Page 1

Réflexion théorique  sur  le  sens  de  bâEr   Le  rôle  du  temps  _  La  présence  du  passé   Mathias  Gervais  de  Lafond   ENSAL,  Ens.  TPCAU,  Archi.  


ENSAL _Réflexion  théorique  sur  le  sens  de  bâEr   Le  rôle  du  temps  _  La  présence  du  passé   1.      La  mémoire  individuelle    a)  La  mémoire  d’une  émoEon    b)  La  consEtuEon  d’un  savoir     2.      La  mémoire  collec3ve    a)  Des  origines  partagées    b)  Les  chefs  d’œuvre  du  passé    c)  La  valeur  de  la  référence    d)  La  tradiEon  et  la  conEnuité     3.      Le  lieu  de  mémoire    a)  Lieu  existant      b)  Lieu  consEtué   4.  La  mémoire  du  lieu    a)  Réagir  à  la  présence  du  passé     b)  La  recherche  d’enracinement    


ENSAL _Réflexion  théorique  sur  le  sens  de  bâEr   Le  rôle  du  temps  _  La  présence  du  passé   1.      La  mémoire  individuelle    a)  La  mémoire  d’une  émoEon  


Apport théorique  de  Roland  Barthes  :   Extrait  de  La  chambre  Claire,  Ed.  Gallimard,  1989  

  ÊTRE  DANS  L’HISTOIRE  /  ÊTRE  FACE  À  LA  MÉMOIRE  ?   •  Refuser  toute  hiérarchie  entre  les  différents  temps  de  l’Histoire   •  S’intégrer  un  conEnuum  temporel   •  Roland  Barthes  parle  d’exclusion  historique  ;  recherchons  l’inclusion.    

« Ainsi,  la  vie  de  quelqu’un  dont  l’existence  a  précèdé  d’un  peu  la  notre  Eent  enclose  dans  sa   parEcularité́  la  tension  même  de  l’Histoire,  son  partage.  L’Histoire  est  hystérique  :  elle  ne  se   consEtue  que  si  on  la  regarde  —  et  pour  la  regarder,  il  faut  en  être  exclu.  Comme  âme  vivante,   je  suis  le  contraire  même  de  l’Histoire,  ce  qui  la  dément,  la  détruit  au  profit  de  ma  seule   histoire  (impossible  pour  moi  de  croire  aux  «  témoins  »  ;  impossible  du  moins  d’en  être  un  ;   Michelet  n’a  pour  ainsi  dire  rien  pu  écrire  sur  son  propre  temps).  Le  temps  où  ma  mère  a  vécu   avant  moi,  c’est  ça,  pour  moi,  l’Histoire  (c’est  d’ailleurs  ceme  époque  qui  m’intéresse  le  plus,   historiquement).  Aucune  anamnèse  ne  pourra  jamais  me  faire  entre-­‐  voir  ce  temps  à  parEr  de   moi-­‐même  (c’est  la  définiEon  de  l’anamnèse)  —  alors  que,  contemplant  une  photo  où  elle  me   serre,  enfant,  contre  elle,  je  puis  réveiller  en  moi  la  douceur  froissée  du  crêpe  de  Chine  et  le   parfum  de  la  poudre  de  riz.  »     Approfondissement  :  Régime  D’historicité,  François  Hartog        


Apport théorique  de  Peter  Zumthor  :  

•  Se  servir  consciemment  de  notre  expérience  vécue  de  l’architecture  comme  base  de   travail  de  projet.   •  Nous  avons  fait  l’expérience  de  l’architecture  avant  de  connaître  le  mot  lui-­‐même.   •  Les  racines  de  notre  compréhension  de  l’architecture  plongent  dans  nos  expériences   passées,  dans  notre  enfance,  dans  notre  biographie.   •  Nous  nous  demandons  ce  qui,  dans  telle  ou  telle  maison,  telle  ou  telle  ville,  nous  a   impressionnés,  touchés,  et  pourquoi.   •  Pour  concevoir  un  projet,  pour  inventer  des  architectures,  nous  devons  apprendre  à   avoir  un  rapport  conscient  à  notre  environnement.  C ’est  un  travail  de  recherche,  un   travail  de  mémoire.   •  «  Lorsque  je  travaille  à  un  projet,  je  me  laisse  guider  par  les  images  et  les  atmosphères   (SAmmungen)  qui  me  reviennent  en  mémoire  et  que  je  peux  associer  à  l’architecture  que   je  recherche  ».  P.  Zumthor   •  «  L’enfance  est  le  temps  où  je  faisais  l’expérience  de  l’architecture  sans  y  réfléchir  »  ;  il   en  reste  des  souvenirs  d’objets  touchés,  de  pas  sur  le  graviers,  de  bruits  de  portes  qui  se   ferment,  etc.       Bibliographie  :   •  Atmosphères,  Peter  Zumthor,  Birkhauser   •  Penser  l’architecture,  Peter  Zumthor,  Birkhauser   •  L’autobiographie  ScienEfique,  Aldo  Rossi,  EdiEons  Parenthèses  


Illustra3on :   Atmosphères,  Peter  Zumthor,  Birkhauser   Die  Toteninsel,  Arnold  Böcklin,  1880   Kunstmuseum  Bâle  


Illustra3on :   Atmosphères,  Peter  Zumthor,  Birkhauser   Broad  Street  StaEon,  Richmond,  VA   John  Russel  Pope,  1919  


