Issuu on Google+

Président du Cei

C’est un fait : la Technopole du Futuroscope est le cœur battant de l’économie du département de la Vienne, et donc le CEI doit en être les artères qui irriguent les organes vitaux que sont les entreprises et la population qui sont la force de notre territoire. Pour aller vers l’avenir, il faut savoir d’où l’on vient. En écrivant notre histoire, nous faisons le point sur nos acquis, et ainsi, plus fort, nous nous projetons vers l’avenir. Notre histoire, nous en sommes fiers, comme nous sommes fiers de ces centaines d’entreprises que nous avons accompagnées.

Claude Bertaud

Créateur d’entreprise Créateur de territoire

Président du Conseil Général de la Vienne

BTFR

ire

r Te

« Créateur d’entreprise, créateur de territoire » est un hommage aux jeunes entrepreneurs qui se lancent et innovent, faisant mentir l’adage selon lequel il n’y aurait pas de meilleure idée que celle dont le temps serait venu.

Cr

o rit

ur

e at

s

Ans déjà

é

rs

u te

c A

Vingt ans, c’est le bel âge, majeur, le CEI doit poursuivre son chemin pour écrire de nouvelles pages d’histoire.

Créateur d’entreprise Créateur de territoire

Ans déjà

Ans déjà

Portraits croisés dans le Département de la Vienne

Pour ses 20 ans, le CEI, qui a accompagné plus de 1 600 projets, propose à travers cet ouvrage un témoignage sur le dynamisme caché de la Vienne.

Créateur d’entreprise Créateur de territoire

Initié par le District de Poitiers, et soutenu par le Président René Monory, le CEI veut, dès son origine, être un outil majeur de la chaîne de création d’entreprises, donc d’emplois. Vingt ans plus tard, cet outil doit accentuer son développement, avec toujours à l’esprit le souci de détecter des entreprises innovantes, véritables valeurs ajoutées en termes de développement et de création de richesses.

ANS DéJà

Frederic Barotto

Le Centre d’Entreprises et d’Innovation est situé en plein cœur de la Technopole du Futuroscope : « Inventons l’avenir » avait promis, dès 1988, René Monory, le Président visionnaire du Conseil Général de la Vienne, « créateur en série », lui-même, à qui l’on doit, entre autres, le Parc du Futuroscope, la Technopole du Futuroscope et le Centre d’Entreprises et d’Innovation (CEI).

6

20 ans, l’âge de raison. L’âge de la maturité surtout pour le Centre d’Entreprises et d’Innovation de la Vienne qui a accompagné, depuis sa création, plus de 1 600 porteurs de projets. Créée à l’initiative du Président René Monory, la pépinière d’entreprises du Futuroscope est aujourd’hui, c’est incontestable, un acteur incontournable de la Technopole et un véritable outil de développement et de promotion du territoire. Elle a su en particulier tisser des liens forts entre les divers acteurs du monde économique départemental au service des créateurs, à commencer par ses partenaires privilégiés que sont le Grand Poitiers, la Chambre de Commerce, la Chambre des Métiers et l’Université de Poitiers. Elle doit d’ailleurs son succès à ces formidables synergies qui lui ont permis non seulement d’accompagner les jeunes entrepreneurs, mais plus encore de les soutenir dans leurs recherches de financement, de les orienter en matière de développement ou même de renforcer la promotion de leurs innovations. Installé depuis deux ans dans de nouveaux locaux ultra-modernes au cœur de la Technopole du Futuroscope, le CEI encourage également les projets originaux et porteurs d’avenir à travers le Concours Créa’Vienne. Bref, c’est une structure désormais adulte, qui participe pleinement au dynamisme de nos territoires tout en permettant aux « jeunes pousses » de profiter pleinement de l’image de marque du Futuroscope. En témoigne cet ouvrage riche de témoignages, qui rend hommage aux équipes du CEI comme aux nombreux créateurs qui s’y sont succédés.


CEI.indd 2

27/05/2010 21:32:23


Créateur d’entreprise, Créateur de territoire

CEI.indd 3

27/05/2010 21:32:23


Directrice du projet : Christel LEFEVRE Rédaction : Xavier CHENESEAU Collaboration : Géraldine BOURREAU, Olivier FELDEN, Fabienne GARREAU, Déborah TINLAND Photos : Jean-Yves JOUBERT, Conseil Général de la Vienne, DR Conception graphique : Megamente France Mise en page : Les Editions Agnus

CEI - Téléport 1 - 2 avenue Galilée - BP30153 - 86 961 Futuroscope Chasseneuil Cedex www.cei86.com Tél : 05 49 49 64 46

CEI.indd 4

27/05/2010 21:32:23


« Inventons le Futur » « Il n’y a pas de petite entreprise, les grands ont commencé petits et les petits peuvent devenir grands ». René Monory

Fondateur du Futuroscope et du CEI Ancien Président du Sénat Ancien Président du Conseil général de laVienne

CEI.indd 5

27/05/2010 21:32:23


Le code beetagg, qui figure sur la couverture, est diffusé en France par la société italienne Megamente, société hébergée au CEI qui a, par ailleurs, réalisé la couverture et la maquette intérieure du présent ouvrage. Le beetagg est un code bidimensionnel qui peut être optimisé et lu par les téléphones portables équipés d’un appareil photo et d’une communication internet intégrée. Pour se doter du lecteur, il suffit de télécharger l’application au travers du site get.beetagg.com. Pour les i-phone, le téléchargement se fait aussi auprès de l’application Applestore, où se trouve le lecteur.

CEI.indd 6

27/05/2010 21:32:24


Sommaire

I.

CEI, 20 ans d’histoire, entre entreprises et territoire

......... 9

II. Créateurs d’entreprises, portraits croisés

..... 27

Famille Communication - Multimédia

Megamente - Transoceanic Research – Visia Plus TV - Le P’tit Zappeur Com’park - Net et Press-I - CC Editions - 2S3I - Editions Terre d’Images PSM Conseil - Territoires Photographics - Mageus – Net-Stratege Actisens - Classic Opus - I-Canopée - E-qual - DuWebDansLaCafetière Hollodeck - AC Médias - SQLI

-

Famille Bureau d’Etudes

Flam Ingenierie - Eaux Géologie Environnement Services - Wytek - PHR 3A Conseil Ergo Famille Rebond

Viva Negoce - 1001 Pizzas -Tartines et Gourmandises - Novengo Famille Géo Trouve tout

Plombier-Chauffagiste - Lautreshop.com - Rincase Design Famille Service et Conseil

ERA - Nestor Technologies - ADQ8 Consulting - Va’a Tahiti - Conceptour Isoclin - Bilong - ACC Gestion - Mutations Publiques - Zoélune - Ailes RH D[ea]stances Services Famille Acoustique

Acouscope - Signal développement - ABC Décibel Famille Verte

Se loger Eco - Toit par Toi - Noveol - Artichouse

CEI.indd 7

III. Créateur de territoire

.... 81

.... 89

En guise de conclusion...

27/05/2010 21:32:24


CEI.indd 8

27/05/2010 21:32:24


CEI, 20 ans d’histoire entre entreprises et territoire

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 9

27/05/2010 21:32:24


CEI.indd 10

27/05/2010 21:32:24


011

20 ans d’histoire

Le CEI, une histoire de territoire LES PREMICES L’idée d’une pépinière d’entreprises est née de la volonté du District de Poitiers à la fin des années 80. Jacques Santrot, Maire de Poitiers et Jean-François Robin, adjoint au Maire chargé des affaires économiques, souhaitent obtenir des aides de l’Europe. Les deux élus poitevins prennent langue avec Gérard Biette, alors Directeur de la DRIRE. La DRIRE est prête à soutenir la démarche du District, mais elle considère que celui-ci possède un périmètre d’action insuffisant pour justifier la naissance d’une telle structure. La DRIRE, donc l’Etat, ainsi que l’Europe soutiennent la démarche du District dès l’instant où ce dernier se rapprochera du Département de la Vienne.

Le CEI, alors appelé CEEI, voit le jour avec l’appui du Conseil Général et de son Président, René Monory

En 1988, un terrain d’entente est trouvé entre le Conseil Général de Vienne et le District de Poitiers. Le Conseil Général de la Vienne alors présidé par René Monory propose de mettre sur pied une structure mixte. L’objectif est clair : le District de Poitiers et le Département veulent stimuler la naissance de nouvelles entreprises. Pour le Conseil Général, c’est Jean-Yves Chamard, alors Vice-président chargé des finances et de l’action économique, qui accompagne le projet. La pépinière est hébergée à l’origine à Poitiers, au 15 de la rue Carnot. Le Conseil Général donne 200 000 Frs de dotation pendant 5 ans. Jacques Grandon, alors Vice-président du Conseil Général, se souvient : « le souhait de René Monory était de donner une adresse internationalement connue à la pépinière du département de la Vienne ». C’est ainsi que la pépinière rejoindra plus tard la Technopole du Futuroscope, positionnée comme une pépinière innovante comme l’indique son nom, le « Centre Européen d’Entreprises et d’Innovation » proposant aux entreprises une adresse synonyme de modernité et de notoriété. VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 11

27/05/2010 21:32:24


012

20 ans d’histoire

René Monory, Président du Conseil général de la Vienne, Thierry Breton, conseiller du président, Denis Laming, architecte Jacques Grandon et Jean-Yves Chamard se souviennent très bien de « l’enthousiasme » de René Monory pour le CEEI (Centre Européen d’Entreprises et d’Innovation), qu’il visitait régulièrement en quête de découverte des petits nouveaux, ces jeunes dont la volonté était d’entreprendre et de prendre en main leur avenir et pour lesquels il avait imaginé et conçu cet environnement exceptionnel : la future technopole. Les permanents ont alors l’habitude de voir « débarquer » le Président qui répète aux jeunes entrepreneurs « il n’y a pas de petits projets… » En mars 1990, le CEEI fait alors partie du réseau des Centres ECBIC (Européen Community Business Innovation Centre) conçu par la Communauté Economique Européenne (CEE). Ces centres européens étaient au nombre d’une cinquantaine, dont huit en France.

Qu’est-ce que le CEEI ? C’est en 1984 que la Commission européenne a promu le concept et la démarche des Centres européens d’entreprises et d’innovation. Les années 1984-1997 sont les années d’expérimentation et de mise au point des objectifs et méthodes de travail, dans le cadre d’un programme pilote de promotion des CEEI, appuyé par le Parlement européen. Il s’agissait de favoriser l’émergence d’activités innovantes dans une logique de développement local, tout en ouvrant les PME aux marchés infranationaux ; d’intégrer les services dans les « paquets » cohérents ; de définir les modes de coopération avec l’environnement institutionnel et entrepreneurial. Source : Guide des Centres Européens d’Entreprise et d’Innovation (CEEI)

Dans la Vienne, le CEEI est une association loi 1901 dont le Conseil d’Administration regroupe des élus du Conseil Général de la Vienne, du District de Poitiers, de l’Etat, de la CEE, de l’Université de Poitiers, de la Chambre de Commerce et d’Industrie, de la Chambre des Métiers, ainsi que des représentants du secteur privé, banques et industriels.

CEI.indd 12

27/05/2010 21:32:24


La Région Poitou-Charentes assume, elle, financièrement, la formation des créateurs potentiels issus par le CEEI à hauteur de 600 000 Frs.

1990, le CEEI devient CEI et bénéficie de l’aide des entreprises au démarrage « Lorsque l’Europe cesse son financement, le CEEI perd, par la même occasion, son premier « E » de « Européen ». Le CEI continue alors de se développer grâce à l’appui du Conseil général de la Vienne, mais aussi de la SERTIE et de la Région PoitouCharentes. La SERTIE (Société d’Etudes, de Recherches, de transformation de l’Innovation en Entreprises) qui rassemble les entreprises privées à l’initiative de Jacqueline Laleu et la Région sous l’impulsion de Claude Moreau, vice président et ancien créateur d’entreprise, s’impliquent alors dans le financement de la pépinière.

Jacqueline Laleu et Claude Moreau

L’un des objectifs des entreprises présentes dans la SERTIE est alors de « contribuer dans la régénérescence du tissu économique

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 13

27/05/2010 21:32:26


014

20 ans d’histoire

Extrait du formulaire d’Assemblée Générale, mars 88

CEI.indd 14

27/05/2010 21:32:26


2000 : LE CEI, OUTIL STRUCTURANT DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

DE

Avec le développement de la Technopole du Futuroscope, le CEI, pépinière innovante à proximité des laboratoires de recherche, trouve naturellement sa place comme outil d’attractivité de projets nouveaux et donc d’emplois qualifiés.

Une structure d’hébergement d’entreprises en amont des hôtels d’entreprises Le Conseil Général de la Vienne financeur de la structure en définit plus finement les missions et met à disposition du CEI des locaux plus grands au Futuroscope, tout d’abord en face du lac, puis dans le bâtiment Arobase 2. Le rôle d’émulation de la pépinière est d’attirer des projets de création, de les renforcer pendant deux ans; ces entreprises trouvant ensuite à se développer au sein des hôtels d’entreprises nouvellement créés sur la Technopole. Il y a donc tout un chaînage immobilier cohérent et complet dont la pépinière est un rouage en amont.

Hôtels d’Entreprises les Arobases L’avantage de la pépinière par rapport à l’hôtel d’entreprise, sur le plan immobilier, est : • De bénéficier de locaux entièrement équipés (bureau et services communs), • D’avoir accès à un bail précaire ce qui permet de se désengager facilement en cas de problème de trésorerie, • De profiter des espaces communs et de l’animation interne (modules de sensibilisation aux thématiques d’entreprenariat, pot d’arrivée des nouveaux…) pour échanger et élargir ses réseaux professionnels.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 15

27/05/2010 21:32:26


016

20 ans d’histoire

Les missions du CEI 1. Détecter, sélectionner des projets, des produits, des services émanant de nouveaux entrepreneurs ou d’entreprises existantes. Les projets d’entreprises doivent être établis sur des critères économiques et commerciaux orientés vers des marchés en expansion. 2. Assurer, par des techniques et des moyens adaptés, la formation entrepreneuriale des créateurs et porteurs de projets. 3. Aider les porteurs de projets à la préparation de leur plan d’entreprise en y incorporant le plus possible d’innovations, tant dans les produits, les procédés mis en œuvre, que dans les techniques de commercialisation et de gestion de l’entreprise. 4. Concourir, avec d’autres partenaires locaux et régionaux, au développement de filières innovantes, pour la valorisation industrielle des travaux de recherche issus des milieux universitaires par exemple. 5. Rechercher, élaborer, susciter, coordonner et mettre à la disposition des créateurs des services communs, y compris immobiliers, adaptés aux besoins spécifiques des entreprises en voie de création ou nouvellement créées. Le CEI assure l’accompagnement de ces entreprises dans leurs besoins d’ingénierie financière et de recherche de moyens susceptibles de réaliser au mieux leur développement. Pour accomplir sa mission, le CEI assure sa propre promotion au sein du tissu économique départemental, voire au-delà.

Les atouts d’une pépinière professionnelle Le CEI, la pépinière d’entreprise du Futuroscope, telle qu’elle est organisée aujourd’hui correspond à la définition officielle des pépinières et au cahier des charges de la norme NF X 50-770. « Les pépinières d’entreprises, également appelées «ruches» ou «couveuses», sont des outils de développement économique local et de soutien à la création d’entreprise ». Animées par une équipe spécialisée dans la création d’entreprises, les pépinières donnent aux créateurs l’opportunité d’accéder à une large panoplie de prestations de conseils, d’informations… .

CEI.indd 16

27/05/2010 21:32:26


« Dans la pépinière se constitue ainsi un véritable lieu d’échanges interentreprises qui permet de rompre avec l’isolement habituel du créateur d’entreprise ».1

Avec ses partenaires, le CEI, pépinière d’entreprise, se développe et offre une gamme de services complète aux entreprises nouvelles

Faire gagner du temps « non productif » aux jeunes créateurs, leur permettre de se concentrer sur la création de valeur, abaisser leur coûts de démarrage, les conseiller dans leurs démarches de demande de financement, les inscrire dans les réseaux économiques, les faire connaître…, autant de préoccupations quotidiennes qui requièrent, de la part de l’équipe du CEI, une réactivité et une polyvalence attendues par les jeunes pousses.

