Issuu on Google+

OPÉRATEURS

MARCHÉ

Marque blanche

Vidéo protection

Toujours le même engouement ?

ENQUÊTE

Les solutions TPE/PME

THD

Le déploiement des réseaux

N°277 SEPTEMBRE 2015ǾǾǾǾǾǾǾǾǾǾǾǾwww.jdt.fr

LE MENSUEL DES CONVERGENCES IT

COMMUNICATIONS

UNIFIEES Quelle offre pour quelle entreprise ?

INTERVIEW

DAVID ELFASSY Président d’Altitude Infrastructure

ş 2#)'5 ION DISTRIBUT

NOUVEAUX PRODUITS

E REPORTAG

Polycom VX 201

Samsung Galaxy S6 EDGE +

Le concepctrible Mood agu:

Marketin UVGTOKPCN Ǿ WPFNG NGUǾD e + accessoir


ÉDITORIAL

Guerre des prix QWFGNCSWCNKVČŠFGUGTXKEGĹ&#x;!

X

Ariel Gomez Directeur de la rĂŠdaction et rĂŠdacteur en chef

avier Niel promettait depuis quelque temps une  belle surprise  à la rentrÊe dans le mobile. Et il a tenu parole : dès le premier septembre, au lendemain de l’annonce de ses - très bons - rÊsultats semestriels (CA en hausse de 7 %, EBITDA en hausse de 16 %, 820 000 nouveaux abonnÊs mobiles...), Free dÊgaine son annonce choc : son forfait sans engagement à 19,99 ₏ (15,99 ₏ pour les abonnÊs Freebox) passe de 20 à 50 Go de donnÊes, une manière comme une autre d’amÊliorer son  value for money  et de reprendre l’initiative. Certes, alors que la moyenne de consommation de donnÊes en 3G/4G en France s’Êtablit à moins de 1 Go par utilisateur et par mois - et 2,4 Go pour les clients 4G de Bouygues Telecom - l’offre prÊcÊdente de Free Mobile, à 20 Go de donnÊes, faisait pour beaucoup figure de quasi illimitÊ. Alors, que faire avec 30 Go de plus sur son smartphone ? Pour le consommateur, pas grand-chose. Mais pour l’opÊrateur, c’est un coup de comm’ qui oblige ses concurrents à rÊagir. Et si Bouygues Telecom l’a fait l’après-midi même de l’annonce de Free en lançant une offre promotionnelle B&You  24/24 3Go , proposÊe à 9,99₏/mois pendant 6 mois au lieu de 19,99₏, l’Êquation s’annonce plus dÊlicate pour SFR. L’opÊrateur au carrÊ Rouge, qui a perdu près d’un million de clients depuis son rachat par Numericable, avait dÊjà sorti, le 25 aoÝt, des offres promotionnelles très agressives (dont, par exemple, un forfait Power avec 5 Go de donnÊes, appels, SMS/MMS illimitÊs pour 23,99 ₏). Très limitÊes dans le temps, elles ont du coup ÊtÊ prolongÊes de quelques jours. L’une des offres (le forfait 2h + 2 Go) qui Êtait proposÊe

RÉDACTION Une publication de TÊlÊcom Presse, 23 bis, rue Danjou 92100 Boulogne Billancourt TÊl. 01 75 60 28 40 S.a.r.l. au capital de 8 000 euros Siège social 23 bis, rue Danjou 92100 Boulogne Billancourt N° de commission paritaire 1016T84383 Directeur de la publication Marc Laufer Directeur gÊnÊral Pierre Sacksteder Éditeur DÊlÊguÊ StÊphane Demazure sdemazure@newsco.fr

www.jdt.fr

Directeur de la rédaction et rédacteur en chef Ariel Gomez Tél.   ǾǾǾ ariel.gomez@jdt.fr Journaliste Thomas Pagbe Tél.   ǾǾǾ thomas.pagbe@jdt.fr Ont collaboré à ce numéro Hervé Reynaud, D.B., Stéphane Miekisiak, François Arias Création graphique Bertrand Grousset

