Page 1

© OPT - Alex Kouprianoff

© OPT - Ricaro de la Riva

© Dupuis

© J. Leurquin / Ville de Namur

© Van Grinsvel

À ne manquer sous aucun prétexte !

Des événements au coeur des villes

Le Festival International du Film d’Amour

Du 19 au 26 février 2010. Durant la semaine de la Saint-Valentin, le Festival International du Film d’Amour fait la part belle au cinéma romantique et aux films d’amour à forte sensibilité. Le FIFA c’est… des films, des invités de marque, des fêtes interculturelles et des évènements ! Infos : tél. : + 32 (0) 64 31 28 00 www.fifa-mons.be

Le Doudou, Ducasse rituelle

Dimanche 30 mai 2010. À Mons, le Doudou, c’est le nom populaire

Du 6 au 9 mai 2010. Des artistes du monde entier ayant pour point commun de créer des univers souvent drôles, parfois inquiétants, mais toujours passionnants se produisent dans Charleroi. Infos : tél. : + 32 (0) 71 31 12 12 www.charleroi-culture.be

Exposition évènement " Journée avec Cédric "

Du 23 septembre au 30 décembre 2009. Cette exposition présente l’univers de Cédric au Palais des Beaux-Arts de Charleroi. Cette série familiale séduit avec la même complicité toutes les générations depuis 20 ans et s’impose comme un classique de la BD. Les visiteurs empruntent les différents lieux de vie d’une façon ludique et amusante et s’imprègnent de valeurs citoyennes comme le respect, l’esprit de famille et la tolérance. Infos : tél. : +32 (0) 71 86 14 14

■ Namur Le Festival Musical de Namur La première quinzaine de juillet

■ Liège La Cité de Noël

Tout le mois de décembre. Un vrai village recrée l’ambiance de Noël autour de nombreux chalets en bois. Sans oublier une patinoire en plein air sur la place de la Cathédrale. Infos : www.villagedenoel.be

La Nocturne des Coteaux de la Citadelle

1er samedi d’octobre. Sur les coteaux de la Citadelle, baignés par les illuminations féériques et chaleureuses, le public peut déambuler tout le long d’un circuit animé. www.lanocturnedescoteaux.be

Infos, conseils, événements, offres promotionnelles… rendez-vous sur

www.villesdecœur.fr

En France Office Belge de Tourisme Wallonie-Bruxelles, 274, boulevard Saint-Germain 75007 Paris. Tél. : 01 53 85 05 20 • info@belgique-tourisme.fr www.belgique-tourisme.be

Recevoir chaque mois nos idées de découvertes par email ? Demandez à recevoir notre newsletter S’il Vous Plaît sur : info@belgique-tourisme.fr

ELGIQUE

OFFICE DE TOURISME W ALL

ONIE • BRUXELLE

S

Imprimé sur papier recyclé - Ne pas jeter sur la voie publique.

Pour plus d'informations :

© Luc Gilson - Ville de Liège

■ Mons

Le Festival bis-ARTS 2Hors

© Jacques Verres - Ville de Namur

Fin août 2010. Depuis des années, ce site exceptionnel est lié à la musique classique. Totalement en plein air, éclairés par les étoiles et les bougies, les nombreux visiteurs découvrent musiciens et chanteurs lyriques au fil de leur promenade dans ce lieu enchanteur. Infos : tél. : +32 (0) 69 68 94 26 www.chateaudebeloeil.com • www.ideefixe.be

Le Festival des Arts Forains

Du 20 au 23 mai 2010. Le week-end de l’Ascension, le Festival des Arts forains dresse ses entresorts, chapiteaux et carrousels sur les places, cours et jardins de Namur. 70 spectacles et 300 artistes vous emmèneront à la recherche de l’émotion et du vrai plaisir de la fête ! Infos : tél. : + 32 (0) 81 22 20 42 www.artsforains.com

© Maison du tourisme de Charleroi

La Nuit musicale du château de Beloeil

■ Charleroi

© Aerialmedia

Du 12 au 14 mars 2010. Le Carnaval est l’un des premiers grands rendez-vous de l’année à Tournai. Créativité et convivialité sont les maîtres mots de cette manifestation. Entre la Nuit des Intrigues, bals et rondeaux, faites la fête jusqu’au petit matin ! Infos : tél. : +32 (0) 69 22 20 45 www.tournai.be

Début juillet, Namur, la Cité du Chant Choral vit au rythme de son festival musical. Le Festival est un hymne au Chant Choral et à la musique joué dans les plus beaux édifices de la ville : palais, musées, églises, ... Le Festival privilégie la musique renaissance et baroque mais s'aventure aussi dans des répertoires plus contemporains. Infos : www.festivaldenamur.be

© Service des relations extérieures de Tournai

Le Carnaval de Tournai

d’une semaine de grande liesse collective qui débute le week-end de la Trinité. Quatre moments forts la caractérisent : la Descente de la Châsse de Sainte-Waudru le samedi soir, la Procession du Car d’Or, la Montée du Car d’Or et le Combat dit "Lumeçon" qui oppose Saint-Georges et le Dragon. Infos : tél. : + 32 (0) 65 33 55 80 www.mons.be

