Issuu on Google+

nocturn


Top 6 musical 2013

Chroniques CinĂŠma

Les Comptines Salaces Du Baron Von Zimmel

Mode

Art

Travel Guide

Frasques ordinaires


LE TOP 6 DES GROUPES DE POP FRANÇAISE À CONNAÎTRE POUR 2013 En 2013, la Pop Française fait son grand retour. Déjà anticipé en 2012 par des chansons par-ci par-là, il semble qu'un certain nombre de groupe risquent d'exploser dans cette nouvelle année avec notamment la sortie d'un album. Le point commun de tous ces groupes, c'est surtout, le partage d'une certaine nostalgie. Une nostalgie premièrement musicale, en vu de leur influence mais aussi visuelle; comme on peut le voir dans à peu près tous les clips à base de filtre, de noir et blanc, et de vêtements vintages. La pop française, qui a surement atteint son apogée dans les années 80, revient donc armée de ses plus belles chansons pour nous faire danser, pleurer, ou réfléchir.


PEREZ

FAUVE

Perez c'est le projet de Julien Perez, ancien leader d'un des meilleurs groupes de rock/ électronique que la France à connue pendant la grande période MySpace (2007-2008), Adam Kesher. Le groupe se sépare en 2011 après avoir sorti 2 albums. Perez n'a qu'un seul titre à son actif dévoilé fin 2012 sur le web, Cramer. On pense à l'écoute de ce seul titre à un Christophe qui aurait les guitares pour des synthés et la batterie par une boite à rythme. Perez sort son premier EP en Février 2013.

Fauve est n’est pas un groupe. Fauve n’est pas une personne. Fauve est un «collectif ouvert». Si y’a bien un «groupe» sur lequel peut comptez la langue française en 2013, c’est celui là. Le collectif existe depuis 2011 mais s’est fait connaître depuis quelques mois grâce à un titre, Les nuits fauves. Musicalement, ça ne ressemble pas à grand chose qui existe déjà, la voix est une voix slamé mais cela serait faux de comparer Fauve a un groupe de Slam, ou de Slamrock comme on a pu le lire. On pensera peut être à Serge Gainsbourg ou plus récemment à Arnaud Fleurent-Didier (et son France Culture) dans la manière d’écrire des textes désabusés et au rock anglais (encore eux) pour la musique notamment sur Kané. Pourtant, dur de penser à un artiste de ces dernières années qui évoque autant les doutes, les questions, les problèmes, les peines, les joies

Les chansons à écouter : Cramer, la seule chanson disponible.

d’une génération. Les chansons à écouter : Les Nuits Fauves, bien sur, même si on risque de l’entendre bien souvent dans les mois qui viennent. Et surtout 4000 Îles, morceau plus instrumental mais qui possèdent de très beaux choeurs.


BENGALE

GRANVILLE Granville vient de Normandie mais rêve de Palm Beach. En effet, Granville c’est le doux mélange entre les chanteuses yéyés et des groupes un peu surf, un peu pop californien notamment Best Coast. Le mélange fonctionne plutôt bien, ça rappelle l’été et les balades sur la plage avec Papa et Maman le dimanche après midi. Granville joue beaucoup la corde nostalgique que cela soit avec ses codes esthétiques (les clips avec des extraits de films de Eric Rohmer, les habits de la chanteuse, les images du groupes «filtrés») ou bien avec la musique, outre l’affiliation avec les yéyés, Mélissa Dubourg n’hésite pas à dire qu’elle regarde des films muets, aime les polaroïds ou bien encore les slows que plus personne n’ose encore faire (et c’est bien dommage).

Les chansons à écouter : le tube, Jersey pour danser sur la plage ou bien la preview de leur album pour ensuite allez l’acheter et danser encore plus longtemps sur la plage.

Ils viennent de Bordeaux, ils sont 6, ils sont jeunes, et cite parmis leurs influences Tame Impala ou Alain Souchon. On en sais pas beaucoup plus sur eux mais ça ne devrait pas tarder. Ca rappelle un peu la pop aérienne de Housse de Raquette ou encore Local Natives et les morceaux les plus doux de Foals. Il y a trois morceaux à écouter pour le moment dont un en anglais, Ocean Sun. A noter la collaboration avec la chanteuse de Granville, Mélissa Dubourg sur le titre Playground. Les chansons à écouter : Playground et puis Dernier Tramway pour savoir comment se déguiser en pirate pour une prochaine soirée.


