Issuu on Google+

Photographie

A Y REGARDER DE PLUS PRES Projet d’exposition photographique


« La vision photographique se distingue par une aptitude singulière à découvrir de la beauté dans tout ce que l’on peut apercevoir mais que l’on néglige habituellement comme offrant un aspect trop ordinaire » Susan Sontag

2

Une exposition organisée par l’association montpelliéraine « Objectif Image » Autour du thème à y regarder de plus près Vu par plusieurs photographes


L’objet de cette exposition est de confronter le point de vue de plusieurs photographes sur un thème riche et ouvert : à y regarder de plus près. Chaque photographe est libre de s’exprimer, choisir son approche, conceptuelle et formelle, pourvu que le thème soit traité à quelque niveau que ce soit.

3

Paysages mélancoliques, natures mortes, architecture, vues intimistes, essais plastiques... Chaque photographe développe son approche personnelle de la photographie au fil des images qui composent cette exposition. Le but d’une telle exposition est aussi pédagogique, puisqu’elle nous amène à analyser les photographies,

à regarder réellement, à ressentir et

ainsi

participer à une éducation du regard.

Une cinquantaine d’images de tailles différentes (du 18x24cm au 60x90 cm), composent cette exposition, prête à être mise en œuvre. Contact pour l’exposition :

Jean-Michel VERDAN

06 78 80 72 65


4

Toutes les photos appartiennent Ă  leurs auteurs respectifs


Sommaire Jean-Michel VERDAN Editorial  Renée AMALRIC Fugaces  Jean-Paul BAUD, Horizons  Jérôme CAMBIAIRE, Emergence  Hervé COLIN Soda aux feuilles glacées  Jean-Claude DESMARETZ, Brumaire  Angèle DIETENBECK, Ligne d’équilibre  Jérôme FORTIN, Eléments d’architecture  Margarita GONZALEZ Ombres vivantes  Sonia GOUIRAND, Fantastic Plastic  Alexandra KLEIN, Animal  Solen LE ROUX, Labyrinthique  Fabrice MARTINS, Rides du temps  Laurence METAYER, Couleurs  Lionel MODOLO, Argentique, le retour  Juliette PERRAUD Libre cours  Pierre SOYER Photosensible  Jean-Michel VERDAN, Morcellement  Alain VERGNES, Objets bien ordonnés  Julien VINBER, Croisement

6 8 10 12 14 16 18 20 22 24 26 28 30 32 34 36 38 40 42 44

Objectif Image Montpellier

46

Présentation

5


Editorial 6

Jean-Michel VERDAN CrĂŠdit photo : Bernard Boujot


Voir, ce n’est pas regarder. Tout le monde

Quelques amateurs de l’association Objectif

voit. Regarder c’est observer plus

questionnement.

attentivement le monde qui nous entoure et

l’expressivité d’une photographie fixant les

découvrir des choses que nous n’aurions

choses pour mieux les voir.

pas vues.

Mais, les voir n’est pas donné au premier

Image Montpellier se sont plongés dans ce Trouver

Faire de la photographie c’est engager

regard.

notre regard dans une manière

spectateur,

personnelle d’appréhender ce monde.

Photographier

c’est

Photographier c’est écrire avec la lumière

Les

en

voir, c’est

eux

pour se

le

mettre

dans un état d’esprit où l’on ne cherche pas à reconnaître.

aussi mieux voir.

C’est trouver au fond de soi ce que la

« Y voir de plus près » c’est vouloir montrer

photographie évoque. C’est dépasser le

ce que nous ne regarderions pas sans la

premier regard et chercher à re-connaître.

photographie.

C’est

« Y voir de plus près » c’est exprimer notre

perception sensible les choses que nous

regard, c’est le rendre différent de celui des

connaissons sans même les regarder.

autres. C’est aller au fond de soi, un regard intérieur…

l’enjeu,

redécouvrir

par

Jean-Michel Verdan – janvier 2012 Commissaire de l’exposition

la


Renée AMALRIC Fugaces

8

Apparentes, elles s'accrochent aux pierres, s'abritent, résistent et se taisent Éphémères et sages, elles se dorent une dernière fois Éblouies de lumière, elles s'entêtent et restent les dernières sentinelles et frivoles se volatilisent comme les rires des enfants

Photographies formats 18x24 présentées avec encadrement 40x50


© Renée Amalric


Jean-Paul BAUD Horizons

10 La première fois que je me suis arrêté près de ces blocs de béton, empilés sur le bord de la route, j’ai d’abord vu des structures, organisées et colorées. Je suis resté longtemps à vouloir tout montrer de ces empilements, sans cesse modifiés au gré des chargements et déchargements d’un camion grue. Jusqu’à ce qu’un jour de grand soleil les couleurs répondent au bleu du ciel. De ces « champs colorés » ressemblant à des toiles de Rothko, émergent des horizons propices à l’évasion et à la méditation.