1

Définition de l’observatoire des aides petites entreprises et du développement économique (www.aides-entreprises.fr)

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 17

27/05/2010 21:32:26


018

20 ans d’histoire

Les services proposés 1. Conseil - - - -

Une analyse de toutes les composantes du projet, L’élaboration des différents scenarii envisageables, Un conseil pour une future implantation : pépinière, recherche de locaux… , La construction du parcours du créateur : conseil pour la formation, la recherche de financements et de compétences externes (experts comptables, financiers, juristes, banques, collectivités et territoires…),

2. Hébergement - - - - -

Un espace entreprise pour héberger l’activité du créateur (bureaux dont la surface modulable varie de 10 à 32m2, possibilité de bureaux partagés), Un « espace logistique et documentation » : permanence téléphonique, secrétariat partagé, internet haut débit, télécopie, photographie, gestion du courrier entrant et sortant, accès aux salles de réunion équipées, Une animation professionnelle : événements conviviaux au sein de la pépinière et réunions thématiques sur l’innovation, les business plans… , Des coûts avantageux : à partir de 140 euros par mois (charges et accès internet inclus), Un espace de convivialité (cafétéria et coin détente),

3. Accompagnement - - - - - - -

Des conseils de proximité au quotidien, Un suivi trimestriel, puis semestriel pour confronter les réalisations aux prévisions, La sensibilisation aux outils de gestion de pilotage et de suivi d’activité (indicateurs, tableaux de bord), La mise en relation avec des partenaires financiers, juridiques, commerciaux, logistiques, La recherche des réseaux susceptibles de procurer aux créateurs des aides financières, Une complémentarité et une synergie (association d’entreprises, fournisseurs, partenaires commerciaux…), La recherche de locaux en vue de la sortie de la pépinière.

De ces multiples tâches, et compte-tenu de la grande diversité des situations rencontrées, le CEI est heureux de s’appuyer sur ses nombreux partenaires, acteurs de la création ou collectivités. Parfois, le rôle du CEI, c’est aussi dissuader ceux dont le projet est voué à l’échec. Grâce à une écoute attentive des 100 à 120 créateurs qu’il reçoit tous les ans, au cours d’un rendez-vous sur-mesure et gratuit, les chargés de mission sont amenés à faire évoluer des idées souvent originales mais qui sont insuffisamment traduites dans un modèle économique crédible.

CEI.indd 18

27/05/2010 21:32:26


2006-2010 Le CEI franchit une nouvelle étape de son développement

Pose de la première pierre, le 18 janvier 2008

Nouveaux locaux, nouvelle dynamique Dès 2006, un projet nommé « Cité des Entreprises et de l’Innovation » a pour objet de développer les capacités d’accueil de la pépinière qui est saturée, et de proposer un ensemble destiné à la création d’entreprise et à l’innovation. Le Conseil Général, alors conduit par son Président Alain Fouché, trouve un accord avec l’Etat qui investit de manière significative en finançant une partie des locaux grâce à des fonds CIADT fléchés pour améliorer l’attractivité de la Technopole du Futuroscope. En 2008 a lieu la pose de la première pierre.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 19

27/05/2010 21:32:27


020 20 ans d’histoire

C’est en mars 2009 que le Centre d’Entreprises et d’Innovation rejoint ses nouveaux locaux « Eurospace » au Téléport 1, sur la Technopole du Futuroscope. 1200 m2 (au lieu de 380) sont désormais proposés aux jeunes créateurs, assortis de services renouvelés et, très important, pour une durée maximum d’hébergement qui passe de 2 ans à 4 ans maximum. De quoi renforcer encore la pérennité des entreprises créées.

Le 13 mars 2009, la délégation emmenée par Claude Bertaud, Président du Conseil Général et M. Bernard Tomasini, Préfet de la Vienne, inaugure le bâtiment en présence de nombreuses personnalités politiques, représentants d’institutions et d’entreprises.

CEI.indd 20

27/05/2010 21:32:27


Un focus sur les activités à fort potentiel de croissance En cohérence avec les axes de développement du territoire régional, le CEI fait évoluer son positionnement. Initialement, il avait été conçu pour attirer des entreprises du domaine de la technologie, de l’information et de la communication (TIC). Aujourd’hui, grâce à une capacité d’accueil améliorée qui lui donne une marge de manœuvre, son champ de recrutement est plus large et s’adapte aux spécificités territoriales : web 2.0, e-commerce, formation à distance, croissance verte. Le centre se tourne également vers la captation d’entreprises venues d’autres départements, ou d’entreprises étrangères, comme c’est déjà le cas pour une agence de presse italienne.

Le concours Créa’ Vienne illustre bien à la fois la stratégie d’attractivité (capter des projets innovants) et de marketing territorial qui est engagé (focus sur certains secteurs moteurs de l’activité économique du territoire). Début 2007, le CEI a relancé un concours de la création avec le Crédit Mutuel et l’APCE. En 2010, la Fondation 2ème chance rejoindra la 3ème édition avec des projets récompensés dans les trois domaines identifiés : • ENVIRONNEMENT MULTIMEDIA • DYNAMIQUE VERTE • 2EME CHANCE

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 21

27/05/2010 21:32:27


022 20 ans d’histoire

Une inscription claire dans les politiques publiques territoriales : département de la Vienne, Grand Poitiers et Région Poitou-Charentes L’atout majeur d’une pépinière comme le CEI, que ce soit pour son financeur, le Conseil général de la Vienne, ou ses membres est de renforcer les jeunes entreprises. « Au bout de trois ans, les entreprises créées et accompagnées au sein de la pépinière ont un taux de pérennité de plus de 80%, soit 20 points de plus que la moyenne ; c’est cela la réussite du Centre d’Entreprises et d’Innovation » souligne Claude Bertaud, Président du Conseil général de la Vienne. « Avec en plus Vienne Initiatives, la plate-forme d’initiative locale, on a un bon complément et une offre attractive pour les créateurs d’entreprises ». Le Grand Poitiers, également à l’initiative de la création de la pépinière dès 1988, situe bien le rôle du CEI dans l’offre territoriale de la capitale régionale. « Donner envie, accueillir, accompagner, le Grand Poitiers s’est depuis longtemps inscrit au cœur du parcours des créateurs de toutes sortes » assure le Président du Grand Poitiers, Alain Claeys avant d’ajouter : « Les élus de notre agglomération ont un objectif : soutenir l’innovation, lancer sur le territoire de nouvelles entreprises ou activités pour favoriser le développement économique et participer à la création d’emplois ». Ainsi la création d’entreprise innovante est elle bien sûr au cœur des préoccupations du Grand Poitiers. Dans ce domaine clé, les porteurs de projets peuvent s’appuyer sur l’Incubateur Régional Poitou Charentes, le CEI, OSEO, Vienne Initiatives, la Cellule de Valorisation de l’Université ou le Réseau de Développement Technologique. De la même façon, la collectivité s’est fortement investie dans la mutualisation et la complémentarité des conseils à la création d’entreprises et s’implique par des aides attribuées au travers des Ateliers de la création. Le réseau « Cap sur la création et la reprise d’entreprises » Le Grand Poitiers vient d’initier avec ses partenaires, dont le CEI, le réseau « Cap sur la création et la reprise d’entreprises » qui regroupe 20 opérateurs intervenant sur le parcours du créateur – repreneur d’entreprises et a pour but de fédérer et optimiser leurs actions.

Pour Alain Claeys : « Tous ces efforts à destination de la création d’entreprise portent leurs fruits puisque, sur le territoire communautaire, 400 entreprises sont créées chaque année ».

CEI.indd 22

27/05/2010 21:32:27


Les chargés de mission du CEI travaillent également en collaboration avec les services de la région, participent aux jurys d’attribution de leurs bourses « Désirs d’Entreprendre » et aident les entreprises à monter leurs dossiers de financement régionaux.

L’Université, toujours plus présente L’Université de Poitiers joue un rôle très important dans le développement du territoire : près d’un habitant sur 4 est étudiant. Membre fondateur du CEI, elle partage avec la pépinière du Futuroscope la volonté de changer la mentalité des étudiants, de prôner une culture d’initiative. L’occasion étant de ne pas emprisonner les jeunes dans une seule alternative pour se projeter dans l’avenir : le salariat. Par voie de convention, les actions conjointes Université/CEI ne cessent de s’étoffer d’année en année : actions auprès des doctorants, appui aux porteurs de projets étudiants, sensibilisation et formation à la création d’entreprise, à l’esprit d’entreprendre, jury de concours…

Un partenaire financier depuis toujours Plusieurs banques participent au Conseil d’administration de la pépinière et travaillent en relation constante avec les conseillers. Parmi elles, depuis plusieurs années, le Crédit Mutuel fait partie des partenaires bancaires les plus investis auprès du CEI. Outre le Concours Créa’Vienne qu’il contribue à financer, le Crédit Mutuel aide les créateurs avec un prêt d’honneur consenti par sa Fondation d’Entreprise ; il met aussi à disposition ses experts dans l’accompagnement des créateurs afin de faciliter les relations : on sait toute l’importance d’une relation durable avec un partenaire bancaire !

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 23

27/05/2010 21:32:27


024 20 ans d’histoire

La création d’entreprise, vecteur d’aménagement et de promotion du territoire Tout d’abord, le CEI a accompagné plus de 1600 porteurs de projets. Parmi ceux-ci, un bon nombre ont été hébergés dans ses locaux. Puis ils ont bénéficié d’un accompagnement pour les aider à trouver des locaux adaptés à leur sortie. Cette phase très intéressante de la sortie de pépinière nous apprend beaucoup de choses : les entreprises innovantes veulent un site porteur en termes d’image, avec des surfaces moyennes et des services partagés. Le CEI transmet cette demande qui permet de construire des hôtels d’entreprises adaptés et localisés au bon endroit. Il joue un rôle d’intermédiaire en participant à l’adéquation entre les politiques territoriales d’aménagement et le besoin des entreprises. C’est ce qui a d’ailleurs conduit au calibrage des nouveaux locaux de la pépinière, en lien étroit avec les services de l’aménagement. En amont de la chaîne de l’immobilier, la pépinière peut donc éclairer les choix immobiliers. Ensuite, la promotion territoriale effectuée par la pépinière à travers son concours, sa présence au salon des entrepreneurs et sa position dans le réseau national ne peut que mettre en valeur les atouts du territoire à l’extérieur : une accessibilité intéressante (1H30 de la capitale), des produits immobiliers divers de bonne qualité (hébergement en pépinière puis hôtel d’entreprises) à des rapports qualité/prix compétitifs, à proximité des laboratoires de recherche… Enfin, là où les entreprises se créent, se développement les écoles, les services publics, l’habitat, etc. En aidant les territoires à adapter l’outil pépinière à leur bassin d’emploi, le CEI contribue à l’aménagement du territoire, comme à Châtellerault, qui est en passe d’ouvrir au premier trimestre 2011 une pépinière semi industrielle sur la zone René Monory. « En s’appuyant sur le CEI, nous avons pu bénéficier du savoir-faire et de l’expérience d’une pépinière dont l’action est reconnue et qui dispose d’une expertise nationale sur son métier », confirme Jean-Pierre Abelin, Président de la Communauté d’Agglomération du Pays Châtelleraudais.

CEI.indd 24

27/05/2010 21:32:29


Avec Elan, un rayonnement national ELAN est l’association nationale des directeurs de pépinières, elle représente une centaine de structures en France, pépinières ou réseaux régionaux. C’est cette association qui est notamment à l’origine de la norme « pépinière », définissant les services qui doivent être offerts à un créateur en pépinière, et du « mode d’emploi des pépinières ».

En 2008, ELAN retient la proposition du CEI d’organiser son 5ème forum national des pépinières d’entreprises, les 23 et 24 juin, sur la Technopole du Futuroscope. Au total, 170 pépinières d’entreprises et collectivités de toute la France se sont réunies pendant deux jours pour des échanges de pratiques.

Le succès de ce forum conduit le Conseil d’administration à proposer la présidence à la Directrice du Centre d’Entreprises et d’Innovation, Christel Lefèvre : « c’est l’opportunité pour le territoire et le CEI d’avoir une vision nationale de son métier et de faire progresser, auprès des pouvoirs publics, l’idée que les pépinières sont des dispositifs très performants de déploiement des politiques nationales d’innovation et d’emploi ». Du premier tâtonnement à l’outil pépinière aux contours bien délimités, le CEI a su évoluer et faire évoluer les politiques publiques en fonction des besoins des entreprises. Mais si l’appui des financeurs publics est primordial, le CEI vit avant tout de l’énergie que les créateurs lui transmettent. C’est le sens des portraits qui vous sont proposés comme autant de parcours et « d’envies d’avoir envie ».

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 25

27/05/2010 21:32:29


CEI.indd 26

27/05/2010 21:32:29


027 Créateurs d’Entreprises

Créateurs d’entreprises Portraits croisés

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 27

27/05/2010 21:32:29


CEI.indd 28

27/05/2010 21:32:29


029 Communication-Multimédia

ne u , t or p p su e l t i so e u q l e u «Q quarantaine de pages peuvent être montées en une demi-journée » Nicola Finocchiaro

Megamente

En Italie, la société Megamente est connue pour ses logiciels capables de mettre en forme de façon automatique des pages de textes sans intervention humaine. Ainsi, quel que soit le support, une quarantaine de pages peuvent être montées en une demi-journée. C’est cette façon de travailler, à coût réduit, que la société italienne, hébergée au CEI, veut s’implanter en France et en Europe. Devenue spécialiste des suppléments thématiques diffusés quotidiennement par les journaux, comme c’est le cas pour La Nazzione ou encore La Repubblica, Megamente

Le spécialiste des suppléments thématiques diffusés quotidiennement par les journaux veut proposer la même offre à la presse française. Au travers de son responsable du bureau France, Nicola Finocchiaro, elle conçoit et développe aussi des produits spécifiques à Internet. Pour ouvrir le bureau français, Nicola a dû quitter sa Toscane natale pour venir sur la technopole du Futuroscope, grâce à son ami et patron Frederico Biondi. La Vienne étant le département natal de sa femme, Nicola n’est pas trop perdu.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 29

27/05/2010 21:32:30


030 Communication-Multimédia

Après avoir travaillé pour le cinéma, la publicité et le graphisme, ou encore au sein de l’IFOP et la SOFRES en tant que conseillère en marketing, Véronique Gaboriau fonde, à New York, la société Transoceanic research. Le développement d’Internet et du TGV la conduisent à revenir dans son Poitou natal. Pour parler de son domaine de compétence, Véronique Gaboriau explique qu’elle travaille dans le domaine de la « consultance interculturelle ». En clair, Véronique décode ce qui, dans les tendances économiques et culturelles, permet à certains produits ou services de s’exporter sans heure. Son travail

Une expertise dans le domaine de la conception de marques, en image et dans le domaine de la publicité est fait d’analyses sémiotiques et psychologiques des consommations dans tous types de domaines. Son champ d’intervention est large : implantations de produits, fusions et acquisitions, parfums, marketing, ressources humaines… etc., ou plus simplement la publicité. Elle tente de mettre en évidence des valeurs communes, apportant son expertise dans le domaine de la conception de marques, en image et dans le domaine de la publicité. Elle fait du sur-mesure en fonction de la problématique posée.