MADEMOISELLE NINETEEN Mademoiselle Nineteen, n’est pas française, elle est belge. elle s’appelle en vrai Juliette et je trouve ça beau. M.N, ne sortira pas d’album en 2013, elle en a déjà sorti un en 2012. Mais pourtant, cette jeune femme (elle est née en 1991) n’a pas (encore) eu le succès qu’elle mérite. Cette année pourrait être pour elle, l’année de sa reconnaissance en effet, la demoiselle chante bien, elle est jolie et nous rappelle le meilleur de la pop féminine française (France Gall) ou américaine (Nancy Sinatra). Elle nous ramène dans les années 60. Les chansons à écouter : Quelle importance parce que le clip semble tout droit sortis des années 60 et que France Gall n’a jamais trouvé meilleure héritière.

PETIT FANTÔME Petit Fantome c’est le projet de Pierre Loustaunau, méga groupe (ils sont 10) à tendance rock/shoegaze où les voix prennent énormément d’importances (on pense parfois à Arcade Fir e). Dans Petit Fantôme aussi les voix sont importantes que cela soit sa propre voix qu’il n’hésite pas à déformer (comme dans Young Lion) ou à superposer avec d’autres, comme celle d’une jeune femme dans : Aujourd’hui, c’est les vacances. Petit Fantôme n’a rien de rock et c’est du coté de l’électronique qu’il faudra se tourner pour se projet solo; Bien qu’il y a toujours une guitare qui traine par-ci par-là. Musicalement, il fait penser à du shoegaze electronique, de la witch house, de la chiptune. Le tout avec un coté très pop et du chant en français. Petit Fantôme a trouver une très belle formule musicale, après un EP, digital à quand l’album ?

Les chansons à écouter: Yallah parce qu’elle fait penser à Animal Collective ou Dan Deacon en français ou bien carrément tout son EP en écoute sur le bandcamp du monsieur. En Bonus : Elli & Jacno, parce que c’est surement le papa et la maman de toute cette nouvelle génération d’artistes pop français.


CHRONIQUES CINÉMA


THE SECRET Sorti : le 5 septembre 2012 Réalisé par Pascal Laugier Avec : Jessica Biel, Stephen Mc Hattie, Jodelle Ferland, William B. Davis USA / Canada

Le film se déroule dans une petite ville du nord ouest américain, Cold Rock. Ancienne cité minière la ville est en proie au chômage, au mauvais bourbon et à l’illettrisme. Comme si ce tableau ne suffisait pas, des enfants disparaissent et une légende locale veut que ce soit un mystérieux personnage « Tall Man » qui les enlève. Jessica Biel joue une veuve qui se fait kidnapper son enfant. Dès lors se déroule un thriller très sombre aux rebondissements inattendus. Jessica Biel nous livre là son plus grand rôle, déjà remarquée dans le milieu de l’horreur avec son interprétation dans le remake de Texas Chainsaw Massacre elle affirme son don à jouer les personnages enclins à la folie. La réalisation est très influencée par Stephen King, ça frappe immédiatement quand on voit Cold Rock, impossible

de ne pas penser aux romans du maitre de l’écriture d’épouvante. Pour résumer l’intérêt du film, c’est que ce n’est pas un film d’horreur à proprement parlé c’est plus un thriller horrorifique, le mélange des genres est savamment dosé empruntant les codes des deux cotés navigant entre le surnaturel et le concret. Mention spéciale pour Jodelle Ferland, découverte dans Tideland de Terry Gilliam, qui joue une adolescente quasi autiste très touchante.


