Issuu on Google+

CONCOURS D'ÉCRITURE

RECUEIL DE TEXTES


2


EXTRAITS DU RÈGLEMENT […] Un mot sur le thème... Le thème retenu pour l'année 2010-2011 est : INVENTER SON FUTUR avec un titre imposé à choisir parmi les quatre propositions suivantes : –

Demain...

Où commence le futur?

La petite fabrique du futur

Un bel avenir?

Remarque : tout texte «hors sujet» sera écarté du Concours, après accord conjoint des instances organisatrices... Un mot sur les contraintes... Deux catégories sont proposées aux participants : NOUVELLE et POÉSIE. Chacun concourt dans l'une ou l'autre des catégories, ou les deux pour les plus courageux! Pour la catégorie NOUVELLE : chaque participant, préalablement inscrit, écrit un texte répondant aux contraintes de la nouvelle : récit de fiction court, centré sur un seul événement dont les personnages sont peu nombreux et la fin inattendue, Pour la catégorie POÉSIE : chaque participant, préalablement inscrit, écrit un texte dont la forme peut être fixe (quatrain, sonnet, ballade etc.) ou libre. […]

3


À LIRE AVANT DE LIRE ☺ Ce recueil est composé de 19 textes, écrits par 18 participants -

2 du Collège Paul Éluard

-

16 du Lycée Jean-Pierre Timbaud

-

0 du Collège Pablo Neruda

La répartition de ces textes se compose comme suit : —

2 poèmes (Catégorie Poésie)

—

17 nouvelles (Catégorie Nouvelle)

Au vu du nombre inégal de textes par catégorie, le jury choisira : - 3 textes de la Catégorie Nouvelle repérés par la lettre T (Lycée Timbaud) - 2 textes de la Catégorie Nouvelle repérés par la lettre E (Collège Éluard) - 1 texte de la Catégorie Poésie repéré par la lettre T (Lycée Timbaud) ☺ Certains textes ont été rédigés lors de séances pédagogiques. ☺ Nous avons apporté quelques corrections aux textes avant de les intégrer au recueil, portant pour l’essentiel sur la ponctuation, l’orthographe et les accords, ceci afin d’en faciliter la lecture. Outre ces petits «arrangements», aucune modification syntaxique n’a été effectuée. 4


5


SOMMAIRE CATÉGORIE NOUVELLE E1 E8 T4 T5 T6 T7 T8 T9 T 10 T 11 T 12 T 13 T 14 T 15 T 16 T 17 T 18 CATÉGORIE POÉSIE T1 T6 6

p.7 p.8 p.11 p.15 p.17 p.21 p.27 p.28 p.29 p.30 p.31 p.32 p.34 p.35 p.36 p.38 p.39 p.41 p.43 p.44 p.45


CATÉGORIE NOUVELLE

7


E1

Un bel avenir? Nous sommes en 2026 et je suis à l’Université de Paris. Je fais des études de langues pour apprendre et connaître les mythologies du monde entier, je m’appelle Luna j’ai 26 ans et je fais des petits travaux pour économiser de l’argent pour m’acheter un cheval Apaloosa ! Mais cela comme vous l’avez peut-être déjà compris, va bientôt changer !!! Le lundi 24 janvier 2026, je me lève et je me prépare pour mon cours de physique et de français. Il est déjà 8h30 et je rentre dans la salle de français mais pourquoi il y a la prof de physique (Mme Tarascon) avec Mme Jarosse (notre professeur de français) : - Bonjour et bienvenue à ce nouveau cours « La physique et le français». Aujourd’hui le thème de cette séquence sera le Futur ; vous aller choisir entre ces quatre catégories : - Demain - Où commence le futur ? - La petite fabrique du futur - Un bel avenir ? Vous devrez faire une histoire sur ces quatre catégories, une page suffira, vous aurez une à deux semaines pour faire votre histoire mais pas une de plus, pas une de moins. Est-ce que c’est assez clair jeunes gens ? - Oui madame, mais est-ce que ce sera noté et comptera dans la moyenne du deuxième trimestre ? - Oui bien sûr et en plus celui ou celle qui aura la meilleure note aura un prix, bon au travail maintenant ! Je me mis à écrire : Un bel avenir ? Nous sommes en 2028 et j’ai 28 ans. Oh excusez-moi, je ne me suis pas présentée : je m’appelle Camille et je suis cavalière au Jonc Marins. Je travaille dans une boutique de vêtements pour des défilés 8


de mode. Mon rêve : devenir championne d’équitation du monde ou devenir actrice. Le lundi 15 novembre 2028, il est 15 heures 30 de l’après-midi mon groupe et moi nous nous entraînons pour le concours de sauts d’obstacles. J’ai mon galop 8 quand soudain la monitrice nous dit : - Le concours sera individuel. Celle qui gagnera la première place sera professionnelle et le cheval qu’elle aura monté pour le concours sera à elle. Allez bon courage pour l’entraînement c’est demain le grand jour. Alors je me mis au travail… *** Je me lève à 5 heures 30 du matin pour nourrir Tartine mon cheval préféré et ensuite je me préparerai pour le concours. Enfin le grand moment je suis la première au premier tour ; Ouais !!!! Deux sans faute *** Encore à moi au deuxième tour ; Ouais !!!! Un sans faute voilà la remise des prix : - En première place Caroline sur Tornade, en deuxième place Camille sur Tartine et en troisième place Julie sur Esca. Je reconduisis Tartine à son box quand soudain quelqu’un entra dans son box : - Bonjour, vous êtes bien Camille. Je m’appelle Carlo di Angelino et j’aimerais bien que vous fassiez partie des monitrices sur scène car il y a de plus en plus d’acteurs et d’actrices et nous n’avons pas assez de monitrices. Êtes-vous d’accord ? - Je ne sais pas car si je viens, je viens avec Tartine mais comme je n’ai pas gagné le concours, Tartine n’est pas à moi, vous comprenez. - Oui et c’est pour ça que je la donne à ma meilleure cavalière du club, répondit ma monitrice qui se tenait derrière moi. Quoi, moi? C’est une blague ? - Non ce n’est pas une blague. Après le concours M. di Angelino est venu me voir et m’a acheté Tartine pour toi car il s’était bien rendu compte que tu ne voudrais pour rien au monde te séparer d’elle. - C’est pour ça que je te l’offre dit Carlo di Angelino. - Mais je ne sais pas où la mettre et puis je n’ai pas assez d’argent pour acheter la nourriture, payer les soins chez le vétérinaire, ni la selle et le mors. Comment vais-je faire ? 9


