Page 1

Portfolio

Nicolas Baechtiger Séléction de projets


Nicolas Baechtiger Chemin du reposoir 20 1007 Lausanne 28 juin 1990 Suisse Permis de conduire cat.A+B 0041 79 575 80 70 nicolas.baechtiger@gmail.com


01 05 15 27 33 45

Appréhender la lumière La villa urbaine Mixité sociale Une petite maison Campus Jazz Rock Berne Make it visible


Atelier Année 01

Prof. M.Svimberski V.Ortlieb 1ère année, Fribourg Suisse Rapide projet d’étude de la lumière

Mur béton, Halle industrielle, Lausanne


Dans la culture occidentale, la lumière semble être gage de qualité et de bien-être. Voici peut-être un principe hérité des modernes ou les volontés de clarté, d’air pur et de vues étaient de mise. Le désir d’habiter le paysage nous fit oublier à quel point son antagoniste, l’ombre, est essentielle. En effet une fois la lumière naturelle disparue, un habitat, une maison se doit de générer sa propre lumière. Le Corbusier nous disait avec beaucoup d’assurance que l’architecture est le jeu savant, correcte et magnifique des volumes sous la lumière. Faisant référence à l’ouvrage de l’écrivain japonais Jun’ichiro Tanizaki, l’éloge de l’ombre, la question de la valeur de cette dernière s’est alors posée. En effet, Jun’ichiro dépeint une réelle mise en lumière de l’ombre et de sa force, il prône la patine plutôt que la propreté occidentale. L’esthétique de l’ombre pour lui est une représentation de la beauté et de la simplicité à l’inverse de la clarté qui est selon lui, éblouissante et trompeuse. Imaginons les qualités spatiales et l’atmosphère particulière des shojis traditionnels ou les ombres se tapissent dans les angles et ou les feuilles de riz pincées entre deux cadres en bois atténuent et unifient la lumière; la rendant belle et diffuse. Il a ici été question d’explorer le thème de la lumière. Suite à un exercice intitulé «Un enclos, espace de rencontre» il nous a été demandé d’en faire une adaptation constructive. Vint alors la question de l’influence, d’une atmosphère, une «stimmung» particulière sur le comportement humain. Louis Kahn nous expliquait que l’on n’exprime pas les mêmes choses dans une petite pièce que dans une grande. L’approche ici est semblable et la conviction est de dire qu’une lumière particulière, tantôt douce, forte, tamisée, blottie, réconfortante ou dansante nous invite au partage. L’installation en photo à été crée grâce à un empilement de palettes formant une rampe s’enroulant sur elle même. L’éclairage comporte deux sources lumineuses transperçant l’installation.

in Western culture, light seems to be a guarantee of quality and wellness. Perhaps a principle inherited from modernists, is the desire to have fresh air and magnificent views. This ambition to live the landscape has perhaps made us forget how the antagonist, shadow, is essential. Once the natural light dissipates, a habitat or home must generate its own light. Le Corbusier taught us with great confidence that architecture is the masterly, correct and magnificent interplay of masses brought together in light. It is also in the work of the Japanese writer Junichiro Tanizaki, who praises shadow and shade, that the question of its value is raised. Jun’ichiro, in contradiction with the western world depicts a scene favouring shade and its strengths. The aesthetics of shadows are, for him, a representation of beauty and simplicity in contrast to light which is often dazzling and misleading. Imagine the spatial qualities and unique atmosphere of the traditional shoji where the shadows lurk in corners and where rice paper, confined between two wooden frames unifies and attenuates the light, diffusing it and making it beautiful. Thus, the theme of light was explored. Following an exercise entitled «An enclosure, a meeting space» we were asked to design our own constructive adaptation. First came the question of the impact of an atmosphere, a particular «mood» reflected on human behaviour. Louis Kahn explained that one does not express the same feelings in a small room than in a large one. The approach here is similar and the belief is that a particular type of light, whether soft, harsh, gentle, warm, comforting or dazzling invites us to settle and feel at ease. The installation pictured was built with a stack of pallets forming a ramp winding around itself. The playfulness of the light is created from two light sources piercing the construction.


01

Rapide projet d’étude de la lumière

Mur béton, Halle industrielle, Lausanne


Atelier Année 05

Prof. T.Urfer J.Zulauf 2ème année, Fribourg, Suisse Banlieue Bernoise, Köniz, Suisse La problématique d’une villa urbaine


Le terrain d’expérimentations et de réflexions que soulève cet exercice sont ceux des questions brûlantes de la condition et de l’état de nos agglomérations suisses. En effet les périphéries urbaines ne cessent de s’étaler rongeant ainsi toujours plus le territoire. La ville de Berne, capitale politique, a accusé comme bon nombre de villes un très fort développement démographique entraînant l’étalement du tissu bâti alentour et parfois même leur rencontre. Nous nous intéresserons ici à l’agglomération bernoise de Köniz qui se présente comme un cas dynamique du développement urbain «conscient». En observant l’état de croissance de nos villes la question de la densification de l’habitat se pose inexorablement. Ainsi, la thématique de la villa urbaine semble se proposer comme étant un élément de réponse à ces questions. Elle se définit comme étant un immeuble résidentiel collectif de taille moyenne dont le plan présente un caractère rayonnant. Dans le champs de l’habitat collectif commun contemporain, la villa urbaine répond en particulier à l’aspiration largement répandue d’un habitat «libéré» et surtout plus individualisé à proximité de la ville et de ses services. De nos jours l’urbanisation des périphéries et la critique croissante faite à la dispersion du modèle pavillonnaire semblent favoriser l’émergence de types résidentiels alternatifs de densité moyenne. En effet sur une surface égale plusieurs logements prennent place. Cet alternative s’inscrit dans le sillage d’une conscience plus respectueuse de la nature. Le modèle de la villa urbaine offre la possibilité d’un urbanisme plus ouvert sur les conditions de nature en offrant souvent une interaction étroite entre le bâti et la végétation. Un autre point essentiel est de considérer la villa urbaine comme un espace vécu. Un de ses intérêts majeurs réside dans le caractère et l’atmosphère de ses espaces avec leur «Stimmung» particulière.

