Issuu on Google+

r é n o v a t i o n

d e

l a

V i e i l l e

V i l l e

ARCHITECTURE & BÂTIMENT

14:46

d e

7/12/07

F o n d s

FRVV_cover_OK_V4.qxd Page 1

Fonds de rénovation de la Vieille Ville


P.1 Sommaire_FRVV.qxd

7/12/07

18:46

Page 1

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Edito

sommaire

......................................................................................................................................

3

Personnalités Préface de M. Claude Wiseler, ministre des Travaux Publics . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Entretien avec Paul Helminger, bourgmestre de la ville de Luxembourg . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Entretien avec Fernand Pesch, président du C.A. de C.L.E. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Entretien avec Serge Hoffmann, président du Fonds de Rénovation de la Vieille Ville et Pierre Kiefer, architecte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Entretien avec Isabelle Yegles, archéologue . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 Entretien avec Walter De Toffol, ingénieur conseil bureau InCA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 Entretien avec Nico Daubenfeld . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Entretien avec Lucien Weiler, président de la Chambre des Députés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Entretien avec Arlette Schneiders, architecte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Entretien avec Michel Polfer, directeur du Musée MNHA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Entretien avec Christiane Steinmetzer, directrice Sites et Monuments . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 98 Comité Altstadt, rencontre avec Jean Mathias Goerens, président et Claude Esch, secrétaire général . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 99 Entretien avec Bernard Ceysson . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Entretien avec Roland Kuhn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Dossier Ilot A La réhabilitation de l’îlot A par la création de logements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 Logements dans les maisons Esser et Wëlle Mann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24 Nouvelles silhouettes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26 Rénovation et agrandissement de l’Hôtel du Conseil d’Etat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 Le parking de l’Hôtel du Conseil d’Etat . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Dossier Chambre des Députés Chambre des Députés, transformation des maisons Printz & Richard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Des fouilles archéologiques qui ont révélé plus de mille ans d’histoire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 54 Dossier Ilot B La rénovation de l’Ilot historique du Marché-aux-Poissons . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Habitations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Rénovation de la salle «Directoire», 11 rue de la Boucherie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Renouveau d’un quartier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 La maison Gëlle Klack . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 Evolution de l’Ilot B . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 La mosaïque gallo-romaine de Vichten exposée au MNHA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Une nouvelle image moderne et cohérente pour le MNHA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79

Newcom s.à r.l. B.P. 143 L-4902 BASCHARAGE Tél.: 23 650 372 Fax: 23 650 174 Administration - Comptabilité Pascal Vilvens vilvens@newcom.lu Directeur de la publicité Fred Bertinelli bertinelli@newcom.lu Rédacteur en chef Jorris Fitten pyredac@pt.lu Layout & infographie Paprika+ paprika@pt.lu Photos Fonds de rénovation de la Vieille Ville, Yves Kortum, Christof Weber, Nicolas Bouvy, divers ©Newcom 2007 Tous droits de reproduction réservés pour tous pays.

Dossier Ilot C Le chauffage urbain par centrale de cogénération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 87 Le Palais de Justice . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Dossier Ilot D Concours d’architectes

.........................................................................................................

84

Dossier Histoire et recherches archéologiques Les fouilles archéologiques au Schéieschlach . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 La maison d’Augustin Lanser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 Annonceurs Andreosso . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Avery Dennison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Batichimie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 112 Carrelages Denis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 113 CBL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 CLE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Société Luxembourgeoise Chanzy-Pardoux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Diircenter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Durosols . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Electro-Watt S.A. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 Firetech . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 GT OTIS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 ISG . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 ITE 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 Kuhn Constructions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Maison Josy Juckem . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Martin Weber GmbH . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Menuiserie Kraemer Bettendorf . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Polygone . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 Regenwetter . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 Rollinger Walfer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Sewerin Schiltz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Socimmo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Willy Lang et Fils Carrelages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Zumtobel Lighting . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 154 Minusines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Viessmann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 Villeroy & Boch . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158

1


P.3_Edito_FRVV.qxd

9/12/07

13:06

Page 3

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Edito « L’art naît de contrainte, vit de lutte, meurt de liberté» André Gide Personne n’en doute, les bâtiments du quartier de la Vieille Ville de Luxembourg appartiennent aux chefs d’œuvre de notre patrimoine architectural et urbanistique. Certains trouveront cependant exagéré de parler d’art lorsque l’on évoque une rénovation. Il ne s’agit effectivement la plupart du temps que d’artisanat, même s’il s’agit du meilleur de l’artisanat. Gardons tout de même à l’esprit qu’une rénovation comprend tant de contraintes que beaucoup refusent de s’y aventurer: il faut travailler l’existant en gardant le cachet d’origine, s’adapter aux nouvelles contraintes techniques et environnementales et doter d’anciens bâtiments du confort moderne. A côté de cela, tout doit être analysé afin de ne pas détruire une pièce de valeur. Un tel chantier est nécessairement long, d’autant qu’il peut s’arrêter du jour au lendemain en fonction d’une découverte archéologique; toujours difficile, surtout s’il est situé en plein centre ville à deux pas du Palais Grand-Ducal, qu’il concerne des bâtiments aussi sensibles que ceux de la Chambre des Députés ou du Conseil d’Etat, instances qui ne peuvent se permettre de s’arrêter de fonctionner ne serait-ce qu’un jour. Les contraintes sont telles que l’on peut se demander quelle part de création reste aux architectes? Et bien, respecter toutes ces contraintes parfois contradictoires les oblige à se dépasser, à trouver des solutions, à s’adapter pour qu’il ne reste qu’une réussite évidente. Comme un musicien qui, à force de travail, joue avec tant de virtuosité qu’il donne une impression de facilité. On connaît le quartier comme on connaît la partition d’un morceau. Mais le même air, selon son interprète, peut être un chef d’œuvre ou un calvaire. Dans le cas de la Vieille Ville, on pourrait comparer le travail dores et déjà réalisé à une symphonie dans laquelle le chef d’orchestre serait le maître d’ouvrage, à savoir le Fonds de rénovation de la Vieille Ville et les différents intervenants les musiciens. Depuis sa création en 1993, nous nous intéressons aux travaux du Fonds de rénovation de la Vieille Ville et nos lecteurs ont pu suivre nombre de ses réalisations dans «Architecture & Bâtiment». C’est la raison qui a poussé Newcom et le Fonds de rénovation de la Vieille Ville à publier ce numéro. A ce moment des travaux, on ne peut que saluer le travail extraordinaire effectué sur la Vieille Ville. Pour l’îlot D comme pour ce qui a déjà été réalisé, nous n’avons qu’un seul souhait: continuez à nous enchanter! Jorris Fitten

3


p.4-7_préface_Wiseler.qxd

4

9/12/07

12:52

Page 4

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Préface

Claude WISELER Ministre des Travaux Publics

Le Fonds de Rénovation de la Vieille Ville a été institué par la loi modifiée du 29 juillet 1993 portant création d'un fonds pour la rénovation de quatre îlots du quartier de la Vieille Ville de Luxembourg. Le Fonds a pour mission la rénovation, en totalité ou en partie, de quatre ilots d'immeubles délimités comme suit: Ilot A: la rue Wiltheim, le boulevard Victor Thorn et la Rue Sigefroi; Ilot B: la rue Sigefroi, la rue de la Boucherie, la rue de la Monnaie, la rue du Palais de Justice et la rue Wiltheim; Ilot C: la rue du Nord et la rue du Palais de Justice; Ilot D: la rue du Nord et la cote d'Eich. La mission du Fonds comprend principalement la restauration, la transformation, la construction ou I'adaptation d'immeubles ainsi que I'aménagement des alentours. Au vu des expériences du passé, I'on peut affirmer que de nos jours il ne suffit plus de restaurer quelques pans de murs ou façades plus ou moins esthétiques et de vider parallèlement les immeubles de leur structure interne. Le premier objectif que le Fonds s'est octroyé consiste en I'occurrence a sauvegarder le patrimoine culturel de son domaine d'activité que sont les quatre îlots ci-dessus définis du quartier de la vieille ville de Luxembourg. Voilà pourquoi le fonds, tout en suivant les exigences du législateur, a choisi une approche scientifique pour aborder sa mission prenant en compte non seulement I'aspect esthétique, mais aussi et surtout les aspects historiques et archéologiques dans sa démarche. C'est ainsi qu'avant le commencement des travaux sur le terrain, les scientifiques ont pu effectuer un

travail de recherche convenable et dont les résultats peuvent être consultes dans le publications du fonds qui sont notamment ses rapports d'activité annuels.

avaient été occupées par diverses administrations ou institutions, comme par exemple le Musée national d'Histoire et d'Art, le Conseil d'Etat, la Justice et la Clinique St-Joseph.

Le deuxième objectif du Fonds porte sur la revitalisation du quartier de la vieille ville.

Le Fonds suit dans sa démarche la ligne de la Commission des Travaux Publics et des Transports de la Chambre des Députés qui dans son rapport sur le projet de loi en question adopte en date du 25 juin 1993 a retenu qu'«il faut reconquérir la ville par I'accroissement de surfaces habitables et habitées et il faut espérer que cet objectif ne se résume pas à I'aménagement de quelques appartements pour concierges».

D'antan, I'accent ne fut pas nécessairement mis sur la reconquête de I'espace habité pour endiguer la bureaucratisation et la muséification croissante de la vieille ville, de sorte que I'on a constaté un exode de la population résidente. Les projets du Fonds sont connus de sorte à ce qu'une grande partie des surfaces créées soit réservée à des activités commerciales ainsi qu'à la création de logements, ceci en rétablissant la fonction d'origine des maisons bourgeoises. En effet, depuis des décennies grand nombre de maisons bourgeoises

En passant en revue les projets réalisés à l’heure actuelle je crois pouvoir affirmer que dans I'accomplissement de sa mission, le fonds a pleinement atteint les objectifs qu'il s'est fixés.


p.4-7_préface_Wiseler.qxd

9/12/07

12:52

Page 5

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Commençons par l'îlot B: L'îlot B comporte trois ensembles architecturaux: le Musée national d'Histoire et d'Art, les logements entre la rue de la Boucherie et la rue du Palais de Justice et la maison isolée appelée Gelle Klack. Par ses extensions successives le Musée avait accaparé la majeure partie de cet îlot.

L'une des premières interventions du Fonds consistait à restructurer le Musée national. Le bâtiment a été recentré, I'espace d'exposition augmenté et les services annexes au musée ont quitté le centre de la ville pour laisser la place aux logements. Avec la réouverture du Musée national d'Histoire et d'Art en 2002, I'action du Fonds s'inscrit dans sa mission de revaloriser le plus vieux quartier .../

5


p.4-7_préface_Wiseler.qxd

12:52

Page 6

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

©www.eu2005.lu-Christophe Olinger

6

9/12/07

/... de la capitale. En effet, le nouveau musée comporte les caractéristiques d'une intervention architecturale et muséographique fidèle à la mouvance contemporaine en architecture qui a mis tout en oeuvre pour respecter le passé historique du quartier. Par cette action, le Fonds a posé des jalons dans ce quartier par la répartition des fonctions dans I'îlot qui se traduisent par des choix architecturaux définis. Le Fonds a trouvé des solutions adéquates pour freiner le développement tentaculaire des institutions étatiques. En effet, entre les rues de la Boucherie, rue de la Monnaie et Palais de Justice, le projet a permis d'attribuer aux pâtés de maisons leur fonction d'habitation d'origine. Seulement à la base d'un projet d'ensemble, il a été possible de trouver des solutions originales pour exploiter au mieux ce patrimoine immobilier. L'intérieur de I'îlot a été revalorisé par la création de cours privatives calmes, ensoleillées et communicantes. Les nouveaux logements sont équipés du confort nécessaire (parking et ascenseur). L'ilot d'habitation (ilot Zinnen) est achevé en 2005. Le Fonds a procédé à la rénovation de 4 maisons comportant 2 commerces et 12 logements en tout.

L'îlot B comporte également la maison Gelle Klack. Libre des quatre cotes et sise sur la place du Marcheaux-Poissons, cette maison de rapport, remontant à la Renaissance est transformée en hôtel haut de gamme. Situé en bordure de I'ancien rempart de la forteresse et dominant la vallée de l'Alzette, l'îlot A comprend le bâtiment du Conseil d'Etat, I'ancienne Clinique Saint Joseph, acquis par le Fonds en 1999 et un ensemble de maisons bourgeoises dans la rue Wiltheim qui abrite la section «arts décoratifs» du Musée national d'Histoire et d'Art. A la pointe de I'îlot A, le bâtiment du Conseil d'Etat, vieux de plus de 40 ans est soumis à une rénovation intégrale. Il est agrandi en prévision de son élargissement les années à venir. Les travaux sont achevés et son ouverture officielle a eu lieu en novembre 2006. Les immeubles appartenant à I'ancienne Clinique Saint Joseph ont été entièrement restructurés dans le respect des anciens bâtiments et du décor qu'il intègre à ce jour. La rénovation dans cette partie de I'îlot s'est caractérisée par un accès aux logements par un vaste hall commun sous verrière qui par un ascenseur relie le sous-sol des caves et du parking aux étages. Au coté opposé de I'îlot, près des bâtiments du Palais de Justice, deux


p.4-7_préface_Wiseler.qxd

9/12/07

12:52

Page 7

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

bâtiments rénovés réintègreront leur fonction d'origine de logement dans un des endroits les plus paisibles de la vieille ville de Luxembourg. La situation unique de I'îlot en bordure de la vieille ville, en surplombant les vallées et en bénéficiant d'une vue dégagée sur le Kirchberg respectivement d'un voisinage de qualité par la belle place du Marcheaux-Poissons, place les nouveaux logements équipés de tout confort dans un cadre de vie exceptionnel. Dans I'îlot A, le Fonds a procédé à la rénovation de 6 maisons rue Sigefroi et rue Wiltheim comportant 18 logements, 4 commerces et 46 emplacements de parking. Le succès qu'ont connues les ventes effectuées par le Fonds démontre que la démarche choisie -revalorisation et revitalisation de la Vieille Ville moyennant une rénovation douce de la substance existante tout en sauvegardant le patrimoine culturel et en reconquérrant I'espace habité - a été la bonne. C'est ainsi qu'il ne me reste qu'à remercier les responsables du Fonds de Rénovation de la Vieille Ville pour le travail effectué et à leur souhaiter le même savoir-faire pour les projets futurs qu'ils aborderont

.

Claude WISELER Ministre des Travaux Publics

7


p.8-9_Paul Helminger.qxd

8

7/12/07

19:35

Page 8

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Entretien avec

Paul Helminger bourgmestre de la Ville de Luxembourg

Architecture & Bâtiment: Comment percevez-vous l’action du Fonds de rénovation de la Vieille Ville? Paul Helminger: L’une de nos priorités est d’encourager les gens à venir vivre en ville. Une riche offre culturelle, un patrimoine historique remarquable, un achalandage commercial enviable, la proximité, souvent, au lieu de travail, tout cela concourt à l'attractivité de la ville comme lieu d'habitation. Force est cependant de constater que le centre ville et surtout les quartiers historiques, se sont peu à peu vidés de leurs habitants. Les commerces et les bureaux ont envahi les logements et ceux qui restaient étaient souvent vétustes ou alors n'étaient disponibles qu'à des prix peu abordables. Nous sommes donc heureux que le gouvernement ait constitué le Fonds de rénovation de la Vieille Ville pour entreprendre un vaste effort de rénovation urbaine largement axé sur le logement.

La seule critique que je me permettrais de répéter, tout en sachant que la rénovation de bâtiments anciens ne se fait pas à coût zéro, est la façon dont ces appartements ont été mis sur le marché. Le système de vente aux enchères est difficilement compatible avec la notion de prix abordables. Au niveau de la Ville, nous avons souhaité suivre un autre chemin en privilégiant la location à des prix modérés, absorbant nous-mêmes le surcoût de la rénovation. Ceci vaut d'ailleurs aussi pour les locaux commerciaux appartenant à la Ville.

A&B: L’animation nocturne ne nuitelle pas à la qualité de vie dans les quartiers du centre ? Paul Helminger: Comme dans toutes les villes, nos quartiers historiques sont des lieux fort fréquentés et dont les caves et les espaces publics se prêtent tout naturellement à une certaine animation en soirée. Il y a un équilibre délicat à trouver entre cette animation naturelle dans une ville dynamique et le droit au repos nocturne des gens qui tout naturellement trouvent attrayant d'y vivre. En 2007, il y a eu pléthore de manifestations pour l’année culturelle et nous avons l’intention de sérieusement ralentir le rythme pour l’année prochaine. Nous allons élaborer une charte de l’animation dans les espaces publics situés dans les quartiers qui comprennent aussi de l'habitat pour rétablir une certaine sérénité.

Nous travaillons avec les tenanciers des bars et restaurants branchés afin de trouver cet équilibre.

A&B: Et en ce qui concerne la vie diurne? Paul Helminger: L'activité commerciale commence heureusement à revivre dans ces quartiers qui ont beaucoup souffert des chantiers d'infrastructure et de rénovation pourtant nécessaires, mais qui en lourdement entravé l'accessibilité ces dernières années. La Ville entend encourager cette renaissance. Ainsi, pour le Marché-auxPoissons et la rue de la Boucherie nous avons entamé la création d'un «business improvement district» (BID). C’est un concept qui nous vient des Etats-Unis et qui a été appliqué avec succès déjà dans plusieurs villes européennes. L’idée est de mettre tous les intéressés, commerçants, restaurateurs, propriétaires, résidents autour d’une table afin de définir ensemble avec la commune un plan d'action pour assurer un développement équilibré du quartier tout en garantissant un maximum de qualité urbaine.

A&B: Quelques mots pour conclure? Paul Helminger: Je trouve que dans la Vieille Ville se côtoient le meilleur et le pire. Je regrette que le souci de reconquête de cet espace extraordi-


p.8-9_Paul Helminger.qxd

7/12/07

19:35

Page 9

Copyright Photothèque de la Ville de Luxembourg

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

naire pour redonner vie au coeur de la Ville n'ait pas été suivi jusqu'au bout. Après la rénovation des maisons Printz et Richard pour les besoins de la Chambre des Députés, on aurait pu espérer que le logement reprenne ses droits dans le quartier du Saint-Esprit. Malheureusement la cité judiciaire dont le méli-mélo architectural devient hélas chaque jour plus évident et qui, déjà, se révèle être trop petite, renforcera encore la tendance à la

bureautisation de ce quartier. C'est regrettable et c'était si facilement évitable! Le meilleur du point de vue architectural, ce sont la véranda devant le musée d’Histoire de la Ville, le cube de l'extension du Musée National, preuves éclatantes qu'on peut avec succès relever le défi d'inscrire le 21ème siècle dans un contexte historique

.

9


p.12-13_Pierre Kieffer & Serge Hoffmann.qxd

12

7/12/07

19:39

Page 12

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Entretien avec

Serge Hoffmann, président du Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Pierre Kieffer, architecte Architecture & Bâtiment: Pourquoi avoir créé le Fonds de rénovation de la Vieille Ville? Serge Hoffmann: A l’époque où le Fonds a été créé, beaucoup d’immeubles de la la Vieille Ville se trouvaient en mauvais état. Il convenait non seulement de la restaurer, mais aussi de réaliser une analyse du patrimoine urbain. Jusqu’alors, une analyse détaillée de ce type n’avait pas encore été faite dans le quartier en question. Pierre Kieffer: Une archéologue et historienne de l’Art suit d’ailleurs tous nos travaux. Ceci nous permet, au fur et à mesure de l’avancement des travaux, de faire des synthèses et petit à petit les pièces du puzzle se mettent en place. Le Fonds assume par ses travaux un double rôle: Nous devons respecter le patrimoine et le restaurer tout en offrant le confort du présent. C’est cette dernière condition qui est nécessaire pour revitaliser le quartier et garantir ainsi son avenir. A&B: C’est pour cela que vous privilégiez la construction de logements? Serge Hoffmann: Nous essayons effectivement de privilégier la construction de logements car trop de bâtiments avaient été détournés de leur fonction première pour servir de bureaux, y compris par l’Etat. Nous avons ainsi décidé de faire plus de logements que strictement requis par le règlement des bâtisses de la commune. Nous

avons jusqu’à présent créé 40 logements, 10 commerces et un hôtel de 10 chambres. S’y ajoutent deux parkings souterrains avec 65 places. Dans l’îlot D, nous créerons 44 logements, 6 commerces et une soixantaine de places de stationnement. A&B: Comment trouve-t-on le bon équilibre entre rénovation et conservation du patrimoine? Pierre Kieffer: C’est grâce à nos analyses que nous savons ce qui a de la valeur et qu’il convient de conserver. Nous appliquons une politique de rénovation douce. Car ce ne sont pas seulement les belles façades, mais également la structure intérieure avec ses planchers, escaliers et charpentes qu’il s’agit de respecter car elles forment un tout et témoignent du savoir-faire d’antan. En général, on garde les charpentes mais on change la toiture pour donner une meilleure isolation afin de répondre aux exigences de l’habitat moderne. Une fois, pour le bâtiment Gëlle Klack, nous avons par contre opté pour une isolation plus fine pour garder la forme originale de la toiture. Pour garder d’anciens planchers, nous les renforçons par-dessus avec une dalle en béton armé, le béton et le bois jouant ensemble et offrent une bonne protection contre le feu et des surfaces planes adéquates. Nous avons toujours travaillé dans les règles de l’art en privilégiant la qualité et la solidité.

A&B: Avez-vous déjà eu des retours de vos clients? Serge Hoffmann: Les échos qui nous reviennent sont généralement très positifs. Les propriétaires ou locataires sont conscients du caractère unique du site tant en ce qui concerne son origine historique que sa situation géographique à proximité des institutions et des services publics, tout comme des commerces du centre ville. A&B: Pourquoi avoir choisi le système de la vente aux enchères pour la mise sur le marché des appartements? Serge Hoffmann: Nous avons mis les appartements aux enchères avec leur prix de revient comme prix de départ. Si nous avions vendu à un prix fixe, il aurait d’abord fallu départager entre les acheteurs potentiels, avec le risque que ceux-ci revendent l’appartement à court terme avec une forte plusvalue. Le système de la vente aux enchères nous a permis de vendre au prix du marché et dans une transparence parfaite. A&B: Où en êtes-vous dans l’avancement de vos travaux? Pierre Kieffer: Nous avons accompli plus de la moitié de notre mission. Au niveau des îlots A et B, nous avons terminé les bâtis. Nous attendons 2008 que les juridictions qui occupent les îlots C et D


p.12-13_Pierre Kieffer & Serge Hoffmann.qxd

7/12/07

19:39

Page 13

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Serge Hoffmann et Pierre Kieffer

déménagent au plateau St Esprit pour pouvoir commencer les travaux. Si nous réfléchissons encore à l’affectation de l’îlot C, les plans pour l’îlot D sont déjà prêts. Il s’agit de logements et de commerces. Pour l’îlot D, il y aura moins de rénovations et plus de constructions nouvelles. En effet, beaucoup d’immeubles datent des années 1950 et ne présentent pas de qualité architecturale particulière de sorte qu’ils peuvent être démolis.

A&B: Qu’en est-il de la corniche?

A&B: Quelques mots pour conclure?

Serge Hoffmann: Les travaux que nous avons réalisés pour prolonger la traditionnelle corniche vers la partie Nord de la vieille ville apportent un attrait supplémentaire au quartier. Jusqu’ici le passage derrière l’ancienne clinique et le Musée national se trouvait inaccessible au public. Cette nouvelle promenade offre une vue impressionnante sur la silhouette des bâtiments du Kirchberg.

Serge Hoffmann: Maintenant que les îlots A et B sont terminés, nous espérons que la Ville va rapidement mettre en œuvre le réaménagement des alentours. C’est toute la question de l’espace public qui se pose y compris celle du stationnement. Faut-il étendre les zones piétonnes? C’est une question importante, notamment pour les commerçants

.

13


p.10-11_Pesch_FRVV.qxd

10

7/12/07

19:37

Page 10

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Entretien avec

Fernand Pesch Président du conseil d’administration de C.L.E. (Compagnie Luxembourgeoise d’Entreprise faisant partie du groupe CFE-VINCI)

Biographie - sommaire: Administrateur général honoraire du Gouvernement Ancien président du Fonds d’Urbanisation et d’Aménagement du Plateau de Kirchberg Ancien président du Fonds de rénovation de la Vieille Ville de Luxembourg Ancien président du Fonds Belval

Architecture & Bâtiment: Pouvezvous nous parler de l’origine du Fonds de rénovation de la Vieille Ville dont vous avez été le premier président? Fernand Pesch: En fait, l’origine du Fonds de rénovation de la Vieille Ville remonte à 1978, date de la publication de la loi du 8 décembre 1978 portant création d’un Fonds de rénovation de l’îlot Clairefontaine à Luxembourg. C’était une époque de transition où l’on constatait que l’administration surchargée de travail, n’arrivait plus à tout gérer et à s’occuper des nouveaux défis liés à ses missions traditionnelles d’autant plus que la législation en général et celle sur les marchés publics en particulier commençait à devenir de plus en plus complexe. Pour se donner les moyens de ses ambitions, le gouvernement décida d’avoir recours à une structure plus flexible et plus souple pour répondre aux besoins de rénovation d’un quartier de la vieille ville de Luxembourg dans lequel l’Etat était, pour la majeure partie, propriétaire du foncier. Ayant eu la chance d’être associé à la conception et à la rédaction du projet de loi qui est devenu la loi du 8 décembre 1978, j’ai également participé aux travaux du nouvel établissement public qui se sont soldés par le renouvellement intégral de ce quartier.

Ceci nous a permis d’acquérir une certaine expérience dans la gestion d’un établissement parastatal et en 1993, nous avons pu nous inspirer de la loi du 8 décembre 1978 pour préparer la loi portant création d’un Fonds pour la rénovation de quatre îlots du quartier de la vieille ville. L’expérience de l’îlot Clairefontaine a permis d’améliorer la loi de 1993 en faisant intervenir notamment de façon plus conséquente le Ministère des Affaires Culturelles et le Ministère des Finances dans le double souci de respecter d’avantage le patrimoine architectural et historique existant et d’inscrire les travaux du Fonds dans une programmation financière pluriannuelle. J’ai assumé la fonction de président du Fonds de rénovation de la vieille ville depuis sa création en 1993 jusqu’à la date de mon départ en retraite en 2004.

Fonds d’Urbanisation et d’Aménagement du Plateau de Kirchberg durant les années 1981 à 2004. Il est évident que par cette solution, le président du comité-directeur doit s’investir de façon beaucoup plus intense dans l’administration et la gestion de l’établissement public qu’il préside. En revanche, le Fonds Belval dont j’ai eu le privilège d’être également le premier président du conseil d’administration s’est doté, sur ma proposition, dès sa création d’un cadre de personnel dirigé par un directeur ce qui a beaucoup facilité la tâche de son président et du conseil d’administration. A&B: Quel souvenir gardez-vous de cette période? Fernand Pesch: Je garde de cette période un excellent souvenir.

S’agissant d’une mission limitée dans le temps, j’ai proposé au comité-directeur du nouveau Fonds de limiter le nombre de collaborateurs au strict minimum et d’avoir recours à des bureaux d’études du secteur privé liés au Fonds par des contrats à durée limitée.

D’abord j’ai pu participer voire orienter la mise au point et le fonctionnement de la nouvelle structure. Ensuite, j’ai participé en tant que président à l’élaboration d’un programme d’ensemble portant sur les quatre îlots qui, comme un grand puzzle, se mettent actuellement en place progressivement.

La même démarche à d’ailleurs été la mienne au cours de ma présidence du

Vraiment une aventure passionnante et excitante !


p.10-11_Pesch_FRVV.qxd

7/12/07

19:37

Page 11

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Par ailleurs, j’y ai rencontré des gens d’horizons divers qui, comme moi, se sont investis pleinement dans leur mission. Il régnait au sein du Fonds une entente amicale qui a permis de bien avancer dans le projet. L’engagement d’une archéologue chargée de réaliser des fouilles avant le commencement des travaux sur chantier a permis de résoudre pas mal de problèmes en amont des travaux proprements dits. Je garde de tous mes collègues et collaborateurs un excellent souvenir et je trouve que ma relève a été bien assurée par Serge Hoffmann.

Le seul regret que je pourrais avoir concerne le prix de vente des logements devenus trop élevés pour le commun des mortels, mais ce problème touche tout le pays et pas spécialement la vieille ville.

président du Fonds Kirchberg et je me suis souvent demandé comment enrayer la flambée des prix. Avec le recul, je suis devenu favorable au bail emphytéotique.

A&B: Que pensez-vous de cette explosion des prix dans tout le pays?

A&B: Pouvez-vous, en guise de conclusion, nous parler un peu de votre actualité?

Fernand Pesch: Je regrette que la pierre soit devenu un produit financier comme un autre. Je suis issu d’une famille d’agriculteurs et pour moi un bien immobilier est quelque chose que l’on aime, que l’on garde et que l’on transmet. J’ai été pendant 23 ans

Fernand Pesch: La société CLE, société de droit luxembourgeois faisant partie du groupe CFE-VINCI, m’a proposé d’entrer dans son conseil d’administration. Tenté par ce nouveau défi, j’ai accepté la proposition. Depuis 2006 j’assume la présidence de ce conseil

.

