__MAIN_TEXT__

Page 1

O H e n i z ga a M ne n o l ’O d s ble a S Le s

I R É S R S-

E

Éd

s ti i o n

O

ET FFS

5


RCS Perene B 325 520 898

3 RUE ERNEST DELVAUT - (Face au parking Cours Dupont) LES SABLES D’OLONNE TÉL. 02 51 32 44 86 - contact@perene-lessables.fr


LES SABLES MAGAZINE - HORS SÉRIE

GOLDEN GLOBE RACE 2018 ÉDITIONS OFFSET 5

seil –

Con Zéphyr ecaux

n JCD

Créatio tos: Fo

its pho

- Créd tolia et ho PPL P cy

to Agen

1 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


BILLAUD DESIGN D’ESPACE

MAGASIN / SHOWROOM

REVELATEUR D’INTERIEUR Showroom mobilier et luminaire haut de gamme Etudes / Projets d’architecture intérieure

2 Rue Benjamin Franklin 85000 La Roche-Sur-Yon T 02 51 62 14 86 - contact@billauddesign.fr billaud-designdespace.fr


Le showroom Billaud design d’espace est le lieu d’inspiration incontournable pour les passionnés du design en Vendée. Implanté depuis 4 générations à la Roche sur Yon, les plus belles marques de mobilier et luminaires y sont représentées en exclusivité sur la Région.

Les grands classiques du design et le mobilier contemporain côtoient les pièces vintages authentiques et certifiées. Les jeunes marques éditrices émergentes, créatives et accessibles s’y retrouvent aussi dans un environnement visuellement scénographié. Les collections sont riches, variées et terriblement inspirantes !

L’équipe, formée et compétante, vous accompagne aussi dans vos projets d’aménagements intérieurs à toutes les étapes, du conseil à la réalisation sur-mesure. De la maison à la collectivité, ils vous apporterons des solutions techniques, esthétiques et fonctionnelles avec un regard créatif affuté.


ÉDITO © Les Sables d’Olonne Agglomération

« Le port des Sables d’Olonne, port d’attache du Vendée Globe, est heureux d’accueillir la mère de toutes les courses autour du monde en solitaire : la Golden Globe Race, course qui place l’homme et non la machine au centre et au cœur de l’Aventure maritime.

Signature du partenariat, Don Mc Intyre - Organisateur de la course et Yannick Moreau - Président Les Sables d’Olonne Agglomération

La Golden Globe Race 2018 ne pouvait choisir de meilleur port en Europe pour organiser le départ et l’arrivée d’une course aussi légendaire qui a suscité autant de vocations de marins et d’aventuriers de par le monde. L’Agglomération des Sables d’Olonne, la ville et les partenaires sont heureux d’offrir le chenal du Vendée Globe et le soutien du public aux aventuriers qui prendront le départ des Sables le 1er juillet 2018, 50 ans après Bernard Moitessier, Robin Knox-Johnston et leurs compagnons de la « longue route ». La Golden Globe Race sera aussi pour Les Sablesd’Olonne Agglomération une opportunité de conforter sa popularité auprès des amoureux de la mer tout autour du monde. Amis de la mer et de l’Aventure maritime avec un « A » majuscule, soyez les bienvenus aux Sables d’Olonne ! » Yannick Moreau Président Les Sables d’Olonne Agglomération

4 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


Le Golden Globe a inspiré les navigateurs depuis 1968. Adolescent, j’ai été épris de ce “rêve en or” pour défier les océans. Cette magnifique aventure m’a impressioné avec ces neuf participants et un seul finaliste, Sir Robin Knox-Johnston à bord du Suhaili. Cela m’a poussé à naviguer en solitaire au BOC Challenge de 1990, course de voile autour du monde. Je suis devenu ami avec Sir Robin et de nombreux navigateurs en solitaire français, dont Philippe Jeantot et Jean-Luc VDH. L’Aventure me tient à cœur depuis plus de 40 ans. En 2010, j’ai aidé une jeune fille de 16 ans, Jessica Watson, à réaliser son rêve de naviguer non-stop autour du globe, sur un voilier de 10 mètres, via les trois grands Caps. Son voyage en a inspiré beaucoup d’autres y compris moi. Après 45 années, l’image du voyage du Suhaili était encore vive dans mon esprit. Je rêvais de ce défi non-stop en solitaire, alors, afin de pouvoir naviguer, j’ai recréé l’édition du 50e anniversaire avec la Golden Globe Race. La GGR a grandi si vite que j’ai dû me retirer de la course pour gérer l’événement. Il y a 10 mois encore, la GGR 2018 devait être une course anglosaxonne, au départ de Plymouth, mais mon désir d’organiser le meilleur événement possible m’imposa certaines responsabilités. Les entreprises britanniques ne rejoignaient pas la “famille GGR”. Une liste de participants de plus en plus française et de

solides supporters français me signifiaient qu’un changement était nécessaire. L’aide de mon ami Jean-Luc VDH et le soutien passionné de Monsieur Yannick Moreau ont rendu possible un accord avec Les Sables Agglomération devenant un partenaire portuaire et logistique, et ouvrant ainsi un nouveau chapitre passionnant dans l’histoire de la Golden Globe Race. Le PC course GGR se situe maintenant aux Sables d’Olonne et bénéficie d’un bel emplacement à la marina du Port Olona. Le soutien de la communauté pour la GGR est tout simplement fantastique, avec plus de 200 bénévoles maintenant impliqués, pour vous faire vivre l’événement. Pour cela, nous sommes vraiment reconnaissants. L’histoire est sur le point d’être écrite. Nous sommes envahis par la passion et les couleurs françaises. Je ne peux pas penser à un meilleur endroit au monde pour lancer cette édition du 50e anniversaire du premier Golden Globe du Sunday Times de 1968.

Don McIntyre Fondateur, Organisateur et Président de course. www.goldengloberace.com www.McIntyreAdventure.com

5 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


dessange.com ELYSE-KA SARL : Entreprise indépendante membre du réseau DESSANGE

22, rue Travot

Les Sables-d’Olonne

02 51 22 09 32

dessange.com Photog grap ap phie hie e rre etou tto ou uché ch c h hé ée


La course Une course mythique

>>>>>>>>>>>>

p10

L’histoire de la GGR >>>>>>>>>>>>>> p14 Le retour de l’âge d’or >>>>>>>>>>>> p16 Buts et objectifs >>>>>>>>>>>>>>>>>> p20 La route

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

p22

La course en chiffres >>>>>>>>>>>>> p24 Profils de légende >>>>>>>>>>>>>>>> p26 >>>>>>>>>>>>

p28

>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>

p30

Naviguer à l’ancienne La sécurité

Skippers et bateaux Portraits des navigateurs et présentation des bateaux

>>>>>>

p34

7 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


La GGR 2018 Neuf mois en mer Les temps forts

>>>>>>>>>>>>>>>>

p52

>>>>>>>>>>>>>>>>>>

p54

Vivez l’aventure maritime Bienvenue au village

>>>>>>>>

p56

>>>>>>>>>>>>>

p60

Philippe Péché >>>>>>>>>>>>>>>>>>> p66 VDH dans l’objectif de 1968

>>>>>

p72

Les couleurs Marines de Philippe Morin >>>>>>>>>>>>>>>> p87

8 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

L’organisation GGR

>>>>>>>>>>>>>>

p88

La course en 2022

>>>>>>>>>>>>>>>

p92


NOUS VOUS SOUTENONS DANS LE MONDE ENTIER Le 1er juillet, Susie Goodall se lancera dans la Golden Globe Race 2018. Cette aventure a commencé il y a plus de deux ans et nous sommes fiers de lui avoir apporté notre soutien tout au long de sa préparation. Nous soutenons les entreprises et les rêves comme celui de Susie depuis 1969. Réalisons ensemble les vôtres dès aujourd’hui. Pour en savoir plus, rendez-vous sur discover.dhl.com


1968-2018 Une nouvelle édition de la Golden Globe Race pour célébrer le 50e anniversaire de la course du Sunday Times Golden Globe Challenge.

En 1968 cette competition permit à Sir Robin Knox Johnston de devenir le premier homme à avoir navigué en solitaire autour du globe sans escale.

© PPL

Cette course est organisée en l’honneur du vainqueur, de son bateau et de ce premier exploit mondial.

10 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


LA GOLDEN GLOBE 1968, UNE COURSE MYTHIQUE Dans l’histoire de la voile, il y a eu un avant et un après Golden Globe. Cette course mythique, qui a inspiré le Vendée Globe, a marqué à jamais les esprits et est entrée dans la légende.

© PPL

20 ans avant le premier Vendée Globe, la course du Golden Globe Challenge, organisée par le Sunday Times, a offert à 9 marins l’opportunité de réaliser pour la première fois une course autour du monde à la voile sans escale et sans assistance. Un défi qui les a renvoyés à l’essentiel : un homme et un bateau face à l’immensité des mers. Sur les 9 hommes à prendre le départ, un seul franchira la ligne d’arrivée : Robin Knox-Johnston sur son ketch de 10 m, Suhaili. Lancer une nouvelle Golden Globe Race en 2018, c’est donc renouer avec la voile dans ce qu’elle a de plus pur, de plus difficile et de plus audacieux. Bernard Moitessier tirera de sa participation en 1968 un récit autobiographique publié en 1971 et dont la diffusion dépassera les 100 000 exemplaires en moins de 3 ans. «La longue route » deviendra vite une référence et inspirera de nombreuses générations de marins. Après Titouan Lamazou, premier vainqueur du Vendée Globe en 1989, Philippe Jeantot, vainqueur du Boc Challenge, Philippe Poupon, Loïc Peyron et bien d’autres, les skippers de la Golden Globe Race 2018 en seront les dignes héritiers !

11 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


« JE PENSE QUE CETTE GOLDEN GLOBE RACE EST UNE IDÉE MAGNIFIQUE. POURQUOI EN RÊVER ET NE JAMAIS LA RÉALISER. C’EST UN CHALLENGE QUI A ÉTÉ CRÉÉ POUR ACCOMPLIR CE RÊVE. »

© PPL

© iStock

SIR ROBIN KNOX-JOHNSTON

12 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


LES SABLES D’OLONNE 01/07/2018

LA COURSE LA GOLDEN GLOBE RACE 2018 Le Golden Globe Challenge (The Sunday Times Golden Globe Race) est une course à la voile organisée en 1968 par le journal britannique “The Sunday Times” à l’initiative de Sir Francis Chichester. Elle fut la première course autour du monde en solitaire, sans assistance et sans escale. 13 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


ee/PPL Rowntr © Bill 14 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


En août 1966, le navigateur britannique Francis Chichester partit de l’Angleterre pour naviguer en solitaire autour du monde jusqu’en Australie, aller-retour, via les cinq grands caps à bord de son 16 mètres Gipsy Moth IV, dans un défi pour battre le record des "Clipper". Il a accompli le tour en 226 jours (274 jours en incluant l’escale à Sydney) pour établir le record du voyage le plus rapide autour du monde dans un petit bateau. Aventurier accompli et excellent navigateur, Chichester a attiré l’attention générale grâce à la couverture exclusive par le journal du Sunday Times. En revenant triomphant le 28 mai 1967, il a été nommé chevalier par la Reine Elizabeth II, et est devenu non seulement un héros britannique mais une inspiration pour beaucoup, qui vogueront dans son sillage. Il ne restait plus qu’un seul défi à relever : naviguer en solitaire sans escale autour du monde, et certains navigateurs commencèrent à planifier ce projet.

Neuf personnages hauts en couleur, aux habiletés nautiques variées, ont pris le départ de divers endroits, avec une étrange collection de voiliers. Il n’y a eu qu’un seul finaliste : Robin Knox-Johnston et son gréement traditionnel, ketch à deux mâts, le Suhaili, qui au départ, était considéré comme le bateau le plus improbable et n’ayant aucune chance. Le reste de la flotte a coulé, ou bien a pris sa retraite, ou s’est suicidé. Le Français Bernard Moitessier a continué à naviguer sur son solide voilier, Joshua, faisant le tour du Cap Horn, puis a continué son voyage pour un second circuit sur l’Océan Austral qui s’est terminé à Tahiti pour « sauver mon âme » dit-il, plutôt que de revenir à la civilisation. Vainqueur probable et d’une renommée certaine.

L’HISTOIRE DE LA GGR

En mars 1968, la course Golden Globe du Sunday Times a été annoncée – la toute première tentative de naviguer seul sans escale autour du globe. Il n’y avait pas de frais d’inscription, pratiquement aucune règle ni exigence de qualification car la plupart de ceux qui s’engagèrent, étaient déjà bien avancés dans leur projet pour tenter ce défi quoiqu’il en soit. En offrant un trophée au premier homme à réussir à naviguer en solitaire sans escale autour du globe via les cinq grands caps, et un autre prix de 5000 livres britanniques pour celui qui réaliserait le meilleur temps, le journal a créé une course unique et une incroyable histoire à raconter pour augmenter la communication.

Donald Crowhurst a fait un « voyage imaginaire » autour du monde, tout en naviguant, en réalité en cercle dans l’Océan Atlantique. Il a simplement transmis de faux rapports de position dans l’espoir de tromper le monde. Finalement, cette déception lui a joué un tour et il a perdu l’esprit, tout étant décrit avec beaucoup de détails dans son journal de bord, jusqu’à ce qu’il se laisse finalement glisser par dessus bord, dans un suicide apparent. Son trimaran fût retrouvé à la dérive, abandonné. La course Golden Globe du Sunday Times est rapidement devenue une légende pour les marins comme pour les non-marins, avec son triomphe, et ses tragédies et son épopée humaine face à l’inconnu. Il en est encore ainsi aujourd’hui. Plus tard, cette course inspirera la création du BOC Challenge et du Vendée Globe, courses mondiales en solitaire.

15 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


16 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


LE RETOUR DE L’AGE D’OR DE LA NAVIGATION EN SOLITAIRE P

our célébrer le premier tour du monde historique de Sir Robin Knox-Johnston, en solitaire et sans escale lors de la course du Golden Globe du Sunday Times en 1968/69, une nouvelle course du Golden Globe sera organisée pour marquer le 50e anniversaire de cette épopée, le 14 juin 2018.

Comme l’édition originale du Sunday Times, la course du Golden Globe 2018 est très simple. Des skippers au départ des Sables-d’Olonne, le 1er Juillet 2018, pour réaliser un tour du monde à la Voile en solitaire, sans escale, via les cinq grands capes et un retour jusqu’aux Sables-d’Olonne. Les participants sont limités à naviguer sur des voiliers similaires à celui utilisé par Sir Robin lors de cette première course. Cela signifie qu’ils vont devoir naviguer avec les équipements de l’époque, sans technologie moderne, ni bénéficier d’aides à la navigation par satellite. Les concurrents doivent naviguer sur des bateaux de 32 à 36 pieds (9,75 – 10,97 m) conçus avant 1988, et possédant une quille longue avec un gouvernail attaché à cette quille. Ces voiliers sont de construction robuste et solide, et de

conception semblable au bateau de 32 pieds de Sir Robin, le Suhaili. A l’inverse du monde actuel professionnel de la compétition nautique de haut niveau, cette édition nous fait remonter vers une époque connue comme « l’âge d’or » de la Voile en solitaire. Suhaili était un robuste voilier de 32 pieds avec un gréement ketch (deux mâts), basé sur une conception de William Atkins ERIC.De construction solide, en teck, il n’était pas équipé d’ordinateurs, de GPS, de téléphone par satellite, ni de dessalinisateur. Robin a répondu au défi sans aide extérieure, ni prévisions météorologiques du monde moderne. Il avait seulement un chronomètre de marine et un barographe pour faire face au monde, seul, et récupérer l’eau de pluie pour survivre.Mais il était celui qui ne faisait qu’un avec l’océan, capable de contempler et d’absorber tout ce que ce voyage épique avait à offrir. Cette édition de la Golden Globe Race est une célébration de l’anniversaire de l’événement original, en l’honneur du vainqueur, de son bateau et de ce premier exploit mondial. Les concurrents de

cette course navigueront sur des bateaux simples en utilisant un équipement de base, pour garantir une forte expérience personnelle. Le défi est pur et très brut, plaçant l’Aventure au premier plan, bien avant l’objectif de « gagner à tout prix ». C’est une course pour « ceux qui osent », comme ce fût le cas pour Sir Robin. Ils navigueront au sextant sur des cartes papier. Sans instruments électroniques ni pilotes automatiques, ils devront déterminer leurs prévisions météo et tenir leur journal de bord, écrit à la main. De temps en temps seulement, ils pourront parler à leurs proches et au monde extérieur via la propagation des ondes courtes et le réseau mondial des radio-amateurs lorsque la reception le permettra. De nos jours, il est possible de courir sur un monocoque en solitaire autour du monde en moins de 80 jours, mais les navigateurs engagés dans cette course passeront environ 300 jours en mer sur de petits voiliers, à se défier les uns et les autres. La Golden Globe Race 2018 sera un hommage à la première édition et à son vainqueur, Sir Robin Knox-Johnston.

