Page 1


Annonceurs, marquez votre différence en insérant votre encart publicitaire sur Oiza, l'e-mag culturel de l'Oise : double page, page entière, demi page, 1 /4 de page...

2


EDITO Oiza est un magazine curieux, ouvert sur le monde. Oiza aime prendre le pouls de l'activité culturelle, sentir l'effervescence qui se dégage des manifestations et évènements culturels. Oiza aime quand ça brasse de l'art, quand ça fourmille de création. C'est tout d'abord un magazine culturel en ligne sur l'Oise . Il a pour objectif de traiter régulièrement de l'actualité culturelle et d'en rendre compte (Musique, spectacles, expos, bd...) en proposant des articles accompagnés d'images (photos, diaporama, vidéo) et /ou de sons. Oiza, c'est aussi un véritable magazine culturel feuillable en ligne avec des interviews, des portraits, des articles, des reportages,...Oiza veut mettre en avant les acteurs culturels du département que ce soient les artistes, les groupes mais aussi les organisateurs et les personnes qui font font vivre la culture dans le département. De plus, le magazine veut refléter une image de modernité et de découverte. Oiza se lance avec une formule d'abord allégée pour mieux vous nourrir par la suite. Deux points forts : le portrait du mois avec une figure de l'Oise et un sujet sur un lieu culturel. Oiza est comme un cri de ralliement, un banzaï de la culture 6.0.

L'OURS

Oizaaaaa !

Conception et réalisattion : Michel Le Meur Conseil image & Logo : Guillaume Huet > http://www.guillaumehuet.com/ Oiza 2014. Droits réservés.

3


FIGURES DE L'OISE

Pages 5 à 9 Michel Guinand défend sa boutique aux milles pépites, sa passion pour le vinyle et sa conception de l'échange commercial.

LIEU CULTUREL

Pages 10 à 12 Le Tigre sort de sa tanière à Margny les Compiègne pour des spectacles grand public. État des lieux.

Pages 13 à 15 Images prises de l'Oise.

RETOUR SUR SCÈNES

Pages 16 à 18 Retour en images sur les moments marquants du mois dernier.

A suivre de près

Pages 19 à 21 Les spectacles, concerts, rendez-vous à prendre pour février.

§ AILLEURS SI J'Y SUIS : Pages 22-23

SOMMAIRE

PHOTOise

4


FIG URES DE L'OISE


FIGURES DE L'OISE

LE MANGE DISQUE : LA PASSION VINYLE Depuis 17 ans, Michel Guinand tient le Mange-disque à Clermont. Il est le dernier disquaire indépendant de l'Oise, qui défend à la fois une conception humaine du commerce et une passion pour les vinyles. On ne rentre pas au Mangedisque : on va à sa rencontre. L'année prochaine, il aura sa majorité, ses 18 ans. Mais cela fait déjà longtemps qu'il est libre, curieux, ouvert. Depuis dix‐sept ans, le Mange‐disque nourrit les connaisseurs de bonnes sonorités, les accros aux vinyles, les passionnés mais aussi les flâneurs, les curieux et les touristes de passage. Dix‐sept ans que Michel Guinand tient la baraque contre vents et marées, dix‐sept ans que sa boutique résiste aux houles économiques et autres avaries. Ces éléments perturbateurs n’ont pas fait chavirer sa passion, il tient le cap, l'oeil vif, le verbe

haut, toujours prêt à défendre les couleurs du vinyle.

De la musique à la boutique Pendant longtemps, Michel végète, fait des boulots de vente, joue de la musique, des percussions. « Pas en groupe, pour moi, je suis trop « dictateur », je sais trop ce que je veux musicalement ». Venu de Paris, il rencontre sa femme dans l’Oise et s’installe à Clermont. Puis décide « d’arrêter ses conneries, de faire quelque chose de sérieux, de rationnel. J’avais la volonté de faire

6


quelque chose qui me fasse resplendir et qui me plaise». Sa visite deux à trois fois par an au magasin de disque « Édition limitée » de Margny‐les‐Compiègne (qui ferma ses portes en 2011) forge en lui l’idée d'en faire un métier. Il est fasciné par le monde qui se rend dans la boutique. Le 1er juin 1996, il prend alors les rênes de la celle de Clermont. « Je m’endormais un peu sur mes lauriers et j’avais une date butoir qui m’obligeait à prendre un commerce. Ça s’est fait en deux temps trois mouvements. Je l’ai vu comme une évidence. Clermont est à la fois une ville et un village avec ses maisons, ses cités… ».

