Page 1

AVESNOIS NEWS

NOV. 2012

N° 178

Le journal de l’Avesnois déchaîné EDITO C’est fait depuis quelques jours, Barak Obama a été réélu président des EtatsUnis après une fin de campagne assez mouvementée qui n’était pas due à la politique, mais à un phénomène naturel : l’ouragan qui a touché de plein fouet la ville de New-York et ses environs. Ce fut, à notre avis, une élection sans surprise. Tout le monde s’attendait, et notamment sur notre «vieux conti-

nent« à ce résultat. Un président noir qui va entamer son deuxième et dernier mandat. Qui aurait pu imaginer cela, il y a seulement une vingtaine d’années ? Dans ce pays où l’on a eu recours à l’esclavage durant des lustres. Dans le pays de Martin Luther King, leader noir assassiné. Dans le pays d’Angela Davis. Dans le pays du Ku-KluxClan dont les membres n’ont pas encore raccroché leurs cagoules au porte-manteau. La première élection de Barak Obama a été un véritable «pied de nez« à toute une faune raciste qui regrette l’époque où certains endroits, certaines places de bus étaient interdites aux «nègres«. Mais cela a-t-il disparu partout dans ce vaste pays ? Nous savons qu’Avesnois News ne sera pas lu à la Maison Blanche (nous avons toutefois qu’il est lu dans le New Jersey, par un Glageonnais expatrié outre-Atlantique pour son travail), mais nous avons néanmoins une requête à faire au président d’un des pays les plus puissants de notre globe : Monsieur le Président, faite en sorte que dans votre grand pays on fasse comme chez nous en 1981, abolir la peine de mort. Ras-le-bol de l’électrocution, gazages, injections létales ou fusillade (certains condamnés peuvent le demander). Un peu d’humanité s’il vous plait...

Deuxième festival du cinéma amateur : les Maroilles d’or de la Fagne

Peu de monde au deuxième festival du cinéma amateur qu’à organisé, samedi, l’association C dans la boite. Pour reprendre le vieil adage, les absents ont, une fois encore, eu tort car les films présentés étaient de très bonne facture. (Page 6)

Deux podiums aux championnats du monde de judo à Miami

Quelque chose à vendre ? Vous souhaitez vendre votre voiture, changer de mobiluier et vendre l’ancien. Pourquoi ne pas passer une petite annonce dans nos colones ? Cheza nous, les annonces sont à 1 €. Contact gerard.lemaire@akeonet.com Tel. 07 70 71 10 52

Sabine Menne et Patricia Bastient sont montées sur la troisième marche du podium lors des championnats du monde de judo qui se sont disputés à Miami. Un beau résultat pour le club que dirige Patrick Menne et un gland honneur pour la commune de Glageon. Page 2)

Hirson, l’ONF pour une gestion durable de la forêt Le directeur régional de l’Office national des forêts est venu présenter aux élus locaux à la fois l’office national dont il a la charge, mais également les actions développées l’an dernier. Quant à jeanJacques Thomas, il a défendu l’investissement forestier et, au travers la certification de la gestion forestière, l’intérêt d’une gestion durable de la forêt. (Page 3)


Athor et Tysone Deux judokas aux championnats du monde de Miami : l’album photos

Arhor est un jeune labrador d’un an. Très sympa, il a

hâte de quitter le chenil.

Tysone est un griffon de deux ans et demi , lui aussi est très sympa et aimerais bien trouver un maître qui prenne soin de lui.

Recherche don de nourriture et couvertures contact SPA Hirson grande Thierache 03 23 98 64 26 et 03 27 60 22 63.

SOS Animaux

Trouvé à Wignehies deux chatons tigrés.

Glageon est une petite commune de 1830 habitants située dans le département du Nord et, pour être plus précis, dans l’arrondissement d’Avesnes-sur-Helpe. En clair dans l’Avesnois, une région qui, en son temps était qualifié de «Queue du cul du baudet« par Pierre Forest, alors maire de Maubeuge et de «Réserve d’indiens« par Valéry Hédon qui fut maire de Saint-Rémy-du-Nord et conseiller général du canton d’Hautmont. Certes, lorsque l’on parle de notre région, c’est surtout pour mettre en avant ses rivières, ses étangs, ses forêts... C’est aussi pour parler de ses musées, de ses châteaux... de son histoire, au demeurant fort riche. Il ne faut pas non plus oublier son tissu associatif, lui aussi fort riche. Qu’elles soient culturelles ou spor-

tives, ces associations, qui ont parfois du mal à vivre, animent nos villes, mais également nos villages. Elles sont parties intégrantes de la vie de nos communes. Sans elles, il ne s’y passerait jamais rien. L’une d’elle, le Judo club de Glageon va, durant un bon bout de temps, tenir le haut du pavé. Sous la houlette de Patrick Menne, deux de ses sociétaires, Sabine Menne et Patricia Bastient, ont participé aux championnats d’Europe de Judo qui se sont disputés en Pologne d’où elles sont revenues avec un titre de vice-championnes. Cela signifiait pour elles, un billet pour les championnats du monde qui, au départ devaient se disputer à Rio-de-Janeiro au Brésil. Mais un changement de programme a fait que c’est finalement à Miami qu’ont eu lieu les

épreuves. Des épreuves au cours desquelles elles se sont particulièrement bien compotées puisqu’elles sont montées, toutes les deux, sur la troisième marche du podium. En Avesnois, ils sont très certainement peu nombreux (on n’a pas eu le temps de chercher), a avoir atteint un tel niveau. Nous les félicitions donc pour ces résultats et pour les retombées qu’ils auront, sur le club, la commune et l’Avesnois en général. Il est bon de rappeler ici que c’est grâce à un vaste mouvement de générosité et de solidarité que ces deux filles ont pu participer à ces championnats. Il faut dire que la fédération de Judo, quand il s’agit de récolter le prix des licences est tout sourire, mais lorsqu’il s’agit de mettre la main au portemonnaie, c’est une toute

autre histoire... Ainsi, il y a quelques mois, une réception a été organisée par la municipalité de Glageon, à l’initiative de Bernard Chauderlot, maire, afin de récolter des fonds. Si les Glageonnais ont été particulièrement généreux, il ne faut pas non plus oublier les quelques entreprises et mairies qui elles aussi ont voulu apporter leur quotepart afin que cette grande aventure sportive puisse avoir lieu. Qu’ils et elles en soient une fois encore remerciés. Gageons que ces résultats obtenus au plus haut niveau mondial auront des répercussions sur le club et que d’autres sociétaires voudront, eux aussi, accéder au même niveau. Gérard LEMAIRE

De retour de Miami, les deux judokas ont reçu un accueil chaleureux Première prise de contact avec le Club et beaucoup de monde pour féliciter les deux championnes lundi soir au dojo glageonnais. D’or et déjà, une réception, plus officielle, est prévue, à une date qui n’est pas encore arrêtée, pour remercier tous ceux et toutes celles qui ont soutenu Patricia Bastient et Sabine Menne lors de leur périple américain, notamment sur Face-

book où chacun a pu suivre, en image, ce voyage dont les deux jeunes femmes se souviendront très certainement longtemps. La vie va reprendre son cours et Sabine et Patricia leurs entrainements pour, aller savoir, repartir l’an prochain pour une autre destination et de nouvelles médailles.

