Issuu on Google+

5€

100 ans d’architecture

D i f f e r d a n g e

ARCHITECTURE & BÂTIMENT

10:08

d e

13/08/08

V i l l e

Cover_1-4_Livre Differdange.qxd Page 1

Differdange


p.1_sommaire_diff.qxd

14/08/08

8:11

Page 1

1

Edito . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Histoire de Differdange - Une ville au fil des temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Personnalités, entretiens avec Claude Meisch, Bourgmestre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 Roland Breuskin, Chef de service adjoint au service technique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Stefano Beni, Ingénieur industriel au service technique de la ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 Manuel Lopes Costa, Architecte de la Ville de Differdange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12 Elke Peterhänsel, Ingénieur de la Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 Giogio Ricciardelli, Ingénieur technicien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 André Schenkels, Ingénieur technicien au service technique de la ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 John Scheuren, Responsable du Service de Régie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16 Jim Clemes, Architecte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 26

sommaire

Newcom s.à r.l. B.P. 143 L-4902 BASCHARAGE Tél.: 23 650 372 Fax: 23 650 174 Administration - Comptabilité Pascal Vilvens vilvens@newcom.lu Directeur de la publicité Fred Bertinelli bertinelli@newcom.lu Rédacteur en chef Jorris Fitten pyredac@pt.lu Layout & infographie Paprika+ paprika@pt.lu Photos Yves Kortum Claude Piscitelli divers ©Newcom 2008 Tous droits de reproduction réservés pour tous pays.

L’Hôtel de Ville . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 Entrée de la ville, une nouvelle vision D’après un mémoire de Manuel Lopes Costa . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 La réhabilitation du centre ville de Differdange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 Parc Gerlache . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 Atelier d'Architecture Beng . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 Hall Polyvalent, Differdange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 35 Piscine Plein Air, Oberkorn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 36 Place Du Marché, Differdange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 37 Salle d'Opération, Niederkorn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 Foyer du Jour, Niederkorn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 39 Ecole Maternelle, Niederkorn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40 Au fil du temps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41 Le réaménagement de la place du Marché . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42 Arboria, une ville se construit . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 50 Villa Hadir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 La maison de soins . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 59 Une façade photovoltaïque pour le Centre médico-social . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 60 Les lavoirs de Differdange et de Niederkorn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 61 Parc Gerlache . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 Le château des seigneurs de Differdange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64 Espace H2O, de l’ancien bassin d’eau au nouveau centre culturel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 66 Piscine découverte d’Oberkorn, une belle longévité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 Zone industrielle Haneboesch . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 70 L'Hôpital intercommunal Princesse Marie-Astrid . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 71 Lasauvage, toute une légende . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 72 Fond-de-Gras . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 Les écoles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 76 Agrandissement de l'école des filles et des garçons à Differdange . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 Ecole Bock, Oberkorn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 80 Crèche Kornascht, Niederkorn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 Ecole des filles de Niederkorn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 82 Agrandissement de l’école des garçons de Niederkorn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 Agrandissement de l'école Woiwer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 86 Extension de l’école Fousbann . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 88 Ecole Prince Henri,Oberkorn . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 90 Differdange aura son lycée! . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 Made in Differdange (Luxembourg) by ArcelorMittal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 96 Les églises . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 Monuments & art urbain . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 Impressions modernes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 106 Détails architecturaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 108 Ronds-points . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 Annonceurs Axima . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 114 Axis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116 Avery Dennison . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 Immobilière Bei . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 120 Carré Immo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 Cajot . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 124 CBL . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 Comptoir des Fers et Métaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 128 DZ Construct . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 130 ERS . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 134 Famaplast . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 136 Ketterthill . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 138 Palais de l'Outillage . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 140 Perrard . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 142 Pro Constructions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144 PromSca . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 146 Pro Toitures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 148 Simtech . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 150 Technoconsult . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 152 Traco . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155 Thyssenkrupp . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 156 Somagimmo . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Mosar . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 Bonaria . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 Valorlux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 W.P.S. technique du bâtiment . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 Poekes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 Minusines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 166 Villeroy & Boch . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 167


Edito.qxd

8/08/08

19:14

Page 3

3

Edito Lorsque l’on voit à quelle vitesse et de quelle manière Differdange s’est développée les dernières années, force est de constater qu’à 100 ans, la Cité du fer est en pleine force de l’âge. Les investisseurs ne s’y trompent pas. S’ils étaient plus que réservés il y a quelques années, ils affluent aujourd’hui à Differdange: preuve que la ville a changé, non pas uniquement du point de vue urbanistique, mais aussi dans la perception qu’en ont les gens. Plus qu’hier et probablement moins que demain, Differdange est une ville où l’on a envie d’habiter, où l’on sort. C’est aussi une ville juste à la frontière, qui rayonne chez nos voisins et se profile comme nouveau centre d’attractivité pour la Grande Région. Situation exceptionnelle que celle de Differdange, avec d’un côté une industrie au cœur de la Ville, qui a marqué son architecture, et de l’autre des projets innovants, de nouvelles places, de nouveaux quartiers. Differdange a pris le parti de ne pas renier son passé, mais de l’intégrer, de le digérer pour avancer à pas de géants vers son avenir. Les pas sont d’ailleurs si grands que l’un des défis que devra relever la commune sera d’accompagner son développement afin que celui-ci ne se fasse pas au détriment de la qualité de vie de ses habitants. L’autre défi sera de garder ce qui fait la force de Differdange, quelque chose qui en fait un endroit de plus en plus rare au Luxembourg: sa mixité sociale. En travaillant autant avec le Fonds du Logement qu’avec des investisseurs privés, Differdange fait tout pour que chacun trouve sa place en son sein. En luttant ainsi contre le phénomène de ghettoïsation (dorée) que l’on constate dans de nombreuses communes luxembourgeoises, Differdange peut s’imposer comme une ville de caractère, qui peut compter sur une population qui s’implique encore dans la vie de sa commune. Cet esprit «Differdange», qui a particulièrement soufflé pendant cette année de festivité, est la marque d’une Ville dans laquelle chaque habitant, peu importe son origine ou son statut social, peut se sentir bien. Jorris Fitten

.../


p.4-7_histoire differdange.qxd

9/08/08

17:43

Page 4

4

Histoire Differdange Une ville au fil des temps

Les premiers pas de l’homme Si les premières présences humaines remontent probablement au paléolithique, l’implantation d’une population sédentaire avérée date plus précisément du mésolithique. Ce peuplement s’est ensuite confirmé et développé lors du néolithique, de l’âge de bronze et de l’âge de fer.

L’épopée celtique et le rayonnement du Titelberg Quelques outillages (pierres taillées, os d’animaux travaillés) attestent d’une première implantation humaine sur le plateau du Titelberg, dès le

mésolithique. Bien que situé sur l’actuel ban de Pétange, cet oppidum celte mérite quelques lignes ne serait-ce que par son rayonnement régional, sur l’ensemble du territoire des Trévires. Capitale du territoire de ce peuple celte, l’oppidum du Titelberg était situé sur la colline du même nom, entre Differdange et Rodange. L’oppidum du Titelberg, une fois romanisé atteint son apogée durant la période -100 et 250 avec notamment les premières exploitations et industrie du fer (la découverte du fer de surface date de 95 après JC). D’oppidum, le Titelberg devient, après l’annexion romaine, vicus (bourgade

rurale) gallo-romaine pour être ensuite détruite vers les années 400.

Les premières pierres de Differdange A la fin de l’Empire romain, les contrées gallo-romaines ont subi d’innombrables invasions, dont celle des Francs ripuaires qui marquera les fondements de notre langue nationale. C’est également durant cette période, soit durant le VIème siècle que cette population franque va développer les noyaux du village de Differdange. Les villages de Niederkorn et Oberkorn verront également le jour sous la dynastie des Mérovingiens.


p.4-7_histoire differdange.qxd

9/08/08

17:43

Page 5

5

Patrie de l’Ordre des Cisterciens Le temps des cathédrales et des abbayes bat son plein durant le XIIIe siècle et Differdange ne déroge pas à la règle. En 1235, en effet, Alexandre de Soleuvre fonde l’abbaye de Differdange dont il fit don à l’ordre de Cîteaux. Au départ, cette abbaye cistercienne n’accueillait que des sœurs en droite provenance de la noblesse luxembourgeoise. Par la suite, des femmes venues de Lorraine ainsi que de l’actuelle province de Luxembourg en Wallonie ont également fait leurs vœux à Differdange. Dans les pre-

miers temps, l’abbaye comptait entre 12 et 20 occupantes. Les différentes guerres ayant émaillé l’histoire de notre localité n’ont pas épargné l’abbaye. En 1552 déjà l’abbaye se fait piller et saccager par des soldats français. Mais la période la plus sombre de ce lieu de prière est certainement à rechercher durant la guerre de 30 ans (1618-1648) où l’abbaye connaîtra de véritables razzias et d’innombrables saccages. Cependant, au début du XVIIIème siècle un vent de renouveau souffle

sur notre couvent et les travaux de restauration vont apporter une seconde jeunesse au site. L’hôtellerie, attenante à l’entrée du couvent ainsi que les murs de l’abbaye (dont les vestiges sont encore actuellement visibles) seront également rebâtis. La dernière abbesse à diriger le couvent fut Marie-Madeleine de Gourcy, qui tint son poste jusqu’en 1796. L’Ordre ensuite fut officiellement dissout. Mise aux enchères en 1797, elle passera de mains en mains au gré .../


p.4-7_histoire differdange.qxd

9/08/08

17:43

Page 6

6

.../ d’autres enchères pour enfin être acquise par la commune de Differdange en 1929. D’abord hôpital, ce bâtiment deviendra centre de soin, en 1981, suite à son rachat par l’Etat luxembourgeois.

En 1727 cependant, après que Differdange eut quitté le giron de Soleuvre, le village eut également droit à sa haute juridiction... et à son gibet!

La loi de Beaumont Le château de Differdange Un second monument trône sur une colline du centre de Differdange. Ce château, implanté dans un écrin de verdure n’a pas d’origine connue, toute trace manuscrite ayant disparu. Toujours est-il que le premier châtelain répertorié était Wilhelm de Differdange, nommé dans des documents datant de 1310. Sa descendance s’éteindra en 1400 à la mort de son petit-fils. En 1552, le château de Soleuvre subit un incendie désastreux. La châtelaine, Anna de Isenburg fort peu encline à rebâtir sur les cendres décide alors de s’installer dans le château de Differdange qu’elle restaure totalement à cette occasion. Ce n’est qu’au courant du XXe siècle que le château sera racheté par la société sidérurgique qui en fera un hôtel et restaurant d’entreprise. Depuis quelques années, ce bâtiment est loué à la Miami University.

Sous la juridiction de Soleuvre Jusqu’au XVIIIe siècle, Differdange, mais également Oberkorn et Niederkorn étaient sous la haute juridiction de Soleuvre. A ce titre, les jugements pour meurtre, vol ou sorcellerie étaient rendus à Soleuvre. De ce fait, le seul gibet de la région se situait dans cette dernière localité au lieu dit «Galgebierg» entre Belvaux et Oberkorn. C’est sur ce triste site que les accusés differdangeois ont été exécutés… A Differdange, seul un pilori était dressé afin de punir les «petits» méfaits.

La loi de Beaumont, charte régissant l’affranchissement de communes du Luxembourg comme du nord-est de la France, fut appliquée à partir de 1182 et invoquée jusqu’à la Révolution française. Avant cela, les agriculteurs ainsi que de nombreuses autres corporations rurales vivaient dans une quasi servitude imposée par la noblesse locale. Differdange ne dérogeait pas à la règle. Les historiens estiment ainsi que la loi de Beaumont aurait été appliquée à Differdange en 1338. Mais après de récentes recherches, les trois villages auraient respectivement recouvré leur liberté entre 1235 et 1250 pour Differdange et entre 1245 et 1250 pour Nierderkorn et Oberkorn. Dès cet instant, les citoyens de nos trois communes ont été considérés comme des individus libres, pouvant jouir en totalité de leurs biens. Mais cet état de fait était souvent remis en cause par la noblesse locale, voulant reprendre ses anciennes prérogatives. La population des trois localités se devait donc de rester sur le qui-vive et d’éventuellement défendre leur intérêt et leur liberté. Suite à la mise en place de cette loi, Differdange, Oberkorn et Niederkorn ont érigé une croix où les édiles de l’époque annonçaient leurs décisions et passaient le pouvoir. Ainsi à Oberkorn par exemple, une impressionnante croix de forme pyramidale et de 12 mètres de haut trônait à côté de l’école des filles. Ce majestueux monument a malheureusement été détruit lors de la Révolution française.

La révolution et la domination française En 1789, le Luxembourg faisait partie de l’Autriche. Cependant, Differdange, proche de la France, subissait les remous de nos voisins. Les soldats français faisaient ainsi des razzias à Differdange, s’attaquant à tout monument de valeur. Souhaitant empêcher cela, les differdangeois prirent la décision de barricader l’accès au village et à l’abbaye, objet de toutes les convoitises. Ils ne tinrent cependant pas longtemps sous le coup des assauts français et durent fuir en direction de la forêt. La soldatesque française, encerclant les bois, ils n’eurent droit à leur salut qu’à la venue de la cavalerie autrichienne. En 1796 cependant, la majeure partie du Luxembourg fut annexée par la France et fit parti du «Département des Forêts». Durant cette période, les biens et mobiliers de l’Eglise furent confisqués et vendus aux enchères et la religion catholique n’eut plus droit au chapitre... Cela jusqu’au Concordat et l’année 1801. Cette date marqua également l’obligation aux jeunes gens du Luxembourg de s’enrôler dans l’armée française. Ainsi, 57 jeunes hommes de Differdange ont été intégrés à l’armée napoléonienne et seulement 18 en sont revenus. De ce fait, beaucoup essayaient de passer outre cette obligation et pour se faire, envoyait une autre personne à leur place leur octroyant en retour une belle somme d’argent. En 1815, la domination française prit fin et une nouvelle étape de l’histoire de Differdange commença... Le régime français était remplacé par le régime hollandais.


p.4-7_histoire differdange.qxd

9/08/08

17:43

Page 7

7

La fin de cet épisode noire de la cité fut marquée par la venue des troupes américaines le 9 septembre 1944 qui libéra définitivement Differdange du joug nazi.

La Cité du fer A partir de 1830, l’extraction et le travail du Fer passent du stade artisanal au stade industriel. En 1896, deux hauts fourneaux sont érigés à Differdange par la «Société Anonyme des Hauts-Fourneaux de Differdange». Par la suite huit autres hauts fourneaux sont sortis de terre permettant la production d’acier et notamment des poutres spéciales (poutres Grey) connues alors dans le monde entier sous le nom de «Differdinger». C’est durant cette période, soit le 4 août 1907, que Differdange reçoit le titre de ville par Guillaume IV de Luxembourg. L’essor industriel est à son apogée, la population passant de moins de 4000 habitants en 1890 à près de 18 000 en 1930 pour fluctuer ensuite dans une fourchette de 16.000 à 18.000 (plus de 20.000 actuellement).

Les deux guerres Differdange n’a pas été épargné par les deux grandes guerres, étant situé entre les deux principaux belligérants. Nourriture rationnée, passage de l’armée allemande, vol de bombardier, la commune était constamment sous la crainte de l’irréparable. Au final, de la Première Guerre Mondiale, seuls trois jeunes soldats natifs de Differdange sur 11 sont rentrés au bercail après avoir combattu sous le drapeau français. La Deuxième Guerre Mondiale fut plus sanglante. Le 10 mai 1940 est de ce fait à marquer d’une pierre noire. Les Allemands étant rentrés dans la ville, l’artillerie française procéda à des tirs en direction de Differdange

en vue d’infliger des pertes aux Allemands. «Le tir de l’artillerie française a causé des pertes parmi la population de Differdange. Il y eut des morts et de nombreux blessés…», écrivit Emile Krieps, membre de la résistance. Suite à cette journée, les habitants vivaient reclus dans leur cave ou dans les galeries Thillenberg avant d’être évacués. Environ 13.000 d’entre eux prirent ainsi la direction de l’Ösling alors que quelque 3.000 autres optèrent pour la fuite vers la France. A partir de 1941, un noyau dur de résistance se mit en place à Differdange permettant entre autres le passage de quelque 2.600 personnes vers la France. Beaucoup de jeunes differdangeois ont été enrôlés dans l’armée allemande pour ne jamais plus revenir...

Durant l’entre-deux-guerres, c’est le groupe franco-belgo-luxembourgeois, appelé «Société des HautsFourneaux et Aciérie de Differdange- St. Ingbert Rumelange» et plus connu sous l’acronyme HADIR qui va reprendre le flambeau avant de le transmettre, en 1967 à l’ARBED. Les années 1970 ont marqué l’amorce du déclin de la sidérurgie, déclin qui a pris la tournure d’une crise après 1975 suite à la fermeture de nombreux sites sidérurgiques à Differdange et ailleurs. Mais aujourd’hui, une nouvelle page de l’histoire de la ville est en train de s’écrire... JM Streit


p.8-17_interviews+hotel de ville.qxd

13/08/08

15:30

Page 8

8

Entretien avec

Claude Meisch Bourgmestre «Differdange, une ville qui construit son avenir avec ambition» Architecture & Bâtiment: Si vous ne deviez retenir qu’un seul sujet dont vous êtes fier en ce qui concerne l’évolution de Differdange, lequel serait-ce? Claude Meisch: Je suis particulièrement heureux et fier du changement de la façon dont les gens perçoivent Differdange aujourd’hui. Avant, la seule chose connue de notre ville était son côté industriel, parfois associé à des problèmes économiques et sociaux. Aujourd’hui, Differdange est une ville qui construit son avenir avec ambition. Au niveau communal, nous avons adapté les décisions politiques pour aller à l’encontre des besoins de nos habitants. Par conséquent, pour être à la hauteur des attentes, nous avons également modernisé les moyens de communiquer nos visions. Bien entendu nous ne pouvons agir que dans le cadre de nos propres moyens qui dépendent d’ailleurs toujours des réserves financières et, hélas, des procédures administratives souvent trop lourdes. Nous encourageons tous ceux qui partagent nos visions d’avenir à participer, d’une manière ou d’une autre, à nos efforts pour conférer une nouvelle image à notre Ville. Dans le même objectif, nous avons noué de nombreux partenariats qui nous ont permis de réaménager le

centre-ville, de réaliser d’importants projets immobiliers, bientôt, de développer une friche industrielle de 15 hectares, à savoir le plateau du Funiculaire. L’urbanisation du plateau du Funiculaire est un projet global qui sera réalisé moyennant de multiples partenariats, à savoir la commune, l’Etat ainsi que des investisseurs privés. En tant que commune innovatrice, nous encourageons résolument ce type d’approche et de collaboration.

