Issuu on Google+

®

Felicità ! welcoming our godmother

Marisa Berenson #18

Photo Valérie Servant I Marisa Berenson wears Christian Dior

magazine


ÂŽ

magazine

Happy 4th Anniversary

Photos ValĂŠrie Servant

In 4 years time, we have discovered 500 photographers and published 4000 images ...that have reached more than 1,5 million readers worldwide.

Copied many times... ...but never equaled, Ninja has been able to remain unique and inspirational !


18 we are proud to invite the eternal world’s most beautiful woman,

Marisa Berenson great actress, icon, writer... ...and now

godmother

of Ninja magazine


MarisaBerenson par Pierre Cialdella

Je m’attendais à rencontrer une star hollywoodienne impressionnante et j’ai rencontré une Femme, certes encore plus charismatique que je ne l’imaginais, mais avant tout sensible, douce et attachante.

Je m’attendais à trembler comme un enfant à son arrivée, mais dès mon premier regard sur elle, alors que le salon d’honneur de la mairie du 18ème s’illuminait de son aura, j’ai ressenti comme une présence divine sur mon épaule qui m’a tout naturellement permis de rester moi-même, sans chichi ni falbala. Rétrospectivement, je réalise que cette rencontre n’était pas un hasard, qu’elle devait se faire, que nous étions sur le même chemin à ce moment donné de nos parcours, même s’ils sont si différents. D’ailleurs, je ne crois pas aux hasards. Je pourrais abuser de superlatifs pour vous parler de sa carrière auprès des plus grands noms du cinéma et de la mode, de sa beauté unique ou de son élégance. Je pensais d’ailleurs que ce portrait de la marraine de Ninja magazine irait dans cette direction. Mais je n’en ferais rien. D’une part, parce que tout a déjà été dit sur sa carrière, et d’autre part parce qu’après l’avoir raccompagné au pied de son immeuble, quelque chose en moi s’est éclairé et m’a fait appréhender la raison de notre collaboration d’une façon bien plus singulière que prévu.


ValĂŠrie Servant


ValĂŠrie Servant


Pour commencer, je me suis surpris à demander au chauffeur d’attendre qu’elle soit bien rentrée dans l’immeuble, parce que je me souciais de la savoir en sécurité, comme j’aurais pu le faire pour ma maman. Puis la voiture est repartie et j’ai eu l’impression que le temps passait en mode ralenti pour se figer peu à peu. Tout avait l’air différent, dans les rues, dans les bus, sur le visage des passants... Il y avait tout d’un coup tant de belles énergies qui enveloppaient mon aura et celle de tout ce qui évoluait autour de moi, que je me suis senti empli de gentillesse et de joie de vivre, à tel point que les gouttes de pluie sur la chaussée semblaient se transformer en pétales de fleurs. À ce moment précis, tout ce qui me venait à l’esprit était « pourquoi les gens se font la guerre alors qu’il est si facile de s’aimer »… Au risque de sembler zinzin, je suis bien obligé de reconnaître que j’ai eu l’impression qu’un ange avait fait escale sur ma route. Car c’est bien avec des ailes que Marisa Berenson m’est apparue. Mystique quand même! Ce qui est sûr, c’est qu’en 40 ans de rencontres passionnantes, seules deux femmes m’ont fait un tel effet, au-delà de toute explication rationnelle. Marisa Berenson est une citoyenne du monde. Bien qu’elle vive à New-York et possède un pied-à-terre à Paris, elle se sent chez elle aux quatre coins du globe. Sa carrière est jalonnée des plus grandes stars internationales, mais c’est de sa rencontre avec Visconti dont elle parle avec le plus d’émotion. Probablement parce que c’est lui qui l’a fait s’éloigner de sa vocation religieuse (Emilio Ruiz Barrachina lui offrira toutefois le rôle de Marie dans The Disciple, près de 40 ans plus tard), incontestablement parce qu’il lui a ouvert les portes du firmament. Marisa Berenson vit avec son temps. Elle est aventurière et elle n’a pas peur de ”s’afficher” avec de jeunes artistes si elle aime leur travail, car c’est une grande dame qui connaît ses valeurs, qu’elle n’a pas peur d’entacher son image et qu’elle fonctionne à l’instinct, un instinct magique. En ce qui concerne son actualité, Marisa Berenson est en ce moment sur les écrans français dans le film Amore de Luca Guadagnino et nous la retrouverons à la rentrée dans Gigola de Laure Charpentier. Pour ma part, je l’ai adorée dans Matrimoni e Altri Disastri de Nina Di Majo qui est sorti sur les écrans italiens au printemps dernier. Elle jongle donc entre le Français, l’Italien, l’Anglais, etc. ...et elle n’a pas fini de nous surprendre.


