Page 1


2


EDITO La semaine dernière encore, j’entendais une personne dire qu’il « ne se passe rien dans l’Oise ». Et bien si et beaucoup de choses même. L’Oise est variée, multiple, ouverte et curieuse, comme Oiza ! Le mois de mars sera chargé. Même si le début du mois laisse un peu de répit aux spectacles, vacances scolaires oblige, dès le 8 mars, les bonnes choses reprennent. " Les saisons du cinéma" annoncent les premiers bourgeons, " Le blues autour du zinc" fourmillera de concerts, conférences et autres animations autour du blues. Préparez vos agendas, sortez des frimas de l’hiver pour vous réchauffer dans des salles de spectacles. Oiza mag de ce mois consacre son portrait au bootlegger Skibilibop, qui en plus de son travail dans un lieu culturel se consacre à cet art particulier du mix qui consiste à entremêler deux morceaux (ou trois) pour n’en faire qu’un. Nous irons aussi à Beauvais pour mettre en lumière l’ Ouvre-boîte, lieu culturel dans lequel concerts, spectacles, cinéma et formation multimédia font bon ménage dans les locaux de l’Asca. Nous reviendront en photos sur quelques évènements du mois de février (avec la suite sur le site), nous mettrons en lumière des manifestations à ne pas manquer, et nous irons voir ailleurs si l’herbe culturelle est aussi verte que celle de l'Oise. Comme Oiz ! cherche constamment à s’enrichir comme à vous donner plus de matière, une nouvelle rubrique complète la donne : P’tit creux, l’espace dédié aux coins sympas où l’on peut se restaurer, boire un verre, écouter des concerts, lire, W Bonne lecture Oiza est comme un cri de ralliement, un banzaï de la culture 6.0. Oizaaaaa !

L'OURS

Michel Le Meur

Conception et réalisattion : Michel Le Meur Conseil image & Logo : Guillaume Huet > http://www.guillaumehuet.com/ Oiza 2014. Droits réservés.

3


RETOUR SUR SCÈNES Pages 5 à 7

Retour en images sur les moments marquants du mois dernier.

FIGURES DE L'OISE Pages 8 à 11

A la ville, il est Stéphane Cagnart, à la musique il est Skibilibop, bootlegger qui associe Adèle et Bob Marley en un seul morceau pour mieux plaire à Dj Zebra entre autres...

L'Ouvre-boîte de Beauvais réunit 3 lieux en un seul : salle de concerts, salle de cinéma et labo multimédia. État des lieux.

PHOTOise Pages 17 à 19

Images prises dans l'Oise.

LE P'TIT CREUX Pages 20 à 23

Rendez-vous "Au bon coin" de Compiègne. Ici règne déco récup', ambiance conviviale, produits frais, cuisine maison et concerts...comme à la maison mais "au bon coin"

§ À SUIVRE DE PRÈS + AILLEURS SI J'Y SUIS : Pages 24 à 28

SOMMAIRE

LIEU CULTUREL Pages 10 à 16

4


RETOUR

SUR SCÈNES


RETOUR SUR SCÈNES

THE EXCITEMENTS Le groupe barcelonais comme son nom ne l'indique pas a fait des étincelles sur la scène de la Grange à Musique avec le show de la chanteuse Koko-Jean Davis. The Excitements ont électrisé la salle avec leur soul-funk vintage diablement moderne.

ALEXIS HK Le chanteur Alexis Hk a su charmer l'auditoire du Palace de Montataire avec ses chansons réalistes, poétiques et facétieux. Le conteur est véritablement un grnad auteur.

UN FOU NOIR AU PAYS DES BLANCS

L'histoire de Pie Tshibanda a séduit les spectateurs de la Manekine malgré un sujet à priori assez grave : la différence tant de culture que de peau. Un spectacle humaniste et sensible.

6


CATS ON TREES

MAGIC MALIK

On peut faire de belles choses juste avec un piano et une batterie. Emporté à la voix de Nina, Cats on Trees a livré un concert haut en couleurs et traversé par des moments de magie et d'émotion à l' Ouvre-Boîte de Beauvais. Il a réussit son pari avec son spectacle "Bête et méchant qu'il jouait à la

OLDELAF

salle Pommery de Clermont : il a fait non

seulement rire les enfants (et les parents) mais il les a aussi fait danser.

