 2 salles de réunions : forum citoyen et bureaux. Parvis 2000 m2 et jardins1000 m2. Architecte : ARM Architecture Mathieu Poitevin et Pascal Reynaud

-

La Grange du Père Extension d’une grande pièce avec terrasse pour cette villa privée. Architecte : MJ Architectes Marielle Camoin et Jonathan Inzerillo Architectes

MIRAMAS -

Les Nouveaux Patios 23 logements de type individuel groupé Loge et parc de stationnement aérien Architecte : BAUA – Bureau d’Architectes Urbanistes Associés

SAINT-ESTEVE-JANSON -

Place – Passerelle des Aires Passerelle piétonne et place en balcon Architecte : Corinne Chiche et Eric Dussol

-

Le Vallon de l’Escale Théâtre, amphithéâtre 400 places, buvette jeux, danse, réaménagement architectural et paysager du site. Architecte : Jean-Michel Fradken avec ALEP paysagiste


Yohanne Lamoulère, artiste photographe Yohanne Lamoulère est née en 1980, pas très loin de la Méditerranée. Elle obtient son bac en 1998 aux Comores où elle a vécu quatre années. Diplômée de l’École nationale supérieure de la photographie d’Arles en 2004, elle s’installe dans les quartiers nord de Marseille. Membre du collectif de photographes Transit, représentée par l’agence Picturetank, Yohanne n’a jamais eu la fibre du portraitiste mercenaire, dont le cadrage gommerait docilement le personnage tombé en disgrâce pour mieux inclure le « fils de » promis à un bel avenir… Elle préfère la compagnie des gens, ceux qui peuplent le horschamp. Pas parce qu’elle en aurait fait un épais concept, mais parce que c’est là où elle vit. Elle met du sien dans ses images sans jamais basculer dans le nombrilisme, cette subjectivité sans fond qui rend le monde plus opaque qu’il ne l’est vraiment. Elle prend simplement le temps d’être là où elle est. Elle partage des moments qui tendent à l’intimité autant qu’à la sociabilité. Au final, forcément, tout ça se voit. BRUNO LE DANTEC Yohanne Lamoulère a publié en 2007 La Roue, ou la noria des saisonniers agricoles avec Patrick Herman (Éd. Khiasma). En 2008, à l’issue d’un périple de trois années en Europe parmi les travailleurs saisonniers, elle a présenté leur quotidien dans une exposition, « Les Damnés de la Serre », au Centre du patrimoine arménien et de l’immigration. En 2010, elle publie Bord à Canal (Éd. Invenit), un travail réalisé avec Jean-Bernard Pouy lors d’une résidence pendant laquelle ils ont sillonné durant deux ans le territoire de l’Escaut, à la rencontre des habitants des communes qui le bordent, et notamment des travailleurs. Ce travail est présenté en 2010 au festival Images Singulières à Sète. Enfin, en 2012, elle édite avec les éditions Communes à Marseille une série de cartes postales sur les quartiers nord de la ville. Faux-Bourgs est un travail au long cours, loin des clichés de la banlieue et des représentations très souvent trop caricaturales de Marseille.


UN POINT 13

COM MENT ÇA MARCHE ?

Pour la qu a t rième f ois, le CAU E13 orga nise U N POINT 13, le gra nd prix dépar t emen t al d’archi t ec t ure, d’urba nisme e t de paysage. C’est l’occasion de f aire le poin t sur la quest ion de la valeur archi t ec t urale, lui don ner l’a t t en t ion qu’elle méri t e e t f avoriser l’émergence d’u ne exigence qu ali t a t ive. C’est a ussi l’oppor t u ni t é de const ruire u n espace de découver t es, d’éch a nges e t de déba ts libres e t f éconds en t re élus, pro f ession nels e t ci t oyens. Gra nd ou modest e, excep t ion nel ou quo t idien, const ruc t ion publique ou ini t ia t ive de par t iculier… les t alen ts se nichen t par t ou t e t « près de che z vous ». N ous vous proposons de les découvrir, les quest ion ner, en déba t t re.

