Issuu on Google+

Moi Ma Belle aux marches du Palais Le 7 mars : JOURNテ右 DE LA FEMME (pages 14 & 15)

Un service...au service des quartiers

(pages 22...25)


mars

2009 numéro 157 p1

LA COUVERTURE Création de Pascale Massicot

p3

SomMAIRE & Edito du maire

p4/5

COURRIER des lecteurs

p6/9

RETOUR photos

p10/11 Infos Pratiques p12/13 l’ACTU du maire :

- de Gaza à la République ...

p14/15 Evénement :

Journée de la Femme

p16

HanDIcap :

p17

EN BREF

- Des accessiblomètres - Nouvel accès aux déchéteries

p18/19 FiNANces :

- A la veille du vote du budget

p20/21 EnvironNEMENT :

- Programme...durable !

p22/25 DOSsier

- Le nouveau service Vie des Quartiers

p26/27 ÉCONOMIE

- Créer et entreprendre... - EUROSIT: l’artisanat industriel

p28

BÉNÉvole - Danie Leclerc : the lucky song !

p29/31 VIE des quartiers, quartiers de VIE - Les Sablons : entre sable et ruisseau p32

PRÉVENTION - INTERSTICE : le chaînon manquant

p33

Parole d’ÉLU(e) - Delphine Fleury : adjointe

p34/35 POPulation - Etat-Civil de janvier 2009 - Inscriptions scolaires pour la rentrée p36/41 SPORTS

- La rubrique d’Antoine de Wilde - La LOOK ...

p42/47 JEUNEsse (s)

- Kalouf : la passion du Graff - Les 20 ans d’Alain-Colas - CIO : bien s’orienter...

p48/49 LIBRE expression politique p51/52 PATtrimoine

- Le Pavillon Berry-Nivernais à l’expo universelle de Paris de 1937

édito L’ÉDUCATION la priorité des priorités A l’heure où j’écris ces lignes, notre département serait contraint à “rendre” pour la rentrée prochaine 17 postes d’enseignants du Premier degré dont 8 rien que sur Nevers (1). Le démantèlement du service public laïc d’éducation nationale est en marche. Ce mouvement massif de suppression de postes et de fermetures de classes est l’illustration même que la politique budgétaire du gouvernement en matière d’enseignement est celle de la règle à calcul qui consiste à déstabiliser et affaiblir tous les rouages du système éducatif de notre pays pour feindre ensuite de découvrir les difficultés propres à l’école. Supprimer d’un trait de plume des postes dans nos écoles et mettre à mal la carte scolaire, c’est finir d’entamer la crise de confiance qui touche les personnels du corps enseignant mais également les élèves et parents d’élèves, confiance sans laquelle rien n’est possible. Le gouvernement réforme à bras raccourcis : l’école, les lycées, les universités, les recrutements, les programmes scolaires... sans se soucier le moins du monde de l’opposition massive que ces réformes rencontrent partout en France. S’agit-il d’ailleurs de réforme ou d’entreprise de déstabilisation ? Car, non content de lancer un vaste mouvement de suppressions de postes dans les écoles, à Nevers comme partout en France, le gouvernement réduit considérablement les moyens des associations d’Éducation populaire, programmant même la disparition pure et simple de l’Institut national de la Jeunesse et de l’Education populaire pour les années à venir. C’est d’autant plus dramatique que l’école a besoin de changement, car la société change. L’urgence serait de donner tous les moyens à l’école aujourd’hui pour lutter contre l’échec scolaire, en renforçant, par exemple, le dispositif des ZEP - Zone d’Education Prioritaire-; l’urgence serait de donner plus de moyens aux IUFM -Instituts Universitaires de Formation des Maîtres-; l’urgence serait d’améliorer les méthodes pédagogiques du primaire au lycée; l’urgence serait de promouvoir l’apprentissage individualisé et de revaloriser les filières professionnelles; l’urgence serait de favoriser l’accès à l’autonomie des jeunes; l’urgence serait de revoir les temps d’apprentissage à l’école et de soutenir le travail en équipes des enseignants; l’urgence serait de rendre plus performant le service public d’orientation afin d’améliorer le passage de nos jeunes entre lycée et université... Ce débat nous concerne tous car, à travers l’avenir de notre jeunesse, c’est celui du pays qui se joue. Quelle place et quels moyens veut-on donner à l’éducation dans notre pays et en Europe ? Quels citoyens veut-on contribuer à former ? Quelle capacité à vivre ensemble dans une société solidaire et plus juste voulons-nous forger ? Quelles connaissances, quels savoirs, quelles compétences et quelles qualifications seront indispensables aux jeunes pour cela ? Quelle place auront-ils dans la construction de leur propre avenir ? Nous devons, plus que jamais, nous appuyer sur le service public laïc d’éducation nationale de la maternelle à l’enseignement supérieur et sur ses personnels pour offrir une perspective éducative globale qui fait tant défaut aujourd’hui. C’est en protégeant et en investissant dans l’éducation, dans les savoirs, dans les compétences des jeunes générations que notre pays sera capable de relever le défi d’une économie plus forte et plus solidaire. Or, aujourd’hui, on fait de nos enfants, les premières victimes d’une crise dont ils ne sont pas responsables. (1) Mercredi 18 février 2009, le rendu définitif de l’Inspection académique n’était pas encore connu.

p54/55 la CARTE POSTALE du mois

- Chaulgnes : la petite Suisse

Didier Boulaud sénateur et maire de Nevers Président de l’adn, la Communauté d’Agglomération de Nevers N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

3


courrier

où ?

De la friture dans le PAF...

Mairie centrale 1, place de l’hôtel de Ville au 03 86 68 46 46 Ouvert tous les jours de 8h30-12h et de 13h30-17h30 (17h le vendredi) et le samedi matin de 9h à 12h (Etat-Civil)

w w w. v i l l e - n e v e r s . f r

Mairie de quartier Nord (Banlay) 4, rue Ernest-Renan 03 86 71 62 71 mairie.quartiernord@ville-nevers.fr

Mairie de quartier Est (Courlis) place du Grand-Courlis 03 86 71 67 40 mairie.quartierest@ville-nevers.fr

Mairie de quartier Ouest (Montots) 9, rue Jules-Verne 03 86 71 83 90 mairie.quartierouest@ville-nevers.fr

Mairie de quartier Centre 3, place Saint-Laurent 03 86 68 46 46 mairie.quartiercentre@ville-nevers.fr

Bonjour, mon antique poste de télévision ayant rendu l'âme, je viens de le remplacer par un appareil de type numérique. Dès l'installation, j'ai constaté la très mauvaise qualité de l'image sur FR 3 et Canal+. Le technicien du service après-vente qui est intervenu à mon domicile m'a expliqué qu'il ne s'agissait pas d'une défaillance du poste mais d'un problème d'émetteur. En effet, ma télévision ne peut être orientée sur l'émetteur de Bourges, qui est équipé pour la diffusion TNT et est donc, par défaut, dépendante de l'émetteur de Challuy, lequel ne permet pas la diffusion numérique. Je suis domiciliée route des Saulaies, à Nevers, et il semblerait que la cause du mal soit la butte des Montapins (qui forme obstacle à la liaison vers Bourges) d'où des désagréments similaires pour de nombreux habitants du secteur Saulaies-Montapins. Je suis donc condamnée à subir une piètre qualité d'image, sauf à réaliser les achats et travaux nécessaires à une réception par satellite. Avant d'engager toute dépense, je souhaiterais me renseigner sur un éventuelle évolution de l'émetteur de Challuy aussi, je vous serais obligée de m'indiquer quelles démarches je peux entreprendre en ce sens (et auprès de qui ? ...). Toute information que vous pourrez me communiquer sur le sujet sera bienvenue. Je vous en remercie à l'avance. Courriel de Evelyne Maire de Nevers

adn Communauté d’agglomération de Nevers 124, route de Marzy BP41 / 58 027 Nevers Cedex Accueil : 03.86.61.81.60 Fax : 03.86.61.81.99

Magazine d’information municipale SERVICE COMMUNICATION 1, place de l’Hôtel de Ville - 58 036 Nevers Cedex Tel: 03.86.68 / 45.58 / 45.14 / 47.24 Fax : 03.86.68.45.65

La TNT (Télévision Numérique Terrestre), c’est-à-dire la réception d’émissions proches en qualité des films disponibles en DVD avec nos antennes traditionnelles (râteaux), et un équipement adapté (décodeur TNT), est en train de damer le pion à la technologie précédente (réception analogique). Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel a d’ailleurs rendu public en décembre dernier le calendrier de basculement du pays au tout numérique. Ce qui signe la fin définitive des émissions en analogique. Ainsi, tous les émetteurs actuels cesseront d’émettre dans ce “mode” d’ici fin 2011… et au plus tard le 31 décembre 2010 pour les Nivernais. On peut noter au passage que le CSA pourrait projeter l’installation d’un nouvel émetteur sur le secteur de Prémery en plus, ou en remplacement de celui de Challuy (?) Pour conclure, la planification du déploiement de la TNT sur le département de la Nièvre est imminente, et la mise en service d’un émetteur proche de Nevers interviendra dans moins de deux ans. Sources : http://www.csa.fr/ et http://www.tnt-gratuite.fr/

www.ville-nevers.fr N°157 - Mars 2009 Directeur de la publication: Didier Boulaud co-directeur : Florent Sainte Fare Garnot Rédacteur-en-chef : Alain H@ye e.mail : neverscamebotte@ville-nevers.fr

Un coup de sang... un coup de foudre... un coup de chapeau... un coup d’oeil... un coup de sonnette... un coup de pouce... un coup de crayon... un coucou...

RÉDACTION ET MISE-EN-PAGE : Alain Haye (45 58), Thierry Desseux (45 14), Stéphane Ebel (47 17), Jean-Michel Marchand (47 24). Photographies: Patrick Leriget (47 07) Jean-Michel Marchand (47 24),

Exprimez-vous !

IMPRESSION: Imprimerie Normalisée ZI des Chamonds - BP 40017 - V.Vauzelles Tel : 03 86 71 05 70

Adressez vos e-mails ou courriers à la rédaction

RÉGIE PUBLICITAIRE: ESER Tel : 01 40 35 77 60 Portable : 06 23 66 05 48

Les envois anonymes ne sont pas lus

DIFFUSION: Régie Inter-Quartiers - Réservoir 13, place des Courlis - Nevers Tel : 03 86 23 91 65

e-mail de votre magazine neverscamebotte@ville-nevers.fr

TIRAGE: 35 000 exemplaires

4

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7


covoiturage... c’est net ! Bonjour, Je suis étudiant à Vichy et mes parents habitent à Nevers. Je fais l’aller-retour entre les deux villes une fois par semaine et j’aimerais trouver des gens pour partager ma voiture et ainsi réduire mes coûts de transport et, par la même occasion, diminuer notre impact sur l’environnement. Comptez-vous mettre en place un système de covoiturage à destination des habitants de Nevers ? Courriel de Jérémy Croisier de Nevers

Eh bien Jérémy, ce système existe déjà depuis près d’un an sur notre site Internet, nevers.fr, et va, dans les prochains jours être considérablement amélioré. C’est en effet le 1er mai 2008 qu’était lancée “Entre Nevers Soi”, notre plateforme de mise en relation des habitants, permettant entre autres d’échanger ses impressions sur des voyages, des recettes mais aussi de trouver et de proposer toute sorte d’aide. L’une des fonctionnalités de cet espace est de donner la possibilité aux personnes inscrites (plus de 350 à ce jour) de “covoiturer”. Certains utilisateurs ont déjà posté quelques annonces parmi lesquelles genegir qui cherche des personnes se rendant à Château-Chinon. Libre à vous de venir enrichir cette rubrique et de proposer votre annonce. A bientôt sur “Entre Nevers Soi “.

fiat lux(e)! Monsieur le maire. Je me permets de vous écrire ce message car il n'y a rien de plus qui m'agace ! Je trouve très navrant que chaque jour et je dis bien chaque jour- les lumières d'un ou de plusieurs quartiers soient oubliées d'être éteintes ! Aujourd'hui, c'était le rond-point de la Croix-Joyeuse jusqu'au rond-point direction boulevard Coubertin encore à 14h; l'autre jour, c'était le mail-du-Vernet; puis un autre le mail Jacquinot, puis toute la route qui longe le Centre-exposition et je ne parle même pas du nombre de quartiers que je ne vois pas. Ce n'est pas la peine d'essayer de responsabiliser les gens pour préserver la planète si vos employés communaux, eux, ne sont pas plus responsables que ça dans la gestion de leur travail. Si les KWS consommés ou plutôt, devrais-je dire, gaspillés de cette façon étaient amputés sur leur salaire, je suis persuadée que la ville ferait des économies et du même coup les Neversois paieraient moins d'impôts locaux. A partir du moment où nous devons mettre la main à la poche pour régler les dépenses de la ville, nous sommes donc en droit de nous plaindre. J'espère monsieur le maire que cette lettre sera suivie d'effet ne serait-ce que par respect pour notre planète, merci. Recevez mes respectueuses salutations Courriel de Marie-Christine Divorne de Nevers

C’est avec attention que j’ai pris connaissance de votre courriel et, si je comprends vos inquiétudes et votre agacement, permettez que je vous explique pourquoi je ne les partage pas. Apprenez en premier lieu que l’allumage comme l’extinction de l’éclairage public n’est pas commandé par un “bouton” qu’un technicien serait chargé de commander matin et soir. Ce n’est pas comme à la maison. Ces commandes sont automatiques, et leur déclenchement est donné par des horloges astronomiques, pour des secteurs donnés, dont les réglages sont effectués par satellite que pilote l’horloge astronomique de Francfort. Ces dispositions sont mises en place depuis presque un an. Certes, ces horloges toutes astronomiques qu’elles soient, peuvent tomber en panne, mais c’est exceptionnel; rien en comparaison avec l’ancien système de commande qui était vraiment très vétuste. Alors pourquoi des lampes allumées en plein jour ? Tout simplement parce que des équipes réalisent ce que l’on appelle couramment l’entretien systématique, par secteur, par quartier, et qu’à ce jour pour vérifier l’état des lampes ou détecter une panne les techniciens sont obligés d’allumer en plein jour, comme cela se pratique dans la majorité des villes de France. Il en est de même pour établir des plans de récolement du réseau ou pour réaliser des études-chantier. Et comme nous avons récemment décidé de revoir l’ensemble du réseaulumière de notre ville en confiant ce travail à la société Citelum, leurs techniciens interviennent actuellement en permanence sur l’ensemble du parc-lumière, ainsi, le phénomène que vous décrivez est dans l’ordre des choses. Nous oeuvrons sur un projet innovant qui répond bien à la préoccupation qui est la vôtre en terme d’économies d’énergie et de développement durable. En effet sur plus de 50% du parc d’éclairage nous pourrons commander chaque point lumineux, détecter les pannes et les lampes grillées à distance et envoyer les équipes sur le point précis sans que ceux-ci soient obligés de tout mettre en route. Ce projet passe par la pose d’appareils électroniques sur chaque point lumineux qui sont ensuite mis en réseau informatique. Les premiers secteurs devraient rentrer en fonction d’ici à deux ans. Enfin la Ville de Nevers a déjà procédé à des réductions de puissance de 50% en période d’éclairage sur plus de 100 points lumineux. Cette technique concernera à terme plus de 3 000 points. Nous sommes bien là dans le souci de consommer moins. Pour finir la Ville de Nevers s’attache à consommer mieux puisque 80% du parc d’éclairage sera renouvelé à l’horizon 2012. Les nouveaux équipements consomment moins et éclairent mieux. En espérant avoir éclairé votre lanterne. Didier Boulaud votre maire N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

5


retour su r images Les pinceaux de Lange QUAND IL NE PLANCHE PAS SUR UN DES PROJETS – DE PRÉFÉRENCE ÉCOCITOYEN – RYTHMANT SON QUOTIDIEN D’ARCHITECTE, STÉPHANE LANGE PÉDALE. Par monts et par vaux. Le plus souvent hors des sentiers battus et parfois sur de drôles de machines. Et lorsqu’il lui arrive de souffler, il peint. De façon frénétique. Dans l’urgence. Des visages. Anonymes ou connus (Samuel Beckett). Des vélos. A pignon fixe. Des histoires. A idée fixe… ou géométrie variable. Au creux de l’hiver, en quasi catimini, Stéphane a livré à l’œil du spectateur ses dernières (en)volées de pinceaux, tout juste sèches pour certaines. Tout cela se passait dans les locaux d’ABW Warnant, rue du Fer, où l’on a pu admirer également les petites merveilles du tapissier Xavier Warnant.