17 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


© PPL

« MON CONSEIL SERAIT TOUT SIMPLEMENT CELUI-LÀ. SI VOUS EN AVEZ L’IDÉE, ET QUE VOUS VOULEZ LE FAIRE, ALORS FAITES-LE. »

Don McIntyre, fondateur et Président de la course, à propos de la Golden Globe Race 2018 : « J’ai découvert pour la première fois la course autour du monde en solitaire du BOC Challenge en 1982, lors de l’escale de Sydney, en travaillant sur les éoliennes utilisées par les concurrents. J’ai passé du temps avec eux. Nous avons ri ensemble et j’ai écouté leurs histoires. J’ai rencontré l’idole de ma jeunesse, Robin Knox-Johnston et j’ai été « mordu ». J’ai décidé de participer à la course de 1986, mais ayant manqué de temps, avec un bateau partiellement fini de construire, j’ai donc dû me contenter du rôle de Président de course du BOC de Sydney cette année-là. Concourir au BOC challenge de 1990-91 a été l’un des moments forts de ma vie. A la réflexion, je me suis toujours considéré comme chanceux, car c’était à mon avis, la dernière des courses « Aventure ». 18 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

Par la suite, chaque course a été de plus en plus orientée vers la performance, courue par des sportifs de haut niveau sur des voiliers toujours plus extrêmes, axée sur la victoire à tout prix. Rien de mal à cela, en fait, car tout ceci était et est encore incroyablement excitant, mais c’etait tout simplement beaucoup plus une aventure en 1990. Mon rêve de naviguer en solitaire autour du monde est né en suivant les voyages en solo de Francis Chichester, Robin Knox-Johnston et Bernard Moitessier, et en lisant Chay Blyth, Blondie Hasler et d’autres de l’âge d’or de la navigation en solitaire. C’était une époque passionnante ! En 2008, j’ai assisté au discours de Sir Robin Knox Johnston à l’occasion du 40e anniversaire de son record du tour du monde sans escale, en 1968. En ce qui concerne les équipements modernes, les systèmes de satellites de haute technologie et les ordinateurs qui accompagnent les marins en solitaire aujourd’hui, il a simplement dit (par comparaison à sa propre expérience à l’époque) « Cela retire tout le piment de la course ! ». Assurément, la GGR 2018 souhaite remettre du piment dans la course à un niveau mondial, et offrir un défi unique et exigeant pour tout

navigateur qui voudrait s’y engager. La même année, on a demandé à Robin : « Que diriezvous aux marins qui songent à faire le tour du monde ? » Sa réponse : « Mon conseil serait tout simplement celui-là. Si vous en avez l’idée, et que vous voulez le faire, alors faites-le. Ne laissez RIEN se mettre en travers de votre chemin. Beaucoup trop de gens restent là, dans des clubs de voile à en parler, mais sans jamais le faire. FAITES-LE ! Vous ne le regretterez jamais. » Il a bien sûr, raison. Je suis moi-même impatient de revenir en arrière et de refaire un tour du monde, « à l’ancienne », avec un peu de « piment », en participant à la Golden Globe Race 2022. Au fil des années, j’ai encouragé personnellement de nombreux jeunes navigateurs en solitaire, hommes et femmes, à réaliser leurs rêves. J’espère que cet événement le permettra encore à d’autres, et peut-être à vous aussi de réaliser le vôtre ! « Je suis impatient de vous retrouver au départ. » Don McIntyre


1

Créer une course unique « RETRO » à la voile autour du monde en solitaire et sans escale, à l’image de l’édition originale de la Golden Globe du Sunday Times, qui de nouveau, emmènera les marins à l’époque de l’âge d’or de la navigation, « un marin, un bateau » face aux grands océans du monde.

BUTS & OBJECTIFS

Organiser une course dans laquelle la part d’aventure prend le dessus sur le fait de gagner à tout prix.

Gérer de manière professionnelle un évènement où ce sont bien les compétences des marins en terme de navigation sur des voiliers traditionnels, plutôt que les technologies modernes et leurs équipes, qui les ramèneront à bon port, et où la réussite de cette prouesse appartient vraiment au skipper.

20 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

4

Donner aux navigateurs de tout âge une opportunité de courir un tour du monde en solitaire, en sécurité, avec une flotte de voiliers abordables, et dans l’esprit du Suhaili.


AT

ION FRA

N

SE

- FA B

AI

R

C

Ç

I

Bracelets 50èmes hurlants

U

T

E

AR

R

-

Bracelets 40èmes rugissants

Création Marc-Arnaud Pavageau - Collection WAVE Bracelets de fabrication française, réalisés avec le carbone et le bout du bateau d’Arnaud Boissières participant à la seule course à la voile autour du monde, en solitaire. *Éditions Millésimées numérotées - 100 pièces dans le monde 9RITEVXMIHIWF³R³ǻGIWIWXVIZIVW³IªPE32

www.joaillerie-pavageau.com Boutique Marc Arnaud Pavageau Les Sables d’Olonne : 5 bis, Place du Poilu de France - 85100 Les Sables d’Olonne Boutique Marc Arnaud Pavageau Tours : 35, rue Nationale - 37000 Tours

IS

AN CRÉA

T


LA ROUTE ET LA CARTE

DE LA COURSE Les participants doivent arriver sur le lieu du départ de la course à partir du 16 juin 2018 à 16 h. Les inspections de sécurité seront effectuées avant l’événement. La course commencera avec le coup d’envoi du départ le 1er juillet à 12 h 05. Si un participant ne prend pas le départ dans les cinq jours qui suivent, il ou elle sera disqualifé(e) de la course. Les participants peuvent chercher refuge et se mettre au mouillage (en utilisant le moteur si nécessaire) pour effectuer des réparations, mais ils ne doivent pas entrer dans un port et personne ne doit leur fournir de matériel ni d’assistance, tout au long de la course. À la fin de la course, les carnets de bord des navires et les notes de navigation seront examinés pour vérifier leur conformité et les autres déclarations signées par le participant, confirmant la conformité aux règles pendant la course.

La Route de la Course Le parcours de course est un tour du monde vers l’est qui commence et finit aux Sables d’Olonne. Les concurrents navigueront sur l’Atlantique du nord au sud en laissant : • Une marque côtière de l’île des Canaries (TBA) à tribord – une occasion d’interviewer les skippers pendant qu’ils naviguent sans s’arrêter et pour qu’ils transmettent leurs films et leurs lettres. • Une marque côtière de l’île du Cap Vert (TBA) à tribord • Le Cap de Bonne Espérance à bâbord • L’Île-du-Prince-Édouard à tribord • L’Îles Crozet à tribord • Les Îles Kergulen à tribord • 45 ° Sud de latitude à tribord. Une ligne imaginaire que les participants ne doivent pas traverser ou ils reçevront une pénalité de temps. La direction de course vérifiera les traceurs satellites. • Le Cap Leeuwin à bâbord • À une porte de passage (TBA) à Storm Bay, en Tasmanie : Les participants devront passer une ligne, affaler les voiles et se laisser dériver, ou jeter l’ancre pendant 90 minutes. Les

22 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

médias, les famille et les amis pourront alors interviewer et discuter avec les concurrents, sans les toucher. Les films et les lettres seront récupérés des bateaux, mais rien ne pourra aller sur les bateaux, ni être donné. Seulement après 90 minutes, ils pourront repasser la ligne et continuer leur route vers le Cap Horn. Le chronomètre ne s’arrête pas. • Les Îles Snares à tribord. • Les Îles de Bounty à tribord. • Le point de cheminement 46 ° Sud, 174 ° Ouest à tribord. Une marque imaginaire arrondie. 46 ° Sud de latitude à tribord, jusqu’à l’est de 115 ° Ouest de longitude. Une ligne imaginaire que les participants ne doivent pas traverser ou ils recevront une pénalité de temps. La direction de course vérifiera les traceurs satellites. • Le Cap Horn à bâbord • Une marque côtière de l’île de Falkland (TBA) à tribord. – Une dernière chance d’interviewer les skippers après l’Océan Austral et le Cap Horn, car ils navigueront sans s’arrêter jusqu’à bon port • Naviguez sur l’Atlantique du Sud au Nord. Puis, la ligne d’arrivée (TBA).


23 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


3

30.000 MILES

PORTES À FRANCHIR

LA COURSE EN CHIFFRES

72

28

LES PLUS JEUNES COMPÉTITEURS Grégor McGuckin (Irlande) Susie Gooball (Royaume-Uni)

LE COMPÉTITEUR LE PLUS AGÉ Jean-Luc Van Den Heede (France)

200 24 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

LE NOMBRE D’INDIVIDUS ayant navigué en solitaire autour du Cap Horn, des grands caps et dans l’Océan Austral. Cela peut se comparer à près de 700 astronautes qui ont été envoyés dans l’espace.

13

PAYS REPRÉSENTÉS

18

COMPÉTITEURS PASSIONNÉS

312 JOURS

C’est le temps qu’il a fallu à Sir Robin Knox-Johnston pour compléter le premier tour du monde en solitaire et sans escale. On peut s’attendre à ce que le voilier qui gagnera cette course parcourra la même distance en 260 jours.


SUR LE PONTON

DEUX PROFILS DE LÉGENDE SUHAILI Suhaili un bateau de série modèle William Atkins, a été construit en 1963-64 en teck de Birmanie par des charpentiers indiens à partir de plans fournis par une entreprise à Pool, qui se vantait de vendre des plans complets et de fournir des conseils gratuits. Cela s’est avéré trompeur car aucun schéma de gréement n’était inclu (c’était en extra). La coque du Suhaili a été taillée à partir d’un tronc de 25 pieds en utilisant des outils : herminette, perçoir à archet et serpette. « Nous regardions, fascinés, comment une coque grossière fabriquée par les ouvriers indiens se transformait avec autant de finesse que la carlingue d’un avion », raconte Sir Robin Knox Johnston dans son livre sur son voyage historique "A World on my Own". Le teck façonné comme du métal a été utilisé pour toute la construction : quille, bordages, membrures de coque, pont et toit de cabine. La quille en métal pesait 2,25 tonnes et était montée en 2 sections retenues par 2 boulons de 14 pouces chacun. Les longerons faisaient 6 pouces par 6 et tout le bordage 1,25 pouce. La construction était si lourde que lorsque Suhaili fut mise à l’eau le 19 décembre 1964, le bateau s’enfonçait de 2 pouces sous la ligne de flottaison. * 1 pouce = 2,54 cm

26 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


JOSHUA

© PPL

L’association assure la gestion du voilier mythique de Bernard Moitessier, propriété du Musée Maritime qui lui en a délégué la navigation et l’entretien courant. Le ketch a été ramené à la Rochelle en 1990, restauré et inscrit aux monuments historiques en 1993. Aujourd’hui une équipe de bénévoles de l’association permet à de nombreux amateurs ou passionnés de voile de naviguer sur Joshua du 1er mai au 31 octobre chaque année, à la journée, ou pour des croisières plus longues. Il participe à de nombreuses manifestations annuelles nautiques d’envergure, comme le départ de la GGR !

Depuis le 12 septembre 1986, l’Association des Amis du Musée Maritime de la Rochelle a pour but de rassembler ceux qui veulent protéger le patrimoine maritime. Notamment en aidant et soutenant l’action du Musée Maritime de la Rochelle et en contribuant également au développement de ses activités. L’association est un véritable lieu d’échanges et de rencontres pour tous les amoureux du patrimoine maritime. Elle organise des visites et conférences tout au long de l’année, des ateliers de mémoire maritime dont une chorale dynamique de chants marins, des ateliers de restauration de bateaux de voile légère, des sorties sur Joshua à la journée (ou en croisières). Enfin les Amis du Musée Maritime sont au cœur de l’initiative de la restauration du voilier Damien qui fit le tour du monde avec départ et retour à la Rochelle.

© PPL

Unique en France : l’association restaure gère et fait naviguer 43 bateaux Monuments Historiques dont les mythiques Joshua et Damien.

27 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


Chronomètre de marine Instrument de haute technologie et de haute précision le chronomètre s’impose au 19e siècle comme le moyen le plus efficace pour déterminer la longitude. Jusqu’alors tous les pilotes et capitaines savent établir leur latitude mais il leur est difficile de se situer en longitude avec certitude. La méthode la plus précise est de comparer l’heure du bateau à l’heure qu’il est au même moment en un point de référence. Pour cela les méthodes d’observation des satellites de Jupiter ou de mesure des distances lunaires prônées par les astronomes s’opposent aux méthodes mécaniques des horlogers qui tentent de construire des montres capables de résister aux conditions de mer. En 1761 un chronomètre de marine qui ressemble à une grosse montre de poche, conçu par l’horloger anglais John Harrison, fait son premier voyage-test. En 61 jours de voyage à travers l’Atlantique, la variation de l’instrument n’est que de 5 secondes. Cela représente alors une valeur fabuleuse qui prouve la fiabilité du chronomètre. D’abord réservé aux marines de guerre, l’usage du chronomètre se développe sur les navires marchands dès la deuxième moitié du 19e siècle.

NAVIGUER À L’ANCIENNE Compas de marine Le compas de marine est un instrument sensible dont la rose indique dans toutes les situations la direction du nord magnétique. En Chine vers -400 des paysans remarquent la propriété de morceaux de minerai de s’orienter naturellement dans la direction nord-sud. Les métallurgistes chinois parviennent à transférer cette propriété à une aiguille en fer. Assurés par l’aiguille de retrouver la bonne direction, les marins chinois osent quitter les eaux fluviales et s’aventurent sur les mers. Au milieu du 13e siècle la boussole est utilisée sur les navires européens. Bien protégée dans une petite boîte, l’aiguille aimantée permet aux marins de s’écarter des côtes avec la sécurité de pouvoir revenir à leur point de départ en suivant la direction inverse à celle de l’aller. La boussole a permis à Christophe Colomb d’assurer sa route sur la Santa Maria. L’expression « compas de marine » apparaît quand on a l’idée de disposer sous l’aiguille une rose des vents pour associer les directions des vents à celles de la boussole. Le remplacement de l’aiguille par des tiges aimantées fixées sous la rose, puis l’installation d’un système de suspension évitant les perturbations dues aux mouvements du bateau rendent plus aisé l’usage de l’instrument. 28 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


Sextant Utilisé par les marins pour mesurer la hauteur des astres au-dessus de l’horizon, pour déterminer la distance angulaire entre des amers terrestres, le sextant est devenu l’instrument essentiel dans la détermination du point en mer. L’octant et le sextant s’inscrivent à partir de la seconde moitié du 18e siècle dans la lignée des instruments permettant de mesurer la hauteur de l’étoile polaire ou du soleil à sa culmination pour déterminer une latitude. La particularité des deux instruments est l’utilisation de deux miroirs permettant la double réflexion des rayons lumineux, en application des travaux de Newton sur l’optique. La seule différence entre l’octant et le sextant réside dans l’ouverture de leurs bâtis. Un octant correspond à un secteur de 45° ou huitième de cercle. Par la double réflexion de la lumière il mesure des angles jusqu’à 90°. Un sextant correspond à un secteur de 60° ou sixième de cercle et mesure des angles jusqu’à 120°. Cette amplitude a favorisé le développement du sextant au détriment de l’octant. Sextant didactique

Octant avec échelle à transversales

L’ASSOCIATION MÉRIDIENNE SUR LE VILLAGE L’association “Méridienne” a été créée à Nantes en 2005 afin d’étudier, de préserver et de faire connaître le patrimoine scientifique nantais. Elle a son siège social à la Maison de la Mer Daniel Gilard, à Nantes. Elle est présente lors des JOURNÉES DU PATRIMOINE et de LA FÊTE DE LA SCIENCE. Elle participe à de grands évènements scientifiques tels que VOYAGES PLANÉTAIRES à Nantes, ou maritimes : SEMAINE DU GOLFE DU MORBIHAN à Port Blanc, GOLDEN GLOBE RACE 2018 aux Sables d’Olonne. Elle est particulièrement attachée au festival d’astronomie ASTROLYS à la Chapelle-aux-Lys et aux COQUES EN BOIS à Pornic.

Son activité s’organise selon deux pôles essentiels : • Un atelier instrumental et documentaire re-crée des instruments de navigation et des cadrans solaires dans le respect des objets traditionnels et de manière à pouvoir les utiliser aujourd’hui. • Un atelier de parcours scientifiques conçoit des balades commentées permettant de découvrir l’histoire de lieux scientifiques et de savants nantais méconnus ou oubliés. "Méridienne" est animée d’une préoccupation permanente pour la sauvegarde du patrimoine scientifique. Elle s’efforce de faire revivre l’ancien observatoire de la marine de Nantes (monument historique) et participe à des inventaires photographiques d’instruments scientifiques précieux. Son site internet (meridienne.org) met à la disposition de tous ses recherches et ses re-créations d’instruments.