This exercise raises, through the means of experimentation and reflection, pertinent questions concerning the condition and status of our Swiss cities. The urban suburbs are constantly expanding and spread over an ever larger territory. The city of Bern, the capital, one of many cities with a very strong demographic development, must resolve the vast problem of a rapidly spreading urban fabric and their possible junctions. In this exercise we focus our attention on the region of Köniz in Bern, which is a brilliant example of «conscious» urban development. By observing the growing state of our cities the issue of housing densification arises. Thus, the theme of the urban villa seems to offer a partial answer to some of these questions. This project is defined as a collective residential building of average size, of which the floor plan is orientated in multiple directions. In the field of contemporary collective housing, urban villas respond in particular to the widespread yearning of a «liberated» environment and are, above all, better customized to the city and its services. Today, the urbanization of the suburbs and the increasing criticism of the dispersion of the suburban model promotes the prominent need of alternative residential housing. This alternative comes hand in hand with a more respectful awareness of nature. The model of the urban villa offers a more detached nature of planning conditions which often results in a close interaction between the construction and surrounding vegetation. Another key point is to consider the urban villa as an actual living space. One of its main advantages lies in the character and atmosphere of its spaces and their particular «moods».


05

Banlieue Bernoise, Köniz, Suisse La problématique d’une villa urbaine


La parcelle, en forte pente, se positionne en direction du nord-est au dessus d’un centre scolaire et d’un petit bois. La construction d’un objet bâti sur un terrain en pente questionne la pertinence du choix de l’implantation et des solutions constructives adoptées. Le parti pris est de se détacher de la rue pour s’inscrire dans l’esquisse d’une organisation de quartier en quinconce. L’on obtient un rapprochement aux conditions de nature et un apport de lumière facilité. Le plan s’organise au moyen de différentes imbrications offrant ainsi des appartements s’étalant sur plusieurs niveaux et jouissant de toutes les orientations.

The plot, on a steep slope, faces the northeast and overlooks an academic centre and a small forest. The construction of an object on a strong slope questions the relevance of the choice of location and requires particular constructive solutions. The chosen methodology is to stand free from the street and to be part of the plan of a staggered neighbourhood organization. The relation to nature is more intimate and facilitates the procurement of light. The plan is organized using various interlocking volumes offering unique apartments with several floors.


07

Schéma d’imbrication Gch. plan de situation 1_1000


« Par l’urbanisme et par l’architecture, les sites et le paysage peuvent entrer dans la ville, ou, de la ville, constituer un élément plastique et sensible décisif. Un site ou un passage n’existe que par le truchement des yeux. Il s’agit donc de le rendre présent dans le meilleur de son ensemble ou de ses parties. Il faut tenir en main cette source de bénéfices inestimables. Un site ou un paysage sont faits de végétation à portée im-

médiate, d’étendues lisses ou accidentées, d’horizons lointains ou à bout portant. Sa présence sera toujours ressentie aussi bien dans ce qui entoure le volume bâti que dans les raisons qui, pour une part importante, ont déterminé la forme du volume bâti lui-même». Le Corbusier Manière de penser l’urbanisme Paris, 1946


09

Plan d’imbrication Gch. photo de maquette 1_500


11

Coupe, Facade 1_500 Gch. photo de maquette


D’un point de vue constructif, cette villa urbaine est composée d’une structure en double mur béton. Il a alors été enrichissant de pouvoir en étudier ses principes et sa physique. Ce choix constructif en principe onéreux permit l’obtention d’embrasures profondes, à l’image d’une niche sur laquelle l’on viendrait s’asseoir un instant.

From a constructive point of view, this urban villa is built with a double concrete wall. It was enriching to be able to analyse its structural principles and physical attributes. This constructive decision, although expensive is necessary to obtain the depth of window frame desired to be used as an inside alcove in which one can sit.

En façade un traitement structurel du béton en trois parties distinctes a été proposé de sorte à pouvoir reconnaitre de manière subtile la position de chaque appartement sur chacune des façades en fonction de la lumière naturelle portée sur celle-ci.

The image of the facade is the result of a structural process designed in three distinct parts. The aim is to be able to subtly acknowledge the position of each apartment depending on the natural light reflected off it.


13

Photo montage, embrasure de fenĂŞtre Planche constructive


Banlieue Bernoise, Köniz, Suisse Projet de logement collectif

Prof. T.Urfer J.Zulauf 2éme année, Fribourg, Suisse

15

Atelier Année


La question du logement collectif. Dans un petit pays comme la Suisse, situé au centre de l’Europe et de ses flux, dont les deux tiers de la superficie sont des zones montagneuses, le débat autour d’un développement territorial « voulu » devrait logiquement occuper une place de choix.

Collective housing. In a small country like Switzerland, situated in the centre of Europe where two-thirds of the surface is mountainous, the debate around the desired territorial development comes with a certain gravity and must be treated with responsibility.

Ce projet nous propose d’approcher la question du logement collectif. Il s’agit d’une longue parcelle étendue le long d’une route. A l’ouest nous trouvons un quartier de type résidentiel composé uniquement de logement alors qu’à l’est se succèdent une route, une ligne de voie de chemin de fer et le vestige d’un fragment de ville initialement dédié à la production et à l’industrie.