6

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

Le calme après la tempête LES VENTS VIOLENTS N’ONT PAS ÉPARGNÉ NEVERS. Ce ne sont pas moins de 13 arbres qui ont succombé aux assauts continus de la tempête dans la nuit du 9 au 10 février. Parmi eux on recense principalement des conifères, des Peupliers d’Italie (photo ci-dessus, dans l’enceinte de l’école Jules-Ferry), et un chêne centenaire dans le parc du château des Loges. Les services municipaux ont tout remis en état dans la journée.


En toute simplicité

C’ÉTAIT LE SAMEDI 7 FÉVRIER DERNIER À LA MAISON DE LA CULTURE. Sur scène, la silhouette de Grand Corps Malade apparaît et c’est toute salle qui lui offre une salve d’applaudissements. “Bonsoir Nevers, il fait pas chaud dehors, mais dans la salle...” déclame en Slam “L’enfant de la ville”. De sa voix haute et grave, GCM enchaîne les morceaux et varie les plaisirs, joue avec ses musiciens, fait participer le public. Des textes sérieux, drôles, parfois durs mais toujours empreints d’une étonnante sincérité. Les mots comme remède aux maux, ceux du quotidien, ceux du passé... des phrases qui percutent. Il joue avec le langage de l’académie des banlieues, balance des textes techniques aux rimes qui accrochent, parle de ses proches (Père et Mère), de ce qui est beau, de ce qui est moche, des voyages en train, d’amour. Dans la salle, devenue son salon, son slam enflamme toutes les générations. On se croirait chez lui, dans son appartement en compagnie de ses amis. Il est comme ça, Grand Corps Malade. C’est ce qu’ont pu constater une dizaine de jeunes invités par la Maison de la Culture à rencontrer l’artiste à l’issue du spectacle. “Depuis quand tu slames ? Quelles sont tes sources d’inspiration ?”... Aussi à l’aise dans le jeu de questions-réponses que sur scène, GCM dédicace ici un CD, là une affiche ou un programme, une place de concert... “C’est vous qui étiez tout en haut à gauche ? Vous avez mis de l’ambiance, j’aime bien quand ça se passe comme ça, quand ça bouge...” . Disponible et simple, il est comme ça, le gars du 93. On en redemande !

Des Américains à la Com’. HUIT ÉTUDIANTS DU HAMPSHIRE COLLEGE OF MASSACHUSSETTES (USA) ÉTAIENT AU LYCÉE ALAIN-COLAS LE 16 JANVIER DERNIER. Le Hampshire College est une ecole d’art de renommée aux USA. Chaque année, les étudiants font un séjour d’études en France. Cette année, un groupe de huit étudiants, accompagnés de leur professeur, se sont arrêtés deux jours à Nevers. Séjour pendant lequel ils ont pu rencontrer les étudiants de l’ESAAB et échanger sur leurs pratiques filmiques, et notamment le travail réalisé au sein des ateliers Super 8. Cette rencontre devrait être renouvelée en 2010 sur une durée plus longue. N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

7


retour sur images Bienvenue aux Courlis LE CENTRE SOCIO CULTUREL DE LA BARATTE A ORGANISÉ UNE SOIRÉE POUR SOUHAITER LA BIENVENUE AUX NOUVEAUX HABITANTS. Une centaine de personnes ont participé a cette soirée au cours de laquelle l’équipe du Centre Socioculturel de la Baratte, au complet, et de nombreux habitants ont souhaité la bienvenue aux “nouveaux”. Au programme, démonstration de danse de salon, d’aïkido-self défense, avant de déguster crêpes, gâteaux, beignets confectionnés par l’équipe du CSCB et les mamans du quartier.

De la théorie à la pratique LE

CAMION DE LA PLATE-FORME FRANCO-ALLE-

HIGH-TECH DE SIEMENS A FAIT ÉTAPE AU PROFESSIONNEL PIERRE-BÉRÉGOVOY. “Nous souhaitons promouvoir les métiers de l’industrie et le savoir-faire de Siemens en matière énergétique et notamment sur les nouvelles technologies et les énergies propres.” Une manière concrète de sensibiliser les élèves de la filière électrotechnique sur l’intérêt des nouvelles technologies appliquées à l’industrie et au bâtiment (comme la domotique). L’occasion aussi de montrer les nombreux débouchés offerts par cette filière et de promouvoir les échanges franco-allemands déjà bien ancrés dans les projets de l’établissement. MANDE LYCÉE

Honneur aux Dames PLUSIEURS CENTAINES DE PERSONNES ONT INVESTIS LES DEUX ÉTAGES DU PALAISDUCAL POUR LE CARREFOUR DES CARRIÈRES AU FÉMININ LE 7 FÉVRIER DERNIER. Les visiteurs ont pu découvrir des professions dans lesquelles les femmes se font rares, comme celle de tourneur sur bois. L’objectif principal du carrefour est d’ouvrir de nouveaux horizons professionnels aux jeunes filles et aux femmes, des parcours qui sortent des sentiers battus que la gente féminine a toute légitimité à éxercer.

8

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7


Disques et BD ANNÉE DE LA MAJORITÉ POUR LE SALON DU DISQUE ET DE 1ER FÉVRIER DERNIER. Organisé par l’association ACDC (ça ne s’invente pas) le festival a une nouvelle fois réuni une foule de curieux et de collectionneurs à la recherche de la pièce rare. Parmi les visiteurs, certains ont à peine l’âge de raison mais sont déjà accrocs à la chine. De belles années en perspective pour le festival... LA BD QUI A SOUFFLÉ SES DIX HUIT BOUGIES LE

Nevers-Foot en tête

Mémoires du siècle L’ÉQUIPE, LES RÉSIDENTS ET LES FAMILLES DE L’EHPAD DANIEL-BENOIST ÉTAIENT RÉUNIS POUR CÉLÉBRER LEURS CENTENAIRES. De gauche à droite, Germaine Colas (1909), Mireille Millot (1907), Joseph Caro (1907), Germaine Jouvet (1906) et Germaine Guignard (1908).

NEVERS-FOOT La rencontre face à Mâcon, sur un terrain enneigé, n’a pas permis à Nevers de développer le beau jeu auquel les spectateurs, de plus en plus nombreux, sont habitués. Cependant, une nouvelle victoire (2 - 0) qui relaie les adversaires directs de Nevers pour la montée en CFA 2 à plus de quatre longueurs, sachant que Nevers compte un match en retard ! SOLIDE

LEADER DE DIVISION D’HONNEUR,

POURSUIT SON ASCENSION VERS LES SOMMETS.

La tradition, ça a du bon ! TROP PETITS POUR DIRE À QUI REVIENT LA PART ! Les enfants de la Halte Garderie Gribouille sont allés tirer les rois en compagnie de leurs ainés de la résidence médicalisée Daniel-Benoist.Bien qu’intimidés à leur arrivée dans la résidence, les enfants accompagnés des assistantes maternelles, n’ont pas mis longtemps à trouver leurs marques. Il sont tous repartis couronnés. Et de galette, plus l’ombre d’une miette... DE GALETTE, MAIS QUAND MÊME

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

9


infos QUI EST QUI

?

Des images, des fi ures Vous êtes nombreux à avoir reconnu les personnages immortalisés sur ce cliché. Photo qui date de 1992, et qui a réuni, pour l’occasion, les anciens copains du bar “le Tourbillon” situé faubourg du Mouësse. Sur l’estrade de l’ancienne et combien célèbre salle de bal de l’établissement, on reconnaît, de gauche à droite, Maurice Jaillette à l’accordéon, Ernest Dalle, le patron dit “neness” (qui, avec Denise son épouse, a tenu l’établissement de 1959 à 1992), Jean Grenot, au violon et, au bas de l’estrade, Colette Jaillette, surnommée “la chaussette”. Nombreux sont les anciens Neversois a être venus y “tourbillonner” sur la musique des orchestres de Jean Grenot ou de Maurice Jaillette au temps où l’accordéon et la musette étaient roi et reine...du bal, même si les deux musiciens officient encore aujourd’hui.

Ça me botte...

ça s’écoute !

LA RÉDACTION de Nevers Ca Me Botte! et l’association des Donneurs de Voix de la bibliothèque sonore du centre culturel Jean-Jaurès proposent aux personnes malvoyantes ou non-voyantes de l’agglomération ainsi qu’à toute personne intéressée de bénéficier de la cassette audio du numéro que vous tenez entre les mains. Pour recevoir Nevers, Ça Me Botte ! en cassetteaudio, contactez : Bibliothèque sonore : 03 86 36 81 01 ou votre magazine : 03 86 68 46 21.

...et ça se poste ! VOUS NE RECEVEZ PAS OU PLUS VOTRE MAGAZINE NEVERS ÇA ME BOTTE ! vous connaissez quelqu’un qui ne réside pas à Nevers et qui aimerait le recevoir... Contactez le service Communication de la Ville de Nevers au 03 86 68 46 21 ...et retrouvez également l’intégralité du magazine et des éditions précédentes sur le site Internet de la Ville nevers.fr

Permanence ARCHITECTES

Les architectes du CAUE, le Conseil d’architecture, d’urbanisme et de l’environnement de la Nièvre tiennent des permanences au service Urbanisme en mairie de Nevers. Ils sont disponibles et compétents pour apporter leur savoir-faire en matière de projet de construction, d’aménagement, de réaménagement, rénovation, aggrandissement, droits des sols, permis de construire... à quiconque recherche ce genre d’information. Consultations gratuites. Prochaines permanences en mairie : - lundi matin 16 mars et 6 avril 2009. Contact : CAUE, 3, rue des 3-Carreaux à Nevers. Tel : 03 86 71 66 90.

UN PROBLÈME ! Une requête à formuler à la mairie, un problème à signaler, un dommage constaté dans votre quartier, votre rue... Contactez le service municipal NEVERS-ECOUTE-CITOYENNETÉ. Qui saura identifier cette nouvelle image, la situer, la dater ? A vos loupes et vos souvenirs ! Si vous disposez par ailleurs de photos, d’images, cartes postales... qui vous posent quelque énigme ou qui illustrent un événement ducal oublié, n’hésitez pas à nous les communiquer pour publication. Contact : 10

N e v e r s

ç a

03 86 68 45 58 / 03 86 68 47 24

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

03 86 68 45 27

UNE SOLUTION !


DÉCHÈTERIES Horaires d’été (à compter du 30 mars) Taupières Impasse des Taupières Tel : 03 86 59 42 88 Lundi : 9h - 19h Mardi : 14h30 - 19h Mercredi : 9h - 19h Jeudi : 14h30 - 19h Vendredi : 9h - 19h

Pré Poitiers Rue des Prés Tel : 03 86 57 73 30 Lundi : 9h - 19h Mardi : 9h - 13h Mercredi : 9h - 19h Jeudi : 9h - 13h Vendredi : 9h - 19h Samedi : 9h - 19h

Problèmes liés à la collecte des déchets ou au tri sélectif ? Plus de sacs jaunes ? Contactez l’adn : 0 800 100 311 (numéro vert)

Les pollens attaquent ! Tous les pollens ne sont pas allergisants, notamment ceux qui ont besoin de l’intervention des insectes pollinisateurs pour se déplacer, il n’en est pas de même pour les pollens anémophiles, dont les grains volent au vent. Dans ce registre, beaucoup de pollens sont immunologiquement néfastes. Il en va des pollens de cyprès, d’aulne, de chêne, d’olivier, de tilleul, de frêne, de noisetier, de bouleau, mais également de saule, peuplier, charme, platane, châtaignier, hêtre, mûrier… pour les plus allergisants de nos arbres. Côté herbacées, ce sont les pollens de graminées, d’ambroisie, d’armoise, de pariétaire, chénopode et autre oseille ou ortie qui sont les plus allergisants de leur famille. La Ville de Nevers, qui dispose d’un capteur à pollens installé sur la terrasse de la Maison de la Culture, bénéficie chaque semaine des données polliniques propres à notre région et des analyses précises des scientifiques du Réseau national de Surveillance Aérobiologique. Des données qui permettent de mieux prévoir le risque allergique et donc, mieux en soigner les symptômes.

Retrouvez, chaque semaine, le bulletin pollinique local sur le site Internet de la Ville de Nevers, nevers.fr, accessible depuis la rubrique “Nevers Pratique”.

allo! a d m i n i s t r a t i o n s Caisse Primaire d’Assurance Maladie 36.46 C a i sse d ’ A l l o ca t i o n s fam iliales 0.820.25.58.10 Mutuelle Sociale Agricole 03.86.93.50.00 URSSAF 03.86.93.17.17 Chambre de Commerce et d’Industrie 03.86.60.61.62 Chambre de Métiers 03.86.71.80.60 C o n s e i l G é n é r a l d e l a N i è v re 0 3 . 8 6 . 6 0 . 6 7 . 0 0 C o n sei l R ég i o n a l d e Bourgogne 03.80.44.33.00 Antenne neversoise du Conseil Ral de Bourgogne 03 86 93 90 05 Relais Europe-Direct Nièvre 03 86 93 90 05 P r é f e c t u re d e l a N i è v re 0 3 . 8 6 . 6 0 . 7 0 . 8 0 D i re c t i o n D a l e d e l ’ Equipem ent 03.86.71.71.71 D i re c t i o n D a l e Jeu n es s e et Spor ts 03.86.93.04.40 Direction Dale Affaires Sanitaires et Sociales 03.86.60.52.00 EDF/Gaz de France Distribution Nièvre 03.86.21.60.00 La Poste 03.86.59.87.00 France Télécom 03.86.59.61.14 Véolia Eau 0 810 000 777 Hôtel des Impôts 03.86.68.49.49 Trésorerie générale de la Nièvre 03.86.71.96.00 Trésorerie Nevers-Municipal 03.86.36.27.77 Inspection Académique 03.86.71.86.71 Tribunal d’Instance 03.86.92.02.70 Tribunal de Grande Instance 03.86.93.44.44 A N P E 03.86.71.79.00 ASSEDIC 39 49 Mission locale jeunes 03.86.71.64.50 Centre dal de documentation pédagogique 03 86 61 45 90 Centre d’Information et d’Orientation 03 86 71 99 30

m a i r i e Standard 03.86.68.46.46 Cabinet du maire 03.86.68.46.03 Centre Communal d’Action Sociale 03.86.71.80.00 Services Techniques 03.86.68.48.00 Service Population 03.86.68.46.34 Service Enseignement 03.86.68.45.05 Communauté d’Agglomération 03.86.61.81.60 Mairie Nord 03.86.71.62.71 Mairie Est 03.86.71.67.40 Mairie Ouest 03.86.71.83.90 Mairie Centre 03 86 68 46 46 Guichet Guide Europe-Nièvre 03.86.68.45.62

h a b i t a t Nièvre-Habitat 03.86.21.67.00 Logivie 03.86.59.76.60 Groupe RICHELIEU- Terre & Famille 03.86.93.90.70 ICF / Sud-Est Méditerranée 03 86 57 58 79

u r g e n c e s

Dans la nuit du samedi au dimanche 29 mars....