Dagré Communication RCS 390 920 411

■ Tournai

Villes Wallonnes

Villes de Cœur

TO

• ONS M • I U R NA

CH

I RO E L AR

AM •N

UR

E I ÈG L •


C H A R L E R O I

N A M U R

L I È G E

Brugge

Antwerpen

Calais Bruxelles Lille Arras

BELGIQUE

Amiens

ALLEMAGNE

LUXEMBOURG Laon

Beauvais

FRANCE Paris

Maastricht

Tournai Liège Mons Namur Charleroi WALLONIE

Charleville Mézières

Luxembourg

Reims Châlons-enChampagne

Saarbrücken Metz

Nancy

Strasbourg

Chaque époque apporta sa pierre à l’édifice. Les occupations successives qui émaillèrent les siècles passés ont laissé leur empreinte dans la culture, l’architecture, la gastronomie et les arts. Charles Martel, Clovis, les Romains, les ducs de Bourgogne, Charles le Téméraire, Charles Quint, les Habsbourg d’Autriche, Louis XIV, Guillaume d’Orange, pour ne citer que quelques uns des plus illustres. N’oublions pas également que le sort de l’Europe s’est joué en grande partie lors de la défaite de Napoléon à Waterloo. Jusqu’à cette date, la Wallonie était composée de départements français !

© OPT - Paul Courtenne

Avec les XIXe et XXe siècles, la Wallonie s’est imposée dans le monde de l’industrie. De son sous-sol, la région a puisé sa richesse et dans ses villes, qui attirent artistes et créateurs les plus en vogue, art Nouveau, art Déco, phalanstères et cathédrales industrielles se développent à l’envi. Aujourd’hui, les friches industrielles tombées en désuétude à la fin du siècle passé revivent comme autant d’écrins pour l’art contemporain fort vivace.

Si proches

si différentes

© M. Fasol

VILLES DE COEUR I P2-3

Terre convoitée par les multiples envahisseurs du Vieux Continent qui voyaient en elle un territoire stratégique, la Wallonie s’est forgé un patrimoine culturel des plus atypiques mais des plus méconnus.

© OPT - J.L Flemal

Ce patrimoine wallon est salué par l’UNESCO. Cette reconnaissance de nombreux sites, dans et à proximité de nos villes, est à elle seule un gage de qualité. Une offre époustouflante est à contempler, appuyée par une tradition d’accueil inégalable où, entre voisins francophones, truculence et jovialité sont les maîtres-mots. Pour les découvrir, il faut " aller Outre-quiévrain ", c'est-à-dire à deux pas de chez vous ! De l’autre côté d’une frontière quasi invisible, perforée par un réseau routier et ferroviaire de qualité. A peine 170 km séparent Tournai de Liège, pourtant aux extrémités de la Wallonie. Tous les 40 km maximum, une ville dévoile, avec ses environs immédiats, un riche passé et une vie dynamique où shopping et gastronomie pour toutes les bourses vous attendent. De Tournai à Liège, de Mons à Namur en passant par Charleroi, la Wallonie d’aujourd’hui veille à cet héritage. Nous vous invitons à découvrir nos villes coup de cœur, sans modération !

Retrouvez plus d’informations sur nos destinations de cœur, et de nombreuses offres avantageuses sur le site

www.villesdecœur.fr

© OPT - JP Remy

M O N S

© News Agency-Wu Wei Xinhua

© OPT - JP Remy

T O U R N A I


M O N S

C H A R L E R O I

N A M U R

Et aussi...

L I È G E

© Francis Vauban

T O U R N A I

© Michel Gœssens

Hôpital Notre-Dame à la Rose

©OPT - Alex Kouprianoff Carnaval de Tournai.

Tournai pavée de bonnes intentions

❝ Un condensé architectural animé,

dont la cathédrale et le beffroi sont aujourd’hui placés sous la haute vigilance de l’Unesco.

La grand-place de Tournai.

Cité de caractère qui incarne la douceur de vivre, Tournai mise autant sur le dynamisme de sa jeunesse que sur son riche passé. Il suffit de passer la frontière pour s’en rendre compte. Des quais de l’Escaut au centre ville, il y a à peine dix minutes à pied. Dix minutes pour l’homme d’affaires pressé qui traverse Tournai en diagonale, un cornet de frites dans une main et une pinte dans l’autre… Plusieurs heures pour celui qui se donne la peine d’admirer le condensé architectural d’une cité dont la cathédrale et le beffroi sont aujourd’hui placés sous la haute vigilance de l’UNESCO.

© OPT - JP Remy

Le château de Belœil Demeure hennuyère des Princes de Ligne depuis 1394 (famille de diplomates et de militaires qui fut de toutes les alliances et batailles européennes) le château connut plusieurs phases de construction et d’aménagement entre le XVIe et le XVIIIe siècles. Il est entièrement meublé et contient une riche collection d’objets d’art du XVe au XIXe siècles. Le jardin à la française, alternance harmonieuse d’eau et de verdure, d’ombre et de lumière, s’étend sur 25 hectares. Il est entretenu fidèlement dans le souci d’en respecter le dessin original qui date de 1664.

© Office de tourisme de Tournai

© Fabrice Gallez

Textes : Joffrey Levalleux

Infos pratiques :

Le Pont des Trous, monument remarquable du Moyen-Âge

© Château de Belœil

Plus d’infos et des offres avantageuses sur www.villesdecœur.fr

La grand-place de Tournai.