Illustra3on :   Atmosphères,  Peter  Zumthor,  Birkhauser   Pont  en  Italie  


Illustra3on :   Atmosphères,  Peter  Zumthor,  Birkhauser   Maison  d’étudiants,  Clausiusstrasse  à  Zurich   Haus  Baumgartner,  1936  


Illustra3on :   Atmosphères,  Peter  Zumthor,  Birkhauser   Kunsthaus  Bergenz  (bar),  P.  Zumthor,  1997  


Illustra3on :   Atmosphères,  Peter  Zumthor,  Birkhauser   Chapelle  Saint  Nicolas  de  Flüe,  Mechernich   Maqueme  d’étude  


Illustra3on :   Atmosphères,  Peter  Zumthor,  Birkhauser   Chapelle  Saint  Nicolas  de  Flüe,  Mechernich   Ouverture  vers  le  ciel   (maqueme  d’étude  à  gauche  et  projet  réalisé  à  droite)  


Apport théorique  de  Valerio  OlgiaE  :       •  V.  OlgiaE  fait  avancer  sa  réflexion  à  parEr  «  d’images  de  pensées  »  qui  consEtuent  une   autobiographie  iconographique.   •  Ces  images  son  accumulées,  pas  nécessairement  produites.   •  Elles  portent  la  trace  d’une  émoEon  profonde  qui  l’a  interpelé.   •  Ces  images  sont  sélecEonnées  pour  la  profondeur  des  quesEons  qu’elles  posent,  que   ce  soit  sur  le  plan  de  la  forme  (descripEon  d’un  espace,  d’un  mouvement,  d’une  maEère)   ou  du  fond  (en  parEculier  sur  les  notons  d’histoire,  de  temps,  de  sol,  de  lieu,  de   paysage).     •  Il  fabrique  une  mémoire  «  arEficielle  »,  une  mémoire  idéale.   •  Ces  images  deviennent  des  points  de  départ  (par  la  force  émoEonnelle  qu’elles   conEennent).   •  Il  tente  de  retrouver  dans  les  projets  qu’il  conçoit  la  fascinaEon  que  ces  images   exercent  sur  lui.  La  mémoire  est  un  moteur  dans  son  processus  de  concepEon.       Bibliographie  :   •  El  Croquis  156,  Valerio  OlgiaE  (1996-­‐2011)    


Illustra3on :   Iconographie  autobiographique   Valerio  OlgiaE  


Illustra3on :   Iconographie  autobiographique   Valerio  OlgiaE  


Illustra3on :   Iconographie  autobiographique   Valerio  OlgiaE  


Illustra3on :   Iconographie  autobiographique   Valerio  OlgiaE  


Illustra3on :   Iconographie  autobiographique   Valerio  OlgiaE  


ENSAL _Réflexion  théorique  sur  le  sens  de  bâEr   Le  rôle  du  temps  _  La  présence  du  passé   1.      La  mémoire  individuelle    a)  La  mémoire  d’une  émoEon    b)  La  consEtuEon  d’un  savoir  


Apport théorique  de  Mario  Boma  :    

•  Construire  est  un  acte  fondateur,  l’expression  d’une  exigence  inhérente  à  l’espèce   humaine,  celle  de  transformer  l’état  de  nature  en  état  de  culture.     •  La  connaissance  du  monde  et  des  cultures  qui  nous  entourent  est  indispensable  pour   interpréter  les  besoins  de  notre  temps.     •  Sans  disEncEon  de  temps  et  de  lieux,  ce  savoir  est  libérateur  dans  la  formulaEon  d’une   proposiEon  projectuelle.   •  Ceme  connaissance  nous  aide  à  prendre  posiEon  contre  la  banalisaEon  du  bâE  qui  nous   environne.   •  Certaines  œuvres  prennent  la  force  d’un  guide  et  nous  font  avancer  dans  notre   recherche  de  significaEon  de  l’architecture.         Bibliographie  :   •  Ethique  du  bâE,  Mario  Boma,  EdiEons  Parenthèses   •  Mario  Boma,  Architecture  et  mémoire,  ExposiEon  Centre  Durrenmam  Neuchatel  


Illustra3on :   Chapelle  de  Roveredo   Canton  des  Grisons,  XVIIIe  siècle   Mémoire  et  Architecture  (Mario  BoKa)    

La connaissance  du  monde  et  des  cultures  alimente  notre  capacité  à  concevoir  :    Bien  que  sa  dimension  soit  réduite,  une  grande  force  se  dégage  de  son  élévaEon.  Il  y   a  une  réducEon  vers  l’essenEel  :  façade  porEque,  refuge.  


Illustra3on :   The  Falling  Water  House   Frank  Lloyd  Right,  1934-­‐37   Mémoire  et  Architecture  (Mario  BoKa)    

Le processus  de  réflexion  présent  dans  d’autres  projets  interrogent  le  concepteur  :   Ici,  l’intensité  vient  du  rapport  entre  ouvrage  bâE  et  son  environnement.  Il  y  a  la  poésie  d’une   architecture  qui  croit  en  la  possibilité  d’un  nouvel  équilibre  entre  l’homme  et  la  nature.  


