Issuu on Google+

Š P.Tombelle


Edito Bonjour à toutes et tous, Comme chacun le sait, la première guerre mondiale fut particulièrement sanglante avec des millions de pertes humaines. Mons n’échappa pas à la vague destructrice et fut, malgré elle, le théâtre d’événements majeurs et ô combien tragiques. La « Bataille de Mons » bénéficie ainsi d’un écho particulier au-delà de la Manche : tantôt mythique... tantôt réaliste. Mythique d’une part car la « Légende des Anges de Mons » y est extrêmement connue. Réaliste d’autre part car les Britanniques y ont accusé de nombreuses pertes dont le premier et le dernier soldat tombé au combat. C’est à Mons, en effet, que le Private Parr et le Private Ellison furent tués, devenant à tout jamais les premier et dernier britanniques tombés lors du conflit ; faisant de Mons « The Place of the First & the Last ». De plus, pour des actes de bravoure réalisés sur notre sol, le lieutenant Dease V.C. et le Private Godley reçurent les deux premières «Victoria Cross» décernées au cours de la première guerre mondiale. Ces événements expliquent la notoriété de la « Bataille de Mons » et imposent à chacun le devoir de mémoire qui est le nôtre. En 2014, la Ville de Mons s’apprête d’ailleurs à célébrer le centenaire de la Bataille en présence de diverses autorités européennes. La Ville de Mons souhaite à cet égard entretenir la mémoire de celles et ceux qui se sont battus pour leurs idéaux et dont le courage résonne encore dans les cœurs et les mémoires. De la légende à la réalité, Mons propose un parcours mémoriel authentique où la symbolique est grande. Comme au cimetière militaire de Saint-Symphorien, véritable havre de paix, où tombes britanniques et allemandes sont désormais unies pour une éternité du souvenir. À travers ce « Guide du Champ de Bataille », vous aurez l’occasion de vous plonger dans l’Histoire et de partir à la découverte d’un parcours où l’horreur de la guerre fait place à la douceur du souvenir. Bonne lecture à toutes et tous.

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

1


Se rendre à Mons

Sommaire

Liaisons ferroviaires internationales

Liaisons ferroviaires nationales

TGV directs depuis de nombreuses villes françaises (Lyon, Marseille, etc.) jusqu’à Bruxelles. Depuis Aix-la-Chapelle/Cologne, Amsterdam, Londres, Paris et Luxembourg via Bruxelles ou Lille.

Depuis l’aéroport international de Bruxelles, l’aéroport de Charleroi (Brussels South) et de nombreux endroits en Belgique.

Edito. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.1 Se rendre à Mons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.2

En voiture

Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.3

Autoroute Paris-Bruxelles, sortie 24 Mons.

Légende des anges . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.8 Ligne du temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.9 Point 0 : La Grand-Place de Mons. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.10 Point 1 : Le Pont-route . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.10 Point 2 : Le Pont-rail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.11 Point 3 : La Plaque commémorative. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.13 Point 4 : La Gare d’ Obourg. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.14 Point 5 : Le Cimetière de Mons. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.15 Point 6 : Le Monument du Royal Irish Regiment. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.16 Carte

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

p.18

Point 7 : Le Château Gendebien. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .p.20 Point 8 : Le Bois-là-Haut. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.21 Point 9 : Le monument de la Bascule . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.22 Point 10 : Le Cimetière militaire de Saint-Symphorien. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.24 Les pertes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.26 Liste des principaux cimetières militaires. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.28 Mons Memorial Museum . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.29 Des civils dans la tourmente. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.30 Répartition des forces armées britanniques lors de la «Bataille de Mons» . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . p.32

2

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

Bruxelles : 69 km Charleroi : 48 km Liège : 131 km Namur : 74 km Gand : 119 km Bruges : 132 km Anvers : 119 km Luxembourg : 231 km Cologne : 255 km

Amsterdam : 275 km Berlin : 819 km Paris : 248 km Lille : 78 km Maubeuge : 20 km Valenciennes : 40 km Lens : 95 km Reims : 205 km Mons

14-18

Guide du champ de bataille

3


INTRODUCTION Les origines du conflit

La Bataille de Mons

D 

ès 1870, l’ Europe est en ébullition et la France souhaite récupérer l’ Alsace et la Lorraine perdue au profit de l’ Allemagne. Deux grands blocs se créent avec d’un côté, la Triple Alliance (Allemagne, Italie et Autriche-Hongrie), et de l’autre la Triple Entente (France, Grande-Bretagne et Russie). Le moindre incident peut déclencher la catastrophe. L’inévitable se produit le 28 juin 1914. L’Archiduc François-Ferdinand (neveu et héritier de l’Empereur d’Autriche) est assassiné ainsi que son épouse à Sarajevo, capitale de la Bosnie. L’attentat est perpétré par des Serbes bosniaques de l’organisation terroriste « la Main Noire ». L’Autriche profite du prétexte qui lui est ainsi offert, et, après un ultimatum rejeté par Belgrade, déclare la guerre à la Serbie, le 28 juillet 1914. L’inexorable engrenage se met en marche. Rien ne peut plus l’arrêter. La Russie mobilise, l’Allemagne fait de même, suivie par la France. Ensuite, les événements vont très vite : le premier août, l’Allemagne déclare la guerre à la Russie, le 2 août elle exige de la Belgique le libre passage de ses troupes, le 3 août elle déclare la guerre à la France et le 4 août elle viole la neutralité belge. La Grande-Bretagne, d’abord sur l’expectative, ne peut rester insensible au crime commis et à son tour déclare la guerre à l’Allemagne. Garante de la neutralité de la Belgique depuis sa création, la Grande-Bretagne doit respecter sa parole et ne peut considérer la reconnaissance de la neutralité belge comme  « un chiffon de papier».

La bataille « de Mons » est due à un ensemble de circonstances absolument étrangères aux volontés des adversaires. Ni l’un ni l’autre ne voulaient ou n’auraient dû se rencontrer en cet endroit, car il s’agit du pire champ de bataille que l’on puisse imaginer.

L 

es Britanniques venus épauler la gauche des positions françaises, n’ont pas eu le temps de fortifier suffisamment le secteur, mais ce n’était d’ailleurs pas leur intention. La position choisie n’était qu’un arrêt temporaire avant le grand élan pour l’offensive prévue. Hélas, le repli précipité et inattendu de la cinquième armée française, obligea le Maréchal FRENCH et le Maréchal FRENCH corps expéditionnaire Britannique à rester sur ses bases, tout en promettant de tenir 24 heures. Il permettait ainsi de briser l’avance allemande et aux troupes françaises de desserrer légèrement l’étreinte ennemie et de souffler un peu. Cependant, pour la défense, le terrain était mal choisi et inapproprié, malgré la longue ligne droite du canal de Mons à Condé qui, à l’époque pouvait encore constituer un obstacle majeur

pour un assaillant. Terrain mal choisi, parce que trop de ponts et d’écluses à défendre, ce sont bien sûr les points de passage obligés de l’adversaire : terrain mal choisi, parce que les champs de tir sont trop réduits tant pour l’infanterie que pour l’artillerie ; terrain mal choisi, parce que les villages tant au bord du canal qu’à l’arrière regorgent de petites rues et de ruelles où il est très malaisé de manœuvrer ; terrain mal choisi, parce que le paysage est encombré de terrils qui sont peut-être de bons postes d’observations, mais se dominent les uns les autres ; terrain mal choisi enfin, parce que le  « salient» est quasiment impossible à défendre en raison de sa configuration, il faut en effet engager trop de troupes dans un espace exposé de tous les côtés. Il faut pourtant répéter que FRENCH et ses généraux n’ont pas choisi le lieu de leur défense, ce sont les éléments extérieurs et les circonstances qui ont fait le choix pour eux et qui leur ont imposé cette position. Du côté allemand, la situation est encore plus claire. Tant le Grand Quartier Général que les commandants d’armée ou de corps d’armée ignoraient la présence des Britanniques en Belgique. Ils savaient bien qu’un corps expéditionnaire avait débarqué dans les ports français (la presse neutre et alliée en avaient largement fait écho), mais ils étaient incapables de le localiser. La version la plus largement admise était qu’il devait se diriger vers Anvers ou à la côte belge en soutien des ports et de l’armée belge en mauvaise posture. Ce ne fut que le 21 août que le voile d’ignorance se déchira, c’est-à-dire la veille de la bataille. Ce fut dû, d’une part, à la chute de l’avion britannique à Marcq et d’autre part, à

Une grande déception, cependant, attend l’Allemagne : l’Italie estime que l’agression allemande la dégage de ses obligations d’alliée et proclame sa neutralité.

la charge Assassinat de l’Archiduc François de CasFerdinand le 28 juin 1914 teau. Pour les © Droits réservés Allemands ce fut une surprise totale et inattendue. À ce moment, il était trop tard pour changer l’ordre de marche des troupes. Une partie du brouillard se levait, car désormais les Allemands connaissaient la présence proche des adversaires, mais ils étaient incapables de déterminer leurs effectifs et donc leur puissance. La même incertitude régnait d’ailleurs dans le camp britannique, car si FRENCH et son état major connaissaient parfaitement l’axe de progression allemand, ils ignoraient l’importance des effectifs qui leur seraient opposés. Les renseignements fournis par les Français sous-estimaient et de loin le nombre des divisions ou des corps d’armée adverses. En fait, si le corps expéditionnaire britannique - le B.E.F. - fut sauvé de l’encerclement et partant de l’anéantissement, ce fut grâce aux erreurs commises par Von KLUCK et Von BULOW (commandants des Ière et IIème armée allemande). En effet, von KLUCK aurait dû marcher vers Amiens avant de tourner vers Paris, c’est ce que les ordres prévoyaient d’ailleurs, mais fort indépendant et dans sa hâte d’arriver le premier et

Le 4 août 1914, l’énorme machine de guerre allemande pénètre en Belgique.

