Page 1

P Parlementaires de France Magazine L’ i n f o r m a t i o n d e s é l u s e t d e s a c t e u r s é c o n o m i q u e s

Région Hauts de France Nord Pas de Calais – Picardie : enseignement supérieur, recherche et innovation d’excellence

Hauts de France Nord Pas de Calais – Picardie Region : high-flying higher education, research and innovation © soberka.com

© Machine 3D

© Institut Pasteur de Lille

• Avril / April 2016 •

© ARC


P arlementaires de F rance Magazine

Rédaction Centre Européen d’Informations 16, avenue Gabriel Péri 92120 Montrouge Tél. : +33 (0)1 57 19 53 64 E-mail : cei92@orange.fr

Coordination éditoriale et journaliste Carine CHEVAL

S ommaire • S ummary

R égion H auts de F rance N ord P as de C alais – P icardie : enseignement supérieur, recherche et innovation d’excellence H auts de F rance N ord P as de C alais – P icardie R egion : high-flying higher education, research and innovation   

Relations institutionnelles Communication Joëlle ALLALI Publicité Au journal

Une excellente dynamique collective au service de la formation, de la recherche et de l’innovation Un entretien avec M. Jean-François CORDET, Préfet de la région Nord Pas de Calais Picardie .................................................................... 4 An Excellent Group Dynamics to Service Training, Research and Innovation An interview with Mr Jean-François CORDET, Prefect of the Nord Pas de Calais - Picardie Region .... 5

Impression COLOR 36 Z.A., route de Châteauroux F-36320 Villedieu-sur-Indre

Avril / April 2016 ISSN 1771-0693 Dépôt légal à parution

Toute reproduction, même partielle, des articles publiés dans ce numéro, nécessite explicitement le consentement écrit de l’éditeur. This publication is protected by copyright. Any reproduction, in full or in part, of articles published in this issue requires the explicit written consent of the publisher.

April 2016

La Troisième Révolution Industrielle : une chance pour notre région Un entretien avec Mme Delphine BATAILLE, Sénatrice du Nord, Vice-présidente de la commission des affaires économiques, Membre de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) .. 6

Le Valenciennois, une terre d’excellence numérique Un entretien avec M. Laurent DEGALLAIX, Député du Nord, Maire de Valenciennes, Président de la communauté d'agglomération de Valenciennes Métropole ..................................10 Valenciennes, a hub of digital excellence An interview with Mr Laurent DEGALLAIX, Nord Deputy, Mayor of Valenciennes, President of the metropolitan community of Valenciennes ..............................................................11 

Pôle de compétitivité Industrie & Agro-ressources – IAR ........................12



Industries & Agro-Resources competitiveness cluster ..............................12

The Third Industrial Revolution: a Chance for our Region An interview with Mrs Delphine BATAILLE, Senator for the Nord, Vice President of the Commission on Economic Affairs, Member of the Parliamentary Office for Evaluation of Scientific and Technological Options (OPECST) .. 7



ERDF, un acteur créateur de valeur et d’emploi Un entretien avec M. Frédéric LAJOUX, Directeur territorial ERDF .......................... 13



ERDF, A Job- and Value-creating Player An interview with Mr Frédéric LAJOUX, Territorial Director of ERDF ............................ 13

Être le facilitateur et le catalyseur pour faire émerger nos pépites du numérique Un entretien avec M. Damien CASTELAIN, Président de la Métropole Européenne de Lille (MEL).................................................................. 8

Une politique de clusters au service de l’attractivité amiénoise Un entretien avec M. Alain GEST, Député de la Somme, Président d’Amiens Métropole............................14

To be a Facilitator and Catalyst so as to foster our Nuggets of Digital Technology An interview with Mr Damien CASTELAIN, President of The European Metropolis of Lille (MEL) .................................................................. 9

A Cluster Policy to Serve the Attractiveness of Amiens An interview with Mr Alain GEST, Deputy of the Somme, President of the Amiens Metropole........................ 15

1


P arlementaires de F rance Magazine

Accompagner les entreprises dans la transformation numérique et la transition énergétique Un entretien avec M. Philippe VASSEUR, Président de la CCI de région Nord de France .. 16

The Communauté d’Universités et d’Établissements Lille Nord de France ComUE LNF- Reinforced Cooperation between Universities, Grandes Ecoles and Research Organizations An interview with Prof. Philippe ROLLET, Ex-President of ComUE LNF (January 1, 2013 – February 1, 2016) President of Lille University, Sciences and Technologies .................................................... 29

Assisting Companies in Digital Transformation and Energy Transition An interview with Mr Philippe VASSEUR, President of CCI - Chamber of Commerce and Industry of the North of France Region ................................17

Pour une université unifiée au service de la métropole lilloise Un entretien avec le Pr. Xavier VANDENDRIESSCHE, Président de l’université de Lille, Droit et Santé.... 30

Le potentiel académique et scientifique régional

For a unified university for metropolitan Lille An interview with Prof. Xavier VANDENDRIESSCHE, Rector of the University of Lille, Law and Health.. 31

© Michaël Lachant / Conseil régional Nord-Pas de Calais

À l’écoute des besoins des milieux économiques Un entretien avec M. Jean-Pierre HILLEWAERE, Délégué Général de la Conférence régionale des grandes écoles Nord-Pas-de-Calais - Picardie (CRGE) ............ 32 Tuned to the Needs of the Business Community An interview with Mr. Jean-Pierre HILLEWAERE, General Delegate to the Regional Conference of the Grandes Ecoles Nord-Pas-de-Calais Picardie (CRGE) ........................................................ 33

The regional academic and scientific potential Le potentiel académique et scientifique régional : une volonté affichée d’excellence .................................................. 20-21

Explorer de nouvelles pistes de durabilité Un entretien avec M. Jean-François CARON, Maire de Loos-en-Gohelle....................................40 Exploring New Avenues for Sustainability An interview with Mr Jean-François CARON, Mayor of Loos-en-Gohelle....................................41 Agroindustrie, Nutrition, Santé : des domaines d’excellence et des leviers de croissance ........................................................42 Agroindustry, Nutrition and Health: areas of excellence and levers of growth .............. 43 

Institut Pasteur de Lille............................44



Institut Pasteur de Lille .............................. 44



Macopharma Un entretien avec le Dr Bruno Delorme, Directeur Scientifique et de la R&D de Macopharma Biothérapie ........................45



Macopharma An interview with Dr Bruno DELORME, Scientific and R&D Director for Macopharma Biotherapy............................................................45



Institut Pasteur de Lille Pour une recherche transdisciplinaire sur la longévité Un entretien avec le Pr. Patrick BERCHE, Directeur général de l’Institut Pasteur de Lille ................................................................46



Institut Pasteur de Lille For a Transdisciplinary research on Longevity An interview with Prof. Patrick BERCHE, General Director of Institut Pasteur de Lille................................................ 47



CHRU de Lille Définir les soins de demain Un entretien avec Mme Amélie LECOCQ, Directrice de la Recherche en Santé au CHRU de Lille ......................................48-49



The Regional University Hospital Center (CHRU) of Lille Defining Tomorrow’s Care An interview with Mrs Amélie LECOCQ, Director of the Health Research Field at the CHRU of Lille ........................................ 49-50



Midi Picardie Informatique Hospitalière – MiPih Un entretien avec M. Frédéric SEREIN, Secrétaire Général du MiPih ........................ 51



Hospital IT Systems Midi Picardie Informatique Hospitalière - MiPih An interview with Mr Frédéric SEREIN, Secretary General of MiPih .............................. 51

Les thématiques prioritaires de la recherche

Regional academic and scientific potential: shared determination to achieve excellence ........................................................ 22-23 Mettre en place la 3ème révolution industrielle Un entretien avec Mme Sandrine ROUSSEAU, Vice-présidente sortante du Conseil régional chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ................................................................24



SATT Nord Un entretien avec M. Norbert BENAMOU, Président de la SATT Nord, Président du réseau SATT ............................ 26



SATT Nord An interview with Mr Norbert BENAMOU, President of SATT Nord, President of the SATT network ........................ 26



Centre d’innovation de l’UTC ............ 27



UTC’s Innovation Centre............................27

Communauté d’Universités et d’Établissements Lille Nord de France - ComUE LNF - Une coopération renforcée entre universités, grandes écoles et organismes de recherche Un entretien avec le Pr. Philippe ROLLET, Ex-Président de la ComUE LNF (1er janvier 2013 – 1er février 2016) Président de l’université de Lille, Sciences et Technologies........................................28

2

© Institut Pasteur de Lille

Launching the Third Industrial Revolution An interview with Mrs Sandrine ROUSSEAU, Outgoing Vice-president of the Regional Council in charge of Higher Education and Research.............. 25

Priority research thematics Investir dans l’éco-conception et l’économie circulaire Un entretien avec Mme Marie-Christine BLANDIN, Sénatrice du Nord, Membre de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) .................................................................. 36 Investing in Eco-design and Circular Economy An interview with Mrs Marie-Christine BLANDIN, Senator of the North, Member of the Parliamentary Office for Evaluating Scientific and Technological Choices (OPECST) .... 37 Troisième révolution industrielle : un monde et une économie durables et connectés ........................................................ 38 The Third Industrial Revolution: a Sustainable and Connected World and Economy .......... 39

Une relation de proximité avec les entreprises Un entretien avec M. Philippe RAPENEAU, Président de la Communauté urbaine d'Arras .. 52 Towards a Closer Relationship with Enterprises An interview with Mr Philippe RAPENEAU, President of the Urban District of Arras................ 53 

Laboratoire de Glycochimie, des Antimicrobiens et des Agroressources - LG2A Un entretien avec le Pr. José KOVENSKY, Directeur du LG2A ........................................ 54

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Laboratory of Glycochemistry, Antimicrobials and Agroressources – LG2A An interview with Prof. José KOVENSKY, Director of LG2A .......................................... 54



Institut Français des Matériaux Agro-Sourcés - IFMAS Un entretien avec M. Jean-Marc CORPART, Président de l’Institut Français des Matériaux Agro-Sourcés (IFMAS) .............. 55



French Institute of Agro-based Materials - IFMAS An interview with Mr Jean-Marc CORPART, President of the French Institute of Agro-based Materials (IFMAS) ............................................ 55



Ajinomoto Eurolysine S.A.S ................ 56



Ajinomoto Eurolysine S.A.S ...................... 56



IAR, le pôle de la bioéconomie Un pôle de compétitivité et des plateformes d’innovation pour la structuration du territoire régional...... 57-59



IAR,The French Bioeconomy Cluster A Competitiveness Cluster and Innovation Platforms to structure the bioeconomy in the region ...... 59-61

Computer sciences, mathematics and digital technologies: applied research for the economy of tomorrow ...................................... 71

Les infrastructures de transport au service de la transition énergétique Un entretien avec M. Rémi PAUVROS, Député du Nord.................................................... 64 Transportation Infrastructure Serving Energy Transition An interview with Mr Rémi PAUVROS, Deputy for Nord ...................................................... 65 Le Nord Pas de Calais - Picardie, une région-clé pour les transports européens Un entretien avec M. Philippe RIGAUD, Directeur délégué de l’IFSTTAR Lille-Villeneuve d'Ascq.......................................... 66

Les acteurs de l'innovation régionale

Digital Science to Serve Regional Innovation An interview with Mr David SIMPLOT-RYL, Head of Inria Lille - Northern Europe .................. 73 

Centre de Recherche en Informatique, Signal et Automatique de Lille – CRIStAL Des compétences reconnues en sciences de l’information ........................74



The Lille Research Center in Computer Science, Signal and Automatic Control – CRIStAL Certified Skills in Information Science ...... 75



Centre européen pour les mathématiques, la physique et leurs interactions - Labex CEMPI Un entretien avec le Prof. Stephan DE BIÈVRE, Responsable scientifique du Labex CEMPI...... 77



The European Center for Mathematics, Physics and their Interactions - Labex CEMPI An interview with Prof. Stephan DE BIÈVRE, Lead Scientist of the Labex CEMPI ..................77



Labex MS2T Maîtrise des systèmes de systèmes technologiques ............................................ 78



Labex MS2T Control of Technological Systems of Systems ........................................................ 79

Matériaux, chimie et recyclage : recherches et applications pour une économie durable .................................. 80 Materials, chemistry and recycling: research and applications for a sustainable economy ................................................................ 81

Nord Pas de Calais - Picardie, a Key Region for European Transport An interview with Mr Philippe RIGAUD, Managing Director of IFSTTAR Lille-Villeneuve d'Ascq .............................................. 67



Institut d’Electronique, de Microélectronique et de Nanotechnologie - IEMN Un grand centre de recherche européen .... 82



Laboratoire d’Automatique, de Mécanique et d’Informatique Industriel et Humain – LAMIH UMR CNRS 8201 La mobilité pour tous .............................. 68



The Institute of Electronics, Microelectronics and Nanotechnologies - IEMN A great European Research Center ...... 83



Laboratory of Industrial and Human Automation control, Mechanical engineering and Computer Science LAMIH UMR CNRS 8201 Mobility for All .............................................. 69

April 2016

The Strength of our Region lies in its Ecosystem An interview with Mrs. Audrey LINKENHELD, Northern MP, City Councilor of Lille .............................................. 87

Les sciences numériques au service de l’innovation régionale Un entretien avec M. David SIMPLOT-RYL, Directeur d’Inria Lille - Nord Europe .............. 72

Transports, mobilité, urbanicité : une tradition d’excellence............................ 62 Transport, mobility and urbanicity: a tradition of excellence .................................. 63

La force de notre région, c'est son écosystème Un entretien avec Mme Audrey LINKENHELD, Députée du Nord, Conseillère municipale de Lille .......................... 86

Sciences informatiques, mathématiques et technologies numériques : une recherche appliquée pour l’économie de demain ............................................................ 70

Energie et environnement : relever le défi de la transition énergétique........................ 84 Energy and environment: meeting the challenge of energy transition ...................... 85

The actors of regional innovation © ARC



Les acteurs de l'innovation au service de la compétitivité économique régionale............90 Innovation players serving regional economic competitiveness .................................................. 91 Une vision partagée de la recherche et de l’innovation Un entretien avec M. Yann CAPET, Député du Pas-de-Calais, Conseiller municipal de Calais .......................... 92 A Common Vision of Research and Innovation An interview with Mr Yann CAPET, Deputy of Pas-de-Calais, City Councillor of Calais ......................................93 Le Compiégnois, un pôle de référence européen dans le domaine de la chimie verte Un entretien avec M. Philippe MARINI, Sénateur honoraire de l’Oise, Maire de Compiègne, Président de l'Agglomération de la Région de Compiègne (ARC) ................................................ 94 The Compiègne Region, a European Center in Green Chemistry An interview with Mr Philippe MARINI, Honorary Senator of Oise, Mayor of Compiègne, President of the Agglomeration of Compiègne Region (ARC) ............................................................ 95 Index des annonceurs .................................... 96 Advertisers’s index .............................................. 96

3


P arlementaires de F rance Magazine

Une excellente dynamique collective au service de la formation, de la recherche et de l’innovation Un entretien avec M. Jean-François CORDET, Préfet de la région Nord Pas de Calais - Picardie sont selon vous les Q uels points forts du Nord-

© DRRT Nord Pas de Calais - Picardie

Pas-de-Calais en matière d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation ? Ce territoire bénéficie d’une excellente dynamique collective aussi bien dans l’offre de formation initiale et continue que d’un point de vue recherche et innovation. L’offre de formation de proximité est bien répartie ; elle est riche et diversifiée. Elle est portée par les universités et les grandes écoles au sein de la Communauté d’Universités et d’Etablissements Lille Nord de France. Concernant la recherche, nous avons des positions remarquables et reconnues en Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication, en intelligence artificielle, en mathématiques, en biologie santé, en sciences humaines et sociales. Dans des domaines plus appliqués que sont les transports, la chimie verte, les nanotechnologies et la photonique, les sciences du visuel, de l’atmosphère, nous sommes bien placés également. Ces domaines ont été récemment confortés par les résultats au Programme d’Investissements d’Avenir et sont soutenus par les grands organismes de recherche nationaux.

de technologies, les outils du PIA, les instituts de recherche technologique… sont mis en place. Les actions s’inscrivent au croisement de la Stratégie Recherche Innovation pour une Spécialisation Intelligente de la région, fruit d’une ambition partagée entre l’État et le Conseil régional et de la Stratégie Nationale de la Recherche ainsi que de la démarche de la Nouvelle France Industrielle.

En Nord-Pas-de-Calais, le développement de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation représente un enjeu important au regard de son profil socio-économique. Le taux de poursuite d’études des bacheliers dans l’enseignement supérieur est le plus élevé de France métropolitaine après l’Île-de-France. Cela renforce la formation et la qualification d’une population jeune et contribue ainsi aux efforts investis dans la recherche-développement et l’innovation. De plus, il existe un important écosystème structuré autour de 7 pôles de compétitivité, de 5 instituts Carnot et de plusieurs sites ou pôles d’excellence. Le déploiement des dispositifs issus des appels à projets du Programme d’Investissements d’Avenir est en cours et commence à porter ses premiers fruits. Je prends pour exemple la Société d’Accélération de Transfert de Technologie,

4

la SATT Nord, l’Institut Français des Matériaux Agro-Sourcés (IFMAS, labellisé Institut pour la Transition Energétique) et Railenium, labellisé Institut de recherche technologique au service de la filière ferroviaire. Enfin, ce territoire est le seul en France à disposer de l’implantation de plateformes de transfert de technologie du CEA Tech, de l’INRIA Tech et bientôt de l’ONERA Tech. Pourriez-vous nous présenter les missions de la préfecture dans ces domaines ? Comment collaborez-vous avec la Région pour les mener à bien ? En tant que préfet de région, j’anime et coordonne les actions sur le territoire régional dans le cadre des politiques européennes et nationales. Trois axes forts sont identifiés : développer la culture de l’entrepreneuriat et de l’innovation, décloisonner et établir un dialogue permanent entre recherche et entreprises, choisir et fixer des priorités cohérentes avec l’agenda "France Europe 2020". L’État travaille au développement des activités de recherche et d'innovation dans les entreprises, au soutien des créateurs d'entreprises innovantes ou encore pour favoriser l'échange des connaissances entre les entreprises et les organismes et établissements de recherche. C’est dans cet objectif que les pôles de compétitivité, les instituts Carnot, les structures de diffusion

La mise en œuvre et le déploiement de ces actions dans les territoires se font en cohérence et en partenariat avec les collectivités locales, le monde socio-économique et la société civile. L’Espace Prospectif et Stratégique de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et le Parlement du Savoir sont les deux principales instances régionales de gouvernance. Le Contrat de Plan Étatrégion 2015-2020, associant aux côtés de l’État et de la Région, le Département du Nord, le Département du Pas-de-Calais et la Métropole Européenne de Lille, traduit la volonté commune de coordonner et de mettre en cohérence les politiques publiques de soutien à l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation. Ce partenariat au service de l’économie et du développement régional sera renforcé par une articulation avec les crédits européens FEDER-FSE. Comment la préfecture accompagne-t-elle le développement des entreprises innovantes ? Quels dispositifs leur propose-t-elle ? En Nord-Pas-de-Calais, un important réseau accompagne le développement des entreprises innovantes. Il s’appuie sur des dispositifs de l’État et des collectivités qui viennent en soutien à chaque phase du développement : la formation avec les pôles d'entrepreneuriat étudiants, la maturation du concept avec la SATT, la création avec les incubateurs d’entreprises et le concours national i-LAB d’aide à la création d’entreprises de technologies innovantes, le financement avec le Fonds Régional d’Innovation, des mesures incitatives comme le Crédit Impôt Recherche et le statut de Jeune Entreprise  Innovante.

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

An Excellent Group Dynamics to Service Training, Research and Innovation An interview with Mr Jean-François CORDET, Prefect of the Nord Pas de Calais - Picardie Region

This territory boasts excellent collective dynamics based on the initial and continuing training offer and on research and innovation. The locally-based training offer provides a good balance, its being rich and diversified. It is delivered by the Universities and the Grandes Ecoles within the framework of the Commonwealth of Universities and Institutions Lille Nord de France. With regards to research, we achieved outstanding and distinguished positions in Sciences and Technologies of Information and Communication; in artificial intelligence, mathematics, Health Biology, humanities and social sciences. In the more applied sectors, such as transport, green chemistry, nanotechnologies and photonics, sciences of visual art, and atmosphere, we hold a good position. Lately, these positions have grown due to the results of the Future investment program and gained the support of the great national research establishments. In Nord-Pas-de-Calais, development of higher education, of research and innovation constitute a meaningful issue in terms of its socio-economic profile. The study retention rate of Bachelors in higher education ranks as the highest one in Metropolitan France, after Île-de-France. This boosts the development and qualification of a young population, thus contributing to the efforts in research & development, and innovation. In addition, an important structured eco-system has developed around seven competitiveness clusters, five Carnot institutes, and several excellence sites and poles. The deployment of devices provided by the calls for projects of the Future investment program (PIA in French) has begun to bear its first fruits. Take, for examples, the SATT Nord (Society fo Technology Transfer Acceleration), the French Institute of Agro-Based Materials (IFMAS, an accredited Institute for Energy Transition) and Railenium, an approved Technological Research Institute serving the railway sector. Ultimately, Nord-Pasde-Calais is the only French territory to own a siting for technology transfer platforms of CEA Tech, INRIA Tech and, soon, ONERA Tech.

April 2016

© DRRT Nord Pas de Calais - Picardie

ow would you describe the strengths of Nord-Pas-de-Calais in higher H education, research and innovation?

A thermal camera (resolution 30mK) studies, from an infrared signal, the thermal variations of faces expressing the emotional impact derived from visual contents they perceive / Une caméra thermique (résolution 30mK) permettant d’étudier, à partir d’un signal infra rouge, les variations thermiques des visages exprimant l’impact émotionnel des contenus visuels perçus.

Could you explain the roles of the prefecture in these areas? How do you cooperate with the Region to support them? As regional prefect, I oversee and coordinate their actions in the regional territory with regards to European and national policies. We identified three strong axes: developing the culture of entrepreneurship and of innovation; breaking down barriers and developing a permanent dialogue between research and enterprises; choosing and fixing consistent priorities with the agenda “France Europe 2020.” The State currently works at promoting and developing research activities and innovation within enterprises; in support of innovative startups; and encouraging exchange of knowledge between enterprises, organizations and research establishments. With these priorities in mind, we actively develop competitiveness clusters, Carnot institutes, technology diffusion structures, PIA’s tools, research institutes in technology, and many more. These actions fall within the scope of the Research and Innovation Strategy for a Smart Specialization of the Region, as a result of an ambition shared by the State and the Regional Council, the National Strategy of Research and the approach of a New Industrial France. The implementation and deployment of these actions within the territories evolve in coherence with the local communities, the

socio-economical world, and civil society. The Strategic and Prospective Area of Higher Education and Research and the Parliament of Knowledge remain the two main regional governing organizations. The State-Region Project Contract 20152020, which involves alongside the State and Region, the Département du Nord, the Département du Pas-de-Calais and the Métropole Européenne de Lille, reflects a shared willingness to coordinate and ensure consistency between public policies in support of higher education, research and innovation. This partnership which serves the economy and the regional development, will receive reinforcement from a linkage with the European FEDER-FSE loans. How does the prefecture supplement development of innovative enterprises? What sorts of device does it propose? In Nord-Pas-de-Calais, we have an important network that accompanies the development of innovative enterprises. It relies on devices supported by the State and the local authorities which will support every phase of its development process: training with the student entrepreneurship centers; concept development with SATT; creation with the business incubators and the national competition i-LAB supporting the creation of innovative and technological companies; funding with the Regional Innovation Fund; and, incentives, such as research tax credit and the status of Young Innovative Enterprise. 

5


P arlementaires de F rance Magazine

La Troisième Révolution Industrielle : une chance pour notre région Un entretien avec Mme Delphine BATAILLE, Sénatrice du Nord, Vice-présidente de la commission des affaires économiques, Membre de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) sont les points Q uels forts du Nord-Pas-

© DR

de-Calais en matière d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation ? Le Nord-Pas-de-Calais, longtemps handicapé en ces domaines et bénéficiant dorénavant des reconversions profondes de son économie, occupe aujourd’hui le 3ème rang national par ses effectifs étudiants (165 000) après l’Île-de-France et Rhône-Alpes, et se caractérise par la force de ses écoles d’ingénieurs. 25 % de ses actifs sont titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur (4ème rang en France), dont une part trop importante émigre majoritairement vers l’Île-de-France. La diversité de l'offre de formation égale celle de la recherche, avec à la fois des recherches d’excellence sur le plan scientifique, mais aussi des recherches en lien avec le tissu économique régional, en particulier avec les 7 pôles de compétitivité qui constituent un réseau structurant fort, auquel vient s’ajouter celui des pôles d’excellence technologique. Les conventions de formation par la recherche ouvrent des possibilités, par exemple pour le textile, industrie traditionnelle qui se rénove en direction des textiles techniques avec le pôle UP-tex.

La recherche régionale compte, dans ses domaines d’excellence, biologie, santé, physique et mathématiques, transports, chimie des matériaux et de la catalyse, nanotechnologies et photonique, physicochimie de l’atmosphère, sciences humaines et sociales, santé et nutrition, matériaux et procédés industriels. Les avancées majeures dans l’organisation et la structuration de l’enseignement supérieur et de la recherche, avec la constitution de la COMUE Lille Nord de France et le « Parlement du Savoir », mis en place à l’initiative du Conseil régional sortant et de l’État, ouvrent la voie à une vision renouvelée des rapports entre monde académique, monde économique et collectivités territoriales, réel facteur de dynamisation des formations supérieures, de la recherche et de l’innovation.

6

Quel regard portez-vous sur le projet de Troisième Révolution Industrielle (TRI) porté par le Nord-Pas de Calais - Picardie ? Le caractère original et novateur de la TRI, initiée par le Conseil régional sortant et la CCIR, est une chance pour l’avenir. À la pointe de la première révolution industrielle grâce au charbon et caractérisée aujourd’hui par ses industries ferroviaire et automobile, notre région modernise l’outil industriel et transforme son modèle économique par le numérique. La remise en question des modes de vie et de communication fait écho aux thématiques de recherche régionales : mathématiques et informatique liées aux objets connectés, traitement des déchets et résidus, souci d’une production agricole raisonnée contraignent les scientifiques à sortir de leurs cloisonnements disciplinaires. Dans sa phase d'application, la TRI a permis de mettre en place des outils : accompagnement via un référentiel, financement avec le lancement récent d'un Fonds spécifique doté de 50 M€ dédié aux entreprises porteuses de projets... Des centaines de projets, certes inégaux au regard de l'esprit de la TRI, ont déjà émergé, traduisant un enthousiasme extraordinaire des acteurs régionaux pour cette nouvelle approche du développement. Aux côtés d'entreprises très intéressées, se mobilisent également collectivités territoriales, universités (notamment avec le programme Université Zéro Carbone), associations et citoyens. Gageons que notre région sera pionnière avec cette troisième révolution industrielle axée sur l'efficacité énergétique, les énergies renouvelables, le numérique et de nouveaux modèles économiques tels l'économie circulaire et l'économie de la fonctionnalité.

Comment accompagner les acteurs de l’innovation régionale ? Les moyens de créer et de renforcer l'innovation passent par des incitations financières, notamment à la R&D, et par la mise en place d'équipements structurants et de démonstrateurs destinés aux industriels. Une augmentation des allocations de thèses (CIFRE), le développement du capital-risque et l’aide à la création d’entreprises constituent d'autres voies possibles. Notre région bénéficie aujourd'hui d'une opportunité considérable : le CEATech, département technologique du Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives, implante une plateforme régionale de transfert technologique. Les territoires de Dunkerque avec l'énergie et la cryogénie, Valenciennes avec la mobilité durable, Lens avec le numérique culturel et la construction-rénovation durable, devraient en bénéficier, et d'autres pourraient être impactés favorablement. Le CPER 2015-2020, doté de plus de 2 milliards d’euros de crédits publics (État, Région, autres collectivités territoriales), dispose d’un effet d’entraînement potentiel considérable. Les thèmes retenus dans le cadre du CPER et du Schéma régional de l'innovation, entreprises, environnement, transports et TIC, attractivité, formation et emploi, agriculture, renvoient bien aux préoccupations du développement scientifique et permettent de mobiliser les fonds européens. Les exemples des trames verte et bleue, pôles de compétitivité, et canal Seine-NordEurope permettent de décliner les financements publics vers les organismes de recherche concernés. Le CPER s'ajoute à d'autres instruments, fonds européens, programme d'investissements d'avenir, programmes de la Nouvelle France industrielle... Il importe d'articuler au mieux ces outils et de répondre de façon adaptée aux projets régionaux émergents, en visant la pertinence par l'organisation des moyens. 

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

The Third Industrial Revolution: a Chance for our Region

hich are Nord-Pas-de-Calais’s strong points in the area of higher W education, research and innovation? For a long period, Nord-Pas-de-Calais suffered severe obstacles in these fields, but after its economy underwent major reforms, it ranks 3rd nationally in number of students (165,000), after Île-de-France and the Rhône-Alpes region, and prides itself on the strength of its engineering schools. Twenty-five percent of its members hold higher education qualifications (ranked No. 3 in France), of which a majority emigrate mainly to Île-de-France. The diversity of the courses offered matches that of research, with scientifically excellent research issues, with research opportunities in line with the regional economy, in particular with the seven competitiveness clusters that form a strong structuring network, in proportion with the clusters of technological excellence. The agreements for training through research create, for example, opportunities applied to the textiles sector, a traditional industry which currently renovates towards technical textiles through the UP-tex cluster. Regional research addresses various fields of excellence, in biology, health, physics and mathematics, transport, chemistry of materials and catalysis, nanotechnologies and photonics, physico-chemistry of the atmosphere, humanities and social sciences, health and nutrition, materials, and industrial processes. We implemented major initiatives in the organization and structuring of higher education and research, alongside the creation of EUACOM Lille Nord de France and the ‘Parlement du Savoir,’ at the insistence of the outgoing Regional Council and the State, to open the door to a renovated view of links between the academic world, industry and local government, a key factor focused on pouring new life into higher training, research and innovation. How do you assess the Third Industrial Revolution (TRI) of the Nord Pas de Calais - Picardie region? The original and innovative character of the Third Industrial Revolution, initiated

April 2016

by the outgoing Regional Council and the CCIR, stands as a great opportunity for our future. At first spearheaded by the first industrial revolution, thanks to coal, and typified today by its railway and automotive industries, our region modernizes the industrial processes and transforms its economic model into the digital model. Calling into question lifestyles and means of communication, it follows the regional research areas: mathematics and computer science related to connected objects, treatment of wastes and residues in the interest of consistent agricultural policies that compel scientists to break down the partitions between their respective disciplines. In its implementation phase, the Third Industrial Revolution made it possible to create innovative tools: repositorybased support, financing with the recent launch of a specific fund worth fifty million Euros, dedicated to those companies which create value... Hundreds of projects, albeit uneven, in light of the prevailing spirit of the Third Industrial Revolution, have already emerged, reflecting the extraordinary enthusiasm of the regional actors for this new approach to development. This mobilization does not involve only ‘interested’ enterprises, but also the regional and local authorities, universities (especially through the Zero-Carbon University program), associations and citizens. We can safely bet that our region will assume a pioneering role with this Third Industrial Revolution focused on energy efficiency, renewable energy, digital technology, and new economic models, such as circular economy and service economy. How to accompany the stakeholders of regional innovation? The means to create and strengthen innovation depend on financial incentives, particularly with regards to R&D, and on the establishment of structuring facilities and demonstrators aimed at manufacturers. Other possible strategies lie in increasing study grants (CIFRE), and in developing risk capital and the assistance for entrepreneurship. Our region today has a huge opportunity: the CEA-Tech, technological department of the Commissariat for Atomic Energy

© DR

An interview with Mrs Delphine BATAILLE, Senator for the Nord, Vice President of the Commission on Economic Affairs, Member of the Parliamentary Office for Evaluation of Scientific and Technological Options (OPECST)

Delphine Bataille with the Euro-MP Gilles Pargneaux, visiting 3M, an enterprise which produces innovative technologies in Tilloy-lez-Cambrai. Delphine Bataille visite l'entreprise 3M, productrice de technologies innovantes à Tilloy-lez-Cambrai, avec l'euro-député Gilles Pargneaux.

and Alternative Energies, provides a regional platform for technology transfer. The territories of Dunkirk with their energy and cryogenics, Valenciennes with its sustainable mobility, and Lens with its cultural digital technology and sustainable construction-renovation, should benefit from this accompaniment which might have an equally salutary impact on other structures. The 2015-2020 CPER enjoys a budget of over two billion Euros of public funding (State, Region and other local and regional stakeholders), and has a considerable ripple effect potential. The issues addressed within the CPER framework and the regional innovation scheme, enterprises, environment, transport and ICTS, attractiveness, training and employment, agriculture, refer all to the concerns of scientific development and offer capacity to leverage the European funds. The examples of the green and blue belt, the competitiveness clusters and the Seine-North-Europe canal contribute to leveling the allotment of public funding towards the concerned research organizations. The CPER supplements other instruments, European funds, the program for future investments, and the programs of the New Industrial France... It remains imperative to enhance the linkage between these tools and respond appropriately to the emerging regional projects, focusing on their suitability by organizing appropriate means. 

7


P arlementaires de F rance Magazine

Être le facilitateur et le catalyseur pour faire émerger nos pépites du numérique Un entretien avec M. Damien CASTELAIN, Président de la Métropole Européenne de Lille (MEL) sont les principaux atouts du Q uels territoire métropolitain en matière d’enseignement supérieur, de recherche

Ils sont les fleurons de nos savoir-faire et permettent d’entretenir ce lien étroit que nous avons voulu entre les lieux de formation et le monde économique. Un autre atout de notre territoire, c’est la collaboration active qui s’est instaurée

© Pascaline Chombart - MEL

et d’innovation ? Ils sont nombreux, mais l’atout le plus frappant, et probablement le plus différenciant, peut se résumer ainsi : la diversité. Diversité, parce que notre région dispose d’un nombre très important d’acteurs et de structures particulièrement dynamiques dans ces différents domaines : Université de Lille, centres de formation, grandes écoles, start-up, grands groupes, structures de conseil, d’accompagnement, d’hébergement, de financement, etc. Il y a aussi la grande diversité de nos compétences locales que nous avons mises en exergue dans nos centres d’excellences métropolitains. Ces pôles d’excellence regroupent en un lieu les entreprises, start-up, laboratoires et autres acteurs du développement des filières d’avenir. Il y en a six sur le territoire, Euralille, quartier d'affaires et pôle tertiaire majeur, Eurasanté, au service de la santé, de la nutrition et de la biologie, EuraTechnologies, fer de lance de l'économie numérique, Haute Borne, dédié aux matériaux bio-sourcés, Plaine Images, site d'excellence consacré à l'image, aux industries culturelles et créatives, CETI, le centre de R&D où s'invente le textile de demain.

et des chercheurs invités. Toujours dans le cadre du Plan Campus Grand Lille, il y a aussi l’Institut d’Electronique, de Microélectronique et de Nanotechnologies, l’IEMN, dont nous avons soutenu l’extension et enfin la création d’un Learning center à la cité scientifique.

entre universités, grandes écoles et monde économique. Comment la Métropole Européenne de Lille soutient-elle les acteurs de la recherche? L’intervention de la MEL se fait principalement dans le cadre du Plan Campus Grand Lille et plus récemment par le CPER 2015-2020 qui nous offrent un cadre d’intervention et des leviers importants. Le plan Campus, pour lequel la MEL participe à hauteur de 31,5 M€ au total, permet notamment de financer l’immobilier universitaire et l’équipement scientifique. Trois exemples récents d’interventions de la Métropole en la matière : La résidence hôtelière étudiante REEFLEX, un concept original qui répond aux besoins de logement court et moyen séjour (de quelques nuits à quelques mois) des étudiants, étudiants étrangers

Nous accompagnons également l’implantation d’équipements scientifiques d’excellence avec la création d’une plateforme régionale de transfert de technologie CEA Tech sans oublier l’arrivée du premier « spectromètre RMN 1200 MHZ ». Il s’agit d’un équipement de recherche scientifique unique en France dont les utilisations en biologie, physique et chimie sont inestimables. Quelles aides offrez-vous pour la création et le développement d’entreprises innovantes ? Nous ne proposons pas d’aides directes mais nous proposons un hébergement et un accompagnement de ces entreprises au plus proche de leurs besoins. C’est par exemple le cas à Euratechnologies et à la Plaines Images, deux structures qui sont de véritables incubateurs et aident au développement de nombreuses start-up. Comment la MEL accompagne-t-elle les acteurs métropolitains de l’innovation, à commencer par Lille is French Tech, l’écosystème de l’industrie numérique régionale ? Tout d’abord, la MEL est à l’initiative de la labellisation et elle continue à animer la dynamique. L’intérêt est aussi de ne pas se substituer aux acteurs privés de l’écosystème numérique qui doivent s’approprier ce label, et je crois que c’est particulièrement réussi dans notre métropole.

© Vincent Lecigne - MEL

C’est une expression que j’utilise souvent, mais notre rôle est d’être le facilitateur et le catalyseur pour faire émerger nos pépites du numérique. Nous devons créer les conditions idéales pour faire émerger les bonnes idées, pour les accompagner et qu’elles se développent sur notre territoire.

8

Aussi, parce qu’il n’y a pas de développement numérique sans le Très Haut Débit, la MEL s’est engagée dans un schéma d’aménagement numérique de son territoire. Mon objectif : que les 85 communes, quelle que soit leur taille, puissent être équipées d’ici 2020. C’est une condition indispensable pour développer le numérique au service des habitants, de nos entreprises et  du territoire.

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

To be a Facilitator and Catalyst so as to foster our Nuggets of Digital Technology An interview with Mr Damien CASTELAIN, President of The European Metropolis of Lille (MEL)

They are many. However, the most striking asset and probably, the most differentiating one, can be defined as “diversity.” We emphasize diversity because our region possesses a great number of important players and particularly dynamic organizations in the following areas: University of Lille, training centers, higher education establishments, start-ups, large banking and industrial groups, advisory structures, support organizations, accommodation facilities, and funding structures. However, we mustn’t forget the great diversity of our local competencies, which we have highlighted in our metropolitan poles of excellence. These poles gather within one center enterprises, start-ups, laboratories and others, developmental actors of the sectors of the future. Our territory hosts six of them: Euralille, a major business district pole and tertiary center; Eurasanté, supporting health services, nutrition and biology; EuraTechnologies, a true driver of digital economy; Haute Borne, working with bio-sourced materials; Plaine Images, a center dedicated to image, cultural and creative industries; and CETI, the R&D center for the invention of the future textiles. They stand as the flagships of our expertise, and they let us foster this relationship which we wanted to exist between training sites and the economic world. An additional advantage of our territory exists in the active collaboration which was set up between universities, higher education establishments, and the world economy. How does the European Metropolis of Lille support all these players in the field of research? The MEL’s involvement means principally committing itself in favor of the plan “Campus Grand Lille,” and more recently, of the CPER 2015-2020, which offers us a framework for action and considerable leverage. The Campus plan, which receives from the MEL a partial funding of 31.5 million Euros, contributes in financing university buildings and scientific equipment.

April 2016

© Vincent Lecigne - MEL

ould you outline the main advantages of the metropolitan territory in higher C education, research and innovation?

The Metropolis also subsidizes the following projects: The student aparthotel residence REEFLEX, an original concept that comes up with solutions for short- and medium-term housing (from just a few nights to several months) for students from France and abroad, as well as for guest scientists. Regarding the “Plan Campus Grand Lille,” we must mention the IEMN, e.g., the Institute of Electronics, Microelectronics and Nanotechnologies, whose extension we supported; and, lastly, the creation of a Learning center at the Science center. We also contributed to the development of research facilities of excellence by creating the regional platform CEA Tech for the transfer of technology, without forgetting the arrival of the first “1200 MHZ NMR spectrometer.” Here, we have an outstanding scientific research tool, unique in France, offering invaluable applications in biology, physics and chemistry. What kind of support do you offer for the creation and development of innovative enterprises? We don’t propose direct aid, but we do provide hosting and accompany them as best as possible to meet their needs. This is the case of Euratechnologies and Plaines Images, two establishments which act as real innovation hubs in

assisting the development of a large number of start-ups. How does MEL support the metropolitan players in the field of innovation, starting with Lille is French Tech, the ecosystem for the region’s digital industry? First, I must specify that MEL remains the prime mover of this certification, and that it continues developing this dynamic. On the other hand, it mustn’t replace the private stakeholders of the digital ecosystem who must embrace this label. But I feel that this works particularly well in our metropolis. Although I am repeating myself, we function first as a facilitator and catalyst, so as to foster the nuggets of digital technology. Our task lies in creating the ideal conditions for good ideas to emerge, to support them and let them develop and expand on our territory. On the other hand, since there can be no digital development without ultra high-speed broadband, the MEL commits itself to foster digital development on its territory. My own objective envisions that, by 2020, we will have 85 fully equipped municipalities, of whatever size. This stands as an essential condition in order to make available digital development to all inhabitants, enterprises, and  the entire territory.

9


P arlementaires de F rance Magazine

Le Valenciennois, une terre d’excellence numérique Un entretien avec M. Laurent DEGALLAIX, Député du Nord, Maire de Valenciennes, Président de la communauté d'agglomération de Valenciennes Métropole

Q

ainsi que des travaux d’infrastructures routières et autoroutières (contournement nord avec le soutien du Département). Dans ce domaine, le bassin valenciennois emploie déjà 300 personnes et assure un transit de 70 millions de marchandises, soit 75 % du trafic conteneurisé régional. Il nous reste à développer pleinement ces activités en valorisant notre territoire, idéalement placé entre la région parisienne et le nord de l’Europe, à proximité immédiate d’un tissu industriel fortement demandeur de solutions logistiques à flux tendu. La création d’un port à conteneurs, en réponse aux grands ports européens en quête de bases arrière, accroîtra encore la compétitivité et l’attractivité du Valenciennois.

secteur d’avenir, un créateur d’emplois (jusqu’à 2000 à moyen terme) et un pourvoyeur de professionnels déjà recherchés par Ubisoft et Pixar. Enfin, la logistique est l’une des trois filières d’excellence développées par l’agglomération : en association avec la CCI, un syndicat mixte a été créé pour piloter le développement des activités logistiques sur l’ensemble de l’Escaut canalisé. Un premier investissement a permis l’extension et la modernisation du port fluvial et du parc d’activités de l’aérodrome. D’autres chantiers sont à venir : la réouverture du canal Condé-Pommeroeul, qui fera gagner plus d’une journée de transport, l’extension du parc d’activités de 40 ha situé sur la zone d’activités accueillant Toyota et Décathlon,

© Machine 3D

Pourriez-vous nous parler des projets d’excellence Transalley, Rives créatives de l’Escaut et Syndicat Docks Seine Nord Europe/Escaut ? Nous avons mis en œuvre un projet structurant dans le domaine des transports : le technopôle Transalley. Implanté sur 34 ha sur le campus de l’Université de Valenciennes et du Hainaut cambrésis, Transalley réunit l’ensemble des acteurs de la filière des transports, des grands opérateurs internationaux comme Alstom et Bombardier aux PME en passant par les bureaux d’études, le Centre d’essai ferroviaire et les organismes de certification. Il interagit activement avec les 70 chercheurs du Campus International sur la Sécurité et l'Intermodalité dans les Transports (CISIT), le centre technologique sur la mobilité durable et le centres d’affaires Mobilium qui offre des incubateurs aux porteurs de projets. Un programme immobilier avec des offres de locaux artisanaux et de bureaux, doublé d’une offre enrichie du CROUS (150 chambres étudiantes supplémentaires), vient compléter ce projet déjà largement opérationnel. Pour sa part, le parc des Rives créatives de l’Escaut est le berceau de la création numérique. Labellisé French Tech, ce nouveau quartier de 26 ha héberge un hôtel d’entreprises, une pépinière, un data center et une serre numérique portée par la CCI. Des pointures du secteur comme KTM Advance sont en cours d’implantation dans le parc, signe de reconnaissance s’il en est. Le numérique apparaît bel et bien comme un

© DR

uels sont les domaines d’excellence du Valenciennois ? La stratégie de développement de l’agglomération a placé le numérique au cœur du dispositif. Il faut dire que le territoire abrite un pôle d’innovation très actif dans ce domaine, avec les écoles du groupe Rubika (Supinfocom, Supinfogame, Institut supérieur du design) qui totalisent 900 élèves de 60 nationalités différentes et 2 antennes (à Pune en Inde et à Montréal au Canada), et le parc des Rives créatives de l’Escaut. En parallèle, le Valenciennois peut s’enorgueillir d’un pôle d’excellence sur les transports terrestres avec la présence du pôle de compétitivité à vocation mondiale i-Trans et de l’Agence ferroviaire européenne (AFE).

10

Machine 3D, jeune startup valenciennoise qui exporte déjà son savoir-faire Machine 3D, a young start-up in Valenciennes that already exports its expertise

Quid de vos projets de reconversion de friches industrielles ? Le parc des Rives créatives de l’Escaut a justement été aménagé sur le site de la friche Vallourec. Il traduit bien le vaste programme de reconquête des friches industrielles mené par l’agglomération : portant sur 60 ha et conjuguant dépollution, démolitions et requalification, il vise à améliorer le paysage urbain, prévenir l’étalement urbain et éviter de toucher aux terres agricoles. Comment soutenez-vous le développement des entreprises innovantes ? En misant sur l’aménagement de parcs d’activités, les zones franches urbaines, la réhabilitation de locaux à vocation économique, l’aide aux porteurs de projets innovants créateurs d’emploi, les incubateurs de start-up, les équipements performants et les financements innovants, nous créons les conditions d’un environnement privilégié permettant aux entreprises de se développer. L’agglomération affiche sa volonté politique de mettre les moyens et de fédérer tous les partenaires. Nous n’avons rien à envier au dynamisme des autres métropoles du numérique ! Reste à valoriser davantage nos atouts et nos écoles, à faire savoir notre savoir-faire. Le début de l’histoire a été écrit il y a près de 25 ans par Jean-Louis Borloo et largement poursuivi par Valérie Létard : nous pouvons être fiers du travail accompli collectivement et aurons à cœur de poursuivre cette  belle aventure.

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Valenciennes, a hub of digital excellence An interview with Mr Laurent DEGALLAIX, Nord Deputy, Mayor of Valenciennes, President of the metropolitan community of Valenciennes hat are Valenciennes’s areas of excellence? The urban development strategy gives pride of place to digital enterprise. It should be said that the region has a very active innovation cluster in this area of activity, with the schools of the Rubika Group (Supinfocom, Supinfogame, Institut Supérieur du Design) with 900 students of 60 different nationalities and 2 subbranches (one in Pune, India and another in Montreal, Canada), and the Rives Créatives de l’Escaut. At the same time the Valenciennes area can take pride in an excellence cluster on land transportation, the competitiveness cluster with a global dimension i-Trans and the European Railway Agency (ERA). Could you please tell us more about the excellence projects Transalley, Rives Créatives de l’Escaut and the Nord Europe/Escaut Seine Docks Syndicate? We have implemented a structuring project in the transport field: the Transalley technical cluster. Located on 34 hectares on the campus of the University of Valenciennes and Hainaut Cambresis, Transalley brings together all the players in the transport sector, from large international operators such as Alstom and Bombardier to SMEs including research units, the Trial Rail Centre and certification bodies. They interact readily with the 70 researchers of the International Campus on Safety and Intermodality in Transport Systems (CISIT), the technology centre on sustainable mobility and the Mobilium business centre that provides incubators for project leaders. A real estate programme offering workshops and offices matched by an offer boosted by CROUS (150 additional student rooms) has been added to this project already largely operational. For its part, the Rives Créatives de l’Escaut park is the cradle of digital creativity. Certified French Tech, this new district of 26 hectares houses an enterprise hotel, an incubator, a data centre and a digital greenhouse led by the Chamber of Commerce. References in the sector, like KTM Advance, are setting up in the park, a sure sign of recognition. Digital certainly seems to be the sector of the future, creator of jobs (2000 in the medium term) and a purveyor of professionals already sought

April 2016

© Supinfocom Valenciennes

W

Production of Supinfocom Valenciennes, awarded the best school in the world for graphic design Réalisation de Supinfocom Valenciennes, primée meilleure école au monde dans la création graphique

by Ubisoft and Pixar. Finally, logistics is one of the three sectors of excellence developed by the urban area. A mixed syndicate was created in association with the Chamber of Commerce to pilot the development of logistical activities in the channelled part of the Escaut. An initial investment allowed for the extension and modernisation of the river port and the airport activity park. Other works are due to follow: reopening the Condé-Pommeroeul canal, which will reduce transport time by more than a day, extension of the 40 ha activity park located in the very zone where Toyota and Décathlon are located, as well as road and motorway infrastructural works (North bypass with the support of the Department). In this domain, the Valenciennes basin already employs 300 people and provides transit for 70 million commodities, in other words 75% of the regional container traffic. We still need to fully develop these activities by promoting our region, ideally located between the Paris region and the North of Europe, in close proximity to an industrial fabric in great need of just in time logistic solutions. Building a container port, in response to the large European ports seeking secondary bases, would further increase the competitiveness and appeal of Valenciennes

What about your projects for reconverting industrial wastelands ? As it happens, the Rives Créatives de l’Escaut was developed on the wasteland of Vallourec. It well reflects the vast brownfield reconquest program that covers more than 60 ha and involves depollution, demolition and reclassification. It aims to improve the cityscape, prevent urban sprawling and protect agricultural land. How do you support the development of innovative businesses? We create conditions that allow enterprises to develop by promoting the construction of activity parks, designated urban zones and refurbishment of business premises, as well as through helping the leaders of innovative job-creating projects, start-up incubators, high-performance equipment and innovative funding. The town has the political will to invest and bring together the relevant partners. We are every bit as dynamic as any other digital hub! We just have to be more proactive in promoting our schools and our advantages and in advertising our know-how. The foundations were laid by Jean-Louis Borloo almost 25 years ago and largely followed by Valérie Létard. We can be proud of the work achieved collectively and are fully committed  to continuing this great adventure.

