Page 1




Impressum / Impressum / Impressum Photographie : Olivier Jeannin Graphisme and illustrations : HervĂŠ Stadelmann Impression : Courvoisier-Attinger ISBN : 75438763347634




CONTENTS

INHALT

SOMMAIRE

FOREWORD

4

VORWORT

4

PRÉFACE

4

VISION

8

VISION

8

VISION

8

STORY

12

GESCHICHTE

12

HISTOIRE

12

SPURS

20

SPUREN

20

TRACES

20

PARK

44

PARK

44

PARC

44

ECO

74

ECO

74

ECO

74

CYCLE

96

ZYKLUS

96

CYCLE

96

UNION

118

UNION

118

UNION

118

INDEX

143

INDEX

143

INDEX

143




FOREWORD / VORWORT / PRÉFACE







Heinrich Gartentor




Fordword

Vorwort

Préface

Too bad for the cars, I thought when I visited the car cemetery for the first time. They must be salvaged; it seems criminal to leave cars to rust like that. For years, I passed by the cemetery on the train. It already caught my attention as a child - at the time, the trees didn’t hide the cemetery. I would have loved to get off the train and I wished I owned the place. I thought we could play a darn good game of hide and seek and build great huts and spend entire afternoons there, it would have been the most beautiful playground in the world. Later on, the car wreck was only for pollution and I should have hated it as I was an Environment fanatic, we cannot eternally pollute Nature without destroying it. Despite all of this, I never could hate it, that car cemetery. As a child, collection cars amazed me. I liked them because they had such a different look from the usual cars driving around. And the people in them always waved back as I saluted them. Now I find them rather boring. All the scratches covered in common paint and restored to the bone. They are new cars with an old-fashioned style; you can only see their age from the absence of headrests and seatbelts. Forgive my anger; I must have been hanging around the cemetery too much. Here, no more varnish! Here, old cars have stories to tell and entice you to tell some to yourself. Here, there remains a piece of past cultures: bare and unknown. Torn bumpers, smashed windshields, gutted roofs and intact bodies. Rides that crashed and rides that simply stopped functioning. Each time I look, I discover. All the shapes, all the lustre, all the metal masses, the total instantaneity. It moves me to see all the carcasses, slowly sinking into the nature. Here lie the real witnesses of their times. All irreplaceable. If Switzerland should have, not only a compatibility test with environment, but also a compatibility test with culture, the latter would pass in the case of the car cemetery, as it is, at the end of the day, culture that gives us our identity; it is culture that fills our history books – and it is culture that nurtures our fantasies.

Schade um die Autos, dachte ich zum ersten Mal, als ich den Autofriedhof besuchte. Man müsste sie retten. Es ist doch eine Sünde, die Wagen vor sich hinrosten zu lassen. Jahrelang war ich mit dem Zug daran vorbei gefahren. Er hatte mich als kleiner Junge schon fasziniert – damals war er noch nicht hinter Bäumen versteckt, der Autofriedhof. Am liebsten wäre ich ausgestiegen, am liebsten hätte er mir gehört. Hier könnte man super versteckspielen, dachte ich – und tolle Hütten bauen; hier könnte man Nachmittage verbringen, das wäre der allerbeste allertollste Spielplatz der Welt. Später war der Autofriedhof nur noch eine Umweltsünde. Ich hätte ihn hassen müssen. Hassen, weil ich immer dafür war, dass Umweltvorschriften eingehalten werden – dies sogar ohne Wenn und Aber, denn schliesslich ist die Umwelt nicht dauerbelastbar, ohne dass sie Schaden nimmt. Aber irgendwie schaffte ich es nie, diesen Autofriedhof zu hassen. Als Kind hatten mich auch Oldtimer fasziniert. Sie hatte mich fasziniert, weil sie so anders aussahen, als die Wagen die normalerweise rumfuhren. Und die Leute in den Oldtimern, sie grüssten mich immer, wenn ich winkte. Und heute finde ich Oldtimer ziemlich langweilig. Jede Beule weggespachtelt, Allerweltslack, zu Tode restauriert. Neuwagen in altem Stil, man erkennt das Alter nur an den fehlenden Nackenstützen und den fehlenden Sicherheitsgurten. Ich bin böse geworden – ich bin glaube ich zu oft auf dem Autofriedhof gewesen. Hier im Autofriedhof ist der Lack ab. Hier liegen Autos, die Geschichten erzählen und zum Geschichtenerzählen animieren. Hier liegt ein Teil vergangener Kultur: Ungeschönt, unbekannt. Zerfetzte Kotflügel, explodierte Frontscheiben, eingedrückte Dächer, makellose Karrosserien. Todeskarossen neben Wagen, die einfach mal aufgehört hatten zu funktionieren. Ich kann hinschauen und entdecke immer wieder Neues. All die Formen all die Patina, die Masse an Blech, die ganze Vergänglichkeit. Mich berührt, wenn ich diese Autoleichen sehe, welche sich die Natur nach und nach zurückholt. Hier liegen die wahren Zeitzeugen. Was hier liegt, ist unersetzbar. Würde die Schweiz nebst einer Umweltverträglichkeitsprüfung auch eine Kulturverträglichkeitsprüfung kennen, dann würde diese im Falle des Autofriedhofes siegen, denn es ist die Kultur, die unsere Identität ausmacht; es ist die Kultur, die unsere Geschichtsbücher füllt – es ist die Kultur, die unsere Phantasie anregt.

