Page 1

Travailler ensemble Le réseau métier des chefs de cuisine page 16

Passion Pascal Rossignol aime relever les défis page 21

N°2 / février 2013 Le magazine du personnel du conseil régional de Bourgogne

dossier

Dans les coulisses du budget régional


Pratique

La mutuelle et la prévoyance des agents Pourquoi le conseil régional ne participe t-il pas à la prise en charge de la mutuelle des agents ? La participation à la prise en charge de la mutuelle des agents de la collectivité est une possibilité

offerte par le décret n° 2011-1474 du 8 novembre 2011 mais n’est pas une obligation. Cette année, le budget a été voté dans un contexte contraint du fait d’une baisse importante des

recettes. Le conseil régional a fait le choix de maintenir sa masse salariale en tenant compte des augmentations liées aux charges salariales, aux avancements de grade et promotions et aux

La diffusion de Bourgogne + Pourquoi les agents du siège reçoiventils Bourgogne+ à la maison ? Pour une bonne diffusion du magazine aux collègues des lycées (ils constituent 77 % de l’effectif de la Région), la directrice générale des services

remplacements des agents indisponibles. La quasi-totalité des autres dépenses régionales est orientée à la baisse. Aucune marge budgétaire n’est donc disponible cette année pour participer à la prise

en charge des contrats de prévoyance et de mutuelle. Un nouveau point de situation sera fait en fonction des perspectives de ressources de l’acte III de la décentralisation et de la prochaine loi de finances.

Des lieux de convivialité

a choisi de l’envoyer à domicile. Dans un souci d’équité entre agents du siège et des établissements, elle a décidé un envoi postal pour tous. Le coût de diffusion d’un exemplaire de Bourgogne + s’élève à 0,63 € TTC.

Une charte bureautique Quand les agents du siège disposerontils d’une charte bureautique ? Un groupe de travail composé de sept assistantes a sélectionné une douzaine de documents internes et externes dont la présentation devra être uniformisée. Le travail

graphique est en cours de réalisation au sein de la direction de la communication. Il sera présenté en mars au groupe de travail pour arbitrage. Les modèles de document seront implantés sur les postes informatiques des agents au printemps.

Cette page est la vôtre ! Envoyez-nous vos questions : bourgogneplus@cr-bourgogne.fr

La rédaction de Bourgogne + remercie Pierre-Marie BarbeRichaud, photographe au service patrimoine

2

et inventaire, pour sa participation à ce numéro. Il a réalisé la photo de couverture et celles des pages 14-15.

Bourgogne+ N°2 / février 2013

Où en est l’aménagement des salles de convivialité dans les lycées ? A ce jour, 23 lycées disposent d’une salle de convivialité aménagée et équipée. Dans 42 lycées, les lieux de convivialité sont en cours de finalisation (23) ou nécessitent de petits travaux (19). Objectif : terminer l’installation de dix d’entre eux d’ici mars. Les salles de convivialité seront équipées de présentoirs. Les agents pourront ainsi disposer de documents pour s’informer sur les actions de la collectivité, en cours ou en projet. Enfin, sept lycées en projet de restructuration d’ici 2014 n’ont pas de lieu de convivialité et neuf ont des locaux provisoires, faute d’espace disponible.

Février 2013. Bourgogne + est le magazine du personnel du conseil régional de Bourgogne. • Directeur de la publication : François Patriat • Directeur de la rédaction : Benoît Chaumont • Rédactrice en chef : Edith Choumiloff • Conception/Création/réalisation : Opérationnelle, Emmanuel Bagot • Rédaction : conseil régional de Bourgogne : Marie Caseiro, Aude Exbrayat, Stéphanie Guillemaud, France Guillemin, Karen Guimaraes, Audrey Maigret, Céline Malherbe, Lucie Mollard, Anne Laudin • Crédits photos : Vincent Arbelet, Pierre-Marie Barbe-Richaud, Aït Belkacem, Pierre Combier, Bruno Le Hir de Fallois, Philippe Maupetit, page 22 Gerhard Richter, ADAGP, Paris, 2013 • Impression : Imprimerie Vidonne.


Interview

Ermelina Debacq, directrice générale des services, avec Nicolas Hesse, directeur général adjoint du pôle ressources et moyens.

Ma première priorité, la charte de management A moins d’un an d’une nouvelle étape de décentralisation, dans un contexte de diminution annoncée des dotations de l’Etat et de baisse du budget régional, Ermelina Debacq, directrice générale des services, nous présente les priorités de l’année 2013. Bourgogne+ : Pouvez-vous nous présenter vos priorités pour cette année 2013 ? Ermelina Debacq : Ma première priorité porte sur la mise en œuvre de la charte de management et de fonctionnement. En 2013, elle doit prendre tout son essor pour favoriser davantage l’animation et le management des équipes. Des formations sur ce thème sont dispensées en ce début d’année pour les encadrants du siège. Par ailleurs, dans les lycées, après la constitution d’un réseau des chefs de cuisine, un réseau identique verra le jour pour les responsables de maintenance. Quant au nouvel intranet, il sera lancé le 18 mars prochain, puis suivront les espaces collaboratifs ; deux outils numériques qui permettront le développement d’une plus grande transversalité. Bourgogne+ : Comment le contexte économique et financier impacte-t-il le conseil régional ? ED : Dans un contexte annoncé de diminution des dotations de l’Etat pour les années à venir, et de baisse du budget régional, nous devons, plus que jamais,

assurer une maîtrise et une sécurisation de nos dépenses de fonctionnement et d’investissement. Chacun à son niveau doit veiller et agir pour respecter les engagements pris par les élus dans ce domaine. Bourgogne+ : 2013 verra également la mise en œuvre d’un nouveau mode de gestion des effectifs. ED : Une réflexion collective, associant l ’e n s e m b l e de s managers, à été lancée en début d’année au niveau du siège. L a G PE EC , gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et compétences, doit nous permettre d’adapter notre organisation aux évolutions futures. Je pense notamment à la nouvelle étape de décentralisation. L’objectif étant, à effectifs constants, de doter les services et directions concernés des moyens nécessaires à la mise en œuvre de nouvelles politiques publiques.

Bourgogne+ : Quelles seront les conséquences du nouvel acte de décentralisation pour l’administration régionale ? ED : Nous savons que la future loi de décentralisation, qui entrera en vigueur début 2014, définira de nouvelles compétences pour les Régions et clarifiera le rôle des collectivités territoriales. Je pense au développement économique, à la formation professionnelle, l’apprentissage et l’orientation, la gestion des fonds européens… Nous devons donc nous assurer un « départ lancé » dès 2014.

« Favoriser davantage l'animation et le management des équipes. »

Bourgogne+ : Vous venez d’évoquer les fonds européens. Pourquoi 2013 est-elle une année charnière dans ce domaine ? ED : D'une part, parce que 2013 marque la fin de l'actuelle programmation des fonds européens. D'autre part, parce que la future loi de décentralisation prévoit un transfert de

la gestion de ces fonds aux Régions. C'e st une marque de confiance très importante et nous devons nous y préparer. Un travail de toute première importance quand on sait que pour la période précédente, près de 400 millions d'e uros ont été consacrés à la Bourgogne. Bourgogne+ : Le conseil régional a une mission structurante pour le territoire. Comment cela s’illustre-t-il en 2013 ? ED : Plusieurs stratégies et schémas régionaux vont être finalisés cette année. Qu’il s’agisse notamment de la stratégie régionale de développement économique et d’innovation (SRDEI), du schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire (SRADDT), du plan climat énergie territorial (PCET), ou du plan régional jeunesse. Tous ces plans sont très structurants pour l’activité de l’administration régionale et j'ai toute confiance dans nos agents pour mener à bien ces travaux .

Bourgogne+ N°2 / février 2013

3


Événements

Deux chefs cuisiniers à la sélection régionale du prix Gargantua Jean-Louis Sorlin (à gauche) du lycée Dumaine de Mâcon et Benoit Berruer (à droite) du lycée professionnel Eugène Guillaume de Montbard se sont classés 4e et 5e à la sélection régionale du prix Gargantua lors de la foire internationale gastronomique de Dijon le 7 novembre. Ce concours national du meilleur cuisinier de la restauration collective en gestion directe est organisé par le Comité de coordination des collectivités.

Une sortie de direction très « développement durable » La direction de l’environnement et du développement durable a participé le 23 novembre à la plantation d’un bosquet avec Forestiers du Monde à Saint-Julien, en Côte-d'Or, une association aidée par la Région dans le cadre du plan bocage et paysages.