C’est qu’à Tournai, se perdre fait un peu partie du jeu. Qu’on se rassure, il y a toujours sur le parcours une statuette pour indiquer la route et découvrir un point d’histoire. Car Tournai est une ville d’une rare hétérogénéité architecturale. Pour ne pas dire complexité. En quelques sauts de puce, on croise le style Art nouveau (musée des Beaux-Arts signé Victor Horta qui abrite des œuvres d’artistes tels Manet, Monet, Seurat ou VILLES DE COEUR I P4-5

encore Van Gogh), l’époque Renaissance (Halle-aux-Draps) et le MoyenÂge (Tour Saint-Georges). Certains édifices mélangent petite et grande histoire à l’instar des États du Tournaisis. Autrefois, ce bâtiment renfermait les archives communales. On y conservait les pièces à conviction dans des sacs pendus à l’aide de cordes. D’où l’expression " l’affaire est dans le sac ". De coquettes placettes en ouvrages d’art comme le Pont des Trous, la première capitale du royaume de France(2) dévoile ses atours comme on effeuille une pâquerette. Tout doucement au rythme de l’Escaut. Mais avec la garantie de convaincre son public de revenir. (1) Originalité : actuellement en cours de restauration, le chantier de rénovation a ouvert l’accès à ses toits permettant des visites guidées à hauteur de corniche (30 mètres). (2) Childéric 1er, père de Clovis, fut le premier roi salien.

© OPT - JP Remy

Il faut dire que cette ville stratégique, située à équidistance de Lille et de Mons, a de quoi séduire. À commencer par son immense cathédrale Notre-Dame(1) - reconnaissable entre mille à ses cinq flèches - son robuste beffroi de 257 marches (le plus ancien de Belgique) et sa grandplace aux authentiques façades dentelées. Un bijou largement plébiscité par de nombreux touristes. Après avoir chiné dans des boutiques cossues et participé à l’animation des belles terrasses de la grand-place, les visiteurs partent à la découverte des ruelles pavées et sinueuses, sans jamais prendre soin de vérifier où ils se trouvent.

La grand-place de Tournai.

Dernier exemple de site hospitalier médiéval complet d’Europe occidentale, joyau architectural, historique et culturel, l’Hôpital Notre-Dame à la Rose est un site d’exception. Ses collections d’objets d’art et d’instruments médicaux sont admirablement mises en valeur par des techniques modernes de scénographie et présentent l’art de soigner le corps et l’esprit, du XIIe siècle à nos jours. La chapelle, en restauration actuellement, offre un superbe exemple de style baroque avec son magnifique maître-hôtel. Typique, la salle des malades, qui est le cœur de l’hôpital, permet à elle seule de résumer les conditions de soins de l’époque. En plus de l’architecture du site, l’Hôpital Notre-Dame à la Rose présente des trésors d’art ancien et religieux.

•M  aison du Tourisme du Tournaisis Placette aux oignons, 20, B-7500 Tournai Tél : +32 (0) 69 35 42 85 info@tournaisis.be • www.tournaisis.be

Parc naturel du Pays des Collines

•O  ffice du Tourisme de la ville de Tournai Vieux Marché aux Poteries, 14, B-7500 Tournai Tél : +32 (0) 69 22 20 45 tourisme@tournai.be • www.tournai.be

Le Pays des Collines est une fable, c’est aussi le paradis des randonneurs. Ses paysages doux dissimulent des histoires de sorcellerie. Une terre de légendes à découvrir à pied, à vélo ou à cheval à travers les nombreux circuits de balades.


M O N S

C H A R L E R O I

N A M U R

Et aussi...

L I È G E

© OPT - JP Remy

© OT Mons

T O U R N A I

❝Avant-gardiste, respectueuse

© OPT - JP Remy

La grand-place de Mons.

© OPT - J.L Flemal

de ses belles pierres, Mons est aussi une

de la séduction

ville populaire où le folklore a toute sa place.

La science, les arts contemporains, le folklore, les belles pierres. Tout intéresse Mons. En quelques années, la ville s’est ouverte aux autres en se dotant de puissants outils culturels. Mons a le Pass, le Grand-Hornu, le MAC’s et bien d’autres encore. Des lieux surprenants dont les plus beaux spécimens ont été imaginés dans d’anciens sites industriels (voir cicontre), généralement en lien avec l’histoire minière du Borinage.

Avant-gardiste, respectueuse de ses belles pierres, Mons est aussi une ville populaire où le folklore a toute sa place. Il en va ainsi du Doudou. Une fête populaire à laquelle adhère l’ensemble de la population pendant plus d’une semaine. Avec en point d’orgue la procession du Car d’Or et le Combat dit " Lumeçon " illustrant le Combat de Saint-Georges contre le Dragon. Fort de son succès, le Doudou a même été proclamé par l’UNESCO chefd’oeuvre du patrimoine oral et immatériel de l’humanité en 2005.

© OPT - Ricardo de la Riva

Mons a fait de la culture son principal atout touristique. En multipliant les initiatives, la prétendante au titre de Capitale européenne de la culture en 2015 n’en finit pas de séduire.