Malik fut Magic à la salle-Gobain de Thourotte. Il fit entrer les spectateurs dans la transe par son mélange électro, pop-jazzworld qui ne fait pas planer l'ombre d'un doute sur son talent.

7


FIG URES DE L'OISE


FIGURES DE L'OISE

LES MORCEAUX DE CHOIX DE

skibilibop

Régisseur général à la Manekine de Pont Sainte-maxence le jour, Stéphane Cagnart entretient une autre passion, le soir ou pendant ses temps libres : Il est Skibilibop, personnage qui associe Eminen au Daft Punk en un seul morceau, fait collaborer les Doors avec Wax Tailor, Adèle avec les Fugees, Suzanne Vega vs thievery Corporation…Il réalise des bootlegs ou mash-up. Un exercice qui lui vaut de faire partie de la playlist de l'émission du maître français du genre : dj Zebra. Un jour de 1997, il touche pour la première fois une basse et apprend à jouer avec comme on ouvre un nouveau livre. Comme ça, suite à une déception amoureuse. Puis il intègre un groupe de Crépy‐en‐valois, Lueurs Noires, qui, après des tentatives Soul prend des directions reggae. Là, il expérimente les platines en devenant scratcheur. « J’étais plus rayeur de disque que scratcheur »

précise‐t‐il. Le groupe tourne, se produit lors du festival « Les remparts scéniques » de Crépy‐en‐valois. Le bassiste du groupe faisant partie de l’organisation, le groupe fait la première partie de Mister Gang devant 3000 personnes. Première expérience scénique. En 2001, le projet s’étoffe et le groupe enregistre en studio ce qui doit être le premier album.

9


Malheureusement, le lendemain, le chanteur du groupe meurt dans un accident de voiture. Le groupe continue en pointillés, le cœur n’y est plus…

dossier sur l’ordinateur. « J’ai intitulé ce mini‐album « Skibilibop vs the world » « pour pousser le délire jusqu‘au bout ». Dans ces recherches, Stéphane constate que Dj zebra est né dans la Somme, qu’il est donc picard. Il décide alors de lui envoyer un email avec la Pendant plusieurs années, Stéphane lâche les référence de l’album. Dj Zebra lui répond platines, arrête la musique. La paternité mais comme il est bien occupé à ce moment‐ l’occupe et il commence à penser à une là, ne donne pas suite. Lorsque Skibilibop carrière professionnelle. En 1998, il entre à réalise son deuxième album « Skibilibop vs l’espace Jean Legendre comme objecteur de the world 2 », il décide cette‐fois‐ci de les conscience pour poursuivre comme régisseur mettre à disposition sur le réseau musical lumière. Depuis le 1er décembre 2013, il est Soundcloud. Il lui envoie un message pour lui régisseur général à la Manekine de Pont signaler. Dj zebra lui répond en précisant que Sainte‐Maxence. En 2007, il rencontre un deux morceaux l’intéressent mais qu’ils sont dénommé Julio the Great, créateur des sons, trop long. Il précise aussi qu’une fois les des rythmes, un beatmaker tendance hip‐hop. morceaux raccourcis, il les diffusera sur Virgin Celui‐ci lui ouvre les portes de la création radio. Il finit même par remixer un morceau musicale via un ordinateur. C’est le déclic. Stéphane commence à bidouiller quelques sons. En route pour la création. Mais il n’a pas de nom. « Au début j’ai pensé à « Vengeur masqué » par rapport à un morceau du groupe Ludwig von 88 que j’aimais bien. Puis il se dit que c’était un nom un peu trop sérieux. Pas assez fun. Cela dit, ça n’a rien à voir avec les Daft Punk. » Il cherche et cherche puis arrive Skibilibop, comme ça se prononce. « C’est venu comme çà, je ne sais de Skibilibop « Il y avait parfois des pas d’où. Peut‐être d’un morceau de Scatman problèmes de calage rythmique, c'est pour où il fait du scat en chantant « skibilibop cette raison que je lui ai demandé de remixer skilibibop… ». Puis le fait de savoir que les "Message in a bootleg". Je sentais qu'il avait gens auraient du mal à le prononcer me un bon potentiel, alors je me suis mouillé faisait marrer. Au début, je mets des instru (comme je l'avais parfois fait avec Totom). » sur myspace. Et un américain habitant le commente Dj Zebra. Connecticut me propose de mettre sa voix dessus. Dans le délire, je me mets à faire un album intitulé « Je fais ce que je veux ». Le principe était de m’amuser à partir de samples en libre accès. » Entre temps, Skibilibop a encore réalisé 7 nouveaux bootlegs. Il envoie régulièrement ses productions à Dj Zebra. Trois nouveaux "Je l’ai découvert sur Virgin radio, j’ai trouvé sont passés récemment en radio et un 4ème génial ce qu’il faisait avec plusieurs va être diffusé : Adèle vs Bob Marley. « Je morceaux. Avant de m’endormir, je me travaille d’abord au feeling et je vois ensuite mettais 15 minutes de veille et souvent si ça colle. C’est un travail sur les tonalités c’était avec des morceaux de Dj Zebra que je des différents morceaux et un peu aussi sur le m’endormais." Il réalise alors quelques essais tempo bien évidemment. Je chope les parties : un bootleg, puis deux. Finalement, sept instrumentales et les a cappella de chansons morceaux émergent et s’installent dans un pour réaliser un bootleg. Mais je tache de

