Page 1

Dossier pédagogique

Saison 2014-2015

Pistoni

la strada

En deux mots Mario Pistoni adapte en ballet le film de Fellini, La Strada, racontant l’histoire de Gesolmina. Vendue par sa mère à Zampanò, un forain ambulant spécialisé dans les tours de force, Gesolmina voyage avec lui dans sa carriole. Sa vie est scandée par les numéros du briseur de chaînes, jusqu’à sa rencontre avec Il Matto (le fou), un funambule, seul à pouvoir comprendre la jeune femme brutalisée…

Contacts Flora Klein • tél + 33 (0)3 88 75 48 54 • courriel • fklein@onr.fr Hervé Petit • tél + 33 (0)3 88 75 48 79 • courriel • hpetit@onr.fr Opéra national du Rhin • 19 place Broglie BP 80 320 • 67008 Strasbourg Photo Nis & For

www.operanationaldurhin.eu


Ballet en douze tableaux sur un sujet de Federico Fellini et Tullio Pinelli

STRASBOURG opéra

me 14 janvier 20 h je 15 janvier 14 h 30* & 20 h ve 16 janvier 14 h 30* & 20 h sa 17 janvier 20 h di 18 janvier 15 h

Mulhouse la filature

sa 24 janvier 20 h di 25 janvier 15 h ma 27 janvier 14 h 30* & 20 h

Chorégraphie Mario Pistoni Musique Nino Rota Direction musicale Myron Romanul Costumes, décors Philippe Miesch d’après Mario Pistoni Mise en répétition Guido Pistoni

Ballet de l’Opéra national du Rhin Orchestre philharmonique de Strasbourg Casa Ricordi Milano

COLMAR

Théâtre

di 1 février 15 h** ma 3 février 14 h 30* & 20 h** er

Créé au Théâtre de la Scala, Milan

* Représentations réservées aux groupes scolaires. Réservations : département jeune public

** Représentations données avec une musique enregistrée Tarif spécial

Durée approximative : 1 h 10 (sans entracte) Conseillé à partir de 8 ans : élémentaire, collège et lycée


En quelques mots Gesolmina, jeune femme naïve et innocente, est vendue par sa propre mère à l’effroyable Zampanò. Voilà le cadre d’une cruelle et sombre intrigue… mais ne nous y trompons pas, le scénario fellinien – typique du néoréalisme italien – offre une poésie irrésistible. Mario Pistoni a su s’en saisir pour créer le ballet le plus emblématique de la scène italienne. Immortalisée par l’interprétation de la danseuse étoile Carla Fracci, en 1967, la chorégraphie connaît un succès retentissant dès sa première représentation, chaleureusement applaudie par Fellini et sa muse, Giulietta Masina. Tournée dans le monde entier, La Strada, très peu reprise dans l’hexagone, est enfin remise à l’honneur par une compagnie française.

Le film de Fellini Le ballet de Mario Pistoni est une adaptation du film de Federico Fellini, La Strada, réalisé en 1954. L’histoire est ainsi entièrement reprise : celle de Gelsomina, servante de Zampanò, un briseur de chaînes. Celui-ci était déjà accompagné par la sœur de Gelsomina (Rosa) décédée sur le chemin. Zampanò achète ainsi Gelsomina pour la remplacer. Elle apprend à danser et jouer de la trompette pour accompagner les numéros du briseur de chaînes. Le reste du temps, Zampanò l’utilise comme bonne à tout faire, sans lui accorder d’attention, il la contraint par la cruauté et la domination mais elle parvient à s’échapper. Elle rencontre alors un autre forain, Il Matto (dit « le Fou »), un funambule. Zampanò récupère de force la jeune femme et l’emmène avec lui dans un cirque ambulant dans lequel travaillait autrefois Il Matto. Les deux hommes se battent et le briseur de chaînes assassine le Fou. Gelsomina est désespérée et Zampanò décide de l’abandonner. Celui-ci apprend avec effroi, quelques années plus tard, la mort de la jeune femme. La production de ce film a été, plus que ses autres œuvres, importante pour Fellini. Il considère cet ouvrage comme « un catalogue complet de [son] monde mythologique ». La réalisation n’a pas été sans problèmes : difficultés financières, de casting, blessures, météo capricieuse qui contribuèrent à rallonger la durée du tournage. À sa sortie, la critique est mauvaise et provoque une controverse au Festival du film de Venise en 1954 : si le jury accorde le « lion d’argent » à La Strada en ignorant la nomination de Luchino Visconti avec Senso, le public n’en siffle pas moins Fellini. C’est un film imprégné de néoréalisme italien, mais qui intervient à un moment où Fellini commence à se détacher de ce courant. R.-M. Arlaud écrit en mars 1955 : « La Strada se place dans l’étoile des quelques films italiens issus du néoréalisme mais le dépassant pour redevenir création, transposition, composition, enfin tout ce qui sépare un art d’un reportage ».