Véronique Gaboriau

Transoceanic research

e n i a m do e l ns da e l i a v a r t e «J de la consultance interculturel e » CEI.indd 30

27/05/2010 21:32:30


r e os p ro p u l u o v i a ’ j , V « En créant Visiaplus T

eun solution de publicité télévisée et accoceût.ssi»ble à un public de proximité à moindre Isabelle BOCKNY

Visiaplus tv

Isabelle Bockny débute sa carrière professionnelle en Italie, dans le domaine de la négociation immobilière et navale. Puis elle travaille dans les relations publiques à Monaco, tout en développant ses connaissances en informatique. C’est à la naissance de ses enfants qu’elle quitte les relations publiques pour travailler pour un concept de régie publicitaire accessible à tous. Nous sommes en septembre 2009, lorsque Visiaplus TV voit le jour. La publicité est conçue sous la forme d’un spot, travaillé en flash, comme le sont les publicités télévisées. La différence est que Visiaplus TV applique des tarifs défiant toute concurrence. Reste à

La publicité est conçue sous la forme d’un spot télévisé pour une diffusion dans les lieux public disposer dans des lieux stratégiques d’écrans télévisés qui diffusent en boucle l’horoscope, la météo, des infos people et des spots publicitaires qui ne peuvent pas échapper à l’attention du spectateur. Pour Isabelle Bockny : « La publicité télévisée reste trop chère. En créant Visiaplus TV, j’ai voulu proposer une solution de publicité télévisée et accessible à un public de proximité à moindre coût. Très vite, nous allons proposer des petites annonces, des demandes d’emplois et d’autres formes d’offres… ».

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 31

27/05/2010 21:32:30


032 Communication-Multimédia

Avec l’édition Vienne du magazine gratuit Le P’tit Zappeur, Eric Moreau débute sa quatrième vie. A l’origine, il vient du monde sportif, notamment du football. Blessé, il obtient un BTS de gestion en PME-PMI avant de fonder une entreprise d’informatique qu’il développe puis revend en 2007. Ensuite, il entre dans la grande distribution et dirige plusieurs magasins. « Le P’tit Zappeur et le lancement de son édition dans la Vienne, c’est une opportunité comme rarement cela se présente dans la vie », affirme Eric Moreau qui veut adapter le

Face à la concurrence, il veut donner à son magazine une touche très personnelle concept à « la sauce Poitevine ». Face à la concurrence, il veut donner à son magazine une touche très personnelle : « Je veux qu’il y ait un fil conducteur, faire du P’tit Zappeur un magazine d’information diffusé sur l’ensemble du département ». Pour ce faire, Eric s’est entouré d’une équipe de professionnels intégrant toute la chaîne de l’écriture à l’impression en passant par la mise en page. Bon vent !

Eric Moreau

Le P’tit Zappeur

r u e p p a Z t i t ’ P du e r i fa x « Je veu un magazine d’information diffusé sur l’ensemble du département » CEI.indd 32

27/05/2010 21:32:31


a l e c t u o t de e r i t re e j e u q « La leçon est qu’il ne faut jamais se décourager.. » Ludovic Bertrand

Com’park

Ludovic Bertrand est de ceux pour qui le mot « impossible » n’est pas français. Autodidacte, il a dirigé la société de communication Forte impression. C’est parce que les places de parking destinées à ses clients étaient constamment occupées qu’il a eu une idée géniale : Com’park, un concept innovant de signalétique au sol qui va donner la parole aux emplacements de parking ! Le concept a décroché le prestigieux prix Icona d’or 2006 qui est décerné par les professionnels de l’enseigne et de la signalétique. Lucide, Ludovic Bertrand affirme : « Avec ce trophée, je savais que nous rentrions dans la cour des grands. La leçon que je retire de tout cela est qu’il ne faut jamais se décourager… ». Ces efforts seront récompensés deux années plus tard lors du concours de

Une vraie innovation dans l’univers de la signalétique l’innovation Créa’Vienne. L’apparition de Com’Park a été une vraie innovation dans l’univers de la signalétique. Pour partir à la conquête du parking de supermarché, Ludovic Bertrand a fondé la marque Cal’Cady, le concept a pour vocation de remplacer les lignes blanches du marquage au sol par des emplacements permettant de servir d’éléments publicitaires. Ce nouveau concept offre plusieurs services, c’est le premier mobilier urbain d’affichage au sol, qui sert aussi à caler son caddie sur le parking d’une grande surface. Commandée par Com’park, une étude indépendante montre que la présence de cet outil publicitaire les cent derniers mètres avant l’entrée du magasin propulse l’acte d’achat.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 33

27/05/2010 21:32:33


034 Communication-Multimédia

Laurent Brunet est encore étudiant à Poitiers lorsqu’il devient journaliste pigiste à La Nouvelle République. A la fin de son 3ème cycle, au début des années 90, il est journaliste à Centre Presse, qu’il quitte en 2001, date à laquelle il lance l’agence de presse Net et Presse-i sur la technopole du Futuroscope, agence qui fournit du contenu rédactionnel pour des sites internet et les quotidiens locaux et nationaux. Laurent et sa société sont hébergés au CEI : « Je n’imaginais pas rester seul chez moi. Au CEI, j’ai côtoyé du monde, partagé des informations et trouvé mes premiers clients…! ». L’agence se développe autour d’un site d’informations économiques et du mensuel, Le Technopolitain, c’est la matrice qui donnera naissance à 7 à Poitiers en 2009. Laurent travaille sur son projet d’hebdomadaire gratuit

Il veut dupliquer son concept d’hebdo d’information gratuit dans d’autres villes d’information dès 2008, il veut faire un journal de qualité. Entouré d’une équipe de vrais professionnels, tant dans la rédaction que dans la partie commerciale, il positionne 7 à Poitiers comme le premier hebdo d’informations gratuit, qui est diffusé dans 24 communes autour de la capitale régionale. La zone de diffusion permet de toucher les 2/3 de la population du département qui consomment, travaillent ou étudient dans la zone de diffusion. Distribué dans 500 points différents, le titre s’est imposé rapidement. Si 7 à Poitiers prospère, si le modèle économique le permet, Laurent pense pouvoir le dupliquer dans d’autres villes de la région et au-delà.

Laurent Brunet

Net et Presse-i

de t e rm e p n o si fu f di de e « La zon toucher les 2/ 3 de la population du département » CEI.indd 34

27/05/2010 21:32:33


e j e u q s e r v i l s de e r i l s i « Je voula ne trouvais pas sur le marché de l’édition, alors je les édite » Frantz Rejasse

CC Editions

Parisien d’origine, il arrive très jeune dans notre région. Dès l’âge de 12 ans, il se produit comme magicien. La magie devient le centre de sa vie. Il s’y épanouit et y grandit tout en suivant ses études à Poitiers et à La Rochelle. Son premier emploi : professeur de mathématiques, ayant en charge le service relations internationales de l’IAE de Poitiers. Mais son désir d’indépendance, de responsabilité, et sa volonté de transmettre cette distorsion de la réalité qu’est la magie, conduisent Frantz Rejasse à lancer une maison d’édition destinée aux professionnels et aux amateurs éclairés des arts du spectacle. « Je voulais lire des livres que je ne trouvais pas sur le marché de l’édition, alors je les édite », lance-t-il à la cantonade ! « Je fais ce qui me plaît,

Passionné de magie, il lance une maison d’édition et mon goût pour l’arrière-scène fait que, peu à peu, je suis devenu auteur d’auteurs, chef d’orchestre, en fait tout simplement éditeur… ». Dans l’édition, il a tout appris seul. En faisant ainsi, il a publié un recueil de nouvelles, un ouvrage de photos sur les sous-marins, un roman et plusieurs ouvrages spécialisés. Frantz Rejasse a fait sienne cette devise d’Antoine de Saint-Exupéry : « Il faut vivre ses rêves et pas rêver sa vie. » Durant son séjour au CEI, Frantz y a trouvé un lieu pour travailler, un cercle de connaissances, du conseil. « C’est important d’être entouré par d’autres créateurs, et de pouvoir bénéficier du réseau des uns et des autres ! »

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 35

27/05/2010 21:32:34


036 Communication-Multimédia

Insulaire, né à l’Ile de Ré, Antony Glaziou est un homme de réseau. Durant son service national, il contribue à mettre en place Futurojob, l’ancêtre d’Emploi 86, le site internet du Conseil général de la Vienne au service des demandes et offres d’emplois. Après une maîtrise, Antony Glaziou crée sa société 2S3I et rejoint la pépinière. Antony bénéficie alors d’un prêt d’honneur de Vienne Initiatives. La société est principalement tournée vers l’informatique, l’image et Internet. Après trois années d’exploitation, la décision est prise de mener une démarche de gestion par les compétences, il décide d’investir sur les ressources humaines. En 2004, la crise de la bulle internet voit 75% de ses concurrents disparaître. En 2006, afin de répondre à l’attente de la clientèle, Antony Glaziou crée Axentonic qui a pour vocation de produire du contenu éditorial, texte, image, son et vidéo. Puis, il fonde une holding : Ines invest, ayant en charge la mutualisation des services des deux sociétés. En 2008, c’est l’Institut de Formation aux Techniques de Communication (IFTIC) qui voit le jour. Et,

De l’Internet à un groupe multimédia intégré Il a fondé un ensemble cohérent dans le domaine de la communication en 2009, Pubble gum, agence de conseil et création publicitaire est portée sur les fonds baptismaux. Ainsi, l’offre proposée par le groupe Ines Invest touche tous les supports. Toujours avec sa volonté de qualité de service de l’activité d’hébergement internet/extranet, Antony a créé un GIE. En association avec une société complémentaire, il acquiert un centre serveur. Loin d’être « une usine à gaz », l’ensemble permet une meilleure lisibilité pour la clientèle. Un ensemble cohérent de graphistes, d’informaticiens, de chefs de projets, de rédacteurs, de photographes, de réalisateurs audiovisuels, de responsables pédagogiques et de formateurs permet d’obtenir une vraie démarche qualité et des gains de productivité.

Antony Glaziou

2S3I

i u q nt re é oh c e l b m e ns e n u « C’est permet d’obtenir une vraie démarche qualité » CEI.indd 36

27/05/2010 21:32:35


e m l i t e e rg e i v t i a t é hé « Le marc semblait être porteur » Laurent Giraud

Editions Terre d’Images

Après avoir été pendant plus de dix ans directeur artistique d’un magazine photographique, Laurent Giraud décide de lancer le premier magazine de photos orienté sur la nature. « Le marché était vierge et il me semblait être porteur. J’ai alors déposé le titre et le concept à l’INPI. Devant le refus de plusieurs éditeurs de presse de m’accompagner, j’ai décidé de me lancer dans cette folle aventure ». Les dix premiers mois de l’activité, Image et nature, la marque, est hébergée au CEI. Après quelques mois de parution, l’accueil des lecteurs dépasse toutes les attentes. Le magazine est diffusé en France, en Europe et au Canada

Il a fondé le premier magazine de photos dédié à la nature (environ 15 000 exemplaires vendus par mois). « Dès le début, j’ai voulu donner une forte touche « pratique » au magazine, afin que les lecteurs puissent appliquer le savoir-faire des professionnels durant les moments de détente en famille ». Laurent Giraud a adossé une boutique de vente physique et une boutique en ligne, dédiée au magazine. On y trouve des affûts, des filets de camouflage, des jumelles, etc. C’est vers l’édition d’ouvrages qu’Editions Terre d’Images compte se développer dans les mois à venir.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 37

27/05/2010 21:32:36


038 Communication-Multimédia

Ancienne directrice de la communication à la Caisse d’Epargne de Poitiers, dotée d’une véritable expertise, Annick Dalbon démissionne de son poste pour créer Partenariat, sponsoring, mécénat conseil (PSM). PSM Conseil est une agence spécialisée dans les partenariats, les actions de sponsoring et de mécénat : conseil et évaluation, formation, accompagnement dans la recherche de partenariat ou de mécènes. Elle fait son entrée au CEI en 2004. PSM Conseil propose de créer ou de développer une relation affective et/ou de proximité, d’évaluer votre capital image, de concevoir des actions pour le développer. Annick Dalbon nous en dit plus : « Le sponsoring ou parrainage est une technique de communication complémentaire à la publicité commerciale, destinée à accroître la notoriété d’une marque en l’associant à un événement sportif ou culturel. PSM Conseil se singularise en proposant des actions personnalisées qui viennent enrichir la proposition de base ». Quant au mécénat, « il permet d’associer une entreprise à des projets culturels,

Elle dirige une agence de communication spécialisée dans la recherche de partenaires et de sponsoring humanitaires, pédagogiques, technologiques, d’environnement et désormais sportifs dans le cadre d’une communication institutionnelle à long terme. L’objectif est de conquérir de nouveaux clients, fidéliser les clients actuels, sensibiliser les décideurs, les actionnaires, motiver les salariés en exprimant les valeurs de l’entreprise. Le mécénat est un moyen de démontrer l’engagement et la transparence de l’entreprise à l’égard de son environnement économique, social, humain dans une optique de développement durable ». Annick Dalbon aime à rappeler que : « Le produit est ce que l’entreprise fabrique, la marque ce que le client achète. L’identité représente la façon dont la marque veut être perçue par opposition à l’image qui est la réalité restituée par les consommateurs. La confiance dans une marque est une variable psychologique qui véhicule de la crédibilité et une relation durable ».

Annick Dalbon

PSM Conseil

e s ri p e r nt e ’ l e u q e c st e t i du « Le pro fabrique, la marque ce que le client achète » CEI.indd 38

27/05/2010 21:32:37


rs u e t a m a x u a e ss e dr a ’ m e «J et aux professionnels » Frantz Rein

Territoires photographics

Jeune, passionné par la photo, Frantz Rein vit sur Paris et souhaite allier sa passion et son métier. Très vite, il trouve un travail dans la partie pré presse de la chaîne de l’édition. Il est embauché par une agence de communication qui lui permet de faire le lien entre la création, le montage et l’impression. Ensuite, il apprend la sérigraphie sur film, avant de revenir à Paris au sein d’un service de PAO (Publication Assistée par Ordinateur), c’est là qu’il apprend le fonctionnement du logiciel Illustrator en créant des logos. Avec ce nouveau savoir-faire, il entre dans un atelier de flashage. « Pour les jeunes, c’est l’antiquité par rapport aux outils informatiques qui sont à leur disposition ». L’appel de la province est plus fort, free lance, il quitte Paris pour Poitiers. L’entreprise Mégastar l’envoie comme responsable du pré presse dans une imprimerie à Lezay, puis à Niort. En parallèle, le démon de la photographie continue de le poursuivre. L’imprimerie de Niort ferme ses portes. Frantz intègre alors la BEDI SIPAP de Poitiers. Là, il fait connaître son choix de lancer une société lui permettant de mettre ses connaissances

Il imagine et imprime tous les supports de communication au service des photographes. C’est en juillet 2008 que l’aventure de Territoires photographics commence. « J’imagine et imprime tous les supports de communication avec un large éventail de compétences : prise de vue, reportage, conception et mise en page… Je m’adresse aux amateurs et aux professionnels qui veulent fixer leurs photos sur des portfolios, des cartes postales, des posters, des faire-part ou sur des cartes de visite… », nous dit Frantz, la barbe de trois jours, pour le côté baroudeur et reporter, et le sourire vissé aux lèvres. Pour le moment, Frantz mène une double vie : employé de BEDI SIPAP à 80% du temps, il passe le reste du temps au développement de Territoires photographics. Le reste de son temps, ce sont deux demi-journées par semaine, entre 12 et 14 heures et le week-end. Pour démarrer, l’activité de Frantz repose sur l’aide du magazine Image et nature et sur le site marchand territoires-photographics.com. VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 39

27/05/2010 21:32:38


040 Communication-Multimédia

Jérôme Bebin est chef de projet informatique quand il a l’idée de développer un logiciel informatique permettant de présenter les produits en 3 dimensions (sites internet de vente de prêt-à-porter, de mobilier, de musées, etc.). Pour mener à bien son projet, il se rapproche de plusieurs structures, dont le CEI. Il fonde la société Magéus. Son séjour au CEI lui a permis d’acquérir une plus importante crédibilité au niveau de l’ensemble de ses partenaires. Son projet étant très innovant, il lui est quasi impossible de faire une étude de marché. Jérôme explique : « J’ai été confronté à un

Un projet informatique dans le domaine de la 3D vrai problème : il n’est pas simple de convaincre quand les choses n’existent pas ! ». Jérôme persiste quand même. Mais, confronté à la réalité du marché et aux réalités économiques, il s’oriente vers le développement du contenu et vers le conseil en gestion de produits. « J’ai été contraint de cesser l’activité de Magéus pour me cantonner à des missions de conseil. Mais je garde, malgré tout, la volonté de repartir si une opportunité se présente à moi ».