11


p.14-17_isabelle Yegles.qxd

14

7/12/07

19:40

Page 14

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Entretien avec

Isabelle Yegles Archéologue

Architecture & Bâtiment: Comment vous est venue votre passion pour l’archéologie? Isabelle Yegles: Ce qui m’intéresse avant tout est la recherche de l’homme. On peut chercher l’homme à travers l’art, la littérature, la médecine... j’ai choisi l’archéologie. L’archéologie est une science humaine, une discipline scientifique dont l'objectif est d'étudier et de reconstituer l’histoire de l’humanité et qui couvre pratiquement tous les domaines de la vie quotidienne, de la préhistoire à nos jours. Si l’histoire politique est connue à travers les textes officiels, il n’en est pas de même de l’histoire du quotidien, qui n’est couverte que partiellement par les documents. Pour les époques lointaines, l’archéologie est d’ailleurs la seule source disponible, tandis que pour des époques proches de nous, elle est complémentaire à l’histoire. Ma passion remonte à l’adolescence, ayant participé aux fouilles à Dalheim, au Titelberg ou encore à Walferdange. En famille, on n’était d’ailleurs pas indifférent à notre propre histoire et à celle de Luxembourg. Pour beaucoup l’archéologie est synonyme de «chasse au trésor» et il faut reconnaître que chaque chantier se présente comme une boîte magique, car on ne sait jamais ce que l’on va trouver. Mais le travail ne s’arrête pas là. Entre la découverte et l’exposition des objets dans un musée, il y a tout un travail intermédiaire, pas

toujours visible pour le grand public et donc pas reconnu à sa juste valeur. Pensez que certains archéologues n’arrivent jamais à publier le fruit de leurs recherches... c’est une vraie perte de connaissance. A&B: Quel est votre parcours? Isabelle Yegles: J’ai fait mes études à Paris I. Après mon DEA, je suis revenue à Luxembourg peu avant l’année culturelle 1995. Ma première mission, qui m’a donnée une très grande satisfaction, était de jongler entre Paris et Luxembourg, d’avoir des contacts avec l’équipe du musée d’histoire de la ville et le bureau d’architecture de Paris, en vue de l’ouverture de ce musée en 1996. Peu après, j’ai réalisé des prestations de service aux côtés de Georges Calteux, Directeur du Service des Sites et Monuments. Les projets de ces années-là étaient très variés et, rétrospectivement, je mesure le privilège que j’ai eu de pouvoir, en tant que jeune diplômée, assister et prendre activement part aux dossiers en élaboration. J’ai des souvenirs bien précis sur les débuts de la transformation du site de l’abbaye Neumünster et les fouilles en cours, sur les travaux de préparation du dossier pour la demande d’inscription de la ville sur la liste du patrimoine mondial, sur la mise en place du contenu de l’itinéraire Wenzel comprenant une publication, des panneaux didactiques et des films audiovisuels, sur les débuts du parcours Vauban liés aux travaux de grande envergure sur l’architecture

militaire de l’ancienne forteresse et finalement en rapport avec les premiers moments de la création du musée de la Forteresse et de son programme muséographique. Mon engagement pour le patrimoine urbain en vieille ville commence auprès du Fonds de rénovation de la Vieille Ville en 1995, où nous avons pu approfondir cette matière spécifique et les projets n’ont pas manqué. Comme vous le constatez aujourd’hui, la vieille ville a beaucoup changé, elle a presque fait peau neuve. A&B: Quelle est votre mission au sein du Fonds de rénovation de la Vielle Ville? Isabelle Yegles: C’est une mission scientifique comme l’a décidée la Chambre des députés, qui a validé l’exposé des motifs qui accompagne la loi de création du Fonds datée du 29 juillet 1993. Depuis plus de 10 ans, nous accompagnons les travaux de construction et effectuons un relevé continuel des vestiges découverts. A&B: Comment appréhendez-vous votre travail? Isabelle Yegles: Il s'agit de savoir avant d'agir, de comprendre et de documenter avant de transformer ou de démolir, ce qui veut dire qu'une bonne appréciation de l'objet doit anticiper le chantier proprement dit. Ces recherches sont souvent désignées comme analyse fine. L'archéologue prend certes une part modeste


p.14-17_isabelle Yegles.qxd

7/12/07

19:40

Page 15

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

dans le déroulement d'un chantier de construction, mais son intervention est indissociable des travaux en cours, qui lui apportent l'essentiel de sa documentation. L'archéologie du bâti considère qu'un bâtiment évolue et qu'il est modifié par les individus qui l'habitent. Elle a pour but de restituer l'histoire et la chronologie relative de celui-ci en étudiant les modifications apportées à sa structure. L'archéologue est amené à «lire les murs» pour retrouver les phases de construction. A&B: Qu’avez-vous appris sur la Ville? Isabelle Yegles: Au fil du temps et avec l’avancement des travaux, une image toujours plus complète se dessine, de ce qui fut et de ce qui est la vieille ville de Luxembourg. On

découvre petit à petit les composantes et les résumer ici est impossible. C’est la raison pour laquelle je recommande de consulter les publications du Fonds, notamment les rapports d’activités annuels ou encore d’autres publications éditées à des intervalles moins réguliers. La ville est toujours en mouvement, tant au niveau de son développement urbain, qu’au niveau des forces vives qui la forment. Ce côté évolutif du terrain urbain est un vrai défi pour l’archéologue, puisqu’il ne s’occupe non pas d’une seule époque de construction, comme c’est le cas lors de découvertes en rase campagne, mais il est confronté à une véritable stratigraphie humaine. A&B: Pourriez-vous entrer un peu plus dans le détail?

Isabelle Yegles: Il s’agit de comprendre l’urbanisation de la vieille ville, l’installation de la voirie, l’apparition de pôles d’attraction, comme les marchés, les églises etc., donc comprendre la formation de la ville avant de rechercher les moments de sa transformation, qui arrivent souvent à des moments charniers de l’histoire. La Renaissance est l’un de ces moments importants où la ville médiévale est modelée en ville forteresse. On mesure aussi l’impact du siège de la ville par les troupes françaises (1683/84) au niveau du renouvellement des constructions. La modernité arrive avec la Belle Epoque où le Marché-aux-Poissons devient le haut lieu des soins hospitaliers. Mais commence alors l’exode des habitants et le quartier se dégrade. Dans les années 50 est introduite une nouvelle administration dans le .../

15


p.14-17_isabelle Yegles.qxd

16

7/12/07

19:40

Page 16

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

/... quartier. Le Conseil d’Etat siège désormais dans un bâtiment neuf, juste à l’entrée de la vieille ville. A&B: Vos recherches se resserrentelles ensuite sur l’habitation? Isabelle Yegles: Oui, ceci pour comprendre quel est le cadre de vie des bourgeois et comment il évolue au fil du temps, quelles sont les techniques mises au point (installation des citernes d’eau - réservoirs pour eaux potables, types de construction des planchers) et dans quel cadre décoratif il passe sa vie, p.ex. les décors intérieurs comme les stucs venant orner les plafonds dès le XVIIe siècle, le style des boiseries ou celui du papier peint et des carrelages. Prenons l’exemple de la distribution des maisons à l’aide des cages d’es-

calier accolées aux maisons. Cette construction hors d’ouvrages et peu commode s’est perpétuée à Luxembourg jusqu’au XVIIIe siècle. Ces escaliers offraient une desserte indépendante aux étages et permettait ainsi de séparer la partie privative des espaces de circulation. Ce type de distribution est surtout signalé pour les logements qui sont soumis au logement des militaires, alors que la typologie des hôtels bourgeois, partiellement exempts de cette charge, est bien différente des petites maisons. La manière d’organiser le plan des maisons semble donc avoir un rapport direct avec la vie qui s’y déroule. Ce cas d’illustration, qui mérite d’être approfondi, démontre que l’analyse architecturale d’une maison doit toujours prendre en consi-

dération la composante historique locale. Cet exemple illustre la spécificité d’une ville forteresse à travers l’architecture civile. A&B: Et ensuite? Isabelle Yegles: Après avoir étudié les aspects liés à l’urbanisation, puis à l’habitation, il convient de s’intéresser aux gens, l’essence même du travail de l’archéologue! Qui sont les propriétaires et habitants des maisons? Leur profil donne une image du quartier, ils sont le miroir de la ville. Au Moyen Age, le Marché-aux-Poissons était le haut lieu du négoce du vin et on connaît les personnalités qui y habitaient. Les caves voûtées de la vieille ville font référence à ce commerce très lucratif.


p.14-17_isabelle Yegles.qxd

7/12/07

19:41

Page 17

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

A partir du XVIe siècle, le quartier n’est plus le centre économique de la ville mais il devient le siège de l’administration centrale avec le bâtiment du conseil provincial qui attire une population de notables, de gens de haut rang. Avec le changement de la souveraineté vers la fin du XVIIe siècle, on constate que les familles de hauts fonctionnaires restent en fonction. Il n’y pas de coupure nette et l’administration locale reste largement en place, bien qu’il y ait eu de grands changements politiques; le Roi Louis XIV ayant pris la place du souverain Espagnol. A cette époque, les familles de notables qui habitent la vieille ville ont regroupé les petites unités d’habitation médiévales en créant de véritables hôtels

bourgeois. Imaginez qu’il y a des familles qui disposaient d’une superficie habitable de 500 m2 en vieille ville, mais qu’elles sont quasiment absentes dans l’historiographie locale. Pour le XVIIIe siècle, il est moins facile de suivre la lignée des familles: les recensements des militaires n’existent plus puisque les militaires logent désormais dans des casernes. De ce point de vue, l’époque Française a apporté du confort pour les bourgeois. Avec la mise en place du cadastre, on peut suivre l’évolution de la parcelle jusqu’à ce jour. Après une première vague de réunion de petites unités de construction médiévales au cours du XVIe et du XVIIe siècle, on constate qu’à la fin du XIXe siècle et surtout dans la première

moitié du XXe siècle, les maisons bourgeoises sont unies en bloc et vont intégrer le Musée de l’Etat et deux Cliniques. A&B: Quelle est votre découverte la plus importante? Isabelle Yegles: Surtout qu’elle était inattendue... Nous avons trouvé des traces matérielles datant du VIe siècle avant J.C., en 1998/99 dans l’une des cours intérieures de la rue de la Boucherie. Non seulement la question sur l’origine de la ville est relancée mais une telle découverte appelle à la plus grande vigilance et devrait dores et déjà permettre de planifier pour les chantiers en vieille ville, la composante archéologique

.

17


p.18-19_Walter de Toffol_FRVV.qxd

18

7/12/07

19:42

Page 18

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Entretien avec

Walter De Toffol ingénieur conseil bureau InCA Maître d’ouvrage délégué pour diverses réalisations du Fonds

Architecture & Bâtiment: Assurezvous souvent le rôle de maître d’ouvrage délégué? Walter de Toffol: Notre bureau assure surtout des prestations d’ingénierie en génie civil, et je n’assure le rôle de maître d’ouvrage délégué que pour quelques clients privilégiés.

“ Un tel projet ne peut se réaliser qu’avec une parfaite collaboration entre tous les acteurs du projet, car même si la plus petite entreprise prend du retard, c’est tout le projet qui en pâtit ”

A&B: Qu’est ce qui vous a poussé à accepter ce type de mission pour le Fonds de rénovation de la Vieille Ville? Walter de Toffol: C’est un projet de grande envergure, passionnant à tous les niveaux. L’emplacement est extraordinaire, l’aspect historique est très présent et le fait de devoir collaborer avec les membres du comité directeur, des historiens, des archéologues, les Sites et Monuments… est des plus motivant. A ceci il convient d’ajouter la difficulté du projet, ses enjeux au niveau du respect des prix, des délais et de la qualité... Tout ceci m’a donné envie de m’investir personnellement. A&B: Quelle est concrètement votre mission? Walter de Toffol: La mission est de représenter le Fonds en tant que leur délégué, d’assurer la coordination générale des études et des travaux, ainsi que le suivi du chantier, même au-delà des réceptions des travaux. Je suis en quelque sorte l’interface entre le Fonds, la maîtrise d’œuvre et les

entreprises. C’est une mission qui doit s’effectuer selon des critères transparents d’après les prescriptions de la loi sur les marchés publics, une mission de conseil basée sur la confiance réciproque.

dans le budget initial. De plus, une rénovation n’est pas une mince affaire, entre l’analyse des bâtisses existantes, le suivi archéologique et les travaux proprement dit, il faut coordonner les entreprises en étant constamment sur place.

A&B: C’est une grande responsabilité de travailler avec l’argent public…

A&B: Quel est le bâtiment qui vous a le plus marqué?

Walter de Toffol: Je suis d’avis que travailler avec l’argent des contribuables nécessite une rigueur de tous les instants, et pour cela il faut agir selon la méthode que j’appelle de la coordination active. Il faut savoir prendre les devants afin d’éliminer tous les «imprévus prévisibles» pour offrir le meilleur service possible au maître d’ouvrage. Au niveau du budget, j’avais une mission de conseil d’économie du bâtiment. En cas de problème, il faut trouver des solutions pour faire face, ce en discutant avec les concepteurs et experts pour revenir

Walter de Toffol: Il s’agit du Musée National d’Histoire et d’Art. J’ai eu la chance de participer au projet de bout en bout, depuis l’élaboration du programme général, par la muséographie, jusqu’aux réceptions finales. De nombreux défis techniques ont dû être relevés, comme l’intégration de tous les réseaux techniques dans les dalles en béton armé, ou le fait de devoir creuser la roche en sauvegardant les caves moyenâgeuses existantes, sans compter que pendant les travaux, il a fallu déménager le musée, donc composer un programme


p.18-19_Walter de Toffol_FRVV.qxd

7/12/07

19:42

Page 19

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

avec les conservateurs et le directeur. Il s’agit d’une architecture exceptionnelle où l’ancien se marie merveilleusement bien avec les nouvelles parties en béton apparent et pierre naturelle en façade. Malgré tous ces défis, le musée a été construit en à peine un peu plus de 2 ans. D’autre part, le projet de l’ancienne Clinique St. Joseph avec la réhabilitation et extension du Conseil d’Etat a été également une expérience hors du commun. A&B: Justement au niveau du Conseil d’Etat, quelle était la principale difficulté? Walter de Toffol: Le principal enjeu était de permettre au Conseil d’Etat de fonctionner normalement pendant que nous faisions les travaux. Nous avons dû pousser la notion

même d’organisation à son maximum à ce moment. La partie de l’ancien hôtel du Conseil d’Etat a été réalisée en seulement 6 mois, ce que tout le monde croyait impossible. A&B: Quel sont les points cruciaux pour mener à bien de tels projets? Walter de Toffol: Pour cela, il faut une équipe de maîtrise d’œuvre, à savoir architectes, ingénieurs et experts extrêmement soudée, que chaque intervenant respecte ses engagements et en premier lieu il faut un fort soutien de la part du maître d’ouvrage, en l’occurrence son président, son comité, son chef de projet jusqu’aux collaborateurs administratifs, ce qui dans le cas du Fonds a été exemplaire. A&B: Pouvez-vous nous parler un peu de votre actualité? Walter de Toffol : Nous travaillons actuellement au réaménagement

des maisons "Esser" et "Wëlle Mann", qui seront mise aux enchères fin novembre. Nous terminons également la partie corniche, qui redessine un peu ce quartier de la Vieille Ville. A&B: Quelques mots pour conclure? Walter de Toffol: J’aimerais conclure sur les entreprises qui ont toujours donné le meilleur de leur savoir faire à tous les niveaux. Je pense que l’on peut être très exigent avec les entreprises, à condition de leur donner les moyens de travailler. Notre philosophie est de donner à chaque acteur du projet la même importance. Nous avons d’ailleurs constamment deux personnes sur place, Madame Klaus et Monsieur Cum. Un tel travail ne peut que se réaliser qu’avec une parfaite collaboration entre tous les acteurs du projet, car même si la plus petite entreprise prend du retard, c’est tout le projet qui en pâtit

.

19


p.20-23_réhabilitation îlot A.qxd

20

7/12/07

19:44

Page 20

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

La réhabilitation de l’îlot A par la création de logements

Philippe Poncé et Georges Lamesch du bureau ARCO Architecture company, pour le projet logement et Conseil d'Etat

La Clinique Saint-Joseph, propriété avant 1998 des Sœurs de l’ordre de la Charité de Saint François d’Assise, a été rachetée par le Fonds de rénovation de la vieille ville en vue de sa reconversion partielle en logements. Ces bâtiments sont classés Monument National par l’Etat, ce qui a rendu nécessaire des études plus élaborées dans les domaines de l’architecture, de l’histoire et de l’archéologie, associant dès le départ le Service des Sites et Monuments nationaux au projet. Les premières analyses ont été réalisées à la fin des années 1990 et elles ont permis de développer des solutions pour remettre en valeur le paysage architectural de la vieille ville. Le bureau d’étude ARCO Architecture company (Georges Lamesch et Philippe Poncé) a été chargé du projet de réhabilitation de l’ensemble de l’îlot A, à l’exception des immeubles hébergeant le Musée national d’Histoire et d’Art.

Le programme architectural Les anciens bâtiments de la clinique Saint-Joseph comprennent deux bâtiments situés dans la rue Wiltheim, un corps de bâtiment avec entrée faisant face à la clinique Saint-François et un bâtiment placé dans la partie arrière, avec vue sur le plateau du Kirchberg. A part le rezde-chaussée et les caves réservés à des fins commerciales, le Fonds a converti le bâtiment en immeuble de résidence.

© FRVV - photo Christof Weber

Le total de 12 appartements se répartit comme suit:

1 logement au rez-de-chaussée 4 logements au premier étage 4 logements au deuxième étage 3 logements au dernier étage Les superficies des logements varient entre 65 et 191 m2. Le projet comprend une surface totale d’environ 2600 m2. L’enjeu architectural du projet fut de convertir les anciens bâtiments transformés jadis pour le fonctionnement d’une clinique en immeuble moderne, dans le respect du patrimoine architectural. Aujourd’hui l’intérieur de l’immeuble rénové allie l’ancien au nouveau, ce qui fait son attrait et sa

beauté. Les différentes époques de construction s’y retrouvent et le patrimoine est revalorisé à travers la création architecturale contemporaine. Dans cet esprit furent aussi rénovées les façades. Elles gardent leur lisibilité, par le traitement nuancé des coloris des différentes maisons. A côté de l’ancienne clinique Saint-Joseph, le Fonds a réhabilité l’immeuble 6 rue Wiltheim, jadis occupé par les Services du Musée national d’Histoire et d’Art. .../


7/12/07

19:44

Page 21

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

21

© FRVV - photo Christof Weber

p.20-23_réhabilitation îlot A.qxd


p.20-23_réhabilitation îlot A.qxd

22

7/12/07

19:44

Page 22

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

/... S’y trouve intégré un logement triplex situé au-dessus d’un commerce. Au bout de la rue sont rénovées les maisons Esser et Wëlle Mann. Le programme architectural du Fonds prévoyait des modifications au niveau des silhouettes des fronts de rue, pour que les différentes maisons puissent mieux s’intégrer dans le tissu urbain de la vieille ville. La maison 4, rue Wiltheim se trouve maintenant coiffée d’une nouvelle toiture suivant son gabarit d’origine. La toiture située au-dessus de l’entrée principale a été modifiée au profit d’une couverture qui s’apparente à l’ancienne situation. La charpente de la maison d’angle a été restaurée et rafraîchie par une nouvelle couverture. A la volonté de rétablir l’ancienne silhouette des bâtiments, le Fonds s’est proposé de faire des choix précis sur la composition et la couleur de l’enduit des façades. Rarement lisses, les enduits à base de chaux renforcent le caractère et le charme de la maison ancienne. Entre les pigments artificiels ou naturels, le Fonds a opté pour les pigments naturels, utilisés depuis l’antiquité, qui se déclinent en différentes couleurs d’ocre et de couleur de Sienne. Les teintes des façades permettent de différencier les corps de bâtiments et de conférer ainsi une image fidèle à l’individualité des maisons de jadis, qui forment désormais qu’une seule résidence. Un jeu de couleur entre les teintes claires et

sombres s’installe par des nuances différentes et variées. La corniche et les encadrements de la maison d’angle sont peints en clair, tandis que la maison voisine a des encadrements plus foncés. La réhabilitation des façades tient à contraster avec les façades synthétiques très répandues à Luxembourg. Notons finalement que les anciennes fixations utilisées pour la suspension des fils électriques du tramway sont restaurées mais que la niche avec la statue de Saint-Joseph n’a pas été maintenue puisqu’elle avait un lien trop prononcé avec l’ancienne utilisation de l’immeuble. L’ensemble des immeubles restaurés apporte une plus value pour le quartier, qui petit à petit reprend ses lettres de noblesse et qui retrouve le charme qu’il mérite. Si le Fonds prend clairement une part active dans la revalorisation de l’architecture et de l’espace public piétonnier, dans la mesure où il est le propriétaire, l’aménagement de la voirie et la mise en place d’un mobilier urbain adéquat relèvent cependant du ressort de l’Administration de la Ville de Luxembourg.

de la maison 6, rue Wiltheim et la menuiserie de la vitrine avec petits bois du 4, rue Wiltheim ont été restaurées alors que les châssis de fenêtres sont neufs. A l’intérieur, un soin particulier est porté à la restauration des anciennes charpentes, des plafonds en bois en partie visibles et des menuiseries à conserver. Les structures des madriers et poutres, renforcées par des chapes collaborantes et laissées apparentes, apportent aux pièces une ambiance toute particulière. Les sols stabilisés sont recouverts de parquet en bois de chêne ou bien de carrelages en grès. Dans les pièces à grande valeur patrimoniale, le sol en bois est soit maintenu et restauré, soit rétabli dans le respect des techniques traditionnelles de la pose sur lambourdes. Les anciens placards en bois nobles (noyer et chêne) sont remis à leur emplacement d’origine après rénovation. Les portes anciennes rénovées sont maintenues respectivement déplacées. Les boiseries sont remises en place à leur emplacement d’origine. La restauration de la pierre de taille

LA RESTAURATION DES ÉLÉMENTS HISTORIQUES Les éléments en bois Les structures en bois à l’extérieur de l’immeuble comme les portes d’entrées du XVIIIe siècle, la corniche

A l’extérieur, les pierres des encadrements et les corniches ont été nettoyées et protégées contre les intempéries par des enduits de peinture à base minérale colorée, suivant les recommandations du Service des Sites et Monuments nationaux. A


p.20-23_réhabilitation îlot A.qxd

7/12/07

19:44

Page 23

23

© FRVV - photo Christof Weber

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

l’intérieur on les retrouve les pierres de taille au niveau des encadrements de portes, des manteaux de cheminées ou des nervures des caves médiévales. Les pierres de taille composant les anciennes cheminées remplissent aujourd’hui uniquement une fonction décorative. Après analyse des cheminées et à défaut de restes de peintures retrouvés, l’atelier spécialisé a rejointoyé les parties endommagées, nettoyé les pierres et les a repeint d’une lasure d’une couleur ocre. Les travaux ont été placés sous la supervision du Service des Sites et Monuments. Une cheminée de l’appartement du premier étage sis dans la rue Wiltheim et deux cheminées installées dans les bureaux du Conseil d’Etat dans les immeubles rénovés sont restaurées. A cette occasion, le revêtement de carreaux de Delft sur deux âtres de cheminées, datant du milieu du XVIIIe siècle, a été sorti et réintroduit sur une seule cheminée. La restauration du stuc La maison 4, rue Wiltheim et deux pièces de la maison 3, rue Sigefroi possèdent des pièces aux plafonds richement ornés qui peuvent être qualifiés d’exceptionnels. Quatre plafonds dont deux appartiennent au style Louis XIV (fin XVIIe siècle) et deux au style Louis XV (milieu XVIIIe siècle) ont été restaurés par un atelier spécialisé et avec l’accord du Service des Sites et Monuments nationaux.

Dans un premier temps l’intervention consistait à décaper les nombreuses couches de peinture au scalpel pour remettre en évidence les motifs d’origine. L’intervention est allée plus loin sur deux plafonds abimées, où ont dû être complétées les parties manquantes pour recréer l’unité d’origine du plafond. Les commerces Traditionnellement, le rez-de-chaussée des maisons bourgeoises servait à l’exploitation d’un commerce. Or, depuis la création de la clinique Saint-Joseph les locaux commerciaux de la rue Wiltheim et Sigefroi avaient disparu. Aujourd’hui la situation d’origine se retrouve rétablie. Actuellement, un commerce est déjà en activité et deux autres ouvriront fin 2007. Il s’agit du grand commerce placé à l’angle de la rue Wiltheim et à côté de la descente du Schéieschlach du petit local de commerce côté rue, qui s’étend toutefois sur plusieurs pièces à l’intérieur de l’immeuble Le parachèvement est décidé en fonction des besoins du ou des futurs locataires. Dans le choix des commerces, le Fonds prend une part active, puisque l’objectif est de contribuer d’une manière plus déterminante à la revitalisation de la vieille ville. Les commerces disposent de surfaces supplémentaires en sous-sol, qui est composé d’anciennes caves voûtes, typiques de la ville médiévale.

Le parking souterrain Besoin et confort face aux contraintes du site Toute planification d’un parking dans la vieille ville relève du défi. Les raisons sont multiples: manque d’espace libre, densité de construction et vestiges historiques. Ainsi, lorsqu’il reste des espaces libres à exploiter, ils ne sont pas toujours faciles d’accès et le parking doit souvent être creusé sous les bâtiments existants. Des mesures de stabilité et de sécurité se sont avérées indispensables. Tel est le cas du parking installé sur la parcelle de l’ancienne Clinique StJoseph. L’exiguïté du site a nécessité la prise en compte d’un système de parking particulier à savoir la réalisation d’un parking automatique avec rangement des voitures sur palettes. Les voitures accèdent par l’intermédiaire d’un ascenseur porte-voiture par une nouvelle entrée aménagée dans l’ancienne façade de la rue Sigefroi, située face à l’église SaintMichel. Le parking comprend une zone de réception et de dépôt pour le véhicule. Il est également accessible à pied à partir des logements et l’appel de la voiture pour sortir du parking peut déjà se faire dans l’ascenseur de l’immeuble. Le parking a été achevé à la fin de l’année 2005

.


p.24-25_Maisons Esser et Welle Mann.qxd

24

7/12/07

19:46

Page 24

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Logements dans les maisons Esser et Wëlle Mann Au bout de la rue Wiltheim, près de la descente vers le Pfaffenthal, une maison au pittoresque indéniable attire le regard du promeneur. Acquise initialement par l’Etat pour être intégrée dans le MNHA, la maison Esser aura finalement une autre destination. Suite à l’opération de restructuration et d’agrandissement du Musée, le Fonds a comme propriétaire des lieux jugé plus opportun de récupérer la maison Esser et la maison voisine « Wëlle Mann » pour les réaffecter au logement. L’idée de promouvoir l’habitat dans le quartier se prête en particulier pour ces endroits très bien situés, bénéficiant de tous les atouts de proximité commerciale et de vues étendues sur la verdure. Le projet d’architecte prévoit deux entités distinctes. La maison Esser, assez étroite et petite sera transformée en maison unifamiliale. La maison Wëlle Mann dispose d’une surface habitable plus importante de sorte que trois logements répartis un par étage pourront y être intégrés. La construction d’un nouvel escalier en béton s’impose afin de donner accès aux étages. Une cave sera aménagée sous une partie du rez-de-chaussée pour recevoir les locaux techniques. Cette opération a nécessité en amont la réalisation de fouilles archéologiques

.


p.24-25_Maisons Esser et Welle Mann.qxd

7/12/07

19:46

Page 25

Fonds de rĂŠnovation de la Vieille Ville

25


p.26-27_nouvelles silhouettes.qxd

26

9/12/07

13:01

Page 26

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Nouvelles silhouettes Dans le cadre de la rénovation de l’ensemble ancienne Clinique Saint-Joseph et Conseil d’Etat, le Fonds maintient, reconstitue et crée des volumes de bâtiment qui par leur aspect participent à la qualité architecturale du quartier. Ainsi a été démoli un édifice mitoyen au Conseil d’Etat pour en créer un volume sans balcon et à toiture plus raide. Les rehaussements du côté de la rue Sigefroi face à l’église millénaire sont supprimés. Les anciens volumes sont rétablis et recouverts d’une toiture à pente raide. Du côté de la place du Marché-aux-Poissons, la toiture de la maison 4, rue Wiltheim est reconstituée selon son aspect historique. Ses interventions ont été réalisées dans le respect du patrimoine architectural à intérêt historique. Les transformations s’inscrivent dans le paysage architectural, sans atteindre l’intégrité d’un édifice particulier.

