Page 1

DOC-DZ Le Magazine MĂŠdical


Un magazine Médical fait par une équipe des membres du forum médical Algérien :

http://doc-dz.forumactif.com Ce nouveau magazine - déstiné aux professionnels de santé - dans chaque numéro on vous informe de l'actualité médicale, des maladies rares, on vous donnera des astuces pour votre santé, forme, et bien-être.

- Bientôt un traitement pour les troubles intestinaux - Les avantages des multivitamines sur la grossesse - Chirurgie sans cicatrice (NOTES)

- La santé dans l’assiette - Le Wi-Fi….Dangereux pour la santé ? Douleur thoracique spontanée chez un homme

Vous pouvez meme trouver une version électronique du journal sur notre forum. Rédacteur en Chef

Techniques de l’acupuncture

Omar19 L’équipe Alphea.Sun, Dr Bochra, Dr Mirion, Dr Wide, Generaliste, Imili, Immunology, Iska, Pacifica, Paradis, Sad Shadow, Spiculus, Timouchha, Toubib88

- Faites la différence dans le monde…Ce n’est pas si difficile - Un jour…Une Histoire - Psychologie de l’enfant de 0-1 an

- Evolution de la médecine arabe - Le don des organes dans l’Islam

Pour consulter le site du magazine, rendez-vous à :

http://magazinemedical.blogspot.com

« La morale est comme la médecine, beaucoup plus sûre dans ce qu'elle fait pour prévenir les maux, que dans ce qu'elle tente pour les guérir. » Jean Le Rond

- C’est fini le ballonnement abdominal - Le syndrome de retour des vacances Le PET Scanner

- L’aubergine - Le régime Alimentaire Méditerranéen

Du

Le sport et la Gonarthrose


Magazine DOC-DZ

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

Page |2

Actualités Médicales & Chirurgicales

Bientôt un nouveau traitement pour les troubles intestinaux L’équipe de Dr. Ducker effectue les dernières étapes des essais cliniques de phase III du peptide-2 ressemblant au glucagon pour traiter les personnes atteintes de troubles intestinaux. « Le peptide favorise l’absorption des nutriments, réduit la perméabilité de l’intestin et semble aider à guérir une muqueuse intestinale lésée », dit le Dr

Ducker, qui attend avec impatience les résultats des essais cliniques qui seront publiés en 2010 dont lesquels il a concentré ses recherches sur le rôle du glucagon (hyperglycémiant). Il s’est particulièrement intéressé au rôle des hormones intestinales GLP-1 et GLP-2 qui, libérées dans le sang par les intestins lors de la prise d’aliments, régulent la glycémie en agissant sur le pancréas, l’estomac et le cerveau. Leur sécrétion est diminuée chez les patients diabétiques type II. Ces recherches ont permis de mieux comprendre les actions biologiques de la GLP-1 et ont découvert 2 médicaments pour le traitement du diabète II. « Nous vivons à une époque pleine de défis, mais aussi très stimulante en ce qui concerne la mise au point de nouveaux médicaments pour traiter le diabète », a dit le Dr Drucker, en entrevue

dans le cadre du prix Galien, le 29 août 2009. Même si les normes et les règlements relatifs à l’efficacité et à l’innocuité des médicaments antidiabétiques sont de plus en plus astreignants, ces nouveaux agents antidiabétiques sont faciles à utiliser, ils abaissent la glycémie avec moins de risques d’hypoglycémie et sans gain de poids, et ils semblent avoir des effets prometteurs sur les FDR cardiovasculaires. Je suis donc convaincu que nous disposerons de meilleures options thérapeutiques pour nos patients dans les années à venir.

Les avantages des multivitamines sur la grossesse… De nouvelles données sur l’importance de la prise de multivitamines et d’acide folique sur la santé des femmes enceintes et leurs enfants ne changeront probablement pas ce que recommandent déjà les médecins à leurs patientes enceintes, mais elles peuvent faire une grande différence sur un autre plan.

Une méta-analyse sur la supplémentation prénatale, menée par le Dr Prakesh Shah et ses collègues, au Mount Sinai Hospital et à l’Université de Toronto, a observé une réduction significative du risque de faible poids à la naissance avec la prise de multivitamines. L’analyse de 11 études randomisées – certaines comparant les multivitamines avec le placebo, d’autres avec la supplémentation en acide folique – a montré que le poids des nourrissons à la naissance était 54 g plus élevé en moyenne parmi les mères qui ont reçu une supplémentation en multivitamines comparativement à celles qui ont reçu l’acide folique/fer. On n’a observé aucune différence dans le risque de naissance avant terme ou d’enfants de faible poids gestationnel entre les groupes de l’étude. Selon le Dr Shah, la plupart des femmes en Amérique du Nord reçoivent déjà des informations sur les besoins d’une supplémentation en multivitamines, mais dans d’autres régions du monde, l’usage des multivitamines n’est pas aussi courant. L’Organisation mondiale de la santé s’est engagée à assurer que toutes les femmes reçoivent une supplémentation acide folique/fer,

Mais jusqu’à maintenant, cet engagement ne touche pas les autres vitamines. Sur les 135 millions de bébés naissant chaque année dans le monde, note le Dr Shah, 20 millions présentent un faible poids à la naissance. «Nous pourrions réduire de 1,5 million le nombre de bébés naissant avec un faible poids» en favorisant la prise des vitamines, dit-il. Le Dr R. Doug Wilson, directeur du département d’obstétrique et gynécologie de l’Université de Calgary, affirme que la supplémentation en acide folique vise habituellement la réduction des anomalies du tube neural, mais les femmes canadiennes «ont toujours été avisées de prendre des vitamines prénatales». Comme principal auteur des lignes directrices publiées en 2007 par la Société de gynécologie et d’obstétrique du Canada sur l’emploi d’une supplémentation avant que la femme ne tombe enceinte, il observe que la nouvelle étude ajoutera probablement un «peu plus de matière scientifique» à la compréhension de l’importance de la nutrition de la future mère. Par Dr. Bochra


Magazine DOC-DZ

Page |3

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

Actualités Médicales & Chirurgicales

Chirurgie sans cicatrice : mythe ou réalité grâce à la chirurgie par les orifices naturels…

L

a chirurgie transluminale au travers d'orifices naturels (Natural orifice transluminal endoscopic surgery, NOTES) est en plein développement durant cette dernière décennie. Après des expériences précliniques prometteuses, les premiers cas humains ont démontré sa faisabilité et son acceptation par la population. Elle représente l'espoir d'une chirurgie moins mutilante de l'image corporelle qui correspond à une demande de chaque patient devant bénéficier d'une intervention chirurgicale.

La chirurgie NOTES est caractérisée par la perforation intentionnelle, pour créer une voie d'abord, d'un viscère au moyen d'un endoscope (flexible ou rigide) pour atteindre une cavité corporelle (péritoine, etc.) ou un organe en vue d'une intervention chirurgicale. Ceci dans le but de réaliser une chirurgie sans abord transpariétal et sans effraction cutanée, donc sans cicatrice, respectant ainsi au maximum l'image corporelle du patient. L'absence d'effraction pariétale (cutanée et musculaire), en plus d'offrir un avantage cosmétique, permettrait de diminuer les douleurs postop et ainsi favoriserait la récupération après chirurgie. Divers gestes ont été réalisés par la NOTES. Ainsi, des péritonéoscopies, cholécystectomies, appendicectomies, ligatures de trompes…ont été réalisées avec succès par une équipe indienne. Par la suite, cette équipe a rapporté des ligatures de trompes par voie transgastrique. En 2007, la description de cholécystectomies NOTES par abord transvaginal a été publiée par plusieurs équipes. Nous devons, malgré l'enthousiasme soulevé par cette approche prometteuse, être les garants de la sécurité des patients en développant une chirurgie NOTES sûre et en validant ses résultats en les comparant aux techniques reconnues. La chirurgie NOTES aura certainement une influence importante dans la pratique chirurgicale courante dans le futur soit en tant que telle, soit au travers des avancées techniques qu'elle engendre. Si tel est le cas elle aura, et a déjà, une influence majeure sur la chirurgie minimalement invasive en la

rendant encore moins invasive et sans cicatrice visible, par exemple au travers de mini-abord ombilical unique. Par ces avancées, elle permettra la réalisation de gestes endoscopiques diagnostiques ou thérapeutiques de plus en plus complexes qui feront le futur de la gastroentérologie interventionnelle. Finalement, on peut imaginer que la chirurgie NOTES, qui sera un jour couplée à la robotique chirurgicale, offrira des possibilités techniques encore seulement rêvées aujourd'hui, elle apparaît comme un grand espoir de rendre la chirurgie atraumatique et sera certainement influencée dans son développement par la demande de la population comme cela fût le cas lors de l'apparition de la laparoscopie. Par Dr. Bochra


Magazine DOC-DZ Pour votre santé :

L

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

Page |4

La santé dans l’assiette :

’importance d’une bonne nutrition n’est pas une idée nouvelle… Déjà 400 ans avant J.C Hippocrate disait que : « L’alimentation était notre première médecine » et selon la médecine chinoise millénaire les aliments sont aussi des remèdes dont il importe de respecter un mode d’emploi bien précis pour prévenir et même traiter les maladies. Bien manger est essentiel pour garder la forme et la santé. En matière d’alimentation les excès sont aussi néfastes que les privations et la quantité doit s’allier à la qualité.

Faites-vous cinq repas par jour: Les meilleurs régimes alimentaires sont ceux qui sont basés sur cinq ou six repas car ils ne laissent pas de déchets et permettent à l’organisme de profiter au maximum de tous les principes nutritifs des aliments et de leur apport énergétique. Les cinq repas doivent être légers et équilibrés en privilégiant le petit déjeuner. Le diner doit être le plus léger possible en comportant peu de graisses et de sucres afin d’éviter leur stockage.

Quand manger : Votre organisme a besoin que l’on respecte son heure biologique. Terminés les déjeuners à 15h et les diners à 22h! Les dernières études scientifiques montrent que le fonctionnement de la glande pinéale ou épiphyse est lié à la lumière du soleil et à l’alimentation. Une étude sur 12000 malades pendant huit ans a montré que lorsqu’on mange dans les heures ou le soleil prend une de ses principales positions dans le ciel (les mêmes heures ou nous faisons la prière) on règle l’épiphyse qui à son tour régule la sécrétion de la mélatonine. Cette dernière joue le rôle du chef dans le corps en réglant son heure biologique et en régulant les différentes secrétions hormonales et élève le taux de la sérotonine. La mélatonine est un antidépresseur, elle est aussi considérée comme l’une des plus fortes substances

anti-cancer naturelles. Elle peut traiter la stérilité et les déséquilibres hormonaux de la glande thyroïde, de la surrénale et du pancréas d’une façon extraordinaire.