VILLES DE COEUR I P6-7

(1) Mons fut la première ville de Belgique traversée par l’auteur des Misérables en 1837. Un peu plus tard, Paul Verlaine y séjourna. Mais pour des raisons moins touristiques. C’est en effet suite à une rixe qui l’a opposé à Arthur Rimbaud que l’homme passa deux ans de sa vie derrière les verrous du centre pénitentiaire (1873/75).

Plus d’infos et des offres avantageuses sur www.villesdecœur.fr Textes : Joffrey Levalleux

Mais si Mons a su devenir une incontestable " culturopôle ", elle ne l’a pas fait au détriment de son patrimoine historique. La collégiale SainteWaudru où l’on trouve les fameuses statues en albâtre de Jacques du Broeucq (1505-1584), le beffroi du XVIIème siècle, aux 49 cloches, reconnu au patrimoine mondial de l’UNESCO et affectueusement comparé à une " cafetière " par Victor Hugo(1), de l’hôtel de ville baroque n’ont rien perdu de leur aura. Mieux, certains édifices mélangent les genres. Les BeauxArts de Mons (BAM) ont récemment amené des signes forts de modernisme

Infos pratiques : •M  aison du Tourisme de la région de Mons. Grand-Place, 22, B-7000 Mons. Tél. : +32 (0) 65 33 55 80 quentin.dardenne@ville.mons.be www.monsregion.be • www.paysdemons.be Le combat dit " Lumeçon" lors du " Doudou ".

Le PASS Situé en lieu et place de l’ancien charbonnage du Crachet à Frameries, le Parc d’Aventures Scientifiques est un temple ludique dédié aux sciences et à la technologie, avec 12 000 m² de surface d’exposition. Au timon de cet immense navire se trouve le capitaine Jean Nouvel. L’architecte visionnaire a respecté l’âme d’un site qui a fait de la culture scientifique son maître-mot. www.pass.be

architectural dans un lieu inauguré pour la première fois en 1913. De même, le Parc du Château est à nouveau accessible au public au terme d’importants travaux de réaménagement.

Depuis dix ans, Mons répond ainsi aux exigences culturelles sans jamais baisser la garde. Ce qui lui a valu d’être officiellement désignée en 2002 capitale culturelle de la Wallonie. Les Montois ont soif de grandeur. Deux ans plus tard, la ville s’associe à sa cousine Lille et ouvre sa propre Maison folie. Un lieu atypique conçu comme un laboratoire expérimental où se mêlent danse, théâtre et audiovisuel. Sur son élan, la ville s’est portée candidate au titre de Capitale européenne de la culture à l’horizon 2015.

Située à deux pas du centre-ville, le site Van Gogh vous propose de découvrir le lieu qui a vu naître le talent d’un artiste hors du commun. Il y vécut de 1879 à 1880. Vous y découvrirez " Les Bêcheurs ", un dessin original de 1880.

© OPT - JP Remy

Mons ou la culture

Le beffroi

La Maison Van Gogh

Le Grand-Hornu Situé à 15 km de Mons, le site du Grand-Hornu, ancien complexe industriel minier et véritable écrin d’archéologie industrielle du même type que les Salines d’Arc et Senan, accueille le Musée des Arts Contemporains et l’association Grand-Hornu Images. Le MAC’s, voué à la création contemporaine, a pour fil conducteur le rapport avec l’histoire du site : la mémoire, l’architecture et le poétique. Grand-Hornu Images y organise notamment des expositions d’arts appliqués et de design. www.grand-hornu.be

Parc Paradisio

Ce n’est ni un parc ni un zoo. Paradisio est une aventure qui se vit sur 55 hectares superbement aménagés. S’y côtoient des dizaines d’espèces du monde entier en quasi liberté. Les qualités botaniques des " jardins du monde " rivalisent avec la très grande variété d’animaux présentés dans leurs milieux, de manière ludique et pédagogique. www.paradisio.be


C H A R L E R O I

N A M U R

Charleroi

au-delà

Et aussi...

L I È G E

Vue depuis le terril du Martinet.

des apparences

Charleroi, c’est d’abord une question de contraste. Une aventure humaine comme dévorer un cornet de frites chez " Robert la frite ", grimper tout en haut d’un terril et contempler l’étonnant panorama du " Pays Noir ". Contrairement aux premières impressions, l’enfant du verre, du fer et du charbon, vaut la découverte. Entourée d’une épaisse couronne de verdure, Charleroi dissimule des édifices surprenants. Jadis ceint par un solide réseau de fortifications érigé par Vauban, son centre bourgeois, avec ses maisons Art nouveau, se visite avec attention.

une question de contraste.

Une aventure comme grimper en haut d’un terril et contempler l’étonnant panorama du " Pays Noir " .

À Charleroi, l’art fait partie des murs. Le Musée des Beaux-Arts défend la quintessence des courants des XIXe et XXe siècles tandis que la compagnie Charleroi/Danses n’en finit pas d’exporter ses créations dans le monde entier. Le Musée de la Photographie, installé dans l’ancien carmel de Mont-sur-Marchienne et agrandi depuis peu par une très belle réalisation architecturale, est tout bonnement unique en Europe. Outre l’aspect historique, les recherches esthétiques, les combats humanistes et les considérations d’artistes s’y côtoient en relation avec l’évolution de la technique photographique. Pas de doute, Charleroi a plus d’un tour dans sa boite !

