Issuu on Google+


Noémie Favart

L’âne ou la pute?


Jean-Claude était désespéré. Personne ne l’aimait et il savait qu’il finirait sa vie seul, abandonné et mal-aimé. Au bord du gouffre, il décida de s’offrir un peu d’amour pour une nuit, une nuit pour faire semblant d’être heureux et ressembler à tous ces maudits couples.


Laquelle choisir ? Elles étaient toutes jolies, mais aucune ne lui plaisait vraiment. Il était prêt à abandonner son idée, quand il la vit.


Elle n’était pas comme les autres, elle semblait si différente. Peut-être était-ce la lueur d’intelligence qui brillait dans ses yeux ou sa démarche gracieuse ? Il ne pouvait le dire, mais toujours est-il qu’il l’emmena passer la soirée chez lui.


Arrivés chez Jean-Claude, ils se firent tout d’abord un bon dîner. Jean-Claude l’observa pendant tout le repas. Elle était certes un peu difficile sur la nourriture, mais elle respirait la joie de vivre. « Fichtre qu’elle est belle ! Et que de jolies grandes dents elle a ! »


Après ce bon repas, ils passèrent au salon. Jean-Claude ne put s’empêcher de remarquer que son invitée était poilue, mais lui qui ne connaissait pas bien les femmes ne fut pas choqué et ce côté naturel lui plaisait de surcroît !


Mais Jean-Claude s’apprêtait à passer un cap dans sa vie, Et lorsqu’ils montèrent l’escalier, Il ne put s’empêcher d’être excité par les grandes oreilles de la dame.


Diantre quelle belle femme ! Si elles ĂŠtaient toutes ainsi on ne saurait oĂš donner de la tĂŞte !



L'âne ou la pute