APPART’CITY MARSEILLE EUROMED N°54 Du sud vers le nord, la rue de Ru est comme une suite de débuts. Début d’une ville industrielle avec des ateliers et des entrepôts, début d’une Marseille modeste avec ses bistrots d’angles et ses quelques trois fenêtres, début d’une banlieue rouge avec ses HBM des années trente. L’opération Appart’ city pourrait bien vouloir être un autre début. Les deux blocs denses de logements étudiants qui s’écartent pour ouvrir une ruelle sont certes aimables avec l’architecture des HBM voisins. Mais la répétition des fenêtres, la verticalité du plan gris des façades sans aspérités, la ligne de ciel en redans regardent vers Manhattan: a city appart... COM MUNE : Marseille PROGRAM ME : Résidence de tourisme de 200 chambre SURFACE : 5781 m² SHON

COÛT : 11 697 000 € MAÎTRE D’OUVRAGE : OGIC / Appart’City ARCHITECTE : Atelier Fernandez & Serres

Photo : Olivier Amsellem

BOULEVARD DE DUNKERQUE N°41 A la rencontre des géométries issues de la ligne de côte et celles de la trame Mires, en contrehaut du niveau du sol des Docks, pris entre la place de la Joliette et une fin indécise, le Boulevard de Dunkerque était un de ces lieux incertains qui ne savent trop à quelle ville et à quelle géographie se vouer. La vigueur du grand coup de stabilo vert du gazon sous les rails du tramway, la solidité des places minérales qui le bordent, la précision de ses calepinages montrent que ce boulevard a décidé de se débrouiller tout seul pour exister. COM MUNE : Marseille PROGRAM ME : Aménagement urbain SURFACE : 58 000 m²

COÛT : 10 750 000 € MAÎTRE D’OUVRAGE : Euroméditerranée ARCHITECTE : Stoa

Photo : Jean-Michel Landecy

COLLÈGE CAMPRA N°26 Notre collège républicain a une dimension cachée. Derrière la répétition des salles de classes et des utilités diverses se glisse une exigence de surveillance et de sécurité qui rend particulièrement ardue la maîtrise de ce programme. Qu’à cela s’ajoute son insertion, au cœur historique d’Aix en Provence, dans un tissu urbain et des bâtiments sacralisés et l’on prendra la mesure du di cile exercice auquel répond ce bâtiment. COM MUNE : Aix-en-Provence PROGRAM ME : College 750 élèves, restructuraration et extension avec travaux en site occupé SURFACE : 5 450 m²

COÛT : 15 550 000 € MAÎTRE D’OUVRAGE : Conseil Général des Bouches du Rhône ARCHITECTE : Leteissier Corriol Architecture & Urbanisme

Photo : Florent Joliot

CRÈCHE DE LA FRICHE BELLE DE MAI N°72 L’étant donné est ici massif, un carré de trente cinq mètres par trente cinq enclos sur une hauteur d’environ quatre mètres par des murs d’un mètre cinquante d’épaisseur en moyenne. Ce Bassin d’incendie des anciennes manufactures de tabac à la friche de la Belle de Mai a subi l’assaut d’une tronçonneuse géante. Et on l’a comme rempli d’un jeu de construction mal rangé qui déborde par les trous. En y regardant de plus près on y voit de tout petits enfants. Une crèche a pris place dans une forteresse. COM MUNE : Marseille PROGRAM ME : Réhabilitation d’un réservoir d’eau en crèche accueillant 50 enfants répartis sur 3 sections SURFACE : 603 m² Photo : Pauline Daniel

COÛT : 1 303 861 € MAÎTRE D’OUVRAGE : Association pour la création d’un lieu multi-accueil petite enfance ARCHITECTE : ARM architecture Matthieu Poitevin et Pascal Reynaud


GRAND PRIX… DU PUBLIC AUSSI ! N o t re mission c’est égalemen t de sor t ir le déba t d’archi t ec t ure du ch amp clos des spécialist es ou des ch ambres closes des jurys de concours. Alors, a u c œ ur de l’U niversi t és d’é t é des CAU E, le jeudi 19 sep t embre de 15h30 à 18h30, a ux Gra ndes Tables de la Friche, nous vous convions à assist er a ux t rava ux du jury, à écou t er archi t ec t es, urba nist es, philosophes, élus e t ci t oyens déba t t re sur les proje ts, s’in t erroger sur les cri t ères e t les valeurs archi t ec t urales e t const ruire leur palmarès. Vous sere z a ussi invi t és à par t iciper a u déba t , e t alors à vo t er pour u n prix spécial du Public…

