Page 1

le Paris du e

> Rue d’Avron… le détail du projet de réaménagement

Hiver 2010 // numéro 51

20

«

Guy Marchand Enfant de Belleville, je reste très attaché au 20e arrondissement.

La police police du du 20 20ee La choisit le le VTT VTT choisit

»

Le théâtre a fêté sa classe

Jean-François Zygel a la passion de la musique


)

(

CA NOUS

(Edito)

CAUSE

Par Frédérique Calandra Maire du 2Oe arrondissement

Je suis heureuse de vous proposer la nouvelle formule de votre magazine d’information municipal à laquelle nous avons collaboré.

« Il suffit de trois jours pour devenir SDF avec une obsession, manger et dormir. » •• Paris compterait près de 100 000 personnes

sans domicile fixe. Si les remèdes à la question Pour faire un des personnes sans abri ne sont pas signalement : instantanés, il convient de lutter composez le contre ces situations dramatiques et intolérables. C’est pourquoi, la Ville de Paris et la mairie du 20e agissent. Pour répondre à l’urgence du manque de lieux d’hébergement, Antenne restos elles renforcent leurs actions : ouverture de cinq e du cœur 20 gymnases municipaux en centres d’hébergement 29 rue du Soleil M° : Place des fêtes d’urgence, augmentation des maraudes de l’Unité lundi, mardi, jeudi et d’aide aux sans abri de la Ville de Paris et du vendredi de13h30 à Samu social. n 16h30

AGIR

Centre d'hébergement d'urgence Pyrénées 355 rue des Pyrénées M° : Pyrénées ou Jourdain

115

Richard, 65 ans, a travaillé toute sa vie. Arrivé à la retraite et après un accident de la vie, il ne pouvait plus payer son loyer ; il a été expulsé juste avant la trêve hivernale.

Nous avons souhaité vous proposer un contenu plus vivant, afin de mieux rendre compte en images et mots du dynamisme et de la créativité de notre arrondissement. Nous espérons que ce journal sera encore plus proche de ses lecteurs et satisfera le besoin d’information sur la vie de l’arrondissement. Ce numéro consacre un article à un sujet qui me tient à cœur, les sans domicile fixe et la précarité. Il nous a paru nécessaire de nous interroger sur les plus fragiles de notre société. Comment leur destin a-t-il basculé ? Comment atténuer leurs souffrances, décuplées par la dureté de cet hiver ? Il faut donc agir et traiter cette question en gardant présente à l’esprit la dignité inaliénable de chaque être humain.

«

C’est en combattant la précarité que l’on limitera le nombre de personnes se retrouvant sans abri.

»

Frédérique Calandra,

Maire du 20e

le Paris du 20e •• 3


ACTUe

20

A l’association Multi’Colors, les enfants sont sensibilisés à la préservation de la biodiversité.

«

Les associations de commerçants du 20e sont très impliquées dans la vie de l’arrondissement. Francine Vincent-Dard,

adjointe à la Maire du 20e, chargée du développement économique, du commerce et de l’artisanat.

Sylvie Faye, présidente de l’association Multi’Colors, lors de la remise des trophées des associations à la Fondation EDF.

L’association Multi’Colors récompensée par la Fondation EDF

»

L’association Multi’Colors, agissant auprès des jeunes du 20e arrondissement pour la préservation de la biodiversité, a obtenu, le 1er prix des « Trophées des associations DiversiTerre », dans la catégorie « association nature Coup de cœur », remis par la Fondation EDF. Les 46 membres du jury ont été conquis par la démarche mixant biodiversité, projet intergénérationnel et solidarité au cœur des logements sociaux, un habitat qui est malheureusement bien souvent exclu des opérations liées à l’environnement. Créer des jardins pour préserver la biodiversité et des nichoirs pour les oiseaux, favoriser la qualité de vie et le « vivre ensemble » ont donné à ce projet une dimension toute particulière. n

A Noël, plein feux sur le 20e

A l'occasion des fêtes de fin d'année,

le 20e arrondissement a brillé de mille feux grâce aux illuminations proposées par les associations de commerçants. Les quartiers de Ménilmontant, Belleville-Pyrénées-Jourdain, 4 •• le Paris du 20e

le premier à utiliser de l’énergie renouvelable pour l’occasion, la rue d’Avron et la porte des Lilas ont ainsi revêtu leurs habits de lumière, pour le plus grand bonheur des petits et des grands.


L’antenne jeunes de Panoyaux reprend des couleurs Bertrand Delanoë, Maire de Paris, et Frédérique Calandra, Maire du 20e, ont inauguré l’école Olivier Métra Située 32-34 rue Olivier Métra, elle accueille 8 classes et permet de mieux équilibrer les capacités d’accueil avec les autres écoles rue Olivier Métra, Pelleport ou Télégraphe.

Une fête de Noël, sous le signe de la solidarité Le 12 décembre dernier, de nombreux habitants ont participé à un après-midi festif et solidaire organisé à la mairie du 20e, en présence de Frédérique Calandra, Maire du 20 e, et de Francine VincentDard, adjointe à la Maire du 20e chargée du développement économique, du commerce et de l'artisanat, avec l'association des Commerçants solidaires et le conseil de quartier Gambetta. Cette opération Un Noël pour tous, a été mise en place à l’initiative du conseil de quartier Gambetta. Près de 183 jouets et 50 livres et magazines ont été récoltés durant cette journée. Ils ont ensuite été distribués à des enfants dans cinq cen-

Des jeunes ont décoré l’antenne de Panoyaux, en novembre et décembre derniers, dans le cadre d’un chantier école, organisé avec les missions locales et Artémesia, une entreprise d’insertion spécialisée dans la peinture décorative. 43 rue des Panoyaux 01 40 33 65 00 ajpanoyaux@laligue.org

Fréquel-Fontarabie : un nouvel éco-quartier

tres sociaux du 20e arrondissement. Plusieurs concerts ont rythmé cet aprèsmidi solidaire. n

Nemo relooke un immeuble du boulevard de Ménilmontant Au 146 boulevard de Ménilmontant, une fresque aérienne de l’artiste Nemo habille un immeuble centenaire, haut de 7 mètres. Un conseil : dépêchez-vous de lever les yeux au ciel !

