Page 1

Si on m'avait dit un jour que j'interviewerais Sam'Tach, jeune artiste tourangeau en propulsion en compagnie de sa ponette Tina, je crois que je n'y aurais pas cru. Alors si Sam Tach' a un univers à lui résolument simple (il aime ses potes et sa ponette) il n'en est pas moi un homme canon qu'il ne faudra pas louper des yeux ni des oreilles dans les années qu'il vous reste à vivre. Sam Tach' un regard bleu tendre, un franc parler et une verve à toute épreuve. Sam Tach' c'est Samuel, 30 ans, depuis à peine deux semaines, le 30 mai. Alors, il a voulu fêter ça. Ça se comprend mais avant de retrouver ses invités à sa garden anniversaire party, il a bien voulu subir un interrogatoire. Sam Tach' un dur au coeur tendre, une interview entre lui, ses potes, sa ponette et moi. Qui sont tous ces gens ? Des potes, des potes des potes, et tous ceux qui avaient envie de venir boire un coup. Des gens qui ont bossé sur le set, des gens qu'ont pas bossé sur le set mais qui sont pas loin de l'équipe et puis voilà quoi tous ceux qui avaient envie de boire un coup. Scène découverte du Printemps de Bourges, coup de cœur Terres du Son, et Aucard, le petit chap' c'était un peu petit, non? Je préfère avoir un bon effet dans un lieu plus petit, qu'un grand lieu à moitié plein, que ça marche qu'à moitié dans un truc trop grand. Dans un an, après l'album, j’espère qu’on pourra ramener mille ou deux mille personnes sûr sous un grand chapiteau. En attendant, on n'est pas sûr, je préfère avoir un lieu plus petit qui soit plein. Ça marche mieux pour l'ambiance. Et donc non, je suis pas du tout frustré par rapport à ça. Printemps de Bourges, Terres du Son à vrai dire je réalise pas trop, je m'en rends compte qu'on a une chance de cocus, d'ailleurs je l'ai plein été, c'est peut-être pas un hasard et euh...Bref ! Je me rends compte qu'on a du bol. On bosse pour faire le truc mais on n'a pas non plus cherché. Au Printemps de Bourges, on a été pris par hasard, c'est mon ex qui a envoyé le dossier. On est allés aux tremplins, persuadés que ça allait foirer. On a été pris, Terres du Son c'est eux qui nous ont contactés parce qu'ils nous ont dit « On t'aime bien, on a envie de faire des trucs avec toi. » Aucard, c'est pareil on ne s'est pas battus pour que les gens nous aiment. Ils nous aiment bien alors ils nous aident ben ça avance, c'est cool. Tu sembles jouer avec la langue française comme un sportif avec une balle ou un ballon. Y a-t-il comme pour le sport des règles, des codes et des interdits ? Aucun c'est de l'Art, on fait ce qu'on veut. Le seul interdit c'est d'être faux. On peut tout faire en musique, tu peux faire des mesures à sept temps, tu peux faire tout et n'importe quoi du moment que ça sonne juste. Tu n'as pas peur de recevoir de cartons rouges ? Ben des cartons rouges, j'en reçois depuis que je suis tout p'tit parce qu'en France si tu dis des trucs évident qui visent tout l’monde soit on te rit au nez en te disant « ben ouais, c'est vrai t'as rien inventé » (ce qui est vrai) soit on me rit au nez en disant c'est complètement faux t'es qu'un p'tit con idéaliste (ce qui n’est peut être pas faux). Dans le fond c'est vrai quoi, c’est ce que je dis à longueur de morceaux : des gros cons, j'en croise tous les jours, et puis petit à petit, j'apprends à m'en foutre, à en faire abstraction, à dépasser le truc. Des cartons rouges, ouais on en prend quoi. C'est aussi marrant de les provoquer, de dire aux gros blaireaux « mais je suis un jeune con idéaliste mais la théorie que tu vas me sortir je la connais par cœur. La mienne par contre tu la connais pas parce que je suis pas qu'un jeune con idéaliste. » . Donc pour finir non j'ai pas peur des cartons rouges, j'ai pas peur du ridicule, je vis pour moi et pour les gens qui m'aiment. Les autres, je les emmerde. Tes textes sont taillés au couteau, tes rythmes dansent sur une lame de rasoir, ta versification semble avoir des scarifications ? Oui ben oui, je rappe mes plaies comme on dit. Donc forcément y a des moments ça sonne dur, ça sonne un peu douloureux. Mais euh y a aussi des moments où ça sonne rigolo. L'écriture, c'est une