29 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


UNE PRIORITÉ :

LA SÉCURITÉ La Golden Globe Race 2018 est un hommage aux valeurs traditionnelles de la voile. Les skippers disposeront des mêmes moyens qu’en 1968 pour les instruments de navigation. Seule la sécurité à bord sera renforcée. Pour les organisateurs, la sécurité des skippers est la priorité d’où des règles draconiennes : • expérience minimale de 8000 milles + 2000 en solitaire • 3 systèmes de tracking indépendants • 2 téléphones satellite irridium • 3 balises de détresse dont une personnelle • 1 radio BLU + 1 radio HF SSB + 1 radio VHF + 2 radios HH VHF + 1 radio + One GMDSS VHF HH • 1 radio aviation band VHF • 1 radeau de survie SOLAS • 1 système de gréement de fortune testé • 1 second système complet de gouvernail d’urgence • 1 cloison étanche à l’avant et 1 cockpit complètement étanche • 1 système de panneau solaire de 160 watt d’urgence La revue des équipements exigés dans la « notice de course » est consultable sur le site internet de la GGR.

30 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

© PPL

CONCERNANT LA SÉCURITÉ À BORD EN 1968 : « Il n’y avait pas de règle de sécurité pour la Golden Globe. La seule règle était en solitaire, non-stop et sans assistance. Nous ne devions pas avoir des radios non plus. Tout simple » Sir Robin Knox Johnston


LIBÉREZ VOTRE ESPACE… Concept de meubles pour agencer tous les espaces de votre maison : spécialiste des lits escamotables, tables multifonctions, rangements sur mesure , canapés convertibles, etc.

38/40 avenue René Coty 85180 CHÂTEAU D’OLONNE

Tél. 02 51 21 04 27 contact@laplacedanslamaison.com

www.laplacedanslamaison.com


32 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


SKIPPERS Classés de A à Z par INSCRIPTIONS PROVISOIRES et par PAYS Le nombre de participants à la course est limité à 30. Les inscriptions sont clôturées depuis le 1er avril 2018, avec 18 concurrents provisoirement inscrits. Ces skippers ont un registre d’expériences remarquable. Les marins professionnels et les aventuriers dominent, mais on y trouve également un ingénieur, un négociant en devises étrangères, un hydrographe, un pilote, un tailleur et un professeur d’université. Tous ont une expérience de navigation en solitaire considérable, l’un d’entre eux ayant parcouru cinq Tours du Monde en solitaire. De 13 nationalités différentes, ils viennent d’Australie (2), d’Estonie (1), de Finlande (1), de France (4), d’Irlande (1), d’Inde (1), d’Italie (1), des Pays-Bas (1), de Norvège (1), de Palestine (1), de Russie (1), du Royaume-Uni (2) et des États-Unis (1). L’âge moyen est de 47 ans. La plus jeune, Susie Goodall a 28 ans, et le vétéran français, Jean-Luc Van Den Heede, a 72 ans.

33 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


ABHILASH TOMY « On peut aller loin avec très peu »

© C. FAVREAU

Le commandant Abhilash Tomy est l’un des marins les plus connus d’Inde. Pilote dans la Marine Indienne, il a passé l’essentiel de sa carrière à naviguer pour son pays, tout comme le légendaire marin français Eric Tabarly.

© PPL

Né le 5 février 1979 à Changanacherry, Kerala, Inde Domicile : Kerala, Inde Pays d’inscription : Inde

IL DIT DE LA GGR : « Cet évènement renvoie, de la manière la plus proche possible, à la magie initiale de la Course. L’accent n’est pas donné sur la technologie et sur la gestion de celle-ci, mais sur l’homme, son bateau et l’expérience réelle de la mer. Cette philosophie spartiate est en accord avec ma propre vision : on peut aller loin avec très peu. »

Pour commémorer l’héritage de l’Inde dans la construction des célèbres voiliers dans le passé (en mémoire aux Suhaili et Lively Lady) Abhilash concourra sur une réplique du voilier de Sir Robin Knox-Johnston, vainqueur de l’édition originale. Les travaux ont commencé au chantier naval Aquarius, à Goa, en 2016, mais pas avec l’équipement rudimentaire, la foreuse et la scie à main, qui avait façonné Suhaili dans un chantier naval à Bombay cinq décennies auparavant. Avec cette fois-ci, la dernière conception CAO et les machines de coupe CNC pour produire une réplique beaucoup plus légère en composite époxy bois. La mise à l’eau de Thuriya s’est faite en août 2017. Le Cdt. Tomy a terminé ses tests d’essai dans l’Océan Indien, avant d’expédier son voilier vers l’Europe en mars 2018.

34 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

BATEAU Nom Thuriya Type Ketch réplique ERIC Suhaili Numéro 5 Conception William Atkin Construction Aquarius Shipyard Pvt Ltd, Goa, Inde LOA 32.00ft / 9.78 m LWL 27.50ft / 8.38 m Largeur 11.00ft / 3.35 m Tirant d’eau 5.50ft / 1.67 m Déplacement 19545 lbs / 8865 kg Voilure 628sq ft / 58.34 m


ANTOINE COUSOT « Pouvoir se dire : je l’ai fait! »

Né le 9 mai 1971 à Saint-Lô, Normandie, France Domicile : Noirmoutier, France Pays d’inscription : France

IL DIT DE LA GGR : «C’est une opportunité unique d’approfondir davantage notre relation avec la mer. C’est un défi à accomplir que peu de navigateurs ont effectué auparavant ; une quête de la dimension cosmique. Comme pour les autres, le simple fait d’être au départ est une victoire, mais bien plus encore je veux réaliser mon rêve de naviguer dans le sillage de Bernard Moitessier et pouvoir dire : Je l’ai fait ! »

© Agence Meeg

© C. FAVREAU

Antoine Cousot, marin professionnel habitant à Noirmoutier, a navigué l’équivalent de trois Tours du Monde. De grandes expéditions ont façonné son expérience, avec plus de 15 traversées d’océans à son actif. Antoine s’appuie sur sa participation à la course pour récolter des fonds pour la Fondation Bourse d’étude Antoine Cousot.

Il a acheté le premier Ketch de la série Biscay 36, conçu par Alan Hill, construit au Chantier Naval de Falmouth en 1975, où il est retourné passer l’hiver 2016/17 pour un réaménagement complet. Remis à l’eau en mai 2017, Antoine a ensuite navigué durant l’été dans le golf de Gascogne. Le voilier a ensuite été exposé au Salon Nautique de Paris en décembre 2017. Cousot a obtenu le parrainage de l’agence d’Intérim vendéenne “Métier Intérim”. Il a consacré les premiers mois du printemps à acquérir le plus d’expérience possible dans les tempêtes hivernales de l’Atlantique pour se préparer à l’océan Austral. 5 Avril 2018 : Métier Intérim Cérémonie de Baptême, Nantes, France 4 – 16 décembre 2017: Exposition du bateau au Salon Nautique de Paris 4 Mai 2017 : Viscaya rebaptisé Goldstar à Falmouth Boat Co

BATEAU Nom Métier Intérim Type Ketch Biscay 36 Numéro 1 Conception Alan Hill Construction Robert Ives, Falmouth Boat Construction (UK) LOA 35.92ft / 10.95 m LWL 27.23ft / 8.30 m Largeur 10.75ft / 3.28 m Tirant d’eau 5.75ft / 1.75 m Déplacement 15680lbs / 7112 kg Voilure 667sq. ft / 62sq. m 35 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


ARE WIIG

© C. FAVREAU

Are Wiig est un marin professionnel, ingénieur et arpenteur-géomètre de bateaux à Svelvik près d’Oslo. Wiig, avec plus de 50 ans d’expérience en voile, a fini deuxième de sa catégorie lors de l’OSTAR 1988 avec son 30 pieds Granada. Il a parcouru plus de 30 000 miles sur ce bateau avant de construire un catamaran de 33 pieds. A partir de 2000, il gagne plusieurs courses aussi bien en équipe qu’en solitaire dans son pays d’origine, la Norvège.

« Du rêve à la réalité »

© PPL

Né le 2 octobre 1959 à Baerum, Norvège Domicile : Svelvik, Norvège Pays d’inscription : Norvège

IL DIT DE LA GGR : « La Golden Globe est un rêve qui devient réalité. »

Are Wiig fit l’achat de son voilier Olleanna, de type OE 32, en 2015. Puis, les travaux de rénovation ont commencé afin que le bateau réponde aux exigences du règlement de la GGR. Ce voilier au design d’Olle Enderlein, a été conçu avec la double entrée classique scandinave, en 1971. Olleanna, construit en 1973, est pourvu d’une plateforme en tête de mât, et atteint étonnamment de bonnes vitesses, même par vents faibles. En octobre, Wiig a effectué un voyage en solitaire de 2 600 miles depuis Oslo jusqu’au cercle polaire jusqu’à North Cape (71°N) et retour. « J’ai connu des vents constants entre 10 et 40 nœuds avec des rafales à 70 noeuds au large de South Utsire. Le bateau s’est très bien comporté, avec une moyenne de 6 nœuds tout au long du voyage. » dit-il. Le voyage a également révélé plusieurs fuites autour des ouvertures qu’il a réparées lors d’une dernière remise en état au cours de l’hiver 2017/18, en vue d’une mise à l’eau après la fonte des glaces, au printemps.

36 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

BATEAU Nom Olleanna Type OE32 masthead cutter Numéro 7 Conception Olle Enderlein Construction Sundsör’s Shipyard (SWE) LOA 32.45ft / 9.89 m LWL 27.89ft / 8.50 m Largeur 10.43ft / 3.18 m Tirant d’eau 4.90’ / 1.50 m Déplacement 1373 lbs / 6220 kg Voilure 504 sq. ft / 46.8sq. m


ERTAN BESKARDES « En quête d’indépendance »

© C. FAVREAU

Ertan Beskardes, ressortissant britannique né en Turquie, a commencé à naviguer sur le Bosphorus à l’âge de 12 ans. Il arriva en 1979 en Grande-Bretagne et fit carrière dans la confection militaire et les Regalia, avant de créer sa propre société avec sa femme à Bournemouth en 1994.

© PPL

Né le 11 juin 1961 à Istanbul, Turquie Domicile : Bournemouth, UK Pays d’inscription : Royaume-Uni

IL DIT DE LA GGR : « J’ai toujours été indépendant et souhaité faire quelque chose de spécial tel que naviguer autour du monde. J’ai entendu parler de la Golden Globe Race pour la première fois sur Facebook en 2017, j’ai tout de suite pensé participer à la deuxième édition en 2022 ; cependant j’ai ensuite appris qu’il restait des places disponibles pour l’édition de 2018. J’ai rapidement trouvé un Rustler 36 en Sardaigne et depuis je le prépare pour la course. »

Ertan Beskardes a acheté le Rustler 36 Lazy Otter, fin 2017, construit par Cygnus Marine en 1993, et a passé les premiers mois d’hiver à le réaménager à Fertilia Marina, en Sardaigne. Depuis, il a parcouru plus de 2500 milles de la Sardaigne à Falmouth, en faisant escale à Alicante. 15 février 2018 : rénovation terminée et mise à l’eau - Départ de la Fertilia Marina, en Sardaigne pour convoyer le bateau en solitaire jusqu’à Falmouth.

BATEAU Nom Lazy Otter Type Rustler 36 Masthead sloop Numéro 94 Conception Holman & Pye Construction Cygnus Marine Ltd (UK) LOA 35.33ft / 10.77 m LWL 26.92ft / 8.21 m Largeur 11.00ft / 3.35 m Tirant d’eau 5.50ft / 1.67 m Déplacement 16805 lbs / 7623 kg Voilure 693 sq. ft / 64.38sq. m

37 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


FRANCESCO CAPPELLETTI « Un hommage à ma passion pour la mer »

© C. FAVREAU

Francesco Cappelletti, diplomé Yachtmaster Ocean, a livré des voiliers à travers la Méditerranée, l’Europe de l’Ouest et l’Atlantique ; il a également travaillé en tant que skipper et moniteur de voile.

© PPL

Né le 8 juin 1978 à Montevarchi, Arezzo, Italie Domicile : Pise, Italie Pays d’inscription : Italie

IL DIT DE LA GGR : « Après avoir pris connaissance de la course, je me suis rendu compte à quel point les récits du Sunday Times Golden Globe Race ont été importants durant ma formation en tant que marin. Je naviguais sans pilote automatique ni instruments électroniques, et seulement avec une lampe tempête pour source de lumière. Naviguer en solitaire autour du monde de cette manière est un objectif incontournable de mon existence. Je vois la GGR 2018 comme une chance de rendre hommage à ma passion pour la mer. »

38 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

Francesco a choisi un Endurance 35, rebaptisé 007, construit en 1975 par le chantier naval français Stratimer. Il s’attend à ce que cette conception robuste se comporte bien dans les vents légers, et soit l’une des mieux adaptées aux conditions de vent prévues dans l’océan Austral. Il aime particulièrement son cockpit spacieux et bien abritée et son pont net et très bien fini. Les travaux effectués pendant l’hiver 2017/18, ont permi la remise en état du pont, le renforcement de la zone d’étrave et l’ajustement du nouvel étai, et du gouvernail. Francesco a également financé deux nouveaux mâts, grâce aux fonds collectés. Il prévoit de remettre 007 à l’eau pour terminer ses premiers essais en mer Méditerranée avant de prendre le large en mai, pour rejoindre Les Sables d’Olonne.

BATEAU Nom 007 Type Endurance 35 Masthead ketch Numéro 77 Concéption Peter Ibold Construction Stratimer (FRA) LOA 35.00ft / 10.67 m LWL 26.67ft / 8.13 m Largeur 10.75ft / 3.28 m Tirant d’eau 5 5.75ft / 1.75 m Déplacement 18550 lbs/ 8414 kg Voilure 736sq. ft / 68.37sq. m


GREGOR McGUCKIN

« Un aventurier pédagogue »

© PPL

Toujours assoiffé d’aventure, après avoir escaladé les collines et les montagnes autour de l’Irlande, Gregor McGuckin découvre rapidement la mer qui devient alors une part de sa vie quotidienne. Gregor s’est associé avec l’éditeur irlandais CJ Fallon et l’Institut de la Marine Irlandaise pour créer un programme éducatif basé autour de son périple. L’objectif est de former des jeunes à comprendre l’importance des océans pour qu’ils puissent assurer un avenir durable à l’Irlande.

© PPL

Né le 15 août 1986 à Dublin, Irlande Domicile : Dublin, Irlande Pays d’inscription : Irlande

IL DIT DE LA GGR : « Quand j’ai commencé à naviguer, ma principale motivation était la liberté d’explorer. Quand j’ai commencé à entendre parler de la GGR, j’avais déjà traversé l’Atlantique à plusieurs reprises et l’Océan Indien en me demandant « Et après ? ». La course au large et un Tour du Monde ont toujours été un rêve, la GGR m’est alors apparue comme un moyen abordable de réaliser les deux; c’était une évidence. »

Gregor a choisi un ketch Biscay 36, Mary Luck, pour concourir à la GGR. Sa rénovation est prévue jusqu’en février 2018. Puis, il prévoyait de passer les mois de mars et d’avril à naviguer en Irlande en combinant son entraînement avec une tournée promotionnelle des différents ports. Le choix du nom de son voilier fera l’objet d’une compétition entre les élèves du primaire participant au programme éducatif associé à la participation de Gregor à la GGR 2018.

BATEAU Nom Hanley Energy Endurance Type Biscay 36 Masthead ketch Numéro 22 Conception Alan Hill Construction Robert Ives/Falmouth Boat Construction (UK) LOA 35.92ft / 10.95 m LWL 27.00ft / 8.23 m Largeur 10.75ft / 3.28 m Tirant d’eau 5.75ft / 1.75 m Déplacement 15680 lbs / 7112 kg Voilure 570 sq. ft / 52.95sq. m 39 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


IGOR ZARETSKIY « Un rêve depuis l’enfance »

© C. FAVREAU

Né et élevé sur les rives de la Volga à Yroslavl, Igor Zaretskiy est l’un des marins internationaux les plus expérimentés de Russie. Il a remporté deux fois le championnat russe "half tonner". Il a également participé à de nombreuses courses RORC dans les Caraïbes et des classiques telles que les courses Fastnet, Newport-Bermudes et Middle Sea Race. En 2010, il a remporté la course transatlantique en solitaire Jester Challenge, un exploit qui lui a valu le titre de « navigateur de l’année » en Russie. © PPL

Né le 11 septembre 1951 à Yaroslavl, Russie Domicile : Yaroslavl, Russie Pays d’inscription : Russie

IL DIT DE LA GGR : « Naviguer autour du monde a été un rêve depuis l’enfance. J’ai connu le premier Sunday Times Golden Globe Race en 1968/69 et je suis heureux d’avoir l’opportunité d’en faire partie 50 ans plus tard »

40 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

Igor Zaretsky a sélectionné le Belliure Endurance 35, Esmeralda, pour participer à la GGR. Soutenue par le magazine Yacht Russia, son équipe a passé l’hiver 2017/18 à préparer le voilier dans les climats plus chauds de l’Espagne. Un nouveau gréement a été livré en février et il est prévu de le remettre à l’eau début mars, prêt à naviguer vers les Açores, avant que Igor mette le cap vers le nord à Falmouth, dans le cadre des essais pour tester les voiles.

