Page 1

Voir et agir

Info-Campagne

Sans terre, pas de pain

2013


Table des matières

Voir et agir Voir et agir Depuis 1969, Pain pour le prochain et Action de Carême organisent chaque année une campagne œcuménique durant le temps du carême jusqu’à Pâques. Depuis 1994, Etre partenaires, œuvre catholique chrétienne, y participe également. Cette campagne a pour but de sensibiliser le public suisse à la réalité des inégalités existant dans le monde : près de 900 millions de personnes souffrent de la faim ! Mais voir cette réalité ne suffit pas. C’est pourquoi la campagne propose aussi des pistes d’action, que ce soit le soutien à des projets au Sud, la participation à des actions ici en Suisse ou par des changements de son propre comportement. Durant le temps de carême, les trois organisations chrétiennes invitent ainsi à passer du voir à l’agir.

Table des matières Editorial

3

Impulsion théologique Dieu a donné la terre à tous les humains

4–6

Thématique Sans terre, pas de pain

7–8

Jeûneurs L’expérience du jeûne en carême

9

Animation pour les jeunes

10

Action Soupes Les soupes de carême

11

Action Pain Pain du partage

12

Action Roses Quand la terre fleurit

13

Bonne pratique et Calendrier

14

Notre hôte de campagne

15

Intervenantes et intervenants

16–17

Matériel et documents à commander 18–20 Livres et films Agenda Av. du Grammont 9, 1007 Lausanne Tél. 021 614 77 17, Fax 021 617 51 75 ppp@bfa-ppp.ch, www.ppp.ch CCP 10-26487-1

Av. du Grammont 7, 1007 Lausanne Tél. 021 617 88 81, Fax 021 617 88 79 actiondecareme@fastenopfer.ch www.actiondecareme.ch CCP 10-15955-7

ETRE PARTENAIRES c/o Nassouh Toutoungi Rue du Général-Dufour 105, 2502 Bienne Tél. 032 341 21 16 info@etre-partenaires.ch, www.etre-partenaires.ch CCP 25-10000-5 2

21–22 23

Impressum Info-Campagne 2013 : « Sans terre, pas de pain » Rédaction Daniel Tillmanns En collaboration avec Jean-Claude Huot, Martina Schmidt, Johanna Monney, Dorothée Thévenaz Gygax, Marie-Claire Pasquier, Valérie Schwarz, Marie-Claude Gonthier, Dayna Zekrya, Christelle Paoly Graphisme ComMix SA © Copyright : Pain pour le prochain / Action de Carême, Lausanne, novembre 2012

Label Œcumenica, décerné en 2009 par la Communauté de travail des Eglises chrétiennes de Suisse pour la qualité exemplaire de l’œcuménisme pratiqué par la campagne commune à Action de Carême, Pain pour le prochain et Etre partenaires


Editorial

Terre ! Le cri des marins apercevant la côte après de longs jours de navigation sonne comme un soulagement. Enfin l’eau douce et les fruits, la stabilité et les retrouvailles avec d’autres personnes. Ce que nous foulons jour après jour sans nous en rendre compte est précieux. Quiconque navigue sait la fragilité du navire sur des flots mouvants et l’impossibilité d’y survivre sans accoster à intervalles réguliers pour s’approvisionner en vivres. « Les vivres », ces mots disent à quel point la terre ferme est vitale. En manquer c’est comme être rejeté à la mer. Or, c’est le drame de populations entières au Brésil, à Madagascar ou en Inde, quand la terre est accaparée par des grands propriétaires et enlevée aux familles paysannes qui en vivaient parfois depuis des générations. Action de Carême et Pain pour le prochain, avec Etre partenaires s’opposent depuis des années à cet accaparement de la terre. Car avec elle, une ressource vitale est dérobée à ses légitimes utilisateurs et utilisatrices, et la terre est réduite en un simple objet d’investissement au lieu d’être lieu de vie et de culture. Dans le récit de la tentation, Jésus résiste au diable qui lui demande de changer la pierre en pain (Luc 4, 3-4), comme si on pouvait se passer de toute l’humanité,

son travail, sa culture, ses amours et ses joies. Se passer de tout cela pour produire de la matière première agricole, c’est tomber dans ce piège. L’homme ne vit pas que de pain, rappellent les évangélistes. Telle est la portée de la campagne œcuménique de carême 2013 portant le titre « Sans terre, pas de pain ». On ne passe pas des rochers et des dunes au pain sans la médiation de la culture humaine et le soin qu’elle porte à la terre, sans la relation à l’autre et à l’Autre. L’anonymat de l’abondance des supermarchés tend à nous le faire oublier. Dès lors, ce n’est pas seulement la lutte des familles paysannes d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine que nous vous demandons de soutenir. Nous vous invitons aussi à réfléchir à la relation à la terre et aux vivres que nous entretenons ici dans notre pays. Car c’est dans la dimension culturelle, sociale et spirituelle du pain que circule l’espérance qui fait vivre, ici comme dans les autres continents. La campagne œcuménique invite à passer du « voir » à « l’agir ». Ce passage est un voyage à travers soi-même, sa manière d’être au monde. Alors la terre promise sera riche de pain et de miel, car fructifiée par de multiples liens de solidarité.

Jean-Claude Huot Martina Schmidt Responsable du Département Secrétaire romande de Pain pour le prochain Formation et sensibilisation d’Action de Carême

3


Impulsion théologique

Dieu a donné la terre à tous les humains Une conception ecclésiale de la réforme foncière – à l’exemple de l’Afrique du Sud

L’engagement en faveur d’une répartition et d’une utilisation équitables de la terre est un défi central que les Églises chrétiennes doivent relever de par le monde. « La terre appartient à Dieu et est confiée à toutes les créatures de Dieu », estiment Mike Deeb et Philani Mkhize de Justice et Paix Afrique du Sud, expliquant ainsi l’engagement des Églises en faveur des mouvements des sans-terre. 1. Introduction Wallmansthal, au nord de Pretoria : après plus de dix ans d’âpres négociations, le gouvernement rend leurs terres à plus de 700 familles. Ces dernières avaient été expulsées entre 1965 et 1977 et avaient porté plainte avec succès. Or, pendant cette période, d’autres avaient commencé à occuper ces terres et à y installer des logements informels. Ils revendiquent, eux aussi, le droit d’utiliser ces terres. Le conflit se termine par un jugement du tribunal selon lequel les occupants doivent démolir leurs logements et quitter le terrain. Macambini dans le KwaZulu-Natal : le gouvernement promet, sans consulter la population locale, 165 km2 de terrain à la Ruwaad Holding de Dubaï. L’objectif est d’y installer un parc d’attractions censé créer des milliers de postes de travail, mais le projet entraînerait le déplacement de 10000 familles. La population locale s’y oppose farouchement. Ces deux exemples montrent que la question foncière reste un sujet délicat, même 20 ans après la fin de l’apartheid. Pourtant, ce nouveau 4

départ en 1994 avait suscité beaucoup d’espoir auprès de la population d’Afrique du Sud, notamment concernant la restitution et la redistribution équitables des terres. Lorsque Nelson Mandela a été élu premier président noir du pays, la population à majorité noire (80%) possédait uniquement 13 pour cent des terres tandis que les 10 pour cent de blancs en détenaient 87 pour cent. Depuis lors, seuls 7 pour cent des terres arables ont été redistribuées. Pourtant, le gouvernement continue de céder régulièrement des terres à des entreprises étrangères, même si les populations locales de Macambini ou d‘ailleurs s’en voient menacées d’expulsion. Toutes les parties concernées doivent de toute urgence œuvrer en faveur d’une réforme agraire équitable. Les Églises, elles aussi, ont un rôle à jouer.

2. Notre objectif : un accès équitable à la terre pour toutes et tous Notre conception d’une réforme agraire repose sur L’Écriture et la tradition de l’Église. Ces bases théologiques nous donnent des indications quant à la répartition équitable de la terre : 2.1 La libération en tant que processus Le récit biblique de l’exode et de la libération des esclaves a inspiré les personnes démunies et opprimées vivant en Afrique du Sud. Or, le processus de libération doit être mené jusqu’au bout. Les êtres humains ont besoin d’enracinement, de terres et de sentiment d’appartenance afin de pouvoir vivre leur alliance avec Dieu, le vrai créateur et propriétaire de la terre. 2.2 La terre appartient à Dieu et est confiée à toutes les créatures de Dieu L’Ancien Testament souligne que la terre appartient à Dieu qui l’a confiée au peuple d’Israël en héritage. Elle doit donc être répartie entre toutes les familles et les tribus. Alors que toutes les terres d’Égypte et de


Impulsion théologique

Babylone appartiennent au pharaon ou au roi, Dieu est considéré comme le vrai propriétaire de la terre en Israël, et le peuple uniquement comme son intendant ou son gardien. Il est précisé dans le Lévitique : « La terre du Pays ne sera pas vendue sans retour, car le pays est à moi; vous n’êtes chez moi que des émigrés et des hôtes » ( 25:23 ). 2.3 Prendre soin de la terre en cadeau appelle au partage Si nous reconnaissons que Dieu possède la terre, personne n’a le droit de déposséder une autre personne qui cultive la terre. Même un roi n’y est pas autorisé (voir 1 Rois 21). Les Prophètes (Ésaïe 5:8; Michée 2:2) condamnent sévèrement les riches qui forcent les pauvres paysans à abandonner leurs exploitations familiales. Dieu nous demande de prendre soin de la terre (voir Lév. 19:23-25). La gestion de la terre comprend également le partage et la prise en compte des pauvres, des dépossédés, des étrangers, des hôtes, des veufs et des orphelins (Lév. 19:9-10; Deut. 24:19-22), soit ceux qui ne disposent pas d’une terre et qui sont donc dénués de pouvoir, de dignité ou de statut dans la société. C’est lié à la tradition biblique des Prophètes et du Sabbat/Jubilé (Amos 5:11-15). Cet esprit de partage régnait déjà parmi les premières communautés chrétiennes (Actes 2:44-45; 4:32-37): ils partageaient tous les biens selon les besoins.

