Page 1


2


EDITO Oiza est en perpétuel mouvement, toujours dans la nébuleuse, comme une sorte de laboratoiremagazine qui affine ses potions, goûte ses ingrédients et rectifie la formule pour la faire évoluer dans les prochains mois. Ce(s) mois-ci, Oiza mag va à l'essentiel, à l'essence même du magazine, c'est-à-dire vers les portraits de figures de l'Oise, de lieux culturels et fait une halte en chemin pour se restaurer avec un portrait gourmand. Oiza mag de Mai/Juin/Juillet consacre son portrait à NikkoTab, peintre fusionniste, qui s'est illustré par ses toiles représentant des confrontations cinématographiques. Nous irons aussi à Beauvais pour mettre en lumière La Maladrerie Saint-Lazare, magnifique site à la fois architectural et culturel. La rubrique P'tit creux mettra en avant le salon de thé "Chez Célestine", à Compiègne. Enfin, après un retour sur scènes, nous mettrons en lumière des manifestations à ne pas manquer, et nous irons voir ailleurs si l’herbe culturelle est aussi verte que celle de l'Oise. Enfin, après avoir récolté ces quelques infos, n'oubliez pas de sortir de votre écran pour aller au devant de l'effervescence culturelle du département et être connecté au vivant ! Bonne lecture

L'OURS

Oizaaaaa!

Conception et réalisattion : Michel Le Meur Conseil image & Logo : Guillaume Huet > http://www.guillaumehuet.com/ Image Une : "Popine" de NiKKoTab Oiza 2014. Droits réservés.

3


RETOUR SUR SCÈNES

Pages 6 à 7 Retour en images sur quelques scènes, quelques spectacles, concerts des mois de mai et juin

FIGURES DE L'OISE

Pages 8 à 1 3 Personnage virtuel et peintre bien réel, Nikkotab s'est fait connaître par ses confrontations cinématographiques et fera une mise a jour prochainement.

Nikkotab n'est pas figé sur la toile

Pages 14 à 8 Depuis 2009, la Maladrerie SaintLazare de Beauvais est devenu un lieu où se mélangent richesse du patrimoine et vie culturelle accessible à toutes et à tous.

LE P'TIT CREUX

Pages 19 à 22 Dégustation de produits frais Chez Célestine à Compiègne pour une halte gourmande au Salon de thé.

A SUIVRE DE PRES

Pages 23 à 25 L'été nous réserve encore de beaux moments, des instants de culture, des espaces artistiques à découvrir, des lieux à visiter...

SOMMAIRE

LIEU CULTUREL

AILLEURS SI J'Y SUIS (pages 26

4


SUR SCÈNES

RETOUR


RETOUR SUR SCÈNES

LE PRINCE MIIAOU Vendredi 1 6 mai. Ouvre-boîte/Beauvais . Épaulé par 3 musiciens, Le Prince Miiaou dégagea une force rock, ténébreuse et tendue, entre

Pj Harvey et Patti Smith. Un concert mordant démontrant la puissance et parfois la complexité d’un rock percutant, rageur et fougueux cachant une sensibilité à folk de peau et de l’énergie à revendre.

FESTIVAL DE VIOLONCELLE Du violoncelle sous toutes les cordes, plutôt classiques, qui ont offert toutes ses lettres de noblesses à un instrument qui fait corps comme ici à la Maladrerie. De nombreux grands violoncellistes comme Sylvain Berthe,

Gauthier Capuçon, Lluis Claret, Mathieu Lejeune, Diana Ligeti, Xavier Phillips, Raphaël Wallfisch autour d'Emmanuelle Bertrand ont participé à l'édition 201 4 du 20 au 25 mai . MATCH D'IMPROVISATION

Réparties en deux équipes, les Improthéo de Beauvais, les Répliques de Liancourt et les CIPI de Margny-lès-Compiègne se sont donnés à coeur joie dans des joutes verbales lors de ce match d'impro organisé par la Compagnie Improbable Picarde d’Improvisation (les Cipitrons), jeudi 1 5 mai à la salle municipale de Margny-lèsCompiègne.