C’est dommage pour les voitures songeais-je lorsque je visitais le cimetière automobile pour la première fois. Il faudrait les sauver. C’est un crime de laisser ces voitures s’enrouiller comme cela. Pendant des années, j’étais passé en train devant ce cimetière. Il m’avait déjà interpellé quand j’étais gosse – à l’époque il ne se cachait pas derrière les arbres ce cimetière. J’aurais aimé sortir du train et j’aurais voulu qu’il m’appartienne. Je pensais qu’on pourrait super bien y jouer à cache-cache et y construire des cabanes géniales et on aurait pu y passer des après-midi entiers, c’aurait été le plus beau terrain de jeu du monde. Plus tard, cette casse n’était plus que de la pollution et j’aurais du la haïr, puisque j’étais toujours un adepte fanatique des règles de la protection de l’environnement, puisqu’on ne peut pas éternellement encombrer la nature sans la détruire. Mais je ne suis jamais parvenu à le haïr, ce cimetière automobile. Quand j’étais gosse, je me laissais aussi éblouir par les voitures de collection. Elles me plaisaient car elles avaient un look tellement différent des bagnoles qui circulaient normalement. Et les gens dans ces voitures de collection me saluaient toujours quand je leur faisais signe. Maintenant, je les trouve assez barbantes les voitures de collection. Toutes les bosses colmatées, enduites de peinture banale et restaurées à mort. Ce sont des voitures neuves au style ancien, on ne reconnaît leur âge qu’au manque d’appuietêtes et de ceintures de sécurité. Pardon si je me fâche, j’ai du avoir été trop souvent au cimetière automobile. Ici, plus de vernis ! Ici reposent des voitures qui ont des histoires à raconter et vous incitent à en raconter vousmême. Ici repose un bout de culture passée. Sans fard et à découvrir. Des pare-chocs en lambeaux, des pare-brises en miettes, des toits enfoncés et des carrosseries intactes. Des bagnoles qui ont amenées la mort à côté d’autres qui ont tout simplement arrêté de marcher. Chaque fois que je regarde, je découvre. Toutes les formes, toutes les patines, les masses de tôle, l’évanescence totale ! Cela me touche de voir ces cadavres automobiles, engloutis au fur et à mesure par la nature. Ci gisent les vrais témoins de leur temps. Tout cela est irremplaçable ! Si la Suisse n’avait pas seulement un examen de compatibilité avec l’environnement, mais aussi un examen de compatibilité avec la culture, celle-ci l’emporterait dans le cas du cimetière automobile, car c’est finalement la culture qui nous donne notre identité ; c’est la culture qui remplit nos livres d’histoire – et c’est bien la culture qui anime notre fantaisie.




VISION / VISION / VISION







Olivier Jeannin

Vision How to photograph a subject like the project «PARK» ? There are many different approaches to this theme in terms of techniques equipment and sensitivity. The proliferation of subject in the Kaufdorf Car Cemetery leaves the photographer with too many options. There are evidently no ideal or obvious ways to appropriate oneself of such a site. A colour vision, using films or digital would have brought up many incredible aspects of the place, in particular the peeled paints and omnipresent moths. More artistic approaches such as cross-processing, filters would have given many other as fascinating atmospheres and feels. Working with the traditional black and white, as the main technique, as appeared naturally to me as the most efficient way of representing the cemetery. The richness of expression and the intensity of a bichromical image give the cars a unique feel and texture. For his equipment, Olivier Jeannin has chosen to work with « antique » cameras. A rolleiflex 3.5 mxv (1956) and a Walzflex 3.5 (1957, copie of the above mentioned camera) were the workhorses of the project. The 6x6 format of these cameras is considered one of the ideal sizes for portraiture. The images of the automobiles can perfectly considered as portraits as such as they have been shot the particular thought any photographer has, in the « decisive moment», about showing the soul and the beauty of the person of object in question. Kodak tri-x is a legendary film. Created in 1954, it quickly became a reference when it comes to black and white emulsions thanks to its wide and overall excellent performances. The chemical processing has been done using Ilfotec DD-X, a developer producing almost grainless negatives and allowing a good control of the low and high tones. The film used for the colour images is the much more recent Fuji PFZ 800. It offers riche contrasts and particularly interesting green tones. The variety of angles available in the subject remains amazing. We have concentrating our work on the unlikely union between the industrial object and the almighty nature with all the inherent contradictions. The slow re-conquest of the nature over this site represents a beautiful and strong message, some kind of faint hope that life goes on, anyhow. The book « Park » is a photography book for sure. The images are not only the visual representations of graphical modern consumption objects; they are the memories of a past time, the memories of the morbid human fascination for the Machine as well as the proof of the immense human waste

