Page 1

Christian Bale 2012, le retour de Batman Marilyn illumine Cannes Le Carlton dans l’histoire

N°16


* VIVRE POUR LA GRANDEUR

CHAQUE ROLEX EST SYMBOLE D’EXCELLENCE. EMBLÉMATIQUE DEPUIS SA CRÉATION EN 1963, LE COSMOGRAPH DAYTONA FUT PENSÉ POUR RÉPONDRE AUX EXIGENCES DES PILOTES PROFESSIONNELS. ÉQUIPÉ D’UNE LUNE T TE GRADUÉE SERVANT DE TACHYMÈTRE ET D’UN MOUVEMENT ENTIÈREMENT CONÇU ET RÉ ALISÉ PAR ROLE X, CE CHRONOGR APHE EST L’INSTRUMENT IDÉ AL POUR MESURER UN TEMPS ET CALCULER UNE VITES SE MOYENNE.

le cosmogr aph day tona

e RETAILER 71,

rue d’antibes - cannes - tél. 04 93 39 30 68 - www.bijouterie-julian.com


Un chef d’œuvre de légende Depuis 1946, l’InterContinental Carlton est le partenaire privilégié du Festival de Cannes. Dans cet écrin majestueux viennent séjourner les plus grandes stars du 7ème art. Une manière pour nous de participer pleinement à la grand-messe du cinéma international, qui sera présidée cette année par Nanni Moretti et aura comme ambassadrice de charme la divine Marilyn. Riche de son histoire, l’InterContinental Carlton met sa plastique légendaire à disposition des plus grandes productions cinématographiques, en accueillant des dizaines de tournages de films, dont le dernier en date aura pour têtes d’affiche Alec Baldwin et James Toback. Le palace a aussi eu cette année le privilège de recevoir les grands hommes politiques de ce monde, lors du G20. Offrir du rêve, du luxe, ouvrir une parenthèse unique dans la vie de ses hôtes, tout en respectant l’avenir de la planète, tel est le vœu de l’InterContinental Carlton Cannes. Car ici, l’on vient chercher bien plus qu’une chambre d’hôtel. Chacun veut prendre part au mythe, se glisser dans la peau des plus grandes stars qui foulent le tapis rouge ou encore marcher dans les pas de ceux qui ont fait et font encore l’histoire.

edito A legendary masterpiece Since 1946, the InterContinental Carlton has been the key partner of the Cannes Film Festival. The greatest movie stars have been coming and staying at this prestigious setting; the perfect way to fully enjoy the ritual gathering of the international movie industry, which will be hosted this year by Nanni Moretti and will have the divine Marilyn as its muse. The InterContinental Carlton, rich from its history, provides the greatest movie productions with a beautiful environment, and welcomes dozens of shootings, the latest including Alec Baldwin and James Toback. The luxury hotel also had the chance to accommodate great statesmen during the G20. The InterContinental Carlton Cannes wishes to indulge its clients with a dreamy and luxurious experience, to create a unique interlude for its guests while respecting the planet. Everyone wants to be part of the legend, to become one of the most famous celebrities walking the red carpet or one of those who have made and are still making history.

François Chopinet Directeur Général

G eneral M anager


cartier.com

Cannes - 57, La Croisette - 04 92 59 28 20


Collection Panthère de Cartier


Breguet, créateur.

Invention du ressort-timbre, 1783 Avec la Classique Grande Complication à répétition minutes 7637BB, réalisée à la main dans la plus pure tradition, Breguet réinvente la reine des complications. Mouvement entièrement repensé, innovations brevetées et un nouvel emplacement pour le ressort-timbre, cette lame-ressort inventée par Breguet en 1783, sur laquelle viennent frapper les marteaux pour offrir une sonnerie d’une beauté pure et cristalline. L’histoire continue ... www.breguet.com/inventions


B O U T I Q U E S B R E G U E T – 6 , P L A C E V E N D Ô M E P A R I S + 3 3 1 4 7 0 3 6 5 0 0 – 2 6 , L A C R O I S E T T E C A N N E S + 3 3 4 9 3 3 8 10 2 2 – W W W. B R E G U E T. C O M


Cannes, 67 La Croisette 04 93 43 67 67


Embrace Embracean anincredible incredibleworld world The The only only Manufacture Manufacture to be to be 100% 100% Poinçon Poinçon dede Genève Genève certified. certified. The The most most demanding demanding signature signature in fine in fine watchmaking. watchmaking. Visit Visit us us at rogerdubuis.com at rogerdubuis.com


Creative Center RD, Creative Director Alvaro Maggini

50 rue Charron, 75008 Paris +33(0)1 47 20 72 40 - 50 bd de la Croisette, 06400 Cannes +33(0)4 93 68 47 73 Grand H么tel du Cap-Ferrat +33(0)4 93 76 50 24 - 165 Sloane Street London SW1 X9QB +44(0)20 7752 0246 - www.arije.com


sommaire

summary 52

32

46

56

83

64

20

72

Il était 7 fois… Batman

20

Batman. And now there are seven

Divine Marilyn

32

Divine Marilyn

Nanni Moretti, viva Cinecittà

46

Nanni Moretti, viva Cinecittà

Duo d’acteurs

52

Two great actors

Red Carpet

56

Red Carpet

Ils font le mur !

64

They are tagging the walls!

Dior à la une

72

Dior in the headline

Free Lance Attitude

83

Free lance attitude

InterContinental Carlton- 17


sommaire

summary

114

94 108

89

102

124

110

128

Audemars Piguet, un défi au temps

89

Audemars piguet, challenging time

Louboutin, un talon fou !

94

louboutin, a crazy talent!

Shopping

102

shopping

Cointreau s’habille en Alexis Mabille

108

Cointreau dressed by alexis mabille

L’InterContinental Carlton, rendez-vous traditionnel des puissants

110

Intercontinental carlton, meeting point of the mighty

Jackson Pollock, un Apache chez les expressionnistes

114

jackson pollock, an apache amongst the expressionists

Cure détox

124

Detoxifying treatment

Recettes

128

Recipes

18 - InterContinental Carlton


www.dior.com - 01 40 73 73 73


Š 2012 Warner Bros. Entertainment inc


Habituée de longue date de l’InterContinental Carlton, la Warner Bros est tout aussi fidèle à son mythique justicier masqué, dont on suivra les nouvelles aventures au cinéma dès le 25 juillet prochain.

Batman

il était 7 fois… and now there are seven…

Longtime visitors to the Carlton Intercontinental, Warner Bros. are just as loyal to their mythical caped crusader, whose latest adventure we will be able to see in cinemas from July 25th.

InterContinental Carlton- 21


The Dark Knight Rises Avec 250 millions de dollars de budget, c’est le film événement 2012 With a 250 million dollar budget, this is the film of 2012

© Warner Bros

Chacun a les sagas qu’il mérite. Quand nous, les Français, sondons depuis 1978 l’inconscient de Jean-Claude Dusse dans « Les Bronzés » (au Club, font du chasse-neige, en grande pompe dans un complexe hôtelier), les Américains, eux, assistent médusés, mais toujours rassurés at the end, à la lutte épique entre Bruce Wayne et les méchants de la galaxie depuis 1989. On conclut plus ou moins chez l’un, alors qu’on achève littéralement le spectateur chez l’autre ! Une chose est sûre, le 25 juillet prochain, la planète assistera dans « The Dark Knight Rises » (TDKR) aux aventures « abracadabrantesques » de l’homme chauve-souris, toujours campé par Christian Bale, entouré de partenaires aux supers pouvoirs bankables : Michael Caine, Liam Neeson, Gary Oldman. Dans le reste du casting, on compte deux ou trois petits nouveaux, tels Anne Hathaway en « Cat woman » pragmatique nous dit-on, Marion Cotillard, pour la french touch, et le comédien anglais Tom Hardy, dont la prestation dans « Bronson », en 2009, en a traumatisé plus d’un. Si on ne sait pas grand-chose de l’intrigue - Gotham City serait cette fois en proie à une guerre civile -, la bande annonce de « TDKR » annonce la couleur. Dans un stade pris d’hystérie, un joueur d’une équipe de football américain fuit éperdument pour tenter d’échapper au gouffre abyssal qui s’ouvre derrière sa course, engloutissant hommes et objets. Affublé d’une prothèse-mâchoire à la Hannibal Lecter (désormais invité à regagner la cour de récréation), il paraît probable que Tom Hardy soit partie prenante dans l’affaire. Dieu que cet homme est affreux… Titulaire de la licence Batman depuis 1981, la Warner Bros a donné pour la troisième et dernière fois les clés de la batmobile à Christopher Nolan, 42 ans, producteur et réalisateur de « Batman begins » (2005) et « The dark knight : le chevalier noir » (2008). Et celui qui avait aussi marqué la critique en 2010 avec « Inception » a mis le paquet pour ce qui sera son «

« Batman Begins », 2005

« The Dark Knight », 2008

22 - InterContinental Carlton

We get the sagas we deserve. While we in France have been sounding out, since 1978, the unconscious mind of Jean-Claude Dusse of ‘Les Bronzés’ (at the beach holiday club, snowploughing down the ski slopes or living it up in a hotel complex), the Americans, for their part, have been mesmerized, but always reassured at the end, by the epic battle between Bruce Wayne and the galaxy’s baddies since 1989. With the first, you know some sort of conclusion will be reached, but with the second, it’s the audience that’s literally finished off! One thing’s for sure, on July 25th, the world will be watching the astounding adventures of Batman in ‘The Dark Knight Rises’ (‘TDKR’). This time, Batman is played by Christian Bale, who’s surrounded by partners with bankable super powers, such as: Michael Caine, Liam Neeson and Gary Oldman. A few newcomers join the cast, including Anne Hathaway who, we’re told, plays a pragmatic Catwoman, Marion Cotillard, who adds a French touch to the film, and the English actor, Tom Hardy, whose performance in ‘Bronson’ in 2009 traumatized some. Even though we know little of the plot – Gotham City is apparently on the verge of civil war – the trailer for ‘TDKR’ sets the tone. In a stadium filled with panic-stricken spectators, an American football player desperately runs to escape an enormous abyss that’s opening up right behind him, swallowing up people and objects. Wearing a jaw restraint like that of Hannibal Lecter (who’s now been invited back into the playground), it seems likely that Tom Hardy is somehow involved. The man certainly is hideous… Batman licence holders since 1981, Warner Bros. have passed the keys of the Batmobile, for the third and last time, to Christopher Nolan, aged 42, producer and director of ‘Batman Begins’ (2005) and ‘The Dark Knight’ (2008). Having also captivated cinema critics in 2010 with ‘Inception’, he’s pulled out all the stops for this film, which should


I L Y A DES HISTOIRES QUI MÉRITENT D’ÊTRE ÉCRITES.

La traversée de l’Atlantique à la voile entre amis ou la naissance d’un enfant, ces moments uniques et précieux méritent d’être immortalisés. Choisissez l’instant qui vous appartient. Nos graveurs, émailleurs, sertisseurs feront de votre histoire une légende. Il n’y a qu’une comme la vôtre. GRANDE REVERSO ULTRA THIN. Calibre Jaeger-LeCoultre 822. Brevet 111/398.

VOUS MÉRITEZ UNE VRAIE MONTRE.


barouf » d’honneur. Tout est exponentiel dans « TDKR ». Surenchère financière : le budget alloué avoisine les 250 millions de dollars, alors que l’avant-dernier opus n’avait coûté « que » 150 millions. Choix artistiques encore plus affirmés : le film est tourné en procédé Imax, cette pellicule classique mais exigeante qui signe la patte du réalisateur depuis qu’il préside aux destinées de la saga. « Sombritude » à son max : dans cette confrontation ultime entre le Bien et le Mal sur fond de lutte des classes, on nous annonce un Christian Bale très « dark ». Encore plus torturé que dans les deux derniers volets où, déjà, on ne se tenait pas les côtes. En comparaison, Michal Keaton, le Batman du siècle dernier, passe pour le zozo de service. Mais vous souvenez-vous seulement de Michael Keaton ? En 1989, quand Michael Keaton est choisi pour incarner le justicier masqué dans un film que réalisera Tim Burton, les professionnels de la profession s’interrogent. Ils estiment qu’il n’a pas le profil. Venu du one-man show, le comédien, alors âgé de 37 ans, n’est connu que pour quelques rôles comiques, mais Burton qui l’a fait connaître dans « Beetlejuice » la même année insiste pour ce que ce soit lui qui ait le rôle-titre. Au final, le film est une réussite. Ce qui avait tout pour devenir une grosse machine se transforme en film d’auteur. La critique salue la prestation des acteurs, Keaton en tête, et Jack Nicholson impérial dans le rôle du joker, qui lui a rapporté 50 millions de dollars, un des plus gros cachets de l’histoire du cinéma. La folie de « Beetlejuice » perdure dans le film, magnifié par la musique de Danny Elfman et rehaussé des accords funky de la guitare de Prince. En 1992, Keaton a le privilège de se glisser à nouveau dans le « bat » costard. Pour les fans, tout est dit. « Batman, Le Défi » est le chef-d’œuvre de Burton, à nouveau derrière la caméra. Il est vrai que le deuxième volet s’avère

The caped crusader is played by Michael Keaton

make the biggest bang of all. In ‘TDKR’, everything is exponential. There’s financial one-upmanship: the allocated budget is in the region of USD 250 M, whereas the opus before last cost ‘only’ USD 150 M. And there’s even more assertive artistic choices: the film is made in Imax format, a classic but demanding kind of film that has become the director’s signature since he began presiding over the saga’s destiny. It’s also deeply dark: in this final confrontation of Good versus Evil against a background of class war, we are presented with a very dark Christian Bale. He’s even more tortured than in the last two episodes, which already had us worried. By comparison, Michael Keaton, the 20th century Batman, looks like a complete ninny. But perhaps Michael Keaton is the only Batman you remember? In 1989, when Michael Keaton was chosen to play the caped crusader in a film to be directed by Tim Burton, industry professionals were concerned. They didn’t think he had the right profile. Popular in stand-up comedy, the actor, who was then aged 37, had only been known for a few comic roles until then, but Burton, who’d made him famous in ‘Beetlejuice’ that same year, insisted he should take on the lead role. In the end, the film was a great success. What seemed destined to become a Hollywood blockbuster turned out to be an art-house film. Critics acclaimed the actors’ performances, with Keaton coming out on top. Jack Nicholson was imperial in the role of the Joker, which earned him USD 50 M - one of the highest fees « Batman », 1989 paid in the history of cinema. The ‘Beetlejuice’ madness that endured throughout the film was magnified by Danny Elfman’s music and accentuated by funky guitar chords from Prince. In 1992, Keaton once again had the privilege of slipping on the bat suit. For fans, ‘Batman Returns’ says it all. Tim Burton was behind the camera again for this film, which is his masterpiece. It is true that this second episode was

24 - InterContinental Carlton

© Warner Bros

1989

Michael Keaton incarne le justicier masqué


Or et diamant, Ă partir de 1200â‚Ź - www.messika-paris.com

Collection Eden


Kilmer, Clooney ont, tour à tour, porté le masque de la chauve-souris have each taken turns behind the bat mask.

even richer than the first and offered the actors roles that were even more intense. In Penguin Man, Danny DeVito found the role of his life, and Michelle ‘Catwoman’ Pfeiffer proved, in her role of feline secretary, that in Hollywood she was queen. 1995 was an annus horribilis for Batman fans. For the third opus, ‘Batman Forever’, Michael Keaton was replaced by Val Kilmer. Burton used his intuition and refused the role offered by Joël Schumacher, who’d been put at the controls by then as Warner Bros. had found ‘Batman Returns’ too dark and dreary. In spite of the solid cast (including Tommy Lee Jones and Jim Carrey) and Tim Burton as producer, fans didn’t take to the film. They found the film’s message patronizing. From this pointless experience, Val Kilmer was to remember that he had great difficulty going to the toilet when he was wearing the Batman costume. So, what can be said of the fourth episode, ‘Batman & Robin’, which was directed by the very same Schumacher in 1997? The answer to that question came a few years later in an instructive summary by George Clooney, who played the leading role: “that was really shit”! Arnold Schwarzenegger and his icy Kalashnikov dragged things out and Chris O’Donnell (Robin) was asked to put his clothes back on. It was time for Schumacher to pass the baton but that was to take eight long years. The new relay runner is Christopher Nolan, a young English director who has had success with films such as ‘Memento’ (1997) and, especially, ‘Insomnia’ (2002). For him, the Batman equation is simple: you have