11


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

ERDF, un acteur créateur de valeur et d’emploi

ERDF, A Job- and Value-creating Player

Un entretien avec M. Frédéric LAJOUX, Directeur territorial ERDF

An interview with Mr Frédéric LAJOUX, Territorial Director of ERDF

Q

uels sont les chiffres-clés d’ERDF en Picardie ? ERDF emploie 860 salariés et a embauché 57 personnes en 2015, dont de nombreux jeunes en alternance. Le distributeur d’électricité de référence en France compte 830 000 clients en Picardie et gère près de 30 000 km de réseau. ERDF gère, exploite et modernise les réseaux publics de distribution d’électricité, elle réalise les raccordements, le dépannage 24h/24, le relevé des compteurs ainsi que toutes les interventions techniques. En 2015, ERDF a ainsi investi 84 M€ sur le territoire picard.

hat are the key-figures for ERDF in W Picardie?

© ERDF

Quel partenariat avez-vous développé avec Amiens Métropole ? Amiens Métropole s’est engagée dans la voie d’un sursaut économique et d’une résilience territoriale. La filière énergétique est un des leviers de cette stratégie car elle bénéficie d’un écosystème fertile autour des recherches sur le stockage du laboratoire LRCS, du dynamisme de l’Université et de l’ESIEE, de l’éclosion de start-up et bien sûr de l’expertise et de la maîtrise technique des grandes entreprises comme ERDF. Cette filière industrielle est décisive pour impulser une croissance verte dans la nouvelle grande région, à travers la constitution d’un cluster autonomie énergétique. Notre responsabilité, dans cette période charnière, est de tout mettre en œuvre pour projeter Amiens vers un modèle de développement « bas carbone ». C’est le sens de la convention TEPCV (Territoire à Energie Positive pour la Croissance Verte) que nous avons signée en décembre 2015. Le projet emblématique de cette collaboration est la mise en service d’un bus électrique à haut niveau de service à horizon 2019 pour la métropole. ERDF est aussi partenaire d’Amiens Métropole pour l’appel à projet européen « smart cities and communities ». Nous avons saisi cette opportunité pour penser la ville intelligente de demain, avec Amiens et cinq autres villes européennes, en particulier dans le domaine de la mobilité électrique. Nous partageons une conviction forte avec le Président d’Amiens Métropole : la création de valeur se réalise avant tout dans un lien intime et organique entre le monde de l’entreprise et celui de la formation. Nous mettons beaucoup d’espoir dans la coopération technologique que nous avons initiée avec l’ESIEE. Faisons confiance aux jeunes talents pour favoriser la renaissance industrielle de la grande région !

ERDF employs eight hundred and sixty workers and recruits: fifty-seven jobs in 2015, including many young people on alternating work/study training. The reference electricity distributor in France has 830 000 customers in Picardy and manages almost 30 000 km of network. ERDF manages, operates and modernises the public electricity distribution networks, it makes connections, troubleshooting 24/24, meter reading as well as all technical interventions. In 2015, ERDF has invested € 84 million on the Picardy territory. What kind of partnership did you develop with the Amiens Metropole? The Amiens Metropole has engaged in the spurt to economic growth and in territorial resilience. The energy sector constitutes a major pillar of this strategy, since it benefits from a fertile ecosystem based on the research in energy storage of the LRCS laboratory, on the dynamism of the University and of ESIEE, and finally, on the creation of start-ups, and of course on the competencies and technical mastery of large enterprises such as ERDF. This industrial sector acts as a driving force of green growth in the new enlarged region, based on a cluster on energy independence. Our responsibility in this pivotal period means taking all necessary steps in order to project Amiens towards a “low-carbon” development model. This stands for the meaning of the TEPCV convention (Positive Energy Territory for Green Growth), which we signed last December 2015. The emblematic project of this cooperation involves the implementation, in the metropole, of an electrical bus service by 2019. ERDF acts also as a partner of the Amiens Metropole in the European call for tender “smart cities and communities.” With Amiens and five other European cities, we took hold of this opportunity to imagine the intelligent city of the future, particularly in the sector of electrical mobility.We share a strong conviction with the President of Amiens Métropole: value creation relies on an intimate and organic link between the entrepreneurial world and the training world. We firmly believe in the technological cooperation initiated with ESIEE, and we must confide in our young talents to instigate the industrial rebirth of this great region!

How do you imagine the technological change represented by the Comment préparez-vous le virage technologique des Smart Grids ? Smart Grids? En prenant la tête de la révolution technologique, à travers By leading the technological revolution through the Think l’association Think Smartgrids, dirigée par Philippe Monloubou, Smartgrids association led by Philippe Monloubou, the President of Président du Directoire d’ERDF ! Notre savoir-faire technologique ERDF’s Executive Board! Our technological skills have gained general est reconnu car l’innovation « coule dans les veines » du distributeur recognition since innovation has been “running through the distributor’s depuis bien longtemps : plus de 100 000 outils « intelligents » sont déjà veins” for a long time: over 100 000 “intelligent” devices are already déployés sur notre réseau moyenne tension. Pour garder une longueur deployed in our medium-voltage grid. In order to maintain a leadership d’avance, nos réseaux sont devenus le lieu de convergence de nouveaux position, our networks now form the focal point of the new digital procédés numériques et technologiques, par le and technological processes, also by our taking biais de notre participation à une quinzaine de part in some fifteen demonstrators in France. démonstrateurs en France. Ces expérimentations These experimentations will lead to a considerable vont nous permettre d’augmenter considérablement increase of our networks’ level of performance. le niveau de performance de nos réseaux. C’est This entails a decisive step in order to develop décisif pour pouvoir développer la planification energy planning, an electrical vehicle, and renewénergétique, le véhicule électrique, les énergies able energy. But the future stands already ERDF Picardie renouvelables… Mais l’avenir est déjà là : le nouveau there: the new Linky meter, which at present 10 rue Macquet Vion - F-80000 AMIENS compteur Linky, déployé actuellement à Amiens, has been deployed in Amiens, introduces us into Tél. : +33 (0)3 22 22 60 60 nous fait entrer dans l’ère des smart grids. L’élan est the world of smart grids. The impetus in the E-mail : frederic.lajoux@erdf.fr donné et la transformation du modèle énergétique transformation of our energy model will speed http://www.erdf.fr va s’accélérer dans les années à venir.  up the process in the coming years. 

April 2016

13


P arlementaires de F rance Magazine

Une politique de clusters au service de l’attractivité amiénoise Un entretien avec M. Alain GEST, Député de la Somme, Président d’Amiens Métropole sont les principaux atouts du Q uels territoire métropolitain en matière d’enseignement supérieur et de recherche ?

Enfin, le troisième axe du Pacte pour l’emploi et l’innovation a trait au marketing territorial : il s’agit de redorer le blason économique d’Amiens, de communiquer sur notre politique de clusters pour convaincre des entreprises de technologies de s’installer à Amiens, facilement accessible depuis Paris et Lille et reconnue pour sa bonne qualité de vie. © DR

Notre premier atout est sans conteste l’Université de Picardie Jules Verne (UPJV) : avec 30 000 étudiants dont 25 000 à Amiens, elle a connu à la dernière rentrée 10 % d’augmentation sur l’ensemble de ses formations et 20 % d’augmentation des étudiants en première année. Cette attractivité, due à une offre de formation de très bon niveau, confirme qu’Amiens a une carte à jouer sur le plan universitaire, en complément de Lille. Par ailleurs, le laboratoire « Energie » de l’UPJV est mondialement reconnu dans le domaine du stockage de l’énergie grâce à ses travaux de recherche sur les batteries. Autre atout pour notre territoire, le centre de pédagogie active SimUSanté s’est taillé une solide réputation dans le secteur de la santé à distance. Mais le pôle santé amiénois ne s’arrête pas là : il comprend aussi le tout nouvel hôpital universitaire, regroupant l’ensemble des services préalablement éclatés et un pôle clinique privé figurant dans le top 10 français ; il est également réputé grâce aux travaux de l’équipe du Pr. Devauchelle, qui a réalisé la première greffe de visage en novembre 2005. Et n’oublions pas Improve, l’institut mutualisé pour les protéines végétales, ainsi que le Centre de valorisation des glucides : ces deux organismes viennent rappeler l’importance de l’agroalimentaire dans notre région.

création de centres d’appels téléphoniques tournés vers l’utilisation des technologies numériques (entre 3 000 et 3 500 emplois avaient été créés à cette occasion).

Pourriez-vous nous présenter le Pacte pour l’emploi et l’innovation ? Je tiens d’abord à rappeler que ce Pacte a été voté à l’unanimité : c’est assez rare pour être souligné ! Ce Pacte se décline selon trois axes prioritaires. Le premier axe vise à favoriser l’esprit d’entreprise en sensibilisant les jeunes à la création d’entreprises dans les TIC notamment. Cela passe par des actions de formation, d’accueil spécialisé, de communication… Le deuxième axe est précisément lié à la politique des clusters et s’appuie sur trois piliers : l’énergie, avec la construction en cours d’un bâtiment pour accueillir des laboratoires supplémentaires et des start-up ; la santé, et plus particulièrement l’e-santé, avec des organismes de référence pour le Nord de la France ; et le numérique, avec la volonté de relancer une politique de l’Agglomération et du Conseil général qui, 15 ans en arrière, avaient impulsé la

Comment Amiens Métropole soutient-elle les acteurs de la recherche ? L’Agglomération leur apporte un soutien indirect : je pense notamment aux colloques organisés par l’UPJV ou encore à la semaine d’accueil des étudiants en début de rentrée universitaire. Dans le même esprit, Amiens Métropole octroie des subventions pour les projets de construction, met des locaux ou des terrains à disposition... Surtout, elle développe une politique de clusters afin de progresser dans nos trois domaines d’excellence.

14

© DR

Pour en finir avec nos points forts, j’aimerais souligner l’antenne de l’ESIEE à Amiens : elle fonctionne très bien et, grâce à notre politique de subvention pour assurer sa promotion, ses recrutements sont en hausse depuis un an et demi et le taux d’insertion professionnelle de ses étudiants dépasse les 90 %. Amiens est donc idéalement placée pour accueillir des entreprises dans ses trois secteurs d’excellence que sont l’agroalimentaire, l’énergie et la santé.

Comment ce Pacte est-il mis en œuvre sur le terrain ? En 2015 nous avons mis les fondements du Pacte en place, en commençant par fédérer les entreprises et les laboratoires de recherche pertinents pour les trois clusters. L’année 2016 marque l’entrée dans la phase active du Pacte. Nous avons récupéré des locaux en vue de créer le Quai de l’Innovation : il hébergera les clusters qui sont en train de se constituer en associations, des start-up, des porteurs de projets, une cantine numérique, un incubateur, différentes structures d’accompagnement ainsi que les services économiques de l’Agglomération. Notre ambition est d’intégrer le réseau French Tech. Fin janvier 2016 a eu lieu le premier « Start-up week-end », un concours qui a suscité un grand intérêt avec plus de 100 projets inscrits. Nous assistons à l’émergence de jeunes chefs d’entreprise d’un genre nouveau, à même de faire fructifier leurs idées et de créer de l’activité et de l’emploi. Il y a tout lieu de s’en réjouir ! 

Le projet de la Citadelle vise à l’implantation d’un pôle universitaire sur les 18 hectares du site de la Citadelle à Amiens. / The Citadelle project implies the creation of a university pole on the eighteen hectares of the Citadel site in Amiens.

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

A Cluster Policy to Serve the Attractiveness of Amiens An interview with Mr Alain GEST, Deputy of the Somme, President of the Amiens Metropole

Our first advantage lies undoubtedly in the Université de Picardie Jules Verne (UPJV): with its thirty-thousand students, twenty-five thousand of which in Amiens, its last academic year registered a ten percent increase of the whole of its training courses and a twenty percent increase of the enrolled students. Amiens owes this success to its excellent training offer, and thus confirms its strong position at university level, in conjunction with that of Lille. As for UPJV’s “Energy” Lab, its research into batteries earns international recognition in the field of energy storage. An additional advantage for our region resides in the active teaching Center SimUSanté which built up a solid reputation in the remote health sector. However, Amiens’ health sector provides much more than that: it includes the brand new university hospital, grouping all services that had previously been disassembled, and a private clinic pole ranking now alongside the best ten French ones; it owes its reputation also to the work of Professor Devauchelle’s team, which performed the first face transplant in November 2005. Let’s not forget Improve, the shared institute for vegetable proteins, as well as the Center for Glucide Recycling: these two institutions reinforce the importance of our region’s agrifood sector. Last but not least, I would like to mention Amiens’ ESIEE branch: it functions extremely well and thanks to our subvention policy favoring its promotion, its recruitments have been steadily increasing over the last year and a half, and the employment rate of its students exceeds the threshold of ninety percent. Therefore, Amiens enjoys an ideal implantation to welcome enterprises in its three key sectors of excellence, e.g., the agrifood, the energy and the health sectors. How does Amiens Metropole support its research stakeholders? Its conurbation provides them with indirect support: I am mainly thinking of the seminars and conferences organized by the UPJV, or of the Student Welcomme Week at the beginning of the academic year. Similarly, Amiens Metropole awards grants for construction projects, by making available land and premises… Above all, it fosters a cluster policy in order to progress in our three areas of excellence.

April 2016

© DR

hich are the main advantages of the metropolitan territory with W respect to higher education and research?

The Amiens’ pole, a flagship player in research on new technologies for health / Le pôle amiénois, un acteur-phare de la recherche sur les nouvelles technologies pour la santé.

Could you briefly describe the Pact for Employment and Innovation? In the first place, we must bear in mind that this Pact has received a unanimous vote: it is such a rare fact that it deserves to be mentioned! This Pact focuses on three priority axes. The first one helps fostering entrepreneurial spirit by sensitizing young people to create their own enterprises primarily in the ICT sector. This requires good training, specialized reception and communication… Our second axe is precisely based on the cluster policy and lies upon three pillars: energy, with the ongoing construction of a site for additional laboratories and start-ups; the health sector, and even more so, the e-health sector, with reference agencies for the North of France. Finally, the digital sector, with the willingness to revive a policy of the Amiens Métropole and the General Council which, fifteen years earlier, had initiated the creation of call centers focusing on digital technologies (on that occasion three to three thousand five hundred jobs were created). Finally, the Pact’s third axis confides in local marketing: this implies boosting Amiens’ economy, communicating on our

cluster policy in order to convince technology companies to settle down in Amiens, which is easily accessible from Paris and from Lille, and is recognized for its excellent quality of living. How is this Pact implemented in the field? In 2015, we laid the foundations of this Pact, starting by federating the enterprises and the relevant research laboratories around these three clusters. The year 2016 marks the Pact’s entry into a new active phase of its existence. We managed to recover premises to serve the creation of the Quai de l’Innovation, or innovation platform: it will house the clusters which are forming voluntary associations, start-ups, project promoters, a digital cafeteria, an incubator, various accompanying structures as well as the Agglomeration’s economic services. Our ambition implies becoming part of the French Tech network. At the end of January 2016, we held our first “Start-up week-end,” a contest which aroused much interest with over hundred projects registered. We are witnessing the emergence of young business leaders of a new kind, capable to bring their ideas to market and create activity and jobs. There is every reason to be confident! 

15


P arlementaires de F rance Magazine

Accompagner les entreprises dans la transformation numérique et la transition énergétique Un entretien avec M. Philippe VASSEUR, Président de la CCI de région Nord de France mieux communiquer, motiver son équipe… Qu’ils soient généralistes ou thématiques, ces clubs permettent aux chefs d’entreprises d’agrandir leur réseau et leur expérience. Dans le cadre de la Troisième révolution industrielle (cf. question suivante), les CCI Nord de France ont créé un « club des entrepreneurs de la Troisième révolution industrielle » qui met en réseau les acteurs de la Troisième révolution industrielle, propose un lieu de partage d’expériences, identifie les bonnes pratiques et valorise les retours d’expérience. Des clubs thématiques portant sur des piliers de la Troisième révolution industrielle (efficacité énergétique) ou sur des nouvelles technologies (impression 3D, méthanisation) ont été également mis en place.

consulaire Nord-Pas de Calais s’articule autour d’une CCI de région à laquelle sont rattachées 4 CCI territoriales : CCI Artois, CCI Côte d’Opale, CCI Grand Lille et CCI Grand Hainaut. En qualité de corps intermédiaire de l’Etat ayant à sa tête des chefs d’entreprises élus par leurs pairs, les CCI, établissements publics, ont une fonction de représentation des intérêts de l’industrie, du commerce et des services auprès des pouvoirs publics. Elles contribuent au développement économique, à l’attractivité et à l’aménagement de leur territoire ainsi qu’au soutien des entreprises. Elles accompagnent, mettent en relation et conseillent les créateurs et repreneurs d’entreprise, mais aussi les entreprises de toutes tailles sur divers leviers de croissance : développement à l’international, innovation, RSE, QSE, financement, TIC,… Elles participent à développer les territoires en gérant des équipements, en particulier portuaires ou aéroportuaires, en accueillant des investisseurs, en gérant CFA et établissements de formation. Enfin, elles réalisent des missions d’expertise, de consultation, ou toute étude demandée par les pouvoirs publics. Comment accompagnez-vous les projets de création et de développement d’entreprises innovantes ? Les CCI Nord de France apportent aux porteurs de projet, aux jeunes entreprises et aux dirigeants cédants les réponses adaptées à leurs besoins. Une offre cohérente et régionalisée permet de couvrir les besoins de l’entrepreneur tout au long de son parcours : l’idée, le projet, les formalités, le développement et la transmission. Pour le porteur de projet, la CCI de région met en place des réunions d’informations collectives, des ateliers techniques, des formations, des accompagnements individuels. Pour la jeune entreprise, des accompagnements individuel et collectif sont proposés ainsi que des réunions d’information sur le financement. Tout un parcours existe également pour le cédant : ateliers collectifs, diagnostic-évaluation,

16

© Antoine Repessé

ourriez-vous nous présenter le réseau des CCI Nord de France ? PDepuis le 1er janvier 2011, le réseau

mise en relation avec des repreneurs. Conscient des évolutions de l’environnement, des profils, des attentes et des besoins des entrepreneurs, le dispositif « CCI Entreprendre » fait également évoluer son offre d’accompagnement sur de nouvelles pratiques : segmentation de l’offre avec une priorité pour les projets qualitatifs et à potentiel, personnalisation et sur-mesure dès la prise en charge du visiteur, mise en place de nouvelles pratiques professionnelles, dématérialisation dans les réponses apportées aux besoins des clients et dans les pratiques au sein même de notre organisation. Quelles actions menez-vous pour mettre en relation les entreprises afin de favoriser le business ? Confrontés à la gestion quotidienne de leur entreprise, les dirigeants se sentent souvent bien seuls. Afin de rompre la solitude du chef d’entreprise, les CCI Nord de France proposent de nombreux clubs et réseaux permettant à leurs adhérents d’échanger avec d’autres entreprises, de partager leurs bonnes pratiques, mais aussi de se former avec un consultant sur des thèmes ciblés : élaborer sa stratégie commerciale, optimiser sa prospection,

Quel soutien apportez-vous au projet de Troisième Révolution Industrielle porté par la CCI de région et le Conseil régional ? En tant que président du World forum pour une économie responsable, j’ai invité l’économiste américain Jeremy Rifkin, auteur d’un livre sur la Troisième révolution industrielle, à venir faire une conférence à Lille en 2012. En l’écoutant, j’ai eu une autre idée que j’ai partagée avec le président de la Région d’alors : demander à Jeremy Rifkin de construire un plan d’actions pour le Nord-Pas de Calais mais d’une manière originale, en y associant des entreprises, des collectivités locales, des universités, des associations, des citoyens de la région. C’est comme cela qu’est né ce projet dont l’ambition est de faire de la région l’une des premières de France à vivre la révolution durable et connectée pour construire la France du futur. La Chambre de commerce et d’industrie accompagne les entreprises dans ce qui caractérise la Troisième révolution industrielle, c’est-à-dire la transformation numérique et la transition énergétique. Elle a développé aussi tout un panel d’outils pour aider les entreprises à trouver les financements nécessaires à leurs innovations : un fonds d’investissement, des partenariats avec des plateformes de crowdfunding, et même un livret d’épargne totalement dédié à la région et à la Troisième révolution industrielle. 

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Assisting Companies in Digital Transformation and Energy Transition An interview with Mr Philippe VASSEUR, President of CCI - Chamber of Commerce and Industry - of the North of France Region employees… Whether generic or thematic, these clubs make it possible for the entrepreneur to widen his or her network and experience. In the framework of the Third Industrial Revolution (see next question), the CCIs North of France created a “club for the entrepreneurs of the Third Industrial Revolution,” which coordinates the players of this industrial revolution, offers opportunities to share one’s experiences, identifies the best practices and acknowledges feedback. These offers include also those proposed by the thematic clubs dealing with the Third Industrial Revolution (energy efficiency) or new technologies (3D printing, methanization).

ould you outline the network of the CCI North of France C agencies?

© CCI de région Nord de France

Ever since 1st January 2011, the Nord-Pas de Calais consular network revolves around a regional CCI, comprising four territorial CCIs: CCI Artois, CCI Côte d’Opale, CCI Grand Lille, and CCI Grand Hainaut. As an intermediate State body led by entrepreneurs who are elected by their peers, the CCIs, which are public institutions, act as representative bodies in the interest of industry, commerce and services to the public authorities. They contribute to economic development, to the attractiveness and planning within the territory and support enterprises. They assist the creation and transfer of businesses by linking together entrepreneurs or business buyers, but also enterprises of any size at various growth levels: international development, innovation, RSE, QSE, funding, TIC,… They participate in developing territories by managing equipment, namely airport or seaport facilities, welcoming investors, managing CFA and training institutions. They also carry out technical and consultation assessments, as well as various studies demanded by the public authorities. How do you escort the creation of projects and the development of innovative enterprises? The CCIs North of France provide project owners, young enterprises and transferors the answers they need. A coherent and regionalized offer will meet the needs of the entrepreneur during his professional career: the original idea, the project, paperwork, development and transmission. In order to assist a project owner, the regional CCI organizes collective informational meetings, technical workshops, training sessions and individual accompaniment. They offer young enterprises a service of individual or collective accompaniment, as well as consultations on financing. They propose an accompaniment for the seller, including collective workshops,

April 2016

diagnosis-evaluation, and finding contacts with prospective buyers. Well aware of the environmental changes, the profiles, the expectations and the needs of entrepreneurs, the program “CCI Entreprendre” adapts its offer of services to new practices: product segmentation with a priority for the qualitative high-potential projects, tailoring and customizing the reception of visitors, introduction to new professional practices, and dematerialization of the responses to the clients’ needs within our organization. What initiatives have been taken to connect enterprises and favor business? Having to face the daily management of his enterprise, the position of an entrepreneur can be a very lonely one. In order to counter this sense of solitude, the CCIs North of France propose a large number of clubs and networks so their members may exchange with other enterprises, share best practices, and also acquire knowledge related to targeted themes: how to integrate a business strategy, optimize one’s prospection, have a better communication, motivate one’s

How do you support the project of the Third Industrial Revolution backed by the regional CCI and the Regional Council? As the president of the World Forum for a sustainable economy, I invited the American economist Jeremy Rifkin, author of the book on the Third Industrial Revolution, to hold a conference in Lille in 2012. Whilst listening to him, an idea crossed my mind, which I then shared with the Region’s President of the time; i.e., ask Jeremy Rifkin to build an action plan for the Nord-Pas-de-Calais region. It should be an original plan conceived in association with local enterprises and authorities, universities, organizations and local citizens. Thus, the project came into existence, the ultimate aim’s being to turn the region into one of the first French ones to have managed a sustainable and connected revolution in order to build the France of the future. The Chamber of Commerce and Industry assists enterprises in adapting themselves to the new aspects of the Third Industrial Revolution: digital transformation and energy transition. It also developed an entire array of tools to assist enterprises in their search for the funds they need to innovate: an investment fund, partnerships with crowd-funding platforms, as well as a savings account entirely dedicated to the region and to the Third Industrial Revolution. 

17


© Nord Pas de Calais - Picardie


Le potentiel académique et scientifique régional

© Michaël Lachant / Conseil régional Nord-Pas de Calais

The regional academic and scientific potential


P arlementaires de F rance Magazine

Le Potentiel académique et scientifique régional Une volonté affichée d’excellence Universités et grandes écoles, organismes de recherche et projets labellisés dans le cadre du Programme d’Investissements d’Avenir en témoignent : la région dispose d’un potentiel académique et scientifique de tout premier ordre. Revue de détail.

T

Pour sa part, l’université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis (UVHC) appuie sa recherche sur 8 laboratoires et se positionne sur cinq grandes thématiques : sciences et technologies, mathématiques, lettres, information-communication, droit, économie et management. Par ailleurs, l’UVHC est reconnue comme acteur de recherche national et international dans le domaine des transports durables avec le projet CISIT (Campus International pour la Sécurité et l'Intermodalité des Transports), qu’elle pilote via le LAMIH, le pôle de compétitivité i-Trans, auquel elle fournit la majorité des

20

Fronton de la faculté de médecine et de pharmacie de Lille / Pediment of the faculty of medicine and pharmacy, Lille

projets menés, et le pôle de compétitivité PICOM (industrie et commerce). L’UVHC dispose enfin d’un savoir-faire reconnu dans des niches originales comme les visions numériques, la chimie et les matériaux pour le développement durable, l’ingénierie urbaine et hospitalière, les systèmes électroniques pour l’acoustique et les télécommunications, la mondialisation, le développement local et les normes juridiques. Plus récente, l’Université

d’Artois a su développer une recherche à son image : pluridisciplinaire. Des sciences humaines et sociales aux sciences de la société en passant par les sciences expérimentales (génie civil, génie électrique et automatique) et les sciences « dures », ses travaux sont portés par 2 unités mixtes CNRS et 14 équipes d’accueil, en plus de son partenariat avec les six écoles doctorales du Nord-Pas-de-Calais. Par ailleurs, l’Université d’Artois a défini trois

© Oxydium59

Les universités sont pour beaucoup dans cette dynamique. À elle seule, la ComUE Lille Nord de France regroupe 190 laboratoires de recherche accueillant 5 500 personnes et contribue à hauteur de 3,8 % à la production scientifique nationale. La participation de ses laboratoires et organismes de recherche est particulièrement significative dans les domaines des STIC, en mathématiques et recherche médicale, en sciences humaines et sociales, en physique et en chimie des matériaux. De même, Lille Nord de France occupe une place de leader mondial dans la santé (cancer, diabète, cognition et maladies neuro-dégénératives), la soutenabilité du modèle de développement humain (chimie verte, matériaux agro-sourcés, pollution et climat), la gestion et la circulation de l’information, les transports et l’identité culturelle de l’Europe. Elle est également en pointe dans le projet de Troisième révolution industrielle. L’Université catholique de Lille n’est pas en reste : forte de 440 enseignants-chercheurs et 140 doctorants répartis en une quarantaine d’équipes et 5 unités de recherche labellisées (IEMN, LEM, L2EP, LGCGE, Institut Charles Viollette), elle structure ses activités de recherche autour de 4 pôles : l’économie, les sciences et technologies, les facultés (sciences humaines et sociales), la santé et le social.

© Frédéric Kuhlmann

roisième « région » étudiante de France avec plus de 160 000 inscrits dans l’enseignement supérieur, le Nord-Pasde-Calais a su se hisser à un très haut niveau de recherche en biologie-santé, sciences et techniques de l’information, sciences humaines et sociales, mathématiques, physique des lasers, mais aussi dans les domaines de l’énergie, de l’environnement et des transports.

Bâtiment de l’ISTV à l’Université de Valenciennes et du Hainaut Cambrésis / ISTV Building in the University of Valenciennes and Hainaut Cambrésis

April 2016


P arlementaires de F rance Domaines d’Intérêt Majeur (DIM) en termes de recherche : l’éco-efficacité énergétique (habitat, logistique, systèmes électriques) ; patrimoines, territoires et transculturalités ; et les recompositions du lien social. À ces trois DIM viennent s’ajouter les travaux du Centre d’Excellence en Intelligence Artificielle porté par le Centre de Recherche en Informatique de Lens (CRIL), du Laboratoire de Physiopathologie de la Barrière Hémato-Encéphalique (LBHE), du Laboratoire de Mathématiques de Lens (LML) et de l’Institut Charles Viollette, équipe « Ingénierie de Formulation des Aliments et Altérations (IFAA) ». Obéissant à une même logique de proximité que l’Université d’Artois, l’Université du Littoral Côte d’Opale (ULCO) a défini 3 axes de recherche : environnement, milieux littoraux, développement durable ; mathématiques et sciences pour l’ingénieur ; langues, littérature, histoire et culture. Par ailleurs, elle participe à 4 projets structurants que sont l’Institut de Recherches en ENvironnement Industriel (IRENI), le Campus de la Mer, INNOCOLD (l’institut technologique du froid industriel) et le Labex CAPPA (physique et chimie de l’environnement atmosphérique). Du côté picard, l’Université de Picardie Jules Verne (UPJV) compte 32 unités de recherche reconnues par le ministère : 5 sont associées au CNRS, 3 à l'INSERM et 1 à l'INERIS. Une 33ème unité de recherche a également été reconnue au titre de l'établissement. Ces unités sont impliquées dans les trois champs disciplinaires que sont les sciences, la santé et les sciences humaines et sociales. Dans chacun de ces trois grands secteurs, les compétences des différents laboratoires sont organisées autour de thématiques fédératrices assurant la lisibilité de l'offre de recherche de l'UPJV. Dans le secteur des sciences, les chercheurs étudient les matériaux, le transport et le stockage de l'énergie ; les agrosciences, la chimie verte et le développement durable ; la modélisation des systèmes, les procédés et l’aide à la décision. Dans le secteur de la santé, ils se sont spécialisés dans les thérapies cellulaires et le cancer ; le remodelage tissulaire normal et la pathologie ; le neurodéveloppement, la maturation et les facteurs environnementaux. L’UPJV a vu ses efforts de structuration de ses thématiques de recherche récompensés par l’obtention de nombreux projets dans le cadre du PIA. Le CPA (Centre de Pédagogie Active) SimUSanté©, le Labex STORE-EX sur le stockage électrochimique de l'énergie, l’Equipex FIGURES sur les technologies innovantes autour de la défiguration, le programme PeaMUST sur l’adaptation multi-stress et les régulations biologiques pour l'amélioration du rendement et de la stabilité du pois protéagineux, la biobanque d’Amiens, la SAS PIVERT (Picardie Innovations Végétales, Enseignements et

April 2016

© Liondartois

Magazine

Entrée Est du pôle d'Arras de l’Université d’Artois / East entrance, the Arras cluster of the University of Artois

Recherches Technologiques), la SATT Nord, le programme CDK-rein, qui concerne l’exploration de l’apparition d’une insuffisance rénale, la plateforme mutualisée d’innovation IMPROVE (Institut mutualisé pour la valorisation des protéines végétales), le projet ROCK, qui vise le développement d’un spectromètre consacré à la recherche de nouveaux matériaux dédiés aux batteries et aux catalyseurs, et PICARDIESCIENCE, une mobilisation de compétences et de moyens au service d’un projet collectif structurant, sont tous témoins de l'excellence de la recherche menée dans les laboratoires de l'UPJV. Désireuse de faire circuler la connaissance, l’Université de technologie de Compiègne (UTC) mène une recherche technologique, partenariale, pluridisciplinaire, interculturelle et avant tout propice à l’innovation. Neuf unités de recherche forment le cœur du potentiel de recherche de l'UTC : biomécanique et bioingénierie, génie enzymatique et cellulaire, heuristique et diagnostic des systèmes complexes, mécanique, acoustique et matériaux, modélisation multi-échelle et multiphysique des espaces bâtis, connaissance, organisation et systèmes techniques, laboratoire d’électromécanique de Compiègne, laboratoire de mathématiques appliquées de Compiègne, et transformations intégrées de la matière renouvelable. L’UTC a également obtenu la reconnaissance du PIA puisqu’elle participe à l’IDEX SUPER pour un campus à visibilité mondiale, à la SAS PIVERT, l’unique institut de transition énergétique en chimie du végétal, à l’IRT Railenium, au Labex MS2T (Maîtrise de Systèmes de Systèmes Technologiques), aux Equipex Robotex en robotique et Figures en chirurgie réparatrice, à la SATT Lutech et à la formation d’excellence Innovent-e au service des PME/PMI. Traditionnellement proches du monde de l’entreprise, les grandes écoles régionales ne manquent pas d’atouts. Flexibles et très réactives en termes de formation, elles ont su adapter leur mode de recrutement et sont

pour la plupart capables de proposer des cursus complets en anglais. Leurs activités de recherche sont très variées, à l’image de la diversité des sciences de l’ingénieur : partenaires naturels des pôles de compétitivité i-Trans et PICOM, elles mènent des recherches sur le rail ou l’environnement et collaborent avec Inria, le CEA Tech, etc. Certaines grandes écoles ont également mis en place des incubateurs d’entreprises (APUI à Mines Douai, GENI - Grandes Ecoles du Nord Incubation), un Centre d’ingénierie et d’innovation (Mines Douai) ainsi que les Adicodes, une structure d’appui aux PME (groupe HEI ISA ISEN). Qu’il s’agisse de l’École Centrale de Lille, de l’École des Mines de Douai, de la Fédération Universitaire Polytechnique de Lille, de l’ESC Amiens, de l’ESCOM (École Supérieure de Chimie Organique et Minérale), de l’ESIEE Amiens (École Supérieure d’Ingénieurs en Électronique et Électrotechnique), de l’ELISA (École d’Ingénierie des Sciences Aérospatiales) ou encore de l’ESAD (École Supérieure d’Art et de Design d’Amiens), les grandes écoles régionales réaffirment au quotidien leur capacité d’écoute des besoins des entreprises. Aux côtés des universités et des grandes écoles, d’autres organismes de premier plan font vivre la recherche régionale : le CHRU de Lille, l’Institut Pasteur de Lille, le CHU Amiens-Picardie et l’Inserm pour la santé, Inria Lille Nord de France pour le numérique, l’Institut Polytechnique LaSalle Beauvais et l’INRA Centre de Lille (Institut National de la Recherche Agronomique) pour l’agroalimentaire, l’INERIS (Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques) pour la prévention des risques que les activités font peser sur la santé, la sécurité des personnes et des biens… sans oublier le CNRS, partie prenante de 31 unités mixtes de recherche et membre actif de partenariats avec les collectivités territoriales et les industriels. Une belle manière d’illustrer les implications politiques et économiques de  toute activité de recherche.

21


P arlementaires de F rance Magazine

Regional academic and scientific potential Shared determination to achieve excellence Universities and higher education establishments, research institutes and approved projects within the framework of the Investments for the Future Programme bear witness to the fact that the region has top class academic and scientific potential. Overview.

For its part, the University of Valenciennes and Hainaut Cambrésis (UVHC) relies on 8 laboratories for its research and positions itself on five important subject matters: science and technologies, mathematics, arts, information and communication, law, economy and management. Besides, UVHC is nationally and internationally renowned as a research player in the field of sustainable transportation with the CISIT project (International Campus on Safety and Intermodality in Transportation), which it is piloting through the LAMIH, the competitiveness cluster i-Trans, to which

22

University Institute of Technology of Oise in Beauvais, partially attached to UPJV L'Institut universitaire de technologie de l'Oise à Beauvais, partiellement rattaché à l’UPJV

it provides most of the projects it leads, and the competitiveness cluster PICOM (industry and trade). Eventually, UVHC is renowned for its know-how in original niches such as digital visions, chemistry and materials for sustainable development, urban and hospital engineering, electronic systems for acoustics and telecommunications, globalisation, local development and legal norms. More

recently, the University of Artois was able to develop research that is typical of this institution: multidisciplinary. From social and human sciences to society sciences including experimental sciences (civil engineering, electrical engineering and automation) and the “hard” sciences, its work is carried out by 2 mixed CNRS units and 14 reception teams, as well as its partnerships with six

© ESCIP

he third biggest student “region” in France with more than 160 000 people enrolled in third level education, the Nord-Pas-de-Calais, knew how to haul itself up onto a very high level of research in biology and health, information sciences and techniques, social and human sciences, mathematics, laser physics and also in the fields of energy, the environment and transportation. The universities have had a lot to do with this dynamic. The ComUE Lille Nord de France alone has 190 research laboratories with 5,500 people and contributes up to 3.8 % to the national scientific production. The participation of these laboratories and research institutes is particularly significant in the ICST fields, mathematics and medical research, social and human sciences, physics and materials chemistry. Similarly, Lille Nord de France is a world leader in health (cancer, diabetes, cognition and neuro-degenerative diseases), the tenability of the human development model (green chemistry, agro-sourced materials, pollution and climate), management and circulation of information, transportation and European cultural identity. It is also up to speed in the Third Industrial Revolution project. The Catholic University of Lille is not lagging behind. It boasts 440 lecturersresearchers and 140 PhD students divided up over about forty teams and 5 approved research units (IEMN, LEM, L2EP, LGCGE and the Charles Viollette Institute). It organises its research activities around 4 pillars: economy, sciences and technologies, faculties (social and human sciences), health and social matters.

© Iutbvs

T

Engineering College of Littoral Côte d'Opale (EILCO), attached to ULCO / L'École d'ingénieurs du Littoral Côte d'Opale (EILCO), rattachée à l'ULCO

April 2016


P arlementaires de F rance doctoral colleges in Nord-Pas-de-Calais. Moreover, the University of Artois has defined three Major Research Areas (DIM): eco-effective energy (home, logistics and electric systems); heritage, territory and cross cultural issues; and re-establishing the social bond. In addition to these three areas of research, there is the work of the Excellence Centre on Artificial Intelligence led by Lens Research Laboratory for Computing (CRIL), the Laboratory for Blood-Brain Barrier Pathophysiology (LBHE), Lens Mathematics Laboratory (LML) and the Charles Viollette Institute, with the team “Engineering of Food Formulation and Alterations (IFAA)”.Following the same logic of proximity as the University of Artois, the University of Littoral Côte d’Opale (ULCO) has defined 3 areas of research: environment, coastal areas and sustainable development; mathematics and engineering; and languages, literature, history and culture. In addition, it is involved in 4 structuring projects namely, the Industrial Environment Research Institute (IRENI), the Sea Campus, INNOCOLD (the Industrial Low Temperature Institute) and the Labex CaPPA (Chemical and Physical Properties of the Atmosphere). In the Picardie area, the University of Picardie Jules Verne (UPJV) has 32 research units recognised by the Ministry: 5 are linked to CNRS, 3 to INSERM and 1 to INERIS. A 33rd research unit was also recognised as part of the institution. These units are involved in the three main disciplinary fields, i.e. the sciences, health and social and human sciences. In each of the three large sectors, the skills of the various laboratories are organised around associated themes ensuring that the research offer of UPJV is readable. In the sciences sector the researchers study materials and the transport and storage of energy; agro-sciences, green chemistry and sustainable development; systems modelling, processes and decision support. In the health sector, they specialise in cell therapy and cancer; remodelling of normal tissue and pathology; neuro-development, maturation and environmental factors. UPJV’s organisational efforts on these research themes have been rewarded by the allocation of many projects under the PIA framework. Projects that bear witness to the excellence of the research carried out in UPJV’s laboratories include the CPA (Centre of Active Pedagogy) SimUSanté©; the Labex STORE-EX on electrochemical energy storage; the Equipex FIGURES on innovative technologies regarding disfiguration; the programme PeaMUST on multi-stress adaptation and the biological regulations for improving output and the stability of the protein pea; the Amiens biobank;

April 2016

© Mysid

Magazine

Lobes of the brain. Neuro-development is among the research areas of UPJV. Lobes du cerveau. Le neurodéveloppement fait partie des axes de recherche de l’UPJV.

PIVERT SAS (Picardie Plant Innovations, Teaching and Technological Research); the SATT Nord; the CDK-rein programme, which deals with examining the occurrence of renal failure; the shared innovation platform IMPROVE (Mutual Institute for the Promotion of Plant Proteins); the ROCK project, which is developing a spectrometer for the research of new materials specially for batteries and activators; and PICARDIESCIENCE, a mobilisation of skills and methods at the service of a collective structuring project. Keen to circulate knowledge, the University of Technology of Compiègne (UTC) is doing research that is technological, multidisciplinary, intercultural and above all favouring innovation. Nine research units form the core of the research potential of UTC: biomechanics and bioengineering, enzyme and cell engineering, heuristics and diagnostics of complex systems, mechanics, acoustics and materials, multi-level modelling and multi-physics of built-up areas, knowledge, organisation and technical systems, the Electromechanical laboratory of Compiègne, the Applied mathematics laboratory of Compiègne and integrated transformations of renewable material. The UTC also received recognition by the PIA since it participates in IDEX SUPER for a campus of world visibility; in PIVERT SAS, the only institute of energy transition into plant chemistry; in IRT Railenium; in the Labex MS2T (Control of Systems of Technology-intensive Systems); in Equipex Robotex in Robotics and Figures in Reconstructive surgery; in SATT Lutech; and in the excellence training Innovent-e at the service of SMEs/SMIs. Traditionally close to the world of business, the regional third level colleges have many advantages. They are flexible and very adaptable in terms of training, they have known how to adapt

their recruitment strategy and, on the whole, they are capable of offering a full curriculum in English. Their research activities are very varied and this is reflected in the diversity of engineering sciences. Natural partners of the competitiveness clusters i-Trans and PICOM, they carry out research on railways and the environment and collaborate with Inria, CEA Tech, etc. Some colleges have also set up business incubators (APUI in Mines Douai, GENI - Grandes Ecoles du Nord Incubation), an engineering and innovation Centre (Mines Douai), as well as the Adicodes, a support structure for SMEs (HEI ISA ISEN Group). Whether it is the École Centrale of Lille, the École des Mines of Douai, the Fédération Universitaire Polytechnique of Lille, ESC Amiens, ESCOM (College of Organic and Mineral Chemistry), ESIEE Amiens (College for Engineers in Electronics and Electrotechniques), ELISA (Engineering School of Aerospace Sciences) or indeed ESAD (College of Art and Design College, Amiens), the regional colleges regularly reassert their openness to business requirements.Aside from the universities and the third level colleges, other institutes in the front line keep regional research alive: the CHRU of Lille, Institut Pasteur, Lille, the CHU Amiens-Picardie and Inserm for health, Inria Lille Nord de France for digital technology, the Institut Polytechnique LaSalle Beauvais and INRA Centre de Lille (National Institute for Agronomic Research) for agro-food, INERIS (National Institute of Industrial Environment and Risks) for the prevention of risks that the activities may have on health, safety of people and property... without overlooking the CNRS, which is involved in 31 mixed research units and is an active partner of local communities and industrialists. A great way to show the political and economic implications of every research activity. 

23


P arlementaires de F rance Magazine

3ème

Mettre en place la révolution industrielle

Un entretien avec Mme Sandrine ROUSSEAU, Vice-présidente sortante du Conseil régional chargée de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sont les points forts du NordQ uels Pas-de-Calais en matière d’enseignement supérieur et de recherche ?

projet Exosquelette. Lancé à l’initiative conjointe d’une association et d’un laboratoire de recherche, il vise à développer un exosquelette à destination d’enfants handicapés. Le projet a abouti à un premier appareillage qui ouvre d’intéressantes pistes de recherche. Nous avons aidé à la structuration d’une équipe, le projet s’est développé et grâce à cela, a pu obtenir un financement européen.

En matière de recherche, le Nord-Pasde-Calais a su se hisser à un très haut niveau en biologie-santé, en sciences et techniques de l’information, en sciences humaines et sociales (avec une mention spéciale pour les « visual studies », en lien avec l’image), en mathématiques, physique des lasers, mais aussi dans les domaines de l’énergie, de l’environnement et, bien sûr, des transports. Le Nord-Pas-de-Calais a fait le pari de la 3ème révolution industrielle (TRI) avec, entre autres, le programme « Université zéro carbone ». Pourriez-vous nous en dire plus ? La Région s’est associée à l’économiste américain Jeremy Rifkin pour faire du Nord-Pas-de-Calais une région qui sort du carbone. La Troisième révolution industrielle part du constat que le modèle de développement actuel, qui repose sur les énergies fossiles et sur une économie linéaire, n’est plus tenable face aux enjeux environnementaux, sociaux et économiques auxquels nous devons faire face. La démarche proposée porte trois ambitions : sobriété énergétique, nouvelles mobilités, énergies renouvelables « intelligentes ». Un des objectifs est de produire de l’énergie différemment. Aujourd’hui l’énergie est produite par de grosses entités, très centralisées. Demain chaque bâtiment pourra produire sa propre énergie et être mis en réseau avec les autres producteurs d’énergie pour remplacer les centrales. L’Université participe activement à cette révolution. C’est tout le sens de la démarche Universités Zéro Carbone, qui est l’un des programmes majeurs de la TRI. L’enjeu est de profiter de la force formidable que constituent les universités, les laboratoires de recherche et tous ceux qui y travaillent, pour faire des campus du Nord-Pas de Calais les lieux où s’invente la ville de demain. Plus de 50 projets concrets sont dans les cartons, dont une bonne dizaine suffisamment

24

© DR

Le Nord-Pas-de-Calais est la troisième région étudiante de France avec plus de 160 000 inscrits dans l’enseignement supérieur. Elle affiche un bon taux de réussite en licence et un excellent taux d’insertion à la sortie des masters. Par ailleurs, la région est reconnue pour la qualité de son offre de formation tout au long de la vie.

« matures » pour démarrer dès le début de 2016. Ils portent sur des réseaux énergétiques intelligents, sur la gestion des eaux et des espaces verts, sur les mobilités, sur la formation, etc. Quelles thématiques de recherche prioritaires avez-vous définies ? Elles rejoignent les points forts de la recherche dans notre région. Je pense bien évidemment à la santé, l’énergie, mais aussi au développement des sciences humaines et sociales pour accompagner le changement – changement qui englobe la 3ème révolution industrielle ainsi que la crise sociale et démocratique actuelle. Il est important que les personnes participent aux évolutions en cours. Le Conseil régional soutient également les travaux de recherche en chimie verte, chimie des matériaux et agroalimentaire (avec un pôle qui devrait permettre à ce secteur de répondre à des normes environnementales et de conservation de plus en plus strictes). Nous avons mis en place un mécanisme de financement pour des projets de recherche très émergents. Cela permet de soutenir des projets en phase de maturation pendant 2 à 3 ans, avec la possibilité de structurer une équipe de recherche. Deux options s’offrent ensuite : le financement d’un pré-prototype si le projet peut aboutir à une innovation ou bien le financement via le CPER ou les fonds européens. Un exemple concret, issu de l’appel à projets Chercheurs citoyens : le

Quel bilan dressez-vous du CPER 20072014 et quels sont les axes majeurs du volet enseignement supérieur, recherche et innovation du CPER 2015-2020 ? Le CPER précédant aura permis de développer des programmes immobiliers importants sur la métropole lilloise et dans toute la région. Les 10 « projets Phare » se sont traduits par des évolutions notables dans la structuration de nos forces de recherche, et dans le développement des connaissances. Par exemple en matière de sécurité dans les transports, d’environnement industriel, d’innovations thérapeutiques contre le cancer et les maladies neuro dégénératives ou encore de développement des sciences humaines et sociales en santé. Malheureusement, on ne peut que regretter que seulement 70 % des crédits de l’État aient été consommés. Le CPER 2015-2020 prévoit 178 M€ pour l’enseignement supérieur et la recherche. Les axes majeurs en sont la 3ème révolution industrielle, le milieu marin, l’éco-mobilité ainsi que les sciences humaines et sociales. En outre, le CPER va permettre le financement d’un spectromètre à résonance magnétique RMN 1200, un équipement de niveau européen qui va bénéficier à l’ensemble des universités. Quels partenariats avez-vous développés avec la Picardie en matière d’enseignement supérieur et de recherche dans le cadre de la Nouvelle Région ? Pour l’heure nous en sommes à mettre à plat les politiques menées dans les deux anciennes régions car elles sont assez différentes. Toutefois des éléments communs apparaissent d’ores et déjà : l’agroalimentaire (avec le pôle d’excellence Agroé), les transports (avec I-Trans), le textile (avec UP-tex), les réseaux de transport intelligents et les réseaux électriques. Il reviendra à la prochaine mandature de capitaliser sur ces potentielles synergies. 

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Launching the Third Industrial Revolution An interview with Mrs Sandrine ROUSSEAU, Outgoing Vice-president of the Regional Council in charge of Higher Education and Research

Nord-Pas-de-Calais stands as the third student region in France, with over 160,000 students enrolled in higher education. It exhibits a strong success rate in licensees, and an excellent integration rate at the masters’ level. In addition, the region receives acknowledgement for the quality of its life-long training offer.

© Christophe Blanquart / Conseil régional Nord-Pas de Calais

hich are the strong points W of Nord-Pas-de-Calais in higher education and research?

was launched through the joint initiative of an association and a research laboratory, with the final aim of developing an exoskeleton for handicapped children. The project yielded a first appliance outlining some interesting avenues of research. We helped structure a team that made it possible for the project to develop and obtain European funding.