Dans une démarche sociale et environnementale, ce projet prévoit 105 logements sociaux (31 réhabilitations et 74 constructions neuves) des équipements et des espaces publics : 1 crèche municipale et 1 PMI ; 4 locaux d’activités (commerces) ; 1 jardin de 1 000 m², une place et 2 passages publics.

le Paris du 20e •• 5


Ge2ns0e

du

Les soirées du Genre Urbain. Si elle se veut librairie de quartier, Le Genre Urbain possède un fonds, de plus de 3 000 ouvrages, dédié à la ville et ses problématiques. Lieu de débats, des événements sont organisés en soirée avec des auteurs et des artistes. 30 rue de Belleville – 01 44 62 27 49 www.legenreurbain.com

Rachelle Plas, une championne de judo dans le 20e. Un parcours sans faute

pour la jeune judokate de 17 ans du club de l’AJA : championne de France cadettes en 2008, vicechampionne de France judo 2009 pour sa première année en juniors dans la catégorie des moins de 57 kg et remplaçante aux championnats du monde juniors. Pour Rachelle Plas, en 2010 c’est le bac à l’horizon et une carrière à suivre.

Martin Guérin, chef de projet à la pépinière Paris Innovation Réunion, bichonne les jeunes entreprises dans le 20e.

Mama Shelter, un hôtel pas comme les autres A la tête de cet hôtel, un trio gagnant : la famille Trigano, Cyril Aouzerate et Philippe Stark. Le Mama Shelter c’est 172 chambres très design, un grand bar, une brasserie, un restaurant. Le tout baignant dans une ambiance branchée. On y trouve même une scène pour les événements à venir. Mama Shelter 109 rue de Bagnolet 01 43 48 48 48 www.mamashelter.com

«

Cet hôtel est un refuge urbain design dans un quartier populaire. Serge Trigano

»

Jérémie Trigano Cyril Aouzerate

Bertrand Beyern, un passionné du Père Lachaise vous raconte les histoires du

cimetière comme vous ne les avez jamais entendues.

le Paris du 20e •• 7

Serge Trigano


2 R U E L

e

0

Guy Marchand devant la brasserie Chantefable.

Ici, Frédérique Calandra, Maire du 20e en compagnie de Guy Marchand, avenue Gambetta. Le 162 rue de Belleville, lieu de naissance de Guy Marchand, est aujourd’hui un centre de santé et une crêche.

Guy Marchand, un gars Guy Marchand, acteur, chanteur et musicien est un enfant de Belleville. Racontant ses souvenirs, il nous emmène sur les traces de son enfance dans le 20e arrondissement.

8 •• le Paris du 20e

L

orsque Guy Marchand arrive au restaurant, 93 rue Gambetta, les réactions ne se font pas attendre : « Chérie regarde derrière toi il y a Nestor Burma ». Un joli quiproquo qui s’explique aisément : entre 1991 et 2002 et sur 42 épisodes de la série devenue culte Nestor Burma, l’acteur y a fait vivre le célèbre personnage des romans de Léo Mallet. Si plusieurs arrondissements de Paris ont servi de décors aux aventures du détective, le 20e reste cher au cœur de Guy Marchand, né au 162 rue de Belleville. « Mes souvenirs du quartier, avant-guerre, ont la couleur du Paris de Marcel Carné, un grand terrain de jeu

et de découvertes », repense-t-il avec tendresse. Et l’acteur d’égrener ses souvenirs, façon Michel Audiard, « j’balance pas, j’évoque » ; Lorsqu’il allait chercher le lait place du Jourdain, quand il descendait, à pied, la rue de Ménilmontant pour rejoindre le lycée Voltaire où il a fait toute sa scolarité. Il se rappelle aussi la rue des Lilas, pleine de fleurs et ses déambulations de rues en rues jusqu’à Télégraphe. Evoquant ses cinémas mythiques, dont le Cocorico, rue de Belleville, il ne peut s’empêcher de rappeler, tout sourire, qu’il fait « un métier d’enfant ». Actuellement à l’affiche de L’Arbre et la forêt, un film de Jacques Martineau et Olivier Ducastel, sélectionné au


es m BONS PLANS 20

1

2

« C’était à la librairie L’Atelier que j’achetais mes livres il y a quelques années. J’y ai aimé l’ambiance et le choix des ouvrages qui était proposé. » La librairie L’atelier 2 bis rue du Jourdain

1 3 2

« Quand je viens dans le 20e, j’aime aller manger dans cette brasserie. C’est un lieu agréable, un peu rétro avec ses grands miroirs et ses vieilles affiches de publicité. » Chantefable 93 avenue Gambetta

James Roques, patron du Chantefable.

de Belleville Festival de Berlin, Guy Marchand vient également de sortir un CD, Aujourd’hui on s’taille. Place ici au crooner à la voix de velours et à ses chansons jazzy. Et s’il déclare que « dans notre métier on ne vieillit pas, on meurt », il est aujourd’hui plus vivant que jamais. n

Aujourd’hui on s’taille Guy Marchand a sorti, le 3 février dernier, un nouveau disque. L’un des rares crooners français se confie, une fois de plus, en chansons. Pour notre plus grand bonheur. Guy Marchand se produira à l’Européen, le 11 mars prochain. Guy Marchand devant le 162 rue de Belleville.

l’Européen 5 rue Biot - 75017 paris 01 43 87 97 13 le Paris du 20e •• 9


ion prévent

Brigade VTT, le choix de la proximité

F

ormée de 15 gardiens de la paix, cette unité VTT permet de tendre vers une police de proximité en diversifiant les modes de patrouille pour favoriser la prévention et sécuriser l’arrondissement. « Nous sommes visibles et cela facilite le dialogue et les échanges avec les habitants », explique le gardien de la paix et vttiste Emmanuel Kubacka. Leurs missions sont définies en fonction des avantages de leur moyen de transport parfait pour la ville : rapide, avec des pointes entre 35 et 40 km/h, silencieux et mobile. Si ces sportifs confirmés roulent avec une charge de près de 13kg, ils passent là où les voitures ne peuvent pas aller, ce qui facilite les interventions dans

Depuis mai 2009, les habitants du 20e ont pris l’habitude de voir les gardiens de la paix de la brigade VTT parcourir les rues à vélo.

1 question a votre elu de la mairie Pascal Joseph, adjoint à la Maire du 20e, chargé de la sécurité, de la prévention de la mémoire et monde combattant.

