Page 1

N I C E    C ÔTE    D’AZUR

N° 3

+

REPORTAGE

Endurance extrême

N° 3

+

PORTFOLIO

SUCCESS STORY

DANS LES COULISSES DU NEGRESCO

LE PARFUM EN HÉRITAGE

Métiers d’art

Robertet

CÔTE D’AZUR

ÇA TOURNE ! CINÉMA, TÉLÉVISION, PUB…

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT OPTIMISTE MAGAZINE

© JEAN-LOUIS PARIS

N°3-AVRIL - JUIN 2015

AVRIL-JUIN 2015 - ÉDITION NICE CÔTE D’AZUR

CES SPORTS QUI NOUS DÉPASSENT

+


Édito

N I C E    C Ô T E    D ’ A Z U R

Marque déposée et propriété exclusive. Concept éditorial - Concept Multimédia. Tous droits de reproduction réservés.

N°3

AVRIL-JUIN

2015

ÉDITION Nice Côte d’Azur ÉDITEUR SOPRESS - Information & rédaction 5, chemin des Presses - 06 800 Cagnes-sur-Mer Tél. : 04 93 29 08 06 DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Fabrice Vallerent (f.vallerent@sopress.fr) RÉALISATION PRESSO - Concept & développement médias Tél. : 04 93 29 09 59 DIRECTION ARTISTIQUE Daphné Bury (daphne@presso.fr) DÉVELOPPEMENT ET MULTIMÉDIA Daphné Bury (daphne@presso.fr) Olivier Warter (olivier@presso.fr)

RÉDACTION SOPRESS Information & rédaction Tél. : 04 93 29 08 06 DIRECTEUR DE LA RÉDACTION Fabrice Vallerent (f.vallerent@sopress.fr) COORDINATEUR ÉDITORIAL François Stagnaro (francois.stagnaro@sopress.fr) JOURNALISTES Vanessa Gardet (vanessa.gardet@sopress.fr) Martin de Kerimel (martin.dekerimel@sopress.fr) Aurélia Lasorsa (aurelia.lasorsa@sopress.fr) François Stagnaro (francois.stagnaro@sopress.fr) ONT COLLABORÉ À CE NUMÉRO Jean-Marc Agostini, Maria Baeta, Alexandre Lenoir, Christophe Pozzo di Borgo, Jean Prève, Anne Sallé, Laurent Seguin. PHOTOGRAPHE Olivier Warter (olivier@presso.fr) DIRECTION DU DÉVELOPPEMENT Devenir partenaire Business Club Optimiste Pierre Cornillon (p.cornillon@optimistemagazine.fr) Tél. : 04 93 29 09 59 PHOTOS DE COUVERTURE © JEAN-LOUIS PARIS (« Section de recherche ») IMPRESSION Imprimerie TRULLI 120, chemin de la Clue - 06 140 Vence DIFFUSION Boîte aux lettres, ciblage (06) ADREXO Réseau partenaires Agences Banque Populaire Côte d’Azur Point accueil Cap 3000 Autres Dans les boutiques du centre-ville de Nice, Cannes et Antibes, et dans le réseau des partenaires industriels et du Business Club.

«   Changer de point de vue, un défi quotidien »

L

a bonne humeur ne se décrète pas. Parce qu’il est plus simple de se conformer à l’air du temps et de se laisser gagner par le défaitisme ambiant, adopter une vision optimiste de la vie implique un minimum d’efforts. Un entraînement quotidien, qui doit nous occuper dès le réveil en envisageant les – bonnes – perspectives de la journée, avant même de nous projeter à plus long terme. Facile à dire ? Sans doute. Et les conseils de vie sont souvent bien plus commodes à administrer qu’à mettre en œuvre. Dans une démarche toujours plus axée sur la proximité, le bien-être, les initiatives et les réussites, Optimiste Magazine vous propose de faire la route ensemble. Sur la Côte d’Azur plus qu’ailleurs, le retour des beaux jours annonce celui des activités de plein air. Cherchant à se dépasser, ­certains sportifs en profiteront pour se confronter à leurs limites dans des compétitions telles que l’Ironman, la Transvésubienne ou l’Ultra-Trail Côte d’Azur Mercantour. À chacun ses défis, à chacun ses désirs. Nous espérons juste en susciter beaucoup à la lecture de ce troisième numéro. Fabrice Vallerent

CONTACTS Devenir partenaire Business Club Optimiste : 04 93 29 09 59 Lecteurs : 04 93 29 08 06 Rédaction : 04 93 29 08 06 DÉPÔT LÉGAL Dépôt légal : à parution - ISNN : 2425-0562 TIRAGE ET DIFFUSION 20 000 exemplaires

L’éditeur décline toute responsabilité et ne peut être tenu pour responsable des éventuelles erreurs de publication. Magazine d’information gratuit. Ne peux être vendu. Ne pas jeter sur la voie publique. Il n’y a aucun article publicitaire dans Optimiste Magazine. Les marques et les établissements sélectionnés par nos journalistes ont toute légitimité en terme d’actualité ou d’information. Dans certaines rubriques, les prix et les coordonnées ne sont fournis qu’à titre indicatif.

Vous avez aimé Optimiste Magazine dans sa version papier. Pour ne manquer aucun numéro, téléchargez gratuitement l’application Optimiste Magazine sur votre tablette et votre mobile. Une expérience de lecture inédite accompagnée de bonus photos ou vidéos. Rendez-vous sur App Store ou Google Play.

Retrouvez toute l’actualité Rejoignez la communauté Optimiste Magazine et des éditions Optimiste suivez l’information Magazine sur notre site résolument positive www.optimistemagazine.fr sur Facebook. _ Partagez vos informations positives en temps réel et retrouvez Optimiste Magazine sur Twitter.

Découvrez la lecture connectée ! Téléchargez l’application Infos Plus dans l’App Store ou Google Play, repérez les pages où l’icône Infos Plus est présent et flashez-les avec l’application pour voir les enrichissements.

NICE CÔTE D’AZUR

MONTAGE GRAPHIQUE Adeline Deycard (adeline@presso.fr) Didier Torri (didier@presso.fr) Olivier Warter (olivier@presso.fr)

3 –


d’avoir trouvé notre 4 pièces, bientôt un bébé


Sommaire Brèves d’actualité

13 16 18

Enquête

35

Culture

Mode 58

Agenda

60

Sport

Alizé Cornet La gagne au cœur

40

Actualités

42

62

72

84

90

Évasion

Islande L’île mystérieuse

92

Moteur

Volvo XC 90 Gentleman farmer

97

64

Téléchargez Optimiste Magazine

Week-end

38

Paris Méditerranée

Éloge de la dentelle

Exposition La Prom’ et ses facettes

Boissons Petit traité de Biérologie

Changement de cap

Des sondages aux cépages

Archi & déco

La Palme d’or Christian Sinicropi

Grand angle

Endurance extrême Ces sports qui nous dépassent

Métiers d’art Les talents cachés du Negresco 51

Gastronomie

22

Événement Milan expose le monde

47

Portfolio

Actualités

Côte d’Azur Ça tourne !

Reportage

Gaby Gorsky Explorateur de vie 8

Emploi/Formation Environnement Immobilier

2015

Rencontre

7

Success Story

Robertet Le parfum en héritage

AVRIL-JUIN

Lisbonne Authentique et lumineuse

66

Corse Adresses secrètes

70

5 –

NICE CÔTE D’AZUR

N O S

Retrouvez Optimiste Magazine gratuitement dans les agences Banques Populaires Côte d'Azur.

Pour ce numéro 3, nous sommes fiers d’accueillir l’Imprimerie Trulli comme partenaire industriel, en charge de l’impression de l’ensemble de nos éditions. L’expertise de cette entreprise régionale (06) est un atout supplémentaire dans notre recherche d’excellence et de partage de valeurs positives. Reconnue pour la qualité de ses prestations, l’Imprimerie Trulli participe au développement et à la réussite d’OPTIMISTE Magazine.

CONTACT Banque Populaire Côte d’Azur 457, promenade des Anglais 06 292 Nice www.cotedazur. banquepopulaire.fr

CONTACT Sylvain Trulli ou Julien Trulli Directeurs associés 04 93 58 32 42 devis@imprimerietrulli.com www.imprimerietrulli.com

Pour le lancement d’Optimiste Magazine, nous avions besoin de nous appuyer sur un partenaire qui bénéficie d’un ancrage et d’une forte notoriété régionale. Un partenaire qui, à travers ses activités, partage nos valeurs, accompagne et motive les initiatives et les projets innovants.

P A R T E N A I R E S

La société Advertising Content, filiale du groupe Spir Communication, participe et soutient le lancement d’Optimiste Magazine. En phase avec nos valeurs, ce partenaire technologique nous accompagne dans la publication digitale sur App Store et Google Play. Une expertise globale reconnue, une offre complète de solutions print /digitales, complétée d’un savoir-faire dans l’enrichissement des publicités sur tablette (photos, vidéos, géolocalisation...). CONTACT Virginie Nozérac Responsable Marketing Pôle Industriel & Technologique Spir Communication Tél. : 04 42 33 64 16 vnozerac@spir.fr

Pour optimiser notre diffusion, nous avions besoin d’un partenaire à la hauteur de nos ambitions. Spécialisé dans la diffusion physique et numérique d’imprimés publicitaires, Adrexo nous apporte toute son expertise pour diffuser notre magazine au plus près des lecteurs. Une diffusion ciblée qui varie à chaque numéro et qui garantit la meilleure diffusion possible de 15 000 exemplaires imprimés, en boîtes aux lettres. CONTACT Lydie Garcia-Reseco Responsable Commerciale Grands Comptes Adrexo Nice 1 /Nice 2 Tél. : 04 93 96 85 65 06 72 86 69 98 lgarcia@spir.fr

NICE CÔTE D’AZUR

N°3

Pôle Company nous accompagne dans notre stratégie globale et réalise notre communication sur le thème « Être optimiste, c’est voir le verre à moitié plein ». Agence reconnue, Pôle Company nous conseille et nous apporte l’expertise nécessaire pour faire de ce projet un média d’avenir. CONTACT Bruno Valentin ou Ariel Morali Directeurs associés 04 92 15 22 00 info@polecompany.com www.polecompany.com

La participation d’Alban Creative Audiovisuel au lancement d’Optimiste Magazine sonne comme une évidence. Partenaire fidèle de notre agence de presse, Alban Creative Audiovisuel est spécialisé dans la création de contenus audiovisuels. Il réalise de nombreux reportages et documentaires pour différents médias. Dans ce numéro, il signe un reportage vidéo sur des sportifs qui s’entraînent pour l’Ironman. À découvrir et à partager dans notre édition sur tablette. CONTACT Alban Guillien Alban Creative Audiovisual Tél. : 04 89 14 74 50 contact@alban-ca.fr www.alban-ca.fr


RESERVEZ VOTRE ESSAI ! www.essai.mini-invitation.fr

30/06/15

mini store NICE PREMIUM MOTORS mini store test FACE CAP 3000 -mini Avenuestore Henri Lantelme test Adresse ST LAURENT DU Test VAR Adresse Ville Test Ville Test


Brèves A C T U A L I T É S

LA COLMIANE

Événement

LA DÉCO EN MODE RIVIERA C

e come-back va faire vibrer les amateurs. Créé en 1996 à SaintTropez, le Salon Vivre Côté Sud avait déserté le village le plus chic de la planète depuis près de 15 ans. Cette année, l’événement fait – enfin – son retour sur l’esplanade du port, transformée en showroom par quatrevingts exposants sélectionnés pour coller à l’esprit du lieu et aux tendances du moment. Ce salon est aussi l’occasion de réinventer son logement, puisque, pour la première fois, des coachings déco et jardin seront assurés par une équipe de stylistes, décorateurs et paysagistes.

PHOTOS : JEAN-BAPTISTE COMBES - DR

Du 24 au 26 avril. ∏≥ www.vivrecotesud.fr

Le Syndicat Mixte pour le développement de la vallée de la Vésubie et du Valdeblore annonce la construction d’une tyrolienne géante dans la station de La Colmiane. Avec deux lignes tendues sur une longueur totale de 2 500 m, une vitesse maximale de 120 km/h et un dénivelé de 300 m, il s’agira de la plus grande du genre en France et l’une des plus importantes en Europe. Elle reliera l’arrivée du télésiège du Pic au centre de la station. Mise en service prévue l’hiver prochain.

Entrepreneur militant Alain Meinardi n’est pas un chef d’entreprise comme un autre. Lorsqu’il décide d’implanter à l’Ariane (Nice) une grande surface spécialisée dans l’aménagement, cet homme de convictions poursuit un objectif non seulement économique, mais aussi social. Dans un livre qui vient de paraître, il revient sur la relation qu’il a nouée avec ce quartier, les difficultés qu’il y a rencontrées mais aussi les réussites, avec l’embauche de nombreux jeunes et la création de l’association 100 Chances, 100 Emplois. Quartiers sensibles, 20 ans d’entreprise en milieu difficile, Éditions Gilletta – Nice-Matin

Des Alpes à la mer en 4 L et 2 CV Le 13 juin prochain, les concurrents du premier Red Bull Cocorico partiront de Grenoble pour rejoindre la Côte d’Azur en 48 heures via la Route Napoléon au volant d’une centaine de 2 CV et de 4 L. À bord de ces véhicules mythiques, pilotes et copilotes se soumettront aux nombreuses épreuves qui ponctueront le parcours et bivouaqueront en cours de route. ∏≥ Renseignements et inscriptions sur www.redbull.com/cocorico

200 ans

1 er rang

Napoléon débarquait sur les plages de Golfe-Juan il y a précisément deux siècles pour rallier Paris. De nombreux événements commémorent l’événement le long du parcours.

La région PACA est le premier producteur de fruits et légumes de France. Le Var et les Alpes-Maritimes arrivent en tête pour les fleurs coupées. (source : AGRESTE)

70 millions En 2014, 11 millions de visiteurs ont généré une moyenne de 70 millions de nuitées touristiques sur la Côte d’Azur, soit 4 millions de plus qu’en 2013.

NICE CÔTE D’AZUR

La plus grande tyrolienne de France

TÉMOIGNAGE

7 –


Success Story É C O N O M I E

2

NICE CÔTE D’AZUR

1

8 –

 R O B E R T E T

LE PARFUM EN HÉR IT PAR AURÉLIA LASORSA

U

n adoucissant qui fleure bon le jasmin, un déodorant à la rose, un bonbon à la fraise. On l’ignore mais, derrière tout ça se cache souvent le nom de Robertet. Discrète, la société n’en est pas moins leader mondial pour les matières premières naturelles et ne compte pas céder sa place de sitôt. À sa tête

depuis 1993, Philippe Maubert, 4e génération de la famille Maubert à diriger Robertet, est entouré (comme il se doit) de ses frères Olivier et Christophe. Une dynastie dont la relève est quasiment assurée. Pour preuve, la présence dans l’organigramme de Julien, fils de Philippe, aujourd’hui directeur adjoint de la division matières premières, à qui une

PHOTOS : OLIVIER WARTER / SOPRESS - DR

LE GROUPE AGIT DANS L’OMBRE DES GRANDS ACTEURS DU MARCHÉ INTERNATIONAL, QU’ILS SOIENT PARFUMEURS, INDUSTRIELS DU SECTEUR DE L’AGRO-ALIMENTAIRE OU DE L’HYGIÈNE. SPÉCIALISTE DES MATIÈRES PREMIÈRES NATURELLES, ROBERTET A GRAVÉ DÉFINITIVEMENT SON NOM DANS L’HISTOIRE DES ODEURS.


3

1. Philippe et Julien Maubert, deux générations réunies devant l’usine conçue à la fin du XIXe siècle par Gustave Eiffel.

3. La production de plantes à parfums, à Grasse, est un héritage de l’époque à laquelle la ville était réputée pour ses tanneries. Il était alors nécessaire de recouvrir l’odeur des peaux par d’agréables parfums. La rose était donc tout indiquée.

R ITAGE phrase suffit pour résumer son implication « un peu comme Obélix, je suis tombé dedans lorsque j’étais petit… J’entends parler d’huiles essentielles et d’arômes depuis ma plus tendre enfance. Faire carrière chez Robertet était donc une évidence, mais ce choix ne m’a jamais été imposé. Je suis conscient de la chance que j’ai d’évoluer dans une entreprise familiale, vieille de plus de 160 ans, avec tout ce que cela implique de passion et de persévérance. » De la passion, il en a fallu au clan Maubert pour passer d’une petite usine sans grande prétention à son positionnement actuel : membre du CAC Small et au 7e rang mondial de l’industrie. Chaque génération a apporté sa pierre à l’édifice. L’aïeul fondateur, Jean-Baptiste, est à l’origine de nombreux brevets permettant de révolutionner le secteur. Au départ, l’enjeu n’était pas aussi important puisqu’il s’agissait uniquement

d’exploiter les matières premières de la région, notamment les plantes à parfum. Mais bien vite, les choses s’accélèrent et la modeste fabri­ que de la rue des Capucins à Grasse s’avère trop petite. La société, devenue alors P. Robertet et Cie, s’installe dans le quartier Saint-Claude, au sein d’un bâtiment dont la conception est signée d’un certain Gustave Eiffel. Une collaboration qui résonne comme une prémonition, puisque l’entreprise reçoit une médaille d’or à l’Exposition Universelle de 1900. Un savoir-faire croissant En 1923, c’est Maurice, fils de Jean-Baptiste, qui prend les commandes et inaugure une nouvelle ère, entre ouverture à l’international et procédés innovants. Il laisse son empreinte en développant notamment les Incolores naturels, en

CHIFFRES 950

salariés sur les sites de Grasse, 2 000 dans le monde.

390

millions d’euros de chiffre d’affaires.

17

pays dans lesquels la société Robertet possède des bureaux commerciaux.

NICE CÔTE D’AZUR

2.  La rose vient de Grasse, évidemment, mais aussi de Bulgarie ou de Turquie, comme ici.

9 –


Success Story É C O N O M I E

Repères 1850

Création par François Chauve, aidé de son neveu Jean-Baptiste Maubert, de l’entreprise « À la confiance », spécialisée dans la fabrication d’essences naturelles.

10 –

S'associant avec Jean-Baptiste Maubert, Paul Robertet rachète l’entreprise et lui confère alors son patronyme.

1953

La société diversifie son offre avec des compositions et bases pour la parfumerie, s’ouvrant ainsi au marché prestigieux des parfumeurs et couturiers tels que Guerlain, Chanel et Jean Patou.

1984

Les actions de Robertet sont cotées au Second Marché de la Bourse de Paris.

1993

Philippe Maubert prend la présidence du groupe.

Lorsque les fleurs arrivent fraîches sur le site de Saint-Claude, elles sont soumises à différents traitements afin d'être transformées en matières premières naturelles.

1935, puis les Butaflors, en 1950. Les pre- que Philippe Maubert ne regrette aucunemiers ont révolutionné le secteur avec des ment : « Non seulement Grasse véhicule une essences naturelles qui n’influent pas sur image positive qui pousse aujourd’hui de grandes la couleur définitive de la fragrance, tandis maisons à venir s’y installer – puisque Louis que les seconds, bien que très intéressants Vuitton et Dior rejoignent aujourd’hui Chanel, d’un point de vue technique, ne sont plus implantée de longue date –, mais nous constaautorisés aujourd’hui à cause de l’utilisation tons également, contre toute attente, que prode butane pour l’extraction. Puis les succès duire en France est plus intéressant puisque la s’enchaînent, au rythme de la diversification productivité, à coût identique, est de bien meilde l’offre. Robertet conserve leure qualité que celle que l’on son attachement aux matières peut obtenir en Chine, par exemple. » Des atouts qui premières 100 % naturelles mais s’intéresse de près aux incitent Robertet à investir « Malgré notre sans cesse dans ses sites grasproduits de synthèse et taille, nous s’ouvre progressivement aux sois, comme ce fut le cas ces compositions et bases pour dernières années. En 2012, sommes une parfumerie en 1953, puis le site du Plan-de-Grasse s’est entreprise aux arômes alimentaires en doté d’une nouvelle machine 1964. Des filiales équipées de ultra-moderne, parmi les familiale » plus performantes au monde, labo­ratoires de développequi permet de mécaniser ment sont créées à travers le monde, aux États-Unis, mais aussi en Argen- 85 % des pesées. Un investissement de 30 miltine, au Brésil, au Mexique, etc. Au début des lions d’euros, nécessaire pour améliorer la années 80, le site de Saint-Claude devient à productivité. Plus récemment, c’est un atoson tour trop exigu et c’est à proximité, au miseur qui a été installé. Cette technologie innovante, pour laquelle l’entreprise a Plan-de-Grasse, qu’une seconde unité de pro­ duction est construite. Un choix à contre- déboursé 9 millions d’euros, a pour but de fabriquer des arômes en poudre : de quoi courant des pratiques de délocalisation, mais

PHOTOS : DR

NICE CÔTE D’AZUR

1875


Des considérations sociales et environnementales Le santal de Nouvelle-Calédonie, le néroli de Tunisie, le patchouli d’Indonésie… Les matières premières arrivent du monde entier et il est primordial pour l’entreprise d’être présente dans les pays producteurs où le travail de sourcing revêt une importance particulière. Chaque étape du process est contrôlée, et plus encore dans le cas des matières naturelles, qui doivent être distillées sur place. De plus en plus de filières sont créées dans leur globalité, à l’image de celle du vétiver, produit à Haïti. « Cette option garantit la prise en compte de considérations sociales, sociétales et environnementales, nous confient d’une même voix Philippe et Julien Maubert. Il est indispensable de prendre soin de la matière qui nous fait vivre. À Madagascar, pour la production d’ylang ylang, nous avons mis en place un programme précis. La distillation nécessite l’utilisation de bois et d’eau. De fait, nous avons instauré un programme de reboisement afin d’être autosuffisants et nous avons installé un système de recyclage de l’eau après distillation. » Une ligne directrice sur laquelle Robertet communique peu mais qui va de pair avec l’aspect humain omniprésent dans le groupe. « Nous rachetons généralement des entreprises qui partagent nos

valeurs et nous les considérons dès lors comme partie intégrante de la société. Nous essayons de faire les choses en bonne intelligence, même lorsque des licenciements sont inéluctables. Malgré notre taille, nous sommes une entreprise familiale, avec tout ce que cela induit » explique le PDG. Voici sans doute l’un des secrets de cette entreprise qui flirte depuis bien des années avec les plus hautes sphères de l’industrie internationale et qui, peu à peu, entre dans la lumière. Alors que les parfumeurs communiquent rarement sur leurs fournisseurs de matières premières, certains aujourd’hui n’hésitent plus à mentionner Robertet. Une médiatisation loin d’être une priorité pour la firme, qui lui préfère une reconnaissance discrète et professionnelle. Comme elle en a l’habitude depuis plus d’un siècle. 

+ de photos sur l’appli Optimiste Magazine (App Store et Google Play)

Dans l'usine, les échantillons de senteurs se comptent par centaines et servent de base de travail aux nez de la société comme à ceux de passage.

11 –

perspectives

LE MONDE EN LIGNE DE MIRE

S

’il devient quasiment impossible de trouver de nouvelles matières premières à exploiter, car celles-ci nécessiteraient une batterie de tests de validation trop importante, Robertet n’exclut pas, néanmoins, de trouver de nouvelles filières. « Nous réalisons un très gros travail en matière d’approvisionnement », confirme Julien Maubert. Pour la production de

NICE CÔTE D’AZUR

révolutionner tout le secteur. Au-delà de sa situation géographique et de ses installations de pointe, le groupe mise également sur les producteurs, où qu’ils se trouvent sur la planète.

roses, par exemple, le groupe se fournit à Grasse, bien entendu, mais également en Turquie et en Bulgarie. Afin de ne pas être tributaire d’une seule production, soumise aux aléas climatiques ou à certaines maladies, et d’offrir toutes les garanties à leurs clients, les équipes sont en quête de plantations situées dans l’hémisphère sud. Tout comme pour l’ambrette,

autrefois exclusivement produite au Pérou, qui fait aujourd’hui l’objet d’un partenariat avec le Salvador. Une ouverture sur le monde qui ne concerne pas uniquement le volet de la production, puisque Robertet est implanté depuis peu à Bogota, Singapour et Moscou et souhaite développer son activité en Asie et en Amérique du Sud.


OPTIMISEZ votre regard !

Derma Lift 5.0 En 28 jours, plus de*

124% 38% 74%

d’augmentation d’hydratation de la peau d’augmentation d’élasticité de la peau des patients ont leur peau plus lisse

*Efficacité prouvée par une étude clinique sur 21 patients, 1 application de Derma Lift 5.0 matin et soir

Derma Lift 5.0, sérum liftant contour des yeux, cible les ridules avec un effet tenseur immédiat et durable pour traiter les effets du temps sur la zone sensible du contour de l’oeil. RÉSULTAT

Votre peau est hydratée, liftée et lissée. L’EXPERT EN DERMATOLOGIE ESTHÉTIQUE | www.dermaceutic.fr | contact@dermaceutic.fr Et pour plus d’informations, téléchargez l’application Infos Plus et flashez la page.


Emploi/formation A C T U A L I T É S

PAR FRANÇOIS STAGNARO

BIEN PLUS QU’UNE FORMATION

3 questions à

ARNAUD LOVICHI

PRÉVÔT DES ALPES-MARITIMES ET DE  CORSE COMMENT DÉFINIRIEZ-VOUS LES COMPAGNONS DU XXIe SIÈCLE ? Les Compagnons ont évolué avec la société. Nous recrutons des profils plus âgés qu’avant, avec davantage de diplômes. Le Tour de France est un peu plus court également (cinq à six ans en moyenne). Mais le principe de se perfectionner tout en voyageant demeure, et cela reste une spécificité française.

HÉRITIERS D’UNE HISTOIRE QUI REMONTE AU MOYEN-ÂGE, ILS GUIDENT DES JEUNES DANS L’APPRENTISSAGE DE MÉTIERS TRADITIONNELS. ENTRER EN COMPAGNONNAGE, C’EST AUSSI ÊTRE ADOPTÉ PAR UNE DEUXIÈME FAMILLE.