This project approaches the issue of collective housing. The plot consists of a long strip of land which runs along a road. To the west is a residential neighbourhood consisting solely of houses and apartments. To the east is a railway track and the remains of a town which was once dedicated to the production industry.

Très vite le choix de l’implantation s’est porté sur une immense barre s’entendant de bout en bout de la parcelle. L’effet produit par ce geste est une requalification du front bâti en y apportant une façade continue sur rue et de l’autre coté, offrir un espace de nature à la ville et aux habitants, coupé des nuisances. Le programme se compose essentiellement de logements privés de deux, trois et quatre pièces repartis selon deux étages type alternés par étage. Le rez de chaussée se compose d’ouvertures à l’image d’un filtre, d’espaces communs, d’un petit restaurant, d’une crèche, de bureaux ainsi que de divers ateliers aménageables en fonction de l’affectation souhaitée.

From the very first stages, the project found clarity in the form of a long bar stretching from one end of the plot to the other. The aim of this action is to requalify the frontal image providing a continuous facade along the street and presenting, on the other side, a green area for the city and the people, that also softens noise pollution. The program is primarily composed of private dwellings of two, three and four rooms distributed into two different plan types alternating from floor to floor. The ground floor consists of filter-like openings, common areas, a small restaurant, a nursery, offices and various ateliers convertible depending on the desired assignment.


15

Banlieue Bernoise, Kรถniz, Suisse Projet de logement collectif


L’attitude typologique s’articule en bandes au travers du bâtiment. Coté jardin nous trouvons les espaces de jour puis une bande technique et de services pour s’ouvrir à l’est sur une dernière couche accueillant les espaces de nuit. Une pièce centrale reste libre afin que chaque utilisateur puisse librement se l’approprier. Elle deviendra tantôt une bibliothèque, tantôt une chambre, une salle de lecture, un bureau ou simplement rien et ainsi jouir d’un bel espace traversant. L’avantage d’une telle organisation est la facilité de transformation des espaces en s’appropriant soit une chambre à droite soit une chambre à gauche; les appartements varient ainsi du deux au quatre pièces. Cette barre se compose en réalité de sept immeubles juxtaposés reliés par un rezde-chaussée accueillant les fonctions collectives et publiques renforçant le principe de mixité sociale.

The interior typology is organised in strips throughout the building. On one side, you can find the day time areas which open onto the garden. A technical strip containing vertical shafts and services open to the east onto a final layer containing the night time spaces. A central space remains detached so that users can use it freely and make it their own. It can become a library, a bedroom, a reading room, office, or simply nothing and one can simply enjoy a beautiful space. The advantage of this spatial organization is the ease at which one can personalise a room to his/her needs. The apartments range in size from 2 to 4 rooms. This bar actually consists of seven juxtaposed buildings linked together by a common ground floor containing the public functions and reinforcing the theme of social diversity which is so prominent throughout this project.


17

SchĂŠma de distribution Gch. plan de situation 1_1500


19

Plan rez-de-chaussĂŠe Plan ĂŠtages 2, 4 et 6


Dans une situation aussi tranchée la question de la façade semble cruciale. Elle est l’expression de l’ouvrage, son visage, sa peau. En analysant certains projets de logements collectifs de grande dimension à l’image de la façon danoise; les projets du Vestersohus ou encore du Hornbaekhus du célèbre architecte Kay Fisker ont été d’une grande inspiration. En effet Kay Fisker s’est intéressé et ce par la force des choses aux questions de la domesticité de ces grands ouvrages de logement. L’on observe plus particulièrement dans le cas du Hornbaekhus ce traitement différentiel de la domesticité entre la façade intérieure de l’îlot ou la domesticité est pleinement assumée et la façade extérieure travaillée à l’image d’un tissu.

In a situation as unique as this one, the facade becomes crucial. It is the front page, the face, the skin. By analysing several, large scale, public housing projects in Denmark; The projects of the Vestersohus or even the Hornbaekhus by the famous Danish architect Kay Fisker were a great inspiration. Kay Fisker took a particular interest in the problems of domesticity and sought after solutions in these great projects. in the case of Hornbaekhus this differential treatment of domesticity is between the interior facade of the block, where the domestic image is conspicuous and the external facade which is inspired by the image of surrounding fabric.


21

Coupes aux extrémités Gch. Photomontage, contexte fictif


23

Facade sur rue Gch. Coupe constructive


25

Photomontage faรงade sur rue


Une géométrie génératrice Corseaux, sur les rives du léman

Prof. T.Urfer J.Zulauf 2éme année, Fribourg, Suisse

27

Atelier Année


L’aventure de ce petit travail de recherche s’est présentée comme une magnifique opportunité de plonger dans la pensée corbuséenne et d’en saisir plus finement les tenants et aboutissants. Au cours d’un travail d’analyse, il nous a été demandé de nous concentrer sur la question des tracés régulateurs développés par Le Corbusier pour construire la fameuse Villa le lac de ses parents. En parlant du Corbusier, il est à mon sens toujours important de garder en tête que chaque grande histoire comporte une zone grise entre la saga et la réalité. Après de longues journées passées à feuilleter, revues, essais, articles et livres en tout genre, nous avons pris la décision de contacter l’actuel conservateur de la Villa le lac. Celui-ci à bien voulu nous ouvrir les portes de la villa et nous y laisser travailler à notre guise. Après avoir effectué un relevé millimétré nous nous sommes attelés à la lourde tâche de l’analyse. Comme seules pistes, un article donnant quelques mesures indicatives et une phrase de le Corbusier nous disant qu’un bon plan de maison commence à la tringle à rideaux. Nous avions deux indices, un pour le plan et un pour la coupe. L’année de la réalisation de la petite villa s’inscrit dans un contexte historique lourd et mouvementé. Après les horreurs de la première guerre mondiale, l’humanité est blessée. Elle a besoin de nouveaux repères. Les idéologies se réorientent. Dans le domaine de l’architecture on observe une remise en question des acquis. Les styles issus des académies classiques sont confrontés à de nouveaux courants de pensée. Ceux-ci, plus radicaux, sont à la recherche des vérités de leur époque. De nombreux mouvements artistiques d’horizons confondus et d’avant garde se font entendre. Un vent de nouveauté souffle sur l’Europe. Charles Edouard Jeanneret, dit Le Corbusier, se présente aujourd’hui comme une figure emblématique du mouvement architectural moderne.