© Warner Bros

encore plus riche que le premier et il offre davantage d’intensité aux acteurs. Danny DeVito trouve en « Pinguin Man » le rôle de sa vie et Michele « Catwoman » Pfeiffer prouve qu’en secrétaire féline, peu de comédiennes lui arrivent à la cheville à Hollywood. 1995 sera une annus horribilis pour les amoureux de la saga. Pour le troisième opus, « Batman forever », Michael Keaton est remplacé par Val Kilmer. Plutôt intuitif, Burton avait refusé le rôle que lui proposait Joël Schumacher, mis aux manettes par la Warner qui avait jugé « Le Défi » trop glauque. Malgré le casting solide (Tommy Lee Jones, Jim Carrey…), et un Tim Burton à la production, le film ne prend pas auprès des fans. Ils critiquent le message infantilisant du film. De cette expérience inutile, Val Kilmer retiendra qu’il était mal aisé de se rendre aux toilettes avec le costume de Batman sur le dos. Que dire alors du quatrième épisode, « Batman et Robin » réalisé par le même Schumacher en 1997 ? La réponse sera donnée quelques années plus tard par George Clooney qui incarne le justicier, dans un résumé instructif : « Un film de merde ! ». Arnold Schwarzenegger et sa kalachnikov réfrigérante font long feu, Chris O’Donnel (Robin), prié d’aller se rhabiller. Il est temps que Schumacher passe le témoin et cela mettra huit longues années. Le nouveau relayeur est Christopher Nolan, un jeune Anglais qui a connu un joli succès avec des films comme Memento (1997) et surtout Insomnia (2002). Pour lui, l’équation de Batman est simple : il faut un scénario béton (désormais signé David S. Goyer, qui a écrit celui de la trilogie Blade) + des acteurs inspirés (Michal Caine dans le rôle du majordome stylé Alfred, Gary Oldman dans celui du commissaire Gordon, le regretté Heath Ledger en joker ressuscité). En n’hésitant pas à s’éloigner

« Batman Forever », 1995

« Batman et Robin », 1997

26 - InterContinental Carlton


UN PARTENARIAT EN FAVEUR DE L’ENVIRONNEMENT Leonardo DiCaprio et TAG Heuer soutiennent les initiatives de Green Cross International. Pour en savoir plus, rendez-vous sur www.tagheuer.com

Carrera Calibre 1887

71 rue d’Antibes 06400 Cannes, Tél. 04 93 39 30 68 www.bijouterie-julian.com


Christian Bale depuis 2005, il incarne Bruce Wayne

he has played the role of Bruce Wayne since 2005

© Warner Bros

du style comic’s que Burton et Schumacher avaient plutôt respecté, Nolan imprime de suite sa marque de fabrique, que sont le réalisme et une noirceur restée inaperçue depuis le sépulcral « Batman, le Défi ». Pour incarner Batman, il jette son dévolu sur Christian Bale, qu’il confronte à une problématique métaphysique : comment un homme seul peut-il changer le monde ? Bale rempilera en 2008 dans « The dark knight : le chevalier noir ». Pas un grand comique, son Bruce Wayne… On voit bien que ses sentiments de culpabilité - ses parents ont été abattus et lui a survécu - et de vengeance - on peut comprendre pourquoi - feraient la fortune d’un psy même pas très doué. Et vous imaginez bien que ça ne va pas s’arranger dans TDKR. Après tout, Batman a beau avoir une armure en kevlar renforcé, une fois celle-ci ôtée, il n’en reste pas moins tiraillé par le doute. Comme quoi on peut être une chauve-souris et avoir un petit cœur d’homme qui bat en dessous.

Le dernier vol de la chauve-souris

Christian Bale incarnera pour la dernière fois Bruce Wayne dans « The Dark Knight rises ». Mais il n’y a pas eu que Batman dans sa vie ! C’est à douze ans qu’il fait ses premiers pas d’acteur devant la caméra de Steven Spielberg dans « l’Empire du soleil ». En 1993, il change de camp pour incarner un membre des Jeunesses hitlériennes dans « Swing Kids », avant de crever littéralement l’écran en golden boy psychopathe dans « American Psycho ». Un autre rôle lui colle à la peau : celui de l’ouvrier insomniaque accusé injustement de meurtre du « Machinist » (2003) pour lequel il perd 28 kg en trois mois au risque de mettre sa santé en danger. En 2005, l’aventure Batman débute avec Christopher Nolan. Deux films remarquables qui génèreront 1,4 milliard de dollars de recettes. Christian « Batman » Bale peut dormir sur ses deux ailes et voler désormais vers de nouvelles aventures cinématographiques.

The bat’s final flight Christian Bale is to play the role of Bruce Wayne for the last time in ‘The Dark Knight Rises’. But there’s been more to his life than Batman! He took the first steps of his acting career in front of Steven Spielberg’s camera in ‘Empire of the Sun’. In 1993, he changed sides to play the role of a Hitler Youth member in ‘Swing Kids’, before causing a sensation as a psychopathic golden boy in ‘American Psycho’. He’s famous for another role, too: that of an insomniac manual worker unfairly accused of murder in ‘Machinist’ (2003). He put his own health at risk for this film by losing 28 kg (over 4 st) in three months. In 2005, his Batman adventure began with Christopher Nolan. Two remarkable films were made that generated box office takings of 1.4 billion dollars. Christian ‘Batman’ Bale can sleep like a bat now and fly off towards new film adventures.

to have a rock solid script (from now on signed by David S. Goyer, who wrote the script for the Blade Trilogy) + inspired actors (Michael Caine in the role of Alfred, the perfectly trained butler, Gary Oldman as Commissioner Gordon and the late lamented Heath Ledger as the Joker, who’s been brought back to life. Without hesitating to distance himself from the comic strip style that Burton and Schumacher had more or less kept to, Nolan laid down his trade mark, which combined realism and a darkness that had not been seen since the graveyard atmosphere of ‘Batman Returns’. He set his heart on Christian Bale to play the role of Batman, and confronted him with a metaphysical problem: how can one man alone change the world? In 2008 Bale signed up for ‘The Dark Knight’. His Bruce Wayne is no comedian… It’s clear that his feelings of guilt – his parents were killed and he survived – and revenge – we can understand why – would make any psychiatrist very rich. And things aren’t likely to get any better in ‘TDKR’. After all, Batman might have reinforced Kevlar armour but, once he’s taken it off, he’s still just as fraught by doubt. It seems you can have the powers of a bat but still have a little human heart beating inside.

28 - InterContinental Carlton


Š 2012 Warner Bros.


* les plus belles zibelines

TO P S A B L E O N LY

*

120, avenue des Champs-Élysées - 74, rue du Faubourg Saint-Honoré - Paris 8e - www.milady.tv Hôtel Carlton - 58 La Croisette, Cannes : Fur Exhibition from July 1st to August 31st


Elle n’a jamais foulé le tapis rouge de la Croisette mais elle en est le parfait symbole. 50 ans après sa tragique disparition, Marilyn Monroe est l’effigie du 65ème Festival de Cannes. Films, livres, exposition, les hommages se multiplient en 2012 pour saluer le sex-symbol disparu trop tôt.

divine Marilyn She never trod the famous Croisette red carpet but she is its perfect symbol. Fifty years after her tragic disappearance, Marilyn Monroe is the effigy of the 65th Cannes Festival. Films, books, exhibitions, in 2012 the tributes have multiplied to salute this sex symbol who died too young.

InterContinental Carlton- 33


à l’affiche Marilyn Monroe est l’une des seules légendes du Septième art à n’être jamais venue à Cannes. Pour le cinquantième anniversaire de sa mort, et alors qu’un film sur son histoire va bientôt sortir, le président du Festival de Cannes Gilles Jacob et le délégué général Thierry Frémaux ont donc voulu réparer cette incongruité en la mettant à l’honneur après Faye Dunaway en 2011 et Juliette Binoche en 2010 sur l’affiche officielle. C’est l’agence Bronx - qui signe toute la création graphique du Festival 2012 - qui a été chargée de réaliser l’affiche à partir d’un cliché méconnu d’Otto L. Bettmann. On y voit l’actrice, assise à l’arrière d’une limousine et s’apprêtant à souffler une bougie posée sur un gâteau. « Surprise ici dans un moment d’intimité où la mythologie rejoint la réalité, Marilyn célèbre un anniversaire qui pourrait être celui de Cannes. Elle nous ensorcelle d’un geste qui se fait promesse, d’un souffle en forme de baiser. Cette rencontre, entre la parfaite incarnation du glamour et le Festival qui en est le temple, figure un idéal de simplicité et d’élégance », affirme-t-on du côté des instances dirigeantes du Festival. Encore décrite comme « la référence éternelle et résolument contemporaine de la grâce, du mystère et de la séduction », Marilyn Monroe devient cette année l’ambassadrice du rendez-vous mondial du 7ème art. À deux reprises déjà, en 1980 et en 1984, l’icône américaine avait inspiré les créateurs. Mais cette année, elle n’est plus abstraite. Et les concepteurs

© Harold Clements - Fetty Images

Souvenirs, souvenirs…

La star était aussi à l’honneur à Londres ce printemps, avec l’exposition que lui a consacré la Galerie Getty. Simplement baptisée « Marilyn », elle regroupait de nombreuses photos, uniques et emblématiques de la star (de ses débuts à sa consécration), mais aussi des costumes et des robes originales, jamais dévoilés à ce jour. Ces trésors provenaient de la collection de David Gainsborough Robert, propriétaire de l’une des plus importantes collections de souvenirs de Marilyn Monroe au monde. Des extraits vidéo d’époque permettaient aussi de garder vivant le souvenir de celle qui disparut prématurément voici un demisiècle. Cette exposition était un bel hommage à l’une des grandes figures d’Hollywood… et du 7ème art. The star is also being honoured in London this spring, with an exhibition devoted to her at the Getty Images Gallery (until 26 May). Simply christened Marilyn, it groups together unique and emblematic photos of the star (from her beginnings to her consecration), as well as previously unseen original costumes and dresses. These treasures come from the collection of David Gainsborough Robert, the owner of one of the most important Marilyn Monroe souvenir collections in the world. Video extracts of the era also keep alive the souvenir of the woman who died prematurely a half a century ago. This exhibition is a beautiful tribute to one of the great figures of Hollywood and the 7th art.

Marilyn Monroe is one of the few cinema legends that never made it to Cannes. For the fiftieth anniversary of her death, and with a film about her life is soon to be released, the President of the Cannes Film Festival Gilles Jacob and the General Delegate Thierry Frémaux wanted to amend this incongruity by honouring her on the festival’s official poster, following the example of Faye Dunaway in 2011 and Juliette Binoche in 2010. Responsible for all the 2012 Festival graphic design, the Bronx agency was asked to create a poster using a little known negative taken by Otto L. Bettmann. We see the actress, sitting in the back of a limousine ready to blow out a candle on a cake. “Surprised in an intimate moment in which mythology rejoins reality, Marilyn is celebrating an anniversary, which could be that of Cannes. She bewitches us with a gesture full of promise, blowing in the form of a kiss. This encounter, between the perfect incarnation of glamour and the Festival which is its temple, is an ideal

34 - InterContinental Carlton


LONDON 1 0 6 , N ew B o n d S t re e t +44 (0)2074 991434

PARIS 60, Rue François 1er (Le Triangle d’or) +33 (0)1 42 25 15 41

CANNES 4, La Croisette (Face Palais des Festivals) +33 (0)4 97 06 69 70

MONACO Le Régina - 13, Bd des Moulins +377 97 70 44 22

ST-TROPEZ 3, Rue Allard “Le Grand Passage“ +33 (0)4 98 12 62 50

LYON 2 7 , Ru e Gas p a ri n (Pre s q u’ î le ) +33 (0)4 78 37 31 92

BORDEAUX 29, Cours G eorges Clémenceau +33 (0)4 78 37 31 92

COURCHEVEL Hôtel Le Lana - Route de Bellecôte

© Kronometry 1999 / JEAN MICHEL SORDELLO / «PHOTOGRAPHES-ASSOCIÉS»

+33 (0)4 79 08 77 35

w w w. k r o n o m e t r y 1 9 9 9 . c o m


STEAMPUNK

MADE WITH PARTS OF THE TITANIC www.romainjerome.ch

RJerome_AnSteamPOr205x250Carlton.indd 1

19.04.12 11:09

LO N D O N • PA R I S • C A N N E S • M O N A C O • S T T R O P E Z • LY O N • B O R D E A U X • C O U R C H E V E L

www.kronometry1999.com V i s i t e z n o t re s i t e i n t e r n e t p o u r d é c o u v r i r l a l i s t e d e s m a rq u e s d i s p o n i b l e s d a n s c h a q u e b o u t i q u e


King Power Minute Repeater Chrono Tourbillon. Column-wheel chronograph with 120-hour power reserve, Tourbillon and minute repeater with a cathedral gong. Real carbon fibre case. Manufactured entirely by Hublot. 20-piece limited edition.

L O N D O N • PA R I S • C A N N E S • M O N A C O • S T T R O P E Z • LY O N • B O R D E A U X • C O U R C H E V E L

www.kronometry1999.com Visit

our

web

site

to

discover

the

list

of

the

brands

available

in

each

boutique


E L T ORO P AT E N T E D P E R P E T UA L C A L E N DA R . S E L F - W I N D I N G 18

M O V E M E N T.

C T R O S E G O L D C A S E W I T H C E R A M I C B E Z E L . W AT E R- R E S I S TA N T T O 1 0 0 M .

A LSO

AVA I L A B L E I N L E AT H E R S T R A P.

W W W. U LY S S E - N A R D I N . C O M

LO N D O N • PA R I S • C A N N E S • M O N A C O • S T T R O P E Z • LY O N • B O R D E A U X • C O U R C H E V E L

www.kronometry1999.com V i s i t e z n o t re s i t e i n t e r n e t p o u r d é c o u v r i r l a l i s t e d e s m a rq u e s d i s p o n i b l e s d a n s c h a q u e b o u t i q u e


CREATED AND HANDCRAFTED BY AR TISANS

CARLTON_MARTINEZ_DELANEAU.indd 1

26.04.12 15:18

L O N D O N • PA R I S • C A N N E S • M O N A C O • S T T R O P E Z • LY O N • B O R D E A U X • C O U R C H E V E L

www.kronometry1999.com Visit

our

web

site

to

discover

the

list

of

the

brands

available

in

each

boutique


B O R N

B Y

PA S S I O N

ChrOnOgraph CaMBianO dESignEd By T h E F i r S T F u l ly C O n V E rT i B l E

B OV E T F l E u r i E r

B OV E T. C O M

au TO M aT i C C h r O n O g r a p h

SwiTzErland

FOunding MEMBEr OF ThE qualiTy FlEuriEr CErTiFiCaTiOn and parTnEr OF ThE FOndaTiOn dE la hauTE hOrlOgEriE

Cambiano MCB_Simple.indd 1

24.4.2012 16:45:20

LO N D O N • PA R I S • C A N N E S • M O N A C O • S T T R O P E Z • LY O N • B O R D E A U X • C O U R C H E V E L

www.kronometry1999.com V i s i t e z n o t re s i t e i n t e r n e t p o u r d é c o u v r i r l a l i s t e d e s m a rq u e s d i s p o n i b l e s d a n s c h a q u e b o u t i q u e


pa n e r a i . c o m

history a n d heroes. radiomir - 42mm

Disponible exclusivement dans les boutiques Panerai et auprès des revendeurs agréés.

CARLTON_205x250_PAM337.indd 1

25/04/12 09:43

www.kronometry1999.com Visit

our

web

site

to

discover

the

list

of

the

brands

available

in

each

boutique


TO BREAK THE RULES, YOU MUST FIRST MASTER THEM. AN EVOLUTION OF THE RULE BREAKING AUDEMARS PIGUET ROYAL OAK LUXURY SPORTS WATCH, THE ROYAL OAK OFFSHORE POSSESSES A DRAMATIC AND PURPOSEFUL AESTHETIC THAT TURNS FUNCTIONAL ELEMENTS INTO ICONIC DESIGN FEATURES. AT 44 MILLIMETRES DIAMETER, THE OFFSHORE COMMANDS A UNIQUE PRESENCE, AND IS RESOLUTELY GEARED TOWARDS POWER AND PERFORMANCE. UNIQUELY, THOSE SURFACES MOST EXPOSED TO TRAUMA ARE EXECUTED IN HIGHLY INNOVATIVE MATERIALS. HERE THE SIGNATURE OCTAGONAL BEZEL AND PUSHPIECES ARE FORMED IN HIGH - DENSITY CERAMIC – SCRATCHPROOF AND SEVEN TIMES HARDER THAN STEEL.

ROYAL OAK OFFSHORE E IN PINK GOLD AND CERAMIC. IC. CHRONOGRAPH.

