Page 1

Master Sociologie d’enquête Brochure 2011-2012 www.sociologiedenquete.fr


Illustration de la couverture :    © Pauline Perrolet, « Paris », 2009.   http://lesbddepoline.over‐blog.com/


3

Sommaire

Présentation générale ............................................................. 4 Organisation de la formation ................................................. 7  Conseil pédagogique et intervenants ................................... 12  Calendrier de l'année 2011-2012 .......................................... 14  Master 1 – Semestre d’automne (S1) ................................... 17  Master 1 – Semestre de printemps (S2)............................... 23  Master 2 – Semestre d’automne (S3) ................................... 27  Master 2 – Semestre de printemps (S4)............................... 33  UE du parcours « Famille » .................................................. 38  UE du parcours « Santé » ..................................................... 44  UE du parcours « Travail » ................................................... 50  UE du parcours « Conso. et Com. » ...................................... 57  UE Optionnelle ..................................................................... 63  Mémoires : consignes et conseils .......................................... 66  Annuaire des enseignants .................................................... 71  Informations pratiques ......................................................... 82 

 


4

Organisation de la formation

Présentation générale Ce Master « sociologie d'enquête » se caractérise avant tout par la volonté de ne pas séparer questionnement théorique et exigence empirique dans la démarche sociologique. Il offre une formation aux méthodes de la sociologie et aux outils théoriques et conceptuels afin de préparer aux diverses activités des métiers de la sociologie, aussi bien dans le domaine de la recherche publique que dans le domaine du secteur privé ou parapublic. Il offre également un accès à la préparation d’un doctorat (en France comme à l’étranger). Les étudiants acquièrent de solides compétences en méthodes qualitatives (enquête par entretien, par observation directe) et en méthodes quantitatives (enquête par questionnaire, analyse statistique de données) ainsi que des compétences théoriques dans un ou deux des domaines de la sociologie suivants : sociologie de la famille ; sociologie de la santé ; sociologie du travail ; sociologie de la consommation et de la communication. Par ailleurs, la formation est complétée par l’apprentissage de savoir-faire indispensables à l’exercice du métier de sociologue, aussi bien dans le champ scientifique qu’en dehors : techniques de communication (orale et écrite), langue anglaise, techniques de la gestion bibliographique, initiation au droit et à la gestion, conduite de projets, méthodes d’évaluation… Le Master « Sociologie d’enquête » accueille soixante étudiants (par an) titulaires d’une licence (ou d’un diplôme jugé équivalent), après sélection sur dossier (et éventuellement entretien). La formation dure deux ans et aboutit au titre de diplômé en Master de Sociologie d’enquête (diplôme national).


Organisation de la formation Le Master « Sociologie d’enquête » est fortement adossé à deux laboratoires du CNRS et de la Faculté des sciences humaines et sociales de l’Université Paris Descartes : le CERLIS (Centre de Recherche sur les Liens Sociaux) et le CERMES3 (Centre de Recherche Médecine, Sciences, Santé, Santé Mentale et Société). D’autres équipes de recherche sont représentées par certains intervenants et enseignants (laboratoires GEPECS, LCP notamment). Le Master « Sociologie d’enquête » est une spécialité du Master « Sciences de la société ». Il constitue une des formations dispensées à la Faculté des sciences humaines et sociales – Sorbonne de l’Université Paris Descartes. Pour en savoir plus : Î Sur l’actualité du Master « sociologie d’enquête » : www.sociologiedenquete.fr Î Sur le Master « Sciences de la société » et ses différentes spécialités (direction : Denys Cuche) : http://www.masters-shsparisdescartes.fr/ Î Sur la faculté des sciences humaines et sociales – Sorbonne : www.shs.univ-paris5.fr Î Sur les laboratoires CERLIS et CERMES3 : www.cerlis.fr www.cermes3.fr Î Sur l’Université Paris Descartes : www.parisdescartes.fr

5


Organisation de la formation

Organisation de la formation La scolarité du Master « Sociologie d’enquête » (qui est une spécialité du Master « Sciences de la société) est organisée en quatre semestres (S1 à S4) : deux semestres en M1 (S1 et S2) ; deux semestres en M2 (S3 et S4). Le Master offre quatre parcours : Famille, Santé, Travail, Consommation et communication (C&C). Le choix du parcours doit se faire lors de la candidature et doit être confirmé lors des inscriptions pédagogiques. Ce choix conditionne les UE à suivre pour obtenir le Master. Il y a, schématiquement, six types d’UE : -

Les UE de méthodologie d’enquête en sociologie (S1 à S4) : composées de TD de méthodologies quantitative comme qualitative, ces UE sont obligatoires.

-

Les UE d’apprentissage complémentaire : Anglais (S1 et S3) ; Outils de la recherche et d’application (S1 à S4) ; Techniques de gestion et d’administration (S3). Ce sont des UE obligatoires.

-

Les UE de sociologie thématique (S1 à S4) : ce sont cinq UE obligatoires à choix. Ce choix est conditionné par le parcours. Par exemple, un(e) étudiant(e) inscrite dans le parcours « Famille » devra valider les trois UE proposées par le parcours « Famille ». Il lui restera alors deux autres UE à choisir, parmi l’offre des autres parcours.

-

Les UE de Pratique de la théorie et de l’enquête (S3 et S4) : ce sont des UE obligatoires à choix. Ce choix est conditionné par le parcours : par exemple,

7


8 Organisation de la formation un étudiant inscrit dans le parcours « Famille » doit nécessairement choisir les UE « Famille ». -

Les UE de Mémoire (S2 et S4) correspondant à la réalisation du mémoire de recherche et d’application.

-

Les UE optionnelles (S2 et S4) visant notamment à élargir les compétences, en réalisant par exemple un stage dans une entreprise, une administration ou un organisme de recherche…

Au total, pour valider le parcours choisi, l’étudiant doit choisir et obtenir les trois UE de « sociologie thématique » correspondant à son parcours (quatre UE dans le cas du parcours C&C) ainsi que les deux UE « Pratique de la théorie et de l’enquête » (en M2). L’étudiant peut valider ces trois UE de sociologie thématique correspondant à son parcours dès le M1 ou bien il peut en valider une partie (une ou deux UE) en M2. Les tableaux des deux pages suivantes présentent l’organisation de chaque semestre en indiquant les UE, leur volume horaire et les crédits correspondants (coefficients et ECTS). En grisé, sont indiquées les UE obligatoires ; en blanc sont indiquées les UE obligatoires à choix. Les UE de chaque semestre sont présentées de manière détaillée : • M1 – Semestre d’automne (S1) : pages 17 et suivantes • M1 – Semestre de printemps (S2) : pages 23 et suivantes • M2 – Semestre d’automne (S3) : pages 27 et suivantes • M2 – Semestre de printemps (S4) : pages 33 et suivantes


Organisation de la formation Les présentations détaillées des UE thématique » se situent : • UE Famille : pages 38 et suivantes • UE Santé : pages 44 et suivantes • UE Travail : pages 50 et suivantes • UE C&C : pages 57 et suivantes.

de

« Sociologie

L’UE optionnelle est présentée pages 63 et suivante. Les principes et les règles de réalisation des mémoires et TER sont exposés pages 66 et suivantes. La présence en cours et en TD est obligatoire durant l’ensemble de la formation.

9


10 Organisation de la formation

Première année du master Semestre 1

Semestre 2

(automne)

(printemps)

UE 1 Méthodes 1 48h TD - Coef = 8 - ECTS = 8

UE 1 Méthodes 2 48h TD - Coef = 8 - ECTS = 8

UE 2 Anglais 24h TD ; Coef = 5 ; ECTS = 5

UE 2 Outils de la recherche et de l’application 2 : apprendre à communiquer 24h TD ; Coef = 3 ; ECTS = 3

UE 3 Outils de la recherche et de l’application 1 : recherche bibliographique et veille 24h TD; Coef = 2 ; ECTS = 2 + TER Coef = 3 ; ECTS = 3 UE 4 Sociologie thématique 1 48h CM ; Coef = 6 ; ECTS = 6

UE 5 Sociologie thématique 2 48h CM ; Coef = 6 ; ECTS = 6 (total = 192h) - (30 ECTS)

UE 3 Outils de la recherche et de l’application 3 : concevoir des projets et répondre à des appels d’offre 24h TD; Coef = 2 ; ECTS = 2 UE 4 Mémoire de recherche Coef = 8 ; ECTS = 8 UE 5 Sociologie thématique 3 48h CM ; Coef = 6 ; ECTS = 6 UE 6 UE Optionnelle Coef = 3 ; ECTS = 3 (total = 144h) - (30 ECTS)


Organisation de la formation

Deuxième année du master Semestre 3

Semestre 4

(automne)

(printemps)

UE 1 Méthodes 3 48h TD - Coef = 8 - ECTS = 8

UE 1 Méthodes 4 48h TD - Coef = 8 - ECTS = 8

UE 2 Outils de la recherche et de l’application 4 : communiquer en anglais 24h TD ; Coef = 5 ; ECTS = 5

UE2 Mémoire de recherche Coef = 8 - ECTS = 8

UE 3 Ethique et droit de l’enquête 24h TD ; Coef = 5 ; ECTS = 5

UE 3 Outils de la recherche et de l’application 5 : outils statistiques et informatiques 24h TD; Coef = 2 ; ECTS = 2

UE 4 Sociologie thématique 4 48h CM ; Coef = 6 ; ECTS = 6

UE 4 Sociologie thématique 5 48h CM ; Coef = 6 ; ECTS = 6

UE 5 Pratique de la théorie et de l’enquête 1 24h CM ; Coef = 3 ; ECTS = 3

UE 5 Pratique de la théorie et de l’enquête 2 24h CM ; Coef = 3 ; ECTS = 3

+ TER Coef = 3 ; ECTS = 3

UE 6 UE Optionnelle Coef = 3 ; ECTS = 3

(total = 168h) - (30 ECTS)

(total = 144h) - (30 ECTS)

11


12

Le conseil du Master et l’équipe enseignante

Conseil pédagogique et intervenants Le Master se caractérise par une forte unité pédagogique et scientifique. Il est piloté par un « conseil » qui se réunit régulièrement. Directeur du Master : Olivier Martin Conseil du Master : - Martin Olivier - Masclet Olivier - Ramos Elsa - Sacriste Valérie - Schwartz Olivier - Simmat-Durand Laurence - de Singly François Responsables de parcours - « Famille » : François de Singly - « Santé » : Olivier Martin - « Travail » : Olivier Schwartz - « Consommation et communication » : Valérie Sacriste


Le conseil du Master et l’équipe enseignante

13

Principaux enseignants : Bala Linda Béliard Aude Briffault Xavier Castel Pierre-Henri Chabault Vincent Decoux Annick Desjeux Dominique Dessajan Séverine Drouet Maxime Durand Christophe Duvoux Nicolas Fansten Maïa Giraud Christophe Gotman Anne Lefébure Pierre Letonturier Eric Long Catherine Martin Olivier

Martuccelli Danilo Maruani Margaret Marzano Michela Masclet Olivier Monjaret Anne Monsavoir Magali Mougel Sarra Pugeault Catherine Ramos Elsa Robert-Foley Lily Rohard Franck Sacriste Valérie Schwartz Olivier Simmat-Durand Laurence de Singly François Toutain Stéphanie Zegierman Arnaud

Pour en savoir plus sur les enseignants ou les responsables, pour trouver leurs coordonnées, consultez l’annuaire page 71 de cette brochure ou rendez-vous sur le site www.sociologiedenquete.fr.


14

Calendrier de l’année 2011-2012

Calendrier de l'année 2011-2012 L’année universitaire est organisée en deux semestres (semestre d’automne et semestre de printemps) : chaque semestre comprend 12 semaines d’enseignement ainsi que des semaines consacrées au rattrapage et aux soutenances.

Semestre d’automne semaine du au n° 1 19/09/2011 25/09/2011 2

26/09/2011 02/10/2011

3

03/10/2011 09/10/2011

4

10/10/2011 16/10/2011

5

17/10/2011 23/10/2011 24/10/2011 30/10/2011

6

31/10/2011 06/11/2011

7

07/11/2011 14/11/2011

8

14/11/2011 20/11/2011

9

21/11/2011 27/11/2011

10

28/11/2011 04/12/2011

11

05/12/2011 13/12/2011

12

12/12/2011 18/12/2011

Semaines d'enseignement du premier semestre Interruption des cours

Semaines d'enseignement du premier semestre

19/12/2011 25/12/2011

Vacances de Noël

26/12/2011 02/01/2012

Vacances de Noël

03/01/2012 08/01/2012

Semaine de rattrapage du premier semestre

09/01/2012 15/01/2012

Interruption des cours

16/01/2012 22/01/2012

Interruption des cours

23/01/2012 29/01/2012

Interruption des cours


Calendrier de l’année 2011-2012 15

Prérentrée : jeudi 8 septembre 2011 de 11h30 à 13h30 (Amphithéâtre Giroud puis salle Curie A) Accueil autour d’un pot de rentrée : vendredi 23 septembre 2011 à partir de 13h30

Semestre de printemps semaine n° 1

du

Au

30/01/2012

05/02/2012

2

06/02/2012

12/02/2012

3

13/02/2012

19/02/2012

4

20/02/2012

26/02/2012

27/02/2012

04/02/2012

5

05/03/2012

11/03/2012

6

12/03/2012

18/03/2012

7

19/03/2012

25/03/2012

8

26/03/2012

01/04/2012

9

02/04/2012

08/04/2012

10

09/04/2012

15/04/2012

16/04/2012

22/04/2012

Vacances de printemps

23/04/2012

29/04/2012

Vacances de printemps

11

30/04/2012

06/05/2012

12

07/05/2012

15/05/2012

Semaines d'enseignement du second semestre

16/05/2012

22/05/2012

Juin 2012

Semaines d'enseignement du second semestre Interruption des cours

Semaines d'enseignement du second semestre

Semaine de rattrapage du premier semestre Soutenances (M1 et M2)


M1 – Semestre d’automne (S1)

17

Master 1 – Semestre d’automne (S1)

♦ UE 1 : Méthodes 1 [MET1] Cette UE est commune à l’ensemble des spécialités, mais les étudiants de la spécialité « sociologie d’enquête » doivent nécessairement choisir les deux ECUE ci-dessous. UE obligatoire ; 48 h de TD ; Coef = 8 ; ECTS = 8 Enseignant responsable pour l’ensemble de la mention : Denys Cuche ƒ

ECUE : Méthodes quantitatives 1 ECUE obligatoire pour les étudiants de « sociologie d’enquête » Enseignant responsable : Olivier Martin Nombre de groupes : 2 ; 24h de TD ; Coef = 4 Enseignants : Olivier Martin, Christophe Giraud Cet enseignement offre une formation théorique et pratique à la démarche quantitative et un apprentissage des outils essentiels à la conception des enquêtes (échantillonnage, conception des questionnaires, techniques de passation des questionnaires, création d’enquête en ligne). L’enseignement se déroule en salle informatique et les étudiants sont amenés à réaliser une enquête. En particulier, l’enquête collective réalisée lors de ce semestre d’automne sera analysée au semestre de printemps.