Le beatmaker et de Skibilibop

Respecter l’esprit du morceau avec une base reggae

Et dj Zebra surgit hors de la nuit

10


respecter au maximum l’esprit de la chanson originale. Je traduis les textes pour ne pas dénaturer les refrains ou les paroles. J’écoute un peu de tout, c’est éclectique. Après, moi je suis plus dans un esprit reggae»

« il a fait 3 bons bootlegs reggae (avec Amy Winehouse, Oasis et Rolling Stones), bien produits, qui me rappelaient ceux de Loo & Placido en 2003. Les instrus reggae étaient de bon goût, c'était groovy, pas de fausses notes. Projets de collaboration

Des projets se profilent tranquillement, le bruit court qu’il est passé en radio. « J’ai fait

le final d’un spectacle de danse en reprenant les titres passés durant l’évènement. Je suis aussi en discussion pour un projet de travail avec une chorégraphe. L’idée est de remanier les morceaux qu’elle utilise lors du spectacle. Je vais faire également faire la bande‐son d’un spectacle des Cipitrons, troupe d’impro de Compiègne. Je vais diffuser des extraits de mes bootlegs via une application de dj sur Ipad. » À 37 ans, Stéphane prend les projets comme ils viennent sans pression, à la cool. « C’est un loisir, ça reste un loisir et on verra comment ça va évoluer. Je vois si ça prend. Si ça ne prend pas, ce n’est pas grave. J’aimerais juste savoir aujourd’hui ce qu’en pense les artistes de ces morceaux ». Souhaitons lui de continuer à nous concocter des bootlegs dignes des trois morceaux classés au Top 2013 de l’émission de Dj Zebra. « Ce qui m'a d'abord plu chez lui, ce sont les sources utilisées. Comme chez les autres bootleggers, d'ailleurs, c'est d'abord le critère musical (dans le sens culturel) qui m'interpelle. Lui, il a fait 3 bons bootlegs reggae (avec Amy Winehouse, Oasis et Rolling Stones) bien produits, qui me rappelaient ceux de Loo & Placido en 2003. Les instrus

reggae étaient de bon goût, c'était groovy, pas de fausses notes.”

SES ADRESSES Dans L'OISE ► « Au bon coin », 57, rue de Clamart - 60200 Compiègne ► « Le bistrot du terroir » 1 3 Rue Eugène Floquet - 60200 Compiègne ► Bateau restaurant japonais « daisuki » Cours Guynemer - 60200 Compiègne

jean bien l'espace e im a j' , re u lt fère les " Côté cu nekine. Je pré a M la t e e re d Leg en ension humain im d à le c ta c ur salles de spe e jumelles po d in so e b s a p où tu n’as j’ai Musicalement, n voir l’artiste. t Chinese ma e C 2 C ié c ré p p nt récemment a ma vie, ce so e d r u e o c e d s mais le coup t de ne pas le re g re le c e v a ob les Clashs o mme p o u r B c , e n è sc r su avoir vu s." Béruriers noir Marley et les