Advertising

DU 22 AU 25 OCTOBRE 2010 À LA CITÉ DE LA MODE ET DU DESIGN

34, QUAI D’AUSTERLITZ — 75013 PARIS — FRANCE DESIGN : L775.FR – ARCHITECTES : JAKOB+MACFARLANE

CHIC-ARTFAIR.COM


Cover picture : Marisa Berenson is surrounded by the Ninja team: Pierre Cialdella I Henri Maus Céline Dagois I Marina Primorac Photographer: Valérie Servant assisted by Hedge and April Marisa Berenson’s Make up + Hair: Nobu Fujiwara [Atelier 68]

, r othe m d o e’s g gazin

nson

ere risa B

Ma

Ninja

ma

Make up Ninja Team: Moofeeda Ghannouchi Art Direction & general coordinator: Pierre Cialdella

Marisa Berenson wears a Christian DIOR’s wool Milano knit dress and Miss DIOR’s pump pin black leather shoes Pierre Cialdella wears a Givenchy suit and a Costume National shirt Henri Maus wears a Christian Dior suit and a Sandro shirt Assistant to Marisa Berenson: Tamara Vignati Lightning consultant: Raimundo de Andrade [Photorent] 74, rue Condorcet 75009 Paris www.photorent.fr Special thanks to: Aline Dos Santos at Dior Bertrand Davasse and Annabel Karouby at Cineart Maya Hamel & Eric Metenier at Atelier 68 Didier Vinolas, chef des services de la Mairie du 18ème arrondissement, Paris


Advertising

PARIS, NOVEMBRE 2010 100 expositions | 10 parcours | 1 mois | 1 festival

www.moisdelaphoto-off.org


#18

ninja

content


Advertising

Il Creativity Day è il ring dove si incontrano le speranze degli sviluppatori e la rabbia dei grafici, la forza delle software house e la leggerezza della conoscenza. Buttati tra persone di età, culture, esperienze, settori e professioni diverse. Metti alla prova le tue idee, rilancia la tua creatività. Get in the ring!

http://www.creativityday.it


1 sleep elevations (2010)

the conquerable lightness of being


Maia Flore

maiaflore@gmail.com


Klaus Wolter


www.klauswolter.de


Jane Fulton Alt Living on the shores of Lake Michigan, I am acutely aware of the disastrous toll the oil spill in the Gulf of Mexico has taken on all forms of life, especially as our beaches opened to the 2010 swimming season. This environmental, social and economic catastrophe highlights a much larger problem that has inflicted untold suffering as we exploit the earth’s resources worldwide. We are all responsible for leading lives that create demand for unsustainable energy. We are also all responsible for the solution and we must work together to protect the balance of life.

www.janefultonalt.com


Nicolas Apicella Primal presents a series of people losing control, in the midst of a tension revealing a deformity in the face unknown until this moment. These individuals appear completely detached from their role and their social position. Sometimes ecstatic, elated, anxious or released, they find themselves in a primal state. The staging plays with provocation, creates surprise, and leads these people to find their spontaneity again, to lose themselves. Guided by their instinct, hit right in the heart, they leave their shells and elevate themselves in the enjoyment of a moment. For these snapshots of almost animal emotions, Nicolas Apicella undoes social codes, shows us non-standard portraits and questions us on the limits of a constructed identity

nicolas.apicella@gmail.com


Guillaume Fandel Le projet U44U, réalisé 2008 sur le site du Haut Fourneau U4 d’Uckange en Moselle, est le fruit d’une collaboration entre Guillaume Fandel, Dominique Romanelli et le collectif de danseurs hiphop Fantasia Crew de Metz. Tous originaires de Lorraine, ils souhaitaient travailler sur les friches industrielles, au combien présente dans le paysage régional. Au delà du fort potentiel plastique que ces lieux présentent, il s’agissait surtout de faire venir des jeunes dans des lieux chargés d’une histoire industrielle et sociale. Jusqu’aux crises qui ont touché (et coulé) la sidérurgie Lorraine, la région était une importante terre d’accueil pour les immigrés du Monde entier. Près de 20 ans après la fermeture de ces grandes usines, le regard des nouvelles générations sur ces géants d’acier tend à disparaître, entraînant avec lui l’histoire de leurs parents. L’objectif de ce projet était donc de réconcilier les jeunes des cités avoisinantes avec le patrimoine industriel. En leur permettant de se mettre en scène au coeur de ces structures d’acier, ils ont, le temps d’une rencontre, pu donner un sens et une dimension scénique à des images qui témoignent d’une renaissance.