PUBLICITÉ NEWSCO RÉGIE Directeur gÊnÊral Pierre Sacksteder

3WGHCKTGCXGEĹ&#x;)QFGRNWUUWTUQP smartphone ? Pour le consommateur, pas grand-chose. Mais Free oblige ses concurrents Ă  rĂŠagir. Ă  5,99  â‚Ź par mois pendant 12 mois, a mĂŞme ĂŠtĂŠ baissĂŠe Ă  3,99 ₏ par mois. Ă€ cela s’est ajoutĂŠe une offre encore sur la fibre ÂŤ Ă  prix massacrĂŠ Âť, comme le dit l’opĂŠrateur lui-mĂŞme, soit 9,99  â‚Ź par mois sans engagement pendant 12 mois (au lieu de 29,99 â‚Ź). De son cĂ´tĂŠ, Orange, qui est probablement celui qui a le plus bĂŠnĂŠficiĂŠ de l’hĂŠmorragie des abonnĂŠs SFR, est le seul Ă  ne pas avoir bougĂŠ en rĂŠaction Ă  cette vague baissière. Et il ne semble pas s’en porter plus mal que ses confrères. De quoi relativiser l’importance du prix par rapport Ă  la qualitĂŠ de la prestation... En ce sens, les commentaires des internautes sur les rĂŠseaux sociaux sont ĂŠloquents. Sur Free, beaucoup raillent cette offre si abondante, mais qui n’a d’intĂŠrĂŞt ÂŤ que si le rĂŠseau marche Âť. Sur SFR, les problèmes de qualitĂŠ de service prennent une dimension industrielle. Nos confrères de La Voix du Nord avaient lancĂŠ en mars dernier un appel Ă  leurs lecteurs au sujet des problèmes rencontrĂŠs avec SFR. En 24 h, ÂŤ 3 760 internautes s’Êtaient manifestĂŠs Âť, indique le quotidien nordiste. Reproduit six mois plus tard, l’appel a encore recueilli, ÂŤ près de 2 000 commentaires très critiques Âť. Mise sur le compte de ÂŤ travaux d’amĂŠlioration du rĂŠseau Âť par la direction rĂŠgionale de l’entreprise, la situation devrait revenir Ă  la normale en fin d’annĂŠe. Ă€ moins que d’ici-lĂ , la poursuite des dĂŠparts d’abonnĂŠs en masse ne règle mĂŠcaniquement la question de l’engorgement du rĂŠseau... Q

Administration des ventes & publicitÊ Laure Mery TÊl.   ǞǞǞ lmery@newscoregie.fr

Directeur gÊnÊral adjoint ValÊrie FÊnÊon Directeur de publicitÊ /KIWGNǞ/CVQ mmato@newscoregie.fr TÊl. +33(0)1 41 58 58 23 Directeur de clientèle Yann Aubry de Montdidier ydemontdidier@newscoregie.fr TÊl. +33(0)1 75 60 40 97 Directeur de Clientèle Olivier Denis odenis@newscoregie.fr TÊl. +33(0)1 75 60 40 95 Directeur de clientèle Florian Picard fpicard@newscoregie.fr TÊl +33(0)1 41 58 59 22

ABONNEMENTS Directeur de la diffusion Alexis Bernard Mail : abojdt@everial.com Le Journal des TÊlÊcoms B1377 60643 Chantilly cedex +ORTGUUKQPǞIapca - 83 Toulon Mensuel – 27ème annÊe 2TKZǞFWǞPoǞŚǞ66% #DQPPGOGPVǞ ǞCP Ś66% Ce numÊro comporte un encart quatre pages Mobility for Business

ǞǞ5'26'/$4'ǞǞLE JOURNAL DES TÉLÉCOMSǞǞ3


SOMMAIRE

sommaire dernière heure Blackberry renforce son catalogue d’outils de sécurité à destination des entreprises. L’entreprise canadienne vient d’acquérir Good Technology pour 425 millions de dollars. Cette opération élargit l’offre de Blackberry. Good Technology dispose d’outils de sécurité capables de gérer des appareils sous Android, iOS, Windows Phone, de quoi donner à l’entreprise canadienne la possibilité de s’adresser à un très large panel d’entreprises. Blackberry, en difficulté sur le segment grand public, se recentre depuis plusieurs mois sur son activité professionnelle. Le haut comité de gouvernement d’entreprises, un organisme créé par le Medef et l’Afep, s’est penché sur le cas de l’ex-dirigeant d’Alcatel-Lucent, Michel Combes. Après deux années à la tête de l’entreprise, dont il a redressé le titre au prix d’une importante vague de licenciements, Michel Combes s’apprête à rejoindre Numericable-SFR, avec au passage une prime de départ de 13,7 millions d’euros, versée sur plusieurs années par Alcatel-Lucent. Cette somme comprend entre autres une clause de non-concurrence de 4,5 millions versée sur trois ans. Les interrogations portent notamment sur le caractère licite de cette clause. Le haut comité vient d’émettre un avis envoyé au conseil d’administration de l’équipementier. « AlcatelLucent confirme que, dès réception, le conseil d’administration examinera avec attention l’avis du Haut Comité de Gouvernement d’entreprise. Le Conseil se réunira dans les meilleurs délais pour prendre sa décision en fonction de cet avis, des intérêts de l’entreprise et de ses parties-prenantes françaises et internationales », indique l’entreprise. Stéphane Richard, le p-dg d’Orange, estime qu’une consolidation du marché des télécoms en France reste possible. « La consolidation n’est pas à l’ordre du jour, mais elle finira peut-être par resurgir l’an prochain, après la vente des nouvelles fréquences pour la 4G », a-t-il indiqué aux Échos. Sur les baisses de prix pratiquées par ses concurrents, promotions à l’appui, Stéphane Richard a vanté la supériorité du modèle d’Orange. « Aujourd’hui, nous sommes en train de prouver que l’on peut gagner des clients dans le fixe comme dans le mobile sans massacrer les prix ».

dossier 48

%QOOWPKECVKQPUWPKƒȩGUǾ quelles offres pour quelles entreprises ?