Variez les aliments : Idéalement les apports alimentaires doivent répondre aux besoins de l’organisme en nutriments essentiels, dix acides aminés, dix sels minéraux et dix vitamines représentent des éléments nutritionnels indispensables et l’absence de l’un d’eux se traduit par une carence. Variez les aliments entre les produits laitiers, les fruits, les légumes, les féculents, les légumes secs et les viandes. Chaque catégorie contient un très grand nombre d’aliments. Comme on ne peut pas tous manger et vue qu’il y a une complémentarité entre les nutriments de telle manière que si quelques uns sont présents et d’autres non, ils deviennent sans utilité, donc il faut choisir les meilleurs aliments, ceux qui sont faibles en calories, qui présentent une excellente source de fibres, de vitamines, de minéraux et qui ont un taux élevé d’antioxydants parmi leurs semblables. Voici dix aliments qui figurent parmi les meilleurs pour la santé : Le petit lait, le poisson, l’huile d’olive, l’oignon, l’ail, l’olive, les fruits de mer, les épinards et la fève de soya.

Mangez tous les jours des fruits et des légumes : Les plus variés possibles et sous toutes les formes : crus, cuits, en jus et en soupe. L’effet protecteur des fruits et des légumes serait lié à l’action des antioxydants qu’ils contiennent tels que le carotène qui joue un rôle majeur dans la prévention des maladies cardiovasculaires et cancer ainsi qu’à la présence d’autres vitamines et d’oligoéléments et à leur richesse en fibre. L’OMS en recommande une consommation quotidienne de 400g.


Magazine DOC-DZ Pour votre santé :

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

Des fruits avant les viandes : Manger des fruits avant tout produit d’origine animale: viande rouge ou blanche, poisson et produits laitiers est très bénéfique pour la santé pour une prévention ou même pour le traitement de certaines maladies. Les produits d’origine animale sont très riches en soufre et en phosphore. Ces deux éléments créent un milieu acide ce qui est très dangereux car l’organisme a besoin d’un pH neutre pour que les enzymes fonctionnent normalement, cela peut aussi aggraver certaines maladies. Les fruits sont riches en quatre éléments qui rendent le milieu basique : le magnésium, le calcium, le potassium et le sodium. Tous les fruits en contiennent mais avec différentes proportions. Donc manger un fruit avant les viandes permet de garder le pH neutre pour un bon fonctionnement de l’organisme.

Buvez beaucoup d’eau : L’eau est un élément indispensable, l’alimentation et la boisson doivent en apporter environ 2,5l par jour. Cela permet d’éliminer les toxines et d’éviter les sensations de faim pour ne pas grignoter entre les repas ou manger plus de ce que demande votre organisme.

Prenez votre temps à table : Mangez doucement, mâchez lentement pour bien assimiler. Cela vous permettra de détresser, de vous sentir rassasié et d’éviter les ballonnements, les douleurs gastriques les brûlures d’estomac et d’autres problèmes de transit. Attention ne manger pas et ne buvez pas en position debout c’est une mauvaise habitude et ce n’est pas bon pour la santé.

Avoir de bonnes habitudes alimentaires peut nous éviter de grands problèmes de santés, la bonne nutrition reste toujours mieux que la médication. Par Paradis

Page |5

Wi-Fi…dangereux pour la santé ?

Moi, je souhaite un NON…Cette nouvelle technologie qui a donné un nouveau gout au monde des réseaux. Avec le Wifi tu n’a besoin que des clés USB et « parfois » une antenne amplificatrice du signal.

Actuellement, le problème qui se pose c’est : Est-ce que ce rayonnement électromagnétique de la Wifi est nocif ? Le système Wifi utilise des ondes d’une fréquence de 2 450 MHz, la 1ere alerte a été signalée par Chsct (comité d’hygiène et de sécurité de la direction de la culture, Paris) disant que l’exposition à ces rayonnements peut être nocive pour la santé, et en réalité beaucoup de recherches ont été faites pour répondre à cette question. Ce qui nous intéresse c’est que l’OMS à déclaré que l’exposition prolongée aux ondes peu puissantes du Wi-Fi ne présente aucun risque de santé. Les trois domaines étudiés en détail par l’OMS concernent l'augmentation de la température du corps, le cancer, ainsi qu’un état nommé « hypersensibilité électromagnétique ». Aucun de ces cas n’a mis en évidence la présence de problèmes. Finalement, l'agence HPA (Health Protection Agency - UK) signale qu'il faudrait s’asseoir pendant une année dans un hotspot Wi-Fi pour recevoir autant d'ondes radioélectriques que celles émises par un téléphone mobile pendant un appel de 20 minutes. Donc jusqu’à maintenant, la dernière réponse à notre question est NON il n’est pas nocif. Par Omar19


Magazine DOC-DZ Pour votre santé :

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

Page |6


Magazine DOC-DZ

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

Page |7

Le CAS CLINIQUE

Observation Une patiente de 55 ans consulte aux urgences pour un malaise survenu le jour même à son domicile sans perte de connaissance. Elle n'a pas d'antécédent cardiovasculaire notable. Elle est active, travaille comme comptable et a deux enfants en bonne santé. Elle a comme facteurs de risque cardiovasculaire un tabagisme actif à 30 paquets/années et une hérédité coronarienne précoce (triple pontage chez la mère à 55 ans). À l'interrogatoire, la patiente explique qu'elle a ressenti avant son malaise des palpitations et une sensation de faiblesse musculaire généralisée accompagnée d'une gêne thoracique.

Examen clinique La patiente est parfaitement consciente et orientée. La fréquence cardiaque est de 80 par min, la pression artérielle de 12/8, la saturation en oxygène en air ambiant de 100 %. Elle est apyrétique. Les bruits du coeur sont réguliers et sans souffle. Il n'y a pas de signe d'insuffisance cardiaque. Les pouls périphériques sont perçus et sans souffle. Le reste de l'examen clinique est normal.

Démarche diagnostique initiale aux urgences Le bilan biologique réalisé en urgence est normal en dehors d'une élévation pathologique des D-dimères. Par ailleurs, il n'y a pas d'élévation de la troponine ou de trouble métabolique. Un bilan des facteurs de risque, avec un prélèvement effectué le lendemain à jeun, mettra en évidence une hypercholestérolémie avec élévation du LDL-cholestérol à 1,7 g/l. La radiographie du thorax montre une cardiomégalie modérée avec une pointe cardiaque sousdiaphragmatique. L'électrocardiogramme (ECG) montre un rythme sinusal et régulier à 60 par min. Il n'y a pas de trouble du rythme ou de la conduction. On note une onde Q en V1V2 compatible avec une séquelle de nécrose myocardique antérieure.

Afin d'éliminer formellement une embolie pulmonaire, un angioscanner pulmonaire est réalisé aux urgences (malaise, tachycardie sinusale avec vague douleur thoracique, élévation des D-dimères). Cet examen ne décèle aucun signe d'embolie pulmonaire, mais met en évidence une image anormale comblant la pointe du ventricule gauche (VG) d'aspect tissulaire et mesurant 4 cm. Les premiers diagnostics évoqués sont ceux de thrombus apical et de tumeur cardiaque. Elle est adressée en cardiologie pour poursuivre les examens.

Bilan cardiologique L'échographie cardiaque transthoracique (ETT) montre un VG non dilaté, non hypertrophié. Il existe une large poche dyskinétique antéro-septo-apicale comblée par une masse polylobée, le plus grand axe mesurant 5 cm sur 3 cm. La fraction d'éjection du VG est mesurée à 45 % (images 1 et 2). Les pressions de remplissage du VG sont normales, il existe un minime épanchement péricardique en regard de la poche dyskinétique. Un traitement d'épreuve par anticoagulants efficace est entrepris afin de juger de l'évolutivité de cette masse sous anti-vitamines K (AVK) dont la régression confirmerait la nature thrombotique. Un holter ECG des 24 heures est réalisé et détecte un rythme sinusal permanent avec quelques extra-systoles ventriculaires sans doublet ni salve. Il n'y a pas de trouble du rythme ou de la conduction paroxystique. Une IRM cardiaque sous traitement est réalisée : elle confirme, d'une part, la cardiopathie probablement ischémique avec une dyskinésie de toute la pointe du VG et, d'autre part, le comblement d'un anévrisme apical par une masse volumineuse, évoquant dans ce contexte un thrombus. Il existe une prise de contraste péricardique probablement en rapport avec une fissuration apicale.


Magazine DOC-DZ

Page |8

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

Le CAS CLINIQUE

l'examen confirmera la nature thrombotique. Ensuite, l'exclusion de l'anévrisme par un patch en téflon recouvert de péricarde autologue. Il n'a pas été possible de ponter l'IVA. Les suites de l'intervention ont été simples. Le contrôle ETT postopératoire visualise le patch avec une bonne exclusion de la pointe du ventricule gauche. La fraction d'éjection du ventricule gauche (FEVG) est mesurée à 45 %. Le traitement de fond (IEC, statines, antiagrégants plaquettaires et bêtabloquants) est maintenu. Image 1. Coupe parasternale, petit axe apicale du VG.

Discussion

Image 2. Coupe apicale du VG.