Accessibilité: Le projet de revalorisation de la «corniche» entre le Conseil d’Etat et le Palais de Justice Au cours du démantèlement de la forteresse du Luxembourg dans les années 1870 et 1880, les autorités locales ont aménagé de nouvelles rues, des parcs et des promenades. Le boulevard Thorn fut jadis un fossé, une fausse-braie qui était alors transformée en rue pour relier la Montée de Clausen à la Côte d’Eich. Le mur du rempart longeant ce boulevard soutient les constructions de la rue Wiltheim et remplit un rôle statique . Si l’ac-

@ARCO architectes company


p.26-27_nouvelles silhouettes.qxd

9/12/07

13:01

Page 27

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

cès au pied du mur de cette courtine est possible, comme il s’y trouve un arrêt de bus, il a fallu attendre plus de cents ans pour que soit rétablit une promenade en haut du mur. En effet, l’ancien chemin de ronde a été supprimé au profit de jardins privés. Le

Fonds, propriétaire de l’îlot, propose en effet de rétablir un chemin piéton entre le site du Conseil d’Etat et la maison Esser, sise devant la descente du Pfaffenthal. Outre l’accès par le Schéieschlach en direction de la place du Marché-aux-Poissons est rouvert.

Le Fonds espère ainsi rendre cette partie de la ville plus accessible et plus attirante du fait qu’une belle vue s’y propose sur les faubourgs et sur les nouvelles constructions du Kirchberg

.

27


p.28-34_Conseil d'Etat.qxd

28

9/12/07

13:19

Page 28

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Nouvelles constructions Construction en entreprise générale Restructuration et transformations Entretien de bâtiments et routes

La vente en gros et au détail au professionnel et au Privé Batichimie 30, rue de l’Industrie • L-8069 Strassen Tél.: 31 61 15-1 • Fax: 31 13 09

www.batichimie.com

32, rue de l’Industrie L-8069 STRASSEN Tél.: 31 67 17 • Fax: 31 67 27• socimmo@pt.lu • mail@socimmo.lu www.socimmo.lu

Une tradition de qualité plus que centenaire 27 rue de Bragance L-1255 Luxembourg Tél.: 44 24 09-1 • Fax: 44 77 21 www.regenwetter.lu


p.28-34_Conseil d'Etat.qxd

9/12/07

13:19

Page 29

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Rénovation et agrandissement de l’Hôtel du Conseil d’Etat Implanté sur le site prestigieux de l’entrée Nord-Est de la vieille ville, le Conseil d’Etat occupait depuis décembre 1959 un bâtiment d’architecture moderne d’une superficie de 1.023 m2. A la demande de ce corps de l’Etat et avec l’accord du Conseil de Gouvernement, le Fonds de rénovation de la Vieille Ville a procédé à un réaménagement complet du bâtiment ainsi que, par l’intermédiaire d’une extension, à un dédoublement de ses surfaces. A cette fin, des parties de l’ancienne clinique Saint-Joseph ont été soit rénovées soit remplacées par de nouveaux bâtiments. L’hôtel du Conseil d’Etat a été rénové dans le respect de l’architecture en place.

Un projet en deux phases

Le projet d’architecture

Le chantier s’est déroulé en deux phases. La phase I, comprenant le projet d’extension avec les travaux de terrassement, les fouilles archéologiques, la construction d’un parking souterrain comme assise du corps d’extension et la construction proprement dite respectivement la rénovation des parties conservées.

L’extension affirme une continuité avec l’architecture existante de l’hôtel du Conseil d’Etat. Le bâtiment existant de forme trapézoïdale ordonne les espaces de façon symétrique suivant un axe longitudinal, auquel est adossée la nouvelle partie, composée d’un atrium central et de deux ailes latérales.

La phase II s’est poursuivie avec l’adaptation de l’hôtel du Conseil d’Etat dans son intégralité tout en respectant son architecture et le décor des années 50. La superficie totale du Conseil d’Etat comporte au final 2.335 m2.

L’atrium sous verrière comporte des galeries de circulation à chaque étage et relie la partie ancienne à la partie nouvelle. Elle met en évidence sur toute sa hauteur l’escalier hélicoïdal existant, d’une rare élégance, et rem-

plit l’espace de lumière. La salle plénière a été agrandie et déplacée au dernier étage. Les travaux de démolition L’intervention dans des anciens immeubles réserve toujours des surprises et dans ce cas, la présence de matières isolantes amiantées contre l’incendie en fut une de taille. Un organisme agréé a donc imposé des précautions particulières et ces travaux ont duré de mai à août 2003. Dans les parties à conserver, les cloisons et les installations techniques ont été enlevées. Du côté de la rue Sigefroi, le bâtiment de l’ancienne .../

29


p.28-34_Conseil d'Etat.qxd

30

9/12/07

13:19

Page 30

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

/... clinique a été partiellement dénoyauté. Les exhaussements des années 1930 ont été supprimés et du côté de la corniche, l’aile moderne de six étages a été démolie. Ainsi, une surface au sol de 300m2 a pu être dégagée entre la rue Sigefroi et le boulevard Thorn, réservée pour la construction d’un parking souterrain et au bâtiment d’extension du Conseil d’Etat.Les travaux de démolition des bâtiments ont été achevés en novembre 2003. Les fouilles archéologiques Depuis des années, c’est le Fonds qui se charge des travaux archéologiques dans les quartiers qu’il rénove. La démolition des bâtiments est talonnée par les travaux de terrassement. C’est ainsi qu’au fur et à mesure du déblaiement, sous l’oeil attentif de l’archéologue du Fonds, s’est révélé tout un quartier méconnu, composé de caves, de citernes et d’une rue. Un quartier de la ville médiévale se trouvait enseveli sous la cour du «Schéieschlach» et il épousait la pente naturelle. Un site englouti sous des masses de terre a fait surface et l’archéologue a pu documenter ce quartier marchand qui était lié par sa rue au faubourg et au château fort. Ce quartier disparaît avec la construction du mur de forteresse au milieu du XVIe siècle. Afin de garder en mémoire le passé médiéval et de le conserver, un levé au scanner 3 D a été réalisé. L’ensemble des fouilles archéologiques s’est déroulé entre décembre

2002 et mai 2004, soit pendant dixhuit mois. Mesures de stabilisation et terrassements A côté du programme très ambitieux d’installer un parking d’une cinquantaine d’emplacements sur un terrain exigu, la topographie et la géologie du site ont mis au défi les ingénieurs de garantir stabilité et sécurité. Par rapport aux constructions adjacentes et au mur de la forteresse, des reprises en sous-oeuvre ont été réalisées. Les terrassements allant jusqu’à une profondeur d’environ 15 mètres ont été accompagnés par la stabilisation des parois verticales, réalisées en micro-pieux et tirants d’ancrage. Afin de réduire les nuisances sonores, vu la proximité du Conseil d’Etat existant, de la clinique Saint-François et du Musée National d’Histoire et d’Art, des procédés et des plages horaires spéciaux ont été imposés jusqu’à l’achèvement des travaux en juillet 2004. De la construction à l’achèvement C’est en septembre 2004 qu’ont été coulées les premières fondations et les dalles des parties en sous-sol, qui, finies en mars 2005, ont permis de démarrer la construction hors sol des nouveaux locaux d’extension appelés phase I, destinés à héberger l’administration du Conseil d’Etat. Le gros-œuvre, clôturé en septembre 2005, comprend les ouvrages côté boulevard Thorn, une partie de l’atrium sous verrière, créant la liai-

son et la transition avec le bâtiment du Conseil d’Etat existant. Le choix d’éléments préfabriqués en béton armé a permis de rattraper le retard pris par les découvertes archéologiques et de terminer ainsi le clos et couvert en décembre 2005. Les travaux de second œuvre et les installations techniques étant terminés dans les nouveaux bâtiments, les parachèvements sont réalisés sous la régie de l’Administration des Bâtiments Publics. Ils comprennent dans la partie nouvelle la bibliothèque, la salle plénière provisoire ainsi que les bureaux complémentaires. C’est, comme convenu, en avril 2006 que l’administration du Conseil d’Etat a pu prendre possession de la nouvelle partie, en y emménageant provisoirement. Suivant un rythme soutenu pour garantir la date de livraison pour novembre 2006, les travaux se sont poursuivis avec la restructuration du bâtiment principal des années 1950. En novembre 2006, l’ensemble fut inauguré par le Ministre des Travaux Publics Monsieur Claude Wiseler avec à ses côtés Messieurs Pierre Mores, Président du Conseil d’Etat et Serge Hoffmann, Président du Fonds de Rénovation de la Vieille Ville. Respect de l’architecture des années 50 Renouer le passé au présent, tel a été le défi de ce projet. Après un examen des éléments de décor et .../


p.28-34_Conseil d'Etat.qxd

9/12/07

13:20

Page 31

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

PLAFA

s.àr.l.

Entreprise de plafonnages, faux-plafonds et façades 15, rue du Golf L-1638 Senningerberg Tél.: 34 18 18 - Fax: 34 99 54

s.à r.l.

OTIS 44 rue des Bruyères L-1274 Howald BP 1056 L-1010 Luxembourg Tél. : 49 51 71 • Fax : 49 68 31

• Déblayage et démolitions • Nettoyage de chantiers et de bâtiments • Entretien d’alentours • Location / vente de conteneurs de bureau • Vente / pose de clôtures • Location de toilettes mobiles • Location de bennes / containers

Polygone s.à r.l. 16, route de Thionville • L-2610 Luxembourg Tél. 49 20 05-1 • Fax: 40 57 61

• Rohrleitungsbau Gas • Rohrleitungsbau Wasser • Rohrleitungsbau Fernwärme • Hausinstallation Sewerin Schiltz S.àr.l. 300, Val Sainte-Croix • L-1370 Luxembourg Tél.: 00352 447670 • Fax: 00352 446167 E-Mail: sewerin@pt.lu www.sewerin-schiltz.lu

31


p.28-34_Conseil d'Etat.qxd

32

9/12/07

13:20

Page 32

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

de l’architecture existants, le Fonds a imposé la conservation de ce témoin unique et exemplaire. La pierre naturelle utilisée au niveau du soubassement, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur, offre la gamme presque complète des grés de Luxembourg issus des carrières de Gilsdorf, Ernzen, Dillingen et Born. Le foyer de l’hôtel du Conseil d’Etat constitue la pièce maîtresse avec le sol bi-chrome en travertin et marbre italiens, qui se répète également en rythme alterné au niveau de l’escalier. La volée hélicoïdale remplit l’espace avec beauté et élégance. L’éclairage prend ici toute sa part, que ce soit par les luminaires suspendus des années 1950 ou par l’architecture contemporaine qui introduit un atrium sous verre laissant transparaître la lumière à travers le bâtiment. Les alentours: l’aménagement d’une promenade Le Fonds répond, comme à d’autres endroits de la vieille ville, à sa vocation de contribuer à la revitalisation du quartier par la création d’espaces publics. Depuis l’entrée du parvis du Conseil d’Etat, l’idée retenue a été celle de poursuivre la promenade de la corniche existante portant sur les faubourgs de Clausen et Grund vers le côté Nord-Ouest dominant le faubourg de Pfaffenthal.

Quelques réactions lors de l’inauguration du bâtiment: «…Grâce à une action de restauration dans une optique de reconstruction et dans un esprit d’intégration de ses éléments dans la vie actuelle, ce vieux quartier a repris une fonction et une animation qu’il avait perdues. Cette vocation de quartier habité a une importance fondamentale dans le cadre de ce projet. La vitalité des villes vient de ses habitants et il est primordial d’associer la population aux actions menées pour préserver et animer les centres historiques. Le Conseil d’Etat est une des trois institutions publiques, avec le Palais de Justice et le Musée National, qui cohabitent actuellement avec un quartier vivant, lieu de rencontre où se mêlent richesses architecturales, ambiance, climat de civilité et vie moderne, offrant une harmonie entre dynamisme et relaxation, une qualité de vie riche en culture et loisirs au coeur d’une capitale européenne. Dans ce quartier, le bâtiment du Conseil d’Etat occupe un emplacement de choix, surplombant la vallée de l’Alzette. Le chemin de ronde le long du rempart nord, désormais ouvert au public en prolongement de la promenade de la corniche existante, offre une vue imprenable sur le faubourg du Pfaffenthal et apporte un attrait supplémentaire à ses habitants et visiteurs.

Je suis persuadé que ce quartier composé d’espaces de vie redynamisés et d’espaces de travail modernisés formeront un ensemble cohérent, attractif non seulement pour les très nombreux touristes à la recherche du Luxembourg d’antan, mais également agréable pour ceux qui y vivent et travaillent aujourd’hui.» Claude Wiseler Ministre des Travaux Publics

«…Nous assistons à la deuxième inauguration de l’Hôtel du Conseil d’Etat, après 50 ans de service. De nos temps, où la durée de vie des constructions n’excède souvent pas les 40 ans, c’est plutôt flatteur pour ce bâtiment dont l’aspect extérieur n’a pourtant rien d’exceptionnel, si ce n’est sa sobriété et sa retenue. Les véritables qualités du bâtiment se révèlent plutôt à l’intérieur, dans ses matériaux qui inspirent solidité et durabilité et dans le décor si caractéristique des années 50. Le projet d’extension s’est articulé à partir du bâtiment d’origine avec un souci évident de respecter ses caractéristiques architecturales, tout en recherchant la transition avec le bâtiment de l’ancienne clinique Saint-Joseph…» Serge Hoffmann Président du Fonds de rénovation de la Vieille Ville

.../


p.28-34_Conseil d'Etat.qxd

9/12/07

13:20

Page 33

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Zone Industrielle L-5280 Sandweiller-Scheidhof Tél.: 35 93 22-1 • Fax: 35 96 49 info@willylang.lu - langwill@pt.lu www.langwilly.lu Heures d’ouvertures: Lundi au vendredi: 8h à 12h & 13h à 17h Samedi: 9h à 11h

ITE Ingénierie Technique & Electrique S.A. 13, rue des Dahlias L-1411 Luxembourg Tél.: 26 02 00-1 • Fax: 26 02 00-20

33


p.28-34_Conseil d'Etat.qxd

34

9/12/07

13:20

Page 34

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

ancienne situation

nouvelle situation

/... «…Le résultat incontestablement très positif n’a pu être atteint que par le biais d’une coordination et collaboration exemplaires entre le Fonds de rénovation de la Vieille Ville, l’Administration des Bâtiments Publics, le Musée National d’Histoire et d’Art, le Service des Sites et Monuments Nationaux, les Services Communaux de la Ville de Luxembourg, et surtout les occupants du Conseil d’Etat, qui ont supporté environ trois années de «chambardements. Les trois phases selon lesquelles s’articule le projet global, qui inclut les logements et commerces privatifs, ont nécessité, pour permettre le désamiantage, les fouilles archéologiques, la démolition, les stabilisations, les excavations profondes dans la roche, les nouvelles constructions et la préservation et restauration poussées, une organisation hors du commun et une grande flexibilité de la part de l’archéologue, des architectes et bureaux d’études mais surtout des entreprises ayant oeuvré dans toutes les parties de l’îlot pratiquement sans interruption aucune. Toutefois, sans l’engagement extraordinaire des représentants de la coordination générale qui ont résisté à une forte pression, respectivement réussi à maintenir la motivation indispensable pour les différents corps de métiers concernés, jamais un ensemble de cette envergure n’aurait pu être réalisé dans une période de 36 mois, y inclus

18 mois de suivi archéologique, garantissant ainsi les délais et le budget prévus en même temps que le fonctionnement continu d’un des plus grands corps de l’Etat.» Walter De Toffol Maître d’ouvrage délégué

«Quelle aubaine pour le Conseil d’Etat que de pouvoir, à l’occasion de son 150e anniversaire, récupérer et occuper les locaux de son siège, rénové et agrandi grâce à l’heureuse initiative du Fonds de rénovation de la Vieille Ville, en cela encouragé et soutenu par son autorité de tutelle, le Ministre des Travaux publics. Architectes, techniciens, artisans et ouvriers ont conjugué leur art, leur talent, leur science et leur métier dans le but de traduire par une réalisation concrète ce qui au début ne fut qu’une construction de l’esprit. Leur oeuvre commune se trouve rehaussée par une série de pein-

tures, gravures et tapisseries d’une grande qualité et diversité artistiques. Que les Roger Bertemes, Marc Frising, Jeannot Lunkes, Isabelle Lutz, Françoise Maas-Meeûs, Guy Michels, François Schortgen, Nico Thurm et Raymond Weiland soient à leur tour remerciés d’avoir temporairement mis à la disposition du Conseil d’Etat un choix de leurs créations, pour partie spécialement réalisées à cet effet. Leur créativité a permis à différentes formes d’art de s’exprimer sur fond d’architecture pour donner vie à un ensemble d’une nouvelle essence. La notion de beaux-arts prend ainsi une dimension réelle pour devenir, je l’espère, une véritable source de joie et d’inspiration pour tous ceux appelés à fréquenter ce lieu où fonctionnalité rime avec esthétique. Merci à tous ceux qui, de près ou de loin, ont participé à cette entreprise particulièrement réussie.»

.

Pierre Mores Président du Conseil d’Etat


p.35_Parking.qxd

9/12/07

13:26

Page 35

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

LE PARKING

La planification du parking sur ce site étriqué, coincé entre le mur de fortification et des bâtiments à préserver, relevait du défi. Un parking traditionnel avec des rampes d'accès n'étant pas possible, la solution d'un système de parcage automatique était retenue, en raison du volume réduit dont il a besoin. A partir de la rue Sigefroi, le conducteur descend par un ascenseur dans le premier sous-sol du bâtiment et se dirige vers la plate-forme mobile qui se trouve en face. C'est là qu'il quitte son véhicule et commande via une borne électronique le parcage de sa voiture. Celle-ci est rangée automatiquement via un système de palettes dans le silo souterrain. Au retour et afin de réduire l'attente au strict minimum la voiture peut déjà être commandée pour sa sortie à partir de l'appartement. L'ensemble du système, ascenseur et parking automatique, représente un coût bien supérieur à celui d'un parking traditionnel. Afin de maintenir le coût par emplacement à un niveau raisonnable, le nombre des emplacements a été porté à 46 unités. Ceci permet au Fonds de pallier au manque d'emplacements dans l'îlot B

.

35


p.36-37_Daubenfeld.qxd

36

9/12/07

13:29

Page 36

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Interview de

Nico Daubenfeld A propos du parking de l'Hôtel du Conseil d'Etat

Architecture & Bâtiment: On vous connaît pour votre activité d'ascensoriste et on vous retrouve dans un parking mécanique, en quoi ces deux activités sont-elles complémentaires? Nico Daubenfeld: Il est vrai que les parkings mécaniques ne sont pas en principe du domaine des ascensoristes. Il y a des sociétés spécialisées dans ce domaine. Le leader technologique dans ce genre d'équipement est la société Wöhr, qui équipe les plus grands projets de par le monde, et qui est représentée au GrandDuché de Luxembourg par GT Otis depuis 30 ans! Pour répondre précisément à votre question, cette installation est unique au monde en raison des synergies entre parking mécanique et ascenseur, car nous avons intégré toutes les commandes du parking dans celles de l'ascenseur. A&B: Pourquoi avoir choisi ce type de parking? Nico Daubenfeld: L'espace réduit ne laissait pas d'autre choix. Nous avons doté le bâtiment du Conseil d'Etat d'un système de parking automatisé de la toute dernière génération. Sa capacité est de 46 voitures qui sont stockées automatiquement par le système sur des palettes comme dans un hall de stockage pour marchandises. L'utilisateur dépose sa voiture dans un garage qui semble classique, mais qui est équipé d'une palette rotative et

qui forme déjà en soi la place de parking stockée plus tard dans l'espace de stockage. Il donne au système le numéro de sa place de parking, puis la voiture est ensuite automatiquement rangée à l'emplacement le mieux adapté en subissant au préalable un examen de ses dimensions et de son poids, afin d'optimiser au maximum l'espace dans le parking. A&B: Qu'est ce que ce parking a d'unique au monde? Nico Daubenfeld: Nous avons développé, ensemble avec Wöhr, un système de commande qui permet, depuis l'ascenseur, de demander le retour de la voiture. Le grand avantage de cette intégration aux commandes des ascenseurs est que, grâce à l'efficacité et à la vitesse de débarquement des voitures, l'utilisateur qui vient de l'extérieur avec son véhicule ou qui sort de son appartement privé trouve à son arrivée dans le sous-sol sa palette de parking respectivement sa voiture déjà tournée dans le bon sens pour se garer, respectivement pour partir. Une telle intégration est unique au monde et un logiciel commun a été développé entre Wöhr et GT Otis. Le parking installé est un Parksafe 580 modifié avec l'intégrateur GT Otis. A&B: Combien de place peut-on gagner avec un tel système par rapport à un parking classique? Nico Daubenfeld: Tout dépend de la situation architecturale. Pour faire

simple, un tel système a besoin, pour un même nombre de voitures, de trois fois moins d'espace en moyenne car il permet d'épargner les chemins d'accès ainsi que toutes les installations techniques d'éclairage, de ventilation, etc. De plus, la hauteur dont on a besoin est modulée automatiquement en fonction de la taille et du poids du véhicule. On gagne donc de la place horizontalement et verticalement. Dans le cas du Conseil d'Etat, la question ne se posait même pas car il n'y avait pas la possibilité technique d'installer des parkings traditionnels. A&B: Quelles difficultés avez-vous dû surmonter? Nico Daubenfeld: Ce genre d'installation est très complexe d'un point de vue technique. Pensez que plus de 50 moteurs différents sont nécessaires pour faire fonctionner le système. Nous avons naturellement estimé nécessaire que nos techniciens connaissent jusqu'au dernier détail de cette technologie pour pouvoir garantir à long terme son entretien et les éventuels dépannages. Ainsi, ce sont nos propres techniciens qui ont réalisé le montage et la mise en service des installations sous la direction des ingénieurs de Wöhr. Aujourd'hui, nous pouvons affirmer que GT Otis est capable d'intervenir pour n'importe quelle prestation d'entretien sur ce genre .../ d'équipement.


p.36-37_Daubenfeld.qxd

9/12/07

13:29

Page 37

Fonds de rénovation de la Vieille Ville La planification du parking sur ce site étriqué, coincé entre le mur de fortification et des bâtiments à préserver, relevait du défi. Un parking traditionnel avec des rampes d'accès n'étant pas possible, la solution d'un système de parcage automatisé était retenue, en raison du volume réduit dont il a besoin. A partir de la rue Sigefroi, le conducteur descend avec sa voiture par un ascenseur dans le premier sous-sol du bâtiment et se dirige vers la plate-forme mobile qui se trouve en face. C'est là qu'il quitte son véhicule et qu'il reconfirme sur une borne électronique le parcage de sa voiture. Celle-ci est rangée automatiquement via un système de palettes dans le silo souterrain. Au retour et afin de réduire l'attente au strict minimum, la voiture peut déjà être commandée pour sa sortie à partir de l'ascenseur panoramique.

Opération: entrée au parking A) En tenant la clé devant le lecteur de cartes dans la colonne d’appel de l’ascenseur monte-voiture, l’embarquement est préparé. En même temps, le parking automatique est déjà en préparation au rangement du véhicule. Un signal acoustique, un texte sur le display et les feux, changeant vers ROUGE, confirment la mise en marche. B) Après l’entrée dans le monte-voiture, les portes ferment et le départ est déclenché automatiquement. Le moteur doit être coupé pendant la course! C) A partir de la sortie de l’ascenseur, on accède directement au secteur d’entrée du Parking automatique. Après avoir arrêté le véhicule sur la palette rotative, le moteur doit être coupé, le frein à main tiré, les portes et le coffre du véhicule fermés. Incliner les rétroviseurs extérieurs, rentrer l’antenne. Le véhicule est alors rangé à son meilleur emplacement, ceci après mesurage complet des dimensions extérieures par scanner. D) Après le déchargement du véhicule et la sortie de toutes les personnes du secteur d’entrée du parking, l’embarquement du véhicule est confirmé à l’unité centrale de commande. Le véhicule est automatiquement stationné.

/... A&B: Que se passe-t-il en cas de panne? Nico Daubenfeld: Ce genre de système est très sensible du point de vue entretien et dépannage éventuel car il ne faut en aucun cas que les utilisateurs n'aient plus accès à leur véhicule. Pour cela, nous avons des contrats d'entretien qui spécifient que nous ne tra-

Opération: sortie du parking 1) L’opération de débarquement est démarrée en tenant la clé devant le lecteur de cartes de l’ascenseur panoramique de l'immeuble ou à l’unité centrale de commande et est acquittée par un signal acoustique et un texte au display. 2) Après l’arrivée du véhicule dans l’aire d’entrée du parking automatique et l’ouverture de la porte vitrée, le véhicule peut être prise en possession et déplacé devant le monte-voiture. 3) La porte de l’ascenseur ne s’ouvre qu’après les deux capteurs optiques fixés au plafond ont enregistré la présence d’une voiture. Le véhicule peut être entré dans l’ascenseur. 4) Après l’entrée dans le monte-voiture, les portes se ferment et le monte-voiture monte automatiquement. Le moteur doit être coupé pendant la course! Arrivé, il ne reste que de sortir le véhicule après l’ouverture des portes automatisée.

vaillons que de nuit ou le samedi matin entre 6heures et midi. De plus, le système est relié via internet chez nous et chez Wöhr, ce qui nous permet d'avoir accès constant au cœur du système.

qui nous ont été lancés pour cette réalisation. Nous avons pu montrer l'étendue de notre savoir-faire et prouver que nous sommes capables de nous adapter à de nouveaux défis.

A&B: Quelques mots pour conclure? Nico Daubenfeld: Nous sommes fier d'avoir réussi à relever tous les défis

A&B: Monsieur Daubenfeld, nous vous remercions, de nous avoir accordé cette interview

.

37


p.38_Lucien Weiler.qxd

38

9/12/07

13:31

Page 38

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Entretien avec

Lucien Weiler Président de la Chambre des Députés

“La symbiose idéale entre l’ancien et le moderne”

Architecture & Bâtiment: Monsieur Weiler, pouvez-vous nous parler des prémices du projet de rénovation? Lucien Weiler: On a très longtemps discuté quant à la meilleure manière d’organiser le Parlement. Ces discussions ont duré près de vingt ans. Au début des années 90, nous avons décidé de maintenir la Chambre des Députés telle quelle, avec sa salle des séances plénières, dans son ancien bâtiment, à quelques mètres du Palais Grand-Ducal et des principaux ministères. Par ailleurs, il fut retenu d’affecter l’ensemble Richard/Printz à des salles de réunion des commissions parlementaires et à des bureaux pour la Présidence et le Greffe. Avec la rénovation des maisons Printz & Richard, nous avons regroupé tous nos services dans un même endroit, ce qui nous permet d’avoir une efficacité optimale. A&B: Quelles sont vos impressions en tant qu’utilisateur de ces bâtiments? Lucien Weiler: Les impressions sont très positives. Je crois qu’avec cette rénovation, nous avons trouvé une bonne symbiose entre l’ancien et le moderne. Ce bâtiment a toujours le charme de l’ancien tout en offrant toutes les commodités modernes.

Bien entendu, si nous avions construit un nouvel immeuble, il aurait été aménagé de façon plus fonctionnelle, mais il n’aurait ni le cachet de celui-ci, ni son emplacement.

Grand-Ducal et non loin des ministères est également symbolique d’un pouvoir groupé et uni. La «vieille ville» a été le berceau de l’Etat et le centre de la vie politique.

A&B: On peut dire que ce bâtiment est symbolique?

A&B: Nous voyons bien les éléments anciens qui ont été conservés, mais quels sont les éléments les plus modernes?

