Page 1


1_ CUBE 2_ MAISON PATIO 3_ MAISON DU COLLECTIONNEUR 4_ HABITAT COLLECTIF 5_ ARTEFACT 6_ BIBLIOTHÈQUE MARC-FAVREAU 7_ CABANE À SUCRE C+M 8_ HABITATION ELAN 9_ PONT ST-HENRI


CUBE Le cube est un abri de loisirs mesurant 2,4 m x 2,4 m situé sur une péninsule s’étendant dans l’océan et délimitée par une falaise rocheuse escarpée. L’abri est conçu en tant que portail par le biais duquel le visiteur connecte avec le site. En 5 étapes, le cube se déploie en sa forme finale offrant 3 façons différentes de découvrir le site: 1_ sur un banc, en relation directe avec le site 2_autour d’une table de forme cubique, connectant avec le site par le biais du cube 3_ à l’intérieur d’un espace clos presque entièrement détaché du site. Cet exercice explore le processus de conceptualisation d’un projet en relation à un site spécifique. Le projet introduit des stratégies de conception par extraction et extrusion d’un volume en liaison avec la manipulation de ses surfaces planes. Dans ce contexte, les principales limites imposées sont le volume total du cube ainsi que l’aire totale de ses surfaces.

20m


a

b

4.8m

coupe bb

coupe aa

b

a


MAISON PATIO Le projet est conçu dans le cadre de l’élaboration d’une alternative à l’organisation actuelle de la banlieue. Son développement n’est dicté par aucun contexte précis. Le site, mesurant 48m x 48m, détient 10 unités de logement de 3 étages qui entourent une cour intérieure traversable à partir de 12 points d’entrée. La forme des unités individuelles ainsi que l’organisation des plans sont toutes deux inspirées par la sociologue Ervine Goffman et sa théorie de la dramaturgie. Cette théorie décrie l’activité humaine selon deux principales formes d’activités que Goffman définit en tant qu’ « avant-scène » et « arrièrescène ». Les activités d’avant-scène ont lieu dans le domaine public, alors que les activités d’arrière-scène sont de nature préparatoire et prennent place dans la solitude. La forme des unités individuelles est obtenue par l’exécution de plusieurs « glissements ». En résultent une terrasse portant sur la rue et agissant en tant qu’espace d’avant-scène extérieur ainsi que des patios « introvertis » d’arrière-scène situés au second étage. L’intérieur des unités est divisé de manière à ce que les espaces d’avantscène (cuisine et salon) et d’arrière-scène (chambres) soient séparés les uns des autres. Les espaces circulatoires sont également isolés afin de permettre aux résidents de circuler à travers la maison sans être repérés. Le cadre du projet engendre une composition de bâtiment harmonieuse d’un point de vue macro (agglomération) par le biais d’une exploration volumétrique suivie du développement de l’unité personnelle (micro) selon un processus exploratoire planaire.

a

a

plan toiture

plan rc


coupe aa

plan étage_1 élévation 1

élévation 2

plan étage_2

48m


MAISON DU COLLECTIONNEUR Le point focal dans la conception de la maison du collectionneur est l’optimisation de l’éclairage naturel par le biais d’une ouverture zénithale située sur le côté sud-ouest. Le programme est disposé de manière stratifiée: collection au sous-sol, chambres au rez-dechaussée et espaces de vie à l’étage reliés à un toit-terrasse. Les trois étages sont connectés par un escalier immergé de lumière naturelle et baignent ainsi dans un éclairage indirect. Une barrière translucide s’étend du sous-sol au premier étage où elle se transforme en garde-corps. La façade portant sur la rue Bail est revêtue de pierre grise, rendant ainsi hommage au contexte du bâtiment: le quartier historique de Shaughnessy Village situé au centre-ville de Montréal. La façade portant sur la ruelle est revêtue d’éléments de pierre grise en relation avec un volume de bois extrudé fournissant des espaces extérieurs couverts. Ce geste se réfère à la nature éclectique des extensions omniprésentes dans les ruelles de Montréal. La brièveté du projet a restreint le temps alloué à l’étape exploratoire. Par conséquent, il a été nécessaire d’apprendre à passer rapidement d’un concept initial à un projet final.