Démarche thérapeutique La patiente est donc sous AVK à doses efficaces (INR entre 2 et 3). On commence un traitement par des inhibiteurs de l'enzyme de conversion (IEC), statines, antiagrégants plaquettaires et bêtabloquants. Une ETT de contrôle sous AVK réalisée à 7 jours de traitement montre l'absence d'évolution de la masse. Compte tenu du doute diagnostique et de la possible fissuration apicale du VG à l'IRM, il est décidé d'un traitement chirurgical rapide. Une coronarographie est réalisée, qui montre une occlusion monotronculaire de l'artère interventriculaire antérieure (IVA) distale, confirmant a priori le diagnostic de cardiopathie ischémique sous jacente. Un doppler des troncs supra-aortiques et normal. La patiente est transférée en service de chirurgie cardiaque. L'intervention a lieu le lendemain : il est constaté en premier lieu que l'anévrisme du VG n'est pas rompu dans le péricarde. Une ventriculotomie gauche est d'abord effectuée puis une exérèse de la masse, dont

Les anévrismes dyskinétiques du VG sont actuellement des complications rares des infarctus (syndromes coronaires aigus avec susdécalage du segment ST), compte tenu de l'amélioration de leur prise en charge (revascularisation précoce, traitements anticoagulants et antiagrégants plaquettaires, IEC). Cependant, on peut encore les découvrir lorsque l'infarctus est passé inaperçu (le cas de cette patiente) ou est vu tardivement. Ces anévrismes peuvent eux-mêmes se compliquer d'insuffisance cardiaque gauche systolique, de troubles du rythme ventriculaire (tachycardie ou fibrillation), de thrombose et d'embolies artérielles, rarement de rupture ou de fissuration (en péricarde, voire en paroi libre). Leur traitement médical doit donc comporter l'association d'IEC, de bêtabloquants, d'anti-aldostérone et parfois d'un diurétique de l'anse (associés aux statines et antiagrégants plaquettaires). La nécessité d'un traitement chirurgical est rare, mais s'impose en cas de fissuration ou de rupture. La restauration d'un volume du VG par la chirurgie améliore la fonction systolique (en moyenne de plus de 5 %). La technique de référence est l'exclusion de l'anévrisme par un patch. En cas de viabilité résiduelle myocardique dans le territoire de l'infarctus compliqué d'anévrisme, la mortalité sous traitement médicamenteux simple est supérieure à celle des patients traités par chirurgie. Notre patiente n'a pas pu être pontée sur l'IVA, compte tenu de l'importance de l'anévrisme.


Magazine DOC-DZ

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

Page |9

Maladies Rares – MUCOVISCIDOSE

L

a Mucoviscidose ou Fibrose Kystique du Pancréas (FKP) est une maladie rare, génétique (la plus fréquente des maladies génétiques) beaucoup plus fréquente dans les populations occidentales, de transmission récessive (le bras long du chromosome VII), caractérisée par une atteinte principalement digestive et pulmonaire, avec d’autres signes selon l’âge et le terrain.

Découverte en 1936 par Fanconi, définie en 1938 par Andersen, La MV est une exocrinopathie généralisée, qui touche les glandes séreuses et les glandes à sécrétion muqueuse (l’atteinte muqueuse est liée à la production de sécrétions visqueuses, insuffisamment hydratée d’où le nom Mucoviscidose). Atteint principalement l'appareil respiratoire, le tube digestif et ses annexes (pancréas, foie et voies biliaires), mais également les glandes sudoripares et le tractus génital.

Physiopathologie : un peu complexe : Le gène CF de la pathologie qui porte la protéine CFTR (Cystic Fibrosis Transmembrane Conductance Regulator) subit une mutation (la plus fréquente est la mutation F508 = 90%) ; ce qui veut dire que la protéine 508 sur la protéine CFTR va être lieu de la délétion de 3 nucléotides, ce qui aboutit à l’absence de synthèse de phénylalanine. Cette mutation est le plus souvent associée avec une insuffisance pancréatique ; une autre mutation plus rare R117H ne s'observe que dans les formes adultes avec agénésie déférentielle (révélée lors d'un bilan de stérilité) ; certaines mutations rares ne donneraient que des formes cliniques discrètes.

Diagnostic de la maladie : 1- Symptomatologie Clinique

Les symptômes associent une toux avec expectoration, des bronchites répétées. L’auscultation est habituellement assez pauvre ou, en fonction de l’évolution, permet de retrouver des râles de tous calibres, fixes ou variables, diffus ou en foyer.

Signes radiologiques : Distension pulmonaire bilatérale, Syndrome bronchique (DDB), Troubles de la ventilation (atélectasies), Foyers de surinfection alvéolaires, PNO ou Pneumomédiastin, Fibrose pulmonaire.

Atteinte Digestive : Chez le nouveau né et le nourrisson, L'iléus méconial (occlusion aiguë néonatale de l’iléon terminal par le méconium), initial en 10 %. Le prolapsus rectal est un signe très évocateur chez le nourrisson. Il est secondaire à l’hyperpression abdominale et aux selles abondantes. Chez l'enfant, l’iléus stercoral (de même nature que le méconial) peut survenir, réalisant un iléus stercoral pouvant se compliquer d'invagination. L'insuffisance pancréatique exocrine s'exprime chez environ 90 % des patients. Elle donne une diarrhée chronique de maldigestion. Elle peut donner une Inflexion de la courbe staturo-pondérale surtout chez les nourrissons (<de 4 mois). Le RGO est lié à la modification du gradient de pression abdomino-thoracique (quintes de toux). D’autres manifestations peuvent survenir : Manifestations ostéoarticulaires, atteinte hépatique (stéatose, cirrhose), diabète, manifestations génitales (surtout chez l’homme : atrésie des canaux déférents entraînant une azoospermie, lésions fréquentes de la prostate et des vésicules séminales) chez la femme : hypofertilité (modification de la glaire cervicale). Mais jamais d’atteinte neurologique ou néphrologique. 2- Diagnostic positif :

Là, tout dépend de l’âge de notre patient, atteinte multiple :

Le diagnostic de la maladie repose sur :

Atteinte respiratoire :

1- Test de la sueur : mesure de la concentration du chlore sur un échantillon de sueur d'au moins 100 mg recueillis par iontophorèse. Pathologique au-delà de 60 mmol/l (NL 40) ; entre 40 et 60 mmol/l, on répète le test. Il doit être effectué par un labo spécialisé ; deux tests positifs = Diagnostic de la maladie.

Chez le nourrisson : - Bronchites récidivantes, souvent sifflantes, remarquables par leur caractère traînant, d’autant plus évocatrices qu’elles sont associées à des troubles digestifs ou à des difficultés de croissance ; - Encombrement persistant nécessitant une kinésithérapie respiratoire au long cours ; - Toux chronique moniliforme ou coqueluchoïde.

Chez l’enfant :

2- biologie moléculaire : Dans 90% des cas, elle permet de retrouver les mutations (surtout Delta F 508).


Magazine DOC-DZ

P a g e | 10

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

Maladies Rares – MUCOVISCIDOSE

3- Différence de potentiel nasale : sont significativement plus élevées au cours de la mucoviscidose (modification des échanges épithéliaux transmembranaires), utile pour orienter le diagnostic en cas de test de la sueur négatif ou douteux avec la mise en évidence par exemple d’une seule mutation.

3- Dépistage néonatal : Repose sur le dosage sur papier buvard de Trypsine Immunoréactive sanguine avant J5 qui sera confirmé par la Biomol : Un taux élevé correspond au passage d'une trypsinogène dans le sang circulant en raison de l'obstruction des acini pancréatiques.

4- Diagnostic anténatal : - D’abord quand les 2 parents sont hétérozygotes ils peuvent avoir déjà 1 enfant atteint : risque est de 2.5% - Si mère atteinte, 2 possibilités de réaliser de Diagnostic : 1- Si mutation identifiées (cas index) par polymorphisme de restriction ou par biopsie du trophoblaste vers 10ième SA si père possède aussi une mutation du gène CFTR (1/25) 2- Si mutation non identifiées chez le cas index, par amniocentèse entre 15-18 SA avec dosage de la PAL totale et ses 2 iso-enzymes en absence de mutation

chez le père.

- Médiane de survie 30 ans, pour les enfants nés après 1990 elle est de 40 ans. Après l’adolescence, meilleur pronostic chez les garçons. - L’évolution se fait vers les bronchites suppurées avec bronchectasies et fibrose pulmonaire => IRC => complication sur le plan respiratoire. Apparition d’un état de dénutrition en absence de prise en charge avec cirrhose surajouté et HTP. - Il existe cependant un grand nombre de variations dans l’évolution de la maladie et celle-ci reste imprévisible.

Prise en Charge: 1- Biologique: C'est la prise en charge de:

- l'insuffisance pancréatique (dosage de lipasémie et trypsinémie, prise en charge de stéatorrhée, tubage gastrique, PABA test) - Gazométrie du sang (hypoxie et hypercapnie) - Evaluation nutritionnelle. 2- Imagerie: Radiographie thoracique, TDM Thoracique, EFR, Imagerie abdominale (ASP, Echo).

Traitement : Aussi précoce que possible : 1- Hospitalisation dans un Centre spécialisé. 2- Prise en charge collégiale 3- Prise en charge d’une maladie chronique : Soutien psychologique, Maintien dans le cadre familiale, Insertion scolaire, Exonération du ticket modérateur. 4- Prise en charge respiratoire : Kinésithérapie respiratoire, Antibiothérapie, Activité sportive souhaitable, Bronchodilatateurs et corticoïdes inhalés, Vaccination antigrippale, Oxygénothérapie, Traitement des complications respiratoires. 5- Prise en charge digestive et nutritionnelle : Régime, Enzymes pancréatiques gastroprotégés, Vitamines A, D, E, Traitement des complications. 6- Traitement des complications non respiratoires et non digestives : Stérilité, AINS si arthrite, Polypectomie nasale, 7- Transplantation pulmonaire si nécessaire.

Evolution : - Maladie fatale à long terme par insuffisance respiratoire chronique terminale

Par Omar19


Magazine DOC-DZ

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

P a g e | 11

Maladies Rares – MUCOVISCIDOSE

Pour Mieux Comprendre : Physiopathologie de la Mucoviscidose D’abord, la protéine CFTR (présente seulement dans les cellules de revêtement des branches, intestin, Canaux pancréaticobiliaires, Canaux sudoripares, Canaux déférents) intervient dans la régulation du transport des ions chlore, une mutation de cette protéine va causer une anomalie de perméabilité au chlore : imperméabilité au chlore. 1- Excrétion du chlore est bloquée 2- Réabsorption de l’eau et du Na augmentée : DSH des sécrétions > mucus déshydraté visqueux et obstructif avec des colonisations microbiennes spécifiques en amont. Ce qui explique l’élévation ANORMALE de la concentration du chlore et du sodium de la sueur. (Diagnostic de certitude). Puis, pour expliquer l’atteinte respiratoire qui est la principale cause du décès prématuré (95% des patients) : une infection bronchique Chronique, associé à une réponse inflammatoire importante. Il faut d’abord savoir que le poumon mucoviscidosique n’est pas infecté ni inflammatoire au moment de la naissance. En quelques mois ou années, les signes d’infection commencent à apparaître (en raison de la réponse hyper immune). Les études faites sur ce mécanisme suggèrent que l’anomalie locale des défenses pulmonaires est la cause directe de l’atteinte respiratoire chronique ici. Par conséquent, la réponse inflammatoire aux infections bronchiques chez les mucoviscidosiques est plus puissante que chez les sujets normaux, il se crée alors un cercle d'hypersécrétion, inflammation secondaires à l’infection bronchique installée. La conséquence c’est l’obstruction, infection et inflammation bronchiques s'associent ou se succèdent pour conditionner l'évolution progressive vers la destruction des parois bronchiques et du parenchyme pulmonaire. D’autre part, l'obstruction des canaux pancréatiques aboutit à un déficit sécrétoire pancréatique exocrine, responsable d'une Maldigestion et d'une fibrose progressive du pancréas (d'où le nom de fibrose kystique du pancréas). Le mucus, trop épais au niveau du tube digestif, peut favoriser la survenue d’iléus méconial, ralentir le transit et contribuer à la malabsorption intestinale des nutriments. L'obstruction des voies biliaires peut rendre compte des lithiases observées à ce niveau, des microvésicules et en partie de la cirrhose du foie qui peut venir compliquer l'évolution de la maladie. L'obstruction des canaux déférents est responsable de stérilité par azoospermie.