Lucien Weiler: Oui, et à plusieurs niveaux. Nous avions les contraintes liées au PAG de la Ville de Luxembourg et un intérêt évident à conserver des éléments des maisons du 17ème siècle. Nous avons de façon symbolique, avec ce bâtiment, fait le lien entre notre passé, qui a d’ailleurs commencé dans ce quartier, et un présent dans lequel nous construisons l’avenir tous les jours. L’emplacement à côté du Palais

Lucien Weiler: Ce bâtiment n’abrite pas uniquement l’administration mais aussi les salles de réunion des commissions. Ces salles sont ultra modernes, elles comprennent des cabines de traduction ainsi qu’un équipement audiovisuel dernier cri. Comme je l’ai dit précédemment, nous avons, à mon avis, réussi à synthétiser modernité et tradition

.


p.39-53_chambre des Députés_OK.qxd

9/12/07

13:34

Page 39

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Chambre des Députés Transformation des maisons Printz & Richard à Luxembourg

Un bâtiment destiné à abriter la Chambre des Députés est par essence emblématique. En plus de permettre à ses utilisateurs de travailler dans de bonnes conditions, un tel bâtiment a une fonction représentative. Situé juste à côté du Palais Grand-Ducal et non loin des ministères, il se doit d’être symbolique d’un pouvoir groupé et uni. Afin d’appréhender le mieux possible ce projet, nous avons rencontré l’architecte du projet, Gilbert Huyberechts, d’Architecture & Environnement. Avant de vous livrer le descriptif complet qu’il a gracieusement mis à notre disposition, nous l’interrogions quant aux difficultés de ce projet. Le premier pari était d’intégrer la modernité dans le cœur historique de la Ville de Luxembourg. Au départ, les maisons Printz & Richard étaient des maisons d’habitation. Elles avaient été transformées dans les années 50 en bureaux. C’était de petites maisons mitoyennes sans aucune communication entre elles, sur trois rues aux niveaux différents. La première difficulté a donc consisté à trouver un concept fonctionnel qui intègre ces différents éléments, en sachant qu’au préalable décision avait été prise de garder cinq bâtiments sur sept. La majorité des bâtiments à conserver était située rue de l’eau et ceux à détruire concernaient principalement la partie inférieure de la rue du marché aux poissons ainsi que la rue SaintEsprit. La solution a consisté à créer une sorte de rue intermédiaire cou-

verte par une espèce de verrière et qui distribue les fonctions. Au niveau technique, l’une des principale difficulté a consisté à creuser un sous-sol complet sous un bâtiment à conserver. Ce fut un travail très long qui a nécessité plus de vingt phases. Ce travail très délicat a été mené de main de maître par InCA Ingénieurs Conseils Associés de Luxembourg. Tout le monde aura également remarqué la passerelle en verre structurel (c’est-à-dire que la matière participe à la stabilité de la passerelle). Elle est suspendue par des câbles de 9 mm de diamètre et a été réalisée par le bureau d’études parisien RFR. Notons que Gilbert Huyberechts et Architecture & Environnement avaient déjà réalisé l’agrandissement et la rénovation de l’hôtel de la chambre des députés. S’ils n’avaient pas conçu sur l’intérieur de l’hôtel, cette «frustration» a été réparée avec les maisons Printz & Richard, qui ont été

confiées dans leur intégralité au bureau d’architectes luxembourgeois. Voici donc un descriptif complet du projet réalisé par Architecture & Environnement Exposé des motifs Sur base des résultats d’une analyse fine de la substance bâtie des deux maisons, exigée par la Ville de Luxembourg, alors qu’elles sont situées dans le secteur protégé de la Vieille Ville, et suite à l’accord unanime des cinq groupes parlementaires issus des élections législatives de juin 1994 .../

39


p.39-53_chambre des Députés_OK.qxd

40

9/12/07

13:34

Page 40

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

/... de maintenir la salle plénière dans l’actuel bâtiment principal, au lieu historique du Marché-auxHerbes, la Chambre des Députés avait demandé au Gouvernement de revenir sur son premier projet et de faire affecter désormais l’ensemble Richard/Printz essentiellement à des salles de réunion des Commissions parlementaires et à des bureaux pour la Présidence, le Greffe et les Groupes parlementaires. C’est ainsi que les deux ailes de la maison Printz, situées

au coin de la rue de l’Eau et du Marché-aux-Herbes, de même que la majeure partie de la maison Richard n’ont pas été démolies, mais restaurées et reliées à l’Hôtel de la Chambre des Députés par une passerelle au niveau du premier étage. Tandis que l’immeuble premier de la Chambre des Députés, a été réservé à la partie officielle et aux séances publiques, les autres fonctions (salles de réunion des commissions, bureaux de la Présidence et du Greffe, biblio-

thèque, salles de lecture, archives, bar/restaurant, imprimerie, locaux techniques) sont donc intégrées dans les maisons Printz et Richard. Comme lors des travaux de gros œuvre, il avait été constaté que la qualité de la construction ne permettait pas de maintenir en place la charpente de la toiture et les planchers en bois du premier étage. D’importants ouvrages en béton armé ont dû être réalisés pour assurer la stabilité.


p.39-53_chambre des Députés_OK.qxd

9/12/07

13:34

Page 41

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

l’extérieur qu’à l’intérieur. La façade sur rue a perdu en finesse car une partie de la modénature ancienne a été effacée et recouverte par des réfections d’enduits et des ravalements successifs. La composition de la façade n’était plus très équilibrée et se trouvait abâtardie. La maison Printz est constituée de deux bâtiments accolés datés de 1634. La volumétrie n’a pas changé, mais les façades et les intérieurs ont été remaniés au cours des années.

Par ailleurs, les agencements intérieurs ont été adaptés en fonction des exigences particulières de la Chambre des Députés, notamment en ce qui concerne la nécessité de mettre à disposition une infrastructure garantissant une retransmission des débats et manifestations qui ont lieu dans la salle de séance. Ceci a eu un impact important sur les aménagements intérieurs et plus particulièrement les décors qui ont dû être reconsidérés en tenant compte des exigences techniques très particulières et de l’aménagement d’un équipement multimédia souhaité par le Bureau de la Chambre des Députés. MAISONS PRINTZ ET RICHARD 1.

Description de la situation avant travaux

1.1.

Situations urbanistique et architecturale

Le site correspond au quadrilatère délimité par la rue de l’Eau, la rue du Marché-aux-Herbes, la rue du SaintEsprit et le quatrième côté en mitoyenneté avec le reste de l’îlot, d’une superficie de 9 a 89 ca. Le projet général d’aménagement de la Ville de Luxembourg avait classé cet îlot dans le secteur protégé de la Vieille Ville. Celui-ci demandait de

préserver et de restaurer l’aspect extérieur des constructions existantes. Dans cet objectif, une analyse fine de la substance bâtie de l’ensemble des maisons Printz et Richard avait été réalisée. Selon cette étude, le parcellaire tel qu’il ressort des volumes bâtis, mis à part les ajouts ultérieurs, se présente encore tel qu’il était à la fin du XVIIIe siècle. Suivant les relevés de 1802, aucune démolition n’a été entreprise, mais les bâtiments ont subi des ajouts de surélévation et de recouvrement de courettes intérieures, soit une densification continuelle de l’îlot. L’étude reflète la situation architecturale de l’ensemble des bâtiments repris dans le projet d’aménagement pour la Chambre des Députés. Quelques éléments principaux de cette étude sont repris ci-après. La maison Richard présente les caractéristiques stylistiques de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Néanmoins, suivant la volumétrie générale, le bâtiment a probablement subi un remaniement radical au XVIIIe siècle et l’on a réuni deux maisons accolées. A une époque plus récente, la courette centrale a été transformée en vestibule de circulation. Le bâtiment comportait encore la plupart de ses dispositions d’origine tant à

Les modifications des façades, au début du XIXe siècle et dans les années 1950, ont également abâtardi l’ensemble architectural de ces deux bâtiments. L’état actuel des deux bâtiments, formant le coin entre la rue du Marché-aux- Herbes et la rue du Saint-Esprit résulte de nombreux remaniements - dont celui de 19641965. Il ne subsiste plus d’éléments architecturaux anciens et les façades ont été complètement modifiées. L’aile jouxtant ces deux bâtiments donnant sur la rue du Saint-Esprit servait d’habitation. Elle a également été considérablement remaniée, y compris dans sa volumétrie. Les éléments visibles de son état d’origine sont les fenêtres aux 1er et 2e étages sur la rue du Saint-Esprit. Les bâtiments à l’arrière de la maison Richard donnant sur la rue du SaintEsprit datent quant à eux du XVIIIe siècle. Ceux-ci ont conservé un rezde- chaussée voûté en berceau. L’élément de la façade avec la porte cochère est la caractéristique d’une typologie ancienne dans ce secteur de la Vieille Ville. 1.2. Etat des lieux Les travaux de transformation et d’agrandissement de l’Hôtel de la Chambre des Députés, ont pour objet l’agencement des fonctions officielles et publiques tandis que les maisons Richard et Printz abritent les fonctions administratives. La liaison entre les deux bâtiments est assurée par une passerelle surplombant .../

41


p.39-53_chambre des Députés_OK.qxd

42

9/12/07

13:34

Page 42

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

/... la rue de l’Eau. L’état des bâtiments ne permettait pas l’implantation rationnelle de l’ensemble des fonctions dévolues à l’îlot Printz et le programme donné imposait un remaniement des espaces intérieurs. Ces transformations ont permis de répondre aux exigences fonctionnelles, techniques ainsi qu’aux exigences de sécurité et de circulation des personnes à mobilité réduite.

2.

Conception du nouveau projet

2.1. Conception architecturale et constructive Un des objectifs principaux du projet consiste à sauvegarder le patrimoine architectural rencontré par une restauration valorisante du cadre ancien. Le projet tient comp-

te de l’ensemble des remarques reprises dans l’analyse fine de 1995. La majeure partie des bâtiments a été restaurée dans le respect optimal de leur structure en conservant la volumétrie originale, les éléments déficients ont été reconstitués en référence à leur état en 1802 suivant les informations relevées par ladite analyse.


p.39-53_chambre des Députés_OK.qxd

9/12/07

13:34

Page 43

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Bâtiment A (Maison Richard) Les façades avant et arrière ainsi que les façades donnant dans la cour intérieure ont été restaurées et remises dans leur état initial. Les planchers en bois et plafonds existants ont été remplacés par des dalles béton. La charpente en bois a été restaurée, les pièces défectueuses réparées et la couverture renouvelée avec ajout de lucarnes pour mise en place d’un éclairage naturel dans les locaux sous toiture. Pour améliorer l’accessibilité des étages supérieurs, l’escalier en bois existant a été restauré, mis en conformité (hauteur du gardecorps) et prolongé vers les étages supérieurs. Au niveau de la sécurité, cet escalier en bois a été dédoublé par de nouveaux escaliers en béton situés dans l’ancienne maison Printz 2 (bâtiment B). Les éléments présentant une valeur artistique tels que portes, moulures, cheminées ainsi que toute autre décoration ont été conserv��s et restaurés. La terrasse vers la vallée de l’Alzette a été mise en valeur. Ce bâtiment abrite également aujourd’hui deux ascenseurs qui desservent tous les niveaux des immeubles à l’exception de la maison Printz 1 (bâtiment C).

Bâtiment C (Maison Printz 1)

Bâtiment E

La structure intérieure de ce bâtiment a été sauvegardée en majeure partie.

La démolition de la structure intérieure de ce bâtiment permet l’implantation d’une nouvelle cage d’escalier en béton et d’un nouveau noyau sanitaire. En raison d’un raccord esthétique avec les constructions voisines, le niveau de la corniche a été rehaussé. La façade ainsi que la toiture ont été restaurées et remises en leur état .../ initial.

Les planchers ont été remplacés par des dalles BA et les plafonds en staff ont été refaits. La charpente a été restaurée, une nouvelle couverture mise en place et des lucarnes ont été ajoutées. Les façades rue de l’Eau et rue du Marché-aux-Herbes ont été restaurées et remises dans leur état initial.

Bâtiment B (Maison Printz 2) Bâtiment D Vu l’état défectueux de ce bâtiment, le projet prévoyait d’importants travaux de renouvellement de la structure intérieure ainsi que la réalisation d’une nouvelle cage d’escalier en béton et d’une nouvelle toiture. Ce bâtiment abrite également un groupe sanitaire.

Ce bâtiment ne représentait aucune valeur architecturale à sauvegarder.

Les façades avant et arrière ont été restaurées et remises dans leur état initial.

Le projet proposait la démolition des constructions existantes avec reconstruction à cet endroit d’un bâtiment à caractère contemporain qui se différencie du contexte architectural tout en gardant les ratios et proportions des bâtiments anciens.

Les différents niveaux sont desservis par un ascenseur à double accès.

Le nouveau bâtiment a un revêtement de façade en pierres naturelles.

43


p.39-53_chambre des Députés_OK.qxd

44

9/12/07

13:34

Page 44

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

ainsi que la construction d’un 2e soussol pour les locaux techniques en dessous des bâtiments D, E, F et G et sous la majeure partie du bâtiment A. Toutes les façades et toitures ont été reconstituées selon des plans de l’analyse fine qui montre leur état en 1802. La reconstitution des toitures selon la volumétrie ancienne comprend en outre le rajout de lucarnes pour éclairer les locaux sous les combles. Passerelle Le projet prévoyait une liaison piétonne couverte avec l’antichambre de la salle des séances de l’Hôtel de la Chambre au niveau du 1er étage. Cette passerelle a un aspect contemporain illustré par une transparence maximale. Cette transparence assure à la passerelle un caractère de légèreté et de modestie de façon à ne pas rivaliser avec l’architecture des bâtiments anciens qu’elle relie et à s’ «effacer» vis-à-vis leur architecture. 2.1.1. Gros œuvre Installation de chantier et travaux préparatoires

/... Bâtiment F (arrière de la maison Richard) D’importants travaux de démolition intérieure ont été nécessaires afin de garantir la stabilité et de permettre la nouvelle fonction de ce bâtiment. Les façades avant et latérale ont été rehaussées et restaurées selon leur état initial L’encadrement de la porte cochère donnant sur la rue du Saint-Esprit a été restauré.

Bâtiment G La façade et l’encadrement de la porte cochère ont été restaurés. La porte même a été reconstituée suivant l’état initial. La terrasse existante a été restaurée et aménagée en terrasse jardin. Situation générale de l’ensemble des bâtiments

Etant donné l’étroitesse du site, une partie des installations de chantier (baraquements, aires de stockage,...) a été prévue en surélévation sur la rue de l’Eau. Dans les rues longeant les travaux, des trottoirs provisoires avec clôture et auvent étanche ont été aménagés. Travaux de sondages Préliminaires aux travaux de construction proprement dits, les travaux de sondage visent à évaluer l’état et les caractéristiques des murs, des planchers et des voûtes (remplissage sur voûtes), surtout dans la partie des bâtiments à restaurer. Travaux de démolition

La forme de la toiture est la même que celle du bâtiment initial au XVIIIe siècle.

Le projet prévoyait la restauration des caves voûtées existantes des bâtiments A, B et C, de la bibliothèque

Les bâtiments situés à la jonction de la rue du Marché-aux-Herbes et de la


p.39-53_chambre des Députés_OK.qxd

9/12/07

13:34

Page 45

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

rue du Saint-Esprit ont été entièrement démolis et reconstruits. Les menuiseries intérieures conservées dans l’aménagement des bâtiments telles que portes, chambranles, lambris, plinthes moulurées ont été démontées, stockées, restaurées et remises en place lors des travaux de parachèvement, ou protégées pendant la durée des travaux de gros œuvre et de fermeture des bâtiments. L’ensemble des murs et des plafonds ont été décapés après prise d’empreintes des moulures en plâtre. Les corniches en pierres existantes ont également été nettoyées et réparées ou refaites à l’identique suivant le cas. Dans les bâtiments à restaurer, les travaux de démolition comprenaient différents murs, piliers, planchers et toitures à supprimer ainsi que les voûtes à transformer. Travaux de stabilisation de la fouille Le long de la fouille à exécuter pour la construction du nouveau bâtiment D, la stabilité de la rue du Marché-auxHerbes et de la rue du Saint-Esprit ont été assurées par un voile en béton armé réalisé par phases successives et ancré dans la roche à l’aide de tirants. Afin d’étanchéiser les murs enterrés des bâtiments longeant la rue de l’Eau, on a réalisé une fouille stabilisée par un mur berlinois. Travaux de reprise en sous-œuvre, travaux de stabilisation et de rénovation des murs, planchers et voûtes L’aménagement d’un deuxième sous-sol sous les bâtiments existants imposait une reprise en sousœuvre des murs en maçonnerie de moellons par du béton armé. Aux étages de ces bâtiments, différentes reprises en sous-œuvre des murs à l’aide de profilés métalliques ont été nécessaires pour réaliser des ouvertures dans ces murs.

De plus, il était indispensable de stabiliser les pignons des bâtiments à restaurer avant de démolir les constructions adjacentes (bâtiments D et E). Comme plusieurs dalles et planchers ont été démolis à l’intérieur même des bâtiments à restaurer, les murs en maçonnerie de moellons ont dû également être stabilisés par une charpente en acier (profilés et tirants). Enfin, les planchers en bois à conserver ont été être protégés durant les travaux de gros œuvre avant d’être rénovés, nettoyés et traités à l’aide de produits fongicides et insecticides. Travaux de terrassement et de remblai Dans la partie des bâtiments à reconstruire entièrement, un terrassement général a été effectué à l’aide d’engins mécaniques (éclateurs chimiques ou hydrauliques). Sous les bâtiments existants, les terrassements dans la roche ont été réalisés au moyen de marteaux piqueurs. Sous le radier de fond, une couche d’égalisation est formée de remblais en concassés de carrière. Après réparation, les voûtes à conserver ont également été remblayées avec de l’argex en vrac. Travaux d’étanchéité, d’assainissement et de drainage Au premier sous-sol, dans la bibliothèque (bâtiment A) et dans les vestiaires (bâtiment C), les murs extérieurs sont étanchéisés par des injections en surface puisque ces

murs en moellons restent vus après restauration. Sur les murs du bâtiment G (livraison) et de la pièce des compteurs eau/gaz (bâtiment A), un mortier d’assainissement a été appliqué. Tous les autres murs enterrés extérieurs sont accessibles au moins d’un côté qui ne reste pas apparent au terme des travaux, et ils sont étanchéisés à l’aide de membranes soudées à la flamme, protégées par des membranes drainantes. Un réseau de drainage a été réalisé au pied de tous les murs extérieurs, y compris les raccordements à la canalisation existante. Plus particulièrement, la membrane d’étanchéité est appliquée du côté extérieur sur les murs enterrés dans la rue de l’Eau. Une paroi drainante de type «Porwand» protége la membrane en vue du remblayage de la fouille. L’étanchéité de la nouvelle construction (bâtiment D) est appliquée du côté intérieur sur le voile de stabilisation de la rue respectivement sur le voile de support bétonné contre la roche. Après la pose d’une membrane de protection, le mur porteur en béton armé est alors construit contre celle-ci. D’une manière analogue, l’étanchéité des murs extérieurs du deuxième soussol sous les bâtiments existants est posée contre le mur en béton de reprise en sous-œuvre et protégée par une membrane en plastique et un voile en béton armé. Finalement, des injections sont prévues dans tous les murs extérieurs existants au niveau du premier sous-sol, afin d’empêcher une ascen.../ sion d’humidité dans le mur.

45


p.39-53_chambre des Députés_OK.qxd

46

9/12/07

13:34

Page 46

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

chevronnage pour une nouvelle couverture en ardoises naturelles. Le nouveau bâtiment (bâtiment D) a une couverture en ardoises naturelles sur coque en béton. Les menuiseries extérieures sont en bois avec double vitrage. Elles ont été réalisées suivant le relevé des façades de 1802. Les fenêtres du bâtiment D sont métalliques de type mur rideau avec stores extérieurs. La porte d’entrée de la maison Richard a été restaurée et les nouvelles portes sont réalisées en bois en respectant la typologie ancienne des façades. Les façades ont été entièrement décapées et nettoyées pour permettre un nouvel enduit. Un soubassement en pierre naturelle a été prévu. La façade du bâtiment D est en pierres naturelles agrafées avec isolation. 2.1.3. Parachèvement

/... Travaux de béton armé Dans la nouvelle construction (bâtiments D et E), les fondations, dalles, escaliers, coques de toiture, piliers, poutres et divers murs porteurs sont réalisés en béton armé. Dans les bâtiments à restaurer, les murs porteurs et le radier de fond du deuxième sous-sol sont exécutés en béton armé, de même que différents escaliers, dalles, murs porteurs et poutres aux autres étages. Travaux de maçonnerie portante Les travaux de maçonnerie comprennent tant la construction de nouveaux murs porteurs que la fermeture d’ouvertures dans les murs existants. Les murs apparents sont réalisés en moellons, les murs non apparents en briques de ciment.

Travaux de charpente en bois Ces travaux comprennent la rénovation des charpentes existantes et l’échange des pièces en bois non réutilisables ainsi que le démontage des charpentes existantes et la réalisation de nouvelles charpentes apparentes pour différentes nouvelles toitures. Passerelle Une passerelle en inox permet le passage de l’Hôtel de la Chambre des Députés aux bâtiments de l’îlot Printz. 2.1.2. Fermeture des bâtiments Les charpentes des bâtiments conservés ont été restaurées, des planches en chêne ont été replacées sur les chevrons existants afin de refaire un

Les plafonds en staff ont été refaits d’après les relevés et empreintes exécutés lors des travaux préparatoires. Les cloisons en plaques de plâtre ont une finition vitrée si elles sont en contact avec des moulures au plafond et aux murs. Les ferronneries intérieures sont de style contemporain s’harmonisant avec les éléments anciens. Les planchers et parquets des maisons Printz et Richard ont été restaurés. Le hall d’entrée, les salles de lecture, la bibliothèque et les nouveaux escaliers sont revêtus de pierres naturelles. Les locaux sanitaires ont des revêtements en carrelage au sol et aux murs. Pour des exigences fonctionnelles (techniques et acoustiques), il a été prévu un faux plancher et un tapis en dalles dans le nouveau bâtiment. L’escalier de la maison Richard a été restauré et les garde-corps ont été mis en conformité avec les règlements de sécurité. L’escalier menant


p.39-53_chambre des Députés_OK.qxd

9/12/07

13:34

Page 47

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

au 3e étage a été réalisé de la même manière que l’escalier existant. Les portes et les lambris en bois ont été restaurés après démontage et remis en place ou refaits à l’identique le cas échéant. Les salles de commissions dans le nouveau bâtiment ont des lambris en bois acoustique ainsi qu’un faux plafond revêtu d’un enduit acoustique. Les portes ont été exécutées dans la même essence de bois que les lambris. Les portes des locaux techniques dans les parties non accessibles au public sont en métal peint. Les bureaux et autres locaux de fonction ont un revêtement en fibres de verre avec une peinture acrylique. Les peintures des bureaux de la Présidence ont une finition de qualité. Les terrasses et la toiture-terrasse sont agrémentées de bacs plantés.

Installations de chauffage Une centrale thermique, se composant de deux chaudières à condensation avec brûleurs au gaz, fournit l’énergie pour chauffer le bâtiment. Les locaux annexes comme toilettes, couloirs, hall d’entrée, bar, imprimerie et vestiaires sont équipés de radiateurs ou de convecteurs. Installation de conditionnement d’air dans les bureaux

2.2. Conception technique Définition des installations techniques Dans les maisons Printz et Richard, les planchers et les parquets ont été conservés, restaurés ou remplacés selon les besoins. Les locaux sont chauffés par des radiateurs ou ventilo-convecteurs et l’apport d’air neuf se fait par les fenêtres, sauf dans les locaux prévus pour un nombre plus important de personnes et les locaux sans fenêtre qui seront ventilés artificiellement. L’ensemble des locaux à usage prolongé de personnes est équipé de ventilo- convecteurs assurant une circulation d’air rafraîchi. Le nouveau bâtiment (bâtiment D) est équipé d’une ventilation rafraîchie sans traitement d’air. L’air neuf de l’extérieur est échangé pour récupérer et économiser l’énergie. Les locaux techniques sont regroupés au 2e sous-sol et au 3e étage. L’alimentation électrique de l’îlot Printz est réalisée par le poste de transformation de l’Hôtel de la Chambre. 2.2.1. Installations thermiques et sanitaires

Des ventilo-convecteurs avec batterie de chauffe et de refroidissement servent au maintien d’une température ambiante agréable dans les bureaux. Un réglage individuel par thermostat permet aux occupants de choisir la température intérieure qu’ils désirent. Le renouvellement d’air est réalisé par un apport d’air neuf naturel par les fenêtres. Ventilation réfrigérée des salles de réunion Les locaux qui recevront un plus grand nombre de personnes, comme les salles de réunion, ainsi que tous les locaux qui n’ont pas d’accès direct vers l’extérieur, comme la bibliothèque, la salle de lecture ou l’imprimerie, sont ventilés à partir de centrales de traitement d’air individuelles qui réchauffent, filtrent et refroidissent l’air neuf. Production d’eau glacée Un groupe d’eau glacée fonctionnant à l’ammoniac, produit le froid nécessaire en été pour réfrigérer les

locaux. Le groupe est placé sur la toiture plate du nouveau bâtiment. Il est relié à une tour d’eau de refroidissement fermée située sur le même niveau. Cette tour sert au dégagement de la chaleur récupérée de l’intérieur du bâtiment. Distribution de chaud et de froid A partir des centrales de production chaud et froid, l’énergie est transportée aux appareils dans les différents locaux par des tuyaux en acier noir pour l’eau chaude du chauffage et en polyéthylène pour l’eau froide du refroidissement. Régulation La technique des deux bâtiments, l’Hôtel de la Chambre des Députés et l’îlot Printz, est gérée à partir d’une gestion centralisée qui est installée dans la loge de l’huissier à l’Hôtel de la Chambre. Chaque local technique est équipé d’une sous-station, qui est reliée par câble à la centrale. Récupération et gestion d’énergie L’énergie de l’air extrait, soit du froid soit du chaud, est échangée pour chauffer ou refroidir l’air neuf aspiré de l’extérieur. Par ce système, une récupération d’énergie de plus de 60% peut être réalisée. Pour éviter un fonctionnement inutile en hiver pour le froid, ou en été pour le chaud, un contrôle des températures et humidités extérieures et intérieures, permet de profiter au maximum des disponibilités en énergie, pour une gérance des conditions avec un minimum .../

47


p.39-53_chambre des Députés_OK.qxd

48

9/12/07

13:34

Page 48

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

/... de perte. Une économie de 10% en énergie en est la conséquence.

2.2.2.Installations électriques Transformateur

Installations sanitaires et protection incendie Tous les appareils sanitaires et accessoires sont de première qualité, modèle standard. L’entrée de l’eau est pourvue d’un filtre. La production d’eau chaude est centrale et raccordée au chauffage. La température s’élève à 45° C pour le réseau général et 55° C pour la cuisine. Les évacuations des eaux usées et eaux pluviales sont conçues suivant les prescriptions de la Ville de Luxembourg. Les eaux usées de la cuisine passent par un débourbeur et séparateur de graisse.

L’îlot Printz est alimenté en électricité par le poste de transformation situé au sous-sol de l’Hôtel de la Chambre des Députés. Un câble de distribution d’énergie permet d’alimenter le tableau général basse tension de l’îlot Printz. Groupe électrogène Un groupe électrogène d’une puissance de 250 KVA est installé au 2e sous-sol de l’îlot Printz. En cas de panne du réseau moyenne tension, ce groupe de secours reprend automatiquement les charges électriques destinées à la sécurité du bâtiment et des personnes, à savoir:

Installation de cuisine Il s’agit uniquement d’une cuisine de remise en température, ce qui veut dire que les plats sont livrés finis et ensuite réchauffés sur place avant d’être servis.

- l’ensemble de l’éclairage de sécurité - les installations techniques de sécurité - la remise à 0 des ascenseurs ainsi que l’onduleur statique pour l’équipement informatique. Les autres

installations (cuisine, groupe de froid,...) ont délestées jusqu’au retour du réseau moyenne tension. Pour délester le groupe électrogène du Palais, tous les consommateurs électriques de l’Hôtel de la Chambre des Députés, alimentés en courant secouru (100 KVA), sont également raccordés au groupe de l’îlot Printz. Installation d’alimentation statique sans coupure L’ensemble des équipements informatiques est alimenté par l’alimentation statique sans coupure de l’Hôtel de la Chambre des Députés. Dans le cadre du projet de rénovation de la Chambre des Députés, cette installation de 40 KVA a été dimensionnée de façon à avoir une réserve de 20 KVA pour les besoins de l’îlot Printz. L’alimentation des éclairages de panique L’alimentation des éclairages de panique et d’orientation est assurée


p.39-53_chambre des Députés_OK.qxd

9/12/07

13:34

Page 49

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

par un système de batteries centrales. Ce système dispose d’une unité de commande et de surveillance permettant un contrôle automatique de tous les composants: - état de service du central, - état de service des batteries d’accumulateurs, - état de service des luminaires. L’autonomie du système est d’une heure. Prise de terre et installation parafoudre Une prise de terre en acier galvanisé est posée autour des fondations de l’îlot. Le tableau principal, les ascenseurs ainsi que toutes les conduites de fluide sont raccordés à cette terre. Le bâtiment est équipé d’une installation extérieure de parafoudre.

chemins de câbles situés dans les faux plafonds et de gaines de sol dans la chape. Appareillage (électrique, prises et divers) Les appareils utilisés sont du type standard et adaptés à leur environnement. Pour les locaux techniques, l’appareillage est de construction robuste possédant au minimum une protection IP 44.

Distribution Eclairage Le tableau principal basse tension est alimenté par le poste de transformation, et en cas de panne de réseau, par le groupe électrogène. Il est constitué d’armoires en tôle d’acier placées au sous-sol. A partir de ce tableau sont alimentés les différents tableaux secondaires. Les liaisons entre le tableau principal et les tableaux secondaires se font :

Le niveau d’éclairement des différentes pièces est conforme aux prescriptions de l’ITM. Afin de garantir un bon confort visuel et ainsi prévenir une fatigue des yeux, une attention particulière a été portée sur l’uniformité de l’éclairement (valeur moyenne 1:1,5). Eclairage de secours

- pour le câblage horizontal, dans des chemins à câbles; - pour le câblage vertical (dans les gaines techniques) sur des échelles à câbles. Les câbles sont dimensionnés de façon à garantir une chute de tension maximale de 1,5% pour l’éclairage et de 3% pour la force. L’ensemble des câbles utilisés est du type sans halogénure. Le câblage des installations de sécurité est réalisé de manière à garantir une continuité de fonctionnement de 30 ou 90 minutes (selon les besoins). La distribution horizontale sur les différents niveaux se fait à partir de

L’éclairage de panique et d’orientation est réalisé avec des luminaires avec pictogrammes, raccordés à une batterie d’accumulateurs centralisée qui garantit une commutation presque instantanée en cas de panne du réseau. Le câblage de l’éclairage de secours et de panique est réalisé de manière à garantir une continuité de la fonction durant une heure en cas d’incendie. Les luminaires de panique équipés de tubes fluorescents 8 W sont placés au- dessus des portes de dégagement et dans les cages d’escaliers pour baliser et signaler les chemins de fuite.