Le Paris du 20e : Pourriez-vous faire un point sur la sécurité dans le 20e ? Pascal Joseph : « Notre orientation : être à l’écoute des habitants ; agir dans le cadre de nos compétences par la mobilisation des acteurs sociaux, l’aménagement urbain ; être en coproduction avec le contrat local de sécurité que nous renouvelons ; nous mobiliser pour que les habitants du 20e obtiennent une présence régulière des forces de police auxquels ils ont légitimement droit afin de préserver la tranquillité publique. »

les squares, les parcs. Ils sécurisent des écoles, traitent les incivilités routières, répriment les infractions et font un travail de police judiciaire. Et le commandant Gilles Guignolet, chef du service de la police de quartier, de conclure, « nous sommes maintenant mieux équipés pour répondre aux besoins de l’arrondissement ». n

La sécurité, une priorité pour la mairie du 20e Même si les pouvoirs de police relèvent à Paris exclusivement de la préfecture de police, la mairie est engagée dans un partenariat exigeant avec l’ensemble des partenaires intervenant dans le domaine de la prévention et de la sécurité. S’appuyant sur un vœu déposé au Conseil de Paris, le 3 février dernier, la création de la brigade vttiste dans le 20e est l’aboutissement d’un travail engagé par Frédérique Calandra, Maire du 20e arrondissement, auprès de la préfecture de police. Et ce, afin que le 20e arrondissement puisse disposer des mêmes moyens d’investigations et de répression que ceux de l’Ouest parisien. le Paris du 20e •• 11


T E J O R P APRES AVANT

LE PROJET Le projet d’aménagement de la rue d’Avron a pour objectif d’améliorer le cadre de vie et de favoriser la vie économique. D’avril à novembre 2009, la mairie du 20e et la Ville de Paris ont engagé une concertation qui a permis d’enrichir et d’améliorer ce projet.

LE CALENDRIER

Premier trimestre 2010 : début des travaux. Dernier trimestre 2010/premier trimestre 2011 : travaux pour l’amélioration des façades commerciales. Premier trimestre 2011 : fin des travaux d’aménagement.

Rue d’Avron, une histoire de lifting

C

e projet d’aménagement met l’accent sur l’élargissement des trottoirs et la réorganisation du mobilier urbain afin de faciliter les cheminements piétons et de proposer de nouveaux services aux riverains. Des bancs, des sanisettes, une fontaine et un nouvel éclairage seront installés, ainsi que des stationnements pour les deux roues. De plus, une jolie placette sera créée à l’angle de la rue Tolain. Pour faciliter la vie des commerces, l’un des enjeux de ce projet, les zones de livraisons seront augmentées. Le nombre de 30 arbres, places de stationnement des jardinières sera diminué et la rue sera maintenue à double sens et un mur de circulation. Un gros végétalisé. effort sera aussi entrepris pour rendre la rue plus verte avec environ 30 arbres, des jardinières et un mur végétalisé. Les zones de livraisons seront ajustées en fonction des besoins, tout en renforçant la sécurité des traversées piétonnes. Le projet a également prévu des abris pour les arrêts du bus 57 dont le service sera ainsi bien amélioré. n

Conseillers de quartier, riverains et commerçants, qui souhaitaient l’aménagement de la rue d’Avron vont être satisfaits. Les travaux vont être lancés et modifieront le visage de la rue.

Et en plus... Ce projet est élaboré par la Direction de la voirie et des déplacements de la Ville de Paris en partenariat avec la Direction des espaces verts. Des itinéraires cyclables pourront également être développés sur des rues parallèles à la rue d’Avron en particulier la rue des Grands Champs et la rue du Volga.

12 •• le Paris du 20e

2

questions à àa votre éElu de la mairie

Jean-Jacob Bicep, adjoint à la Maire du 20e, chargé du déplacement des transports et de la voirie

Le Paris du 20e : en quoi cet aménagement va-t-il améliorer le cadre de vie des habitants ? Jean-Jacob Bicep : le projet prévoit d’élargir les trottoirs, d’installer un nouvel éclairage, des bancs, des toilettes, et des abris bus pour le 57. L’organisation du stationnement réduira l’encombrement. Par ailleurs, Florence de Massol, adjointe aux espaces verts, a prévu 30 arbres, 8 jardinières et un mur végétalisé. Les commerçants ont-ils été associés au projet ? Francine Vincent-Dard, adjointe chargée du commerce et moi les avons bien sûr associés. L’association « Avron Concept » a participé notamment à la localisation des zones de livraisons. C’est une des rues les plus commerçantes de Paris, nous serons à leurs côtés pour la période du chantier.


e l’enqueêt

20

! e s s a l c a l t es ’ c e

u

r t â é le th

Permettre aux enfants de s’initier au plaisir du théâtre, telle est l’ambition de la mairie du 20e. Pour y répondre, elle a mis en place l’opération Le Théâtre c’est la classe !, destinée à tous les élèves de CM2 du 20e. 14 •• le Paris du 20e

Les enfants au théâtre Tous les élèves des classes de CM2 du 20e arrondissement ont été invités à une représentation de Candide, conte philosophique de Voltaire, mis en scène et interprété par la Compagnie Grand Théâtre. Ce texte a été choisi par la mairie du 20e, le rectorat de Paris et la Ligue de l’enseignement pour sa qualité artistique. Des outils ont été mis en place pour préparer professeurs et élèves à la pièce et prolonger le spectacle : dossier pédagogique, livret du jeune spectateur, actions d’accompagnement par les comédiens avant et après le spectacle dans les classes de CM2. Plus de 1 400 élèves ont ainsi planché sur Candide. Forte de ce succès, cette opération devrait se renouveler l’année prochaine. n

«

Permettre aux enfants de s’ouvrir à la culture est primordial pour leur épanouissement. Anne-Charlotte keller,

»

adjointe à la Maire du 20e, chargée des affaires scolaires et du Conseil municipal des enfants.


Les enfants de l’école du Clos, pendant la visite des comédiens de la Compagnie Grand Théâtre venus expliquer la pièce.

Au théâtre de Ménilmontant, représentation de Candide, par la Compagnie Grand Théâtre.

Alain Poincet, professeur en classe de CM2, à l’école du Clos.