2.4 La concentration des terres aux mains d’une minorité est un scandale L’éthique sociale chrétienne considère la concentration de terres comme un scandale, contraire à la volonté de Dieu et à son plan de salut. La répartition inégale des biens publics et l’inégalité des chances en matière de développement individuel sont des causes importantes de conflits. Elles nuisent à la vie de la société et détruisent les structures sociales ainsi que l’environnement. Le père de l’Église Jean Chrysostome condamnait déjà l’inégalité lorsqu’il s’emportait contre les grands propriétaires terriens – dont certains chrétiens : « qui vous a donné ces vastes terres et de qui les a-t-il lui-même reçues? […] Dieu n’a pas créé un homme riche et un autre homme pauvre […] il a donné la terre à tous les êtres humains sur un pied d’égalité, et sans rien demander en retour. […]». 2.5 La propriété privée est subordonnée à la destination universelle des biens Selon l’éthique sociale chrétienne, la propriété privée est subordonnée à la destination universelle des biens de la terre. Selon l’enseignement social catholique «personne n’a le droit de garder pour son usage exclusif quelque chose dont il n’a pas besoin alors que d’autres n’ont pas le minimum nécessaire pour vivre. » Si certaines situations de propriété foncière sont contraires à l’intérêt commun, il est parfois nécessaire de procéder à l’expropriation. Une terre qui n’est pas suffisamment cultivée doit même être divisée et transmise à ceux qui sont en mesure de la rendre productive.

2.6 Respect des ressources collectives des peuples autochtones L’Eglise considère que la propriété individuelle n’est pas la seule forme légitime de propriété foncière. Conformément à l’éthique sociale, la propriété collective, qui caractérise les structures sociales de nombreux peuples autochtones, doit être protégée. Cette forme de propriété foncière joue un rôle important dans la vie économique, culturelle et politique de ces peuples. Elle est essentielle à leur survie et permet aussi de protéger les ressources naturelles. 2.7 La redistribution et la restitution des terres ne suffisent pas En vertu de l’enseignement social de l’Église, une réforme agraire ne doit pas être basée sur une simple réorganisation des relations de propriété foncière. L’accès de toutes et tous aux connaissances, ainsi qu’aux possibilités liées aux technologies et aux sciences naturelles, joue également un rôle déterminant. En outre, tout le monde doit pouvoir faire des investissements et avoir accès à de meilleures infrastructures. Ainsi, la productivité agricole augmente et les produits se vendent mieux.

L’accès à la terre ne suffit pas. L’accès à l’eau, aux semences, au savoir, est essentiel.

5


Impulsion théologique

3. Le double rôle des Églises dans la réforme agraire L’Église doit se montrer solidaire avec les personnes démunies et les sans-terre afin d’introduire avec succès de telles réformes globales. D’une part, elle doit intégrer, dans les discussions relatives à la propriété foncière, les riches connaissances théologiques et d’éthique sociale. D’autre part, elle doit veiller à ce que les personnes qui n’ont pas voix au chapitre sur le plan politique, soient consultées pour toutes les questions les concernant. L’Église doit plus particulièrement renforcer le principe de l’autodétermination de chaque être humain.

4. Conclusion et vision Il est donc du devoir de tous les êtres humains de bonne volonté – et tout particulièrement des chrétiennes et des chrétiens – de réfléchir aux injustices associées à la propriété des terres et d’autres richesses. Si des mesures ne sont pas prises rapidement, la spirale néfaste de la violence et de la pauvreté se poursuivra. Une bonne politique foncière et agricole se présenterait comme suit: la terre est utilisée de manière respectueuse, en vue des générations actuelles et futures. La qualité de vie de toutes et tous, y compris des populations rurales, est bonne. L’économie locale rurale est prospère, intégrée dans le système économique mondial, et présente des possibilités intéressantes pour les jeunes. Tous les êtres humains ont accès à des terres adéquates pour le logement, à des pâturages et à des surfaces agricoles.

6

Cela s’applique non seulement aux hommes, mais aux femmes également. Dans la plupart des cultures africaines traditionnelles, les femmes ne possèdent pas de terres. Il faut faire valoir l’égalité de droits entre hommes et femmes, ancrée dans la constitution sud-africaine. A cela s’ajoutent un approvisionnement sûr et abordable en eau ainsi qu’un accès fondamental à l’électricité, à des installations sanitaires, aux soins de santé et à l’éducation pour toutes et tous. Or, toute réforme doit également viser à instaurer un système juridique fiable, ainsi que des institutions garantissant le respect et l’application des droits susmentionnés pour toutes et tous. Grâce à une réforme agraire couronnée de succès, on ne conçoit plus la terre comme une simple marchandise, mais comme notre mère, un lieu de vie et un don de Dieu pour toutes et tous. Nous sommes les gardiens et gardiennes de la terre et en portons la responsabilité. Fr Mike Deeb OP et Philani Mkhize SACBC Justice and Peace Department Pretoria, Afrique du Sud

Version raccourcie et remaniée par Martina Schmidt. Le texte intégral est disponible sur www.droitalimentation.ch/impulsions

Mike Deeb, dominicain de 59 ans, est le coordonnateur de Justice et Paix (J+P) Afrique du Sud, la commission épiscopale sur les questions de justice sociale, depuis 2008. Le Père Deeb a étudié la théologie et les sciences sociales. En raison de son engagement dans des réseaux chrétiens de lutte contre l’apartheid, il a passé 50 jours en prison en 1985.

Philani Mkhize est né en 1968 dans l’est de l’Afrique du Sud. Il a étudié la philosophie, les sciences du développement et la gestion d’entreprise. Il est actuellement responsable des questions foncières pour J+P Afrique du Sud. En parallèle, Philani Mkhize accompagne la transmission de terres de l’Église à des communautés locales.


Thématique

Sans terre, pas de pain

SPINAS CIVIL VOICES

Qui se soucie de l’alimentation des êtres humains ? L’avenir de la production alimentaire est-il entre les mains de l’agriculture industrielle fortement développée, comme le prétendent certains ? Ou est-ce que ce sont plutôt les petites et moyennes exploitations qui nous permettent de manger ?

Nous voyons des familles paysannes expulsées au profit des agrocarburants. Et nous agissons: voir-et-agir.ch

Seule l’agriculture vivrière peut nourrir le monde Des études des quatre coins du monde confirment que non seulement les petites exploitations familiales produisent la majorité des aliments sur le plan mondial, mais elles sont aussi plus productives que les grandes entreprises agro-industrielles. Pourtant, les petits risquent d’être de plus en plus évincés par les grands. L’accès à la terre ainsi que la garantie de droits fonciers sont des facteurs décisifs, tout comme les semences adaptées et l’eau, pour permettre aux petits paysans d’avoir une chance de survivre. Ce n’est qu’en ayant un accès garanti à leurs propres terres que les

paysans peuvent y investir, notamment en plantant des arbres qui porteront des fruits plusieurs années plus tard, voire pour la prochaine génération. Or, dans de nombreux pays africains et ailleurs, les titres fonciers et l’agriculture traditionnelle ne sont pas suffisamment protégés sur le plan juridique. La crise alimentaire de 2007 a accéléré le phénomène : les terres arables, d’Afrique en particulier, sont devenues un objet de spéculation et un bien d’investissement pour les entreprises occidentales à l’étranger et les fonds spéculatifs ainsi que les sociétés d’investissements publiques en Chine, en Asie de l’Est ou dans les pays arabes. A l’aide de méthodes souvent douteuses et déloyales, ces investisseurs s’accaparent d’énormes surfaces de terre et concluent des contrats leur accordant le droit de gestion exclusive de la terre et de l’eau qu’elle contient.

Le hold-up de l’Afrique La petite organisation non gouvernementale GRAIN, une organisation partenaire de Pain pour le prochain, examine depuis longtemps ces pratiques qu’elle a qualifiées de « Land Grabbing » ( accaparement des terres ). GRAIN a recensé 416 cas d’accaparement des terres dans le monde entier, dont 228 en Afrique. Selon les chiffres de la Coalition

internationale pour l’accès à la terre ( ILC ), de tels contrats fonciers ont été négociés ou conclus entre 2000 et 2010 pour une surface de 203 millions d’hectares. Dans certains pays, un nombre supérieur aux terres cultivées jusqu’à présent et de vastes parts de la surface agricole utile ont été loués à des investisseurs étrangers. Au Congo Brazzaville, par exemple, les 670 000 hectares de terres déjà louées représentent 134% des terres labourées jusqu’à présent et en Sierra Leone, plus de 500 000 hectares ont été cédés, soit 46% des terres cultivées ou 15% de la surface agricole utile (y compris les pâturages).

