Issuu on Google+

LES TROIS VISAGES DE LA ROCHE

La Gazette # 1 jeudi 17 octobre 2013

Yannick Reix, Emmanuel Burdeau et Hervé Aubron sont respectivement délégué général du festival, programmateur et coordinateur de la sélection dédiée à l’écologie. Chacun évoque en deux réponses les spécificités de cette édition 2013.

Comment avez-vous choisi les membres du jury ? Nous cherchons des personnalités dont le travail est cohérent avec ce que nous essayons de faire. Cette année, la président est Amira Casar, actrice très connue qui a joué aussi bien pour des cinéastes exigeants, comme Catherine Breillat ou Werner Schroeter, que dans des comédies très populaires comme La vérité si je mens. Le cinéma est un et indivisible. Il n’y a pas des films compliqués d'un côté, et des plus simples de l'autre.

« Les films se révèlent pendant le festival »

Demain

Le FIF a vocation à dénicher et faire décou­vrir de nouveaux talents. Pourquoi le faire à travers une compé­ tition ? Vous dites « dénicher », « faire découvrir »  : je suis presque mal à l'aise avec ces expressions, comme si on partait à la chasse, comme s'il y avait une prime au nouveau… C'est la circonstance unique d'un festival qui importe. Dans ce cadre, certes, on découvre, on déniche, mais à l'intérieur d'un espace qui joue aussi –  pardon pour le jeu de mot  – comme une niche, une couverture, une protection pour les films afin qu'on puisse les découvrir sans qu'ils soient trop exposés. Quels sont les thèmes qui se dégagent de la compétition ? Ce n'est surtout pas à moi de le dire, mais aux spectateurs. Les films se révèlent pendant le festival, c'est là qu'on comprend comment ils vont ensemble. Comme chaque année, la compétition compte surtout des premiers, deuxièmes, troisièmes films  : le cinéma en train de se faire. Elle est sans doute, plus que les précédentes, orientée vers le docu­mentaire, le paysage et l’environnement. Il y a aussi de très grands écarts de ton, de genre, d'inspiration : c’est un autre motif de joie.

Au programme de vendredi, trois films en compétition : La ligne de partage des eaux de Dominique Marchais, Après la nuit par Basil Da Cunha et Computer chess d'Andrew Bujalski. Il y aura également l'avant-première de La jalousie, le dernier film de Philippe Garrel, mais aussi Adaptation de Spike Jonze, suivi d'une conférence sur l'âge d'or de l'éco-fiction animée par Philippe Vasset, ainsi que deux films de la rétrospective Nicolás Pereda (Entretien et L'été de Goliath). Enfin, restez éveillés car la soirée se poursuivra jusqu'au petit matin avec la Nuit monstre et ses créatures étranges.

au Festival

« Le cinéma peut nous aider à mieux savoir où l’on vit »

Hervé Aubron

Yannick Reix

Quelle position La Roche-sur-Yon par rapport aux autres festivals ? Notre souci est de travailler sur le cinéma contemporain, le cinéma aujourd'hui, tel qu'il arrive. Avec Emmanuel Burdeau, ancien rédacteur en chef des Cahiers du Cinéma, nous concevons ce festival comme un véritable projet éditorial, une revue, en créant des programmations qui dialoguent les unes avec les autres et des espaces démocratiques de paroles autour des films.

Emmanuel Burdeau

« Travailler sur le cinéma d’aujourd’hui »

Pourquoi utilisez-vous l'expression l’écologie « en » cinéma et pas « au » cinéma ? Je voulais éviter une approche trop militante. Je n’avais pas envie de cinéastes qui nous fassent la leçon, mais de cinéastes randonneurs, physiquement impliqués dans ce que leur caméra embrasse. Pensez-vous que l’homme pourrait prendre conscience de l’importance de la nature grâce au cinéma ? On pourrait dire qu’il faut bien avoir en tête la nature pour la préserver, la respecter. Mais cela a aussi ancré dans nos esprits qu’il y avait la nature et nous, autrement dit que nous n’avions rien à voir avec les autres êtres vivants et les choses. Aucun espace aujourd’hui n’est naturel au sens de vierge, exempt d’influences humaines : les abysses océaniques ou les jungles les plus sauvages sont polluées et sondées, leurs ressources exploitées. Le cinéma peut nous aider à aiguiser nos perceptions et notre regard, à mieux savoir où l’on vit Propos recueillis par Marie Terhondat, Jade Vincent, Louise Petit, Maxime Rolland et étienne Rolland

Encadrement éditorial : Christophe Beney Rédaction : étudiants de l’IUT de La Roche-sur-Yon, département Information et communication Impression : Belz, La Roche-sur-Yon