ƒ

ECUE : Méthodes qualitatives 1 ECUE obligatoire pour les étudiants de « sociologie d’enquête » Enseignant responsable : Olivier Schwartz Nombre de groupes : 3 ; 24 h de TD ; Coef = 4 Enseignants : Olivier Masclet, Olivier Schwartz (et Valérie Sacriste pour les étudiants du parcours « C&C ») L’objectif de ce TD sera double. Il s’agira, d’une part, de poursuivre la formation des étudiants dans le domaine des méthodes qualitatives (entretien, enquête ethnographique, observation directe…). Il s’agira, d’autre part, d’apporter un soutien aux étudiants pour la préparation du rapport de recherche qu’ils devront rédiger pour la fin de l’année. Le TD combinera séances de cours, séances de travail sur des textes ou des documents, exposés et interventions d’étudiants, au cours desquels ceux-ci seront invités à présenter leur travail d'enquête et la manière dont ils fabriquent leur rapport de recherche.


M1 – Semestre d’automne (S1)

18

♦ UE 2 : Anglais [ANGL] UE obligatoire ; 24h de TD ; Coef = 5 ; ECTS = 5. Nombre de groupes : 2

Enseignant responsable : Lily Robert-Foley Enseignants : Lily Robert-Foley Ce cours d’anglais vise à améliorer les compétences pour lire des textes, notamment les textes de la presse écrite (actualités sociales et politiques) et les textes produits par les chercheurs ou praticiens de la sociologie. Il vise également à améliorer les capacités en expression écrite et orale.

♦ UE 3 : Outils de la recherche et de l'application 1 : Recherche bibliographique et veille [ORA1] UE obligatoire ; 24h de TD et TER ; Coef = 5 ; ECTS = 5 ƒ

Recherche bibliographique et veille 24h de TD ; Coef = 2 ; ECTS = 2 Enseignant responsable : Laurence Simmat-Durand Nombre de groupes : 2 Enseignant : Laurence Simmat-Durand La recherche de documentation scientifique fait partie intégrante du travail d'enquête en sociologie et la maîtrise des outils de veille documentaire est par conséquent indispensable. Les principales bases de données utilisées dans notre champ disciplinaire, mais également celles de médecine ou de psychologie par exemple seront explorées afin d'en comprendre le fonctionnement et les spécificités. La maîtrise d'au moins un logiciel de gestion des données bibliographiques est un complément incontournable de cette activité de documentation afin de disposer instantanément des ressources nécessaires à la rédaction des articles, rapports, mémoires et de pouvoir les formater selon des demandes institutionnelles. Enfin, la mise en place d'une veille sur les sujets abordés par exemple pour le mémoire est un outil efficace pour se tenir informé des dernières publications. La maîtrise de tous ces outils sera abordée en lien étroit avec les sujets de mémoire de chaque étudiant afin de favoriser leur utilisation immédiate dans le cadre des trvaux de recherche du cursus.


M1 – Semestre d’automne (S1) 19 ƒ

TER (Travail d’enquête et de recherche) Coef = 3 ; ECTS = 3 Enseignant responsable : le directeur du mémoire Le TER (Travail d’enquête et de recherche) constitue un rapport d’étape du mémoire de recherche et d’application soutenu en fin d’année. Il doit présenter l’état d’avancement du projet de recherche élaboré sous la responsabilité d’un directeur de mémoire. Il ne fait pas l’objet d’une soutenance mais est discuté et évalué par le directeur de mémoire. Pour en savoir plus sur le TER et le mémoire, voir pages 66 et suivantes.

♦ UE 4 : Sociologie thématique 1 48h de CM (soit 4h par semaine) ; Coef = 6 ; ECTS = 6 UE obligatoire à choix, parmi ces 7 UE ci-dessous : ƒ

UE La famille dans une société d'individus [INDI] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Elsa Ramos Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 38.

ƒ

UE Egalité et inégalité dans et entre les familles [EGAL] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Christophe Giraud Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 40.

ƒ

UE Santé : savoirs et professions [SASP] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Stéphanie Toutain Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 44.

ƒ

UE Individu, famille, santé [IFSA]


M1 – Semestre d’automne (S1)

20

Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Olivier Martin Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 45. ƒ

UE Division et organisation du travail à l’épreuve de la sociologie du travail [DOTR] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Olivier Schwartz Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 50.

ƒ

UE Métiers, socialisation et pratiques professionnelles [MESP] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Olivier Masclet Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 52.

ƒ

UE Consommation et communication 1 [CEC1] Responsable : Valérie Sacriste Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 57.

♦ UE 5 : Sociologie thématique 2 48h de CM (soit 4h par semaine) ; Coef = 6 ; ECTS = 6 UE obligatoire à choix, parmi ces 7 UE ci-dessous (liste identique à l’UE 4) : ƒ

UE La famille dans une société d'individus [INDI] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Elsa Ramos Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 38.


M1 – Semestre d’automne (S1) 21 ƒ

UE Egalité et inégalité dans et entre les familles [EGAL] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Christophe Giraud Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 40.

ƒ

UE Santé : savoirs et professions [SASP] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Stéphanie Toutain Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 44.

ƒ

UE Individu, famille, santé [IFSA] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Olivier Martin Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 45.

ƒ

UE Division et organisation du travail à l’épreuve de la sociologie du travail [DOTR] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Olivier Schwartz Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 50.

ƒ

UE Métiers, socialisation et pratiques professionnelles [MESP] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Olivier Masclet Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 52.

ƒ

UE Consommation et communication 1 [CEC1] Responsable : Valérie Sacriste


22

M1 – Semestre d’automne (S1) Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 57.


M1 – Semestre de printemps (S2)

23

Master 1 – Semestre de printemps (S2)

♦ UE 1 : Méthodes 2 [MET2] Cette UE est commune à l’ensemble des spécialités, mais les étudiants de la spécialité « sociologie d’enquête » doivent nécessairement choisir les deux ECUE ci-dessous. UE obligatoire ; 48 h de TD ; Coef = 8 ; ECTS = 8 Enseignant responsable pour l’ensemble de la mention : Denys Cuche ƒ

ECUE : Méthodes quantitatives 2 ECUE obligatoire pour les étudiants de « sociologie d’enquête » Enseignant responsable : Olivier Martin Nombre de groupes : 2 ; 24h de TD ; Coef = 4 Enseignants : Olivier Martin, Christophe Giraud Faisant suite à celui du premier semestre, cet enseignement sera consacré à l’exploitation de l’enquête, à la formation aux méthodes d’analyse des données (des tris aux méthodes de construction de typologie) et à la rédaction de mémoire individuel ou collectif.

ƒ

ECUE : Méthodes qualitatives 2 ECUE obligatoire pour les étudiants de « sociologie d’enquête » Enseignant responsable : Olivier Schwartz Nombre de groupes : 3 ; 24 h de TD ; Coef = 4 Enseignants : Olivier Masclet, Olivier Schwartz (et Valérie Sacriste pour les étudiants du parcours « C&C ») Comme au premier semestre, l’objectif de ce TD sera double. Il s’agira, d’une part, de poursuivre la formation des étudiants dans le domaine des méthodes qualitatives (entretien, enquête ethnographique, observation directe…). Il s’agira, d’autre part, d’apporter un soutien aux étudiants pour la préparation du rapport de recherche qu’ils devront rédiger pour la fin de l’année. Le TD combinera séances de cours, séances de travail sur des textes ou des documents, exposés et interventions d’étudiants, au cours desquels ceux-ci seront invités à présenter leur travail d'enquête et la manière dont ils fabriquent leur rapport de recherche.


24

M1 – Semestre de printemps (S2)

♦ UE 2 : Outils de la recherche et de l'application 2 : Apprendre à communiquer [ORA2]

UE obligatoire ; 24h de TD ; Coef = 3 ; ECTS = 3 Enseignant responsable : (non déterminé) Nombre de groupes : 2 Enseignants : (non déterminé) Apprentissage des techniques de prise de parole au travers de thématiques concrètes telles que "gérer son stress", "savoir se faire entendre", "savoir se faire comprendre", "être convaincant et motivant"… et travail sur l'amélioration de l'écrit par le soin de son style et l'approche de compétences utiles au sociologue, comme par exemple "savoir résumer", "savoir rendre compte d'une enquête", etc. Pour le versant "communication orale", une pédagogie basée autant que possible sur de la pratique et des mises en situation sera utilisée afin de faciliter l'appropriation des concepts. Et c'est par l'échange d'idées en provenance de chacun que les notions seront abordées et formalisées.

♦ UE 3 : Outils de la recherche et de l'application 3 :

Concevoir des projets et répondre à des appels d’offre [ORA3] UE obligatoire ; 24h de TD ; Coef = 2 ; ECTS = 2 Enseignante responsable : Séverine Dessajan Nombre de groupes : 2 Enseignante : Séverine Dessajan Cet enseignement propose une formation à la logique et à la pratique des appels d’offre. Une part essentielle des recherches et des études, dans les organismes privés (sociétés d’études, associations…) comme publics (CNRS, Universités, Etablissements scientifiques), est réalisée par appel d’offre. Cet enseignement permet de se familiariser avec les différentes étapes des procédures d’appel d’offre : de la conception d’un cahier des charges (formalisation d’un objet scientifique) au travail de réponse (rédaction d’un projet scientifique, constitution d’équipe, recherche de partenariats, réalisation de planning et élaboration de budget…). A ce travail de conception puis de réponse, s’ajoute un retour réflexif par évaluation des


M1 – Semestre de printemps (S2) 25 projets. Les étudiants sont initiés à ces savoir-faire à l’aide d’études de cas (exercices) et de mises en situation pratique : ils découvrent le travail de conception, puis celui de réponse et enfin celui d’expertise (évaluation) des réponses. Des interventions de professionnels viennent compléter la formation pratique.

♦ UE 4 : Mémoire de recherche [MEM1] UE obligatoire Coef = 8 ; ECTS = 8 Directeurs de mémoire : voir la liste page 68. Pour en savoir plus sur le TER et le mémoire, voir pages 66 et suivantes.

♦ UE 5 : Sociologie thématique 3 48h de CM (soit 4h par semaine) ; Coef = 6 ; ECTS = 6 UE obligatoire à choix, parmi ces 4 UE ci-dessous : ƒ

UE Famille, institutions et lien social [LIEN] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Nicolas Duvoux Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 42.

ƒ

UE Santé : protection, déterminants et santé mentale [ASPP] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Laurence Simmat-Durand Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 47.

ƒ

UE Travail, emploi et relations professionnelles [TERP] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Nicolas Duvoux Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 54.


M1 – Semestre de printemps (S2)

26 ƒ

UE Consommation et communication 2 [CEC2] Responsable : Valérie Sacriste Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 58.

♦ UE 6 : UE Optionnelle Coef = 3 ; ECTS = 3 Voir la description de l’UE optionnelle pages 63 et suivante.


M2 – Semestre d’automne (S3)

27

Master 2 – Semestre d’automne (S3)

♦ UE 1 : Méthodes 3 [MET3] UE obligatoire ; 48 h de TD ; Coef = 8 ; ECTS = 8

Enseignant responsable : Olivier Schwartz ƒ

ECUE : Raisonnements et méthodes quantitatives avancées 1 Enseignant responsable : Olivier Martin Nombre de groupes : 2 ; 24h de TD ; Coef = 4 Enseignants : Olivier Martin, Christophe Giraud L’enseignement sera consacré aux méthodes statistiques avancées (analyse des données multidimensionnelles, analyses factorielles, ACM, régressions, logistiques…). La présentation conceptuelle de ces méthodes sera accompagnée de travaux pratiques de mise en œuvre sur des données d’enquête sociologique

ƒ

ECUE : Méthodes qualitatives approfondies 1 Enseignant responsable : Olivier Schwartz Nombre de groupes : 3 ; 24 h de TD ; Coef = 4 Enseignants : Danilo Martuccelli, Olivier Schwartz (et Arnaud Zegierman et Magali Monsavoir pour les étudiants du parcours « C&C ») L’objectif de ce TD sera, d’une part, d’approfondir la formation des étudiants dans le domaine des méthodes qualitatives. On envisagera les différents problèmes auxquels ces méthodologies sont confrontées, et les ressources (techniques ou théoriques) que la littérature sociologique sur ces questions peut nous apporter. L’autre objectif sera de favoriser les échanges entre étudiants sur les problèmes méthodologiques qu’ils rencontrent dans la préparation de leur mémoire et sur les manières de faire auxquelles ils ont recours pour les résoudre.


M2 – Semestre d’automne (S3)

28

♦ UE 2 : Outils de la recherche et de l'application 4 : Communiquer en anglais [ORA4] UE obligatoire Enseignant responsable : Catherine Long Nombre de groupes : 2 24h de TD ; Coef = 5 ; ECTS = 5 Enseignantes : Catherine Long, Linda Bala Cet enseignement de l’anglais est orienté vers la pratique orale ; notamment dans le cadre de la présentation de résultats d’enquêtes sociologiques. Il s’agit par exemple de préparer une intervention lors d’un colloque ou un congrès, ou lors d’une réunion entre anglophones.

♦ UE 3 : Ethique et droit de l’enquête [DROI] UE obligatoire ; 24h de CM ; Coef = 5 ; ECTS = 5 Enseignant responsable : Michela Marzano ƒ

Introduction à l’éthique : recherche, enquête, restitution (12h), Michela Marzano, 6 séances en fin de semestre Quels principes doivent nous guider lorsque nous nous engageons dans une recherche sur le terrain ? Comment prendre en compte le consentement des acteurs ? Qu’est-ce que le consentement ? Doit-on envisager la possibilité d’une restitution des résultats de nos recherches auprès des personnes qui ont accepté de participer à nos entretiens ? Ce cours vise à donner une vue d’ensemble de la formulation et de la philosophie de l’éthique de la recherche, ainsi que des études de cas afin de permettre aux étudiants de se pencher sur des situations authentiques.