Des carburants au lieu de pain Les investisseurs cultivent des aliments et des matières premières agricoles destinées à l’exportation et non à la population locale. Bon nombre de ces pays connaissent d’ailleurs la faim et un niveau élevé d’insécurité alimentaire. Les matières premières agricoles servent souvent à produire des agrocarburants pour alimenter les voitures européennes. Aussi le droit à l’alimentation est-il foulé aux pieds. L’accaparement des terres a de terribles incidences sur la sécurité alimentaire et nuit à la souveraineté alimentaire des pays touchés.

7


Thématique

Notre engagement

La population locale perd la terre qui permet aux familles d’avoir accès à des denrées alimentaires et des revenus depuis des générations, et de produire des aliments à vendre sur les marchés locaux. Les emplois créés dans les nouvelles plantations permettent uniquement d’employer une infime proportion des personnes concernées. En outre, les salaires ne suffisent généralement pas à nourrir une famille. Le nombre de femmes, d’enfants et d’hommes souffrant de sous-alimentation est en augmentation.

Un grand nombre d’organisations partenaires de Pain pour le prochain et d’Action de Carême s’opposent à cette évolution néfaste. En Afrique de l’Ouest, Pain pour le prochain soutient par exemple un réseau d’organisations luttant contre l’accaparement des terres. Ces dernières élaborent des rapports sur des cas concrets, obtiennent des améliorations pour la population locale ou interviennent auprès des parlements et des gouvernements

Infographie : 24heures, 13.08.2010

Les principaux locataires du sol africain

Terres arables les plus convoitées Autres pays qui louent leurs terres arables

Pays investisseurs:

• Emirats arabes unis • Koweït LIBYE

Pays investisseurs:

ÉRYTHRÉE

Pays investisseurs:

• Arabie saoudite • Emirats arabes unis

• Arabie saoudite • Bahreïn • Emirats arabes unis • Japon •Koweït

MALI

MAURITANIE

Pays investisseurs • Arabie saoudite • Lybie BURKINA FASO

CÔTE D’IVOIRE

NIGER

NIGERIA

GHANA

GUINÉE

• Chine

GABON

CON GO

Pays investisseur:

Soudan Mozambique Zambie Liberia Madagascar Ethiopie Cambodge Nigeria

Pays investisseurs:

Pays investisseur:

• Djibouti

AFRIQUE DU SUD 3

TANZANIE

MALAWI

Pays investisseur:

2

Pays investisseur:

• Qatar

• Arabie saoudite • Chine

• Chine

1

KENYA

ANGOLA

4

Infographie: I. Caudullo. Données: A. Allemand. Source: Diplomatie Magazine, Ixxo, World Bank.

SOMALIE

Pays investisseurs • Arabie Saoudite • Inde

Pays investisseur:

ZIMBABWE

0

ÉTHIOPIE

RÉP. DÉM. DU CONGO

ZAMBIE Pays investisseur: • Chine

Rép. dém. du Congo

Pays investisseur:

• Emirats arabes unis

• Chine

LES TERRES LES PLUS PRISÉES Estimation en millions d'hectares des surfaces négociées de 2004 à 2009

SOUDAN

Pays investisseurs • Abou Dhabi TCHAD • Arabie saoudite • Bahreïn du Sud OUGANDA •• Corée Emirats arabes unis Pays investisseurs: • Egypte • Jordanie • Arabie saoudite • Koweït • Chine • Egypte • Qatar • Koweït

CAMEROUN

LIBERIA Pays investisseur: • Libye

8

ARABIE SAOUDITE

ÉGYPTE

ALGÉRIE

Action de Carême soutient de nombreuses organisations dans l’agriculture durable et les aide à obtenir des semences adaptées aux conditions locales. Pain pour le prochain et Action de Carême s’engagent au niveau Suisse et international pour mettre un terme à l’accaparement des terres, fixer des règles claires pour les investisseurs agricoles et plaider en faveur du respect des droits humains.

TURQUIE

MAROC

SÉNÉGAL

pour plaider en faveur de l’amélioration des droits fonciers des petits paysans et des utilisateurs traditionnels des terres.

Pays investisseurs • Libye

MOZAMBIQUE Pays investisseur: • Chine MADAGASCAR Pays intéressés: • Corée du Sud • Inde

Au Soudan, des investisseurs étrangers auraient déjà pris le contrôle de quatre millions d’hectares, c’est-à-dire l’équivalent de la surface totale de la Suisse.


Jeûneurs

L’expérience du jeûne en carême

Alexandre Mayor, organisateur d’un groupe de jeûne, paroisse de Gressy ( VD ) : « En créant un groupe de jeûne, l’idée était d’entrer dans un temps spécial par une rupture des habitudes et du rythme. J’y voyais une façon de stimuler et de renouveler ma vie spirituelle. Le vivre en groupe me paraissait encourageant pour tous et correspond à l’idée que je me fais d’une partie du rôle pastoral : vivre des expériences avec d’autres comme organisateur participant. Je suis aussi personnellement séduit par la remise en question de nos modes de consommation que peut susciter le jeûne. Il peut nous alerter sur le fait que nous sommes souvent des hyper-consommateurs, et que la vie et le bonheur ne passent pas que par là, même si bien entendu, nous avons besoin de manger, et que c’est une source de plaisir. Il me semble que nous avons besoin d’entendre cette parole du Christ transformée : ‹ L’homme ne vivra pas de consommation seulement › . Le jeûne invite donc à se nourrir ailleurs. Finalement, l’aspect de solidarité – donner ce

qu’on n’a pas consommé – donnait à l’ouverture sur les autres une tournure concrète. La constitution du groupe s’est faite par le bouche à oreille, au moyen d’invitations adressées personnellement, en informant dans la paroisse et dans la région grâce à un tout ménage ainsi que par le journal Bonne Nouvelle. Nous avons suivi les conseils d’organisation du site internet de Pain pour le prochain et d’Action de Carême. Nous avons réparti les tâches de modération du jeûne et d’un moment de méditation avec un collègue pasteur. Se retrouver avec les autres presque tous les soirs constituait en soi un des moments forts de la semaine. Être heureux de la présence des autres a été pour moi un des aspects forts de ce temps. Personnellement, jeûner m’a fait à certains moments vivre un peu différemment mes émotions. Sur le plan de la santé, alors que la mienne était déjà bonne, j’ai l’impression d’avoir à moyen terme des effets positifs. Je peux encore dire que ce qui est fort est souvent assez différent pour chacun dans le groupe. »

Une cinquantaine de groupes œcuméniques, soutenus par Pain pour le prochain et Action de Carême, vivront une semaine de jeûne durant la période de carême, entre le 13 février et le 31 mars 2013. Ce temps liturgique est choisi tout particulièrement pour sa portée spirituelle, invitant à relire sa vie chrétienne et à se mettre à l’école du Christ dans sa passion et sa résurrection. Le jeûne dispose celle et celui qui y entre à vivre une petite expérience pascale. Le jeûne aiguise également l’attention à l’autre, tout particulièrement du prochain dans le besoin. Il rend solidaire et compatissant avec celles et ceux qui n’ont pas de quoi vivre. Ainsi, à cette occasion, les groupes peuvent soutenir deux projets en Inde. Chaque personne est invitée à donner l’équivalent de ce qu’elle n’a pas dépensé en nourriture et autres consommations, perpétuant ainsi la parole de Jésus : « Ce que vous ferez au plus petit d’entre les miens, c’est à moi que vous le faites » ( Mt 25, 40 ). Pour partager cette belle expérience, rejoignez un groupe. Contactez-nous. Pour toute information : Béatrice Vaucher, tél : 079 318 91 07 Courriel : b.vaucher@bluewin.ch

9


Animation pour les jeunes

Animation pour les jeunes Cette année, le cahier catéchétique se compose d’animations s’adressant à des enfants et des jeunes, du niveau primaire et secondaire. Une réflexion sur le thème de la campagne et sur le texte d’Achab et Naboth, des séquences à télécharger et des pistes pour aller plus loin y sont proposées.

Animation 6 – 9 ans Par le biais d’un conte africain, Le manguier et l’art du partage, les thématiques du partage et de l’avidité sont abordées. Les enfants vont pouvoir se mettre dans le rôle de différents animaux (lion, éléphant, crocodile, singe, girafe, serpent, zèbre).

Animation 9 – 12 ans La Terre, où je suis bien Les enfants créent un espace où ils se sentent bien. Par la lecture de la Bible, ils apprennent qu’Abraham apaise un conflit en partageant des zones d’habitation avec son neveu Lot. Comment perçoivent-ils cette répartition ?

Des reportages sur des projets soutenus par Pain pour le prochain et Action de Carême permettent de faire découvrir aux jeunes les conditions dans lesquelles les enfants vivent en Sierra Leone et au Guatemala.