dormire

20m

LUMIÈRE

VIE COLLECTION


20m


HABITATION COLLECTIF Dans le cœur du quartier des affaires de Montréal, le site traverse le quadrilatère formé par les rues Crescent et Bishop. Cette zone est de nature diversifiée et caractérisée par une vie nocturne effervescente, une abondance d’activités commerciales ainsi que le quartier Concordia. Le projet proposé vise à préserver et à renforcer la fonction actuelle du site opérant en tant que lien entre les rues Crescent et Bishop tout en encourageant la connectivité et la porosité dans le tissu urbain du centre-ville. Au niveau du sol, le bâtiment offre, à la fois, une protection contre les éléments via sa structure en arcade et maintient un caractère hautement public telle une ruelle. La ruelle (arcade) est animée par des activités commerciales ainsi qu’un aspect transparent et poreux. La forme du bâtiment provient de la volonté de minimiser les vis-à-vis entre les unités d’habitation et les bâtiments adjescents. Les zones où se produisent ces vis-à-vis sont délimitées par une matérialité plus sombre et sont en retrait, laissant l’empreinte des immeubles adjacents sur le bâtiment. Des espaces collectifs sont répartis sur les étages inférieurs afin d’établir un dialogue entre l’intérieur du bâtiment et la rue. Les unités résidentielles sont accessibles par un couloir central et une série de cours intérieurs situées le long de la façade sud. Les apartements proviennent d’une combinaison entre les lofts en “L”, orientés vers le nord, de l’unité d’habitation de Marseille, des appartements (4 ½ et 3 ½) ainsi que des studios. Le projet est conçu suivant une analyse en profondeur du site. Il est donc fortement influencé par son environnement rapproché et le tissu urbain duquel il fait partie.

a b

b

a rc

étage_1

étage_2

étage_3 500m


coupe bb

étage_4

étage_5

coupe aa

étage_6 élévation sud

étage_7 35m

élévation nord

élévation Crescent

élévation Bishop


ARTEFACT La création de cet artefact est inspirée par la double nature du bois. Dans son état naturel, il a une forme irrégulière et organique. En tant que matériau de construction, par contre, il est de forme régulière et rectiligne. L’intention du projet est de diviser une partie non transformée d’un arbre en tranches de même épaisseur pour, ensuite, subdiviser celles-ci en segments d’épaisseur et de largeur équivalentes (pixels). Les morceaux résultants sont soigneusement identifiés afin de reconstruire la partie initiale sous une nouvelle forme pixellisée. La nature organique du bois est désormais juxtaposée à un nouvel aspect régularisé, euclidien. La forme finale est photographiée sous divers angles et les images obtenues sont combinées en un montage photo qui invoque une ville surréaliste dans laquelle les formes organiques reconstituées représentent des bâtiments.


BIBLIOTHÈQUE MARC-FAVREAU La forme de la Bibliothèque est sculptée avec l’intention de fournir une exposition maximale à la lumière du sud-ouest. Le bâtiment est orné de brises soleils servant la triple fonction de protéger l’intérieur de la lumière directe, offrir un espace semi-introverti piquant la curiosité des passants tout en offrant des espaces internes propices à l’introspection. La forme résultante est ensuite découpée aux points où la transparence est essentielle afin de créer un dialogue entre les espaces internes et externes: le long du boulevard Rosemont ainsi que l’espace vert à l’arrière de la bibliothèque. Aux endroits où le bâtiment est découpé, des rampes avec des postes informatiques sont mises en place. L’utilisation intensive des rampes représente une partie intégrale de la création d’une expérience spatiale fluide qui, tout comme une forêt, se révèle au visiteur au même rythme qu’il découvre la bibliothèque. Des perspectives exagérées et réduites à l’échelle du plan ainsi qu’à l’échelle du bâtiment assurent une expérience spatiale dynamique variant selon le point de vue du visiteur. Cet effet est amplifié par l’application d’une surface blanche à l’intérieur des brises soleils et d’une surface noire sur leur bordure externe. La couleur du bâtiment alterne alors entre le blanc et le noir dépendamment du point de vue de l’observateur.