ƒ

Introduction au droit (12h), Christophe Durand, 6 séances en début de semestre Cours d’introduction au droit pour la recherche et les études : présentation des règles, des matières et sources du droit ; organisation juridictionnelle ; droit d’auteur ; droit des contrats ; protection des personnes ; informatique et liberté…


M2 – Semestre de d’automne (S3) 29

♦ UE 4 : Sociologie thématique 4 48h de CM (soit 4h par semaine ; à l’exception de l’UE C&C3) ; Coef = 6 ; ECTS = 6 UE obligatoire à choix, parmi ces 7 UE ci-dessous : ƒ

UE La famille dans une société d'individus [INDI] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Elsa Ramos Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 38.

ƒ

UE Egalité et inégalité dans et entre les familles [EGAL] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Christophe Giraud Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 40.

ƒ

UE Santé : savoirs et professions [SASP] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Stéphanie Toutain Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 44.

ƒ

UE Individu, famille, santé [IFSA] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Olivier Martin Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 45.

ƒ

UE Division et organisation du travail à l’épreuve de la sociologie du travail [DOTR] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Olivier Schwartz


M2 – Semestre d’automne (S3)

30

Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 50. ƒ

UE Métiers, socialisation et pratiques professionnelles [MESP] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Olivier Masclet Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 52.

ƒ

UE Consommation et communication 3 [CEC3] Responsable : Valérie Sacriste Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 59.

♦ UE 5 : Pratique et théorie de l’enquête 1

+ TER

24h de CM ; Coef = 6 ; ECTS = 6 UE obligatoire à choix, parmi ces 4 UE ci-dessous, avec rédaction du TER. ƒ

TER (Travail d’enquête et de recherche) Coef = 3 ; ECTS = 3 Enseignant responsable : le directeur du mémoire Le TER (Travail d’enquête et de recherche) constitue un rapport d’étape du mémoire de recherche et d’application soutenu en fin d’année. Il doit présenter l’état d’avancement du projet de recherche élaboré sous la responsabilité d’un directeur de mémoire. Il ne fait pas l’objet d’une soutenance mais est discuté et évalué par le directeur de mémoire. Pour en savoir plus sur le TER et le mémoire, voir pages 66 et suivantes.

ƒ

UE Pratique de la théorie et de l’enquête sur la famille 1 [PTF1] 24h de CM ; Coef = 3 ; ECTS = 3 Responsable : François de Singly


M2 – Semestre de d’automne (S3) 31 L’objectif assigné à cet enseignement « Pratique de la théorie et de l’enquête en sociologie de la famille est contenu dans l’intitulé même. Il est, à partir d’enquêtes réalisées ou en cours, d’appréhender les étapes du raisonnement sociologique (de la question initiale à l’exploitation des données), de découvrir certains des schèmes d’interprétation des pratiques familiales et de nouvelles techniques d’enquête (notamment par la médiation d’internet). ƒ

UE Pratique de la théorie et de l’enquête sur la santé 1 [PTS1] 24h de CM ; Coef = 3 ; ECTS = 3 Responsable : Olivier Martin Cet enseignement permettra de discuter en détail de travaux de recherche, d’en analyser la démarche et les principes de construction d’objet, d’en discuter les choix méthodologiques et les enjeux liés au terrain. Des travaux de chercheurs, de doctorants ou d’étudiants en master seront discutés collectivement. En particulier, les étudiants seront amenés à exposer leurs travaux de recherche.

ƒ

UE Pratique de la théorie et de l’enquête sur le travail 1 [PTT1] 24h de CM ; Coef = 3 ; ECTS = 3 Responsable : Olivier Schwartz Cet enseignement réunira les étudiants de M2 du parcours « travail ». Il aura un double objectif. D’une part, aider les étudiants à avancer dans leur mémoire, à construire leur problématique, à faire aboutir leur recherche. D’autre part, en s’appuyant à la fois sur les travaux en cours des étudiants et sur des séances de lecture de textes, il aura aussi pour but d’être un lieu – ouvert - d’échanges et de réflexion collective sur ce que signifie enquêter sur le travail et sur ce que les enquêtes (celles des étudiants du séminaire tout particulièrement) nous apprennent sur le monde du travail aujourd’hui.

ƒ

UE Pratique de la théorie et de l’enquête en consommation et communication 1 – [PTC1] 24h de CM ; Coef = 3 ; ECTS = 3 Responsable : Valérie Sacriste


32

M2 – Semestre d’automne (S3) Cet enseignement vise à former les étudiants à la réflexion théorique et méthodologique en sociologie de la consommation et/ou de la communication. Il s’organisera autour d’exposés de grandes enquêtes de chercheurs ou de chargés d’études en institut mais aussi des travaux en cours d’étudiants en master et en doctorat. Le but de cet enseignement est d’acquérir les modalités de la démarche et du raisonnement sociologique et de développer des compétences d’analyse critique à l’égard des enquêtes, théories, sondages produits dans le domaine de la consommation, de la communication médiatique, publicitaire ou politique.


M2 – Semestre de printemps (S4)

33

Master 2 – Semestre de printemps (S4)

♦ UE 1 : Méthodes 4 [MET4] UE obligatoire ; 48 h de TD ; Coef = 8 ; ECTS = 8 Enseignant responsable : Olivier Martin ƒ

ECUE : Raisonnements et méthodes quantitatives avancées 2 Enseignant responsable : Olivier Martin Nombre de groupes : 2 ; 24h de TD ; Coef = 4 Enseignants : Olivier Martin, Christophe Giraud Cet enseignement permettra aux étudiants de se familiariser avec un ou deux logiciels d’analyse statistique universelle des données (SAS, SPSS) à travers l’analyse d’une enquête réalisée par un institut producteur de statistiques. Il permettra d’acquérir à la fois une certaine maîtrise pratique des outils et une connaissance des enquêtes de grands organismes publics comme l’INSEE ou l’INED.

ƒ

ECUE : Méthodes qualitatives approfondies 2 Enseignant responsable : Olivier Schwartz Nombre de groupes : 3 ; 24 h de TD ; Coef = 4 Enseignants : Danilo Martuccelli, Olivier Schwartz (et Arnaud Zegierman et Magali Monsavoir pour les étudiants du parcours « C&C ») Comme au semestre d’automne, l’objectif de ce TD sera, d’une part, d’approfondir la formation des étudiants dans le domaine des méthodes qualitatives. On envisagera les différents problèmes auxquels ces méthodologies sont confrontées, et les ressources (techniques ou théoriques) que la littérature sociologique sur ces questions peut nous apporter. L’autre objectif sera de favoriser les échanges entre étudiants sur les problèmes méthodologiques qu’ils rencontrent dans la préparation de leur mémoire et sur les manières de faire auxquelles ils ont recours pour les résoudre.


M2 – Semestre printemps (S4)

34

♦ UE

2 : Mémoire de recherche ou d’application [MEM2] UE obligatoire Directeurs de mémoire : voir la liste page 68. Coef = 8 ; ECTS = 8 Pour en savoir plus sur le TER et le mémoire, voir pages 66 et suivantes.

♦ UE 3 : Outils de la recherche et de l'application 5 : Outils statistiques et informatiques [ORA5] UE obligatoire ; 24h de TD ; Coef = 2 ; ECTS = 2 Enseignant responsable : Stéphanie Toutain Nombre de groupes : 2 Enseignants : Xavier Briffault, Stéphanie Toutain La maîtrise d’outils informatiques adaptés aux traitements quantitatifs et qualitatifs des données des sciences sociales est devenue incontournable pour les sociologues. Cet enseignement vise à permettre la maîtrise des principes fondamentaux utiles au sociologue d’un tableur couramment utilisé dans le monde professionnel (Excel) mais aussi de logiciels gratuits de traitement de données quantitatives (Tanagra et R), de cartographie (Philcarto) et d’analyse textuelle (type N’Vivo). On insistera également sur les méthodes de lecture, d’interprétation et de compréhension des résultats.

♦ UE 4 : Sociologie thématique 5 48h de CM (soit 4h par semaine ; à l’exception de l’UE C&C4) ; Coef = 6 ; ECTS = 6 UE obligatoire à choix, parmi ces 4 UE ci-dessous : ƒ

UE Famille, institutions et lien social [LIEN] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Nicolas Duvoux


M2 – Semestre printemps (S4) 35 Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 42. ƒ

UE Santé : protection, déterminants et santé mentale [ASPP] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Laurence Simmat-Durand Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 47.

ƒ

UE Travail, emploi et relations professionnelles [TERP] Cette UE est commune aux M1 et M2 : elle peut être choisie indifféremment en M1 ou en M2 Responsable : Nicolas Duvoux Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 54.

ƒ

UE Consommation et communication 4 [CEC4] Responsable : Valérie Sacriste Présentation détaillée du contenu de cette UE et noms des intervenants : voir page 61.

♦ UE 5 : Pratique et théorie de l’enquête 2 24h de CM ; Coef = 3 ; ECTS = 3 UE obligatoire à choix, parmi ces 4 UE ci-dessous : ƒ

UE Pratique de la théorie et de l’enquête sur la famille 2 [PTF2] Responsable : François de Singly L’objectif assigné à cet enseignement « Pratique de la théorie et de l’enquête en sociologie de la famille est contenu dans l’intitulé même. Il est, à partir d’enquêtes réalisées ou en cours, d’appréhender les étapes du raisonnement sociologique (de la question initiale à l’exploitation des données), de découvrir certains des schèmes d’interprétation des pratiques familiales et de nouvelles techniques d’enquête (notamment par la médiation d’internet).


M2 – Semestre printemps (S4)

36 ƒ

UE Pratique de la théorie et de l’enquête sur la santé 2 [PTS2] Responsable : Olivier Martin Cet enseignement permettra de discuter en détail de travaux de recherche, d’en analyser la démarche et les principes de construction d’objet, d’en discuter les choix méthodologiques et les enjeux liés au terrain. Des travaux de chercheurs, de doctorants ou d’étudiants en master seront discutés collectivement. En particulier, les étudiants seront amenés à exposer leurs travaux de recherche.

ƒ

UE Pratique de la théorie et de l’enquête sur le travail 2 [PTT2] Responsable : Olivier Schwartz Dans le prolongement du semestre d’automne, cet enseignement réunira les étudiants de M2 du parcours « travail ». Il aura un double objectif. D’une part, aider les étudiants à avancer dans leur mémoire, à construire leur problématique, à faire aboutir leur recherche. D’autre part, en s’appuyant à la fois sur les travaux en cours des étudiants et sur des séances de lecture de textes, il aura aussi pour but d’être un lieu – ouvert - d’échanges et de réflexion collective sur ce que signifie enquêter sur le travail et sur ce que les enquêtes (celles des étudiants du séminaire tout particulièrement) nous apprennent sur le monde du travail aujourd’hui.

ƒ

UE Pratique de la théorie et de l’enquête en consommation et communication 2 – [PTC2] Responsable : Valérie Sacriste Cet enseignement vise à former les étudiants à la réflexion théorique et méthodologique en sociologie de la consommation et/ou de la communication. Il s’organisera autour d’exposés de grandes enquêtes de chercheurs ou de chargés d’études en institut mais aussi des travaux en cours d’étudiants en master et en doctorat. Le but de cet enseignement est d’acquérir les modalités de la démarche et du raisonnement sociologique et de développer des compétences d’analyse critique à l’égard des enquêtes, théories, sondages produits dans le domaine de la consommation, de la communication médiatique, publicitaire ou politique.


M2 – Semestre printemps (S4) 37

♦ UE 6 : UE Optionnelle Coef = 3 ; ECTS = 3 Voir la description de l’UE optionnelle pages 63 et suivante.


38

Les UE du parcours « Famille »

UE du parcours « Famille » Les UE (appelées « UE de sociologie thématique ») du parcours « Famille » sont présentées ci-dessous. Les étudiants du parcours « Famille » doivent impérativement valider ces trois UE au cours de leur cursus M1 et M2. Ces UE peuvent être indifféremment choisies en M1 ou M2.

♦ UE La famille dans une société d'individus [INDI] Semestre d’automne

Responsable : Elsa Ramos ƒ

Le couple à l’épreuve (12h), François de Singly Se mettre en couple, en sortir, être en couple et vivre seul… On observe une complexification des trajectoires conjugales, hétérosexuelles et homosexuelles. Les femmes et les hommes sont tiraillés entre l’aspiration à la liberté et la recherche, entre l’affirmation de son identité sexuée et la revendication de l’égalité. Comment parviennent-ils à trouver un certain équilibre ? Comment articulent-ils temps communs et temps à soi, le devoir d’être ensemble et le droit d’être chez soi ? Comment le couple se maintient-il, ou non, dans les turbulences des existences personnelles ? Comment le couple parental se maintient-il, ou non, après la séparation du couple conjugal, respecte-t-il la norme de cette dissociation ? Comment s’opère la séparation, comment devient-on « ex » ?…

ƒ

Enfance, adolescence, jeunesse d’autonomisation (12h), Elsa Ramos

et

processus

En grandissant, le jeune construit progressivement un monde à soi. Ce monde s’inscrit dans un espace parental et plus largement dans un monde contrôlé par les adultes. En grande partie, l’aspiration à l’autonomie est à négocier dans la cohabitation avec les parents, une cohabitation à trois dimensions : des territoires personnels, des règles parentales, des moments de convivialité familiale où les relations peuvent se décliner sur un mode plus égalitaire. Comment se construit un chez-soi chez ses parents aux différents âges ? La scolarité de


Les UE du parcours « Famille » l’enfant est aussi sous surveillance parentale. Dans les normes éducatives parentales contemporaines, comment se pose le paradoxe de l’injonction à la réussite scolaire et de celui de l’épanouissement de l’enfant ? Quelles est la place du groupe de pairs dans ce processus ? Et qu’en est-il pour des jeunes qui ont plusieurs chez-soi : les enfants de parents séparés ? Ou bien encore ceux qui ont vécus plusieurs domiciles : la maison des parents, les familles d’accueil, les foyers ? Et quid de l’entrée dans la vie adulte pour les jeunes gens qui vivent chez leurs parents et ceux qui en institution doivent partir le jour de leurs 18 ans ? ƒ

Mobilités et familles immigrées (12h), Elsa Ramos La mobilité introduit de la discontinuité entre plusieurs espaces de vie : « ici » et « là-bas ». Le « là-bas » des parents est celui de leur lieu de naissance et du vécu de leur jeunesse. Le « là-bas » des enfants est celui de la famille, des « origines » qu’ils connaissent parfois bien mal. Le « ici » des parents est celui du travail, souvent pensé comme provisoire et qui se révèle dans la plupart durable. Le « ici » des enfants est celui de l’école, des copains, de références différentes de celles acquises en famille. Les uns comme les autres ont des espaces de références multiples et peuvent se construire une identité « à la carte » : ils piochent ce qui fait sens pour eux. Plusieurs configuration sont possible : se sentir « ni d’ici, ni de là-bas », « et d’ici et de là-bas, « d’ici ou de là-bas ». Dans ces contextes, comment s’exprime la tension entre des références plus traditionnelles et d’autres plus individualistes ? Quelle est la place de l’autorité familiale ? Comment interviennent les définitions de genre ? Selon l’INSEE, les immigrés sont davantage affectés par le chômage. Ils occupent plus souvent des postes d’ouvriers ou d’employés, notamment non qualifiés. Quelles sont les attentes scolaires de ces parents pour leurs enfants ? Se distinguent-elles de celles des Français d’origine de même condition sociale ?

