Page 1


NOTRE HISTOIRE DU


© Jean Paul Wabotaï Sous la direction de Jean Paul Wabotaï Photographies : Michel Rotter et autres (voir crédits) Rédaction : Laurence Robert-Gorsse / Lo Conception graphique : Isabel Colomer Colomer Design et Communication www.wabotai.com www.gospelglory.fr www.isacolo.com ISBN : 978-84-939525-1-8 Dépôt légal : B-6958-2013 Imprimé à El Masnou (Barcelone) par Oligràfic Globalprint El Masnou (Barcelone) Février 2013

Crédits Photos : Photos couverture (de gauche à droite et de haut en bas) : 1. Photo cédée par Marcel Boungou, 2. Emmanuelle Freget, 3. François Rosenstiel, 4. Métivier Richard, 5. Pascal Kamole, 6. Estudiofoto, 7. Isabel Colomer, 8. Photo cédée par Max Zita , 9. Olivier Meyssonnier Photos paysage et mains : Michel Rotter Photos dos (de gauche à droite et de haut en bas) : 1. Lo 2. Jean Paul Wabotaï Photo paysage : Michel Rotter Photo mains : Isabel Colomer Photos chapitres : Sommaire : photo mains : Isabel Colomer / Photo page droite : Nils Myszkowski Citations : photo mains : Isabel Colomer / Photo page droite : Gonzalo Introduction : photo mains : Michel Rotter / Photo page droite : Isabel Colomer Témoignages : photo mains : Isabel Colomer / Photo page droite : Emmannuelle Freget Pardon et Remerciements : photo mains : Isabel Colomer / Photo page droite : Estudiofoto Photos chapitre Extras : Michel Rotter, Jean Paul Wabotaï, Lo, Isabel Colomer, Mado et quelques autres.


NOTRE HISTOIRE DU

Témoignages du XXIème siècle

Jean Paul Wabotaï

Sous la direction de : Jean Paul Wabotaï Photographies principales : Michel Rotter Rédaction : Laurence Robert-Gorsse / Lo Conception graphique : Isabel Colomer


Je dédie cet ouvrage aux enfants de la terre, petits et grands, et particulièrement à mes parents Paulette et Jean-Claude. Michel Rotter


NOTRE HISTOIRE DU

A ma mère Marie Ndongolo Nya Makongo et à mon père Albert Botay Wakofya, qui m’ont enseigné l’amour inconditionnel et le non-jugement. Jean Paul Wabotaï


Sommaire


Citations Introduction Témoignages

10

Marie-Jeanne 77

12

Michel M’Passy

78

26

Alain Ajavon

82

Marcel Boungou

28

Mado 83

Jean-Roland Soli Matsimba

32

Kevin 84

Jo Balard

34

Isabelle 85

La Joana

36

Anna Roqué

86

Dominique 37

Oscar Altide

92

Flo 38

Isa 94

Violette 39

Vic 95

Emmanuel Djob

40

Georges Seba

96

Ariane Nsilulu-Osseby

48

Céline Cheynut

102

Rachel Ratsizafy

50

Michel 104

Sylvain Padra

52

Lisa-Charlotte 105

Isiah Shaka

54

Max Zita

Franck Zita Martin Koums 56

106 112

Kate 114 Blandine 58 Robert 59

Karin 115

Sabine Kouli

Franklin Akoa Mva

60

116

Pardon, dédicaces Sylvie 66 et remerciements Jean Paul Wabotaï Didier Likeng 68 Michel Rotter Catherine 74 Extras Hervé 75 Lo 67

Myriam 76

120 124 126 128


Citations


Gospel ! Chœurs célestes Irradiés par l’allégresse du Cœur divin Le jour où Dieu créa l’Univers !

Jean Bosco Botsho Président d’Africat

Ma rencontre avec la musique africaine est de l’ordre de l’apparition, une rencontre imprévue. Rares sont les musiques qui allient aussi magnifiquement le sens mélodique et le sens rythmique, sans parler des talents individuels et des tessitures vocales de beaucoup de chanteurs africains qui m’émeuvent. Gilles Fruchaux Directeur Buda Musique

L’essence de cette musique réside dans la sincérité et l’engagement personnel de celui qui la chante. C’est une musique à vivre, avant d’être une musique à montrer. C’est une manière de voyager, de passer d’un état à un autre pour aider à franchir les étapes de la vie, et l’une des innombrables merveilles de Dieu. Je chante le gospel dans cet état d’esprit.