www.guillaumefandel.com


OntFront sidewalk tailoring

Photography:

Marnix Postma www.marnixpostma.com Assisted by:

London Loy Models:

Erasmus @ Ulla Models Matthieu @ Name Models

www.ontfront.com


www.ontfront.com

Advertising


2

the inner light of my soul


Oscar CardĂł Esqueletors

This project explores the fundamental themes of human existence - life, death, immortality and art itself - in the tradition of Christian iconography. Traditional ‘Memento Mori’ an image that addresses the transience of human existence - it represents death as something infinitely more relentless.


Photography: Cristian Di Stefano Art Direction: Oscar Cardó Design: Glupstudio Stylist: Gori de Palma Make up & Hair: Sheila Serrano Models: Yasmin, Patricia & Frank.

www.glupstudio.com I www.duplacer.com

Compared to the tearful sadness of a vanitas scene, the ‘Esqueletors’ is glory in itself.’ This portfolio brings home the transience of biological life, the human life and the viewer’s mortality. It explores the issue of temporality - an idea which permeates the artist’s oeuvre - where a course of action can change radically, even within the space of a few seconds.


Klaus Wolter

www.klauswolter.de


Fabien Pio While they are waiting - hanging out or keeping themselves busy each of these protagonists seem to follow an already mapped out road. Out of the frame, in a near future, an other part of their life will soon appear, and they will naturally follow that road. Nothing seems to be as harmless as the routine provided by an ordinary life, although sometimes a simple doubt can create a deep sense of insecurity when we are facing the vision of what lately may happen. Therefore the details from a behavior that we would consider meaningless - empty from all kind of thought - suddenly seem to reveal our limits and our doubts to question our unknown future.

www.fabienpio.com


Aram Tanis

http://aramtanis.moonfruit.com


Advertising

Achetez votre billet en ligne

www.parisphoto.fr


3

new things demand an open mind


Avec 78 % de participation étrangère, 25 pays représentés, 31 nouveaux participants, la 14e édition accorde une place de choix à la découverte. On note cette année le retour des américains (16 galeries) et le renforcement du contemporain et de la photographie vintage. L’Europe Centrale à l’honneur : Hongrie, Pologne, République Tchèque, Slovaquie, Slovénie... La photographie est l’un des modes d’expression les plus féconds de la création artistique en Europe centrale. Dès le début du XXe siècle, Bratislava, Budapest, Prague, Ljubljana, Varsovie ont été les foyers intellectuels novateurs et promoteurs d’une nouvelle vision photographique. D’André Kertész à Mohology-Nagy, de František Drtikol à Josef Sudek, de Brassaï à Robert Capa, nombreux sont ceux qui ont révolutionné l’histoire de la photographie. Au croisement de diverses pratiques, art visuel et performance, expression subjective et veine documentaire, la photographie demeure à l’orée du XXIe siècle le langage de prédilection des artistes d’Europe centrale pour traduire une nouvelle réalité politique et sociale. Avec plus de 90 artistes hongrois, polonais, slovaques, slovènes et tchèques représentés par un tiers des galeries participantes, Paris Photo 2010 met en avant un exceptionnel panorama des scènes d’Europe centrale, couvrant aussi bien les avant-gardes historiques des années 1920 et 1930 que les pratiques contemporaines de l’image. Le commissariat du projet a été confié à Nataša Petrešin-Bachelez, critique d’art et commissaire d’expositions indépendante, et bénéficie du soutien des Instituts hongrois, polonais, slovaque, du Centre culturel tchèque ainsi que de l’Ambassade de Slovénie à Paris.

source Paris Photo / top right photo: Emmanuel Nguyen Ngoc - Paris Photo 09

Du 18 au 21 novembre 2010, le Salon Paris Photo dédié à la photographie XXIe, moderne et contemporaine, rassemble 103 exposants (90 galeries et 13 éditeurs) au Carrousel du Louvre.


