__MAIN_TEXT__
feature-image

Page 1

N° 27

NATURE

ÉTÉ EN MONTAGNE

RESPIREZ

N°27 - HORS SÉRIE 2021

l’air pur de nos vallées

HORS-SÉRIE - ÉDITION 2021 NE PEUT ÊTRE VENDU


LES STATIONS NICE CÔTE D’AZUR

VOUS OFFRENT UN ÉCRIN DE VERDURE

REMONTÉES MÉCANIQUES

GRATUITES

SAINT-ÉTIENNE-DE-TINÉE I ISOLA I SAINT-DALMAS LE SELVAGE I AURON I ISOLA 2000


SOMMAIRE

5 ÉDITO

17

À LA UNE

RENOUER AVEC NOS MONTAGNES

21

REPORTAGE VÉSUBIE

21 LA VÉSUBIE RETROUVE SES MARQUES

25 MARINE CLARYS Guide de haute montagne

34 BERTHEMONT-LES-BAINS Thermalisme avec vue

54 JUSTINE TONSO L  e destin d'une championne

36

56 CHULLANKA Le « shop » 100 % nature

I MMERSION MERCANTOUR

36 M  ERCANTOUR Se réensauvager

46

LIVRES / CULTURE

LE MERCANTOUR SAUVAGE DE CÉDRIC ROBION

27 LA BOLLÈNE VÉSUBIE Au service du territoire 28 REVIVRE DES EXPÉRIENCES ENSEMBLE

31 ANTOINE DELAHAYE Directeur de Pure Montagne 32 MA PETITE MAISON DANS LA VALLÉE

48

SPORT MONTAGNE

61 SPOC S  port, vélos et partage

64

TENDANCE ÉVASION

BIVOUAC EN MONTAGNE, UNE « PETITE » AVENTURE

66

P  RODUCTEURS ARTISANS

48 COFIDIS Ils ont choisi Isola 2000 pour préparer le tour !

66 ILS FONT VIVRE LA VÉSUBIE

52 KATIE SCHIDE ET

73

GERMAIN GRANGIER

Danse avec les reliefs

70 AUTOUR D'ISOLA

L  E PETIT QUOTIDIEN MONTAGNE

PHOTOS : LECOURTIER/PUREMONTAGNE - JOSEPH JEAN

NOS AMBASSADEURS Eiffage Immobilier × MÉTROPÔLE NICE CÔTE D’AZUR × Porsche Groupe Segond × PASSIONNÉMENT TNN × Nice-Matin × BANQUE POPULAIRE MÉDITERRANÉE × Grimaldi Forum × Mini × Eneomey × Sogeprom Nice Côte d’Azur × Éditions Gilletta × Vinci Immobilier × Cabinet Secam × Mas Provence × Opéra de Nice × Mazda × Hyundai × Cadremploi × Kaufman & Broad × PURE MONTAGNE × Arkopharma × Palais des Festivals de Cannes × Pitch Promotion × Nicexpo × Hôtel Negresco × CRT CÔTE D’AZUR FRANCE × Vinci Autoroutes × Hippodrome Côte d’Azur × CCI Nice Côte d’Azur × Office de tourisme Nice Côte d’Azur × Perrin Ravioli × Fiat × Azur Trucks × La Maison Orea Groupe Ippolito × Ville de Vence × Ville de Nice × Ville de Cagnes-sur-mer × Icade Promotion × Polygone Riviera × Ville de Biot × Station d’Isola 2000 × Ville de Mougins × Ville de Grasse × Ville de Cannes × Sagec × LE COMPTOIR 2 NICOLE × Renault × Noliju × Infiniti × CAP 3000 × BMW Nice Premium Motors × CHULLANKA × Morisset Sports × Imprimerie Trulli × Mitsubishi × Molinard × Immobilière GTI Orpi × École de ski français d’Isola 2000 × Atry Home × Dermaceutic × Le Figaro Immobilier × Les Étoiles de Mougins × Icade × CRÉDIT AGRICOLE PROVENCE CÔTE D’AZUR × Zencom × Printemps Cagnes-sur-mer × Tourrettes Esprit Trail × Ruinart × PARC NATIONAL DU MERCANTOUR × Hôtel Le Druos × Pôle Company × Explorimmoneuf × Nexity × Chalet Belvédère × Audi × Vildéo × Nuits du Sud × UPE 06 × Chevron Villette × LBN – Groupe Audemard × Havana Club × Nice Properties × Kineti × One & 1 × Neway × Riviera Realisation × PURE OCÉAN × OGCNice × Ren by Perradotto × Lafage Transactions - Century 21 × DÉPARTEMENT DES ALPES-MARITIMES × Galeries Lafayette × Gros-mots.fr × Home Salons × Turkish Airlines × Suiss Courtage × Hôtel Belles Rives × Mozart Autos × Hôtel Terre Blanche × Hôtel Casadelmar × Viadeo × Aqua Lung × J. Bonet × Verspieren Côte d’Azur × Pâtisserie Lac × LES CHALETS PLEIN SUD × Société des Bains de mer de Monte Carlo × Home Store × Fragonard × Bouygues Immobilier × CANTEMERLE HOTEL RESTAURANT ET SPA × Atrium Paysage × Syndicat Mixte de la Vésubie × Air Corsica × Phocéens Voyages × Azimut × Château Roubine × Champagne Billecart Salmon × Rolex Monte Carlo Master × Adim - Vinci Construction × Musée National du Sport.

Retrouvez les quatre derniers numéros d’Optimiste Côte d’Azur gratuitement sur tablette et mobile 3


Cet été, retrouvez de pures sensations de liberté !


ÉDITO N°27 - JUILLET - SEPTEMBRE 2021 ÉDITEUR SOPRESS Information & rédaction DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Fabrice Vallerent (f.vallerent@sopress.fr) RÉALISATION SOPRESS - Le LAB www.sopress.fr DIRECTION ÉDITORIALE Fabrice Vallerent COORDINATRICE MONTAGNE Mélissa Mari RÉDACTEURS Aurélia Lasorsa - Caroline Audibert Alexandre Benoist - Mélissa Mari Joseph Jean PHOTO Olivier Warter www.ex-presso.fr MAQUETTE Didier Torri www.ex-presso.fr APPLICATIONS TABLETTE /  MOBILE ET WEB Olivier Warter - Arnaud Lapouze www.ex-presso.fr PHOTOS DE COUVERTURE 1.3.4.5. Fabrice Vallerent 2. Jacques Blanc 6. Melissa Mari IMPRESSION Imprimerie TRULLI. www.imprimerietrulli.com

P

CONTACT Fabrice Vallerent (f.vallerent@sopress.fr) DÉPÔT LÉGAL À PARUTION ISNN : 2425-0562. TIRAGE ET DIFFUSION. Édition papier : 7 000 exemplaires. Éditions tablette et mobile : 9 000 applications (nombre d’applications téléchargées sur App Store et Google Play. Source Adobe Digital Publishing). L’éditeur ne peut être tenu pour responsable des éventuelles erreurs de publication. Optimiste Côte d’Azur est une marque déposée et une propriété exclusive. Concept éditorial - Concept Multimédia. Tous droits de reproduction réservés.

NOS MONTAGNES ONT LA CÔTE

lébiscitée par les Français, la montagne est une valeur sûre de l’été. Après des mois cloitrés entre quatre murs pour cause de pandémie, nous sommes nombreux à avoir soif de liberté et d’altitude. Dans la frénésie de la relance économique, les réservations explosent, les vêtements outdoor s’arrachent et les vélos sont déjà en rupture de stock. La faune, la flore et les sommets sauront-ils résister à ce déferlement d’intérêt, rapide et massif ? Résolument optimistes, nous vous demandons à tous de respecter cet environnement encore sauvage. Dans ces panoramas de carte postale, nous vous souhaitons de vivre des instants magiques. Découvrez ou redécouvrez les bonheurs simples d’une randonnée en famille, d’une sieste dans les alpages, d’une nuit étoilée en montagne, d’un défi technique pour les uns ou physique pour d’autres. Suivez ce guide tout en respectant la nature. Elle vous le rendra ! n Fabrice Vallerent

PHOTO : FABRICE VALLERENT

OPTIMISTE CÔTE D’AZUR EST PARTENAIRE DE

Éditeur

Pour retrouver les quatre derniers numéros de notre magazine sur www.optimistemagazine.fr ou en téléchargeant gratuitement l’application Optimiste Côte d’Azur sur votre tablette et votre mobile (App Store et Google Play). Suivez l’information résolument positive sur Facebook, Twitter et Instagram. 5


PARC NATIONAL DU MERCANTOUR On y recense 8 951 animaux sur l’ensemble des espèces sauvages observées par les agents du parc depuis sa création en 1979. Ce nombre n’est pas figé, il évolue au fil des découvertes Cette diversité est avant tout liée à la position géographique du massif, associant des composantes alpines et méditerranéennes fortes. Cette situation unique permet de comprendre qu'un certain nombre d'espèces présentes dans le Parc national du Mercantour ne se trouve nulle part ailleurs dans le monde : elles sont endémiques. Citons par exemple le Speleomante strinatii (amphibien) ou encore l’araignée Vesubia jugorum. La préservation de ce patrimoine naturel est un enjeu fort de conservation en France et en Europe, c'est pourquoi en zone cœur du Parc national toutes les espèces animales sans exception sont strictement protégées. Si les grandes espèces emblématiques et faisant l'objet d'un suivi attentif contribuent à cette extraordinaire richesse biologique, celle-ci est surtout à attribuer aux espèces de petite taille, plus discrètes et passant souvent inaperçues. Un important programme d'inventaire généralisé (ATBI) a permis de mieux connaître ces espèces au sein du Parc, mais il reste encore tant à découvrir... Si vous parcourez le Mercantour, soyez respectueux de cet équilibre ! n

BOUQUETIN DES ALPES (CAPRA IBEX) Joutes de mâles Photo : Parc National du Mercantour / Philippe PIERINI


ARRÊTSURIMAGEMERCANTOUR - 7


8 - ARRÊTSURIMAGEMERCANTOUR


GRENOUILLE DE LESSONA Vie en partie dans l’eau au milieu d’une végétation aquatique. Photo : Parc National du Mercantour / Francesco TOMASINELLI


AGRION PORTE-COUPE (MÂLE) Insecte, odonates. Photo : Parc National du Mercantour / Sophie ROUX


ARRÊTSURIMAGEMERCANTOUR - 11


12 - ARRÊTSURIMAGEMERCANTOUR


CHOUETTE CHEVÊCHETTE Perchée sur une branche au début du printemps. Photo : Parc National du Mercantour / Jacques BLANC


L’ÉCAILLE MARBRÉE Insecte, Lépidoptère. Photo : Parc National du Mercantour / Sophie ROUX


ARRÊTSURIMAGEMERCANTOUR - 15


Équipez-vous chez

ESCALADE - RANDONNÉE - VÉLO - TRAIL - YOGA

et autres sports à découvrir ! 2222 Route de Grasse, 06600 Antibes Du lundi au vendredi de 9h30 à 19h30 04 92 91 79 00

16

CHULLANKA.COM


ÀLAUNE

RENOUER AVEC NOS MONTAGNES Le territoire maralpin a de multiples facettes. Montagne et mer s’y confondent à l'horizon, alliant puissance des profondeurs et noblesse des sommets. Le regard tourné vers le ciel, apprenons à redécouvrir notre visage alpin.

PHOTOS : FABRICE VALLERENT - MELISSA MARI

D

Par Mélissa Mari

e tout temps et de toute culture, les hommes ont vu dans la montagne un univers bien plus vaste que son imposant relief. Divine, dangereuse, sauvage ou encore mystique, elle est souvent personnifiée. Et si la montagne avait une âme ? Son mal, dont les effets déroutent ceux qui flirtent avec l'altitude, serait avant tout la traduction d'un besoin d'exister et tous les gens du pays le savent : rien n'est plus versatile que la montagne. L'année 2020 n’aura évidemment pas fait mentir l’adage, mettant notre territoire alpin à

rude épreuve. Si chacun de nous l’avait à l’esprit, Dame Nature n’a pas manqué de nous mettre en garde : sur les cimes, tout peut changer d'un instant à l'autre. Entre aléas sanitaires, contraintes géographiques, marasme juridique et catastrophes naturelles, des mois durant, les yeux de tous les maralpins ont été rivés sur les cimes enneigées, le cœur ancré dans les vallées sinistrées, les pieds appelés par les sommets condamnés. Rarement le destin des côtiers n'aura été aussi lié à celui des montagnards, tenus en haleine par les annonces d'ouver17


ture de la route, la reprise d'activité de leur station et le rétablissement de leur village bien-aimé. Être un hôte à la hauteur Une vague d’émotions sans précédent s’est abattue sur notre département, remuant ce qu’il y au plus profond de nous : le sentiment d’appartenance. Car oui, nous appartenons à cette terre et pas l’inverse. Derrière nos quotidiens effrénés, il y a toute une nature qui semble immuable et qui nous regarde aller et venir, avec de moins en moins d’égards envers son existence. Ne serait-il pas temps de s’ancrer à nouveau dans le présent ? De contempler les richesses nichées dans la mosaïque

de milieux naturels qui composent nos montagnes, et de rendre hommage à la « Aujourd’hui, puissance, mais également à la vulnérabilité, de ces géants de roche ? Réapprede la mer nons à arpenter ces chemins, à gravir aux cimes ces sommets, à descendre ces sentiers, à en moins de jouer dans ces alpages et à observer une deux heures, telle composition de faune et de flore, on ne prend pour ne plus en faire qu'un simple cliché de carte postale, mais bien une réaque rarement lité à préserver. « Cultiver une relation le temps intime avec le milieu naturel est essentiel. de contempler On ne défend bien que ce que l'on a appris ce fabuleux à aimer », écrit le grand botaniste Francis Hallé. De passage sur cette Terre, décor. » nous sommes des invités privilégiés et force est de constater que nous prenons peut-être trop pour acquis ce qui nous 18

PHOTOS : FABRICE VALLERENT

ÀLAUNE


ÀLAUNE

entoure. À l’époque où rejoindre les vallées prenait plusieurs jours, pas un élément du paysage ne pouvait échapper aux anciens. Aujourd’hui, de la mer aux cimes en moins de deux heures, on ne prend que rarement le temps de contempler ce fabuleux décor. Ne dit-on pas : « Ce n’est pas la destination qui compte, mais le voyage » ? Nul par ailleurs dans le monde, on peut espérer prendre un bain d’iode dans l’une des plus belles mers du globe et une bouffée d’air pur au sommet de l’une des plus majestueuses chaînes de montagne, en un si court laps de temps ! Un espace sans pareil Notre portion d'arc alpin s’étend majo19

ritairement dans le Parc national du Mercantour, un sanctuaire naturel peuplé d'une biodiversité unique et de grands trésors patrimoniaux, un carrefour d'influences climatiques, géologiques et altitudinales multiples. Si ces concepts échappent à la plupart d'entrenous, nul besoin d'être un expert pour saisir le caractère exceptionnel de notre territoire de montagne. Des 40 000 gravures rupestres de la Vallée des Merveilles, parmi les sites majeurs de gravures d’Europe, à la Lycose de Vésubie, l’une des plus grandes araignées de France, présente uniquement dans notre massif, en passant par la Saxifrage endémique de Ligurie, plante ne fleurissant qu'une fois dans sa vie juste avant de mourir, qu’on ne trouve que dans le Mercantour, la liste d’exceptions locales est impressionnante. Peut-être plus évident encore : un climat incomparable, qui permet à l’hiver d’habiller les montagnes d’un beau manteau blanc, et à l’été d’installer sa parure verdoyante et multicolore, tout cela en parallèle d’un tout autre monde en bord de mer. Ces cadeaux du ciel (littéralement), forment depuis toujours une invitation à découvrir les espaces dominants le littoral et plus que jamais cette année, à renouer avec nos montagnes. n


LE GOÛT DE L’AVENTURE

CANYONING ∙ ESCALADE GRIMPE LUDIQUE & ESPACE AQUATIQUE Venez découvrir nos activités toute l’année ! www.vesubia-mountain-park.fr

Vesúbia Mountain Park - Allée du Dr Fulconis, 06450 - Saint-Martin-Vésúbie SARL LS SMV - Société à responsabilité limitée au capital de 10 000 € - RCS Nice : 820 027 449 - Siret : 820 027 449 00017 - Code APE : 9311Z - N° TVA intracommunautaire : FR 78 820027449 . Un équipement animé et géré par LS SMV pour le compte du Syndicat Mixte pour le Développement de la Vallée de la Vésubie et du Valdeblore, filiale de l’UCPA. Crédits photos : Fabien THIBAULT - 2021_152 20


REPORTAGEVÉSUBIE

LA VÉSUBIE RETROUVE SES MARQUES Le plus beau message d’espoir que la montagne puisse offrir est celui d’une nature en pleine renaissance. À l’aune d’un été radieux, la Vésubie promet une parenthèse bucolique inédite, une saison de liberté(s) retrouvée(s).