THE HOLE (DTV) Sorti Réalisé par Joe Dante Avec Chris Massoglia, Haley Bennet, Nathan Gamble. USA

Sorti en 2009 sur le territoire américain, le film a eu droit à être projeté dans… Quatre salles ! Initialement prévu pour la 3D, le film est sorti en 2012 en Europe en DVD et sans 3D. Pour faire simple, une famille emménage dans une maison et les deux frères découvrent un trou dans la cave qui ne semble pas avoir de fond et qui donne vie à leurs peurs les plus profondes. Original non ? Petit rappel sur Joe Dante, c’est juste le réalisateur des Gremlins, Piranha ou encore Hurlements. Complètement refoulé par Hollywood dans les années 90, fortement alcoolique et cocainomane, il fait son comeback au début des années 2000 en réalisant des épisodes pour des séries perraves comme CSI Manhattan ou Hawai 5.0 (faut bien payer la poudre et le bourbon). The Hole est un chef

d’œuvre des années 80, totalement hermétique au cinéma d’horreur bidon à la Saw typique des années 2000, il nous livre là un film à la fois flippant, drôle, plein de références. Bref si vous aimez le cinéma 80’s qui m’est très cher, vous serez servis ! Mention spéciale à la poupée clown tueuse, franchement il faut en avoir une sacrée paire pour mettre ça dans un film aujourd’hui.


LES COMPTINES SALACES DU BARON VON ZIMMEL Episode 1 Où l’on apprend les tenants et les aboutissants d’une bonne partouze.


Le Baron Von Zimmel était certes misogyne, égoïste, prétentieux et il arborait, je vous l’accorde, une vile et odieuse moustache à l’image de son penchant pour la luxure, mais il n’en n’était pas moins Baron, et cela devrait suffire à vous inspirer le plus grand des respects, peuple ingrat ! Abreuvez-vous donc de sa soif de débauche !

C’était une de ces fraiches soirées d’automne, du genre de celles ou les arbres se coiffent comme Fabien Barthez, et ou le bruit silencieux des feuilles tombantes fait écho à l’ennui général des occupants du manoir. Pourtant mesdames et messieurs, un DRAME était sur le point de se produire dans l’aile nord du bâtiment, tout près de la chapelle. « Que faire? » s’interrogeait-il L’ombre du doute planait au dessus de Von Zimmel tel un sombre vautour. « Que faire? » Il regarda de droite à gauche scrupuleusement, puis d’un geste vif ajusta son monocle avant de se pencher sur la serrure. Il lorgna à travers l’orifice de la porte en ogive, hésita encore, puis abdiqua et lâcha dans un râle : « Foutre Dieu ! Je ne viendrais jamais à bout de ce mécanisme, je m’en vais employer

les grands moyens ! » Et Il envoya son serviteur chercher quelques outils. Mais Marcel, le valet de chambre, mettait deux plombes à revenir. Le pauvre bougre ayant jadis perdu sa femme et la moitié de sa jambe sur un malchanceux lancer de dés devait maintenant marcher en prenant appui sur un morceau de bois, ce qui le ralentissait considérablement. « Voici le pied-de-biche Maitre , niaisa-t-il en arrivant, Et si je puis me permettre ...» Le baron le coupa autoritairement: « Tu ne te permet rien du tout. Tu dégages, infirme !» La porte de la chapelle n’opposa qu’une faible résistance et le baron Von Zimmel se glissa vite à l’intérieur. Le spectacle qui l’attendait le laissa sans voix. Pour faire simple, ce qu’il avait devant lui ressemblait à une


partie géante de Twister, au détail prés que tout le monde jouait nu, et qu’une fille rousse brulait un tas de bible dans un coin de la pièce. Une flopée de masques bigarrés jonchait l’empilement de corps gémissant, cachant les visages, perturbant la monotonie du rose pale et ajoutant un cote bal masqué à l’ensemble. Les rumeurs étaient donc bel et bien fondées, le Père LaBrousse organisait des orgies diaboliques au sein même du sanctuaire divin. Oh on peut dire que notre baron tombait de haut! Cette révélation le frappa comme un coup de massue et il faillit pendant un court instant se servir du pied-de-biche pour châtier les infidèles. Ceci dit, en y réfléchissant bien, le mal était déjà fait et puis, quitte à être là, autant

en profiter pour taper dans la viande. Personne ne pourrait lui en vouloir de céder au blasphème collectif si c’était pour profiter des plaisirs de la chair. Il se jeta alors dans dans la mêlée, tâtonnant au petit bonheur la chance, un petit bout de sein par ici, un bout de hanche par là, guidé uniquement par la lumière vacillante des bibles en feu, et les supplications des proies humides. Il se débarrassa de ses vêtements un à un, puis un mouvement de foule le propulsa sur l’autel où il succomba aux caresses de mains expertes. Au bord de la jouissance il voulu apercevoir le visage de sa bienfaitrice et lui enleva le masque d’un geste rapide. Il ne pu empêcher un cri de surprise. Satanée lumière tamisée ! Il se retrouvait nez à nez avec le Père La-Brousse lui-même. Von Zimmel s’emporta :