Left page (center): Antonio Caballero, Anel Norena, 1970 Courtesy Galerie Polaris, Paris This page: Ben-Tor, Carmi, Kook, 2010 courtesy Beaumont Public Gallery, Luxembourg


Marina Abramovic, Happy Christmas, 2008 courtesy Galeria La Fabrica, Madrid

Simen Johan , Untitled #137, from the series Until the Kingdom Comes, 2006 Courtesy Yossi Milo Gallery, New York


Loretta Lux, John, 2008

Courtesy Yossi Milo Gallery, New York

Ellen Kooi, Out of Sight, 2009 courtesy Editions Filigranes, Paris


Osamu Shiihara, shower and children, 1940s courtesy MEM Gallery, Osaka


Haubitz + Zoche, Wasserspiegel VIII, 2000-2003

Courtesy Haubitz + Zoche & Galerie Philippe Chaume, Paris


Zbigniew DĹ‚ubak, Serie Paysages (Mur du Ghetto, Varsovie), c. 1962 Courtesy Galerie Asymetria, Warsaw


Louis Stettner, Mother Pulling Child by the Louvre, ca. 1951 Courtesy Bonni Benrubi Gallery, NYC


CĂŠdric Delsaux, Tchernobyl 5, Waiting Room, Prypiat, Ukraine , 2007 Courtesy Bonni Benrubi Gallery, NYC


Marina Abramovic, Family I, 2008 courtesy Beaumont Public Gallery, Luxembourg


Krisztina Erdei, 2004. Bordany, Hungary (series Formalities), 2004 courtesy Lumen Gallery, Budapest


Michel de Broin, Solitude, 2002 courtesy Toni TĂ pies, Barcelone


”Créer des dialogues et lancer des passerelles.”

Organisé par Cécile Griesmar et Sandrine Bisognin (déjà à l’initiative de Chic Dessin),

CHIC ART FAIR propose, du 22 au 25 octobre, de mettre en lumière des partis pris

artistiques dans une dynamique avant tout parisienne, et sans considérations générationnelles. L’idée est de tendre des ponts entre l’art et le design au travers de pièces éditées exclusivement pour l’occasion.

Après quelques années passées dans le monde des foires et de l’art contemporain à nous intéresser aux très jeunes artistes pour faire émerger un « nouveau discours », nous nous sommes rendu compte que cela ne suffisait pas à expliquer l’époque. « La crise », crise de l’art, crise sociale, crise politique ont modifié les attentes des amateurs en matière artistique, ainsi que la position des artistes. Le besoin s’est fait sentir d’un apaisement entre les mondes de l’art : comme si les haches de guerre des combats d’avant-garde qui ont secoué le XXème siècle s’étaient émoussées. Il nous fallait créer un espace de dialogue pour les œuvres, confronter les artistes de différentes générations (ainsi que les designers), permettre à ceux qui pensent le monde et lui donnent forme de se côtoyer sur un même espace, parfois défendus par la même personne. Les foires sont traditionnellement frileuses au métissage entre les créatifs or nous voulions confronter leurs visions, espérant engendrer des objets mutants, qui renouvelleraient notre perception des choses et des objets. Observant par ailleurs que les ventes d’œuvres d’art s’orchestraient aux yeux du public, dans le champ d’une économie du spectaculaire, nous avons tenu à concentrer notre attention sur le métier central du galeriste pour redéfinir sa place et ses actions. Cécile Griesmar


Rikard Laving (SĂŠrie Mental) - Man with meat / Hold Up Gallery


Dister - sans titre / Galerie Hautefeuille


AC hello - portrait Charles Pennequin / Galerie Limitis


Pierre Riollet - Beaubourg / Galerie Artcity


Mauren Brodbeck - Extracoated 07 / Galerie Artcity


Sophie Sigorel - Solo / Galerie MondapArt

Yann Daumas - Dacrynoseum / Modern Art Galerie


Stephanie Soudrain - Cerf 1 / Galerie Dufay Bonnet

T. MONIN - Nuremberg / Galerie Barnoud


Helene Loussier - Masque 04 / Galerie MondapArt

Anne-ValĂŠrie Dupond - Buste de Beethoven en textile / Galerie Dufay Bonnet


Le Prix Voies Off est une bourse internationale qui s’adresse à tous les photographes contemporains, amateurs, étudiants ou professionnels. Chaque année, il récompense un jeune talent de la photographie pour la clarté de sa vision et la qualité de son travail. Parmi plus de 1100 dossiers de candidatures reçus cette année en provenance de plus de 60 pays, le Prix Voies Off 2010 a été décerné à Lisa Wiltse pour sa série Mennonites of Manitoba, Bolivia. L’artiste recevra une bourse d’un montant de 2 500€. Cette année, le jury était composé de : Michel Poivert, Christian Gattinoni et de Christophe Laloi