LES CAILLOUX N°73 A l’entrée ouest d’Aubagne, au voisinage d’une gare de triage et d’un stade, quatre blocs de béton brut érigent une géométrie rocailleuse. L’ «Espace festif, citoyen et touristique» de la commune d’Aubagne a de grandes fenêtres, des salles modulables par le jeu gracieux de mécanismes sophistiqués, de l’électricité, une régulation thermique double flux et tout le confort moderne. Mais, dans l’âpreté du béton, dans l’inclinaison des surfaces, dans l’irrégularité des géométries, tout dit qu’il ne faut pas oublier que la terre d’Aubagne se tient aussi dans l’orageux Garlaban. COMMUNE : Aubagne PROGRAMME : salle polyvalente 1400 places et ses annexes ; salle des mariages modulables ; 2 salles de réunions ; forum citoyen et bureaux ; parvis 2000m² ; jardin 1000m²

SURFACE : 1777 m² COÛT : 4 598 000 € MAÎTRE D’OUVRAGE : Mairie d’Aubagne ARCHITECTE : ARM architecture Matthieu Poitevin et Pascal Reynaud

Photo : Olivier Amsellem

LES NOUVEAUX PATIOS N°43 Cette opération de logements sociaux reprend le flambeau méditerranéen de la maison à patio, porté par André Lefèvre 35 ans plus tôt pour la conception de ce même quartier de la Maille 2 à Miramas. Flambeau brandi à nouveau avec brio : denses et tenus dans un budget serré, ces logements sont plein de lumière et de dehors, plein d’intimité dans un voisinage étroit, plein de ciel pris dans des murs blancs, plein de possibles pour une vie quotidienne renouvelée. COMMUNE : Miramas PROGRAMME : 23 logements de type individuel groupé ; loge et parc de stationnement aérien SURFACE : SHAB : 2160 m² SU : 2210 m² ; SHON : 2800 m²

COÛT : 4 100 000 € MAÎTRE D’OUVRAGE : 13 Habitat ARCHITECTE : bauA bureau d’architectes urbanistes Associés

Photo : Florent Joliot

MARIUS ALIAS CIGT2 N°31 Quiconque a eu la malchance de se retrouver piéton au bord d’une autoroute n’a pu manquer d’être saisi d’e roi, non seulement pour le danger, mais pour l’étrangeté de cette situation. Hors l’automobile ou la cabine du camion, l’autoroute est un alien, un monstre hurlant. Le bâtiment du Centre d’ingénierie et de gestion du trafic semble construit pour a ronter cette violence. Mur de béton gris foncé, grilles métalliques, jaune industriel, posture de vigie, le bâtiment se dresse face aux feulements, aux grognements et au stridences de l’A7. COMMUNE : Septèmes-les-Vallons PROGRAMME : Bureaux du Centre d’Ingenierie et de Gestion du Trafic. SURFACE : 988 m²

COÛT : 2 400 000 € MAÎTRE D’OUVRAGE : DREAL PACA ARCHITECTE : 3A Architectes Associés

Photo : David Giancatarina

MOULIN DE VERNÈGUES N°14 En appui sur de vénérables corps de bâtiments anciens, l’extension prolonge l’histoire des transformations d’un domaine fondé au XVIIe siècle. À ces dates reculées, les constructions de pierre furent modernes. L’extension contemporaine l’est aussi avec ses bardages de zinc, ses parements de bois en fines lames verticales, ses grands châssis d’acier encadrant des panneaux de verre. Laisser le matériau brut, c’est le choix fait ici pour que le nouveau épouse l’ancien. COMMUNE : Vernègues PROGRAMME : Résidence de tourisme de 66 logements, salle de séminaire et spa. Rénovation de l’hôtel éxistant SURFACE : 4900 m²

Photo : Camille Morcret te

COÛT : 8 132 800 € MAÎTRE D’OUVRAGE : Privé ARCHITECTE : Seriès et Seriès associés avec Olivier Sabran


LE GAGNANT EST … L’ARCHITECTURE POUR TOUS N o t re a mbi t ion, c’est d’aider le public à mieux apprécier l’archi t ec t ure, l’urba nisme e t le paysage pour lui perme t t re d’ê t re plus exigea n t . La recherche de ce t t e proximi t é en t re ces disciplines e t les ci t oyens est u ne préoccupa t ion par t agée par les CAU E da ns nombre de dépar t emen t de Fra nce, leur AD N comm u n. Ces Gra n d Prix, Palm arès e t a u t res Trophées son t recon n us a u nivea u n a t ion al comme u ne f orce de découver t e, de recon n aissa nce e t de dif f usion de ces savoirs. C’est u ne quê t e mili t a n t e pour démon t rer que le droi t à u n ca dre de vie de qu ali t é est moins u ne quest ion de moyen que d’écou t e, de t alen t e t d’a mbi t ion cul t urelle.

