Page 1

PORTFOLIO Nicolas Jean


CURRICULUM VITAE FORMATIONS ACADÉMIQUES Août 2016 à avril 2018

Maîtrise professionnelle en architecture École d’architecture de l’Université Laval . Québec

Août 2013 à avril 2016

Baccalauréat en architecture École d’architecture de l’Université Laval . Québec

Août 2010 à décembre 2011

Certificat en administration Université du Québec à Rimouski . Rimouski

Août 2008 à mai 2011

Diplôme d’études collégiales en comptabilité et gestion Cégep de Rimouski . Rimouski

EXPÉRIENCES DE TRAVAIL PERTINENTES Mai 2014 à aujourd’hui

Technicien du bâtiment - Inspections & Analyses Ville de Québec . Québec

Hiver 2016 - Hiver 2017

Auxiliaire d’enseignement - Travaux pratiques : Réglementation du bâtiment École d’architecture de l’Université Laval . Québec

Automne 2016

Auxiliaire d’enseignement - Construction I : Matériaux et charpentes École d’architecture de l’Université Laval . Québec

Avril 2013 à juillet 2013

Chargé de projet administratif Moulage sous pression AMT . Saint-Cyprien

Juin 2011 à octobre 2011

Coordonnateur Marché public de Rimouski . Rimouski

IMPLICATIONS ÉTUDIANTES Hiver 2018

Membre du comité - Objet 2018 : La Révolte de l’Objet École d’architecture de l’Université Laval . Québec

Automne 2014

Coordonnateur des activités d’intégration École d’architecture de l’Université Laval . Québec

Août 2010 à mai 2011

Président du conseil étudiant des techniques administratives Cégep de Rimouski . Rimouski

02


COMPÉTENCES AutoCAD SketchUP SU Podium Photoshop

Illustrator Suite Office Maquettes

BOURSES ET DISTINCTIONS Hiver 2017

Objet 2017 : L’Objet mis à nu . 2e prix du jury École d’architecture de l’Université Laval . Québec

Hiver 2017

Objet 2017 : L’Objet mis à nu . Prix thématique «Ces 21 détails qui font la différence» École d’architecture de l’Université Laval . Québec

Automne 2013

Charrette verticale : L’École en boite . 2e prix du jury École d’architecture de l’Université Laval . Québec

Hiver 2011

Bourse de la Fondation des Comptables agréés Cégep de Rimouski . Rimouski

Hiver 2011

Bourse de la Fondation des Comptables en management accrédités Cégep de Rimouski . Rimouski

LANGUES

CHAMP D’INTÉRÊTS

Français Anglais Voyage

03

Ski alpin

Planche à neige

Cinéma

Musique

Golf


PROJETS D’ATELIER

HOMEMADE Habitations nordiques . Inukjuak

06

NATURE URBAINE Design urbain . Québec

10

FAIS TA TRACE Urbanisme tactique . Québec

14

NIV.0 Gare fluviale . Fogo Island

16

EMBARQU’EN BATEAU Studio d’artiste . Fogo Island

20

ALIZÉ Installation éphémère . Fogo Island

22

LA SOUCHE École de design . Québec

24

COMPLEXE-HABITAT DU PARC LINÉAIRE Habitats collectifs . Québec

30

VERTIGO Installation éphémère . Québec

34

05


HOMEMADE Atelier VIII . Construction & Design

Ayant comme cheval de bataille l’implication des communautés inuit au coeur du processus de conception, de construction et d’occupation, le projet HOMEMADE rend justice à trois réalités inuit : l’autonomie, la croissance et la mutation. Ce projet d’habitations nordiques situé à Inukjuak exploite la force de l’autoconstruction pour s’inscrire dans la contemporanéité des populations inuit. Ce projet s’appuie fondamentalement sur l’esprit de communauté propre au nord québécois afin d’offrir un maximum d’habitations personnalisables et respectueuses de l’identité inuit, une identité en mouvance qui évolue de jour en jour. HOMEMADE offre une base de construction composée de systèmes constructifs standardisés pour enfin être personnalisée par les populations inuit au gré de leurs volontés, de leurs aspirations et de leurs moyens. La route vers une révolution de l’habitat nordique «nomade et vagabond» est un parcours riche en découvertes, en expériences, en rencontres, en hypothèses et en résultats.