A adopter rottweiler, berger allemand, malinois, groendal, labrador, braque, épagneul, griffons, chatons, chats et petits chiens attendent un foyer. Cotact refuge SPA Grande Thiérache d’Hirson 03 23 98 64 26 et 03 27 60 22 63

Quelque chose à vendre ? Vous souhaitez vendre votre voiture, changer de mobiluier et vendre l’ancien. Pourquoi ne pas passer une petite annonce dans nos colones ? Cheza nous, les annonces sont à 1 €. Contact gerard.lemaire@akeonet.com Tel. 07 70 71 10 52


Mass Hystéria en concert 11 novembre : en hommage aux soldats qui ont repoussé les frontières

Bientôt un siècle ! Alors que l’heure de la réconciliation a sonné depuis longtemps, la commémoration de l’armistice de 1918 revêt toujours un caractère particulier. Notamment dans un département occupé et, à jamais, marqué par le Chemin des Dames. Dans deux ans, la France et l’Europe commémoreront le début d’un conflit qui faucha une génération, causa plus de dix millions de morts et des mil-

lions d’invalides ou de mutilés, anéantit les économies et marqua à jamais les consciences. Dès les premiers jours, la « Belle époque » se brisa sur le front des haines entretenues. Dès le mois d’août 1914, six millions de combattants sont mobilisés. Après avoir, en compagnie de ses collègues, fleuri les monuments roumain et allemand, érigés sur des ossuaires dans lesquels sont

ensevelis plus d’un millier de corps, Jean-Jacques Thomas feuilleta le livre de l’Histoire locale, rappelant l’occupation de la ville dès le 28 août 1914 et la longue liste des soldats tués. « Ils n’imaginaient pas, précisa-til, que la terre de l’Aisne serait leur tombeau. Et ceux qui ont survécu n’ont rien oublié, ni les tranchées, ni les plateaux et les buttes à escalader sous la mitraille ». Et de citer cette chanson d’époque : « Où tous ceux qui grimpaient roulaient dans le ravin. Aujourd’hui y’a des vignes, il y pousse du raisin. Qui boira d’ce vin là, boira l’sang des copains ». Depuis, le temps est passé et une autre guerre mondiale repoussa la première. « Plus personne, souligna encore Jean-Jacques Thomas, n’imagine le quotidien de nos concitoyens. Deux ans plus tard après l’occu-

pation hirsonnaise, un camp de travail regroupe dans la ville des centaines de travailleurs forcés, obligés de s’escrimer quatorze heures par jour, sept jours sur sept, de 4 à 20heures. Les morts s’entassent ». Théâtre de la commémoration dominicale, le cimetière d’Hirson témoigne de cette hécatombe. 298 noms de soldats hirsonnais sont toujours visibles sur le monument aux morts. Quatre année durant, des hommes vont ainsi se battre pour d’indéfinissables frontières géographiques. Ils ne réussiront qu’à repousser les frontières de la souffrance humaine. « La mort faisait partie du quotidien, écrit Maurice Genevoix. On pouvait vivre à côté des cadavres que l’on n’avait pas pu enterrer à cause du gel ou des bombardements ».

La veille à Lyon avec Fumuj en première partie, samedi soir Mass Hysteria a non seulement rempli l’Eden, mais, par son énergie débordante, le groupe a fait chavirer une salle hirsonnaise chauffée par les jeunes d’Heet Seas, ravis de leur set et par l’ambiance thiérachienne. Juste le temps pour JeanJacques Thomas de remercier le Conseil régional et le public du « Picardie Mouv’ »

de sa fidélité pour cette sixième édition. Un rendezvous lourd avec ce concert de métal en fusion. Il est vrai que depuis plus de dix ans, Mass Hysteria séduit ses fans avec un cocktail épicé de rock dur, de ragga et d’électro pour créer un son chaud et, pour l’occasion, faire le show, en pleine lumière, avec son dernier album « L’armée des ombres ».

Rejoints dans les arrêts de jeu, les Hirsonnais ne décollent toujours pas

Même si la prestation hirsonnaise témoigne d’une réelle amélioration, le match nul concédé, hier, dans les arrêts de jeu n’arrange ni l’U.S BHT, ni son adversaire, tous deux scotchés dans la profondeur d’un classement dont s’extirpent Senlis et Saint-Quentin. Pour n’avoir pas su concrétiser leurs occasions et, notamment, le face à face entre Simono et Tangana, le gardien de Breteuil (43e)

(notre photo), les Thiérachiens sont toujours restés à la merci de leurs adversaires rapidement en action. Attencourt est d’ailleurs sollicité d’entrée par Furtado (1ère) puis par El Mehdi, rattrapé in extremis par la nouvelle recrue Bamba, précieux dans son placement (15e). Pour autant, même fébriles, les Axonais se montrent dangereux avec un lob au-dessus de Monvoisin (12e) puis par

N’Tep (notre photo), le nouvel attaquant thiérachien, contré par Caplain. Avec un milieu de terrain attentif et une défense consolidée, l’U.S BHT semble, du reste, en mesure de trouver les espaces. Simono s’y essaie à plusieurs reprises (18e, 31e et 43e). Sans succès et lorsqu’il fait la différence, son centre n’est pas repris (44e). Le jeune attaquant est, du reste, en excellente position (48e), mais Breteuil reste toujours à l’affût avec deux corners consécutifs (66e) sur lesquels Attencourt fait le métier tout comme face à Dufour (69e). Bref, à ce moment-là, les Isariens haussent leur niveau de jeu et obtiennent une série de coups francs en même temps que Martin (72e) et Bamba (78e) sont avertis.

Autre avertissement, sans frais, celui-là, lorsque de l’extérieur du pied, N’Dzomo frappe l’arrête de la lucarne de Tangana (78e). Décidément, l’attaque semble maudite, mais le gardien ne pourra rien sur un but plein de sang-froid du même N’Dzomo (82e). Cette fois, le banc hirsonnais croit, enfin, en son étoile, qui file cependant lorsqu’après avoir touché la barre sur un coup franc d’Hallu (85e) (notre photo), Breteuil arrache l’égalisation d’une reprise de volée des vingt mètres de Caplain, au ras du poteau, sur laquelle la défense ne monte pas (90+2e). Dur, dur pour Attencourt et les siens appelés à se consacrer à la Coupe de Picardie avec un déplacement à ChâteauThierry.

Bilan de l’ONF : la forêt se régénère, mais d’abord elle se gère

Décidément, la forêt thiérachienne est à l’honneur ces derniers temps avec la présence en Mairie d’Hirson de Jean-Marc Gougis, le Directeur régional de l’ONF, venu présenter aux élus locaux à la fois l’Office national, mais également avec Jean-Paul Copeau, le Responsable de l’Unité territoriale, les ac-

tions développées l’an dernier. De même, JeanJacques Thomas profita de l’occasion pour défendre l’investissement forestier et, au-delà, au travers de la certification de la gestion forestière, l’intérêt d’une gestion durable. Cette vision d’avenir implique notamment de pré-

server la biodiversité, la protection des sols et de l’eau, la maîtrise des risques et de s’assurer de la qualité des travaux forestiers. Ce dialogue annuel avec les collectivités propriétaires de forêt permit également de faire le point sur les bois martelés et vendus. Douze communes ont ainsi reçu un devis de l’ONF et six ont bénéficié d’un programme d’activité complet. Ces investissements passent par des plantations de chênes sur Buironfosse, Plomion et Hirson, l’entretien des peuplements sur Saint-Michel, Neuve-Mai-

son, Hirson, Buironfosse et Plomion, mais également des travaux destinés à l’accueil du public sur la forêt communale de Boué et, évidemment, l’arboretum d’Hirson. Ce bilan permit également de souligner que quatre municipalités (Buironfosse, Plomion, SaintMichel et Hirson) fournissent un effort financier permanent en faveur de leurs espaces boisés, trois investissent ponctuellement une partie de leurs recettes forestières et six n’ont consacré aucun euro à leurs bois alors qu’ils génèrent pourtant des recettes.