.GUUQNWVKQPUFGEQOOWPKECVKQPUWPKƒȩGURQWTUWKXGPVNGWT croissance sur le marché des communications d’entreprises, à un rythme modéré mais régulier. L’activité des grands ȩFKVGWTU /KETQUQHVGPVȪVG GVNCHQTVGQTKGPVCVKQPXGTUNGU offres en mode SaaS constituent les principaux moteurs de cette croissance. Des solutions packagées adressant les TPE jusqu’aux solutions sur mesure destinées aux grandes entreprises, la segmentation des offres semble désormais validée par l’ensemble des acteurs du marché.

NOMINATIONS  Les mouvements POINT MARCHÉ ÉQUIPEMENTS

POINT MARCHÉ SERVICES

46

38

42

Vidéosurveillance

Offres d’opérateurs en marque blanche

THD

Quelles solutions pour les TPE-PME ?

Toujours le même engouement ?

4ǾǾLE JOURNAL DES TÉLÉCOMSǾǾ5'26'/$4'

ENQUÊTE

Les déploiements s’accélèrent

FWǾOQKUFGUGPVTGRTKUGU du secteur

TRIBUNES  Le Wholesale 4G : un cas pertinent pour des pays émergents www.jdt.fr


ACTUALITÉS 26 Big Ben, bien plus qu’un grossiste 27 Swiss Charger distribuÊ par Tech Data

actualitĂŠs INFRASTRUCTURE

MARKETING 28

13 Le chinois Zopo se jette dans la mĂŞlĂŠe

6 e-Blink, le champion français du mobile front haul

Le bundle, un outil très polyvalent

OPÉRATEURS 8 NumericableSFR lance un club pour les collectivitÊs

SERVICES

9 Faute d’accord entre NC-SFR et Orange, l’AVICCA sollicitera l’État

INSTALLATEURS INTÉGRATEURS

14 Intel s’essaie à la visioconfÊrence

10 Integrasys poursuit son expansion à l’international

EQUIPEMENTS 12 Honor dĂŠvoile un smartphone, un bracelet connectĂŠ et une boutique en ligne

 Unify dĂŠploie son ÂŤ Circuit Âť

REPĂˆRES 16 ActualitĂŠs et tendances en chiffres

REPORTAGE 30

Mood, les accessoires et les objets connectÊs à l’honneur INTERVIEW

interview 18

34

Pierre Jacobs,

David Elfassy,

directeur gĂŠnĂŠral de GĂŠnĂŠrale de TĂŠlĂŠphone

prÊsident d’Altitude Infrastructure

Le million de prises FTTH en ligne de mire

 Les Êcrans : nouveaux architectes de l’expÊrience dans la ville

60 L’avènement du Cloud distribuÊ

61 La monĂŠtisation

FGNCFCVCGP#HTKSWGÇž une problĂŠmatique rĂŠcurrente, de nombreuses spĂŠcificitĂŠs www.jdt.fr

nouveaux produits 62 Les nouveaux produits mobiles, accessoires, rĂŠseaux

Samsung Galaxy S6 Edge +

Wiko Highway Star 4G .G*KIJYC[5VCT)EQPƒTOGWPG fois de plus, les progrès rÊalisÊs par Wiko sur ses tÊlÊphones mobiles. %GUOCTVRJQPGHQTVFGUGUTȊGNNGU qualitÊs - son allure et son Êcran offre un capteur d’image perfectible.

Avec le S6 et le S6 Edge, Samsung avait frappÊ un grand coup, TȊCHƒTOCPVUQPUVCVWVFGNGCFGT dans l’univers Android. Il Êtait donc logique que le fabricant tente de retrouver le même succès que celui obtenu avec la phablet )CNCZ[0QVG%GVVGHQKUEŌGUVCXGEWP5 gÊant dÊpourvu de stylet.

ǞǞ5'26'/$4'ǞǞLE JOURNAL DES TÉLÉCOMSǞǞ


ACTUALITÉS

INFRASTRUCTURE

RÉSEAUX OPÉRATEURS

e-Blink, le champion français du mobile front haul

%TȊȊGGPNCUQEKȊVȊCFȊXGNQRRȊWPGVGEJPQNQIKGWPKSWGUCPUƒN RQWTȊEQWNGTNGVTCƒEFGFQPPȊGUGPVTGNGUCPVGPPGUFGUTȊUGCWZOQDKNGU GVNGWTUUVCVKQPUFGDCUG $65 WPGUQNWVKQPSWKRGTOGVVTCCWZQRȊTCVGWTU mobiles d’accÊlÊrer leurs dÊploiements, notamment dans les zones denses.