06


07


Rez-de-chaussée

Niveau II

Niveau III

Détail du système de base

Détail des possibilités de personnalisation

Plancher technique/mécanique Continuité des systèmes d’enveloppe Sections appropriables/personnalisables

Comblement en ossature légère Installation d’un module de fenêtre plancher-plafond Installation d’un module de fenêtre avec tympans Combinaisons des différentes possibilités

08


T1

T1

P1 Contreplaqué Faux-plancher Isolant acoustique Système CLT Membrane autocollante Isolant semi-rigide Fourrure Panneau de fibrociment

M1

Détail au toit

P2 P2

M1

P2

Contreplaqué Faux-plancher Isolant acoustique Système CLT

T1 Membrane de toiture Panneau de fibrociment Isolant semi-rigide Membrane autocollante Système CLT

Détail aux planchers

P1

M1

P1

M1 Revêtement extérieur Fourrure Isolant semi-rigide Membrane autocollante Système CLT

Détail à la fondation

09


NATURE URBAINE Atelier VII . Design urbain en partenariat avec Catherine Racicot-Brazeau

Le projet Nature Urbaine se concentre autour du tracé du SRB de Québec, mais plus précisément autour du pôle d’échange de Charlesbourg, au coin de la 41e rue et de la 1re avenue. La friche d’Hydro-Québec représente un grand potentiel de développement. Le projet d’aménagement urbain tire profit de cette situation pour élaborer un concept permettant de faire entrer progressivement la nature dans la ville, c’est-à-dire, un milieu plus agricole et naturel aux deux extrémités et tranquillement les faire pénétrer dans l’urbain, jusqu’à ce que les deux entrent en contact au pôle d’échange qui constitue le cœur du projet. Ce concept est teinté d’une gradation permettant d’arrimer les éléments du projet autour de lieux de rassemblement à caractère varié. Les objectifs poursuivis par le projet se traduisent par l’augmentation de l’intensité autour des lieux significatifs existants pour consolider le tissu urbain arrimé au SRB, par une diversité de typologies d’habitations pour encourager la mixité et la variété sociale et culturelle et finalement et par l’intégration de la nature pour créer un réseau d’espaces verts et d’espaces publics de qualité favorable au partage

10


11


Jardins Parc

Cour arrière

Trottoir Tampon

Rue

Cour arrière

Woonerf

12


Cour

Jardins

Cour arrière

Trottoir Tampon

Rue

Jardins

Jardins Cour

Trottoir Tampon

Rue

13


Zone de la station

PLACE PUBLIQUE

1RE AVENUE

STATION

SRB

SRB

STATION

1RE AVENUE

TROTTOIR

COUR AVANT

À l’image d’un TOD, aux abords de la station du SRB, deux espaces publics à natures différentes dialoguent entre eux. Une prend l’apparence d’un parc offrant un lieu où il fait bon vivre. Autant les adultes que les enfants y trouvent leur comptent et le parc s’anime au fil des saisons. L’autre place, plus minéral se veut robuste avec un bassin d’eau et de la végétation qui encadre l’espace.

1m

14

5m

10m


Zone commerciale

TROTTOIR

RUE DES GALERIES

TROTTOIR

PARKLET

TROTTOIR

BUS - VÉLO

41E RUE

BUS - VÉLO

TROTTOIR

COUR AVANT

En prenant pour partie que les axes unificateurs commerciaux doivent être séparés des axes diviseurs de transport, le projet tire profit de l’effervescence commerciale des Galeries Charlesbourg pour intégrer une véritable rue commerciale avec une largeur adéquate et avec des stationnements sur rue sans toutefois oublier de mettre le piéton au premier plan. Pour ce faire, de larges trottoirs sont aménagés afin de permettre au piéton de déambuler aisément à travers les terrasses et les boutiques que les commerçants ont la possibilité d’aménager directement sur le trottoir.