Le néoréalisme italien Le néoréalisme italien est un mouvement cinématographique apparu en Italie dans en 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale. Il reste influent jusqu’en 1955. Ce courant se caractérise par son vérisme cru, frappant. Le néoréalisme veut représenter la vie quotidienne en l’état, se situant entre scénario, réalité et documentaire. Ce vérisme se caractérise notamment par le recours à des amateurs, des gens de la rue pour remplacer les acteurs professionnels. Ce mouvement naît à la fin de la période fasciste et fait face à un manque cruel de financements. Le néoréalisme redonne de l’importance à la collectivité en montrant que l’individu existe à travers son contexte social. Il est même considéré comme « l’école italienne de la libération » (selon André Bazin). Il agit ainsi comme un mouvement de libération face à l’occupation allemande et au gouvernement fasciste, et permet aux cinéastes italiens de se débarrasser des codes et conventions filmiques de la propagande fasciste.


Federico Fellini, Tullio Pinelli et Ennio Flaiano La Strada de 1954 est réalisé par Fellini, en coproduction avec Pinelli et Flaiano.

Federico Fellini (20 janvier 1920 - 31 octobre 1993) est un réalisateur et scénariste

italien. Il est considéré comme un des plus grands réalisateurs italiens du XXe siècle, un des cinéastes les plus illustres de l’histoire du cinéma, égalant Hitchock ou Chaplin. Son style se caractérise par un mélange de réalisme, de fantaisie et d’imagerie baroque ; par l’absence de frontière entre le rêve et le monde réel. Il gagne la Palme d’Or au Festival de Cannes de 1960 pour La Dolce Vita ainsi que quatre fois l’Oscar du meilleur film en langue étrangère à Hollywood (pour La Strada et d’autres films). C’est avec La Strada qu’il obtient son premier succès international, dans lequel il reste encore très proche du mouvement néoréaliste. Il s’en écarte progressivement dans les années 1960 par un style plus poétique et mélancolique qui influencera le monde du cinéma. Il reçoit, l’année de sa mort, un Oscar d’honneur pour l’ensemble de sa carrière, « en appréciation de l’un des maîtres-conteurs de l’écran », attribué par l’Académie des arts et sciences du cinéma.

Tullio Pinelli collabore avec Fellini en tant que scénariste sur La Strada, Les Vitelloni,

La dolce vita et Huit et demi. Il est né en 1908 et mort en 2009 à Rome. Tullio rencontre Fellini en 1947, à un kiosque, alors qu’ils lisaient les pages opposées d’un même journal. Ce sera pour lui une rencontre exceptionnelle, « comme un coup de foudre créatif . Parlant le même langage et rêvant des mêmes scénarios qui étaient alors à l’exact opposé de la mode du moment : l’histoire d’un employé de bureau découvrant qu’il pouvait voler, s’échappant alors par la fenêtre ».

Ennio Flaiano collabore également en tant que scénariste. Il était un romancier, journaliste et

critique dramatique italien, né en 1910 et mort en 1972. Sa renommée tient surtout de sa collaboration avec Fellini dans La Strada, La Dolce Vita et Huit et demi. Il remporte le prix Strega en 1947 pour son roman Tempo di uccidere et écrit pour des journaux italiens célèbres en ce temps comme Oggi, Il Mondo ou Il Corriere della Sera.

Nino Rota, compositeur Né en décembre 1911 et mort en avril 1979, Giovanni « Nino » Rota est un compositeur italien, pianiste et chef d’orchestre connu principalement pour ses compositions pour le cinéma. Il compose ainsi pour Federico Fellini ou Luchino Visconti. Il reçoit notamment l’Oscar de la meilleure bande originale pour Le Parrain 2 en 1974. Nino Rota ne s’est pas uniquement consacré au cinéma : il compose 10 opéras, 5 ballets et une douzaine d’autres musiques orchestrales, chorales ou de chambre. Il est aussi lié au théâtre puisqu’il élabore la musique des productions théâtrales de Visconti, Zeffirelli et Eduardo De Filippo. C’était ainsi un compositeur très actif, ayant écrit plus de 150 partitions pour des productions italiennes et internationales des années 1930 jusqu’en 1979, tout en étant professeur au Liceo Musicale de Bari, en Italie. Il fait la connaissance de Fellini alors que celui-ci travaille sur son second long métrage, Le Cheik blanc. Il collaborera avec le cinéaste jusqu’à son décès. Son travail musical est considéré comme apportant de la « cohérence » à la mise en scène fellinienne.