10


Vision Le projet « PARK » est un projet qui aurait pu être abordé de maintes manières en termes de photographie. En effet, la surabondance de sujets présents dans le cimetière de Kaufdorf donne au photographe un très vaste de choix quant à l’approche et le traitement d’un tel sujet. Il n’y a certainement pas une manière idéale ou évidente de s’accaparer ce lieu. Une vision en couleur, au moyen de film ou numérique aurait mis en valeur beaucoup d’aspects incroyables de l’endroit, notamment les peintures écaillées et les mousses omniprésentes. Des traitements plus artistiques comme les développements croisés, les filtres auraient conféré à ce lieu bien d’autres atmosphères non moins intéressantes. Le choix du traitement monochrome noir et blanc s’est imposé naturellement comme technique principale. La richesse d’expression et l’intensité d’une image en noir et blanc permettent de donner à ces carcasses une texture et un relief unique. Pour son matériel, Olivier Jeannin a choisi de travailler de manière traditionnelle. Un rolleiflex 3.5 mxv ainsi qu’un Walzflex 3.5, une copie japonaise bon marché de ce dernier ont été les outils de base du projet. Le format 6x6 de ce type de caméras est le format idéal pour le portrait. Les photos des automobiles peuvent parfaitement être considérées comme des portraits en tant que tel car elles ont été prises avec cette pensée particulière, qu’a tout photographe au moment de « tirer » le portrait d’un sujet, de mettre en exergue l’âme et la beauté de la personne ou objet photographié. Comme le disait si bien Henri Cartier-Bresson, il faut se glisser entre la chemise et le corps de son sujet pour pouvoir saisir la réalité de ce dernier. Au niveau du support, Olivier Jeannin a choisi de travailler avec une des pellicules de légende qu’est la kodak tri-x. En Effet cette pellicule fut créée en 1954 et devenue depuis une des références en matière de films noir et blanc. Tout comme les appareils photos, les pellicules datent tous des années 50. Le traitement chimique des films a été fait dans de l’Ilfotec DD-X, un développeur qui a la particularité de produire des négatifs sans grain ou presque avec une bonne gestion des hautes et basses lumières. Les photos couleurs ont été réalisées sur Fuji PFZ 800, une pellicule riche en contraste et ayant des tons de verts très particuliers. Dans son travail photographique, Olivier Jeannin s’est concentré à capturer ce mariage improbable de l’objet industriel et une nature toute-puissante. La reconquête par la nature de ce lieu singulier représente un message beau et fort, une sorte d’espoir que la vie continue, malgré tout.

Le livre « PARK» est un livre de photographie, certes, mais pas seulement. Les images ne sont pas seulement les représentations graphiques d’objets de consommation modernes. Elles sont les mémoires d’une époque, les mémoires de la fascination de l’homme pour la machine, autant qu’elles sont les témoins de l’immense gaspillage humain

Vision Le projet « PARK » est un projet qui aurait pu être abordé de maintes manières en termes de photographie. En effet, la surabondance de sujets présents dans le cimetière de Kaufdorf donne au photographe un très vaste de choix quant à l’approche et le traitement d’un tel sujet. Il n’y a certainement pas une manière idéale ou évidente de s’accaparer ce lieu. Une vision en couleur, au moyen de film ou numérique aurait mis en valeur beaucoup d’aspects incroyables de l’endroit, notamment les peintures écaillées et les mousses omniprésentes. Des traitements plus artistiques comme les développements croisés, les filtres auraient conféré à ce lieu bien d’autres atmosphères non moins intéressantes. Le choix du traitement monochrome noir et blanc s’est imposé naturellement comme technique principale. La richesse d’expression et l’intensité d’une image en noir et blanc permettent de donner à ces carcasses une texture et un relief unique. Pour son matériel, Olivier Jeannin a choisi de travailler de manière traditionnelle. Un rolleiflex 3.5 mxv ainsi

qu’un Walzflex 3.5, une copie japonaise bon marché de ce dernier ont été les outils de base du projet. Le format 6x6 de ce type de caméras est le format idéal pour le portrait. Les photos des automobiles peuvent parfaitement être considérées comme des portraits en tant que tel car elles ont été prises avec cette pensée particulière, qu’a tout photographe au moment de « tirer » le portrait d’un sujet, de mettre en exergue l’âme et la beauté de la personne ou objet photographié. Comme le disait si bien Henri Cartier-Bresson, il faut se glisser entre la chemise et le corps de son sujet pour pouvoir saisir la réalité de ce dernier. Au niveau du support, Olivier Jeannin a choisi de travailler avec une des pellicules de légende qu’est la kodak tri-x. En Effet cette pellicule fut créée en 1954 et devenue depuis une des références en matière de films noir et blanc. Tout comme les appareils photos, les pellicules datent tous des années 50. Le traitement chimique des films a été fait dans de l’Ilfotec DD-X, un développeur qui a la particularité de produire des négatifs sans grain ou presque avec une bonne gestion des hautes et basses lumières. Les photos couleurs ont été réalisées sur Fuji PFZ 800, une pellicule riche en contraste et ayant des tons de verts très particuliers. Dans son travail photographique, Olivier Jeannin s’est concentré à capturer ce mariage improbable de l’objet industriel et une nature toute-puissante. La reconquête par la nature de ce lieu singulier représente un message beau et fort, une sorte d’espoir que la vie continue, malgré tout. Le livre « PARK» est un livre de photographie, certes, mais pas seulement. Les images ne sont pas seulement les représentations graphiques d’objets de consommation modernes. Elles sont les mémoires d’une époque, les mémoires de la fascination de l’homme pour la machine, autant qu’elles sont les témoins de l’immense gaspillage humain