L

es derniers grands mouvements capitalistiques observÊs sur le marchÊ mondial des tÊlÊcoms rÊpondent souvent au même besoin : fournir aux opÊrateurs tÊlÊcoms fixes un rÊseau mobile et, symÊtriquement, donner aux opÊrateurs "mobile centric" le rÊseau fixe très haut dÊbit qui leur permettra d’Êcouler un trafic dont la croissance est exponentielle. Dans ce cadre global oÚ l’Êcoulement du trafic est une prÊoccupation majeure, on peut trouver en regardant de plus près le

Alain Rolland

schÊma un autre segment oÚ le même problème se pose : celui de la liaison entre les antennes des rÊseaux mobiles et leurs BTS. C’est le marchÊ du mobile front haul, dont le trafic s’appuie sur le protocole dit CPRI. Habituellement, cette liaison Êtait assurÊe par un câble en cuivre (une solution très Ênergivore), puis, plus rÊcemment, par de la fibre optique. Or, au moment oÚ les rÊseaux mobiles doivent encore se densifier, pour rÊpondre à la croissance du nombre d’abonnÊs et à la montÊe du trafic, creuser des

Des bonnes fÊes sur le berceau d’e-Blink MalgrÊ ses presque dix annÊes d’existence, e-Blink, qui emploie une trentaine de personnes, n’a rÊalisÊ l’an dernier que moins d’un million d’euros de chiffre d’affaires. Cette faible performance Êconomique s’explique par un long cycle de recherche dÊveloppement qui trouve son aboutissement au moment oÚ le marchÊ commence

à dÊcoller. Depuis ses dÊbuts, la sociÊtÊ a levÊ près de 30 millions d’euros, par Êtapes, auprès de sept investisseurs. Le dernier en date, Alcatel Lucent

CXCPVUQPTCEJCVRCT0QMKC C injectÊ 3 M₏ dans l’aventure. On compte Êgalement dans le tour FGVCDNG$2+ NC$CPSWG2WDNKSWG d’Investissement, qui s’est substituÊe au FSN, Fonds pour la

6ǞǞLE JOURNAL DES TÉLÉCOMSǞǞ5'26'/$4'

5QEKȊVȊ0WOȊTKSWG RQWTNCSWGNNG e-Blink a ÊtÊ le tout premier choix d’investissement, ainsi que NCUQEKȊVȊ4CFKCN HCDTKECPVFG connecteurs optiques, propriÊtÊ de Pierre Gattaz, prÊsident FW/GFGH .GUCWVTGUDQPPGU fÊes qui se sont penchÊes sur le berceau d’e-Blink sont Alven Capital Partners iSource gestion, 360 Capital Partners et Seventure.

tranchÊes pour dÊployer des nouveaux câbles, notamment dans les zones denses, devient très problÊmatique.  J’ai remarquÊ que le seul poste inflationniste [dans les dÊploiements de rÊseaux], c’est le gÊnie civil, explique Alain Rolland, prÊsident et fondateur d’e-Blink. nous avons donc dÊcidÊ de dÊvelopper une technologie sans fil . Plus rapide à dÊployer, et annoncÊe comme plus Êconome en exploitation, cette technologie s’avère par ailleurs parfaitement compatible avec l’Êvolution des architectures des rÊseaux d’opÊrateurs vers le cloud. De quoi ouvrir un boulevard à e-Blink.   D’après diffÊrentes Êtudes de marchÊ, poursuit Alain Rolland, entre 15 et 25 % de ces dÊploiements devraient se faire en wireless.   Des estimations qui portent le marchÊ du mobile front haul sans fil à  plusieurs milliards d’euros . UN INTÉRÊT MARQUÉ DES OPÉRATEURS L’intÊrêt de la chose n’a pas ÊchappÊ aux opÊrateurs, mais ils ont ÊtÊ globalement plus prompts à rÊagir en Asie et aux États-Unis qu’en Europe.  Nous sommes en finalisation avec Verizon, mais nous avons fait des tests avec les trois autres grands opÊrateurs amÊricains , explique Alain Rolland, dont Sprint (rachetÊ par le japonais Softbank). Et si les cas d’ATT et de Verizon apparaissent comme   les plus intÊressants   pour e-Blink, le plus gros client reste quand même le groupe Orange.  Nous avons passÊ les validations, et nous sommes dÊjà dans un process industriel, prÊcise Alain Rolland. Nous avons commencÊ à dÊployer au NigÊria et dans d’autres pays [plus d’une vingtaine]. Nous sommes Êgalement sollicitÊs par Vodafone, Deutsche Telekom, Telefonica, Telecom Italia, ou encore le corÊen, SKT.  Pour mieux couvrir l’ensemble du marchÊ, e-Blink a ouvert en 2013 une antenne en Californie. Et la filiale a dÊjà reçu la visite de China Mobile, un opÊrateur dont les 208 millions de clients 4G (et 500 millions prÊvus en fin d’annÊe) font saliver tous les fournisseurs du marchÊ... Q ARIEL GOMEZ