How would you assess the 20072014 CPER, and how would you than 160,000 youths enrolled in higher education in the Nord-Pas de Calais region and third student define the major bases of higher In the research area, Nord- More region in France. / Plus de 160 000 jeunes inscrits en enseignement supérieur dans le Nord-Pas de Calais, education, research and innovaPas-de-Calais managed to place 3ème région étudiante de France. tion of the 2015-2020 CPER? itself at a very high level in The previous CPER led to the developBiology-Health; in Information science and all those who work to change the Nord-Pas ment of property programs in the Greater techniques; in Human and Social sciences de Calais campuses into the place where Lille Area and in the rest of the region. The (with a special focus on “visual studies,” in they will invent tomorrow’s city. Over fifty ten “Phare projects” resulted in significant connection with the image); in mathematics; tangible projects inhabit the box, a dozen of developments in the structuring process laser physics, as well as in the sectors which have reached sufficient maturity to of our research strengths, and in developinvolving energy, environment; and, of initiate right at the beginning of 2016. They ment of knowledge. With regards to safety course, transport. cover smart energy networks; management conditions in transport, in an industrial of ground and surface waters and of green environment; in relation to therapeutic The Region decided to bet on the Third space; mobility, training, and so forth. innovations against cancer and neuroIndustrial Revolution (TRI) with the degenerative diseases; and in the developprogram “Zero carbon University.” Would What priority thematic areas of research ment of human and social sciences, in the you tell us more about it? have you identified? health sector. Regrettably, only 70% of The Region partnered with the They coincide with the research the State funding were used. American economist Jeremy Rifkin, in strengths in our region. I am thinking, of order to transform Nord-Pas-de-Calais course, of health, energy; also I consider The CPER 2015-2020 forecasts 178 into a carbon-free region. The Third the development in human and social million Euros for higher education and Industrial Revolution recognizes that the sciences, to go along with the changes, a research. Its major axes reside in the Third current development model, which relied transformation which addresses the Third Industrial Revolution; in the marine heavily on fossil fuels and on a linear Industrial Revolution as well as today’s environment; in eco-mobility alongside economy, cannot be allowed to continue social and democratic crisis. We attach human and social sciences. In addition, when it comes to the social and economic great importance to the fact that people the CPER will help to fund a magnetic issues we must confront. This approach participate in these future developments. resonance spectrometer RMN 1200, a pursues three basic objectives: energy European facility which will benefit all savings; new mobility projects; and “intelThe Regional Council also supports universities. ligent,” renewable energies. One objective the research in green chemistry, bio-food means to find another way of producing chemistry and chemistry of materials (with What kind of partnerships did you develop energy. Today, we produce energy by highly a pole which should enable this sector to with Picardie in the field of higher educacentralized and large production entities. respond to the growingly strict environtion and research, within the context of the But tomorrow, every building shall be mental and conservation approaches). We new Region? capable of producing its own energy and set up a funding mechanism for currently At present, we are ironing out the will network with other energy producers, emerging research projects. This supports policies implemented in the two former in replacement of the power plants. projects which will reach a ripening stage regions, since they differ from each other. in two to three years, with the possibility Yet, common elements already appear: Our University plays an active part in of structuring a research team. We will have the agrifood industry (with the center of this revolution. Herein lies the meaning of two alternatives: financing of a pre-protoexcellence Agroé), transport (with I-Trans), the approach Universités Zéro Carbone, type, if the project leads to innovation; textile (with UP-tex), intelligent transport which stands as one of the major TRI or funding via the CPER or the European networks and electrical networks. It will programs. The challenge resides in taking funds. The call for projects addressed to be the next term’s task to capitalize on these advantage of the tremendous strength of Citizen Researchers provides us with a potential synergies.  these universities, research laboratories, and specific example: the Exoskeleton project.It

April 2016

25


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

SATT Nord1 Un entretien avec M. Norbert BENAMOU, Président de la SATT Nord, Président du réseau SATT

An interview with Mr Norbert BENAMOU, President of SATT Nord, President of the SATT network

W

Q

© SATT Nord

uels sont les chiffres-clés de la SATT Nord ? Bénéficiant d’une dotation de l’État de 60 M€ sur 10 ans dont 19 M€ sur 2016-2018, la SATT Nord détecte annuellement environ une centaine de projets d’investissement (92 déclarations d’inventions et 29 dépôts de brevets en 2015). L’investissement est stable avec 28 projets par an. Parmi les projets soutenus, 60 % relèvent de la santé, un tiers des sciences pour l’ingénieur et des TIC, et 7 % de la chimie, des matériaux et des sciences fondamentales. Sept transferts (vente de licences sur les technologies développées) ont déjà été conclus : 3 à des TPE, 2 à des grands groupes et deux à une PME. Quelle est votre offre de technologies à destination des entreprises ? Dans le domaine de la santé, les établissements partenaires ont notamment développé de nouvelles molécules pour traiter certains cancers ou des maladies critiques, telles la maladie de Crohn. Dans le domaine des TIC, une technologie a par exemple été licenciée à une start-up pour permettre la communication entre véhicules au sein d’une flotte et faire un suivi de l’état des routes. Dans ce cas, la SATT a même mis la start-up en contact avec son premier client. La SATT Nord est l’interlocuteur unique des entreprises. Elle gère la complexité des contrats de licence impliquant souvent 3 à 4 organismes de tutelle. De plus, elle peut aider une entreprise à faire son marché parmi les 600 technologies déjà transférables du réseau SATT et les 300 opportunités recensées dans les laboratoires régionaux. Elle peut même l’accompagner dans l’ingénierie d’un partenariat avec un laboratoire donné en vue d’une co-maturation et d’un transfert ultérieur.

hat are the key figures for SATT Nord? With a State contribution of 60 million Euros over a ten-year period, 19 million Euros of which are for the year 2016-2018, SATT Nord reveals every year some hundred investment projects (92 invention disclosures and 29 patent registrations in 2015). The investment remains stable, with 28 yearly projects. Sixty percent of these supported projects concern the health sector, one third concerns engineering sciences and TICs, and seven percent concern chemistry, materials and fundamental sciences. Seven transfers (sale of licenses of developed technologies) have already been defined: three concern VSEs, two concern large groups and two concern SMEs. What is your offering of technologies intended for enterprises? In the health sector, partner establishments have developed new molecules intended to treat some cancers or critical illnesses such as Crohn’s disease. In the field of ICTs, one technology was licensed to a start-up in order to have vehicles communicate and monitor road conditions within a vehicle fleet. In this case, SATT has even put in contact the start-up with its first client. SATT Nord stands as the unique interlocutor for companies. It manages the complexities of license agreements, often involving three to four governing bodies. In addition, SATT can counsel an enterprise while it searches for opportunities among the six hundred transferable technologies from the SATT network and among the three hundred opportunities that occupy the regional laboratories. It may even assist in building up a partnership with a given laboratory, with a view of co-maturing and future transfer.

Quels sont selon vous les défis qui attendent la SATT Nord ? What challenges will SATT Nord have to meet? La SATT Nord devra évoluer vers un modèle d’investissement SATT Nord will have to evolve a strategic investment model stratège avec un rééquilibrage des domaines soutenus en and rebalance the areas sustained in compliance with the poles of cohérence avec les axes d’excellence des établissements, et les excellence of these establishments and regional innovation strategies. stratégies régionales d’innovation. Elle devra adopter un rythme Within the next two or three years, it must achieve a cruising speed de croisière en termes d’investissement (une trentaine de projets in terms of investment (about 30 projects per year for a mean par an pour un montant moyen de 300 000 €) et de transfert amount of 300,000 Euros) and of transfer (15-20 licenses per year). (15-20 licences par an) d’ici 2-3 ans. Elle devra accompagner It will have to support establishments in the commercialization of les établissements dans le volet commercialisation des plateacademic platforms being developed throughout. As with all SATTs, formes académiques en cours de déploiement en leur sein. SATT Nord will need to invest in technologies with a medium to Comme toutes les SATT, la SATT Nord devra être capable long-term return on investment, in synergy with the establishments d’investir sur des technologies avec un retour and the great national bodies which rely on a sur investissement à moyen et long terme, en long-term horizon to promote breakthrough synergie avec les établissements et les grands technologies. By 2017, SATT Nord will have organismes nationaux qui misent sur le long to restructure itself within the new institutional terme pour favoriser les technologies de landscape as defined by the EUACOM and SATT Nord  rupture. D’ici 2017, la SATT Nord devra aussi the new regions. 2, Rue du Priez - F-59800 Lille s’articuler efficacement dans le nouveau Tél. : +33 (0)3 28 36 04 68 (1) paysage institutionnel défini par les COMUE SATT stands for Société d’Accélération du Transfert de E-mail : lille@sattnord.fr  et les nouvelles régions. Technologies, e.g., Technological Transfer Acceleration Companies. http://sattnord.fr/

26

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Communauté d’Universités et d’Établissements Lille Nord de France ComUE LNF Une coopération renforcée entre universités, grandes écoles et organismes de recherche

© ComUE Lille Nord de France

Un entretien avec le Pr. Philippe ROLLET, Ex-Président de la ComUE LNF (1er janvier 2013 – 1er février 2016)* Président de l’université de Lille, Sciences et Technologies

L’

enseignement supérieur régional est-il largement représenté au sein de la ComUE LNF ? Oui. Et c’est bien ce qui a animé nos travaux pour concrétiser notre ComUE : fédérer en région pour être unis face à nos enjeux. À ce jour, elle compte onze établissements membres fondateurs : - les six universités sur le territoire régional Nord-Pas-de-Calais (universités Lille 1, Lille 2, Lille 3, engagées dans un processus de fusion, université d’Artois, université du Littoral et université de Valenciennes), - deux grandes Écoles (École Centrale de Lille et École des Mines de Douai), - la Fédération Universitaire Polytechnique de Lille, - deux organismes de recherche (CNRS et INRIA). Les autres grandes écoles et organismes de recherche, le CHRU, l’Institut Pasteur seront associés à la ComUE en 2016.

Quel est le rôle stratégique de la ComUE LNF ? La ComUE Lille Nord de France permet aux établissements d’enseignement supérieur et aux organismes de recherche d’élaborer une vision stratégique et prospective partagée, en forte synergie avec le monde économique et social et les collectivités territoriales pour s’inscrire dans les grands programmes

28

européens (Horizon 2020, ERC), nationaux (PIA, par exemple), ou régionaux.

confortant la région comme un moteur de la « Troisième Révolution Industrielle ».

Quelles actions sont menées à l’échelle de la ComUE LNF ? La ComUE Lille Nord de France, par le dialogue et la mutualisation, permet de concrétiser des projets communs à forte valeur ajoutée. Intrinsèquement, elle exerce deux compétences : la formation des maîtres avec son École Supérieure du Professorat et de l’Éducation et la formation des doctorants par son Collège Doctoral fédérant six écoles doctorales thématiques pour soutenir l’insertion professionnelle et internationale des doctorants. En matière de projets coopératifs à forte valeur ajoutée, son action porte sur : - la recherche et l’innovation : elle organise les « réseaux thématiques de recherche » rassemblant laboratoires, entreprises et collectivités dans de grands domaines d’excellence, en appui des politiques régionales (développement économique, recherche, innovation). Elle favorise le transfert scientifique. C’est la mission confiée à la SATT NORD, mise en place en collaboration avec les universités de Picardie Jules Verne, de Reims Champagne-Ardenne et le CNRS. Elle favorise également le renforcement des partenariats économiques au sein des pôles de compétitivité ou autour des structures mises en place dans le cadre du PIA ; - la formation : elle coordonne l’offre régionale, met en place des outils partagés (cartographie, observatoire), élabore une approche commune de la formation tout au long de la vie et de l’apprentissage et favorise le développement de l’entrepreneuriat étudiant ; - l’attractivité et l’ouverture internationales de l’enseignement supérieur en région : elle apporte une contribution déterminante à l’espace eurorégional de l’enseignement supérieur structuré avec les universités étrangères voisines (programmes doctoraux communs, de formation d’excellence, actions communes autour de l’entrepreneuriat) ; - l’appui aux politiques universitaires de développement durable : elle met en œuvre et anime des programmes transverses (programme Universités Zéro Carbone) et participe activement au programme Rev 3

Concrètement, quel potentiel de développement représente la ComUE LNF à travers ses établissements membres ? C’est un potentiel de recherche et de formation du plus haut niveau. Forte de 150 000 étudiants, nous sommes la troisième région étudiante. Elle se situe au 4ème rang national pour le nombre de diplômés de masters et au 3ème rang pour le nombre d’élèves ingénieurs. Nos universités et écoles se placent au tout premier plan pour l’insertion professionnelle de leurs étudiants (plus de 92 % de débouchés professionnels). Nous comptons 190 laboratoires de recherche accueillant 5 500 collègues (chercheurs, enseignants-chercheurs, ingénieurs, techniciens, doctorants,…). Nous contribuons à hauteur de 3,8 % à la production scientifique nationale, ce qui nous situe ainsi au 8ème rang des régions françaises. La participation de nos laboratoires et organismes de recherche est particulièrement significative dans les domaines des STIC (intelligence artificielle), en mathématiques, en recherche médicale (4ème rang), en sciences humaines et sociales (5ème rang), en physique (6ème rang) et en chimie des matériaux (8ème rang). Notre excellence est reconnue au niveau international avec, dans certains cas, une place de leader mondial dans des spécialités qui répondent à de forts enjeux économiques et sociétaux : santé et bien-être (cancer, diabète, cognition et maladies neurodégénératives), soutenabilité du modèle de développement humain (chimie verte, matériaux agro-sourcés, pollution et climat), gestion et circulation de l’information (sciences du logiciel, de l’apprentissage et de la décision, réalité virtuelle, images, dispositifs électroniques et photoniques), transports (infrastructures ferroviaires du futur, éco-mobilité) et identité culturelle de l’Europe (émergence, flux et transformations, politiques). * Le Professeur Mohamed OURAK a été élu nouveau Président de la ComUE Lille Nord de France le 1er février 2016.

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

The Communauté d’Universités et d’Établissements Lille Nord de France ComUE LNF Reinforced Cooperation between Universities, Grandes Ecoles and Research Organizations An interview with Prof. Philippe ROLLET, Ex-President of ComUE LNF (January 1, 2013 – February 1, 2016)* President of Lille University, Sciences and Technologies hosts transversal programs (the program for “zero-carbon Universities”), and it actively takes part in the Rev 3 program strengthening the region as a driving force of the “Third Industrial Revolution.”

oes the regional higher education find large representation within ComUE

LNF? It does. In fact, it acted as a driving force to ensure our ComUE through a federating action in the region, in order to present a united front before our challenges. To date, we have eleven founding member establishments: - The six universities on the regional territory Nord-Pas-de-Calais (Lille 1, Lille 2, Lille 3 universities, which have started a merging process, the University of Artois, the Université du Littoral and the University of Valenciennes); - Two Grandes Écoles (École Centrale de Lille and École des Mines de Douai); - The Fédération Universitaire Polytechnique de Lille; - Two research organizations (CNRS and INRIA). The remaining Grandes Écoles and research organizations, the CHRU and the Institut Pasteur will be partnered with the ComUE in 2016.

Could you describe the strategic role of the ComUE LNF? The ComUE Lille Nord de France influences the higher education establishments and the research organizations to develop a strategic vision and support a shared and forward-looking vision, in close synergy with the economic and social world and the local authorities in order to adhere to the major European research programs (Horizon 2020, ERC), national programs (PIA, for example), and regional programs. What actions are underway within the framework of the ComUE LNF? The ComUE Lille Nord de France uses dialogue and mutualization in order to carry out joint and high-added-value projects. Intrinsically, it exercises two kinds of competencies: teacher training with its École Supérieure du Professorat et de l’Éducation, and training of doctoral students via its doctoral college, which brings together six doctoral thematic schools to support occupational and international integration of doctoral students. Regarding collaborative high-added value projects, its action is manifold:

April 2016

© ComUE Lille Nord de France

D

The ComUE Lille Nord de France implements in the Nord-Pas-de-Calais region the PEPITE national program (Student Pole For Innovation, Transfer and Entrepreneurship). / La ComUE Lille Nord de France décline en région Nord-Pas-de-Calais le programme nationale PEPITE (Pôle Étudiant Pour l’Innovation, le Transfert et l’Entrepreneuriat).

- Research and innovation: it organizes the “thematic research networks,” bringing together laboratories, enterprises and communities in great areas of excellence; supporting regional policies (economic development, research and innovation); it fosters scientific transfer. This task has been entrusted to SATT NORD, and has been set up with the universities of Picardie Jules Verne, of Reims Champagne-Ardenne and the CNRS. It also fosters the strengthening of economic partnerships within the framework of the competitiveness clusters or around structures developed within the framework of PIA; - Training: it coordinates the regional offer; sets up shared tools (cartography, observatory); it fashions a common approach in lifelong training and apprenticeship, and sustains the development of student entrepreneurship; - International appeal and openness of the region’s higher education: this makes a decisive contribution to the Euro-regional space of higher education structured with foreign universities (joint doctoral programs, training programs of excellence, and common actions around entrepreneurship); - Support of the institutional sustainable development policies: it implements and

Tangibly, what development potential does the ComUE LNF stand for through its member establishments? It embodies a research and training potential of the highest level. With our 150,000 students, we represent the third student filled region. It ranks fourth at national level with regards to the number of masters’ degrees, and third with regards to the number of student engineers. Our universities and high schools occupy the top of the list for the entry into the working world (more than ninety-two percent employment opportunities). We have 190 research laboratories hosting 5,500 colleagues (researchers, teacherresearchers, engineers, technicians, doctoral students, and more). We contribute with 3.8 percent to the national scientific production, which ranks us as eighth French region. Our laboratories and research organizations contribute massively in the field of STIC (artificial intelligence), in mathematics and medical research (where they rank fourth), in human and social sciences (fifth), in physics (sixth) and in the chemistry of materials (eighth). Our excellence receives international recognition and, in some cases, holds a leading position in some specialties which meet such economic and societal concerns as health and well-being (cancer, diabetes, cognition and neurodegenerative diseases); sustainable city of the human development model (green chemistry, bio-sourced materials, pollution and climate); information management and circulation (software sciences; apprenticeship and decision making; virtual reality, images, electronic and photonic devices); transport (railway infrastructures of the future, eco-mobility) and European cultural identity (emergence, flux and transformation, politics).  * Professor Mohamed Ourak was elected new President of the ComUE Lille Nord de France on 1 February 2016.

29


P arlementaires de F rance Magazine

Pour une université unifiée au service de la métropole lilloise Un entretien avec le Pr. Xavier VANDENDRIESSCHE, Président de l’université de Lille, Droit et Santé

C

30

Une de vos dernières grandes réalisations est la création d’une Fondation. D’où vous est venue cette idée, quelle en est la genèse ? Assumant son rôle en matière de valorisation de la recherche scientifique, l'Université de Lille, Droit et Santé, investit en 1999 dans une spin-off innovante dans le domaine de la biologie santé, GENFIT, dont les fondateurs sont des enseignants-chercheurs de l’Université (Pr Fruchart et Pr Staels). L’entreprise se développe avec succès et l’Université participe à sa recapitalisation. En 2015, l’Université décide de vendre une partie des titres de la société GENFIT qu’elle détient encore et réalise ainsi une plus-value de 15 millions d’euros. C’est cette somme, considérable, qui a servi de mise de fonds initiale pour la Fondation Université de Lille, dont la vocation est de soutenir la recherche d’excellence et l’innovation.

mise en place de cette nouvelle Université porteuse de grandes ambitions, un projet d'établissement commun aux trois universités a été rédigé et approuvé par l’État. Un contrat unique entre l’Université de Lille en création et l’État a été signé le 20 juillet 2015. Les valeurs et principes fondant la future Université ont été adoptés au tout début 2016 ; ils fixent en particulier les modalités de structuration et l’organigramme politique de l’Université de Lille. L’année 2016 sera celle de la mise en œuvre, notamment par la détermination de l’organigramme de la nouvelle université et la création de services uniques, préfigurateurs de la fusion. Quels sont les chiffres-clés de la recherche à l’Université de Lille, ses domaines d’excellence ? Avec ses 62 unités de recherche en majorité associées aux grands organismes de recherche (CNRS, Inria, INRA, Inserm), l’Université de Lille peut s’appuyer sur une véritable reconnaissance nationale et internationale dans de nombreux domaines couvrant les trois secteurs essentiels que sont les sciences de la vie et de la santé ( maladies neurologiques et mentales ; cancer ; infection et immunité ; diabète et obésité ; technologies de santé et médicament), les sciences et technologies (mathématiques, physique des lasers ; chimie des matériaux ; chimie verte ; physique et chimie de l’atmosphère) et les sciences humaines et sociales (humanités numériques ; sciences du visuel). Dans le cadre du Plan d’investissements d’avenir, l’Université porte 7 équipements d’excellence (EQUIPEX) et 5 laboratoires

Avez-vous déjà présélectionné des projets de recherche qui seront accompagnés par cette Fondation ? La dotation de la Fondation, qui a vocation à augmenter par le concours d’autres acteurs, notamment économiques, produit chaque année environ un demi-million d’euros d’intérêts, entièrement dédiés au soutien de l’excellence en matière de recherche mais aussi de formation en développant l’innovation pédagogique, technologique et scientifique. La Fondation constitue ainsi un outil puissant visant à contribuer au rayonnement et à l’attractivité de l’Université de Lille. 

© Universite de Lille, Droit et Santé

Quels sont les objectifs de cette fusion et ses différentes étapes ? L'objectif principal de la fusion des trois universités lilloises est de créer une université nouvelle, forte de son exemplarité dans l’exercice de ses missions de service public et porteuse d’un projet visant à en faire l’une des premières universités européennes, tant par l’excellence de sa recherche que par son ambition pionnière dans le domaine de la formation tout au long de la vie. Cette opération de fusion, complexe par nature s’agissant de 3 établissements ayant chacun près d’un demi-siècle d’existence, se réalise selon une méthode et un calendrier inspirés d’exemples réussis, tant en France qu’à l’étranger. Le choix a été résolument fait d’une démarche à la fois participative et inclusive, soucieuse de faire émerger un réel sentiment d’appartenance, non seulement au processus de fusion lui-même mais, plus encore, à la nouvelle université en voie de création. Le processus repose sur une convention d'association, votée par les trois conseils d'administration au 1er semestre 2014, qui met en œuvre une démarche projet associant personnels et étudiants. Un comité stratégique, composé d’élus des trois universités, est régulièrement réuni afin de suivre la progression des groupes de travail techniques et politiques réunissant plus de 400 personnes. Pour permettre la

d’excellence (LABEX) ; elle est partenaire de 35 projets du PIA. Elle fait partie du top 10 des universités françaises les plus impliquées dans les projets européens Horizon 2020. Forte de ses 2 000 doctorants, elle est impliquée dans 6 écoles doctorales.

© Universite de Lille, Droit et Santé

omment est née l’idée de fusionner les 3 universités de Lille ? Cette idée est pratiquement aussi ancienne que la partition des 3 universités lilloises par la loi Edgar Faure du 12 novembre 1968. La division de l’Université lilloise en 3 établissements, selon une répartition disciplinaire souvent hétérogène, n’a jamais frappé par sa rationalité. Les trois établissements se sont développés, chacun de leur côté et souvent en concurrence les uns avec les autres, dans un système universitaire qui a vu se multiplier les universités, sans véritable réflexion d’ensemble. Qui pourrait encore comprendre aujourd’hui qu’une grande Métropole comme Lille puisse se priver d’une Université majeure, couvrant l’ensemble des disciplines et des formations et ayant une forte visibilité internationale en recherche et innovation pédagogique ? On peut ainsi considérer que la réflexion sur la recréation de l’Université de Lille n’a jamais cessé ; elle a pris toutefois une dimension opérationnelle au début des années 2010, tirant profit d’une impulsion majeure de l’État et des collectivités territoriales.

Plateforme pour la recherche en biologie-santé. Plateforme de ressources expérimentales zebrafish. / Platform for biology and health research. Zebrafish platform for experimental resources.

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

For a unified university for metropolitan Lille An interview with Prof. Xavier VANDENDRIESSCHE, Rector of the University of Lille, Law and Health was a clear choice made to follow a course that would be participative and inclusive, mindful of creating a real sense of belonging, not just with regard to the merger process itself, but, more importantly, to the newly created university. The process is based on an association agreement, voted by the three boards in the first semester of 2014 which launched a project procedure involving personnel and students. A strategic committee, made up of elected members from the three universities, meets regularly in order to follow the progress of the technical and political working groups comprising more than 400 people. In order to allow for the establishment of this new University with great ambitions, an establishment project common to the three universities was drafted and approved by the State. A single contract between the University of Lille in process of being established and the State was signed on 20 July 2015. The founding values and principles of the future University were adopted at the beginning of 2016. They set out, in particular, the political structure and organigram of the University of Lille. The year 2016 will see the implementation of the organigram of the new university and the creation of single services, prefiguring the merger.

2,000 PhD students, it is involved with the 6 doctoral schools.

© Universite de Lille, Droit et Santé

One of your most recent achievements is the creation of a Foundation. How did this idea emerge? Assuming its role as a promoter of scientific research, the University of Lille, Law and Health, invested in an innovative spin-off in 1999. Named GENFIT, it was active in the area of health biology and the founders were teachers-researchers of the University (Prof. Fruchart and Prof. Staels). The company was a success and the University contributed to its recapitalisation. In 2015, the University decided to sell some of the shares that it still had in the GENFIT company and thus realised a plus-value of 15 million Euro. This considerable sum of money was used as initial funding for the Lille University Foundation, the aim of which is to support excellence research and innovation.

H

ow did the idea of merging the 3 universities of Lille come about? This idea is almost as old as the separation of the 3 Lille universities by the Edgar Faure Law of 12 November 1968. The rationality behind the division of the University of Lille into 3 institutions, according to disciplines which were often heterogeneous, never impressed people. The three institutions developed separately and often competed with each other, in a university system which would increase the number of universities without any real reflection about the whole situation. It is hard to comprehend today that a large metropolis like Lille could deprive itself of a major University covering all disciplines and training, and with a strong international visibility in research and innovative pedagogy. We can, therefore, consider that the reflection about the recreation of the University of Lille never stopped. However, it took on an operational dimension at the beginning of the years 2010, with the benefit of a major impetus from the State and local communities.

What are the aims and the various stages of this merger? The main aim for the merging of the three universities in Lille is to create a new university, driven by its exemplary public service and leading a project that aims to become one of the most important European universities, both for its research excellence and its pioneering ambition in the area of lifelong learning. This merger is complex due to the fact that it involves 3 institutions that have operated separately for almost half a century. The project is being based on a method and a calendar inspired by successful examples both in France and abroad. There

April 2016

What are the key research figures and areas of excellence of the University of Lille? With its 62 research units most of which are linked to large research bodies (CNRS, Inria, INRA and Inserm), the University of Lille can rely on real national and international recognition in many areas covering the three essential sectors i.e. life sciences and health (neurological and mental diseases; cancer; infection and immunity; diabetes and obesity; health technologies and medication), sciences and technologies (mathematics, laser physics; chemistry of materials; green chemistry; atmospheric physics and chemistry) and social and human sciences (digital humanities; visual sciences). Within the framework of the Future Investment Programme (PIA), the University has 7 facilities of excellence (EQUIPEX) and 5 laboratories of excellence (LABEX); it is involved in 35 PIA projects. It is among the top 10 French universities most involved in the European Horizon 2020 projects. With

Have you already selected the research projects that will be supported by this Foundation? The endowment of the Foundation, which aims to increase through the involvement of other players, yields about half a million Euro interest a year, all of which is allocated for the support of excellence in research as well as training by developing pedagogical, technological and scientific innovation. Thus, the Foundation constitutes a powerful tool that will contribute to the standing and appeal of the University of Lille. 

© Universite de Lille, Droit et Santé

Research in cognitive science and affective sciences Recherche en sciences cognitives et sciences affectives

Research in the field of neurodegenerative diseases La recherche dans le domaine des maladies neurodégénératives

31


P arlementaires de F rance Magazine

À l’écoute des besoins des milieux économiques Un entretien avec M. Jean-Pierre HILLEWAERE, Délégué Général de la Conférence régionale des grandes écoles Nord-Pas-de-Calais - Picardie (CRGE) sont les chiffres-clés de la Q uels CRGE ?

Quels sont les principaux atouts des grandes écoles membres de la CRGE en matière d’enseignement ? Les grandes écoles se distinguent avant tout par leur flexibilité et leur écoute des besoins des milieux économiques. Grâce à leur grande réactivité, elles peuvent créer une option de formation ou un nouveau diplôme en 1 an. Par ailleurs, nombre d’entre elles ont mis en place des comités d’experts qui réunissent tous les 3 à 5 ans les représentants du milieu économique et du monde enseignant afin de revoir les contenus de formation. Le mode de recrutement des grandes écoles a également beaucoup évolué : le recrutement par concours est désormais largement complété par des recrutements parallèles sur titre, sur dossier ou encore à l’international : entre 20 et 30 % de nos diplômés sont ainsi d’origine étrangère. Autre atout de taille, la plupart des écoles sont capables de proposer des cursus complets en anglais. Et nos étudiants s’impliquent activement dans la vie de la cité : je pense notamment à l’initiative de l’UTC « Tous unis dans la cité » et aux « Cordées de la réussite ». J’y reviendrai au sujet du PRREL. Pourriez-vous nous présenter les activités de recherche des membres de la CRGE ? Les activités de recherche des écoles d’ingénieurs sont très variées. En témoigne par exemple Mines Douai, dont les 5 départements offrent autant de thématiques de recherche : sciences de l’atmosphère et génie de l’environnement, énergétique industrielle, génie civil et environnemental, informatique et automatique, technologie des polymères et composites & ingénierie mécanique. Plus largement, les écoles de la CRGE participent à la recherche régionale, en témoignent les représentations de la CRGE dans les pôles de

32

© DR

Créée en 1975 autour de 11 écoles, la CRGE Nord-Pas-de-Calais – Picardie rassemble 28 écoles, près de 40 000 étudiants, 3 000 enseignants-chercheurs, délivre plus de 7 000 diplômes de masters dont plus de 5 500 diplômes d’ingénieurs. Début 2015 elle a anticipé la fusion des 2 régions. Cela lui permet d’être implantée sur l’ensemble du territoire régional, de Calais à Compiègne et de Beauvais à Valenciennes en passant par un gros pôle lillois.

compétitivité i-Trans et PICOM mais aussi dans la SATT Nord et Adrinord, qui est une association de valorisation de la recherche de grandes écoles. À titre d’exemple, des écoles de la CRGE participent à 2 projets de recherche financés dans le cadre du CPER : CE2I (convertisseur d’énergie intégré et intelligent) et Climibio, un projet pluridisciplinaire sur le changement climatique et la biodiversité. Elle s’implique également, au travers de ses écoles, dans la recherche sur le rail (Valenciennes), l’environnement (Douai, Lille), collabore avec Inria, le CEA Tech, etc. De plus, les écoles de la CRGE ont mis en place des incubateurs d’entreprises comme APUI à Mines Douai ou GENI (Grandes Ecoles du Nord Incubation), une plate-forme regroupant Mines Douai, l’Ecole Centrale de Lille, l’ENSAIT, l’ENSAM Lille et SKEMA Lille. De même, Mines Douai a mis en place un Centre d’ingénierie et d’innovation pour concrétiser les projets de PME qui ne savent pas – ou n’osent pas – faire de la recherche, et le groupe HEI ISA ISEN les Adicodes qui sont une structure d’appui aux PME. Comment collaborez-vous avec le Conseil régional de Nord Pas de Calais - Picardie pour promouvoir l’enseignement supérieur et la recherche ? À la demande du Parlement du Savoir, structure mise en place par l’ancienne Région Nord-Pas-de-Calais, la CRGE a proposé

au Conseil régional sortant un dispositif original qui vise à rapprocher le monde de la recherche appliquée et celui des entreprises : il permettrait d’utiliser les stages des étudiants en master 2 pour détecter le potentiel de besoin de recherche des PME – moyennant une formation et un encadrement ad hoc des étudiants. Cette première phase de détection pourrait même aboutir à des programmes de recherche plus longs de type CIFRE. De plus, la CRGE participe au PRREL (Programme Régional de Réussite en Etudes Longues), programme du Conseil régional qui vise à améliorer le taux de réussite dans les études sur le continuum bac-3 bac +3. Ce dispositif, construit sur le modèle des « Cordées de la réussite », s’articule autour de 3 axes : le PRREL Soutien, destiné aux étudiants en licence (coaching d’étudiants en licence par des étudiants en master), le PRREL Tremplin (un DU pour les bacheliers pas encore prêts à intégrer l’enseignement supérieur) et le PRREL Ambition pour lequel la CRGE est l’interlocuteur du Conseil régional. Ce dernier dispositif concerne l’encadrement des bac-3 à bac+2 (BTS et DUT) : assuré par des étudiants de nos grandes écoles, il comprend de la méthodologie, des aspects culturels et linguistiques (conversations en anglais). Ce programme fonctionne bien : il est passé de 100 lycéens coachés la 1ère année à 250 la 2ème année. Et nous ambitionnons d’attendre les 350 la 3ème année. Et n’oublions pas que la CRGE est membre du Parlement du Savoir, fort de 113 membres et du secrétariat permanent de ce Parlement du Savoir. La CRGE est également représentée au CESER : j’assume d’ailleurs une vice-présidence sur la thématique de l’évaluation des politiques publiques, compétence donnée aux CESER par la loi d’août 2015. La CRGE s’affirme ainsi comme l’un des 4 acteurs régionaux de l’enseignement supérieur et de la recherche aux côtés de la ComUe (certains de nos membres adhèrent à la ComUe et l’Université de Lille), de la FUPL et des organismes de recherche. D’autre part, elle participe aux débats régionaux en organisant chaque année un colloque : après la pédagogie dématérialisée en 2013 et l’entreprise comme espace pédagogique en 2014, c’était au tour de la vie associative et des initiatives étudiantes d’être à l’honneur en 2015, le 12 novembre à Arras. Une belle  vitrine pour la CRGE !

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Tuned to the Needs of the Business Community An interview with Mr. Jean-Pierre HILLEWAERE, General Delegate to the Regional Conference of the Grandes Ecoles Nord-Pas-de-Calais - Picardie (CRGE) hat are the key figures of W the CRGE? The CRGE Nord-Pas-de-Calais

© CRGE

- Picardie established itself in 1975 around eleven establishments, which have become today twentyeight establishments, counting nearly 40,000 students, 3,000 teachersresearchers, and delivering some 7,000 master’s degrees, 5,500 of which are engineering diplomas. At the beginning of 2015, it anticipated the merger of the two regions and now rests well implanted on the entire regional territory, from Calais to Compiègne, and from Beauvais to Valenciennes, including a significant Lille core. What are the main teaching strengths of the Grandes Ecoles that belong to the CRGE? The Grandes Ecoles distinguish themselves through their flexibility and their listening capacity to the needs of the economic community. Their responsiveness helps create a training option or a new diploma obtainable within one year. In addition, quite a number of them have created expert committees which meet every three to five years with the representatives of the business community and of the teaching world, in order to review educational contents. The recruiting methods of the Grandes Ecoles have also evolved extensively: competitive recruitment finds now great supplements in parallel recruiting based on study certificates and diplomas, on local applications and international applications: 20 to 30% of our graduates are of foreign origin. Another important consideration lies in the fact that most establishments propose complete courses in English. Besides, our students become heavily involved in the city’s life: I am thinking in particular of the UTC’s initiative “Tous unis dans la cité” (all united in the city) and of the “Cordées de la réussite” (roped together for success). I will certainly return to this point when I mention PRREL.

environment engineering, computer and automation science, polymer science and, finally, composite material science & mechanical engineering. More broadly, the CRGE establishments remain involved in regional research, as shown by the CRGE representations in the competitiveness clusters i-Trans and PICOM, but also in SATT Nord and Adrinord, e.g., an association which upgrades the research work carried out by the Grandes Ecoles. For instance, the CRGE’s establishments actively engage in two research projects financed in the context of the CPER: CE2I (intelligent and integrated energy converter) and Climibio, a multidisciplinary project dealing with climate change and biodiversity. Through their establishments they engage both in research in the rail sector (Valenciennes) and in environment (Douai, Lille), and they cooperate with Inria, the CEA Tech, and others. Besides, the CRGE have set up business incubators, such as APUI at Mines Douai, or GENI (Grandes Ecoles du Nord Incubation), a platform bringing together Mines Douai, the Ecole Centrale de Lille, ENSAIT, ENSAM Lille and SKEMA Lille. Similarly, Mines Douai set up a Center for Engineering and Innovation to realize the projects of SMEs which don’t know how to – or dare not – engage in scientific research; and the “HEI ISA ISEN group the Adicodes”, a support structure for these SMEs.

Would you outline the research activities carried out by the CRGE members? The research activities of the engineering schools prove wide-ranging. Mines Douai offer a good example of this, with five departments proposing five areas of research: atmospheric science and environmental engineering, industrial energy, civil and

How are you working with the Regional Council of Nord Pas de Calais - Picardie to promote higher education and research? On the request of the “Parlement du Savoir,” a structure which has been created by the former Region Nord-Pas-de-Calais, the CRGE suggested to the Regional Council an original device for bringing the world of

April 2016

applied research closer to the business world: it would help use traineeships of master-2 students to detect the research needs and potential of SMEs – with training and ad hoc coaching of students. This first detection phase might even lead to longer research CIFRE-type programs. In addition, the CRGE participates in the PRREL (regional program for the success in long-cycle higher education), a program set up by the former Region Nord-Pas-deCalais to improve the success rate in the bac-3 bac +3-based continuum of studies. This device operates on the principle of the “Cordées de la réussite,” and concentrates on three axes: the PRREL Soutien (support) for undergraduate students (coaching students at the baccalaureate level by master’s students); the PRREL Tremplin (springboard) (a MUST for the bachelor’s students who aren’t yet ready to address higher education); and the PRREL Ambition, for which the CRGE acts as the Regional Council’s main intermediary. This latter device concerns the guidance of bac-3 to bac+2 students (BTS and DUT): ensured by students from our grandes écoles, it includes methodology, as well as cultural and linguistic dimensions (conversations in English). This program works well: from 100 coached high-school students in the first year, it has reached 250 high-school students in the second year, and we hope to attain 350 high-school students in the third year. Let us not forget that the CRGE serves as a member of the “Parlement du Savoir,” with 113 members and a permanent secretariat. The CRGE finds represention in the CESER, where I assume a vice-presidency on the theme of evaluation of public policy, a competence given to CESERs by the law of August 2015. The CRGE has emerged as one of the four regional stakeholders for higher education and research, alongside EUACOM (some of our members adhere to the EUACOM and Lille University), FUPL and other research organizations. It also participates in regional discussions with a yearly symposium: the first one was in 2013, dealing with dematerialized education; the second one in 2014 addressed the enterprise conceived as an educational space; and, on 12 November 2015, it addressed in Arras the issue of associative life and student initiatives.  A good showcase for the CRGE!

33


© CRGE


Les thĂŠmatiques prioritaires de la recherche

Š Institut Pasteur de Lille

Priority research thematics


P arlementaires de F rance Magazine

Investir dans l’éco-conception et l’économie circulaire Un entretien avec Mme Marie-Christine BLANDIN, Sénatrice du Nord, Membre de l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) sont selon vous les points forts de Q uels la région en matière d’enseignement

Ici la recherche et l’innovation sont particulièrement visibles en santé, en transports, en nouvelles technologies numériques… Quel regard portez-vous sur le projet de Troisième Révolution Industrielle initialement porté par le Nord Pas de Calais ? La troisième révolution industrielle, c’est une manière d’enfin admettre qu’il va falloir produire différemment, consommer autrement, ce qui demandera intelligence et volonté politique pour réorganiser notre économie. La vision de M. Rifkin passe par la question de l’énergie : ce que les écologistes disent depuis des années est présenté d’une manière sans doute plus rassurante pour des chefs d’entreprise, y compris sur la question du nucléaire. J’approuve l’idée que des innovations à caractère écologique soient présentées comme créatrices d’emploi et pas seulement comme sources de problèmes ; mais il n’y aura de vraie « révolution industrielle » que si l’on passe du concept aux chantiers mobilisateurs et efficaces. Les réseaux intelligents devront aussi être relus par les sciences sociales car il n’y

36

© Jean-Luc Cornu

supérieur, de recherche et d’innovation ? J’étais Présidente de la commission concernée du Sénat quand nous avons élaboré la loi ESR : nous avons tenu à rappeler que la vocation première de la recherche c’est de produire du savoir, et celle de l’université de veiller à ce qu’il soit bien transmis. Voilà un point fort de notre région : la qualité de cette transmission, qui s’étend à l’esprit de notre ESPé, fédérant les labos de recherche autour de son projet. Et l’université pourrait encore faire mieux si tout était en Open Data. Nous avons aussi insisté sur l’indispensable qualité de vie des étudiants : bibliothèques, transports, logement, mais aussi, comme Lille 3 l’a initié, une « cellule de veille et d’information sur le harcèlement sexuel » : c’est une volonté de briser le tabou et l’impunité qui prévalent dans le monde universitaire.

de sa nouvelle compétence en matière de partage de la culture scientifique et les acteurs régionaux sont pertinemment organisés en réseau. Tous les niveaux de recherche participative doivent être soutenus : la Région a des programmes « chercheurs citoyens » et les universités innovent avec des laboratoires comme SCIté (Sciences, Sociétés, Cultures dans leurs Évolutions) à Lille 1.

a pas d’objets connectés sans questions sur la vie privée. Les innovations énergétiques, en particulier le stockage, ne peuvent ignorer la faible disponibilité des terres rares. Sans pluridisciplinarité, le développement n’est pas durable. Quelles sont selon vous les autres thématiques de recherche à soutenir en priorité ? Il faut prendre une longueur d’avance. Alors que certains en sont restés au recyclage, c’est dans l’éco-conception et l’économie circulaire que nous devons investir nos chercheurs. Dans le domaine de la métallurgie, notre région traitait hier les minerais. Demain, dans une économie dépendante du numérique et de l’électronique fine, elle a des savoir-faire à affiner et à réinvestir. En santé, alors que certains en restent aux innovations thérapeutiques classiques, notre région peut être précurseur en travaillant sur les interactions entre l’environnement et l’organisme, entre l’organisme et son microbiome. Au sein de l’OPECST je défends une vision plus partagée du débat autour des choix scientifiques : il y a un effort à faire de la part de la communauté scientifique pour vulgariser des problématiques qui cachent souvent des vrais enjeux de société, et du « grand public » pour s’en emparer. La Région s’est emparée

Toutes les résiliences devraient être des domaines privilégiés de recherche, qu’il s’agisse de la remédiation des pollutions, de la restauration des sols vivants ou des liens sociaux. Survaloriser la recherche en sciences dites « exactes » au détriment des sciences sociales serait un contre-sens à la veille d’un changement global qui doit nous faire passer de la seule exploitation des ressources à des symbioses plus sobres et plus conviviales. Il va falloir penser et accompagner le changement, y compris en réfléchissant sur les comportements sociaux et sur le sens qu’on donne à nos vies. Comment soutenir au mieux les acteurs de l’innovation régionale ? Le premier des soutiens, c’est la confiance : entre dossiers et évaluations, trop de temps est consommé. Le second, c’est l’environnement : des lieux de rencontre interdisciplinaires, l’accueil d’étrangers. Et bien sûr il faut des moyens. L’Europe met la barre des dossiers de subvention si haut que les pépites d’innovations modestes aujourd’hui, mais peut-être déterminantes demain, peinent à y être éligibles. L’État n’est pas juste avec ses territoires : nous avons 7 % des étudiants et… 2 % du PIA. De plus il engloutit dans le CIR (crédit impôt recherche) des millions sans contrepartie. Enfin, mettre la pression sur les scientifiques pour les pousser très vite vers des applications industrielles, vers des brevets, des inventions, est contreproductif : savoir laisser du temps à la recherche fondamentale, savoir la préserver au maximum du pouvoir des lobbys, aboutira à des  travaux féconds.

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Investing in Eco-design and Circular Economy An interview with Mrs Marie-Christine BLANDIN, Senator of the North, Member of the Parliamentary Office for Evaluating Scientific and Technological Choices (OPECST)

I presided the relevant Senate’s committee when we were constructing the ESR bill: we emphasized that the initial goal of research ought to produce knowledge, whilst universities remain responsible for its flawless transmission. One of the strong points of our region resides, in fact, in the quality of this transmission, which joins the spirit of our ESPé by pulling together the research labs around its project. Of course, the university could do better if everything were available as Open Data. We also emphasized the need for quality of life, an essential asset for students: libraries, transport, housing, but also – as it has been started by Lille 3 - a “watch and information unit on sexual harassment”; in other words, the will to break a taboo and the (legal) impunity which prevail in universities. Here, research and innovation are particularly visible with regards to health, transport and advanced digital technologies. How would you assess the Project of the Third Industrial Revolution originally led by Nord Pas de Calais? The Third Industrial Revolution offers a way, finally, to admit that we must produce differently and consume differently, processes which will require intelligence and the political will to reorganize our economy. M. Rifkin’s view concerns the question of energy: what the ecologists have been saying for years assumes a presentation doubtless more reassuring to entrepreneurs, including also the issue of nuclear energy. I go along with the idea of presenting green innovations likely to generate employment, without the onus as a source of problems; but a true “industrial revolution” can only exist if if we move from concept to mobilizing, effective projects. Also, smart networks need to be reviewed by social sciences, since there can be no connected objects without questioning the issue of privacy and data protection. Energy innovations such as, for example, energy storage cannot ignore the low

April 2016

availability of rare earths. In the absence of multi-disciplinary research, there can be no sustainable development. What other research areas need to be supported? We must take a leap forward. Whilst some still stick to recycling, we need our researchers to invest in eco-design and circular economy. In the area of metallurgy, our region used to process the ores. In the future, when our economy depends on the digital and fine electronics, it will know how to improve them and reinvest in them. In the health sector, while some insist upon the standard, therapeutic innovations, our region might become a forerunner working on the interactions between environment and organism, between the organism and its microbiome. Within OPECST, I defend a more closely shared view of the debate on scientific choices: the scientific community must make an effort to explain in lay terms the problems which tend to hide the true social issues, and the “general public” still has to make them their own. The Region has gripped its new competence in sharing scientific culture and regional actors are effectively organized in a network. All levels of participative research need to be supported: the Region proposes programs for “citizen researchers,” and universities innovate with such laboratories as SCIté (Sciences, Sociétés, Cultures dans leurs Évolutions - Science, Societies, Cultures in their developments) in Lille 1. All resiliency should pertain to relevant research areas, whether in the field of remediation of pollution, restoring living soils or social ties. Overrating research in the so-called “exact” sciences to the detriment of social sciences appears nonsensical on the eve of a global change, which will lead us from simple exploitation of resources to more sober and more pleasant symbioses. We will have to think how to accompany change, while reflecting on social behavioral patterns and on the meaning we find in life. How can we best support the stakeholders in regional innovation? The first support resides in trust: too much time has been wasted between dossiers

© Sénat

hich are in your opinion the W region’s main points in higher education, research and innovation?

and evaluations. The second support lies in environment: interdisciplinary meeting places, reception of foreigners. And, of course, you need means. The European Commission raises the standards of subvention dossiers so high, that the innovation nuggets that may seem modest today but which may become decisive in the future, become practically ineligible. The State doesn’t treat its territories with justice: we have 7% of students and… 2% of PIA-labelled projects. In addition, the CIR (research tax credit) swallows millions for free. Lastly, it proves counter-productive to exert pressure on scientists in order to press them urgently towards industrial applications, patents, and inventions: so we need to allow more time for basic research and safeguard it as much as possible from the pressure of lobbyists. These measures  will lead to fruitful work.

37


P arlementaires de F rance Magazine

Troisième révolution industrielle Un monde et une économie durables et connectés Face aux défis à la fois économiques, sociaux et environnementaux, la région a choisi de s’engager dans la Troisième révolution industrielle (TRI). Une révolution basée sur la transition énergétique et les technologies numériques qui change le monde, notre façon de vivre, de produire, de consommer, de nous déplacer…

© Jiel Beaumadier

est l’économie circulaire : contrairement à l’économie actuelle, qui est linéaire, la TRI propose de passer à un modèle de développement circulaire où les déchets ne sont plus jetés mais transformés en matière première réutilisée pour de nouveaux produits ou d’autres utilisations. Les cycles de vie des objets s’enchaînent, diminuant la pollution et créant de nouveaux débouchés (emplois). Enfin, le second modèle est l’économie de la fonctionnalité. Elle passe d’une logique de consommation et de propriété matérielle à des solutions qui offrent les mêmes fonctions, voire davantage, que les biens et services initialement vendus/achetés, tout en utilisant moins de ressources et d’énergie. C’est une économie de partage. Bibliothèque universitaire de Lille 1. Dans le cadre de la démarche Universités Zéro Carbone, les campus régionaux deviennent des lieux où s’invente la ville de demain. / The university library of Lille 1. Within the framework of Free Carbone Universities, the regional campuses are turning into places inventing tomorrow’s city

7

38

grands projets dits structurants pour l’avenir (plan EfEEL & TRI - « Smart Lycées » ; Université Zéro Carbone ; l’hôpital de la troisième révolution industrielle ; efficacité énergétique dans l’industrie ; réseaux électriques intelligents (REI) ; mobilité (avec le SMIRT) ; les synergies du bassin lensois), plus de 300 projets suivis, plus de 10 millions d’euros déposés sur le livret d’épargne rev3 en 8 mois, un fonds d’investissement inédit de 50 millions d’euros destiné au financement d’entreprises désireuses de développer leur projet en Nord-Pas de Calais et à créer des emplois, un investissement à la fois public et privé estimé à 500 millions d’euros par an : pas de doute, la région est en marche vers une économie plus créative, plus économe en ressources, plus responsable et plus collaborative.

