Page 1

Cover_1_Echo_HS_Energie_déf.qxd

hors série

29/07/10

14:54

Page 1


SolarWP_FB_A4mB3 01.07.10 10:21 Seite 1

Notre promesse: préserver nos ressources naturelles Weishaupt continue à mettre tout en œuvre pour développer des produits toujours plus efficaces et écologiques. En outre, l’utilisation efficace de nos ressources naturelles fait partie des points forts de la société. Sa technologie de pointe en matière de pompes à chaleur vous permet de couvrir jusqu’à 75% de vos besoins énergétiques en puisant l’énergie gratuite de l’air, de la terre ou des nappes phréatiques. Il est également possible de compléter votre installation de chauffage existante par un système solaire Weishaupt afin de récupérer l’énergie gratuite du soleil. Weishaupt s.a., Boulevard Paepsem, 7, B-1070 Bruxelles, tél: 02/343.09.00, fax: 02/343.95.14, info@weishaupt.be

C’est la fiabilité avant tout www.weishaupt.be


p.1_Sommaire_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

18:16

Page 1

Energie

1

sommaire

Edito

..............................................................................................................

Préface de Jean-Claude Juncker, Premier Ministre

...............................................

Entretien avec Jeannot Krecké, Ministre de l'Economie et du Commerce Extérieur

........................................

Entretien avec Claude Wiseler, Ministre du Développement durable et des Infrastructures

............................

Entretien avec Marco Schank, Ministre du Logement, Ministre délégué au Développement durable et aux Infrastructures Histoire de l'électrification au Luxembourg

Entretien avec Paul Helminger, bourgmestre de la Ville de Luxembourg

......................................

Le gaz naturel avec Enovos, entretien avec Jean-Luc Santinelli et Louis Radermacker

..............................

30

...........................................................

32

.............................................

35

.........................................................................................................

36 38

...................

La compensation volontaire de CO2 avec myclimate. Entretien avec Erny Huberty . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 CRTE Henri Tudor, entretien avec Paul Schlosseler Energieagence, entretien avec Pierre Wolff

49

........................................................................

52

...............................................................................

54

Les gestes simples pour économiser l'énergie

Administration / Comptabilité Pascal Vilvens vilvens@newcom.lu

Atlas Copco

................................................................

64 66

ATS Cranes, entretien avec Cary Arendt Avery Dennison

Enviro Service International

72 76

..............................................

............................................................................

78

.....................................................................................................

82

........................................................................

84

.......................................................................................

86

FRB Freileitungsbau Solutions FRB Freileitungsbau

Laboratoires d'analyses médicales Ketterthill Mercedes-Benz

...................................................

88

.............................................................................................

90

Novo Energie, entretien avec Constant Seiwerath

.............................................

93

......................................................................................................

96

Powertech

98

....................................................................................................

Secolux, entretien avec Yves Cuisenaire Sewerin Schiltz

101

..........................................................

............................................................................................

Siemens fête ses 100 ans d'activité au Luxembourg Socotec

68

............................................................

.............................................................................................

Cteam, le leader des lignes électriques aériennes

Polygone

60

..................................................

...................................................................................................

ABB, entretien avec Pascal Daleiden

Famaplast

46

...................................................... .............................

Habitez mieux avec myenergy Le passeport énergétique

44

.............................................

Myenergie, la structure nationale pour le conseil en énergie

www.newcom.lu

©Newcom 2010 Tous droits de reproduction réservés pour tous pays. Tous manuscrits, photos ou documents envoyés à la rédaction impliquent l’accord de leurs auteurs de les exploiter. Publiés ou non, ils ne seront pas restitués. Les reportages signés n’engagent que leurs auteurs. Les prix indiqués dans cette revue sont indicatifs et peuvent être sujet à des variations dont l’éditeur ne saurait nullement être tenu responsable.

28

..............................................

Naturgas Kielen, le premier «biométhane» produit au Luxembourg

Photos Newcom divers

24

......................................................

Entretien avec Jean-Paul Wurth, directeur Sudgaz

Layout & infographie Paprika+ paprika@pt.lu

18

22

Sudstroum, entretien avec Ady Emering

Rédacteur en chef Jorris Fitten pyredac@pt.lu

14

20

Entretien avec Claude Strasser, secrétaire général de la SEO

Directeur de la publicité Fred Bertinelli bertinelli@newcom.lu

12

..............................

Twinerg, entretien avec François Thoumsin

Newcom s.à r.l. B.P. 143 L-4902 BASCHARAGE Tél.: +352 23 650 175 Fax: +352 23 650 174

11

..............................................................

La SEO investit dans une énergie propre et fiable

Sudgaz

8

16

.........................................

Entretien avec Romain Becker, CEO Creos Luxembourg

LEO, entretien avec Jean-Paul Wagner

........................

......................................................

Entretien avec Jean Lucius, CEO Enovos Luxembourg

6

10

..............

.......................................................

Entretien avec Etienne Schneider, président du conseil d'administration d'Enovos International

3 4

.........................................

104 106

.........................................................................................................

Thomas & Piron

............................................................................................

Wand & Wasser, Interview mit Herrn Dipl. -Ing. Reinhard Kohl Weihaupt, entretien avec Daniel Geimer

111 114

..........................

116

........................................................

120

W.P.S., le spécialiste luxembourgeois de la technique du bâtiment et des énergies alternatives . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123


Augmenter de 25% l’efficacité énergétique? La complète solution puissance et automatisation d’ABB a aidé la plus grande raffinerie d’aluminium en Europe à augmenter son efficacité énergétique de 25% en augmentant en même temps sa productivité. Avec la recherche et le développement focalisé à augmenter les performances et la conservation des ressources, nous travaillons constamment à économiser énergie et argent. Et notre environnement. www.abb.com/betterworld

ABB adv A4 standaard raffinaderij FR.indd 1

Certainement.

09-03-10 13:17


p.3_Edito Jorris_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

18:15

Page 3

Energie

3

Edito L'énergie est le thème dont tout le monde parle. Indépendance énergétique, énergies fossiles, énergies renouvelables, émissions de CO2, réchauffement climatique... sont autant de sujets régulièrement évoqués sans que l'on ait toujours de véritable cohérence ni vision d'ensemble. Avec des questions toutes simples comme: • que produit-on comme énergie au Luxembourg? • quelle est notre consommation? • quel est le pourcentage d'énergies renouvelables dans ce que nous consommons? • comment consommer moins? nous avons essayé de faire un tour relativement complet de la question en donnant la parole à l'essentiel des acteurs luxembourgeois du secteur de l'énergie. Fait paradoxal, on sait qu'il est impératif de réduire nos émissions de CO2 pour la survie de la planète. En même temps, la demande en énergie augmentera dans les années à venir, et les ressources naturelles diminueront en même temps que les prix augmenteront. D'où la nécessité de simultanément économiser l'énergie de toutes les façons possibles et en même temps d'investir dans la production d'énergie et notamment dans les énergies renouvelables. Tout ceci explique que le secteur de l'énergie soit aujourd'hui en plein mouvement. Cela dit, nous tenons à remercier l'ensemble des participants à ce magazine. Sans leur patience et leurs explications bienveillantes, nous n'aurions jamais pu réaliser ce numéro qui est maintenant le vôtre. J. Fitten


p.6-7_Krecke_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

13:57

Page 6

Energie

6

Entretien avec

Jeannot Krecké Ministre de l'Economie et du Commerce Extérieur

Echo: Pouvez-vous nous dresser un état des lieux sommaire des sources d'énergie au Luxembourg ? Quelle est la part d'énergie produite au Luxembourg par rapport à l'énergie importée? J. Krecké: La consommation finale d'énergie au Luxembourg se répartit sommairement entre les produits pétroliers pour 67%, le gaz naturel pour 16% et l'électricité pour 13%. Le degré de dépendance des importations d'énergie primaire consommée au Luxembourg, donc les produits pétroliers, le gaz naturel ainsi que l'électricité, se situe à 98,19%. Pour pallier cette situation, la politique énergétique du Luxembourg doit cibler ses efforts pour augmenter la sécurité d'approvisionnement, développer la diversification dans les sources d'approvisionnement et entreprendre des efforts supplémentaires pour augmenter la part des énergies renouvelables, tout en garantissant un coût énergétique qui n'hypothèquera pas la compétitivité de l'économie luxembourgeoise.

Echo: L'indépendance énergétique du Luxembourg est-elle possible, est-elle souhaitable? Si oui, dans quels termes et à quel terme? J. Krecké: Avec une dépendance d'importation de l'énergie primaire supérieure à 92%, il est difficilement concevable de s'imaginer que le Luxembourg, dans un avenir proche ou plus lointain, soit en mesure de s'organiser sur son terrain national une indépendance énergétique, aussi souhaitable qu'une telle situation puisse être. Néanmoins, les efforts en direction des économies d'énergies, l'augmentation de l'efficacité énergétique et la production indigène notamment basée sur des sources renouvelables est essentielle pour nous approcher de pas en pas d'une telle situation idéale. Echo: Quelle est la part des énergies renouvelables dans l'énergie consommée au Luxembourg? J. Krecké: La part des énergies renouvelables dans la consommation finale d'énergie se situait à 1,4% en 2008.

Si on considère uniquement la consommation finale d'électricité pour la même année, la part de la production d'électricité renouvelable se situait à 4,13%. D'ailleurs l'étude LUXRES concernant notamment le potentiel des énergies renouvelables à Luxembourg, présentée en 2007, conclut que le potentiel des énergies renouvelables au Luxembourg dans un scénario ambitieux ne serait que de 4,5% par rapport à la consommation finale en 2020. D'un autre côté la nouvelle directive relative à la promotion de l'utilisation de l'énergie produite à partir de sources renouvelables prévoit que la part d'énergie produite à partir de sources renouvelables dans la consommation finale d'énergie du Luxembourg corresponde au minimum à 11% d'énergie produite à partir de sources renouvelables en 2020. Le Luxembourg sera donc forcé de recourir à des mécanismes de coopération, prévus par la récente directive européenne sur les énergies renouvelables, en collaboration avec d'autres pays européens pour réaliser son objectif en vertu de la prédite directive.


p.6-7_Krecke_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

13:57

Page 7

Energie

7

Echo: Comment voyez-vous l'avenir énergétique du Luxembourg à 5 ans et à 20 ans? J. Krecké: L'avenir énergétique du Luxembourg est confiné dans ses grands traits par la politique énergétique, environnementale et climatique au niveau de l'Union européenne. Ainsi le Conseil européen de printemps 2007 a défini l'objectif

ambitieux des «20 20 20 in 2020», c'est-à-dire une réduction des émissions de CO2 de 20% en 2020 par rapport à 2005, une part des énergies renouvelables de 20% en 2020 et une augmentation de l'efficacité énergétique de 20% en 2020. Même au-delà de cette période, les grandes lignes de la politique énergétique du Luxembourg s'inscriront dans le cadre général d'une telle politique au

niveau européen. Certes des accents au niveau national restent possibles, souhaitables et nécessaires, notamment concernant la transposition de telles politiques au niveau national. Mais les décisions au niveau européen ainsi que les développements internationaux dans le secteur de l'énergie resteront des facteurs prédominants pour la politique énergétique luxembourgeoise

.


p.8-9_Claude Wiseler_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

13:59

Page 8

Energie

8

Entretien avec

Claude Wiseler Ministre du Développement durable et des Infrastructures

Echo: Quelle sont les grandes lignes de votre politique en ce qui concerne l’efficacité énergétique des bâtiments? Claude Wiseler: A partir de 2010, tous les nouveaux bâtiments créés par le gouvernement seront des constructions type «basse énergie». Nous portons aussi nos efforts sur les bâtiments existants afin de les mettre à niveau. Voilà pour la théorie. La question est maintenant de savoir quelle stratégie adopter pour atteindre cet objectif. Nous avons remarqué qu'à chaque fois que nous installions des technologies trop sophistiquées, les résultats laissaient souvent à désirer. L'efficacité résidant souvent dans la simplicité, nous avons décidé de nous concentrer sur l'essentiel, à savoir une planification globale intégrant un concept énergétique spécifique et adapté à chaque projet. Les efforts se concentrent essentiellement sur une bonne enveloppe avec des isolations thermiques très performantes (les valeurs d'isolation thermique visées sont de 20 à 40% plus sévères que celles exigées par la réglementation en vigueur), des façades et des toitures étanches au vent et une protection solaire très efficace. Une inertie thermique appropriée permet, en outre, de rendre les bâtiments assez insensibles aux changements des

charges thermiques et de profiter dès lors d'un maximum de l'énergie solaire passive en hiver et d'un refroidissement nocturne en été. Par ailleurs, l'Atert-Lycée a récemment reçu la certification allemande DGNB (Deutsche Gesellschaft für Nachhaltiges Bauen) pour avoir été réalisé selon les critères de durabilité ; c'est le premier établissement scolaire en service et le premier bâtiment achevé au Luxembourg qui à reçu cette distinction (argent).

Echo: Privilégiez-vous certains types de chauffage? Claude Wiseler: Nous ne privilégions aucune technologie au niveau du chauffage; nous choisissons à chaque fois le système le mieux adapté, au cas par cas. Si une cogénération est en place, on l'utilise. On peut aussi recourir à un système à copeaux de bois si cela s'avère judicieux ou encore à des systèmes plus traditionnels au gaz ou au mazout.

Echo: Et en ce qui concerne les énergies renouvelables? Claude Wiseler: Nous essayons à chaque fois d'investir 1% du coût de construction dans les énergies renouvelables. Pour chaque projet, une étude approfondie permet d'en éva-

luer l'opportunité et de choisir l'énergie renouvelable la mieux adaptée. Nous avons ainsi installé des collecteurs thermiques au campus scolaire «Geesseknäppchen» et au lycée technique Mathias Adam à Pétange, des panneaux photovoltaïques au CIPA à Dudelange et au lycée technique Mathias Adam à Pétange. L'Uelzecht-Lycée à Luxembourg Dommeldange a été raccordé à une centrale à copeaux de bois et l'AtertLycée de Redange/Attert à une centrale de cogénération à base de biogaz, etc. Au niveau des projets en cours, nous allons installer des panneaux photovoltaïques au LT Nic Biever à Dudelange, des sondes géothermiques au bâtiment Konrad Adenauer au Kirchberg, réaliser une chaufferie à base de copeaux de bois au lycée de Junglinster, etc.

Echo: Comment choisissez-vous les matériaux de construction? Claude Wiseler: Nous suivons les recommandations formulées par le dossier écologique «Leitfaden für nachhaltiges Bauen und Renovieren» proposant la mise en œuvre de produits et matériaux pour les différents corps de métier répondant au mieux à des critères écologiques. Ceci est spécifié dès les études pour les projets de construction et d'assainissement des bâtiments publics.


p.8-9_Claude Wiseler_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

13:59

Page 9

Energie

9

priés, la mise en place de moyens de prévention d'après les objectifs fixés par la loi concernant la prévention et la gestion des déchets de 1994. Cette mesure s'intègre parfaitement dans le cadre du plan national des déchets et du plan national pour un développement durable et permet une gestion écologique et économique des chantiers publics tout en ayant une influence prolifique sur la sécurité au travail sur les chantiers publics.

Echo: Si construire en basse énergie ou rénover un bâtiment «normal» est plutôt «facile», qu’en estil des bâtiments historiques? Claude Wiseler: C’est moins facile! Les bâtiments de l'Etat sont souvent des bâtiments historiques, ce qui rend le travail bien plus pointu. Il n'y a pas de règle. Il faut concilier économies d'énergie et préservation du patrimoine. Pour cela il faut faire des compromis. On peut citer par exemple le travail qui a été réalisé sur la Chambre des Députés.

Ainsi, l'utilisation du bois exotique est prohibée depuis des années et le câblage électrique est généralement du type sans halogène. De même, les revêtements de sol en PVC sont remplacés par d'autres produits compatibles avec les revendications écologiques.

Echo: Faites-vous des efforts pour utiliser l’eau de façon rationnelle? Claude Wiseler: En règle générale, une étude d'opportunité d'une récupération des eaux pluviales est réalisée. En outre, des équipements sanitaires économisant l'eau sont installés si c'est possible. Nous avons par exemple installé un système de récupération des eaux pluviales pour l'alimentation des toilettes au campus scolaire «Geesseknäppchen» et

des urinoirs fonctionnant sans eau au lycée technique Mathias Adam à Pétange et à l'Atert-Lycée à Redange.

Par ailleurs, en 2009-2010, nous avons, avec le paquet conjoncture, dépensé deux fois dix millions pour aider nos petites entreprises. Du coup, un grand travail d'assainissement a été réalisé sur les bâtiments appartenant à l'Etat.

Echo: La gestion des déchets a aussi fait partie de vos recherches... Echo: Quelques mots pour conclure? Claude Wiseler: Effectivement. Après le projet pilote sur le chantier de la 4ème extension de la Cour de Justice des Communautés européennes en collaboration avec la SuperDrecksKëcht® fir Betriber, qui a d'ailleurs obtenu le label de qualité pour la gestion des déchets, l'administration des bâtiments publics a lancé le développement d'un concept type pour les chantiers publics en collaboration avec l'administration de l'environnement pour la collecte, le tri et le stockage des déchets, la recherche des moyens de valorisation et d'élimination appro-

Claude Wiseler: Depuis 2009, nous achetons uniquement de l'énergie verte (ndrl : procédure par adjudication européenne) qui est à 100% à base d'énergie hydraulique, éolienne, issue de la biomasse ou du soleil. Enfin, et je terminerais sur ces projets, l'administration des bâtiments publics est en train d'élaborer deux projets pilotes : un bâtiment administratif et un lycée, afin d'en faire des bâtiments à énergie positive. Ces bâtiments produiront plus d'énergie qu'ils n'en consommeront

.


p.10_Marco Schank_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:00

Page 10

Energie

10

Entretien avec

Marco Schank Ministre du Logement, Ministre délégué au Développement durable et aux Infrastructures Echo: Pouvez-vous nous dresser un bilan rapide de la situation énergétique du Luxembourg? Marco Schank: La production électricité sur base de sources d'énergie renouvelables est de 270 gigawatt-heure, ce qui représente environ 4% de la consommation nationale. Si l'on compte l'ensemble de la consommation énergétique du pays, y compris celle dédiée au transport, le taux de renouvelable baisse à 2,20%. L'objectif européen est d'atteindre un taux d'énergies renouvelables de 11% d'ici 2020. Au niveau de notre ministère, nous ne nous occupons pas de production énergétique mais nous menons des actions pour réduire la consommation du pays, notamment au travers de Myenergie, structure dont l'objet est de développer le conseil énergétique. Que ce soit pour les personnes privées ou les entreprises, il y a au Luxembourg un fort potentiel d'économie à réaliser en rendant les anciens bâtiments performants au niveau énergétique.

Echo: La performance énergétique des bâtiments est donc une de vos priorités? Marco Schank: En tant que Ministre du Logement, j'ai présenté il y a quatre mois le neuvième programme pluriannuel pour le logement subventionné. Pas moins de 9.000 unités de

logements subventionnées sont au programme, que ce soit avec les communes, avec la SNHBM ou le Fonds du Logement. Pour ces logements j'ai imposé le B, qui correspond à une construction basse énergie, comme standard minimum obligatoire. A coté de cela, je vais recommander d'appliquer une obligation d'utiliser un certain pourcentage d'énergies renouvelables dans les nouvelles constructions.

Echo: Vos efforts se concentrent-ils uniquement sur l'isolation des bâtiments? Marco Schank: Nous travaillons à la réalisation d'une nouvelle certification «habitation logement durable» qui inclura, outre le domaine énergétique, l'utilisation rationnelle de l'eau, du sol, qui tiendra compte du climat du logement, de la durabilité des matériaux de construction utilisés, de la mixité sociale de l'ensemble, etc. Il s'agit d'un concept global qui se doit aussi d'être abordable financièrement et d'entrer dans le cadre du logement subventionné.

Echo: Qu'en est-il de la mobilité individuelle? Marco Schank: Notre ministère, associé à Enovos, au Ministère de l'écono-

mie et au CRP Henri Tudor a créé une plate forme pour se donner une stratégie commune afin de prévoir des réseaux, des bornes de chargement pour les véhicules électriques. Dès cet automne, les premières voitures électriques de séries seront vendues et nous voulons pouvoir accompagner le développement de ces véhicules propres. Nous sommes aussi en train de réfléchir au montant des primes qui seront octroyées pour l'achat d'un véhicule électrique.