Dans la mesure du possible, le tracé des câbles d’alimentation et de commande pour l’éclairage de sécurité est choisi de façon à être séparé et protégé du feu par rapport au câblage basse tension. Dans le cas contraire, ce câble est choisi pour assurer en cas d’incendie la continuité de la fonction durant une heure, y compris dans le compartiment coupe-feu même où est situé le luminaire. La commande de l’éclairage est conçue pour fonctionner dès qu’un tableau de distribution se trouve hors tension. Dans les locaux sans éclairage naturel, l’éclairage de panique est allumé en permanence. Installation de détection incendie Le bâtiment est équipé d’une installation d’alarme incendie intégrale raccordée à l’installation de détection de l’Hôtel de la Chambre des Députés. Le central de détection avec système de gestion par microprocesseur permet de connaître l’identité du détecteur qui est déclenché et l’état général du réseau. Des détecteurs automatiques d’incendie sont placés dans tous les locaux techniques, dans les locaux de stockage, l’imprimerie, les archives, les cages d’escalier, les bureaux, les couloirs, les salles de commissions, le bar et les bureaux. Ils sont adaptés aux risques. Des poussoirs d’alerte sont placés près des armoires d’incendie et près .../ des sorties.

49


p.39-53_chambre des Députés_OK.qxd

50

9/12/07

13:35

Page 50

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

/... Des contacts de maintien sur les portes coupe-fumée sont libérés à la fermeture en cas d’alerte. Le contrôle des asservissements nécessaires en cas d’incendie est également assuré par le central - retour des ascenseurs au niveau de sortie, - contrôle des installations de ventilation. Les câbles nécessaires à l’alimentation des asservissements garantissent une continuité de la fonction durant une heure en cas d’incendie.

Installation téléphonique Une extension du central téléphonique situé dans le bâtiment actuel de la Chambre des Députés est prévue avec postes téléphoniques dans tous les bureaux, salles de commissions, etc. Câblage téléphonique et informatique Le câblage téléphonique et informatique des différentes places de travail est réalisé par un câble S/FTP (Shielded & Foiled Twisted Pair) de catégorie 5. Ce type de câble a le

grand avantage de pouvoir être utilisé pour la transmission de données informatiques ainsi que pour des transmissions téléphoniques. Chaque place de travail est équipée de 3 éléments «multifonctionnels». En fonction des besoins de l’utilisateur, chacun de ces éléments peut être équipé: - d’une prise RJ 45 pour l’informatique, - ou d’une prise RJ 11 double pour le téléphone. Alarme-intrusion Chaque accès extérieur du bâtiment est surveillé par caméra et est équi-


p.39-53_chambre des Députés_OK.qxd

9/12/07

13:35

Page 51

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

pé d’un poste vidéo-parlophone. Le poste parlophone intérieur ainsi que les moniteurs visualisant les prises de vue des caméras sont installés dans la loge portier. Les prises de vue des caméras extérieures sont enregistrées par magnétoscope de surveillance. Tous les locaux situés côté rue sont surveillés par des détecteurs de mouvement raccordés à un central de détection intrusion. Réception TV/Radio Les locaux suivants sont équipés de prises TV/radio raccordées au réseau de télédistribution: - les salles de lecture au 1er sous-sol, - les salles de commissions au rez-de-chaussée, - le bar des députés au rez-dechaussée, - le bar des députés au 1er étage, - le salon du président, - les salles de commissions au 1er étage, - les 5 salles des groupes parlementaires au 3e étage. Installation de sonorisation Les locaux énumérés ci-avant sont raccordés à l’installation de sonorisation de l’Hôtel de la Chambre des Députés. Tous ces locaux sont équipés de haut-parleurs et de tableaux de commande équipés: - d’un sélectionneur de salle (salle de séance ou parloir) et de langue,

- d’un bouton permettant de régler le volume, - d’une prise pour écouteur ainsi qu’une prise d’enregistrement.

c) Monte-charges Type: électrique Niveaux desservis: -2, -1, 0 Ascenseur sans local machines.

Un ordinateur surveille le bon fonctionnement de l’installation. En cas de panne d’un amplificateur de puissance, un amplificateur de réserve prend la relève de l’amplificateur défectueux. La panne apparaît sur l’écran de l’ordinateur de l’Hôtel de la Chambre des Députés et est imprimée sur le protocole.

d) Plate-forme pour personnes se déplaçant en chaise roulante Nombre: 1 unité pour différence de niveaux entre les différents bâtiments de l’îlot

L’installation est également utilisée pour la transmission de messages d’alarme.

f) Monte-plats Niveaux desservis: -2, -1, RDC, 1, 3.

e) Plate-forme élévatrice Nombre: 1 pour différence de niveaux dans le garage

Programme de construction Installation de traduction simultanée Les deux salles de commissions au 1er étage sont équipées d’une installation de traduction simultanée pour deux langues. L’installation comprend les sélecteurs de langue et casques d’écoutes ainsi que l’équipement pour deux cabines de traduction.

Il comprend des salles de réunions pour commissions parlementaires, des salles pour groupes parlementaires, une bibliothèque dans les caves voûtées du 1er sous-sol et un bar pour les députés. L’ensemble abritera également les différents services administratifs de la Chambre des Députés, à savoir les bureaux du secrétariat, de la comptabilité, du compte-rendu de séances, etc.

2.2.3. Installations d’ascenseurs a) Ascenseur de personnes Type: électrique Niveaux desservis: - 2, -1, RDC, 1, 2, 3 Ascenseur sans local machines. b) Ascenseur de personnes Type: électrique Niveaux desservis: -1, RDC, 1, 2 Ascenseur panoramique hydraulique Machinerie située à côté de la gaine au 2e sous-sol

Le complexe servira de siège de travail pour le Président de la Chambre des Députés ainsi que pour ses services. Outre les fonctions décrites cidessus, le projet comprendra en sous-sol tous les locaux de service et de techniques nécessaires au bon fonctionnement de l’ensemble ainsi qu’une petite imprimerie interne. Surfaces nettes des locaux Bureaux, salles de commissions et locaux annexes

.

51


p.39-53_chambre des Députés_OK.qxd

52

9/12/07

13:35

Page 52

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Kuhn Constructions S.A. Rue John L. Mac Adam L-1113 Luxembourg Tél.: 43 96 13 Fax: 43 95 15 www.kuhn-construction.lu

Beratung und Verkauf an Fachunternehmen und Architekten

BLL K+D S.A. 183, route de Thionville L-2611 Howald Tél.:+352 29 21391 Fax: +352 292141 Email: bvw@pt.lu

La vente en gros et au détail au professionnel et au Privé Batichimie 30, rue de l’Industrie • L-8069 Strassen Tél.: 31 61 15-1 • Fax: 31 13 09

www.batichimie.com


p.39-53_chambre des Députés_OK.qxd

9/12/07

13:35

Page 53

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

MAISON JOSY JUCKEM sàrl Une tradition de qualité plus que centenaire 27 rue de Bragance L-1255 Luxembourg Tél.: 44 24 09-1 • Fax: 44 77 21 www.regenwetter.lu

Z.I. Rue de l’Industrie L-8069 STRASSEN Tél. 31 37 37 Fax 31 37 27

Torréfaction des cafés JUCA !

53


p.54-59_Fouilles Archéologiques.qxd

54

9/12/07

13:38

Page 54

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Des fouilles archéologiques qui ont révélé plus de mille ans d’histoire Par Isabelle Yegles-Becker

L’archéologie est une discipline délicate. L’une de ces difficultés est la prise en compte d’une chronologie parfois très longue, des origines du site à aujourd’hui. Comme en milieu urbain l’habitat est dense, concentré et enchevêtré, il faut savoir démêler, trier et déchiffrer les données des fouilles archéologiques. Pour les maisons Printz et Richard, situées face à la Chambre des députés, à l’angle des rues de l’Eau et du Marché-aux-Herbes, des fouilles archéologiques ont dévoilé un passé méconnu, qu’on se propose de présenter ici en détail.

La superficie de la fouille archéologique couvre environ 1000 m2, soit l’équivalent de quatre fois les dimensions de la place du Marché-auxPoissons. Elles se sont déroulées dans les caves, donc à l’abri des intempéries et avec un encadrement technique et logistique parfait. Les travaux ont été menés du 8 juillet 1998 au 30 octobre 1998 et du 23 octobre 2000 au 3 avril 2001. Ceci résume en quelque sorte les données techniques. Faut-il encore et surtout souligner que le contenu scientifique est déjà publié, par l’auteur des fouilles, Monsieur John Zimmer. Sans le recours aux plans, aux coupes stra-

Hache en schiste datant du VIe siècle avant J.C. Cette découverte relance la discussion sur l’origine millénaire de la ville.

Pot richement décoré de motifs de grenouilles, XIIIe siècle

tigraphiques, au catalogue d’objets et à l’étude archéozoologique, cet article n’aurait jamais pu se faire. La truelle à la main, l’archéologue creuse par plans horizontaux, suivant la méthode de la stratigraphie. Les profondeurs retrouvées dans l’îlot Printz-Richard pouvaient atteindre plusieurs mètres, même si les caves orientées au nord n’étaient recouvertes que d’une couche de remblai d’une dizaine de centimètres.


p.54-59_Fouilles Archéologiques.qxd

9/12/07

13:38

Page 55

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Lorsque l'on fouille une latrine, le matériel archéologique est particulièrement riche.

Le sous-sol de l’îlot présente en tout 22 pièces différentes, délimitées par la roche ou par des murs. Elles ont été étudiées individuellement. Les caves le long de la rue de l’Eau et en partie le long de la rue du Marché-auxHerbes sont creusées dans la roche même. Du côté de la rue du SaintEsprit, elles sont accessibles de plainpied, désignées comme caves en raison des voûtements et de l’obscurité des locaux. Si la fonction que l’on peut attribuer à ces caves est difficile à établir avec précision pour les époques les plus éloignées, on sait qu’elles servaient généralement pour le stockage de barriques de vin ou comme local de travail artisanal dans les époques plus récentes. Aussi dans certains caves, le pavé est conservé d’une époque où le déplacement en calèche ou à cheval fut le seul moyen de locomotion. Le pavé à dos bombé des caves s’oriente parallèlement à la rue et une rigole médiane recueille les eaux usées, respectivement .../

55


p.54-59_Fouilles Archéologiques.qxd

56

9/12/07

13:38

Page 56

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Le sous-sol de la maison Richard: la citerne arrondie en bleu, une maison sur plan carrée distante de la rue en orange, petites caves le long de la rue en jaune.

/... les déchets organiques des animaux. Elles servaient donc probablement comme écuries aux maisons de maîtres qui se trouvent du côté de la rue de l’Eau. Abris antiaériens et citernes Durant la période de la Seconde Guerre mondiale, certaines caves de la ville servaient d’abri antiaérien. Les bourgeois pouvaient s’y réfugier et des communications sont établies entre les différentes caves privées, de sorte qu’on pouvait passer d’une maison à une autre, sans devoir sortir sur la rue. Ces percements de portes sont réalisés en briques grises et parfois elles portaient des inscriptions. L’un de ces abris se trouvait dans les caves à l’angle de la rue du Marché-auxHerbes et de la rue de l’Eau. Une cavité difforme aux parois arrondies, un enduit hydrofuge de couleur rose et les marques laissées par les niveaux d’eaux, sont tant d’éléments qui permettent d’identifier une citerne d’eau. Sa capacité calculée à 76.500 litres, était impressionnante. Sans doute pouvait-elle profiter à plusieurs ménages. La ville haute ne dispose pas de source et l’eau est donc une denrée rare. Les bourgeois ont très tôt collecté l’eau de pluie qui servait aux usages domestiques courants.

C’est au cours des XVIIe et XVIIIe siècles que les citernes commencèrent à se généraliser en ville et elles se trouvent généralement sous les cours. Lors du processus de densification de la construction, les cours disparaissent et les citernes se retrouvent dans la maison. Tel pouvait être le cas pour cette grande citerne située le long de la rue de l’Eau. D’autres citernes inconnues furent retrouvées dans l’îlot Printz-Richard. Citons une citerne à l’angle de rues du Saint-Esprit et Marché-auxHerbes ainsi qu’un ensemble de trois réservoirs situés l’un derrière l’autre dans une cave de la rue du Saint-Esprit, qui pouvaient servir à l’origine de cuves de stockage en termes d’artisanat ou de vivres. Le remplissage des citernes par un matériel archéologique datant du XIVe au XIXe siècle laisse supposer leur fonction de latrines au cours des derniers siècles. L’eau joue un élément central dans la vie des bourgeois comme le démontrent les citernes. Quand on trouve des caniveaux on n’est pas surpris. Or, leur découverte est peu fréquente, et elle gagne d’importance, comme dans le cas présent, lorsqu’elle s’associe à l’habitat médiéval, encore peu étudié sur le territoire de la ville de Luxembourg.

L’habitat médiéval Les fouilles réalisées au milieu de l’îlot, sous une cour, ont permis de livrer les plus anciennes traces d’un premier lotissement de l’îlot datant du XIIe siècle. L’auteur Monsieur John Zimmer découvrait les témoins d’une habitation, par exemple un évier posé à ras le sol et une place de feu également située sur le sol et composée d’un tapis en lamelles de schiste dressées verticalement. Ce type de foyer domestique fut déjà retrouvé à plusieurs reprises dans la ville. La ville ne connaît pas encore la même densité de construction au XIIe siècle qu’aujourd’hui et de surcroît il est possible d’admettre que les habitations étaient à l’origine libres des quatre côtés et construites à quelques mètres de la rue. Cette hypothèse est vérifiée pour les cours arrière de la rue de la Boucherie. Elle s’applique aussi à l’exemple de la maison Richard. Cette maison de plan carré, évoquant les maisons tours du Moyen Age, se situe à quelques mètres de la rue. Elle était peut-être devancée par un porche d’entrée. Or, cette situation ne pouvait se maintenir que jusqu’au XVIIe siècle, lorsqu’une maison étroite en profondeur mais très large en front de rue comble l’espace si prisé en bordure de rue.


p.54-59_Fouilles Archéologiques.qxd

9/12/07

13:38

Page 57

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Citernes ou cuves situées l’une derrière l’autre, rue du Saint-Esprit

Couches de terres et objets archéologiques Qui dit couche de terre, pense d’abord au sable. Or, les couches dites «noires» donc composées de charbon de bois sont celles que l’archéologue intéresse le plus. Dans le contexte de la ville du Moyen Age, les constructions sont encore en grande partie en bois. Les incendies sont fréquents. Lorsqu’on trouve une trace d’un tel incendie, parfois il est possible de le dater, grâce aux données historiques des textes et par les objets archéologiques qui s’y trouvent. Les fouilles de l’îlot Printz-Richard ont dévoilé un moment d’incendie qui pouvait être daté au cours du XVIe siècle. Par les chroniques, nous savons qu’en 1509 un incendie ravage le quartier Saint-Michel et pas moins d’une cinquantaine d’années après, en 1554, a eu lieu l’explosion de poudre sous la toiture de l’église des Franciscains, sur l’actuelle place Guillaume.

Revenons à d’autres couches de terres. Elles sont oxydées, bruns et roux, parfois verdâtre. Il s’agit de terres décomposées d’éléments organiques. Il est très fréquent de retrouver des latrines, creusées dans la roche, si ce ne sont pas les failles naturelles des roches ou les crevasses qui renferment ce type de déchet humain ou animalier. Dans les temps passés, un service d’hygiène de rigueur n’existait pas. Il était souvent plus simple de déverser les détritus que d’entamer et d’organiser un service de nettoyage. L’homme ne semble pas avoir été sensible à la mauvaise odeur ou à l’idée de vivre au milieu d’un dépotoir. Ainsi, face à la tour Mohr de Waldt, près de l’angle des rues du Saint-Esprit et du Marché-auxHerbes, se trouvait un espace libre. Cette cour n’avait pas un sous-sol avec une citerne, mais elle contenait une latrine. Evidemment, la fouilles de latrines est une véritable mine d’or pour l’archéologue. C’est là qu’on a découvert des couches com-

prenant un abondant matériel archéologique des XVe et XVIe siècles. Signalons dans ce lot de vaisselle plusieurs cruches décorées et des pots tripodes. Cette vaisselle est très belle de facture, d’autres objets sont plutôt communs. L’étude détaillée des objets archéologiques permet de décrire l’histoire matérielle d’une population, les usages quotidiens ou encore la qualité de vie des habitants. La majorité des objets retrouvée dans l’îlot Printz-Richard peut être attribuée aux XIVe et XVe siècles. La production d’objets quotidiens comme les cruches, les assiettes, les pots, les terrines, les carreaux de poêle semble devenir plus abondante et sa diffusion paraît aussi plus facile et accessible. Si l’existence d’ateliers de production locale est possible, les formes des céramiques sont issues du répertoire des potiers rhénans. Plus rares sont les objets de l’époque romane, mais les rares découvertes dans l’îlot Printz-Richard ont .../

57


p.54-59_Fouilles Archéologiques.qxd

58

9/12/07

13:38

Page 58

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Citerne arrondie dans laquelle est aménagée une porte servant d’accès à l’abri antiaérien durant la Seconde Guerre mondiale

/... permis de rassembler un échantillonnage tout à fait représentatif des poteries du XIIe siècle. Les centres de production sont à chercher sur la Meuse et le Rhin. Les pots sont souvent munis d’un bec tubulaire, légèrement décorés par application d’une glaçure ou par un décor au peigne ou appliqué à la molette. L’objet phare, si on peut dire, constitue sans doute un pichet ovoïde à dater à partir du milieu du XIIIe siècle. D’une pâte gris claire et rouge mélangée au dégraissant, le récipient est recouvert d’une glaçure d’un ton verdâtre. Il comporte des pastilles estampées zoomorphes. Des objets similaires ont été sortis de fouilles archéologiques à Metz et on suppose une provenance messine, ce qui est significatif pour la ville de Luxembourg. Même si des études plus approfondies en cette matière font toujours défaut, on pourrait au moins avancer l’hypothèse qu’en somme les flux commerciaux de la ville de Luxembourg s’orientaient en direction des centres de production de l’Empire germanique, tandis qu’une tendance semble s’afficher au milieu du XIIIe siècle pour une

ouverture commerciale vers le royaume de France. Pour terminer les exemples d’objets, citons la découverte d’une monnaie romaine datant au tournant de notre ère et une hache protohistorique. Si pour ces objets on ne peut jamais exclure la récupération au Moyen-Age en tant qu’objet prophylactique, il est très probable que la hache soit issue du Ve ou VIe siècle avant J.C. L’emplacement de sa découverte, sur la roche dans un contexte stratigraphique de terre d’humus stérile permettrait donc de signaler une présence de l’homme à l’Age du Fer sur le territoire de la ville de Luxembourg. Cette découverte relance la discussion sur l’origine de notre ville millénaire et devrait inciter les spécialistes à être vigilants en particulier lors des chantiers urbains en zone sensible. L’archéozoologie pour la société du XIIe siècle Pour aborder la société humaine d’une époque, l’analyse d’objets en

céramique, des monnaies ou des textes apporte un certain nombre de réponses. La méthode de l’étude des ossements animaliers est de plus en plus sollicitée par l’archéologue afin de déterminer les usages en matière de découpe en boucherie ou pour recomposer le menu alimentaire des résidents d’un quartier. Ces données deviennent également pertinentes, lorsqu’on peut les comparer à d’autres sites. Pour le XIIe siècle, les ossements animaliers de l’îlot Printz, sont comparés à un autre site en ville ainsi qu’aux découvertes du site castral par Monsieur Benoît Clavel, chercheur du CNRS. Le chercheur constate une alimentation variée pour les sites de comparaison qui se caractérise de consommation de porc, de viande tendre d’agneau ou de porcelet tandis que celle du site Printz-Richard est plutôt bovine et se consacre à une consommation moins variée et composée surtout de chairs d’animaux plus âgés. En effet, la faune consommée au site Printz-Richard ne présente pas les traits caractéristiques d’un régime en milieu favorisé. Au contraire, il souligne l’aspect austère du menu des habitants de cette époque. Conclusion La population médiévale de l’îlot Printz-Richard remonte au XIIe siècle. Au départ, elle est plutôt issue d’un milieu pauvre et défavorisée. On constate les premiers changements au XIVe siècle, ce qui est confirmé par les données historiques. Le quartier émerge au XIIe siècle. Une nouvelle


p.54-59_Fouilles Archéologiques.qxd

9/12/07

13:39

Page 59

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

A gauche: les bâtiments Richard et Printz. Ils sont affectés à la Chambre des députés.

Bibliographie Le passé recomposé, catalogue d’exposition du Musée national d’Histoire et d’Art, 1999 Michel PAULY, Verfassung und politische Führungsschicht der Stadt Luxemburg im 13.-15. Jahrhundert, PSH, Luxemburg, 1992 Isabelle YEGLES-BECKER, De Fëschmaart, Description, 2002 John ZIMMER, Aux origines de la Ville de Luxembourg, 2002

place est créée, «le novum forum», la construction de l’église Saint-Nicolas est entreprise et la mise en place de l’enceinte urbaine est projetée. A cette époque d’émergence du quartier il est possible que la population de journaliers devait en nombre dépasser la classe plus fortunée et instigatrice du développement urbain. Au cours du XIVe et au XVe siècle le quartier est déjà plus densément peuplé et les textes nous apprennent que plusieurs familles échevinales y ont établi leur domicile en raison de la proximité de l’hôtel de ville, érigé probablement au XIVe siècle. L’archéologie appuie

ces faits historiques par une vaisselle plus riche comme par exemple la cruche avec les pastilles zoomorphes de Metz et les exemples de vaisselle décorée ou encore les changements dans l’alimentation carnée avec un apport plus conséquent en viande tendre comme le veau. Ces artefacts sont des indices palpables, témoins du changement du statut social de ce quartier. Au cours des XVIe et XVIIe siècles, les objets de céramiques dévoilent un milieu aisé et favorisé, ce qui est également confirmé par les données généalogiques sur les habitants du lieu

.

Sincères remerciements à Monsieur John Zimmer, qui, malgré son départ en retraite et sa passion pour le château du Crac des chevaliers en Syrie, a trouvé quelques moments pour me conseiller à propos de cet article. Crédits photographiques: IY, MNHA et SSMN (© Conny Scheel)

59


p.60-61_ilot historique - Marché aux Poissons.qxd

60

9/12/07

13:42

Page 60

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

La rénovation

de l'îlot historique au Marché-aux-Poissons

En 1997, le Fonds de rénovation de la Vieille Ville a lancé un concours international d’architectes pour la rénovation et la restructuration de cet îlot en plein centre historique, situé entre le Palais Grand-Ducal, le Palais de Justice et le Musée National d’Histoire et d’Art. C’est le concept de l’architecte Arlette Schneiders qui a été choisi par le jury. Il comporte la sauvegarde de toutes les anciennes bâtisses historiques, la création de trois cours, et la réalisation d’une nouvelle ruelle séparant le nouveau musée national d’histoire et d’art de

l’îlot des habitations. Deux des cours internes sont complètement privées, accessibles uniquement aux habitants de l’îlot et la troisième est semi-publique, abritant les entrées de différentes maisons et de la cour principale. Cette cour principale est ouverte sur la rue du Palais de Justice, ce qui permet aujourd’hui un large ensoleillement de cette dernière. La peau extérieure des nouvelles constructions est réalisée à partir des mêmes matériaux que celle des bâtiments existants, tout en se différenciant clairement par une architecture

sobre et contemporaine. A l’intérieur, le béton brut contraste avec les anciens murs crépis ou avec les nouvelles parois plâtrées. Les études approfondies ont commencé en 1998 et le début des travaux de la phase 1 en octobre 1999. Pendant cette période, la rue du Palais de Justice a complètement changé d’aspect. Les bâtiments des années 60 ont été démolis pour être remplacées. Les anciennes caves voûtées ont été maintenues pour servir de fondations aux nouvelles constructions. D’autre


p.60-61_ilot historique - Marché aux Poissons.qxd

9/12/07

13:42

Page 61

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

part, d’importants travaux ont permis d’installer un système de parkings mécanique qui abrite 19 emplacements de voitures. La maison de coin appelée «maison Zinnen» a pu être restaurée soigneusement en sauvegardant les planchers en bois, les portes et la charpente en chêne. Les planchers de la deuxième maison historique étaient trop abîmés pour être sauvegardés. Cette maison a été réaménagée en triplex, les espaces du niveau inférieur étant reliés à la structure d’origine en chêne de la toiture grâce à des ouvertures et un escalier en béton vu sur plusieurs niveaux. La petite cour triangulaire séparant ces deux maisons historiques sert de

hall d’entrée généreux à cinq appartements. Elle est couverte par une verrière et abrite un nouvel escalier en béton vu avec un garde-corps en hêtre. Le dialogue entre les matériaux comme le béton vu, le verre et les anciens murs confère une atmosphère unique à cet espace. Si la première phase de réalisation comportait des modifications importantes dans le tissu de l’îlot, la phase 2 consistait surtout dans la rénovation et la restauration des bâtiments existants. Ce projet a permis la création au centre-ville de 20 appartements et de 5 commerces

.

Arlette Schneiders Architecte dipl. ESLB

61


p.62-63_Habitations.qxd

62

9/12/07

13:44

Page 62

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Habitations

Dans un milieu urbain dense en constructions d'habitations, l'îlot B de la vieille ville de Luxembourg offrait avant 1997 un agencement architectural peu fonctionnel et une dégradation continuelle du bâti.

Les logements sont construits à neuf ou rénovés. Les décors intérieurs sont restaurés. Les façades sont rafraîchies par des enduits et des textures qui s'harmonisent au mieux avec le contexte urbain.

Avec le lancement de deux concours d'architecture en 1997 pour la restructuration du Musée national d'Histoire et d'Art et la rénovation de l'îlot d'habitation Zinnen, le Fonds a pu élaborer son projet sur l'ensemble d'un îlot, ce qui lui a permis de trouver de nouvelles solutions pour recomposer l'espace. Aujourd'hui, les projets sont devenus réalité et on constate que d'une part le Musée national d'Histoire et d'Art est agrandi et recentré sur la place du Marché-aux- Poissons et d'autre part que l'îlot d'habitation Zinnen est entièrement rénové, doté d'habitations variées et muni d'un parking souterrain.

Le projet d'habitation réalisé en deux phases

L'architecte Arlette Schneiders a créé un concept original pour intégrer les arrière-bâtiments par le moyen des cours qui deviennent des espaces de circulation.

La maison 11, rue de la Boucherie Les derniers travaux de finition dans cet îlot, réalisés en 2005, portaient sur la maison 11, rue de la Boucherie. Cette maison offre une richesse peu habituelle pour nos maisons urbaines en matière de patrimoine.

De ce fait l'ancienne typologie urbaine, où l'accès du bâtiment arrière n'était possible que par le bâtiment frontal, est remplacée par un concept plus fluide et mieux agencé.

Phase 1: Maisons A, B, C, D Chantier: 2000-2002 Phase 2: Maisons 7, 9 et 11, rue de la Boucherie Maisons E, F Chantier: 2002-2005 Réalisation: 5 commerces 23 logements 19 parkings

TRAVAUX EN 2005

Elle intègre entre autres des décors datant de la première moitié du XIXe siècle qui ont été commandités jadis

par les propriétaires de la haute bourgeoisie luxembourgeoise, à savoir la famille Pescatore. Pour ces raisons, le Fonds a concentré tous ses efforts pour que la rénovation et la restauration soient réalisées non seulement dans le respect de la conservation des éléments en place, mais aussi en vue d'en assurer leur durabilité. La maison est aujourd'hui une copropriété comportant six unités de logements et un commerce au rezde-chaussée. Ce commerce comporte une salle du côté cour qui a été restaurée avec le plus grand soin

.


p.62-63_Habitations.qxd

9/12/07

13:45

Page 63

Fonds de rĂŠnovation de la Vieille Ville

63


p.64-65_Arlette Schneiders.qxd

64

9/12/07

13:47

Page 64

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

A propos de la rénovation de l’îlot au Marché-aux-Poissons Entretien avec

Arlette Schneiders architecte

Architecture & Bâtiment: Comment avez-vous appréhendé ce projet? Arlette Schneiders: Le projet de la rénovation de l’îlot au Marché-auxPoissons était un projet urbanistique qui visait à restructurer le tissu urbain de la plus vieille partie de la ville de Luxembourg. Il convenait d’approcher ce projet avec un grand respect vis-à-vis de la structure existante.

la rue du Palais de Justice afin non seulement d’agrandir la cour, mais aussi de faire entrer la lumière dans la rue du Palais de Justice, sombre et peu accueillante jusqu’alors.

