Issuu on Google+

Sports

La Marne - Mercredi 24 avril 2013

32

RUGBY • Pas de finale pour RCPM-Val d’Europe, suite à sa défaite face à Rueil (12-14)

La réserve était presque au paradis La réserve du RCPM-Val d’Europe était elle aussi à la fête. Logique après une année invaincue en championnat. Place à la première demi-finale face à la solide équipe de Rueil, qui va entrer plus vite dans le match en menant 0-6 avant la pause. En face, les locaux demeurent timorés, prudents et avouons-le, trop concentrés sur le frein à main.

Une entame délicate Et miracle, menés 0-11 à la 56e minute, le réveil va sonner par le biais d’un paquet d’avants redevenu tonique. Un premier essai fort subtil, un autre plus dynamique remet Meaux dans le droit chemin (11-12). Surprenante remontée et changement de physionomie pour une équipe qui avait match perdu ou disons compromis. On va doucement vers le dénouement de cette pièce à suspense quand une pénalité permet à Rueil de reprendre la barre du navire. Meaux pousse, échoue de peu une fois, deux fois, trois

fois et souffle un grand coup sur une pénalité accordée à 15 m des poteaux, presque en face. Une qualification pour la finale descend sur l’échine mouillée des acteurs.

Une déception légitime pour les réservistes Hélas, le coup de pied facile s’élève et frôle les perches. Misère en cette 80e et dernière minute, synonyme d’immense déception comme le soulignait le centre Glèzes, très bon dimanche : « On ne peut qu’être déçus. On voulait se faire un plaisir tous ensemble d’avoir ce match de final e mais on échoue malgré une belle saison. » La saison est donc terminée à moins que les entraîneurs de l’équipe première fassent appel pour la finale de dimanche à Mantes à certains joueurs pour donner du tonus à une formation de la A qui commence elle aussi à montrer des signes de fatigue suite à une saison pleine et harassante. Pascal Pioppi

Les locaux ont tout tenté mais il manquera deux petits points à l’arrivée.

Fédérale 3 (32es) – Pontault-Combault battu au match aller (21-28)

Derrière la main courante de Tauziet

Exploit obligatoire dimanche à Drancy

Que pensez-vous du retour du club en F3 ?

Pontault-Combault est de nouveau parti en cette fin de saison à la conquête de la Fédérale 2. Mais les hommes de Jean Miss n’ont pas vraiment été gâtés en jouant dès les 32es de finale contre une équipe de Drancy qui a bouclé une très grosse saison régulière. La pression était déjà montée en cours de semaine avec quelques échanges bien sentis entre Marc Dubourdeau, l’ancien entraîneur de Pontault, passé à Drancy et le président pontellois Thierry Desrues. Ce sont donc des Seine-etMarnais gonflés à bloc qui faisaient dimanche aprèsmidi leur entrée sur le terrain, bien décidés à faire oublier les échecs successifs dans leurs précédentes tentatives de montée en Fédérale 2. Une motivation qui portait ses fruits, Hamel offrant deux essais successifs à son équipe en début de match. Chagnon qui assurait quelques points supplémentaires au pied permettait à Pontault de voir l’avenir avec sérénité affichant 10 points d’avance (18-8) après la reprise. Physiquement moins à l’aise, les Pontellois ont soudainement plié vers l’heure de jeu. Drancy qui retrouvait à ce moment-là ses bases s’ouvrait des boulevards et

Michel Fleury (dirigeant) « C’était nécessaire pour les équipes de jeunes. Cette montée pourrait permettre de garder les meilleurs. Notre fusion est encore récente et c’est bon signe. Je suis heureux car cela fait 25 ans que l’on m’a proposé de monter dans le car et je suis toujours là. » Alain Pourtout (dirigeant) « Nous avons récupéré les joueurs du Val d’Europe qui nous ont manqué. L’effectif a été ainsi à la hausse et la cohésion aussi. Comme l’ambiance était présente, tout a roulé pour le club. C’est bien. »

Pontault-Combault n’a pas été gâté en tombant dès les 32es de finale de Fédérale 3 sur l’ogre drancéen.

passait un essai (18-13 à la 60e), puis deux (18-18 à la 63e) puis trois (18-23 à la 68e) et même une quatrième « casquette » à deux minutes de la fin.

« Du 50-50 pour le retour » Battus 21-28 à la maison, les hommes de Jean Miss n’ont pourtant pas hypothéqué toutes leurs chances de se qualifier pour des 16es de finale de Fédérale 3.

« Tout restera jouable dimanche prochain au match retour, analysait l’entraîneur seine-et-marnais à la fin de cette rencontre. A condition de le prendre de la même manière ! On a montré qu’on pouvait rivaliser avec ce genre d’équipes et notre gros point positif, c’est d’avoir pris toutes les balles sur les touches. Après, perdre chez nous, ce n’est pas la meilleure des choses… Ce sera du 50-50 pour le retour ! »

Dimanche prochain, sur le terrain de Drancy, PontaultCombault n’aura donc plus d’autre solution que de gagner, avec la plus grosse marge. Et il ne faudra pas se contenter du jeu au pied mais aussi marquer des essais pour inverser la situation et accéder aux 16es de finale de Fédérale 3. O. C.

Pascal Buffe (speaker du match) « Cela fait plaisir de voir tout ce monde, de voir renaître le club et le retour des anciens au stade. En regardant la butte pleine de monde on se dit que le rugby est populaire à Meaux. Il règne une bonne ambiance avec un vrai chef de file. Il fallait un vrai patron et Jean-Marc Bernini est arrivé. » Marie Pintado (spectatrice) « Il y a un club intelligent qui a un vrai projet. C’est le rugby et un autre club, celui du foot qui fait n’importe quoi et qui se coupe de son

public. » Hervé Boyard (ex-entraîneur du basket handi) « Cela faisait pas mal de temps que je n’étais pas venu au stade. Cela fait plaisir de revoir des têtes connues et d’assister à la remontée d’un club. J’ai passé de merveilleux moments ici car il règne toujours au rugby une ambiance sympa que l’on ne retrouve pas forcément autre part. C’est chouette aussi de voir des collègues de chez Marne-et-Morin. » Valérie Beaujeu (supportrice) « Il est bon de revenir au stade après des années de disette. Il est important que Meaux et la région avec le Val d’Europe puissent avoir une équipe en championnat national. On va se régaler à Tauziet car l’ambiance est revenue. » Pierre Dreux (kiné et ancien dirigeant) « Cela fait plaisir. J’ai l’impression que l’on a remis les choses dans l’ordre. Il y a eu une coupure dans l’avancée. Là, je ne vois que des gens heureux. L’âme qui avait quitté depuis pas mal de temps le stade Tauziet pourrait revenir. » P. P.


Article pour l'hebdo La Marne (77) - Rugby - Fédérale 3 - Pontault-Combault