Page 1

onWHEELS

Architectural Reports n.

1

Septembre 2012

Une maison positive en paille


2

Maison en paille

Fiche technique Lieu Tongrinnes, Belgique Programme Habitat : maison quatre façades Architecture Bureau d’Architectes DesmedtPurnelle Entreprise Paille-Tech Maîtrise d’ouvrage Client privé Date 2012 - en chantier Surface et coût 270 m² - 1200 €/m² HTVA Techniques et matériaux Construction par panneaux préfabriqués paille-bois-terre

Paille, bois, terre et préfabrication Trois matériaux, la paille, le bois et la terre, facilement disponibles et abondant dans les campagnes belges, sont assemblés en panneaux modulables et préfabriqués. Voilà l’idée simple et ingénieuse de la jeune entreprise wallonne “Paille-Tech”. Une idée qui a fait son chemin puisque, après avoir fait testé leur panneau mécaniquement il y a 3 ans, l’entreprise amorce aujourd’hui son quatrième chantier à Tongrinnes. Si la construction en paille n’est pas neuve, la modernisation et l’industrialisation de sa mise en place permettent de la découvrir sous un jour nouveau et fort intéressant du point de vue écologique. Visite de chantier Une réflexion écologique globale En concevant l’habitation, l’objectif était d’aller au delà de la « maison passive » onWHEELS

“Longtemps expérimentale, la construction paille évolue vers une professionnalisation de la mise en œuvre, pour se rapprocher de plus en plus des zones urbaines où la demande commence à émerger” en proposant au client une « maison positive ». Une maison passive induit avant tout une faible consommation d’énergie durant sont utilisation. Ici, la réflexion environnementale se porte sur l’entièreté de la vie du bâtiment et sur la durabilité de ses composants. On a donc favorisé l’utilisation de matériaux qui produisent peu de déchets (lors de la construction et de la démolition) et qui nécessitent peu d’énergie grise pour la production et le transport. C’est sans doute sur ce dernier point que la construction en paille prend tout son sens en Wall-


Maison en paille

onie : le bois (épicéa) est indigène et disponible à bon prix, l’argile est abondante et la paille est un sousproduit agricole de très faible coût (1 à 2 € du ballot). Voilà donc des matériaux économiques, biodégradables et à portée de main! Pour l’assemblage, “Paille-Tech” utilise le moins de composants polluants (colles ou solvants) possibles. Le produit final, après usinage en atelier, est une paroi à structure bois remplie de paille et couverte d’un enduit terre (argile-sable) en finition. Le bilan carbone est donc très intéressant et la préfabrication permet la livraison en modules facilement manutentionnables sur chantier.

7

6

7

R+1

Caractéristiques de la paroi paille-bois-terre Avant d’être insérée dans la structure bois de la paroi, la paille est compressée. Elle développe ainsi une bonne résistance au feu, un peu comme un botin de téléphone comparé à une feuille en papier. La paille est également un isolement thermique naturel (coeff. lambda ~ 0,05 W/m²K). Le U d’un module plein se situe aux alentours de 0,15 W / m²K. C’est surtout au niveau de la réaction à l’humidité que la paroi “Paille-Tech” est tout à fait particulière. Aujourd’hui, dans une maison “classique”, une étanchéité totale des murs extérieurs est indispensable pour des raisons de condensation (qui entraîne le pourrissement du mur par l’intérieur). Les échanges d’air et d’humidité ainsi que la régulation de la température sont donc contrôlé par une ventilation mécanique double flux. Ici, pas de pare-vapeur : le mur au-

3

1 2

5

4 Rez de chaussée

1 Séjour 2 Cuisine 3 Salle à manger 4 Entrée 5 Atelier 6 Chambre parents 7 Chambre enfants

onWHEELS

3


4

Maison en paille

torégule le taux d’humidité grâce à l’enduit terre sur la paroi du bâtiment! Selon Paille-tech, cette régulation naturelle de l’hygrométrie permettrait d’éviter tout risque de condensation dans le bâtiment. Or, 90 % de la ventilation actuellement imposée par la norme est utile à éviter cette condensation (NBN = 36m3/h alors que les besoins humains en air frais sont de 3,6m3/h). L’apport d’air frais se ferait donc simplement en ouvrant une ou deux fenêtre. En supposant une ventilation naturelle de 3,6 m3/h.pers, le système économiserait plus d’énergie qu’une ventilation mécanique contrôlée avec échangeur thermique. Sans compter que lorsque la terre prend son rôle de transfert d’humidité, elle gagne en inertie et ralentit considérablement la vitesse de transfert de température. Exit donc la ventilation mécanique? Le bas blesse encore à ce niveau, puisqu’elle reste obligatoire actuellement. Des outils législatifs encore inadaptés Le système paille terre n’est pas encore entièrement couvert par la norme belge, ce qui crée souvent des réactions assez obtuses de la part de certains spécialistes ou controleurs. Les outils de calculs de performance énergétique (PEB, PHPP) ne sont pas non plus tout à fait adaptés au système constructif. La paroi terre-paille a un fort pouvoir d’absorption de l’humidité, ce qui comme mentionné plus haut, lui donne une vitesse de transfert très lente. La paroi réonWHEELS


Maison en paille

agissant avec l’humidité a donc un comportement fort différent qu’une paroi où l’isolation complètement étanchéisé, donc sans inertie, réagira beaucoup plus vite aux changement de température. Ainsi le comportement thermique global du mur doit être ré-étudié avec un nouvelle composante qui modifie son inertie : l’eau. Certains programmes, comme le software allemand WUFI, en tiennent déjà compte, mais ils ne sont pas intégrés dans les calculs belges. Influence sur l’architecture Dans la logique d’une conception bio-climatique, l’architecte a naturellement orienté les pièces de séjour côté Sud et les pièces de service au Nord. Une large baie vitrée en double hauteur fait rentrer la lumière et la chaleur au niveau de la salle à manger-cuisine tandis que la baie vitrée du salon est en retrait pour éviter les surchauffes d’été. Comme le note Jérôme Desmedt, l’architecture est limitée à la fois par

les dimensions des éléments préfabriqués (donc des dimensions du camion de transport) et par les contraintes structurelles d’une ossature bois : portée, porte-à-faux, largeur des baies, etc. Forcément simplifié par des murs et des angles droits, le procédé “Paille-Tech” s’adapte assez bien à l’architecture d’une maison “classique”. Un choix qui a un coût Bien que la préfabrication des éléments soit efficace, ce système à une grande demande de main d’œuvre qualifiée. Celle-ci représente environ 75% du prix total. Malgré l’avantage du faible coût des matériaux, le montant estimé de la construction s’élève tout de même entre 1100 € et 1500 € au m². Ce qui n’est pas très compétitif par rapport aux chantiers traditionnels. Gageons que la construction en paille, à structure bois ou non, se démocratise pour se mettre en valeur et pouvoir diffuser sur le marché de la construction ses véritables atouts écologiques. L’équipe “onWHEELS”

onWHEELS

5


Article réalisé suite à la visite sur chantier de la maison en paille, accompagnés par Julien Lefrancq (Paille-Tech) et suite à l’interview de l’architecte Jérôme Desmedt. Liens : www.pailletech.be www.badp.be

onWHEELS

Une maison en paille  

Longtemps expérimentale, la construction paille évolue vers une professionnalisation de la mise en oeuvre, pour se rapprocher de plus en plu...

Advertisement