PHOTO : OLIVIER WARTER / SOPRESS

É

béniste, menuisier, charpentier, boulanger, plombier, plâtrier, chaudronnier, couvreur, sellier, tailleur de pierre… Autant de métiers traditionnels que les Compagnons du Devoir continuent d’enseigner à des générations d’apprentis. Une fois leur formation initiale et leur Tour de France effectués, ils bénéficient d’une expérience unique. Mais qu’implique-t-elle de différent par rapport à un cursus classique ? Tout d’abord, un esprit. Car, au-delà

du métier lui-même, les Compagnons accueillent les jeunes dans une vie de communauté, qui leur inculque une éducation et des valeurs, parmi lesquelles l’entraide et la transmission des savoirs. Dans la région, ils sont une cinquantaine à vivre sous le même toit, dans la Maison de Cagnes-sur-Mer. C’est Arnaud Lovichi, prévôt des Alpes-Maritimes et de la Corse, qui supervise leur formation. Celle-ci consiste, pour la plupart, en la préparation d’un

CAP, tout en travaillant en alternance en entreprise. Une fois son diplôme en poche, l’apprenti réalise une maquette qui, si elle est jugée digne par les Compagnons, lui permet de devenir aspirant. Ce statut marque leur appartenance à la communauté, et leur est indispensable pour s’engager dans le Tour de France. Réalisé auprès de différents professionnels, celui-ci dure plusieurs années à l’issue desquelles l’aspirant présente son « chef-d’œuvre ». Il devient alors Compagnon et peut s’établir. Initialement destiné aux adolescents, le mouvement accueille de plus en plus de jeunes après le bac, jusqu’à vingt et un ans. Il s’est également ouvert aux filles. 

QUEL EST LE RÔLE DU PRÉVÔT ? Il a la responsabilité du recrutement et de la promotion de l’association. Il assure également la prospection auprès des professionnels et le suivi des jeunes placés en entreprise. Sa mission comprend aussi la gestion administrative de la maison et de ses éventuels salariés. UN COMPAGNON A-T-IL LA GARANTIE DE TROUVER DU TRAVAIL ? Oui, d’autant plus que les métiers concernés manquent de main-d’œuvre. Il n’est pas nécessaire d’être Compagnon pour trouver du travail dans nos secteurs. Il faut juste être compétent. Le compagnonnage constitue un moyen de le devenir. Maison des Compagnons du Devoir ZAC des Travails, Cagnes-sur-Mer T. 04 92 13 12 02 ∏≥ www.compagnonsdu-devoir.com

NICE CÔTE D’AZUR

COMPAGNONS DU DEVOIR ET DU TOUR DE FRANCE

13 –


Emploi/formation A C T U A L I T É S

PAR VANESSA GARDET

URBANISME

Nice, ville innovante

Créé, en 2007, par des pharmaciens, easyparapharmacie.com, site de commerce en ligne basé à Cagnes-sur-Mer, est aujourd’hui l’un des leaders de son secteur en France. Il a expédié 200 000 colis l’an dernier et connu une croissance de son chiffre d’affaires de plus de 30 % alors que la moyenne nationale du e-commerce se positionne autour de 13 %. Une belle réussite pour cette équipe de quinze personnes qui travaille autour d’un catalogue de plus de 15 000 produits représentant quelque 300 marques (Nuxe, Caudalie, Bioderma, Mustela…). Particularité du site ? Une préparatrice en pharmacie répond en direct aux questions des clients. Une façon de convaincre les réfractaires à l’achat en ligne et tous ceux qui ne peuvent se passer de conseils.

nouvelles écoles niçoises, Franck Kerfourn, est un expert de la publicité, passé notamment par le groupe Publicis. ∏≥ www.mediaschool.eu

Entre 8 080 et 9 290 cadres seront recrutés en PACA en 2015, selon une étude de l’Apec. Les profils juniors sont les plus recherchés et représentent 29% des intentions d’embauche.

36 449 €

1 700

C’est le salaire moyen net d’un cadre en région PACA. Ce sont les ingénieurs R&D qui ont vu leur rémunération progresser le plus, selon le cabinet Expectra, avec une hausse de 5 % en 2014.

entreprises ont été accompagnées et financées en 2014 grâce au réseau associatif Initiative PACA et près de 3 400 emplois ont ainsi été créés ou sauvegardés.

PHOTOS : ROBERT CHURCHILL / GETTY IMAGES - DR

14 –

L

L’ACCÉLÉRATEUR DE CROISSANCE

Succès cagnois

FORMATION

NICE CÔTE D’AZUR

Nouveau

Les 24 et 25 juin se tiendra, à Nice, Innovative City. Brassage de métiers et d’initiatives, cet événement LA BONNE IDÉE avait réuni plus de 3 000 participants l’an dernier et s’impose comme une e réseau national Parrainer la croissance s’est associé à BA06 manifestation Event le mois dernier pour lancer son concept d’accélération majeure en de croissance des PME et start-ups pour la première fois en Europe dans région. Cette initiative a pour but d’aider les entreprises locales le domaine du à croître, grâce à un réseau national riche de plus de 4 000 sociédéveloppement tés dont 60 % des plus grandes entreprises du numérique urbain durable. français (Showroomprivé, Spartoo, Vente Privée, PriceEntre échanges Minister…), de Business Angels issus des quatre coins de la d’expérience France, de seniors de grands groupes porteurs d’expérience et débats et de conseils, etc. L’objectif de Parrainer la croissance est multiples d’étendre, d’ici juin 2016, cette initiative à dix villes françaises (mobilier urbain, reliées entre elles par le réseau. sécurité en ville, silver economy, etc.), Deux nouvelles écoles supérieures ces deux jours à Nice seront l’occasion Le groupe MediaSchool s’implante à Nice et accueillera de rencontrer les ses premiers étudiants à la rentrée prochaine au sein experts du de deux écoles différentes : #SUPDEWEB, qui prépare monde entier de aux métiers du digital, tandis qu’ECS forme à ceux de la la « smart city ». communication. Déjà implanté à Londres, Paris, Bruxelles, Un domaine Barcelone, Strasbourg, Toulouse et Marseille, le groupe, porteur d’idées présidé par Franck Papazian, s’installera dans le bâtiment et d’emplois du centre commercial Nicétoile. Le directeur des deux du futur.

ZOOM


BMW EFFICIENTDYNAMICS. MOINS D’ÉMISSIONS. PLUS DE PLAISIR. BMW EFFICIENTDYNAMICS.

Nouvelles BMW Série 1 Nouvelles BMW Série 1

MOINS D’ÉMISSIONS. PLUS DE PLAISIR.

www.bmw.fr

Le plaisir de conduire

www.bmw.fr

Le plaisir de conduire

RESERVEZ VOTRE ESSAI ! www.essai.bmw-invitation.fr

NOUVELLES BMW SÉRIE 1. NOUVELLES BMW SÉRIE 1. À partir de 290 €/mois sans apport, entretien et garantie inclus. *

À partir de 290 €/mois* sans apport, entretien et garantie inclus. • • •• • •

Nouveau design à la fois dynamique et élégant À partir de 3,4 l/100 km et 89 g/km de CO2 Nouveau à la fois et élégant Nouveauxdesign projecteurs Fulldynamique LED À partir de 3,4 l/100 km et 89 g/km de CO2 Nouveaux projecteurs Full LED

• • •• • •

Conciergerie 7 j/7 24 h/24, Musique à la demande et BMW Internet 4G Nouveaux moteurs essence et diesel, de 95 à 326 ch Conciergerie j/7 24 h/24, Musique à la demande et BMW Internet 4G Technologie 47 roues motrices intelligente BMW xDrive Nouveaux moteurs essence et diesel, de 95 à 326 ch Technologie 4 roues motrices intelligente BMW xDrive

CONCESSION TEST NICE PREMIUM Motors NICE PREMIUM Motors - Business Center Xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx CONCESSION TEST Boulevard Slama - NICE Ouest Face Cap 3000 - ST LAURENT DU VAR xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx Xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx 04.93.18.22.00 04.93.18.22.00 xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

Équipements de série ou en option selon versions. Consommations en cycle mixte des Nouvelles BMW Série 1 : 3,4 à 8 l/100 km. CO2 : 89 à 188 g/km selon la norme européenne NEDC. * Exemple de loyer pour une BMW 114d trois ou cinq portes Premiere en Location Longue Durée sur 36 mois et pour 45 000 km. 36 loyers linéaires hors assurances termes atteint) comprenant l’entretien, l’assistance facultatives 263,24 €/mois. Contrat d’entretien facultatifen aucycle prix de 26,76 €/mois pour BMW 36 mois et/ou (au km. 1er des Équipements :de série ou en option selonnational versions. Consommations mixte des Nouvelles Série 1 : 45 3,4000 à 8km l/100 COdeux 2 : 89 à 188 g/km selon la norme européenne NEDC. duExemple véhicule, de le véhicule relaisune panne catégorie B pendant 5 jours maximum, souscrit auprès deLongue BMW Finance. Coût36 total du et contrat : 963,36 €. Offre réservée aux assurances particuliers valable * loyer pour BMW 114d trois ou cinq portes Premiere en Location Durée sur mois pourd’entretien 45 000 km. 36 loyers linéaires hors er pour toute commande BMW 114d national trois ou d’entretien cinq portesfacultatif Premiereauavant le 26,76 30/06/15 dans les36 concessions BMW Sous réserve par BMW Finance l’assistance SNC deux termesd’acceptation atteint) comprenant l’entretien, facultatives : 263,24d’une €/mois. Contrat prix de €/mois pour mois et/ou 45 000participantes. km (au 1 des au capital de 87 000 000 € RCS Versailles B 343 606 448 TVA FR 65 343 606 448. Établissement de Crédit Spécialisé agréé par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution valable sous du véhicule, le véhicule relais panne catégorie B pendant 5 jours maximum, souscrit auprès de BMW Finance. Coût total du contrat d’entretien : 963,36 €. Offre réservée aux particuliers : 109 g/km. L’extérieur le n° 14670. Courtier en Assurances immatriculé à l’ORIAS sous le n° 07 008 883. Vérifi able sur www.orias.fr. Consommation en cycle mixte : 4,1 l/100 km. CO 2 pour toute commande d’une BMW 114d trois ou cinq portes Premiere avant le 30/06/15 dans les concessions BMW participantes. Sous réserve d’acceptation par BMW Finance SNC des véhicules comporte des équipements au capital de 87 000 000 € RCS VersaillesenBoption. 343 606 448 TVA FR 65 343 606 448. Établissement de Crédit Spécialisé agréé par l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution sous le n° 14670. Courtier en Assurances immatriculé à l’ORIAS sous le n° 07 008 883. Vérifiable sur www.orias.fr. Consommation en cycle mixte : 4,1 l/100 km. CO2 : 109 g/km. L’extérieur des véhicules comporte des équipements en option.


Environnement A C T U A L I T É S

PAR ANNE SALLÉ

O P T I M I S A T I O N

É N E R G É T I Q U E

16 –

AVEC L’OUTIL CARTO’PV – POUR PHOTOVOLTAÏQUE –, LA CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE NICE CÔTE D’AZUR MET L’ÉNERGIE AU SERVICE DE LA COMPÉTITIVITÉ DES ENTREPRISES ET DE L’EMPLOI.

CHEF DE PROJET ÉNERGIE, PÔLE DÉVELOPPEMENT DURABLE, CHAMBRE DE COMMERCE ET D’INDUSTRIE NICE CÔTE D’AZUR LE SOLAIRE, EST-CE UN BON INVESTISSEMENT ? C’est l’avenir ! Aujourd’hui, il est même déjà directement compétitif. Produire un kWh d’énergie solaire a le même coût qu’un kWh d’énergie du réseau. Et son coût continuera de diminuer alors que celui des énergies traditionnelles ne cessera d’augmenter.

S

i l’enjeu de l’énergie durable est de réduire la facture énergétique et de consacrer la masse financière libérée à l’in-vestissement local, alors les Alpes-Maritimes ont une carte à jouer. Le département est le mieux ensoleillé de la région PACA, elle-même classée comme la mieux lotie de toutes les régions françaises avec une exposition moyenne annuelle de 1 220 à 1 440 heures (1). L’accès à cette source d’énergie, gratuite et inépuisable, chaque jour plus compétitive, a incité la CCI Nice Côte d’Azur à développer une action pilote à destination des entreprises. En cohérence avec son produit Éco’Énergies (destiné

JEAN-CHRISTOPHE CLÉMENT

à réduire la facture énergétique globale des entreprises), l’institution azuréenne a décidé de booster le développement du solaire sur les toitures et parkings des zones d’activité. Une cartographie fine du potentiel photovoltaïque des entreprises a été élaborée, plus de 2 500 toitures scannées et étudiées. De ces données, croisées avec l’atlas du gisement solaire de l’école des Mines ParisTech (www.atlassolaire.fr), est né l’outil « Carto’PV ». D’un clic (2), il permet à l’entrepreneur de savoir s’il peut produire avantageusement du solaire sur son toit, à coût

compétitif. L’économie réalisée sur sa facture énergétique serait au minimum de 10 %. L’équipement de l’ensemble des entreprises recensées permettrait, lui, de couvrir le quart du pic méridien de la consommation d’énergie estivale (1 200 MW). Malin, l’outil profite aussi à la filière et au développement économique local en permettant aux professionnels d’accéder aux données et de préparer leurs études de marché. Du fournisseur au banquier, l’ensemble de la chaîne représenterait aujourd’hui 500 emplois.  CCI Nice Côte d’Azur, Pôle Energie. ∏≥ www.cote-azur.cci.fr

1. Étude du potentiel de production d’électricité d’origine solaire en PACA, menée en 2009 par l’Observatoire régional de l’Énergie, du Climat et de l’Air de la région PACA (ORECA). 2. L’accès à Carto’PV est libre et gratuit, via le site cci06.dynmap.com/dynmap_cci06/pv_ccinca/flash

ET EN TERMES D’ÉQUIPEMENTS ? Depuis 2007, le coût d’achat a été divisé par trois à la suite de la réduction des subventions et de la structuration du réseau industriel mondial. Les rendements, eux, sont restés les mêmes et le tarif d’achat consenti par l’État reste supérieur à celui de l’énergie du réseau. QUELLE EST LA DURÉE DE VIE D’UNE INSTALLATION ? Elle n’est pas limitée si elle est bien réalisée. Un panneau perd 0,5 % de rendement par an, ce qui signifie qu’il conserve 90 % de sa puissance initiale au bout de vingt ans, 80 % au bout de quarante ans… En gros, vous récupérez la mise au bout de dix ans et pouvez en tirer profit au-delà. En outre, l’installation est recyclable à 95 %.

PHOTO : TEMIS / GETTY IMAGES

NICE CÔTE D’AZUR

LA CÔTE D’AZUR JOUE LA CARTE DU SOLAIRE

3 questions à


Semaine européenne du développement durable

BIOMASSE

L’OR VERT É

conomiser 60 % sur la facture de chauffage ? La solution est là, vertueuse, proposée par la société Zeta Pellet. La PME, basée à Antibes, est spécialisée dans la fabrication de granulés à base de déchets végétaux, directement exploitables dans les chaudières polycombustibles, en remplacement des énergies fossiles classiques. « Nos granulés sont composés de branchages, d’arbres, d’herbes ou de gazon, grâce à un procédé respectueux de l’environnement et sans ajout d’autres substances » explique Étienne Franck, son dirigeant. « Leur pouvoir calorifique est élevé : 2,5 kg de granulés équivalent à un litre de pétrole. En outre, leur bilan CO2 est neutre, leur combustion n’entraîne pas de pollution et leurs cendres peuvent servir de complément d’engrais naturel pour végétaux. » Écologique, économique, facilement accessible et renouvelable à l’infini, ce nouveau combustible puise toute sa force et sa raison d’être dans la proximité de la matière première et des centres de transformation. Cela évite les coûts de collecte et de transports, et permet de soutenir l’économie locale avec la création d’emplois. La première unité de fabrication se situe à Tourves (83), mais la société est également présente à Clans (06). Zeta Pellet a développé toute une gamme de chaudières hybrides destinées aux industriels, aux collectivités et aux particuliers.

79 % des Français préfèreraient consommer directement leur électricité et vendre l’excédent au réseau s’ils pouvaient la produire à partir d’une énergie renouvelable (« EnR »), selon le baromètre Qualit’EnR/Opinionway. Plus généralement, les équipements permettant d’exploiter une énergie renouvelable sont, pour 27 %, ceux utilisant le bois (insert, poêles et / ou chaudières), suivis par les pompes à chaleur (12 %), les panneaux photovoltaïques (7 %) et les solutions solaires thermiques incluant chauffe-eau et / ou système combiné (6 %). PHOTO : DR

∏≥ www.semaine dudeveloppement durable.gouv.fr Du samedi 30 mai au vendredi 5 juin.

AGIR SE METTRE AU VÉLO… ÉLECTRIQUE Plusieurs communes du département ont voté une aide aux particuliers. À Cannes, l’achat est subventionné à hauteur de 25 % du prix neuf TTC, dans la limite d’une enveloppe de 300 euros, à condition de conserver l’engin au moins trois ans. La Métropole Nice Côte d’Azur accorde une aide de 200 euros, également limitée à 25 % du prix neuf TTC, contre un engagement de cinq ans. Se renseigner en mairie.

INVESTIR DANS UN CHAUFFE-EAU SOLAIRE INDIVIDUEL Sur la plateforme mise en place pour relancer la filière solaire thermique en Provence-Alpes-Côte d’Azur, on trouve en quelques clics les informations et les conseils nécessaires pour bien choisir avant d’investir. Les Espaces Info Énergie aident à lire les devis. ∏≥ www.vivonsolairenpaca.fr ∏≥ www.paca.ademe.fr

PROFITEZ DES AIDES 2015 ! Pour tous : le nouveau Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (taux à 30 %) est cumulable avec l’éco-prêt à taux zéro, dit « éco-PTZ ». Voir aussi du côté de la Prime Énergie (délivrée par les fournisseurs d’énergie) et de l’ANAH (financement jusqu’à 50 % du montant des travaux, sous conditions de ressources). ∏≥ www.terrevivante.org

La cellule photovoltaïque invisible ZOOM

∏≥ www.zetapellet.com ∏≥ www.zetechpro.com

En 2015, la Semaine du développement durable devient européenne et change de date. En France, elle sera un puissant vecteur de mobilisation contre le changement climatique, déclaré « grande cause nationale » à l’occasion de la tenue de la Conférence Climat à Paris, en décembre prochain. Pour inscrire un projet (jusqu’à mi-mai) ou s’informer sur les diverses manifestations, un seul site :

!

La solution photovoltaïque Wysips® est développée par la société Sunpartner Technologies. Elle permet de transformer n’importe quel support en surface auto-productrice d’électricité sans nuire à son esthétique : écrans, vitrages, enseignes, panneaux d’affichages, coques de téléphone… Dotée de cette technologie, la première montre analogique solaire connectée, baptisée « névo solar », est en cours de commercialisation.

Ne manquez plus un seul numéro, téléchargez gratuitement OPTIMISTE Magazine

∏≥ www.sunpartnertechnologies.fr

NICE CÔTE D’AZUR

ÉVÉNEMENT

Entreprise

17 –


Immobilier A C T U A L I T É S

PAR AURÉLIA LASORSA

LOÏC BRIARD

M A N S I O N S

NICE CÔTE D’AZUR

UNE RÉNOVATION CLASSÉE

18 –

NICE JOUIT D’UN REMARQUABLE PATRIMOINE IMMOBILIER ANCIEN. SUR LA RUE DE FRANCE, L’IMMEUBLE GLORIA MANSIONS FAIT FIGURE D’EXEMPLE EN MATIÈRE DE RÉNOVATION.

C

onstruit entre 1932 et 1934, le Gloria Mansions avait quelque peu perdu de sa superbe, jusqu’à devenir invisible sur une rue de France maculée d’immeubles de tous âges et tous styles. Sous l’impulsion d’une association de passionnés, le bâtiment a subi un lifting complet de vingt-quatre mois et affiche aujourd’hui fièrement le charme suranné de l’époque Art Déco.

Le projet de départ comportait pourtant quelques difficultés non négligeables : un bâtiment classé aux Monuments historiques, des logements occupés et la nécessité de savoirfaire d’un autre temps. Pour autant, deux ans après le lancement de la phase initiale et après un investissement de 17,4 millions d’euros, l’inauguration a eu lieu en grande pompe, dévoilant un immeuble

flambant neuf, semblable en tout point à ce qu’il était, il y a un peu plus de quatre-vingts ans… le respect des normes actuelles en plus. Une réussite qui permet aux propriétaires d’immeubles anciens de se projeter dans une éventuelle rénovation. Et aux investisseurs en loi Malraux de faire fructifier un placement déjà intéressant. Précision de taille : aucune subvention n’a été sollicitée. Au vu des sommes engagées pour cette réhabilitation, les conseils de l’association Gloria Mansion (créée pour l’occasion et qui œuvre aujourd’hui pour la préservation et la valorisation des constructions Art Décoratif et Mouvement Moderne à Nice, avec une vraie sensibilisation au béton coloré des façades) ont été essentiels pour les propriétaires. À grand renfort de documents d’archives, les membres de l’association ont surveillé l’ensemble des travaux. Pour sa présidente, Roberte Dallo, « le défi était de taille et il a fallu convaincre les propriétaires du bien-fondé d’une telle démarche. Mais GCC Provence, embauchée en tant qu’entreprise générale du projet, a été à la hauteur à tout point de vue ». Un chantier gagnant-gagnant. 

DIRECTEUR DE L’AGENCE GCC PROVENCE QUELLES SPÉCIFICITÉS AVEZ-VOUS DÛ PRENDRE EN CONSIDÉRATION SUR CE PROJET ? Le Gloria Mansions est un immeuble exceptionnel, classé aux Monuments historiques, pour lequel nous avons fait appel à des professionnels hautement qualifiés. La façade à base de nacre, par exemple, a nécessité un nettoyage avec des compresses de produits spécifiques. La présence, dans les lieux, d’une douzaine de locataires a sans doute été l’élément le plus contraignant. Les vingt-quatre mois de travaux ont été gérés en quatre phases distinctes, dont une de préparation, et la relation avec les habitants a impliqué une vaste opération de communication, avec des réunions et des courriers réguliers. Tout s’est fort heureusement très bien déroulé. QUE RETENEZ-VOUS DE CE PROJET ? Nous avons dû nous adapter : créer des corniches en staff démontables pour y insérer les raccordements aux réseaux électriques et de télécommunication, réimplanter les gaines techniques en fonction des lots occupés, rénover sans toucher à quoi que ce soit au niveau de l’architecture des parties communes, etc. Nous n’avions encore jamais travaillé sur un tel projet dans la région. Et nous avons pu voir, lors de l’inauguration, que le résultat ne laisse personne indifférent.

PHOTO : MICHEL GRANIOU / ASSOCIATION GLORIA MANSION / NICE

G L O R I A

questions à


L

a collection immobilière printemps-été 2015*

Plus de 800 biens disponibles à la vente de Cannes à Beausoleil : le vôtre s’y trouve forcément

Agence de Nice Opéra

Agence de Nice Promenade

Agence de Nice Masséna

Agence de Cannes

Agence de Villefranche sur mer

11, rue Saint Francois de Paule 06300 Nice Tél. +33 (0)4 93 62 40 00 opera@nice-properties.fr

2, rue Halévy- Le Rulh 06000 Nice Tél. +33 (0)4 92 07 09 50 promenade@nice-properties.fr

10, rue Masséna 06000 Nice Tél. +33 (0)4 93 01 50 00 massena@nice-properties.fr

37, rue d’Antibes 06400 Cannes Tél. +33 (0)4 93 68 51 51 cannes@nice-properties.fr

2, avenue de la Grande-Bretagne 06230 Villefranche-sur-Mer Tél. +33 (0)4 93 91 92 57 villefranche@nice-properties.fr

*VOUS EST PROPOSEE SUR WWW.NICE-PROPERTIES.FR


Immobilier A C T U A L I T É S

TENDANCE

NICE CÔTE D’AZUR

L

20 –

e premier trimestre 2015 a réservé de bonnes surprises aux acteurs de l’immobilier azuréen. Un frémissement palpable, la création d’un second Salon de l’immobilier Nice-Matin à Saint-Raphaël et une loi Pinel plus attractive laissent espérer que le secteur aperçoive enfin le bout du tunnel. « Nous avons vu le volume d’activité augmenter de 5 % sur les deux premiers mois de l’année par rapport à 2014, nous confie Frédéric Pelou, président de la Fnaim Côte d’Azur. Aujourd’hui, les voyants sont au vert et les clients l’ont bien compris puisqu’on note un regain d’activité dans le neuf comme dans l’ancien. Nous sommes plutôt optimistes pour les mois à venir, notamment grâce aux taux d’emprunt encore plus bas aujourd’hui qu’il y a six mois. » Même son de cloche chez les professionnels du neuf « depuis le quatrième trimestre 2014, nous assistons à un rebond des ventes de l’ordre de 4 % sur le secteur, nous confirme Olivier Durix, directeur régional de Bouygues Immobilier et membre du bureau de la FPI. Le dispositif Pinel a permis aux investisseurs de se manifester, car il garantit une sécurité au moins pour les deux années à venir. De fait, dans les Alpes-Maritimes, le stock est très faible, de l’ordre de dix mois environ, et nous assistons à un déficit de l’offre. Mais, d’ici la fin de l’année, le marché devrait connaître de nouvelles propositions et l’on attend encore beaucoup du secteur public, comme Nice Meridia par exemple. »

RÉHABILITATION

D’un hôtel à l’autre L’État ayant choisi de mettre en vente une partie de son patrimoine immobilier, l’ancien hôtel des impôts de l’avenue Durante, à Nice, deviendra dans quelques semaines un hôtel 3 étoiles de la marque Ibis Styles. Une reconversion qui permet de révéler le fort potentiel architectural de l’immeuble.