Omar19


Magazine DOC-DZ Acupuncture

P a g e | 12

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

Les Techniques

A

près la définition de l’acupuncture, et ses indications et contre indications ; on va vous parler des techniques de sa réalisation. En réalité, il existe beaucoup de techniques, il y a des écoles qui utilisent des aiguilles (la plus fréquente dans le monde), il y a d’autres qui utilisent des ventouses, la chaleur, la pression…

Alors les techniques les plus utilisées :

Les aiguilles

La moxibustion (moxa) La circulation du sang et de l’énergie peut être stimulée par l’application de chaleur sur les aiguilles insérées, sur des points ou sur des zones spécifiques, dépendant du déséquilibre traité. La chaleur peut être appliquée à l’aide d’une lampe chauffante ou en brulant une herbe spécifique (moxa) près de la peau. Le moxa est utilisé pour traiter certains types de rhumatismes.

On utilise un tube mince et stérile pour effectuer ses insertions et, en tapant légèrement avec le doigt, l’aiguille est insérée dans la peau d’une façon indolore. Cette méthode permet l’insertion d’une aiguille très mince et assure que rien n’est en contact avec l’aiguille avant son insertion dans la peau. Ensuite, l’aiguille est insérée à la profondeur désirée, qui est déterminée par la localisation du point ainsi par le déséquilibre à être traité. La sensation ressentie pendant la stimulation initiale peut varier - picotement, chaleur, pulsations, léger courant électrique, etc. Les aiguilles sont laissées en place pendant que vous vous reposez confortablement. Peu de sensations sont ressenties pendant cette période, laquelle peut varier entre 10 et 30 minutes. La plupart des personnes se sentent revigorées après ce segment; certains s’endorment au cours de la procédure.

Les ventouses Cette méthode nécessite une succion sur certains points en utilisant des ventouses stériles. C’est une technique utilisée pour amener le sang et le Qi dans les tissus superficiels. Utilisée surtout durant le traitement de désordres aigus où il y a de la douleur et de la fièvre, les ventouses peuvent être laissées en place pour une certaine période de temps ou peuvent aussi être glissées le long des méridiens (voies de circulation). *Les ventouses sont utilisées pour stimuler la fonction respiratoire.

La stimulation électrique C’est une technique moderne en acupuncture qui demande l’utilisation d’un léger courant électrique sur les aiguilles insérées. Elle est principalement utilisée dans les cas où une stimulation continue est nécessaire, spécialement dans le traitement de blessure et de douleur. Elle a un effet anesthésique remarquable. En Chine, plusieurs chirurgies, même certaines chirurgies cardiaques, sont effectuées en utilisant l'acupuncture comme moyen d'anesthésie.

1. L’aiguille et le tube sont placés sur le point prescrit

2. L’aiguille est insérée dans la peau.

3.L’aiguille est insérée.

Ce Point stimulé dans les photos ci-haut: Milieu de l'Estomac : Améliorer la digestion, réduire la sensation de plénitude, les ballonnements, les indigestions...

L’acupression Par cette technique, les points sont stimulés en appliquant une pression en frictionnant, en massant et en appliquant une pression sur la peau aux endroits prescrits. Dans certains cas, l’acupression peut être utilisée afin de réduire le nombre d’aiguilles nécessaires au traitement (l’insertion d’aiguilles peut être épuisante pour certaines personnes).

Qi gong Durant le traitement, le praticien peut améliorer la stimulation des points et des zones en vous guidant dans la réalisation de certaines techniques demandant des exercices respiratoires.

On a parlé ci-dessus des techniques les plus courantes, mais il reste beaucoup de techniques qui sont de plus en plus utilisées, dont des études et des recherchent sont effectuées. Par Iska


Magazine DOC-DZ

P a g e | 13

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

Psychologies Faites la différence dans le monde…Ce n’est pas si difficile

Un jour…Une Histoire

Un matin, un petit garçon se promenait sur la plage déserte avec son grandpère. Ils entretenaient tous deux une conversation très enrichissante. Le petit garçon était particulièrement curieux de nature et posait plein de questions à son grand-père, doté d’une très grande sagesse.

Il était une fois une course... de grenouilles. L’objectif était d’arriver en haut d’une grande tour. Beaucoup de gens se rassemblèrent pour les voir et les soutenir.

À toutes les deux minutes, le grand-père se penchait, ramassait quelque chose par terre qu’il rejetait aussitôt dans l’océan. Intrigué, après la dixième fois, le petit garçon s’est arrêté de marcher et a demandé à son grand-père :

La course commença.

- Que fais-tu, grand-papa ? - Je rejette les étoiles de mer dans l’océan. - Pourquoi fais-tu cela, grand-papa ? - Vois-tu, mon petit fils, c’est la marée basse, et toutes ces étoiles de mer ont échoué sur la plage. Si je ne les rejette pas à la mer, elles vont mourir parce que dans quelques heures elles sécheront sous les rayons chauds du soleil. - Je comprends, a répliqué le petit garçon, « mais grand-papa, il doit y avoir des milliers d’étoiles de mer sur cette plage, tu ne peux pas toutes les sauver. Il y en a tout simplement trop. Et de plus, grand-papa, le même phénomène se produit probablement à l’instant même partout sur des milliers de plages à travers le monde. Ne vois-tu pas, grand-papa, que tu ne peux rien y changer?» Le grand-père a souri et s’est penché, il a ramassé une autre étoile de mer. En la jetant à la mer, il a répondu ceci à son petit fils : « Tu as peut-être raison, mon garçon, mais ça change tout pour celle-là ! »

En fait, les gens ne croyaient probablement pas possible que les grenouilles puissent atteindre la cime, et toutes les phrases que l’on entendit furent de ce genre : «Quelle peine !!! Elles n’y arriveront jamais!» Les grenouilles commencèrent à se résigner, sauf une qui continua à grimper avec fougue et enthousiasme et les gens continuaient : «... Quelle peine !!! Elles n’y arriveront jamais!...» Et les grenouilles s’avouèrent vaincues, sauf toujours la même grenouille qui continuait à insister. A la fin, toutes se désistèrent, sauf cette grenouille qui, seule et avec un énorme effort, atteignait le haut de la cime. Les autres voulurent savoir comment elle avait fait. L’une d’entre elles s’approcha pour lui demander comment elle avait fait pour terminer l’épreuve. Et découvrit qu’elle... était sourde !

À l’instar du grand-père de cette histoire, vous pourrez peut-être pas changer le monde à vous seul, mais vous pouvez très certainement faire une différence dans la vie des gens autour de vous, une personne à la fois. « Dans cent ans, l’argent que vous aurez laissé dans votre compte en banque n’aura probablement aucune importance, ni le genre de maison que vous habitiez ou encore moins la marque de votre voiture que vous conduisiez… Mais ce qui pourrait toutefois faire la différence dans notre monde, c’est à quel point vous avez été important dans la vie d’un enfant. »

N’écoutez pas les personnes qui ont la mauvaise habitude d’être négatives... car elles volent les meilleurs espoirs de votre cœur! Rappelez-vous pour toujours du pouvoir qu’ont les mots que vous entendez ou que vous lisez.


Magazine DOC-DZ

P a g e | 14

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

Psychologies

Psychologie PSYCHOLOGIE de l’enfant de 0-1 an:

L

e pouce ou la tétine ? Ce n’est un dilemme que pour les parents, car l’enfant choisit aussi bien l’un que l’autre, pourvu qu’il ait quelque chose dans la bouche. De plus, une autre querelle existe, pire que celle des capulets et des Montaigu : les adeptes du pouce et ceux de la tétine.

La situation En fait ce qui vous rend perplexe les opposants à la tétine, c’est la notion d’hygiène puisque bien souvent la tétine tombe et traîne par terre. Ce à quoi répondent les détracteurs du pouce : de toute façon le pouce… traîne aussi par terre et il déforme les dents à forme d’appuyer dessus ; et puis au moins, la tétine on peut la supprimer, tandis que le pouce… Ce qui se passe dans sa tête Dès le sixième mois, dans le ventre de sa mère, le fœtus tête son pouce. C’est un réflexe de succion tout à fait normal. Par la suite, hors du ventre de sa mère, il retrouvera ce même pouce qui lui rappelle cet endroit chaud où il se trouvait. L’interprétation du psy - Qu’il s’agisse du pouce ou de la tétine, le fait de sucer calme l’enfant et lui fait du bien car c’est encore, comme le doudou un objet transitionnel qui lui permet de mieux supporter la frustration de la séparation d’avec son père et sa mère. - Jusque vers 4-5 ans, l’enfant a besoin de cet objet. Et parfois il peut garder cette habitude très longtemps, parfois jusque vers l’âge de 10-12 ans. La tétine ou le pouce demeure un moyen de compensation et d’apaisement. Mais au-delà se pose le problème des dents dont l’arcade dentaire supérieure risque d’être poussée vers l’avant. C’est pour cela que les dentistes préfèrent que l’enfant suce sa tétine plutôt que son pouce.