Jérôme Bebin

Magéus

, r i rt a p re de é nt o l o v a l e « Je gard si une opportunité se présente à moi. » CEI.indd 40

27/05/2010 21:32:39


» b e w e i g é t a r st e r t o v e « J’élabor Jean-Christian Rivet

Net-stratege

Au sein de Net-stratege, JeanChristian Rivet développe la conduite et l’accompagnement de projets web au travers de la formation, du conseil et du coaching. « Dans le domaine marketing, j’interviens dans le cadre du positionnement de l’offre du client, et cela jusqu’à la mise en œuvre de son plan d’action commercial. Sur la toile, nous recherchons l’information qui existe sur lui, sur sa société ou sur ses produits. Cette étape de veille facilite le déploiement d’une stratégie de positionnement web qui permet concrètement de faire une promotion efficace et de vous référencer en conséquence ». Dans la jungle que peut être Internet,

Il vous fait entrer dans le cercle vertueux qui positionne votre site Internet Jean-Christian Rivet vous apprend à entrer dans le cercle vertueux du positionnement qui vous conduit à vous développer, à communiquer, à administrer votre site et enfin à rentabiliser le tout. A chacune des cinq étapes, Jean-Christian Rivet et son équipe sont présents pour vous accompagner afin de mieux contrôler l’image que l’on se fait de vous, de vos produits ou de votre société. Une idée intéressante, à l’heure où l’on parle d’e-réputation et du développement des réseaux sociaux.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 41

27/05/2010 21:32:40


042 Communication-Multimédia

Alexandre Florek dirige une société et a deux salariés lorsqu’il obtient son DESS de marché financier. En effet, c’est en 1999, alors qu’il passe sa maîtrise de Sciences Economiques qu’il lance Actisens, une société qui travaille dans le domaine de l’image de synthèse destinée principalement aux architectes. A partir de 2002, la révolution internet conduit Actisens à développer des sites web, tant pour le particulier que pour l’entreprise. Alexandre explique : « Nous fournissons des produits clefs en main. Nous sommes aussi hébergeurs grâce à des baies de serveurs situées à Poitiers et à Tours. » Pour la partie web, Actisens intervient dans la Vienne, les DeuxSèvres et l’Indre-et-Loire. Alexandre a ajouté une régie publicitaire

Il fait ses propres choix, cela lui permet d’aller sur des marchés porteurs sur Internet et un centre agréé de formation, qui lui permet de former ses clients à Internet. Au travers d’un catalogue interactif, Actisens vend ses propres produits qui vont de la newsletter, au téléchargement d’applications sur son smart phone, ou encore la géolocalisation, pour les mairies notamment. « Je fais mes propres choix, cela me permet d’aller sur des marchés porteurs comme c’est le cas avec Portail pro, un produit pour exposants, et mes catalogues interactifs qui me permettent de répondre à la demande d’un large panel de clients ». Aujourd’hui, la société emploie 19 personnes.

Alexandre Florek

Actisens

s t i du ro p s de ns so s i rn u fo s ou N « clefs en main. » CEI.indd 42

27/05/2010 21:32:41


s ri p om c s a p a n’ e u q s di du « L’industrie l’évolution profonde du public » Ghislain de Clercq

Classic Opus

Ghislain de Clercq fait partie de ceux qui se retrouvent bien dans l’univers de la musique classique. Après une école de commerce et une carrière commerciale et de marketing qui l’a conduit dans le petit monde da la communication mobile, de Métro, à SFR, puis à Siemens, ce passionné de classique se lance dans la mise en place d’un site de vente d’enregistrement de musique classique élaborée et occidentale. « L’industrie du disque n’a pas compris l’évolution profonde du public qui a refusé le concept du single, mais aussi le fait que pour 3 ou 4 morceaux qui nous intéressent, nous

Il veut rendre la musique classique plus accessible grâce à Internet soyons obligés d’acheter un CD de 15 titres ». La musique qui concerne Classic Opus s’étend du Moyen-âge à la musique d’aujourd’hui. A cette offre, Ghislain de Clercq souhaite ajouter un contenu éditorial et une billetterie. En quelque sorte, Ghislain souhaite donner un coup de jeune à un ensemble qui bénéficie souvent d’une image passablement vieillotte, en proposant une véritable communauté numérique sur le net.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 43

27/05/2010 21:32:42


044 Communication-Multimédia

Après des études d’action commerciale, Xavier Augay fonde sa première société de vente et de réparation de matériel informatique. La nouvelle législation aidant, une grande partie de sa clientèle se compose de médecins libéraux qui veulent faire installer la télétransmission des données avec la Caisse Primaire d’Assurance Maladie. En 2007, il revend son activité en conservant les médecins comme clients et en particulier les professionnels de l’imagerie médicale que sont les radiologues. Dès lors, il s’intéresse au partage et à l’échange des données médicales et fonde la société I-canopée. Juridiquement, la consultation des radiographies ne peut se faire que dans un cabinet médical. Le projet de Xavier

Il met en place un concept qui répond parfaitement à l’efficience médicale Augay n’a pas d’équivalent, puisque qu’il s’agit d’un logiciel relié à une plate forme d’échange qui permet la consultation à distance des données médicales, par le médecin de famille, le tout répondant à un ensemble de doléances techniques et juridiques très précises. Le dossier se compose d’onglets : comptes- rendus, praticiens, modalités, etc. L’outil répond parfaitement à l’efficience médicale et a déjà retenu toute l’attention de l’Ordre départemental et de l’Ordre régional des médecins, parce qu’il a su modéliser des pratiques qui correspondent aux usages de la profession.

Xavier Augay

I-canopée

nt e l a v i qu é d’ s a p a n’ t e j o r p « Mon dans le secteur médical, il permet la consultation à distance » CEI.indd 44

27/05/2010 21:32:43


ns o v a s u no , re b m e t p se 1 « Avec le 1 fait évoluer notre stratégie » Philippe de Lussy

E-Qual

Philippe de Lussy est un ancien cadre de Schlumberger où il a travaillé pendant plus de quinze ans. Le PDG d’E-Qual est un spécialiste de l’informatique et des réseaux. Cet ingénieur, diplômé de l’Institut d’Administration des Entreprises a quitté, début 2000, Schlumberger pour prendre la tête d’une jeune pousse spécialisée dans les opérations d’infrastructure liées à l’Internet. Le projet de la société E-Qual est né dans le TGV, que Philippe de Lussy empruntait quotidiennement, comme de nombreux cadres résidant à Poitiers. En juin 2000, avec une quinzaine d’associés, il a réuni la somme de 150 000 euros pour donner naissance à E-Qual. Le fond régional Poitou-Charentes Innovation et un investisseur privé y ont ajouté à peu après 1 million d’euros. L’activité phare de la société est alors le haut débit par

L’homme qui veut relier les hommes par le satellite satellite qui est encore trop coûteux pour concurrencer le câble et l’ADSL auprès des particuliers. Il permet en revanche d’apporter l’Internet à haut débit à des régions dépourvues de réseau câblé ou même d’infrastructure téléphonique, comme c’est le cas en Afrique ou au Moyen-Orient. Arrive le 11 septembre et les conséquences que l’on sait. E-Qual est alors contraint de changer de stratégie, et se tourne vers la gestion de qualité de réseaux, ainsi que vers la connectivité et réseaux terrestres, la performance et l’optimisation des applications, la gestion et la supervision de la sécurité informatique. E-Qual est une entreprise régionale de renommée nationale et internationale, qui emploie aujourd’hui une trentaine de personnes.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 45

27/05/2010 21:32:44


046 Communication-Multimédia

Samuel Sorin travaille au Conseil général de Vendée avant de suivre sa compagne sur Poitiers, c’est là qu’il met au point son projet de plate-forme de téléchargement légal et équitable. Amoureux de musique de tous types, Samuel Sorin veut aider à la promotion des musiques qui s’autoproduisent. Le site monpetitdisquaire.net est alimenté par les créations des artistes représentatifs du marché indépendant. Le site ambitionne de devenir le médiateur naturel entre le marché de la musique, les artistes et les internautes. L’inscription est gratuite et les artistes perçoivent entre 53 et

Aider à la promotion des artistes représentatifs du marché indépendant dans la musique 62% du prix de vente hors taxe, beaucoup plus qu’au sein d’un circuit « classique ». Avec monpetitdisquaire.net, les labels indépendants disposent d’un catalogue de premier plan. L’artiste gère ses données, organise lui-même sa promotion, accède à ses ventes, et il est rémunéré ! Pour l’acheteur, l’intérêt est clair : le prix d’un album 5 titres, fixé par l’artiste, se situe entre 2,25 et 9,70 euros. Voilà bien une réponse efficace au téléchargement illégal.

Samuel Sorin

Duwebdanslacafetière

r u e t a di é m e l r ni e v de de e nn o « Le site ambiti de la musique, les naturel entre le marché s » artistes et les internaute CEI.indd 46

27/05/2010 21:32:45


s de r ni u ré r i o v de de n i so e b « Plus col aborateurs en un seul lieu » Laurence Beauvy

Hollodeck

Après quinze années d’expérience dans le domaine des ressources humaines, Laurence Beauvy a bien cerné les points faibles du recrutement. Pour elle, c’est certain, le recrutement doit évoluer. C’est pour ce faire qu’elle vient de lancer son premier serious game : Recruit life. Pour Laurence Beauvy : « Les managers ne sont pas assez formés au recrutement. Recruit life comble un vide en apprenant à optimiser le recrutement au travers d’exercices progressifs ». La principale difficulté rencontrée par Laurence Beauvy a donc été de traduire l’art du recrutement sous une forme ludique à laquelle on accède de n’importe quel ordinateur avec un code. « Plus besoin de devoir réunir des collaborateurs en un seul lieu, et de

Elle traduit l’art du recrutement sous une forme ludique leur répéter des cours souvent très abstraits. Aujourd’hui, dans le monde de l’entreprise, le temps est compté et réunir plusieurs collaborateurs en un même lieu et en même temps, pour une formation, est un luxe ». Recruit life est donc la réponse que le monde de l’entreprise attendait pour apprendre, grâce à son jeu de simulation à conduire les étapes clés d’un recrutement. Pourquoi avoir utilisé le terme Hollodeck pour baptiser la société ? Dans la fiction Star Trek, « un hollodeck » est une salle qui recrée des environnements virtuels pour l’entraînement ou le divertissement. Bien vu !

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 47

27/05/2010 21:32:47


048 Communication-Multimédia

Avec Denis Ullrich, gérant de l’agence Alliance Créateurs Médias (ACMédias), la conception de sites web à bas coût débarque dans la Vienne. D’origine allemande, il s’installe à Poitiers après avoir rencontré son épouse, c’est là que commence sa nouvelle vie. Car notre homme a déjà eu plusieurs vies : styliste de mode, éditeur, directeur de galerie d’art avant d’être graphiste. Denis connaît son point fort : le graphisme. Autour de lui, il a su développer un réseau de professionnels en média, rédaction, photographies, développement… Marketing… Un réseau présent dans plusieurs pays de l’Union européenne. Pour tirer son épingle du jeu face à une concurrence réelle, Denis Ullrich fait du

Internet : Il fait du simple et du pas cher simple et du pas cher. Son prix d’appel est de 119 euros pour une page, un nom de domaine, 5 adresses courriel et une année d’hébergement. Mais l’outil révolutionnaire de l’agence est un pack web de 500 euros qui correspond au prix du chèque TIC (Technologie de l’Information et de la Communication) que le Conseil régional met à la disposition des créateurs d’entreprises (tels que des sites internet dédiés aux services à la personne, à la vente d’objets d’art, etc.). C’est en exploitant cette niche que Denis Ullrich connaît un rapide développement de sa société !

Denis Ullrich

ACMédias

he c ni ne u nt a t i o l p x e n e st « C’e d’Internet que ma société connaît un rapide développement ! » CEI.indd 48

27/05/2010 21:32:48


, e r i fa n e i b t e e r i fa t u fa « Dans la vie, il er sur des valeurs » être volontaire et s’appuy Bouziane Fourka

SQLI

Après de brillantes études qui le conduisent à devenir chercheur à l’ENSMA de Poitiers, Bouziane Fourka quitte le confort douillet qui est le sien pour se lancer dans la création d’entreprise. Nous sommes au milieu des années 90. En France presque personne n’a entendu parler d’Internet. Bouziane Fourka, lui, est persuadé qu’Internet va toucher et changer en profondeur toutes les fonctions de l’entreprise. Il lance alors l’une des 15 premières sociétés au monde dédié à Internet : « dès le début j’ai voulu que Lnet soit spécialisée dans le développement d’applications Internet, Intranet et Extranet à forte valeur ajoutée, Lnet Multimedia devait donc offrir des solutions globales et surmesure adaptées au besoin propre de l’entreprise ». A partir de 97, Lnet

Il lance l’une des 15 premières sociétés au monde dédiée à Internet est présente à Poitiers, Nantes et au Maroc. L’atout majeur de Bouziane Fourka est d’avoir compris qu’en aucun cas Internet se substitue au savoir-faire du client. L’éclatement de la bulle internet ajouté aux 35 heures déstabilise Lnet qui survit malgré tout à la crise. En 2005, le manque de fonds propres conduit Bouziane à céder Lnet à Sqli dans le but de protéger l’emploi (environ 25 emplois). Aujourd’hui, il dirige l’agence SQLI de Poitiers. Pour lui, l’idée doit être plus importante que l’argent : « Dans la vie, il faut faire et bien faire, être volontaire et s’appuyer sur des valeurs. » Gageons que Bouziane prépare déjà son prochain rebond.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 49

27/05/2010 21:32:49


050 Bureau d’Etudes

Après une quinzaine d’années passées dans un bureau d’études, l’idée est venue à Franck Lomet, Anthony Mesrine et Emmanuelle Roy de demander une « Bourse Régional Désir d’Entreprendre », un dispositif de financement régional, afin de créer Flam, une société d’ingénierie qui est passée par les ateliers de la création de la CAP avant de rejoindre le CEI. Flam propose un réel savoir-faire dans le domaine de l’énergie renouvelable. C’est le cas dans le domaine de la circulation des fluides (température, hygrométrie et air), mais aussi dans la conception des installations électriques (alarmes, câblages) qui sont le cœur de métier de Flam. La vocation de Flam Ingénierie est d’être un maître d’œuvre en matière de rénovation et de construction de bâtiments. Construire mieux et autrement sont les maîtres

Un réel savoir-faire dans le domaine de l’énergie renouvelable mots de ses trois fondateurs. Pour ce faire, les associés intègrent de nouvelles techniques en vue d’optimiser les coûts de maintenance ou de fonctionnement. Tous les trois apportent leurs compétences : disponibilité, écoute, qualité de service. L’entreprise souhaite devenir la référence dans la coordination des systèmes de sécurité incendie tout au long de la chaîne conduisant à la réception des travaux. L’essentiel de l’activité de Flam ingénierie réside dans l’expertise qu’elle apporte aux architectes qui intègrent des énergies renouvelables dans la conception d’un bâtiment respectant la charte environnementale issue du Grenelle de l’environnement.