Une prise de conscience, 1923. Suite à la parution de son recueil d’essais, Le Corbusier remet en question la problématique de l’habitat moderne. Il constate et admire les progrès fulgurants de l’ingénierie et de sa nouvelle esthétique et déplore profondément le manque d’innovation de ses collègues architectes. Pour le bien de l’Homme, il faut se séparer des vieux outils développés par l’architecture de style. Il prône un certain fonctionnalisme ainsi qu’une architecture à l’échelle humaine. Un plan devrait être exact et idéalement conforme à l’usage que l’on en espère. A la poursuite d’une architecture plus vraie, il développe différents thèmes visant à améliorer le quotidien de l’Homme. Nous en retiendrons un en particulier, celui de la machine à habiter. Ce thème se présent sous la forme d’une idée: un logement idéalement conçu au service de l’Homme, un outil, un moyen de se simplifier l’existence et non un objet d’avilissement. Souvenons-nous que la question de la «machine» avait alors une connotation très positive bien loin de celle que l’on peut en avoir aujourd’hui.


27

Une géométrie génératrice Corseaux, sur les rives du léman


L’origine des tracés régulateurs nous renvoie à la notion du temple primitif. Il s’agit d’une notion fondamentale pour comprendre l’essence même du tracé régulateur. Le Corbusier nous donne l’exemple du temple primitif où il explique la manière dont l’Homme a organisé sa maison, son temple.

sied, il semble à sa convenance, à ses aises. L’Homme a créé au moyen du module le plus évident, un ouvrage à son échelle. De plus, il faut comprendre que les gestes formels ne sont pas innocents. Le choix de l’angle droit, de la géométrie primaire lui a permis de se rendre compte qu’il créa quelque chose, qu’il ordonna quelque chose au milieu du désordre.

«C’est le plan d’une maison, c’est le plan d’un temple»

«La géométrie est le langage de l’Homme»

Vers une architecture, Le Corbusier, éd. G. Crès, 1924

Vers une architecture, Le Corbusier, éd. G. Crès, 1924

L’on comprend qu’il n’existe pas d’Homme primitif. Dans les faits, seuls les moyens le sont. Ce plan et la coupe qui en résulte sont régis par une géométrie primaire.

Ce geste, fondamentalement contre l’arbitraire génère des rythmes. Cela nous rassure. Le Corbusier nous parle de rythmes sensibles à l’oeil, clairs dans leurs rapports. Ils semblent raisonner en nous-même comme un écho, une fatalité organique qui pousse les enfants, les vieillards, les hommes de science ou les sauvages à instinctivement tracer des sections d’or. Pour finir l’on comprendra qu’un module mesure et unifie et qu’à l’inverse, un tracé régulateur construit et satisfait.

En effet, cette géométrie offre au travers de ses mesures un ouvrage utile, solide et bien conçu. L’architecte de ce temple primitif, c’est l’Homme avec les mesures qu’il maîtrise le mieux, à savoir les siennes. Sa main, son pied, son coude ou encore sa foulée sont ses outils. En agissant ainsi, l’Homme a choisi un module. Il apporte de l’ordre dans sa construction. Cet ordre règle l’entier de l’ouvrage. En imposant ses propres mesures, il génère un ouvrage qui lui


36

42

29

Croquis extrait d’une «petite villa» Gch. le temple primitif


On remarque que Le Corbusier avait le souci d’une architecture faite pour l’Homme. Il nous présente encore aujourd’hui sa pensée visionnaire de l’époque au travers de son gigantesque héritage architectural. La villa le Lac peut être perçue comme une étape charnière pour Le Corbusier. En effet, entre ses murs se logent les fondements des préoccupations majeures de son oeuvre. Cette maison projetée pour ses parents est un véritable théâtre d’expérimentations. Très vite, Le Corbusier se soucia de l’état de l’architecture de son temps. En réaction aux incohérences de ses contemporains, il rechercha une architecture plus honnête, à l’échelle humaine. Prônant ainsi un retour au but fondamental de l’architecture: construire pour l’Homme en adéquation avec ses besoins. Le but fondamental faisant chez lui écho avec la géométrie primaire, c’est-à-dire celle des formes simples, perceptibles et mises en valeur par la lumière. Entrant en profond désaccord avec l’architecture de style maladroitement forcée par les académies classiques, il dira même en parlant de cet héritage (détourné du classicisme) qu’il était vivant et magnifique à son origine et qu’il n’en reste plus que des cadavres aujourd’hui. Il nous exprime par là sa profonde admiration pour l’architecture classique, la vraie architecture où la symétrie n’était pas gratuite et son dégoût pour les dérives stylistiques de ses contemporains. Très vite il reconnaît la grande force de l’ingénierie et de son esthétique. Il admire l’utilisation de formes géométriques simples sur le plan formel et la complexité de la mathématique sur le plan du psyché. Le pragmatisme et la méthode de cette approche répond à ses préoccupations. Il nous explique qu’il n’y a rien de pire en architecture que la gratuité d’un geste arbitraire. Dans sa conception et comme il nous l’explique au travers de son essai sur le temple primitif, il existe quelque chose d’instinctif, d’indicible en nous tous qui nous pousse à tracer des sections d’or et à privilégier l’angle droit. Il est nécessaire de faire de l’ordre. L’homme lui même en choisissant ses propres proportions comme unités de mesure, ordonne,