En CM2 on a planché sur Candide

A

lain Poincet, instituteur de CM2 à l’école du Clos dans le 20e, a l’habitude de monter des pièces avec ses élèves car, dit-il, « le théâtre est un passage obligé pour donner le goût de la lecture, de la langue et de l’apprentissage en général ». L’opération Le Théâtre c’est la classe l’a donc vite enthousiasmé. « Cette opération est un succès. Candide était un texte difficile mais nous avons eu des outils pour faciliter le travail d’appréhension de la pièce par les professeurs et les élèves : les ateliers pour les enseignants, le dossier pédagogique, le livret du jeune spectateur. Il faut aussi saluer le beau travail des comédiens, présents à l’école, avant et après la représentation, pour accompagner les enfants dans la compréhension du texte et de la mise en scène », explique l’enseignant. Les élèves découvrent Candide Ainsi, déjà sensibilisés, les 22 élèves de CM2 se sont pris au jeu des questions dès le premier rendez-vous avec Elsa Robinne et Etienne Luneau, deux des quatre comédiens de la Compagnie Grand Théâtre, venus présenter un extrait de la pièce. Pourquoi fait-on du théâtre ? Que se passe-t-il si on se trompe de réplique ? C’est quoi l’illusion ? Quelques jours plus tard, le Théâtre de Ménilmontant a fait salle

comble. Sur scène, on découvre les pièce. Pour preuve, la salve d’applaucoulisses, les décors et les quatre comédissement qui s’en est suivie. Et qu’en diens interprétant, tour à tour, les ont retenu les élèves de la classe d’Alain Poincet ? Un nouveau specpersonnages de l’histoire. La mise en tacle à mettre en scène, mêlant pédascène : la recherche gogie et magie, a « Le théâtre est du meilleur des permis aux enfants un passage obligé mondes. n de s’approprier la

pour aimer la lecture. »

Les enfants nous racontent... • Jeanne, 9 1/2 ans

• Myriam, 9 1/2 ans

• Alexandre, 9 ans

La pièce était marrante, surtout les personnages de Candide et Cunégonde. Il y avait plein de décors différents, on voyait même les comédiens se changer sur scène. C’est la première fois que j’assistais à ce genre de spectacle.

Candide était super drôle. Il y avait quatre personnages différents et chacun des comédiens les ont interprétés chacun à leur tour. Je vais régulièrement au théâtre, soit avec l’école soit avec le centre de loisirs et j’aime bien ça.

Je trouve cela marrant de faire semblant d’être quelqu’un d’autre, de parler plein de langues différentes, de se déguiser. J’ai beaucoup ri avec cette pièce, les personnages sont drôles surtout Candide.

le Paris du 20e •• 15


CULTURE

20 A la mairie de 20e, Jean-François Zygel, réinvente le concert et transmet sa passion de la musique.

Jean-François Zygel a la passion de la musique

D

(le billet) de Julien Bargeton 1er adjoint à la Maire, chargé de la culture, des finances et des budgets participatifs.

Quand le dragon rencontrait le bœuf gras Joyeux télescopage le 14 février dans le 20e, jour de la Saint-Valentin : les amoureux ont pu croiser le dragon en train de faire la bise au bœuf gras ! Le nouvel an chinois a eu lieu le même jour que le carnaval  de Paris : en ce jour d’amour, le tigre n’a pas sorti ses griffes, mais a déployé toute sa séduction… Avec comme thème les « couples improbables » : à cette occasion, Frédérique Calandra, Maire du 20e, a marié un couple de géants belges. L’association MACAQ avait organisé des ateliers chars et des ateliers costumes. Cette double fête a été aussi l’occasion pour les arts de la rue de s’épanouir avec plus de vingt compagnies accueillies ! C’est bon de revisiter la tradition carnavalesque pour plus de sens artistique et d’ouverture sur les cultures. n

epuis plus de dix ans, un jeudi par mois, la foule se presse à la salle des mariages de la mairie du 20e pour découvrir la musique avec Jean-François Zygel, pianiste et improvisateur. Avec la Leçon de musique devenue les Jeudis de Jean-François Zygel, il décortique, explique et transmet sa passion aux mélomanes, néophytes ou avertis, en faisant sauter le cadre du sacro-saint récital. C’est en effet le secret de sa « Le mélange réussite : travailleur acharné, il créé en permanence des genres de nouvelles formes de concerts. De plus en plus tenté par l’improvisation et le mélange des genres, est l’avenir il introduit instruments rares, invités inattendus et des arts. » mixe jazz, musiques traditionnelles et répertoire clasCes rencontres sont Jeudi 25 février, sique. Et le succès auprès du public ne l’occasion pour l’artiste Catherine Hunold se dément pas. « Le mélange est l’avenir d’inviter quelques amis, (soprano). des arts », insiste Jean-François Zygel. Un chanteurs et musiciens, brassage qui reflète l’histoire et la vitalité de Jeudi 25 mars, pour des concerts plein Michel Godard l’arrondissement. « Je tiens beaucoup à ce de surprises. Ces (serpent et tuba), e concerts-découvertes rendez-vous à la mairie du 20 , c’est un joli Jean Boucault et Johnny sont organisés par clin d’œil à mes parents et grandsRasse (chants d'oiseaux). l’association Paris parents qui s’y sont mariés et qui ont Culture 20. habité l’arrondisse ment », conclut Jean-François Zygel. n

Jeudi 29 avril, Quatuor Voce (quatuor à cordes).

Jeudi 27 mai, Laurent Alvaro (baryton). Information au : 01 43 15 20 79 ou sur : parisculture20@wanadoo.fr

Le programme des jeudis de Jean-François Zygel le Paris du 20e •• 17


CULTURE

20

Dans la nuit du 9 au 10 novembre 1989, c’est la chute du mur de Berlin. La réunification de l’Allemagne peut commencer.