PHOTO : LECOURTIER/PUREMONTAGNE

D

Par Mélissa Mari

ans le dur pays que peut parfois être la montagne, on apprend à accepter un destin intimement lié à celui des géants de roche, en toute humilité et avec patience. Si dans les communautés des vallées, le sens du mot isolement n’est pas étranger, on y est pourtant bien plus ensemble qu'ailleurs. La solidarité et la convivialité y sont légion et cette dernière année en aura été le plus bel exemple. La Vésubie se relève, résiliente et confiante, des épreuves dramatiques vécues à l'automne dernier. Habitants, voisins et visiteurs ont participé, chacun à leur façon, à redonner un nouveau souffle de vie à cette vallée accidentée. Alors que l'hiver a déjà su réenchanter quelques espaces de glisse, dans une montagne confidentielle, c'est au tour de

l'été de déployer ses couleurs chatoyantes et d'accueillir les impatients estivants, sur tout le territoire vésubien. Des dernières influences méditerranéennes, portés par les oliviers de Lantosque, au sommet du Mont Gélas qui trône au fond du cirque de Fenestre, en passant par les forêts montagnardes entourant Saint-Martin, la vallée de la Vésubie offre une alternance de sites délicats et sauvages. Quant à la riante vallée de Valdeblore, territoire frontière avec la Tinée, elle cache de véritables trésors patrimoniaux et naturels : villages alpins et pâturages, le tout, en aval de l’historique station de ski de La Colmiane. Dans ce vaste terrain de jeu, on peut expérimenter des aventures totalement dépaysantes. Au travers de petits moments de choix, redécouvrons les grands espaces. n 21


REPORTAGEVÉSUBIE

VOL LIBRE PARAPENTE ET TYROLIENNE À LA COLMIANE

E

L

e massif de l’Authion s’étend entre les vallées de la Vésubie et de la Roya Bévéra. C’est un site historique majeur, particulièrement stratégique du temps des conflits napoléoniens et jusqu’à la dernière Guerre Mondiale. Il a été le théâtre de plusieurs faits d’armes, dont les vestiges sont encore nombreux : forts de la Forca, les Mille Fourches, redoute des trois communes, camp de Cabanes Vieilles… Culminant à plus de 2000 mètres d’altitude, l'Authion est le dernier promontoire montagneux avant le plongeon vertigineux des Alpes dans la Méditerranée. On y profite d’un panorama exceptionnel entre ciel et mer, en grande partie au cœur du Parc national du Mercantour et sous l'œil du mythique col de Tende. S'y promener en VTT représente une incursion rare que les promeneurs abordent comme un voyage dans le temps, le long des traditionnels espaces de pacage, en passant par le circuit d’interprétation historique, jusqu’à la rencontre des vaches de la Vacherie de Mantégas dans les bois de Turini. Si la boucle de l’Authion est considérée comme un itinéraire relativement sportif, essentiellement destiné à un public adulte (20 km de distance, avec environ + 500 m de dénivelé positif), elle reste accessible grâce aux VAE, loués sur place, qui permettent une sortie en toute quiétude à la demi-journée. Et pour accompagner cette parenthèse bucolique, une application smartphone dédiée est à utiliser tout au long du parcours, comme GPS de randonnée, guide pédagogique et interactif. n M.M

www.puremontagne.fr 22

colmiane.com

PHOTOS : LECOURTIER/PUREMONTAGNE

ROUE(S) LIBRE(S) BOUCLE DE L’AUTHION

t si ce retour aux sensations, à l'émotion, tant attendu depuis des mois, passait par une session de copinage avec les cimes ? On a tous une fois rêvé d’observer la terre depuis le ciel. Cette liberté tant convoitée s’offre de nouveau aux plus curieux d’entre-nous, grâce aux sorties en parapente dans l’un des spots les plus réputés de la région : La Colmiane. Avec les baptêmes en tandem, accompagnés de professionnels diplômés, il n’y a d’ailleurs pas grand-chose à faire, si ce n’est apprécier La Colmiane verdoyante, ses pentes vallonnées, ses forêts, la vue plongeante jusqu’aux sommets voisins, le Boréon au loin et le village de Valdeblore. Et pour des sensations encore plus intenses, on survole la tête en bas, depuis la plus longue tyrolienne de France, le temps d’ 1 minute 49 secondes de descente avec une vitesse moyenne de 120 km/h ! Alors, on plane ou on fonce ? La station accueille deux écoles de parapente pour les amateurs de vol libre, en découverte, en stage, ou en perfectionnement. Pour la tyrolienne rendez-vous à la tour de lancement. Et ce n’est pas réservé qu’aux grands ! Décollage imminent et évasion en 4K, dès cet été à La Colmiane. n M.M.


REPORTAGEVÉSUBIE

RANDONNÉE AU BOUT DU MONDE VALLON DE LA GORDOLASQUE

D

epuis le bien nommé village de Belvédère, on touche le toit du Mercantour. Cette petite commune abrite de nombreux trésors patrimoniaux et architecturaux. En lien direct avec la Vallée sauvage de la Gordolasque, point d’entrée du Parc national, Belvédère est à quelques pas seulement de sites d'intérêt : Vallée des Merveilles, grands sommets (Malédie, Tête du Basto, Grand Capelet ou Clapier). C’est un fascinant espace à arpenter, doté d’une exceptionnelle biodiversité et de vestiges historiques : lacs, prairies, granges traditionnelles. La balade au départ du Pont du Countet, permet une boucle facile dans le vallon, avec un arrêt incontournable devant la mythique cabane de Belle et Sébastien. Et pour les plus courageux, il est possible de poursuivre jusqu’au lac Autier, trésor émeraude. n M.M.

ASCENSION SANS FILTRE COL DE TURINI À VÉLO

S

i les amateurs de course automobile le connaissent bien, notamment grâce au prestigieux Rallye de Monte-Carlo, il est aussi particulièrement apprécié des cyclistes. Le col de Turini est l’un des plus mythiques de France et sa singulière beauté tient notamment à ses lacets, tantôt nichés le long des rochers, tantôt perdus dans la forêt. On y passe d’une ambiance méditerranéenne, à l’atmosphère de montagne en quelques minutes. C’est un vrai défi cycliste et les grimpeurs ne manquent pas d’y repousser leurs limites, quel que soit le versant choisi pour l'ascension. Car c’est aussi cela la particularité du col de Turini, il s’aborde soit au départ de Sospel pour 24 kilomètres de parcours et 1 244 mètres de dénivelé, soit au départ de La Bollène-Vésubie, pour 15 kilomètres de parcours et 1 107 mètres de dénivelé. Du côté Vésubie, la montée est constante et sinueuse, ne laissant que peu de répit. Mais tous les fondus de la petite reine s’accordent à le dire : l’authenticité des lieux, ses villages typiques, les parfums de Provence mêlés aux lointains embruns marins, ses passages à flanc de montagne et son point de vue final en font une sortie exceptionnelle. n M.M.

Vérifiez les accès au préalable sur www.departement06.fr ou mairie-belvedere.fr/

PHOTOS : MANJIK PHOTOGRAPHY - RÉMY MASSEGLIA - STOCK.ADOBE.COM

www.departement06.fr

FOCUS

C

BIENTÔT LE RETOUR DU TRAIL EN VÉSUBIE

’est sans aucun doute sur les terres de la HauteVésubie et du Valdeblore que le point d’ancrage des trailers se situe. Ces territoires aux multiples facettes se prêtent à des sorties plutôt sportives, en pleine nature sauvage, en lisière des parcs naturels français & italien. Cet été marquera sûrement un grand point d’arrêt pour le trail, mais la possibilité d’accès à des chemins reste envisageable. Depuis 2012, SaintMartin Vésubie, labellisée la Station de Trail®, propose 13 itinéraires balisés en boucle, de difficultés variées, au départ du village, de Venanson, de la ColmianeValdeblore, du Boréon et de la Madone de Fenestre.

Au cœur de cette montagne atypique, les coureurs s’évadent en quelques foulées dans les vallons encaissés, les forêts de résineux ou les châtaigneraies, les sentiers d’altitude dans les cirques montagneux, sur les éperons rocheux ou le long des lignes de crête. Le trail est une affaire d’endurance et de technique et la Vésubie promet de bons défis : circuits avec montées et descentes soutenues, traversées roulantes, dénivelés sur de courtes distances, ascensions marquées… Un ballet sportif en haute montagne. n M.M. À noter : depuis le passage de la tempête Alex, plusieurs sentiers sont fermés. Liste des ouvertures sur : www.departement06.fr et www.stationdetrail-vesubie.com 23


REPORTAGEVÉSUBIE

ÉVASION AVEC LES ÂNES LES ÂNES DE BLORE

A

rpenter le Mercantour avec les ânes, voilà une charmante façon de découvrir les paysages de montagne, en harmonie totale avec la nature. Ne vous y trompez pas, vos affaires sur le dos, ces belles bêtes sont capables de parcourir de nombreux kilomètres en altitude, le sabot léger et agile. Les ânes sont de superbes compagnons de route, apaisants au repos et stimulants lorsqu’il faut se motiver à grimper. L’asinerie des Ânes de Blore est située dans la paisible commune de Saint-Dalmas Valdeblore, aux portes de multiples chemins de randonnée, menant tantôt dans la Vésubie, tantôt dans la Tinée. Cet été, même si les opportunités de balades sont restreintes, l'aventure sera de chaque instant, aux côtés de ces animaux tendres et joueurs. n M.M. Vérifiez les accès au préalable sur anesdeblore.wordpress.com

FOCUS

L'ESCALADE EN VÉSUBIE

L

Vérifiez les accès au préalable sur cd06ffme.fr

FLIRTER LIBREMENT AVEC LE VIDE LA VIA FERRATA DE LA COLMIANE

P

remière via ferrata des Alpes-Maritimes, le Baus de la Frema est l’une des plus réputées de la région. Le parcours évolue dans un cadre exceptionnel et varié, en surplomb de La Colmiane, côtoyant les forêts de pins et les grandes rocheuses. Dotée de passages uniques - passerelle suspendue entre les aiguillettes, pont de singe sous le Rocher St. Luc, échelle face au vide au sommet de La Balme et point de vue culminant sur le Mercantour (2 246 m) -, la via ferrata du Valdeblore permet de flirter avec le vide sans compromis, de se confronter à la verticalité et se gonfler d’adrénaline ! Si le parcours est assez sportif, il offre différentes échappatoires et peut aussi bien être réalisé avec un guide de haute montagne. n M.M lacolmiane.fr 24

PHOTOS : ÂNES DE BLORE - LECOURTIER/PUREMONTAGNE - MARINE CLARYS

e Mercantour est résolument l’une des plus belles terres d’escalade et de nombreux sites naturels se prêtent à la danse avec les parois. Particulièrement en VésubieValdeblore, dont l’histoire locale est depuis toujours tournée vers les hauteurs. Telle une chorégraphie, comme le décrivait Patrick Edlinger, les amateurs de grimpe peuvent se mesurer aux géants verticaux de la vallée sur pas moins de 12 sites et 3 grandes voies Montagne, avec des panoramas exceptionnels. Quel meilleur moyen de se sentir libre que de gravir des sommets, peau contre peau avec la roche ? Et pour ceux qui n'auraient pas encore testé, les falaises de la Vésubie sont idéales pour s’initier et progresser sur des sites équipés, accompagnés de moniteurs diplômés. n M.M.


REPORTAGEVÉSUBIE

« LA VÉSUBIE RESTE TOUJOURS AUSSI MAGNIFIQUE, IL FAUT EN PROFITER ! » Qu'est-ce qui vous a menée vers le diplôme de guide de haute montagne ? ­— Je savais que c'était un examen probatoire très difficile, suivi d’une formation exigeante à l’ENSA. Je me suis mis en disponibilité pour m'entraîner. J'ai réussi l'examen probatoire en 2014. En 2017, j'étais diplômée. La formation demande une condition physique et technique très élevée dans de nombreuses disciplines : escalade, alpinisme, cascade de glace, course d'orientation, cardio, ski de randonnée, etc. avec une capacité à guider dans des conditions parfois extrêmes. Comment s'organise votre métier l’été, dans le Mercantour ? ­— C’est un terrain de jeu exceptionnel. Je fais de l'escalade, de la randonnée, du canyoning et de la via ferrata. Je m'adapte à tout type de public. Je suis installée à Saint-Martin Vésubie. J'ai toujours voulu développer les activités de guide dans le Mercantour. En 2020, il y a eu un engouement énorme pour la montagne. Ensuite, avec la tempête Alex, tout a basculé. Depuis, le Département et la Métropole ont accompli un énorme travail pour remettre rapidement en état les accès. Pour l'été, on attend l'ouverture de la route du Boréon, puis de la Madone de Fenestre (réservé aux ayants-droit, dont les guides et leurs clients). On est très confiants. La randonnée sera à nouveau possible. Au-dessus de 1 800 m, la montagne est intacte. La nature va reprendre ses droits.

MA R I N E C LARYS

GU I D E D E HAU T E M O N TAGN E À 35 ans, Marine Clarys est la seule femme guide de haute montagne des Alpes-Maritimes. Dans le Mercantour, qu’elle appelle tendrement “mon massif”, son point d’ancrage est au cœur de la Vésubie. Récit d’une enfant du pays.

PHOTOS : PRESSE

Propos recueillis par Mélissa Mari

La montagne et vous, c'est une longue histoire ? ­— Avec mes parents, nous passions tous les weekend et les vacances entre Valdeblore et SaintMartin Vésubie. J'ai commencé l'escalade à La Colmiane, à l'âge de 4 ans. Tout au long de ma scolarité, j’ai pratiqué. J'ai fait une licence en STAPS, puis j’ai passé le concours de professeur des écoles en 2008. Après le diplôme, je n’ai enseigné que six ans, ce n’était pas pour moi. En parallèle, j’ai continué à faire beaucoup de montagne sur le territoire français. J'ai été membre de l'équipe de France d'alpinisme pendant 2 ans. En 2010, j’ai obtenu mon BEES 1er degré d’escalade et je me suis totalement tournée vers les activités outdoor en 2014.

De tels événements remettent-ils en cause votre métier en Vésubie ? ­— Mon métier, c'est une vocation. Je décrirais la montagne comme un moyen de s’exprimer. Il y règne un sentiment de liberté. Alors je ne compte pas m’arrêter ! Dans les hauteurs, on peut grimper, rien n'a bougé et les pistes 4x4 permettront d'y accéder. Le Vesubia Mountain Park est ouvert et les gens peuvent y pratiquer tous les sports outdoor. Nous avons la chance d’avoir des canyons ouverts, contrairement à nos vallées voisines. La Vésubie reste toujours aussi magnifique, il faut venir en profiter ! n 25


TOUJOURS MOBILISÉS

POUR NOS VALLÉES

ROYA, VÉSUBIE, TINÉE 12 agences et toutes nos équipes à votre service. Un fonds de dotation pour relancer durablement l’économie des vallées. Caisse Régionale de Crédit Agricole Mutuel Provence Côte d’Azur, société Coopérative à Capital variable, agréée en tant qu’établissement de crédit. Siège social situé Avenue Paul Arène - Les Négadis - 83300 DRAGUIGNAN. RCS DRAGUIGNAN 415 176 072. Société de courtage d’assurance immatriculée au Registre des Intermédiaires en Assurance sous le n° 07005753 consultable sous www.orias.fr - images : iStockphoto© - IP-OptimisteMontagne-170*240 - 06/2021 26


REPORTAGEVÉSUBIE

L A B O L L È NE V É S U BIE

AU SERVICE DU TERRITOIRE Moins impactée par la tempête Alex que les villages alentours, La Bollène Vésubie a fait preuve d’une immense solidarité dès les premières heures. Martine Barengo-Ferrier, maire de la commune, revient avec nous sur ces jours difficiles et sur l’après, qu’elle construit au quotidien. Par Aurélia Lasorsa

La Bollène a été moins touchée et nous verture de la station et nous nous sommes structun’avons pas eu à déplorer de coupure rés en prévision d’une affluence en hausse à la pisd’eau ou d’électricité. Nos salles et nos cine en raison de la fermeture du plan d’eau de infrastructures ont immédiatement été Roquebillière. Nous lançons également un marché mises à disposition pour l’accueil des secours et le samedi de 16h à 20h. Un projet que nous avions l’organisation des repas. Cet hiver, déjà en tête et qui prend d’autant plus comme nous étions l’un des seuls pasde sens dans pareil contexte. Il fera la sages accessibles pour se rendre dans la part belle à l’artisanat et au local. vallée, nous avons vu énormément de La Bollène souhaite mettre ses atouts monde et la station de Turini Camp au service de la vallée. Ainsi, nous profitons de notre position centrale et du d’Argent a bien fonctionné, en dépit foncier disponible. D’ici un an ou deux, des restrictions sanitaires. Les gites nous aurons une offre immobilière communaux, lorsqu’ils le pouvaient, unique qui permettra de loger ceux qui ont fait le plein, sur de courtes durées, souhaitent s’installer durablement dans car les gens ont eu besoin de profiter MARTINE du grand air. Pour cet été, nous nous BARENGO-FERRIER la vallée ou y rester. Ce foncier attire, depuis quelques années déjà, nombre de attendons à un afflux important de MAIRE DE LA BOLLÈNE-VÉSUBIE Vésubiens et nous constatons de plus touristes, avec un report des randonneurs qui ne pourront profiter des chemins encore en plus que les résidences secondaires qui se fermés. Nous devons nous préparer et être en capa- vendent aujourd’hui le sont au profit de résidences cité d’accueillir tout le monde comme il se doit. principales. Pour que la vallée reprenne vie, nous Nous allons par exemple élargir les horaires d’ou- avons tout à gagner à partager et échanger. FOCUS

PHOTO : PRESSE

S

UNE BANQUE TRÈS ATTACHÉE À SES VALLÉES

eule banque présente dans les vallées, le Crédit Agricole Provence Côte d'Azur a réagi immédiatement en subvenant aux besoins de ses clients touchés par la tempête Alex. Dès le lendemain, les équipes se sont mobilisées, faisant des sinistrés leur priorité : des experts se sont déplacés au cœur des villages pour écouter et accompagner, tandis qu’une collecte solidaire a permis d’acheminer, en collaboration avec les Sapeurs-Pompiers, 20 tonnes de

denrées et de produits d’hygiène au cours des deux premières semaines. En parallèle, la banque a alloué un fonds de dotation de 140 000 euros, destiné à co-construire un plan de relance économique, en lien avec les acteurs locaux. Dans la vallée de la Vésubie, elle soutient le développement de projets économiques, écologiques et sociétaux visant à redynamiser le territoire, comme la remise en état des fontaines et lavoirs de Venanson et la création d’un 27

parcours pour renforcer l’attractivité du village ; la réimplantation d’alevins dans les vallons du Boréon pour reconstituer l’écosystème naturel ; le soutien aux associations des canaux de Roquebillière et Lantosque pour irriguer les terres agricoles et maintenir l’élevage. Dans cette même volonté de relance, le Crédit Agricole finance le projet Pure Montagne Resort, qui vient d’ouvrir ses portes, à Saint-Martin Vésubie. n A.L.