Fred Lewin Auteur, compositeur, interprète et chef de chœur


Introduction


Le gospel est la parole divine, une parole lumineuse d’amour infini à partager avec tous. C’est une musique de partage qui unit dans la joie, abolit les frontières et nous libère de nos chaînes, une musique qui nous transmet la force, la paix et l’harmonie, des chants qui nous enseignent l’humilité et la compassion, clefs pour la survie de l’humanité. Jean Paul Wabotaï


D’un côté, il y a les souffrances vécues par le peuple africain auxquelles je pense souvent : l’esclavage, la ségrégation, les haines et les violences... Nos anciens eux-mêmes nous ont caché beaucoup de choses. Les actes passés nourrissent encore plus ou moins consciemment les représentations, les peurs et la culpabilité, et bien souvent aussi les comportements, quelle que soit la couleur de la peau ou l’origine. De l’autre, il y a le gospel, une « musique de Noirs », des paroles qui prônent l’amour et le partage, l’introspection et la réconciliation, une expression puissante, individuelle et collective, des rythmes enracinés dans le corps, des corps et des voix à l’unisson et en harmonie, où, après l’expression de la souffrance, jaillit la joie. Tout le monde ou presque connaît l’histoire du gospel, les work-songs des esclaves venus d’Afrique dans les champs de coton, les négro-spirituals nés de la rencontre des esclaves noirs et de la religion chrétienne, puis celle du gospel chanté dans les églises américaines. Mais par quelles voies le gospel est-il arrivé en France, par qui a-t-il été amené, quelle est sa situation actuelle ? L’histoire du gospel en France restait à écrire, mais aussi celle de ses protagonistes, des pionniers et des piliers, celle des chanteurs qui en ont fait leur profession sans oublier celle des simples et heureux amateurs. L’idée de ce livre, présente dans mon esprit depuis longtemps, a commencé à se concrétiser après une semaine intense de chant gospel avec un chœur amateur que je dirigeais. Il émanait du groupe quelque chose de spécial, une émotion, une énergie, une chaleur particulière. J’ai alors proposé aux choristes d’en témoigner avec l’objectif de faire partager à d’autres cette expérience, et de faire un livre... Les membres du chœur, une vingtaine de femmes et d’hommes, acceptèrent tous avec joie. Même s’il a fallu vaincre quelques inhibitions, le désir de témoigner a été le plus fort. Puis l’envie de découvrir d’autres expériences et d’autres points de vue, celui de chefs de chœurs renommés et de chanteurs d’origines diverses, fit son chemin. 14


C’est ainsi qu’avec Michel le photographe, appareil en bandoulière et magnétophone sous le bras, nous sommes partis sur les routes de France jusqu’en Belgique et en Espagne, pour rencontrer et interviewer des chefs de chœur, des auteurs-compositeurs, des chanteurs-artistes professionnels et des amateurs, tous férus de gospel. Le projet « Notre Histoire du Gospel » reçut partout un accueil chaleureux. Ce que représente le gospel pour chacun de ceux qui le chantent, le lien avec la religion et avec l’histoire, le rôle des musiciens et maîtres de chœur africains, ce sont quelques-uns des thèmes qui sont abordés dans ce recueil. Vous trouverez à travers ces témoignages l’infini diversité des acteurs du gospel, tous unis par un amour commun et la même soif de partage. Pendant trois siècles, la présence africaine a contribué au développement culturel et artistique de la France, particulièrement dans le monde musical, alors que les artistes noirs souffraient souvent d’un manque de reconnaissance. Dans ce livre, à travers les témoignages d’aujourd’hui, nous voulons montrer son importance dans l’histoire, pour que les enfants français d’origine française et africaine puissent en prendre conscience, conscience de la contribution des africains au développement de l’histoire de la France. La musique noire, message d’amour, La musique noire, porteuse de lumière, La musique noire, source de joie, La musique noire, message d’unité, La musique noire, porteuse de paix, La musique abolit les frontières.


New Humanity

Nouvelle humanité

Slow down and look around, Do not burn the time like we did to the earth. The ice is melting, Races are missing. Too much ignorance in this world, Many of us can’t see.

Ralentis et regarde autour de toi, Ne brûle pas le temps comme nous l’avons fait pour la terre. La glace fond, Des espèces animales disparaissent. Trop d’ignorance dans ce monde, Beaucoup d’entre nous ne peuvent pas voir. Ensemble, rien n’est impossible Si nous ouvrons notre coeur et notre esprit Dans le cercle de l’amour, dans le cercle de la paix. Je crois en l’humanité.

Together nothing is impossible If we open our heart and our mind In the circle of love, in the circle of peace. I believe in humanity. We are the one who’s going to tell the history To the young one of tomorrow. We are the future, we know about the wrong past. Then come and make it right And make a better world. Where is the trust ? Where is the laughter ? Mother Earth calling us today To live within compassion And sharing our wealth. Too much injustice in this world, Many children living in the streets. We come from long way, We cross many bridges so we can be together, Singing one song of love, Singing one song of peace. I believe in humanity. We are the one who’s going to tell the history To the young one of tomorrow. We are the future, we know about the wrong past. Then come and make it right And make a better world.