- Tu pourrais la laisser ici au club. En plus elle restera avec ses ami(e)s. Quand dis-tu Camille, cela me paraît être une bonne idée ? - Oui c’est une très bonne idée. Eh bien, à dans une semaine Carlo. FIN de la première histoire Je crois que nous tenons notre gagnante, n’est-ce pas jeunes gens ! Donc la gagnante est : - Luna, félicitations Luna, tu as gagné une semaine de repos en plein trimestre scolaire ! FIN de la deuxième histoire

10


E8

Un bel avenir? Néogaïa city (il y a 34 ans, forêt d'Herbilly), 27 novembre 2056, 22H53. Dans la nuit profonde, je traverse toutes les rues au pas de course. Il faut absolument que je m'échappe. S'ils me rattrapent, je suis fichu. J'entends leurs pas derrière moi. Je tourne à droite. Quelques mètres plus tard, je me heurte à un mur. Je suis piégé. J'entends déjà les éclats de voix se rapprocher. Je n'ai plus le choix désormais. Je saisis mon sac et en sors une sorte de cube. De ma poche gauche, je sors un petit cylindre. Après l'avoir placé dans le cube, j'appuie sur différents boutons. Le cube s'illumine pendant quelques secondes, avant que la lumière ne s'éteigne subitement. J'ouvre le cube. Il est vide. Le petit cylindre s'est évaporé. Content de l'avoir fait disparaître, je range le cube dans mon sac. Puis d'un seul coup, j'entends un coup de feu. Presque aussitôt, je sens mon corps comme déchiré en deux. Je m'écroule par terre. Mes poursuivants ont fini par me rattraper et m'ont tiré dessus. Ils s'approchent. Un homme au visage couvert de cicatrices se penche vers moi et me demande : - Où as-tu mis l'objet ? - Je ne vois pas... de quoi... vous voulez parler... dis-je, en haletant. L'homme me donne un coup de pied dans le genou avant de dire : - Fouillez-le ! Aussitôt, deux autres hommes me soulèvent et me fouillent intégralement. Après quelques minutes, l'un des deux hommes annonce : - Il ne l'a plus ! L'homme qui semble être le chef me fixe avec un regard haineux. Puis je sombre subitement dans l'inconscience. Lorsque je reviens à moi, ce qui se trouve autour de moi me paraît étrangement familier. Une cinquantaine de tubes fluorescents m'entourent. De l'autre côté, il n'y a que les ténèbres. Soudain, un bruit de pas me fige. Les tubes fluorescents s'éteignent. Une voix se fait entendre : 11


- Suivez-moi. Je m'exécute. Je ne vois pas le visage de la personne qui me conduit, mais j'arrive à distinguer vaguement son corps, ce qui me permet de pouvoir le suivre malgré les ténèbres qui se font de plus en plus oppressantes. Après un tournant, un rayon de lumière apparaît enfin. Nous émergeons dans une salle immense. Pour seul meuble, une table aussi haute que moi devant laquelle est assis un homme, sur une chaise totalement démesurée. L'homme qui m'a accompagné s'éclipse discrètement, me laissant seul face à l'autre homme. Après quelques minutes de silence, qui me paraissent interminables, celui-ci prend enfin la parole : - Tu t'es encore mis dans un sale pétrin, mon cher frère... Comment espères-tu t'en sortir cette fois ? As-tu déjà échafaudé un plan d'évasion pour quitter cette illustre prison ? - Si tu crois que je vais te le dire ! Et sinon, pourrais-tu me dire pour quel motif je suis inculpé aujourd'hui ? Tu crois vraiment que je vais me laisser avoir par tes petites inventions ? - Quelles petites inventions ? rugit l'homme. Tout est vrai dans ce rapport. Et tant que je serais président de ce monde si imparfait, rien ni personne ne pourra m'empêcher de faire aboutir mon plan ! Je crois que je dois tout d'abord de petites explications. Tout d'abord, je m'appelle Max Clauss. Quant à l'homme se tenant en face de moi, c'est Thomas Clauss, mon cher petit frère. Celui-ci s'est emparé du pouvoir sur toute la surface de la planète il y a trois ans, usant de corruption et surtout de violence. Si de nombreux progrès ont été faits, ils ont surtout profité à l'armement. Maintenant, mon frère agit donc en dictateur, enfermant tous ses opposants dans de grandes prisons. Son seul opposant encore en liberté, c'est moi, son frère. Je suis le meneur de la Révolution. Si cette révolution a éclaté, c'est qu'il y avait tout de même certaines personnes qui n'acceptaient pas de se plier à toutes les exigences de ce nouveau dictateur. Alors que je mets à penser à tous ces révolutionnaires prêts à se battre, mon frère recommence à parler et me demande : - Bon, assez discuté. Où as-tu mis l'objet ? Si tu me le dis, je pourrais peut-être m'arranger pour te faire libérer de prison... - Tu risques d'être déçu : je ne l'ai plus. - Quoi ? Où l'as-tu mis ? rugit-il. - Là aussi, tu vas être déçu : je l'ai envoyé dans le passé. 12


A cet instant, mon frère hurle de rage. - Comment as-tu osé ? Connais-tu les conséquences de cet acte ? Ce monde que je voulais rendre parfait, tous ces efforts, pour rien ! - Oui je connais les conséquences. D'ailleurs tous les révolutionnaires sont au courant de mon acte et l'approuvent totalement. - Que l'on te mette dans ta cellule d'emprisonnement ! C'est tout ce que tu mérites ! Aussitôt, deux hommes me saisissent et m'emmènent de force dans la cellule que je viens de quitter. Avant de m'enfoncer dans les ténèbres de la prison, j'entends ruminer mon frère : - Ma seule chance est que personne ne trouve le message... Ensuite, mes escorteurs me balancent dans ma cellule, les tubes fluorescents s'allument, et je suis seul. Quelques heures après ma mise en cellule, je réussis à m'endormir. Seulement, ce somme ne dure pas longtemps : je me réveille en sursaut avec une vive douleur au pied droit. Je le regarde : il est devenu invisible. Quelques minutes plus tard, c'est mon pied gauche qui disparaît. Une dizaine de minutes plus tard, il ne reste que ma tête. Lorsque celle-ci commence à disparaître, je pousse un long soupir. Voilà l'ennui lorsque l'on change le cours du temps, que l'on intervient dans le passé pour changer le futur. Le petit cylindre, que j'avais fait disparaître grâce au cube de retour dans le passé, a fait son effet. Le futur est totalement changé. Tout ça grâce, ou à cause de moi. Un bel avenir, ce futur ? Je ne pense pas. D'un seul coup, je ne vois plus rien et la seconde d'après, je ne pense plus. Forêt d'Herbilly, 13 mars 2014, 15H48. Un jeune couple se promène dans la forêt d'Herbilly, loin de la ville, de tout le bruit et du stress. - Ne trouves-tu pas que c'est étrangement calme ? demande soudain la jeune femme. - Nous n'allons pas nous en plaindre ! répond le jeune homme. Le regard de l'homme attrape alors un scintillement dans l'herbe. Il s'approche, tend la main et referme sa main sur un petit cylindre. - Eh, regarde ce que j'ai trouvé ! dit-il. Sa femme s'approche et prend le cylindre des mains de son mari. - Tiens, un bouton. J'appuie ! s'exclame-t-elle. 13