6


IMAGINARIUM FESTIVAL

FAUVE

Retour sur la première journée de l' Imaginarium Festival , vendredi 30 mai . Le chanteur de Fauve bouge sans arrêt sur scène, à l’image de son chantparlé, rapide, comme on déballe (dégueule) des paroles en flots, sans s’arrêter, dans l’urgence, de la colère, de la schizophrénie. Les guitares envoient des riffs, la batterie electro strie le rythme, la basse arrondit les angles. La nuit Fauve avance et séduit le public qui scande les paroles et danse sur les morceaux. Fauve interpèle et fascine par son approche visuelle, musicale et verbale. Avant ce bon concert du groupe parisien,

THE LANSKIES

7


FIGURES DE L'OIS E


FIGURES DE L'OISE

nikkotab : les toiles du cinéma... En 2012, Nicolas Collin, alias Nikkotab, signature NTB, réalise sa première toile, sa première confrontation cinématographique, mix entre des personnages issus de sa culture cinéma, le croisement improbable entre Audrey Hepburn et un alien du film « Los Angeles Invasion ». De la première exposition qui a suivi cette création à aujourd’hui, portrait d’un personnage qui n’est pas qu’un « peintre fusionniste ». Il fera sa mise à jour en octobre 2014. Retour vers le futur pour savoir ce qui s’est passé. 1 er octobre 201 4. Nikkotab 1 .5 n’est plus. Il a effectué sa mue, réalisé une mise à jour de son programme pour une renaissance, pour un renouveau artistique. Nikkotab fait peau neuve et renaît de ses cendres, tel le Phoenix. Place à une nouvelle ère, à une nouvelle étape de création, à une évolution technologique. Exit les confrontations cinématographiquesY place à une nouvelle dimension artistique. « Les artistes gagnent

la mort virtuellement en promettant de ne plus faire la même chose. Ainsi je ne ferai plus de confrontations cinématographiques. Nikkotab est un personnage éphémère que j’ai créé. Il est né le 14 mars 1981 et s’éteindra le 1er octobre 2014 pour passer en version 2.4. Il passera à autre chose : vers la sortie de toiles en volume avec du relief sur la toile. Puis dans 3-4 ans, Nikkotab 3.6 reviendra à la sculpture, vers des toiles version 3D avec des nouvelles leur vie quand ils sont morts donc je me donne matières comme le béton cellulaire. »

9


Naissance de Nikkotab

1 4 mars 1 981 . Naissance de Nicolas Colin. « Je suis natif de Compiègne. J’ai travaillé

dans le commerce depuis mes 15 ans. Pendant 3 ans, j’ai travaillé chez Darty. Je cherchais plus à faire de l’exposition qu’à vendre les produits. Je voulais que les produits se vendent par eux-mêmes. » En 2002,

alors le début de la naissance d’un personnage qui commence à se dessiner dans la tête de Nicolas. « J’ai alors demandé aux

fans de ciné du forum sur le cinéma que j’avais fondé, ce qu’ils pensaient de ces confrontations. Les retours ont été positifs. J’ai continué à peindre et je me suis retrouvé avec une vingtaine de toiles dans 1 chambre de 10m2. J’ai demandé à Jean Arida, propriétaire de la Terrasse (devenu aujourd’hui le P'tit Bougnat) d’exposer. En octobre 2012, j’ai alors décidé d’en faire un événement, une véritable exposition, avec vernissage et présentation publique, pour une durée de trois semaines. »

Nikkotab est né, comme peu de temps auparavant, son nom d’artiste. « J’allais sur un

forum consacré au cinéma qui commençait à devenir un peu pénible, les gens s’insultaient, c’était lourd. Donc j’ai créé un autre forum sur Nicolas part de Compiègne pour faire une lequel sont venus les gens qui aimaient école de décorateur-étalagiste sur Paris, l’école MJM. « Mon prof, Léonard Rachita, m’a vraiment le cinéma. Je l’ai appelé Lapin Blanc transmis sa passion par le biais d’un cours de en référence à Alice aux Pays des merveilles et à Matrix. Et là, j'ai cherché un pseudo : sculpture, j’ai eu mon Nicolas était déjà réservé et diplôme, je suis devenu "on se foutait de comme il s’avère que lorsque j’ai ensuite son assistant puis je moi car je ne l’informatique, on se suis devenu prof. J’ai alors trouvais pas la commencé foutait de moi car je ne trouvais travaillé les arts plastiques, touche tabulation, pas la touche tabulation, on la sculpture, le trompeon m’appelait NicoQtab. Donc, l’oeilQ Comme je suis fan Nico…tab. Donc, m’appelait n’a rien à voir avec les de cinéma, je me suis Nikkotab n’a rien à Nikkotab tableaux. » naturellement dirigé vers les voir avec les décors. J’ai bossé sur des tableaux.. " courts-métrages, puis j’ai Les confrontations ciné et de la vie travaillé pour M6 et la BBC du côté de Le principe des toiles de NikkoTab est de Pierrefonds. Ce qui m’a ramené vers mélanger des personnages de cinéma, de jeu Compiègne. » Mais le retour aux sources ne se fait de bonté de cœur. « J’ai fui Compiègne vidéo et éventuellement de musique pour élargir la palette. Comme une sorte de clash pour chasser certains démons que j’ai culturel. « Je voulais que ce soit percutant. J’ai retrouvés quand je suis revenu. Ce fut une période assez noire avec, en plus, des décès rendu des femmes moches très jolies, en les croisant avec des personnages de sciencedans ma familleQ Je suis même devenu fiction, j’ai féminisé Sharzy avec Sissi agoraphobe pendant deux ans. Mes parents ont divorcéQ Ce qui m’a sorti de cette période l’impératriceQ Ma première toile a été Audrey Hepburn et un personnage de Los Angeles néfaste, c’est la création de confrontations Invasion, film de science-fiction. La réalisation visuelles entre des personnages de cinéma, la plus lisse, la plus cool, la plus Andy Warhol, de prendre deux personnages et de les c’est mon logo : Popine, mix entre Popeye et fusionnerQ Cette combinaison pour rapprocher deux élémentsQséparés. Ça a été Marylin Monroe. » NikkoTab poursuit ses expositions au George Café ainsi qu’au ma base thérapeutique en 2012. » Ce concours de malheureuses circonstances est Macadam Café (ce sont les vinyles accrochés