Le moindre incident peut déclencher la catastrophe. 4

Mons

14-18

Old Contemptibles © Droits réservés

Guide du champ de bataille

B.E.F. débarque sur le continent © Droits réservés

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

5


le plus vite dans la prestigieuse capitale tant convoitée, il n’en fit qu’à sa tête, trop sûr de réussir. Von BULOW, de son côté, a retardé sa traversée de la Sambre d’un jour, pour regrouper son armée. Sans cet arrêt intempestif, il aurait pu enfermer FRENCH et ses troupes dans un piège où il aurait été bien difficile, sinon impossible de sortir. Enfin, un autre élément a joué également en faveur du B.E.F., ce fut la retraite précipitée de LANREZAC (Général français) qui l’a obligé à stopper son avance. Sans cette retraite, le B.E.F. se précipitait tête baissée dans la masse allemande, avec les conséquences désastreuses qui auraient pu en découler. Cette bataille fut donc imposée aux adversaires sur un terrain qu’ils n’avaient pas choisi et à un moment qu’ils n’avaient pas choisi. Les deux corps britanniques du B.E.F. avaient un secteur trop étendu à défendre, mais heureusement, les corps allemands ne sont pas montés à l’assaut tous au même moment, mais au fur et à mesure de leur arrivée sur le terrain. Ce fut encore une grosse erreur, car si certains régiments étaient au contact dès 08H00 le matin, les derniers n’entrèrent en scène qu’en fin d’après-midi du 23 Août, le IVe corps de réserve allemand n’apparaissant même que le lendemain. Imaginons un peu les pertes que les Britanniques auraient pu subir si la masse allemande avait attaqué d’un même élan au même moment. L’assaut aurait été formidable, irrésistible, submergeant et, malgré tout leur courage, les Britanniques n’auraient pu s’y opposer bien longtemps sans risquer un désastre d’envergure. La disproportion des armes et des hommes était trop grande, trop inégale, trop évidente.

Les soldats britanniques n’ont pas compris pourquoi on leur imposait de se replier, de reculer devant un adversaire qu’ils dominaient. Nulle part, excepté dans le saillant, le front n’était percé. Nulle part, les Allemands n’avaient eu d’ascendant sur eux. Ils étaient invaincus, mais pourtant les ordres étaient formels, ils devaient partir, abandonner le terrain si chèrement défendu. Certains régiments même n’avaient pas tiré un seul coup de feu. C’était l’incompréhension, mais les ordres sont les ordres... Au soir du 24 août, une page d’histoire s’est tournée à Mons. Chacun en a revendiqué la gloire, chacun en a clamé la Victoire, chacun a voulu en porter le nom sur son blason. Pour Mons et les Montois, pour le Borinage et le Nord de la France, en ce jour funèbre où les canons se taisent, où la bataille s’éloigne, le couvre-feu est imposé par les vainqueurs. Avec les lumières se sont éteintes les espérances. L’une et l’autre devront attendre quatre longues années avant de renaître.

Les faits marquants La Légende des Anges de Mons

À 

 la soirée du 23 août, la situation de la 8e brigade (soit le 4e Middlesex, le 2e Royal Scot, le 2e Royal Irish et le 1er Gordon Highlander) est très précaire. Les Allemands ont débordé Mons par l’Est, occupent la ville et menacent les arrières et la ligne de retraite britannique. De même à droite, les Britanniques doivent faire face au 75e Régiment de Brême qui tient Spiennes. L’encerclement menace et la retraite semble compromise. C’est à ce moment, vers minuit, que du ciel seraient descendus des Anges, sous la forme d’archers qui arrêtèrent les Allemands, protégèrent les Britanniques et leur permirent de retraiter en sécurité dans l’obscurité totale, sauvant ainsi la brigade de l’anéantissement.

Lieutenant Maurice James DEASE V.C.

Le cimetière de Saint-Symphorien

L 

e cimetière de Saint-Symphorien constitue un lieu unique, historique et chargé de souvenirs. Le cimetière est en effet particulier à deux titres :

• C’est là que sont inhumés les premier et dernier soldats britanniques décédés durant la Première Guerre mondiale. • Il compte autant de tombes de soldats allemands que de soldats britanniques.

Le cimetière de Saint-Symphorien a d’ailleurs reçu deux étoiles au guide Michelin tant il est devenu incontournable dans le domaine du tourisme de mémoire.

Il faut enfin, pour terminer, rendre hommage au courage, à la ténacité, à l’esprit de sacrifice et à la témérité des combattants des deux camps. Nul n’a faibli, nul n’a plié, nul n’a reculé, malgré les pertes, malgré la mitraille, malgré le découragement. Allemands comme Britanniques ont rivalisé d’audace, d’abnégation, de camaraderie et de volonté. Le nombre des tués et blessés en témoigne.

Sidney GODLEY

C’était l’incompréhension mais les ordres sont les ordres Soldats du B.E.F. sur la Grand-Place de Mons le 23 Août 1914 © collections Ville de Mons

6

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

Tombe de John PARR © WBT - J-P REMY

Tombe de Georges ELLISSON © WBT - J-P REMY

Tombe de Maurice James DEASE V.C. © WBT - J-P REMY

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

7


1914 ligne du temps

Mons, The First & The Last de la Première Guerre mondiale Bon à savoir • La Bataille de Mons le 23 août 1914 est le siège de la première rencontre entre les troupes britanniques (British expeditionnary forces : B.E.F.) et allemandes. • La retraite du B.E.F. qui emmènera les Britanniques à Le Cateau (France) et qui se clôturera à Zonnebeke débute à Mons comme conséquence de la bataille du 23 août 1914. • Les deux premières Victoria Cross (Lieutenant Maurice DEASE V.C. & Private Sidney GODLEY) décernées au cours de la première guerre mondiale l’ont été pour des actes de bravoure réalisés sur le sol montois.

• Le premier (Private John PARR) et le dernier (Private G. ELLISON) Anglais tués au cours de la Grande guerre l’ont été à Mons.

28 juin

• Assassinat de l’Archiduc d’Autriche, François-Ferdinand • Déclaration de guerre de l’Autriche-Hongrie à la Serbie

• Le dernier soldat tué au cours de ce conflit l’a été sur le sol montois. (le Canadien George PRICE).

1er août

• L’ Allemagne déclare la guerre à la Russie

3 août

• L’ Allemagne déclare la guerre à la France

4 août

• Violation de la neutralité de la Belgique par l’Allemagne • Entrée en guerre de la Grande - Bretagne

7 août

• Prise de la ville de Liège par les troupes allemandes

7 > 12 août

Les Anges de Mons Tableau de Marcel Gillis, © collections Ville de Mons

8

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

• Embarquement des British Expeditionary Forces (B.E.F.) dans les ports britanniques

15 août

• Reddition du dernier fort de Liège (Flémalle)

16 août

• Débarquement du B.E.F. en France (Le Havre, Rouen et Boulogne) et concentration à Amiens

20 août

• Entrée des troupes allemandes à Bruxelles • Arrivée à Maubeuge du B.E.F.

21 août

• Entrée du B.E.F. en Belgique • Premier tué Britannique de la 1ère guerre mondiale, Private John Parr (4 Middlesex) à Obourg à l’âge de 16 ans

22 août

• Mise en place du B.E.F. dans la région de Mons (entre Condé s/Escaut et Binche) • Premier échange de coups de feu entre une unité de cavalerie (4 Royal Irish Dragoon Guards) et une patrouille de Hussards à Casteau • Escarmouches à Hautrage entre le 19th Hussards et les Allemands et le 2d Dragoon (Scots Grey) et les Allemands à Péronnes • Mouvement de la Division de cavalerie vers Dour

23 août

• Offensive des troupes allemandes pour franchir le canal de Mons à Condé et le canal du Centre (Nimy et Obourg) • La bataille du saillant de Mons : deux voies principales de pénétration allemande se font par Obourg ( la gare, le cimetière, la Bascule, la chaussée de Beaumont) et Nimy ( bouclier humain, le centre ville, chaussée de Maubeuge) • Apparition des Anges de Mons qui accompagnent la retraite des troupes britanniques • A 22H00, regroupement des troupes britanniques (B.E.F.) à Nouvelles avant d’effectuer la retraite vers Le Cateau

24 août

• Batailles de Frameries, St-Ghilain, Wasmes, Audregnies entre les troupes du B.E.F. et la première armée allemande. • Retraite en direction de Le Cateau via la forêt de Mormal

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

9


point

0

point

La Grand-Place de mons

Le pont-rail

50.454594,3.951834

S 

50.475318,3.945437

ous le porche de l’hôtel de ville, vous trouverez deux plaques de bronze. L’une est dédiée au 5e Royal Irish Lancers qui prit part aux deux batailles de Mons, en 1914 et en 1918 (lors des combats de la libération). L’autre plaque est dédiée à la 3e division canadienne qui participa aux combats de novembre 1918.