Votre attitude - Jusque vers 4 ans, au coucher : laissez l’enfant sucer son pouce ou sa tétine. Le risque est qu’il la perde au milieu de la nuit et s’agite. D’où l’intérêt des tétines luminescentes que vous pouvez stocker dans un petit panier repérable dans le lit et où il n’aura qu’à se servir. - Les vieilles tétines percées doivent être jetées sans pitié : ce sont des réservoirs à microbes et elles favorisent les crises d’aérophagie . Préférez les tétines en silicone à la place des tétines en latex qui peuvent provoquer des allergies Les pièges - Coller une tétine dans la bouche de l’enfant est moyen de le faire taire et d’avoir la paix. Evitez cela : d’une part cela entretient le système, et d’autre part, vous risquez de l’empêcher de s’exprimer (symboliquement et physiquement), ce qui risque plus tard d’en faire un enfant ou un adolescent timide . - La lui laisser tout le temps dans la bouche. Préférez la lui laisser seulement avant le coucher. En effet, la tétine devient alors un sujet de dépendance et son absence un manque. De plus, cela limite sa capacité à s’exprimer et freine son évolution et ses échanges verbaux avec son entourage.

Et puis ce besoin de satisfaction par l’oralité risque de déboucher à terme sur d’autres formes de dépendances orales (la cigarette, l’alcool, la nourriture…).

Par Generaliste


Magazine DOC-DZ

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

P a g e | 15

Religion & Histoire de médecine Arabe

Evolution de la médecine arabe Il faut préciser que la médecine arabe n’est pas l’œuvre des arabes seulement, car on compte parmi les plus grand savants arabes un grand nombre de Persans et autres. De plus même si cela se passe en terre musulmane, elle n’est pas l’œuvre de musulmans uniquement mais également de chrétiens et juifs

Les arabes ont le mérite d’avoir développé plusieurs domaines de la médecine, ils ont surtout excellé dans deux domaines l’ophtalmologie et la pharmacologie, ils savaient opérer de la cataracte et utilisaient de nombreux végétaux à usage oculaire et notamment le camphre, l’ambre et le musc. C’est eux qui ont inventé l’anesthésie à l’éponge, ils pratiquaient les accouchements par césarienne et savaient réduire les fractures. Deux médecins ont marqué l’histoire de la médecine arabe : Al-Razi et Ibn-Sina.

Ibn Zakaria Al- Razi Abu Bakr (Rhazès) est né vers 865 à Ray au sud de Théran en Perse, il a pratiqué la musique, étudié la philosophie, l’alchimie, les mathématiques et l’astrologie et s’est intéressé à l’orfèvrerie, la monnaie et les sciences occultes. Il avait la trentaine lorsqu’il a commencé l’étude de la médecine à Ray auprès de Ishaq Ibn Hunain, il était influencé par les écrits de Ali Ibn Rabban Tabari, ainsi que de Abdous Ibn Zayd, complétant son éducation par les lectures et l’expérimentation. Al-Razi était le chef de l’hôpital de Bagdad, c’est lui qui a organisé la première structure hospitalière arabe à Bagdad, il y dispensait un enseignement réputé et assurait son service entouré de ses élèves et de ses assistants. Il recommandait une thérapeutique douce, une nourriture saine et soins attentifs, le tout accompagné de trois percepts : repos, hygiène et calme.

Il a pratiqué de nombreuses spécialités médicales : la chirurgie, la gynéco, l’obstétrique, l’ophtalmologie et la stomatologie. Parmi ses réalisations médicales les plus importantes : les diagnostics de la variole et de la rougeole, il a décrit la différence clinique entre les deux maladies de façon si frappante que rien depuis n’y a été ajouté. C’est un chef d’œuvre de la médecine clinique.

Al –Razi a écrit 184 livres et articles dans plusieurs domaines scientifiques, dont 61 relevant de la médecine, tous en langue arabe. Ses principaux ouvrages en médecine son : CONTINENS, Traité sur la variole et la rougeole, La médecine des pauvres, Livre d'al-Mansouri, Aphorismes, L'asthme allergique et Médecine Royale. Devenu non voyant à la fin de sa vie, il décède à Ray le 27 octobre 925. Abu Ali al-Husayn Ibn Abd Allah Ibn Sina (Avicenne) scientifique musulman, artiste, théologien, philosophe, écrivain et politicien, né en 980 à Afshanah prés de Boukhara à l’est de Perse. A dix ans il connaissait le coran, l’arabe littéraire et la philosophie, à 16 ans il avait terminé ses études de droit et à 18 ans il a était nommé médecin de la cour auprès de l’émir de Boukhara. Il s’était distingué en médecine, il était le premier à parler d’un ver circulaire connu aujourd’hui comme l’Ankylostome et s’était intéressé au cancer, d’après lui il fallait intervenir dés l’apparition du mal et procéder a


Magazine DOC-DZ

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

P a g e | 16

Religion & Histoire de médecine Arabe l’ablation de tous les tissus atteints. C’est aussi lui le premier qui a découvert les infections contagieuses de la membrane cérébral, il a établit le premier diagnostic explicite de la sclérose du cou et de la méningite et il a traité la paralysie faciale et ses causes. On lui doit également la description de certains troubles psychiques. Son apport en médecine est immense, fondé sur ses propres observations, il avait remarqué que certaines maladies se propageaient par l’eau et le sol. Il a fait de nombreuses découvertes dans le domaine de la physique, il avait constaté que si la perception de la lumière provenait de la projection d’un certain type de corpuscule par une source lumineuse, la vitesse de la lumière devait être obligatoirement limitée. Ibn Sina a écrit plus de 200 ouvrages et thèses, son plus grand œuvre est le Canon de la médecine ; encyclopédie qui détaillait pratiquement tous les stades de toutes les maladies connues ou répertoriées, il était la référence dans le domaine de la science médicale de toutes les universités orientales et européennes. Il a écrit le livre de la guérison de l’âme, le livre de la délivrance, le livre des signes et des avertissements et le traité des Cordiaux. Ibn Sina décède en 1037 à Hamadan d’une affection gastrique. D’autres médecins ont participé dans la progression de la médecine arabe telle que Abu alWalid Ibn Ahmed Ibn Mohamed Ibn Rouchd (Averroès) philosophe, théologien islamique, juriste, mathématicien et un médecin musulman andalou né a Cordoue en Espagne.

en 1126. Il était le disciple de Abu Marwan Zuhr (Avenzoar) et fut le médecin de la cour de Maroc. Il était porté sur la recherche, l’analyse et le traitement de la maladie, son plus grand œuvre est le livre de la médecine universelle ce dernier est composé de sept livres : Anatomie des organes, Santé et physiologie, Maladies et accidents, Symptômes, Médicaments et nourriture, Hygiène et Thérapie, il a également écrit les Antidotes. Il mourut le 10 décembre 1198 à Marrakech. Il y aussi Maymoun (Maïmonide) médecin, philosophe, théologien et savant juif né en 1135 à Cordoue.

Il fut le médecin de la cour de Saladin, sultan d’Egypte et de Syrie au XIIe siècle. Une dizaine de livre de médecine lui sont attribué, on peut citer : Le Traité des Aphorismes médicaux de Moïse, le Traité des poisons et leurs antidotes, le Traité de l'asthme, le Traité sur les Aphrodisiaques ou Traité de la vie conjugale, le Traité des hémorroïdes, le Traité de conservation de la santé, Commentaires des aphorismes d'Hippocrate, le Traité des réponses médicales, les Aphorismes de Moïse Maimonide ou Fusul Moussa, le Glossaire de phytothérapie et la Prière Médicale. Beaucoup d’autres médecins qu’on ne peut citer ont laissé leurs traces dans l’histoire de la médecine arabe, ils ne se sont pas contentés de traduire l’œuvre des grecs, ils les ont critiqués et développés.

Par Pacifica


Magazine DOC-DZ

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

P a g e | 17

Religion & Histoire de médecine Arabe

L

Le don d’organes dans l’islam:

Le don d’organes est l'objet de nombreuses divergences parmi les savants musulmans et un sujet de grande discussion en islam comme il se trouve ceux qui le permettent dans le but de lever le préjudice, et d’autres l’interdisent dans le contexte de sainteté du corps humain.

sera rétribué pour avoir fait miséricorde à un être humain, méritant ainsi la miséricorde du Ciel. L’opinion si dessus est basés sur d'une Fatwa émise par "The Islamic Fiqh Council" (Madjma' al-Fiqh al Islâmi): •

Il est permis de transplanter et de greffer un organe à partir d'une partie du corps d'une personne vers une autre partie de son corps, en veillant à ce que les profits de cette opération dépassent les éventuels maux qu'elle pourrait occasionner, et à condition que cela est fait afin de remplacer la perte d'un organe, pour restaurer son apparence ou sa fonction régulière, ou encore afin de corriger un défaut occasionnant un état de détresse psychologique.

Il est permis de transplanter un organe ou un tissu à partir d'une personne sur une autre, si cet organe ou ce tissu est capable de se régénérer seul, comme la peau ou le sang par exemple, à condition que le donneur est mature et comprend parfaitement ce qu'il est en train de faire. Il est nécessaire aussi que les autres conditions essentielles de la Charia' (portant sur ce genre de don) soient respectées.

Il est permis d'utiliser un organe ou un tissu qui a été prélevé d'une personne pour cause de maladie afin d'en faire profiter une autre. Il est ainsi autorisé d'utiliser pour une transplantation la cornée d'un œil qui a été retiré pour cause de maladie.

