Page 1

bulletin municipal de Notre-Dame-de-Gravenchon

GRAVENCHON N° 145

Mars / Avril 2008

infos

P 12

P 8/11 DOSSIER

Fonctionnaire territorial

Aides à domicile

Développement durable

P 16

Gravenchon a ses timbres

P 20


agenda 29 et 30 mars Kermesse paroissiale

en mars

samedi 1er

dimanche 2

lundi 3

Fête des Grands-mères • Loisirs et amitié, Rés. Robert-Lebas 9h-15h

jeudi 6

Friperie • Emmaüs, Rue Maréchal-Leclerc 14h-17h Don du sang, L’Escale

dimanche 9

lundi 10

samedi 15

dimanche 9

jeudi 20

samedi 22

mercredi 26

jeudi 27

vendredi 28

samedi 29

dimanche 30

Friperie • Emmaüs, Rue Maréchal-Leclerc 9h30-12h Atelier taille, Vallée du Télhuet 14h Foire à tout • Orée du bois, Salle Péguy

Elections municipales Repas animé • Loisirs et amitié, Rés. Robert-Lebas 12h Concours de manille • Loisirs et amitié, Les Sapins 14h Friperie • Emmaüs, Rue Maréchal-Leclerc 9h30-12h Elections municipales Friperie • Emmaüs, Rue Maréchal-Leclerc 14h-17h Concours de manille • Loisirs et amitié, Le Béguinage Bal du printemps • Orée du bois, L’Escale Repas de Pâques • Loisirs et amitié, L’Escale 12h Soirée du printemps • Inter-âge, L’Escale Journée patchwork • Foyer des abeilles, L’Escale Friperie • Emmaüs, Rue Maréchal-Leclerc 9h30-12h Fête du Printemps, Parc du Télhuet 15h

en avril 1er au 3

Bourse aux vêtements • Foyer des abeilles, L’Escale

vendredi 25

« Mémoire de déportés », Salle des mariages 20h

samedi 26

Atelier greffage, Vallée du Télhuet Concours de manille • Orée du bois, Salle Péguy

dimanche 27

Marché aux plantes, Les Hallettes

Directeur de publication : Jean-Claude Weiss Elaboration et conception : Service communication - Mairie - Tél. : 02 32 84 55 60 Impression : Imprimerie Nouvelle Normandie - Yvetot - Tél. : 02 35 95 06 00 Distribution : Distrimultiservices - Le Havre Dépôt légal : à parution

Mairie - Place d’Isny - BP 29 - 76 330 NOTRE-DAME-DE-GRAVENCHON



Cette année, à l’occasion du cinquantenaire de l’église Saint-Georges, les bénéfices de la kermesse contribueront à financer les travaux de restauration de la sculpture « Saint Georges terrassant le dragon », sur la façade de l’église, avenue Anatole-France. Samedi 29 et dimanche 30 mars, de 15 à 18 heures, les stands couture, pâtisserie, jeux, des tombolas et un salon de thé (avec gaufres et crêpes) vous attendront à l’Escale, rue Jean-Maridor. Le dimanche, à midi, un repas familial sera organisé. Les inscriptions (adultes : 13 e, enfants jusqu’à 12 ans : 6 e) pourront se faire à la sortie des messes, au secrétariat de l’église Saint-Georges (mercredi de 9 à 11 heures et samedi de 9 à 12 heures) et chez Franck Delisle, opticien au centre commercial de la Hêtraie.

12 et 13 avril Salon artisanal Le Comité des fêtes organisera son 3e salon artisanal les 12 et 13 avril, à la salle Charles-Péguy. Le salon sera ouvert le samedi de 14 à 19 heures et le dimanche de 10 à 19 heures non-stop. L’entrée sera gratuite et une tombola organisée. L’exposition réunira une trentaine d’exposants autour de l’art de la table, du patchwork, des bijoux, des articles en bois, de la broderie, de la céramique…

Pour vos remarques et vos suggestions

0 800 076 330 www.notre-dame-de-gravenchon.fr


EDITO JEAN-CLAUDE WEISS Maire de Notre-Dame-de-Gravenchon

Des fonctionnaires à votre service

SOMMAIRE Infos municipales

4

Elections municipales, mode d’emploi.

Travaux

6

Requalification de l’Arbalète.

Dossier

8

Profession : fonctionnaire territorial.

Social

12 Aides à domicile.

Intercommunalité

14

Gardes-champêtres.

Environnement

16

Développement durable.

Jeunesse

18

Romain Beaucamp.

Sport & loisirs

20

La passion des timbres.

Entre nous

22

Libre expression

23

Actualités

24

Peut-être l’avez-vous vu, dans la presse récemment, la première phase de l’évaluation des risques sanitaires autour de Port-Jérôme est terminée. Nous l’avons présentée au Comité de pilotage. Elle est élaborée dans le cadre du Plan de protection de l’atmosphère en partenariat avec les services de l’Etat, les associations de sauvegarde de l’environnement, les associations de consommateurs et les industriels. Bien sûr, les collectivités locales sont présentes et Port-Jérôme, encore une fois, est volontaire pour promouvoir cette action de veille sanitaire qui pourrait se résumer en quelques mots : « Bien connaître pour mieux protéger ». Cette première phase est une modélisation des émissions atmosphériques. Les phases suivantes seront l’étude des sols et la corrélation avec les risques sanitaires. A l’issue de l’ensemble de l’étude, une communication large sera faite afin de faire partager les conclusions à tous ceux qui habitent autour de Port-Jérôme. Cette communication sera bien sûr faite dans nos colonnes. Ce Gravenchon infos présente un dossier portant sur l’Administration Municipale et le Service Public Communal, avec des majuscules, compte-tenu de sa diversité et de sa qualité. Très souvent, je suis félicité et remercié pour telle ou telle prestation, pour la qualité de l’accueil ou la rapidité avec laquelle un service est intervenu. Aujourd’hui même, une directrice d’école m’écrit pour souligner « l’efficacité, la disponibilité et le professionnalisme » du service scolaire lors de difficultés rencontrées pendant une classe de découverte. Souvent sollicités, toute l’année, tous les jours, nos services assurent en effet un service public de grande qualité et si les prestations des Espaces verts ou du secteur animations sont plus perceptibles de tous, il ne faut pas oublier tous les autres qui, discrètement, invisibles, travaillent aussi à la tâche commune : le Service public. Comme les compliments me parviennent, je les retourne à tous ceux qui les méritent, c’est à dire à l’ensemble du personnel. Je le dis souvent et aujourd’hui je l’écris à l’occasion de ce dossier. Le 9 mars approche, les élections municipales permettront à tous les électeurs de France de renouveler les Conseils municipaux, et j’ai deux remarques à faire. Je profite de ce moment pour remercier tous les conseillers municipaux qui ont œuvré pendant ce mandat pour faire de Gravenchon une ville agréable à vivre. Eux aussi travaillent souvent dans l’ombre et le maire reçoit les compliments. Merci et bravo à tous. La seconde remarque, c’est une incitation à voter. C’est une chance de pouvoir le faire, un droit acquis et non sans mal. Ne pas voter serait faire insulte à ceux qui ont lutté pour obtenir ce droit de vote. Alors le 9 mars, rendez-vous à toutes et tous aux bureaux de vote. AUX URNES, citoyennes et citoyens !

Fête du printemps.




infos municipales

Municipales : mode d’emploi Les 9 et 16 mars prochains, vous renouvellerez votre équipe municipale, et ce pour les six ans qui viennent. Mais savez-vous quels seront les rôles et tâches des nouveaux conseillers et du premier magistrat de la commune ? Les conseillers municipaux seront élus pour 6 ans, au scrutin de liste à deux tours. Vous devrez voter en faisant le choix d’une liste comportant autant de candidats que de sièges à pourvoir, sans adjonction ni suppression de noms et sans modifications de l’ordre de présentation. Notre ville comptant entre 5 000 et 9 999 habitants, 29 conseillers seront à élire. L’élection est acquise au 1er tour si une liste recueille la majorité absolue des suffrages exprimés. Dans le cas contraire, il est procédé à un second tour. Après son élection, le Conseil municipal se réunit dans les plus brefs délais. Il élit en son sein le maire et ses adjoints, qui constituent la Municipalité, organe exécutif de la commune. Formellement, l’élection du maire et de ses adjoints a lieu au scrutin secret et à la majorité absolue ; à la majorité relative, s’il y a besoin d’un 3e tour.

les), d’action culturelle... Elle participe à l’action sociale et à la santé (compétence du Département), à la formation professionnelle (compétence de la Région) et à bien d’autres domaines de la vie quotidienne dans lesquels elle assure des services de proximité qu’il est impossible de citer ici de manière exhaustive. Le maire est à la fois le représentant de l’Etat et le représentant de la commune. Il a une double casquette : il est officier d’Etat civil et de police judiciaire (sous l’autorité du procureur de la République); il a en charge l’organisation des élections, participe aux opérations de recensement démographique (sous l’autorité du Préfet). En liaison avec le Conseil municipal, le Maire prépare et dirige les réunions de celui-ci, exécute ses délibérations; prépare et propose le budget communal. Le Conseil municipal peut, par délégation, lui confier en plus certaines compétences. Il peut également décider de la mise Compétences et rôles de chacun en place de commissions municipales Le Conseil municipal « règle par ses déli- permanentes ou temporaires. Certaines bérations les affaires de la commune ». Il sont obligatoires : la commission d’appel délibère notamment sur les conditions de d’offres, la commission communale des gestion des services publics communaux. impôts directs. A Gravenchon, en mars La commune intervient en matière d’ur- 2001, 11 commissions ont été instituées : banisme (élaboration et approbation du Affaires scolaires, culturelles, Travaux, PLU, étude des demandes d’autorisation Sports et jeunesse... Les conseillers, y d’occupation des sols...), d’enseignement compris ceux de l’opposition, sont invités public (écoles élémentaires et maternel- à venir y débattre des projets avant leur 

présentation et validation en séance de conseil municipal. Séances publiques Le Conseil municipal est obligatoirement réuni par le maire (hors les cas d’empêchement ou d’absence), au moins une fois par trimestre. En règle générale, les votes ont lieu à main levée. Les séances sont accessibles au public, informé de la tenue d’une séance par voie d’affichage, de presse ou par tout autre support adéquat. Le Gravenchon infos vous informe régulièrement. A l’issue des séances, les délibérations votées sont affichées dans les panneaux autour de la mairie. Pour statuer valablement, le conseil doit respecter une règle de quorum. Pour chacun des points à l’ordre du jour, il doit y avoir au moins la moitié des membres en exercice présents physiquement. En cas d’absence de quorum, le conseil ne peut délibérer. Les délibérations sont adoptées à la majorité absolue des suffrages exprimés par les conseillers présents ou représentés. La parité hommes-femmes s’applique aux élections municipales. La loi prévoit que les listes doivent respecter l’alternance hommes-femmes (art. L264 du Code électoral). L’écart entre le nombre des candidats de chaque sexe ne peut être supérieur à 1.