Le 25 octobre 2013, à l’occasion du World Forum Lille, la CCI Nord de France et le Conseil régional Nord-Pas de Calais ont présenté officiellement leur projet stratégique de Troisième révolution industrielle en Nord-Pas de Calais, élaboré en collaboration avec Jeremy Rifkin. Basée sur un Master plan ayant mobilisé 120 décideurs de tous horizons pendant 9 mois, la TRI s’appuie sur une exigence transversale (l’efficacité énergétique) et 5 piliers. Pilier 1 : passer aux énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermie, hydroélectricité). Pilier 2 : développer des bâtiments producteurs d’énergie et mettre en place un mode de production décentralisée pour satisfaire tous les besoins et pallier l’intermittence des sources d’énergie renouvelable.

Petit retour en arrière : après avoir été champion de la première révolution industrielle, le Nord-Pas-de-Calais a dû trouver les ressources nécessaires pour surmonter les conséquences de la deuxième. Anticiper et gérer ces changements et ces défis ont ainsi forgé son ADN. La Troisième révolution industrielle en Nord-Pas de Calais est le fruit d’une rencontre entre des projets existants sur le territoire, les responsables politiques et économiques locaux et la vision de Jeremy Rifkin, auteur de « La troisième révolution industrielle ».

Pilier 3 : se doter de capacités de stockage des énergies renouvelables. Pilier 4 : déployer l’Internet de l’énergie, autrement dit mettre en place un système de distribution plus complexe chargé de gérer les flux et de déployer des réseaux intelligents pour y parvenir. Pilier 5 : réinventer la mobilité des personnes et des biens avec des transports plus propres mais surtout une réorganisation en profondeur de nos modes de déplacement. Ces 5 piliers s’appuient sur 2 nouveaux modèles économiques. Le premier modèle

Dotée d’une solide expérience dans la mise en œuvre de politiques de reconversion territoriale et d’innovation environnementale, la région dispose également d’un tissu économique particulièrement dense et structuré. À ces deux atouts s’en ajoute un de taille : l’innovation financière. Le fonds d’investissement et le livret d’épargne sont en effet complétés par des dispositifs aussi « up to date » que le hub financement, le crowdfunding (financement participatif) et l’equity (participation en capital avec la plateforme Kiosk to invest). Initialement soutenue par le président sortant de la Région Nord-Pas-de-Calais Daniel Percheron, la TRI l’est désormais par Xavier Bertrand qui souhaite élargir la dynamique à la Picardie et l’amplifier dans les années à venir. Plusieurs projets sont ainsi programmés pour 2016, notamment la création d’accélérateurs rev3 maillant tout le territoire régional pour offrir un écosystème unique à toutes les jeunes entreprises et aux créateurs qui s’engagent dans l’aventure. Fort de ces initiatives, le Nord Pas de Calais – Picardie entend bien devenir l’une des grandes régions européennes de l’économie et du monde de demain. Une réalité qui est en train de devenir un rêve pour tout le territoire et qui a trouvé son signe de ralliement : « rev3 ».  Source : le site de la 3ème révolution industrielle en Nord Pas de Calais - Picardie : http://rev3.fr/

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

The Third Industrial Revolution A Sustainable and Connected World and Economy Having to face at the same time economic, social and environmental challenges, the region has chosen to take the path of the Third Industrial Revolution (TRI), a revolution based on energy transition and digital technologies which are changing the world, our way of life, of producing, consuming and of moving about. ith seven major structuring projects for the future (the EfEEL & TRI plan – “Smart Lycées”; Carbon Free University; the hospital of the third industrial revolution; industrial energy efficiency; smart electricity grids (REI); mobility (with the SMIRT); the synergies around the city of Lens); over three hundred ongoing projects; more than ten million Euros deposited over an eight-month period in the savings account rev3; an original investment fund of fifty million Euros dedicated to finance enterprises wishing to develop their project in Nord-Pas de Calais and create new jobs, an investment which is both public and private, estimated at a yearly amount of five hundred million Euros: doubtless, this region marches towards a more creative economy, more resource-efficient, more responsible and more collaborative. Let us back up a little bit: after having championed the first industrial revolution, Nord-Pas-de-Calais had to look for the necessary resources to overcome the consequences of the second industrial revolution. Its DNA has been forged on the anticipation and management of these changes and challenges. The Third industrial revolution in Nord-Pas de Calais stands as the result of the convergence of existing local projects with the political and economic local players; without forgetting the influence of Jeremy Rifkin’s vision outlined in his book Third Industrial Revolution. On 25 October 2013, during the World Forum Lille, the CCI Nord de France and the Nord-Pas de Calais’ Regional Council officially presented their strategic project of the Third Industrial Revolution in Nord-Pas de Calais, a project which has been worked out with Jeremy Rifkin. Based on a master plan which mobilized hundred and twenty decision makers on all fronts over a ninemonth period, the TRI proceeds from a cross-sector need (energy efficiency) and five precepts: the first one involves a changeover to renewable energies (wind, solar, geothermal, hydroelectricity). The second precept aims at developing buildings that generate energy and setting up a decentralized mode of production in order to satisfy all needs and

April 2016

© Jürgen De Sandesneben

W

The transition over to renewable energies forms the TRI’s first pillar. / Le passage aux énergies renouvelables constitue le premier pilier de la TRI.

finding a solution to the intermittency of renewable energy sources. The third precept: we must acquire renewable energy storage capacity. The fourth precept aims at deploying the energy Internet; e.g., establishing a more complex distribution system of managing energy flows and deploying intelligent networks to make it work. And last, but not least, the last precept means to reinvent the mobility of persons and of goods through cleaner transport systems, but mainly through an in-depth reorganization of our modes of travel. These five precepts are supported by two new economic models. The first one involves a circular economy: contrary to our current linear - economy, the TRI proposes a shift towards a model based on circular development where waste is no longer disposed of but transformed into a new, raw material reutilized for new products or other uses. The life cycles of objects remain intertwined, reducing pollution and creating new outlets such as new jobs. The second model implies the functionality economy. From a logic based on consumerism and material ownership, it moves towards solutions which offer the same functions, if not more, of goods and services initially sold/bought, but reduce the use of resources and energy. In other words, it means a ‘sharing’ economy.

Besides boasting a solid experience in setting up new policies of local reconversion and environmental innovation, the region enjoys a particularly dense and structured economic fabric. To these two advantages we have to add a third major advantage: financial innovation. The investment fund and the passbook are indeed supplemented by devices as “up to date” as the financing hub, crowdfunding and equity (capital participation with the Kiosk to invest platform). Initially supported by the outgoing president of the Nord-Pas-de-Calais Region Daniel Percheron, the TRI now enjoys the support of Xavier Bertrand, who intends to extend in the coming years these dynamics to the Picardie region. A considerable number of projects should be implemented in 2016, in particular the creation of rev3 accelerators in view of creating a dense coverage of the entire region and offering a unique ecosystem to all young enterprises and creators involved in this adventure. By building upon these efforts, the Nord Pas de Calais - Picardie region aims to become one of the leading European regions in economy and in the world of the future. A reality that is becoming a dream for the whole territory and  that found its rallying cry: “rev3.” See http://rev3.fr/

39


P arlementaires de F rance Magazine

Explorer de nouvelles pistes de durabilité Un entretien avec M. Jean-François CARON, Maire de Loos-en-Gohelle

P

Quelles actions le Conseil régional sortant a-t-il mises en place pour soutenir les NTIC et l’Internet des objets ? La Région a lancé un vaste plan d’équipement haut débit pour l’ensemble du territoire afin d’éviter la fracture numérique et de poser le premier jalon de la TRI. Par ailleurs, elle soutient de nombreuses initiatives au croisement entre l’énergie et le numérique : des projets comme « Sunrise » et « Université 0 carbone » ont la priorité dans l’affectation des fonds publics du CPER et du FEDER. Comment accompagnez-vous le développement des énergies renouvelables en lien avec le transport et la production industrielle ? Le Conseil régional sortant a développé une stratégie de filières avec la création en 2002 du Centre de développement des éco-entreprises dans la commune de Loos-en-Gohelle. Cet opérateur veille à

40

manière coordonnée la structuration du réseau de transport, la gestion de la production et de la consommation d’énergie, et d’une manière générale de contribuer à une action partagée des acteurs publics tels que les grands bailleurs sociaux, les milieux économiques, les usagers et habitants…

© Joseph Leroy - ville de Loos-en-Gohelle

ourriez-vous nous présenter les grands axes de la Troisième Révolution Industrielle (TRI) ? La TRI est née d’une question de fond : le déclin du modèle économique hérité de la deuxième révolution industrielle et basé sur des énergies fossiles accessibles à faible coût. Or ces énergies se raréfient, d’où leur coût en hausse, et nous devons mettre fin aux émissions de CO2 qui perturbent le climat. Portée par Jeremy Rifkin et le Conseil régional, la TRI s’appuie sur 2 axes : le remplacement des énergies fossiles par les énergies renouvelables et le pilotage du foisonnement (multiplication des sources de production énergétique) et des consommations par Internet. Nous assistons à l’émergence d’un nouveau paradigme conjuguant efficacité énergétique, énergie renouvelable, mobilité durable, stockage de l’énergie, bâtiment intelligent et développement massif d’Internet. Dans ce paradigme, le bâtiment devient à la fois consommateur, producteur et stockeur d’énergie. Emblématique de la deuxième révolution industrielle, le Nord-Pas-deCalais a décidé de faire ce saut qualitatif : depuis 20 ans déjà la région a mené de nombreuses démarches, publiques et privées, politiques et économiques, pour explorer de nouvelles pistes de durabilité.

connecter les laboratoires de recherche et les acteurs publics et privés (réseaux d’entreprises, chambres de commerce,...) avec l’appui de l’ADEME et de l’État afin de garantir une action coordonnée. Il a développé divers outils : des showrooms, une plateforme d’analyse des cycles de vie pour l’éco-conception, la centrale solaire Lumiwatt qui teste une vingtaine de techniques de production, un théâtre de l’éco-construction avec une vingtaine de maquettes grandeur nature sur les procédés constructifs utilisant des éco-matériaux… La région figure ainsi en tête des régions françaises pour les éco-entreprises et l’écoconstruction : ces filières s’appuient sur des start-up et des entreprises très performantes. Comment définiriez-vous le nouveau mode de production et d’organisation de la société autour de la territorialisation ? Il nous faut désormais raisonner sur la globalité d’un territoire qui produit et consomme de l’énergie en réseau. Nous sommes passés d’un modèle hiérarchique, vertical, à un modèle diffus dans la ville pensée comme un écosystème, un lieu de production, de consommation et d’échanges. Cette logique de territoire transparaît dans la TRI : c’est au territoire de piloter de

Comment la ville de Loos-en-Gohelle montre-t-elle l’exemple en matière de développement durable ? L’histoire de Loos-en-Gohelle est formatée par le charbon. Au début des années 1990 elle n’avait plus de vision d’avenir. En 1995-1996 nous avons décidé de refonder l’urbanisme de la ville et d’élaborer un projet d’avenir pour le faire évoluer. Les besoins sont rapidement apparus. L’eau était très polluée, ce qui nous a conduits à investir dans la préservation de la ressource et la récupération des eaux de pluie. Aujourd’hui nous consommons presque exclusivement ces dernières pour les différents usages de la ville. Un second exemple avait trait à l’habitat : les maisons de mineurs, chauffées gratuitement au charbon, étaient de véritables passoires énergétiques. Nous avons donc investi dans les économies d’énergie dans le bâtiment. Aujourd’hui tout est en éco-construction et nous avons développé un secteur économique basé sur les éco-matériaux et le bâtiment durable. Troisième exemple, le besoin de nature, de biodiversité et de lieux de promenade dans un environnement bouleversé par l’activité industrielle. Nous y avons répondu en aménageant 15 km de trame verte et de ceinture verte au succès populaire immense. Le nouveau projet de ville de Loos-en-Gohelle a donc conduit à des expérimentations et une pensée durable à laquelle la population a été totalement associée. Décrite par les observateurs comme une ville pilote du développement durable, Loos-en-Gohelle a été labellisée par l’ADEME premier démonstrateur sociétal français sur le développement durable. Et elle aurait dû accueillir la seule visite de terrain, prévue le 3 décembre 2015, pour la COP 21. Ville en transition incarnant la notion de résilience, Loosen-Gohelle montre qu’il existe des solutions sur le chemin vers la réalisation d’une  nouvelle ville durable.

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Exploring New Avenues for Sustainability An interview with Mr Jean-François CARON, Mayor of Loos-en-Gohelle

C

ould you outline the main axes of the Third Industrial Revolution (TRI)? The TRI finds its origin in a fundamental issue: the decline of the economic model we inherited from the second industrial revolution, based on fossil energies that were accessible at a low price. These energies have become increasingly rare; hence, the costs are rising. Besides, we need to put a halt to CO2 emissions which are corrupting the climate. Embodied by Jeremy Rifkin and the Regional Council, the TRI focuses on two main axes: replacement of fossil energies by renewable energies; monitoring of proliferation (e.g., multiplication of the sources of energy supply), and consumption via the Internet. We bear witness to the emergence of a new paradigm which combines energy efficiency, renewable energy, sustainable mobility, energy storage, intelligent construction, and massive expansion of the Internet. In this view, construction has metamorphosed at the same time into an energy consumer, energy producer, and source of energy storage. A true symbol of the second industrial revolution, Nord-Pas-de-Calais actually decided to make this qualitative leap: over the last twenty years, the region has taken many steps - public and private, political and economic - to explore new approaches in the development of sustainability.

Development of Sustainable Enterprises in the city of Loos-en-Gohelle. This operator works at bringing together research laboratories and public and private actors (business networks, chambers of commerce, etc.) with the support of ADEME and the State, to guarantee coordinated action. It developed a series of different tools: showrooms, a platform for the analysis of the cycles of eco-conception; the solar power plant Lumiwatt, which tests about twenty different production techniques; a theatre for eco-construction, with some twenty life-sized models of the constructive processes using eco-materials… Therefore, the region places itself as leader of the French regions for eco-enterprises and eco-construction: these sectors involve startups and high-performing enterprises. How would you define the society’s new production and organization processes in relation to territorialization? Today, we do need to develop a new discourse about the territory’s comprehensiveness, with its network-based energy production and consumption. From a vertical, hierarchical model, we are moving towards a diffuse pattern of a town considered as an eco-system, a place of production, of consumption and exchange. These land-use

How do you guide the development of sustainable energies in conjunction with transport and industrial production? The outgoing Regional Council developed a new sector-based strategy by creating in 2002 the Center for

April 2016

© Joseph Leroy - ville de Loos-en-Gohelle

What actions did the former Regional Council undertake in order to support the NTIC and the Internet of Things? The Region launched a vast plan of developing broadband network infrastructures over the entire territory, in order to avoid the digital divide and mark the first milestone towards the TRI. In addition, it sustains a number of initiatives at the crossover between energy and the digital world: projects like “Sunrise” and “Université 0 carbone” maintain the priority in CPER’s and FEDER’s allocation program of public funds.

The church of Loos-en-Gohelle, with its roof bearing solar panels L’église de Loos-en-Gohelle, au toit en panneaux solaires

considerations seep from the TRI: the initiative falls to the territory itself to steer in a coordinated manner the structuring of the transport system, energy production and consumption. In more general terms, the territory contributes towards a shared action, steered by the public stakeholders, such as the major providers of social housing, the economic circles, customers and citizens. How does the township of Loos-en-Gohelle set the example in sustainable development? The history of Loos-en-Gohelle has been shaped by coal. In the early Nineties it lost all vision of the future. In 1995-1996, we decided to revisit urban planning and work out a vision for the future to make it evolve. The needs appeared very quickly. The high degree of water pollution induced us to invest in the preservation of water and in the recovery of rainwater. Today, the water required for the town itself comes almost entirely from these sources. The second example refers to the habitat: the miner’s habitats had used coal gratuitously and had become real energy sieves. Thus, we decided to invest in energy saving in construction. Today, everything is green building, and we also developed an economic sector based on eco-materials and sustainable construction. A third example lies in the need for nature, for bio-diversity and walking areas in an environment deeply affected by industrial activity. And here, we created a green corridor and a green belt of altogether 15 kilometers, which have become an immense, popular success. The new city project of Loos-en-Gohelle has led to experimentation whose aim is a sustainable approach, totally supported by the entire population. Observers have frequently described Loos-en-Gohelle as a pilot city in sustainable development, and ADEME qualified the area as the first French societal example of sustainable development. On 3 December 2015, it should have hosted the only field visit for COP 21. A town in transition embodying the concept of resilience, Loos-en-Gohelle is living proof that there are solutions towards the creation of a new kind  of sustainable city.

41


P arlementaires de F rance Magazine

Agroindustrie, Nutrition, Santé Des domaines d’excellence et des leviers de croissance « Que l’aliment soit ton médicament » disait Hippocrate. Le lien entre agriculture, alimentation et santé humaine prend du relief à l’heure où émergent les concepts de bioéconomie et de bioraffinerie territoriale et où le taux de prévalence élevé des maladies chroniques dans la région appelle des innovations diagnostiques et thérapeutiques décisives.

F

© Ryan Kitko

© L. Miguel Bugallo Sánchez

en protéomique et en chimie théraondée sur l’utilisation du peutique, EGID, le premier institut carbone renouvelable d’origine de recherche dédié au diabète et à ses agricole, forestière ou algale à des fins complications, DISTALZ, un laboalimentaires et non alimentaires, la ratoire d’excellence sur le développefilière de la bioéconomie est en plein ment de stratégies innovantes pour essor. Encore faut-il la fédérer au une approche transdisciplinaire de la niveau national. C’est la mission que maladie d’Alzheimer, ONCOLille, un s’est donnée le pôle de compétitivité groupement d’intérêt scientifique pour Industries & Agro-Ressources (IAR) : la recherche translationnelle en cancéfort de plus de 300 adhérents couvrant rologie sur le champ de la résistance toute la chaîne de valeur de la filière, aux traitements et de la dormance de il mise résolument sur la bioraffinerie, la tumeur, ou encore l’Equipex LIGAN, à savoir l’utilisation optimale de une plateforme technologique pour le l’ensemble des composants d’une plante séquençage personnalisé du génome pour développer des coproduits, Bois sous forme de bûches pour le chauffage. Le bois énergie est un type de bioénergie utilisant la biomasse exploitée dans les bioraffineries. / Wood in the form of logs for heating. humain. Les grands acteurs hospitaliers de nouveaux matériaux, de nouvelles Wood energy is a type of bio-energy using biomass used in the biorefineries. ne sont pas en reste. Le CHRU de Lille molécules à forte valeur ajoutée cultive ses cinq domaines d’excellence que sont pour la chimie, de nouveaux carburants, de concrètes au service de l'agroalimentaire en le cancer, les neurosciences, les maladies nouveaux produits alimentaires... Le pôle soutenant la recherche et l’innovation, le centre métaboliques et cardiologiques, l’inflammationIAR vise à créer un environnement favoratechnique Adrianor permet aux entreprises infection-immunité et les technologies de la ble à l’innovation végétale en mettant à de la filière agroalimentaire d’élaborer et de santé et du médicament, tandis que le pôle disposition des industriels des outils ou tester leurs produits avant de passer en phase amiénois affine son expertise dans le domaine programmes structurants pour valoriser tous industrielle et l’Equipex REALCAT est dédié de la chirurgie reconstructrice maxillo-faciale les composants d’une plante. C’est ici qu’inau développement de catalyseurs, notamment avec l’Institut Faire Faces, le CHU d’Amiens et terviennent Agro-Transfert Ressources et hybrides, pour les bioraffineries industrielles. l’Equipex FIGURES. L’UTC s’implique égaTerritoires, association chargée de rapprocher Une rupture technologique qui augure de lement en misant sur le développement des le monde de la recherche et le monde agricole, belles applications pour toute la région. technologies pour la santé. le Centre de valorisation des glucides et produits naturels (CVG), qui accompagne les Le domaine de la biologie-santé est tout Faisant le lien entre le monde de la recherche entreprises dans le développement de nouaussi dynamique et les projets abondent pour et les entreprises, le pôle de compétitivité veaux produits issus du végétal et des coprorépondre aux enjeux de santé publique dans Nutrition Santé Longévité (NSL) vise à fédérer duits de procédés alimentaires, la SAS la région : le canceropôle Nord Ouest, dont le et soutenir les acteurs de l’agroalimentaire et de IMPROVE, un centre de recherche dédié à la site lillois est reconnu pour ses compétences la santé dans la conception, le développement valorisation des protéines végétales, la SAS et le financement des produits et procédés de PIVERT, qui valorise la chimie du végétal demain pour lutter contre les maladies de auprès des industriels en s’appuyant notamcivilisation et garantir une alimentation sûre, ment sur le BIOGIS Center, un outil préinsaine et durable. Fort de 70 entreprises memdustriel pour la mise à l’échelle qui permet bres, 3 associations et fondateurs, 16 universités d’obtenir des données technico-économiques membres et 6 financeurs, le pôle a labellisé pertinentes pour les industriels, et le B.R.I., 207 projets, dont 84 projets financés pour un une plateforme dédiée à la valorisation des montant total de 81 M€ d’aides publiques. glucides. De plus, 14 projets soutenus par le pôle NSL sont lauréats des Investissements d’Avenir et Aux côtés des pôles de recherche en agroaont bénéficié, à ce titre, d’un montant total limentaire que sont l’Université de Picardie de financement de plus de 142 M€. Soucieux Jules Verne (UPJV) à Amiens, l’Université de de s’inscrire au cœur de l’écosystème régional Technologie de Compiègne (UTC), l’Ecole Supérieure de Chimie Organique et Minérale d’innovation, le pôle NSL s’appuie sur à Compiègne, l’Institut Polytechnique LaSalle Eurasanté, structure chargée de son animation Beauvais et l’Institut Charles Viollette, l’Institut et agence de développement économique Français des Matériaux Agro-Sourcés (IFMAS) régionale spécialisée qui accompagne tous les propose des partenariats de R&D et des acteurs de la filière biologie-santé-nutrition services de valorisation aux industriels désireux du Nord-Pas de Calais dans leurs projets de de mettre sur le marché de nouvelles générations recherche, de création et de développement de matériaux à haute performance, intégrant d’activité. Une bonne manière de transformer Les plantes sont au cœur d’une révolution industrielle en marche : des ressources issues de la biomasse locale. Le les besoins en santé et alimentation en leviers de la chimie du végétal. / Plants are at the heart of a current industrial pôle d’excellence Agroe fait émerger des actions  croissance pour la région toute entière. revolution: plant chemistry.

42

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Agroindustry, Nutrition and Health Areas of excellence and levers of growth “Let food be thy medicine” as Hippocrates said. The link between agriculture, food and human health takes on particular importance at a time when the concepts of bio-economy and spatial bio-refinery come together with the high rate of prevalence of chronic diseases in the region to call for decisive diagnostic and therapeutic innovations.

B

© KGH

© Sigurdas

Institut Faire Faces, Amiens CHU and ased on the use of renewable the Equipex FIGURES. UTC is also carbon of agricultural, forestry involved in the development of health or algal origin for food and non-food technologies. purposes, the bio-economic sector is on the rise. Yet it still has to be federated at Bridging the gap between research national level. The competitiveness and businesses, the competitiveness cluster, Industries & Agro-Resources cluster Nutrition Health and Longevity (IAR) has taken on this role. With more (NSL) aims to bring together and support than 300 members covering the whole players in the agri-food and health sectors value chain, it has invested heavily in for the design, development and funding biorefinery, which is the optimal use of of products and processes of the future to all the parts of a plant to develop bycombat diseases of civilisation and guarproducts, new materials, new molecules antee safe, healthy and sustainable food. with high added value for the chemical With 70 business members, 3 associations sector, new fuels, new food products, and founders, 16 university members etc. The IAR cluster’s aim is to create a and 6 financiers, the cluster has approved favourable environment for plant inno207 projects, including 84 projects vation by providing industrialists with funded for a total of €81M of public tools and structuring programmes to funding. Moreover, 14 projects supported use all the parts of a plant. This is where by the NSL cluster are winners of the Agro-Transfert Ressources et Territoires Future Investments Programme and comes, an association responsible for benefited, as such, a total funding of bringing together the worlds of agriculover € 142 million. Wishing to be part ture and research, as well as the Recovery centre for carbohydrates and natural of the regional innovation ecosystem, products (CVG), which supports busithe NSL cluster relies on Eurasanté, the nesses in the development of new plant The regional players in agri-food research are contributing to guarantee safe, healthy and structure responsible for its animation products and by-products of food sustainable food. / Les acteurs régionaux de la recherche en agroalimentaire sont mis à and a specialised regional economic contribution pour garantir une alimentation sûre, saine et durable. processing; IMPROVE SAS, a research development agency that supports all development of catalysts especially hybrids, for centre specialising in the promotion of plant the players of the biology-health-nutrition industrial biorefineries. This is a technological proteins; PIVERT SAS, which promotes plant sector of Nord-Pas de Calais in their projects breakthrough that promises great applications chemistry with manufacturers relying in parof research, design and business development: for the whole region. ticular on the BIOGIS Centre, a pre-indusa good way to transform the health and trial tool to scale the project in order to food requirements into levers for growth for The biology-health field is just as dynamic obtain technical and economic data relevant the region as a whole.  and there is an abundance of projects to meet for industrialists; and B.R.I., a platform the public health challenges of the region: the dedicated to the promotion of carbohydrates. cancer cluster Nord Ouest, whose Lille site is renowned for its skills in proteomics and Alongside the agro-food research clusters, therapeutic chemistry; EGID, the first namely the University of Picardie Jules research institute for diabetes complications; Verne (UPJV) in Amiens, the University of DISTALZ, an excellence laboratory working Technology, Compiègne (UTC), the College on the development of innovative strategies of Organic and Mineral Chemistry, Compiègne, for a cross-disciplinary approach to Alzheimer’s the Institut Polytechnique LaSalle Beauvais disease; ONCOLille, a scientific interest group and the Institut Charles Viollette, the French for translational cancer research in the area of Institute for Agro-Based Materials (IFMAS) resistance to treatments and tumour dormancy; offers R&D partnerships and promotion and the Equipex LIGAN, a technological services to industrialists wishing to sell new platform for personalised sequencing of the generation high performance materials, intehuman genome. The big hospital players are grating resources derived from local biomass. not lagging behind. Lille CHRU has five areas The excellence cluster Agroe is instigating of excellence namely cancer, neuroscience, concrete actions for agri-food by supporting Senile plaques in a microscopic cross-section of the brain. metabolic and cardiology diseases, inflamresearch and innovation; the technical centre The excellence laboratory, DISTALZ, is working on the development of innovative strategies for a cross-disciplinary approach to Alzheimer’s mation-infection-immunity and technologies Adrianor allows businesses in the agri-food disease. / Des plaques séniles dans une coupe microscopique de cerveau. of health and medication while the Amiens sector to formulate and test their products Le laboratoire d’excellence DISTALZ travaille au développement de cluster is refining its expertise in the field of before moving on to the industrial phase stratégies innovantes pour une approche transdisciplinaire de la maladie d’Alzheimer. maxillofacial reconstructive surgery with the and the Equipex REALCAT specialises in the

April 2016

43


Vivre mieux plus longtemps, avec l’Institut Pasteur de Lille PREMIER CENTRE FRANÇAIS DE RECHERCHE SUR LA LONGÉVITÉ L’Institut Pasteur de Lille, né il y a près de 120 ans d’une souscription publique, est une fondation privée à but non lucratif, reconnue d’utilité publique depuis 1898. Elle a pour objet la recherche biomédicale, la formation et la promotion de la santé et développe son projet sur le thème de la longévité.

RECHERCHE L’Institut Pasteur de Lille, situé au centre de Lille, accueille six unités de recherche mixte avec l’université de Lille, l’Inserm et le CNRS, soit 32 équipes impliquées notamment dans 3 laboratoires d’excellence, deux services de recherche appliquée et 10 plateformes technologiques, dont deux équipements d’excellence. Au total, près de 650 chercheurs, ingénieurs et techniciens font avancer les connaissances sur les grandes pathologies actuelles : maladies cardiovasculaires et métaboliques, maladies neurodégénératives, maladies infectieuses et cancers. ©P hoto thèq ue

PRÉVENTION

Institu t Pasteur d

e Lille

L’Institut Pasteur de Lille est également un acteur incontournable dans le domaine de la santé publique avec un centre d’examens de santé (15 000 examens par an), un centre international de vaccination (40 000 vaccinations par an), des ateliers en prévention-santé, un service de nutrition de référence et des formations destinées aux professionnels de la recherche et de la santé.

LONGÉVITÉ Toutes ces activités participent à un seul et même objectif : mieux comprendre les mécanismes biologiques qui concourent à la longévité afin de prolonger l’espérance de vie en bonne santé. ©Drubig-photo (Fotolia.com)

Pour aider l’Institut Pasteur de Lille, faites un don. Sur notre site internet : www.pasteur-lille.fr/don Téléphone : 03 20 87 79 47 - E-mail : soutien.recherche@pasteur-lille.fr Fondation privée reconnue d’utilité publique

www.pasteur-lille.fr


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

Macopharma An interview with Dr Bruno DELORME, Scientific and R&D Director for Macopharma Biotherapy

Un entretien avec le Dr Bruno Delorme, Directeur Scientifique et de la R&D de Macopharma Biothérapie

C

© Macopharma

ould you briefly outline the key figures for Macopharma? Macopharma employs a working force of two thousand three hundred people and has locations in heighty eight countries. Having achieved a turnover of € 178 million in 2015, it deploys four production plants, two of which lie close to Lille: one in Tourcoing, concentrating on activities of the Transfusion Division, and one in Mouvaux, concentrating on Hospital activities.

Q

uels sont les chiffres-clés de Macopharma? Macopharma emploie près de 2 300 personnes et est implantée dans 88 pays. Ayant réalisé un chiffre d’affaires de 178 M€ en 2015, l’entreprise dispose de 4 usines dont deux près de Lille : une à Tourcoing pour les activités de la division Transfusion et une à Mouvaux pour les activités de la division Hôpital.

Pourriez-vous nous présenter votre expertise en matière de biothérapie ? La division « Biothérapie » a été créée en 2010 pour développer des produits et technologies innovantes dans le domaine de la médecine régénérative/thérapie cellulaire. Cette division est basée sur le site de Mouvaux, emploie une cinquantaine de personnes dont 1/3 en R&D et consacre 20 % du chiffre d’affaires à la R&D. Les produits de la Biothérapie se positionnent à toutes les étapes du processus de production en thérapie cellulaire : la collecte de cellules, leur congélation, leur expansion in vitro (pour avoir une dose thérapeutique), et enfin leur traitement éventuel pour leur faire acquérir de nouvelles propriétés (le traitement des globules blancs du sang aux UVA avec notre technologie de photophérèse extracorporelle permet aux cellules traitées, transplantées chez les patients, de moduler la réponse immunitaire). Notre dernier développement mis sur le marché est un lysat plaquettaire humain, le premier produit biologique réalisé par Macopharma : récupérées avant leur destruction, les plaquettes sanguines humaines périmées sont transformées par congélation-décongélation, ce qui a pour effet de les faire exploser et ainsi de libérer dans le plasma les nombreux facteurs d’intérêt qu’elles contiennent. Ce lysat de plaquettes, de grade clinique, est extrêmement efficace pour la prolifération des cellules souches, jouit d’une excellente traçabilité et remplace opportunément le sérum de veau fœtal. Quel partenariat avez-vous développé avec les acteurs de la santé régionaux ? Des contacts privilégiés noués avec l’Établissement Français du Sang Nord-de-France nous ont permis de développer le lysat plaquettaire. Par ailleurs, Macopharma s’est associé avec le CHRU de Lille pour co-développer un automate qui assure de manière sécurisée, contrôlée et standardisée le renouvellement de milieu de culture des îlots pancréatiques, sécréteurs d’insuline, avant leur transplantation chez les diabétiques de type 1. Nous envisageons aussi avec le CHRU le démarrage d’un nouvel essai clinique avec notre technologie de photophérèse extracorporelle. Sans nul doute, la thérapie cellulaire s’annonce comme un relai de croissance fort pour l’avenir de Macopharma. 

April 2016

Could you give us a short description of your expertise in biotherapy? We created our “Biotherapy” division in 2010 for the development of innovative products and technologies in the field of cellular and regenerative medicine/therapy. This division has its base at the plant of Mouvaux and employs some fifty people, one third of whom work in R&D, to which it dedicates twenty percent of its turnover. Biotherapy products are present throughout the entire production process in cellular therapy: cell collection, cell freezing, cell expansion in vitro (to attain therapeutic doses); and, last, but not least, possible cell processing to make them acquire new qualities (UVA treatment of white blood cells with our extracorporeal photopheresis technology allows the treated cells which are transplanted in patients, to modulate immune response). The last development we placed on the market constitutes a human platelet lysate, which is also Macopharma’s first biological product: collected before their destruction, we transform the outdated human blood platelets via a freezing-thawing process which makes them explode, thus unleashing into the plasma all the potential factors they contain. This clinical-graded platelet lysate proves most efficient for the proliferation of stem cells; in addition, it presents an excellent traceability and replaces quite conveniently fetal bovine serum. What kind of partnerships did you develop with the region’s healthcare stakeholders? Our platelet lysate results from the privileged contacts we developed with the Établissement Français du Sang [French Blood Institution] of Northern France. Besides, Macopharma joined forces with the Lille CHRU in order to co-develop a machine which ensures the safe, controlled and standardized renewal of the cultural medium of pancreatic islet cells, which secrete insulin, before their being transplanted in type-I diabetic patients. Together with the CHRU, we plan to start a new clinical trial based on our technology of extracorporeal photopheresis. Doubtless, cell therapy represents a strong growth area for the  future of Macopharma.

Macopharma

Biotherapy Division Rue Lorthiois - F-59420 Mouvaux Tél. : +33(0) 3 20 11 86 21 http://www.macopharma.com/fr/

45


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

Institut Pasteur de Lille Pour une recherche transdisciplinaire sur la longévité Un entretien avec le Pr. Patrick BERCHE, Directeur général de l’Institut Pasteur de Lille uels sont les chiffres-clés de la recherche à l’Institut Pasteur de Lille (IPL) ? Le campus de l’IPL accueille, en partenariat avec l’Université de Lille, l’Inserm et le CNRS, 900 collaborateurs dont 330 salariés IPL, issus de 53 nationalités. Chaque année, près de 1 000 personnes participent à ses sessions de formation continue et son centre de santé réalise 15 000 bilans de santé ainsi que 40 000 vaccinations. Par ailleurs, l’IPL produit 320 publications scientifiques par an dans des revues internationales à comité de lecture. Il dispose de 10 plateformes technologiques très performantes, notamment en imagerie, en analyse des protéines et en séquençage. Le budget de recherche alloué à la recherche par l’Institut Pasteur de Lille atteint 15 M€, auxquels s’ajoutent 9 M€ pour son département « Santé et environnement ».

© Institut Pasteur de Lille

Pourriez-vous nous présenter les domaines d’excellence de la recherche à l’IPL ? L’IPL est bien sûr réputé pour ses recherches sur les maladies infectieuses, raison de sa création en 1894. C’est le lieu de la découverte du BCG. Cette recherche est prise en charge par une unité mixte InsermCNRS-Université de Lille et Institut Pasteur de Lille, le Centre Infection et Immunité qui regroupe 200 personnes travaillant sur des maladies contagieuses dues à des virus, des bactéries et des parasites. En parallèle, les équipes du campus IPL ont développé une recherche tournée vers les pathologies très fréquentes dans la région : les maladies cardiovasculaires, neuro-dégénératives telles qu’Alzheimer, les maladies métaboliques comme le diabète et l’obésité, et les cancers. Ces recherches sont développées dans 4 unités mixtes. Enfin, l’IPL accueille un “Drug Discovery Center”, autre unité mixte avec l’Inserm et l’Université de Lille qui permet le screening de 90 000 molécules afin d’identifier des candidats médicaments. Conjointement, l’IPL développe également des activités liées à l’environnement avec une Unité de Sécurité Microbiologique et un Service de Génotoxicologie, ainsi que des actions de santé publique axées sur la vaccination et les bilans de santé pour détecter les pathologies notamment dans les populations

46

© Institut Pasteur de Lille

Q

précaires. Enfin, l’IPL s’appuie sur un centre de nutrition qui développe une activité de conseil, d’expertise et de formation auprès des professionnels dans ce domaine. Pourriez-vous nous parler du projet de Centre Transdisciplinaire de Recherche sur la Longévité (CTRL) à l’IPL ? Lancé en 2014, ce projet a obtenu le soutien du Conseil régional, de la Métropole Européenne de Lille (MEL) et de l’État et a reçu une dotation de 8 M€ sur 5 ans. Nous sommes partis d’un constat : avec 14 % de la population française âgée de plus de 65 ans (25-30 % d’ici 20 ans) et un nombre de centenaires en croissance exponentielle (1 000 en 1950, 23 000 en 2016, 220 000 dans 20 ans), le vieillissement devient un problème à la fois médical, éthique, économique, architectural et urbanistique. Face à ce constat, le CTRL vise à susciter des

projets mobilisant les différentes équipes mixtes du campus (Université de Lille, Inserm, CNRS, CHRU de Lille, Inria). Un conseil scientifique international de 6 personnalités a été constitué et des collaborations vont être engagées avec des centres de recherche équivalents établis à Groningen, aux Pays-Bas, et à Newcastle en Angleterre. Les 8 et 9 décembre 2016, l’IPL organisera avec ses partenaires, son premier séminaire international sur la longévité. À travers toutes ces actions, le CTRL poursuit un objectif de prévention : augmenter l’espérance de vie en bonne santé après 65 ans (elle n’est que de 10 ans actuellement). Dans ce but, il a défini 2 grands axes de recherche. Le premier axe concerne la génétique et l’environnement : il s’agit de détecter des gènes de susceptibilité expliquant l’émergence de maladies. Cela permettra d’identifier des biomarqueurs pour détecter plus précocement les grandes pathologies liées au vieillissement, telles que le diabète, le cancer ou la maladie d’Alzheimer. Cette détection pourrait permettre d’administrer des drogues qui seraient plus efficaces à un stade précoce de la maladie. Le deuxième axe de recherche englobe l’immunité et l’infection : 30 % de la mortalité des plus de 65 ans ont une origine infectieuse en raison de la sénescence du système immunitaire. Pour y remédier, il convient de conjuguer vaccination et stimulation du système immunitaire. Comment le CTRL pourrait-il évoluer d’ici 4 ans ? Le CTRL envisage de lancer son premier appel à projets d’ici fin 2016 afin de financer des projets de recherche collaboratifs et transdisciplinaires sur les maladies dégénératives liées au vieillissement. De plus, nous allons concentrer nos efforts sur quatre actions majeures : fédérer les équipes à travers des collaborations scientifiques, attirer et créer deux équipes émergentes sur la biologie du vieillissement, créer une chaire d’excellence avec des partenaires privés ou publics et mettre en place en partenariat avec l’Université de Lille un enseignement sous forme d’un diplôme universitaire sur la longévité dans ses dimensions cliniques, épidémiologiques et sociologiques. 

April 2016


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

Institut Pasteur de Lille For a Transdisciplinary research on Longevity An interview with Prof. Patrick BERCHE, General Director of Institut Pasteur de Lille hat are the key figures of research at Institut Pasteur de Lille (IPL)? The IPL campus includes, in partnership with Lille University, Inserm and CNRS, 900 persons, including 330 IPL employees, from 53 nationalities. Every year, about 1,000 people participate in regular training programs. The Health Center carries out 15,000 checkups, as well as 40,000 vaccinations. Furthermore, the joint research units located on our campus publish every year about 320 scientific papers in international peer-reviewed journals. Ten high level technological platforms are hosted at the IPL, mainly devoted to imaging, protein analysis and sequencing. The research budget allocated by Institut Pasteur de Lille represents 15 million Euros to which must be added another 9 million for its Health and Environment sector. Could you outline IPL’ areas of excellence in research? IPL is internationally recognized for its research on infectious diseases, which was the very reason for its creation in 1894. IPL is the place where Albert Calmette and Camille Guerin discovered the BCG vaccine against tuberculosis. This research continues to be developed by the Joint Research Unit (Inserm-CNRS-Lille University and IPL), called Infection and Immunity Center that gathers 200 people working on communicable diseases induced by viruses, bacteria and parasites. In parallel, the campus teams have also developed research focused on current non-communicable pathologies, highly prevalent in our Region, such as cardiovascular diseases, neurodegenerative disorders including Alzheimer’s disease, metabolic disorders like diabetes and obesity, and cancers. These research areas are developed in four joint research units. In addition, IPL hosts a “Drug Discovery Center,” another joint unit with Inserm and Lille University, which allows the screening of 90,000 molecules in order to identify new drug candidates. IPL also develops activities linked to environment with two units dedicated to microbiological safety and genetic toxicology, but also a Public Health activity focused on vaccination and checkups for the early detection of diseases in populations, particularly for people living in precarious conditions. Lastly, IPL comprises a nutrition

April 2016

center, which develops activities in consulting, expertise and training actions for professionals in this field. Could you explain IPL’s project Transdisciplinary Center for Research on Longevity (CTRL)? Proposed in 2014, the project obtained the support from Conseil Régional Nord Pas de Calais, Métropole Européenne de Lille (MEL) and the French State, with an amount of 8 millions € over a five-year period. We started with an observation: considering that 14% of the French population are over 65-years old (in 20 years, it will be 25-30%) with an exponentially rising rate of centenarians (1000 in 1950, 23,000 in 2016, 220,000 in 20 years’ time), ageing has become a medical, ethical, economical, architectural and urban problem. Consequently, the CTRL project aims to promote projects involving different joint research teams from the campus, Lille University, Inserm, CNRS, but also from Lille University Hospital and Inria. In addition, an international scientific board of six members has been installed and collaborations with equivalent research centers on healthy ageing will be developed with Groningen, in the Netherlands, and Newcastle (England). Next 8 and 9 December 2016, IPL with its partners will organize in Lille its first international seminar on research on healthy ageing and longevity. Thanks to all these initiatives, the CTRL pursues its goal towards a prevention approach: increasing healthy life expectancy for people aged 65 and older (which is currently of only 10 years). For this purpose, two major research areas are proposed. The first one concerns genetics and environment: it consists in detecting susceptibility genes which may explain the emergence of diseases. This will allow for an earlier identification of the major age-related diseases, such as diabetes, cancer and Alzheimer’s disease. This detection would allow efficient administration of drugs, at an early stage of the disease. The second © Institut Pasteur de Lille

W

research area concerns immunity and infection: 30% of the mortality rate of people aged 65 and more has an infectious origin due to the senescence of the immune system. A way to overcome this decline is to combine vaccination and stimulation of the immune system. How could the CTRL evolve in the next four years? The CTRL plans to launch its first call for projects by the end of 2016, in order to fund collaborative and transdisciplinary research projects. In addition, we intend to focus our actions on four major objectives: consolidate scientific collaborations between the research teams; attract and create two emerging teams on the theme of biology of ageing; create a chair of excellence with private or public partners; and, finally, set up in partnership with Lille University a university degree in the field of longevity integrating the clinical, epidemiological, and sociological dimensions. 

Institut Pasteur de Lille

1, rue du Professeur Calmette BP 245 - F-59019 Lille cedex Tél. : +33 (0)3 20 87 78 00 - http://www.pasteur-lille.fr/

47


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

CHRU de Lille Définir les soins de demain Un entretien avec Mme Amélie LECOCQ, Directrice de la Recherche en Santé au CHRU de Lille

Mme Amélie LECOCQ

Q

uels sont les grands objectifs de la politique de recherche du CHRU de Lille ? Le CHRU est un véritable opérateur de recherche dont l’ambition est : d’anticiper les stratégies thérapeutiques de demain, d’accompagner les mutations économiques et sociétales de la santé et d’implémenter les innovations pour une plus grande performance de l’activité de soin. Tout en intégrant les dernières tendances technologiques, notre recherche vise le développement de nouvelles pratiques médicales et soignantes et la formation de nos professionnels de santé à ces dernières. Notre établissement est conscient des enjeux que sont le numérique, l’ouverture institutionnelle au monde industriel et au renforcement de partenariat solide et durable pour l’innovation en santé.

Pourriez-vous nous présenter les chiffres-clés de la recherche ? Fort d’un budget recherche de 60 millions d’€ et de 600 personnes dédiées, le CHRU est devenu un acteur incontournable dans le domaine de la recherche. Avec 5 100 publications sur 2011-2014 et la moitié des publications régionales cosignées dans le domaine de la Biologie Santé, le CHRU de Lille se place au 4e rang national pour la production scientifique, avec une forte visibilité à l’international. Promoteur de près de 150 essais cliniques actifs par an (3e promoteur institutionnel de France, derrière Paris et Lyon), centre investigateur

48

Quels sont les domaines d’excellence de la recherche ? En tant qu’établissement de soin de référence, grâce à des équipes d’excellence, le CHRU de Lille, en phase avec l’Université de Lille et en lien avec ses autres partenaires, distingue 5 domaines majeurs : le cancer, les neurosciences, les maladies métaboliques et cardiologiques, l’inflammation-infectionimmunité et les technologies de la santé et du médicament. À chaque axe correspond un projet de grande envergure, labellisé « Projet Fédératif Hospitalo-Universitaire » (FHU) par un jury international. Leur objectif : rassembler et renforcer les forces médicales, scientifiques, pédagogiques existantes pour l’émergence de grands projets qui concourront à une amélioration significative de la recherche, de la formation et de la prise en charge futures des patients dans les domaines concernés. Dans ce sens, le CHRU collabore en permanence avec l’ensemble des structures de recherche, des réseaux scientifiques mais aussi avec la médecine de ville et les partenaires industriels, assurant ainsi une interaction plus  rapide au lit du patient. La recherche translationnelle au service des maladies neurodégénératives Financer la recherche translationnelle et apporter une aide au transfert industriel et aux partenariats industriels : ce sont les priorités du Pr. David Devos, pharmacologue et neurologue. Il fut praticien hospitalier pendant 10 ans en neurologie et travaille désormais dans le département de pharmacologie médicale du Pr. Bordet (Université de Lille ; CHRU de Lille ; INSERM UMR-S 1171). Il mène une véritable recherche translationnelle associant en même temps une recherche

préclinique (sur des cultures de neurones et des modèles animaux avec le Dr Devedjian) et une recherche clinique avec des essais thérapeutiques chez les patients ayant une maladie neurodégénérative (maladies de Parkinson et sclérose latérale amyotrophique ou maladie de Charcot) avec le service de Neurologie du Pr. Defebvre et le Dr Moreau. L’objectif est de développer des traitements neuroprotecteurs à même d’enrayer l’évolution des maladies neurodégénératives, en forte croissance avec l’impact socioéconomique que l’on sait. Cette équipe, qui mobilise des scientifiques et des médecins, met la recherche empirique à l’honneur.

© Alain VANDERHAEGEN – CHRU de Lille

© Alain VANDERHAEGEN – CHRU de Lille

pour d’autres établissements de santé ou laboratoires pharmaceutiques, l’établissement inclut au total chaque année plus de 8 000 patients dans près de 700 essais cliniques. Au-delà, le CHRU joue le rôle d’animateur territorial via notamment son investissement au sein du Groupement Régional de la Recherche Clinique structure inédite en France, fédérant nos forces hospitalières nombreuses sur le territoire.

Pr. David Devos

Les travaux du Pr. Devos ont d’ores et déjà permis de réaliser trois avancées notables. Première avancée : il est en train de démontrer que la chélation conservatrice du fer serait le premier traitement neuroprotecteur de la maladie de Parkinson – une étude qui lui a valu d’être publiée dans un grand journal et de décrocher un financement européen de 6 M€ dans le cadre de H2020. Baptisé FAIR-PARK II et coordonné par le CHRU de Lille, ce projet a pour but de prouver cette neuroprotection sur plusieurs centaines de patients en étroite collaboration avec le partenaire industriel canadien Apopharma. Pour sa part, le projet DIVE (pour dopamine intraventriculaire) permet d’administrer de la dopamine directement dans le cerveau des patients Parkinsonniens à l’aide d’une pompe placée dans l’abdomen – une

April 2016


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

avancée qui a donné lieu à deux dépôts de brevets et à un transfert industriel opéré par la SATT Nord.

stratégies thérapeutiques innovantes (Autorisation de la Mise sur le Marché).

Enfin, le projet GIFT consiste à réinjecter le contenu des plaquettes, de sujets sains, riche en facteurs de croissance, aux patients (par délivrance intracérébrale ou intranasale) afin de lutter contre la dégénérescence des neurones. Les premiers résultats sur des modèles animaux se sont avérés prodigieux et un brevet est en cours de dépôt pour améliorer le processus de préparation. Un partenaire industriel est même en vue afin de proposer une biothérapie fondée sur la greffe de ce système de réparation (les plaquettes) dans le cerveau des patients.