ƒ

L’imaginaire de la famille dans le monde contemporain (12h), François de Singly Dans les sociétés contemporaines, la famille est d’abord un imaginaire lié à l’idéal de l’amour. La rencontre amoureuse, les évolutions de la famille, les évolutions de l’individu au cours de son installation familiale font l’objet de nombreuses représentations. Cet enseignement vise à aborder la famille par

39


40

Les UE du parcours « Famille » le biais de supports originaux comme les films, les séries télévisées pour comprendre la signification sociologique de l’imaginaire de la famille.

♦ UE

Egalité et inégalité dans et entre les familles [EGAL] Semestre d’automne

Responsable : Christophe Giraud ƒ

Les inégalités sociales à l’intérieur et entre les familles (12h), Christophe Giraud Cet enseignement vise à interroger le lien entre famille et milieu social. La famille est au cœur de la reproduction sociale. Par le mariage, par l’éducation des enfants, les familles orientent très fortement le destin social des individus, en restreignent les possibilités de mobilité. Si les familles sont généralement ancrées dans un milieu social déterminé (« familles populaires », « familles ouvrières »…), le développement des carrières professionnelles féminines conduit parfois à rendre difficile l’identification d’une famille à un milieu social. Certains types de familles, comme les familles monoparentales, sont plus touchées par la précarité et la pauvreté. Nous nous intéresserons donc aux inégalités de ressources entre les familles et à leur reproduction en fonction du milieu social ainsi qu’au sentiment de justice ou d’injustice perçu par les individus.

ƒ

Hommes et femmes : les nouvelles frontières de l'inégalité dans le monde du travail (12h), Margaret Maruani L’évolution des conditions de travail et d’emploi (féminisation, tertiarisation, précarisation, développement des horaires atypiques) ainsi que les transformations de la famille et des relations entre hommes et femmes posent le problème du cumul et des tensions entre les différents temps sociaux - temps personnel, temps parental, temps familial, temps de travail professionnel. Cet enseignement propose d’analyser ces différents phénomènes en regardant la façon dont les frontières de l’inégalité entre hommes et femmes se reconstruisent dans le monde du travail. Il propose un panorama de la place comparée des hommes et des


Les UE du parcours « Famille » femmes sur le marché du travail en France et en Europe : évolution de l'activité, du travail, de l'emploi, du chômage, de l'éducation et de la formation ; inégalités entre hommes et femmes en matière de salaires, de carrières, de formes d'emplois, de temps de travail professionnel et domestique ; construction sociale du genre des qualifications et des professions ; analyse des mécanismes de ségrégation et de concentration des emplois féminins ; lecture critique des politiques dites de « conciliation » entre vie familiale et activité professionnelle. ƒ

Générations et filiation : continuités et discontinuités (12h), Anne Gotman La question des relations familiales est à penser aussi dans un temps long, celui des générations. Les relations entre générations évoluent. L’héritage est un des indicateurs de cette évolution et l’individu est pris dans une tension : être désigné comme héritier et aspirer à choisir ses propres attachements. Une autre tension est celle du rejet du « devoir familial » et notamment dans la prise en charge des parents vieillissants et du devoir d’entraide et de solidarité familiale. Le vieillissement actuel de la population apporte aussi de nouvelles données, celle d’une nécessité toujours plus grande de la prise en charge des personnes âgées dépendantes : l’intervention publique, et aussi celle de professionnels de santé et d’aides à domicile s’introduisent dans la sphère familiale impliquant des changements de rapports à la famille. Et qu’en est-il de la question des générations dans des contextes d’adoption et aussi de procréations médicalement assistées qui posent la question de la continuité des générations dans un modèle encore fortement marqué par l’importance de la filiation biologique ?

ƒ

Domination, pouvoir et violence dans la famille (12h), Danilo Martuccelli La question des relations familiales est aussi à penser dans le cadre d’une sociologie du conflit, d’autant plus que les changements survenus au sein de la famille et de la société ont modifié en profondeur la nature des rapports de force : empowerment des femmes, augmentation du pouvoir des nouvelles générations, transformation des représentations du masculin, crise du patriarcat, changement dans la législation… Ces changements ont donné lieu à des théorisations diverses, qui seront présentées dans le cours en privilégiant trois modèles

41


42

Les UE du parcours « Famille » d’interprétation : la domination (et ses divers mécanismes de consentement), le pouvoir (et la pluralité des figures asymétriques possibles entre acteurs), enfin, la violence (comme expression de la part non institutionnalisable de la famille).

♦ UE Famille, institutions et lien social [LIEN] Semestre de printemps

Responsable : Nicolas Duvoux ƒ

Les politiques familiales en France et en Europe (12h), Nicolas Duvoux Cet enseignement a pour vocation de présenter l’histoire des politiques familiales en France et en Europe. Il s’agit de montrer comment la famille est régulée politiquement et de répondre aux questions suivantes : comment sommes-nous passés du soutien à un modèle de famille à un soutien à la pluralité des configurations familiales ? Quelles sont les différences entre les différents pays européens ? Quelle voie de réorientation des politiques familiales est aujourd’hui envisagée ? Un ensemble de repères indispensable pour comprendre la façon dont la famille est aujourd’hui produite.

ƒ

Contrôler la famille : culture, pauvreté et reproduction sociale (12h), Nicolas Duvoux La famille est une institution sur laquelle la vigilance de l’Etat a, dans la modernité, toujours été forte. Les familles vulnérables sont perçues comme productrices de cultures déviantes. Cet enseignement étudiera comment la famille a été contrôlée par les institutions. Les mécanismes de développement d’une culture de la pauvreté dans la famille seront mis à jour ainsi que les réponses politiques qui visent à y répondre. La relation entre familles modestes, Etat et école seront au cœur de cet enseignement.

ƒ

La famille dans la trame institutionnelle de la modernité (12h), Danilo Martuccelli Il est difficile de comprendre les formes et les fonctions de la famille contemporaine sans les mettre en relation avec la trame institutionnelle élargie de la société moderne. En effet, la famille


Les UE du parcours « Famille » est indissociable de ses liens avec d’autres institutions. Dans ce cours, et après une réflexion d’ensemble sur l’actualité du projet de l’individualisme institutionnel, trois grandes articulations institutionnelles seront abordées, en partant notamment des expériences des individus. D’abord, le lien entre école et famille. Ensuite, le rapport entre la famille et les évolutions urbaines. Enfin, les relations entre la famille et la gestion des différents temps sociaux. ƒ

Méthodologie : la famille saisie par les institutions (12h), collectif Cet enseignement assuré en commun par les enseignants du master et des intervenants extérieurs abordera la posture de l’enquête auprès de familles prises en charge par des institutions diverses : associations, structures de médiation, de placement, etc. Quelles méthodes utiliser pour aborder la famille dans ses différents contextes ? Quelles questions le chercheur doit-il se poser quand il rentre en contact avec les familles et les institutions ?

43


44

Les UE du parcours « Santé »

UE du parcours « Santé » Les UE (appelées « UE de sociologie thématique ») du parcours « Santé » sont présentées ci-dessous. Les étudiants du parcours « Santé » doivent impérativement valider ces trois UE au cours de leur cursus M1 et M2. Ces UE peuvent être indifféremment choisies en M1 ou M2.

♦ UE Santé : savoirs et professions [SASP] Semestre d’automne Responsable : Stéphanie Toutain ƒ

Démographie des professions de santé (16h), Stéphanie Toutain La situation démographique actuelle des professions de santé présente des caractéristiques paradoxales liées à l’existence d’une densité médicale jamais atteinte jusqu’alors, et à l’apparition de fortes disparités géographiques. L’inquiétude des professionnels de santé confrontés à des conditions d’exercice difficiles se trouve amplifiée par les projections démographiques faisant apparaître des risques de pénuries géographiques et disciplinaires au cours des prochaines années. Ce cours propose un examen des sources de données sur les professionnels de santé ainsi que l’étude de la démographie médicale des professions de santé. Un éclairage particulier sera apporté à la féminisation et au vieillissement des professions de santé.

ƒ

Sociologie de la santé et de la maladie : savoirs, rôles, professions (16h), Maïa Fansten Cet enseignement propose d’initier aux enjeux et aux spécificités du regard sociologique et anthropologique sur la santé et la maladie. Il s’organise selon deux axes principaux : une sociologie des savoirs qui interroge les connaissances et les catégories relatives à la santé et à la maladie ; une sociologie des professions de santé qui interroge les acteurs, leurs communautés et leurs institutions. Aussi nous intéresseronsnous aux savoirs et aux normes relatifs au normal et au pathologique ainsi qu’aux aux articulations entre pathologies,


Les UE du parcours « Santé » 45 déviances et souffrances Nous aborderons ensuite la question des professions de soin en interrogeant les rôles, les interactions et les dynamiques professionnelles du monde de la santé. Les enjeux théoriques seront éclairés par des études de cas, des questionnements méthodologiques et des problèmes d’actualité. ƒ

Les « profanes » dans le domaine de la santé : pratiques, savoirs, décisions (16h), Aude Béliard De la déshospitalisation des malades mentaux au maintien à domicile des personnes âgées, les politiques publiques tendent récemment à prendre en compte davantage les « proches » mais aussi à s’appuyer sur les « solidarités privées » pour la prise en charge des personnes malades, handicapées ou dépendantes. A partir d’enquêtes sociologiques et anthropologiques, cet enseignement décrit l’expérience des « profanes » dans le domaine de la santé, c’est-à-dire des personnes confrontées à un problème de santé pour elles-mêmes ou leur entourage non professionnel. Trois dimensions seront abordées : une dimension pratique (la production profane de santé et de soins, avec ses contraintes matérielles, financières et temporelles, qui s’articulent avec le recours – ou non – à des professionnels) ; une dimension cognitive (les catégories par lesquelles les personnes pensent et décrivent les problèmes rencontrés) ; les enjeux de décision (les processus par lesquels certaines personnes sont construites comme incapables de décider pour elles-mêmes et d’autres comme légitimes pour décider à leur place).

♦ UE Santé, individu, famille [IFSA] Semestre d’automne Responsable : Olivier Martin ƒ

L’individu face à la maladie (18h), Olivier Martin, Jeudi 13h30-15h30 pendant 9 semaines Le cours propose une introduction à la sociologie de la maladie en se focalisant tout particulièrement sur sociologie de l’individu dans ses rapports à la santé, aux institutions médicales et aux savoirs médicaux : y seront notamment discutés des travaux abordant la question des ruptures biographiques suite à une maladie, du maintien ou de la reconquête de soi face aux actes médicaux technicisés et routinisés, des relations entre malades


Les UE du parcours « Santé »

46

et thérapeutes, des tensions des tensions entre choix individuel et décision médicale collective. ƒ

Sociologie de la reproduction et de la santé périnatale (18h), Laurence Simmat-Durand, Jeudi 15h30-17h30 pendant 9 semaines Les dernières décennies ont vu des modifications profondes de la procréation humaine, que ce soit par sa maîtrise par les couples, sa médicalisation, les redéfinitions du projet d'enfant et du statut du foetus. Les textes d'auteurs contemporains permettront d'aborder les questions d'avortement (Boltanski), de procréation médicalement assistée (Tain) et toutes les nouvelles façons de faire des enfants (Pulman). La santé de la mère et de l'enfant reste néanmoins une question préoccupante dans de nombreux pays pauvres, contrastant avec cet enfant précieux. Les niveaux de mortalité maternelle sont très variables dans le monde mais des causes souvent proches. Les décès inattendus de nouveaunés en France comme les questions éthiques sur la réanimation néonatale montrent l'actualité de ces questions.

ƒ

Sociologie de la mort et prise en charge de la fin de vie (12h), Annick Decoux (3 séances de 4h en début de semestre : les jeudis 22, 29 septembre et 6 octobre de 13h30 à 17h30) Croyances et pratiques rituelles face à la mort ; la mort dans les premières sociétés et les grandes fonctions des rituels funéraires. L’évolution des attitudes dans l’Occident chrétien. La mort aujourd’hui : le déni de mort et le modèle de la « mort accident » ; les conduites funéraires contemporaines. La fin de vie : accompagnement et soins palliatifs. La mortalité moderne : médecine palliative, questionnement éthique, réalisations et enjeux socio-économiques. Le deuil : approches sociologique et psychologique. Le deuil social et ses significations : le travail de deuil « normal », les deuils « compliqués », les deuils « pathologiques ».


Les UE du parcours « Santé » 47

♦ UE

Santé : protection, mentale [ASPP]

déterminants

et

santé

Semestre de printemps Responsable : Laurence Simmat-Durand ƒ

Les systèmes de santé en perspective comparée (18h), Nicolas Duvoux, les jeudis 8h30-10h30 Il s’agit d’abord de resituer les systèmes de santé dans le cadre d’analyse des typologies d’Etat-providence et des enjeux communs qui leur sont posés : globalisation économique, transformation sociodémographiques, arrivée à maturité des systèmes. On ressaisira les éléments de contexte (économique, démographique, sociétal, politique) qui ont fortement changé depuis la fin des années 1970 et ont remis en cause les compromis de l’après-guerre. Il s’agit ensuite de voir combien les réactions à ces enjeux communs sont différentes selon les conceptions et les configurations institutionnelles de chaque système. Dans un second temps, on analysera les réformes des politiques de santé en fonction des grands régimes d’Etat-providence auxquels ils se rattachent. Les modes de financement, d’organisation et de gouvernance des systèmes de santé sont très différents selon les pays. Ils produisent des résultats très différenciés en termes sanitaires et d’inégalités. On s’attachera à mettre en évidence les enjeux des réformes visant à la réorganisation institutionnelle et administrative du système de santé ; sur le degré et les paramètres du financement. Les trajectoires de réforme des systèmes de santé des pays européens seront étudiées. Bibliographie et lectures : Ce cours s’appuiera, pour sa première partie sur l’ouvrage classique de G. Esping-Andersen, Les trois mondes de l’Etatprovidence, Paris, PUF, 1999 ainsi que sur les synthèses plus récentes de Bruno Palier et Louis-Charles Viossat, Politiques sociales et mondialisation, Paris, éditions Futuribles, 2001 ainsi que sur l’ouvrage édité par Christine Daniel et Bruno Palier, La protection sociale en Europe, Le temps des réformes, Paris: La Documentation Française, 2001.