à 2 h du matin, il sera 3 h ! L'heure d'été a été instituée en France en 1975 suite au choc pétrolier de 1974 avec l' objectif d'effectuer des économies d'énergie en réduisant les besoins d'éclairage. Il s’agit principalement de faire correspondre au mieux les heures d'activités avec les heures d'ensoleillement pour limiter l'utilisation de l'éclairage artificiel. Deux estimations réalisées en 1996 et 2006 chiffrent l'économie d'énergie entre 0,7 et 1,2 TWh chaque année. La directive 2000/84/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 janvier 2001, publiée au Journal officiel des communautés européennes n° L31 du 2 février 2001 précise le régime de l'heure d'été applicable à compter de l'année 2002 dans l'Union européenne. Les dispositions de cette directive ont été transposées en droit français par arrêté du 3 avril 2001, publié au Journal officiel de la République française du 6 avril 2001. La Commission européenne a défini le calendrier fixant le début et la fin de la période d'heure d'été jusqu’à 2011 inclus : Ainsi, pour 2009, dans la nuit du samedi au dimanche 29 mars, à 2 heures du matin, il sera 3 heures (heure d’été). Et dans la nuit du samedi au dimanche 25 octobre, à 3 heures du matin, il sera 2 heures (heure d’hiver).

Centre de Secours 18 SAMU-58 15 Police 17 Gendarmerie 03.86.59.00.88 Hôpital Pierre-Bérégovoy 03.86.93.70.00 L’Epicerie Solidaire 03.86.59.37.71 Les Restos du Coeur 03.86.71.66.66 Le Secours Populaire 03.86.59.58.26 SIDA Info-Service ( Gratuit) 05.36.66.36 Sans-Abri (Gratuit) 115 Dépannage Gaz 0 810 433 058 Dépannage Electricité 0 810 333 058 Dépannage Eau (Véolia) 0 810 000 777 Météo-France (Nevers) 08 92 68 02 58

t r a n s p o r t s SNCF (Trafic) 08.92.35.35.35 Taxi de la Ville de Nevers (gare SNCF) 03.86.59.58.00 Bus Keolis Nevers / Réseau Tanéo 03.86.71.94.20 Aérodrome 03.86.57.03.92

l o i s i r s Bureau Information Jeunesse 03.86.59.30.42 Office du Tourisme/Palais ducal 03.86.68.46.00 Visites Guidées 03.86.68.45.50 Piscine Bords de Loire 03.86.71.83.99 Cinéma Mazarin 03.86.23.91.91 Maison de la Culture 03.86.93.09.09 Maison des Sports 03.86.68.47.30 Circuit de Nevers/Magny-Cours 03.86.21.80.00 Centre Culturel Jean-Jaurès 03.86.68.48.50 Ecole Nationale de Musique 03.86.68.48.80 N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

11


l’actualité du maire

Du conflit au Proche-Orient aux valeurs républicaines

Didier Boulaud, qui a condamné l’offensive particulièrement meurtrière de l’armée israélienne touchant essentiellement les populations civiles de Gaza en décembre et janvier dernier, craint qu’au-delà du chaos que génère cette situation se profile le spectre du “choc des civilisations��� avec toutes les dérives communautaristes que cela suppose. Il en appelle au respect des valeurs républicaines.

“J’ai

décidé de soutenir le Dr Mohamed Salem, président de Palm-Med-Europ (association humanitaire médicale regroupant de nombreux médecins palestiniens exerçant en Europe) dans l’opération humanitaire qu’il mène à Gaza, en Palestine, pour venir en aide aux enfants blessés lors des bombardements israéliens de décembre et janvier derniers. J’ai ainsi proposé au Consul général de France, basé au Caire en Egypte, d’accueillir, au Centre hospitalier de l’agglomération de Nevers des enfants palestiniens grièvement blessés lors de l’offensive particulièrement meurtrière de Tsahal sur le territoire palestinien de Gaza, et dont les tirs de roquettes et l’usage répété de bombes au phosphore ont fait près de 1 500 morts et plus de 5 000 blessés, essentiellement des civils.”

Selon le maire et sénateur, plus que toutes les autres questions internationales, celle du conflit israélo-palestinien doit nous interpeller profondément, parce que cette escalade de violence guerrière peut avoir des répercussions dramatiques jusque dans notre pays, dans nos villes, nos banlieues... “Au-delà du chaos que génère cette situation, du désespoir qu’elle engendre chez les jeunes arabes et des violences inter-palestiniennes qu’elle suscite,

“Nous sommes d’abord républicains avant d’être libres de notre foi.” c'est le spectre du "choc des civilisations" qui se profile. Comment l'impunité totale de l'Etat d'Israël, face aux violations des résolutions de l'ONU, ce sentiment du "deux poids, deux mesures", pourrait-elle

ne pas focaliser révolte et indignation dans l'ensemble du monde arabe ? 61 ans après la partition de la Palestine, décidée par l'ONU, qui a conduit à la création de l'Etat d'Israël, l'Etat palestinien n'a toujours pas vu le jour. Membre permanent du Conseil de Sécurité de l'ONU, pays des Droits de l'Homme s'étant montré capable à certaines époques de faire entendre une voix indépendante, la France peut influer sur le cours de l'Histoire. C'est toute une conception de la justice internationale qui est en cause, et qui est en train de céder la place au fait accompli et à la loi du plus fort. Il s’agit de faire preuve de courage politique pour enfin trouver la voie d’un règlement durable à ce conflit.” C’est le message qu’avait délivré le sénateur et maire de Nevers lors de sa mission diplomatique menée il y a deux ans au Proche-Orient, aux responsables de l’Etat d’Israël d’une part, et notamment Ehud Olmert (à gauche sur la photo cicontre), actuel Premier ministre israélien et aux responsables de l’Autorité palestinienne conduite par Mahmoud Abbas, d’autre part. Pour le maire, par delà les frontières du Proche-Orient, il convient de lutter partout et toujours contre les tensions et dérives communautaristes. “Comme je le dis souvent, nous sommes d’abord républicains avant d’être des gens libres de notre foi, et en ce sens, je suis un militant de la laïcité. Elle seule, garantit la concorde, réfute les particularismes et les discriminations. Elle est le ciment de notre socle républicain, car elle exprime les valeurs de respect, de dialogue et de tolérance qui sont au coeur de son identité. Je compte d’ailleurs sur les élu(e)s de mon équipe municipale pour qu’ils favorisent le débat et la promotion des valeurs républicaines, débat et promotions essentiels en ces temps de violences, de repli sur soi et de tentations communautaristes.”

12

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7


Les maires chez Xavier Darcos Mercredi 21 janvier, Didier Boulaud, était parmi la délégation de la Fédération des maires des villes moyennes, reçue par Xavier Darcos, ministre de l’Education nationale.

Mme Marie Masdupuy Consul Général de France au Caire Madame, je me permet s d’attirer votre attention sur mon souhait d’accueillir à Nevers et de prendre en charge au sein du Centre hospit alier de cette même ville cinq ou six enfant s palestiniens blessés. A cet effet, l’association PAL MED EUROP (association humanit aire médicale regroup ant les médecins palestiniens d’Europe) m’a confirmé sa volonté de prendre en charge les frais de transport à p artir de Gaza, via l’Egypte puis la France. Le Dr Mohamed Salem, président de cette association, rejoindra dans les jours qui viennent l’équipe médicale actuellement en place à Gaza, constituée d’un chirurgien traumatologue, d’un chirurgien interne et d’un réanimateur et se rendra à votre Consulat pour entreprendre des démarches en vue de rapatrier ces enfants. En vous remerciant par avance de l’intérêt que voudrez bien porter à cette démarche et de l’accueil que vous voudrez bien réserver au Dr Mohamed Salem. Didier Boulaud Sénateur et maire de Nevers

Mr Didier Boulaud Nous tenons à vous exprimer notre reconnaissance et notre gratitude pour votre solidarité et le soutien que vous nous avez manifesté , dans ces circonstances dramatiques que nous avons connu récemment à Gaza. Votre soutien nous consolide dans l’action que nous menons tous les jours pour diminuer la souffrance du peuple Palestinien. En souhaitant voir vos actions continuer auprès de nous , nous vous prions d’agréer l’expression de nos sentiments chaleureux.

Docteur Mohamed Salem Président de PAL MED EUROPE Chef de service Centre Hospitalier Seclin Paris 14ème

L’objet de cette rencontre portait sur la mise en place du Service Minimum d’Accueil -dans les écoles en cas de grève des enseignants- (le SMA). Revenant sur le principe même du SMA, les maires ont estimé qu’en cas de mise en place d’un service minimum, il semblait légitime que ce soit l’employeur qui réquisitionne son personnel en cas de grève. Or , de fait, cette loi place les élus en porte à faux. Bien qu’il n’y ait pas une position unique des maires des villes moyennes sur ce sujet, ils ont majoritairement pris connaissance avec intérêt de l’instruction du ministre de l’Education nationale aux Inspecteurs d’Académie, en date du 14 janvier 2009, visant à améliorer les conditions de mise en oeuvre du droit d'accueil et en particulier à se rapprocher des élus et à rendre plus facile l’application de la loi. Les maires ont également exprimé devant le ministre Xavier Darcos leur inquiétude quant à l’avenir des IUFM -Instituts Universitaires de Formation des Maîtres- très largement implantés dans les villes moyennes, sujet sur lequel ils devaient être entendus, p ar ailleurs, par la ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse.

Calendrier des Conseils municipaux Samedi 14 mars Samedi 28 mars Samedi 16 mai Samedi 27 juin Samedi 26 septembre Samedi 24 octobre Samedi 21 novembre Samedi 19 décembre Retrouvez l’ensemble des délibérations inscrites à l’ordre du jour du Conseil municipal à venir, ainsi que les comptes-rendus des débats des précédents sur le site Internet de la Ville : nevers.fr

TGV Paris-Clermont ! Comme plus de 4 000 internautes l’ont déjà fait, venez signer la pétition sur le site nevers.fr N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

13


société 7 mars 2009 Palais ducal

Journée

la

de

la femme

Samedi 7 mars, (veille du 8 mars, Journée de la Femme), le Palais ducal va se métamorphoser en palais des mille et une nuits. Dans cet espace revisité, palais à l’intérieur du Palais, chaleureux, coloré et richement décoré, les femmes du projet vidéo “Moi ma Belle” seront présentes pour accueillir le public. Dans ce lieu de beauté, de convivialité, à la fois rassurant et magique, collations, pâtisseries, lectures, poèmes à entendre et à dire, secrets chuchotés, séances photo et vidéo, salon d’écriture et de calligraphie, contes, magie, astrologie, musique et chants, seront offerts aux visiteuses ...et visiteurs. Un rendez-vous à ne pas manquer !

le film

“Moi ma belle” Un puissant et touchant témoignage contemporain Déjà, en 2002, le maire de Nevers avait fait de la parité hommes/femmes l’un de ses combat s politiques, Yvette Morillon, créant une délégation aux conseillère municipale Droits des Femmes au sein déléguée aux du Conseil municip al. Pour Droits des Femmes ce mandat, cette délégation a été con f ée à Yvette Morillon, qui est également conseillère générale. “Si on a beaucoup avancé en la matière, il y a encore beaucoup à faire et il ne faut jamais baisser la garde... parce que le droit des femmes ne va pas de soi ! Je suis le relais, auprès de mes collègues élu(e)s mais également de toutes les administrations ou associations que je peux saisir, des femmes que je recontre, que j’écoute et que j’aide. Je suis ainsi l’un des rouages qui permet de faire remonter les difficultés auxquelles nombre de femmes sont confrontés encore aujourd’hui afin d’actionner au plus haut degré de l’Etat, l’action législative, si importante pour l’évolution de la place de la femme à tous les niveaux de notre société.” Pour l’élue, le projet “Moi ma belle” est “une touchante et puissante illustration du combat quotidien que mènent nombre de femmes aujourd’hui au sein de leur famille, de leur quartier, de leur vie. Mais c’est également un livre ouvert sur les rêves qu’elles portent, l’énergie qu’elles savent déployer, la beauté et la bonté de leur âme.” 14

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

e 7 mars, les hôtesses du Palais ducal seront des femmes ! Des femmes des quartiers de Nevers et de Fourchambault qui participent, depuis avril 2008, au tournage du film “Moi ma Belle”. Ce projet (1) vise, à travers un film vidéo, à donner la parole aux femmes, et à créer ainsi du lien social entre femmes de générations différentes, de quartiers différents, d’origines différentes. Au-delà, le film permet de renforcer l’estime que ces femmes ont d’elles-mêmes et qui offrent, au travers de leurs témoignages et leur engagement dans ce projet, de partager leurs cultures, leurs difficultés, leurs expériences et leur réseaux relationnels, afin de rompre l’isolement dont la plupart sont victimes. Les histoires vécues ou inventées au fil du film, ponctuées de chant, de danse, de poésie, sont autant de supports à leur expression. Leur enthousiasme, leur générosité, leurs richesses et la qualité du projet ont naturellement trouvé un écho favorable auprès d’Yvette Morillon, conseillère municipale, en charge notamment des Droits de la Femme, qui a décidé d’en faire l’événement-phare de la Journée de la femme. Où est la femme ? Qui est la femme ? Que fait la femme ? Comment va la femme... face au rôle qu’elle doit jouer chaque jour dans sa famille, dans son quartier, dans la société ? Histoires, cultures, expériences, douleurs et désirs d’hier, d’aujourd’hui, de demain. Ici. La femme se construit, s’épanouit, rêve, s’imagine... à fleur de peau, entre confidences et fantasmes. On cotoie le difficile et le beau. On se souvient de la princesse et de son prince charmant...on vit ! Depuis avril 2008 et jusqu’à fin 2009, l’association La Cabine mène une action sur l’ensemble des quartiers de Nevers et Fourchambault, nommée “Moi ma Belle”. Cette action regroupe à ce jour, environ 80 femmes de tous les quartiers, autour de la parole, de l’écriture et du cinéma. Ainsi, samedi 7 mars, les femmes de “Moi ma Belle” se feront encore plus belles pour accueillir visiteurs et visiteuses qui découvriront : - Le salon des secrets et les histoires ou poésies qu’on se laissent chuchoter - Le salon des dégustations et les gourmandises pour les gourmandes et gourmands. - Le salon musical et le répertoire de chanteuses professionnelles - Le salon des enfants et la crèche à loisir - Le salon de l’astrologue et les réponses du cosmos à vos questions - Le salon du portrait avec un décor, des robes, des tissus et du maquillage à disposition, afin de se faire belle pour un portrait vidéo ou photo - Le salon cinéma et les extraits du film “Moi ma belle” - Le salon d’écriture et la calligraphie ou encore le Livre d’or ...et bien d’autres bonnes choses encore !

L

Renseignements : 06 45 38 24 42 ou journeedelafemmenevers@orange.fr ou sur nevers.fr. (1) Le film “Moi, ma belle” est un projet financé par d’une part le DSU (Développement social urbain -anciennement Politique de la Ville- dont les financements sont gérés par un Groupement d’Intérêt Public, qui, comme son nom l’indique, regroupe les services de l’Etat et ceux de la Communauté d’Agglomération de Nevers, et d’autre part par l’ACSE (l’Agence nationale pour la Cohésion sociale et l’Égalité des chances )


Le projet de film “Moi ma belle” réunit, depuis avril 2008, plus de 80 femmes, des différents quartiers de Nevers et Fourchambault, pour une fiction-documentaire unique en son genre.