« Temporalités allemandes, regards sur une unité » Au pavillon Carré de Baudouin, du 12 février au 3 avril

des

L

photographes

e pavillon Carré de Baudouin, en partenariat avec le Goethe-Institut de Paris, commémore la chute du mur de Berlin (1989) et la réunification de l’Allemagne (1990) en proposant, du 12 février au 3 avril, deux expositions photographiques. « Heure locale » du photographe berlinois Stefan Koppelkamm présente 24 duos de photographies grand format, de bâtiments et d’espaces urbains, réalisés à dix ans d’intervalle à Berlin-Est et en Allemagne de l’Est. En effet, lorsqu’en 1990, entre la chute du Mur et la réuni-

18 •• le Paris du 20e

Berlin dans l’œil

Zittau, Marstall, 1990.

fication, il entreprend un voyage ont fraternisé auprès du Mur, le à travers l’Allemagne de l’Est, c’est Palais de la République a été bien pour fixer sur la pellicule un investi par des artistes et le siège temps bientôt révolu. Dix ans plus de la Stasi occupé par des citoyens tard, il retourne sur les mêmes déchaînés, ces huit photographes lieux et les rephotographie à par- étaient là pour capturer l’Histoire. tir du même angle. En parallèle de Ce projet « Scènes et traces d’une chute », conçu par cette exposition, Matthias Harder, huit photographes Ce jour-là, les huit allemands et fran- photographes étaient conservateur de la Helmut Newton çais exposent une présents pour cinquantaine de capturer l’Histoire... Stiftung Berlin, allie photographies sur ainsi des aspects la chute du Mur. Le 9 novembre très différents de cet événement : 1989, à l’annonce officielle de de l’empreinte journalistique à l’ouverture de la frontière, lorsque la photographie architecturale les Berlinois de l’Est et de l’Ouest classique. n


C’est un voyage dans le passé récent de l’Allemagne que propose Stefan Koppelkamm à travers son exposition de duos de photographies  : « Heure locale ». A plus de dix ans d’intervalle, l’artiste est retourné photographier les mêmes édifices et les mêmes rues à Berlin-Est et en Allemagne de l’Est. Vingt ans après la chute du mur de Berlin, il est difficile de faire un retour en arrière et de se représenter ce qu’était la Potsdamer Platz, au centre historique de Berlin. L’exposition de photos « Scènes et traces d’une chute », a été conçu comme un documentaire photographique destiné à ranimer nos souvenirs. De haut en bas : Dresde 1991-2001. La Bernauer Strasse, à Berlin,12 novembre 1989. Ouverture de la porte de Brandebourg -1989.

le Paris du 20e •• 19


ine

patrimo

à Paris 20e,

une partie de campagne

E

t si le 20e arrondissement fourmillait de lieux pas si communs ? En voila un, c’est le quartier de la Campagne à Paris, paradis des chats. Perché à 97 mètres au-dessus de la mer, on y accède, entre autre, par quatre escaliers qui totalisent 192 marches. Il est situé à proximité de la place Édith Piaf, à quelques minutes de la porte de Bagnolet. En 1907, la coopérative ouvrière, La Campagne à Paris, lance un programme de construction de maisons bon marché, en accession à la propriété. Entre 1907 et 1926, 92 pavillons sont ainsi bâtis qui donnent naissance au quartier bien nommé de la Campagne à Paris. Et on s’y croirait, en se perdant dans le méandre des

petites rues et devant cette succession de jolies maisons « dont l’architecture et les habitants sont loin de donner l’image d’un ghetto de milliardaires », insiste Jean-Louis Fournier, éminent résidant du quartier depuis 10 ans (voir encadré). Chaque bâtisse a son histoire, ses traces : ici une glycine, un rosier ou du lilas, là une cabane au fond du jardin. Et a gardé « son âme, précise à son tour Gérard Marotte, président de l’Amicale de la Campagne à Paris. Si la typologie de la population a bien sûr évolué avec le temps, elle continue de refléter la variété du 20e arrondissement. Nous sommes d’ailleurs attentifs à préserver l’esprit de ce quartier fondé sur l’entraide. » Et ça marche. Organisation de la fête du printemps ou mutualisation des ressources avec le conseil de quartier, l’Amicale, bien présente, compte 90 % des habitants de la Campagne. n

Un écrivain

à la campagne

Jean-Louis Fournier

De gauche à droite : Jean Mineraud, Françoise Astier, Gérard Marotte, Louis Leroux. Tous habitent la Campagne à Paris.

Tapez Jean-Louis Fournier dans un moteur de recherche internet. Une avalanche de références déferle à l’écran tant il a de talents : de la télévision avec « La Noiraude », fameuse vache en mal de discussion avec son vétérinaire ou « La minute de Monsieur Cyclopède » avec Pierre Desproges, à l’édition avec « La Grammaire française et impertinente », ne sont que quelques exemples. En 2008, c’est par « Où on va, papa », livre magistral dédié à ses fils, Mathieu et Thomas, tous deux handicapés, qu’il obtient le prix Femina. « J’apprends que je suis sur la liste. J’y crois tellement peu que je m’engage à payer ma tournée aux voisins en cas de succès ! » Le livre est retenu... Et la tournée offerte.

le Paris du 20e •• 21


é t i m i x pro

20

Protéger l’environnement Multi’Colors est une association dont le but est de favoriser la participation des habitants dans la préservation de la qualité de la vie et de l’environnement. Contact : Multi’Colors Sylvie Faye 06 83 84 32 78

Accompagner les jeunes dans leur scolarité L’association Jeunesse Education est dédiée à l’accompagnement scolaire pour les élèves du CP au Bac+2. Elle organise aussi des activités péri-éducatives. Contact : association Jeunesse et Education Gérald Théodet 06 83 33 46 80 gth@ajeparis.com

«

La solidarité est plus qu'une valeur dans le 20e : c'est son fondement même !

»

Marc Wluczka,

adjoint à la Maire du 20 , chargé de la solidarité, de la famille et de la lutte contre les exclusions. e

24 •• le Paris du 20e

Maintenir les personnes âgées à domicile A l’association pour l’assistance totale à domicile, une équipe de professionnels spécialisés s’occupe de pourvoir aux besoins des personnes âgées et handicapées à leur domicile. Contact : APATD 01 53 19 87 00 www.apatd.org

S’éveiller à l’art L’association Art Eveil conçoit et anime des ateliers d’arts plastiques, destinés aux enfants, adolescents et adultes. Contact Art Eveil Monique Reboursin 01 46 36 55 41


Conseil municipal des enfants Lutter contre les violences conjugales Permanence téléphonique, groupe de parole, accompagnement psychologique et socio-juridique sur rendez-vous.