10

Animation dès 12 ans Avec le texte biblique : 1 Roi 21, 1–16 Deux séquences sont décrites : Tout d’abord, un jeu de rôle « règlement de compte à Naboth Vigne » est proposé. Chaque jeune, après avoir lu le passage biblique 1 Roi 21, 1–16, entre dans la peau des personnages de l’histoire (Achab, Naboth, Jézabel, les anciens, les vauriens, le peuple, Elie). Il développe des arguments qui expliquent leurs actions. Dans la deuxième proposition, les jeunes se familiarisent de manière ludique avec le thème de l’accaparement des terres tel qu’il est traité dans la Bible. Pour cela, ils enquêtent sur une mort mystérieuse. Ils examinent toutes les pièces à conviction, les mettent dans le bon ordre et écrivent ce qui aurait pu arriver. S’agit-il d’un meurtre ? Qui est la victime et qui est l’assassin ou les assassins ? Ensuite, ils comparent le texte biblique avec leurs propres recherches. La critique du prophète Elie, à l’encontre de l’acte violent qui a été commis, sert de modèle face à l’injustice actuelle. Aujourd’hui aussi, des personnes se font voler leurs terres. Dans des pays d’Afrique, d’Asie, et d’Amérique latine, de nombreux petits paysans locaux perdent leurs terres, utilisées pour des grands projets agricoles. Les fiches en complément des activités se trouvent sur le site www.droitalimentation.ch/catechese


Action Soupes

Les soupes de carême Allant à la rencontre de leurs paroissien-ne-s, des groupes de bénévoles organisent chaque année des centaines de soupes de carême et participent ainsi à faire vivre ce grand mouvement de solidarité avec les plus pauvres, dans les pays du Sud.

Présentoirs de table – Action de Carême

Pour chacun des quatorze programmes que soutient Action de Carême dans les pays du Sud en Afrique, en Asie et en Amérique latine, il existe un présentoir de table qui illustre en Afin de faciliter la tâche des organisateurs et organisatriquelques phrases et images l’action ces de soupes de carême, Pain pour le prochain et Action entreprise sur le terrain avec les de Carême mettent à disposition gratuitement du matériel partenaires. Ces présentoirs peuvent être commandés pour animer et décorer ces lieux, tout comme la possibilité gratuitement au moyen du bulletin de commande – pour d’inviter une collaboratrice ou un collaborateur des les trois pays phares de la campagne 2013 – ou sur secrétariats romands, notamment pour présenter un www.actiondecareme.ch/shop pour l’ensemble des pays. projet à soutenir. La venue en Suisse romande d’un hôte de campagne malgache est également une belle occasion de partager avec l’assemblée la réalité vécue sur le terrain par un coordinateur de programme. Pour votre collecte à la fin de Une liste de personnes pouvant intervenir sur le thème de la soupe, commandez la campagne est également disponible aux pages 16 et 17 gratuitement – à l’aide du bulletin joint à la pochette – la de cette brochure.

Publicité Les soupes de carême peuvent être annoncées sur le site internet de la campagne www.droitalimentation.ch. Pour cela, vous pouvez écrire à ppp@bfa-ppp.ch Nous

v

yons et agissons.

Les affiches œcuméniques pour soupe ont un nouveau graphisme en lien avec le slogan « Voir et agir ». Elles peuvent être commandées gratuitement et sont personnalisables ; elles vous permettent d’annoncer vos soupes de carême.

voir-et-agir.ch

Sets de table Les sets de table de la campagne œcuménique ont une double utilité. D’une part, ils gardent leur fonction première tout en informant les participant-e-s des soupes de carême du thème et du visuel de la campagne. D’autre part, ils permettent à chacun-e de prendre part à un concours. Voir et agir

Dans les pays en développement, le phénomène de l’accaparement des terres prend toujours plus d’ampleur. Privés de leurs moyens de subsistance, les paysans sont victimes de la faim et de la pauvreté, tandis que gouvernements et investisseurs étrangers s’enrichissent en pratiquant l’agriculture industrielle. Ensemble, Pain pour le prochain, Action de Carême et Etre partenaires prennent fait et cause pour le droit des familles paysannes à la terre et à l’alimentation. Plus d’informations sur www.voir-et-agir.ch.

Concours

Envoyez-nous vos réponses aux questions suivantes sur l’accaparement des terres avant le 1er avril 2013. Si elles sont correctes, vous participerez au tirage au sort de 10 bons d’achat Claro d’une valeur de 50 francs. La voie juridique est exclue. Vous trouverez les réponses correctes à partir du 13 avril 2013 sur www.voir-et-agir.ch. Bonne chance!

La superficie des terres que des entreprises suisses ont déjà prises à des familles paysannes dans les pays en développement est-elle* ❑ un peu plus petite que celle des cantons de Vaud, Fribourg, Neuchâtel et Jura réunis (5969 km2)? ❑ un peu plus petite que celle du canton du Tessin (2741 km2)? ❑ un peu plus grande que celle des cantons d’Appenzell Rhodes-Intérieures et Extérieures (415 km2)?

Dans combien de pays l’accaparement des terres constitue-t-il un grave problème pour les petit-e-s paysan-ne-s? ❑ 1 ❑ 11 ❑ 71

Où est-ce que le phénomène de l’accaparement des terres est le plus marqué? ❑ Amérique latine ❑ Afrique ❑ Asie du Sud-Est Veuillez envoyer vos réponses à: Action de Carême, av. du Grammont 7, 1007 Lausanne Expéditeur-trice: Prénom Nom

Rue et numéro NPA et localité

Adresse électronique

Nous voyons des familles paysannes expulsées au profit des agrocarburants. Et nous agissons: voir-et-agir.ch

* Situation: octobre 2012

caissette en verre acrylique d’Action de Carême ou la tirelire en carton de Pain pour le prochain.

Marie-Thérèse Marchon, au nom du Conseil de la paroisse catholique de Nuvilly (FR) : « Chez nous, la soupe de carême est la rencontre incontournable de chaque Vendredi saint, et l’intérêt accordé par les paroissien-ne-s est on ne peut plus réconfortant pour le conseil qui en assume la responsabilité. Les nombreux légumes nécessaires à la préparation de la soupe sont offerts en partie et traditionnellement par deux paroissiennes. L’onctueux mélange de légumes est obtenu grâce à l’aide précieuse de plusieurs mains dévouées qui offrent leur aide pour laver, peler, couper, mélanger, faire cuire, mixer et enfin parfumer le tout de persil finement haché. Pousser la porte du petit local communal, s’asseoir à la même table, tous âges et toutes religions confondus, voilà l’esprit qui rassemble, unit, crée la communion grâce à la soupe de carême. Avant de consommer, un accueil qui se veut chaleureux et quelques réflexions puisées dans le matériel de la campagne œcuménique sont adressés à l’assistance, qui est invitée à soutenir les projets d’Action de Carême. » 11


Action Pain

Pain du partage Willy Kenda, curé des paroisses de Monthey et Choëx : A Monthey, deux boulangeries tenues par des paroissiens participent chaque année à la campagne de Pain pour le prochain et d’Action de Carême. Je suis allé à leur rencontre : Durant la célébration de l’Eucharistie ou de la Sainte Cène, on partage le pain. Et on le dit, ce pain est « fruit de la terre et du travail des hommes ». Quoi de plus normal donc que de prolonger ce geste du pain rompu en passant par la boulangerie ? Pour chaque pain vendu dans le cadre de l’action « Pain du partage », votre boulanger reverse 50 centimes à Pain pour le prochain et Action de Carême. Un petit drapeau sur le pain permet de savoir où et sur quel produit se déroule l’action. Une autre façon de procéder, comme l’a imaginé Aloys Jordan pour la boulangerie « Rouge » à St-Maurice, c’est d’informer les clients sur cette action au moyen d’une affiche et de mettre à disposition sur le comptoir une crousille pour que chaque personne verse ce qu’elle désire. Durant la campagne 2012, 130 boulangeries de Suisse romande avaient participé à cette action. Elles seront sans doute encore plus nombreuses cette année. Ce sera possible grâce à votre soutien. Vous trouverez dans le dépliant « Pain du partage » les détails de cette action et des exemples des projets qu’elle permet de soutenir. Allez contacter votre boulangerie pour l’inviter à participer à l’action. Ainsi ce qui est vécu au sein d’une communauté chrétienne locale trouve un écho jusqu’en Amérique latine, en Afrique ou en Asie.

12

Pour Fernando du Cygne blanc, sa motivation est aussi simple que profonde : « Je suis chrétien catholique, j’aime aider les autres. Prélever 50 centimes sur chaque pain vendu avec le drapeau de la campagne est un plaisir. Les paroissiens achètent facilement. Ils commandent même du pain de toute autre dimension. J’aime voir aussi cette joie qui anime tous ces gens à pouvoir aider ceux qui ont faim et dont ils ne connaissent même pas le visage. Je suis partant pour les autres campagnes à venir, avec la même méthode ». C’est également le même plaisir de rendre service qui anime l’action de Stéphane du Péché Mignon : « C’est normal d’aider les autres », dit-il souriant avant d’ajouter : « tout se passe très bien à chaque fois mais il y a de moins en moins de ventes d’année en année. Il y a peu de jeunes qui participent, la majorité étant quand même des personnes âgées. Au début du carême, quand la sensibilisation est forte, on vend assez et ensuite peu. Il faudrait en parler chaque dimanche de carême à l’église. Pour ma part, c’est avec plaisir que je continue à soutenir la campagne ».