Photographies format 60x90, imprimée sur toile et présentées en caisse américaine


11

© Jean-Paul Baud


Jérôme CAMBIAIRE Emergence

Du profond de l’eau, Soir de mai ensoleillé, Le rêve éclot.

«Trouver, derrière les images qui se montrent, les images qui se cachent… » (G. Bachelard : l’eau et les rêves)

Photographies présentées avec encadrement format 18x24

12


13

© Jérôme CAMBIAIRE


Hervé COLIN Soda aux feuilles glacées

A regarder de plus près le paysage est un thème difficile, mais c’est peutêtre une gageure car le paysage se regarde de loin

c’est un principe, une

définition, mais c’est ce que j’ai choisi. Avec ce travail sur la glace effectué cet hiver avec ces grands froids, c’est une version rapprochée du paysage, le défit est conséquent, montrer la nature au plus près sans la montrer vraiment, travailler la lumière, le mouvement et l’immobilité par la pose lente c’est ce que j’ai essayé de faire avec ces différents travaux de ces feuilles automnales prisonnières du temps.

Tirages format 30x45 sur Alu-dibond, sans encadrement

14


15

© Hervé COLIN


Jean-Claude DESMARETZ Brumaire Le froid brutalement s'est installé. Le vent glacial a arraché aux arbres les dernières de leurs feuilles. Ravageur, il a eu raison de leur résistance pour ne 16 laisser en place que le dépouillement. Tout semble pétrifié dans un total engourdissement de couleur sombre tranchant avec un ciel clair et l'eau figée d'un lac artificiel. L'imagination du photographe transforme chacun des clichés en tableaux suggestifs. "A y regarder de plus près", la scène initialement prostrée s'anime, le vent s'engouffre, courbe les branches, fait ondoyer les eaux du lac, contenu dans cet écrin qui s'entrouvre, le bruissement de la végétation hivernale devient alors perceptible.

Photographies présentées avec encadrement format 40x50


17

Š Jean-Claude Desmaretz


Angèle DIETENBECK Ligne d’équilibre

18 Entre l’ombre et la lumière il n’y a qu’un pas. Une ligne, une limite, un équilibre que chacun perçoit à sa manière. Ce sont dans ces lignes de la beauté originelle que je montre ces différents tracés qui se mêlent et s’entremêlent.


19

© Angèle DIETENBECK


Jérôme FORTIN Eléments d’architecture

20

Les architectures modernes car se sont des structures qui m'ont laissé longtemps indifférent, parfois perplexe, mais à y regarder de plus près, ces structures sont chargées de force, de sens et de symbolisme que je m'efforce à découvrir et montrer.

Tirages format 40x60 sur Alu-dibond, sans encadrement


21

© Jérôme FORTIN


Margarita GONZALEZ Ombres vivantes Ombres vivantes … La photographie, c’est la lumière. Et c’est aussi l’ombre, celle qui donne leur relief aux objets photographiés, les enveloppant, les voilant ou les dévoilant … Il y a aussi les ombres qui se détachent de l’objet pour l’évoquer différemment : jeu de miroirs fait de fidélités et de trahisons… C’est aux ombres que j’ai eu envie de m’intéresser pour traiter le thème « A y regarder de plus près », ombres majestueuses ou modestes, ombres d’arbres ou de brindilles, omniprésentes dans nos villes comme dans nos campagnes. Ombres tellement banales qu’on n’y prête guère attention … Elles vivent pourtant leur vie et, pour peu qu’on y soit un peu attentifs, ne manquent pas de nous surprendre, au détour d’une promenade, par leur audace et leur liberté…