Le Bois du Cazier et le Musée du Verre Le Charbon était la principale énergie du XIXe siècle. Le sol des environs de Charleroi en regorge lorsque le charbonnage du Bois du Cazier voit le jour en 1822. En 1956 une tragédie frappe le charbonnage : un important incendie gagne la mine, coûtant la vie à 262 mineurs. Une catastrophe qui reste dans la mémoire collective de Charleroi et de la Wallonie industrielle. Lieu de souvenir superbement restauré, le site est à la fois lieu de découverte de la vie d’un charbonnage au siècle passé avec toutes ses installations, lieu de promenade et de commémoration. Le musée de l’industrie et le musée du verre, situés sur le même domaine, complètent la découverte. La visite à l’atelier de soufflage au chalumeau reste un instant magique.

© OPT

(1) La basilique Saint-Christophe est une ancienne chapelle royale qui a servi un temps à la garnison personnelle de Louis XIV.

"Passation", œuvre de Martin Guyaux et le Palais des Beaux-Arts

Plus d’infos et des offres avantageuses sur www.villesdecœur.fr Textes : Joffrey Levalleux

Infos pratiques :

Non moins éclatante : la maison Dorée. Avec la maison des Médecins et la maison Laffleur, elle fait partie des trois bâtisses Art nouveau de la ville, promues Monuments historiques. C’est d’ailleurs à partir de cette artère © Maison du Tourisme de Charleroi VILLES DE COEUR I P8-9

❝Charleroi, c’est d’abord

qu’on aborde les premiers héros, eux aussi historiques, de la ville. Lucky Luke sur son cheval Jolly Jumper, Spirou et son compère Fantasio et enfin Boule et Bill. Toutes ces statues nous rappellent que nous sommes au cœur de la capitale de la bande dessinée. Dans les cafés comme " l’Impasse " adossé aux anciens remparts, il n’est d’ailleurs pas rare de voir des jeunes feuilleter quelques bonnes pages d’un classique du 9ème Art.

Première métropole wallonne, Charleroi mise sur la reconversion de ses sites industriels, son culot culturel et les technologies de pointe. Un triptyque atypique salué par tous.

Épicentre d’une ville au tracé rigoureux, la place Charles II d’Es­pagne d’où le nom Charleroi - est connue pour son Hôtel de ville massif dont l’intérieur est du plus pur style Art déco. Cosigné Joseph André et Jules Cézar, l’ouvrage atypique est orné de marbres, de cuivres, de boiseries et de sculptures hors norme. À ses côtés se dresse un beffroi classé par l’UNESCO doté de quarante-sept cloches. En face, et comme pour lui répondre dans un jeu d’équilibre architectural, la basilique Saint-Christophe(1) vous fait la révérence en guise de bienvenue. Les 200 m² de mosaïque couverte de paille d’or ne manque­ront pas de vous émerveiller. Lorsque les rayons du soleil s’y reflètent, c’est éblouissant.

© Maison du Tourisme de Charleroi Le Musée de la photographie, récemment agrandi.

© Maison du Tourisme de Charleroi

© OT Charleroi - Gina Santin

M O N S

© Maison du Tourisme de Charleroi

© Maison du Tourisme de Charleroi

T O U R N A I

La basilique Saint-Christophe.

•M  aison du Tourisme du pays de Charleroi. Place Charles II, 20, B-6000 Charleroi. Tél : +32 (0) 71 86 14 14 maison.tourisme@charleroi.be www.paysdecharleroi.be www.charleroi.be

© OT Charleroi - Gina Santin

Les terrils à Charleroi Fertiles, vous avez dit fertiles ? Sur les terrils s’épanouissent une flore tropicale comme le Séneçon du Cap ou l’achillée millefeuille ainsi que des espèces animales méridionales comme la couleuvre à collier et le lézard des murailles. Du haut de leurs faîtes, on a une vue panoramique sur toute la région. De nombreuses randonnées guidées y sont organisées : voilà une belle occasion de voir les terrils autrement.


N A M U R

Et aussi...

L I È G E

Namur vous ouvre ses bras

Vue depuis la Citadelle.

Dans les années 90, des fouilles archéologiques opérées sous l’Hospice Saint-Gilles et dans le quartier du Grognon ont révélé une présence humaine sur la rive gauche de la Meuse. Les anthropologues la datèrent à plus de 6 700 ans avant notre ère. A les croire, il faisait déjà bon vivre au mésolithique dans ce qui deviendra plus tard Namur. Quelques siècles plus tard en effet, les événements donnent raison à nos ancêtres velus. La plus célèbre des villes fortifiées de Belgique(1), dont le beffroi est classé par l’UNESCO, a préservé son cachet d’antan. Ses rues alambiquées, truffées de typiques échoppes, de coquets restaurants et de maisons bourgeoises attirent les touristes en quête de calme et de sérénité. Ses étonnants vestiges culturels ne sont pas non plus étrangers à son rayonnement touristique. Le centre-ville piétonnier de Namur peut se prévaloir d’avoir gardé son cachet des XVIIe/XVIIIe siècles, émaillé de tant de joyaux qu’il est impossible d’en dresser une liste détaillée. La Halle al’Chair (ancienne halle aux viandes), le Théâtre à l’italienne, la Maison de la poésie, la Tour Marie Spilar, le Musée de Groesbeeck de Croix, ainsi qu’un nombre invraisemblable d’édifices religieux (parmi lesquels la somptueuse cathédrale Saint-Aubain, l’église Saint-Jean Baptiste et la baroque église Saint-Loup) sont autant de merveilles à découvrir. VILLES DE COEUR I P10-11