Action Roses

Quand la terre fleurit Cette année encore, participez à l’action « Roses ». Elle aura lieu le 9 mars 2013. Et comme l’expérimente Daniel Chèvre (lire témoignage ci-dessous) et de nombreux autres animateurs et animatrices en Suisse, les catéchumènes et les confirmands y participent avec enthousiasme. Mais alors il importe de dire d’où viennent ces roses et à quoi sert l’argent ainsi récolté.

L’origine des roses Elles viennent de Tanzanie, d’une entreprise agricole appelée « Kiliflora ». Cette entreprise bénéficie du label Max Havelaar depuis 2003. Quand Miges Baumann, responsable du département de politique de développement de Pain pour le prochain, est allé sur place en 2008 pour vérifier les conditions sociales et environnementales, il est revenu rassuré. La terre est gérée avec précaution, il n’y a pas de concurrence entre la production florale et la production vivrière. La gestion de l’eau fait également l’objet d’une attention particulière. L’entreprise récupère l’eau de pluie et recycle l’eau qu’elle utilise. Enfin, le surplus lié au label du commerce équitable a permis aux employées de réaliser divers projets comme la pose de canalisation d’eau potable pour le village ou la création de jardins d’enfants.

Soutien aux populations indigènes Cette action permettra de soutenir, à titre d’exemple, des projets visant à préserver ou à reconquérir l’accès à la terre pour les populations indigènes. C’est le cas au Guatemala avec un projet soutenu par Action de Carême. La guerre civile qui a ravagé pendant plusieurs décennies le pays, a déplacé une grande partie de la population indigène. Celle-ci s’efforce maintenant de récupérer les terres abandonnées. Un autre exemple de projet soutenu par Pain pour le prochain fait voyager en Inde où, là aussi, les indigènes peinent à faire valoir leur droit. C’est en les aidant à s’organiser qu’ils arrivent peu à peu à gagner la place qu’il leur revient de droit.

Mode d’emploi Le dépliant « 160’000 roses » vous informe sur les modalités pratiques de l’action roses et le type de projets soutenus. Il contient un bulletin d’inscription qui vous permet de vous associer dès maintenant à l’action. Les roses sont vendues 5 francs pièce. Jusqu’à présent jamais une seule rose n’est restée sur les bras d’un vendeur ou d’une vendeuse !

Daniel Chèvre, diacre et animateur de jeunesse, paroisse réformée de Delémont : « Dans la paroisse réformée de Delémont, la campagne ne vient pas comme un « truc » en plus, mais est perçue comme un catalyseur d’activités. Cette année, pas moins de 30 catéchumènes sont venus vendre les roses. Il me semble important d’informer les jeunes sur les buts d’une telle vente. Les jeunes forment alors des équipes qui sillonnent la ville et le marché. Quand les catéchumènes ont vendu toutes les roses, ils se retrouvent autour d’un thé pour partager leurs expériences. Les jeunes sont sensibles aux autres et à leurs conditions de vie. Ils ont remarqué qu’ensemble, et malgré leur jeune âge, ils arrivaient à récolter beaucoup d’argent. A mes yeux, il est important qu’une paroisse se mobilise pour la campagne. Je me réjouis déjà d’ouvrir l’enveloppe de la campagne et d’en découvrir le matériel. La journée des roses apparait dans le programme du catéchisme pour 2013, il est donc évident que des jeunes de la paroisse sillonneront les rues de Delémont le 9 mars 2013. »

13


Bonne pratique et Calendrier

« Ouverture hors les murs »

Calendrier de carême

Philippe Vonaesch, diacre dans l’Église protestante de Genève : « Je coordonne depuis six ans un projet appelé ‹ Ouverture hors les murs › qui consiste à aller rejoindre les gens dans les lieux qu’ils fréquentent : c’est dans ce cadre que nous tenons chaque année pendant une semaine un stand d’information sur la campagne œcuménique à Balexert, un grand centre commercial de Genève. C’est une action d’équipe, à laquelle collabore notamment une trentaine de bénévoles, protestants et catholiques.

Une seule action et plus de 700 rencontres Notre stand est situé au milieu du centre commercial, qui voit passer des centaines de personnes chaque jour. Nous informons et diffusons les documents de la campagne. Et nous avons beaucoup de plaisir à discuter avec les passants, pour aborder le thème de la campagne, mais aussi parfois des questions existentielles ou spirituelles. Comme les passants s’arrêtent rarement d’eux-mêmes, c’est à nous de chercher à entrer en contact avec eux : ensuite, l’échange dure de quelques minutes à plusieurs dizaines si le courant passe ! Sur l’ensemble de la semaine, nous avons rencontré plus de 700 personnes, de tous âges et de toutes origines.

Créer le contact par le jeu Ce qui a eu du succès, ce sont surtout les deux animations interactives que nous avions au stand : un quiz sur l’égalité hommes-femmes, et un jeu sur la répartition des tâches ménagères au sein de la famille. Une activité qui a beaucoup plu aux jeunes ! C’est le génie du jeu, qui détend les contacts humains, crée une complicité passagère et, dans ce cas précis, éveillait l’intérêt de nos interlocuteurs pour la campagne. Je suis toujours enchanté de constater que les gens sont beaucoup plus ouverts au contact qu’on ne l’imagine. Une expérience de rencontres et de témoignages vraiment positive que nous renouvellerons pour la sixième fois en 2013 ! »

14

« 40 jours pour voir et agir ». C’est le titre et la nouvelle orientation prise par la ligne rédactionnelle du calendrier œcuménique 2013 ! Entièrement relooké, il se présente sous la forme de vingt-quatre cartes de format A5 au graphisme soigné et attractif. Le lecteur ou la lectrice est invitée à reconsidérer le sens du jeûne pour y puiser des éléments de réflexion sur ses propres habitudes, sur son mode de vie et sur sa relation aux autres. Apprendre à renoncer à une certaine consommation de viande pour plus de justice sociale pour les populations du Sud ? C’est un exemple des questionnements soulevés par la lecture des textes du calendrier. Mais pas seulement. Le calendrier offre aussi des pistes d’action pour voir et pour agir ici et ailleurs. Les méditations des dimanches et de la Semaine sainte ont été rédigées par Bernard Miserez et François-Xavier Amherdt. Il est prévu qu’un des vingt-quatre feuillets devienne à son tour une carte postale à envoyer à la personne qui nous apporte le plus de joie dans notre vie. C’est une idée pour faire connaître ce calendrier aux personnes de notre entourage. Il est aussi possible de le leur offrir ou de les inviter à le consulter en ligne sur le site www.droitalimentation.ch.


Notre hôte de campagne

Notre hôte de campagne Parany Rasamimanana, Madagascar Je m’appelle Parany Rasamimanana. J’ai 51 ans et je suis de nationalité malgache; je suis marié et père de deux enfants. Chrétien protestant, je suis membre de l’Église de Jésus Christ à Madagascar (FJKM). Avec ma femme et mes deux enfants, nous vivons dans la banlieue d’Antananarivo, la capitale de l’île. J’ai fait des études universitaires et postgrades en sciences forestières. J’ai travaillé dans le domaine de la génétique forestière puis dans celui du développement rural et de la gestion des ressources naturelles, avant de devenir en 2002 l’un des deux coordinateurs du programme d’Action de Carême (AdC) à Madagascar. Depuis 1998, AdC finance et gère un programme qui vise lʼautosuffisance alimentaire par le biais de la lutte contre la spirale de l’endettement pour dettes. Sur place, AdC travaille avec des organisations de la société civile. Elles se sont chargées de développer ce programme dans douze régions de Madagascar. Intitulé « Tsinjo Aina » – « sécuriser la vie par la prévention » en malgache — celui-ci associe dans sa stratégie les trois aspects suivants: • Sous la forme dʼorganisations villageoises, les communautés mettent sur pied des caisses d’épargne communes. Chaque membre de l’organisation l’alimente par le biais de cotisations individuelles, que ce soit en nourriture ou en argent. C’est à ces caisses qu’ils ont recours en cas de besoin urgent ou pour financer des travaux communs. • Des réseaux qui visent à encourager la concertation et les échanges entre les organisations villageoises et favorisent l’entraide mutuelle au sein des groupements. • Afin de soutenir les efforts de ces organisations, ces réseaux mettent sur pied des actions communes dans le domaine agricole, dans le domaine foncier pour la sécurisation de leurs terres et dans le domaine de l’eau potable.