Le 20e accueille le nouveau Conseil municipal des enfants

Contact : Foyer Louise Labé association HAFB 14 rue Mendelsshon 01 43 48 20 40

Défendre les libertés et les droits La Ligue des droits de l’Homme, section du 20e, intervient dans les domaines de la défense de la citoyenneté, des droits et des libertés collectifs et individuels, en particulier dans le 20e. Contact : Ligue des droits de l’Homme section 20e Maison des associations 01 40 33 33 61 www.ldh-france.org

Préserver la mémoire et l’histoire du 20e Le comité « Mémoire vive, mémoire commune du 20e » regroupe les associations en charge de la mémoire du monde combattant, de quartiers et culturelles. Elles élaborent ensemble l’agenda et les cérémonies de commémoration. Contact : mairie du 20e 01 43 15 20 26

Pratiquer le judo Le projet pédagogique de l’Amicale Judo Associatif prend sa source dans les valeurs morales du judo : humilité, respect, rigueur, discipline, loyauté. Son objectif est à la fois éducatif, social et sportif. Contact : AJA Paris Mathias Limbour 06 60 56 42 90 www.judoparis20.com

Lœiza Oul’chen à la mairie du 20e

« Ce sont les professeurs qui ont choisi un certain nombre d’élèves de l’école Vitruve afin que nous nous présentions au Conseil municipal des enfants de la mairie du 20e. Nous étions bien sûr partants pour le projet. Les réunions ont été intéressantes et on a vraiment eu l’impression d’être écouté et entendu par les adultes », explique Loeiza Oul’chen, ancienne représentante au Conseil municipal des enfants (CME). Elus pour deux ans, les enfants, du CM1, à la 5e, les CLISS et les CLIN participent activement à la vie de leur quartier. Une fois par mois, des réunions se déroulent à la mairie. Les thèmes des commissions sont choisis en fonction des propositions des enfants élus. Trois séances plénières sont organisées chaque année présidées par la Maire du 20e arrondissement. Les conseillers-ères du CME débattent et votent les projets sélectionnés par les commissions. Et qu’en a retenu Loeiza Oul’chen ? « Cela m’a montré que chacun avait des droits et pouvait les exprimer. » La première séance du nouveau Conseil municipal des enfants se tiendra le 10 mars prochain.

le Paris du 20e •• 25


Les

e 0 2 s e n u b i r

T

L’

année 2009 a été marquée par une crise économique mondiale qui a gravement touché notre pays et encore aggravé la situation sociale de la majorité des français pourtant déjà bien fragile. Les élus socialistes radicaux et apparentés du 20e arrondissement ne partagent pas l’optimisme du gouvernement ou de certains commentateurs, qui nous annoncent que cette crise est derrière nous et que notre économie va repartir presque mécaniquement. Le chômage s’aggrave. Cette aggravation fragilise la situation de familles chaque jour plus nombreuses, dans notre pays mais aussi à Paris et dans notre arrondissement. Face à cette situation, la Ville de Paris et les élus du 20e arrondissement portent une politique courageuse et ambitieuse en matière de construction de logements sociaux mais aussi en matière d’aides sociales. Le Gouvernement avec sa réforme de la fiscalité locale et sa volonté de supprimer la taxe professionnelle fragilise encore une fois les finances des Collectivités Territoriales et Paris n’échappe pas à cette règle. Lors de la dernière loi de décentralisation à l’époque du Gouvernement de M. Raffarin, un

important transfert de compétence s’était déjà opéré. A l’occasion de cette réforme, c’est notamment le RMI, devenu depuis RSA, qui avait été transféré de l’Etat vers les départements. Le RMI et le RSA ont, bien entendu, été versés par les collectivités locales aux bénéficiaires. Par contre, ces dernières attendent toujours le paiement par l’Etat des sommes dues à ce titre. Pour la Ville la facture s’élève à 350 millions d’euros. Si l’Etat ne tient pas plus ses engagements sur la taxe professionnelle qu’il ne l’a fait pour le RMI et le RSA, ce seront, cette fois ci, 700 millions qui manqueront au budget de la Ville. Si les élus socialistes radicaux et apparentés que nous sommes tiendront leurs engagements pris envers les Parisiennes et les Parisiens lors de la campagne municipale de 2008, nous souhaitons porter à la connaissance de tous, cette réalité, la façon dont l’Etat manque constamment à sa parole. Mais nous redoutons également cette réforme des collectivités territoriales que le Président nous annonce. Les premiers signes ne sont pas bons là encore. En dehors du fait que cette réforme pour ce que nous en savons, ne simplifiera en rien la

carte administrative et ne fera qu'y ajouter des strates supplémentaires, elle ne prend pas, en outre, la mesure des enjeux à venir pour la France en général et pour la Capitale en particulier. Le grand Paris de M. Blanc ne traite pas les problèmes à la bonne échelle et se trompe en termes géographiques. Il ne tient pas d’avantage compte de la réalité vécue par les Parisiennes et les Parisiens au quotidien. Notre ville est traversée tous les jours par des millions de franciliens qui, majoritairement, vivent à l’Est de Paris pour travailler à l’Ouest. Cette réalité est aussi vraie dans Paris intramuros : les habitations accessibles dans l’Est parisien, les emplois à l’Ouest. Si la Ville a pris la mesure d’un rééquilibrage nécessaire, le gouvernement lui s’entête dans un schéma vieux de quarante ans, dépassé, inefficace économiquement, néfaste socialement et funeste en terme de développement durable. 2010 sera, pour toutes ces raisons, une année cruciale. Les élus socialistes radicaux et apparentés seront présents sur tous ces dossiers, porteurs de solutions pratiques, réalistes mais généreuses. Groupe PS, PRG et apparentés

Bonne année 2010, et surtout la santé ! lors que les hôpitaux de Paris fonctionnent en sous-effectifs, que les fermetures de lit compliquent la vie des malades et des personnels, que les Centres IVG sont en sursis, que l’état des bâtiments suscite des inquiétudes sérieuses, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, sur ordre du gouvernement, annonce un plan de réductions budgétaires, consistant surtout à ne

pas renouveler 1% (soit plus d’un millier par an) des départs à la retraite jusqu’en 2014. Pourtant, on ne peut pas dire que les personnels de l’AP-HP ne se serrent pas déjà la ceinture : en proie à une charge de travail qui n’a cessé d’augmenter, ils ont subi la suppression de la formation professionnelle, et rien n’a été fait pour les aider à se loger dans une ville aux loyers inabordables pour nombre d’entre eux. Pour la droite, la

masse salariale n’est qu’une variable d’ajustement, au détriment bien sûr du service rendu à la population. A cette annonce, 900 chefs de services ont menacé de démissionner. Les élu-es du Pcf et du PG ne ménageront pas leur peine pour que l'opposition des parisiens à cette politique se fasse entendre. Elu-es communistes et du Parti de Gauche du 20e