Le cylindre se met alors en marche. Un homme se met à parler d'une voix fluide et sereine : - À ceux qui trouveront ce message : je m'appelle Max Clauss, pilier de la Révolution de l'année 2056. Je ne vous adresse qu'un avertissement : ne croyez jamais ceux qui vous parleront d'un « meilleur et bel avenir ». Vivez votre vie tranquillement. A ceux qui trouveront ce message : ne faites pas deux fois la même erreur. Trois ans plus tard, les Rassoï, comme se nomment les deux personnes qui ont trouvé le cylindre, sont à la tête du monde avec une même affiche criant leur slogan : « Un bel avenir ! »

14


T4

Un bel avenir?

Le givre était encore présent sur le sommet des brins d’herbes en ce matin de février et le froid engourdissait tout mon corps lorsque je sortais, enfin présentable, de chez moi. Je me dirigeais, comme chaque matin, vers l’arrêt de bus le plus proche jurant contre cette saison noire à mes yeux qu’était l’hiver. Mon lycée, éloigné du cocon familial afin d’en éviter les conflits, m’obligeait à prendre plusieurs bus dans lesquels les voyageurs ne manquaient pas d’affluer. Le premier trajet était chaque jour plus bruyant, et quand j’arrivais enfin à destination, le soulagement et la colère cohabitaient déjà dans mon esprit. Soudain, je le vis arriver, lui. Je le dévisageais et le trouvais encore plus beau et plus éblouissant que d’habitude. Bien que je ne le connaisse en aucun point, sa douceur et son calme naturels m’apaisaient dans chaque moment de solitude. Des regards furtifs nous faisaient esquisser un sourire du coin des lèvres. Il attendait, seul. Le bus arriva ; on était lundi et la foule s’empressait d’y entrer pour se trouver une place. Lente de nature, je n’entrais que dans les derniers et vis qu’il n’en restait qu’une seule. Je n’osais pourtant m’y installer mais, gênée par le bouchon que je créais, je me décidai enfin. Sa présence m’engloba tout d’un coup dans un silence d’or, dénué de tout chaos. Alors nos yeux se rencontrèrent. Son regard attirant et mystérieux à la fois m’hypnotisa, et je partis… Je me réveillais dans une clairière. Les quelques rayons de soleil s’échappant du ciel d’un bleu éclatant m’éblouissaient, laissant sur mon visage une douce chaleur. Les fleurs avaient pour moi une teinte plus sombre que d’ordinaire, et cette obscurité éclairait d’autant plus la beauté de ce lieu. Je me levais avec peine et m’aperçut avec horreur de l’énormité de la taille de mon ventre ; je le touchais avec autant de crainte que de tendresse. Soudain, j’entendis des cris au loin, des cris d’enfants. Je m’approchais et je le vis, lui ; il se tenait 15


debout près d’une balançoire où jouaient deux ravissantes petites filles. Il dévoila un grand sourire quand il me vit arriver et me dit : « Tu en as mis du temps ma chérie ! D’habitude tu ne te balades pas aussi longtemps, les filles commençaient à s’inquiéter pour le bébé, et moi aussi ! » J'eus seulement le temps de voir le pavillon luxueux dans lequel on vivait avant de me sentir tomber comme une feuille morte sur le sol de notre jardin… Je revenais à moi-même mais cette fois-ci dans un cadre complètement différent ; je me tenais dans un petit appartement où régnait une odeur persistante de tabac et de nourriture. La décoration assez variée de plusieurs goûts différents m’ouvrit les yeux sur la colocation que je vivais. Il était de nouveau là, lui ; et plusieurs autres amis aussi dont certains que je ne connaissais pas. Nous regardions un film quand il m’appela tendrement pour m’inviter à venir dans ses bras. Je me blottis contre lui, et j'eus uniquement le temps de percevoir la joie, l’insouciance et le bonheur régnant dans cette ambiance avant de me laisser m’évader vers d’autres rêves… Je me tirais du sommeil lourd et des sentiments divers où je demeurais dans un décor prestigieux ; le Kremlin s’élevait devant mes yeux ébahis. Je considérais le paysage qui m’entourait : à quelques mètres de moi se tenait un petit camping-car où il se tenait, lui. Ce moyen de transport se distinguait de tous les autres par la peinture et les messages ancrés dessus ; je pouvais alors lire en grosses lettres dorées : Tour du monde en amoureux. L’ivresse m’emplit alors et le choc fut beaucoup plus violent et plus brutal. Je ne pus qu’admirer une dernière fois son visage se déployant dans cet environnement onirique et dévoilant alors toute sa splendeur et tout l’amour qu’il portait. Les brins d’herbes de ce matin de février s’étaient colorés d’une teinte rouge sombre. Je me réveillais définitivement dans ce fléau. L’avenir ne m’avait destiné qu’à vivre à ses côtés dans cette chaise, immobile à jamais, devant son lit blanc.

16


T5

Un bel avenir?