10


au Mur) de Compiègne, puis au restaurant Le Sol’fé qui a des toiles avec des instruments en couleurs. Il participe à la nuit des jeunes talents, rencontre Christophe Espinasse qui l’aide au niveau de la communication. Parti de

«l’entertainment». Et non dans la posture de l’artiste maudit. J’ai d’ailleurs un problème avec la notion «d’artiste», car quelque part nous sommes tous artistes. Ce n’est pas humble de dire que je suis artiste, je peins, j’aime ce que je fais et j’ai envie d’en vivre. Je suis un peintre. »

Sortie de Compiègne

rien, sans l’aide de sa famille, Nikkotab multiplie les apparitions et décide de rentrer dans le circuit des Pièces Jaunes pour se faire connaître mais aussi par générosité. La toile qu’il réalise de Bernadette Chirac est alors vendue aux enchères au profit de l’association. Il réalise par la suite des expos dans les boîtes de nuit, dans les lycées, chez des concessionnaires automobiles. Avec son ami Julien Kmiec, du groupe de jazz Manouche, Les Doigts Cassés, Nikkotab réalise un spectacle « à l’américaine » au Cinéma Le Majestic de Compiègne, durant lequel il peint Django Reinhart, le temps de deux chansons. Pour joindre les deux bouts et se faire un nom, Nikkotab multiplie ainsi les projets. Il se trouve alors confronté à de la jalousie et à des problèmes d’image. « Quand j’ai travaillé sur le

maire de Compiègne, j’ai été menacé physiquement et catalogué « artiste de droite». De plus, je ne suis pas aimé par certains artistes car il ne considère pas que je suis un artiste car je fais des prestations et du business avec mes toiles. J’avoue que ce que je fais n’est pas forcément révolutionnaire : les confrontations, le noir & blanc, warhol ça existe déjà. Je ne prétends pas être révolutionnaire non plus mais je communique sur ce que je fais, sur ce que j’aime faire et si ça plait, tant mieux. Je peins pour que ce soit vu mais aussi pour vivre. Je suis plutôt dans une démarche «à l’américaine», dans le divertissement, dans

Conformément à la célèbre maxime « nul n’est prophète en son pays », Nikkotab va connaître son salut et sa notoriété en dehors de Compiègne. Sollicité par le restaurant Crêpe House de Crépy-en-valois pour exposer ses toiles, au mois de juillet 201 3, il ne peut répondre favorablement dans un premier temps. Plus tard, il reçoit également un appel de Fleur de sel, un autre resto de la même ville, qui souhaite aussi l’exposer. « J’ai alors

constaté qu’il y avait plusieurs restos dans cette même rue. Ayant un certain nombre de toiles en stock, j’ai proposé une « Invasion Nikkotab » dans les commerces. Pour cela, j’ai sollicité les commerçants pour qu’ils me livrent quelques « secrets » afin de réaliser leurs portraits mixés avec des éléments de leurs loisirs ou de leurs passions. Ainsi par exemple, le boucher de l’enseigne Le Valois était assez timide. Mais j’ai appris qu’il aimait les motos, les Harley Davidson. J’ai donc pu faire une

toile en croisant sa profession et sa passion. Cela a suscité de la curiosité, puis du dialogue entre des commerçants qui, en fait, ne se connaissaient pas vraiment. Cela a aussi provoqué des conversations avec les clients. Les toiles sont devenus sources de communication. L’humain s’est révélé par l’art» . Pour aller encore plus loin dans la