11


GESCHICHTE / HISTOIRE / STORY

12


13


Barbara Richiger

14


Nature - the great transformer The smell of oil stings in the nose, car wrecks are piling up on the left and on the right side of the road, behind a concrete wall, is an imposing, old, renovated house. Nothing lets you suspect the farmhouse, where once an orchard‚ apple, pear and plum trees flourished. It was curiosity that drove Marc Renaud, a villager, to take a look behind the fence. It was only after his first visit of the hidden garden that he decided to establish a committee to save the car cemetery as a judicial decision now says that the car graveyard will be evicted by the end of 2008 as well as the other parts of the car wreck business. In summer 2007, the committee started an awareness campaign and it aims at improving the relations between the community and Franz Messerli, owner of the controversial site. «The car cemetery is a piece of Switzerland’s road history. It shows, for example, how popular the American Cars were and simultaneously tells how cars have been disposed. The most beautiful story cannot be heard but seen: nature turns one into the other, «It with these words that Renaud justifies his commitment. He and his colleagues are convinced that an open-air museum will attract different groups of visitors. «We receive requests from historians, scientists, journalists, oldtimer associations, and many artists,» said Marc Renaud. For two generations not agricultural products have been traded on Wiesenweg, but cars. «My father, Walter Messerli, was a skillful craftsman who not only repaired broken cars but created something New out of the Old,» says Franz Messerli. In the 1930s the career of the inventor Walter Messerli began. More and more friends brought their cars to «Messerli,» and if he could no longer ‚mend’ them, they were stored in the Orchard’. Walter Messerli cannibalized the cars to built customized, agricultural vehicles from the wrecks; it was the early days of recycling. After the Second World War Messerli was no longer able to keep up with the competition as the industrial ‚brand spanking new tractors were the bestsellers and the most affordable. Walter Messerli became a spare parts dealer and business went well, as he had an excellent storage to get back to: Plymouth, Studebaker, Austin, Chevrolet, Peugeot, VW and every well known brand were there. More than 500 are still in the former Orchard, which has now been re-conquered by Nature: Bumpers partly embraced with tree trunks, soil grown up to the axis, fenders covered by moss, some benches shredded from

sharp claws of cats, badgers and foxes, spider webs decorate the interiors. In the late 1970s, they had run out, a new generation of cars came onto the market; the veterans could no longer be used and did not attract any interest from the general public, too keen on the modern cars. Plans for a museum fell to pieces; Messerli left the cars to rest behind his house. It is where they shall remain, believes the committee and Franz Messerli. The idea of an open-air museum becomes more and more popular. With the establishment of an association in 2008, the committee hopes to take a significant step closer to their goal. The illustrated book «PARK» impressively shows the transformative force of nature, how it collects car corpses and - depending on the weather and the season creates a unique piece of art, a strange union.