Quand les femmes marchaient

sur Versailles... à Nevers

Pourquoi ce jour ? - Le 8 mars 1910, à Copenhague, une confédération internationale de femmes socialistes de tous les pays créée cette Journée en vue de servir à la propagande du vote des femmes. - Le 8 mars 1914, les femmes réclament le droit de vote en Allemagne, qu'elles obtiendront le 12 novembre 1918. - Le 23 février 1917 du calendrier Grégorien correspondant au 8 mars dans notre calendrier Julien, à Saint-Pétersbourg, des ouvrières manifestent dans la rue pour réclamer du pain et le retour de leur mari partis au Front. - L'Ordonnance du 21 avril 1944, accorde le droit de vote aux femmes françaises, qu'elles exerceront pour la première fois le 20 avril 1945 lors des élections municipales, un siècle de retard sur les hommes qui votent en France depuis 1848, alors que le droit de se faire élire pour les femmes n'est que très théorique et symbolique en ces années-là. - Le 8 mars 1948 en France, 100 000 femmes, pour ce jour de gloire, défilent dans Paris, de la République à la statue de Jeanne-d'Arc. Manifestation relayée dans de nombreuses villes de France, (5 000 femmes à Lyon, 30 000 à Marseille..) - Les Américains essayent de récupérer la paternité de la date pour le Woman Day suite à la grève féminine du 8 mars 1857, alors que cette fameuse grève, à New-York, n'aurait jamais existé. - 1971, la Suisse accorde le droit de vote aux femmes - Le 8 mars 1975, les Nations-Unies commencent à observer la Journée internationale de la femme. - C'est en 1982 que le gouvernement français d’alors instaure le caractère officiel de la célébration de la Journée de la Femme à la date du 8 mars. - Le 8 mars 1986, au Chili, cette journée fait l'objet d'une manifestation violemment réprimée. Le même jour, à Washington, 100 000 personnes manifestent contre la volonté des conservateurs de supprimer le droit à l'avortement. - En 1998, en Union soviétique, le 8 mars est choisi pour lancer le premier concours de beauté.... (sic) - Le 8 mars 2001, lancement du site Web permanent consacré à la Journée de la femme afin de conserver une trace de tout ce qui s'est dit et fait pour la condition des femmes.

Il y a 20 ans, déjà, les "Femmes marchaient sur Versailles" à Nevers. Cette année, là, 1989, le p ays célébrait le bicentennaire de la Révolution française. Pascale Massicot, jeune plasticienne neversoise, érigeait une cohorte de femmes de plâtre, à l’assaut du palais des Ducs de Nevers. Sa manière de commémorer la marche des femmes sur Versailles, la marche du p ain, la marche de la faim, du 5 octobre 1789 et de montrer par là-même que le combat des femmes est toujours en marche...aujourd’hui, comme il y a deux cent s ans, comme il y a vingt ans. Si Pascale Massicot est toujours plasticienne, elle est depuis égalePascale Massicot ment devenue conseillère municip aconseillère municipale et plasticienne : le. “L’expression graphique est pour “l’engagement politique et la création moi un engagement militant au artistique, un même combat !” même titre que l’expression politique, l’un ne va pas sans l’autre tant, pour moi, le message politique doit trouver une résonance dans le message artistique et vice-versa, et comme tout ce que je créée tourne autour de la femme...” Ce combat en marche, elle le mène encore aujourd’hui avec la même inspiration et le même engagement milit ant, prép arant une prochaine exposition au Conseil général d’une série de t ableaux, de femmes, qu’elle a baptisée “Estoy contigo” -je suis avec toi-. Série inspirée de la rencontre que Pascale Massicot a pu avoir avec Michelle Bachelet lorsqu’en 2006, l’actuelle présidente du Chili ét ait en camp agne électorale. L ’intitulé de cette série est d’ailleurs le slogan de cette campagne victorieuse. Photo : Gilbert Audier

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

15


MISSION HANDICAP

ENSEMBLE...AGIR ENSEMBLE...AGIR ENSEMBLE..AGIR ENSEMBLE...AGIR ENS

Fin du diagnostic ACCESSIBILITÉ

Depuis maintenant plusieurs mois, la municipalité vous informe régulièrement sur l’état d’avancement de son engagement à mettre en œuvre le programme d’accessibilité de son patrimoine bâti et non bâti. L’heure est aux indices d’accessiblitié.

29 % mars 2009

61% mars 2009

66% mars 2009

totalement inaccessible difficilement accessible partiellement accessible accessible

La première phase de diagnostic est terminée. Ont ainsi fait l’objet d’une analyse précise pour aboutir à une connaissance exacte de leur indice d’accessibilité : 118 établissements recevant du public, 25 bureaux de votes, 14 parcs et jardins, 14 kms de voirie (les plus représentatifs de la cité, incluant les destinations les plus fréquemment empruntées par la population) et 142 places de stationnement réservées aux personnes handicapées. Cette étude permet aujourd’hui de définir une méthodologie d’approche afin de bien identifier les principales actions à préparer. Cette vaste entreprise s’appuie sur l’élaboration d’un schéma directeur d’accessibilité, bâti en concertation avec les associations de personnes handicapées et d’usagers, et en complément des programmations pluriannuelles des travaux des services municipaux. La Ville de Nevers s’engage donc dans tout un ensemble d’actions pour lesquelles elle définit des mesures, des processus et des démarches, visant à concrétiser sa volonté à réduire les inégalités, notamment en faveur des personnes handicapées ! Nous proposerons ainsi, régulièrement dans ces colonnes, et sur le site Internet de la Ville, l’évolution de ces indices au regard des aménagements qui vont être mis en oeuvre. Cette évolution sera mesurable par 3 “accessiblomètres”, l’un pour les établissements recevant du public, le second pour la voirie et le troisième pour le stationnement. (voir ci-contre). Ils permettront de mesurer en temps réel l’amèlioration des différentes niveaux d'accessibilité sur Nevers. Suite au prochain numéro…

- La loi du 11/02/2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, avec ses nombreux décrets et arrêtés d’application, constituent un nouveau cadre réglementaire de l’accessibilité que chaque acteur concerné se doit de connaître et d’appliquer. L’une de ses spécificités réglementaires concerne les places de stationnement réservées aux personnes handicapées dont la quantité doit représenter au minimum 2% du nombre total de places prévues pour le public. Or, il est intéressant de savoir que le cumul du nombre de places de stationnement payants en centre ville, toute zones confondues, et gratuites sur les parkings limitrophes aux stationnements payants, représente un total de 2311 places. En parallèle et dans ce même environnement, 196 places de stationnement réservées aux personnes handicapées sont à ce jour recensées. Soit 8,48%, correspondant à un taux de plus de 4 fois supérieur à celui imposé par la loi ! Il était utile de le savoir et de le faire savoir, sachant qu’il est aujourd’hui possible pour tout citoyen s’adressant à l’accueil de la mairie, de connaître le ou les emplacement(s) réservé(s) proche de son lieu de destination. Mission Handicap / Accessibilité de la Ville de Nevers Noël Garcia au 03 86 68 47 37

16

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7


SEM

O

Nevers à la pointe du net ! fin de répondre aux exigences de la loi concernant l’obligation de publication numérique des marchés publics, la Ville de Nevers a, comme de nombreuses communes de la région, décidé de mutualiser ses forces au sein d’e-bourgogne, un Groupement d’Intérêt Public (GIP). Un partenariat qui a déjà pu lui profiter lorsqu’en 2005 était créée la salle des marchés publics e-bourgogne. Cette salle virtuelle a permis de répondre à l’obligation faite par la loi de publication numérique des marchés publics. La plateforme e-bourgogne va aujourd’hui beaucoup plus loin. Plusieurs projets en cours devraient en effet permettre aux citoyens et aux administrations de mieux utiliser Internet pour un certain nombre de démarches. Parmi ceux-ci, l’archivage de documents administratifs, qui n’existe pour l’heure que sous forme électronique ou encore la transmission d’actes administratifs avec contrôle de légalité et signature électronique. Dans l’avenir, la Ville de Nevers veut développer de plus en plus l’aspect “service en ligne” de son site Internet et va, dans les semaines, les mois et les années à venir tout mettre en œuvre pour faciliter la vie des citoyens.

A

Nouvelle commerciale du Nevers Ça Me Botte ! Dans le cadre de sa mission de communication, la municipalité édite périodiquement le magazine d’information intitulé Nevers, Ça Me Botte ! Distribué par la régie inter-quartiers “Réservoir” à l’ensemble des foyers neversois ainsi que dans les lieux publics de l’agglomération, ce journal se veut le porte-parole fidèle tant de l’actualité locale et que de celle des services municipaux. A ce titre, il constitue un support promotionnel efficace et reconnu en termes de proximité pour l’ensemble des acteurs locaux. Depuis 2008, nous avons confié la prospection publicitaire du magazine Nevers, Ça Me Botte ! à la Société ESER. Merci de bien vouloir réserver le meilleur accueil à ses représentants commerciaux lors de leur mission et notamment à Roselyne Barbreau, en particulier que vous pouvez joindre par ailleurs au 06 23 66 05 48.

DR DEV

IT & IRS

ACCÈS AUX DÉCHÈTERIES du changement ! Les modalités d’accès dans les déchèteries de l’adn, (Taupières et rue des Prés), ont changé depuis le 12 janvier dernier. Ce qu’il faut retenir. DÉCHETS ACCEPTÉS : Les déchet s autorisés en déchèteries: p apier, carton, bois, métaux (ferreux et non ferreux), huiles de vidange moteur , déchets encombrant s ménagers, D.M.S (déchet s ménagers spéciaux), gravat s, déchet s vert s, piles, cartouches d’encre, batteries, pneus tourisme (uniquement déchèterie des Taupières), amiante f brociment (uniquement déchèterie des Taupières), DEEE (déchets d’équipement électrique et électronique), huile de friture.

MODALITÉS D’ACCÈS POUR LES PARTICULIERS ET ASSOCIATIONS :

de l’adn hors adn Apports

1m3

Papier Carton Bois Métaux Huile de vidange Huile de friture Encombrants D.M.S. Gravats Déchets verts Piles Cartouches d’encre Batteries Pneus tourismes DEEE Amiante/f brociment

0€ 0 0€ 0 0€ 0€ 0€ 0€ 0€ 0€ 0€ 0€ 0 0€ 0 7€

>1m3 € €

0€ 8€ 0€ 0€ 8€ 8€ 8€ 8€ 0€ 0€ 0€

€ / m²

0€ 0€

0€

1m3

>1m3

0€

0€

5€ 0€ 0€ 5€ 5€ 5€ 5€ 0€ 0€ 0€

0€ 0€

0€

8€ 0€ 0€ 8€ 8€ 8€ 8€ 0€ 0€ 0€

0€ 0€

0€

0€ 0€ 0€ 12 € / m² 7 € / m²

POUR LES PROFESSIONNELS DE L’ADN : Le tarifs appliqués sont de : - 30 € TTC/m3 pour le bois, les encombrants, les déchets verts et les gravats - 0 € TTC/m3 pour le papier, le carton, les mét aux, les piles et les cartouches d’encre - 100 € TTC/ 50 litres pour les D.M.S. (déchets ménagers spéciaux) Les non-particuliers situés hors de l’adn ne sont pas autorisés à déposer des déchets dans les déchèteries sauf s’ils peuvent justifier que les déchets proviennent d’un chantier situé sur une des communes de l’adn. Les non-particuliers situés hors ou dans l’adn n’ont pas accès aux déchèteries les samedis et les lundis. Ils peuvent déposer des déchets si leur quantité est inférieure à 2m3 par apport, par jour et par déchèterie.

Horaires d’ouverture des déchèteries (voir page précédente) N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

17


finances finances 2009 2009

une nouvelle méthode pour traverser la crise et changer Nevers “Je ne tomberai pas dans le piège politique du gouvernement, lequel, sous prétexte de crise économique et sociale, réduit les moyens des collectivités locales et, de fait, fragilise dangereusement la cohésion nationale et la solidarité des territoires.” Pour la première fois, le maire de Nevers s’exprime sur les difficultés qui frappent les finances de notre commune à la veille de finaliser le budget 2009. ’il est un homme convaincu que la situation économique est diffiFerrand, cette ligne à grande vitesse fera de Nevers une ville moyenne cile, c’est bien le maire de Nevers. En tant que sénateur, siégeant en pleine expansion. Nos atouts seront alors prisés et une autre ère pourà la Commission de la Défense nationale, il est souvent amené à ra s’ouvrir.” étudier, voyager, observer le monde; en Chine, en Inde, au Pakistan, en Enfin, pour comprendre toute la mesure des difficultés financières de la Israël, en Palestine, en Afghanistan, aux Etats-Unis... “Partout la croisVille de Nevers, le maire rappelle les effets de la baisse démographique sance ralentit. Partout la pauvreté perdure ou s’installe. Partout les qui frappe tous les territoires du Grand Est de la France. “La bonne noumouvements sociaux s’enflamment, s’amplifient. Certains pays s’arvelle, c’est qu’on constate une nette décélération de cette baisse qui nous ment, d’autres se replient sur eux-mêmes... Ce qu’on voit, ce qu’on laisse espérer une stabilisation prochaine de notre population, pour un entend aujourd’hui par delà nos frontières européennes est source d’inretournement que j’espère.” quiétude.” Tous ces facteurs se conjuguent pour rendre la tâche budgétaire plus Et dans ce contexte économique général, le compliquée en 2009 qu’elle fut jamais. “De ma “Dans cette conjoncture vie d’acteur local, je n’ai connu de telles difficuldépartement de la Nièvre et notre commune sont évidemment touchés. Le chômage techtés. Mais, je le répète, nous nous devons, ensemdifficile, notre plus grand ble, d’aller de l’avant. C’est la mission que j’ai nique ou les fermetures définitives ont refait leur apparition. Pour autant, le maire se refuse donnée à tous les adjoints et conseillers municià sombrer dans le pessimisme. “Si chacun ennemi est le fatalisme !” paux de mon équipe au travers du travail mené d’entre nous, aujourd’hui, a pris conscience par le maire-adjoint aux Finances afin de dégades difficultés que traverse notre pays, il nous faut maintenant ensemble ger suffisamment de marges de manoeuvres financières pour mener à y faire front. Je ne tomberai pas dans le piège politique du gouvernebien le programme de mandat pour lequel j’ai été élu.” ment, lequel, sous prétexte de crise économique et sociale, régle “ses comptes” avec la gauche des territoires, réduisant les moyens des collectivités locales et, de fait, fragilisant dangereusement la cohésion Les 600 activités de la Ville sont passées au nationale et la solidarité des régions et départements.” Il poursuit : crible des trois grands objectifs du mandat, “Les combats qu’il nous faut engager pour reconstruire un avenir positif à notre territoire, c’est d’abord de rassembler nos forces. Nous cohésion sociale, proximité et attractivité devons être maîtres de notre destin.” Pour le maire, également président pour les 5 ans à venir de la Communauté d’agglomération de Nevers, l’adn sera l’instrument de notre liberté. “Elle a commencé à nous redonner une capacité d’attraction qui nous manquait et va bientôt déployer tout son potentiel. Rappelons que l’entreprise Armatis, qui représente 400 emplois, est venue à Nevers parce que l’agglomération a été en mesure de lui faire une proposition de locaux intéressante. Ce premier succès en appellera d’autres. Cet exemple doit nous inciter à rester volontaires et déterminés dans l’action. En effet, dans cette conjoncture, notre plus grand ennemi, c’est le fatalisme. Dans la vie, il y a des échecs et des réussites, mais il ne saurait y avoir de renoncement.” Didier Boulaud le montre par l’exemple sur le dossier du TGV. “Notre mobilisation sur ce projet doit être totale, car il est une des clés les plus importantes à nos perspectives de développement. En nous plaçant à moins d’une heure de Paris, Lyon et Clermont-

S

priorit

à poursuiv

Didier Boulaud, maire de Nevers : “Les combats qu’il nous faut engager pour reconstruire un avenir positif à notre territoire, c’est d’abord de rassembler nos forces. Nous devons être maîtres de notre destin.” 18