11


démarche, il décide de faire un jeu en cachant (Mugs, T-shirtsQ) ». Les projets se succèdent désormais : des collaborations avec des des codes derrière les toiles pour que les habitants y participent sur la ville. « C’était une marques, des évènements sur une ville comme à Crépy-en-valois, en septembre 201 4 ou en sorte de chasse aux trésors. Il y a eu un très mars 201 5, qui possède une cathédraleY ou bon retour médiatique. J’ai été ensuite très encore un projet d’accompagnement artistique sollicité pour des portraits de particuliers au service gériatrie de l’hôpital de Compiègne. (personnes, animauxQ) car c’était la période des fêtes. » Nicolas aime les jeux vidéos, donc Artisan de son œuvre, Nikkotab continue son les codes que l’on retrouve souvent dans les énigmes pour passer à une autre étape. Il en a chemin pictural et revient, petit à petit, après laissé dans ses toiles, des codes, des trompe- avoir tracé son chemin et tissé ses toiles, à sa source, à sa matrice : la sculpture. Mais çà, l’œil, de figures cachés. Ici, un cheval au c’est une autre histoire. Celle d'un artiste galop, un test de Rorschach. Là, un oiseau peintre qui aurait changé de version en octobre dans la toile d’HitchcockY 201 4. Jusqu'à présent, il s'appelle NikkoTab, un point c'est tout. "Votre programme va Retour vers le futur s'éteindre dans quelques secondes...À bientôt..."

Les LIEUX DE NIKKOTAB > Le Macadam Café (Compiègne) > Le P'tit Bougnat (Compiègne)

Films > Le dernier X-men

> "La Neuvième porte" " Mon film culte, c'est « district 9 » un film de De retour à Compiègne, Nikkotab participe au festival du film de Compiègne en réalisant un portrait de Costa-Gavras : une toile avec un fil rouge en rapport avec le parcours cinématographique du cinéaste. Fin 201 3 toujours, il est membre du jury des jeunes talents, de la reine du muguet, fait une soirée Brassens avec son ami musicien Julien Kmiec au Majestic. Il a réalisé plus récemment un portrait de l’animateur Cauet à l’occasion du NRJ Music Tour, le 30 avril. « C’est sans arrêt

des rebondissements, des connexions. J’ai offert beaucoup de toiles pour me faire connaître. C’est à la fois beaucoup de générosité pure et de dons pour communiquer et me faire connaître. Aujourd’hui, j’arrive à en vivre mais ce n’est pas facile, je passe de la Maison des artistes au statut autoentrepreneur. Je me dirige vers l’évènementiel. Je vais pouvoir avoir un appart plus grand. J’ai la volonté d’avoir une série de produits dérivés

science-fiction américano-sud-africain de Neill Blomkamp. Je suis nostalgique des années 8090, de la série des « Die Art », Aliens, Terminator, Prédator. "

" Je suis passionné

d’ufologie, les ovnis, je trouve ça fascinant. D'où mon auto-portrait avec des ovnis audessus de moi"

 http://www.nikkotab.com 12


LIEUX


LIEUX CULTURELS

La Maladrerie La culture dépoussiérée

Malgré les grands murs d’enceinte qui l’encerclent et suscitent la curiosité, la Maladrerie Saint-Lazare n’est pas un lieu fermé ni clos. Depuis 2009, cet ensemble architectural de 3 hectares, datant du 12è siècle, est même devenu un lieu culturel qui accueille un public varié venant autant pour flaner dans la cour de la ferme ou dans le très beau jardin médiéval que pour voir un spectacle dans la grange. Restaurée en grande partie, la Maladrerie est à la fois un lieu chargé d’histoire, de patrimoine et de vie culturelle. Aujourd’hui, plus que jamais, la volonté de l’agglomération du Beauvaisis qui gère le site est d’en faire un endroit accessible à tous et synonyme de spectacles de qualité, loin de l’image élitiste que l’on pourrait facilement lui coller. remarquable, le son ressort magnifiquement. Il est minuit passé de trente minutes en ce 21 Dans cet écrin architectural long de 44 m pour mars 201 4. Le festival « Du blues sur le zinc » une hauteur de 1 2 mètres, datant du 1 2è va finir sa nuit dans la grange de la Maladrerie siècle, le spectacle a pris vie dès 2009. Alliance de bois noble et de pierre, la grange a Saint-Lazare de Beauvais pour un « After été restaurée et a gardée sa charpente blues » qui durera jusqu’à l’aube. Le groupe St-Lô arrive sur scène. Son mélange de blues, d’origine. Son remarquable état de conservation en fait l’une des plus belles d'electro et de hip-hop commence alors à granges médiévales du nord de la France. « résonner dans la grange. L’acoustique est