La musique de Nino Rota dans La Strada Nino Rota compose la musique pour le film La Strada pendant le tournage. La partition est directement introduite dans la mise en scène du film. Certains personnages jouent des instruments de musique : le Fou joue le thème principal sur un violon, Gelsomina le jouera après avec une trompette. On compte quatre thèmes récurrents tout au long du film, agissant comme des leitmotive. Le compositeur articule et modifie ces différents thèmes en fonction des séquences. Ils prennent ainsi une véritable valeur communicative, pouvant expliquer des émotions et des intrigues qui ne sont pas explicites dans les images ou le dialogue. C’est cette musique qui est utilisée pour l’adaptation en ballet de Mario Pistoni. Fellini avait utilisé, en musique, une variation d’Arcangelo Corelli pour le tournage. Rota n’était pas de cet avis et écrit ainsi une musique originale, reprenant des thèmes de Dvořák et son Opus 22, Sérénade pour cordes en mi majeur et la rythmique de la variation de Corelli afin de coordonner les mouvements de Gelsomina et du Fou lorsqu’ils jouaient avec des instruments de musique.

La danse néoclassique « Il s’agit d’une conception de la danse classique qui se développe au XXe siècle. Répondant à des préoccupations esthétiques qui diffèrent de celles des chorégraphes du XIXe siècle, la danse néoclassique prend naissance avec les Ballets russes de Diaghilev, tout particulièrement dans le travail de M. Fokine, prolongé de manières diverses par Leonid Massine, Brovislava Nijinska, Georges Balanchine, Ninette de Valois, Antony Tudor, Serge Lifar, entre autres. Elle débouche dans la seconde moitié du XXe siècle sur la naissance d’une « danse classique contemporaine », qui se caractérise par des métissages variés faisant appel à des formes empruntées aussi bien à la danse jazz, aux techniques modernes qu’au folklore mondial ou à l’acrobatie, tendance qu’illustrent différemment des chorégraphes comme Jerome Robbins, Roland Petit, Janine Charrat, Agnès De Mille, Kenneth MacMillan, Maurice Béjart, John Neumeier, Hans Van Manen, Jiři Kylián, Mats Ek, Nacho Duato, Thierry Malandain ou William Forsythe. Sur le plan technique, d’une manière générale, la danse néoclassique se démarque de l’esthétique corporelle linéaire du ballet prévalant avant le XXe siècle, en intégrant des formes angulaires : mouvements et poses en plié, pointes « outrepassées », articulations cassées. Le référentiel d’espace traditionnellement dessiné par les horizontales et les verticales est déplacé par des arabesques étirées, un travail des pointes hors de l’axe poussé parfois jusqu’au déséquilibre, le passage au sol. Des positions non en dehors sont intégrées au vocabulaire […], voire des positions en dedans, tandis que tout le corps est mis à contribution (mains, bouche, regard, voix). Cette évolution technique est soulignée par l’usage régulier du justaucorps et du collant, qui exaltent les lignes du corps, mais c’est surtout l’abandon de la narration comme processus chorégraphique dominant – et par conséquent de la pantomime – qui caractérise, sur le plan esthétique, l’avènement du ballet néoclassique. Ouvrant sur l’apparition du ballet à thèse ou d’atmosphère, cette rupture avec la narration ne signifie pas pour autant que la danse soit conçue comme une abstraction : Georges Balanchine, par exemple, récuse ce terme, considérant que si c’est le mouvement en soi qui devient l’unique moteur, le corps reste cependant une réalité concrète. La mutation du référentiel technique et esthétique opérée par la danse néoclassique trouve sa meilleure traduction dans les transformations apportées au pas de deux. Celui-ci perd sa structure fixée par Marius Petipa (adage1, variation de l’homme, variation de la femme, coda2) pour chercher une véritable complémentarité entre la danseuse et le danseur, ce dernier n’étant plus réduit au simple rôle de porteur. Il cesse, de plus, d’être une cellule autonome, clé de voûte de l’architecture chorégraphique, pour se fondre dans l’ensemble de celle-ci. Le pas de deux peut en outre être exécuté par deux hommes ou deux femmes et intégrer sensualité, voire se sexualiser nettement, outrepassant ainsi les conventions du genre. Actualisation régulière de la tradition académique héritée des siècles précédents, la danse néoclassique s’affirme comme un langage vivant du XXe siècle, tentant de rendre compte de la complexité des mutations et de la profondeur des fractures qui le traversent. » 1. Adage : première partie du pas de deux. 2. Coda : troisième et dernière partie d’un pas de deux ou final, au cours duquel les interprètes reviennent en scène.