4

Bourgogne+ N°2 / février 2013

Une galette géante pour les lycéens de Mathias Le chef cuisinier du lycée Mathias à Chalon-sur-Saône, Claude Plat, et son équipe ont réalisé une galette géante d’un mètre de diamètre et de 12 kg pour les demi-pensionnaires.


à Quetigny

à Nevers

à Semur-en-Auxois

à Chalon-sur-Saône

à Venoy

à Cosne-Cours-sur-Loire

à Mâcon

600 agents des lycées en réunions de bassin Du 20 novembre au 16 janvier se sont tenues les réunions de bassin dans sept lycées. L’occasion pour les 600 agents présents d’être informés de la procédure d’entretien professionnel, des nouveaux outils de communication interne, et de la mise en œuvre de la charte de management. 91 agents ont reçu une médaille du travail. Bourgogne+ N°2 / février 2013

5


Nos actions

5

3

1

6 4

2

Les référents du plan bâtiments de demain.

1 André Giffard (apprentissage,

formation professionnelle et emploi) 2 Adeline Bernier (environnement et développement durable), 3 Dominique Marie (chef de projet du plan bâtiments de demain), 4 Florence Trinh (commande publique et affaires juridiques), 5 Didier Marc (moyens généraux et bâtiments), 6 Geneviève Caminade (animatrice plan énergie climat territorial), Nicolas Berthaut (économie et innovation), Etienne Galmiche (pôle jeunesse, éducation, recherche, culture), Loïc Puthod (service habitat, cohésion sociale et aménagement), Sylvain Riffard (service développement des territoires et de la santé), André Gaschler (direction technique).

Plan bâtiments

de demain, montrons l'exemple ! Présenté aux élus le 15 janvier, le plan bâtiments de demain réunit 52 actions du conseil régional pour contribuer à la transition énergétique. Une démarche portée par Dominique Marie avec dix chargés de mission.

! Priorité à la sobriété, à l’efficacité énergétique, aux énergies renouvelables dans nos bâtiments.

6

« Entre 60 et 80 millions d'euros sont investis annuellement par la Région dans le secteur du bâtiment », explique Dominique Marie, chef du projet. 50 à 60 millions pour la rénovation et la construction de bâtiments (lycées, logements, bâtiments tertiaires, bâtiments d’entreprises…) ; 10 à 20 millions pour la formation des salariés, la recherche et l’innovation, l'aide au développement des entreprises du bâtiment. « Avec le plan bâtiments de demain, il s’agit de nous assurer que chaque euro ait une efficience maximale au niveau social, écologique et économique. » Le plan s'inscrit dans une démarche évolutive et partenariale. Le chef de projet travaille avec dix chargés de mission (appelés référents) dans les services qui sont réunis tous les mois. « Le plan concerne l'ensemble des politiques du conseil régional, l'ensemble des directions et tous les acteurs qui touchent de près ou de loin au Bourgogne+ N°2 / février 2013

secteur du bâtiment », précise Dominique. Diminuer la facture énergétique Avec 1,5 million de mètres carrés, la Région est le plus grand propriétaire foncier en Bourgogne. « C'est à nous de montrer l'exemple en développant une politique énergétique basée sur la sobriété et l'efficacité, le développement des énergies renouvelables, une politique de qualité environnementale du bâti. » En 2012, le poste énergie du patrimoine régional a atteint 12 millions d'euros. Les hausses du prix du gaz et de l'électricité réduisent les marges de manœuvre. Il est donc indispensable de diminuer les factures et de développer une démarche globale et structurée. Pour y parvenir la Région poursuit trois objectifs : « la sobriété énergétique qui passe par une sensibilisation de tous au gaspillage. » Deuxième


A la pointe du dialogue social 7

7 Patrick Lacote, ingénieur énergie (direction technique) et deux agents techniques du lycée Le Castel.

3

3 Dominique

Marie, chef de projet du plan bâtiments de demain.

R e p è r e s

La direction des mutations économiques et des continuités professionnelles a travaillé de manière partenariale pour mettre en place un conseil en évolution professionnelle, accessible à tous les salariés. « Pendant plus d'un an et demi, nous avons travaillé avec les partenaires sociaux et l'Etat pour élaborer le plan pour les continuités professionnelles (PCP) », explique Catherine Dispositif : conseil en évolution professionnelle Direction : mutations économiques et continuités professionnelles Responsable : Marie-Claire Quiers

BBC : bâtiment à basse consommation - 30 kwh d’énergie primaire par m2 et par an pour le chauffage - l’équivalent de 3 litres de fioul. Bâtiment au standard passif : 15 kwh/m2/an pour le chauffage - 1 à 2 litres de fioul. Bâtiment neuf, respectant la règlementation thermique 2005 : 100 kwh/m2/an - 10 litres de fioul.

Lignier, directrice adjointe. Ce dialogue social inédit mené par la Région a permis de mettre à jour un chaînon manquant. « Nous nous sommes aperçus lors du diagnostic qu'il n' existait pas suffisamment de structures susceptibles d'accueillir les salariés en quête d'information pour évoluer professionnellement. D’où l'idée de mettre en place un dispositif pour les aider à envisager une évolution professionnelle dans leur entreprise ou en dehors », précise Catherine. Les salariés intéressés pourront se rendre, dès le mois d’avril, dans les points relais conseil en évolution professionnelle des quatre départements. « Avant d'accueillir les salariés, nous commençons la phase de professionnalisation des conseillers pour qu'ils connaissent l'ensemble des dispositifs existants. » La direction travaille en parallèle sur la mise en place de nouvelles mesures du PCP, notamment sur la transmission des savoirs et savoir-faire dans l’entreprise et sur la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences à l’échelle d’un bassin d’emploi ou d’une branche.

Nathalie Mathon et Catherine Lignier

enbref objectif : l'efficacité énergétique. Aujourd'hui les constructions sont réalisées au minimum au standard BBC voire au-delà. « A l'établissement régional d'enseignement adapté (EREA) de Beaune, l'internat et l'infirmerie ont été construits au standard passif. » Dernier objectif : la substitution progressive des énergies fossiles par différentes sources d'énergies renouvelables comme le bois. Des chaufferies bois ont été installées dans les lycées Chevalier d'Eon à Tonnerre et au lycée Gustave Eiffel à Dijon. Réaliser un bilan énergétique des bâtiments Un bilan énergétique des bâtiments régionaux est en cours de réalisation par la direction technique pour connaître précisément l'état de notre patrimoine. Dans les lycées, Patrick Lacote, ingénieur énergie, recrute des référents : « nous essayons d'avoir pour chaque établissement un administratif et un membre du personnel technique comme référents énergie », avec un objectif final : établir un programme d'actions régionales partagées par l'ensemble des acteurs et affirmer ainsi la position de la Région en matière de bâtiments durables.

Mobigo fait peau neuve ! La nouvelle version de la centrale d’informations multimodale mobigo ! sera disponible fin avril. Le site mobigo ! intègrera l’ensemble des modes alternatifs à la voiture individuelle : covoiturage, vélo, navettes touristiques et transport à la demande. Une dimension collaborative importante sera également développée, avec la mise en place d’une communauté web 2.0 en 2013. Avec mobigo !, préparez tous vos déplacements en transports publics et alternatifs. Retrouvez tous les horaires, dessertes, tarifs et infos trafic des 14 réseaux de transports bourguignons. Inscrivez-vous gratuitement sur la nouvelle

plateforme régionale de covoiturage et partagez votre véhicule pour vos trajets domicile-travail. Avec mobigo !, se déplacer autrement, c’e st possible ! Comment se déplacent les agents des lycées ? La Région a engagé un plan mobilité pour encourager les déplacements vertueux. Après une enquête auprès des agents du siège, c’e st au tour des agents des lycées de faire part de leurs habitudes de déplacement et de leurs attentes. Un questionnaire leur sera envoyé prochainement. Des mesures adaptées leur seront ensuite proposées.

Bourgogne+ N°2 / février 2013

7


Nos actions Fonds européens,

du nouveau pour 2014-2020

Aux côtés de Cécile Thozet et Anne-Marie Oleksy, Fabrice Vincent, qui vient renforcer l’équipe.

Les directions de la Région, l’Etat et leurs partenaires préparent la nouvelle programmation des fonds européens 2014/2020. La Bourgogne a reçu 414 millions d'euros pour 20072013, au titre du Feder, Fse et Feader. D'où l'importance d'obtenir la reconduction de ces aides. Après le diagnostic territorial, adopté en octobre, nous devons maintenant décliner les objectifs européens dans le plan d'actions régionales. Il sera présenté à la Commission européenne fin octobre après trois temps forts de concertation (avril, juin et octobre). Nouveauté pour 2014-2020, le transfert aux Régions de la gestion des fonds européens.