Lieu singulier chargé d’histoires

La pierre et le bois de la grange rendent le lieu

15


bergerie ont été restaurés. En ce moment, on rénove la léproserie, la porterie, les murs d’enceinte, et l’aménagement de la plaine. L’objectif aujourd’hui est de restaurer la Maladrerie dans son ensemble, petit à petit. Ce sont des projets à venir, le contexte économique n’étant pas propice au développement. Mais c’est la volonté de la marie de Beauvais, de la direction de la Maladrerie et de l’agglomération du Beauvaisis, qui gère le lieu, d’aller au bout de convivial, c’est un lieu magique. Le plupart des ce projet. Mais tous ces travaux n’empêchent artistes nous disent : quelle merveilleuse salle pas de faire vivre le lieu car il est immense et vous avez ! Ceux qui ont l’habitude de voir de vaste. » rappelle Elisabeth Lesure, adjointe à grands artistes, et qui les voient dans le cadre la ville de Beauvais, conseillère communautaire de l'agglomération du de la grange, lèvent la tête car ils sont Beauvaisis, déléguée à la Maladrerie. « Il y subjugués par le lieu, par les matériaux nobles. La restauration a été très bien faite. » avait une attente du beauvaisis, de redécouvrir ce lieu qui avait connu quelques souligne Sophie Lechevalier, directrice de la manifestations lorsque c’était en friches. Le Maladrerie. patrimoine a été respecté et mis en On peut découvrir valeur. » Un lieu de plusieurs

vies

"

la Maladrerie au travers de différents Lieu de cultures axes, aussi bien via La culture s’est insinuée petit à petit une après-midi en dans les lieux, à la fois dans la cour famille que lors d’un de la ferme, dans le jardin médiéval concert de rock, de ou dans la grange. « On arrive à jazz ou lors d’une développer la fréquentation du lieu exposition d’ art car on y propose des choses très Dans les jardins, la Grange, contemporain ou variées. la cour de la ferme, il y existe des même lors d'un évènements culturels, des activités atelier de du dimanche, des visites

Le site de la Maladrerie a été fondé à la fin du 11 è siècle. Classé au titre des Monuments Historiques, ce fut une institution hospitalière, implantée à la périphérie de la ville, pour éviter notamment la contagion car le lieu recueillait les lépreux et les malades. Après la Révolution, la Maladrerie devient un bien national puis est transformée en exploitation agricole. « En juillet 2009, la

jardinage"

Maladrerie a été ouverte au public. Avant que la collectivité reprenne le lieu, c’était une ferme, une exploitation agricole qui a cessé et les bâtiments se sont détériorés. Il a été laissé à l’abandon. Cela servait de temps à autre à faire des événements, des exposQ mais dans un état un peu vétuste. Cela a d’abord été repris par la ville de Beauvais qui en a assuré la restauration en 2005. En premier, ce fut la sauvegarde de la Grange avec sa merveilleuse charpente. Toute la partie que l’on appelle la ferme, c’est-à-dire la cour de la ferme, la grange, la maison du fermier, la

commentées ou libres, des salons, comme celui des plantes ou des antiquaires par exemple. On peut découvrir la Maladrerie au travers de différents axes, aussi bien via une après-midi en famille que lors

16


d’un concert de rock, de jazz ou lors d’une exposition d’art contemporain et même lors d'un atelier de jardinage. » reprend Sophie Lechevalier. « Notre objectif est de le faire vivre à travers toutes les ouvertures les plus variées possibles. Nous ne voulions pas faire de ce lieu, un site fermé, austère, uniquement centré sur le patrimoine ou sur les jardins. C’est un établissement ancien dans sa construction mais jeune dans son développement. » complète Elisabeth Lesure . Mais si

des activités proposées, et toujours dans un souci de qualité. Nous proposons aussi des spectacles d’humour par exemple. Nous avons, de plus, la volonté de surprendre les spectateurs. C’est tout l’art de croiser les

l’architecture des lieux pourrait faire penser que le site sied à ravir à des spectacles uniquement réservés à des happy-few, à quelques initiés triés sur le volet, la politique culturelle est totalement contraire à cette idée reçue ou à ce cliché.

publics, ceux acquis par la présence d’un « Le souhait est de ne pas rendre ce lieu festival, ceux qui viennent voir un spectacle, élitique, réservé à ceux qui aiment le ceux qui viennent pour les jardinsQ C’est la patrimoine ou les autres aspects culture, l’art, le tourisme, la nature et tout est architecturauxQ Ainsi pour Pâques, par en équilibre. De même, nous développons exemple, la chasse aux œufs est ouverte à également un volet pédagogique avec des toutes et à tous. De même, les visites libres ateliers et visites d’écoles et de centres de (c’est-à-dire non commentées) permettent de loisirs pour les villes d’art et d’histoire de se faire rapidement un avis sur l’endroit. Les Beauvais. Il existe aussi un travail sur les concerts sont à des tarifs attractifs. La volonté jardins, sur la botanique avec des visites est de montrer la culture et de la rendre guidés. Nous travaillons également avec accessible. Il y a de très beaux festivals (Blues conservatoire, l’école des beaux-arts et les sur le zinc, festival des violoncelles, médiathèques. En été, par exemple, nous PianoscopeQ) et une salle qui a une très belle proposerons des ruches à lire. Dans cet acoustique qui permet également d’avoir une espace patrimonial et paysagé, il y a par proximité avec les artistes. » ailleurs des invitation à la sieste, à la détente. »