Echo: Quelques mots pour conclure? Marco Schank: Je conclurais sur d'autres projets ayant trait à l'écologie. Nous avons ainsi entamé un processus tripartite visant à prendre des mesures pour contrer le changement climatique. Nous lançons également un deuxième plan d'action pour la réduction des gaz à effet de serre. Enfin, nous sommes en train de légiférer sur un pacte climat. Comme pour le pacte logement, le pacte climat sera une convention avec les communes afin de trouver des solutions pour financer des mesures visant à accroitre l'efficience énergétique des bâtiments. L'ensemble de nos efforts fait partie d'un concept global visant à réduire nos émissions de CO2, à préserver l'environnement et à lutter contre le changement climatique

.


p.12-13_E. Schneider_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:04

Page 12

Energie

12

Entretien avec

Etienne Schneider Président du conseil d'administration d'Enovos International

Echo: Riche actualité que la vôtre! Etienne Schneider: Effectivement. Nous sommes en passe de réussir l'intégration des trois sociétés qui sont à l'origine d'Enovos. C'est un travail assez difficile mais nous allons dans la bonne direction. Sinon, nous venons de fusionner Luxgaz avec Creos. Des négociations sont également en cours avec la Ville de Luxembourg pour intégrer son réseau et la société LEO dans Creos respectivement Enovos. Nous avons enfin de nombreux projets d'investissements dans des centrales de production, notamment en Allemagne. Rappelons en outre notre participation à l'extension de la centrale de pompage SEO à Vianden.

Echo: Et en ce qui concerne les énergies renouvelables? Etienne Schneider: Aucun fournisseur d'énergie ne peut se prétendre responsable sans s'engager dans le développement des énergies renouvelables. C'est pourquoi Enovos a décidé d'augmenter progressivement la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique. Nous avons ainsi prévu des investissements considérables non seulement au Luxembourg et dans la Grande Région, mais aussi dans d'autres pays européens. Ce sont ainsi 300 millions d'euros qui seront investis dans les cinq ans à venir. Enovos investit dans diffé-

rentes sources d'énergie renouvelable comme la biomasse, le biogaz, le photovoltaïque et les énergies hydrauliques et éoliennes.

Echo: Pourquoi ne pas produire que de l'énergie verte? Etienne Schneider: Les énergies renouvelables provenant du soleil, de l'eau et du vent ont beau être intarissables, elles dépendent néanmoins des saisons et des conditions météorologiques. Ainsi, faute de disposer de technologies de stockage d'énergie performantes, seule une combinaison avec les centrales conventionnelles permet de maintenir la sécurité d'approvisionnement


p.12-13_E. Schneider_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:04

Page 13

Energie

13

conventionnelles devront jouer un rôle de transition.

Echo: Quelques mots pour conclure? Etienne Schneider: Je conclurais sur nos résultats 2009 qui sont encourageants, malgré un rétrécissement de la demande de gaz et d'électricité dû au ralentissement industriel. Si les consommations des ménages ne varient qu'en fonction des variations climatiques, les consommations des entreprises et industries sont directement liées à la conjoncture. Ainsi, nous espérons que les signes positifs que nous entrevoyons aujourd'hui seront annonciateurs d'une saine reprise de l'économie

.

à tous nos clients. Pour Enovos comme pour tout autre fournisseur d'énergie, il est primordial de disposer d'un mix énergétique équilibré provenant de différentes sources d'énergie.

Echo: Avez-vous beaucoup de clients pour l'énergie 100% verte? Etienne Schneider: Les ménages souscrivant à notre offre verte sont malheureusement peu nombreux. Quelques 10% de nos clients ont jusqu'ici opté pour l'énergie 100% renouvelable. Pourtant, un ménage de 4 personnes n'aura qu'un surcoût de 25 à 30 euros par an avec de l'énergie 100% verte. Souscrire un

abonnement d'électricité verte est probablement le geste écologique le plus facile et le moins cher.

Echo: Comment pensez-vous que la part d'énergie verte évoluera dans le mix énergétique? Etienne Schneider: Avec les investissements actuellement prévus par Enovos dans les énergies renouvelables, la société comptera 20% d'énergies renouvelables dans son mix énergétique dès 2015, alors que l'Europe prévoit ce même chiffre d'ici 2020. J'estime qu' un recours exclusif aux énergies renouvelables ne sera guère possible avant 2040 ou 2050. En attendant, les énergies


p.14-15_Helminger_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:05

Page 14

Energie

14

Entretien avec

Paul Helminger Bourgmestre de la Ville de Luxembourg

Echo: Pourriez-vous revenir brièvement sur l'origine de LEO? Paul Helminger: La Ville de Luxembourg a toujours joué un rôle important dans la distribution d'énergie pour ses habitants. Nous avons, dans le cadre de la libéralisation du marché de l'énergie, dû créer une société chargée de la distribution de l'électricité et du gaz: LEO. Aujourd'hui, les habitants de Luxembourg sont libres d'acheter leur énergie où bon leur semble.

Echo: Peut-on parler de succès aujourd'hui? Paul Helminger: LEO s'est plus que bien défendu. En quelques années, il a fallu créer la société, puis mettre en place le système informatique. Cela a été un beau succès. LEO a toujours été compétitif pour les clients, et a toujours été rentable pour les finances communales. Nous avons aussi, avec LEO, défendu certaines valeurs. Ainsi, nous avions décidé d'aller au-delà des objectifs de l'alliance pour le climat. Nous proposons en effet une énergie à 65% verte sans aucun surcoût pour les clients. Nous proposons aussi à nos clients des contrats avec 100%

d'énergie verte. Si quelques centaines de ménages ont souscrit à l'offre 100% verte, c'est surtout au niveau des institutions et des grandes entreprises, notamment du secteur bancaire, que l'on constate une forte demande.

Echo: Vous limitez-vous au périmètre de la Ville de Luxembourg? Paul Helminger: Les institutions et groupes bancaires ont tendance à acheter leur énergie groupée. Ainsi, la maison mère d'une banque achètera l'énergie pour l'ensemble de ses agences. Cela nous a obligé, de fait, à dépasser les frontières de notre réseau. Ce genre de marché se traite par soumission. C'était un défi assez nouveau car on a compris que l'on ne pourrait pas survivre sans avoir une stratégie de défense et de conquête. Pour une telle stratégie il nous fallait nouer des partenariats.

Echo: Quels sont les choix qui s'offraient à vous? Paul Helminger: Nous avons d'abord cherché des partenariats proches. Cela n'a pas abouti car tous les par-

tenaires possibles se sont retrouvés au sein de Creos et Enovos, tant les concurrents que les anciens fournisseurs d'énergie de la Ville. Nous avons donc choisi de négocier notre prise de participation dans cette grande société nationale. La vraie question qui se pose est la suivante: voulons-nous rester maître chez nous et risquer de se faire écraser dans un marché concurrentiel ou rejoindre une société solide dont la ville deviendrait le principal actionnaire?

Echo: Que répondez-vous aux syndicats qui aimeraient que rien ne change? Paul Helminger: Je comprends les inquiétudes des syndicats quant à la sauvegarde de l'emploi. C'est d'ailleurs pour cela que le parlement a voté le détachement possible des fonctionnaires vers une société privée sans que leur statut ne change. Une fois rassurés sur la sauvegarde de leur emploi, je comprends moins les résistances des syndicats. Ne rien changer signifie risquer de se faire manger par la concurrence, autrement dit représente un véritable risque pour l'emploi à moyen terme. La Ville a la charge totale du réseau.


p.14-15_Helminger_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:05

Page 15

Energie

15

l'on pourra encore construire. Il y a aussi la technologie qui évolue et qui nous permettra d'améliorer notre chauffage urbain par exemple. Il y a également de nombreuses économies d'énergie à réaliser en rendant l'ensemble de nos bâtiments énergétiquement économes sinon mêmes neutres. Tout ceci fera baisser le degré de dépendance du pays mais nous devrons toujours acheter l'essentiel de l'énergie à l'étranger. C'est encore une raison de rassembler dans une société nationale l'ensemble des acteurs puisque cela augmentera leur masse critique sur les marchés de l'énergie et nous permettra de mieux investir dans des projets de production à l'étranger

.

Faire partie du groupe Creos Enovos nous permettra également de profiter de synergies et d'entretenir aussi bien notre réseau à moindre coût. Ceux qui craignent que le réseau soit ensuite moins bien entretenu nourrissent des craintes irraisonnées. Les actionnaires de Creos Enovos sont ceux qui détenaient Cegedel depuis de nombreuses années et la Ville de Luxembourg deviendrait le principal actionnaire de la société. Il n'y a donc aucune raison que le réseau soit

moins bien entretenu qu'aujourd'hui.

demain

Echo: Pensez-vous que le Luxembourg pourrait un jour, si ce n'est accéder à l'indépendance énergétique, tout du moins limiter sa dépendance? Paul Helminger: Nos ressources naturelles ne sont pas énormes. Il y a bien quelques petits barrages que


p.16-17_Enovos_Lucius Jean_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:07

Page 16

Energie

16

Entretien avec

Jean Lucius Echo: Pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs? Jean Lucius: J'ai commencé ma carrière auprès de l'Arbed, j'y ai occupé différents postes à l'étranger et à Luxembourg dont celui de directeur commercial pour Trefil Arbed. J'ai ensuite rejoint Soteg dont j'ai pris la direction. Je suis aujourd'hui CEO d'Enovos Luxembourg.

Echo: Comment s'est passé la fusion? Jean Lucius: Pour rappel, Enovos est née de la fusion entre Cegedel S.A., Soteg S.A. et Saar Ferngas AG, trois acteurs majeurs de la distribution d'énergie dans la Grande Région. Si l'on porte un regard sur l'année 2009, on peut constater que malgré un contexte international très diffi-

cile, nous avons réussi à garder l'intégralité de nos clients.

Echo: Quelle est la part des énergies renouvelables dans l'énergie que vous produisez? Jean Lucius: L'essentiel de notre production d'électricité vient de la centrale TGV Twinerg d'Esch-sur-Alzette et de différentes centrales de cogénération. Pour l'instant, les énergies renouvelables en tant que telles ne représentent qu'un faible pourcentage de l'énergie que nous produisons. Ce chiffre est cependant amené à fortement augmenter dans les années à venir. Nous avons développé toute une stratégie d'investissement dans le domaine des énergies renouvelables: biomasse, biogaz, photovoltaïque, énergie hydraulique et éolien-

ne, ce dans la Grande-Région et audelà, dans différents pays de l'Union Européenne. Le choix géographique des investissements est influencé par l'attractivité des FIT (Feed-in tarifftarif de rachat en kWh) ainsi que par la disponibilité et la qualité des sources d'énergie renouvelables dans les régions concernées.

Echo: Quels sont vos objectifs à moyen terme? Jean Lucius: Notre objectif est de continuer à augmenter nos ventes de gaz et d'électricité, tout en aidant les gens à consommer moins. Nous sommes déjà actifs dans la vente de gaz naturel en France. En Allemagne, nous comptons dans une première phase augmenter nos volumes vers les grands consommateurs. Ensuite, selon le marché, nous verrons s'il est intéressant ou non de pénétrer le marché du consommateur final. Nous investissons également dans le «upstream», afin d'être plus proches des champs gaziers via des contrats ou des participations.

Echo: Votre développement se fait donc principalement à l'international? Jean Lucius: Au niveau des énergies renouvelables, nous investissons principalement à l'étranger pour des raisons purement techniques. Vu


p.16-17_Enovos_Lucius Jean_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:07

Page 17

Energie

17

des clients particuliers, l'électricité verte est moins demandée, même si l'écart de prix est minime.

Echo: Comment voyez-vous l'évolution des prix de l'énergie?

notre taux de pénétration du marché luxembourgeois, il est évident que notre croissance se fera principalement à l'international, ce qui n'empêche que nous continuons d'investir sur le marché luxembourgeois. Pour preuve, nous venons d'intégrer Luxgaz dans Enovos, ce qui nous permet aujourd'hui de proposer aux résidents la fourniture du gaz et de l'électricité.

Echo: Comment percevez-vous la présence des autres acteurs luxembourgeois du secteur de l'énergie? Jean Lucius: Les autres distributeurs sont également nos clients car nous

leur vendons de l'électricité. Nous n'avons aucune hostilité à leur égard.

Echo: Quelle est la part de l'énergie produite par Enovos sur l'ensemble de l'énergie que vous vendez? Et quelle est la demande en énergie verte? Jean Lucius: Nous produisons plus ou moins 25% de l'énergie que nous vendons. Notre but est d'arriver à 50% par des investissements dans des centrales électriques. En ce qui concerne l'énergie verte, nous avons une forte demande au niveau des communes, des administrations et de certaines entreprises. Au niveau

Jean Lucius: Les prix de l'énergie sont liés au prix du pétrole. A court terme les prix de l'électricité et du gaz devraient être relativement stables. A moyen terme la demande mondiale devrait repartir, ce qui accroitra la pression sur les prix et fera augmenter les tarifs. Si pour l'instant les énergies renouvelables ont besoin de subsides pour se développer, il y a fort à parier qu'à moyen terme le renouvelable deviendra plus compétitif : les prix de l'énergie non renouvelable seront plus haut et l'évolution technologique fera que l'on aura moins besoin d'argent pour financer les projets renouvelables.

Echo: Quelques mots pour conclure? Jean Lucius: Notre ambition est d'être l'acteur de référence pour la Grande Région et de poursuivre notre croissance de façon maitrisée

.


p.18-19_Creos_Becker Romain_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:45

Page 18

Energie

18

Entretien avec

Romain Becker CEO Creos Luxembourg Romain Becker a 56 ans. Il est marié et père d'un fils. Ses fonctions officielles sont CEO Creos Luxembourg S.A, Member of the Executive Committee Enovos International S.A., et Managing Director of Creos Deutschland GmbH. Rencontre avec Romain Becker: Echo : Comment s'est passé l'année écoulée ? Romain Becker: Pour notre entreprise, l'année écoulée a essentiellement été placée sous le signe d'une importante fusion; fusion dont l'incidence s'est surtout fait sentir sur notre travail organisationnel. Dans la pratique, notre travail s'est principalement focalisé sur les changements au niveau technique. En effet, il ne faut pas perdre de vue que l'objectif principal de Creos est l'exploitation d'un réseau complet et hautement qualitatif de distribution d'électricité et de gaz; réseau se devant de connaître le moins d'interruptions possible et préservant à tout moment les intérêts de nos clients. En 2009, cet objectif est resté la priorité de nos équipes techniques qui constituent le pivot essentiel du Groupe. Pour nos agents, le travail sur le terrain s'est généralement poursuivi comme d'habitude. En fait, les effets de la fusion ont principalement marqué les activités du conseil d'administration, de la direction et des autres responsables, leur procurant ainsi un surcroît de travail qui a occupé une grande partie de leur temps. Pour ces responsables, cette intégration a représenté un important défi.

Après les premières décisions prises en janvier 2009, il a fallu attendre février 2010 avant que l'organigramme définitif ne soit approuvé - une longue période parfois imprégnée d'incertitude.

Echo: Et au final tout s'est bien passé? Romain Becker: Si l'intégration a certes duré plus longtemps que prévu, la fusion des personnels du secteur technique s'est globalement déroulée sans encombre. L'intégration des 25 employés de Soteg à l'effectif des 375 employés de Creos Luxembourg n'a pas représenté de grandes difficultés, et cela bien qu'il ait fallu régler un assez grand nombre de questions. Dans ce contexte, et d'une manière générale, nous pouvons néanmoins affirmer clairement que nous avons été à même d'atteindre les objectifs que nous nous étions fixés pour l'exercice 2009. Bien entendu, la restructuration de l'organigramme a entraîné une série de questions concrètes et précises qui ont été dû être traîtées avec les délégations du personnel et avec les représentants du comité d'entreprise.

Il ne faut pas non plus perdre de vue qu'avec Creos Deutschland, la filiale allemande du Groupe, c'est aussi tout un travail de coordination transfrontalière qui a dû être réalisé. L'entrée de Creos Deutschland au sein du Groupe s'est également accompagnée d'aspects d'intégrations culturelle et linguistique que nous avons dû prendre en considération à chaque étape.

Echo: Cette intégration a-t-elle pu se faire sans affecter l'exercice ordinaire? Romain Becker: En ce qui concerne nos opérations habituelles, l'année écoulée se présente comme un exercice ordinaire pendant lequel tous les investissements, à quelques exceptions près, ont été effectués conformément aux prévisions. Au niveau local, les mesures concernant le réseau de distribution ont été prises de façon normale, à la fois pour le réseau électrique principal et pour le réseau gazier. Les investissements dans le réseau de distribution de gaz ont connu un léger recul au cours de l'exercice, n'empêchant cependant pas les travaux de se dérouler comme prévus initialement.

Echo: Avez-vous ressenti la crise? Romain Becker: Bien entendu, l'exercice est également marqué par la crise économique. Celle-ci s'est notam-


p.18-19_Creos_Becker Romain_Echo_HS_Energie.qxd

19

2/08/10

14:45

Page 19

Energie

ment traduite, pour la première fois depuis des décennies, par un léger recul de la demande d'électricité et de gaz. Toutefois, cette situation s'est corrigée d'elle-même puisque la demande connaît à nouveau une courbe ascendante. Ce problème a moins affecté les opérations réseau mais a plus spécifiquement touché le secteur de la vente au détail dans lequel l'offre en électricité et en gaz était soudain devenue bien supérieure à la demande. Ces fluctuations ont nettement moins affecté les opérations réseau.

Echo: Quels sont les défis à relever pour l'avenir? Romain Becker: L'un des plus grands défis du futur sera d'assurer la sécurité d'approvisionnement énergétique. Comme il est très probable que les consommations de gaz, mais surtout d'électricité vont croître à l'avenir, nous devrons intensifier nos liens réseau avec d'autres acteurs, et en premier lieu avec les pays voisins. Ce sera sans doute là un de nos principaux objectifs pour les prochaines années. D'ici 2015/2020 au plus tard, nous devrons soit conclure des accords avec d'autres pays afin de disposer de nouvelles connexions et de solutions de secours, soit permettre l'augmentation des capacités disponibles dans les infrastructures existantes, de façon à disposer d'une stratégie de secours en cas de problèmes sur les lignes électriques et les conduites de gaz existantes. Cette action nécessitera un important travail préparatoire qui constituera l'une de nos priorités pour le proche avenir. La seconde priorité pour 2010 et 2011 sera l'intégration de Luxgaz. Alors que Soteg a apporté l'infrastructure de transport principale, Luxgaz s'occupe des réseaux de distribution secondaires qui acheminent le gaz jusqu'au consommateur final. Suite à cette intégration approuvée en date du 21 mai 2010, une trentaine de personnes

Energie

supplémentaires ont rejoint les effectifs de Creos. Un autre point d'attention concerne la Ville de Luxembourg : un accord éventuel impliquera une nouvelle fusion, qui posera alors un nouveau défi par la nécessité d'intégrer quelques 200 personnes de plus, avec toutes les actions et formalités qui en découlent. Du point de vue technique, notre programme de développement et d'investissement est bel et bien influencé par la santé de l'économie, encore que ce ne soit pas de manière directe. La conjoncture économique détermine en effet le rythme de nos investissements. Lorsque la demande est en croissance rapide, nous devons accélérer notre expansion à un rythme équivalent. Or, on s'attend, en particulier pour le secteur de la fourniture d'électricité, à un accroissement de la demande d'énergie au cours des années à venir, non pas tant parce que la demande générale d'énergie serait en expansion, mais parce que l'on assistera à un glissement vers l'utilisation d'autres sources de production: en effet, l'accent sera mis surtout sur le recours aux énergies renouvelables, qui ouvrent d'importantes perspectives de réduction des émissions de CO2 dans le domaine de la fourniture d'électricité. En termes globaux, le secteur électrique deviendra plus important et sera axé avant tout sur les énergies renouvelables, les centrales au charbon «sans carbone», dont le CO2 produit sera capturé et stocké sous terre, et le nucléaire dans certains pays. Nous estimons, selon nos prévisions, que l'électricité sera «sans carbone» d'ici 2050 et que de nouveaux secteurs, comme la mobilité électrique, verront le jour. Pour le réseau, ces évolutions signifient un probable accroissement de la consommation d'électricité dans le futur. Même si des équipements moins énergivores permettront de réduire les consommations, l'apparition de nouveaux utilisateurs entraînera au final une augmentation de la

demande d'électricité. Le recours extensif aux énergies alternatives telles que les parcs éoliens en Mer du Nord ou les centrales en Europe du Sud s'accompagnera de nouveaux défis pour les lignes d'approvisionnement européennes. Dans le contexte de cette évolution, le Luxembourg pourra lui aussi se connecter à de grands fournisseurs d'énergie alternative, mais devra en parallèle faire face à de nouveaux problèmes sur le plan de la distribution de l'électricité. Un autre défi sera l'introduction de compteurs intelligents, les «smart meters», qui prépareront la voie aux réseaux également dits «intelligents», en ce sens qu'ils permettront une communication bien plus complète entre opérateurs réseau et consommateurs. Des tests sont actuellement en cours et les décisions dans ce domaine, à savoir le remplacement généralisé de tous les compteurs par des appareils intelligents, seront prises au cours des prochaines années. Ils permettront une lecture à distance pour tous les clients, une meilleure connaissance des flux dans les réseaux, et l'offre de nouveaux services aux clients grâce à une communication bi-directionnelle entre les centres de gestion des réseaux et les installations électriques du client. En conclusion, nous pouvons affirmer que si le cap du développement du réseau de distribution d'électricité n'a que peu varié au cours des 50 dernières années, on peut s'attendre à des changements majeurs au cours des années à venir, en particulier dans les secteurs du transport et de la distribution de l'énergie

.


p.20-21_le gaz naturel avec Enovos_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:09

Page 20

Energie

20

Le gaz naturel avec Enovos Entretien avec

Jean-Luc Santinelli et Louis Radermecker Depuis le 21 mai 2010, Luxgaz Distribution S.A. a cessé son activité pour s'intégrer dans le groupe Enovos. Ses réseaux de distribution de gaz naturel ont été intégrés dans la société gestionnaire des réseaux Creos Luxembourg S.A., tandis que la gestion des activités commerciales est aujourd'hui effectuée par Enovos Luxembourg S.A. Cette intégration s'inscrit dans la stratégie commerciale d'Enovos dont l'objectif prioritaire est de maintenir la proximité par rapport aux clients finaux. Enovos Luxembourg S.A. est ainsi devenu le premier acteur énergétique luxembourgeois à proposer une offre «combinée» d'électricité et de gaz naturel à tous les segments de clientèle, qu'ils soient clients résidentiels, professionnels ou industriels, et cela, sur l'entièreté du territoire luxembourgeois.