SUR LE SITE ► Un aperçu sonore :

https://soundcloud.com/skibilibop

► Le site de Skibilibop :

http://www.skibilibop.com/

11


LIEUX


LIEUX CULTURELS

L'Ouvre-boîte : L'ouverture culturelle Créé il y a dix ans, l’Ouvre-boîte est un structure qui réunit 3 lieux culturels en 1 : un salle de concert de musiques actuelles, un cinéma d’art et essai et un labo multimédia dédié à la formation et à l’accompagnement artistique. État des lieux Il est 20 heures et déjà une bonne centaine de personnes attendent dans le froid que les portes de l’Ouvre-boîte s’ouvrent. Ce soir, Cats on Trees joue en concert. Le succès au rendez-vous, la salle sera pleine. Ce n’est pas toujours le cas. « Ce soir, la moitié de la salle va découvrir le lieu, un lieu où il existe une vraie proximité avec l’artiste. L’Ouvre-boîte bénéficie bonne notoriété, le lieu est connu mais le plus dur est de faire venir les gens qui ne franchisent pas encore le pas ou qui n’osent pas. On a réussi à trouver un équilibre

lors des concerts. Ce qui marche bien à l’Ouvre-boîte, c’est la chanson, le pop-rock et le reggae. Nous avons un bon maintien de la fréquentation. Il n’y a pas de baisse depuis 3 années consécutives. Et on sera totalement satisfaits quand on arrivera à faire venir du public sur de vrais artistes coup de cœurs ou des découvertes, quand on aura réussi à éveiller la curiosité.» explique Stéphane Tiennot, en charge de la communication du lieu.

13


est exclusivement réservé exclusivement aux enfants de 0 à 3 ans. Ce projet a suscité l’intérêt des parents par le pouvoir d’éveil des images et des sons. Prochain rendez-vous en février 201 5. Enfin, une 2 ème édition du festival Zurban sera consacrée en mai aux arts et cultures urbaines (musique, danse, graph, skate, double-dutch,W) au sein de l’Asca et dans les quartiers.

Musiques actuelles au sens large...

Une programmation trimestrielle éclectique

La salle de concert a pour objectif de proposer des spectacles de musique actuelle dans toute Même si les projets tranversaux monopolisent sa diversité : jazz, rock, reggae, pop, chanson, toutes les suggestions, c'est Philippe électro avec le maximum d’éclectisme possible Chérencé qui repère puis programme les envers un public large provenant de Beauvais artistes qui passeront chaque trimestre à l'Ouvre-boîte. Présent depuis 2003, d’abord ou d’ailleurs. Le jazz par exemple fait son comme programmateur, il est aujourd’hui apparition au moins un fois par trimestre en collaboration avec le conservatoire Eustache- directeur artistique du lieu. « J’ai une démarche assez simple : je pars du principe du-Caurroy pour « les lundis du que je programme avant tout Objectif : Proposer jazz ». Cette année, le festival des spectacles de pour le public et pas pour moi. « blues sur le zinc » a renforcé musique actuelle J’essaye de balayer un spectre sa présence dans les murs de musical assez large dans les dans toute sa l’Ouvre-boîte avec plusieurs musiques actuelles. Ça va du diversité : jazz, rock, évènements sur place : le concert phare du 1 4 mars (Eric reggae, pop, chanson, reggae, de la soul-funk, de la folk-pop au rock en passant par électro avec le Bibb, Guy Davis et Leyla Mc Calla) et une conférence sur le maximum d’éclectisme de la chanson, du métal et de possible envers un l’électro. J’essaye d’être blues à la Médiathèque éclectique. J’écoute beaucoup public large présente dans les murs sans de choses différentes. » provenant de faire partie de la structure. Mais Beauvais ou d’ailleurs. La capacité d’accueil est de 600 aussi pour la 1 ère fois, une place maximum, ce qui restreint foire aux disques va envahir les lieux : salle de tant le choix des artistes (s’il sont « trop » concerts, cinéma Agnès Varda, puits de lumière, avec troc d’instruments, restauration connus, ils sont trop chers et le lieu est trop petit) que le prix de la place de concert qui sur place et apéro blues. augmente à cause de la baisse de la vente des disques. « On a eu la chance de faire ...pour les plus petits et les grands Une nouvelle formule gôuter-concert a été mise en place comme lors du récent concert de Bachibouzouk le 1 5 février dernier. L’idée est de proposer au groupe de réaliser un spectacle spécialement conçu pour les enfants. Confronté à un public énergique et réactif, ce dernier doit adapter son répertoire (textes, morceaux choisis). La formule semble prendre tant du côté jeunes spectateurs que du côté des artistes. De même, lancé récemment, un premier « biberon festival »,