REPORTAGEVÉSUBIE

REVIVRE DES EXPÉRIENCES ENSEMBLE Par Mélissa Mari

I

I. Canyoning en indoor au Vesubia, une expérience inédite ! II. L'espace de grimpe ludique s'apparente à une grande salle de jeux.

1

ÉVASION INDOOR

Le Vesúbia Mountain Park de SaintMartin Vésubie, c’est (presque) tout le meilleur des grands espaces de la Vésubie intra-muros. Depuis son ouverture en 2016, le complexe n’a cessé d’attirer de nouveaux adeptes. Amateurs d’activités de montagne et curieux en découverte s’y retrouvent, sans distinction, et c’est tout ce qui fait la force du site : une offre sportive, ludique et bien-être qui répond autant aux besoins des sportifs aguerris qu’aux envies des visiteurs ponctuels. Le Vesúbia fait le lien entre la montagne, naturelle et sans limite, et les villes du territoire en manque d’air, contraintes par l’urbanisation, offrant ainsi aux citadins qui n’osent pas aborder le territoire alpin, une formidable entrée en matière dans l’univers outdoor. Préparez-vous à mettre en pratique toute une palette de verbes d’ac28

tion : se baigner, grimper, sauter, s’élever, glisser, travailler son équilibre, s’exercer, se détendre, jouer… Derrière l'architecture moderne et épurée du bâtiment, qui se fond naturellement dans le paysage verdoyant de Saint-Martin Vésubie, le Vesúbia regroupe 5 espaces d’activités : aquatique, balnéo et fitness, parcours aventure et grimpe ludique, escalade et canyoning. Qu’on y passe du temps en solo pour perfectionner sa technique sur les 33 couloirs de grimpe, pour travailler la performance sur les appareils de cardio-musculation ou pour se faire des longueurs dans le bassin sportif, on peut tout à fait être dans sa bulle, sans pour autant être seul. Et quoi de mieux en ces temps de distanciation ? À l’inverse, que l’on soit en famille ou entre amis, il y a de quoi s’amuser sur les parcours de grimpe ludique et d’accrobranche ou


REPORTAGEVÉSUBIE

2

GLISSADES D’ÉTÉ

Si vous êtes en manque de luge après cet hiver 100 % glissade, rattrapez-vous à La Colmiane ou à Turini Camp d’Argent. Au programme : une descente sensationnelle sur la plus longue piste de luge d’été de France, au milieu des paysages fleuris et une réplique de bouée des mers à l'assaut des pentes. La luge tubing de Turini Camp d’Argent s’appréhende facilement : installé dans l’accessoire gonflable, on se laisse aller sur le revêtement glissant. Attendez-vous à être ballotté (en sécurité évidemment) ! Quant à la luge d’été monorail de La Colmiane, c’est une petite attraction en soi : dénivelé de 400 m, 22 virages, pentes de plus de 50 % par endroits et vitesse moyenne de 42 km/h (freinage manuel). Aux commandes de ces “engins”, les adultes retombent en enfance et les petits se sentent pousser des ailes. Le mieux est encore de vivre l’expérience en duo et d’immortaliser l’instant ! n puremontagne.fr

PHOTOS : LECOURTIER/PUREMONTAGNE - PEDRO SALAVERRIA

II

dans le canyon artificiel : entre les toboggans, la descente en rappel dans les vasques et les cascades. Et pour ceux qui préfèrent se faire du bien sans forcément être dans l’action, l’espace bienêtre avec hammam, sauna et massage, constitue un petit havre de paix. Pourquoi le Vesúbia Mountain Park représente un spot de référence sur le territoire maralpin ? Parce qu’il n’est pas seulement un complexe ludo-sportif, c’est une entité qui démocratise la montagne, la rend accessible au plus grand nombre et encourage ensuite à partir à l’assaut des sites de pleine nature aux alentours. Par la réunion des éléments fondateurs de notre territoire - terre, eau et air - en un site complet d’expériences, il permet aux maralpins du Haut-Pays et du littoral de se retrouver. n vesubia-mountain-park.fr

3

AVENTURES MINÉRALES

Les canyons de la Vésubie forment d’exceptionnels terrains de jeu pour les c a nyo n i s t e s a g u e r r i s . Les néophytes y trouvent également de quoi rebooster leur quota d’adrénaline. Dans les cours d’eau escarpés du Haut-Pays, parfois encaissés et obscurs, parfois verdoyants et solaires, la roche et ses multiples caractéristiques permettent toutes sortes de pratiques : sauts, glissades, descentes en rappel, nage, etc. qui s’articulent au cœur d’un environnement sauvage et secret. Une bonne partie des canyons de la Vésubie reste accessible cet été : vallon de l’Infernet, vallon de Duranus, vallon de la Peïra, vallon de Bagnolar et vallon de Gourgas. Au contact direct et complice des éléments naturels, le canyoning constitue sûrement l’une des meilleures façons de se dépasser ! n Accès à vérifier au préalable sur departement06.fr Encadrement obligatoire pour débutants. 29


REPORTAGEVÉSUBIE

4

CAVALCADES SUR ROUES

Depuis plusieurs années, Turini Camp d’Argent a largement diversifié son offre d’activités, proposant des pratiques totalement inédites dans les vallées. À une heure de Nice seulement, la petite station est depuis toujours l’un des sites favoris des Azuréens. Si ses pentes ne sont pas forcément les plus engagées du département, elles se prêtent parfaitement à des cavalcades sur roues - comme un clin d'œil aux performances du rallye - en Deval’kart ou Trottin’herbe. Le premier

vous rappellera à coup sûr les aventures des Fous du volants quand, les mains agrippées à l’engin, on dévale le parcours en terre à toute berzingue ! Et la Trottin' herbe alors ? C'est une trottinette tout terrain, particulièrement ludique, dont la pratique est évolutive : les débutants l’utilisent en mode balade, alors que les plus aguerris peuvent pousser la conduite en mode freeride. De quoi se challenger tout l’été ! n puremontagne.fr

5

Pour les sentiers de randonnée, vérifiez les accès au préalable sur lacolmiane.fr ou departement06.fr

30

PHOTOS : LECOURTIER/PUREMONTAGNE

LES MAINS SUR LE GUIDON

La station de La Colmiane est un spot privilégié pour s’évader en VTT, que l’on soit pratiquant ponctuel ou plutôt expert en la matière. À commencer par l’espace destiné à la descente avec des pistes balisées - dont une verte et une bleue au parcours spécialement étudié pour convenir aux familles - qui traversent différents décors naturels : sous-bois, clairières, zone minérale, pistes, etc. Pour ce qui est des randonnées, rien de mieux que la Vésubie et Valdeblore pour explorer la nature : pas moins de 19 sentiers balisés par la Fédération française de cyclisme sont accessibles au départ de la station. Et pour des balades en toute quiétude sur de longues distances, il reste évidemment le VTT à assistance électrique. n


REPORTAGEVÉSUBIE

AN TOINE DE LA HAYE

D IR EC TE U R D E P U RE MON TAGN E

« CE QUI FAIT LA FORCE DE NOTRE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE, C’EST LA GRANDE DIVERSITÉ DE L’OFFRE ET SA DISPONIBILITÉ ANNUELLE. » À l’heure où les sites de Pure Montagne se relèvent des épreuves de l’année passée, le Syndicat Mixte fait le point sur les ambitions et projets du territoire Vésubie-Valdeblore. Entre résilience et fierté, c'est une page qui se tourne.

Le développement de ces sites à l'année passera-t-il par des activités pérennes ? ­— La multi-saisonnalité fait partie intégrante de la stratégie de développement du Syndicat Mixte. À titre d’exemple, la luge d’été de La Colmiane pourra évoluer vers une version 4 saisons non dépendante des remontées mécaniques. Les principales saisons touristiques restent l’hiver et l’été, mais il peut être aussi tiré parti des ailes de ces saisons, sous réserve d’une bonne coordination avec les périodes d’ouverture des services et prestations locales.

PHOTO : PRESSE

Propos recueillis par Mélissa Mari

Comment s'est déroulée la préparation pour la saison estivale sur les différents sites ? ­— La station de La Colmiane a ouvert le 5 juin. Depuis juillet, c'est 7j/7. En septembre ce sera tous les week-ends. Nous espérons faire une saison estivale aussi réussie que l'an dernier. Avec le soutien des services du Département, le Vesúbia Mountain Park, qui a protégé le village de St. Martin Vésubie au moment de la tempête, a été réhabilité en des temps records, ce qui nous a permis d'ouvrir le 19 juin. Bien que les activités indoor aient été un peu délaissées en raison du contexte sanitaire, nous restons confiants. Le Vesúbia a son public. Concernant le Boréon, les équipes se donnent entièrement pour accueillir le public dans les meilleures conditions possibles sur le Parc Alpha et au restaurant l’Ô à la bouche dès que l’accès sera rétabli. Nous connaissons l’attachement à ce site. Le Centre thermal de Berthemont-les-Bains a retrouvé ses premiers curistes dès le 24 mai, alors que le site du col de Turini et Camp d’Argent, qui n’a pas souffert de la tempête, a été directement opérationnel. Quant au bassin de baignade de Roquebillière et la via ferrata de Lantosque, ils sont en cours de restauration et de sécurisation, pour une remise en service à l’été 2022.

La question des risques naturels est encore plus présente dans les esprits. Comment s’imagine une stratégie de développement touristique dans ce contexte ? ­— Bien que la tempête Alex ait eu un caractère exceptionnel, cet événement ancrera certainement de façon plus importante la culture du risque déjà très présente dans nos modes d’exploitation et de réalisation de projets. Toutefois, le développement touristique ne devrait pas en pâtir. Comme le rappelle le président du Syndicat Mixte, Christian Airaut, la résilience et la combativité ont toujours caractérisé l’esprit montagnard. Ce qui fait la force de la stratégie de développement touristique en Vésubie-Valdeblore, c’est la grande diversité de l’offre et sa disponibilité annuelle. C’est la promesse de la marque Pure Montagne. n 31


REPORTAGEVÉSUBIE 1

MA PETITE MAISON DANS LA VALLÉE Par Aurélia Lasorsa

I. PURE MONTAGNE RESORT

II. LES ÉCRINS DE BELVÉDÈRE

La Vésubie et ses activités ouvertes à tous (Station thermale de Berthemont les Bains et Vesùbia Mountain Park en tête) attirent de plus en plus de personnes désireuses de passer quelques jours en montagne. Pour pallier le manque d’hébergements, le Conseil départemental des Alpes-Maritimes s’est lancé dans la construction de nombreux logements et depuis le 3 juillet, on peut profiter de la toute nouvelle offre hôtelière de Saint-Martin Vésubie : le Pure Montagne Resort. Situé à seulement 5 minutes à pied du Vesùbia Mountain Park et à pareille distance du centre du village, le complexe hôtelier propose 230 lits environ, répartis dans 6 chalets, eux-mêmes découpés en 18 suites (de 2 à 4 pièces) et 10 chambres modulables, pour accueillir les groupes.

Marianne, Parisienne d’origine, a choisi de se mettre au vert il y a 18 ans. Elle arrive d’abord sur le littoral azuréen, avant de prendre un peu de hauteur. En 2018, bien décidée à ouvrir une maison d’hôtes, elle s’installe à Belvédère, sur un terrain où ne trônait alors que la maison en pierre, toujours présente aujourd’hui. Désireuse de ne rien faire comme les autres, et tombée sous le charme des Lov’Nids qu’elle avait découverts à La cabane des pins sylvestres, accrochés dans les arbres, elle décide d’en acquérir pour compléter son offre d’hébergement. C’est donc confortablement installé dans cet écrin en forme de petit nid douillet que l’on peut venir passer une ou plusieurs nuits, à deux ou avec de jeunes enfants.

DES SERVICES À LA PELLE À l’automne, le site devrait voir l’ouverture d’un espace nordique, avec ses espaces bien-être privatisables, un jacuzzi extérieur et intérieur, un sauna, un hammam et une douche expérience. En attendant, on peut profiter de ces constructions aux volumes généreux et de leurs grandes terrasses ouvertes sur la nature. Côté matériaux, à 60% biosourcés, le bois et la pierre restent prédominants, conférant au lieu cette ambiance authentique que l’on vient y chercher. Et parce que l’on est en montagne, sur une terre de cyclistes, les adeptes de vélo se voient proposer un espace de lavage extérieur, d’un local sécurisé et un atelier de réparation. À cela s’ajoute un service conciergerie, des extra rooms pour consigner bagages et équipements sportifs, et des stationnements équipés de bornes de recharge électrique. n

DES CABANES POUR TOUS LES GOÛTS Non contente d’avoir posé ces Lov’Nids en pleine nature, Marianne s’est ensuite attelée à l’ouverture de couchages dans sa maison en pierre. Ces chambres de bergers, à la décoration soignée, offrent une jolie vue sur les montagnes alentours. Depuis peu, la Cabane Hobbit plonge également les visiteurs dans l’univers de Tolkien. Dans un lieu semi-enterré, de 45 m2, accessible uniquement par un chemin de terre et après quelques mètres à grimper, on peut profiter d’une parenthèse de calme tout confort pour quatre personnes, avant de plonger dans le jacuzzi avec vue, bien entendu. Le soir venu, on peut apprécier le spectacle des étoiles, simplement en levant les yeux, grâce au dôme vitré. Attention, les différentes chambres étant victimes de leur succès, mieux vaut s’y prendre très en amont pour réserver. n

Informations et réservations sur www.puremontagneresort.fr

Informations et réservations sur www.lesecrinsdebelvedere.fr 32


REPORTAGEVÉSUBIE

I

PHOTOS : PRESSE

II

33


REPORTAGEVÉSUBIE

1

B E RTHE MO NT- L E S-BA IN S

THERMALISME AVEC VUE La station Valvital de Berthemont-les-Bains est une invitation à la détente doublée d’un panorama unique sur la chaîne montagneuse de la Vésubie. Entre cure thermale et soins, une parenthèse enchantée comme on les aime… Que l’on a testée dès le premier week-end de réouverture.

I

Par Aurélia Lasorsa

l faut atteindre Roquebillière, aux portes du Mercantour, pour profiter des bienfaits d’une eau naturellement sulfurée, sodique, radioactive et riche en oligo-éléments. Sortie tout droit des roches du Mercantour, elle est à température idéale, aux alentours de 30°C. Des atouts qui n’avaient pas échappés aux Romains, fervents adeptes de thermalisme, puisque l’on retrouve des traces de leur présence à Berthemont, au IIIe siècle après J.C. Cessons à présent ces explications historiques, certes importantes, pour nous pencher sur ce qui nous réunit ici : comment se passe une journée à Berthemont-les-Bains ?

évidemment par des bains d’eau chaude, certes réputés pour leurs bienfaits sur les douleurs articulaires, mais aussi pour leur effet délassant. Dans le bâtiment tout neuf, posé sur son promontoire rocheux, on retrouve trois piscines thermales dont une dans laquelle on peut prendre part à un cours d’aquagym dynamique – pour les plus motivé(e)s. Le reste du temps, on profite des remous et de leurs massages. À l’extérieur, sur la terrasse, face à la verdure, on plonge entre deux bains de soleil dans le jacuzzi et on admire le spectacle qu’offre la chaîne montagneuse, au fil des saisons. Et les pauses gourmandes me direz-vous ? Elles se prennent au café-restaurant Le Panorama, vue plongeante toujours sur Dame Nature pour une dégustation de douceurs sucrées ou salées, désormais en version bocaux.