Les UE du parcours « Santé »

48

Pour la seconde partie, il s’appuiera sur l’ouvrage de Bruno Palier, Les réformes du système de santé, Paris, PUF, « Que saisje ? », nvelle éd. 2009 et Patrick Hassenteufel, Bruno Palier, « Comparing Health insurance reforms in bismarckian countries Towards neo-bismarckian health care states ? » ; Social Policy and Administration, vol. 41, n°6, p. 574-596, 2007. On consultera avec profit le n° de la revue Regards croisés sur l’économie, intitulé « Au chevet de la santé. Quel diagnostic ? Quelles réformes ?», n°5, avril 2009. ƒ

Inégalités de santé (18h), Laurence Simmat-Durand, les jeudis 10h30-12h30 Les travaux sur les inégalités de santé, entre homme et femme, entre milieux sociaux, aboutissent à des explications en termes de variables individuelles, de valeurs, de normes, de comportements qui engagent la responsabilité personnelle et des variables structurelles, en termes de condition de vie des groupes sociaux, qui entraînent une responsabilité sociale. La santé est une expérience variable au sein de la population. Dans les facteurs de différence de morbidité et de mortalité, on peut compter les facteurs sociaux, mais aussi environnementaux et comportementaux (climat, pollution aujourd'hui, densité de population, mode d'alimentation) ou encore des facteurs génétiques, qui créent des inégalités devant la maladie et la mort. Après une perspective historique pour déterminer si on observe une réduction ou aggravation des inégalités, on abordera les mécanismes qui peuvent expliquer les inégalités sociales devant la santé et les déterminants actuels : les comportements l'environnement social, le contrôle de son existence et l'intégration sociale, les déterminants psychologiques (estime de soi). La place des addictions sera ensuite abordée, en particulier les consommations d'alcool et de tabac, mais aussi de produits illicites ou de médicaments psychotropes, largement mises en cause dans la persistance des inégalités de santé selon les milieux sociaux.

ƒ

Sociologie de la santé mentale (12h), Pierre-Henri Castel, jeudi 8h30-12h30 durant trois semaines La sociologie de la santé mentale est un champ émergent au sein de la sociologie de la santé. Cet enseignement de Master se proposera trois objectifs: 1. initier les étudiants, par la lecture critique de textes classiques, à ses principales thématiques; 2.


Les UE du parcours « Santé » 49 montrer le lien substantiel de la sociologie de la santé mentale aux enjeux épistémologiques généraux de la sociologie, en rapport, entre autres, avec les catégories de normes, d'individu, de bien-être et de mal-être, à la charnière de la psychologie et de la biologie; 3. présenter quelques exemples concrets de recherches empiriques dans le domaine, notamment ceux menés à Paris Descartes.


50

Les UE du parcours « Travail »

UE du parcours « Travail » Les UE (appelées « UE de sociologie thématique ») du parcours « Travail » sont présentées ci-dessous. Les étudiants du parcours « Travail » doivent impérativement valider ces trois UE au cours de leur cursus M1 et M2. . Ces UE peuvent être indifféremment choisies en M1 ou M2.

♦ UE Division et organisation du travail à l’épreuve de la sociologie du travail [DOTR] Semestre d’automne Responsable : Olivier Schwartz ƒ

Qualification et compétence (12h), Olivier Masclet Vendredi 8h30-9h30 La question de la qualification, en particulier des ouvriers, est au cœur de la sociologie du travail française. Si la qualification désigne les propriétés sociales des salariés, qui, comme la possession de connaissances techniques, les savoir-faire ou les « habiletés », pour parler comme Friedmann, sont à la source de la valeur du travail et du travailleur, ce terme renvoie aussi à la place que les salariés occupent dans la hiérarchie salariale et donc leur niveau de reconnaissance et de rémunération. La notion de compétence, qui se substitue de plus en plus à celle de qualification à partir de la fin des années 90, semble prolonger le sens du mot de qualification. Mais à travers l’introduction de cette notion ce sont aussi de nouvelles pratiques en matière de gestion des salariés et d’organisation du travail qui se diffusent dans les ateliers et dans les bureaux, qui vont dans le sens d’une individualisation de la relation salariale et d’une remise en cause des qualifications, c’est-à-dire des classifications professionnelles discutées entre partenaires sociaux. On reviendra sur les enjeux des termes employés – qualification ou compétence – et on s’intéressera aux effets de la « logique compétences » sur l’évaluation et la hiérarchisation des salariés et les relations de travail à partir d’enquêtes récentes.


Les UE du parcours « Travail » 51 ƒ

Eléments d’histoire de la sociologie du travail (12h), Olivier Schwartz, Vendredi 9h30-10h30 L’objectif de ce cours sera de présenter aux étudiants ce domaine spécifique de la sociologie qu’est la sociologie du travail. La sociologie du travail s’est caractérisée, de sa « naissance » à aujourd’hui, par sa richesse et sa vitalité. Le cours ne visera pas l’exhaustivité. Il aura pour but de donner aux étudiants des repères, de leur faire connaître des auteurs et des œuvres, et de lire avec eux des textes classiques et contemporains.

ƒ

Les mondes du travail dans la France d’aujourd’hui : nouvelles contraintes et nouveaux modes de fonctionnement (24h), Olivier Schwartz, Vendredi 10h30-12h30 Comment travaille-t-on dans la société française d’aujourd’hui ? Telle sera la question qui sera au centre de ce cours. Trois thèmes seront plus particulièrement étudiés. Premier thème : Quels sont les grands changements ayant affecté les univers de travail au cours des dernières décennies ? Comment ont évolué les modes de fonctionnement des entreprises et des organisations ? Quelles transformations ont affecté l’organisation du travail ? Deuxième thème : on s’accorde largement à reconnaître que le monde du travail a été traversé, au cours des années quatre-vingt et quatre-vingt-dix, par un double processus : davantage d’autonomie (à la fois concédée et imposée) pour les salariés, mais aussi forte augmentation des exigences et des contraintes pesant sur eux : productivité, résultats, performances ; flexibilité et réactivité ; contraintes liées au client, etc…Quelles ont été les formes prises par ce double processus ? Comment s’articulent autonomie et subordination dans le monde du travail d’aujourd’hui ? Quelles formes nouvelles la subordination y prend-t-elle ? Troisième thème : qu’en est-il aujourd’hui des relations vécues des individus à leur travail ? Que nous apprennent les enquêtes sur le travail comme source d’identité, de plaisir, de souffrance ?


Les UE du parcours « Travail »

52

♦ UE

Métiers, socialisation professionnelles [MESP]

et

pratiques

Semestre d’automne Responsable : Olivier Masclet ƒ

Travailler dans les services (12h), Sarra Mougel, Vendredi 8h30-9h30 En s’appuyant sur la tradition de l’école de Chicago et le courant interactionniste, ce cours visera à mettre en lumière l’apport de la méthode ethnographique et de l’observation directe des interactions entre professionnels et usagers pour rendre compte de la relation de service dans les secteurs publics ou marchands. On se demandera en particulier ce que les usagers ou les clients font à la relation de service, de quelle manière les professionnels parviennent à garder la maîtrise de cette relation. L’engagement des usagers dans la co-production du service qui leur est rendu retiendra également notre attention. Les exemples traités seront pris dans différents secteurs d’activité : si la relation médecin/malade servira de cas polaire, le cours envisagera plus largement l’hôpital, les services publics et/ou sociaux, mais aussi la relation marchande et le commerce et la relation de guichet. On interrogera les notions de « travail émotionnel » et celle de care, tout en observant comment la relation de service est travaillée par la différence hommes/femmes, que ce soit du côté des professionnels ou des usagers. Les conflits qu’elle suscite ou évite seront également explorés (asymétrie de la relation en faveur des professionnels ou des usagers, violence symbolique, « conflits de perspective », différentiel de savoir, etc…).

ƒ

Sociologie et anthropologie de l’entreprise (12h), Anne Monjaret, Vendredi 9h30-10h30 Ce cours abordera l’entreprise d’un point de vue général. Il visera à introduire aux notions sociologiques et anthropologiques qui en aident la lecture et à apporter des bases théoriques et empiriques à sa compréhension : les modèles d’organisation, les secteurs d’activités, la hiérarchie, les systèmes de décisions et de management, les règlements et les normes, les acteurs et leurs socialisations, l’occupation des espaces, la division du travail et


Les UE du parcours « Travail » 53 l’emploi du temps, les relations professionnelles, les rites d’institution et les activités ordinaires seront les thèmes traités ainsi que ceux plus transversaux du genre, de la mixité et de l’interculturel au travail, contribuant de la sorte à une approche de la culture d’entreprise et des cultures dans l’entreprise. Les processus de changement dans les organisations de travail seront quant à eux analysés à partir du cas des fermetures de site et de celui de l’innovation. ƒ

Cadres et encadrement du travail (12h), Olivier Masclet, Vendredi 10h30-11h30 Ce cours est très largement consacré au livre de Luc Boltanski, Les cadres, la formation d’un groupe social, paru en 1982, aux Editions de Minuit, ouvrage fondamental s’il en est, dans lequel l’auteur nous offre de comprendre comment un groupe aussi hétérogène que « les cadres » a pu émerger. On suivra la démarche de Boltanski consistant à retracer la conjoncture historique (la crise des années trente) dans laquelle ce groupe des cadres s’est constitué et à décrire le travail multiple de construction de cette catégorie dont la composition interne fait problème en raison de sa grande diversité et qui, en même temps, est dotée d’un fort pouvoir d’identification. Dans un second temps, on s’attachera à rendre compte de certaines évolutions qui ont affecté la catégorie des cadres depuis les années 80, en particulier sa fragilisation sur le marché du travail, avec la montée du chômage parmi les cadres. On verra que le livre de Boltanski offre de précieux éléments d’analyse pour penser cette « nouvelle » actualité. La lecture de l’ouvrage est obligatoire.

ƒ

Les professions de l’ordre et du contrôle social : métiers, identités et contextes (12h), Eric Letonturier, Vendredi 11h30-12h30 Face à la montée des menaces réelles ou supposées et à une demande croissante de sécurité des individus et des Etats, la question de l'ordre et du contrôle social sera ici principalement abordée à partir des différents acteurs et institutions qui en ont la charge à divers niveaux. Après un bref rappel des évolutions historiques en la matière et des changements sociaux qu'entraîne la vie moderne pour la gouvernance de la sécurité, le présent court s'attachera, au moyen de travaux empiriques et de


Les UE du parcours « Travail »

54

données statistiques, à analyser les modalités spécifiques de construction des identités professionnelles (des motivations initiales aux souffrances et défections) et les conditions particulières d'exercice du métier dans un contexte de transformation des missions, de développement d'offres de sécurité concurrentes et d'apparition de formes nouvelles de déviances et de risques (terrorisme, cybercriminalité par exemple).

♦ UE

Travail, emploi et relations professionnelles [TERP] Semestre de printemps Responsable : Nicolas Duvoux

ƒ

Les transformations contemporaines de l’emploi (12h), Nicolas Duvoux, Vendredi 8h30-9h30 Depuis une trentaine d’années, la société salariale, progressivement élaborée au cours du vingtième siècle, connaît de profondes transformations. Ce cours commencera par une présentation idéal-typique de l’emploi pendant la période des Trente glorieuses ainsi que de la dynamique de la société salariale. Puis, nous nous attacherons à ressaisir les transformations contemporaines qui conduisent à son effritement et à l’émergence de nouvelles configurations d’emploi. Les conséquences du passage d’une société à dominante industrielle à une société à dominante tertiaire parmi lesquelles l’individualisation des formes de relation à l’emploi ; la précarisation de franges importantes du salariat associée au développement du chômage de masse; la féminisation d’un certain nombre de secteurs d’activité feront l’objet de développements approfondis. L’ensemble de ces évolutions font apparaître une nouvelle forme sociale de rapport à l’emploi où celui-ci est à la fois plus exigeant pour l’individu, rendu plus autonome, et plus précaire que dans la configuration antérieure. Bibliographie : Stéphane Beaud et Michel Pialoux, Retour sur la condition ouvrière, Paris, Fayard, 1999 ; Robert Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, Fayard, 1995 ; Margaret Maruani, Les mécomptes du


Les UE du parcours « Travail » 55 chômage, Paris, Bayard, 2002 ; Serge Paugam, Le salarié de la précarité, Paris, PUF, 2000. ƒ

Les politiques publiques de l’emploi et du marché du travail (12h), Nicolas Duvoux, Vendredi 9h30-10h30 Depuis le début des années 1980, de nombreuses politiques publiques ont été mises en place pour accompagner les mutations de l’emploi et le développement du chômage de masse. Ce cours s’attachera à décrire et analyser cette nouvelle forme d’action publique destinée à soutenir et à structurer le marché du travail. Les choix de réformes mis en oeuvre dans la protection sociale (couverture des risques chômage et vieillesse notamment) seront étudiés dans la perspective d’une comparaison internationale pour faire ressortir la manière dont une stratégie de régulation du marché du travail par les institutions se développe et se consolide. Les politiques de l’emploi feront l’objet de développements particuliers : on montrera en quoi elles ont contribué à l’institutionnalisation d’un second marché du travail, précaire et peu rémunérateur, dont les normes sont dérogatoires par rapport au marché du travail. Le rôle des politiques d’assistance et notamment du RMI, aujourd’hui significativement remplacé par le RSA, sera également étudié, ainsi que le développement du secteur associatif, dans la perspective de comprendre leur impact sur la structuration du marché du travail et notamment de ses strates inférieures. Bibliographie : Jean-Claude Barbier, Le système français de protection sociale, Paris, La Découverte, « Repères », 2e éd., 2009 ; Pascale Dufour, Gérard Boismenu et Alain Noël, L'aide au conditionnel. La contrepartie dans les mesures envers les personnes sans emploi en Europe et en Amérique du Nord, Les Presses de l'université de Montréal-PIE, Peter Lang, Bruxelles, 2004 ; Nicolas Duvoux et Serge Paugam, La régulation des pauvres, Paris, PUF, « Quadrige », 2008 ; Matthieu Hély, Les métamorphoses du monde associatif, Paris, PUF, « Le Lien social », 2008.