Hirson natation

Qualificatifs pour l’échelon supérieur, les championnats interclubs départementaux par équipes réunissaient à Laon les clubs de SaintQuentin, Château-Thierry, Beautor, Soissons, Laon, évidemment et Hirson. Les six premières formations empochaient donc leur billet pour les championnats de Picardie. Onze prétendants étaient sur les plots avec du côté thiérachien Camille Maurice, Ephysia Murgia, Sarah Nanaï et Rozenn Lavigne. Les benjamines na-

gèrent une épreuve individuelle (100m 4nages) et quatre courses en relais (papillon, dos, brasse et crawl). Au terme de ces cinq parcours, les temps sont additionnés et transformés en points. « Nos filles, explique Sylvain Burluraux, leur entraîneur, se sont très bien défendues et nous promettent de très bons résultats pour les courses à venir ». Avec 3430 points, elles s’ouvrent, en effet, les portes des championnats régionaux.

Baptême républicain

Rue camille-Grisot, réhabilitation de la chaussée et des caniveaux

Après les intempéries hivernales du début d’année, avec le grand froid de février et une pluviométrie importante en avril et mai,

d’importantes dégradations de voirie, notamment au niveau des bordures, sont apparues à l’entrée de la rue Camille Grisot, entre l’intersection de la rue du Colonel Driant et le départ de la Coulée verte. De ce fait, dès les premières pluies, d’importantes flaques d’eau se forment devant les habitations.

Cette semaine, sur une longueur de 45 mètres devant les six maisons de la rue côté Verrerie, les Services techniques sont donc intervenus. Sous la direction de Christian Robert, ils ont donc remplacé les anciennes bordures dégradées par de nouveaux caniveaux avant de reprendre les enrobés de chaque

Source : blog de Jean-Jacques THOMAS

côté des caniveaux sur une largeur moyenne de 1,50m. Huit tonnes d’enrobé seront donc épandues avant la réfection de la partie basse de la chaussée cette fois à la fin de la rue, près de l’entrée de la Coulée verte et l’apport de 4,8 tonnes d’enrobé. Le coût de l’opération est estimé à 1 200 €.

Hier, en fin de matinée, en mairie d’Hirson, Henri Aubert, commerçant ambulant, et Cathy Huriaux, son épouse, mère au foyer, domiciliés à Hirson, ont présenté leur fils Ryan, né le 21 août à Fourmies, avec le souhait de lui donner comme parrain et marraine

laïques, Thomas François, collégien, et Corinne François, demeurant tous deux à Ohain, lesquels, à leur tour, en cas de besoin, se sont déclarés s’obliger dans la mesure de leurs facultés à suppléer les parents de leur filleul.


Produits ménagers Hautmont Capitale de Noël 2012 - Le programme se dévoile

Depuis plus de quinze ans Hautmont célèbre Noël avec un faste sans égal. Les dizaines de milliers de visiteurs sont plongés au cœur d’un tourbillon féérique, assorti de nombreuses animations, généralement gratuites. Cette année elles seront concentrées sur cinq jours du 15 au 19 décembre. Les associations de quartier, mais aussi les associations culturelles et sportives, prêteront main forte au Comité Foire Corso et à Tour des Sites Organisation pour faire de ces réjouissances un véritable succès. Quels sont les grands rendez-vous de cette édition 2012 ? Noël City.- Son Christmas

shopping fort de 80 chalets et ses sculptures de glace, œuvres éphémères de sculpteurs professionnels, sont visibles en centre-ville du samedi 15 au mercredi 19 de 15 h à 22 h Feu d’artifice.- Tous les soirs, Place de Gaulle tiré à 18 heures du toit du Centre culturel. Le conte de Noël Au Centre culturel, du dimanche 16 au mardi 18 (trois représentations 17 h- 20 h, sauf le lundi 17 : 17 h 30 - 20 h 30 ). Une troupe de comédiens professionnels laisse vagabonder la magie… Le vrai Père Noël.- Qui, sur son trône, vous invite à venir glisser à l’oreille vos confidences, sous le flash d’un photographe pour immortaliser ce moment. Cen-

Lancement des Illuminations

C’est parti ! ou presque… Moment fort de traditions et instants inoubliable de magie : Hautmont va, une fois encore, se métamorphoser en cette fin d’année qui se profile. Outre le faste programme prévu dans le cadre de « Hautmont Capitale de Noël 2012 », la cité sera illuminée du 23 novembre au 28 janvier. Avec son éclat habituel. Grands sapins garnis, kilo-

mètres de guirlandes multicolores, féérie des maisons illuminées, créations ici et là d’évènements visuels novateurs : voilà ce qui nous attend dans les jours prochains. A cet égard tous les Hautmontois sont invités au lancement des Illuminations 2012 qui se déroulera le vendredi 23 novembre prochain à 18 heures sur le Pont de Sambre.

Commerçants non-sédentaires

Le mardi et le vendredi, les commerçants non-sédentaires vous accueillent dans les abords de la grandplace. Rencontre… Marie-Françoise Sohier promeut avec bonheur les produits de la ferme : fromages divers, beurre, œufs… « Je viens ici le mardi depuis mars, sur recommandation d’une de mes collègues. Avec mon mari nous travaillons en famille. Nous disposons d’une petite clientèle fidèle. Quand on propose de bons produits venus de fermes réputées de la région on attire le client. On n’a pas trop de souci avec la crise et notre clientèle regroupe tous les âges ». A 59 ans M. Mouloud tient

une échoppe textile. « Je fais les marchés depuis 2000. Nos relations avec la ville sont excellentes. Nos emplacements sont propres et très fonctionnels. Ce qui n’est pas toujours le cas ailleurs ». Mohart Ouaad, 40 ans, a succédé à ses parents, habitués des lieux durant des décennies. « Depuis que nous avons changé d’endroit, il manque de diversité il me semble, notamment en ce qui concerne les produits alimentaires. Le vendredi c’est mieux. Les personnes âgées, qui sont très fidèles, ont parfois du mal à venir ici car c’est un peu pentu. Mais le marché d’Hautmont est l’un des plus réputés de la région ».

tre culturel, du samedi 15 au mardi 18 : 17 h – 21 h . Mercredi 19 : 20 h-22 h Gospel Lights 2012.- Deux formations vocales de renom, lors de trois représentations différentes en l’église, vous feront vivre pur moment de frisson propre à cette période enchanteresse: New Gospel Family et Gospel Legend Singers. Le Tour du Monde en 80 jours.- Ce nouveau spectacle de vidéo maping, très librement inspiré du roman de Jules Verne, fera la part belle aux effets spéciaux et aux belles images glanées sur notre globe. En l’église du dimanche 16 au mercredi 19 : 17 h - 22 h (toutes les 30 min) . La Journée des Écoles .Le lundi 17 décembre , toutes les écoles hautmontoises sont attendues par les organisateurs de Hautmont Capitale de Noël. Au programme : le conte pour enfants et le Palais de la Friandise (spectacle de son & lumière + dégustation). Centre culturel de 9 h 30-15 h 30 . Thème 2012 : « Le Tour du Monde en 80 jours ». La Taverne des lutins.- Espace détente avec boissons

chaudes, soft drinks ou autres à prix mini. Centre culturel du samedi 15 au mercredi 19 de 15 à 22 heures. Parade Lumineuse.- Cortège étincelant de plus d’un kilomètre et demi fort de plus de 200 figurants, soutenu par un éblouissant spectacle pyrotechnique, finalisé par la venue du Père Noël en personne sur son fabuleux traîneau. Départ : Rue Placide Courtois, le mercredi 19 à 18 heures. Tous les spectacles énumérés ci-dessus sont GRATUITS ! Le Palais de la Friandise.ou quand le centre culturel se fera temple des sucreries :de quoi faire fondre des cohortes d’enfants. Du samedi 15 au mercredi 19 : 17 h – 21 h (toutes les 30 min) . Accès 1 €. Cette animation gourmande fonctionne tel un parcours-spectacle de dégustation. Avec décors magiques, sucreries, chocolats, cakes et autres gâteaux. Sans oublier de folles surprises ! Pour toute information supplémentaire : , 03 27 62 59 72 ou schottey@mairiehautmont.fr.