posa ses premières bacs de vinyles et de cds, il a tout réalisé, mis en place ou récupéré, parcouru des kilomètres de brocantes, de vide‐greniers flairant avant tout le monde que le vinyle serait toujours là aujourd'hui. « J’arrivais de Paris, de partout, je venais d’un milieu où çà brassait du vinyle…J’avais fréquenté le monde des collectionneurs de Paris qu’il fut punk, hard, soul, funk, jazz…je savais que ce truc répondrait tôt ou tard à un potentiel. Il ne pouvait pas en être autrement ».

« Au Mange-disque, il faut laisser ses valoches à l’entrée. Le Mange-disque, ça se conjugue avec le verbe être et non pas Une passion qui illumine son avec avoir» visage et délie sa langue pour

Il investit alors rapidement le local de la rue des Fontaines qui fut tour à tour une boucherie où il y a eu un incendie, une enseigne d'esthétique et de cosmétique, un magasin de bijoux fantaisie et même encore une autre fois, une boutique de fringues avant de fermer. Lorsqu'il pénétre pour la première fois dans cet espace inoccupé pendant trois ans environ, il tombe instantanément amoureux du lieu.

en parler comme un Philippe Manoeuvre du vinyle, un érudit funk. « Il y a bien quelqu’un qui va venir à la boutique et qui va craquer sur ce qu’il ignorait encore à ce jour. Et pour faire en sorte qu’il cesse de l’ignorer, je vais gesticuler de tous les membres et je vais lui dire la vérité qui se cache derrière ce putain de sillon ».

L’homme a plus d’un 33 tours dans son sac Prompt à tailler une bavette sur un album de James Brown de 1971, « A new day », (« Moi je sais le funk qu’i y a là‐dedans »), il respire la musique et n'a cure de la poussière qui orne les sillons. « Ça sent la bonne poussière ici, hein, tu ne trouves pas ?». Dans sa caverne d'Ali baba, dans son capharnaüm, dans son bazar organisé où lui seul peut retrouver ses chatons, il est le tôlier. « J’ai essayé de ranger de temps à autre. En 17 ans, il existe quelques fois où je me suis dit : « Maman! que c’est bien rangé! On dirait un vrai magasin. Puis après le quotidien reprend ses droits. Finalement j’ai laissé les choses comme çà ». Du premier tréteau sur lequel il

Le bouche à oreille fait l'affaire Dès son ouverture, le magasin se fait un nom. « Ca l’a fait tout de suite, sans aucune pub, comme çà. C’est un peu comme du miel, les animaux le sentent à des kilomètres à la ronde et ils savent que c’est bon pour eux. Hé bien, le vieux disque, le vieux carton est vraisemblablement quelque chose qui attirent à des kilomètres à la ronde. »

7


L'humain, au centre de la boutique De sa voix grave marquée par des années de nicotine, de concerts tardifs, d’écoutes nocturnes, Michel Guinand a des restes de gouaille parisienne, l’humour en bandoulière. Il s’emporte dans des élans de poésie, d’histoires de musiciens, d’albums et défend ses disques comme si sa vie en dépendait. Intarissable sur tel ou tel album, il est toujours en quête de découverte, de bonnes vibrations.

ça se conjugue avec le verbe être et non pas avec le verbe avoir. Et tu mets un « s » au pluriel. Les gens sont fraternels, ouverts. »

Dernier disquaire de Picardie ?

Avec la crise du disque (téléchargement, mp3,...), avoir un magasin de disques aujourd'hui n'est pas une mince affaire. Le vinyle revient au goût du jour (et surtout du son) mais le nombre de confrères disquaire est réduit à portion congrue.

« On m’a dit que la Malle à Disques d’Amiens Mais plus qu’une boutique ordinaire qui place allait fermer ses portes en Avril. Nous sommes deux disquaires en Picardie et s’il le commerce au centre de l’échange, Michel cherche avant tout le partage et la discussion. ferme, je serai le dernier disquaire de « C’est avant tout un rapport humain. Je n’ai Picardie. Comment est‐ce possible ? Ce devrait être un devoir de vivre de sa passion. jamais vu ce magasin comme un espace où le On ne devrait pas déroger à cette règle. On a client viendrait pour les dernières qu’une vie». nouveautés, « bonjour monsieur, au revoir madame » sans aucun échange ».