BATEAU Nom Esmeralda Type Endurance 35 Masthead ketch Numéro 11 Conception Peter Ibold Construction Vicente Belliure (ESP) LOA 35.00ft / 10.67 m LWL 26.67ft / 8.13 m Largeur 10.75ft / 3.28 m Tirant d’eau 5 5.75ft / 1.75 m Déplacement 18550 lbs/ 8414 kg Voilure 736sq. ft / 68.37sq. m


ISTVAN KOPAR

© C. FAVREAU

« Une course sur mesure »

© PPL

Né le 8 mars 1953 à Budapest, Hongrie Domicile : Delray Beach, Floride, USA Pays d’inscription : USA

Istvan Kopar, américain d’origine hongroise, est un marin professionnel et un capitaine breveté de la Garde côtière américaine ayant parcouru plus de 60 000 miles à naviguer en solitaire. A ce jour, l’accomplissement dont il est le plus fier est son tour du monde en solitaire, sans escale et sans aide GPS en 1990/91. Il a été parmi les meilleurs de l’América 500- Columbus Transatlantic Race en 1992, et a remporté le Trophée Kapry en 1995 lors de l’Atlantic Rally for Cruisers (ARC).

IL DIT DE LA GGR : « Cette course est faite sur mesure pour moi. Mon premier héros et modèle était Joshua Slocum, le premier navigateur autour du monde en solitaire répertorié. Il n’avait pas de soutien à terre, pas de système moderne de navigation ni de communication. Les concurrents du Vendée Globe ou de la Volvo Ocean Race commencent à ressembler et à agir comme des astronautes dans l’espace, devenant de plus en plus isolés de la nature. Il existe une demande pour, et c'est bien. Cependant nous avons besoin de course comme la GGR pour maintenir notre héritage et notre savoir-faire. »

Istvan Kopar a fait l’acquisition de Puffin, en 2015, un voilier Tradewind 35 de 1986 conçu par John Rock, pour participer à la GGR. Istvan et son équipe ont mis à nu le bateau pour ajouter des couches de fibre de verre supplémentaires sur la coque afin d’améliorer sa résistance. D’autres modifications ont permis de réduire la taille du cockpit et d’améliorer le drainage, de rajouter un compartiment étanche à l’avant et des réservoirs d’eau fraîche complémentaires. Pendant ces réaménagements, Istvan a enlevé sa montre, non seulement parce qu’elle le gênait à certains moments, mais aussi pour l’empêcher de compter les jours comme des minutes. Il a gagné le soutien nécessaire de ses amis et de l’industrie, en particulier

Alexseal, Seahawk, Selden, Windpilot, Wempe, BaoBab Group, et Bayside Canvas. En novembre 2017, Puffin, a été remis à l’eau après une restauration complète de plus de 2 années. Il a fini ses essais en mer au large d’Oyster Bay, à New York, avant de repartir pour l’hiver et terminer les derniers préparatifs. Le voilier a été repeint en un magnifique orange vif, et doit être remis à l’eau à la fin du mois de mars. Istvan partira ensuite pour une traversée transatlantique afin de compléter ses tests qualificatifs de 2 000 milles. Il prévoit d’établir son camp de base à Southampton, au Royaume-Uni avant le départ.

BATEAU Nom Puffin Type radewind 35 Cutter Numéro 37 Conception John Rock Construction Tradewind Yachts (NL) LOA 35.01ft / 10.67 m LWL 25.82ft / 7.87 m Largeur 10.50ft / 3.20 m Tirant d’eau 5.51ft / 1.68 m Déplacement 19442 lbs / 8819 kg Voilure 725 sq. ft / 67.35sq. m 41 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


JEAN-LUC VAN DEN HEEDE « Un défi dans un esprit de camaraderie »

Né le 8 juin 1945 à Amiens, Somme, France Domicile : Les Sables d’Olonne, France Pays d’inscription : France

© C. FAVREAU

© C. FAVREAU

Déjà 5 tours du monde à son actif, dont quatre terminés sur le podium, Jean-Luc Van den Heede est la figure paternelle de la voile en solitaire française. Il détient le record du tour du monde le plus rapide en solitaire et sans escale contre les vents et courants dominants.

IL DIT DE LA GGR : « De toutes mes expériences, je suis bien conscient des difficultés que cette course pose. Je veux revivre les conditions et les défis que mes prédécesseurs de voile ont appréciés. J’ai également redécouvert l’ambiance et la camaraderie que j’ai aimées lors des premières éditions de ces courses. Nous sommes tous conscients du fait que ce sera une aventure difficile, ce qui engendre un lien fort entre nous. Mon objectif est d’être en bonne santé au départ avec un bon bateau, puis de prendre chaque jour comme il viendra, absorbant les émotions et les pensées de ceux qui nous ont précédés : Slocum, Moitessier, Alain Gerbault, Vito Dumas et bien sûr mon très bon ami Sir Robin Knox-Johnston qui nous a donné un tel exemple il y a 50 ans. »

42 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

BATEAU En 2016, Jean Luc Van den Heede a réalisé 6 mois de travaux de remise en état sur son voilier, un Rustler 36, en remplaçant le mât, le gréement, les voiles et le moteur. Il a également passé le test obligatoire de navigation sous gréement de fortune. Il a passé les mois d’hiver 2017/2018 à naviguer sur la Manche et dans le Golf de Gascogne, pour continuer à tester son voilier dans des conditions de vents forts, avec l’assistance de Lionel Regnier.

Nom Matmut Type Rustler 36 Masthead sloop Numero 8 Conception Holman & Pye Construction Rustler Yachts (UK) LOA 35.33ft / 10.77 m LWL 26.92ft / 8.21 m Largeur 11.00ft / 3.35 m Tirant d’eau 5.50ft / 1.67 m Déplacement 16805 lbs / 7623 kg Voilure 693sq. ft / 64.38sq. m


KEVIN FAREBROTHER

Né le 6 mars 1968 à Manchester UK Domicile : Perth, Australie Pays d’inscription : Australie

IL DIT DE LA GGR : « Cette course est une chance dans la vie qui va permettre de tester l’esprit et le corps. Le défi est d’être seul pendant une période aussi longue, sans personne avec qui échanger ses pensées et ses idées lorsque les choses vont mal »

Kevin Farbrother, pompier de Perth en Australie occidentale, est un aventurier dans l’âme, avec trois ascensions réussies de l’Everest. Lors de sa dernière ascension, cet ancien soldat SAS a emporté avec lui une copie du livre de Sir Robin Knox-Johnston Un Monde à moi, et dit : « L’histoire du gagnant de la première Golden Globe Race en 1969 était bien plus effrayante que tout ce que j’ai pu vivre en escaladant l’Everest ! ». © C. FAVREAU

© C. FAVREAU

« Une chance pour tester l’esprit et le corps »

Kevin Farebrother a acheté en 2016, le Tradewind 35, Silver Heels, de Don McIntyre. Cette conception réussie de John Rock comprend toutes les qualités reconnues qui inspirent pleinement confiance. Avec une longue quille et un déplacement lourd, une solide coque GRP, des ballastes et un pont en couches de balsa, il est « l’ultime vaisseau des Mers ». Le Tradewind 35, voilier à toutes épreuves, est rapide, confortable et sécurisant, ce qui fait de lui un plaisir à la navigation. Il l’a rebaptisé Sagarmatha, qui signifie Mont Everest en Népalais. En 2017, il a navigué 6000 miles de Sydney en passant par la pointe Nord de l’Australie, jusqu’à Perth, où il a préparé le voilier pour la course. Sagarmatha a rejoint son rival, Coconut, le Lello 34 de Mark Sinclair, sur le même navire à destination de l’Europe. Kevin a prévu de faire les derniers préparatifs aux Sables d’Olonne.

BATEAU Nom Sagarmatha Type Tradewind 35 Masthead sloop Numéro 13 Concepteur John Rock Constructeur Tradewind Yachts (NL) LOA 35.01ft / 10.67 m LWL 25.82ft / 7.87 m Largeur 10.50ft / 3.20 m Tirant d’eau 5.51ft / 1.68 m Déplacement 19442 lbs / 8819 kg Voilure 725 sq. ft / 67.35sq. m 43 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


LOÏC LEPAGE

© C. FAVREAU

« Du mythe à la réalité »

© PPL

Né le 15 février 1956 à Besançon, France Domicile : Vannes, Bretagne, France Pays d’inscription : France

Loïc a parcouru plus de 20 000 miles en solitaire, dont 3 Trans-Biscay et 4 Transatlantiques. Loïc a réussi à lever les fonds nécessaires, pour soutenir sa participation à la GGR, par la méthode inhabituelle du crowd-funding. En 2011, il a failli réaliser son rêve, et après deux ans de préparation, il est parti à bord de son voilier classe 35 First. Malheureusement, 10 jours après, ils heurtent un container et sont contraints à renoncer. Cependant, cette expérience ne l’a pas démotivé.

IL DIT DE LA GGR : « Je suis vraiment heureux de faire partie de cette course mythique. Quand j’avais 16 ans, j’ai dévoré les livres écrits par Bernard Moitessier et Sir Robin KnoxJohnston, et le rêve de terminer moi-même un tour du monde en solitaire est resté ancré comme passion. La GGR est la course parfaite pour réaliser mon rêve. »

44 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

Loïc Lepage a choisi un voilier de type Nicholson 32 Mk XI, nommé Laaland, étant l’un des plus petits bateaux de la flotte. Après avoir effectués ses essais en mer en été 2017, Laaland est retourné au chantier naval de Vannes pour revoir l’étanchéité et y installer une cloison étanche et de nouveaux équipements radio. Loïc a l’intention de remettre le bateau à l’eau pour terminer les essais en mer en mai 2018, puis mettre les voiles vers le RoyaumeUni pour participer à la Parade Nautique du 50e anniversaire du Suhaili à Falmouth, avant le départ des Sables d’Olonne le 1er juillet.

BATEAU Nom Laaland Type Nicholson 32 Mk X Masthead sloop Numéro 56 Conception Charles A. Nicholson / Peter Nicholson Construction Camper & Nicholson (UK) LOA 33.00ft /10.05 m LWL 24.00ft / 7.32 m Largeur 9.30’ / 2.82 m Tirant d’eau 5.60’ / 1.70 m Déplacement 13693 lbs / 6211 kg Voilure 470 sq. ft / 43.66sq. m


MARK JOHN SINCLAIR

Né le 20 août 1958 à Bury, Greater Manchester, UKK Domicile : Adelaide, Australie Pays d’inscription : Australie

Mark Sinclair a toujours été un passionné de la voile et de la mer. Agé de 10 ans, il commence à naviguer en 1968, à l’époque où Sir Robin Knox-Johnston prend le départ pour devenir le premier homme à terminer un tour du monde en solitaire. En 1984, Mark termine deux traversées de la mer de Tasmanie en solitaire et obtient son Yacht Master Ocean. Il a servi 20 ans dans la Marine Royale Australienne, commandant trois navires et naviguant sur quatre, à l’époque où la navigation céleste par sextant était encore le principal moyen de navigation. En 1996, il prit sa retraite de la Marine Royale Australienne en tant que Commandant. Mark travaille actuellement comme directeur de Fugro’s Hydrographic Services en Asie-Pacifique et dirige des études hydrographiques dans le monde entier. Lorsque Mark a découvert la GGR 2018, il a immédiatement postulé et reporté son projet de participer à la course en solitaire Trans-Tasman en 2018.

Coconut est un Lello 34, voilier solide et marin, plutôt étroit, avec une longue quille traditionnelle. Il a été construit à Durban, en Afrique du Sud, en 1981. Bien avant que Mark Sinclair en fasse l’acquisition, Coconut avait déjà fait le tour du monde, avec une croisière en Méditerranée et dans les îles pacifiques, suivi d’un retour vers l’Afrique du Sud. Lorsque Mark a vu une vidéo, sur Youtube, du bateau voguant dans les 40èmes rugissants, en allant d’Afrique vers Adélaïde, il a été tellement impressionné qu’il vendit son Starwave et décida d’acheter Coconut pour s’inscrire à la GGR 2018. Bien que de bonne conception, une importante rénovation a été nécessaire pour préparer Coconut pour la course. Il avait prévu la fixation d’une porte étanche, de nouvelles ouvertures et écoutilles, et le remplacement du gréement, des voiles, et de l’équipement électrique et de sécurité. Il a conservé son moteur d’origine, un Farymann 22 HP diesel. Une fois ces travaux terminés, Coconut a été expédié d’Australie du sud vers le RoyaumeUnis en janvier 2018. Il prévoit d’installer un camp de base dans ses bureaux de Fugro Lads à la Marina Turn Chapel, en préparation pour le départ.

© PPL

© C. FAVREAU

« Un commandant expérimenté en navigation céleste »

BATEAU Nom Coconut Type Lello 34 Masthead sloop Numéro 88 Conception Bryan Lello Construction Henry Vink Boat Builders Pty Ltd (SA) LOA 34.08ft / 10.39 m LWL 24.00ft / 7.32 m Largeur 9.30ft / 2.82 m Tirant d’eau 5.60ft / 1.70 m Déplacement 13693 lbs / 6211 kg Voilure 470 sq. ft / 43.66sq. m 45 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


MARK SLATS

Né le 8 avril 1977 à Darwin, Australie Domicile : Wassenaar, Hollande Pays d’inscription : Pays bas

IL DIT DE LA GGR : « Parce que je vis pour ce genre de chose »

Mark SLATS, né en Australie, puis installé aux Pays Bas depuis l’âge de 8 ans, est un navigateur ayant déjà fait un tour du monde. Véritable aventurier, pour lui rien n’est impossible. En 2017, il vend sa maison pour participer au Talisker Transatlantic Rowing Challenge. Remarquablement, Slats surmonta la déception de perdre son co-équipier peu avant le départ, mais a continué pour remporter la catégorie en solitaire, en un temps record! À son retour, Slats a pu se concentré sur la préparation de la Golden Globe Race, grâce au soutien financier d’Ohpen, suite à une rencontre fortuite avec Chris Zadeh, fondateur et PDG, à la fin mai. «Mark incarne cette approche du « tout donner », le mot « impossible » ne figure pas dans son dictionnaire, et il utilise la force mentale, la tactique et la pure persévérance pour surmonter toutes les difficultés à chaque nouveau défi » dit Zadeh. Mark a eu la chance de suivre un cours de formation en astronavigation avec Dick Huges, l’un des plus célèbres navigateurs hollandais.

Mark Slats est l’un des six skippers de la GGR à avoir choisi un Rustler 36 pour la course. C’est de loin, la série la plus populaire et Ohpen Maverick fût le premier de cette catégorie à être construit. Il a traversé la mer du Nord pour rejoindre son port d’attache de Wassenaar en 2017, où une équipe de trois hommes a rénové le bateau sous la direction de Koopmans, l’architecte naval néerlandais, tandis que Mark traversait l’Atlantique à la rame! « Le bateau est en très bon état », explique Mark. « L’équipe a déshabillé le pont en teck et va monter un nouveau mât et gréement avant la remise à l’eau en avril 2018. Dick Koopmans étudie les conditions météorologiques attendues sur le parcours et conçoit un plan de voilure adapté ».

46 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

Un navigateur déterminé

BATEAU Nom Ohpen Maverick Type Rustler 36 Masthead sloop Numéro 68 Concepteur Holman & Pye Constructeur Rustler Yachts (UK) LOA 35.33ft / 10.77m LWL 26.92ft / 8.21m Largeur 11.00ft / 3.35m Tirant d’eau 5.50ft / 1.67m Déplacement 16805 lbs / 7623 kgs Voilure 693 sq. ft / 64.38sq. m


NABIL AMRA

L’aventure comme nouveau chapitre de ma vie !

Nabil Amra, palestinien né en Amérique, travaille comme caissier de bureau de change à Minneapolis, dans le Minnesota. En 2015, il navigua, avec un ami à bord d’un catamaran, à travers les Caraïbes et le Canal de Panama.

Né le 3 septembre 1975 à Chaska, Minnesota, USA Domicile : Minneapolis, USA Pays d’inscription : Palestine

IL DIT DE LA GGR : « Mon expédition en mer ne fait que commencer ! Je me prépare à commencer un nouveau chapitre de ma vie plus en rapport avec l’aventure. La Golden Globe Race est arrivée au bon moment pour transformer en réalité un insistant rêve. Ma volonté est de naviguer sous le drapeau palestinien pour représenter ce peuple délaissé qui n’a pas connu de temps heureux depuis longtemps. »

Elle May, le voilier de Nabil Amra fût le dernier bateau de la série Biscay 36 à être construit par le Chantier Naval de Falmouth, en 1990. Le français Antoine Cousot a acheté le premier de la série, Viscaya, construit en 1975. Initialement, les deux concurrents unirent leurs forces pour préparer leurs 2 voiliers conçus par Alan Hill, mais les travaux sur Elle May ont été retardés et le bateau ne devrait pas être remis à l’eau avant avril 2018.

BATEAU Nom Liberty II Type Biscay 36 Masthead ketch Numéro 67 Concepteur Alan Hill Constructeur Robert Ives/Falmouth Boat Construction (UK) LOA 35.92ft / 10.95m LWL 27.00ft / 8.23m Largeur 10.75ft / 3.28m Tirant d’eau 5.75ft / 1.75m Déplacement 15680 lbs/ 7112 kgs Voilure 570 sq. ft / 52.95sq. m 47 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


PHILIPPE PÉCHÉ Philippe Péché, breton de naissance, est l’un des meilleurs navigateurs français, après près de 20 ans passé en Australie, et de retour en Bretagne. Ce fier breton a parcouru plus de 300 000 miles sur des monocoques et des multicoques géants. Il a remporté à deux reprises le Trophée Jules Verne avec Bruno Peyron, complétant le tour du monde en 50 jours. Il a également navigué avec d’autres navigateurs célèbres dont Eric Tabarly, Michel Desjoyeaux, Ellen MacArthur, Armel Le Cléac’h et Alain Gautier. Il est le 8 skipper français à être sponsorisé par la marque de produits du bâtiment PRB basée en Vendée.