Echo: Pourquoi avoir intégré Luxgaz à Enovos? Louis Radermecker: Cela faisait sens à tous les niveaux. Revenons un peu sur l'histoire de Luxgaz Distribution S.A., société créée en 1990 sur l'initiative du gouvernement et avec la participation des communes concernées. Les différents partenaires étaient l'État grand-ducal (30,41%), les communes (29,05%), Enovos Luxembourg (39,19%) ainsi que la Fédération des Installateurs en Equipements Sanitaires et Climatiques FIESC (1,35%). Sa mission consistait à réaliser et à exploiter les réseaux de distribution au niveau de 43 communes-membres. Le réseau s'étend sur 940 km et comporte 22.650 raccordements desservant 14.800 clients avec une vente de gaz de plus de 100 mNm3. Vous remarquerez que les actionnaires de Luxgaz étaient à peu près les même que les nôtres. Ensuite, l'intégration de Luxgaz permet aujourd'hui à Enovos de proposer une offre complète «gaz et électricité» à tous les segments de clientèle. C'est une intégration que l'on pourrait qualifier de naturelle.

Jean-Luc Santinelli

Echo: Pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs? Jean-Luc Santinelli: Je suis responsable du département commercial B2C pour la vente de gaz et d'électri-

Louis Radermecker

cité aux particuliers et professionnels et monsieur Louis Radermecker est responsable du département commercial B2B pour la vente de gaz et d'électricité aux entreprises, distributeurs et collectivités.

Echo: Comment sécurise-t-on son approvisionnement en gaz naturel Jean-Luc Santinelli: Le marché du gaz se caractérise par la signature de contrats d'approvisionnement à long terme, 15 voir 20 ans. Cela permet d'assurer la sécurité d'approvisionnement du pays. L'intégration de Luxgaz et de ses clients nous permet de


p.20-21_le gaz naturel avec Enovos_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:09

Page 21

Energie

21

teurs (Stadtwerke) et clients industriels dans la Sarre et partiellement en Rhénanie Palatinat. Les ventes d'électricité aux clients industriels et distributeurs allemands ont débuté au cours des dernières années. Notre objectif est de soumettre des offres duales (gaz et électricité) sur l'ensemble du territoire allemand. En France, nous sommes fournisseur de gaz naturel pour les clients industriels depuis l'année 2006. Nous étudions la possibilité de développer nos activités en France au secteur de la fourniture d'électricité. Le prochain objectif de développement géographique pour nos fournitures de gaz et d'électricité au segment de clientèle B2B est la Belgique.

Echo: Quelques mots pour conclure?

consolider notre portefeuille aval et d'avoir une taille critique suffisante pour prendre le cas échéant des participations dans des champs gaziers, ce qui de facto augmentera notre sécurité d'approvisionnement. Sinon, notre politique d'achat est de disposer d'un mix d'approvisionnement le plus diversifié possible, afin de réduire tant que possible notre dépendance par rapport à un fournisseur ou un producteur spécifique.

Echo: Comment sont calculés les prix du gaz naturel? Louis Radermecker: Le prix du gaz naturel fourni sur base de contrats long terme est majoritairement indexé sur le prix de produits pétroliers tels que le gasoil, le fuel, etc. Ce lien n'est pas toujours évident à suivre pour la majorité des utilisateurs car il existe un décalage dans le temps entre l'évolution des prix pétroliers et

l'application de cette évolution sur le prix du gaz naturel. En effet, le prix du gaz appliqué pour une période déterminée est calculé sur base sur de prix moyens des produits pétroliers cotés au cours des mois précédents.

Echo: Combien de clients avez-vous au Luxembourg? Jean-Luc Santinelli: Nous avons, tous segments confondus, 180.000 clients au Luxembourg. Notre objectif est de continuer à servir nos clients luxembourgeois avec un service de premier ordre, puis de nous développer à l'étranger.

Echo: Etes-vous déjà actifs à l'étranger? Louis Radermecker: En Allemagne, nous sommes le fournisseur historique de gaz naturel aux distribu-

Jean-Luc Santinelli: Notre ambition est de continuer à nous développer et devenir le fournisseur et producteur d'énergie de référence dans la Grande Région. La réalisation de cet objectif nous donnera une taille modeste, par rapport aux grands opérateurs européens, mais suffisante pour subsister dans un marché libéralisé

.


p.22-23_LEO-J-P Wagner_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:11

Page 22

Energie

22

Luxembourg Energy Office Entretien avec

Jean-Paul Wagner administrateur délégué

munale est peu adaptée à signer négocier et conclure un grand nombre de contrats et à dresser des comptes comme le font les sociétés. D'où la décision de créer en 2003 leo, une structure dédiée à l'achat et la fourniture d'électricité et de gaz naturel pour la Ville de Luxembourg.

Echo: Quelles ont été les étapes qui ont jalonné la mise en place de leo? JP Wagner: Nous avons commencé en 2003 par mettre en place la structure et le personnel. Ensuite, nous avons commencé à diversifier l'achat d'énergie pour être compétitifs et à avoir une approche commerciale active auprès des clients. C'est en 2004 que nous avons signé nos premiers contrats commerciaux, à la fois au niveau des fournisseurs et des clients.

Echo: Pourriez-vous nous expliquer comment est né leo? JP Wagner: Historiquement, c'était la Ville de Luxembourg qui s'occupait tant du réseau que de la vente d'électricité et du gaz naturel. Il faut dire qu'à l'époque, la production, la vente et la distribution d'énergie était un métier intégré délimité par des critères géographiques. Les territoires étaient attribués en Europe soit à des sociétés privées, soit à des sociétés publiques ou encore à des administrations. Cegedel a ainsi été créée par le gouvernement luxembourgeois dans les années 20 car il fallait à ce moment électrifier le pays. Avec la libéralisation, on a décidé de dynamiser le marché de l'énergie en introduisant la concurrence commerciale. Ce n'était pas évident en raison des territoires commerciaux historiques liées aux réseaux physiques.

C'est pourquoi on a décidé de distinguer trois métiers différents dans le secteur de l'énergie: d'abord la production, ensuite la gestion de réseau et enfin la fourniture d'électricité. D'après une directive européenne, il devenait obligatoire de séparer l'activité réseau et fourniture si on atteignait les 100.000 compteurs. La Ville de Luxembourg était à ce moment active dans le réseau et le commercial et n'était pas loin d'atteindre les 100.000 compteurs. Tout était fait en interne, dans les structures communales, comme s'il s'agissait d'un service administratif public. Les quelques contrats étaient signés par le collège échevinal et les opérations financières étaient intégrées au budget public communal. C'était, vous vous en doutez, devenu très difficile à gérer car une structure com-

En 2006, leo a pris en charge la totalité des clients de la Ville de Luxembourg et en 2009 leo a repris le fonds de commerce de la Ville par augmentation de capital, devenant ainsi une société privée à part entière.

Echo: Est-ce que cela change quelque chose d'un point de vue opérationnel? JP Wagner: Oui et non. C'est toujours la Ville de Luxembourg qui définit les objectifs et les missions de notre société. Ainsi, nous continuons dans le cadre de ce qui a toujours été le métier de la Ville de jouer le rôle de fournisseur commercial. La Ville ne nous a pas demandé de nous diversifier vers d'autres métiers. Depuis 2009, nous commençons cependant à sortir de nos frontières naturelles.

Echo: Est-ce une volonté d'expansion?


p.22-23_LEO-J-P Wagner_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:11

Page 23

Energie

23

propres et plus l'eau du lac est saine. Nous tâchons donc d'acheter de la production «propre» afin d'assainir l'ensemble. Le client qui paie pour cela est assuré de sa bonne action, mais lorsqu'il «prend physiquement son eau du lac», elle n'est pas différente de celle des autres consommateurs. Chaque consommateur au Luxembourg paie une taxe pour le fonds de compensation, qui investit cet argent dans des projets de production d'énergie verte au Luxembourg. En ce sens, tout le monde paie déjà pour avoir de l'énergie verte locale.

JP Wagner: Disons que ça s'est fait naturellement. Certaines sociétés qui ont leur siège à Luxembourg et des agences disséminées dans le pays font des appels d'offre pour l'ensemble de leur structure. Lorsque nous remportons ce type d'appel d'offre nous sommes de fait amenés à dépasser les frontières de la Ville. Aujourd'hui, leo travaille sur tout le territoire national et travaillera probablement demain à l'international avec des partenaires. En dehors de la capitale, nous sommes visons deux segments de marché: les ménages et le secteur des gros consommateurs d'électricité. Nous avons par exemple remporté la soumission pour la fourniture en électricité de tous les bâtiments gérés par l'administration des bâtiments publics.

Echo: Quelle est votre philosophie en ce qui concerne l'achat d'électricité? JP Wagner: L'achat d'énergie se traite sur des bourses. Comme le réseau luxembourgeois est lié au réseau allemand, nous travaillons sur la base des cours boursiers allemands. Nous passons des contrats portant sur 2 à 5 ans, ce qui nous permet d'assurer à nos clients une certaine stabilité des prix. Nous faisons de l'achat structuré afin de réduire les risques liés aux fluctuations du marché. Nous gérons nos achats en bon père de famille, en

saisissant les opportunités mais sans prendre de risque. Nous travaillons ainsi avec différents fournisseurs, pour ne pas avoir tous nos œufs dans le même panier. Nous collaborons avec Enovos, avec des régies communales allemandes, des sociétés autrichiennes, suisses, norvégiennes, etc. Nous traitons avec des petits et moyens producteurs qui ont la même philosophie que nous et qui ont une taille suffisante pour exister.

Echo: Comment peut-on avoir la garantie d'avoir une énergie verte? JP Wagner: D'un point de vue purement technique, tout le monde vend de l'énergie grise. Pour faire simple, chaque producteur d'énergie peut être comparé à une source, qui se déverse dans un lac. Le lac a toujours la même hauteur. L'électricité ne peut en effet pas être stockée et est maintenu à un niveau stable, la tension électrique. Plus il y a de sources

Nous avons cependant décidé d'aller plus loin en achetant des certificats de garantie d'origine RECS. Un certificat RECS assure que l'énergie que vous achetez provient d'une source de production renouvelable, avec des critères de qualité élevés. Pour tous nos ménages, 67% de l'électricité est garantie renouvelable dans le tarif de base. Pour passer à 100%, nous proposons green_energy et ECOMIX aux entreprises.

Echo: Investissez-vous directement dans des sites de production d'énergie renouvelable? JP Wagner: Directement non mais indirectement oui, déjà en achetant des certificats RECS d'installation de production âgées de moins de 6 ans. Ensuite, nous reversons nos bénéfices à notre actionnaire qui est la Ville de Luxembourg. Or, la Ville de Luxembourg investit massivement dans des projets écologiques. Donc indirectement nos bénéfices financent des projets écologiques

.

9, Boulevard Roosevelt • L-2450 Luxembourg BP 371 • L-2013 Luxembourg Tél.: 2639-4848 • 26 20 24 24 Email: info@leoenergy.lu • www.leoenergy.lu


p.24-26_Twinerg_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:12

Page 24

Energie

24

Entretien avec François Thoumsin Echo : Pouvez-vous vous présenter, vous-même ainsi que Twinerg, en quelques mots à nos lecteurs ? François Thoumsin: Twinerg a été créée fin des années 90, au moment où Electrabel a été retenue comme partenaire à hauteur de 65% pour la construction d'une centrale TGV aux côtés de deux autres actionnaires: Sotel, le réseau d'Arcelor Mittal et Cegedel, nouvellement Enovos qui possèdent chacun 17,5% du capital. La centrale a été mise en service en 2001 et a, depuis, tourné pratiquement en continu pour fournir de l'électricité à ses trois clients et actionnaires. La production de Twinerg correspond à peu près à 40% de la consommation luxembourgeoise. Pour ma part, je suis ingénieur civil électro-mécanicien de formation et j'ai intégré Electrabel en 1997. J'ai occupé différentes responsabilités aussi bien en maintenance qu'en

exploitation dans différentes centrales avant de prendre la direction de Twinerg en mai 2009.

Echo: Qu'est-ce qu'une centrale TGV? François Thoumsin: Une centrale TGV est un convertisseur d'énergie; en l'occurrence de gaz naturel en électricité. Dans un premier temps, on brûle le gaz et la puissance ainsi dégagée actionne une première turbine. Cela génère également de la chaleur qui est récupérée pour transformer de l'eau en vapeur à 540 degrés, vapeur qui est injectée dans une seconde turbine. Les deux turbines (vapeur et gaz), font tourner un seul et même axe, auquel est raccordé un alternateur qui génère du courant triphasé, qui sera envoyé sur le réseau, après être passé de 24.000 à 220.000 Volts au sein d'un transformateur.

La centrale Twinerg est également équipée d'appareillages lui permettant de détecter et de réagir automatiquement et quasi-instantanément à une variation de fréquence sur le réseau, ce qui lui permet de participer à ce que l'on appelle la régulation de fréquence, dont le but est de maintenir une fréquence de 50 Hertz sur le réseau en compensant les différences entre production et consommation électrique, ce qui est un must quand on sait que l'énergie électrique ne peut être stockée.

Echo: Quels sont les avantages d'une centrale TGV? François Thoumsin: On évite généralement de comparer les différentes énergies entre elles, parce que le rendement n'est pas uniquement une question de type de com-


p.24-26_Twinerg_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:12

Page 25

Energie

25

bustible mais également de technologie. Il est cependant exact que le gaz naturel, comme toute énergie fossile, a le principal défaut de produire du CO2 mais, à puissance égale, il en dégage relativement moins que d'autres technologies plus anciennes. Cela dit, la stratégie du groupe est d'utiliser un mix énergétique, c'est-à-dire d'exploiter toute la plage de moyens de production existants en se focalisant sur les meilleures technologies disponibles et d'assurer ce que nous appelons les trois E: Energie (sécurité d'approvisionnement), Economie (prix compétitif) et Environnement.

Echo: Quelle est votre philosophie d'entreprise? François Thoumsin: Nous pouvons la résumer en faisant référence aux trois E.

Sur un plan énergétique d'abord, nous préconisons, au niveau du Groupe, un mix idéal entre les différentes technologies et les différents combustibles afin d'assurer une sécurité d'approvisionnement. Ensuite, d'un point de vue économique, une attention permanente pour l'excellence opérationnelle et la rentabilité de nos projets nous permet de maîtriser nos coûts et d'assurer le meilleur service à un prix compétitif pour nos clients. Enfin, d'un point de vue environnemental, le développement durable fait partie de nos priorités. Ainsi, nous promouvons le plan «Ensemble pour moins de CO2» d’Electrabel, Groupe GDF SUEZ. Les engagements d'Electrabel en Belgique se déclinent en plusieurs axes. D'une part, Electrabel s'est engagée à aug-

menter la performance énergétique de son parc de production électrique, ce qui se traduit par l'amélioration du rendement des centrales existantes ou le cas échéant par le remplacement des centrales les plus ancien-nes par des centrales nouvelle génération qui ont un rendement plus élevé. D'autre part Electrabel investit dans le développement de son parc de production renouvelable. Enfin, cette philosophie passe par le conseil au client, notamment aux clients industriels, conseils leur permettant d'utiliser rationnellement l'énergie, et par conséquent de diminuer leur consommation. Plus spécifiquement, Twinerg réalise actuellement des projets à caractère environnemental, comme par exemple la création d'un bassin d'eau de pluie qui permettra d'économiser de grandes quantités d'eau de ville.


p.24-26_Twinerg_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:12

Page 26

Energie

26

/...

Nos valeurs fortes sont la qualité, l'environnement et la sécurité. Nous sommes ainsi certifiés ISO 90012000 pour la qualité, 14001 pour l'environnement, et OHSAS 18001 pour la sécurité.

Echo: Quels sont vos objectifs à moyen terme? Comment voyezvous le marché de l'énergie évoluer dans les années à venir? François Thoumsin: La priorité est de poursuivre notre recherche d'excellence. Nous continuerons pour cela à réaliser des projets d'amélioration, comme c'est le cas du bassin ou du chauffage urbain qui va être mis en service très prochainement. Nous entendons main-

tenir la centrale au meilleur niveau technologique possible, entre autres dans un souci environnemental et améliorer encore nos processus, tant au niveau qualité que sécurité. Twinerg est représentatif d'un partenariat de long terme et d'une présence du groupe dans la Grande Région. Twinerg s'inscrit dans la politique énergétique du pays et développe une réelle volonté d'intégration et de respect de la politique locale. Nous voulons maintenir une présence solide et équilibrée au Luxembourg. Nous avons la volonté de continuer, dans le futur, à nous positionner comme un acteur important, concerné et durable

.

Centrale TGV d'Esch-sur-Alzette 201, route d'Ehlerange L-4108 Esch-sur-Alzette Tél.: 26 55 49 1 • Fax: 26 55 14 76 www.twinerg.lu


p.28-30_SEO_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:15

Page 28

Energie

28

La production d'énergie et le maintien d'emplois au Luxembourg

La SEO investit dans une énergie propre et fiable Fondée en 1951, la Société Électrique de l'Our (SEO) contribue à assurer un approvisionnement fiable en énergie électrique, tout en respectant l'environnement et les ressources naturelles. Conçues à l'origine comme centrale à accumulation par pompage, les installations de la SEO, à Vianden, sont très rapidement devenues un maillon important du réseau électrique européen. Avec une puissance de 1100 MW, la centrale de Vianden est l'une des plus grandes d'Europe.

155 millions d'Euros pour la construction d'une 11e machine Le besoin croissant en puissance de production utilisable de manière flexible crée une opportunité pour SEO d'augmenter sa puissance nominale de 200 MW en installant une onzième machine qui permettra d'alimenter le réseau européen avec presque 1300 MW de courant de pointe. Le volume d'investissement pour réaliser cette importante extension, en partenariat avec RWE Power et Enovos, s'élève à 155 millions d'euros. Plus de 300 personnes seront occu-

pées sur ce chantier dont la durée est estimée à quatre ans; ce qui offre un impact significatif pour l'économie de la région des deux côtés de l'Our. La mise en service de la nouvelle machine est programmée pour 2013. Grâce à sa fiabilité, à sa souplesse et à sa rapidité d'intervention, la centrale de Vianden pourra ainsi mieux répondre aux besoins en matière de puissance de production. Depuis des décennies, les centrales d'accumulation par pompage sont un maillon important dans le paysage des centrales électriques de base et intermédiaires. Elles permettent

de réguler l'énergie envoyée sur le réseau, de stocker l'énergie non utilisée lorsque la demande est faible, et de la libérer rapidement lorsque la demande devient plus importante. Propagation d'une énergie verte et propre Hormis le rôle important joué par l'effet de tampon des centrales à accumulation par pompage dans l'utilisation d'énergies renouvelables qui ne sont pas disponibles en permanence, la SEO est engagée dans la production d'électricité "verte" puisqu'elle exploite également les trois centrales électriques sur le cours de


p.28-30_SEO_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:15

Page 29

Energie

29

ver ici toutes les informations sur la centrale de Vianden, ainsi que sur les deux thèmes d'actualité essentiels: le climat et l'énergie.

la Moselle luxembourgeoise, ainsi qu'au travers de ses filiales ou sociétés de participation quatre centrales mosellanes françaises (à Koenigsmacker, Uckange, Liégeot et Pompey), de même que les centrales d'Esch-sur-Sûre, de Rosport-Ralingen et d'Ettelbruck sur l'Alzette. La SEO est également impliquée dans l'exploitation des éoliennes de Kehmen-Heiderscheid, à Heinerscheid, et au «Burer Bierg», à Mompach, ainsi que dans la filiale à 100% «Windpower» du parc éolien au «Pafebierg», également à Mompach.