La vitamine F comme Funk

Elton gêne Le disque « Candle in the wind » d’Elton John cristallise l’idée qu’il se fait de son magasin. En effet, lors des jours qui ont suivi la sortie du single d’Elton John en 1997 en hommage à Lady Diana, de nombreuses personnes se pointent à la boutique pour réclamer ce titre et sont presque offusqués qu’il ne soit pas en rayon. « Il était hors de question que j’ai ce genre de rapport, de contact avec les gens chez moi. Ici c’est plutôt la personne débonnaire qui vient et me dit : « qu’est‐ce que tu as de bon cette semaine, Michel ? » Pour lui, le public se scinde en deux : ceux qui viennent dans un esprit grande surface genre « je viens, je prends, je pars sans avoir parler » et puis il y a ceux qui n’ont pas d’idées préconçues, qui ont entendu parler de la boutique, qui sont curieux. « Au Mange‐ disque, il faut laisser ses valoches à l’entrée. C’est probablement un des derniers endroits où les gens ne se posent pas la question de savoir qu’est‐ce que j’y fais. Ils sont là, point. « J’y suis et je suis ». Le Mange‐disque,

« La vie est faite de hauts et de bas, et il te faut quelque chose pour donner la pêche : il y a donc « it’s a new day » de James Brown avec de la vitamine B comme Brown et de vitamine F comme Funk. Ça réveille tes enzymes, ça te fait bouger ton « ass », mec.

Mange Disque  Le 40 rue des fontaines Clermont

Ouvert du lundi au samedi 10-12h / 15-19h Fermé tous les 1ers samedis du mois

8


SES ADRESSES Dans L'OISE ► L'Ouvre-boîte 8 av. de Bourgogne - 60000 Beauvais http://www.asca-asso.com/ ► La Grange à Musique 1 6, Boulevard Salvador Allende - 601 00 Creil http://www.gam-creil.fr/

vais ‐boîte à Beau re v u O l' n ie b " J'aime . Ça , usique à Creil M à e g n ra G r et la s de sortir ca p m te le i a j' on c'est quand temps dans m n o m e d % 0 8 e je passe ste, je le pass re le r u o P . n magasi forêt." et je vais en le il m fa a m a v ec

SUR LE SITE

► Un aperçu sonore :

https://soundcloud.com/oiza-mag-1 /ecoute-ce-mange-disque/s-TfXaY

► Une visite du Mange disque :

https://www.youtube.com/watch?v=U9sqtsAcdEU&list=HL1 389951 730


LE TIGRE S'INSTALLE À MARGNY-LES-COMPIÈGNE

LIEU x


LIEUX CULTURELS

LE TIGRE SORT DE SA TANIÈRE Un brin de nostalgie a envahi la scène en ce samedi 25 janvier 201 4. Le public nombreux a été séduit pour cette première par la venue d’anciennes gloires du Top 50, toujours actives et encore capables de se rappeler à nos souvenirs les « Voyages, voyagesZ » ou autre « et tu chantes, chantes, chantes, c’est ta façon d’aimerZ ». Mais ici ce n’est pas le « Macumba, Macumba », c’est le Tigre. La griffe de l’ARC (Agglomération de la Région de Compiègne), qui a décidé d’implanter dans les hauts de Margny, dans cette zone d’activité, un lieu culturel et plus largement un pôle évènementiel.

Premiers succès Malgré un temps à ne pas mettre un félin dehors, le public s’est déplacé en masse pour l’inauguration officielle du Tigre en ce dimanche 26 janvier. Quelques 5000 personnes ont bravé les éléments pluvieux et le vent piquant pour prendre un café gourmand en compagnie des nombreux artistes compiégnois qui ont arpenté la scène du Tigre. Cette journée portes ouvertes fut mise en bouche par les Zycos, l’Harmonie

municipale de Margny-les-Compiègne. Puis la soprano Julie Cherrier et la harpiste Marion Desjacques, résidentes du festival des forêts, ont ouvert les festivités sur scène. Vinrent ensuite l’orchestre classique Col’Legno, l’Univers Gospel Compagnie, les Fils de Flûte, le Théâtre des ainés, Léna Luce et Straight’on. Avant le feu d’artifice initialement prévu mais qui n’a pas pu avoir lieu étant donné les conditions météo, le sénateur-maire Philippe Marini, président de l’ARC, lança officiellement le Tigre par un discours de bienvenue.