RO_26400OR_205x250_m.indd 1

24.04.12 15:57

LO N D O N • PA R I S • C A N N E S • M O N A C O • S T T R O P E Z • LY O N • B O R D E A U X • C O U R C H E V E L

www.kronometry1999.com V i s i t e z n o t re s i t e i n t e r n e t p o u r d é c o u v r i r l a l i s t e d e s m a rq u e s d i s p o n i b l e s d a n s c h a q u e b o u t i q u e


poupoupidou d’expliquer : « Les lettres flottent, ne sont ni collées sur Marilyn, ni sur le fond de l’image. On a également beaucoup travaillé la lumière, il fallait rester sur une idée de fête, mais aussi de douceur. Marilyn demeure l’une des figures majeures du cinéma mondial, référence éternelle et résolument contemporaine de la grâce, du mystère et de la séduction» On garde d’elle l’image d’une star peroxydée aux allures de vamp, susurrant un « poupoupidou » devenu mythique. Ce que l’on savait peut-être moins, jusqu’en 2010, c’est que Norma Jean Baker écrivait. Surprise donc lorsque fut publié un livre, « Fragments », qui présentait des textes inédits consignés entre 1943 et 1962. On y découvrait que la « blonde capricieuse et parfois scandaleuse » était en fait une femme pleine de questionnements, de passions et de névroses. Et qu’elle avait un certain talent pour l’écriture. L’image, elle savait en jouer, comme le montre « Marilyn by Magnum », un très beau livre récemment paru qui présente 80 photographies en noir et blanc et en couleurs peu connues du grand public. Elles ont été prises par les photographes de l’agence Magnum (Arnold, Capa, Cartier-Besson, Davidson, Erwitt, Hallsman, Hartmann, Henriques, Morath, Stock). Côté images toujours, Marilyn n’en finit plus d’inspirer les réalisateurs. En avril dernier est sorti « My week with Marilyn », long métrage pour lequel Michelle Williams s’est vue nommée aux Oscars. Le film éclaire d’un jour nouveau la personnalité de la comédienne. Il s’appuie sur deux livres, « The prince, the showgirl and me » et « My week with Marilyn », d’un certain Colin Clark. Il a vingt-trois ans lorsque, son diplôme d’Oxford en poche, il décroche un job d’assistant sur le plateau du « Prince et

© Eve Arnold Magnum Photos

of simplicity and elegance”, states the Festival’s senior management. Still described as “the eternal and resolutely contemporary symbol of grace, mystery and seduction” this year Marilyn Monroe will become the ambassador of the global event of the 7th art. The American icon had already inspired creators in 1980 and 1984. But this year, she is no longer abstract. Let the designers explain: “The letters float, and are neither glued onto Marilyn, or the background of the image. We also worked a lot on the light; we wanted to evoke the idea of a party, but also gentleness. Marilyn remains one of the major figures of world cinema, an eternal and resolutely contemporary reference of grace, mystery and seduction.”

New York, Long Island, 1955

Our image of her remains that of a peroxide blonde star with vampish allure, whispering her mythical “poupoupidou”. Until 2010, it was little known that Norma Jean Baker could write. The publication of Fragments was therefore a surprise, showcasing previously unknown texts written between 1943 and 1962. We discovered that the “capricious and sometimes scandalous blonde” was a woman full of questions, passion and neurosis. And that she had a certain flair for writing. She knew how to play on her image as shown in the recently published Marilyn by Magnum, an extremely beautiful book which presents 80 black and white and colour photographs that are little known by the general public. They were taken by photographers from the Magnum Agency (Arnold, Capa, CartierBesson, Davidson, Erwitt, Hallsman, Hartmann, Henriques, Morath, Stock).

InterContinental Carlton- 43


© Studio Canal

casting de stars de la danseuse » : c’est l’été, en 1956 et en Angleterre. Il notera ses souvenirs, puis, plus tard, ceux de la semaine quasi magique qu’il a passé, seul, avec Marilyne Monroe. Il y évoque le lien puissant, bien que très court dans le temps, qu’il a noué avec la star. Prévu pour sortir à la rentrée 2012, et coïncider avec les cinquante ans de la mort de l’actrice, « Fragments : Marilyn Monroe » se situe, paraît-il, entre le documentaire et la fiction. Liz Garbus, la réalisatrice, a travaillé à partir des journaux intimes, des lettres et des poèmes de celle qui fut la femme d’Arthur Miller (c’est d’ailleurs dans les biens de ce dernier que furent retrouvés lesdits documents). Le casting, censé incarner la star aux différentes étapes de sa vie, est exceptionnel : Uma Thurman, Lindsay Lohan, Evan Rachel Wood, Viola Davis, Zoe Saldana, Ellen Burstyn, Gretchen Mol, Lili Taylor, Vanessa Shaw et Jennifer Ehle, seront tour à tour Marilyn. « J’irai au cœur de Marilyn pour exprimer certains aspects de la femme qui n’ont pas été touchés auparavant. Les acteurs incarneront les peurs et l’anxiété de Marilyn, les hommes de sa vie et le contexte du monde dans lequel elle vivait. Nous découvrons également à quel point elle travaillait dur comme actrice », déclare Liz Garbus. À découvrir…

Michelle Williams dans “ My week with Marilyn ”

Marilyn continues to inspire film makers. Last April, My Week with Marilyn was released, earning Michelle Williams an Oscar nomination. The film sheds new light on the actress’ personality. It is based on two books, The Prince, the Showgirl and Me and My Week with Marilyn written by a certain Colin Clark. He was twenty-three years old when, with a degree from Oxford, he got a job as Assistant Director on the set of The Prince and the Showgirl. It was England in the summer of 1956. He noted down his memories, and then later, his recollections of the almost magical week he spent alone with Marilyn Monroe. He talks about the short but powerful bond he struck up with the star Fragments: Marilyn Monroe will be released in autumn 2012, to coincide with the fiftieth anniversary of the actress’ death. The film’s genre is apparently situated somewhere between documentary and fiction. Director Liz Garbus, worked from her diaries, letters and poems of Arthur Miller’s ex-wife. (These documents were indeed found in his personal affairs). The cast who will incarnate the star during the different stages of her life is exceptional: Uma Thurman, Lindsay Lohan, Evan Rachel Wood, Viola Davis, Zoe Saldana, Ellen Burstyn, Gretchen Mol, Lili Taylor, Vanessa Shaw and Jennifer Ehle, will all play Marilyn. “I will go to the heart of Marilyn in order to express aspects of this woman which have never been touched upon. The actresses will personify Marilyn’s fears and anxiety, the men in her life and the context of their world. We will also discover how hard she worked as an actress”, declares Liz Garbus. To be discovered…

44 - InterContinental Carlton


Tél. +33 4 93 68 03 91


v

Š Pascal le Segretain - Getty Images


Six fois sélectionné, deux fois couronné, Nanni Moretti est un habitué de Cannes. Pour les 65 ans du Festival, il revient. Pas pour concourir cette fois, mais pour présider. Retour sur le parcours d’un homme de conviction qui a pris le cinéma pour tribune.

Nanni Moretti

viva cinecittà ! © BettmannCorbis

Selected six times, twice crowned, Nanni Moretti is a Cannes regular. He is returning for the Festival’s 65th anniversary. This time not to compete, but to preside. Let’s look back at the life of a man of conviction, who made film his platform.

Affiche officielle du 65ème Festival de Cannes

Talentueux, surdoué… Les compliments ont fusé lorsque Thierry Frémaux, le délégué général du Festival de Cannes, a dévoilé le nom du président du jury de cette nouvelle édition, considérant Nanni Moretti comme « un auteur majeur, très haut dans mon panthéon personnel ». C’est avec un président de jury européen que le Festival souhaitait célébrer sa soixante-cinquième édition. Marqués par sa fougue, sa modernité et son intelligence, les films de Nanni Moretti incarnent ce que le cinéma a donné de meilleur ces trente dernières années. Son œuvre toujours en construction continue à faire vivre la promesse d’un cinéma en prise avec le monde et avec son temps ». Bel hommage pour celui qui se glissera le temps d’un Festival dans la peau du président du jury de cette

Talented, gifted… Compliments poured out of Thierry Frémaux, the General Delegate of the Cannes Festival, when he revealed the name of this edition’s Jury President, considering Nanni Moretti as “a major auteur, very highly placed in my personal pantheon”. The Festival wanted to celebrate its sixty-fifth edition with a European Jury President. Marked by his ardour, modernity and intelligence, Nanni Moretti’s films’ personify the best in film over the past thirty years. His constantly evolving work sustains the promise of the kind of film that engages with the world and with the times.” A beautiful tribute to the person who will occupy the jury presidency of this 65th edition, succeeding Robert De Niro in 2011, Tim Burton in 2010, Isabelle Huppert in 2009 and Sean Penn in 2008. InterContinental Carlton- 47


2001

Il obtient la Palme d’Or avec “ La chambre du fils ”

He won a Palme d’Or for ‘The Son’s Bedroom’ (La Stanza del figlio).

65ème édition, succédant ainsi à Robert De Niro en 2011, Tim Burton en 2010, Isabelle Huppert en 2009 et Sean Penn en 2008. Né le 19 Août 1953 à Brunico, en Italie, Nanni Moretti est très tôt partagé entre ses deux passions : le cinéma et le water polo. À l’adolescence, la première prend le pas sur la seconde. Son bac en poche, il tourne en 1973 - alors à peine âgé de vingt ans - ses deux premiers courts-métrages. Il n’arrêtera plus, enchaînant avec un égal bonheur les courts, moyens et longs métrages. Qu’est-ce qui fait courir Nanni Moretti ? Quelle est sa motivation ? Sa source d’inspiration ? Lui. Résumer sa carrière ainsi serait peut-être un peu simpliste. Quoique… Les spécialistes s’accordent pour reconnaître que son œuvre reste marquée par une dimension largement autobiographique. « Ecce bombo », réalisé en 1978 et présenté à Cannes - c’est sa première visite - raconte les rapports difficiles d’un étudiant avec son entourage. Trois ans plus tard, Nanni Moretti se met en scène dans « Sogni d’oro » (Grand Prix du jury à Venise) : il y campe Michele Apicella, personnage que l’on retrouve ensuite en professeur amoureux dans « Bianca », en curé dans « La messe est finie » et en militant communiste amnésique dans « Palombella rossa ». Si Nanni Moretti abandonne Michele Apicella en 1990, il reste fidèle à sa ligne de conduite. Son sujet de prédilection ? Lui, toujours et encore. Normal, sa vie, comme toute existence, est faite de malheurs et de bonheurs qu’il n’hésite pas à utiliser dans ses scénarii. « Journal Intime », un film où il raconte son combat contre le cancer, lui offre le Prix de la Mise en Scène au Festival de Cannes 1994. Quatre ans plus tard, le revoilà, avec « Aprile », mais en homme heureux : il vient d’être père et la gauche a remporté les élections en Italie. La consécration, il la connaît en 2001 avec « La chambre du fils », une œuvre tout © Sacher Productions

Born on 19 August 1953 in Brunico, Italy, Nanni Moretti was soon divided between his two passions: film and water polo. As a teenager film overtook his second passion. In 1973, having just turned twenty, and after leaving school with his high-school diploma, he shot his first two short films. He never looked back, and went on to shoot short, medium and feature films with equal happiness. What drives Nanni Moretti? Where does he get his motivation? His inspiration? The short answer is: from himself. Summarising his career in this way may seem a bit simplistic. But experts agree that his work has an undeniably autobiographical dimension. “Ecce Bombo”, which he directed in 1978 and presented at Cannes, his first visit to the festival, describes a student’s difficult relationship with his intimate circle. Three years later, Nanni Moretti directed himself in “Sogni d’oro” (which won the Grand Jury Prize at Venice), as Michele Apicella. This character returns as an amorous teacher in “Bianca”, a priest in “La messa è finita” and as an amnesiac communist activist in “Palombella rossa”.

Nanni Moretti sur le tournage de “ Habemus Papam ”

48 - InterContinental Carlton

Nanni Moretti may have left his alter ego Michele Apicella behind in 1990, but he has stayed true to his vision. His favourite subject? Himself, again and again. Nothing startling as his life, like everyone else’s, is a mixture of misfortune and happiness, which he does not hesitate to use in his scripts. “Caro Diario”, a film in which he recounts his fight against cancer, won him the Best Director award at Cannes in 1994. Four years later, he was back again, with Aprile, but this time he was happy! He had just become a father and the left won the Italian elections. His consecration came in 2001 with “La stanza del figlio” a nuanced work which deals with the loss of a child and won the Palme d’Or at Cannes. Was it autobiographical? This time,


le plus beau vĂŞtement pour homme au monde

the finest garment for men in the world

www.zilli.fr


2011

retour en sélection officielle avec “ Habemus Papam ”

back in the official selection with ‘We Have a Pope’ (Habemus Papam).

en nuances qui relate la perte d’un enfant, Palme d’or à Cannes. Autobiographique ? Pour une fois, non. Parce qu’il tient à maîtriser toutes les étapes du processus créatif, parce qu’il est devenu quelqu’un d’influent dans le monde du cinéma, il crée sa propre maison de production, Sacher Films, et rachète une salle de cinéma, le Nuovo Sacher, à Rome. Nanni Moretti voue sa vie au 7ème art. Et c’est encore le 7ème art qui va lui permettre d’intervenir par pellicule interposée dans la politique italienne. En pleine campagne des législatives, en 2006, il sort « Caïman », une violente satire contre Berlusconi. Son long métrage sera présenté à Cannes. En 1997 - Isabelle Adjani est alors présidente - Nanni Moretti fait partie des membres du jury. L’an dernier, il foulait une fois encore le tapis rouge avec Michel Piccoli, pape en proie au doute dans « Habemus Papam ». Il en était reparti bredouille. C’est donc lui, le grand monsieur du cinéma italien, qui a été désigné pour présider le 65ème Festival de Cannes. Une mission qu’il endossera avec bonheur. « C’est une joie, un honneur et une grande responsabilité de présider le jury du festival cinématographique le plus prestigieux du monde, qui se déroule dans un pays qui a toujours considéré le cinéma avec attention et respect, a-t-il déclaré. Comme réalisateur, j’ai toujours vécu avec émotion la participation de mes films au Festival de Cannes. Je me souviens aussi avec bonheur de mon expérience en tant que membre du jury durant l’édition du cinquantenaire ». Cette nouvelle expérience sera-t-elle le sujet de l’un de ses prochains films ? Avec Nanni Moretti, il n’y aurait rien de surprenant !

In the middle of the 2006 legislative elections, he released “Il Caimano”, a violent satire against Berlusconi. The film was presented at Cannes. In 1997 Nanni Moretti was one of the jurors under the presidency of Isabelle Adjani. Last year, he again trod the red carpet with Michel Piccoli, a Pope beset by doubt in Habemus Papam but went home empty-handed. It is therefore this great gentleman of Italian cinema, who has been designated to preside the 65th Cannes Film Festival. A mission which he will happily endorse. “It is a joy, an honour and a great responsibility to preside over the jury of the world’s most prestigious film festival, held in a country that has always paid careful and respectful attention to film,” he declared. “As a director, I’ve always been excited about my films participating at the Cannes Festival. I happily remember my first experience as a jury member at the fiftieth edition”. And will this new experience be the subject of a forthcoming film? We would not put it past Nanni Moretti!

50 - InterContinental Carlton

© Sacher Productions

no. Because he prefers controlling all the stages of the creative process, and because he has become an influential figure in the film world, he set up his own production company, Sacher Films, and bought a cinema, the Nuovo Sacher in Rome. Nanni Moretti has dedicated his life to the 7th art. And once again, it was the 7th art that enabled him to intervene in Italian politics via film.

Habemus Papam, sélection officielle Cannes 2011


Š Stephen Morton- GettyImages


On le sait : l’InterContinental Carlton est régulièrement sollicité pour des tournages de films. Pas étonnant lorsque l’on est l’un des palaces stars de la Croisette ! Cette année encore, on ne dérogera pas à la règle puisque l’hôtel cinq étoiles accueillera pendant toute la durée du Festival de Cannes un tournage un peu particulier, celui du film « Seduced and abandoned », dans lequel on retrouvera deux géants du cinéma hollywoodien, James Toback à la réalisation et Alec Baldwin dans le rôle … d’Alec Baldwin !

Duo d’acteurs Two great actors

We already know that The InterContinental Carlton is regularly sought as a film set. This comes as no surprise to the luxury hotel that’s a leading light on the Croisette! So, there’s to be no exception this year as the five-star hotel is to host, for the duration of the International Film Festival, a rather special film shoot. This time it’s for the film ‘Seduced and Abandoned’, in which we find two Hollywood cinema giants, James Toback, its director, and Alec Baldwin in the role of … Alec Baldwin!