1000 jours pour la santé

DIVE et GIFT sont à l’orée des essais cliniques sur l’être humain. En perspective, une révolution de la prise en charge des patients et des centaines de milliers de patients à traiter chaque année – avec des retombées en centaines de millions d’euros à la clé. Cette équipe recherche actuellement des partenaires industriels pour les projets DIVE et GIFT afin de permettre un enregistrement de ces

Pédiatre néonatalogiste, Coordinateur de la Clinique de Médecine Néonatale du CHRU de Lille et membre de l’équipe de recherche « Environnement Périnatal et Santé » de l’université de Lille - Droit et Santé, le Pr. Laurent Storme est porteur du projet fédératif hospitalo-universitaire (FHU) « 1000 jours pour la santé ». Lancé en décembre 2014 pour une période de 5 ans, ce projet se focalise sur la période allant de la fécondation à l’âge de 2 ans : une période cruciale pendant laquelle l’ensemble des fonctions vitales de l’organisme se mettent en place selon un schéma génétiquement programmé. La caractéristique essentielle des 1000 premiers jours de la vie est d’être une période de particulière vulnérabilité à l’environnement. À la croisée des chemins entre la médecine anténatale et la médecine pédiatrique, « 1000 jours pour la santé » fédère le personnel médical et soignant de l’hôpital Jeanne de Flandre et 9 équipes de recherche

en environnement, toxicologie, nutrition, environnement psychologique, embryologie, pharmacie, stress périnatal… Trois axes de recherche, d’éducation à la Santé et de Formation médicale ont été priorisés : la réduction de l’exposition aux toxiques de l’environnement (perturbateurs endocriniens), l’amélioration des modes de vie pendant la grossesse (promotion de l’activité physique et l’alimentation), et le renforcement du bien-être et des interactions mère-enfant. L’objectif est double : améliorer l’état des connaissances et mettre en place des mesures de prévention, formuler des recommandations pour les femmes enceintes et les mères d’enfants de moins de 2 ans. In fine, « 1000 jours pour la santé » répond à un enjeu de santé publique majeur : enrayer la progression fulgurante des maladies chroniques lourdes de l’adulte, en partie programmées par l’environnement de la période des 1000 premiers jours de vie. L’ambition de la FHU « 1000 jours pour la Santé » est de préserver l’environnement de la mère et de l’enfant pour que cette période de la vie devienne une période d’opportunité pour améliorer le Capital Santé des adultes de demain.

The Regional University Hospital Center (CHRU) of Lille Defining Tomorrow’s Care An interview with Mrs Amélie LECOCQ, Director of the Health Research Field at the CHRU of Lille

W

ould you describe the main objectives of the research policy of the CHRU

of Lille? The CHRU stands as a genuine search operator which aims to anticipate tomorrow’s therapeutic approach; to address economic and societal changes in the healthcare sector; and to implement innovations to improve the performance in healthcare. By integrating the latest technology trends, our research activity aims to develop new medical and healthcare practices and train accordingly our healthcare professionals. Our establishment fully realizes the importance of digital issues and of the institutional opening to the industrial world, and that the reinforcement of a lasting and solid partnership serves innovation in healthcare. Could you give a short description of the key figures for research? With a research budget of sixty million Euros and a full-time equivalent staff of

April 2016

six hundred dedicated people, the CHRU stands today as a key player in the research sector. With its five thousand one hundred publications for the period 2011-2014 and half of regional co-authored publications in the field of Biology-Health, the CHRU of Lille ranks fourth at national level for scientific production and enjoys strong international visibility. Sponsoring around one hundred fifty active clinical trials per year (third French institutional promoter, right behind Paris and Lyon), and acting as an investigation center for other health establishments or pharmaceutical laboratories, the CHRU of Lille includes every year over eight thousand patients in roughly seven hundred clinical trials. In addition, the CHRU acts as a territorial moderator, particularly via its commitment in the Regional grouping of clinical research – a unique structure in France that confederates our numerous local hospital forces.

What are the main areas of research? As a reference healthcare center, and thanks to the excellence of its teams, the CHRU of Lille – alongside the University of Lille and in conjunction with its other partners - distinguishes five major research areas: cancer, neurosciences, endocrine and cardiac diseases, inflammation-infection-immunity, medtech and pharmaceutical sectors. Every sector represents a large-scale project, labeled “Projet Fédératif Hospitalo-Universitaire” (FHU - Federated University Hospital project) by an international jury. These aim to gather and strengthen the existing medical, scientific and pedagogical assets to foster the emergence of vast projects bound to improve future research significantly, with training and patient care in the above sectors. In this sense, the CHRU cooperates constantly with all the research structures and scientific networks, but also with community, medical and industrial partners, thus ensuring faster  interaction at a patient’s bedside.

49


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

© Alain VANDERHAEGEN – CHRU de Lille

As for the DIVE project (for intraventricular dopamine), it allows dopamine administration, carried out directly into the brain of Parkinson patients through a pump which is placed in the abdomen – a process which has led to two patent applications and to a partnership with the American lab via the industrial transfer operated by SATT Nord.

Translational research to serve neurodegenerative diseases Financing translational research and providing assistance to the industrial transfer and industrial partners: these remain the priorities of the pharmacologist and neurologist Prof. David Devos. A former hospital neurologist for ten years, Dr. Devos now works in the department of medical pharmacology led by Prof. Bordet (University of Lille; CHRU of Lille; INSERM UMR-S 1171). Dr. Devos conducts a real translational research, involving both preclinical research (on neuron cultures and animal models with Dr. Devedjian) and a clinical trial, including therapeutic tests in patients suffering from a neurodegenerative disease (for example Parkinson disease and amyotrophic lateral sclerosis, or Charcot’s disease) with the Division of Neurology led by Prof. Defebvre and Dr. Moreau. The objective seeks to develop neuroprotective treatments which will stop the fast-growing evolution of neurodegenerative diseases, whith their well-known impact on the socioeconomic fabric. This team, which mobilizes scientists and doctors, recognizes the value of empirical research. Prof. Devos’ studies have already led to three significant breakthroughs. The first consists in the demonstration that conservative iron chelation stands as the first neuroprotective treatment for Parkinson’s disease – a study which was published in a major newspaper and earned a European funding of six million Euros as part of H2020. Named FAIR-PARK II, and coordinated by the CHRU of Lille, the project aims

50

Last, but not least, the GIFT project involves reinjection of the content of platelets from healthy patients, rich in growth factors, into patients (via intracerebral or intranasal delivery) in order to prevent nerve cells from degenerating. The first trials on animal models have yielded prodigious results, and a patent awaits application in order to improve the preparatory process. An industrial partner stands ready to propose a biotherapy based on the graft of this reparation process (platelets) in the brains of patients. DIVE and GIFT stand on the cusp of clinical trials in human patients. In perspective, we witness a revolution in patient management with hundreds of thousands of patients to be treated every year – and, in the end, hundreds of millions of Euros’ profit. At present, the team seeks industrial partners for the DIVE and GIFT projects in order to file innovative therapeutic strategies (marketing authorization). A thousand days to serve health The pediatrician neonatologist, who coordinates the Neonatal Clinic of the CHRU of Lille and a member of the research team “Environnement Périnatal et Santé” (perinatal environment and health) of the University of Lille – Law and Health, Prof. Laurent Storme, acts as lead for the Federated University Hospital project (FHU), “A thousand days to serve Health.” Launched back in December 2014 for a five-year period, the project focuses upon the period reaching from fecundation to the age of two: a crucial period during which the organism’s vital functions spring into being according to a genetically programmed pattern. The main feature of these first thousand days of life resides in its particular vulnerability vis à vis environment.

At a crossroad between antenatal medicine and pediatric medicine, “A thousand days to serve health” federates the medical and auxiliary nursing staff of the Hospital Jeanne de Flandre and nine research teams in environment, toxicology, nutrition, psychological environment, embryology, pharmacy, and perinatal stress. The program prioritizes three axes in health, education, and medical training: reduced exposure to environmental toxicants (endocrine disruptors); improvement of lifestyles during pregnancy (promoting physical activity and healthy nutrition); and strengthened well-being and mother-child interactions.

© Alain VANDERHAEGEN – CHRU de Lille

to demonstrate the validity of this neuroprotection in several hundred patients, in close cooperation with the Canadian industrial partner Apopharma.

Prof. Laurent Storme

Its objective remains twofold: increase knowledge and implement preventive action, and come up with recommendations for pregnant women and mothers of children under two years of age. In fine, “A thousand days to serve health” addresses a major challenge in public health: we mean to counteract the rapid growth of severe chronic diseases in adults, which are partly programmed by the environment during the first thousand days of life. The FHU’s plan “A thousand days to serve Health” aims to preserve the environment of mother and child so that this initial period of life becomes a window of opportunity that improves the Health Capital of the adults of tomorrow.

Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille

2, avenue Oscar Lambret - F-59037 Lille Cedex Tél. : +33 (0)3 20 44 59 62 http://www.chru-lille.fr

April 2016


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

Midi Picardie Informatique Hospitalière MiPih

Hospital IT Systems Midi Picardie Informatique Hospitalière - MiPih

Un entretien avec M. Frédéric SEREIN, Secrétaire Général du MiPih

An interview with Mr Frédéric SEREIN, Secretary General of MiPih

W

uels sont les chiffres-clés du MiPih ? Groupement d’intérêt public réparti sur 4 sites (Toulouse pour le siège, Amiens, Reims et Bordeaux), MiPih s’appuie sur près de 500 collaborateurs (2/3 des effectifs à Toulouse, 1/3 à Amiens) et compte 450 adhérents : hôpitaux publics, CH (presque tous les établissements de Picardie et du Nord-Pasde-Calais), la moitié des CHU de France, hôpitaux psychiatriques, EHPAD ainsi que l’ensemble des centres de lutte contre le cancer (CLCC).

© MiPih

Q

Pourriez-vous nous présenter votre activité ? Elle est divisée en deux pôles : l’édition logicielle pour la gestion administrative des malades, la gestion économique et financière et la gestion des ressources humaines (une offre logicielle faite par des hospitaliers pour des hospitaliers) ; et l’hébergement des données de santé qui inclut les services de messagerie sécurisée. Le MiPih est le premier hébergeur français avec plus de 600 applications pour quelque 400 établissements. En outre, les data centers sont répliqués sur Toulouse et Amiens afin de garantir la disponibilité des données.

ould you outline the MiPih’s key figures? The MiPih serves as a public interest grouping distributed on four sites (Toulouse for the headquarters, Amiens, Reims and Bordeaux), which depends on some five hundred collaborators (two thirds of whom are stationed in Toulouse, and one third in Amiens), and it counts four hundred and fifty members: i.e., public hospitals, Hospital Centers (almost all hospitals in Picardie and Nord-Pas-de-Calais), and a rough fifty percent of the University Hospital Centers in France, psychiatric hospitals, EHPAD as well as all cancer centers (CLCC). Could you give us an overall description of your activity? It comprises two action lines: software development for the administrative management of patients; economic and financial management as well as human resources (a software proposition made by hospital practitioners, intended for hospital practitioners); and hosting of public health data inclusive of secure messaging products. The MiPih stands as the first French host with more than six hundred applications from some four hundred establishments. In addition, its data centers enjoy duplication in Toulouse and Amiens in order to ensure availability of data.

What are your growth prospects? Quelles sont vos perspectives de développement ? We plan to create a new next-generation data center in Amiens. Nous projetons de construire un nouveau data center de Funded by a long-term capital loan via Caisse des Dépôts et nouvelle génération à Amiens. Financé par un emprunt à la Caisse Consignations (CDC), for which Amiens Metropole and the Regional des Dépôts et Consignations, dont Amiens Métropole et le Conseil Council act as warrantors, this data center will reside in a positive energy régional sont les garants, ce data center sera hébergé dans un building, a BEPOS, the first of its kind in France. It will be ideally BEPOS (bâtiment à énergie positive), une première en France, et located halfway between the Amiens University and the CHU, in order sera idéalement situé entre l’université d’Amiens et le nouveau to establish itself in a new vision of digital health. Covering an area of CHU pour s’inscrire dans une dynamique de santé numérique. more than a thousand square meters, it will enable us to relocate D’une superficie dépassant les 1 000 m², il nous permettra de the whole of our agents from Amiens, creating forty additional jobs relocaliser l’ensemble des agents amiénois et d’embaucher 40 agents over the next five years. It should be operational by 1 January 2018. supplémentaires sur 5 ans. Il devrait être opérationnel le 1er janvier We hope that the new data center will attract new subscribers and allow 2018. Grâce à ce nouveau data center, nous espérons accroître le us to develop our activity of hosting the business of medical data. The nombre de nos adhérents et développer notre activité d’hébergement public healthcare law proposed by the de données médicales. La loi de santé me Minister of Social Affairs and Health Marisol portée par M Marisol Touraine, par la Touraine, through the creation of hospital création des groupements hospitaliers, groups, promotes the transfer of their data favorise le transfert de la gestion de leurs management to public operators, to be labeled données aux opérateurs publics labélisés Midi Picardie Informatique Hospitalière – MiPih health data hosting services (“Hébergeurs « Hébergeurs de Données de Santé » Bât. L’Arche - Vallée des vignes (HDS). Le MiPih apparaît donc comme 43, avenue d’Italie – CS 94451 - F-80094 Amiens Cedex 3 de Données de Santé” or “HDS”). In this perspective, the MiPih appears to be the le candidat idéal pour les acteurs de Tél. : +33 (0)3 22 33 57 00 Email : serein.f@mipih.fr http://www.mipih.fr/index.php ideal candidate for healthcare providers.  l’offre de soin. 

April 2016

51


P arlementaires de F rance Magazine

Une relation de proximité avec les entreprises Un entretien avec M. Philippe RAPENEAU, Président de la Communauté urbaine d'Arras

Q

La Communauté urbaine soutient naturellement l’Université d’Artois, les organismes de recherche comme l’INRA mais aussi ses écoles d’ingénieurs (CESI, EPSI) ; elle veille à être un fédérateur et encourage les liens entre formation, recherche et entreprises… Quelles filières d’excellence soutenez-vous ? Nous accompagnons prioritairement l’agroalimentaire et la logistique, même si notre agglomération dispose d’un tissu d’entreprises très diversifié. Cela passe notamment par l’aménagement de sites d’accueil bien adaptés qui ont attiré des entreprises comme Orchestra (logistique), Agrafresh (transformation de produits alimentaires frais), Häagen Dazs (plus d’une quinzaine d’implantations nouvelles significatives en 2015)… Il faut rappeler qu’une entreprise qui se développe dans l’agroalimentaire contribue à alimenter tout un écosystème : chaudronnerie inox, transport spécialisé, emballage, maintenance, plateformes logistiques froid, outils de traçabilité… Autant d’emplois induits qui stimulent l’économie du territoire, et qui, une fois présents, contribuent à leur tour à notre attractivité. Dans le domaine de la logistique, la Communauté urbaine dispose de parcelles

52

du réseau de chaleur avec le soutien de l’ADEME, le soutien des entreprises spécialisées dans le recyclage et utilisant des énergies renouvelables… Autant d’initiatives qui ont valu à notre territoire les labels de « territoire à énergie positive pour la croissance verte » et de « territoire respirable ».

© Communauté urbaine d’Arras

uel soutien apportez-vous aux acteurs de l’enseignement supérieur et de la recherche sur votre territoire ? La Communauté urbaine a été à l’origine de la création d’Adrianor, un outil de Recherche et Développement agroalimentaire emblématique de notre territoire. L’ambition d’Adrianor est d’aider les PME à s’équiper en nouveaux process, à innover, à tester des produits nouveaux grâce à la réalisation sur place de préséries, à former le personnel aux nouvelles technologies. Les clients viennent de toute la France. Une pépinière d’entreprise spécifiquement équipée permet de compléter l’offre de services et d’héberger les jeunes pousses qui souhaitent passer à un stade plus industriel. De plus, un master en agroalimentaire a été créé à l’Université d’Artois et ses étudiants sont en partie accueillis par l’Adrianor pour la partie recherche.

de toutes tailles, jusqu’à 30 hectares d’un seul tenant, facilement accessibles par l’autoroute : Orchestra s’est ainsi installée sur 25 hectares de terrain avec 700 emplois à la clé. Le succès de cette implantation traduit bien la relation de proximité que nous avons développée avec les entreprises et le savoir-faire que nous avons acquis pour les aider dans leur recherche de personnel, l’aide à obtention d’un permis de construire, d’une ICPE… La Communauté urbaine cherche aussi à créer des synergies locales avec la mise en relation des fournisseurs ou encore l’organisation régulière de petits-déjeuners rassemblant les chefs d’entreprises des parcs d’activités. Comment la Communauté urbaine d’Arras s’implique-t-elle dans la Troisième Révolution Industrielle portée par le Conseil régional ? La Communauté urbaine a été l’une des trois intercommunalités à s’engager dès le début du projet (avec Lille et Dunkerque). À Arras, la TRI a eu un effet amplificateur sur ce qui avait déjà été amorcé : l’utilisation de la chaleur fatale des égouts pour chauffer le centre aqua ludique avec un échangeur de chaleur, la politique énergétique pour le logement, le soutien à l’achat de vélos électriques, un investissement de 14 M€ pour l’extension

Quelles aides offrez-vous pour l’implantation et le développement d’entreprises innovantes sur votre territoire ? Nous développons une politique globale de l’offre : aménagement et organisation de nombreux services (accès au très haut débit, gestion des déchets, équipement des parcs d’activité), développement d’une offre immobilière, attribution d’aides financières ou d’avances remboursables, en contrepartie de créations d’emplois et d’investissements. Par ailleurs, la Communauté urbaine facilite la collaboration des entreprises agroalimentaires avec Adrianor et s’appuie sur le pôle d’excellence Agroé pour mettre en réseau, développer la veille, offrir un accès privilégié aux salons professionnels, proposer des conseils spécialisés... De même, le World Trade Center LilleArras accueille les entreprises de tout l’Artois et fournit des conseils à l’export, informe sur les marchés émergents, incite à la pratique des langues vivantes (petitsdéjeuners conviviaux en langue anglaise…). Et n’oublions pas les organismes de formation, tels Artois Emploi Entreprise : cofinancés par la Communauté urbaine, ils constituent notre bras armé pour anticiper et répondre de façon concrète aux besoins de formation. In fine, nous avons noué des liens privilégiés avec l’ensemble des partenaires publics et privés. Notre savoirfaire, nous le mettons au service du développement économique et de l’emploi. Cette dynamique nous a permis d’attirer en 2015 sur notre territoire le Laboratoire de Fractionnement Biologique, une unité de production de médicaments qui représente 600 emplois et va générer 300 M€ d’investissement. Preuve que les fondamentaux de notre territoire sont également attractifs  pour les industries de pointe.

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Towards a Closer Relationship with Enterprises An interview with Mr Philippe RAPENEAU, President of the Urban District of Arras hat support do you offer the higher education and research communities in your territory? The urban district led to the creation of Adrianor, an emblematic research and development tool in the agrifood industry that epitomizes our territory. Adrianor intends to assist SMEs in renewing their processes; innovating and testing new products thanks to local creation of preseries; training staff personnel in new technologies. Our clients come from all over France. A specifically equipped business incubator completes the range of services on offer and hosts the young sprouts which would make the leap over to a more industrial stage. In addition, the Artois University created a master in agrifood, while Adrianor welcomes a part of its students for the research section. Of course, the urban community supports the Artois University; research organizations such as INRA; but also its engineering schools (CESI, EPSI): it ensures to act as a federator and encourages the ties between training, research and enterprises…

© Communauté urbaine d’Arras

W

The success of this settlement demonstrates the close ties that we established with enterprises, and the know-how we have acquired to help them in their research of staff, assistance in obtaining a building permit, an ICPE … The urban community also tries to create synergies by co-ordinating suppliers, or by organizing regular breakfast encounters for entrepreneurs from the business parks.

What fields do you actually support? Our first priority aims to bolster the agribusiness sector and logistics, even if our community possesses a highly diversified corporate fabric. This includes the preparation of suitable and well adapted sites which have attracted such enterprises as Orchestra (logistics), Agrafresh (transformation of fresh food products), Häagen Dazs (over fifteen new significant settlements in 2015). We must keep in mind that an enterprise which develops in the agrifood sector contributes to feed an entire ecosystem: stainless steel boilers, specialized transport, packaging, maintenance, logistic cold platforms, traceability tools… These induced jobs stimulate our local territory: once established, they in turn contribute to our attractiveness.

How does the Urban Community of Arras get involved in the Third Industrial Revolution which is undertaken by the Regional Council? The urban community was one out of three to become engaged from the very start in the project (alongside Lille and Dunkerque). In Arras, the Third Industrial Revolution had an amplifying effect on what had already been started: use of sewer heat to heat the aqualudic center via a rotary heat exchanger; energy policy for housing; support for the acquisition of electric bicycles; a 14-million Euro investment for the extension of the heating network with the support of ADEME; the support of enterprises specialized in recycling and using renewable energies… All these initiatives earned our territory the label of “energy positive territory for green growth” and that of “breathable territory.”

In the area of logistics, the Urban Community disposes of sites of any size, some of which are continuous sites of up to 30 hectares, easily reachable via the motorway: Orchestra settled down on 25 hectares of land with, in the end, 700 jobs.

What kind of aids do you propose for the setting up and development of innovative enterprises on your territory? We are developing a global policy of the offer: developing and organizing a great number of services (high-speed access, waste

April 2016

management, setting up facilities in the business parks); development of a real estate offer; awarding financial contributions or repayable advances, in consideration for the creation of new jobs and investments. Besides, the Urban community facilitates the collaboration of the agrifood enterprises with Adrianor, and relies on the center of excellence Agroé in order to network, develop monitoring, offer privileged access to the trade fairs, and offer expert advice... In the same way, the World Trade Center Lille-Arras welcomes enterprises from the Artois and offers advice for export, informs about the emerging markets, encourages the practice of living languages (friendly breakfast gatherings in English...). We must not forget the training bodies such as Artois Emploi Entreprise: cofinanced by the Urban Community, they constitute our sword arm in order to anticipate and answer in concrete terms to the training needs. And finally, we established privileged links with all our public and private partners. Our expertise will aid the economic development and employment. This dynamism allowed us to attract, back in 2015, on our territory the Laboratoire de Fractionnement Biologique [Splitting Biological Laboratory], a production unit of treatments representing 600 jobs, which will generate an investment of 300 million Euros. These developments certify that the basics of our territory prove equally attractive  for the leading industries.

53


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

LG2A Laboratoire de Glycochimie, des Antimicrobiens et des Agroressource Laboratory of Glycochemistry, Antimicrobials and Agroressources Un entretien avec le Pr. José KOVENSKY, Directeur du LG2A

Q

uels sont les chiffres-clés du LG2A ? UMR CNRS-UPJV, le Laboratoire rassemble 29 chercheurs permanents, 7 ingénieurs et techniciens, 2 gestionnaires, une vingtaine de doctorants et 2 post-doctorants. Sur la période 2013-2015, il a produit 90 publications, déposé 6 brevets et supervisé 17 soutenances de thèse. Son budget de recherche annuel oscille entre 800 000 et 1 M€ et il travaille actuellement sur une vingtaine de projets de recherche.

W

hat are LG2A’s figures? The UMR CNRS-UPJV laboratory has 29 permanent researchers, 7 engineers and technicians, 2 managers, about twenty PhD students and 2 post-doctoral researchers. Between 2013 and 2015 it produced 90 publications, filed 6 patents and supervised 17 thesis defences. Its annual research budget fluctuates between 800 000 and 1 M Euro and it is currently working on about twenty research projects.

© LG2A

Pourriez-vous nous présenter les activités de recherche du LG2A ? Nos travaux s’articulent autour de deux axes : la Chimie pour le Vivant (antimicrobiens, étude de la reconnaissance moléculaire, vectorisation) et la Chimie pour le Développement Durable (utilisation de méthodologies appliquées aux substrats glucidiques et valorisation de la biomasse). Dans le domaine de la chimie du vivant, nous développons des glycoclusters pour étudier les interactions entre les sucres et les lectines, ainsi que des molécules antibactériennes pour bloquer la formation de biofilms formés par les bactéries et faisant barrage aux antibiotiques. Nous participons aussi à un projet axé sur la modification, par voie chimique et enzymatique, de cyclodextrines amphiphiles, pour faire de la vectorisation (utilisation de molécules pour envoyer un médicament directement dans des organes ou des cellules spécifiques). Nous développons enfin des molécules antivirales contre le virus de la dengue. Dans le domaine de la chimie verte, nous travaillons à la synthèse de polymères biodégradables et de retardateurs de flammes biosourcés, développons des méthodologies pour oxyder les oligosaccharides en vue de diverses applications dans l’agriculture et la santé et étudions l’introduction de matériaux organiques dans les batteries en collaboration avec le LRCS, dans le cadre du réseau sur le stockage de l’énergie RS2E. © CNRS Photothèque - Cyril FRESILLON

An interview with Prof. José KOVENSKY, Director of LG2A

Could you please outline the areas of research of LG2A? Our work centres on two axes: Chemistry for Living Systems (antimicrobials, the study of molecular recognition and vectorisation) and Chemistry for Sustainable Development (use of applied methodologies on carbohydrate substrates and biomass promotion). In the area of Chemistry for Living Systems, we are developing glycoclusters to study interactions between sugars and lectins, as well as antibacterial molecules, in order to block the formation of biofilms, caused by bacteria, which create resistance to antibiotics. We are also taking part in a project on the modification of amphiphilic cyclodextrins through chemistry and enzymes, for vectorisation (use of molecules to send medication directly to specific organs or cells). We are also developing anti-viral molecules against Dengue fever. In the green chemistry domain, we are working on the synthesis of biodegradable polymers and biosourced flame retardants, we are developing methods to oxidise oligosaccharides to be used in many applications in agriculture and health and we are studying the introduction of organic material in batteries in collaboration with the LRCS in the context of the RS2E energy storage network.

Quelles collaborations avez-vous développées avec les industriels ? What collaborations have you had with industrialists? Nous participons à l’ITE PIVERT (synthèse des glycolipides pour We are taking part in ITE PIVERT (synthesis of glycolipids to étudier leurs propriétés comme surfactants et leur interaction avec des study their properties as surfactants and their interaction with membranes biologiques, et pour des modèles prédictifs des propriétés des biological membranes, and as predictive models of surfactants surfactants en fonction de leur structure depending on their chemical structure). chimique). Nous collaborons également avec We are also working with a network of un réseau de producteurs de pommes de terre potato growers (Nord-SIPRE Com(Comité Nord-SIPRE) pour développer des mittee) to develop alternative (non-toxic) méthodes alternatives (non toxiques) de lutte methods to fight potato pathogens contre les pathogènes de la pomme de terre et and to promote the commercialisation pour valoriser commercialement ses déchets. of their waste. In addition, we are working Laboratoire de Glycochimie, des Antimicrobiens et des Agroressources Nous travaillons aussi avec le CODEM pour LG2A CNRS UMR 7378 with CODEM to develop biosourced élaborer des polyuréthanes biosourcés pour 33, rue Saint Leu - F-80039 Amiens - Tél. / Fax : +33(0)3 22 82 75 60 polyurethanes for applications like des applications comme composants des Email : carole.darguesse@u-picardie.fr / jose.kovensky@u-picardie.fr glue components or for the insulation of http://www.u-picardie.fr/labo/LG/ colles ou dans l’isolation des bâtiments.   buildings.

54

April 2016


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

Institut Français des Matériaux Agro-Sourcés (IFMAS)

French Institute of Agro-based Materials (IFMAS)

Un entretien avec M. Jean-Marc CORPART, Président de l’Institut Français des Matériaux Agro-Sourcés (IFMAS)

An interview with Mr Jean-Marc CORPART, President of the French Institute of Agro-based Materials (IFMAS)

P

© DR

ourriez-vous nous présenter les activités d’IFMAS ? Créée en 2012, IFMAS est une société privée dont la vocation est de proposer des partenariats de Recherche & Développement et des services de valorisation aux industriels désireux de mettre sur le marché de nouvelles générations de matériaux à haute performance, intégrant des ressources issues de la biomasse locale (Europe). Nous ciblons les secteurs d’activités utilisateurs de matériaux ou revêtements comme l’emballage, le transport, le bâtiment, l’électronique ou le médical. Dans les projets en cours, plusieurs thématiques sont traitées telles que le développement de plastiques allégés pour l’automobile, de plastiques biodégradables, de formulations de peintures, etc. Nous mettons également notre expertise au service de grands groupes, de PME et de start-up soucieuses de développer des matériaux plus performants au travers de notre offre de service.

Quels sont les chiffres clés d’IFMAS ? IFMAS compte une vingtaine d’adhérents industriels et académiques, dont 10 associés fondateurs. Entre 2013 et 2015, nous avons lancé 22 projets de recherche collaborative et mobilisé 150 chercheurs. Suite à l’Appel à Projets 2015, 10 projets supplémentaires ont été retenus. Plusieurs dépôts de brevets sont d’ores et déjà prévus. Fort de 40 employés (dont 16 doctorants et 9 post-doctorants), IFMAS dispose d’un bâtiment de 2 400 m² équipé de 6 plateformes technologiques d’excellence. La société est subventionnée à hauteur de 30,6 M€ par l’ANR, pour un budget prévisionnel de 85 M€, dont 75 M€ pour la R&D, sur 2013-2019. Quelles actions de valorisation menez-vous ? Notre principal objectif est de générer des résultats pertinents conduisant à la délivrance de titres de propriété intellectuelle industriellement valorisables. À la suite des dépôts de brevets, nous avons le souci de maturer les technologies et savoir-faire développés afin d’en assurer le transfert industriel (vente de brevets, cession de licences, etc.). Quels sont les grands défis pour la chimie du végétal et les matériaux biosourcés ? Les défis sont de plusieurs ordres, mais il y en a un qui surpasse les autres : le défi d’ordre économique. Avec le prix extrêmement bas du pétrole et l’émergence de nouvelles matières premières fossiles peu coûteuses comme le gaz de schiste, de nombreux produits sont aujourd’hui difficilement accessibles dans des conditions rentables à partir de la biomasse. Cela impose d’apporter une réelle plus-value en termes de propriétés applicatives, de respect de l’environnement ou de santé humaine. C’est la voie sur laquelle IFMAS inscrit l’ensemble de ses actions. 

April 2016

C

ould you introduce IFMAS activities? Founded in 2012, IFMAS is a private company whose mission is to propose Research & Development partnerships and valorisation services to manufacturers wishing to market a new generation of high-performance materials, integrating resources from local biomass (Europe). We focus on sectors using materials or coatings such as packaging, transportation, construction, electronics and medical. In ongoing projects, several themes are dealt such as the development of lightweight plastics for automobiles, biodegradable plastics, paint formulations, etc. We also offer our expertise to large groups, SMEs and start-ups keen to develop more efficient materials through our service offering.

What are the key figures of IFMAS? IFMAS has twenty industrial and academic members, including 10 founding partners. Between 2013 and 2015, we launched 22 collaborative research projects and mobilized 150 researchers. Following the Call for Projects 2015, 10 additional projects were selected. Several patent applications are already planned. With 40 employees (including 16 PhD students and 9 post-doctoral fellows) IFMAS has a building of 2400 m² with 6 technological excellence platforms. The company is subsidized to the tune of € 30.6 million by ANR for a budget of € 85 million, including € 75 million for R & D, on 2013-2019. What actions of research promotion are you taking? Our main goal is to generate relevant results leading to the issue of intellectual property rights that are industrially valuable. Following the patents, we have the desire to mature technologies and know-how developed in order to ensure their industrial transfer (sale of patents and licenses, etc.). What are the biggest challenges for plant chemistry and bio-based materials? The challenges are manifold, but there's one that surpasses the others: the economic challenge. With the extremely low oil prices and the emergence of new low-cost fossil fuels such as shale gas, many products are not easily accessible in profitable conditions from biomass. This requires to provide real added value in terms of application properties, respect for the environment or human health. This is the path on which IFMAS registered all of its actions. 

IFMAS

Parc Scientifique de la Haute Borne 60 Avenue Halley - 59650 Villeneuve-d’Ascq Tél. : +33 (0)3 62 26 31 75 - E-mail : sarah.moumen@ifmas.eu - www.ifmas.eu

55


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

Ajinomoto Eurolysine S.A.S. Créée en 1974 et opérationnelle depuis 1976, Ajinomoto Eurolysine S.A.S. s’appuie sur 300 collaborateurs directs et autant d’emplois induits. Implanté sur un site de 36 hectares, l’usine d’Amiens affiche une production annuelle de 140 000 tonnes d’acides aminés pour l’alimentation animale. Un secteur d’avenir.

M

Created in 1974 and operating since 1976, Ajinomoto Eurolysine S.A.S. relies on 300 direct collaborators and just as many spin-off jobs. The Amiens factory on a 36-hectare site produces 140,000 tons of amino acids for animal feed per year. A sector of the future.

A

j i n o m o t o Eurolysine S.A.S. is a member of a network of four factories belonging to the AJINOMOTO Group and producing amino acids throughout the world (North America, South America, South-East Asia and EuropeAfrica). It supplies amino acids to producers of food for pigs and poultry, pre-mixers and ingredient integrators mainly in France, Germany, Spain, Russia, Italy, Poland, the Netherlands and Belgium, the United Kingdom, Denmark, etc. 80% of its turnover are derived from exports.

Les acides aminés sont les briques élémentaires constitutives des protéines qui représentent 70 % du poids sec d’un animal. Forte de ce constat, Ajinomoto Eurolysine S.A.S. produit quatre acides aminés essentiels : la L-Lysine, la L-Thréonine, le L-Tryptophane et la L-Valine, obtenus par des procédés de fermentation. Une initiative bienvenue quand on sait que les porcs et la volaille sont généralement nourris de tourteaux de soja, une matière première souvent importée dont la composition en acides aminés est fixe. Les éleveurs ont donc tendance à suralimenter leurs animaux en protéines pour leur apporter la quantité en acides aminés nécessaire à leur croissance... avec les importantes quantités de lisier qui en résultent. En apportant par ses acides aminés purs la quantité de chacun d’entre eux juste nécessaire aux besoins des animaux pour leur croissance, Ajinomoto Eurolysine S.A.S. permet à ses clients de réduire la quantité de protéines végétales administrées et la quantité de lisier générée par les élevages.

The amino acids are the basic building blocks of the proteins that represent 70% of the dry body weight of an animal. Based on this evidence, Ajinomoto Eurolysine S.A.S. produces four essential amino acids obtained by fermentation processes: L-Lysine, L-Threonine, L-Tryptophan and L-Valine. This is a welcome initiative when we know that pigs and poultry are generally fed with soybean meal, a raw material often imported and which has a fixed quantity of amino acids. Therefore, growers tend to feed their animals too much protein in order to give them the quantity of amino acids needed for their growth - with large quantities of liquid manure as a result. The pure amino acids produced by Ajinomoto Eurolysine S.A.S. allow growers to give each animal just what is required for their growth as well as to reduce the quantity of protein given and, at the same time, the quantity of liquid manure generated.

© Ajinomoto Eurolysine S.A.S.

embre d’un réseau de quatre usines de production d’acides aminés, du groupe AJINOMOTO, réparties dans le monde (Amérique du Nord, Amérique du Sud, Asie du Sud-est, Europe-Afrique), Ajinomoto Eurolysine S.A.S. fournit des acides aminés pour les fabricants d’aliments pour le porc et la volaille, les pré-mixeurs et les intégrateurs d’ingrédients notamment en France, Allemagne, Espagne, Russie, Italie, Pologne, aux Pays-Bas et en Belgique, au Royaume-Uni, au Danemark... 80 % de son chiffre d’affaires sont réalisés à l’export.

Les équipes de nutritionnistes d’Ajinomoto Eurolysine S.A.S. The teams of nutritionists at Ajinomoto Eurolysine S.A.S. collaborent avec les principaux centres de recherche européens en collaborate with the main European research centres working on alimentation animale afin de développer des formules d’aliments animal foodstuffs in order to develop formulas for food that are more economical in protein. At the same time, Ajinomoto plus économes en protéines. En parallèle, Ajinomoto Eurolysine Eurolysine S.A.S. collaborates with Ajinomoto’s research centres S.A.S. collabore avec les centres de recherche d’Ajinomoto pour to develop new processes that are ecomettre au point de nouveaux procédés nomical in raw materials (sugars) and in économes en matière première (sucres) et energy in order to produce essential en énergie afin de produire d’autres acides amino acids (about ten of the existing aminés essentiels (on en compte une twenty) at an affordable price for animal dizaine sur la vingtaine existante) à un coût Ajinomoto Eurolysine S.A.S. feed. This is a challenge that the researaccessible pour l’alimentation animale. Un Usine de production - Espace Industriel Nord chers in the industrial R&D department enjeu que la vingtaine de chercheurs en Rue de Vaux - F-80084 Amiens Cedex 2 R&D industrielle d’Ajinomoto Eurolysine Tél. : +33 (0)3 22 54 70 00 - Fax : +33 (0)3 22 54 70 38 of Ajinomoto Eurolysine S.A.S. are ready http://ajinomoto-eurolysine.fr/entreprise.html   to face. S.A.S. sont prêts à relever.

56

April 2016


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

IAR, le pôle de la bioéconomie Un pôle de compétitivité et des plateformes d’innovation pour la structuration du territoire régional

H

Fort d’une équipe de 20 personnes, le pôle IAR mise résolument sur la bioraffinerie, à savoir l’utilisation optimale de l’ensemble des composants d’une plante pour développer de nouveaux produits alimentaires, de nouveaux matériaux, de nouvelles molécules à forte valeur ajoutée pour la chimie, de nouveaux carburants… Cet objectif est soutenu par les 212 projets de R&D collaboratifs labellisés par le pôle : un effort de recherche conséquent qui représente un budget de 1,5 milliard d’euros (dont seulement 32 % de fonds publics).

istoriquement constitué sur les deux anciennes régions que sont la Champagne-Ardenne et la Picardie, le pôle IAR vise à fédérer au niveau national la filière de la bioéconomie, fondée sur l’utilisation du carbone renouvelable d’origine agricole, forestière ou algale à des fins alimentaires et non alimentaires. Dix ans après son lancement, le pôle IAR est un succès : ses plus de 330 adhérents (dont 45 % de PME-TPE-start-up et 16 % de grands groupes) couvrent toute la chaîne de valeur de la filière, depuis l’agriculture aux utilisateurs finaux (automobile, BTP, cosmétiques, énergéticiens...) en passant par l’agro-industrie, la chimie et les équipementiers de procédés.

« Sur cette base, notre pôle poursuit sa mission première : créer un environnement

favorable à l’innovation végétale en fédérant les acteurs autour de collaborations pérennes » affirme Boris Dumange, Directeur Général du pôle IAR. En Hauts de France, les outils structurants sont réels, ont déjà fait leur preuve et promettent un bel avenir à la bioéconomie dans cette nouvelle grande Région. C’est ici qu’interviennent Agro-Transfert Ressources et Territoires, qui répond à toutes les problématiques de l’amont agricole, le CVG, spécialisé en fractionnement, purification et fonctionnalisation, la SAS IMPROVE, qui travaille à la valorisation des protéines végétales, et la SAS PIVERT, qui se consacre aux oléagineux. Présentation. 

Agro-Transfert Ressources et Territoires Privilégier les innovations systémiques

© AGT-RT

Un entretien avec Jean-Pascal HOPQUIN, Directeur d’Agro-Transfert Ressources et Territoires

Agro-Transfert Ressources et Territoires est à la fois une plateforme d'application et un réseau de transfert de la recherche agronomique.

P

ourriez-vous nous présenter la mission et les projets d’Agro-Transfert Ressources et Territoires ? Agro-Transfert est une association de loi 1901 créée en Picardie au début des années 90 afin de faciliter le transfert des travaux de recherche vers les acteurs agricoles régionaux et de faire remonter les demandes de ces acteurs vers les chercheurs. Fédérant les chambres d’agriculture, l’INRA et le Conseil régional, elle vise à accroître la compétitivité des agriculteurs en soutenant des

April 2016

projets de développement. Quatre conditions sont posées au démarrage d’un projet : une demande claire, des compétences ou travaux de recherche disponibles, l’absence d’autres organisations travaillant sur la question et le réalisme d’une innovation opérationnelle en 4 à 6 ans. Une fois la commande passée, Agro-Transfert assure la conduite du projet avec toutes les parties prenantes. Les innovations systémiques sont privilégiées. À ce jour, les 30 collaborateurs d’Agro-Transfert travaillent sur une vingtaine de projets, dont 7 à 8 gros projets structurants, dont certains en partenariat avec le pôle IAR. Ces projets ciblent notamment la production de ressources alimentaires et non alimentaires sur les mêmes parcelles pour alimenter la bioéconomie. Comment vos activités contribuent-elles au dynamisme du territoire régional ? Nous nous inscrivons dans le projet de bioraffinerie territoriale du pôle IAR qui

doit aboutir d’ici 2020-2025 à la création de sites de bioraffinerie dotés d’un rayon d’approvisionnement de 25 à 100 km. Nous intervenons auprès des acteurs agricoles afin de les aider à anticiper et à s’organiser en conséquence pour alimenter de telles bioraffineries. Quelle est la place du pôle IAR dans vos activités ? Agro-Transfert est membre du conseil d’administration du pôle IAR et co-anime sa commission « Ressources » qui soutient des projets tels que le « réseau de sites de démonstrateurs IAR » : échelonné entre 2015 et 2020, ce projet vise à mettre en place en Picardie 3 territoires pilotes démontrant la faisabilité d’un approvisionnement local d’unités de valorisation. Trois sites axés sur les matériaux biosourcés et la bioénergie ont déjà été repérés. Une fois validées, les conditions de réussite applicables à ces sites seront aisément transposables à l’échelle supérieure de la bioraffinerie. 

57


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

Centre de valorisation des glucides et produits naturels - CVG Accompagner les industriels du laboratoire à la présérie pour la structuration du territoire régional Un entretien avec Thierry STADLER, Directeur du CVG, Président du pôle IAR

P

ourriez-vous nous présenter les objectifs et les moyens du CVG ? Le CVG est un institut technique agroindustriel qui accompagne depuis 30 ans les entreprises, depuis le laboratoire jusqu’à la présérie industrielle, dans le développement de nouveaux produits issus du végétal et des coproduits de procédés alimentaires. Il sert deux types de marchés : les cosmétiques et la chimie fine pour le non-alimentaire, les ingrédients, les compléments alimentaires et les aliments santé en alimentaire. Fort de 31 salariés, il s’appuie sur 3 500 m² de laboratoires et de plateformes technologiques : il a investi 11 M€ en équipements pour l’extraction, la purification, la fonctionnalisation et le séchage. Le CVG est ainsi devenu une vitrine pour les technologies innovantes.

Quel bilan dressez-vous de votre activité ? Le CVG sert quelque 70 clients industriels par an pour développer de nouveaux produits ou améliorer les technologies sur les lignes de procédés. Il accompagne le développement de start-up comme Olygose et travaille avec de grands groupes comme Ajinomoto, pour lequel il a développé de nouveaux procédés. À titre d’exemple, le CVG a développé des produits innovants à partir du lin : le mucilage entourant la graine de lin est exploité pour élaborer un agent antiride désormais commercialisé sous le nom de Sculptessence. Le mucilage du lin nous a également permis de mettre au point des agents cicatrisants pour la peau en collaboration avec les universités de Reims et de Rouen. Ces travaux ont fait l’objet d’un dépôt de brevet conjoint dans le cadre d’un

projet FUI et le brevet a été licencié à une grande société. Citons aussi le développement de substituts de sel à partir d’algues pour l’alimentation ou encore la recherche de nouveaux champs d’application pour des technologies existantes pour le compte d’équipementiers comme Eurodia. Quelle est la place du pôle IAR dans votre activité ? Le pôle IAR accompagne le CVG dans le montage et la participation à des projets de type FUI. Par ailleurs, il assume un rôle structurant entre les acteurs grâce à une mise en réseau basée sur la complémentarité : le CVG est ainsi actionnaire d’IMPROVE et a noué un partenariat avec la SAS PIVERT.  Le CVG changera de nom cette année et deviendra Extractis.

SAS IMPROVE Valoriser les protéines végétales

© SAS Improve

Un entretien avec Denis CHEREAU, Directeur de la SAS IMPROVE

La SAS IMPROVE œuvre à la valorisation des protéines végétales.

P

ourriez-vous nous présenter les compétences d’IMPROVE et les technologies mises en œuvre ? IMPROVE est un centre de recherche dédié à la valorisation des protéines végétales. Il emploie 20 personnes dont 8 chercheurs et 12 techniciens supérieurs. Ses activités s’articulent autour de 3 pôles de compétences : le traitement par voie sèche et le traitement par voie humide du matériel végétal, réalisés par les équipements de process de notre halle pilote, et la caractérisation effectuée par les outils de pointe de nos laboratoires.

58

Quelles prestations de recherche et d’expertise proposez-vous à vos clients ? Nous leur offrons deux types de prestations. D’une part, la mise au point ou l’amélioration de procédés d’extraction, de purification ou de modification des protéines végétales à partir de tout type de matière première. D’autre part, la caractérisation de ces protéines (composition, propriétés, fonctionnalités, digestibilité, i.e. capacité d’intégration dans une matrice pour l’alimentation humaine ou animale…). Notre offre s’adresse à l’ensemble des acteurs de la filière végétale, des semenciers aux assembleurs d’ingrédients en passant par les industriels de l’extraction et de la transformation. L’enjeu est de taille : avec l’explosion démographique attendue, il est urgent de miser sur les protéines végétales pour proposer des

solutions nutritionnellement acceptables, économiquement viables et sources de plaisir pour le consommateur. Quelle est la place du pôle IAR dans vos activités ? Le pôle IAR est actionnaire d’IMPROVE. Il a été un acteur-clé de la création de cette société. Il vient souvent en support commercial de nos activités afin d’accroître la visibilité d’IMPROVE en France et à l’étranger : sa participation à de nombreux événements (congrès, salons...) lui permet de développer des contacts dont nous pouvons bénéficier. Par ailleurs, la labellisation par le pôle IAR de projets de recherche en quête de financements peut également profiter à IMPROVE, même si les contrats de prestations directes représentent 95 % de notre activité. 

April 2016


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

SAS PIVERT La chimie du végétal, un levier de croissance pour les entreprises

© SAS PIVERT

Un entretien avec Gilles RAVOT, Directeur général de la SAS PIVERT

Le BIOGIS Center est l’outil préindustriel de la SAS PIVERT.

P

ourriez-vous nous présenter les axes stratégiques de la SAS PIVERT ? Dédiée à la création et au transfert de droits de propriété intellectuelle à l’industrie, la SAS PIVERT porte, dans le cadre du Programme Investissements d’Avenir, un Institut pour la Transition Energétique (ITE). Pour développer son activité, la Société s’appuie sur 4 piliers : le programme GENESYS qui reflète notre stratégie en matière de recherche et qui fonctionne sur la base d’un appel à projets annuel ; le BIOGIS Center, un outil préindustriel pour la mise à l’échelle

qui permet d’obtenir, à partir de la preuve de concept, des données technico-économiques pertinentes pour les industriels ; un Club d’industriels qui permet à la SAS PIVERT de s’assurer que la recherche est en phase avec les besoins industriels et qui bénéficie d’un accès prioritaire aux résultats de la recherche GENESYS ; et la formation dans le domaine de la bioraffinerie, une nouvelle façon de penser la valorisation du végétal. Comment les offres de technologies de la SAS PIVERT contribuent-elles au dynamisme du territoire régional ? Notre offre de produits et de procédés susceptibles d’être commercialisés par des industriels en aval concerne la grande région mais aussi le territoire national car de grands groupes internationaux font partie de notre Club d’industriels. Nous contribuons également avec le programme GENESYS à structurer les activités de recherche en chimie du végétal, à l’échelle régionale comme nationale. De plus, nous avons une double capacité à attirer des projets : en s’appuyant sur le BIOGIS Center,

qui joue un rôle central dans l’attractivité économique du territoire, et en suscitant la création de start-up pour développer de nouveaux produits ou technologies. Quelle est la place du pôle IAR dans vos activités ? Partenaire historique de la SAS PIVERT, le pôle IAR fait partie de nos actionnaires et s’implique à différents niveaux à nos côtés. Par exemple, le pôle IAR coordonne les expertises scientifiques des dossiers que nous recevons suite à nos appels à projets. Il est également très actif dans la prospection commerciale et nous aide à accroître notre visibilité. De plus, nous organisons des actions communes comme la journée du 25 février dernier sur le développement des procédés industriels en chimie du végétal. Réciproquement, la SAS PIVERT s’implique dans différentes actions du pôle IAR comme la commission formation par exemple. Nous poursuivons le même objectif : promouvoir la chimie du végétal comme levier de croissance pour les entreprises. 

IAR, The French Bioeconomy Cluster A Competitiveness Cluster and Innovation Platforms to structure the bioeconomy in the region

C

reated in 2005, IAR – The French Bioeconomy Cluster aims to support the development of the bioeconomy in France. The Bioeconomy encompasses the sustainable production of renewable resources and their conversion into food, feed, fibres, materials, chemicals and bioenergy through efficient and/or innovative technologies. Ten years after its creation, IAR proves to be a success. With more than 330 members (45% of SME and start-ups, 16% of large companies), IAR covers the full value chain, from agriculture to end users (car industry, construction, cosmetics, energy, etc.), including among others agri-business,

April 2016

food and feed, chemistry as well as service and technology providers. With a team of twenty, IAR supports the development of biorefineries, i.e., the optimal use and valorization of all biomass fraction in order to develop a complementary range of food products, materials, high value-added bio-based molecules as well as advanced biofuels. In 10 years, the competitiveness cluster has supported 212 collaborative R&D&I projects for a global a budget of €1.5 billion. “IAR is an innovation catalyst. We gather together our members to support plant-based innovation with the ultimate goal of

developing a competitive and sustainable bioeconomy in France and more particularly in the regions of Haut de France and Grand Est.” declares Boris Dumange, Managing Director of IAR. In Hauts de France, several innovation tools and platforms have already proven to be successful, promising a bright future for bio-based industries in this large region: Agro-Transfert Ressources et Territoires focuses on agricultural challenges, the CVG specializes in fragmentation, purification and functionalization of renewable resources; IMPROVE develops plant-based proteins and the SAS PIVERT has developed an expertise in oilseed refining. 