Balayer, astiquer, nettoyer… Oui mais en respectant mon environnement et ma santé ! Les produits d’entretien peuvent contenir des substances chimiques dont certaines ne sont pas biodégradables et dont les impacts sur l’environnement et la santé peuvent être d a n g e r e u x . Il existe une façon simple et économique pour nettoyer son intérieur, par exemple le vinaigre blanc peut être utilisé pour désinfecter, désodoriser et nettoyer votre i n t é r i e u r .

Rapaces nocturnes

Anciens combattants

Pour marquer le 50e anniversaire de la fin de la guerre d’Algérie, la section UNC d’Hautmont a organisé un voyage « Journée du Souvenir » à Notre Dame de Lorette où elle a rendu un hommage solennel au Soldat inconnu mort en Afrique du Nord. La section hautmontoise a été accueillie à l’entrée principale par la garde d’honneur. Une gerbe a ensuite été déposée par Mme Suzanne Thiéfaine, adjoint au

maire et par le président de la section. Deux musiciens de la Philharmonie (Trompette et tambour) ont interprété la Sonnerie aux morts, puis la Marseillaise. L’émotion était très intense. Après cette cérémonie prenante, le groupe a repris la route pour la visite des carrières de Wellington à Arras où a séjourné l’armée britannique en 1914/1918 avant de découvrir le mémorial canadien de Vimy.

Le CPIE Bocage de l’Avesnois vous propose lors d’un atelier éco citoyen de réaliser vos propres ménagers. Conseils, astuces et recettes seront au rendezvous : Le vendredi 23 novembre,de 14 heures à 16 h 30.. Inscription et renseignements au 03 27 53 04 04 ou (lieu communiqué lors de l ’ i n s c r i p t i o n ) Grâce aux financements de la région Nord-Pas-deCalais, du conseil général du Nord et de la DREAL.

Autrefois symboles de sagesse ou présage de mort, chouettes et hiboux ont toujours été liés au domaine du fantastique, de la magie et de la spiritualité. On retrouve leurs traces dans l’iconographie de nombreuses civilisations à travers le monde. Habitants discrets de nos campagnes, tantôt effrayants, tantôt admirés, les rapaces nocturnes ne laissent personne indifférent. Apprenez à découvrir la vie secrète des hiboux et des chouettes du Nord – Pas de Calais, leur biologie, leur mode de vie. Lors d’activités en salle et d’une sortie crépusculaire

au sein d’habitats différents (bocage, forêt et zone d’habitation), nous dévoilerons les mystères qui les entourent. Le CPIE Bocage de l’Avesnois vous propose de suivre durant un après midi et une sortie en soirée, le 15 décembre à Gussignies, de 15 à 22 heures,un stage sur la biologie et l’identification des rapaces nocturnes du Nord /Pas-de-Calais. A l’issue de ce stage vous serez capable de : décrire la biologie, l’écologie de ces espèces et les menaces qui pèsent sur elles, identifier chaque espèce par son cri, son allure et par son gite, reconnaître les différents types de pelotes et les différentes espèces. Si vous êtes intéressé(e), merci de vous inscrire au 03 27 53 04 04 ou à Tarif : Cette formation est gratuite pour toute personne adhérente à l’association (adhésion individuelle : 11 €, adhésion familiale : 15 €, tarif réduit : 6 €).

Chantier nature

Les associations ont la pêche

C’est en présence de Suzanne Thiéfaine, de MarieJosé Leroy, de Bernard Bondue, adjoints au maire, de Francis Colinet, conseiller, de Didier Flinois, responsable des sports et de Christian Dussart, directeur de la piscine que s’est déroulée, il y a peu la remise des récompenses aux associations sportives. Si toutes n’étaient pas re-

présentées, 21 d’entre elles ont vu leurs membres récompensés. En tout quelque 350 cadeaux ont été remis aux participants. A titre d’exemple l’Ecole municipale de Gymnastique s’est vue offrir 49 sacs à dos, avec le logo « Vivre le sport - Hautmont ». D’autres ont reçu bonnets, écharpes, sacs de sport, parures de stylo, plaids ou au-

Source : ville d’Hautmont

Depuis de nombreuses années, le CPIE Bocage de l’Avesnois agit pour la protection de la nature. L’association est notamment propriétaire et gestionnaire de la Carrière des Nerviens, site classé « réserve naturelle régionale » depuis 2008. Cet espace est caractérisé par une biodiversité remarquable : de nombreuses espèces animales et végétales protégées y trouvent refuge. Pour maintenir la qualité des milieux, des chantiers de gestion sont régulièrement organisés. Nous vous donnons rendezvous le mardi 27 novembre à 9 h 30 sur le site (rue du Quesnoy à Bavay, juste après le pont de la voie de chemin de fer, en partant

vers Le Quesnoy). L’objectif de ce chantier est de préserver les pelouses par le débroussaillage des bouleaux et le fauchage du calamagrostide. Les chemins seront également entretenus pour favoriser l’accessibilité du site. Le chantier sera ponctué par une visite du site, qui vous permettra de découvrir sa biodiversité et son originalité. Pour une meilleure organisation (principalement pour le matériel de gestion), nous vous conseillons de vous inscrire auprès de JeanBaptiste (, ou 03 27 53 04 04). Financeurs du projet : l’Union européenne (FEDER) et la Région Nord/Pas-de-Calais.


Agenda communal

Ils se sont souvenu

Bienvenue à Courquain

Petite statistique au sujet de Courquain pour les vacances de la Toussaint : en 16 jours (du 27/10 au 11/11)... 1426 visiteurs, soit une moyenne de 90 visiteurs chaque jour entre 14 h 30 et 17 heures, malgré un temps maussade, pluvieux, bref un temps de Toussaint .

Dimanche dernier, ces vacances se sont acchevées avec plus de 100 curieux, dont un groupe de motards bien sympa de la région de Laon. Retour maintenant aux horaires du travail scolaire : ouverture du «vraifaux« bureau des douanes les mercredis, samedis et dimanches.

Commémoration du 11 novembre

Listes électorales.- Les inscriptions sur les listes électorales doivent s’effectuer en mairie jusqu’au 31 décembre 2011 inclus auprès du service élections. Pour réaliser cette démarche, il convient de vous présenter en mairie muni de votre carte nationale d’identité ainsi que d’un justificatif de domicile de moins de trois mois. Nouveau : Vous pouvez effectuer votre démarche en ligne. Rendezvous sur rubrique démarches en ligne et inscription sur les listes électorales. Diplômés 2012.- Les nouveaux diplômés Anoriens sont invités à transmettre la copie de leur diplôme en

mairie. Une réception sera organisée en leur honneur. Recensement militaire.Les jeunes gens et jeunes filles né(e)s entre le 1er octobre et 31 décembre 1996 sont prié(e)s de se faire inscrire en mairie recensement de la 4ème tranche. Se munir du livret de famille des parents. Nouveau : Vous pouvez effectuer votre démarche en ligne. Rendezvous sur rubrique démarches en ligne et recensement citoyen. Nourrissons.- La consultation des nourrissons se déroulera le jeudi 22 novembre 2012 de 13 h 30 à 15 h 30 à la salle F.-Dolto (préfabriqué) Espace F.-Mitterrand rue Pasteur.

Avesnois News recherche des bénévoles Vous disposez d’un appareil photo numérique, voire d’une caméra numérique, d’un ordinateur et d’une connection internet ? Vous être membre d’une association dont vous souhaiteriez qu’on parle plus souvent ? Avesnois News recherche des correspondant bénévoles pour son journal et sa web TV. Contact gerard.lemaire@akeonet.com Tel. 03 27 61 01 36 Port. 07 70 71 10 52

Quelque chose à vendre ?

A Cartignies, comme dans toutes les communes de France, on a commémoré le 94e anniversaire de la signature de l‘armistice du 11 novembre 1918. En mu-

siques, les personnalités et les représentants des associations patriotiques se sont rendus au monument aux morts pour y déposer une gerbe de fleurs.