a

a

130m


1

7 2

5

6

22

3

24

4 8 12

23

10

25

13

11

14 20

22

21 18

19 15

16

27

22 26

étage_3 1_ entrée 2_ café 3_ vestiaire 4_ comptoir de service 5_ salle technique 6_ livraison 8_ zone employés 9_ conciergerie 10_ ascenseur

rez-de-chaussée

élévation nord-est

30m

11_ bornes auto-prêt 12_ foyer accueil 13_ bureaux 14_ toilette 15_ salle d’animation 16_ salle multimédia 17_ documents a\v 18_ salle multimédia 19_ rayonnage ado

20_ rayonnage enfant 21_ imprimantes 22_ rayonnage adultes 23_ aide au lecteur 24_ postes d’écoute 25_ ascenseur 26_ tables 27_ aire des tout-petits 28_ poste informatiques


étage_3

30m

29_ aire des ouvrages de référence 30_ aide au lecteur 31_ salles de travail d’équipe 32_ tables de travail 32_ toilette 34_ salle d’allaitement 35_ salle polyvalente 36_ salon de lecture 37_ toit terrasse


coupe aa

20m


CABANE À SUCRE C+M Le bâtiment est situé sur le versant nord d’une montagne localisée au sud de Montréal dans la ville de Sutton. Le site est profondément ancrée dans la culture locale dû à sa magnifique vue attirant les résidents depuis des décennies. Il a été témoin de nombreuses photos de mariage et premiers baisers. Il est donc difficile d’imaginer la construction d’un bâtiment à cet endroit. Il est alors évident que toute intervention devrait nécessairement être agilement intégrée sur le site de manière à fonctionner plus en tant que lieu que bâtiment. Toute circulation est externe tandis que la disposition des éléments programmatiques est organisée en une séquence d’événements traversant graduellement du public au privé: un belvédère, un restaurant, des espaces communs pour les clients et le public et, finalement, des unités de location. La perception de la vue est optimisée grâce au dialogue entre les espaces introvertis (perception du bâtiment) et extravertis (perception de la vue). Le bâtiment est recouvert d’ardoise, un matériau abondant dans la région. La nature dualistique du matériau, lisse et gris lorsqu’il est coupé par une lame et grossier et noir sombre dans son état naturel, est exploitée à travers les variations retrouvées à différents endroits sur l’enveloppe du bâtiment. Les espaces intérieurs du restaurant et des unités de location contrastent fortement avec leurs extérieurs opaques. Ils sont inondés de lumière indirecte grâce à l’utilisation de parois réflectives qui encadrent la vue. Les notions acquises par l’entremise du projet sont la conception d’un bâtiment avec le paysage comme cadre et l’élaboration de détails en tant que partie intégrale du concept global.

150m


MAQUETTE 1:200 pl창tre et bois


c

b

a

26

c

a

40m

b

1_ restaurant 2_ toilette 3_ salles d’employés 4_ livraison 5_ cuisine 6_ accueil 7_ équipement mécanique 8_ salle mécanique 9_ salle électrique 10_ nettoyage 11_ entreposage 12_ livraison 13_ salle d’employés

14_ salle de résevoir 15_ salle d’évaporateur 16_ embouteillage 17_ laboratoire 18_ boutique 19- accueil auberge 20_ bistro 21_ gym\spa 22_ zone de bureau 23_ salle de réunion 24_ salle polyvalente 25_ électrique/mécanique /ménage 26_ unités de location