InterContinental Carlton- 53


place à l’impro Le premier revendique de multiples casquettes : acteur, scénariste, réalisateur et producteur. L’un de ses films, « Mélodie pour un tueur » (Fingers), a d’ailleurs fait l’objet d’un remake français en 2003, réalisé par Jacques Audiard, et sorti sous le titre « De battre mon cœur s’est arrêté », avec Romain Duris. Le second, Alec Baldwin, s’est fait connaître dans les années 1990, en donnant la réplique aux plus célèbres actrices d’Hollywood : Michelle Pfeiffer, Melanie Griffith et Geena Davis. On se rappelle de lui pour avoir refusé de jouer dans « Always » de Steven Spielberg, au profit d’un rôle d’analyste de la CIA dans « À la poursuite d’Octobre rouge » (1990). En 1991, il rencontre, sur le tournage de « La chanteuse et le milliardaire », Kim Basinger avec qui il vivra une passion de près de dix ans. En 1993, sa prestation glaçante de chirurgien psychotique dans le thriller « Malice » lui offre le succès et la reconnaissance de ses pairs. À partir des années 2000, Alec Baldwin se fait plus rare sur les écrans. On le redécouvre grâce à Martin Scorsese qui lui offre alors deux rôles en or, « Aviator », aux côtés de Leonardo di Caprio, puis « Les infiltrés ». Sa prestation dans « Lady chance » lui vaut une nomination aux Oscars de 2004, dans la catégorie « meilleur second rôle masculin ». En 2006, il revient sur le petit écran dans « Nip Tuck », puis dans « 30 Rock », où il incarne Jack Donaghy. Cette série lui permet de redevenir l’un des acteurs en vogue de la télévision américaine. Produit par Alec Baldwin et James Toback, « Seduced and abandoned » sera donc tourné à l’InterContinental Carlton pendant toute la durée du Festival de Cannes. Un tournage plutôt atypique puisqu’il s’agit d’un film documentaire sur les coulisses du Festival, avec en toile de fond Cannes et sa mythique Croisette, l’InterContinental Carlton et sa plastique de rêve, son bar, sa plage, son lobby... Mais surtout, dans ce film, Baldwin et Toback joueront leur propre rôle : deux acteurs venus à Cannes présenter leur film et rechercher des producteurs. Toute la mise en scène reposera sur un travail d’improvisation. James Toback et Alec Baldwin devront se livrer à un véritable numéro d’acteur et inventer l’histoire au fur et à mesure du tournage. Un film au genre unique donc qui laissera une large place à l’improvisation des comédiens. Cette approche confère au film un aspect authentique et spontané, sans artifice, ce qui le nourrit tout autant que ne le font la spontanéité et la fraîcheur des comédiens pris sur le vif. L’idée : s’interroger avec distance et ironie sur l’industrie du cinéma. Une mission taillée sur mesure pour ces deux géants du cinéma américain. The former has many hats: he’s an actor, scriptwriter, director and producer. In fact, one of his films, ‘Fingers’, was remade in France in 2003 by Jacques Audiard and came out under the title ‘De battre mon cœur s’est arrêté’ (‘The Beat that my Heart Skipped’), with Romain Duris. The latter, Alec Baldwin, earned his reputation during the 90’s, when he worked opposite some of the most well-known actresses in Hollywood including Michelle Pfeiffer, Melanie Griffith and Geena Davis. We remember him for refusing a part in ‘Always’ by Steven Spielberg in favour of a role as a CIA analyst in ‘The Hunt for Red October’ (1990). In 1991 he met, on the set of ‘The Marrying Man’ (known as ‘Too Hot to Handle’ in the UK and Australia), Kim Basinger, with whom he had a passionate romance that lasted almost ten years. In 1993, his chilly performance as a psychotic surgeon in the thriller ‘Malice’ obtained him success and recognition from his peers. From the year 2000, Alec Baldwin made fewer appearances on cinema screens. We saw him again thanks to Martin Scorsese, who offered him two brilliant roles, first in ‘Aviator’, with Leonardo di Caprio, and then in ‘The Departed’. His performance in ‘The Cooler’ earned him an Oscar nomination in 2004, in the category of ‘best male actor in a supporting role’. In 2006 he came back to the small screen in ‘Nip Tuck’ and then ’30 Rock’, in which he played Jack Donaghy. This series allowed him to become once again one of the most popular actors on American television. So, ‘Seduced « Fingers », 1974 and Abandoned’, an Alec Baldwin and James Toback production, is to be filmed at the de James Toback InterContinental Carlton while the Cannes Festival is under way. It will be quite an unusual shoot since it’s a documentary film about what goes on behind the scenes at the Festival, with Cannes and the mythical Croisette as its backcloth, and the InterContinental Carlton with its beautiful architecture and interiors, its bar, beach and lobby. But most of all, in this movie, Baldwin and Toback will play their own part: two actors who came to Cannes to show their movie and search for producers. The whole scenario relies on improvisation. James Toback and Alec Baldwin will have to deliver a genuine acting performance and invent the story line as the shooting goes on. This unique movie will enable actors to play widely with their imagination. This approach gives the movie authentic, unpretentious and spontaneous features, with lively and new acting achievements. The idea behind it: to take a step back and question ironically the movie industry. Moreover, those two American movie stars are perfectly cut out for the job. 54 - InterContinental Carlton


44, Boulevard de la Croisette, Cannes - tel. +33 493 384 384 | dsquared2.Com


Brad Pitt


red car pet Pour le 64ème Festival de Cannes, une fois encore, l’InterContinental avait vu défiler pléthore de VIP du monde entier. Preuve que même du haut de ses 101 ans, il reste le lieu favori des stars de ce monde.

For the 64th edition of the Cannes International Film Festival, the Intercontinental once again opened its doors to a plethora of VIPs from around the world. This just goes to show that, even at 101 years’ old, it’s still the place that cinema stars prefer.


1

2

à l’affiche 1 - Robert De Niro, son épouse et Frédéric Mitterrand 2- Mel Gibson 3 - Naomi Campbell 4 - Antonio Banderas 5 - Salma Hayek 3

4

5

4


©2012 Harry Winston, Inc., harrywinston.com

R EI N V ENTI NG TI M E TM

LONDON - 106, New Bond Street • PARIS - 60, Rue François 1er • CANNES - 4, La Croisette • MONACO - 13, Bd des Moulins

ww w. k r o no met r y 1 9 9 9 . co m

HARRY WINSTON THE OCEAN COLLECTION ®


1

2

à l’affiche 1 - Jodie Foster 2- Gwen Stefani 3 - Angelina Jolie 3 3


GALERIES BARTOUX E X P O S I T I O N

P E R M A N E N T E

JOSEPHA

C A N N E S

n

PA R I S

n

H O N F L E U R

n

S A I N T - PA U L

D E

V E N C E

n

C H Â T E A U

D E

P O M M A R D


GALERIES BARTOUX E X P O S I T I O N

P E R M A N E N T E

MASAYA

ROMERO BRITTO

HIRO ANDO

OLL

RICHARD ORLINSKI

STÉPHANE CIPRE

PHILIPPE PASQUA

VINCENT POOLE

Photos © Galeries Bartoux

JULIEN MARINETTI

GALERIE BARTOUX CANNES 67, boulevard de la Croisette - 06 400 Cannes

Tél. : +33 (0)4 93 69 50 84 N E W

Y O R K

n

C O U R C H E V E L

n

M E G È V E

n

W W W . G A L E R I E S - B A R T O U X . C O M


Š Anne-Christine Poujoulat/AFP

ilslefont mur Brad Pitt et Angelina Jolie, 2007


!

La huitième édition de « Cannes fait le mur » donne carte blanche cette année à l’Agence France Presse. Du 16 mai au 30 juin 2012, dix-sept photographies géantes de stars du cinéma seront affichées aux quatre coins de la ville. Zoom sur cette exposition grandeur nature.

They are tagging the walls! This year, the eighth edition of “Cannes Fait le Mur” has given carte blanche to the Agence France Presse. From 16 May to 30 June 2012, seventeen giant photographs of film stars will be hung up all over town. A zoom on this life size exhibition.


17

photographies de stars orneront les murs de Cannes Cannes walls will be decorated with 17 photographs of stars.

© Valéry Hache/AFP

Comme chaque année depuis 2003, au moment du Festival, la mairie de Cannes orchestre l’événement sur papier glacé, « Cannes fait le mur ». Cette exposition monumentale de photos de célébrités du 7ème art ornera les murs de la ville et le ciel de la rue d’Antibes du 16 mai au 30 juin 2012. Pour cette 65ème édition, la ville de Cannes s’est associée à l’Agence France Presse avec le soutien de l’Atelier de l’Image, pour présenter dix-sept photographies de stars. L’AFP, l’une des trois premières agences mondiales d’information, qui couvre le Festival depuis sa création, avait en effet à cœur de rendre hommage à ses équipes de reporters-photographes qui ne diffusent pas moins de 6 000 images chaque année pendant la quinzaine cinématographique, aux côtés des vidéastes, rédacteurs et infographistes. Le public va pouvoir revivre la magie de la montée des marches qui chaque année fait la Une des médias du monde entier. Des arrivées inoubliables aux portraits qui sans cesse prennent la ville pour décor, les photographes de l’Agence capturent la grâce et la joie des acteurs et réalisateurs qui font du Festival un évènement sans pareil… Des stars internationales, Michaël Douglas, Monica Bellucci, Woody Allen, Brad Pitt et Angelina Jolie…, en passant par des vedettes du cinéma français d’hier et d’aujourd’hui, Alfred Hitchcock, Sofia Loren, Gérard Depardieu, Bernard Giraudeau…, tous s’affichent en format XXL dans les rues de la cité des festivals.

Michael Douglas, 2010

Since 2003, each year during the Festival, the Cannes town council orchestrates the glossy Cannes Fait le Mur paper event. This monumental exhibition of photos of 7th art celebrities will embellish the walls of the town and the sky over the rue d’Antibes from 16 May to 30 June 2012. For this 65th edition, Cannes is partnering with the Agence France Presse (AFP), supported by the Atelier de l’Image, to showcase seventeen star photos. AFP, one of the three leading global press and information agencies, has covered the Festival since its birth. It wanted to pay tribute to its teams of photo-journalists who disseminate no less than 6,000 images every year during this cinematographic fortnight, alongside their film makers, editors and graphic designers. Audiences will be able to relive the magic of stars climbing up the famous red carpeted steps, which make the headlines of the world’s media every year. From unforgettable arrivals to portraits which use the town as scenery, the Agency’s photographers capture the grace and the joy of the actors and directors who make the Festival a peerless event… International stars like, Michael Douglas, Monica Bellucci, Woody Allen, Brad Pitt and Angelina Jolie, etc. and past and present names from French cinema such as Brigitte Bardot, Gérard Depardieu, Bernard Giraudeau, Annie Girardot, etc. will all adorn the walls of the city of festivals, larger than life. 66 - InterContinental Carlton


Woody Allen, 2002 Š Anne-Christine Poujoulat/AFP


Quentin Tarentino, 2008


Š Anne-Christine Poujoulat/AFP


Š AFP

Alfred Hitchcock, 1972


© AFP

Sofia Loren, 1964


La célèbre maison haute couture fait l’actualité en 2012. Nouveau directeur artistique, nouvelle égérie pour les sacs Miss Dior, sortie d’un livre de photographies de stars, c’est sûr, Dior est plus que jamais à la pointe de la mode.

Dior à la une DIOR IN THE HEADLINES

The famous house of haute couture has been under the spotlight in 2012. A new artistic director, a new muse for Miss Dior handbags, the publication of a celebrity photography book, there is no doubt that Dior is more than ever in fashion.


Mila Kunis Ce sac lui va comme un gant

This handbag fits her like a glove

Elle succède à Marion Cotillard et symbolise désormais la ligne de sacs Miss Dior. Actrice bankable, la belle américanoukrainienne devient ainsi une ambassadrice de charme du chic made in France. Rien ne prédestinait Milena Markovna Kunis à devenir Mila Kunis. Ou presque… Née en Ukraine, d’une mère professeur de physique et d’un père ingénieur en génie mécanique, elle emménage à Los Angeles en 1991. Elle a alors huit ans et c’est en regardant l’émission « The price is right » qu’elle apprend l’anglais. Jusqu’à sa performance dans « Blackswan de Darren Aronofsky », sa filmographie se cantonne à des apparitions dans des séries (« Walker, Texas Ranger », « Alerte à Malibu », « Sept à la maison » ou « That’70s Show ») et des films plus ou moins encensés par la critique. En 2009, prémices d’une carrière qui décolle, elle apparaît aux côtés de Ben Affleck et Jason Bateman dans « Extract » avant de jouer face à Denzel Washington et Gary Oldman dans « Le livre d’Eli ». C’est en jeune femme sombre et délurée qu’elle donne la pleine mesure

She replaces Marion Cotillard and from now on represents the Miss Dior handbag collection. The beautiful American and Ukrainian bankable actress has become a muse of elegance, made in France. Milena Markovna Kunis was not born to become Mila Kunis. Or maybe not…Born in Ukraine, from a physics teacher mother and a mechanical engineer father, she moved to Los Angeles in 1991. She was then eight years old and she learnt English by watching the game show “The price is right”. Until she played in “Blackswan” of Darren Aronofsky, her filmography was restricted to appearances in TV shows (“Walker, Texas Ranger”, “Baywatch”, “Seventh Heaven” or “That’ 70s Show”) and in movies more or less acclaimed by critics. In 2009, her career started taking off and she appeared next to Ben Affleck and Jason Bateman in “Extract” before playing with Denzel Washington and Gary Oldman in “The Book of Eli”. In 2010 she gave her best performance by playing a dark and sharp woman. In “Blackswan” she 74 - InterContinental Carlton


une miss en

Dior

de son talent en 2010. Pour « Blackswan », elle devient Lily, la doublure de Nina (Natalie Portman) : elle supportera pendant plusieurs mois un entrainement intensif de danseuse, chaussera des pointes (elle en garde un souvenir cuisant) et perdra jusqu’à neuf kilos. Mais ses sacrifices vont s’avérer payants. Mila Kunis entre dans la cour des grands. Et se fait remarquer par Delphine Arnault, directrice générale adjointe de la maison Dior. Cette dernière déclarera au magazine Womens Wear Daily, parlant de la comédienne : « Mila Kunis est une jeune actrice très talentueuse : elle représente la femme moderne. Sa performance dans « Blackswan » était remarquable. Elle a énormément de talent ». Nouvelle étoile montante du 7ème art, nouvelle ambassadrice de la ligne miss Dior, l’avenir semble radieux pour Mila Kunis. Elle vient de terminer le tournage du dernier long métrage des studios Disney, « Oz : the great and powerful » et affiche sa silhouette de rêve et son regard aux yeux vairons, immortalisés en quadrichromie par le photographe Mikael Jansson, dans la nouvelle campagne des sacs Miss Dior printemps-été. La petite ukrainienne a fait du chemin. became Lily, the understudy for Nina (Natalie Portman): she went through an intensive dancing training program for several months, wore blocked shoes (of which she keeps a bitter memory) and lost about nine kilos. But she did not do all this for nothing. Mila Kunis then started playing in the big league. And she got noticed by Delphine Arnault, the Associate Director of Dior. In the Womens Wear Daily magazine, she says about the actress: “Mila Kunis is a very talented young actress: she represents the modern woman. Her performance in “Blackswan” was remarkable. She is truly gifted.” A new rising movie star, the new muse of Miss Dior line, the future of Mila Kunis seems rather glorious. She has just finished shooting the latest Disney feature film, “Oz: the great and powerful” and her dreamy figure and her walleyes are portrayed through the photographer Mikael Jansson’s process printing lens, for the new campaign of Miss Dior Spring/Summer handbags. The little Ukrainian girl has come a long way.

76 - InterContinental Carlton


Stars in Dior Un livre hommage Il ne compte que 240 pages. « Que », parce qu’il aurait pu être tellement plus volumineux ! Mais ces 240 pages et 250 photos ou images, en couleurs et en noir et blanc, retracent la formidable aventure de la maison Dior et du 7ème art. On y apprend que, dans « Le grand alibi », d’Alfred Hitchcock, Marlène Dietrich impose le couturier, par ailleurs son ami. Mieux même : son contrat stipulera qu’elle peut conserver la garde-robe Dior, ce qui fera dire au cinéaste : « Miss Dietrich est une professionnelle. Une actrice professionnelle, un cameraman professionnel, un couturier professionnel ! ». C’est cela Christian Dior, un créateur plébiscité par les comédiennes d’hier (Sophia Loren, Grace Kelly, Ingrid Bergman…) et d’aujourd’hui (Penelope Cruz, Natalie Portman, Kirsten Dunst…). Présent sur les plateaux de tournage, il l’est également sur les red carpets de la planète et dans la publicité. Christian Dior a commencé comme costumier en 1942, avant de lancer sa propre maison en 1946. « Stars in Dior » revient sur ce parcours hors du commun et réserve une place de choix à « J’adore », la publicité qui met en scène la belle Charlize Theron. Photos extraites des films, des scènes de tournage, portraits des vedettes du cinéma, « Stars in Dior » est appelé à devenir une référence en la matière.

The book only includes 240 pages. “Only” because it could have been so much bigger! But those 240 pages and 250 color and black and white photos or images, are recounting the incredible adventure of the house of Dior and cinema. We discover that in Alfred Hitchcock’s “Stage Fright”, Marlène Dietrich imposed the designer, who was besides her best friend. Even better: her contract specified that she was entitled to keep the Dior wardrobe, which led the director to say: “Miss Dietrich is a professional. A professional actress, a professional cameraman, a professional designer!” Christian Dior was indeed a designer adored by past actresses (Sophia Loren, Grace Kelly, Ingrid Bergman…) and current ones (Penelope Cruz, Natalie Portman, Kirsten Dunst…). He is everywhere: on movie sets, on red carpets all around the world and in advertisement campaigns. Christian Dior started as a costume designer in 1942 before launching his own brand in 1946. “Stars in Dior” retraces his incredible career and dedicates a large section on “J’adore”, the commercial with the beautiful Charlize Theron. Pictures from the movies, shooting scenes, descriptions of movie stars, “Stars in Dior” will become without a doubt the reference book on the matter.

Stars in Dior, 240 p, ed. Rizzoli, 45 €.

