Issuu on Google+

L’Equilibrium Opus V Edito Allocution du Primat Portrait : Varian Wrynn Stratégie militaire : Joug d’hiver Inquisition : Victoire à Naxxramas Esotérisme : Traité des magies – volume 1 Recette : Le protodrake aux airelles

- Imprimé à Hurlevent sur de la peau d’orc recyclée – Tous droits reservés -


Edito Voilà plusieurs mois que les presses de l’ordre n’avaient pas fonctionnés. L’encre avait même finit par sécher dans les fioles de cristal. Les causes sont multiples : de longues périodes de tractations politiques, la mobilisation de toute les forces vives en Northend, la pacification de Naxxramas, et plus que tout : la Guerre. Ouverte. Totale. Légitime. Maintenant que l’Ordre assoit son influence sur les terres gelées, et occupe avec brio tous les champs de bataille, il est possible de faire grincer les rouages de l’imprimerie, et de vous servir ce nouvel opus de l’Equilibrium. Après avoir entendu la Sainte parole de notre vénéré Primat, vous trouverez dans ces pages de quoi vous renseigner, vous instruire et vous divertir. Nous vous souhaitons à toutes et tous une excellente lecture.

Allocution du Primat


Portrait : Varian Wrynn Le Roi Varian Wrynn est le fils du Roi Llane Wrynn et le père du prince Anduin Wrynn. Lorsque son père mourra des mains de Garona lors de la première guerre contre les orcs, Varian était trop jeune pour gouverner et laissa la nation d'Azeroth être gouvernée par Anduin Lothar. Après la fin de la Seconde Guerre et la mort de Lothar, Varian put enfin gouverner et resta fidèle à l'Alliance et à Lordaeron, qui avaient permis de reconquérir son royaume.

Hurlevent commença à se reconstruire, grâce à l'aide des autres nations de l'Alliance et aux maçons dirigés par Edwin VanCleef qu'ils engagèrent. C'est pendant cette période que Varian se maria à Tiffin Wrynn, qui lui donna un fils qu'il appela Anduin, nommé en l'honneur de Lothar. Mais c'est également à cette époque que des troubles commencèrent à apparaitre dans le royaume. La Maison des nobles, très puissante et influencée par Dame Katrana Prestor, refusa de payer les maçons autant qu'ils avaient demandé. Ceux-ci se révoltèrent et il s'en suivit de violentes émeutes dans les rues d'Hurlevent, et l'une d'entre elle couta la vie à la Reine.

Les maçons quittèrent la ville et devinrent la Confrérie Défias, et le roi tomba dans une grave dépression. Il se désintéressa de toute affaire politique, se laissant manipuler par Dame Prestor. Cependant, il finit par retrouver sa détermination grâce à son fils, et jura de continuer à tout faire pour rendre Hurlevent meilleure pour ses habitants et Anduin. Peu après, le Roi Varian Wrynn disparu dans des circonstances étranges alors qu'il se rendait à un sommet diplomatique sur l'Ile de Theramore pour discuter avec Jaina Portvaillant des relations Alliance/Horde.

On

raconte qu’il fut capturé par des Défias qui l'emmenèrent sur une l'île d'Alcaz. Là, Katrana et des sorciers utilisèrent une puissante magie pour séparer le roi en deux êtres: l'un combattif et l'autre sans volonté. Alors qu'elle s'apprêtait à tuer le Varian avec la forte volonté, des nagas les attaquèrent. Celui-ci parvint à s'échapper en se jetant d'une falaise, les nagas et Prestor (en réalité Onyxia) le crurent mort. Il heurta dans sa chute des récifs qui l'assommèrent gravement et le laissèrent amnésique. Les nagas capturèrent le Varian docile et s'enfuirent.


Pendant son absence, Anduin fut couronné et Bolvar Fordragon devint régent, tous deux manipulés par Katrana Prestor.

Il fut cependant entrainé par les courants océaniques jusqu'à Durotar où, sérieusement blessé, amnésique et presque noyé, il fut capturé pour servir de gladiateur sous le nom de Lo'Gosh. C'est là qu'il rencontra Broll Mantelours et Valeera Sanguinar qui l'aidèrent dans ses aventures. Après être parvenu à s'enfuir grâce à Hamuul Totem-runique, ils partirent pour Darnassus où Tyrande Murmevent les reçu, puis les envoya voir Jaina Portvaillant pour qu'elle aide Lo'Gosh à retrouver la mémoire. Là-bas, ils rencontrèrent Aegwynn Magna qui soigna en partie Varian, lui rappelant qui il était.