En tant que coordinateur du programme, je suis chargé d’accompagner les organisations partenaires par le biais de formations, de visites sur le terrain, d’appuis-conseils, mais je conçois aussi des outils que je mets à disposition pour faciliter l’accompagnement des communautés dans le processus. Je suis également chargé de faciliter le flux d’informations entre AdC et les organisations partenaires sur le terrain. Je serai en Suisse du 1er au 10 mars 2013 et je suis disponible pour des interventions dans vos paroisses. Pour tout renseignement, veuillez contacter Marie-Claire Pasquier au 021 617 88 81 ou pasquier@fastenopfer.ch

Nicolas Violi, enseignant de français et de philosophie au Collège Sainte-Croix, Fribourg : « En tant que membre du groupe UNESCO de mon collège, j’ai invité Pauline N’Diaye, l’hôte de la campagne 2012, à venir parler de son engagement au Sénégal, pour le développement durable et les droits humains. J’ai donné à mes élèves un descriptif de l’action de l’association de Mme N’Diaye ainsi que de la problématique de l’accaparement des terres. J’ai proposé ensuite à notre conférencière de rencontrer successivement mes trois classes de 3ème année. J’ai préféré cette formule à une grande conférence à l’Aula, pour que les élèves puissent s’impliquer davantage. Avant la rencontre, j’ai envoyé à notre invitée une grande liste de questions que les élèves avaient posées suite à notre travail préparatoire. Les trois rencontres ont été très appréciées. Comme Mme N’Diaye s’est basée sur les questionnements des élèves, elle a été écoutée avec beaucoup d’attention. J’ai beaucoup apprécié de pouvoir présenter un travail concret sur les droits humains. L’enseignement en philosophie est parfois très abstrait. Grâce à cette rencontre, les élèves ont pu voir que la défense des Droits de l’Homme passe aussi, et peut-être surtout par des actions sur le terrain. En 2013, je souhaite vivement renouveler l’expérience. » 15


Intervenantes et intervenants

Intervenantes et intervenants Choisissez votre intervenante ou intervenant en fonction de la thématique qui vous intéresse. 1) Projets et animations sur la campagne : contacter Anne-Lise Jaccaud Napi ou Dorothée Thévenaz Gygax

2) Sans terre, pas de pain – les enjeux spirituels et éthiques du thème de la campagne et/ou présentation générale de Pain pour le prochain et Action de Carême : contacter Martina Schmidt, Jean-Claude Huot, Monique Dorsaz ou Didier Berret

Jean-Claude Huot Responsable du Département Formation et sensibilisation Tél. 021 617 88 81 huot@fastenopfer.ch

Marie-Claire Pasquier Animation en catéchèse Tél. 021 617 88 81 pasquier@fastenopfer.ch

Dorothée Thévenaz Gygax Responsable de la formation Tél. 021 617 88 93 thevenaz@fastenopfer.ch

3) Accaparement des terres – les enjeux politiques et éthiques : contacter Ester Wolf ou Yvan Maillard Ardenti

4) Pour votre jeune public (catéchèse) : contacter Marie-Claire Pasquier ou Martin Burkhard

Martina Schmidt Secrétaire romande, théologienne, pasteure Tél. 021 614 77 17 schmidt@bfa-ppp.ch

Ester Wolf Responsable de la thématique « Droit à l’alimentation » Tél. 021 614 77 18 wolf@bfa-ppp.ch

Vous avez dit intervenants? Les intervenantes et intervenants ont des compétences en lien avec le thème proposé et ont accepté de se mettre à disposition de nos organisations durant la campagne, selon leur propre disponibilité. Nous vous invitons à prendre contact assez tôt et de négocier, directement avec elles, les modalités de leur intervention. Nous vous sommes reconnaissants de bien organiser la rencontre avec votre équipe et de faire la publicité nécessaire afin de réunir un nombre de participants satisfaisant. 16


Intervenantes et intervenants

Rencontre avec des artistes du Sud Yvan Maillard Ardenti Responsable de la thématique «Finances, Banques et Désendettement» Tél. 031 380 65 73 maillard@bfa-ppp.ch

Anne-Lise Jaccaud Napi Service projets Tél. 021 614 77 11 jaccaud@bfa-ppp.ch

Intervenantes et intervenants externes: Monique Dorsaz Association Biblique Catholique ABC, St-Maurice Tél. 024 557 89 84 monique.dorsaz@gmail.com

Didier Berret Diacre, bibliste, professeur et assistant pastoral. Association Biblique Catholique ABC , Porrentruy Tél. 032 465 93 50 sources.didier@bluewin.ch

artlink, coopération culturelle, travaille avec des artistes du Sud qui vivent en Suisse. Vous trouverez de nombreuses offres sur le site www.artlink.ch. Pour la campagne œcuménique 2013, nous vous présentons un atelier ainsi qu’un spectacle pour toute occasion (Concert, atelier, office religieux, etc.) Drissa Sanon, griot du Burkina Faso propose un atelier de djembé pour tout public à partir de 8 ans. Chacun peut faire l’expérience de jouer du tambour en communauté. Il dispose de suffisamment de djembés et d’autres instruments de percussion pour que chaque participant ait son propre instrument. (Double période 350.–) Hawa Berthé, Côte d’Ivoire – Burkina Faso – Mali conte en solo ou accompagné par un balafoniste. S’appuyant sur des récits traditionnels, elle emmène son public dans des endroits inconnus - au cœur du Sahel, au bord du fleuve Niger, dans des villages perdus ou dans la brousse, sur les traces d’animaux sages et sauvages... (À partir de Fr. 400.–) Informations et conseils info@artlink.ch ou Markus Baumann, markus@artlink.ch, 031 311 62 60

Martin Burkhard Pasteur, Noréaz Tél. 026 470 02 67 martin.burkhard@fr.ref.ch

Hawa Berthé

Honoraires: Certains intervenants et intervenantes, plus particulièrement les indépendant-e-s, demandent des honoraires et le remboursement de leurs frais de déplacement. En prenant en charge ces montants, éventuellement à l’aide d’une collecte, vous nous rendrez service en allégeant notre budget. Cependant la question financière ne doit pas vous dissuader de mettre sur pied une rencontre car nous sommes prêts à prendre ces frais à notre charge si nécessaire. Dans ce cas, veuillez prendre contact avec l’un ou l’autre de nos secrétariats. 17


Matériel et documents à commander

Matériel et documents à commander Pour faciliter l’acquisition de votre matériel, nous vous indiquons le numéro de produit et le prix de chaque objet en différentes couleurs : en rouge = article sur le bulletin de commande d’Action de Carême uniquement en vert = article sur le bulletin de commande de Pain pour le prochain uniquement en noir = article disponible sur les deux bulletins de commande.

Voir et agir

Catéchèse

2013

Sans terre, pas de pain

SPINAS CIVIL VOICES

Cahier d’animation catéchétique Regorgeant d’activités ludiques en lien avec la campagne 2013, cette brochure est un outil d’animation indispensable pour relayer notre campagne auprès du jeune public. • N° 50426, gratuit Sans terre, pas de pain

2013

Méditations autour de la tenture de carême de la campagne œcuménique 2013

Nous voyons des familles paysannes expulsées au profit des agrocarburants. Et nous agissons: voir-et-agir.ch

Calendrier • N° 50419 en français, gratuit • N° 50417 en allemand, gratuit • N° 50421 en italien, gratuit

Enveloppe œcuménique C5 Pratiques pour l’envoi des calendriers ! • N° 50019, gratuit

Affiches • N° 50496, Format F4 (89.5 x 128 cm), gratuit • N° 50500, Format A3 (recto verso), maïs, gratuit • N° 5573 Support à affiches F4, avec douille à planter, Fr. 200.– • N° 5574 Support à affiches, F4, avec pied en croix, Fr. 250.–

Carnet de méditations Au format de poche, ce carnet vous propose des méditations, en relation avec la tenture, rédigées par Pierre Stutz. • N° 50414, gratuit, dès 51e pièce Fr. 10.– / 50 pièces

Voir et agir

Documents d’information en langues étrangères Quatre pages présentant les axes principaux de la campagne éditées à l’intention des lusophones, hispanophones et anglophones pour une diffusion élargie. • N° 50476 en anglais, gratuit • N° 11522 en espagnol, gratuit • N° 11523 en portugais, gratuit

18

2013

Foto: Bob Timonera

Liturgie

Lorem ipsum dolobor conis esta unitis bernensis

Für eine gerechtere Welt. Pour un monde plus juste. Per un mondo più giusto.

Cahier liturgique Nous vous proposons deux célébraAffiches tions œcuméniques clés en main en • N° 10020, Format F4 (89.5 x 128 cm), lien avec le thème de la campagne, gratuit ainsi que des pistes homilétiques • N° 10021, Format A3, gratuit basées sur les textes du Missel • N° 10204, Format A4, gratuit catholique pour les dimanches de • N° 30074, Format F4 (89.5 x 128 cm), carême. Avec ces réflexions, nous gratuit proposons d’amener le monde au • N° 30075, Format A3, gratuit cœur de la liturgie pour en sortir transformés et capables de changement. • N° 50428, gratuit


Matériel et documents à commander

Voir et agir Dans les pays en développement, le phénomène de l’accaparement des terres prend toujours plus d’ampleur. Privés de leurs moyens de subsistance, les paysans sont victimes de la faim et de la pauvreté, tandis que gouvernements et investisseurs étrangers s’enrichissent en pratiquant l’agriculture industrielle. Ensemble, Pain pour le prochain, Action de Carême et Etre partenaires prennent fait et cause pour le droit des familles paysannes à la terre et à l’alimentation. Plus d’informations sur www.voir-et-agir.ch.