Marie-Françoise Bouchon et Sylvie Jacq-Mioche, Dictionnaire de la Danse, sous la direction de Philippe Le Moal, p. 610, éditions Larousse, 1999.


Biographies

Myron Romanul

Direction musicale

Né à Baltimore, Myron Romanul étudie le piano à Boston et fait ses débuts de soliste au Boston Symphony Orchestra. Cymbaliste américain reconnu, il joue et enregistre notamment avec le Speculum Musicae sous la direction de Pierre Boulez. Parallèlement, il mène une carrière de chef d’orchestre après des études au Berkshire Music Center à Tanglewood avec Seiji Ozawa, André Watts et Gunther Schuller. Devenu chef d’orchestre du Boston Ballet, il part ensuite pour l’Europe. De 1985 à 1990, il est chef d’orchestre et pianiste au Staatstheater de Stuttgart, et travaille avec le Stuttgart Ballet. Il fait ensuite partie de la direction musicale des opéras de Karlsruhe, Mainz et Essen. Il est alors invité dans les grands orchestres en Allemagne et dans le monde entier. Aujourd’hui chef d’orchestre au Nationaltheater de Munich, il est aussi à la tête du Massachusetts Symphony Orchestra et chef d’orchestre invité de l’Opernhaus Halle et du Oper Leipzig où il dirige le Gewandhaus Orchester. Au cours de la saison 2012-2013, il dirige l’Orchestre philharmonique de Strasbourg pour Don Quichotte ou l’illusion perdue par le Ballet de l’Opéra national du Rhin. Son talent et son expérience lui permettent de maîtriser aussi bien les œuvres pour grands orchestres, les opéras, opérettes, ballets et les comédies musicales.

Mario Pistoni

Chorégraphie

Né en 1932 à Rome, Mario Pistoni, danseur et chorégraphe, se forme à l’Opéra de Rome et devient premier danseur en 1951. En 1953, il rejoint La Scala de Milan et devient très rapidement soliste. Il y interprète les grands ballets du répertoire (Giselle, Petrouchka, Roméo et Juliette…). En 1960, il fonde le groupe « les solistes de La Scala » et compose une nouvelle version du Fils Prodigue de Prokoviev, débutant ainsi une œuvre chorégraphique très féconde dont on peut citer Francesca da Rimini (musique Piotr Ilitch Tchaïkovski, mise en scène Bruno Menegatti), Conceto dell’albatro (Luca Ghedini) et son chef-d’œuvre La Strada (Nino Rota) créé en 1966 et tourné dans le monde entier depuis.


Prolongements pédagogiques Arts du son > La suite de ballet de La Strada, s’imprégner des thèmes et des atmosphères musicales passant du rire aux larmes > Lien étroit entre la musique et la chorégraphie (rapport image/son) > Chanson d’Edith Piaf, Le Chemin des forains > Musique et arts du cirque ou arts forains : Les Forains d’Henri Sauguet, La Ballade des baladins de Gilbert Bécaud, etc. > Les musiques de films célèbres de Nino Rota : Le Parrain et Le Parrain II de Coppola, Roméo et Juliette de Zeffirelli, Le Guépard ou Rocco et ses frères de Luchino Visconti

Arts du langage > Portraits des personnages du ballet > Adaptation théâtrale : Gelsomina de Pierrette Dupoyet (Festival d’Avignon, 1992) > Le thème de la vie itinérante en littérature (exemple : Sans famille d’Hector Malot) > En histoire : le néoréalisme, mouvement cinématographique qui apparaît en Italie pendant la Seconde Guerre mondiale > Le vérisme à l’opéra et au cinéma

Arts du spectacle vivant En EPS : > Arts du cirque sur des extraits de la musique du ballet La Strada > élaborer une chorégraphie à partir de deux passages musicaux contrastés (mise en valeur de différentes atmosphères) > Mario Pistoni, chorégraphe et danseur exceptionnel > éléments, repères chorégraphiques de La Strada

Arts du visuel > Affiches et arts forains > Cinéma : un ballet élaboré d’après le film de Federico Fellini, La Strada (site Ciné-Ressources) > Films The Circus (1928) avec Charlie Chaplin ou La Monstrueuse Parade de Tod Browning (1932) > Federico Fellini et le cinéma italien > Le cinéma italien et la représentation du quotidien : un art politique et social (« il faut descendre dans les rues, dans les casernes, dans les gares : ainsi seulement, pourra naître un cinéma à l’italienne », Leo Longanesi dans L’Italiano)

Dp light la strada onr  
Advertisement