Les fonds européens Késako ? Feder : fonds européen de développement régional. Fse : fonds social européen. Feader : fonds européen agricole pour le développement rural. Programmes européens : ils définissent l'utilisation des fonds européens au niveau national et régional.

Opération : charte pour l’hébergement en internat. Direction : lycées et formation initiale. Caroline Charron et Christine Cadouot à la direction des lycées et de la formation initiale. A droite, Clarisse Dangien, lingère au lycée Hippolyte Fontaine à Dijon.

Responsable : Jean-Pierre Drouot.

L'internat : une priorité

pour la direction des lycées

Les élus régionaux ont voté en juin dernier une charte pour l'hébergement en internat. Un projet porté par Caroline Charron, en charge notamment de la gestion des internats à la direction des lycées. « La Région a beaucoup investi pour rénover les bâtiments. Avec cette charte, nous nous concentrons sur le mode de fonctionnement des internats qui dépend de la politique d’accueil de chaque lycée », précise Caroline Charron. Cette charte est le fruit d'un travail mené en partenariat avec les membres de la communauté éducative lors des visites sur site effectuées en 2011/2012 avec Christine Cadouot, en charge des équipements. Elle a été diffusée à tous les établissements à la rentrée

scolaire. Elle poursuit plusieurs objectifs. Le premier est d'anticiper les besoins en termes de capacité d’accueil afin d’assurer de bonnes rentrées scolaires, ce qui implique que les proviseurs puissent prévenir au plus tôt les familles en cas de refus. « Depuis quelques années, on note un réel engouement pour les internats. Le cadre de travail structurant pour les élèves et le faible coût séduisent les parents. Pour que les familles appréhendent au mieux les critères de sélection déterminés par les lycées, nous souhaitons plus de transparence dans les règlements intérieurs. » Impliquer les agents techniques Autre objectif poursuivi par cette charte, la

responsabilisation des élèves et leur implication dans l'entretien de leur lieu de vie. « Au lycée Hippolyte Fontaine à Dijon, par exemple, Clarisse Dangien, lingère, s'occupe de l'inventaire de l'équipement des chambres et met en place des actions de sensibilisation à l’hygiène. Elle connaît les internes, leurs habitudes et peut communiquer plus facilement avec eux. » Autre enjeu de cette charte, une plus grande prise en considération du travail des agents techniques présents dans les lycées. « Il est important que les agents puissent faire remonter les problèmes rencontrés dans les internats. Nous encourageons donc les établissements à mettre en place des réunions internes pour favoriser les échanges. »

En Bourgogne, il existe 70 internats pour les lycéens. 9 800 internes y sont accueillis : 55 % de garçons et 45 % de filles. Pour favoriser l’égalité d’accès, la Région a fixé un prix de pension qui ne peut excéder 1 600 € par an. Caroline Charron, chargée de gestion des internats, de la carte des emplois des personnels techniques et du parc des logements de fonction à la direction des lycées.

8

Bourgogne+ N°2 / février 2013


Métier CV express De 1973 à 1994 : ouvrier puis chef de secteur industriel dans la maintenance en génie climatique . De 1994 à 1996 : ouvrier professionnel au collège Alcuin de Cormery (Indre-et-Loire). 1997 : maître ouvrier au lycée Saint-Exupéry à La Rochelle. 1998 : bac professionnel Équipement et installation électriques ; maître ouvrier au lycée professionnel Auguste Perret à Poitiers. De 1999 à 2001 : maître ouvrier au lycée Jean Moulin à Montmorillon (Vienne). 2002 : membre de l'équipe mobile de maintenance au lycée Marguerite de Navarre à Bourges. 2003 : technicien au lycée Georges Dumézil à Vernon (Eure). Depuis septembre 2003 : responsable de l'équipe mobile de maintenance technique au lycée Jules Renard à Nevers.

Daniel Rondeau

L'homme de tous les travaux Responsable de l'équipe mobile de maintenance technique au lycée Jules Renard de Nevers, Daniel Rondeau intervient dans les lycées de la Nièvre pour réaliser les travaux de peinture, d'agencement intérieur, d'électricité et de plomberie.

Q

uand on veut on peut. Plus qu'une formule pour Daniel Rondeau qui, après avoir passé son bac professionnel à 45 ans, a enchaîné avec succès les concours territoriaux pour obtenir un poste de responsable dans la fonction publique. « J'ai travaillé pendant 21 ans dans le privé, dans la maintenance en génie climatique. Je faisais 80 heures par semaine. A 40 ans, j'ai pensé qu'il fallait préserR e p è r e   s ver ma santé. J'ai alors décidé de reprendre des études. Avec le recul, Il existe trois équipes mobiles je me dis que j'ai été un peu inconsd’agents techniques en Bourcient de me lancer dans une telle aventure ! » Le bac en poche, il gogne. Celle gérée par Daniel entame un tour de France des Rondeau dans la Nièvre (sept lycées. Il est maître ouvrier à Poiagents) intervient sur les 12 tiers. C'e st à Montmorillon, dans la lycées du département. Au Vienne, qu'il occupe son premier lycée Cassin de Mâcon, l'équipe poste d'encadrement dans la foncintervient dans six lycées à tion publique avec 35 personnes à gérer. Il intègre ensuite l'équipe Mâcon, Cluny et Davaye. mobile de maintenance du lycée A Dijon, six agents du lycée Marguerite de Navarre à Bourges et Gustave Eiffel réalisent des part pour Vernon dans l'Eure après travaux dans les 19 établissel'obtention du concours de techniments de Côte-d’Or. cien de l'Education nationale. En 2003, Daniel Rondeau devient res-

ponsable de l'équipe mobile de maintenance technique au lycée Jules Renard de Nevers. Avec une équipe de six personnes, il intervient dans tous les lycées du département, de Cosne-sur-Loire à Château-Chinon, pour effectuer des travaux variés allant de la pose de plafond à l'étude d'éclairage pour réaliser des économies d'énergie. Impliquer l'équipe dans les projets « Nous recevons des demandes de travaux en direct ou par le biais de Fannie Jacqueson, ingénieur référent du siège, pour le département de la Nièvre. Mon travail consiste à étudier les demandes, discuter avec les gestionnaires, faire des devis et ensuite, s'ils sont acceptés, à effectuer les travaux. J'essaye d'impliquer au maximum les membres de mon équipe. Dès qu'on me soumet un projet intéressant, on se réunit pour en discuter. Tous les avis sont bons à prendre. » Et pour que son équipe puisse intervenir sur des projets très techniques, Daniel Rondeau mise sur la formation. « L'objectif est de pouvoir faire tous types de travaux sans faire venir une entreprise extérieure. Cela permet aux membres de mon équipe d'élargir leurs compétences. Un plus pour la suite de leur carrière. » Celle de Daniel Rondeau touche à sa fin. A bientôt 60 ans, il partira en retraite en septembre 2014 et pourra s'adonner à ses deux passions : sa famille et la photo.

Bourgogne+ N°2 / février 2013

9


Dossier

Ce que traduit

le budget régional Les élus ont voté le budget lundi 14 janvier. Il s’élève à 802,63 millions d’euros. Si les investissements sont préservés, les dépenses de fonctionnement baissent de 2,5 %. Trois priorités cette année : l’emploi, la jeunesse et la transition énergétique.