www.jdt.fr


ACTUALITÉS

OPÉRATEURS

haite investir. Une image ÊloignÊe de celle de l’opÊrateur lancÊ dans une chasse aux dÊpenses et soucieux de ses deniers.  Nous ne nous posons pas de questions sur les zones denses ou pas denses. Nous estimons que nous devons dÊployer notre rÊseau partout , assure le responsable. L’opÊrateur a dÊcidÊ d’investir 2 milliards d’euros cette annÊe.

THD

Numericable-SFR lance WPǞENWDRQWTNGUEQNNGEVKXKVȊU 0WOGTKECDNG5(4XKGPVFGNCPEGTNGENWDk.C(KDTGFGU6GTTKVQKTGUǞz Objectif : rappeler son savoir-faire aux collectivitÊs et rÊpÊter CWZǞȊNWUUCXQNQPVȊFŌKPXGUVKUUGOGPVFCPUNGUVGTTKVQKTGU

U

n peu de proximitÊ ne peut pas faire de mal. Le groupe Numericable-SFR vient de lancer son club,  La Fibre des Territoires  dans le but de  partager les meilleures pratiques en collectivitÊ . Lors de la première Êdition de ce rendez-vous - que l’opÊrateur entend reconduire -, quelque 200 collectivitÊs ont fait le dÊplacement. Au menu :  du dialogue, de la pÊdagogie sur ce que nous faisons, du partage et des explications sur ce que nous sommes en mesure d’apporter , explique JÊrôme Yomtov, secrÊtaire gÊnÊral du groupe

Numericable-SFR et prÊsident de SFR CollectivitÊs. Le rendezvous, dans sa forme, n’est pas sans rappeler une initiative analogue d’Orange. Chaque annÊe, l’opÊrateur historique invite les Êlus à Êchanger autour du numÊrique et prÊsente ses propres solutions. Ce type de rencontre offre, à n’en pas douter, de nombreuses occasions d’Êchanger avec des Êlus parfois en pleine rÊflexion sur des projets de dÊploiement. Numericable-SFR a, de son côtÊ, pu prendre la tempÊrature et jauger l’avis des collectivitÊs sur le chantier national du Très Haut DÊbit.  Les collectivitÊs



des Français ont la sensation que leur territoire n’est pas connectÊ

8ǞǞLE JOURNAL DES TÉLÉCOMSǞǞ5'26'/$4'

veulent que les choses aillent très vite. Elles ont bien intÊgrÊ qu’un territoire qui n’a pas la fibre allait être en difficultÊ pour attirer les entreprises et les particuliers , explique JÊrome Yomtov. Le secrÊtaire gÊnÊral de l’opÊrateur Êgalement a voulu lever quelques malentendus. Devant les Êlus, Numericable-SFR veut plus que jamais apparaÎtre comme un opÊrateur qui sou-

MAINTENIR LE DIALOGUE L’opÊrateur espère bien renforcer ses liens avec les collectivitÊs. Et ce, malgrÊ les accidents de parcours. La DÊlÊgation de Services Public (DSP) signÊe avec le Conseil dÊpartemental des Hauts-de-Seine (92) a rÊcemment connu une conclusion dÊsagrÊable pour l’opÊrateur. ÉchaudÊ par le retard pris sur le chantier de couverture en fibre optique du dÊpartement, le 92 a suspendu son contrat avec l’opÊrateur. Selon JÊrôme Yomtov, ce ratÊ ne devrait avoir aucune incidence sur ses relations futures avec les collectivitÊs.  Elles cherchent l’efficacitÊ. Ce qu’elles souhaitent, c’est apporter le service à leurs administrÊs , estime-t-il. La première rencontre des membres du club, rÊussie, de l’avis de JÊrôme Yomtov, doit donner lieu à une prochaine rencontre.  Avant, il y a un autre ÊvÊnement : le Salon des maires. Nous allons poursuivre le dialogue , assure le responsable. InterrogÊ sur cet ÊvÊnement, Patrick Vuitton, secrÊtaire gÊnÊral de l’Avicca, note que  le fait que le dialogue entre les collectivitÊs et les opÊrateurs existe est important . Mais, s’agissant d’un premier rendez-vous, il reste prudent :  il faudra voir dans quelques mois si les choses ont avancÊ . QTHOMAS PAGBE