Illustra3on :   Pier  Paolo  Pasolini   Salo,  1975   Mémoire  et  Architecture  (Mario  BoKa)    

Toutes les  disciplines  peuvent  interroger  la  pensée  de  l’architecture  :     Pasolini  est  un  intellectuel  (écrivain,  cinéaste,  poète)  dont  la  producEon   quesEonne  le  travail  de  Mario  Boma.  


Illustra3on :   Andreï  Tarkovski,  Le  Sacrifice,  1986   Une  référence  majeure  pour  Pierre  Louis  Faloci    

Point de  vue  /  cadrage  /  hors  cadre  /  séquence        


Illustra3on :   Giorgio  Morandi   Nature  morte,  1930   Mémoire  et  Architecture  (Mario  BoKa)    

L’architecte est  un  intellectuel  dont  la  culture  (présence  du  passé)  nourrit  ses  réflexions  :   Ici,  interrogaEon  sur  la  raréfacEon  de  l’espace  dans  ses  composiEons,  la  paix,  le  silence,  la  sobriété.   L’humilité  comme  fait  poéEque.  


Illustra3on :   Giomo   Il  baccio  di  Giuda,  1303   Mémoire  et  Architecture  (Mario  BoKa)    

Il n’y  a  pas  de  limite  dans  l’apport  de  nos  connaissances  pour  interroger  l’architecture  :    Ici,  une  peinture  intemporelle,  qui  met  l’observateur  face  à  la  magie  de  la  narraEon.  Elle  ouvre  des   paysages  imaginaires,  idenEfiées  comme  réels.  


ENSAL _Réflexion  théorique  sur  le  sens  de  bâEr   Le  rôle  du  temps  _  La  présence  du  passé   1.      La  mémoire  individuelle    a)  La  mémoire  d’une  émoEon    b)  La  consEtuEon  d’un  savoir     2.      La  mémoire  collec3ve    a)  Des  origines  partagées  


Apport théorique  de  Remy  Butler  :  

    •  Depuis  Vitruve  (1er  siècle  av  JC)  il  existe  des  traités  d’architecture,  qui  exposent  des   «  recemes  »  de  proporEons  ou  des  règles  de  construcEon.   •  Une  Histoire  et  des  théoriques  commune  lie  l’humanité  et  son  architecture.   •  Sans  théories,  l’architecture  n’est  qu’un  commerce  (Leon  BaEsta  AlberE).     •  Le  monde  s’est  écrit  bien  avant  notre  généraEon.  Nous  quesEonnons  sans  cesse   l’édificaEon  d’un  monde  dont  nous  n’avons  pas  posé  les  premières  pierres.   •  Chaque  généraEon  ré-­‐interprète  les  quesEons  «  simples  »  que  pose  l’architecture   (franchir  /  supporter,  contenir  /  abriter)   •  Stonhenge  (2600  ans  av  JC)  pose  les  premières  pierres  de  quesEonnements  qui  nous   animent  encore  aujourd’hui  (s’encrer  sur  le  sol,  s’élever  vers  le  ciel,  délimiter  et   hiérarchiser  un  espace,  matérialiser  une  pensée).   •  Tout  part  de  construcEons  fondatrices  :  la  cabane  et  la  tombe,  conEnuellement   réinterrogés.         Bibliographie  :   •  Réflexion  sur  la  quesEon  architecturale,  Remy  Butler,  Les  Belles  Lemres  


• La  tombe  est  l’un  des  premiers  espaces  conçus  par  l’homme.  Après  la  sépulture.   •  L’espace  humaine  se  disEngue  du  règne  animal  par  la  conscience  de  la  mort.   •  La  peur  de  l’au-­‐delà  jusEfie  le  soin  apporté  au  confort  du  défunt.   •  Afin  de  protéger  toute  intrusion,  la  tombe  doit  être  la  plus  pérenne  possible,  capable  de  traverser  les   généraEons   •  Ceme  valeur  symbolique  donnée  à  la  pierre  consEtue  une  origine  primordiale  de  l’architecture.   •  C ’est  la  célébraEon  du  sacré,  qui  se  déclinera  dans  les  temples,  les  cathédrales,  les  palais,  etc.       Iconographie  :   Pyramide  de  Saqqarah   2600  ans  av  JC  


Iconographie :   Valerio  OlgiaE  


• La  cabane  primiEve  est  une  autre  origine  de   l’architecture.   •  La  tente,  la  cabane  ont  un  caractère  éphémère  mais   parEcipent  à  accomplir  un  besoin  fondamental  de   l’Homme  :  avoir  un  abri   •  C ’est  la  recherche  de  l’habitat       Iconographie  :   Cabane  PrimiEve   Marc  Antoine  Laugier  (1753)  


Iconographie :   Peter  Zumthor    


• Le  nid  est  aussi  selon  Sou  Fujimoto  fondateur  des  gestes  primiEfs  de  l’architecture.   •  L’architecture  dom-­‐ino  représente  la  voie  ouverte  par  le  nid  (interdépendance  d’une  ossature  empilée).   •  «  L’architecture  de  demain,  donc  d’aujourd’hui,  doit  renouer  avec  des  gestes  essenEels,  donc  «  primiEfs  »   Sou  Fujimoto.       Iconographie  :   Ossature  dom-­‐ino   Le  Corbusier  1914  


Iconographie :   Renzo  Piano  à  Nouméa  (Nid  :  ossature  «  tressée  »)  


• La  grome  est  aussi  espace  primiEf  qui  a   un  impact  sur  l’origine  de  l’architecture.   •  L’architecture  contemporaine  interroge   et  reste  en  relaEon  avec  ses  origines.      