A 

De la place de Mons, prenez la direction Nimy, la chaussée de Bruxelles, l’avenue de la Joyeuse Entrée et avant le viaduc, garez votre voiture sur la Grand-Place de Nimy. À pied, gagnez le viaduc, installezvous au milieu du pont. Vous aurez une vue d’ensemble sur le secteur. À gauche, le pont-rail et à droite, vous verrez le coude du canal.

point

1

Le pont-route

50.477585,3.952658 ous nous trouvons dans la partie gauche du saillant, défendu par le 4e Royal Fusilier. Le saillant était constitué par le coude du canal.

N

Le 4e Royal Fusilier (9e brigade – 3e division – IIe corps d’armée) défendait les positions comprises entre le pont-route de Nimy (point 1) et la gare de Mons, elle comprenait 4 ponts : • le pont-route de la porte du parc • le pont-levis de l’écluse n°6 • le pont-rail de la ligne Paris-Bruxelles (point 2) • le pont-route de la chaussée de Bruxelles (point 1). Les Britanniques s’étaient retranchés derrière Fusil Anglais Lee Enfield les défenses constituées de barricades de sacs © Droits réservés de sable et de matériaux les plus divers. Ils étaient en outre avertis de la progression des troupes allemandes par le téléphone de la halte de Nimy-Maisières ce qui leur permettait de prendre toutes les dispositions de combat (la halte de Nimy-Maisières existe toujours, elle se trouve au-delà du canal, après le pont-rail). Le pont-route (point 1) et le pont-rail (point 2) étaient défendus par la compagnie du capitaine ASHBURNER et par deux mitrailleuses sous les ordres du lieutenant Maurice DEASE. Le pont-levis et le

10

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

2

© WBT - J-P REMY

u pont-rail (auquel vous accéderez comme il est expliqué ci-après), le lieutenant Maurice James DEASE V.C., resté seul valide, de sa section de mitrailleuse, doit se servir lui-même de l’arme. Il fut blessé 5 fois et finalement évacué vers l’ambulance où il mourut. Le private Sydney Frank GODLEY se porta volontaire, prit l’arme et resta seul, assurant ainsi la retraite de ses compagnons d’armes. Il fut blessé, détruisit l’arme et la jeta dans le canal. GODLEY fut fait prisonnier.

bataillon qui se replia à 13h40, car les Allemands avaient forcé le passage aux Wartons et avançaient vers la Bascule. De ce fait, le 4e Royal Fusilier risquait l’encerclement.

En récompense à leur courage, DEASE V.C. et GODLEY reçurent la Victoria Cross. Ce furent les deux premières Victoria Cross attribuées lors de cette guerre. GODLEY est décédé peu après la seconde guerre mondiale ; Maurice v V.C., tué à l’âge de 24 ans et le lieutenant MEAD sont inhumés au cimetière militaire de Saint-Symphorien.

Les Britanniques se retirèrent vers Mons, par la chaussée de Bruxelles, la rue de Nimy et la Grand-Place (c’est à rebours, l’itinéraire que vous avez emprunté © collections Ville de Mons pour arriver ici). Tout en se repliant, ils utilisaient les poteaux télégraphiques et les encoignures de porte pour faire le coup de feu.

Au pont-tournant (point 1), le combat fut aussi acharné et il fallut l’héroïsme du soldat allemand Oskar NIEMEYER qui se jeta à l’eau sous le feu britannique, actionna le mécanisme du pont pour livrer ainsi le passage aux troupes allemandes. NIEMEYER fut tué en réalisant son exploit. À 13h10, le premier ordre de retraite fut donné à l’ensemble du

pont-route de la porte du parc étaient défendus par la compagnie du capitaine BYNG et appuyée par la 107e batterie R.F.A.

Un petit groupe d’environ 20 hommes s’étaient retranchés dans le bas de la rue de Nimy et attendaient les Allemands. Mais devant le spectacle des Allemands progressant derrière un groupe d’otages, ils se replièrent sans oser tirer. D’après le rapport officiel, le 4e Royal Fusilier perdit 7 officiers et 105 hommes (tués, blessés et disparus). La plupart des blessés durent être laissés entre les mains de l’ennemi pour ne pas compromettre la retraite.

Le 23 août, dès 8h30, le 84e I.R. du SchleswigHolstein approche des ponts, après une préparation d’artillerie. C’est le début de la bataille qui durera jusqu’à 14h. Les premières attaques allemandes sont repoussées, mais à 11h, les Allemands attaquent en force. Les Britanniques répondent par un tir rapide et très précis. Les soldats britanniques de l’armée régulière étaient capables de tirer, en moyenne, 15 coups de fusils à la minute et certains soldats d’élite, même 20 coups, cela s’appelait «the mad minute». Les Allemands subissent de très lourdes pertes et font intervenir leur artillerie et les effets de l’attaque commencent à se faire sentir. Les pertes britanniques s’ aggravent Le second lieutenant MEAD, envoyé en renfort avec quelques hommes, est aussitôt blessé à la tête, se fait soigner, reprend immédiatement son poste et se fait aussitôt tuer. Le capitaine ASHBURNER est luimême blessé, de même que le capitaine FORSTER, qui se trouvait à sa droite.

devant le spectacle des Allemands progressant derrière un groupe d’otages, ils se replièrent sans oser tirer.

© Droits réservés

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

11


point

3

La Plaque commémorative

50.505177,3.99797

L 

Dès le repli anglais, les Allemands traversent le canal et incendient 108 maisons situées le long de la chaussée de Bruxelles et massacrent 22 civils. Ils prennent des otages dans le village et les poussent devant eux, en guise de bouclier, empruntent toute la chaussée de Bruxelles, la rue de Nimy ; arrivés sur la Grand-Place de Mons, ils incorporent au groupe le Bourgmestre, Monsieur Jean Lescarts et le trajet continue par la Grand-Rue. Arrivé au Trou Oudart, l’ armée allemande et ses otages essuyèrent le feu d’éléments du 1er Lincolnshire. Dans la panique et la fusillade qui en suivit, 4 otages furent tués sur le coup et 2 moururent par la suite.

a division de cavalerie du général ALLENBY, forte de 5 brigades (soit 15 régiments) était entrée en Belgique le 21 août 1914. Elle avait pour mission d’une part, d’établir le contact avec l’armée française et d’autre part, d’évaluer la puissance de l’ennemi par l’identification des unités engagées. La journée du 21 ne permit pas d’entrer en contact avec l’ennemi pourtant proche. Le major Tom BRIDGES qui commandait l’escadron C du 4th Royal Irish Dragoon Guards (2e Brigade du brigadier-général de LISLE) décida de pousser une reconnaissance sur la route Mons-Bruxelles et s’établit à l’aube du 22, en attente, à la hauteur de la Brisée de Saint Denis.

Près de l’ancienne Maison communale, suivez le chemin qui conduit au canal, longez la berge ; vous arrivez près du pont du chemin de fer (point 2). Sous son arche, une plaque est apposée, elle porte l’inscription suivante : «To the glorious memory of the Officers, NCO and men of the 4th BN Royal Fusiliers who held this sector of the British Front in the defense of the town of Mons. August 23/8/14. This memorial marks the M.G. position where the first V.C.’s awarded during the war 14-18 were gained by Lt M.J. DEASE and Pte S.F. GODLEY». Revenez à la Grand-Place de Nimy, reprenez votre voiture et dirigez-vous vers Bruxelles, passez devant le S.H.A.P.E., à l’entrée de Casteau, sur le côté gauche de la route, vous trouverez un monument portant cette inscription : « ici fut établi le 22 août 1914 à 7h du matin le premier contact entre le corps expéditionnaire britannique et la 1e armée allemande. Le caporal E. THOMAS, de l’escadron C du 4e Royal Irish Dragoon Guards, tira le premier coup de feu et le capitaine C.D. HORNBY commanda la première charge qui refoula les éclaireurs ennemis jusqu’à la lisière nord de Casteau ».

Vers 7h, à la limite entre Maisières et Casteau, une avant-garde de 4 cavaliers ennemis (du 2e Kuirassier) débouche de Casteau. Ils sont immédiatement aperçus par les Britanniques, tapis dans les sous-bois. Après s’être arrêté, l’ennemi immédiatement pris en chasse par le 1er peloton commandé par le capitaine HORNBY, suivi du 4e peloton où se trouve THOMAS. Nimy Route vers Mons © collections Ville de Mons

Dès le repli anglais, les Allemands traversent le canal et incendient 108 maisons...