Photographies présentées avec encadrement format 30x40

22


23

Š Margarita Gonzalez


Sonia GOUIRAND Fantastic plastic Je suis née dans les années pop qui allaient voir l’avènement du plastique, ce matériau protéiforme désormais érigé au rang d’œuvre d’art du quotidien. Fantastique le plastique ? Et tout d’abord, parle-t-on du ou de la plastique ? C’est bien là toute l’ambigüité de ce mot 1 que d’induire à la fois destruction et beauté. Années plastiques, années euphoriques, années frénétiques : Andy Warhol et Joseph Beuys proclament que nous sommes tous des artistes et la consommation de masse devient réalité culturelle, vécu individuel. Un demi-siècle plus tard, le design fait partie intégrante de nos vies. Mais le plastique, c’est devenu cheap et paradoxal aussi, l’extrême cynisme des marketeurs de tout poil allant jusqu’à proposer aux citadins avides de retour à la nature des objets de couleur verte dans la dive matière … Le vert incarne à la fois l’écologie et l’espoir ; or c’est le plastique même qui contribue à la destruction des écosystèmes et de la planète. Une telle mise en scène en devient dès lors presque obscène : le plastique se veut sensuel et nous propose courbures et rondeurs, mais vides de tout contact et de toute chaleur, voire même destructrices. C’est cette esthétique du factice que j’ai ainsi voulu montrer : immergeons-nous dans la plastique du plastique. 1

D’où le titre de mon travail en langue anglaise, dans laquelle l’absence d’article renforce cette

ambiguïté

24


25

© Sonia Gouirand

Photographies format 30x40, présentées dans des caissons lumineux


Alexandra KLEIN Animal

L'espace se réduit et fond dans la pénombre. Le silence épais semble peser dans les airs comme des milliers de particules de poussières. Des profondeurs de l'obscurité se dessine alors un paysage dermique frémissant. La terre ocre se lie aux reflets du ciel, une végétation d'opale et de jaspe étincelle. Des sillons luisants se creusent et en suivant ces lignes entrelacées l'esprit s'évade sur les pistes d'Afrique.

Photographies présentées avec encadrement format 30x40

26


27

Š Alexandra Klein


Solen LEROUX Labyrinthique A y regarder de plus près…mais quoi exactement ? Et bien regardons ! Nous marchons dessus tous les jours, dans la rue, sur les trottoirs, il y en a partout ! Nous les voyons mais nous ne les regardons pas… Je vous propose avec ce travail intitulé « labyrinthique », de s’extraire de la position de celui qui voit une plaque en fonte « en passant » et en constatant qu’ « il s’agit bien d’une plaque en fonte », pour s’immerger dans toutes ces formes, structurées et variées. En sillonnant les rues et en prêtant attention à ces objets urbains d’une banalité totale, je me suis demandé s’il existait des designers chez ces fabricants de plaques de fonte… Si ce n’est pour identifier la présence de tel ou tel type de réseau urbain en sous-sol, pourquoi avoir créé autant de formes, de dessins, de maillages si structurés et si variés ? Est-ce simplement différents modèles de surfaces antidérapantes ou des réponses à la volonté de diversifier notre paysage urbain ? Finalement, je n’ai pas cherché à répondre à cette question car l’intérêt photographique de ces objets m’a poussé à aller plus loin dans la démarche. En parcourant les rues, j’ai saisi avec mon appareil photo la diversité de ces motifs et en les regardant de plus près, cela m’a fait penser à des labyrinthes inextricables et parfois incompréhensibles. Certains sont ouverts, d’autres fermés. Pour certains, la cible est visible mais pas accessible, dans d’autres on ne sait pas où aller, il n’y a pas d’issue, pas de but...Le regard vagabonde et cherche une explication, une réponse à son interrogation, mais y’en a t-il vraiment une ? Comme quoi, en y regardant de plus près, nous voyons des éléments rendus invisibles par la furie de nos déambulations urbaines, et pourtant ils sont là, presque immuables et en même temps si anodins.

28


29

Photographie présentées avec encadrement format 50x50, avec installation d’une table et d’un jeu

© Solen Leroux


Fabrice MARTINS Rides du temps

30

"La matière qui nous entoure subit le passage du temps. Elle est agressée, vieillit, se transforme. Des rides apparaissent à sa surface. Mais loin de subir cette course inexorable vers la mort, elle s'offre une nouvelle vie en nous offrant une explosion de couleurs et de formes toutes aussi intrigantes que fascinantes".

Photographies présentées avec encadrement format 40x50


31

Š Fabrice Martins


Laurence METAYER Couleurs

32

Les couleurs se mêlent et s'entremêlent, éclatantes, chatoyantes, se révélant les unes aux autres en un jeu de juxtapositions colorées Elles s'harmonisent, s'équilibrent et créent des paysages irréels et improbables. Ces plages colorées s'approprient notre regard qui danse en passant de l'une à l'autre, l'objectivité du matériau et l'aplat disparaissent au profit de la sensation visuelle et de l'aventure perceptive, comme une fenêtre vivante sur le monde.