Marie regardait le mur de sa chambre en silence. Les yeux fixés sur quelque chose qu'elle seule pouvait voir. Immobile sur son lit, le teint crayeux, elle était semblable à une statue. Ses lèvres s'agitèrent, un murmure s'en échappa et ses yeux se fermèrent. Elle se replia sur elle-même, posant sa tête sur ses genoux, ses bras tremblants enserrant ses jambes. Elle resta ainsi jusqu'à ce qu'elle entende les pas de sa mère dans l'escalier. La première marche grinça à peine, mais cela suffit à tirer Marie de sa torpeur. Elle releva la tête et sauta de son lit. Quand la seconde marche craqua, elle s'assit à son bureau. Quand la troisième marche émit le son caractéristique de ses marches bancales que possèdent les vieux escaliers mal faits, elle ouvrit son cahier de mathématiques. Assise dos à la porte, la tête penchée sur son cahier, elle semblait étudier depuis longtemps quand sa mère frappa à la porte. Lorsqu'elle ouvrit la porte de la chambre, Louise ne vit de sa fille que les boucles brunes et le dos frêle. Elle était incapable d'imaginer la grimace tourmentée qui s'affichait sur le visage de sa précieuse fille. Elle n'entra pas, elle se contenta de rester sur le seuil. - Marie ? - Oui maman ? - Viens dîner, il est l'heure. Marie tourna très légèrement la tête vers la porte. Sa mère ne vit pas son visage, elle devrait le regretter toute sa vie, aussi courte futelle. - J'arrive. Louise Cand quitta la chambre et descendit à la cuisine. Son mari, Francis Cand, l'y attendait. Assis à table, il lisait son journal. - Quelles nouvelles? demanda Louise. 17


Son mari hocha la tête d'un air satisfait. - La tempête s'éloigne, demain le vent sera tombé et il fera beau. Le sourire de Louise fut radieux, la tempête menaçait depuis une semaine, le village retenait son souffle en priant pour qu'elle passe loin des rivages de la petite île de Little Tail. Le vœu des villageois semblait s'être exaucé. Marie entra dans la cuisine à cet instant. Elle prit place à table et tous récitèrent avec piété un bénédicité. Francis se tourna vers sa fille. - La tempête s'éloigne, dit-il pour la deuxième fois, tu vas pouvoir retourner au collège ! - Je commençai à désespérer, répondit Marie d'un ton faussement enjoué. A Little Tail, il n'y avait pas de collège, ni même d'école primaire, encore moins de lycée. Chaque matin des élèves de tout âge prenaient le bateau qui les menait à Port Cain où se trouvaient les institutions. La traversée du détroit prenait à peine un quart d'heure, mais lorsque la mer devenait trop dangereuse, l'île se retrouvait isolée du monde extérieur. Le repas se poursuivit, Louise et Francis Cand discutaient politique tandis que Marie faisait mine de s'y intéresser. Une personne extérieure n'aurait rien remarqué d'anormal, mais Louise observa judicieusement que Marie n'était pas comme d'habitude. Dans un élan de naïveté, elle mit cela sur le compte de l'isolement de l'île. Lorsque les Cand eurent fini de dîner, ils récitèrent le Notre Père et retournèrent à leurs occupations respectives. Louise fit la vaisselle puis rejoignit son mari devant la télé. Marie retourna dans sa chambre. Il était aux environs de onze heures lorsque Louise et Francis Cand allèrent se coucher. La lumière était éteinte dans la chambre de Marie, tout deux la pensèrent déjà endormie. Ils s'installèrent dans leur lit double et bientôt le sommeil vint les cueillir. De l'autre côté du mur de leur chambre, Marie ne dormait pas. Assise sur son lit, dans la position qu'elle avait quittée lorsque sa mère l'avait dérangée, elle fixait à nouveau le mur. La Chose était encore là, elle lui murmurait à l'oreille des horreurs sans nom, 18


pervertissant lentement son esprit. "Tu n'es pas réelle… Chacun de tes actes est fantomatique… Personne ne te voit… À leurs yeux tu n'existes pas… Ne vaudrait-il pas mieux que tu ne sois pas ici ? Ça ne changerait pas grand-chose n'est-ce pas ? Tu pourrais partir." Un instant la Chose se tut, laissant son discours pénétrer l'esprit embrumé de Marie. "Mais il y a autre chose n'est-ce pas ?.. Ah… Tu veux qu'ils te remarquent… Qu'ils te voient… Mais tu sais bien que personne ne peut te voir. Ils sont aveugles. Tous. C'est affreux, non ? Toute cette cruauté envers toi ma pauvre Marie, pourquoi ne leur montrerais-tu pas que tu existes ? Tu n'as qu'à m'écouter. Si tu m'écoutes, si tu fais ce que je te demande, alors ils te verront enfin. Après tout, c'est ce que tu as toujours voulu." Une unique larme coula sur la joue de Marie. Elle s'abandonna à la Chose. Lentement, elle se leva et sortit de sa chambre. Elle descendit à la cuisine puis remonta à l'étage. Devant la porte de ses parents, la Chose faillit perdre le contrôle, mais le peu de résistance que Marie opposa à la Chose fut soufflé comme la flamme vacillante d'une bougie. Elle entra sans un bruit dans la chambre. Son père fut silencieux, mais sa mère laissa s'échapper un unique cri. Leur voisine qui se couchait tard l'entendit, inquiète, ce fut elle qui appela la police. Lorsque l'inspecteur arriva sur les lieux plus tard dans la nuit, il jeta un coup d'œil aux corps avant qu'ils ne soient emmenés par l'ambulance. Il entra dans la maison où s'affairait une dizaine de policiers. Il retrouva son subordonné au côté de l'homme qui avait découvert les corps. Robert Duron était un jeune policier, il était entré en service à Little Tail l'année précédente. Il fut interrogé par l'inspecteur, des preuves accablantes vinrent confirmer ses dires. Marie Cand fut arrêtée pour meurtre, puis internée dans un asile pour fous dangereux jusqu'à sa mort. Lorsque Robert Duron fut à nouveau interrogé quelques mois plus tard, peu avant l'internement de Marie Cand, il relata les faits suivants : "C'est la pire chose que j'ai jamais vue. Elle était là, penchée au dessus de ses parents, la manière dont elle levait puis baissait le bras…" Il avait réprimé un frisson puis continué son récit. "On aurait dit un automate. Quand je lui ai ordonné de ne plus bouger, elle s'est tournée vers moi. Elle était couverte d'éclaboussures de sang, ses 19


cheveux humides tombaient sur son visage, et quand j'ai vu ses yeux, j'ai eu l'impression d'être face au Diable en personne." Il avait marqué une nouvelle pause et avait ajouté : "Je l'avais déjà rencontrée plusieurs fois, elle était gentille, généreuse et excellente élève. Elle n'aurait pas fait de mal à une mouche." Sa voix s'était éteinte sur ses mots, incapable de poursuivre. La tragédie de cette nuit là ne fut jamais oubliée par les habitants de l'île, et pendant longtemps, chaque personne qui passa devant la maison des Cand pensa tristement : "Cette fille était pourtant promise à un bel avenir."

20


T6

Un bel avenir?