DU NEUF À NOTREDAME Dans le cadre de la politique d’embellissement du centre-ville de Nice, le quartier Notre-Dame s’apprête à entrer dans une nouvelle ère. La rue d’Italie, qui longe la basilique, deviendra semi-piétonne tandis que l’actuel parking cèdera sa place à un square urbain. Ce site de plus de 1 600 m2 intègrera deux aires de jeux, un point d’animation et un espace détente. Les travaux doivent débuter en novembre prochain pour un résultat définitif livré en mai 2016.

150  0 00 € C’est le prix maximum des biens proposés à la vente par le site Primaximmo.com. On y trouve du neuf, de l’ancien, des garages ou encore des locaux commerciaux. Et ce dans toute la France.

5 départements pilotes testent actuellement la révision des valeurs locatives : Charente-Maritime, Nord, Orne, Paris et Val-de-Marne. Des valeurs trop éloignées des réalités du marché, qui servent à calculer les taxes foncières et d’habitation. Un bilan doit être remis au Parlement à l’automne pour une éventuelle application à tout le territoire dans les années à venir.

639 logements privés (appartements ou maisons) pourront être rénovés d’ici à 2017 grâce au programme d’intérêt général (PIG) de la métropole Nice Côte d’Azur. Un dispositif d’aides financières qui permet aux propriétaires (occupants ou bailleurs) de réhabiliter leurs biens. Infos au 0 805 69 39 09.

Évaluer le marché Depuis le début de l’année, la Fnaim Côte d’Azur propose aux professionnels comme aux particuliers d’accéder en un clic à sa Carte du Logement. Un outil qui présente les tendances immobilières par ville et par quartier. En pratique, une fois la zone géographique sélectionnée, on accède au profil du parc de logements, son âge, le profil des occupants, le marché en général (rotation, volume de ventes), etc. ∏≥ www.fnaim06.fr

PHOTO : DR

LE MARCHÉ REPREND DES COULEURS ?

ZOOM

côte d´azur

PAR AURÉLIA LASORSA


Nous l’imaginons, vous le vivez

À vos côtés sur la Côte d’Azur depuis près de 30 ans

NOUVEAU À MENTON EDEN RIVIERA

Nous sélectionnons des sites privilégiés, imaginons des espaces à vivre de valeur, pour vous construire un patrimoine pérenne au cœur de la Riviera... Cette recherche constante de qualité s’exprime chaque jour au travers du professionnalisme de nos collaborateurs, traduite par l’obtention des certifications ISO 9001 et Qualiprom. Elle se concrétise également par notre certification NF logement et par un haut niveau d’exigence de performance énergétique pour l’ensemble de nos réalisations. La qualité SAGEC, c’est être proche de vos attentes pour donner du sens au bien vivre sur la Côte d’Azur.

Votre coin de paradis en ville... à 5 minutes à pied de la plage

www.sagec.fr 13, rue Alphonse Karr I 06000 Nice Tél. 04 93 82 08 18 SAGEC MÉDITERRANÉE - RCS NICE 340 747 14 - Illustrations non contractuelles destinées à exprimer une intention architecturale d’ensemble et susceptibles d’adaptations. Crédit photo : © Shutterstock, ellostudio - Photos non contractuelles à caractère d’ambiance - Conception : © commeuneimage.net - 03/15

Au calme d’un jardin classé du centre-ville Du studio au 4 pièces et maisons de ville, aux larges terrasses ou jardins privatifs De belles vues dégagées vers la mer, le jardin ou les collines environnantes


PHOTO : DR

NICE CÔTE D’AZUR

É C O N O M I E

ENQUÊTE

22 –


CÔTE

D’AZUR

CINÉMA, SÉRIES TÉLÉ, DOCUMENTAIRES, REPORTAGES... NOTRE RÉGION ATTIRE LE REGARD DES CAMÉRAS DU MONDE ENTIER. AU-DELÀ DU BÉNÉFICE D’IMAGE, UN VRAI ATOUT POUR L’ÉCONOMIE. ILLUSTRATIONS. PAR MARTIN DE KERIMEL

A

dèle Haenel marche pieds nus sur la promenade des Anglais, à quelques pas du Palais de la Méditerranée. Le temps d’un tournage, la comédienne est Agnès Le Roux, l’héritière disparue en 1977. Comme elle, les professionnels de l’audiovisuel sont nombreux à venir chaque année ­travailler sur la Côte d’Azur. Récemment, on a vu Woody Allen réinventer la Riviera des années 20 avec des ­passages à l’hôtel Belles Rives et une soirée à la villa Eilenroc d’Antibes. Une équipe d’Europacorp, elle, est venue filmer des cascades automobiles à Menton. Jacques Gamblin et un jeune handicapé ont couru le triathlon Ironman de Nice... et les p’tites bêtes du Mercantour, recréées en animation, ont attiré les lumières du septième art au point de s’exporter en Chine ! Courts, moyens et longs-métrages, documentaires, pubs, reportages d’entreprise, émissions ou télé-réalité… des images nombreuses, variées et souvent positives. En prime time

Après Paris, Woody Allen est venu sur la Côte d’Azur pour tourner son deuxième film français, Magic in the moonlight.

L’an dernier, la série Section de recherches (TF1) s’est installée à Nice après sept saisons et 76 épisodes tournés à Bordeaux. Productrice et scénariste, Dominique Lancelot est

NICE CÔTE D’AZUR

ÇA TOURNE !

23 –


Enquête É C O N O M I E

24 –

revenue dans une région qu’elle connaît bien, entre autres parce que sa mère a grandi à Menton. Sûre de son choix : « En Gironde, nous avions un peu fait le tour. Il fallait d’autres personnages et de nouveaux lieux. Les communes et établissements publics des Alpes-Maritimes se sont montrés ouverts et nous ont aidés. Nous n’avions pas l’impression de déranger. C’est aussi ce qui fait l’attrait d’une région. » La série déplace au moins 40 personnes et jusqu’à 70 intervenants par épisode. Dominique Lancelot a fait appel aux talents locaux pour « environ 70 % des techniciens et la totalité des figurants ». Depuis les débuts, l’audience moyenne atteint 6,9 millions de téléspectateurs. D’où cette question : la Côte d’Azur profite-t-elle de sa visibilité sur les écrans, petits et grands ? C’est le pari du Comité régional du tourisme Riviera, qui, depuis Nice, défend cette image, en France et à l’étranger. L’organisme a édité un dossier pour guider les cinéphiles dans une découverte des sites. La Commission du film Alpes-Maritimes Côte d’Azur, elle, assiste les porteurs de projets : elle les accompagne en repérage, les met en relation avec des techniciens et leur détaille les dispositifs d’aides publiques. L’impact de l’audiovisuel sur l’économie locale se chiffre à 33 488 300 euros d’injections financières directes et 30 271 nuitées hôtelières pour 2013, chiffre supérieur à celui constaté en 2011 et 2012. La tendance devrait se confirmer pour le bilan 2014, diffusé en mai. Les entreprises locales en pointe Les tournages mettent également en avant l’expertise des entrepreneurs locaux. L’observatoire Sirius en

comptabilisait 420 en 2013, soit 1 400 emplois et un chiffre d’affaires de 231 millions d’euros. TSF, par exemple : présente en Belgique et en France, notamment à Valbonne, cette société loue ou vend du matériel cinéma et photo. Explication de Jean-Christophe Pouillaud, responsable pour le Sud de la France : « Nos clients sont pour 60 % des professionnels de la publicité. 30 % tournent des séries télé et 10 % des longs-métrages cinéma. Une moitié vient de Paris, 30 % sont des sociétés locales et 20 % des structures étrangères. Nos indicateurs sont au vert. » Assez pour croire en un potentiel de développement et en la possibilité d’embaucher à moyen terme. Les Alpes-Maritimes peuvent bel et bien compter sur l’apport d’entreprises de pointe, telles Doremi, le spécialiste des serveurs informatiques pour

les cinémas, récemment passé dans le giron du groupe américain Dolby. Certes plus petits, les Niçois de Machina Films, eux, sont présents depuis 2007 sur le marché des images numériques, animations 2D/3D et effets spéciaux. Les deux associés fondateurs comptent renforcer leur activité d’étalonnage. « Avec Loring Charpentier, nous avons démarré autour d’une grosse commande pour un longmétrage, indique Dominic Graziani, directeur commercial. Nous avons, depuis, travaillé sur des courts-métrages de fiction, des génériques de manifestations sportives ou un projet pour un musée de Monaco. » Machina Films parraine des festivals de courts-­ métrages. Elle a eu des clients à Paris, Lyon et Bordeaux, ainsi qu’à l’international (Canada ou Mexique), dont TF1 et Eurosport.

PHOTOS : JEAN-LOUIS PARIS

NICE CÔTE D’AZUR

Section de recherches a quitté Bordeaux : en montagne ou sur le littoral, la série policière de TF1 a posé ses valises dans les Alpes-Maritimes.


PHOTOS : JEAN-LOUIS PARIS

Repères 1919

Inauguration, à Nice, des studios de la Victorine. 1930

Sortie du film À propos de Nice, un documentaire (critique) de Jean Vigo. 1942

1946

Une région qui fait envie Patron de Jake Productions, une entreprise à laquelle il a donné le nom de son fils, le Britannique John Bernard a collaboré, depuis Monaco, à des films de Clint Eastwood, Steven Soderbergh, Martin Scorsese ou Bernardo Bertolucci notamment. Il met en avant la capacité de sa structure à travailler dans le Sud de la France, pour le cinéma, la télévision, la publicité et la photo. Ses arguments de vente : « 300 jours de soleil par an et une lumière que les maîtres de la peinture adoraient, détaille John. Une destination à deux heures de Londres, avec plus de vingt vols par jour, Cannes et Monaco à une heure de Nice, Saint-Tropez et les Alpes du Sud accessibles en moins de deux. Une stupéfiante diversité de sites. » Jake a participé à

quelques blockbusters hollywoodiens, à Monaco, pour une scène de course automobile dans Iron Man 2 ou l’encadrement du voyage de Selena Gomez dans Bienvenue à Monte-Carlo. Autre référence locale : Dom Hemingway, une comédie policière avec Jude Law, sortie l’été dernier. « Un bon producteur doit être capable de discernement quant à la valeur des projets qu’il retient », suggère John, en évoquant le flop critique de Grace de Monaco, pourtant programmé en ouverture du Festival de Cannes 2014. Pour lui, comme pour d’autres qui peinent à y parvenir, exercer dans l’audiovisuel réclame, ici comme ­ailleurs, un juste mélange d’imagination et d’opiniâtreté. La question reste posée : qu’est-ce qui attire dans notre région ? Sika – elle ne donne pas son nom spontanément – dirige Easy Spaces, société d’aide à la production et aux repérages pour l’audio­ visuel. « Ce qu’on vient chercher chez nous ? Le soleil, le ciel bleu, les hôtels et les villas avec piscine à débordement. » Des plateaux au format XXL Cette conviction que la Côte d’Azur dispose d’atouts naturels, Daniel Dacomo la partage. Habitant de

Cannes accueille son premier festival du cinéma, après l’édition inachevée de 1939. 1955

La Main au collet débarque sur les écrans français, avec Grace Kelly dans le rôle principal. Tourné en partie sur les hauteurs de Monaco, le film est le dernier de la future princesse. 1983

Dans Jamais plus jamais, Sean Connery, alias James Bond, se promène dans la région, à Menton, Villefranche, Antibes et Monaco. 1988

Seize ans après Paris, Nice accueille une antenne de l’École supérieure de réalisation audiovisuelle (ESRA). 2015

Menton est l’écrin de quelques scènes de la série italienne Gomorra, indésirable à Naples.

NICE CÔTE D’AZUR

En pleine guerre et en dépit de la censure, Marcel Carné tourne à Nice l’un de ses grands classiques : Les Visiteurs du soir.

25 –


Enquête É C O N O M I E

1. En 2014, 171 demandes d’autorisation de tournage ont été adressées aux services municipaux niçois.

1

2

2. Florissants du temps de la Victorine, les Studios Riviera accueillent encore quelques gros tournages, comme ici celui d’un clip de U2.

26 –

l­ ­­’Escarène, il était, il y a peu, régisseur sur le plateau du Transporteur : Héritage, long-métrage scénarisé par Luc Besson. « Il faut être objectif : nous sommes des perturbateurs. Un tournage comme celui-là, c’est, tous les matins, 300 m linéaires pour garer les camions. » Ce professionnel assure que l’accueil n’a pas été le même partout. « C’est surtout à Menton qu’on nous a ouvert les bras. Cela dit, même si c’était un peu plus compliqué, nous étions à Nice pour tourner au Negresco ou sur la promenade des Anglais. » Daniel souligne qu’une production du format du Transporteur : Héritage a un im­pact évident sur la vie locale : elle emploie – au moins temporairement – bon

nombre de techniciens sur place, avec quelque 120 personnes par jour sur le plateau, en plus des comédiens. « Rien que pour gérer la sécurité sur les scènes de cascade, par exemple, j’avais jusqu’à cent intervenants autour de moi. » D’expérience, le régisseur juge qu’un téléfilm plus modeste embaucherait de 60 à 70 personnes côté technique. Il espère donc que les Studios Riviera, ex-Victorine, seront encore là pour longtemps. « Certes, on ne tourne plus guère en intérieur, mais le site peut ­servir pour construire un décor ou stocker du matériel. Sur Transporteur : Héritage, nous y avions installé nos voitures. »

La Victorine, plateforme logistique Tout début janvier, les Studios ont reçu de la Ville de Nice la garantie de pouvoir se maintenir au moins jusqu’à l’expiration de leur contrat, fin 2017. Une quarantaine de prestataires y accueille les tournages dans une confidentialité que Martine Bodson, responsable administrative, se doit de garantir, contrat oblige. Pour le cinéma, depuis sa reprise par Euro Média Télévision en novembre 1999, le site a pris part à 46 longs-­ métrages. Parmi les opérations récentes que la gérante peut citer après coup : le biopic consacré à Grace de Monaco, le dernier Woody Allen,

En chiffres

2 sur 3

LA PROPORTION DES TOURISTES QUI VIENDRAIENT SUR LA CÔTE D’AZUR APRÈS L’AVOIR DÉCOUVERTE DANS UN FILM CINÉMA OU UNE SÉRIE TÉLÉ.

63  %

DES ENTREPRISES DU SECTEUR AUDIOVISUEL RECENSÉES PAR LA CCI DE NICE NE COMPTENT QU’UN SEUL EMPLOYÉ.

108

ÉPISODES DE CINQ SŒURS, LA DERNIÈRE GRANDE SÉRIE TOURNÉE AUX STUDIOS RIVIERA.

PHOTOS :  VILLE DE NICE - STUDIOS RIVIERA

NICE CÔTE D’AZUR

3. La villa Eilenroc d’Antibes : achevée en 1867, elle attire désormais le regard des caméras. Ici, pour une publicité Samsung.


PHOTOS : JAKE PRODUCTIONS

PHOTOS :  VILLE DE NICE - STUDIOS RIVIERA

un clip de U2 en collaboration avec Apple, une pub tournée pour Lancôme avec Penelope Cruz ou une autre pour L’Oréal. Martine Bodson dément fermement que la « Victo » ne soit plus qu’une belle endormie sur sa gloire passée. « Ce qui est vrai, c’est que la Ville nous a un temps sondés sur l’idée d’une conclusion anticipée de notre délégation de service public, en vue d’un projet d’aménagement à l’ouest de Nice. Ce n’est plus d’actualité. Le site sert aujourd’hui de hub logistique : les productions peuvent y construire un décor, emprunter du matériel ou parquer leurs camions, entre autres. » Du fait de la concurrence, les tournages ne sont pas toujours là

4 001

JOURNALISTES ACCRÉDITÉS AU FESTIVAL DE CANNES L’ANNÉE DERNIÈRE.

où on les attend. Renoir, le film de Gilles Bourdos, n’a ainsi pas été tourné au domaine des Collettes de Cagnes-sur-Mer, la villa du peintre, mais, toujours sur la Côte d’Azur, au Rayol-Canadel, dans le Var. PACA n’en demeure pas moins la première destination française de tournage derrière l’Île-de-France. Des retombées pour les collectivités L’an passé, 171 demandes d’autorisation de tournage ont été adressées aux services municipaux niçois, dont 68 pour des émissions, reportages et documentaires télé, 27 liées à la pub,

200 000 €

LE MONTANT MAXIMAL DE L’AVANCE SUR RECETTES À LAQUELLE LA RÉGION PACA PEUT CONSENTIR AU TITRE DE L’AIDE À LA PRODUCTION D’UN LONG-MÉTRAGE CINÉMA.

Festivals

UNE PLÉIADE D’ÉVÉNEMENTS

L

e Festival de Cannes n’est pas le seul événement audiovisuel organisé sur la Côte d’Azur. La ville en accueille d’autres, à l’image des MipTV et MipCOM, dédiés aux contenus et à la créativité sur tous les écrans. Monaco, lui, réunit annuellement les professionnels de la petite lucarne pour le Festival de télévision de Monte-Carlo (55 e édition en juin). Quant à Nice, elle s’érige en place forte du court-­métrage : 168 films ont été ­diffusés pour l’édition 2014 d’Un festival, c’est trop court, dont 69 en provenance de 30 pays européens.

4 424 136

ENTRÉES EN FRANCE POUR LE FILM BRICE DE NICE, AVEC JEAN DUJARDIN (2005). DE QUOI REMBOURSER PRESQUE CINQ FOIS SON BUDGET !

NICE CÔTE D’AZUR

3

27 –


Enquête

28 –

Leur look improbable ne colle pas franchement avec l’ambiance chic de la Côte d’Azur. Les Tuche y débarquent après avoir gagné au loto. Mais ce n’est que du cinéma...

13 sur des épisodes de séries et 5 pour des longs-métrages. « Notre direction du cinéma accueille des projets émanant de sociétés de productions françaises et étrangères, dont une ­prépondérance d’équipes anglaises et japonaises, puis chinoises, américaines, allemandes et du Benelux », précise-t-on à la mairie. Les productions peuvent utiliser le domaine public niçois ­gratuitement, hormis certains frais. Les sollicitations sont stables, avec un bémol sur les projets publicitaires, où Nice affronte « une forte concurrence (Barcelone, Johannesburg, etc.) et des délais de plus en plus courts avec des

budgets serrés. » Reste qu’en 2014, les retombées ont dépassé 1,5 million d’euros, pour un total de 20 millions depuis 2008. En complément, le montant des recettes qu’a perçues la Ville au titre de l’occupation ­d’infrastructures sportives, de l’encadrement par la police municipale et du stationnement réservé a atteint un peu plus de 33 000 euros. Capitale mondiale du cinéma, Cannes, elle aussi, en tire un bénéfice évi­ dent. Tous secteurs confondus, 89 opérations y ont eu lieu l’an passé. « Les projets nous viennent essentiellement d’Europe et d’Amérique du Nord,

mais aussi du Mexique, du Brésil, de Chine et du Japon, indique Frank Chikli, adjoint au maire. Nous bénéficions de sites mondialement connus : la Croisette, le Palais des festivals ou les hôtels du littoral. Pour un aspect authentique, nous attirons grâce au Suquet, au marché Forville et au vieux port. Dernièrement, une équipe chinoise de télévision est venue tourner sur l’île Sainte-Marguerite et au port Vauban. » Retombées directes des tournages, liées notamment aux stationnements : 40 000 euros l’année dernière. Frank Chikli n’a pas de chiffre sur l’importance des retombées indirectes, mais précise que c’est grâce à son Festival que Cannes conforte sa notoriété. « C’est le troisième événement le plus médiatisé au monde, derrière les Jeux olympiques et la Coupe du monde de football. Notre implication pour le cinéma se mesure également par le fait que le maire, David Lisnard, préside la Commission du film AlpesMaritimes Côte d’Azur. » Au-delà de la seule Riviera, c’est toute la région PACA qui profite d’une manne liée au cinéma. Pour les seules productions nationales, 2013 a totalisé 616 journées de tournage, soit près d’un quart de l’ensemble des opérations réalisées en province. Le filon n’est pas près de se tarir : le mois de janvier n’était pas encore terminé que le réseau des Commissions de film annonçait déjà – et entre autres projets – huit longs-­métrages cinéma pour 2015.

zoom

CANNES : UN FESTIVAL « PAYANT »

L

’image glamour du Festival de Cannes ne saurait le résumer tout entier. Si la planète cinéma converge sur la Croisette au printemps, ce n’est pas uniquement pour une fête gigantesque entre happy few. Cannes reste un marché où il est aussi question d’argent. Cette année, du 13 au 22 mai prochains, quelque 11 000 professionnels y sont attendus. Outre les quatre cinémas répartis en ville, le Palais des festivals dispose de 37 salles pour organiser les projections de films. Le business est mondial avec, l’année dernière, 18 % de participants américains et une hausse

notable des Chinois. Huit nouveaux pays ont fait leur apparition : Bahrein, Brunei, la Birmanie, l’Irak, Maurice, le Laos, la Syrie et le Kurdistan. D’autres « territoires » avaient réservé un stand particulier : le Danemark, l’Équateur, les Philippines et... Marseille ! Au total, 5 200 films ont été présentés, dont trois quarts d’inédits, 810 documentaires et 144 longs-métrages à découvrir en 3D. C’est très avantageux pour la destination : certes « à l’abri » du grand public, le petit monde du septième art vit, dort et consomme sur place. Retombées : environ 200-250 millions d’euros.

PH O TO S   :  VI L L E D E C A N NE S

NICE CÔTE D’AZUR

É C O N O M I E


Parfumeur Une visite gratuite et guidée pour découvrir les secrets de la création des parfums dans nos usines de Grasse et de Eze-Village.

L’USINE HISTORIQUE 20, bd Fragonard • 06130 Grasse T. +33 (0)4 93 36 44 65

Welcome to the world of Fragonard. Free guided tour of our factories and museums.

LA FABRIQUE DES FLEURS Les 4 chemins - 17, route de Cannes • 06130 Grasse T. +33 (0)4 93 77 94 30

> TOURISME@FRAGONARD.COM > WWW.FRAGONARD.COM

201 5 FR AGONARD CÉLÈBRE LE

FRAGONARD LOVES JASMINE

L’USINE LABORATOIRE 158, avenue de Verdun • 06360 Eze-Village T. +33 (0)4 93 41 05 05


Enquête É C O N O M I E

Interview

Raphaël Benoliel PRODUCTEUR Il a notamment travaillé avec Stephen Frears et Danny Boyle. Woody Allen a fait appel à lui deux fois, la dernière sur la Côte d’Azur pour Magic in the moonlight. Un bon souvenir...

30 –

QUAND AVEZ-VOUS ENTENDU PARLER DE MAGIC IN THE MOOLIGHT POUR LA PREMIÈRE FOIS ? C’était deux ans après Minuit à Paris, le premier film que j’ai fait avec Woody Allen. Woody a une mécanique bien rodée : il tourne l’été et monte ses films à l’automne. C’est surtout l’hiver qu’il se consacre à l’écriture. Au début du printemps, il choisit l’histoire qu’il veut raconter pour l’été suivant. C’est à ce moment-là qu’il cherche artistiquement et financièrement comment mener à bien le projet. Pour Magic in the moonlight, il m’a contacté en mars. AVEZ-VOUS MONTRÉ À WOODY ALLEN DES SITES QU’IL NE CONNAISSAIT PAS ? Bien sûr. Même en étant venu à Cannes pour le Festival, il ne connaissait pas forcément très bien la Côte d’Azur. Des lieux lui ont été présentés après un pré-repérage effectué par le régisseur général, Arnaud Duterque, et la chef décoratrice, Anne Seibel. Arnaud a d’ailleurs fait découvrir à Woody un lieu particulier : l’Observatoire de Nice. Comme il était question de lire l’avenir dans les astres, on a eu envie de mettre ce site en valeur. Du coup, Woody a réécrit une scène qui, initialement, n’était pas censée se passer là. L’OPÉRA DE NICE EST DEVENU UN THÉÂTRE BERLINOIS... C’est le défi et la magie du cinéma : on transforme et on adapte. TOUT S’EST DÉROULÉ COMME VOUS LE VOULIEZ LORS DE CE TOURNAGE SUR LA CÔTE D’AZUR ? Oui. On a été soutenu par la Ville de Nice, le Département et la Région, dès le début. Globalement, l’expérience s’est très bien passée. VOUS ÊTES NÉ À NICE. C’EST IMPORTANT D’EN DONNER UNE IMAGE POSITIVE ? Bien sûr. Le siège de ma société est d’ailleurs toujours à Nice. C’est un plaisir d’amener un réalisateur de talent dans ma région. J’avais vraiment très à cœur que nous soyons encore mieux accueillis qu’en région Île-de-France, sur le tournage de Minuit à Paris.

COMMENT ENCOURAGER LES RÉALISATEURS ÉTRANGERS À TOURNER SUR LA CÔTE D’AZUR ? Mon travail consiste à faire les choses dans les meilleures conditions, sans favoritisme. Généralement, les cinéastes tournent dans une région donnée pour des décors particuliers. Maintenant, quand un cinéaste hésite entre différents sites et que je sais qu’on peut répondre à ses attentes en PACA, je tâche de l’orienter dans cette direction. Sur la Côte d’Azur, il y a aussi des techniciens et fournisseurs. Woody conserve évidemment des chefs de poste auxquels il tient, comme Sonia Grande, sa chef costumière, qui est espagnole. Mais, pour tourner Magic in the moonlight, la plupart des techniciens étaient des locaux. VOUS AVEZ FAIT INTERVENIR DES ÉTUDIANTS DE VOTRE ANCIENNE ÉCOLE, L’ESRA DE NICE... Oui, ça me paraît logique : on m’a donné ma chance, c’est normal que je fasse de même. La beauté de ce métier, c’est aussi la transmission. C’est important de partager et d’offrir à certains une expérience sur une belle aventure comme celle-là. VOUS FAITES VENIR DES RÉALISATEURS ÉTRANGERS EN FRANCE, MAIS, AVEC CASSE-TÊTE CHINOIS, VOUS AVEZ AUSSI ACCOMPAGNÉ CÉDRIC KLAPISCH À NEW YORK. UNE EXCEPTION DANS VOTRE CARRIÈRE ? Un peu, même si on me contacte de plus en plus pour travailler à l’étranger. C’est drôle, c’est vrai, d’avoir fait venir Woody Allen en France et de se retrouver ensuite dans sa ville avec un cinéaste français. De fait, je connais les deux façons de travailler. J’essaie de faire le pont entre les deux. DU COUP, AVEZ-VOUS PRÉSENTÉ CÉDRIC KLAPISCH À WOODY ALLEN ? Non. Il était en tournage hors de New York quand nous y sommes allés. Cela dit, Cédric a adhéré à la Directors Guild of America. Pour la petite histoire, à ma demande, Woody a accepté d’être son parrain... 