ƒ

Sociologie des relations professionnelles (12h), Vincent Chabault, Vendredi 10h30-11h30 Développées avec le mouvement d’industrialisation qui a gagné les pays occidentaux dès la seconde moitié du XVIIIème siècle, les


Les UE du parcours « Travail »

56

relations professionnelles désignent l’ensemble des pratiques et des règles qui, dans une entreprise, une branche, une région ou l’économie tout entière, structurent les rapports entre les salariés, les employeurs et l’État. Ce cours vise à présenter les acteurs impliqués dans ces rapports (syndicats de salariés, organisations d’employeurs, État), les types de relations entre ces acteurs (négociation, conflit, construction de compromis) ainsi que les évolutions contemporaines en matière de syndicalisme et de droit du travail. ƒ

Mondes du travail et immigration (12h), Olivier Masclet, Vendredi 11h30-12h30 Les théoriciens du marché du travail ont mis en évidence la segmentation en son sein entre un secteur relativement protégé et offrant certaines perspectives de carrière et de rémunération et un secteur assurant au contraire bien moins de protections et de stabilité. Ce double marché du travail sépare les salariés bien plus en fonction de leurs « origines nationales » qu’en raison de leur qualification. La frontière passe entre salariés nationaux et salariés immigrés ou étrangers, et de plus en plus entre membres du groupe majoritaire et membres des minorités. Ce cours, aidé des travaux des historiens, retrace la genèse de cette frontière entre Français et étrangers sur le marché du travail et la façon dont celle-ci s’est peu à peu ethnicisée à la faveur de la montée du chômage et du racisme depuis trente ans. A l’aide d’enquêtes dans différents univers du travail, ce cours rend compte également de la manière dont les origines nationales sont manipulées dans les relations de travail, de façon à naturaliser les positions occupées, c’est-à-dire à offrir une assise indiscutable, car fondée en nature, aux inégalités salariales.


Les UE du parcours « Conso. et Com. »

UE du parcours « Conso. et Com. » Le parcours « Consommation et communication » (C&C) comporte quelques spécificités : • Pour les TD de méthodes qualitatives (UE1 en M1 et M2), les étudiants de Master1 et Master 2 doivent réaliser une enquête de terrain qualitative. Ils doivent nécessairement s’inscrire dans les TD de Valérie Sacriste en M1, et de Arnaud Zegierman et Magali Monsavoir en M2.

• Les M1 et les M2 doivent également justifier d’une expérience professionnelle dans le secteur des études avant la fin du second semestre. Cette expérience professionnelle peut se formaliser par un contrat de professionnalisation ou par une convention de stage en M1 et/ou pour le M2 par un contrat d’apprentissage. Cette expérience professionnelle de l’étudiant fera l’objet d’un rapport de stage qui sera évalué dans le cadre de l’UE 6 optionnelle. Cette UEO est donc obligatoire pour les étudiants du parcours C&C.

Les UE (appelées « UE de sociologie thématique ») du parcours « Consommation et communication » sont présentées ci-dessous. Les étudiants du parcours « C&C » doivent impérativement valider ces quatre UE au cours de leur cursus M1 et M2. A la différence des autres parcours, les UE de ce parcours ne sont pas ouvertes simultanément en M1 et M2. Elles sont spécifiques à chaque année.

♦ UE Consommation et communication 1 [CEC1] M1 - Semestre d’automne Responsable : Valérie Sacriste ƒ

Sociologie de la consommation : histoire, concepts et théories (24h), Valérie Sacriste

57


Les UE du parcours « Conso. et Com. »

58

L’objectif de cours est de rappeler les grandes étapes historiques de la consommation et de mettre en lumière un ensemble d’approches sociologiques et anthropologiques significatives de ce domaine. ƒ

La question du genre dans les pratiques de consommation et communication (20h), Catherine Pugeault La question du genre s’est imposée dans les sciences sociales dans les dernières décennies, dans le monde anglo-saxon tout d’abord, de manière plus extensive ensuite. Il s’agira d’identifier les grandes questions qui expliquent cet intérêt récent en montrant notamment à quelles disciplines et à quels sous champs de la discipline sociologique se sont rattachées les études disponibles. On testera ensuite la pertinence des approches en termes de genre appliquées à la double question de la consommation et de la communication.

♦ UE Consommation et communication 2 [CEC2] M1 - Semestre de printemps Responsable : Valérie Sacriste ƒ

Sociologies de la modernité (28h), Danilo Martuccelli Le cours présentera d'abord, à partir d'une double perspective historique et théorique, les grandes caractéristiques des sociétés modernes et leurs principales conséquences sur les expériences des individus. Dans un second moment, nous nous intéresserons aux différents diagnostics portés sur les transformations survenues dans la modernité depuis quelques décennies (postmodernité, seconde modernité, hypermodernité) en privilégiant des exemples concrets tirés de la consommation et de la communication.

ƒ

Sociologie de la légitimité, de la compétition et de la communication politiques (17h), Pierre Lefébure Ce cours constitue une approche de sociologie spécifiquement appliquée au fonctionnement de la démocratie libérale comme régime de compétition politique. Les enjeux systémiques (participation/abstention, mouvements sociaux, système partisan, sélection des élites…) et communicationnels (dynamiques de l'espace public, dynamiques de mobilisation


Les UE du parcours « Conso. et Com. » électorale) ainsi que leurs articulations sont examinés. Les cadres théoriques issus de la sociologie, de la psychologie et des études de communication sont complétés par des cas pratiques avec le souci de relier les connaissances fondamentales à des capacités opérationnelles d’analyse et de conseil.

♦ UE Consommation et communication 3 [CEC3] M2 - Semestre d’automne Responsable : Valérie Sacriste ƒ

Socio-anthropologie de la consommation (24h), Dominique Desjeux La consommation est un analyseur central du fonctionnement des sociétés modernes en France et à l’international que ce soit en grande consommation alimentaire, vestimentaire ou pour les soins du corps et la santé, que ce soit pour les nouvelles technologies liées à la téléphonie, à la télévision, à Internet, aux jeux vidéos ou à l’ordinateur, que ce soit pour comprendre la mobilité, la mondialisation des échanges et le développement durable à travers notamment les déchets. Dans ce cours, la consommation sera abordée à 5 échelles d’observation, celle de l’individu à travers le marketing, celle du système d’action domestique familial ou amical, celle du système socio-politique du marché et des groupes de pression, celle des effets d’appartenance sociale liées aux classes, au genre, aux générations ou à la culture et celle de la géopolitique à partir des questions liées à l’eau, à la terre, aux matières premières, à l’énergie, à la mobilité et aux menaces de guerres qui conditionnent la consommation.

ƒ

Sociologie des médias : imaginaires médiatiques (24h), Valérie Sacriste

et

pratiques

Presse, radio, Télévision, Internet sont nés, bercés par des rêves, utopies, idéologies et autres mythes qui ont souvent précédé et /ou porté les usages sociaux de ces derniers. M. De Certeau écrivait en ce sens « les récits marchent devant les pratiques sociales pour leur ouvrir un champ ». Le cours présentera ainsi les imaginaires sociaux qui ont entouré les techniques médiatiques de leur naissance à leur développement dans la société. Il interrogera toutefois ces imaginaires au regard des

59


Les UE du parcours « Conso. et Com. »

60

pratiques tant au niveau de leur ressort social et culturel que dans leurs modalités d’usage, de non usage et d’appropriation (braconne, dissonante, décalée). ƒ

Tendance sociétale 1 (32h), Intervention de chercheurs et d’experts dans les domaines de la consommation, communication médias Les cours se feront sous forme de conférences et seront dispensés par des chercheurs ou des professionnels des études qualitatives et quantitatives choisis en fonction de l’actualité ou des méthodes utilisées dans le domaine de la consommation et communication. Au programme :

ƒ

Technique de veille et d’analyse des discours des supports médiatiques des acteurs (16h), Maxime Drouet Les stratégies et tactiques de communication des annonceurs (au sens générique) se basent sur des techniques d’enquêtes classiques (focus groups, entretiens, sondages etc.) mais également sur des méthodes qui observent, explorent et analysent les discours circulant au sein des espaces médiatiques : presse écrite, télévision, radio ainsi qu’Internet dans toute sa diversité (sites, forums, blogs, réseaux sociaux). Le but de ces analyses est de saisir et cerner les opinions et les représentations développées dans les médias et notamment sur la webosphère qui constitue désormais un foyer de conversation, d’information, de commentaires, de rumeur, d’expression, de revendications ….développés en marge des médias traditionnels dits de référence. Dans ce dessein, ce cours présente l’ensemble des techniques de veille et d’analyse des discours (analyse qualitative et quantitative des discours médiatisés, sémiologie, analyse des blogs etc.) à travers des études de cas précis

ƒ

Consommateur et droit (8 h), Franck Rohard L’association de ces deux mots « consommateur et droit » est aujourd’hui au cœur de notre quotidien et de celui de l’ensemble des citoyens des sociétés occidentales. Le nombre de publications, d’émissions télévisuelles démontre son omniprésence et l’intérêt qu’elle suscite auprès de nos contemporains. Que serait un consommateur sans droit et se peut-il qu’existe dans notre société, de consommation, un droit qui ne connaîtrait pas le consommateur ? Toutefois nous devons nous garder de


Les UE du parcours « Conso. et Com. » raccourcir cette association à la seule vision du droit des consommateurs. En effet la réponse à une question ne doit aucunement éluder la question qui la sous-tend. Ces cours ne se veulent donc nullement une formation exhaustive au droit de la consommation ni un « cours » de droit, mais simplement une sensibilisation à la place que peut avoir le consommateur ou, qu’il devrait avoir, dans notre société et de son reflet et transcription dans la norme. ƒ

Les Français et les médicaments (4h), Y. Narcisse

ƒ

Les nouvelles perceptions de la consommation et des marques (4h), Jules Mourier

♦ UE Consommation et communication 4 [CEC4] M2 - Semestre de printemps Responsable : Valérie Sacriste ƒ

Marketing (24h) , Thierry Maillet Ce cours entend proposer une initiation au marketing, à sa démarche, ses techniques, son évolution à travers des exemples concrets

ƒ

Sondage et opinions (16h), Arnaud Zegierman et Magali Monsavoir Cet enseignement a pour objectif d'explorer le sondage comme méthode et outil de mesure d'un phénomène à un instant T. Si nous nous interrogerons sur son histoire et sur sa dimension politique bien connue et souvent critiquée (son usage médiatique, ses impacts sur l'opinion...) l'enjeu sera aussi de voir quels en sont les autres usages. A ce titre, il s'agira d'aborder au travers d'exemples concrets comment se construit l'échantillon, quelles sont les questions qui président à son élaboration ou encore quels sont les biais à éviter dans son élaboration comme dans son interprétation.

ƒ

Théorie sociale contemporaine (16h), Danilo Martuccelli Le cours vise à donner une présentation d´ensemble de quelques grandes orientations de la théorie sociale contemporaine (idée de société, débats sur l´articulation macro-micro, sociologies de

61


Les UE du parcours « Conso. et Com. »

62

l´individu...). Il s´agira notamment de montrer sous quelles modalités la théorie sociale est un outil indispensable pour la recherche sociologique. ƒ

Tendance sociétale 2 (32 h TD), Professionnalisation aux métiers de chargés d’études et Interventions d’experts dans les domaines de la consommation et de la communication médias Les cours se feront sous forme de conférences et seront dispensés par des chargés d’insertion professionnelle, des chercheurs ou des professionnels des études qualitatives et quantitatives choisis en fonction de l’actualité ou des méthodes utilisées dans le domaine de la consommation et communication. Au programme : Préparation à la recherche d’emploi : Atelier Cap emploi (16h), Maryvonne Mesqui. Chargée d’insertion professionnelle. Sofip Socio-anthropologie de l'énergie (4h), Isabelle Moussaoui Ingénieur-chercheur. Socio-anthropologue à EDF Les grandes enquêtes de BVA (4h), Jules Mourier [Chargé d’études. BVA]. [sous réserve] La tablature des pratiques culturelles et contemporaines (4h), H. Glévarec [Chercheur au LCP. CNRS ] Le marché de l’ethnique : un modèle d’intégration ? (4h), Mai Lam Nguyen-Conan [consultante en marketing ethnique]

ƒ

Atelier Cap Emploi (16 h) Aide à la préparation à la recherche d’emploi ; analyse des compétences (constitution du portefeuille de compétences), formation à la rédaction de CV, de lettre de motivation, simulation d’entretien de recrutement. Cet atelier est assuré par une chargée d’insertion professionnelle du SOFIP (Université Paris Descartes) mais aussi par des chargés en RH du secteur.


UE Optionnelle

63

UE Optionnelle Le choix d’une « UE Optionnelle » (UEO) est obligatoire mais ce choix se fait parmi un vaste ensemble de possibilités. La valeur de l’UE optionnelle est de 3 ECTS au deuxième semestre de chaque année du Master mais elle permet de prendre en compte une activité s'étant éventuellement déroulée au 1er semestre ou encore tout au long de l'année universitaire (voire pendant des périodes de vacances dans certains cas). Cette UEO doit être comprise comme un moyen complémentaire pour la formation et le développement des compétences de l'étudiant, lui donnant la possibilité de se construire un parcours original et un profil de compétence personnalisé. L’UEO respecte les mêmes principes que les autres UE (capitalisable si la note obtenue est supérieure à la moyenne ; règles identiques de compensation). Les étudiants du Master « Sociologie d’enquête » (en M1 puis en M2) peuvent choisir entre : • Atelier Cap Emploi : Aide à la préparation à la recherche d’emploi ; analyse des compétences (constitution du portefeuille de compétences), formation à la rédaction de CV, de lettre de motivation, simulation d’entretien de recrutement. Cet atelier est assuré par le SOFIP (Université Paris Descartes). Pour en savoir plus : valerie.sacriste@parisdescartes.fr www.sofip.parisdescartes.fr/spip.php?article1965 5 La validation de cet Atelier est fortement recommandée pour les étudiants du Master Sociologie d’enquête, en seconde année.