Loin d'arrêter là son engagement dans les énergies renouvelables, la SEO prévoit encore la réalisation de plusieurs parcs éoliens au Luxembourg. Une attraction touristique majeure: la galerie des visiteurs En prélude à l'agrandissement de la centrale de Vianden, agrandissement qui ne manquera pas de susciter l'intérêt des spécialistes et du public, la galerie des visiteurs de la SEO a été entièrement rénovée. Au travers de cette exposition très attrayante, les personnes intéressées peuvent trou-

Au cours de cette visite en circuit, le visiteur trouve des informations intéressantes présentées à différents points des installations à Vianden. Le parcours commence à la galerie des visiteurs et se poursuit via des panneaux d'information au barrage de Lohmuhle, à Stolzembourg ainsi qu'au bassin supérieur du mont St-Nicolas. Pour de plus amples renseignements on trouvera des informations sur www.seo.lu.


p.28-30_SEO_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:15

Page 30

Energie

30

La SEO, un moteur pour le développement de l'énergie verte flexible en cas de demande. Elle sert donc à maintenir l'équilibre dans le réseau électrique. Claude Strasser, secrétaire général de la Société Électrique de l'Our

Echo: Monsieur Claude Strasser, en tant que secrétaire général de la Société Électrique de l'Our, pouvez-vous présenter votre société en quelques mots à nos lecteurs? Claude Strasser: La SEO a été fondée le 29 mai 1951, avec le statut juridique d'une société anonyme. Son activité, la production d'électricité, repose sur trois piliers. Il y a tout d'abord la centrale à accumulation par pompage de Vianden en service depuis le début des années '60. D'autre part, la SEO exploite sept centrales hydroélectriques le long de la Moselle, de Grevenmacher à Nancy, ainsi que les centrales d'Eschsur-Sûre, de Rosport et d'Ettelbruck via la société Soler. Enfin, que ce soit directement ou par le biais de participations, la SEO exploite aussi cinq parcs éoliens qui offrent une capacité totale de 35,4 MW. Echo: Quel est le rôle de la centrale de Vianden dans la production d'énergie? Claude Strasser: Le rôle de la centrale de Vianden est essentiellement européen. Avec une puissance de 1.100 MW, la SEO figure parmi les plus importants producteurs d'énergie de pointe et de réglage en Europe. Elle constitue de ce fait un maillon important du réseau électrique européen. Par sa conception, la centrale de Vianden est capable de stocker de grosses quantités d'énergie électrique en cas surproduction sur le marché et de fournir un courant de pointe fiable et très

Echo: Que représente la production de la SEO dans l'ensemble de la production d'énergie verte au Luxembourg? Claude Strasser: Au Luxembourg, la SEO contribue de manière directe ou indirecte à la production des deux tiers de l'énergie produite à partir de sources renouvelables. Grâce à l'exploitation des centrales de la Moselle et via son engagement dans la réalisation de tous les grands parcs éoliens au Luxembourg depuis la fin des années 1990, la SEO se positionne en fait comme le pionnier de l'énergie verte au Luxembourg. Echo: Quelles sont les perspectives d'emplois offertes par la SEO en ces temps de crise? Claude Strasser: La SEO emploie au total 200 personnes aux qualifications très variées. Á elle seule, la centrale de Vianden emploie cent quarante personnes. Elle devient ainsi l'un des plus importants em-ployeurs dans la région. La crise n'a pas affecté le secteur de l'énergie de la même manière que d'autres secteurs et la SEO continue à investir dans le développement et la formation de son personnel. Echo: Quels sont vos projets à court, à moyen et à long termes? Claude Strasser: Au cours des cinq prochaines années, la «Société Électrique de l'Our» a prévu d'importants investissements dans des installations de production d'électricité au Luxembourg. Á lui seul, l'investissement nécessaire à la construction d'une onzième machine à la centrale de pompage de Vianden s'élève à 155 millions d'Euros. En termes

d'emplois, il faut souligner le fait que plus de 300 personnes seront occupées sur ce chantier pendant les phases les plus intensives des travaux; phase que l'on estime d'une durée d'environ quatre ans. D'autre part, environ 50 millions d'Euros sont investis pour la modernisation des installations existantes. Enfin, la SEO poursuit la réalisation de projets éoliens sur le territoire du Grand-Duché. Quel est pour vous l'avenir à moyen et à long termes de la production énergétique en Europe et au Luxembourg? Claude Strasser: Avec l'avènement et le développement des énergies renouvelables, les centrales hydro-électriques comme celle de Vianden ont connu un véritable renouveau. La volatilité de l'électricité produite à partir des sources d'énergies renouvelables - éolien ou solaire, notamment - a fait croître les besoins en énergie de réglage et de pointe à l'échelle européenne. Ainsi, la centrale de Vianden reste un moteur pour le développement des énergies vertes. Quant aux énergies renouvelables proprement dites, il est certain que le Luxembourg a besoin de faire d'énormes efforts pour combler son déficit actuel en vue de la réalisation des objectifs européens. La SEO est déterminée à y contribuer de manière significative en prorogeant son plan d'investissements dans les années à venir

.

www.seo.lu


p.32-34_Sudstroum_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:51

Page 32

Energie

32

Sudstroum S.à r.l. & Co S.e.c.s.

Entretien avec

Ady Emering directeur Echo: Peut-on dire que vous avez, un an et demi après votre ouverture, trouvé votre vitesse de croisière?

tion luxembourgeois dans lequel ils se trouvent.

Ady Emering: Je dirais que nous avons trouvé notre vitesse de croisière pour tout ce qui concerne notre système informatique et le traitement de la clientèle. Maintenant, nous travaillons à sans cesse améliorer notre offre de service. Ainsi, nous avons structuré nos achats d'énergie afin d'être en mesure de donner une plus large palette de produits à notre clientèle. En cela, nous respectons le choix de notre actionnaire unique, la Ville d'Esch-sur-Alzette, et partant le statut de notre entreprise qui vise à s'engager résolument en faveur de l'écologie.

Echo: Qu'est-ce qu'un certificat RECS?

Nous avons d'ailleurs franchi un cap important et unique au GrandDuché dans le domaine de l'énergie verte, en achetant des certificats RECS pour la consommation globale de tous nos clients SUDSTROUM, peu importe le réseau de distribu-

Ady Emering: Le certificat RECS (Renewable Energy Certificate System) est un certificat vert. C'est une certification d'achat et de vente d'unités d'électricité issues des énergies renouvelables. Le marché des certificats RECS est d'ailleurs organisé et contrôlé par un système électronique international, installé et surveillé par l'Institut Luxembourgeois de Régulation (ILR). Le système RECS International, créé en 2001, concrétise l'idée de base du négoce de certificats. En 2009, RECS état présent dans plus de 24 pays et auprès de plus de 230 producteurs et distributeurs.

Echo: Cela signifie-t-il que toute l'électricité que vous vendez est

verte? Quel surcoût cela représente-t-il pour les clients? Ady Emering: 100% de l'énergie que nous commercialisons est aujourd'hui renouvelable, et ce sans aucun supplément financier, c.à.d à titre gratuit pour le client SUDSTROUM. Cette énergie verte est commercialisée sous le nom de Terra©.

Echo: Comment faites-vous pour vendre de l'énergie verte au même prix que l'énergie traditionnelle? Ady Emering: Pour une grande majorité de la clientèle, le marché d'électricité est encore une branche très opaque. Une hésitation pour un switch vers de l'énergie verte est encore fortement propagée dans la population. Le choix politique de notre actionnaire a été de se donner les moyens d'augmenter la demande d'énergie verte sur le marché global de l'éner-


p.32-34_Sudstroum_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:51

Page 33

Energie

33

gie en ne revendant que de l'énergie verte à toute la clientèle de sa société SUDSTROUM et d'en assumer les surcoûts et le manque à gagner. Cela permet d'éviter une certaine prudence d'achat du client basée sur le paiement de surcoûts pour un produit qu'il ne connaît peut-être pas encore. Terra©est donc la garantie d'énergie renouvelable dans toutes les prises électriques de la clientèle SUDSTROUM sans surplus financier. L'énergie électrique provient de centrales hydroélectriques existantes. Pour nos clients qui veulent aller plus loin, nous proposons le Terra Invest©, un contrat qui contribue à la construction de nouvelles installations d'énergies renouvelables. Le surcoût est de 0,4 cts/kwh. Cela représente seule-

ment 20 euros supplémentaires par an pour toute une famille consommant en moyenne 5.000 kwh par an, ce qui est d'après nous toujours très raisonnable.

Echo: Comment évolue votre clientèle? Ady Emering: Depuis le premier janvier 2009, nous sommes du point de vue informatique à même de pouvoir desservir également des clients à l'extérieur du réseau eschois, c.à.d. nous fournissons déjà de l'énergie dans tous les réseaux du GrandDuché, que ce soit le réseau Creos (anciennement Cegedel) ou celui de la Ville de Luxembourg p.ex. Nous pouvons aujourd'hui satisfaire à

toute demande d'un client, peu importe qu'il soit résidentiel ou professionnel. Notre politique commerciale n'est pas aggressive, mais nous ne refusons aucune demande. De très grands clients viennent d'ailleurs de contracter déjà pour les trois exercices futurs. Nous sommes aujourd'hui dans notre quatrième phase de développement.

Echo: Pourriez-vous revenir sur ces quatre phases? Ady Emering: La première phase était la mise en place de la structure légale et administrative et l'implantation des systèmes informatiques performants, nécessaires à pouvoir desservir la clientèle existante du réseau de la Ville d'Esch, nous transmise par un contrat de cession du fonds de commerce entre la Ville et Sudstroum. La seconde était la mise en service d'une structure informatique complexe qui permette de traiter des clients au-delà de notre réseau. Il faut noter que l'échange des données de comptage entre les différents gestionnaires de réseau, les fournisseurs d'énergie et le coordinateur d'équilibre n'est pas du tout trivial et nécessite de forts investissements et l'acquisition résolue de savoir et de compétence technique. La troisième phase était une nouvelle organisation de l'achat diversifié d'énergie électrique sur le marché international, et la quatrième phase est l'amélioration de la communication. .../


p.32-34_Sudstroum_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:51

Page 34

Energie

/... Echo: Comment envisagez-vous cette dernière phase? Ady Emering: Notre but est de faire connaître au public et aux professionnels du territoire luxembourgeois la présence de notre société innovatrice et dynamique en matière d'énergie électrique et de faire connaître et propager nos produits d'énergie renouvelable Terra© et Terra Invest©.

34

la même optique de propagation de visibilité. SUDSTROUM partage aussi l'engagement exemplaire du lycée technique d'Ettelbruck en soutenant les jeunes développeurs en matière de recherche d'idées sur l'utilisation rationnelle d'énergie photovoltaïque par le biais du Suncup.

raisonnable, de continuer à offrir un service de première qualité à nos concitoyens, ce en leur proposant de l'énergie propre au meilleur prix possible

.

Nous avons aussi mis en service notre site internet www.sudstroum.lu d'où l'on peut télécharger tous les formulaires pour devenir client, consulter nos tarifs ainsi que simuler le montant de sa facture annuelle sur base de nos tarifs dans les divers réseaux de distribution.

Echo: Quelques mots pour conclure?

Nous sommes persuadés que la croissance de la visibilité régulière de notre corporate identity dans les médias contribue fortement à cette idée. A cet effet nous sommes sponsors de certains clubs sportifs très connus. Deux d'entre eux viennent d'ailleurs d'emporter récemment le championnat, ce qui nous laisse penser que l'esprit dynamique de ces clubs va en concordance directe avec nos racines et le dynamisme que les collaborateurs chaleureux de notre petite société n'arrêtent d'irradier à travers nos guichets sis dans la rue Xavier Brasseur à Esch, à 50 m de la Poste. Le sponsoring de plusieurs festivités comme le festival culturel eschois Terres-Rouges, bien implanté déjà et connu pour ses richesses culturelles et le grand concert final à vedettes internationales est à considérer dans

Ady Emering: Nous ne sommes pas que fournisseur d'énergie mais aussi gestionnaires de réseau. Nous continuons ainsi à investir dans l'amélioration de notre réseau pour: • Le maintien de la qualité de service • L'extension pour les besoins de notre ville considérant aussi le développement rapide des anciennes friches industrielles à Belval où notamment le nouveau campus de l'université sera à raccorder dans les années prochaines. Nous allons ainsi construire dans les 2 à 3 ans un nouveau poste de distribution principal au nord de la ville. La part de Sudstroum dans cet investissement sera de l'ordre de 6 millions d'euros. Je terminerais en disant que notre objectif est d'avoir une croissance

Sudstroum 12, rue Xavier Brasseur L-4040 Esch-sur-Alzette Ouverture du guichet: 07h30 - 17h00 (lundi, mardi jeudi, vendredi) 07h30 - 18h00 (mercredi) Tél.: 26 783 787 - 686 Fax: 26 783 787 - 87 Contact: mail@sudstroum.lu www.sudstroum.lu


p.35-37_sudgaz_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:18

Page 35

Energie

35

Rencontre avec

Jean-Paul Wurth directeur Echo: Pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs? Jean-Paul Wurth: Après avoir obtenu mon diplôme d'ingénieur, j'ai commencé ma carrière au Luxembourg auprès de la société Rotarex. J'ai intégré ensuite le groupe Ciments Luxembourgeois. Je suis arrivé à la tête de SUDGAZ le 15 juin 2009. Echo: Quelles sont vos premières impressions en tant que directeur? Jean-Paul Wurth: Mes premières impressions sont d'être entré dans une entreprise qui se porte bien, avec de bons collaborateurs, une société sans tensions internes, bref un endroit où il fait bon travailler. Echo: Quels sont vos objectifs pour les années à venir? Jean-Paul Wurth: Notre objectif est de continuer à vendre du gaz naturel au meilleur prix à nos clients. Notre actionnariat étant composé exclusivement de 15 communes, nous n'avons pas vocation à engendrer des profits indécents, mais plutôt à assurer un service de première qualité au meilleur prix. Echo: Sur quels projets travaillez-vous actuellement? Jean-Paul Wurth: Nous travaillons principalement sur deux projets. Le premier, reconnu comme projet pilote par le ministère de l'économie, est l'injection de biogaz dans notre réseau à

Mondercange, ensemble avec Minett Kompost. La station de fermentation est en construction et sera raccordée à notre réseau début 2011. Le biogaz permettra d'alimenter l'équivalent de 1.000 ménages.

secteur de l'énergie, SUDGAZ a décidé de rester indépendante dans l'intérêt de notre personnel et de nos 35.000 clients.

SUDGAZ se lance également dans la construction et l'exploitation de centrales de cogénération. Un projet est en train d'être réalisé avec la ville d'Esch-sur-Alzette.

Jean-Paul Wurth: J'aimerais dire encore quelques mots sur le réseau et sur le personnel SUDGAZ. Notre réseau est des plus modernes. Presque la totalité de nos conduites sont en PE, qui est un matériau résistant à la corrosion et à l'abrasion et se caractérisant par une bonne résistance chimique et mécanique.

D'autre part nous promouvons les voitures au gaz naturel. Nous avons par exemple aidé à financer les stations de ravitaillement de gaz naturel aux pompes à essence de Schifflange et Bascharage. Au Luxembourg, il y a environ 200 voitures qui roulent au gaz naturel, ainsi qu'une quarantaine de bus.

Echo: Quelques mots pour conclure?

Enfin, 71 personnes travaillent ici et nous avons la chance de pouvoir compter sur un personnel stable et expérimenté, qui s'implique dans la vie de l'entreprise.

Echo: Pourriez-vous vendre un jour de l'électricité? Jean-Paul Wurth: Nous disposons de toutes les autorisations nécessaires pour acheter et vendre de l'électricité. Echo: La libéralisation ne vous a donc pas donné des envies de grandeur... Jean-Paul Wurth: Depuis la libéralisation du marché, nous pouvons commercialiser le gaz sur l'ensemble du pays, mais jusqu'ici peu de consommateurs ont changé de fournisseur. Malgré les fusions et acquisitions qui ont eu lieu ces derniers mois dans le

SUDGAZ S.A. 150 rue Jean-Pierre Michels L-4243 Esch-sur-Alzette Tél.: 55 66 55 1 Fax: 57 20 44 BP 383 - L-4004 Esch-sur-Alzette www.sudgaz.lu


p.35-37_sudgaz_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:18

Page 36

Energie

36

Le gaz naturel  Pratique  Economique  Ecologique SUDGAZ S.A. est une entreprise de fourniture et de distribution de gaz naturel. Son activité principale est d'offrir à sa clientèle les avantages du gaz naturel pour le chauffage ainsi que pour les applications domestiques et industrielles. Actuellement SUDGAZ compte plus de 35.000 clients à travers un réseau de conduites de gaz de plus de 980 km alimenté par plus de 290 postes de détente. D'hier… L'usine à gaz de Esch-sur-Alzette fut construite en 1899 par la maison KARL FRANCKE de Bremen, qui reçut en même temps la concession pour la fourniture de gaz à la ville. En 1905 la localité de Schifflange fut raccordée au réseau. A l'époque, le gaz de ville était produit par une cokerie et utilisé pour l'éclairage public. Ce gaz n'avait rien à voir avec le gaz naturel. Son taux de CO était élevé et son pouvoir calorifique faible. En 1906, la THUERINGER GASGESELLSCHAFT de Leipzig reprit les installations et par l'achat de l'usine à gaz d'Audun-le-Tiche en 1909, étendit le réseau jusqu'aux agglomérations d’Audun-le-Tiche, Russange et Aumetz. En 1923, la ''Compagnie Générale pour le Gaz et l'Electricité'', société de droit luxembourgeois, racheta l'ensemble des installations, et en 1953 les six communes desservies par l'usine d'Esch, à savoir Esch-sur-Alzette Differdange, Pétange, Schifflange, Sanem et Bascharage, reprirent la société en acquérant la totalité des parts sociales des anciens actionnaires. Les parts furent réparties en fonction du nombre d'habitants de chaque commune.

En 1966 la production de gaz de ville était arrêté à Esch et le gaz de ville fut dès lors importé de France C'est en 1970 que la décision fut prise d'introduire du gaz naturel au Luxembourg par la construction d'une conduite de raccordement de Namur à Athus. En 1972, l'approvisionnement en gaz de ville fut définitivement arrêté au profit du gaz naturel avec une vaste opération de conversion des appareils à gaz. Outre son pouvoir calorifique plus élevé, le gaz naturel ne contient pas de CO. En 1975, la société fusionna avec le Syndicat intercommunal pour l'exploitation de l'usine à gaz de Kayl appartenant aux communes de Rumelange, Bettembourg et Kayl. En 1989, la dénomination fût changée en SUDGAZ S.A. Au fil des années d'autres communes rejoindront l'actionnariat de la société, à savoir Mondercange en 1989, Roeser et Reckange/Mess en 1991, Dippach en 1993, Clemency en 1996 et Garnich en 1999, pour porter le nombre total de communes actionnaires à 15. ... à aujourd'hui SUDGAZ possède aujourd'hui un réseau moderne principalement en

polyéthylène (PE) de plus de 980 km de conduites. Pourquoi en polyéthylène? La manipulation des conduites en polyéthylène est plus simple et plus sûre que celle des conduites en fonte et en acier. Le polyéthylène est un matériau incassable qui présente une durée de vie élevée. Sécurité à tous les niveaux La sécurité est le premier impératif lorsque l'on distribue du gaz. SUDGAZ fait ainsi des efforts particuliers dans la prévention, comme p.ex. la surveillance de tous les travaux effectués au-dessus et aux abords des conduites de gaz, le renouvellement constant des conduites, des raccordements et des compteurs, la formation continue de soudeur PE pour ses propres équipes et équipes de soustraitance, sans compter les contrôles très poussés de l'étanchéité du réseau. Actuellement SUDGAZ compte plus de 35.000 clients à travers un réseau de conduites de gaz de plus de 980 km alimenté par plus de 290 postes de détente. L'objectif de SUDGAZ est de continuer à vendre le gaz naturel au meilleur prix et à assurer un service de qualité envers la clientèle.


p.35-37_sudgaz_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:18

Page 37

Energie

37

Le gaz naturel: le meilleur rapport performance /coût à l'heure actuelle Le gaz naturel est une énergie 

pratique: le gaz naturel ne nécessite aucun stockage puisqu'il arrive directement chez le client par l'intermédiaire d'un réseau de conduites souterraines.



confortable: le gaz naturel fournit une chaleur confortable et saine, une eau chaude à température constante, une température de cuisson contrôlable de manière précise et bien d'autres applications fort appréciées.



sûre: Le gaz naturel n'est pas toxique pour les hommes, les animaux, les sols et les eaux. Sa combustion ne dégage que du dioxyde de carbone et de la vapeur d'eau, tous les deux inoffensifs pour l'homme. Les conduites de gaz naturel sont enterrées et contrôlées régulièrement à l'aide d'appareils de détection de gaz.



écologique: Le transport souterrain ne génère pas de trafic routier, avec toutes les gênes et pollutions qui en résultent. La combustion du gaz naturel est peu polluante et ne génère ni poussières, ni suie, ni métaux lourds. Les émissions de CO2 sont relativement faibles par rapport aux autres énergies fossiles.



économique: Les technologies de condensation permettent des économies d'énergie avec des appareils peu encombrants pour le chauffage et la production d'eau chaude. Grâce à la combustion propre, l'entretien des appareils au gaz naturel est réduit au strict minimum. Aujourd'hui le prix du gaz naturel est inférieur à celui des autres énergies combustibles.

Le gaz naturel est le combustible fossile le plus propre et dont les réserves naturelles sont les plus abondantes, c'est donc une énergie d'avenir, ce qui ne veut pas dire qu'il faille le gaspiller.