catharsis. C'est pas que de la branlette que de le dire, on met nos pensées, nos états d'âme, nos plaies sur un papier, et forcément y a un moment donné, c'est normal : ça saigne. Qu'est ce qui te fait saigner ? Qu'est ce qui me fait saigner ? Il paraît que c'est facile de dire qu'on n'aime pas l'hypocrisie mais euh ouais je ne supporte pas l'hypocrisie, les gens qui ont des comportements qui ne les assument pas. On a tous des travers, moi aussi j'ai des incohérences, pas de contradictions mais de paradoxes. Parce que contradictions ça ne fonctionne pas mais le paradoxe, ça marche quand même. J'ai les miens mais je suis prêt à en parler. Voilà par exemple : je suis végétarien mais je mange encore du poisson. Donc mon végétarisme n'est pas parfait mais je l'assume je sais pourquoi je mange encore du poisson. Donc voilà à la fois je pense que c'est pas bien mais je sais pourquoi j'en suis encore là. Y en a certains ils font de la merde dans leur vie mais par contre ils ne sont pas du tout prêts ne serait-ce qu'à le reconnaître. J’pense que c’est à ça que tiennent la plupart des problèmes qu’on peut constater, c'est un truc que je supporte pas. Tu as des noms ? Mais le français moyen quand tu dis au français moyen de gagner plus de 400 euros par mois c'est être trop riche et qu'à côté de ça il bouffe comme un porc et qu'il ne sait pas ce que c'est que la pauvreté. Et qu'il en a plein le bide et qu’il se plaint. Et que tout son train de vie est basé sur le vol, le vol de ressources ailleurs dans le monde pour avoir des esclaves qui travaillent pas cher pour faire des fringues, des endroits où on produit de la viande de merde qui est archi-polluante à l'autre bout de la planète. Forcément tu lui dis ça, il veut pas le savoir. Il veut sa retraite. Et si tu n'avais pas été artiste, qu'aurais-tu fait alors ? Je pense que j'aurais tué des gens en posant des bombes dans les centres commerciaux. (Rire)Non on n’est pas tous Charlie Bauer. Tu vois Charlie Bauer c'est un mec qui a 17 ans a fait brûler la raffinerie de Toulon avec ses potes. Parce que lui, c'était un vrai guérillero, un Robin des Bois avec des couilles au cul. Il était soldat en Algérie contre la France. Moi je peux pas faire ça, je peux pas aller me taper avec des flics, je fais 1 m 67 et ainsi de suite. Je me suis rendu compte que je pouvais largement plus foutre la merde en brassant des idées. Et d'ailleurs ben l'exemple c'est que ce Charlie Bauer en question, il a fait 25 ans de prison pour la France et pour les Français parce qu'on l'a traité de terroriste mais c'était un vrai Robin des Bois. En sortant de prison, il a dit j'arriverai à faire plus de choses en brassant des idées. Moi, je me sers de l'exemple de ce mec-là, je suis pas frustré de ne pas aller casser la gueule à des flics parce que si lui il l'a fait et il a pris 25 ans de taule pour dire à la fin : « c'est en brassant des idées qu'on change des choses » ben je vais directement me servir de sa conclusion et passer à la suite. Parce que c'est là que je suis le plus à ma place. Si j'avais pas fait de la musique - c'est bien c'est cool la musique- , mais la vraie passion de ma vie c'est les chevaux. Je suis cavalier à la base. Là je monte plus à cheval parce que je fais de la musique justement. Mais c'est clair que si j'arrête la musique, je refais du cheval. Interruption de l'interview : ses potes arrivent et entonnent Joyeux anniversaire, joyeux anniversaire, en acapella. Est-ce que le succès risque de te rattraper, tu vas tomber dans le star system ? Des tables avec beaucoup de très bonnes cocaïnes dessus, j'en tape pas, ça m'intéresse pas. De l'argent, des grosses bagnoles…… Dans le cheval, j'ai vu beaucoup d'argent devant moi. Mais ça ne me fait absolument pas bander parce que j'ai la chance d'être né dans une famille de classe moyenne où j'ai jamais eu faim, j’ai eu cette chance- là. Après j’me suis appris à avoir faim en chiant ma race loin d’la maison donc aujourd’hui à la fois j’ai pas l’gout du luxe à la fois j’me sens pas « avachi » par « la société de consommation » . Du coup aujourd'hui je suis végétarien, je porte des fringues de récup et je suis contre le fait de consommer dans un certain cadre, ça peut paraitre idéaliste : ça l’est et c’est bien ça l’kiff . Même si j'avais 10 000 euros sur mon compte, je continuerais d'être