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

à modernise


“L’augmentation nécessaire de la fiscalité locale pour faire face à la crise financière qui nous frappe devrait être de 200 euros par feuille d’impôts locaux. Nous nous donnons les moyens de ne pas actionner ce levier.” Florent Sainte Fare Garnot, maire-adjoint en charge des Finances, dont la mission confiée par le maire est de résoudre la question du budget de la Ville pour les prochaines années, a instauré une nouvelle approche budgétaire afin de tourner l’effort financier à la réalisation des grands objectifs du mandat. lorent Sainte Fare Garnot, élu de la “nouvelle importants du mandat, génération”, a instauré une nouvelle appro- sélectionner les activités municipales qui corresponche budgétaire, décidé d’une nouvelle manièdent le mieux aux objectifs politiques exprimés lors de re de faire et élaboré une nouvelle méthode la campagne électorale, partagée par l’ensemble des élus. Celle-ci consiste à - s’interroger sur les actions qui ne correspondent pas optimiser les coûts de fonctionnement de la Ville pour aux grands objectifs du mandat et se donner les absorber le choc de la baismoyens de réussir celles se des recettes de la collecqui leur correspondent, tivité et à préserver toute la nouvelle approche budgétaire - imaginer de nouvelles puissance d’investisseactions porteuses d’avenir ment de la municipalité, nouvelle manière de travailler et de dynamique, voire la renforcer, sans - dégager des marges de nouvelle méthode... augmenter les impôts manœuvre financières locaux. Pour cela, les élus pour réaliser l’ensemble ont réorienté le programme de mandat vers de noudu programme de mandat.. veaux programmes innovants et plus structurants pour Depuis six mois, les élus passent au peigne fin toutes Nevers, afin de maintenir et développer l’activité écoles activités de la municipalité. Action par action, pronomique locale, avec elle, l’emploi. gramme par programme. La méthode a permis de Si le premier temps de gestion, prudente et maîtrisée, sélectionner, parmi les 600 actions publiques menées colle parfaitement à la période actuelle, en période de par la commune, celles qui contribuent le plus aux crise, la doctrine du objectifs définis par les maintien des grands élus, et répondent le mieux équilibres ne suffit plus, aux demandes et attentes il faut inventer pour des habitants de Nevers. Il investir, changer les s’agit là d’une méthode outils, changer les pramoderne et pragmatique tiques, préparer demain. propre à répondre au défi La méthode est ainsi que soulève la conjoncture renouvelée aussi par le économique et à la commode de travail. Il s’agit mande du maire. pour le maireadjoint de : - rassembler l’équipe des élus de la majorité pour travailler collectivement sur le projet voulu par le maire, - définir ensemble les objectifs politiques les plus

F

taire

vre

er N e v e r s

En quoi cette approche budgétaire et cette nouvelle méthode de travail contribuent-elles à la réalisation des objectifs prioritaires du mandat ? “ Nous avons repris l’ensemble des 600 activités menées par la municipalité dans tous ses domaines de compétences; la culture, les sports, l’environnement, l’éducation, les services techniques, la commande publique, la gestion juridique, les espaces verts, la communication, les jumelages… d’abord avec le maire, puis avec l’ensemble des élus de la majorité et les services de la Ville, puis ce travail de sélection a été jugé à l’aune des besoins et attentes des habitants, respectant en cela l’adage “gouverner c’est prévoir et c’est aussi choisir”. Cela a permettra-t-il de boucler le budget 2009 et de faire face à la crise financière ? “ Je le crois, la réponse interviendra lors du vote du budget le 28 mars prochain, mais faire face à la crise sans augmenter les impôts loaux n’est pas le seul enjeu. Il s’agit aussi de rebondir, de se donner la capacité de faire du neuf pour les années à venir et de donner corps aux projets des élus, ceux qui répondent aux vœux des habitants et la vision à plus long terme du maire. Nous n’oublions pas que nous avons un programme de mandat à réaliser et des promesses que nous devons tenir, pour lesquelles nous avons été élus. Cela se prépare, se réfléchit, s’élabore avant de se financer. Je voulais que chacun travaille dans la perspective des cinq années à venir, et non sur du court terme. C’est cela aussi la Nouvelle Ambition.” ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

19


environnement SENTIER DES POMMIERS

Comment tailler les fruitiers en son jardin ?

Samedi 14 mars à 14h30, les arboriculteurs du GREFFON (Groupe pour la renaissance des espèces fruitières oubliées de la Nièvre) seront à pied d’oeuvre, sentier des Pommiers, dans le quartier des Montapins, pour des démonstrations publiques de taille de formation. omment tailler les arbres fruitiers de son jardin ?” Cette question suscite beaucoup d’engouement, puisque nombreux étaient les Neversois, en 2008, à être venus assister à la démonstration de taille de formation réalisée par les spécialistes du Greffon sur les anciens pommiers préservés le long du chemin piétonnier du même nom, dans le quartier des Montapins. Ces pommiers font depuis l’objet d’une attention régulière. Le temps est venu de réitérer l’opération de taille. Ce rendezvous sera donc le moment d’apprendre ou de réviser dans la bonne humeur les techniques pour bien tailler les arbres fruitiers de son jardin. On aura également l’occasion de voir comment ont évolué les jeunes pommiers plantés en 2007. Par ailleurs, un habitant du quartier

“C

La Ville de Nevers invite les amoureux des arbres fruitiers à la séance publique de taille de formation, samedi 14 mars à 14h30, sentier des Pommiers, dans le quartier des Montapins.

ouvrira ses portes afin que l’on puisse aussi avoir un cas concret de taille dans un jardin. Enfin, pour ceux qui ne connaissent pas ce secteur de Nevers, ce sera l’occasion de découvrir les petits recoins de ce quartier ou règne une certaine harmonie puisque sentier piéton, haie bocagère, bande herbacée spontanée, chênes centenaires et habitations récentes se jouxtent pour le plaisir des habitants et des

promeneurs. Par ailleurs, le 28 mars à 14h30, rue des Bois-d’Ardenet, dans le même quartier, le Greffon procédera, en public, à la “préparation d’une petite pépinière et plantation de porte-greffes” sur un terrain mis à disposition par le Centre communal d’Action sociale de la Ville de Nevers, dans le cadre d’une convention. Les spécialistes interviendront dans un ancien verger

avec pour objectif de créer une pépinière d’arbres fruitiers. Des porte-greffes de différentes espèces seront plantés à cette occasion. La Ville de Nevers et le GREFFON ne lésinent pas sur les actions de sensibilisation pour permettre à tous de redécouvrir le plaisir et l’intérêt d’avoir des arbres fruitiers dans nos jardins et les espaces publics. D’autres actions sont à venir ...

Procession...dangereuse !

L

es agent s de la direction de l’Environnement Urbain de la Ville sont déjà alertés p ar la présence de cocons de chenilles processionnaires du Pin sur de nombreux sites du territoire de la commune. Le services de Gestion arboricole et d’Hygiène opérationnelle coordonnent leurs actions pour minorer les risques d’accidents cut anés t ant chez les enfants et les personnes fragiles que sur les animaux domestiques. L’un repère les arbres infestés chez les particuliers et envoie un courrier au propriétaire pour lui rappeler ses responsabilités, l’autre vient sur 20

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

demande récupérer gratuitement les cocons qui ont été prélevés pour les acheminer vers l’usine d’incinération. Cela évite à chacun de brûler les cocons, ou d’écraser les chenilles, au risque de mettre en suspension les soies urticantes et de subir des réactions cutanées ou des gênes respiratoires. Ces symptômes peuvent être aggravés en cas d’allergie (œdème de Quincke, choc anaphylactique...). Ne laissez pas vos enfants toucher les chenilles. En 2008, ce sont 41 adresses qui ont été repérées, dont 1 1 avec recours au service Hygiène pour l’élimination des cocons. Pour son patrimoine, la ville a opté pour la pose de pièges à phéromones au mois de juin, et un traitement préventif biologique en septembre. Signalement d’arbre infesté : 03 86 68 43 43 Demande de récupération de cocons prélevés : 06 83 69 47 69 Renseignement sur les pièges et traitement préventif : 03 86 68 43 36


du 1er au 7 avril

La Semaine du Développement durable

Passons

au durable ! la Semaine du Développement Durable de la Ville de Nevers se déroulera du 1er au 7 avril prochain, avec, en amont la Nuit de l’Eau. L’occasion de mesurer le chemin parcouru depuis plusieurs années dans nos pratiques quotidiennes mais également celui qu’il reste encore à faire. Détail du programme.

Programme de la VIIème édition de la SDD du 1er au 7 avril. - Un festival de films écologiques durant toute la semaine, à l’initiative de la Ville de Nevers, en partenariat avec le cinéma le Mazarin, séances à tarif réduit : “Un monde sans eau” (1), “Nous resterons sur terre” (2), “Nos enfants nous accuseront” (3). Avec les commerçants : - Poursuite de l’action sacs de caisse réutilisables de la grande distribu“Nous resterons sur terre” de Pierre Barougier et Olivier Bourgeois (le tion vers les petits commerces. premier est Nivernais et ancien élève du lycée Jules-Renard) pour tout- Animation vitrines sur les éco-labels avec la CCI, et le Samedi-animapublic. Ce film, aux images superbes, (dont certaines de la Nièvre) n’aption qui traitera des astuces écologiques du DD via le recyclage. porte pas de réponse, mais incite à (se) poser des questions et participe à - Mercredi 1er avril : l’émergence d’une prise de conscience sera diffusé en après-midi aux - Table-ronde et réflexion des acteurs de l’environnement de 10h à 12h scolaires de la Nièvre, pendant toute la semaine du DD. Il est à noter que sur l’Education à l’environnement au sens large (scolaire et grand Nevers a ce film en avant-première pour la SDD. public), salle du Conseil municipal du Palais ducal. “Nos enfants nous - Jeudi 2 avril : - A l’initiative du CL2D, le Conseil Local - Café-débat, avec les professionnels, animé par le accuseront !” du Développement Durable de la Ville de SEDARB sur la restauration bio en appui avec le Nevers, conférence tout-public, à 18h, salle film; “ Nos enfants nous accuseront ". de réceptions du Palais, sur la consommation responsable/durable, ani- En parallèle, communication et sensibilisation sur les produits bios mée par différents intervenants des associations “Action dans les restaurants scolaires. Consommation”, Thierry Kopernik, “AMAP” et André Lefebvre du - A l’initiative du CNAD et de l’association les 3 prés, projection du film SEDARB. Ceci à l’issue d’une réunion de travail, avec ces mêmes inter“Homo toxicus” à l’auditorium de la Médiathèque, à 14h, scolaires et venants, dans l’après-midi pour les membres du CL2D dans le cadre de tout-public avec échanges à l’issue du film. leurs travaux engagés sur sur le projet municipal dit du Poumon Vert de - “Bar des Sciences” à la MCN, 19h: “Qui a peur des la Baratte. Nanotechnologies ?” avec Marjorie Thomas, Dr ès sciences, ingénieur - En soirée, en partenariat avec le cinéma le Mazarin, conférence-débat, de Recherche au CNRS et membre de C’Nano IdF, organisme chargé de à l’initiative des lycées Jules-Renard & Raoul-Follereau autour du film présenter les nano-sciences et nano-technologies au grand public. - Projection des films 1,2, 3 au cinéma le Mazarin avec débat-échanges sur l’un des films. ème - Vendredi 3 avril : - Projection des films 1,2, 3 au cinéma le Mazarin avec débat-échanges sur l’un des films; En amont de l’ouverture et du lancement de la VIIème édition de la - A l’initiative de l’ACNÈ, et en partenariat avec l’ADN, projection du Semaine du Développement Durable de Nevers aura lieu LA combat exemplaire pour la nature “Aigoual, la forêt retrouvée”, un film NUIT DE L’EAU , samedi 21 mars avec : de Marc Khanne, 20h30, à l’amphi de l’ADN (sous réserves). - le film documentaire d’Udo Maurer “Un monde sans eau” en - Samedi 4 avril : partenariat avec le cinéma le Mazarin. - IIIème édition du Village DD toute la journée au parc Roger-Salengro, - Des animations nocturnes à la piscine des Bords-de-Loire autour de la consommation durable, et les 60 partenaires fédérés autour avec l’UNICEF et le club nautique de Nevers, de 20h à minuit. de la Ville de Nevers au fil des ans, avec un Samedi-animation sur le thème “Eco-Astuces”, en centre-ville. Qu'il s'agisse de l'accès à l'eau potable ou de la promotion des - Animations autour du tourisme durable avec Instant-Nature et Terroir bienfaits de l'eau sur la santé, la Nuit de l'Eau propose des infor& Patrimoine au parc. mations et animations qui visent à attirer l'attention sur la nécessi- Forum sur le jardinage naturel au magasin Botanic (précision et renseité de respecter cet élément essentiel à la vie qui est l'Eau. gnements au 0386 710 820) qui fera suite à d’autres animations qui se L'objectif de l'Unicef est de sensibiliser et de récolter des fonds dérouleront pendant la semaine “sans pesticides” du 20 au 30 mars. afin de financer ses actions de lutte pour l'accès à l'eau potable - Dimanche 5, lundi 6 et mardi 7 avril : dans le monde. - Poursuite de la diffusion des films 1, 2 et 3 au cinéma le Mazarin. Il est prévu, toujours au Mazarin, une projection avec un débat, de “Nous resSeront proposées des animations autour de l’Aquagym, le waterterons sur terre” avec les auteurs (date non déterminée). polo, brevets de natation, asquimautage canoë, relas EDF (1 euro

La II

Nuit de l’Eau

récolté par longueur de bassin réalisée), pratiques libres, expositions sur l’eau, collecte de fonds...

Contact : Dominig Bourbao 03 86 68 46 04 N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

21


vie des quartiers

la démocratie locale monte en puissance ! C’est l’un des engagements pris en 2008 par le maire et son équipe municipale : la création de Conseils de quartiers, placés sous la responsabilité d’adjoints délégués spécifiquement à ces Conseils et la mise en place d’un service Vie Des Quartiers. Ces engagements sont aujourd’hui réalité. e monde se transforme, les générations; leurs attentes et leurs besoins, sont différents et notamment les rapports qu’entretiennent aujourd’hui les usagers avec leurs administrations. Les services rendus à la population nécessitent du travail et de la rigueur et ne sont pas mis en cause, mais la population est en attente d’autre chose aujourd’hui, quelque chose de politique moderplus. Ce quelque ne de consultachose de plus, tion de la populac’est la proximition, et de gestion té”. La constitudes services tion des Conseils publics locaux. de quartiers et la Ce nouveau sercréation récente v i c e Vi e d e s du service Vie des Quartier, impulsé Quartiers marpar le Cabinet du quent ainsi une maire, est ainsi le évolution notable premier service à de la fonction tester cette évopublique au servilution de la Fonction Publique vers les citoyens. Il a en charge les ce des citoyens. actes administratifs classiques déjà présents dans les mairies de quarIls répondent à la tiers, mais sa tâche essentielle est d’assuvolonté du maire de tout mettre en oeurer une présence quotidienne et de dévevre pour favoriser la proximité avec tout Garantir un cadre de vie lopper une qualité d’accueil et d’écoute un chacun et représentent les meilleurs paisible et harmonieux permanente. L’enjeu est de garantir un outils pour développer l’écoute, le diacadre de vie paisible et harmonieux. logue et les échanges entre élus et admiA noter que ce nouveau service municipal s’est créé dans le cadre nistrés, au plus prés des préoccupations de ces derniers. d’un programme de redéploiement interne et qu’il n’occasionne donc L’adoption récente de la Charte des Conseils de quartier constitue aucune dépense nouvelle de fonctionnement. une étape supplémentaire dans la mise en œuvre par notre ville d’une

L

UN PROBLÈME ? Une requête à formuler à la mairie, un problème à signaler, un dommage constaté dans votre quartier, votre rue... Contactez le service municipal

NEVERS - ECOUTE - CITOYENNETÉ.

03 86 68 45 27 UNE SOLUTION ! 22

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7


La proximité : un état d’esprit ! Philippe Chauvet, directeur de cabinet, pousse ES T à l’éclosion rapide du nouveau service Vie des Quartiers. “Ce rapprochement au plus près des préoccupations des nos concitoyens marque une évolution notable de la fonction publique. L’engagement du maire et des élu(e)s est de tout mettre en oeuvre afin que vivent de véritables espaces de débats à l’échelle de chaque lieu de vie, dans un souci de proximité, d’écoute, de dialoNO RD gue et d’échanges.”