A&B: L’ambiance du quartier a radicalement changé depuis la rénovation…

Cette intervention a permis de créer un bel espace vert et calme au centre de l’îlot sur lequel s’orientent divers appartements. Ainsi, la végétation de la cour intérieure de l’îlot et des terrasses des appartements, qui s’étend vers la rue du Palais de Justice, accroche le regard dès la place «Roude Petz».

Arlette Schneiders: L’idée forte était d’ouvrir la cour intérieure de l’îlot sur

A&B: Quelle a été votre approche quant aux maisons anciennes?

Arlette Schneiders: Une rénovation est toujours plus difficile qu’une nouvelle construction, d’autant que les différents volumes étaient imbriqués les uns dans les autres et que les bâtiments étaient en mauvais état. Nous avons en majeure partie gardé les structures existantes en les renforçant, ce qui a été un grand défi pour le bureau de stabilité. Nous avions également énormément de contraintes liées par exemple à la sécurité du palais de justice, aux difficultés d’accès, etc. Cela dit, je pense que plus il y a contraintes, plus un projet a chance de réussite, car le fait devoir constamment s’adapter

de de de et


p.64-65_Arlette Schneiders.qxd

9/12/07

13:47

Page 65

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

trouver des solutions force à être innovant et à penser différemment.

A&B: Quels sont, pour conclure, vos projets en cours?

A&B: Et en ce qui concerne les nouvelles constructions?

Arlette Schneiders: Nous venons de terminer la rénovation de l’ancienne fonderie à Eich en avril et nous travaillons actuellement à la rénovation des anciens vestiaires des Hauts Fourneaux sur les friches de Belval. Au niveau des nouvelles constructions, nous avons réalisé le bâtiment «Plaza» au boulevard Grande-Duches-

Arlette Schneiders: Les nouvelles constructions présentent une architecture contemporaine qui cherche non pas l’opposition mais l’intégration dans un contexte urbain historique.

se Charlotte à Luxembourg, et travaillons actuellement sur deux bâtiments administratifs au Kirchberg. En ce qui concerne le domaine scolaire, nous avons réalisé l’école primaire et préscolaire d’Eich-Mühlenbach et l’année prochaine nous commencerons la construction du lycée technique pour professions de santé à Bonnevoie. Pour finir, nous travaillons sur divers projets résidentiels, notamment sur les friches de Belval

.

65


p.66-67_Directoire.qxd

66

9/12/07

13:49

Page 66

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Rénovation de la salle «Directoire» 11, rue de la Boucherie

Une pièce exceptionnelle au décor unique dans la ville de Luxembourg a été restaurée par une équipe spécialisée au cours de l’année 2005. La boiserie date du début du XIXe siècle mais elle fut introduite dans la maison à une date ultérieure, vraisemblablement au cours du XIXe siècle, par les propriétaires qui n’étaient d’autres que la famille Pescatore.

Le décor Le décor se développe sur tous les murs, dissimulant par delà même les portes d’entrées. La boiserie en basrelief est subdivisée en trois parties. La partie essentielle du décor est formée par la partie médiane: des arcades reposant sur des piliers évoquent l’architecture antique. La partie inférieure de la boiserie est réalisée en panneaux tandis qu’une petite frise décorative en plâtre se trouve dans la partie supérieure de la boiserie. Des appliques en stuc sont posées au centre de chacune des arcades. Une couronne de laurier intègre un motif sortant du répertoire musical ou allégorique de la mythologie grecque. Des déesses ailées encadrent les arcades. La frise supérieure en plâtre comporte des motifs de rinceaux, des vases et des bestiaires ailés. Elle évoque la mode des appliques de plâtres que l’on retrouve également sur la céramique, venue d’Angleterre

et connue encore aujourd’hui sous le nom de Wedgewood. La pièce comprend à part son sol en parquet un décor de stuc au plafond. Au centre s’y trouve un médaillon au motif floral. Une bande enlacée de branches de rosiers parcourt le long des murs se terminant aux angles par des bouquets de fleurs. TRAVAUX DE RESTAURATION L’analyse Le Fonds a mandaté un atelier spécialisé en restauration d’œuvres d’art pour la remise en état de la salle «Directoire» sise côté cour, 11 rue de la Boucherie. Après l’analyse fine du décor, l’atelier a recréé le décor d’origine. Au départ, le décor présentait une surépaisseur de couches de pein-

tures qui empâtaient le détail des reliefs. Plusieurs panneaux étaient fendus, quelques portes de placards ne se fermaient plus et une dizaine d’éléments en stucs étaient brisés. Des sondages ont été réalisés afin de déterminer la succession de couches de peintures apposées sur les boiseries et pour déterminer la composition des reliefs. La couche la plus ancienne était composée d’une peinture à l’huile à base de céruse (blanc de plomb). Le panneau était dans une teinte plus claire que les pilastres. Les baguettes horizontales étaient recouvertes d’une couche de peinture dorée. La composition des stucs est très fragile et sensible à l’humidité car elle se compose simplement de chaux et d’argile recouverts d’une fine couche de gypse. Les stucs présentaient des traces de feuilles d’or sur assiette jaune. Les stucs de la frise n’étaient pas dorés à l’origine.


p.66-67_Directoire.qxd

9/12/07

13:49

Page 67

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Les interventions du restaurateur L’analyse du décor permet au restaurateur de recomposer le décor historique. Afin de redonner une lisibilité à l’ensemble, le restaurateur a commencé par nettoyer la boiserie à la brosse douce, puis il a allégé les couches picturales existantes. Des prises d’empreintes ont été réalisées pour pouvoir réaliser par mou-

lage des décors manquants ou abîmés. Les éléments ont été fixés avec la résine acrylique. Les lacunes et trous ont été fermés par masticage. Aujourd’hui, une peinture mate à base d’huile recouvre les boiseries. Les stucs d’origine dorés ont été recouverts d’une couche préparatoire jaune avant l’application de la feuille d’or jaune à 24 carats. Le stuc au plafond est restauré avec une peinture dite bronzine.

La salle est peinte dans des teintes grises et la frise supérieure est restée en blanc respectant au mieux le décor tel qu’il fut à l’origine. La feuille d’or a été réintroduite pour rendre le décor plus lumineux. La belle pièce de réception de la famille bourgeoise des Pescatore retrouve ainsi tout son éclat et fait désormais partie du patrimoine collectif

.

Isabelle Yegles

67


p.68-69_Les travaux de finition.qxd

68

9/12/07

13:54

Page 68

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Renouveau d'un quartier

Les enduits de façade ocre et beige, teintés dans la masse, des maisons rénovées rue de la Boucherie contrastent avec la cour privative qui affiche un blanc lumineux conjugué à la couleur bleue des menuiseries. La tradition de l’ardoise naturelle a été maintenue en ce qui concerne les toitures, le sol de l’espace public est revêtu de granit gris et de pierre bleue. Pour les aménagements intérieurs, l’architecte a veillé à conjuguer le patrimoine architectural existant avec des matériaux nouveaux et des interventions contemporaines comme les garde-corps des escaliers. Le revêtement de sol des maisons rénovées est en parquet en bois de chêne posé sur lambourdes; les nouvelles constructions présentent des matériaux plus contemporains comme la pierre bleue

.

photos Tom Lucas


p.68-69_Les travaux de finition.qxd

9/12/07

13:54

Page 69

Fonds de rĂŠnovation de la Vieille Ville

69


p.70-73_Gelle Klack.qxd

70

9/12/07

14:00

Page 70

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

La Maison Gëlle Klack Transformation en établissement hôtelier

1. Caractéristiques du projet La maison Gëlle Klack occupe une position privilégiée car elle donne sur la place du Marché-aux-Poissons. Constituée au fil des siècles, elle présente plusieurs bâtiments de styles différents. Son agencement intérieur se caractérise par des niveaux décalés organisés autour d'un bel escalier en colimaçon. Après des études de faisabilité, le comité du Fonds a retenu la transformation de l'ancienne maison de rapport en établissement hôtelier. Ce choix s'inscrit dans la politique du Fonds qui contribue à la revitalisation de la vieille ville. Le Fonds a chargé l'architecte Alain Leer des travaux de rénovation et a nommé un maître de l'ouvrage, délégué pour veiller au bon déroulement du chantier. Après l'élaboration des plans basés sur le respect de la construction ancienne et l'adaptation aux normes de sécurité en vigueur pour les établissements d'hébergement, la réalisation actuelle comprend un nombre limité de suites, dix en tout, toutes individualisées. En 2002, un exploitant a été désigné après soumission publique; la décoration et le mobilier étaient laissés à son libre choix. 2. Le programme architectural L'hôtel s'organise de la manière suivante: En entrant dans la maison Gëlle Klack côté place du Marché-aux-Poissons, on

trouve à droite la réception et à gauche la salle du petit déjeuner, accessible également par le lounge-bar. Pour des raisons de confort, un ascenseur a été aménagé dans l'hôtel ainsi qu'un nouvel escalier à deux volées. Ce dernier est indispensable par ailleurs pour des raisons de sécurité et d'évacuation de l'immeuble, l'escalier en colimaçon s'y prêtant mal. La cage d'escalier est éclairée par la lumière du jour et se trouve à proximité du palier de l'ascenseur. Les suites de l'hôtel Gëlle Klack comprennent une chambre à coucher et une pièce de séjour; les suites les plus spacieuses se trouvent au 3e étage. L'hôtel possède un espace de détente sous la charpente Renaissance restaurée. Du côté de la rue Sigefroi, l'ancien local de commerce est entièrement réaménagé et englobe désormais une partie des caves voûtées, qui jusqu'ici

servaient de dépôt. L'hôtelier envisage d'y aménager un espace lounge ce qui a trouvé l'approbation du comité du Fonds qui souhaite maintenir ce local accessible au public. Dans une deuxième cave, plus basse, ont été intégrés les sanitaires et dépôts ainsi qu'une galerie qui surplombe une cave creusée dans la roche, dont la voûte démolie au début du XXe siècle a été remplacée par une dalle en béton. Au fond de la cave se situe une ancienne citerne d'eau conservée avec ses enduits étanches de couleur rose. 3. Les travaux de rénovation Le chantier avait démarré en juin 2003 et a pu être achevé en ce qui concerne la mission du Fonds avant fin 2004, conformément aux délais prévus. Les travaux de gros oeuvre ont englobé le déblaiement de l'intérieur, la démolition de certains plan-


p.70-73_Gelle Klack.qxd

9/12/07

14:00

Page 71

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

chers et leur substitution par des planchers en béton, le renforcement des planchers maintenus en place, la reprise en sous-oeuvre de la maison, le percement d'une voûte et l'installation d'une cuve métallique pour l'ascenseur, la construction d'escaliers en béton, la construction de nouvelles maçonneries, l'assainissement mural et la réfection de l'ancienne maçonnerie, la dépose des cheminées à conserver et le remon-

tage de ces dernières, la restauration et le renforcement de la charpente Renaissance, le percement de quatre ouvertures sur la façade côté du Musée National d'Histoire et d'Art. Le second oeuvre a concerné, pour ce qui est des parties extérieures: l'installation de nouvelles menuiseries (exception faite des devantures), les travaux de restauration de la charpente, les travaux de ferblanterie, .../

71


p.70-73_Gelle Klack.qxd

72

9/12/07

14:00

Page 72

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

/... l'isolation thermique spéciale et la nouvelle couverture ainsi que le décapage partiel de la façade et l'application d'un enduit à la chaux. A l'intérieur ont été réalisés: les travaux de chauffage et de ventilation, l'installation électrique, la serrurerie, la menuiserie, l'installation des locaux sanitaires, le revêtement des sols et des murs, la peinture, l'installation de l'ascenseur. Ces travaux ont eu lieu pour l'essentiel durant l'année 2004. L'intégration des techniques a été faite avec un soin particulier. Tous les anciens conduits, les passages de dalles et les murs existants, les niches et les cavités ont été utilisés au maximum. Les tuyaux de chauffage et autres sont cachés dans des plinthes en bois faisant socle dans les niches des fenêtres. L'architecte a cherché à optimiser au mieux les différents espaces en tenant compte des éléments fonctionnels et décoratifs à respecter tels que les éléments porteurs en place, l'escalier ancien, les cheminées, les menuiseries, les éléments d'architecture et dans la mesure du possible l'emplacement des anciennes cloisons légères. Pour les salles de bain, l'architecte a évité les contrastes et proposé des couleurs beiges et brun clair rappelant celles de la pierre naturelle. Le carrelage est teinté dans la masse; le sol est foncé et les murs de couleur plus claire.

L'éclairage des chambres comme celui des salles de bains est intégré, l'éclairage mobile de lampes sur table ou sur pieds confère un éclairage ponctuel et des spots amovibles sont destinés à éclairer les tableaux. Le signe distinctif de l'hôtel Gëlle Klack est l'individualisation de ses chambres. Ainsi trouve-t-on par exemple une chambre en duplex avec mezzanine sous une charpente du XVIIIe siècle et cheminée; une autre chambre comporte une cheminée dans le salon d'entrée. Une salle de bain, qui n'a pas pu être ajourée par une fenêtre dispose d'une ancienne porte vitrée, restaurée. Chaque chambre a donc été conçue en fonction de sa spécificité architecturale. La structure interne de la maison avec ses niveaux décalés et les différentes orientations, ainsi que les murs qui ne sont jamais à l'aplomb confèrent à chaque pièce un charme différent.

Les chambres sont en outre d'un grand confort et dotées d'un équipement de qualité. Matériaux utilisés dans la rénovation Le choix des matériaux est porté sur des matériaux au caractère affirmé tels la pierre naturelle et le bois de chêne. Le métal dont l'oxydation est contrôlée apporte une note contemporaine. Revêtement des sols: Parties communes (hall, entrée): pierre bleue Chambres: bois, parquet sur lambourdes en chêne, lames droites chanfreinées Revêtement des murs: Façade extérieure: enduit à la chaux Chambres: revêtement en tissu à base de cellulose, peint en latex blanc cassé sur fond jaune Rez-de-chaussée et couloir: enduit intérieur type limousin


p.70-73_Gelle Klack.qxd

9/12/07

14:00

Page 73

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Charpente: Nettoyage et sablage léger au sable extra fin, traitement au sel, couche de peinture mate Serrurerie: Une note contemporaine est apportée par l'architecte avec la mise en place du garde-corps de l'escalier de secours. Il s'agit d'une structure portante verticale composée de tubes et de panneaux perforés. 4. Le décor historique La maison Gëlle Klack comportait des éléments intérieurs de décors fixes à conserver que le Fonds a restaurés avec soin. Les portes Les portes les plus intéressantes de la maison Gëlle Klack ont été démontées et restaurées en vue d'être réintégrées. Plusieurs portes à battant simple ont ainsi été remontées entre les chambres à coucher et les salles de bain. Une porte à double battant avec une corniche dentelée sépare la salle du petit déjeuner du lounge-bar. Les sols La pose de nouveaux sols en bois de chêne sur lambourdes s'est avérée nécessaire dans toute la maison, à l'exception du sol de l'ancienne épicerie teinté en couleur chêne foncé et maintenu dans son état d'origine. Il en est de même pour le sol de la pièce dite Louis XVI. Ce parquet au motif dit «points de Hongrie», plus connu sous le terme commun de motif en arête-de-pois-

son, a été déposé puis remis en place après les travaux. Comme plusieurs planches de ce parquet ancien présentaient des endroits fort endommagés (trous, clous nouveaux, taches, traces de brûlé, etc.), il n'a malheureusement pas été possible de le conserver intégralement. L'architecte a donc proposé un nouveau dessin du revêtement, s'apparentant au décor d'un tapis avec une partie centrale et des côtés latéraux. Dans cette configuration nouvelle, le parquet d'origine forme le centre de la pièce tandis que les bords, pour se détacher des murs et se différencier du parquet ancien, sont constitués de lames droites. Les cheminées Deux cheminées dont on ignorait l'existence ont été découvertes au cours des travaux. Elles ont été déposées puis remontées à l'endroit de leur découverte. Deux autres cheminées sont restées à leur emplacement d'origine et ont simplement été nettoyées au sablage fin. La cheminée de la pièce de style Louis XVI, composée d'un âtre en marbre rose et surmontée d'un trumeau en staff a dû être déplacée vers un autre pan de mur de la même pièce. Le travail de l'atelier de restauration Après la dépose soigneuse du staff et du parement en marbre de la pièce de style Louis XVI, un atelier spécialisé a été chargé de la restauration de l'ensemble décoratif situé au premier étage de la maison.

Une analyse du stuc a permis d'établir qu'il était composé de chaux et d'argile, qu'une fine couche de gypse seulement recouvrait les reliefs creux. Ces stucs non armés sont très fragiles et sensibles à l'humidité. Une dépose par stacco a donc été préconisée compte tenu de l'extrême fragilité du décor. Le marbre du manteau de cheminée a été nettoyé. Après polissage, les décors en marbre ont été remis en place. Les parties manquantes ont été moulées sur les éléments existants et un décor en faux-marbre a été réalisé à l'identique de l'existant. Le premier étage de l'hôtel comporte ainsi une pièce entièrement restaurée et les plus beaux éléments de la décoration fixe, la cheminée, un moulage en plâtre et l'ancien sol en parquet sont conservés. 5. La Gëlle Klack au fil des derniers 150 ans Les plus anciennes représentations de la maison Gëlle Klack ont plus de 120 ans. Si l'aspect de ce bâtiment a sensiblement changé, il faut surtout souligner la métamorphose remarquable du contexte urbain. La place du Marché-aux- Poissons est place de marché après 1762, puis comporte au cours des années 1950 un parking de taxi et un parking public. Après les fouilles archéologiques dans les années 1990 la place rétablie et arborée se transforme ensuite en parvis d'entrée du Musée national d'Histoire et d'Art

.

73


p.74-75_évolution de l'îlot B.qxd

74

9/12/07

14:07

Page 74

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Evolution de l'îlot B

Le dialogue urbain entre le musée et la place du Marché-aux-Poissons

Au fil du temps, la place offre de par les constructions avoisinantes un aspect différent. Après sa création qui résulte de la démolition du bâtiment du Conseil Provincial au milieu du XVIIIe siècle, l'îlot avoisinant n'apportait aucun attrait à cette nouvelle place. En effet, il s'y trouve un haut mur derrière lequel sortent des façades aveugles et la silhouette

d'une tour de prison, ancienne tour d'archives. Au milieu du XIXe siècle, une belle demeure bourgeoise, généreusement ajourée, est construite en retrait. Toujours est-il qu'au pied de la place se dresse simplement un mur avec une entrée et des fenêtres aveugles de forme gothique.

La situation n'a pas mieux évolué lorsqu'on supplante l'ancien jardin par le hall d'entrée du musée. L'entrée devient quasiment discrète quand il faut la chercher dans la rue Wiltheim. A la suite des travaux du Fonds, la construction d'un bâtiment le long de la place avec un gabarit iden-


p.74-75_évolution de l'îlot B.qxd

9/12/07

14:07

Page 75

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

tique aux bâtiments avoisinants, apporte une nouvelle ambiance à la place. Par une large baie vitrée, le visiteur est invité d'entrer dans le musée et ce en traversant la place du Marchéaux-Poissons mise en horizontal qui est alors parvis de musée

.

75


p.76-77_Polfer.qxd

76

9/12/07

14:09

Page 76

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Entretien avec

Michel Polfer Directeur du Musée National d’Histoire et d’Art

Architecture & Bâtiment: Pouvezvous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs? Michel Polfer: Je suis né le 9 juin 1964. J’ai suivi des études universitaires en histoire et en archéologie et je suis titulaire d’un doctorat en archéologie et d’une habilitation en histoire ancienne. Apres avoir travaillé comme professeur d’enseignement secondaire en histoire et comme professeur associé à l’Université de Luxembourg, j'ai été nommé en mars 2006 directeur du Musée National d’Histoire et d’Art. A&B: Comment appréhendez-vous votre rôle? Michel Polfer: J’ai à assumer un double rôle, à la fois coordinateur d’une équipe et en même temps administrateur. Pour le moment, le travail administratif et financier prime, notamment l’établissement de budgets, la recherche de fonds, etc. Assurer les contacts extérieurs est également très important, tant au niveau des relations avec le public, qu'avec les autres institutions nationales et internationales et avec d'éventuels sponsors. Mais comme je suis également un chercheur, j’aimerais reprendre une activité scientifique dès que mon emploi du temps me le permettra.

A&B: Etes-vous toujours directement concerné par la recherche? Michel Polfer: Le musée comprend un département d’archéologie responsable de la recherche archéologique au plan national. Tout un pan de mon travail a donc directement trait au domaine scientifique pour lequel je suis qualifié en tant que chercheur. A&B: Quel est votre rôle au sein du Fonds de rénovation de la Vieille Ville? Michel Polfer: En tant que directeur du musée, je suis membre du comité directeur du Fonds de rénovation de la Vieille Ville. Je participe ainsi aux débats et décisions qui ont trait à la Vieille Ville. Le fait que le directeur du MNHA soit membre du comité directeur du fonds s’explique par l’aspect patrimonial de la mission du fonds. Tant le MNHA que le Service des Sites et Monuments ont des compétences spécifiques régulièrement sollicitées par le fonds pour des questions de détail. A&B: Comment définiriez-vous une bonne rénovation ? Michel Polfer: Il s’agit de faire vivre les gens au 21ème siècle tout en respectant le patrimoine.

A&B: Quel est votre sentiment visà-vis du bâtiment qui abrite votre musée? Michel Polfer: Par rapport à l’ancien bâtiment il n’y a aucune comparaison possible. C’est mieux à tous les niveaux, tant pour les expositions permanentes que temporaires. Notre surface d’exposition a doublée, nous permettant de réaliser des expositions de taille bien plus importante que ce dont on aurait pu rêver dans l’ancien bâtiment. Notre nouvelle infrastructure est également mieux en termes d’éclairage, de climatisation, etc. Au niveau des visiteurs, le feedback positif dépasse les 90%. A&B: Quel avantage tirez-vous à être membre du comité de direction du Fonds? Michel Polfer: C’est intéressant à plusieurs égards. D’abord cela permet de résoudre certains problèmes relatifs à notre bâtiment plus facilement. Il faut savoir que le Musée, c'est-àdire l’Etat, est locataire d’un bâtiment pour lequel il ne paie pas de loyer, ce qui peut parfois entraîner certaines imprécisions quant à savoir qui paie quoi. A ce niveau, il est important que le directeur du Musée soit aussi membre du comité directeur du Fonds de rénovation de la Vieille Ville, car cela permet de trouver plus facilement des solutions à


p.76-77_Polfer.qxd

9/12/07

14:09

Page 77

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

de petits problèmes. Ensuite c'est enrichissant sur le plan professionnel car cela permet d'apporter au travail du Fonds le knowhow des archéologues et des historiens du musée. Enfin c'est une expérience agréable sur le plan des contacts humains.

A&B: Quelques mots pour conclure? Michel Polfer: Travailler avec le Fonds de rénovation de la Vieille Ville est une expérience agréable et enrichissante à tous les niveaux. C’est une rencontre avec des gens

de différents métiers: architectes, ingénieurs, urbanistes, historiens etc. Jusqu’ici, on a toujours réussi à trouver des solutions acceptables pour tout le monde. Les discussions se déroulent dans une atmosphère très amicale et respectueuse des missions de chacun

.

77


p.78_La mosaique de Vichten au MNHA.qxd

78

9/12/07

14:10

Page 78

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

La mosaïque gallo-romaine de Vichten est exposée au MNHA

Au printemps 1995, une trouvaille archéologique extraordinaire a bouleversé la tranquillité du petit village de Vichten, paisible localité du GrandDuché, située à une vingtaine de kilomètres d’Arlon. Une mosaïque gallo-romaine aux neuf muses, véritable trésor datant du milieu du troisième siècle après JésusChrist a été découverte. La trouvaille dépassa largement tou-tes les espérances: en parfait état, la mosaïque figure le revêtement au sol d’une salle de réception. Elle couvre une superficie d’environ 60 m2. Mise à jour en avril 1995, elle a été exposée d'abord à Vichten, puis transportée au Rheinisches Landesmueum de Trèves pour y être restaurée, restauration qui s’est poursuivie au MNHA.

© mnha- - photo Christof Weber

Elle figure à présent dans notre Musée National d'Histoire et d’Art qui lui consacre, dans sa nouvelle configuration, un espace privilégié. Selon l’archéologue Jean Krier, cette pièce magnifique est la 47ème mosaïque découverte en Europe et représentant des muses. Celle de Vichten décrit, dans son médaillon central, Homère, prince des poètes entouré de Calliope, déesse de la poésie. Huit autres muses les entourent: Polymnia (lyrisme), Erato (élégie), Terpsichore (danse avec lyre), Melpomène (tragédie) ainsi que Thalie (comédie), Urania (astrologie), Euterpe (musique) et Clio (histoire)

.


p.79-83_Musée national d'histoire et d'art.qxd

9/12/07

14:12

Page 79

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Une nouvelle image moderne et cohérente pour

le Musée National d’Histoire et d’Art Article écrit en collaboration avec Christian Bauer & Associés Architectes © christian bauer & associés architectes

Le Musée National d’Histoire et d’Art vient de faire l’objet du plus important chantier architectural de son histoire couplé à une nouvelle scénographie, en vue de lui donner une image moderne et cohérente. Cette restructuration a permis de passer de 2.100 à 4.300 m2 de surface d’exposition. Les nouvelles dispositions spatiales et la rénovation des parties existantes sont propices à un parcours muséographique limpide et dynamique, s’organisant selon une stratification chronologique verticale symbolisée par les séquences d’étages successifs.

L’atrium, pôle d’orientation du visiteur, relie les nouvelles aires d’exposition à l’ancienne partie rénovée. Trois niveaux se déploient sous la place du Marché-aux-Poissons, leur périphérie vitrée laissant apparaître par endroits l’enceinte rocheuse qui les entoure, éclairée de faisceaux rasants, en dégradé vers le bas. Le public commence sa visite au niveau -5, dans les «ténèbres» d’un passé lointain, remonte ensuite les époques au fil des étages, pour remonter finalement aux espaces clairs des derniers niveaux, prédis-

posés par leur lumière zénithale à accueillir les beaux-arts. Le parcours et la présentation s’organisent ainsi de manière linéaire et chronologique, tout en encourageant la libre déambulation du visiteur. Les salles des beaux-arts bénéficieront d’une infrastructure flexible et modulable, de sorte à s’adapter aux besoins des accrochages évolutifs et au roulement des collections. En complément, une grande salle (300m2, 5 m de hauteur) équipée de

manière à pouvoir accueillir des expositions temporaires aux scénographies les plus diverses, est logée au dernier étage du nouveau corps de bâtiment faisant face au Marchéaux-Poissons. Elle est couverte par une grande verrière translucide permettant la modulation de la lumière. Le point de vue de Christian Bauer & Associés architectes: Le concept d’urbanisme L’ancien quartier du Marché-auxPoissons se devait de garder sa .../

79


p.79-83_Musée national d'histoire et d'art.qxd

80

9/12/07

14:12

Page 80

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

/... place. Le concept du projet était d’une part de maintenir cet espace, lieu chargé d’histoire, aux dimensions et proportions harmonieuses en le réorganisant et lui donnant une nouvelle limite au nord avec sa nouvelle façade. Le nouveau Musée National d’Histoire et d’Art marque ainsi le cœur de ce quartier traditionnel. Cette place devient ainsi une interface importante au sein de ce quartier en pleine restructuration. La place se présente comme une sorte de plate-forme surélevée définissant la zone d’entrée du musée. L’idée est d’offrir une zone confortable, généreuse et noble non seulement aux utilisateurs du musée mais également à tous. Notre but était de redonner vie à ce lieu qui n’est pas uniquement une zone d’entrée d’un bâtiment public mais surtout un espace public dans la ville.

Le concept architectural Nous avons limité la démolition de l’existant au strict nécessaire. De la densification des surfaces déjà construites en résulte un volume aux formes compactes et pures. Des surfaces supplémentaires ont été aménagées sous la place du musée tout en conservant et intégrant une cave voûtée existante. La circulation verticale ainsi qu’horizontale, élément important du musée, est organisée dans une grande faille lumineuse, élément unificateur du nouveau et de l’ancien. La circulation Escaliers, rampes, ponts et un ascenseur (servant également de montecharge) se trouvent dans cette faille lumineuse, élément d’orientation visuelle.

L’entrée principale avec sa cafétéria et son shop est tournée vers l’espace public de la place. Les livraisons du musée se font via la rue Wiltheim. La zone d’entrée, les salles de conférence et de projection ainsi que les sanitaires peuvent êtres utilisés de manière indépendante sans perturber le bon fonctionnement du musée. Ces salles et espaces sont desservis par un ensemble d’escaliers et d’ascenseur séparé. Dans le bâtiment existant, des escaliers supplémentaires et un ascenseur permettent une circulation individuelle au-delà du circuit d’exposition. Le bâtiment existant Le bâtiment ancien du musée a été conservé dans sa quasi-totalité. La conception du projet a en effet per- .../


p.79-83_Musée national d'histoire et d'art.qxd

9/12/07

14:12

Page 81

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

MAISON JOSY JUCKEM SARL

Revêtements de sols en béton: • DUROCRET Industriel • Planchers monolithiques • Chapes, chapes flottantes • DUROCRET semi-poli ou poli • Restaurations planchers • Aménagement et nettoyage extérieur 1, rue Goell - Z.I. Weiergewann • L-5326 Contern Tél. 35 09 49 • Fax 35 06 68 • www.durosols.lu

Z.I. Rue de l’Industrie L-8069 STRASSEN Tél. 31 37 37 Fax 31 37 27 Torréfaction des cafés JUCA !