JĂŠrĂ´me Yomtov



FGUǞRGTUQPPGUKPVGTTQIȊGU estiment qu’un territoire connectÊ doit avant tout favoriser la crÊation d’emplois

La connectivitĂŠ du territoire est jugĂŠe comme une aide prĂŠcieuse pour les ĂŠlus locaux par près de 9 Français sur 10 Source : Baromètre rĂŠalisĂŠ par Harris pour Numericable-SFR Ă  partir d’un ĂŠchantillon FGĹ&#x;RGTUQPPGU

www.jdt.fr


Faute d’accord entre NC-SFR et Orange, l’AVICCA sollicitera l’État ZONES AMII

P

armi les engagements imposés à Altice par l ’Autorité de la Concurrence (AC) pour accepter le rachat de SFR par Numericable, figurait l’obligation de renégocier avec le groupe Orange le périmètre des communes pour lesquelles SFR s’est vu confier le déploiement de réseaux en fibre optique (FTTH), défini à l’occasion de l’accord de cofinancement conclu entre SFR et Orange le 14 novembre 2011. Le rapprochement de deux opérateurs (NC et SFR), fortement engagés dans les déploiements THD dans les territoires, rendait en effet nécessaire une mise à plat des termes de l’accord. Or, les deux acteurs, qui comptaient probablement sur un délai supplémentaire que l’AC ne leur a pas accordé, n’ont pas réussi à se mettre d’accord. Numericable-SFR n’a pas tardé, dans un communiqué, à regretter que « sa volonté de rendre l’investissement plus efficace dans le déploiement du Très Haut Débit dans ces zones n’ait pas été entendu. Le plan France Très Haut Débit n’en aurait été que plus ambitieux ». Pour sa part, l’Avicca, par la

Virtualisation : Orange et l’Inria montent un labo commun Orange et l’Inria ont décidé de travailler ensemble sur un sujet critique pour l’opérateur : la virtualisation des fonctions réseau. Sur ce sujet, dominé par les spécialistes américains du secteur, l’opérateur français cherche à apporter des réponses précises aux problèmes que pourrait lui poser la virtualisation d’une partie de ses fonctions de son infrastructure. kǾNous voulons notamment

Patrick Chaize

voix de son président Patrick Chaize, note que cette absence d’accord « entraîne la possibilité pour Orange d’investir dans les communes câblées qui étaient dans la zone d’exclusivité de SFR (...) Il en résultera probablement une accélération des déploiements FTTH d’Orange dans les zones qui pouvaient déjà disposer d’un réseau Très haut débit. Les offres de service à plusieurs centaines de Mbit/s vont vite devenir une référence pour un bon accès à Internet pour un tiers de la population et des TPE/PME françaises ». L’association qui représente les

collectivités demande par ailleurs à Orange et à Numericable-SFR, suite à l’absence d’accord, de « traduire chacun ces priorités par des propositions concrètes, en dialoguant sans délais avec les collectivités concernées », tout en rappelant qu’Emmanuel Macron et Axelle Lemaire ont fixé l’objectif de fin 2015 pour que des conventions soient enfin signées avec ces collectivités. À défaut « d’initiative privée crédible », l’AVICCA compte se tourner vers l’État pour solliciter des financements dans le cadre du plan THD. Q #4+'.Ǿ)1/'<

Bouygues Telecom à nouveau en croissance RÉSULTATS SEMESTRIELS

B

ouygues Telecom souffle un peu. À la peine depuis l’arrivée de Free Mobile sur le marché, l’opérateur voit enfin ses efforts - socialement douloureux - récompensés par des résultats : - 1 % de chiffre d’affaires, mais marge d’Ebitda à + 1,5 %. Cette première moitié d’année a en effet permis à l’opérateur d’engranger 312 000 nouveaux abonnés mobiles nets (hors marché MtoM), dont 293 000 clients forfait. L’opérateur totalisait ainsi 11,4 millions

www.jdt.fr

de clients mobiles à fin juin 2015. Et si la base installée croît, elle s’améliore aussi qualitativement : le churn est en baisse pour les clients à fort usage, le revenu moyen par utilisateur se stabilise, et l’usage de la 4G croît, avec 2,4 Go par abonné par mois. Le fixe aussi se porte bien, avec 174 000 nouveaux enregistrés sur le semestre, dont 23 000 clients FTTH, et un ARPU en croissance. Une telle situation incite Martin Bouygues à l’optimisme, tant sur une croissance « qui va être rentable » que sur la topogra-

phie du marché, où il se sent « tout à fait confortable dans cette situation à quatre ». [opérateurs] Interrogé sur la crainte d’une nouvelle guerre des prix - SFR ayant sorti le 25 août des offres très agressives - Martin Bouygues s’est dit « sans inquiétude » puisque « il y a tout le temps des promos  ». L’après-midi même, l’opérateur lançait en effet une offre B&You « 24/24 3Go », proposée à 9,99€/mois pendant 6 mois au lieu de 19,99€. D’ici fin 2017, Bouygues Telecom vise 1 million de nouveaux clients. Q AG