Notre question est ainsi : Est-il permis à un musulman de faire don de l’un de ses organes? Les organes constituent-ils au contraire un dépôt confié par Dieu dont l’individu n’a pas le droit de disposer sauf par la permission de Dieu ? Sachant que l’individu n’a pas le droit de disposer de sa vie librement en se suicidant, est ce qu’il n’as non plus le droit de disposer d’une partie de son corps dont la cession lui sera préjudiciable ? S’il est licite pour un musulman de se jeter à l’eau pour sauver un noyé, ou de pénétrer dans le feu pour éteindre un incendie pourquoi ne lui serait-il pas licite de risquer une partie de son corps au profit de ceux qui en ont besoin ? Bien qu’il soit un dépôt confié par Dieu, on le considère au même titre que la fortune dont le bon dieu a donné à l’homme la jouissance et la liberté d’en disposer au profit de ceux qui en ont besoin comme indiqué dans le Noble Coran à l’instar du verset : « Et accordez-leur une part de la fortune de Dieu qu’Il vous a accordée. », Et donc il peut aussi faire don d’une partie de son corps à ceux qui en ont besoin. Il y a cependant une limite à cette analogie entre la fortune et le corps,

Et aussi sur le compte rendu qui a été publié à la suite du deuxième séminaire sur la jurisprudence islamique, qui s'est déroulé à Delhi le 1er, 2 et 3 Avril 1989, concernant la transplantation d'organe qui dit : Si un patient se trouve dans la situation suivante: il a complètement perdu l'usage d'un de ses organes si une transplantation d'organe n'est pas effectuée, il y a un fort risque qu'il décède aucune prothèse ne peut palier la déficience dont il est victime des médecins expérimentés ont la certitude qu'il n'y a aucun moyen de sauver sa vie, excepté par une transplantation d'organe les médecins sont à peu prêt sûrs qu'à la suite d'un transplantation, sa vie sera sauvée un organe sain est disponible

D’avantage, nous avons connu le don du sang — qui fait partie du corps humain —sans qu’aucun savant ne le condamne l’abstention unanime de toute condamnation ajoutée à l’existence de fatwas favorables à cette pratique montre bien que cela est acceptable du point de vue de la loi islamique. Or, selon les principes établis de la jurisprudence islamique, le préjudice doit être levé dans la mesure du possible. C’est pourquoi la jurisprudence islamique prévoit que l’on porte secours aux nécessiteux, et que l’on sauve toute personne exposée au péril en sa vie ou sur tout autre plan le concernant.

o o

Par conséquent, nous pensons qu’il est permis de soulager un musulman souffrant d’une insuffisance rénal en lui faisant don de l’un des deux reins sains que possède un tiers. Cela est non seulement permis, mais méritoire aussi ; le donateur

Dans un tel cas extrême de nécessité, il sera permis à ce patient d'avoir recours à une transplantation d'organe.

o o

o o


Magazine DOC-DZ

P a g e | 18

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

Religion & Histoire de médecine Arabe Si une personne en bonne santé arrive à être persuadée (à la suite de diagnostiques émis par des médecins expérimentés) que s'il se sépare d'un des organes présents en double dans son corps (comme ses reins etc…), sa santé ne sera pas affectée, alors il a le droit de faire don d'un de ses organes à un membre de sa famille qui risque de mourir s'il n'a pas immédiatement recours à une transplantation (et il ne dispose pas non plus d'aucune autre alternative en matière de traitement). Donc l’islam ne limite pas la charité (sadaqah) à l’argent, Faire don d’une partie de son corps au profit d’autrui rentre dans ce cadre. Il s’agit même de l’une des formes de charité les plus élevées et les plus méritoires car le corps vaut beaucoup plus que la fortune. L’individu ordonnerait la fortune pour sauver une partie du corps. Si nous tenons pour autoriser le don d’organe émanant d’un donateur vivant, cette permission est-elle absolue ? . Il n’est pas permis de faire un don occasionnant un préjudice pour soi ou pour toute personne ayant des droits inaliénables sur soi. Aussi est-il interdit de faire don d’un organe unique dans le corps tels que le cœur ou le foie car le donateur ne peut pas vivre sans eux. Or, il n’est pas permis de lever le préjudice subi par autrui en portant préjudice à soi-même.. On inclut dans ces considérations les organes internes du corps que nous avons en double lorsque l’un des deux organes est patient ou non fonctionnel. On se ramène alors au cas de l’organe unique. Et selon la Fatwa émise par "The Islamic Fiqh Council" (Madjma' al-Fiqh al Islâmi): •

Il est interdit de prélever un organe vital (comme le cœur, par exemple) d'une personne vivante pour le transplanter sur une autre.

Il est interdit de prélever un ou plusieurs organes d'une personne vivante quand cela peut affecter une de ses fonctions essentielles et primordiales, même si cela ne met pas sa vie en danger (comme c'est le cas, par exemple, si les cornées des deux yeux sont prélevées). Cependant, si un tel prélèvement n'occasionne qu'une affectation partielle de ce genre de fonction, la question de savoir le caractère licite ou illicite de cet acte est encore à l'étude parmi les savants. La grande partie de divergence se remarques dans la question de prélèvement d’organes d’un décédé. Deuxième séminaire sur la jurisprudence islamique, qui s'est er déroulé à Delhi les 1 , 2 et 3 Avril 1989, concernant la transplantation d'organe a interdit strictement cette pratique

alors que "The Islamic Fiqh Council" (Madjma' al-Fiqh al Islâmi) l’a autorisé selon la suite •

Il est permis de prélever un organe à partir du corps d'une personne décédée et de le transplanter sur une personne dont la vie ou la préservation d'une de ses fonctions essentielles et primordiales dépendent de cet organe, à condition que la permission de ce prélèvement soit donnée par la personne durant son vivant, ou par ses héritiers, ou par le responsable des musulmans, dans le cas où l'identité du défunt n'est pas établie ou qu'il n'a pas d'héritiers. Ainsi que certains savants musulmans indo-pakistanais Enfin, seul un individu adulte et sain d’esprit peut faire don de ses organes. Une précaution particulière doit être prise afin de s'assurer qu'un réel accord inconditionnel a été obtenu dans le cas mentionné ci-dessus, et que ce transfert d'organe n'a pas fait l'objet d'une transaction financière quelconque, car le commerce d'organes n'est en aucun cas autorisé. Par ce que La vente d'organes humains est interdite selon le compte rendu qui a été publié à la suite du deuxième séminaire sur la jurisprudence islamique, qui s'est déroulé à er Delhi les 1 , 2 et 3 Avril 1989, concernant la transplantation d'organe. Par Imili


Magazine DOC-DZ

P a g e | 19

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

Beauté & Bien être

C’est fini le ballonnement Abdominal

L

es ballonnements abdominaux représentent une gêne dans la vie quotidienne. Ils se rencontrent à tout âge. Ils ne sont pas du tout nocifs, mais a une fréquence régulière, ils peuvent nuire à notre qualité de vie.

Les ballonnements abdominaux sont provoqués par une accumulation de gaz dans l’intestin, ces derniers proviennent de l'air avalé au cours la déglutition; de l'air contenu dans les aliments, ou bien au cour de la digestion (hydrogène et gaz carbonique); entraînant ainsi une distension intestinale accompagnée d’une augmentation de volume de l’abdomen. Ces sensations de gonflement qui sont souvent accompagnée d’un besoin d’éructer ou d’émettre des gaz; peuvent se faire ressentir au niveau de l’estomac, de l’intestin et du côlon. On parlera alors d’aérogastrie (au niveau de l’estomac), d’aérolite (de l’intestin) et de d’aérocolie (du côlon).

Prévention contre les ballonnements Ces quelques petits conseils simples à appliquer peuvent souvent s’avérer très efficaces : • • •

Manger lentement : prendre tout son temps en mâchant les aliments au cour le déglutition. Hygiène de vie : il faut bien entretenir votre corps ainsi que l’environnement ou vous vivez. Mener une vie calme : évitez les émotions fortes, la fatigue, le stress car ils accentuent les troubles digestifs de type ballonnement. évitez ces aliments suivants : (Tableau des aliments à éviter selon leurs degrés).

• •

éviter de mastiquer entre les repas en permanence du chewing-gum. Essayez de manger moins à chaque repas mais de faire plus de repas : 4 ou 5 repas dans la journée au lieu de 3. essayez de marcher quelques minutes après votre repas afin de stimuler la digestion.

Le Régime alimentaire contre ballonnement : - Cuire les aliments sans graisse - Choisir les fruits bien mûrs, Consommer les fruits sous forme de compote ou cuits ou jus de fruits. - Le matin, à jeun, buvez UN grand verre d’eau froid. Il faut boire au moins 2 litres par jour. - Consommer des fibres : Les fibres sont présentes au niveau dans légumes et les fruits frais, le blé, les Graines oléagineuses (amande, noisette, noix…), les figues sèche, les dattes, les haricots blancs cuits, les artichauts, les petits pois cuits et les pois chiches cuits. Il est conseillé de consommer 4 à 5 portions de légumes et de fruits par jour. - Un régime à base de protéines accompagné d’une diminution des sucres et des graisses, permet d’améliorer les ballonnements. * En plus de ces conseils prévention, il existe comme solutions naturelles certaines plantes qui peuvent aider à résoudre les problèmes de ballonnement, par exemple L’angélique, Le fenouil, Le thym et Le basilic Les ballonnements abdominaux se manifestent généralement de façons bénignes et transitoires. S’ils se prolongent plusieurs semaines et s’accompagnes d’autres manifestations comme un diarrhée ou constipation, des douleurs abdominales, des vomissements ou des crachats sanguins ; il est recommander de consulter un médecin le plus tôt possible.

Par Alphea.Sun


Magazine DOC-DZ

P a g e | 20

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

Beauté & Bien être

Syndrome post-vacance :

L

es vacances se terminent et c’est le retour à la routine : réveil matinal, horaires, les mêmes têtes... L’été est la saison préférée de beaucoup de personnes. Ce sont des jours de repos, sans obligations professionnelles ni scolaires, ni d’horaires établis. Mais, toutes les bonnes choses ont une fin!

Entretenez votre forme retrouvée pendant le break estival Inscrivez vous dans des salles de sport ou pratiquez le sport de votre choix, ou bien vous pouvez délaisser le transport en commun pour la marche ou le vélo.

Vive les week-ends en forme :

Pas la forme, pas le moral... Vous êtes partis en juillet ? Et si c'était le syndrome post-vacances ? Ne vous laissez pas abattre ! Cette légère déprime qui touche environ 35% des jeunes adultes à leur retour de vacances n'est que passagère... Il s’agit d’une dépression légère qui affecte adultes et enfants. En particulier, les plus petits sont très sensibles aux changements et cela les trouble. Ce syndrome obéit au changement brusque entre le style de vie des vacances et celui du travail. Quelques conseils simples vous permettront de mieux lui tordre le cou !!!

Préparez votre retour de vacances Pour ne pas céder à ce désespoir de la rentrée, essayez d'organiser au mieux le retour à la réalité. Si vous étiez en voyage, rentrez quelques jours avant de reprendre le boulot. Cela vous permettra de retrouver vos marques et le simple plaisir d'être chez vous… tout en étant encore en vacances.

Pas question de rester enfermée à ruminer, Planifiez d'autres échappées, cinéma, une promenade, un dîner entre amis ou en famille !!