Iconographie :   Agence  Sanaa,  Musée  Naoshima,  Japon  


ENSAL _Réflexion  théorique  sur  le  sens  de  bâEr   Le  rôle  du  temps  _  La  présence  du  passé   1.      La  mémoire  individuelle    a)  La  mémoire  d’une  émoEon    b)  La  consEtuEon  d’un  savoir     2.      La  mémoire  collec3ve    a)  Des  origines  partagées    b)  Les  chefs  d’œuvre  du  passé  


Apport théorique  de  Livio  Vacchini:  

  •  Faire  du  projet  c’est  construire  une  pensée.   •  L’étude  et  l’analyse  des  œuvres  du  passé  ne  concerne  pas  tellement  leurs  formes,  mais   la  clarté  et  la  cohérence  de  leur  processus  de  pensée.   •  Si  l’on  considère  que  la  vérité  de  l’œuvre  architecturale  est  dans  la  perfecEon  du   caractère  inséparable  des  parEes,  dans  la  force  de  l’idée,  il  est  possible  de  s’instruire  de   bâEments  construits  il  y  a  des  millénaires.   •  La  force  de  la  pensée  organisatrice  et  la  puissance  de  la  réalisaEon  matérielle  restent   accessible,  peu  importe  le  temps  qui  nous  sépare  de  la  construcEon.   •  Ce  regard  sur  le  passé  n’a  rien  d’historiciste,  de  néo-­‐classique  ou  de  post-­‐moderne.  On   y  Ere  aucun  miméEsme,  aucun  maniérisme  formelle  issu  d’un  recyclage  d’images.   •  C ’est  un  regard  qui  veut  aller  au  source  de  l’invenEon  véritable,  qui  se  pose  les   quesEons  essenEelles  de  l’architecture,  celles  qui  doivent  conEnuellement  être  posées  à   nouveau.   •  Cet  intérêt  pour  les  chefs  d’œuvre  du  passé  est  avant  tout  une  a‚tude  éthique  et   mentale  ;  ce  n’est  pas  une  nostalgie  esthéEque.         Bibliographie  :   •  Capolavori,  Livio  Vacchini,  EdiEons  du  Linteau  


ENSAL _Réflexion  théorique  sur  le  sens  de  bâEr   Le  rôle  du  temps  _  La  présence  du  passé   1.      La  mémoire  individuelle    a)  La  mémoire  d’une  émoEon    b)  La  consEtuEon  d’un  savoir     2.      La  mémoire  collec3ve    a)  Des  origines  partagées    b)  Les  chefs  d’œuvre  du  passé    c)  La  valeur  de  la  référence  


Apport théorique  de  Mario  Boma  :  

  •  L’imitaEon  pose  problème  parce  que  dans  la   majorité  des  cas,  elle  ne  vient  pas  puiser  dans  les   principes  d’organisaEon  ou  dans  l’approche   méthodologique,  mais  presque  toujours  dans  l’image   finale.  C ’est  ainsi  qu’il  n’y  a  plus  que  les  éléments   excepEonnels  qui  soient  pris  en  compte  au  détriment   de  ceux  qui  consEtuent  la  règle.                             Bibliographie  :   •  Ethique  du  bâE,  Mario  Boma,  EdiEons  Parenthèses  


Apport théorique  d’Aldo  Rossi:  

  •  Se  référer  à  certaines  œuvres,  c’est  «  être  en  mesure   de  formuler  clairement  de  quelle  architecture  naît  notre   propre  architecture  ».                                         Bibliographie  :   •  Une  architecture  pour  les  musée,  ArEcle  Architecture  D’Aujourd’hui,  n°263,   1989  


Apport théorique  de  Valerio  OlgiaE:  

  •  Il  est  impossible  de  concevoir  sans  références.  Elles   représentent  un  moyen  de  dépassement,  d’aller  au  delà   des  tradiEons  qu’elles  représentent.   •  La  référence  est  regardée  de  manière  «  non   historique  »  (a-­‐historically).  


Illustra3ons :   Villa  Savoye,  Le  Corbusier,  1928-­‐1931   Villa  Lemoine,  Rem  Koolhaas,  1994-­‐1998      


• La  maison  de  Floirac  se  présente  sous  la  forme  d’une   superposiEon  de  3  niveaux,  spaEalement  très  différent.   Elle  s’inscrit  dans  une  filiaEon  avec  la  Villa  Savoye  de  Le   Corbusier  (plan  libre  pour  tous  les  niveaux,  façade  libre,   piloEs,  toit  terrasse,  fenêtre  en  bandeau)  et  pourtant  la   concepEon  de  ceme  maison  est  bien  singulière.   •  Il  n’y  plus  d’élément  d’ossature  primaire  ou  secondaire,   tous  les  éléments  construcEf  sont  interdépendants.   •  Si  la  même  fluidité  spaEale  est  recherchée,  la  dysmétrie   et  l’interdépendance  structurelle  donne  à  la  maison  un   légèreté  supplémentaire.      