Les hommes du 4e peloton mettent pied à terre près du château de Ghislain. Les Allemands commencent à tirer. THOMAS, le premier, dégaine, vise et tire, il abat un cavalier allemand. L’a-t-il blessé, il ne l’a jamais su. Les Britanniques n’avaient plus tiré un coup de fusil sur ce continent depuis Waterloo. Ce fut donc THOMAS qui

eut l’honneur de tirer la première cartouche britannique de toute la Grande guerre. HORNBY poursuivit l’ennemi jusqu’à Soignies où il le rattrapa et ce fut la mélée. Entretemps, les Allemands avaient reçu du renfort, notamment d’une compagnie cycliste. Au lieu dit « Reine de Hongrie » où se termina la poursuite, les Allemands eurent quelques tués et les Britanniques revinrent fièrement avec cinq prisonniers, n’ayant subi aucune perte. La division de cavalerie se retira dans la nuit, dans la région de Quiévrain, pour appuyer le flanc gauche de l’armée. Le caporal E. THOMAS était militaire de carrière ; engagé à 14 ans, il servit dans l’armée des Indes. Il débarqua à Boulogne, le 15 août 1914. Transféré en 1916 au corps de mitrailleuse où il termina la guerre sans blessure, mais ayant subi les gaz. Décoré de la Military Medal (pour bravoure), il fut démobilisé en 1923 et devint portier dans un cinéma de Brighton (sa ville natale) où il mourut le 10 février 1939. Reprenez votre voiture. Revenez sur vos pas. Au grand carrefour, suivez la direction Obourg, par la rue Brisée, tournez à droite à la rue du Camp que vous suivrez jusqu’à la rue des Ecossais, tournez à gauche par la rue des Anglais, vous arrivez à la Grand-Place d’Obourg, tournez à droite, passez sur le pont qui enjambe le canal ; au bas, tournez à gauche, vous arrivez à la gare d’Obourg.

Le monument est placé, non pas à l’endroit où fut tiré ce fameux coup de feu, mais à l’endroit d’où partit la charge. En face de ce monument, sur la maison de l’autre côté de la chaussée vous pouvez apercevoir la plaque de l’arrêt des armées canadiennes lors de l’armistice du 11 novembre 1918. Vous êtes également à l’endroit du début et de la fin de la 1e guerre pour les armées du Commonwealth.

© C.Rousman

12

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

© C.Rousman

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

13


point

4

point

Le Cimetière de Mons

LA Gare d’Obourg 50.470111,4.011015

N 

ous nous trouvons ici dans le secteur défendu par le 4e Middlesex.

Le 21 août, le 4e Middlesex avait envoyé une patrouille vers Casteau-Maisières. La patrouille (de cyclistes) tomba sur une patrouille allemande. Lors de l’échange des coups de feu, le Private J.PARR (matricule L/14.196) fut tué. Ce fut la première victime d’une série qui fut hélas bien longue. Il repose maintenant au cimetière militaire de Saint-Symphorien. Le 23 août 1914, dès 8h, les coups de feu furent tirés de chaque côté du canal. Les Allemands venaient de lancer leur attaque. Le combat débuta à l’ouest de la gare pour s’étendre au pont du canal, tenu par la compagnie D (commandée par le capitaine GLASS, qui fut blessé lors de l’assaut). À la gare, la compagnie B était placée sous les ordres du lieutenant WILMOT-ALISTON. Le lieutenant eût le triste privilège d’être le premier prisonnier de toute l’armée britannique. Les soldats s’étaient camouflés sur la plate-forme de l’annexe, bien abrités par des sacs de ciment. Bien protégés, ils abattaient tout ennemi qui tentait de s’approcher. Les soldats allemands appartenaient au 31e I.R. (Infanterie Regiment). La bataille fut très dure tout le long du canal tenu par le 4e Middlesex, et les Britanniques, grâce à leur tir rapide et précis, infligèrent de lourdes pertes aux 85e I.R. et 86e F.R. allemands.

50.460919, 3.978546

À la gare d’Obourg, un héroïque soldat britannique dont on ignore le nom, se sacrifia pour assurer la retraite de ses compagnons. Resté seul parmi les morts et les mourants, juché sur le toit de la gare, il tint tête aux Allemands. Finalement, ceux-ci, après l’avoir blessé, forcèrent le passage et leur premier soin fut d’achever cet anonyme combattant.

L 

e 4e Middlesex se replia en bon ordre, tant de la gare d’Obourg que de l’écluse des Wartons (située à gauche de la gare dans le prolongement du chemin des Wartons). Il prit position le long du mur qui borde le chemin et fut rejoint par les deux compagnies du 2e Royal Irish, vers 12h40.

© S. Santarelli

Une plaque est apposée sur le mur de la gare, elle porte cette inscription : « le 23 août 1914, à 8h du matin, près de cet endroit, le 4e bataillon du Régiment du Middlesex tira les premiers coups de feu de la bataille de Mons. Sur le toit de cette gare, un soldat britannique non identifié, resté seul, fit le sacrifice de sa vie pour assurer la retraite de ses camarades ». Les combats se déplacèrent alors vers le cimetière communal de Mons et l’asile.

Vers midi, les Anglais commencèrent à être submergés par le nombre et durent céder du terrain, les pertes étaient lourdes. Le bataillon adressa un message urgent au colonel COX (commandant le 2e Royal Irish) demandant de l’aide et ajoutant qu’il était forcé de reculer jusqu’aux environs du cimetière.

Suivez le chemin de Beauval, tournez à droite et empruntez le Vieux chemin de Binche, tournez à gauche au chemin de l’Oasis, ensuite encore à gauche ; vous êtes dans le Chemin du Chêne aux haies. À droite, le mur du cimetière, à gauche, les bâtiments de l’hôpital psychiatrique.

Deux compagnies du 2e Royal Irish furent envoyées à la rescousse vers le cimetière où le chef de la 1ère compagnie, le capitaine MELLOR, fut immédiatement tué par un éclat d’obus.

Le cimetière de Mons comporte une section militaire où reposent des soldats britanniques et allemands tués lors des deux conflits. Un cénotaphe domine les tombes qui l’entourent. 393 soldats britanniques y sont enterrés.

© Droits réservés

5

Les compagnies A et C ainsi que deux pelotons de la compagnie B du 2e Royal Irish prirent position, sous les ordres du major SAINT LEGER, dans une carrière au nord-est du cimetière (actuellement cette carrière n’existe plus, son emplacement se situe à la rue du 4e Middlesex) et vers la droite sous le couvert d’un chemin creux ; la compagnie D, sous les ordres du capitaine ELLIOT au nord de la route avec à sa droite le dernier peloton de la compagnie B. Enfin deux sections de la compagnie B, sous les ordres du lieutenant FERGUSON, dans un champ au sud-ouest du cimetière couvrant la sortie de la route entre l’asile et le cimetière. Le reste du 2e Royal Irish prit position du Faubourg Barthélémy jusqu’au croisement des routes Mons-Binche et Mons-Givry (lieu-dit « la Bascule ») pour épauler les Gordon Highlanders. Les compagnies du 4e Middlesex prirent position à la droite du dispositif du 2e Royal Irish, depuis le haut de la rue du Chêne aux Haies jusqu’au feu de la chaussée de Binche (un peu au-dessus du croisement) en formant un arc de cercle. L’artillerie allemande bombarda intensément le secteur, notamment avec des obus incendiaires. Les bâtiments de l’asile des femmes aliénées commencèrent à brûler et les 600 internées s’évadèrent dans la nature, terrorisées. Plusieurs furent d’ailleurs tuées.

La situation était maintenant désespérée, car l’ennemi attaquait sur les deux flancs et l’artillerie allemande avait une ascendance complète. Le colonel HULL et le major SAINT LEGER décidèrent alors de se replier sur une position plus favorable. Rassemblant tous les hommes qu’ils purent, HULL et SAINT LEGER se replièrent, couvert par le major PANTER DOWNES et le lieutenant PHILIPPS, qui fut blessé.

Asile des femmes aliénées brûlé après la bataille par les Allemands du 85e Régiment d’Infanterie. © collections Ville de Mons

Descendez la rue Chêne aux haies, tournez à gauche dans le Chemin de la Procession et encore à gauche suivez la chaussée du Roeulx. Tournez ensuite à droite, empruntez le Chemin des Mourdreux, et vous arrivez au carrefour dit « la Bascule ».

Les compagnies du 2e Royal Irish devaient se déplacer sous un puissant feu d’artillerie et de mitrailleuse. Les mouvements de ces troupes étaient sans doute repérés par un avion de reconnaissance allemand qui survolait le secteur et renseignait l’artillerie. Le major SAINT LEGER dut modifier la disposition de ses troupes, car le bombardement était trop intense et le champ de tir de ses hommes fort réduit. Les pertes britanniques devenaient lourdes, surtout en officiers.

“B” Company - 4th bataillon Middlesex Regiment © collections Ville de Mons

14

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

15


point

6

Le Monument du royal irish Regiment 50.452422,3.97979

L 

es soldats britanniques prirent position du croisement jusqu’au faubourg Barthélémy. Le terrain abritait bien des coups de fusil, mais était balayé par le feu des canons et mitrailleuses. Une section d’artillerie en position sur la gauche du bataillon essaya vaillamment de combattre le feu de l’artillerie allemande, mais attira sur elle un déluge de feu, l’obligeant à se replier. Ici encore, la position devenait intenable. Le bataillon se reforma et entama sa retraite. Le 2e Royal Irish emprunta la rue Léon Save, sauf une compagnie (la B) qui retraita à travers bois, derrière l’hôpital. Le 4e Middlesex se retira à sa suite.

