Issuu on Google+

COMMUNAUTE D’AGGLOMERATION BASSIN D’ARCACHON SUD

ETUDE DE DEFINITION D’UN SERVICE DE TRANSPORT MARITIME SUR LE BASSIN D’ARCACHON 19 décembre 2008 ERES INGETRANS SETEC O. Crouzier

1


La commande

L’étude a pour objet la définition d’un réseau de transport maritime interne au Bassin d’Arcachon et notamment entre les communes déjà équipées ou en cours de l’être de liaison en eau profonde permanente. Sa maîtrise d’ouvrage est assurée par la COBAS. Le maître d’ouvrage demande que, outre la solution aux problèmes de liaisons entre les communes du bassin (le transit, suivant les dispositions règlementaires prises localement), soient mises en valeur les relations entre les paysages, le bâti et l’eau par le biais, en particulier, d’aménagements d’inter modalité (échanges entre la modes, liaisons avec la marche à pied et les circulations douces) intelligents, innovants et adaptés aux sites.

ERES INGETRANS SETEC O. Crouzier

2


Notre démarche Analyse des circulations modes PL, VL, TC

Entretiens chargeurs et entreprises de transport

Etud es et rapport d’étape flu x

Analyses complément aires aménagements

Rapp ort d’étape « t ransport de personnes »

Prévisions de gén érations/att ractions, f lux

Et udes et rapport d’ét ape »faisab ilit é du maritime »

ERES INGETRANS SETEC O. Crouzier

3


Soit, -l’étude des fréquentations, quels sont les potentiels de fréquentation en été et en hiver entre les différents points du bassin. Clientèle scolaires, pendulaires, touristes, groupes.

-l’analyse et l’évaluation des contraintes d’exploitation, quelles sont les infrastructures d’accostage, quelles liaisons terrestres avec les pôles de demande et les lignes de transport, quelles contraintes d’exploitation doivent être prises en compte. Coûts des aménagements et des matériels, charges d’exploitation, recettes.

- les contraintes juridiques et règlementaires d’une exploitation maritime complémentaire des transports terrestres, qui exploite, dans quel cadre, pour quelle Autorité Organisatrice. Une intégration tarifaire.

ERES INGETRANS SETEC O. Crouzier

4


L’étude des fréquentations La ligne régulière maritime Cap Ferret Arcachon est la seule liaison permanente. Elle est très peu fréquentée avec une clientèle de scolaires (une dizaine les lundis, deux ou trois en semaine) vers les établissements scolaires d’Arcachon. Les autres « lignes » sont des services saisonniers qui transportent surtout des touristes isolés ou en groupe. Fortes fréquentations des tours de l’île aux Oiseaux au départ d’Arcachon (les résidents des campings viennent en bus Baïa) et d’Andernos. Bonnes fréquentations des sorties vers l’Océan et des navettes vers le banc d’Arguin. En première approche, peu de fréquentation locale en dehors des scolaires ERES INGETRANS SETEC O. Crouzier

5


Les lignes en saison

ERES INGETRANS SETEC O. Crouzier

6


Les contraintes d’exploitation En dehors des marées qui imposent horaires et itinéraires (courants), les contraintes sont: -l’obligation d’utiliser les chenaux -les jetées existantes ou en projet Les trajets sont longs, de 45 minutes à une heure au minimum.

ERES INGETRANS SETEC O. Crouzier

7


Les jetées Les jetées sont fixes, équipées de pontons flottants reliés par des passerelles mobiles. Les pontons flottants sont démontés en hiver sur toutes les jetées sauf à Cap Ferret. Importance des chenaux d’accès à Andernos (étude programmée).

ERES INGETRANS SETEC O. Crouzier

8


Les jetées 2 Les jetées sont éloignées des pôles de demande (les gares, établissements d’enseignement, centres urbains, zones commerciales). Elles sont également loin des points d’arrêt des lignes urbaines et interurbaines. Elles sont difficilement utilisables pour le transfert de personnes handicapées

ERES INGETRANS SETEC O. Crouzier

9


Les jetées 3

Par exemple, le réseau Baïa a ses points d’arrêt dans les secteurs du centre dense, loin du bord de mer. Aux distance à terre s’ajoutent les parcours sur les jetées

ERES INGETRANS SETEC O. Crouzier

10


Les autres contraintes de l’exploitation

Les installations au sol sont limitées, le garage des bateaux impose soit des trajets à vide, soit un stationnement face à la plage (Arcachon). Les navires ont une capacité limitée à 49 places. Présence nécessaire de « maîtres de jetées » dans les schéma d’exploitation actuels

ERES INGETRANS SETEC O. Crouzier

11


Les contraintes juridiques Les Autorités Organisatrices sont la COBAS et le Conseil Général. La COBAS gère le réseau Baïa et doit reprendre les bus électriques EHO de la ville d’Arcachon. Elle intervient comme AO2 pour les transports scolaires qui la concernent. Elle assure également le développement des réseaux deux roues et des points vélo. Le Conseil Général gère les transports scolaires et les lignes Trans Gironde qui desservent le Nord du bassin. Elles assurent, en particulier les transports vers Bordeaux et les rabattements sur la gare TER de Biganos Facture. Les transports terrestres sont intégrés dans les tarifications intermodales régionales. Le transport maritime actuel intervient –à notre connaissance- dans le cadre du droit maritime, hors LOTI. Les exploitants sont des artisans isolés ou regroupés en société coopérative (UBA), avec 28 navires en tout.. Les échéances principales sont celles de la délégation de transport public Baïa: 2012 et des marchés du Conseil Général ; 2014. ERES INGETRANS SETEC O. Crouzier

12


Le cadre possible d’un transport intermodal intégrant le maritime

Une Autorité Organisatrice regroupant, dans un PTU unique ou dans le cadre de délégations bilatérales de compétences, l’ensemble des besoins de transport d’un secteur étendu regroupant la COBAN, la COBAS et le Val-de-l’Eyre

ERES INGETRANS SETEC O. Crouzier

13


desserte maritime du Bassin d'Arcachon