C’est nous qui allons raconter l’histoire Aux jeunes de demain. Nous sommes le futur, Nous connaissons les erreurs du passé. Alors allons-y, soyons justes Et construisons un monde meilleur. Où est la confiance ? Où est le rire ? La Terre-Mère nous appelle aujourd’hui À vivre dans la compassion Et à partager nos richesses. Trop d’injustice dans ce monde, Tant d’enfants vivant dans la rue. Nous venons de loin, Nous traversons de nombreux ponts pour être ensemble, En chantant un chant d’amour, En chantant un chant de paix. Je crois en l’humanité. C’est nous qui allons raconter l’histoire Aux jeunes de demain. Nous sommes le futur, Nous connaissons les erreurs du passé. Alors allons-y, soyons justes Et construisons un monde meilleur. Auteur des poèmes : Jean Paul Wabotaï

16


Que ce livre puisse apporter notre contribution au rayonnement du gospel en France et révèle tout ce qu’il doit à ses chefs de chœur. Merci à tous pour vos précieux témoignages. Que l’espoir et la lumière soient toujours dans nos cœurs. Jean Paul Wabotaï


TĂŠmoignages


Marcel Boungou Chef de chœur, chanteur, auteur-compositeur, pasteur

Photos cédées par Marcel Boungou

Originaire du Congo-Brazzaville, Marcel Boungou crée son premier groupe vocal Les Perles à la fin des années 1970. Le succès d’un voyage en Europe l’amène à s’installer en France et à y poursuivre, avec son quatuor devenu les Palata Singers, une carrière internationale qui durera plus de vingt-huit ans. Il a partagé la scène avec des artistes comme Ray Charles et le Golden Gate Quartet. A la fois chanteur et pasteur depuis mai 2005, il anime aujourd’hui la chorale Total Praise du Centre de Réveil Chrétien à Paris et les Cultes de Gospel qui s’y déroulent chaque dimanche. Marcel Boungou. Les négro-spirituals, les work-songs sont nés aux États-Unis des affres de l’esclavage. Après son abolition, les Noirs ont pu retrouver une liberté d’expression pour louer leur dieu, le Dieu vivant et transmettre les paroles de l’Évangile. Jean Paul Wabotaï. Vous êtes une des racines du gospel en France. Pouvez-vous nous parler de ses premiers pas ? M.B. Je suis arrivé en France en 1980 avec un groupe, les Palata Singers. Nous venions du Congo, en mission en France. Invités à faire des tournées en Belgique et en France, nous avons également participé à un festival international de musique populaire en Allemagne. A notre arrivée en France, il y avait peu de groupes de gospel. Les seuls que je connaissais étaient américains, comme le Golden Gate Quartet qui chantait surtout des négro-spirituals. On trouvait aussi les Compagnons de l’Arche, purement français, et des chorales dans les églises adventistes, mais ces dernières restaient cantonnées aux lieux de culte. Puis nous avons vu émerger les Gospel Chords Singers, les Gospel Voices, et d’autres, toujours dans le milieu adventiste. Ce n’était pas encore vraiment apprécié dans les églises évangéliques ou protestantes. Nous étions dans ce lot-là, avec des groupes comme Psalmodia. Puis, dans les années suivantes, 90, 91, 92, des groupes de gospel émergèrent d’un peu partout. J’avais moi-même monté une chorale, Entemo Gospel Singers. Ensuite, en 98, 99, sont nés de grands chœurs comme Gospel pour 100 voix qui se sont produits dans de grandes salles parisiennes, le Zénith, Bercy, le Palais des congrès. C’était nouveau et cela a amené le gospel à un niveau très élevé. 20