« Espèce de Porc sadique, raclure d’enflure, tu vas rôtir dans les forges de ma colère ! » Le Père La-Brousse tenta par désespoir l’argument de la Compagnie Créole, Derrière mon loup je fais ce qu’il me plait , mais rien n’y fit il allait avoir le droit à une bonne correction. Probablement en rapport avec un pied-de-biche. To be Continued. Kent


MODE


ART


Jslktr Un pied dans son univers, un autre dans l'irréel, c'est en partant des étoiles que nous nous sommes rencontrés. Il distille Géométrie constructive froide, Minimalisme, trames aléatoires et textures RVB effervescentes au coeur de la nuit européenne. Rencontre avec l'artiste. Nocturn : Parle-nous d'avant et d'aujourd'hui. Jslktr : Je suis depuis toujours passionné de photographie et d'image en général. J'ai commencé mes études à Paris en design graphique. Actuellement, je travaille en Free Lance entre Paris et Berlin. N. : Quel set ton secret ? J. : Je puise mon inspiration dans la musique techno et house d'aujourd'hui, de demain, d'hier et ce médium me permet de concrétiser visuellement ce que m'inspire ces ondes invisibles et ainsi constituer un ensemble multisensoriel aux effets décuplés. N. : Il me semble que tu apprécies aussi la vidéo … J. : Oui, je suis également très actif dans le milieu de la vidéo expérimentale et du Vjing. N. : Qui sont ceux avec qui tu travailles ? J. : Des collaborations avec Marcelo Cura, Rafaël Murillo ou encore prochainement avec Thomas Delecroix pour le track casus Belli sur le label techno parisien, Rive Droite Records.

Pour résumer, la pierre angulaire de son travail réside dans une retranscription permanente des traits et sensations invisibles procurés par notre environnement naturel et artificiel à travers une réalité numérique annexe bien réelle. http://www.jslktr.com/


TRAVEL GUIDE

Des palmiers, du surf, du soleil, l’océan, et un petit goût de San Francisco, Lisbonne est définitivement la destination où poser sa valise en hiver.


DORMIR Si vous n’avez pas la chance d’avoir des amis sur place, nous vous proposons des alternatives :

www.couchsurfing.org Petit site web sympa pour échanger vos maison, idéal si vous avez un budget sérré.

SURFER L’île de Coxos (Proche de Ericira, à 50min en voiture de Lisbonne) Directement sur l’Atlantique, et grâce à ses larges rouleaux, ce spot est dans le «top des meilleurs spots mondiaux de surf» par l’organisation «Save the Waves Coalition».

Costa Da Caparica, petit village à côté de l’océan, Idéal pour faire des rencontres. Proche de Lisbonne. : 20 min en voiture ou en bus.


MANGER Les restaurants N’hésitez pas à quitter les quartiers touristiques pour aller explorer les petites rues, il s’y cache des bons restaurants avec des énormes assiettes et des petits prix. (L’idéal est d’aller sur l’île de Costa Da Caparica, les restaurants sont vraiment peu chèrs: Demandez des doses entières, environ 5-7euro le plat)

BOUGER Faire du shopping : Juste en dessous de Bario Alto se trouve une grande avenue avec bon nombre d’enseignes. Cependant les Portugais ne sont toujours pas réputés pour avoir du style. Visitez et prenez des photos. Il y a beaucoup de choses extrêmement belles : les mosaïques sur les façades, les rues pavées, le petit train ... sans compter que le Street Art est omniprésent.


ROULER www.bikeiberia.com Ce shop à l’avantage d’être tenu par des vrais amoureux du vélo. (Location à la journée, propose aussi des visites touristiques)

UNDERGROUND Le Luxe Ce club vous paraîtra probablement tout ce qu’il y a de plus normal (décoration à la mode, fauteuils en cuir etc..) mais n’oubliez pas que le Portugal n’est pas riche, considérez donc que vous êtes dans un lieu d’exception. Vous y croiserez probablement les gens les plus riches de la ville. (Moyenne d’âge : 20-35 ans, dress code : chic) Demandez un ticket pour la salle du bas, c’est la fièvre du samedi soir. (Erol Alkan y passera bientôt).