Illustra3ons :   Villa  Savoye,  Le  Corbusier,  1928-­‐1931   Villa  Dall’Ava,  Rem  Koolhaas,  1983      


• Rem  Koolhaas  semble  manipuler  le  même   vocabulaire  architectural  mais  pour  produire  un   objet  complètement  différent.     •  La  tabula  Rasa  moderniste  est  d’une  rigueur   quasi  «  académique  »  en  comparaison  aux  prises   de  libertés  de  l’OMA.  Il  joue  avec  la  dimension   symbolique  et  statutaire  de  la  villa  d’architecte.     •  Il  crée  des  perturbaEons,  des  anomalies,  qui  ré-­‐ acEvent  notre  conscience  d’être  au  lieu.  Il  joue   avec  les  «  connivences  »  culturelles,  ce  qui   nécessite  une  parfaite  maîtrise  de  la  mémoire   collecEve.      

Illustra3ons :   Villa  Savoye,  Le  Corbusier,  1928-­‐1931   Villa  Dall’Ava,  Rem  Koolhaas,  1983      


Illustra3ons :   Villa  Savoye,  Le  Corbusier,  1928-­‐1931   Maison  1  mur,  ChrisEan  Kerez,  2007      


• L’usage  de  la  référence  n’est  pas  ici  miméEque,  ni   même  dans  un  rapport  de  filiaEon.     •  Au  contraire,  la  référence  peut  être  uElisée  pour   changer  la  règle,  rebamre  les  cartes.  ChrisEan  Kerez   interroge  le  bien  fondé  du  plan  libre  revendiquée   par  le  mouvement  moderne.      


Apport théorique  d’Herzog  et  de  Meuron  :     •  L’architecture  pose  les  même  quesEons   fondamentales  depuis  des  siècles.   •  Il  est  possible  de  faire  un  usage  renouvelé   de  matériaux  et  de  formes  banales.     •  «  Voilà  exactement  ce  qui  nous  intéresse  :  se   servir  de  formes  et  de  matériaux  connus,  mais   d’une  façon    nouvelle  qui  les  fasse  redevenir   vivants.  »   •  De  cet  usage  il  résultera  une  ambiguïté   entre  une  chose  qui  paraît  familière  et   quelque  chose  d’inamendu,  d’intriguant  voir   même  de  perturbant.   •  La  tradiEon,  c’est  avant  tout  le   quesEonnement  d’un  savoir  faire.       IllustraEons  :   Herzog  &  de  meuron,  Rudin  house,  1997    


Apport théorique  de  Jacques  Lucan  :     •  On  peut  faire  le  constat  du  déclin  des   tradiEons  arEsanales  de  construcEon.   L’intérêt  renouvelé  pour  l’être-­‐là  des   matériaux  correspondrait  à  une  résistance   face  à  ce  déclin.     •  On  peut  rechercher  la  «  vérité  »  porté  par   un  matériau,  par  une  mise  en  œuvre   intelligible.   •  L’appréhension  du  bâEment  doit   permemre  de  comprendre  comment  il  a  été   conçu.   •  Concevoir  un  objet  que  l’on  puisse   décoder,  c’est  proposer  un  objet  dont  la   cohérence  et  la  compréhension  sont   «  interne  »,  ce  qui  va  nécessairement  au   delà  de  l’évocaEon  possible  d’images   «  externes  ».   •  L’œuvre  est  autonome.  Elle  existe  pour   elle  seule.       Herzog  &  de  meuron,  Maison  pour  un  collecEonneur,  1986  


Bearth &  Deplazes,  Tower  house  


« Il  faut  arracher  le  monopôle  de  la  tradiEon  aux  tradiEonnalistes  ».    Pier  Paolo  Pasolini  


ConEnuité de  mise  en  œuvre,  sans  miméEsme  de   pensée  :     •  Une  même  carrière  alimente  en  pierre  la  région   du  sud  de  la  France  depuis  plusieurs  milliers   d’années.   •  Cependant,  chaque  généraEon  ré-­‐interprète  et   re-­‐quesEonne  la  mise  en  œuvre  de  ce  matériaux   «  tradiEonnel  ».                                       IllustraEon  :   Carrère  de  pierre  du  Gard   Pont  du  Gard  (1er  siècle)  


• Une  même  carrière  alimente  en  pierre  la   région  du  sud  de  la  France  depuis  plusieurs   milliers  d’années.   •  Cependant,  chaque  généraEon  ré-­‐interprète   et  re-­‐quesEonne  la  mise  en  œuvre  de  ce   matériaux  «  tradiEonnel  ».                                                 IllustraEon  :   Logement  collecEf,  Fernand  Pouillon,  Marseille,  1953  


IllustraEons :   Gilles  Perraudin,  maison  croix  rousse,  2010   Gilles  Perraudin,  Chaie  viEcol,  Vauvert,  1998    


ENSAL _Réflexion  théorique  sur  le  sens  de  bâEr   Le  rôle  du  temps  _  La  présence  du  passé   1.      La  mémoire  individuelle    a)  La  mémoire  d’une  émoEon    b)  La  consEtuEon  d’un  savoir     2.      La  mémoire  collec3ve    a)  Des  origines  partagées    b)  Les  chefs  d’œuvre  du  passé    c)  La  valeur  de  la  référence    d)  La  tradiEon  et  la  conEnuité     3.      Le  lieu  de  mémoire    a)  Lieu  existant    


DéfiniEon :  

Selon  Pierre  Nora  (1931,  historien),  un  lieu  de   mémoire  dans  tous  les  sens  du  mot  va  de   l’objet  le  plus  matériel  et  concret,   éventuellement  géographiquement  situé,  à   l’objet  le  plus  abstrait  et  intellectuellement   construit.  Il  peut  donc  s’agit  d’un  monument,   d’un  personnage  important,  d’un  musée,  des   archives,  tout  autant  qu’un  symbole,  d’un   évènement  ou  d’une  insEtuEon.     Un  «  objet  »,  explique  Pierre  Nora,  devient   lieu  de  mémoire  quand  il  échappe  à  l’oubli,  et   quand  une  collecEvité  le  réinvesEt  de  son   affect  et  de  ses  émoEons.     En  architecture,  il  s’agit  d’associer  une   expérience  spaEale  et  une  prise  de   conscience  mentale.    