« Ce n’est pas un budget de crise, mais un budget dans la crise »

L e François Patriat Président du conseil régional de Bourgogne : « C’est à un exercice particulièrement complexe que se sont livrés les élus régionaux : bâtir un budget qui s’inscrit dans une crise économique et sociale sans précédent et dans un contexte de fortes contraintes budgétaires. Ce n’e st pas un budget de crise, mais un budget dans la crise. Pour préserver nos capacités d’investissement, de manière durable et responsable, au bénéfice et dans l’intérêt des Bourguignons, nous procédons dès cette année à la baisse de notre budget. Les efforts de réduction ont été équitablement répartis après une évaluation de l’efficacité

10

bill e t

des dispositifs soutenus, en fonction de la maturité des projets et de leur cohérence avec nos priorités, que sont l’emploi, la jeunesse et la transition énergétique. Dans la période difficile que nous traversons, nos concitoyens attendent beaucoup des acteurs publics. Nous devons renforcer et développer la relation de proximité avec les Bourguignons partout sur le territoire. Pour cela, je sais que nous pouvons compter sur le professionnalisme et l’engagement des agents du conseil régional, entièrement dévoués à la bonne gestion de l’argent public et au développement de la Bourgogne. »

Bourgogne+ N°2 / février 2013

L

e contexte de crise durable que nous connaissons et qui impacte de manière significative le niveau de nos recettes nous conduit à procéder dès cette année à la diminution de notre budget pour préserver nos capacités d’investissement », a rappelé François Patriat lors de la session budgétaire du 14 janvier. Les baisses annoncées des dotations de l’Etat pour les prochaines années vont conduire la Région à procéder à de nouveaux ajustements de ses budgets. Dans le cadre de cette réduction, deux postes budgétaires concernant particulièrement le personnel, ont été préservés. Les lycées, avec la revalorisation des dotations de fonctionnement (+1,75 %, pour tenir compte de l’évolution du coût de la vie). Et les dépenses de personnel : le budget des ressources humaines augmente de 1,7 % pour tenir compte de l’évolution des carrières. L’emploi, la jeunesse au cœur du budget Première priorité du budget 2013 : l’emploi, par le soutien aux projets innovants, aux investissements dans les filières industrielles stratégiques, à l’export, et le financement d’actions de formation professionnelle tout au long de la vie. Ces priorités seront inscrites dans la nouvelle stratégie régionale de développement économique et d’innovation (SRDEI) qui sera votée par les élus en juin. La jeunesse, ensuite. La moitié du budget concerne les 15-30 ans : lycéens, apprentis, étudiants, jeunes actifs, demandeurs d'emploi, jeunes en formation professionnelle ou en formation sanitaire et sociale. Dans les lycées, la Région poursuit ses investissements : le Programme Pluriannuel d’Investissement (PPI) est doté de 160 millions d’euros sur quatre ans pour renforcer l’efficacité énergétique des bâtiments, améliorer les conditions de travail, adapter les locaux aux évolutions des formations et les mettre aux normes en matière de sécurité. Nouveauté cette année : l’élaboration d'un plan régional pour la jeunesse et le soutien à des projets innovants favorisant l’accès des jeunes au logement. Troisième priorité : la transition énergétique La Région poursuit sa politique de mobilité et de transport durable (ouverture du nouveau site mobigo ! en avril et d’un service d’autopartage à Dijon à l’automne). Elle mettra en œuvre les actions du plan bâtiments de demain pour économiser l’énergie et poursuivra sa promotion des circuits de consommation de proximité. 2013 verra aussi la finalisation de notre plan climat énergie territorial (PCET) pour réduire l’empreinte écologique de l’administration et des lycées. Enfin, une nouvelle démarche est lancée : l’élaboration du schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire (voir ci-contre).


Quelques projets phares pour 2013

Sladana Zivkovic, chef de projet jeunesse, travaille à l’élaboration d’une politique régionale jeunesse, avec les directions. Elle s’appuie sur des référents internes pour la mise en œuvre des actions : création d’un espace internet pour valoriser les actions destinées aux 15-30 ans, forum bouje, soutien à des projets sur le logement, etc.

2013 est une année européenne pour la Région. La direction Europe et international est mobilisée sur la nouvelle programmation des fonds européens 2014 / 2020 (voir article page 8).

La direction innovation et économie travaille à l’élaboration de la nouvelle stratégie régionale de développement économique et d’innovation. La SRDEI présentera les enjeux du développement économique pour la Bourgogne pour la période 2014-2020 et les orientations des principales politiques régionales (export, innovation, création-reprise d’entreprises, développement…).

La direction des mutations économiques et des continuités professionnelles travaille à la mise en œuvre du plan pour les continuités professionnelles (voir article page 7).

Sylvain Riffard, chef de service développement des territoires et de la santé pilote l’élaboration du SRADDT (schéma régional d’aménagement et de développement durable du territoire), en partenariat avec les principales collectivités. Objectifs : définir une stratégie de développement pour les dix ans à venir fixant les principaux objectifs d'aménagement et d'équipement, préparer l’avenir de nos politiques en faveur des pays et des agglomérations.

Et aussi... Les 52 actions du plan bâtiments de demain pour économiser l’énergie et lutter contre le réchauffement climatique, le lancement du nouveau site mobigo ! pour faciliter les déplacements des Bourguignons en transport public (www.mobigo-bourgogne.com), le débat régional sur la transition énergétique associant acteurs et citoyens bourguignons, le programme pluriannuel d’investissement dans les lycées doté de 160 millions d’euros sur quatre ans.

Bourgogne+ N°2 / février 2013

11


Dossier

Comprendre le

802,63 M€ C’est le montant global du budget -2,5 %

-2,5 % pour les dépenses de fonctionnement et +0,3 % pour les dépenses d'investissement

Notre budget est adapté aux recettes dont nous disposons : elles diminuent de 8,9 millions d’euros par rapport à 2012. Par conséquent, nos dépenses de fonctionnement baissent de 2,5 % tandis que nos capacités d’investissement sont préservées. Trois domaines sont sanctuarisés : la masse salariale, les dotations de fonctionnement des lycées (qui sont revalorisées de 1,75 %) et le fonctionnement des TER.

65 %

Près de 65 % de nos crédits sont consacrés à nos trois principales compétences obligatoires : les transports, l’enseignement, la formation professionnelle et l’apprentissage

1er poste : les transports avec 197,47 M€ 2e poste : l’enseignement avec 175,95 M€ 3e poste : la formation professionnelle et l’apprentissage avec 143,86 M€

82,9 M€

82,9 millions d’euros pour les salaires et prestations dédiées aux agents

 e budget consacré à nos salaires ainsi L qu’aux diverses prestations proposées aux agents (formation, frais de déplacement, etc.) augmente de 1,7 % pour tenir compte de l’évolution de nos carrières.

-1,4 %

45,7 M€ 45,7 millions d’euros pour les travaux dans les lycées

La Région est responsable des 78 lycées publics bourguignons. 1,5 million de mètres carrés répartis sur 120 sites dont elle finance l'entretien.

de recettes par rapport à 2012

12

Bourgogne+ N°2 / février 2013


budget 2013 D’où vient l’argent ? Fonds européens : 3 % Autres recettes : 3,59 %

Où va l’argent ? Santé et action sociale : 0,23 %

Dotations de l’État : 37,14 %

Fonctionnement de l'administration régionale : 5,49 %

Environnement : 1,96 %

·

Opérations financières : 8,04 % Transports : 24,60 %

Europe et international : 2,82 %

Fiscalité directe : 13,57 %

Culture, sports, jeunesse : 3,62 %

Emprunt : 18,31 %

Aménagement des territoires : 4,67 %

Action économique (économie, recherche, agriculture, tourisme) : 8,72 %

Fiscalité indirecte : 24,39 %

Les dotations de l’Etat

La quasi-totalité des dotations versées par l’Etat aux Régions sont gelées en 2013 (dotation globale de fonctionnement, dotation générale de décentralisation, dotation d’équipement scolaire, etc.). Une diminution des concours de l’Etat est annoncée pour 2014 et 2015.

La fiscalité indirecte

Elle correspond au produit des cartes grises et de la taxe intérieure sur les produits pétroliers (TIPP). Ces recettes devraient baisser de 2,1 % cette année, du fait de la diminution des consommations de carburant et des immatriculations de véhicules. Le taux de la taxe sur les cartes grises n’est pas modifié en 2013 et la Région exonère en totalité les véhicules propres.

Lycées et enseignement supérieur : 21,92 % Formation professionnelle et apprentissage : 17,92 %

La fiscalité directe

Elle correspond à deux taxes instituées en 2011 en remplacement de la taxe professionnelle et des taxes foncières que ne perçoit plus la Région : - la CVAE : cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises,  - les IFER : les impositions forfaitaires sur les entreprises de réseau, qui comprennent une taxe sur le matériel ferroviaire et une taxe sur les infrastructures téléphoniques. Les recettes liées à ces deux taxes devraient augmenter d’1,9 % cette année.

Bourgogne+ N°2 / février 2013

13


Une journée

...avec l'équipe de la direction des finances

J -180

(20 juin) Caroline, Claire, Philippe, Brigitte et Anne-Claire finalisent la lettre de cadrage budgétaire envoyée par Ermelina Debacq aux services.