1m

15

5m

10m


FAIS TA TRACE Atelier VII . Design urbain en partenariat avec Francis Légaré, Catherine Racicot-Brazeau & Dany Thériault

Coup de théâtre, Fais Ta Trace s’insère dans le paysage quotidien des marcheurs en perturbant la traversée d’une ligne de désir bien ancrée dans le quartier Saint-Roch, mais aussi bien ancrée dans l’imaginaire des marcheurs. Un mur d’une couleur percutante, évidé d’une silhouette humaine, symbolise la trace de l’homme dans le paysage, tout comme les lignes de désir symbolisent l’interaction entre l’humain et son environnement. Face au mur, que doit faire le marcheur? Il peut passer au travers, le détourner ou tout simplement l’ignorer. Cependant, dans tous les cas, l’objectif est atteint : il doit réfléchir. Les plus attentifs et les plus intrigués remarqueront la fameuse question : qui a tracé ce chemin? Quatre crayons qui pendouillent aux quatre coins du mur poussent les marcheurs effrénés à y laisser leurs traces directement sur les parois de l’installation en prenant position sur la nature des créateurs de lignes de désir.

16


Écrire

Emprunter

Éviter

17

Ignorer


NIV.0 Atelier V . Fogo Island en partenariat avec Jessica St-Sauveur

NIV.0 est un projet de gare fluviale situé sur l’île de Fogo. Cette intervention tente de créer une connexion sincère entre les communautés de l’île, les touristes et l’eau. Le bâtiment d'accueil, la gare, est la première intervention que les touristes verront en arrivant sur l’île. Il s’agit d’un centre d’info-touristique qui est placé sur la route empruntée par ces nouveaux arrivants. Puis, tout au long de leur périple sur cette île, ils apercevront des infobox. La communication entre la gare fluviale et les infobox se fera de façon interactive, mais aussi à l’aide de l’eau. Une expédition qui débute à la gare et qui fera le tour de l’île en s’arrêtant à chacune des infobox permettra aux touristes de connecter d’une façon différente avec l’île de Fogo. À la fin de leur périple, les touristes peuvent visiter la gare fluviale. Cette dernière consiste en un résumé abrégé de leur périple sur cette île.

18


19


20


Les infobox Elles sont réparties dans chacune des communautés de Fogo et elles sont situées à proximité de l’eau. On peut les voir comme un fragment qui s’est détaché de la gare fluviale. Chacun de ces fragments partis à la dérive s’accoste dans chacune des communautés de l’île de Fogo. La gare fluviale et les infobox forment donc un tout, un ensemble, une famille.

21


EMBARQU’EN BATEAU Atelier V . Fogo Island

Ce studio d’artiste implanté en surplomb d’une embouchure sur l’île de Fogo propose une expérience hors du commun pour la création. D’abord, la passerelle permet à l’artiste de se rendre jusqu’à l’entrée du studio, mais permet aussi aux marcheurs de franchir cette rivière tout en observant un paysage à couper le souffle. Inspirée des cordages d’un voilier, la structure à haubans permet à la fois de retenir la passerelle et le studio. L’intérieur, complètement ouvert sur deux côtés, propose une opposition entre deux paysages bien différents, soit l’océan et la terre vue d’une tout autre façon. L’occupation de l’épaisseur du plancher par quelques fonctions rappelle la cale d’un navire, permet de libérer la surface et ainsi laisser l’artiste habiter le studio comme il le désire. Une terrasse couverte est à la disposition de l’occupant pour bénéficier d’un espace extérieur, soit pour poursuivre sa création dans un environnement différent, ou tout simplement pour prendre une pause bien mériter tout en observant le paysage unique de «Fogo Island».