81


p.79-83_Musée national d'histoire et d'art.qxd

82

9/12/07

14:13

Page 82

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

/... mis des réaménagements plus ou moins importants. Le bâtiment existant a été restructuré et rendu verticalement et horizontalement plus transparent pour faciliter

l’orientation des utilisateurs. La petite cour intérieure triangulaire a reçu une toiture en verre au niveau de la corniche pour s’intégrer ainsi visuellement en tant qu’espace de déam-

bulation. En outre, la hauteur de la gaine d’ascenseur est réduite et la cheminée a été démolie. Le nouveau bâtiment Le nouveau bâtiment est un volume massif avec un revêtement de façade en pierre naturelle. Ces pierres naturelles claires qui se différencient discrètement des bâtiments voisins sont similaires à celles de la façade du palais grand-ducal et deviennent un élément d’intégration du projet dans le quartier. Le langage formellement réduit de cette façade met en valeur les façades des bâtiments anciens environnants. Au rez-dechaussée, les parties vitrées de la zone d’entrée permettent des regards orientés vers l’extérieur. La faille lumineuse a des façades et une toiture translucide avec une protection solaire en lamelles de verre fixées à l’extérieur

.

Musée national d'histoire et d'art Marché-aux-Poissons L - 2345 Luxembourg Tél. (+352) 47 93 30-214 Fax (+352) 47 93 30-271 http://www.mnha.lu


p.79-83_Musée national d'histoire et d'art.qxd

9/12/07

14:13

Page 83

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Une tradition de qualité plus que centenaire 27 rue de Bragance L-1255 Luxembourg Tél.: 44 24 09-1 • Fax: 44 77 21 www.regenwetter.lu

La vente en gros et au détail au professionnel et au Privé Batichimie 30, rue de l’Industrie • L-8069 Strassen Tél.: 31 61 15-1 • Fax: 31 13 09

www.batichimie.com

Zumtobel Lighting 177, rue de Luxembourg L-8077 Bertrange Tél.: 264 403 50 Fax : 264 403 51 e-mail : marc.closter@zumtobel.com www.zumtobel.lu

Nouvelles constructions Construction en entreprise générale Restructuration et transformations Entretien de bâtiments et routes > FLIESEN > NATURSTEIN > ESTRICH 39, rue de Macher L-5550 • Remich Tél.: 23 69 92 72 Fax: 23 69 95 39

Beratung und Verkauf an Fachunternehmen und Architekten

BLL K+D S.A. 183, route de Thionville L-2611 Howald Tél.:+352 29 21391 Fax: +352 292141 Email: bvw@pt.lu

32, rue de l’Industrie L-8069 STRASSEN Tél.: 31 67 17 • Fax: 31 67 27• socimmo@pt.lu • mail@socimmo.lu www.socimmo.lu

83


p.84-86_ilot D - concours d’architecte.qxd

84

9/12/07

14:16

Page 84

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

ILOT D CONCOURS D’ARCHITECTE Le prochain transfert des institutions judiciaires de l’actuel site dans l’îlot D vers le plateau du Saint Esprit, donne au Fonds l’occasion de procéder à une rénovation en profondeur de cet îlot et de répondre ainsi à un besoin de revitalisation de la Vieille Ville. Les bâtiments occupés par la Justice sont de moins en moins adaptés aux exigences de cette administration, en termes d’espace, de fonctionnalité et de sécurité. En outre, ce site mérite, de par sa situation particulière au sein de la ville, une affectation nouvelle et un embellissement général. En 2005, le Fonds a organisé un concours d’architectes pour la restructuration de la partie nord de l’îlot D qui lui appartient. Le premier prix a été remporté par l'atelier d'architecture Metaform.

Evolution historique Jusqu’à 1870 environ l’îlot était délimité au Nord par les remparts, se terminant par des jardins et quelques édifices militaires. La rue du Nord n’était qu’une impasse. Le démantèlement des fortifications donna lieu à l’élaboration de projets d’urbanisme de grande ampleur, telle la Place du Théâtre avec son prolongement en forme de parc s’ouvrant sur la vallée. La rue du Casino, l’actuelle côte d’Eich, fut élargie en 1913 et une nouvelle rue, dans le strict alignement de la Place du Théâtre, fut aménagée sur l’emprise des anciennes fortifications, dans la meilleure tradition du XIXe siècle. Les nouveaux terrains ainsi délimités furent mis aux enchères comme places à bâtir. La majeure partie revint à un propriétaire, A. de St Hubert, fabricant de chicorée, déjà installé sur place dans l’ancienne impasse rue du Nord (actuel restaurant Chiggeri). Il put ainsi arrondir sa propriété et en faire une seule parcelle. Sur l’autre grande parcelle de cette partie nord, propriété bourgeoise, était situé l’immeuble Neuheuser. Implanté dans la rue du Casino, ce bâtiment fut transformé en 1828 en

casino militaire avant d’y accueillir différentes associations. Il fut démoli avec la maison voisine en 1958 pour faire place à un grand bâtiment administratif.

urbain, du Moyen Age dans la partie sud jusqu’aux temps modernes voire contemporains dans la partie nord.

Ainsi, encore de nos jours, la structure parcellaire dans l’ensemble de l’îlot reflète la genèse de ce tissu

Lors des travaux exécutés dans les îlots A et B, le Fonds fut confronté à une architecture ancienne et variée

Analyse du site


p.84-86_ilot D - concours d’architecte.qxd

9/12/07

14:16

Page 85

85

© METAFORM - atelier d'architecture s.à r.l.

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

dont l’origine pouvait remonter au XVIe siècle voire au-delà. Les fouilles archéologiques accompagnant ces chantiers lui réservèrent maintes surprises. Les travaux à effectuer dans la partie nord de l’îlot D, par contre, s’annoncent de ce point de vue moins aléatoires: les maisons anciennes qui longent la rue du Nord sont toutes de la première génération et furent construites après 1880. Leur terrain d’implantation tout comme la nouvelle rue ont été aménagés à l’emplacement même des imposants remparts qui furent démolis vers 1870. Les maisons de la rue du Nord présentent une grande homogénéité en

façade et reflètent donc bien l’idée de composition urbaine qui prévaut pour l’ensemble de la Place du Théâtre. Elles ont toutes une profondeur de 10 m, des toits à deux versants avec des pentes identiques et des corniches bien alignées en dépit d’une légère déclivité de la rue. Seuls les bâtiments d’angle de part et d’autre de la Côte d’Eich adoptent le toit à la Mansart pour souligner l’entrée dans la Vieille Ville. Plus loin, au tournant de la rue du Nord, la maison de maître placée en diagonale avec sa grande toiture marque l’aboutissement de cet alignement et fait figure de belvédère au-dessus de la vallée. En contraste

avec les façades sur rue, les façades arrière restent sobres sans décoration aucune. Toutes ces maisons sont érigées au-dessus de caves voûtées et comportent un rez-de-chaussée et deux niveaux pleins. Planchers et escaliers sont exécutés en bois. Le grand bâtiment longeant la Côte d’Eich fut construit en 1958 à l’emplacement de l’ancien Casino militaire. Sa façade très moderne pour l’époque est constituée de panneaux de verre alternant avec des panneaux pleins de couleur bleu sur châssis d’aluminium. Le bâtiment se prolonge dans la cour par une construction sur un niveau en élévation qui était conçu d’origine comme salle de projection. .../


p.84-86_ilot D - concours d’architecte.qxd

86

9/12/07

14:16

Page 86

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

/... Un autre bâtiment coupe la cour en biais et a été construit dans les années 1920 pour les besoins de bureaux de l’entreprise AEG. La maison sise à l’intérieur de l’îlot à côté du complexe «am Dierfchen», affiche une façade à l’ancienne et comprend une tourelle d’escalier en saillie. Les premier et deuxième étages qui appartiennent au Fonds, abritent une salle d’audience et des bureaux occupés par les institutions judiciaires. Il s’agit d’une reconstruction datant de 1983. Enfin, il reste à mentionner un ouvrage souterrain d’origine militaire – une cave à deux niveaux, plus précisément une casemate. Elle a été construite dans la courbe du fossé de l’enceinte médiévale probablement au cours du XVIIe siècle, au moment de la création du bastion du Gouvernement. Partiellement située sous une maison privée, elle passe sous la rue du Nord pour aboutir aux deux canonnières aménagées dans la courtine et qui devaient assurer la défense de la porte «les trois Tours». Cette cave établit la jonction entre le Palais de Justice et son annexe de la rue du Nord. Son niveau supérieur sert à la conservation d’archives, le niveau inférieur étant désaffecté pour cause d’humidité.

au centre-ville. Le site s’y prête favorablement; à deux pas de l’animation de la Grand-rue, il offre le calme d’une situation en bordure de ville avec une vue superbe sur les flancs verdoyants de la vallée de l’Alzette. La restructuration permet, d’une part, de retravailler l’intérieur de l’îlot qui au fil du temps s’est encombré de volumes à visée purement fonctionnelle et, d’autre part, de repenser l’intégration du bâtiment administratif de la Côte d’Eich. Le comité-directeur du Fonds estime qu’une démolition pourrait être plus avantageuse puisque l’agencement intérieur du bâtiment se prête difficilement à une reconversion en logements.

péenne. Après une présélection sur base de dossiers le jury a retenu, parmi les 52 intéressés, 8 bureaux pour participer au concours. Phase I: En date du 17 juin 2005, le jury a sélectionné 3 projets sur base des critères suivants: intégration urbanistique et contextuelle, conception architecturale générale, accomplissement du programme et économie du projet. Phase II: En date du 19 septembre 2005, le jury procède à la sélection du lauréat sur base des mêmes critères et en tenant compte des recommandations données lors de la phase I. Composition du jury

Le projet de restructuration pourrait être mis à profit pour l’organisation d’un parking résidentiel en sous-sol, condition indispensable pour la réussite d’un programme de logements. Le concours porte également sur les maisons de la rue du Nord qui sont à rénover, dans le respect des décors existants. Afin de pouvoir offrir des possibilités d’habitat à une population diversifiée le Fonds accorde une grande importance à l’aspect économique et notamment au prix de revient des appartements.

• Serge Hoffmann, • Christian Noehl, • Fernand Otto, • Gilbert Schmit, • Jean Horger, • Christiane Steinmetzer*, membres du comité directeur et • Sonja Gengler (architecte VDL) • Vittorio Magnago Lampugnani (architecte) • Arlette Schneiders (architecte) La présidence du jury a été confiée à Monsieur Vittorio Magnago Lampugnani, architecte, professeur à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zurich.

Il demande aux concurrents d’y apporter toute leur attention lors de l’élaboration des projets.

*représentée en deuxième phase par John Voncken

Déroulement du concours

Exposition

Au cours de l’année 2005, le Fonds a lancé un concours anonyme restreint à deux degrés.

L’ensemble des projets phase I et phase II a été exposé, du 4 au 12 octobre 2005, dans les locaux des institutions judiciaires sur le site même

Le concours d’architecte Objectifs du concours Avec la réhabilitation de la partie nord de l’îlot D, le Fonds se propose de réaliser un programme qui donne priorité au logement pour contribuer au rééquilibrage de la fonction d’habitat

L’appel de candidatures a été publié au Journal Officiel de l’Union Euro-

.


p.87_Ilot C - chauffage urbain.qxd

9/12/07

14:33

Page 87

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Centrale de cogénération

Le chauffage urbain par centrale de cogénération Située dans la cave du Palais Berlaimont (Palais de Justice) et pour partie sous le jardin de celui-ci, la centrale de cogénération est destinée à alimenter en chauffage les îlots A, B, C et D. La centrale de cogénération a été mise en service en 2002. La liaison souterraine de la cogénération a été établie avec la station de distribu-

tion située sous le passage Gëlle Klack qui alimente le bâtiment du Conseil d’Etat, l’ancienne clinique St Joseph, divers immeubles du quartier, le musée folklorique, la maison Esser, le Musée National d’Histoire et d’art, les résidences de l’ilot Zinnen, le Palais de Justice, etc. La maintenance est assurée par la société LuxEnergie.

Après la réalisation des importants travaux de terrassement dans les couches rocheuses du sous-sol sous le jardin du Palais de Justice, les reprises en sous-œuvre du bâti nécessaire et la réalisation d’un cuvelage étanche complet, les travaux ont continué et ont été achevés au cours de la première moitié de l’année 2002. L’impact visuel des travaux, grâce à l’utilisation de la cheminée existante du Palais de Justice dans le quartier le plus ancien de Luxembourg, est minimal. La restitution des éléments constitutifs du revêtement de la terrasse de l’ancien Palais Berlaimont a été réalisée. C’est désormais un système d’approvisionnement en énergie propre qui alimente les travaux achevés des quatre îlots de la Vieille Ville dont le Fonds a la charge

.

87


p.88-89_palais de justice.qxd

88

9/12/07

14:31

Page 88

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Un projet signé Charles Arendt, 1886

Le Palais de Justice A partir de 1565, le prince Pierre Ernest de Mansfeld, gouverneur du Duché de Luxembourg, décide d'installer l'hôtel du gouverneur dans une maison échevinale existante, à une époque où le site du pouvoir politique, à savoir le château féodal, est en ruine. En 1604, son successeur, le gouverneur et comte Berlaymont procède à l'agrandissement de l'hôtel. Le général autrichien Bender est le dernier locataire de l'hôtel du gouvernement. Il quitte les lieux en 1795 au moment où l'administration française prend le relais de la gestion du duché de Luxembourg, qui l'intègre dans le département des Eaux et Forêts. L'administration française décide de réaffecter le bâtiment à la Justice, et d'y introduire les tribunaux français (tribunaux civils et criminels 21 octobre 1795). C'est ainsi que le bâtiment est resté à ce jour un bâtiment administratif de la justice alors que des changements eurent lieu sur le plan de la politique et de la souveraineté du pays.

L'analyse architecturale permet de tirer quelques premières conclusions sur les parties affectées et réaffectées et sur les phases de constructions. L'agrandissement du bâtiment et les affectations jusqu'au début du XIXe siècle: Le bâtiment en forme de T est une construction de représentation comprenant en son noyau une construction initiale datant d'avant 1565, érigée par Nicolas Greisch, écuyer du souverain et échevin de la ville, puis agrandie sous le gouverneur Berlaimont, suivant la mode des palais du début du XVIIe siècle. Des salles en

Le palais de Justice, les Trois Tours et le jardin, vue aérienne prise en 1995

enfilade se suivent et forment de longs bâtiments avec des façades généreusement ajourées. A l'intérieur les pièces de réception sont spacieuses et possèdent de très belles hauteurs. Les intérieurs sont richement décorés avec des tapisseries suspendues aux murs, des sols en bois, des plafonds en caissons de bois et des cheminées. Au moment de l'affectation du bâtiment en Palais de Justice, le plan du bâtiment semble être parfaitement adapté à la nouvelle fonction, puisque les grandes pièces sont conservées et transformées en salles plénières et salles d'audience.


p.88-89_palais de justice.qxd

9/12/07

14:31

Page 89

89

La façade actuelle du Palais de Justice

Les phases de constructions au XIXe siècle

Neumann est intégrée dans la propriété publique.

Deux incendies du XIXe siècle semblent être à l'origine des transformations.

En 1882, l'arcade supérieure enjambant la rue du Palais de Justice est démolie. Des projets d'agrandissement du bâtiment existants circulent depuis quelques années, mais c'est enfin au cours des années 1880 que la décision pour une reconstruction partielle est prise. En effet, une nouvelle construction monumentale de style néo-renaissance, signée par Charles Arendt est construite contre

En 1843-1845, le bâtiment longeant la rue du Palais de Justice est transformé pour accueillir la gendarmerie, comprenant des bureaux, des logements et des écuries. La maison sise à son vis-à-vis dite maison Lucas Bosch, resp. maison Van der Noot ou

les anciennes parties orientées vers la cour et la rue du Nord entre les années 1886 et 1888. Cette construction fait disparaître une partie du bâtiment longeant la rue du Palais de Justice et des bâtiments servant au dépôt de bois et aux archives construits contre la rue du Nord afin d'y aménager une grande place dégageant partiellement la nouvelle façade. A l'intérieur, ce nouveau bâtiment remplit les fonctions de vestibule et de zone de circulation, desservant les grandes salles plénières. Conclusion L'envergure du bâtiment actuel est déjà définie au cours de la première moitié du XVIIe siècle. Cependant, l'intervention de l'architecte d'Etat Arendt a rompu avec la monotonie des anciennes façades, quasiment démunies de décor, lorsqu'il crée une façade représentative avec une composition stricte et symétrique du bâtiment et des ornements évoquant la justice et la patrie. Une rénovation pour une réutilisation publique semble s'imposer au regard du caractère représentatif de ce bâtiment administratif

.

Archives nationales Luxembourg, plan datant de 1827

Isabelle Yegles


p.90-93_fouilles archéologiques Schéieschlach.qxd

90

9/12/07

14:35

Page 90

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Les fouilles archéologiques au Schéieschlach

Les fouilles effectuées dans la cour du Schéieschlach (accessible par la rue Wiltheim en vieille ville) ont permis de mettre au jour des structures archéologiques qui témoignent de plus de 1000 ans d’histoire sur une superficie totale d’environ 7,5 ares.

Le premier lotissement

de l’endroit que l’on imagine être le centre du bourg, d’où convergent toutes les rues. Malgré l’absence d’une rue romaine, supposée par tous les historiens à l’endroit du Schéieschlach, le site représente un quartier du Moyen Age enseveli suite à l’installation de défenses militaires au cours du XVIe siècle.

Les premières couches archéologiques remontent à l’époque carolingienne, avant le Xe siècle, à l’aube de la formation urbaine de Luxembourg. Les objets retrouvés, notamment ceux façonnés en os, témoignent d’une société basée sur le travail artisanal. On peut supposer des travaux liés au tissage ou à la confection de parures vestimentaires avec des peaux d’animaux.

La rue et le quartier en pente

Les constructions retrouvées sont spacieuses et reposent sur la terre naturelle. Etablies en pente, et orientées en direction du rocher du Bock, elles se trouvent à proximité

Après l’abandon de la première occupation du site, on imagine, au cours du XIIe siècle, la construction d’une rue en pente qui se place audessus des anciennes maisons. Un

nouveau parcellaire est créé, orienté différemment du précédent. La rue en pente, parallèle à la grande place du marché, détourne cette place et relie comme une rue en boucle, le centre marchand de la ville avec le site du château fort et les faubourgs logés dans la vallée. Des maisons et des parcelles de jardin sont installées le long de cette rue.

La réfection de la rue et la disparition du quartier médiéval Au cours de la deuxième moitié du XIVe siècle, des travaux de réfection du revêtement de la rue ont permis


p.90-93_fouilles archéologiques Schéieschlach.qxd

9/12/07

14:35

Page 91

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

de changer un pavé vieux d’au moins deux cents ans. Le riche matériel archéologique qui fut découvert sur l’ensemble du site est composé essentiellement de céramiques datant du XVe siècle et d’ossements animaliers. Or, ce site en pente raide, qui dès les débuts de la conquête du terrain par les hommes a su garder sa morpho-

logie naturelle en pente, devait disparaître sous l’impulsion des planificateurs. Ces derniers ont opté pour l’installation d’une architecture militaire adaptée aux besoins du temps. Par cette planification, les anciens chemins communicants avec le Pfaffenthal et avec le château comtal sont supprimés. Abandonné, le quartier médiéval se transforme en chantier de construc-

tion et les déchets qui ont naturellement suivi le chemin vers la vallée se déposent derrière un nouveau mur, érigé dans les années 1540. Avec les décennies qui passent, le quartier se retrouve noyé sous les ordures qui se sont accumulées au cours du XVIe siècle. La construction réalisée par les militaires est impressionnante. Les points d’accès à la ville sont désormais .../

91


p.90-93_fouilles archéologiques Schéieschlach.qxd

92

9/12/07

14:36

Page 92

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

/...

/... limités au strict minimum, ce pour des raisons stratégiques. Ainsi, la ville de Luxembourg se transforme petit à petit en place forte de mieux en mieux défendue.

Les grands changements urbains du XVIe siècle Rappelons que le quartier de la vieille ville a beaucoup souffert au XVIe siècle. Il a connu des incendies mémorables, notamment celui de 1509 qui a ravagé plus de 180 maisons, ainsi que des attaques militaires, comme lors des batailles qui opposaient les français aux espagnols dans les années 1540. Ces circonstances ont certainement accentué la dégradation du quartier, ce qui fait que la planification entière du quartier s’imposa naturellement. Alors que la vieille ville reprend dès le milieu du XVIe siècle ses lettres de noblesse par la construction du bâtiment administratif pour héberger le Conseil provincial, le Schéieschlach sombre un peu dans l’oubli. Des constructions très modestes à l’intérieur de l’îlot sont érigées sur les décombres. La ville est à nouveau en

alerte au moment du siège de la forteresse au cours des années 1683 et 1684. Après les bombardements qui ont mis en péril un grand nombre de maisons bourgeoises et l’architecture militaire, un budget important fut mis à disposition par le roi de France pour la reconstruction de la place forte de Luxembourg.

Remblaiement et changement d’affectation pour un lot de terrain maintenu par le mur de forteresse Dans une deuxième phase, c.-à-d. après celle du XVIe siècle, le terrain du Schéieschlach est à nouveau remblayé et de nouveaux bâtiments s’y établissent. Ils remplissent essentiellement des fonctions militaires et les caves servent de hangars pour l’artillerie lourde. Avec la décision prise de démanteler la forteresse, cette partie est restée presque indemne. Les bâtiments arrière avec leurs voûtements sont maintenus. La courtine est conservée. Seul le bastion du château, le corps de garde et le chemin du rempart sont supprimés. Ainsi, l’Etat dispose de terrain constructible pour y

aménager l’actuel boulevard Thorn. A d’autres endroits, l’Etat propose aux propriétaires privés d’acquérir l’ancien terrain militaire, situé juste derrière leur maison. Certains y érigent des annexes, d’autres profiteront de cet espace en le transformant en jardin. Les anciennes caves militaires sont converties à des usages plus pacifiques et elles deviendront la propriété de la Clinique St-Joseph dès 1911. On y trouve une cuisine, une salle réfectoire et un laboratoire.


p.90-93_fouilles archéologiques Schéieschlach.qxd

9/12/07

14:36

Page 93

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Avant la démolition resp. la réaffectation des bâtiments arrières au moment de la restructuration de l’îlot par le Fonds de rénovation, quelques locaux servaient d’atelier pédagogique au musée national d’Histoire et d’Art, lorsque ce dernier était en chantier. Au cours des années 2003 et 2004, des fouilles archéologiques ont commencé dans la zone qui a été convertie en parking souterrain en 2006. Ces fouilles ont permis de retracer une histoire millénaire passionnante, qui attend d’être analysée dans le détail. Comme il s’agit d’un site archéologique unique en vieille ville de Luxembourg, puisque l’espace de fouille était très conséquent, on a pu suivre couche par couche les vestiges qui se sont entassées et qui matérialisent mille ans d’histoire, sur douze mètres de profondeur en aplomb du mur du rempart. Cette fouille a permis de retracer la continuité de l’oc-

cupation et de l’activité humaine avec l’appui de tous les témoins matériels archéologiques. Elle illustre l’impact du pouvoir politique central à certains moments capitaux. Soulevons la création d’une rue avec un lotissement médiéval puis le sacrifice de ce quartier au profit de la défense de la ville par la construction un mur de rempart.

Accessoirement aux différentes phases de construction et de reconstruction, aux centaines de caisses de matériaux archéologiques remplies jusqu’aux bords, le site apporte la preuve matérielle de changements urbanistiques majeurs sous l’impulsion du pouvoir central

.

Isabelle Yegles

93


p.94-97_maison Augustin Lanser.qxd

94

9/12/07

14:41

Page 94

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

La maison d’Augustin Lanser

Installé sur l’un des plus anciens croisements de rues, à côté de l’ancienne place du marché, la maison 2, rue Wiltheim occupait une position de choix, à une époque où le centre animé de la ville s’y trouvait. Si la maison «ënnert de Steiler» par sa façade gothique flamboyante traduit l’époque médiévale de notre ville, son vis-à-vis, la maison 2, rue Wiltheim, annonce la modernité Renaissance. D’un style architectural très sobre, qui se confond presque avec les bâtiments érigés aux siècles postérieurs, l’histoire de cette maison est encore peu connue. Si sa façade sobre et régulière ne s’impose pas dans ce quartier, on ne peut pas méconnaître le rôle de maison de maître ou d’hôtel patricien qu’elle eut avec une surface habitable d’environ 500 m2 à la fin du XVIIe siècle, qui refléta la richesse et l’influence de son propriétaire Augustin Lanser et de ses héritiers.

Les habitants L’un des plus riches négociants de vin de la ville, Clais Houst, habitait cette maison d’angle sise au carrefour des rues Wiltheim et Sigefroi au XVe siècle. Il reste de cette époque une belle cave spacieuse. Sa maison avait pignon sur le marché et l’activité de son négoce florissait. Le centre ville du Moyen Age, qui est l’actuelle vieille ville, est l’endroit principal du négoce du vin. A Antoine Houst, l’un des héritiers de Clais Houst, revient l’honneur d’avoir été le véritable promoteur de l’établissement et de la fondation du collège des Jésuites à Luxembourg en 1602, seulement deux ans avant sa disparition. Sa femme, Marguerite Monderich est encore citée dans les textes en 1604. Antoine Houst avait au moins deux filles, Philippine et Eve. Eve épousa un Lanser, ce qui fait passer la lignée des Houst à celle des Lanser. Augustin Lanser est procureur et nommé conseiller du conseil provincial en 1667. La famille des Houst et Lanser habitait la maison d’angle au moins durant 300 ans et ce n’est

qu’en 1760 que la maison fut vendue à la famille Vandernoot (ou van der Noot), une famille bourgeoise de drapiers fortunée. En 1758-59 Jean-Baptiste Vandernoot figure sur la liste des drapiers dans sa qualité de maître et représentant de la première corporation en ville, qui est celle des drapiers. Jean Baptiste Vandernoot, marié à Barbe Reuter ont deux fils Jean-Laurent et Jean-Nicolas nés en 1754 et en 1759. En 1842, la veuve Jean-Nicolas

Vandernoot cède la maison à la famille Coster. Nous ne connaissons pas l’intégralité des arrangements sur les droits d’héritage de la branche de Laurent Vandernoot, mais il s’avère que moins de vingt ans plus tard le droit d’héritage devait être réglé par une vente publique forcée. L’adjudication publique est remportée en janvier 1869 par Alexandre Moreau, fabricant, bonnetier provenant de Troyes qui acquiert la maison pour le prix de 36.000 francs. .../


p.94-97_maison Augustin Lanser.qxd

9/12/07

14:41

Page 95

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Les maisons sont alors exploitées comme fabrique de tricots. Le rezde-chaussée sert d’auberge qui porte le nom de «Café de la Concorde». Ce nom s’inspire probablement de la loge franc-maçonnique fondée sous le nom «les enfants de la Concorde Fortifiée», lors du passage des militaires napoléoniens francsmaçons en 1803 à Luxembourg et installée rue de la Loge.

L’architecture

Les sœurs franciscaines de la charité achetèrent la maison en 1902 et la transformèrent en hôpital au fur et à mesure du départ des locataires. Pendant une centaine d’année, le va et vient des malades rythment la vie dans la vieille ville. Avec la modernité et la délocalisation des hôpitaux à l’extérieur de la ville, la clinique est convertie en maison de soin et accueille encore des cabinets médicaux et une petite cellule de bloc opératoire. En 1998, le Fonds de rénovation de la vieille ville achète la propriété. Conformément à sa mission il réintroduit des logements qui sont régis en copropriété de douze logements, dont six sont intégrés dans la maison d’angle qui porte la nouvelle adresse 3, rue Sigefroi.

Voûtée en berceau, rappelant un véritable tonneau, la cave est maintenue par cinq arcs doubleaux reposant sur des corbeaux en forme géométrique, dont l’un d’eux se termine en pointe renversée. L’entrée se trouve du côté de la rue Sigefroi où se trouvait jadis la place du marché.

De l’époque médiévale où Clais Houst, marchand et échevin de la ville y logea avec sa famille, seule la cave voûtée est conservée. D’un volume impressionnant, la cave a une longueur de 10 m sur 6,30 m de large et en comparaison à d’autres caves de la vieille ville, elle arriverait pratiquement en première position.

L’envergure de la cave étant importante, il est l’un des rares cas dans la ville où le gabarit de la maison en élévation ne correspond pas avec les dimensions de la cave. En effet, la maison est de date plus récente et elle a pu s’étendre d’une part sur l’ancienne place du marché et de l’autre au niveau d’une impasse disparue, côté opposé.