SUDGAZ SA 150, rue Jean-Pierre Michels L-4243 Esch-sur-Alzette B.P. 383 - L-4004 Esch/Alzette Tél.: 55 66 55 1 - Fax: 57 20 44 www.sudgaz.lu


p.38-40_Naturgazkiehlen_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:19

Page 38

Energie

38

Naturgas Kielen Le premier «biométhane» produit au Luxembourg

Nico Godart

Fondée en 2004, « Naturgas Kielen » est une coopérative agricole composée de 30 agriculteurs des communes de Kehlen, Mamer, Mersch, Septfontaines, et Tuntange. Son objectif est la construction et l'exploitation d'une centrale de biogaz. Cette centrale produit de l'énergie renouvelable sous forme de «biométhane» qui est ensuite injectée dans le réseau de gaz existant

Avant de prendre leur décision finale, les membres de la coopérative ont visités, lors d'une étude de faisabilité, plusieurs centrales similaires en Suède et au Danemark, des pays dans lesquels ce genre d'installation existe depuis les années 80. En Suède, certaines villes n'ont qu'un réseau alimenté par du «biométhane» qui sert tant pour les besoins des maisons que comme carburant pour les véhicules. De plus, les deux pays ont l'expérience de la transformation de déchets organiques en biogaz. Ces voyages ont achevé de convaincre l'équipe et après 3 ans de planification, le premier coup de bêche de la «Naturgas Kielen» a été donné le 30

octobre 2008. Depuis juillet 2010, la station de biogaz est opérationnelle. Priorité au respect de l'environnement La station de biogaz a été installée en dehors du village, le long de la route nationale, entre le QuatreVents et Kopstal. Cette implantation a le double avantage de ne pas générer de trafic supplémentaire dans les communes alentours et de protéger les riverains contre d'éventuelles odeurs. Tout dans la construction a été fait pour économiser de l'énergie et des ressources naturelles.

Ainsi, les réacteurs ont une autre forme que celle connue au Luxembourg, plus haute que large, qui ne nécessite qu'un seul moteur contre trois pour un réacteur classique. Le résultat est une consommation d'électricité plus faible. De plus le chauffage est moins intensif car le principe est le même que pour le café qui reste plus longtemps chaud dans une tasse que dans un bol. Le chauffage est alimenté par des énergies renouvelables c.-à-d. par leur propre «biométhane». La station est située dans une zone de protection de l'eau. Un effort a donc été fait, entre autres, sur la récupération des eaux pluviales avec non pas une mais deux cuves de récupération


p.38-40_Naturgazkiehlen_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:19

Page 39

Energie

39

des eaux pluviales séparées. La première, au niveau des chemins asphaltés, permet de récupérer l'eau sale qui est recyclée et ensuite réutilisée. L'eau propre du toit est récupérée dans la seconde et directement réutilisée. Tout cela dans le but de protéger la ressource naturelle «eau». La centrale est la première usine de biogaz équipée d'un biofiltre de traitement d'air afin de réduire les odeurs au minimum. Tout a été pensé pour optimiser au maximum les voyages. Si un camion emmène le digestat vers une cuve décentralisée, il passera au retour chez l'agriculteur pour charger du lisier et l'emmène à la station de biogaz. Suivant cette organisation on évite des voyages vides. Différentes matières premières La station de la «Naturgas Kielen» fera fermenter 50.000 tonnes de matière organique par an. Sa matière première se compose: • de produits agricoles: fumier, lisier, • de sous-produits agricoles:

différentes sillages, • de déchets du marché: fruits et légumes, • de chutes de production venant de l'industrie alimentaire, • de déchets de cuisine, • des poubelles vertes organiques, • des déchets verts : tonde de gazon • des déchets provenant de l'industrie: produits alimentaires ayant dépassé la date limite. Le biogaz produit a un taux de méthane (CH4) de +/- 55%. Sa qualité devra être augmentée à > 98 % CH4 pour être injecté dans le réseau de gaz naturel, ce qui constitue une première au Grand-Duché de Luxembourg. Le système Toutes les matières premières sont réceptionnées sur différentes chaînes et la préparation des déchets se fait automatiquement. Tout un système de traçabilité a été mis au point afin de réduire le risque d'erreur au minimum. Les matières sont filtrées automatiquement et les restes sont séparés en deux fractions, légère (bois, plastique,...) et lourde (verre, métal,...). Ces déchets non utilisables sont enlevés par un

transporteur agréé pour être recyclés si possible. Les déchets organiques sont ensuite hygiénisés selon la loi 1774/2002 pendant 1h à 70 °C. Une fois prêtes, les matières sont injectées dans les digesteurs après un échange de température. Comme les digesteurs n'ont qu'une température de 40°C, un passage dans un échangeur de chaleur est prévu pour diminuer la température au bon niveau. Grâce à cette étape 30°C sont récupérés et utilisables pour un préchauffement de la prochaine charge. Le gaz produit dans les digesteurs est stocké dans une membrane de gaz. Le gaz est ensuite enrichi, passant de 55 à 98% de méthane, grâce à un procédé de lavage à eau sous pression. Le gaz est ensuite injecté dans le réseau interne vers la station de «Creos», qui l'odore et effectue toute une batterie de contrôles avant de l'injecter dans son réseau de gaz. Le digestat final sera stocké volontairement dans des bassins avec une capacité de stockage de 13 mois, .../


p.38-40_Naturgazkiehlen_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:19

Page 40

Energie

/... demandé suivant la loi actuelle 6 mois, puis servira comme engrais organique naturel aux surfaces des agriculteurs. Avec ce système, on ferme le cercle naturel des flux des nutriments organique. Avantages du «biométhane» L'augmentation du biogaz en qualité de «biométhane» combiné avec l'injection dans le réseau de gaz naturel existant à plusieurs avantages: • possibilité de transport sur long distance (voir: Russie vers l’Europe de l'Ouest) • transformation en trois différentes formes d'énergies : électrique, thermique et énergie de mouvement (comme carburant) • transformation de l'énergie intégrée avec une meilleur efficacité et rendement dans la forme nécessairement utilisée sur place • source d'énergie pour fournir l'électricité renouvelable destinée à la mobilité électrique (voiture électrique) • possibilité de servir comme base pour la production d'hydrogène

40

Des partenaires La coopérative «Naturgas Kielen» est seul maître d'ouvrage, propriétaire et exploitant de l'usine de biogaz. Avec «Dexia», «La Luxembourgeoise» et «Spuerkees», la coopérative a pu compter sur des partenaires de renom de la finance et des assurances, sans lesquels ce projet n'aurait jamais pu être mené à bien. Les autres partenaires de ce projet pilote sont la Commune de Kehlen et les trois Ministères: Agriculture, Economie et Développement Durable. Naturgas Kielen: • est la plus grande station de biogaz du Luxembourg • fait fermenter 50.000 tonnes de matière organique par an • produit de l'énergie renouvelable sous forme de «biométhane» («gaz vert») • produit environ 2,8 Mio. m3 par an de «biométhane», ce qui est l’équivalent de la consommation d'environ 1.200 maisons unifamiliales; cela correspond à deux fois la consommation annuelle de tous

les résidents de la commune de Kehlen • utilisant ce volume comme carburant, on atteint une distance de 40 Mio. km en voiture, soit 1.000 fois le tour du monde par an • permet de réduire l'équivalent de 5.500 tonnes de CO2 par an La centrale de biogaz «Naturgas Kielen» offre un concept écologique global. Les matières agricoles et les déchets organiques sont d'une part transformés en énergie renouvelable et les restes sont réutilisés comme engrais organique. En même temps, les systèmes de récupération des eaux pluviales garantissent une utilisation rationnelle de l'eau. La même chose s'applique également pour le chauffage combiné avec les échangeurs de chaleur. Aussi la production de «biométhane» apporte une panoplie d'avantages écologiques. Le fait d'avoir construit une usine économe en énergie par l'adoption des techniques nouvelles, cumulé à une logistique étudiée, font de «Naturgas Kielen» un fleuron de la production de biogaz non seulement au Luxembourg, mais dans toute l'Europe.

B.P. 26 Route N12 • L-8205 Kehlen Tel.: 26 30 38 - Fax: 26 30 38-39 Email: info@naturgaskielen.lu www.naturgaskielen.lu


p.41-43_Myclimate_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:21

Page 41

Energie

41

La compensation volontaire de CO2 avec

Entretien avec Erny Huberty Secrétaire myclimatelux a.s.b.l. Chef du Service Marketing Enovos Myclimatelux a.s.b.l. est une association qui a été lancée début juin 2008 par l'Energieagence, le Centre de Recherche Public Henri Tudor et Enovos. L'objectif principal de cette association est de proposer aux entreprises et aux particuliers résidants au Luxembourg un éventail de produits et services visant: • la sensibilisation par rapport à la réalité et aux causes du changement climatique • la réduction des gaz à effet de serre par le biais d'un conseil sur mesure pour entreprises • la compensation volontaire des émissions de CO2 résiduelles et difficilement évitables • la réalisation de projets de protection climatique sur le territoire luxembourgeois Les activités de cette association se basent sur les programmes, les projets et les expériences acquises depuis 2002 en matière de compensation de gaz à effet de serre par myclimate - The Climate Protection Partnership, une initiative internationale qui a ses racines en Suisse. Un accord de partenariat a été signé avec la fondation suisse. Rencontre avec Erny Huberty, secrétaire de l'a.s.b.l. myclimatelux et chef du Service Marketing Enovos:

Echo: Comment est venue l'idée de créer myclimate? Erny Huberty: Il y a cinq ou six ans, certains grands clients de Cegedel, souvent issus du secteur bancaire, ont demandé un service dont le but serait de réduire les émissions de CO2 liées à leur activité. Etant actif depuis longtemps dans le domaine de l'efficacité énergétique, j'ai cherché des partenaires sur le marché européen. Pour ce type de projet, il fallait un partenaire fiable et sûr. myclimate est une initiative internationale qui a ses racines en Suisse. C'est un «spin off» de l'université de Zurich.

Echo: Qu'est-ce que la compensation volontaire de CO2? Erny Huberty: Chacun de nous génère quotidiennement des émissions de CO2 qui ont un impact négatif sur notre climat, que ce soit en conduisant une voiture, en chauffant notre maison, en consommant de l'énergie électrique ou en partant en voyage. .../


p.41-43_Myclimate_Echo_HS_Energie.qxd

42

2/08/10

14:21

Page 42

Energie

La plupart du temps, nous provo/... quons ces émissions de façon inconsciente. L'un de nos objectifs est de sensibiliser le grand public et les entreprises aux modes de consommation les plus efficaces. Pour les émissions résiduelles, myclimate propose des certificats de compensation volontaire à coût abordable.

Echo: Comment cela fonctionne-t-il? Erny Huberty: Que ce soit pour l'organisation d'un évènement, pour une entreprise ou pour une personne privée, tout le monde peut demander un certificat de compensation volontaire via notre site web www.myclimate.lu, par téléphone ou par mail. Prenons un exemple, l'ING marathon, tout comme le Nordstad semi marathon de Diekirch ont été CO2 neutres cette année. myclimate Zurich a développé un outil de calcul qui tient compte de tous les paramètres tels le nombre de participants, leur provenance, le nombre de jours moyens passés sur place, les tonnes de nourriture consommées, la provenance des gobelets, des cartons, etc. C'est l'organisateur qui complète

42

ces renseignements. Une fois le calcul effectué, le tonnage est facturé 24 euros la tonne contre un certificat de compensation volontaire. L'argent ainsi récolté, ainsi que l'argent des dons, nous permet de financer des projets à réduction d'émission de CO2. Ces investissements servent à remplacer progressivement les structures polluantes en place et à réduire les émissions globales de CO2. Ces réductions compensent nos émissions difficilement évitables et contribuent ainsi à un bilan climatique neutre et à un ralentissement du changement climatique. Les initiatives de compensation volontaires sont complémentaires aux engagements pris par les gouvernements nationaux.

Echo: Quel est le rôle des différents partenaires de myclimatelux? Erny Huberty: Pour compenser il faut d'abord savoir ce que l'on émet, c'est pourquoi le CRP Henri Tudor et «energieagence Lëtzebuerg» s'occupent de la réalisation des audits.

Prenons l'exemple de notre premier client historique: la Banque de Luxembourg. Il a d'abord fallu réaliser un audit pour avoir une photographie annuelle de ses émissions de CO2. Ensuite, un plan d'action pluriannuel de réduction des émissions sur une durée de 3 ans a été établi. Nous ne facturons que les émissions résiduelles, car tout ce qui peut être économisé doit l'être. Enovos, de son coté, propose de l'énergie verte au lieu de l'énergie grise afin de réduire les émissions.

Echo: Comment choisissez-vous vos projets de protection climatique? Erny Huberty: La fondation myclimate - The Climate Protection Part-


p.41-43_Myclimate_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:21

Page 43

Energie

43

pays en voie de développement ou des pays émergeants qui sont enregistrés auprès du Gold Standard ou qui sont en cours de suivre ce processus d'enregistrement. myclimate propose des solutions spécifiques aux clients professionnels qui nécessitent un grand volume de compensation. Le portefeuille de projets sera composé sur mesure suivant les besoins spécifiques de ces clients.

Echo: Si les entreprises semblent adhérer au concept, qu'en est-il des particuliers et du secteur public?

nership - soutient des projets qui contribuent à la réduction directe des gaz à effet de serre et assure ainsi une protection climatique concrète. Les objectifs sont assurés par le remplacement de combustibles fossiles par des énergies renouvelables ou des mesures d'accroissement de l'efficience énergétique (mesures de réduction de la consommation d'énergie ou mise en œuvre de technologies efficientes).

Les projets myclimate doivent répondre à des standards de projets très exigeants. Il ne suffit pas seulement d'assurer la réduction des gaz à effet de serre; les projets doivent également assurer une contribution positive au développement durable et être viables aux niveaux social et environnemental. myclimate propose un portefeuille de projets internationaux dans des

Erny Huberty: Pour l'instant le grand public ne participe pas vraiment. Au niveau du secteur public, myclimatelux peut par exemple proposer aux communes de faire des audits par le biais de l'Agence de l'Energie ou du CRPHT et ensuite proposer des plans d'action sur plusieurs années pour réduire les émissions de CO2. Le nova naturstroum, l'énergie verte d'Enovos, a été choisi par 63 communes et syndicats intercommunaux, ce qui montre que le secteur public commence à prendre ses responsabilités

.

MyClimateLux a.s.b.l. Siège social: 2, rue Thomas Edison L-1445 Strassen Luxembourg Tél.: 2737 6611 Fax: 2737 6111 E-mail: info@myclimate.lu www.myclimate.lu


p.44-45_CRTE Henri Tudor_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:23

Page 44

Energie

44

CRTE Henri Tudor Entretien avec

Paul Schosseler Le Centre de Ressources des Technologies pour l'Environnement (CRTE), structure commune du Ministère du Développement durable et des Infrastructures et du CRP Henri Tudor, a pour objectif l'étude et le développement de produits, services et outils pour la la protection intégrée et pro-active de l'environnement. Ses activités comprennent le développement et la mise en œuvre des meilleures techniques disponibles pour l'environnement et de concepts de gestion environnementale. Les outils et méthodes développés permettent au CRTE de fournir un support à l'éco-innovation et une aide à la décision dans la mise en œuvre des écotechnologies. Rencontre avec Paul Schosseler, directeur:

Echo: Quelles sont les compétences du CRTE Henri Tudor? Paul Schosseler: Le CRTE est compétent dans trois domaines principaux. Tout d'abord l'évaluation multicritère et la gestion environnementale. Il s'agit, pour faire simple, de l'analyse et de la gestion des flux de matière et d'énergie, de l'analyse de cycle de vie, et enfin de l'évaluation et de la gestion des risques environnementaux. Notre second domaine de compétence touche aux technologies propres et au génie des procédés. Cela concerne l'instrumentation, le contrôle et l'automation, l'optimisation des procédés par la modélisation et la simulation. Notre dernier domaine de compétence est la modélisation environnementale. Il s'agit de modélisation intégrée et de métamodélisation, d'analyse et de gestion de données spatiales.

Echo: Pourriez-vous nous donner quelques exemples? Paul Schosseler: Nous avons par exemple une méthodologie qui nous

permet de déterminer l'impact environnemental d'un objet de sa création à la mise en décharge ou le recyclage. Cette méthodologie peut s'appliquer à tout type d'objet, un pneu de voiture comme un immeuble résidentiel ou un objet en bois. Notre objectif est d'aider les développeurs à rendre leurs technologies vertes plus efficientes. Nous leur proposons une aide à la R&D par une approche holistique. En ceci, nous profitons de la loi cadre RDI qui a mis en place des aides pour les collaborations public/privé. Autre domaine de recherche, nous contribuons à la mise en œuvre de politiques environnementales dans différents domaines, en développant des modèles mathématiques qui supportent p.ex. la définition des zones de protection pour les sources d'eau potable, ou permettent d'associer des scénarios de consommation d'énergie au niveau national à la qualité de l'air… Nous avons par exemple, à la demande de Cargolux, fait des recherches pour les aider à réduire l'emprunte bruit liée à leur activité.

Echo: Avez-vous des services dédiés aux PME? Paul Schosseler: Le conseil aux PME fait partie de nos missions. Nous avons ainsi développé des outils de pré-diagnostique qui mettent rapidement en lumière les points forts et les points faibles en matière écologique des PME, notamment pour améliorer l'efficacité énergétique ou l'empreinte sur l'eau. Nous disposons aussi de systèmes techniques pour orienter les entreprises et les aider à développer des technologies propres. Nous avons ainsi notre centre de test au centre hospitalier E. Mayrisch pour tester la performance réelle des panneaux photovoltaïques. Nous collaborons aussi à des projets de recherche sur la trigénération, autrement dit la production simultanée de chaleur, d'électricité et de froid. L'eco-conception, déjà abordée précédemment, vise à aider les entreprises à concevoir de nouveaux produits en réduisant leur impact environnemental. Nous expérimentons ce produit avec 5 PME et la collaboration de Luxinnovation qui aide à trouver des subsides.

Echo: Si votre approche est clairement multi-technique, travaillezvous en partenariat ou en réseau?


p.44-45_CRTE Henri Tudor_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:23

Page 45

Energie

45

Paul Schosseler: Notre activité de recherche se fait avec des partenaires nationaux et européens qui ont des compétences complémentaires aux nôtres. Nos partenaires sont aussi le Ministère de l'Economie ainsi que le Ministère du Développement Durable et des Infrastructures. L'un de nos rôles est ainsi de participer au développement de la politique environnementale du pays. Il y a toujours plus de textes qui viennent de l'Union Européenne et nous participons à les transcrire. Nous avons par exemple participé à la mise en œuvre du règlement REACH sur les substances chimiques et assurons le rôle de helpdesk au service des entreprises.

• la construction durable avec un projet phare avec la commune de Bettembourg dont l'objectif est d'aller le plus loin possible dans le mode de vie durable dans un environnement rural L'idée, pour ce dernier point, est d'avoir une approche positive. On se fixe des objectifs et on y va ensemble. Ce projet se fait en association avec l'université de Trêves / Taurus Eco-Consulting, des spécialistes en recherche socio-environnementale. Ce n'est pas un projet uniquement technique car il englobe toute une dimension de philosophie de vie.

Echo: Quelques mots pour conclure? Paul Schosseler: Si nos activités peuvent sembler relativement pointues et pas toujours évidentes à appréhender, il y a toujours une constante: nous travaillons sur des projets relatifs au développement durable. Autre point, notre approche est toujours multicritères, ce qui fait que nous avons multiplié les collaborations tant dans la Grande Région que dans toute l'Europe afin de regrouper les compétences nécessaires à la réalisation de nos objectifs

.

Principaux chiffre 2009 Equipe multidisciplinaire de 35 chercheuses et chercheurs Projets RDI: 21

Echo: Qu'est-ce que le règlement REACH?

Thèses de doctorat encadrées: 4

Paul Schosseler: Il s'est agit de redéfinir toute une série de textes réglementaires en un seul qui traite de l'enregistrement, de l'évaluation, de l'autorisation et des restrictions liés aux produits chimiques. Il s'agit, au niveau européen, de partager les connaissances liées aux risques des produits chimiques. C'est un travail très important car tout le monde utilise des produits chimiques, du coiffeur à l'entreprise de nettoyage en passant par le peintre en bâtiment.