14


Fauve, Asaf Avidan, Arno qui sont aujourd’hui des têtes d’affiche. Ce n’est pas forcément évident. On essaye de garder un prix d’entrée correct. Nous sommes situés dans un quartier à habitat social donc on ne peut pas se permettre des prix comme à l’Elispace à 25 €. On jongle entre le prix et l’éclectisme. » Le choix n’est donc pas toujours évident pour Philippe Chérencé : « C’est assez complexe, c’est basé sur du ressenti, du feeling et un réseau de connaissances. Je suis en lien avec des producteurs, des agents, des collèges qui font le même métier, on échange beaucoup sur ce que l’on voit, entend, ressent. Comme Cats on trees, que l’on suit depuis longtemps, ils ne sont pas nouveaux, ils ont déjà de l’expérience. ». Réalisée par trimestre, la programmation musicale se finalise pour avril : « il y aura Nasser (électro-rock), Cascadeur (électro-pop), The skints et Naaman (reggaeska), L Prince Miaou (indie-pop) »

création de jeux vidéos et l’atelier de modélisation 3D. Franck est plus spécialisé en son : il travaille sous les logiciels Live, Cubase, Reason et les équivalents en logiciels libres.

Cinéma d’art et essai & animations

Lieu atypique, presque unique en France, l’Ouvre-boîte réunit trois lieux en un, trois champ d’action : musiques actuelles, cinéma art et essai et multimédia avec le labo. Le cinéma propose une programmation mensuelle avec du cinéma plus porté sur le cinéma dit d’art et d’essai. Il existe aussi des animations thématiques comme des cinéconcerts ou des cinézik. Lundi 1 7 mars, dans le cadre du festival « le blues sur le zinc », le concert surf-rock de Agamemnonz sera par exemple suivi de courts-métrages.

« De plus en plus les gens viennent avec un projet précis, avant ils venaient pour découvrir une application, un logiciel et là c’est plus pour faire un affiche, un dépliant, W » explique Emmanuelle. « Les jeunes viennent plus pour Formations et accompagnement au découvrir car ils ont une idée biaisée des logiciels et outils. Par exemple, le mercredi, Labo c’est l’apprentissage des jeux vidéo (2d, 3d, Le labo multimédia est une structure qui programmation). Ils se rendent compte qu’il permet d’effectuer des formations sur les faut faire beaucoup de choses pour réaliser un logiciels de photo, vidéo, sons et aussi d’accompagner des projets artistiques. Franck, jeu vidéo et que c’est plus complexe qu’ils ne Emmanuelle et Nicolas sont en charge du lieu. pensaient. Un fois qu’ils sont dedans, on les accroche car ils restent au moins pendant un Ils sont à la fois spécialisés et complémentaires. « Ce sont des choses que nous avons an. Ça demande beaucoup de patience. C’est un vrai métier. » développe Nicolas. en commun ce qui est plutôt pratique car on peut se relier en cas de besoin » précise Nicolas. Emmanuelle s’occupe des formations Le Festival Pixels L’autre versant de leur travail consiste à Première, Photoshop, Illustrator alors que accompagner les artistes pour la réalisation de Nicolas gère les formations Wordpress, La

15


maquettes audio, pour les montages vidéos, pour finaliser les projetsWdes projets temporaires ou pouvant faire l’objet d’une résidence de création numérique. Le collectif Pong créa ainsi un baby-foot interactif présenté à l’occasion du festival Pixels 201 3. Oui, car, cerise sur le labo, le festival Pixels organisé en décembre de chaque année vient clore une année de créations. Le Festval permet de mettre en valeur des installations numériques par exemple, ou encore du pixelart à base de post-it, et enfin d’inviter des programmateurs qui font tourner des jeux dur des vieilles bornes de jeux d’arcade. « Ça se prépare dès maintenant et un peu tout au long de l’année. Le festival s’exporte vers la mairie, vers la médiathèque. Il y a la volonté de faire découvir les arts numériques, graphiques et créatifs». Rendez-vous en décembre 201 4.

lieu est enfin un lieu apolitique, « il y a des lieux qui dépassent les clivages politiques qui est au cœur d’un quartier de 1 4 000 habitants, excentré mais présent depuis des années. Les premières séances de cinéma se font ici. » conclut Stéphane Tiennot avant de partir rejoindre la billeterie pour le concert du soir. Ici, l’équipe est polyvalente et participe au développement du lieu.