64

UE Optionnelle • Un stage professionnel. La réalisation d’un stage au cours des deux années du Master est obligatoire pour tous les étudiants. Ce stage peut être réalisé en cours d’année de M1 ou de M2 ou, de préférence, durant la période entre les deux années. Il n’y a pas de durée minimale de stage mais cette durée ne doit pas excéder six mois. Le stage peut être réalisé dans un des laboratoires associés à la formation du Master (notamment le CERLIS et le CERMES3), comme dans tout organisme, administration, association ou entreprise de statut public, parapublic ou privé. Le choix de ce stage et les conditions de sa réalisation doivent être discutés avec le directeur de mémoire. Le stage ne doit pas entraver la formation, la présence en cours et en TD ainsi que la réalisation des mémoires de recherche. Le stage n’est en aucun cas une simple découverte d’une entreprise ou d’un organisme : les objectifs du stage doivent être en lien direct avec la formation au sein du Master Sociologie d’Enquête et si possible avec le sujet du mémoire de recherche (de M1 ou de M2). L’établissement d’une convention de stage est obligatoire : elle doit être signée par l’étudiant, l’organisme d’accueil et le responsable des stages. Celui-ci est le responsable du parcours (François de Singly pour le parcours Famille, Olivier Martin pour le parcours Santé, Olivier Schwartz pour le parcours travail, Valérie Sacriste pour le parcours Consommation et communication). Un modèle de convention de stage est téléchargeable sur le site du SOFIP (Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle) de l’Université Paris Descartes, selon le lieu du stage : http://www.parisdescartes.fr/fre/ORIENTATIONINSERTION/S-inserer/Stages


UE Optionnelle Ce stage donnera lieu à un rapport qui sera évalué à l’aune de sa forme, de son contenu selon les consignes dispensées par l’enseignant responsable. • Des engagements personnels et associatifs de l’étudiant tels que : - activités sportives et culturelles, - tutorat ou monitorat réalisé par des étudiants inscrits en Master pour des étudiants de Licence, - activités d’information des études universitaires en direction des lycées ou des futurs étudiants, - activités d’élu dans une des instances de l’université, - engagements associatifs à l’intérieur ou à l’extérieur de l’université, - conduite de projet personnel ou collectif. Pour ces dernières possibilités, un document est disponible auprès du service de la scolarité, qui détaille les formules mentionnées ci-dessus, les modalités de choix et d'inscription, le nombre d'heures nécessaires et les dates à respecter, l'évaluation et la validation.

65


66

Mémoires : consignes et conseils

Mémoires : consignes et conseils Chaque étudiant doit réaliser, au cours de chacune des deux années de formation, un « mémoire de recherche ou d’application » sous la direction d’un directeur (voir la liste des directeurs possibles page 68). Ces deux mémoires font l’objet d’une soutenance en fin d’année universitaire (courant juin) et d’une évaluation à mi-parcours (en fin de semestre d’automne) sous la forme d’un TER (Travail d’enquête et de recherche). Ces mémoires doivent faire état de la compétence de l’étudiant à problématiser, à mobiliser des ressources bibliographiques de la sociologie (sans interdire pour autant d’autres ressources disciplinaires), à conduire une enquête empirique originale, à lier le matériau empirique avec les concepts ou cadres théoriques, et à restituer (par écrit et par oral) cette recherche sociologique. Ce travail personnel (mais pas solitaire : le directeur de mémoire joue un rôle essentiel) peut être réalisé dans le cadre d’un stage. Dans ce cas, il ne s’agit pas d’un rapport d’expérience professionnelle mais bien d’une recherche sociologique (cf. paragraphe précédent). Voici quelques principes et conseils pour réaliser ces mémoires en M1 et M2 : • Le directeur de mémoire doit nécessairement faire partie de l’équipe du parcours choisi par l’étudiant (voir les noms page 68). Avec l’accord du responsable de parcours, il est possible de choisir un directeur de mémoire parmi ceux intervenant dans les autres parcours. • En tout début d’année universitaire, chaque étudiant doit élaborer un projet de recherche sous la direction de ce directeur de mémoire. Il est naturellement


Mémoires : consignes et conseils

possible de contacter les enseignants avant le début des enseignements (voir l’annuaire en fin de brochure, pages 71 et suivantes). En fin de semestre d’automne, chaque étudiant doit remettre à son directeur son « TER », présentant en 10-20 pages l’état d’avancement de la recherche, le bilan des opérations déjà menées (lectures, contacts de terrain, premières enquêtes exploratoires, bilan critique de la littérature…). Ce TER ne fait pas l’objet d’une soutenance mais est discuté et évalué par le directeur. En fin de semestre de printemps (mai), chaque étudiant doit déposer au secrétariat de Master deux exemplaires du mémoire (et de ses éventuelles annexes). Le directeur choisit le second membre du jury, qui doit nécessairement être membre de l’équipe pédagogique du Master) et organise la soutenance qui a lieu courant juin. Le directeur peut également solliciter un troisième membre de jury, choisi en fonction de ses compétences ou du rôle joué dans le travail conduit par l’étudiant (par exemple, un maître de stage). M1 : Le mémoire de première année de Master doit comporter 60 pages minimum. Il doit nécessairement prendre appui sur une enquête empirique. M2 : Il est hautement souhaitable que le sujet du mémoire de seconde année de Master se situe dans le prolongement du sujet des recherches conduites en M1. Ce mémoire de M2 doit comprendre 100 pages minimum.

67


Mémoires : consignes et conseils

68

Liste des directeurs de mémoire selon les parcours Rappel : Le directeur de mémoire doit nécessairement faire partie de l’équipe du parcours choisi par l’étudiant. Avec l’accord du responsable de parcours, il est néanmoins possible de choisir un directeur de mémoire parmi ceux intervenant dans les autres parcours. ƒ

Pour la parcours « Famille » (resp : François de Singly) :

Nicolas Duvoux Christophe Giraud Anne Gotman Danilo Martucelli Margaret Maruani Elsa Ramos François de Singly ƒ

Pour la parcours « Santé » (resp : Olivier Martin) :

Aude Béliard Xavier Briffault Pierre-Henri Castel Nicolas Duvoux Maïa Fansten Olivier Martin Laurence Simmat-Durand Stéphanie Toutain ƒ

Pour la parcours « Travail » (resp : Olivier Schwartz) :

Vincent Chabault Nicolas Duvoux Eric Letonturier Olivier Masclet Anne Monjaret Sarra Mougel


Mémoires : consignes et conseils Olivier Schwartz ƒ

Pour la parcours « Consommation et communication » (resp : Valérie Sacriste) :

Dominique Desjeux Catherine Cicchelli-Pugeault Danilo Martucelli Valérie Sacriste Pour trouver les coordonnées des enseignants, consultez l’annuaire page 71 de cette brochure ou rendez-vous sur le site www.sociologiedenquete.fr.

69


Annuaire des enseignants

71

Annuaire des enseignants Cet annuaire indique les coordonnées et une brève présentation des enseignants et intervenants du Master « Sociologie d’enquête ». Pour en savoir plus, consulter le site du Master ainsi que les sites des laboratoires (notamment CERLIS et CERMES3) et, éventuellement, leurs pages personnelles. Î Site du CERLIS : www.cerlis.fr Î Site du CERMES3 : www.cermes3.fr oooooo ƒ

Bala Linda

@ linda.blabla@yahoo.com   ƒ

ƒ

Agrégée, Linda Bala enseigne l’anglais dans un collège de Sarcelles. Elle s'intéresse aux problématiques identitaires et à la question de l'altérité dans la littérature américaine contemporaine.

Béliard Aude

@ Aude.beliard@yahoo.fr   ƒ ƒ

ƒ

Maître de conférences en sociologie, membre du CERMES3. Ses recherches se situent au croisement de la sociologie de la santé, de la santé mentale et de la sociologie de la famille, en particulier dans le domaine du vieillissement. Elles s'appuient sur des enquêtes ethnographiques et statistiques. Sa thèse portait sur les enjeux liés au diagnostic et à la prise en charge de personnes âgées atteintes de troubles cognitifs.

Briffault Xavier

@ briffault.xavier@wanadoo.fr   ƒ ƒ ƒ

Chargé de Recherche du CNRS, membre du CERMES3. Ses recherches portent sur les Psychothérapie(s) et dépression(s) : leurs usages, leurs effets, leurs enjeux. Dernier ouvrage paru : La fabrique de la dépression : observer, comprendre, agir, Armand Colin, 2010.


Annuaire des enseignants

72 ƒ

Castel Pierre-Henri

@ pierrehenri.castel@free.fr ƒ ƒ ƒ

Directeur de Recherche du CNRS, membre CERMES3. Pages personnelles : http://pierrehenri.castel.free.fr/

du

Chabault Vincent

@ vincent.chabault@parisdescartes.fr   ƒ

ƒ

ƒ

Maître de conférences en sociologie, membre du CERLIS. Il enseigne à l'IUT et à la faculté des Sciences humaines et sociales. Ses recherches s'intéressent au monde du travail et des entreprises, aux classes moyennes salariées et à la consommation. Il poursuit ses investigations sur les détaillants culturels et le commerce du livre. Dernier ouvrage paru : La FNAC, entre commerce et culture. Parcours d’entreprise, parcours d’employés, Paris (PUF, coll. « Partage du savoir », 2010).

Decoux Annick

@ decoux@iut.univ‐paris5.fr    ƒ ƒ

Professeure de sociologie à l’IUT de l’Université Paris Descartes, membre du GEPECS

Desjeux Dominique

@ d.desjeux@argonautes.fr    ƒ

ƒ

ƒ

Dominique Desjeux est enseignant à l’Université Paris Descartes, chercheur au CERLIS et consultant international. Il réalise de nombreuses enquêtes qualitatives en France, en Chine, aux USA, au Brésil, en Europe et en Afrique sur les prises de décision, sur l'innovation, sur la consommation, sur les modes de vie, sur le développement durable. Il travaille pour de nombreuses entreprises, ministères ou ONG. Il est responsable de plusieurs conseils scientifiques à l’ADEME (sur les déchets), Bouygues Telecom, ADETEM, EDF. Il est intéressé par les questions d’insertion professionnelle et est en charge de ces questions au SOFIP (Université Paris Descartes).


Annuaire des enseignants ƒ

ƒ

Dernière publication : Sophie Alami, Dominique Desjeux, Isabelle Garabuau-Moussaoui, 2009, Les méthodes qualitatives, Paris, PUF, collection Que-sais-je ?

Dessajan Séverine

@ severine.dessajan@parisdescartes.fr     ƒ

ƒ

Séverine Dessajan, docteure en anthropologie sociale et ethnologie (EHESS 2000), est ingénieure à l’Université Paris Descartes pour le Cerlis (Centre de Recherche sur les Liens Sociaux, CNRS). Elle a participé à une vingtaine de contrats de recherche ou d’études dans le cadre du Cerlis ou pour des cabinets d’étude privés. Elle a conçu « CERLIS / ACTUA », le bimestriel du laboratoire qui diffuse les actualités de la recherche. Elle travaille sur les liens entre mémoires et patrimoines, sur la muséologie participative et les thématiques de santé, adolescence, famille. Dernière publication : 2010, « Petites mains et couturières, la confection à Fécamp », Annales du Patrimoine de Fécamp, numéro 17, pp. 31-40

ƒ

Drouet Maxime ƒ Directeur du Planning stratégique I&E Consultant

ƒ

Durand Christophe ƒ Avoué à la cour d’appel de Paris

ƒ

Duvoux Nicolas

@ nicolas.duvoux@parisdescartes.fr    ƒ

ƒ

Nicolas Duvoux est enseignant-chercheur en sociologie au CERLIS. Il travaille sur les politiques publiques, notamment sociales, à partir des individus. L'autonomie des assistés (Paris, PUF) et "le travail vu par les assistés", article dans Sociologie du travail (2010), présentent ses travaux. Il est impliqué dans la diffusion des sciences sociales, notamment en tant que rédacteur en chef de laviedesidees.fr ou comme membre du comité national d'évaluation du rSa (2009-2011).

73


Annuaire des enseignants

74 ƒ

Fansten Maïa

@ mfansten@free.fr   ƒ ƒ

Maître de conférences en sociologie, membre du GEPECS

Gotman Anne

@ anne.gotman@wanadoo.fr   ƒ ƒ

ƒ

ƒ

Directrice de recherche au CNRS, membre du CERLIS Sociologie de l’habitat (trajectoires résidentielles et territoires de la famille), des formes publiques et privées de transmission patrimoniale, des formes publiques et privées de l’hospitalité ; méthodologie des enquêtes par entretiens. Derniers ouvrages parus : L’enquête et ses méthodes : l’entretien, Armand Colin, 2007 (2è édition) ; L’Héritage, PUF (Que sais-je ?), 2006 ; Le sens de l’hospitalité. Essai sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre, PUF, 2001

Giraud Christophe

@ christophegiraud@me.com   ƒ

ƒ ƒ

ƒ

Sociologue et statisticien. Christophe Giraud est maître de conférences à l’Université Paris Descartes depuis 2002. Il enseigne principalement les techniques d’enquête par questionnaire et par entretien. Il travaille sur le lien conjugal et sur le secteur des entreprises familiales agricoles. Il est conseiller scientifique du SOFIP (Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle) de Paris Descartes. Il a notamment publié « Accueillir le touriste en ami », Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n°170, déc., pp. 14-32, avec Jacques Rémy, « Les choix des conjoints en agriculture », Revue d’Etudes en Agriculture et Environnement, n°3, pp. 21-46 et coordonné avec Sarra Mougel, le numéro de Problèmes Politiques et Sociaux, n°948, « Le couple à l’heure de l’individualisme », juin, 120 p.


Annuaire des enseignants ƒ

Lefébure Pierre ƒ

ƒ

Maitre de conférences à Science Po - Bordeaux

Letonturier Eric

@ eric.letonturier@wanadoo.fr   ƒ ƒ

Maître de conférences en sociologie, membre du GEPECS

Long Catherine

@ c.long@club‐internet.fr    ƒ ƒ

Professeur d’anglais en lycée Auguste Renoir d'Asnières. Certifiée d’anglais.