Nicolas Demassieux

automatiser des fonctions FŦGZRNQKVCVKQPFWTȩUGCWǾ», explique Nicolas Demassieux, directeur de la recherche et des Orange Labs. « Par exemple, lorsqu’une cellule tombe en panne, la charge pourrait être déplacée automatiquement sur un autre cellule. Le logiciel sur lequel nous travaillons pourra réaliser ce type d’actions ». Le code sur lequel s’activent les équipes de l’opérateur historique et de l’institut de recherche sera ouvert et interopérable. La virtualisation des fonctions réseau permet à Orange de reprendre l’avantage sur les grands producteurs de services et de contenus, Google en tête, et de rappeler les besoins des opérateurs notamment en matière d’interopérabilité. Orange n’entend cependant pas prendre la place des équipementiers. kǾNous nous concentrons surtout sur la technologie. Une fois la technologie développée, nous achèterons la solution chez nos fournisseurs », conclut Nicolas Demassieux.Q TP

ǾǾ5'26'/$4'ǾǾLE JOURNAL DES TÉLÉCOMSǾǾ9


ACTUALITĂ&#x2030;S

INSTALLATEURS & INTĂ&#x2030;GRATEURS

Integrasys poursuit UQPÇžGZRCPUKQPČ NĹŚKPVGTPCVKQPCN STRATĂ&#x2030;GIE

Sopra Steria, premier semestre sans nuages .GUkÇžHWUKQPUGPVTGČŠICWZÇžzPGNG sont la plupart du temps pas tant SWGEGNCKN[GPCUQWXGPVWPkÇžRNWU ČŠICNSWGNĹŚCWVTGÇžzGVNGUSWGUVKQPU de pouvoir, dans les diffĂŠrentes strates du management, sâ&#x20AC;&#x2122;avèrent un obstacle Ă  la bonne marche des affaires. AnnoncĂŠe en avril 2014 GVGHHGEVKXGFGRWKUFČŠDWV la fusion des deux poids lourds des services informatiques aux entreprises, Sopra et Steria, se passe sans entraves... si ce nâ&#x20AC;&#x2122;est lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠviction en mars dernier de François Enaud, directeur gĂŠnĂŠral du groupe et dirigeant de Steria avant la fusion. Le chose ne semble cependant pas avoir eu dâ&#x20AC;&#x2122;impact financier nĂŠgatif, comme en tĂŠmoignent les premier rĂŠsultats semestriels depuis la fusion. .GITQWRGSWKGORNQKGĹ&#x; collaborateurs dans 24 pays, voyait pour le premier semestre UQPEJKHHTGFĹŚCHHCKTGUETQČŽVTGFGĹ&#x;

Č Ĺ&#x;/Ĺš CXGEWPVCWZOCTIG QRČŠTCVKQPPGNNGFGĹ&#x;GVWP objectif annuel rĂŠvisĂŠ Ă  la hausse. Autre signe de cette dynamique, Sopra Steria a parachevĂŠ fin juillet lâ&#x20AC;&#x2122;acquisition auprès dâ&#x20AC;&#x2122;Airbus de la sociĂŠtĂŠ Cimpa. Cette sociĂŠtĂŠ, qui emploie un millier de personnes pour 100 Mâ&#x201A;Ź de CA, permet Ă  Sopra Steria, comme lâ&#x20AC;&#x2122;explique le groupe FCPUWPEQOOWPKSWČŠFGkÇžconforter ses positions auprès des grands acteurs de lâ&#x20AC;&#x2122;aĂŠronautique, mais ĂŠgalement de lâ&#x20AC;&#x2122;industrie, des transports et de lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠnergie, en capitalisant sur les domaines dâ&#x20AC;&#x2122;expertise de CimpaÇžzQ AG

Pierre Pasquier

I

ntegrasys a de nombreux fers sur le feu. Le distributeur se renforce Ă  lâ&#x20AC;&#x2122;international, soutient lâ&#x20AC;&#x2122;installation en France dâ&#x20AC;&#x2122;un nouveau fabricant de micro-casques et sâ&#x20AC;&#x2122;apprĂŞte Ă  propulser sur le marchĂŠ la toute dernière solution de communications unifiĂŠes (CU) dâ&#x20AC;&#x2122;Unify (anciennement Siemens Enterprise Communications). Après avoir choisi la Suisse comme pays dâ&#x20AC;&#x2122;expansion deux ans auparavant, lâ&#x20AC;&#x2122;entreprise française se positionne au Benelux et en Afrique. ÂŤ Il y a deux ans, nous avons commencĂŠ Ă  distribuer les produits dâ&#x20AC;&#x2122;Unify en Suisse. Nous allons faire la mĂŞme chose dans la zone Afrique , explique Emmanuel Dubois, directeur marketing et communication pour Integrasys. ÂŤ Nous nous organisons pour y installer des commerciaux Âť. Integrasys entend continuer Ă  sâ&#x20AC;&#x2122;appuyer sur son partenaire Unify pour renforcer son offre de produits de communications unifiĂŠes. Le distributeur lancera dâ&#x20AC;&#x2122;ici peu Circuit, la toute dernière