En ce qui concerne nos petits enfants Chaque enfant est un monde et réagit d'une façon différente ! Le rôle des parents est de les aider. Ils doivent essayer de les habituer petit à petit à l’idée de faire des allers-retours entre la maison et l’école. Ils doivent leur dire comme c’est bien d’y aller et tout ce qu’ils vont apprendre... L’école est aussi un endroit où il y a beaucoup d’enfants comme eux. Ils pourront s’y faire beaucoup de petits camarades ! Voilà toutes nos bonnes idées pour éviter cette baisse de moral à la reprise !! Alors travaillez à être heureux c’est le plus beau des métiers ! Par Dr. Mirion


Magazine DOC-DZ

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

P a g e | 22

High-Tenchology

Le TEP Scanner La Tomographie d’Emission à Positons (TEP) est une nouvelle technique basée sur l’émission de positons. Elle permet de déceler la présence de tumeurs de très petite taille. Couplé à un scanner (ou bientôt de l’IRM, qui ne délivre pas de rayonnements ionisants) permet de bénéficier des avantages des deux types d’imagerie, morphologique et fonctionnelle, et d’optimiser ainsi le diagnostic des cancers, et sa prise en charge. Cette technique n'est pour l'instant pratiqué que dans des centres spécialisés

cancers, tels celui de l’ovaire ou du testicule. Peu indiqué dans le cancer du sein, il peut même localiser les maladies d'Alzheimer ou de Parkinson à gauche, image de scanner X montrant une boule anormale dans un poumon ; au centre, image de TEP indiquant que la boule est très probablement cancéreuse. A droite, image combinée de

Principe du TEP Scan La TEP permet de visualiser la façon dont un organe fonctionne ou l’activité d’une tumeur, d’où l’appellation d’imagerie fonctionnelle. On peut alors prédire plus sûrement la nature bénigne ou cancéreuse de tumeurs et estimer leur vitesse de croissance. Les cellules cancéreuses étant très consommatrices de sucres,5 à 20 fois supérieure à la normale en raison de leur multiplication anarchique. Le principe du TEP Scan repose sur le marquage et la détection d’un dérivé du glucose : le FDG (FluoroDéoxyGlucose), un analogue du glucose qui se concentre dans les tumeurs et auquel sont attachés des atomes de fluor 18 émetteurs de positons capables d'émettre un signal détectable et mesurable depuis l'extérieur de l'organisme. La forte accumulation de glucose marqué dans les cellules cancéreuses permet de visualiser la présence éventuelle d'une tumeur et son extension, ainsi que de rechercher d'éventuelles métastases.

Indications du TEP Scan La réalisation d'un examen TEP Scan n'est pas indiquée dans le dépistage de tous les cancers. Les principales indications cliniques sont : les cancers broncho-pulmonaires, coliques et ORL, les mélanomes, lymphomes hodgkiniens et non hodgkiniens. Son utilité a également été démontrée dans le suivi de certains

scanner et de TEP.

Déroulé pratique et coût Le TEP Scan est absolument indolore et sans danger. Du FDG marqué est injecté par voie intraveineuse au patient à jeun, puis, après une heure de repos, l'examen est lancé.. Ce marqueur a deux atouts : d'une part, l'émission qu'il provoque est très typée et facilement identifiable, d'autre part, sa durée de vie est courte avec une période de deux heures seulement. En d'autres termes, au bout de deux heures, la moitié de sa masse de départ s'est désintégrée. Donc, huit heures après l'injection d'une solution de glucose et de fluor, l'organisme du patient se sera débarrassé de la quasi-totalité de l'isotope. Lors de leur désintégration, les atomes de fluor 18 émettent un positon, d'où le nom du procédé. Or, le positon n'est autre qu'un anti-électron (même masse que l'électron, mais charge électrique positive), et nous entrons ici dans le domaine de l'antimatière, donc dans le domaine de l'instable très éphémère. Dès qu'un positon (+) rencontre un électron (-) d'un atome de la matière environnante, ils se détruisent mutuellement,.. Le tarif d'un TEP scan est conséquent (1 200 euros en moyenne). Un coût qui s'explique par l'énorme investissement que représente la machine (environ 2,5 milliards d'euros) et le prix élevé de la dose de FDG nécessaire à l'examen. De nouveaux isotopes particulièrement intéressants seront disponibles grâce au cyclotron Arronax. Il s’agit par exemple du cuivre 64 un émetteur de positons. Par Dr. Wide


Magazine DOC-DZ High-Tenchology

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

P a g e | 23


Magazine DOC-DZ

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

P a g e | 24

Manger bien et sain

Zoom sur l’aubergine

E

n temps de cherté dans nos marchés. On parle de moins en moins de l’aubergine. D’autres légumes comme la pomme de terre et la courgette lui ont volé la vedette.

Mis à part quelques passionnés, l’Algérien ne semble pas bien connaitre et apprécier ce magnifique légume du soleil .Et pourtant elle est douée de nombreuses qualités pour notre santé et l’effervescence culinaire mondiale lui fait une très grande place. Il y’a des siècles que l’aubergine a pris la route accompagnée de la soie et des épices pour arriver au Maghreb via l’Espagne. Les berbères ne lui donnent pas de nom elle est connu sous plusieurs appellations badenjel, denjel ,beidenjel, tous d’origine persane.

100 kilo calorie), le zinc (0,6 mg/100 kcal), le manganèse (0,8 mg/100 kcal). Parmi les substances minérales, le potassium domine (260 mg aux 100g), tandis que le sodium ne dépasse pas 3 mg : cela confère à l’aubergine des qualités diurétiques indéniables. Ces propriétés en font également un légume adapté au régime sans sel et intéressant dans le cadre de l’hypertension artérielle. Les vitamines sont bien diversifiées : vitamines du groupe B, vitamine e, provitamine A en petites quantités et bien sûr vitamine C. Maintenant que l’aubergine n’a plus de secret pour vous, vous constatez certainement que c’est un légume typique de la « Diète Méditerranéenne », alors intégrez la dans vos repas pour en améliorer la qualité nutritionnelle.

On peut tout faire avec des aubergines, elles se prêtent à toutes les sauces et modes de cuissons, avec de la viande, de la volaille, du poisson, du salade, grillées, à la vapeur, en gratin, frites, conservées à l’huile ou au vinaigre et même confites au sucre. L’aubergine est riche en fibres : 2,5 g aux 100 g. Ces fibres (à dominante de pectines) sont bien tolérées par les intestins, dont elles facilitent le bon fonctionnement. Les personnes souffrant du colon irritable veilleront toutefois à ôter la peau et les petites graines. Du fait de son apport énergétique peu élevé, l’aubergine présente une bonne densité minérale : c’est notamment le cas pour le Mg (72 mg pour

Par Dr Mirion


Magazine DOC-DZ

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

P a g e | 25

Manger bien et sain

Le régime alimentaire méditerranéen et la santé

L

e régime alimentaire méditerranéen appelé encore régime crétois, en général celui des populations des bords de la méditerranée, apparaît comme un modèle nutritionnel capable d’intervenir sur de nombreuses affections en les prévenant ou en limitant leur évolution. Cependant, et du fait de la diversité des pays et des cultures de cette région du monde, il n’existe pas de modèle originel précis. La base de la cuisine méditerranéenne est simple, traditionnelle et populaire. Elle est constituée principalement de légumes, fruits frais et secs, de produits céréaliers (pain), fruits à coque issues de la saison et de la culture locale. Faible en viande rouge, elle préfère le poisson et la viande blanche. L’huile d’olive est la principale source de lipides. La consommation modérée de vin est aussi un point fort de ce régime. La cuisine méditerranéenne est globalement faible en acides gras saturés et riches en micro-constituants protecteurs apportés par les végétaux.

Des aliments typiques Les fruits et légumes frais Sont largement consommés dans cette région. La diversité est très grande : poivron, courgette, tomate, artichaut, fenouil, roquette, mais aussi chou, courges et potiron... Les fruits (raisin, figue, pêche, fraise, melon, pomme, poire...) sont consommés le plus souvent nature, à la fin des repas ou en collation, impliqués dans la prévention de différentes pathologies (cancers, maladies CV...) et permettent de limiter l’apport calorique global des repas. Les herbes et aromates frais sont utilisés (numéro 1 de magazine).

Les fruits secs Forme traditionnelle de conservation, les fruits secs (raisins, abricots, figues...) sont encore bien présents et donnent une touche gustative particulière à certains plats. Ils sont souvent associés aux fruits

oléagineux (amandes, noisette, pignon...) et aux fruits confits.

Les céréales Les céréales apportent d’une part de l’énergie, et d’autre part, une bonne quantité de protéines d’origine végétale. Riches en fibres et en minéraux quand elles ne sont pas raffinées (pain complet, blé concassé), elles sont présentes à tous les repas et collations (pain frotté d’ail et huile d’olive, ou fromage). La présence importante de céréales permet d’atteindre la quantité de glucides complexes recommandée par les experts en nutrition (55 à 58 % de l’énergie totale de la ration alimentaire).

Les légumineuses Haricots en grains, fèves, lentilles, et pois chiches, dans une moindre mesure, complètent l’apport protidique des céréales. L’association des céréales et des légumineuses permet en effet d’obtenir des protéines de qualité équivalente à celle des produits d’origine animale (viande, lait...), car leurs acides aminés sont complémentaires.

L’huile d’olive Utilisé pour l’assaisonnement comme pour la cuisson. Riche en acides gras mono-insaturés, bénéfiques au système CV, elle est également intéressante pour sa richesse en anti-oxydantes: vitamine E, et pigments polyhénoliques (anti cholestérol et fluidifiant sanguin).

Le poisson Principale source de protéines animales, le poisson du bassin méditerranéen est souvent un poisson « gras » (sardine, anchois, maquereau, espadon...), donc riche en Oméga 3. Ces acides gras complètent ceux de l’huile d’olive, et améliorent en particulier la fluidité du sang.