règle et organise son environnement. Il créa la notion du module. La petite maison peut-être considérée comme une véritable machine à habiter. Rappelons qu’il s’agit d’un moyen pour faciliter le quotidien de l’Homme en réduisant les éléments nécessaires à son bien-être au stricte minimum et en optimisant les espaces le tout en proposant une grande liberté. Le terme de machine est donc à comprendre dans ce sens positif et non comme nous pourrions l’entendre aujourd’hui. On retrouve également dans la petite maison trois des cinq point qui définiront plus tard les principes de son architecture moderne. A savoir, l’usage d’un plan libre, le toit-jardin et la fenêtre en bande. De plus on ressent très fortement le soucis d’une architecture à l’échelle humaine, de proportions justes, d’une géométrie perceptible et d’un plan fonctionnel ou aucun centimètre carré n’est perdu. Il est important de noter que Le Corbusier établit ses principes bien après la construction de la villa le Lac (1923). Certaines incohérences chronologiques sont à prendre en compte lors des lectures de Le Corbusier. Par exemple lorsqu’il nous dit dans «la petite maison», écrit en 1954, que les deux mètres cinquante sont «réglementaires» alors que cette hauteur ne correspond pas à celle de la petite villa. Aurait-il oublié ou est-ce une omission consciente? Nous avons pu constater que dans la petite maison nous retrouvons les prémices de nombreuses de ses idées telles que l’utilisation du nombre d’or (un rapport approchant est très souvent retrouvé); la volonté de réguler le plan et la coupe au moyen de tracés régulateurs pour plus d’harmonie; la question des limites de l’habitation et peut-être même les preuves que dans son esprit trottait déjà le modulor. Quoiqu’il en soit la beauté de l’intention a conduit toutes les opérations. La beauté des choses simples, des formes primaires et toutes les petites étincelles qui enflammeront ses idées, le porteront tout au long de sa carrière. Son credo est que la nature est mathématique; que les chefs-d’œuvre de l’art sont en consonance avec la nature; ils expriment les lois de la nature et ils s’en servent.


GENERATRICE

GEOMETRIE 31

«une géométrie génératrice»

Couverture du petit livre d’analyse,

UNE BAECHTIGER NETTLETON


Ville de Berne, fischermätteli, Suisse Campus Jazz Rock Berne

Prof. M.Boegli, A.Kramp 3éme année, Fribourg, Suisse

33

Atelier Année


Le site du Campus Jazz Rock Berne se trouve dans la périphérie du centre ville. Son quartier, le Fischermätteli se situe dans un contexte très hétéroclite. La Freiburgstrasse, limitant notre parcelle au nord, est une entrée majeure dans l’agglomération Bernoise. C’est en même temps une des trois connexions du quartier de Bümpliz avec la Ville de Berne. Le chemin de fer fait une grande boucle depuis la gare de Berne jusqu’au site. Il se divise ensuite en deux axes, un premier menant à Schwarzenburg via Köniz, et l’autre vers Thoune via le Gürbental. Sur la parcelle proposée, se trouve un entrepôt de bus construit dans les années 1947 qui est encore aujourd’hui en fonction. En 1974, le centre d’entretien «Freiburgstrasse» est construit. A proximité immédiate de la parcelle l’on trouve des accès à l’autoroute, aux trains, bus et tram. Les sites du Weyermannshaus, du Stöckacker ou de Ausserholligen étaient autrefois couverts de ruisseaux, de marais et d’étangs. Ces bassins naturels servaient jadis de lieux de baignade et de patinage. La plupart des étangs ont été comblés ou détournés. La Stöckackerstrasse fut crée dans les années 70 lors de la construction de l’autoroute N12 Fribourg-Berne. Le viaduc autoroutier construit en 1974 représente une des césures les plus significatives dans l’ouest bernois et sépare encore aujourd’hui les tissus urbains de Berne et de Bümpliz. La Freiburgstrasse est l’une des plus longues routes sortant de Berne vers l’Ouest. Son caractère est multiple et varie de l’urbain au résidentiel, de l’industriel à l’artisanal, du périphérique au campagnard. Ces dernières années diverses interventions ont amenée une lente requalification de la Freiburgstrasse. Il est important de noter que la zone autour de l’Europaplatz est l’un des pôles de développements économiques du Canton de Berne et va fortement évoluer ces prochaines années.

The location of the Jazz Rock Berne Campus is located in the down town outskirts. This neighborhood, the Fischermätteli is located in a very heterogeneous environment. The Freiburgstrasse, limiting our parcel to the north is a major entrance in the city of Berne. It is also one of the three major connections to Bümpliz. The railway makes a large loop from the Bern central train Station to our site. It is then divided into two main axes; one to Schwarzenburg via Köniz, the other towards Thun via Gürbental. On the chosen parcel lies a bus warehouse built in 1947 which is still in operation. In 1974, the «Freiburgstrasse» service center is built. A motorway access, a train station, various busses and a tramway are found in the immediate surroundings of the parcel. The Weyermannshaus along with the Stöckacker or Ausserholligen were once covered by streams, marshes and ponds. These natural basins were once used for swimming and ice skating. The Stöckackerstrasse was created in the 70s during the construction of the N12 motorway Bern-Fribourg. The motorway viaduct built in 1974 is one of the most significant caesura and today still separates the urban tissues of Bern and Bümpliz. The Freiburgstrasse is one of the longest street. Its character is diverse and ranges from urban to residential, industrial to artisanal, sub-urban to the countryside. In recent years various interventions have brought a slow redevelopment of the Freiburgstrasse. It is important to acknowledge that the area around the Europaplatz is an economic development pole and will change substantially in the up coming years.