Vous souhaitez vendre votre voiture, changer de mobiluier et vendre l’ancien. Pourquoi ne pas passer une petite annonce dans nos colones ? Cheza nous, les annonces sont à 1 €. Contact gerard.lemaire@akeonet.com Tel. 07 70 71 10 52

de maisons fleuries. Un plaisir personnel pour avoir une maison riche en couleur, plaisir personnel qui retombe sur l’ensemble de la commune.

Charles Cornet à l’honneur

A l’issue de la cérémonie du 11 novembre, Charles Cornet a reçu la médaille de la commune en signe de reconnaissance pour le travail de recherche qu’il a effectué

sur l’histoire de Cartignies. Le conseiller général Jean Jacques Anceau lui a remis à cette occasion les médailles du Département et du Sénat.

Source : commune de Cartignies

mémoire des anciens combattants morts au champ d’honneur, puis, en cortège, au départ de la place du Général-Leclerc, les personnalités, la musique et les représentants des associations d’anciens combattants se sont rendus au monument de la rue de Mons pour un autre dépôt de gerbe.

Soirée Théâtre

Samedi 15 Décembre, à la Salle des Fêtes à 20 h 30, la troupe du Luminaire présente «Les homos préfèrent les blondes«, une comédie d’Eléni Laïouet Franck Le

Hen. Décor et mise en scène Claude Courtens. Réservation : Office de Tourisme 03.27.56.57.20. Tarif : 10 €.

Source : ville d’Avesnes-sur-helpe

Le bardage en Aulne glutineux

Concours des maisons fleuries

Une sympathique réception a eu lieu il y a quelques jours dans la salle des fêtes du village. Réception au cours de laquelle ont été remis les prix du concours

Dans la ville sous-préfecture, on a commémoré, comme il se doit, le 94e anniversaire de la signature de l’Armistice qui, le 11 novembre 1918, mettait un terme à la Première Guerre mondiale. Après un dépôt de gerbe au monument érigé dans le cimetière, c’est une messe qui a été célébrée dans la collégiale Saint-Nicolas à la

L’aulne, parfois appelé “aune”, ou “verne”, est l’arbre typique des bords de cours d’eau et des zones marécageuses. C’est une essence améliorante pour le milieu où elle se développe. Effectivement, l’aulne fixe les berges, assainit et enrichit les terrains spongieux, capte à son profit l’azote... Outre ces qualités pour notre environnement, l’aulne est un bois aux multiples qualités. Tout d’abord, il est imputrescible, qualité qui lui a valu de beaucoup servir auparavant comme matériau de construction en contact avec l’eau : conduites, pilotis, soubassement... Venise est bâtie sur des pieux d’aulne ! De couleur orangée, ce bois tendre, léger, facile à travail-

ler est aussi utiliser pour réaliser un bardage. Le bardage en bois rajeunira vos façades ou modernisera une nouvelle construction. Il peut être posé sur toutes constructions : ossature bois, pierres, béton, briques… Un bardage en bois, associé à un isolant extérieur permet d’améliorer notablement l’isolation thermique et de satisfaire aux exigences actuelles. C’est également un bon moyen pour masquer les fissures et d’éliminer les ponts thermiques pouvant entrainer de nombreuses pertes énergétiques. Cela améliore également l’isolation phonique d’un bâtiment. La participation à ces journées est GRATUITE grâce aux financements de l’Etat, du Conseil Régional du Nord/Pas-d- Calais, du Conseil Général du Nord et du CPIE Bocage de l’Avesnois. Une adhésion à l’association sera cependant demandée. Vendredi 23 novembre - au 6 Rue Millet à Bellignies de 9 à 17 heures. L’inscription est obligatoire, elle se fait par téléphone au : 03 27 53 04 04.

Avis aux clubs sportifs Dans la perspective d’ouverture d’une page consacrée au sport, si vous êtes responsable d’un club, vous pouvez nous faire parvenir vos comptes-rendus de matches accompagnés si possible de photos à l’adresse suivante : gerard.lemaire@akeonet.com


L’image La chasse à l’homme se poursuit à «Ploucville-sur-Helpe»

Le compteur des tricoteuses

Plus de 1 200 tricoteuses, en France, en Belgique, en Suisse, au Pays de Galles... ont relevé le défi lancé par l’association Escapades Sambre-Avesnoises. L’objectif : atteindre 10 000 réalisations d’ci le 31 décembre 2014.

Avis de recherche

C’est une assemblée générale extraordinaire qui s’est tenue mardi, en fin de journée, à la salle des Primevères. Elle était présidée, pour la dernière fois, par Dominique Warot. Premier point abordé au cours de cette réunion, le contentieux qui oppose la municipalité et une petite partie des habitants du village à une famille à propos d’un d’une «pseudo servitude de passage, pour divers«. On se souvient que lors d’une précédente réunion, publique celle-là (Avesnois News N° 177), l’idée avait été avancée que le Syndicat d’initiative Liessies-Willies, pourrait, en lieu et place de la municipalité qui ne peut pas le faire, engager une action en référé afin que les barrières posées par la famille concernée soient enlevées. Là se pose la question suivante : pourquoi le Syndicat d’initiative engagerait-il cette procédure, à quel titre alors qu’une association comptant près de 150 membres a été créée à cet effet ? Il

semblerait que cette association ne veuille plus discuter. Il semblerait même que cette association n’ait jamais été déclarée en souspréfecture (?). Ce qui ne l’empêche pas de faire la quête dans le village pour récolter des subsides, ce qui est formellement interdit par la loi : «les quêtes à domicile sont interdites dans chaque département par arrêté préfectoral, sauf lorsque le but philanthropique est nettement établi. Les quêteurs doivent être munis d’une carte d’habilitation visée par les services préfectoraux«. Si l’on veut faire bref, ce qu’a fait cette association peut être considéré comme une «arnaque». Le mot de racket a même été prononcé au cours de cette réunion. En tout cas, et c’est le moins que l’on puisse dire, on ne se bouscule pas, côté huissiers ou avocats, pour s’occuper de cette affaire. Encore une fois la dangerosité du pont de la ville que sont obligés maintenant d’emprunter certaines personnes a été évoquée.

trois ans). Mais là d’après les informations que nous avons pu obtenir, le souspréfet n’est pas très chaud pour l’engager. Le boomerang a été lancé et vous connaissez son fonctionnement. Soit il touche sa cible et reste sur place. Soit il vous revient dans le nez... Un nouveau président Deuxième point inscrit à l’ordre du jour : l’élection d’un nouveau président et d’un nouveau secrétaire. Deux candidats étaient en lice pour le premier poste : Jean Trakoen et Christelle Guiot. C’est M. Trakoen qui a été élu avec neuf voix contre quatre et deux bulletins blancs et c’est Mme Guiot qui, à l’unanimité des voix, a été élue au poste de secrétaire. Avant de clore cette réunion, le nouveau président a souhaité plus d’implication des membres du Syndicat dans différentes manifestations organisées sur le territoire de la commune. Il a également souhaité relancer le concours d’épouvantails. Celui-ci pourrait avoir lieu durant les vacances de Pâques. Outil incontestable de promotion, la plaquette éditée par les SI de Liessies-Willies, Sars-Poteries et Solrele-Château est épuisée et il est envisagé d’en refaire une nouvelle, ce qui va demander beaucoup de travail. Gérard LEMAIRE

Un deuxième festival du cinéma amateur particulièrement boudé

Avesnois News est à la recherche de documents (photos et vidéos) ayant trait aux manifestations ayant eu pour cadre le petit village de Liessies, il y a quelques décennies. A ces époques lointaines, le village vivait. Il avait son groupe de majorettes et on y a même organisé des reconstitutions historiques en costumes. Si vous possédez de tels documents, il en existe nous le savons, n’hésitez pas à nous contacter. gerard.lemaire@akeonet.com 07 70 71 10 52