Des heures dans l’eau à contempler la nature On vient à Berthemont avec pour seul objectif : se faire chouchouter. Cela commence bien 34


REPORTAGEVÉSUBIE 1. C'est face à la Vésubie que l'on profite des bienfaits des eaux thermales de Berthemont. 2. Depuis 2005, les thermes de Roquebillière sont la propriété du groupe Valvital. 3. En cure ou en soin individuel, la douche au jet d'eau thermale est source de détente. 4. Pour se restaurer, le Panorama porte son nom à la perfection.

2

3

Entre sessions au vaporarium et soins divins Maintenant que notre corps est totalement délassé, on peut varier les plaisirs : direction le sauna ou le vaporarium, détox de la peau garantie. Et mise en condition parfaite avant de se laisser tenter par un ou plusieurs soins prodigués par l’équipe d’esthéticiennes aux doigts de fées, menée par la pétillante Estelle. Modelages, gommages, soins du visage, hydrothérapie… On n’a que l’embarras du choix. Et je vous garantis qu’il est cornélien. On succombe, pour cette fois, à un gommage exfoliant qui associe eau thermale, graines de coco et d’argan, avant de nous laisser aller le temps d’un modelage signature Équilibre du corps, aux huiles végétales naturelles rehaussées d’un délicat parfum de thé vert. La prochaine fois, c’est promis, on testera le rituel Bora Bora, aux senteurs exotiques, et véritable succès de la station thermale. Mais on se laisserait également

4

bien tenter par un rituel jambes légères, un soin du visage nourrissant, un enveloppement réparateur… Bref, entre qualité des soins, accueil irréprochable et cadre idyllique, on sait qu’on va « devoir » revenir très vite. n www.valvital.fr

PHOTOS : O. WARTER / EX-PRESSO.FR

FOCUS

I

WEEK-END PLAISIR OU CURE SANTÉ

l existe différentes manières de profiter des bienfaits de l’eau thermale de Berthemont-les-Bains, en fonction de nos envies et de nos besoins. Pour un moment de détente, comme vu précédemment, mais également sur un temps plus long. Au spa, on opte pour un des forfaits bien-être imaginés par

Valvital : des formules de 4 à 11 soins (corps et visage) accessibles sur des périodes de 2 à 5 demi-journées et sur réservation avec un pack hébergement. Mais dans la Vésubie, il est également possible de soigner ses problèmes de rhumatismes ou de voies respiratoires (voire les deux en même temps), en réservant, 35

après avis du médecin traitant et sur prescription idéalement, des cures de 6, 12 ou 18 jours. Au programme : des soins médicaux d’hydrothérapie, par une équipe dédiée pratiqués le matin, et des après-midi libres, à organiser entre soins au spa et visite-découverte du Mercantour. n A.L.


IMMERSIONMERCANTOUR

Sous les crêtes de la tête de l’Enchastraye, s’épanouit un parterre de renoncules des Pyrénées au col des Fourches (Haute Tinée).

SE RÉENSAUVAGER Certains lieux traversent notre vie comme une note persistante, de part en part. Lieu aimant, amant, terre d’ensauvagement, de consolation, de ressourcement, île intérieure, refuge, le Mercantour est cette note qui vibre depuis l’aube claire de ma vie, et n’a pas faibli. Par Caroline Audibert

36

PHOTO LEADER : ANTHONY TURPAUD ATURPAUDFOTO.COM

ME RC A NTO U R


IMMERSIONMERCANTOUR

LE PARC NATIONAL DU MERCANTOUR

en quelques chiffres :

Création : Le 18 août 1979 Superficie : 679 km2 Altitude maximale : 3 143 m Flore : Plus de 2 000 espèces de plantes

Faune : 78 espèces de mammifères et 199 espèces d’oiseaux Huit vallées : Roya, Bévéra, Vésubie, Tinée, Cians, Var, Verdon, Ubaye

T

erre ardente, singulièrement calme et rebelle, pourtant si proche de la côte agitée du plein été. Tel est le bout des Alpes, dont les sommets plongent dans la Méditerranée et se chargent d’embruns capiteux. Les essences de garrigue se hissent sur les versants sud, à la lisière des conifères de Sibérie habillent les combes froides, toisées par les cimes dépouillées où se réfugient les animaux des anciens temps glaciaires. Dans les plis innombrables des six vallées réunies par la dorsale alpine et minérale, il y a ces mariages improbables, ce raccourcissement de l’espace et du temps, comme si plusieurs continents, plusieurs âges géologiques tenaient dans ces reliefs froissés. Tout près des eaux où passent les baleines, là-haut chantent les loups. Les oiseaux traversent l’Afrique pour se reproduire sur ces terres hautes où subsistent les lièvres arctiques et les tétras-lyres coutumiers des neiges que j’ai longtemps cru éternelles. Il y a comme un impossible frondeur dans la signature de ces Alpes de la mer qui comptent, depuis 1979, parmi les dix espaces les mieux préservés de l’Hexagone. Des lieux comme celui-là vous restent dans la peau où que vous alliez. Dès l’enfance, ils ont forgé ma sensibilité, m’ont appris le grand monde, où se jouent chaque jour, chaque nuit tant d’intrigues végétales, animales, élémentaires. C’est un lieu qui fait de vous un poète, je veux dire par là que c’est un lieu artisan capable de retisser maille à maille nos relations au vivant, qui rend possible de nouveaux conciliabules entre nous, humains, et les créatures des ruisseaux et des forêts, des pierriers et des sagnes, un lieu qui a suffisamment de silence et chants pour affiner notre ouïe, suffisamment d’éblouissements pour pousser notre regard plus loin, au cœur des choses, dans leur nuit, dans les cachettes des faons inodores, des chouettes endormies ou des fleurs qui savent renaître des neiges, un lieu où se préoccuper de la Terre d’une manière sincère et profonde, qui n’est autre qu’une manière de se réensauvager. N’est-ce pas aujourd’hui tout ce qui compte ? n

CAROLINE AUDIBERT

Auteure

PHOTO : ALEXANDRA SABATHÉ

Elle commence son parcours d'écrivaine avec un livre sur le Mercantour, qu'elle parcourt depuis l'enfance, La sente étroite au bout des Alpes (Glénat, 2012). Après plusieurs ouvrages sur les Alpes, un film documentaire sur le Mercantour, elle publie son premier roman, Nés de la nuit (Plon, 2020, Prix Pauline de Simiane 2021, sélection Prix Roblès), poursuivant un cycle sur le loup inauguré par son enquête Des loups et des hommes (Plon, 2018, Prix littéraire de l'essai 30 millions d'amis 2019).

37


IMMERSIONMERCANTOUR

1

PRENDR E UN B AIN DE F O RÊT

’aime entrer dans une forêt comme on entre dans de l’eau. Je ressens le même délassement. À la lisière, le seuil où se « dévêtir », je prends le temps de déposer mes habits de mots, l’amas de mes préoccupations et de couper tout réseau pouvant m’atteindre. La forêt est un haut lieu de réinvention. Les vieux arbres redeviennent l’humus qui donne vie aux jeunes pousses. De tels espaces sont à mes yeux des chapelles où reprendre la mesure du grand cycle de la vie. Le Mercantour en connaît de plus ou moins amples, des forêts lumineuses, d’autres plus sombres, chacune a une atmosphère unique à offrir. Hêtraies centenaires, mélézins aux sous-bois lumineux et fleuris, pessières mystérieuses, pinèdes aux parfums résinés, bosquets de pins cembros, dernier bastion de la forêt qui s’aventure près des cimes... Dans la forêt de mélèze, les branches peuplent le ciel, libérant des odeurs vertes et doucement boisées. Je ralentis le pas, écoute, regarde, laisse les sens flotter sans intention de prendre, sans même chercher une consolation, une ligne de fuite. Juste être baignée. Je me couche sur le sol, m’immerge de couleurs, dilue mes flots de pensées bientôt absorbées dans l’humus. Cède alors en moi ce qui ressemble à une avidité, une attente, un projet. J’écoute, entends des arbres-oiseaux, les vois bouger, ralentir, respirer, tourne autour de moi-même, sans but, me tient dans la main du plus grand poète.

2

Très pratiquée au Japon, la thérapie forestière du shirin-yoku est reconnue pour ses bienfaits notoires sur le système nerveux, immunitaire, endocrinien, le rythme cardiaque, le sommeil… Pratiquer la forêt à la manière du shirin-yoku, pratiquer la forêt en poète, est une manière de renouer avec les racines de notre histoire humaine, dont la plupart des chapitres se sont déroulés en pleine nature. Ces forêts invitent à rester en lien avec les vieilles mémoires, de contempler, et d’offrir un instant de grand répit pour le monde. n

1. L’auteure prend un bain de forêt adossée à un épicéa. 2. Surnommé « arbre de lumière », le mélèze laisse passer les rayons du soleil à travers ses aiguilles souples qui ont la particularité de tomber en hiver.

ZOOM

L’OISEAU QUI PLANTAIT LES ARBRES

L

e casse-noix moucheté, oiseau sédentaire de la famille des corvidés, est un industrieux. D’août à octobre, il engrange par centaines des graines de pin cembro dans une poche située dans sa gorge et s’en va les dissimuler au pied d’arbres ou de roches qu’il choisit stratégiquement sur son territoire d’une dizaine d’hectares. L’oiseau mémorise ses cachettes, élabore la carte mentale de son précieux garde-manger afin d’y accéder pendant les mois de disette hivernale. Il lui arrive pourtant d’oublier quelques vivres, participant malgré lui à la dissémination des graines dépourvues d’ailes de cette essence caractéristique des hauteurs du Mercantour. C.A. 38

PHOTOS : PARC NATIONAL MERCANTOUR- JACQUES BLANC - (2) ANTHONY TURPAUD / (1) CAROLINE AUDIBERT

J


IMMERSIONMERCANTOUR

« La nuit prend la montagne. Pas d'homme pour retenir le jour. La lune haute sème sa lumière sur les cimes orageuses, sa lumière minérale s'étend sur les arbres, sur le lac. Le vent forcit, fouette les monts esseulés. La nuit gronde, la nuit aboie, les bêtes s'en sont allées. La nuit tant cherchée, la nuit où inscrire mes pas, la grande tanière de la nuit. » Extrait de Nés de la nuit, Caroline Audibert

3

3. Traînée d’étoiles qui reflète la rotation de la Terre, photographiée depuis le Blainon (Haute Tinée).

PHOTOS : ANTHONY TURPAUD ATURPAUDFOTO.COM

4. Derrière la silhouette des mélèzes d’altitude, l’arche majestueuse de la Voie lactée, notre galaxie.

4

D ORMI R CON T R E L A TERRE

A

près ces épisodes de confinement où nos vies ont parfois dû tenir dans un mouchoir, où des voies nouvelles se sont dessinées en nous, après ce temps étrange du repli et de la peur, ces terres hautes où respirer à pleins poumons, s’élever et retrouver sa part sauvage, sont le recours. Pour entendre pleinement cette note qui traverse l’existence, et qui n’est autre qu’un appel intense de la vie, il faut si peu. De bonnes chaussures, une veste fiable, un chapeau, de l’eau, un peu plus si on veut y passer la nuit. Mais l’équipement qu’il faut le plus préparer, c’est soi, pour aborder ce havre de nature non en consommateur, mais en humble poète. Y entrer à pas de loup. Dormir contre la terre pour se sentir pleinement là-haut. M’allonger dans les herbes, trouver un lit de roche, rêver et m’assoupir un peu, être happée par les rêves qui bouillonnent dans ces terres hautes, laisser agir en soi ces élans du 39

grand monde, les images contenues dans la tourbe et les pierres, celles qui voyagent sous les ailes des aigles et des circaètes, celles qui roulent dans les torrents et se délassent dans les lacs, et même, si l’on y dort une nuit entière dans le cocon d’un sac de couchage, celles qui bataillent entre les étoiles. Dormir contre la terre est une manière de s’abandonner, de laisser agir ces paysages en soi à une profondeur inattendue. Ouvrir les yeux sous un arbre bienveillant où chante quelques mésanges huppées, ouvrir les yeux dans le matin frais, quand la rosée a renouvelé le monde, renouer avec les premiers émerveillements, à l’envers d’une position de mainmise ou d’usure du monde. Se laisser traverser par ces notes, garder avec soi ce secret que la terre a donné, et aller ainsi dans le monde. Le Mercantour fait entrer dans ce que certains peuples appellent encore « le temps du rêve ». n


IMMERSIONMERCANTOUR

5

GAR DE R, LÀ- H AU T

L

e Mercantour est aussi une terre humaine, sculptée de mains d’hommes depuis le Néolithique. On retrouve dans les sédiments des lacs d’altitude la trace des tout premiers déboisements, du temps de l’âge du bronze, il y a 6 000 ans. Les forêts de pins cembros tombent sous les haches. Place aux alpages et aux gardiens de troupeau de la Préhistoire. Certains, dans la vallée des Merveilles, gravent dans la roche des symboles cornus et l’image de leurs dieux. Chaque fois que je foule un alpage, je pense au fil ininterrompu de cette histoire millénaire qui relie les gardiens de troupeaux transhumants. Aujourd’hui encore, l’été approchant, ils conduisent leurs bêtes dans les montagnes de la Marta, aux confins de la Roya, dans le val d’Enfer au-dessus de Tende, en Vésubie, dans les alpages rêvés de Longon ou du Salso Moreno, au col d’Allos ou sur les hauteurs ubayennes… Aux côtés de leurs vaches, brebis et chèvres, ils embrassent cette vie rude au plus près des

éléments et des luttes anciennes. Les petites unités sont laitières, les grands troupeaux d’ovins sont élevés pour la viande. Ils suivent la pousse de l’herbe, la saison, les reliefs, poursuivent l’œuvre de ce paysage esquissé voilà des millénaires, en font des îlots de biodiversité de grande valeur écologique. Certaines espèces, dont la reine des Alpes ou le tétra-lyre, dépendent fortement de ces milieux, désormais étudiés dans leur adaptation au changement climatique. Immergé dans l’environnement naturel, le métier de berger est sans cesse engagé dans des processus d’adaptation. Le retour du loup a notamment bouleversé modes de garde et parcours des animaux. Renouant avec la tradition, l’emploi de chiens de protection s’avère être l’une des parades les plus efficaces à la menace du prédateur. Cette terre au cœur des enjeux actuels permet de découvrir un pastoralisme contemporain, à condition d’en connaître les codes. Soyez curieux ! n

ZOOM

TOUT DOUX AVEC LES PATOUS…

M

ontagnes des Pyrénées (patous), Maremme Abruzzes, Bergers d’Anatolie, Dogue du Tibet, Mastin espagnol…, les chiens de protection sont taillés pour lutter à armes égales contre le loup. Ils sont vigilants à toute intrusion. À l’approche d’un pâturage, observez l’emplacement du troupeau en restant à distance. Si vous ne pouvez pas contourner le troupeau de loin, attendez que les chiens vous repèrent et s’approchent. Ne les regardez pas dans les yeux et ne leur tournez pas le dos. Tenez vos bâtons de marche vers le bas. Attendez que les chiens acceptent votre présence. Si les chiens ne se calment pas et que le berger n’est pas là, éloignez-vous en reculant lentement jusqu’à être à la bonne distance et revoyez votre itinéraire. C.A. 40

PHOTOS : PARC NATIONAL MERCANTOUR_COSSA-JEAN-LOUIS - (5) ANTHONY TURPAUD

5. Berger dans ses œuvres sur l’alpage de Bousieyas (Haute Tinée), près des granges agropastorales traditionnelles qui témoignent d’une occupation de la montagne depuis le Moyen Âge.