Né le 7 janvier 1961 à Lorient, France Domicile : La Trinité Sur Mer Pays d’inscription : France

IL DIT DE LA GGR : « C’est un défi extraordinaire et une aventure qui arrive juste au bon moment pour moi. »

Un navigateur déterminé

Philippe a acheté le fameux Rustler 36 Golly Wobbler, avec lequel la Britannique Ann Fraser avait participé à la course transatlantique en double en 1986, naviguant de San Diego à l’Alaska. il l’a rebaptisé Grégal, nom donné à tous les bateaux de son père. Après une rénovation totale pendant l’hiver 2016/2017, il a participé à plusieurs courses dont la régate Spi Ouest-France, à la Trinité, et la Celtikup entre Lorient, Douarnenez et Falmouth. Philippe dit qu’il en a appris beaucoup plus sur le bateau et ses capacités à naviguer en solitaire lors de ses essais de qualification de 2 000 milles. «C’était la première fois que je naviguais en solitaire et j’ai très vite trouvé mon rythme. Je suis resté dans le golfe de Gascogne et j’ai testé le bateau dans différentes conditions et sous différentes allures en fonction du vent. J’ai beaucoup appris sur les performances du voilier et sur la façon de vivre à bord du bateau pendant une période prolongée”. Le voilier a été renommé PRB en février 2018.

48 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

BATEAU Nom PRB Type Rustler 36 Masthead sloop Numéro 85 Concéption Holman & Pye Construction Rustler Yachts (UK) LOA 35.33ft / 10.77m LWL 26.92ft / 8.21m Largeur 11.00ft / 3.35m Tirant d’eau 5.50ft / 1.67m Déplacement 16805 lbs / 7623 kgs Voilure 693 sq. ft / 64.38sq. m


SUSIE GOODALL

Une jeune navigatrice expérimentée

Susie Goodall, initiée à l’âge de 3 ans à la voile, est devenue instructrice de voile côtière et au large. Avant d’enseigner, elle participa à des courses de dériveurs Laser. Dernièrement, elle a navigué à bord d’un voilier de 60 pieds lors d’une expédition en Scandinavie. Elle est sponsorisée par le transporteur DHL. Le voilier a été exposé au Salon Nautique International de Londres en 2018 où il a été rebaptisé DHL Starlight.

Né le 27 juillet 1989 à Gloucester, UKA Domicile : Falmouth, UK Pays d’inscription : Royaume-Uni

IL DIT DE LA GGR : « Quand j’étais jeune, avant que je ne commence à enseigner la voile sur l’île de Wight, je passais toutes mes vacances à naviguer et mes week-end étaient consacrés aux courses de Lasers. J’ai passé quelques années à travailler dans l’industrie des Superyachts avant de suivre une formation à la voile. »

Susie Goodall est l’une des 7 participants à avoir choisi un robuste voilier de catégorie Rustler 36 pour participer à la GGR. En 2016, le voilier a subi une première remise en état avant que Susie ne termine un double voyage transatlantique en solitaire vers les Caraïbes. Cette expérience a donné à Susie l’opportunité d’adapter et modifier le bateau à ses besoins réels. Une niche protectrice sur la descente et l’extrémité avant du cockpit, a été ajoutée lors d’un dernier carénage au chantier naval de Rustler Yachts à Falmouth

BATEAU Nom DHL Starlight Type Rustler 36 Masthead sloop Numéro 73 Concepteur Holman & Pye Constructeur Rustler Yachts (UK) LOA 35.33ft / 10.77m LWL 26.92ft / 8.21m Largeur 11.00ft / 3.35m Tirant d’eau 5.50ft / 1.67m Déplacement 16805 lbs / 7623 kgs Voilure 693 sq. ft / 64.38sq. m 49 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


TAPIO LEHTINEN Le finlandais Tapio Lehtinen, marin de longue date, commença à naviguer sur des dériveurs Optimist à l’âge de 6 ans. Ancien commodore du Yacht Club Helsinfors Segelsällskap (HSS), il participa à la Whitbread Round- World 1981/2 puis à la Round Britain and Ireland catégorie 2 marins de 1985, à la course Transatlantique « 2- STAR » de 1986, ainsi qu’aux courses des Açores aller et retour en 1987 et des Bermudes en 2014.

Mon objectif 1er, terminer la course

Né le 12 septembre 1958 à Helsinki, Finlande Domicile : Helsinki, Finlande Pays d’inscription : Finlande

IL DIT DE LA GGR : « J’y participe parce que j’aime la voile et être en mer. J’accepte les défis mais je ne prends pas de risque. Je suis fier de bien me préparer et de naviguer à la voile. Je suis compétiteur, cependant je me rends compte que pour bien faire dans cette course, je dois d’abord finir. »

50 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

Tapio fera campagne avec son Benello Gaia 36, de Sparkman Stephens, précurseur du Nautor Swan 36, qui gagna la première One Ton Cup en 1965. En 2017, il a navigué de la Méditerranée vers la Finlande pour être préparé pour la course par le Nordic Refit Center à Larsmo. Asteria est le plus ancien bateau de la flotte GGR. Il a subi une restauration complète pour répondre aux normes de la course, en enlevant le pont et en dépouillant l’intérieur en entier laissant une coque à nue, avant de reconstruire avec des cloisons et des armatures plus solides. Le voilier a été finalement terminé à la fin de mai, expédié d’Helsinki à Zeebrugge, en Belgique, pour rejoindre la Parade Nautique, le 14 juin 2018.

BATEAU Nom Asteria Type Gaia 36 Masthead sloop Numéro 6 Concepteur Sparkman & Stephens Constructeur Cantiere Benello (ITA) LOA 36.00ft / 10.97m LWL 25.50ft / 7.77m Largeur 9.67’ / 2.95m Tirant d’eau 6.00’ / 1.83m Déplacement 15400 lbs / 6985 kgs Voilure 540 sq. ft / 50.17sq. m


UKU RANDMAA

Un navigateur – Gladiateur

Uku Randmaa commença à naviguer à l’âge de 3 ans à bord du bateau de son père. En 1984, après avoir terminé la Tallinn Marine University avec un Master en poche, il reprit la compétition en régate à haut-niveau, puis navigua au large avec son voilier Hanse 430 Temptation. Partant pour un périple aller-retour en solitaire jusqu’en Islande, avant de naviguer en solitaire autour du monde avec escales entre 2011 et 2012.

Né le 6 février 1963 à Viljandi, Estonie Domicile : Tallinn, Estonie Pays d’inscription : Estonie

IL DIT DE LA GGR : « C’est un évènement de rêve – une course autour du monde pour de vrais gladiateurs. Pour moi, le bon côté est de participer ; le mauvais serait de ne pas finir. Si je ne gagne pas, alors le simple fait de terminer remplira mes rêves. »

Uku Randmaa avait prévu de concourir à la GGR sur le Rustler 36, Maibi mais il a ensuite émis quelques doutes. «Il est trop luxueux avec des ponts en teck, et un lourd équipement sur le pont avant - dont je n’ai pas besoin pour la course ” Ainsi, en décembre 2017, il a pris la décision d’acheter le Rustler 36 One and All, de Lionel Régnier, que le Français avait déjà réaménagé pour la GGR avant de se retirer de la course.

BATEAU Nom One and All Type Rustler 36 Masthead sloop Numéro 2 Concepteur Holman & Pye Constructeur Rustler Yachts (UK) LOA 35.33ft / 10.77m LWL 26.92ft / 8.21m Largeur 11.00ft / 3.35m Tirant d’eau 5.50ft / 1.67m Déplacement 16805 lbs / 7623 kgs Voilure 693 sq. ft / 64.38sq. m 51 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


9 MOIS EN MER UNE AVENTURE DE LONGUE HALEINE ! Départ des Sables d’Olonne le 1er juillet 2018 Retour aux Sables d’Olonne au printemps 2019 Dans quelques mois, la flotte s’étendra du sud de l’Australie jusqu’en Nouvelle-Zélande, puis à mi-chemin dans l’océan Austral en direction du cap Horn. Les histoires vont venir vite et devenir intenses. Cette course n’est pas un sprint et sera impossible à manquer. Chaque jour, chaque semaine, chaque mois pendant environ neuf mois, la Golden Globe Race sera là. Il n’y aura pas de diffusion vidéo par satellite disponible 24 heures sur 24, mais elle sera toujours présente, avec jusqu’à six messages quotidiens de chaque participant, un suivi satellite constant avec des prévisions météorologiques en temps réel, le classement des compétiteurs, et des commentaires quotidiens en direct de la direction de course de la GGR. Les adeptes fermeront les yeux et imagineront avec émerveillement et admiration le fait d’être l’un de ces explorateurs modernes remontant le temps. Ils ressentiront l’émotion et vivront l’instant en écoutant des rapports vocaux en ligne, le vent hurlant en arrière-plan. Les points de passage pour récupérer les enregistrements dans le monde entier livreront des films en Super 8 et des photos 35 millimètres pour capturer votre imagination avec les bandes audio nous racontant l’épopée. Pour une visite virtuelle, chaque compétiteur GGR détient un appareil photo 360 degrés à bord, comme un privilège par rapport aux années 60, vous invitant à bord à travers vos lunettes lors d’occasions spéciales.

© C. FAVREAU

La Golden Globe Race est un retour aux sources de la navigation à voile : la mer, un bateau, un homme. Cette course va privilégier l’humain avant les dispendieux gadgets dont le marin a du mal à se priver aujourd’hui. Plus d’écarts faramineux dans les budgets de chaque participant. Tout le monde a sa chance et cela, le grand public le perçoit déjà.

52 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


Votre escale au cœur des manifestations nautiques

I

DÉALEMENT situé sur le Port Olona, l’Admiral’s Hôtel bénéficie d’un cadre calme,

mais proche des animations du port de plaisance. Que ce soit pour vos loisirs ou voyages d’affaires, venez découvrir nos 33 grandes chambres, pouvant accueillir jusqu’à 6 personnes. Elles sont dotées d’un balcon ou d’une loggia, d’une salle de bains spacieuse et de la climatisation. Les espaces communs, récemment rénovés, permettent de profiter d’un buffet de petit-déjeuner de qualité, d’un espace réunion repensé et d’un agréable salon pour se détendre. De nombreuses activités sont disponibles autour de l’hôtel. Partez notamment à la découverte du patrimoine local, ou sur les nombreux chemins de randonnée et sentiers cyclables. A proximité s’étendent la côte sauvage et ses criques de sable fin. Le remblai des Sables d’Olonne et sa grande plage sont quant à eux accessibles en quelques minutes seulement grâce à un service de navettes maritimes. Notre équipe, soucieuse de votre confort, vous accueille 24h/24 et 7j/7. Contactez-nous pour connaître nos nombreuses offres disponibles.

In the heart of nautical events Adjacent to the Port Olona, our hotel is in a quiet location but, close to the action. For your leisure or business trips, discover our 33 large rooms which can comfortably accommodate up to 6. The newly renovated common spaces offer a quality breakfast buffet, a redesigned conference room and a pleasant lounge. Our team is dedicated to your enjoyment and welcomes you 24/7. Please contact us directly to hear about our available offers.

Admiral’s

Hôtel +++

Admiral’s Hôtel Place Jean David Nau – Port Olona 85100 Les Sables d’Olonne Accès parking : 131 voie de la Bauquière Tél. : 02.51.21.41.41. contact@admiralhotel.fr www.admiralhotel.fr


VIVEZ L’AVENTURE MARITIME !

©-AlexandreLamoureux

Les Sables d’Olonne, territoire entièrement tourné vers la mer depuis ses origines

54 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


UN PEU D’HISTOIRE DES LIEUX

P

Un îlot rocheux devenu l’Ile Vertime qui correspond aujourd’hui au quartier de la Chaume, berceau de la cité des Sables d’Olonne, un long cordon dunaire devenu le quartier du passage, le remblai des Sables d’Olonne, des marais aménagés par les moines au nord, des vignes, des dunes sur lesquelles on a planté des pins et des chênes verts pour fixer le sable, devenues aujourd’hui la forêt d’Olonne et les marais d’Olonne/ Île d’Olonne. Le territoire a été façonné par les hommes autour des activités essentielles à leur vie locale : la pêche, la récolte du sel, le commerce du vin. Les anciens ports ostréicoles et villages de sauniers d’Olonne comme la Roulière, la Girvière témoignent de ce passé maritime historique très fort avec leurs maisons typiques « à balais », les anciennes pêcheries en pierre. Aux Sables, les chantiers de

construction navale, les anciens logis d’armateurs, le Ponton des Navires du patrimoine et ses vieux gréements comme le chalutier Kifanlo classé Monument Historique attestent de l’importance de la pêche. Au XVIIè siècle, la pêche à la morue sur les Bancs de Terre-Neuve donne aux Sables d’Olonne le titre de 1er port morutier du Royaume de France. Pêche, chants de marins, chalutiers, folklore : la tradition maritime dans son ensemble est mise à l’honneur lors de la « Grande Bordée », une fête colorée dédiée aux gens de mer avec halage des bateaux, démonstration des métiers d’antan, défilé en costumes, hommage aux péris en mer, défilé nautique, concerts de chants marins… Prochaine édition fin août.

©-AlexandreLamoureux

OINT d’escale pour abriter les bateaux en cas de tempête dès l’époque Vikings, le site a conservé depuis lors, sa longue tradition maritime avec ses 3 ports : de pêche, classé 4e de France pour la valeur des produits débarqués, de plaisance et de commerce, qui tous les 3, contribuent à renforcer cette solidarité des gens de mer si bien ancrée. Capitale du nautisme, de la voile, terre de nombreux champions sportifs, la Destination est devenue une terre d’excellence pour la pratique des sports de glisse et les courses à la voile. Elle accueille de plus en plus d’évènements phares, de portée nationale et internationale : le Vendée Globe tous les 4 ans, la Vendée Va’a, le Championnat Mondial J80, la Solo Maître CoQ, la Grande Bordée (fête des gens de mer) et en juin prochain, nouveauté 2018, la Golden Globe Race (départ le 1er Juillet). L’Aventure maritime avec un grand A est plus que jamais d’actualité grâce à ce nouveau défi qui se distingue des autres courses à la voile, de par ses conditions particulières : pas de GPS ni de pilote automatique, une navigation à l‘ancienne comme en 1968 avec les astres ! Le chenal des Sables d’Olonne, porte d’entrée par la mer de la Destination, va probablement une fois encore rassembler les foules, heureuses d’encourager ces aventuriers hors normes en leur souhaitant bon vent !

55 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


UN ENVIRONNEMENT NATUREL PRÉSERVÉ, C’EST CE QUI DÉFINIT LE PATRIMOINE NATUREL DE LA DESTINATION

©-AlexandreLamoureux

Plus de 1300 ha de marais avec entre autres un parc Naturel Pédagogique à Olonne-sur-Mer et une Réserve ornithologique à l’Île-d’Olonne, des sites classés et protégés par le Conservatoire du Littoral comme les Landes de St-Jean-d’Orbestier au Château-d’Olonne avec comme objectif la valorisation de la biodiversité, une forêt domaniale qui s’étend sur plus de 9 km, des plages sauvages comme Sauveterre, les Granges, la Paracou mais aussi des sites remarquables comme la baie de Cayola. Pour permettre aux visiteurs de découvrir ces espaces en toute sécurité et tranquillité, des sentiers pédestres, cyclistes, équestres ont été aménagés et adaptés selon les différents lieux. Des animations de type randonnées organisées, visites guidées, la journée « Olonne à vélo » permettent de promouvoir et de faire connaître la diversité des paysages. La NATURE tient une grande place sur la Destination les Sables-d’Olonne pour le bonheur des petits et des grands.

56 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


PRODUITS DE LA TERRE, PRODUITS DE LA MER, À CHACUN SES PLAISIRS ! Côté mer, le sel décliné en fleur de sel ou gros sel, que l’on peut acheter directement aux Cabanes de Sauniers, aux Salines de l’Aubraie ou dans les marais de l’Île-d’Olonne, le poisson frais issu de la criée des Sables-d’Olonne avec une espèce noble, la sole sablaise, qui constitue le fleuron de la pêche sablaise - une confrérie vient d’être créée pour sa mise en valeur. Le bar, merlu, la seiche, les crustacés font partie des principales autres espèces pêchées par les marins du cru. Côté terre, la vigne et les Domaines viticoles du terroir, tous deux issus de longue tradition familiale : le Domaine des Granges situé à Olonne-sur-Mer se spécialise petit à petit dans le bio, le Domaine St-Nicolas quant à lui est engagé depuis de longues années dans la culture biodynamique tournée vers les astres, l’alliance du végétal et de l’animal. Les vins AOC produits sur le territoire font partie des Fiefs Vendéens et du terroir de Brem-sur-Mer. Le mot Fief est un clin d’œil au nom des vignes plantées à l’époque médiévale.