22


23


ALIZÉ Atelier V . Fogo Island en partenariat avec Jessica St-Sauveur

Le vent souffle sur l’île de Fogo et heurte les récifs côtiers en entraînant une partie de l’Atlantique avec lui. Étonnamment, ce phénomène purement naturel produit un spectacle sensoriel ô combien appréciable! On peut alors facilement s’y arrêter, le contempler, l’écouter, le sentir, rêvasser et même souhaiter s’y laisser bercer. Quand ce souffle parvient à se faufiler dans la crique, il caresse les eaux de Sandy Cove qui s’estompent peu à peu sur le sable de la plage... L’installation éphémère s’installe sur la péninsule de la plage dans la baie de Sandy Cove. Inspirée directement du spectacle côtier, elle offre la possibilité de s’y arrêter, de la contempler, de l’écouter, de la sentir, de rêvasser et même de s’y laisser bercer. Deux installations interactives permettent de s’y installer et de se laisser emporter contemplant le scénario offert par celle implantée directement dans les eaux de Sandy Cove.

24


Élévation frontale & Détails d’assemblage

Élévation latérale & Détails d’assemblage

25


LA SOUCHE Atelier IV . Intégration et formalisation de concepts

Résoudre un défi architectural en passant par le biomimétisme, pourquoi pas! À partir d’une souche bien ancrée au sol, les fourmis créent leur habitat, leur fourmilière. Ces dernières y aménagent des sentiers par excavation, et les résidus forment le monticule végétal autour de la souche. C’est ainsi qu’elles creusent des couveuses à la surface des parois végétales afin de capter le maximum de chaleur provenant du soleil pour favoriser le développement des embryons. Le bâtiment vise alors l’intégration d’ateliers de design dans une agglomération de cellules en périphérie d’un élément central, la souche. Ces «couveuses d’idées» sont positionnées de façon à bénéficier d’un maximum d’éclairage naturel tout en gardant un lien étroit avec l’élément primaire, la souche, source d’informations et base de l’enseignement du design au sein de l’école. Les deux grandes parois vitrées du côté urbain représentent une coupe de cette école, de cette «fourmilière». Cette paroi se doit d’être la plus lisse et la plus continue possible afin que l’on puisse voir apparaître les éléments coupés. Ces éléments traverseront la paroi vitrée et viendront créer un cadre à la surface du vitrage, exposant ainsi l’organisation interne de l’école.

26


27


Rez-de-chaussée . Rue Sainte-Hélène

Rez-de-chaussée . Rue Saint-Vallier

28


Niveau III

Niveau IV

29


COMPLEXE-HABITAT DU PARC LINÉAIRE Atelier II . Habitabilité et poésie de l’espace en partenariat avec Olivier Lessard

Le Complexe-Habitat du parc linéaire est un ensemble de logements construits au coin de la 1ere avenue et de la 41e rue. Ce projet d’habitat collectif veut tirer son épingle du jeu en attirant l’oeil des passants avec ses couleurs vibrantes, mais aussi pour donner un sentiment d’appartenance aux habitants du projet. Les plaques d’aluminium de différentes épaisseurs créent un jeu de lumière et un dynamisme à l’image du quartier et des habitants. Les cours arrières plus intimes offrent plusieurs espaces verts et aménagés dans le but d’y laisser, petits et grands, s’amuser, se divertir et échanger. Un café-bistro est installé au premier étage de l’unité du coin pour offrir aux passants et aux habitants un lieu où échanger, propice aux rencontres.

30


Individu

Protection

Cohabitation

Domination

Protection & Cohabitation

31


Élévation Est . Rue partagée

Coupe transversale . Rue partagée

32


Plan type . Rez-de-chaussĂŠe . 5 1/2

Plan type . Niveau III . 3 1/2

Plan type . Niveau II . 5 1/2

33


VERTIGO Atelier I . Apréhension et transformation du lieu

Le projet Vertigo est une installation dans le Vieux-Québec qui se doit de transformer le lieu dans lequel il s’insère. L’installation est mise en place directement sur les fortifications devant le Parlement. Le porte-à-faux permet aux visiteurs de voir les fortifications sous un tout autre angle, c’est-à-dire, dans le vide devant ces dernières. Par contre, pour pouvoir accéder à ce spectacle, il faut d’abord franchir le plancher de verre situé tout au bout de la passerelle. Les ouvertures au bas des murs guident le visiteur tout au long de son périple. De plus, les murs, constitués de poutres Vierendeel apparentes, assurent la solidité de l’installation en plus d’évoquer un sentiment de sécurité pour les visiteurs plus inquiets.