C A M PAG N E D E M É C È N AT

C A M PAG N E D E S O U T I E N

Retrouvons leMercantour

Conception graphique : Carla Mantero Photo : © E. Rondeau

une nature en commun

- mille et une bonnes volontés

La tempête Alex a détruit en quelques heures une part importante du réseau de sentiers du Parc national du Mercantour. De longues années seront nécessaires pour le remettre en état. Des moyens humains et financiers hors normes vont devoir être mobilisés. Engagez-vous à nos côtés pour relever ce défi et refaire du Mercantour une terre de préservation de nos patrimoines, de lien à la nature et de randonnée pour tous.

mecenat.mercantour-parcnational.fr

41


6

6. Loup sauvage du Mercantour rencontré au crépuscule. 42


IMMERSIONMERCANTOUR

ALLE R DA N S L ES PA S DES LO U PS

P

PHOTOS : (6) CEDRIC ROBION - (7) PARC NATIONAL MERCANTOUR - PHILIPPE PIERINI

artir à la rencontre des animaux sauvages, c’est pénétrer une dimension ténue, farouche, fuyant à la moindre alerte, c’est se mettre en lien avec la fugacité, les rapports instinctifs et nécessaires, s’inviter chez le reste des vivants. À mesure de mes tentatives d’approche du sauvage, j’ai appris à connaître les règles de cette société singulière sur laquelle nous faisons, la plupart du temps, mainmise. Je dirai qu’il faut commencer par renoncer. Renoncer à toute idée 7 de réussir. La rencontre avec le sauvage est d’ordre amoureux. C’est une chance, un couronnement de l’instant, souvent précédé d’une 7. Trace de loup dans le sable de rivière. longue quête qui éprouve. Le loup est l’une de mes quêtes, depuis que mon Je me suis mise à évoluer dans ces paysages alpins en imaginant que c’est lui, l’animal, qui père a retrouvé, dans un couloir d’avalanche, la me guette, qui me sent, scrutant chaque mouvedépouille d’un loup, le premier signe tangible de retour de l’espèce en France. C’était il y a trente ment qui traverse son territoire, chaque odeur qui en redéfinit la cartographie. J’ai cessé de calans. Le loup venait de franchir les Alpes depuis les Abruzzes où il avait subsisté. À mes yeux culer, de trop penser, j’ai cherché à gommer l’humain en moi, j’ai ouvert une page d’adolescente, le Mercantour s’ensauvageait plus encore avec le « J’ai ouvert une page de silence, une grande page de retour du grand prédateur. J’ai de silence, une grande présent. Un présent muet à souhait, flou, sans parole. C’est dans longtemps cherché à rencontrer page de présent » ce creux qu’a lieu la rencontre. cet animal qui est à lui seul l’expression de tout un écosystème sans lequel il Un soir, c’est arrivé. Les loups ont chanté. Les n’est rien. J’étais chanceuse lorsque je trouvais loups ont fait monter leurs hurlements dans la des traces, des crottes comportant des esquilles montagne. J’étais seule, la nuit tombait, j’étais d’os. Maître invisible me divulguant ses ensei- loin, du monde, de la cabane, j’étais tout entière gnements à sa manière, le loup m’a enseigné dans cette disposition d’ensauvagement. Les l’extrême patience, mais plus que cela, l’accès à loups sont restés invisibles mais leur voix a écrit l’invisible. avec une encre indélébile en moi. n

« Dans la clarté du soir, tous se rassemblent sur la roche polie. Les louveteaux se collent à leur mère. Les jeunes loups s’intimident, se lèchent, se frottent les uns contre les autres en geignant. Le mâle initie un chant grave. Les membres du clan se joignent à lui. Voix aiguës et courtes des petits, longue plainte de la louve, jappements criards des jeunes, notes aériennes de la louvette… (…) Seule la montagne a vécu assez longtemps pour écouter ce chant, l'écouter vraiment. Le ciel devient plus profond, la nuit se hâte, les arbres poussent des cris silencieux, les vallons s'ouvrent, libèrent des parfums enfouis, les torrents cessent de mugir. Les animaux s'unissent à la nuit. Les solitudes se dissipent. Tout écoute ce chant qui enfle au-dessus des arbres et court après les étoiles, ce cri de la vie même. Les hommes ne savent rien de tout cela. Ils ne sont pas amoureux de la terre. » Extrait de Nés de la nuit, Caroline Audibert

43


IMMERSIONMERCANTOUR

8. Moment suspendu depuis le promontoire d’une crête du Haut Verdon, entre univers minéral et pelouse alpine.

8

PRENDR E DE L’A LT I T U D E

l faut savoir que tout ce qui peuple ces terres hautes vient d’une haute lutte. Plus on s’élève en altitude, plus la lutte est serrée. Le nom de Mercantour porte en lui le sens du chemin, de la traversée. Marcher vers un col, un haut plateau, un sommet, traverser forêts et pentes herbeuses, rocailles et méandres me permet chaque fois d’éprouver le paysage comme un grand corps déployé autour de moi. À chaque pas, je perçois le prix de la présence, le sacrifice auquel chaque créature consent. J’en fais l’objet d’une méditation, chemin faisant. Il faut au jeune mélèze une endurance têtue pour résister aux premiers assauts de neige, il faut beaucoup d’instinct au lagopède ou aux passereaux pour traverser les grands froids, il faut une ruse infinie aux lièvres variables et aux hermines pour prendre l’exacte couleur de leur environnement et ainsi échapper aux prédateurs, il faut tant d’habileté au circaète pour étouffer le serpent en plein vol, il faut les batailles des grands cerfs, il faut le lent savoir des mères pour préserver leurs petits, il faut une science des sommets aux plantes qui endurent les extrêmes, telle l’inimitable silène acaule, qui sème sur les cimes ses îles miniatures, presque autonomes, ornées de petites étoiles roses et capables de traverser le siècle, il faut de la patience à la grenouille rousse pour geler tout l’hiver et ressusciter à la fonte des glaces, il faut à l’abeille

sauvage, au bourdon, à la marmotte s’abandonner de longs mois au sommeil avant de renaître, il faut aux sources ne pas tarir, au jeune bouquetin apprendre très tôt à se mouvoir sur les roches vertigineuses, à l’aiglon s’élancer depuis l’aire et braver les premiers vents… Il faut à celui qui marche sentir toutes ces luttes autour de lui, et se souvenir de ses propres combats. n ZOOM

L’EXPÉRIENCE DU CAIRN

L

es paysages du Mercantour sont parsemés de tas de pierres de fortune, signes que le chemin, parfois, se perd. Les petites pyramides de pierres surgissent quand routes et itinéraires balisés ont disparu. Place aux sentes, à l’instinct, à la confiance en l’autre. Car les cairns sont des œuvres collectives, le témoignage que d’autres marcheurs ont laissé de leur passage. Marcher en suivant les cairns ouvre à l’expérience d’une marche ensauvagée qui n’est pourtant jamais solitaire. En certains passages, j’aime ajouter une pierre à ces édifices éphémères. Je médite sur ce geste d’ajouter sa pierre, cette petite chose qu’on apporte au monde, me ralliant ainsi à une impalpable communauté d’ensauvagés. C.A. 44

PHOTOS : (8) PARC NATIONAL MERCANTOUR - SOPHIE ROUX / CAROLINE AUDIBERT

I


Ici, le couvre-feu est aussi un spectacle

© CRT Côte d’Azur France - Frédéric Gibrat

Massif du Mercantour

Sublimez vos émotions #CotedAzurFrance cotedazurfrance.fr

45


LIVRESCULTURE

LE MERCANTOUR SAUVAGE DE CÉDRIC ROBION Valérie Castera, directrice et gérante des Éditions Gilletta, nous a reçus dans son bureau en compagnie de l’un de ses auteurs, Cédric Robion, photographe animalier… et bien plus encore. Interview. Par Alexandre Benoist

sauvage, dont il signe les photos sur des textes de Caroline Audibert, est un projet essentiel pour notre maison d’édition. Essentiel, car il parle de ce qui nous touche le plus aujourd'hui, la continuité de notre implication dans le monde. Une implication qui est, en tant qu’homme et femme, de respecter la biodiversité. Pour moi, cette thématique est politique, ni plus, ni moins.

C’est donc bien plus qu’un travail de photographe ? ­— Cédric Robion. C’est surtout un travail de longue haleine qui s’étale sur 10 ou 15 ans. Ce livre traite des animaux, des espèces communes et des espèces plus rares, pour certaines en danger d’extinction. J’ai rassemblé dans cet ouvrage, les animaux les plus emblématiques du Mercantour. C’est une démarche que j’ai construite avec le temps.

Une thématique politique, mais aussi éthique.

­— V.C. Évidemment, nous sommes tenus d’un

point de vue éthique d'être dans cette perspective précise. Donc, aller donner la parole, laisser place au regard, entendre… parce que le travail de Cédric 46

PHOTO : OLIVIER WARTER / EX-PRESSO.FR

est aussi musical que visuel. Cette musicalité, on l'entend quand on l’écoute parler de ces brindilles qui craquent sous ses pieds. On entend la neige « respirer », la pluie se déverser, les orages crépiter… On entend tout ça avec ses photos. Elles laissent place à notre imaginaire.

Pourquoi avoir choisi de nous présenter Cédric ?

­— Valérie Castera. Car son livre Mercantour


LIVRESCULTURE

Au fil des années, en observant, j’ai appris à mieux connaître cet environnement et les animaux qui y vivent.

Mercantour sauvage

Texte de Caroline Audibert Photos de Cédric Robion 28 x 26 cm - 168 pages 140 photographies Éditions Gilletta

On s’approche ici plutôt de la démarche d’un naturaliste. ­— C.R. Tout à fait. Ce livre est le fruit d’une étude et d’un suivi très précis des animaux que « l’on fait » quasiment tous les jours pendant des années, pour élaborer et construire les images. Il faut apprendre à respecter cette faune, pour ne pas empiéter sur la quiétude des animaux. Il faut veiller à ne pas trop s'immiscer dans leur vie, à ne pas être visible. Il faut savoir masquer son odeur, par exemple, en prenant la direction du vent avant de s’installer. Il faut toujours garder à l’esprit que si nous, nous faisons de la photographie, les animaux eux jouent leur survie. Il ne faut pas les mettre en danger, en contaminant notamment une zone de reproduction. Il faut se fondre dans leur décor jusqu’à construire certains affûts sur trois ou quatre ans afin de pouvoir disparaître totalement… ­— V.C. Ce dont Cédric ne vous parle pas c’est de sa faculté d’endurance. Il faut l’imaginer passer dix heures dans la neige à regarder quel est le petit lièvre qui va passer avec ses grandes oreilles ? C'est très compliqué et ce sont ces conditions très difficiles qui font de la photographie animalière un exercice compliqué. Il faut avoir une sacrée robustesse physique. Et surtout, à mon sens, il faut avoir un cœur qui bat lentement car quand je vois le résultat de ses photos et quand je l'entends parler, je m'imagine ses battements cardiaques se mettre au rythme de ce qu’il est en train de photographier, de ce calme dont il a besoin pour éveiller à 360 degrés tous ses sens. Au fond, Cédric c'est une âme particulière. C'est un homme mais c'est une âme sauvage. C’est-à-dire qu'il a un instinct sensoriel démultiplié par rapport à la normale.

Disponibles en librairies, maisons de presse, grandes surfaces et editionsgilletta.com

SÉLECTION Randonnées botaniques

Véritable mosaïque de milieux et de paysages, les Alpes-Maritimes sont un remarquable terrain de jeux pour les amateurs de botanique. Lionel Carles et Ludovic Thébault ont choisi 33 itinéraires parmi les plus beaux. Une application IOS/Androïd facilite la reconnaissance des 1 300 espèces décrites.

Les plus beaux sommets du Mercantour

Avec des cimes dépassant parfois les 3 000 m, le Mercantour fascine les amoureux de la randonnée. Pascal Bersac, Claude Raybaud et Richard Wacongne présentent ici près de 70 sommets emblématiques, richement illustrés et doublés de descriptifs précis.

Le mot de la fin est à vous Cédric

Vivre là, paroles et visages du Mercantour

­— C.R. Je suis mal placé pour parler de moi

car je suis avant tout un passionné de photos d’animaux sauvages. Mais aujourd’hui dans notre société moderne avec l'érosion de la biodiversité, le réchauffement climatique, avec l'impact de l'homme qui est de plus en plus fort sur l'environnement, nous avons absolument besoin de prendre conscience que c’est cette nature qui va nous sauver. La respecter, c’est se respecter soi-même. C’est là la condition sine qua non de la survie de l’humain. n

Partis à la rencontre des habitants du Mercantour, Noëlie Pansiot et Éric Lenglemetz sont devenus des chasseurs de l’invisible. Aux témoignages émouvants répond une moisson de portraits. Porteur de valeurs et de questionnements, ce livre est un hommage à ce territoire de reliefs et à tous ceux qui y vivent. 47


SPORTMONTAGNE

COFI DIS

PHOTO : PAULINE BALLET

ILS ONT CHOISI ISOLA 2000 POUR PRÉPARER LE TOUR !

48


SPORTMONTAGNE INTERVIEW

SAMUEL BELLENOUE MANAGER DE LA PERFORMANCE DE LA TEAM COFIDIS Propos recueillis par Mélissa Mari

« ON VIENT CHERCHER ICI UN STRESS PHYSIOLOGIQUE EN ALTITUDE » Pouvez-vous présenter votre rôle dans l'équipe ? ­— Je mets en place les stratégies de performance de l'équipe, ça peut être aussi bien le matériel, la nutrition, les stages de préparation, et tout ce qui peut améliorer la performance en général dans la structure. Je m'appuie sur les compétences de mes collègues entraîneurs, de la nutritionniste, et des experts extérieurs (ex. médecin, techniciens).

PHOTO : PIERRE BOURAS

Comment sont sélectionnées les communes d'accueil et les sites d'entraînement ? ­— L'un des points sur lesquels on travaille pour améliorer la performance, c'est les stages en altitude. Les sites sont sélectionnés en fonction de ce critère, soit à 2 000 mètres d'altitude en moyenne. Après, on va chercher le terrain qu'il y a autour, la pertinence topographique des espaces à parcourir par rapport à des courses en préparation type Tour de France et Critérium du Dauphiné.

49

Qu'analysez-vous durant ces stages ? ­— On vient chercher un stress physiologique qui se passe en altitude. Ce qui rajoute une charge supplémentaire pour l'athlète. Il y a un jeu fin d'adaptation entre le stress global ressenti par le coureur, le stress de l'altitude, le stress de l'entraînement et la fatigue. Il faut trouver l'équilibre. Quand on arrive sur les sites d'altitude, on a d'abord une première phase d'acclimatation durant laquelle on travaille l'endurance, ce qui équivaut à de la balade pour eux (rires). Pendant 4 ou 5 jours, lorsqu'ils arrivent en stage, en fonction de leur état de fatigue et de leur expérience, on va se concentrer sur la reconnaissance de terrain. Après, on va plutôt travailler la force maximale,


FOCUS

ÉMOTIONS AU SOMMET

I sous-maximale et en fin de stage des exercices plus spécifiques comme du fractionné à puissance maximale en anaérobie (PMA) ou des exercices de seuil, avec des montées longues de 20 à 30 min en allure course dans les cols. À Isola, et dans les alentours, il y a notamment de vrais grands cols. Par rapport au TDF et au Dauphiné qu'on vient préparer au mois de mai, c'est vraiment sur ce type d'ascensions que le classement général se joue. Un parcours d'entraînement idéal ? ­— Tout part de l'aspect physique du travail en montagne à 2 000 mètres, et le technique, lié au pilotage. Il n'y a pas vraiment de parcours idéal, l'objectif c'est de pouvoir varier. Le gros avantage d'Isola et des vallées voisines c'est ça : des terrains multiples, l’Italie à côté, le Col de la Bonette pour des exercices spécifiques, et en cas de mauvais temps, on peut descendre sur la Côte et d’autres sites d'intérêt type Levens ou Vence par exemple. La Bonette, qu'en pensez-vous ? ­— C'est un col difficile par sa longueur. Pour les pourcentages, c'est équivalent à d'autres cols de France. En ce qui concerne les coureurs, en montant jusqu'au sommet du col de manière très tranquille, en partant du carrefour St. Etienne de Tinée / St. Dalmas, ils ont mis 1h20 sur 24 km environ d'ascension.

c'est plus sauvage, elle fait 4 km d'ascension en plus. C'est moins raide du côté italien. En descente, c'est là que c'est technique car la route est étroite, il y a de l'air, il n'y a parfois pas grand chose sur le côté (rires). La descente de 2 000 d'Isola est tout aussi intéressante car elle est rapide et il faut qu'on travaille à la fois le pilotage et la gestion de la vitesse. n

Les autres cols ? ­— L'an dernier nous avions fait la grande boucle des trois cols depuis Isola 2000, en passant La Bonette et le col de Larche, pour revenir par Lombarde. Notre préférence est nettement pour la montée du côté italien de Lombarde. La route est beaucoup plus petite, elle serpente surtout au pied,

Dossier réalisé en collaboration avec le magazine gratuit aQui Isola 2000. Disponible dans la galerie marchande de la station. 50

PHOTO : WILLIAM CANNARELLA

l n'aura pas fallu longtemps à la team Cofidis, et notamment Guillaume Martin, pour nous honorer de son passage sur les terres maralpines. La victoire en solitaire du coureur sur la 1ère édition de la Mercan'Tour Classic est une belle récompense pour l'athlète et ses coéquipiers (Anthony Perez, Ruben Fernandez, Pierre Luc Perichon, Simon Geschke et Thomas Champion) qui ont dominé la course de bout en bout, mais également pour le département, qui profite ainsi de la performance des cyclistes pour valoriser la technicité de son territoire de montagne : 173 km et 3 950 m de dénivelé qui démarre et termine à Valberg, en passant par quatre cols, les villages perchés et les lacets de nos vallées. Cet événement, rendez-vous test avant le Critérium du Dauphiné et le Tour de France, a offert aux habitants des communes sinistrées l'an dernier, fiers d'accueillir la course dans leur localité, une belle mise en lumière. Le terrain de jeu local, de la Tinée à la Vésubie en passant par le Valdeblore, n'est autre qu'un des plus réputés d'Europe et les résultats de l'équipe Cofidis prouvent que notre territoire s'impose comme un site de préparation de choix : « Tout au long de la course, l'équipe a été exemplaire tactiquement. Guillaume et l'équipe concrétisent le travail en altitude qui a été réalisé en stage à Isola 2000 au début du mois. Ça récompense l'investissement de chacun, coureurs comme membres du staff », détaille le directeur sportif Christian Guiberteau. M.M.