Magazine DOC-DZ

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

P a g e | 26

Manger bien et sain Les bénéfices santé du régime méditerranéen : Les maladies cardio-vasculaires et athérosclérose : Les conclusions d'une étude sur 15 ans montrent que le taux de mortalité coronaire des Crétois est de 3.8%, contre 97.2% en Finlande ou 73.3% aux USA. Une alimentation riche en glucides complexes et en fibres, et où les acides gras mono-insaturés (dans l'huile d'olive) constituent la principale source de lipides abaisse le LDL-cholestérol (mauvais cholestérol) et s'accompagne d'une faible incidence de maladies coronariennes. De même, une étude munie sur l’effet du régime méditerranéen sur l’inflammation CV, a constaté une atténuation des paramètres sanguins témoins de l’inflammation (protéine C-R…) chez les personnes qui suivent ce régime. Les cancers : 132 études sur 170 réalisées montrent que la consommation de fruits et légumes est associée à une diminution du risque de certains cancers en particulier celui des poumons, du sein, du côlon, de l'estomac, de l'œsophage et du pancréas. L'ostéoporose, les fractures : Dans les pays méditerranéens, l'incidence des fractures du bassin est plus faible que dans les pays de l'Europe du Nord. Ces résultats sont dus à l'ensoleillement et au faible apport en protéines animales (une forte consommation de protéines animale entraîne une excrétion urinaire du calcium). Spina Bifida : Les fruits et les légumes comme le melon, les épinards ou le brocoli apportent un taux suffisant d'acide folique (100mg/100g) pour prévenir les affections du tube neural observées lors des grossesses. Le diabète : Ce type d'alimentation agirait en améliorant l'équilibre

glycémique et la macro-angiopathie diabétique (pathologies des grosses voies vasculaires). Ceci est dû à la consommation de faible quantité d'acides gras saturés, à la quantité élevée d'acides gras monoinsaturés (qui abaissent le risque d'oxydation des LDL) et à l'apport de fibres solubles qui favorise la baisse de l'hyperglycémie postprandiale et peut-être des lipides que l'on trouve dans le sang. La cataracte : L'alimentation méditerranéenne, par son apport important d'antioxydants végétaux pourrait ralentir l'apparition de cataracte. Excès de poids : Riche en fibre, elle procure une sensation durable de satiété. Les produits céréaliers (pain, pâtes…) ne font pas grossir contrairement aux idées reçues. De plus, la consommation importante de légumes et de fruits permet de manger à sa faim avec un moindre apport énergétique. Grossesse, asthme et atopie durant l’enfance : L’adhésion maternelle au modèle alimentaire méditerranéen durant la grossesse protège contre l’apparition de sifflements et d’atopie à l’âge de 5 ans. C’est sans doute une conséquence d’une exposition du fœtus à plusieurs antioxydants et de la réduction consécutive des dommages liés au stress oxydatif dans les poumons. En outre, les graisses de poisson ont des propriétés anti-inflammatoires et leur forte consommation durant la grossesse a été associée à un risque réduit de maladies allergiques chez l’enfant. Le secret de cette cuisine c’est la diversité des produits frais et végétaux qu’elle emploie. Elle est plus saine, plus adaptée à l’organisme et apporte une réelle diversité des éléments nutritionnels indispensables dont notre corps à besoin pour être en bonne santé, sans plus, ni moins.

Par Sad Shadow


Magazine DOC-DZ Détente

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

P a g e | 27

1) Un gars va chez son médecin pour lui demander son avis : - Docteur, j'ai à peine quarante ans, et pourtant, quand je me regarde dans la glace, je vois un vieil homme chauve au teint jaune, aux joues creuses, et au dents qui se déchaussent. Qu'est-ce que c'est? - J'en sais rien, répond le médecin, mais ce que je peux vous dire, c'est que votre vue est parfaite. 2) Dans les bureaux de l'étatcivil, une dame vient déclarer la naissance de son premier enfant. - Quel nom souhaitez-vous donner à votre fils ?, demande l'employée de mairie. - ZVFOKLUTR, répond la mère. Ça me rappellera son père ! - Ah bon ? Son père était tchèque peut-être ? - Non, il était opticien.

Verticalement 1. Partie de la médecine qui a pour objet l'étude et le traitement des maladies vénériennes 2. Abstraire. Donc 3. Grandes étendues d'eau. Trempes 4. Ancien nom de la ville Paris. Épouse d'Adam 5. Le un espagnol. Espace entre un côté du lit et le mur 6. Tailleur. Pluie 7. Compagne de Tristan. Et le reste 8. Champion. Solde. En les 9. Titre universel de paiement. Avoir des aventures amoureuses si on court celle-ci 10. Appâts. Atome 11. Holmium. Erbium. Élément du grec (image) 12. Pomme de terre. Commune de Belgique

Horizontalement 1. Vacancier 2. Fils d'Isaac. Venus de 3. Chauve-souris commune en Europe. Bruit que fait un liquide qui gicle 4. Ville du Danemark. Se dit du jazz expressif et coloré des années 1925-1930 5. Note. Maison 6. Grand lac. Ensemble des militants d'un parti 7. Délectation. République française 8. Travail pénible. Trois 9. Fruit à noyau. Confiance 10. Chope. Seizième partie de la livre 11. Colère. Cordon. Régal canin 12. Pièce qui supporte le poids d'un véhicule. Derrière


Magazine DOC-DZ

Numéro 2 – Octobre & Novembre 2009

P a g e | 28

Médecine du Sport

Les bienfaits de la perte de poids et la prescription d’exercice pour les patients souffrant de gonarthrose

L

’arthrose, à travers la destruction cartilagineuse et la douleur qui s’en suit, entraîne une atrophie musculaire, une diminution de la mobilité, un équilibre précaire ce qui va entraîner un handicap physique.

Les moyens thérapeutiques généralement proposés, comportent le traitement médical, chirurgical et l’hygiène de vie. Le traitement médicamenteux est généralement à base d’anti-inflammatoires qui ne sont pas dénués d’effets secondaires importants, surtout à long terme. L’efficacité du traitement chirurgical arthroscopique semble aussi discutée pour la gonarthrose modérée. Par conséquent, la nécessité d’une approche moins invasive et plus efficace est de plus en plus évidente.

Différents essais cliniques ont essayé de préciser l’apport de l’exercice dans la prise en charge de la gonarthrose et ont rapporté une amélioration significative sur le retentissement algofonctionel. On sait aussi que l’obésité est associée à la gonarthrose et que la perte de poids peut améliorer la dégénérescence cartilagineuse. L’American College of Rhumatology (ACR) et l’European League Against Rheumatism (Eular) recommandent tous les deux la perte de poids et la

prescription d’exercice pour les patients souffrant de gonarthrose. À travers une etude récente, ils ont a pu dégager que l’association exercice physique et régime peut être efficace aussi bien sur la douleur et la fonction, dans la prise en charge de l’obèse ayant un problème de gonarthrose modérée. Cela est expliqué non seulement par une perte pondérale, une réduction du tour de taille (TT), une amélioration de la masse maigre (MM) et de la masse grasse (MG), mais aussi par une amélioration de la force musculaire des muscles des membres inférieurs et des paramètres cardiovasculaires. Le pourcentage d’amélioration de la fonction retrouvée dans cette etude était un peu plus supérieur, de 20 % (indice de Lequesne) et de 26 % (indice de Womac). Cela peut être expliquée non seulement par une amélioration de la capacité aérobie des patients, mais aussi par une tonification des muscles des membres inférieurs. Uniquement les patients ayant bénéficié de l’exercice physique, ont montré une amélioration des paramètres cardiovasculaires, une augmentation de la distance parcourue lors du test de six minutes avec une amélioration de la force des muscles quadriceps et ischio-jambiers. Cette étude soulève l’intérêt de l’association exercice physique et régime aussi bien sur la douleur et sur la fonction dans la prise en charge de l’obèse ayant un problème de gonarthrose modérée. Cela est expliqué non seulement par une perte pondérale, une réduction du TT, une amélioration de la MM et de la MG, mais aussi par une amélioration de la force musculaire des muscles des membres inférieurs et des paramètres cardiovasculaires. De même, pour l’exercice physique utilisé seul dans la prise en charge de ces obèses souffrant de gonarthrose et cela peut être expliqué, d’une part, par une réduction pondérale et, d’autre part, par une tonification musculaire supplémentaire des membres inférieurs et par une amélioration de la capacité aérobie de ces patients. Par Dr. Mirion & Immunology


Une vie ? Nous aimions notre forum où nous passions des moments exceptionnels, patiemment nous avons répandus nos idées; pareil au semeur qui après avoir répandu ça graine ; attend que sa semence lève; nous étions impatient de réussir notre œuvre. OUI avec ce désir de récolter et beaucoup donner! Mais la chose la plus difficile c'est accepter la contradiction et garder la main ouvertement en donnant le maximum. Par notre volonté à dénouer tous les problèmes, tous les nœuds; les meilleurs sages d'entre ont donné le meilleur d'eux même pour construire un FORUM BIS, on essaye toujours de faire de notre forum un meilleur espace de partage.

Notre 1er but et de faire évoluer la science! Notre principale force sera le génie créateur Allah, la discipline le sérieux au sein du groupe!! Notre démarche sera tournée vers le bien être de tous, AINSI ; Nous aurons la faveur de tout un chacun et le mérite du travail accompli ! Et AINSI !! Le CONDOR renaitrait de ses cendres, c’était notre histoire et c’est à vous d’écrire la fin …….

Un .forumactif Doc dz fait partie du réseau forum actif donne un accès libre et gratuit à un grand nombre d’information, lieu d’échange et de discussion accessible à tous, le grand public et les professionnels, de la santé doc dz permet à chacun de se documenter et d'échanger sur les sujets liés à la Santé. Découvrez les multiples facettes d’un forum où il fait bon vivre, résolument tournée vers l’avenir

Forum d'échanges et entraide, Notre forum tient sa richesse de sa diversité. On ne peut traverser ce forum où joie et travail sont indissociables, sans éprouver un mélange subtil et complexe de charme et de caractère. C’est une invitation à la rêverie, à la découverte, mais en aucun cas à l’inaction. Un vrai espace d’étude et de culture au premier plan mais il n’en demeure pas moins un forum ouvert sur le monde. Forum florissant et moderne, où l’esprit d’apprendre n’a d’égal que celui de partager .doc dz se veut être la meilleure référence médicale , où tous les membres venu des 4 coins du globe sont considérées avec respect et en aucun cas comme de simples spectateurs.

Notre bibliothèque La biblio riche n’est cependant pas le seul attrait de notre forum résolument tournée vers l’innovation et caractérisée par la qualité des sujets postés. Témoins et acteurs du parcourt de doc dz , l’équipe d’administration et de modération personnes bénévoles et volontaires, désireuses d'aider les utilisateurs à la recherche d'information trouvent quant à elles, quiétude et sérénité, partageant expériences et passions et aussi prépare un accueil chaleureux digne de doc dz. Venez flâner sur vos rubriques respectives que vous soyez médecins, chirurgien dentiste, pharmacien ou veto ou paramédical, escalader les différentes formations mises à votre disposition, , pénétrer au cœur de notre biblio, visiter le quartier anglais , errer dans la rubrique des cas cliniques contourner pas les rubriques discussion générale et divertissement grimper jusqu'à notre rubrique documentation ou arpenter les plus belles images et vidéos médicales

Tout est donc mis en œuvre pour que doc dz se dynamise tout en restant paisible Bienvenue à nos chers visiteurs Dr mirion

Magazine Médical - Numéro 2  

DOC-DZ magazine, un nouveau magazine déstiné aux professionnels de santé, dans chaque numéro on vous informe de l'actualité médicale, des ma...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you