Des nouvelles du retour du roi arrivèrent jusqu'à Hurlevent, qui célébra son arrivée. On disait qu'il avait été capturé par les Défias qui l'avait libéré après avoir reçu une rançon, payée avec une augmentation des impôts. Mais ce Varian ne s'intéressait pas au bien être de son peuple, préférant s'amuser et laissant Katrana s'occuper des affaire politiques. Varian/Lo'Gosh et ses compagnons arrivèrent quant à eux au Port de Menethil et rencontrèrent Thargas Anvilmar, dont le frère avait entrainé Varian quand il était jeune. Après avoir affronté des Défias puis des nains Sombrefer, le roi Magni Barbe-de-Bronze les amena lui-même à Hurlevent où ils se confrontèrent au deuxième Varian et à Onyxia. Son secret étant découvert, elle partit de la ville pour son repaire après avoir capturé le prince Anduin. Les deux Varian s'allièrent pour retrouver leur fils, et finirent par retrouver toute leur mémoire.

Varian est enfin revenu à Hurlevent pour reprendre son titre de Roi. Il siège

dans la salle

du trône aux cotés de son fils.

Lorsque Varian fut informé de la mort de Bolvar Fordragon ainsi que d'une partie de l'expédition de la Bravoure après la trahison du Grand Apothicaire Putrescin et de Réprouvés, celui-ci en devint fou de colère et décida de venger sa mort en punissant les responsables et en récupérant Fossoyeuse pour l'Alliance, déclarant ainsi la guerre ouverte contre la Horde.


Stratégie militaire : Joug d’hiver Le Lac Joug d’hiver est situé sur les hauteurs des pics neigeux, cernés par la toundra boréenne au sud-ouest, la désolation de dragon au sud-est, la couronne de glace au nord-est, et le bassin de Sholazar au nord-ouest.

La

puissance des vents est telle que survoler cette zone en gryphon est impossible, et vous ne pourrez que vous poser à proximité, ou

utiliser le portail ouvert à Dalaran.

La forteresse de Joug d’hiver, majestueuse, se développe au nord de la zone. Elle est protégée par de lourds murs de pierres, et des canons gnomes ornent chaque tourelle. En son cœur se trouve la relique de pouvoir qui rend son contrôle possible, pour un temps limité. Au sud se déploient de nombreuses tours de garde qui influent sur la relique, et sur sa capacité à être capturée. De nombreux ateliers gobelins permettent également de produire des engins de sièges.

Selon

que l’Alliance contrôle ou non la relique, l’ordre devra attaquer ou défendre la forteresse… Plus votre science de la bataille sera importante, et plus vous vous verrez confier de responsabilités, au travers d’engins de sièges de plus en plus puissants.

Il faut savoir que les esprits qui habitent ces lieux ont un fâcheux goût de l’équilibre, et que si votre adversaire est en sous nombre, il recevra le don de ténacité, rendant sa force et sa résistance impressionnantes.


En défense : Le mot d’ordre : tenir, tant que la relique est vulnérable. Se ruer hors des murs protecteurs est une erreur fatale, car vous offrirez gloire et prestige à vos adversaires, qui pourront alors mobiliser les engins de siège les plus destructeurs. Bien à l’abri des murs de granit, déployant la puissance des tourelles, tel doit être le mot d’ordre dans un premier temps. Une fois que les vagues ennemies se seront fracassées sur nos remparts, et que leurs morts vous auront conféré des grades, vous pourrez monter une expédition de blindés, chargée de détruire les tours du sud pour gagner du temps. Réactivité, esprit d’équipe et survie sont les clés du succès.

En attaque : La faible puissance des catapultes ne suffisant pas, il est nécessaire de monter en grade pour mobiliser des destructeurs. Cherchez les soldats orc et abattez les. Restez toujours en groupe afin de partager cette gloire. Dès qu’un soldat est gradé, il devra produire des engins de sièges pour les autres. Protéger les engins est primordial, à plus forte raison quand ce sont des engins lourds. N’hésitez pas à utiliser les tourelles qu’ils comportent. Une diversion est toujours possible, mais concentrer la puissance sur une aile est généralement un gain de temps. Il sera sage de prévoir une unité légère pour protéger les tours du sud, que l’ennemi ne cessera d’attaquer.