Des « illuminés » récompensés « Vous avez été plus de 270 foyers à participer », s’est exclamé Roger Gouber t, Adjoint au maire chargé du Cadre de vie, du Logement et des Espaces verts, lors de la cérémonie de remise des prix aux lauréats du concours des maisons illuminées. « Un grand bravo pour cette année encore », a renchérit Jean-Claude Weiss. « Les visiteurs viennent parfois de loin pour admirer vos décorations. Ils sont sensibles à la gentillesse de votre accueil et aux explications que vous leur donnez volontiers. On m’a même demandé d’organiser un circuit… » Dans la catégorie pavillons, 30 foyers ont été distingués. Jean Lucas, résidant 7 rue G eorges-Clémenceau, a décroché la première place.

V iennent ensuite Denis Sanchez, 4 allée des Fuchsias ; Daniel Hare, 9 allée des Merisiers ; Maurice Maingot, 35 rue Hélène-Boucher et M. Vatinet, 1 rue Georges-Bizet. Catégorie Balcons d’appartements, 7 foyers ont été distingués : 1er – M. et Mme Tanay, 136 immeuble Donon ; 2e – M. et Mme Feray/Madeleine, 44 immeuble Camargue ; 3e – M. et Mme Bunel, 12 immeuble Anapurna ; 4e – M. et M me Doré, 35 immeuble Sancy ; 5e – M. et Mme Rémy, 103 immeuble Ventoux ; 6e – M. et Mme Courayer/Carpentier, 117 immeuble Corbière ; 7e – M. Dumouchel et Melle Litirilly, avenue Kennedy. Trois commerçants ont recueilli les suffrages du jury : la pharmacie Saint-Georges, rue Henri-Messager ;

la Corbeille à pains, avenue Kennedy ; l’Institut Claudie, place d’Isny. Enfin, les résidants de la Maison du Télhuet et des trois résidences de personnes âgées ont également été récompensés pour leur effort collectif. Roger Goubert a remercié les membres du jury, tous bénévoles, notamment les élus du Conseil municipal des enfants, qui ont arpenté les rues de la commune midécembre 2007 et apprécié les décorations en toute honnêteté et sincérité. Cette année, la famille Catelain était hors concours, ayant rempor té la compétition dans la catégorie pavillons les deux années précédentes.

en bref… Réunions du Conseil municipal

Les élections municipales auront lieu les 9 et 16 mars prochains. Si l’on considère que deux listes seulement s’affrontent et qu’un seul tour de scrutin est donc nécessaire, la première réunion du nouveau conseil municipal, lors de laquelle seront élus le maire et ses adjoints, devrait se tenir le vendredi 14 mars prochain. S’il devait y avoir une troisième liste et donc un second tour de scrutin, la réunion du conseil aurait lieu le vendredi 21 mars. Cette date sera indiquée, comme à l’accoutumée, par la convocation affichée à la porte de la mairie et publiée dans la presse. L’heure sera alors précisée. Le personnel d’accueil de la mairie pourra aussi vous la confirmer (Tél. : 02 32 84 55 00). Les séances sont publiques et ouvertes à tous. Vous y serez donc les bienvenus.

Fermeture

Le Centre de natation Alain-Guilloit sera fermé lundi 24 mars, toute la journée. La médiathèque sera, quant à elle, fermée les samedi 22 et lundi 24 mars.

Recensement : merci à vous tous ! La campagne de recensement 2008 est terminée. La Ville salue et remercie la collaboration et l’accueil des habitants, ainsi que la disponibilité des 16 agents recenseurs. En arpentant de nombreux kilomètres à pieds et en voiture, ils ont démarché 3 522 logements, exceptées les communautés

comme la gendarmerie, la Maison du Télhuet et la résidence Henri-Dunant. Nul doute qu’ils auront des

anecdotes, des bons souvenirs à raconter ! Quant aux résultats… l’Insee fournira une estimation de la population légale avec les communautés en juin 2008. Un agent de l’Institut national des statistiques les aura préalablement visitées ce mois de mars. Quant aux chiffres officiels par répartition, ils seront publiés début 2009.

Horaires mairie annexe

La mairie annexe située avenue du Château au Bois du Parc est ouverte du lundi au vendredi de 8h45 à 12h30 et de 13h15 à 16h15, sauf le vendredi 21 mars de 9h à 12h et de 13h30 à 16h.




travaux

Mon quartier va changer, c’est bien ! Les travaux de requalification du quartier de l’Arbalète ont commencé, ainsi que la construction du Centre médico-social du Département. Regard d’un de ses habitants sur le projet. « On avait hâte que les travaux commencent. Le projet est bien fait, il va changer l’aspect du quartier, lui donner un coup de jeune et sûrement redorer l’image de la cité. » De son appartement, immeuble Dauphiné, Mohammed Darkaoui a une vue imprenable sur l’Arbalète, quartier où il réside depuis 1983. Le Gravenchonnais, d’origine marocaine, père de quatre enfants (trois garçons et une fille, âgés de 5 à 19 ans) et son épouse s’y sentent bien : « Nous sommes tranquilles dans cet immeuble, nous avons de bonnes relations avec les voisins. C’est très calme et il n’y a pas de dégradations. Quand on se rend dans la famille en région parisienne, on voit qu’en banlieue, les logements sont

Les différentes phases • Démolition de la partie centrale de l’immeuble Artois. • Reconstruction des deux extrémités de l’immeuble Artois. • Démolition de l’immeuble Esterel. • Construction des logements en pignon des immeubles Dauphiné, Champagne, Béarn. • Construction 9 logements en face de l’immeuble Artois, en locatif. • Construction 6 logements rue JeanJaurès, en locatif. • Construction 9 maisons rue Lamartine, en location-accession.



différents. Ici, il n’y a pas de grandes tours et il y a des espaces verts ». Avec sa femme, ils apprécient l’idée que l’immeuble Artois sera bientôt scindé en deux parties, permettant ainsi au quartier de s’ouvrir sur la rue du Président-Coty. Les travaux préparatoires à la démolition de la partie centrale de l’Artois (trois cages d’escalier), prévue début mars, ont commencé. Les ouvriers procèdent à la dépose de certains matériaux (PVC, bois…), à la séparation de la partie qui sera démolie, ainsi qu’à l’isolation des réseaux France Télécom, électricité et gaz. Un périmètre de sécurité a été matérialisé, ainsi qu’un sens de circulation. Des engins s’affairent également à l’emplacement de l’ancienne aire de jeu, en face de l’immeuble Artois, où sera bientôt construit le Centre médico-social (CMS) du Département. « C’est bien aussi que tous les services soient regroupés au sein d’un même bâtiment. Actuellement, les gens se perdent entre les différentes adresses », confie l’épouse de Mohammed. Selon le chargé d’opération du projet, il semble possible d’obtenir un ouvrage clôt et couvert fin juillet 2008 et donc envisageable de prévoir l’ouverture du CMS début 2009. Le bâtiment, conçu par Gilles Thorel, regroupera l’ensemble des services sociaux du Département

aujourd’hui dispersés sur la commune. Il comprendra, au rez-de-chaussée, un espace d’accueil et le service de Protection maternelle et infantile (PMI) et des bureaux pour le personnel au premier étage. La famille Darkaoui verra ensuite (à l’automne) la configuration de son immeuble changer puisque des pignons seront construits en bout des immeubles Dauphiné, Béarn et Champagne… avec à chaque fois, trois logements spacieux avec terrasse. Les Darkaoui, qui habitent dans un F4, s’intéressent aux logements en accession à la propriété qui vont être construits rue Lamartine, et qui seront livrés courant 2009. Le panneau installé par la Ville les a séduits. Ils pensent rapidement se renseigner auprès de la société Seine Manche Immobilière. « Tous ces changements favoriseront la mixité, la diversité des habitants du quartier. On va voir arriver des jeunes ménages, c’est bien. »


Restructuration du centre-ville : le projet toujours d’actualité La réflexion sur la restructuration du centre-ville est toujours en cours. Compte tenu du départ de la chargée de mission spécifiquement embauchée à cet effet, et de la complexité du projet, la Ville a passé un marché avec la Société hérouvillaise d’économie mixte d’aménagement (SHEMA). Celle-ci intervient en tant que prestataire de sservice pour la collectivité avec une mission de conseil et d’assistance à maître d’ouvrage. Elle assistera la Ville sur les aspects techniques et financiers du projet dont elle étudiera la faisabilité. Parallèlement, la Municipalité a également lancé une procédure de marché de définition (actuellement au stade d’un appel à candidatures). Ce terme technique désigne une mise en concur-

rence de maîtres d’œuvre, d’architectes. L’étude préalable effectuée par le cabinet d’urbanistes « Territoires sites et cités » et présentée en réunion publique, servira de base à leurs travaux. Sur les projets proposés, la Ville n’en retiendra que trois, puis un seul et, conformément à la procédure, elle pourra piocher et retenir les bonnes idées dans les dossiers rejetés. L’architecte retenu devra les prendre en compte et les intégrer à sa proposition. A la demande du responsable de la SHEMA, une réunion est prochainement programmée afin d’aborder les sujets plus spécifiques de la restructuration du cinéma et la place du commerce dans le projet global. Franck Delisle, Président de l’association Commerce Nouvelle dynamique gravenchon-

naise, fera partie du groupe de réflexion. Outre ce travail de longue haleine réalisé avec les experts et architectes, les services de la Ville savent déjà qu’ils devront prendre en compte une autre variable : le Plan de prévention des risques technologiques (PPRT). Il s’agit là de prendre en compte les risques technologiques dans la gestion de l’urbanisme. Le projet du centre-ville s’en trouvera à coup sûr retardé puisqu’il ne peut pas être mis en œuvre avant la validation du PPRT. Or, celui-ci n’a pas encore été prescrit par l’Etat… et il faudra compter, après cela, une ou deux années supplémentaires d’étude avant l’approbation finale. Cette dernière contrainte, la Ville ne la maîtrise pas.