Martin Olivier

@ olivier.martin@parisdescartes.fr ƒ

ƒ ƒ

ƒ

ƒ

Sociologue et statisticien, Olivier Martin est professeur de sociologie et chercheur au Centre de Recherche sur les liens sociaux (CERLIS). Il enseigne notamment les méthodologies d'enquête par questionnaire, les méthodes statistiques des sciences sociales, la sociologie des sciences, de la médecine et de la maladie. Il est directeur de l'Ecole Doctorale en Sciences Humaines et Sociales de l'Université Paris Descartes (ED180). Derniers ouvrages parus : Itinéraire un philosophe en sociologie : Jean-Michel Berthelot (dir. Avec JeanChristophe Marcel, PUF, 2011) ; Nouveau Manuel de Sociologie (avec François de Singly et Christophe Giraud, Armand Colin, 2010) ; La tentation du corps. Corporéité et sciences sociales (dir. avec Dominique Memmi et Dominique Guillo, Editions de l'EHESS, 2009) ; L'analyse des données quantitatives (Paris, Armand Colin, 2009). Pour visionner la vidéo d'un débat entre Olivier Martin et Alain Blum (EHESS, INED) sur les "statistiques sociales", rendez-vous sur iTunes ou dans la médiathèque de Paris Descartes. Pour accéder à sa page personnelle, voir www.oliviermartin.fr.

75


Annuaire des enseignants

76 ƒ

Martuccelli Danilo

@ dmartuccelli@nordnet.fr     ƒ

ƒ

ƒ

Danilo Martuccelli est professeur de sociologie et chercheur au CERLIS. Ses travaux portent sur la théorie sociale et la modernité, la sociologie de l’individu et de l’individuation, la sociologie politique et la sociologie du roman contemporain. Il a effectué plusieurs enquêtes en Europe et en Amérique latine. Il a été professeur invité dans un dizaine d’Universités étrangères et il est l’auteur d’une vingtaine d’ouvrages. Derniers ouvrages publiés : (avec A.Barrère), Le roman comme laboratoire (Septentrion, 2009) ; La société singulariste (Armand Colin, 2010) et ¿Existen individuos en el Sur? (LOM Ediciones, 2010).

Maruani Margaret

@ margaret.maruani@mage.cnrs.fr   ƒ ƒ

ƒ

ƒ

Directrice de recherche au CNRS, membre du CERLIS Elle dirige le réseau de recherche international et pluridisciplinaire "Marché du travail et Genre" (MAGECNRS) qu'elle a créé en 1995, ainsi que la revue Travail, genre et sociétés. Elle est spécialiste des questions du travail, de l'emploi, du chômage et du genre. Parmi les derniers ouvrages parus : Travail et emploi des femmes (La Découverte, coll. "Repères", 4ième éd. 2011) ; Travail et genre. Regards croisés France, Europe, Amérique latine (dir. Avec Helena Hirata et Maria Rosa Lombardi, La Découverte, coll. « Recherches », 2008) ; Femmes, genre et sociétés. L'état des savoirs (dir., La Découverte, 2005) ; Les mécomptes du chômage (Bayard, 2002).

Marzano Michela

@ m.marzano@online.fr ƒ ƒ

Professeur de philosophie, membre du CERSES Elle travaille dans le domaine de la philosophie morale, politique et s’intéresse en particulier à la place qu’occupe aujourd’hui l’être humain, en tant qu’être charnel. L’analyse de la fragilité de la condition humaine représente pour elle le point de départ de ses recherches et de ses réflexions philosophiques.


Annuaire des enseignants ƒ

ƒ

Derniers ouvrages parus : Extension du domaine de la manipulation, de l'entreprise à la vie privée (Grasset, 2008) ; Le Fascisme. Un encombrant retour ? (Paris, Larousse, 2009) ; Le contrat de défiance (Grasset, 2010).

Masclet Olivier

@ o.masclet@club‐internet.fr   ƒ

ƒ

ƒ

Olivier Masclet est enseignant-chercheur, à ParisDescartes et au Centre de Recherche sur les liens sociaux (CERLIS). Ses enquêtes portent sur les transformations des classes populaires, les générations d’enfants d’immigrés, les cités HLM et les quartiers pavillonnaires. Elles abordent la question du travail à travers celle de la stratification sociale. Il a publié : La gauche et les cités, enquête sur un rendezvous manqué (la dispute, 2ème édition 2006) ; La France des petits-moyens, avec Marie cartier, Isabelle Coutant et Yasmine Siblot, (La Découverte, 2008) et plusieurs articles dans Actes de la recherche en sciences sociales, Genèses, Les Annales.

Monjaret Anne

@ anne.monjaret@parisdescartes.fr   ƒ ƒ

ƒ

Directrice de recherche au CNRS, membre du CERLIS Elle est spécialiste des cultures professionnelles et féminines et s’intéresse à l’articulation entre vie professionnelle et vie privée, aux modalités du continuum entre lieux professionnels et résidentiels. Elle développe aussi un axe de recherches concernant les questions mémorielles et patrimoniales. Derniers ouvrages parus : Qu'est-ce qu'on fabrique ici ? L’usine Gaupillat et le Bas-Meudon. 1835-2009 (avec Mélanie Roustan, , Meudon, Edition La Fabrique, 2010) ; Fécamp, paroles d’anciens, Fécamp, (avec Séverine Dessajan, Association Hôpital de Fécamp d’Hier et d’Aujourd’hui, 2010) ; Les catherinettes en fête (Paris, Editions Archives et Culture, coll. Images d’autrefois, 2008).

77


Annuaire des enseignants

78 ƒ

Monsavoir Magali ƒ

ƒ

Consultante en étude marketing

Mougel Sarra

@ sarra.mougel@free.fr   ƒ ƒ ƒ

ƒ

Maître de conférences en sciences de l’éducation, membre du CERLIS Ses travaux de recherches portent sur l’enfant malade, la parentalité, l’hôpital et la relation entre professionnels et parents dans ce cadre. Dernier ouvrage paru : Au chevet de l’enfant malade. Parents/professionnels un modèle de partenariat ?; Paris, Armand Colin, 2009.

Pugeault Catherine

@ catherine.pugeault@parisdescartes.fr   ƒ ƒ

Maître de conférences en sociologie, membre du CERLIS

Ramos Elsa

@ elsa.ramos@free.fr   ƒ

ƒ

ƒ

Elsa Ramos travaille sur l’adolescence, la jeunesse, l’autonomie, la famille, la question du « chez-soi », la mobilité. Elle est maître de conférences en sociologie à l'Université Paris-Descartes et chercheur du CERLIS. Elle a récemment publié « Moments communs en famille», Nouvelles adolescences, Ethnologie française (numéro janvier-mars 2010) avec François de Singly. Ainsi que « Immigration et identité nationale » Une altérité revisitée, avec Dessajan S., Hossard N., Ramos E. (dir.), Paris, L’Harmattan, 2009.Elle a communiqué sur « La vulnérabilité « ordinaire » à l’adolescence » au Colloque "La jeunesse n’est plus ce qu’elle était…" tenu les 23-30 juin 2009 au Centre Culturel International de Cerisy-la-Salle.

Robert-Foley Lily

@ lilyrobertfoley@gmail.com   ƒ

Lily Robert-Foley est doctorante en Littérature Générale et Comparée à l'Université Paris VIII où elle prépare une thèse sur l'auto-traduction de Samuel Beckett. Elle


Annuaire des enseignants est enseignante de l'Anglais à l'Université Paris Descartes. Elle est aussi poète/écrivain en langue Anglaise. ƒ

Franck Rohard ƒ

ƒ

Franck Rohard est directeur juridique de SFR

Sacriste Valérie

@ valerie.sacriste@parisdescartes.fr   ƒ

ƒ

ƒ

Sociologue de la communication, des médias et de la publicité, Valérie Sacriste est maître de conférences à Paris Descartes. Membre de l’ISCC, elle est chercheure au Laboratoire Communication Politique du CNRS (UPR 3255). Elle enseigne notamment les méthodes qualitatives, la sociologie et l’histoire des médias et dans les UE de professionnalisation (PPE, Découverte professionnelle). Ses recherches portent d’une part sur la réception de la publicité en France et d’autre part sur le rapport des jeunes à l’information. Valérie Sacriste s’occupe de l’information et de l’orientation des lycéens et des étudiants et de l’insertion professionnelle en tant que chargée de mission au Service Offre de Formation et Insertion Professionnelle(SOFIP) au sein de l'Université Paris Descartes.

Schwartz Olivier

@ o.schwartz@wanadoo.fr   ƒ

ƒ

Olivier Schwartz est professeur de sociologie à l'Université Paris Descartes. Il est également membre du CERLIS (Centre de Recherche sur les Liens Sociaux), qui est un laboratoire étroitement associé à la formation du Master. Ses recherches portent sur les classes populaires et le monde du travail, Olivier Schwartz est notamment l'auteur d'un ouvrage devenu un classique : Le monde privé des ouvriers (Paris, PUF).

79


Annuaire des enseignants

80 ƒ

Simmat-Durand Laurence

@ laurence.simmat‐durand@parisdescartes.fr   ƒ

ƒ

ƒ

Laurence Simmat-Durand est professeure à l’Université Paris Descartes et chercheure au CERMES3 – équipe CESAMES (Centre de recherches Médecine, Maladie, Santé, Santé mentale et Société), UMR EHESS-CNRS 8211 et INSERM U. 988. Ses recherches portent sur la périnatalité et les addictions. Sur un axe, ses travaux se sont orientés entre autres sur les traitements de substitution aux opiacés dans le cadre des grossesses ou le placement des enfants de mère toxicomane. Elle participe actuellement à l’expertise collective de l’Inserm sur la réduction des risques infectieux chez les usagers de drogues et à un Consortium international sur les addictions en collaboration avec l’université d’Helsinki. Sur le deuxième axe de recherche, elle travaille actuellement dans un cadre interdisciplinaire sur les morts suspectes de nourrissons, à partir des dossiers judiciaires. Dernières publications : (dir.) Grossesses avec drogues. Entre médecine et sciences sociales (Paris, L’Harmattan, 2009) ; avec Lejeune, C., Gourarier, L., "The GEGA, Pregnancy under high-dose buprenorphine". European Journal of Obstetrics and Gynecology and Reproductive Biology, 2009. 142: 119-123.

de Singly François

@ francois@singly.org   ƒ

ƒ

ƒ

François de Singly, spécialiste reconnu de la sociologie de la famille et des individus, est professeur de sociologie à l'Université Paris Descartes. Il est également directeur d'un centre de recherche associé au Master, le CERLIS (Centre de Recherche sur les Liens Sociaux) qui est un laboratoire du CNRS et de l'Université Paris Descartes. Vous pouvez consulter les pages personnelles (cliquez ici) de François de Singly : vous y trouverez l'ensemble de ses publications. Jetez également un coup d'oeil sur la page wikipédia qui lui est consacrée. François de Singly présentait son dernier ouvrage au café "Les éditeurs" le 1er octobre. Vous pouvez podcaster


Annuaire des enseignants ou regarder la vidéo de cette conférence-débat sur la médiathèque de Paris Descartes. ƒ

Toutain Stéphanie

@ stephanie.toutain@parisdescartes.fr   ƒ

ƒ

Stéphanie Toutain, socio-démographe, est maître de Conférences à l’Université Paris Descartes. Elle est chercheure au CERMES3. Ses recherches portent d’une part, sur l’alcool et la grossesse et d’autre part, sur la prise en charge des enfants porteurs de l’ensemble des troubles de l’alcoolisation fœtale. Les résultats de ses recherches ont été publiés notamment dans les revues en langue française (Alcoologie et Addictologie, Bulletin d’Epidémiologie Hebdomadaire, Psychotropes) et anglaise (Alcool and Drug Review, Journal of Developmental and Physical Disabilities). Elle est également l’auteur d’un ouvrage de méthodes quantitatives : Analyse factorielle simple en sociologie (Bruxelles, De Boeck).

Zegierman Arnaud ƒ

Directeur associé de ViaVoice, Etudes et conseil en opinions

81


Informations pratiques

83

Informations pratiques Les enseignements se déroulent au Centre des Saints Pères :

Université Paris Descartes  Centre Universitaire des Saints‐Pères  45, rue des Saints‐Pères  75270 Paris cedex 06 Accès : • Metro Saint-Germain-des-Prés, ligne 4 • Métro Sèvres-Babylone, ligne 12 • Métro Mabillon, ligne 10 • Bus : 39, 63, 70, 86, 87, 95, 96 • RER B : Saint-Michel • RER C : Saint-Michel

Service de la scolarité du Master : Nathalie Druliolle @ Nathalie.druliolle@parisdescartes.fr

01 53 10 47 22 Accueil du public : Lundi, Mardi, Mercredi, Jeudi de 9h30 à 12h30 et de 13h30 à 16h30 Centre des Saints Pères Bât. Jacob 4e étage, bureau J 424 45, rue des Saints-Pères 75270 PARIS cedex 06


Informations pratiques

84

Faculté des Sciences Humaines et Sociales Sorbonne ƒ

Doyenne de la faculté :

Sylvette Maury ƒ

Directeur du département de sciences sociales :

Michela Marzano à partir de septembre 2011 ƒ

Chef des services administratifs :

Florence Gaborit à partir de septembre 2011

Courrier : 45 rue des Saints-Pères 75270 Paris cedex 06 Téléphone : 01 53 10 50 60 Courriel : accueil@shs.parisdescartes.fr

http://www.shs.parisdescartes.fr/      


Université Paris Descartes Faculté des Sciences Humaines et Sociales - Sorbonne

Master « Sociologie d’enquête » Brochure 2010-2011 Présentation générale ........................................ 4 Organisation de la formation ............................. 7  Conseil pédagogique et intervenants ............... 12  Calendrier de l'année 2010-2011 ..................... 14  Master 1 – Semestre d’automne (S1) ............... 17  Master 1 – Semestre de printemps (S2) .......... 23  Master 2 – Semestre d’automne (S3) ............... 27  Master 2 – Semestre de printemps (S4) .......... 33  UE du parcours « Famille » .............................. 38  UE du parcours « Santé » ................................. 44  UE du parcours « Travail »............................... 50  UE du parcours « Conso. et Com. » .................. 57  UE Optionnelle ................................................. 63  Mémoires : consignes et conseils ...................... 66  Annuaire des enseignants ................................ 71  Informations pratiques..................................... 82 

www.sociologiedenquete.fr

Brochure Master Sociologie d'enquête - 2011-2012  

Brochure Master Sociologie d'enquête - 2011-2012

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you