PH O TO   :  DR

NICE CÔTE D’AZUR

— PROPOS RECUEILLIS PAR MARTIN DE KERIMEL


ECHAPPée BELLE Pousser la porte du Negresco a quelque chose de délicieux. Au bar Le Relais, au Chantecler ou à La Rotonde, abandonnez-vous aux plaisirs d’une très grande maison et laissez-vous surprendre par tant de petites attentions qui font du Negresco un Palace pas comme les autres.

BAR LE RELAIS

BRASSERIE LA ROTONDE

COCKTAIL & soirées musicales

LE MENU «COUP DE CŒUR»

à partir de 19 euros

à partir de 39 euros

LE CHANTECLER

LE MENU CHANTECLER à partir de 110 euros

HOTEL NEGRESCO - INFORMATION RESERVATION 04 93 16 64 00 ou restauration@lenegresco.com - www.lenegresco.com


Enquête É C O N O M I E

LE CINÉMA, C’EST LEUR MOTEUR

THIERRY GENOVESE ACTEUR, CASCADEUR ET PRODUCTEUR

SOUTIEN ADMINISTRATIF, PRODUCTEUR, RÉALISATEUR OU ENCORE ACTEUR... POUR EUX, LE SEPTIÈME ART SUR LA CÔTE D’AZUR EST PLUS QU’UNE UTOPIE : UNE RÉALITÉ PROFESSIONNELLE. — PROPOS RECUEILLIS PAR MARTIN DE KERIMEL

01

SÉBASTIEN AUBERT PRODUCTEUR

32 –

03

02

PHILIPPE SISBANE RÉALISATEUR 04

PHOTOS : OLIVIER WARTER/SOPRESS - VINCENT GAMBARDELLA - STÉPHANE PATTI

ÉVELYNE COLLE RESPONSABLE DE LA COMMISSION DU FILM ALPES-MARITIMES CÔTE D’AZUR

NICE CÔTE D’AZUR

P O R T R A I T S


PHOTOS : OLIVIER WARTER/SOPRESS - VINCENT GAMBARDELLA - STÉPHANE PATTI

01

D

ans le monde du cinéma, il a ce qu’on appelle une gueule. Thierry et le septième art, c’est l’histoire d’un certain intérêt réciproque. Patron carreleur de profession, le Niçois débarque un jour de 1998 aux studios de la Victorine pour un devis de travaux. Il y revient pour un casting : ses connaissances des arts martiaux lui permettent de décrocher un poste de doublure dans un film d’action, « un truc bidon », rigole-t-il aujourd’hui. De fil en aiguille, l’idée qu’il peut s’amuser dans ce milieu artistique s’impose chez Thierry. Près de vingt ans plus tard, il compte une soixantaine d’apparitions au cinéma. Dans Ocean’s 12, il est croupier au casino de Monte-Carlo, en face de Vincent Cassel. Omar m’a tuer le voit endosser l’uniforme d’un gendarme venu arrêter Sami Bouajila et, dans Möbius, film d’espionnage avec Cécile de France et Jean Dujardin, il est le gardien d’une propriété privée. Thierry a côtoyé Georges Lautner et animé un ciné-club à Roquefort-les-Pins. Il est heureux d’avoir été cité au journal de France 2, comme l’une des stars de l’ombre du cinéma français. Tout en planchant sur un documentaire avec sa société, GT Movies Production, il espère poursuivre devant la caméra et, par exemple, de nouveau avec l’ex-flic Olivier Marchal, « un mec authentique ». Ses réalisateurs de chevet ? Paul Verhoeven, Brian DePalma et Michael Mann.

SÉBASTIEN AUBERT PRODUCTEUR

P

our lui aussi, Cannes est une capitale du septième art. Parce qu’il y travaille, Sébastien fréquente évidemment le Festival qui, chaque année, place sa ville au centre de la planète cinéma. Son entreprise, Adastra Films, produit des courts et longs-métrages, pour des budgets limités (entre 5 000 et 120 000 euros). Certains ont été tournés dans la région : Mine de rien se promène entre Cannes, Nice et Toulon, L’assistante visite Mouans-­Sartoux et Vallauris, tandis que Social butterfly sublime Valbonne. « En tant qu’entreprise locale, notre objectif est aussi de faire grossir la région pour que les techniciens de cinéma formés ici, à l’ESRA Nice ou au BTS audiovisuel de Cannes, ne partent pas tous à Paris. » Partenaire de cinéastes étrangers, Sébastien tâche de les persuader de venir tourner sur la Côte d’Azur. Lui y est resté parce qu’au départ, il a bénéficié du soutien du Conseil général. Sous la dénomination Films 06, Adastra Films propose également des prestations de team building autour des métiers du cinéma. Elle travaille aussi sur un projet de film interactif.

03 ÉVELYNE COLLE RESPONSABLE DE LA COMMISSION DU FILM ALPES-MARITIMES CÔTE D’AZUR

D

epuis une quinzaine d’années, elle défend l’image de la Côte d’Azur, terre de tournages. Dans son bureau du 26, boulevard Carabacel, à Nice, Évelyne se montre optimiste quant à l’attrait préservé de la destination, pointant un intérêt accru des Chinois ou l’essor des séries Web. « Elles coûtent moins cher et intéressent plus d’annonceurs. Même si les retombées directes sont moindres, les avantages d’image doivent être pris en compte. » Autre signe favorable : la fidélité d’opérateurs historiques

de publicité, attirés par le glamour de la région. « Pour les longs-­métrages, la satisfaction est de ne plus attirer uniquement pour la bande côtière, mais aussi pour le haut-pays et les petits villages de Provence. » Installée en 1999 par la CCI Nice Côte d’Azur, la Commission associait alors quatre villes : Antibes, Cannes, Grasse et Menton. Elle regroupe désormais tout le département. Dans ses fichiers, 170 techniciens confirmés, des sites de tournage par dizaines et de nombreux interlocuteurs utiles.

04 PHILIPPE SISBANE RÉALISATEUR

P

hilippe a vécu à Nice jusqu’à ses 18 ans et, à l’approche de la cinquantaine, y est revenu tourner un film, Félix et les loups, son premier long-métrage. Sans repérage, à partir de ses souvenirs d’enfance, il a choisi de montrer la Promenade, la colline du Château, le parc Chambrun et, en véritable personnage, le carnaval. « Quand j’étais enfant, ses lumières suscitaient mon émerveillement, mais les chars et les grosses têtes m’épouvantaient. J’espérais restituer cette vision à l’écran. Je crois avoir plutôt contribué à la réussite du tourisme niçois : certains de mes amis sont venus à Nice après avoir vu

le film. » Philippe loue sans réserve l’implication de la mairie et d’Odile Chapel, directrice de la Cinémathèque, qui a organisé une projection-test et une avant-première presse. Autre appui : Franck Gherardi, le chef décorateur, « qui a accumulé les miracles, avec davantage de réponses que de questions ». Dans son équipe de tournage, un tiers de locaux. Philippe s’est même offert un clin d’œil discret à sa ville natale : son héros, Félix Raiberti, porte le nom de la rue où il a grandi. Le cinéaste espère désormais donner une suite à ses premières aventures.

NICE CÔTE D’AZUR

THIERRY GENOVESE ACTEUR, CASCADEUR ET PRODUCTEUR

02

33 –


248, boulevard du Mercantour - NICE - 04 89 88 31 33 www.mozart-autos.com


Grand angle

NICE CÔTE D’AZUR

É V É N E M E N T

35 –

MILAN EXPOSE LE MONDE CE N’ÉTAIT PLUS ARRIVÉ DEPUIS 1906 ! L’EXPOSITION UNIVERSELLE FAIT SON GRAND RETOUR SUR LE SOL ITALIEN : MILAN ACCUEILLE L’ÉVÉNEMENT PLANÉTAIRE DU 1er MAI AU 31 OCTOBRE PROCHAINS. PAR MARTIN DE KERIMEL

PHOTO : MANAKIN

L

es chiffres prévisionnels défient l’imagination : le seul pavillon français pourrait accueillir jusqu’à 1 000 visiteurs par heure et 5 000 délégations lors des 184 jours de cette édition 2015. Les sept ministères engagés dans l’aventure ont dépensé 20 millions d’euros pour y promouvoir l’image de la France, dans une logique internationale. Première exposition universelle en Italie depuis plus d’un siècle, la manifestation doit, d’après ses promoteurs, contribuer au dialogue pour une coopération internationale sur

la qualité de vie et la protection de l’environnement. Son thème a été pensé en ce sens : publics comme privés, les exposants ont été invités à plancher sur l’idée « Nourrir la planète, énergie pour la vie ». Une dimension globale 2015 marque également l’échéance théorique des objectifs de développement du millénaire définis en 2000 par les Nations Unies : garantie de la durabilité environnementale,


Grand angle É V É N E M E N T

suppression des conditions de pauvreté et de faim extrê­ mes, création de nouveaux partenariats mondiaux pour le développement, entre autres. L’humanité devrait compter plus de 9 milliards d’individus en 2050, soit envi­ ron 1,7 milliard de plus qu’aujourd’hui : pour subvenir aux nouveaux besoins alimentaires, la production mon­ diale devrait croître plus rapidement qu’elle ne le fait aujourd’hui. Or, 2,6 milliards d’hectares restent potentiel­ lement cultivables, dont près de 70 % dans les pays en développement. Autre enjeu majeur, l’eau potable : dans le monde, 800 millions d’hommes et de femmes n’y ont pas accès à ce jour.  

1

36 –

Au-delà de la promotion de l’image de tel ou tel pays, c’est une vision globale qui devrait animer les très nombreux participants de l’Expo Milano. Aux côtés de quelques grandes organisations internationales, près de 150 États se sont engagés à y prendre part, via leurs institutions publiques et représentants de la société civile. Plusieurs semaines avant le jour de l’inauguration officielle, une centaine d’entre eux avait déjà accepté de présenter la maquette de leur pavillon et annoncé quelques-unes de leurs contributions au débat. Ceux qui auront renoncé à construire leur propre structure nationale pourront bénéficier d’une grande nouveauté de cette édition 2015 : les clusters. Ces espaces d’exposition innovants rassemble­ ront plusieurs pays sur la base d’un même projet architec­ tural et autour d’un thème central partagé. Les filières alimentaires (riz, café, cacao, céréales, fruits et légumes, épices) seront ainsi notamment mises en valeur. Reste maintenant au public à répondre présent. Italiens et étrangers, 20 millions de visiteurs sont attendus sur le site, à une demi-heure seulement du centre-ville de la capitale lombarde. Cinq itinéraires thématiques leur seront proposés pour parcourir la manifestation. Premier gage d’un probable succès : fin janvier, 8 millions de billets d’entrée avaient déjà été vendus. 

+

2

Expo Milano 2015 pratique

LES DATES

Du 1er mai au 31 octobre 2015

TARIFS  (sur      réservation) Adultes 27 - 32 € / Seniors 20 - 25 € / Forfaits familles à partir de 34,50 € 

COORDONNÉES Via Carlo Pisacane, 1 – 20016 Pero – Italie T. (+39) 02 89 45 94 00 - www.expo2015.org

TRAJET DEPUIS NICE Route : A8 jusqu’à Menton. En Italie, A26 et A7 vers Gênes, puis Milan. Train : www.thello.fr (direct) ou www.voyages-sncf.com (via Vintimille).

PHOTOS : DR

NICE CÔTE D’AZUR

Déjà un succès


pavillons

Emmener le visiteur et lui raconter une histoire : c’est la mission que s’est fixée l’équipe du pavillon français. Cet espace de plus de 2 000 m2 prend l’allure d’une halle de marché ouverte sur la ville. Les cultures céréalières et maraîchères, ainsi que l’élevage, y sont mis en scène. Les concepteurs de la structure ont inventé un chemin initiatique, inscrit dans les plis d’une voûte végétale. Une demi-heure suffira à en faire le tour, les curieux étant incités à s’inscrire dans une dimension plus large pour mieux consommer. Sénateur écologiste, Jean-Vincent Placé a été nommé ambassadeur du gouvernement français pour Expo Milano. « Le pavillon France devrait attirer 10 000 visiteurs par jour, ce qui en ferait le 5e le plus visité, assure-t-il. L’enjeu est la promotion d’un modèle alimentaire de qualité et durable. Si nous arrivons à faire passer le message que la France est aussi un territoire en pointe sur l’agro-écologie, notre objectif sera atteint. Entreprises, collectivités territoriales et filières agro-alimentaires ont répondu nombreuses pour cet événement d’envergure. Il est encore possible de s’associer en tant que partenaires et de disposer d’un stand pour quelques semaines. L’Exposition universelle est une vitrine exceptionnelle pour l’activité de ceux qui nous rejoindront ! » Jean-Vincent Placé se félicite de l’implication de la société civile et rappelle que la France sera, à la fin de l’année, l’hôte d’une convention internationale sur le climat. Dix ans avant de, peut-être, accueillir l’Exposition universelle de 2025.

NICE CÔTE D’AZUR

France (1) « En pointe sur l’agro-écologie »

37 –

Monaco (2) « Entre 5 et 6 000 visiteurs par jour » Une parcelle de 1000 m2, entre les pavillons du Japon et de la Turquie, à proximité immédiate de celui de la Russie : la principauté de Monaco débarque à Milan en voisine. Un architecte italien, Enrico Pollini, a inventé pour elle un ensemble de conteneurs surmonté d’un jardin suspendu arrosé par un système de récupération d’eau de pluie. Les visiteurs y suivront un parcours interactif lié aux thèmes de l’Exposition. Au rang des contributeurs monégasques, la Fondation Prince Albert II, engagée dans des dizaines de projets environnementaux dans le monde. « Le rendez-vous est assez institutionnel, note Julien Cellario, directeur général de Monaco Inter Expo, la société organisatrice. L’exposition est une plateforme d’échange unique au monde, à trois heures de route pour nous. Depuis les premiers préparatifs, nous avons pris contact avec la Chambre de développement économique de Monaco pour favoriser les contacts B to B à Milan. Nous pouvons également proposer de la location d’espace. Monaco reçoit en général 5 % de l’ensemble des visiteurs d’une expo. Cette fois, nous pensons en accueillir entre 5 et 6 000 par jour et devrions bénéficier aussi de l’attrait d’autres événements simultanés. » Autre atout déjà assuré : selon le souhait du prince Albert II, la Principauté est associée avec une ambassadrice itinérante de l’Unicef, la chanteuse béninoise Angélique Kidjo. Au terme d’Expo Milano, son pavillon sera démonté et recyclé au bénéfice d’actions humanitaires de la Croix Rouge au Burkina Faso.


Changement de cap

NICE CÔTE D’AZUR

E X P É R I E N C E

38 –

DES SONDAGES aux cépages de chef d’entreprise à la tête de sociétés d’études de marchés. Mais depuis quelques années, c’est son activité de vigneron qui l’occupe à temps plein. Rencontre avec un épicurien convaincant. PAR FRANÇOIS STAGNARO

PHOTO : OLIVIER WARTER / SOPRESS

Jean-Louis Croquet a mené une brillante carrière


1973 Parcours

D

Fondation de Motivaction, sa première société d’études de marchés et sondages.

19871997

’autres, à son âge, profiteraient d’une paisible retraite. Jean-Louis Croquet, lui, n’envisage pas une seconde de raccrocher son tablier. La passion illumine ses grands yeux bleus lorsqu’il évoque son activité de vigneron. Il apprécie la dimension humaine de sa « petite entreprise ». « Nous nous connaissons tous. L’équipe compte une quinzaine d’employés à l’année, une quarantaine pendant les vendanges. La solidarité joue naturellement. » Pour cet habitué des comités de direction d’entreprises multinationales, le contraste est fort avec les dernières années d’une carrière tout entière vouée à la direction d’instituts de « Je suis tombé sondages : « À la fin des années 90, sous le charme je passais mon temps dans les avions, de l’ambiance, allant de conseil d’administration en des odeurs de conseil d’adminis­tration, dans des milieux ce vieux domaine d’affaires où beaucoup convoitaient mon chargé d’histoire, siège. Cela ne me convenait plus. Je ne suis avec des terroirs pas boulimique d’argent ni de pouvoir. »

L’appel de la vigne

incroyables et un sol argileux. J’ai senti que je pouvais en faire quelque chose.  »

Ce Versaillais mordu de rugby avait, depuis quelques années, arrêté de pratiquer un sport qui lui avait, jusque-là, permis de compenser une partie du stress lié à son métier. Il lui fallait prendre des décisions. La production vinicole, il en avait déjà l’expérience depuis le rachat d’un petit vignoble à Chablis, au milieu des années 70. « Le week-end, j’allais “tâter” du raisin et je sentais que le métier de vigneron me plaisait beaucoup. J’étais déjà un amateur très éclairé et m’intéressais à la vinification. J’allais souvent au Château Haut-Brion pour observer, apprendre… » Mais pour devenir vigneron à plein temps, son exploitation bourguignonne ne lui aurait pas suffit. Il lui fallait trouver un nouveau point de chute, de préférence dans le Sud de la France. Il commence ainsi à regarder les annonces dès 1995. En 1997, il passe à l’action, commençant les visites dans le Bordelais, puis dans le Var. Château Thuerry éveille sa curiosité

1998

Achat du vignoble de Château Thuerry.

Vigneron officiel du château de Versailles.

2003

à mesure qu’il progresse sur les trois kilomètres de la route privée qui serpente depuis l’entrée du domaine jusqu’au bâtiment principal. « Je suis tombé sous le charme de l’ambiance, des odeurs… J’étais comme hameçonné par ce vieux domaine chargé d’histoire, occupé successivement par les Romains et les Templiers, avec des terroirs incroyables et un sol argileux qui rappelle, par certains aspects, celui de Château Petrus… En outre, la terre n’était pas fatiguée. J’ai senti que je pouvais en faire quelque chose. » Cédant une partie de ses actions dans le capital de TNS Sofres, il signe l’acte d’achat en mai 1998. Les trois années suivantes sont consacrées à renouveler les cépages. En 2000, il fait construire, en contrebas de la demeure historique, un chai ultra-moderne de 3 000 m2 dont les qualités remarquables vont lui permettre d’élever son précieux nectar au niveau de ses ambitions.

Un domaine, trois appellations Après des années d’efforts et de sélection, il produit aujourd’hui 150 000 bouteilles par an, sur trois appellations, car le domaine est à cheval sur trois communes : Villecroze (coteaux varois en Provence), Flayosc (côtes de Provence) et Tourtour (coteaux du Verdon). Même s’il lui arrive de s’absenter, Jean-Louis Croquet est très présent et s’implique directement dans la gestion de son domaine : « Pendant les vendanges, ma place de capitaine est sur la dalle, à la table de tri. Nous avons acquis récemment une nouvelle trieuse qui nous permet de sélectionner le raisin grain par grain. Les fruits tombent ensuite dans les cuves, légèrement foulés et surtout pas écrasés. » Il applique à sa production l’exigence d’un spécialiste amoureux du vin, et s’est donné les moyens de ses ambitions, aidé par des installations de pointe et par une équipe dont il apprend beaucoup. Aujourd’hui, Jean-Louis Croquet a le sentiment d’avoir atteint l’objectif qu’il s’était fixé pour son domaine. Lui arrive-t-il parfois de s’ennuyer ? « Rarement, et cela signifie alors que je me repose ! » 

NICE CÔTE D’AZUR

Entre au capital de Taylor Nelson, qui deviendra Taylor Nelson AGB puis Taylor Nelson Sofres (TNS).

39 –


Sport

NICE CÔTE D’AZUR

E N T R E T I E N

40 –

ALIZÉ CORNET

Entre deux tournois, Alizé Cornet a passé quelques jours chez elle, sur la Côte d’Azur. L’occasion de rencontrer cette sportive au large sourire et à la combativité chevillée au corps. PROPOS RECUEILLIS PAR VANESSA GARDET

PHOTO : OLIVIER WARTER / SOPRESS

La gagne AU CŒUR


Quels souvenirs gardez-vous de vos débuts aux arènes de Cimiez ? ­— Je ne me souviens pas vraiment de mes tout débuts. Il faut dire que j’étais petite ! Il existe des photos de moi à 3-4 ans, une raquette à la main. Ce dont je me souviens très bien en revanche, c’est d’avoir passé des heures à regarder jouer mon grand frère. Puis des heures à m’entraîner seule contre le mur avant de prendre enfin mes premiers cours individuels avec l’entraîneur Samir Ladj. Vous arrive-t-il d’y retourner pour rencontrer de jeunes pousses ? ­— Samir Ladj n’est plus entraîneur aux Arènes, il est désormais directeur du TC Montaleigne, à Saint-Laurentdu-Var. C’est à lui que je suis attachée, pas forcément au lieu où j’ai commencé. Un club, ce sont les personnes qui le composent qui en font l’âme, pas ses murs. Donc oui, je rencontre de jeunes joueuses là-bas et je suis aujourd’hui marraine de la section filles du TC. Je vais les voir une fois par an pour taper quelques balles avec elles. Comment êtes-vous parvenue à concilier vos études et le sport de haut niveau ? ­— Cela n’a pas été évident ! Le plus dur fut l’année du bac, surtout que j’avais deux ans d’avance et que je l’ai passé à 16 ans. À 15 ans, j’ai préparé RolandGarros et le bac de français. Tout ça à un rythme tel – entraînement la journée, cours le soir – que je ne pourrais plus le refaire aujourd’hui ! Mais obtenir ce bac était important, c’est un passeport vers la liberté. Et cela rassurait ma mère. J’ai ensuite souhaité continuer les études, j’ai commencé plusieurs cursus ! Sciences-Po, anglais, STAPS… sans jamais poursuivre au-delà de trois mois. C’est là que j’ai décidé de me consacrer pleinement au tennis, d’en faire carrière et d’être une joueuse accomplie car de cela dépendait mon bonheur. Entre deux tournois, vous vivez encore sur la Côte d’Azur. Est-ce compliqué lorsqu’on voyage autant ? ­— Je passe 80 % de mon année en voyage, 10 % à Nice et 10 % à Paris pour mon entraînement. Le temps

à Nice est donc devenu très précieux. Surtout pour moi qui suis d’un naturel casanier ! Je jongle entre tous ces voyages mais j’ai atteint un équilibre en profitant de quelques jours par an auprès de ma famille. Justement, quels sont vos repères lorsque vous êtes si loin ? ­— Jusqu’à l’âge de 19 ans, j’ai beaucoup voyagé avec ma maman. Elle était de tous les tournois ! Aujourd’hui, j’ai 25 ans et elle m’accompagne un peu moins. Mais mon frère – qui est également mon agent – prend le relais. Cette année, nous allons passer 10 à 15 semaines ensemble. C’est un grand frère (de douze ans son aîné, ndlr) très protecteur ! Mon copain vient également avec moi régulièrement. Bref, je suis toujours accompagnée d’un proche. Cela contribue à me sortir de la « bulle tennis ». Quel est votre objectif pour cette année ? ­— Entrer dans le Top 10 ! Je suis 19e joueuse mondiale donc ce n’est pas inaccessible. Je crois vraiment en mes chances, en mon potentiel. Et je souhaite me distinguer en Grand Chelem, arriver en deuxième semaine. Que vous évoque le mot optimisme ? Est-ce une valeur dont on se sert pour affronter les défaites et les coups durs ? ­— Évidemment ! Tous les joueurs possèdent une grande part d’optimisme. Même après une défaite, on retourne sur le court pour s’entraîner, par amour du jeu et par combativité. Je suis très critique envers moi-même, très exigeante. Et en même temps, je crois en moi. Il y a de l’inné : j’ai toujours été « niaqueuse », rageuse ! L’éducation de mes parents est venue tempérer cela, m’apprendre le fair-play. Ma mère me disait que quand on fait quelque chose, il faut le faire le mieux possible. Je l’ai pris au pied de la lettre, c’est-à-dire en étant « Le temps passé à 100 % de mes possibilités. à Nice est devenu Et pourtant, au départ, très précieux. » je n’étais pas la plus talentueuse des joueuses. Comment voyez-vous votre avenir ? ­— Sur un court ! Je me vois jouer encore longtemps car j’y prends toujours autant de plaisir. Mais c’est vrai que j’ai commencé tôt, je suis passée pro à 16 ans donc je prendrai peut être ma retraite à 30 ! Je me dis toujours que le meilleur reste à venir, donc ma place est sur le court, une raquette à la main, à vivre le moment présent. C’est très important d’être dans le présent, de ne pas se projeter trop loin. Aujourd’hui, je ne pourrais pas demander plus, je suis heureuse et je le vis à fond ! 

NICE CÔTE D’AZUR

Qu’est-ce que la Côte d’Azur représente pour vous ? ­— Ce sont mes racines, mon enfance, ma jeunesse. Toute ma famille vit ici ! C’est à Nice que j’ai commencé à jouer au tennis et j’y suis restée jusqu’à mes 21 ans. Quand il m’a fallu quitter cette ville, il y a quelques années, ce fut un déchirement. Je l’ai fait par obligation, pour poursuivre mon entraînement dans les meilleures conditions. Je suis très fière d’être niçoise ! Quand je suis loin de chez moi et qu’on me demande d’où je viens, je réponds dans un premier temps de France, puis je m’empresse de préciser que je viens de Nice.