A votre service

Nous dirons à juste titre, que le danger est réel au vu du nombre de véhicules légers et lourds qui l’empruntent. «Faut-il attendre qu’il y ait un accident pour agir ?« Nous serions tentés de répondre, combien y a-t-il eu d’accident mortels à cet endroit, disons dans les vingt dernières années ? Aucun... Oui mais si... ? «Avec des si on mettrait Paris en bouteille« dit le vieil adage... Une autre question se pose encore : L’argent du Syndicat d’initiative doit-il servir à engager une action en justice ? Nous ne le pensons pas. N’oublions pas une chose, c’est celui qui perd qui paye et dans cette histoire rien n’est acquis, loin s’en faut... L‘idée d’un collectif d’associations a également été évoquée. Collectif qui pourrait engager cette action. Là encore on se demande bien à quel titre... Si ce collectif devait voir le jour, il faudrait que la mairie s’engage pour rembourser les frais engagés par le dit collectif s’il perdait devant la justice. Là ça serait le contribuable qui devrait mettre la main au porte-monnaie. Avancée encore, une souscription volontaire auprès de la population des deux communes (environ 550 pour Liessies et 170 pour Willies). Il faudrait voir si cela serait légal et quand bien même est-ce que les 720 habitants concernés seraient d’accord. ? On peut une fois encore en douter... Reste la procédure d’expropriation. Elle prendrait beaucoup de temps (deux voire

«Nul n’est prophète en son pays«, une fois encore ce vieil adage s’est confirmé, samedi, lors du deuxième festival du cinéma amateur qu’organisait l’association C dans la boite. Une quarantaine de personnes seulement a fait le déplacement au bucher des moines, dans le parc départemental de l’abbaye de Liessies. Pourtant le programme était copieux et très éclectique. Eléonore Mariani (Willies) et Ludovic Godat (Trélon) nous ont présenté des films

d’animation. M. et Mme Hardy (Fourmies) nous ont fait découvrir la construction de la voie de chemin de fer reliant la carrière de Wallers-en-Fagne à la gare d’Anor. Le club d’activités subaquatiques de Fourmies, représenté par Bruno Lacroix, nous a entraîné dans les aventures de Lucky Lucke et des Daltons’s partis à la découverte d’un trésor caché sous les eaux de la Mer Rouge, en Egypte. Invitation au voyage encore avec M. et Mme

Bayod (Trélon) qui nous ont fait découvrir les richesses de la Pologne. De l’humour avec Daniel Houley (Trélon) qui, durant une vingtaine de minutes nous a fait plonger dans le monde des effets spéciaux. Echanges et Dialogues, enfin, Qui nous a présenté un film sur Trélon, la commune où l’association est installée. Rappelons que ce deuxième festival du cinéma amateur était dédié à Gérard Collet, décédé il y a quelques que mois. Gérard Collet qui a animé, durant de très nombreuses années, le club vidéo d’Echanges et Dialogues. Pour lui rendre hommage, notre association a projeté le court métrage qu’il avait présenté lors de la première édition : Touffu, l’écureuil. Nous tenons à remercier ici, les salariés et les bénévoles de l’atelier-musée du Verre de Trélon qui ont réalisés le trophée et les petits ca-

deaux remis aux participants. Nos remerciements vont également en direction du Conseil général du Nord qui a mis gracieusement à notre disposition le bûcher des moines. Peu de monde, nous le disions en préambule. Nous avons comptabilisés deux habitants de Liessies (qu’ils en soient remerciés). Aucun représentant des associations locales. A une époque où l’on parle d’un collectif rassemblant les dites associations (voir cidessus), nous serions tentés de dire, c’est mal parti. Bon d’accord, le cinéma est un art (le septième dit-on) et les films présentés, du moins pour certains, demandaient un minimum d’intelligence. Voilà peut-être la raison pour laquelle les Laëtitiens ne se sont pas déplacés. Gérard LEMAIRE

A votre service

L’association C dans la boite rajoute une corde à son arc. Elle vous propose désormais de la maintenance informatique. Si vous rencontrez un problème avec votre ordinateur n’hésitez pas à nous contacter pour vos reformatages, réinstallation de système, éventuellement récupération de données dans la mesure du possible…. Renseignements : gerard.lemaireåkeonet.com Tel. 07 70 71 10 52

L’association C dans la boite dispose désormais d’un matériel de prise de vue particulièrement performant : 3 caméras semi-professionnelles, un kit d’éclairage 3 X 800 W, une table de mixage vidéo permettant d’utiliser quatre caméras. Ce matériel est parfaitement adapté pour les spectacles ou les conférences. Renseignements : gerard.lemaire@akeonet.com Tel. 07 70 71 10 52


La commémoration du 11 novembre vue par les enfants

Quatre-vingt-quatorze ans après la fin de la « Grande guerre », le 11 novembre 1918, et depuis que le dernier «poilu« français survivant soit décédé, en 2008, à l’âge de 110 ans, suivi en 2011 de Charles Choules, sujet britannique, dernier vétéran connu dans le monde, le devoir de mémoire prend tout son sens. Il est indispensable de ne pas oublier et donc, de « rappeler à la jeunesse l’horreur des guerres » a souligné dans son discours

Claude Lemire, au nom de l’ARAC. Il a également insisté sur la nécessité de « garder un idéal humaniste précieux ». De son côté, l’UNC par son représentant local, Michel Delvallée, a invité les CM2 des écoles de la commune à participer au concours sur la « Mémoire vivante » dont l’objet est de promouvoir et de transmettre l’Histoire aux générations futures. Les écoles Joliot-Curie, classes de Sandrine Villeroy et Daniel Decaux ainsi que le

groupe Pierre-Semard, classe de Lydie Rorhmann ont participé à cette initiative. Les épreuves de ce concours consistaient à répondre à cinq questions pointues sur la première guerre mondiale au programme du CM2 et, surtout d’exprimer en une vingtaine de lignes ce que représente le monument aux morts. C’est Lucile Bléhaut de l’école Semard qui a été sélectionnée pour représenter la ville d’Aulnoye-Aymeries au niveau de l’arrondissement et pour lire sa copie aux monuments aux morts lors de la commémoration de ce 11 novembre. Ce qu’elle a fait impeccablement. Ses camarades ont ensuite brillamment entonné la Marseillaise. Les autres lauréats du concours sont Axelle Blanchot, Sounna Hadjad Aoul, Léa Pietton, Léa Goin, Tétouan Heidelberger, Dorinne Stevance, Angeline Courtin

et Emeline Theilliez. Félicitations aux élèves et à leurs enseignants. Lucile Bréhaut.- « Sur le monument aux morts de notre ville, il y a la statue d’un soldat portant un drapeau, et à côté de ce soldat il y a une femme représentant la France reconnaissante qui met une couronne sur la tête du soldat. Il représente le souvenir des gens qui se sont battus pour nous. Des personnes qui sont mortes lors de la première guerre mondiale et des autres guerres (deuxième guerre mondiale, guerre d’Algérie…). Le 11 novembre, on va déposer des fleurs, car ils se sont battus pour nous, ils nous ont protégés et ils ont protégé la France. Et grâce à eux nous ne sommes plus en guerre en France. Le monument aux morts sert donc à rendre hommage à tous ces soldats courageux «.