Lieux pour tous

Un invité, un nouveau public

large public possible et, ce lieu que les gens se sont appropriés, est devenu vivant, ouvert et accessible à tous et aux découvertes. Pour certains, c’est même devenu leur jardin. Il existe une connexion avec les autres quartiers. C’est un lieu de rencontre, pour tous, que l’on peut s’emparer de différentes manières et qui est facile d’accès. Il y a une harmonie à la Maladrerie, malgré la diversité

un public fidèle du théâtre. Ce sera un pôle culturel sur le site, avec différents visages, multiples, pluri disciplinaire. À chaque manifestation, on voit un public nouveau arriver, ce ne sont pas toujours les mêmes. »

Ouvert à la découverte et à la curiosité pendant les heures d’ouvertures, le site est devenu un espace zen en dehors du centreville mais pas très loin cependant du centre. Le public s’est petit à petit approprié l’espace. « L’objectif est d’ouvrir la culture à un plus

Dès la rentrée en septembre, le théâtre du Beauvaisis va s’installer sur la plaine de la Maladrerie. Une structure sera montée pour deux ans, le temps des travaux en centre-ville. Un théâtre provisoire de 450 places pour trois saisons. « C’est pour nous un nouveau public,

La fréquentation de la maladrerie est en augmentation. En 201 2, 29000 visiteurs se sont rendus à la Maladrerie et en 201 3, ce sont 43 000 qui sont venus.


Les Saisons de la Maladrerie

La Maladrerie propose à la fois sa propre programmation et « héberge » des festivals partenaires. « Les gens sont maintenant curieux et dans l’attente de ce qui va se passer dans le lieu. » souligne Elisabeth

Lechevalier. Il existe deux saisons à la Maladrerie, la saison printemps–été, d’avril à septembre, plus tournée vers l’extérieur des bâtiments et la saison automne-hiver d’octobre à mars. Cet été par exemple, il est possible de découvrir une partie de la chapelle, qui est encore à restaurer, avec l’exposition « géométries variables ». L’installation du collectif marseillais Cabanon Vertical est partie de l’histoire de la Chapelle et de son architecture car il y avait une division au sien même de la chapelle entre les lépreux et les gens sains par une cloison en bois. Pas de contact entre eux. Ils ont donc retravaillés en fonction du plan de la chapelle en établissant une architecture éphémère dans l’ancienne chapelle qui pour l’occasion est visible au public alors qu’elle est normalement fermée. Une manière originale de découvrir la Chapelle.

En plus de ces évènements culturels, la Maladrerie proposera des ateliers jardin, des ateliers de cuisine médiévale, le salon des antiquaires et des arts décoratifs (du 28 novembre au 1 er décembre), le salon des Potiers et Céramistes de l’Oise (les 6 et 7 décembre) et le salon des vins du 6 au 8 mars.

En cette rentrée 201 4-1 5, le festival Pianoscope s’installera pour 3 soirs, le 24 octobre, avec Nicholas Angelich, le 25 avec un récital d’Evelyne Berezovsky. Et le dimanche 26 octobre, deux concerts avec tout d’abord Ellina Pak (violon) & Anastasia Safonova (piano), Boris Berezovsky (piano) & Henri Demarquette (violoncelle) puis Jean-Claude Pennetier. Un hommage à Aldolphe Sax sera rendu avec 3 rendez-vous d’exception : le samedi 8 avec Daniel Gremelle et

l’orchestre de la Garde Républicaine, le Quatuor habanéra, samedi 1 5 novembre et le Grand ensemble de Sax le dimanche 1 6

novembre. Dimanche 21 décembre, spectacle musical mis en scène par Marinette Maignan avec Alain Schneider à la guitare et au chant sur le thème « Le vent qui nous mène ». Louis Chedid fêtera ses 40 ans de carrière, vendredi LA MALADRERIE SAINT_LAZARE 203 rue de Paris 23 janvier. Le spectacle « Broadway 60000 Beauvais enchanté ! » est prévu le 1 4 mars. Et le Festival du blues autour du zinc s'installera Tél : 03 44 15 67 62 http://maladrerie.fr pour quelques dates du 1 9 au 29 mars.