A&B: Quels sont vos premiers sentiments maintenant que la fin des festivités du centenaire approche? Claude Meisch: J’ai été marqué par la façon dont les habitants de notre ville ainsi que les nombreux visiteurs ont participé aux différentes activités et manifestations. Même d’anciens Differdangeois qui ont depuis longtemps quitté leur ville natale, sont revenus pour marquer leur attachement à l’occasion du centenaire. C’est surtout cette solidarité envers notre ville qui m’a très touché. Les évènements à mettre en évidence ont certes été la visite du Grand-Duc et de la Grand-Duchesse, la séance académique avec, notamment, le discours de Monsieur JeanClaude Juncker, la grande exposition du centenaire à l’espace H2O et la venue de vedettes internationales à «l’Arena du Centenaire».

A&B: Quels sont, à votre avis, les grands défis que devra relever Differdange dans les années à venir? Claude Meisch: Le grand défi sera de gérer le développement de notre commune. Differdange a connu les 20 dernières années une forte croissance démographique et cette évolution se poursuivra sans aucun doute. Notre ville compte aujourd’hui 21.000 âmes et il faudra veiller à ce que cette croissance ne remette en question la qualité de vie de nos habitants. C’est la raison pour laquelle le concept de développement de Differdange doit être rigoureusement planifié pour éviter une évolution incontrôlée de nos quartiers. Parallèlement, nous ne devons pas perdre de vue le pilier économique de notre ville. Pour élargir l’image d’une cité industrielle que beaucoup ont encore de Differdange, nous avons l’ambition de favoriser le développement du commerce, de l’artisanat et du secteur tertiaire, ce qui s’illustre déjà par l’implantation récente d’entreprises du secteur des médias. Nous devons profiter de notre situation frontalière et de nos zones d’activité, comme celle de Niederkorn-Hahneboesch, pour convaincre les gens que Differdange est une ville où l’on peut également travailler, où l’on peut s’implanter et où il y a encore du pouvoir d’achat en réserve.


p.8-17_interviews+hotel de ville.qxd

13/08/08

15:30

Page 9

9

d’influencer notre évolution en choisissant nos partenariats avec efficacité. Ainsi, nous travaillons beaucoup avec le Fonds du Logement pour que les classes moins aisées puissent accéder à la propriété à Differdange, ainsi qu’avec des promoteurs privés pour développer des projets de standing pour attirer aussi des habitants mieux situés. Nous souhaitons que chaque projet d’urbanisation puisse garantir une mixité sociale et nous faisons tout pour éviter la ghettoïsation, un phénomène que nous avons par ailleurs connu il y a quelques années avec le centre-ville qui se dégradait. Aujourd’hui, nous voulons que chaque catégorie sociale se sente bien dans un même quartier à Differdange.

A&B: Peut-on dire que Differdange évolue sous le signe du développement durable? Claude Meisch: Tout à fait. Differdange a un fort potentiel de développement et nous entendons compenser notre passé industriel en nous montrant exemplaire au niveau écologique. Ainsi, nous avons introduit un système de gestion de l’énergie à la pointe du progrès et nous voulons sans cesse continuer à créer des espaces verts. Notre but est de grandir sous le signe de la qualité de vie et du développement durable. A&B: Qu’est-ce qui différencie aujourd’hui Differdange des autres villes du pays? Claude Meisch: Differdange est une ville au passé très riche. Des origines celtes du Titelberg à son architecture marquée par l’industrie, l’histoire de Differdange s’écrit aujourd’hui à travers la rencontre des cultures avec 50% d’étrangers et la mixité de 80 nationalités différentes qui habitent le territoire de notre ville. Notre situation géographique, elle aussi, est relativement originale, d’un côté, tranquillement à l’écart des grands axes autoroutiers, et, de

l’autre côté, située à la frontière, ce qui nous permettra de jouer un rôle de charnière et de devenir un centre pour la Grande Région, sous l’impulsion notamment d’événements comme ceux du centenaire.

A&B: Pourra-t-on à terme garder une certaine mixité sociale à Differdange? Claude Meisch: Nous faisons tout pour conserver la mixité sociale avec l’objectif de faire correspondre notre population à notre réalité économique. Nous ne pouvons certes pas tout contrôler, mais nous tâchons

A&B: Concluons sur votre meilleur souvenir en tant que bourgmestre... Claude Meisch: ...C’est lorsque j’entends des enfants et des jeunes parler avec enthousiasme de Differdange. Cela m’encourage et me prouve que beaucoup de personnes croient en notre ville. Nous faisons tous les efforts nécessaires pour retrouver une certaine dynamique. Si notre architecture témoigne de la phase prospère de la sidérurgie, nos projets immobiliers avec nos différents partenaires ont pour objectif de permettre à chacun de trouver sa place à Differdange

.


p.8-17_interviews+hotel de ville.qxd

13/08/08

15:30

Page 10

10

Entretien avec

Roland Breuskin Chef de service adjoint au service technique Roland Breuskin: Il y en a beaucoup. Je pourrais par exemple citer la phase 2 de la cité de la Chiers en 1975. C’est un excellent souvenir car nous avions beaucoup de contact avec des gens qui souvent, étaient propriétaires pour la première fois et cet évènement a marqué leur vie. Sinon, chaque chantier est un bon souvenir car on crée à chaque fois quelque chose de nouveau, que ce soit au niveau de la voirie, du logement social, ou de la centralisation des services. Avant que tous nos services soient regroupés au Foussbann, chaque service communal était situé sur un site différent. La centralisation a amené une nouvelle dynamique au sein des services communaux.

Architecture & Bâtiment: Vous êtes l’un des responsables les plus expérimentés du service technique... Roland Breuskin: J’ai effectivement commencé ma carrière au service technique de la ville de Differdange le 1er mai 1969. Assez rare sont les gens qui restent aussi longtemps au service technique car, si c’est un travail intéressant et varié, c’est aussi une responsabilité qui peut s’avérer usante à la longue si l’on n’est pas passionné par ce que l’on fait. Depuis 1996, je m’occupe particulièrement de tout ce qui touche aux nouvelles constructions.

A&B: Pouvez-vous nous citer un chantier qui vous ait particulièrement marqué?

A&B: Avez-vous constaté des étapes dans l’évolution de Differdange? Roland Breuskin: Differdange évolue depuis toujours. Ainsi, le renouvellement du réseau routier a commencé dans les années 80, d’abord rue de Soleuvre, puis ce fut le centre de Differdange, puis Niederkorn et récemment certains quartiers d’Oberkorn. Bref, ce sont des travaux qui, même s’ils sont enterrés, prennent beaucoup de temps et d’argent. Aujourd’hui, Differdange arrive dans une phase de développements visibles, ce qui est très bien, car cela montre l’étendue du travail réalisé depuis des années.

A&B: Quel est le chantier récent dont vous êtes particulièrement fier?

Roland Breuskin: J’aime beaucoup la maison des jeunes, c’est un beau bâtiment qui a été réalisé dans un timing très serré, tout comme l’ancienne école du Foussbann d’ailleurs, dans laquelle on a refait des salles de classes, les couloirs et les sanitaires parallèlement au bâtiment en fonction en seulement six mois. Pour tenir ces délais, il a fallu travailler régulièrement jusqu’à 22 heures ainsi que les samedis matin. Il en fut de même pour l’école Woiwer que nous venons de finir. Heureusement que nous avons pu compter sur le soutien et la compréhension des instituteurs.

A&B: Avez-vous un quartier préféré? Roland Breuskin: J’aime tous les quartiers de Differdange. Citons Belair qui est un très beau quartier, ou encore le vieux Differdange, ou le Printzenberg à Niederkorn. On trouve dans notre commune aussi bien le charme des vieilles maisons de ville que celui des nouvelles constructions. Il y en a pour tous les goûts, ce qui confère à notre commune une excellente qualité de vie

.


p.8-17_interviews+hotel de ville.qxd

13/08/08

15:30

Page 11

11

Entretien avec

Stefano Beni Ingénieur industriel au service technique de la ville Architecture & Bâtiment: Pouvezvous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs? Stefano Beni: Ingénieur industriel en mécanique de formation, j'ai commencé ma carrière chez Paul Wurth et ensuite à la Ville de Luxembourg, au service énergétique. J'étais en charge des réseaux de cogénération et de chauffage urbain. J'ai intégré le service de la Ville de Differdange le 1er février 2008.

A&B: Quelles sont vos premières impressions? Stefano Beni: Differdange est une ville en pleine expansion et c'est très agréable de travailler dans une commune aussi dynamique. J'ai aussi été agréablement surpris par l'équipe communale, aussi motivée que sympathique et dans laquelle je n'ai eu aucun problème pour m'intégrer. J'ai globalement gagné en qualité de vie ici, d'autant que j'habite Differdange.

A&B: Quelles sont vos responsabilités? Stefano Beni: Comme j'avais une certaine expérience dans le domaine énergétique, j'ai naturellement hérité du chantier de construction de la centrale de cogénération d'Oberkorn. Je travaille beaucoup en partenariat avec monsieur Schenkels, notamment pour tout ce qui touche aux études et aux concepts énergétiques. A titre d'exemple, nous analysons en

ce moment les possibilités de construire une centrale énergétique pour le plateau du Funiculaire. Nous étudions toutes les possibilités relatives aux énergies renouvelables

A&B: Quelle est, selon vous, la principale qualité de Differdange?

Stefano Beni: Differdange est la troisième ville du pays en termes de population, mais ce que les gens ignorent, c'est que c'est une commune verte, avec une superbe nature tout autour. Differdange cumule les avantages de la ville et de la campagne, ce qui lui confère une excellente qualité de vie

.


p.8-17_interviews+hotel de ville.qxd

13/08/08

15:30

Page 12

12

Entretien avec

Manuel Lopes Costa Architecte de la Ville de Differdange Chef de service Architecture & Bâtiment: Pouvezvous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs?

échevinal pour tout ce qui concerne l’urbanisme, l’architecture et le développement durable dans la commune.

Manuel Lopes Costa: J’ai étudié l’architecture à Vienne, puis j’ai intégré le bureau d’architectes Theis de Wiltz. Parallèlement à mon emploi, j’ai suivi une post-formation sur le développement durable. La ville de Differdange m’a ensuite recruté en octobre 2005, et je suis chef du service technique depuis février 2007.

A&B: Comment cela se traduit-il concrètement?

A&B: En quoi consistent vos responsabilités? Manuel Lopes Costa: En chapeautant le service technique, je suis responsable de tout ce qui concerne l’établissement des Plans d’Aménagements Généraux et des Plans d’Aménagements Particuliers, ainsi que de la remise des autorisations à bâtir. Cela fait beaucoup de travail mais j’ai la chance de pouvoir compter sur une excellente équipe, ce qui me facilite grandement la tâche. A&B: Mettez-vous au profit de la commune votre post-formation dans le domaine du développement durable? Manuel Lopes Costa: Si aujourd’hui tous les cours sur le sujet affichent complet, j’ai été parmi les premiers à suivre des cours à Liège sur le développement durable. Ce pour dire que ce sujet me passionne depuis toujours. Je sers de conseiller direct au conseil

Manuel Lopes Costa: Dans tous les PAP, nous encourageons fortement les promoteurs à s’engager en faveur de l’écologie, ce tant à travers leurs choix de matériaux, qu’en utilisant des systèmes de récupération des eaux pluviales, qu’en évitant les routes inutiles ou en jouant sur l’orientation des maisons. Nous encourageons également fortement la construction de bâtiments à basse énergie. Nous sommes très heureux que le Fonds du Logement ait été dans ce sens dans l’élaboration de son PAP sur le site des «Terrasses de la ville», en décidant de construire en basse énergie. Pour ne citer encore qu’un petit exemple, nous finalisons la construction d’une centrale de cogénération sur notre complexe sportif à Oberkorn. A&B: Et qu’en est-il des bâtiments communaux?

solaires sur la façade sud du centre médico-social. Les extensions des écoles Woiwer et Prince Henri ont, quant à elles, été réalisées en bois. Le bâtiment «Im-Mai», construit par le Fonds du Logement, qui comprend au rez-de-chaussée 2 salles pour le précoce ainsi qu’une salle polyvalente, et au dessus 16 logements pour personnes âgées, est un immeuble à basse énergie. En ce qui concerne nos autres projets, «Les terrasses de la Ville», le PAP prévoit la construction de résidences basse énergie à ossature bois A&B: Y a-t-il un projet dont vous êtes particulièrement fier? Manuel Lopes Costa: A côté du développement durable, mon autre centre d’intérêt est l’urbanisme. Aussi, j’ai planché sur un concept qui vise à offrir à Differdange une nouvelle entrée. Cette vision, présentée dans cet ouvrage, est bien entendu amenée à évoluer avec le temps mais c’est une bonne base de travail. A&B: Quelques mots pour conclure?

Manuel Lopes Costa: Pour les bâtiments communaux, nous essayons d’être exemplaires en adoptant une approche écologique cohérente de bout en bout, de la conception à la réalisation d’un projet. Pour ne citer que quelques exemples, vous remarquerez les panneaux

Manuel Lopes Costa: C’est très motivant pour moi de travailler dans une ville aussi dynamique, en pleine mutation. Je suis heureux et fier de l’implication des gens qui travaillent dans ce service, car elle est à la hauteur de la tâche à accomplir

.


p.8-17_interviews+hotel de ville.qxd

13/08/08

15:30

Page 13

13

Entretien avec

Elke Peterhänsel Ingénieur de la Ville Architecture & Bâtiment: Pouvezvous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs? Elke Peterhänsel: Je suis née au Luxembourg il y a 37 ans. Après avoir passé mon bac à Luxembourg Ville, j’ai poursuivi mes études d’ingénieur en Génie Civil à Aix la Chapelle en Allemagne. Après l’obtention de mon diplôme, j’ai travaillé une année sur les ouvrages d’art dans un bureau d’études. J’ai ensuite travaillé pendant 4 ans en tant que directeur des travaux sur différents chantiers de l’autoroute de liaison avec la Sarre. J’ai été recruté par la commune de Differdange en septembre 2002 comme chef de service. J’ai laissé mon poste de directeur à monsieur Lopes en 2007, ayant décidé de travailler à mi-temps après la naissance de mon premier enfant. A&B: Sur quels projets travaillezvous actuellement? Elke Peterhänsel: Je m’occupe aujourd’hui de différents projets extraordinaires, parmi lesquels: • la rénovation de l’agrandissement de l’ancien hôtel de ville qui débutera l’année prochaine. Nous allons y aménager un centre culturel qui comprendra une grande bibliothèque incluant une médiathèque, un café littéraire, une salle de spectacle, une salle polyvalente, une école de musique, etc. Ce projet, estimé à environ 11 millions d’euros, devrait commencer en 2009 et s’achever en 2011 • L’assainissement de la Chiers, qui se mélange encore aux eaux usées, ainsi que la renaturation de la Chiers là où ce sera possible et la création de

zones d’inondation naturelle • La réalisation d’un chalet pour les scouts • La rénovation complète de l’école des filles à Differdange, incluant le désamiantage de 14 salles de classes • La réalisation de la future école du Fussbann. Ce projet qui, je l’espère, débutera encore cette année, comprendra entre autres un centre régional pour l’éducation différenciée. Son budget est estimé à environ 40 millions d’euros. • Le réaménagement de la rue Woiwer, avec tous les réseaux et la création de chaque coté d’un parking alternant, qui servira également à ralentir le trafic routier. Ces travaux, qui devraient commencer début 2009 pour s’achever fin 2011, couteront environ 4.5 millions d’euros. Nous sommes également en pleine négociation pour aménager une piste cyclable parallèlement à la rue Woiwer, derrière les maisons. • La réalisation d’un étang à Lasauvage. Cet étang existait depuis fort longtemps. Il avait été créé pour refroidir un haut fourneau. Le haut fourneau a disparu après la guerre et depuis l’étang n’avait plus été entretenu. Les gens de Lasauvage avaient décidé de le vider dans les années 60. Nous allons reconstruire cet étang. A&B: Y a-t-il un projet dont vous être particulièrement fière? Elke Peterhänsel: Plusieurs projets m’ont particulièrement passionné. Il y a l’extension de l’école des garçons à Niederkorn. Tout a été réalisé en 14 mois. Les délais étaient particulièrement courts et tout était prêt, just-in-time, pour la rentrée! Il en fut de même pour l’école des filles de Differdange.