© OPT - J. Jeanmart

Traversée par la Meuse et la Sambre, Namur, Capitale de la Wallonie, sourit à tous ses visiteurs. Son sens de l’hospitalité, sa gastronomie et son terroir en font une ville au charme fou.

Le théâtre Royal, un des plus beaux d’Europe.

© Musée Provincial Félicien Rops

❝ La gastronomie locale et

l’incroyable folklore marquent. Car bien que huppée, Namur sait aussi desserrer les dents et le nœud de cravate.

La plus impressionnante d’entre elles reste la Citadelle. Magnifiquement préservée, avec son château, ses souterrains, ses forts et son esplanade c’est l’une des plus grandes forteresses d’Europe. Ce n’est pas un hasard si le touriste a pris l’habitude de monter à la Tour du guetteur pour observer les biseaux de toitures d’une cité peu ordinaire qui a vu naître des personnages aussi différents d’époque et d’allure que le peintre Félicien Rops et les comédiens Cécile de France et Benoît Poelvoorde. Au quotidien, on retient de Namur sa joie de vivre et ses artisans qui défendent autant la gastronomie locale - Blanche de Namur, avisances (saucisses enroulées de pâte feuilletée), fraises… - que l’incroyable folklore. Car bien que huppée, Namur sait aussi desserrer les dents et le noeud de cravate. Toute l’année, des événements populaires s’emboîtent le pas. Marche aux fambeaux, joutes fluviales sur échasses, Festival des arts de la rue, Festival de musique classique, Festival international du Film francophone, etc. En septembre, à l’occasion des Fêtes de Wallonie, les Quarante Molons élisent même le roi des menteurs. Il fallait oser ! (1) Contrairement à Dinant et Huy qui entrent dans la catégorie des forts, Namur est une citadelle. La dernière du royaume de Belgique.

Plus d’infos et des offres avantageuses sur www.villesdecœur.fr Textes : Joffrey Levalleux

Crupet.

De village en village En quittant Namur et en longeant la Meuse sur quelques kilomètres, on aperçoit une pléiade de cours d’eau qui se jettent dans le fleuve. Au creux des vallées se trouvent de pittoresques villages où règnent quiétude et harmonie, tels Mozet, Thon-Samson et Crupet (labellisés " plus beaux villages de Wallonie "). Ce dernier est réputé pour son château du XIIIe siècle, ses belles maisons et fermettes en grès ou calcaire chaulé mais aussi pour sa grotte de Saint-Antoine. Un ouvrage insolite, d’un style indéfinissable proche du Palais idéal du facteur Cheval.

Vierves sur Viroin.

La campagne à portée de main En bonne intelligence, Namur a doté sa proche campagne de nombreux sentiers balisés. Des chemins de traverse aux voies sur berge, on visite à pied ou en VTT la richesse du patrimoine rural. Tout ceci à son rythme, sur des sentiers de grande randonnée (20 à 30 km) ou des circuits de balades (4 à 10 km). Les parcours laissent découvrir des fermes et châteaux typiques, traversent les forêts et les pâturages, voire parfois les vignes. Cinq circuits d’écotourisme viennent ainsi d’être balisés.

Infos pratiques : •M  aison du Tourisme du Pays de Namur. Pavillon du Tourisme, Square Léopold B-5000 Namur. Tél. : +32 (0) 81 24 64 49 info@namurtourisme.be • www.namurtourisme.be

© J. Leurquin / Ville de Namur Les échasseurs.

© OPT - JP Remy

C H A R L E R O I

© C. Genard / FTPN

© OPT - JP Remy

M O N S

© FTNP

© OPT - J.L Flemal

T O U R N A I

•O  ffice du Tourisme de Namur. Hôtel de Ville, B-5000 Namur. Tél. : +32 (0) 81 24 64 44 info@namurtourisme.be • www.namurtourisme.be Les jardins d'Annevoie.


C H A R L E R O I

N A M U R

Et aussi...

L I È G E

Liège

© OPT - JP Remy

La Place du marché.

Les coteaux de la Citadelle.

l'ardente

Située à une heure de Bruxelles, trente minutes de l’Allemagne et quinze des Pays-Bas, la plus francophile des villes belges se distingue par son sens de la fête et son caractère bien trempé.