Franck Lomet, Anthony Mesrine, Emmanuelle Roy et Brice coutant

Flam Ingénierie

m a l F de é t i v i t c a ’ l de l e i nt e ss e ’ «L Ingénierie réside dans l’expertise qu’el e apporte aux architectes » CEI.indd 50

27/05/2010 21:32:49


t e n o i t a nt e m e l g ré a l de « L’évolution les besoins en eau potable conductiisvenitét »à un développement important de l’a Yves Lemordant

Eaux Géologie Environnement Services (EGES)

Yves Lemordant obtient son Doctorat en géologie appliquée, avant d’effectuer son service national comme aide technique hydrogéologue pendant deux ans, à l’Ile de la Réunion. Ensuite, il intègre le Bureau de Recherche Géologique et Minière (BRGM), et traverse le monde au gré de ses missions professionnelles au Tchad, au Cameroun, au Sénégal, en Arabie Saoudite… Ensuite, ces missions le conduisent à traverser la France du nord au sud et d’ouest en est. Mais les pesanteurs de la hiérarchie et de la structure conduisent Yves à fonder sa propre société en 2002. Eaux Géologie Environnement Services (EGES) est un bureau d’études et d’ingénierie spécialisé dans les domaines des eaux souterraines (hydrogéologie, géologie et environnement) qui intervient dans les domaines suivants : réalisation d’études réglementaires, assistance technique et maîtrise d’œuvre pour le forage, études

Il répond à la recherche et à la demande en eau potable générales sur les eaux souterraines et rebouchage de forage. Il réalise aussi des études simplifiées : diagnostics environnementaux, études historiques, évaluations simplifiées ou détaillées des risques, études d’impact sur l’environnement… . Yves Lemordant intervient dans le cadre de forage d’eau ou en assistance à des forages et en assurant le suivi technique. La clientèle de particuliers se compose de maraichers (surtout bio), d’éleveurs, d’associations de défense de la nature, d’agriculteurs… ou d’experts judiciaires. La clientèle professionnelle est composée de syndicats d’eau, d’agences de l’eau de la DIREN, de départements, d’industriels, etc. L’évolution de la réglementation et les besoins en eau potable conduisent à un développement important de l’activité.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 51

27/05/2010 21:32:51


052 Bureau d’Etudes

Lauréate 2009 du Concours Créa’Vienne organisé par le Centre d’Entreprise et d’Innovation, catégorie Innovation, la société Wytek est le produit de la rencontre du savoir universitaire et de la volonté d’entrepreneur de ses deux fondateurs. A l’origine, Patrick Pailler est l’élève et Christian Chatellier, son professeur. C’est tout naturellement au sein de l’Université de Poitiers qu’est née cette entreprise innovante qui offre des solutions performantes et sur-mesure dans le domaine des transmissions de données sans fil. Patrick Pailler explique : « nous développons des solutions de monitoring et de commandes sans fil avec des applications fixes ou mobiles en milieu industriel. Notre valeur ajoutée repose sur la recherche d’une solution spécifique

Ils développent des solutions de monitoring et de commande sans fil avec des applications fixes ou mobiles en milieu industriel aux problématiques des entreprises et à leur environnement » (émissions radioactives dans le milieu hospitalier, dans le milieu du nucléaire… etc.). C’est au travers du conseil, de l’expertise, du prototypage, que Wytek peut fournir des solutions clé en main à une clientèle en recherche de nouveaux services dans la gamme des produits liés au monde du sans fil. Wytek permet de valoriser des travaux de recherche et par son innovation, d’accompagner les changements d’habitude du monde du travail. Patrick et Christian développent notamment un appareil de radioprotection des ambiances dans le milieu médical.

Patrick Pailler et Christian Chatellier

Wytek

s nt e m e ng ha c s e l ns no g a p m o c c « Nous a d’habitude du monde du travail » CEI.indd 52

27/05/2010 21:32:52


, e u q t i fa nt a nd e p dé n i t ri sp « Mon e naturel ement, je n’aime pas être commandé ! » Pascal-Henri Roucous

PHR

Pascal-Henri Roucous est d’un abord un peu bourru, mais c’est bien évidemment une image qu’il se donne. Il y a un côté capitaine Hadock dans cet homme à la barbe hirsute… « Cet air que je me donne, c’est un moyen de savoir qui j’ai en face de moi ! » lance-t-il à la cantonade ! Le bureau d’études PHR, pour « Pilotage, Habitat et Rénovation » a été accompagné et hébergé en 1999-2000 au CEI. Aujourd’hui, PHR intervient dans les domaines suivants : maîtrise d’œuvre neuf, entretien et restructuration, économie et direction d’exécution de travaux, coordination de sécurité et protection de la santé niveau 2, organisation pilotage et coordination. La première année, le chiffre d’affaires était de 58 000 Frs, aujourd’hui il est de 178 000 euros. Pascal-Henri Roucous se souvient : « J’ai travaillé 30 ans dans le traitement de façade avant de me retrouver au chômage, puis j’ai travaillé 7 années dans un bureau d’études, avant de perdre à nouveau mon travail. C’est cette seconde période de chômage qui m’a conduit à créer ma société. A cette période, ma fille avait 24 mois, et nous, Marie et moi, ses deux parents, étions

Il fonde son bureau d’études au chômage ». C’est tout naturellement que sa femme, Marie, assistante vétérinaire de profession, le suit dans l’aventure PHR. Le premier marché est un travail pour l’OPAC de Niort où il seconde un architecte. Il profite de la nuit pour travailler à sa guise au CEI. Pourquoi se lancer dans une telle aventure ? « Tout simplement car mon esprit indépendant fait que, naturellement, je n’aime pas être commandé !!! Et, si c’était à refaire, je crois que je le referais, même si c’est beaucoup d’investissement personnel pour avoir au final autant que si j’étais salarié, les ennuis et le stress en plus ». Ses deux meilleurs souvenirs : avoir réalisé l’ensemble de l’assainissement du lycée agricole de Venours, et en compagnie d’un architecte, avoir fait l’étude et le suivi du bâtiment demi-pension du collège Rabelais. Lorsque l’on parle de transmission à Pascal-Henri Roucous, il répond que « ce n’est pas d’actualité, mais j’y pense, le repreneur ne sera pas de la famille, j’aurais trop peur de me fâcher avec lui ! » VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 53

27/05/2010 21:32:53


054 Bureau d’Etudes

Caroline Boutin-Ottensen fonde 3A Conseil Ergo après avoir suivi un DESS d’Ergonomie et de Psychologie. Elle est hébergée au CEI à partir de 2005. Pour Caroline, « le CEI est une étape importante pour le créateur, car il y trouve une certaine émulation nécessaire à la réussite de son projet ». Caroline travaille sur des applications directes concernant l’aménagement des postes de travail et l’intégration des personnes handicapées. Son expertise touche à tout ce qui concerne l’évaluation des risques liés au travail, notamment les risques d’accidents. 3A Conseil Ergo connaît un développement en Vendée,

L’ergonomie au service du monde du travail en Haute-Vienne et plus largement, au niveau régional. Caroline explique sa démarche : « j’identifie les besoins et propose des solutions permettant une meilleure adaptabilité des lieux aux personnes qui y vivent ou y travaillent ». Elle travaille avec les services de la médecine du travail ou ceux dépendant du Ministère du Travail, mais de plus en plus, des architectes font appel à ses services afin de faire du beau et du fonctionnel ! Une autre façon de concilier bien-être et efficacité.

Caroline Boutin-Ottensen

3A Conseil Ergo

ne u r ou p s n i so e b s e l e i f i t n e « J’id meil eure adaptabilité des lieux l auentx » personnes qui y vivent ou y travai CEI.indd 54

27/05/2010 21:32:54


055 Rebond

s i u p de t e j ro p e c s i a t or p e «J plusieurs années » Alain Voiry

Viva Négoce

Alain Voiry commence sa carrière professionnelle dans le monde de la vente de poids lourds. Il gravit tous les échelons de la profession, chef des ventes en véhicules neufs et d’occasion, pour finir responsable d’une concession. La crise économique arrive et touche de plein fouet le transport routier. Alain Voiry est licencié, la concession est fermée. A 49 ans, notre homme se retrouve « le bec dans l’eau ». Il met à profit les premiers mois d’inactivité pour faire venir à maturité un projet qu’il portait en lui depuis plusieurs années : se mettre

Il vend des véhicules industriels d’occasion à son compte. Ayant une parfaite connaissance du monde de la vente de véhicules industriels d’occasion, c’est vers la vente de poids lourds de plus de 3,5 tonnes qu’il se tourne. A cela, il rajoute le négoce d’engins de travaux publics. Viva Négoce a une vocation régionale, mais le carnet d’adresses d’Alain Voiry lui permet d’espérer un rapide développement national, voir international en direction de l’Afrique, du Moyen Orient et de l’Europe de l’Est.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 55

27/05/2010 21:32:55


056 Rebond

David Jamet est resté longtemps un enfant. Sa jeunesse, il la passe à jouer avec des vaisseaux spatiaux. Etudiant, il pratique les jeux de rôle. Objecteur de conscience, il passe trois mois à la prison de la Santé à travailler sur le scénario d’un dessin animé qui ne verra jamais le jour. C’est de cette expérience que va naître un projet de ballon doté d’une caméra permettant de « visiter » les lieux les plus divers. Candidat au Concours défis jeunes, David Jamet gagne le premier prix en septembre 1999, et rejoint le CEI en 2001. Au Salon de la franchise, un premier ballon est vendu. Mais, ce qui fait connaître au plus grand nombre la société Ballonet.com, ce sont les photos prises lors des manifestations de la Place de l’Opéra entre les deux tours de la présidentielle de 2002. Photos qui seront achetées par l’agence Gamma

Il met en place des franchises dans le domaine de la pizza et publiées dans la presse nationale. Au Salon des Maires, le ballon reçoit le Prix de l’innovation. En mai, 15 ballons sont vendus au travers l’Europe. En juin, on compte même 26 concessions en France !!! David revend la société en 2007. Pendant l’année 2008, il étudie différents concepts de ventes de pizza : dans les bars, les fêtes foraines, les villages, en camion… Le concept qu’il retient et qu’il développe est la pizza à domicile vendue par des franchisés recherchant un complément de salaire grâce au statut de l’auto entrepreneur. Le franchisé, après une formation obtient une exclusivité territoriale, une formation technique et marketing et un four ! Charge à lui de commander auprès de 1001 pizzas une pâte de grande qualité, 24 heures à l’avance.

David Jamet

1001 pizzAS

« Le franchisé obtient une exclusivité territoriale » CEI.indd 56

27/05/2010 21:32:56


r e st re s a p s i a v ou p ne e J « sur un échec » Jérôme Beauvais

Tartines et gourmandises

Puisqu’il faut bien faire quelque chose de sa vie, Jérôme Beauvais entre chez McDo, il y gravit les échelons : d’équipier à directeur-adjoint de restaurant. Puis il travaille pour les cafés Merling et Lucky Strike. Licencié en 2003, il se tourne vers la communication et vers l’impression rapide sur papier. Au bout d’un an et demi, il ne doit de l’argent à personne mais il n’en gagne pas. Il décide de cesser son activité, et est aidé par le CEI. Il reprend un travail purement alimentaire : commercial en produits industriels. C’est au cours d’une tournée dans le centre-ville qu’il s’arrête devant une boulangerie-viennoiserie de la Place de la Liberté. Les 4000 étudiants et les 160 professeurs et personnels administratifs ont déserté le quartier, suite à la réfection de l’hôtel Fumé, siège de la faculté, pour y revenir dans

Il vend 17 cm de plaisir 3 ans, à la rentrée universitaire 20102011. Jérôme rachète l’activité qui bat de l’aile. Il la baptise Tartines et gourmandises, en modernise l’installation et se fait connaître au travers d’un coup de pub magistral. Le slogan : « 17 cm de plaisir, lance une nouvelle gamme de sandwich » ! Pains, viennoiseries et sandwichs font son lot quotidien. Il développe ensuite la livraison sur la zone de la technopole du Futuroscope. Depuis janvier, il livre midi et soir sur Poitiers, ajoutant burgers et pizzas aux sandwichs, tartines, salades et autres formules…. Toujours le mot pour rire, vous le reconnaîtrez forcément au volant de sa petite camionnette de livraison marron.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 57

27/05/2010 21:32:57


058 Rebond

En classe de sixième, il a deux années de retard… Ses parents l’envoient en pension, ce qui lui permettra d’obtenir son baccalauréat, de faire une école de commerce, et de se retrouver titulaire d’un DESS de gestion. Au sortir de l’Armée, il travaille chez ADECCO comme commercial dans la branche industrie et bâtiment. Il quitte Paris pour Lyon, et devient directeur commercial d’une entreprise d’objets publicitaires, et travaille beaucoup avec l’Asie. Deux années plus tard, le marché se retourne, Stéphane entre chez Sodexo en tant que directeur des opérations extérieures en Arabie Saoudite, puis au Sultanat d’Oman. Ne voulant pas faire une carrière d’expatrié, la famille Groz rentre en France. Après un passage chez Havas, entres autres, il devient directeur de production Cegetel puis de SFR sur la Technopôle du Futuroscope. Lorsque l’opérateur de téléphonie

Il vend de l’électricité à EDF décide de vendre cette activité, Stéphane entre dans le conseil en investissement immobilier : « c’est là que je découvre l’univers du photovoltaïque. Les toitures sont une mine d’or quasiment inexploitée. Nous proposons du sur-mesure, en accompagnant les propriétaires des toits en leur proposant d’être partenaire, ou simplement en prenant la gestion seule. De même, nous proposons des ombrières pour couvrir les parkings des concessionnaires automobiles, ou encore les grandes surfaces… Cela génère des revenus grâce à la revente de l’électricité à EDF ». En fait, ce qui caractérise la vie professionnelle de Stéphane Groz, c’est qu’il fait le choix des activités de service, en tout début de croissance, alors qu’elles n’ont pas encore d’historique ou de modèles économiques !

Stéphane Groz

Novengo

à e c râ g s nu e v re s de re nè « Je gé la revente de l’électricité à E D F »

CEI.indd 58

27/05/2010 21:32:58


059 Géo Trouvetout

s e m à l e p p a nt fo s e l i a v « Mes trou facultés d’adaptation » Michel Gautier

Plombier-Chauffagiste

Durant une longue vie professionnelle, comme plombier-chauffagiste, Michel Gautier a toujours travaillé seul. Il a donc eu recours à des astuces qui lui ont permis de faire appel à ses facultés d’adaptation. Pour lui permettre de résoudre les problèmes auxquels il est confronté, Michel cherche des solutions simples, qui souvent s’avèrent être les plus efficaces. C’est en 1972 que Michel Gautier invente le « Manumac », un diable équipé de roulettes additionnelles. L’idée d’ajouter deux roulettes à l’opposé des roues originales s’impose naturellement à lui, lorsqu’il manipule seul une machine à laver dans une camionnette. La trouvaille permet aussi à une personne seule de charger et de décharger sans effort, et en toute sécurité des objets lourds ou volumineux.

Il invente des produits de la vie quotidienne C’est la MACC de Châtellerault qui produit et commercialise l’invention. En 2002, le « Polyrol » voit le jour. C’est un dérouleur de plancher chauffant qui est commercialisé depuis 2006 par la MACC. A cela, il faut ajouter un portillon de piscine, un dispositif de sécurité rapide pour s’harnacher lors de déplacement sur les toits, une poubelle innovante et un « sécuréchelle » qui a retenu toute l’attention de la MACC… Différents prix sont venus encourager et couronner les inventions de Michel Gautier, tels que le Palmarès de l’Innovation en 2004, le prix du Ministère de l’Intérieur et de la sécurité, ou encore le concours de LEPINE en 2006.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 59

27/05/2010 21:33:00


060 Géo Trouvetout

Sylvain Puteaux est un des dix plus importants arbitres internationaux d’escrime, c’est sa passion. Il vit pour cet art d’excellence qu’est l’épée. Un jour, la fédération internationale d’escrime lui fait savoir que le lycée de Copenhague est à la recherche d’un maître d’armes. L’annonce intéresse Sylvain. Il y répond sans savoir que, dès lors, il met le doigt dans un cycle infernal qui va le conduire à changer une partie de sa vie. Après quelques heures passées au lycée, Sylvain appelle sa femme pour lui dire que, réflexion faite, l’annonce ne lui convient pas. Il profite de la semaine pour visiter Copenhague et pour assister, en fin de semaine, à une compétition d’escrime en Finlande. La qualité de la logistique et l’air du Grand Nord font revenir Sylvain sur sa décision : il accepte de travailler à Copenhague à raison de 20 jours par mois, les dix autres étant consacrés à sa famille restée en France. Un soir, lors d’une discussion amicale, il découvre qu’un de ses collègues fabrique du matériel d’escrime en mousse pour enfant. L’idée séduit Sylvain. Lorsqu’il rentre en France, il n’oublie pas de prendre épées, couronnes et boucliers pour ses enfants. La

Il distribue des jouets en mousse (épées, couronnes), des marionnettes et des costumes en ligne pour les enfants. réaction des 4 petits est celle qu’il attendait : ils se transforment en reine, roi, prince et page… C’est une vraie partie de franche rigolade. Au grand dam de ses enfants, et comme il s’y était engagé, Sylvain rentre à Copenhague avec les jeux en mousse. Comprenant que le concept est illimité, Sylvain crée sa SARL Lautreshop.com en 2010, et part à l’assaut des grands noms de la distribution qui adoptent la gamme de produits comme « fond de rayon ». Aujourd’hui, le château de Chambord, celui de Vaux le Vicomte et celui de Versailles veulent chacun leur épée. Aux jeux en mousse, Sylvain ajoute une gamme de déguisements pour l’enfant et l’adulte, ainsi que des marionnettes en peluche. Aujourd’hui, toute cette gamme lui permet d’investir de nouveaux marchés comme les ludothèques ou les parcs animaliers. Sylvain va diffuser en direct toute sa gamme au travers d’un site marchand destiné aux professionnels et aux particuliers et sur lequel seront en vente pas moins de 1200 articles différents.