59


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

Agro-Transfert Ressources et Territoires Privileging systemic innovations An Interview with Jean-Pascal HOPQUIN, Director of Agro-Transfert Ressources et Territoires

C

order to help them anticipate and organize themselves accordingly, to supply these bio-refineries.

years. Once interested parties initiate an order, Agro-Transfert ensures the implementation of the project with all parties involved. We favor systemic innovations. To date, Agro-Transfert’s thirty collaborators are working on about twenty projects, seven or eight of which are structuring projects, some of which occur in partnership with IAR. These projects target, in particular, the production of food and non-food resources on the same land to contribute to the bioeconomy.

ould you give us a brief description of the mission and the projects of AgroTransfert Ressources et Territoires? Agro-Transfert constitutes an association, governed by the law of 1901, created in Picardie at the beginning of the Nineties in order to facilitate the transfer of research activities towards the region’s agricultural stakeholders to transmit their requests to the researchers. By federating the Chambers of Agriculture, INRA and the Regional Council, our association means to increase the competitiveness of farmers by backing development projects. A project requires four specific conditions to get started: a clear demand; available competencies or research activities; the absence of other organizations working on the same issue; and, finally, the reality of an operational innovation within four to six

What is the status of IAR in your activities? Agro-Transfert serves as a member of the administration board of IAR and jointly hosts its commission “Resources,” which supports such projects as the “network of the IAR demonstrators’ sites”: spaced out from 2015 to 2020, this project means to set up in Picardie the pilot territories which shall prove the feasibility of local procurement of upgrading units. Already, three sites oriented on biomaterials and bioenergy have already been identified. Once validated, the success conditions applying to these sites will easily be transposed to a larger scale of bio-refineries. 

How do your activities support the vitality of the regional territory? We refer you to the territorial biorefinery project of IAR, which by 2020-2025 must have created biorefineries with a procurement radius of twenty-five to a hundred kilometers. We work with the agricultural players in

Le Centre de Valorisation des Glucides et Produits Naturels – CVG (Center for Valorisation of Carbohydrates and Natural Products) Providing innovation to companies from lab scale up production steps An Interview with Thierry STADLER, Director of CVG, President of IAR

© CVG

three thousand five hundred square meters of laboratories and technological platforms: it invested eleven million Euros in equipment for the extraction, purification, functionalization and drying. Thus, the CVG has become a showcase for innovative technologies.

The CVG specialises in the promotion of carbohydrates.

C

ould you tell us more about CVG? The CVG is an agro-industrial technical institute which for the last thirty years has been supporting enterprises, from the laboratory phase through to the industrial pre-production phase, in the development of new products of vegetal origin and coproducts of food processes. It serves two types of the market: cosmetics and the fine chemicals non-food industry; ingredients, food supplements and health foods. With its team of thirty-one employees, it relies on

60

How would you assess your own activity? The CVG serves about seventy industrial clients per year in developing new products or improving their technologies on their processing lines. It accompanies the development of start-ups such as Olygose, and cooperates with large groups as, for example, Ajinomoto, for which it has developed new processes. For example, the CVGPN developed innovative products from flax: we use the mucilage around the flaxseed to elaborate an anti-wrinkle agent, which we now sell under the name Sculptessence. Thanks to flax mucilage, we also managed to develop healing agents for the skin in cooperation with the

universities of Reims and Rouen. This work led to a joint patent application in the context of a FUI project, and the patent has been licensed to a large company. Another example is to be found in the development of food salt substitutes from seaweed, and the research in emerging fields of application for existing technologies on behalf of equipment manufacturers such as Eurodia.

How would you define the status of IAR within your scope of activity? The IAR body helps CVG in proposing and taking part in projects such as FUI. Besides, it plays a structuring role between the different stakeholders through a networking system based on complementarity: meaning, that the CVG is now a shareholder of the SAS IMPROVE and has entered a partnership with the SAS PIVERT.  In 2016, CVG will change its name to become EXTRACTIS

April 2016


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

SAS IMPROVE Enhancing plant proteins An Interview with Denis CHEREAU, Director of SAS IMPROVE

W

ould you give us a description of the competencies of IMPROVE and the technologies implemented? IMPROVE names a research center working on the valorization of vegetable protein. It employs twenty people, eight of whom serve as researchers, with twelve senior technicians. Its activities gather around two poles of expertise: dry processing and wet processing of plant material, carried out by the process equipment of our pilot plant; and characterization, carried out by the advanced tools of our laboratories. What performances in research and expertise do you propose to your clients? We offer two kinds of performances.

First: we develop or upgrade the processes for extracting, purifying and modifying vegetable protein from any kind of raw materials. And secondly, we characterize these proteins (composition, properties, functionalities, digestibility; in other words, their capacity to integrate into a matrix for human food and animal feed). Our offer addresses all the players of the operators in the plant field, from seed companies to assemblers of ingredients, including companies which specialize in extraction and transformation. The stakes are high: in consideration of the expected demographic explosion, it becomes urgent that we concentrate on vegetal proteins, in order to propose acceptable nutritional solutions which are

economically viable and which also offer pleasure to the consumer. What is the status of IAR within your activities? IAR is a shareholder of IMPROVE and has acted as a key-player in the creation of this company. IAR often acts in support of our activities, and in order to increase IMPROVE’s visibility in France and abroad: thanks to its participation in a great number of events (congresses, exhibitions, and so on), it can develop contacts from which we can benefit. On the other hand, IAR’s labeling of research projects looking for financial support may also be beneficial to IMPROVE, even though our direct service contracts represent ninety-five  percent of our activity.

SAS PIVERT Plant-based chemistry, a growth driver for businesses An interview with Gilles RAVOT, Chief Executive Officer, SAS PIVERT

C

ould you please outline the strategies of the SAS PIVERT? Specialised in the creation and transfer of intellectual property rights to the industrial sector, the SAS PIVERT leads an Institute for Energy Transition within the framework of the French Investments for the Future Programme (“Programme d’Investissements d’Avenir (PIA)”). In order to develop its business, the Company is organised around 4 pillars: the GENESYS programme reflecting our strategy in terms of research and which operates on the basis of a call for projects each year; the BIOGIS Center, a pre-industrial tool for scaling-up which enables us to obtain relevant technical and economic data for our industrial partners from the proof of concept; the “Club des industriels” that allows the SAS PIVERT to ensure that the research remains in line with industrial requirements, and that gives pri-

ority access to GENESYS research results; and training in biorefinery, a new way of thinking the promotion of plant-based chemistry. How do the technologies offered by the SAS PIVERT contribute to regional dynamism? Our offer of products and processes that are likely to be marketed by downstream industrial partners, relates to the whole region and also to the national territory since large international groups are members of our industrial Club. We also contribute with the GENESYS programme to structure the research activities in plant-based chemistry on both regional and national level. Moreover, we have a dual capacity for attracting projects: first by relying on the BIOGIS Center, which plays a central part in the economic appeal of the area and, secondly, by encouraging the creation

of start-ups to develop new products and technologies. What roles does the IAR cluster play in your activities? Historically a partner of the SAS PIVERT, IAR is one of our shareholders and is involved at various levels with us. For instance, IAR coordinates the scientific expertise of files that we receive in response to our calls for proposals. It is also very active in sales prospection and helps us increase our visibility. Besides, we organise common actions such as the one day symposium on the development of industrial processes in green chemistry on the 25th of February this year. Similarly, the SAS PIVERT is involved in various IAR actions such as the training commission. We have the same objective, which is to promote green chemistry as a growth driver for businesses. 

Pôle de compétitivité IAR

50-52, boulevard Brossolette BP 05 - F-02930 Laon Cedex

April 2016

61


P arlementaires de F rance Magazine

Transports, mobilité, urbanicité Une tradition d’excellence Forte d’une grande densité d’infrastructures de qualité la reliant aux grandes capitales d’Europe (TGV Nord - Europe, tunnel sous la Manche, réseau autoroutier et ferroviaire très bien maillé), la région cultive une tradition d’excellence dans le domaine des transports. Une excellence relayée par des acteurs de la recherche de premier plan et un tissu industriel dynamique dans les domaines automobile, ferroviaire et logistique. industries mécaniques au service des entreprises dans les secteurs automobile, ferroviaire ou naval), le pôle MEDEE (Maitrise Energétique Des Entrainements Electriques), la plateforme d’innovation CADEMCE (labellisée par le pôle i-Trans et dédiée à la caractérisation du système de captage du courant dans le ferroviaire) ou encore l’Equipex Robotex, un réseau national de plates-formes expérimentales de robotique qui développe notamment la robotique mobile terrestre et aérienne (RobMob) en vue de favoriser le déploiement de robots fiables dans le cadre d'applications pour les véhicules de transport intelligents. Ces compétences de pointe ne seront pas de trop pour relever les défis qui se posent à la recherche sur les transports terrestres : l’énergie pour une mobilité durable, la sécurité et la sûreté des personnes et des systèmes de transport, l’environnement et la santé, la fiabilité et la performance des infrastructures de transport en matière d’optimisation des flux, de cycle de vie et de coût d’entretien, la politique des transports... sans oublier de prendre en compte les nouveaux matériaux, le numérique et le comportement humain. Autant d’opportunités pour accroître l’excellence régionale dans ce  secteur d’avenir.

© Jérémy-Günther-Heinz Jähnick

logistiques sur l’ensemble de l’Escaut canalisé. La logistique, c’est aussi le futur Canal Seine Nord Europe, salué par le député du Nord Rémi Pauvros comme le premier grand chantier d’infrastructure de fret du siècle qui participe pleinement à la transition énergétique et au développement durable de notre pays. D’un montant global de 5,5 milliards d’euros, le chantier s’échelonnera entre 2017 et 2023. À terme, la création de plates-formes d’activités le long du Canal devrait générer 50 Capteurs de voies de métro à Villeneuve d'Ascq / Metro rail sensors in Villeneuve d'Asq 000 emplois. Autre projet d’envergure, CALAIS PORT 2015 a pour orsqu’on pense transports le pôle ambition de doubler les capacités actuelles du valenciennois vient immanquablement port grâce à la réalisation d’un nouveau à l’esprit. En effet, Valenciennes Métropole a bassin vers la mer afin d’accueillir les futures mis en œuvre le projet structurant Transalley. générations de ferries et de rouliers et faire Implanté sur le campus de l’Université de face à l’augmentation des trafics attendue à Valenciennes et du Hainaut cambrésis, ce l’horizon 2020-2025. Officiellement lancé le technopôle réunit l’ensemble des acteurs de 19 décembre 2014 par le Conseil régional, la filière des transports, des grands opérateurs CALAIS PORT 2015 est le projet portuaire internationaux comme Alstom et Bombardier le plus important en Europe de ces prochaines aux PME en passant par le Centre d’Essais années avec un coût global évalué à 652 M€. Ferroviaire et bien sûr le pôle de compétitivité La mise en service des premiers postes à quai i-Trans, qui catalyse des projets d'innovation est prévue pour 2020. dans les domaines de l'automobile, du ferroviaire et de la mutimodalité fret et voyageurs, De tels chantiers seraient impensables et l’IRT Railenium, qui ambitionne de mettre sans une vision à long terme portée par l’innovation et les fonctionnements collad’importants acteurs de la recherche. Parmi boratifs au service de la stratégie de filière eux, l’Institut français des sciences et technoferroviaire en s’appuyant sur un programme logies des transports, de l’aménagement et de RDI, un centre d’essais et la synergie créée des réseaux (IFSTTAR) s’appuie sur ses axes par ses membres. Transalley interagit activede recherche et d’expertise (organisations et ment avec le Campus International sur la objectifs, mobilités, infrastructures, risques et Sécurité et l'Intermodalité dans les Transports environnement, territoires), ses actions trans(CISIT), qui fédère la recherche en Nord versales, ses grands projets (R5G route de 5ème Pas-de-Calais de la plupart des établissements génération, Sense-city, Railenium, VeDeCoM) et organismes scientifiques du transport et de et ses partenariats pour relever un quadruple la mobilité durables, et le centre technologique défi : inventer la mobilité durable, adapter sur la mobilité durable. les infrastructures, maîtriser les risques naturels et nos impacts environnementaux, penser et La logistique est un autre point fort du aménager les villes et territoires. D’autres acteurs territoire, idéalement placé entre la région entendent eux aussi répondre à ces enjeux : les parisienne et le nord de l’Europe. C’est une filière Instituts Carnot ARTS (Actions de Recherche d’excellence pour Valenciennes Métropole qui pour la Technologie et la Société), MICA a créé, en association avec la CCI, le syndicat (matériaux pour le transport et la maîtrise de mixte Docks Seine Nord Europe/Escaut l’énergie) et CETIM (Centre technique des pour piloter le développement des activités

62

© DR

L

Alstom Citadis à Valenciennes / Alstom Citadis in Valenciennes

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Transport, mobility and urbanicity A tradition of excellence The region has cultivated a tradition of excellence in the area of transportation given its density of quality infrastructures linking it to the large European capitals (TGV Nord - Europe, the Channel tunnel and excellent road and rail networks). The baton of excellence has been taken up by the front line research players and a dynamic industrial fabric in the automobile, rail and logistics fields. hen you think transport the Valenciennes cluster inevitably comes to mind. In fact, Valenciennes Métropole carried out the structuring project Transalley. Located on the campus of the University of Valenciennes and Hainaut Cambresis, this science and technology park brings together all the players in the transport sector, from large international operators such as Alstom and Bombardier to SMEs through the Trial Rail Centre. There is also, of course, the competitiveness cluster, i-Trans, which is a catalyst for innovation projects in the areas of automobile, rail and freight and passenger mutimodality, and the IRT Railenium, which aims to put innovation and collaborative operations at the service of the rail sector’s strategy through the programme of industrial R&D, a centre for trials and synergy created by its members. Transalley interacts readily with the International Campus on Safety and Intermodality in Transport Systems (CISIT), which brings together research in Nord Pas-de-Calais from most of the scientific establishments and bodies of transport and sustainable mobility, and the technology centre on sustainable mobility. Logistics are another strong point in the region’s favour as it is ideally located between the Paris region and the North of Europe. This is a sector of excellence for Valenciennes, which formed a mixed syndicate, in association with the Chamber of Commerce, Docks Seine Nord Europe/Escaut to pilot the development of logistical activities across the whole channelled part of Escaut. Logistics is also involved in the future Canal Seine Nord Europe, hailed by Nord Deputy, Rémi Pauvros, as the first large freight infrastructure construction work of the century to be fully involved in energy transition and the sustainable development of our country. At a total cost of 5.5 billion Euro, the construction work will be spread over the period 2017 to 2023. When complete, the creation of activity platforms along the Canal should generate 50,000 jobs. Another large-scale project, CALAIS PORT 2015 aims to double the current capacity of the port through a new basin towards the sea in order to facilitate future generations of ferries and roll-on/roll-off ships and meet the requirements of increased traffic expected by 2020-2025. Officially launched on 19 December 2014 by the Regional Council, CALAIS PORT 2015 is the largest port project in Europe in the coming years, with a total estimated cost of €652M.

April 2016

© Florian Fèvre

W

Rail tunnel under the English Channel / Tunnel ferroviaire sous la Manche

The first posts are expected to be operational on the quay in 2020. Such building works would be unthinkable without the long-term vision held by important players in the area of research. Among them is the French Institute of Science and Technology for Transport, Spatial Planning and Networks (IFSTTAR). This relies on its axes of research and expertise (organisations and objectives, mobility, infrastructures, risks and environment and regions), its transversal actions, its large projects (R5G 5th generation road, Sense-city, Railenium and VeDeCoM) and its partnerships to meet a quadruple challenge: invent sustainable mobility, adapt the infrastructures, control natural risks and their environmental impacts, think and plan towns and regions. Other players also intend to meet these challenges: the Instituts Carnot ARTS (Research Actions for Technology and Society) MICA (Materials for Transport and Energy Management) and CETIM (Technical Centre for mechanical industries at the service of businesses in the automobile, rail and naval sectors); the MEDEE cluster (Management of Energy in Electrical Drives); the innovation platform CADEMCE (approved by the i-Trans cluster and specialising in the characterisation of the capture system of current on railways); and the Equipex, Robotex, the national network of experimental robotics platforms which is developing the mobile land and air robot

(RobMob) to promote the deployment of reliable robots in the context of applications for intelligent transport vehicles. These stateof-the-art skills will not go amiss when it comes to meeting the challenges facing land transportation: energy for sustainable mobility, security and safety of people and transport systems, environment and health, reliability and performance of transport infrastructures in terms of optimisation of flows, life cycle and maintenance costs, transport policies not forgetting to consider new materials, digital technology and human behaviour. So many opportunities to improve regional excellence  in this sector of tomorrow.

Port of Calais seen from the lighthouse / Zone portuaire de Calais vue du phare

63


P arlementaires de F rance Magazine

Les infrastructures de transport au service de la transition énergétique

© Assemblée nationale

Un entretien avec M. Rémi PAUVROS, Député du Nord

Q

uel regard portez-vous sur le Nord-Pasde-Calais en matière d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation ? Il faudrait d’abord parler du faible nombre de chercheurs : ils représentaient à peine 1 % du total des chercheurs français dans les années 80 et guère plus aujourd’hui. Il y a à cela une raison historico-militaire : après la deuxième guerre mondiale, le général de Gaulle avait décidé de limiter les risques de déperdition des moyens de recherche face à d’éventuels envahisseurs. Industriellement fort, le Nord-Pas-de-Calais n’en demeure pas moins un géant aux pieds d’argile puisqu’il dépend largement d’acteurs extérieurs pour la recherche et l’innovation. Cela dit des avancées se sont fait jour en santé depuis les années 80 : l’Institut Pasteur de Lille a développé des centres de recherche très spécialisés en partenariat avec le CHRU de Lille et Eurasanté. Le Conseil régional a également décidé d’investir pour rattraper le retard et les CPER successifs y ont contribué. Dans le domaine du ferroviaire, une percée similaire s’est faite grâce à la sélection du pôle de compétitivité i-Trans et de l’IRT RAILENIUM dans le cadre du PIA. Reste à mettre en réseau l’industrie ferroviaire régionale, qui compte les géants Alstom et Bombardier, avec les acteurs de la recherche comme le Centre d’Essais Ferroviaire. De même, la recherche et l’innovation doivent être renforcées dans l’agroalimentaire car la grande région Nord-Pas-de-Calais-Picardie est la première région française dans ce secteur.

64

En parallèle, la région compte d’excellentes universités (de la très ancienne université de droit à Douai aux jeunes universités d’Artois et du Littoral Côte d’Opale en passant par l’antenne de l’Université de Valenciennes à Maubeuge avec une filière informatique très prisée), des écoles d’ingénieurs reconnues et des centres de recherche trop méconnus comme l’IFREMER à Boulogne-sur-Mer. Et n’oublions pas l’Université de Lille. Aujourd’hui l’université est considérée comme un levier de développement et d’aménagement du territoire : de nombreux enseignantschercheurs se sont installés à Lille grâce à ses universités. Mais nous devons renforcer cet élément majeur d’attractivité et miser plus encore sur l’excellence pour combler définitivement notre retard. Pourriez-vous nous présenter les conclusions de la mission sur le projet du Canal Seine Nord Europe que vous avait confiée le Premier Ministre ? Cette mission est l’aboutissement d’un premier rapport que j’avais rendu en 2013 sur la reconfiguration du projet pour le rendre soutenable financièrement et techniquement. Selon moi, le Canal Seine Nord Europe est le premier grand chantier d’infrastructure de fret du siècle qui participe pleinement à la transition énergétique et au développement durable de notre pays. Dans mon rapport remis en juin 2015 j’ai livré 10 propositions pour réussir ce projet : un observatoire des objectifs du projet, un projet

partenarial avec l’ensemble des acteurs des territoires du réseau Seine-Escaut, un projet conduit selon une méthode participative, transparente, dès la programmation et la préparation du chantier, un projet respectueux du développement durable et marqueur d’innovations dans le cadre de la transition énergétique, une démarche « Grand chantier » portée par l’État et associant pleinement les Régions, les Départements et les territoires, l’adoption d’un plan « Canal Seine Nord Europe » pour en faire un outil de développement pérenne, l’attribution à la future société « Seine Nord Europe-Réseau Seine Escaut » d’une compétence de développement économique sur le Réseau Seine-Escaut, la préparation de la création de cette société début 2016 par une équipe dédiée, la mise en place du modèle économique de cette société – un modèle incitatif au report modal – et, enfin, l’élaboration des contrats territoriaux de développement Seine-Escaut avant fin 2016. D’un montant global de 5,5 milliards d’euros, ce projet est financé à 42 % par l’Union européenne. L’État et les collectivités locales y contribuent à hauteur de 1 milliard respectivement, le solde étant financé par un emprunt. Le chantier, qui s’échelonnera entre 2017 et 2023, devrait créer 13 000 emplois. À terme, la création de plates-formes d’activités le long du Canal devrait générer 50 000 emplois. Quel bilan dressez-vous de votre activité au service du territoire de la Sambre-Avesnois ? Je me suis largement impliqué dans la signature du CPER 2015-2020 et obtenu de nombreuses mesures en faveur des infrastructures : la réalisation du contournement d’Avesnes-sur-Helpe pour la RN2, la réouverture du Canal de la Sambre à l’Oise pour dynamiser le cabotage et le tourisme fluvial, l’amélioration de la desserte TER entre Lille, le Val de Sambre et l’Avesnois, l’inscription de plusieurs quartiers en périmètre ANRU et la reconstruction en cours de négociation de l’hôpital de Maubeuge qui dessert 50 000 habitants. Sur le plan économique, je salue la réussite du plan de soutien à la filière automobile qui bénéficie à des acteurs comme Maubeuge Construction Automobile (MCA vient de créer 40 emplois en CDI et a relancé sa production pour fournir notamment les Kangoo électriques). De même, un plan d’aides sans précédent a été mis en place pour soutenir le monde agricole et l’aider à jouer la carte de la qualité et de la proximité. C’est une question de prévention et de santé publique. 

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Transportation Infrastructure Serving Energy Transition An interview with Mr Rémi PAUVROS, Deputy for Nord

In Arras, on 26 September 2014, Prime Minister Manuel Valls announced the construction of the Seine-North-Europe canal. He asked Rémi Pauvros to take over the implementation phase of the project. / À Arras, le 26 septembre 2014, Manuel Valls, Premier Ministre annonce la réalisation du Canal Seine Nord Europe. Il demande à Rémi Pauvros de coordonner la phase de réalisation du projet.

H

ow do you assess Nord-Pas-de-Calais’s landscape in terms of higher education, research and innovation? First of all, we ought to discuss the low number of researchers: they hardly represented one percent of French researchers in the Eighties, and hardly more today. There exists a historical-military reason for this: after World War II, General de Gaulle decided to minimize the risk of wastage of research resources against potential invaders. Despite its industrial strength, Nord-Pas-de-Calais remains a giant with feet of clay, because it largely depends on outside stakeholders in matters of research and innovation. Still, there have been clear advances from the Eighties onwards: the Pasteur Institute of Lille has developed highly specialized research centers in partnership with the CHRU of Lille and Eurasanté. In addition, the Regional Council decided to invest in order to make up for the delay with the additional help of the successive CPERs. The rail sector experienced a similar breakthrough when the competitiveness cluster i-Trans and IRT RAILENIUM earned selection into the framework of PIA (Future Investment Program). The regional rail industry still remains to be networked with its giants Alstom and Bombardier; and, with research actors such as the Railway Test Center. Likewise, we need to strengthen research and innovation in agrifood, since Nord-Pas-deCalais-Picardie remains the leading region in this sector. In line with this, the region counts excellent universities (from the old University of Law in Douai to the young universities of Artois and

April 2016

“du Littoral Côte d’Opale,” without forgetting the branch of the Université de Valenciennes in Maubeuge, with its highly popular IT sector), recognized engineering schools and research centers which remain scarcely known, such as IFREMER in Boulogne-sur-Mer. Neither must we forget the University of Lille. Today, the university stands as a lever of development and of spatial planning: a great number of teacher-researchers have come to Lille, attracted by its universities. We must, however, reinforce this major attractiveness and rely even more on excellence in order to make up for the lost time. How would you outline the conclusions of the mission related to the Seine-NorthEurope canal project that the Prime Minister entrusted you with? This mission results from the first review which I released in 2013 on the reconfiguration of the project, to make it financially and technically sustainable. I believe that the Seine-North-Europe canal stands as this century’s first major freight transport infrastructure of our country, fully engaged towards energy transition and sustainable development. The report I delivered in June 2015 contains ten propositions for this project to succeed: an observatory of the project’s objectives; a project in partnership with all stakeholders of the territories belonging to the Seine-Escaut network; a project managed using a participatory and transparent method, from the site’s programming and

preparation; a project which is respectful of sustainable development; a marker for innovation within the context of energy transition; a state-imposed “large-scale” approach which fully involves the Regions, the Departments and territories; the adoption of the plan “Seine-North-Europe canal” to turn it into an upgradable development tool; conferring the future company “Seine Nord Europe-Réseau Seine Escaut” the responsibility for economic development of the Seine-Escaut network; the preparation of the establishment of this company at the beginning of 2016 by a dedicated team; the implementation of the economic model of this company - an incentive model for the modal shift; and, lastly, drawing up the territorial contracts for the development of Seine-Escaut before the end of 2016. Forty-two percent of the project’s global amount of 5.5 billion Euros receives funding from the European Union. The State and local communities contribute with one billion Euros each, and the balance obtains finance through external borrowing. The worksite will take place in stages between 2017 and 2023, and should create thirteen thousand jobs. Eventually, the creation of hubs for activity alongside the Canal should generate fifty thousand jobs. Looking back, how would you assess your activity at the service of the Sambre-Avesnois territory? I have been extensively involved in the signing process of the 2015-2020 CPER, and I instituted many measures in favor of infrastructures: for example, the by-pass of Avesnes-sur-Helpe for the RN2 ; the reopening of the Canal de la Sambre at the Oise, to reinvigorate coasting trade and river tourism; improving the TER servicing between Lille, Val de Sambre and Avesnois; the inclusion of several neighborhoods in the ANRU zone; the reconstruction being negotiated with the Maubeuge hospital that serves a population of fifty thousand inhabitants. On the economic front, I welcome the success of the support plan in favor of the car industry to the benefit of stakeholders such as Maubeuge Construction Automobile (MCA created forty long-term jobs and relaunched its production to supply, in particular, the electrical Kangoos). Likewise, I established an unprecedented restructuring plan in support of the agricultural sector and helped it to play its quality and proximity joker. It remains an issue of prevention and of public health. 

65


P arlementaires de F rance Magazine

Le Nord Pas de Calais - Picardie, une région-clé pour les transports européens Un entretien avec M. Philippe RIGAUD, Directeur délégué de l’IFSTTAR - Lille-Villeneuve d'Ascq sont les points forts de la Q uels région en matière de transport ?

66

d’innovation visant à définir un système ferroviaire pour le TER du futur. Ce programme pourrait être mis en place dès cette année avec la participation des collectivités, des établissements de recherche, des exploitants et des industriels. Pour finir, je citerai le programme européen Shift2Rail : volet ferroviaire du programme Horizon 2020, ce PPP impliquant les grands industriels du ferroviaire et la Commission européenne comporte notamment l’IP2 (innovation program n°2) sur les systèmes de contrôle et de gestion du trafic avancés, avec le groupement « Smart Rail Control Consortium » en association avec l’allemand DLR, et l’IP3 sur les infrastructures à haute capacité et rentabilité, avec le groupement « Switch Track & Energy » coordonné par RAILENIUM. Quels autres partenariats avez-vous développés ? L’IFSTTAR travaille avec les principaux opérateurs et exploitants : SNCF Réseaux, Eurotunnel, la RATP, Transpole, les industriels du ferroviaire (Alstom, Siemens, Bombardier, Ansaldo, MERCE, la filiale européenne de Mitsubishi) mais aussi Thales Communications & Security. L’IFSTTAR a également développé des partenariats académiques avec l’EPSF (Établissement public de sécurité ferroviaire), Certifer, le CNES (pour l’utilisation des satellites dans les transports) et Inria (dans le cadre d’ELSAT2020, un projet fédérateur du

© IFSTTAR

Quelle collaboration avez-vous développée avec le pôle de compétitivité i-Trans et l’IRT RAILENIUM ? L’IFSTTAR est membre fondateur d’iTrans et de l’IRT, tous deux créés d’emblée sur le périmètre de la nouvelle région. Adossé sur l’association Transports Terrestres Promotion, i-Trans a développé deux plateformes d’innovation auxquelles l’IFSTTAR apporte ses compétences : I-Fret, qui promeut l’innovation dans le fret, et I-Viatic, qui encourage la mobilité intelligente. L’IFSTTAR s’engage également dans RAILENIUM en mettant certains de ses chercheurs à sa disposition. Au final, ce sont 3 sites (Villeneuve d’Ascq, Marne-laVallée, Nantes) et 4 des 5 départements de l’IFSTTAR (matériaux et structures ; géotechnique ; composants et systèmes ; aménagement, mobilités et environnement) qui participent aux projets de l’IRT. Parmi eux figurent ERTMS régional (définition des spécifications fonctionnelles et techniques pour des solutions de type ERTMS applicables aux lignes régionales), MORIPAN (modélisation de l’accidentologie dans les passages à niveau pour améliorer la sécurité) ou encore le projet d’instrumentation de la LGV Bretagne – Pays de Loire afin de caractériser l’évolution du comportement mécanique des voies. J’aimerais également mentionner l’étude sur le TER du futur réalisée en 2015 par RAILENIUM, l’IFSTTAR, et i-Trans pour le compte du Conseil régional. Elle portait sur la proposition d’un programme

Quels sont les grands défis à relever pour la recherche sur les transports terrestres ? Je vois 5 grands défis : l’énergie pour une mobilité durable, la sécurité et la sûreté des personnes et des systèmes de transport, l’environnement et la santé, la fiabilité et la performance des infrastructures de transport en matière d’optimisation des flux, de cycle de vie et de coût d’entretien, la politique des transports dans toutes ses dimensions (gouvernance, financement, aménagement du territoire). À ces défis s’ajoutent 3 aspects transversaux que sont les nouveaux matériaux, le numérique et le comportement humain, avec toutes leurs implications en matière d’énergie, de sécurité, de performance, d’environnement, d’aménagement... In fine, les transports sont au cœur de toute analyse  socioéconomique.

© IFSTTAR

Le Nord Pas de Calais - Picardie bénéficie d’une grande densité d’infrastructures de qualité le reliant aux grandes capitales d’Europe : TGV Nord - Europe, tunnel sous la Manche, réseau autoroutier et ferroviaire très bien maillé... sans oublier le futur canal Seine Nord Europe. Par ailleurs, les collectivités publiques sont engagées de longue date dans une politique active de développement des transports : les services TER pour le Conseil régional, le métro pour Lille (le site lillois de l’IFSTTAR a été créé à partir des équipes de conception du VAL), le tramway pour Valenciennes… Enfin, la région est reconnue pour son tissu industriel dynamique dans les domaines automobile, ferroviaire et logistique.

CPER coordonné par le CISIT). De plus, l’IFSTTAR entretient des liens étroits avec les collectivités publiques comme le Conseil régional (un protocole de coopération a été signé en juillet 2015 pour 5 ans) et la Métropole européenne de Lille (MEL). Il est aussi membre de Transalley, le technopôle valenciennois qui accueille i-Trans et RAILENIUM et développe des moyens d’essais intéressants pour l’IFSTTAR.

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Nord Pas de Calais - Picardie, a Key Region for European Transport

© IFSTTAR

An interview with Mr Philippe RIGAUD, Managing Director of IFSTTAR - Lille-Villeneuve d'Ascq

hat are the region’s strong points in the domain of transport? W The Nord Pas de Calais - Picardie region enjoys a dense network of high-quality infrastructures which connect it to the main European capitals: TGV Nord - Europe, the Channel Tunnel, a well-meshed motorway and railway network… not to forget the future Seine-North Europe canal. Besides, the local authorities pursue a longstanding active transport policy: the TER services for the Regional Council, the metro for Lille (Lille’s site of IFSTTAR has been created by design teams from VAL), and the tramway for Valenciennes… Last, but not least, the region gained recognition for its dynamic industrial fabric in the automotive, railway and logistics fields. What kind of cooperation did you establish with the i-Trans competitiveness cluster and IRT RAILENIUM? IFSTTAR stands as a founding member of i-Trans and IRT, both of which have been created within this new region. Buoyed by the Land Transport Promotion Association, i-Trans developed two innovation platforms which benefit from IFSTTAR’s skills: I-Fret, which promotes innovation in freight transport; and I-Viatic, which encourages sustainable mobility. IFSTTAR continues to be involved in RAILENIUM, providing contribution with its own researchers. En masse, we have three sites (Villeneuve d’Ascq, Marne-laVallée, Nantes) and four out of the five IFSTTAR branches (materials; structures; geo-technology; components and systems; planning, mobility and urbanity), which

April 2016

are all involved in IRT’s projects. They include regional ERTMS (the definition of functional and technical specifications for ERTMS-type solutions applicable to the regional network); MORIPAN (modelling of level-crossing accidentology in order to improve safety); and the instrumentation project of LGV Bretagne - Pays de Loire, to determine the evolution of the mechanical behavior of high-speed lines. I would like to mention the study on the future TER carried out in 2015 by RAILENIUM, IFSTTAR, and i-Trans on behalf of the Regional Council. It concentrated on an innovation program aiming at defining a railway system for the TER of the future. This program could be put in place as from this year with the contribution of communities, research establishments, operators, and industrialists. I would like to mention, moreover, the European Shift2Rail program: this rail component of Horizon 2020 defines a PPP that coordinates the great rail manufacturers and the European Commission, which entails in particular the innovation program n°2; e.g., IP2, with regards to the advanced traffic management and control systems in cooperation with the “Smart Rail Control Consortium” associated with the German DLR, and IP3, with regards to the high-capacity and cost-efficiency infrastructures, and with the “Switch Track & Energy” group coordinated by RAILENIUM. What other partnerships did you develop? IFSTTAR cooperates with the following main operators and service providers: SNCF

Réseaux, Eurotunnel, RATP, Transpole, railway manufacturers (Alstom, Siemens, Bombardier, Ansaldo and MERCE, Mitsubishi’s European subsidiary) but also Thales Communications & Security. In addition, IFSTTAR developed academic partnerships with EPSF (the public institution of railway safety), Certifer, the CNES (for the use of satellites in transport) and Inria (as part of ELSAT2020, a CPER unifying project coordinated by CISIT). IFSTTAR maintains close links with the public authorities such as the Regional Council (a five-year cooperation protocol was signed in July 2015), and the European Metropolis of Lille (MEL). It is also a member of Transalley, the Valenciennes technopôle which hosts i-Trans and RAILENIUM and develops interesting testing resources for IFSTTAR. What are the great challenges ahead for research on surface transport? We must face five major challenges: energy for sustainable mobility; safety and security for people and transport systems; environment and health; reliability and performance of the transport infrastructures with regards to flow optimization; life cycle and maintenance costs; and transport policy in all its forms (governance, financing, spatial planning). To these challenges you must add three cross-cutting aspects, e.g., the new materials, digital technology and human behavior, with all the implications that they may have in the area of energy, safety, performance, environment, spatial planning... Ultimately, transport is at the heart of any  socio economic analysis.

67


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

Laboratoire d’Automatique, de Mécanique et d’Informatique Industriel et Humain LAMIH UMR CNRS 8201 La mobilité pour tous UMR CNRS, le LAMIH compte 250 personnes, 143 permanents dont 101 enseignants-chercheurs. Son budget de recherche annuel, d’un montant de 3 M€, est issu à 90 % des 50 projets en cours avec des partenaires industriels.

© LAMIH - Alexis Chezières

interactives, aux interactions hommemachine, à l’optimisation des trains...

Département Automatique : Simulateur de conduite SHERPA / The Automotive Department: SHERPA driving simulator

L

e LAMIH est organisé en 4 départements qui déterminent ses principaux axes de recherche : automatique, mécanique, informatique, sciences de l’homme et du vivant (SHV). Le département automatique se consacre à la commande de systèmes complexes (robustesse, systèmes intelligents coopérants…). Parmi ses projets figurent le design de sièges pour personnes handicapées pour Zodiac, leader mondial des sièges d’avion (en collaboration avec le département SHV), la surveillance ferroviaire pour Bombardier (projet FUI), de nombreux projets de véhicules hybrides, d’aide à la conduite, de moteurs thermiques... Deux start-up y sont associées : GT Engineering et AutoNomad Mobility, toutes deux, lauréates du concours national i-LAB dans la catégorie création-développement. Pour sa part, le département mécanique étudie le comportement multi-échelle des matériaux, les fluides et les structures en conditions extrêmes afin de définir des modèles de comportement garantissant la sécurité des transports. Les champs

68

d’application sont nombreux : allègement des structures tout en conservant les mêmes standards de sécurité, caractérisation fine de la surface des pièces pour optimiser le contact entre l’air et le véhicule, étude des chocs subis par un véhicule en cas d’accident pour améliorer les conditions de rupture des matériaux, etc. Le département mécanique travaille actuellement sur un projet du PIA porté par l’ADEME avec Renault et PSA, sur des projets ferroviaires avec Alstom et Bombardier et sur la maîtrise du refroidissement thermique des pièces pour PSA. Les travaux du département informatique du LAMIH s’articulent autour de 3 axes : décision, interaction, mobilité. Ses chercheurs travaillent sur l’optimisation de la mobilité avec les systèmes embarqués ou encore les interactions entre machines et systèmes multi-agents. Airbus Helicopters a d’ailleurs sollicité leur expertise pour les systèmes embarqués et le suivi de trajectoire. Le département informatique se consacre aussi au développement de tables

Quant au département SHV, il décline ses recherches en 2 volets : d’une part la psychologie et l’ergonomie et d’autre part la biomécanique. Dans le premier volet, très marqué cognition, les chercheurs se focalisent sur la modélisation de processus décisionnels humains en environnement dynamique. Ils étudient notamment l’acceptation sociétale de certaines ruptures technologiques et l’économie de la conduite (Ecovigidrive sur l’acceptation de l’écoconduite) pour Alstom. Dans le volet biomécanique, les chercheurs se vouent à la modélisation-simulation du mouvement : conception d’ergomètres, système de motion capture pour améliorer les mouvements des sportifs, rééducation avec Décathlon et la Rougeville (un centre de rééducation à Valenciennes qui a mis sur pied un laboratoire commun avec le LAMIH). Le LAMIH s’appuie sur de nombreuses plateformes technologiques qui, associées à son savoir-faire, lui ont permis de développer des partenariats avec toutes les entreprises qui comptent dans l’automobile et le ferroviaire. Depuis le 1er janvier 2016 le LAMIH pilote une fédération de recherche CNRS sur le transport terrestre et la mobilité en association avec le CRIStAL, l’IEMN et le LML. Un rassemblement de forces bienvenu pour répondre au grand enjeu de la mobilité pour tous, avec toutes ses implications logistiques, mécaniques et d’aménagement des moyens de transport pour les rendre accessibles aux personnes handicapées. Sans oublier l’enjeu énergétique de la mobilité avec l’optimisation multimodale et les performances attendues en termes de vitesse, de sûreté, d’économie, de structures allégées et de consommation  réduite pour polluer moins.

April 2016


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

Laboratory of Industrial and Human Automation control, Mechanical engineering and Computer Science LAMIH UMR CNRS 8201 Mobility for All A UMR CNRS, LAMIH counts 250 people, 143 permanent ones, 101 of whom are teacher-researchers. 90% of the annual research budget come from the 50 ongoing projects with industrial partners.

© LAMIH - Alexis Chezières

of human decision-making processes in a dynamic setting. They investigate societal acceptance of certain technological breakthroughs and of driving economy (Ecovigidrive on the acceptance of eco-driving) for Alstom. Regarding biomechanics, research focuses on modeling and simulation of motion: design of ergometers, systems of motion capture to improve the movement of athletes; reeducation with Decathlon and Rougeville (a rehabilitation center in Valenciennes which set up a common laboratory with the LAMIH).

The Mechanical Department: Hopkinson bar system / Département de Mécanique : Barres de Hopkinson

T

he LAMIH consists of four departments which determine its major research axes: automation, mechanics, computer science, live and human sciences (SHV). The automation department deals with the control of complex systems (robustness, smart cooperating systems, and more). Projects include the design of seats for the disabled for Zodiac, the worldwide leader of aircraft seats (in collaboration with the SHV department), rail supervision for Bombardier (FUI project), several projects of hybrid vehicles, driver assistance systems, combustion engines and many more. Two startups have joined this venture: GT Engineering and AutoNomad Mobility, both winning businesses in the national i-LAB contest in the creation-development category. For its part, the mechanics department studies the multiscale behavior of materials, fluids and structures under extreme conditions, in order to define the behavioral patterns ensuring transport safety. This includes several fields of application: lightening of structures maintaining the safety standards; precise characterization of the surface designed to

April 2016

maximize the contact between the air and the vehicle; study of the impacts on a damaged vehicle in order to improve the conditions of material rupture, etc. The mechanical department focuses presently on a PIA program developed by ADEME with Renault and PSA; on rail projects with Alstom and Bombardier; and on the control of the thermal cooling of parts for PSA. The LAMIH’s computing department concentrates on three areas: decision, interaction, and mobility. Its researchers currently work on the enhancement of the mobility with embedded systems, and on the interactions between machines and multi-agent systems. Airbus Helicopters sought their expertise for embedded systems and trajectory tracking. The computing department also engages in the development of interactive tables, in human- machine interactions, and in rail optimization. The SHV department focuses on two research themes: psychology and ergonomy as well as biomechanics. The first theme markedly involves itself with cognition, and researchers currently focus on the modeling

The LAMIH relies upon several technological platforms which, combined with its expertise, favored the development of partnerships with the leading enterprises in the automotive and rail sectors. As from 1st January 2016, the LAMIH leads a CNRS research federation in the field of land transport and mobility alongside with CRIStAL, IEMN and LML. This is a refreshing pooling of forces to meet the great issue of mobility for all, with all its logistic, mechanical implications and urban planning issues in order to make transportation accessible to the disabled. Moreover, let us mention the energy issue of mobility through multimodal improvement and performances expected in terms speed, safety, economy, and of streamlined structures and lower consump tion designed to reduce pollution.

LAMIH UMR CNRS 8201

University of Valenciennes and Hainaut-Cambrésis (UVHC) Malvache building - Le Mont Houy F-59313 - Valenciennes Cedex 9 Tél. : +33 (0)3 27 51 13 50 - Fax : +33 (0)3 27 51 13 16 E-mail : Thierry.Guerra@univ-valenciennes.fr http://www.univ-valenciennes.fr/LAMIH/presentation-lamih

69


P arlementaires de F rance Magazine

Sciences informatiques, mathématiques et technologies numériques Une recherche appliquée pour l’économie de demain Portée par des acteurs de premier plan ayant atteint une visibilité nationale voire internationale, la recherche en sciences informatiques, mathématiques et technologies numériques est complétée par l’activité de pôles économiques et technologiques en plein essor. Tour d’horizon. eul institut de recherche français uniquement dédié aux sciences numériques, Inria, représenté par son antenne régionale Inria Lille - Nord Europe, a atteint une masse critique dans 2 domaines particuliers : l’intelligence des données et le génie logiciel pour les systèmes adaptatifs. Ses recherches visent clairement le transfert technologique comme en témoignent ses 15 contrats en cours avec des entreprises et la création de 4 start-up. Par ailleurs, Inria Lille - Nord Europe participe aux pôles de compétitivité PICOM et Matikem, tout en s’impliquant dans le projet Lille Is French Tech qui cible une création de start-up par an à partir de 2016. Inria Lille - Nord Europe a également créé en 2015 InriaTech, une plate-forme de transfert de technologie conçue comme un accélérateur d’innovation pour les technologies développées par ses équipes de recherche. Autre poids lourd du secteur, l’Institut d’Electronique, de Microélectronique et de Nanotechnologie (IEMN) est organisé en 5 départements scientifiques : matériaux et nanostructures ; micro, nano-systèmes et bioMEMS ; micro, nano et optoélectronique ; télécoms et systèmes de télécoms ; et acoustique. L’IEMN coordonne 2 Equipex dont ExCELSiOR, axé sur la nano-caractérisation, et participe à de nombreux projets de recherche sur l’électronique souple, l’énergie, le transport et la santé. Pour sa part, l’Institut de Recherche en Composants logiciels et matériels pour l’Information et la Communication Avancée (IRCICA), USR CNRS-Université Lille 1, fonctionne comme un « hôtel à projets » associant quatre laboratoires partenaires : l’IEMN, le Centre de Recherche en Informatique, Signal et Automatique de Lille (CRIStAL), le laboratoire de Physique des Lasers, Atomes et Molécules (PhLAM) et le Laboratoire d’Electrotechnique et d’Electronique de puissance de Lille (L2EP). L’IRCICA a initié des projets de recherche interdisciplinaires concernant les nouveaux dispositifs photoniques, les réseaux autonomes ultra faible énergie, les interfaces tactiles haptiques et les architectures bio inspirées de traitement de l’information. Un même souci d’applicabilité anime les travaux de nombreux laboratoires de recherche

70

© Kyesa51

S

Centrale de Technologie de l'IEMN / IEMN Technology Plant

régionaux. Le Centre de Recherche en Informatique de Lens (CRIL), UMR CNRSUniversité d’Artois, développe des recherches sur l’intelligence artificielle et ses applications tandis que le MIS se consacre aux Sciences et Technologies de l'Information et de la Communication à l’Université de Picardie Jules Verne (UPJV). Il en va de même pour Heudiasyc (HEUristique et DIAgnostic des SYstèmes Complexes, Université de Technologie de Compiègne - UTC), dont l’activité scientifique est organisée autour de quatre équipes : ASER (Automatique, Systèmes Embarqués, Robotique), DI (Décision, Image), ICI (Information, Connaissance, Interaction) et RO (Réseaux, Optimisation). Pour sa part, le Labex MS2T (Maîtrise des Systèmes de Systèmes technologiques) s’appuie sur trois laboratoires partenaires pour réaliser des percées dans les transports et la mobilité, la sécurité et la santé (TIC et ingénierie de la santé). Les recherches en mathématiques sont tout aussi développées dans la région. Le Laboratoire Paul Painlevé à l’Université Lille 1 et la Fédération de Recherche Mathématiques Nord Pas-de-Calais sont renommés, au même titre que le LAMFA (Laboratoire Amiénois de Mathématique Fondamentale et Appliquée), UMR CNRS-UPJV structurée en trois équipes :

analyse appliquée ; théorie des groupes ; probabilités, arithmétique et dynamique. La région compte également des acteurs dynamiques dans le domaine des images numériques et des industries créatives. Le Centre d’étude des arts contemporains (CEAC), l’iCAVS (Interdisciplinary Cluster for the Advancement of Visual Studies) et la Maison Européenne des Sciences de l'Homme et de la Société (MESHS) apportent un indispensable contrepoint aux sciences « dures » et à leurs applications, dont l’impact sociétal reste largement à évaluer. C’est sur ce terreau fertile qu’ont émergé des pôles technologiques prometteurs. Si EuraTechnologies (pôle d'excellence économique dédié aux TIC), la Ruche technologique du Nord à Hellemmes et le parc scientifique de la Haute Borne portent haut les couleurs de la métropole lilloise, le pôle valenciennois n’est pas en reste : en témoignent les écoles du groupe Rubika et le parc des Rives créatives de l’Escaut, véritable berceau de la création numérique labellisé French Tech avec son hôtel d’entreprises, sa pépinière, son data center et sa serre numérique. De toute évidence, le numérique est un secteur d’avenir, créateur d’emplois et pourvoyeur de professionnels recherchés par les plus grandes entreprises. 

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Computer sciences, mathematics and digital technologies Applied research for the economy of tomorrow Led by front line players known nationally or even internationally, research on computer sciences, mathematics and digital technologies is supplemented by the activity of economic and technological clusters on the rise. Overview.

The Institute of Electronics, Microelectronics and Nanotechnology (IEMN) is another heavy weight. It is organised into 5 scientific departments: materials and nanostructures, micro, nano-systems and bioMEMS; micro, nano and optoelectronics; telecoms and telecom systems; and acoustics. The IEMN coordinates 2 Equipex including ExCELSiOR, focuses on nano-characterisation and takes part in many research projects on flexible electronics, energy, transport and health. For its part, the Research Institute for Software and Hardware Components of Information and Advanced Communication (IRCICA), a joint research unit between CNRS and Lille 1 University, operates like a “hotel for projects” linking four partner laboratories: IEMN, Research Centre for Computer Science, Signal and Automatic Control, Lille (CRIStAL), the Lille Laser Physics Laboratory, Atoms and Molecules, (PhLAM) and the Lille Laboratory of Electrical Engineering and Power Electronics (L2EP). IRCICA has initiated multidisciplinary research projects in relation to new photonic devices, ultra-low-energy autonomous networks, haptic tactile interfaces and bio-inspired architecture for processing information. The same concern for applicability is driving the work of many regional research laboratories. Lens Computer Science Research Lab (CRIL), a joint research unit between CNRS and the University of Artois, is developing research on artificial intelligence and its applications, while the MIS specialises in Sciences and Technologies of Communication and Information in the University of Picardie Jules Verne (UPJV). The same is true

April 2016

EuraTechnologies is the economic excellence cluster of Lille at the service of ICTs. / EuraTechnologies est le pôle d'excellence économique de la métropole lilloise dédié aux TIC.

for Heudiasyc (Heuristics and Diagnostics for Complex Systems, Technology University of Compiègne – UTC), where the scientific activity is organised into four teams: ASER (Automatic Embarked Systems and Robotics, DI (Decision and Image), ICI (Information, Knowledge and Interaction) and RO (Network and Optimisation). For its part, the Labex MS2T (Control of Systems of Technology-intensive Systems) relies on three partner laboratories to achieve technological breakthroughs on transport and mobility, health and safety (ICT and health engineering).

applications, the impact of which must still be evaluated. It is on this fertile ground that promising technological clusters grew. While the EuraTechnologies (economic excellence cluster at the service of the ICTs), the Ruche technologique du Nord in Hellemmes and the science park of Haute Borne fly the flag for the city of Lille, the Valenciennes clusters are not lagging behind. This can be seen with the Rubika group of schools and the Rives Créatives de l’Escaut Park, a real cradle for digital creation certified “French Tech” with its hotel for enterprises, its incubator, its data centre and its digital hotbed. Clearly, digital technology is an important sector for the future, a generator of jobs and a purveyor  of professionals sought by large companies.