Les pertes du 4e Middlesex s’élevèrent à 15 officiers et 467 sousofficiers et soldats. Après le repli britannique du cimetière, les Allemands reformèrent leur front et se redéployèrent de l’entrée de Mons jusqu’à la Bascule. Ils voulaient enlever le carrefour et couper ainsi la retraite aux forces britanniques. Ils affluèrent à travers champs et suivirent le chemin des Mourdreux. Le sergent FITZPATRICK, R.Q.M.S. (Regimental Quarter Master Sergeant - Sergent quartier maître du régiment) avait reçu l’ordre du lieutenant R.E.G. PHILIPPS, vers 12h30 de rester sur place et d’attendre ses ordres. Le régiment se trouvait à ce moment à la brasserie Segard où venait de lui être servi de la bière. FITZPATRICK commença à préparer le repas avec ses hommes. Lorsqu’il vit que son bataillon se trouvait en difficulté et que certains hommes commençaient à retraiter, il rassembla 40 hommes, un amalga-

© Droits réservés

16

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

me de cuistots, ordonnances, magasiniers, conducteurs, etc. et occupèrent des tranchées situées de part et d’autre du carrefour. Il exigea de ses hommes de n’ouvrir le feu que lorsque l’ennemi serait à moins de 200 yards (environ 180 mètres).

Lors d’une accalmie, FITZPATRICK, accompagné de volontaires ramena une mitrailleuse abandonnée et endommagée ainsi que des boîtes de cartouches. Le sergent REDMONT parvint à réparer l’arme, ce qui aida considérablement leur défense. Il y avait déjà onze morts parmi les Irish et trois parmi les Gordon.

British and Canadian Regiments have erected this tablet to the Glory of God and Commemorate these events».

Les Allemands bombardèrent le secteur et les obus atteignirent les maisons. Quelques civils qui s’étaient réfugiés dans les caves furent tués.

Du carrefour de la Bascule, descendez en direction de Mons, et 100 mètres à gauche, vous trouverez le château Gendebien (actuellement Chez Léon).

Les Allemands essayèrent à nouveau une charge, mais la mitrailleuse de REDMONT fit des coupes sombres dans leurs rangs. Le combat se déplaça alors vers les positions des Gordon Highlanders et des Royal Scots. FITZPATRICK et ses hommes survivants purent prendre quelque repos. L’obscurité tomba enfin. Les pertes étaient de quinze morts et de quatre blessés graves. Sergent FITZPATRICK, RQMS © collections Ville de Mons

Lorsque les éléments du 85e I.R. (à droite) et du 31e I.R. (à gauche) apparurent, ils furent reçus par un feu nourri. Après deux attaques classiques en masse, les Allemands changèrent de tactique. Ils attaquèrent par petits groupes en ordre dispersé. Vers 15h, le major SIMPSON (du 1er Gordon Highlander) dont les défenses se trouvaient à la droite, arriva à la Bascule ; il fut étonné de trouver si peu d’hommes à une position si importante. Il revint peu après avec une douzaine d’hommes. Hélas le major SIMPSON fut blessé, mais put quitter les lieux sur son cheval.

À ce carrefour, fut érigé en 1923, un monument représentant une croix celte. Il fut inauguré le 11 novembre 1923 par Lord FRENCH, comte d’Ypres, pour commémorer la participation de cette unité irlandaise et de sa glorieuse défense à cet endroit. En face de ce monument, de l’autre côté de la chaussée, fut inauguré le 23 août 1986, un monument dédié aux deux batailles de Mons. Initialement installé dans le parc du château, non loin du beffroi, ce monument érigé en 1952, avait été inauguré par le Maréchal Alexander, comte de Tunis. Il porte cette inscription:

© WBT - J-P REMY

L’obscurité tomba enfin. Les pertes étaient de quinze morts et de quatre blessés graves.

« Here the forces of the British Empire fought their first and last battle in the 14-18 war ». On 23rd and 24th August 1914, the British Expeditionary Force commanded by Sir John FRENCH with supreme courage held the advance of overwhelmingly superior German Forces. On Armistice Day 1918, after 60 hours of heavy fighting, Canadian divisions entered Mons.

© SSantarelli

© WBT - J-P REMY

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

17


Légende 3

Plaque Commémorative

Point 1 - le pont-ROUTE page 10

e

nd

e

Ru

a Gr

Point 2 - le pont rail page 11-12

E42

E19

Pont-route 2

Pont-rail

Canal du Centre

N6 Chaussée de Bruxelles 4

rg

Chemin de la Procession

e

ut

5

Ro

Cimetière de Mons

O d’

oeulx

de R ussée

N538

N539

Gare d’ Obourg

u

bo

E19

Cha

Grand-Place

6

Château Gendebien 9

Chemin d’ adresse

Bascule N90

Bois-Là-Haut

Point 6 - le monument du royal irish regiment page 16-17 Point 7 - le Château gendebien page 20

Point 9 - le monument de la bascule page 22-23

Monument

7

Point 5 - la cimetière de mons page 15

Point 8 - le Bois-là-haut page 21

0

N6

Point 3 - la Plaque commémorative page 13 Point 4 - la Gare d’ obourg page 14

1

Le Grand Large

Point 0 - la Grand-place de mons page 10

Chaussée de Binche

Point 10 - le CImetière militaire saint-symphorien page 24-25

8

Chemin de Bethléem 10

Cimetière Saint-Symphorien

18

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

19


point

7

point

le Château « Gendebien »

le Bois-là-Haut

50.452668,3.972756

50.440466,3.983141

L 

L 

e château « Gendebien » brûlait encore. Il avait été atteint dans l’après-midi par des obus incendiaires. Ce château, situé le long de la chaussée de Binche, servait d’hôpital auxiliaire et était placé sous les ordres du major LONG, medical officer du 2e Royal Irish. Il portait sur ses fenêtres des drapeaux de la Croix-Rouge. Un autre drapeau était hissé sur le toit. Lors de l’incendie, tous les blessés furent évacués dans la prairie et le château Hardenpont devenu aujourd’ hui château Gendebien. Hélas, deux hommes périrent dans les décombres : le major J.S. MAIDLOW (de la 49e batterie R.F.A.) et un soldat non identifié.

Private CARTER © collections Ville de Mons

FITZPATRICK décida alors de battre en retraite et de rejoindre le bataillon. Ils enterrèrent les morts, détruisirent la mitrailleuse ainsi que les armes intransportables. À minuit, ils se mirent en route. En silence et dans l’obscurité, les 18 survivants, portant chacun deux fusils, traversèrent jardins, cours et champs et gagnèrent les pentes du Bois-la-Haut. Ils traversèrent la Trouille et prirent deux heures de repos. Ils rejoignirent le reste du bataillon dans l’après-midi du 24.

Guide du champ de bataille

Le convoi retrouva le reste de la brigade en retraite à 23h30 et se replia vers Nouvelles.

Le convoi s’engage dans le chemin creux, très étroit et en forte pente et entouré de hauts bords. Sous le tir allemand, de nombreux chevaux sont tués ou blessés. Les hommes du 1er Gordon Highlander sont même obligés de charger à la baïonnette une barricade allemande mise en travers de la route qui mène à Hyon.

Reprenez le chemin de Bethléem et retrouvez la chaussée de Beaumont, retournez vers la Bascule. Nous empruntons maintenant la route de Binche et nous passons devant les positions occupées par le 1er Gordon Highlander et prolongées par celles du 2e Royal Scot.

À 17h15, la brigade reçu l’ordre de repli et à 17h30, elle se replia...

Le major INGHAM, commandant la 23e batterie, part en reconnaissance tandis que le travail de déblaiement commence. La position est mise en état de défense.

Reprenez la voiture, suivez la chaussée de Beaumont, tournez à droite au chemin d’Adresse, garez la voiture, car le chemin est difficile et gagnez à pied le Bois-la-Haut.

14-18

Dans la journée du 23 août, la brigade ne fut nullement inquiétée par l’infanterie allemande, mais subit le bombardement de son artillerie et eut à déplorer 3 tués.

Dans la descente, un caisson à munitions se retourne, deux conducteurs ainsi que les chevaux sont tués. Le passage est bloqué. De plus, la ligne de retraite semble coupée, car les Allemands se sont retranchés à Hyon.

FITZPATRICK, décoré de la D.C.M. (Distinguished Conduct Medal) pour son exploit est décédé le 25 mars 1965.

Mons

Grâce à un travail acharné des artilleurs, le charroi fut débloqué, dégagé à la main et reformé au bas de la colline. Les chevaux survivants furent redistribués aux équipages, au chemin de Bethléem.

À 17h15, la brigade reçu l’ordre de repli et à 17h30, elle se replia, escortée par le 12e peloton des Gordon Highlanders et sous le feu des canons allemands qui tiraient depuis Hyon.

Parmi les blessés de l’hôpital se trouvait le lieutenant PHILIPPS qui était inconscient. Il ne donnerait donc plus d’ordre à FITZPATRICK.

20

a 40e brigade R.F.A. (Royal Field Artillery), soit les batteries 6, 23 et 29 prirent position sur les hauteurs dans une prairie faisant face à la chaussée de Beaumont. Les chevaux furent mis à l’abri sous le couvert du bois.

L’artillerie britannique qui occupait une position dominante embrassait tout le champ de bataille et ses canons faisaient de grands vides dans le rang des assaillants allemands.

N.B. L’actuel château Gendebien est la résidence du Général Commandant en chef des troupes de l’O.T.A.N. (S.H.A.P.E.) Le secteur était redevenu calme. Les feux de camp allemands commençaient à s’allumer.