Je citerais également l’aménagement du parc Gerlache, ainsi que la zone piétonne, qui furent de très beaux projets. Certains projets relativement «simples», comme la piste cyclable du funiculaire ou celle du Tillenberg, ont été fort apprécié des habitants car améliorant sensiblement leur qualité de vie. J’ai aussi beaucoup apprécié tout ce qui a été réalisé à Lasauvage, que ce soit le réaménagement de la place Saintignon, ou même la séparation des eaux usées de la Crosnière et le raccordement à la station d’épuration de Longwy. A&B: Quel est votre quartier préféré à Differdange? Elke Peterhänsel: Il s’agit de Lasauvage. C’est un petit monde à part, très calme, dans lequel les enfants peuvent sans risque courir dans la rue. Les maisons sont typiques, car ce sont d’anciennes maisons de travailleurs, il y a beaucoup d’attractions touristiques, une histoire très riche, bref, c’est un endroit vraiment charmant et inhabituel. A&B: Quelques mots pour conclure? Elke Peterhänsel: Le travail ne manque pas à Differdange mais je suis heureuse de travailler dans une commune où autant de choses se passent, d’autant que les conditions de travail et l’ambiance au sein de l’équipe technique sont excellentes

.


p.8-17_interviews+hotel de ville.qxd

13/08/08

15:30

Page 14

14

Entretien avec

Giogio Ricciardelli Ingénieur technicien

lequel j’ai passé les trente premières années de ma vie. Habiter à Oberkorn Gare, c’est habiter en pleine nature tout en bénéficiant d’excellentes dessertes au niveau des transports en commun. C’est un quartier très calme qui offre à ses habitants une excellente qualité de vie.

Architecture & Bâtiment: Pouvezvous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs? Giorgio Ricciardelli: Je suis entré au service de la commune en mars 1999, peu après l’obtention de mon diplôme d’ingénieur technicien en génie civil.

A&B: Quelles sont vos fonctions à la commune? Giorgio Ricciardelli: J’assiste monsieur Lopes dans toutes les tâches techniques. Nous nous occupons d’urbanisme, d’autorisations de bâtir, nous réalisons des plans de lotissement, des Plans d’Aménagements Particuliers, etc. Aujourd’hui, un PAP est presque aussi détaillé qu’une autorisation de bâtir.

A&B: Quel est votre quartier préféré à Differdange? Giorgio Ricciardelli: Oberkorn Gare. C’est le quartier où je suis né et dans

A&B: Pouvez-vous nous citer certains projets sur lesquels vous travaillez actuellement? Giorgio Ricciardelli: Pour ne citer que les grands projets, je travaille en ce moment sur le chantier du lotissement Biergwee, qui comprend 33 maisons et 2 résidences, sur le lotissement Bei Woiwer, qui comprend 69 maisons et 7 résidences. Notre rôle sur ces projets commence au PAP et va jusqu’à la remise des clés car nous nous rendons régulièrement sur le chantier afin de suivre son avancement.

A&B: Quel est, selon vous, le point fort de votre travail? Giorgio Ricciardelli: Outre les aspects techniques, nous avons la chance de voir les résultats de notre travail à long terme. En effet, nous côtoyons non seulement les gens au fur et à mesure d’un chantier, mais nous les rencontrons aussi des années après. Ceci nous permet d’avoir un certain recul et de nous remettre en question, dans le but de continuellement nous améliorer.

Nous essayons d’être un service le plus proche possible du public.

A&B: Les gens viennent donc facilement vous voir? Giorgio Ricciardelli: Les gens viennent très facilement nous voir, d’autant que nos conseils sont gratuits. Nous dispensons nos conseils afin que les gens perdent le moins de temps possible, et donc d’argent, lorsqu’ils font leur demande d’autorisation de bâtir. Il nous arrive aussi de jouer les conciliateurs lors de querelles entre voisins car il serait dommage d’avoir une querelle à vie entre 2 voisins pour une histoire de 2 cm.

A&B: Avez-vous encore d’autres fonctions? Giorgio Ricciardelli: Je suis également secrétaire à la commission des bâtisses, secrétaire de la commission des loyers, ainsi que secrétaire de la délégation du personnel pour tout ce qui concerne les fonctionnaires et employés communaux.

A&B: Quelques mots pour conclure? Giorgio Ricciardelli: Notre travail est très prenant mais très intéressant et nous avons la chance de travailler dans une excellente ambiance, au sein d’une équipe très soudée et très dynamique

.


p.8-17_interviews+hotel de ville.qxd

13/08/08

15:30

Page 15

15

Entretien avec

André Schenkels Ingénieur technicien au service technique de la ville

Architecture & Bâtiment: Pouvezvous vous présenter en quelques mots à nos lecteurs? André Schenkels: Après l’obtention de mon diplôme d’ingénieur en génie civil, en septembre 1999, j’ai intégré le bureau Schroeder&Associés. J’y ai passé 5 ans dans le service «coordination, sécurité et santé», puis 6 mois au «project management», avant d’intégrer le service technique de la ville de Differdange le 1er septembre 2004.

A&B: Quelles sont les grandes différences entre ces deux postes? André Schenkels: J’ai beaucoup appris chez Schroeder& Associés, mais j’ai ici un poste beaucoup plus varié et plus créatif. En travaillant pour la commune de Differdange, j’ai des responsabilités plus étendues et la possibilité de gérer des projets.

A&B: En quoi consiste votre mission? André Schenkels: Je m’occupe d’abord du service entretien. Que ce soit pour la voirie ou les bâtiments, je suis en charge de tout ce qui n’est pas fait par nos équipes. Je gère ainsi les entreprises sous-traitantes et la coordination de chantier. Mes responsabilités vont de la faisabilité d’un projet à sa réalisation, en passant par le budget.

Je m’occupe principalement de projets de moyenne envergure. En 2006, j’ai été nommé délégué à la sécurité. Cette responsabilité vise la mise en conformité de tout ce qui touche au public, autant les bâtiments, que les aires de jeux et les lieux publics. En même temps, je m’occupe en partie de la formation du personnel communal au niveau sécurité. Je suis également chef de service pour les agents municipaux depuis 2006. C’est une responsabilité très intéressante d’un point de vue humain.

A&B: Pouvez-vous nous donner quelques exemples de chantiers sur lesquels vous travaillez? André Schenkels: Je suis actuellement en charge de la réalisation du guichet unique de notre mairie, des travaux de rénovation de notre centre médico-social, de la mise en conformité de l’école «Um Bock», de l’entretien des voiries, etc. Nous avons également un projet de mise en conformité de nos différents bâtiments communaux. Ce projet comprend l’installation d’une alarme anti-intrusion et incendie. Il est chiffré à environ 250.000 euros.

A&B: Quel est, jusqu’ici, votre meilleur souvenir au sein de la commune?

André Schenkels: J’ai beaucoup de bons souvenirs ici. Je citerais le premier gros projet qui m’a été confié, à savoir la rénovation du centre médico-social. C’est un projet de 500.000 euros qui vise à rénover au premier étage les locaux de l’office social et ceux de la médecine scolaire et sportive au rez-de-chaussée. Un projet d’envergure est une preuve de confiance et il est très motivant de pouvoir s’exprimer et s’épanouir dans son travail.

A&B: Quelques mots pour conclure? André Schenkels: Etant originaire de Differdange et ayant toujours habité Oberkorn, je suis très heureux d’être au service de ma commune, d’autant que j’ai la chance de travailler dans une équipe jeune, motivée et qu’il règne une excellente ambiance dans notre service

.


p.8-17_interviews+hotel de ville.qxd

13/08/08

15:30

Page 16

16

Entretien avec

John Scheuren Responsable du Service de Régie

A&B: De combien de personnes est composé votre service? John Scheuren: Le service de régie compte en tout environ 200 personnes. J’essaie de le gérer plus comme un coordinateur que comme un chef, afin de faire avancer les projets de façon humaine et harmonieuse.

Architecture & Bâtiment: Quel est votre rôle au sein de l’équipe communale? John Scheuren: Je suis responsable du CID, il s’agit d’une division du service technique dédiée au service de régie. C’est un travail passionnant car varié et humainement enrichissant.

A&B: Varié à quel point? John Scheuren: On touche vraiment à tout. Notre service s’occupe autant de l’entretien des infrastructures communales, que des bâtiments, du jardinage, des aires de jeux ou des WC publics. Nous sommes en charge de la quasi-totalité des petits chantiers. On peut dire que ça bouge tout le temps, presque trop parfois! A titre d’exemple, lors des récents orages, nous gérions entre 200 et 300 coups de téléphone par jour.

A&B: Quelle est votre philosophie de travail? John Scheuren: Ma philosophie est que nous avons 21.000 chefs et que nous sommes là pour les servir. Quelque part ce sont les habitants de Differdange qui nous paient, nous leur devons donc le meilleur service possible.

des chantiers trop grands pour être réalisés en interne par nos services.

A&B: Les festivités du centenaire ont également du particulièrement occuper vos équipes... John Scheuren: Nos équipes se sont effectivement occupées de tout ce qui est montage, transport, électricité pour les différentes festivités du centenaire. Nos chapiteaux sortent toutes les semaines. Ils servent aussi aux différents clubs de la commune. Nos équipes ont également réalisé le montage de l’arène du centenaire, qui pouvait accueillir 8.000 personnes.

A&B: Quelques mots pour conclure? A&B: Quel est le plus grand chantier réalisé par votre service? John Scheuren: Le plus gros chantier que nous ayons réalisé en interne est la transformation de l’ancien réservoir d’eau d’Oberkorn en espace culturel comprenant quelques 700 m2 d’exposition. Ce chantier a quasiment été entièrement réalisé par nos équipes et son budget n’a été que de 180.000 euros. Tout est coordonné entre le CID et Monsieur Schenkels, qui s’occupe

John Scheuren: Un atelier comme le nôtre ne peut que fonctionner s’il y a une bonne collaboration en son sein. Je suis heureux de pouvoir compter sur de bonnes équipes, sur de bons contremaîtres, et que nos relations avec les autres membres du service technique soient excellentes. Nous avons la chance de travailler non pas en concurrence, mais en partenariat, ce qui participe à l’excellente ambiance dans laquelle nous travaillons

.


p.8-17_interviews+hotel de ville.qxd

13/08/08

15:30

Page 17

17

L’Hôtel de Ville L’Hôtel de Ville actuel a été construit sur le site d’un ancien hôtel (la Maison Rouge), de la première pharmacie differdangeoise (Kuborn) et du restaurant Jungers ("a Charrels"). Il a été inauguré le 24 octobre 1964. L’architecte chargé de la confection des plans et de la direction des travaux était M. Théo Heischbourg de Niederkorn. Sa mission était de créer un Hôtel de Ville esthétique mais modeste dans ses lignes, pratique et fonctionnel. En 1999, un ascenseur fut accolé au corps du bâtiment afin d’en faciliter l’accès aux personnes à mobilité réduite. En mai 2008, des travaux de transformation du rez-de-chaussée ont commencé. On y aménage un guichet unique «biergeramt» qui sera mis en service en janvier 2009. La géométrie austère du bâtiment est atténuée par les tapis de fleurs

entre lesquels la sphère du jeu d’eau tourne dans la brise avec un murmure de rivière. Ce mouvement palpable est le symbole d’une ville en pleine évolution.

Dans les halls et dans la salle des séances, le visiteur peut admirer toute une collection d’œuvres d’art acquises par l’Administration communale au fil des années.


p.18-25_Entrée de la ville.qxd

11/08/08

9:18

Page 18

18

Entrée de la ville, une nouvelle vision D’après un mémoire de Manuel Lopes Costa, architecte de la ville de Differdange

Le thème de l’entrée de ville n’est pas nouveau. Il était déjà présent lors des premières réflexions sur le plateau du Funiculaire. A l’époque, il était prévu que Differdange soit doté d’une nouvelle gare. Si l’ancienne gare a joué un rôle considérable dans l’évolution de la ville et contribué à son développement sidérurgique, elle a aujourd’hui perdu sa fonction et se trouve affaiblie dans son identité territoriale. L’arrêt actuel se trouve en amont de l’entrée de la ville, au dessus du pont du chemin de fer, et marque l’entrée du centre ville. Même si le projet de construire une nouvelle gare a été abandonné par les CFL, l’urbanisation du plateau du funiculaire marquera le lieu et lui confèrera un caractère central. Ce nouveau front urbain donnera une toute autre importance à cette entrée de ville qui devra jouir de ces nouveaux potentiels. Si aucun projet n’a encore été arrêté concernant cette nouvelle entrée de la ville, des réflexions poussées ont d’ores et déjà été menées.

Préalable à la réflexion: la situation urbaine de l’ancienne gare La situation urbaine de l’ancienne gare a fortement changé avec la réalisation du pont de contournement dans les années 1990. La construction du contournement a permis d’alléger considérablement la circulation au centre ville, facilitant l’accès au


p.18-25_Entrée de la ville.qxd

11/08/08

9:18

Page 19

19

Fousbann ou à Oberkorn, et rendant possible la revalorisation de certains espaces du centre ville. Force est cependant de reconnaître qu’aujourd’hui l’intersection de l’Avenue de la Liberté avec le pont du contournement représente un risque pour la mobilité douce (piétons et vélos). Les piétons qui veulent traverser le pont doivent se rendre de l’autre côté de la chaussée car on ne peut traverser le pont que d’un côté. Il serait donc opportun d’avoir une liai-

son directe entre l’avenue de la Liberté et le site de l’ancienne gare, afin de faire passer la mobilité douce par la rue du Rail vers le centre ou par la piste cyclable qui longera la ligne de chemin de fer.

Un concept pour revaloriser le site de l’ancienne gare La première étape de la réflexion consiste à analyser les potentiels que pourrait avoir un lieu comme

celui-ci, fortement marqué par la présence de wagons de marchandises qui s’alignent dans le paysage. Cette vision est le point de départ vers un concept dont le but est de créer un espace que les gens pourront s’approprier, tout en respectant le tissu urbain du site en lui-même. Ainsi, des wagons de marchandises pourraient être mis à disposition pour être utilisés comme wagons café, ou comme pavillons d’exposition combinés avec de la restauration. .../


p.18-25_Entrée de la ville.qxd

11/08/08

9:18

Page 20

20

.../ Le but est d’intégrer des fonctions à caractère culturel et régénératif dans un lieu typique, tout en le préservant en intégralité. Les wagons pourraient être utilisés individuellement ou en groupe, selon les besoins. Ils s’intégreraient sur le site en s’alignant sur les rails existants. Un espace assez généreux pourrait se développer entre les wagons. Celui-ci pourrait servir de zone de terrasses ou simplement offrir une zone d’extension pour les wagons, le tout combiné avec un espace vert central. Pour préserver le caractère du site, la zone extensible devra être un volume en verre, léger et filigrane. L’accès au site se fera depuis l’avenue de la Liberté par une rampe et des escaliers, qui devront garantir un accès agréable et facile. Cet accès devra être mis en évidence par un volume sobre. Ce bâtiment intégrera une fonction commerciale ou culturelle, au prolongement des nouvelles affectations de l’ancienne gare. Cette nouvelle liaison vers l’ancienne gare formera un nouvel accès vers le centre ville. Les piétons et cyclistes pourront passer sous le pont et accéder par la rue du rail à l’avenue de la Liberté. Une piste cyclable longeant le chemin de fer garantira dans le sens opposé une liaison directe avec le centre de Niederkorn.

Le bâtiment de l’ancienne gare Jouant un rôle capital pendant des décennies, l’ancienne gare se trouve aujourd’hui fortement affaiblie dans son environnement urbain surtout marqué par le pont de contournement (N31). Le bâtiment, qui sera très prochainement loué en partie par la commune, appartient toujours aux CFL, mais il serait opportun que la commune puisse l’acquérir afin de lui donner de nouvelles fonctions. Il pourrait être utilisé en partie comme musée avec pour thème «l’évolution de la ville de Differdange dans le temps» ainsi que «le rôle de la sidérurgie dans le temps». Une zone devra être réservée à une activité de restauration en partie dédiée aux spécialités régionales.


p.18-25_Entrée de la ville.qxd

11/08/08

9:19

Page 21

21

Les pièces restantes pourraient être mises à disposition d’artistes locaux désireux de s’inspirer des espaces urbains de la ville pour développer leur «projet». Ces locaux pourraient aussi être utilisés comme pièces de séminaires pour accueillir des classes scolaires. La surface du restaurant pourrait aussi servir de zone d’exposition pour les œuvres produites par les artistes occupants. Ainsi, le bâtiment aura une vocation multifonctionnelle et culturelle, incluant un espace gastronomique.

Le réseau de chemins piétonniers /cyclables Depuis quelques années, de nombreux efforts ont été mis en œuvre afin de développer la mobilité douce sur le territoire de la commune, ce par un réseau piétons et cyclables. Ainsi, une piste cyclable relie la localité d’Oberkorn au centre de Differdange par le futur plateau du Funiculaire. Celle-ci traversera le plateau du Funiculaire pour relier la partie sud du territoire communal. Le parking du contournement sera le point d’intersection des différents réseaux de mobilité douce. Le piste du Thillenberg, inaugurée il y a peu, relie le plateau du Thillenberg, et permet de s’évader dans la nature depuis le centre de Differdange et le parking du contournement.

.../


p.18-25_Entrée de la ville.qxd

11/08/08

9:19

Page 22

22

.../

La piste longeant le chemin de fer reliera le centre de Niederkorn jusqu’au point d’intersection du parking du contournement.

Situation urbaine de la gare La situation urbaine de la gare constitue depuis toujours un point hautement stratégique dans l’espace urbain qu’est l’entrée de ville. Avec le développement du plateau du Funiculaire, l’entrée de ville prendra une toute autre ampleur dans l’espace. A l’heure actuelle, elle est surtout marquée par le pont du chemin de fer, un passage dont l’impression d’étroitesse est accentuée par les talus le long du chemin de fer.

Nouvel accès


p.18-25_Entrée de la ville.qxd

11/08/08

9:19

Page 23

23

B

A A B

I

N

I

1

6m

Si les CFL n’entendent plus construire une nouvelle gare, ils sont tout de même prêts à renouveler les quais de l’arrêt ainsi que leurs accès et à réféchir avec la commune à la revalorisation de ce site.

L’intervention urbanistique et architecturale pourrait consister à créer une place des deux côtés du pont du chemin de fer, afin d’élargir l’espace et de mettre les nouveaux bâtiments en évidence.

Une fois le projet de construction d’une nouvelle gare écarté, il a fallu étudier les potentialités du site, afin de lui trouver de nouvelles fonctions et revaloriser l’espace urbain.