Le service budget-ressources de la direction des affaires financières (DAF) prépare dès avril le budget, en lien avec les directions et la directrice générale des services (DGS). « La préparation du budget mobilise le service budget-ressources de ma direction mais aussi toutes les directions, les directeurs généraux adjoints, les chefs de service administratif et financier des pôles et la DGS. C’est, au minimum, six mois de travail ! », explique L e x i q u e  Claire Simon, directrice des affaires financières. En juin, la DGS envoie aux Documents budgétaires : directions la lettre de cadrage qui précise la procédure et le calendrier de Rapport détaillé de toutes les préparation du budget. Le président et actions menées dans le budget les vice-présidents se réunissent pour (dit document à l’italienne), fixer le cadrage financier pluriannuel. documents comptables et Ils travaillent à partir des indicateurs annexes. (capacité de désendettement, emprunt, recettes…) et des scénarios financiers de Capacité de désendettement : la DAF. Ils fixent ainsi les grandes prioriIndicateur financier qui mesure tés régionales. François Patriat adresse, la capacité de la Région à début juillet, à chaque vice-président, la rembourser sa dette.

CSAF : Référents financiers de chaque pôle de l’administration. Ils coordonnent la préparation budgétaire de leur pôle et le suivi des dépenses.

14

« lettre plafond » qui fixe l’enveloppe maximale pour chaque domaine de compétence. Tous mobilisés en septembre Durant tout le mois de septembre, les directeurs font des propositions budgétaires, en lien avec leur vice-président. « Dans un contexte contraint, la règle est à l’économie. Il faut savoir agir autrement sans nécessairement supprimer les aides. Chaque direction doit prioriser les actions essentielles et repenser les autres pour tenir dans l’enveloppe budgétaire », précise Claire. Début octobre, le budget de chaque direction est arbitré dans les conférences budgétaires. Ces dernières réunissent le président, la DGS, les directeurs généraux adjoints, les vice-présidents concernés, les CSAF, Claire et Caroline, chef du service budget-ressources. En novembre, c’e st le temps des derniers ajustements et de la sécurisation des chiffres. Un travail qui aboutit quinze jours plus tard à l’édition des documents budgétaires qui sont envoyés à la direction des assemblées pour diffusion aux élus. Le budget est alors finalisé. Les élus doivent ensuite le voter en assemblée plénière.

L’équipe Huit personnes de la direction des affaires financières participent à la préparation du budget régional, avec l’appui des trois CSAF.

Bourgogne+ N°2 / février 2013

Claire Simon, directrice des affaires financières

Caroline Fankhauser, chef du service budgetressources

Tévy Mahaut, assistante de direction


J -105

(du 1er au 30 septembre) Chaque direction élabore son budget. Ici, Jean-Pierre Drouot, directeur des lycées, en compagnie d’Aurélie Mallet, chef de service vie scolaire et lycéenne et Jérôme Zacchia, CSAF du pôle jeunesse.

J -90

J-30

(du 1er au 15 octobre) Les élus et les directions se réunissent à l’occasion de 15 conférences budgétaires pour arbitrer le budget.

(15 décembre) A la DAF, Tévy saisit les documents budgétaires sous la direction de Caroline.

Jour J (janvier) Les élus réunis en assemblée plénière votent le budget du conseil régional.

Philippe Dornier, chargé des analyses budgétaires

Anne-Claire Frechard, chargée des recettes

Brigitte Portier, chargée de la dette et de la trésorerie

Lynda Samson, administrateur du logiciel Grand Angle

Audrey Caussard , chargée de mission recettes et analyse financière

Jérôme Zacchia, Laëtitia Robin, CSAF du pôle CSAF du pôle jeunesse, développement éducation, recherche et culture

Amélie Baudin, CSAF du pôle réseaux, territoires et coopérations


Travailler ensemble

Patrick Champion (à gauche) et Eric Leclerc (à droite) expérimentent le tutorat en cuisine. Au centre, Valentin Yap, à la direction des lycées.

Réseau métier

Des chefs et des bonnes recettes Depuis trois ans, la direction des lycées réunit les 66 chefs de cuisine. Objectif : partager les bonnes pratiques, valoriser des actions et initier de nouvelles démarches, comme le tutorat.

L

e 9 janvier dernier, tous les chefs et leurs gestionnaires étaient réunis pour prendre connaissance des orientations de l’année, en présence de la vice-présidente en charge des lycées. L’ occasion aussi de présenter en binôme des expériences sur le matériel, la lutte contre les déchets ou la mise en œuvre de repas thématiques. « Le dispositif, très apprécié des cuisiniers, permet des rencontres constructives et offre

des moments d’échange privilégiés », souligne Valentin Yap, ingénieur restauration à la direction des lycées. Chaque année, une rencontre régionale et une réunion départementale sont organisées. Priorité à la qualité « La qualité des repas est la thématique prioritaire du réseau », affirme Valentin. Le réseau a travaillé en 2010 à l’élaboration de la charte régionale qualité de

Un nouvel intranet pour tous les agents et les élus Le nouvel intranet, commun aux agents du siège et des lycées, aux élus et aux conseillers du CESER, sera en ligne le 18 mars. Au menu : des actualités sur la vie de la Région, des directions et des lycées ; une rubrique ressources humaines très fournie ; une présentation de toutes les directions et une fiche d’identité de chaque lycée ; un annuaire des agents, des élus et des conseillers du CESER, des espaces ressources. Dans ces boîtes à outils, vous trouverez des informations et des documents (procédures et instructions, règlements, tableaux de bord, guides,

16

textes juridiques, délibérations, articles de presse, consignes de sécurité…) sur plusieurs thématiques : fonctionnement de l’assemblée régionale, finances, commande publique, cartographie, fonds européens, charte de management et de fonctionnement… Un outil personnalisable Neuf espaces ressources spécifiques seront proposés aux agents des lycées : restauration, travaux, gestion technique des bâtiments, hébergement, entretien/ lingerie, accueil, équipements… Dans le nouvel intranet, vous pourrez personnaliser votre

Bourgogne+ N°2 / février 2013

page d’accueil et créer votre bureau virtuel. Dans cet espace, vous choisirez un certain nombre de services : accès à des sites internet, à des gadgets (TER, pages jaunes , météo…) et des applications métiers ; abonnement à des fils d’information en direct de sites de médias, planificateur de rendez-vous… Pour vous guider dans le

nouvel intranet, une visite des principales fonctionnalités du site sera accessible depuis la page d’accueil.


Dispositif : réseau métier des chefs de cuisine, initié en octobre 2010 Référents : Valentin Yap, Catherine Llamas, Alain Bertrand, cellule restauration de la direction des lycées et de la formation initiale Agents des lycées mobilisés : les 66 chefs de cuisine des établissements En projet : le réseau des responsables de maintenance

Le 9 janvier dernier, chefs de cuisine et gestionnaires se sont réunis pour bien préparer l'année. Au programme notamment : la qualité nutritionnelle des repas.

la restauration scolaire qui s’articule autour de trois priorités : saveur, service, santé. Ses préconisations sont déjà mises en œuvre par 32 établissements. Démarche nouvelle au sein du réseau : le tutorat entre un cuisinier volontaire et un chef expérimenté. Patrick Champion du lycée René Cassin à Mâcon intervient dans les établissements pour apporter son expertise. « Le rôle du tuteur est double : appréhender les difficultés rencontrées et soutenir le chef de cuisine dans une démarche de perfectionnement », explique Valentin. Patrick et Eric : la rencontre de deux chefs Cette année, Patrick Champion a passé huit jours dans les cuisines d’Eric Leclerc, chef au lycée Fourier à Auxerre. « Professionnel de la restauration, le tuteur peut établir un diagnostic sur le fonctionnement d’une

cuisine. A Auxerre, j’ai décelé des dysfonctionnements et proposé des solutions », explique Patrick. « La présence de Patrick m’a aidé à optimiser l’organisation de mon travail et a permis de mettre en place une nouvelle organisation des équipes », témoigne Eric. « Depuis, nous préparons davantage de produits frais au détriment de produits surgelés. » A son tour, Eric va intégrer les cuisines de son tuteur pendant une semaine. « Eric va pouvoir observer la manière dont je gère ma cuisine et mon équipe. Cette deuxième phase est primordiale pour le perfectionnement », conclut Patrick.

Référents information des lycées Rendez-vous en mars ! Le réseau des référents information dans les lycées a été lancé le 27 septembre dernier, à l’occasion d’une réunion à Dijon, présidée par la directrice générale des services. Il compte 98 agents volontaires dans 61 lycées. Le rôle des référents est triple : faciliter la diffusion de l’information et sensibiliser leurs collègues sur la vie, les projets et les événements de la collectivité ; proposer des sujets pour alimenter le journal et l’intranet du personnel Bourgogne+ ; aider les agents ayant des difficultés pour accéder à leur boîte mail ou à l’intranet. Ils disposeront prochainement d’un présentoir en salle de convivialité et seront réunis en mars pour la présentation du nouvel intranet. Bourgogne+ N°2 / février 2013

17


Ressources humaines

Des aides pour les agents en situation de handicap Se déclarer travailleur handicapé auprès de son employeur permet de bénéficier de nombreuses aides. Jean-Pierre Bouillon, agent d’encadrement au lycée Le Castel à Dijon, témoigne.