33

Ville de Berne, fischermätteli, Suisse Campus Jazz Rock Berne


Comme précédemment mentionné le Fischermätteli se trouve dans la périphérie du centre de Bern dans un contexte urbain très hétéroclite. A proximité du site d’étude se trouvent une multitude d’affectations, de points remarquables très fortement structurants en regard du tissu bâti. En termes de flux, le site d’analyse se trouve très fortement contraint. On y observe à l’échelle de la ville un nœud fait de grands axes de circulation. Une autoroute , des voies de chemin de fer, des routes de toutes catégories, des voies de bus, un tram. Ce site en somme peu accueillant se complexifie encore lorsque l’on en fait l’expérience sensorielle. La multitude de strates que dégagent les différentes voies de circulation le rendent complexe et peut-être même quelque peu hostile. En regard du programme de re-dynamisation de la ville de Bern, nous tenterons de y trouver une manière «adéquate» d’intervenir.

As previously mentioned the Fischermätteli neighborhood lies in a very heterogeneous urban context. Close to our interest site, various numbers of functions, remarkable objects or situation with a strong structuring effetc are to be found. In terms of flow, the analysis site is heavily constrained. We can find a highway, a railway, various roads of all categories, bus lanes and even a tram. This site basically unwelcoming gets even more complex when you make it a sensory experience. In fact a multitude of layers appear as a result of this strong circulation flow convergence. The area becomes very complex in terms of urban planning and maybe somehow a little hostile. In the means of the revitalization program that the city offers to this area, we will try to find an «appropriate» way to intervene.


35

Plan rez-supĂŠrieur 1_500 Gch. plan de situation 1_2000


Après de nombreuses heures de documentation et une approche minutieuse du site, la situation s’éclaircît peu à peu. La forte verticalité de ce dernier ainsi que son puissant jeu de niveaux et de mouvement m’a tout d’abord rappelé le mouvement des architectes utopistes et de leur villes verticales qui aura survécu tant bien que mal pour refaire surface dans certaines régions du monde telles que Singapour ou les questions d’hyper-densité ou de la ville verticale sont très au fait de l’actualité. (Les bureaux de Woha ou Sparks en sont de bons représentants) Bien entendu, aussi certaines œuvres cinématographiques comme le célébrissime «Métropolis» de Fritz Lang ou encore «Blade runner» dans une adaptation plus récente. Un site donc perçu comme très dynamique en termes de flux «mobiles» et paradoxalement désert. Il n’est pas un lieu ou l’on réside mais un lieu ou l’on ne fait que passer. Un site fortement structuré par les éléments construits. Un site qui doit être activé. Ainsi naquit la volonté de s’inscrire dans cette «verticalité» et de proposer un point d’accroche visuel. Le projet prends alors la forme d’une tour, rayonnante et s’élevant dans le but de participer aux éléments structurants du site. L’implantation propose de chercher un rapport structurant mais distant avec le site laissant la liberté à ce dernier de pouvoir évoluer. La tour et la halle forment ainsi un duo contraire entre un élément très horizontal et un autre, lui, résolument vertical. Le projet se concentre essentiellement sur cette relation et sur les espaces générés et/ou dégagés autour. Les dépôts et atelier de Bernmobil seront retirés pour offrir un nouvel espace public au terme de cet Europaplatz maussade.

After many hours of documentation and careful resarach, the situation gradually clears up. The strong verticality as well as the important level mixity and its dynamic initially reminded me of the utopian architectural movement with their vertical cities that, somehow survived to resurface in some regions of the world such as Singapore where they face hyper-density issues and where the question of a vertical city is sizzling question. (The Sparks or Woha offices are good examples) Of course, famous movies like «Metropolis» by Fritz Lang or «Blade Runner» in a more recent adaptation came to my mind. This site is therefore seen as very dynamic in terms of «mobile» flow and remains paradoxically desert. It is not a place where one resides but a place where people come and go and never stay. This site needs to be activated. All these elements generated the desire to be part of this strong «verticality» and be able to offer a visual hook in the landscape. The proposed idea was to create a distant but structuring relationship between the elements leaving the site free to evolve. The tower and the hall form a duo composed by a very horizontal element and another truely vertical. The project focuses mainly on this relationship and the spaces generated or freed around. The hangar and the Bernmobil building will be removed to provide a new public space at the end of this gloomy Europaplatz.


10

Studio

plans du 11ème au 5ème étage

Concert

37

11

9

Atelier

8

Pratique

7

Pratique

6

Pratique

5

Polyvalent


La tour accueillant l’école se génère selon un plan carré de 26,6m par son égal. Le plan est normé selon une trame au module de 17.5 cm.

The tower hosting the school is generated by a 26,6m square plan. The plan is standardized according to a 17.5cm module.

Cela permet une organisation pratique et agréable de l’ensemble. Chaque mesure se comptera donc en multiple de 17.5; les marches d’escalier, la hauteur des prises électriques ou encore la hauteur des poignées de portes à 105cm.

This trick allows a convenient and enjoyable organization of the whole. Each measure is therefore counted in multiples of 17.5; the stairs, the height electrical outlets or the height of the door handles to 105cm.