Concours Envoyez-nous vos réponses aux questions suivantes sur l’accaparement des terres avant le 1er avril 2013. Si elles sont correctes, vous participerez au tirage au sort de 10 bons d’achat Claro d’une valeur de 50 francs. La voie juridique est exclue. Vous trouverez les réponses correctes à partir du 13 avril 2013 sur www.voir-et-agir.ch. Bonne chance! La superficie des terres que des entreprises suisses ont déjà prises à des familles paysannes dans les pays en développement est-elle* ❑ un peu plus petite que celle des cantons de Vaud, Fribourg, Neuchâtel et Jura réunis (5969 km2)? ❑ un peu plus petite que celle du canton du Tessin (2741 km2)? ❑ un peu plus grande que celle des cantons d’Appenzell Rhodes-Intérieures et Extérieures (415 km2)? Dans combien de pays l’accaparement des terres constitue-t-il un grave problème pour les petit-e-s paysan-ne-s? ❑ 1 ❑ 11 ❑ 71 Où est-ce que le phénomène de l’accaparement des terres est le plus marqué? ❑ Amérique latine ❑ Afrique ❑ Asie du Sud-Est Veuillez envoyer vos réponses à: Action de Carême, av. du Grammont 7, 1007 Lausanne Expéditeur-trice: Prénom Nom Rue et numéro NPA et localité Adresse électronique

* Situation: octobre 2012

www.campagneoecumenique.ch

Nous voyons des familles paysannes expulsées au profit des agrocarburants. Et nous agissons: voir-et-agir.ch

Jeûne en carême Matériel d’information à disposition des groupes régionaux : dépliant « Jeûner une semaine », affiche « pomme » format A6 et A4, dossier de presse et projets à soutenir sur CD-ROM. Contacter Mme Béatrice Vaucher au 079 318 91 07 et b.vaucher@bluewin.ch

Tenture Artiste : Ejti Stih • N° 50410, grande tenture (285 x 194 cm), Fr. 160.• N° 50411, petite tenture (118 x 86 cm), Fr. 35.–

Elle est livrée avec 50 carnets de méditations.

Matériel pour soupes et événements paroissiaux • N° 50452, paquets de 100 sets, gratuit • N° 50455, affiche œcuménique A3, gratuit • N° 10219 présentoir projet Inde, gratuit • N° 10217, présentoir projet Guatemala, gratuit • N° 10223, présentoir projet Madagascar, gratuit • N° 10203, Caissette en verre acrylique avec logo Action de Carême, gratuit

Changement de cap dans l’agriculture Neuf milliards de personnes vivront sur la planète en 2050. Une agriculture écologique et moins gourmande en ressources sera la seule solution pour nourrir la population mondiale. Auteur-e-s : Miges Baumann, Yves Demuth, Ester Wolf. • N° 50484, Fr. 5 .– Livres et DVD décrits aux pages 21 et 22 de cette brochure

11 autres présentoirs Action de Carême peuvent être commandés directement sur www.actiondecareme.ch/shop Une seule terre Le huitième numéro du journal d’information Une seule terre sera entièrement consacré au thème de la campagne. • N° 30136, dès le 15 janvier, gratuit Pochettes pour offrande • N° 10135, adultes, gratuit • N° 10198, enfants, gratuit • N° 30040, pochette, gratuit • N° 30029, tirelire, gratuit • N° 10138, Série de 6 bulletins de versement, gratuit • N° 30071, Série de 12 bulletins de versement, gratuit

19


Matériel et documents à commander

Collection Repères

1/2010

L’accaparement des terres La course aux terres aggrave la faim dans le monde

Liste de projets 2013 des œuvres d’entraide protestantes Elle fait l’inventaire des projets soutenus par Pain pour le prochain et ses partenaires, répertoriés par pays. • N° 30139, gratuit ACTION DE CARÊME

Présenter Action de Carême • N° 10007, Prendre son destin en mains, gratuit • N° 9886, 0ffrir l’espoir, gratuit • N° 10207, rapport annuel 2011, gratuit

L’accaparement des terres La course aux terres aggrave la faim dans le monde Auteur-e-s: Miges Baumann, Ester Wolf, Marion Künzler, Yvan Maillard Ardenti. • N° 50231, Fr. 5 .–

Collection Repères

soutien l direct

Dépliant projets 2013

Soutien direct Dépliant d’information sur les projets d’Action de Carême mettant en valeur trois projets et permettant de commander à leur propos du matériel d’animation diversifié et étoffé. • N° 10194, gratuit

Expositions Une manière colorée de présenter le travail d’Action de Carême : trois expositions proposant de façon vivante et captivante des informations sur nos projets : – Peuples indigènes – une vie en marge – Haïti – ombres et lumière – Sénégal – De la survie à la vie En prêt, à réserver auprès du secrétariat d’Action de Carême, 021 617 88 81.

Leitbild

Présenter Pain pour le prochain • N° 30069, Charte, gratuit • N° 30078, Ensemble pour un monde plus juste (DD/LSC), gratuit • N° 30119, rapport annuel 2012 (dès juin 2013), gratuit

20

1/2011

« L’accaparement de l’eau – une soif insatiable de l’or bleu » La vente des droits relatifs à l’eau aggrave la faim et alimente les conflits

L’accaparement de l’eau – une soif insatiable de l’or bleu La vente des droits relatifs à l’eau aggrave la faim et alimente les conflits. Auteur-e-s: Thomas Bauer, Miges Baumann, Nuria Brunner,Andrea Kolb, Yvan Maillard Ardenti, Otto Schäfer. • N° 50323, Fr. 5 .–


Livres et films

Livres

à sa recherche innovante et à ses analyses clairvoyantes, GRAIN nisé pendant vingt ans des campagnes contre l’industrie agrontaire. Aujourd’hui elle est l’avant-garde de la lutte contre parement des terres, grâce à sa lucidité politique unique et aux s profondes qu’elle préserve au sein des mouvements sociaux qui ur le front. Une lecture obligatoire. Naomi Klein, auteure de La stratégie du choc

Olivier De Schutter, Rapporteur spécial des Nations Unies pour le Droit à l’alimentation

traversons une guerre permanente entre l’agriculture paysanne continue à alimenter la plupart des gens sur terre – et l’industrie alimentaire, qui cherche à s’emparer des territoires, des semenl’eau et des savoirs locaux. Ce livre est un outil qui nous aide endre le contrôle et qui nous offre la possibilité de choisir notre système alimentaire.

HOLD-UP SUR L’ALIMENTATION

ne lecture essentielle pour celles et ceux qui souhaitent comprenliens qui existent entre les crises climatique, énergétique, finant alimentaire – et comment nous devons aborder le problème ntrôle des ressources et celui du pouvoir si l’on veut arriver à des ons réelles.

HOLD-UP SUR L’ALIMENTATION

Comment les sociétés transnationales contrôlent l’alimentation du monde, font main basse sur les terres et détraquent le climat

Henry Saragih, Coordinateur général du mouvement paysan international La Vía Campesina

GRAIN

up sur l’alimentation est un recueil d’articles produits par N ces dernières années. Il met l’accent sur le fait que ustrie agro-alimentaire est en grande partie responsae la crise climatique et que l’accaparement des terres romu par l’industrie financière pour s’enrichir de la re des gens. Il explique aussi pourquoi la lutte pour la eraineté alimentaire remet en question ces tendances, ifie ces acteurs et présente les alternatives possibles.

erture. Une image de l’industrie agro-alimentaire. Un noyer du Brésil se dresse,

, au milieu d’un champ immense de monoculture de soja, qu’un tracteur

de pesticides. Nous reproduisons cette photo, prise au Brésil en 2006, grâce peace Brésil.

978-2-88053-089-1

10 Euros 12 FS

Hold-up sur l’alimentation Comment les sociétés transnationales contrôlent l’alimentation Ouvrage collectif de GRAIN CETIM, Genève 2012, 176 pages. Disponible auprès du CETIM (www.cetim.ch) et en librairie Le Centre Europe Tiers-monde (CETIM) publie un recueil d’articles produits par GRAIN, une organisation internationale partenaire de Pain pour le prochain. Il met l’accent sur le fait que l’industrie agroalimentaire est en grande partie responsable de la crise climatique et que l’accaparement des terres est promu par l’industrie financière. Repères

Les acquisitions massives de terres dans le monde Bulle foncière ou opportunité de développement ? Gérard Chouquer en entretien avec Charlotte Castan

La Terre comme soi-même Repères pour une écospiritualité Michel Maxime Egger Labor et Fides, Genève 2012, 321 pages, Disponible en librairie

Quand les géomètres et les géographes se penchent sur l’accaparement des terres, cela donne une brochure agréable à lire et précise. Les faits liés à l’évolution du foncier à l’échelle globale illustrés avec des exemples précis à Madagascar, au Mali, en Argentine ou en Sierra Leone, permettent de soulever des questions pertinentes. Une lecture à compléter par la visite du site www.formesdufoncier.org.

L’auteur, ancien collaborateur de Pain pour le prochain, contribue régulièrement à la campagne œcuménique. Orthodoxe, il invite ses lecteurs à se laisser inspirer par la spiritualité orientale et revoir leur relation à la nature. Stimulant, ce livre montre qu’un passage efficace du « voir » à l’« agir » suppose une spiritualité globale, un retour sur soi-même, sur sa relation au monde, à la Terre.

Emprise et empreinte de l’agrobusiness. Points de vue du Sud Disponible sur www.cetri.be ou en librairie

Investissements et accaparements des terres et des ressources : prévenir les violations des droits humains Edité par ccfd-terre solidaire. Commande : jm.jorand@ccfd.asso.fr

2/2012

Changement de cap dans l’agriculture Neuf milliards de personnes vivront sur la planète en 2050. Une agriculture écologique et moins gourmande en ressources sera la seule solution pour nourrir la population mondiale.