VOTRE LOCATION DE CHALET À ISOLA 2000

DÉCOUVREZ LE LUXE DE PRIVATISER UN CHALET, ENTRE PLEINE NATURE, ACTIVITÉS ET COMMERCES. DES MOMENTS UNIQUES POUR SE RESSOURCER EN FAMILLE, ENTRE AMIS OU POUR PRÉPARER UN DÉFI SPORTIF. LES SERVICES INCLUS Conciergerie / Petit déjeuner / Ménage & blanchisserie Linge de lit & bain / Spa & sauna (selon le chalet)

Les Chalets Plein Sud ISOLA 2000

06 18 82 95 87 www.leschaletspleinsud.com 51


SPORTMONTAGNE

KATI E S C HI DE E T GE RM A IN G R A N G IE R

DANSE AVEC LES RELIEFS Katie et Germain ont rarement les deux pieds sur terre. Ces spécialistes du trail ont le running dans la peau, et les voir arpenter les sentiers s’apparente à un ballet poétique et sauvage. Par Mélissa Mari

EXTRAITS DE PALMARÈS Germain

Katie

_ Vainqueur de la 6000D à La Plagne _ Ultra-Trail du Mont Blanc UTMB - 9e place _ 90 km du Mont-Blanc - 1ère place _ OCC et CCC (UTMB)- 3e et 5e places

_ 90 km du Mont-Blanc - 1ère place _ Ultra Trail de l'île de Madère - 2e place _ Ultra Trail du Mont Blanc UTMB - 6e place

52


SPORTMONTAGNE

PHOTOS : JORDAN_MANOUKIAN-TAMINGSGIANTS / MOUNTAINSLEGACY_TAMINGGIANTS

L

a trentaine tout juste, ce petit couple discret et décalé est aujourd’hui l’un des plus performants sur le circuit des Ultra-Trail® internationaux. Véritables amoureux des grands espaces et des plaisirs simples, ils ont trouvé à Isola 2000 un pied-àterre idéal pour construire leur vie. Germain est le premier à avoir pris ses marques dans la région : « Je suis né à Echirolles et mes parents habitaient aux Deux-Alpes. Ils ont déménagé sur la Côte d'Azur quand j’avais 12 ans. Ici, j’ai commencé à faire beaucoup de VTT, tout en continuant le ski. Mes parents ont acheté un appartement à Isola 2000 et nous montions très régulièrement. Je suis allé en section sport à Don Bosco à Nice, en me spécialisant dans le VTT, puis uniquement en vélo de route. Cette pratique, je l’ai poursuivie à la fac, allant jusqu’en division Nationale 1 à Aix-en-Provence. Après une blessure, j'ai arrêté. J’ai poursuivi mes études d'ingénieur à Grenoble, et là j'ai commencé à courir. Au début, j'étais vite K.O.(rires), mais je me suis pris au jeu. » Pour Katie, la découverte de nos montagnes locales s’est faite de façon plus anecdotique, mais la jeune femme a toujours eu le sport dans le sang. « Je viens du Maine aux États-Unis. C'est un état rural où il y a beaucoup d'opportunités pour les activités outdoor. Les montagnes les plus proches sont à deux heures de route. J’y passais beaucoup de temps l'été avec mes parents. À l'école, j’étais dans l'équipe d’athlétisme. J’ai aussi fait du hockey sur gazon, jusqu'à 19 ans. Ensuite, je suis allée à l'Université du Vermont. J'ai continué le hockey pendant un an puis, je me suis remise à courir pour le plaisir. J'ai aussi travaillé l'été dans des refuges de montagne dans le New Hampshire. C'est là que j'ai pris goût à cet univers. Durant mon master en géologie à Salt Lake City, j'ai commencé à m'entraîner plus sérieusement et ma première course je l’ai faite en 2015. J'ai voulu continuer pour m'améliorer, mais je devais finir mes études et j'ai eu une proposition en Suisse. J'y suis allée. J’ai donc délaissé un peu le trail. Peu de temps après, j'ai rencontré Germain et tout a changé. Actuellement, je termine mon doctorat mais la course prend clairement le dessus. » Son visa français en poche, Katie se sent aujourd’hui ici chez elle et, hors compétition, le duo alterne les aventures sur les cimes, dans les vallons excentrés, ou sur les terrains de l'arrière-pays.

nous concernent sont de grands événements (ex.UTMB. Pierra Menta). Ce sont des circuits privés. On participe essentiellement à des courses labellisées Ultra-Trail® World Tour. Il y a beaucoup de marques engagées sur le circuit et ce sont elles qui nous font vivre. » Le parcours de Germain a littéralement décollé en 2015 et il a fallu apprendre à se construire en solo, avant de rencontrer Katie. « Depuis que j’ai mon diplôme de géologie, je ne l'ai jamais utilisé (rires). J'ai eu l'offre d'un partenaire après ma première grande course et j’ai choisi de me donner à fond dans le trail. Je suis arrivé dans le milieu sans rien connaître. On ne devient pas pro du jour au lendemain, il faut s’investir, capter des sponsors, c’est vital. Depuis que Katie et moi fonctionnons en duo, on arrive aussi à toucher des partenaires étrangers. On a également la chance d'être entourés de photographes et vidéastes pros, ce qui nous aide pour notre image. » Vivre trail Pas un jour où les deux cabris n'arpentent pas les sentiers des heures durant, seuls en pleine nature. « L'entraînement est très saisonnier. L’hiver c’est ski de rando, l'été, le trail, avec des sorties assez longues. Nos courses durent entre 10 et 25 h. On doit travailler l’endurance. Quand on n’est pas dehors, on est sur le tapis. Les marques nous sollicitent aussi sur le test de prototypes. Nos journées tournent autour du sport et c'est aussi notre vie à deux. » Le couple se fond parfaitement dans la quiétude du Mercantour, et leur temps libre n’est autre qu’un espace de méditation entre cuisine, musique et balade avec leur fidèle chien Ranco. « Le sport, c'est très individualiste. Heureusement, nous, on partage nos émotions. » Mais ne vous y trompez pas, les coureurs sont aussi de bons fanfarons et dans leur petit monde, même dans l’effort il y a du fun (cf. réseaux sociaux). Le Mercantour, comme inspiration « Ce qui nous plaît, c'est le calme. C'est inspirant. On se sent perdus ici, et ça nous va. Et il y a une biodiversité extraordinaire », explique Germain. « Les stations sont concentrées sur un site et, en dehors, tout est très sauvage », conclut Katie. « À Isola, le terrain est super varié : de la forêt au minéral. Derrière Terre Rouge, face à l'Argentera, tout est pavé. On adore ce chemin ! On peut facilement rayonner sur toute la vallée et l’Italie. Notre deuxième point de chute, à St. Dalmas le Selvage, offre des panoramas du bout du monde. C’est une immense palette d’émotions de plein air. Nous sommes très heureux ici et nous avons la chance d’être soutenus par la commune d’Isola. » Le Mercantour s’offre chaque jour à Katie et Germain. Ils ont choisi d’y évoluer à leur rythme et en toute liberté. Une routine qui leur réussit. n

Une passion partagée « Ce que nous apprécions, c'est que c'est un sport d'autodidacte, il n’y a pas de team. Nous avons simplement un entraîneur dédié », détaille Germain. « On doit être capables de gérer notre corps, démarcher les partenaires, construire notre com, organiser l’entraînement et nos plannings de compétition. » Le trail existe essentiellement au travers des athlètes et de leurs performances, et il faut avant tout se faire connaître : « Les courses qui

+infos sur : www.themarmots.run/ 53


54


SPORTMONTAGNE

J US TI NE TO N S O

LE DESTIN D’UNE CHAMPIONNE Une polyvalence forgée dans la montagne du Mercantour, qui force le respect. Par Alexandre Benoist

J

ustine Tonso, la fraîcheur d’une jeunesse florissante, est une surdouée dans le monde du sport outdoor. Lisez plutôt : championne de France VTT XC cadette, vice-championne de France VTT XC junior, 7 podiums en coupe d’Europe VTT XC junior, 10 fois championne de France de ski alpinisme, 4 fois championne du monde et d’Europe de ski alpinisme. On l’aura compris, du haut de ses 21 ans, Justine affiche un palmarès à couper le souffle. Nait-on championne ? Non, mais on le devient, « Les choses se sont faites au fur et à mesure des années ». Sa passion pour la compétition s’est révélée petit à petit. « Quand j’étais enfant, j’étais très mauvaise joueuse et je voulais toujours être la première et gagner. Je ne supportais pas perdre, même aux jeux de société. » Ses premiers pas de compétitrice sportive se feront au collège dans le cadre de l’Union Nationale du Sport Scolaire (UNSS). C’est ici que son talent - c’est-à-dire ses capacités à la fois mentales et physiques qui la poussent à aller toujours au bout de l’effort - a été révélé. « J’assurais les meilleurs résultats à toutes les épreuves d’endurance auxquelles je participais. » Suite logique : « j’ai commencé à faire des compétitions avec les Fédérations Nationales et tout est allé très vite ».

pionne du monde de ski alpinisme ». Elle n’avait que 14 ans, la machine était lancée. Et rien ne pouvait l’arrêter, même pas sa famille… « Au début il y a eu des questionnements quant à mon désir de m’engager dans le sport à haut niveau. Mais comme les résultats sont arrivés très vite, ma famille m’a soutenu et accompagné sur les compétitions… » Tout s’engage donc pour le mieux dans le meilleur des mondes… jusqu'à cette année 2019 où l’élan est stoppé. « Je suis allée trop loin et trop vite. Je n’ai pas su gérer la fatigue mentale et physique. » Résultat ? Moins de résultats justement. Une chute « brutale » des premières marches du podium, pour celle qui avait la « gagne » comme une évidence. Difficile à vivre et à analyser. Aujourd’hui, après deux années compliquées, elle s’est remise dans les « starting-blocks » pour continuer à avancer et « surtout poursuivre ses rêves ». Tous les grands champions connaissent cette période de transition, une étape difficile mais souvent nécessaire pour aller plus loin encore : « Dès mon retour au plus haut niveau, j’espère être plus forte que je n’ai jamais été, car ces années m’auront apporté une certaine sagesse, que je n’aurais jamais eue si je n’étais pas passé par ces moments de remise en cause ». En séance d’entrainement et sur ses terres, il n’est pas rare de la croiser sur un mur d’escalade au Vésubia Mountain Park ou sur son vélo, dans les sous-bois de la Vésubie. Une belle rencontre, si vous la croisez. n

Dans les starting-blocks Très vite même. Tenez-vous bien : « en 2014 j’ai commencé à m’entraîner. Et en 2015, j’étais cham-

PHOTOS : INOVPHOTO

DATES CLÉS Février 2015

Février 2018

Avril 2018

Championne du monde ski alpinisme

Championne d'Europe ski alpinisme

Vainqueur de la coupe du monde jeune en ski alpinisme

55


SHOPPINGMONTAGNE

C HUL L A N KA

LE « SHOP » 100 % NATURE ’histoire de ce magasin 100 % nature débute il y a 13 ans à l’initiative d’un grand groupe de distribution d’articles de sport, avant d’être développé et animé par des pratiquants passionnés d’escalade, de VTT, de ski, de randonnée et plus récemment de trail en montagne. En témoigne Alexis Bablon, le responsable du magasin : « Nous nous sommes affranchis du sport marketing et de toute forme d’élitisme pour nous concentrer sur les attentes des pratiquants. Aujourd’hui, et nous en sommes très fiers, nous souhaitons satisfaire tous types de clients, du sauveteur en montagne au débutant qui souhaite vivre une expérience différente et vibrer sur nos terrains de jeux. Chez nous, pas de champion du monde

Par Joseph Jean

56

PHOTOS : JOSEPH JEAN

L

Sportif de haut niveau ou randonneur « du dimanche », les sports de montagne restent exigeants et doivent se pratiquer dans les meilleures conditions. Dans le choix des équipements, mieux vaut faire appel à des passionnés.


SHOPPINGMONTAGNE

L'équipe de l'agence Mauclet

INTERVIEW

Le « paradis » pour les amateurs de sport nature. Sur deux étages, textile, équipement, atelier et conseils avisés.

GAUTIER

RESPONSABLE RAYON TRAIL ET RANDONNÉE

Parlez-nous du trail, une pratique en plein essor ?

­— C’est une tendance de plus en plus forte

et qui s’est beaucoup développée ces deux dernières années. Ce sport, au départ plutôt élitiste (réservé à des randonneurs et coureurs de bons niveaux), est devenu accessible grâce notamment à l’évolution du matériel. Aujourd’hui les chaussures sont plus légères et plus souples, tout en garantissant des performances et du maintien en montée comme en descente. En trail, on s’éloigne de l’idée de la grosse chaussure de montagne, haute et rigide et ainsi on peut passer de la randonnée classique à une pratique plus engagée sur tous les terrains.

« Nous nous sommes affranchis du sport marketing et de toute forme d’élitisme pour nous concentrer sur les attentes des pratiquants. »

Des conseils de base pour les nouveaux pratiquants ? ­— Il ne faut pas voir la pratique du trail dans

(sourire), pas de donneur de leçon ou de supers vendeurs mais simplement des amoureux de la montagne qui connaissent les bons sentiers, font du dénivelé, connaissent les refuges et gardent l’humilité face au défi sportif ou personnel. Pratiquer pour mieux transmettre, tel est notre ADN ».

un esprit de performance. C’est avant tout, un sport plaisir. On est à l’extérieur, on profite des paysages, de la montagne, on le fait à son rythme, à son niveau, en parfaite harmonie avec les éléments. Il faut y aller étape par étape. Il ne faut pas partir directement sur des parties très techniques et sur des parcours à forts dénivelés. Il faut commencer sur des parcours vallonnés (les sentiers de l’Estérel et de l’arrière-pays sont parfaits pour ça) et sur des distances de 5 km à 10 km. Selon vos sensations, montez en puissance jusqu’à trouver le meilleur format adapté à vos attentes. J.J.

Cette philosophie du sport en partage est perceptible dès que l’on franchit les portes du magasin. Déambuler entre les vélos, les chaussures de montagne, les vêtements techniques et les montres connectées, c’est déjà une petite aventure qui fait place à l’imaginaire. On se voit 57


SHOPPINGMONTAGNE

dormir en montagne, courir sur des sommets et tenter quelques défis. Ici, les gens sont inspirants. Dans la frénésie faussement cool d’une bande de copains, ils ont l’air heureux de partager leurs expériences sportives du week-end, de délivrer un conseil ou de vous trouver la solution. « Proposer le meilleur, rassurer (et donner l’envie aussi) car l’aventure débute souvent chez nous, confie Alexis. Sur les deux étages du magasin, nous tentons de référencer les meilleurs produits possibles, grâce à des partenaires, des marques en devenir ou nos propres produits développés par nos équipes ».

paraissaient isolés sont aujourd’hui très fréquentés. C’est un plaisir de constater que nos sports se démocratisent, mais il faut absolument transmettre le respect des bonnes pratiques, au risque parfois de passer pour des rabat-joie ». n CHULLANKA - 2222 Route de Grasse - Sortie d’autoroute Antibes Sophia Antipolis.

Avant de conclure, et en bon ambassadeur, Alexis nous rappelle l’importance du respect de l’environnement dans la pratique des sports de pleine nature. « Nous avons aussi un rôle pour sensibiliser les nouveaux pratiquants à l’équilibre parfois instable de la nature qui les accueille. Des spots qui nous

CHARLOTTE

RESPONSABLE BIVOUAC ET MATÉRIEL DE RANDONNÉE

Le bivouac est-elle une nouvelle tendance ? ­— Au départ, cette

pratique était plutôt réservée à une clientèle très spécialisée montagne, à la recherche de produits techniques, peu encombrants et légers. Depuis l’année dernière (effet confinement ?), nous sommes sollicités par des novices, locaux ou vacanciers, qui souhaitent tester l’aventure d’une nuit en montagne. Ils découvrent notre univers et c’est pour eux une expérience assez exigeante, qu’ils veulent aborder dans les meilleures conditions.

En quoi cette pratique doit-elle être préparée ? ­— Il faut leur parler des

conditions un peu rudes parfois. Les gens ne se 58

rendent pas compte des températures en montagne. Il y a beaucoup de personnes qui recherchent des sacs de couchage de 10° à 15° d’indice de confort, là ou nous préconisons du 0° car en altitude les températures peuvent descendre et parfois devenir négatives (même en plein été). Tout est important pour maintenir un minimum de confort et pour que l’expérience reste un plaisir : la tente bien sûr, mais aussi les accessoires indispensables comme la lampe frontale, le réchaud, la bonne doudoune ou les pastilles pour assainir l’eau. Le matériel a considérablement évolué et reste accessible, même en entrée de gamme, pour une pratique occasionnelle, en toute sérénité. J.J.