15


Natur – die grosse Verwandlerin Ölgeruch sticht in die Nase, links türmen sich Autowracks und rechts der Strasse, hinter einer Betonmauer steht ein stattliches altes, renoviertes Haus. Nichts weist mehr auf ein Bauerngut hin, wo einst in der Hostet Apfel-, Birnen, und Zwetschgenbäume blühten. Neugierde trieb Marc Renaud einen Dorfbewohner dazu, sich einen Blick hinter den Zaun zu verschaffen. Faszination trieb ihn nach seinem ersten Besuch dazu ein Komitee zu gründen, um den Autofriedhof zu retten. Zusammen mit dem aktiven Autoabbruch soll laut richterlichem Beschluss auch der Autofriedhof der Familie Messerli geräumt werden (2008). Seit dem Sommer 2007 führt das Komitee eine Sensibilisierungskampagne durch und setzt sich für den Dialog zwischen der Gemeinde und Franz Messerli ein. „Der Autofriedhof ist ein Stück Strassengeschichte der Schweiz. Er zeigt beispielsweise wie beliebt die „Amerikaner“ waren, gleichzeitig erzählt uns der Friedhof, wie früher Autos entsorgt wurden. Die schönste Geschichte hört man nicht sondern sieht man: die Natur lässt aus dem Einen das Andere werden,“ begründet Renaud sein Engagement. Er und seine Mitstreiter sind überzeugt, dass ein Freilichtmuseum unterschiedliche Besuchergruppen anziehen würden. „Es treffen laufend Anfragen von Historikern, Wissenschaftern, Journalisten, Oldtimer Verbänden und von sehr vielen Künstlern ein,“ erläutert Marc Renaud. Seit zwei Generationen wird am Wiesenweg nicht mehr mit landwirtschaftlichen Erzeugnissen sondern mit Autos gehandelt. „Mein Vater, Walter Messerli, war ein geschickter Handwerker der nicht nur Kaputtes reparierte sondern aus Altem Neues schuf,“ erzählt Franz Messerli. In den 1930er Jahren begann die Karriere des Erfinders Walter Messerli. Immer mehr Bekannte brachten ihre Autos zum „Messerli“, konnte dieser sie nicht mehr flicken, stellten die Besitzer die Wagen in der Hostet ab. Walter Messerli schlachtete die Autos aus und baute aus den Wagenleichen massgeschneiderte, landwirtschaftliche Kraftfahrzeuge. Nachdem zweiten Weltkrieg konnte Messerli nicht mehr mitkonkurrenzieren, nigel nagel neue Traktoren ab der Stange waren die Verkaufsschlager. Walter Messerli wurde Ersatzteilhändler und dieses Geschäft lief gut, konnte er doch auf ein ausgezeichnetes Lager zurückgreifen: Plymouth, Studebaker, Austin, Chevrolet, Peugeot, VW alle bekannten Markenwagen lagen da. Und über 500 liegen immer noch in der ehemaligen Hostet: überwuchert, die Stossstangen teilweise von

16

Baumstämmen umschlungen, das Erdreich bis zur Achse angewachsen, Kotflügel von Moos überzogen, manche Sitzbänke von scharfen Krallen (Katzen, Dachse, Füchse) zerfetzt, Spinnennetze zieren die Innenräume. In den späten 1970er Jahren hatten sie ausgedient, neue Auto-Generationen drängten auf den Markt, die Veteranen konnten nicht mehr genutzt werden. Pläne für einen Museumsbau fielen ins Wasser, Messerli liess die Wagen hinter seinem Wohnhaus ruhen. Und dort sollen sie nach Meinung des Komitees und Franz Messerli auch bleiben. Die Idee ein Freilichtmuseum zu eröffnen findet immer mehr Zuspruch. Mit der Gründung eines Vereins im Jahr 2008, hofft das Komitee diesem Ziel einen bedeutenden Schritt näher zu kommen. Der Bildband „PARK“ zeigt eindrücklich die Verwandlungskraft der Natur, wie sie die Autoleichen vereinnahmt und je nach Wetterlage und Saison neue Bilder schafft.


Nature – la grandeur transformatrice L’odeur d’huile est forte, les épaves de voitures sont empilées de part et d’autre de la route et, derrière un mur en béton, siège une imposante vieille bâtisse, fraichement rénovée. Rien ne laisse suspecter la vieille ferme, où poussait jadis un verger avec ses pommiers et poiriers florissants. C’est d’abord la curiosité qui poussa Marc Renaud, un villageois, à voir ce qui se trouvait derrière ce mur. Ce n’est qu’après sa première visite de ce cimetière de voitures qu’il prit l’initiative de créer un comité pour la sauvegarde du lieu. En effet, une décision de justice a scellé le sort du cimetière, ainsi que la partie “active” de cimetière, en ordonnant son éviction pour la fin 2008 au plus tard. Durant l’été 2007, le comité commença une première campagne de sensibilisation et, depuis, travaille à l’amélioration des relations entre le public et Franz Messerli, propriétaire du lieu, dans le but de sa préservation. « Le cimetière est un morceau de l’histoire automobile suisse. Il montre à la fois quelles étaient les voitures populaires en Suisse ainsi que le mode de travail des filières de recyclage des années 40 à 60. En fait, la plus belle histoire de ne raconte pas mais se regarde : la nature transforme les mots en images.» C’est avec ces paroles que Marc Renaud justifie son engagement. Lui, comme les autres membres du comité, sont convaincus qu’un musée en plein air attirera un vaste type de visiteurs : «Nous recevons des demandes de visites de la part d’historiens, de scientifiques, de journalistes, de fans de voitures ainsi que de beaucoup d’artistes. » ajoute Marc Renaud. Pendant deux générations, ce fut des voitures et non des fruits et légumes qui furent négociées sur le « Wiesenweg ». « Mon père, Walter Messerli, était un artisan doué qui, non seulement réparait des voitures, mais créait aussi du neuf à partir du vieux. » raconte Franz Messerli. « C’est dans les années 30 que la carrière de l’inventeur commença. De plus en plus d’amis amenaient leurs voitures à Franz Messerli. S’il ne pouvait plus les réparer, il les stockait dans le verger. Il les cannibalisait ensuite pour créer des machines agricoles originales et uniques. Il s’agissait là des balbutiements du recyclage. Après la deuxième guerre mondiale et l’avènement des tracteurs industriels, il ne put plus tenir face à la concurrence des machines toutes neuves, plus compétitives et meilleur marché; Franz Messerli fut forcé de se reconvertir au commerce de pièces détachées.