Qu’est-ce que la RQTH ? La reconnaissance en qualité de travailleur handicapé (RQTH) permet à une personne handicapée de bénéficier d’un statut qui peut faciliter son maintien dans l’emploi. Les aides peuvent être matérielles ou financières, dans un cadre professionnel voire personnel. Jean-Pierre Bouillon et sa golfette au lycée Le Castel à Dijon.

Comment l’obtenir ?

J

ean-Pierre Bouillon a fait cette démarche il y a une dizaine d’années, à la suite d’un accident de moto. « J’ai perdu une partie de mon pied », explique-t-il. « A l’hôpital, l’assistante sociale m’a vivement recommandé de faire une demande de reconnaissance en qualité de travailleur handicapé (RQTH). J’étais chef cuisinier à l’époque. Le Rectorat m’a accompagné dans un bilan de compétences et j’ai été reclassé comme agent d’encadrement au lycée Le Castel. » Une golfette pour se déplacer Mais dans cet établissement de 11 hectares, il

fallait trouver une solution pour continuer à être opérationnel. La Région a financé l’achat d’une voiturette. Jean-Pierre témoigne : « cette voiture facilite mon travail au quotidien. J’en étais arrivé à calculer mes trajets. Certains collègues ne veulent pas que les autres sachent qu’ils sont en situation de handicap. Il faut franchir cette barrière. Je conseille vivement de se lancer dans cette démarche de reconnaissance. Il existe beaucoup de solutions qui permettent de se simplifier la vie. » Jean-Pierre est également relais maintien dans l’emploi : « j’aide les collègues qui ont des problèmes de santé et qui sont en situation de handicap. Je peux les accompagner et ils peuvent compter sur moi car je suis passé par là. »

Le dossier de demande est à retirer à la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) du département de son lieu de résidence. La demande est notamment complétée d’un certificat médical descriptif de moins de 3 mois, rempli par le médecin traitant. Une fois votre RQTH obtenue, pensez à renouveler votre demande six mois avant son échéance.

Le service conditions de travail et prévention des risques à votre écoute

Hervé Zapolski, responsable du service conditions de travail et prévention des risques.

18

Si vous êtes titulaire d’une reconnaissance en qualité de travailleur handicapé (RQTH) ou souffrez d’un handicap, nous vous recommandons de le signaler à la DRH. Le service d’Hervé Zapolski (conditions de travail et prévention des risques) intervient en matière d’aménagement de postes avec les services de la SAMETH (services d’appui au

Bourgogne+ N°2 / février 2013

maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés). Ils effectuent ensemble des visites de poste afin d’aménager les conditions de travail et de proposer les aides techniques adaptées (matériel, mobilier, appareillages…). Les achats de matériels sont financés par le Fonds d’insertion des personnes handicapées de la fonction publique (FIPHFP).

Retrouvez la liste des relais maintien dans l’emploi et des médecins de prévention sur l’intranet, à partir du 18 mars. Contact Isabelle Duchassin 03 80 44 40 59


Questions / Réponses

« Vis mon poste »,

Dans quelles conditions s’applique le jour de carence ?

c’est parti !

Le dispositif « Vis mon poste » permet aux agents de mieux comprendre les enjeux et le fonctionnement des autres services, favorisant ainsi la mobilité interne. Retour d’expérience avec Chrystel Barbier, agent d’accueil au siège. Chrystel a été la première personne à expérimenter « Vis mon poste », un dispositif proposé aux agents du siège. « Vis mon poste est une excellente initiative qui permet de mieux comprendre le fonctionnement d’un service, en participant concrètement aux missions d’un collègue », affirme Chrystel. Elle a passé une journée à la direction de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l’emploi. Chrystel a été accueillie par Joseph Malinge et Aurélie Pinard, chargés de programme au sein de la cellule pilotage budgétaire. En poste depuis plus de cinq années en tant qu’agent d’accueil, Chrystel exerce des fonctions transversales. Elle souhaite évoluer vers des missions plus opérationnelles, au sein d’une direction. Une nouvelle orientation pour Chrystel Pour préparer son évolution professionnelle, elle a décidé de participer à « Vis mon poste ». « Cette journée m’a conforté dans l’idée de donner une nouvelle

Depuis le 1er janvier 2012*, le premier jour d’un arrêt maladie ordinaire constitue un délai de carence pendant lequel aucune rémunération n’e st versée. Une retenue équivalente à 1/30e de votre rémunération (à l’exclusion du supplément familial de traitement) est ainsi effectuée sur votre paie. Cette mesure ne s’applique pas en cas de prolongation ou de rechute dans les 48 heures suivant votre reprise. Cette retenue ne concerne pas les accidents de service ou de travail, la maladie professionnelle, la maladie de longue durée, la grave maladie, la maternité et la pathologie résultant de la grossesse ou des couches, la paternité, l’adoption. Retrouvez toutes les modalités d’application et le détail de la retenue sur salaire dans la rubrique Ressources humaines> Rémunération > Jour de carence du futur intranet. *Article 105 de la loi de finances 2012

Chrystel Barbier, agent d'accueil au siège.

orientation à mon parcours », explique Chrystel. Enthousiasmée par cette initiative, elle souligne la densité de l’expérience : « Une journée, ce n’est pas suffisant ! Un stage d’immersion de plusieurs jours permettrait une vision plus approfondie et plus concrète des missions. J’espère que le dispositif évoluera dans ce sens et que mon témoignage donnera envie aux autres de vivre cette expérience ! » Depuis, elle s’oriente vers une démarche de perfectionnement et envisage de suivre une formation en gestion administrative et financière. « Vis mon poste », à qui le tour ?

Pratique

Quelles sont les conditions d’intervention des personnels d’entretien dans les GRETA, CFA publics ou CFPPA situés au sein du lycée ? Suite à des interrogations sur les conditions d’intervention des personnels techniques dans les GRETA, CFA publics ou CFPPA, une note de la directrice générale des services du 29 juillet 2011 rappelle les règles applicables en la matière. Ainsi, l’entretien général des bâtiments occupés par un centre ne peut être effectué par un agent durant son temps de travail. Les établissements doivent demander à la direction des ressources humaines une autorisation de cumul d’activités pour les agents qui sont volontaires et prendre en charge leur rémunération pour ce travail supplémentaire. Retrouvez l’ensemble des conditions d’intervention par spécialité sur le futur intranet, rubrique Temps de travail.

Qui peut participer ? Les agents du siège. Pourquoi faire ? Vivre le poste d’un collègue le temps d’une journée pour appréhender son travail et comprendre ses missions, par curiosité ou volonté de mobilité interne. Comment s’inscrire ? Il suffit de remplir le questionnaire disponible sur l’intranet et de le transmettre à votre supérieur hiérarchique pour validation. Contact : Florence Raby, chargée de gestion des recrutements et des reclassements. fraby@cr-bourgogne.fr / poste 34 97

Pour en savoir + Connectez-vous sur le nouvel intranet à partir du 18 mars

Bourgogne+ N°2 / février 2013

19


Action sociale

1 2

3

4 5

6

9 8

10

7 Le bureau de l’APCR

Partez en balade avec l'APCR En 2013, l’association du personnel propose des sorties inédites à ses adhérents grâce au travail et à l’implication des membres du bureau. Le 23 février, elle vous a emmené au sein de la petite Venise des Alpes pour le carnaval d’Annecy. Les 5 et 20 mars, place au rire avec L’idéal club, un spectacle des 26 000 couverts qui reviennent à Dijon après quatre ans d’absence. Des billets à tarifs préférentiels ont été proposés aux adhérents afin de découvrir ce spectacle complètement déjanté.

parc zoologique bourguignon, Touroparc à Romanèche-Thorens. Partez à la découverte du monde animal sauvage et admirez plus de 800 animaux de 140 espèces dans un espace naturel de 12 hectares. Sur place, vous accèderez également à un parcours acrobatique dans les airs intégré à la végétation du parc, à un petit train, des tacots, un monorail et un carrousel 1900. Soutenez l’équipe de foot Et si vous vous sentez une âme de supporter, venez encourager l’équipe de foot.