Plaidoyer pour le cuivre Pourquoi avoir utilisé le cuivre comme matériau de couverture de la salle des sports Michel-Comont, rue René-Hélouis ? Outre des qualités esthétiques, le cuivre est intéressant pour sa longévité : il est résistant à la corrosion et à l’agressivité du milieu ambiant (pollution, météo) ; il a aussi une très bonne tenue aux variations de température. Ce métal, très malléable et facile à poser, est idéal pour l’exécution des parties d’ouvrages compliquées. Il fallait éviter des pentes importantes du toit afin d’inscrire

au mieux le bâtiment dans son environnement proche, un quartier pavillonnaire. Compte tenu du projet de l’architecte et du dessin du toit, une couverture en ardoises n’aurait pas été possible. Enfin la longévité du cuivre amortit un investissement

de départ supérieur aux autres matériaux. Les frais d’entretien sont réduits au minimum. Du cuivre est également utilisé dans la construction de l’EHPAD, établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

en bref… Tour des capitales

Les travaux de viabilisation de la 1ère phase de la ZAC du Bosquet-Reine sont en cours. Le 7 février, le Conseil municipal a décidé de prolonger la rue Mañuel de Falla (située dans la phase 6 de la ZAC du Val-Ravenot) jusqu’à l’intersection avec la rue Jean-Sébastien Bach. Il a également choisi des noms de capitales européennes pour désigner les artères de la nouvelle ZAC. La rue de Paris désignera la voie qui part de la rue Jean-Sébastien Bach et qui forme une boucle autour d’un large espace vert ; l’allée de Bruxelles, celle qui relie la rue de Paris à une bande d’espaces verts avec piste cyclable ; la rue de Madrid, celle qui part de la rue Camille Saint-Saëns (phase 4 du Val-Ravenot) et rejoint la coulée verte ; la rue d’Athènes, de la rue Maryse-Bastié à la rue Paul-Dukas ; la rue de Berlin, de la rue de Madrid à la rue d’Athènes ; la rue de Londres, qui part de la rue de Paris et débouche sur la coulée verte ; la rue de Dublin, de la rue de Madrid à la rue de Londres ; la rue de La Valette (capitale de la République de Malte), de la rue de Londres à la rue d’Athènes ; la rue de Rome, de la rue Maryse-Bastié à la rue d’Athènes ; la rue de Prague, de la rue d’Athènes à la rue de Rome. Nous publierons prochainement un plan de la phase 1 afin que vous situiez ces voies.




dossier

En chiffres • Près de 300 bulletins de salaires édités par mois • Nombre de salariés par filière : - administrative : 48 - technique et animation : 161 - sociale : 44 - sportive : 15 - culturelle : 17 • 6 apprentis en 2007-2008 • 30 saisonniers environ par an • 60 stagiaires par an

L’administration avec un grand A Les services mis à la disposition du public par une ville ne peuvent exister que grâce aux agents municipaux qui les gèrent au quotidien. Il est pourtant difficile à la population d’évaluer l’importance du rôle qu’ils jouent. Pour mettre leur politique en œuvre, les élus s’appuient sur des professionnels salariés : les fonctionnaires territoriaux.

Pour les usagers, l’administration avec un grand A, c’est l’administration communale du fait du service de proximité qu’elle leur apporte. Les agents municipaux sont proches du terrain, suffisamment pour en comprendre la réalité et aider la population à s’adapter au dédale des réglementations imposées par les administrations supérieures. Totalement accessibles, ce sont eux qui vous accompagnent dans vos projets, vos activités, vos difficultés. Un accompagnement de tous les jours Vous aurez tous repéré les administratifs, ceux qui dans les bureaux de la mairie, place d’Isny, mettent en œuvre les orientations municipales. Services généraux, Service social, Services techniques sont vos interlocuteurs privilégiés. Vous les retrouverez, chacun



dans leur domaine de compétence, tout au long de votre vie à Gravenchon. Le premier en particulier sera le témoin de tous les grands moments de votre vie : les Services généraux sont en effet chargés d’enregistrer naissances, mariages, décès (la gestion du cimetière leur est rattachée)… Lorsque votre enfant sera en âge d’aller à l’école, il vous faudra d’abord l’inscrire à l’école maternelle, puis primaire, au restaurant ou au transport scolaire, à la garderie peut-être aussi. Vous voudrez qu’il découvre telle ou telle activité dans le cadre du Contrat éducatif local, qu’il acquiert son chéquier Pass’Losirs, ou participe à l’opération Ticket sports gérée par le secteur sportif. Plus tard, à 16 ans, les mêmes services se chargeront de le recenser pour le compte des autorités militaires ou encore, à sa majorité, de l’inscrire sur les listes électorales de la commune (sachant que la Ville est légalement chargée de l’orga-


nisation au niveau local de toute élection politique). Ces services prendront aussi votre demande de carte nationale d’identité, de passeport, de sortie de territoire pour les mineurs (un certain nombre de ces démarches peuvent être effectuées auprès de la mairie annexe du Bois du Parc). A la recherche de bourses d’études, d’un logement à loyer modéré, vous rencontrerez cette fois le Service social. Il reçoit les demandes de logement social et participe à l’attribution des logements aux côtés des sociétés HLM. Il vient de mener cette année une opération très spéciale : l’ouverture de logements « première chance ». L’assistante sociale reçoit les habitants en difficulté. La coordinatrice gérontologique organise l’ensemble des actions en faveur des personnes âgées au niveau de la commune, en liaison avec les associations et les établissements de ce secteur. Elle intervient sur le maintien à domicile, le logement, le suivi social, le portage de repas à domicile ou encore la gestion des résidences pour personnes âgées. Vous trouverez en mairie et, sous la responsabilité du même service (social et culturel), un secteur culturel qui assure la mise en place de diverses opérations à caractère culturel. Le cinémathéâtre, dont il gère la program-

mation, en dépend directement. Les Services techniques sont enfin très sollicités. Témoin d’un mauvais fonctionnement de l’éclairage public, d’une dégradation sur les équipements publics, vous aurez le bon réflexe de le signaler aux techniciens municipaux (Tél. : 02 32 84 55 50). Vous leur adresserez vos demandes d’urbanisme (294 ont été déposées en 2006). Ils sont chargés de suivre, de commander, d’encadrer, de contrôler les chantiers de constructions neuves, l’entretien des équipements municipaux, du stade à la médiathèque, de l’école à la maison des associations (125 bâtiments au total). Enfin, ils sont joignables 24 heures sur 24 grâce au système d’astreinte : ce qui leur permet d’être très réactifs en cas d’urgence. Quant à votre information sur tous ces services, c’est le Service communication qui s’en charge par le biais de plaquettes, au travers du bulletin municipal ou encore sur Internet (la Ville est encore récompensée de 3 @ cette année). Pour vous rendre la vie plus sympathique, vous faire sortir, il vous propose tout au long de l’année des rendez-vous festifs, aux thèmes variés. Tous ces services ont leur quartier général en mairie. Mais ils sont encore quelque 200 agents communaux répartis ailleurs, en ville.

Dans l’ombre… Tous les administratifs ne sont pas en contact avec le public, et pourtant ils contribuent tout autant à la bonne marche de la Ville. Vous ne verrez jamais sans doute ceux qui élaborent les budgets (Ville et annexes), établissent les comptes de la commune, gèrent les commandes et règlent les factures. Vous rencontrerez rarement ceux qui sont en charge des ressources humaines, ceux qui gèrent la carrière et la formation de leurs collègues,

qui rédigent les fiches de paie, les contrats et arrêtés de nomination. Enfin, certains services transversaux, tels que l’informatique qui s’assure du bon fonctionnement du parc (186 PC et 11 serveurs), s’ils n’ont aucune responsabilité en relation directe avec le public, sont présents sur tous les fronts de par leur activité. Un agent est même chargé des archives qui comptent 320 mètres de rayonnages.

Sous l’autorité d’un directeur, Joël Lebourg

Quel est le rôle d’un directeur général des services en mairie ? Le personnel de la Ville compte environ 300 salariés à temps plein ou partiel. Chacun appartient à un secteur, ou directement à un service dirigé par un chef de service. Tous relèvent de l’autorité du directeur général des services. Le directeur, lui-même sous l’autorité du maire et de la municipalité, est le premier en charge de la mise en œuvre de la politique décidée par les élus et de la « bonne marche » des services. C’est un chef d’orchestre. Avec une spécificité cependant : celle de faire le lien entre la volonté politique et les techniciens, n’est-ce pas ? Effectivement, les élus ne sont pas des actionnaires, mais bien des donneurs d’ordre. Ce sont eux qui se doivent de prendre les grandes orientations pour la gestion de la ville. A moi de m’approprier le message, de le traduire auprès de mes collègues, d’insuffler une dynamique. A nous tous, salariés, de trouver les moyens d’y répondre et traduire ces choix politiques en services concrètement utilisables par la population. A nous, en fait, de mettre en musique le concept qui nous est donné par les élus. Chaque agent municipal, quel que soit son niveau, doit de la même façon se sentir investi de cette mission. Notre rôle est d’autant plus important que nous sommes de véritables professionnels de l’administration, mais aussi de vrais techniciens chacun dans nos domaines de compétences. Par conséquent, nous avons le devoir d’apporter aux élus un maximum d’aide et de conseil afin de les guider parmi les réglementations et les procédures, de plus en plus nombreuses et complexes, tout en développant des arguments techniques fiables et leur permettre un arbitrage pertinent. Le résultat est la rencontre de la volonté politique et du savoir-faire des agents municipaux. N’est-ce pas un peu compliqué de gérer une entreprise aux compétences aussi diverses ? Là encore, c’est une spécificité : contrairement à une entreprise privée dont le but sera bien identifié, une Ville intervient tout autant dans le bâtiment, le service administratif ou l’aide sociale… Il faut avoir de bonnes bases dans tous les domaines et pouvoir s’appuyer sur de bons techniciens. La diversité des problèmes qui se posent et, par là même, la polyvalence qu’elle impose, est aussi un des intérêts forts de la fonction. Et puis, vous savez que vous agissez toujours pour l’intérêt général. C’est une bonne motivation que d’essayer de travailler chaque jour au bien-être de vos concitoyens.




dossier

Partout dans la ville, même là où on ne les imaginerait pas… On les connaît, on les côtoie, mais, travaillant hors des murs de l’Hôtel de ville, on ne sait pas toujours qu’ils sont agents municipaux. C’est le cas des personnels de la Médiathèque François-Deveaud qui, avant d’être bibliothécaires ou agents du patrimoine… sont d’abord fonctionnaires. Vous êtes 3 000 emprunteurs à venir choisir livres, périodiques, vidéos, CD ou cédéroms parmi les quelque 80 000 documents qu’ils tiennent à votre disposition. Il sont 17, pleinement motivés prêts à vous transmettre une part de culture. Le Centre social est installé immeuble Artois, rue Emile-Zola, et fonctionne grâ-