Ce fut une affaire florissante qui se développa grâce au réservoir dans son verger : Plymouth, Austin, Studebaker, Peugeot, VW et presque toutes les marques étaient dans le stock. Vers la fin des années 70, les pièces vinrent à manquer et surtout, une nouvelle génération de voitures est arrivée sur le marché. Les vieilles voitures étaient donc devenues inutiles et l’intérêt du public se portait sur les nouvelles automobiles. Plus de 500 voitures reposent encore depuis près de 40 ans dans le verger, qui a maintenant été reconquis par la nature. Pare-chocs intégrés à des troncs d’arbres, humus frais à hauteur des calandres, sièges déchirés par les griffes de chats, blaireaux et autres renards, des multitudes de toiles d’araignées décorent maintenant les superbes intérieurs. « C’est là qu’elles doivent rester! » C’est ce que croit le comité et Franz Messerli. Et de fait, l’idée du musée en plein air est devenue de plus en plus populaire et avec l’établissement d’une association en 2008, le comité espère pouvoir sauvegarder ce lieu d’une disparition forcée. Le livre “Park”, montre l’impressionnante capacité transformatrice de la nature, comment elle s’accapare d’une épave pour en créer, selon le temps et les saisons, un œuvre d’art unique et fugace ainsi qu’une étrange union, symbolique de la fusion des activités de la nature et de l’homme.

17


18


19


SPURS / SPUREN / TRACES

20


21


2-12

SPURS / SPUREN / TRACES Scar or heritage ? Provisional or permanent ? Fleeting or immediate ? Prints or degradation ? Happy or unhappy ? Alive or extinct? Beautiful or ugly ? shocking or negligible ? Animal or human ? Good or bad ? Questions or answers ? Narben oder Erbe ? Vorläufig oder auf die Dauer ? Vorübergehend oder unmittelbar ? Drucke oder Degradierungen ? Glücklich oder unglücklich ? Lebend oder tot ? Schön oder hässlich ? Schockierend oder unbedeutend ? Tier oder Mensch ? Gut oder böse ? Fragen oder Antworten ? Cicatrices ou héritages ? Provisoires ou permanentes ? Temporelles ou immédiates ? Empreintes ou dégradations ? Heureuses ou malheureuses ? Vivantes ou éteintes ? Belles ou laides ? Choquantes ou insignifiantes ? Animales ou humaines ? Bonnes ou mauvaises ? Questions ou réponses ?

22


23


13-4

24

7-6


39-1 39-7

7-7

14-1

25


26


27


3-1

7-8

36-10

26-7

28

8-11

26-4


29


31-5

30


31


34-10

32


32-2

33


34


33-8

35


18-9

36

18-4

21-3


38-8 9-5

25-6

5-2

7-2

37


38


38-8

39


5-3

8-12

11-5

40


8-6 36-11

9-2

8-1

28-2

41


42


43


PARK / PARK / PARC

44


45


46


15-9

PARK / PARK / PARC Sibe by side ? Natural reserve or unreal car park ? Lines of trees or metal piles ? Quiet or motionless ? Living or dead ? Deep breath or asphyxia ? Useful or useless ? Maintained or messy ? Volunteer or accident ? Paradise or hell ? Questions or answers ? Seite an Seite ? Naturschutzgebiet oder unwirklicher Parkplatz ? Linien von Bäumen oder Metallhaufen ? Mahlzeit oder ewige Ausgepustete Luft oder erstickt ? Nützlich oder überflüssig ? Erhalten oder ungeordnet ? Freiwillig oder Unfall ? Paradies oder Hölle ? Fragen oder Antworten ? Côte à côte ? Parc naturel ou parking irréel ? Rangées d’arbres ou piles de métaux ? Pause repas ou repos éternel ? Tranquille ou immobile ? Vivant ou mort ? Bouffée d’air ou asphyxie ? Utile ou inutile ? Entretenu ou désordonné ? Volontaire ou accident ? Paradis ou enfer ? Questions ou réponses ?