Des entrées à Touroparc L’offre billetterie s’agrandit avec des entrées pour le

Elle s’entraîne dans une salle au lycée Montchapet à Dijon tous les vendredis soir, de 18 h à 20 h, jusqu’au mois de mars. Après la période hivernale, elle reprendra ses matchs en extérieur au terrain Jean Masingue à Dijon. La saison se terminera par un tournoi suivi d’un barbecue auquel vous êtes conviés. L'APCR tiendra son assemblée générale jeudi 28 mars, de 13 h 30 à 14 h 30, au siège, en salle des séances. A l'ordre du jour, le rapport moral et financier, le renouvellement du conseil d'administration.

Présidente Christelle Plisson Vice-présidents Marie-Laure Tridon 4 Jean-Marc Legouhy Trésorier 8 Karen Guimaraes Trésorier adjoint Marc David Secrétaire Agnès Bouiller Secrétaire adjointe 6 Maryline Verleye Membres actifs 3 Armelle Angebault Anne-Claire Brillard David Demey 1 Fanny Dugied Céline Jaltier 10 Aurélien Kay Florence Lassagne Anne Lastenet 2 Guy Lefort 5 Audrey Maigret 9 Frédéric Penel Mama Samade Elvina Sanchez Permanente 7 Pascale Jacotot

De nombreux prêts possibles avec le CNAS Le Comité national d’action sociale propose des prêts à des taux très intéressants. Ils sont cumulables dans la limite du taux d’endettement.

Contacts Jean-François Guyenot si vous êtes agent du siège ou des antennes (33 21), Marie-Ange Froeyen si vous êtes agent des lycées 03 80 44 37 39

20

Les prêts ouverts à tous Accompagnement à l’accession et à l’extension de l’habitat Montant : 1 000 à 8 500 € Durée maximum : 7 ans Amélioration de l’habitat Montant : 1 000 à 6 000 € Durée maximum : 5 ans Avance pour l’achat de matériel pour personne handicapée Montant : 4 000 € Durée maximum : 4 ans Dépannage Montant : 2 000 €

Bourgogne+ N°2 / février 2013

Durée maximum : 30 mois Etudes supérieures Montant : 3 000 € Durée maximum : 30 mois Familial (installation, départ à la retraite, adoption, catastrophe naturelle, nouveaux ménages) Montant : 3 000 € Durée maximum : 30 mois Prothèses et lunetterie Montant : 2 000 € Durée maximum : 24 mois Véhicules Montant : 4 000 € Durée maximum : 30 mois Véhicules et accessoires de loisirs (camping-car, bateau) Montant : 3 000 € Durée maximum : 30 mois

Les prêts soumis à condition de ressources Prêt social Montant : 2 000 € Durée maximum : 36 mois Microprêt social Montant : 500 à 3 000 € Durée : 2 à 3 ans Vacances Montant : 500 € Durée maximum : 8 mois Retrouvez le détail de ces prêts et notamment les taux sur www.cnas.fr. Pour faire une demande, remplissez le formulaire de demande de prêt et retournez-le à votre correspondant accompagné de tous les justificatifs.


Passion

Pascal pratique aussi le parapente. Il espère bientôt se lancer du Mont-Blanc.

Le vélo ? Dernier défi de notre sportif passionné, qui multiplie les périples en deux-roues.

Pascal Rossignol

aime relever les défis Pascal Rossignol, chef cuisinier au lycée Pontus de Tyard à Chalon-sur-Saône, est un passionné et « un touche à tout ». Il a fait le pari, l’été dernier, de relier Chalon à Prague en vélo. Il récidive cet été entre la Bretagne et l’Irlande.

P

ascal n’a jamais été un fondu de vélo mais il est sportif. L’été dernier, il a parcouru 1 450 kilomètres à vélo pour rejoindre Prague. Cathy, sa compagne, lui a soufflé l’idée. Un groupe de jeune clunysois avait relié Cluny à Prague en vélo. Pourquoi ne tenterait-il pas aussi l’expérience, par les petites routes longeant les voies d’eau ? Pascal est donc parti le 13 juillet dernier, avec un ami, et Cathy en charge de la logistique, au volant du camping car. « Pour le repos et le couchage, c’était plus simple. Avec une moyenne de 100 kilomètres par jour, nous sommes arrivés à Prague quatorze jours plus tard. Nous avons suivi les cours d’eau, la Saône, le Doubs, le canal Rhin-Rhône, le Rhin, le Danube. Avec à chaque point d’arrêt, la visite des villes où nous dormions. Les chutes du Rhin, c’était magnifique ! Et les Allemands sont des gens forts sympathiques. » Nantes-Brest puis l’Irlande Côté préparation, Pascal s’e st entraîné pendant cinq mois, à raison de 200 kilomètres en moyenne par semaine. « Nous étions étonnés de n’être pas trop courbaturés à l’arrivée. Nous n’avons jamais crevé en route. Par contre, je me suis fait voler mon VTC dans

un camping praguois quelques jours après notre périple ! » Pascal repartira l’été prochain sur son vélo : il traversera la Bretagne, en suivant le canal qui relie Nantes à Brest (Pays de Redon), puis prendra le bateau pour rejoindre et découvrir l’Irlande. Loin d’être un compétiteur, Pascal aime juste se lancer des défis. Une réelle passion, survoler les contrées Pascal, toujours en quête de sensations, vibre surtout pour le parapente : il le pratique depuis 1989 et aime arpenter la Bourgogne et les Hautes-Alpes pour leurs lieux magiques. « On peut rester des heures en l’air. Et voler en fin de journée jusqu’à la tombée de la nuit, quand la restitution se fait, en résumé quand l’air froid remplace l’air chaud, c’est un vrai bonheur.» Pascal, adhérent au club alpin du Creusot, sa ville natale, doit dans quelques mois gravir et décoller du Mont-Blanc. « Nous espérons que le vent sera favorable, j’ai hâte d’y être ! » Lorsqu'il sera en retraite, il se voit bien participer à un marathon dans une capitale européenne, Rome par exemple. Il aimerait aussi voyager, découvrir les pays nordiques. Pascal ne se pose jamais, il a toujours plein d’idées en tête, une âme d’aventurier en quelque sorte.

Bourgogne+ N°2 / février 2013

Les bons tuyaux de Pascal Le club-école de parapente VZDynamic à Buxy, formation à la carte. La Boutique Nord Sud Caravaning à Saint-Légersur-Dheune, sympa et sérieux. L’école de parapente Ecrins Vol Libre à Ancelle (Hautes-Alpes). Le boss est super sympa et le terrain de jeux magique ! La petite station de ski de Semnoz (Haute-Savoie) avec des forfaits à l’heure, très économiques.

21


Entre nous

L’art contemporain

à votre porte

+++

S uj e Yonne par latdproposé i r e de l a c u c t i o n Ancien cellier lt e t d u u re Auxerre p at r i m oine

Centre culturel de rencontre Le Prieuré

Côte-d'Or FRAC Lieu d'exposition permanent Dijon

La Charité-sur-Loire

Centre d'art contemporain du Parc Saint Léger

Château-Chinon Musée du Septennat Pougues-les-Eaux

Nièvre

Saône-et-Loire

Médiathèque Perrault Bourbon-Lancy

Merlin, 1982 Gerhard Richter, Collection FRAC Bourgogne

La direction de la culture et du patrimoine vous invite à découvrir les collections d’art contemporain du FRAC Bourgogne aux quatre coins de notre territoire.

C

hospitalier universitaire de Dijon (Bocage central), expositions installées dans les murs de la médiathèque de Bourbon-Lancy ou au musée du Septennat à Château-Chinon et création d‘un projet pédagogique dans l’ancien cellier de la ville d’Auxerre. De belles émotions à votre porte !

Des expositions dans les départements 2013 marque le début de la libre circulation des œuvres sur le territoire bourguignon. L’art sous toutes ses formes vient à votre rencontre : ateliers de pratique artistique en partenariat avec le Centre

30 ans au service de l’art Cette année, le FRAC Bourgogne fête ses 30 ans à La Charité-sur-Loire ! En partenariat avec le centre culturel de rencontre de La Charité et le centre d’art contemporain de Pougues-les-Eaux, le FRAC a invité l’artiste uruguayen Alejandro Cesarco à mettre en relation ses œuvres et celles de la collection bourguignonne. A découvrir à partir du 7 juillet !

réé par le ministère de la culture et la Région, le Fonds régional d’art contemporain permet à la Bourgogne de bénéficier d’une collection représentative des tendances de l’art contemporain. C’e st l’une des plus riches de France avec 750 œuvres répertoriées. Vous pourrez notamment découvrir dès le mois de mai, rue Quentin à Dijon, des expositions de ces œuvres, renouvelées régulièrement.