78 - InterContinental Carlton


Raf Simons un créateur inspiré an inspired designer

© Jens Kalaene/epa/Corbis

Orpheline de directeur artistique depuis plus d’un an, la maison Dior a choisi un couturier belge, Raf Simons, pour succéder au fantasque John Galliano. Le communiqué officiel est sans ambiguïté et la mythique maison se dit enthousiaste à l’idée d’accueillir « l’un des plus grands talents actuels, pour poursuivre l’œuvre de son fondateur. » Mais qui est donc Raf Simons ? Un homme discret préférant se faire remarquer pour ses créations que pour sa personne. Il a quand même précisé : « Je me réjouis de rejoindre cette grande maison. » Ceux qui le connaissent savent qu’il ne manifeste aucun goût pour les mises en scènes spectaculaires. Sa discrétion frise, paraît-il la timidité, et il passe inaperçu dans la rue. Ce belge, détenteur d’un diplôme de design industriel, découvre la mode à travers le défilé de son compatriote Martin Margiela. Sa marque, Raf Simons, naît en 1995. En 2005, il prend la tête de Jil Sander ; le succès est au rendez-vous et six ans plus tard, Jil Sander se félicite de l’avoir eu à sa tête. Dans l’univers de la mode, on le dit amateur d’un certain minimalisme ; il ne faudrait pas oublier pour autant l’audace de ses coupes, sa précision d’orfèvre et son avant-gardisme, notamment en ce qui concerne les nouvelles matières. Du côté des professionnels, on rappelle que sa dernière collection pour Jil Sander évoquait l’élégance parisienne des années 50. Comme un clin d’œil à ce que sera son avenir chez Dior ? Réponse en juillet avec son premier défilé Dior.

Abandoned by its artistic director for over a year, Dior has chosen Raf Simons, a Belgian designer, to follow the footsteps of the unpredictable John Galliano. The official press release is transparent and the mythical fashion house claims to welcome “one of the greatest current talent to continue the work of its creator” with tremendous excitement. But who is Raf Simons? A discrete man who prefers to be noticed for his designs rather than his personality. He nonetheless declared: “I am glad to join this great company.” Those who know him confirm that he does not take any interest in spectacular staging. Apparently, he is so discrete he is almost shy and he does not stand out walking in the street. This Belgian, who graduated in industrial design, has discovered fashion through his fellow countryman Martin Margiela. He started his own brand, Raf Simons, in 1995. In 2005, he became the Creative Director of Jil Sander; success was at his door and six years later, Jil Sander was glad to have him running operations. In the fashion industry, he is known to somehow like minimalism; however the boldness of his designs, his true craftsmanship and his avant-garde touch, more particularly regarding the use of new fabrics, cannot be overshadowed. Professionals in the industry recall that his last collection for Jil Sander was a token of the Parisian elegance of the 50s. Could it be a glance of what Dior holds for him? Let’s find out in July with his first Dior show. 80 - InterContinental Carlton


ND PRIX

2009

at

de

ion

G

RA

cin

e & Inn

ov

LIP SEDUCTION 3D & ISOBOT OXYLIFT

© Les marchands de couleurs

PARIS TM

Le spécialiste du soin des lèvres et des rides

Nano-Injection Acupressing & Digipuncture 3 nouveaux gestes de beauté

15, rue Thiers - 78110 Le Vésinet - France Info-conseil : 01 39 76 30 82 - e-mail mediecos.diplacido@wanadoo.fr - www.mediecos.com

TM


voilà bientôt 30 ans que la marque française Free Lance nous séduit par des collections ultra fashion de souliers pour ces dames, dont la fabrication traditionnelle fait écho au design unique des modèles. aux commandes, Guy rautureau, un homme à suivre.

Free Lance

attitude

it has Been more than 30 years noW sinCe the frenCh Brand free LanCe Began seduCing us With its uLtra fashionaBLe Ladies shoe CoLLeCtions, Where traditionaL manufaCturing eChoes unique design. at the reins, guy rautureau, is a man to foLLoW.

talons vertigineux ou bottes enjôleuses, escarpins vernis ou cuissardes de motarde, sandales en python ou stilettos ravageurs, souliers de couleur, à porter tous les jours en ville ou en soirée, accessoirisés, petite maroquinerie, la marque Free Lance impose depuis 30 ans son style chic et rock’n’roll, auprès d’une clientèle devenue totalement addict. Ne vous fiez pas à sa consonance anglophone, la marque Free Lance est un produit 100 % français. Son créateur, Guy rautureau, quatrième génération de bottiers, agit sur place en vendée, là où s’active l’ensemble de la production. Nous sommes à la Gaubretière, dans le site même où officiait leur

Guy rautureau

vertiginous high-heels or seductive boots, patent wedges or biker thigh boots, sandals in python or devastating stilettos, coloured shoes for every day urban or evening wear, accessories and fine leather work, the free Lance brand has been prescribing a chic, rock’n’roll style to an addictively loyal clientele for 30 years. despite its name, free Lance is neither an english nor us brand, it is 100% french. its creator, guy rautureau, represents the fourth generation of a bootmaking interContinental Carlton- 83


1980

yvon et Guy rautureau créent la marque Free Lance the free Lance brand was created by yvon et guy rautureau

arrière-grand-père. en 1980, yvon et Guy rautureau y créent la marque Free Lance, l’une des dernières à revendiquer une fabrication purement française. avec une seconde marque pour hommes appelée jean-Baptiste rautureau, créée en 1993, la société familiale emploie près de 200 salariés entre le site vendéen et les boutiques en propre des deux marques. Les aficionados ne s’y sont pas trompés. Les souliers Free Lance, dont on reconnaît la rose rouge brodée sous la semelle, ont en commun un design pointu et ce je ne sais quoi d’exclusif qui les différencient des lignes purement tendances et les écartent de la facilité des courants marketing. Les plus grandes stars, de Sharon Stone à Madonna, raffolent des souliers Free Lance qui frôlent la mode sans y céder, provoquent la tendance en la précédant d’un détail subtil, d’une fleur en peausserie soyeuse dont les pétales sont cousus à la main, d’une teinte que l’on ne verra qu’une seule fois. outre une fabrication purement artisanale, et des pièces réalisées en séries limitées, Free Lance représente tout un univers qu’anime un créateur, designer et bottier à la fois. il faut l’écouter parler, non de lui, mais de sa vie au quotidien. Guy rautureau est bel et bien tombé petit dans la marmite de la création et de la recherche esthétique. De son process purement artisanal, il tire sa fierté. il ne cache pas que maintenir ce mode de fabrication en France est une bataille de chaque instant. Mais qu’importe, le jeu en vaut la chandelle. « Dans ma famille, nous sommes bottiers depuis 1870, ce n’est pas le moment de perdre notre âme dans ce monde qui privilégie la consommation de masse », assène-t-il dans un élan fougueux. outre sa marque de chaussures pour hommes aux modèles family that still manufactures in the vendée region, where the shoes are designed and made. We are in the gaubretière, at the same site where their great grandfather worked. in 1980, yvon and guy rautureau created the free Lance brand, one of the last that can claim to use a purely french manufacturing process. With a second brand for men called jean-Baptiste rautureau, created in 1993, this family enterprise employs around 200 people at the vendée site and in the brands’ own boutiques. the aficionados were not wrong. free Lance shoes, which are recognisable by the red rose embroidered in the sole, share cutting-edge design and an exclusively timeless originality that differentiates them from lines that simply follow the latest fashion and easy marketing trends. Big stars, from sharon stone to madonna are crazy about free Lance shoes which play with fashion without giving in, provoking trends by preceding them with a subtle detail, a flower in silky soft leather with hand-sewn petals and a shade you will only see once. as well as their handmade production, including highly sought after limited series, free Lance represents an entire universe animated by a single creator who is both designer, and shoe maker. you have to listen to him speak, not of himself, but of his daily life. guy rautureau was truly precocious in his search for original creativity and aesthetics. he is proud of the traditional process he applies to all his creations. he doesn’t hide the fact that maintaining this type of manufacturing in france is a constant battle. But it’s worth it. “in my family, we’ve been shoemakers since 1870, it’s not the time to lose our soul in a world that rewards mass consumption”, he saysspiritedly. other than his men’s shoes brand with their star models featuring colours that verge on arrogance, guy rautureau has also launched the Baby free Lance brand. reduced models of the “large” shoes, as well as a line of leather patchwork furniture. for the 25th anniversary of

84 - interContinental Carlton


www.unjourailleurs.com

16, Rue d’Antibes 06400 CANNES 55, Rue de la République 06600 ANTIBES CCR Nice Etoile Avenue Jean Medecin 06000 NICE


bottes couture stars dont les couleurs frisent l’arrogance, Guy Rautureau a également lancé la marque Baby Free Lance, des modèles réduits de chaussures pour « grands », ainsi qu’une ligne de meubles réalisés en patchwork de cuir. Pour les 25 ans de Free Lance, il habillait une Smart et publiait un album, pour les 30 ans, il s’attelait à une Harley Davidson. Cet homme vit de sa passion et la passion le fait vivre. Son inspiration, Guy Rautureau la trouve dans les magazines, au hasard d’une vitrine, mais surtout dans la rue vivante et bruissante. En humant la vie citadine, il fait naître des modèles qu’il faudra mériter. À partir de peausseries sélectionnées en Italie dont il est fier de la qualité, Guy Rautureau obtient les teintes à la nuance près. Les modèles qu’il dessine nécessitent jusqu’à une centaine d’interventions à la main : les rivets, clous ou autres accessoires qui décorent une chaussure sont posés, cousus ou vissés un à un. Entre le bureau où naissent les modèles du créateur et l’atelier, pas de frontières, les échanges vont bon train, au service d’une fabrication hors norme comme le sont les souliers qui en émanent. Consciente que son réseau de distribution constitue la clé de voûte de sa stratégie commerciale, la marque Free Lance multiplie sa présence en France et à l’étranger. Outre ses réseaux multimarques, elle possède aujourd’hui 25 boutiques sur l’hexagone, telles que Cannes, St Tropez, Aix-en-Provence, Bordeaux, Lyon ou Lille…, et bien sûr Paris. À l’étranger, le développement s’accélère au même rythme. Après St Petersbourg, Copenhague, Tokyo, Genève, Lausanne, Bruxelles…, la griffe ouvre Anvers et Moscou avant d’autres projets à découvrir.

Free Lance, he dressed a Smart car and published an album, for their 30th birthday, he decorated a Harley Davidson. This man lives and breathes for his passion and lives for his passion. Guy Rautureau finds inspiration in the most unlikely places, in magazines, shop windows, but especially in the lively, bustling street life of cities. By inhaling city life, he gives birth to models which deserve appreciation. Guy Rautureau obtains highly nuanced shades from high-quality leather selected in Italy. The models that he draws require up to hundred interventions by hand: rivets, nails or other accessories which decorate a shoe are individually laid, sewn or screwed. There are no barriers between the studio where the models are created by the designer and the workshop; people exchange their ideas freely, feeding the exceptional production process, which is as outstanding as the shoes which emanate from it. Aware that its distribution network is the cornerstone of its commercial strategy, the Free Lance brand is multiplying its presence both in France and abroad. Other than its multi-brand network, it currently owns 25 boutiques in France, including shops in Cannes, St Tropez, Aix-en-Provence, Bordeaux, Lyon or Lille, and of course Paris. Abroad, Free Lance’s development strategy is accelerating at the same pace. After St Petersburg, Copenhagen, Tokyo, Geneva, Lausanne and Brussels, the label is opening shops in Antwerp and Moscow with more projects in the pipeline. 86 - InterContinental Carlton


www.leonardparis.com

Cannes : 45, boulevard de la Croisette - 04 93 68 14 00


Un défi au temps Depuis 1875, Audemars Piguet apprivoise les secondes, les minutes et les heures. Avec ses garde-temps, il prouve sa parfaite maîtrise d’un savoir-faire qui confine à l’art.

Audemars Piguet Challenging time

Since 1875, Audemars Piguet has been taming seconds, minutes and hours. It has demonstrated a perfect mastery of the savoir-faire that borders on art in its time-pieces.

Novak Djokovic, Lionel Messi, Michael Schumacher, autant de N°1, chacun dans sa discipline. Signe distinctif qui les rapproche : ils portent au poignet une montre Audemars Piguet. Parce que, pour eux, chaque seconde compte et devant leur talent, le temps semble parfois s’arrêter. Ces ambassadeurs de choc, au chic et au charme reconnus, ont en commun avec la célèbre marque un goût immodéré pour la créativité, le travail et l’excellence. L’histoire d’Audemars Piguet - la légende devrait-on dire - commence lorsque Jules-Louis Audemars et Edward-Auguste Piguet s’associent pour créer la manufacture éponyme. Si le pari de ces deux horlogers pouvait sembler fou à l’époque, le temps leur a donné raison. Leur audace a payé. Leur défi était à la fois très simple et très compliqué. Ils avaient décidé de créer des montres de A à Z, de la conception initiale à la réalisation finale, sous une seule et même enseigne, dans un seul et unique lieu, la Vallée de Joux. Là-bas, les hivers sont longs Novak Djokovic, Lionel Messi, Michael Schumacher, each number one in their sport. The distinctive sign which connects them is that they all wear an Audemars Piguet wrist watch. Because for them, each second counts and time sometimes seems to stop when faced with their talent. These high-powered ambassadors, with their recognised chic and charm, share an inordinate taste for creativity, work and excellence with the famous brand. The history of Audemars Piguet – or should we say the legend, began when Jules-Louis Audemars and Edward-Auguste Piguet partnered to create the eponymous brand. If these two watchmakers’ wager seemed crazy at the time, time has proven

Novak Djokovic InterContinental Carlton- 89


Royal Oak

Déjà 40 ans, pour la célèbre montre The famous watch is already 40 years old

et rigoureux et les techniques pour fabriquer des mouvements horlogers se transmettent de père en fils, de génération en génération. Jules Audemars et Edward Piguet ont réussi leur pari. Et aujourd’hui encore, fait rare, l’entreprise est toujours entre les mains des familles qui l’ont fondée. En cette année 2012, la manufacture célèbre le 40ème anniversaire d’un modèle d’exception, la Royal Oak. Et pour fêter dignement l’événement, Audemars Piguet publie un très bel ouvrage de 300 pages et 233 illustrations, consacré à ce modèle. Le livre revient largement… et joliment, sur la success story d’Audemars Piguet et sur la naissance, en 1972, de sa Royal Oak. Jasmine Audemars, présidente du conseil d’administration déclare, dans l’avant-propos, que ce livre a été conçu en forme d’« Hommage au créateur de la Royal Oak, Gérald Genta et de témoignage de reconnaissance envers toutes les personnes ayant contribué au succès de ce modèle. » Traduit en sept langues (anglais, français, espagnol, allemand, italien, russe et chinois simplifié), ce « Royal Oak » est en vente 100 € à chaque étape de « Royal Oak 40 Years : from avant-garde to icon », exposition itinérante organisée pour les 40 ans de la montre ; il est également disponible dans une librairie de chacune des villes visitées, de New York à Dubaï, en passant par Milan, Paris, Pékin et Singapour. Jules Audemars et Edward Piguet excellaient dans la conception et la réalisation de montres compliquées. Leurs successeurs ont poursuivi dans la voie royale tracée par ces deux précurseurs de génie. Premier est sans doute le mot qui revient le plus souvent dans l’histoire de la manufacture : première montre-bracelet à répétitions minutes en 1892, à répétitions sautantes en 1924, première montre de poche squelette en

them right. Their audacity paid off. Their challenge was both extremely simple and extremely complicated. They decided to create watches from A to Z, from the initial design to the final production, under a single banner, in a single space, the Joux Valley. Over there, the winters are long and rigorous and the techniques for manufacturing watch movements are transmitted from father to son, from generation to generation. Jules Audemars and Edward Piguet won their bet. Still today the company remains in the hands of the families which founded it, which is something of a rarity. In 2012, the manufacturer is celebrating the 40th anniversary of an exceptional model, the Royal Oak. And to commemorate the event, Audemars Piguet is publishing a beautiful 300-page book with 233 illustration devoted to this model. The book is a loving tribute to Audemars Piguet’s success and the 1972 creation of its Royal Oak. Jasmine Audemars, Chair of the Board of Directors, declares in the preface that this book was designed in the form of a “Tribute to Gérald Genta, the creator of Royal Oak and a testimony of recognition towards all the people who contributed to the success of this model”. Translated into seven languages (English, French, Spanish, German, Italian, Russian and simplified Chinese), this “Royal Oak” is for sale at the price of €100 at each stage of the travelling exhibition “Royal Oak’s 40 Years: from avant-garde to icon” organised for the watch’s 40th anniversary. It is also available in a bookstore in each of the cities visited, from New York to Dubai, via Milan, Paris, Beijing and Singapore. Jules Audemars and Edward Piguet excelled in the design and production of complicated watches. Their successors have continued the royal path traced by these two inspired forerunners. First is no doubt the word which comes to mind the most often in the history of the firm: the first wristwatch with minute

90 - InterContinental Carlton


desiGners

: roChas - nina riCCi - Proenza sChouLer – PauL smith – isaBeL marant – maison martin marGieLa - riCk owens - matthew wiLLiamson - thomas wyLde

Le Grand Bazar 68, rue d’antiBes - 06400 Cannes - téL. (33) 04 93 383 383 - Fax (33) 04 93 39 13 90 Email : le-grand-bazar@wanadoo.fr / Site : www.e-grandbazar.com

e-grandbazar.com prêt-à-portEr & accESSoirES


2008

Audemars Piguet réalise la première montre entièrement en carbone Audemars Piguet created the first watch to be entirely made of carbon

1934, première montre-bracelet Audemars Piguet dotée d’un quantième perpétuel en 1957… Et ainsi de suite au fil des ans, jusqu’en 2008, qui voit naître la première montre dotée d’un boîtier et d’un mouvement en carbone. Cette année, et toujours dans le cadre des 40 ans de la Royal Oak, la manufacture du Brassus lance huit nouveaux modèles, qui respectent bien sûr les codes de la collection originelle. En avance sur son temps, indépendante, l’entreprise s’investit également dans la préservation de la forêt. Ainsi, depuis 1992, la Fondation Audemars Piguet contribue-t-elle activement à la conservation des forêts de la planète. On le sait peu, mais chaque montre Audemars Piguet vendue contribue au financement de la Fondation. Quatre continents ont déjà bénéficié d’opérations de reconstitution de forêts, de restauration de la biodiversité de biotopes détruits au cours de catastrophes naturelles, de surexploitation ou de changements climatiques. Toujours dans le même sens, la Fondation s’attache à la promotion de projets de sensibilisation des enfants à la sauvegarde de l’environnement. De louables actions que ne désavoueraient certainement pas les fondateurs de la dynastie, Jules Audemars et Edward Piguet.