10

ce à l’implication d’une dizaine d’agents. Il travaille sur l’animation de proximité offrant aux jeunes, n’intégrant pas une structure de loisirs en particulier, des activités plus ouvertes. S’y sont ajoutés récemment un service de médiation et un soutien aux parents qui en ont besoin. Il intervient sur l’aide aux demandeurs d’emploi : il y est question d’informer, d’accompagner, de faciliter l’accès à l’emploi et à la formation des jeunes et des familles en lien avec l’ANPE, la mission locale de Lillebonne et les agences d’interim. 45 personnes

en moyenne obtiennent un entretien par semaine. A titre d’exemple aussi, 170 jeunes de 16/25 ans ont été accueillis en 2006. Le cinéma-théâtre, pour sa part, est animé par 7 agents, responsable d’exploitation, hôtesses d’accueil, projectionniste ou technicien, et attire quelque 46 000 visiteurs chaque année pour le cinéma, quelque 3 000 autour des spectacles du théâtre. Ce sont là des services directement ouverts au public dans des locaux dédiés spécifiquement à leur activité. Certains autres ont une base de vie à part. Les Ateliers, à toutes mains, procèdent aussi bien à des travaux de peinture, au montage d’étagères, à l’installation de mobilier ou au traçage des terrains de foot ou rugby. Les agents de la Propreté vous assurent des rues toujours propres,


Une entreprise aux compétences professionnelles multiples

parcourant à pied en moyenne 30 km par jour pour ramasser environ 1 000 litres de détritus. Les Espaces verts fleurissent carrefours et massifs de la ville, maîtrisant de la production à la plantation, en passant par l’entretien (taille, recépage ou paillage). 140 000 plants sont ainsi produits par an ; 2 500 m2 de massifs et quelque 300 jardinières sont entretenus, 30 000 bulbes sont plantés. La Ville possède aujourd’hui 4 fleurs au concours national du fleurissement. Quelques surprises vous attendent tout de même Savez-vous que la responsable du laboratoire de langues du collège est un agent municipal mis à disposition de l’Education nationale par la Ville ? Comment savoir, lorsqu’on n’a pas de mamie sur la commune, que la responsable de la Résidence pour personnes âgées Robert-Lebas ou encore celle du Béguinage (contrairement à celle des Sapins, gérée par la société Seminor) font partie du personnel communal ? Que les jeu-

nes femmes qui procèdent au portage des repas aux personnes âgées, qui ont des difficultés à se préparer à manger seules, interviennent sous l’autorité de la coordinatrice gérontologique du service social ? A y regarder d’un peu plus près, on s’apercevra que le gardien de la Galerie du Parc et sa collègue de la Madrag, qui met à disposition des associations bureaux et salles de réunion, sont encore des salariés de la Ville, tout autant que les gardiens du Clos du Manoir et de l’Escale. Grâce à eux, les locaux sont toujours impeccables. Et puis, il y a aussi l’intervenante du dispositif d’aide aux devoirs, l’accompagnatrice dans le bus qui emmène les écoliers sur le chemin de la piscine, l’intendante de l’école primaire qui apporte son aide administrative au directeur ou encore l’assistante spécialisée des écoles maternelles… les agents d’entretien, les gardiens d’écoles, le personnel de restauration. Même la garderie du soir est assurée par des agents municipaux. Au total, 93 agents sont chargés du bien-être des enfants. Les municipaux gèrent le restaurant municipal et celui des Sources, destiné aux personnes du 3e âge. 14 gardiens d’équipements sportifs, responsable du Foyer des sports ou éducateurs sportifs sont opérationnels sur le terrain. Tous travaillent en direct auprès de leur public.

* La plupart des chiffres cités sont tirés du rapport d’activité 2006.

Afin de répondre aux nouvelles réglementations lourdes et nombreuses, ce sont des secteurs entiers parfois qu’il a fallu mettre en place. Celui des achats et marchés publics est le plus caractéristique : il compte trois personnes supervisées par la responsable administrative des services techniques. 24 procédures différentes existent selon le type de la commande ; en 2006, 292 marchés auxquels il a fallu ajouter 166 avenants ont été réalisés. Un responsable sécurité a été désigné il y a quelques années : il est chargé de suivre toutes les commissions de sécurité sur le patrimoine bâti de la Ville et s’assure ainsi que les bâtiments accueillant du public respectent les normes du moment. Un ACMO crée parfois la surprise : au nom un peu énigmatique, il faut bien le reconnaître, cet agent chargé de la mise en œuvre des mesures hygiène et sécurité, s’attache à ce que le personnel municipal travaille en toute sécurité. Des médiateurs-animateurs ont plus récemment été sollicités. Entre parfois réglementation poussée et technicité pointue, les nouveaux métiers ont nécessité l’embauche d’agents spécifiquement formés. Les agents en place depuis plus longtemps ne sont pourtant pas en reste. La formation continue est pour nombre d’entre eux un devoir et une nécessité. Les tâches ont évolué, sont devenues beaucoup plus complexes, se sont multipliées aussi par un jeu de transfert de compétences de l’Etat aux communes. On constate une spécialisation générale. Le fonctionnaire n’est plus comme autrefois un généraliste ayant des bases administratives, à qui on peut confier un poste ou un autre. Aujourd’hui, cela ne suffit plus. Enfin, certaines fonctions disparaissent : il y a dix ans, la Ville comptait dans ses rangs une lavandière chargée de nettoyer tout le linge utilisé dans les bâtiments publics par exemple… D’autres compétences migrent aujourd’hui vers l’intercommunalité. La police municipale est aujourd’hui intercommunale. Les 27 agents du centre de natation, quant à eux, s’ils sont rentrés dans le giron intercommunal au 1er janvier, font encore un peu partie des municipaux : pour cette première année d’ « intercommunalisation », le fonctionnement de l’équipement et la gestion du personnel ont été, par convention, laissés à la charge de la Ville. L’administration locale est en mouvement.

11


social

30 ans de métier et de services à la personne L’association « Aides à domicile » vient de fêter son 30e anniversaire. Le métier a bien sûr évolué, l’activité n’a jamais cessé de se développer. En mars 1977, le Journal officiel fait paraître la déclaration de l’association à la rubrique Seine-Maritime : « 9 mars 1977, déclaration à la Sous-préfecture du Havre : Aide féminine gravenchonnaise. Additif à l’objet : créer et gérer une section dite aides ménagères. » L’Aide féminine crée une section Aides ménagères pour aider quelques personnes. Quatre bénévoles s’occupent de la gestion administrative et de l’organisation. Cinq aides ménagères sont embauchées à partir de février 1978. Lucienne Desmots est à l’origine de cette création. Aujourd’hui, à 83 ans, elle est toujours présidente de l’association et bénéficie elle-même de ses services. En 1989, l’association croule sous le travail et décide d’embaucher une secrétaire : Agnès Marette, toujours fidèle au poste à ce jour. « C’est sûr, le métier a changé » explique-t-elle. « Sans aucun doute, le grand changement pour les aides à domicile aura été la signature de la Convention collective en 1988 qui encadre la profession et crée une grille de salaire et des règles précises en matière de droit du travail. » En 1991, toute la gestion est informatisée : comptabilité, contrats, bulletins de salaires, factures. En 1997, l’association, trop à l’étroit dans son local du Béguinage, déménage pour 12

un nouvel espace proposé par la Ville, à côté du Centre social. Les nouveaux bureaux offrent plus de place et de fonctionnalité. Trente salariées Trente ans après la création de la section Aides ménagères, le terme aide ménagère a laissé place à celui d’aide à domicile. Aujourd’hui, l’association a triplé son volume d’activité et comptabilise plus de 45 000 heures de travail contre 15 000 en 1991. Ce développement exponentiel est dû, bien sûr, à l’évolution démographique et au vieillissement de la population, mais pas seulement. L’Allocation personnalisée d’autonomie (ex prestation spécifique dépendance), mise en place en 2002 et gérée par le Conseil général de Seine-Maritime, accélère le phénomène en facilitant l’accès des personnes âgées à la prise en charge. En 2007, la moitié des personnes aidées par l’association en bénéficie. 200 familles gravenchonnaises ont recours à l’association qui emploie 30 salariées. A ce rythme-là, pour ses 40 ans, l’association

emploiera sûrement plus de 40 aides à domicile ! L’association est financée par les caisses de retraite, la Caisse régionale d’assurance maladie, certaines compagnies d’assurance ou mutuelles. Jean-Pierre Soudet, Trésorier, explique : « Notre action est très appréciée car nous nous occupons de toute la partie administrative. Nous sommes de plus en plus souvent l’employeur direct des aides à domicile. Cela me paraît cohérent de ne pas alourdir les responsabilités d’une personne dite « dépendante » en lui demandant d’être en plus l’employeur de son aide à domicile. » L’association a soufflé récemment ses trente bougies en rassemblant, lors d’un goûter, familles, personnes âgées et aides à domicile. Bon vent et bon anniversaire !


Sapeurs-pompiers : médailles et galons Les Sapeurs-pompiers gravenchonnais ont célébré leur traditionnelle SainteBarbe le 2 février dernier. Elle s’inscrivait cette année dans le cadre du 50e anniversaire de la création du Centre d’incendie et de secours. Les volontaires ont défilé de

la caserne à la Place d’Isny, où matériel et personnel ont ensuite été passés en revue par la Municipalité et quelques personnalités présentes, comme le députémaire Jean-Paul Lecoq ou le conseiller général Nicolas Beaussart. Puis il a été procédé à la remise de médailles et galons. Jean-Claude Weiss a tenu à honorer, par une médaille de la Ville échelon argent, les anciens chefs de centre Claude Leroy (1963 à 1991) et Lionel Revet (1991 à 2007). Il a également remis une médaille aux sergent-chef Pascal Noël et caporal-chef Philippe Leherpeur, qui en ont reçu une, éche-

lon vermeil, de la part de leur corps pour 25 ans de service. Frédéric Duval, Dominique Langlois et Philippe Noël ont reçu une médaille de l’Union départementale des sapeurs-pompiers pour 15 ans de service. Les galons de sergent ont été attribués à Romuald Lecointre, ceux de caporal-chef à Johann Courraey, ceux de caporal à Julien Eudeline, et ceux de sapeur-pompier 1ère classe à Roselyne Bénard et Hélène Martin.

Le cross départemental aura lieu le samedi 23 février dans la vallée et le bois du parc. Cette compétition rassemble environ 200 participants chaque année. Départ et arrivée : parking du Clos du Manoir.