Jusqu'au 25 août

Nos rendezvous Mars

Festival Drôles de dames à Mâcon. Ce festival met à l’honneur des artistes féminines. Vous découvrirez des formes artistiques originales comme du théâtre d’objet ou de marionnette musicale… à la pointe de la création au féminin.

22

Exposition Coâ Coâ Grenouilles et compagnie à Auxerre. Les grenouilles, tritons, salamandres, et autres crapauds de l'Yonne n'auront plus de secret pour vous ! Au total, plus de 15 es-

pèces d'amphibiens vivent dans l'Yonne. Venez les découvrir à travers les surprenantes photos de Cyril Ruoso. Ce photographe naturaliste a mené l'enquête pour découvrir les amphibiens de Bourgogne. Autour de ces images, des textes poétiques d'Emmanuelle Grundmann, des jeux, objets et moulages présentent la biodiversité de l'Yonne.

Du 5 au 23 mars

Spectacle L’Idéal club des 26 000 couverts à Dijon. A cette occasion, vous pourrez découvrir la compagnie Entre Chien et loup, soutenue par la Région pour son spectacle Véréna Velvet. Cette compagnie, de Saône-et-Loire, regroupe aujourd’hui plasticiens, constructeurs, comédiens,

Bourgogne+ N°2 / février 2013

créateurs lumières et sons. Elle conçoit ses créations autour du spectateur pour le placer au cœur de l’action, de l’image, du son et de la lumière. Un chemin à suivre sans attendre...

Mai

Fête Le Joli mois de l'Europe. Co-organisé avec l'Etat, la première édition du Joli mois de l’Europe en Bourgogne est centrée autour de la fête de l’Europe, le 9 mai, date anniversaire de la déclaration de Schuman. Découvrez tous les évènements du mois sur

Pour aller + loin www.frac-bourgogne.org 03 80 67 18 18 www.lacharitesurloire.fr www.bourbon-lancy.com 03 85 89 09 40 www.leconsortium.fr 03 80 68 45 65 www.parcsaintleger.fr 03 86 90 96 60 www.ot-chateauchinon.com 03 86 85 19 93

www.europe-bourgogne. eu/le-joli-mois-2013.

Du 7 au 9 juin

Festival Les Francos Gourmandes à Tournus. Fort du succès de sa première édition, le festival est reconduit sur 3 jours. Venez partager avec les 20 artistes, les 10 Chefs de renom et les nombreux exposants un week-end fort en émotions pour vos papilles et vos oreilles ! Notamment au programme cette année : Orelsan, Jacques Higelin, Tryo, Tété et Zaz. Côté gastronomie : l'A llée des Chefs, la Halle en Folies ou le Chapiteau Gourmet. De plus, comme en 2012 avec Jean-François Piège, venez déguster la création inédite du parrain culinaire de l'édition 2013.


Bienvenue

Ils ont changé de poste

au conseil régional Cyril Dziadek, agent en espaces verts et installations sportives au LEGTA de Fontaines

Stéphanie Armand, agent d’entretien au lycée Gustave Eiffel à Dijon Gérard Baron, agent d’entretien au lycée Joseph Fourier à Auxerre Angéline Bierry, agent d’entretien au lycée Louis Davier à Joigny

Florence Gasser, instructeur des marchés publics d’équipements et de prestations de service à la direction de la commande publique et des affaires juridiques

Catherine Boissard, agent d’entretien au lycée professionnel Julien de Balleure à Chalon-sur-Saône

Véronique Guerlet, agent d’entretien au lycée professionnel Julien de Balleure à Chalon-sur-Saône

Florence Brain, agent en magasinage alimentaire au lycée Hippolyte Fontaine à Dijon

Viviane Jovet, responsable des formations collectives à la direction de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l’emploi

Audrey Caussard, chargée de mission recettes et analyses financières à la direction des affaires financières Edwige Cheuton, agent d’entretien au lycée Raoul Follereau à Nevers

Michel Montagnon, agent en revêtements et finitions au lycée Gustave Eiffel à Dijon

Hervé Choffat, agent d’entretien au lycée Hippolyte Fontaine à Dijon

Sandrine Moreux, agent d’entretien à l’EPLEFPA de Nevers Cosne-Plagny à Cosne-Cours-sur-Loire

François Delagoutte, chargé de mission à la direction de la culture et du patrimoine

Samuel Pieuchot, chargé de coordination carte des formations - infrastructures et équipements à la direction des lycées et de la formation initiale

Alexandre Dorier, agent d’entretien au lycée Hilaire de Chardonnet à Chalon-surSaône Jennifer Duchez Munoz, assistante de direction au cabinet Olivier Dussaule, agent en espaces verts et installations sportives au lycée Bonaparte à Autun

Bruno Loustalet, agent en installations sanitaires et thermiques au lycée Anna Judic à Semur-en-Auxois

Virginie Angelot, assistante administrative à la direction de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l’emploi Agnès Ballot, agent d’entretien au lycée Les Marcs d’Or à Dijon Martine Bardet, agent d’entretien au LEGTA Lucie Aubrac de Mâcon-Davayé Sylvie Beaulieu, chargée d'exécution des subventions à la direction de l’Europe et de l’international Anne-Marie Clément, chef de service développement des PME-PMI à la direction de l’innovation et de l’économie David Demey, agent polyvalent à la direction des moyens généraux et des bâtiments Viviane Derangère, agent d’entretien au lycée Antoine Antoine à Chenôve Anne Faucher, chef de service compétitivité des filières à la direction de l’innovation et de l’économie Annie Florion, agent d’accueil au lycée Le Castel à Dijon

Hamida Rouba, agent d’entretien au lycée Les Marcs d'Or à Dijon

Corine Giraudin, agent en magasinage des ateliers au lycée professionnel Vauban à Auxerre

Marie-France Trempier, agent d’entretien au lycée Léon Blum au Creusot

Jean-Claude Glardon, agent d’entretien au lycée Chevalier d’Eon à Tonnerre

Eveline Goguey, directrice générale adjointe du pôle jeunesse éducation recherche culture Marie-France Ledey, agent d’accueil au lycée Pontus de Tyard à Chalon-sur-Saône Michel Mahr, agent d’entretien au lycée Gustave Eiffel à Dijon Marie Muller, gestionnaire des demandes de renseignements sur les aides apprentissage Christophe Philippot, agent d’entretien au lycée Stephen Liégeard à Brochon Cyrille Potier, agent d’entretien au lycée Joseph Fourier à Auxerre Lynda Samson, administrateur fonctionnel du système d’information à la direction des affaires financières Sandrine Tamigneau, chargée de l’orientation, de la prévention et de l’égalité des chances à la direction des lycées et de la formation initiale Julie Thomas, agent d’entretien au lycée viticole à Beaune Philippe Thomas, chef du service apprentissage pour la direction de l’apprentissage, de la formation professionnelle et de l’emploi

Laurent Viellard, chef de projet à la direction des systèmes d’information

6 décembre

Carnet de naissances

Salomée, fille de Frédéric Renard (lycée Nicéphore Niepce à Chalon-sur-Saône)

14 novembre

6 octobre 14 septembre Eva, fille de Lynda Samson (direction des affaires financières)

15 septembre 15 août

Ancelin, fils d’Astrid Lacour Rivière (direction des ressources humaines)

Achille, fils de Nicolas Berthaut (direction de l’innovation et de l’économie)

Zoé, fille de Steeve Le Stang (lycée Janot à Sens)

Naïm, fils de Majid Charaoui (lycée Stephen Liégeard à Brochon)

15 novembre

13 octobre

Célian, fils de Christelle Charly, fils de Fabrice Plisson (direction des Bon (lycée Louis Davier systèmes d’information) à Joigny)

23 octobre

29 novembre

Etienne, fils d’Olivier Coignet (lycée Raoul Follereau à Nevers)

Marthi, fils de Léonard Puéchavy (direction des moyens généraux et des bâtiments)

Bourgogne+ N°2 / février 2013

25 décembre

François, fils de Sylvie Merle (direction des affaires financières)

30 décembre

Héléna, fille de Chérif Mouat (lycée PierreGilles de Gennes à Cosne-Cours-sur-Loire)

2 janvier

Justine, fille de Lucien da Ponte (direction de l’innovation et de l’économie)

23


L’intranet de la Région Bourgogne

Le nouveau site de tous les agents

à découvrir à partir du 18 mars

actualités espaces métiers

ressources humaines

revue de presse

bureau virtuel

e... l b a s i l a n n o s r l pe page d’accuei

https://extranet.cr-bourgogne.fr/bourgogneplus/

Bourgogne +  

Numéro 2 du magazine Bourgogne +

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you