4e édition

Festival international du film

www.fif-85.com

Le fif Queen Kelly, reine de l’indépendance Loin du formatage imposé par les grosses productions hollywoodiennes, l’œuvre de Kelly Reichardt arpente l'envers du rêve américain. Le festival de La Roche-sur-Yon la met cette année à l’honneur en lui consacrant la première rétrospective intégrale de sa carrière ◆ D'abord passionnée par la photographie, ment désenchantés. C'est après l'ouragan Kelly Reichardt arrive à New York à la fin des Katrina que la réalisatrice a voulu mettre en années 1980. Elle commence comme direc- avant l'individualisme croissant de la société trice artistique avant de se lancer dans la réa- américaine. Elle dit avoir été « frappée du peu lisation. Elle évolue loin des circuits habituels d'empathie que les politiciens manifestaient à et devient progressivement une figure majeure l'égard des victimes ». du cinéma expérimental américain. Son talent En 2010, la cinéaste surprend avec La dernière est vite reconnu outre-Atlantique avec River piste, un western atypique, inspiré de faits of grass (1994), son premier long métrage, réels. Elle rompt avec la tradition du genre en consi­déré par la critique américaine comme privilégiant l'authentique au spectaculaire et l'un des meilleurs films de l'année. La réali- livre un film au regard âpre et personnel sur la satrice le décrit elle-même comme « un road mythologie américaine. movie sans route, une histoire d'amour sans Son dernier film à ce jour, Night Moves (2013), amour et une histoire de crime sans crime ». est diffusé en avant-première dans le cadre du C'est avec Old Joy (2006), son deuxième long- Fif. Avant même sa présentation au grand pu­métrage, qu'elle connaît en Europe un ­début blic, il arrive déjà auréolé du Grand prix du de reconnaissance. Elle y réaffirme son goût festival de Deauville. Gageons que ce combat pour le minimalisme et les grands espaces. écologiste radical fera grand bruit et réservera à En 2008, Wendy & Lucy figure dans les sé- Kelly Reichardt une entrée en fanfare dans les lections d'une majorité de festivals et sur la salles françaises.  Chloé Pavageau liste des films préférés de Kelly Reichardt présente nombreux critiques améri- «  Un road movie sans route, une Wendy et Lucy cains. Les personnages de histoire d'amour sans amour et une 14 h 15, Concorde 1 Reichardt ont en commun histoire de crime sans crime. » Night Moves des parcours particulière20 h 15, Manège

en chiffres

 4

lieux de projections   : le Manège, le théâtre, le Concorde et le Cinéville.

5

personnalités forment le jury professionnel : Carlo Chatrian, Mirways, Jean Narboni, Laetitia Dosch et Amira Casar, présidente.

6

jours pour explorer la singularité du cinéma contemporain, du 16 au 21 octobre.

 60

étudiants répartis en huit ateliers, avec un but commun : animer le festival. Regardez autour de vous, ils sont partout.

402

tweets générés à ce jour par le Twitter du festival @Festival_Film85


Aujourd’hui Novice, initié ou expert : quel festivalier êtes-vous ?

10 h 15 La Force des choses T

En présence de H. Aubron

10 h 35 Programmes courts-métrages 2

C1

14 h 00 Des hommes et des dieux

X. Beauvois, en présence de E. Comar

• La Valse des pantins C2

• Programmes de courts-métrages X. Beauvois

T

16 h 00 Safe

T

C1

X. Beauvois

17 h 15 La Bête lumineuse

M

P. Perrault

18 h 30 Programmes de courts-métrages T

Vous avez entre 1 et 3 points : vous connaissez le festival de nom mais sa programmation reste encore un mystère. La gazette sera votre alliée tout au long de la manifestation.

T. Haynes

16 h 30 Selon Matthieu

X. Beauvois

19 h 00 La Ligne de partage des eaux En présence de D. Marchais

C1

7. D  ans quel film de « La nuit monstre », programmée vendredi soir, l'action se déroule-t-elle sur Mars ? a) L'étrange créature du lac noir b) Total Recall c) The Host

Résultats

C1

En présence de K. Reichardt

4. Combien de longs-métrages a réalisé Nicolás Pereda ? a) 9 b) 6 c) 3

M. Scorsese

14 h 15 Wendy & Lucy

3. Pour quel film Xavier Beauvois a-t-il obtenu le César du meilleur film en 2011 ? a) N'oublie pas que tu vas mourir b) Des hommes et des dieux c) Selon Matthieu

6. Lequel de ces films fait partie de la programmation des 3e Rencontres du cinéma indépendant ? a) Les Habitants de Artavazd Pelechian b) La bataille de Tabatô de Joaõ Viano c) Ensemble de Roee Rosen

Vous avez entre 4 et 6 points  : vous connaissez le festival dans ses grandes lignes. La gazette vous sera utile pour en découvrir les mystères. Vous avez 7 points  : le FIF n'a aucun secret pour vous. Pour le moment. La gazette vous sera indispensable pour être informé de ce dont vous n'avez même pas encore idée.