Publications scientifiques avec comité de relecture: 17 dont 6 référencées par Thomson Reuters ou Scopus

Post-doctorants: 2

Quelques exemples d'innovation • développement d'une méthodologie pour une meilleure gestion des flux d'énergie et de matières dans les entreprises • conception d'un modèle pour la simulation des flux de pesticides de la surface du sol vers les sources d'eau potable • conception d'un modèle permettant la planification des ressources énergétiques au Luxembourg • développement de prototypes pour tester les écotechnologies

Echo: Quels sont les thématiques émergentes sur lesquelles vous travaillez? Paul Schosseler: Les thématiques émergentes sont étroitement liées aux priorités nationales en matière de protection de l'environnement:

CRTE Henri Tudor • le projet européen avec la commune de Redange pour réduire les dépenses en énergie fossile et développer de concepts de gestion intelligente pour l'utilisation des énergies renouvelables

66, rue de Luxembourg • BP 144 • L-4002 Esch-sur-Alzette Tél. : 42 59 91 1 • Fax : 42 59 91 555 • www.crte.lu


p.46-48_Energieagence_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:25

Page 46

Energie

46

ec v a n e i t e r t En

f f l o W e r r Pie

L'energieagence prend ses racines dans l'Agence de l'Energie S.A. qui a été créée en 1991 et réformée en 2008, date à laquelle elle s'est scindée avec d'une part myenergy, un GIE subventionné à 100% et d'autre part l'«energieagence». Les actionnaires de l'energieagence sont l'Etat du Grand-Duché de Luxembourg, représenté par le ministère de l'Economie et du Commerce extérieur et par le ministère du Développement durable et des Infrastructures, ainsi qu'Enovos Luxembourg S.A. et la Société électrique de l'Our S.A. L'energieagence est, à côté de l'Etat du Grand-Duché de Luxembourg, membre fondateur de myenergy (GIE). Par ailleurs, l'energieagence est partenaire de MyClimateLux et du fonds nova naturstroum ainsi qu'actionnaire des parcs éoliens "Gemeng Hengischt", "Kehmen-Heischent" et "Burer Bierg". Rencontre avec Pierre Wolff, directeur:

Echo: Pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs? Pierre Wolff: Ingénieur diplômé, j'ai commencé ma carrière dans l'industrie où j'ai occupé différents postes, jusqu'à devenir directeur général. J'ai intégré l'energieagence en 2009, avec la mission de rediriger l'entreprise après la réorganisation de l'agence de l'énergie.

Echo: Comment percevez-vous votre mission? Pierre Wolff: Mon but est de donner une vision à l'entreprise, de créer une stratégie portant sur le long terme afin de la positionner de façon à supporter la volonté de nos actionnaires d'avoir un levier d'action dans le secteur des énergies renouvelables et de la performance énergétique en général.

Echo: Qu'est-ce qui a été le plus difficile?


p.46-48_Energieagence_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:25

Page 47

Energie

47

Pierre Wolff: Le plus difficile a été de créer une vision à long terme. Nous sommes partis d'une panoplie d'activités différentes, d'un mixe d'activités diverses. Il a d'abord fallu voir quels produits pouvaient être lancés sur le marché et comment structurer cette entreprise.

Echo: Commençons par parler du volet conseil...

Echo: Dans quels domaines êtes-vous actifs?

Pierre Wolff: Ce volet touche autant la clientèle privée que les entreprises. Il s'agit d'abord de donner des conseils pour la rénovation afin que les personnes privées puissent investir de façon à toucher les aides étatiques et biensûr afin de réduire leur facture de consommation en énergie primaire à long terme.

Pierre Wolff: Nous sommes actifs dans trois principaux domaines: le conseil en énergie, la gestion de l'énergie et la formation.

Le volet conseil a été dynamisé par la nouvelle loi votée au profit des entreprises. Cette loi propose des aides qui compensent tous les surcouts liés aux énergies renouvelables dans les

entreprises, y compris les études préalables, même si celles-ci n'aboutissent pas toujours dans des projets réels. Nous faisons aussi du conseil pour l'élaboration et la planification de maisons passives. Nous espérons attirer ainsi les architectes et artisans locaux afin de pouvoir les assister. Nous assurons aussi, toujours dans le domaine du conseil, une mission d'accompagnement de chantier. Nous avons aussi une activité de tests blowerdoor et de thermographie, sans oublier les passeports énergétiques qui sont établis par nos soins en tant qu'experts agréés. .../


p.46-48_Energieagence_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:25

Page 48

Energie

/... Echo: Quelle est la différence entre le conseil et la gestion de l'énergie? Pierre Wolff: La gestion de l'énergie est la suite logique de l'activité de conseil. Prenons l'exemple d'un bâtiment récent. Souvent, sa chaudière sera surdimensionnée par sécurité, ce qui induira des pertes de l'ordre de 30% dues au mode démarrage/arrêt (trop fréquents). Le conseil en aval permettra de réaliser des économies lors de l'achat de la chaudière et ensuite sur sa consommation. La gestion de l'énergie est une approche à moyen terme. Prenons l'exemple d'une commune qui dispose de tout un parc immobilier. Nous allons analyser chaque bâtiment tant au niveau de la consommation électrique que du chauffage et de l'eau. Sur base de cette analyse, nous allons lui proposer un plan de réduction des coûts et d'émissions CO2 par des actions sans investissement direct. Ensuite, nous allons suggérer des rénovations avec un plan pluriannuel. Il faut savoir que l'on peut souvent réaliser des économies de l'ordre de 5 à 20% rien qu'avec des mesures sans investissement direct. Pour les rénovations, nous exposons au client les différents types de travaux possibles avec les retours sur investissement y afférant ainsi que leur réduction d'émissions CO2. Il y a par exemple de forts potentiels d'économie d'énergie dans les climatisations. Comme pour les chaudières, on commence par analyser l'installation et souvent on se rend compte que l'on peut facilement réaliser des économies de l'ordre de 5 à 20 % en gardant le même degré de confort.

Echo: Quelques mots sur la formation? Pierre Wolff: L'energieagence propose différentes formations en matière

48

de l'énergie. Le sujet et le lieu de la formation sont définis ensemble avec le client. Un lieu possible pour organiser les formations est notre Parc de l'Energie à Remerschen. Nous avons organisé, sur demande du ministère de l'Economie et du Commerce extérieur, une formation au sujet de la performance énergétique des bâtiments d'habitation. Environ 1100 personnes ont participé à ladite formation entre septembre 2007 et mars 2009. Par ailleurs, nous avons enseigné au cycle de formation «Constructions & Energies» organisé par le CRP Henri Tudor en collaboration avec l'Ordre des Architectes et des IngénieursConseils (OAI), à la Chambre des Métiers du Luxembourg, à l'IFSB (Institut de Formation Sectoriel du Bâtiment), au CNFPC (Centre National pour la Formation Professionnelle Continue) ainsi qu'à l'INAP (Institut National de l'Administration Publique). Nous participons depuis quelques années déjà au cycle de formation «Energie fir d'Zukunft» de la Chambre des Métiers destinée aux artisans afin de leur donner les bases théoriques et pratiques dans le domaine des énergies renouvelables et de la performance énergétique des bâtiments.

Echo: Quelques mots pour conclure? Pierre Wolff: Si nous nous devons d'arriver à l'équilibre financier, notre objectif n'est pas de réaliser des bénéfices exorbitants mais d'accomplir la mission que nous ont fixé nos actionnaires. Nous sommes le partenaire expert des entreprises, communes, administrations et privés afin de les aider à se développer dans le secteur des économies d'énergie et des énergies renouvelables

.

energieagence Energieagence S.A. 28, rue Michel Rodange L-2430 Luxembourg Tél.: 40 65 64 Fax: 40 65 64 2 www.energieagence.lu


p.52-58_Habitez mieux+passeport_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:32

Page 52

Energie

52

Habitez mieux avec

myenergy myenergy vous aide à améliorer le confort de votre logement en en diminuant vos coûts et en augmentant la valeur de votre immeuble. Tout ceci grâce à une consommation plus efficace de l'énergie ainsi que la valorisation des sources d'énergie renouvelables. Ainsi, vous pourrez habiter mieux et protéger l'environnement en même temps. Rénovation/Construction et énergie Si vous possédez une maison ancienne ou désirez en acquérir une, il faut vous dire qu'une rénovation énergétique est non seulement possible, mais fortement recommandée. Les maisons anciennes ont un énorme potentiel d'amélioration. La rénovation énergétique peut se faire progressivement par des mesures individuelles ou par une rénovation complète dans le cadre de travaux de rénovation. Les mesures permettent de réduire de 50 à 70% la consommation d'énergie de chauffage et d'améliorer sensiblement le confort de la maison. Lorsqu'on rénove une maison, la réduction des émissions de CO2 va de pair avec des économies de coûts d'énergie, un meilleur confort et une plus-value immobilière. Maison à performance énergétique élevée Lorsqu'on projette de construire une maison, les décisions à prendre vont déterminer à long terme le mode de vie et ses effets sur l'environnement ainsi que les coûts de l'énergie. Les maîtres d'ouvrage au Luxembourg sont de plus en plus nombreux à se décider pour une maison à basse consommation d'énergie ou une maison passive. Une enveloppe bien isolée, des systèmes de vitrage performants et des technologies innovantes réduisent les besoins en énergie et créent un climat intérieur confortable. Pour la mise à disposition du besoin de chaleur résiduel, on recourt de plus

en plus aux sources d'énergie renouvelables. Comparée à une maison neuve standard, une maison à basse consommation d'énergie consomme environ 35% et une maison passive environ 70% d'énergie primaire en moins. Réduire les besoins en énergie va de pair avec une économie financière et une réduction des émissions de CO2 du même ordre de grandeur. Rénovation énergétique Dans une maison ancienne non rénovée, environ 85% de l'énergie est utilisée pour le chauffage et la production d'eau chaude. Une rénovation énergétique complète permet de réduire cette consommation d'environ 50 à 70%. Les habitations complètement rénovées peuvent atteindre le niveau d'une maison à basse consommation d'énergie. Les constructions non rénovées se situent en général dans les classes d'efficacité G-I du passeport énergétique. Leur qualité énergétique est faible, leurs besoins en énergie de chauffage sont élevés. Une maison complètement rénovée au niveau énergétique se situe dans les classes d'efficacité C-E. Sa qualité énergétique est nettement améliorée. Confort thermique Le confort d'une pièce dépend de la température de l'air ambiant et de celle des surfaces des murs. L'être

humain «perçoit» une température correspondant à la moyenne de la température de l'air ambiant et de celle des surfaces environnantes. Si les surfaces des murs sont froids, il faudra augmenter nettement la température de l'air ambiant, donc chauffer plus, pour atteindre une ambiance confortable. Si les surfaces des murs sont chaudes, une plus faible température de l'air ambiant sera aussi perçue comme agréablement chaude. L'isolation thermique augmente la température de surface des murs extérieurs. Aspects économiques Les mesures d'isolation sont toujours rentables si elles sont effectuées dans le cadre de travaux d'entretien ou de transformation. Un investissement en isolation s'amortit grâce aux économies en coûts d'énergie. L'amortissement sera plus ou moins rapide en fonction de la hausse des prix de l'énergie. Le gain en confort n'est guère quantifiable dans ce calcul, mais l'occupant de la maison en bénéficie immédiatement. A terme, une maison rénovée énergétiquement bénéficiera d'une plus-value immobilière. Quelles mesures améliorent votre maison? Si vous voulez améliorer la qualité énergétique de votre maison, il vous faudra isoler les murs extérieurs, les fenêtres, la toiture et le plafond de la cave.


p.52-58_Habitez mieux+passeport_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:32

Page 53

Energie

53

Murs extérieurs / fenêtres Dans une maison non isolée, env. 3545% de la chaleur se «perdent» par les fenêtres et les murs extérieurs. Une isolation extérieure permet d'améliorer le comportement énergétique des murs extérieurs. Elle aura au minimum 12 cm d'épaisseur, mais des épaisseurs de 16-20 cm sont économiquement et techniquement plus intéressantes. L'isolation intérieure sera appliquée s'il est impossible d'isoler les murs de l'extérieur. L'isolation intérieure se compose du support, du matériau isolant, de la barrière pare-vapeur et du revêtement intérieur. Elle est plus difficile à réaliser et ne doit être exécutée que par des professionnels. Considérez les fenêtres et les murs extérieurs comme un ensemble. Les fenêtres ne doivent être remplacées qu'après l'isolation des murs extérieurs. Plafond du dernier étage Il est normalement bon marché et facile d'isoler le plafond du dernier étage. Procéder ainsi n'a cependant de sens que si l'espace sous le toit n'est pas habitable. L'isolation du plafond du dernier étage aura une épaisseur de 14-18 cm. Pans du toit Les pans du toit doivent être isolés lorsqu'il est prévu d'aménager le grenier en espace habitable. L'isolation sous le toit aura une épaisseur d'env. 20 cm. Si la hauteur des chevrons est plus réduite, il conviendra de l'augmenter par des solives d'enchevêtrure. En cas de renouvellement de la toiture, l'isolation peut être posée sur les chevrons. Plafond de la cave Dans beaucoup de maisons anciennes, ce plafond est une simple dalle de béton non isolée. Une isola-

tion peut être placée sur la face inférieure. Elle aura une épaisseur d'env. 8 cm. Réduire les risques de moisissure! Des problèmes de moisissure peuvent survenir lorsque l'aération est insuffisante et que les murs sont froids. Dans une maison ancienne, si on remplace les fenêtres sans assainir les murs extérieurs, on risque de voir apparaître des moisissures. L'humidité excessive de l'air se condensera sur le côté intérieur froid des murs extérieurs. Si, de surcroît, l'aération est insuffisante, le risque de moisissure ne fait qu'augmenter. Systèmes de ventilation Une aération régulière évacue l'humidité des maisons et réduit les risques de moisissure. Un système de ventilation garantit l'échange d'air nécessaire. Des systèmes décentralisés sont faciles à installer dans une maison ancienne. Les systèmes centraux avec récupération de chaleur garantissent une économie d'énergie plus élevée. Installer un tel système dans une maison ancienne n'est généralement réalisable qu'en cas de grandes transformations. Installations techniques Le premier pas pour économiser l'énergie est d'isoler l'enveloppe du bâtiment. Une nouvelle chaudière, dimensionnée en fonction des besoins réduits en énergie, pourra être de plus petite puissance. Il est conseillé de remplacer une chaudière de plus 20 ans par une chaudière moderne. Dans la cave, il est conseillé d'isoler les conduites de chauffage et d'eau chaude en les enveloppant d'une isolation de 4 cm d'épaisseur. Une régulation à sonde extérieure adapte la température des radiateurs à la température extérieure. Les vannes thermostatiques évitent des températures excessives dans les pièces.

Le recours aux énergies renouvelables permet aussi de réduire les émissions de CO2. Les chaudières aux granulés de bois procurent un confort comparable à celui des chaudières au mazout. Les pompes à chaleur constituent une autre option si la maison est bien isolée. Il est conseillé de produire l'eau chaude sanitaire par l'énergie solaire. Chauffage Vous souhaitez diminuer votre dépendance du mazout ou du gaz naturel? Alors vous avez le choix entre les technologies suivantes: collecteurs solaire thermiques, chauffage au bois, pompe à chaleur, chaudière à condensation, régulation moderne. Afin de vous aider dans votre choix, voici une comparaison de quatre systèmes de chauffage différents, à savoir une chaudière aux granulés de bois, une pompe à chaleur, une chaudière à condensation et une chaudière au mazout. Chacun de ces systèmes peut être combiné à une installation solaire thermique qui assurera alors la majeure partie de la production d'eau chaude sanitaire et pourra contribuer au chauffage. La comparaison des coûts (situation en janvier 2009) est présentée pour une maison individuelle. Les coûts de chaleur - c'est-à-dire les coûts d'une unité de chaleur produite - ont été calculés sur une période de 20 ans, sans prendre en compte une augmentation des prix de l'énergie. Compris dans ces coûts sont les coûts d'investissement (aide financière incluse), les frais d'entretien et les coûts de l'énergie. En janvier 2009, il n'y avait presque pas de différence entre les coûts de chaleur des différents systèmes de chauffage

.

Pour tout renseignement:

www.myenergy.lu


p.52-58_Habitez mieux+passeport_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:32

Page 54

Energie

54

Le passeport énergétique dossier réalisé avec

myenergy Depuis le 1er janvier 2010, le passeport énergétique doit être établi en cas de changement de propriétaire ou de locataire, ainsi que pour les nouvelles constructions et les travaux de rénovation exigeant une autorisation de bâtir (obligatoire depuis 01.01.08). Le passeport est établi pour le bâtiment dans son ensemble et reste valable pendant 10 ans. Les frais d'établissement sont à la charge du maître d'ouvrage, du propriétaire, resp. du syndicat des copropriétaires. Le passeport énergétique est un label de qualité pour la performance énergétique des bâtiments d'habitation. Il se base sur un système de classification. Dans le passeport énergétique, vous trouverez des indications sur la qualité énergétique de l'enveloppe de votre bâtiment, sur l'efficacité du système de chauffage et sur le combustible choisi. Le besoin en énergie et les émissions de CO2 de votre maison d'habitation en découlent. Le passeport énergétique présente des suggestions quant aux mesures d'optimisation énergétique. L'établissement d'un passeport énergétique n'entraîne aucune obligation directe d'un assainissement énergétique.

Qui établit les passeports énergétiques? • Les architectes et ingénieursconseils ainsi que tous les experts

agréés par le ministère de l'Économie et du Commerce extérieur. • Plus d'informations sur www.energyefficient.lu, rubrique «Documentation»

Questions fréquemment posées Passeport énergétique 1) Le passeport énergétique: de quoi s'agit-il? Le passeport énergétique est un label de qualité basé sur un système de classification. Grâce au passeport énergétique, les personnes souhaitant acheter ou louer un bâtiment d'habitation voient d'un seul coup d'œil s'il s'agit d'une maison ou d'un appartement économe ou énergivore. Le passeport énergétique indique de façon simple et transparente les besoins en énergie des bâtiments et des logements. Ainsi, même sans connaissances techniques, le consommateur peut évaluer la qualité énergétique du bâtiment d'habitation. 2) Quand faut-il établir le passeport énergétique? Le passeport énergétique est obligatoire pour des nouveaux bâtiments d'habitation et lors de travaux de rénovation de bâtiments d'habitation existants exigeant une autorisation de bâtir depuis le 1er janvier

2008. Il est exigé en cas de changement de propriétaire ou de locataire dans les bâtiments d'habitation à partir du 1er janvier 2010, date à partir de laquelle le passeport énergétique devra également être établi en cas d'une transformation substantielle pour laquelle aucune autorisation de bâtir n'est requise et qui affecte le comportement énergétique du bâtiment d'habitation. 3) L'obligation du passeport énergétique s'applique-t-elle également aux bâtiments non destinés à des fins d'habitation?


p.52-58_Habitez mieux+passeport_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:32

Page 55

Energie

55

du bâtiment d'habitation et de la présence ou non de différents documents tels que les plans d'architectes et documentations concernant la construction. Pour l'établissement d'un passeport énergétique pour les bâtiments d'habitation existants, une visite des lieux est normalement nécessaire. Une enquête auprès de différents prestataires de service a révélé les prix indicatifs suivants: Non. Actuellement ( janvier 2010) l'obligation ne concerne que les bâtiments d'habitation. En ce qui concerne les bâtiments fonctionnels, comme p.ex. les écoles, les bureaux et les maisons de soins, l'établissement d'un passeport énergétique n'est pas exigé. Pour ces bâtiments, un projet de règlement grand-ducal est en procédure réglementaire dont la mise en vigueur est prévue au cours de l'année 2010. 4) Quelle est la définition d'un bâtiment d'habitation? Un bâtiment d'habitation est un bâtiment dans lequel au moins 90% de la surface de référence énergétique sont destinés à des fins d'habitation. La relation entre la surface d'habitation et la surface non destinée à des fins d'habitation est donc décisive pour le classement en bâtiment d'habitation ou en bâtiment fonctionnel. 5) Pourquoi un bâtiment, dans lequel moins de 90% de la surface sont destinés à des fins d'habitation, n'est-il pas un bâtiment d'habitation? En plus du chauffage, de la production d'eau chaude sanitaire, de la ventilation et de l'énergie auxiliaire, le bilan énergétique des bâtiments fonctionnels considère également l'éclairage, le refroidissement ainsi que la déshumidification et l'humidification qui ont une influence considérable sur la consommation d'énergie d'un bâtiment. La limite a été fixée à 90% afin

de réduire l'influence de ces installations techniques sur la classification à un minimum. Pour des bâtiments ayant une surface non destinée à des fins d'habitation de moins de 10%, une erreur d'évaluation peut être considérée comme négligeable. 6) Qui établit les passeports énergétiques? Les architectes et ingénieurs-conseils, dont la profession est définie par la loi du 13 décembre 1989 portant organisation des professions d'architecte et d'ingénieur-conseil, ainsi que tous les experts agréés par le Ministère de l'Économie et du Commerce extérieur peuvent établir les passeports énergétiques. Vous trouverez une liste des architectes, ingénieurs-conseils et des experts ayant participé à la formation organisée par le Ministère de l'Economie et du Commerce extérieur sur la page Internet: www.energyefficient.lu sous la rubrique «Documentation». 7) Combien coûte le passeport énergétique? Étant donné que les passeports énergétiques sont offerts sur le marché, le prix peut varier d'un prestataire de service à l'autre. Il est conseillé de solliciter plusieurs devis auprès des personnes autorisées à établir les passeports énergétiques avant de passer commande, afin de pouvoir comparer les prix et les services proposés. En règle générale, le prix est calculé sur base de la taille

Maison unifamiliale 500 - 1.300 € Immeuble avec 4 unités d'habitation 125 - 400 € Immeuble avec 6 unités d'habitation 115 - 350 € Immeuble avec 8 unités d'habitation 110 - 300 € Immeuble avec 10 unités d'habitation 100 - 250 € Les prix s'entendent par unité d'habitation. 8) Comment se déroule l'établissement d'un passeport énergétique? Si vous avez besoin d'un passeport énergétique, vous devez d'abord mandater un prestataire agréé. Les plans, les données sur l'équipement technique du bâtiment et les consommations d'énergie (mazout, gaz, bûches de bois, granulés de bois, électricité...) des dernières années devraient être mis à disposition du prestataire. Pour les bâtiments d'habitation existants, le prestataire proposera un rendezvous pour une visite des lieux. Il effectuera enfin divers calculs pour l'établissement du passeport énergétique et remettra un passeport énergétique signé. 9) Existe-t-il un soutien financier étatique pour l'établissement du passeport énergétique? Non. Par contre, pour l'assainissement énergétique d'un bâtiment .../


p.52-58_Habitez mieux+passeport_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:32

Page 56

Energie

56

/...

d'habitation existant et pour le conseil en énergie y relatif, le Ministère du Développement durable et des Infrastructures offre un soutien financier. Vous trouvez plus d'informations sur www.myenergy.lu ou au 8002 11 90 (téléphone gratuit). 10) Qui paie le passeport énergétique? Les frais d'établissement sont à la charge du maître d'ouvrage, du propriétaire, respectivement du syndicat des copropriétaires. Ci-après, vous trouverez la spécification du responsable pour la commande du passeport énergétique dans les différents cas de figure qui peuvent se présenter: • Nouvelle construction: le maître d'ouvrage et en absence de ce dernier, le futur propriétaire, respectivement le syndicat des copropriétaires du bâtiment; • Extension, changement ou transformation substantielle d'un bâtiment d'habitation: le propriétaire, respectivement le syndicat des copropriétaires; • Changement de propriétaire: l'ancien propriétaire, respectivement l'ancien syndicat des copropriétaires;

• Changement de locataire: le propriétaire respectivement le syndicat des copropriétés. 11

Est-ce que le passeport énergétique est établi par appartement ou par bâtiment d'habitation entier?