Le conseil du Général Qadjaar : "L'erreur commune du bleu d'base qui débarque pour la première fois sur ce fichu lac gelé, est de ne pas saisir l'importance des machines et d'aller sauter dans la mélée sans regarder derrière lui. Une machine a beau être puissante et solide, elle résiste pas longtemps à l'assaut d'une poignée de férailleurs orcs qui ont décidé d'la démonter.Protégez vos machines, ralentissez immédiatement les gars qui les attaquent, puis si possible, éliminez-les rapidement pour r'venir vers vos machines. Ca parait débile de dire ça, mais certains semblent des fois l'oublier : plus une machine reste debout longtemps, plus elle détruit, plus vous avez de chance de l'emporter"


Inquisition : Victoire à Naxxramas Dans les cieux assombris des aleterres, l’ombre mortelle avait disparue… Le plus fidèle serviteur du Roi félon, KelThuzad, pensait avoir trouvé refuge dans la désolation des dragons.

A bord de la citadelle de Naxxramas, il esperait accomplir des desseins mis à mal par la lame d’Ebene et l’Aube d’argen C’était sans compter sur la Foi et la Force de la Mortelle Onction !

Sous la conduite de ses généraux, l’Ordre pris d’assaut la citée flottante. Les pacifications précédentes avaient aguerrie les âmes et les cœurs.

Leurs bras n’a pas faibli, et tours à tours, chacun des lieutenant de la Liche furent abattus. Dans un ultime effort, Kel-Thuzad tenta de réveiller Saphiron, ancien dragon bleu maléfique et asservi par Arthas lui-même.

Jamais, malgré le froid polaire, la violence inouïe, le sang versé, jamais ils ne faiblirent, et une nouvelle fois, le dragon fut vaincu.

Acculé, le seigneur Liche n’en demeurait pas moins dangereux. Sa nécromancie épuisa les rangs valeureux de nos fidèles, mais à aucun moment leur Foi ne vacilla.

Dans un râle, la bête s’effondra. La Lumière l’avait une fois encore emporté.

Le Roi Arthas venait de perdre une importante

bataille…


Esotérisme : Traité des magies volume 1 Ami lecteur, que tu sois grand érudits ou étranger aux arts magiques, tu trouveras ici, chaque décade, l’ensemble des choses à savoir sur l’art étrange de la magie. Elaborés grâce aux archives du conseil arcanique de Stormwind, enrichis des témoignages de nombre de praticiens expérimentés, ces traités te feront découvrir ou redécouvrir ce qui anime notre monde, le fruit du puit d’éternité…

Volume I : De l’origine de la Magie Si l’origine de notre terre demeure des plus floue, l’intervention des Titans lors de sa création semble obtenir l’adhésion des érudits et du monde universitaire. Sans s’étendre sur les circonstances générales de cette création d’Azeroth, il ne fait nul doute que ce sont les Titans, anciennes divinités encore vénérées par les nains, qui créèrent un immense et mystérieux lac magique, qu’il convient de nommer le « puits d’éternité ». De ce puit émanèrent les flux magiques qui permirent à la vie, sous toutes ses formes, de prospérer. Le pouvoir des énergies qui en sortaient nourrissait les structures de ce monde et enracinait la vie dans son sol fertile.

Tirant ses énergies de l'infinie Ténèbre d'Au-delà, le Puits jouait le rôle de source mystique, diffusant ses puissantes énergies à travers le monde afin d'alimenter la vie sous toutes ses merveilleuses formes. Une tribu primitive d'humanoïdes nocturnes parvint petit à petit à s'installer aux abords du lac enchanté aux pouvoirs hypnotiques. Ces humanoïdes, sauvages et nomades, attirés par les étranges énergies émanant du Puits, construisirent des abris rudimentaires sur son paisible rivage. Au fil du temps, la puissance cosmique du Puits affecta la tribu, les rendant plus forts, plus sages et virtuellement immortels. La tribu adopta le nom de Kaldorei, ce qui signifiait « les enfants des étoiles » dans leur langue natale. Pour célébrer cette nouvelle société, ils bâtirent de grandes structures et des temples magnifiques tout autour du lac.