M. Philippe Merk, PDG de Audemars Piguet repeaters in 1892, the first jumping-hour wristwatch in 1924, the first skeleton pocket watch in 1934, the first Audemars Piguet wristwatch with a perpetual calendar in 1957… And so on until 2008, when the first watch equipped with both a carbon case and carbon movement was created. This year and always in the framework of the 40th anniversary of Royal Oak, the Brassus manufacturer is launching eight new models, which naturally respect the codes of the original collection. Ahead of its time, independent, the company also invests in preserving forests. Since 1992, the Audemars Piguet Foundation has actively contributed to the conservation of the planet’s forests. It is little known that each Audemars Piguet watch sold contributes to funding of the Foundation. Four continents have already benefited from operations ranging from the reconstitution of forests, to the restoration of the biodiversity of biotopes destroyed during natural disasters via overexploitation or climate change. Always in the same direction, the Foundation endeavours to promote projects which raise children’s awareness of environmental protection. Laudable actions, which the founders of the dynasty, Jules Audemars and Edward Piguet, would certainly agree with.

92 - InterContinental Carlton


67, la Croisette - 06400 CaNNes tĂŠl. 04 93 69 11 92 - www.bikkembergs.com


L


Depuis vingt ans, il fait tourner les têtes avec ses souliers bijoux à semelles rouges. Pour célébrer ses deux décennies de création, Christian Louboutin ouvre sa première boutique pour hommes et sort un ouvrage événement dans lequel il se raconte.

Louboutin un talon fou !

a crazy talent!

For the past twenty years, he has turned heads with his jewelled shoes with red soles. To celebrate two decades of creation, Christian Louboutin is opening his first boutique for men and publishing an event book about his story.


D’aussi loin qu’il se souvienne, la passion des souliers a éclos très tôt chez Christian Louboutin. Vers l’âge de 12-13 ans. « Quand on me demandait ce que je voulais faire plus tard, je répondais que je voulais dessiner des souliers », clame-til. Fasciné par le music-hall, les revues et les… talons, Christian Louboutin grandit à Paris, dans un univers très féminin, entre sa mère et ses trois sœurs. Il a à peine seize ans lorsque cet élève très doué commence à créer ses premiers souliers pour les danseuses de revue et de music-hall, un univers qui le fascine. Remarqué par Hélène de Montemart, directrice chez Christian Dior, il entre comme stagiaire chez Charles Jourdan. « J’y ai vraiment appris toute la technique, le métier, je suis devenu modéliste ». Après cette expérience, il travaille en free-lance pour des maisons prestigieuses (Chanel, Saint-Laurent), avant de rencontrer Roger Vivier. Nous sommes en 1988. Christian Louboutin devient son assistant lors de l’Exposition Roger Vivier aux Arts Déco. Néanmoins, il s’oriente vers le paysagisme et se met à dessiner des jardins. Un changement radical. « J’étais allé au bout du rêve. Je n’avais pas envie de travailler pour d’autres que Roger Vivier dans l’industrie de la chaussure. J’ai décidé de me débloquer et je suis passé à autre chose ». Au décès de sa mère, en 1991, il revient néanmoins à ses premières amours. « Ma mère venait de mourir et j’ai senti que sa mort avait fait de moi un adulte ». C’est alors qu’il ouvre une boutique dans le passage Véro-Dodat. « Créer ma propre maison supposait d’avoir un lieu. Une boîte pour mes souliers, comme un écrin pour une bague ». C’est le début de l’aventure pour Christian Louboutin. Et là encore, la chance va jouer en sa faveur.

1991

Il ouvre sa première boutique à Paris First shop in Paris

Christian Louboutin’s passion for shoes dates back as far as he can remember. Around the age of 12-13. “When I was asked what I wanted to do later on in life, I replied that I wanted to design shoes”, he claims. Fascinated by music hall, revues and... heels, Christian Louboutin grew up in Paris, in a very feminine universe, with his mother and three sisters. He was barely sixteen when this incredibly gifted student started to create his first shoes for cabaret and music hall dancers, a world which fascinated him. Having been spotted by Hélène de Montemart, a director at Christian Dior, he began working at Charles Jourdan as a trainee. “I really learnt all the techniques, the profession, I became a designer”. After this experience, he worked as a freelancer for prestigious houses (Chanel, Saint-Laurent), before meeting Roger Vivier. It was 1988. Christian Louboutin became his assistant for the Roger Vivier Art Deco Exhibition. Nevertheless, he gravitated towards landscape gardening and began to design gardens. A radical change. “I had gone as far as possible in my dream. The only person I wanted to work within the shoe industry was Roger Vivier. I decided to free myself and I moved on to something else”. When his mother died in 1991, he nevertheless returned to his first love. “My mother had just died and I felt that her death had made me an adult”. That was when he

96 - InterContinental Carlton


NEW YORK NEW YORK CANNES

Brasserie - Steakhouse + 33 (0)4 93 06 78 27

BÂOLI

BÂOLI BEACH

Restaurant - Club

Restaurant - Lounge

CANNES • MIAMI

+ 33 (0)4 93 43 03 43 + 1 305 674 8822

CANNES

+ 33 (0)4 93 99 49 26


talons hauts Pour Christian Louboutin, ils sont le symbole de la feminité For Christian Louboutin, they are a symbol of femininity

Une journaliste américaine en reportage découvre une cliente émerveillée devant sa boutique : la Princesse Caroline de Monaco. Le papier sort et déclenche un succès immédiat outre-Atlantique, mais aussi en France. Les souliers bijoux à semelles rouges de Christian Louboutin, conçus dans le plus pur esprit glamour, séduisent les stars du monde entier. Des souliers qui sont au service des femmes, capables aussi de se faire oublier. « Je préfère les souliers qui déshabillent aux souliers qui habillent. Dessiner un soulier est une chose de magicien. Certains créateurs sont avant tout stylistes, ils favorisent le style. Moi je favorise les filles. Un soulier doit être beau au pied, c’est la jambe qui doit étonner, ce n’est pas le soulier. Un œil de styliste décidera de le garder si, plastiquement, il est sublime. Moi, je vois exactement la réaction de la femme, donc je l’écarte ; aucune femme n’a envie d’avoir les chevilles épaisses ». Marqué à vie par les chaussures plates des années 1970, Christian Louboutin l’affirme : les souliers, il les préfère à talons hauts, symboles de la féminité à ses yeux. « J’ai toujours combattu l’idée selon laquelle une femme est idiote parce qu’elle porte des talons. D’où le fait que j’ai toujours adoré Blondie car elle était une femme libre, elle ne dépendait pas d’un homme. Tina Turner, c’est pareil, on regarde ses jambes, elle est en talons hauts, elle danse, elle existait avant les talons, elle a juste besoin de souliers. Ils sont pour moi une extension naturelle de la force féminine. Je ne fais que continuer le travail des femmes ». Malgré son succès, le chausseur chouchou de ces dames continue de dessiner à la main, accordant une importance toute particulière aux matières et aux lignes. « C’est le plaisir du dessin qui m’apporte des idées », avoue-t-il. La mode, les tendances ? Christian Louboutin n’en a cure ! « J’aime l’idée qu’il y a une certaine pérennité dans mon travail ». Grand voyageur, le créateur, marqué par une fascination très forte pour la Méditerranée et l’Orient, continue de s’inspirer des continents

decided to open a shop in the Passage Véro-Dodat in Paris. “Creating my own house meant that I needed a space. A box for my shoes, like a case for a ring”. It was the beginning of Christian Louboutin’s adventure. And once again, lady luck was on his side. An American journalist covering a story discovered a client filled with wonder in front of his boutique. She was Princess Caroline of Monaco. The article was released and triggered an immediate success on the other side of the Atlantic, but also in France. Christian Louboutin’s jewelled shoes with red soles, designed in the purest spirit of glamour, have seduced stars from all over the world. Shoes which are at the service of women, and which are also capable of not being noticed. “I prefer shoes that undress to shoes which dress. Designing a shoe is like magic. Some designers are primarily stylists, they promote style. Myself, I favour women. A shoe must be beautiful on a foot, it’s the leg which must astonish, not the shoe. A designer’s eye will keep the shoe, if, from the point of view of form, it is sublime. I can visualise a woman’s reaction exactly; no woman wants to have thick ankles”. Having been marked forever by the flat shoes of the 1970’s, Christian Louboutin affirms that he prefers high-heels, which for him are the symbol of femininity. “I’ve always fought the idea in which a woman is an idiot if she wears high heels. I always loved Blondie because she was a free woman, independent of any man.

98 - InterContinental Carlton


, un nouvel acteur mode dans l’univers du maillot de bain pour homme. Créée en 2011, la marque est une collection de maillots de bain pour Homme élégante et confortable. Le plus de ces collections : un “fit” ajusté unique et mode, une gamme de coloris tendances, des détails raffi nés pour une silhouette chic. Les matières sont haut de gamme et ont la spécifi cité de sécher rapidement. , c’est plus qu’une marque, c’est un concept de maillots de bains universel pour les hommes qui recherchent l’alliance du bien être et style.

7, boulevard Raspail 75007 PARIS www.lecap-paris.com


qu’il traverse pour créer. « Parmi les rares disciplines que je m’impose, il y en a une que je trouve vraiment importante : c’est que, quand je travaille, je me dois d’être heureux ». Une ode au bonheur que le créateur livre dans l’ouvrage événement qui sort à l’occasion des vingt ans de la maison. Un ouvrage en 5 volets, avec des animations magiques en relief et des pages dorées, préfacé par John Malkovich, grand fan des souliers Louboutin, celui qui inspira à Louboutin l’envie d’ouvrir sa première boutique pour hommes*. Ainsi peut-on y lire cette phrase de l’acteur : « L’une des qualités les plus rares et les plus désirables chez un artiste, c’est l’amour du travail : l’amour de la création, de l’invention, de l’imagination, et bien sûr du détail. Toutes ces qualités abondent dans le travail de Christian Louboutin ». Voilà qui est bien dit. * Depuis septembre 2011, Christian Louboutin accueille ces messieurs dans un nouvel espace dédié aux hommes au n°17 rue Jean-Jacques Rousseau à Paris.

John Malkovich grand fan des souliers Louboutin, préface le livre qui lui est consacré

John Malkovich, who is a big fan of Louboutin shoes, wrote the preface to the book that is dedicated to him.

It’s the same with Tina Turner, we look at her legs, she’s wearing high-heels, she’s dancing, she existed before high-heels, she just needs shoes. For me they’re a natural extension of feminine strength. All I do is continue the work of women”. Despite his success, these women’s beloved shoemaker continues to design by hand, according particular importance to materials and lines. “It’s the pleasure of drawing which gives me ideas”, he confesses. Fashion, trends? Christian Louboutin does not care! “I love the idea that there’s a certain perpetuity in my work”. A great traveller, he is fascinated by the Mediterranean and the Orient and continues to be inspired by the continents he visits. “Among the rare disciplines that I impose on myself, there’s one which I find very important: when I work, I must be happy”. An ode to joy that the creator discusses in the book that will be released to celebrate the house’s twentieth anniversary. The publication contains 5 sections, with magical animations in relief and gilded pages, a preface by John Malkovich, who is a great fan of Louboutin shoes, and who inspired Louboutin to open his first boutique for men*. The actor writes: “One of the rarest and most desirable qualities in an artist, is a love of work: a love of creation, invention, imagination, and of course detail. All these qualities abound in the work of Christian Louboutin”. Well said. * Since September 2011, Christian Louboutin welcomes gentlemen in a new space dedicated to men at n°17 rue Jean-Jacques Rousseau in Paris.

InterContinental Carlton- 101


where else eres

white

now !

Burberry Prorsum

dior

dior

102 - InterContinental Carlton

save the queen dsquared


pain de sucre

rabih kayrouz

lĂŠonard

ralph lauren

dior

ventcouvert

jitrois


2

escale tahitienne 3

1

5

4

7

6

8

1. vaN CLeeF, Sautoir Couleurs de paradis volutes en perles de culture akoya 2. reDLiNe, Diamondpearl illusion 3. BoUCheroN, bracelet Snake 4. Cartier, bague trinity 5. DeStaiNG, kalĂŠido 6. Dior, bague Dragon de la Lune 7. khaLLita 8. MeSSika, bague Move punk

104 - interContinental Carlton


Y A C H T

S P I R I T ,

Y A C H T

2 3 0 0 F LY / 3 0 0 0 F LY / 3 5 0 0 F LY /

3 7 0 0 F LY

/ 5 0 0 0 F LY

graphic design :

New Couach 3700 Fly, Delivery April 2013

Couach Cannes - 19 Quai St Pierre - 06400 Cannes, France Tel : + 33.6.72.15.17.25 or + 33.4.93.38.03.53 - www.couach.com - info@couach.com


hublot ERMENEGILDO ZEGNA

homme

sweet homme

boss rolex

azzaro

rolex

J-B RAUTUREAU breguet


Ermenegildo Zegna

romain jerome

JAEGER LECOULTRE

zilli

hublot

zilli

zilli

AZZARO - 65 rue du Faubourg Saint-Honoré Paris / BOSS - 62 La Croisette / BOUCHERON - 17 La Croisette / BREGUET - 26 La Croisette / BURBERRY - 65 La Croisette / CARTIER - 57 La Croisette / DESTAING - 39 avenue Georges Mandel Paris / DIOR - 38 La Croisette / DSQUARED - 44 La Croisette / ERES - 17 La Croisette / ERMENEGILDO ZEGNA - 17 La Croisette / HUBLOT - Boutique Kronometry 1999 - 4 La Croisette / ISABEL MARANT - Boutique Le Grand Bazar, 68 rue d’Antibes Cannes / JAEGER LECOULTRE - 27 rue d’Antibes / JB RAUTUREAU - 15 rue du Commandant André Cannes - 04 93 39 98 68 / JITROIS - 67 La Croisette / KHALLITA - 50 La Croisette / LEONARD - 45 La Croisette / MESSIKA - Boutique Louis Julian & Fils - 71 rue d’Antibes Cannes / PAIN DE SUCRE - 37 rue d’Antibes Cannes / RALPH LAUREN - 61 La Croisette / REDLINE - 161 rue Saint Honoré Paris / ROLEX - Boutique Louis Julian & Fils - 71 rue d’Antibes Cannes / SAVE THE QUEEN - 67 rue d’Antibes Cannes / VAN CLEEF & ARPELS 10 La Croisette / VENTCOUVERT - 109 bld Beaumarchais Paris / WHERE ELSE - GAS by Marie, Place de la Garonne Saint Tropez / ZILLI 32, rue du Commandant André


À l’occasion du 65ème Festival de Cannes, Cointreau crée l’événement en lançant une édition spéciale dédiée au 7ème art, signée Alexis Mabille.

Cointreau

dressed by Alexis Mabille

s’habille en Alexis Mabille For the 65th Cannes Festival, Cointreau marks the event with a special edition that’s dedicated to the silver screen and signed Alexis Mabille. Le célèbre couturier s’est prêté au jeu en habillant le flacon iconique sublimé d’une broderie de métal argenté qui décline un motif de nœuds papillon finement ciselés. « En habillant la bouteille Cointreau, j’ai pris un plaisir immense, comme pour une femme, à la sublimer, sans trop en faire, en soulignant ses lignes ambrées d’une résille de nœuds argentés se révélant tels des miroirs. Le flacon Cointreau, telle une pièce d’orfèvrerie aux courbes parfaites, apparaît alors en minaudière du soir, accessoire de mode incontournable, un absolu féminin. Le nœud papillon, ma signature, pourtant dérobé au vestiaire de l’homme et du smoking, devient ainsi un bijou transcendant le design indémodable de cette élégante dame qu’est la bouteille Cointreau », confie le créateur. La bouteille Cointreau par Alexis Mabille est un véritable accessoire couture que l’on aime dévoiler pour servir des cocktails délicieux. Un hommage aussi à la tenue des bartenders du début du siècle, vêtus d’une chemise de popeline blanche et d’un nœud papillon de soie noire. Notre chef Barman, Franck Gamba vous réalisera pour vous bon nombre de cocktails à base de Cointreau tels que les classiques Cosmopolitain, Margarita, Long Island Ice Tea ou bien The Duke, en exclusivité au Carlton Bar.