www.voies-off.com


Lisa Wiltse / Prix Voies Off 2010 / sĂŠrie Mennonites of Manitoba, Bolivia


Lisa Wiltse / Prix Voies Off 2010 / sĂŠrie Mennonites of Manitoba, Bolivia


Lisa Wiltse / Prix Voies Off 2010 / sĂŠrie Mennonites of Manitoba


Lisa Wiltse / Prix Voies Off 2010 / sĂŠrie Mennonites of Manitoba, Bolivia


Guillaume Millet / NominĂŠ Voies Off 2010


Ben Graville / NominĂŠ Voies Off 2010


Thomas Rousset / NominĂŠ Voies Off 2010


Miam Miam

encre de chine et stylo bille sur papier format original 42x59,4cm, 2010

www.miammmiam.com


Advertising


4

love is where the heart is


Cedric Chort

www.cchort.fr


David Anthony Hall

My images are not all about documenting beauty alone, I like to photograph the essence of a location that depicts a strong emotional attachment to time, past, present and future. Whilst I recognise the benefits of digital in a time restricted world, for me photography is all about taking the time to breath – and getting it just right. The photographs here were taken on the morning of Thursday 20th december 2007 durning an extreme winter frost. They are a part of the 560 odd exposures from that morning.

www.one2fifty.com


Valerie Servant

www.behance.net/ValerieServant


An Pena

www.anpena.com.ar


Flora Deborah Martinez

http://floradeborahmartinez.com


Alessandra Gerevini

www.alessandragerevini.com


Eleanor Leonne Bennett (14 years old)

http://www.flickr.com/photos/eleanorleonne/


Advertising


5

life is what you make of it


Klaus Wolter

www.klauswolter.de


Christophe Boete

www.christopheboete.net


Mundocaco

My memory plays tricks on me ... I keep on looking at my family’s pictures but I still can’t find anything... I have lost my childhood.

www.mundocaco.com


Bogdan Radenkovic

Smell of dust and socialism is all about time traveling - visiting closed and ruined objects, understanding those silent victims of our existence we forgot in abandoned places.

www.radenkovic.org


S L U E H NT E V

Advertising

L E I T N E M E N E V E L E B T A P R E U C D N O C 7 57

E TR 68 9 Y A 1 40 )6 2 4 7 0 om u 1 33 ( s.c a + tu re ou sm. lven C u - G .he e d 13 ww c w a Pl 5 06 m 6 5 1 co s - 5 46 tus. u t ) n n 0 lve 33 ( elve e h + H l. @ Te itri m i d

e&

ud

Et

Or

i g ĂŠ

R C

on

i

t a is

o

&

&

o

r p e

d

g n i ff

a

St

&

g n i rt

o p e

R

lle e u

is v -

o

i d u

a

on

i

t a c i

un

m

om

G

i d u

ea

i

t es

n a g

on

s t e j


6

a life less ordinary than you’d think


Andrew Callahan Photographed by Jade Callahan, Marisela Zumbado and Carmela Zumbado hair and Makeup: Gisela Zumbado Female Model: Claire Awad.

www.jadephotostudio.com www.AndrewCallahan.webs.com


Guillaume Fandel

Cette série TOGO SCHOOLS à été réalisée en janvier 2008 à l’école de Baga au Togo. Elle finalise un voyage en voiture au départ de France vers le Togo. Ces images sont le résultat d’un atelier de dessin réalisé avec différents élèves de l’école, à qui j’ai demandé de me parler de leur Afrique, de leur ville, de leur village, de leur environnement, leurs coutumes… Une fois son dessin fait sur une ardoise, chaque enfant la retranscrit sur la carrosserie de la voiture, avec laquelle nous devions rentrer en France.

www.guillaumefandel.com


Mowgli

if you want to know who you are you must know where you come from...


Jacqueline Zilberberg

Les toilettes Places where individuals and universals, intimate and public spheres intertwine. A poetic and sanitized world, from which we enter and exit without even realizing it.

www.jacquelinezilberberg.com


Pierre Cialdella & Henri Maus

by ValĂŠrie Servant


curator / art director magazine layout publication director

*

pierre cialdella

communication

and marketing

henri maus

info@ninja - mag.com

www.ninja-mag.com Š 2010 Pierre Cialdella & Artists * All rights reserved worldwide

Pierre Cialdella wishes to express his gratitude to Catherine Philippot


“When I was young, about eight or so, I tried making friends with God by inviting Him to my house to watch the World Series. He never showed.� Jim Carroll

Claude Chabrol 24 June 1930 - 12 September 2010


Ninja magazine #18 with Marisa Berenson