47


18-6

18-1

18-2

48


22-7

14-4

49


8-2

50


51


14-3

52

9-8

21-7


24-4

25-7

14-2

53


21-7

54


55


34-2

56


33-5

57


32-10

58


34-1 33-1

32-1

59


60


61


1-2

62

4-8


5-12

36-5

63


64


2-3

65


35-2

66


67


3-6

68

14-7


16-7

16-6

29-5

10-11

69


20-10

70


71


2-11

72


73


ECO/ECO/ECO

74


75


ECO / ECO / ECO Imposition or adaptation ? Optimism or pessimist ? Nature or industry ? Savage or overcome ? God or man ? Suicide or survival ? Reigns or tyranny ? Passed or future ? Luxury or necessity ? Alive or dead ? Beginning or end ? Just or too late ? Selfishness or altruism ? Policy or popular ? Rich person or poor ? Now or never ? Questions or answers ? Einführung oder Anpassung ? Optimist oder Pessimist ? Natur oder Industrie ? Wild oder gezähmt ? Gott oder Mann ? Selbstmord oder Überleben ? Herrscher oder Tyrann ? Vergangen oder Zukunft ? Luxus oder Notwendigkeit ? Lebend oder tot ? Anfang oder Ende ? Jetzt oder nie ? Egoismus oder Altruismus ? Politik oder populär ? Reich oder arm ? Jetzt oder nie ? Fragen oder Antworten ? Imposition ou adaptation ? Optimisme ou pessimiste ? Nature ou industrie ? Sauvage ou dompté ? Dieu ou homme ? Suicide ou survie ? Règne ou tyrannie ? Passé ou futur ? Luxe ou nécessité ? Vivant ou mort ? Début ou la fin ? Tout juste ou trop tard ? Égoïsme ou altruisme ? Politique ou populaire ? Riches ou pauvre ? Maintenant ou jamais ? Questions ou réponses ?

76


77


32-4

78


79


18-10

80

14-10


17-6 25-4

14-12

29-10

81


82


83


84


3-2

8-3

21-4

29-3

85


86


34-4

34-11

34-3

87


33-10

33-4

33-6

88


89


35-4

28-1

35-5

90


26-9

23-10

91


17-3

28-9

92


22-1

37-2

93


20-9

94


95


CYCLE / ZYKLUS / CYCLE

96


97


CYCLE / ZYKLUS / CYCLE Evolution or regression ? Jungle law or human law ? Strong or weak ? Predictable or inevitable ? Free will or forced ? Rapid or slow ? Vicious or evolution ? Revolution or repetition ? Still or always ? In front of or behind ? Clock or time ? Recycle or waste ? Questions or answers ? Evolution oder Rückschritt ? Das Gesetz des Dschungels oder das Gesetz des Menschen ? Extrem oder schwach ? Vorhersehbar oder unausweichlich ? Freiwillig oder erzwungen ? Schneller oder langsamer ? Bösartig oder evolutionär ? Wiederholung oder Revolution ? Noch oder immer ? Vorn oder hinter ? Uhr oder Zeit ? Recycling oder Verschwendung ? Fragen oder Antworten ? Évolution ou régression ? Loi de la jungle ou loi humaine ? Fort ou faible ? Prédictible ou inéluctable ? Volontaire ou forcé ? Rapide ou lent ? Vicieux ou évolutifs ? Révolution ou répétition ? Encore ou toujours ? Serpent ou queue ? Devant ou derrière ? Montre ou temps ? Recyclage ou gaspillage ? Questions ou réponses ?

98


99


36-9

100


101


102


5-4

15-4

11-3

9-11

103


21-10 26-10 20-1

21-5

5-10

104


105


106


107


108


2-6

109


21-1

14-8

110


15-7

35-3

111


7-3 5-11 17-9

112


113


114


115


21-8

116


117


UNION / UNION / UNION

118


119


UNION / UNION / UNION Reasonable or absurd ? Of love or forced ? Probable or improbable ? Monk or civil ? Friend or enemies ? Divorces or compromised ? Similar or different ? War or peace ? Beautiful or ugly ? Together or separate ? Towards or all counters ? Worst or best ? Questions or answers ? Vernünftig oder unsinnig ? Geliebt oder gezwungen ? Wahrscheinlich oder unwahrscheinlich ? Mönch oder Zivilist ? Freund oder Feind ? Scheidungen oder Kompromisse ? Ähnlich oder Anders ? Krieg oder Frieden ? Schön oder hässlich ? Zusammen oder getrennt ? Am Schlimmsten oder am Besten ? Fragen oder Antworten ? Raisonnable ou absurde ? D’amour ou forcé ? Probable ou improbable ? Religieux ou civil ? Ami ou ennemis ? Divorce ou compromis ? Pareil ou différent ? Guerre ou paix ? Beau ou laid ? Ensemble ou séparé ? Envers ou contre tout ? Le pire ou le meilleur ? Questions ou réponses ?