©-AlexandreLamoureux

Une boucle œnotouristique récemment élaborée met l’accent sur les paysages, le patrimoine, les producteurs et les talents de notre territoire associé à celui de Brem-sur-Mer.

La SPL Office de Tourisme Destination Les SABLES D’OLONNE et ses 4 bureaux d’accueil situés aux Sables-d’Olonne, Olonne-sur-Mer, Château-d’Olonne et l’Île-d’Olonne proposent un accueil physique et téléphonique ainsi qu’un service billetterie pour la réservation de spectacles, visites guidées, excursions, loisirs.

Renseignements : Tél : 00 33 (0) 2 51 96 85 85 www.lessablesdolonne-tourisme.com info@lessablesdolonne-tourisme.com

57 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


LES TEMPS FORTS 14 JUIN : Parade Nautique du 50e anniversaire du Sunday Times Golden Globe & départ du prologue de Falmouth, avec la course de charité du SITraN Challenge jusqu’aux Sables d’Olonne.

16 JUIN : Arrivée des premiers skippers GGR & ouverture du village au public

17 JUIN : - 16h : Présentation officielle des skippers sur la Grande scène - 17h30 Chants Marins 16 JUIN – 1ER JUILLET : OUVERTURE AU PUBLIC DU VILLAGE GGR AUX SABLES D’OLONNE 9h30 Inauguration du Village Ouvert du 16 juin au 1er juillet de 10h à 20h et nocturnes le vendredi et samedi jusqu’à 2h. La flotte GGR arrivera aux Sables d’Olonne à l’issue de la course caritative SITraN Challenge de Falmouth le samedi 16 juin, date à laquelle le Village GGR ouvrira ses portes au public jusqu’au départ de la course le dimanche 1er juillet. Des temps forts, des animations et l’accès aux pontons, durant toute la durée de l’ouverture du village, seront proposés au public.

58 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

18 JUIN : Arrivée de Sir Robin Knox Johnston à bord du Suhaili, bateau avec lequel il a remporter le Goden Globe de 1968.

1ER JUILLET : 12H05 DÉPART DE LA GGR 2018 DES SABLES D’OLONNE Symboliquement, le départ de la Golden Globe Race 2018 sera donné à partir d’une ligne de départ marquée par le Suhaili et le Joshua, voiliers historiques de l’édition originale, par Sir Robin Knox-Johnston tirant un coup de canon depuis le pont du Suhaili. Cet événement devrait attirer des milliers de passionnés qui acclameront les skippers à terre le long du chenal, mais aussi en mer à bord des bateaux privés.

23 JUIN : - 16h Regate des skippers de la GGR sur les Olonnois dans la Baie - 18h parade nautique GGR Océan Festival dans le chenal - 19h Arrivée de la parade au ponton Vendée Globe - 23h30 Feu d’artifice

30JUIN : - 19h duplex du JT France 3 en direct, matin et midi - 13h-14h30 : présentation et au revoir des skippers sur scène au village - 16h : fermeture du ponton Véndée Globe


Plomberie Salle de bains Chauffage Energies renouvelables Climatisation Isolation Zinguerie SAV

www.neault.fr 33 rue du Village Neuf - La Chaume - Les Sables d’Olonne

02 51 95 18 19


LE VILLAGE DE LA GGR OCCUPERA 7 000 M2, PLACE DU VENDÉE GLOBE. 1 900 M2 SERONT COUVERTS.

SUIVEZ, LE GUIDE ! 1

Entrée principale

2

Accueil/espace touristique

Des membres des associations de bénévoles vous accueilleront dès votre arrivée sur le village. Si vous avez des questions, ils ont des réponses ! N’hésitez pas à les solliciter.

Le pavillon tourisme, animé par Destination Les Sables d’Olonne, est également à votre disposition. Car si la Golden Globe Race est l’ÉVÉNEMENT du mois de juin, l’Agglomération des Sables d’Olonne propose de nombreuses autres animations. Il se passe toujours quelque chose sur l’Agglo !

3

Espace partenaires

Sans la Région des Pays de la Loire, le Département de la Vendée et le monde économique, il aurait été difficile de créer le village. Ces partenaires sont solidaires de l’Agglo et favorisent activement l’organisation d’événements majeurs sur le territoire. Animations dans l’espace partenaires et mécènes d’accès tous les jours : - Le stand de Rondeau Vacquier - Le stand de PRB – sponsor de Philippe Péché - Le stand de la Région Pays de la Loire - Le stand du département de la Vendée avec jeux, animations, quizz… - Le stand destination les Sables d’Olonne avec distribution du poster et stickers officiels de la Golden Globe Race 2018.

60 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

4

Espace GGR

5

Bar

Dans cet espace, vous découvrirez tout ce qu’il faut savoir sur la Golden Globe Race et la navigation à l’ancienne. Ce pavillon est incontournable pour tous ceux qui veulent couramment parler «tour du monde en solitaire».

8

Scène/écran géant

9

Espace réceptif

La place centrale sera consacrée à des animations régulières avec des temps forts préparés par le lycée Tabarly, le Musée de la Rochelle, Les Amis du Joshua... Sans oublier la présentation des skippers, les interviews en direct et la retransmission des matchs de la Coupe du Monde !

Besoin de convivialité et d’une pause gourmande ? Rejoignez le bar !

6

Accès ponton course

7

Espace animations

Le ponton est le coeur du village. Vous pourrez y découvrir les bateaux qui participeront à la GGR et y rencontrer les navigateurs. Des navires célèbres et emblématiques de la navigation en solitaire seront aussi présents : le Joshua de Bernard Moitessier, le Suhaili de Robin Knox-Johnston, le Gipsy Moth IV de Francis Chichester... La Belle Poule, navire école de 38 m de la Marine nationale, sera également présent. Ne manquez surtout pas les Pen Duick II, III, V et VI d’Eric Tabarly.. (Visites et balades en mer possibles)

Les réceptions c’est ici !


BIENVENUE SUR LE VILLAGE

6

9

5 7

8 2

3

4

1

61 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


ANIMATIONS : UN PROGRAMME EN OR POUR UNE FÊTE POPULAIRE ! Accès public gratuit au ponton et au village de la course du 16 juin au 1er juillet

Présentations, visites, baptêmes à la voile tous les jours 10h-12h/14h-18h :

ANIMATIONS SUR LE PONTON

• Des 18 bateaux des skippers de la GGR 2018 - Visites des pontons et bateaux GGR avec les étudiants du Lycée Tabarly • De la flotte historique du Golden Globe de 1968 - Suhaili, bateau de Sir Robin Knox Johnson, vainqueur de la Golden Globe de 1968 : Arrivée le 17 & visite du 18 au 30 juin. - Joshua, bateau de Moitessier : visite & baptêmes du 21 au 29 juin de - Cap’n Brown : visite & baptêmes du 23 au 30 juin - Gipsy Moth IV, bateau de Francis Chichester, • De la flotte présente au ponton sur la durée du village : - Pen Duick II, III , V & VI : le 25 & le 26 juin & visite des Pen Duick III et VI de 17h30 à 19h - Voiliers classiques : Yachts classiques du 16 au 30 juin - La Goélette “La Belle Poule “ du 26 au 30 juin - L’ancien 60 pieds Cigare Rouge de Jean-Luc Van den Heede - Imoca la Mie Câline Team Arnaud Boissières - Imoca Groupe Setin de Manuel Cousin - L’Ant-arctic-lab de Norbert Sedlaceck

62 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


PONTON L S

S

8,00 x 5,00

BASE JET SKI

CABANE SCOOTWAVE

6m 16

8,00 x 5,00

PONTO

CABANE OUEST AVENTURE

N Kbis

S

8,00 x

S

5,00

CABANE NEMO

BASE JET SKI S

COUSOT Antoine METIER INTERIM 1

S

7 S

S

VAN DEN HEEDE Jean-luc MATMUT

8

CAPPELLETTI Francesco 007

13 FAREBROTHER Kevin SAGARMATHA WIIG Are OLLEANNA

0,41

77

S

12,04

SLATS Mark MAVERICK

68 120 m S

RANDMAA Uku ONE AND ALL

2

S

7,51

MCGUCKIN Gregor MARY LUCK 22

S

85 ZARETSKI Igor ESMERALDA

0,48

11

S

5

S

7,46

ABHILASH Tomy THURIYA

S

S

37

PECHé Philippe PRB

67 GOODALL Susie DHL STARLIGHT

ext

KOPAR Istvan PUFFIN

LE VILLAGE

94 BESKARDES Ertan LAZY OTTER 0,49 0,4 49

LEPAGE Loic LAALAND

S

56

LA MIE CÂLINE - ARTIPÔLE ARNAUD BOISSIERES

14

S

7,63

SINCLAIR Marc 88 COCONUT

S

77

S

© Documents - Golden Globe Race/PPL

CIGARE ROUGE Jean-Marie PATIER SPIRIT OF HUNGARY NANDOR FA

0,39

INNOVATION YACHTS NORBERT SEDLACEK

S

67

OIS

S

7,67

0,33

79

CLASS 40

S

7,62

42

25 m

JOSHUA

73

S

S 0,45 (am)

(am)

PASSERELLE PIVOTANTE

ON M

PONT

(am)

SUHAILI

E de

S

ONN

GROUPE SETIN MANU COUSIN

71

S

s OL

LEHTINEN Tapio 6 ASTERIA

S

FLO TT

AMRA Nabil ELLE MAY

89 m

GIPSY MOTH IV YACHTS CLASSIQUE

84 m

CAP’N BROWN

LA BELLE POULE

63 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


Les Sables d’Olonne Agglomération remercie les mécènes et les partenaires du village de la Golden Globe Race 2018

64 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


ANIMATIONS DANS L’ESPACE GGR SUR LES STANDS EXPOSANTS

Des Expositions, Ateliers & Interventions tous les jours sur les stands : • L’Exposition sur les skippers de la GGR 2018 • Le stand officiel GGR 2018 - McIntyre Adventure Royal Nomuka Yacht club • L’Association Méridienne : “instruments de navigation astronomique anciens” : et Démonstration à 14h tous les jours “point du midi solaire” • L’Association « Œuvre du Marin Breton 1899 » : Animation & démonstration pour apprendre à se servir d’un sextant : « Droite de hauteur, c’est quoi ? » les vendredi 29 et samedi 30 juin à 10h30 - 11h30 -13h30 - 14h30 - 15h30 - 16h30 (20min). • Le Lycée Tabarly : Ateliers nœuds marins et points cartographiques • Les Amis du Musée Maritime de La Rochelle : Exposition “Bernard Moitessier & Joshua” et Présentation de 2 bateaux classés au patrimoine mondial. • Le Collectif Terre & mer : Démonstration Radioamateur “BLU” • La SNSM : Présentation des aspects sécurité et secours en mer • Le Peintre : Jean-Pierre MORIN • Le stand MATMUT - sponsor de Jean-Luc VDH • Le stand Métier Interim - sponsor d’Antoine Cousot

Un Espace cinématographique de 30 places libres d’accès tous les jours : • Films historiques GGR projetés en continu dans l’espace cinématographique espace GGR du village programme de 15mn en boucle + séance 10h30 tous les matins • Du 23 au 30 juin : Interventions quotidiennes de Bernard de Maisonneuve sur son livre “Pierre Garcie dit Ferrande, le routier de la mer 1490-1520” • Le 26 juin : Conférence “Le Marin, la Montre et l’Observatoire” Olivier Sauzereau • Séances de projections de films historiques retraçant l’aventure de la navigation à 10h30.

65 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


ANIMATIONS SUR LE VILLAGE DE COURSE : ESPACE CENTRAL OU SCÈNES • Les “Rendez-vous de la GGR” tous les jours à 12h05 & 17h30 avec un animateur : Rencontres quotidiennes avec les skippers et éclairage sur l’Aventure GGR avec des sujets comme la Golden Globe Race en 68, la navigation astronomique, l’organisation de la course, l’économie de la course au large, la préparation physique et mentale des skippers - Interview des skippers de la GGR - Interventions d’autres skippers de course au large : Arnaud Boissières, Manu Cousin, Norbert Sedlaceck, projet Ant-arctic-lab et d’autres navigateurs.

• Animations par le Musée du sable - Les 21, 23, 24, 26, 29, 30 juin de 14h30 à 17h30 • Retransmission des matchs de la coupe du monde de Football sur écran géant : - Samedi 16 juin à 12h : France-Australie - Jeudi 21 juin à 17h : France -Pérou - Mardi 26 juin à 16h : France-Danemark • Concerts : - Samedi 16 juin à 21h : “The Besides” - Dimanche 17 juin à 17h30 : “Chants marins” - Association des Olonnois pour accueillir les skippers - Jeudi 21 juin à 21h : Fête de la musique avec le groupe “Léonie” des Sables d’Olonne - Vendredi 22 juin à 21h : “Globalement Vôtre” avec le skipper Jean-Luc Van den Heede (Matmut) - Samedi 23 juin à 21h : M-Bajao - Vendredi 29 juin à 21h : Walden guitare percussion - Samedi 30 juin à 21h : concert de clôture du village

- Intervention secours en mer - SNSM • Les Rencontres littéraires : - Intervention & dédicaces Bernard de Maisonneuve du 23 au 30 /06 - Intervention Olivier Le Carrer “69 année héroïque” & dédicaces le 24 juin à 11h et 15h - Intervention de Polpino & dédicaces le 18 et 22 juin à 15h - Intervention de Don McIntyre, Fondateur de la GGR & Navigateur / Explorateur Antarctique.

ANIMATIONS CHENAL ET BAIE DES SABLES D’OLONNE

- Interventions & dédicaces de skippers et explorateurs • Des jeux et animations pour enfants : - les mercredis : 10H-13H et 15H-17H : Venez jouer avec Titouan autour du jeu de la Golden Globe Course au large - les samedis 10H-12H et 14H30-17H30 & les dimanches 16H-17H - Mercredi 27 juin à 17h : spectacle pour enfants à 16H Joshua ou la mer des histoires, un album chanté et conté

66 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

• Régate GGR des Olonnois avec la participation des skippers, à 16h le 23 juin dans le baie • Parade Nautique GGR-Océan Festival à 18h : Remontée du chenal, et arrivée au Ponton du Village GGR à 19h. Pour une fin de soirée en apothéose : • Feu d’artifice à 23h30 de la petite jetée des Sables d’Olonne


JEAN ROUYER AUTOMOBILES N°1 en Vendée

S RE

T AN UR TA

+ de 3500

véhicules en stock Retrouvez-les sur

jeanrouyerautomobiles.fr


PRB Zedda © Yvan

68 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


PHILIPPE PÉCHÉ,

© Yvan Zedda - PRB

A 56 ans, Philippe Péché est bien connu des pontons même s’il a passé une bonne partie de sa vie aux antipodes, en Australie où il a fondé une famille. Désormais grand-père, Philippe a choisi de vivre un rêve qui grandissait en lui depuis des années : naviguer en solitaire autour du monde.

© Yvan Zedda - PRB

LE MONDE EST À LUI

L’homme discret mais jovial a le contact facile. Sa passion de la voile se lit dans ses yeux et quelques minutes de discussions suffisent à deviner un palmarès impressionnant ! Deux fois vainqueur du Trophée Jules Verne aux côtés de Bruno Peyron, il a participé trois fois à la Coupe de l’America. Parmi ses proches amis, il compte Alain Gautier avec lequel il a navigué à de nombreuses reprises. 300 000 milles, voilà à peu près ce que Philippe a parcouru à bord de multiples voiliers. 300 000 milles auxquels il s’impatiente d’ajouter les 30 000 d’un Golden Globe. Jamais encore il n’avait relevé le défi d’un tour du monde en solitaire sans escale et sans assistance mais la renaissance de la Golden Globe Race lui en a laissé l’opportunité. Habitué de l’équipage, Philippe a souhaité lancer son projet solitaire. « Je voulais faire du solo après avoir fait beaucoup d’équipage. Il n’y avait pas beaucoup de possibilités. Le Vendée Globe demande trop d’investissement, le Figaro nécessite au moins 10 ans de pratique pour être au top, une transquadra est trop courte… Bref le Golden Globe est arrivé à propos. C’est exactement ce que je cherchais : une course exceptionnelle. Cela me plait de réapprendre des gestes oubliés comme la navigation astronomique, de régler mon bateau sans jamais m’appuyer sur un pilote automatique. Ce n’est vraiment pas une course banale. Il y a une autre dimension dans tout cela » explique Philippe. Après avoir compté parmi les hommes les plus rapides autour de la planète (Record du Trophée Jules en 2005 avec Bruno Peyron, tour du monde en équipage en 50 jours et 16 heures), Philippe veut savourer son aventure. « Je crois que tu peux retrouver énormément de plaisir dans cette navigation à l’ancienne, du plaisir à progresser doucement même quand tu as eu la chance, comme moi, de parcourir le monde sur des bateaux très rapides. » explique celui qui compte parmi les meilleurs prétendants à la victoire.