Sylvain Puteaux

Lautreshop.com

s t i du ro p de e m m a g e rg a l a m , « Aujourd’hui me permet d’investir de nouveauxanmaimalrchieésrs »comme les ludothèques ou les parcs CEI.indd 60

27/05/2010 21:33:01


de e m m a g a m e l è v u no re « Je produits tous les trois mois » Youssoufou Msoili

Rincase design

Youssoufou Msoili est né à Mayotte. Après sa classe de terminale, il quitte son île pour le sud de la France. Inscrit en médecine à la faculté d’Aix-Marseille, il change de filière au bout de deux ans pour suivre une formation en BTS action commerciale. En parallèle, il trouve un emploi jeune dont la finalité est d’intégrer les étudiants handicapés comme auxiliaire d’intégration, il se découvre une réelle passion pour le sport. Arrivé dans le pays châtelleraudais, pour suivre un de ses anciens professeurs qui le reçoit en vacances, Youssoufou trouve rapidement un emploi de télévendeur au centre d’appel Laser contact de Chasseneuil-du-Poitou. C’est là qu’il découvre la fonction « doudou » que nombre d’adultes confèrent inconsciemment à leur téléphone portable. Ancienne styliste de mode, Sitti, la compagne de Youssoufou est mise à contribution pour réaliser des « chaussettes de protection ». Devant le succès que ses productions rencontrent

Il conçoit des étuis de téléphones portables « dernier cri » auprès de ses collègues, Youssoufou investit dans un site internet de vente par enchères. Il fonde sa société : Rincase design. Et pourquoi un nom aussi énigmatique ? « Rin » est le diminutif qu’il donne à sa fille Marie-Anna, et « Case » pour étui. « Voulant suivre l’évolution perpétuelle des téléphones portables, Sitti et moi réfléchissons alors à de nouveaux produits que je renouvèle tous les trois mois et qui se vendent comme des petits pains sur mon site marchand. Aujourd’hui, la couleur et la texture sont travaillées en Chine ». Dans les années à venir, Youssoufou réfléchit à ajouter une forte valeur ajoutée en créant des produits dérivés de maroquinerie. Il aime à se souvenir que, jeune, il allait ramasser, avec ses parents, des bananes, et en gardait quelques unes pour les revendre à l’école !!!

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 61

27/05/2010 21:33:02


062 Service et Conseil

Pour Laurent Parra d’Expense Reduction Analysts, « la façon la plus facile d’augmenter les profits est de réduire les coûts inutiles. Cette approche est plus facile à mettre en œuvre qu’augmenter les ventes ». Les solutions proposées par Laurent Parra ont fait leurs preuves et peuvent générer une économie moyenne de 20% sur plus de 100 postes de dépenses différents. C’est leur expertise et leur excellente connaissance des marchés locaux que Laurent et son équipe d’Expense Reduction Analysts mettent aux services des entreprises clientes. Ils sont en mesure de négocier les meilleurs prix auprès de vos prestataires de service habituels ou avec d’autres fournisseurs, car ils connaissent l’offre du marché et les options qui

Une expertise pour augmenter les profits en réduisant les coûts inutiles. répondraient le mieux à vos besoins. Les économies proposées ne touchent en aucun cas le domaine de la qualité, « au contraire, vous remarquerez presque toujours une nette augmentation des aspects qualitatifs », insiste Laurent Parra. Expense Reduction Analysts (ERA) a vu le jour dans l’objectif d’aider les entreprises à réduire leurs dépenses non essentielles. Cette idée simple a débouché sur une méthodologie qui aujourd’hui ne cesse de faire ses preuves. De nombreuses entreprises ont déjà fait appel à ses services (emballages, transport, fournitures, entretien, etc).

Laurent Parra

ERA

s on os p ro p s u no e u q ns o i t u l « Les so peuvent générer une économie moyenne de 20 % » CEI.indd 62

27/05/2010 21:33:03


e s i l a i rc e m om c t e e p p o l e v dé e j « J’étudie, des systèmes automatiques d’identifséiccuatriiotné et» d’inspection dans le domaine de la Philippe Delbos

Nestor Technologies

Philippe Delbos a fondé Nestor Technologies en 2001. Cette société développe ses propres solutions opérationnelles dans le domaine de la sécurité et de la sûreté grâce à l’analyse d’images, et ce aussi bien au niveau national qu’international. Philippe Delbos affirme : « Nestor technologies étudie, développe et commercialise des systèmes automatiques d’identification et d’inspection des véhicules et de leur chargement, ainsi que des systèmes de vidéosurveillance qui interviennent notamment dans le domaine de la reconnaissance automatique de plaque d’immatriculation, dans celui de la reconnaissance automatique de numéro de container ou de numéro de wagon ». Mais, la société a aussi développé un système d’inspection

Une entreprise en pointe dans le domaine de la sécurité de dessous de véhicule, un système d’inspection de container, un couplage à des systèmes d’inspection par rayons X, un système de vidéosurveillance et le développement d’applications vidéo spécifiques. » Aujourd’hui, la société de Philippe Delbos s’est faite un nom, et s’est imposée auprès des services de l’Etat, des intégrateurs de solutions pour les services de sûreté et sécurité dans les secteurs civil et militaire, des transporteurs de fret routier, ferroviaire, portuaire et maritime, mais aussi des acteurs présents sur les sites multimodaux, des entreprises et industries sensibles ou à risque, ou encore auprès des douanes et assureurs.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 63

27/05/2010 21:33:04


064 Service et Conseil

Juriste de formation dans le domaine des affaires internationales, Vassil Diakov commence sa carrière dans l’industrie métallurgique. Ensuite, il conseille des directions dans le domaine nucléaire et pétrolier. Le Conseil général de la Vienne et la Région Poitou-Charentes font appel à lui pour prendre la direction du Juriscope. Ensuite, en 1996, il devient consultant chargé des affaires européennes de groupes internationaux. Le lancement du pôle de compétitivité de Mobilité et Transports Avancés (MTA) le conduit, grâce à son expertise, à mettre en place des techniques de veilles économiques et stratégiques, afin de protéger la

L’intérêt était de mutualiser les coûts de veille compétitivité de la filière. Il met donc en place ADQ8 Consulting (phonétiquement adequate en anglais). Il va « ramer » pour démontrer que l’intelligence économique est un outil indispensable à la compétitivité et au développement du tissu économique de la Vienne. « L’intérêt était de mutualiser les coûts de veille, pour commencer, je comptais sur les 2500 entreprises de la filière automobile en Poitou-Charentes… Il y avait donc un marché qui pouvait être tiré par le pôle de compétitivité, un état d’esprit que j’ai su apprécier lors de mon passage au CEI ».

Vassil Diakov

ADQ8 Consulting

t i a v ou p i u q hé rc a m n u nc « Il y avait do mpétitivité » être tiré par le pôle de co CEI.indd 64

27/05/2010 21:33:04


e l p u e p du e m â ’ l nt e m e l b a t « C’est véri tahitien, j’aime ce sport pour les»valeurs humaines qui lui sont liées Jean Lefort

Va’ a Tahiti

Après avoir travaillé pour une société de produits chimiques dans les années 70, Jean Lefort, originaire de Montmorillon, arrive un peu par hasard en Polynésie et plus spécialement à Tahiti. C’est dans cette île paradisiaque qu’il ouvre un magasin et fait des affaires. Il tombe sous le charme polynésien allant jusqu’à pratiquer le « Va’a », c’est-à-dire la pirogue. « C’est véritablement l’âme du peuple tahitien, j’aime ce sport pour les valeurs humaines qui lui sont liées. Plus qu’un sport, le Va’a est d’abord un art de vivre qui puise ses racines au plus profond de la civilisation polynésienne. Le Va’a fait corps avec la mer. Mi-aérien, miaquatique, il effleure la surface de l’eau, glisse à pleine vitesse, tel un poissonvolant. C’est pour répondre à une vraie

Il promeut la pirogue polynésienne demande et pour faire connaître cette pratique qui se développe partout à travers le monde que j’ai décidé de proposer une offre globale allant du voyage et de la découverte de Tahiti à la vente de pirogues, en passant par l’édition, la diffusion de visuels, notamment au travers de l’ouvrage « Va’ a Tahiti, l’âme d’un peuple ». Comme le Va’a est un véritable art de vivre, Jean Lefort a mis sur pied une collection de vêtements sportwear, que les amateurs connaissent sous la marque Tahitianoutripper. La gamme de vêtements va du bonnet de marin au polo en passant par le sweat.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 65

27/05/2010 21:33:06


066 Service et Conseil

Jean-Paul François et son associé Vincent Goubeau ont lancé Conceptour en 1995. L’idée initiale était de vivre ses vacances autrement, d’en être acteur et de voyager intelligent. Par exemple, des déplacements accompagnés d’un guide conférencier qui permettait aux voyageurs de connaître l’essentiel des lieux qu’ils visitaient. A cette période, les destinations sont des plus variées : Prague, Le Caire, Venise… Très vite les grands pays du continent africain deviennent des destinations prisées par ceux qui font confiance à Conceptour. Chemin faisant, les deux associés arrivent même à faire

L’idée initiale était de vivre ses vacances autrement décoller des avions qu’ils affrètent au départ de Poitiers. Un point fort pour une clientèle qui n’a pas forcément envie d’ajouter la fatigue du train ou de la route pour partir ou revenir en passant par la région ! En 2000, un problème du réseau commercial conduit Conceptour à se rapprocher d’un acteur régional majeur du voyage. Depuis, les deux fondateurs ont quitté l’aventure qui se poursuit. Mais Jean-Paul François revient au CEI avec un projet de mise en valeur du patrimoine régional haut de gamme.

Jean-Paul François

Conceptour

e l r u e l a v n e e r t e m : t e j ro « Mon p patrimoine régional haut de gamme » CEI.indd 66

27/05/2010 21:33:06


s de é t i c a c i ff e ’ l r e r t on m dé « Nous devons le marché » produits avant leur mise sur Hubert Taupe

Isoclin

Isoclin est une société de recherche sous contrat de prestations agroalimentaires et pharmaceutiques. Cela signifie qu’elle doit obtenir la réalisation de la preuve. Hubert Taupe et son équipe interviennent notamment dans le cadre de recherches sur toutes les pathologies, par phase, afin de démontrer l’efficacité des produits avant la mise sur le marché. C’est la même chose dans le domaine de l’agroalimentaire. Isoclin intervient dans la phase d’essais sur l’homme, dans le cadre de protocoles très réglementés. Ces recherches biomédicales conduisent à l’obtention de la fameuse

Obtenir la réalisation de la preuve autorisation de mise sur le marché. Hubert Taupe se souvient que son hébergement au CEI de 2000 à 2002 lui « a permis de mettre le pied à l’étrier » : « L’accompagnement du CEI fait l’effet de l’huile que l’on met dans un rouage afin qu’il fonctionne… Cette étape a été déterminante pour la mise en place de mon projet et pour son lancement. Pour moi, les porteurs de projets devraient tous passer par une pépinière avant de se lancer dans leur activité ».

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 67

27/05/2010 21:33:07


068 Service et Conseil

D’origine marocaine, Nabil Al Khedr dirige la société Bilong, un réseau de consultants qui apportent leur expertise afin d’aider les dirigeants à améliorer leurs performances. Très tôt, la société se spécialise dans le business intelligent, le management de la performance et les systèmes d’information décisionnels. Pour Nabil Al Khedr, « le marché est porteur, et plusieurs éléments, dont des rencontres, m’ont poussé à concrétiser le projet que je portais en moi depuis longtemps : fonder ma propre société ». Si un dirigeant veut une information sur sa société, il doit pouvoir y avoir un accès rapide. C’est de ce postulat de départ qu’est parti Nabil Al Khedr, ancien contrôleur de gestion du CNED avant de créer Bilong en 2008. Le point fort de Bilong repose sur deux compétences : une en informatique, l’autre en gestion d’entreprises. « Nous intervenons afin d’aider les dirigeants à

Il intervient afin d’aider les dirigeants à trouver les meilleurs indicateurs trouver les meilleurs indicateurs. Seul le croisement de données financières et de production est capable de mettre en évidence la réalité en un point T ». C’est donc presque naturellement que Bilong, s’adresse aux grands comptes qui, seuls, disposent de plusieurs niveaux hiérarchiques et de plusieurs services. « Les organisations complexes doivent parler le même langage : groupes, collectivités, établissements publics… sont tous soumis à une obligation de performance ». En deux années d’existence, l’expertise de Bilong est reconnue, tant au niveau national qu’au niveau international, puisque des sociétés comme La Société Générale, Canal +, Bull, France télécom ou Schlumberger… ont déjà fait appel aux services de Bilong !

Nabil Al Khedr

Bilong

nt e v i do s e x e l p m o c ns o i t a s ni a g or « Les parler le même langage et sonte sou»mises à une obligation de performanc CEI.indd 68

27/05/2010 21:33:07


e m om c s ne u e j s ne on rs e p s e l r ou «P moi, l’image du CE I et son sérieux, rassurent mes clients » Elodie Boudaud

ACC Gestion

Après avoir obtenu son baccalauréat, Elodie Boudaud travaille un temps en boulangerie, avant de reprendre des études d’assistante de gestion en alternance. Elle effectue son stage en entreprise dans une petite société de taxis qui l’embauche rapidement à la fin du cycle de formation. Elodie y restera une année. « Je voulais créer ma société, je suis donc passée à l’acte en fondant ACC Gestion ». La jeune femme suit une formation de créateur d’entreprises, mais continue de déplorer le manque de suivi après le stage. Elle commence à travailler de chez elle, c’est là qu’elle

Elle crée un secrétariat partagé comprend l’utilité d’une structure comme le CEI permettant l’échange entre créateurs. « Pour les personnes jeunes comme moi, l’image du CEI et son sérieux rassurent mes clients ». De son jeune âge, Elodie en fait un avantage, le bouche à oreille fait le reste. Le carnet de commande de ACC Gestion se remplit peu à peu (gestion administrative, mailing, gestio commerciale). A son cœur de métier, Elodie vient d’ajouter la formation individuelle.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 69

27/05/2010 21:33:09


070 Service et Conseil

Paul Guédon, fondateur de Mutationspubliques : « 70 à 80 % des problèmes que rencontre l’administration électronique sont organisationnels, les 20 à 30 % restant sont donc de l’ordre des problèmes techniques ». L’enjeu de l’e-administration, est donc la modernisation et l’amélioration des procédures. Il ne faut pas donner de la puissance à quelque chose qui ne fonctionne pas très bien ! La modernisation, c’est d’abord remettre l’usager au centre des préoccupations. Il faut lui offrir des services les plus complets possible. Pour arriver à cela, il faut faire asseoir autour de la table les différentes parties concernées, l’objectif étant de remettre à plat l’ensemble des processus. On se rend compte alors que la modernisation des services publics n’a pas pour

L’enjeu de l’e-administration est donc la modernisation et l’amélioration des procédures dans les services publics seule finalité des économies de consommables ou de ressources humaines, mais surtout la suppression de nombreuses procédures ou prestations effectuées plusieurs fois, tant en interne qu’entre divers organismes publics. L’informatisation sans la rationalité ne sert à rien, les collectivités se contentant trop souvent de reproduire les actions d’autres collectivités. Initiateur de la manifestation « Les rencontres de l’innovation publique », Mutationspubliques intervient en amont afin de rationnaliser l’offre qui est proposée aux usagers des services publics.