OU

es services rendus quotidiennement à la population nécessitent travail et rigueur, mais au-delà des réponses adminis-

L

tratives que les élus et les services de la Ville doivent apporter, on voit bien que les choses ont changé depuis quelques années dans le rapport qu’entretiennent les administrés avec leur “mairie” et leurs élus. Le monde se transforme, les générations évoluents et le souhait de proximité, de dialogue, d’écoute est plus fort aujourd’hui. C’était aux élus d’inventer de nouvelles formes d’échanges qui allient efficacité et démocratie afin d’y répondre au mieux. Pour Philippe Chauvet, “la proximité est le meilleur moyen de répondre à cette demande nouvelle. La proximité, c’est un état d’esprit qui réside dans un rapport nouveau à instaurer avec nos concitoyens, à qui l’on doit de faciliter l’information et l’orientation vers les services compétents, qu’ils soient municipaux ou qu’ils relèvent d’autres administrations, ou associations. Il faut apporter les bonnes réponses et réduire autant que possible le nombre d’interlocuteurs, c’est le b.a-ba de la proximité, mais c’est déjà beaucoup.” Dans ce processus, les adjoints de quartier ont un rôle essentiel; celui d’interlocuteur

privilégié et sont ainsi plus disponibles, assurant des perES T manences hebdomadaires dans “leurs quartiers”. Ils représentent le lien entre la population et l’administration, et sont l’incarnation de cette proximité. Les requêtes ou sollicitations formulées par les usagers sont autant de matière qui peuvent intéresser les élus, mais aussi les membres des différents Conseils de quartiers. “Car, ces Conseils ont vocation à formuler des propositions suite à des débats organisés en leur sein, pour qu’une décision puisse être prise lors de la tenue du Bureau municipal voire du Conseil municipal (selon l’importance CE de la demande)” En effet, les NT Conseils de quartier ne peuvent RE disposer du pouvoir de décision qui est l’apanage des élus, mais ils permettent de par la connaissance qu’ils ont de leur lieu de vie, de coller à la réalité du quotidien de la population.

Une nouvelle équipe à l’écoute des habitants Le nouveau service Vie des Quartiers s’est dotée d’une équipe d’agents motivés par le contact avec la population. épartis dans chacune des quatre mairies de quartiers, ils sont la pierre angulaire et les chevilles ouvrières de leur élu respectif. Ils ont pour mission d’accueillir tout un chacun et d’instaurer de réels rapports de proximité avec les usagers, en leur facilitant l’accès à toute information, en les guidant vers les services et personnes aptes à répondre à leurs attentes, que les réponses soient du ressort de la municipalité ou qu’elles relèvent d’autres administrations, ou associations. Leur rôle essentiel est l’accueil et l’écoute. Les quatre mairies de quartiers assureront des permanences identiques à celles qui existaient auparavant, soit de 8h30 à 12h, ou de 13h30 à 17h (voir pages suivantes). Chacune de ces permanences étant assurée par une responsable et un agent d’accueil en lien avec leur adjoint référent. L’objectif premier est d’inciter les gens à pousser la porte des mairies de quartier, à venir échanger.Ces mairies de quartier ont également vocation à développer des partenariats avec les institutions, les associations présents sur le territoire, au coeur des quartiers. Par ailleurs, elles sont en charge les questions d’habitat social et la mise en oeuvre d’une gestion urbaine de proximité pour faciliter, voire retisser du lien social.

R

Il était 1...

...ils sont 8 !

Faites des mails à : mairie.quartierest@ville-nevers.fr mairie.quartierouest@ville-nevers.fr mairie.quartiercentre@ville-nevers.fr mairie.quartiernord@ville-nevers.fr N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

23


vie des quartiers

4

Quartier Maupas/Victor-Hugo

Collège Entreprise / Association / Expert / Personne qualifiée - Pierre Maribas, rue Gresset / Entreprise SCI-l’Elyséenne - Jacqueline Baynac, rue André-Deslignière / Conseil Syndical Résidence “Château des Perrières” - Catherine Bouveau & Eric Rabé / Régie Interquartiers Collège Habitants - Claude Pierre Mazet, Bd Victor-Hugo - Josette Henry, rue Molière - Jean-Luc Morier, rue Professeur-Anfray - Christian Bougaré, rue du Docteur-Léveillé - Annie Legret, rue de Vauzelles - Paul Guyot, rue Louis-Vicat

3

Quartier Alsace-Lorraine/Rotonde Collège habitants -Bernard Lopart, rue Alsace-Lorraine -Pascale Masseboeuf, rue Professeur-Calmette -Aurélie Milcent, rue de l’Aiguillon -Emmanuel Cotillard, rue Général-Sorbier -Serge Dole, rue Général-Auger -Henriette Frébault, rue Henri-Dunant

Collège Entreprise / Association / Expert / Personne qualifiée -Jean-Louis Garo / association: “Maison des Montôts”, rue de Marzy -Thérèse Hervier / association: CLCV, impasse Jules-Verne -Mauricette Barbarin /asso “Val des Loges”, rue Jean-Maitron -Martine Gaudin, rue de Marzy / personne qualifiée -Jimmy Derouault, rue Romain-Baron / Entreprise & habitant -Jean-Luc Septier, chemin des Bas-Montôts / Organisme AFPLI -Roger Boissay, rue Maréchal-Lyautey / association ACPMPC -Nicole Paris & Jean Lenoir / Régie interquartiers “Réservoir” -Laurent Le Mouée, rue Franchet-d’Esperey / association “Inter-Quartier” Collège habitants -Fatiha Benabdallah, rue Jules-Verne -Régis Ducreux,16 rue de Lund -Romain Moussy, rue de Marzy -Joël Liottin, rue Albert-Camus -Fadona Lambarki, rue Père-de-Foucauld

1

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

4

5 Quartiers NORD

Adjoint : Jean-Louis BAL Mairie de quartier : 4, ru e 03 86 71 62 71 Matin : 8h30 - 12h mairie.quartiernord@ville

7 Quartiers OUEST Adjoint : Daniel Warein Mairie de quartier : 9, rue Jules-Verne / 03 86 71 83 90

8

Quartiers CENTRE

Adjoint : Christophe WAR Mairie de quartier : 3, pla c 03 86 68 46 46 Matin : 8h30 - 12h mairie.quartiercentre@vill

mairie.quartierouest@ville-nevers.fr

Collège Entreprise / Association / Expert / Personne qualifiée -Jean-Pierre Trente, rue des Mariennes / Association CNL

N e v e r s

Collège Habitants - Chantal Amelot, rue Georges-Guynemer - Véronique Gohier, rue des Tailles - André Pierre, rue Georges-Guynemer - Michel Labarre, impasse Louis-Stévenot - Annie Méoli, rue Henri-Foucaud - André Jacquinot, rue Georges-Guynemer

Lundi, mardi jeudi de 13h30 à 17h30, mercredi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h30 et vendredi de 13h30 à 17h.

Quartier Eduens/Montapins

24

Collège Entreprise / Association / Expert / Personne qualifiée - Anne Wozniak, Bd de-Lattre-de-Tassigny / Entreprise “Paysagiste” - Pascale Panier, rue du Portugal / Entreprise - Fabien Picaut, Bd de-Lattre-de-Tassigny /“Librairie Tabac-Presse du Banlay” - Lionel Foulatière, rue des Neuf-Piliers / Association “ARAC” - Alain Herteloup, Bd Saint-Exupéry / Association “Centre social du Banlay” - Colette Grigaut, rue Honoré-de-Balzac / Association “Femmes isolées” - Félix Bakenda, impasse Louis-Stévenot / Association “SOS-Racisme” - Catherine Bouveau / Association “Réservoir” - Eric Rabret / Association “Réservoir” - Ayse Bulbul, rue Alphonse-Laveran / Association “Inter-Quartier”

2

Quartier Montôts/Grande-Pâture

Collège habitants -Andrée Chalmendrier, résidence des Eduens -Maurice Alexandre, rue Gilbert-Troufflot -Roselyne Chamoux, rue des Montapins -Daniel Matchoro, rue Marcel-Paul -Catherine Bocquin, rue Marcel-Paul -Philippe Errecart-Favières, rue de la Raie.

Quartier Banlay

3

2

1

5

8

Quartier Cathédrale/Jonction

8

Collège Entreprise / Association / Expert / Personne qualifiée - Bernard Chiron, rue de la Jonction/ Entreprise “Café la Marine” - Christian Demaillet, rue de la Jonction / Association - Lydie Dupont, rue Paul-Vaillant-Couturier /Association “ANVOSA” - Amélie Scheuer, rue du Cloître-Saint-Cyr / Association “A FLEUR” Collège Habitants - Marie-Claire Save, rue du 14-Juillet - Bruno Monteiro, rue du Rivage - Micheline Choquet, place des Reines-de-Pologne - Gérard Chatelet, rue des Conrade - Hélène Gisserot, place de la République - Christophe Rocci, rue de la Porte-du-Croux


6

7

Quartier Centre-Ville

Quartier République/Préfecture

Collège Entreprise / Association / Expert / Personne qualifiée - Françoise Georgelin, rue du Clou / Association “Tiens bon la Barre” - Jean-Pierre Meunier, rue Saint-Etienne / Personne qualifiée JM finances - Gérard Marchand, rue des Ardilliers / Personne qualifiée Jeff de Bruges Collège Habitants - Monique Bonpar, Bd de la République - Pascale et Joël Singery, rue de la Préfecture - Emmanuel Dumont, rue de Nièvre - Isabel Gaudin, rue du Champ-de-Foire - Michel Bloquet, rue Charles-Roy

Collège Habitants - Claudine Bouillot, rue de Vert-Pré - Jean-Paul Malcoiffe, avenue Général-de-Gaulle - Bernard Bideau, rue Clerget - Jocelyne Bonnet, rue Henri-Barbusse - Michel Chastaing, place Guy-Coquille

5

Quartier Champs-Pacaud/Mouësse

6

E

ARNANT ace Saint-Laurent

lle-nevers.fr

9

Collège Habitants - Roland Panier, Fg du Grand-Mouësse - Daniel Berthelot, cité Thomson - Damien Jure, Fg du Grand-Mouësse - Rollande Blondeau, rue Sacco-et-Vanzetti - Nathalie Laboureau, rue de l’Eperon - Didier Lepresle, rue de l’Eperon

9

ALLERET e Ernest-Renan

e-nevers.fr

Collège Entreprise / Association / Expert / Personne qualifiée - Alain Gresle, rue du Fer / Habitant & Experte - Dolorès Touzin, place Saint-Sébastien / Habitante & personne qualifiée - Gaël Drillon, rue Mirangron / Habitant & Personne Qualifiée - Marie-Chantal Feldbusch, rue des Francs-Bourgeois / Association “le Groupe” - Stéphanie Machecourt, rue des 4-Vents / Association “Commerçants quartier Mancini” - Cécile Castan, rue de Nièvre / Association “BIJ 58” - Mostapha Tarbouni, impasse des Varennes / Assocation “Inter-Quartier”

10

Quartier Baratte/Courlis

Collège Entreprise / Association / Expert / Personne qualifiée - Pascale Poussin, avenue Général-de-Gaulle / Ecole Jean-Macé - Jean-Yves Colinet, mail Jacquinot / Association - Marie-Cécile Gaulon, rue des Sablons / Association CLCV - Yves Herberrier & Cédric Picard / “Réservoir” Place du Grand-Courlis - Joëlle Del Zotto & Françoise Legrand / Centre Social de La Baratte - Laurent Le Mouée / Association Interquartier

11

Quartiers EST Adjointe : Delphine FLEURY Mairie de quartier : 1, rue Louis-Francis 03 86 71 67 40 Lundi, mardi, mercredi de 13h30 à 17h30, jeudi de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h 30, vendredi de 13h30 à 17h.

10

Collège Habitants - Michel Diancourt, allée Neubrandenburg - Catherine Diancourt, Bd Jacques-Duclos - Daniel Del Zotto, Bd Jacques-Duclos - Alain Aubin, impasse Pierre-Prémery - Robert Gaulon, rue des Sablons - Jean-Michel Lyonnard, Fg de la Baratte

mairie.quartierest@ville-nevers.fr

Quartier Bords-de-Loire/Pâtureaux Collège Entreprise / Association / Expert / Personne qualifiée - Josette Martin, rue Bernard-Palissy /Association “CNL” - Marie-Hélène kerlingt, rue du 8-Mai-1945 / Association “Accord de Loire” - Jean-Pierre Milon, rue des Patureaux / Association “les Pâtureaux” - Pierrette Guillemot, rue du 8-Mai-45 / “Fédération des ainés ruraux de la Nièvre” - Marie-Annick Sévillano & Jean Lenoir / Association “Réservoir” - Alain Gala, rue Bernard-Palissy / Association “CLCV”

11

Collège Habitants - Pierre Schlickling, rue des Patureaux - Julien Detrie, rue Bernard-Palissy - Marie-Jeanne Fousset, rue du 8-Mai-45

Service VIE DES QUARTIERS mairiesdequartier@ville-nevers.fr N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

25


Entreprendre SÉMINAIRE BOUTIQUE DE GESTION

Eric Freyssinge Directeur de la Boutique de Gestion

Eric Freyssinge est directeur de la boutique de gestion. Chaque année, les 11 salariés que compte la BDG acueillent quelque sept cent personnes qui ont un projet de création ou de reprise d’entreprise. “Le régime d’Auto-entrepreneur est une étape intermédiaire. Elle permet à la personne qui souhaite créer son entreprise de tester sa viabilité d’en étudier la faisabilité dans un cadre légal et en minimisant la prise de risque.. Ce système a l’avantage d’être réactif par rapport aux cotisations sociales et de coller à la réalité”. Le premier jour de lancement du dispositif, 2 000 inscriptions ont été enregistrées. A Nevers, et plus largement dans la Nièvre, on dénombrait une quinzaine d’inscrits au régime d’Auto-entrepreneur via le site www.lautoentrepreneur.fr ou directement auprès du Centre de Formalité des Entreprises à la Chambre de Commerce et d’Industrie.

Créer, entreprendre Dans un contexte de crise économique et d’augmentation du nombre de demandeurs d’emploi, nombreux sont ceux qui souhaitent tenter l’aventure de la création d’entreprise. Depuis le 1er janvier 2009, de nouveaux dispositifs sont entrés en vigueur. ’Auto-entrepreneur et le Nouvel Accompagnement à la Création et à la Reprise d’Entreprise (NACRE) sont les deux nouveaux dispositifs en vigueur depuis le 1er janvier. Le premier dispositif s’adresse à toute personne qui souhaite créer une entreprise individuelle pour éxercer une activité commerciale, artisanale ou libérale en complément d’une activité salariée, ou à titre principal. La démarche est plus simple et plus rapide que pour la création d’une entreprise individuelle. Elle s’accompagne d’un programme d’éxonérations de charges et d’un régime simplifié au niveau des cotisations sociales qui sont calculées en fonction des revenus générés par l’entreprise au cours de l’année. Si l’entreprise ne génère aucune recette, il ne sera prélevé aucune cotisation sociale. Ce régime s’accompagne également d’une éxonération de taxe professionnelle de deux années et de l’année civile en cours, et d’un prélèvement de l’impôt sur le revenu en fonction des rentrées du chiffre d’affaires. L’autoentrepreneur dispose également d’une dispense d’immatriculation au registre du commerce et des sociétés

L

Boutique de Gestion 47 bis, rue Henri-Bouqillard 58 000 nevers 03 86 21 41 71 bgnevers@orange.fr www.boutiques-de-gestion.com/nevers www.boutiques-de-gestion.com www.lautoentrepreneur.fr 26

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

(pour les commerçants) ou au répertoire des métiers (pour les artisans). L’entreprise bénéficie malgré tout d’un numéro Siren. Les obligations comptables sont elles aussi allégées. Un livre journal détaillant les recettes doit être tenu à jour, et pour les eules activités de vente ou de fourniture de logement, un register récapitulatif par année présentant le détail des achats. Le second dispositif, NACRE, vise à améliorer l’accompagnement dans la création d’entreprise et à développer des partenariats bancaires pour les demandeurs d’emplois et bénéficiaires de minima sociaux. L’objectif étant d’organiser un véritable parcours du créateur afin d’augmenter la pérennité des entreprises créées et le nombre d’emplois générés. Ce dispositif est destiné aux demandeurs d’emploi indemnisés, aux bénéficiaires de l’allocation de retour à l’emploi, de minima sociaux, aux jeunes de 18 à 25 ans et ceux de moins de 30 ans non indemnisés... Ce dispositif s’articule autour de trois phases. L’aide au montage de projet qui vise à valider la maturité du projet, ses chances de succès. La seconde phase est celle de la structuration financière et intermédiaire bancaire qui a pour objectif de valider la pertinence économique du projet. Enfin, la troisième phase concerne l’appui au démarrage et au développement de l’entreprise. Elle consiste pour le nouveau dirigeant à être en mesure d’assumer pleinement son rôle de chef d’entreprise.


