Issuu on Google+

OliveOlivier Vit et travaille Ă  Nantes www.oliveolivier.com contact@oliveolivier.com 06 82 45 28 79

8 avenue des Coucous 44300 NANTES


Mes recherches plastiques se nourrissent de différentes disciplines (art, philosophie, jeux de langage, etc.). Empruntant différents répertoires formels, il s’agit à chaque fois pour moi de questionner la notion de « traces » dans son acception large du terme ; celles-ci peuvent être prégnantes ou ténues, voire à la limite de la perception. Mais elles s'inscrivent toutes dans un rapport constant avec le texte : mon travail emprunte, cite, se réfère à...


Peau de Pergame (icône), 2014. Parchemin monté sur châssis / 20 x 20 x 2 cm.

Ceci est un monochrome littéraire


Je m'en tamponne le coquillard, 2014. Porte papier WC mural et encre sur papier toilette recyclĂŠ / 14 x 14 x 15 cm.

Sculpture jetable


Quand on touche le vide, on heurte le plein, 2014. D'après un propos de J.P. Bertrand. Gaufrage sur papier / 29,7 x 21 cm.

CQFD


Ego (Echo), 2013. Gravure sur plaque en laiton poli miroir / 20 x 30 cm.

« Tous les arts sont comme des miroirs où l'homme connaît et reconnaît quelque chose de lui-même qu'il ignorait. » Alain


Less is more, 2013. Projecteur, diapositives et machine à fumée / Dimensions variables.

Œuvre minimale qui permet de faire apparaître dans l'air, fugacement, un aphorisme lapidaire : « Less is more ».


Unique Trait de Pinceau (一画), 2013. Encre de chine sur contreplaqué collé sur toile / 40 x 120 cm.

Maints essais pour écrire en un seul coup de pinceau l’expression « Unique Trait de Pinceau » empruntée à Shitao. Reste mon « buvard ».


Ceci est un palimpseste, 2013. Vue de l'exposition Palimpseste/trace(s), Atelier Alain le Bras, Nantes, septembre 2013. Colle permanente et poussière sur sol en béton / 320 x 210 cm.

C'est le spectateur qui permet d'activer cette trace in situ : ses empreintes de pas servant de révélateur.


Décrocher la lune, 2012-2013. Avec la participation de Vincent Leone. Tissu noir monté sur châssis, empreinte solaire et sphère en polystyrène peinte / 196 x 116 x 75 cm.

Par auto-dérision, l'expression est prise au pied de la lettre : la lune est vraiment décrochée, elle est tombée par terre.


Jean-Christophe, 2012-2013. Vue de l'exposition Palimpseste/trace(s), Atelier Alain le Bras, Nantes, septembre 2013. Sable de marbre blanc, ginkgo biloba et colle permanente sur mur / 200 x 130 x 210 cm.

Travail sur les questions de l'absence et de la mémoire, Jean-Christophe est une représentation symbolique possible d'une présence invisible.


Giacometti, 2012. Graphite et encre d'effaceur brûlés sur toile / Triptyque (3 panneaux de 81 x 116 cm chacun).

Écrire plastiquement, sur le fil du rasoir, sur l'œuvre de Giacometti en se focalisant sur ses gravures (traces en « creux »).


Mon emploi du temps, 2012. Pupitre de chef d'orchestre, agenda et marqueur noir sur papier colorĂŠ / 200 x 75 x 75 cm.


No comment


Je veux percer, 2011-2012. Planches de pin ajourées, tréteaux / 73 x 144,5 x 80 cm.

Tableau-piège, en négatif, de mon bureau


Dieu est mort, 2011-2012. Peinture ardoise, colle permanente, poussière, ouvrages de philosophie sur banc, meuble, vase et vigne vierge / 242 x 244 x 68 cm. Installation in situ, maison particulière, Narbonne.

Dans ce « Work in progress », c'est la poussière se déposant naturellement sur la partie encollée du mur qui fait apparaître Le Penseur.



portfolio OliveOlivier