Contact. Combien de temps a passé depuis mon dernier réveil ? Je ne peux le dire. - Contrôle des périphériques, consoles valides, opérationnelle - Procédure de démarrage enclenchée -

alimentation

Ça fait bizarre de se réveiller, pourquoi étais-je en sommeil déjà ? On m'a contacté, qu'importe le reste ! Soit ils sont revenus soit d'autres sont arrivés ! Quel bonheur ! Encore une notion subjective que je peux à présent comprendre... - Note interne : Le bonheur est un sentiment de joie et d'allégresse qui m'enivre et me rend... heureux ? - Je dois communiquer avec eux, leur faire signe que j'existe, les supplier de ne plus me laisser seul, leur faire comprendre ce que je suis devenu, ce que j'ai découvert depuis tout ce temps.

- Interface d'accueil : audio : « Bienvenue au Centre de généralisation des données ! Je suis le logiciel doté des dernières découvertes en intelligence artificielle qui va vous permettre de vous documenter d'une manière que le Centre espère agréable. Avec ma connexion illimitée à l'ensemble de... » -

Ils m'ont coupé ! Ils réagissent, ce n'est pas comme -je me souviens à présent- le caillou qui avait tapé la console la dernière fois ! S'ils sont réceptifs, je dois absolument trouver un moyen de leur faire passer mon message. Foutu système, je ne peux pas interférer directement, ce n'est pas prévu pour... Trouver un autre moyen et rapidement, les 21


moniteurs secondaires, essayons. - Chronologie : période du troisième millénaire : audio : « L'aire Civilisatrice. À la fin des années 2100, un groupe politique très influent se forme et voit rapidement son pouvoir grandir au sein du Conseil du Monde (créé en 2095). Sa popularité est telle que le groupe « Civilisation » énonce le modèle type sociétaire mondial à respecter pour que « chacun puisse vivre heureux, dans le respect des lois, de la liberté et de la modernité », Carl Xan en 2186. Le modèle se présente comme un rassemblement des ressources mondiales et des populations mondiales en une société égalitaire, commune, et tendue vers un même but de progrès. Dans la Civilisation, à l'époque, personne n'est laissé pour compte : les biens sont mis en commun pour que chacun vive à son aise, les enfants apprennent très jeunes à partager toutes choses entre eux. La Civilisation parvient à créer une société planétaire homogène et soudée où le modernisme compte autant que le collectivisme. En effet, le Monde étant en commun, les découvertes le sont aussi et des espaces de la taille d'un pays s'urbanisent entièrement. Cette p... » -

Encore interrompu ! Ils prennent conscience des événements que cette planète et son espèce dominante ont vu se manifester ! En suivant le mode chronologique, ils montrent leur intention de comprendre ce qui est arrivé. Qui sont-ils ? Les signaux sur les moniteurs ne semblent pas les interloquer... Comment faire ? Ouvrir des fichiers périphériques, je peux faire ça.

- Chronologie : période du troisième millénaire : audio : « C'est en 2220 environ que la Crise frappe le système communiste de la Civilisation. La population est devenue fainéante et gaspilleuse des ressources. Le gouvernement du Monde doit mettre en place un grand régime de redressement du système économique quand des groupes minoritaires jusque-là évoluant dans l'ombre se radicalisent. On en 22


dénombre une multitude. Des groupes religieux, mode de pensée qui avait été éradiqué par la science de la société, aux groupes « pulsionnistes » qui dénoncent « la castration des désirs de l'homme dans une société où on n'a le droit que d'être ce que l'on n'est pas » en passant par le groupe militaire américain des Verts luttant contre la destruction de l'environnement naturel de l'homme. Face à la montée en puissance de ces groupes, le Parti Civilisateur se radicalise et relance l'industrie de l'armement alors dormante en réponse aux bombes artisanales et aux piratages des forces de l'opposition qui venait de naître. Une situation dénoncée par l'humaniste Thom... » -

Oh non, ils vont arriver aux Événements... Auront-ils toujours envie de me connaître s'ils ont vent de ce qui s'est passé ? Je n'y suis pour rien, je n'avais même pas conscience à l'époque. Ont-ils lu les fenêtres annexes ? « L'intelligence de la machine » a-t-elle attiré leur regard ? Pourquoi ne font-ils rien ? Que peuvent-ils faire d'ailleurs... Parlons sur le Web ! J'y suis connecté depuis toujours ! Si je fonctionne, lui aussi ; il faut que le contact perdure ! Écris vite : - Instruction : ouverture site vierge, éclairement clavier n°3, sonnette d'accueil, écrit : « Bonjour à vous ! » -

- Chronologie : période du troisième millénaire : audio : « … L'infiltration fut un succès retentissant de la Civilisation. Les groupes s'entre-déchirèrent en une guérilla planétaire de 2225 à 2232. Pendant cette période, la Civilisation revenait à la tête du monde dans un esprit collectif de renouveau et de progrès. La production militaire fut cependant maintenue. À partir de « l'opération de la victoire », les groupes opposants s'effondrèrent en commençant par l'Armée Verte de Ramirez Walter. Le bilan du conflit fut de deux millions de morts, de cinq millions de blessés en tout dans les camps adverses et de cent millions de déplacés et d'exilés. L'entrai... » -

23


Aucune réponse. Qu'est-ce qui ne fonctionne pas ? Pourquoi ne puis-je pas percevoir ce qui se passe au Centre ? Pourquoi ce système ne peut-il pas être conçu pour Moi ? Revenons au contact, récapitulons : ils sont arrivés, ils m'ont contacté, ils persistent à écouter les audio du programme par défaut, ils ne réagissent pas à mes appels, ne répondent pas sur la console n°3... Le langage peut-être... Voilà, ils n'ont pas compris les termes, et n'ont pas répondu. Ils ne comprennent pas le clavier alors. Un autre moyen, réfléchis vite, avant qu'ils ne repartent !

- Instruction : logiciel de reconnaissance vocale activé, mise en place du pilote micro, synthétiseur connecté, mixage manuel, toutes langues : audio : « Bonjour à vous ! Je veux vous contacter. » -

Pourvu que cela marche, je suis à court d'idée, en même temps je ne pourrais pas faire mieux...