TIPS Les drogues légales sont vendues dans des shops, «Magic Mushroom». Vous en trouverez deux au Bario Alto. Attention, n’achetez pas aux dealers dans la rue : c’est souvent de mauvaise qualité et beaucoup trop cher. Sauf si vous voulez fumer du platane..

BAR Le Bario Alto Quatier très animé et touristique de Lisbonne, avec de nombreux bars. Pinte de mojito à 5euro, Pinte de sangria à 3euro. Naturalliving est un bar lounge pour rentabiliser son dernier short et se détendre avec des amis autours d’un Nespresso. On peut aussi y manger des plats végétariens. Rua Garrett, n°10 Pateo de Siza 1200-093 Lisboa


Street art a longtemps été une partie de la culture de Lisbonne. La capitale portugaise est en fait à l’épicentre de l’explosion du street art qui cause un buzz à travers l’Europe en ce moment. Sur la photo : Os Gémeos & Blu.


Le pont du 25 avril ressemble au Golden Gate de San-Francisco . Il a été construit par l’American Bridge Company.


Frasques ordinaires J'ai vu un mort sur la route, en passant. Pologne (E28) J'ai niqué une pute dans des toilettes publics. A Barcelone. J'ai regroupé plusieurs résidus de poudre pour les sniffer. Au watergate (Berlin) Je me suis fait braqué un Colt 45 (chargé) entre les deux yeux par ma petite amie à 14 ans. En Champagne. Je suis allé identifié des dealers au poste, avec 40 G de drogue sur moi. Noway. J'ai cassé mon turbo à 180 en Allemagne. J'ai passé mon rattrapage du bac avec des policiers en civil. Noway. J'ai déménagé plusieurs fois en 45 minutes. En France. J'ai fait du graffiti à 18 mètres de hauteur avec mon corps dans le vide. A Bordeaux. J'ai fait peur à un aficionado des deux roues sur mon engin. A Bordeaux. J'ai obtenu ma plus grande exposition alors que j'étais saoul comme une trompette au champagne, au Jack et à la C. A Reims. J'ai tellement kiffé le son et la drogue que je me suis endormi dans une boite de la night. Entre Maastricht et la campagne. J'ai scandalisé mes collègues avec un sweet-shirt TA CHATTE dans une banque. Au Crédit Agricole. J'ai eu un accident du travail en étant croque mort, en interim. Noway.


J'ai fait un concert où je parlais des schizo paranoïdes, avec un exemple dans les spectateurs. A Berlin. J'ai porté plainte contre mon meilleur ami. Noway. Je suis allé à des concerts de reggae en Golf 3 tunning, sono, vitre teintées et néons. Noway. J'ai roulé dans des BMW E30 3.25i prépa (admission reprogramation puce et ligne echappement) pour aller peindre à 160 sur des nationales, avec un conducteur sous MD. En France. J'ai offert 6 dosages d'absinthe différents, à mes dirigeants, pour mon pot de départ, au Crédit Agricole. A Reims. J'ai voulu aller plus vite que le soleil, entre Poznan et Berlin en voiture, échec. En Europe. J'ai passé la frontière Belgique/France en train de railler derrière des vitres teintées, dans cette Golf 3. Noway. J'ai eu une grosse montée de C dans le métro solo après avoir sérigraphié, étrange. A Montreuil. J'avais l'habitude de taper des siestes en soirée, pour me réveiller et chercher un compère pour refaire une soirée après 06H. Noway. J'ai rencontré le sosie de Kool Shen, sous MD. A Paris. J'ai fait « un tag, un wagon » pour le référendum de la constitution européenne, au roulot sur un train complet. Noway. Régulièrement je devais sauter pour terminer mes out line, graffiti. Noway. Je préfère les putes des rues à celles des bordels. Noway. Je préférais aller au Fat Cat avant d'aller peindre, que de regarder PJ le vendredi, soir. A Bordeaux.


Et toi, tu fais quoi la nuit?


NOCTURN MAGAZINE #4