Research on mathematics is just as well developed in the region. The Paul Painlevé Laboratory in Lille 1 University and the Federation of Mathematics Research, Nord Pas-de-Calais are renowned in the same way as LAMFA (Amiens Laboratory of Pure and Applied Mathematics), a joint research unit between CNRS and UPJV which is organized in three teams: applied analysis; theory of groups; probabilities, arithmetic and dynamics. The region also has dynamic players in the world of digital images and creative industries. The Contemporary Arts Study Centre (CEAC), iCAVS (Interdisciplinary Cluster for the Advancement of Visual Studies) and the European Social Sciences and Humanities Research Institute (MESHS) bring essential contrast Screen shot of Scilab, digital calculation software initially developed by Inria Capture d’écran de Scilab, logiciel de calcul numérique initialement développé par Inria to the “hard” sciences and their © Digiteo/Scilab

nria is the only French research institute specialising in digital sciences and is represented by its regional branch Inria Lille Nord Europe. It has achieved critical mass in two particular areas: the intelligence of data and software engineering for adaptive systems. Its research is clearly focused on technological transfer as can be seen from its 15 current contracts with companies and the creation of 4 start-ups. In addition, Inria Lille - Nord Europe is involved in two competitiveness clusters, namely PICOM and Matikem, as well as in the project « Lille is French Tech » with the target of creating a start-up each year from 2016 onwards. In 2015 Inria Lille - Nord Europe founded InriaTech, a technology transfer platform designed as an innovation accelerator for technologies developed by its research teams.

© Velvet

I

71


P arlementaires de F rance Magazine

Les sciences numériques au service de l’innovation régionale Un entretien avec M. David SIMPLOT-RYL, Directeur du centre de recherche Inria Lille - Nord Europe sont les chiffres-clés du centre de Q uels recherche Inria Lille - Nord Europe ?

nous faisons vivre l’espace européen de la recherche au quotidien.

Quels sont vos principaux domaines de recherche ? Inria est le seul institut de recherche français uniquement dédié aux sciences du numérique. Au centre de Lille, nous avons acquis une visibilité internationale et une masse critique dans 2 domaines particuliers : l’intelligence des données (big data, apprentissage automatique, etc.) et le génie logiciel pour les systèmes adaptatifs (exploration et maintenance de grands logiciels afin qu’ils adaptent leur communication à leur environnement). Comme vous le savez, le logiciel est l’œuvre humaine la plus complexe et nécessite, à ce titre, des logiciels d’exploration et des outils de construction sophistiqués. Dans tous les cas les recherches menées au centre Inria Lille - Nord Europe visent clairement à impacter l’économie de la région Nord - Pas de Calais - Picardie.

Comment participez-vous à l’écosystème régional de l’innovation ? Inria est un opérateur de recherche avec une stratégie nationale et un déploiement régional. À ce titre, Inria s’implique dans le Parlement du Savoir et l’espace prospectif pour la recherche. Nous sommes par ailleurs membre de la ComUE Lille Nord de France et nous sommes impliquées particulièrement dans les pôles de compétitivité PICOM (pôle des industries du commerce) et Matikem (pôle des matériaux, de l’innovation et de la chimie). Inria est également très engagé dans la dynamique Lille is FrenchTech avec par exemple un objectif d'une création de start-up par an à partir de 2016. Je pars en effet du principe que le numérique est créateur d’emplois. N’oubliez pas que l’industrie numérique représente 28 000 emplois en Nord-Pas-deCalais. Avec Lille is French Tech, on pourrait fort bien atteindre 80 000 emplois d’ici 2024. Par ailleurs, le centre de recherche Inria Lille - Nord Europe a créé en 2015 InriaTech, une plate-forme de transfert technologique conçue comme un accélérateur d’innovation pour les technologies développées par nos équipes de recherche. Une dizaine d’ingénieurs ont été recrutés pour mener ces activités de transfert à bien. Ils ont déjà conclu des contrats avec des entreprises et seront appelés à créer leur entreprise à l’issue de leur CDD afin d’alimenter la French Tech. Un facteur d’attractivité supplémen taire pour la région lilloise !

72

pu mettre en évidence les services logiciels qui n’étaient plus utiles et fait ainsi gagner plusieurs centaines de milliers d’euros à l’entreprise en économisant sur les licences. Quels partenariats de recherche avez-vous développés ? Nous collaborons étroitement avec l’Université de Lille, l’École Centrale de Lille, le CNRS mais aussi avec l’Université libre de Bruxelles (ULB). Nous expérimentons avec cette dernière 2 équipes transfrontalières, l’une en mathématiques appliquées et l’autre en optimisation. En cofinançant des doctorants avec l’ULB

© Inria Photo P. Raguet

Pourriez-vous nous donner quelques exemples de projets de recherche en cours ? Dans le domaine de l’intelligence des données j’aimerais évoquer les systèmes de recommandation pour les achats en ligne. Ces systèmes font l’objet d’une concurrence acharnée mais aussi d’une compétition internationale annuelle. Or en 2015 le centre s’est vu décerner le titre de leader mondial devant Microsoft, Netfix, Google et Amazon ! À titre d’exemple, Deezer, le premier site d'écoute de musique à la demande en ligne, utilise des algorithmes de recommandation basés sur nos travaux. Des travaux aux applications multiples puisqu’ils portent aussi sur la découverte de nouvelles molécules pour le traitement de pathologies diverses. Dans le domaine du génie logiciel, je pourrais citer les travaux qu’un de nos spécialistes de la maintenance a réalisés pour un grand compte de la banque et de l’assurance : il a

© Inria Photo Kaksonen

Trente ans après sa création, le centre Inria lillois rassemble 355 chercheurs et administratifs de 40 nationalités différentes (un recrutement sur 2 est international) et 17 équipes de recherche. Placé sous la double tutelle du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et du Ministère de l’Industrie, le centre affiche clairement sa vocation de transfert technologique avec 26 contrats bilatéraux actifs en 2015 avec des entreprises, dont 13 avec des PME. Le centre Inria de Lille peut également se prévaloir de la création de 5 start-up : Vekia, Axeliance, InSimo, Synectique et Makitoo.

Les chercheurs de l'équipe Inria Defrost (commune avec l'université Lille 1) conçoivent des logiciels de simulation pour des robots déformables qui peuvent toucher des domaines d'applications dans le domaine de la santé ou en robotique sous-marine par exemple. The researchers of the Inria Defrost team (shared with the University of Lille 1) write simulation software for deformable robots, which may concern application domains in the Health sector or in underwater robotics.

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Digital Science to Serve Regional Innovation An interview with Mr David SIMPLOT-RYL, Head of Inria Lille - Northern Europe hat are the key figures for Inria W Lille - North Europe? Thirty years after it came into being,

What are your main research fields? Inria constitutes the only French research institute entirely dedicated to digital sciences. Placed in the very center of Lille, we have acquired international visibility and a critical mass in two particular sectors: Data Intelligence (big data, automatic learning, etc.), and software engineering for adaptive systems (exploration and maintenance of large software products to adapt their communication to their environment). As you know, software remains the most complex human endeavor; and, as such, requires data-mining software and sophisticated building tools. In all cases, research carried out at Inria Lille - North Europe clearly aims at positively influencing local economy. Could you give us any examples of current research projects? In the sphere of Data Intelligence, I would like to mention on-line recommendation systems. These systems face fierce competition but also an annual competition. Now, in 2015, Inria Lille - North Europe earned the title of world leader, ahead of Microsoft, Netfix, Google and Amazon! For example, Deezer, the first music listening website on demand, uses recommendation algorithms based on our work. This research has multiple applications, since it also deals with the discovery of new molecules for the treatment of various pathologies. In the field of software engineering, I would like to mention the work which one of our maintenance specialists carried out for a major bank and insurance account: it eventually identified software services that had outlived their usefulness, and thus saved the enterprise several

April 2016

© Inria Photo E. Garault

Inria Lille - North Europe brings together 355 people of 40 different nationalities (every second recruitment has an international identity) and 17 research teams. Placed under the dual auspices of the Ministry of Higher Education and the Ministry of Industry, the Center clearly defines its vocation in transferring technology with 26 contracts in progress in 2015 with enterprises, 13 of which involve SMEs. Inria Lille - North Europe can also take advantage of the creation of five startups: Vekia, Axeliance, InSimo, Synectique and Makitoo.

Crowdify provides a platform for crowd-sensing and a marketplace for consumers and producers of data for connected devices such as Smartphones: a perfect illustration of technology transfer promoted within Inria. Crowdify est une plateforme de crowd-sensing et une place de marché entre consommateurs et producteurs de données d’appareils connectés, comme les Smartphones. Une parfaite illustration du transfert de technologie mené au sein d'Inria.

thousands of Euros by reducing the number of license fees. What research partnerships did you develop? We currently work in close partnership with the University of Lille, The Ecole Centrale de Lille, the CNRS and also the Université libre de Bruxelles (ULB) with which we coordinate two bilobated teams (e.g., with two locations), one in applied maths, and the other in optimization. By co-funding doctorates in partnership with the ULB, we live the European Research Area daily. How do you support the Region’s innovation ecosystem? Inria stands as a research operator with a national strategy and regional deployment. As such, Inria Lille - North Europe becomes involved with the “Parlement du Savoir” and the prospective area for research. We are also a member of the ComUE Lille Nord de France and we are particularly involved in competitiveness

clusters PICOM (cluster for trade industries), and Matikem (cluster for materials, innovation and chemistry). INRIA is also very involved in the dynamics of Lille is FrenchTech with such a goal of creating one startup per year from 2016 In fact, I proceed on the principle that digital information constitutes a job-creating sector. Don’t forget that the digital industry accounts for 28,000 jobs in Nord-Pas-de-Calais. With “Lille is French Tech,” we might attain 80,000 jobs by the year 2024. In addition, Inria Lille North Europe founded in 2015 InriaTech, a platform for technology transfer which will act as a booster for the technologies developed by our research teams. We have recruited nine engineers to implement successfully these transfer activities. They already entered into contracts with some enterprises, and they will be asked to start their own business at the end of their fixed-term contract, in order to fuel French Tech: an additional, powerful attractor  for the Lille region!

73


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

Centre de Recherche en Informatique, Signal et Automatique de Lille – CRIStAL Des compétences reconnues en sciences de l’information Issu de la fusion du LAGIS et du LIFL et opérationnel depuis le 1er janvier 2015, le Centre de Recherche en Informatique, Signal et Automatique de Lille (CRIStAL) met ses compétences en informatique et automatique au service de la communauté scientifique et du monde socio-économique.

© CRIStAL

scientifiques à forts enjeux sociétaux. À l’échelle européenne, CRIStAL a porté le projet INTEREG Intrade qui a permis de développer une plate-forme automatisée pour le transport intelligent de containers en zone portuaire. Le laboratoire est partie prenante de projets en cours de lancement dans le cadre d’Horizon 2020 en robotique. À l’échelle internationale enfin, CRIStAL est membre fondateur du LaFCAS (Laboratoire Franco-Chinois d’Automatique et Signaux), lancé fin 2012 dans le cadre d’un partenariat entre l’Université des Sciences et Technologies de Nankin et l’Université de Lille 1. Robots Naos (groupe thématique "CI2S" animé par le Professeur des Universités Rochdi Merzouki) Naos Robots (thematic group "CI2S" led by University Professor Rochdi Merzouki)

ort de 420 personnes dont 218 permanents, CRIStAL est organisé en 9 groupes thématiques et 30 équipes de recherche. Il s’appuie sur 3 tutelles : l’Université de Lille 1, le CNRS et Centrale Lille et 3 établissements partenaires : Université Lille 3, Inria Lille et l’Institut Mines Telecom. Grâce à son rattachement à l’INS2I du CNRS, CRIStAL est le plus gros laboratoire de recherche en sciences de l’information et de leurs interactions au nord de Paris.

CRIStAL inscrit ses 2 grandes spécialités, à savoir l’informatique et l’automatique, dans le continuum recherche fondamentale – recherche appliquée – transfert et valorisation. Ces deux disciplines se déclinent en de multiples thématiques : l’apprentissage, les big data, la cybersécurité, la bioinformatique, le génie logiciel, la robotique, le traitement statistique du signal… Les travaux de recherche de CRIStAL trouvent donc des applications diverses dans la santé, le transport et la mobilité, les « smart cities », l’industrie du commerce ou encore l’industrie du logiciel. CRIStAL est fortement impliqué dans des contrats directs avec des entreprises comme le fabricant de cartes à puces Gemalto, Orange, Thales, Airbus, Eurocopter, Renault, Total… À l’échelle régionale, le laboratoire

74

a développé des liens avec les pôles de compétitivité i-Trans et PICOM (pôle des industries du commerce). Il contribue à 3 des 10 projets du CPER 2015-2020 : MaUVE sur la valorisation du patrimoine culturel, DATA (un projet porté par Inria Lille avec 3 axes : Intelligence des données et des connaissances, calcul haute performance et optimisation, Internet des objets) et ELSAT2020 sur le transport et la mobilité. En outre, CRIStAL a participé à la rédaction du projet européen « Shift2Rail » porté par l’IRT Railenium : il est donc identifié comme un partenaire intéressant pour contribuer aux réponses de l’IRT aux appels à projets européens. À l’échelle nationale, le laboratoire a su décrocher des programmes de recherche via l’ANR et le FUI et est partenaire de deux Equipex : REALCAT (chimie verte) et IrDIVE (apport de compétences dans les interactions homme-machine et le traitement de l’image aux sciences humaines). CRIStAL fait également bénéficier la biologie de son savoir-faire : ses équipes de bio-informatique et la plate-forme de services Bilille, membre de l’Institut Français de Bioinformatique, contribuent à relever des défis en biologie des systèmes et en génomique. CRIStAL est donc en capacité à interagir et collaborer avec d’autres disciplines dans le cadre de grands projets

© CRIStAL

F

Soucieux de valoriser les résultats de ses travaux de recherche, CRIStAL a recouru à la SATT Nord pour la maturation de certains de ses projets. Ainsi, en collaboration avec le Centre Oscar Lambret, il a mis au point une technique brevetée de curiethérapie robotisée pour un traitement hyperciblé du cancer de la prostate. Le laboratoire s’implique également dans la création d’entreprises. Après le succès de la SAS Vekia, active dans les industries du commerce, les activités développées par CRIStAL sont sources de création de start-up dans l’informatique comme par exemple Axellience, Anaxa-Vida, Softosapiens ou encore en crowd sensing (systèmes collaboratifs à base de Smartphones pour la récupération et le partage d’information) où  une start-up est en gestation.

Logiciel de reconnaissance d’actions humaines à partir de données issues de la Kinect (groupe thématique "Image" animé par le Professeur des Universités Mohamed Daoudi) / Software for recognition of human actions from data from the Kinect (thematic group "Image" led by university professor Mohamed Daoudi)

April 2016


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

The Lille Research Center in Computer Science, Signal and Automatic Control – CRIStAL Certified Skills in Information Science

© CRIStAL

As a result of the merge of LAGIS and LIFL, which has become operational as from 1st January 2015, the Lille Research Center in Computer Science, Signal and Automatic Control (CRIStAL) shares the fruits of its experience with the scientific community and socioeconomic circles.

Human-computer interaction / Interactions Homme-machine

W

ith a work force of 420 people, 218 of whom are permanent, CRIStAL organizes itself into nine thematic groups and thirty research teams. It relies on three guardianships, the Lille 1 University, the CNRS and Centrale Lille (school of engineers)- and on three partner institutions: University Lille 3, Inria, and the Institut Mines Telecom. Its attachment to the INS2I of CNRS makes of CRIStAL the largest research laboratory in information science and its interactions north of Paris. CRIStAL pursues its two major specialties, i.e., computer science and automation, in the continuum of fundamental research, applied research and transfer and valuation. These two disciplines comprise a whole range of issues: learning, bigdata, cybersecurity, bioinformatics, software engineering, robotics and statistical signal processing. CRIStAL’s research work also leads to industrial applications in health, transport and mobility, “smart cities”, industry of trade and the software industry. CRIStAL remains heavily involved in direct contracts with enterprises such as the smart card manufacturer Gemalto, Orange,

April 2016

Thales, Airbus, Eurocopter, Renault, Total and others. On a regional scale, it has developed ties with the competitiveness clusters i-Trans and PICOM (the Trade industries cluster). It takes part in three out of the ten projects pursued by CPER 2015-2020: MaUVE, on the enhancement of the cultural heritage, DATA (a project supported by Inria, focusing on three issues: knowledge, data intelligence, high performance computing and optimization, Internet of “things”) and, lastly, ELSAT2020 in transport and mobility. In addition, CRIStAL participated in the drafting of the “Shift2Rail” project currently under development by IRT Railenium: it thus stands as a compelling partner, bringing its own contribution to the IRT’s answers to European projects. On a national basis, the laboratory secured a number of research programs via ANR and FUI, and acts as a partner in two Equipex: REALCAT (green chemistry) and IrDIVE (inflow of competencies in human-robot interactions and image processing in human science). CRIStAL also enriches biology with its knowledge: its bioinformatics teams and the service

platform Bilille, a member of the French Bioinformatics Institute, continue to raise challenges in systems biology and genome biology. CRIStAL has, therefore, the capability of interacting and cooperating in other disciplines and in major scientific projects that meet social challenges. At European level, CRIStAL supported the INTEREG Intrade project, which helped to develop an automated platform for the intelligent transportation of containers in port areas. The laboratory is taking part in a series of projects related to robotics, about to be launched under Horizon 2020. At international level, CRIStAL stands as a founding member of LaFCAS (the FrancoChinese Laboratory for Control systems and Signals), launched at the end of 2012 as part of a collaboration between the Nankin University of Science and Technologies and the University Lille 1. In its effort to enhance the results of research work, CRIStAL obtained the assistance of SATT Nord in order to develop some of its projects: in partnership with the Oscar Lambret Cancer Center, for instance, it developed a proprietary technique of robotic brachytherapy for a hyper-targeted treatment against prostate cancer. The laboratory likewise engages in the creation of enterprises. Following the success of SAS Vekia in the retail industries, the activities developed by CRIStAL support the development of start-ups in computer sciences as, for example, Axellience, Anaxa-Vida and Softosapiens, or also in crowd sensing (collaborative systems based on Smartphones for the retrieval and sharing of information), in which one start-up is in the making. 

CRIStAL

Bâtiment M3 Extension - Université Lille 1 F- 59655 Villeneuve d’Ascq Cedex Tél. : +33 (0)3 20 43 69 28 Fax : +33 (0)3 28 77 85 37 E-mail : olivier.colot@univ-lille1.fr http://www.cristal.univ-lille.fr/

75


© CRGE Institut Pasteur de Lille


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

Labex CEMPI Centre européen pour les mathématiques, la physique et leurs interactions The European Center for Mathematics, Physics and their Interactions Un entretien avec le Prof. Stephan DE BIÈVRE, Responsable scientifique du Labex CEMPI

P

An interview with Prof. Stephan DE BIÈVRE, Lead Scientist of the Labex CEMPI

P

erhaps could you highlight the CEMPI? Encompassing research, training and technology transfer, the CEMPI is led by two laboratories of the University of Lille 1: the PhLAM (Physics of Lasers, Atoms and Molecules) Laboratory, and the Paul Painlevé Laboratory. With its working force of one hundred twenty professors and researchers, it brings together a broad range of expertise in pure and applied mathematics; in experimental and theoretical physics; and in the technology transfer in optical fibers. It works, moreover, in close connection with the Equipex FLUX, which operates France’s most advanced production facility of fiber optics.

© CEMPI

ourriez-vous nous présenter le CEMPI ? Englobant recherche, formation et transfert technologique, le CEMPI est porté par deux laboratoires de l’Université de Lille 1 : le Laboratoire PhLAM (Laboratoire de Physique des Lasers, Atomes et Molécules) et le laboratoire Paul Painlevé. Fort de 120 enseignants-chercheurs et chercheurs, il réunit un large spectre de compétences en mathématiques pures et appliquées, physique théorique et expérimentale ainsi qu’en transfert technologique dans les fibres optiques. Par ailleurs, il travaille en étroite collaboration avec l’Equipex FLUX qui exploite la centrale de fabrication de fibre optique la plus complète de France. Quels sont les principaux axes de recherche du CEMPI ? La recherche est centrée sur des thématiques à l’intersection entre les mathématiques et la physique mais aussi à l’interface avec d’autres disciplines comme la biologie et l’informatique. À titre d’exemple, nos chercheurs étudient la propagation de la lumière dans les fibres optiques et font varier le diamètre de la fibre pour engendrer des effets physiques nouveaux et inventer de nouvelles manières de transmettre de l’information dans une fibre. En outre, une meilleure compréhension du comportement des ondes de lumière dans la fibre éclairera d’un jour nouveau les vagues scélérates dans les océans et le comportement des gaz d’atomes froids, ces différents phénomènes étant décrits par des équations très similaires. Dans le domaine des sciences du vivant, nos chercheurs collaborent avec l’Institut Pasteur de Lille afin de mieux comprendre les dysfonctionnements induits par les problèmes de coordination entre l’horloge biologique et le métabolisme et de développer des stratégies de lutte contre ces pathologies. Le CEMPI se distingue également en recherche fondamentale : en témoignent ses succès dans la théorie des nombres et la géométrie, ses distinctions ERC, sa médaille de bronze du CNRS et son prix Leconte de l’Académie des sciences.

Could you briefly outline the main areas of research of the CEMPI? CEMPI research focuses on subjects at the intersection between mathematics and physics, but also interfaces with other disciplines such as biology and computer science. For example, our researchers currently investigate the propagation of light in optical fibers, and they vary the fiber’s diameter in order to generate new physical effects and invent new ways of conveying information through a fiber. In addition, a better understanding of the behavior of light waves promises to shed new light on the rogue waves in the ocean, and on the behavior of cold atomic gases, since all these different phenomena are modeled by similar equations. In the field of the life sciences, our researchers work closely with the Pasteur Institute of Lille in a quest to better comprehend the dysfunctioning deriving from coordination problems that may arise between the body clock and metabolism; and to consequently develop strategies to fight these pathologies. The CEMPI excels also in fundamental research, with its successes in number theory, in geometry, and in cold atom physics, rewarded by an ERC grant, a bronze medal of the CNRS and the Leconte prize from the Academy of Sciences.

Quels partenariats avez-vous développés ? Nous avons noué de nombreuses collaborations industrielles, à What kind of partnerships did you develop? We have developed several industrial collaborations: for examl’instar du laboratoire commun avec Draka (Prysmian), le premier ple, the joint laboratory with Draka (Prysmian), the world’s largest fabricant mondial de cables optiques et d'un laboratoire de recherche producer of optical fibers, and a research laboratory accredited conventionné avec le CEA CESTA. Nous mettons également l’accent by the CEA CESTA. We likewise focus sur les collaborations de recherche et de on research and training collaborations formation avec des centres de recherche with leading research centers and et des universités de premier plan à universities abroad, such as the Fields l’étranger comme le Fields Institute Institute (Toronto, Canada), the KU (Toronto, Canada), la KU Leuven et Leuven and Photonics@be in Belgium, Photonics@be en Belgique et l’Institut and the Max-Planck Institute in Bonn Max-Planck à Bonn en Allemagne. (Germany). Closer to home, regional Plus près de chez nous, les chercheurs Université Lille 1 - Laboratoire Paul Painlevé researchers in mathematics cooperate régionaux en mathématiques collaBâtiment M3, Bureau 227 - F-59655 Villeneuve d'Ascq Cedex with the CEMPI via the Federation borent au CEMPI par le biais de la Tél.: +33 (0)3 20 43 47 37 - Fax: +33 (0)3 20 43 43 02 E-mail : stephan.de-bievre@univ-lille1.fr of mathematical research of Nord-PasFédération de recherche mathématique http://math.univ-lille1.fr/~cempi/index.php   de-Calais. du Nord-Pas-de-Calais.

April 2016

77


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

Labex MS2T Maîtrise des systèmes de systèmes technologiques Regroupant trois laboratoires de l’Université de Technologie de Compiègne associés au CNRS (Heudiasyc, BMBI, Roberval), le Labex MS2T est un laboratoire d’excellence interdisciplinaire dédié aux systèmes de systèmes à la frontière des STIC, des sciences pour l’ingénieur et des sciences biologiques.

Un système de systèmes est un métasystème dont les composants sont eux-mêmes des systèmes hétérogènes et autonomes, interagissant pour réaliser certaines tâches. L’intérêt pour ce concept s’est développé progressivement au sein de certains grands groupes industriels. Cependant, les outils théoriques liés aux systèmes de systèmes restent encore limités. Aujourd’hui le Labex MS2T fait le pari de développer des méthodes génériques, adaptables aux transports, à l’aéronautique, la santé, l’environnement, la gestion des catastrophes naturelles, des situations de crise, etc. Ce pari implique une approche interdisciplinaire et intégrative entre les verrous scientifiques et technologiques autour de 3 axes de recherche (interaction et coopération entre systèmes, gestion des incertitudes et conception optimisée de systèmes de systèmes). Le Labex MS2T permettra des avancées significatives autour de grands enjeux sociétaux comme : Transport et Mobilité, Sécurité, ingénierie de la Santé et Environnement. De plus, il envisage, dans sa démarche interdisciplinaire, de se rapprocher des spécialistes des sciences humaines.

78

Le Labex MS2T conjugue Excellence et Innovation, en misant plus que jamais sur l’interdisciplinarité pour innover et lever les verrous scientifiques et technologiques dans de nombreux secteurs socio-économiques. Il a pour ambition de devenir un site de référence mondiale dans les systèmes de systèmes. 

Le Labex MS2T a mis en place des « équipes défis » pour travailler sur des projets d’envergure comme : 1) la navigation coopérative des systèmes multidrones. Dans ce domaine, le Labex MS2T et le laboratoire Heudiasyc collaborent avec la SNCF et EDF à un projet FUI axé sur la surveillance des voies ferrées et des réseaux par des multidrones ; 2) la perception distribuée entre véhicules autonomes, en collaboration avec Renault et PSA ; 3) le développement des systèmes de systèmes bioartificiels dans le domaine de la santé. Le Labex MS2T participe également à un projet sur la rééducation à distance avec des réseaux de capteurs dans le cadre de la Chaire E-Biomed financée par Sorbonne Universités. Conscient des applications industrielles prometteuses de ses travaux, le Labex M2ST a créé un Club des Affiliés dont les quatre membres fondateurs sont PSA, Airbus Defence and Space, la DGA et Alstom. Ce club vise à établir une feuille de route technologique commune par le biais de séminaires de haut niveau, l’accès aux prépublications du Labex, la priorité accordée pour le cofinancement de thèses et de post-doctorats, etc. Cette relation de confiance et de proximité, le Labex MS2T la cultive aussi avec les collectivités : il a bénéficié de cofinancements de thèses, de postdoctorats et d’une Chaire de la part du Conseil régional et du FEDER. De fait, les travaux du Labex MS2T sont en parfaite cohérence avec les deux principaux axes définis par l’ancienne région picarde, à savoir les Agroressources d’un côté, l’Energie et les Transports de l’autre. D’autre part, le Labex MS2T envisage de mener des expériences avec la ville de Compiègne dans le domaine des transports intelligents.

© MS2T

ort de 70 chercheurs, 60 doctorants (dont 20 financés directement par le Labex) et 15 post-doctorants, le Labex MS2T dispose d’un budget financé par l’État de 6,7 M€ pour la période 2011-2019 auxquels s’ajoutent plus de 2 M€ de cofinancements par des entreprises, le Conseil régional et le FEDER. Par ailleurs, le Labex MS2T a tissé plusieurs collaborations internationales : Chine, USA, Italie, Mexique, Thaïlande, etc. Il a déjà reçu 20 professeurs internationaux invités et accueille chaque année une cinquantaine d’étudiants dans un master qu’il a lui-même créé à l’UTC, intitulé « Systèmes complexes en interaction ». Ce master bénéficie d’un financement pour 6 bourses d’excellence et 10 stages par an. Prolifique, le Labex MS2T produit une centaine de publications par an et a organisé une dizaine de conférences internationales à Compiègne. Il a créé, en avril 2016, une Chaire d’excellence cofinancée par le Conseil régional et l’Europe : le titulaire de cette Chaire travaillera sur le biomimétisme appliqué aux flotilles de drones et aux véhicules autonomes – une première en France. Le Labex MS2T participe à une vingtaine de projets régionaux, nationaux et européens. Il a déposé 3 brevets et 2 logiciels, il participe également à un projet en cours de création de start-up.

© MS2T

F

Robotex : un Equipex dédié à la robotique

Le Labex MS2T s’appuie sur des plateformes technologiques de haut niveau, notamment l’équipement d’excellence (Equipex) Robotex, porté par le CNRS. Il s’agit d’un réseau national de platesformes expérimentales de robotique auquel est associée une expertise scientifique et technologique de premier plan. Le laboratoire Heudiasyc, porteur du Labex MS2T, assure la coordination du volet « robotique mobile terrestre et aérienne » de Robotex (véhicules électriques autonomes et mini-drones).

April 2016


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

Labex MS2T Control of Technological Systems of Systems The Labex MS2T is a interdisciplinary laboratory of excellence dedicated to Systems of Systems (SoS) on the border of ICT, the Engineering sciences and Biological sciences which brings together three laboratories of the Université de Technologie de Compiègne associated with CNRS (Heudiasyc, BMBI and Roberval).

T

harmony with the two main axes defined by the former Picardie region, that is Agro-resources on the one hand, and Energy and Transportation on the other. In addition, the Labex MS2T plans to conduct experiments with the city of Compiègne on intelligent transport systems in the town.

© MS2T

he Labex MS2T has 70 researchers, 60 PhD students (20 are funded directly by the Labex) and 15 post-doctoral researchers. It has a budget of €6.7M funded by the State for the period 2011-2019 and an additional €2M of co-funding by businesses, Regional Council and FEDER. Besides, the Labex MS2T has forged several international collaborations in China, USA, Italy, Mexico, Thailand, etc. It has already welcomed 20 international guest professors and every year it enrols about 50 students for a Master’s Degree Program it created itself and called “Master’s degree in Interacting Complex Systems”. This Masters receives funding for 6 excellence scholarships and 10 internships per year. The Labex MS2T is prolific, producing about a hundred publications a year and has organized about ten international conferences in Compiègne. It set up a Chair of excellence, in April 2016, cofunded by the Regional Council and Europe: the incumbent of this Chair will be working on Bioinspired information transfer for fleets of drones and autonomous vehicles – a first in France. The Labex MS2T is involved in about 20 regional, national and European projects. It filed 3 patents and 2 software petents and it is also taking part in the on-going project of a start-up creation. A System of Systems (SoS) is a metasystem in which the components themselves are heterogeneous and autonomous systems acting together to achieve certain tasks. Interest in this concept has developed progressively within some large industrial groups. However, the theoretical tools for the SoS are still limited. Today the Labex MS2T is taking up the challenge of developing generic methods that can be adapted to transportation, aeronautics, health, the environment, management of natural catastrophes, crisis situations, etc. This challenge involves a interdisciplinary and integrated approach between the scientific and technological bottlenecks, on three main axes of research: Interaction and cooperation among systems, Management of uncertainties and Optimized design of SoS. The Labex MS2T will enable significant advances in important

April 2016

societal challenges like: Transport and Mobility, Security, e-Health and Environment. In addition, it plans to bring together specialists for human sciences in its interdisciplinary research. The Labex MS2T has launched “challenge teams” to work on large-scale projects such as: 1) Cooperative navigation of multi-UAV systems. In this area, the Labex MS2T and the Heudiasyc Laboratory are collaborating with SNCF and EDF on an FUI project focused on the surveillance of railways by multi-drones; 2) Distributed vehicle perception for autonomous driving, in collaboration with Renault and PSA ; 3) Design of bioartificial SoS in the field of health. The Labex MS2T is also taking part in a project on distance re-education with sensor networks within the framework of the E-Biomed Chair funded by Sorbonne Universities. Conscious of promising industrial applications from this research work, the Labex MS2T has formed a Club of Affiliates of which the four founding members are PSA, Airbus Defence and Space, DGA and Alstom. The club’s aim is to establish a common technological road map through high level seminars, access to prepublications of the Labex MS2T, priority given for co-funding of theses and post-doctoral research, etc. The Labex MS2T also cultivates these trusting and close relations with local authorithies. The benefits are co-funding for theses and post-doctoral research and a Chair from the Regional Council and FEDER. In fact, the work of Labex MS2T is in perfect

The Labex MS2T marries Excellence and Innovation, by concentrating increasingly on interdisciplinary cooperation in order to innovate and raise the scientific and technological barriers in many socio-economic sectors. It aims to become the world reference site for systems of systems.  Robotex: an Equipex specialising in robotics

The Labex MS2T relies on high level technological platforms, especially the equipment of excellence (Equipex) Robotex, led by the CNRS. It is a national network of experimental robotics platforms with first rate scientific and technological expertise. The Heudiasyc laboratory, leader of the Labex MS2T, ensures the coordination of the component "Mobile robotics" of Robotex (autonomous electric vehicles and miniUAVs).

Labex Maîtrise des systèmes de systèmes technologiques - MS2T

Université de Technologie de Compiègne 57 avenue de Landshut - F-60200 Compiègne Tél. : +33 (0)3 44 23 46 37 Email : Ali.Charara@hds.utc.fr / labexms2t@utc.fr www.labexms2t.fr

79


P arlementaires de F rance Magazine

Matériaux, chimie et recyclage Recherches et applications pour une économie durable Englobant la conception de tous types de matériaux durables et les procédés associés, le triptyque chimie-matériauxrecyclage renvoie à 3 axes stratégiques dans le cadre de la SRI-SI Nord Pas de Calais 2014-2020 : la recherche et l’innovation dans le domaine de la chimie et des matériaux, l’innovation dans le domaine des matériaux textiles avancés et des composites, et un axe transversal lié aux problématiques de recyclage et de valorisation des matériaux.

N

bois et plastiques de meubles en fin de vie dans les productions de nouveaux meubles tandis que DESHYBOU développe une méthode innovante de déshydratation des boues par électro déshydratation. TEAM² a développé de nombreux partenariats avec le Cd2e, pôle d’excellence régional lié aux éco-activités, le pôle d’excellence Plasturgie, le pôle automobile mais aussi avec les pôles de compétitivité i-Trans, Elastopôle et UP-tex. © Cjp24

Une application de la chimie verte : le sac plastique biofragmentable A green chemistry application: the biofragmentable plastic bag

l’Institut Français des Matériaux AgroSourcés (IFMAS), LILLIAD Learning center Innovation et le Centre Européen d’Excellence en Biomimétisme de Senlis (CEEBIOS). Au 31 décembre 2014, le pôle totalisait 282 projets accompagnés, 125 projets labellisés dont plus de 50 projets financés, 107,7 M€ levés et 14 formations labellisées. Matikem a l’ambition, à l'horizon 2018, de devenir un pôle de référence des nouvelles approches de la chimie et des matériaux, plus respectueuses de l’environnement, avec un axe soutenu sur les matériaux biosourcés et, plus largement, sur les nouveaux modèles de fabrication des produits (design, écoconception, analyse du cycle de vie…).

© PerOX

ouveaux matériaux et produits biosourcés, amélioration des performances des matériaux, valorisation des sousproduits et recyclage, optimisation des ressources et économie circulaire : tels sont les enjeux sociétaux auxquels le secteur des matériaux au sens large est confronté. Les matériaux composites, la chimie végétale et l’écoconstruction relèvent de cette problématique. Les axes potentiels de développement de ces nouveaux matériaux sont nombreux : textiles polymères et composites ; procédés industriels propres ; plasturgie et applications des produits biosourcés ; matériaux multifonctionnels ; recyclage des matériaux minéraux et organiques ; chimie issue de la valorisation de la biomasse ; dépollution et démantèlement/déconstruction. Avec, à la clé, de prometteuses interactions avec la santé, les transports et l’énergie. C’est dans ce contexte que s’inscrit l’activité des pôles de compétitivité Matikem et TEAM². Pôle des matériaux, de la chimie et de la chimie verte, Matikem (ex MAUD) articule son positionnement sur 2 filières - chimie et matériaux, matériaux biosourcés - au service de 8 marchés applicatifs : arts de la table, emballage et packaging, industrie graphique, plasturgie, agroalimentaire, transport, bâtiment, médical. Matikem accompagne également 3 projets structurants autour de ces deux filières :

Multicouche, un exemple de matériau composite / Multilayer, an example of composite material

80

De son côté, TEAM² est dédié à l’innovation pour l’économie circulaire. Créé en 2010, il a défini 3 axes stratégiques : les métaux stratégiques et les terres rares, les minéraux à destination du marché du BTP et les organiques dont les composites, plastiques en mélange et textiles. Depuis sa création le pôle labellisé 55 projets pour un montant total de 198 M€. À titre d’exemple, MEDUSA porte sur le traitement et le recyclage des écrans plats, DENDRITE s’attache valoriser des fractions

UP-tex traduit bien le poids d’un secteur traditionnellement fort dans la région : celui de l’industrie textile. Tourné vers une transformation de l'industrie textile et le développement de nouvelles filières à haute valeur ajoutée, le pôle a défini 5 marchés-clés : le bâtiment, la protection bien-être, la santé, le transport et l’usage professionnel. Ces marchés font écho à ses 4 domaines d’activités stratégiques que sont les matériaux textiles à effet barrière, les structures textiles complexes, les textiles interactifs et les écomatériaux textiles. Entre 2006 et 2014, UPtex a labellisée 174 projets (dont 101 projets financés pour un montant de 121 M€), déposé 57 brevets et créé 4 start-up. Fort de 128 membres, UP-tex est porteur d’un projet structurant : le Centre Européen des Textiles Innovants (CETI). Inauguré en octobre 2012, le CETI est une plateforme mutualisée d’innovation offrant une combinaison exceptionnelle de compétences, d’outils et d’équipements technologiques textiles. Son objectif : permettre aux entreprises de profiter pleinement des perspectives offertes par les matériaux textiles et les technologies des nouvelles fibres et des nontissés pour repenser ou inventer des produits pour la santé et l’hygiène, le sport et les loisirs, l’EPI et la protection, le bâtiment et le génie civil ainsi que les transports. Le CETI propose donc des solutions de recherche, de prototypage et de préséries industrielles pour concevoir, expérimenter et développer une nouvelle offre de produits adaptée à l’économie et aux besoins du monde de demain. 

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Materials, chemistry and recycling Research and applications for a sustainable economy Embracing the design of all types of sustainable materials and associated processes, the chemistry-materialsrecycling trio has 3 strategic approaches within the framework of the SRI-SI Nord Pas de Calais 2014-2020: research and innovation in the area of materials and chemistry; innovation in the area of advanced textiles and composites; and a transversal approach linked to the issues of recycling and recovering materials.

T

© Nic McPhee

© Lamiot

materials with a blocking he societal challenges effect, complex textile that the materials secstructures, interactive textiles tor as a whole is facing include: and textile eco-materials. new materials and bio-sourced Between 2006 and 2014, products; improving performUP-tex approved 174 projance of materials; recovering ects (of which 101 projects by-products and recycling; were funded for €121M), optimising resources; and the filed 57 patent and created circular economy. Composite 4 start-ups. materials, green chemistry and eco-construction also fall into Boasting 128 members, this category. The potential UP-tex is leader of the development axes of these structuring project: new materials are numerous: European Centre for polymer textiles and composInnovative Textiles (CETI). ites; clean industrial processes; Inaugurated in October plastics manufacturing and 2012, the CETI is a shared applications of bio-sourced The CETI - European Centre of Innovative Textiles / Le CETI - Centre européen des textiles innovants innovation platform offering products; multifunctional For its part, TEAM² specialises in innovaan exceptional mix of know-how, technological materials; recycling of mineral and organic tion for the circular economy. Set up in 2010, tools and equipment relating to textiles. Its materials; chemistry derived from biomass; it has defined 3 strategic approaches: strategic aim is to allow businesses to make the most of and decontamination and dismantling/deconmaterials and rare earth elements, minerals for the perspectives offered by textile materials struction. Promising interactions with health, the construction market and organic elements and new fibre and non-woven technologies transport and energy are guaranteed. It is in including composites, mixed plastics and in order to rethink or invent products for this context that the competitiveness clusters textiles. Since its creation the cluster has health and hygiene, sport and leisure, proMatikem and TEAM² are operating. Matikem approved 55 projects for a total of €198M. tection and PPE, construction and civil (formerly MAUD) is a materials, chemistry By way of example, MEDUSA deals with engineering and transportation. The CETI, and green chemistry cluster, which has the treatment and recycling of flat screens, therefore, offers solutions for research, positioned itself in 2 sectors - chemistry and DENDRITE works on the recovery of wood prototyping and industrial pre-production materials and bio-sourced materials - at the and plastic parts of end-of-life furniture in order to design, experiment and develop service of 8 application markets: tableware, for the production of new furniture while new products adapted to the economy and packaging, graphics industry, plastics proDESHYBOU is developing an innovative requirements of the world of tomorrow.  cessing, agro-food, transport, construction method for dehydration of mud by electroand medicine. Matikem also supports 3 dehydration. TEAM² has not only formed structuring projects in these two sectors: many partnerships with Cd2e (regional excelthe French Institute for Agro-Based Materials lence cluster associated with eco-activities), (IFMAS), LILLIAD Learning Centre for the Plasturgy excellence cluster and the autoInnovation and the European Excellence mobile cluster but also with the competitiveness Centre dedicated to Biomimicry in Senlis clusters i-Trans, Elastopôle and UP-tex. (CEEBIOS). On 31 December 2014 the cluster had 282 supported projects, 125 UP-tex clearly reflects the weight of a approved projects of which more than 50 were traditionally strong sector in the region: that funded, €107.7M raised and 14 approved of the textile industry. Focused on transformtraining courses. Matikem aims to become by ing the textile industry and developing new 2018 a reference cluster for new approaches channels with high added value, the cluster to chemistry and materials, more respectful has defined 5 key markets: construction, of the environment, with a firm focus on protection & well-being, health, transport and bio-sourced materials, and, more generally, on Industrial spinning. The regional textile industry has got a second wind with the competitiveness cluster UP-tex and the CETI. professional use. These markets are echoed in new models of production (design, eco-design, Filature industrielle. L’industrie textile régionale trouve un second their 4 areas of strategic activity namely, textile life-cycle analysis, etc.). souffle avec le pôle de compétitivité UP-tex et le CETI.

April 2016

81


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

Institut d’Electronique, de Microélectronique et de Nanotechnologie - IEMN Un grand centre de recherche européen Fort de 500 collaborateurs dont 110 enseignants-chercheurs, 45 chercheurs CNRS, une centaine d’ingénieurs et techniciens et 150 doctorants, l’IEMN affiche un budget hors salaires supérieur à 10 M€ dont 1,7 M€ de subventions publiques, le solde provenant de contrats de recherche. Avec plus de 40 projets ANR en cours, 13 projets européens, plusieurs projets du PIA et plus de 25 M€ de matériel, le laboratoire est à la pointe des micro et nanotechnologies.

© IEMN

© IEMN

Circuits microélectroniques ultra minces sur film plastique Paper-thin microelectronic circuits on plastic film

Interconnexions métalliques structurées par faisceau laser Metallic interconnections supported by laser beam

U

à très hautes fréquences, micro et nano-systèmes dans des conditions environnementales particulières), une plateforme de microscopie champ proche (avec notamment un microscope à effet tunnel à 4 sondes, unique en France), une plateforme Télécom et une plateforme Compatibilité électromagnétique.

nité mixte de recherche dotée de 5 tutelles (CNRS, Université de Lille 1, Université de Valenciennes et du Hainaut-Cambrésis, École Centrale de Lille, Groupe HEI-ISA-ISEN), l’IEMN est organisé en 5 départements scientifiques : matériaux et nanostructures (physique des semi-conducteurs avec croissance de nanomatériaux et nanostructures, électronique moléculaire) ; micro, nano-systèmes et bioMEMS (conception de capteurs pour les environnements sévères dans l’industrie et la défense mais aussi pour la santé) ; la micro, nano et optoélectronique (avec une expertise reconnue dans les électroniques très rapides fonctionnant à de très hautes fréquences pour les télécoms, les radars, etc.) ; les télécoms et les systèmes de télécoms (réseaux de capteurs communicants et autonomes en énergie, compatibilité électromagnétique, transmission d’information entre véhicules dans des milieux confinés) ; et l’acoustique (techniques de contrôle non destructif pour les infrastructures ferroviaires, phononique, méthodes diagnostiques…). À ces 5 axes principaux s’ajoutent des thèmes de recherche d’une durée de 5 à 10 ans sur la santé, le transport, l’électronique flexible et l’énergie.

Au niveau national, l’IEMN coordonne 2 Equipex dont ExCELSiOR, axé sur la nano-caractérisation : fort de son expertise en microscopie à champ proche et très hautes fréquences, le laboratoire est à même d’anticiper les performances des nanocomposants dans le futur. Par ailleurs, l’IEMN participe activement au Labex de réseau GANEX. Le laboratoire est également impliqué dans de nombreux projets de

L’IEMN a naturellement développé de nombreux partenariats de recherche. À commencer par le laboratoire commun avec STMicroelectronics : créé il y a 12 ans, ce laboratoire totalise plus de 50 thèses soutenues et a participé aux programmes Nano 2008, Nano 2012 et Nano 2017. Le laboratoire travaille également avec le milieu industriel avec une préférence pour les collaborations directes. Conscient de son haut niveau d’expertise, il propose des prestations tarifées pour effectuer des mesures, des dépôts, des gravures… le tout dans un cadre confidentiel. L’IEMN est également associé à des industriels français et européens dans le cadre du FP7 et d’Horizon 2020. Avec une ambition : décrocher encore plus de projets européens malgré une sélectivité accrue. Un défi à sa portée grâce à ses connaissances et ses moyens techniques uniques. 

© IEMN

Ces travaux sont rendus possibles par 5 plateaux techniques de pointe ouverts à la communauté académique et industrielle, française et européenne : une centrale de micro et nano-fabrication de 1 600 m², une centrale de caractérisation (mesures électriques

82

recherche sur l’électronique souple (croissance de composants à très hautes fréquences sur des supports flexibles), l’énergie (avec un savoir-faire encore rare sur les microdispositifs de stockage de l’énergie exploité dans le cadre du réseau RS2E), le transport (en collaboration avec l’IRT RAILENIUM) ou encore la santé (dans le cadre notamment du projet SMMIL-E en collaboration avec l’Université de Tokyo et le Centre Oscar Lambret – SIRIC ONCOLille – pour évaluer les effets de l’irradiation sur l’ADN au moyen des bioMEMS).

L’IEMN dispose d’un bâti de croissance du graphène, ici utilisé par deux de ses chercheurs, Henri Happy (à gauche) et Dominique Vignaud (à droite). The IEMN has a growth equipment to grow graphene; here it is being used by two researchers, Henri Happy (on the left) and Dominique Vignaud (on the right).

April 2016


P arlementaires de F rance

Publireportage

Magazine

The Institute of Electronics, Microelectronics and Nanotechnologies - IEMN A great European Research Center With a workforce of 500 members, of which 110 lecturers-researchers, 45 CNRS researchers, one hundred engineers and technicians and 150 doctoral students, the IEMN has a budget net of wages of more than ten million Euros, 1.7 million of which is public funding, and the rest is funded through the revenue of research contracts. With more than forty ANR projects in progress, thirteen European projects, several PIA projects and over 25 million Euros of material, the laboratory stands at the forefront of micro- and nanotechnologies.