11


Les Tigres s’en vont, un nouveau Tigre naît

sorte de concurrence de l’Elispace de Beauvais, même si « les publics ne sont pas

contraint de plier bagage et de partir du plâteau de Margny, appelé également les hauts de Margny. Les portes se ferment, le lieu se vide de la majorité de ses habitants. Ce très grand espace qui abritait alors les Tigres, hélicoptères de combat (d’où le nom du pôle culturel), doit alors se redéployer économiquement. L’ARC, présidé par le député-maire Philippe Marini, cherche rapidement une solution. L’idée vient alors de vendre les hangars vacants à des entreprises pour que l’endroit devienne une zone d’activité économique avec services, commerces, industries légères et de créer un pôle événementiel. Le Tigre est ainsi le premier lieu à s’implanter dans cette zone avec Jardiland, l’aéroclub et quelques autres entreprises. « C’est le début d’une renaissance qui commence par le Tigre» souligne Isabelle Dufresne, directrice générale du Tigre. D’autres firmes viendront progressivement s’installer et ce sont près de 400 emplois qui seront créés sur place.

le pôle évènementiel Le Tigre à disposition dans la région de Compiègne permettra enfin aux habitants de pouvoir aller aux spectacles près de chez eux au lieu de se renndre à Paris.

identiques et que le bassin de population n’est En 2007, le sixième Régiment d’Hélicoptère de pas non plus le même. Cela fait beaucoup de kilomètres pour se rendre à L’Elispace ». Avoir Combat (RHC) de l’armée française est

Le Tigre se taille la part du Lion Avec ce lieu excentré, facile d’accès, le Tigre se revendique la plus grande salle de l'Oise.

"C'est un pôle évènementiel, à la fois salle de spectacle et salle polyvalente pour les congrès, séminaires ou soirées. Les entreprises pourront louer le lieu, il est modulable avec différentes configurations : de 300 à 2100 places assisses à 4500 places debout et une scène qui s’ouvre vers l’extérieur, pour des rassemblements étudiants par exemple pour ne pas gêner les voisins. Toutes les conditions sont réunies avec à côté un parking de 900 places. » . La salle veut attirer de grandes manifestations. « Les plus grandes salles de Compiègne font

900 places donc il y a beaucoup d’artistes qui ne pouvaient pas venir sur la région. C’est un complément, chacun a son genre, son style » rappelle Isabelle Dufresne. Ce sera aussi une

Un aménagement à moindres coûts Le financement du lieu a été facilité par le fait qu’il ne fut pas nécessaire de construire ex nihilo un bâtiment. En effet, le vaste hangar abritant autrefois les hélicoptères Tigres a été réaménagé en salle de spectacles. Le coût représente ainsi la moitié du prix de la construction d’une salle de cette envergure. L’aménagement s’est fait en plusieurs étapes pour arriver dans un premier temps à la mise en place du lieu principal du Tigre : la salle de spectacles. Un hangar est encore disponible pour devenir une salle d’exposition et un chapiteau va également voir le jour très bientôt.

La programmation sera confiée aux producteurs Ce sont les producteurs de spectacles qui loueront la salle et propseront ainsi la programmation. « On ne prend pas le risque de la programmation. Comme sur les Zenith ou l’Elispace de Beauvais, ce sont des producteurs qui la font. Pour les salons ou les foires‐expositions, c'est différent : soit nous organisons la manifestation, soit nous avons un regard dessus» . Le Tigre a ainsi pour l’instant un beau pelage, le regard félin, reste à voir s’il gardera tout le mordant qui le caractérise.▼

Tigre  Le 2, rue Jean mermoz Za Hauts de Margny Margny-les-Compiègne ► http://www.letigre.fr/

12


PHOTO

ISE


PHOTOISE

L'OISE VUE DE COMPIEGNE UN SOLEIL HIVERNAL DÉCLINANT ÉCLAIRE VIVEMENT DEUX DES TROIS PONTS DE COMPIEGNE, L'ANCIEN ET LE NOUVEAU.

14


PHOTOISE

LES PIGEONS DE BEAUVAIS LA GARGOUILLE ET LA STATUE LIVRENT DEUX COMBATS CONTRE LES PIGEONS.