18


PT'IT CREUX


P'TIT CREUX

CHEZ CÉLESTINE : TOUT THÉ FRAIS En descendant la rue des bouchers à Compiègne, une grande vitrine affiche discrètement en long et en lettres toutes attachées, la spécialisation du lieu : « salondethégourmandsucrésalé ». En levant les yeux, se dessine l’enseigne « Chez Célestine ». Ouvert en 2011, le salon de thé s’est fait connaître par la qualité de ses produits « frais » relayé par le bouche à oreille. A sa tête, Véronique Bellec sait faire aimer les bonnes choses. Passé le pas de la porte, place à une déco simple, à la fois rétro (frigo à l'ancienne, chaise en bois...) et moderne. Près de la cuisine, un canapé offre la détente, la convivialité. On se sent à l'aise, comme à la maison, drapé par une certaine chaleur. Après les quelques mots échangés avec l'hotesse des lieux, c'est de chaleur humaine dont il est question. Souriante et agréable, Véronique nous installe dans son coin cosy et nous met l'eau à la bouche lorsqu'elle présente ses

plats. "Installez-vous, j'arrive !". La patronne navigue entre sa cuisine et la salle. Dans sa petite échoppe "familiale", on a le temps. Celui de s'installer pour déguster un bon petit plat.

Du bouche à oreille

« Chez Célestine a ouvert en 2011. Nous

avons, mon mari et moi, trouvé notre local, ou plutôt exactement nous l’avons choisi par rapport à son emplacement, celui du quartier

20


de petits commerces. Nous l’avons également choisi car la vitrine était grande. Enfin, il est situé rue des boucheries, ça devait être un signe !!! ». L’autre signe, c’est que le salon est

La cuisine : Une transmission familiale

souvent plein, et que la plus vieille publicité du monde fonctionne encore bien. « Nous

n'avons fait aucune publicité et nous avons eu beaucoup de chance que la curiosité titille les compiégnois. Dès l’ouverture, le salon de thé s'est très vite rempli.... Nous avons une clientèle très variée ( étudiants, actifs ou non de tous âges ) avec une forte proportion féminine, même si quelques hommes viennent y déjeuner».

« Lorsque mes filles étaient

petites, je leur racontais les histoires de Ernest et Célestine, le nom du salon de thé provient en particulier d'une illustration dans laquelle Célestine met le bazar dans sa cuisine..... » Véronique est depuis 28 ans dans l'Oise après avoir vécu en banlieue parisienne, d’abord à la campagne, quand les enfants étaient petits puis en ville. Mais la patronne de « Chez Célestine » n’a pas lancé un salon de thé par hasard. « Je suis un peu tombée dans la

Frais du matin

Tous les jours (du mardi au vendredi de 1 2h à 1 8h et le samedi de 1 0h30 à 1 8h), Véronique s’affaire derrière ses fourneaux ou aux tables pour servir et présenter ses plats du jour fraichement commis. Les cageots de légumes frais et de fruit jonchent le sol près de la cuisine dans laquelle la tenancière réalise ses plats dès le matin pour qu’ils soient disponibles vers midi. Tout est frais et "récolté" en matinée auprès des fournisseurs pour un maximum de fraîcheur.

Marmite quand j’étais petite. Mon papa est cuisinier, mon grand-père boucher charcutier et ma grand-mère boulangère pâtissière. J'ai intégré l'école hôtelière Jean Drouant à Paris en 1978 et j'ai obtenu un BTH (Brevet Technicien Hôtelier). Juste après nos études, mon mari et moi sommes allés à Grasse et avons tenu un hôtel grill Campanile, en tant qu'assistants gérants. J'étais déjà en cuisine ! Puis la famille s’est agrandie et la restauration a alors été mise entre parenthèse."

Retour en cuisine

La parenthèse se ferme en 2011 . Véronique revient alors à ses premières amours, « Comme les enfants ont grandi, j'ai décidé

donc d'ouvrir mon petit salon de thé gourmand sucré salé, avec une ambiance familiale, avec

21


une cuisine "maison" simple, saine, avec des produits frais. " Elle entame alors une formation

création d'entreprise avec le réseau d'aide à la création d'entreprise, BGE (Boutique de Gestion des Entreprises) de Compiègne et obtiens un prêt d'honneur avec Oise Est Initiative. Chez Célestine est né.

Chez Célestine ?

« Lorsque mes filles étaient petites, je leur

racontais les histoires de Ernest et Célestine, le nom du salon de thé provient en particulier d'une illustration dans laquelle Célestine met le bazar dans sa cuisine.»

Développer la formule

« Aujourd'hui nous développons la vente à

emporter du sucré, plutôt sur commande, des privatisations principalement sur le goûter. Nous allons travailler avec une autre maison de thé et un apiculteur local. D'autres idées germent mais elles ne sont pas encore à l'ordre du jour. »

CHEZ CÉLESTINE 4, RUE DES BOUCHERS 60200 COMPIÈGNE 03 44 76 10 51

Facebook : https://www.facebook.com/chez.celestine Au déjeuner, Chez Célestine propose l'assiette salée de Célestine suivie d'un buffet de douceurs au choix. Le goûter gourmand peut être accompagné de thé, chocolat, jus de pomme home made.... La formule brunch du samedi est servie à partir de 1 0 H 30 Les thés Harney & Sons, les produits Olivier & Co ainsi que les confitures la Cour d'Orgères sont également proposés à la vente. Les spécialités sucrées sont également disponibles en vente à emporter.