© IEMN

compatibility, transmission of information between vehicles in confined environments); and, lastly, acoustics (non-destructive inspection (NDI) techniques for rail infrastructures, phononics, diagnostic methods, etc.). To these five key axes we must add five- to ten-year research themes in health, transport, flexible electronics, and energy. Micromachines (Bio-mems) to fight cancer Des micromachines (Bio-mems) contre le cancer

A

joint research center sustained by five institutions (CNRS, University of Lille 1, University of Valenciennes and Hainaut-Cambrésis, the École Centrale de Lille and the HEI-ISA-ISEN Group), the IEMN consists of five scientific departments: materials and nanostructures (physics of semiconductors with development of nanomaterials and nanostructures, molecular electronics); micro- and nano-systems as well as bioMEMS (design of sensors for the harsh environments in industry and defense, but also in the health sector); micro-, nano- and opto-electronics (with proven expertise in very rapid electronics functioning at very high frequencies, for telecom equipment, radars, etc.); telecoms and telecom systems (sensor communicating self-powered networks, electromagnetic

These projects have become possible through five cutting-edge technical platforms open to the French and European academic and industrial community: a platform for micro- and nanofabrication of more than 1,600 m²; a platform for characterization (electrical measurements at very high frequencies; micro- and nano-systems in specific environmental conditions); a near-field microscopy platform (with a tunneling microscope with four sensors, unique in France); a Telecom platform and an electromagnetic compatibility platform. At national level, the IEMN coordinates two Equipex, comprising ExCELSiOR, focusing on nano-characterization: aided by its expertise in near-field and very high frequency microscopy, the laboratory has the

capability of anticipating the performances of nano-components in the future. In addition, the IEMN participates actively in the network Labex GANEX. IEMN also involves itself in a series of research projects in flexible electronics (growth of component at very high frequencies on flexible substrates), energy (with a still rare know-how about micro-devices for energy storage exploited within the framework of the RS2E network), transport (in cooperation with IRT RAILENIUM) and even the health sector (in the framework of the SMMIL-E project, in cooperation with Tokyo University and the Centre Oscar Lambret - SIRIC ONCOLille - in order to evaluate the irradiation effects on DNA via bioMEMS). Naturally, the IEMN has developed quite a number of research partnerships, starting with the joint laboratory with STMicroelectronics: this laboratory, created 12 years ago, can claim a total of more than 50 produced theses. It also took part in the Nano 2008, Nano 2012 and Nano 2017 programs. It cooperates with industry with a preference for direct collaborations. Aware of its high level of expertise, it proposes chargeable services for taking measurements, making deposits and engravings - in a confidential manner. The IEMN has actively cooperated with both French and European industrialists in the framework of FP7 and Horizon 2020. With one ambition: to win even more European projects despite increased selectivity. The IEMN can meet this challenge, thanks to its know-how and outstanding technical means. 

© IEMN

IEMN - UMR CNRS 8520

Minidrones: unmanned flying objects are shrinking, whilst research labs get their inspiration watching insects fly les objets volants sans pilote se miniaturisent, les labos de recherche s’inspirant désormais du vol des insectes.

April 2016

Laboratoire Central - Cité Scientifique Avenue Poincaré - CS 60069 F- 59652 Villeneuve d’Ascq Cedex Tél. : +33 (0)3 20 19 79 79 Fax : +33 (0)3 20 19 78 78 http://exploit.iemn.univ-lille1.fr/

83


P arlementaires de F rance Magazine

Energie et environnement Relever le défi de la transition énergétique Confrontée à l’enjeu de « réussir la transition énergétique », la région doit combiner l’innovation technologique et l’acceptation sociétale. Un défi que les acteurs de la recherche s’emploient résolument à relever. es enjeux énergétiques et environnementaux prennent un jour nouveau à l’heure où la Troisième révolution industrielle (TRI) irrigue les politiques régionales. Dans ce contexte, les acteurs régionaux de la R&D sont invités à développer des solutions technologiques en matière de production d’énergie renouvelable, de transport et de stockage de l’énergie, de réseaux, d’efficacité énergétique et de véhicules intelligents. En première ligne de ces recherches, l’Institut d’Electronique, de Microtechnique et de Nanotechnologie (IEMN) de l’Université de Lille 1 met régulièrement ses compétences au service de l’énergie et du transport. Son savoir-faire encore rare sur les micro-dispositifs de stockage de l’énergie est exploité par RS2E, un réseau national publicprivé spécialiste des batteries et supercondensateurs piloté par le Laboratoire d’excellence (Labex) STORE-EX. Sur le front plus large de l’environnement, l’Institut de Recherche en Environnement Industriel (IRENI) effectue des recherches sur la qualité de l’air dans la zone industrialo-portuaire de Dunkerque en étudiant les impacts sanitaires, socio-économiques et juridiques induits. Des travaux incontournables pour l’acceptabilité d’une industrie souvent décriée pour ses activités polluantes. De nombreux laboratoires de recherche régionaux sont actifs sur les thématiques énergétiques et environnementales. Le Laboratoire Génie Civil et géo-Environnement Lille Nord de France (LGCgE) propose des recherches pluridisciplinaires pour répondre aux problématiques posées par la construction, l’aménagement durable, la sécurité des ouvrages et des infrastructures, la gestion rationnelle de l’énergie, la protection des ressources naturelles, la gestion des sites contaminés et la biodiversité en partenariat avec le secteur socio-économique. Labellisé Institut Carnot ARTS, le Laboratoire d’Electrotechnique et d’Electronique de Puissance de Lille (L2EP) met ses compétences en génie électrique au service du monde industriel et pilote des actions communes de recherche telles que le pôle de recherche technologique mobilisé sur le projet MEDEE (Maîtrise Energétique des Entraînements Electriques). Il apporte également son expertise au groupement de recherche SEEDS (système d’énergie électrique dans leur dimension sociétale), au projet MEGEVH (Modélisation Energétique et

84

© DR

L

Four solaire / solar oven

Gestion d'Energie de Véhicules Hybrides) du réseau RT3 (Recherche Technologique sur les Transports Terrestres) du ministère de la Recherche et a créé un laboratoire commun, le LAMEL, avec EDF R&D. Pour sa part, le Laboratoire de Réactivité et Chimie des Solides (LRCS - UMR CNRSUPJV) est mondialement reconnu dans le domaine du stockage de l’énergie grâce à ses recherches sur les technologies d’accumulateurs pour les systèmes de stockage électrochimique avancés (batteries). De son côté, le Laboratoire d’électromécanique de Compiègne (LEC UTC) s’est spécialisé dans le domaine de la conception globale des actionneurs électriques et des systèmes de motricité à énergie embarquée selon deux thématiques de recherche complémentaires : conception, modélisation et optimisation des actionneurs électriques (COMEC) ; et alimentation des systèmes à énergie embarquée (AS2E). Plusieurs laboratoires d’excellence (Labex) viennent compléter ces travaux de recherche. Le Centre européen pour les mathématiques, la physique et leurs interactions (CEMPI) est reconnu pour ses activités de transfert technologique dans les fibres optiques, le CaPPA (Physique et Chimie de l’environnement atmosphérique) s’investit dans les actions de

valorisation économique et sociétale, tandis que le réseau GANEX rassemble les laboratoires français travaillant sur les nitrures d’éléments III (AlInGaN) et leur représentant emblématique, GaN, avec des applications dans les diodes électroluminescentes, les lasers (Blue Ray) et les composants électroniques. Ces travaux de recherche sont secondés par les activités d’acteurs résolument axés sur la technologie : le Centre d'Innovation des Technologies sans Contact (CITC), un spécialiste reconnu en matière d'Internet des Objets et d'intelligence ambiante, ainsi que les Equipex FLUX (Fibres optiques pour les hauts Flux), IAAOOS (Ice - Atmosphere Arctic Ocean Observing System), REFIMEVE+ (REseau FIbré MEtrologique à Vocation Européenne+) et ROCK (spectromètre pour les recherches en énergie et physique-chimie). Et n’oublions pas les équipements de pointe que sont Innocold, l’Institut technologique du froid fondé à l'initiative de la Communauté urbaine de Dunkerque, et la centrale solaire Lumiwatt : créée par le Centre de développement des éco-entreprises de Loos-en-Gohelle, elle teste une vingtaine de techniques de production pour développer la part du solaire dans le mix énergétique. Pas de doute, la transition énergétique est à portée de main. 

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Energy and environment Meeting the challenge of energy transition Faced with the issue of “managing energy transition”, the region must combine technological innovation and societal acceptance. This is a challenge the research players are taking up resolutely. he energy and environmental challenges are taking a new turn now that the Third Industrial Revolution is permeating regional policies. In this context, the regional R&D players have been invited to develop technological solutions regarding the production of renewable energy, transport and storage of energy, energy efficiency and intelligent vehicles. Leading the research is the Institute of Electronics, Microelectronics and Nanotechnology (IEMN) of the University of Lille 1, which regularly shares its knowledge with the energy and transport sectors. Its know-how in the matter of micro devices for energy storage is still rare and is used by RS2E, a public-private national network specialising in batteries and supercapacitors piloted by the Laboratory of Excellence (Labex) STORE-EX. On a wider environmental level, the Industrial Environment Research Institute (IRENI) is doing research on air quality in the industrial port area of Dunkirk, studying health, socio-economic and legal impacts. This work is indispensable for an industry that is often criticised for its polluting activities. Many regional research laboratories are actively working on energy and environmental issues. The Civil Engineering and geoEnvironment Laboratory, Lille Nord de France (LGCgE) offers multidisciplinary research to address issues related to construction, sustainable planning, infrastructure and work safety, rational energy management, protection of natural resources, management of contaminated sites and biodiversity in partnership with the socio-economic sector. Certified Institut Carnot ARTS, the Laboratory of Electromechanics and Power Electronics of Lille (L2EP) puts its skills in electrical engineering at the services of the industrial sector and pilots common research work, such as the technological research cluster mobilised for the MEDEE project (Management of Energy in Electrical Drives). It also brings its expertise to the research group SEEDS (Electric Power Systems in their Societal Dimension) and to the MEGEVH project (Energy Modelling and Energy Management of

April 2016

© Dirk Ingo Franke

T

Wind energy, an occasional energy source that requires intelligent networks to optimise its flow L’éolien, une source d’énergie intermittente qui nécessite des réseaux intelligents pour optimiser les flux

Hybrid Vehicles) of the RT3 network (Technological Research for Land Transport of the Research Ministry), and created a common laboratory, LAMEL, with EDF R&D. For its part, the Laboratory of Reactivity and Chemistry of Solids (LRCS - UMR CNRS-UPJV) is recognised worldwide in the area of energy storage due to its research on accumulator technologies for advanced electrochemical storage systems (batteries). For its part, the Compiègne Electromechanical Laboratory (LEC - UTC) has specialised in the area of overall design of electric actuators and embedded power systems with two complementary research themes: the Design, Optimisation, and Modelling of Electrical Machines and their Control (COMEC); and the Supply of Embedded Power Systems (AS2E). Several laboratories of excellence (Labex) have added to this research work. The European Centre for Mathematics, Physics and their Interactions (CEMPI) is renowned for its technological transfer activities in the area of fibre optics, CaPPA (Chemical and Physical Properties of the Atmosphere) is involved in economic and

social promotion, whereas the GANEX network brings together the French laboratories working on the nitrides of elements III and their emblematic representative GaN, with applications in electroluminescent diodes, lasers (Blue Ray) and electronic components. This research work is backed up by the activities of players that are definitely technology oriented: the Innovative Centre on Contactless Technologies (CITC), a specialist renowned for the Internet of things and ambient intelligence, as well as Equipex FLUX (High-flux optical fibres), IAAOOS (Ice - Atmosphere - Arctic Ocean Observing System), REFIMEVE+ (European-based Metrological fibre network +) and ROCK (a spectrometer for energy and physics-chemistry research). We must not forget other proofs of stateof-the-art equipment such as Innocold, the Low Temperature Institute founded on the initiative of the urban Community of Dunkirk and the solar centre Lumiwatt, set up by the Development Centre for eco-enterprises of Loos-en-Gohelle. The latter is testing about twenty production techniques to develop the solar part in the energy mix. No doubt, the energy  transition is at hand.

85


P arlementaires de F rance Magazine

La force de notre région, c'est son écosystème Un entretien avec Mme Audrey LINKENHELD, Députée du Nord, Conseillère municipale de Lille

Q

de la Troisième révolution industrielle, fondée sur la transition énergétique et les technologies numériques. Il s'agit de réinventer notre façon de vivre, de produire, de consommer, de nous déplacer, et d’aller vers un modèle plus juste et plus durable. En matière d'habitat, premier volet de la Troisième révolution industrielle, j'ai par exemple porté le projet de la maison de l'habitat durable. Ses portes ont ouvert en septembre 2013, et c'est aujourd'hui un lieu métropolitain où les propriétaires s'engageant dans des travaux de rénovation énergétique trouvent aides et conseils dans leurs démarches. Il est ouvert aussi aux professionnels.

uels sont selon vous les points forts de la région en matière d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation ? La force de notre région, c'est son écosystème : les universités, les grandes écoles, les pôles de compétitivité, les laboratoires de recherche, les incubateurs, les accélérateurs de technologie... Il s'agit d'offrir aux chercheurs et aux entrepreneurs les meilleures conditions pour innover.

86

Quelles sont selon vous les thématiques de recherche à soutenir en priorité dans la région ? Le numérique autour d’Euratechnologies, de la ruche technologique d’Hellemmes, du parc de la Haute Borne, d'Inria Lille – Nord Europe, etc. La santé avec Eurasanté et tout le pôle Nutrition Santé Longévité. Nous avons dans ces secteurs des atouts qu'il faut consolider, mais ils ne sont pas exclusifs des autres priorités. La question qui se pose aujourd'hui est : comment permettre aux acteurs de la recherche de mieux accéder aux financements nationaux et aux projets européens voire internationaux ? Horizon 2020 est doté de 79 milliards d'euros. C'est beaucoup, et l'enjeu est d'accompagner nos chercheurs, nos universités, nos PME à s'approprier au mieux ce programme européen pour répondre aux appels à projets et décrocher des financements. Quel regard portez-vous sur le projet de Troisième Révolution Industrielle porté par la Région Nord Pas de Calais -Picardie ? Je trouve l'expérience extrêmement intéressante. Le Nord Pas de Calais a été au cœur de la première révolution industrielle. La deuxième a été douloureuse, même si ses conséquences ont été surmontées. La région se positionne aujourd'hui comme pionnière

© DR

Notre point fort, c'est évidemment l'excellence de nos chercheurs qui obtiennent des financements nationaux et européens très importants pour leurs projets de recherche. La Commission des affaires européennes m'avait chargée au printemps 2013 de rédiger un rapport d'information sur le programme cadre européen Horizon 2020 de financement de la recherche et de l'innovation pour la période 2014-2020. J'ai dans ce cadre mené plusieurs auditions et rencontré par exemple Patrick Cordier, de l’université de Lille 1, lauréat de la bourse European Research Council « Advanced Grant » et coordinateur du projet RheoMan, ou encore Franck Dumeignil, coordinateur du projet collaboratif EuroBioRef, ou encore Henri Happy, chercheur à l’Institut d’électronique, de micro-électronique et de nanotechnologie (IEMN) . Le moteur, ce sont aussi nos pôles de compétitivité. Leur budget s'était vu menacé dans le projet de loi de finances pour 2015. Je me suis, avec mon collègue Jean-Louis Gagnaire, battue contre ce désengagement et nous avons fait adopter un amendement rétablissant la situation. Je rencontre régulièrement les 7 pôles de la région : NSL (Nutrition Santé Longévité), Aquimer, i-Trans, PICOM, UP-tex, Matikem, Team². Ensemble nous avons veillé à la préservation de leur soutien dans le projet de loi de finances pour 2016.

La Région Nord Pas de Calais - Picardie sera également l’une des premières à expérimenter le tiers-financement pour faciliter les travaux de rénovation énergétique. Ce dispositif, rendu possible par la loi ALUR dont j'étais la rapporteure à l'Assemblée nationale, et renforcé par la loi de transition énergétique, permet de confier à une structure la gestion, la réalisation et le financement de la rénovation énergétique, et celle-ci se rembourse grâce aux économies réalisées. 

© Assemblée nationale

Je rencontre régulièrement ces différents acteurs dans ma circonscription : l'université de Lille 1, où je siège au Conseil d'Administration, l'université de Lille 3 avec qui j'ai des échanges très réguliers, les grandes écoles, l'INRIA, l'IEMN, des start-up comme MC2 Technologies, qui a développé une caméra radiométrique.

Audrey Linkenheld, lors de la présentation du matériel d’Inria Lille-Nord Europe à l’Assemblée nationale. / Audrey Linkenheld, during the presentation of the Inria Lille-Nord Europe equipment to the National Assembly.

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

The Strength of our Region lies in its Ecosystem An interview with Mrs. Audrey LINKENHELD, Northern MP, City Councilor of Lille

W

hat would you say are the region’s strengths in higher education, research and innovation? The strength of our region lies in its ecosystem made of universities, Grandes Ecoles, competitiveness clusters, research laboratories, incubators and technology accelerators. The aim means to provide researchers and entrepreneurs the best conditions for innovation.

Our main strength lies clearly in the excellence of our researchers who obtain significant national and European funding for their research projects. The European Affairs Committee asked me in 2013 to prepare an information report on the European framework program, Horizon 2020, on research and innovation funding for the period 2014-2020. In this context, I led several hearings and met for instance Patrick Cordier, of the University of Lille 1, recipient of the European Research Council’s “Advanced Grant” and coordinator for the RheoMan project. I also met Franck Dumeignil, coordinator of the collaborative project EuroBioRef; and, finally, with Henri Happy, researcher at the Electronic Institute in micro-electronics and nanotechnologies (IEMN). The driving force also resides in our competitiveness clusters. Their budget faced a threat from the Draft Budget Bill for 2015. Alongside my colleague Jean-Louis Gagnaire, I fought against this disengagement, and we successfully put through an amendment to re-establish the situation. I regularly meet with the seven clusters of the region: NSL (Nutrition Healthcare Longevity), Aquimer, i-Trans, PICOM, UP-tex, Matikem, and Team.² Together, we have worked hard to preserve their support in the Draft Budget Bill for 2016.

April 2016

© DR

I regularly meet with these different actors in my constituency: the University of Lille 1, of which I am a board member; the University of Lille 3, with which I have regular discussions; the Grandes Ecoles, INRIA, IEMN; start-ups such as MC2 Technologies, who have developed a radiometric camera. Audrey Linkenheld visiting MC2 Technologies / Audrey Linkenheld en visite à l’entreprise MC2 Technologies

What do you think are the first thematic research areas to support in the region? I name a series of areas: the digital sector with Euratechnologies, the technological beehive of Hellemmes, the Haute Borne European Science Park, Inria Lille – Northern Europe, and so forth. I likewise name the health sector with Eurasanté and the Nutrition, Healthcare and Longevity cluster. Although these sectors are not exclusive of other priorities, we have a strong position in them which needs to be intensified. The question which concerns us today is: how can we help research stakeholders to achieve better access to national and European funding and, why not, international projects? Horizon 2020 has a budget of 79 billion Euros. It means a huge amount, and the stakes mean to assist our researchers, our universities and SMEs to understand better this European program so as to respond to calls for projects and obtain access to funding. How would you assess the plan for a Third Industrial Revolution which is supported by the Region Nord Pas de Calais - Picardie? This experience is of great interest. NordPas de Calais was at the core of the first industrial evolution. The second revolution

was extremely painful, even if its consequences have been overcome. Today, the region ranks as a pioneer of the Third Industrial Revolution, based on energy transition and digital technology. In other words, it means that we must reinvent the way we live, we produce, consume and move about, and move towards a more human and sustainable way of life. As for habitat requirements, e.g., the first issue of the Third Industrial Revolution, I supported the project entiteld “The house of sustainable housing”. It opened on September 2013, and today it has turned into a metropolitan area where homeowners, who undertake renovation and work to improve energy efficiency, get assistance and support. It is also open to professionals. The Nord Pas de Calais - Picardie region will also be one of the first regions to test contracting in support of renovation work. This measure, which was made possible by the law ALUR, for which I was rapporteur at the National Assembly, and which was reinforced by the Energy Transition Law, makes it possible to entrust an organization with the management, the implementation and funding of energy renovation which is then paid back out of the energy savings. 

87


© Macopharma

© LAMIH - Alexis Chezières


Les acteurs de l'innovation rĂŠgionale

Š ARC

The actors of regional innovation


P arlementaires de F rance Magazine

Les acteurs de l'innovation au service de la compétitivité économique régionale Pôles de compétitivité, structures d’interface et de transfert technologique, plates-formes d’innovation, structures d’animation de l’innovation, collectivités territoriales, CCI, dispositifs de financement de l’innovation : les acteurs sont nombreux à œuvrer pour le renforcement de la compétitivité des entreprises et l’augmentation de l’attractivité territoriale. ui dit innovation dit pôles de compétitivité. Réunissant les acteurs de la recherche, de la formation et de l’économie dans une filière donnée, ils soutiennent les projets de R&D collaboratifs en vue de développer des technologies de rupture et de faire prendre une longueur d’avance à leurs membres. La région en compte 7. i-Trans entend répondre aux enjeux internationaux des transports innovants, Aquimer est axé sur la filière des produits de la mer et la valorisation des produits aquatiques, NSL crée une interface entre alimentation, biotechnologies et santé, PICOM exploite les TIC pour assurer l’avenir des industries du commerce, UP-Tex œuvre pour une transformation de l'industrie textile et le développement de nouvelles filières à haute valeur ajoutée, TEAM² se positionne en plate-forme d'innovation collaborative pour l'économie circulaire et IAR se veut un accélérateur de l’innovation dans le domaine de la bioéconomie. Aux côtés des pôles de compétitivité, les structures d’interface et de transfert de technologie sont légion, tant en Nord-Pas de Calais (4 CRT, 2 CDT, 1 plate-forme technologique Fonderie, Eurasanté, 6 Instituts Carnot) qu’en Picardie (Agro-transfert Ressources et territoires, Biobanque de Picardie, Centre d'Etudes Techniques Maritimes et Fluviales - CETMEF, CoDEM Picardie – construction durable et les éco-matériaux -, CRITT Polymères, Centre de valorisation des glucides - CVG, Plate-forme technologique Innovaltech). S’y ajoutent plusieurs plates-formes d’innovation en Picardie. CADEMCE vise à améliorer le captage de courant par contact pantographe caténaire pour les matériels ferroviaires, IndustriLAB offre aux industriels des espaces adaptés à toutes les phases d’un projet ainsi que des équipements mutualisés, la SAS IMPROVE est la première plateforme européenne totalement dédiée à la valorisation des protéines végétales, la plateforme d’essais STEEVE SECURITE de l’INERIS évalue la sécurité des batteries et de leurs composants aux différentes étapes du cycle de vie et, last but not least, le Centre d’innovation de l’UTC héberge des activités de formation, de recherche et de valorisation au service de l'innovation et permet de réunir des compétences pluridisciplinaires et pluri-acteurs de l'innovation. Le transfert de technologie est aussi l’affaire de la SATT Nord : bénéficiant d’une dotation de l’État de 60 M€ sur 10 ans

90

© Velvet

Q

Entrée de la CCI de Lille. Le réseau de la CCI Nord de France soutient activement les projets d’innovation. Chamber of Commerce entrance, Lille. The Nord de France CCI actively supports innovative projects.

dont 19 M€ sur 2016-2018, la société d'accélération du transfert de technologies détecte annuellement une centaine de projets d’investissement. Parmi les projets soutenus, 60 % relèvent de la santé, un tiers des sciences pour l’ingénieur et des TIC, et 7 % de la chimie, des matériaux et des sciences fondamentales. Six ventes de licences sur les technologies développées ont déjà été conclues : 3 à des start-up, 2 à des grands groupes et un à une PME. Son objectif est d’investir dans des technologies garantissant un retour sur investissement à moyen et long terme. Le retour sur investissement n’est pas absent des considérations des structures d’animation de l’innovation. Qu’il s’agisse de J'innove en Nord-Pas de Calais, ARI Picardie, Picardie Technopôle, NFID (Nord France Innovation Développement), Energie 2020 (qui vise le développement économique de la filière Energie par l’innovation), INNOCOLD (Institut technologique du froid) ou CD2E (qui accompagne le développement des éco-activités et éclaire la mutation écologique des filières économiques), l’objectif reste le même : fédérer les acteurs de l'innovation et de la valorisation de la recherche au service de la compétitivité économique du territoire. En matière de territoire, les collectivités sont en première ligne. Le Conseil régional, la Métropole Européenne de Lille,

Valenciennes Métropole, Amiens Métropole, la Communauté Urbaine d'Arras, l'Agglomération de la Région de Compiègne, la Communauté d’agglomération de Maubeuge - Val de Sambre, les Villes de Calais et Loos-enGohelle, pour ne citer qu’elles, s’activent pour mettre en valeur les atouts de leur territoire et en retirer des bénéfices économiques en termes de création d’activités et d’emplois. Ces acteurs sont souvent secondés par la CCI (CCI de région Nord de France et ses antennes locales) pour mener à bien leurs projets d’aménagement et de développement en faveur de l’économie territoriale. L’argent restant le nerf de la guerre, les collectivités et les porteurs de projets peuvent s’appuyer sur toute une série de dispositifs de financement : les appels à projets de R&D du Fonds unifié interministériel (FUI), de l’Agence nationale de la recherche (ANR) et de l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (ADEME), les investissements de Bpifrance, les dispositifs CIFRE (Conventions Industrielles de Formation par la Recherche), JEI (jeune entreprise innovante) et CIR (crédit d’impôt recherche)... sans oublier le financement spécifique de la Troisième révolution industrielle qui bénéficie des dépôts du livret d’épargne « rev3 » et d’un fonds d’investissement dédié de 50 M€. Autant de raisons d’espérer dans la capacité d’innovation régionale ! 

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

Innovation players serving regional economic competitiveness Competitiveness clusters, interface and technology transfer structures, innovation platforms, animation structures of innovation, local communities, Chambers of Commerce, innovation funding mechanisms: there are many players working to strengthen business competitiveness and increase territorial attractiveness. nnovation and competitiveness clusters go hand in hand. Bringing together players in the fields of research, training and economy in a given sector, they support collaborative R&D projects with a view to developing breakthrough technologies and helping its members to be at the top of their game. The region has 7 such clusters: i-Trans aims to respond to the international challenges of innovative transportation; Aquimer is focused on the products of the sea and the promotion of aquatic products; NSL has created an interface between food, biotechnologies and health; PICOM uses ICT to ensure the future of trade industries; UP-Tex works on transforming the textile industry and developing new high addedvalue channels; TEAM² positions itself as a collaborative innovation platform for the circular economy and IAR is an innovation accelerator in the bio-economy area. Alongside the competitiveness clusters, there are multitudes of interface and technology transfer structures both in Nord-Pas de Calais (4 technological resource centers, 2 technology development centers, 1 Foundry technology platform, Eurasanté and 6 Carnot Institutes) and in Picardie (Agro-Transfert Ressources et Territoires, Picardie biobank, Centre for Maritime and Fluvial Studies - CETMEF, CoDEM Picardie - sustainable construction and eco-materials -, Technical Center on Polymers, Centre for carbohydrate promotion - CVG, and the technology platform Innovaltech). There are also several innovation platforms in Picardie. CADEMCE aims to improve capture of current through catenary pantograph contact for rail materials; IndustriLAB offers industrialists spaces that are adapted to all phases of a project as well as shared equipment; IMPROVE SAS is the first European platform devoted solely to the promotion of plant proteins; the trial platform STEEVE SECURITE of INERIS evaluates the safety of batteries and their components at the various stages of their life cycle and last, but not least, the Innovation Centre of UTC houses the activities of training, research and promotion at the service of innovation and brings together multidisciplinary, multi-stakeholder expertise in the field of innovation. Technology transfer is also the business of SATT Nord which

April 2016

© Jérémy-Günther-Heinz Jähnick

I

Overlooked by the slag heaps of 11 - 19 mines of Lens, the town of Loos-en-Gohelle largely supported the development of eco-industries on its territory. Surplombée par les terrils du 11-19 des mines de Lens, la Ville de Loos-en-Gohelle a largement soutenu le développement des éco-industries sur son territoire.

received a State grant of €60M over 10 years, €19M of which for the 2016-2018 period. The company, which works on the acceleration of technology transfer, detects about a hundred investments projects a year. Among the projects receiving support, 60% deal with health, a third with engineering sciences and ICTs and 7% with chemistry, materials and basic sciences. Six licences for technologies developed have already been sold, 3 to startups, 2 to large groups and one to an SME. SATT Nord’s aim is to invest in technologies that guarantee a return on investment in the medium to long term.

Metropole, Valenciennes Metropole, Amiens Metropole, the Urban Community of Arras, the Urban District of Compiègne, the Urban Community of Maubeuge - Val de Sambre, the Towns of Calais and Loosen-Gohelle, to name but a few, are active in promoting the advantages of their territory in order to reap the economic benefits in terms of business and job creation. These players are often backed up by the CCI (CCI of the Nord de France region and its local branches) for the completion of their projects of planning and development for the benefit of the local economy.

Return on investment is not absent from the considerations of animation structures of innovation. Whether it is J'innove in Nord-Pas de Calais, ARI Picardie, Picardie Technopôle, NFID (Nord France Innovation Development), Energie 2020 (which aims to develop the economy of the Energy sector through innovation), INNOCOLD (Low temperature technological Institute) or CD2E (which supports the development of eco-activities and sheds light on the ecological mutation of economic sectors), the aim is always the same, i.e. to bring together the players involved in innovation and the promotion of research to serve the economic competitiveness of the region. Speaking of the region, the community groups are to the fore. The Regional Council, Lille European

With money being crucial, the community groups and the project leaders may count on a whole series of funding mechanisms: calls for R&D projects from the Interministerial Unification Fund (FUI), the National Research Agency (ANR) and the Agency for Environmental and Energy Management (ADEME), Bpifrance investments, the CIFRE mechanisms (Industrial Training by Research Agreements), JEI (Innovative Young Enterprise) and CIR (Research Tax Credit), not to mention the specific financing of the Third Industrial Revolution which boasts deposits of “rev3” savings account and a dedicated investment fund of € 50 million. So many reasons to hope in the regional innovation capacity! 

91


P arlementaires de F rance Magazine

Une vision partagée de la recherche et de l’innovation Un entretien avec M.Yann CAPET, Député du Pas-de-Calais, Conseiller municipal de Calais

Q

et le Parlement du Savoir pour résoudre l’équation unissant l’innovation, l’économie, les institutions, l’enseignement supérieur et la recherche. Concernant le CPER, je salue la pugnacité de Daniel Percheron qui a réussi à ramener l’enveloppe budgétaire à un niveau acceptable. Parmi les 10 projets-phares retenus plusieurs concernent la santé : le cancer (avec la volonté de stimuler les innovations diagnostiques et thérapeutiques), le diabète (afin de prévenir d’éventuelles complications vasculaires majeures) ou encore les maladies neurologiques.

© DR

uels sont selon vous les points forts du NordPas-de-Calais en matière d’enseignement supérieur, de recherche et d’innovation ? Le Nord-Pas-de-Calais est la troisième région étudiante de France en termes d’effectifs : il a même connu une augmentation de 7 % du nombre d’inscriptions en 10 ans. Par ailleurs, la recherche est portée par les universités et les grandes écoles au sein de 130 laboratoires de recherche dont les 2 tiers sont rattachés à des organismes nationaux. À mon sens, la force du NordPas-de-Calais réside dans sa capacité à construire des partenariats entre le monde scientifique, le monde institutionnel (le Conseil régional sortant est à l’origine de la création des 2 universités nouvelles que sont l’Université d’Artois et l’Université du Littoral Côte d’Opale) et le monde économique. Ces partenariats ont permis de définir une vision partagée et prospective de la recherche et de l’innovation. En témoignent le Schéma régional pour l’enseignement supérieur et la recherche, la création du Parlement du Savoir par le Conseil régional sortant pour fédérer l’ensemble des acteurs, y compris les syndicats et la société civile, ou encore la volonté de la Région de se tourner vers une logique eurorégionale en développant une collaboration avec la Flandre et la Wallonie autour d’axes communs.

Quel regard portez-vous sur le projet de Troisième Révolution Industrielle ? Cette ambition est due à Daniel Percheron, président sortant visionnaire du Conseil régional, et est partagée par Pierre Vasseur, le président de la CCI de région Nord de France. Elle s’appuie sur le riche passé industriel du Nord-Pas-deCalais et la proposition de Jeremy Rifkin d’inscrire à nouveau ce territoire au cœur du développement industriel de demain par le biais de la transition énergétique et de la transformation socioéconomique du territoire.

92

Très concrètement, un livret d’épargne Troisième Révolution Industrielle a été lancé par le Crédit Coopératif afin de mobiliser 10 M€ d’ici la fin 2015. De plus, un fonds d’investissement de 50 M€ a été institué afin de financer les entreprises associant les objectifs du développement durable et les nouvelles technologies. Un soutien prioritaire sera accordé aux PME innovantes et aux start-up actives dans l’efficacité énergétique, le lien entre Internet et énergie, la mobilité des biens et des personnes (en lien notamment avec le projet de Canal Seine Nord Europe), etc. Ce soutien sera permis par l’établissement de partenariats public-privé. Quelles sont selon vous les thématiques de recherche à soutenir en priorité ? Il va sans dire que le transport, l’écomobilité, la logique d’intelligence des flux, la santé et l’alimentation représentent des enjeux majeurs pour le NordPas-de-Calais. Il s’agit à la fois de pousser notre avantage compétitif et de prévenir l’exacerbation d’inégalités territoriales déjà patentes en matière de santé et d’alimentation. Comment accompagner au mieux les acteurs de la recherche régionale ? Il importe d’optimiser les synergies entre les différents outils que sont le CPER 2015-2020, le Schéma régional pour l’enseignement supérieur et la recherche

En parallèle, le CPER confirme la volonté du Nord-Pas-de-Calais de soutenir le Campus interdisciplinaire sur la sécurité et l’intermodalité dans les transports (Cisit) : un premier terminal d’autoroute ferroviaire a été inauguré en octobre 2015 pour relier Calais à la Grande-Bretagne. Les travaux de recherche du Cisit devraient favoriser le transfert modal vers le ferroviaire et les systèmes de transport fiables, intelligents, caractérisés par l’intermodalité. Autre axe fort, la recherche sur l’environnement industriel est portée par l’IRENI dont les projets sur la qualité de l’air, les risques et la pollution industriels devraient monter en puissance. Et n’oublions pas les sciences humaines et sociales à travers notamment la Maison européenne des sciences de l’homme et de la société. Son objectif : décloisonner les laboratoires et les disciplines en vue de promouvoir l’émergence de nouveaux projets de recherche. J’aimerais également attirer votre attention sur une thématique rarement citée mais très prometteuse : l’économie marine. Le Nord-Pas-de-Calais abrite en effet la première plateforme portuaire de France. Les universités et les écoles d’ingénieurs régionales ont donc une carte à jouer sur « l’économie bleue », la politique maritime intégrée, l’exploration de nouvelles ressources marines... autant de paramètres stratégiques pour le développement économique de  demain.

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

A Common Vision of Research and Innovation An interview with Mr Yann CAPET, Deputy of Pas-de-Calais, City Councillor of Calais SMEs and start-ups engaged in the area of energy efficiency, the nexus between the Internet and energy, mobility of goods and people (in line with the project of the Seine-North-Europe Canal), and so on. This support will be provided by the establishment of public-private partnerships.

hich are Nord-Pas-de-Calais’s strong points in higher education, W research and innovation? Nord-Pas-de-Calais stands as France’s third student region in terms of manpower: over the last ten years, enrolment even increased by 7%. Furthermore, research receives the support from the universities and the Grandes Ecoles via 130 research laboratories, the two thirds of which remain associated with national agencies. In my opinion, Nord-Pasde-Calais’s strength relies on its capacity to develop partnerships between the scientific world, the institutional world (the outgoing regional Council supported the creation of the two new universities, e.g., Université d’Artois and Université du Littoral Côte d’Opale), and the economic world.

Which research areas do you consider need prioritized support? It goes without saying that transport, eco-mobility, the logic of flow intelligence, health and feeding reflect major challenges for Nord-Pas-de-Calais. These efforts involve both maximizing our competitive edge and preventing exacerbation of regional inequalities, already visible in health and nutrition. How best can Nord-Pas-de-Calais’s researchers be supported? It remains crucial to develop the synergies between the various tools such as the CPER 2015-2020, the regional plan for higher education and research, and the ‘Parlement du Savoir,’ in order to solve the equation existing between innovation, economy, the institutions, higher education and research. Considering the CPER, I applaud the tenacity which led Daniel Percheron to bring the cost budget to an acceptable level. Among the ten flagship projects selected, many affect the health sector: cancer (designed to mobilize diagnostic and treatment breakthrough innovations), diabetes (to prevent potential major

These partnerships led to the definition of a shared and prospective vision of research and innovation. Evidence of this includes the regional Pattern for higher education and research; the creation of the ‘Parlement du Savoir’ by the outgoing Regional Council in order to federate all actors, including trade unions and civil society; the Region’s commitment to enter into a Euro-regional rationale regarding the development of cooperation with Flanders and Wallonia along common lines.

On a very practical level, the Crédit Coopératif launched a ‘Third Industrial Revolution’ savings account in order to generate, by the end of 2015, ten million Euros. In addition, an investment fund of € 50 million was created in order to finance those enterprises which combine the goals of sustainable development and new technologies. Priority support will be given to innovating

April 2016

In parallel, the CPER confirms NordPas-de-Calais’s intention of supporting the interdisciplinary Campus on transport safety and intermodality (Cisit): last October 2015, we inaugurated a first rolling motorway terminal to link Calais to Great Britain. The research led by Cisit should ensure the modal shift in favor of railway and smart and reliable transport systems marked by intermodality. Another key axis, research on the industrial environment is carried by the IRENI whose projects on air quality, industrial risks and pollution should ramp up. But we mustn’t forget the humanities and social science, particularly thanks to the Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société. The objective means to decompartmentalize the laboratories and disciplines to promote the emergence of new research projects. I also would like to raise your awareness of a rarely cited issue, but which emerges as very promising: marine economics. In fact, Nord-Pas-de-Calais is home to France’s first port hub. This implies that the regional universities and engineering schools have an excellent card to play on the ‘blue economy,’ the integrated maritime policy, the exploration of new marine resources… e.g., strategic parameters for future economic  development.

© DR

How do you assess the project of the Third Industrial Revolution? We owe this ambition to Daniel Percheron, the Regional Council’s outgoing, visionary president, whose vision coincides with that of Pierre Vasseur, the president of the CCI for the Nord-de-France Region. This vision capitalizes on the Nord-Pas-deCalais’ rich industrial past, and on Jeremy Rifkin’s proposal to restore the territory back into the heart of tomorrow’s industrial development via the energy transition and the territory’s socio-economic transformation.

vascular complications), or neurological diseases.

Calais Port 2015, an important project for the ‘littoral Côte d'Opale’ which will confirm Calais as a European platform, thanks to its state-of-the art port. Calais Port 2015, un projet structurant pour le littoral Côte d'Opale qui confirmera Calais comme plateforme européenne grâce à un port à la pointe.

93


P arlementaires de F rance Magazine

Le Compiégnois, un pôle de référence européen dans le domaine de la chimie verte Un entretien avec M. Philippe MARINI, Sénateur honoraire de l’Oise, Maire de Compiègne, Président de l'Agglomération de la Région de Compiègne (ARC) sont les principaux atouts du Q uels territoire en matière d’enseignement

Enfin, nous avons un outil formidable qui fait le lien entre la recherche et le monde industriel : le Biogis center. Cette halle technologique permet de développer des produits dans le domaine de la chimie du végétal, c’est unique en Europe ! Comment l’ARC soutient-elle les acteurs de la recherche ? L’intercommunalité a apporté ces dernières années un concours financier très important à plusieurs projets immobiliers de l’Université de Technologie : 1 Million € pour la réhabilitation du bâtiment d’enseignement Benjamin Franklin, 1,5 Million € pour la création du bâtiment de Génie Informatique et 1,7 Million € pour la création du Centre d’Innovation. Au-delà de cet engagement de poids, la collectivité a tout au long de l’année des liens très étroits avec l’Université. L’ARC a également montré son soutien au projet P.I.V.E.R.T. autour de la chimie du végétal - en investissant 4 Millions € dans cette belle aventure.

94

Nous avons également dans le Compiégnois des compétences de haut niveau en matière de mécanique. Là encore tant au niveau universitaire qu’avec des entreprises reconnues : Plastic Omnium, Poclain Hydraulics, Saint-Gobain… Dans un autre registre, nous avons aussi un axe fort sur la cosmétique (Chanel, ColgatePalmolive, Unilever…). Nous avons bien d’autres domaines d’expertise qui émergent, notamment autour du numérique ou des technologies de la santé.

© ARC

supérieur, de recherche et d’innovation ? L’Université de Technologie et le pôle technologique font rayonner Compiègne au niveau national et international. Ils sont un facteur important d’attractivité économique. Le pôle d’enseignement et de recherches est ouvert sur le monde économique et débouche sur de nombreuses applications. Un centre d’innovation permettant le développement de prototypes a été inauguré en 2015. Nous avons également une autre école d’ingénieurs, l’Ecole Supérieure de Chimie Organique et Minérale (ESCOM). La recherche privée n’est pas en reste avec deux nouveaux centres de recherche et développement d’envergure mondiale, grâce aux sociétés Bostik et Plastic Omnium qui accueillent plus de 600 personnes sur leurs nouveaux sites. Ces deux centres de recherche privés reçoivent environ 200 visiteurs par mois sur leur site, qui constituent donc de véritables vitrines internationales. Nous avons également de jeunes sociétés innovantes, notamment au sein de notre Parc technologique des rives de l’Oise.

l’envergure de cette thématique. C’est un enjeu d’autant plus important qu’il peut offrir des débouchés à un secteur agricole très présent dans la région.

Elle s’est traduite par l’ouverture d’une halle de démonstrateurs, le Biogis center que j’ai déjà évoqué. Enfin, notre offre locative adaptée et notre dynamique autour de l’innovation nous ont permis d’accueillir des implantations de grands groupes et de PME ces dernières années. Notre réactivité et notre capacité à leur proposer un véritable parcours immobilier sur le territoire, conforme aux exigences de leur développement, a su plusieurs fois faire la différence pour attirer les entreprises. Pourriez-vous nous présenter les filières d’excellence du territoire ? La présence sur le territoire de centres de R&D publics et privés, de sites de production et de centres de formation est un véritable atout. Le Compiégnois devient un pôle de référence européen dans le domaine de la « chimie verte », avec des compétences avérées à toutes les étapes de la filière. Le nouveau Biogis center de Venette accueille l’étape-clé du développement de produits, faisant le lien entre l’échelle du laboratoire et le pilote industriel. Il permet de faciliter le passage de l’excellence en recherche universitaire à celle des entreprises comme Oléon, ETIA, Olygose ou Bostik. Le pôle Industries et Agro-ressources conforte

Quel premier bilan dressez-vous du Centre d’Innovation et du Parc technologique des rives de l’Oise, aménagé par l’ARC à Venette ? Nous avons encore peu de recul sur le centre d’innovation. Des dynamiques se construisent sur des sujets très différents, mais il reste désormais à passer le cap de l’attractivité pour les entreprises. Nous serons attentifs au franchissement de cette prochaine marche, puisque l’objectif final pour nous est de créer des emplois qualifiés sur le territoire. Le Parc technologique des rives de l’Oise accueille une vingtaine d’entreprises qui emploient au total, PIVERT et BIOGIS Center non compris, 110 emplois. Elles excellent dans des domaines aussi variés que le numérique, la chimie ou les services… Elles profitent des services communs proposés, de la souplesse des locaux en fonction de leur évolution, mais surtout des synergies et de l’émulation qui s’instaurent entre des sociétés. Si elles ont des métiers très divers, elles ont un point commun : l’innovation ! Elles s’épanouissent sur le parc, avant d’atteindre la taille suffisante pour évoluer sur d’autres zones d’activités, principalement dans le Compiégnois. C’est là encore une illustration des parcours que nous proposons à nos entreprises, ils sont adaptés à leur développement. 

April 2016


P arlementaires de F rance Magazine

The Compiègne Region, a European Center in Green Chemistry An interview with Mr Philippe MARINI, Honorary Senator of Oise, Mayor of Compiègne, President of the Agglomeration of Compiègne Region (ARC)

Compiègne’s University of Technology and its Technology Center play a role in the city’s national and international outreach. They greatly contribute to its economic attractiveness. The teaching and research pole lies open to the economic world and provides a large number of applications. In 2015, an innovation center leading to the development of prototypes saw the light. We also have another School of Engineering, the Ecole Supérieure de Chimie Organique et Minérale (ESCOM). Private research does not lag behind, with two new global research and development centers represented by the Bostik and Plastic Omnium companies, with over 600 people working in their new sites. Both these private research centers receive an average of 200 visitors per month and constitute real international showcases. We also have young innovative firms, notably in our technological Park on the Oise River bank. And finally, we have a terrific tool which provides a link between research and the industrial world; i.e., the Biogis center. This technology center develops products in the field of biobased chemistry, which stands unparalleled in Europe! How does the ARC support the research actors? Intercommunality provided over the last years a very important financial contribution to a series of building projects of the University of Technology: one million Euros for the rehabilitation of the teaching site Benjamin Franklin; one and a half million Euros for the creation of the Information Engineering building; one point seven million Euros for the creation of the Innovation Center. Beyond these important commitments, the agglomeration maintains during the whole year very close links with the University. The ARC also gave proof of its support in favor of the P.I.V.E.R.T. project - centered on plant chemistry - by investing four million Euros into this fantastic adventure. It resulted in the opening of a hall of demonstrators, the Biogis center I have already mentioned.

April 2016

And finally, by tailoring our renting offer and focusing on innovation, we managed to host settlements of large groups and SMEs. Our responsiveness - and our capacity to offer them a genuine property offer onsite - met the needs of their development and made all the difference in attracting businesses. Could you give us a short description of the territory’s sectors of excellence? The presence, in our territory, of public and private R&D centers, of production sites and training centers, represents an extremely attractive feature. The Compiègne region marks a European reference center in the sector of “green chemistry,” with proven competencies within all steps of the chain. Venette’s new Biogis center hosts the key step of product development and connects the laboratory scale with the industrial pilot. It eases the passage from the stage of university research excellence over to that of enterprises such as Oléon, ETIA, Olygose and Bostik. The Industries and Agro-resources competitiveness cluster confirms the scope of this topic. This issue becomes all the more important, since it may lead to opportunities for an agricultural industry which already enjoys a large presence in the region. In our Compiègne region, we have first-class competencies in the field of mechanical engineering; and here again, both at university level and at the level of well-known companies such as Plastic Omnium, Poclain Hydraulics, Saint-Gobain, et al. On another issue, we have a strong basis in cosmetics (Chanel, Colgate-Palmolive, Unilever, et al.). We also enjoy other emerging areas of expertise, notably in the digital sector and in health technologies. How would you provide a first assessment of the Innovation Center and of the technology Park of the Oise River bank developed by the ARC at Venette? We still have little feedback on the innovation center. Dynamics are being developed on very different subjects, but

© ARC

hich are the territory’s main W advantages with regards to higher education, research and innovation?

The new BIOGIS Center / Le nouveau BIOGIS CENTER

we still must achieve the threshold of attractiveness for enterprises. We will devote great attention as we pursue this next step, since our final objective means creating qualified jobs in our territory. The technology Park of the Oise River bank hosts some twenty enterprises which, altogether, represent one hundred ten jobs, excluding PIVERT and the BIOGIS Center. They excel in domains as diverse as digital technology, chemistry and services... They benefit from the proposed common services, from the flexibility of its premises according to their evolution, but basically from the synergies and the positive competition existing between these companies. So, even if their trades remain greatly diversified, they all have one value in common: innovation! They expand on site before attaining a sufficient scale to develop in other activity zones, mainly in the Compiègne region. This is another illustration of the paths we propose for our enterprises, which we tailor to suit their development. 

95


I ndex des annonceurs • A dvertisers’ index A  Ajinomoto Eurolysine S.A.S

........................................................................................................ 56

L  Laboratoire d’Automatique, de Mécanique et d’Informatique Industriel et Humain – LAMIH

C  Centre européen pour les mathématiques, la physique et leurs interactions – CEMPI European Centre for mathematics, physics and their interactions – CEMPI ...................................................................................................... 77  CHRU de Lille Lille Regional University Hospital................................................................ 48-50, cover 2  Centre de Recherche en Informatique, Signal et Automatique de Lille – CRIStAL The Lille Research Center in Computer Science, Signal and Automatic Control – CRIStAL ...................................................................... 74-75

Laboratory of Industrial and Human Automation control, Mechanical engineering and Computer Science – LAMIH ............................ 68-69  Laboratoire de Glycochimie, des Antimicrobiens et des Agroressources - LG2A Glycochemistry, Antimicrobial and Agro Resources Laboratory – LG2A ................................................................................ 54

M  Macopharma ..................................................................................................................................................45  Midi Picardie Informatique Hospitalière – MiPih Hospital IT Systems Midi Picardie Informatique Hospitalière - MiPih........ 51  Maîtrise des systèmes de systèmes technologiques - MS2T

E  ERDF ......................................................................................................................................................................13

I

Control of Technological Systems of Systems – MS2T ...................................... 78-79

P  Pôle de compétitivité Industrie & Agro-ressources – IAR Industries & Agro-Resources competitiveness cluster ............12 - 57-61, cover 4

 Institut d’Electronique, de Microélectronique et de Nanotechnologie – IEMN The Institute of Electronics, Microelectronics and Nanotechnologies – IEMN .............................................................................................. 82-83  Institut Français des Matériaux Agro-Sourcés – IFMAS

S  SATT Nord ...................................................................................................................................................... 26

The French Institute of Agrobased Materials – IFMAS .............................................. 55

U  Institut Pasteur de Lille Institut Pasteur de Lille ............................................................................................................44, 46-47

96

 Université de Technologie de Compiègne – UTC .................................................. 27

April 2016


P Parlementaires de France Magazine L’ i n f o r m a t i o n d e s é l u s e t d e s a c t e u r s é c o n o m i q u e s

Eau et Environnement, Recherche, Transports, Sécurité alimentaire, Sécurité intérieure, Architecture et Urbanisme, Intercommunalité… Parlementaires de France Magazine aborde des thèmes de dimensions locale, régionale, nationale, européenne et internationale. Water and Environment, Research, Transport, Food Security, Homeland Security, Architecture and Urban planning, Groupings of towns... Parlementaires de France Magazine adresses themes of local, regional, national, European and internation dimensions.


Nord pas calais 2016  
Nord pas calais 2016