120


121


17-7

122


123


8-7

124

8-4


15-2

10-12

125


25-2

126


127


13-2

128


22-2

129


130


27-3

34-7

22-9

30-12

131


35-11

132


36-8 2-10

20-2

133


134


135


26-11

136


137


30-4

138


24-9

139


40-3

140


141


142


INDEX / INDEX / INDEX 2-12

CADILLAC, De ville / 1958 / p.23

18-2

PANHARD, PL 17 / 1953 / p.48

3-2

FIAT, 1100 / 1957 / p.85

39-1

BMW, YSAR12 / 1955 / p.26

22-7

MERCEDES, 180 / 1953 / p.49

33-4

FORDSON, 1923 / p.88

36-10

BUICK, GTS / p.28

14-4

AUSTIN, Seven / 1952 / p.49

35-4

MORRIS, Minor 1000 / 1951 / p.90

26-4

RENAULT, Dauphine / 1961 / p.28

8-2

BEUTLER / 1958-1960 / p.51

35-5

RENAULT, Heck 4CV / 1947-1949 / p.90

8-11

DE SOTO / 1940-1950 / p.28

14-3

HILLMAN, Minx / 1959 / p.52

26-9

VAUXHALL, Victor / 1959-1961 / p.91

3-1

CADILLAC, De ville / 1958 / p.29

21-7

OLDSMOBILE, Cutlass / 1962 / p.52

20-9

VW, Coccinelle / 1953 / p.95

32-2

CHEVROLET, deluxe / 1949-1951 / p.33

24-4

HILLMAN, Minx / 1959 / p.53

11-3

MERCURY, Eight coupé / 1950 / p.103

18-9

GMC, Army truck / 1944 / p.36

25-7

JAGUAR, MK II / 1961 / p.53

15-4

STUDEBAKER, Army truck / 1949 / p.103

18-4

STUDEBAKER, Champion / 1955 / p.36

14-2

OPEL, Kadett coupé / p.53

9-11

BUICK, 40 Special / 1950 / p.103

21-3

OPEL, Olympia / 1953 / p.36

32-1

FORD, Perfect / 1961 / p.59

5-4

OPEL, Rekord / 1954 / p.103

25-6

PEUGEOT, 203 / 1950 / p.37

34-1

DKW, 3-6 Meisterklasse / 1953 / p.60

5-10

RAMBLER / 1964 / p.104

5-2

SIMCA, Aronde / 1951-1961 / p.37

1-2

OLDSMOBILE, Dynamic / 1948 / p.62

21-10

PLYMOUTH, Valiant V200 / 1965 / p.105

7-2

MARMON, tractor / 1929 / p.37

4-8

FORD / 1949 / p.62

26-10

DKW, 3-6 Meisterklasse / 1953 / p.106

38-8

PLYMOUTH, Savoy / 1958 / p.38

5-12

FRAMO / 1949-1951 / p.63

20-1

JAGUAR, MK V / 1948 / p.107

9-5

CHEVROLET, Bel-air / 1956 / p.39

36-5

TEMPO, Matador / 1950 / p.63

2-6

OLDSMOBILE, Dynamic / 1948 / p.108

5-3

STUDEBAKER, Champion / 1955 / p.40

2-3

MERCEDES, 190SL / 1961-1964 / p.64

7-3

MORRIS, 8 / 1948 / p.113

11-5

MERCEDES, 170 / 1949 / p.40

35-2

LANCIA, Flaminia / 1959 / p.67

5-11

HILLMAN / p.114

8-12

FIAT, 1500 / 1960 / p.40

3-6

PLYMOUTH, Savoy / 1959 / p.68

21-8

PORSCHE, 356 / 1951 / p.117

8-1

GMC, Army truck / 1944 / p.41

16-6

BORGWARD, Isabella / 1955 / p.69

15-2

CHEVROLET, Bel-air / 1961 / p.125

9-2

DE SOTO / 1940-1950 / p.41

10-11

FIAT, Oscar / p.69

10-12

PONTIAC, Le Mans / 1961-1963 / p.125

8-6

RILEY RME / 1945-1952 / p.42

29-5

FIAT, 1900A / 1954 / p.69

22-2

JAGUAR, MK II / 1961 / p.129

36-11

RENAULT, Heck 4CV / 1947-1949 / p.43

20-10

OLDSMOBILE, Cutlass / 1962 / p.71

35-11

CITROËN, Légère / 1947 / p.132

15-9

MORRIS, Minor 1000 / 1951 / p.46

21-4

DODGE, 1949 / p.85

20-2

FIAT, 1100D / 1954 / p.133

18-1

IFA, F9 / 1947-1949 / p.48

8-3

PEUGEOT, 203 / 1950 / p.85

30-4

FORD, Taunus / 1961 / p.138

18-6

PEUGEOT, 203 / 1950 / p.48

29-3

CADILLAC, De ville / 1958 / p.85

40-3

MERCEDES, 220 «Phon-Tom» / 1953 / p.141

143


Acknowlegments / Danksagung / Remerciements Franz Messerli Jean-Marc Peltier, Courvoisier-Attinger Bernhard Haecker Barbara Richiger Heinrich Gartentor Joséphine Haecker Julie Cavalli Sin & Cure, www.smokefred.ch Mathieu Voisard, www.sirup.org Gérard et Cornélia Jeannin Dr Christian Oustin Vana Najjar Frances Drury Anika Gaudian Kate Buchanan Verein Historischer Autofriedhof Gürbetal Kommunikation / Sekretariat Alpenstrasse 58 3126 Kaufdorf +41 79 600 89 15 www.autofriedhof.ch

144

PARK  

park_buch_autofriedhof_kaufdorf

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you