Sculpture en restauration Peut-être ne l’avez-vous pas encore remarqué… mais la sculpture ornant l’église, rue Anatole-France, a disparu. « Saint-Georges terrassant le Dragon », imaginé par l’artiste franco-canadien Philippe Scrive, il y a 50 ans, a été démonté par un artisan, Christophe Blary, et son ouvrier début janvier. L’œuvre constituée d’une structure en cuivre et de feuilles de plomb s’était, avec les années, la météo et la pollution, détériorée ; certains éléments ont même disparu. La lourde sculpture a été transportée dans un atelier d’Arcueil, en région parisienne, où Christophe Blary la restaure. Philippe Scrive assure lui-même la réfection des éléments man-

quants et le suivi des travaux. Les 55 pièces en feuille de plomb seront renforcées ou reconstituées par un mélange de fibre de verre et résine polyester. Cette opération est suivie par l’Association pour la restauration de l’église Saint-Georges, présidée par Gérard Joly. Elle a reçu des subventions du Diocèse du Havre, d’ExxonMobil et de la Ville. Pour compléter, une souscription est lancée auprès des paroissiens et amateurs d’art. Les bénéfices de la kermesse y se-

ront consacrés. Cette oeuvre du 20 e siècle témoigne de l’histoire du Gravenchon moderne.

en bref… Questions de santé

Personnes âgées, votre santé vous préoccupe ? Vous souhaitez vous informer sur les affections longues durées (ALD, 100 %), les aides financières éventuelles pour vous aider à payer vos cotisations mutuelles, les coûts et taux de remboursements (médecin traitant, hospitalisation…), les nouvelles dispositions de remboursement des médicaments et actes médicaux depuis le 1er janvier, venez poser vos questions lors de la réunion du mardi 8 avril, de 13h45 à 15 heures, au Foyer du Béguinage, rue du Béguinage. Renseignements auprès de la coordinatrice gérontologique : 02 32 84 55 33.

Une soirée pour se souvenir

Une conférence-débat intitulée « Mémoires de déportés » accueillera le grand public le vendredi 25 avril, à 20 heures, salle des mariages de la mairie. Amis et anciens élèves de Pierre Lelièvre, instituteur à la retraite et Président de l’association des déportés de Lillebonne-Gravenchon, liront des textes de son recueil « A ceux qui n’y croyaient pas ! », en sa présence. Pierre Lelièvre y témoigne de ses deux années d’internement dans le camp de Buchenwald, pendant la seconde Guerre mondiale.

13


intercommunalité

Les gardes-champêtres veillent sur les campagnes Créée en 2007, la police rurale a remis le rôle des gardes-champêtres au goût du jour. Présentation d’un métier de contact, où l’écoute et la disponibilité sont au service de la prévention. Depuis quelques mois dans les campagnes, les hommes en « vert » sont de retour. Le téléphone et le talkie-walkie ont remplacé le tambour et les affiches, mais les missions d’information restent inchangées. La police rurale surveille les campagnes, fait respecter les arrêtés des maires. Aujourd’hui, les gardes-champêtres sont l’équivalent de la police municipale en ville. Ils doivent assurer une présence visible et patrouillent dans 15 des 47 communes de la Communauté Caux vallée de Seine. Trois gardes-champêtres se par tagent le territoire et peuvent travailler en équipe quand il y a besoin. Ils assurent une présence de proximité équilibrée et travaillent en lien avec la

gendarmerie, la police municipale intercommunale et l’Office national de la chasse et de la faune sauvage pour le respect de la nature et de l’environnement. Leurs bureaux sont installés à Lillebonne. « On leur demande de bien sentir le terrain et de connaître les habitants », explique Alain Leclere, Directeur de la sécurité publique à la Communauté de communes Caux vallée de Seine. « Ils sont très appréciés dans les villages. Les gens sont contents. Je pense que cela correspond à une demande de contact de la population. » Ainsi de patrouilles en rencontres, et de discussions en observations, leurs journées sont remplies des petites choses du quotidien. Ce matin, l’un d’entre eux a fait une heure de patrouille pédestre dans les bois. « J’ai Une fonction qui a plus de 200 ans ! rencontré des gens Ce métier est né en même temps que celui de gendarme en 1791, après la Révolution française. Depuis 1958, c’est qui coupaient du un fonctionnaire chargé de certaines fonctions de police bois. Je leur ai donné judiciaire. C’est un fonctionnaire dit « assermenté ». La q u e l q u e s co n s e i l s. loi de Prévention de la délinquance, parue en 2007, a Cet après-midi, je augmenté les prérogatives des gardes-champêtres en suis allé chez un leur permettant de constater par procès-verbal certaines agriculteur dont les catégories d’infractions. Ces dispositions viennent s’ajouter à leurs compétences antérieures relatives aux atteintes aux chevaux s’étaient propriétés rurales et forestières et aux manquements aux échappés le mois arrêtés de police du maire. dernier pour m’assurer que ses clôtures

14

étaient en ordre. Je lui ai donné tous les renseignements. Maintenant, s’il a un problème, il saura qui prévenir et comment agir. » Parfois, les gardes-champêtres sont aussi ceux qui veillent sur les plus démunis. Un fil vital pendant les périodes de grand froid ou de canicule. Ils visitent les personnes seules qu’ils savent plus fragiles que les autres, pour s’assurer de leur bonne santé et appeler les secours si besoin. « Dans mon périmètre vit un ermite. On essaye de garder un contact avec lui. » Pour la prévention routière aussi Leur action peut parfois concerner la sécurité routière. « On peut arrêter un automobiliste imprudent qui n’a pas attaché ses enfants à l’arrière de sa voiture. La plupart du temps, on parle et sensibilise les personnes. Parfois on peut faire des mains courantes. Le PV reste rare. » Les gardes-champêtres le savent : leur présence calme les chauffeurs les plus imprudents. Sur Gravenchon, ils surveillent aussi les zones pédestres, pour empêcher par exemple les quads et les mini-motos d’emprunter les sentiers de randonnées. Avis à la population ! Nos campagnes peuvent dormir tranquilles.


2e édition des Rendez-vous du printemps Pour la deuxième année consécutive, l’Office de tourisme du Pays de Caux vallée de Seine vous conviera à une série de rendez-vous tous les samedis et dimanches, d’avril à juin. Des professionnels du tourisme, plus nombreux cette année, vous proposeront des animations variées et originales, mettant en valeur leurs atouts et ceux du territoire. A Notre-Dame-de-Gravenchon, la Ferme du Tipi vous ouvrira ses portes. Dans cette

ferme pédagogique, Nathalie Hébert élève chevaux, poneys, ânes, lamas… En 2007, elle avait présenté les animaux nouveaux-nés aux visiteurs. Autres exemples : le 12 avril, la ferme du Beau soleil à Nointot organisera une balade à vélo autour du village ; le 27 avril sera un « Dimanche en fête » au château de La Guerche à Villequier, avec chasse au trésor, baptême à poney, expositions, marché du terroir… Le 10 mai sera

consacré aux peintres au château d’Etelan, qui ouvrira son parc à tous les visiteurs ; le 1er juin, vous pourrez participer à un atelier de bois flotté au Musée de la marine à Caudebec-en-Caux. Le dépliant, détaillant ces rendez-vous, sera à votre diposition dès le mois de mars dans les trois offices de tourisme de Bolbec, Caudebecen-Caux et Lillebonne. Il sera également distribué dans vos boîtes aux lettres.

en bref… Reports de collecte

Pour les logements HLM qui font habituellement l’objet d’une tournée des éboueurs le lundi et le quartier du Bois du Parc, la collecte sera décalée au mardi 25 mars. Le reste de la tournée sera décalée au mercredi 26 mars.

Horaires de la déchetterie de Gravenchon

Du lundi au vendredi : 10 à 12 heures et 13h30 à 18 heures. Samedi : 9 à 12 heures et 13h30 à 18 heures. Fermé les dimanches et jours fériés. Tél. : 02 35 38 89 32.

Concert pour les écoliers

L’Orchestre symphonique Caux vallée de Seine, dirigé par Thierry Muller, proposera le concert « Ravel Rachmaninov » aux élèves des écoles primaires de Notre-Damede-Gravenchon les lundi 17, mardi 18 et vendredi 20 mars. Plus de 600 enfants auront la joie d’écouter les œuvres de ces deux talentueux compositeurs. Le Musée de la Marine à Caudebec-en-Caux.

Prenez le bus de l’emploi ! La Communauté de communes Caux vallée de Seine se mobilise pour la 4 e édition du forum régional « Les emplois en Seine », les 24 et 25 avril au Parc Expo de l’agglo de Rouen. Lo r s d e l ’ é d i t i o n 2 0 0 7 , 17 000 chercheurs d’emploi avaient pu rencontrer 235 entreprises. Si vous êtes demandeurs d’emploi, sachez que vous pouvez être emmenés

gratuitement, en bus, à ce salon. Il suffit de vous adresser au ser vice emploi-formation de la Communauté de communes au 02 32 84 64 35, ou de vous renseigner auprès du Centre social de Notre-Dame-de-Gravenchon (Elsa Gault), de l’ANPE ou de la M ission locale. En 2007, 50 cars de l’emploi avaient sillonné la région.

Conseil communautaire CVS L’élection du nouveau conseil communautaire, après élections municipales, aura lieu le mardi 15 avril, à 18 heures, à l’Escale. Les délégués communautaires éliront le président et les viceprésidents qui formeront le bureau de la CVS. La séance est ouverte au public.