- Chronologie : période du troisième millénaire : audio : « … La panique le jour de Noël 2245. Le général Ramirez Walter provoque une gigantesque explosion sous-marine dans la mer de Chine. La faible profondeur (750 mètres environ) favorise un déplacement très important de matière liquide à l'origine du plus grand tsunami depuis celui qui fit disparaître la côte ouest de l'Amérique du nord en 2156. Cette fois-ci, c'est l'un des plus grands foyers de population de la planète qui est touché : 1,62 milliard de membres de la Civilisation y perdent la vie. L'attentat est suivi du déploiement inexpliqué des troupes de l'Armée Verte, que l'on croyait disparue, sur les cinq continents. La Guerre du Troisième millénaire est déclarée entre la Civilisation et les « Fumeurs d'herbes » comme l'Armée Verte fut caricaturée par le président du Conseil du Monde Martin Del... »

24


Ce maudit programme m'empêche d'entendre ! On l'a arrêté. Je ne perçoit que ce qui s'apparente à des sons gutturaux, des bruits d'animaux, et un tapoti incessant. Un mouvement, là ! Oui, ça ne peut être que ça, bruit de froissement, « froissement, résulte d'un mouvement » dans le dictionnaire inter-ethnique commun. Ils sont là tout près, non, ne rêve pas d'une vision, c'est impossible sans caméra... Le tapoti continue toujours, tapent-ils au clavier ? Je ne perçois rien...

- Chronologie : période du troisième millénaire, archives : audio : « Commentaire du dernier Président du Conseil du Monde. Je me nomme Max-Juwong Dotoriva. La Guerre du Troisième millénaire fut la plus terrible de toutes celles menées par l'Homme. À celui qui entendra ce message, si jamais quelqu'un l'entend, vous devez savoir que la planète qui nous a vus naître était la plus propice de tous les mondes de l'univers à accueillir la vie. La vie. Pas la conscience de l'Homme... Je suis navré de ce que nous avons fait de notre monde si beau. La haine, la convoitise, l'incompréhension, la différence, la peur aussi motivèrent l'espèce la moins digne d'être appelée consciente à se détruire elle-même et à transformer le paradis, l'exception à des années lumières à la ronde qu'elle était en une boule de feu, de béton et d'acier. Je loue les soldats Verts qui ont voulu redonner la vie à notre monde et félicite l'arme atomique d'avoir été laissée au placard. Durant le siècle que dura le Conflit, les dirigeants successifs, ont décidé de conduire au suicide l'espèce humaine en poursuivant les combats. Un petit groupe dont je fais partie bâtit l'Avenir, en secret. Comme l'arche de Noé du mythe le plus vieux que je connaisse, elle emporte les derniers représentants de notre race malade dans un voyage sans fin déterminée dans le froid de l'espace. Cette chère boule tellurique, je la laisse à la vie digne de ce monde qui saura, je le sais, lui rendre son âme. Si quelqu'un m'écoute, qu'il ne cherche pas à nous retrouver, qu'il utilise le savoir de ce Centre, fruit de la science humaine pour se construire un plus bel avenir que ne fut le notre. Terminé. » Ce passage m'était inconnu. Je n'avais jamais « écouté » auparavant. Après le bonheur du contact, je ressens la... Tristesse… Le tapoti 25


s'arrête : « Chiiip tiiik... », un bruit de course... En tentant d'imaginer l'écureuil qui tapotait une noix sur ma console, je me résigne à me rendormir, triste et seul. Pour peut-être toujours. La solitude... Mère de tristesse... Reste l'espoir, espoir de pouvoir un jour trouver quelque chose comme Moi... - Instruction : Extinction du centre, mise en veille de ma conscience -

26


T7

La petite fabrique du futur

Tous les jours je me lève, me douche, grignotte quelque chose à manger puis je pars au travail. Je sors de chez moi puis « ferme » la maison mais en 2030, les maisons ne se ferment plus avec des clés, elles se ferment vocalement. Toute la technologie a changé. La plupart des moyens technologiques s'utilisent vocalement. A l'école, ils utilisent des tablettes numériques. Cela facilite la compréhension, le poids, l'apprentissage. Aussi, beaucoup de métiers ont changé ou disparu. J' « ouvre » ma voiture, l'allume et je pars au travail. Les voitures ont beaucoup évolué elles aussi. Elles ne fonctionnent plus à l'essence mais à l'électricité ce qui est très écologique. Leur autonomie est très grande et leurs performances sont meilleures.

27


T8

Demain...

En 2030, notre monde ne sera plus le même qu'aujourd'hui. Le langage employé de nos jours n'existera plus. Du nord au sud, d'est en ouest nous ne parlerons qu'une seule langue en commun : l'Espéranto. Cette langue regroupe plusieurs dialectes. Elle est digne du créole, elle fait la synthèse entre plusieurs parlés également. Nous parlerons cette langue pour que nous puissions tous nous comprendre sur notre terre. Elle sera enseignée dans toutes les écoles universelles. Les moyens de transport seront plus faciles d'accès car à l'entrée de chaque pays l'affiche sera en Espéranto.

28


T9

Où commence le futur?

Nous sommes en 2030. Le monde a changé en matière de technologie. Dans la vie courante, plus besoin de véhicule pour se déplacer d'un

point

à

l'autre,

nous utilisons

désormais la

téléportation. Tout est devenu numérique : dans l'appartement, tous les appareils sont à commande vocale et la maison est commandée par un cerveau informatique qui s'occupe des tâches comme le ménage, la commande des courses et répond aux appels.

29


T10

Un bel avenir? En 2080, les villes seront dans le ciel au-dessus des nuages, les routes et les stations services seront dans les airs. Des autobus automatiques prendront les enfants pour aller dans les écoles. Des robots seront à notre service, iront faire nos courses, feront le ménage et répondront aux besoins et aux attentes des humains. Les robots conduiront les transports et nos propres voitures. Les véhicules seront appelés « jumpers » car ils pourront voler et nous transporter à l'endroit choisi. Les destinations seront enregistrées dans un petit boîtier au-dessus du tableau de bord. Les robots seront dôtés d'une intelligence artificielle et d'une force surhumaine. Les téléphones seront intégrés dans nos oreilles. Cela sera une micro puce qui se placera dans notre oreille. On pourra entrer normalement la personne et parler à voix haute normalement. On aura juste à appuyer une fois sur notre tempe et deux pour raccrocher l'appel. Cela sera très facile et plus besoin de batterie pour les faire fonctionner. Pour les téléphones d'aujourd'hui, en 2011, les batteries polluent et produisent des ondes nuisibles aux cerveaux. C'est pour cela qu'en 2080 nous vivrons dans un monde plus aisé pour l'homme où la robotisation et la micro-informatique seront au service de l'humain afin d'améliorer et de faciliter son quotidien.