PLACE-PASSERELLE DES AIRES N°1 C’est comme un passage qui se confondrait avec une barrière. Il y a un garde corps entre des arbres. Et hop! On est sur le petit pont neuf, puis de l’autre côté de la rive, comme si de rien était. Le charme du «presque rien» et du «je ne sais quoi» pour une promenade qui, entre les arbres, franchit le lit déserté de l’ancien canal de Marseille pour rendre la vie plus facile aux habitants d’Estève Janson.

COM MUNE : Saint-Estève-Janson PROGRAM ME : Passerelle piétonne et place en balcon SURFACE : 750 m²

COÛT : 622 000 € MAÎTRE D’OUVRAGE : Mairie de Saint-Estève-Janson ARCHITECTE : Corinne Chiche et Eric Dussol

Photo : David Giancatarina

TOUR-PANORAMA ET MAGASINS

LA FRICHE BELLE DE MAI - N°71

Dans l’obscure immensité des plateaux superposés de l’ancienne fabrique des tabacs de la Belle de Mai, les actions architecturales sont d’abord négatives : percer, scier, trouer, dégager, enlever, supprimer, écarter, abattre. La priorité est la conquête de la lumière. C’est elle qui va transformer l’amas de plateaux labyrinthiques en ville. Et parce que c’est une ville, sur la place principale, son toit belvédère, on y érige un monument. Tout blanc. COM MUNE : Marseille PROGRAM ME : Ateliers d’artistes, bureaux, commerces, lieu de di usion et d’exposition SURFACE : 14 000 m²

COÛT : 15 850 000 € MAÎTRE D’OUVRAGE : SCIC SA Friche Belle de Mai ARCHITECTE : ARM architecture Matthieu Poitevin et Pascal Reynaud

Photo : Olivier Amsellem

VALLON DE L’ESCALE N°4 En installant un théâtre à gradins sur le flanc d’une colline, on est toujours un peu grec. Le volume de fond de scène en acier corten, couvert de la rouille du temps qui passe, n’oublie pas ce fond tragique. Mais, le bois des bancs et des assises, les murets arrondis aux pieds des arbres, les arbres surtout, racontent une histoire plus douce, propice, avec la buvette à deux pas, à la galéjade et aux marivaudages.

COM MUNE : Saint-Estève-Janson PROGRAM ME : théâtre, amphithéâtre 400 places, buvette, jeux, danse : réaménagement architectural et paysager du site SURFACE : extérieurs : 6000 m² ; buvette, sanitaire, loge : 140 m²

COÛT : 1 600 000 € MAÎTRE D’OUVRAGE : Mairie de Saint-Estève-Janson ARCHITECTE : Jean-Michel Fradkin avec ALEP paysagiste

Photo : Olivier Amsellem

VILLA À LASCOURS N°48 Des restanques, des murs de pierre, des oliviers, des volumes blancs, à l’entour des collines caillouteuses, comme d’autres, cette maison s’inscrit dans un large horizon méditerranéen. Mais les symétries, l’ordonnance sur des patios, l’épaisseur des maçonneries, l’incrustation dans le sol, resserre la méditerranéité de cette maison autour de quelque chose d’archaïque, un peu comme s’il pouvait y avoir une Provence mycénienne. COM MUNE : Roquevaire PROGRAM ME : Maison individuelle SURFACE : 149 m²

Photo : Atelier Calas

COÛT : 295 000 € MAÎTRE D’OUVRAGE : Privé ARCHITECTE : Atelier Calas Architecture