coupe aa

coupe bb

coupe cc

20m


élévation nord-ouest

40m


élévation sud-ouest

élévation nord-est

20m


MAQUETTE DE DÉTAIL ardoise et béton 1\10


HABITATION ELAN

Il s’agit d’un projet résidentiel pour un site présentement utilisé comme stationnement à Ville St- Laurent. L’objectif majeur est la répartition équitable de la lumière naturelle entre les six appartements. Le code du bâtiment permet la construction d’un maximum de trois étages avec possibilité de loft en retrait sur le toit. Il précise également que toute nouvelle construction nécessite un stationnement souterrain. Les appartements dans cette zone sont habituellement bâtis longs et minces. Leur circulation principale est située devant la façade portant sur la rue et un escalier de secours est localisé à l’arrière. L’étroitesse du site et l’inefficacité de la forme typique à répartir également la lumière du soleil rendent son usage hautement défavorable. La situation optimale se trouve dans un plan carré, car celui-ci optimise les espaces intérieurs et diminue la nécessité des couloirs tout en optimisant l’exposition au soleil du côté sud-ouest. La ré-articulation de la typologie relocalise l’escalier de secours sur le côté du bâtiment, ce qui engendre un prestigieux point d’accès direct à l’extérieur pour les six appartements. La cage d’escalier intérieure se situe maintenant devant la façade nord-est où le bâtiment est en mitoyenneté. Cela lui confère un impact minimal sur l’exposition au soleil des appartements. Les loggias offrent des espaces extérieurs protégés et exposés à la lumière du soleil provenant du sud-ouest. Elles procurent également de l’ombre aux espaces communs durant les mois chauds de l’été.

20m


étage_4

étage_1

étage_2

loft b

a

a

b

étage_3 10m

toit-terrasse


coupe bb

coupe aa 10m


élévation sud-ouest

élévation sud-est

élévation sud-ouest

élévation sud-est

20m


PONT ST-HENRI Le quartier post-industriel montréalais de St-Henri est caractérisé par son canal, ses bâtiments de briques industriels hyper-flexibles, son architecture historique importante et sa valeur culturelle aux yeux des artistes et musiciens. Cependant, la partie nord-ouest du quartier est fragmentée par des barrières physiques sévères telles que le chemin de fer et l’échangeur Turcot. Celles-ci nuisent gravement à la continuité du tissu urbain et, par conséquent, au développement et renouvellement nécessaire. Le projet proposé est un pont piétonnier cyclable visant à atteindre le niveau de connectivité nécessaire afin d’alimenter le développement et une densification primordiale de la région. Le pont s’intègre dans la voie cyclable actuellement présente au nord du chemin de fer, s’inscrivant dans un plus grand parcours qui inclurait éventuellement le canal de Lachine. Il agit en tant que catalyseur pour le développement et représente un précédent pour les moyens de transport durables.

200m


40m

élévation nord-est


Building art is a synthesis of life in materialised form. We should try to bring in under the same hat not a splintered way of thinking, but all in harmony together. Alvar Aalto


cv

nicholas Francoeur

Education_

Competitions_

2009-2013

2014

2008-2009

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL, SCHOOL OF ARCHITECTURE | Montreal, Canada Bachelor of science in architecture CONCORDIA UNIVERSITY, URBAn PLAnnInG | Montreal, Canada

War Port Microtecture Homemade Dessert + Liepaja City Council InTERnATIOnAL | in-progress

Skills_ Languages: Written and Spoken | English and French

Work experience_ 2009-2013

BAR SNOWDON | Montreal, Canada Barman, manager.

2008-2009

CHEMLAWN | Montreal, Canada Landscaping

2008-2009

VIAMAX | Montreal, Canada Sales Representive

2002-2008

LA BOUFFE ÉCOLE | Rosemère, Canada Buyer

Computer: Adobe Suite (In Design, Photoshop, Illustrator) Autocad Sketchup Rhino (in process of learning) Maxwell Render V-Ray Microsoft Word

Interests_ Skateboarding, photography, art, history, literature, culture, people, places, nature, music, cinema...

Contact_

miclo5000@gmail.com 438.875.5391


1_ CUBE: ARC 1011. Donald Potvin. 2_ MAISON PATIO: ARC 1012. Denise Gauthier. 3_ MAISON DU COLLECTIONNEUR: arc 2011. François Racine. Avec Benjamin Sara. 4_ HABITAT COLLECTIF: ARC 2011, François Racine. Partenaire: Joannie Houde. 5_ ARTEFACT: ARC 2012. Maxime Gagné. 6_ BIBLIOTHÈQUE MARC-FAVREAU: ARC 2012. Maxime Gagné. Partenaire: Kevin Riofrio. 7_ CABANE À SUCRE C+M: ARC 3011: Forme et Fonction. Stéphane Chevalier et Sergio Morales. 8_ HABITATION ELAN: Projet hors de l’école. 9_ PONT ST-HENRI: ARC 3015: Forme et Contexte. Daniel Pearl et Sudhir Suri.


COEUR

2009-2013

FOLIO ARCHITECTURE

N

Portfolio_Nicholas Francoeur  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you