15


environnement

Développement durable : la Ville réitère son engagement En avril 2007, la Ville se portait volontaire pour participer activement au projet d’élaboration de l’Agenda 21 au niveau intercommunal. Le 7 février dernier, le Conseil municipal a accepté que la Ville adhère à la Charte d’éco-responsabilité. Elle s’engage ainsi à mettre en place de nouvelles actions en matière de développement durable. La charte d’éco-responsabilité a pour but d’inciter les communes pilotes de l’Agenda 21 (Notre-Dame-de-Gravenchon, Caudebec-en-Caux, Lillebonne, Gruchet-le-Valasse et Bolbec) et la Communauté Caux vallée de Seine (CVS) à être moteurs sur le territoire en mettant en œuvre un minimum d’actions exemplaires dans le cadre du développement durable. La charte, véritable guide à destination des communes adhérentes, propose aux villes signataires de mettre en œuvre un socle commun d’actions incontournables ainsi qu’un minimum d’actions supplémentaires au choix. S’imposent la promotion des bonnes pratiques auprès des agents communaux et des élus, la désignation d’un élu de la Municipalité en charge du développement durable (il s’agit chez nous de Christian Morisse), la nomination d’ambassadeurs 21 au sein de la collectivité, la diffusion de la lettre d’information Agenda 21. La commune s’attache également aujourd’hui à renforcer son action pour un achat public responsable : dans le domaine des produits d’entretien, elle cherchera à diminuer la consommation 16

de 20 % d’ici 2012, elle aura recours à des nettoyants universels, elle intégrera des exigences à l’égard des prestataires en termes de choix des produits, selon des critères environnementaux et sanitaires. Enfin, au sein de la mairie, le tri du papier a été mis en place le 28 janvier. Les agents administratifs de l’Hôtel de ville, qui ont l’habitude d’en utiliser beaucoup, séparent désormais tout le papier recyclable de celui qui ne peut plus l’être et des autres déchets. Des actions déjà en place En plus, la Ville a choisi de favoriser la promotion d’un comportement alimentaire sain et équilibré dans les restaurants scolaires, de sensibiliser les jardiniers amateurs aux bonnes pratiques (via l’association des Jardins familiaux), de former les agents à l’éco-conduite… La charte demande à la collectivité d’assumer un rôle d’aide et de conseil auprès des particuliers, notamment en matière d’économies d’énergie. Notre-Dame-de-Gravenchon travaille sur le sujet depuis longtemps déjà puisque certaines actions, prônées par la charte, sont déjà mises en place sur la commune depuis plusieurs années. Le dossier du

Gravenchon infos n°135 (juillet-août 2006) s’en faisait l’écho, tout comme la rubrique « Développement durable » du site Internet de la Ville. Ainsi, la Ville a intégré des clauses sociales dans les marchés de travaux ou de prestations de services dès la construction de l’Arcade dans les années 1990. C’est également le cas dans le cadre du chantier de l’EHPAD (future maison de retraite). Les services municipaux assurent, depuis longtemps, une gestion différenciée des espaces verts. Des procédures de dématérialisation (envoi de documents numériques) sont en cours d’installation, notamment pour les délibérations du Conseil municipal et les arrêtés transmis en sous-préfecture du Havre. Les Gravenchonnais ont également la possibilité de télécharger différents documents sur le site Internet de la Ville. Notre-Dame-de-Gravenchon et les quatre autres communes pilote signeront la charte éco-responsabilité mardi 26 février, 16 heures, à la Maison de l’Intercommunalité. Le Semaine du développement durable aura lieu du 31 mars au 4 avril.


L’allée du Bicentenaire se fait une beauté Les jardiniers de la Ville procèdent actuellement à l’élagage des hêtres plantés en 1989 pour constituer l ’ a l l é e d u B i ce nte n a i re. Les 900 arbres, plantés en

quinconce suivant deux rangées de deux rangs, du parking du cimetière aux étangs, sont hauts de 6 à 10 mètres. La dernière intervention datant de 2003,

il faut aujourd’hui éffectuer une taille de formation : couper les basses branches pour remonter la couronne, s u p p r i m e r l e s fo u rc h e s et éclaircir le houppier (branchage). Il s’agit de permettre aux promeneurs de passer à pied sous les arbres, entre les rangs. Les branches récupérées seront broyées en copeaux, utilisés ensuite comme paillage des massifs dans différents secteurs de la ville.

Apprenez à tailler les pommiers ! Dans le cadre d’un partenariat entre la Ville et l’Association pomologique de Haute-Normandie,présente à chaque Fête de la pomme, une initiation à la taille des pommiers de plein vent plantés dans le verger conservatoire gravenchonnais aura lieu le samedi 1er mars dans la vallée du Télhuet. De 14 à 17 heures, vous pourrez en effet assister au travail et bénéficier des conseils des agents du service Espaces verts de la Ville et des membres de l’association qui œuvre p o u r l a s a u ve g a r d e d u

en bref… Ramassage des monstres

Secteur A : Mercredi 12 mars Mercredi 11 juin Mercredi 10 septembre Le secteur A est constitué de toutes les résidences situées à l’ouest des avenues Kennedy, AnatoleFrance, du Bois, ainsi que du lotissement du Bois du Parc. Secteur B : Jeudi 13 mars Jeudi 12 juin Jeudi 11 septembre Le secteur B est constitué de toutes les résidences situées à l’est des mêmes avenues, y compris le VieuxGravenchon. Les encombrants sont à déposer avant 8 heures sur le trottoir. Il est interdit de présenter pneumatiques avec ou sans jantes, peintures, solvants, huiles (vidange…), produits toxiques, amiante, batteries, déchets verts… La déchetterie est là pour ça.

Square du Télhuet

patrimoine fruitier. Une deuxième séance, qui concernera cette fois le greffage des arbres, sera proposée le samedi 26 avril.

Sirènes PPI Attention ! L’essai est mensuel.

Prochains essais : mercredis 5 mars et 2 avril, à 12 heures.

Qualité de l’air Décembre Dioxyde soufre • Moyenne 27 µg/m3 (objectif qualité 50 µg/m3) • Maximum horaire : 433 µg/m3 le 27 décembre à 12h TU Janvier Dioxyde soufre • Moyenne 33 µg/m3 (objectif qualité 50 µg/m3) • Maximum horaire : 386 µg/m3 le 5 janvier à 18h TU

L’aménagement du square du Télhuet a commencé. Les travaux devraient durer un mois suivant les conditions météo. Ils seront scindés en deux phases : terrassement puis plantations. L’espace doit être transformé en square « évolutif », dont l’aménagement pourra être adapté à l’avenir en fonction de la population du quartier. Afin de donner du relief, plusieurs buttes de terre seront créées et entièrement végétalisées par des arbustes, des vivaces, des graminées, réhaussées par des petits arbres à fleurs qui offriront une ombre légère audessus des bancs.

17


jeunesse

Romain Beaucamp, un étudiant remarqué Parmi les lauréats récemment récompensés par la Ville, un jeune Gravenchonnais au parcours atypique, sélectionné par le dispositif « Lumières de Cité ». Romain est étudiant en première année d’Histoire-Géographie, à l’Université du Havre. Avec un fort potentiel et une ambition solide, il veut devenir professeur d’histoire-géographie au lycée. Sa passion pour l’histoire date du collège. Mais son choix d’orientation, il l’a véritablement fait en classe de première, grâce à l’enthousiasme communicatif d’un professeur du lycée Guillaume Le Conquérant, de Lillebonne. « J’ai choisi l’histoire car ça me fascine de voir l’influence d’un personnage sur la vie ou une situation politique aujourd’hui. Au début, j’étais plutôt branché histoire contemporaine et les deux dernières guerres mondiales. Mais depuis que je suis à l’Université, je découvre plein d’autres choses intéressantes. » La Nouvelle Angleterre, les Francs et les royaumes barbares sont ses derniers sujets d’étude. Volet moins passionnant pour lui : la géographie physique. « Je préfère la géographie humaine. » Romain sait ce qu’il veut ! Tenir une classe de trente lycéens ne lui fait pas peur. « Je serai un prof cool ! » Pour le moment, allers et retours en car entre Le Havre et Gravenchon rythment ses semaines. Tous les mardi et mercredi soir, pour éviter frais et fatigue, il dort chez sa sœur au Havre. « Avec le car, j’ai une heure et quart de trajet. Alors lorsque 18

je termine mes cours à 19 heures le soir, c’est vraiment trop tard. » Les autres jours, le réveil sonne à 5 heures pour le remettre dès 6 heures sur le chemin de la fac. C’est grâce à ce profil de battant que le dispositif « Lumières des Cités », créé en 2004 par le Centre régional d’information de la jeunesse (CRIJ), l’a repéré. Il a pour but d’identifier au sein des classes terminales des élèves issus de milieux défavorisés, possédant un véritable potentiel et manifestant une forte ambition concernant leur avenir professionnel. Romain avoue avoir déposé son dossier sans trop y croire. « Je savais que, pour mes parents, ce serait difficile de tout payer, alors j’ai rempli le dossier. » La bonne nouvelle est arrivée en juillet 2007, juste après l’obtention de son baccalauréat

STG option mercatique : une bourse de 600 e lui était attribuée. Cette aide financière lui permet aujourd’hui de payer son transport et ses déjeuners. A 18 ans, Romain est un « bosseur » qui, malgré les aléas de la vie, tient le cap de ses ambitions. Petit dernier d’une famille de cinq enfants, Romain habite toujours avec sa mère dans le quartier de l’Arbalète. « Pour moi, il n’est pas question de la laisser seule. » Souffrant d’artérite, elle a des difficultés pour se déplacer et Romain l’aide au quotidien. Dans la famille, tout le monde est fier de lui. Peut-être le CRIJ l’aidera-t-il aussi à obtenir un job d’été ? « J’aimerais vraiment pouvoir travailler ! » s’exclame-t-il. Depuis quelques semaines, il prépare même le permis de conduire.

141 jeunes récompensés Lors de cette 3e édition de la cérémonie de récompenses aux lauréats, présidée par Jean-Claude Weiss et Yves Guégaden, 141 jeunes, ayant obtenu leur baccalauréat général, technologique ou professionnel, leur BEP ou CAP au cours de l’année 2007, ont reçu un chéquier-cadeau d’une valeur de 100 e. « Bravo d’avoir réussi vos études, obtenu votre diplôme ! Bonne chance à ceux qui ont choisi de les poursuivre... et pour ceux qui entrent dans la vie active, la formation continue est essentielle. »


Retour sur les classes découverte A Saint-Jean d’Arves, en Savoie, 27 élèves de CM2 de l’école Professeur-Roux ont profité d’un niveau d’enneigement exceptionnel. Au programme : visite d’une fromagerie (les enfants ont dégusté et ramené beaufort, tome, raclette…), des animations axées sur la faune et la flore, les dangers de la

montagne, les différentes pratiques du ski, les différences de climat entre la Normandie et la Savoie... Les élèves ont étudié un livre d’Emilie Carles, La soupe aux herbes sauvages. Leur plus beau souvenir : une promenade en traîneau tiré par les chiens huski. Les 10 séances de ski ont été bien suivies par les enfants. Certains se sont lancés sur les pistes noires. Batailles de boules de neige et concours du

plus beau bonhomme de neige ont eu lieu devant le chalet. Quant aux 22 élèves de CM1 CM2, de la classe image, ils ont passé 10 jours dans un château à Neauphle-leVieux, près de Versailles. Ils ont créé un journal « télévisé » avec reportage sur les chevaux, visite du château de Versailles, repor tage fiction sur la maladie du chocolat qui rend fou. Les élèves ont présenté le journal, tourné les séquences et monté le film, mis ensuite sur DVD. Malheureusement, le séjour a été entaché par plusieurs virus.

en bref… Recensement militaire

Tous les Français, filles et garçons, doivent venir se faire recenser à la mairie de leur domicile, dès leur 16e anniversaire et pendant les trois mois suivants, de même que les personnes devenues françaises entre leurs 16e et 25e anniversaires. Le recensement est une démarche civique obligatoire. Ils devront se présenter avec le livret de famille, la carte d’identité, un justificatif de domicile et de la 2e nationalité. Il leur sera délivré une attestation de recensement, indispensable pour l’inscription aux examens (BEP, baccalauréat, permis de conduire, concours d’Etat…). En cas d’impossibilité, le représentant légal peut effectuer cette démarche.