PHOTOS : JOSEPH JEAN

INTERVIEW


Il y a toujours un

!

© photo : A.Vasseur

près de chez VOUS

PND LA GRANDE CORNICHE SECTEUR EZE

DANS LES PARCS, RESPECTONS LES GESTES BARRIÈRES & LES

Liste des 20 parcs sur :

59

MESURES SANITAIRES


ÀLAUNE

ON A TOUS BESOIN DE NOUVEAUX PROJETS !

C’est le moment de les réaliser avec notre prêt personnel Banque Populaire Méditerranée(1) Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.

Document à caractère publicitaire Xxxxxx, xxxxxxx xxxxx xxxx xxxx xxx xxxxxxx xxxxx xxxx xxx xxxxx xxxx et promotionnelxxxx xxx xxxxx xxx xxxxxxx (1) Sous réserve d’acceptation par la Banque Populaire Méditerranée et après expiration du délai légal de rétractation. BANQUE POPULAIRE Banque Populaire Méditerranée, société anonyme coopérative de Banque Populaire à capital variable (articles L. 512-2 et suivantsÉQUIVALENCE du codeQUADRI monétaire et financier et l’ensemble des textes relatifs aux banques populaires et aux Logo Quad établissements de crédit).058 801 481 RCS Nice. N° d’immatriculation auprès de l’organisme pour le registre des intermédiaires DÉGRADÉ CYAN 100 % MAGENTA 85 % NOIR 35 %en assurances (ORIAS) : 07 005 622. 24/08/2018 VERS CYAN 66 % MAGENTA 6 % 24, rue Salomon de Rothschild - 92288 Suresnes - FRANCE Siège social : 457 Promenade des Anglais - BP 241 - 06292 NICE CEDEX 03 - www.bpmed.fr - téléphone : 04 93 21 52 00 (appel non surtaxé, coût selon opérateur). Tél. : +33 (0)1 5760 32 87 00 / Fax : +33 (0)1 57 32 87 87 CYAN 100 % MAGENTA 85 % NOIR 35 % Web : www.carrenoir.com Crédit photo : © Shutterstok - © commeuneimage.net - 05/2021 Ce fichier est un document d’exécution créé sur Illustrator version CS6.

CYAN 75 % MAGENTA 23 %


SHOPPINGMONTAGNE

Une partie de l’équipe SPOC. Tous mordus et « biberonnés » au sport.

SPOC

SPORT, VÉLOS ET PARTAGE Tous les sportifs amateurs du coin connaissent Lionel (l’homme à la casquette) et son équipe. Entre bonnes affaires, déstockage et matériel de sport en dépôt-vente, il règne ici la passion et l’expertise du vélo. Rencontre avec ce passionné.

PHOTO : OLIVIER WARTER / EX-PRESSO.FR

Propos recueillis par Joseph Jean

Comment est née l’aventure SPOC ? ­— Au départ, il y a plus de 20 ans, c’est une entreprise imaginée par de jeunes triathlètes, étudiants, qui n’avaient pas trop de budget et qui changeaient souvent de matériel. À l’époque, il n’y avait ni internet, ni Leboncoin ou Trocvélo, alors pourquoi pas se lancer dans un magasin de dépôt-vente et de déstockage d’articles de sport ? L’aventure SPOC était née ! Au fil du temps, nous nous sommes spécialisés dans le vélo (route, gravel, VTT et accessoires), pour devenir l’un des magasins de référence dans ce domaine. Pour nous, la notion d’échange et de partage est restée au centre de notre métier. Nous avons su garder notre idée de départ : rendre service aux sportifs et partager la notion d’achats malins et de bonnes affaires. Nous sommes restés

passionnés et bienveillants. Au quotidien, nous partagons notre passion avec nos clients. La pratique du vélo a-t-elle évoluée ? ­— Oui, incontestablement avec l’arrivée de l’assistance électrique sur les vélos de sportifs (route et VTT), déplacements urbains et le gravel. De nouveaux profils de cyclistes et de nouveaux marchés qui prennent de plus en plus de place (l’électrique correspond aujourd’hui à plus d’une vente sur deux pour l’achat d’un vélo). C’est devenu très technique et notre métier évolue avec les nouvelles pratiques. C’est passionnant d’imaginer que le vélo puisse se démocratiser à ce point. Pourquoi notre région suscite-t-elle autant d’engouement ? 61


L’atelier de réparation (toutes marques) et d’entretien de cycles, connu par les cyclistes de la région pour la qualité des révisions et les conseils de pro.

­— En plus du climat, nous sommes dans une région bénie des dieux pour la pratique du vélo. C’est un territoire extraordinaire ! Il y a des parcours de bord de mer, de moyenne montagne ou de haute montagne (des cols à plus de 2000 mètres), avec en bord de mer un peu de circulation, mais très rapidement les routes de l’arrière-pays proposent ce qu’il y a de meilleur pour la pratique de ce sport. Ma profession et mon parcours sportif m’ont donné l’occasion d’aller faire du vélo dans de nombreux pays ou régions. On y revient toujours, car ici il y a tout pour s’évader, progresser et prendre du plaisir. D’ailleurs, si vous êtes de passage, n’hésitez pas à venir nous voir, nous connaissons tous les parcours et les difficultés et ce serait avec plaisir que nous saurons vous conseiller sur les meilleurs spots, adaptés à vos attentes et votre niveau. Pour ceux qui le souhaitent, vous pouvez également nous rejoindre lors d’une sortie d’entraînement.

PARCOURS

Des conseils aux cyclistes ? Le coté mythique de la montée du Col de la Madone se fait au départ de Menton. Il faut être prudent car l’ascension est longue, plus de 12 km et assez raide, plus de 7 % de moyenne avec des passages à 14 %. Les premiers kilomètres sont faciles mais dès le troisième, vous allez rentrer « dans le dur » et ceux jusqu’à Sainte Agnès. Vous y trouverez une fontaine, la seule de la montée. Si vous êtes fatigués, profitez-en pour faire une pause car la fin de l’ascension n’est pas de tout repos. Après 1 km relativement plat, la route s’élève d’un coup, le panorama devient superbe. Vous êtes à flanc de falaise et vous surplombez Menton avec une vue qui va de l’Italie à l’Esterel. S’enchainent ensuite un petit replat et les 3 km finaux qui deviennent interminables, avec une pente de 8 % à 9 % et la fatigue qui s’accumule. Enfin vous apercevez le panneau Col de la Madone à près de 1000 m d’altitude. La vue est magnifique avec d’un coté la méditerranée et de l’autre les chaines de montagne du Mercantour.

En plus de l’électrique, du nouveau chez SPOC ? ­— Depuis 3 ans, nous avons développé un service de location de vélos haut de gamme. Dans la région, il y a beaucoup de touristes en provenance du monde entier, exigeants et passionnés, qui n’ont pas toujours la possibilité de voyager avec leur matériel. Avec SCOTT, notre marque partenaire, nous leur proposons du matériel haut de gamme afin qu’ils puissent pratiquer leur sport dans les meilleures conditions. Cette formule séduit également une clientèle locale qui souhaite essayer et tester avant d’investir dans une nouvelle machine. Avec les dernières technologies de cadres, de roues en carbone et l’arrivée du freinage à disque sur les vélos de route, les plus sceptiques ont besoin d’être rassurés et souvent, ils sont conquis par les dernières générations de vélos. n

Ps : Les cyclistes professionnels se testent souvent sur ce col, les meilleurs le montent en moins de 30 minutes. A vous de jouer... J.J.

SPOC - Zone commerciale de Cap 3000 - Face Mc Donald’s. 62

PHOTOS : OLIVIER WARTER / EX-PRESSO.FR

Lionel, un lieu, un spot préféré ? « Pour moi, le Col de la Madone est un incontournable ! Une montée recherchée par tous les cyclistes passionnés. Elle concentre tout ! La difficulté avec ses 14 km d’ascension (on débute au niveau de la mer et on monte à près de 1 000 mètres). C’est une route assez sauvage (même si on part de Menton). Vous évoluez entre la mer et la montagne, dans des paysages exceptionnels et une atmosphère comme nulle part ailleurs. La Madone, c’est le col des pros, rendu célèbre par Lance Armstrong. En toute saison, il n’est pas rare d’y croiser de nombreux professionnels résidant à Monaco ou dans la région. »


63


TENDANCEÉVASION

BIVOUAC EN MONTAGNE, UNE « PETITE » AVENTURE La nuit en montagne est une expérience à vivre pour tous ceux qui rêvent de nuits étoilées, loin de la frénésie des plages et des soirées estivales. Pour que l’expérience soit réussie, quelques règles sont à respecter.

out d’abord, il faut vous renseigner car le bivouac en montagne (à ne pas confondre avec le camping) est réglementé. Il est autorisé sous tente, qui une fois installée, ne permet « Le bivouac est un pas une station debout. Votre présence moment sur le site est autorisée de 19 h à 9 h le matin et votre lieu de bivouac doit suspendu, changer tous les jours (une seule nuit au hors du temps, même endroit). Pour ne pas confondre en harmonie « l’expérience bivouac » avec soirée guitotale avec tare entre copains et pack de bières, la nature. » le bivouac est autorisé uniquement si vous êtes éloignés d’une route à plus d’une heure de marche. Vous l’avez donc compris, le bivouac est un moment 64

suspendu , hors du temps, à vivre en harmonie avec l’environnement. Dans le site classé des merveilles et de Fontanalba, le bivouac est seulement autorisé sur l’aire situé à proximité du refuge de Fontanalba. Prendre les équipements indispensables Attention, les nuits en montagne peuvent être fraîches. Optez donc pour un sac de couchage qui vous protège des températures négatives (même en été). Libre à vous d’embarquer un tapis de sol en mousse (à l’ancienne) mais un matelas autogonflant ou gonflable est large-

PHOTO : SANDERSTOCK - STOCK.ADOBE.COM

T

Par Joseph Jean


TENDANCEÉVASION

1. La tente Treka 3 UL est excellente pour les treks. Avec moins de 2,2 kg, cette tente autoportante d'une capacité de 3 personnes est facile à monter et résiste très bien au vent et à la pluie. Prix : 229,99 € Chullanka Antibes.

1

2. Gourde souple de randonnée qui intègre directement un filtre à eau pour un débit de 2 litres par minute. Prix : 49,99 € - Chullanka Antibes.

2

3

3. Réchaud Minimo carbon de Jetboil avec sa tasse de 1L. Grâce à sa nouvelle technologie de régulation, il garantit une performance constante jusqu'à - 6° C. Prix : 149,99 € - Chullanka Antibes.

PHOTOS : PRESSE

ment recommandé. Le poids de votre tente et ses dimensions seront à définir en rapport avec vos objectifs. Il ne faut pas oublier l’indispensable réchaud à gaz, la lampe frontale, le couteau multifonction et les filtres à eau (ou pastilles) pour filtrer l’eau des ruisseaux. Comme pour les scouts, munissez-vous de bonnes chaussures, d’un sac à dos de montagne, de vêtements de pluie et d’une bonne doudoune. Respecter l’environnement Ne laissez aucune trace derrière vous. Ne laissez aucun déchet ou reste de nourriture et veillez à rapporter tout

avec vous, parfois même ceux laissés par vos prédécesseurs ou voisins d’un soir. Ne cherchez pas à nourrir les animaux sauvages (marmottes ou autres) et éviter le réflexe de jeter vos gras de jambon et peau de banane avec pour bonne conscience « c’est biodégradable ». Pour vos excréments, enterrez-les à 30 cm de profondeur, loin d’un cours d’eau. Renseignez-vous sur les conditions météo. Donnez votre position à l’un de vos proches car la montagne est capricieuse parfois. À présent, il ne vous reste plus que le plaisir de vivre une nuit à la belle étoile. n 65


PRODUCTEURSARTISANS

ILS FONT VIVRE LA VÉSUBIE Nés ici ou arrivés dans l’arrière-pays pour se mettre au vert, ces artisans et producteurs ont tissé des liens indéfectibles avec le territoire. Ils sont éleveurs, maraîchers ou artisans, et mettent un point d’honneur à porter haut les couleurs d’une vallée dont ils sont fiers. Par Aurélia Lasorsa

dis, mais j’aime l’idée selon laquelle pour que l’homme s’élève sur la terre, il doit élever avec lui le végétal et l’animal. Tout se complète. » C’est ainsi que depuis plusieurs années, Robin vit au rythme de ses chèvres, une trentaine au total, qui gambadent en liberté sous le regard bienveillant des chiens de troupeaux et du maître des lieux, jamais très loin. Durant les huit mois de lactation, elles produisent en moyenne 50 litres par jour, transformés en fromages frais, affinés ou en tommes.

1. Robin élève des chèvres et des vaches qu'il laisse vivre en quasi liberté. 2. Près de 30 hectares de pâture s'offrent aux chèvres qui donnent un lait riche et délicatement parfumé.

LOU CHAMPOU

Robin, ses chèvres, ses vaches, etc.

R

ien ne prédestinait Robin à vivre un jour seul, en quasi-autonomie, sur un peu plus de 5 hectares de terre, à SaintMartin Vésubie. Pourtant, en dépit de son diplôme d’électricien et de quelques expériences professionnelles à l’usine, voilà que ce grand gaillard aux yeux bleus se lance dans le maraîchage, avant de mettre sur pied une véritable ferme à l’ancienne, avec des poules, des chèvres et même quelques vaches. « Cultiver la terre nécessite de la nourrir, et les animaux jouent ce rôle à la perfection. Ce n’est pas moi qui le 66

Lou Champou – Chemin de Berthemont, Saint-Martin-Vésubie.

2

PHOTOS : PRESSE

1

Produire moins, mais mieux Robin élève aussi des vaches, depuis peu, des bretonnes pie noire, une race de petite taille, rustique, parfaitement adaptée à son terrain escarpé. Un taureau a même rejoint ces demoiselles, et un veau est né. L’objectif de Robin est clair : il veut produire moins, mais mieux, en respectant aussi bien le rythme de la nature que la qualité de ses fromages. Chez lui, les bêtes ne sont pas poussées en production, et à les voir nous accueillir lorsque l’on vient leur rendre visite, on peut dire qu’elles sont bien dans leur peau. Le secret d’un fromage délicieux ? Sans aucun doute ! n


PRODUCTEURSARTISANS

LES BISCUITS DU MERCANTOUR Les 1001 vies de Jean-Christophe Sourire aux lèvres, Jean-Christophe nous accueille dans son laboratoire de pâtisserie, installé dans sa maison de Belvédère. Oui, Jean-Christophe est un homme heureux qui chouchoute ses congénères. Diplômé à 61 ans de psychologie, cet ancien délégué médical est à la fois praticien certifié en massage bien-être et fondateur de la marque Les Biscuits du Mercantour. Et quand il n’aide pas ses clients au moyen de techniques shiatsu, de relaxation ou de massage émotion, il les soigne avec ses créations gourmandes. Au menu, des biscuits aux noms évocateurs de la montagne et aux saveurs régressives : croquets aux amandes, bâtons aux noisettes, sapin nature ou chocolat… Amateur de randonnée, qu’il pratique avec son épouse, il a mis au point une recette de cookies énergétiques, et pour l’apéro, il a imaginé des étoiles au parmesan. Succombons à la tentation. n www.biscuits-mercantour.com

LES SAVONS DU MERCANTOUR Merveilles de la nature Virginie a grandi entre Nice et Saint-Martin Vésubie, où son grand-père était maraîcher et apiculteur. Follement attachée à son territoire, elle et son compagnon ont choisi de reprendre les ruches. Bien décidée à valoriser cet or jaune 100 % naturel et à construire une démarche globale de circuit court, Virginie s’est essayée à la fabrication de savons à base de miel, connu pour ses vertus cicatrisantes. Après une formation d’artisan savonnier, voilà l’activité lancée. On retrouve ses savons et baumes à base de miel de montagne et certifiés Nature & Progrès, sur le marché de SaintMartin-Vésubie et dans quelques boutiques bio et spécialisées du littoral. Depuis peu, des brebis ont rejoint l’aventure pour entretenir les terres où trônent les ruches, et Virginie compte bien utiliser leur laine… Rien ne se gâche ! n

CÉRAMIQUE ELODIE LOESER Se reconnecter à la nature

Dans sa vie d’avant, Elodie, qui est née et a grandi en Corse, était esthéticienne à Antibes. Et puis un jour, lors d’un atelier de poterie, c’est la révélation. Elle prend un tel plaisir à travailler la terre qu’elle s’inscrit, à 35 ans, en CAP de tournage avant d’intégrer l’école d'Art Céramique de Vallauris pour perfectionner ses techniques de façonnage et de décoration. Puis Elodie ouvre un petit atelier dans le vieil Antibes, avant d’être envahie par un irrépressible besoin de nature. Elle prend alors la direction de Valdeblore où, depuis près de 6 ans maintenant, elle crée à l’envi bols, tasses, assiettes, plats… au style épuré et minimaliste. Une manière de revendiquer un bonheur fait de plaisirs simples du quotidien, loin du superflu. n Tél. 06 58 58 16 50

2252, route de la Colmiane Saint-Martin-Vésubie

67


HÔTEL RESTAURANT & SPA CANTEMERLE

Évadez vous à seulement quelques kilomètres de chez vous Situé entre terre et mer, les activités pour se faire plaisir ne manquent pas. Au Cantemerle, le seul risque à prendre c’est d’être heureux ! Sur place, vivez des instants gourmands, La Table du Cantemerle : deux chefs engagés, une même philosophie. Ils vous proposent une cuisine maison à base de produits frais de saison, issus majoritairement de producteurs locaux.