Théâtre

Un patron véreux qui dirige une Petite et Moyenne Entreprise dans le biscuit se heurte à la comptable qu’il a virée le jour même. Noyé dans ses problèmes familiaux et sentimentaux et rattrapé par ses magouilles et ses entourloupes, notre patron cynique tente de se

débattre face à son employée intègre et honnête qui a une fâcheuse tendance à disjoncter. Coups fourrés, coups de théâtre, coups de bambou et coups de canif dans le contrat… Tous les coups sont permis dans cette comédie humoristique qui aurait pu s’intituler « cake 40 ». Les deux comédiens JeanJacques Devaux et Fanny Mermet vous donnent rendez-vous le samedi 24 novembre à la salle des fêtes de Trélon. Entrée 10 € (gratuite jusque 12 ans). Réservations en mairie à partir du Lundi 29 Octobre 03.27.60.82.20 courriel : secretariat@villetrelon.fr

Journées des droits de l’enfant du 19 au 23 novembre

C’est avec une équipe de partenaires soudés que s’annoncent les 17e Journées des droits de l’enfant auxquelles les élus du conseil municipal des jeunes ont largement apporté leur contribution, pour la première fois cette année. L’occasion de réunir dans un même élan structures sportives et culturelles, acteurs sociaux, associations et collège. Tous ont préparé des actions en lien avec les deux thèmes retenus pour cette édition 2012 : bienveillance et bien-traitance. Cinq jours durant lesquels l’essence de la Convention internationale des droits de l’enfant prendra tout son sens entre réflexions, débat, jeux à tout va et relaxation.

Le Programme L’accès au sport pour les enfants dans le monde. L’Office municipal des sports et la section football du collège Félix Del Marle lancent le débat sur l’accès au sport, lundi 19 novembre à 14 heures et vendredi 23 novembre à 14 heures, auditorium du collège. Ludothèque géante. Le centre social Guy-Môquet se transforme en ludothèque géante dans le cadre de la semaine du jeu de société. Le public y sera accueilli les 20, 22 et 23 novembre de 17 heures à 18 h 30 et le 24 novembre de 14 à 17heures. Jeux de doigts et comptines. La consultation des nourrissons de la PMI sera l’occasion de parler du bienêtre et de l’importance du toucher. Les familles et les enfants partageront un moment de complicité autour des jeux de doigts et des comptines. Ce sont les membres du CAMSP qui animeront avec l’équipe multi-accueil. Mardi 20 novembre de 13 h 30 à 16

heures, Maison de la petite enfance. Zoom sur la bien-traitance. Rencontre sur le thème de la bien-traitance dans le cadre de l’action de la promotion à la santé. Le docteur Lanco-Dosen, neuropédiatre, le CAMSP et le lieu multi-accueil proposeront des ateliers interactifs autour du toucher, du confort, du bien-être et du partage avec l’association Naturelle’Maman. Le mardi 20 novembre à 18 heures, Maison de la petite enfance. Conte et relaxation. Jacques Gary, conteur et yogiste organise un atelier conte et relaxation pour enseigner l’importance de s’écouter pour se relaxer. Mercredi 21 novembre de 15 à 17 heures à la Médiathèque. Les droits de l’enfant entrent en scène. Les différents partenaires vous donnent rendez-vous à la salle des fêtes pour un après-midi ludique et théâtral. L’EHPAD et le centre social Guy Môquet présenteront des scénettes sur la vie d’avant et

celle d’aujourd’hui tandis que les membres du Tremplins Jeunes projetteront un micro-trottoir réalisé dans la ville. Puis lecture et atelier chorale avec Mots et merveilles et l’AGSS, scénettes sur le droit à la différence avec la Petite enfance, lecture d’une chanson composée avec le centre social de la Florentine et Bougez Rock, quizz et expo photos avec la résidence services et le conseil municipal des jeunes, intermède musical avec l’école de musique et goûter avec l’école des consommateurs. Mercredi 21 novembre de 14 heures à 16 h 30 à la salle des fêtes. « L’information préoccupante : quand faut-il signaler nos inquiétudes ? A qui ? Comment ? ». Vaste débat destiné aux travailleurs sociaux et animé par le docteur Rigout, médecin responsable de la PMI et Clothilde Calonne, assistante sociale au CAMSP. Jeudi 22 novembre à 18 h 15 au CAMSP.

Les Bains Douches se dotent d’une Bibliocabane aux couleurs de la Savane

« Un jour dans sa cabane, un tout petit bonhomme mangeait une banane »… La célèbre comptine enfantine peut désormais se décliner autrement à Aulnoye-Aymeries puisque dans la cabane des Bains Douches, c’est à lire et à rêver que peut se laisser aller ce même petit bonhomme. Pour s’en rendre compte, il suffit de monter à l’étage de

la structure d’accueil. Là, à cheval sur deux pièces trône la Bibliocabane. Faite en bois de récupération, elle offre plusieurs petits espaces pour permettre aux enfants de se poser tranquillement, au calme, un livre à la main. « Depuis janvier 2012, nous travaillons autour du livre que ce soit ici en accueil des Bains douches mais aussi lors des animations de l’entre-midi et

des vacances », explique Ozzy Labrosse, coordonnateur de l’Accueil Collectif des Mineurs (ACM), « Notre approche du livre n’est pas strictement éducative mais plutôt ludique. On a abordé les contes, la BD, réalisé des albums photos, écrit des histoires… ». Jusqu’au jour où par hasard, le coordonnateur tombe sur le site d’Anthony Mazelin, un créateur cambrésien et sur la Bibliocabane que cet artisan avait réalisé pour une autre structure. Dès lors, le projet fait tilt et après accord du service Politique de la ville, Laure Dehon, animatrice, prend le dossier à bras le corps. « Un jour, un enfant était assis avec un livre et lorsque je me suis tournée vers lui, il m’a répondu : laisse moi tranquille dans ma cabane. L’idée de petits coins lecture vient également de là », explique la

Source : ville d’Aulnoye-Aymeries

jeune femme. Restait à intéresser les jeunes au projet et l’aventure était lancée. « Je leur ai demandé d’écrire sur de petits papiers dans quels univers ils imaginaient leur cabane de lecture. Beaucoup ont cité la jungle ». Des images ont ensuite été projetées sur les murs du bâtiment de façon à réaliser fresque et dessins. L’artisan de son côté réalisant palissades, mini-coffres, petits escaliers, rampes… grâce à du bois de palette. La structure montée, les enfants ont remis la main à la pâte en terminant les petits travaux de peinture et en aménageant les deux niveaux. Verdict : une Bibliocabane aux couleurs de la savane, des tigres convertis en gardiens de l’abri et des serpents en peluche aux portes du refuge …

Mobilisation générale

Elle s’appelle Célia, habite à Trélon et elle est atteinte d’une maladie génétique évolutive lui bloquant la hanche et ce sont bientôt ses articulations qui suivront le même chemin. Toutefois, il lui reste un espoir, une opération qui lui permettrait au moins de ne plus boiter. Le problème c’est que cette opération ne peut être effectuée qu’à l’hôpital Necker à Paris. Ce qui va entraîner des frais. On parle d’une semaine de rééducation, puis d’une seconde intervention chirurgicale en 2013. Célia

devrait passer au total cinq mois dans la capitale. Des associations se sont d’ores et déjà mobilisées pour venir en aide à la famille de cette jeune fille de 14 ans A Trélon, le Dancing club a, par exemple, décidé lancer une collecte de fonds avec le soutien des mairies de Trélon, Fourmies et Glageon. L’agent récolté permettra, du moins on l’espère, de financer les allers-retours à Paris et l’achat d’un ordinateur dont Célia aura besoin pour poursuivre ses études. Le Dancing club vous invite donc à venir assister, le samedi 24 novembre, à la salle des sports de Trélon (près du collège Denis-Saurat), à partir de 17 h 30 au petit spectacle qu’il proposera. Renseignements : Myriam Delabye : 06 37 77 42 49.