économie Implantée sur la Z.I. de Nevers / Saint-Eloi, l’entreprise Eurosit fêtait ses 60 ans en 2008... Et comme un cadeau, l’un de ses derniers sièges - le Peacock (qui marie bois et design) - remportait le prix “Qualité et performance Bourgogne” et le label “Etoile de l’observer du design”... L’occasion d’un tour d’horizon avec JeanPierre Alaux, directeur.

Autour des derniers modèles de sièges Eurosit, l’équipe du management et de l’administration.

Eurosit ou l’artisanat industriel

Et le directeur d’Eurosit d’afdes événements actuels, c’est ficher un sourire quant au que nos marchés s’inscrivent bilan de l’entreprise pour dans la durée ; généralement 2008, même s’il tient à garder trois à quatre ans.” Des marun optimisme prudent, compchés en effet récurrents signés te tenu de la crise économique avec d’importants clients actuelle : “L’an dernier, notre comme la RATP ou Air France. Côté fournisseurs, chiffre d’affaires a augmenté Le Peacock marque de 18%. C’est Eurosit s’apnotre volonté de proprovisionne à rassurant mais mouvoir le bois de la plusieurs prix 98% en il faut noter région avec des produits en 2008 dont le que notre proEurope, dans innovants, explique Jeanun souci de duction est saiPierre Alaux. Ainsi, tous les “qualité proximité, sonnière. Ce plaquages sont en chêne de et performance notamment en qui nous préBourgogne. Ce siège de Bourgogne” serve un peu Italie (pour les bureau a été conçu dans le textiles) et en cadre d’un concours organiAllemagne (pour les pièces de sé par le Conseil régional sur mécanique). Et sans nul le thème de l’éco-design...” doute, ce qui fait la force de l’entreprise, c’est son esprit en perpétuelle recherche créative. Ainsi dispose-t-elle d’un bureau d’études intégré, le RED (Recherche et Développement) au sein duquel sept concepteurs et Jean-Pierre Alaux est “L’entreprise est engagée dans dessinateurs travaillent à directeur du l’éco-conception, souligne Jean- site depuis temps plein sur de nouveaux mars 2007. Pierre Alaux ; c’est à dire que produits. Car le design ne Eurosit respecte trois conditions souffre aucun repos ! En trois en faveur de l’environnement. La première, ne pas utiliser ans, huit nouvelles gammes de matières dangereuses, privilégier celles qui sont peu énergide sièges ont vu le jour... Sans vores et choisir des matières recyclées et/ou recyclables. La compter le petit dernier, deuxième, fabriquer des produits durables. Par exemple, nous Citizen, un fauteuil “écovoulons - au delà des 5 ans de garantie offerts à nos clients conçu” (voir encadré) qui qu’un produit vive au moins dix ans. Enfin la troisième, concesortira des ateliers en juin voir des sièges totalement démontables, dont chaque pièce prochain. Et c’est en arpenest identifiée, en vue du recyclage. Actuellement, 8 produits tant le site, de l’atelier de garEurosit sont certifiés NF environnement. De même que l’entrenissage à la ligne de montage prise a réduit de 30% sa consommation d’énergie, ces trois en passant par le secteur dernières années. Certifiée ISO 14000, conforme à la législamétal, que l’on mesure le tion, Eurosit développe un plan éco-citoyen global, dans savoir-faire du personnel. une démarche non seulement écologique mais aussi sociale.” Une équipe, aux compétences

éco-conception

“nos efforts pour l’environnement”

multiples, aussi dévouée que concernée : ici, chaque siège est “fait main”... rien n’est automatisé ; le tissu, par exemple, est coupé par des couturières ! Quand l’industrie emprunte à l’artisanat, le design le plus haut de gamme reste l’oeuvre d’artistes...

Dans le laboratoire d’essai, chaque siège est soumis aux rigueurs de la qualité !

EN CHIFFRES, l’entreprise Eurosit c’est : - un site de 55.000 m2 dont 20.000 m2 de bâtiments ; - un effectif de 135 employés ; - un chiffre d’affaires de 19,7 millions d’euros en 2008 soit une progression de 18% par rapport à 2007 ; - 8 nouvelles gammes de produits créées en trois ans ; - 180.000 sièges fabriqués en 2008 (soit une moyenne de 700 à 1400 par jour) ; - 60 ans d’activités dont 36 à Nevers (Z.I. Saint-Eloi) ; - un million de combinaisons possibles sur catalogue...

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

27


bénévole Danie Leclerc

On connaît la chanson Chaque semaine, Danie Leclerc enseigne bénévolement l’anglais aux adhérents du Groupe d’Entraide Mutuelle. Professeur à la retraite, elle conjugue ainsi son amour de la langue de Shakespeare à son tempérament altruiste et sa passion pour la musique. Car ici l’apprentissage se fait en chanson.

“Je me suis immédiatement sentie à l’aise et, surtout, d’une grande utilité. J’ai retrouvé le rapport chaleureux que l’on établit souvent avec les élèves fragiles...”

“A L’HEURE DE LA RETRAITE, J’AURAIS BIEN CONTINUÉ, AVOUE DANIE LECLERC. J’AI TOUJOURS ADORÉ MON MÉTIER ET ENSEIGNER FAIT

À

PARTIE INTÉGRANTE DE MA PERSONNALITÉ... AVEC LE GEM (GROUPE

D’ENTRAIDE MUTUELLE), JE CONTINUE DE FAIRE CE QUE J’AIME...”

Pour ceux qui en doutent encore, bénévolat ne signifie pas forcément sacrifice. “Au contraire, je pense qu’il faut être naturellement motivé dans toute action altruiste, sinon cela ne sert à rien d’y aller à reculons...” Danie, dont la fine silhouette d’ancienne championne de kayak traduit le dynamisme, offre chaque semaine ses compétences aux adhérents du groupe. “Au début, je me suis demandée si j’allais être capable de capter l’attention de personnes souffrant de troubles psychologiques. Le doute a vite été balayé. Je me suis immédiatement sentie à l’aise et, surtout, d’une grande utilité. Je retrouvais le rapport chaleureux que l’on établit souvent avec les élèves fragiles. Le besoin rapproche...” Au GEM, tous les jeudis après-midi, c’est anglais ! Mais comme les niveaux sont variables - de l’âge à la Le débat se prolonge, (mé)connaissance de la - Danie a su troules blocages s’estompent langue ver le bon moyen pour niveler les valeurs en travaillant à partir de chansons. “Ce sont eux qui apportent les idées et ensuite, on planche sur le morceau. La grammaire, l’orthographe, le sens...” Avec quelques bonnes surprises à la clé. “Récemment, on a planché sur Born in the USA de Bruce Springsteen et, du coup, j’ai totalement revu mon jugement. Cette chanson est loin d’être pro-américaine. Au contraire...” Audelà de la découverte ou du perfectionnement, les “élèves” de Danie Leclerc prolongent le débat, en anglais... puis en français. Tous trou-

28

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

DANIE LECLERC Née le 19 juillet 1947 à Nevers Mariée à Gilbert Mère de Lionel (né en 1974) et Pierre-François (né en 1978) Retraitée depuis juillet 2007 Seconde d’une famille de quatre enfants, Danie a grandi dans le quartier Saint-Benin à Nevers. L’école primaire de la Rotonde, le lycée de Jeunes Filles de Nevers puis la Faculté de Lettres de Clermont-Ferrand jalonnent son apprentissage. Danie devient professeur d’anglais. En 1971, elle obtient son premier poste au collège de La Charité-sur-Loire. A la rentrée 1976, elle rejoint le collège de Guérigny où elle restera jusqu’à sa retraite en 2007. Dans la foulée, elle prolonge son goût pour l’enseignement et la langue de Shakespeare en proposant ses services auprès du GEM (voir ci-contre). Danie Leclerc s’est également beaucoup investie dans le milieu du sport et notamment du canoëkayak. Championne de France K2 (avec Marie-Claude Cordebois) en 1966 et 1967, elle a encadré les jeunes des clubs de Nevers et de La Charité.

vent ici un espace où ils peuvent s’exprimer, sans retenue. De précieux moments que leur “prof” est tout aussi ravie de partager. Fondé en avril 2007, le Groupe d’Entraide Mutuelle “Club Espoir 58” est un espace réservé aux personnes souffrant de troubles psychiques reconnus par les professionnels de la Santé. Subventionnée par la DDASS, l’association dispose de locaux au 10, rue des Fondereaux où une salariée permanente, Linda Fuche, coordonne les activités et le fonctionnement. Ici, les adhérents - se rencontrent autour des 11 bénévoles de l’association et suivent ainsi des cours de langues, de chant ou d’informatique. Les adhérents (35 en 2008) participent également à des activités physiques (randonnée, cyclotourisme...) dans un environnement chaleureux qui permet de tisser des liens et de lutter contre l’isolement et l’inactivité. Contact : 03 86 61 15 94 e-mail : gem.nevers@wanadoo.fr


Quartier des Sablons

Entre terre et sable La voie de chemin de fer sépare la rue des Sablons de la Petite rue des Sablons. De part et d’autres, des maisons neuves côtoient des bâtisses parfois centenaires qui témoignent d’une tradition maraîchère. Une tradition qui trouve son origine dans une terre sablonneuse, trace de l’ancien lit de la Loire. priori, lorsque l’on emprunte la rue des Sablons, ou la Petite rue des Sablons,c’est parce qu’ on y vit, ou alors que l’on rend visite à une connaissance. Pourtant, les deux voies estampillées Sablons sont de plus en plus fréquentées par les automobilistes qui souhaitent éviter la circulation du faubourg de la Barartte tout proche. Du coups, la municipalité a installé plusieurs ralentisseurs qui, aux dires de certains riverains, produisent leurs effets. Les Sablons,c’est un havre de paix où les générations se succèdent, où la maison de famille a encore du sens, où il fait bon vivre. En cette matinée humide et

A

froide de février, quand la pluie fine poussée par le vent vous cingle le visage, ils sont quelques uns à braver le mauvais temps aux petits soins pour leur jardin. Ce quartier de Nevers marque la frontière avec la commune voisine de Saint-Eloi, une frontière matérialisée par la rivière qui passe qui répond au doux nom de “Guipasse”. La quiétude ambiante tranche avec l’activité industrielle qui s’étend sur la zone de l’autre côté du canal. Maurice Charvin, qui habite au tout début de la Petite rue des Sablons, s’en souvient “J’étais outilleur à la Thomson (aujourd’hui Selni). Comme j’habitais juste à côté, j’étais très sollicité, la nuit, le dimanche... Et j’y allais sans rechigner, c’était comme ça à l’époque”. Aujourd’hui âgé de 82 ans, Maurice habite toujours dans la même maison, et coule une retraite paisible, mais hyper active. “J’ai 5 000 m2 de terrain, je fais du jardin, de la vigne.Cela représente du travail mais j’aime ça, et ma femme me donne un coup de main. Je cultive de tout, la terre est bonne, une terre idéale pour les asperges. Mes parents se sont installés dans ce quartier de maraicher en 1945 après avoir tenu La Forgette, à Forges. On est bien ici, c’est une grande famille, tout le

Maurice Charvin habite la “petite rue des Sablons” depuis 1945.

monde se connaît. Dans le coin, vous remarquerez que toutes les maisons ont un puits, et qu’ils sont tous alignés. Ce sont les frères Girault qui étaient puisatiers qui ont fait ça. Il parait que tous les puits sont alimentés depuis le Pont-Saint-Ours. Même en cas de sécheresse, on a de l’eau, la source n’est jamais tarie”. N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

29


Les Sablons La famille Meyer est installée aux Sablons depuis Juin 2006. PierreJean, Linda et leurs deux filles Thaïs (7 ans) et Gaya-Nyne (3 ans) habitent une maison un peu particulière reflet d’un choix de vie éco-sensible. “Nous avions une idée bien précise de la maison que l’on voulait et où nous souhaitions la construire, ici aux Sablons. C’est la carte Ville à la campagne qui nous séduisait, et hors de question de partir à 25 km de Nevers et de passer des heures dans la voiture. Ici nous sommes bien, au contact de la nature dans notre “cabane de jardin”. Ironisent de concert Pierre-Jean et Linda. Une cabane tout confort bien sûr, mais en lien avec la destination passée du terrain de construction : une ancienne terre de maraîcher. Le bois est le principal matériau de notre construction et nous n’avons rien modifié du terrain, on l’a juste défriché. Le coin est vraiment sympa”. Récupération de l’eau de pluie, chauffage au granulé de bois, une exposition de la maison raisonnée pour un maximum de luminosité... “Notre credo : montrer qu’en pesant autrement, même avec un petit budget, on arrive à faire des choses respectueuses de l’environnement”.

A proximité du passage à niveau, juste enface du canal, Roger Ramage, 70 ans, promène son fidèle compagnon,Théo. Et c’est comme ça tous les jours. Retraité de la Ville de Nevers, Roger savoure une retraite bien méritée. “Ça fait 20 ans que j’habite là. Une opportunité. Comme je travaillais à deux pas (au centre expo) je n’ai pas hésité une seconde à m’installer ici avec mon épouse qui est toujours en activité. Ici tout le monde se connaît - il salue au passage un voisin - surtout parmi les anciens. C’est un quartier où ça se construit pas mal, de jeunes couples s’installent. Mais on est tranquille. Mon jardin m’occupe bien. J’aime ça et on s’y retrouve. Même en hiver, épinards, choux, poireaux, carottes... que du bon et du frais.”

Christian Dechirat est riverain de la rue des Sablons depuis 35 ans. Le quartier est calme, sympa. “Avec mes parents nous sommes arrivés aux Sablons dans les années 1966 - 1967. Ils habitent là juste à côté. Moi, j’ai grandi ici et je m’y sens bien. Ce quartier est construit sur l’ancien lit majeur de la Loire (il y a quelques centaines d’années) l’eau n’est pas très loin sous terre, à deux ou trois mètres. D’ailleurs, la plupart des maisons dans le coin disposent d’un ou plusieurs puits. Le seul inconvénient ici, c’est la vitesse parfois excessive des automobilistes à certaines heures de la journée. Il y a quelques jours, une voiture a fini sa course dans le jardin de mes parents en contrebas de la route. Sans mauvais jeu de mots, elle a finit dans les choux ...”.

30

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7


Les Sablons

Les Sablons

A la sortie de Nevers, au-delà du canal de dérivation, la rue et la route des Sablons avancent entre le faubourg de la Baratte et la route de Trangy, encadrant de part et d’autre le voie ferrée de Chagny. Route et rue qui se dirigent vers l’extrémité toute proche de la commune, semblent avoir été tracées avec une certaine nonchalance, dans un quartier encore essentiellement rural, toujours appelé les Sablons. L’actuelle rue des Sablons est l’ancien chemin communal n°57. L’actuelle route des Sablons, avant la création de la ligne de Chagny, était reliée à ce qui de l’autre côté du canal est devenu un cul-de-sac : l’impasse Saint-Lazare. Une particularité de ces voies : le ruisseau des Sablons sépare des terrains lourds, de terres sablonneuses lègères aux teintes très différentes. Récemment, la Ville de Nevers a invité les riverains de l’impasse Zamenhof à participer à une réunion publique. La Ville de Nevers, pour être en conformité avec la loi se doit de faire quelques aménagements sur le secteur avec notamment l’installation d’une échelle de crue visant à éffectuer des relevés hydrographiques de manière régulière. Cette installation, sur le parcours du ruisseau l’éperon, suppose que l’impasse entre dans le domaine public. Cette procédure permettrait aux agents de la Ville de réaliser un sentier paysagé le long du ruisseau de l’Éperon et d’en améliorer son accès et son entretien.