8

Finalement la carcasse du caisson fut hissé sur la berge du chemin, le canon descendu à la main et tiré jusqu’à la grand-route.

Château Gendebien © collections Ville de Mons

© Droits réservés

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

21


point

9

Le monument de la bascule 50.451001,3.988023

L 

e 1er Gordon Highlander occupait ses tranchées depuis 8h du matin. Ses positions partant de la Bascule, couraient le long des routes Mons-Binche et Mons-Givry, ainsi que sur le versant du Mont Panisel qui fait face à la route.

Ce n’est que vers 16h que le bataillon est pris sous un violent bombardement d’artillerie qui s’étend progressivement à toute la ligne de défense. Ce bombardement ne cessera qu’avec l’obscurité.

Dans le prolongement des Gordons, le 2e Royal Scots prend position dans les tranchées que les soldats ont creusées sous les bosquets le long de la route de Beaumont, au delà du carrefour de Malplaquet.

Les combats d’infanterie, par rapport aux autres secteurs ne revêtirent que le caractère d’escarmouches. Ce fut essentiellement autour d’un café appelé « la Crèmerie » que le combat fut violent. À cet endroit les Gordons avaient posté, derrière une haie, une mitrailleuse qui causa des pertes sensibles aux assaillants.

Les positions du Royal Scot étant trop étendues, une compagnie de South Strafford vint remplir la brèche ouverte au centre du dispositif vers 14h30. À 16h, ils reçoivent en outre du renfort de deux compagnies des Royal Irish Rifles.

À l’obscurité, les Irish Guards vinrent renforcer les positions et s’établirent à couvert de la route Mons-Givry. Ils décrochèrent vers 21h.

À 21h10, le 2e Royal Scots reçut un message émanant du Q.G. ordonnant aux compagnies d’être prêtes à se replier à 22h30. La compagnie C du Royal Irish Rifle intercalée dans les positions du 2e Royal Scots reçut l’ordre de se mettre sous la dépendance du bataillon. À 22h30, les compagnies, en commençant par la droite, décrochèrent en bon ordre et se concentrèrent en colonnes. La retraite se passa sans incident. Lorsque vous arrivez à Saint-Symphorien, suivez les indications « St-Symphorien Military Cemetery ». Vous arrivez alors au Point 10 - Cimetière St-Symphorien.

À 14h30, l’attaque commence, mais les Allemands ne font que tâter le terrain. Il s’agit d’une prise de contact.

Les combats cessèrent vers 20h, le calme n’étant plus troublé que par quelques coups de feu sporadiques. © C.Rousman

Monument de la Bascule © collections Ville de Mons

Aspect de la « Bascule » vue de la Chaussée de Beaumont. © Droits réservés

22

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

23


point

10

le Cimetière militaire de Saint-Symphorien 50.434985,4.00948

C 

e cimetière, probablement un des plus beaux de Belgique, se trouve dans un endroit fort calme et très champêtre. Entouré de champs et d’arbres, il est d’un calme parfois angoissant. Il comporte deux sections : l’une regroupant les tombes allemandes et l’autre les tombes britanniques.

© WBT - J-P. REMY

Il est géré par la C.W.G.C. (Commonwealth War Graves Commission) qui l’entretient d’une manière admirable.

probablement un des plus beaux cimetières de Belgique

C’est un endroit fort poignant où l’on se recueille avec beaucoup d’émotion. La plupart des soldats tués lors de cette bataille de Mons y reposent de leur dernier sommeil. Les tombes les plus nombreuses sont celles du 4e Middlesex. Vous trouverez aussi les tombes des soldats tombés pour la libération de la Ville de Mons en novembre 1918.

© WBT - J-P REMY

© WBT - J-P REMY

un endroit fort poignant où l’on se recueille avec beaucoup d’émotion.

© WBT - J-P REMY

24

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

© WBT - J-P REMY

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

25


Les pertes

L 

e bilan de ces deux jours de bataille n’a jamais été établi d’une façon très précise ni par les Britanniques et surtout encore moins par les Allemands. Bien au contraire, ces derniers se sont toujours gardés de publier des chiffres officiels tant pendant le conflit que par la suite.

relativement légères. Mais en ce mois d’août, en ce début de guerre, les rapports engagés donnent tous le même son de cloche : lourdes pertes, feu d’enfer, combats acharnés, le régiment a cessé d’exister... C’est l’unanimité. Et ces bruits inquiètent fort le Haut Commandement à qui Lord KITCHENER avait bien recommandé d’épargner dans toute la mesure du possible le sang britannique. Certes, on s’attendait à quelques pertes, mais cette expérience est cruelle et fait découvrir dès le début le visage horrible de cette guerre moderne où l’artillerie devient reine et le fantassin de la chair à canons. On est loin de la guerre fraîche et joyeuse qui avait suscité tant de passions.

Du côté britannique, le chiffre des pertes le plus réaliste et le plus vraisemblable se situe aux environs de 4.200 hommes qui peuvent se répartir comme suit : pertes du 23 août : 1.600 hommes dont 40 pour le Ier corps, tous les autres appartiennent au IIe corps et plus de la moitié aux deux bataillons de la 8e brigade qui subirent les assauts répétés dans le saillant : le Royal Irish (300 hommes) et le 4e Middlesex (15 officiers et 353 hommes), quant au 4th Royal Fusiliers, il lui manquait 250 hommes.

Cette leçon sera profitable à FRENCH qui, pendant les semaines qui vont suivre, répugnera à engager ses troupes dans des actions qu’il juge risquées. Les Français auront d’ailleurs bien du mal à le convaincre de participer à «la bataille de la Marne».

pertes du 24 août : les pertes enregistrées ce jour sont encore plus élevées que celles de la veille. Elles s’élèvent à 2.590 hommes. La répartition s’en établit comme suit : Cavalerie : 250 Ie corps : 100 e II corps : 0 3e division : 550 5e division : 1.650 19e brigade : 40

© Droits réservés

Parmi les unités les plus éprouvées : le Cheshire avec 800 manquants, l’unité est anéantie ; les Norfolk : 250 et la 119e batterie : 30.

que dans le début de l’après-midi, en outre, c’est également lui qui a assuré et assumé le poids de la retraite de l’ensemble du B.E.F.

On peut constater à la lecture de ces chiffres que c’est le IIe corps qui a le plus souffert lors de ces deux jours de bataille. Et c’est bien compréhensible, il a subi le premier les attaques répétées et forcenées des Allemands du début à la fin, alors que le Ie corps n’a été attaqué

Pour les Britanniques, ces deux premiers jours de guerre furent effroyables et fortement gravés comme tels dans les mémoires. Bien entendu, comparativement aux combats qui se dérouleront sur la Somme, à Ypres ou dans les Flandres, ces pertes sont

Du côté allemand, les pertes sont plus difficiles encore à établir de manière certaine. Ce qui est sûr et sans conteste, c’est qu’elles furent plus élevées que celles des Britanniques. Cela est surtout dû au fait des attaques en rangs serrés sous les tirs incessants et précis des adversaires. Les Allemands ont répugné à publier des chiffres et des statistiques lors de ces combats et des semaines qui ont suivi de peur de porter atteinte au moral des troupes et

des populations civiles. Ils ont même voulu cacher leurs morts aux populations locales. C’est ainsi que des témoins oculaires affirment, ce qui est confirmé par certains récits allemands, que l’on vit dans le soir du 23 août, des fourgons fermés enlever les corps de nombreux tués pour les transporter à l’arrière. On peut raisonnablement estimer les pertes allemandes à 2.700 hommes ! De ce côté-ci aussi c’est le même pessimisme qui domine dans les rapports et les récits : hécatombes, pertes énormes, champ de bataille sanglant, feux hostiles et meurtriers... Ainsi le 12e régiment de grenadiers de Brandebourg (5e division) avoue avoir subi la perte de 25 officiers et de plus de 500 hommes. Pire, le 75e régiment de Brême (17e division) perdit dans une seule attaque 5 officiers et 376 hommes ! Le bilan de ces deux jours de combat est lourd. Il faut cependant apporter un correctif dans l’énonciation des chiffres. En effet, lorsqu’on parle de pertes chez les Britanniques, le chiffre comprend non seulement les tués, les blessés et les disparus, mais également les prisonniers. Tandis que chez les Allemands, le nombre de prisonniers est minime. Les Britanniques encerclés ont fait très peu de prisonniers, ils n’avaient d’ailleurs pas la possibilité d’en faire, subissant les assauts. Et le peu de ceux qu’ils capturèrent, furent abandonnés à la garde de leurs blessés.

c’est le IIe corps qui a le plus souffert lors de ces deux jours de bataille

© S.Santarelli

26

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

© Droits réservés

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

27


Mons Memorial Museum

Liste * des principaux cimetières militaires Angre Rue d’Angre 7380 Angre (Honnelles)

Elouges

Angreau Rue du Quesnoy, 35 7387 Honnelles

7370 Elouges (Dour)

Audregnies Rue de la Ville, 2-78 7382 Audregnies (Quiévrain)

Maubeuge et chemin

Asquillies Rue du charbonnage, 2 7040 Asquillies

Erquelinnes

Blaugies Dans la rue à l’angle du Rue de la frontière, 30 7370 Blaugies (Dour)

Croisement Chemin de de la Sainte 7120 Estinnes-au-mont

Rue Madame, 7 6560 Erquelinnes Erquennes Rue Derrière l’Eglise (croisement rue longue)