41 –


Sport A C T U A L I T É S

PAR JEAN PRÈVE

NICE CÔTE D’AZUR

LE VTT DES BRAVES

42 –

ILS SERONT QUELQUES CENTAINES, LE 24 MAI, À PRENDRE LE DÉPART DE LA TRANSVÉSUBIENNE, L’UNE DES COURSES DE VTT LES PLUS MYTHIQUES. 100 KILOMÈTRES DE SENTIERS ENTRE LA COLMIANE ET NICE POUR UNE ÉPREUVE HORS-NORME. UN HYMNE AU COURAGE.

F

inisher ! Huit lettres devenues l’objet de toutes les convoitises sur la planète VTT. Huit lettres sur un petit autocollant qui, tradition de la Transvésubienne oblige, barrent la plaque numérotée de ceux qui parviennent à mener leur corps et leur vélo au terme de cette course réputée comme étant l’une des plus dures au monde. Le mythe est né en 1988 à l’initiative d’un homme, George Edwards. Il fut l’un des pionniers du VTT en France et demeure aujourd’hui le patron d’UCC Sport Event, la société organisatrice de cette épreuve aux caractéristiques hors-norme. 100 kilomètres sur les

sentiers cahotiques de l’arrière-pays niçois, 3 400 mètres de dénivelé positif et 4 900 mètres cumulés en sens inverse depuis les pistes de La Colmiane jusqu’aux galets de la promenade des Anglais : le parcours de la « Trans » n’est pas à la portée du premier vététiste venu. D’autant que son règlement n’invite pas à la flânerie sur les chemins, les participants étant contraints à des impératifs horaires éliminant les plus lents. À ce petit jeu, la course des quelques pros inscrits à chaque édition dure entre 6 h 30 et 7 heures, mais le périple des derniers classés, des amateurs passionnés pourtant très

entraînés, s’éternise parfois au-delà de 13 heures. En moyenne, la moitié des partants n’atteint pas la ligne d’arrivée. Le 24 mai, faisant fi des statistiques, ils seront entre 500 et 900 sportifs à tenter, après des mois de préparation, de relier la montagne à la mer sur leur monture à deux roues, motivés par la conquête de leurs limites et la certitude d’une inoubliable aventure humaine au milieu de paysages grandioses. 500 à 900 braves qui se lancent dans la quête, aussi folle qu’enthousiaste, d’un simple sticker. Le symbole des défis les plus exigeants de leur discipline. Leur Graal.  ∏≥ www.ucc-sportevent.com

3 questions à

GEORGE EDWARDS

ORGANISATEUR ET CRÉATEUR DE  « TRANS »

QUE REPRÉSENTE LA TRANSVÉSUBIENNE DANS LE MONDE DU VTT ? La Transvésubienne, c’est d’abord l’une des plus anciennes compétitions de VTT. Elle est indissociable de l’histoire de ce sport tant elle a influé sur l’évolution du matériel et de la gestuelle des pilotes. Pour un vététiste, parvenir au bout de cette épreuve, même en finissant dernier, c’est appartenir à l’excellence de sa discipline, faire partie d’un cercle fermé. QUELLES SONT LES QUALITÉS REQUISES POUR ESPÉRER TERMINER CETTE COURSE ? Il faut être polyvalent, maîtriser tous les fondamentaux du VTT. Il faut être un athlète, mais un athlète inspiré. La « Trans », c’est à la fois la science, car elle exige des capacités physiques reposant sur une grosse préparation, et l’art, car elle oblige à une grande aptitude technique en descente. COMMENT A-T-ELLE ÉVOLUÉ DEPUIS SA CRÉATION ? Elle est, depuis ses débuts en 1988, une aventure sur un parcours somptueux, dans une nature sauvage et préservée. Mais elle reflète aussi les évolutions des tendances et des pratiques, dont elle constitue un banc d’essai. Depuis trois ans, l’épreuve est ainsi ouverte aux VTT à assistance électrique, qui bénéficient d’un classement à part. Et en 2015, nous lançons des catégories fatbike et tandem.

PHOTO : CYRIL CHARPIN

T R A N S V É S U B I E N N E


18

e

> 2-10 MAI

www.opendecagnes.com

Ville de

CAGNES-SUR-MER Ville de CAGNES-SUR-MER

LIGUE DE TENNIS DE CÔTE D’AZUR


Sport A C T U A L I T É S

PAR JEAN PRÈVE

À VOS AGENDAS !

Le temps des raids

CANNES

L’AUTRE TRIATHLON

NICE CÔTE D’AZUR

L

44 –

e 19 avril. Une date à retenir pour les amoureux du triple effort. Deux mois avant l’Ironman de Nice, ils ont rendezvous sur la Croisette lors du Cannes International Triathlon. Créée l’an dernier, cette épreuve a tout de suite attiré du monde (1 200 triathlètes de 20 nationalités). Et du beau monde, puisque Frederik Van Lierde, vainqueur de l’Ironman d’Hawaï en 2013, était notamment au départ. Ce printemps, de grosses pointures sont attendues comme l’Allemand Jan Frodeno, médaillé d’or aux J.O. de Pékin en 2008, le Belge Baert Aernouts, lauréat à Nice en 2014, ou la Britannique Leanda Cave, première femme à Hawaï en 2012. Au côté des spécialistes, il y aura de grands noms du sport français (Stéphane Diagana, Richard Dacoury...), mais aussi la top model canadienne Jenny Fletcher, ambassadrice glamour de l’événement, qui s’est illustrée, en 2014, en terminant cinquième du classement féminin. Pour cette 2 e édition, les organisateurs attendent 2 000 participants, auxquels ils proposeront deux parcours, accessibles en individuel ou en équipe relais. L’option « Longue distance » sera composée de 2 km de natation au départ de la plage du Palm Beach dès 7 h 30, puis 80 km de vélo sur les routes de l’arrière-pays et enfin 16 km de running sur la Croisette. La version « Moyenne distance » (à 13 heures) sera plus light : 1 km dans l’eau, 40 km sur la selle et 8 km en mode pédestre. À noter aussi une course à pied de 10 km ouverte à tous à 9 heures. ∏≥ www.cannes-international-triathlon.com

Deux des plus beaux et des plus difficiles raids de France se dérouleront bientôt dans les Alpes du Sud. Le raid, c’est une aventure sportive en pleine nature mêlant plusieurs activités, principalement du trail et du VTT, mais aussi de la course d’orientation, de la via ferrata, du canyoning, du canoë... Premier acte du 27 au 31 mai, dans l’arrièrepays niçois, avec le 22e Raid EDHEC, long de 250 km, à vivre en équipe de quatre. Puis viendra l’heure du 16e Raid du Mercantour, les 20 et 21 juin, 100 km en duo dans la vallée de la Roya. Pour pimenter les épreuves, les détails des parcours seront gardés secrets jusqu’au dernier moment. Avis aux aventuriers, il est toujours temps de s’inscrire ! ∏≥ www.raidedhec. com ∏≥ www.raiddu mercantour.com

ZOOM

Du vélo comme les pros ! Amaury Sport Organisation propose aux cyclistes amateurs une expérience exceptionnelle sur les routes de l’arrière-pays niçois. Du 8 au 14 juin, l’organisateur du Tour de France lancera, en partenariat avec la métropole Nice Côte d’Azur, un événement baptisé Explore Nice Métropole by Le Tour de France. Il prendra la forme d’une épreuve cyclosportive entre la Baie des Anges et le Mercantour. Mais les participants ne se contenteront pas d’explorer les plus belles routes du coin et de se mesurer à nos prestigieux cols de montagne (15 000 m de dénivelé positif au total). Accompagnés d’anciennes gloires du peloton, ils pourront vivre à la manière des pros. Kinés, ostéopathes et nutritionnistes seront en effet à leur disposition chaque soir. Et ils bénéficieront d’animations et de conférences. Le coût de cette semaine de rêve : à partir de 1 845 euros par personne, comprenant l’hébergement, la restauration, les services... Une formule de quatre jours est aussi proposée. ∏≥ www.explorenice.fr

ÉVÉNEMENT

Les 20es Voiles d’Antibes Les Voiles d’Antibes Trophée Panerai conjuguent luxe, aventure, tradition et sport. Du 3 au 7 juin, la 20e édition permettra d’admirer 80 yachts classiques de 10 à 50 mètres, construits de 1880 à 1975. Parmi ces merveilles en bois vernis, visibles à quai ou sur le plan d’eau, lors de courses, figurent le Moonbeam IV, construit en 1914, qui accueillit le prince Rainier et la princesse Grace pour leur nuit de noces, ou le Manitou, vieux gréement de J.F. Kennedy, alors surnommé la Maison blanche flottante. D’illustres bateaux confiés à de grands marins, que l’on retrouvera en toute convivialité sur le port Vauban, transformé chaque soir en lieu de fête. ∏≥ www.voilesdantibes.com

Ne manquez plus un seul numéro, téléchargez gratuitement OPTIMISTE Magazine

32

joueuses parmi les meilleures mondiales seront à Cagnes-sur-Mer, du 2 au 10 mai, à l’occasion du 18e Open GDF Suez de tennis. Après l’Open GDF Suez de Paris et les Internationaux de Strasbourg, le rendez-vous azuréen constitue le troisième plus important tournoi international français, avec une dotation de 100 000 dollars. Qui succédera à la Canadienne Sharon Fichman, lauréate l’an dernier sur la terre battue cagnoise après un parcours très convaincant ? Réponse au parc des sports Pierre-Sauvaigo. ∏≥ www. opendecagnes.com

PHOTOS : YOANN OBRENOVITCH - JAKUB WALUTEK

endurance


SUBLIMEZ VOTRE TEINT FACIAL MASQUE C10 Peel-Off frais et vitaminé à effet tenseur immédiat. La peau est satinée, lissée et éclatante comme rajeunie.

Associez votre peel-off Facial Masque C10 à votre programme anti-âge quotidien.

Disponible en pharmacie - www.menemoy.com Pour plus d’informations, téléchargez l’application Infos Plus et flashez la page.


Prenez vos

désirs pour des

réalités


Rencontre

Parmi les innombrables organismes qui composent le plancton, Gaby Gorsky s’est particulièrement intéressé à celui-là, qu’il a été l’un des premiers à cultiver.

L’ancien Antarctica de Jean-Louis Étienne puis de Peter Blake a été racheté par la société Agnès B. et rebaptisé Tara pour consacrer ce bateau à l’étude des océans, dans le cadre d’une fondation.

L’océanologie —

« Elle permet de mieux comprendre l’océan, dans toutes ses dimensions (physiques, chimiques et biologiques), ainsi que son interaction avec l’atmosphère, la terre, le cycle de l’eau… »

High tech

Krill —

Ces petits crustacés consommés en masse par les cétacés ont, par la fascination qu’ils ont exercée sur Gaby Gorsky, contribué à faire naître sa vocation.

Grâce à dix millions d’euros d’investissements publics et privés, l’Observatoire de Villefranche va disposer d’équipements dernier cri opérationnels pour les trente prochaines années.

Water polo

Pression —

Tous les 10 mètres de profondeur, la pression augmente d’une atmosphère. Et c’est la principale contrainte qui pèse sur le développement de l’océanologie, laquelle dépend étroitement de l’évolution et de la résistance du matériel.

Poloïste assidu, il s’investit dans le club niçois dès son arrivée dans la région. L’équipe azuréenne, alors en 4e division, gravit ensuite les échelons jusqu’au titre de champion de France, décroché plusieurs fois de suite au milieu des années 90.

PHOTO : OLIVIER WARTER / SOPRESS

G A B Y

G O R S K Y

EXPLORATEUR de vie    

NICE CÔTE D’AZUR

Appendiculaire

Tara

47 –


Cet homme jovial dirige l’Observatoire

océanologique

de Villefranche-sur-Mer. Avec une passion communicative, il évoque son parcours et nous expose en quoi

la préservation des océans est vitale pour l’humanité. PAR FRANÇOIS STAGNARO

NICE CÔTE D’AZUR

A

48 –

u cœur du port historique de Villefranche-sur-Mer, plus de deux cents techniciens, ingénieurs et chercheurs s’activent dans l’un des meilleurs instituts d’océanologie au monde. Gaby Gorsky nous reçoit dans son bureau, au bout d’un très long couloir, dans l’ancien bagne des rois de Sardaigne qui surplombe la rade. Alors qu’il s’affaire à la préparation du café – un rituel sacré – la fenêtre ouverte laisse entrer le bruit des vagues. La proximité de la mer, cet homme né en Tchécoslovaquie a longtemps dû se contenter de l’imaginer. Comment, dans ces conditions, s’est-il pris de passion pour les océans ? « Le krill. » Pardon ? « À sept ou huit ans, j’ai lu des livres qui décrivaient comment les baleines se nourris­ sent d’énormes quantités de ces petits crustacés. Dans un pays qui connaissait encore la faim, cela m’a marqué. »

Les secrets du plancton Son intérêt pour les organismes marins l’oriente ensuite naturellement vers des études de bio­lo­ gie aquatique qui, à la faveur d’une bourse, le conduisent en France où il obtient un DEA puis un doctorat en soutenant une thèse sur le plancton. Il est admis au CNRS en 1982 et intègre le laboratoire de Villefranche-sur-Mer, implanté sur un site privilégié : « L’eau profonde est à la sortie de la rade. À deux minutes de bateau, nous avons accès à des animaux hauturiers. Les courants font remonter à la surface le phytoplancton, brouté par le zooplancton que consom­ ment à leur tour les cétacés. » Ce terrain d’investigation l’occupe depuis plus de trente ans. Spécialiste du plancton, il a été l’un des premiers à cultiver l’appendiculaire, un invertébré très intéressant par son code génétique proche de l’humain.

L’océan, source de la vie Cette quête de la connaissance l’a aussi conduit à s’intéresser à ce qu’il appelle la neige marine, « com­ posée de muqueuses, de fibres et de matière organique qui s’entremêlent et se développent en surface grâce à la

photosynthèse. Lorsque cette matière vivante meurt, elle tombe comme de la neige et se dépose sur les fonds, où elle retient ainsi une partie du CO2 atmosphérique qui remonte ensuite pour contribuer à l’efflorescence du printemps. » Un cycle des saisons qui nous rappelle que l’océan est à l’origine de la vie. « Il assure la sta­ bilité de la Terre dans des conditions qui nous permet­ tent d’exister : le climat, la météo, la nourriture, l’air que nous respirons… » Or cet écosystème fragile est menacé par les activités humaines, dont l’Observatoire s’applique à mettre en évidence l’impact : réchauffement, rejets polluants, introduction d’espèces invasives, etc. « L’homme, par nature, est égoïste et il est très difficile de le sensibiliser à ces sujets. Mais se détacher du milieu marin, c’est comme se détacher de nos origines. Il faut donc le comprendre et le préserver. »

L’enjeu technologique Pour servir cet objectif, Gaby Gorsky a contribué à inventer de nouvelles technologies, cruciales pour la connaissance des profondeurs : « En raison de la pression, il est plus difficile de descendre à 10 km sous la surface que d’aller à 200 000 km dans l’espace », nous confie-t-il. Les appareils développés à Villefranche sont utilisés aujourd’hui dans le monde entier. Ces dernières années, ils ont aussi été mis en œuvre à bord de la goélette Tara, notamment lors de sa dernière campagne menée en Méditerranée en 2014 et consacrée pour partie à l’étude des résidus microplastiques. Le sujet, qui a fait l’objet d’un colloque le 10 mars dernier à Monaco, est un cheval de bataille pour Gaby Gorsky. En mettant à profit les compétences pluridisciplinaires de scientifiques de tout premier plan et le matériel d’analyse de l’Observatoire de Villefranche, l’expédition « Tara Méditerranée » a permis la collecte de données d’une telle qualité que les résultats ont été validés pour publication dans les magazines de référence Nature et Science. Une prouesse qui constitue l’une des plus grandes fiertés de notre infatigable biologiste.  ∏ ≥ www.obs-vlfr.fr ∏ ≥ www.oceans.taraexpeditions.org


Projet1_Mise en page 1 10/03/2015 17:41 Page1


200x270mars2015_Mise en page 1 20/03/15 09:04 Page1

SAISON

14 15

© MAT HENNEK / DG

© PATRICK HÄNGGI

© D. JAUSSEIN

LICENCE D’ENTREPRENEUR DE SPECTACLES 1-1068076 / 2-1068074 / 3-1068075 © CONCEPTION DIRECTION DE LA COMMUNICATION DE LA VILLE DE NICE

Une fin de saison en apothéose

BALLET EN SOL LA SYLPHIDE 17 - 18 - 19 23 - 24 - 25 AVRIL 2015

OPÉRA CRISTINA PASAROIU

CONCERT KRYSTIAN ZIMERMAN

LA JUIVE HALÉVY

29 - 30 MAI 2015

DANS

17 - 20 - 22 - 26 MAI 2015

RETROUVEZ TOUTE LA PROGRAMMATION SUR www.opera-nice.org 4 & 6 rue Saint-François-de-Paule, 06364 Nice Cedex 4 Tel. 04 92 17 40 79


portfolio IMMERSION

i

e

r

s

d’ a r t Les talents cachés du Negresco Ils sont ébénistes, restaurateurs de meubles, tapissiers-décorateurs ou couturiers et travaillent dans l’ombre d’un des plus beaux hôtels de la Côte d’Azur. Au cœur de ce cinq étoiles aux allures de musée, le mobilier est soigné par des professionnels hautement qualifiés. TEXTE AURÉLIA LASORSA PHOTOS OLIVIER WARTER

NICE CÔTE D’AZUR

m é

t

51 –


P o r tfo l io IMMERSION

NICE CÔTE D’AZUR

1

52 –

1 > C’est dans leur atelier, installé dans les sous-sols de l’hôtel, qu’œuvrent chaque jour Grégory Mollin et Allan Raffray. Tous deux diplômés de l’École Boulle, ils ont en charge l’ensemble des travaux de menuiserie et d’ébénisterie. Leur quotidien ? Réparation de meubles endommagés, restauration, marqueterie, dorure à la feuille d’or, entre autres. Car il n’est pas rare de les voir fabriquer un moule en polymère pour recréer, au détail près, une moulure ou une tête de lit devenue trop petite pour la tendance king size. Ils l’avouent eux-mêmes, le travail de recherche est celui qui occupe le plus gros de leur temps.


P o r t fo l io IMMERSION

NICE CÔTE D’AZUR

2

53 –

3 2 > Pour le mobilier, l’antre du Negresco fait figure d’infirmerie. À l’image de cette chaise datant de la fin du XVIIIe siècle, rehaussée d’un motif floral incrusté, arrivée en piteux état, ou de cette réinterprétation en skaï d’une assise Art Déco, les pièces passées entre les mains de Grégory et Allan repartent vivre une deuxième, une troisième voire une quatrième vie, en chambre ou dans les espaces communs. 3 > Ici comme dans n’importe quel atelier de menuiserie, les essences de bois s’amoncèlent. À chaque réception, c’est le même rituel : les planches, débitées en plots, sont marquées en fonction du sens du bois puis séparées soigneusement afin de laisser l’air circuler librement.


P o r tfo l io IMMERSION

4 > Le travail de tapisserie et de décoration, c’est la partie d’Albéric Liéron, compagnon du Devoir et du Tour de France, assisté d’Aurélien Cimino et de Sabine Lakbal, couturière. Lelièvre, Delius, Nobilis… À chaque nouveau projet, Albéric pioche dans les collections des plus grands éditeurs, puis présente sa sélection à la direction de l’hôtel.

NICE CÔTE D’AZUR

4

54 –

5

5 > Fauteuils, chaises, canapé, rideaux, voilages, tête de lit, parementage du sommier, moquette et revêtements muraux, chaque chambre possède sa propre identité, qu’Albéric et son équipe se doivent de retranscrire. En étroite collaboration avec les menuisiers-ébénistes, ils s’inspirent de périodes allant de Louis XIII à nos jours pour offrir à chaque lieu un univers unique. C’est le cas de la chambre 509, hommage à Napoléon Ier, entièrement refaite en 2010 en vue des célébrations du centenaire de l’hôtel.


P o r t fo l io IMMERSION

NICE CÔTE D’AZUR

6 > Il n’y a sans doute qu’au Negresco, qu’une chaise Louis XV peut être recouverte d’un velours vert pomme flashy ! En restaurant cette pièce, Albéric respecte parfaitement les souhaits de Mme Jeanne Augier, propriétaire des lieux, qui a, de tout temps, fait preuve d’audace dans le mariage des différents styles et époques.

55 –

6


P o r tfo l io

NICE CÔTE D’AZUR

IMMERSION

56 –

7

PHOTOS : OLIVIER WARTER

7 >  Il faut en moyenne deux à trois semaines pour rénover une chambre. Pour la 308, Albéric a opté pour une tenture murale moderne, signée Lelièvre. Joyeux et coloré, le tissu est au préalable repassé avec soin pour éviter tout pli une fois tendu, puis posé méticuleusement.


PHOTOS : OLIVIER WARTER

P o r t fo l io IMMERSION

NICE CÔTE D’AZUR

8

57 –

8 > Dans la Rotonde, brasserie chic de l’hôtel, un immense voilage blanc encadre la vue magnifique sur la Méditerranée. C’est Sabine qui a réalisé la totalité du plissé sur ce tissu, haut de plusieurs mètres.


Culture

NICE CÔTE D’AZUR

ÉVÉNEMENT

expos

58 –

La prom’ et ses facettes !

quatorze expositions se tiendront, dès le mois de juin, dans les musées de Nice. Avec un seul et même thème : la promenade des Anglais. PAR VANESSA GARDET

O

n ne change pas une équipe qui gagne. Après le succès, il y a deux ans, de l’événement Nice 2013. Un été pour Matisse, avec 281 306 visiteurs, la municipalité fait de nouveau appel à l’ancien ministre de la Culture, Jean-Jacques Aillagon, pour le commissariat de cette manifestation estivale. Comme un parcours en ville, l’exposition Nice 2015. PromenadeS des Anglais invite les curieux à arpenter les nombreux musées et galeries participant à l’opération. En résonnance avec la candidature de la ville pour inscrire la Prom’ sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, le thème choisi est la célèbre balade de bord de mer… sous ses différents aspects. C’est au musée Masséna que l’on découvrira le pan historique de sa création, au XVIIIe siècle, dans une ville qui accueille alors un nouveau tourisme hivernal, celui de résidents fortunés, aristocrates, parfois membres de familles régnantes (la

reine Victoria, l’impératrice Alexandra Feodorovna…). Pour l’événement, le musée a réuni des documents provenant des archives municipales, des bibliothèques et de la cinémathèque de la ville. Autre plongeon dans l’histoire au palais Lascaris, qui nous fait découvrir les « Fêtes d’art » des époux Tissier, entre 1924 et 1926, à l’hôtel Ruhl. Des rencontres mondaines qui firent les beaux jours de la Côte d’Azur. Le bleu azuréen Nombreux sont les artistes inspirés par la promenade des Anglais. On les retrouve dans ces accrochages, à divers endroits de Nice. Au musée des Beaux-Arts par exemple, où Raoul Dufy est à l’honneur. Inlassable peintre des plages de Normandie dont il était originaire, il découvre au cours de ses nombreux séjours à Nice, dans les années


cult ur e ÉVÉNEMENT

PromenadeS des Anglais

Interview

Du 12 juin au 4 octobre

Musées de Nice

Promenade des Arts, Nice ∏ ≥ www.nice.fr

Jean-Jacques Aillagon

EXPoSITIoNS

+ de photos sur l’appli Optimiste Magazine

PHOTOS : MUSÉE NATIONAL DU SPORT, 2015 - PICON & PICON

(App Store et Google Play)

Les championnes du monde de ski nautique en démonstration sur la Côte d’Azur, 1967.

1920, une lumière nouvelle qui enrichit son art. Matisse aussi fut frappé par le bleu du ciel et de la mer à son arrivée à Nice. On retrouve ce travail dans Promenades intérieures, au musée Matisse. Dans un style beaucoup plus contemporain, le photographe anglais Martin Parr exposera sa série Life’s a beach, au Théâtre de la photographie et de l’image. Une soixantaine de clichés de grand format pris sur les plages de Grande-Bretagne, du Mexique, du Brésil, du Japon mais aussi de Nice, dans lesquels on retrouve son humour habituel. Enfin, la promenade des Anglais ne serait rien sans ses nombreux adeptes de footing. Le musée national du Sport propose donc En mode sport, une exposition réalisée en partenariat avec des maisons de haute couture, le musée Galliera et certains équipementiers sportifs, qui raconte la rencontre entre le sport et la mode dans les années 1920-1930 et comment le premier a influencé la seconde. 

CHRISTIAN ESTROSI VOUS CONFIE DE NOUVEAU LE COMMISSARIAT D’UNE EXPOSITION. COMMENT AVEZ-VOUS ACCUEILLI CETTE PROPOSITION ? En 2013, j’avais pris beaucoup de plaisir à accomplir cette mission qui m’avait permis de mieux connaître la ville, ses institutions et les projets culturels ambitieux qu’elles pouvaient porter. Il était alors convenu, au vu du succès, que nous recommencerions ensemble pour créer un événement biennal. Cette fois-ci, c’est en ma qualité de président du comité de candidature de la promenade des Anglais à l’inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco que le commissariat m’a été renouvelé et que je l’ai accepté avec beaucoup de conviction. POURQUOI AVOIR CHOISI LE THÈME DE LA PROMENADE DES ANGLAIS ? C’est un thème à plusieurs facettes, c’est pourquoi nous avons ajouté un « s » à Promenade. Cette artère est une forme urbaine originale, révélatrice d’une nouvelle pratique touristique qui connut son essor au XVIIIe siècle : l’hivernage. Auparavant, on voyageait pour faire des découvertes, pour acquérir des connaissances ou pour partir en guerre. À la fin du XVIIIe siècle, les fortunés d’Europe se déplacent pour le climat, pour trouver une destination salutaire à leur santé. Et c’est autour de cette promenade que se sont créés une ville nouvelle, des villas, des hôtels, des églises pour les nouveaux cultes... La promenade des Anglais a également inspiré de nombreux artistes qui vinrent s’installer à Nice, dont les plus illustres sont Dufy et Matisse. QUELS SONT VOS LIENS AVEC LA CÔTE D’AZUR ? Ce sont des liens choisis, affectifs, convaincus. Je n’ai pas de famille ici, je n’y ai pas grandi. La première fois que je suis venu à Cannes, j’étais enfant, lors d’une colonie de vacances. J’ai désormais un pied-à-terre à Nice, j’y vis une partie de mon temps. J’admire la ville pour son site exceptionnel, la courbe admirable de la baie des Anges et sa couronne de collines. J’y vis avec beaucoup de bonheur grâce à la qualité de vie qu’elle propose. La qualité du climat, des fruits et légumes, des gens et des bistrots !