34


35


CONCOURS ET EXPOSITIONS

FALLINGWATER Objet 2017 . L’Objet mis à nu

38

PENINSULA HOUSE Exposition . Maquettes de précédents

40

PARESSEUX, PRENDS LES MARCHES Charrette verticale . L’École en boîte

42

37


FALLINGWATER Objet 2017 . L’Objet mis à nu en partenariat avec Janick Biron

Revisitant le rapport entre l’eau et l’outil de jardinage, FallingWater affronte les propriétés oxydantes du cuivre et les propriétés absorbantes du bois. L’objet propose une expérience d’arrosage hors de l’ordinaire pour vous et vos très chères plantes. FallingWater leur offrira une eau d’apparence plus légère que l’air, une eau soutenue d’un rien...

2e prix du jury Prix thématique . Ces 21 détails qui font la différence

38


39


PENINSULA HOUSE Exposition . Maquettes de précédents

Pour bien comprendre et pour bien analyser l’univers de l’habitation en architecture, l’atelier II, ayant pour titre : Habitabilité et poésie de l’espace, propose une première activité d’exploration en maquette d’un précédent architectural suscitant un intérêt et ayant des qualités particulières. La maison Penisula House de Sean Godsell située dans l’hémisphère sud en Australie propose une double peau composée de lattes de bois qui agissent comme pare-soleil. Cette double peau s’ouvre à des endroits stratégiques pour y laisser entrer la lumière et la ventilation naturelle. Son implantation à même la topographie crée une circulation longitudinale entre l’enveloppe du bâtiment et la double peau. Finalement, le long porte-à-faux intérieur abritant la chambre des maîtres crée une zone plus intime au rez-de-chaussée.

40


41


PARESSEUX, PRENDS LES MARCHES Charrette verticale . L’École en boîte en partenariat avec Louis-Xavier Gadoury, Sarah Lanoue & Nicolas Cloutier

La charrette «L’École en boite», comme son nom l’indique, exige l’utilisation de boîtes de carton, uniquement des boîtes de carton, pour modifier l’allure et créer un évènement unique dans un lieu de l’École d’architecture de l’Université Laval. L’ascenseur, un endroit plutôt froid et peu attrayant, du moins dans celui de l’école, semble un lieu tout indiqué pour y créer une installation qui surprendra les «paresseux» à l’ouverture des portes. Les coins de boîtes utilisés créent un rythme sur les parois de l’ascenseur en plus d’y laisser glisser la lumière d’une manière plutôt intéressante. L’instant d’un voyage entre les étages semble tout à coup plus agréable et, semble-t-il que les «paresseux» se multiplient...

2e prix du jury

42


43


PROJETS PERSONNELS

TERRASSE - POIRIER & TARDIF Aménagement extérieur . Saint-Augustin

45

46


TERRASSE - POIRIER & TARDIF Aménagement extérieur

Cet aménagement extérieur s’harmonise à la résidence conçue par un architecte afin de respecter le design tant apprécié par les habitants de cette demeure de Saint-Augustin-de-Desmaures. L’objectif principal de cet aménagement consiste à créer un réel prolongement entre la vie à l’intérieur et la vie à l’extérieur. Les trois toits sont, sans contredit, la signature architecturale de cette terrasse. Ils permettent de protéger les convives des intempéries durant les journées maussades et filtrent le soleil pendant les journées chaudes de l’été. Finalement, le décalage entre les trois niveaux de toiture permet de laisser passer la lumière afin de profiter d’un espace couvert, mais lumineux.

46


47


12, 4e avenue . App. 4 QuĂŠbec, Qc . Canada . G1J 2Y9 nicolas.jean.3@ulaval.ca 581 . 990 . 1455

Nicolas Jean . Portfolio ARCHITECTURE . 2018  
Nicolas Jean . Portfolio ARCHITECTURE . 2018  
Advertisement