Du côté du rond point, le bâtiment serait composé de deux volumes principaux. Le premier serait une ellipse, dont la forme s’accorderait aux mouvements créés par le giratoire. Le second serait un volume linéaire qui suivrait le quai tout en prenant une forme pointue et accentuée le long de la route (N31). Les fonctions seraient complémentaires à celles du centre commercial.

Chaque nouvelle intervention nécessite une analyse approfondie, l’architecture devant agir dans son environnement. Ainsi, l’implantation d’un centre commercial vis à vis de l’entrée de ville et du site en question devra être prise en compte, afin d’offrir une fonction complémentaire à celles qui se développeront de part et d’autres, et notamment sur le plateau du Funiculaire.

Espace-wagons

Les deux premiers étages pourront accueillir des grands magasins, les deux volumes pouvant être utilisés ensemble ou séparément. .../


p.18-25_Entrée de la ville.qxd

11/08/08

9:19

Page 24

24

.../ A partir du deuxième étage, des surfaces de bureaux pourront trouver leur place, ce sur trois niveaux. Les deux derniers étages de l’ellipse accueilleront un restaurant panoramique, qui de cette hauteur offrira une vue splendide sur le centre ville.

L’ellipse sera principalement composée de verre. Transparent et filigrane, il constituera un complément architectural à l’espace mouvementé. Ce volume permettra aussi de mettre en évidence le nouvel accès au quai, qui sera marqué par sa cir-

culation verticale et par l’abri du quai. Du côté du centre ville, le talus existant sera réduit afin de créer une place, elle aussi marquée par un bâtiment. D’un volume plus modeste, celui-ci pourra accueillir des fonctions journalières, comme un salon de thé, un marchand de journaux, un snack bar... Le bâtiment pourrait aussi reprendre plusieurs de ces fonctions réparties sur différents étages, une division de l’immeuble étant possible. L’important sera de rassembler des fonctions compatibles avec le lieu et son environnement urbain. Le but de l’intervention n’étant pas de se limiter à une fonction bien déterminée mais plutôt d’en définir le caractère et de laisser ensuite la liberté pour l’usage qui s’identifiera au lieu avec le temps

.


p.18-25_Entrée de la ville.qxd

11/08/08

9:19

Page 25

25

1

«Être humain ayant la responsabilité de l’architecture pourrait dès lors signifier faire grandir, sur notre terre, un espace qui n’est, ni raideur, ni molesse, ni simplement droit, ou entièrement courbe, ni séduisant, ni laid, en lui, de l’harmonie que nous avons cherchée à insuffler dans nos actes. Or, cette harmonie n’est jamais banale, ni tapageuse, entre ces deux pôles, du séduisant et du laid, elle est. Elle est tension vibrante, porteuse de la Vie, ressuscitant du combat intérieur de l’Homme.

L’architecte qui de jour en jour s’exerce ainsi, met alors en oeuvre non plus ses désirs et ses rêves, mais des matières, qui délimitent les espaces au sein desquels sont appelés à vivre les êtres humains, qui apparaissent dans le monde à travers son intégrité et son exigence quotidienne, et qui contiennent en elles un peu de son souffle créateur. C’est sur ce chemin étroit, douloureux, parfois violent, que resplendit certains jours, une lumière, qui aura su capter et rendre humain. Et c’est de ce chemin de vérité que jaillissent les harmonies des formes taillées dans la matière. Architectures qui restituent alors toutes les forces inscrites en elles aux êtres qui y vivent, et à la Terre.» Eric Furnémont, architecte, philosophe et ami

6m


Jim Clemes.qxd

11/08/08

9:21

Page 26

26

Entretien avec Jim Clemes architecte intention, ou notre mission, “ Notre était de faire redécouvrir la ville comme lieu de vie ” Architecture & Bâtiment: Quel est votre rapport personnel à la ville de Differdange? Jim Clemes: Etant natif d’Esch-surAlzette, j’ai toujours ressenti une certaine affinité avec Differdange. Comme Esch, Differdange est une ville marquée par son histoire industrielle. Certains terrains, accessibles aujourd’hui, étaient à l’époque interdits au public, c’était bien entendu les plus intéressants pour les gamins que nous étions. Plus qu’une ville, Differdange est aussi un nom connu mondialement. Il n’y a que deux noms au Luxembourg, hors celui de notre capitale, qui résonnent internationalement, il s’agit de Schengen, à cause des accords, et de Differdange, à cause des poutres utilisées dans le monde entier. De la période florissante de la ville lui reste son architecture. Aujourd’hui, Differdange est une ville en plein essor qui a de nombreux atouts. Nous avons été forts honorés d’être contacté en 2002 pour nous occuper de la valorisation de son centre-ville.

A&B: Sur quels projets avez-vous précisément travaillé? Jim Clemes: Avec Schroeder & Associés, nous avons travaillé au réaménagement de la zone piétonne et de l’avenue de la Liberté. Nous avons également, en collaboration avec un architecte paysagiste, participé au réaménagement du parc Gerlache.

Il nous a aussi été donné de démontrer le potentiel de certains terrains, comme la colline sur laquelle nous avons développé le projet «Les terrasses de la ville». A Differdange, nous n’avons cessé de faire des allers-retours entre urbanisme et architecture. C’est Bérangère Wittamer, chez nous, qui s’est particulièrement occupé des projets d’urbanisme pour Differdange.

A&B: Qu’est-ce qui différencie l’approche urbanistique de l’approche architecturale? Jim Clemes: L’échelle est différente. La portée du geste posé en urbanisme est majeure. On s’en rend particulièrement compte lorsque que l’on développe un projet architectural. Les allers-retours entre les deux disciplines permettent d’appréhender les choses de façon globale et concrète.

A&B: Quelle était votre intention en pensant le centre de Differdange? Jim Clemes: Differdange est l’une des dernières villes populaires du pays. A tel point qu’elle était devenue le filet social de tous ceux qui ne pouvaient s’offrir un logement ailleurs. Ipso facto, la population la plus aisée se faisait de plus en plus rare. Beaucoup de bâtiments habités par de petits commerçants manquaient d’investissement, il y avait de moins en moins d’activité commerciale, etc.

Partant de ces faits, l’équipe communale en place a tout fait pour retourner la situation et requalifier le centre ville pour le rendre plus attractif. Notre intention, ou notre mission, était donc de faire redécouvrir la ville comme lieu de vie.

A&B: Comment cela s’est-il déroulé concrètement? Jim Clemes: Il fallait d’abord comprendre la situation puis travailler à aider à créer une vie dans le centre, notamment au travers de quelques éléments régénérateurs. Je trouve par exemple que l’«Autre Part» participe à donner une identité à Differdange. Il est aussi important pour la ville de bien gérer la coexistence avec son site industriel, qui est un vecteur important du développement de la ville. Il a enfin fallu travailler sur le logement avec la création d’unités d’habitation de qualité afin de favoriser la mixité sociale.

A&B: La notion de mixité sociale semble vous tenir à cœur... Jim Clemes: La mixité sociale est une garantie d’harmonie et de bien vivre ensemble. On constate que l’absence de mixité sociale favorise les ghettos. Avec des projets comme celui du plateau du Funiculaire, qui visent à créer des logements de qualité sur de petites parcelles, on


Jim Clemes.qxd

11/08/08

9:21

Page 27

27

pourra proposer des logements de qualité à prix décents. A l’heure actuelle, même un travail hautement qualifié ne permet plus nécessairement d’accéder à la propriété dans notre pays. Il y a donc toute une intelligentsia «sans apport financier familial» à attirer et à fidéliser dans une ville comme Differdange. A côté de cela, les efforts faits par la commune attirent aussi des gens plus aisés. Differdange est l’une des rares villes du pays à pouvoir réussir le pari de la mixité socia-

le. Elle a le potentiel pour se développer différemment des autres villes du pays.

A&B: C’est donc, pour conclure, un peu un laboratoire? Jim Clemes: C’est un laboratoire dans le sens où cette ville est une plate-forme d’échange entre cultures. Une ville doit constamment se développer, la stagnation est impossible. Il faut aussi penser une ville

comme Differdange hors de nos frontières. Cela fait des années que l’Europe existe pour les frontaliers. Esch-sur-Alzette, Audun, Villerupt, Differdange, il n’y a plus de frontière depuis longtemps dans l’esprit des gens. Les nouveaux centres urbains sont transfrontaliers et il faut les penser autrement qu’uniquement liés à leur territoire national. A mon avis, Differdange a tous les atouts pour être un centre d’attractivité transfrontalier

.


p.28-33_Centre ville+Gerlache.qxd

13/08/08

15:36

Page 28

28

La réhabilitation C’est en 2003 que le bureau d’architecture Jim Clemes, en collaboration avec Schroeder & Associés, l’artiste luxembourgeois Nico Thurm, et Steffi Hackl, a esquissé une série de réflexions fondamentales sur le devenir de la Ville et de son centre urbain, amorçant ainsi les prémices du renouveau de l´image du Centre Ville de Differdange. Cette mission, en gestation depuis des années, est due à la détermination des responsables communaux, à leur volonté de relever ce défi de taille, d’ouverture à de nouvelles perspectives d’avenir. L’étude avait pour but de s´interroger sur le devenir de cette Ville, qui suite au déclin de l’ère industrielle, se retrouvait, comme ses voisines, Esch-sur-Alzette ou encore Dudelange, dans un contexte en pleine mutation urbaine, sociale et structurelle.

Un contexte en pleine mutation Comment perpétuer l’évolution d’une ville qui durant cent ans, n’a eu de cesse de se développer, de s´enrichir, de son histoire riche du fer et de l’acier?

Bérangère Wittamer atelier d’architecture et de design Jim Clemes


p.28-33_Centre ville+Gerlache.qxd

13/08/08

15:36

Page 29

29

du centre Ville de Differdange La mission de l’atelier d’Architecture et de design Jim Clemes fut de décrypter, au sein du tissu urbain actuel, les pistes permettant de réinvestir des lieux existants au travers d´un regard différent, à la lumière du tournant décisif que vit aujourd’hui le sud du pays.

en pleine mutation. «Imaginer, modeler des lieux de vie, paysages urbains pour les générations futures». Les projets Kordall, en parallèle à l’étude de réhabilitation du centre ville, illustrent aussi la marche décisive de Differdange vers son futur.

besoins qui définissent la ville d’aujourd´hui. Au besoin d´efficacité, de vitesse, se substitue de manière de plus en plus franche le besoin de réinvestir l’espace public, de le rendre plus humain. Le souci de l’aisance fait place à l´ infrastructure.

La réaffectation des friches industrielles des villes du sud donne le ton des mutations sociales, urbaines et structurelles vécues par toute une population.

Réinventer sans dénaturer

Analyse et diagnostic

Nouvelles terres d’accueil, les communes se doivent de réfléchir à leur identité, qui ne se borne plus au lieu d´habitation, à penser à ce que doit aujourd´hui être une ville. C’est maintenant que nous nous devons de réfléchir à des modes d´habitat, à une façon de vivre la Ville, adaptés aux exigences et aux besoins d’une société

Une intervention en centre ville est toujours particulière, car il s’agit d’intervenir dans un contexte préexistant, riche d’un passé qu’il incombe, en tant qu´hommes de l’art, et pour le respect de la mémoire de tous, de sublimer. «Réinterpréter, proposer une lecture de la ville en adéquation avec les modes de vies contemporains». Dans ce contexte de mutation urbaine, il incombe de reconnaître les

Une analyse urbaine multidirectionnelle a permis de mettre en évidence les potentialités de la Ville. Loin d’être une liste exhaustive, il s’agit d’une esquisse de ce que pourrait être la Ville de demain, ses atouts mis en exergue. Le résultat de ces recherches abouti aux constats suivants: • Enclavement des structures existantes • Manque ou absence de liaison entre les espaces publiques majeurs. Les lieux existent mais ne sont pas mis en valeur. Il faudrait donc débloquer les artères encrassées du système pour que la vie puisse à nouveau couler dans les venelles et ramifications du tissu urbain. Il y a une grande diversité des lieux de vie, mais elle n’est pas exploitée. «Investir, désenclaver, redonner un souffle et toute son importance à l’espace urbain.» La ville jouit d’une position privilégiée entre ville et nature. Le réseau des pistes cyclables ou encore le site des terrasses de la ville, sont des projets qui illustrent la volonté de relier le centre ville à son cadre naturel. .../


p.28-33_Centre ville+Gerlache.qxd

13/08/08

15:36

Page 30

30

.../

Les éléments régénérateurs La dynamique de revalorisation du centre-ville repose sur des éléments générateurs de changement. Il s’agit d´un plan schématique qui sert de base aux développements, planifications, et réalisations futures, l’essentiel étant de créer un réseau d´espaces urbains différenciés qui ensemble trouvent leur cohérence.

L’objectif est de révéler le tissu urbain existant sans toucher à la structure même des bâtiments, en encourageant l’implantation de nouvelles fonctions capables d’alimenter un centre urbain commercial attractif.

L’artère commerçante Le premier élément qui a marqué le renouveau urbain fut la réalisation de l’artère piétonne, devenue aujourd’hui

le symbole du changement. Adopté par la population, ce projet a donné aux habitants la possibilité de se réapproprier cette nouvelle image positive. La réhabilitation de l’avenue de la Libération comprend la création d´une zone piétonne. Elle permet de relier les espaces publics majeurs du Centre Ville, que sont la Place du Marché et le parc Gerlache aux rues commerçantes (rue de la Liberté, rue Emile Mark) principales du centre. L’atelier d’architecture et de design Jim Clemes a travaillé en collaboration avec l´artiste eschois Nico Thurm pour développer une gamme de mobilier propre à la ville ainsi qu´un projet de fontaine (rue du parc Gerlache) symbole d´une ville fière de son histoire et de son activité industrielle toujours dans la course.


p.28-33_Centre ville+Gerlache.qxd

13/08/08

15:36

Page 31

31

Le réaménagement du parc Gerlache Ancienne barrière difficilement franchissable, le parc Gerlache est aujourd’hui une articulation essentielle au sein du tissu urbain, permettant de se rendre en toute sécurité d’un quartier à l’autre du centre-ville. Le lieu, pensé pour ses utilisateurs, a été immédiatement adopté par la population differdangeoise, heureuse de redécouvrir un endroit où flâner tranquillement, jouer avec ses enfants, assister à un concert en plein air... Le parc constitue un véritable écrin de verdure en plein cœur de la ville. Une nouvelle place à hauteur du kiosque crée une liaison de grande qualité avec l’artère commerciale et offre un belvédère agréable sur le parc dont les anciennes barrières ont désormais disparu. .../


p.28-33_Centre ville+Gerlache.qxd

13/08/08

15:36

Page 32

32

.../ Les Terrasses de la Ville Cet élément générateur est un projet basé sur le constat de fracture que constitue la Grand Rue. Adossée à la colline, celle-ci représente une barrière construite presque continue qui vient amplifier la problématique du relief. La large zone entre la rue des jardins et la Grand Rue est un espace perdu quasiment inaccessible. L´objectif est de faire glisser la qualité de vie que l´on retrouve dans ces quartiers du haut de la ville, proches de la nature. Il s’agit de créer des connexions entre la colline, les promenades pédestres et cyclables, et la promenade urbaine qui sillonne le centre ville. On imagine un lieu de détente et de loisirs, bénéficiant de larges terrasses vertes exposées plein sud et jouissant d´une vue imprenable sur la ville, un lieu d´habitat où des

concepts innovateurs peuvent trouver leur place. Dans le contexte actuel d´optimisation de l´espace, les Terrasses de la Ville offre une réponse de grande qualité. Habiter en campagne, en Ville. Bénéficier du bien-être de la nature tout en jouissant de la proximité des services qu´offre un centre ville. Un parking public intégré dans la colline permettra d´alimenter l´attractivité de ce centre en plein développement. Ce projet est porté par des élus soucieux de valoriser le territoire de la commune et d´offrir à ses habitants un cadre de vie de qualité, affichant ainsi de manière engagée son image d´une ville aux multiples facettes. Presque 5 ans après le début de l´étude, force est de constater que la mobilisation de toute une population, par le biais de ses élus, a porté ses fruits, et que la participation de l’atelier d’architecture et de design Jim Clemes, dans une certaine

mesure, a permis aux habitants de Differdange de reprendre possession de leur centre ville, de migrer à nouveau au travers de ce nouveau réseau d´espaces publics, de réinvestir des lieux qui leur avait momentanément été subtilisés. La ville de demain est en cours de fabrication. Differdange a prouvé à tous qu´elle était capable d´évoluer dans une optique qui ne s´arrête pas aux limites communales, qu’elle saura, avec un regard ouvert sur le monde qui l´entoure, anticiper et ouvrir son territoire aux besoins à venir, aux attentes des générations futures

.


p.28-33_Centre ville+Gerlache.qxd

13/08/08

15:36

Page 33

33

Parc Gerlache


p.34-41_Beng+Au fil du temps.qxd

11/08/08

10:34

Page 34

34

Entretien avec

Marco Bidaine Architecture & Bâtiment: Que représente Differdange pour vous? Marco Bidaine: Etant natif de Belvaux, j’ai habité à trois kilomètres de Differdange pendant toute ma jeunesse. Enfant, Differdange était un synonyme de piscine, puis, à l’âge des sorties, c’était le Flashback à Oberkorn. Differdange, c’était aussi l’Arbed où travaillaient une partie de ma famille. Bref, j’ai un rapport très personnel et affectif à cette commune.

d’hui quasi close de chaque côté. A Differdange, il reste tout le Fousbann à développer.

A&B: Combien la commune pourrait-elle accueillir de personnes? Marco Bidaine: C’est une mauvaise question que beaucoup se posent. La bonne question serait plutôt: comment maîtriser l’évolution de la ville? La commune est d’ailleurs en train de revoir son plan d’aménagement général – qui sera un outil pour le contrôle de l’évolution.