D’autant qu’à cette époque-là, les chœurs commençaient à être demandés pour les cérémonies, les mariages, les enterrements. Le gospel commençait à être considéré comme une forme de musique à part entière. J.P.W. Pouvez-vous nous parler de votre enseignement ? M.B. Oui, j’ai formé des chanteurs, j’ai ouvert des portes en créant des ateliers. J’ai même eu la grâce d’avoir été suivi par Antenne 2 pendant plusieurs jours, pour l’émission « Envoyé Spécial ». Huit ans après cette première émission, la chaîne en a produit une suite, diffusée en 2011, présentant mon parcours et ma contribution à l’évolution du gospel en France. J.P.W. La première fois que je vous ai vu, c’était à Paris avec les Palata, vous étiez en première partie du concert du Golden Gate Quartet. Les chants que vous présentiez alors frappaient par leur originalité. Pouvez-vous nous parler de leur origine africaine ? M.B. C’est notre originalité, elle nous a permis de maintenir le cap. Nous avons repris des gospels et négro-spirituals américains, nous les avons traduits en langue congolaise, et nous avons aussi composé nos propres chants. Au Congo, nous formions le groupe Palata et nous souhaitions créer un gospel purement congolais, africain. On nous appelait justement le Quatuor Congolais. J.P.W. A la sortie d’un concert de gospel, les visages reflètent un sentiment de plénitude. Comment l’expliquez vous ? M.B. Nous l’avons aussi remarqué. Le gospel n’est pas seulement de la musique qui fait du bien et qui swingue. C’est un message, celui de la parole de Dieu. C’est une parole qui guérit, libère, donne la paix, la joie et l’amour. Elle libère une puissance mystérieuse qui régénère, qui restaure, qui panse les cœurs meurtris par la vie. Le gospel est une question de foi, de foi en Dieu. J.P.W. Que souhaiteriez-vous dire à la nouvelle génération, celle qui apprécie le gospel ? M.B. Au-delà du plaisir du rythme et du swing, allez plus loin et dites : « J’aime le gospel parce que c’est Dieu qui me parle ». Les Noirs américains ont cru en sa parole. Ils ont cru que Dieu était capable de les sortir de l’esclavage. Ils lui ont adressé leur prière et il les a exaucés. Le gospel, ce sont les hommes qui s’adressent à Dieu et Dieu qui s’adresse aux hommes.

une puissance mystérieuse qui régénère, qui restaure, qui panse les cœurs meurtris par la vie


Emmanuel Djob Maître de chœur, auteur-compositeur-interprète, arrangeur, polyinstrumentiste, pédagogue

Photos : 1. Michel Rotter 2. 4. et 7. Ngasi Manya 3. et 6. Emmanuelle Freget 5. Isabel Colomer

S’il est devenu l’une des grandes voix du gospel en France et en Europe, il ne le doit qu’à son travail et à son exigence envers lui-même. Belle voix soliste remarquée dans sa chorale protestante dès l’âge de 14 ans et vite animateur de groupes à Yaoundé au Cameroun, il vient faire des études en France et s’installe à Montpellier où il crée les Black and White Gospel Singers. Il conduit cette formation jusqu’à la reconnaissance nationale et bien au-delà. Habile guitariste et clavier, il anime des master-class en France et à l’étranger loin du vedettariat. Jean Paul Wabotaï. Derrière toi, il y a de nombreuses chorales et chanteurs. Peux-tu nous parler du gospel ?

le gospel m’a apporté de l’amour

24

Emmanuel Djob. Le gospel est d’abord une bonne nouvelle, ma bonne nouvelle, parce que je suis Emmanuel Djob, fils de Djob. Tout cela pour dire que je viens d’un endroit, d’une culture et d’une civilisation précise, d’un continent, d’une tribu, d’un clan. C’est une bonne nouvelle pour moi parce que le gospel m’a redonné le sens de ce que je suis. Il m’a permis non pas d’être en opposition aux autres, ni de me confronter aux autres, ce que peuvent faire par exemple les idées politiques ou même certaines idées religieuses, mais de me dire : je suis moi-même et j’accueille les autres. Le gospel m’a redonné le sens de mon individualité avec ce miracle de l’acceptation de l’autre. Rien ne m’avait préparé à cela dans mon histoire. Je suis très attaché à l’histoire africaine, je l’ai même été de façon extrême parfois. Je trouve que l’histoire a souvent sous-traité et maltraité l’Afrique. Il y a des périodes de ma vie où je me suis retrouvé dans des états de colère terribles, en recherche de revanche. Et petit à petit, le gospel m’a redonné la juste mesure. Il m’a dit : « Tu es toi-même. Personne ne t’enlèvera jamais ce que tu es. Et sache que ce que tu es toi n’empêche pas les autres d’être ce qu’ils sont, et ne t’empêche pas d’accueillir les autres ». On en revient au message de Jésus, notre enseigneur, qui dit : « Aime tes ennemis. Ceux que tu crois être tes ennemis, aime-les parce qu’ils ont quelque chose qui mérite d’être aimé. Il y a quelque chose en tout être humain, quel qu’il soit, qui mérite d’être aimé ». Voilà ce que le gospel m’a apporté : de l’amour. Au-delà de cela, c’est un type musical qui, pour l’amateur de musique que je suis, m’a permis d’aller le plus loin possible sur le plan musical.


25


Notre Histoire du Gospel de Jean Paul Wabotaï  

Par quelles voies le gospel est-il arrivé en France et à ses frontières ? Quelle est sa situation actuelle ? Notre histoire du gospel restai...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you