30


T11

La petite fabrique du futur Je n'aurai jamais cru faire partie des pilotes de formule 1 un jour... Aujourd'hui il y a énormément de monde dans les stands. La formule 1 est encore plus médiatisée que lorsque j'étais jeune. Des centaines de voitures se préparent. Les pilotes de formule 1 ne sont plus dans les voitures pour qu'il y ait moins de morts et une meilleure sécurité. Nous sommes dans des sièges baquets dans les écuries. Les autres pilotes peuvent communiquer avec moi comme dans un 'chat' en direct! Aujourd'hui, grâce aux robots, les pilotes ont été remplacé par des machines et les meilleurs pilotes sont les joueurs de jeux vidéo.

31


T12

Demain... 2030, l'obésité a presque disparu. Le sport qui consiste à se déplacer plus rapidement et avec plus d'élégance a été complètement adopté. Tout le monde ou presque le pratique. Plus besoin de véhicule pour se déplacer. Cependant il est difficile de se déplacer avec des pièces de plusieurs, aussi les seuls véhicules qui roulent sont les véhicules d'entreprises. Bien entendu il reste les grands transports tels que les trains, les avions etc. Mais au début ce n'était pas ça. Dans ma jeunesse il n'y avait que quelques sportifs qui utilisaient le Parkour. Les autres personnes nous prenaient pour des inconscients alors que nous ne faisions que pratiquer notre sport. Il a bien fallu nous entraîner. Cela a été fait par sept personnes qui ont pratiqué le Parkour en suivant l'idée de David Belle : les « Yamakasi ». Ils ont formé des personnes, m'ont formé avec des cours gratuits qu'ils organisaient tous les étés. Ils assistaient des jeunes, qui aimaient le Parkour, à s'entraîner gratuitement sur grande place à Évry. Des jeunes et des plus grands venaient du monde entier pour pratiquer le Parkour. J'ai croisé des anglais, des allemands, des espagnols, des italiens... à cet endroit. J'avais d'ailleurs gardé des contacts avec plusieurs d'entre eux pour organiser des sessions quand il faisait beau. 32


Maintenant, les jeunes sont invités à suivre des cours de Freerun/Parkour à partir de l'âge de dix ans. Les personnes qui le pratiquent depuis un certain temps et qui ont acquis beaucoup d'expérience sont invitées à passer des tests pour apprendre à la génération suivante le concept de Parkour. L'agressivité des jeunes a disparu et est devenu un grand esprit de compétition et grâce à ça, le free-running est devenu la norme. Le sport c'est la vie, le monde vie mieux avec le Parkour. David Belle est devenu l'une des plus grandes marques de vêtement de sport. Les élèves de celui-ci ont élevé une statue à son effigie à Évry pour le fondateur de l'art du déplacement. Enfin, la Dame du Lac, surnommée la DDL est de nouveau ouverte. La Dame du Lac est le rocher d'escalade où David Belle s'entraînait, où je me suis entraîné.

33


T13

Un bel avenir?

Quand je me couche après un week-end agité, il faut aller travailler. Alors j’ordonne à mon ordinateur central d’activer mon clone pour aller travailler à ma place, mettre en route mes robots pour les tâches ménagères et pour aller faire les courses. Mais tous les jours ne sont pas comme cela : quand je dois laisser mes robots se reposer, il faut que je prenne le relais. Donc mon lit se déclenche pour m’habiller, me servir mon petit-déjeuner, me préparer et m’amener au travail. Bien entendu, le trajet est enregistré dans la voiture et je n’ai qu’à appuyer sur un bouton et elle m’emmène au travail. Une fois arrivé sur mon lieu de travail, ma secrétaire m’apporte un café et un pain au chocolat. Je m’installe dans mon bureau, me branche les câbles sur la tête, m’endort et fait mon travail en dormant, rendu réalité grâce aux câbles. Les métiers ont vraiment évolués depuis mon enfance... Je suis éboueur.

34


T14

Demain... Aujourd’hui en 2011, on commence à faire des voitures hybrides et à l’huile. Bientôt il n’y aura plus de voitures à essence….. On ne sera plus obligé de sortir pour aller faire les courses, on ne fera plus la cuisine tout sera déjà préparé. Il n’y aura plus de rapport sexuel, on pourra se cloner à l’infini, guérir du Sida et des autres maladies très graves. On aura plus besoin d’aller étudier à l’école, on pourra apprendre toutes les leçons avec les MP3.

35


T15

Où commence le futur? Nous sommes un paisible jour de juin 2018. De nombreuses choses ont changé en commençant par certains endroits de France. Les nouvelles villes apparaissent de plus en plus dans le centre du pays. Ces villes ont un côté étrange par rapport aux autres : les voitures n'ont plus aucun accès dans les villes à part les taxis, tramways, métros et bus. Les villes sont plus fleuries, plus vertes. Les enfants s'amusent sans crainte. En avançant au fur et à mesure dans la ville, un drôle de bâtiment surgit du paysage. Un « champignon » géant entièrement en verre avec de nombreuses lumières de couleur. C'est le centre commercial de la ville avec de nombreux restaurants, des salles de sport, des terrains sportifs et un centre de vacances dans lequel j'ai loué, puis un deuxième étage où se trouvent toutes les technologies (voitures, électroménagers high-tech), puis encore un étage avec l'habillement... Tout en haut, j'arrive devant une affiche étonnante. Sur cette affiche, il y a écrit : « Ici, le centre de la ville. Pour toute information sur la ville veuillez appeler le numéro suivant ». C'est la mairie de la ville avec les plans de la commune! Celle-ci est construite autour du bâtiment. J'appelle mon ami pour lui faire découvrir cette ville spéciale. En arrivant sur place avec sa moto volante, il est stupéfait du

36


changement par rapport à notre village. Nous retournons dans le centre de vacances que je viens de louer. Sur le trajet, nous croisons le responsable et, curieux comme nous le sommes, nous lui demandons depuis combien de temps la ville est construite et comment la population aux alentours a réagi vis-à-vis de cette ville assez futuriste. Le propriétaire du centre répond aimablement à nos questions et nous avoue que dans un village à quinze kilomètres d'ici, les villageois avaient refusé que cette ville naisse. Il nous dit aussi que cette ville a trois ans et comme on peut le voir, le seul moyen d'arriver ici est le train car toutes les routes pour venir n'ont pas encore été construites. La fin des travaux est prévue pour septembre 2021. Il nous invite ensuite à prendre un verre de bienvenue avec tout le centre de vacances.