Dans le cas de bâtiments d'habitation mitoyens ou jumelés, il faut établir un passeport énergétique pour chaque bâtiment.

Le passeport énergétique est établi pour le bâtiment d'habitation dans son ensemble. En ce qui concerne les bâtiments d'habitation plurifamiliaux, le passeport énergétique n'est pas établi pour chaque appartement individuellement. Chaque propriétaire obtient un exemplaire du passeport énergétique portant sur le bâtiment d'habitation dans son ensemble.

Pour les bâtiments d'habitation plurifamiliaux, des cas plus complexes peuvent se présenter. Si les bâtiments d'habitation plurifamiliaux sont indépendants l'un de l'autre il faut en principe établir un passeport énergétique par maison. Il est cependant possible que les bâtiments d'habitation plurifamiliaux sont reliés (p.ex.: complexe de bâtiments avec plusieurs unités accolées et reliées). L'expert doit déterminer de cas en cas si un ou plusieurs passeports énergétiques sont à établir en prenant en considération différents aspects:

Le passeport énergétique donne des indications sur la qualité énergétique de l'enveloppe thermique du bâtiment (p.ex. mur extérieur, fenêtre, toit et dalle sur cave) ainsi que sur les installations techniques (p.ex. chauffage central et installation d'eau chaude) dans leur ensemble.

• Existe-t-il une seule inscription au cadastre pour le complexe de bâtiments? • Existe-t-il un ou plusieurs syndicats de copropriétés pour le complexe de bâtiments? • Le complexe de bâtiments a-t-il la même adresse? •…

12) Combien de passeports énergétiques faut-il établir dans le cas de bâtiments d'habitation mitoyens ou jumelés?

13) Le passeport énergétique doitil être délivré en cas de changement de propriétaire ou de locataire?


p.52-58_Habitez mieux+passeport_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:32

Page 57

Energie

57

17) A quel nom et quelle adresse sont établis un passeport énergétique pour un bâtiment d'habitation? Pour une résidence, le nom de la résidence et son adresse doivent figurer sur le passeport énergétique, p.ex. «Résidence Patricia». Le syndicat des copropriétaires y figure en tant que propriétaire. Les différents copropriétaires ne doivent pas être mentionnés individuellement. 18) Quelle est la validité du passeport énergétique?

Oui. En cas de changement de propriétaire, l'original du passeport énergétique doit être remis au nouveau propriétaire; en cas de changement de locataire, une copie certifiée conforme du passeport énergétique doit être remise au locataire. Pour les bâtiments d'habitation, le nombre d'exemplaires du passeport énergétique est identique au nombre de propriétaires. 14) Qui a le droit de consulter le passeport énergétique d'un bâtiment d'habitation? Les acheteurs ou locataires potentiels ont le droit de consulter le passeport énergétique du bâtiment d'habitation. En cas de la conclusion d'un contrat de vente, le vendeur devra remettre l'original du passeport énergétique à l'acheteur. En cas de la conclusion d'un contrat de bail, le bailleur remettra une copie certifiée conforme du passeport énergétique au locataire. 15) Que se passe-t-il si le passeport énergétique n'est pas délivré? Si le propriétaire, respectivement le syndicat des copropriétaires, ne délivre pas de passeport énergétique alors que l'établissement est obligatoire, le propriétaire respecti-

vement le syndicat des copropriétaires peut encourir les peines prévues par la loi du 5 août 1993 sur l'utilisation rationnelle de l'énergie. Pour les nouvelles constructions, l'autorisation de bâtir est refusée par l'administration communale si le passeport énergétique et le calcul de la performance énergétique ne sont pas présentés. En cas de vente, le notaire peut refuser de procéder à la vente si le passeport énergétique ne lui est pas présenté. 16) Est-ce que les propriétaires d'un bâtiment d'habitation peuvent refuser de participer aux frais engendrés par l'établissement d'un passeport énergétique? Non. Comme le passeport énergétique est obligatoire en vertu d'une disposition réglementaire, les différents propriétaires sont obligés de participer aux frais pour le passeport énergétique du bâtiment d'habitation concerné. Un refus de la part d'un propriétaire ou des membres du syndicat des copropriétaires peut entraîner des sanctions civiles et pénales (prévues par la loi du 5 août 1993 sur l'utilisation rationnelle de l'énergie).

Le passeport énergétique est valable pendant 10 ans à compter de sa date d'émission. La date d'émission et la date d'échéance se trouvent sur l'entête du passeport énergétique. Si des transformations ou des extensions requérant une autorisation de bâtir sont entreprises endéans la période de validité ou, à partir du 1er janvier 2010, des transformations substantielles affectant le comportement énergétique du bâtiment (sans autorisation de bâtir) sont effectuées sur un bâtiment d'habitation existant ou sur ses installations techniques, le passeport énergétique devra être renouvelé afin qu'il corresponde aux adaptations réalisées au bâtiment. 19) Est-ce que le passeport énergétique devra être renouvelé automatiquement s'il arrive à échéance? Non, un renouvellement automatique après 10 ans n'est pas imposé. L'établissement d'un nouveau passeport énergétique sera obligatoire dans les cas suivants: changement de propriétaire ou de locataire, travaux de rénovation requérant une autorisation de bâtir ou transformations substantielles du bâtiment existant ou de ses installations techniques (sans autorisation de bâtir) affectant le comportement énergétique du bâtiment.


p.52-58_Habitez mieux+passeport_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

14:32

Page 58

Energie

20) Quels sont les indices énergétiques repris sur le passeport énergétique? Le passeport énergétique détermine trois indices énergétiques différents: classe d'isolation thermique, classe de performance énergétique et classe de performance en matière d'émissions de CO2. Les indices se rapportent à la surface de référence énergétique. La classe d'isolation thermique ne considère que les besoins en chaleur de chauffage. L'indice correspondant tient compte avant tout de la qualité de l'enveloppe thermique du bâtiment, c'est-à-dire des murs, des plafonds, des fenêtres et du toit. Pour le calcul de la classe de performance énergétique, on tient compte de tous les facteurs qui déterminent le besoin en énergie primaire du bâtiment d'habitation. Le vecteur énergétique employé, ainsi que la performance énergétique du chauffage et de la production d'eau chaude sanitaire sont ainsi considérés. On tient compte de la manière dont le vecteur énergétique - p.ex. gaz naturel, mazout ou électricité - est produit et converti avant d'arriver chez le consommateur. Les émissions de CO2 donnent des indications sur la quantité des gaz à effet de serre émis lors de la combustion des vecteurs énergétiques. Plus les émissions de CO2 engendrées par l'approvisionnement du bâtiment sont faibles, moins le climat global est dégradé. 21) Comment définit-on la surface de référence énergétique? La surface de référence énergétique correspond à la partie conditionnée de la surface de base nette à l'intérieur de l'enveloppe thermique. Un espace conditionné est un espace dont une utilisation standard nécessite du chauffage ou de la climatisation.

58

22) Est-ce que les mesures proposées dans le passeport énergétique doivent être réalisées obligatoirement? Non. Il n'y a aucune obligation de réaliser les mesures contenues dans le passeport énergétique. Les mesures individuelles sont proposées à titre d'orientation ou d'incitation pour un assainissement ou une modernisation énergétique du bâtiment. Si le propriétaire décide de réaliser une ou plusieurs mesures d'assainissement énergétique, il devra recourir à un conseil en énergie sur place afin de pouvoir bénéficier des aides financières proposées par le Ministère du Développement durable et des Infrastructures. 23) Est-ce que le passeport énergétique a des répercussions sur le prix de vente des bâtiments d'habitation?

En cas de vente, le passeport énergétique doit être remis à l'acheteur à partir du moment où la vente devient effective. En ce qui concerne le compromis de vente, les parties tombent à priori d'accord sur la vente du bien immobilier (sous certaines conditions la vente du bien immobilier ne peut pas devenir définitive si p.ex. le crédit est refusé). A l'égard de tiers, la vente ne prend effet que lorsqu'elle est actée par un notaire. Il est cependant conseillé de joindre le passeport énergétique à la signature du compromis de vente. Si le compromis de vente a été signé au cours du l'année 2009 et la vente sera actée en 2010 par le notaire, le passeport énergétique devra être joint à l'acte notaire.

Un des principaux objectifs de la directive européenne introduisant le passeport énergétique consiste en ce que les locataires et/ou acheteurs potentiels obtiennent des informations sur la consommation d'énergie du bien immobilier avant de signer un contrat de vente ou de bail. L'intensité de l'influence sur le prix de vente du passeport énergétique des bâtiments d'habitation ne peut pas encore être évaluée, puisqu'il s'agit d'un nouvel instrument récemment introduit.

26) Est-ce que le passeport énergétique doit être établi si le bâtiment d'habitation est démoli après l'achat?

24) A qui incombe la responsabilité si les informations contenues dans le passeport énergétique ne sont pas correctes? L'expert est entièrement responsable pour les données inscrites dans le passeport énergétique.

Le but prioritaire du passeport énergétique est d'informer sur la qualité énergétique d'un bâtiment. La classification (A-I) devrait alors permettre de comparer les différents bâtiments sur base du besoin en énergie calculé avec des paramètres standardisés

Si le propriétaire a relevé ces données, l'expert est tenu de vérifier la plausibilité de ces indications.

Pour tout renseignement:

25) Est-ce que le passeport énergétique doit être présenté lors de la signature du compromis de vente?

Oui, il n'y aura pas de changement de la réglementation sur ce point. 28) Que se passe-t-il si la consommation d'énergie effective diverge substantiellement des données inscrites dans le passeport énergétique?

.

www.myenergy.lu


p.60-61_Les gestes simples_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

15:03

Page 60

Energie

60

Les gestes simples pour économiser de l'énergie

A coté de la rénovation énergétique des bâtiments et des énergies renouvelables, il existe une foule d'action non investives pour économiser de l'énergie et ainsi agir pour la planète. Chez soi, il est possible de réaliser de nombreuses économies par des gestes très simples.

Profiter de la lumière naturelle La lumière naturelle se consomme sans modération: la proximité d'une fenêtre est idéale pour installer le coin à vivre, un fauteuil ou un bureau. Un bureau, pour être bien éclairé, doit être placé perpendiculairement à la fenêtre. L'éclairage naturel par le plafond est idéal, il est uniforme et efficace. Plus les murs de la pièce sont clairs, plus ils réfléchissent la lumière: un moyen simple d'y voir clair.

qu'une lessive à 60°C. Alors ne laissez pas de pièces vides éclairées.

Couper la veille des appareils électriques Chaîne hi-fi, magnétoscope, lecteur DVD, téléviseur, ordinateur, antenne parabolique... les appareils électriques restent souvent branchés 24 h sur 24. Les veilles consomment 150 à 500 kWh par ménage et par an, soit la consommation d'un réfrigérateur sur la même période !

Le plus performant est sans aucun doute le thermostat d'ambiance programmable ou thermostat à horloge: il permet de programmer une baisse de température du chauffage quand les besoins sont moins importants (la nuit ou en cas d'absence). Les robinets thermostatiques sont un bon complément. Dans le cas d'une installation comportant des radiateurs à eau chaude, ils tiennent compte des apports de chaleur “gratuits” (ensoleillement, appareil de cuisson...). Ils doivent être placés dans une autre pièce que le thermostat d'ambiance.

Une température saine Aérer régulièrement

Bien choisir son éclairage

19° C suffisent amplement dans le séjour. Une température de 16 ou 17° C dans la chambre, c'est meilleur pour le sommeil et pour les économies d'énergie. Un degré de moins, c'est peut-être un pull en plus, mais cela représente 7 % de consommation en moins.

Optez pour des lampes basse consommation

Baisser le chauffage en cas d'absence

Leur durée de vie est jusqu'à 10 fois supérieure et elles consomment jusque 5 fois moins que des ampoules à incandescence. Adaptez ensuite les puissances des ampoules aux besoins. Inutile de trop éclairer

C'est une simple question de bon sens, pourquoi chauffer une pièce vide ?

Nos activités multiples dégagent des excédents d'humidité ou des polluants à l'intérieur de notre logement: respirer, faire la cuisine, subir des émanations diverses (colle, vernis, peinture, aggloméré et autres matériaux, parfums d'intérieur, allergènes...), autant de risques inutiles pour la santé. Sans parler du tabac, qui est la première cause de pollution dans la maison. La meilleure façon de rétablir à l'intérieur la qualité de l'air, c'est d'aérer toutes les pièces, même en hiver: 10 minutes suffisent.

Un équipement adapté

La ventilation mécanique contrôlée

Eteindre la lumière

Le thermostat d'ambiance, installé dans une pièce à vivre (séjour, salle à manger), permet de maintenir un logement à température constante.

La VMC est l'équipement idéal pour ventiler un logement, sous réserve qu'elle soit régulièrement et correctement entretenue.

3 ampoules de 75 W qui restent allumées une soirée consomment autant


p.60-61_Les gestes simples_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

15:03

Page 61

Energie

61

Se préserver des fortes chaleurs Faire de l'ombre Dans tous les cas, le plus efficace est l'installation de protections solaires (volets, persiennes, stores, pare-soleil, films solaires collés sur les vitrages...). Si vous avez un jardin, pensez à planter des végétaux à feuilles caduques, qui vous protègeront des rayons du soleil en été et laisseront passer la lumière et la chaleur en hiver. Tous les moyens sont bons pour rafraîchir l'air ambiant, le plus simple est de ventiler les pièces et de maintenir fermés portes, volets et fenêtres pendant la journée. En cas de canicule, pensez à utiliser l'eau comme rafraîchissant naturel. Les ventilateurs peuvent être une solution d'appoint intéressante. Se passer de climatisation, c'est éviter l'émission de gaz à effet de serre et l'augmentation conséquente de sa facture d'électricité.

Plutôt la douche que le bain

Fermer le robinet

Prendre une douche plutôt qu'un bain, c'est diviser au minimum par trois sa consommation d'eau: ce calcul est valable si le robinet est coupé pendant que l'on se savonne et que l'on ne prolonge pas inconsidérément le plaisir de la douche. Une douche de 4 à 5 minutes consomme 30 à 80 litres d'eau et un bain 150 à 200 litres.

Un robinet qui coule sans raison doit déclencher un réflexe de fermeture immédiat. La quantité d'eau économisée dans ce cas est énorme. Dans cet esprit, lorsque l'on se brosse les dents, il est préférable de se rincer avec un verre à dents (10 000 litres d'eau gaspillés par an). De même, il est facile de remplir un peu le lavabo pour nettoyer son rasoir.

Optimiser la chasse d'eau

• Brossage de dents = 12 litres/ minute si on laisse couler l'eau • 1 rasage “au fil de l'eau”= 18 litres

En mettant par exemple une bouteille lestée dans le réservoir des toilettes, cela diminue d'autant la consommation d'eau. Des chasses d'eau économiques proposent aujourd'hui deux types de débit: 3 ou 6 litres d'eau, contre 9 litres pour une chasse d'eau classique. Avant de construire son logement, il est intéressant d'étudier la possibilité d'un second réseau d'eau non potable, par exemple raccordé à un réservoir alimenté par de l'eau de pluie.

Se servir du fil à linge La corde à linge ou l'étendoir sont des moyens naturels pour faire sécher le linge. Le sèche-linge électrique dépense environ 250 kWh par an, soit 15 % de la consommation annuelle d'électricité (hors chauffage). Sur un an, un sèche-linge consomme 2 fois plus d'énergie qu'un lave-linge utilisé à 60 °C

.


p.72-75_Avery_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

9:28

Page 72

Energie

72

Avery Dennison Entretien avec

Michel Schuetz director of Operations

Echo: Quel bilan tirez-vous de l'année 2009? Michel Schuetz: Au niveau européen, Avery Dennison a vu son volume d'activité baisser de 10,4%, son chiffre d'affaires chuter de 9,1%. Son profit brut par contre a progressé de 17,5% et son profit net de 14,7%.

Echo: Comment interpréter ces chiffres qui peuvent, au moins à première vue, paraître paradoxaux? Michel Schuetz: Plusieurs facteurs expliquent ces chiffres. D'abord, nous avons effectivement constaté un recul de l'activité. Le marché russe s'est effondré et le secteur automobile, qui fait partie de nos clients, a connu une année difficile. Ceci explique la baisse en volume et en chiffre d'affaires de notre activité. En ce qui concerne l'augmentation substantielle de nos bénéfices, elle s'explique par la conjugaison de différents paramètres. Le premier de ces paramètres est la baisse des prix des matières premières et du transport, de l'ordre de -15,4%. Avant la crise, nos bénéfices étaient largement amputés par la hausse constante des prix des matières premières, que nous ne pouvions impacter sur nos tarifs de vente. A ce niveau, la situation s'est assainie. Deuxième paramètre, crise oblige, nous avons réduits nos coûts opérationnels de l'ordre de 7,7%. Enfin, nous avons tra-

vaillé sur les inventaires en passant de 12 rotations fin 2008 à 17 rotations fin 2009. En d'autres termes, nous avons actionné trois leviers : restructuration, optimisation du transport et productivité.

Echo: Votre usine luxembourgeoise a-t-elle été touchée par des restructurations? Michel Schuetz: Dans cette restructuration, nous avons consolidé la production dans les sites les plus performants. Notre usine luxembourgeoise est sortie gagnante de cette course. Nous avons eu, à Luxembourg, de la croissance dans la crise grâce au travail réalisé en amont sur les coûts.

Echo: Qu'est ce qui a changé avec la crise? Michel Schuetz: En tant que fournisseur pour l'industrie, nous constatons que la pression sur les prix n'a jamais été aussi forte. En même temps, les exigences des clients en termes de service et de qualité ne font qu'augmenter. Avant la crise, les clients axaient leur recherche sur la qualité ou le prix, maintenant ils veulent une qualité top, pour le prix le plus bas et tout de suite. Autre changement, les

clients ne sont plus fidèles. Si avant les négociations étaient rudes, elles portaient sur une année complète. Aujourd'hui, chaque commande est un nouveau contrat. Il ne faut plus être réactif, ni même proactif, mais carrément prédi-actif ! Je pense cependant que cette situation tendue ne sera pas tenable à long terme et qu'il faudra qu'on en revienne à une situation dans laquelle on tienne aussi compte des rapports humains. Il faut se rendre compte que la crise a créé une surcapacité énorme sur le marché. Les faillites de nos clients ont triplé en 2009. Au niveau visibilité, on a appris à naviguer dans un brouillard épais. Aucune prévision fiable n'étant possible, on a travaillé en 2009 sur le très court terme, quasiment au jour le jour.