Inscriptions dans les écoles

Les jeunes auprès des anciens Dernière action du Conseil municipal des enfants : quelques jeunes élus se sont rendus à la Maison du Télhuet le mercredi 30 janvier, afin de souhaiter la bonne année aux résidents du 3e âge et partager avec eux la galette des rois. Avant le goûter, ils ont entonné quelques classiques comme « Champs-Elysées » de Joe Dassin, « Santiano » de Hugues Aufray ou « A bicyclette » de Yves Montand… Les personnes âgées ont beaucoup apprécié cette initiative. Certains d’entre eux ont même poussé la chansonnette.

Les projets : le 30 mars, les jeunes élus animeront un stand de jeux d’adresse à la Fête du printemps. Par ailleurs, ils envisagent également une action de lutte contre la pollution des déjections canines en ville. Certains d’entre eux sont par ticulièrement impliqués : lors des voeux de

J e a n - C l a u d e We i s s a u x personnalités, Emilie Brohan a été félicitée pour son investissement depuis 2003 au sein du Conseil municipal des enfants en tant que conseillère, adjointe, puis maire-enfant. Elle a récemment cédé sa place à Suzanne Guégaden.

Les inscriptions dans les écoles pour la rentrée de septembre 2008 auront lieu du lundi 10 mars au vendredi 21 mars, en mairie. Vous pourrez vous présenter au Secteur « Enseignement/Jeunesse » des Services généraux, du lundi au jeudi de 10 heures à 11h30 et de 14 à 17 heures ; le vendredi de 10 heures à 11h30 et de 14 heures à 16h30 ; le samedi 15 mars de 9 heures à 11h30. Sont concernés les enfants nés en 2005 et au premier trimestre 2006 (selon les places disponibles et les dernières instructions ministérielles), ainsi que les enfants entrant au cours préparatoire ou changeant d’école. Parents, vous devez apporter en mairie un livret de famille, un justificatif de domicile. Pour les demandes de dérogation, téléphonez au 02 32 84 55 46 pour tout renseignement.

19


sports et loisirs

Gravenchon a ses timbres C’est l’une des plus anciennes associations de la région. Et pourtant, le Groupement philatélique affiche toujours un grand dynamisme. En 2007, il a même créé trois timbres pour notre ville. La Poste offre depuis l’an 2000 la possibilité de réaliser des timbres personnalisés. « Cette année-là, lors du Salon d’automne de la philatélie, à Paris, nous nous sommes fait photographier et nous sommes repartis avec une planche de timbres. L’idée a fait mouche. En 2001, l’association a sorti son premier timbre à l’effigie du groupement. » Puis, elle a voulu faire plusieurs séries de timbres « couleur locale ». A chaque édition, le timbre est édité à une centaine d’exemplaires. « Nous faisons des tirages pour nos membres, et ceux que cela intéresse » explique Jean-Philippe Pupin, Président du Groupement philatélique de la Vallée du commerce. L’an dernier, le groupement a voulu étendre l’expérience en choisissant trois vues gravenchonnaises, parmi un

20

certain nombre de photos réalisées par Lionel Poustier, le trésorier. Trois timbres ont donc ainsi été fabriqués. Le premier affiche les Hallettes, le second la médiathèque et un troisième l’église Notre-Dame. Les Hallettes accueillent depuis quelques années le visiteur qui pénètre sur la commune. Lieu de rencontre lorsque la Ville y organise fêtes et concerts…, elles sont aussi au cœur du marché hebdomadaire et dynamisent la vie commerciale du vendredi sur la commune. La médiathèque, en centre-ville également, s’impose au regard admiratif de chacun. Quant à l’église Notre-Dame, il s’agit bien là des origines historiques de la commune : construite aux XIe et XIIe siècles, même époque que les vestiges du château des Comtes d’Evreux sur le site de la Fontaine-SaintDenis, elle symbolise le cœur du village qu’est longtemps resté NotreDame-de-Gravenchon, avant de vivre l’épopée du pétrole et de la pétrochimie à partir de 1930. Gravenchon peut être fière : elle a ses timbres ! Le groupement a par ailleurs noué des liens avec certaines autres associations locales. « Nous

avons aussi travaillé avec le CSG Rugby. Il s’agissait de marquer le coup à l’occasion de la coupe du monde en France. » Le groupement a plein de projets dans ses tiroirs. Un timbre entièrement personnalisé est en cours de préparation grâce à l’un des membres du groupement qui possède des talents de graphiste. Il va remettre le logo au goût du jour. Les 70 membres de l’association se réunissent une fois par mois à la Madrag, tous les 1er vendredis qui suivent le 15. Ils profitent de ces rendez-vous pour venir chercher les timbres de leur abonnement et suivre l’actualité philatélique. Lionel Poustier organise les ventes de blocs feuillets ou blocs spéciaux non vendus par la Poste. Le groupement est également reconnu pour la qualité de ces « circulations » (mallettes de timbres qui tournent chez les adhérents). Ce système d’échange est très prisé. « L’intérêt principal est de pouvoir écouler ses doubles, de faire ses propres carnets et de profiter des tarifs avantageux du groupement sur l’achat de timbres » explique une des participantes. Le groupement propose enfin des prêts de catalogues et de matériel spécialisé. Neufs, oblitérés ou sur lettres, les timbres ont encore de beaux jours devant eux.


en bref…

Reprise du Ticket sport Le dispositif Ticket sport aura lieu, pendant les vacances de Printemps, du lundi 7 au vendredi 11 avril, de 10 à 12 heures et de 14 à 16 heures. Il s’adresse aux jeunes de 8 à 17 ans qui souhaitent d é co u v r i r o u p ra t i q u e r des sports classiques ou originaux, du football au

tchouk-ball en passant par l’escrime… Les enfants seront encadrés par des éducateurs diplômés : Caroline Debels, Jimmy Bonnet et Jean-Pierre Gaugain du CSG, Rachid Benabdeslam et Rachid Ichou du Centre social, et Benjamin Baron de la section escrime de l’EMSL. Les activités auront lieu dans

les différentes structures sportives de la commune en fonction d’un programme qui sera bientôt défini. Les inscriptions pourront se faire dès le 17 mars au Centre social et en mairie, auprès du secrétariat des sports. Renseignements au 02 32 84 55 44.

Jumelages en 2008 A l’occasion des 40 ans du jumelage avec Street, des Gravenchonnais se sont rendus en Angleterre au printemps 2007… Les Anglais viendront en France autour du 1 er mai 2008. Ils seront accueillis officiellement lors d’une cérémonie le vendredi 2 mai, à 18h30, salle des mariages. Un dîner dansant réunira personnalités et familles des villes jumelles à l’Escale, le samedi 3 mai. Le voyage habituel à Isny aura lieu du 9 au 12 mai. Des licenciés de la section tennis de table du CSG s’y

déplaceront à l’Ascension. Signalons qu’Isny a un nouveau maire (« Bürgermeister ») : Rainer Magenreuter, 41 ans, élu le 11 novembre 2007 et installé le 21 janvier 2008. Les Italiens, eux, seront accueillis du 11 au 15 juillet, afin d’admirer l’Armada. Une exposition d’œuvres d’artistes italiens est prévue en septembre à la Galerie du Parc. Le co m i t é d e j u m e l a g e soutient financièrement les échanges organisés par le collège Calmette : les scolaires italiens seront à

Notre-Dame-de-Gravenchon du 5 au 12 mars, les collégiens gravenchonnais se rendront à Rubano du 26 mars au 3 avril. Les scolaires français se rendront à Isny du 5 au 11 mars ; les élèves allemands rendront visite à leurs correspondants du 1er au 9 mai. Il faut savoir que les étudiants gravenchonnais ont la possibilité d’avoir des stages en Allemagne tout au long de l’année. Les intéressés pourront obtenir tous les renseignements auprès de Gérard Lecallier au 02 35 38 72 17.

Calendrier sportif CSG Basket : Les féminines affronteront ASA Sceaux Basket féminin le 8 mars, AS Cherbourg le 29 mars, le Lagardère Paris Racing le 5 avril et le Club basket d’Ifs le 26 avril. Les joueurs seront opposés à l’Union sportive de Touques le 1er mars, le Club athlétique lexovien le 15 mars, le BC Saint-Martin-les-Boulogne le 5 avril, Dunkerque US le 12 avril. Les matches auront lieu à 20 heures, salle Marius-Virmontois. CSG Football : Les seniors recevront Fauville le 2 mars, le Havre Caucriauville le 9 mars, Cany le 30 mars, l’Union sportive de Lillebonne le 27 avril. Rendez-vous à 15 heures au stade Virmontois. CSG Rugby : Les seniors recevront RCP Nogent-le-Rotrou le 2 mars, Dieppe Universitaire club le 30 mars, CA Aiglon le 27 avril. Matches à 15 heures, au stade des cités. CSG Handball : L’équipe 1 masculine affrontera les joueurs du Trait le 8 mars, Octeville le 15 mars, Doudeville le 5 avril. Les matches auront lieu à 20 heures, salle CharlesPéguy.

Internet en fête à l’Arcade La 3e édition de la Fête de l’Internet aura lieu du 21 au 23 mars. Thème 2008 : les jeux en réseau, les jeux massivement multi-joueurs et les univers virtuels persistants. Si vous n’êtes pas « branc h é s  » , co m m e ce r t a i n s adolescents ou jeunes adultes, quelques explications : le jeu en réseau fait participer un grand nombre de joueurs simultanément, que ce soit sur Internet ou sur un réseau local (exemple : Counter Strike). Les

premiers jeux massivement multi-joueurs ont été des jeux de rôle ou de stratégie. Dans un univers virtuel persistant, le joueur se crée une « autre vie » dans un cadre qu’il fait évoluer (exemple : Second Life). Principaux rendez-vous : - Un débat sur les jeux vidéos se tiendra vendredi 21 mars à 20h30. Il aura pour but de présenter les jeux ou univers virtuels, de répondre aux questions du public, de rassurer par rapport à la violence et de prévenir

des dangers d’addiction. - Une LAN party (tournoi de jeux en réseau) se déroulera du samedi 22 mars (12 heures) au dimanche 23 mars (12 heures). Ce tournoi est organisé en partenariat avec l’association d’étudiants Exi@rena de l’école d’informatique CESI à Rouen. Tous les passionnés des jeux « Counter-Strike », « World of Warcraf t » et « Trackmania Nation » peuvent s’inscrire sur le site www.exiarena.org/rouen

21


entre nous

Etat civil Naissances Justin Philippe le 1er décembre.