15


RETOUR

SUR SCÈNES


RETOUR SUR SCÈNES

KALY LIVE DUB Le groupe a secoué ses basses sur le front de la scène, répandu son ample son dans l'espace moelleux de la Grange à Musique de Creil.

LURRIE BELL

Le musicien-guitariste a chatouillé les notes blues comme les notes bleues sur sa guitare demi-caisse rouge lors de son réjouissant concert au Ziquodrome de Compiègne

DUSTAPHONICS

Le groove délicieusement suranné a envahi la piste de danse de bonnes vibrations à l' Ouvreboîte de Beauvais.

17


A RIOT CALLED NINA Merveilleux hommage rendue à Nina Simone avec du beatboxing,

du hip-hop, des voix emportées et beaucoup de feeling à la Faïencerie de Creil.

LES FILS DE FLÛTE

L'acteur-réalisateur était au Cinéma Majestic de Compiègne pour l'avantpremière de son film "Supercondrianque". Il était accompagné de Kad Merad et d'Alice Pol. : http://www.oizamag.com/dany-boon-kadmerad-au-majestic-decompiegne/

DANY BOON

Le groupe compiègnois a joué quelques titres lors de l'inauguration du Tigre à Margny-les-Compiègne. : http://www.oiza-mag.com/images-inauguration-du-tigre/

18


À SUIVRE

DE PRÈS


À SUIVRE DE PRÈS ROCK Les encore jeunots BBBRUNES brûleront leur rock incandescent sur scène pour défendre les morceaux de choix de leurs deux albums.

LE TIGRE LE 20 FÉVRIER

HIP-HOP Le groupe de Détroit Clear Soul forces digne héritier de J Dilla ou de Slum Village et lorgnant vers les 90's : production léchée, beats clinquants, flows acérés. Ce rap underground US ser a précédé d'espoirs nationaux et départementaux (Pumpkin, Sianna,...)

La Grange à musique Samedi 14 février Les 7 jours de Simon Labrosse (Si la vie vous intéresse) .

THÉÂTRE

La pièce relate la vie intense d'un personnage au chômage qui multiplie les prouesses et rivalise de créativité avec ses potes pour s'en sortir.

Du 12 au 16 février dans l'Oise

http://www.faiencerietheatre.com/les_sept_jours_de_simon_labro sse.html#sthash.zof5Gh2X.BhA4Q78s.dpbs

20


EXPO

Jacques Villeglé s'expose. Peintre et plasticien, l'artiste aime les affiches lacérées par le temps ou par les passants, et défriche ce qui se passe derrière la propagande politique et la publicité commerciale. Ce "nouveau réaliste" expose ainsi une forme de "pop-art" à l 'espace Jean

Legendre de Compiègne jusqu'au 15 février

APERO-CINÉ Des hommes en vrai

Un documentaire à revoir le mardi 11 février

au Cinéma du Clermontois

Tarif : une douceur salée ou sucrée à partager

CHANSONS POUR ENFANTS Bête et méchant

Le chanteur maniera l'humour comme sa guitare pour faire rire les enfants (et les parents) mardi 18 février

à la salle André Pommery de Clermont

21


SI J 'Y S UIS

AILLEURS


AILLEURS SI J'Y SUIS FESTIVAL DES FRANCOFOLIES

Le célèbre festival de la Rochelle fêtera ses 30 ans du 1 0 au 1 4 juillet. Déjà au programme : Christophe Maé, Shaka Ponk, Stromae à qui s'ajoutent Fauve et Asaf Avidan Renseignements : http://www.francofolies.fr/festival/

LES VIEILLES CHARRUES

La liste s'allonge après la confirmation de la venue d'Elton John qui avait faussé compagnie aux festivaliers en 201 3 : The Black Keys, Detroit, Shaka Ponk, Stromae, Girls in Hawaï, Gesaffelstein, Franz Ferdinand, The Artic Monkeys, Tinawiren La suite sur : http://www.vieillescharrues.asso.fr/201 4/

PHOTO

La ville de Paris expose un de ses plus célèbres photographes, Brassaï, qui immortalisa la Capitale par ses clichés noir & blanc empreints de vie. Hôtel de Ville Salle Saint Jean 5, rue Lobau 75004 Paris http://quefaire.paris.fr/brassai

23


Oiza#1 - Janvier 2014  

Oiza#1, 1er numéro du Magazine culturel de l'Oise, avec un portrait de Michel Guinand du Mange-disque à Clermont, un sujet sur l'ouverture...

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you