DES POINTS DE VUE Le 22 mai dernier le Jury, composé de pro f ession nels, ci t oyens, élus e t person n ali t és invi t ées on t examinées 85 ca ndida t ures lors d’éch a nges de poin ts de vue a nimés par Fra nçois Ch aslin, cri t ique d’archi t ec t ure produc t eur de l’émission M é t ropoli t ain sur Fra nce cul t ure. 16 en on t é t é sélec t ion nées qui son t ici présen t ées e t commen t ées par Jea n-M arc Ch a ncel, archi t ec t e, pro f esseur de proje t , serial win ner des deux précéden t es édi t ions e t membre du jury 2013. Ce t t e sélec t ion est a ussi l’obje t d’u ne comma nde pho t ographique à Yoh a n ne Lamoulère don t le regard t endre e t aiguisé nous en dévoilera sa ns dou t e u ne a u t re dimension. U ne exposi t ion à découvrir en sep t embre. Après avoir visi t é les proje ts, le jury en sélec t ionnera une diz aine qui donneron t lieu au déba t final le 19 sep t embre 2013.

ÉCOLE MATERNELLE DES SÉVERIERS MARIA FABRY N°37 En o rant à chaque groupe de classes, les petits, les moyens et les grands un patio qui lui est réservé, l’école maternelle des Séveriers montre sa principale règle : faire plaisir à tous. Les passants sur la rue trouveront un rassurant mur de pierre d’où dépassent à peine les blocs blancs des classes, les maisons alentour auront vue sur une toiture jardin apaisante, les enfants auront chacun leur cour pour jouer sereinement. L’école semble conçue comme une petite leçon de justice distributive. COMMUNE : La Ciotat PROGRAMME : 3 sections,1 salle de motricité, espaces exterieurs, aménagements urbains SURFACE : 730 m²

COÛT : 1 650 000 € MAÎTRE D’OUVRAGE : Ville de La Ciotat ARCHITECTE : atelier des architectes Pirollet associés

Photo : J.B. Reol

ESCARGUEL N°15 Une école d’art graphiques et de design industriel est venue s’installer dans un ancien bâtiment industriel Rue Fauchier, près de la place Marceau. L’amour des ruines et le goût du pittoresque, inventés au XVIIIe siècle, ont trouvé depuis une trentaine d’année un nouveau terrain de jeu dans la reconversion des bâtiments industriels. Cette école s’y livre avec entrain, la brillance des équipements techniques tout neufs soulignant les heureux hasards de l’usure du temps. COMMUNE : Marseille PROGRAMME : École supérieure d’arts graphiques et de communication visuelle SURFACE : 1598 m²

COÛT : 1 746 430 € MAÎTRE D’OUVRAGE : SCI Ktr’art - école Axe Sud ARCHITECTE : Matthieu Place et Thomas Raynaud

Photo : Thomas Raynaud

LA GRANGE DU PÈRE N°6 La maison existante est un comble de la banalité néo-provençale. L’extension, un grand séjour prolongé d’une terrasse couverte fait sienne cette familiarité avec un profil de maison comme dessiné par un enfant. Mais la mise à distance du nouveau de l’ancien par un passage vitré, le monochrome blanc, les grandes menuiseries qui font entrer le ciel dans ce nouveau séjour, le très fin soulèvement au dessus du sol du jardin, libèrent cette petite maison de l’ancienne et l’installe dans une Méditerranée bien plus vaste que la Provence. COMMUNE : Aubagne PROGRAMME : Une grande pièce à vivre en plus avec terrasse SURFACE : Restructuration de 30m² + Extension de 50 m² + Loggia 12m²

COÛT : 100 000 € MAÎTRE D’OUVRAGE : Privé ARCHITECTE : MJarchitectes - Marielle Camoin et Jonathan Inzerillo architectes

Photo : Michael Jan

LE GREENWICH N°28 Le Greenwich, ça sonne anglais, le bureau d’architectes qui le conçoit est parisien et il se trouve sur l’avenue qui mène à Mazargues, un de ces villages dans la ville où Marseille se dit provençale. Complexe hybridation pour une opération qui se tient sous le regard de l’unité d’habitation et de son maître Le Corbusier. L’esthétique du Greenwich revendique cet héritage moderne et, comme lui, elle donne forme à cette exigence fondamentale du logis méditerranéen : le vivre dehors. COMMUNE : Marseille PROGRAMME : 86 logements, 4 espaces commerciaux et 209 places de parking SURFACE : 6714 m²

Photo : Olivier Wogenscky

COÛT : 14 764 620 € MAÎTRE D’OUVRAGE : Sifer Promotion ARCHITECTE : Michel Kagan architecture & Associés : Michel Kagan et Nathalie Régnier-Kagan, architectes


Ft un point 13