The famous fashion designer was happy to get involved and dress up the iconic bottle, which has been enhanced by silverplated metal embroidery with a finely chased bow tie motif. “When dressing the Cointreau bottle, it was an enormous pleasure for me, as it is with a woman, to make it more beautiful without overdoing things, by emphasising its amber lines with a net of mirror-like, silver-plated bows. The Cointreau bottle, like a silversmith’s perfectly curved work of art, then seems to be a kind of evening clutch bag, an essential fashion accessory and a feminine absolute. The bow tie, my signature, even though it’s been pinched from a man’s wardrobe and the evening suit, becomes, in this way, a jewel that transcends the timeless design of this elegant lady that is the Cointreau bottle”, confides the designer. The Cointreau bottle by Alexis Mabille is a true couture fashion accessory that’s a pleasure to unveil for serving delicious cocktails. It’s also a tribute to the style of bartenders at the turn of the century, who used to wear white poplin shirts and black silk bow ties. Our head barman Franck Gamba will create for your enjoyment a wide variety of Cointreau-based cocktails, including classics such as the Cosmopolitan, the Margarita and Long Island Iced Tea, or The Duke, a Carlton Bar exclusive. 108 - InterContinental Carlton

The Duke


REMARKABLE ADVENTURES BEGIN WITH A SUNRISE

Your Sunrise 45m superyacht is currently under construction, delivery 2013.

For all inquiries, contact: jc@sunriseyachts.com - tel. +33 6 8998 8983 - www.sunriseyachts.com


rendez-vous l’interContinental Carlton

traditionnel

Besides CeLeBrities attending the movie festivaL and the summer tourists, the Luxury hoteL has aCCommodated the greatest heads of state during the g20. But it is aLL happening for a reason. in 1922, the hoteL aLready WeLComed statesmen from the League of nations, the predeCessor to the u.n, during the Cannes ConferenCe. it Was a dipLomatiC event, WhiCh shoWed to Be important during the interWar period.


Outre les stars venues pour le Festival du Film et les estivants, le palace a reçu les plus grands chefs d’États de la planète lors du G20. Mais ce n’est pas un hasard. En 1922, il accueillait déjà les puissants de la Société Des Nations, ancêtre de l’O.N.U, lors de la Conférence de Cannes. Un rendez-vous diplomatique qui se révèlera important dans l’Histoire de l’entre-deux guerres.

des puissants

meeting point of the mighty

Décembre 1921. À Londres, Lloyd George, Premier Ministre britannique et son homologue français, Aristide Briand, se rencontrent pour discuter du Traité de Versailles. Les deux hommes s’entendent alors sur un futur rendez-vous : convoquer la Société Des Nations à Cannes. Il faut dire que cette décision est à la croisée des intérêts de chacun. Lloyd George, comme beaucoup de privilégiés britanniques, a fait de la Côte d’Azur un lieu de villégiature et il compte bien y passer quelques jours en hiver. Pour la France, Cannes a le double avantage d’être aisée à sécuriser du fait de sa taille et d’être une station balnéaire, s’ancrant ainsi dans la tradition des rencontres dans les « villes d’eaux » (Plombières en 1858, Biarritz en 1865, San Remo en 1920). Mais à Cannes, c’est aussi (déjà !) le luxe. Des palaces, de fastueuses villas et des conditions climatiques exceptionnelles offrent un écrin de rêve pour une rencontre au sommet. Et le Carlton en sera le théâtre principal.

December 1921. In London, Lloyd George, the British Prime Minister and his French counterpart, Aristide Briand, meet to discuss the Treaty of Versailles. The two men then agree on an upcoming meeting: calling together the League of Nations in Cannes. Mostly because that decision is in the interest of all. Lloyd George, as many other British wealthy men, has chosen the French Riviera to go on holidays, and he strongly intends to spend a few days there in winter. In France, Cannes provides the double asset of being easy to secure because of its size and of being a resort, consequently establishing itself among the tradition of “water cities” meeting locations (Plombières in 1858, Biarritz in 1865, San Remo in 1920). But Cannes, is also (already!) all about luxury. Luxury hotels, sumptuous villas and exceptional weather conditions provide a dream setting for this highly important meeting. And the Carlton is setting the stage.

Plaque commémorative

InterContinental Carlton- 111


1919. Au lendemain de la guerre, le constat est dramatique : l’Europe est à reconstruire et chacun compte ses morts. Tous camps confondus, on en dénombre vingt millions. Le Traité de Versailles, signé la même année par les vainqueurs que sont la France, le Royaume-Uni, l’Italie et les États-Unis, couche sur papier les réparations économiques demandées à l’Allemagne. Mais ce n’est pas le seul but du Traité. Cette guerre qui a pris des allures de boucherie, allant jusqu’à s’en prendre sciemment aux civils, a fait naître un constat : celui de fonder, devant la force de destruction des nouvelles armes à disposition, une institution internationale qui veillerait sur la paix mondiale. Son principal promoteur n’est autre que Woodrow Wilson, Président des États-Unis. Et c’est ainsi qu’est née la Société Des Nations. Les buts affichés de la nouvelle organisation sont clairs : le désarmement, la prévention des guerres et la résolution des conflits par la négociation. Autrement dit, passer définitivement du XIXe au XXe siècle et jeter, sans le savoir, les bases de ce que sera l’O.N.U. C’est ainsi que, du 6 au 13 janvier 1922, la SDN se réunit sur la Croisette au Cercle Nautique… à deux pas du Carlton. Ce bâtiment, aujourd’hui disparu, offrait le faste nécessaire pour accueillir une conférence d’envergure internationale. Pour l’occasion, le Quai d’Orsay, outre les villas fastueuses des collines cannoises, avait réservé deux étages entiers de l’InterContinental Carlton pour y loger la majeure partie des délégations. Et la liste des personnalités et chefs d’États présents, révèle l’importance du rendez-vous. Pour la France, Aristide Briand. Pour la Grande Bretagne, David Lloyd George. L’Italie est représentée par Ivanoe Bonomi. Tous « Président du Conseil » de leurs pays respectifs. Les ÉtatsUnis, discrets lors de cette rencontre internationale, envoient simplement un observateur en la personne du Colonel

un espace de décision Fernand Léger est l’un des pères de ce courant

Fernand Léger was one of the fathers of this artistic trend. 1919. After the war, the situation is terrible: Europe has to be rebuilt and each country is mourning its loss. All sides taken together, there are about twenty million dead men. The Treaty of Versailles, signed that very year by the victorious countries; France, the United Kingdom, Italy and the United States, puts down in writing the economic compensation claimed to Germany. But it is not the only goal of the Treaty. This war, which has turned into a complete massacre, up to deliberately attacking civilians, has raised one common goal while facing the new range of available weapons for destruction: creating an international institution which would watch over world peace. The main instigator is no other than Woodrow Wilson, the President of the United States. And that is how the League of Nations is founded. The objectives of the new organization are transparent: disarmament, war prevention and solving conflicts through negotiations. In other words, it means permanently leaving the 19th century and entering the 20th century while launching, without knowing it, what would become the U.N. This is how, from January 6th to January 13th, 1922, the League of Nations gathers on the Croisette at the Nautical Center… right next to the Carlton. That

112 - InterContinental Carlton

David Lloyd George


PATRICK MARTIN architectural project manager

réalisations d’exception pour demeures d’exception finest realization for finest people Уникальные проекты для Уникальных людей

PATRICK MARTIN architectural project manager

83, la croisette - 06400 cannes - france tel.: +33 (0)4 92 18 30 53 - mobile: +33 (0)6 61 58 95 95 www.project-manager.patrick-martin.fr info@project-manager.patrick-martin.fr


Kaufman & Broad 702 022 724 - RCS Nanterre. Illustrations non contractuelles.

SAINT-TROPEZ Vivre le mythe… … de la Place des Lices !

DERNIÈRES OPPORTUNITÉS LES LICES Découvrez dès maintenant, cette nouvelle réalisation d'exception située sur un emplacement aussi rare que convoité. À deux pas du cœur historique et de la Place des Lices, faites partie des derniers privilégiés à acquérir un appartement de grand standing, du 2 au 5 pièces. Bureau de vente : Angle avenue Paul Roussel et avenue Augustin Grangeon. Ouvert tous les jours de 10h30 à 12h30 et de 14h à 19h.

0 800 544 000 Numéro vert

Last chance! Live a mythe… of the Place des Lices! Discover this unique new development in its rare and coveted location right away! Close to the historic centre and the Place des Lices, be among the last special few to acquire a luxury 2-5 room apartment. Sale office: 0033

KetB.com

(0)1 60 79 75 15


Inauguration de la plaque commémorative

Harvey, ambassadeur Américain en France. Outre les principaux pays vainqueurs, on note la présence de la Belgique, du Japon et enfin le premier concerné par les discussions, l’Allemagne de Walter Rathenau. La thématique en ce beau mois de janvier 1922 est simple : les Allemands, croulant sous la dette des réparations, demandent un moratoire. Étant donné que le but avoué de la réunion est de reconstruire une Europe économique saine, la tâche ne s’annonce pas simple. C’est un membre de la délégation italienne qui fera cette déclaration : “Il n’est pas possible que sous un pareil soleil et devant une aussi belle nature, les chefs de gouvernements qui se rencontrent à Cannes n’aient pas une conception plus adoucie, moins âpre, des rapports entre les peuples”. Malheureusement, le climat ne fait pas tout. Deux clans se font face. La France, principale victime de la guerre en termes de dégâts humains et matériels, ne compte pas relâcher la pression sur la République de Weimar. Les Anglais, eux, pensent déjà à la rancœur qu’une dette trop lourde ferait naître chez les Allemands. Et au-delà du souhait de réintégrer le vaincu dans une Europe économique viable, ils ne désirent pas que la France devienne trop puissante sur le continent. Ce sommet sera marqué par la brièveté des séances. En effet, il semble que l’on préfère discuter dans le feutré des salons que devant une assemblée de pays qui, pour beaucoup hier, étaient ennemis… Sachant que l’InterContinental Carlton accueille la quasi-totalité des délégations, on peut facilement imaginer les négociations qui ont dû y être menées. building, which does no longer exist, provides a sumptuous environment to accommodate an international conference. Besides the luxury villas located on Cannes’ hills, the Quai d’Orsay has booked for the occasion two entire floors of the InterContinental Carlton to host most of the delegation members. And the names of the important people and heads of state on the guests list reflect the dimension of the event. For France, Aristide Briand is there. For Great Britain, David Lloyd George. Italy is represented by Ivanoe Bonomi. They are all “Prime Ministers” of their respective countries. The United States, keeping a low profile during this international meeting, has simply sent an observer through Colonel Harvey, the American ambassador in France. Besides the main victorious nations, Belgium, Japan and finally the first country affected by those declarations, Germany with Walter Rathenau, attend the event. This beautiful month of January 1922 holds one simple theme: Germans, weighted down by compensation debts, are asking for a moratorium. Considering that the main goal of the meeting is to rebuild an economically stable Europe, the task on hand is not going to be easy. A member of the Italian delegation made the following statement: “This sun and the beautiful nature must make the statesmen meeting in Cannes develop a softer, less bitter conception of relations between nations.” Unfortunately, nice weather cannot solve everything. Two blocks are facing each other. France, the main war victim regarding human and material loss, does not intend to release the pressure on the Weimar Republic. Great Britain, though, is already thinking of the resentment a too heavy debt would raise in Germany. And beyond the idea of including the defeated nation in an economically stable Europe, they do not want France to become too powerful over the continent. This event would be characterized

InterContinental Carlton- 115


l’Histoire se répète À l’image du destin de la SDN, l’Histoire nous dit que la conférence fut un échec sur le plan diplomatique. Le 13 janvier, David Lloyd George convoque la presse à l’InterContinental Carlton, pour signifier l’arrêt des négociations. En effet, la veille, Aristide Briand, après avoir défendu son bilan devant le Parlement à Paris et par un coup de théâtre propre à la IIIe République, avait démissionné. C’est Raymond Poincaré qui prendra sa place lors de la réunion suivante à Gênes au mois de mars 1922. Pour l’InterContinental Carlton et Cannes, cette conférence fut pourtant le début d’une ère dorée. Suite à la guerre, la station balnéaire perdit des clients fortunés tels les aristocrates russes, ruinés par le changement de régime dans leur pays. Cette conférence permet à Cannes de retrouver son lustre et c’est surtout la première manifestation d’envergure internationale qui s’y tient. Une vocation qui dure aujourd’hui encore. Le récent G20 en atteste. Ne dit-on pas que l’histoire se répète ?

Yes, they Cannes !

Les 3 et 4 novembre dernier, la Croisette avait déroulé son tapis rouge pour accueillir non pas les stars du 7ème art, mais les vingt-cinq chefs d’État et de gouvernement des principaux pays du monde, venus assister au G20. L’un des enjeux majeurs de ce sommet : trouver une solution à la crise de l’Euro. Parmi les pays présents à cet événement, le plus grand sommet international jamais accueilli en France, on pouvait citer l’Afrique du Sud, l’Allemagne, l’Arabie Saoudite, l’Argentine, l’Australie, le Brésil, le Canada, la Chine, la Corée du Sud, les États-Unis, la France, l’Inde, l’Indonésie, l’Italie, le Japon, le Mexique, le Royaume-Uni, la Russie et la Turquie. La France avait également convié les chefs d’État et de gouvernement de l’Espagne, des Emirats Arabes Unis, de l’Ethiopie, de la Guinée équatoriale et de Singapour.Habitué à jouer un rôle clef dans l’histoire politique internationale, l’InterContinental Carlton a ainsi eu la chance d’accueillir Barack Obama. Le président des États-Unis a séjourné pendant toute la durée de l’événement dans l’une des suites « présidentielles » du palace cannois. On the 3rd and 4th of November last year, the red carpet was rolled out on the Croisette to welcome not stars of the silver screen, but 25 heads of State and government leaders from the major countries of the world who had come to attend the G20 summit. One of the principal issues of this summit was finding a solution to the Euro crisis. Among the countries present at this event, which was the largest international summit ever hosted by France, were South Africa, Germany, Saudi Arabia, Argentina, Australia, Brazil, Canada, China, South Korea, the USA, France, India, Indonesia, Italy, Japan, Mexico, the United Kingdom, Russia and Turkey. France had also invited heads of State and government leaders from Spain, the United Arab Emirates, Ethiopia, Equatorial Guinea and Singapore. Accustomed to playing a key role in international political history, the Intercontinental Carlton was fortunate enough to welcome Barack Obama. The US president stayed in one of the ‘presidential’ suites of the Cannes luxury hotel for the duration of the event.

by the shortness of its meetings. Indeed, it seems that discussion is flowing more easily in the privacy of the lounges than among an assembly of countries, which are for the most part, enemies… Considering that the InterContinental Carlton Hotel is hosting almost all delegations, we can easily imagine that negotiations must have been held there. Reflecting the League of Nations fate, History will reveal that the conference turned out to be a diplomatic failure. On January 13th, David Lloyd George requests a meeting with the media at the InterContinental Carlton to announce the end of negotiations. Indeed, the day before, Aristide Briand, after defending his conclusions in front of the Parliament in Paris, has resigned in a dramatic turn of events, typical of the 3rd Republic. Raymond Poincaré would replace him during the following meeting in Genoa, in March 1922. For the InterContinental Carlton and Cannes, this conference marks the beginning of a golden era. After the war, the resort lost its wealthy clients, such as Russian aristocrats ruined by the change of the system in their country. This conference enables Cannes to regain its glory and to host the first International event in the history of the city. A calling which goes on today judging by the most recent G20. Don’t we say that History always repeats itself? 116 - InterContinental Carlton


1

2

3

1 - M. Obama et M. Chopinet 2- Dilma Roussef et M. Chopinet 3 - Jean Ping


P


Un Apache chez les expressionnistes Il y a 100 ans, le 28 janvier 1912 naissait Jackson Pollock. Pionnier de l’action painting, du dripping et autres figures de style picturales, cet artiste aux allures de cow-boy de l’ouest swinguait autour de ses toiles. À l’occasion du centenaire de sa naissance, retour sur un parcours hors du commun.

Pollock Jackson

an Apache amongst the expressionists

Jackson Pollock was born 100 years ago, on 28 January, 1912. He was a new type of American painter, an innate rebel with cowboyish allure. The pioneer of Action painting, drip painting and other pictorial styles, he swung around his canvases to the music of John Coltrane. On the century of his birth, we look back at the life of this extraordinary painter.