Village d’Oradour,  village  martyr  de  occupaEon  allemande    


Mur de  berlin  (1961-­‐1989),  en  2015    


Mémorial de  la  prison  Monluc,  1921    


ENSAL _Réflexion  théorique  sur  le  sens  de  bâEr   Le  rôle  du  temps  _  La  présence  du  passé   1.      La  mémoire  individuelle    a)  La  mémoire  d’une  émoEon    b)  La  consEtuEon  d’un  savoir     2.      La  mémoire  collec3ve    a)  Des  origines  partagées    b)  Les  chefs  d’œuvre  du  passé    c)  La  valeur  de  la  référence    d)  La  tradiEon  et  la  conEnuité     3.      Le  lieu  de  mémoire    a)  Lieu  existant      b)  Lieu  consEtué  


Projet :   Mémorial  des  déportés,  Paris,  1953-­‐1962   Georges  Henri  Pingusson  


ENSAL _  Le  rôle  du  temps  _  La  mémoire   3.    Le  lieu  de  mémoire   1.  Existant     2.  ConsEtué  


ENSAL _  Le  rôle  du  temps  _  La  mémoire   3.    Le  lieu  de  mémoire   1.  Existant     2.  ConsEtué  


ENSAL _  Le  rôle  du  temps  _  La  mémoire   3.    Le  lieu  de  mémoire   1.  Existant     2.  ConsEtué  


ENSAL _  Le  rôle  du  temps  _  La  mémoire   3.    Le  lieu  de  mémoire   1.  Existant     2.  ConsEtué  

Projet :   Mémorial  des  déportés,  Paris,  1953-­‐1962   Georges  Henri  Pingusson   Ill  :  plan  du  terrain  au  XVIIe  siècle  


Projet :   Mémorial  des  déportés,  Paris,  1953-­‐1962   Georges  Henri  Pingusson  


ENSAL _  Le  rôle  du  temps  _  La  mémoire   3.    Le  lieu  de  mémoire   1.  Existant     2.  ConsEtué  


Projet :   Mémorial  des  déportés,  Paris,  1953-­‐1962   Georges  Henri  Pingusson  


Projet :   Mémorial  des  déportés,  Paris,  1953-­‐1962   Georges  Henri  Pingusson  


Après sept  ans  d’exil  dans  différents  pays  d’Europe  c’est  un  Walter   Benjamin  épuisé  qui  arrive  à  Portbou  fin  septembre  1940.  Quelques   jours  plus  tôt  il  avait  fui  Paris,  le  lendemain  de  l’entrée  des  nazis   dans  la  capitale.   Il  vient  à  pied  de  Banyuls-­‐sur-­‐Mer,  a  grimpé  de  nuit  la  montagne  au-­‐ dessus  de  Cerbère  et  Portbou,  il  marche  sur  ceme  «  route  Lister  »   qui,  un  an  plus  tôt,  a  vu  se  tasser  500  000  civils  fuyant  l’enfer  de  la   guerre  d’Espagne  au  poste  fronEère  français  ;  en  haut  de  ce  col   venteux  et  désert  où  «  hurle  la  solitude  »  ceme  montagne  de  grés   entre  ciel  et  mer  où  les  falaises  des  Pyrénées  plongent  à  pic  dans  la   mer.  Un  pays  qui  se  préparait  à  vivre  à  l’ombre  de  la  dictature   organisée  par  les  éléments  les  plus  conservateurs  que  l’Espagne  aie   produit,  et  ce,  pendant  des  décennies.  Benjamin  a  laissé  à  José  l’ami   de  Berthold  Brecht  son  cartable  avec  son  manuscrit  qui  vaut  «  plus   que  sa  vie  »  selon  lui.  (Ci-­‐contre  :  Passeport  de  Walter  Benjamin  vers   1926,  Berlin,  Archives  Walter  Benjamin.)   Du  haut  du  col,  Portbou  apparait,  l’Espagne  est  là.  Benjamin  est   donc  sauvé.  Hélas…   Car  d’après  Lisa  Fimko,  les  autorités  espagnoles  ont  avisé  les  trois   fuyards  qu’une  nouvelle  direcEve  du  gouvernement  espagnol   préconisait  la  reconduite  des  réfugiés  en  France.  —  une   réglementaEon  qui  ne  sera  jamais  appliquée.  Benjamin  ne  supporte   pas  ceme    nouvelle.   Benjamin  vient  d’absorber  dit-­‐il  à  Henny  Gurland  (on  lira  dans  la   préface  l’histoire  de  ceme  lemre!)  une  dose  de  morphine  létale.  Il   avait  48  ans  et  s’amendait  à  être  reconduit  en  France.    