végétarien, de porter des fringues de récup. Par contre, j'investirais les 10 000 euros dans ma musique. Je me pense un peu incorruptible (rire). De la tune, si j'avais voulu en faire, j'aurais pas fait de musique. La tune ça me fait juste pas bander alors comment tu veux qu'on me rattrape ? Les pouffiasses qui vont me surkiffer, c'est pareil ça m'en touche une, c'est pas la bonne Finalement les trucs à craindre quoi qu’on fasse c’est le sexe, le pouvoir, les biftons : le sexe, je baise assez, le pouvoir, j'en ai rien à foutre et l'argent je m'en branle. Pi de toute manière c’est pas c’qu’on brasse avec nos cachets qui peut nous faire tourner la tête …. Faut pas croire c’est pas Byzance …. Aucard de Tours, c'est quoi pour toi ? C'est la consécration. (rires) J'en ai plus rien à foutre du reste, tu peux m'amener Bercy sur un plateau, je m'en branle. Je suis né à Tours, c'est Aucard le vrai concert quoi. J'ai joué à Aucard. Je me suis teje dans le public à la fin, voilà deux rêves de gosse accompli. C'est bon, le reste, là, maintenant ça peut attendre. Après on va faire terres du son dans l’bled où j’ai grandi j’avoue que c’est pareil ça va être un peu spécial à mes yeux ! Et maintenant ? C'est super important d'être ici, émotionnellement pour moi. C'est le concert du festoche de ma vie, Radio Béton c'est tout un état d'esprit qu'il y a derrière, ça veut dire quelque chose pour moi. Et d'un autre côté, c'est qu'une étape et il faut voir la suite. Ce que je vise c'est de continuer. Tu sais il y a un an j'aurais jamais dit qu'on aurait le Printemps de Bourges et Terres du Son sur la grande scène. Ben voilà ça arrive c'est cool, mais après il faut pas perdre de vue on a un petit buzz régional c'est pas un buzz national avec passage télé et compagnie. C'est pas parce que t'as 10 000 vues sur You Tube que tu gagnes ta vie avec ta musique. Je veux professionnaliser ma musique parce que plus elle est professionnelle, plus elle est efficace dans la portée du propos... Si je me fais chier à écrire des textes, c'est pour raconter des choses aux gens. Plus il y a de gens qui aiment pour l'écouter et plus ça se justifie que j'y passe du temps. La professionnalisation c'est un passage obligatoire parce que c'est là que les choses deviennent sérieuses, que tu fais les choses en grandeur nature à mon sens. Chanter devant 50 potes dans un bar c'est cool, c’est un pur moment , mais ça n'a aucune portée, ça ne justifie pas que j'y passe mes semaines. Si on fait la tournée des festoches et qu'il y a 3000 personnes qui gueulent en avant la légion, là ça justifie que j'y passe mes semaines et ça signifie quelque chose. Est-ce que tu uses de provoc' ? Ben oui, il faut le taurer le public, c'est comme un taureau, et t'es là devant oaoaoa (avec déhanchement des plus subjectifs, s'il vous plaît). Tu le cherches, tu l'emmènes, tu le fais danser c'est ça qu'il aime. (rire) C'est ça que j'aime devant un artiste. Les mielleuseries, les facilités j'aime pas, je préfère qu'on me parle franchement et que ce soit un peu austère. Du coup en live comme au moment d’écrire j’aime bien faire des blagues froides qui tombent à plat, qui perturbent un peu l’truc avec un coté pince sans rire, ça gêne l’oreille et ça relance l’écoute quand ça ne la coupe pas (ça fait le tri pour parler vulgairement) ….. Si on doit avoir une connivence avec le public j’veux pas que ce soist parce qu’on lui fait des rond d’jambes , pour ça y a plein d’autres groupes qui le font plus ou moins bien , j’vais pas dire « gueule si t’es contre les fachos » ou c’genre de facilité pour créer un faux consensus à 2 balles et jouer les mecs sympa, j’suis un mec sympa mais j’suis pas Fonzie , c’est au gens d’le voir pas à moi d’leur dire. Je laisse Sam Tach' partir retrouver ses potes, même si cette conversation aurait presque pu nous mener au bout de la nuit sans toutefois avoir le sentiment d'avoir complètement fait le tour de la terre. Sam Tach' de mots et de maux, une maturité charmante dans ses convictions, tout juste 30 ans et justement comme si cette vie-là n'était tout simplement pas sa première. Merci et bon vent Sam Tach'

Sam  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you