L’organisation verticale propose des regroupements programmatiques comportant des relations entre les parties a l’image de strates. La disposition des noyaux génère différents plans qui ont la possibilité d’être tantôt denses et compactes, tantôt traversant et fluides en fonction des besoins du programme. Les deux noyaux de circulation permettent d’accueillir chacun une gaine technique. Ils sont directement reliés à la zone des classes possédant un faux plafond. l’organisation typologique du projet permet une distribution directement depuis les gaines dans les classes. Le local technique est prévu au sous sol avec l’espace de stockage du matériel du personnel du campus.

The vertical organization offers programmatic groupings including relations between the parties. A stratified model. The arrangement of nuclei generates various plans that have the possibility of being sometimes dense and compact, sometimes open and fluid to suit the needs of the program. The two circulation cores can accommodate a large technical sheath. These sheaths are directly related to the classrooms with a double ceiling. The technical rooms are provided in the basement with storage spaces for the campus staff.


3 Théorie

2 Théorie

1 Restaurant

0 Accueil

-1

-2

Bibliothèque

Technique

Plan du 4ème étage au deuxième sous-sol Gch. Photomontage de la bibliothèque

Administration

39

4


La halle de dépôt se présente comme une perle sur son écrin. Nous pouvons lui reconnaître un certain caractère d’Acropole posée sur son socle. De manière générale, les halles qu’elles soient commerciales, techniques ou industrielles, souvent, fascinent par leur volumétrie. Celle-ci est rythmée par une série de cadres en béton disposés chaque sept mètre. Son volume immense ainsi que sa spatialité fascinent. Aussi, de tels volumes au sein d’une ville sont souvent rares et pourtant au combien précieux. Ce sont là, autant d’argument qui m’ont poussé dans un premier temps à vouloir enterrer une partie du programme à l’intérieur de celle-ci dans le but de la conserver. Ce cheminement m’aura finalement conduit à y proposer un programme très polyvalent fait de modules démontables et mobiles à organiser selon les besoins acoustiques et d’espace. La Halle devient tantôt un immense volume vide, une salle de concert rock, une salle de concert pour des fêtes animées, un hall d’exposition, un hall de réception, un comptoir, un marché, une salle de comédie, un lieu de festival ou tout simplement un volume à disposition de la ville et de ses habitants.

The bus deposit hall is as a pearl on its case. We can recognize an acropolitan character like a jewel placed on its base. In general, commercial, technical or even industrial halls are ofter fascinating by their volume. This hall is punctuated by a series of concrete frames placed every seven meters. Its huge volume and spatiality is fascinating. Such volumes within a city are often rare and yet very precious. All these arguments led me at first to want to bury part of the program under it in order to preserve its structure. This path would eventually lead me to propose a totally free program composed of mobile and removable modules in order to organize and structure the space according to the space and acoustical needs. The hall so becomes a huge void volume, a rock concert hall, a concert hall for lively festivals, an exhibition hall, a reception hall, a bar, a market place, a play room, a place of festival or just a volume available to the city and its inhabitants.


Exemple d’affectations de la halle Gch. Impression photo de la halle Hall d’exposition

Grand marché couvert

Hall de Gala

Concert de rock star

41

Concert classique


en coupe. La solution d’angle enrobe également le porteur intérieur le laissant apparent depuis les classes en veillant aussi à couvrir le joint.

La stabilité globale de la tour est assurée par les deux noyaux porteurs faisant office d’éléments rigides et contreventants. Les dalles d’étages portent depuis les noyaux jusqu’en façade sur un peu plus de huit mètres. Elles reposent alors sur un retour de béton préfabriqué générant le linteau entre les poteaux allongés en façade eux aussi porteurs.

The overall stability of is provided by two bearing ting as rigid and bracing The slabs are bearing from to the facade on a little eight meters.

La proposition de façade est un assemblage d’éléments préfabriqués.

The facade proposal is an assembly of prefabricated elements.

Une vue de face proposera un marquage vertical plus important alors qu’une vue sur l’angle manquera d’avantage les horizontales.

A front view proposes a more vertical marking while a view on the angle exposes a more horizontal perception.

La façade se décompose en de nombreux plans offrant ainsi un riche jeu d’ombres et de lumières. Le préfabriqué est une méthode rapide et efficace pour des éléments produits en série. Une attention particulière a été portée au détail de jointure afin qu’ils ne se marquent de manière verticale en façade. En effet, chaque élément s’étend sur une trame en plan et deux en coupe. La solution d’angle enrobe le porteur intérieur, le laissant apparent de l’intérieur.

the tower cores acelements. the cores more than

They then rely on a precast concrete returns generating the lintel between the elongated bearing columns.

The facade is divided into many plans offering a rich play of shadows and lights. Precasting is a fast and efficient method for mass-produced items. A particular attention was paid to the joints. They are marked vertically on the front. Indeed, every element is two storey high and a windowframe wide. The corner solution wraps the coated carrier, leaving it visible inside.