Projet :   Mémorial  Walter  Benjamin  (1892-­‐1940)   Port-­‐Bou,  1990,  Dani  Karavan  


Projet :   Mémorial  Walter  Benjamin  (1892-­‐1940)   Port-­‐Bou,  1990,  Dani  Karavan  


Projet :   Mémorial  Walter  Benjamin  (1892-­‐1940)   Port-­‐Bou,  1990,  Dani  Karavan  


Projet :   Mémorial  Walter  Benjamin  (1892-­‐1940)   Port-­‐Bou,  1990,  Dani  Karavan  


Projet :   Mémorial  Walter  Benjamin  (1892-­‐1940)   Port-­‐Bou,  1990,  Dani  Karavan  


Projet :   Mémorial  Walter  Benjamin  (1892-­‐1940)   Port-­‐Bou,  1990,  Dani  Karavan  


Projet :   Mémorial  Walter  Benjamin  (1892-­‐1940)   Port-­‐Bou,  1990,  Dani  Karavan  


Projet :   Mémorial  Walter  Benjamin  (1892-­‐1940)   Port-­‐Bou,  1990,  Dani  Karavan  


Projet :   Mémorial  Walter  Benjamin  (1892-­‐1940)   Port-­‐Bou,  1990,  Dani  Karavan  


Projet :   Mémorial  Walter  Benjamin  (1892-­‐1940)   Port-­‐Bou,  1990,  Dani  Karavan  


Projet :   Mémorial  Walter  Benjamin  (1892-­‐1940)   Port-­‐Bou,  1990,  Dani  Karavan  


Projet :   Mémorial  des  soldats  de  la  grande  guerre   Notre  Dame  de  Loreme  (Nord  pas  de  Calais)   Philippe  Prost,  2014  


Projet :   Mémorial  des  soldats  de  la  grande  guerre   Notre  Dame  de  Loreme  (Nord  pas  de  Calais)   Philippe  Prost,  2014  


Projet :   Mémorial  des  soldats  de  la  grande  guerre   Notre  Dame  de  Loreme  (Nord  pas  de  Calais)   Philippe  Prost,  2014  


Projet :   Mémorial  des  soldats  de  la  grande  guerre   Notre  Dame  de  Loreme  (Nord  pas  de  Calais)   Philippe  Prost,  2014  


Projet :   Mémorial  des  soldats  de  la  grande  guerre   Notre  Dame  de  Loreme  (Nord  pas  de  Calais)   Philippe  Prost,  2014  


Projet :   Mémorial  des  soldats  de  la  grande  guerre   Notre  Dame  de  Loreme  (Nord  pas  de  Calais)   Philippe  Prost,  2014  


Projet :   Mémorial  des  soldats  de  la  grande  guerre   Notre  Dame  de  Loreme  (Nord  pas  de  Calais)   Philippe  Prost,  2014  


Projet :   Mémorial  des  soldats  de  la  grande  guerre   Notre  Dame  de  Loreme  (Nord  pas  de  Calais)   Philippe  Prost,  2014  


Projet :   Mémorial  des  soldats  de  la  grande  guerre   Notre  Dame  de  Loreme  (Nord  pas  de  Calais)   Philippe  Prost,  2014  


ENSAL _Réflexion  théorique  sur  le  sens  de  bâEr   Le  rôle  du  temps  _  La  présence  du  passé   1.      La  mémoire  individuelle    a)  La  mémoire  d’une  émoEon    b)  La  consEtuEon  d’un  savoir     2.      La  mémoire  collec3ve    a)  Des  origines  partagées    b)  Les  chefs  d’œuvre  du  passé    c)  La  valeur  de  la  référence    d)  La  tradiEon  et  la  conEnuité     3.      Le  lieu  de  mémoire    a)  Lieu  existant      b)  Lieu  consEtué   4.  La  mémoire  du  lieu    a)  Réagir  à  la  présence  du  passé    


Apport théorique  de  Mario  Boma  :  

  •  «Je  suis  in3mement  convaincu  que,  bien  souvent,  les  solu3ons  sont   déjà  inscrites  dans  le  site  lui-­‐même  ».   •  Une  a‚tude  criEque  vis  à  vis  du  territoire  est  indispensable.   •  Un  projet  début  toujours  par  la  lecture  criEque  du  contexte.   •  Le  projet  né  d’une  rencontre  avec  l’histoire  du  site.   •  La  qualité  d’un  projet  dépend  beaucoup  de  la  qualité  de  son   enracinement  dans  un  lieu.   •  L’implantaEon  est  un  enjeux  majeur  de  l’architecture  :  dire  «  il  faut   travailler  là  »  est  déjà  une  grande  réflexion.   •  Mario  Boma  foncEonne  «  en  réacEon  ».  Il  n’invente  pas,  il  réagit.   •  La  modificaEon  de  l’équilibre  spaEal  existant  crée  un  nouvel  équilibre.   Ainsi,  l’interacEon  entre  l’idéologie  de  la  pensée,  l’abstracEon  du  dessin  et   le  monde  de  la  réalité  devient  aussi  la  rencontre  d’un  moment  de  l’histoire,   d’une  enEté  culturelle  et  de  la  mémoire  dont  le  territoire  est  imprégné.   •  L’architecture  offre  une  relecture  et  de  nouvelles  interprétaEons  d’un   territoire.  En  quelque  sorte,  elle  formule  des  aspiraEons  pour  ce  territoire.         Bibliographie  :   •  Ethique  du  bâE,  Mario  Boma,  EdiEons  Parenthèses   •  Mario  Boma,  Architecture  et  mémoire,  ExposiEon  Centre  Durrenmam  Neuchatel  