2010, un 20e écolo et solidaire i tous les partis ou presque, en appellent à l’écologie, comment croire, après Copenhague, que ceux-là même qui mènent notre monde au bord du gouffre, puissent nous en sortir ? Les électeur/trices découvrent que seuls les écologistes proposent de véritables alternatives aux modes de gestion et de pouvoir qui nous ont conduit dans le mur. Dans le 20e cette alternative devra être écologique et responsable, améliorant l’état de la planète et favorisant une économie

répondant aux véritables besoins de la population. Elle devra être juste, solidaire et démocratique, car c’est le seul moyen de mobiliser la société pour aller de l’avant. Nous souhaitons au 20e des politiques publiques qui, tout en apportant solidarité et progrès, ne mettent plus en péril notre environnement, notre santé et l’avenir de l’humanité. Nous souhaitons un urbanisme offrant des logements sociaux et écologiques, rapprochant lieux de travail, de loisirs et habitat, luttant contre le bouleversement climatique et les

pollutions, améliorant notre cadre de vie. Nous souhaitons une gouvernance du vivre ensemble qui, en respectant chacune et chacun, valorise les atouts du 20e. Nous souhaitons des services publics solidaires pour l'éducation, la santé, la culture et les loisirs, des transports en commun pour la mobilité et pas les pollutions, des Conseils de Quartier où les habitant/es prennent leurs affaires en main, participant plus et mieux à la maîtrise de leur destin. Bonne année 2010 ! Groupe les Verts

A

S

26 •• le Paris du 20e


L’identité nationale n’est pas un gadget icolas Sarkozy et Besson, son « reître » préféré, ont pris l’initiative d’organiser un débat national concernant l’identité française. La manœuvre est évidente. Le débat est doublement piégé. D’abord parce qu’il intervient à quelques semaines d’une consultation électorale qui s’annonce délicate pour le pouvoir en place. En agitant le thème de l’identité nationale, le pouvoir tente une diversion. Il veut embarrasser la gauche et s’adresser aux électeurs tentés par le vote Front National. Ensuite parce que les conditions d’organisation du débat tournent le dos à une consultation sincère. Le

pouvoir filtre les réponses et intervient aux moments cruciaux, se réservant d’en tirer les conclusions. Pour autant la gauche aurait tort de donner le sentiment qu’elle fuit le débat. Elle doit s’en servir pour retourner le questionnement. Héritière des conceptions universalistes et progressistes de notre histoire, elle doit répondre aux incertitudes nationales. Elle le fera en démontrant – ce ne sera pas difficile – que la politique actuelle est fondée sur l’exaltation des différences, la compétition entre groupes et communautés, le creusement des inégalités. La devise de la République, liberté, égalité, frater-

nité est vidée de sa force propulsive. Mais elle le fera aussi, et ce sera plus difficile, en proposant un nouvel horizon pour la France. Pour pouvoir vivre ensemble, il faut être en mesure de dépasser les différences du moment et se projeter dans un avenir commun. La gauche, émiettée et démoralisée, peut paradoxalement rebondir en retrouvant la dimension du projet d’une identité nationale ouverte au monde qui vient. Le 20e, terre de solidarité et d’intégration républicain se situera, une fois encore, à l’avant-garde de ce combat.

Récidive our la 2ème fois, le Maire de Paris a décidé d’augmenter massivement les impôts. Plus de 8 % en 2010 après les 9 % de 2009, sans parler de la création de la taxe foncière départementale alors que le candidat Delanoë avait pendant la campagne municipale

annoncé qu’il augmenterait de façon « très modérée » les impôts. Cette politique fiscale est particulièrement dure car le coût de la vie est beaucoup plus élevé à Paris qu’ailleurs. Pendant ce temps sont engagées des dépenses excessives : 31,5 M€ pour le stade Jean Bouin,

50 M€ pour les halles, et certains postes du budget de fonctionnement au cours des 6 dernières années ont explosé : +164 % pour la communication +45,70 % pour les dépenses de personnel. Un vœu pour 2010. Que la rigueur budgétaire s’installe à l’hôtel de ville. MoDem

A

vec la crise économique et la montée du chômage qui touche notre pays comme les autres, les Français sont inquiets pour leur avenir et celui de leurs enfants. Comment admettre dans ce contexte la grève égoïste des conducteurs du RER A ? Plus que jamais, le besoin d’entraide et

de lien social s’avère nécessaire, au sein des familles, entre amis, entre voisins, par le biais d’une association. Il faut rester optimiste car les signes du renouveau sont là : reprise économique, accélération du progrès technologique, de la science et de l’innovation, création artistique,

aspiration à plus de liberté, de sécurité et de solidarité entre les hommes. Tous ces enjeux doivent nourrir le débat politique dans le respect mutuel des opinions.

Une rentrée scolaire en demi-teinte a rentrée 2009 s’est opérée de façon générale d’une manière satisfaisante pour la plupart des 350 000 Parisiens de moins de 16 ans. Si l’on excepte le sévère couac relatif aux difficultés de transfert de certains élèves du privé au

public, les capacités d’accueil se sont plutôt améliorées comme l’atteste l’ouverture au 32/34, rue Olivier Métra de 5 classes élémentaires et de 5 classes maternelles. Néanmoins, une certaine morosité se fait jour à la fois du fait des craintes liées à la propagation du

virus de la grippe A/H1N1et de la crise économique qui touche en priorité les familles modestes mais également moyennes notamment par l’effet amplificateur de la hausse des impôts locaux.