Coupe constructive et extrait de façade Gch. Principe des éléments préfabriqués

Atelier Boegli - Kramp_ Nicolas Baechtiger

43

Travail de bachelor 2015-2016

coupe constructive ech. 1/20

façade ech. 1/20


45

Arrête rocheuse, Zermatt, Suisse Make it visible, un poste de haute montagne

Atelier Année Dr. Luís Conceição Prof. R.Sambado 3éme année, Portimao, Portugal


Ce rapide projet d’une semaine proposait de concevoir un poste d’observation. Ma grande affinité pour la montagne m’a alors poussé à projeter une petite tourelle dans des montagnes que je connais bien. Le projet s’implante à Zermatt sur un promontoire naturel dominant la vallée et le village en contre bas. Ce promontoire est le début d’une longue arrête passant par l’une des cabanes majeures pour l’ascension au Cervin, la Hornlihütte. Le projet se positionne ainsi le long d’une voie stratégique. En plus de sa fonction de poste d’observation, cette petite tourelle opère tel un phare accroché à son rocher, scintillante le jour et brillante la nuit. La méthode adoptée a été d’observer attentivement nos anciennes constructions appelées «raccards» ou «mazots» afin d’en retirer l’essentiel. Il s’agit le plus souvent d’un plan carré très simple parfois complémenté d’une annexe. Le parti pris à été d’en extraite les éléments fondamentaux et de les retravailler. On observe une partie de socle, en pierre sèche extrudée qui accueillera les fonctions techniques et de services. Le vide d’aération originellement utile pour mieux ventiler ce que l’on y entreposait et garder les rongeurs à distance se transforme en plateforme d’observation ouverte à troiscent soixante degrés. La dernière partie, «le chalet» est réduit à une forme minimale, les avants-toits sont coupés et seuls deux ouvertures, une en façade et une en toiture sont ajoutées. Le revêtement intérieur est boisé alors que l’extérieur est recouvert de tôles aluminium scintillantes au soleil. Cette petite tourelle minimale d’un plan carré de 3.6,m par 3.6m est faite pour observer et être observée.

This rapid one week project proposed to design an observation post. My affinity for the mountains, pushed me to conceptualize a small turret. The project is implanted in Zermatt on a natural promontory overlooking the valley and the village. This promontory is the beginning of a long path to a major cabin on the way to the summit. The project is positioned along this strategic path. In addition to its function as an observation post, this small turret operates like a beacon clinging from his rock, glittering by day and shining by night. The method adopted was to carefully observe our ancient constructions called «raccards» or «mazots» in order to find the most defining aspects of them. The plan is usually a simple square sometimes supplemented with a rectangular annex. There is a base part made out of dry stone. The extrusion of this part will host the technical functions and services. The originally useful free space left uder to ventilate and keeping rodents away becomes a viewing platform. The last part, «the cottage» is reduced to a minimal form, the eaves are cut and only two openings, one at the front and on the roof are added. The lining is forested while the exterior is covered with aluminum sheets shimmering in the sun. This small minimal turret of a square of 3.6 m by 3.6m is concieved to observe and be observed.


45

ArrĂŞte rocheuse, Zermatt, Suisse Make it visible, un poste de haute montagne


HORNLIHÜTTE

SOMMET DU MONT CERVIN


ZERMATT

MAKE IT VISIBLE


+1

0


+3

+2

49

Plan du 2eme-observer, 3eme-dormir Gch. plan du rez-Technique, 1er-Pratique


51

Coupe de principe Gch. Photomontage


INFORMATIONS PERSONNELLES

NOM ADRESSE MOBILE E-MAIL

NATIONALITÉ DATE DE NAISSANCE

LANGUES

LOGICIELS

LOISIRS ET HOBBIES

BAECHTIGER Nicolas Ch. du reposoir 20 - 1007 Lausanne 0041 79 575 80 70 nicolas.baechtiger@gmail.com

Suisse, allemande 28.06.1990

Français, langue maternelle Allemand, seconde langue Anglais, Advanced certificate in English

DAO Autocad DAO Archicad Artlantis studio Google Sketchup Adobe InDesign, Illustrator, Photoshop, Lightroom Suite Office Final Cut Pro

Design industriel, photographie, arts plastiques, Beaux-Arts et littérature DIVE MASTER, PADI Basketball, JOJ de Cleveland en 2004 Surf, Wakeboard et Snowboard en compétition Course de fond, Marathon de Genève et Lausanne Nombreux voyages culturels en Afrique, Asie, Indonésie, Etats-Unis, Canada, Australie, Amérique centrale et Europe


ETUDES SECONDAIRES ET UNIVERSITAIRES

2000-09 2009 2010-12 2012-13 2013-2016

Collège Champittet, 1009 Pully Maturité fédérale, option spécifique Latin, option secondaire chimie Faculté de Biologie-Médecine, 1015 Lausanne Stage propédeutique, Architecture, Element 9, 1032 Cheseaux Haute ecole d’ingénieurs et d’architectes, 1700 Fribourg Filière Architecture

2016

Bachelor of Arts, HES-S0, en architecture

2016

Distinction: Prix GPA-SO pour le travail de diplôme

SERVICE MILITAIRE 2012 2012 2014-présent

Ecole de recrues, troupes sanitaires, bat hôp 66 Diplôme d’aide soignant croix rouge Cours de répétition bat hôt 2, soldat urgentiste

EXPERIENCE PROFESSIONNELLE 2009-10 2010-1015 2012-13 2012-16 2016-2017 2017 2017

REFERENCE

Oceans Research, Mossel Bay, Afrique du sud Cours d’appuis, classes secondaires, français, allemand, anglais, mathématiques et biologie, Collège Champittet, 1009 Pully ELEMENT 9 Architecte, 1023 Crissier Stage et assistance en EMS, Diplôme d’aide soignant croix rouge, Hôpital de Cully, engagements militaires Savioz-Fabrizzi architectes, Sion Cycle de conférences GPA-SO, débats «du concours à la réalisation» Entrée au comité directeur du GPA-SO - Fonction de délégation à la CUB, la fondation pour la culture du bâti. Steve Clerc, St.Clerc immobilier, 1009 Pully


Portfolio - Une enveloppe  

Un portfolio travaillé sur le thème de l'envoi comportant une sélection de projets personnels réalisés lors de mes études à la Haute école d...

Portfolio - Une enveloppe  

Un portfolio travaillé sur le thème de l'envoi comportant une sélection de projets personnels réalisés lors de mes études à la Haute école d...

Advertisement