solution nous permet notamment dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠviter dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠchanger des e-mails Âť. Integrasys croit au potentiel de la nouvelle solution dâ&#x20AC;&#x2122;Unify. ÂŤ Elle va nous donner la possibilitĂŠ de toucher les PME et les TPE Âť. Integrasys veut ĂŠgalement diversifier son offre des microcasques. DĂŠjĂ  en collaboration avec les leaders du marchĂŠ (Plantronics, Jabra) le distributeur veut pousser un nouvel acteur : le danois Addasound. ÂŤ Il sâ&#x20AC;&#x2122;agit dâ&#x20AC;&#x2122;un spĂŠcialiste des casques bien implantĂŠ dans le monde Jehan Philippe Le Roy des centres dâ&#x20AC;&#x2122;appels au Danemark, assure Jehan solution de CU dâ&#x20AC;&#x2122;Unify [cf aussi Philippe Le Roy. Je travaille avec p. 15]. ÂŤ Il sâ&#x20AC;&#x2122;agit dâ&#x20AC;&#x2122;une solution eux depuis six mois. Je suis de communications unifiĂŠes sur persuadĂŠ quâ&#x20AC;&#x2122;il y a de la place le Cloud. Elle permet de partager pour un quatrième acteur sur le des documents, et, entre autres, marchĂŠ des micro-casques Âť. de faire de la visioconfĂŠrence Âť, Lâ&#x20AC;&#x2122;emploi du temps du distribuindique Jehan Philippe Le Roy, teur va donc ĂŞtre chargĂŠ dans ces le p-dg dâ&#x20AC;&#x2122;Integrasys. ÂŤ Nous prochains mois. Q THOMAS PAGBE lâ&#x20AC;&#x2122;essayons depuis trois mois. La

Itancia ouvre son catalogue au-delĂ  des tĂŠlĂŠcoms RECYCLAGE

D

epuis la rencontre de Yann Pineau, dirige a nt-fond at e u r dâ&#x20AC;&#x2122;Itancia, avec Nicolas Hulot, figure emblĂŠmatique de la conscience ĂŠcologique, la transformation de la sociĂŠtĂŠ et ses efforts pour mĂŠnager la planète ont produit des effets concrets : en cinq ans, lâ&#x20AC;&#x2122;entreprise a ĂŠconomisĂŠ 954 tonnes de CO2. Et le cĹ&#x201C;ur du rĂŠacteur (si lâ&#x20AC;&#x2122;on peut dire...) sâ&#x20AC;&#x2122;est aussi transformĂŠ dans cette direction, puisque le recyclage est en train de prendre une place croissante dans le chiffre dâ&#x20AC;&#x2122;affaires de la sociĂŠtĂŠ (30 % actuellement). ÂŤ Nous sommes dans le recyclage de tous types de produits, y compris les smartphones et tablettes, ex-

10ǞǞLE JOURNAL DES TĂ&#x2030;LĂ&#x2030;COMSǞǞ5'26'/$4'

plique Alexandre Marie, directeur marketing dâ&#x20AC;&#x2122;Itancia. Tous les dĂŠchets sont traitĂŠs dans les circuits EEE, et nous donnons Ă  nos clients un certificat qui lâ&#x20AC;&#x2122;atteste Âť. La sociĂŠtĂŠ avoue regarder aussi du cĂ´tĂŠ des objets connectĂŠs, dans lâ&#x20AC;&#x2122;idĂŠe de ÂŤ tester ce marchĂŠ Âť. Dans les smartphones, comportement de marchĂŠ oblige, Apple est la première marque avec laquelle Itancia travaille. Et la revente dâ&#x20AC;&#x2122;iPhones reconditionnĂŠs prend de lâ&#x20AC;&#x2122;ampleur. Samsung a suivi depuis peu et lâ&#x20AC;&#x2122;objectif est dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlargir le catalogue de marques dans le retail. Itancia a mĂŞme rachetĂŠ, en septembre 2014, lâ&#x20AC;&#x2122;entreprise grenobloise Isard, spĂŠcialisĂŠe dans la rĂŠparation ĂŠlectronique des ĂŠqui-

Alexandre Marie

pements industriels et informatiques, de quoi ĂŠtendre le savoirfaire de la sociĂŠtĂŠ Ă  de nouveaux secteurs. Q AG

www.jdt.fr



Le Journal Des Télécoms 277