Proche du numéro, 36 Rue de Quaregnon 7012 Flénu Frameries Rue Donaire 7080 Frameries

Boussu Rue Delmée et Renard 7300 Boussu Ciply Rue Brunehaut, 235 7024 Ciply Cuesmes Face au numéro, 97 Rue de Frameries 7033 Cuesmes Dour Avenue Victor Regnart, 2 7370 Dour 14-18

Estinnes-au-Mont

Flénu

Boussu-Bois Rue de Dour, A l’angle du 234 7300 Boussu

Mons

(derrière l’église)

7387 Erquennes

Bougnies Rue d’Asquillies 7040 Bougnies

28

Rue du commerce

Ghlin A côté du numéro, 29 Rue de Tournai 7011 Ghlin Givry A côté du numéro, 8 Rue Harmenpont 7041 Givry Grand-Reng Rue du cimetière 6560 Grand-Reng (Erquelinnes)

Guide du champ de bataille

Harveng Place d’Harveng 7022 Harveng (Mons)

Quiévrain Place du centenaire, 3 7382 Quiévrain

Hautrage Grand route de Mons (cimetière miltaire) 178-200 Rue de Villerot, 1-15 7334 Hautrage

Quévy-le-Petit Rue Saint-Eloi 7040 Quévy-le-Petit

Havay Croisement rue du Dépôt, rue des Villers et rue Bonnet 7041 Havay Hantes-Wihéries Chemin des Chapelles 6560 Hantes-Wihéries (Erquelinnes) Harchies Rue Buissonnet, 39-47 7321 Harchies (Bernissart) Jemappes Allée du Cimetière 7012 Jemappes Mons Chemin du Chêne aux Haies 7000 Mons Herchies Route de Lens 7050 Herchies (Jurbise)

Roisin Rue du Point du Jour 7387 Roisin Saint-Symphorien Avenue de la Shangri 7032 Saint-Symphorien Spiennes Rue du Petit Spiennes 7032 Spiennes Villerot Rue des Croix, 12-18 7384 Villerot (saint-ghislain) Warquignies Le sentier de Lamina 7340 Colfontaine Wihéries Route de Quiévrain, 1-7 7370 Wihéries (Dour) *

L 

ieu de réflexion, espace de questionnement, musée,... Autant de dénominations qui pourraient définir le Mons Memorial Museum. Ce nouvel espace muséal se veut, avant tout, un lieu de rencontre au cœur d’un territoire de Mémoire marqué par les deux guerres mondiales qui bousculèrent le XXème siècle. Le Mons Memorial Museum invite les visiteurs de tous âges à s’interroger sur les réalités multiples et complexes des phénomènes guerriers. À travers le destin d’hommes et de femmes témoins des événements, le visiteur est plongé dans le vécu quotidien des soldats et des civils en période de paix, de guerre et d’occupation. Les objets exposés, sélectionnés parmi les 5000 que comptent les collections d’histoire militaire de la Ville de Mons, posent une réflexion fondamentale sur les rapports entre population civile et militaire. Réflexion qui prend corps dans un parcours conduisant le visiteur du Moyen-âge, en passant par l’Ancien Régime, jusqu’aux deux guerres mondiales. Une part importante du parcours permanent du Mons Memorial Museum est réservée à la Première Guerre mondiale : 40 % du

une réflexion fondamentale sur les rapports entre population civile et militaire

musée lui est consacrée. Au cours de ce conflit, Mons occupe une place à part : elle est tour à tour lieu de combats et zone d’occupation. Théâtre du premier affrontement entre armée britannique et armée allemande lors de la Bataille de Mons du 23 août 1914, Mons est également l’endroit où les armées alliées s’arrêtent le 11 novembre 1918 lors de leur offensive victorieuse. Avant de connaître la libération, les Montois vivront pendant quatre ans l’occupation. Restrictions en tous genres, contrôles incessants et humiliations seront le lot quotidien de tous les civils qui, pour la plupart, s’efforcent de vivre le plus normalement possible. Le sort du soldat, cantonné dans les tranchées boueuses et humides du front de l’Ouest est largement évoqué. Ses liens avec la famille restée à l’arrière, ses réactions face aux armes nouvelles, ses difficultés à regarder la mort en face sont autant de sujets dont parlent les carnets de guerre des soldats et les lettres qu’ils envoient à l’être aimé. Ces témoignages inédits sont le fil rouge de la visite, donnant aux événements historiques un aspect sensible et affectif. Le MMM en quelques chiffres • Un espace muséal de 3000 m² • Une salle d’exposition permanente de 1200 m² • Une salle d’exposition temporaire de 350 m² • 2 salles de médiation pour accueillir des groupes scolaires • 1 salle de projection • 1 salle de conférence • 1 cafétéria et 1 boutique

Liste non exhaustive

Masnuy-Saint-Pierre Rue Lieutenant de Saint-Martin, 2-6 7050 Masnuy-Saint-Pierre Montignies-sur-Roc Bas des Rocs / Rue de l’Eglise 7387 Montignies-sur-Roc 6470 Montbliart Sivry-Rance Nouvelles Rue Briffaut, 2-8 7022 Nouvelles

Ouverture en 2015 boulevard dolez Mons

14-18

Guide du champ de bataille

29


Les civils dans la tourmente

Le monument aux Morts de la Place du Parc :

D 

urant toute la guerre, la Ville de Mons est occupée par les troupes allemandes. Alors que des civils perdent la vie lors des combats de l’invasion et de la libération ou en déportation, des soldats montois succombent sur le front. Mobilisés dès le 31 juillet 1914, ils vont se distinguer dans plusieurs batailles du front de l’Ouest.

A 

ffaire de militaires, cette guerre ne va pourtant pas épargner la société civile. Plusieurs monuments et plaques commémoratives viennent rappeler aux passants le sort des civils durant la Grande Guerre.

Plaque commémorative à la Place des Martyrs :

E 

ntre les mois d’août et d’octobre 1914, 6000 civils de Belgique et du nord de la France sont tués par l’armée allemande. Alors que ces actions vont être considérées par les Allemands comme des représailles légitimes, c’est le vocable d’ « atrocités allemandes » qui sera employé par les populations et les gouvernements belge, français et britannique. Ce déchaînement de violence peut être attribué, entre autres, à la croyance allemande en une présence massive de francs-tireurs parmi les populations. Cette peur de devoir mener le combat contre une guérilla urbaine, qui n’est pas reconnaissable par un uniforme, est héritée de la guerre franco-prussienne de 1870-1871. Aux alentours de Mons, le 23 août 1914, des villages deviennent le théâtre de massacres perpétrés à l’encontre de la population civile. Ces massacres sont directement liés aux combats de la Bataille de Mons et deviennent l’occasion pour les soldats allemands de se venger de cet affrontement. Ceux-ci sont épuisés par les marches forcées, choqués par la résistance des forts de Liège et nerveux à l’idée de ne pas pouvoir suivre la mise en oeuvre de l’invasion dictée par le plan Schlieffen. Des tirs britanniques et, parfois, des tirs « amis » provoquent des représailles sanglantes. À Nimy, 22 civils sont tués. Quaregnon (66 civils tués), Ville-Pommeroeul (14), Flénu (12) et Jemappes (11) ne sont pas épargnées. En plus de ces exécutions, les troupes allemandes boutent le feu à des dizaines de maisons. Après la guerre, des enquêtes sont menées et une certitude en ressort : il n’y a pas eu de résistance civile organisée lors des deux premiers mois du conflit.

30

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

La plaque commémorative de la Place des Martyrs, tout comme le nom de la place, rappelle les atrocités qui eurent lieu à Nimy le 23 août 1914. Dans ce village, deux corps de l’armée britannique sont postés le long du canal Mons-Condé. Trois corps de l’armée allemande leur font face. La résistance du Corps Expéditionnaire Britannique est acharnée, mais rapidement, les positions deviennent intenables. Les bombardements allemands s’intensifient. À 10h30, la retraite est ordonnée ; vers 13h, les Britanniques se replient en direction de Mons. Les soldats de l’armée allemande traversent le canal à leur poursuite. Arrivées au centre du village, les troupes allemandes sèment la terreur : elles incendient 108 maisons et massacrent des civils. Elles en prennent ensuite en otages et les poussent devant eux en guise de bouclier humain. Les quelques soldats britanniques restés en arrière pour recevoir les avant-gardes ennemies renoncent à faire feu. Le cortège continue sa route jusqu’à la Grand-Place de Mons. Là, le bourgmestre Jean Lescarts est placé en tête des otages. La colonne de civils traverse la ville et arrive à cette place. Le groupe y essuie une première rafale des soldats britanniques du 1er Lincolnshire. Les otages tentent de s’enfuir pour se mettre à l’abri. Les soldats allemands tirent à leur tour. C’est la pagaille ! 4 personnes sont tuées sur le coup, deux autres succomberont de leurs blessures. Au total, ce sont 22 habitants de Nimy qui périront lors des journées du 23 et 24 août 1914.