CELA ME PLAIT DE RÉAPPRENDRE DES GESTES OUBLIÉS COMME LA NAVIGATION ASTRONOMIQUE, DE RÉGLER MON BATEAU SANS JAMAIS M’APPUYER SUR UN PILOTE AUTOMATIQUE.

69 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


Vincent Riou, vainqueur du Vendée Globe en 2004 sous les couleurs de PRB avait mis quant à lui 87 jours pour réaliser son tour du monde.

70 | LES SABLES MAGAZINE •

© Yvan Zedda - PRB

Il soutient pleinement la démarche de Philippe Péché. « J’ai eu l’occasion de croiser Philippe il y a quelques années. S’engager sur le Golden Globe est une sacrée aventure dont je serais incapable. Je suis très admiratif de son engagement dans ce projet. C’est une démarche extrêmement réfléchie et même s’il y a une grande dimension d’aventure, il ne faut pas perdre de vue que c’est quand même une course. J’imagine que c’est aussi ce qui plait à Philippe. Je lui souhaite beaucoup de réussite. Et puis, il part sous les couleurs de PRB. Il ne pouvait pas rêver d’un meilleur partenaire pour relever ce défi. Quand Jean-Jacques Laurent m’a parlé du projet, j’ai tout de suite trouvé cela très cohérent avec la démarche globale de sponsoring voile de PRB. Cela va ajouter une très belle nouvelle ligne au palmarès des Tours du Monde de PRB » commente Vincent Riou.

2018


UN VENDÉE GLOBE « VINTAGE »

© Yvan Zedda - PRB

Quant aux bateaux, ils doivent répondre à différents critères : 36’ de long, une quille longue donc moulée dans la forme du bateau, un safran attaché à la quille… Les bateaux doivent être de série, produits à au moins 20 exemplaires et surtout, leurs dessins doivent être antérieurs à 1977. Philippe Péché a choisi de partir à bord d’un monocoque de 36 pieds de marque Rustler. Un bateau qu’il a entièrement retapé pendant des mois au chantier Kervilor de Saint-Philibert dans le Morbihan et qu’il a mis à l’eau à la mi-février 2018. « Ce bateau est le plus moderne des bateaux tolérés. C’est un des seuls à avoir une barre franche et aussi un des plus longs à la flottaison. C’est en partie pour ces raisons que je l’ai choisi. Il convient vraiment à ce que je recherchais » explique Philippe. Avec son Rustler 36, Philippe pense parcourir 600 miles par semaine. Il projette d’effectuer son tour du monde en moins de 275 jours !

© Yvan Zedda - PRB

Si le Golden Globe emprunte exactement la même route que le Vendée Globe (Les Sables d’Olonne – Les Sables d’Olonne via les trois grands caps : Bonne Espérance, Leeuwin, Horn), il est une différence notable entre les deux courses. Le Vendée Globe fait la part belle à la technologie et à l’innovation alors que le Golden Globe est un « retour aux sources de la navigation à voile », une navigation sur le modèle réalisé par Robin Knox Johnston. Pas d’ordinateur de bord, pas de GPS, pas de calculatrice, pas de communication satellite autre que pour la sécurité (organisateur et médecin), pas de dessalinisateur, pas de pilote automatique… Les concurrents vont naviguer sur des bateaux simples, dépourvus de toute technologie moderne. Même les appareils photos ne seront pas numériques mais argentiques !

71 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


UN 8E TOUR DU MONDE POUR PRB

© Beno it Stich elbaut

L’histoire de PRB et des Tours du Monde à la voile s’est écrite sur le Vendée Globe. L’entreprise vendéenne est le plus ancien sponsor de la course avec sept participations au mythique tour du monde dont deux victoires ! Depuis 1992, Jean-Yves Hasselin, Isabelle Autissier, Michel Desjoyeaux ou Vincent Riou qui ont porté tour à tour les couleurs de PRB, ont tracé leurs voies sur les mers du monde. Jean-Jacques Laurent, Président de PRB, a déjà annoncé que l’entreprise serait présente au départ du prochain Vendée Globe en 2020 mais d’ici là, le célèbre orange de la marque de produits de revêtements du bâtiment va retrouver les océans avec Philippe Péché sur la Golden Globe Race. « Le profil et la personnalité de Philippe nous ont séduit. C’est un homme sincère, authentique, engagé. Chez PRB, nous aimons les hommes et les femmes de défi.

Vendée Globe 1992-93 • Jean-Yves Hasselin | 153 jours 5 heures 14 minutes Vendée Globe 1996 – 97 • Isabelle Autissier | Abandon après la perte d’un safran mais Isabelle rallie Les Sables d’Olonne hors course (escale à Cape Town pour réparer) après 105 jours de navigation Vendée Globe 2000 – 01 • Michel Desjoyeaux | Vainqueur en 93 jours 3 heures 57 minutes 32 secondes Vendée Globe 2004 – 05 • Vincent Riou | Vainqueur en 87 jours 10 heures 47 minutes 55 secondes Vendée Globe 2008 – 09 • Vincent Riou | Reclassé 3e ex aequo après le sauvetage de Jean Le Cam au Cap Horn Vendée Globe 2012 – 13 • Vincent Riou | Abandon après collision avec une bouée métallique à la dérive Vendée Globe 2016 – 17 • Vincent Riou | Abandon sur avarie de quille

72 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

© Christophe FAVREAU

PRB AUTOUR DU MONDE

Et le défi qu’il s’apprête à relever est incroyable. Nous sommes habitués, avec nos bateaux sur le Vendée Globe, à pousser au maximum la technologie. Cela nous passionne. Mais cette fois, c’est l’inverse. On met la technologie de côté et on porte encore plus haut la dimension d’aventure. C’est tout cela qui nous plait dans le Golden Globe. Et puis, un départ des Sables d’Olonne ne pouvait se faire sans qu’un bateau porte les couleurs de PRB ! Alors que nous nous apprêtons dans quelques mois à participer avec Vincent Riou à la Route du Rhum sur un 60’ équipé de foil, soutenir Philippe est l’opportunité d’écrire autrement l’histoire de PRB autour du monde » explique Jean-Jacques Laurent.


FAÇADE

COLLE ET SOL

PEINTURE

ISOLATION

T.P. / GROS-OEUVRE

Un marin...

Une course... Un nom...

Philippe PÉCHÉ, Skipper PRB

AUTOUR DU MONDE, PRB DÉFIE LE TEMPS...

www.prb.fr


74 | LES SABLES MAGAZINE •

GOLDEN HEROE 2018


En décembre 2015, le célèbre marin Jean-Luc Van DEN HEEDE annonce qu’il va prendre part à une course évènement, créée à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mère de toutes courses autour du monde en solitaire et sans escale, LA GOLDEN GLOBE RACE, qui n’a connu qu’une seule édition, et dont les héros ont été parfois oubliés du grand public. Le photographe Jean-Marc ARTHOT, vendéen installé à Nantes, est au même moment en pleine construction de son projet d’exposition NEW LES SABLES (créations photographiques mélangeant de New York et les Sables) qu’il prépare pour le départ de la transat NEW YORK / VENDÉE, Les Sables d’Olonne. Il découvre sur Facebook que le navigateur, qu’il suit mais ne connait que par ses exploits dans la presse, s’engage dans une course à l’ancienne, avec les moyens techniques de 1968. L’artiste, qui est né en 1969 (année d’arrivée de la première Golden Globe Race), utilise essentiellement des appareils photo argentiques hors d’âge, les mythiques Rolleiflex aux qualités exceptionnelles. Il fait le parallèle entre les époques et les techniques, et imagine un reportage à l’ancienne sur le héros des mers, correspondant à l’esprit de la course.

VDH DANS L’OBJECTIF DE 1968

Un reportage « à l’ancienne » de Jean-Marc ARTHOT sur la préparation de Jean-Luc VAN DEN HEEDE

Il contacte le marin, lui expose son projet et un premier rendez-vous est pris. La rencontre se fait, les objectifs et les idées se croisent avec bienveillance. Une première sortie en mer est programmée, puis les pellicules s’enchaînent et figent dans les sels d’argent (base chimique de la photo argentique) la préparation du skipper d’exception, qui va s’élancer deux ans et demi plus tard, dans cette course incroyable en forme de retour vers le futur.

© Jean-Marc ARTHOT

Morceaux choisis dans les pages suivantes, d’une série d’images d’archives exceptionnelles, éditées par l’auteur en tirages d’art et en cartes de collection, créées comme en 1968. A découvrir à partir du 16 Juin dans la boutique d’art NEW LES SABLES, tenue par Jean-Marc ARTHOT dans la GALERIE BLANCHE, 1 bis promenade de l’Amiral Lafargue sur le Remblai des Sables d’Olonne. 75 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


LA PRÉPARATION DU BATEAU L’ÉTOFFE DES HÉROS

© Jean-Marc ARTHOT

Jean-Luc Van DEN HEEDE, aussi connu sous le nom de VDH, est un marin d’exception. De la trempe des légendes des mers qui font rêver des générations de navigateurs et d’amoureux de la voile. A 73 ans, l’infatigable sablais partira de son port d’attache pour la GOLDEN GLOBE RACE, son 6e tour du monde, avec un palmarès et une expérience incomparables. Sur le podium des deux premiers VENDÉE GLOBE, co-fondateur et premier champion du monde de la Classe IMOCA (bateaux du Vendée Globe), il est détenteur depuis 14 ans du record du tour du monde à l’envers, contre vents et courants.

76 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


© Jean-Marc ARTHOT

Pour courir la GGR 2018, le marin a choisi son bateau très tôt. Il partira sur un Rustler 36, un bateau de série anglais de 10,77 m à quille longue dessiné avant 1988, comme le veut le règlement. En 2015, le navire s’appelle MOJITO et ne prendra le nom de MATMUT que l’année suivante, lorsque cette grande mutuelle française d’assurance deviendra le sponsor principal de VDH.

© Jean-Marc ARTHOT

UN CHANTIER AU LONG COURS

Plusieurs mois seront nécessaires à la transformation du bateau pour être compétitif et sécurisé au maximum, tout en restant conforme à son profil de bateau de série historique. Le compte à rebours a commencé, VDH sera sur la ligne de départ. Et si celle-ci devait être à l’origine en Angleterre, l’enthousiasme communicatif du marin la déplacera in fine aux Sables d’Olonne, capitale mondiale des courses autour du monde en solitaire.

© Jean-Marc ARTHOT

© Jean-Marc ARTHOT

Le chantier s’est tenu dans un des hangars de la zone de la Sablière, juste en face de Port Olonna et à deux encablures du mythique chenal du VENDÉE GLOBE. Du réglage millimétré des winchs au passage de l’antifouling pour protéger la coque des algues et des organismes marins, Jean-Luc VAN DEN HEEDE, aidé de son équipe n’aura pas ménagé ses efforts et fignolé lui-même les derniers réglages. Sur les pontons, on l’appelle « le Professeur » surnom respectueux qui évoque son passé de professeur de mathématiques et son sens de la transmission des savoirs.

77 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


© Jean-Marc ARTHOT

78 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


LES INSTRUMENTS TRADITIONNELS UTILISÉS DURANT LA COURSE

© Jean-Marc ARTHOT

© Jean-Marc ARTHOT © Jean-Marc ARTHOT

Le règlement de la GOLDEN GLOBE RACE (GGR 2018) impose à tous les concurrents d’honorer l’esprit aventurier des premiers concurrents historiques, en n’autorisant que les moyens de navigation en cours en 1968 et 1969 pour tracer leur route. A notre époque où le GPS (Global Positioning System) est installé dans tous les smartphones et véhicules de tourisme pour la conduite, faire le tour du monde en solitaire, sans escale et sans assistance sur un navire avec un sextant et une boussole relève de la folie, ou à minima de l’inconscience. Jean-Luc VAN DEN HEEDE aura certainement un avantage indéniable dans l’utilisation de ces instruments d’un autre temps, puisque ce sont ceux de ses débuts et des premiers VENDÉE GLOBE de la fin des années 1980 auquel il aura pris part avec brio.

© Jean-Marc ARTHOT

LA COURSE A L’ESSENTIEL

PETITE LISTE DES INSTRUMENTS DE NAVIGATION & ÉQUIPEMENTS > Le sextant, ancêtre du GPS et instrument indispensable de la navigation traditionnelle. Il permet de se repérer précisément sur le globe par rapport aux étoiles, dont le soleil est la plus brillante du notre ciel, et indispensable en plein jour. > Le régulateur d’allure (panneau de toile visible à l’arrière du bateau), remplace le pilote automatique. C’est un système mécanique et hydrodynamique qui permet de maintenir le cap du voilier malgré les variations du vent apparent. > Le loch à hélice mesure le vitesse estimée du navire en nœuds (1 nœud=1852m par heure). Il est constitué d’une petite hélice attachée à l’extrémité d’un bout que l’on laisse traîner à l’arrière du navire, et relié à un cadran à aiguille. La vitesse de rotation de l’hélice estime la vitesse du navire en surface. > La table à carte, indispensable pour faire le point et tracer la meilleure route jusqu’à la ligne d’arrivée.

79 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


LE LOUP DES SABLES RÔDE DANS LA BAIE

© Jean-Marc ARTHOT

La baie des Sables d’Olonne est le lieu d’entraînement idéal pour roder MATMUT. Pendant deux ans et demi, Jean-Luc VAN DEN HEEDE aura testé son bateau à toutes les allures et en toutes saisons, aura peaufiné tous les détails de son navire pour que celui-ci soit prêt à affronter les sept mers du globe, et le conduire à bon port, avec les techniques traditionnelles d’orientation et de prévisions météos, comme aux premiers temps de ses navigations.

80 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


© Jean-Marc ARTHOT

© Jean-Marc ARTHOT

© Jean-Marc ARTHOT

ENTRAINEMENT & TECHNIQUES PHOTOGRAPHIQUES

NAVIGATION & TECHNIQUES PHOTOS - Pour filmer leur périple et ramener des images d’archives authentiques, les participants de la GGR ne pourront utiliser que des appareils photos argentiques 24x36 et des caméras Super 8, presque disparues.

Pour protéger ses Rolleiflex des embruns et des chocs, Jean-Marc ARTHOT qui a été designer pendant 20 ans avant de devenir auteurphotographe, a conçu et construit un modèle de caisson étanche unique au monde.

Jean-Marc ARTHOT travaille lui avec des appareils réflex bi-objectifs moyens formats 6x6, qui produisent des négatifs plus grands que le classique 35mm, parfaits pour les agrandissements artistiques. 81 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


DANS LE SILLAGE DES « LÉGENDES » Jean-Luc VAN DEN HEEDE, en compétiteur hors-pair, tentera d’inscrire son nom dans l’histoire de cette nouvelle course, comme le fit en son temps Sir Robin Knox Johnson, le vainqueur de l’édition de 1968-1969 (ci-contre avec Jean-Luc VAN DEN HEEDE lors du salon nautique 2016 de Paris). Seul sur les neuf inscrits au départ à franchir la ligne d’arrivée, le britannique avait passé 312 jours en mer avant de retrouver le terre ferme sous les acclamations de la foule.

© Jean-Marc ARTHOT

Et pour honorer le souvenir d’une autre participant légendaire de cette course et associer à son exploit ceux de Jean-Luc VAN DEN HEEDE, une rencontre exceptionnelle a été imaginée et organisée par quelques proches de VDH à la fin de l’année 2017, en collaboration avec l’Association des Amis du Musée Maritime de La Rochelle : une navigation amicale et symbolique dans la baie des Sables d’Olonne, associant MATMUT et JOSHUA, le bateau mythique de Bernard Moitessier. Figure légendaire de la première édition de la GOLDEN GLOBE RACE, ce concurrent français atypique, donné gagnant par la plupart des observateurs, s’était détourné de l’arrivée pour poursuivre sa route vers les îles, sans se soucier de la victoire. Il en tirera un livre autobiographique de référence, « La longue route », qui inspira des générations de navigateurs et continue d’alimenter les rêves des skippers d’aujourd’hui.

82 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


Tirages d’art et cartes de collections, créés comme en 1968. À découvrir à partir du 16 Juin dans la boutique d’art NEW LES SABLES, tenue par Jean-Marc ARTHOT dans la GALERIE BLANCHE, 1 bis promenade de l’Amiral Lafargue sur le Remblai des Sables d’Olonne.

© Jean-Marc ARTHOT

© Jean-Marc ARTHOT

© Jean-Marc ARTHOT

L’esprit de la GOLDEN GLOBE RACE sera donc respecté à la lettre dans cette nouvelle édition (à l’exception évidente de la modernisation des moyens de sauvetage) et nul doute que Jean-Luc emportera avec lui le souvenir de ces histoires, avec la conviction que chacun peut écrire la sienne en poursuivant jusqu’au bout ses rêves dorés, et revenir aux Sables d’Olonne…en GOLDEN HEROE.