Ici, le luxe, c’est l’espace ! L’hôtel Cantemerle s’étend sur près de 2 hectares où vous pourrez profiter d’une nature exceptionnelle et inspirante, en toute intimité.

T

out est prévu pour vous faire vivre un séjour en toute serenité, dans un cadre authentique et privilégié : restanques, solarium, piscine extérieure et ses transats, au cœur d’un vaste parc paysagé… Plus intimiste, découvrez le Spa Evasion Nature et sa piscine intérieure chauffée sous une verrière au cœur de la nature et le jaccuzzi plein air avec vue sur la Méditerranée. Vous recherchez un hôtel familial et confidentiel à l'ambiance chic et décontractée pour un séjour dépaysant et hors du temps ? L’hôtel Cantemerle se révèlera l’endroit idéal pour satisfaire vos séjours en famille ou escapade à deux. Que diriez-vous d’une partie de pétanque, d'une promenade à cheval, d’une randonnée aquatique ou d’une balade à vélo ?

Le Cantemerle c'est aussi un lieu d’exception pour vos événements Découvrez la Bastide, nouveau lieu réceptif exceptionnel qui s’étend sur 150 m² modulables, ouvrant sur une terrasse de 60 m² au cœur d’un jardin provençal. Un lieu privilégié pour une organisation sur-mesure de vos séminaires et réunions professionnelles : l’alliance parfaite entre travail et plaisir ! Il accueille également tous vos événements privés (baptêmes, mariages, anniversaires…). Et surtout, n'hesitez pas à réserver dés aujourd'hui en toute tranquillité* * Annulation ou report sans frais

Contactez Emmanuelle Topie Responsable Commerciale 04 93 58 96 97 - 06 64 27 33 91 commercial@hotelcantemerle.com www.hotelcantemerle.com 68


PRODUCTEURSARTISANS

SARAH & NICOLAS

Le plein de douceurs

Q

uand on a des grands-parents exploitants agricoles spécialistes des arbres fruitiers, il semble logique de tomber très jeune dans la marmite… C’est exactement ce qu’a fait Sarah en lançant en 2012 sa marque de confitures et sirops « Aux vergers Saint Joseph », soutenue par sa maman, qui l’accompagne sur les premiers marchés, et par Nicolas, son compagnon, artisan glacier et chocolatier de métier. Ces deux-là font la paire et très vite, en 2014, la marque de glaces et sorbets « Les Délices du Gélas » est créée. Dans la foulée, Sarah et Nicolas inaugurent leur boutique, dans le cœur du village de Saint-Martin Vésubie. Un magasin doux comme leurs produits, qui emprunte les codes de la montagne et sent bon les plaisirs sucrés. Qu’il s’agisse de sirops, de glaces, de confitures ou de confiseries, le duo fait très attention à ses matières premières. Les poires et les pommes arrivent pour beaucoup du verger familial (qui comptait jusqu’aux événements de l’automne dernier quelque 15 variétés de

poires différentes !), les fleurs de mélèze, les roses, les pivoines ou encore les fleurs de romarin sont cueillies alentour, les agrumes arrivent tout droit du littoral… Sarah aime particulièrement transformer les produits dont elle connaît la provenance. Ses préparations signature ? Le sirop de fleurs de mélèze, le confit de romarin, la confiture de framboise - coup de cœur des clients - et la poirevanille, « la préférée de ma grand-mère », conclut la jeune femme. n Sarah et Nicolas. Allée de Verdun, Saint-Martin Vésubie.

PHOTOS : PRESSE - CÔTE D’AZUR FRANCE – YANN SAVALLE

BRASSERIE DU COMTÉ Vaï Totchi Les images de la brasserie, complètement détruite en octobre dernier, sont encore dans les esprits. Mais après la stupéfaction et le choc, l’équipe de la Brasserie du Comté a choisi de se battre, soutenue par un incroyable élan de solidarité : ainsi est née la Mounta Cala, symbole de la résilience, brassée chez des brasseurs azuréens et permettant de maintenir une activité. Depuis, la Brasserie du Comté a redoublé d’efforts et c’est avec joie qu’elle annonce la mise en chantier prochaine d’une construction de 1300 m2, à l’entrée du village de Saint-Martin, qui leur permettra de brasser entre 20 000 et 25 000 litres de bières, mais également de voir naître de nombreux projets : l’ouverture d’une distillerie, pour la fabrication de gin, de whisky et de liqueurs ; la reprise de la bière #Aloura qui évolue chaque mois ; le brassage de la Bière Côte d’Azur, labellisée Côte d’Azur France, à la bergamote et prochainement aux bigarades ; la fabrication d’une limonade… Mais leur plus grande fierté, c’est de pouvoir ouvrir le premier centre de formation brassicole du Sud de la France. « L’occasion de relancer l’économie de la vallée et de faire venir du monde ». D’ici deux ans, la Brasserie devrait avoir doublé ses effectifs, passants de 8 à 16 personnes. n www.brasserieducomte.fr 69


PRODUCTEURSARTISANS

AUTOUR D’ISOLA Partons pour une petite incursion dans la vallée de la Tinée, à la rencontre de quelques jeunes producteurs. Dans cet environnement particulièrement généreux, la nature est une inspiration pour les papilles et le corps. Par Mélissa Mari

DANS MA RUCHE

GAËLLE ET LÉON

châtaigne et des sucettes. Ils pratiquent une apiculture transhumante raisonnée et naviguent ainsi entre Carros, Isola, Isola 2000 et St. Dalmas le Selvage. Cette palette de territoires leur permet de créer des nectars aux multiples saveurs : romarin, tilleul, châtaignier, ronce, edelweiss et toute une déclinaison de fleurs sauvages. Une production naturelle, pour laquelle Léon s’attache à soigner les colonies, en sélectionnant des reines adaptées au climat de montagne.

Il espère ainsi vendre des essaims à d’autres exploitants et partager cette singularité alpine, tout en défendant son métier passion. n Produits disponibles au Goût de Nice et sur les marchés des vallées. Plus d’infos sur Facebook : Dans ma ruche - Isola

PRODUITS LOCAUX DE LA TINÉE

CÉLINE & SÉBASTIEN

C

éline et Sébastien forment un couple d’épicuriens. Elle est professeure des écoles, sophrologue et auteure. ll est entrepreneur en rénovation. Leur rencontre est à l’origine d’un projet de vie particulièrement gourmand, qui traduit leur attachement au terroir local. La famille de Sébastien est originaire du village, il y a passé toute son enfance. Céline est quant à elle tombée sous le charme du territoire lorsqu’elle est venue enseigner à l’école communale. Tous deux sont de vrais hyperactifs curieux. Leur passion pour le bien manger les a amenés à travailler à la fois la châtaigne : crème de marrons classique, vanille, chocolat amer et sirop, mais également le safran, pur ou en mélange dans les gelées de fruits. Une exception en Tinée. Avec leurs produits « Tu veux une châtaigne ? » et le « Safran du Mercantour », ils sillonnent vallées et marchés, et échangent avec plaisir recettes et savoir-faire avec les locaux et les clients. n Les douceurs de Céline & Sébastien sont à retrouver sur : www.produits-locaux-tinee.fr

Dossier réalisé en collaboration avec le magazine gratuit aQui Isola 2000. Disponible dans la galerie marchande de la station. 70

PHOTOS : MELISSA MARI

N

ichés dans leur grange à flanc de montagne, vers le hameau de Sas, Gaëlle et Léon ont fondé leur petit cocon au cœur du Mercantour. Respectivement originaires de Franche-Comté et de Haute-Savoie, et tous deux issus d’un parcours d’études dans l’environnement, ils sont arrivés à Isola il y a quatre ans pour y installer leur exploitation apicole. Ils produisent aujourd’hui du miel de montagne et de haute montagne, des pains d’épices à la farine de


PRODUCTEURSARTISANS

SAVONNERIE DE LA TINÉE

AMANDINE ET NICOLAS

I

ls ont depuis peu pignon sur rue à Saint-Etienne de Tinée, commune d’accueil de leur paradis de vie. Amandine, Nicolas et Loup, leur petit garçon de trois ans, sont de grands amoureux des montagnes et de la liberté. Engagés dans un mode de vie durable et résilient, ils vivent aujourd’hui en pleine nature. Alors que leur couple est né à Isola 2000, au fil des saisons de ski, ils sont petit à petit sortis de la saisonnalité avec l’envie de développer une activité en accord avec leurs valeurs. Passionnés par le fait-maison, notamment la confection de cosmétiques, ils ont eu l’idée de créer une savonnerie. On y trouve aujourd’hui des savons saponifiés à froid, aux ingrédients 100 % biologiques et locaux, mais également des baumes nourrissants, un déodorant et des accessoires basiques de salle de bains, le tout dans une démarche zéro déchet, centrée sur l’artisanat français. C’est toute une philosophie qu’Amandine et Nicolas partagent à la savonnerie, convaincus qu’avec des projets comme le leur, on peut tous mieux consommer, mieux vivre et préserver notre environnement. n Produits et liste des revendeurs à retrouver sur : www.savonneriedelatinee.com

LA BRASSERIE DU KAMOUS

FREDDY

PHOTOS : MELISSA MARI

I

nstallée au cœur de la bourgade d’Isola depuis 2018, la Brasserie artisanale du Kamous propose des bières savoureuses, brassées directement avec l’eau pure du village. Derrière ce projet, se cache un discret personnage : Freddy. Après avoir passé près de dix-huit ans dans l’audiovisuel, c’est une profonde envie de retour à la ruralité, qui l’a poussé à créer son cocon à Isola. Il s’est installé dans l’ancien four à pain familial, autrefois tenu par les proches parents de sa compagne, Sandrine. Dans ce lieu chargé d’histoire, il brasse avec soin des bières naturelles et vivantes, sans filtration ni pasteurisation. Chez Freddy, on prend le temps de confectionner le produit, on laisse les arômes s’exprimer et les sens s'exalter au moment de la dégustation. Une blonde, une ambrée, une IPA et une blanche, telles sont les différentes saveurs de la Kamous, ainsi baptisée en hommage au chamois local. Avec sa petite production de 100 litres, Freddy est rapidement pris d’assaut, alors ne manquez pas de goûter ses mousses chez les commerçants locaux durant l’été ! n Plus d’informations sur la Brasserie du Kamous : www.brasseriedukamous.com 71


72


LE PETIT QUOTIDIEN MONTAGNE S’ORGANISER

SOLIDARITÉ RESTAURATION DE SENTIERS

Composée de fervents défenseurs de grands espaces et d’amoureux de la montagne, l’association Mountain Wilderness œuvre au quotidien, partout en France, au maintien des équilibres naturels, à la remise en cause des pratiques déraisonnables, à proposer des approches douces de la montagne et au soutien de l’économie montagnarde diversifiée. Régulièrement sur l’ensemble du territoire, des chantiers en pleine nature sont proposés aux membres et aux bénévoles. Au mois d’août, l’association prévoit un déblayage et une remise en état de sentiers détruits par la tempête Alex. Ne manquez pas de vous inscrire.

LE SITE « ALL INCLUSIVE » Quoi de mieux que de pouvoir s’appuyer sur un site qui réunit toutes les informations nécessaires avant de partir quelques jours en randonnées, dans le Parc National du Mercantour ou dans les Aires protégées Alpi Marittime ? Le site rando. marittimemercantour.eu est un condensé d’éléments pour rendre la sortie agréable. On y trouve non seulement une liste complète de parcours à choisir en fonction de la difficulté, de la durée, du dénivelé et même du thème (observation des animaux sauvages, pleine nature, géologie, etc.), mais également une liste complète d’hébergements accessibles sur le parcours (gîtes, campings ou bien chambres d’hôtes y sont recensés), les restaurants à découvrir, les produits du terroir à ne pas manquer et les sorties rando organisées sur un territoire donné.

Inscription à io@mountainwilderness.fr www.mountainwilderness.fr

https://rando.marittimemercantour.eu

SMARTPHONE

PHOTOS : PRESSE - PN MERCANTOUR

EXPLORE TINÉE MERCANTOUR

Voici l’application incontournable pour une sortie dans le parc national du Mercantour. D’une très grande simplicité d’utilisation, Explore Tinée Mercantour devient le compagnon de route des traileurs, randonneurs, afficionados de ski de rando ou de fond, ou encore de sorties en raquettes. Il suffit en effet de choisir un itinéraire en fonction de l’état d’ouverture des parcours et du niveau de difficulté visé, puis on se laisse guider en étudiant le descriptif précis de la sortie. On accède également à une carte IGN en temps réel via notre GPS ou en cache pour une utilisation hors connexion, tandis qu’un signal d’alerte nous prévient en cas de sortie de l’itinéraire. Les plus ? On peut être informé de la météo du lieu et des éventuelles actualités sportives du territoire, et même réserver son hébergement. Une consultation indispensable avant chaque sortie. Explore Tinée Mercantour. Sur Android et iOS. 73


LE PETIT QUOTIDIEN MONTAGNE GUIDES À DESTINATION DU PLUS GRAND NOMBRE

Avec 6 500 km balisés, le département des Alpes-Maritimes est prisé des amateurs de sport outdoor, pour qui le Conseil Départemental édite des guides indispensables. Les guides Randoxygène s’adressent au plus grand nombre : passionnés de randonnée, de VTT, d’équitation, de raquettes à neige, de via ferrata, de canyoning et depuis peu de trail, le tout décliné en fonction du territoire et de ses spécificités. Les cyclistes ne sont pas en reste, puisque le Département leur a concocté de petits recueils dédiés, à choisir en fonction du style de sortie : boucles touristiques, en famille, sportives… Accessibles gratuitement dans les offices de tourisme du département. www.departement06.fr

À NE PAS MANQUER

PODCAST

CHALLENGE DESCENTE VTT 06 Particulièrement adaptées à la descente en VTT, les Alpes-Maritimes accueillent la 5e édition du Challenge Descente VTT 06. Une épreuve qui a vu émerger de nombreux champions (Nicolas Vouilloz, Loïc Bruni, Fabien Barel…) et qui se déroule en 4 étapes, entre juin et septembre. RDV le 1er août à Blausasc, le 15 août à Isola 2000 et le 5 septembre à La Moulière. À noter que du 15 au 17 juillet, auront lieu les Championnats de France de la discipline, à Valberg.

Marc Namblard est audio-naturaliste. Il parcourt la France, en quête des sons de la nature. Un jour, afin de rejoindre un ami d’enfance ayant élu domicile dans nos vallées, il arpente les sentiers du Mercantour, pour nous revenir avec les sons de nos vallées. Équipés de deux enregistreurs utilisés en même temps, il est monté jusqu’au chalet de son ami, en alpage avec ses bêtes. Une aventure sonore qu’il nous transmet, nous plongeant dans le quotidien d’un berger du Mercantour.

L’ÉCHO DES ALPAGES

www.departement06.fr/cote-montagne/

naturaliste-alpage-mercantour

https://www.lesothers.com/podcast/marc-namblard-audio-

challenge-descente-vtt-06

LES RANDOS DU GÉOLOGUE Découvrir les secrets des Gorges du Daluis, le temps d’une randonnée encadrée. Voilà la promesse de ces randos qui invitent à parcourir un site spectaculaire, faits de canyons creusés dans la roche rouge qui contraste avec la végétation verdoyante. On admire la faune, la flore, la géologie et la minéralogie de ce site, unique réserve naturelle des Alpes-Maritimes, né du partenariat entre la communauté de communes Alpes Azur et la LPO (Ligue de Protection pour les Oiseaux). Trois parcours sont accessibles : familial, patrimonial ou sensation, de 4 à 9 km environ. Quelle que soit la randonnée réservée, on profite de l’accompagnement d’un professionnel, d’une pique-nique local et de saison, du transport en navette depuis Valberg et du prêt d’un kit de géologie. Informations et réservation sur : www.valberg.com

74

PHOTOS : PRESSE

DEUX-EN-UN


DU 19

DU

AU 22

2021 AOÛT

À 20H

rdins, a j s e l NICE Dans E D U A CHÂTE TUITE T GRA

ENTR

RE E ÉE LIB

EN PARTENARIAT AVEC

L’École des mères - DU 19 AU 22 AOÛT Marivaux - Mise en scène Muriel Mayette-Holtz passionnementtnn.fr 75


Profile for Sopress - Presso

Optimiste Nature N°27 (Juillet - Septembre 2021)  

Optimiste Nature N°27 (Juillet - Septembre 2021)  

Advertisement

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded

Recommendations could not be loaded