/ ASsociation Culturelle  ASCA Argentine 8, avenue de Bourbogne 60000 Beauvais 03 44 10 30 80 asca@asca-asso.com

1 0 ans (et plus ) de concerts, cinéma et labo

Le nom de l’ouvre-boîte a été choisi suite à un appel lancé lors des « scènes d’été » à Beauvais, il y a 1 0 ans. Le bâtiment de l’Asca, l’association culturelle Argentine, du nom du quartier où se trouve l’Ouvre-boîte a été créé en 1 978. « Il y eu 3 étapes. Des concerts avaient déjà lieu à l’Asca. Puis c’est devenu un café-musique (label attribué par le ministère à l’époque) en 1 998. En 2003, il y a eu des investissements pour créer une véritable lieu de spectacle. Il y eu autant, voire plus, de concerts avant 2003 que depuis 2003 et la création de l’Ouvre-boîte. C’est une salle mythique par le nombre d’artistes qui y sont passés (et certains très connus et aujourd’hui donc inaccessibles). La salle bénéficie également d’une excellent qualité sonore car l’équipement a été changé récemment. » L’Asca est subventionnée par les différents toutes les collectivités depuis 36 ans : ville de Beauvais (les murs appartiennent à la ville), l’État (via la Drac), la région Picardie et le département de l’Oise. L’Ouvre-boîte bénéficie de recettes propres via les différents manifestations mais elles ne suffisent pas sinon le prix des concerts, d’entrée seraient excessifs. Il n’y pas eu de baisse d’effectifs même s’il y a déjà eu des restructurations. Le

16


PHOTO ISE


PHOTOISE

18


PHOTOISE

19


P T'I T CRE U X


P'TIT CREUX

AU BON COIN : OPEN BAR Depuis 3 ans, Perrine et Patrice sont aux commandes du bistrot-brasserie « Au bon coin » à Compiègne. Le couple a su imposer petit à petit une nouvelle image, donner un style à ce bar de quartier qu’ils ont transformé en lieu de convivialité avec une déco récup’, de l’animation régulière et une gastronomie faite maison. ¾ de la déco mais il y a aussi des cadeaux comme les lampes, les fauteuils de cinéma, le Un triporteur, des sièges de cinéma, des pochettes de vinyles, des affiches de cinéma, triporteur, et bientôt des sèche-cheveux des de concert, une ancienne tête de gondole pour années 50. » précise Perrine. C’est un peu la sortie d’un Blake & Mortimer, un solex, des une déco de vide-grenier sans que rien ne soit livres, un pianoWLa déco est partout sans être à vendre. « Un musicien nous a donné son omniprésente. Elle habille avec goût les trois accordéon, une autre personne, une vieille machine à écrie, on refait actuellement des salles, la principale, celle aux murs bleus et anciens sièges de bar. Le piano de la salle celle aux murs jaunes. vient des voisins qui, plutôt que le mettre à la benne, nous l’on donné.» « Patrice la gardait depuis 25 ans chez lui, c’est une partie de sa garçonnière qui fait les

Déco récup'