Echo: Quelles sont vos prévisions pour 2010? Michel Schuetz: Je pense que pour tout ce qui concerne la planification on a touché le fond en 2009. Par contre, si on prévoit de la croissance en 2010, il s'agit d'une croissance faible et à mon avis nous n'atteindrons pas le niveau de 2008 avant 2014. Autrement dit, si ça ira mieux qu'en 2009, il n'y a pas vraiment de quoi être euphorique.


p.72-75_Avery_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

73

9:28

Page 73

Energie

Echo: Quelques mots pour conclure? Michel Schuetz: Je conclurais sur des notes positives. Nous avons accéléré en 2009 nos investissements dans l'innovation produit. Nous avons également renforcé notre département marketing afin de coller au plus près des aspirations du marché et enfin nous avons investi dans les nouvelles technologies. Notre programme qui vise à embaucher des jeunes à former n'a jamais aussi bien fonctionné. Autre point positif, la dette d'Avery Dennison au niveau mondial a été réduite de 20% en 2009. Du coup, on a généré notre propre cash, ce qui nous a permis de nous autofinancer. On a ainsi gagné en indépendance, ce qui peut s'avérer utile, surtout en temps de crise. En conclusion, Avery Dennison est plus productive que jamais et prête à relever tous les défis !

AVERY DENNISON Luxembourg S.A. Z.I. du P.E.D. • B.P.38 • L-4801 Rodange Tél.: 50 46 50 1 • Fax: 50 46 50 277 • www.europe.fasson.com


p.72-75_Avery_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

9:28

Page 74

Energie

74

AVERY DENNISON LUXEMBOURG

Le Luxembourg American Business Award 2006 à Avery Dennison

Roll Materials Europe Le site de Luxembourg fait partie des six grands sites de production de la division Avery Dennison Roll Materials Europe (ADRME), qui produit des applications auto-adhésives et des étiquettes non-adhésives. Avec les centres de distribution, la division opère sur 17 sites en Europe et occupe ± 2.000 employés. Les produits FASSON (papier, films et feuilles métalliques sous forme de rouleaux) sont vendus à des convertisseurs pour être utilisés dans presque toutes les industries, applications com-merciales et de communication. Notre positionnement stratégique en Europe et la localisation de nos opérations nous permettent d'offrir à nos clients un service des plus flexible et un temps de réaction hors du commun.

Avery Dennison est l’un des sites les plus performants et modernes au monde. La qualité de nos produits est le fruit de l'excellence technologique de nos infrastructures, d'un service client ultraréactif et d'un personnel hautement qualifié.


p.72-75_Avery_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

9:28

Page 75

Energie

75

Notre département «Finition» s’occupe de couper les bobines aux mesures demandées par le client.

Des chariots circulant sur un rail au sol transportent des rouleaux de papier du magasin de stockage vers 4 stations d’échange stationnaires, à partir desquelles les rouleaux sont pris en charge par des AGV.

Nos clients sont des imprimeurs qui transforment l’étiquette autocollante pour les utilisateurs finaux. Nos services fournissent aux imprimeurs des bobineaux sur mesure, adaptés à leurs infrastructures.

Une flotte de 9 AGV guidés par laser transporte les rouleaux de papier du magasin vers les machines de production.

Produit final envoyé à nos clients.

Une capacité de production de 3.000m2/minute! AVERY DENNISON LUXEMBOURG S.àr.l. Z.I. du P.E.D. B.P.38 • L-4801 Rodange Tél.: +352 50 46 50 1 Fax: +352 50 46 50 277 www.europe.fasson.com

LUXEMBOURG Le n°1 mondial de l’étiquette auto-adhésive


p.82-83_Famaplast_Echo_éd.spéciale.qxd

2/08/10

10:09

Page 82

Energie

82

L’histoire de Monsieur Michelis débute dans les années 60, en créant une entreprise de construction. En 1964, il a commencé à produire des blocs de béton, d’abord pour ses propres besoins, puis pour d’autres entreprises. C’est en 1975 qu’a été créée l’actuelle société Famaplast qui fabrique des tubes en polyéthylène. Avant cette date, les câbles étaient mis en terre sans aucune protection. Depuis, les tubes en polyéthylène fabriqués par Famaplast protègent les câbles et facilitent leur éventuel remplacement.

Entre 1970 et 1980, Famaplast produisait des tubes lisses et épais. Au milieu des années 80, le tube annelé s’est imposé sur le marché français car ce système ingénieux permettait de réduire tant les coûts que le poids des tubes en augmentant leur résistance. Aujourd’hui, les tubes fabriqués par Famaplast sont utilisés par les P&T, Cegetel, la ville de Luxembourg, les Ponts et Chaussées, etc. Le Luxembourg représente 20% de la distribution des tubes Famaplast, le reste étant exporté principalement en France.

Parce que l’environnement a toujours été au cœur des préoccupations de la société Famaplast, Monsieur Michelis a eu l’idée de produire ses tubes en polyéthylène à partir de matériaux recyclés. C’est ainsi qu’il fonda en 1980 Granulux, qui s’occupe de la transformation de produits polyéthylène usagés (flacons, bouteilles, etc...). Les gaines en matière recyclées sont aussi performantes que des gaines fabriquées à partir de matériau de premier choix. A ce jour, Famaplast est une des rares entreprises en Europe à produire ses tubes à partir de matériaux recyclés. A noter également que Famaplast est une des seules entreprises fabriquant des gaines de protection à être certifiée ISO 9001 version 2000.


p.82-83_Famaplast_Echo_éd.spéciale.qxd

2/08/10

10:09

83

Qualité, respect de l’environnement et remise en question constante sont les qualités qui ont permis à la société Famaplast de devenir un des leaders européens de la fabrication des tubes annelés en polyéthylène. Tous diamètres, toutes longueurs et toutes couleurs, les gaines de protection Famaplast préservent les câbles en respectant la terre et une fois en place, on peut remplacer ou introduire de nouveaux câbles sans rouvrir une tranchée.

Page 83

Energie

47a, rue de Sanem L-4485 Soleuvre Tél.: 59 30 46-1 Fax: 59 29 28 Email: fama@pt.lu www.famaplast.lu


p.88-89_ketterthill_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

10:21

Page 88

Energie

e-SANTE 2010 Depuis plusieurs années, via le site web www.ketterthill.lu, les laboratoires Ketterthill proposent aux médecins d’accéder en temps réel aux résultats d’analyses de leurs patients grâce à l’interface Cyberlab®. En 2009, l’outil web Cyberlab® s’est enrichi de la prescription électronique. Depuis 2008 grâce à la solution web iLab®, les patients bénéficient d’un accès à leurs résultats d’analyses sous forme d’un véritable dossier médical contenant l’historique de leurs données biologiques.

88


p.88-89_ketterthill_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

10:21

Page 89

Energie

89

Dorénavant, en complément de l’accès « desktop », dans le cadre de l’amélioration continue des services proposés et afin de contribuer au développement des outils s’inscrivant dans le programme e-Santé du Gouvernement, l’application iPhone Ketterthill est téléchargeable sur l’AppStore d’Apple. Elle permet aux patients et médecins de bénéficier d’un accès mobile sécurisé en 3G ou en WiFi aux résultats de leurs analyses de biologie médicale.

L’iPhone entre dans les technologies de la santé au service de la médecine en proposant une fonction innovante pour alerter les médecins en cas de résultats pathologiques. En effet, grâce aux fonctions de notification du terminal mobile, chaque prescripteur pourra recevoir des alertes en temps réel qui l’accompagneront dans la prise en charge du patient dans les meilleurs délais qu’il soit au cabinet ou en visite à domicile.

Le partenariat avec P&T Luxembourg et LUXGSM a permis de développer une solution innovante pour la gestion de la sécurité et de la confidentialité des données. Ainsi, toutes les consultations sont cryptées et le médecin pourra être identifié grâce à la carte SIM de son téléphone tout en étant en 3G sur un réseau privé sécurisé hors de l’internet. Un mot de passe et une clé de déverrouillage du dossier viennent compléter la sécurité de l’accès aux données sur la base du protocole déjà utilisé dans le secteur bancaire.

Dans le futur la prescription électronique via Cyberlab® sera également transposée dans sa version mobile dès la mise sur le marché par Apple de la tablette tactile iPad offrant un plus grand confort d’utilisation. A cette occasion, les médecins profiteront de l’accès à une base de connaissance et d’expertise en ligne qui viendra compléter les services de Cyberlab® pour l’aide à la prescription et l’interprétation des résultats de biologie médicale.

www.ketterthill.lu / www.llam.lu

Siège: 37, rue Romain Fandel + B.P.143 + L-4002 Esch-sur-Alzette Tél. (+352) 488 288 -1 + Fax: (+352) 488 288-306 + E-mail: info@ketterthill.lu


p.104-105_Sewerin Schiltz_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

12:35

Page 104

Energie

104

Sewerin Schiltz Rohrleitungsbau in Luxembourg Seit Jahren sind wir in Luxembourg im Bereich der Wasser-, Gas- und Fernwärmeversorgung mit dem Bau von Versorgungsnetzen beauftragt. Als motiviertes Unternehmen haben wir eine Angebotsstruktur entwickelt, die wir Ihnen im Folgenden vorstellen möchten. Wir sehen uns als technischinnovatives Unternehmen im erdverlegten Rohrleitungsbau für Gas, Wasser, Fernwärme und Industrieanlagen, sowie Sanierung und Haustechnik.

Rohrleitungsbau Gas • Bau und Unterhaltung von Gasleitungen aus Stahl und HDPE aller Drücke und Nennweiten • Korrosionsschutz von metallischen Leitungen • Vorbereitung von Druckerhöhung im Rohrnetz • Sanierung von Rohrnetzen und Hausanschlussleitungen • Durchführung von Dichtheitsproben • Überwachung von Gasrohrnetzen • Feststellen und Beurteilung von Gasverlusten • Leckortung an Gasversorgungsanlagen • Störungsbeseitigung

Rohrleitungsbau Wasser • Bau und Unterhaltung von Wasserleitungen aus Stahl und Gusrohren aller Drücke und Nennweiten • Bau und Unterhaltung von HDPE und PVC bis da = 600 mm • Sanierung von Rohrnetzbereichen • Sanierung von Hausanschlussleitungen • Überwachung von Trinkwassernetzen • Feststellen und Beurteilen von Wasserverlusten • Leckortung an Wasserversorgungsleitungen • Störungsbeseitigung


p.104-105_Sewerin Schiltz_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

12:35

Page 105

Energie

105

Rohrleitungsbau Fernwärme

Hausinstallation

• Bau und Unterhaltung von Fernwärmeleitungen aus Stahl aller Nennweiten • Sanierung von Rohrnetzbereichen • Sanierung von Hausanschlussleitungen • Überwachung von Fernwärmenetzen • Feststellung und Beurteilung von Wasserverlusten • Leckortung an Fernwärmeanlagen • Störungsbeseitigung • Pflege- und Winterdienst im Fernwärmenetz

• Turnusmäßige Überwachung • Dichtheitskontrolle der Hausinstallation • Filter- und Zählereinbau im Gebäude • Verlustmessungen • Lecksuche • systematische Zählerwechsel • Verbrauchsablesungen • Verbrauchsabrechungen Für unsere Industriekunden bieten wir Komplettlösungen beim Bau innerbetrieblicher Anlagen, sowie technische Lösungskonzepte

.

Sewerin Schiltz S.à r.l. 300, Val Sainte-Croix • L-1370 Luxembourg Tel.: 00352 447670 • Fax: 00352 446 167 E-mail: sewerin@pt.lu • www.sewerin-schiltz.lu


p.123-128_WPS_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

12:15

Page 123

Energie

123

Le spécialiste luxembourgeois de la technique du bâtiment et des énergies alternatives

L'histoire de W.P.S. au Luxembourg commence en 1990. Cette succursale de la société Heinrich Nickel de Betzdorf s'est développée de telle sorte qu'en 1996, une entité luxembourgeoise indépendante a été créée. En 2003, la société, qui appartenait au groupe Vinci, a été rachetée par Wissmeck Dieter, Pütz Eberhard et Schmit Patrick, qui ont donné leurs initiales au nouveau nom de leur société. Le groupe qui travaille comme entreprise générale technique, est ainsi devenue familial et passé de 37 personnes à sa création à 140 aujourd'hui tout en réalisant un chiffre d'affaires de plus de 20 mio. d'euros. Elle est spécialisée dans tous les domaines de la technique du bâtiment et notamment en plafonds froids, ventilation et climatisation, systèmes de chauffage, sanitaire, maintenance et entretien, énergies alternatives et cogénération. Depuis plusieurs années, la société met l'accent sur les énergies renouvelables, surtout sur les solutions sur mesure de grande échelle comme les centrales de chauffage et les installations de biométhanisation, mais se charge aussi de plus en plus de projets de particuliers. Afin de développer ses activités au delà des frontières du Luxembourg, W.P.S a créé en 2004 une entité allemande du nom de W.P.S. GmbH basée à Kirchen en Allemagne. En plus W.P.S. a racheté en 2007 l'entreprise De Roi GmbH & Co.KG de Merzig afin de renforcer et développer ses services aux particuliers. En 2008 fut créée, en coopération avec la Funk Gmbh de Merzig, au sein du groupe W.P.S. la société W.P.F. - Solutions Electriques dans l'optique de compléter sa gamme de services offerts dans le domaine de la technique du bâtiment. Cette nouvelle société permettra à WPS de proposer un service global en interne à ses clients. Le développement au-delà de nos frontières et surtout dans la Grande Région fait partie intégrante de la stratégie de développement de W.P.S.. Dans cette stratégie s'inscrit également la construction d'un nouveau centre d'accueil avec exposition à Perl. Ce bâtiment lui permet de centraliser ses activités allemandes et sert à ses activités luxembourgeoises, tout en intégrant un centre d'information et de formation ainsi qu'un laboratoire climatique unique dans la Grande Région.

Le biogaz W.P.S. a commencé dès 2003 à développer sa filière biogaz. Après un long parcours de recherche et de collecte d'expériences W.P.S. a finalement opté pour un partenariat avec la société Johannes Hochreiter. Fort de plus de 20 ans d'expérience, Hochreiter est l'un des pionniers de la technique de la biométhanisation qui a développé toutes ses techniques et sa gamme de produits lui-même. Aujourd'hui W.P.S. combine son expérience dans le domaine de la production et distribu123au savoir-faire biologique et procédural de tion de chaleur Hochreiter pour délivrer des produits de qualité et d'effectivité inégalée à ses clients en Belgique et au Luxembourg.

Système Le biogaz est le gaz produit par la fermentation de matières organiques animales ou végétales en l'absence d'oxygène. Ce gaz est composé essentiellement de méthane. Le processus de fermentation appelé aussi biométhanisation a lieu de façon naturelle dans les marais ou spontanément dans les décharges contenant des déchets organiques, mais on peut aussi la provoquer artificiellement dans des digesteurs qui sont des réservoirs chauffés à une température donnée dans une atmosphère anaérobe. La particularité du système Hochreiter consiste à réduire considérablement le besoin en espace et les coûts d'investissement en intégrant les deux cuves nécessaires à la production de biogaz; qui sont notamment le fermenteur où a lieu le processus biologique et le post-fermenteur ou la matière restante appelée digestat est évacuée après fermentation; dans une seule construction, la double-cuve brevetée Hochreiter. Les possibilités de valorisation du biogaz et de ses sous-produits sont innombrables. En premier lieu le but d'une telle installation est soit le chauffage, soit la production d'électri- .../


p.123-128_WPS_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

12:15

Page 124

Energie

124

/...

cité qui peut être revendue au propriétaire de réseau. Mais en plus de ces 2 produits principaux une telle installation peut apporter beaucoup plus. Le digestat, produit ressortant de l'installation après le processus est un excellent engrais désodorisé qui peut être épandu sur les champs ou revendu après séchage dans un séchoir. D'ailleurs les séchoirs de

bois, de céréales ou autres se livrent particulièrement bien à la combinaison avec des installations de biométhanisation qui délivrent d'importantes quantités de chaleur. L'entretien d'une installation de biométhanisation revient à 1% des coûts d'investissement par an ce qui permet dans la situation actuelle de

rentabiliser une telle installation dans une période de 7 à 10 ans selon la taille et son degré d'utilisation. A l'heure actuelle deux projets de biométhanisation l'une en Belgique et l'autre à Wandhaff sont en train de se réaliser pendant que plusieurs projets et demandes en Belgique sont en cours d'être traités.


p.123-128_WPS_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

12:15

Page 125

Energie

125

Les centrales à copeaux de bois W.P.S. dispose d'une grande expérience dans la conception et la réalisation de chaudières à bois. Une centrale d'énergie à copeaux de bois vient d'être réalisée et est en train d'être élargie pour le compte de la ferme Weis, agriculteur à ColbachBas en coopération avec la CroixRouge qui est le preneur principal de la chaleur produite. W.P.S. a réalisé dans cet ensemble qui comprend aussi une installation de biométhanisation les composantes suivantes:

- une chaudière à copeaux de bois de marque FRÖLING avec une puissance de 350 kW qui est alimentée par des copeaux provenant des forêts communales et privées des alentours - une chaudière à gaz avec un bruleur mixte mazout/gaz (biogaz) qui sert de torchère et de chaudière de secours de même que la périphérique des salles moteurs comprenant les refroidisseurs de secours, l'installation de lavage et 125 de déshumidification du gaz

- la station de pompage, le collecteur de distribution de chaleur ainsi que le réseau de chaleur et la sous-station pour la Croix-Rouge Ainsi la centrale a déjà fourni plus de 700 MWh de chaleur à son client pendant qu'elle se trouvait encore en construction depuis février 2009. En plus de ce bâtiment sont encore alimentés plusieurs maisons familiales qui dans la même période ont été preneurs de plus de 300 Mwh. Il est prévu d'élargir le réseau de chaleur en place et d'y raccorder l'église du village ainsi que plusieurs .../


p.123-128_WPS_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

12:15

Page 126

Energie

/... maisons unifamiliales et des appartements. Un autre projet exemplaire du savoirfaire de W.P.S. est la centrale d'énergie réalisé à Dommeldange: Elle est composée d'une chaudière à copeaux de bois Fröling Lanbdamat 750kW dont la société a assuré la con-ception et le montage, non seulement de la chaudière mais aussi des réservoirs de stockage de matière première sous-terraines et accessibles par l'extérieur.

126

Une chaudière Viessmann de 1.200kW a été installée comme chaufferie d'appoint et d'urgence.

compris la piscine intégrée dans le complexe scolaire ainsi que plusieurs logements.

L'installation de copeaux de bois est alimentée par une vis sans fin, ellemême approvisionnée par un fond poussoir qui a été construit souterrain de façon à permettre aux agriculteurs de décharger aisément leurs basculeurs.

La consommation de bois est de 60 à 80m3 par semaine. Le réservoir est rempli une fois par semaine.

La chaleur générée est utilisée pour le chauffage des bâtiments de l'école primaire et du «Uelzecht Lycée», y

Les cendres récupérées sur la chambre de combustion sont reprises par les agriculteurs et épandus sur les champs comme engrais. Les cendres récupérées sur les gaz de fumées sont éliminés séparément.


p.123-128_WPS_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

12:15

Page 127

Energie

127

Les pompes à chaleur - Cactus Bascharage Soucieux de préserver l'environnement, Cactus Bascharage a décidé d'installer un système de pompe à chaleur de type air-air de 450 kW. Description du système: La pompe à chaleur de marque Climaveneta installée en coopération avec une société luxembourgeoise spécialisée est déposée en module container sur le toit du bâtiment ce qui permet un montage rapide et simple. Le concept de l'installation est le résultat d'une étroite collaboration et d'un bon

dialogue à tous les niveaux entre le client et W.P.S. Une fois la pompe installée, le réseau de distribution et la régulation ont été mis en place par W.P.S . La pompe à chaleur est utilisée pour la production d'eau chaude et le chauffage. La chaleur générée par la pompe

127

est collectée dans un réservoir de 60m3 commun à tous les producteurs de chaleur et puis redistribuée vers les différents consommateurs. Cette méthode permet de réduire considérablement la consommation d'énergie primaire. L'installation est complétée par une chaudière combinée Viessmann (fioul et gaz) de 895 kW et par 2 chauffe-eau de 44kW chacun. .../


p.123-128_WPS_Echo_HS_Energie.qxd

2/08/10

12:15

Page 128

Energie

128

Les énergies renouvelables pour les particuliers W.P.S. met également son expérience en matière d'énergies renouvelables au service des clients particuliers. W.P.S. est spécialisé en: • pompes à chaleur • chaudières bois et pellets • chaudières à condensation fioul et gaz • panneaux solaires • panneaux photovoltaïques

Exemple concret: Maison unifamiliale de 260 m2 avec génération d'eau chaude et appoint de chauffage W.P.S. a planifié et installé pour son client une chaudière à pellets de marque Hargassner, des panneaux solaires thermiques de marque Buderus et toute la périphérie sauf le réservoir de stockage réalisé par le client. La

régulation est assurée par une unité centrale Buderus. Afin de ne pas gêner l'esthétique du bâtiment principal les panneaux solaires ont été mis en place sur la gloriette et un réseau de chaleur de 30 mètres a été réalisé. Bien sûr, W.P.S. ne s'est non seulement occupée de la planification et de la réalisation des travaux, mais également de toutes démarches administratives permettant au client de profiter des mécanismes de soutien et de subvention en place

35-37, rue Verte L-2667 Luxembourg Tél.: 40 87 93/94 • Fax: 48 54 20 Email: info@wps.lu • www.wps.lu

.


Energie au Luxembourg HS 2010  

Energie au Luxembourg HS 2010

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you