22


À SUIVRE

DE PRÈS


À SUIVRE DE PRÈS LA SCÈNE AU JARDIN Le festival de théâtre de Chantilly La Scène au Jardin , propose, du 4 juillet au 21 septembre, 27 représentations théâtrales tous publics, interprétées par des compagnies professionnelles ou par des amateurs passionnés avec une programmation allant du Journal d'un fou à Candide en passant par Elle et lui ou L'hôtel des roches noires > http://www.lasceneaujardin.com SÉRAPHINE DE SENLIS Exposition « Séraphine Louis, de l’ombre à la lumière » : célébration du 1 50è anniversaire de Séraphine Louis dite Séraphine de Senlis avec exposition au

musée d’Art et d’Archéologie de Senlis jusqu'au 26 janvier 201 5. > http://www.museessenlis.fr/Exposition/seraphine-de-senlisde-lombre-a-la-lumiere.html

LES ARTS D'ÉTÉ Depuis le 1 er juin et jusqu'au 31 août, les arts lézardent à Senlis , ils prennent leurs quartiers d'été dans les musées, jardins, salons, foires, brocantes pour de la musiuqe, de l'histoire, du patrimoine, de la lecture, de la danse ou du théâtre... Les Arts dinent en ville. > http://www.villesenlis.fr/index.php?option=com_flippingbook &view=category&id=3&Itemid=1 75

24


SCÈNES D'ÉTÉ Du 4 au 25 juillet, les vendredis soir seront

l’occasion de sortir pour assister à un concert gratuit dans le cadre des Scènes d’été de Beauvais . 4 têtes d’affiche se succèderont sur le plateau chaque vendredi de juillet. > http://www.oiza-mag.com/les-scenes-detesouvrent-a-beauvais-avec-les-tetes-raides/

FESTIVAL DES FORÊTS

Du 20 juin au 1 7 juillet, le festival des forêts propose de découvrir de la musique classique dans les décors naturels des forêts de Laigue et de Compiègne et dans de beaux lieux. > http://www.festivaldesforets.fr

EXPOSITION "GÉOMÉTRIES VARIABLES" Le collectif marseillais Cabanon vertical s’expose sur Beauvais à la Maladrerie en revisitant la Chapelle à leur façon mais également aux abord s de la cathédrale Saint-Pierre et dans le quartier Saint-Jean. > http://maladrerie.fr/vernissage-delexposition-du-cabanon-vertical

MARIO AVATI L'exposition "Mario Avati, le noir en lumière" présente 80 estampes réalisées par l’artiste. Mise en lumière du quotidien d’un magicien de la gravure au Musée départemental de l’Oise. >http://www.oise.fr/reseau/article/view/8651 7/ exposition-mario-avati-le-noir-en-lumiere-du1 7-avril-au-28-septembre-201 4

25


SI J 'Y SU I S

AILLEURS


AILLEURS SI J'Y SUIS

LES RENCONTRES D'ARLES Les rencontres photographiques d'Arles mettent cette année en valeur, du 7 juillet au 21 septembre, le photographe britannique des stars, David Bayley, mais aussi Martin Parr, Viz Muniz, Depardon, Christian Lacroix... que l'embarras du choix et de la qualité> http://www.rencontres-arles.com/Home

CINEMA : FILM NOIR Le Cinéma Le Louxor propose du 1 3 juillet au 1 9 août de voir ou revoir des films noirs comme Chinatown, Millers' crossing, Scarface, Mean Streets ou encore Mullholland Drive >http://www.cinemalouxor.fr/fichier/pdf/PROG RAMMEfilmnoir.pdf

FESTIVAL DU BOUT DU MONDE Ça se passe au bout de la terre, là où elle s'arrête dans le Finistère, à Crozon . Depuis 1 5 ans, le festival du bout du monde offre aux festivaliers des musiques venues de la terre entière. Du 1 er au 3 août, avec Bernard Lavilliers, Goran Bregovic, The Wailers, Ayo, Electro bamako, Gangbé Brass Band, Ibrahim Maalouf... > http://www.festivalduboutdumonde.com

27


Profile for Oiza-mag

Oiza#5  

Oiza#5 consacre son portrait à NikkoTab, peintre fusionniste, qui s'est illustré par ses toiles représentant des confrontations cinématograp...

Oiza#5  

Oiza#5 consacre son portrait à NikkoTab, peintre fusionniste, qui s'est illustré par ses toiles représentant des confrontations cinématograp...

Profile for oiza-mag
Advertisement