A&B: Qu’est-ce qui, d’après vous, caractérise Differdange? A&B: Quel est le principal défi à relever pour Differdange? Marco Bidaine: Differdange présente un rapport particulier entre la ville et l’industrie. Ici, l’industrie est vraiment dans la ville. Je trouve d’ailleurs très intéressant le fait que Differdange n’ait jamais essayé de renier son passé industriel. Bien au contraire, la commune fait tout pour incorporer les vestiges du passé dans son urbanisme, comme en témoigne la Villa Hadir. Il me semble important que Differdange ait bientôt son lycée. Géographiquement, Differdange est en dehors des circulations principales, étant excentré par rapport à l’axe Mondorf - Dudelange - Sanem - Bascharage - Pétange. Le lycée participera à faire entrer Differdange dans cet axe.

A&B: Que pensez-vous de l’évolution architecturale de Differdange? Marco Bidaine: La ville évolue dans le bon sens, elle vient d’ailleurs d’engager un architecte. Il faut savoir que le potentiel de développement de Differdange est énorme, surtout comparé à une ville comme Esch, qui est aujour-

Marco Bidaine: Il y a beaucoup de non luxembourgeois à Differdange. Le défi politique est que chaque habitant s’identifie à Differdange, peu importe sa nationalité. Ensuite, il faudrait faire en sorte que Differdange reste un endroit abordable et qu’il garde sa mixité sociale, sa vie culturelle, ses commerces, ses cafés, ses écoles, bref l’essence même de l’âme d’une ville.

A&B: Quelques mots pour conclure? Marco Bidaine: Differdange est une ville à découvrir ou à redécouvrir, même pour un differdangeois. Il y a des endroits fabuleux à Differdange, un plateau avec des biotopes, d’anciennes carrières à ciel ouvert, etc. Il faut travailler à donner une image forte et positive de Differdange. Il y a tout dans cette ville, un centre ville qui devient attractif, une partie très urbaine, une université (déjà), une partie très verte avec le village de Lasauvage, le train 1900, des cités ouvrières très conviviales...


p.34-41_Beng+Au fil du temps.qxd

11/08/08

10:34

Page 35

35

Hall Polyvalent Differdange

Hall Polyvalent MaĂŽtre de l'ouvrage: Commune de Differdange Surface: 1850 m2 AnnĂŠe: 1998

.../


p.34-41_Beng+Au fil du temps.qxd

11/08/08

10:34

Page 36

36

.../

Piscine Plein Air Oberkorn

Piscine en Plein Air MaĂŽtre de l'ouvrage: Commune de Differdange AnnĂŠe: 1998


p.34-41_Beng+Au fil du temps.qxd

11/08/08

10:35

Page 37

37

Place Du Marché Differdange

Aménagement de la Place du Marché Maître de l'ouvrage: Commune de Differdange Année: 1997

.../


p.34-41_Beng+Au fil du temps.qxd

11/08/08

10:35

Page 38

38

.../

Salle d'Opération Niederkorn

Modernisation d'une salle d'opération Maître de l'ouvrage: Syndicat de l'Hôpital Intercommunal de Differdange, Pétange et Bascharage Année: 1995


p.34-41_Beng+Au fil du temps.qxd

11/08/08

10:35

Page 39

39

Foyer du Jour Niederkorn

ACCES PIETONS SORTIE DE SECOURS

L LOCA NIQUE TECH

BUREAU DIRECTION

RESERVE

CUISINES

REFECTOIRE PERSONNEL

POUBELLES

L LOCA NIQUE TECH 2

3

4

5

6

7

8

9

10 11 12 13 14

1

VESTIAIRE

2

3

4

5

6

7

8

9

10 11 12 13 14

SORTIE DE SECOURS

VESTIAIRE

7

8

9

18 16 17 14 15 12 13 10 11

IAIRE VEST

8

9

7

10

6

11

9

8

10

7

11

6

12

5

2 3 4 5 6 7 8

5 AIREPE SANIT ICA HAND

SALLE D'EAU

12

4

13

3

14

2

GROUPE 1 JARDIN D'ENFANTS 14 CHAISES (2-4 ANS)

14

3

2

1

9

D'EAU

8

ERIE GARD

COURETTE

7

COURETTE

ETTE

6

COUR

5

RVE RESE

4

SALLE POLYVALENTE SALLE DE DEFOULEMENT

4

GROUPE 1 JARDIN D'ENFANTS 14 CHAISES (3-6 ANS)

1 SALLE

13

TROTTO IR

6

11

5

10

4

RESERVE

Maître de l'ouvrage: Commune de Differdange Surface: 960 m2 Budget: 1.536.000 € HT Année: 2000 3

3

1

2

2

ESCALIER SECOURS

1

1

12

1

PLAN DE L'ETAGE (NIV +/-000)

.../ TRANSFORMATEUR


p.34-41_Beng+Au fil du temps.qxd

11/08/08

10:35

Page 40

40

.../

Ecole Maternelle Niederkorn Agrandissement d’une école maternelle Maître de l'ouvrage: Commune de Differdange Année: 1997

Foyer d'accueil pour étrangers Differdange Foyer d'accueil pour étrangers Maître de l'ouvrage: Ministère de la Famille Année: 1996


p.34-41_Beng+Au fil du temps.qxd

11/08/08

10:35

Page 41

Au fil du temps...

41


p.42-49_place du marché.qxd

11/08/08

11:07

Page 42

42

Le réaménagement de la place du marché Par Yves Feis, architecte diplômé


p.42-49_place du marché.qxd

11/08/08

11:07

Page 43

43

Vue d'ensemble du réaménagement de la Place du Marché

Parti architectural L’aspect peu attrayant de l’ancienne place du marché a conduit le Collège Echevinal de la Ville de Differdange à prendre l’initiative de la réaménager en vue d’augmenter son attractivité et d’améliorer son utilité dans le cadre des activités et manifestations se déroulant en plein air. Afin de répondre à ces impératifs et aspirations, le projet de réaménagement intervient au niveau de trois volets, à savoir: • Augmentation des sensations de découverte ressenties par les piétons au fil de leur parcours dans l’enceinte de la place publique avec création de perspectives changeantes au gré du cheminement, susceptibles de donner lieu à des impressions variables; • Amélioration de la sécurité, du bienêtre et du confort des piétons face au trafic routier; • Accroissement de la valeur récréative de la place.

Le projet de réaménagement, qui s’articule autour de ces considérations-clés, se propose d’y répondre par la réalisation des aménagements suivants:

Déviation du trottoir longeant la rue J.-F. Kennedy Ce trottoir prendra un parcours sinueux afin de le dégager du trafic routier, bruyant et insécurisant. Les espaces verts avec plantation d’arbres qui seront aménagés de part et d’autre du cheminement ainsi que les bancs et bacs à verdure qui y seront installés agrémenteront le parcours pour le rendre plus attrayant. Les bancs qui se trouveront orientés tant vers la place, vers le monument que vers la route offriront de nombreuses perspectives de vue intéressantes aux usagers et créeront des opportunités de rencontre et de détente multiples. L’ensemble fera en outre, avec le futur podium, office d’écran visuel et protecteur face au trafic routier de la rue J.-F. Kennedy.

.../


p.42-49_place du marché.qxd

11/08/08

11:07

Page 44

44

Trottoir, plantations et podium côté rue J.-F. Kennedy

.../ Installation d’un podium

côté rue J.-F. Kennedy Prévu en milieu de la place, ce podium pourra servir à toute activité et spectacle. L’implantation du podium a été choisie de façon à créer un espace

intermédiaire entre le monument et l’all��e d’arbres, prévue en prolongement de la ruelle provenant de l’aire de jeux pour enfants, de manière à créer un point d’attrait supplémentaire au piéton l’invitant à parcourir la place. Orienté vers le centre de la

place, dégagé sur trois côtés, il permettra aux spectateurs de jouir d’une vue parfaite sur les spectacles s’y déroulant. Par ailleurs, le podium a été conçu du point de vue du choix des matériaux –


p.42-49_place du marché.qxd

11/08/08

11:07

Page 45

45

Allée d'arbres côté nord, podium, terrasses et monument

structure légère en acier avec plancher et toiture vitrés – et de son exécution – lamelles en bois orientables au fond du podium – de ne pas faire barrage aux vues et d’écraser la place sous sa dominance. La transparence de l’ensemble pourra d’ailleurs être adaptée aux manifestations s’y déroulant par

le réglage des lamelles horizontales orientables. L’éclairage de la scène par le haut et par le bas devrait per-

mettre de créer toute ambiance voulue lors d’un spectacle.

.../

.../


p.42-49_place du marché.qxd

11/08/08

11:07

Page 46

46

Podium

.../ Création d’une allée d’arbres

en prolongement de la ruelle aboutissant côté est sur la place en provenance de l’aire de jeux pour enfants

Conçue comme un élément en avant plan par rapport au podium, situé au milieu de la place et le monument se trouvant en arrière plan, l’allée d’arbres encadre le piéton dans sa progression et l’amène tout naturellement vers le centre de la place.

Aménagement d’une allée d’arbres en partie supérieure de la place L’allée qui sera composée de quatre arbres isolés comprendra trois groupes de bancs jumelés avec bacs


p.42-49_place du marché.qxd

11/08/08

11:07

Page 47

47

Allée d'arbres en avant-plan, podium en milieu de la place et monument en arrière-plan

à verdure orientés vers le podium et vers le monument. Cette allée fournira un cadre naturel à la place côté nord. Les ombrages des arbres procureront fraicheur et protection du soleil en été, ce qui

sera certainement apprécié par les utilisateurs des terrasses. En outre, leur feuillage procurera un écran naturel particulièrement agréable le soir où on peut se tenir sur la place à l’air libre sans pour autant être à découvert.

La végétation, les bancs ainsi que le podium avec l’animation qu’ils pourront engendrer fourniront un cadre plaisant et intéressant aux passants tout comme aux personnes fréquentant les commerces .../ et café-terrasses existants.


p.42-49_place du marché.qxd

11/08/08

11:08

Page 48

48

Allée d'arbres en prolongation de la ruelle, podium, terrasses et allée d'arbres côté nord

.../

Parti technique

à verdure ont été ultérieurement posés et scellés dans le dallage.

Pour la réalisation des aires de verdure, le dallage existant a été enlevé après découpe périphérique au disque. Sur quoi les fondations du podium ont été coulées. Ont suivi la réalisation des bordures au pourtour des aires plantées. Une fois ces travaux achevés, le dallage a été posé et adapté aux nouvelles constructions. Les bancs et bacs

Concernant les matériaux, le choix a été volontairement limité à ceux déjà employés dans le cadre de la réalisation actuelle, à savoir acier peint pour la structure du podium (similaire à la teinte des lampadaires actuels), acier Corten pour les bacs à verdure (similaire à l’acier rouillé employé dans le

cadre de la réalisation du monument) et éléments en bois pour les sièges et dos des bancs. Force est de constater que l’ensemble des aménagements a sensiblement augmenté l’aspect et la valeur de la Place du Marché, qui constitue au cœur de la ville un pôle central d’intérêt, d’activité et de rencontre digne de la Ville de Differdange

.


p.42-49_place du marchĂŠ.qxd

11/08/08

11:08

Page 49

49


p.50-57_Arboria_new.qxd

13/08/08

15:16

Page 50

DIFFERDANGE

50

UNE VILLE SE CONSTRUIT

SORTIR ZOE DANS LE PARC

FAIRE UN DÉTOUR EN ALLANT AU TRAVAIL

Connaissez-vous ARBORIA? ARBORIA est le nom du nouveau quartier sur le point de voir le jour à Differdange, l’ancienne cité du fer aujourd’hui en pleine mutation. Troisième ville du Luxembourg, Differdange bénéficie d’une situation géographique privilégiée dont elle souhaite pleinement tirer parti. Devenue l’un des centres de développement et d’attraction culturelle du sud du Grand-Duché, la ville a connu sur les cinq dernières années, une croissance démographique de 8%. Sa population jeune, dynamique et pluriculturelle constitue l’un de ses principaux atouts. Séduite par le projet Arboria qui privilégie qualité de vie et bien-être au quotidien, la commune de Differdange a travaillé en étroite collaboration avec le développeur du projet .../ afin de pouvoir proposer à ses futurs habitants un cadre de vie d’exception.


p.50-57_Arboria_new.qxd

13/08/08

15:16

Page 51

51

SE RELAXER UN MOMENT A VENDRE


p.50-57_Arboria_new.qxd

13/08/08

15:16

Page 52

52

.../

DIFFERDANGE ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Differdange, ancienne ville industrielle, autrefois tournée vers la sidérurgie, entend devenir une ville verte qui réponde à tous les critères écologiques et de développement durable en vigueur. Ses préoccupations s’accordent parfaitement à celles d’Arboria: nouveau concept architectural, résolument moderne et écologique, il associe la fonctionnalité à l’esthétisme en mettant l’accent sur la qualité de vie et le confort des habitants.

III+

III+

III+

III+

III+

III+ III+

III+

III+

11

III+

IV III+

III+

12

III+

III

III III

III INFRASTRUCTURE SCOLAIRE I

III

14 13

AR

BO

III

RIA PA

ARBORIA: UN PROJET AMBITIEUX Le projet Arboria se déploiera sur les 8,5 ha du Plateau du Funiculaire, en face de la gare, et en bordure du parc de la Vallée de la Chiers. Situé à l'intersection des localités de Differdange, Foussbann et Oberkorn, il reliera entre eux les principaux quartiers de la commune, dont il constituera le nouveau cœur. .../


p.50-57_Arboria_new.qxd

13/08/08

15:16

Page 53

53

ROUTE DE CONTOURNEMENT N 31I

III

CENTRE COMMERCIAL IV

3

IV

IV I

II+

I

I

I

I

I

1

II+ IV

APPARTEMENTS

III

VI III

RT PA AP

TS EN EM

IV

8

II III

6

II III I

I

7

5

IV

II

O

III

X AU S RE CE BU ERVI S ET

X AU S RE CE BU ERVI S ET

I+

III III

III

II+

LYCEE

III

III

10

II III I+

PARC

DE LA

CHIE

HALL DE LA CHIERS

RS

II IV

II I

RUE DU GAZ RUE DICKES-LENTZI

EQUIPEMENT PUBLIC III

RKI

III

III III

BUREAUX ET SERVICES

E MA

SALLE DE SPORTS

EMIL

II

B AR

2

III

RU E

9 II

4

II III

RIA


p.50-57_Arboria_new.qxd

13/08/08

15:16

Page 54

54

DES ESPACES RÉSIDENTIELS VARIÉS

DES SERVICES DE PROXIMITÉ

au sein d’Arboria sera un lieu de vie, d’échanges et de mixité dédié à l’achat-plaisir.

Arboria, c’est tout d’abord un programme immobilier de grande ampleur, qui comprend la construction de plus de 47.000 m2 de surfaces résidentielles. Le plan d’aménagement d'Arboria prévoit différentes typologies de bâtiments pour répondre à des besoins diversifiés et des budgets adaptés: studettes, studios, appartements, etc.

Parce que l'attractivité d'une zone urbaine réside également dans les facilités d’accès aux services, Arboria prévoit l’aménagement d'un centre commercial qui regroupera 13.000 m2 de commerces et de restaurants et proposera 300 emplacements de stationnement. Quiétude, convivialité, invitation à la flânerie, l’espace commercial

Implantation et accessibilité optimales, architecture attrayante et visible, espaces faciles à entretenir et à exploiter, tout sera conçu pour satisfaire les consommateurs et favoriser le succès des commerçants.


p.50-57_Arboria_new.qxd

13/08/08

15:16

Page 55

55

UN CENTRE ÉCONOMIQUE Arboria, qui propose aussi des espaces de bureaux, vise également à attirer des entreprises sur le site. Arboria entend ainsi contribuer à la création d’une véritable dynamique économique et consolider durablement le tissu social: un maillage des fonctions stratégique qui répond aux ambitions à long terme de la commune.

UN URBANISME VERT Arboria, c’est enfin un environnement et un lieu de vie exceptionnels, une infrastructure qui répond aux ambitions du plus grand nombre: vivre en ville tout en étant au cœur de la verdure. Bordé par le vaste parc de la Vallée de la Chiers, Arboria s’agrémente également de squares et d’aires de jeux conçus pour le plus grand plaisir des petits comme des grands. La philosophie d’Arboria repose sur le développement d’un urbanisme vert. Il se veut un lieu de vie agréable et de proximité, qui intègre un programme écologique ambitieux: la maîtrise des aspects énergétiques tant à la conception qu’à l’exécution des bâtiments, dans le respect des générations futures, est une constante du projet.

.../


p.50-57_Arboria_new.qxd

13/08/08

15:16

Page 56

56

.../

UNE INFRASTRUCTURE URBAINE AUTHENTIQUE ET VARIÉE

Fabeck Architectes, Gambucci Architects, Moreno Architectes et SchemelWirtz Architectes) œuvrent à la conception d’Arboria.

Sept architectes de renommée internationale (Paczowski et Fritsch Architectes, Dewey Muller architectes et urbanistes, M3 Architectes, Tatiana

De la coopération et du débat entre les architectes naissent de nouvelles idées pour améliorer le

confort et la qualité de vie des occupants. De plus, à l’instar d’une ville, Arboria sera constitué de plusieurs types d’architectures; chaque architecte apporte son savoir-faire pour réaliser à terme un paysage architectural harmonieux, cohérent, et cependant varié.


p.50-57_Arboria_new.qxd

13/08/08

15:16

Page 57

57

LES GRANDES ÉTAPES DE LA RÉALISATION PHASE 1: RÉNOVATION DE LA VILLA HADIR La Villa Hadir, bâtisse historique de la Ville de Differdange, a été rénovée en 2006. Le bureau Gambucci Architects a su rendre à la Villa Hadir toute sa splendeur, au point que la Villa est redevenue l’un des joyaux architecturaux de la ville.

La Villa Hadir abrite à présent les bureaux de sociétés du groupe Editpress, ainsi qu’une brasserie au rez-de-chaussée.

pour le transport du minerai de fer. Les travaux de construction des commerces, des bureaux et de la première vague de logements démarreront en 2009.