VILLES DE COEUR I P12-13

© OPT - JP Remy

Statue de Georges Simenon

culturel et universitaire,

vibre aussi aux sons d’une culture populaire scandée par son fameux “ carré ”. Ville carrefour, Liège a toujours été imprégnée de cultures latine et germanique empreintes de catholicisme. Dans la " ville aux cent clochers " se succèdent d’impressionnants édifices comme la collégiale SaintBarthélemy qui héberge de superbes fonts-baptismaux romans du XIIe, chef-d’oeuvre, tant sur le plan esthétique que sur le procédé de la cire perdue, ou la cathédrale Saint-Paul. Le dimanche matin, après l’office, on flâne sur la " batte " réputée comme l’un des plus grands marchés d’Europe. L’attractivité touristique de Liège vient également de la multitude de musées remarquables qu’elle abrite. Parmi eux, citons le Grand Curtius, nouveau complexe muséal, qui réunit des collections d’armes, d’arts décoratifs, du verre, d’archéologie, d’art religieux et d’art mosan. C’est le dernier-né d’une liste impressionnante qui fait cohabiter des espaces muséographiques aussi divers que le Musée de l’Art wallon, le Musée d’Art moderne et d’Art contemporain, la Maison de la Métallurgie et de l’Industrie et bien d’autres… A voir sans modération. (1) Liège reçut par décret, le 7 août 1914, la croix de chevalier de la Légion d’honneur, en hommage à sa résistance face aux troupes allemandes qui venaient alors d’envahir la Belgique. À ce jour, seules cinq villes hors Hexagone l’ont reçue.

Plus d’infos et des offres avantageuses sur www.villesdecœur.fr Textes : Joffrey Levalleux © Marc Verpoorten - Office du tourisme de Liège

Liège, qu’on appelle communément la " Cité ardente ", fait partie de ces métropoles décomplexées. Une ville qui pense que le passé, aussi glorieux fût-il(1), ne doit pas être réfractaire aux projets d’avenir. Ainsi, l’Opéra royal de Wallonie, la Salle philharmonique et l’Hôtel de ville de Liège, surnommé la Violette, ne boudent pas l’arrivée de la nouvelle gare T.G.V. ultramoderne signée du très médiatique architecte ibérique Santiago Calatrava. Idem pour le pôle audiovisuel Médiacité, la reconstruction du quartier de Bavière et le Trilogiport, colossal chantier qui maintiendra Liège à la 3ème place des ports intérieurs d’Europe.

au carrefour de l'Europe

Qui mieux que Georges Simenon pourrait vous servir de guide à Liège ? Vous prendre par la main dans les entrelacs de venelles et d’escaliers du quartier Outremeuse si pittoresque ? Vous faire enjamber la Meuse direction la rive gauche, les coteaux de la citadelle, les embarcadères et le fameux quartier du " Carré " commerçant le jour et festif la nuit ? Car c’est bien ici que notre illustre hôte a grandi et puisé son inspiration. Liège, haut lieu économique, culturel et universitaire, vibre aussi aux sons d’une culture populaire scandée par le va-et-vient perpétuel des tasses d’un café forcément liégeois, et du claquement d’un petit verre de pèkèt (genièvre en grain) déposé sur le zinc. Lire une page du plus prolifique des auteurs francophones est la meilleure porte d’entrée pour comprendre cette ville.

❝ Liège, haut lieu économique,

La collégiale Saint-Barthélemy.

Infos pratiques : •M  aison du Tourisme du Pays de Liège. Place Saint-Lambert, 32-35, B-4000 Liège. Tél. : +32 (0) 4 237 92 92 mtpaysdeliege@provincedeliege.be www.mtpaysdeliege.be •O  ffice de Tourisme de Liège. Féronstrée, 92, B-4000 Liège. Tél. : +32 (0) 4 221 92 21 office.tourisme@liege.be • www.liege.be/tourisme

© Château des thermes Chaudfontaine

M O N S

Chaudfontaine De l’eau qui jaillit naturellement à 36,6°C, de surcroît à plusieurs endroits, voilà qui devrait séduire les plus frileux. Cadeaux de la nature, les sources thermales de Chaudfontaine sont nichées aux creux d’un pays enchanteur. Le Centre d’interprétation Source O Rama aide à comprendre ce phénomène unique et insiste sur les vertus des petites bulles d’H2O. Par exemple, bien se désaltérer aide à affronter l’ascension des coteaux de la vallée de la Vesdre…

© Marc Verpoorten – Office du tourisme de Liège

Huy C’est fou ce que Huy possède comme atouts. Une collégiale gothique et sa crypte romane, un Musée de la Charte des libertés, un fort et son Musée de la Résistance. Et autour ? Des châteaux (Modave, Jehay), la collégiale d’Amay, l’abbaye de la Paix-Dieu et la Tour Romane. Le plus étonnant, c’est que cette petite entité du pays de Condroz possède aussi un vignoble réputé. Le tout à peine à 30 km de Liège.

© OPT - JL Flemal

© OPT - JP Remy

T O U R N A I

Le Château de Jehay.


D É C O U V R I R

A U S S I . . .

© MT Waterloo

À

Le Brabant wallon

Waterloo.

jardin culturel de Bruxelles

Le Musée Hergé.