21


avait pas de femmes. Des gens nous le disent encore mais de moins en moins. On commence à devenir légitime. ». Ils veulent que cela devienne un lieu de rencontres, d’échange, un lieu de vie, de discussions, entre le bar de quartier et le bar d’amis. Perrine quitte son emploi en août 201 3. Depuis début septembre 201 3, le couple gère entièrement le lieu. Perrine fait les repas du midi et Patrice gère la salle et le bar. « C’est comme à la maison. On voulait recréer un lieu comme ceux que l’on a fréquenté. On s’est connu dans un bar. On fréquentait un Un héritage « génétique » petit bar où tout le monde se connaissait et qui Perrine et Patrice sont les propriétaires du café-restaurant « Au bon coin » depuis 3 ans. a malheureusement fermé. Un lieu où tout le monde se côtoie, se parle et « Ça été un coup de « On essaye de échange. Un lieu de vie, cœur. Cela faisait six à l’ancienne » ans que je passais faire comprendre convivial, évoque Perrine. « Les gens devant et que je me se sentent bien et ça fait u’il n’existe pas disais qu’un jourW » se q plaisir » remémore Patrice. A q ue le centre-ville l’époque, il est 21 ème ui Le conseiller financier dans de Compiègne q arrondissement un établissement est animé. Il faut Le bistrot-brasserie est bancaire et Perrine est excentré, à quelques minutes serveuse dans un grand réveiller la belle du centre-ville de salon de thé de Compiègne. Pas forcément Compiègne. Le rêve endormie » connu des habitants. « On d’avoir un bar trotte essaye de faire comprendre qu’il n’existe pas dans la tête de Patrice depuis ses 1 8 ans. que le centre-ville de Compiègne qui est Depuis trois ans, le couple projette de se trouver un endroit de la sorte. Acheter un café animé. Il faut réveiller la belle endormie » est pour eux presque un « héritage » familial. Patrice a été bercé par cette ambiance avec sa mère et sa grand-mère qui possédaient autrefois des bistrots. Perrine avait un arrièregrand père qui disposait d’un troquet à Amiens. Une sorte de transmission « génétique ». Ils sautent alors sur l’occasion quand le « bon coin » est à vendre.

Changer l'image

Le lieu existe depuis une cinquantaine d’années. Ce bar a connu plusieurs vies, un temps bar d’anciens avec billard et jeux de société, une brasserie qui fonctionnait bien le midi et également le repaire, le QG des rugbyman de Compiègne. « Pendant longtemps on a souffert de l’ancienne image du bar, celle d’un bar pour rugbyman, où il n’y

explique Patrice. « Ce n’est un pas un lieu secret mais un lieu discret. Ici on ne vient pas par hasard. C’est un bar « bâtard » : le soir, on nous prend pour un bar de nuit et le midi c’est brasserie, entre le restaurant ouvrier et le Gault et Millau. On fait des choses simples

22


mais faites avec élégance. C’est le 21 ème arrondissement de Paris, métro Clamart, sortie rue des Sablons. Nous avons fait récemment une soirée « lampe frontale » où les trois-quart des gens n’étaient pas de Compiègne. C’est par le biais de notre page Facebook qu’ils sont venus. »

comme les soirées « anti-haloween » ou « anti-valentin » pendant 3 ans. Et lorsque l’idée est copiée, ils optent alors pour une soirée rose pour la saint-valentin par exemple, une vraie soirée romantique avec repas, chanteuse et piano. « On essaye de faire ce qu’on a envie de faire que les gens suivent ou pas. » Dans ce lieu où il fait bon s’arrêter, un lieu avec sa personnalité, fourmillent encore « dix mille projets en devenir ». « On nous drague de partout et le 23 mars on va faire aussi du théâtre avec une troupe assez particulière. Faut venir voir» nous invite Patrice sur fond musical soul-funk de bonne facture. « les B.O. de films de Marc Dorcel des années 70 » précise-t-il avec un sourire en coin.

BON COIN  AU 57, rue de Clamart Un lieu de vie entre brasserie traditionnelle, café-conc’ et bar de quartier

« On veut créer une dynamique en faisant des concerts et permettre à tous les gens de venir, les anciens comme les plus petits. Faire un lien générationnel. Un bar de quartier. Un lieu de rencontre. On ouvre parfois le dimanche pour que les voisins puissent faire un brunch avec les enfants. On va le refaire prochainement. On veut que les gens puissent venir en confiance avec leurs enfants. On peut facilement faire 40 couverts. Les plats sont fait à partir de produits frais, tout est fait maison. Le midi, c’est un plat du jour, plats traditionnels, ou typiques comme le fish’n’chips. »