PHASE 2: CONSTRUCTION DU CENTRE COMMERCIAL ET DES PREMIÈRES HABITATIONS

PHASES SUIVANTES: CONSTRUCTION DES AUTRES HABITATIONS

Les travaux d’infrastructures et de viabilisation du terrain ont démarré mi-2008. Ils comprennent entre autres le démantèlement de l’ancien funiculaire, autrefois utilisé

Les phases suivantes se traduiront par la construction d’autres séries de logements. En parallèle, l’Etat construira un lycée dans le voisinage direct d’Arboria

.


p.58-59_Villa Hadir+maison soins.qxd

11/08/08

11:20

Page 58

58

Villa Hadir

ginale. L’architecte Aristide Gambucci, chargé d’en établir les plans a su rendre à la Villa Hadir toute sa splendeur, au point qu’elle peut s’enorgueillir d’être l’un des joyaux architecturaux de la ville de Differdange.

Ce bâtiment a été construit en 1897 alors que l'industrie de l'acier était en plein essor à Differdange. Propriété, au fil des années de différentes sociétés luxembourgeoises, allemandes ou françaises - il tire son nom de «Hadir» de la société française «Société des hauts-fourneaux et aciéries de Differdange – St Ingbert – Rumelange («HADIR»)», qui s’était portée acquéreur des hauts fourneaux après la première guerre mondiale. Longtemps occupé par l’Arbed puis, dans les années 80 par des délégations syndicales locales, le bâtiment a été laissé à l’abandon pendant presque 10 ans avant qu’Ikogest ne décide, en 2005, d’investir dans sa reconversion. Pour la rénovation et la restauration du bâtiment, Ikogest a œuvré dans le respect de l’architecture ori-

Cette rénovation s’inscrit dans le projet Arboria d’urbanisation du Plateau du Funiculaire, dont il constitue la première étape. Elle sera suivie de la construction de plus de 47.000 m2 de surfaces résidentielles comprenant des appartements, des logements étudiants, des maisons et un centre commercial regroupant 13.000 m2 de commerces et de restaurants.


p.58-59_Villa Hadir+maison soins.qxd

11/08/08

11:20

Page 59

59

La maison de soins

C’est en 1235 qu’Alexandre de Soleuvre fonde l’abbaye de Differdange dont il fit don à l’ordre de Cîteaux. Au départ, cette abbaye cistercienne n’accueillait que des sœurs en droite provenance de la noblesse luxembourgeoise. Par la suite, des femmes venues de Lorraine ainsi que de l’actuelle province de Luxembourg en Wallonie ont également fait leurs vœux à Differdange. Dans les premiers temps, l’abbaye comptait entre 12 et 20 occupantes. Les différentes guerres ayant émaillé l’histoire de notre localité n’ont pas épargné l’abbaye. En 1552 déjà l’abbaye se fait piller et saccager par des soldats français. Mais la période la plus sombre de ce lieu de prière est certainement à rechercher durant la guerre de 30 ans (1618-1648) où l’abbaye connaîtra de véritables razzias et d’innombrables saccages.

Cependant, au début du XVIIIe siècle un vent de renouveau souffle sur notre couvent et les travaux de restauration vont apporter une seconde jeunesse au site. L’hôtellerie, attenante à l’entrée du couvent ainsi que les murs de l’abbaye (dont les vestiges sont encore actuellement visibles) seront également rebâtis. La dernière abbesse à diriger le couvent fut Marie-Madeleine de Gour-

cy, qui tint son poste jusqu’en 1796. L’Ordre fut ensuite officiellement dissout. Mise aux enchères en 1797, elle passera de mains en mains au gré d’autres enchères pour enfin être acquise par la commune de Differdange en 1929. D’abord hôpital, ce bâtiment deviendra centre de soin, en 1981, suite à son rachat par l’Etat luxembourgeois. JM Streit


p.60-61_Photovoltaique+Lavoirs.qxd

13/08/08

15:41

Page 60

60

Une façade photovoltaïque pour le Centre médico-social La rénovation du centre médicosocial de Differdange a été l'occasion de confirmer l'engagement de la commune en faveur de l'écologie. En effet, la façade Sud du bâtiment a été entièrement couverte de panneaux photovoltaïques. Ainsi recouverte de panneaux de verre, la façade Sud du bâtiment, direction place du marché, produit de l'électricité qui sera revendue au réseau Cegedel. La commune a investit 50.000 euros dans ce projet

.


p.60-61_Photovoltaique+Lavoirs.qxd

13/08/08

15:42

Page 61

61

Les lavoirs de Differdange et de Niederkorn Le territoire de la Ville de Differdange a toujours été riche de sources d'eau. On sait que déjà vers 1828, la commune mettait à la disposition des habitants un grand nombre de fontaines publiques aménagées en lavoirs ou bien en abreuvoirs. Ces fontaines pouvaient aussi bien être ouvertes que couvertes. Le 19 mai 2004, le Club Européen Differdange a visité les lavoirs de Differdange et de Niederkorn puis a élaboré des propositions pour leur restauration. Ces propositions ont été soumises aux autorités communales qui les ont accueillies favorablement.

Le lavoir de Differdange

En automne 2004, les travaux ont commencé. Les travaux ont principalement porté sur le toit, la charpente, le revêtement des murs, les grillages, les basins et les abreuvoirs. Ils ont été réalisés par le CIGL (Centre Intercommunal de Gestion Locale, “Jonk hëlleft stänneg”).

.

L'inauguration du lavoir de Niederkorn a eu lieu le jeudi 26 mai 2005

Le lavoir de Niederkorn


p.62-63_Parc gerlache_2.qxd

11/08/08

11:39

Page 62

62

Parc Gerlache

Il doit son nom à Alexandre de Gerlache qui, moyennant un acte notarié daté du 12 mars 1896, a jeté les bases de l'usine de Differdange. Le parc municipal est en réalité la partie verte restante de la vaste propriété de Gerlache située en plein centre-ville et rachetée par la commune en 1921. Le château fut détruit et une partie du domaine aménagé en zone d'habitation. Depuis le réaménagement du parc Gerlache mis en œuvre dans le cadre des travaux de revalorisation au centre-ville (en 1999), ce poumon vert de Differdange constitue un véritable centre de rencontre et de détente pour toute la famille

.


p.62-63_Parc gerlache_2.qxd

11/08/08

11:39

Page 63

63


p.64-64_château_Differdange.qxd

11/08/08

11:43

Page 64

64

Le château des seigneurs de Differdange

L'origine du château est incertaine et estimée au XIVe siècle, date de la première mention des seigneurs de Differdange, appartenant à la famille des seigneurs de Soleuvre. Dévasté à plusieurs reprises au cours des XVIe et XVIIe siècles, le château était en très mauvais état à la fin de la guerre de Trente Ans et a été entièrement rénové en 1901. Ancienne résidence des directeurs des usines de Differdange au début du XXe siècle, le château de Differdange est aujourd'hui le siège de la Miami University.


p.64-64_ch창teau_Differdange.qxd

11/08/08

11:43

Page 65

65

.../


p.66-67_Espace H2O Oberkorn.qxd

11/08/08

11:47

Page 66

66

Espace H2O De l’ancien bassin d’eau au nouveau centre culturel


p.66-67_Espace H2O Oberkorn.qxd

11/08/08

11:47

Page 67

67

L’ancien réservoir d’eau «Um Rattem» d’Oberkorn, situé à exactement 353,30 mètres au dessus du niveau de la mer, avait été achevé en 1912. Ses deux bassins avaient une capacité de 3.000 m3 (3 millions de litres). Le château d’eau fut en service plus de 80 ans, soit jusqu’au milieu des années 90. En quelques mois, il a été entièrement transformé et rénové par les équipes communales, pour un budget de 180.000 euros. L’ancien réservoir d’eau est devenu un centre culturel avec 700 m2 d’espace d’exposition. L’espace H2O a été inauguré le jeudi 24 avril 2008, avec une importante exposition rétrospective sur le thème “Differdange, 100 ans d'histoire(s)”.

La salle d’exposition

L’équipe qui a travaillé à la réalisation du projet


p.68-69_piscine découverte.qxd

11/08/08

11:53

Page 68

68

Piscine découverte d’Oberkorn: Une belle longévité


p.68-69_piscine découverte.qxd

11/08/08

11:53

Page 69

69

L’histoire de la piscine découverte d’Oberkorn remonte à 1933, avec les premières installations qui furent achevées en 1948.

pouvoir de persuasion, même sur les plus frileux.

En ce qui concerne la rénovation des bassins, des cuves en acier inox ont été installées dans les bassins existants.

La piscine après rénovation Elle a ensuite été entièrement modernisée et fut une seconde fois inaugurée en 2000. Elle a, depuis, accueilli des milliers de visiteurs venant de toute la Grande Région. La piscine d'Oberkorn mérite le détour. Les douches extérieures et intérieures à l'eau préchauffée, de même que celle des bassins, ne manquent pas d'exercer un fort

Le bassin non-nageurs (20x30m) comprend un champignon d'eau, un canal hydraulique ainsi qu'un grand toboggan. Le bassin nageurs comprend une surface d'eau de 33,33 x 20 m. La nouvelle pataugeoire d'une surface d'eau de 100 m2 a son toboggan pour enfants.

Les locaux des vestiaires et des douches ont été complètement reconstruits. Les nouveaux locaux en forme de 'gradins' sont conçus de façon à aménager un passage plus facile d'une plage inférieure à une plage supérieure. Cette nouvelle plage 'minérale' est le complément des plages 'végétales' existantes

.


p.70-71_ZI Haneboesch+Marie-Astrid.qxd

11/08/08

12:05

Page 70

70

Zone industrielle Haneboesch

Le développement économique fait partie des priorités de Differdange. En plus de rester une ville industrielle, son ambition est de favoriser le développement du commerce, de l’artisanat et du secteur tertiaire. Dans ce contexte, une extension de la zone industrielle Haneboesch est prévue afin d’offrir aux entreprises désireuses de s’implanter à Differdange des conditions optimales.

Sous le signe du développement durable Pour que les prix des terrains mis à disposition des entreprises restent raisonnables, les emplacements seront cédés sous forme de baux emphytéotiques. La zone sera aménagée selon un concept écologique au niveau des parties publiques.

Les parkings seront composés de surfaces perméables où l’eau pourra s’évacuer naturellement, favorisant la flore. Des rigoles permettront aux eaux pluviales de se déverser directement dans la Chiers. Un bassin de rétention sera également aménagé. Les voitures se gareront sur du «gruine» et les différents emplacements seront délimités par des plantes et des arbres. L’extension de la zone industrielle Haneboesch marque la volonté de la commune de favoriser un développement économique harmonieux et dynamique sur son territoire.


p.70-71_ZI Haneboesch+Marie-Astrid.qxd

11/08/08

12:05

Page 71

71

L'Hôpital intercommunal Princesse Marie-Astrid

L'HPMA, autrement dit hôpital intercommunal de Bascharage, Pétange et Differdange a ouvert ses portes en 1981 à Niederkorn. Après bien des turbulences financières, l'HPMA a fusionné le 1er janvier 2008 avec le Centre hospitalier Emile Mayrisch (CHEM d'Esch-sur-Alzette).


p.72-74_Lasauvage+Fond-de-gras.qxd

11/08/08

12:15

Page 72

72

Lasauvage

.../


p.72-74_Lasauvage+Fond-de-gras.qxd

11/08/08

12:15

Page 73

73

Lasauvage, toute une légende Le site de Lasauvage n'a été habité que très tardivement. Pourquoi? La faute à une femme! Mais une femme pas comme les autres. En effet, la légende raconte qu'une femme sauvage habitait dans une cavité de la falaise «La Cronnière».

On prétendait qu'elle n'était vêtue que d'une épaisse chevelure, que ces yeux cernés de rouge brillaient tels des charbons ardents, que sa large bouche cachait une double rangée de dents et que ses doigts, armés de griffes puissantes, lui servaient pour la chasse et pour déchiqueter ses proies qu'elle mangeait crues.

Lorsqu'elle mourut, elle ne fut pas acceptée aux enfers et dut retourner sur terre afin de faire peur à la population locale. Elle erra ainsi durant de longues années avant qu'une personne croyante renvoyât son âme par delà les mers. Depuis, des images accrochées sur la falaise témoignent de cet «exor.../ cisme».


p.72-74_Lasauvage+Fond-de-gras.qxd

11/08/08

12:15

Page 74

74

.../

Et au début naquit un haut fourneau

Le comte de Saintignon

fourneaux de Differdange. Il mourut en 1921 totalement endetté.

Voilà pourquoi Lasauvage, appelé alors Val de la sauvage femme est resté inhabité pendant de nombreux siècles. En effet, ce n'est qu'en 1623, qu'un habitant de Longwy, Gabriel Bernard de Longwy y construisit un hautfourneau et une forge d'affinage à l'endroit où se trouve l'actuelle école. Ce site connut durant 250 ans une histoire mouvementée faite de hauts et de bas (guerre de Trente Ans, révolution française). Durant cette période deux autres hauts-fourneaux vont être érigés, faisant de Lasauvage le plus important site de production du pays.

Après cette fermeture, le comte de Saintignon, propriétaire des lieux, s'était mis en tête que le sol de Lasauvage regorgeait de charbon. En réalisant les carottages préliminaires, ils tombèrent sur une source d'eau minérale. Le comte eut alors l'idée d'installer des bains et thermes à Lasauvage. Il y construisit d'ailleurs un hôtel pour les futurs curistes (l'actuel « Balcon »). Mais le tout capota.

Les hauts fourneaux de Rodange et de Saulnes rachetèrent le site de Lasauvage. Rodange en reprit l'exploitation jusqu'en 1978, date de la fermeture de la dernière mine.

Cependant, la concurrence des hauts fourneaux travaillant la minette combinée à une géographie accidentée conduisit à la fermeture du site en 1877.

L'extraction de minette par contre battait son plein au point même qu'à certaines périodes près de 1000 personnes vivaient à Lasauvage. Durant la Première Guerre mondiale, le comte de Saintignon refusa de fournir de la minette aux Allemands. Il dut ainsi fermer les mines et congédier les ouvriers. Après la guerre, il dut répondre de ses actes et fut condamné à payer des indemnités conséquentes aux propriétaires des hauts-

Le comte de Saintignon en plus d'exploiter le sol de Lasauvage fit également construire un presbytère, un cimetière et une église. Cette dernière, copie conforme de la Sainte Chapelle de Paris, est ornée de vitraux représentant divers saints dont les visages ne sont autres que les représentations des différents propriétaires qui se sont succédé à la tête des hauts fourneaux de Lasauvage. Petite anecdote pour conclure: le cimetière de Lasauvage étant situé sur le sol français, à chaque enterrement, et cela jusqu'en 1980, les douaniers français devaient être présents… JM Streit


p.72-74_Lasauvage+Fond-de-gras.qxd

11/08/08

12:15

Page 75

75

Fond-de-Gras Le parc industriel et ferroviaire du Fond-de-Gras fait incontestablement partie des richesses culturelles de Differdange. Il propose, de mai à octobre, de nombreuses attractions et activités. Véritable musée vivant, il témoigne de plus de 100 ans d’intense activité industrielle, ce grâce au projet réalisé par le Service des Sites et Monuments Nationaux, les associations «AMTF» et «Minièresbunn» ainsi que les communes de Pétange et de Differdange. On peut y visiter une ancienne gare ferroviaire, une galerie minière, un train de laminage, une centrale électrique de 1913 abritée au Hall Paul Wurth, le bistrot des mineurs, une ancienne épicerie de Differdange, deux trains touristiques, la

«Minieresbunn» qui relie le site à Lasauvage et même à Saulnes en France et le «Train 1900» qui fait la navette entre Pétange ou Rodange et le Fond-de-Gras. Durant la saison, de nombreuses animations (concerts, expositions, festival des trains etc) sont proposées sur le site du Fond-de-Gras et de Lasauvage. Le hall Paul Wurth abrite la centrale électrique, construite en 1913, qui servait à alimenter les installations de la société Paul Wurth en courant

électrique, avant d’être démontée et transférée au Fond-de-Gras en 1989. L’ancien train de laminage N°5 de la société ARBED a également été reconstruit au Fond-de-Gras. Il a été en service de 1908 à 1989 et servait à laminer des profilés de petite dimension, notamment des rails pour les minières.


p.76-77_double page_ecoles.qxd

11/08/08

12:25

Page 76

76

Les écoles L'éducation est au cœur même des priorités de la Ville de Differdange. Pour faire face à son évolution démographique, la commune n'a cessé, les dernières années, d'investir dans ses infrastructures scolaires. Parce qu'un bâtiment scolaire a par définition une vocation éducative, priorité a été donné dans ces constructions et extensions à l'écologie et au développement durable.

Ecole Fousbann à Differdange

Crèche Kornascht à Niederkorn

Ecole des Filles à Niederkorn


p.76-77_double page_ecoles.qxd

11/08/08

12:25

Page 77

77

Ecole desgarçons à Differdange

Ecole Bock à Oberkorn

Ecole des Garçons Niederkorn

Ecole Woiwer à Differdange-Fousbann

Ecole Prince Henri à Oberkorn


p.78-79_Ecole filles & garçons Differdange.qxd

11/08/08

12:33

Page 78

78

Agrandissement de l'école des filles et des garçons à Differdange Il s'agit de la construction d'un nouveau bâtiment à l'arrière du bâtiment existant. Les travaux ont été accomplis dans des délais extrêmement courts, entre juin 2004 et septembre 2005. Le nouveau bâtiment se compose de 3 niveaux de 3 classes. Chaque classe dispose d'armoires dont le fond constitue un caisson acoustique à l'intérieur de l'atrium. La face inférieure des dalles de classe est restée brut de décoffrage. Des éléments acoustiques ont été intégrés au plafond des classes et supportent les luminaires. La façade principale du nouveau bâtiment des classes, orientée à l'Ouest, est largement vitrée et inclinée de 10° sur la verticale.