20 h 00 Tout à la fin est occupé T par le silence

N. Pereda

20 h 15 AVP Night Moves

En présence de K. Reichardt

22 h 00 Costa Da Morte

M

L. Patiño, en présence de M. Pawley

C Cinéville T Théâtre M Manège

C1 Concorde 1 C2 Concorde 2

C1

Par Yennifer Nicolas

Les films en compétition Costa Da Morte

La ligne de partage des eaux

Dans ce documentaire, le réalisateur espagnol Lois Patiño nous fait découvrir la côte inhospitalière du nord-ouest de la Galice. Un témoignage captivant sur les liens qu’entretient le peuple galicien avec les forces de la nature. > Concorde, 22 h.

Dominique Marchais suit les différents acteurs de l’évolution de notre territoire national, ceux qui prennent les décisions politiques comme ceux qui agissent directement sur l’aménagement de notre environnement. > Concorde, 19 h.

© La ligne de partage des eaux

J. Doillon

© Les chansons populaires

M

2. Qui est le protagoniste de The confessions of Roee Rosen ? a) Une femme b) Un homme c) Roee Rosen lui-même

Réponses

• Ponette

C1

1.a) Kelly Reichardt a réalisé cinq longs-métrages dont le fil d’Ariane est la route. Elle concentre l'attention du spectateur sur le chemin que parcourent ses personnages afin de donner un sens à leurs vies.

9 h 30 Les Petits canards de papier Studios de SHANGAÏ

2.a) Une femme. Et même trois. Le film est un monologue conduit par trois immigrées en Israël. Elles lisent un texte en hébreu diffusé sur un prompteur. L'auteur est là, présent, les amenant par cette lecture à se confier sur leurs vies à elles, et sa vie à lui.

H. Miyazaki

5. La maison de production, de distribution et d'édition Capricci est : a) Parisienne b) Nantaise c) Yonnaise

3.b) Des hommes et des dieux s'inspire de l'assassinat des moines de Tibhirine, perpétré en Algérie en 1996. Ce film travaille un thème récurrent chez Xavier Beauvois : le conflit entre ciel et terre, entre devoir et envie.

1. Les films de Kelly Reichardt sont principalement des : a) Road movies b) Comédies c) Thrillers

4.b) à seulement 31 ans, ce réalisateur mexicain a déjà monté sa propre maison de production (En Chinga Films). Ses Chansons populaires ont remporté le Grand prix du jury ici même, l'année dernière.

9 h 20

T Ponyo sur la falaise C2

Entre les quatre-vingt films projetés, les débats et les nombreuses rencontres programmées, il y aura de quoi s'y perdre. Nous sommes prêts à vous servir de boussole pendant tout le festival, mais d'où partez-vous ? Vous faut-il défricher le programme laborieusement, tel l’explorateur dans la jungle, ou en connaissez-vous déjà tous les recoins ? Pour le savoir, faites notre test ◆

5.b) Nantaise. Créée en 1999 par Thierry Lounas, Emmanuel Burdeau et François Bégaudeau, Capricci travaille en étroite collaboration avec le festival et présente notamment cette année La jalousie de Philippe Garrel et Histoire de ma mort d'Albert Serra, Léopard d’Or cette année à Locarno.

9 h 15 Programmes courts-métrages 1

r/festival-film-laroche/

6.b) La bataille de Tabatô de Joaõ Viano. Après trente ans d'exil, Baio accepte de revenir en Guinée-Bissau à la demande de sa fille. Fatu tient à ce que son père l'accompagne le jour de son mariage qui doit se dérouler à Tabatô. Mais lorsque Baio retrouve les lieux de son passé, les souvenirs de la guerre d'indépendance remontent à la surface...

FESTIVAL

tlaroche.univ-nantes.f

7.b) Sorti en 1990, le film de Paul Verhoeven se déroule en 2048. Il raconte l'histoire de Doug Quaid qui, à la suite d'un reconditionnement mental, doit aller sur Mars, colonisée, afin de découvrir sa véritable identité.

au

+ d'infos : http://blogs.iu


Gazette1 17 10 2013 bd