Même si Jackson Pollock est passé par différents styles, du dessin au figuratif, son originalité résidait dans sa façon de peindre. Visionnaire, il dépasse, dans les années 40, les frontières de l’expressionnisme abstrait pour inventer l’Action painting. Créatif, il instaure de nouvelles règles. Instinctif, il laisse libre cours à ses pulsions. Dévoué à sa peinture, il la libère des carcans usuels pour lui donner la possibilité de s’exprimer pleinement dans un all over uniforme sur toute la surface de la toile et bien au delà. Vif, rapide, il improvise une chorégraphie autour de la toile posée à même le sol pour mieux la posséder, la pénétrer, à la Even if Jackson Pollock evolved through different styles, from drawing to figurative art, his originality resided in his way of painting. In the 1940’s this visionary broke through the frontiers of abstract expressionism to invent Action painting. Creative, he established new rules. Instinctive, he gave free reign to his urges. Devoted to his painting, he freed himself from the usual customs to attain the ability to express himself all over the surface of the canvas and beyond. Lively and quick, he improvised a

InterContinental Carlton- 119


Jack the Dripper La peinture coule, éclabousse, la couleur gicle du bidon percé

The paint would drip, splash, the colour would spurt from the pierced can

manière des Indiens Navajos, qui peignent sur le sable, selon des rites magiques qui le fascine. En 1947, Jackson Pollock aka Jack the Dripper réinvente son pinceau pour réaliser ses premiers dripping. Une technique qui consiste à faire goutter la peinture au dessus de la toile. La peinture coule, éclabousse, la couleur gicle du bidon percé, quand Jackson Pollock ne la triture pas avec un bâton. Ses œuvres gargantuesques peuvent aller jusqu’à 5 m de large ! En 1950, celui que l’on surnomme le « James Dean de la peinture » connaît une année d’apogée créative où il réalise le dixième de son travail avec au total 32 toiles. Ses sources d’inspiration sont multiples, éclectiques. On retrouve en vrac les fresques mexicaines d’Orozco, le peintre sculpteur espagnol Miró, le peintre américain d’origine arménienne Gorky, la peinture surréaliste de l’artiste allemand Max Ernest, le peintre français André Masson, la célèbre œuvre « Guernica » de Picasso, sans oublier ses tout premiers cours avec son professeur, le peintre réaliste Thomas Hart Benton, mais aussi la nature, les grands espaces, les paysages arides et poussiéreux où il évolue, le grand canyon, ou encore la psychanalyse freudienne et jungienne. Benjamin d’une fratrie de cinq enfants, ses liens avec ses frères ont beaucoup influencé sa destinée d’artiste peintre ainsi que sa rencontre avec celle qui deviendra son épouse en 1945, la peintre Lee Krasner, rencontrée quatre ans auparavant au Museum of Modern Art de New York. Le 11 août 1956, à tout juste 44 ans, Jackson Pollock se tue au volant de son Oldsmobile décapotable. Il aura connu une destinée foudroyante. choreography around canvases which he laid out on the studio floor so he could better possess them, penetrate them, in the vein of the Navajo Indians, who paint on the sand, according to magic rites and who fascinated him. In 1947, Jackson Pollock aka Jack the Dripper reinvented his brush to create his first drip paintings. This technique consisted of dripping paint onto a canvas. The paint would drip, splash, the colour would spurt from the pierced can and Jackson Pollock would also apply the paint with sticks. His gigantic works can reach up to 5 m wide! In 1950, the artist nicknamed the “James Dean of painting” reached his creative zenith, producing a tenth of his work with a total of 32 paintings. His sources of inspiration were multiple, eclectic. For example, the Mexican frescos by Orozco, Spanish painter, sculptor Miró, the Armenianborn American painter Gorky, the Surrealist painting of German artist Max Ernest, the French painter André Masson, Picasso’s famous “Guernica” without forgetting his very first lessons with his teacher, the realist painter Thomas Hart Benton, as well as nature, large spaces, arid and dusty landscapes, the Grand Canyon, or even Freudian and Jungian psychoanalysis. The youngest of five brothers, his relations with them greatly influenced his destiny as an artist, along with his encounter with the woman who would become his wife in 1945, the painter Lee Krasner, who he met four years earlier in the Museum of Modern Art in New York. On 11 August 1956, aged only 44 years old, Jackson Pollock died at the wheel of his Oldsmobile convertible. He had a stunning destiny.

Jackson Pollock, No. 5, 1948

120 - InterContinental Carlton


Š Didier Bouko

Laurent Bunel, chef des cuisines de l’InterContinental Carlton


Nouveauté 2012, le Carlton restaurant vient de mettre en place des menus spécial détox, savoureux et gourmands. Et cela, ce n’est pas de l’intox !

cure

dé tox

Detoxifying treatment

In 2012 for the first time, the Carlton restaurant has designed tasty, gourmet menus specifically to cleanse the system. And that’s the pure truth!

InterContinental Carlton- 125


Les rendez-vous

gourmets une envie différente, chaque jour de la semaine a different experience every day of the week

Mythique, le Carlton Restaurant l’est tout autant que le superbe écrin dans lequel il est situé. Malgré la beauté des lieux, qui distillent une douce ambiance coloniale, on y vient d’abord et avant tout pour s’offrir une délicieuse escale gourmande. La carte est signée Laurent Bunel, aux commandes des cuisines de l’InterContinental Carlton depuis 10 ans. Amoureux des produits de saison, issus des petits producteurs locaux, le chef est à l’initiative des « rendez-vous gourmets du Carlton ». À la clef : une envie différente, chaque jour de la semaine. Et notamment le lundi. Pour bien entamer la semaine, le palace propose un menu détox. Au programme : un menu équilibré, élaboré à base de plantes (radis noir, pissenlit…) connues pour leurs vertus qui aident à l’élimination des toxines et optimisent les fonctions organiques. Des plantes mises en scène avec des fruits et légumes détoxifiants, qui abaissent le taux de cholestérol et ont une action préventive sur la dégénérescence musculaire.

© Didier Bouko

The Carlton restaurant is as legendary as its superb setting. Most people come here first and foremost for a gourmet experience, in spite of the stylish surroundings which exude a gentle, colonial atmosphere. The menu is created by Laurent Bunel, head of the Carlton InterContinental kitchens for the last 10 years. An enthusiastic supporter of seasonal produce sourced from small local producers, the chef is the driving force behind the “Carlton gourmet moments”. The result is a different experience every day of the week, and particularly on a Monday. To get the week off to a good start, the luxury hotel offers a detox menu. On the programme is a balanced diet of plants such as black radish and dandelion whose well-known properties help eliminate toxins and optimise body functions. These plants are used with other detoxifying fruit and vegetables, helping to lower cholesterol levels and prevent muscle degeneration.

Pressé de légumes printaniers

126 - InterContinental Carlton


Š Didier Bouko

128 - InterContinental Carlton


Fraicheur de jeunes légumes « croq’au sel » cuits vapeur Recette pour 4 personnes 4 artichauts poivrade, 4 asperges blanches, 200 grammes de céleri rave, 1 grosse tomate, 4 carottes fanes, 4 cébettes, 4 asperges vertes, 4 cosses de petit-pois, 8 morilles, 4 oignons fanes, 4 pois gourmands, 2 fenouils fanes, 4 framboises, 12 fines lamelles de betterave tigrée, 4 brins de persil plat, 4 bâtons de citronnelle, 8 lamelles de gingembre, ½ cuillère à café de poudre de thé Matcha, 3 litres d’eau.

Réaliser un bouillon avec l’eau, les bâtons de citronnelle, les lamelles de gingembre, laisser frémir 3 minutes et ajouter la poudre de thé Matcha. Laisser infuser et passer à l’étamine. Cuire indépendamment tous les légumes dans un cuiseur vapeur avec le bouillon. Dresser harmonieusement l’assiette avec l’ensemble des légumes. Pour accompagner, réaliser une vinaigrette composée d’un yaourt de soja nature, mélangé d’une cuillère à soupe de jus de citron, d’une demi-cuillère à café de tamari, d’une cuillère à soupe de coriandre hachée et d’une petite pincée de sel marin.

Fresh, steamed young vegetables with a touch of salt Serves 4 Make a stock with the water, cinnamon sticks, and ginger slivers. Boil gently for 3 minutes and add the Matcha tea powder. Allow to steep and then strain. Cook each type of vegetable separately with the stock in the steamer. Arrange the vegetables on the plate. Serve with a dressing made with a plain soy yoghurt mixed with a desert spoon of lemon juice, half a teaspoon of tamari, a desert spoon of chopped parsley and a small pinch of sea salt.

4 poivrade artichokes 4 white asparagus spears 200 grams of celeriac 1 large tomato 4 untrimmed carrots 4 spring onions 4 green asparagus spears 4 pea pods 8 morel mushrooms 4 untrimmed onions 4 mange-tout peas 2 untrimmed fennel bulbs 4 raspberries 12 thin slices of candy-stripe beetroot 4 sprigs of flat-leaved parsley 4 cinnamon sticks 8 slivers of ginger ½ teaspoon of Matcha tea powder 3 litres of water

InterContinental Carlton- 129


Gourmandises de la mer et légumes d’ici Recette pour 4 personnes 4 coquilles Saint-Jacques, 4 pavés de cabillaud, 4 calamars, 4 carottes fanes, 2 navets fanes, 2 fenouils fanes, 4 asperges vertes, 4 tomates cerise grappe, 2 oignons fanes, 2 artichauts violets, 20 fèves, 4 branches de thym, 4 feuilles de betterave, 4 feuilles de mélisse, 10 dl de lait de soja, 5 cl de vinaigre balsamique, un filet de vinaigre blanc pour pocher les calamars.

Cuire séparément tous les légumes dans une eau bouillante salée au sel de mer. Tourner les artichauts et les cuire dans une eau bouillante citronnée. Griller les coquilles Saint-Jacques et terminer la cuisson au four durant 2 minutes. Cuire les pavés de cabillaud dans un cuit vapeur avec une eau parfumée à la mélisse durant 5 minutes. Inciser légèrement et pocher dans une eau vinaigrée les blancs de calamars. Les rouler ensuite dans une poêle avec une pointe de vinaigre balsamique. Dresser les produits de la mer et les légumes, terminer en ajoutant les tomates, feuilles de betterave et branches de thym crues. émulsionner au mixeur le lait de soja, déposer cette écume harmonieusement et poivrer l’assiette avec un poivre de Sichuan. Pour accompagner, réaliser une vinaigrette en mixant une tomate mondée et épépinée avec une cuillère à soupe de céleri branche émincé, une grosse pincée de gingembre en poudre, une petite pincée de sel marin, une demi-cuillère à café de tamari et une cuillère à soupe de jus de citron. Servir tiède.

Delights of the sea and local vegetables Serves 4 4 scallops 4 cod steaks 4 squid 4 untrimmed carrots 2 untrimmed turnips 2 untrimmed fennel bulbs 4 green asparagus spears 4 vine cherry tomatoes 2 untrimmed fresh onions 2 purple artichokes 20 beans 4 sprigs of thyme 4 beetroot leaves 4 lemon balm leaves 10 dl soya milk 5 cl balsamic vinegar A dash of white vinegar for poaching the squid.

130 - InterContinental Carlton

Cook the vegetables separately in boiling water with a pinch of sea-salt. Prepare the artichokes and cook them in boiling water with lemon juice. Grill the scallops and finish cooking them in the oven for 2 minutes. Steam the cod steaks for 5 minutes using water infused with lemon balm. Lightly score the squids and poach in water to which a little vinegar has been added. Then toss them in a saucepan with a little balsamic vinegar. Arrange the sea food and vegetables on a plate and garnish with the tomatoes, beetroot leaves and sprigs of uncooked thyme. Emulsify the soya milk in a blender, place decoratively on the plate and season with Szechuan pepper. Accompany with a dressing made by blending a blanched and deseeded tomato with a desert spoon of finely chopped celery, a large pinch of powdered ginger, a small pinch of sea-salt, half a teaspoon of tamari and a desert spoon of lemon juice. Serve warm.


Š Didier Bouko


Š Didier Bouko

132 - InterContinental Carlton


Dos de loup de Méditerranée cuit au petit bouillon, simplicité de légumes provençaux Recette pour 4 personnes Composition de l’assiette : 4 pavés de loup épais, 4 navets ronds de printemps, 4 tomates cerise grappe, 4 gousses d’ail au vinaigre, 2 courgettes fleurs, 2 mini-aubergines, 1 poivron jaune, 20 pistils de safran, 4 brins de fenouil séchés, 2 dl de jus de crustacés. Couper en rondelles les tomates, courgettes, aubergines et détailler le poivron à l’emporte-pièce (rond et de même diamètre). Réaliser une brochette avec le brin de fenouil séché en alternant les rondelles de tomate, aubergine et poivron. Cuire à la vapeur les brochettes et les navets ronds . Pocher le loup dans le bouillon de légumes durant 6 minutes. Réduire de moitié le jus de crustacés et mixer. Dresser le poisson et les légumes, piquer la peau du loup avec les gousses d’ail au vinaigre taillées en pétales. Terminer le dressage avec les pistils de safran.

Jus de crustacés : 10 étrilles crues, 1 oignon blanc, 2 fenouils fanes, 1 branche de céleri, 1 gousse d’ail, 1 carotte nouvelle, 1 poireau, 1 branche de thym, 1 éclat de feuille de laurier. Dans une casserole, chauffer une cuillère à café d’huile d’olive, ajouter les étrilles coupées en deux jusqu’à ce qu’elles deviennent rouges, couper grossièrement l’oignon blanc, les fenouils fanes, le céleri, l’ail, la carotte, le poireau, la branche de thym et le laurier. Faire revenir l’ensemble durant 3 minutes, flamber avec une cuillère à soupe de cognac, ajouter deux tomates coupées en morceaux, mouiller à l’eau à hauteur et cuire une vingtaine de minutes à frémissement. Laisser reposer 30 minutes, presser et passer au chinois.

Le bouillon de légumes : 3 gros oignons, parures du poivron, parures des courgettes, parures des aubergines, 3 grosses tomates, peau de citron, verveine. Déposer tous les ingrédients dans une casserole, mouiller à hauteur et cuire le petit bouillon durant 20 minutes et filtrer.

Gently simmered fillet of Mediterranean sea-bass with Provençal vegetables Serves 4 Ingredients for the dish: 4 thick portions of sea-bass loin, 4 round spring turnips, 4 vine cherry tomatoes, 4 cloves of garlic in vinegar, 2 courgettes with flower, 2 baby aubergines, 1 yellow pepper, 20 saffron threads, 4 dried fennel stems, 2 dl of shellfish jus Cut the tomatoes, courgettes and aubergines into rounds and use a cooking-ring to cut the pepper into round pieces of the same diameter. Using the dried fennel as a skewer, alternate rounds of tomato, aubergine and pepper. Steam the skewers and the round turnips. Poach the sea-bass in the vegetable stock for 6 minutes. Reduce the shellfish jus by half and then blend. Arrange the fish and vegetables on the plate. Make petals from the garlic cloves and push them into the sea-bass. Decorate with saffron threads.

Ingredients for the shellfish jus: 10 raw velvet swimming crabs, 1 white onion, 2 untrimmed fennel bulbs, 1 head of celery, 1 clove of garlic, 1 new carrot, 1 leek, 1 sprig of thyme, 1 small piece of bay leaf Heat a desert spoon of olive oil in a pan, add the crabs cut in two and cook until they turn red. Roughly chop the white onion, the fennel with its leaves, the celery, carrot, leek, thyme and bay leaf. Add the vegetables to the pan and continue to cook for 3 minutes. Flame with a desert spoon of cognac. Add two chopped tomatoes and water to cover, and simmer for about 20 minutes. Leave to rest for 30 minutes, press and strain.

Ingredients for the vegetable stock: 3 large onions, Pepper trimmings , Courgette trimmings, Aubergine trimmings, 3 large tomatoes, Lemon peel, Verbena Place all the ingredients in a saucepan, add water to cover and simmer for 20 minutes. Strain.

InterContinental Carlton- 133


58, la Croisette - CS 40052 06414 Cannes, France Tél. : +33 4 93 06 40 06 Fax : +33 4 93 06 40 25 E m a i l   : c a rl t o n @ i h g. c o m w w w. i n t e r c o n t i n e n t a l . c o m / c a n n e s w w w. c a r l t o n - r e s t a u r a n t . c o m

Directeur de Publication : Alexandre Benyamine Coordination : Malya Zaïm Responsable Rédaction : Laure Lambert Journalistes : Sylvie Grand, Eric La Sorsa, Cécile Olivero, Pascale Pauty Secrétariat de Rédaction : Nadine Ponton Iconographie : Claire Matuszynski Direction Artistique : Arthur Le Caisne Responsable Studio graphique : Arnaud Marin Infographiste : Anne Bornet Photographe : Didier Bouko Photo de couverture : © Larsen & Talbert - Corbis Outline Impression : International Print Publicité : O2C régie Directeur : Anthony Aiken Directrice Adjointe : Julie Bouchon Responsables de clientèle : Joachim Cohen, Marie Ehrlacher, Assistants commerciaux : Mary Elbaz, Benjamin Manoukian Carlton Magazine est une publication 3030, chemin de Saint-Bernard Sophia-Antipolis - 06220 Vallauris Tél. : 04 93 65 21 70 - Fax : 04 93 65 21 83 E-mail : contact@o2c.fr - Site : www.o2c.fr

Retrouvez toutes nos publications sur w

w

w

.

o

2

c

.

f

r

Ce magazine a été imprimé sur du papier PEFC


CANNES

|

MONACO

+33 (0)1 42 44 42 40 | www.boucheron.com *En 1893, Frédéric Boucheron est le premier des grands joailliers contemporains à ouvrir une Boutique sur la place Vendôme

Carlton 16  

Le magazine de l'Hôtel Carlton, Cannes

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you