NICE CÔTE D’AZUR

COMMISSAIRE GÉNÉRAL DES EXPOSITIONS

59 –


CULTUR E AGENDA

GRANDEUR ET DÉCADENCE

60 –

Du 20 au 23 mai

L’AMOUR EST AVEUGLE En 1888, Tchaïkovski assiste à une représentation de La Fille du roi René à Moscou. Il est tellement ému par l’actrice qui tient le rôle de Iolanta qu’il décide d’adapter la pièce en opéra. Dans le rôle-titre, la soprano Anna Netrebko, véritable icône lyrique, chantera pour la première fois à Monaco. Opéra de Monte-Carlo. Place du Casino, Monaco. ∏≥ www.opera.mc

O P É R A

Iolanta Le 21 juin

Théâtre National de Nice. Promenade des Arts, Nice. ∏≥ www.tnn.fr

FABLE CONTEMPORAINE Comment l’art rencontre-t-il la technique ? Telle est la question sous-jacente à cette exposition qui réunit une cinquantaine d’artistes. On y retrouve Wim Delvoye, Marcel Duchamp, Sol LeWitt ainsi que les jeunes pousses de la Haute École des arts de l’image de Braunschweig, dans un accrochage parallèle.

E X P O S I T I O N

La souris et le perroquet

Villa Arson. 20, avenue Stephen-Liégeard, Nice. ∏≥ www.villa-arson.org

Jusqu’au 31 août

INCLASSABLE MESHELL C’est une bassiste hors pair, dont les concerts en France sont rares. Meshell Ndegeocello a joué pour les plus grands : les Rolling Stones, Prince, Madonna… Mais c’est en solo qu’elle est au sommet de son art. Elle présente Comet, come to me, son onzième album porté par le groove, toujours.

C I R Q U E

Blast Du 19 au 24 mai

TÊTES EN L’AIR Jeff Odet et sa bande reviennent avec leur chapiteau. La troupe, composée de dix-sept artistes, propose Blast, un spectacle étourdissant où les numéros s’enchaînent en musique (live) : trapézistes, acrobates, funambules, voltigeurs, etc. Théâtre de Grasse. 2, avenue Maximin-Isnard, Grasse. ∏≥ www.theatredegrasse.com

C O N C E R T

Meshell Ndegeocello Le 22 mai

Forum Nice Nord. 10, boulevard Comte-de-Falicon, Nice.

PHOTOS : J.-L.FERNANDEZ - DARIO ACOSTA - VILLA ARSON - FRÉDÉRIQUE COURNOYER-LESSARD - DR

NICE CÔTE D’AZUR

Sandrine Bonnaire retrouve les planches avec ce texte de Samira Sedira. Elle y interprète l’auteure qui raconte comment, après avoir été comédienne, elle connut une période sans plus aucune proposition. C’est alors qu’elle décide de s’asseoir à une table pour écrire le rôle de sa vie.

T H É Â T R E

L’odeur des planches


du 9 au 25 juillet

2015

09/07 Beth Hart Jimmy Cliff 10/07 Natalia Doco Milky Chance 11/07 Maceo Parker Yuri Buenaventura 16/07 Mario Biondi Charlie WInston 17/07 Hubert Félix Thiéfaine Zebda Les Nuits Intimes1

18/07 Ayo Imagination Featuring Leee John 23/07 Souad Massi Joan Baez 24/07 Arthur H Tiken Jah Fakoly 25/07 Lindigo Magic System 8ème CONCOURS TALENTS NUITS DU SUD / ESPACE CULTUREL E.LECLERC VENCE les 11, 17, 18/07

12/07 Daby Touré - 19/07 Awa Ly

Billetterie : www.nuitsdusud.com

de

14€*à 23 €**

Location dès le 28/03 - NUITS DU SUD : ww.nuitsdusud.com - 04.93.58.40.17 - ESPACE CULTUREL VENCE - E.LECLERC VENCE / RÉSEAU FRANCE BILLET : FNAC CARREFOUR - GÉANT - SYSTÈME U INTERMACHÉ - www.fnac.com - www.carrefous.fr - www.francebillet.com - Réservation téléponique : 0892 68 36 22 (0,34 TTC / min) / RÉSEAU TICKETMASTER : AUCHAN - CORA - CULTURA - E.LECLERC - www.tickemaster.fr - Réservation téléphonique : 0892 39 01 00 (0,34 € TTC / MN) - RÉSEAU DIGITICK - RÉSERVATION TÉLÉPHONIQUE 0892 700 840 (0,34 € ttc / mn) - WWW.DIGITICK.COM

RENAULT NICE


GAstronomie RESTAURANT

NICE CÔTE D’AZUR

1

62 –

la palme d’or Il œuvre en toute discrétion, depuis près de quinze ans, au sein de l’un des fleurons de l’hôtellerie azuréenne. Christian Sinicropi bouscule les codes autant qu’il respecte le produit et nous livre une vision poétique d’une gastronomie française empreinte de tonalités latines. PAR AURÉLIA LASORSA

PHOTO : OLIVIER WARTER / SOPRESS

christian sinicropi


RESTAURANT

2

À savoir LA CARTE

Entrée à partir de 54 € Plat à partir de 75 € Menu Collection « 30 ans de Palme d’Or » 185 €

L’ADRESSE

73, boulevard de la Croisette, Cannes. Tél. 04 92 98 74 14

S

i vous cherchez une table gastronomique classique, passez votre chemin ! À la Palme d’Or, à Cannes, il n’en est rien. Bien sûr, le service est digne d’un deux étoiles, la vue sur la Méditerranée assure à la salle une luminosité chaque jour différente et la cuisine, imaginée par Christian Sinicropi, est divine. Mais là s’arrête la comparaison avec les autres établissements de ce standing. L’homme, chef exécutif du Grand Hyatt Hôtel Martinez depuis fin 2007, n’a pas son pareil pour entraîner les gourmets dans un voyage culinaire inédit. Cuisinier, mais également céramiste, poète et penseur, il impose son style et son approche particulière de la gastronomie, dans un mouvement permanent au centre duquel le produit trouve naturellement sa place. Ici, la carte n’a donc rien de traditionnel et les intitulés standard ont cédé leur place à des déclinaisons en trois temps autour d’un produit de saison, avec des mots qui tiennent plus du récit poétique, d’ailleurs. Notre choix arrêté, on se laisse porter, profitant d’un moment qui débute par une expérience visuelle surprenante. Car Christian Sinicropi ne fait pas les choses à moitié. Ici, point d’assiette signée des plus grandes maisons de porcelaine, mais des céramiques sorties tout droit de son imagination fertile, fabriquées sur mesure par son

bio express 1986

Apprentissage à l’As de carreau, à Cannes, sous la direction de Roland Ariza.

1989

Il effectue un stage de deux mois à la Palme d’Or.

1998

Chef de partie poissons au Louis XV à Monaco.

2001

Il obtient un poste de chef tournant à la Palme d’Or, sous la direction de Christian Willer, qui le forme à sa succession.

2007

Il est nommé chef exécutif des cuisines de l’Hôtel Martinez et, fait exceptionnel, conserve les deux étoiles de l’établissement.

1. E n cuisine, Christian Sinicropi à l’œil sur tout. Il ne manque aucun service et contrôle chaque assiette avant son départ en salle. 2. L’an dernier, c’est la réalisatrice Jane Campion qui présidait le jury du Festival. L’occasion pour Christian Sinicropi de créer un plat, hommage à La Leçon de piano.

épouse Catherine Sinicropi et décorées à la main, par le chef en personne ou l’un de ses amis artistes. On se surprend alors à déguster une déclinaison de langoustine dans un plat ovale orné de dessins de Moya. Une expérience qui comble nos sens et nous aide à saisir la démarche globale mise en œuvre ; la découverte est totale et se prolonge jusqu’à la dernière bouchée. Ce penchant artistique de la personnalité de Sinicropi se prête parfaitement au rôle d’hôte du Dîner du jury du Festival de Cannes, organisé au Martinez, comme le veut la tradition. Pluie d’étoiles Car chaque année, en préambule à l’événement, tout le jury se retrouve à la Palme d’Or pour un repas, exceptionnel en tout point. Une fois le nom du président du jury dévoilé, le compte à rebours démarre pour Christian Sinicropi qui doit imaginer un menu et des assiettes en lien direct avec la filmographie de l’élu – voire des élus, comme cette année avec les frères Coen. Pour le Dîner du jury, comme pour les autres services, Christian Sinicropi déploie la même énergie et le même professionnalisme. Celui qui le pousse à ne quitter que très ponctuellement ses fourneaux « parce qu’il est important d’être présent pour remercier la clientèle de sa fidélité, comme pour soutenir les équipes ». Un état d’esprit marqué par celui qui refuse l’emploi du « je » au profit du « nous ». Une véritable expérience, on vous dit…  

NICE CÔTE D’AZUR

∏ ≥ www. cannesmartinez. grand.hyatt.com

PHOTO : J. KELAGOPIAN

PHOTO : OLIVIER WARTER / SOPRESS

GA st r o no mie

63 –


GA st r o no mie TENDANCE

1 2

3

petit traité d e b i é r o lo g i e NICE CÔTE D’AZUR

boissons Longtemps reléguée au rang d’apéritif populaire, la bière se savoure depuis peu dans les soirées les plus couruES. Mais au jeu des tendances, seules les bières artisanales ont droit de cité.

64 –

PAR AURÉLIA LASORSA

∏ ≥ www.brasseriedemonaco.com

2. Ensoleillée La Trop® Rosée (bière made in Saint-Tropez, à base de tanins et de moûts de raisin) a bien grandi. Elle prend désormais

S

es origines remontent à 6 000 ans avant J.-C. La bière fait partie de ces boissons antiques qui remportent toujours un franc succès. Au point que les parlementaires ont proposé son inscription au « patrimoine culturel, gastronomique et paysager de France ». Un honneur auquel seules les bières artisanales et traditionnelles pourraient prétendre… En clair, on oublie les marques internationales qui nous abreuvent de marketing, au profit de saveurs plus authentiques et d’un savoir-faire ancestral. Si la base demeure la même, il existe néanmoins autant de recettes que de brasseries. Choix du malt, du houblon, de la quantité de levure utilisée, durée de fermentation et de maturation. À chaque maître brasseur ses secrets. La qualité de l’eau est également primordiale : elle doit répondre aux normes fixées par l’OMS mais, surtout, ne pas influer sur le goût définitif. Un exercice de petit chimiste encore effectué artisanalement par des passionnés et qui fait de plus en plus d’adeptes du côté des consommateurs, amateurs éclairés n’hésitant plus à adopter le vocabulaire de l’œnologie pour l’adapter au breuvage malté. À l’image du sommelier, le biérologue observe, hume et déguste la bière avec une maîtrise telle qu’il peut reconnaître, à l’aveugle, sa couleur, sa provenance et ses spécificités. La Riviera a cédé à la tentation et les bières du cru sont désormais servies dans les pubs et bars azuréens. La tendance locavore investit même les pintes ! 

sa source dans une brasserie plus grande, à quelques kilomètres du célèbre village de pêcheurs, et elle a aussi fondé une famille. Trop® Blanche, aux agrumes, ou Trop® Ambrée, mélange de blé, d’avoine et d’orge, pour les amateurs de saveurs plus prononcées. Un esprit soleil très local, œuvre de Thomas Carteron, brasseur passionné.

∏ ≥ www.carteron-saint-tropez.com

3. Le mix AustralieCôte d’Azur Andy et Patrick Colgan ont débarqué de leur Australie natale pour donner naissance à la Colgan’s Brewery. Mêlant les recettes et les techniques, ils ont créé quatre bières et attendent la cinquième pour cet été… Certains pubs de la région proposent même ces outsiders aux côtés de l’emblématique Guinness. ∏ ≥ www.colgansbrewery.com

PHOTOS : DR

1. Du producteur au consommateur À Monaco, la Brasserie a deux visages. Côté pile, François et Guillaume se chargent de la fabrication de la centaine de milliers de litres produits chaque année ; côté face, l’adresse est un lieu convivial qui enchaîne retransmissions sportives et concerts. Qu’elle soit blonde, blanche ou ambrée, la bière servie en pression est extraite des cuves situées juste derrière. Selon la saison, on peut aussi goûter aux bières produites en quantité limitée, comme celles de Noël, du printemps, de la Fête Nationale ou encore du Grand Prix.


2

LE COMPTOIR  NICOLE

20, rue Saint-François-de-Paule, Nice - Parking Sulzer Tél. : 04 93 01 59 59 - lecomptoir2nicole@orange.fr www.comptoir2nicole.com

PHOTO : OLIVIER WARTER / PRESSO

B I STROT    CHIC    NIÇOIS


week-end AU

DÉPART

DE

NICE

l i s b o n n e Authentique et lumineuse

NICE CÔTE D’AZUR

Aux confins occidentaux du continent, la capitale portugaise s’impose comme l’une des villes les plus attirantes du moment. Entre tradition et modernité, une trentenaire dans l’air du temps nous invite à découvrir quelques-unes de ses adresses préférées. TEXTE MARIA BAETA TRADUCTION JEAN-MARC AGOSTINI

66 –

PHOTO : DR

01


AU

w eek- en d DÉPART

3 à 4 vols quotidiens Nice-lisbonne 2 compagnies (tap portugal et easyjet)

2 h 30 de vol

DE

NICE

M

aman de deux petites filles, Maria est lisboète de souche. Il y a quatre ans, elle a ouvert sa boutique de jouets, Nas Nuvens(1) (plébiscitée par l’édition locale de Time Out), et développe en parallèle un jeu inédit sur Lisbonne, baptisé « I Play my City ». Sa sélection d’articles pour enfants – poétique et originale – illustre l’exigence pointue de Maria, qu’elle applique aussi aux lieux qu’elle fréquente à Lisbonne. Elle nous propose de les découvrir ici.

aller-retour à partir de 60   €

Culture, détente, shopping, gastronomie

En semaine, le matin, je suis toujours un peu pressée par le temps. Les cafés de quartier sont les meilleurs endroits pour démarrer la journée avec un « bica » (l’expresso portugais). Près de chez moi, à Campo de Ourique, j’aime beaucoup Az de Comer, et leurs délicieux « palmiers » – les meilleurs de Lisbonne ! Le samedi, le marché de Príncipe Real invite à flâner devant ses produits frais de grande qualité, essentiellement bios. Tout autour des jardins qui lui donnent son nom, le quartier, de plus en plus trendy, abrite une foule de restaurants, boutiques de mode et autres concepts stores (Entre Tanto, Real ou Embaixada, par exemple). Le dimanche, j’apprécie le moment du brunch. Les meilleurs sont, pour moi, ceux de The Decadente, tout en haut du Bairro Alto, près du mirador de São Pedro de Alcântara, qui offre l’un des plus beaux points de vue sur la ville. Toujours pour le brunch, Varanda do Ritz, au sommet de l’hôtel Ritz, constitue une excellente alternative. Pour visiter, flâner ou faire quelques achats

L’architecture moderne de l’hôtel Memmo Alfama contraste avec les façades de l’un des plus anciens quartiers de la ville, au bord du fleuve.

L’un de mes lieux favoris à Lisbonne est, sans hésitation, la Fondation Calouste-Gulbenkian. Ses magnifiques jardins abritent deux des plus beaux musées de la ville (l’un classique, l’autre d’art contemporain). Il y a toujours quelque chose à voir. De très belles expositions, bien sûr, mais pas seulement ! Et aux beaux jours, le parc est idéal pour s’allonger sur l’herbe pour lire, rêver et laisser le temps s’écouler doucement. Mais pour tomber irrémédiablement amoureux de Lisbonne, il faut prendre un café au kiosque 1. Nas Nuvens, Praça Duque Saldanha 1, 1050-094 Lisbonne. T. +351 21 099 5064

NICE CÔTE D’AZUR

Pour commencer la journée

67 –


w eek- en d DE

NICE

L i s b o n

1

2

+ de photos sur l’appli Optimiste Magazine (App Store et Google Play)

1. Casa das Janelas com Vista s’adresse aux amateurs de Bed & Breakfast de charme. 2. Ancien site industriel, Lx Factory est l’un des lieux branchés de la ville. 3. La Fondation Calouste-Gulbenkian abrite notamment un très beau centre d’art moderne. 4. Le tramway jaune constitue l’un des emblèmes de Lisbonne.

3

5. Incontournable, Taberna da Rua das Flores propose une cuisine authentique. 6. Sur les quais du Tage, à Belém, le cadre contemporain du café A Margem. 7. Les pastéis de nata, produits par la fameuse pâtisserie de Belém. 8. A Vida Portuguesa propose de nombreux produits traditionnels portugais.

PHOTOS : EFESENKO - DR -

68 –

du Miradouro da Graça, particulièrement magique au coucher du soleil. En montant vers Graça, les étroites ruelles pavées du quartier d’Alfama et les alentours du Castelo de São Jorge racontent au promeneur des siècles d’histoire. Dans le quartier de Chiado, il ne faut surtout pas manquer l’univers chic et nostalgique de la boutique A Vida Portuguesa, qui a superbement remis au goût du jour les arts et traditions populaires du pays : objets de décoration, couvertures en pure laine, savons, sardines, confitures, papeterie, sans oublier les traditionnelles hirondelles en céramique… tout ici est 100 % portugais. L’enseigne vient d’ailleurs d’ouvrir une autre boutique dans une ancienne usine désaffectée d’Intendente, un autre quartier qui monte, à découvrir. Un peu plus excentré, j’aime aussi beaucoup Lx Factory, un site industriel reconverti en repaire de hipsters. On y trouve des ateliers de design, des restaurants à l’esprit vintage et de très belles boutiques. Ne manquez pas Ler Devagar, une fantastique librairie doublée d’un café très cosy. Pour envisager Lisbonne comme un vrai Lisboète, il faut absolument traverser le Tage en cacilheiro, au départ du Cais do Sodré. En quittant le rivage, cette petite navette fluviale vous offrira une vue imprenable sur la ville, si souvent baignée de cette incroyable lumière qui la rend inoubliable. Tout ça pour le prix d’un ticket de métro... En arrivant à Cacilhas, de l’autre côté du fleuve, on peut admirer le soleil couchant depuis le restaurant Ponto Final. Si vous poussez jusqu’à Belém et ses hauts-lieux historiques (tour de Belém et monastère des Hiéronymites, notamment), ne manquez sous aucun prétexte les pasteis de nata, ces délicieux petits flans saupoudrés de cannelle. On retrouve partout cette incontournable spécialité locale. Dans le centre historique, les meilleurs se dégustent à Baixa, chez Manteigaria mais, malgré l’affluence touristique, ceux de la célèbre pâtisserie Pastéis de Belém sont véritablement à tomber. Le café A Margem, à Belém toujours, est parfait pour un verre au bord de l’eau, dans un cadre très contemporain.

DÉPART

PHOTOS : DR - RICARDO JUNQUEIRA PAULO COSTA / CAM GULBENKIAN

NICE CÔTE D’AZUR

AU


w eek- en d 4

DÉPART

DE

NICE

5

4

6

Pour déjeuner Au déjeuner comme au dîner, si vous ne deviez tester qu’un seul restaurant à Lisbonne, ce serait Taberna da Rua das Flores, l’un des secrets les mieux gardés de la ville. Des produits locaux et une cuisine du marché qui a su rester proche de ses racines… avec toujours un côté nouveau et inattendu. Je recommande aussi les marchés traditionnels de Ribeira et Campo de Ourique. Ils ont récemment évolué pour accueillir de nombreux petits restaurants où l’on peut manger sur le pouce des plats de chefs portugais : variété des goûts et des styles garantie ! Pour la variété encore, dans un vieux palais du Bairro Alto, Pharmacia sert de délicieux petiscos, sortes de tapas portugaises à partager. Mais à Lisbonne, c’est le poisson qui est roi. Le meilleur endroit pour le déguster sous toutes ses formes est, selon moi, Sea Me… Du sushi au poisson grillé, tout est délicieux et, pour les carnivores endurcis, le restaurant sert aussi le prego, un sandwich à la viande, ici dans un pain typique de Madère. En un mot : miam ! Et pour dormir

8

PHOTOS : EFESENKO - DR JOAO NUNES DA SILVA - ANTIGA CONFETARIA DE BELÉM - DR

PAULO COSTA / CAM GULBENKIAN

7

Le Memmo Alfama vient d’ouvrir dans l’un des quartiers les plus pittoresques de la ville. Moderne et élégant, le lieu est parfait pour contempler les ruelles et le fleuve à ses pieds depuis la petite piscine située sur le toit. Pour ceux qui recherchent plutôt un appartement, Baixa House en propose une dizaine, dans un immeuble du XVIIIe siècle au cœur du vieux Lisbonne, tous très lumineux et décorés avec beaucoup de goût, dans un style traditionnel revisité. J’apprécie aussi énormément la déco pointue, le calme et la convivialité du Bed & Breakfast Casa das Janelas com Vista, dans une petite rue tranquille du Bairro Alto. Mais l’hôtel que je conseille le plus souvent à mes amis de passage, c’est le Bairro Alto, luxueux sans être ruineux. Son emplacement est idéal et la vue magnifique.

réservations HÔTELS

∏≥ www.memmohotels.com ∏≥ www.baixahouse.com ∏≥ www.casadas

janelascomvista.com

∏≥ www.bairroaltohotel.com

ART ET CULTURE ∏≥ www.gulbenkian.pt

BARS, RESTAURANTS ET DOUCEURS

∏≥ thedecadente.pt ∏≥ www.amargem.com ∏≥ www.peixariamoderna.com ∏≥ www.pasteisdebelem.pt

SHOPPING

∏≥ www.avidaportuguesa.com ∏≥ www.lxfactory.com

NICE CÔTE D’AZUR

n n e

AU

69 –


w eek- end AU

DÉPART

DE

NICE

A Piattatella. Chemin Saint-François, Monticello. ∏≥ www.hotel-corseapiattatella.com

02

la Corse Adresses secrètes Le printemps et ses jours fériés sont propices à une escapade sur l’Île de Beauté. Maître-mot de cette parenthèse enchantée : farniente !

70 –

3. Une partie de golf au paradis On aimait le domaine de Murtoli pour ses bergeries de luxe disséminées sur 2 500 hectares, entre maquis et mer. On y va désormais aussi pour jouer au golf. Paul Canarelli, le propriétaire, a demandé à Kyle Phillips de dessiner un parcours en harmonie totale avec la nature. Résultat : un 12 trous entre 100 et 500 mètres de long dans une configuration unique. Domaine de Murtoli, Sartène.

PAR VANESSA GARDET

3. Une table terroir Il était connu de tous pour son épicerie du centre de Calvi qui vendait les meilleurs fromages et charcuteries de l’île. Nicolas Caumer a décidé de poursuivre l’aventure quelques mètres plus loin en ouvrant la Table di A Loghja, avec jolie vue sur le port. On y déguste des produits frais et des recettes familiales transmises par Marie-Do, sa maman. De l’authentique !

2. Dîner étoilé face à la mer C’est certainement l’un des plus beaux endroits de Corse. Et l’une des tables les plus savoureuses. Aux manettes, le chef Fabio Bragagnolo vient de décrocher un deuxième macaron Michelin grâce à une cuisine qui mêle modernité et Méditerranée. Son secret ? Les épices, huiles et sauces qui viennent relever des produits sélectionnés avec soin comme ce cannelloni de denti au tourteau, caviar, fraîcheur de fruits et légumes à la bergamote. Hôtel Casadelmar. Route de Palombaggia, Porto-Vecchio. ∏≥ www.casadelmar.fr

La Table di A Loghja. 27, rue Clémenceau, Calvi.

informations pratiques OFFICE DE TOURISME ∏ ≥ www.visit-corsica.com

de nice (en avion, pour Bastia) 45 mn - 140 €

une nuit À partir de 178 €

détente, nature, gastronomie

PHOTOS : DR - CAMILLE MOIRENC - DR

NICE CÔTE D’AZUR

1. S’aimer en cachette C’est à l’abri de tous que s’est créé ce lieu dédié aux amoureux de discrétion. En Balagne, à Monticello, l’hôtel A Piattatella porte bien son nom. Cette « cachette » corse s’offre aux visiteurs après quelques lacets depuis l’Île-Rousse. Accueillis par Thierry et Valérie, les propriétaires, on profite du calme dans l’une des treize chambres avec vue sur la Vallée du Reginu.