Inauguré le 28 mai 1922 à l’occasion des fêtes patriotiques interalliées, le monument de la Place du Parc est l’œuvre du sculpteur Léon Gobert et de l’architecte Edmond Bertiaux. Lors de cette journée d’inauguration, un cortège composé de combattants, de mutilés de guerre, de déportés, d’écoliers et de sociétés de toutes sortes se rend vers la place du Parc où nous nous trouvons. Durant tout le trajet, la musique militaire et les chants patriotiques se font entendre. Le carillon du beffroi et les cloches de toutes les églises tintent. Devant le monument, le bourgmestre Jean Lescarts prend la parole. Il évoque dans son discours le souvenir de 133 soldats montois et de 30 victimes civiles morts pour la patrie et dont les noms sont gravés dans la pierre. Ces hommes et ces femmes ne représentent qu’une partie des victimes militaires et civiles de la région de Mons. La figure en bronze d’une hauteur de 2 mètres 30 est le symbole de la victoire et de la gloire. Après la Seconde Guerre mondiale, les noms des victimes de ce conflit vont être ajoutés sur le monument.

Le monument de Charles Simonet à la Place Charles Simonet :

D

 ès le début de la guerre, des hommes et des femmes s’engagent dans des réseaux de résistance, de renseignements ou d’évasion au péril de leur vie. C’est le cas notamment de Charles Simonet. Il naît à Mons le 4 septembre 1872. Dès octobre 1914, il travaille pour les services de renseignements britanniques. Sa mission consiste à recueillir des renseignements et à les transmettre à un agent chargé de les faire passer de l’autre côté de la frontière. Trahi, Charles Simonet est arrêté le 20 juin 1915 par la police allemande. Au même moment, Joseph Delsaut, Jules et Arthur Legay, sont emprisonnés pour avoir collaboré au même service. Condamné à mort le 2 novembre 1915 avec Delsaut et Jules Legay, Simonet est exécuté le 6 novembre 1915 au Tir National de Bruxelles. Alors que le corps de Delsaut est récupéré par sa famille en novembre 1915, les dépouilles de Legay et Simonet sont rapatriées après guerre.

Le 25 mai 1919, leurs corps sont exhumés de l’enclos du Tir National. Simonet était toujours ligoté. Les deux cercueils rejoignent Mons par la voie ferrée. À l’arrivée, une cérémonie accueille les deux corps. En 1921, la place où Charles Simonet réside lors de son arrestation porte désormais son nom. Le 6 mai 1922, il est décoré à titre posthume de la Croix de chevalier de l’Ordre de Léopold. Le 26 août 1923, sa dépouille est à nouveau déplacée vers un mausolée situé dans l’enceinte du cimetière communal. Le monument, œuvre de Léon Parys et de Gustave Jacobs, est inauguré le 10 juillet 1927 en présence de la Reine Elisabeth. Il représente une figure féminine le bras droit levé : elle symbolise le sacrifice librement consenti par Charles Simonet.

La plaque offerte par la Ville de Douai à la Ville de Mons sous le porche de l’Hôtel de Ville :

D

 u 2 au 4 septembre 1918, lors du recul de l’armée allemande suite à sa défaite lors de la 2ème bataille de la Marne, la population de Douai est évacuée de force. Les troupes allemandes craignent que les civils français ne soient utilisés contre eux par les Britanniques. Les Douaisiens marchent 20 km par jour et atteignent Mons où ils sont hébergés chez l’habitant ou dans des locaux réquisitionnés. Au 9 octobre 1918, ce sont environ 5000 réfugiés du Nord de la France qui se retrouvent à Mons. Après la Guerre, la Ville de Douai tient à montrer sa reconnaissance à la Ville de Mons. Elle lui offre une plaque pour la remercier de l’accueil chaleureux que la cité montoise a offert aux Douaisiens déplacés de force.

Mons

14-18

Guide du champ de bataille

31


Répartition des Forces britanniques lors de la « Bataille de Mons » Ie DIVISION (général major S. LOMAX) 1ère brigade : • 1er Coldstream Guards • 1er Scots Guards • 1er Royal Highlanders • 2e Royal Munster Fusiliers 2e brigade : • 2e Royal Sussex • 1er North Lancashire • 1er Northamptonshire • 2e King’s Royal Rifles corps e 3 brigade : • 1er Queen’s Royal West Surrey • 1er South Wales Borderers • 1er Gloucestershire • 2e Welsh. TROUPES MONTEES : Escadron C du 15e Hussard - 1er Cie cycliste. ARTILLERIE  : • de campagnes : groupes 25 (nos 113, 114, 115) ; 26 (nos 116, 117, 118) ; 39 (nos 46.51.54). • obusiers : groupe 43 (nos 30.40.57) • lourde : 26e batterie RGA. 1ère div. du train. ROYAL ENGINEERS : 23e et 26e Cie de campagne - 1er signal Cie R.A.M.C. : 1e, 2e et 3e Field Ambulances. IIe DIVISION (général major C. MONRO) 4e brigade : • 2e Grenadier Guards • 2e Coldstream Guards • 3e Coldstream Guards • 1er Irish Guards. 5e brigade : • 2e Worcester • 2e Oxford and Buckingham Light Infantry • 2e Highland Light Infantry • 2e Connaught Rangers e 6 brigade : • 1er Liverpool (th King’s regiment) • 2e South Staffordshire • 1er Royal Berkshire • 1er King’s Royal Rifle Corps. TROUPES MONTEES : escadron B du 15e Hussard - 2e Cie cycliste. ARTILLERIE : • de campagne : groupes 34 (nos 25.50.70) ; 36 (nos 15.48.71) et 41 (nos 5.16.17)

32

Mons

14-18

• obusiers : groupe 44 (nos 47.56.60) • lourde : 35e batterie. TRAIN : 2e division. ROYAL ENGINEERS : 5e et 11e Field Cie - 2e signal Cie R.A.M.C. : 4e, 5e et 6e Field ambulances. III DIVISION (général major H. HAMILTON) 7e brigade : • 3e Worcestershire • 2e South Lancashire • 1er Wiltshire • 2e Royal Irish Rifles 8e brigade : • 2e Royal Scots • 2e Royal Irish • 4e Middlesex • 1er Gordon Highlanders. e

9e BRIGADE : • 1er Northumberland Fusiliers • 4e Royal Fusiliers • 1er Lincolnshire • 1er Royal Scots Fusiliers. TROUPES MONTEES : escadron A du 15e Hussard - 3e Cie cycliste. ARTILLERIE : • de campagne : groupes 23 (nos 107.108.109) ; 40 (nos 6.23.49) et 42 (nos 29.41.45). • obusiers : groups 30 (nos 128.129.130). • lourde : 48e batterie. TRAIN : 3e division. ROYAL ENGINEERS : 6e et 57e Field Cie - 3e signal Cie R.A.M.C. : 7e, 8e et 9e Field ambulances. V e DIVISION (Général major SIR C. FERGUSSON) 13e brigade : • 2e King’s Own Scottisch Borderers • 2e Duke of Wellington’s West Riding • 1er Royal West Kent • 2e King’s Own Yorkshire Light Infantry 14e bridge : • 2e Suffolk • 1er East Surrey • 1er Duke of Cornwall’s Light Infantry • 2e Manchester.

Guide du champ de bataille

© MT Mons Sophie Demeester

La boutique de l’Office du Tourisme de la Ville de Mons vous propose une sélection d’articles souvenirs sur le thème des commémorations Mons 14-18.

Ouvert du lundi au samedi de 10h00 à 18h00 et les dimanches et jours fériés de 11h00 à 17h00 hormis le 1/11, les 25 et 26/12 et les 1er et 2/01 où il est fermé.

15e brigade : • 1 er Norfolk • 1 er Bedfordshire • 1 er Cheshire • 1 er Dorsetshire. TROUPES MONTEES : escadron A du 19e Hussard - 5e Cie cycliste. ARTILLERIE : • de campagne : brigade 15 (nos 11.52.80) ; 27 (nos 119.120.121) et 28 (nos 122.123.124) •o  busiers : groupe 8 (nos 37.61 et 65) • lourde : 108e batterie. TRAIN : 5e division. Royal ENGINEERS : 17e et 59e Field Cie R.A.M.C. : 13e, 14e et 15e Field ambulances. 19e brigade (brigadier général L.G. DRUMMOND) •2  e Royal Welsh Fusiliers • 1 er Scottish Rifles • 1 er Middlesex •2  e Argyll and Sutherland Highlanders + la 19e Field Ambulance. DIVISION DE CAVALERIE (Edmund ALLENBY) 1e brigade : •2  e Dragoon Guards •5  e Dragoon Guards • 1 1e Hussards 2e brigade : •4  e Dragoon Guards •9  e Lanciers • 1 8e Hussars (Queen Mary’s Own) 3e brigade : •4  e Hussards •5  e Lanciers • 1 6e Lanciers 4e brigade : •H  ousehold cavalry •6  e Dragoon Guards •3  e Hussards 5e brigade : • 1 2e Lanciers •2  0e Hussards •2  e Dragoons (Scots Grey) ARTILLERIE A CHEVAL : Batteries D.E.J.I.L. ROYAL ENGINEERS : 1er Field squadron. AVIATION : (Brigadier général sir David HENDERSON) ESCADRILLES nos 2.3.4 et 5. D. 1987 - 0100 - 022

Suivez-nous sur: www.visitmons.be


Editeur responsable: Office du Tourisme de la Ville de Mons. Textes: Yves BOURDON

Ouverture en 2015 • boulevard dolez • www.monsmemorialmuseum.mons.be


Fr guide champ de bataille mons