Tirages format 50x75 sur Alu-dibond, sans encadrement


33

© Laurence Métayer


Lionel MODOLO Argentique, le retour…

34 Le titre de ce thème photographique parait si simple... pour autant au moment de passer à l’action, de le mettre en images... cela devient moins évident à réaliser... Il est clair qu’il faut dépasser ce premier degré et l’idée de simplement !

s’approcher...

D’où l’idée de faire un « focus » sur une matière, une couleur maitresse... tout en étant loin du sujet... Et pour renforcer l’idée du thème... utiliser l’argentique – Holga & Polaroïd pour « regarder de plus près » un passé pas si lointain !


35

Š Lionel Modolo


Juliette PERRAUD Libre cours

36 Jeux de lumière, de matières Sculptures fragmentaires Corps de pierre

Photographies présentées avec encadrement format 40x50


37

Š Juliette Perraud


Pierre SOYER Photosensible

Sans lumière le temps n’existe plus. C’est le beau temps qui donne la lumière. C’est la lumière qui nous permet d’apprécier les couleurs. C’est, avant tout, un travail de coloriste. Il n'y a pas de sujet. L'image a pour seul centre d'intérêt une harmonie de formes et de couleurs. Ce sont des images sensitives. Il s’agit d’entrainer le spectateur dans une expérience de perception visuelle. Le regard comptant infiniment plus que la chose vue. « Le point de départ est l’étude de la couleur et de son effet sur le regard » écrivait Kandinsky (Du spirituel dans l’art, 1912).

Tirages format 50x75 sur Alu-dibond, sans encadrement

38


39

© Pierre SOYER


Jean-Michel VERDAN Morcellement Morcellement ; Proche de la "sculpture" ces nus suggèrent les formes. Evoquent la continuité du corps, la suite logique ou non de la forme. Ces photographies mettent le doute de la partie concernée, parfois peut être deux corps entrelacés ? Qui sait ?... Dans une photographie nous cherchons la plupart du temps à reconnaître. Là, il est question de re connaître. Re découvrir la forme, la peau, cette variété de contingence ou le monde et mon corps se frôlent.

40


41

Š Jean-Michel Verdan


Alain VERGNES De l’esthétique des objets bien ordonnés

J’ai toujours été très curieux, le regard particulièrement attiré par ce qui se dérobe au regard et qu’il faut aller chercher, parfois en voyageant assez loin, mais souvent aussi tout simplement en prêtant attention à ce qu’on a sous les yeux, ici des objets usuels. Avec ces « Empilements » je vous invite à me suivre sur les chemins d’une abstraction qui je l’espère provoquera votre imaginaire.

Comme le disait Hans Hartung, « Cessons de voir. Imaginons sans retenue, ni limite »

Tirages format 50x75 sur Alu-dibond, sans encadrement

42


43

Š Alain Vergnes


Julien VINBER Croisement

44 A y regarder de plus près, se rapprocher jusqu'à être à l'intérieur... Et alors lever la tête pour enfin regarder ce qui nous était masqué. Un ballet de lignes venant remplir le ciel de forme géométrique complexe

4 Photographies présentées en carré, avec encadrement format 50x50


45

Š Julien Vinber


OBJECTIF IMAGE MONTPELLIER

propose des activités ouvertes à tous dans le

but de faire découvrir, admirer et partager, la force, la richesse, la créativité et la sensibilité de l’art photographique. Ses adhérents peuvent s’initier et se perfectionner dans la pratique de cet art, tout en privilégiant les notions de plaisir et de divertissement. Cela se concrétise par des échanges et des rencontres où chacun apporte son savoir-faire, sa culture photographique, et où sont analysés les travaux individuels de chacun. Quant aux travaux collectifs ils donnent lieu le plus souvent à des expositions, par exemple lors des Boutographies (Hors les murs). Nombre de ses adhérents exposent également à titre individuel. En 2011 Objectif Image Montpellier organisait à Montpellier et à Lavérune un Salon National d’Auteurs avec pour invitée d’honneur la photographe Sabine WEISS.

46


Objectif Image Montpellier 2 rue Ernest Castan

47 www.objectif-image-montpellier.com

Contact pour l’exposition : Jean-Michel VERDAN

Le but de notre association: faire découvrir, admirer et partager, force, richesse, créativité et sensibilité de l'art photographique.

06 78 80 72 65


« Ce sont les passions et non les intérêts qui mènent le monde. » Alain

48

www.regarderpluspres.com

Maquette : Pierre Soyer


A Y Regarder de Plus Près