2015

35e ANNIVERSAIRE

22H

nuits

musicales du

suquet

FESTIVAL D’ART PYROTECHNIQUE

JUILLET 14 BAKU FIREWORK GROUP (Azerbaïdjan) 21 SUREX (Pologne) 29 INTERMEDE (France)

AOUT 7 PYROTEX (Angleterre) 15 JUPITER (Argentine) 24 PRESTATECH (France)*

D I R E C T I O N

40e ANNIVERSAIRE

A R T I S T I Q U E

B E R N A R D

O H E I X

MUSIQUE CLASSIQUE

www.festival-pyrotechnique-cannes.com

30-31 JUILLET 2015

JUILLET 2015

HUMAN TEOREMA • MASCARIMIRI • LEI TROUBAIRE

* Feu Hors Compétition

CANNES - PALAIS DES FESTIVALS ET DES CONGRES

18-23

FLORILEGIUM DE LONDRES : NUIT BLANCHE LAURENT KORCIA & JULIA SICILIANO • VADIM REPIN ALEXANDRE KNIAZEV & ANDREI KOROBEINIKOV FRANCOIS-RENE DUCHABLE & SOPHIE MARIN-DEGOR ORCHESTRE REGIONAL DE CANNES & DAVID LEVY

> Votez pour le Prix du Public, vidéos des feux en ligne > Musiques des feux sur Cannes Radio

CANNES

CANNES

VILLA DOMERGUE IMPASSE FIESOLE - 21H

AOUT 2015

2 I LAVELLE & FRIENDS TRIO 3 I CHAMPIAN FULTON INTET QU 4 I RICHARD MANETTI O HC EN 5 I THOMAS

30 JUAN CARMONA invite KARIME AMAYA MANOLO & LES GYPSY 31 OLGA PERICET

E DIRECTION ARTISTIQU FREDERIC BALLESTER

FIESTA FLAMENCA Direction Artistique : Juan Carmona

BODEGA DANSE CONCERT #cannesisyours

SWING & IMPROVISATIONS

www.palaisdesfestivals.com

POINTS DE VENTE HABITUELS & BILLETTERIE PALAIS DES FESTIVALS 04 92 98 62 77 U N E V E N E M E N T # M A I R I E D E C A N N E S I R E A L I S AT I O N PA L A I S D E S F E S T I VA L S E T D E S C O N G R E S

Licences : 1-1078988 / 2-1078987 / 3-1078989 - © Palais des Festivals et des Congrès de Cannes. Toute reproduction ou copie est interdite.

BAIE DE CANNES


SPORTS

D’ENDURANCE

EXTRÊME

Reportage

PHOTO : CHRISTOPHE GELONI / www.facebook.com/ChristopheGeloni

72 –


Ces sports qui nous dépassent 

Ils ne parlent que de kilomètres avalés, observent une hygiène alimentaire drastique et consacrent leur temps libre à préparer marathons, triathlons et autres ultra-trails. Mais qu’est-ce qui peut bien faire courir ces sportifs du dimanche, mais aussi du lundi, du mardi... bref, des sept jours de la semaine ? PAR LAURENT SEGUIN

73 –


R ep o r tage

Lancé en 2003, l’Ultra-Trail du Mont-Blanc traverse quinze communes de trois grandes régions alpines (RhôneAlpes, en France, Vallée d’Aoste, en Italie, Valais, en Suisse). Il emprunte principalement le sentier de grande randonnée du Tour du Mont-Blanc.

ULTRA-TRAIL DU MONT-BLANC

SPORTS D’ENDURANCE EXTRÊME

74 –

« Une réparation narcissique par l’effort » « Il y a peut-être une petite crise de la quarantaine. Mais, surtout, j’ai le sentiment d’exister lorsque je fais du sport » nous assure Jean-Charles Lombart qui, à 47 ans, vient de signer sa première licence de triathlon auprès du TCM12, un petit club marseillais. «  Ma participation au triathlon de Marseille (ndlr : 1,5 km de natation, 40 km de vélo et 10 km de course à pied) en juillet prochain sera mon Embrunman à moi (l’un des triathlons XXL les plus durs au monde). » Ce « sentiment d’exister », Pierre Dantin, professeur des universités à Aix-Marseille et directeur

PHOTOS : JACKY EVERAERDT

1. VO2 max : capacité maximale d’oxygénation du sang pendant un effort soutenu. Plus elle est élevée, plus le sportif peut fournir un effort important pendant une longue période. 2. VMA : vitesse maximale anaérobie. Seuil au-delà duquel l’athlète s’essouffle et ne tient pas la distance.

avec) sur des épreuves telles que l’Ironman de Nice, l’Ultra-Trail du Mont-Blanc ou le Marathon des Sables, ces pratiquants de l’effort extrême sont bien humains et vont justement chercher les limites de leur corps, qu’ils redécouvrent bien souvent à cette occasion. Pour comprendre ce qui peut les pousser à se dépasser de la sorte, nous avons sollicité le regard de pionniers de ces épreuves extrêmes, de néophytes prêts à se lancer dans l’aventure, mais aussi de médecins et d’universitaires.

PHOTO : PASCAL TOURNAIRE

I

ls ne sont pas devenus tout verts, bien qu’il changent parfois de couleur, parlent encore à peu près notre langage, même si certains termes comme VO 2 max (1) ou VMA(2) nous échappent, ne se déplacent pas encore en OVNI et autres soucoupes spatiales, même si leurs vélos « tout carbone » ou leurs chaussures adaptées aux foulées pronatrices ou supinatrices interpellent. Et pourtant, on les regarde comme de véritables extra-terrestres. Mais, à moins que les Envahisseurs n’aient réussi leur coup, et sauf à donner raison à David Vincent, ces proches, ces collègues, ces voisins ou tout simplement ces vagues connaissances –  qui ont déjà cédé ou semblent sur le point de craquer pour ces sports d’endurance extrême que sont les marathons, ironman et autres ultratrails  – ne viennent pas de la planète Mars. Quand bien même on pourrait parfois les croire dotés de trois poumons. Toujours plus nombreux à tenter de décrocher la lune en espérant obtenir le statut de finisher (et le tee-shirt qui va


EMBRUNMAN DIAGONALE DES FOUS PHOTOS : JACKY EVERAERDT JEAN-PIERRE VIDOT

PHOTO : PASCAL TOURNAIRE

R ep o r tage SPORTS D’ENDURANCE EXTRÊME

La Diagonale des Fous promet jusqu’à 70 heures d’efforts et, parfois, de souffrances aux derniers. Le nombre de participants est limité à 2 350 (dont 1 350 résidents de la Réunion).

Depuis 1992, le parcours cycliste de l’Embrunman passe par le mythique col d’Izoard. En 2014, Marcel Zamora, le vainqueur a parcouru à vélo 188 km en 6 h 11.

du laboratoire sport, management et performance, le pose d’ailleurs comme un fondement commun à l’ensemble de ces pratiques intenses. « C’est un peu comme chez les adolescents qui jouent à se mettre en danger. On retrouve, à l’âge adulte, une logique de dépassement de soi à travers ce que l’on nomme “ le jeu aux limites”. Il s’agit de se remettre à l’épreuve pour se prouver qu’on existe » précise celui qui a accompagné l’équipe de France à travers quatre olympiades. L’auteur du Règne des affranchis, co-écrit avec Claude Onesta, voit également dans ces activités sportives une « réparation narcissique par l’effort ». Une idée à laquelle Jean-Charles, notre triathlète débutant, adhère lorsqu’on le sonde un peu plus sur l’origine profonde de ses motivations. « Oui, il y a une quête de reconnaissance. Nous sommes trois frères et je suis le petit dernier, celui qui a le moins bien réussi. J’ai sûrement envie de montrer mes capacités, un besoin de prouver quelque chose. » Preuve, et même totem de leur réussite, de leur exploit, le fameux tee-shirt de finisher, offert après une course, revêt d’ailleurs une forte valeur symbolique pour ces pratiquants de l’endurance extrême. Ce tee-shirt, ils vont pouvoir l’exhiber fièrement. Car, pour ces athlètes hors norme, le regard des autres compte. « Tous ne se l’avouent pas, mais l’image que l’on renvoie lorsqu’on annonce que l’on est triathlète, et surtout quand on dit que l’on a fait un Ironman, flatte incroyablement » admet Jean-Romain Granger qui, à trente ans, a terminé l’Embrunman en 2014 et compte cette année ajouter à son tableau de chasse l’Ironman de Nice, en juin prochain, avant de repartir sur l’Embrunman en août. « Il faut savoir débrancher » Pour atteindre ses objectifs, cet ancien cycliste marseillais, passé de 107 à 80 kg en quelques mois, s’entraîne dur, « six jours par semaine », avec

75 –


R ep o r tage SPORTS D’ENDURANCE EXTRÊME

MARATHON DES SABLES

76 –

Le Marathon des Sables est né en 1986 de l’exploit réalisé deux ans plus tôt, sur ce même terrain, par le seul Patrick Bauer. Près de 30 ans plus tard, ils sont plus de 1 000 à en prendre le départ.


R ep o r tage SPORTS D’ENDURANCE EXTRÊME

ULTRA-TRAIL DU MONT-BLANC

PHOTO : CIMBALY/V.CAMPAGNIE - MDS 2014 - PASCAL TOURNAIRE

Après deux nuits sans sommeil, les arrivants de l’Ultra-Trail du Mont-Blanc sont accueillis en héros à Chamonix.

ses partenaires de club du TCM12. « Le triathlon, et particulièrement le “longue distance”, implique un gros volume d’entraînement. Il nous faut mener trois disciplines de front. Mais il faut aussi savoir débrancher » prévient Jean-Romain. « Débrancher », un impératif que ces athlètes doivent ­garder en tête pour éviter l’écueil tant redouté du surentraînement. Connu de tous, ce dernier provoque une perte de plaisir. Car la clé est ici. Découvrez Les motivations de chacun peuvent être variées, la vidéo : mais la notion de plaisir reste le moteur com- « Ils préparent mun, le carburant nécessaire, indispensable l’Ironman même, à tous ces athlètes pour avancer. Pour de Nice  » Jean-Paul Pes, psychomotricien qui a, notamsur l’appli ment, entraîné l’équipe de France olympique Optimiste de triathlon en 2000 et travaille aujourd’hui à Magazine la préparation de quantité d’amateurs, « un athlète (App Store et Google Play) qui a perdu de vue cette notion n’est plus capable de supporter la charge d’entraînement. Il perd l’envie et toutes ses sensations ». Coach sportif à Nice auprès de la structure WTS, spécialisée dans l’endurance, Jean-­Baptiste Wiroth reste également très vigilant sur le sujet. « La notion de plaisir est effectivement centrale,

nous confie-t-il. Elle est aussi le fruit d’un entraînement adapté, dans lequel il faut absolument éviter la monotonie. Globalement, les pratiquants assidus trouvent du plaisir dans leur pratique, y compris dans la difficulté, assure-t-il. Même si, parfois, ils sont un peu usés, ils savent qu’il leur faut aller à l’entraînement. À la clé, ils ont la satisfaction de l’objectif atteint. » Pour Xavier Garcin, professeur d’EPS et entraîneur de Versailles Triathlon, club des Yvelines, il y a ici un risque : « Le triathlon est un sport où la peur du vide obsède. S’entraîner toujours plus, organiser toute sa vie autour de l’entraînement, les temps libres eux-mêmes se retrouvant voués à optimiser les séances futures : voilà le risque pour des sportifs qui seraient aveuglés par la sacro-sainte loi selon laquelle plus on passe d’heures à s’entraîner, plus on a de chances de devenir performant. » Une recherche d’équilibre Un danger qui, à en croire Jean-Paul Pes, guette surtout une catégorie de personnes. « Il y a deux types de sportifs : celui qui se prend au jeu et celui

77 –


NEWAY NICE VIVEZ UNE EXPÉRIENCE D’ACHAT MODERNE AVEC UNE ÉQUIPE QUALIFIÉE À L’ÉCOUTE DES NOUVELLES TENDANCES DU MARCHÉ ET DES BESOINS DE CHAQUE PRATIQUANT. ESPACE VTT - ROUTE - URBAIN SERVICE ATELIER VÉLOS TESTS OUVERTURE : LUNDI 14H00/19H00 DU MARDI AU SAMEDI 9H30/12H30 - 14H00/19H00

NEWAY NICE 23 BIS, AVENUE AUGUSTE VÉROLA

06200 NICE SAINT-ISIDORE 04 92 29 10 03

WWW.NEWAY-NICE.COM NEWAYNICE

UNIVERS TRIATHLON >

COMPOSANTS ET ÉQUIPEMENTS >

BODY GEOMETRY FIT >


R ep o r tage SPORTS D’ENDURANCE EXTRÊME

qui se fixe juste un ou deux objectifs majeurs, comme le Marathon des Sables par exemple. Le premier rentre dans une catégorie qui peut développer une addiction, même si ce terme ne me plaît pas, annonce t-il. Je dirais plutôt qu’il remplit sa vie. Ça peut être lié à un vide familial ou professionnel. Très vite, l’entraînement vient combler ce vide. Dans ce cadre-là, je rencontre des pratiquants qui ont, en effet, énormément de mal à se mettre des limites. C’est un peu comme un médicament qui combattrait l’anxiété. » Un avis partagé par Jean-Romain Granger : « Beaucoup en font un palliatif et tentent de panser une plaie. » Pour autant, peut-on parler de pathologie ? Jean-Paul Pes refuse catégoriquement cette approche. « Le mot addiction ne me plaît pas, car il renvoie à quelque chose de pathologique. Or, nous parlons quand même de sport. Ce n’est pas une catastrophe que d’aller au-delà de ses capacités », tempère-t-il. Quintuple vainqueur de l’Embrunman et aujourd’hui directeur de l’Ironman de Nice, Yves Cordier, rejette lui aussi l’idée de pratiques excessives : « C’est, au contraire, un mode de vie qui équilibre. Je ne pense pas que ces gens mettent à mal leur santé. Ils recherchent, au contraire, une hygiène de vie. Un pratiquant à la personnalité équilibrée sera équilibré également dans sa pratique sportive. À l’inverse, quelqu’un d’excessif reproduira son attitude excessive dans le sport. » Jean-Romain Granger va dans le même sens : « Le triathlon n’est pas un refuge, mais un élément constitutif de mon équilibre. » Et si, pour Jean-Paul Pes comme pour Yves ­Cordier, l’objectif peut parfois être de remplir un vide, même de façon inavouée, celui-ci se retrouve comblé par quelque chose de positif avant tout : « Quand je me rendais sur la Course des Templiers (trail de 73 km présentant 3 400 m de dénivelé positif dans les environs de Millau), je constatais qu’elle permettait aux athlètes de passer

+

un week-end convivial » nous explique Jean-Paul Pes. Une ambiance qui transforme ces compétitions, individuelles par nature, en véritables épreuves de groupe. Une dimension collective

+ de photos sur l’appli Optimiste Magazine (App Store et Google Play)

Bien qu’individuels, ces sports d’endurance extrême auraient donc également une dimension collective importante. « C’est un peu comme au pentathlon, où l’adversaire est aussi un partenaire, presque un équipier, un miroir qui aide l’athlète à se jauger » nous explique ainsi Pierre Dantin. « Regardez une ligne d’arrivée où tous se tombent dans les bras, poursuit l’universitaire. C’est très révélateur. » Cette fameuse ligne d’arrivée, franchie après dix, quinze, vingt, voire plus de quarante-huit heures d’efforts parfois, délivre une joie assez inexplicable à ces sportifs, allant de « sentiments très personnels », pour Jean-­ Romain Granger, qui a découvert en lui « des trucs qu’il ignorait » à l’occasion de son premier Embrunman, à « l’impression de ressortir ­différent, plus humain », pour le Niçois Stephan Barbiera, qui a franchi la ligne d’arrivée de la Diagonale des Fous après quarante-neuf heures d’efforts à travers l’île de la Réunion. « Après deux nuits sans dormir et tous ces kilomètres avalés, je n’ai pas fondamentalement changé. Mais, d’un point de vue collectif, il s’est passé quelque chose d’assez parti­ culier, d’une nature un peu comparable à celle de l’effet Charlie. Et ça, ça fait du bien. C’est aussi ce que je vais chercher. » Se sentir humain, voilà qui nous rappelle finalement les propos de Jean-Charles, notre triathlète débutant, qui nous confiait avoir « surtout le sentiment d’exister » à ­travers le sport. On oublie ainsi définitivement ces extra-­terrestres auxquels on pensait avoir affaire… 

À retenir

28 août à 17   h  30 ULTRA-TRAIL DU MONT-BLANC

Départ de Chamonix (74).

15 août à 6 heures

3 avril

22 octobre

Départ d’Embrun (05)

Départ au Maroc

Départ sur l’île de la Réunion

EMBRUNMAN

170 km, 10 000 m de dénivelé positif. Temps du premier : environ 20 heures. Temps du dernier : 46 heures. Cinq épreuves, dont l’épreuve reine limitée à 2 300 participants qui doivent se qualifier.

3,8 km de natation, 188 km de vélo, 42,195 km de course à pied. Parcours vélo présentant 5 000 m de dénivelé positif et empruntant le mythique Col d’Izoard. Temps record : 9 h 34 (Hervé Faure en 2011). Temps maximum : 16 h 30.

∏≥ www.ultratrailmb.com

∏≥ www.embrunman.com

MARATHON DES SABLES 250 km à travers le Sahara. Temps en 2014 : vainqueur en 20 h 27 (Rachid El Morabity), dernier en 54 h 34. 23 participants en 1986, 1 029 en 2014. ∏≥ www.darbaroud.com

DIAGONALE DES FOUS 173 km, 9 996 m de dénivelé positif. Temps en 2014 : vainqueur en 22 h 55 (François d’Haene), dernier en 66 h 15. ∏≥ www.grandraid-reunion.com

79 –


R ep o r tage SPORTS D’ENDURANCE EXTRÊME

IRONMAN DE NICE

Tout sauf une promenade

L’épreuve mythique représente huit à neuf heures d’efforts pour les meilleurs, attendus vers le milieu de l’après-midi, et jusqu’à seize heures de souffrances pour les derniers, qui arriveront la nuit tombée.

PAR LAURENT SEGUIN

Yves Cordier 

DIRECTEUR DE L’IRONMAN DE NICE

«  Le jamais n’existe pas »

A

joutez 180 km de vélo (incluant 1 800 m de dénivelés positifs) et 42,195 km de course à pied (soit un marathon) à 3,8 km de natation. Ce ne sont pas les ingrédients de la fameuse salade niçoise, mais bien le copieux menu qui attend les 2 500 participants inscrits au 11e Ironman de Nice, dont le départ sera donné le 28 juin prochain à 6 h 30 précises, sur la promenade des Anglais. Référence du triple effort depuis le début des années 80, l’épreuve niçoise a grandi au fil du temps. Et pas seulement parce que ses distances se sont allongées. Elle est en effet passée d’un format « longue distance » (3 km de natation, 120 de vélo et 32 de course à pied) au fameux format Ironman, depuis 2005. Un changement de taille et de statut, pour un gain immédiat de popularité. « Avant d’opter pour le label Ironman, le triathlon de Nice était déjà célèbre, au même titre que celui d’Hawaï. Mais il était un peu en perte de vitesse », nous indique Yves Cordier, son directeur. « Alors, ce label nous a semblé incontournable. »

Des inscriptions closes huit mois à l’avance, plus de 60 nationalités représentées, 105 médias accrédités et près de 100 000 spectateurs le long du parcours : le label semble avoir porté ses fruits et l’Ironman de Nice a atteint un succès qui ne se dément pas, malgré des droits d’inscription assez élevés (520 euros par participant). « C’est assez cher et, en plus des frais ­d’inscription, il faut prévoir une à deux nuits sur place. En contrepartie, l’organisation est irréprochable » tempère Jean-Romain Granger, licencié à Marseille et déjà finisher de l’EmbrunMan (triathlon très longue distance d’Embrun). « Lorsque j’ai décidé de tenter un Ironman, Nice s’est imposée comme une ­évidence », nous glisse, de son côté, Philippe Decarvalho, triathlète quadragénaire installé en région parisienne. En juin, il traversera donc la France pour participer à l’épreuve azuréenne et nager, rouler, courir à la poursuite d’une médaille de finisher estampillée des lettres de noblesse du prestigieux label Ironman.  

Repères 30 000  litres d’eau engloutis - 1 000  kg de bananes consommés - 1 500 7,4 % d’athlètes féminines - 38,7 % Français sur l’édition 2014

bénévoles -

Comment expliquez-vous la popularité de l’épreuve niçoise ? Le terrain de jeu est somptueux, et l’épreuve s’inscrit dans une histoire. Mais le label Ironman, qui constitue un vrai gage de sérieux, contribue également à cette popularité. Ce label apporte de la notoriété, mais il a aussi un coût. Les exigences en terme de sécurité sont élevées. Les forces de l’ordre ont multiplié leurs coûts par cinq en quelques années et nous les mobilisons pour 24 heures pleines. Tout le monde peut-il y participer ? Sur la totalité des participants, nous avons seulement 6 à 8 % d’abandons. On reste donc dans le domaine du réalisable. Rien n’est impossible. Le « jamais » n’existe pas.

PHOTOS : CHRISTOPHE GELONI - DR

80 –


R ep o r tage SPORTS D’ENDURANCE EXTRÊME

Le 06 active sa carte cimes PAR LAURENT SEGUIN

Les Alpes-Maritimes verront la première édition de l’Ultra-Trail Côte d’Azur Mercantour s’élancer de la promenade des Anglais le 4 septembre prochain. Arrivée 140 km plus loin, à Saint-Martin-Vésubie.

Pascal Thiriot 

DIRECTEUR DE L’UTRA-TRAIL CÔTE D’AZUR MERCANTOUR

«   Une compétition à tarif low cost »

82 –

D

es galets jusqu’aux rochers, ils sui­ vront un parcours agrémenté de 10 000 m de dénivelé positif, dont un passage à près de 3 000 m d’altitude. Après 50 heures d’efforts (pour les plus lents), ils arri­ veront enfin à Saint-Martin-­Vésubie et achè­ veront ainsi la première édition de l’UltraTrail Côte d’Azur Mercantour. ­Surfant sur une véritable vague, les Alpes-Maritimes ont perçu l’engouement que suscite la course à pied. Ainsi, le département – qui compte déjà plusieurs 10 km, un semi-marathon (le Semi-Marathon International de Nice) et le second marathon le plus populaire de France derrière celui de Paris (le Marathon des Alpes-Maritimes Nice-Cannes) – voit apparaître son premier ultra-trail. Une épreuve qui va lui permettre de valoriser son arrière-pays, mais aussi de mettre en avant la première station française de trail, installée

depuis 2012 à Saint-Martin-Vésubie et cal­ quée sur le modèle d’une station de ski, les remontées mécaniques en moins. Car ici, pas question de défigurer la nature : elle constitue l’une des principales motivations de ces nou­ velles pratiques. Popularisés au début des années 2000, trails et ultra-trails connaissent ainsi un succès croissant. « Cet engouement est impressionnant, concède le champion de France en titre de trail long. Il y a sans doute un effet de mode, mais on constate aussi un retour des gens vers la nature, l’écologie, le manger bio... » Pour les coureurs, la nouvelle compétition azuréenne sera aussi l’occasion d’admirer la beauté sauvage de l’arrière-pays des Alpes-­ Maritimes. Une nature après laquelle ils courent tous, comme pour mieux échapper au bitume trop souvent foulé sur des terrains de jeu urbains. Des galets aux rochers, donc, en évitant soigneusement le goudron.  

Repères L’Ultra-Trail du Mont-Blanc est passé de 700 participants en 2003 à 7 500 en 2014 On recense 2 500

trails

et

450 000 traileurs  en France en 2014 (source Outdoor Expert).

Quels sont vos atouts pour y parvenir ? Un parcours atypique, puisque c’est le seul qui parte d’une métropole et du niveau zéro pour atteindre une altitude de près de 1 000 m. En outre, il traverse des paysages d’une beauté insoupçonnée. Car on connaît le bord de mer et les stations de montagne, mais beaucoup moins le moyen pays. Et enfin, nous proposons un tarif low cost puisque, avec des droits d’inscription de 70 euros, nous serons le moins cher des ultra-trails. Le trail semble avoir le vent en poupe... Oui, même s’il faut bien distinguer le trail de l’ultra-trail. Pour ce dernier, on parle d’une performance d’endurance qui est unique. Le public, lui aussi, est différent. Mais le point commun, c’est le lien privilégié avec la nature.

PHOTOS : G.VERAN/CG06 - OBRENOVITCH/WWW.MOVE-UP.COM

Quel est l’objectif de cet ultra-trail ? D’ici trois ans, nous souhaitons faire de l’Ultra-Trail Côte d’Azur Mercantour l’épreuve la plus populaire du genre en France, derrière celle du Mont-Blanc.


GMT+ 17H-19H

JEAN-CHRISTOPHE DIMINO Première radio en Principauté sur les CSP+* radio-monaco.com

APP ANDROID SUR

*CSP+ : dirigeants, décideurs, cadres, professions libérales et professions intellectuelles supérieures. Étude Médiamétrie AD HOC, réalisée du 21 mai au 18 juin 2012, sur 512 personnes résidentes à MONACO, âgées de 13 ans et +. © iPad, iPhone, App Store, Android, Google Play, Radio Monaco, marques et logos déposés - tous droits réservés.

Monaco Economie 200x270 -Dimino -Laury -Malher 1

18/09/14 15:41:11


Archi & déco EN

VISITE

84 –

UN SALON COSY À l’abri des regards, le coin salon a été aménagé dans un angle de la terrasse. Les fauteuils Moroso dessinés par Patricia Urquiola et les tables basses Kettal sont encerclés de jardinières en bois, plantées d’essences méditerranéennes. Une astuce ingénieuse pour créer une ambiance cosy en plein air.