Paul Guédon

Mutations-publiques

e r t e m re d or b a d’ st e ’ c n, o i t a s i « La modern l’usager au centre des préoccupations » CEI.indd 70

27/05/2010 21:33:09


e i nt ra a g r i o v t u e p e r i a i c i f « Le béné la continuité de service sur ses nclieeux»de vacances ou pendant son abse Anne-Pascale Muzard

Zoélune

Anne-Pascale Muzard a réuni au sein de Plaisir d’aider un ensemble multiservice répondant à l’attente d’un plus grand nombre. « La volonté de Plaisir d’aider est de mettre en place une véritable relation qualitative basée sur la confiance, notamment en direction des publics les plus fragiles ou dépendants ». Plaisir d’aider intervient dans le domaine des services classiques : jardinage, petit bricolage, repassage… des services personnalisés : assistance aux personnes âgées, aide aux personnes handicapées, aide aux devoir, initiation et apprentissage informatique… etc.

Elle crée un ensemble multiservice dans les services à la personne Plaisir d’aider, c’est aussi un service de livraison de colis, de médicaments… etc. Un service d’accompagnement lors de déplacements, de surveillance ou lié aux loisirs. Le bénéficiaire peut aussi, du fait de l’existence d’un réseau national, voir garantie la continuité de service sur ses lieux de vacances ou pendant son absence. Afin que vous soyez totalement rassuré, le personnel qui intervient chez vous, vous est présenté avant toute intervention.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 71

27/05/2010 21:33:10


072 Service et Conseil

Delphine Nédaud est une femme pleine de ressources, originaire de Montmorillon, elle s’immerge au sein du groupe Hersant aux Antilles Françaises. Rapidement, elle devient responsable d’animation de la radio NRJ en Nouvelle-Calédonie. Diplômée en sociologie des organisations, elle a travaillé pour le groupe pétrolier Total en Angola : « Je devais anticiper l’évolution des ressources humaines au regard de la production et commencer à adapter les compétences requises au travail. » Après cette crise de « bougisme », ce petit bout de femme a voulu revenir dans son Poitou natal… Le fameux mal du pays, ou quelque chose qui s’en rapproche. En tout cas l’envie de poser ses valises. Elle passe un master « Administration des entreprises » à l’IAE de Poitiers et un autre en diagnostic social et management

Elle est spécialisée dans la gestion des ressources humaines pour PME-PMI des ressources humaines au Centre d’études littéraires et scientifiques appliquées (Celsa). En 2008, elle fonde Ailes RH, une société spécialisée dans la gestion des ressources humaines, tournée vers les petites et moyennes entreprises qui n’ont pas les moyens de recruter un responsable RH en interne. Après 2 années d’activités et des perspectives encourageantes au CEI, elle aborde l’accompagnement du changement, la motivation et la communication dans l’entreprise, ainsi que la formation ou encore la gestion prévisionnelle. Un sourire malicieux, elle laisse tomber d’un ton presque confidentiel : « Vous savez, le plus dur dans tout cela a été de créer ma propre société… »

Delphine Nédaud

Ailes Rh

a , a l e c t u o t ns da r, du s u l « Le p été de créer ma propre société » CEI.indd 72

27/05/2010 21:33:11


s ne on rs e p x u a e r t e rm e p « Je veux handicapées d’accéder à l’emploi » Pamela Bryant

D[ea]stance Services

Anglaise d’origine, elle arrive à cinq ans dans le Poitou. Elle fait un BTS par alternance, avant d’obtenir un Master de Commerce International. Après quelques détours professionnels, elle revient à Poitiers comme conseillère en formation dans le domaine de l’insertion des travailleurs handicapés. C’est une rencontre avec un chef d’entreprise, qui lui présente un poste adapté, que le déclic se fait : « je voulais créer une entreprise, je venais de trouver le créneau qui m’intéressait ». Elle démissionne de l’AFC et se lance dans son projet « je veux permettre à des personnes handicapées, qui ne peuvent pas accéder à l’emploi, de se

Elle veut accompagner la démarche citoyenne des entreprises retrouver en capacité de travailler dans le domaine des services par la gestion des appels téléphoniques, d’emarketing et de secrétariat à distance. Pour répondre à cette demande, je recrute des personnes en fonction d’une fiche de poste, de compétences, et en fonction de ce qu’elles souhaitent faire », explique Pamela Bryant. Voilà bien une démarche qui valorise les entreprises qui ont une démarche citoyenne, en réinsérant dans le monde du travail des personnes handicapées.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 73

27/05/2010 21:33:12


074 Acoustique

A l’origine, Catherine Herrero est consultante dans le domaine de l’acoustique. C’est sa pratique professionnelle qui l’a fait s’orienter petit à petit vers les éco matériaux. Ainsi, elle accompagne des entreprises du bâtiment, qui, en tant qu’acteur du marché, peuvent collaborer à des projets. Catherine Herrero et la société Acouscope réalisent des études de faisabilité et tendent à fédérer les producteurs et les consommateurs. « Partant d’une idée de caractérisation acoustique des éco-matériaux (laine, chanvre, etc.), je suis et j’accompagne,

Elle trouve des débouchés aux éco matériaux sur des secteurs nouveaux en Poitou-Charentes, toutes les aides et les évolutions techniques qui permettent aux éco matériaux de déboucher sur des nouveaux secteurs en dehors de l’habitat. Dans mon secteur d’activité, la réglementation permet d’anticiper les évolutions du marché ». Son hébergement au CEI lui a permis de mieux formaliser son offre de service, à la repréciser afin de la mettre en adéquation avec les attentes du marché.

Catherine Herrero

Acouscope

, é t i v i t c a d’ r u e t c se on m ns a «D la réglementation permet d’anticiper les évolutions du marché » CEI.indd 74

27/05/2010 21:33:13


« Je préconise les travaux à réaliser » Olivier Coste

Signal développement

Olivier Coste est à la tête de Signal développement, un bureau d’études d’ingénierie acoustique et de vibration. Il peut intervenir, avec son équipe, en tant que partenaire au sein d’une équipe de maîtrise d’œuvre ou en tant qu’ingénieur conseil, auprès d’architectes par exemple. Signal développement intervient aussi pour le compte de municipalités, de conseils régionaux, ou généraux, sur des projets divers comme la réhabilitation de salles polyvalentes, de locaux d’enseignement, ou dans le domaine de l’impact des infrastructures de transport. Comme acousticien, Signal développement intervient indépendamment de tout fournisseur pour rendre un établissement conforme

Une offre globale dans le domaine du bruit à la législation. Olivier Coste et son équipe diagnostiquent la situation de l’établissement par rapport à la législation sur le bruit et, si besoin, préconise les travaux à réaliser. En milieu industriel, Signal développement propose de diagnostiquer l’état des installations par rapport à la réglementation. En cas de non-conformité, Signal développement préconise et optimise les travaux à réaliser. Signal développement travaille aussi dans le domaine de l’aérodynamique, de l’automobile et du train, et notamment dans le domaine de l’impact sur la consommation et du gain en autonomie.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 75

27/05/2010 21:33:14


076 Acoustique

Ingénieur en bureau d’étude, et chef de projet, Gérard Kotingan décide de fonder sa société au début des années 2000 : « c’est par goût de l’indépendance que j’ai sauté le pas en fondant ma propre société ». Au CEI, où sa société est hébergée pendant 18 mois à partir de mars 2001, il trouve un lieu privilégié pour sortir de l’isolement que connaît chaque fondateur de société. Gérard Kotingan dirige ABC Décibel, une société d’ingénierie acoustique travaillant dans les domaines environnementaux et architecturaux et industriels. Dans le domaine de l’environnement ABC Décibel mesure le bruit et propose des solutions adaptées afin de sauvegarder

Proposer des solutions adaptées afin de sauvegarder la qualité de vie la qualité de vie. L’intervention d’ABC Décibel dans le domaine architectural permet d’obtenir des solutions techniques d’isolation, mais aussi de confort acoustique, de suppression de bruits d’impact, mais aussi la correction acoustique dans les salles recevant du public. Dans le domaine industriel, l’équipe de Gérard Kotingan (4 personnes) vient en appui de la Médecine du travail afin de réduire les seuils de nuisances sonores et protéger les postes de travail.

Gérard Kotingan

ABC Décibel

e nc a nd e p dé n i ’ l de t oû g r a p st « C’e que j’ai sauté le pas, en fondant ma propre société » CEI.indd 76

27/05/2010 21:33:14


077 Verte

re nd re r ou p ns o l i se on c s u « Nous vo votre logement moins énergivore, plus sain, et surtout plus économe » Elodie Texier et Albéric Simonet

Se loger éco

Albéric Simonet et Elodie Texier se sont rencontrés autour d’un projet immobilier en Charente-Maritime. « Notre environnement change et nous aussi, c’est pourquoi Se loger éco vous orientera vers des biens immobiliers s’inscrivant dans une démarche de qualité environnementale et de performance énergétique, et vous conseillera pour rendre votre maison et votre appartement moins énergivore, plus sain, et surtout plus économe. », explique Elodie Texier. Se loger éco vous informe au préalable sur la dépense en énergie du bien en vente, et sur sa dépense en CO2 grâce à l’étiquette DPE (Diagnostic de Performance Energétique), affichée systématiquement sur chacun des

Une autre façon de concevoir l’immobilier supports de communication. Forts d’une véritable expertise dans la promotion immobilière sur la côte atlantique (La Rochelle et ses environs) et de leur savoir-faire en défiscalisation immobilière (loi Scellier, anciennes lois De Robien et Borloo…), les deux associés ont choisi d’ouvrir leur propre cabinet de transaction immobilière pour répondre aux nouvelles attentes des propriétairesvendeurs, des futurs acquéreurs, et des futurs investisseurs. Pour eux, Poitiers et le département de la Vienne sont parmi les plus réceptifs à leur démarche.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 77

27/05/2010 21:33:16


078 Verte

Stéphanie Auriche a un DESS d’ingénierie de l’eau lorsqu’elle intègre un bureau d’études en Vendée. Aujourd’hui, au sein de Toit par toi, elle est chargée de mettre en place la création d’une coopérative capable de développer des chantiers d’auto éco construction solidaire. Le but est de venir en aide aux familles ayant de faibles revenus et qui veulent accéder à la propriété d’une maison ossature bois. Dans un chantier solidaire, l’apport du travail du propriétaire permet la réduction des coûts. Mais pour que le projet voit le jour, il faut un ensemble de maisons afin de mutualiser les

Pour que tous puissent accéder à la propriété coûts. La coopérative vient en appui et accompagne le propriétaire dans les domaines financiers et de conseil… De plus, les travaux de construction sont encadrés par un animateur de chantier. La durée des travaux est estimée de 6 à 8 mois. Pour 80 000 euros, très prochainement, vous pourrez être propriétaire d’une maison ossature bois, avec panneaux solaires, raccordement au réseau et chauffée par un poêle à granulés de bois de type T4 de 80 à 90m2.

Stéphanie Auriche et Charles Nicol

Toit par toi

r, u o j e l t i o v t e j ro p e l e u q « Pour il faut un ensemble de maisons afin de mutualiser les coûts » CEI.indd 78

27/05/2010 21:33:18


e p y t e c , e l a g é n o i t a m m so on c «A d’éolienne produit cinq fois plus uede »courant qu’une instal ation photovoltaïq

Maximilien Petitgenet et Abdennour Rahmani

Noveol

Maximilien Petitgenet et Abdennour Rahmani ont fait connaissance sur les bancs de l’ENSMA. A cette époque, les deux ingénieurs travaillent sur plusieurs types d’éoliennes, notamment une à axe vertical qui les intéresse particulièrement. Un club d’universitaires est alors fondé autour du projet. Outil pédagogique, le projet donne naissance à un brevet en 2008. Ils remportent, la même année, le concours Créa’Vienne. Les choses sérieuses commencent alors. Bientôt, des partenaires comme la Sorégies ou la Région Poitou-Charentes s’intéressent au projet, puis c’est OSEO qui permet de créer la société Noveol, de financer des essais en soufflerie et enfin, de construire le premier prototype. Une première station est installée, en partenariat avec l’Université de Poitiers, à Mignaloux-Beauvoir.

Il généralise l’éolienne domestique Destinée aux particuliers ou aux collectivités, l’éolienne domestique existe en plusieurs modèles, qui correspondent à différentes puissances électriques. Le plus petit modèle : 2kWh est destiné à alimenter –pendant une année- une famille de quatre personnes (hors chauffage), ou trois foyers à basse consommation, dans une habitation collective. A consommation égale, ce type d’éolienne produit cinq fois plus de courant qu’une installation photovoltaïque. La production doit débuter au second semestre 2010. L’investissement sera rentable entre 8 et 12 ans, sachant que la durée de vie de ce type d’éolienne est prévue pour trente ans.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 79

27/05/2010 21:33:20


080 Verte

« La maison en bois massif est une maison construite en madriers de bois d’une épaisseur de 135 mm qui, dans nos régions, n’a pas besoin d’isolation », explique Dominique Laude, ancien de l’école Boulle, et aujourd’hui gérant d’Artic house. Dominique Laude a toujours travaillé dans le bois, hier dans la fabrication et le négoce d’ameublement, aujourd’hui dans les maisons en bois. Il y a une logique dans tout cela : l’amour du bel ouvrage. C’est naturellement que cet amoureux de l’univers du bois a adossé son entreprise à un fabriquant finlandais spécialisé dans la maison en bois massif depuis plus de trente ans. Pensée et commandée auprès de la société poitevine, votre maison est ensuite fabriquée sur plans en Finlande avec du pin polaire de cent ans ou plus. Les madriers sont ensuite livrés, prêts à

Il construit votre maison en bois être chevillés, par camion, directement chez vous. Le coût d’une maison en bois est équivalent à celui d’une maison traditionnelle construite par un professionnel local. La durée du chantier est de deux mois environ, et le retour sur investissement se fait sur les charges liées au chauffage : 600 euros par an pour une maison de 100M2. Pour Dominique Laude, « la construction de maison en bois correspond à un vrai choix, celui d’avoir une maison qui ne ressemble pas à celle des autres, d’avoir une maison qui permette de faire de vraies économies en terme de chauffage ». C’est certain, l’esprit du Grenelle de l’environnement est passé par là !

Dominique Laude et Gérard Hoffman

Artichouse

st e s oi b n e on s i a m ne u d’ t oû « Le c équivalent à celui d’une maison tradlocaitiolnne»l e construite par un professionnel CEI.indd 80

27/05/2010 21:33:21


081 Le territoire

Le territoire, un acteur de la création

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 81

27/05/2010 21:33:21


CEI.indd 82

27/05/2010 21:33:22


083 Le territoire

Dans le cadre d’une table ronde, nous avons invité Monsieur Denis Toussaint de la Chambre de Commerce et d’Industrie de la Vienne, Monsieur Ghislain Kleijwegt de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat, Monsieur Jean-François Boyer du service économique du Grand Poitiers (anciennement la Communauté d’Agglomération de Poitiers), et Madame Valérie Callier, représentante de l’Université de Poitiers. Tous siègent au Conseil d’Administration du CEI, comme représentants des organismes fondateurs. Débat avec notre journaliste, pour faire le point.