Les châssis fixes et ouvrants ont été équipés d'un double vitrage HI. L'occultation est réalisée au moyen de tentures intégrées. Les pignons sont opaques. La façade ouvragée de l'annexe basse du bâtiment de l'harmonie communale a été mise en évidence au moyen du raccord au pignon par un simple vitrage encastré. Le bloc des classes est séparé du bâtiment existant par un atrium recouvert d'une verrière. Cet atrium a pour fonction de laisser pénétrer la lumière naturelle, non seulement à

l'intérieur du nouveau bâtiment, mais également à l'intérieur des couloirs du bâtiment existant au travers des larges baies ouvertes dans sa façade. La liaison entre les deux bâtiments se fait par des passerelles et des escaliers dont la structure métallique a été recouverte de plancher. On retrouve ce même bois comme parquet dans les classes. Un nouvel ascenseur dessert les niveaux de l'ancien et du nouveau bâtiment. Ecole des filles


p.78-79_Ecole filles & garçons Differdange.qxd

11/08/08

12:33

Page 79

79

Ecole des garçons

Le nouveau bâtiment comporte également 2 tours de 5 niveaux de blocs sanitaires. Le dernier niveau traverse la verrière pour se raccorder à la nouvelle toiture du bâtiment existant. Il en est de même pour le volume de l'ascenseur.

Les châssis des classes sont munis de pare-soleil et de vitrage à lamelles métalliques intégrées pour la partie horizontale.

Nouvelle toiture du bâtiment existant

Le couloir est muni de banquettes et de porte-manteaux intégrés au fond des armoires des classes.

La toiture existante du bâtiment principal a été remplacée par un nouveau volume de toiture. Ce volume comportera 4 classes et un bureau. Chaque classe est largement éclairée naturellement par une lucarne orientée à l'est dont la partie vitrée se prolonge en toiture.

Un éclairage artificiel spécialement adapté uniformise l'éclairage de toute la surface de la classe.

En même temps qu'agrandi, le bâtiment a été mis en conformité selon les dernières prescriptions et réglementations en matière de sécurité et de santé. Architecte: Schiltz Architectes - Ingénieurs SA


p.80-81_Ecole Bock+Crèche Kornascht.qxd

11/08/08

12:45

Page 80

80

Ecole Bock Oberkorn

.../

Transformation de l’école Bock Maître de l'ouvrage: Commune de Differdange Année: 1995 Atelier d'Architecture Beng


p.80-81_Ecole Bock+Crèche Kornascht.qxd

11/08/08

12:45

Page 81

81

Crèche Kornascht Niederkorn

Foyer du Jour Crèche Kornascht à Niederkorn Maître de l'ouvrage: Commune de Differdange Surface: 960 m2 Budget: 1.536.000 € HT Année: 2000 Atelier d'Architecture Beng


p.82-83_Ecole des Filles Niederkorn.qxd

11/08/08

12:58

Page 82

82

Ecole des filles de Niederkorn

L'école des filles de Niederkorn a été construite en 1903. Elle a été rénovée en 1999. Lors de cette rénovation, la toiture et les façades ont été restaurées. Les salles de classes ont été modernisées.


p.82-83_Ecole des Filles Niederkorn.qxd

11/08/08

12:58

Page 83

83


Ecole des Garçons Niederkorn.qxd

11/08/08

13:22

Page 84

84

Agrandissement de

l’école des garçons de Niederkorn

Il s’agit d’un nouveau bâtiment adossé au hall des sports dans la cour arrière du bâtiment existant. Les travaux ont été accomplis dans des délais extrêmement courts, entre juin 2004 et septembre 2005.

Les classes

L’atrium

Le bâtiment comporte 3 niveaux de 2 classes avec à chaque niveau entre les 2 classes une classe de soutien.

Le bloc des classes est séparé du bâtiment existant par un atrium recouvert d’une verrière.

• le sol des classes est recouvert de parquet • des éléments acoustiques ont été intégrés au plafond des classes et supportent les luminaires • les 2 façades principales du nouveau bâtiment, orientées à l’est et à l’ouest, sont vitrées sur toute leur hauteur • les châssis fixes et ouvrants sont équipés d’un double vitrage HI • la toiture du nouveau bâtiment, visible du dernier étage, est de type végétale extensive avec végétation basse

Cet atrium a pour fonction de laisser pénétrer la lumière naturelle non seulement à l’intérieur du nouveau bâtiment mais aussi à l’intérieur des couloirs du bâtiment existant au travers des baies existantes dans l’ancienne façade. Un nouvel escalier et un ascenseur desserviront depuis l’atrium les niveaux de l’ancien et du nouveau bâtiment. Les marches et contremarches de l’escalier ainsi que les paliers sont revêtus de carreaux de Basalte.

Extension dans les combles du bâtiment existant L’aménagement des combles du bâtiment existant comporte: • 4 classes • 1 salle multimédia • 1 préau • 1 bloc sanitaire filles (11 toilettes) • 1 bloc sanitaire garçons (3 toilettes + 4 urinoirs) • 1 bloc sanitaire enseignants La qualité de la dalle de sol existante du dernier niveau du bâtiment ne permettait pas de reprendre les charges occasionnées par les nouvelles classes. Il a donc fallu réaliser une nouvelle dalle de sol par-dessus la dalle existante. Une structure métallique dimensionnée par l’ingénieur en stabilité supporte la dalle de plafond des classes support à la charpente existante. Les éléments bas des fermes ont été sectionnés une fois leurs liaisons réalisées avec la nouvelle dalle des plafonds des classes.


Ecole des Garçons Niederkorn.qxd

11/08/08

13:22

Page 85

85

Cette structure se prolonge pour former les éléments de lucarnes et de verrières. Chaque classe est largement éclairée naturellement par des lucarnes orientées au sud. Les châssis des classes sont munis de stores extérieurs à commande électrique. Un éclairage artificiel spécialement adapté uniformise l’éclairage de toute la surface de la classe. Le bâtiment existant a, en même temps, subi une mise en conformité complète aux dernières prescriptions et réglementations en matière de sécurité et de santé. Architecte: Schiltz Architectes - Ingénieurs S.A.


p.86-87_Ecole Woiwer.qxd

11/08/08

15:38

Page 86

86

Agrandissement de l'école Woiwer Les travaux ont été effectués entre janvier et octobre 2007.

+ 7 urinoirs), ainsi qu'un bloc sanitaire handicapés ont ainsi été créés.

Le toit a été enlevé afin d'ajouter un étage supplémentaire. Huit salles de classe, une salle de conférence, un bloc sanitaire filles (10 toilettes), un bloc sanitaire garçons (5 toilettes

L'étage supplémentaire a entièrement été réalisé en bois. L'emploi du bois répondait autant à des critères écologiques que statiques. En effet, la qualité de la dalle de sol

existante du dernier niveau du bâtiment ne permettait pas d'aménager un étage supplémentaire en dur. Ainsi, une structure en lamellé collé et en bois a été choisi et dimensionnée par l'ingénieur en stabilité pour l'aménagement des 8 nouvelles salles de classe. Une charpente apparente et une toiture à faible inclinaison ont été mises en œuvre. Chaque classe est largement éclairée naturellement et les châssis des classes sont munis de stores extérieurs à commande électrique. Un éclairage artificiel spécialement adapté uniformise l'éclairage de toute la surface de la classe. Le couloir central avec coupoles translucides permet un éclairage naturel de cette zone. Un nouvel ascenseur dessert les niveaux de l'ancien bâtiment et le nouvel étage. L'escalier central a été augmenté d'une volée pour rejoindre le nouvel étage. Mise en conformité du bâtiment En même temps qu'agrandi, le bâtiment a été mis en conformité selon les dernières prescriptions et réglementations en matière de sécurité et de santé par ces différents travaux:


p.86-87_Ecole Woiwer.qxd

11/08/08

15:38

Page 87

87

- Construction d'un nouvel escalier en béton conforme aux prescriptions côté sud - Construction d'un nouvel escalier de secours en acier côté nord - Mise en conformité de l'escalier existant (revêtement, garde-corps) - Compartimentage incendie des deux cages d'escaliers intérieurs - Aménagement d'un accès adapté aux personnes à mobilité réduite - Installations de sécurité (Système de détection incendie et d'alerte, éclairage de secours, signalisation,...) - Mise en conformité des chemins d'accès et de fuite du sous-sol;

De plus, chaque porte du bâtiment a été équipée d'une serrure électronique. Les utilisateurs (instituteurs, personnel de nettoyage, personnel communal,...) disposent d'une télécommande (style automobile) qui lui permet l'accès différencié à des locaux spécifiques. Ce système évite le maniement de nombreuses clefs. Chaque clef électronique et chaque serrure électronique est reprogrammable. Architecte: Schiltz Architectes - Ingénieurs SA


p.88-89_Ecole Fousbann.qxd

11/08/08

15:40

Page 88

88

Extension de

l’école Fousbann L’extension de l’école Fousbann sera réalisée en 3 phases. Ce projet, qui devrait encore débuter cette année, comprendra entre autres un centre régional pour l’éducation différenciée. Son budget est estimé à environ 40 millions d’euros.

Une construction... Le programme de construction comprend: • 10 salles de classe pour l’éducation différenciée avec 4 ateliers et 4 bureaux • 2 salles de classe pour l’éducation précoce • 8 salles de classe pour l’éducation préscolaire • 12 salles de classe pour l’éducation primaire • 14 salles pour la maison relais et cuisine professionnelle • Un hall sportif divisible en trois parties • Une salle polyvalente et un airtramp • Une bibliothèque, une salle de musique et 2 salles de bricolage et 2 salles de réunion

...sous le signe du développement durable L’extension de l’école Fousbann comptera de nombreuses installations à caractère écologique. Chauffage à copeaux de bois Le CO2 qu’un tel système libère en brûlant, est compensé par le fait que ce CO2 avait déjà été extrait de l’atmosphère par la plante lors de sa croissance. Le bilan quantitatif CO2 d’un chauffage à copeaux de bois est donc quasi nul. Toiture verte La toiture permet d’avoir un climat

agréable en été et d’être bien isolé en hiver. Cette solution offre également de belles perspectives en matière de filtration et d'épuration biologique des eaux de pluies. Elle permet aussi de limiter les apports massifs d'eau de pluie dans les canalisations d'eaux pluviales. On estime qu'annuellement, un toit végétal absorbe jusqu'à 50% de la quantité d'eau tombant sur les toits, permettant ainsi une réduction des coûts de traitement de l'eau de 5 à 10%. La végétalisation des toits en milieu urbain permet aussi de réduire les taux de CO2 dans l'air tout en fixant les principales pollutions (poussières atmosphériques et pollens). Gestion des eaux Le programme comptera également un système de rétention des eaux de surface ainsi qu’un système de collecte des eaux de surface afin de les utiliser pour l’arrosage. L’école sera équipée d’urinoirs sans eau. Le système d’aspiration de l’urine utilisé est relativement répandu en Autriche et en Suisse, équipant même de nombreuses aires d’autoroute. Il garantit hygiène, économies d’eau et permet d’épargner la moitié de l’installation sanitaire par rapport à un urinoir traditionnel, ne nécessitant qu’une évacuation. Gestion de l’énergie L’extension de l’école Fousbann sera équipée de panneaux solaires photovoltaïques et l’éclairage sera de type

«tageslicht abhängige beleuchtung». Il s’agit d’un système d’adaptation de l’éclairage à la luminosité naturelle.

Les phases de construction Phase 1 Elle devrait s’étendre d’octobre 2008 à janvier 2011. Programme rez-de-chaussée: 5 salles de classe pour l’éducation différenciée - 2 ateliers, 2 bureaux et sanitaires pour l’éducation différenciée - 2 salles de classe pour l’éducation préscolaire - salle de défoulement et airtramp - locaux techniques et stockage - 2 salles de réunion - préaux et sanitaires - ascenseur


p.88-89_Ecole Fousbann.qxd

11/08/08

15:40

Page 89

89

Programme 1er étage: - 5 salles de classe pour l’éducation différenciée - 2 ateliers, 2 bureaux et sanitaires pour l’éducation différenciée - 6 salles de classe pour l’éducation préscolaire - préaux et sanitaires

Phase 2 Elle devrait commencer en septembre 2009 et s’achever en mai 2011.

Programme cave: - salle de sports avec vestiaires et sanitaires - cuisine pour la maison relais - sanitaires

Programme 1er étage: - 6 salles pour la maison relais - sanitaires

Programme rez-de-chaussée: - 2 salles pour l’éducation précoce - 6 salles pour la maison relais - 2 salles pour la maison relais pour l’éducation différenciée - préaux et sanitaires

Elle devrait commencer en juillet 2011 et s’achever en janvier 2013. Programme cave: - une bibliothèque - une salle de musique - deux salles de bricolage - sanitaires Programme rez-de-chaussée: - 6 salles de classe pour l’éducation primaire - Sanitaires

Elévation Est

Elévation Sud

Elévation Nord

Phase 3

Programme 1er étage: - 6 salles de classe pour l’éducation primaire - Sanitaires.


p.90-91_Ecole Prince Henri.qxd

11/08/08

15:44

Page 90

90

Ecole Prince Henri à Oberkorn

L'école Prince Henri a été sérieusement endommagée par un incendie le 18 juillet 2007. Non seulement l'école sera remise en état, mais elle sera aussi agrandie. Trois nouvelles salles de classe seront aménagées sur la salle de gymnastique tandis que quatre autres seront construites sous le toit. Les classes précoces qui se trouvent actuellement dans des containers emménageront au rez-de-chaussée qu'elles partageront avec le préscolaire. Les étages supérieurs sont réservés aux enfants du primaire. En outre, des vestiaires et des douches ont été aménagés au sous-sol et la salle de théâtre a été rénovée.


p.90-91_Ecole Prince Henri.qxd

11/08/08

15:44

Page 91

91


p.92-95_Lycée Differdange+pub mewcom.qxd

11/08/08

16:45

Page 92

92

Differdange aura son lycée ! Depuis des années, la Ville de Differdange militait pour l’implantation d’un lycée. Après avoir publié un dossier bien ficelé qui développait 10 arguments en faveur de l’implantation d’un lycée dans la Cité du Fer, le gouvernement s’est décidé et un projet de loi est déjà en cours d’élaboration.

Le fait que chaque jour les adolescents doivent quitter leur ville pour suivre leurs cours, ne provoque pas uniquement un problème majeur de transport, mais également une perte de dynamisme et de créativité pour la ville concernée. Plan Sectoriel Lycée Dans le cadre du Plan Sectoriel Lycée, le gouvernement procédera prochainement à la détermination d’un site dans la région du sud pour un lycée supplémentaire. Selon des estimations sur l’évolution du nombre d’élèves, un établissement supplémentaire devra être créé au cours des prochaines années pour accueillir les élèves de la région sud. La Ville de Differdange remplit tous les critères pour être sélectionnée : elle est classée centre régional, connaît une forte croissance démographique et a déjà réservé un terrain pour l’implantation d’une telle infrastructure postprimaire. Differdange, un centre régional

La troisième ville du pays sans lycée Depuis des années, la Ville de Differdange, troisième commune du pays avec ses 20.400 habitants, revendique l’implantation d’un établissement post-primaire sur son territoire. A part les 300 élèves qui fréquentent le régime préparatoire au bâtiment Jenker au Fousbann,

une annexe du Lycée Technique Mathias Adam de Pétange, tous les élèves doivent quitter définitivement leur commune après l’accomplissement de la sixième année primaire. Toutes les autres grandes villes du Bassin Minier peuvent offrir le post-primaire sur leur territoire: Esch, Dudelange, Pétange, demain Sanem, sauf Differdange!

La Ville de Differdange est considérée selon les critères de l’aménagement du territoire comme centre d’attraction et de développement régional (CDA). Ces centres régionaux sont prédestinés à accueillir des infrastructures régionales, comme notamment des établissements scolaires. Selon le programme directeur de l’aménagement du territoire de 2003, un centre de développement et d’attraction régional « est un centre urbain dans lequel se concentrent les équipements et les services, publics et privés, destinés à couvrir les besoins courants, mais dépassant sensible-


p.92-95_Lycée Differdange+pub mewcom.qxd

11/08/08

16:45

Page 93

93

Differdange propose un site : le Plateau du Funiculaire

ment le niveau quotidien. Ils répondent aux besoins d’approvisionnement de base en biens et services de niveau régional...».

tion démographique comparable à celle de Differdange.

Croissance démographique

L’augmentation du nombre d’habitants a une influence directe sur le nombre d’élèves accueillis au préscolaire et au primaire. Actuellement 244 élèves sont inscrits à l’éducation précoce, 527 élèves au préscolaire et 1.699 au primaire. Par rapport à 1990, la population scolaire (préscolaire et primaire) a augmenté de 62%, tandis que la population en général n’a augmenté que de 24%. Lors d’un dernier recensement en octobre 2006, 1.163 élèves habitant la Ville de Differdange ont déclaré fréquenter un établissement post-primaire au Luxembourg, sans compter tous ceux, qui poursuivent leurs études secondaires à l’étranger.