© JM ARTHOT / Musée Maritime, Ville de La Rochelle

Jean-Marc ARTHOT a pu immortaliser les meilleurs moments de cette rencontre avec ses appareils, réalisant des portraits uniques de VDH, en compagnie de Bernard RUBINSTEIN, l’illustre journaliste de Voile Magazine et ancien coéquipier d’Éric Tabarly, du vidéaste et marin émérite Michel Devilliers, et de quelques autres « happy few ». Car JOSHUA, propriété du Musée Maritime de La Rochelle et bateau classé monument historique, était venu spécialement de Charente Maritime avec l’accord de la Directrice du Musée et de la présidente de l’AAMMR, l’association de passionnés qui entretiennent et font naviguer avec respect et savoir-faire ce digne représentant du patrimoine maritime français.

83 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


84 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


LES COULEURS MARINES

DE JEAN-PIERRE MORIN « Mon parcours artistique commença très jeune par les cours des Beaux-Arts dans les ateliers de MORVAN et de SUIRE à LA ROCHELLE suivis des cours de l’école de dessin ABC. En 1975, j’ai eu la chance de connaître le célèbre Marin-Marie, ce Maître de la peinture de marine, mais aussi navigateur solitaire et écrivain. Il me donna de son temps, il me transmit ses conseils et ses encouragements. Je lui dois ma passion de la peinture et de la navigation au long cours. Je voulais être artiste peintre, acquérir un voilier et parcourir le monde sur les traces de Monfreid ou d’Alain Gerbault. Mais une carrière d’artiste débutant ne permet pas l’acquisition d’un voilier de haute mer. J’ai donc intégré un institut d’Art Appliqué. Puis j’ai fait carrière dans l’industrie des Arts Graphiques. Et ce n’est que 30 ans plus tard que j’ai pu réaliser mes rêves d’enfance faits de peinture et de navigation à voile. Après un passage à l’Académie des Arts et Sciences de la Mer, j’ai intégré en 2010 la Société Française de l’Aquarelle. J’expose régulièrement en France et en Belgique et au gré de mes escales au Sénégal, Brésil et Mexique. »

www.jpmorinpeinture.com Tel : 06 68 73 83 73 Mail : morin.jp 17@ gmail.com

85 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


86 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


87 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


88 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


89 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


L’ÉQUIPE DE LA GGR ORGANISATION

90 | LES SABLES MAGAZINE •

DON McINTYRE

PATRICE CARPENTIER

DAVE PRYCE

Fondateur & Président (Australie)

Directeur de course (France)

Assistant directeur de course (Australie)

2018

SHANE FREEMAN

CÉLINE TROMMENSCHLAGER

Directeur sécurité nautique (Australie)

Manager GGR & Coordinatrice (France)


PATRICE CARPENTIER DIRECTEUR DE LA COURSE

JANE ZHOU

BARRY PICKTHALL

CAROLINE VIOLOT

Directrice financière & administrative (Chine)

Responsable Média & Communication (UK)

Relation Média (France)

Patrice, polyglotte, qui navigue depuis l’âge de 12 ans et a bouclé cinq tours du Monde, possède une très grande expérience, nécessaire à ce rôle de leader. Notamment, les deux premières courses autour du monde de la Whitbread à bord de Grand Louis et Gauloises 2, et deux Vendée Globe, course en solitaire sans escale. Il a également terminé 2e au classement général de la Mini Transat en 1991, en dépit d’un mât cassé lors de la première étape. Il a concouru avec succès sur des voiliers classiques par deux fois sur la Route du Rhum en 1982 et 1990, et fût encore victorieux en 2017 dans le championnat IRC / UNCL en double. Au total, Patrice (67 ans) a accumulé plus de 300 000 milles de navigation et a traversé l’Atlantique 35 fois.

CHRISTOPHE FAVREAU

NICK JAFFE

GGR Photographe Vidéographe Reporter (France)

Directeur WEB & Graphisme Photographe & Vidéographe (Australie)

« Je trouve la Golden Globe Race extrêmement intéressante car elle ramène le sport aux racines de l’aventure océanique. Je suis honoré et ravi d’aider à recréer l’histoire de cette course commémorant le 50e anniversaire du tout premier Tour du Monde sans escale remporté par Sir Robin Knox-Johnston en 1968/69. » 91 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


JOSHUA

© PPL

L’histoire de la bataille de Sir Robin KnoxJohnston pour rester devant le marin français Bernard Moitessier dans la course du Golden Globe du Sunday Times de 1968/9 autour du monde est devenu une légende… La Golden Globe Race de 2018, organisée pour célébrer le 50e anniversaire de la victoire de Knox-Johnston sur son voilier traditionnel de 32 pieds, le Suhaili, a attiré 18 navigateurs de 14 pays différents pour concourir contre des voiliers similaires, de 32 à 36 pieds de long. Cette course, au départ des Sables d’Olonne le 1er juillet prochain, a attiré tellement d’intérêt que certains concurrents, incapables de se préparer à temps, se tournent vers la course de 2022. Cette annonce, proclamée lors du 49e anniversaire du départ de Moitessier, le 22 août 1968, de Plymouth, célébrera l’énorme contribution du Français au monde de la Voile en solitaire, en introduisant une deuxième catégorie de voiliers à la flotte, la Class Joshua One-Design, des 40 pieds fabriqués et conçus en acier.

© PPL

La nouvelle Class Joshua One-Design sera inaugurée dans l’édition 2022 de la Golden Globe Race

© PPL

2022

92 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


Le départ de la course originale du Sunday Times était souple. Les concurrents pouvaient partir de n’importe quel port du nord de l’Europe entre le 1er juin et le 31 octobre. Le gagnant était le premier à revenir à son point de départ et devenait de fait le premier homme à avoir navigué en solitaire sans escale autour du Globe. Un chèque de £ 5,000 attendait le plus rapide. Knox-Johnston partit de Falmouth à bord de son Suhaili le 14 juin. Moitessier suivit 79 jours plus tard dans son ketch d’acier de 40 pieds, le Joshua. Au cap Horn, cet écart était descendu à 17 jours, et beaucoup s’attendaient à ce que Moitessier dépasse son rival britannique sur la remontée finale des 8 000 milles de l’Atlantique. Mais au lieu de continuer à courir après sa part de gloire, Moitessier inexplicablement fit demi-tour vers l’est pour effectuer une deuxième navigation de l’océan Austral. Le reste du monde apprit la nouvelle de ce volt-face lorsque le Français délivra un message lançé par catapulte sur un navire ancré à Cape Town, en disant qu’il avait décidé de ne pas terminer la course, mais de continuer sur un deuxième circuit «Pour sauver mon âme «Comme il l’a dit. Pendant ce temps là, le ketch traditionnel de Knox-Johnston, le Suhaili, se rapprochait de la côte ouest de la Manche et il devint le seul finaliste sur les neuf participants. Moitessier, finalement jeta l’ancre à Tahiti. Le Français aurait-il doublé Knox-Johnston sur la dernière manche de l’Atlantique ? Des débats acharnés continuent à travers la Manche. Knox-Johnston reconnaît qu’ils auraient été proches. Un mythe erroné suggère même que le Joshua aurait été devant le Suhaili au Cap Horn.

La coque n°1 actuellement en construction à Izmir, chez Asboat Yacht Builder, en Turquie, sera présentée aux côtés du Joshua original, au départ de la Golden Globe Race 2018, à Plymouth. Dans l’esprit du JOSHUA de Moitessier, tout ce qui concerne ce nouveau design est inspiré de l’original. Avec une coque légèrement plus longue, un peu plus de largeur, de tirant d’eau et de mât principal, l’essence reste la même. Il ressemblera, et voguera comme l’original. Construits dans des plaques en acier de 5mm, 6mm et 8mm découpées au laser, ces voiliers sont fabriqués selon les normes strictes One-Design. «C’est un développement passionnant pour la Golden Globe Race, créant une nouvelle catégorie de voiliers, simples, sûrs, abordables et compétitifs au design adapté pour naviguer partout à travers le monde» ajoute McIntyre. «Il est incroyablement solide avec cinq compartiments étanches, et sera un voilier classique pour des aventures maritimes en hautes latitudes, capables de traverser n’importe quel océan en sécurité, y compris l’Antarctique, avant ou après la Golden Globe Race 2022».

© PPL

La Golden Globe Race 2022 permettra le test décisif. Une flotte maximale de 10 voiliers Joshua Golden Globe One Design constituera la Class 2. Cette nouvelle catégorie s’élancera probablement le dimanche 21 août 2022, environ trois semaines après les plus petits voiliers de la Class Suhaili. La date exacte sera déterminée à partir du temps moyen des six premiers voiliers à accomplir la Golden Globe Race 2018. «Nous estimons que les premiers bateaux de la GGR 2018 pourraient améliorer de 40 à 50 jours, le record du Suhaili qui était de 313 jours. Il est donc important de définir un interval de temps réaliste plutôt qu’historique entre les deux catégories», explique le fondateur de la course, Don McIntyre.

93 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


Joshua Moitessier

Le cahier des charges One-design stipule également le nombre de voiles qui peuvent être transportées pendant la course. Pour mettre chacun sur un pied d’égalité, les voiles de tous les voiliers de la Class Joshua seront fabriquées par un fournisseur officiel. Et pour accentuer l’esprit de Bernard Moitessier, les concurrents ne pourront utiliser que des répliques du système original de direction, le régulateur d’allures du vaisseau original, celui du Joshua. Il n’y aura pas de place à bord pour un système de pilotage de type commercial. Un voilier Joshua entièrement équipé GGR, et l’inscription à la course de 2022 coûteront environ 300 000 euros. Le carnet de commandes est déjà ouvert sur www.joshuagg.com où sont également affichés les détails et le règlement pour cette catégorie de voiliers.

d'après le plan META

LA GOLDEN GLOBE RACE 2022 Les inscriptions pour la Golden Globe Race 2022 ouvriront le 22 août 2018. Les 22 projets de voiliers de course en cours, y compris les répliques du Suhaili Eric Design déjà approuvés pour la GGR 2018, seront maintenus et constitueront la Class Suhaili. Il y aura un maximum de 20 places disponibles. La nouvelle Class Joshua sera limitée à 10 bateaux, tous construits sous licence One-Design, aux mêmes règles strictes. Le règlement de course sera inspiré de celui de la GGR 2018 avec seulement des modifications mineures attendues. Cela recrée la bataille originale de la Golden Globe Race de 1968, avec les voiliers de la Class Suhaili qui seront poursuivis par la flotte de la Class Joshua One-Design. Il y aura un classement général et par catégories, avec un trophée spécial pour le premier Joshua à arriver à Tahiti au deuxième tour !

Echelle : 1/40

94 | LES SABLES MAGAZINE •

2018


RESIDENCES SENIOR S

VILLAS GINKGOS

Fondé par des professionnels de la longévité ;zǀĂŶ ĂŶĞƚ͕ DĂƩŚŝĞƵ >ĞĐůĂŝƌ Ğƚ &ƌĂŶĐŬ :ĂŚĂŶͿ͕ ůĞ ƉƌŽũĞƚ ĚĞƐ Villas Ginkgos ƌĞƉŽƐĞ ƐƵƌ ƉůƵƐŝĞƵƌƐƉŝůŝĞƌƐƋƵŝĞŶĨŽŶƚƐŽŶĐĂƌĂĐƚğƌĞƵŶŝƋƵĞĞƚůĞƐƵĐĐğƐĚĞƐĞƐƋƵĂƚƌĞƌĠƐŝĚĞŶĐĞƐƐĞŶŝŽƌƐ͗ ͻ>͛ŝŵƉůĂŶƚĂƟŽŶĚĞƐĞƐƌĠƐŝĚĞŶĐĞƐĞŶhyper centre-ville,ĂƵĐƈƵƌĚĞůĂǀŝĞ͕ăƉƌŽdžŝŵŝƚĠĚĞƐĐŽŵŵĞƌĐĞƐƉŽƵƌƌĞƐƚĞƌĂĐƚĞƵƌĚĞƐĂǀŝĞ • La qualité architecturale :  ͲĚĞƐůŽŐĞŵĞŶƚƐ;ůƵŵŝŶĞƵdž͕ƐƉĂĐŝĞƵdž͕ĂǀĞĐƵŶĞͨǀƌĂŝĞͩĐƵŝƐŝŶĞĂŵĠŶĂŐĠĞĞƚĠƋƵŝƉĠĞ͕ĂĚĂƉƚĠƐăů͛ĂǀĂŶĐĠĞĞŶąŐĞ͕ĚŽƵĐŚĞĚĞƉůĂŝŶͲƉŝĞĚ͕ďĂůĐŽŶŽƵ ƚĞƌƌĂƐƐĞͿ  ͲĚĞƐĞƐƉĂĐĞƐĚĞǀŝĞĐŽŵŵƵŶƐĚĞĐŽŶǀŝǀŝĂůŝƚĠĞƚĚĠĚŝĠƐăůĂƐƟŵƵůĂƟŽŶ͕ĂƵďŝĞŶͲġƚƌĞĞƚĂƵdžĂĐƟǀŝƚĠƐĚĞŵĂŝŶƟĞŶĚĞů͛ĂƵƚŽŶŽŵŝĞƉŚLJƐŝƋƵĞ;ƉŝƐĐŝŶĞ ĐŚĂƵīĠĞăϯϬΣͿĞƚĐŽŐŶŝƟǀĞĂǀĞĐƵŶĞĠƋƵŝƉĞƉĞƌŵĂŶĞŶƚĞĚĞƉƌŽĨĞƐƐŝŽŶŶĞůƐƋƵĂůŝĮĠƐĞƚƉƌĠƐĞŶƚƐϯϲϱũͬĂŶ • Une ƌĞƐƚĂƵƌĂƟŽŶͨĨĂŝƚŵĂŝƐŽŶͩăďĂƐĞĚĞƉƌŽĚƵŝƚƐĨƌĂŝƐĞƚĚĞƐĂŝƐŽŶƐ͕ĐŽŶĐŽĐƚĠƐƉĂƌŶŽƐŚĞĨƐĞƚŽƵǀĞƌƚƐƵƌů͛ĞdžƚĠƌŝĞƵƌ;ƌĠƐĞƌǀĂƟŽŶĂƵŶƵŵĠƌŽ ĚĞƚĠůĠƉŚŽŶĞĚĞůĂƌĠƐŝĚĞŶĐĞͿ • Une ĚĠĐŽƌĂƟŽŶĐŽŶƚĞŵƉŽƌĂŝŶĞ͕ŚĂďŝůůĠĞĂǀĞĐŐŽƸƚĚĞĐŽƵůĞƵƌƐĐŚĂƵĚĞƐĞƚƐƟŵƵůĂŶƚĞƐƉŽƵƌŝŵƉĂĐƚĞƌƉŽƐŝƟǀĞŵĞŶƚůĞŵŽƌĂůĞƚůĞƐĞŶǀŝĞƐĚĞƐ ŚĂďŝƚĂŶƚƐ ͻĞƐ ƚĂƌŝĨƐĂĐĐĞƐƐŝďůĞƐĮŶĂŶĐŝğƌĞŵĞŶƚĂƵdžƐĞŶŝŽƌƐ ĂĮŶĚ͛ŽīƌŝƌăƚŽƵƐĐĞƵdžƋƵŝůĞĚĠƐŝƌĞŶƚ͕ƵŶĞƉŽƵƌƐƵŝƚĞĚĞƉƌŽũĞƚĚĞǀŝĞăĚĞƐĐŽƸƚƐƚƌğƐ ĐŽŵƉĠƟƟĨƐ͕ĞŶůŽƵĂŶƚƵŶdϮŽƵdϯ • Une ambiance chaleureuseĞƚĨĂŵŝůŝĂůĞĚĂŶƐůĞĐĂĚƌĞĚ͛ƵŶĂĐĐŽŵƉĂŐŶĞŵĞŶƚŚƵŵĂŝŶĞdžĐĞƉƟŽŶŶĞůĂƵƐĞƌǀŝĐĞĚĞůĂůŽŶŐĠǀŝƚĠ

©

zǨǓǠWǧǓǞǛǕ

Les Villas Ginkgos, c’est quatre Résidences Seniors : Les Sables-d’Olonne - Saint-Jean-de-Monts - Challans et Rezé

02 51 20 19 20

www.villas-ginkgos.com


Les Sables d’Olonne Magazine - Hors série spécial GGR 2018 Rédaction : Céline Trommenschlager Christophe Favreau Caroline Violot GGR organisation Nathalie Bohain Les Sables d’Olonne Agglomération Jimmy Bertrand Destination les Sables d’Olonne Fabienne Morin Effet mer – PRB Associations la Méridienne Musée maritime la Rochelle Jean-Marc Arthot Crédits photographiques : GGR organisation PPL Christophe Favreau Effet mer Jean-Marc Arthot Jean-Pierre Morin 96 | LES SABLES MAGAZINE •

2018

Régie publicitaire Editions Offset 5 3 rue de la Tour La Mothe-Achard 85150 LES ACHARDS 02 51 94 77 78 s.mendelski@offset5.fr Conception impression : IMPRIMERIE OFFSET 5 3 rue de la Tour CS 90017 La Mothe-Achard 85150 LES ACHARDS 02 51 94 79 14 www.offset5.com

Dépôt légal. 2e trimestre 2018 ISBN. 978-2-8139-0101-9


Profile for Offset5

GOLDEN GLOBE RACE 2018  

Editions Offset 5

GOLDEN GLOBE RACE 2018  

Editions Offset 5

Profile for offset5