N

P

L

Les élus du 20e avant tout

UMP 20e

Nouveau Centre

le Paris du 20e •• 27


z e d n e r 20 vous

Exposition Temporalités allemandes – Regards sur une unité Du 12 février au 3 avril 2010, la mairie du 20e vous invite à découvrir la chute du mur de Berlin et la réunification allemande à travers le regard de 9 photographes. Entrée libre. Pavillon Carré de Baudouin 121 rue de Ménilmontant

Les Justes Théâtre

Los Demonios Du 5 mars au 25 avril à 15h ou 19h À la mort de sa mère, Samuel revient dans l’hôtel où il a grandi. Devenu écrivain, il questionne son passé familial, durant les années de dictature argentine, pour réécrire peu à peu le roman de ses origines. VINGTIÈME THÉÂTRE 7 rue des Plâtrières 01 43 66 01 13 www.vingtiemetheatre.com

Du 19 mars au 22 avril à 15h30, 19h30 ou 20h30 Février 1905, Moscou : un groupe de terroristes appartenant au parti socialiste révolutionnaire organise un attentat contre le grand-duc Serge, oncle du tsar. Camus nous interroge : le crime à des fins politiques peut-il être légitimé ? THÉÂTRE DE LA COLLINE 15 rue Malte-Brun 01 44 62 52 52 www.colline.fr

à 19h30 ou 20h30 Spectacle qui trame des histoires de corps, joue avec l’étrangeté des corps, des couleurs et des origines. THÉÂTRE DE L’EST PARISIEN 159 avenue Gambetta 01 43 64 80 80 www.theatre-estparisien.net

28 •• le Paris du 20e

Musique

Mercredi 17 mars à 18h30 Conférence animée par Françoise Bussereau et proposée par l’association d’histoire et d’archéologie du 20e. MAIRIE DU 20e salle du conseil

La complainte Jeudi 11 mars à 14h30 Les complaintes des tulipes, fantassins, conscrits, soldats face à l'absurdité et la monstruosité des guerres.

Le monde va-t-il pouvoir nourrir le monde ?

PAVILLON CARRÉ DE BAUDOUIN 121 rue de Ménilmontant

Jeudi 25 mars à 18h30

Du 11 mars au 27 avril

Dans le cadre du Printemps des poètes, l’association l’Hippocampe associé propose une rencontre avec Sophie Loizeau, Véronique Pittolo et Florence Pazzottu.

Entre le développement des agrocarburants et une population mondiale qui devrait croître encore presque de moitié jusqu'au milieu du siècle, comment nourrir le monde ? Conférence animée par Antoine de Ravignan, journaliste à Alternatives Economiques.

Il était une fois en Andalousie, une rencontre entre un viel homme et une gitane. Don Mateo et Lucia envoûtés par leur passion vont braver les interdits au prix de leur liberté et de leur destin.

PAVILLON DE L’ERMITAGE 148 rue de Bagnolet

PAVILLON CARRÉ DE BAUDOUIN 121 rue de Ménilmontant

Conférences

Comment toucher ? Du 5 au 20 mars

Le temps des maraîchers franciliens

Dits de femmes Samedi 13 mars à 18h

Fuegos de Vida – Flamenco

THÉÂTRE DE MÉNILMONTANT 15 rue du Retrait 01 46 36 98 60 www.menilmontant.info


Beautés d’Afrique

Rencontre autour de L’éveil du printemps

Du 15 février au 6 mars, le centre d’animation les Amandiers présente des portraits de femmes africaines réalisés par le peintre Manel Sow. 110 rue des Amandiers 01 44 62 85 40

Les Jeudis de Jean-François Zygel Jeudi 25 mars à 14h, 17h et 20h Le serpent baroque et le tuba jazz, Michel Godard, s’allie aux deux plus grands imitateurs européens de chants d'oiseaux, Jean Boucault et Johnny Rasse. MAIRIE DU 20 salle des mariages e

Festival de Printemps Les 23, 24 et 25 mars à 19h30 Par les élèves du conservatoire municipal du 20e arrondissement. CONSERVATOIRE GEORGES BIZET 54 rue des Cendriers 01 40 33 50 05

Samedi 20 mars à 15h Pauline Lorillard et Cyril Texier, comédiens, présentent une pièce de Franck Wedekind qui parle du temps où l’enfant se mue en adulte. Bibliothèque Saint-Fargeau 12 rue du Télégraphe 01 43 66 84 29

pétomane. Tout public à partir de treize ans. THÉÂTRE AUX MAINS NUES 7 square des Cardeurs 01 43 72 60 28 www.theatre-aux-mains-nues.fr

Histoires comme ça ou 16h30 Une «scientifique» et ses deux assistants nous dévoilent avec malice et entrain les mystères du monde animal. Pièce de Rudyard Kipling dès quatre ans. COMÉDIE DE LA PASSERELLE 102 rue Orfila 01 43 15 03 70 comediedelapasserelle.blogspot.com

Enfants

Conseil d’arrondissement Du 19 au 28 mars à 15h ou 20h Un marionnettiste, ses marionnettes à gaine et quelques objets, accompagnent un régisseur

Manifestation

Du 17 mars au 30 juin à 14h

Démocratie locale

Ubu for ever

La séance est retransmise en direct sur le site internet de la mairie.

Jeudi 18 mars à 19h

3e édition du Grand salon d’art abordable Les 26, 27 et 28 mars Plus de 70 artistes exposent et vendent leurs peintures, sculptures, dessins, gravures et photographies. LA BELLEVILLOISE 21 rue Boyer 75020 Paris 01 46 36 07 07 www.salon-art-abordable.com

Exposition

Le plagiat est nécessaire, le progrès l'implique Jusqu’au 3 avril Rero, connu pour son travail en milieu extérieur sur la négation de l'image, fait un clin d'oeil au travail mené par les Situationnistes à la fin des années 50. CONFLUENCES 190 bd de Charonnes 75020 Paris 01 40 24 16 46 www.reroart.com

Directeur de la publication : Harry Chaouat - Crédit photo : Marc Verhille/ Mairie de Paris, Nicolas Thouvenin, Claire Palué/Mairie du 20e , Janos Kaldi/ Mairie du 20e, Stefan Koppelkamm, Karl-Ludwig Lange, Harald Hauswald, Multi’Colors, Denis Lacharme, Bruno Hénon, Pascal Gontier. Conception, création et exécution : Opérationnelle - Diffusion : Proximes Communication - Impression : SIB - Régie publicitaire : SCP 93 boulevard Voltaire 75011 Paris - 01 53 36 84 84

Retrouvez le programme de tous les événements du mois sur : www.mairie20.paris.fr

le Paris du 20e •• 29

Journal du 20e  

Journal du 20e hiver 2009

Advertisement