Les Kaldorei, ou elfes de la nuit comme on les nomma plus tard, vouaient un culte à Elune, la déesse de la lune, et croyaient qu'elle dormait pendant la journée au sein des profondeurs scintillantes du Puits. Les premiers prêtres et prophètes elfes de la nuit étudièrent le Puits avec une curiosité insatiable pour sonder ses secrets et ses pouvoirs inestimables.

Azshara, reine des Kaldorei, ordonna aux bien-nés de sonder ses secrets et de révéler son influence véritable sur le monde. Les bien-nés se mirent au travail et étudièrent le Puits sans relâche.


Ils finirent par développer leur capacité à manipuler et à maîtriser les énergies cosmiques provenant du Puits. Alors que leur expérience progressait, les bien-nés découvrirent qu'ils pouvaient utiliser leurs nouveaux pouvoirs pour la création comme pour la destruction. Ils avaient découvert une magie primitive et s'étaient désormais résolus à se dévouer à sa maîtrise. Ceci marque un tournant dans la maîtrise de la magie, puisque cela engendra la naissance des écoles de Magie. Même si les elfes de la nuit savaient que, maniée de façon irresponsable, la magie était de nature dangereuse, Azshara et ses bien-nés commencèrent à s'y adonner avec imprudence. Ils déclinèrent alors la magie sous toutes ses formes…

Les conséquences d’une telle imprudence sont désormais connues… les flux magiques, manipulés en excès, attisèrent la convoitise de Sargeras pour Azeroth. La légion emprunta le « boyau » magique que constituait le puit entre notre monde et L’Au-delà, et seul le courage des peuples libres permit de la repousser. Peu importe ce qu’il advint des Hauts elfes, purs ou corrompus… l’essentiel à retenir est que le puit fut détruit, coupant le passage entre les monde et préservant, pour un temps, la terre d’Azeroth. Dans une explosion sans égale, le puit fractura le monde et devint ce que tous connaissent comme le Maëlstrom. L’énergie magique c’est alors répandu dans notre monde.

Leur utilisation et leur maniement furent quant à elles transmises de peuples en peuples et de génération en génération, les Haut-Elfes ayant été contraint de divulguer leur savoir aux humains dans leur guerre contre les trolls.

Nous savons peu de choses sur la manipulation des flux par les races de la Horde : réminiscence des forces démoniaque chez les orcs, filiation lointaine des trolls avec les Elfes, perduration des capacités magiques après le trépas chez les réprouvés… sont autant d’hypothèses qu’il conviendrait de valider mais qui sont plus que sérieuses.

Désormais, la persistance des flux magiques permet la pratique de cet art, pour peu que l’on soit sensible à leur manipulation. Il convient en outre de s’affilier à l’une des Ecoles de Magie, au nombre de sept : Sacrée, Arcanique, Pyromancienne, Cryomancienne, d’Ombre, Démonique, et Naturelle. Les aspects de ces Magies sont par ailleurs à observer sous le spectre de la pure manipulation, et non des croyances divergentes qui masquent leur utilisation sous de faux prétextes (Vaudou, shamanisme, et autres balivernes).

L’essentiel est là : nombre d’être, bon ou mauvais, sont enclins à manipuler ces flux et à en tirer des effets parfois dévastateurs. Si le puits d’éternité n’est plus, c’est parce que son fluide coule en chacun de nous…


Recette : Le protodrake aux airelles Préparation : 15 min Cuisson : 20 min

Ingrédients (pour 2 personnes) : - 2 escalopes de protodrake - 3 cuillères à soupe d'airelles au naturel - 1 pomme Goldshire - 3 cuillères à soupe de crème fraiche semi-épaisse - sel et poivre

Préparation : Eplucher la pomme, la couper en quatre et faire des tranches très fines de chaque quartier. Faire fondre un petite noix de beurre dans une poêle et y faire revenir les tranches de pomme (feu moyen à doux) pendant 5 à 8 min en les retournant. Ajouter les airelles égoutées ainsi que 2 cuillères à soupe de leur jus au naturel et faire revenir l'ensemble 2 à 3 min à feu doux. Conserver cette préparation au chaud. Faire cuire les escalopes de poulet dans une poêle sans matière grasse 10 à 15 min selon l'épaisseur des escalopes. Saler et poivrer Ajouter la crème fraiche en fin de cuisson pour déglacer à feu doux. Servir accompagné des airelles à la pomme. Bon appétit, bien sûr !

« Ideal pour recevoir des amis à l’improviste, je vous recommande chaudement cette recette ! » K.T.


Equilibrium opus V