Depuis 1990, le nombre d’habitants de la Ville de Differdange a augmenté de 4.000 unités, pour compter 20.400 habitants en mai 2007. Déjà aujourd’hui une augmentation de 15% de la population est projetée pour les 10 prochaines années, puisque actuellement plusieurs importants projets immobiliers (Bei Woiwer, Plateau Funiculaire, Woelmswies, Mathendall II et III, Carreau Thillenberg, Um Biergwee, Terrasses de la Ville, …) sont en réalisation ou en planification. Les autres communes de la Vallée de la Chiers, c'est-à-dire Sanem, Pétange et Bascharage connaissent une évolu-

Démographie scolaire à Differdange

Sachant que parfois les autorités étatiques ont des problèmes à trouver un terrain approprié pour l’implantation d’un lycée, la Ville de Differdange a réagi à temps. Lors des dernières modifications du plan d’aménagement général, approuvées en date du 11 mai 2007 par le Ministre de l’Intérieur, un site en plein centre de la commune de Differdange a été réservé pour l’accueil d’une importante infrastructure scolaire. Le terrain d’une superficie de 2 à 3 hectares est intégré dans la planification globale de l’urbanisation de la friche industrielle «Plateau du Funiculaire». En cas de besoin, un agrandissement de la «zone lycée» sera possible, soit vers le Parc de la Chiers, soit vers les bâtiments et alentours de l’école professionnelle et du CEPS. Sur le terrain réservé pour un bâtiment scolaire, aucune activité industrielle n’a eu lieu, ce qui réduit le risque d’une éventuelle contamination à un strict minimum. Situation centrale Le Plateau Funiculaire est une friche industrielle de +/- 15 hectares située en plein coeur de la Ville de Differdange, entre les sections de Differdange, Oberkorn et Fousbann. Le projet d’urbanisation du Plateau Funiculaire prévoit la création de surfaces commerciales, de logements, de bureaux, d’infrastructures sociales et scolaires, ainsi que d’un grand parc. A quelques mètres du centre historique de Differdange, se créera lors des dix prochaines années un nouveau noyau central .../


p.92-95_Lycée Differdange+pub mewcom.qxd

11/08/08

16:45

Page 94

94

.../

pour toute l’agglomération de la Ville de Differdange. Connexion aux réseaux de transport Le Plateau Funiculaire se trouve juste à côté du croisement de la N 31 et du CR 174, de la gare de Differdange, des lignes du TICE et du Diffbus. Il est également prévu de relier le site au réseau autoroutier, ceci par la prolongation de la «Rocade de Differdange» vers le centre ville - un projet prioritaire pour le Ministère des Travaux Publics. A 200 mètres du Plateau Funiculaire se trouve le parking du contournement avec plus de 270 emplacements. Bien qu’une certaine capacité reste actuellement disponible jour et nuit, une future extension est envisageable.

Proximité du Parc des Sports Le terrain prévu pour le futur lycée est situé à 400 mètres du Parc des Sports à Oberkorn, pour lequel la Ville de Differdange a chargé un bureau d’élaborer un plan directeur, prévoyant différentes possibilités de rénovation et d’extension des infrastructures existantes. Ceci permet d’intégrer les infrastructures sportives d’un éventuel lycée dans un concept général pour le Parc des Sports. De toute façon la rénovation, et en cas de besoin l’agrandissement de la piscine couverte, est une nécessité absolue pour les dix prochaines années. Synergies Lors du débat sur l’état de la nation en mai 2006, le premier ministre avait

déclaré vouloir construire les nouveaux lycées sous la forme d’un PPP (privat public partnership). La proximité du site réservé d’un grand projet d’urbanisation, réalisé par un investisseur privé, offrira justement la possibilité de synergies entre l’état et cet investisseur privé. L’implantation de cet établissement scolaire au coeur de la Ville de Differdange et son intégration dans une planification globale permettra de mieux profiter des infrastructures de transports existantes, des alentours comme le futur Parc de la Chiers, des parkings existants et à créer ou d’autres infrastructures comme p.ex. celles du hall polyvalent La Chiers et du Parc des Sports à Oberkorn. Toutes les nouvelles infrastructures sportives pourront être réalisées et gérées en étroite collaboration entre l’État et la commune

.


p.92-95_LycĂŠe Differdange+pub mewcom.qxd

11/08/08

16:45

Page 95

95

pour les professionnels


Arcelor Mittal_Differdange_6 pages.qxd

12/08/08

9:52

Page 97

97

Made in Differdange (Luxembourg)

by

New York, Ground Zero, Freedom Tower 19.12.2006 Mise en place de la première poutrelle Histar de Differdange. Photo Rob Caroti, New York


Arcelor Mittal_Differdange_6 pages.qxd

12/08/08

9:52

Page 98

98

Laminage des premières poutrelles Grey pour le Freedom Tower 12.07.2006 Photo Studio Frank Weber, Dippach © 2006

Le Freedom Tower de New York Après s’être difficilement remis du choc terrible causé par les attentats du 11 septembre 2001, les Etats-Unis ont décidé de construire à l’emplacement des tours jumelles du World Trade Center une tour gigantesque de 541 m comprenant 108 étages qui prendra le nom symbolique de "Freedom Tower". C’est en présence de nombreuses personnalités, de plusieurs centaines de journalistes, photographes et cameramen ainsi que d’une foule de curieux que l’ouverture solennelle du chantier fut célébrée le 19 décembre 2006 par la mise en place d’une première poutrelle faisant partie des fondations du Freedom Tower. Cette première poutrelle HISTAR grade 65, d’une commande initiale de 803 tonnes, avait été lami-

née le 24 juillet 2006 à l’usine d’ArcelorMittal à Differdange. Lors de la conférence de presse, organisée par le bureau du gouverneur et la mairie de la ville de New York, annonçant le début de la construction du nouveau Freedom Tower, les différents orateurs n’ont pas manqué d’éloge à l’égard des poutrelles de Differdange. Le gouverneur George E. Pataki: “Today, America’s strength is evident in this column of steel; the footings for the great monument to freedom that is rising on this hallowed site”. Le maire Micheal R. Bloomberg: “This steel column symbolises the resiliency of our great city and demonstrates to the world that New York is moving forward and that nothing will diminish our spirit”.

L’architecte Daniel Libeskind: “With the raising of this steel column on side we fully realize the resurgence of this great city and bear witness to the creation of a skyscraper that reassures the preeminence of freedom and liberty”. Le consul général du Luxembourg à New York, Monsieur Georges Faber, a évidemment profité de l’occasion pour faire état aux personnalités présentes de la fierté du Luxembourg et de tous les Luxembourgeois. L’acier luxembourgeois jouera un rôle clé dans la sécurisation des fondations sur lesquelles sera érigé le Freedom Tower qui dominera la skyline newyorkaise avec à sa base un fort contenu technologique luxembourgeois. Notons qu’entre-temps, ArcelorMittal a livré 13.500 tonnes de poutrelles pour la construction du Freedom Tower; d’autres commandes sont prévues. .../


Arcelor Mittal_Differdange_6 pages.qxd

12/08/08

9:52

Page 99

99

.../

Pourquoi des poutrelles de Differdange? Retour en arrière. Le 12 mars 1896 est fondée à l’initiative d’Alexandre de Gerlache la S.A. des Mines et Hauts Fourneaux de Differdange. Le Conseil d’administration comprend une douzaine de membres. Parmi eux un jeune ingénieur-entrepreneur, âgé de 33 ans, plein de talent, Paul Wurth, est nommé administrateur-délégué de la nouvelle société. Ses mérites dans la création de l’usine sidérurgique de Differdange sont indéniables. C’est également en 1896 que l’ingénieur américain, Henry Grey, collaborateur de l’American Mill Cy, dépose une demande de brevet qui consiste à laminer les poutrelles à larges ailes en deux phases bien distinctes: le laminage des faces de la poutrelle se fait dans une cage universelle à quatre rouleaux, dont deux horizontaux et deux verticaux, alors que le laminage des bouts d’ailes se fait dans une cage spéciale, appelée “refouleuse”, adjacente à la cage universelle. Aussi Henry Grey a-t-il à peine réalisé quelques poutrelles sur un laminoir pilote à Duluth au Minnesota qu’il se lance dans une large campagne de promotion destinée aux producteurs d'acier américains et à certains producteurs européens. Hélas, Henry Grey constate avec amertume que ceux-ci, ne se rendant pas compte des avantages de son innovation, refusent même d'en prendre connaissance. C'est ainsi qu'un dimanche du mois de mai 1898, Henry Grey et son collaborateur Charles Albert Prince frap-

pent à la porte du domicile privé de Paul Wurth et lui présentent deux échantillons de poutrelles, l’une à larges ailes et l’autre à âme mince. Paul Wurth, ingénieur averti, en reconnaît aussitôt les avantages. Henry Grey a la chance de rencontrer en Paul Wurth un patron de société qui est non seulement un fabricant de produits sidérurgiques, mais en même temps un utilisateur des mêmes produits. En tant que propriétaire d’un atelier de construction à Luxembourg-Hollerich il est évidemment avide d’inventions permettant de réduire le poids et la taille des structures métalliques. Le 8 juillet 1898, Paul Wurth et Henry Grey signent un premier contrat d'option pour l'achat du brevet. Le 16 octobre 1898, le Conseil d’administration décide l’achat du brevet et la construction d’un laminoir Grey à Differdange. La mise en service a lieu le 1er juillet 1901. En 1902 déjà, Paul Wurth construit le premier pont de chemin de fer avec des poutrelles Grey, la "Charlysbreck" à Dommeldange. La poutrelle Grey de Differdange est lancée.

Les parcours centenaire du train Grey La crise économique de 1900, le rythme effréné de la construction de l’usine, les dépassements de devis, le marketing encore insuffisant, le manque de personnel expérimenté, des difficultés techniques imprévues et des accidents aux hauts-

fourneaux font que la mise en service est assez difficile et que la vitesse de croisière de ce complexe sidérurgique gigantesque n’est atteinte que vers les années 1911 – 1912. A cette époque, l’usine dispose de dix hauts-fourneaux, d’une aciérie Thomas avec cinq cornues de vingt tonnes et de neuf trains de laminage parmi lesquels le train Grey occupe déjà une position de choix. La production totale d’acier de l’usine s’élève à 486.000 tonnes, celle du train Grey à 113.000 tonnes, l’usine occupant quelques 2.500 ouvriers. En 1911, année du laminage de la première poutrelle de 1000 mm, le train Grey subit déjà sa première modernisation par l’ajoute d’une cage universelle supplémentaire, ce qui augmente sensiblement sa productivité. L’histoire glorieuse et mouvementée du train Grey, depuis la promotion de Differdange au rang de ville en 1907, est trop volumineuse pour être décrite ici. Force est de constater que pendant cette longue période le train Grey a survécu à maintes crises grâce à l’engagement et la perspicacité de ses ingénieurs et techniciens. Ceux-ci n’ont jamais cessé au cours du siècle passé à améliorer et à moderniser l’ensemble de l’équipement et à développer de nouvelles technologies en vue de diminuer le prix de revient des poutrelles et d’en améliorer la qualité. Citons à titre d’exemples les “jumbo beams”, les “tailor made beams”, les poutrelles “Fritenar” et surtout les poutrelles “Histar” qui servent aujourd’hui d’épine dorsale aux plus hauts gratte-ciel construits à travers le monde, notamment le World Financial Cen-


Arcelor Mittal_Differdange_6 pages.qxd

12/08/08

9:52

Page 100

100

Maquette du Freedom Tower à l’emplacement du World Trade Center Photo ArcelorMittal

ter de Shanghai (492 m) et le Freedom Tower de New York (541 m). Si aujourd’hui la nation la plus puissante du monde achète à Differdange les poutrelles pour un bâtiment aussi gigantesque et aussi symbolique que le Freedom Tower, c’est parce qu’elle ne trouve nulle part ailleurs dans le monde des poutrelles ayant les mêmes caractéristiques mécaniques favorables. Depuis l’arrêt de la tuberie en février 2002, le train Grey est le seul train de laminage en opération à Differdange. Sans jamais quitter son rang de

champion parmi les producteurs de poutrelles, le train Grey a encaissé au cours de son histoire nombre de crises et de bouleversements: des grèves sanglantes en 1912 et 1942, deux guerres mondiales, une succession de huit propriétaires différents... Depuis 2006 l’usine de Differdange fait partie du groupe ArcelorMittal, leader mondial incontestable des producteurs d’acier avec 320.000 collaborateurs dans 60 pays, une production annuelle de 109,7 millions de tonnes d’acier expédiées et un chiffre d’affaires de 105,2 milliards de dollars en 2007. .../


Arcelor Mittal_Differdange_6 pages.qxd

12/08/08

9:52

Page 101

101

.../ L’usine de Differdange occupe une position de choix au sein de ce groupe géant, car elle dispose de produits de pointe: les grosses poutrelles, les palplanches HZ, et un équipement hautement performant. Notons que le dernier up-grade substantiel du train Grey vient d’être réalisé par ArcelorMittal en 2007. Cet investissement de 32 millions d’euros a abouti à la suppression des groupes préparateur et intermédiaire ainsi qu’à l’installation dans la ligne de la cage finisseuse de deux nouvelles cages universelles (dont une est récupérée après la modernisation du groupe intermédiaire antérieur). De cette façon on est passé d’un lay-out à trois lignes à un laminoir mono-ligne. Le résultat de cette modernisation est une augmentation de la productivité du

train ainsi qu’une amélioration qualitative de ses produits.

La ville et son usine En cette année commémorative du Centenaire de la Ville, ne faut-il pas consacrer une réflexion à la relation entre la Ville de Differdange et son usine sidérurgique? Pendant les décennies précédant la crise sidérurgique de la deuxième moitié des années soixante-dix, il y a une symbiose étroite entre la ville et son usine. De nombreux habitants, profitant d’un travail sûr et bien rémunéré à l’usine et disposant en grande partie d’un logement de service, font fleurir le commerce local, ce qui incite Armand Peters, directeur de l’usine, à écrire dans le livre

du Cinquantenaire de la ville (1957): “Le développement de la ville de Differdange, caractérisé par l’accroissement et par le bien-être de ses habitants a été et reste fonction de l’évolution de l’usine sidérurgique qui porte son nom. Differdange et son usine constituent un tout inséparable”. Lors de la restructuration post-crise, cette “relation d’amour” s’est rapidement refroidie pour déboucher sur l’indifférence, la méfiance et quelquefois l’hostilité de la population vis-à-vis de l’usine considérée par beaucoup comme une “cité interdite” aux actions et décisions peu transparentes. Plus récemment, on peut cependant constater que l’intérêt de la population pour son usine a de nouveau été

Up-grade 2007 du train Grey: les deux nouvelles cages universelles Photo Carlo Hommel


Arcelor Mittal_Differdange_6 pages.qxd

12/08/08

9:52

Page 102

102

Journée porte ouverte du 8 mars 2008 ...dans l’attente que les portes s’ouvrent Photo Claude Piscitelli

ravivé au fur et à mesure que le ciel de Differdange s’est éclairci, que la skyline de la ville n’est plus entachée par la sombre silhouette des hautsfourneaux, gazoducs, des tours de refroidissement, du bâtiment de l’aciérie LDAC et que la renommée de la poutrelle Grey a encore progressé à travers le monde. Une preuve de ce renouveau fut fournie le 8 mars passé lors de la “journée porte ouverte” de l’usine organisée à l’occasion du Centenaire de la ville. Quelques 1.500 personnes se sont pressées à l’entrée de l’usine pour ne pas rater la visite des nouvelles installations. Cette porte ouverte a déclenché maintes discussions dans les chaumières de Differdange. Cependant les visiteurs, fortement impressionnés par les nouvelles technologies en place, se rendent

compte que l’usine est en passe de devenir une vraie usine “high tech” qui n’a plus rien de commun avec la sidérurgie lourde du siècle passé. La technologie de pointe développée à Differdange pour la fabrication de poutrelles “haut de gamme” ainsi qu’un équipement moderne et perfor-

mant sont le garant d’un avenir assuré de l’usine..., du moins à moyen terme. Aujourd’hui, rien n’empêche les Differdangeois de s’enorgueillir de nouveau de la poutrelle Grey, made in Differdange (Luxembourg) by ArcelorMittal Norbert Kaell

.

Site de Differdange Rue Emile Mark L-4503 Differdange Tél.: 00352 58 20 2110 www.arcelormittal.com


p.102-103_Eglises.qxd

12/08/08

9:57

Page 102

102

Les ĂŠglises


p.102-103_Eglises.qxd

12/08/08

9:57

Page 103

103


p.104-105_Monuments & art urbain.qxd

12/08/08

10:20

Page 104

104

Impressions...


p.104-105_Monuments & art urbain.qxd

12/08/08

10:20

Page 105

105


p.106-107_Impressions modernes.qxd

12/08/08

10:25

Page 106

106

Impressions...

modernes


p.106-107_Impressions modernes.qxd

12/08/08

10:25

Page 107

107


p.108-109_détails façades.qxd

13/08/08

15:50

Page 108

108

Détails architecturaux...

impressions


p.108-109_détails façades.qxd

13/08/08

15:50

Page 109

109


p.110-111_Ronds-points.qxd

12/08/08

10:44

Page 110

110

Ronds-points

.../

Rond-point - centre de Niederkorn


p.110-111_Ronds-points.qxd

12/08/08

10:44

Page 111

111

Rond-point - centre de Differdange

Selon Eric Alonzo, auteur du livre Du rond-point au giratoire (éd. Parenthèses, 2005), «le terme "rond-point" est bien antérieur à l'apparition de l'automobile; il est utilisé pour désigner dans les jardins et les forêts, un carrefour circulaire auquel aboutissent plusieurs allées. Par extension, il s'applique à partir de 1831 aux places et carrefours circulaires urbains agencés selon le même dispositif.»

C'est à l'architecte Eugène Hénard (1849-1923), inspecteur des travaux à la ville de Paris, que l'on doit l'invention du carrefour giratoire en 1906, «à partir d'un historique détaillé de ce qu'il considère comme le fait parisien essentiel: l'augmentation considérable des voitures depuis le XVIe siècle», d'après Eric Alonzo. Le carrefour giratoire à priorité à l'anneau, quant à lui, est institué pour la

Rond-point de Niederkorn - direction Bascharage

première fois en 1966, en GrandeBretagne. Le succès est immédiat. «Du jour au lendemain, les giratoires ne se bloquaient plus sous l'effet des débits élevés, la circulation devenant plus fluide et modérée.» (De Aragao Pedro, Architectural Review, janv. 1980). En bref, le rond-point fluidifie la circulation routière et s’avère bien moins accidentogène qu’un carrefour classique

.


Magazine - Differdange 100 ans d'architecture