Xavier Cheneseau : Quel était l’environnement historique dans lequel le CEI a vu le jour ? Denis Toussaint (CCI) : L’idée qui préside à la création du CEI est le départ d’un processus sans commune mesure, avec les sommes d’argent qui sont investies aujourd’hui dans la filière de la création d’entreprises. En 20 ans, nous avons changé de façon incontestable de moyens et d’ambition…

Denis TOUSSAINT, CCI

Jean-François Boyer (Grand Poitiers) : Nous sommes effectivement passés du bénévolat, ou du semi-bénévolat au professionnalisme. Ce qui n’empêche pas que nous avons souvent été confrontés à un manque de constance sur la durée, dans les choix politiques. Denis Toussaint (CCI) : C’est très sûrement pour cela que les débuts du CEI ont été difficiles. Je suis certain que, si dès le début, nous avions investi autant d’argent et de temps nécessaire, nous n’aurions pas laissé partir quelques vrais projets ambitieux. Jean-François Boyer (Grand Poitiers) : Ce qui me paraît important de préciser, c’est que ces histoires de projets économiques et de sociétés, sont aussi des histoires d’hommes et de femmes qui ne peuvent pas vivre, à leur début, sans un accompagnement public. Il en est de même d’ailleurs pour des structures comme le CEI qui sont épaulés financièrement par les collectivités locales. Jean-François BOYER, Grand Poitiers

CEI.indd 83

VINGT ANS Déjà!

27/05/2010 21:33:22


084 Le territoire

Denis Toussaint (CCI) : Je dirais aussi qu’au début du CEI nous avions la chance d’avoir des bonnes volontés (bénévolat), que nous n’avons plus aujourd’hui. XC : Comment voyez-vous votre rôle, aujourd’hui ? Valérie Callier (Université de Poitiers) : Dès le début, nous avons eu notre place, ne serait-ce qu’avec la volonté de développer des projets innovants. Dès le début l’innovation a fait résonnance au CNRS et à l’Université ! Ghislain Kleijwegt (CMA) : C’est la même chose pour la Chambre des Métiers. Lorsque l’on sait que, bien souvent, les entreprises porteuses d’innovation font partie de l’artisanat comme les 2/3 des entreprises du département. Il ne faut pas perdre de vue que 90% des entreprises ont moins de 10 salariés, et que 50% des employeurs ont 4 ou 5 employés. Ghislain KLEIJWEGT, CMA

XC : Qu’elle est la spécificité du CEI ? Jean-François Boyer (Grand Poitiers) : Les chambres consulaires sont un passage obligé pour les porteurs de projets. Ghislain Kleijwegt (CMA) : C’est vrai, mais un établissement comme le CEI est une vitrine importante, qui offre un panel très large de services. Valérie Callier (Université de Poitiers) : Je dirais que le CEI apporte une vraie expertise transversale avec différentes portes d’entrée au niveau de l’Université. Au CEI, le porteur de projet bénéficie d’un véritable accompagnement, de compétences pluridisciplinaires. Les chargés de missions du CEI sont dans l’action, et ils savent dire si un projet est viable ou non. Denis Toussaint (CCI) : La force du CEI, c’est aussi de pouvoir agir à différents niveaux, notamment dans la cadre des conventions de suivi qu’il a signées. Jean-François Boyer (Grand Poitiers) : Il me paraît important de dire aussi que le CEI bénéficie, grâce à son antériorité, d’un effet boule de neige qui renforce incontestablement son effet attractif pour les porteurs de projets. Ghislain Kleijwegt (CMA) : Je crois qu’il est aussi important de dire que le suivi du CEI en aval comme en amont renforce considérablement le taux de pérennité des entreprises qui font appel à lui.

CEI.indd 84

27/05/2010 21:33:22


Denis Toussaint (CCI) : Il y a des gens qui n’ont besoin de personne pour conduire à bien leur projet. Dans les années 80/90, nous avions 15 à 20 dossiers d’entreprises innovantes à valeur ajoutée. Aujourd’hui, nous avons 15 à 20 dossiers au niveau de la région. Valérie Callier (Université de Poitiers) : Le CEI offre un ensemble cohérent et un lieu physique qui permet aux porteurs de projets d’obtenir avec les chargés de mission des échanges sur des projets. Ghislain Kleijwegt (CMA) : Le CEI permet de mettre en place des synergies. Chacun a sa finalité. Les chambres ne doivent pas se substituer aux collectivités locales, et le CEI a un rôle de première importance dans ce que j’appellerais le marketing territorial. XC : Quelle pourrait être la prochaine étape que le CEI pourrait franchir avec ses membres fondateurs ? Denis Toussaint (CCI) : Je crois qu’il faut parler et envisager la création d’une Maison commune. Il est temps de dépasser nos différences et de mettre en commun nos atouts pour créer une agence économique départementale, qui permettrait de mettre en place une politique ambitieuse au service de chacun. Ghislain Kleijwegt (CMA) : C’est évident que le CEI est ce lieu unique, cette Maison commune dont la vocation est d’être un lieu de concertation, d’observation et de prospective. Jean-François Boyer (Grand Poitiers) : Il me paraît important de fédérer tout cela, d’autant qu’avec la crise, on constate l’envolée de la création d’entreprise, comme si les chômeurs voulaient créer leur propre emploi.

Valérie Callier (Université de Poitiers) : L’Université sera toujours présente sous la forme de partenariat.

Valérie CALLIER, Université de Poitiers

La gouvernance partagée du CEI (deux collectivités, l’Université, les chambres consulaires, des entreprises et banques) démontre que cela fonctionne sur la création d’entreprise. Construire une stratégie collective pour peser face aux autres territoires, mutualiser les moyens pour améliorer le rendement des fonds publics investis, utiliser les synergies pour décliner une offre de promotion territoriale efficace… autant de défis qui attendent d’être relevés. VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 85

27/05/2010 21:33:22


086 Le territoire

L’accompagnement des créateurs d’entreprise Créer sa propre entreprise n’est pas une décision anodine car au-delà d’être un projet professionnel, c’est bien souvent un véritable projet de vie. Témoignages des conseillers du CEI : Géraldine Bourreau et Olivier Felden.

Vous rencontrez 120 à 130 créateurs par an. Que viennent-ils chercher dans une pépinière comme le CEI ? N’importe quel créateur d’entreprise, investi dans son projet, affirmera que créer son entreprise n’est pas une simple formalité administrative mais qu’il s’agit d’un véritable processus, dont il est au cœur, qui requiert des compétences et des soutiens multiples. Le CEI regroupe, en un même lieu et au quotidien, des ressources matérielles et humaines, qui répondent à l’ensemble des questions qui peuvent se poser. Sans compter le fait que côtoyer d’autres entreprises qui connaissent les mêmes difficultés favorisent l’émulation positive. Il y a un effet « campus de la création » qui évite un trop grand isolement des créateurs.

Quels sont les problèmes qui reviennent souvent ? Les créateurs qui s’adressent à un conseiller expriment souvent le besoin qu’on leur dise si leur idée est bonne ou mauvaise ! La mission du conseiller n’est pas de porter un jugement sur les idées, mais bien d’aider la personne à formuler le mieux possible son projet, lui permettre de clarifier son esprit et de faire les bons choix. Les créateurs n’ont souvent envisagé leur projet que dans leur esprit… et il est souvent une étape cruciale pour eux que de le formaliser. Or il faut apprendre à « vendre » son projet, ne serait-ce que pour convaincre les financeurs ! Aussi curieux que cela puisse paraître, les créateurs doivent se poser la question suivante : « Pourquoi je veux créer mon entreprise ? ». Certains parviendront aisément à répondre, mais il en est d’autres pour lesquels la réponse n’est pas spontanée. Et quand bien même ils savent pourquoi ils créent, ils ne savent pas toujours comment y parvenir ! L’une des missions du conseiller est de faire apparaître les liens entre les différentes étapes, et rendre ainsi le projet cohérent aux yeux du créateur et des futurs financeurs.

CEI.indd 86

27/05/2010 21:33:22


Lorsque que le conseiller se trouve face à une personne qui désire créer son entreprise, il se doit de verrouiller quelques points-clés : la cohérence entre l’homme et le projet, les motivations qui le poussent à créer, mais aussi le sérieux du projet, la situation personnelle du créateur, jusqu’où il est prêt à s’engager et dans quelle mesure il souhaite s’investir… Il n’y a pas de bons ou de mauvais créateurs, mais seulement des profils plus ou moins adaptés en fonction du projet.

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 87

27/05/2010 21:33:22


CEI.indd 88

27/05/2010 21:33:22


089 Conclusion

En guise de conclusion…

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 89

27/05/2010 21:33:22


CEI.indd 90

27/05/2010 21:33:22


091 Conclusion

20° Anniversaire

A

l’occasion de nos vingt ans, nous avons voulu vous faire partager la richesse des expériences vécues auprès des créateurs.

Vous l’avez vu à travers les portraits, les motivations et les parcours des jeunes entrepreneurs : il n’y a pas de génétique du créateur. Avec le soutien financier du Département de la Vienne et de ses partenaires (Grand Poitiers, l’Université, la Chambre de Commerce et d’Industrie, la Chambre des Métiers…, le CEI a évolué au cours du temps pour apporter un cadre professionnalisé, intégré de services sur-mesure destinés aux créateurs d’entreprises. Ce n’est pas sans une certaine admiration que nous côtoyons au quotidien ces « héros » des temps modernes qui, en temps de crise, redoublent de persévérance, croient en l’avenir. Nous partageons leurs valeurs, parfois leurs doutes, toujours leur enthousiasme. En réalisant cet ouvrage, nous avons pris conscience que l’entreprise, véhicule hybride aux multiples énergies, prend sa source dans la diversité et la richesse du territoire. Le territoire qu’en retour, elle contribue à structurer physiquement (bâtiments, accès, routes…), socialement (emploi, émulation dans les réseaux) et économiquement (création de valeur, taxes…). L’entreprise, traduction dans le temps de l’énergie de ses créateurs, n’est donc pas qu’une affaire économique ou privée, c’est un puissant levier de cohésion territoriale. Nous espérons, à notre niveau, y participer au quotidien.

Christel LEFEVRE Directrice du Centre d’Entreprises et d’Innovation (CEI) Présidente du réseau national des pépinières d’entreprises (ELAN)

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 91

27/05/2010 21:33:23


CEI.indd 92

27/05/2010 21:33:23


Index par nom de société A B C D E F G H I J K L

• 1001 pizzas • 2S3I • 3A Conseil Ergo

56 36 54

• • • • • • • •

76 72 48 42 80 64 69 74

ABC Décibel Ailes RH ACMédias Actisens Artichouse ADQ8 Consulting ACC Gestion Acouscope

• Bilong

68

• • • •

33 35 66 43

Com’park CC Editions Conceptour Classic Opus

• D[ea]stance Services • Duwebdanslacafetière

73 46

• Eaux Géologie Environnement Services (EGES) • Editions Terre d’Images • E-Qual • ERA

51 37 45 62

• Flam Ingénierie

50

• Hollodeck

47

• Isoclin • I-canopée

• Le P’tit Zappeur • Lautreshop.com

67 44

M N O P Q R S T U V W X Y Z

• Mutations-publiques • Megamente • Magéus

70 29 40

• • • • •

58 79 63 34 41

Novengo Noveol Nestor Technologies Net et Presse-i Net-stratege

• PHR • Plombier-Chauffagiste • PSM Conseil

53 59 38

• Rincase design

61

• SQLI • Se loger éco • Signal développement

49 77 75

• • • •

57 30 78 39

Tartines et gourmandises Transoceanic research Toit par toi Territoires photographics

• Visiaplus TV • Viva Négoce • Va’ a Tahiti

31 55 65

• Wytek

52

• Zoélune

71

32 60

VINGT ANS Déjà!

CEI.indd 93

27/05/2010 21:33:23


PRINTED IN EUROPE Dépôt légal Juin 2010 Les Editions Agnus 4 rue André Colleboeuf 75016 PARIS info@leseditionsagnus.com ISBN N° 978 2 918291 00 8

CEI.indd 95

27/05/2010 21:33:23


CEI.indd 96

27/05/2010 21:33:23


Président du Cei

C’est un fait : la Technopole du Futuroscope est le cœur battant de l’économie du département de la Vienne, et donc le CEI doit en être les artères qui irriguent les organes vitaux que sont les entreprises et la population qui sont la force de notre territoire. Pour aller vers l’avenir, il faut savoir d’où l’on vient. En écrivant notre histoire, nous faisons le point sur nos acquis, et ainsi, plus fort, nous nous projetons vers l’avenir. Notre histoire, nous en sommes fiers, comme nous sommes fiers de ces centaines d’entreprises que nous avons accompagnées.

Claude Bertaud

Créateur d’entreprise Créateur de territoire

Président du Conseil Général de la Vienne

BTFR

ire

r Te

« Créateur d’entreprise, créateur de territoire » est un hommage aux jeunes entrepreneurs qui se lancent et innovent, faisant mentir l’adage selon lequel il n’y aurait pas de meilleure idée que celle dont le temps serait venu.

Cr

o rit

ur

e at

s

Ans déjà

é

rs

u te

c A

Vingt ans, c’est le bel âge, majeur, le CEI doit poursuivre son chemin pour écrire de nouvelles pages d’histoire.

Créateur d’entreprise Créateur de territoire

Ans déjà

Ans déjà

Portraits croisés dans le Département de la Vienne

Pour ses 20 ans, le CEI, qui a accompagné plus de 1 600 projets, propose à travers cet ouvrage un témoignage sur le dynamisme caché de la Vienne.

Créateur d’entreprise Créateur de territoire

Initié par le District de Poitiers, et soutenu par le Président René Monory, le CEI veut, dès son origine, être un outil majeur de la chaîne de création d’entreprises, donc d’emplois. Vingt ans plus tard, cet outil doit accentuer son développement, avec toujours à l’esprit le souci de détecter des entreprises innovantes, véritables valeurs ajoutées en termes de développement et de création de richesses.

ANS DéJà

Frederic Barotto

Le Centre d’Entreprises et d’Innovation est situé en plein cœur de la Technopole du Futuroscope : « Inventons l’avenir » avait promis, dès 1988, René Monory, le Président visionnaire du Conseil Général de la Vienne, « créateur en série », lui-même, à qui l’on doit, entre autres, le Parc du Futuroscope, la Technopole du Futuroscope et le Centre d’Entreprises et d’Innovation (CEI).

6

20 ans, l’âge de raison. L’âge de la maturité surtout pour le Centre d’Entreprises et d’Innovation de la Vienne qui a accompagné, depuis sa création, plus de 1 600 porteurs de projets. Créée à l’initiative du Président René Monory, la pépinière d’entreprises du Futuroscope est aujourd’hui, c’est incontestable, un acteur incontournable de la Technopole et un véritable outil de développement et de promotion du territoire. Elle a su en particulier tisser des liens forts entre les divers acteurs du monde économique départemental au service des créateurs, à commencer par ses partenaires privilégiés que sont le Grand Poitiers, la Chambre de Commerce, la Chambre des Métiers et l’Université de Poitiers. Elle doit d’ailleurs son succès à ces formidables synergies qui lui ont permis non seulement d’accompagner les jeunes entrepreneurs, mais plus encore de les soutenir dans leurs recherches de financement, de les orienter en matière de développement ou même de renforcer la promotion de leurs innovations. Installé depuis deux ans dans de nouveaux locaux ultra-modernes au cœur de la Technopole du Futuroscope, le CEI encourage également les projets originaux et porteurs d’avenir à travers le Concours Créa’Vienne. Bref, c’est une structure désormais adulte, qui participe pleinement au dynamisme de nos territoires tout en permettant aux « jeunes pousses » de profiter pleinement de l’image de marque du Futuroscope. En témoigne cet ouvrage riche de témoignages, qui rend hommage aux équipes du CEI comme aux nombreux créateurs qui s’y sont succédés.


CEI 20 Ans deja