Projet :   Chapelle  de  Santa  Maria  Degli  Angeli,  Monte  Tamaro   Mario  Boma,  1990-­‐1996  


Projet :   Chapelle  de  Santa  Maria  Degli  Angeli,  Monte  Tamaro   Mario  Boma,  1990-­‐1996  


Projet :   Chapelle  de  Santa  Maria  Degli  Angeli,  Monte  Tamaro   Mario  Boma,  1990-­‐1996  


Projet :   Chapelle  de  Santa  Maria  Degli  Angeli,  Monte  Tamaro   Mario  Boma,  1990-­‐1996  


Projet :   Chapelle  de  Sant’Antonio  Abate   Mario  Boma,  1999-­‐2003  


Projet :   Chapelle  de  Sant’Antonio  Abate   Mario  Boma,  1999-­‐2003  

Projet :   Chapelle  de  Sant’Antonio  Abate   Mario  Boma,  1999-­‐2003  


Chiesa del Santo Volto con sede della curia e residenze di via Valdellatorre

Date de l'image : mai 2008

Les photos sont protégées par les droits d'auteurs de leurs propriétaires.

Projet :   Eglise  del  Santo  Volto,  Turin   Mario  Boma,  2006  


Projet :   Eglise  del  Santo  Volto,  Turin   Mario  Boma,  2006  


Projet :   Eglise  del  Santo  Volto,  Turin   Mario  Boma,  2006  


Projet :   Eglise  del  Santo  Volto,  Turin   Mario  Boma,  2006  


Projet :   Musée  d’Art  de  Rochefort   Pierre  Louis  Faloci   “La  mémoire  sourde”  


Projet :   Musée  de  Dunckerque   Pierre  Louis  Faloci   “Architecmura  per  ricordare”,  Electa  


ENSAL _Réflexion  théorique  sur  le  sens  de  bâEr   Le  rôle  du  temps  _  La  présence  du  passé   1.      La  mémoire  individuelle    a)  La  mémoire  d’une  émoEon    b)  La  consEtuEon  d’un  savoir     2.      La  mémoire  collec3ve    a)  Des  origines  partagées    b)  Les  chefs  d’œuvre  du  passé    c)  La  valeur  de  la  référence    d)  La  tradiEon  et  la  conEnuité     3.      Le  lieu  de  mémoire    a)  Lieu  existant      b)  Lieu  consEtué   4.  La  mémoire  du  lieu    a)  Réagir  à  la  présence  du  passé     b)  La  recherche  d’enracinement    


Projet :   Horizon  House,  Girone,  2007   RCR  


Projet :   Horizon  House,  Girone,  2007   RCR  


Projet :   Espace  public  à  Ripoll   RCR  


Projet :   Espace  public  à  Ripoll   RCR  


Projet :   Maison  à  Modelo,  1998   Souto  de  Moura  


Projet :   Maison  à  Modelo,  1998   Souto  de  Moura  


Projet :   Maison  à  Cadiz   Alberto  Campo  Baeza  


Projet :   Maison  à  Cadiz   Alberto  Campo  Baeza  


Projet :   Maison  à  Cadiz   Alberto  Campo  Baeza  


Projet :   Maison  à  Cadiz   Alberto  Campo  Baeza  


Projet :   Piscine  The  Salt  Marsh   Paulo  David  


Projet :   Piscine  The  Salt  Marsh   Paulo  David  


Projet :   Piscine  The  Salt  Marsh   Paulo  David  


Projet :   Piscine  de  Leça,  Porto,  1966   Alvaro  Siza  


Projet :   Piscine  de  Leça,  Porto,  1966   Alvaro  Siza  


ENSAL _  Le  rôle  du  temps  _  La  mémoire   4.      La  mémoire  du  lieu   1.  La  présence  du  passé   2.  La  mémoire  par  l’enracinement  

Projet :   Piscine  de  Leça,  Porto,  1966   Alvaro  Siza  


Projet :   Piscine  de  Leça,  Porto,  1966   Alvaro  Siza  


Projet :   Richard  Serra   Shi‹  Ontario   1972    

La situaEon  d’une  oeuvre  est  parEe  prenante   de  son  appréhension  et  de  sa  percepEon.     Une  percepEon  contexturalisée  est  “agissante”,   c’est  à  dire  qu’elle  agit  pour  la  concepEon   même  de  l’oeuvre.  

Projet :   Richard  Serra,  Qatar,  2014  


Projet :   Richard  Serra,  Qatar,  2014  


Projet :   Richard  Serra,  Qatar,  2014  


Projet :   Michael  Heizer,  Double  negaEve,  1969   (ExtracEon  et  déplacement  de  maEère  première  :  mémoire  arEficielle)  


Laurent Grasso,  Soleil  Noir     L’arEste  invente,  déforme,  transgresse  et  manipule  une  mémoire.  

Le role du temps / la présence du passé  
Le role du temps / la présence du passé  

L'ensemble des cours théoriques donnés par Mathias Gervais de Lafond dans les Ecoles Nationales Supéreures d'Architecture cherchent à intérr...

Advertisement