Nos communes, Villers-Sire-Nicole

Villers-Sire-Nicole est un petit village français, situé dans le département du Nord et la région du NordPas-de-Calais. Ses habitants sont appelés les Villersois et les Villersoises. La commune s’étend sur 8,5 km² et compte 991 habitants depuis le dernier recensement de la population datant de 2007. Avec une densité de 117,3 habitants

par km², Villers-Sire-Nicole a connu une hausse de 3,7% de sa population par rapport à 1999. Entouré par les communes de Bersillies, Vieux-Reng et Gognies-Chaussée, VillersSire-Nicole est situé à 8 km au Nord-Est de Maubeuge la plus grande ville à proximité. Situé à 114 mètres d’altitude, Le ruisseau des prés à rieux, le ruisseau du castelet, le ruisseau de l’hôpital sont les principaux cours d’eau qui traversent la commune de Villers-SireNicole. La commune est proche du parc naturel régional de l’Avesnois à environ 5 km. Le maire de Villers-SireNicole se nomme monsieur Hervé Pourbaix.

Les églises fortifiées de la Thiérache : Cuiry-lès-Iviers

Le village de Cuiry-lès-Iviers est situé à 40 km au NordEst de Laon, à 15 km au Sud-Est de Vervins et à 14 km au Sud de Hirson. Une église fortifiée, c’est déjà une curiosité architecturale et aussi «philosophique«., mais si en plus elle est sans âge...

En arrivant dans le bourg, comme souvent, onlève les yeux pour chercher un haut clocher. Mais ici, grande surprise , point de pointe dans le ciel ni de girouette en forme de coq. L’incroyable bâtiment fait penser à une maison forte ou une ancienne ferme

Une légende « récente » et abondamment colportée pendant près d’un siècle, les Trélonais ont cru que sous la croix des charmilles se trouvaient des soldats russes. Celle légende de « la croix des russes » ne s’appuie sur aucun fait ou document historique extrait des archives familiales Merode. La rumeur paraît se

propager suite à une visite du château le 15 Avril 1914, où il est signalé que « les russes, au commencement du XIXe siècle, se sont chauffés en brûlant les meubles de l’ancien mobilier ». Cette étrange déclaration est sans rapport avec les comptes que tenait scrupuleusement le régisseur entre 1814 et 1818 et où il notait toutes les dépenses occasionnées par les rares passages d’officiers d’occupation. C’est en 1833, « en creusant sous les fondations du château la nouvelle cave », que furent découverts plus de vingt cercueils. Cinquante ans plus tard (1883), E. Chevalier, dans son « Dictionnaire topographique de l’Arrondissement

début il existait les barrières à deux ventaux, plus tard les lourdes barrières montées sur roues qui se déplacaient latéralement sur un rail (c’est le cas ici), puis vint la barrière à levage mécanique que le garde-barrière actionnait à l’aide d’une manivelle, en attendant l’automatisation que nous connaissons aujourd’hui.

réparties sur deux niveaux . En prenant un peu de recul, obn ne s’explique pas la présence d’une seule tour pour la nef alors qu’il est si logique d’en voir deux sur la nef. Comme souvent durant notre siècle, les églises sont fermées. Celle-ci ne déroge pas à la règle. Histoire de l’église.- Au 16e siècle, construction de l’église. Au 17e siècle, construction de la nef. En 1989, l’église est inscrite aux Monuments Historiques. Au 21e siècle, la découverte de l’extérieur de l’église est libre et gratuite. La visite des tours est interdite.

La croix des Charmilles à Trélon

Vu sur Chrisnord...

Cette carte postale ancienne (rare) du début du siècle passé est une des deux seules qui datent de cette époque. Elle représente le passage à niveau proche de la gare de Trélon/Glageon. Sur cette prise de vue on n’aperçoit pas la petite maison du garde-barrière. C’est souvent l’épouse d’un cheminot qui occupait cette fonction. Au

bourgeoise, mais c’est en réalité l‘église fortifiée de Cuiry-lès-Iviers. Le choeur est un bâtiment plus haut que la nef. Il est flanqué de deux tours circulaires de dimensions et diamètre différents. Deux détails nous nforment que cette construction est défensive : chaque tour possède des petite fentes de tir pour fusil ; sous le toit, des ouvertures trahissent la présence d’une salle de repli. A l’autre bout, la nef est protégée par une puissante tour ronde coiffée d’un clocheton d’inspiration flamande. Ce ne sont point des fentes de tir qui protègent l’entrée mais des canonnières inégalement

d’Avesnes » rappelle les inscriptions que nous pouvons toujours lire sur le piédestal de cette croix : «Ici sont déposés les ossements trouvés dans plus de vingt cercueils sous les fondations du château de Trélon en creusant la nouvelle cave construite en 1833. RIP«. Il est bien difficile aujourd’hui, en l’absence de toute description des cercueils en 1833 et de datations actuelles, de déterminer l’origine des ossements qui ont été déposés sous cette croix. Toutefois, la simple accumulation des cercueils et l’ancienneté apparente de certains os mis au jour lors de travaux récents à proximité de la croix laisse à pen-

ser que l’on n’a pas trouvé en 1833 des sépultures classiques mais un lieu de dépôt de cercueils que l’on souhaitait placer dans l’enceinte du château. La crypte de l’église de Trélon, qui s’ouvrait « dedans la chapelle » du seigneur et où ont été enterrés le « 3e prince de Holstein et ses ancêtres », ayant été apparemment comblée bien avant 1850 (date de repavage du chœur), il est possible qu’en pleine révolution les administrateurs du château et les autorités municipales aient déplacé les cercueils de la crypte, à l’exception des plombs de protection et d’identification récupérés. Source : Chrisnord

Réchauffement climatique Dans le cadre des «grand messes« mondiales données chaque année pour lutter contre le réchauffement climatique, l’Union européenne s’est engagée à améliorer son «efficacité énergétique« de 20 % d’ici 2020. Il s’agit de rendre plus performants systèmes élec-

triques, bâtiments, usines... La commission européenne veut édicter une directive pour que les Etats tiennent leurs promesses mais certains d’entre-eux ne l’entendent pas de cette oreille et font tout pour vider le texte de sa substance... en particulier la France.

Précarité énergétique Avis de recherche L’association C dans la boite envisage de tourner un film policier sur le territoire des communes de Liessies et de Willies. Pour ce faire, elle a besoin de comédiens, de figurants et de personne pour le staff technique (clap, photos de plateau, éclairages...). Si vous habitez Liessies ou Willies, voire une commune proche n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse suivante : gerard.lemaire@akeonet.com ou en appelant le 07 70 71 10 52.

Votre publicité ici seule ou groupée avec la web TV Contact Tel. 03 27 61 01 36 gerard.lemaire@akeonet.com

AVIS DE RECHERCHE Avesnois News recherche une personne susceptible de démarcher en publicité les commerçants de l’arrondissement d’Avesnes.

Nous joindre 07 70 71 10 52

Il s’agirait de vendre des publicité pour le journal, la web TV ou pour les deux. CONTACT Tel. 03 27 61 01 36 gerard.lemaire@akeonet.com

L’an dernier, 3,8 millions de ménages ont consacré plus de 10 % de leur budget aux dépenses énergétiques indique le médiateur national de l’énergie dans un rapport publié le 20 mars dernier. la précarité énergétique frappe particulièrement les ménages modestes en milieu prériurbain ou rural, vi-

vant dans des logements anciens. Le médiateur préconise la création d’un «chèque énergie« attribué par la caisse d’allocations familiales. Son montant tiendrait compte des revenus et des performances énergétiques du logement.

AVESNOIS NEWS

Associations Vous pouvez nous envoyer vos articles et photos gerard.lemaire@akeonet.com C DANS LA BOITE Mariages, communions, baptêmes... Films d'entreprises Spectacles, forums, conventions,,, Films de fiction etc... CONTACT Tel, 03 27 61 01 36 gerard.lemaire@akeonet.com

C dans la boite (Association loi de 1901) Directeur de la publication

Gérard LEMAIRE Comité de rédaction Gérard LEMAIRE Magali MOSIN B. AZAILES C dans la boite 76 rue du Maréchal-Foch

F-59640 LIESSIES gerard.lemaire@akeonet.com

ISSN : 2100-0603

(Tout droit de production même partiel réservé)

AVESNOIS NEWS N° 178  

Journal d'informations locales

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you