PAIN POUR LE PROCHAIN

ACTION DE PAIN POUR LE CARÊME PROCHAIN ACTION DE CARÊME

Changement de cap dans l’agriculture Collection Repères, 2/2012 No 50484, CHF 5.– Bien que l’on produise aujourd’hui suffisamment d’aliments pour nourrir dix milliards de personnes, près d’un milliard de personnes sur une population mondiale de sept milliards sont victimes de la faim. Il est donc indispensable d’introduire un nouveau système agricole et alimentaire au lieu d’intensifier les méthodes de production afin de lutter efficacement contre la sous-alimentation.

Architectes et principales bénéficiaires de la libéralisation des échanges agricoles, les firmes de l’agrobusiness ne cessent de renforcer leur emprise sur le système agroalimentaire mondial. Fortes de leur poids économique et de leur influence politique, elles poursuivent leurs stratégies de concentration à l’échelle de la planète.

Les États et les institutions internationales, dont la crise de la dette fait vaciller les budgets, s’adressent de plus en plus au secteur privé afin de trouver les ressources nécessaires pour investir dans le développement, y compris pour tenir leurs engagements d’aide et de coopération. 21


Livres et films

Films

Autres suggestions à découvrir dans le catalogue de la Fondation Education et Développement : www.globaleducation.ch

Films pour la catéchèse (enfants et jeunes)

De la terre fertile sous les pieds Katrin Oettli, Suisse|Burkina Faso 2003. Documentaire, 8 minutes, dès 12 ans. Disponible sur le DVD « Aide, développement autonome, responsabilité. La coopération au développement, comment ça marche ? », 7 films et matériel pédago- gique, Fr. 60.–, bulletin de commande, no 50491 Au Burkina Faso, la pression démographique, les monocultures, l’élevage et le déboisement ont provoqué une dégradation du sol. Soutenue par Action de Carême, la population unit ses efforts pour construire des murets de pierre. L’eau de pluie reste ainsi plus longtemps sur le sol et la terre fertile n’est pas emportée. Festival International de Films de Fribourg (FIFF) Du 16 au 23 mars 2013 Le festival international de films de Fribourg présente chaque année une sélection excellente d’œuvres de cinéastes d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine, que l’on montre rarement à la télévision et presque jamais au cinéma. Pain pour le prochain et Action de Carême sont membres du FIFF et soutiennent le festival par la remise d’un prix. Programme sur le site : www.fiff.ch 22

Raising Resistance Bettina Borgfeld et David Bernet, Allemagne/CH 2011. Documentaire, 83 minutes, dès 16 ans, Fr. 35.–, bulletin de commande, no 50494 Disponible seulement à partir de mi-janvier 2013 Les petits paysans dépeints dans le film luttent contre les nuages de pesticides qui proviennent des champs avoisinants avec du soya génétiquement modifié. Ce film paisible et plein de beauté illustre la logique et les effets de la politique de l’alimentation mondiale à l’aide de la culture du soya au Paraguay: les gagnants, les perdants, et les supposés gagnants qui se retrouvent finalement perdants.

Dis-moi ce que tu possèdes : Madagascar

Planète à vendre

Ahimsa – La force Des terres pour les de la non-violence sans-terre

Prêt et vente

Vers un crash alimentaire Yves Billy et Richard Prost, France 2008. Documentaire, 80 minutes, dès 14 ans, Fr. 35.– . Disponible auprès de la Fondation Education et Développement Ce documentaire cherche à comprendre pourquoi la situation alimentaire dans le monde est actuellement aussi alarmante. L’enquête est menée en Chine, en Argentine et au Mali, et des spécialistes du sujet ajoutent leur commentaire.

Vente Fondation Education et Développement / éducation21 av. de Cour 1, 1007 Lausanne tél. 021 612 00 81 fed@globaleducation.ch www.globaleducation.ch Les films « De la terre fertile sous les pieds » ( DVD « Aide, développement autonome, responsabilité » ) et « Raising Resistance » peuvent être obtenus directement chez Pain pour le prochain et Action de Carême avec le bon de commande du matériel.


Agenda

Temps de campagne : du mercredi des Cendres à Pâques du 13 février au 31 mars 2013 Début de campagne

Séances de lancement et séminaires

Informations sur l’événement ou la conférence de lancement de la campagne sur : www.droitalimentation.ch

Vaud 19.01.2013 8.45–14.15

Centre paroissial de St-Jacques Av. du Léman 26, 1005 Lausanne

Fribourg 22.01.2013 19.30–21.30

Paroisse Christ-Roi Av. de Pérolles (Rte du Comptoir 2), 1700 Fribourg

Valais 25.01.2013 19.30–22.00

Notre-Dame du Silence Ch. de la Sitterie 2, 1950 Sion

Neuchâtel 26.01.2013 8.45–14.15

Journée des délégués Terre nouvelle des paroisses réformées. Plus d’informations : joan.pickering@eren.ch

Jura 28.01.2013 19.00–21.30

Le centre réformé de Delémont

Genève 17.02.2013 18.00–21.00

Centre protestant de la Jonction Rue Gourgas 24, 1205 Genève

Action « Journée des roses » 09.03.2013

Suisse. Infos & participation sur : www.droitalimentation.ch/roses

Action « Pain du partage » 13.02 – 31.03. 2013 8.45–14.15

Suisse. Infos & participation sur : www.droitalimentation.ch/pain

Groupes de jeûneurs 13.02. – 31.03. 2013

Suisse. Infos & participation sur : www.droitalimentation.ch/jeuner

La Controverse de Valladolid 24.01.2013 19.00

Lausanne, Espace culturel des Terreaux. Spectacle parrainé par PPP, suivi d’une discussion avec les artistes.

Uniphonies Fribourg 2013

Hôte de campagne

03.03.2013 17.00

Suisse romande Parany Rasamimanana (lire page 15) sera 01.03. – disponible pour des interventions dans des 10.03. 2013 paroisses ou des écoles. Dates et lieux des interventions sur : www.droitalimentation.ch/hote

FIFF 16.03. – 23.03.2013

Au fur et à mesure des informations que nous recevons, nous annoncons les événements en lien avec la campagne œcuménique sur www.droitalimentation.ch.

Aula Magna de l’Université de Fribourg. Concert d’ouverture au profit d’Action de Carême « Jeunesse: la paix par le pain » Chœur St-Michel – Chœur du Collège de Ste-Croix Les Marmouset – Les Enchanteurs

Ville de Fribourg. Infos sur la 27ème édition du festival sur : www.fiff.ch

Pour annoncer un événement : ppp@bfa-ppp.ch Pour s’informer sur les événements annoncés : www.droitalimentation.ch/agenda

Inscription au séminaire de lancement de Lausanne du 19 janvier 2013 Programme et inscription en ligne sur : www.droitalimentation.ch/agenda Paroisse de Nom

Téléphone Prénom

Nb de repas

Atelier No

Inscription jusqu’au 9 janvier 2013. Participation aux frais : fr. 20.– par personne Talon d’inscription à retourner à : Pain pour le prochain ou au no de fax : 021 617 51 75

23


« L’agriculture ne sert plus à nourrir les populations, mais à produire des devises » Robert Linhart, sociologue français

Pain pour le prochain – Pour un monde plus juste

Action de Carême – Prendre son destin en mains

Etre partenaires – La solidarité dans le monde

La fondation Pain pour le prochain est le Service des Eglises protestantes de Suisse pour le développement. Elle soutient des projets de développement dans le monde entier et fait le lien entre la lutte locale contre la faim et la pauvreté et l’engagement global pour un système économique, politique et social équitable. Par son travail d’information Pain pour le prochain rend possible une action transformatrice fondée sur les valeurs chrétiennes.

Action de Carême est l’œuvre d’entraide des catholiques en Suisse. En Afrique, en Asie et en Amérique latine, elle défend les droits humains et une vie dans la dignité. Elle appuie des communautés villageoises ou ecclésiales afin que leurs membres gagnent en autonomie. En Suisse, elle invite les citoyens et citoyennes à se soucier des conditions de vie au Sud et leur offre des possibilités concrètes d’actions.

L’oeuvre d’entraide catholique chrétienne Etre partenaires sensibilise à la mission et la coopération au développement. Elle soutient et accompagne des projets permettant le développement social et économique de personnes défavorisées. Cette aide contribue à l’autonomie de ces personnes, notamment par le dialogue avec les partenaires. Est ainsi posé un signe de solidarité vivante entre chrétiens de différents pays.

ETRE PARTENAIRES Av. du Grammont 9 1007 Lausanne Tél. 021 614 77 17, Fax 021 617 51 75 ppp@bfa-ppp.ch www.ppp.ch CCP 10-26487-1

Av. du Grammont 7 1007 Lausanne Tél. 021 617 88 81, Fax 021 617 88 79 actiondecareme@fastenopfer.ch www.actiondecareme.ch CCP 10-15955-7

c/o Nassouh Toutoungi Rue du Général-Dufour 105 2502 Bienne Tél. 032 341 21 16 info@etre-partenaires.ch www.etre-partenaires.ch CCP 25-10000-5

Info-Campagne 2013  

Cahier d'information sur la campagne oecuménique 2013

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you