La manière de construction, le gabarit de la maison, les encadrements des fenêtres, le soubassement, les observations sur le plan intérieur et la datation de la charpente par la méthode dendrochronologiste permettent de dater la construction aux alentours de l’année 1620. Le gabarit de la toiture définit l’envergure de la maison d’origine qui est maintenu à ce jour. La maison comporte en façade quatre travées de fenêtres du côté rue Sigefroi et trois travées du côté de la rue Wiltheim. Elle mesure 12 m côté rue Sigefroi et 10 m en façade côté rue Wiltheim. Son emprise au sol correspond à environ 132 m2 qui se répète sur trois niveaux. Au total on peut évaluer la surface habitable au début du XVIIe siècle à pas moins de 400 m2. Cette spacieuse maison se démarqua à cette époque des autres maisons par son soubassement en pierre qui remontait jusqu’au 1er étage. Une description précise de l’organisation intérieure du milieu du XVIIe siècle permet de reconstituer la distribution des pièces qui n’existent plus.

95


p.94-97_maison Augustin Lanser.qxd

96

9/12/07

14:41

Page 96

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

/... La description de 1655 évoque à droite du couloir une «stube» une pièce de séjour, à gauche une salle «salette», au fond la cuisine et encore une chambre. L’emplacement de la cuisine n’a pas été modifié au fil du temps, puisque son plafond en voûte maçonnée sur deux travées protégeait la maison d’incendie et limitait la propagation de feux. La cuisine avec foyer ouvert et plafond en voûte de pierre est encore relativement bien représentée en ville de Luxembourg. Elle subsiste dans le voisinage immédiat dans les maisons 4 et 8, rue Wiltheim. La cuisine avait une fenêtre qui donnait sur la cour intérieure. Au niveau de la place de feu se trouve actuellement un escalier menant au sous-sol, aménagée au moment de la Deuxième Guerre mondiale pour l’installation d’un abri anti-aérien. Pour le premier étage, l’inventaire de 1655 décrit trois chambres entre lesquelles se trouvait encore une chambre au milieu. L’inventaire ajoute une chambre par derrière assez encombrée. La pièce au milieu comportait un lit. Au XVIIe siècle, les lits sont souvent nichés dans des alcôves qu’on peut obturer le jour par des rideaux. La maison du XVIIe siècle comportait une entrée au milieu de la maison qui donnait sur la place du marché, donc sur l’actuelle rue Sigefroi. Un

couloir départageant les pièces de tous les côtés. Un escalier dit «galerie» se situa à l’extérieur au niveau de la cour intérieure. Il devait être construit en bois et se composait de cursives. Ce type de galerie est encore visible en vieille ville dans l’îlot Dierfgen, Grand Rue. La structure des plafonds mérite certainement d’être évoquée dans le contexte de cette description architecturale. Il s’agit en effet non pas de planches en bois rectangulaires placées l’une à côté de l’autre, mais de poutrelles en coupe triangulaire, posées l’une à côté de l’autre. Elles forment une face plane pour habiller le plafond du rez-de-chaussée, tandis qu’au premier étage on retrouve des espaces creux entre les poutrelles triangulaires qui sont remplies avec du sable ou des cailloux pour insonoriser pour égaliser et pour protéger la propagation de feu. On y pose par la suite des planches de bois pour former une surface plane. Cette nouvelle maison érigée seulement vers 1620 a toutefois souffert des bombardements de la ville en 1684. C’est alors que le propriétaire Lanser projette l’agrandissement de sa maison en intégrant la parcelle de la maison voisine dans la maison existante. L’agrandissement de la maison d’angle n’engage pas seule-

ment l’assimilation d’une propriété existante, par la reconstruction de cette dernière, mais on observe que la distribution intérieure change, que la porte d’entrée se déplace et que l’escalier hors d’œuvre est intégré dans la maison. Les travaux épargnent la cave de la maison assimilée et les structures portantes de la maison datant de 1620. Ainsi, la maison de la famille Lanser se rallonge en façade de 7 mètres pour composer une façade de 19 m de long avec 18 fenêtres, donnant sur l’ancienne place du marché. Dans l’ensemble l’agrandissement d’environ 50 m2 d’emprise au sol crée une surface habitable de presque 150 m2. Au moment de la construction de la maison d’angle vers 1620 (environ 400 m2) et au moment de son extension (400 m2 + 150 m2, au total environ 550 m2), il est plus que probable que la maison fait miroir du prestige et de l’influence et des moyens financiers qui est le propre de leur propriétaire. Malheureusement pour le moment l’historiographie luxembourgeoise reste discrète sur le richissime propriétaire foncier Lanser qui logeait face au siège du pouvoir central administratif du Duché de Luxembourg, à savoir le Conseil provincial Isabelle Yegles

.


p.94-97_maison Augustin Lanser.qxd

9/12/07

14:41

Page 97

Fonds de rĂŠnovation de la Vieille Ville

97


p.98_Christiane Steinmetzer.qxd

98

9/12/07

14:49

Page 98

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Entretien avec

Christiane Steinmetzer Directrice du Service des Sites et Monuments Nationaux

Architecture & Bâtiment: Pouvezvous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs? Christiane Steinmetzer: J’ai fait des études d’histoire et d’art à l’Académie Royale des Beaux Arts à Bruxelles; ensuite j’ai enseigné l’éducation artistique au Grand Duché. J’ai intégré le Service des Sites et Monuments nationaux en 1982 en tant que conservateur; à l’époque, je m’occupais du patrimoine rural. En 2004, j’ai été choisie pour prendre la direction du Service des Sites et Monuments. Ma fonction implique que je fasse également partie du comité directeur du Fonds de rénovation de la Vieille Ville. A&B: Quels sont les souvenirs marquants de votre carrière? Christiane Steinmetzer: J’ai beaucoup apprécié, tout au long de ma carrière, le fait de voir les résultats concrets de mon travail sur le terrain. Lorsque j’ai été nommée au Service des Sites et Monuments nationaux, celui-ci s’occupait surtout du patrimoine rural. Ce n’est que depuis une dizaine d’années que l’on s'est rendu compte de la valeur du patrimoine urbain, y

compris dans des communes comme Diekirch, Ettelbrück, Echternach… Ce n’est que depuis peu que les propriétaires des maisons de ville s’adressent à nous pour recevoir des subsides. A&B: Quel est votre rapport au Fonds de rénovation de la Vieille Ville? Christiane Steinmetzer: Une collaboration existait déjà avec le fonds de rénovation de l’îlot Clairefontaine, qui était le prédécesseur du Fonds de rénovation de la Vieille Ville. A ce moment, le Service des Sites et Monuments nationaux était intervenu en faveur du maintien et de la restauration de la «maison Mohr de Waldt».

dois assumer le rôle de garant d’une restauration dans les règles de l’art. Un de mes collaborateurs, un architecte, assiste aux réunions de chantier. A mon avis, notre collaboration avec le Fonds est très positive. A&B: Comment définir une bonne restauration? Christiane Steinmetzer: Il est parfois difficile d’intégrer le confort moderne dans un ancien bâtiment sans le dénaturer, d’autant plus que les coûts de restauration peuvent parfois être relativement élevés. Il s’agit donc de trouver des compromis pour répondre aux exigences d'aujourd'hui sans trop toucher à la substance historique des bâtiments. A&B:Quelques mots pour conclure?

A&B: Quel est votre rôle au sein du Fonds? Christiane Steinmetzer: Les membres du comité directeur se réunissent chaque mois. On nous soumet des projets en cours, les engagements financiers… Mon rôle est de mettre le doigt sur le côté «patrimoine» des projets. Je

Christiane Steinmetzer: La seule chose qui me manque actuellement un peu d’un point de vue personnel, c’est le travail sur le terrain. J’ai beaucoup appris sur le terrain, notamment de certains artisans, et cette expérience m’est très profitable aujourd’hui, tant au niveau du Fonds que dans ma fonction à la direction du Service des Sites et Monuments nationaux

.


p.99-101_Comité Altstadt.qxd

9/12/07

14:51

Page 99

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Comité Alstad Rencontre avec Jean Mathias Goerens, président et Claude Esch, secrétaire général

Architecture et Bâtiment: Qu'est ce que les "Peckvillercher"?

Architecture et Bâtiment: Pouvez-vous nous présenter le Comité Alstad en quelques mots? Jean Mathias Goerens: Le Comité Alstad est une association fondée en 1937 par des habitants de la ville afin de faire revivre une ancienne tradition: l'”Éimaischen” et redynamiser ainsi le quartier. Aujourd'hui, le marché de poterie du lundi de Pâques connaît un grand succès et notre association vient de fêter ses 70 ans. Mon ami Claude Esch et moi-même sommes actifs respectivement en tant que secrétaire général et président au sein du comité depuis 1981. Claude est né dans le quartier un jour de Pâques, ce qui le prédestinait à sa fonction actuelle!

Claude Esch: L'”Éimaischen” est presque devenue un synonyme du marché des “Peckvillercher”. Ce sont des sifflets en terre cuite qui imitent le son des “coucous” et des rossignols. Des fabricants de sifflets de céramique venus de toute l'Europe profitent de l'”Éimaischen” pour exposer et vendre leurs “Peckvillercher”.

Nous avons exposé ici la plus grande collection luxembourgeoise de “Peckvillercher”, à savoir 750 pièces. Nous profitons aussi de l'”Éimaischen” pour organiser des expositions comme celle des photographies de Guy Wolf. Architecture et Bâtiment: Comment recrutez vous vos membres?

99


p.99-101_Comité Altstadt.qxd

100

9/12/07

14:51

Page 100

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Claude Esch et Jean Mathias Goerens

Jean Mathias Goerens: Notre comité est d'abord une histoire d'amitié et de passion. Ainsi, nous avions lancé un concours d'artiste pour réaliser l'affiche de l'”Éimaischen”. Le vainqueur du concours, Serge Di Paoli, s'est pris d'amitié pour notre petit groupe et notre travail et a fini par nous rejoindre. C'est d'ailleurs à lui que nous devons notre logo. Nous avons aussi parmi nos membres deux anciens maréchaux de la cour, Jean Jacques Kasel et Guy Muyser, une archéologue, Isabelle Yegles, etc. Nos prédécesseurs étaient Georges Schmitt, alors conservateur au Musée d'Histoire et d'Art et Norbert Schauss, Ministre à son époque.

la culture, nous avions organisé au cercle municipal une exposition nommée Histeuro, dans laquelle des villes classées au patrimoine mondial de l'Unesco étaient représentées, et qui avait accueilli 120.000 visiteurs. Une exposition analogue n'ayant pu être organisé cette année par manque de place, elle sera organisée l'an prochain. Nous avions aussi réalisé une exposition nommée «Saachen aus der aler Stad» en 1989, qui était en fait une réplique d'une exposition organisée par le comité en 1939. Si nous avons un rôle de mémoire et de culture, nous essayons de l'assumer de façon vivante et dynamique.

A&B: Vous organisez également régulièrement des expositions…

A&B: Comment percevez-vous l'action du Fonds de Rénovation de la Vieille Ville?

Claude Esch: En 1995, lorsque Luxembourg était capitale européenne de

Jean Mathias Goerens: L'action du Fonds est très positive et nous espé-

rons que cela permettra de repeupler le quartier de la Vieille Ville. Nous sommes nostalgiques de l'époque où les enfants jouaient sur la place. Pour nous, l'idéal serait qu'il y ait moins de bureau au centre et plus de familles, voir d'étudiants. A&B: Quelques mots pour conclure? Jean Mathias Goerens: Nous allons publier d'ici Noël un port folio dédié à Pierre Ernest de Mansfeld avec deux vues du château, l'une datant du 16e siècle et l'autre du 19e. Avec l'argent que nous récoltons, nous essayons de soutenir des œuvres sociales et culturelles. Les bénéfices de la vente de l'”Émaischen” sont ainsi reversés à la crèche du plateau Altmünster. Depuis deux ans, nous offrons aux personnes intéressées la possibilité de devenir membre d'honneur du Comité Alstad

.


p.99-101_Comité Altstadt.qxd

9/12/07

14:51

Page 101

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

2 Vuën vum Mansfeld sengem Schlass a Clausen

La Fontaine ass den Numm vum Schlass vum Péiter Ernest vu Mansfeld (1517-1604), dat dëse vu 1563 un a Clausen baue geloss huet. D'Bauarbechten hu bal 40 Joer gedauert, mée vum Schlass ass haut net mé vill erhalen. Duerch Beschreiwungen vum Jean Guillaume Wildheim wësse mer, wéi ett bannenan décoréiert wor. Op verschiddenen ale Stadpläng, notamment deem vum Deventer, ass ze gesinn, wou d'Schlass stoung. Fir déi kommend Feierdeeg vum Joresënn, als Kado fir ä Famill a Frënn, an och als Erönnerung un déi prachtvoll Mansfeldaustellung dei an de Méint Abrëll bis Mée am Fëschmaarter Musée fir Geschicht a Konscht ze gesinn wor bidd de Comité Alstad iech eng Farde mat 2 Vuën (50 x 40 cm) vum Mansfeld sengem Schlass déi ons frëndlecher Weiss vum Musée zur Vervüjung gestallt goufen.

D'Farde selwer weist eng Vuë vum Schlass, vum lëtzebuerger Pierre Blanc aus dem Joer 1927 an e Portrait vum Péiter-Ernest-vu Mansfeld. Eng Vuë, en Aquarelle aus dem Joer 1890 ass vum Ernest Werling (1851-1916) an

déi zweet Vuë ass eng Zeechnung, Ënn 16. Jorhonnert, déi dem Tobie Verhaegt 1561-1631) zouerkannt gött. Vun elo un an dat bis zum 1. Dezember 2007 kann een d'Farde mat den 2 Vuën vum Mansfeld sengem Schlass beim Comité Alstad zum Präis vun 30 ¤ bestellen an dem een déi entspriechen Zomm op een vun onsen Konten iwwerweist. Nom 1. Dezember kascht d'Fard 38 euros. Déi bestallten an bezuelten Farde kann een ofhuelen, vum 1. Dezember 2007 un an der Galerie «Konschthaus Beim Engel» op N° 1 an der Logegaass um Fëschmaart. Mir wënschen iech vill Freed mat deenen 2 Vuën vum Mansfeld sengem Schlass

.

101


p.102-103_Bernard Ceysson.qxd

102

9/12/07

14:52

Page 102

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Entretien avec

Bernard Ceysson

Nous sommes très heureux et fiers d’avoir été choisis par le fonds de rénovation de la Vieille Ville pour contribuer à animer un quartier que j’aime beaucoup

Architecture & Bâtiment: Pouvezvous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs?

d’ailleurs de là qu’est né mon attachement au Grand-Duché de Luxembourg.

Bernard Ceysson: De 1967 à 1998, j’ai assuré la direction du musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne et des musées de cette ville. Grâce aux élus et à la détermination de certains maires, trois musées ont pu voir le jour dans cette ville: le musée d’Art et d’Industrie, le musée de la Mine et le musée d’Art moderne dont j'ai été directement le conservateur en chef.

A&B: Comment reconnaître la qualité d’une œuvre d’Art avant qu’elle ne soit classée comme telle?

Même si ce dernier est aujourd’hui trop «petit», il accueille la deuxième collection d’art moderne de France. J’ai pendant un temps également dirigé le musée national d’Art moderne, au Centre Georges Pompidou à Paris, avant de revenir à Saint-Étienne. A&B: Le Grand-Duché n’est pas une terre inconnue pour vous... Bernard Ceysson: J’ai effectivement travaillé ici à la préfiguration de ce qui allait devenir le MUDAM, c’est

Bernard Ceysson: Je ne sais pas, aucune méthode rationnelle ne le permet. Il faut d'abord, je crois, vivre un peu pour ça. Et ce passionnément ! Ensuite, il faut comme l'on dit avoir un œil, ce qui s'acquiert et s’entretient. Et, pour ce faire, voir et voir et revoir des œuvres et des œuvres. Visiter assidûment les musées, les galeries, les ateliers des artistes. Il faut aussi se documenter, lire, lire beaucoup, se plonger dans les catalogues. Et, tant bien que mal, s'efforcer de ne pas s'enliser dans les routines et les traditions, se méfier des modes et des engouements du “présentéisme”. Et, en même temps, accepter aussi ces modes car l’art contemporain d'aujourd'hui, comme l'art contemporain de naguère et d'autrefois, mais de manière plus prégnante et plus rapide aujourd'hui,

modèle nos comportements et certaines des nouvelles formes qu'il invente sont, tout de suite, reprises par le design, la mode vestimentaire, la publicité, etc. Et, diffusées, quasiment, en “temps” aujourd'hui, par les médias. A&B: Peut-on parler d’un métier de rencontres? Bernard Ceysson: Oui. J’ai beaucoup appris non seulement des artistes, mais aussi des collectionneurs, qui sont souvent des gens très intéressants prêts à prendre des risques. Je leur dois beaucoup. Parfois, on en apprend plus en fréquentant les collectionneurs que les artistes euxmêmes. A&B: Quelle est votre vision du Luxembourg? Bernard Ceysson: Je crains de ne pas être objectif car c’est un pays que j’aime beaucoup. Le Luxembourg est un peu un idéal européen pour moi. Je suis fasciné par les capacités linguistiques des Luxembourgeois. Le Luxembourg, les Luxembourgeois,


p.102-103_Bernard Ceysson.qxd

9/12/07

14:52

Page 103

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

A&B: Qu’allez-vous exposer dans votre galerie? Bernard Ceysson: Des artistes allemands, hollandais, américains, luxembourgeois et français, bien sûr, célèbres ou encore inconnus. Des jeunes et, bien sûr, des artistes de ma génération, désormais “classiques”, mais parfois pas tout à fait assagis et toujours très novateurs. Comme je suis très éclectique et incapable de me soumettre à une ligne, à un dogme, même esthétique, il y aura des artistes figuratifs, parfois carrément “réalistes” et des artistes abstraits. Il y aura des artistes photographes, vidéastes, installateurs, mais la peinture sera privilégiée. A&B: Quand votre galerie ouvrirat-elle ses portes? Bernard Ceysson: Elle devrait ouvrir fin janvier. Mais je suis, je crois, trop optimiste. Disons fin février. Elle sera rue Wiltheim, à l'angle que forme cette rue avec la rue Sigefroi, au Marché-aux-Poissons. A&B: Quelques mots pour conclure? manifestent une vraie capacité d'ouverture sur le monde qui vient peutêtre du fait que nombreux sont les Luxembourgeois ayant étudié à l’étranger. Je suis également toujours surpris par la modestie des gens au Luxembourg, leur tolérance, leur capacité d'écoute, leur attention à la création artistique dans tous les domaines. Car il y a ici une offre culturelle conséquente. Dans tous les domaines. Dans le domaine musi-

cal, celle qu'offre la Philharmonie est exceptionnelle. Et puis, j'aime cette ville. J’adore les rues, les cafés, les restaurants du centre ville, en semaine, vers midi. On y entend parler toutes les langues. Il y a des gens du monde entier. Un grand brassage culturel international anime un espace somme toute réduit, de la taille d'une bonne ville de province française. Mais la bonne ville de province française ne connaît pas ce grand brassage.

Bernard Ceysson: Nous sommes très heureux et fiers d’avoir été choisis par le fonds de rénovation de la Vieille Ville pour contribuer à animer un quartier que j’aime beaucoup. J'ose penser que proposer des œuvres d’un haut niveau, dans ce quartier qu'illustre le musée national d'Histoire et d'Art, pourra contribuer à dynamiser ce coin de ville, si proche du centre commerçant, un quartier qui mérite d’être connu, même au-delà des frontières grand-ducales

.

103


p.104-105_Interview Kuhn.qxd

104

9/12/07

14:53

Page 104

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

Entretien avec

Roland Kuhn “Les entreprises luxembourgeoises n’ont pas à avoir peur d’aller conquérir des marchés étrangers” Architecture & Bâtiment: Monsieur Kuhn, pouvez-vous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs? Roland Kuhn: Je dirige la société Kuhn S.A. en sixième génération. Je suis également Président de la Chambre des Métiers et président de la Fédération des Entreprises Luxembourgeoises de Construction et de Génie Civil dont mon mandat se terminera cependant prochainement. En ma fonction de président de la Fédération Luxembourgeoises de Construction et de Génie Civil, il m’appartient de défendre les intérêts communs professionnels, économiques et sociaux de quelque 450 entreprises de constructions. Il s’agit d’intervenir auprès du gouvernement, des instances politiques et administrations pour créer un environnement politique et social favorable au développement des entreprises de constructions. En ma double fonction de président de la Chambre des Métiers et président de la «Fédération des Entrepreneurs», nous avons par exemple réussi, en étroite collaboration avec les autres milieux professionnels concernés et le Ministre de l’Intérieur, à réformer la loi sur l’aménagement communal et le développement urbain de manière à éviter un blocage complet au niveau de la délivrance des autorisations de construire. Nous sommes d’ailleurs toujours en contact avec le Ministre de l’Intérieur en vue de discuter de nouvelles modifications à apporter à ladite loi pour améliorer encore d’avantage son applicabilité sur le terrain.

pris une participation dans notre entreprise. Cela nous permet à la fois de pérenniser le futur de l’entreprise et de ses salariés tout en s’assurant que Kuhn S.A. reste une entité indépendante. De grands changements ne sont d’ailleurs pas prévus, ni au niveau de notre personnel ni au niveau de notre philosophie et nos valeurs qui restent résolument celles d’une entreprise familiale. Je continuerai à exercer les fonctions d’administrateur délégué et en tant que tel je dirige la société avec le concours des deux administrateurs, Jean Nickels et Hervé Sybertz. Comme par le passé, Kuhn S.A. sera au service d’une clientèle privée et réalisera des chantiers routiers de petite et moyenne envergure. Nos activités phare étant le génie civil, la construction, le clé en main, les travaux de transformation, l’aménagement extérieur, les façades ainsi que les interventions rapides et réparations. A&B: Quel est votre avis personnel quant à l’évolution de votre secteur économique? Roland Kuhn: Il faut bien être conscient que notre secteur d’activité concerne deux métiers bien différents, le gros œuvre d’une part et le génie civil d’autre part. Le volume relatif aux autorisations de bâtir du 1er semestre 2007 affiche une progression de 36 % par rapport à la même période de l’année précédente. Cette hausse est largement due aux projets de construction nonrésidentiels, en hausse de 56 %.

A&B: On a beaucoup parlé de votre association avec l’entreprise Felix Giorgetti…

Globalement, l’on peut donc dire que la situation au niveau du bâtiment est assez bonne même si les prix sont serrés et que la concurrence étrangère ne cesse de croître.

Roland Kuhn: Comme je n’ai pas de successeur, la société Felix Giorgetti a

La situation est toutefois beaucoup plus inquiétante au niveau du génie

civil. En effet, sur la période 20002006, la production du génie civil accuse une baisse de 15 %. C’est surtout en 2004 et 2005 que l’activité de cette branche a fortement chuté. Il faut cependant se mettre à l’évidence qu’il ne reste plus beaucoup de grands axes routiers à construire au Luxembourg et que les entreprises spécialisées dans la construction des routes devront aller chercher du travail au-delà de nos frontières. A&B: Pensez-vous que les entreprises luxembourgeoises sont concurrentielles par rapport aux entreprises étrangères? Roland Kuhn: Nos entreprises n’ont pas à trembler devant une concurrence étrangère, et ils n’ont pas à avoir peur de les affronter sur les marchés étrangers. Il faut savoir qu’il n’y a pas de solution miracle. Ce qui intéresse le consommateur est un bon rapport qualité/prix. Au Luxembourg les gens veulent du solide, et les entreprises luxembourgeoises connaissent suffisamment leurs clients et leurs métiers pour fournir la prestation qui est demandée. Cependant il faut savoir que cela demande des efforts. En vue d’améliorer constamment la qualité du travail presté, les entrepreneurs investissement énormément dans la formation continue de leurs ouvriers, laquelle a d’ailleurs été un élément clé des dernières négociations concernant le renouvellement de la convention collective de travail. Il faut savoir que les entrepreneurs inaugureront au début du mois de décembre leur nouvel Institut de Formation Sectoriel du Bâtiment (IFSB) qu’ils ont mis en place ensemble avec les syndicats OGB-L et LCGB en 2002 pour offrir aux 16.000 ouvriers du secteur de la


p.104-105_Interview Kuhn.qxd

9/12/07

14:54

Page 105

Fonds de rénovation de la Vieille Ville

construction une formation professionnelle continue accès essentiellement sur le volet pratique. Depuis 2002, quelques 5.000 salariés ont suivi différents modules de formation dispensés à l’IFSB. L’entrepreneur est habitué à aller toujours de l’avant tout en soignant le service au client. Ce n’est pas le petit qui mangera le grand, mais le lent qui sera mangé par l’agile. A&B: Concernant le logement, quel est votre avis sur la hausse constante des prix depuis plusieurs années? Roland Kuhn: Ce qui est remarquable c’est que le prix de la construction proprement dit (hors terrain) suit l’évolution de l’indice des prix à la consommation. Ce sont les prix des terrains qui ont explosé depuis les années 90. Afin de mettre fin à cette inflation des prix du foncier, il s’agit d’atteindre un équilibre entre l’offre et la demande de terrains. Les longues procédures d’aménagement, d’urbanisme et d’autorisation contribuent largement à la raréfaction des terrains et sont par conséquent co-responsables de l’envol des prix de terrains. Afin d’augmenter l’offre de terrains à bâtir, il importe d’une part que l’Etat allège et simplifie de manière significative les procédures d’autorisation afin de raccourcir toutes les procédures administratives liées à la construction et d’autre part que les autorités locales prennent une attitude plus proactive en matière d’urbanisme. Le constat d’une offre insuffisante de terrains vaut d’ailleurs également pour les entreprises qui désirent s’implanter au Luxembourg, voire celles qui sont obligées de quitter leur site actuel pour diverses raisons. Les responsables politiques doivent impérativement créer d’avantage de sites d’implantation ou d’infrastructures d’accueil adaptés aux besoins des PME et finaliser dans les meilleurs délais le plan sectoriel «zones d’activités».

A&B: Quels sont vos préoccupations à moyen et long terme? Roland Kuhn: La Fédération des Entrepreneurs suit évidemment attentivement les mesures annoncées par le Ministre des Classes Moyennes, du Tourisme et du Logement dans le cadre du Plan «Logement». Bien qu’il faille féliciter les auteurs de ce plan d’avoir pris l’initiative de mettre en œuvre les moyens destinés à augmenter l’offre de logements, il doit être permis de se poser la question si l’institution d’un droit de préemption aux communes et à l’Etat ne risque pas d’accentuer d’avantage la hausse de prix de terrains, en ce sens qu’il donnera lieu à une surenchère entre promoteurs publics et privés. Aussi, l’introduction, à partir du 1er janvier 2008, d’une exemption d’impôt sur le revenu dans le chef du vendeur si l’Etat ou la commune acquiert un bien immobilier, combinée à la non-prorogation des mesures fiscales introduites par la loi du 30 juillet 2002, aggrave la distorsion fiscale entre le cas de figure d’une cession à un acquéreur privé et un acquéreur public. Concernant la taxe d’une limite maximale de 15 EUR/m2, à introduire, le cas échéant, par les communes sur les terrains viabilisés depuis 3 ans et non affectés à la construction, nous nous demandons quel sera son effet sur les prix des terrains. Au cas où l’efficacité de la mesure se révélerait insuffisante, elle risque en effet d’être contre-productive, c’est-à-dire d’entraîner une augmentation supplémentaire des prix des terrains. Le gouvernement a annoncé vouloir favoriser le modèle des «public-private partnership» pour la réalisation

d’une partie de ses infrastructures. En effet cette formule peut avoir des avantages, mais il faudra veiller à ce que l’envergure des projets soit telle, que les entreprises luxembourgeoises puissent y être associé et que ce ne seront pas seulement les géants de la construction avec de grandes banques dans leur conseil d’administration qui auront les marchés. Nous avons convenu avec le Ministre des Travaux Publics de faire ensemble le suivi du projet pilote PPP campus scolaire de Mersch pour identifier les problèmes et difficultés survenus tout en long de la procédure. Une autre préoccupation de l’artisanat tout entier reste l’introduction projetée au 1er janvier 2009 d’un statut unique pour tous les salariés du secteur privé. Grâce à l’engagement personnel du Premier Ministre et de ses promesses concrètes de vouloir combattre efficacement l’absentéisme, l’artisanat a finalement surmonté ses réticences et a accepté au mois de juillet dernier les dernières propositions gouvernementales en vue de l’introduction d’un statut unique. En tant que président de la Chambre des Métiers, je continuerai à suivre ce dossier attentivement et veillerai à ce que la mise en place du statut unique se fasse conformément aux accords négociés et ce notamment en matière d’absentéisme. Afin que nos entreprises demeurent compétitives face à une concurrence étrangère, rappelons-le, de plus en plus accrue, il importe que la réalisation du statut unique respecte, selon les engagements pris lors des discussions tripartites d’avril 2006, une stricte neutralité en termes de coût pour les entreprises tout en répondant aux con-sidérations sectorielles spécifiques

.

105


Magazine - Fonds de rénovations de la vieille ville