Tout petit territoire d’un peu plus de 1000 km², porte d’entrée de la Wallonie depuis la capitale, riche de jardins, bois et forêts, le Brabant wallon est un précieux collier aux perles inattendues. La dernière en date est une œuvre signée par l’architecte français Christian de Portzamparc. Situé dans la ville nouvelle de Louvain-la-Neuve, l’édifice abrite depuis juin 2009 le Musée Hergé. Le temple dédié au père de Tintin, qui habitait non loin de là, est inondé de lumière. Un défi pour préserver les centaines d’œuvres originales fragiles, rarement, voire jamais, montrées au public. Un magnifique lieu pour comprendre qu’Hergé n’est pas seulement le père de Tintin, Quick et Flupke ou Jo, Zette et Jocko, mais également un collectionneur, un homme de publicité, un passionné de cinéma et de sciences dont les références truffent les albums de notre enfance… Autre lieu, autre artiste. La Fondation Folon rassemble plus de quarante années de création de Jean-Michel Folon. L’aquarelliste de renommée internationale y a déposé plus de 300 oeuvres : tableaux sculptures, vitraux, affiches, sérigraphies, tapisseries… La scénographie vivante et ori­ginale VILLES DE COEUR I P14-15

tranche avec l’aspect traditionnel du bâtiment (une vieille ferme rénovée), lové dans un parc au pied du château de la Hulpe. Le château est cerné par un bois de 230 hectares. Un lieu de découvertes et de pro­menade propice à la quiétude et à la poésie. De la poésie au romantisme, il n’y a qu’un pas. Celui qui sépare la Hulpe des ruines de l’abbaye cistercienne de Villers-la-Ville. C’est sous Saint-Bernard, au XIIe siècle, ue fut fondée l’abbaye qui conserve aujourd’hui de superbes vestiges, magnifiés par la nature qui les habille. Une source d’inspiration pour de nombreux écrivains qui, à l’instar de Victor Hugo, appréciaient son romantisme. Ce site majestueux sert d’ailleurs de décor à des spectacles de plein air. Partout en Brabant wallon, l’Histoire a laissé son empreinte. C’est ainsi qu’à Waterloo, le 18 juin 1815, Napoléon, l’empereur aux petits pieds, a subi son plus terrible revers militaire face à Wellington, ouvrant la voie à la construction de l’Union européenne telle que nous la connaissons aujourd’hui. En attendant la reconstitution du 195e anniversaire de la bataille de Waterloo qui aura lieu en 2010 sur le lieu même du théâtre des opérations, plusieurs sites et musées permettent

© H. Gaud

Folon, Napoléon… ❝ Hergé,partout au brabant wallon l’art et l’histoire ont laissé leur empreinte. ❞

L’Abbaye de Villers.

de se replonger dans l’Histoire. Du haut de la butte du Lion, on domine le champ de bataille. Le féroce combat est relaté au Centre du visiteur. Dans le dernier QG de Napoléon, à la ferme du Caillou à Vieux-Genappe, Napoléon 1er et son état-major passèrent la nuit du 17 juin à peaufiner la stratégie de la bataille. On y trouve des effets personnels de Napoléon comme son lit de camp, son masque mortuaire et même une mèche de cheveux ! Wellington a également son musée, situé en lieu et place d’une auberge relais du XVIIe siècle. Grâce à la technique de l’audio guide, le visiteur découvre des documents authentiques. Authentique, la Hesbaye brabançonne l'est assurément. Terre de cultures, de bosquets et de vallons, vous y découvrirez au fil de l'une ou l'autre promenade, Mélin (un des Plus Beaux Villages de Wallonie),les grottes de Folx-lesCaves, les nombreuses églises et chapelles romanes, les tumuli, les majestueux bâtiments en pierre de Gobertange, matériau lumineux, déjà extrait et apprécié à l'époque romaine. À peine arrivé à Nivelles l’attention est d’abord captée par son imposante collégiale Sainte-Gertrude, fondée par Itte d’Aquitaine, aïeule de Charlemagne. Exemple majeur du style roman-rhénan en Europe, elle est l’une des plus anciennes et des plus grandes églises romanes d’Europe. L’intérieur de la collégiale possède des dimensions impressionnantes : plus de 100 mètres de long, plus de 44 mètres de large au transept oriental et 20 mètres de hauteur de plafond dans la nef centrale. La campagne de restauration récente lui a restitué une sobriété remarquable : plafond en bois dans la nef centrale, pierres apparentes, décoration limitée et vitraux modernes. A découvrir aussi : une vaste crypte et un sous-sol archéologique aménagé sous la nef principale de la collégiale, qui permet de visiter les ruines des cinq églises successives qui, du VIIe au Xe siècles ont précédé l’église romane. Après l’effort, le réconfort : dans le Brabant wallon, la gastronomie est également une forme d’art. Si escargots, bières et chocolats restent des piliers gustatifs locaux, il est indispensable de goûter à la tarte " aldjote " spécialité de Nivelles et à la tarte au sucre, spécialité de Waterloo. Bonnes découvertes brabançonnes !

Plus d’infos et des offres avantageuses sur www.villesdecœur.fr

Nivelles.

© OPT - JP Remy

© M. Fasol

Le Château de la Hulpe.

Parc de Château de la Hulpe.

Infos pratiques : •F  édération du Tourisme de la Province du Brabant wallon. Tél. : +32 (0) 10 23 61 08 tourisme@brabantwallon.be www.brabantwallon.be

Villes wallonnes, villes de cœur  

De Tournai à Liège, de Mons à Namur en passant par Charleroi, la Wallonie d'aujourd'hui veille à son héritage. Nous vous invitons à découvri...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you