60200 Compiègne 09 81 99 06 73

https://fr-fr.facebook.com/pages/AU-BONCOIN/1 641 93420280297

Concerts, soirée à thème et décalage Régulièrement, Perrine et Patrice organisent des concerts sur place. Ce sont les groupes qui les contactent, le message est passé dans le milieu musical. « On fait des concerts, ça peut parfois gêner. Mais on souhaite que le concert commence tôt et ne finisse pas trop tard avant minuit. On ne fait pas de majoration pour les concerts. » Ils mettent également en place des soirées thématiques décalées

23


À SUIVRE

DE PRÈS


À SUIVRE DE PRÈS FESTIVAL Le Festival Blues sur le Zinc affiche sa 1 9ème édition du 1 4 au mars 201 3. En tête d'Affiche, Eric Bibb, Melissa Levaux, Leyle Mc Calla, Robin McKelle et Sanseverino. A suivre dans Beauvais. Renseignements, dates et lieux : http://www.zincblues.com/

LE BLUES AUTOUR DU ZINC DU 1 4 AU 23 MARS À BEAUVAIS

LES SAISONS DU CINÉMA Des séances à 4€, des films à revoir mais surtout de nombreux animations avec des ciné-goûters, cinézik, ciné-gaming ou encore la présence du réalisateur dans 1 6 salles de 1 5 villes de l'Oise.

DANS L'OISE DU 4 MARS AU 2 AVRIL

REGGAE Deux chantres du reggae en visite à la Grange à Musique de Creil : Michael Prophet & Cornell Campbell/

SAMEDI 8 MARS À LA GRANGE À MUSIQUE

25


CHANSON Jeanne Cherhal vient présenter les titres de son nouvel album "L'histoire de J."

SAMEDI 8 FÉVRIER A L'OUVRE-BOÎTE

FESTIVAL Pour la première fois, le festival parisien Les Femmes S'en mêlent vient rendre visite à l'Oise. Au programme : Nicolle Sabouné 'Suéde), Lorelle meets Obsolete (Mexique), et Kim Ki O (Turquie)

VENDREDI 21 MARS À LA GRANGE A MUSIQUE

CINÉ-CONCERT Le musicien Olivier Mellano revisite, avec guitare et effets sonores, le film L'Aurore de F.W. Murnau.

JEUDI 2 MARS À LA SALLE SAINTGOBAIN - THOUROTTE

DIALOGUE MUSICAL Bête et méchant

L'ex-guitariste de Noir Désir Serge TeyssotGay associé au joueur de Oud Khaled Al Jaramani offrent un zone de dialogue musical entre l'Orient et l'Occident : Interzone.

VENDREDI 1 4 MARS AU PALACE DE MONTATAIRE

26


S I J 'Y S U IS

AILLEURS


AILLEURS SI J'Y SUIS LA REVUE DESSINÉE N°3 SE DESSINE L'actualité vu à travers le prisme de la bande dessinée : reportages, articles...C'est la Revue dessinée. Le 1 2

mars, sortie du 3ème numéro.

Renseignements : http://www.larevuedessinee.fr/prochain-numero

FESTIVAL ART ROCK Le festival Art Rock de St-Brieuc lance chaque année avec brio la saison des festivals d'été : Fauve, M, ALice Cooper, Gaetan Roussel, Foals, Plaza Francia, the Craftmen club, ...sont notamment de la partie.

ART ROCK les 6, 7 et 8 juin -St-Brieuc (22) Renseignements : http://www.artrock.org/

LIVRE

Le chanteur Dominique A a aussi une belle plume avec laquelle il écrivit de nombreuses chroniques ici et là (Epok, TGV Magazine, Le Monde des livres, Les Inrocks ou Libé) relatés dans cet ouvrage.

TOMBER SOUS LE CHARME (Chroniques de l'air du temps) de Dominique A http://www.commentcertainsvivent.com/livres/tombersous-le-charme-chronique-de-l-air-du-temps

28


Profile for Oiza-mag

Oiza#2 - Février/Mars  

Au sommaire de ce n°2 : un état des lieux de l'Ouvre-boîte de Beauvais, le portrait de Skibilibop, bootlegger isarien, la visite "Au bon co...

Oiza#2 - Février/Mars  

Au sommaire de ce n°2 : un état des lieux de l'Ouvre-boîte de Beauvais, le portrait de Skibilibop, bootlegger isarien, la visite "Au bon co...

Profile for oiza-mag
Advertisement