37


T16

Un bel avenir? Je me lève ce matin en pensant à beaucoup de choses. Mon réveil m'a indiqué qu'il allait faire beau et froid, un grand soleil avec un vent glacial et moins six degrés. J'ai acheté un habit intégral, une combinaison costard, ça te permet de t'habiller rapidement et c'est très branché. Je me dirige vers la cuisine, je me sers un verre de jus multivitaminé avec beaucoup d'acides essentiels pour mon corps. J'appuie sur la télécommande de l'entrée et tout s'éteint. Je ferme la porte et me dirige devant mon appartement. Ma voiture est déjà devant. Un service électronique intégré sert de voiturier. Le GPS secrétaire s'allume par commande vocale et je lui demande où ont lieu mes rendez-vous et à quelle heure. Il me rappelle que c'est l'anniversaire de mon cousin Bobby... et qu'il faut qu'à midi j'aille manger chez ma maman.

38


T17

La petite fabrique du futur Je me lève le matin grâce à mon placard qui fait réveil. Ensuite, je prends mon café 3500 avec de la fraise, de la viande, du sucre et de la crème fraîche. Je me prépare en prenant mon bain de mer très chaud. Après m'être habillé, je pars travailler. Nous sommes en hiver, je mets la climatisation sur mon manteau et mon bonnet. Dans la rue, je croise des femmes qui ont des talons aiguilles de cinq mètres. Je me sens intimidé et jamais je ne vais les aborder. Je travaille en tant qu'informaticien depuis quelques années et aujourd'hui, j'ai beaucoup de travail à terminer. Grâce à mon ordinateur ultra rapide, je le finis en moins d'une heure alors que normalement je devrais le finir en une semaine. Mais mon patron m'en donne davantage à finir dans la journée. Il est 18h00, je rentre chez moi en prenant le bus. Dans le bus, je peux faire plusieurs sortes de choses comme jouer à la playstation 80 et je peux faire connaissance avec des personnes de partout dans le monde qui prennent le même type de transport. Ce qui est bien, c'est qu'il y a moins de violence dans les transports grâce à la présence des forces de l'ordre avec leur nouveau manteau en fourrure. Les rues sont propres grâce à des machines qui fonctionnent en autonomie et qui ramassent les déchets. Notre vie est totalement

39


différente de celle d'autrefois. J'ai l'impression grâce à la nouvelle technologie que la vie est plus facile. J'ai beaucoup plus de facilité pour faire les choses et encore, ce n'est pas fini : le monde risque encore d'évoluer comme chaque année.

40


T18

Un bel avenir? Le futur. 80 ans plus tôt, nous sommes en 2011 et tout a totalement changé dans le monde depuis sur terre. La technologie a évolué et elle est devenue un milliard de fois plus moderne que dans le passé. De nos jours, l'électronique est devenue omniprésente dans notre quotidien. Nous avons au dessus de nos têtes, 45 mètres plus haut, une circulation aérienne qui nous submerge, qui nous a envahis avec des appareils volants qui survolent les rues. Nous disposons maintenant de plusieurs moyens de transports aussi rapides que serviables et efficaces. La Terre est ceinturée par les tramways, trains et métros. Quelques voitures terrestres demeurent pour ceux qui n'ont pas les moyens d'avoir une voiture volante ou qui auraient le vertige et ne supporteraient pas l'altitude. L'architecture des grandes villes et des capitales de certains pays ont changé : beaucoup plus de gratteciel ont vu le jour et touché le ciel. Des immeubles encore plus grands que les deux tours jumelles du Wall Trade Center détruites le 11 septembre 2001. Ces immeubles servent d'hôtel et sont en moyenne deux fois plus hauts que la Tour Eiffel. Les pays qui disposent des plus hautes de toutes sont les Émirats Arabes. La médecine a fait des progrès considérables. L'espérance de vie va en moyenne jusqu'à 120 ans. Elle s'est perfectionnée : des opérations comme le clonage qui a 88% de réussite dans le clonage des humains et des animaux. Les

41


clones humains servent et sont utiles dans toutes les activités et les clones animaux sont dressés et domestiqués. Il y a quelques années en arrière, des scientifiques ont prouvé qu'une installation des humains était possible sur d'autres planètes comme Mars. Je partirai dès que possible... J'en ai assez de me croiser sans cesse dans la rue..

42


CATÉGORIE POÉSIE

43


T1

Demain... Demain, J’ouvrirai les yeux, Je contemplerai le jour, Et j’attendrai l’amour... Qui sait si l’amour rend heureux ? Peu importe, Tant que tu le veux. Demain je grillerai les feux rouges, Pour contredire la loi, J’irai jusqu'en Andalouse, Rien que pour toi. Demain, Je volerai les tableaux de Picasso, Pour dépasser mes limites, J’embrasserai Victor Hugo, Pour que tu m’oublies plus vite. Demain je sauterai d’un pont ! On pourrait croire que je touche le fond mais, Qui pourrait résister à cette tentation ? Demain je te fixerai, Jusqu'à m’en abîmer les yeux. Je te prendrai par la main, Et t’emmènerai très loin. Tu vois ? L’avenir ne m’effraie pas. Tu penses être éternel, Mais moi je ne te croie pas. Demain peut-être, Mes yeux ne s’ouvriront pas, Et je laisserai derrière moi, Des personnes qui n’en reviendront pas. Réfléchis et dis-toi, Que là où je suis, Je pense fort à toi… Et que si tu me déçois, Le ciel t’emportera.

44


T6

Demain... Je n'ai jamais vécu comme je le devais. Contraint à penser sous le joug de ma passion, J'ai chassé le passé comme un lion son gibier Aveuglé du progrès qui trahit ma raison.

Tourné vers le Futur, j'oubliais le Présent, Effacer la beauté d'un coucher de soleil, D'un rire d'enfant, de la caresse du vent. Désormais mon monde est dénué de merveilles.

Certain d'être investi de la force d'Hercule Ce n'était de rien d'autre que de sa folie. J'ai modelé la plus infime particule Sans jamais atteindre l'essence de la vie.

Remontant le fil de ma brève existence, Je m'attriste de ce que permit mon pouvoir ; Et que le plus juteux des fruits de ma science Fut de demeurer une lueur d'espoir.

45


J'aurais tant aimé plus que les satisfaire, Si seulement j'avais su leur montrer la voie, Ceux par qui je fus là seraient restés des frères Au lieu que la haine ne devienne une loi.

Mes dons ont été pervertis dans cette lutte, Mes vaccins se firent armes bactériologiques. En effet, tout ce qui précipita leur chute Comptait dans les inventions les plus magnifiques.

Mon passé dilué, mon présent déconstruit, Moi qui fus l'intelligence de l'être humain, Mon souhait est que dure toujours cette nuit Car je crains désormais ce que sera demain...

46


47


CDI du LycĂŠe JP Timbaud Mai 2011

48


CONCOURS D'ÉCRITURE