Le vote des femmes, un droit récent En France, le droit de vote est accordé aux femmes le 21 avril 1944 par le Gouvernement provisoire de la République française, confirmé par l’ordonnance du 5 octobre… un siècle après l’adoption du suffrage universel masculin. Les femmes en usent le 29 avril 1945 pour les élections municipales, puis en octobre pour les élections à l’Assemblée constituante. La France est l’un des derniers pays d’Europe à accorder le droit de vote et d’éligibilité aux femmes, juste avant l’Italie, la Belgique, la Grèce et la Suisse. La Nouvelle-Zélande avait été le premier pays au monde à le faire en 1893. Colette Pelletier, née en 1928 à Bolbec, vote pour la première fois en 1949, à 21 ans, l’année de sa majorité et de son mariage. « J’ai voté dès l’instant que les femmes ont pu le faire. On l’a appris par la radio. Depuis je l’ai toujours fait, je trouve que c’est important. Les femmes sont des personnes à part entière, qui ont des idées, des souhaits à formuler, tant au niveau des affaires politiques nationales, communales que du fonctionnement du foyer,

ou dans le milieu professionnel ». Cette année-là, elle reprend le commerce acquis par ses parents en 1947, avenue de la République à Notre-Damede-Gravenchon, à la place de la boulangerie actuelle. « J’ai été 44 ans commerçante et j’ai formé 12 apprentis. J’ai fermé le « Petit Paris » il y a maintenant 16 ans, mais les gens m’en parlent encore. » Un jour, François Deveaud, qui se présente au poste de 1er magistrat, lui demande de figurer sur sa liste. « Je lui dis : mais qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? J’en ai parlé avec mon mari. J’ai accepté pour représenter les commerçants. » Colette Pelletier devient conseillère municipale puis adjointe au social. « Je m’occupais aussi des attributions de logements. Il y avait la queue dans le couloir lors de mes permanences. Au total, je me suis investie 18 ans pour la Ville. » Colette Pelletier par ticipe aux projets de construction des résidences pour personnes âgées Les Sapins et Robert-Lebas. Elle est d’ailleurs la marraine de cette dernière. Au début, il y a p eu de

Mohamed-Amine Abba le 3 décembre.

Mathéo Chouquet femmes au conseil municipal. Pendant une période, Colette est même la seule. « Lors du 2e mandat, j’ai dit à M. Deveaud : « je me représente à la condition qu’on soit au moins quatre femmes au sein du conseil ». Aujourd’hui, vous vous rendez compte de l’évolution ! ». Colette conseille fortement aux jeunes, femmes et hommes, de s’investir en politique, dans la vie de leur cité, même si la tâche demande du temps, de la disponibilité. « Je n’ai jamais regretté mon engagement, j’ai beaucoup appris. J’aurais voulu faire plus mais ce n’était pas évident de gérer une affaire, d’avoir une vie de famille (elle a une fille) et des responsabilités. A l’époque, les séances du conseil municipal commençaient à 20h30 pour se terminer tard dans la nuit. » Colette Pelletier a participé, à plusieurs reprises, à la commission de révision des listes électorales. Aux élections, elle s’est toujours portée volontaire pour tenir les bureaux de vote. Elle s’est également investie au sein du comité de jumelage et 25 ans au sein du Comité des fêtes.

le 3 décembre.

Ambre Loisel le 8 décembre.

Mathis Alleaume le 11 décembre.

Quentin Filangi le 16 décembre.

Marjana El Khaouli le 19 décembre.

Jade Carrey le 29 décembre.

Maël Duval le 31 décembre.

Cerise GuillardBénard le 1er janvier.

Mathis Canivet le 1er janvier.

Thomas Aubé le 10 janvier.

Wissal Tourabi le 14 janvier.

Mariages Olivier Chentre et Agnès Palfray le 5 janvier.

Abdeillah El Khaouli et Zohra Aït Kassi le 16 février.

Décès

22

Ginette Beaudoin née Souris le 11 décembre. Dandolo Dall’Aglio

Lucie Palfray née Debacque

Paulette Bougon née Fondimare

Hervé Lecourtois

le 28 décembre.

le 5 janvier.

le 20 décembre.

Maryvonne Cauvin née Dussart

Elfriede Carlier née Blase le 29 décembre. Serge Mouchel

René Aubin le 6 janvier. Marthe Caumon née Sautreuil le 7 janvier.

Micheline Monfort née Dorival le 14 janvier. Augustine Chaperon née Legentil

le 23 décembre.

le 4 janvier.

le 13 janvier.

le 25 janvier.


Libre expression

Liste « Gravenchon pour tous » Le capitalisme financier peut-il se développer en faisant appel à des règles de moralité ? Le dernier scandale financier attribué à l’une des plus grandes banques françaises, la Société Générale qui se permet de passer par perte et profit un montant de 7 milliards d’Euros suite aux opérations spéculatives soi-disant d’un employé devenu « trader fou » et à la déconfiture des marchés financiers liés à la crise américaine des « subprimes » doit interpeller les Français moyens qui se lèvent tôt tous les jours pour aller travailler et gagner le salaire mensuel qui leur permet de vivre voire survivre pour les plus modestes Les opérateurs des banques et les marchés sont de plus en plus inventifs. Selon Monsieur François Morin, (professeur de Sciences économiques à l’université de Toulouse I ), auteur d’un ouvrage intitulé « Le nouveau mur de l’argent, es-

M-O. Lecourtois

sai sur la finance globalisée », la « planète finance » s’est déconnectée de l’économie réelle. S e l o n l e m a g a z i n e «  D e r Spiegel », un simple Trader a pu prendre des positions spéculatives pour un montant équivalent à 1,5 fois la capitalisation boursière de la Banque qu’il l’emploie il a pu acquérir 140 000 contrats à terme sur l’indice boursier allemand (Dax) soit les troisquarts de ce que le marché pouvait traiter… Que valent en réalité tous les discours qui font appel à plus de morale dans la gestion financière ? Sinon cacher la réalité d’un système qui porte en lui toutes les crises et tous les drames, indépendamment de la forme sous laquelle ils se manifestent. Ce qui apparaît devenir une évidence, c’est le caractère

Ph. Belloncle

tout à fait parasitaire de la finance au détr iment de l’économie réelle et du travail, là encore les chiffres valent mieux que de longs discours. La richesse mondiale a produit 32 300 milliards lorsque les transactions des marchés dérivés s’élèvent dans le même temps, sur l’année 2002 à 699 000 milliards de Dollars… En 2005, hors marché des changes, les transactions sur « produits dérivés d’action » de taux d’intérêt et de matières premières atteignaient 5 000 milliards de Dollars par jour soit 3 450 milliards d’Euros sur les places financières mondiales, alors que le PIB mondial journalier n’était que de 150 milliards de Dollars (105 milliards d’Euros) Pour preuve, là encore, quelques derniers chiffres. La part des dividendes nets distri-

S. Nauche

bués aux actionnaires par les entreprises françaises représentait 5,9 % de la masse salariale en 1978. En 2006 elle est passée à 21,9 % ! Entre temps, les gouvernements se sont succédés, l’alternance à paraît-il joué. En ce début d’année 2008, les indices boursiers sont en forte baisse, les portes feuilles d’actions vont changer de main en ruinant au passage quelques actionnaires inexpérimentés. Le devenir des Français et Françaises passe par la création de richesses issue de leur travail, l’économie virtuelle n’est en fait qu’une véritable escroquerie permettant à une couche privilégiée de s’enrichir en spéculant sur l’exploitation du travail des plus démunis.

H. Loisel

Dégroupés ou pas dégroupés ? Suite à une question d’un Gravenchonnais, voici quelques éléments concernant le dégroupage à Notre-Damede-Gravenchon. La décision de dégrouper une zone ou un territoire n’est malheureusement pas du ressort d’une collectivité locale ou d’une mairie. Cette décision est commerciale, donc détenue par les fournis-

seurs d’accès en accord avec France Télécom, propriétaire des lignes et autres répartiteurs téléphoniques. Les travaux permettant le dégroupage sont également pris en charge par les fournisseurs d’accès, en accord avec les communes, car ils doivent intervenir sur le domaine public. Enfin, sachez qu’il existe

deux types de dégroupage : le dégroupage partiel et le dégroupage total. Certains fournisseurs d’accès proposent du dégroupage partiel sur la commune de NotreDame-de-Gravenchon. Il est ainsi possible de bénéficier du très haut débit et, éventuellement, de la télévision par l’ADSL (sous conditions). Le dégroupage total, qui per-

met à l’internaute de ne plus être tributaire de l’abonnement France Télécom, n’est pas encore disponible sur notre commune. Néanmoins, il semble qu’un fournisseur d’accès soit intéressé par cette opportunité. Il est donc envisageable que notre ville puisse bénéficier du dégroupage total dans les prochains mois. 23


actualités

GRAVENCHON N° 145

infos

Marché aux plantes Premier rendez-vous de l’année sous les hallettes, un marché aux plantes aura lieu le dimanche 27 avril, de 10 à 17 heures. Une dizaine de pépiniéristes, fleuristes, horticulteurs proposeront aux visiteurs arbres et arbustes, fleurs coupées ou en pot, semis et plants… Des végétaux qui agrémenteront balcons, jardins et habitations, annonçant ainsi les beaux jours de l’été.

Lait de mai Jeudi 1er mai, les amateurs de marche seront attendus sur le parvis de l’Hôtel de ville pour une promenade matinale et conviviale à travers champs, forêt et campagne gravenchonnaise. Jeunes et moins jeunes, en famille ou entre amis, seuls ou en couple, n’hésitez pas à rejoindre cette randonnée organisée par la Ville et soutenue par une équipe de bénévoles à l’occasion du Lait de mai… A l’arrivée, un brin de muguet et un petit-déjeuner copieux vous seront offerts à la ferme en récompense de vos efforts !

La 7e édition de la Fête du printemps aura pour thème la musique. Les joueurs devront, en famille ou entre amis, par équipes de 5 maximum, recomposer l’extrait d’une chanson. Pour cela, ils devront réussir des épreuves sportives, éduca-

tives ou des jeux d’adresse. Dans la vallée du Télhuet, cinq stands seront tenus par le Centre social, l’Arcade, la Médiathèque François-Deveaud, des élus du Conseil municipal des enfants et des bénévoles. Celui du Centre social permettra de gagner

deux extraits de la chanson. Le jeu ne sera pas chronométré. Les 25 meilleures équipes se verront offrir des lots. La proclamation des résultats, vers 18 heures, sera accompagnée d’un goûter et d’une animation.

Gravenchon Infos 145  

Magazine municipal de la Ville de Notre-Dame-de-Gravenchon

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you