Archi & déco EN

VISITE

Paris Méditerranée 

Sous la houlette d’un paysagiste concepteur, les toits de la capitale prennent des allures de jardins méditerranéens. Une source d’inspiration pour les beaux jours qui s’annoncent… Ou comment réaliser un espace extérieur aussi facile à vivre qu’à entretenir. PAR AURÉLIA LASORSA

PHOTOS : YANN MONEL

P

rolonger son chez soi par une d’eau) et des substrats très allégés (comme terrasse, un balcon ou un jardin la pouzzolane) est judicieux. La pouzzoest devenu courant. Chez nous lane est d’ailleurs intéressante à tout point sans doute plus qu’ailleurs. Parce de vue. Non seulement elle offre un aspect que, dès le début du printemps, nos envies minéral au sol, mais elle permet aussi, de grand air se font pressantes, on pioche en variant la granulométrie, de délimiter des idées dans le travail de ceux qui ont diffé­r entes zones. De quoi offrir dans fait de l’aménagement extérieur leur spéun seul espace, même réduit, plusieurs cialité. Quand Thierry Dalcant réinvente ambiances : surface végétalisée, coin salon Thierry Dalcant le toit de la piscine Molitor, à Paris, pour ou lounge, etc. Une offre modulable et  en faire un roof bar où la clientèle se mêle pratique qui permet d’apprécier pleinePAYSAGISTE à la nature, il met en scène le végétal. L’impément le lieu. Et si l’on ajoute un travail sur Né à Cannes, dans une famille ratif du concepteur était de choisir des la hauteur, en disposant des bacs, on frôle de producteurs d’agrumes et plantes qui résistent à un fort ensoleillement la perfection. et au manque d’eau. Ce natif de Cannes de fleurs d’oranger, Thierry Dalcant a d’abord fait une belle carrière s’inspire alors librement de la végétation dans la mode. Mais il est ensuite Choix des végétaux : ne rien laisser méditerranéenne, qu’il connaît par cœur. naturellement revenu à son amour au hasard Que l’espace dont on dispose soit vaste ou Pour donner à notre coin de nature l’aspect de la terre. Diplômé de l’École réduit, on suit les conseils avisés d’un nationale supérieure du Paysage sauvage recherché, il faut être vigilant lors homme adepte d’une nature libre qui ne de Versailles, il parle des végétaux de l’achat des plantes et fleurs. On mixe avec un vocabulaire de styliste, renie pas sa beauté et joue sur une grande végétaux persistants et plantes vivaces qui confère aux jardins une modularité. pour faire vivre l’ensemble tout au long de élégance insoupçonnée. S’il ne fallait retenir qu’un seul des prinl’année. Ensuite, on suit la tendance cipes de Thierry Dalcant, ce serait sans actuelle, propice aux semis spontanés, et ∏≥ www.thierrydalcant.com aucun doute l’importance de la biodiveron laisse faire le temps. Incontournable en sité. Une manière de renouer avec le cycle des saisons, massif, pour son côté ensoleillé et ­parfumé, la lavande mais surtout d’observer tout au long de l’année une peut aussi laisser sa place au lis des steppes, couleur soleil. nature qui reprend ses droits. Pour y parvenir, il est nécesOn crée un aspect garrigue avec des euphorbes, on sursaire de s’adapter au lieu. Ainsi, un jardin, même minusjoue le côté sauvage avec des Calamagrostis overdam ou des cule, n’impose pas trop de contraintes. Mais il n’en va pas Stipas… Mais surtout, on garde en tête que moins les végéde même pour les terrasses et balcons pour lesquels il est taux nécessitent d’eau, plus l’entretien sera aisé. Le jardin nécessaire d’étudier la portabilité. En ce sens, associer des méditerranéen s’adapte à nos modes de vie en offrant une végétaux méditerranéens (qui ne demandent que peu belle richesse visuelle, pour un investissement limité. 

85 –


Archi & déco VISITE

Thierry Dalcant a créé du relief en faisant le choix de la diversité : des plantes, de la pouzzolane, des bacs plus ou moins hauts… Ail d’ornement, euphorbes et stipas confèrent un effet 3D et donnent à la terrasse un air de jardin méridional. Avantageuse à tout point de vue, la pouzzolane a joué un rôle primordial dans la création d’ambiances diverses. Léger et ne nécessitant aucun entretien, ce minéral a été exploité en différents formats pour accueillir les végétaux. En mixant les variétés, le résultat n’en est que plus esthétique et naturel.

Utilisée comme mur de séparation, cette étagère potagère réalisée sur mesure associe une esthétique aérienne à un esprit pratique non négligeable : petits fruits et légumes de saison ou herbes aromatiques sont toujours à portée de mains.

BIBLIOTHÈQUE AROMATIQUE 86 –

TOPOGRAPHIE VÉGÉTALE

EN


Archi & déco VISITE

PREMIERS PAS

EN

C’est avec ce projet pour l’événement « Jardins, Jardin », en 2012, que Thierry Dalcant a été auréolé du Prix Daum de la création paysagère. Il avait alors imaginé une terrasse de 50 m2, poétique et multifacette, découpée en plusieurs espaces, séparés par des murs naturels éphémères. Une démarche éco-responsable, qui plus est.

87 –

SIGNATURE Thierry Dalcant puise dans les ressources végétales typiquement méditerranéennes pour donner vie à des espaces paysagers où la nature évolue comme elle l’entend. L’association de feuillages variés et de fleurs diverses insuffle un esprit champêtre, caractéristique de son travail.


A R c h it ect ur e et déco S H O P P I N G

D A N S

M O N

J A R D I N

s é l e

6

c

1

t

Réinventer son extérieur pour le vivre comme un prolongement de la maison nécessite de dénicher un mobilier adapté qui joue sur les codes du chic.

i

88 –

5

o

PAR AURÉLIA LASORSA 2 4

n

3

4 5

1 Alberto a dessiné un objet qui se fond dans la nature pour égayer la corvée du linge. Casamania, 330 € environ. 2 Objet d’innovations régulières, le classique Maxi Pop Up soigne son look sans jamais perdre de son charme. Lafuma, 65 €. 3 Semblable à une grande feuille, reLEAF est un récupérateur d’eau de pluie en aluminium on ne peut plus fonctionnel. Teracrea, 32,50 €. Un potager vertical pour s’adapter à n’importe quelle surface. Le must ? Mixer étagères fleuries et potagères pour un aspect visuel réussi. Botanic, 118 €. Traité anti-UV et résistant à des températures pouvant aller jusqu’ à – 30 °C, ce pot en toile colorée est la touche flashy indispensable. Bacsac, 79 €. 6 Ces tables galets gigognes, en acier époxy, fonctionnent aussi bien en trio qu’en solo. Matière Grise, ensemble de trois tables, 1 655 €.


zencommunication.fr

NOUVELLE COLLECT IO N 201 5

SALONS - TABLES & CHAISES - BAINS DE SOLEIL - DOUCHES PARASOLS - DÉCORATION - ACCESSOIRES

201 AV. DE LA ROUBINE - A8 SORTIE 41 LA M AISON LA MAISON CANNES LA BOCCA - HOMESTORE.FR COMME NULLE PART AILLEURS C O M M E N U L L E PAR T AIL L E U R S

LA MAISON CO MM E NULLE PART AILLEURS


Mode EN

VOGUE

2

90 –

3

1


M o de EN

VOGUE

T E N D A N C E

Éloge de la dentelle  Elle avait fait une percée l’été dernier. Elle revient ce printemps, plus sexy que jamais pour nous transformer en vestale contemporaine. PAR VANESSA GARDET

E

lle s’est longtemps cantonnée à nos dessous. La dentelle s’affiche désormais au-dessus, sans retenue. Elle a commencé à s’installer par touche : un col, une manche, l’empiècement d’une robe. Timidement, elle dévoilait quelques centimètres carrés d’épiderme, sans oser aller plus loin. Puis, les stylistes – aidés par la qualité et la reconnaissance mondiale de la dentelle française – ont décidé que le grand jour était venu : celui d’être audacieuse, téméraire et un brin effrontée. De tout dévoiler en ayant l’air de ne pas y toucher. De chambouler les codes du visible et de l’invisible. De ressembler à Keira Knightley dans… tous ses rôles. De sortir d’une photo de David Hamilton ou d’un film de Sofia Coppola. Pudibonderie et concupiscence

PHOTOS : LAURENCE REVOL - DR

C’est qu’il y a du Virgin Suicides dans cette dentelle, blanche, virginale qui, sous ses fausses allures prudes, est l’arme la plus sexy que l’on puisse porter. Ajourée, elle montre sans montrer, joue les aguicheuses mais garde ses distances. Et elle préserve cette image d’un romantisme absolu, d’une jeune fille en fleurs qui ignore tout du monde des adultes. Tu parles, Charles ! On ne lui jettera pas la pierre, mais il ne faudrait quand même pas nous prendre pour des buses... Car la

maligne qui porte de la dentelle en 2015 sait très bien ce qu’elle fait, contrairement à sa grand-mère qui portait un jupon dentelé aussi glamour que ses bas couleur chair… juste pour avoir plus chaud. Reste qu’il va falloir assumer l’effet « waouh » provoqué par ce bout de dentelle, souvent transparent. Car l’émoi qu’il provoque chez la gent masculine – ardent, incontrôlable – reste, à ce jour, inexpliqué par la communauté scientifique. La mariée était en blanc Avec tout cet étalage de dentelle, il ne faudra pas vous étonner de voir les hommes se jeter à vos pieds. Printemps oblige, la saison des mariages appelle sa cohorte de jeunes femmes prêtes à foncer dans la gueule du loup, pourvu que la robe soit belle. Cette dernière peut être, pour certaines, une motivation supplémentaire pour se laisser passer la bague au doigt et la corde au cou. Serait-ce donc pour nous sauver de l’engagement matrimonial que les marques ont placé de la dentelle dans leurs collections casual ? Peu importe les raisons mercantiles cachées derrière cette avalanche de trous-trous. Que les romantiques se rassurent, la dentelle n’aura jamais le dessus sur les sentiments. Mais elle peut contribuer à les rendre plus intenses... 

1.  Style campagne chic pour cette robe Lorafolk, au dos ajouré. 2. Chez IKKS, on assume la transparence d’une robe mi-crochet, mi-dentelle. 3. Chez Rime Arodaky, la dentelle se fait couvrante et enveloppante.

91 –


Évasion RÉCIT

DE

VOYAGEURS

I S L A N D E

L’île mystérieuse 

Nul besoin d’aller à l’autre bout de la planète pour plonger au sein d’une nature brute et majestueuse, qui nous ramène aux origines du Monde. À quelques heures d’avion, l’Islande, terre des extrêmes, saisit immédiatement par son intensité. Christophe nous fait partager son voyage. PAR CHRISTOPHE POZZO DI BORGO

L

a grande question que se posent tous les voyageurs en­Islande est : dans quel sens en faire le tour ? J’ai choisi, pour ma part, de commencer par le Nord, pour découvrir, à la lumière encore brillante de la fin d’été, l’immense région à l’est d’Akureyri.

92 –

Christophe Pozzo di Borgo 

PHOTOGRAPHE Passionné de voyages et de photographie, Christophe Pozzo di Borgo ne se lasse pas de parcourir le monde pour en capter la beauté. Mais il est avant tout architecte et photographe d’architecture. Son travail se nourrit de son expérience et de son exigence pour retranscrire l’espace, la réalité d’un lieu, le parti architectural et ses enjeux tout en suscitant l’émotion et l’étonnement. Son intention : donner à voir, mais aussi à comprendre. ∏ ≥ www.cpozzophoto.com

Ce territoire, d’une richesse géologique exceptionnelle, se parcourt au gré de ses champs de lave, de ses eaux fumantes, de ses cascades assourdissantes et de ses paysages lunaires drapés dans des vapeurs de soufre. Voyager dans cette contrée, c’est être chaque jour spectateur d’un théâtre où la mise en scène aurait été confiée au temps, le jeu de rôles aux éléments, où la production resterait suspendue aux caprices des volcans... Aucune journée ne ressemble à la précédente, ni ne ressemblera à la suivante, et ce même si l’on passe trois jours sur un seul site. La météo, extrêmement changeante, donne le ton. Comme les Islandais ont coutume de dire : « Si vous n’aimez pas le temps qu’il fait, attendez dix minutes ! » Quelle qu’en soit la teinte, le ciel sublime la terre, révèle ses couleurs, exacerbe ses contrastes, souligne ses paysages. À Hverir, dans les parages de Myvatn, le ciel vient ainsi se confondre avec les marmites de boue bouillonnante, qui imprègnent l’atmosphère d’une odeur âcre de soufre. Quelques kilomètres plus loin, sur le site volcanique de Krafla, les nuages se mêlent aux colonnes de vapeur des installations géothermiques présentes à l’entrée de la zone. Ici, le magma n’est qu’à 3 km de profondeur et la particularité du lieu tient au fait que le volcan ne se manifeste pas par un cône typique mais par une multiplicité de fissures laissant échapper fumerolles et parfois même magma.

PHOTOS : CHRISTOPHE POZZO DI BORGO

Cap au Nord : volcans et géothermie


PHOTOS : CHRISTOPHE POZZO DI BORGO

Éva sio n RÉCIT

DE

VOYAGEURS

HVERIR Hverir saisit le voyageur par l’intensité des couleurs de sa terre ocre constellée de fumerolles et de marmites de boue bleutée. Lorsque j’arrive en fin de journée, le vent qui souffle est glacial, le ciel commence à se charger de nuages mais l’intensité du lieu n’en est que plus forte. 93 –

KRAFLA En quittant la route circulaire n°1, un ruban d’eau bleue laiteuse me guide à travers un paysage lunaire vers le site volcanique de Krafla. L’installation géothermique aménagée ici puise une eau à plus de 450 °C, qui permet d’alimenter 20 % de la population de l’île en électricité.


Éva sio n RÉCIT

DE

VOYAGEURS

JÖKULSÁRLÓN Les icebergs viennent finir leur course sur la plage de sable volcanique, se gorgeant d’eau de mer qui exacerbe l’intensité de leurs couleurs. La beauté de ce spectacle est d’autant plus saisissante qu’elle est éphémère et en perpétuelle mutation.

AURORE BORÉALE

GEYSIR

De septembre à mars, on peut observer l’extraordinaire spectacle des aurores boréales. En mutation permanente, elles semblent danser et enflammer le ciel.

Le site géothermique de Geysir a donné son nom au phénomène des geysers, que l’on peut découvrir parmi les fumerolles et les mares bouillonnantes.

PHOTOS : CHRISTOPHE POZZO DI BORGO

94 –


Éva sio n RÉCIT

DE

VOYAGEURS

Le Sud, terre de glaces Planifier ses journées tient rapidement du casse-tête : l’Islande n’est qu’une succession de paysages époustouflants, que l’on ne parvient à quitter qu’avec la certitude d’en trouver d’autres tout aussi spectaculaires quelques instants après. Ainsi, la côte sud-est impressionne par la diversité de ses perspectives, où fjords, montagnes escarpées, langues glaciaires et lagunes constellées d’icebergs se succèdent le long du parc national du Vatnajoküll, l’une des plus importantes calottes glaciaires au monde. Dans cette région, je me suis souvent retrouvé à faire ma pause déjeuner à l’endroit que je pensais visiter à 9 h du matin. De plus, la plupart des routes – hors route principale n° 1 – se résument à des pistes, ce qui rallonge inexorablement tout trajet. J’ai donc cessé de tout organiser et me suis laissé porter par le rythme du voyage où n’importait plus que la plénitude de l’instant vécu. Jökulsárlón, plus grand lac proglaciaire d’Islande, produit une attraction sans pareille. J’ai passé trois jours à capter la beauté de ce lieu, mais j’aurai pu y rester une semaine ou deux. Le spectacle incessant des icebergs se détachant du glacier et venant se confronter au ressac de l’océan Atlantique Nord avant de se fracasser sur la plage de sable noir est hypnotique. À proximité de Reykjavik, le Cercle d’or Je termine mon périple par le Cercle d’Or, nom donné à plusieurs lieux d’exception se trouvant dans un périmètre relativement proche de Reykjavik et qui permettent­ aux voyageurs n’ayant que peu de temps d’apercevoir quelques-unes des merveilles de la nature islandaise. Le site géothermique de Geysir tout d’abord, puis la majestueuse cascade de Gullfoss et, enfin, le parc national de Thingvellir, théâtre du premier parlement démocratique fondé par les Vikings, en 930. Dans ce hautlieu touristique, il suffit de sortir des sentiers les plus

PHOTOS : CHRISTOPHE POZZO DI BORGO

+

+ de photos sur l’appli Optimiste Magazine (App Store et Google Play)

fréquentés pour se retrouver immergé au sein d’une nature brute et inspirante, au point de jonction des plaques tectoniques européennes et américaines. Cette situation géographique exceptionnelle rappelle combien l’équilibre des forces qui règne sur cette île est précaire, en sursis jusqu’à la prochaine éruption. Néanmoins, et c’est certainement la principale énergie de ce pays, le sentiment de vivre y est d’autant plus fort : malgré les catastrophes naturelles récurrentes, la vie reprend toujours ses droits, à l’instar de la mousse, d’un vert éclatant, qui revient peu à peu envahir les étendues de lave après chaque éruption. 

À DÉCOUVRIR _ Contrairement aux idées reçues, l’Islande est un pays avec lequel il faut compter en matière de gastronomie ! QUATRE ADRESSES INCONTOURNABLES : >À  Stykkishólmur, charmant village de pêcheurs à l’Ouest, au début de la péninsule du Snaefellsnes, le Narfeyrarstofa est aujourd’hui une adresse incontournable pour ses succulents plats de poissons. >À  Höfn, dans le Sud-Est, le Pakkhús ravit les papilles avec des assiettes gargantuesques de langoustines et une bière fabriquée avec l’eau des glaciers. >À  Reykjavik, le Fish Market est à découvrir pour sa cuisine fusion, rencontre d’une terre polaire avec l’Asie. Le Grill Market, cousin du précédent, est sans conteste le restaurant le plus design de la ville. Tous les produits utilisés viennent de producteurs locaux.

Voyagez !

1 TROUVER UNE AGENCE

La lecture des guides et la fréquentation des nombreux sites internet et blogs consacrés à l’Islande peuvent suffire pour préparer le voyage. Mais les services d’une agence locale permettent d’optimiser son parcours, d’accéder plus facilement à des lieux spécifiques et d’éviter les déconvenues liées au manque d’expérience du pays. Quelques adresses : ∏ ≥ www.destination-islande.com ∏ ≥ www.islandtours.fr ∏ ≥ www.aventuresenislande.fr

2 LOUER UNE VOITURE

Il est possible de faire le tour de l’île avec une voiture standard, si l’on reste sur le bitume de la route n° 1. Mais pour sortir des sentiers battus et fréquenter les multiples pistes qui sillonnent l’intérieur de l’Islande, un modèle tout-terrain est indispensable.

95 –


MAZDA CX-5

Équipé des Technologies 2.2L D 150 CH 4.6 L/100 KM

119 G CO2 /KM*

Mazda va au-delà des conventions pour concevoir des modèles qui allient performance et meilleur respect de l’environnement s ans f aire d e compromis avec l e plaisir d e conduire. Le design KODO (l’âme du mouvement) confère au Mazda CX-5 des lignes affirmées et grâce aux Technologies SKYACTIV, sa version 4x2 Diesel 150 ch émet seulement 119 g de CO2/km pour une consommation en cycle mixte de 4.6 L/100 km. Le Mazda CX-5 est doté d’une panoplie de systèmes de sécurité intelligents pour une meilleure protection des occupants.

*Mazda CX-5 2.2L SKYACTIV-D 150 ch 4x2 BVM, consommation mixte de 4.6 L/100 km, émissions de CO2 de 119 g/km. (1) Au 1er terme échu. Mazda Automobiles France, 34 rue de la Croix de Fer - 78100 Saint Germain-en-Laye, SAS au capital de 304 898 € - RCS Versailles 434 455 960.

www.mozart-autos.com

NOUVELLE CONCESSION

MOZART AUTOS

DN7 derrière MAXI BAZAR 83480 PUGET-SUR-ARGENS

248, route de Grenoble

MOZART AUTOS PUGET 04 94 82 88 88

NICE

04 89 88 31 90

(1)

MOZART AUTOS

CANNES - LE CANNET

Bretelle montante Autoroute

04 89 88 31 91


Moteur AUTOMOBILE

VOLVO XC90

Gentleman farmer 1

Fidèle aux valeurs de la marque, le nouveau grand 4 x 4 de Volvo nous parle sécurité, innovation et bien-être à bord. Loin du bling-bling de certains rivaux arrogants, il défend une certaine image du haut de gamme suédois. PAR FRANÇOIS STAGNARO

A

ussi à l’aise dans les quartiers chics que dans les ornières boueuses d’une route de campagne, le grand 4 x 4 suédois cède sa place après douze ans de bons et loyaux services. Composé à 90 % d’éléments inédits, le XC90 deuxième du nom concentre de nombreuses innovations qui seront ensuite déclinées dans les futurs autres modèles de Volvo. Il inaugure ainsi la nouvelle plateforme évolutive dans laquelle s’intègrent les derniers moteurs quatre cylindres essence et diesels Drive-E mais également une mécanique hybride rechargeable de 400 ch capable de fonctionner en mode 100 % électrique sur une quarantaine de kilomètres. Tous sont associés à une boîte automatique à huit

+ ON AIME Volvo a pour habitude de soigner la qualité de ses installations audio. Dans le XC90, l’installation Hi-Fi signée Bowers & Wilkins distille, via ses 19 haut-parleurs, un son qui nous transporte dans une autre dimension. Une option à 3 400 €.

PHOTO : VOLVO

1. Le dessin du XC90 mêle habilement les références à la culture maison et des lignes dans l’air du temps, relativement massives, pour suggérer puissance et robustesse.

rapports, dont la douceur s’accorde parfaitement avec le tempérament de ce grand SUV qui place le bien-être de ses occupants au premier plan. Afin d’améliorer encore les conditions de voyage, il est possible d’opter pour des suspensions pneumatiques adaptatives (2 580 €) et un vitrage latéral feuilleté (600 €). Confort Pullman garanti ! En première classe Le gabarit extérieur imposant se traduit, à l’intérieur, par un espace à vivre généreux. On apprécie les sièges individuels à l’ergonomie soignée, qui contribuent au confort des passagers. Le XC90 en accepte jusqu’à sept, à condition d’avoir opté pour les deux places supplémentaires, en option (1 500 €). Celles-ci conviennent à des adultes jusqu’à 1,75 m, qui

Ne manquez plus un seul numéro, téléchargez gratuitement OPTIMISTE Magazine

97 –


M oteur AUTOMOBILE

2

La sécurité comme priorité Le nouveau venu fait aussi le plein d’équipements de sécurité. Un sujet cher à la marque, qui poursuit officiellement le but de « zéro personne tuée ou gravement blessée à bord d’une nouvelle Volvo en 2020 ». Au service de cet objectif, le XC90 propose de nombreux dispositifs de série parmi lesquels une surveillance de la vigilance du conducteur, une alerte de franchissement de ligne, un système évolué d’anticipation des collisions en ville

+

3

(détection des cyclistes, piétons, voitures, y compris aux intersections), une protection avancée en cas de sortie de route, etc. Le catalogue des options comprend également diverses aides telles qu’un régulateur de vitesse adaptatif avec aide au changement de file et assistant de conduite en embouteillage. Ce dernier permet de reposer le conducteur dans les bouchons du quotidien en assurant pour lui les accélérations, les freinages et le maintien dans la voie. Un système qui témoigne de l’avancement de Volvo en matière de conduite autonome. 

LA FICHE TECHNIQUE _ MOTEUR Essence : T6 AWD (320 ch et T8 Twin Engine (318 / 82 ch) Diesel : D4 (190 ch) et D5 AWD (225 ch) TRANSMISSION Aux roues avant ou 4 x 4 Boîte automatique à huit rapports DIMENSIONS 4,95 x 1,78 x 2,01 (L × l × h, en m)

TARIFS De 68 250 à 90 340 € (essence) De 49 900 à 75 840 € (diesel) VERSIONS Kinetic *, Momentum, R-Design *, Inscription et Inscription Luxe. * Versions disponibles en fin d’année 2015.

2.  La planche de bord, épurée, regroupe une grande partie des habituels boutons dans un grand écran central multifonctions, disposé à la verticale. 3.  Bien qu’il ait grandi de 15 cm en longueur et 10  cm en largeur, le XC90 conserve une silhouette caractéristique. Notamment vu de l’arrière, avec ses grands feux verticaux qui s’élargissent aux hanches.

Découvrez la vidéo sur l’appli Optimiste Magazine (App Store et Google Play)

Vous allez aimer AUDI Q7 Concurrent direct du Volvo XC90, le nouveau Q7 se fait désirer, lui aussi : après neuf ans de commercialisation, le géant de la gamme Audi passe le relais. Cette deuxième géné­­ration modère son gabarit (- 4 cm) et son poids. En cœur de gamme, le modèle 3.0 TDI pèse ainsi 325 kg de moins. Plus puissant de 27 ch, il épargne 23 % de gazole par rapport à son devancier. Le nouveau Q7 propose, lui aussi, une version hybride rechargeable. Celle-ci associe un diesel 6 cylindres à

un moteur électrique capable de fonctionner tout seul sur une distance maximale de 56 km. En fonctionnement combiné, l’ensemble produit une puissance maximale de 373 ch. L’équipement inclut, bien sûr, les derniers raffinements techno­logiques de la marque comme le virtual cockpit (instrumentation 100 % digitale), plusieurs solutions multimédias avec connectivité avancée, un assistant de conduite dans les bouchons… Arrivée prévue en juillet.

PHOTOS : VOLVO - AUDI

98 –

profiteront de conditions de voyage très acceptables. Le design de l’habitacle, sobre et élégant, rappelle quant à lui le meilleur du mobilier suédois, dans une atmosphère moderne et chaleureuse. Un esprit que l’on retrouve au niveau du poste de conduite et de la planche de bord. Élégante et épurée, elle accueille en son centre un immense écran tactile. Celui-ci centralise de multiples fonctions et propose des services connectés inédits. Bien sûr, l’ambiance peut être personnalisée en combinant différentes tonalités intérieures et en choisissant parmi les selleries, les placages (en bois ou en carbone), etc. Les matériaux employés et la rigueur de leurs ajustements n’ont rien à envier aux meilleurs rivaux allemands.


ÊTRE

C’EST VOIR LE VERRE À MOITIÉ PLEIN

UNE INFORMATION POSITIVE PAR JOUR

REJOIGNEZ-NOUS


CRÉDIT PHOTO : STÉPHANE BARBATO

VOUS MÉRITEZ LE

SHOPPING VUE MER

HALTE JEUX PERSONAL SHOPPER*

* PERSONAL SHOPPER : VOTRE CONSEILLER SHOPPING PERSONNALISÉ.

CARTE CADEAU www.cap3000.com

11-14_Opti 200x270_Instit_Hiv.indd 1

21/11/14 14:43

Optimiste Magazine N°3 I Avril-Juin 2015  

Le premier magazine gratuit d'information positive, disponible sur tablette et mobile

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you