Micheline Maupetit, 75 ans, fait partie des “anciens” de la rue des Sablons. Elle y est arrivée il y a 48 ans après s’être mariée. Toute une vie consacrée à la culture, au maraîchage. Les Jardins de Saint-Fiacre, c’est le nom de l’epxloitation de la famille Maupetit. “Tout une vie à travailler ici aux Sablons, et à la Baratte, terre de maraîché. On faisait les marchés bien sûr, mais aussi de la vente directe. Beaucoup de gens venaient ici, ça faisait de l’animation, ça donnait de la vie au quartier. Je trouve qu’aujourd’hui les gens ont tendance à rester chez eux, c’est dommage. Toujours est-il qu’à 75 ans, j’ai toujours à faire, je ne m’ennuie jamais. Puis, avec mon mari, on donne un coup de main au fiston de temps en temps”.

C’est la cinquième génération. Jacques Maupetit, horticulteur, a pris la suite de l’exploitation familiale, mais il est passé des fruits et légumes aux fleurs. Un choix de vie. “C’est le père de mon arrière grandpère qui s’est installé ici, sur cette terre en 1894. Moi, je suis arrivé dans cette demeure j’avais à peine huit jours. J’aime dire que je suis né dans un choux, mes parents, comme mes grandparents étant maraîchés. Pour ma part, j’ai fait le choix de changer d’activité et de m’orienter vers les fleurs, l’horticulture. Je n’y connaissais pas grand chose, mais quand on sait faire pousser un chou, une carotte ou un poireau... Aujourd’hui je me consacre aux fleurs, j’organise et participe à des fêtes des fleurs partout en France”.

Installé depuis trois ans en haut de la rue des Sablons, Benoît Plisson, la quarantaine, est arrivé dans la Nièvre il y a quatre ans depuis l’Indre. Benoit est artisan menuisier, et il a suivi son épouse mutée dans la Nièvre. Installée aux Champs Pacaud à leur arrivée à Nevers, la famille Plisson a souhaité rester dans le quartier de la rue des Sablons. “Nous souhaitions rester ici, c’est calme, sympa. On cherchait une maison à acheter et on a trouvé. On ne regrette pas. C’est vrai que parfois il y a de la circulation et que certains automobilistes ont une vitesse un peu excessive. Mais, l���installation de ralentisseurs a réduit les nuisances. On est à deux pas de la ville et de la campagne, les champs sont à deux pas. La preuve, on entend davantage le bruit du couple Oie - Jars juste à côté, que le train.” N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

31


prévention

Interstice :

Le maillon qu’il faut ! Depuis le 1er novembre dernier une nouvelle association a vu le jour à Nevers : Interstice. Cette association a pour objet de mettre en place à Nevers une action de prévention spécialisée en direction des jeunes sur les quartiers de la Baratte et des Bords de Loire. NTERSTICE,

c’est le nom de l’association de prévention spécialisée mise en place à Nevers depuis le 1er novembre 2008. La prévention spécialisée c’est une action visant à permettre à des jeunes en voie de marginalisation de rompre avec l’isolement et de restaurer le lien social. Elle repose sur quatre grands principes qui sont : le respect de l’anonymat, la libre adhésion, l’absence de mandat nominatif et la non institutionnalisation des actions. Il manquait un maillon dans la chaine de la prévention sociale . La raison d’être d’Interstice est de créer une passerelle entre ce qui existe déjà, (centres sociaux, maisons de quartiers, collèges, lycées, assistantes sociales, institutions...) et de faire le lien entre tous les organismes qui oeuvrent en direction des jeunes. “Les accompagnements éducatifs individuels des jeunes se situent aussi bien dans leurs démarches de recherhe d’emploi, de logement, ou encore dans leur inscription dans un par-

I

32

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

cours de santé. Tout cela se fait en accord, avec le(s) jeune(s) concerné(s). Il n’y a pas de caractère obligatoire, nous sommes garants de l’anonymat des personnes pour lesquelles nous travaillons” explique Isabelle Lovera, responsable d’Interstice. Une démarche ciblée. Les éducateurs de Prévention Spécialisée n’ont pas pour mission centrale de lutter contre la délinquance des mineurs, mais de mener un travail éducatif pour soutenir l’autonomie et les potentialités des adolescents ainsi que leurs possibilités de tenir leur place dans la société. Pour Pierre Barriol, éducateur spécialisé d’Interstice, “Notre travail et l’une des missions de la Prévention Spécialisée consiste à repérer des jeunes en situation de rupture, et donc de mal être. C’est une action éducative que nous menons, un travail avec l’humain et en accord avec l’humain. La réponse est forcément personnalisée et correspond à la situation d’une personne, ou d’un groupe, à un moment donné”. Depuis leur prise de fonction en septembre dernier, Isabelle et Pierre ont battu le pavé, pris des contacts, rencontré les jeunes, les partenaires. “Nous devons nous faire connaître, être connus et reconnus des habitants de ces deux quartiers pour que notre travail soit éfficient. C’est un travail de longue haleine. Un travail de partenariat que nous avons

réalisé en même temps que nous élaborions le projet de l’association. Aujourd’hui nous sommes dans une phase opérationnelle en prise directe avec le terrain. Nous nous sommes présentés dans chaque classe du collège Les Courlis et le jeudi soir, nous assistons à l’activité foot en salle encadrée par le centre socioculturel de la Baratte.” Le contact et l’écoute Le travail de rue est le fondement de la prévention spécialisée car il permet de rencontrer la population et d’amorcer une relation avec des jeunes, de comprendre les parcours, les besoins, de cibler les moyens d’action. L’accompagnement du jeune vers l’autonomie, son épanouissement s’inscrivent dans une démarche globale incluant les partenaires sociaux et institutionnels mais aussi la famille. Un partenariat qui prend corps en fonction des compétences et des limites de chacun des acteurs du champ de l’aide sociale à l’enfance. “Notre rôle face un jeune en situation de danger, est de défaire les noeuds, de comprendre et de l’orienter vers les bonnes personnes. Nous impulsons le mouvement, la dynamique”. Prochainement, Interstice intègrera ses locaux, rue du Colonel-Dartois, mis à dispostion par le bailleur et partenaire Coopération & Famille. Tél : 03 86 68 44 65. interstice.nevers@gmail.com

Delphine Fleury, présidente de l’association Interstice. “La mise en place de cette association de prévention spécialisée correspond à une volonté de la Ville de Nevers d’agir sur la prévention plus que sur la répression. Interstice intervient, dans un premier temps, sur les quartiers Est de Nevers. Il s’agit pour nous de s’assurer de la pertinence des actions engagées, de la pérennité de la structure. L’idée à terme étant de déployer ce service sur l’ensemble des quartiers d’habitat collectif de la commune. Pour cette première phase, nous avons reçu le soutien de l’Etat et du Conseil Général de la Nièvre qui a pour compétence l’action de Prévention Spécialisée, mais c’est bien la Ville de Nevers qui est à l’initiative de ce dispositif, parce qu’il y a un réel besoin de remettre de l’éducatif, de donner du sens, de créer du lien, pour mieux vivre ensemble”. INTERSTICE : Présidente : Delphine Fleury Vice-pdte : Evelyne Rosset (Coopération & Famille) Secrétaire : Christian Lebatteur Trésorier : Richard Impengé


adjointe Delphine Fleury - Quartier Est

Un sens concret à mon

engagement Femme de gauche, convaincue de longue date, l’ex-Madame Delphine de Sceni Qua Non est aujourd’hui adjointe chargée du secteur Est de Nevers. Entrevue.

C

Comment êtes-vous venue en “politique” ? Je suis une femme de gauche, depuis toujours. Mais, au lendemain de l’élection de Jacques Chirac, le 10 mai 1995, j’ai rejoint le Parti Socialiste. J’étais donc une jeune militante en 2001, lorsque Didier Boulaud a souhaité que je figure sur sa liste pour les élections municipales. Evidemment, je pense que mes activités professionnelles au sein de Sceni Qua Non (voir encadré) m’ont fait connaître. J’avais notamment animé un groupe de travail sur la culture. Qu’avez-vous appris de ce premier mandat ? J’ai découvert les rouages d’une assemblée municipale, la façon de gérer une ville avec les finances locales et le poids de l’administration. Et quand on est militant, on est au coeur d’une action de service. On peut mesurer la manière et voir évoluer nos valeurs.

de par la diversité sociale et culturelle des habitants. Ce doit être un atout et pas un handicap. Les quatre écoles et le collège disposent d’équipes enseignantes impliquées et volontaires. Même dynamisme au sein des centres sociaux (CSC La Baratte et Accords de Loire) qui offrent des activités pour tous et mènent d’innombrables actions. Cela dit, je ne nie pas les problèmes. Entre Mouësse et Courlis, Bords de Loire et Baratte, il y a des microvillages, qui vivent parfois en autarcie. C’est surtout un quartier durement touché par le climat social. Aux Courlis, avec 800 logements sociaux, on concentre fatalement les problèmes, mais on doit trouver des idées pour mener des actions sur le long terme et permettre aux populations des divers secteurs du quartier de se retrouver et d’échanger. C’est fondamental. Nous devons faire “avec” la population et pas seulement “pour”.

MAIRIE

(MAISON DES SERVICES PUBLICS 1, RUE LOUIS FRANCIS - TEL : 03 86 71 67 40

DE QUARTIER EST

ET DE LA CITOYENNETÉ)

e-mail : mairie.quartierest@ville-nevers.fr Ce second mandat est donc une suite logique ? Rien n’est jamais acquis. Il faut sans cesse se questionner. Mais je me suis prise de passion pour mon action municipale et pour la ville, pour Nevers, tout simplement. Le mandat municipal PROLONGER inclut une notion de proximité qui me L’ACTION MILITANTE convient. Un mandat en phase avec les réalités. Et puis, l’équipe renouvelée, variée, me séduisait. L’envie d’être élue traduit un prolongement à l’action militante. Cela donne un sens on ne peut plus concret à son engagement... Et depuis avril 2008, vous avez un rôle important dans la vie neversoise avec ce poste d’adjointe de quartier. Comment le vivez-vous ? Très bien. C’est enthousiasmant et passionnant. Enthousiasmant, parce que c’est une première à Nevers. Il faut savoir que la mise en place d’adjoints territoriaux n’est obligatoire que pour les villes de plus de 80 000 habitants (ndr : loi Vaillant relative à la démocratie de proximité 2002). Didier Boulaud a souhaité ne pas être en retard sur ce plan, ne pas pénaliser les Neversois. Passionnant, parce que l’adjoint de quartier a en charge un territoire avec tous les volets de la population. Le social, le culturel, l’environnemental, l’éducation, le sport... De fait, on a une vue plus transversale sur la vie du quartiers et des micro-quartiers. Justement, quels sont vos premiers constats et vos réponses ? Déjà, je bénéficie ici de toute l’action menée depuis des décennies par MarieCécile Gaulon qui a oeuvré à tous les niveaux. Notre première réponse est l’implantation de la mairie de quartier où la population est reçue chaque jour. Ici, contrairement aux mauvaises idées reçues, il y a beaucoup de richesses. D’abord Delphine Fleury anime les conseils du quartier Est.

D u l u n d i a u m e rc re d i : 13h30-17h30; jeudi : 8h30-12h et 13h30-17h30; vendredi : 13h30-17h. Responsable : Marie-Christine Vieux. Delphine Fleury reçoit la population le jeudi de 10h à 12h sur rendez-vous. DELPHINE FLEURY

Née le 13 juin 1969 à Nevers. Mère d’Alphonse (né en 1991); mariée à Pascal “Nidjo” Boutrelle.

Après une enfance passée entre les quartiers de la Grande-Pâture et des Courlis, ponctuée de fréquentes escapades à Saincaize-Gare (chez les grands-parents), Delphine Fleury s’exile à Annecy (Haute-Savoie) où elle décroche un bac A2 (Littéraire). Viennent ensuite les années de Fac (Paris VIII) durant lesquelles elle obtient une Maîtrise de Philo. Mais c’est surtout au cours de cette période qu’elle suit les cours d’Histoire de l’art, option “cinéma”. Une passion qui la ramène vers Nevers et un premier emploi au sein de Sceni Qua Non (1993), association pour laquelle elle sera déléguée générale et programmatrice des festivals De Nevers à l’Aube et L’Avis de Château. Figure emblématique de la vie culturelle neversoise, “Madame Delphine”, adhère au Parti Socialiste le 10 mai 1995. En 2001, elle rejoint la liste de Didier Boulaud et devient conseillère municipale déléguée à la culture. En 2007, elle mène une campagne active en faveur du maire de Nevers. Lorsque celui-ci est réélu, elle se voit attribuer l’un des quatre postes d’adjoint territorial. En l’occurence, elle est en charge du secteur “Est” (Courlis, Baratte, Mouësse, Champs-Pacaud, Bords-de-Loire et Pâtureaux). Par ailleurs, Delphine Fleury est présidente d’Interstice, l’association de prévention spécialisée à destination des jeunes et mise en place sur les quartiers Baratte/Bords-de-Loire (voir page précédente). N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

33


2janvier 0 0 9

Bonjour les bébés ! le 1 : Eric ESTEVES le 2 : Hamlet MKRTCHIAN Hanaé STEEN le 3 : Mathis DE ANDRADE le 4 : Clara PRÉVOT Nikola SOMKHISHVILI Lara PIETRI le 5 : Hugo BLUZAT Julia BIKUMU BUETUNA--GONÇ le 6 : Louise LACROIX Azat TALAN le 7 : Maëlle PERROT le 9 : Madévy DUCROCQ le 10 : Léon MANVELYAN Nabil KAMBOUA le 13 : Pierrot CHAUFFOURNIER Nino DIALLO le 15 : Sarkis GELOYAN le 18 : Frédéric MARTE CASTILLO le 19 : Maya LÉCOLE le 20 : Sophie MKRTCHIAN Agathe LETOURNEAU le 23 : Ilyan AZZOUZI--GAUTHIER le 24 : Arthur BONNARD--SELLIER Melih ARSLAN le 28 : Wallace BOYER le 29 : Selmedina DEMAJLJI Christopher TOKO NZUNGU le 31 : Muhammed-Semî SAHIN Giovani CERIMI er

La bague au doigt le 3 :

Abderrahim ESSABIR et Yasmine KHBAZI

population année scolaire 2009/2010

Les inscriptions sont ouvertes Les inscriptions scolaires, en maternelle et/ou primaire, pour l’année 2009/2010, débutent en ce mois de mars, quartier par quartier selon le calendrier ci-dessous. Elles se font dans le bâtiment à colonnes, entre mairie et palais ducal, auprès du service Education. - Du 23 au 27 MARS 2009 Quartiers : Centre-ville, Jonction. Ecoles : L’Oratoire / André-Cloix / La Chaumière / Barre-Manutention / - Du 30 MARS au 3 AVRIL 2009 Quartiers : Mouësse, Courlis, Baratte, Bords-de-Loire. Ecoles : Mouësse maternelle & élémentaire / Claude-Tillier maternelle & élémentaire / Jean-Macé maternelle & élémentaire / Pierre-Brossolette maternelle & élémentaire. - Du 6 au 10 AVRIL 2009 Quartiers : Rotonde, Montapins, Montôts, Grande-Pâture. . Ecoles : La Rotonde maternelle & élémentaire / Jules-Ferry maternelle & élémentaire / Albert-Camus maternelle & élémentaire / Lund. - Du 14 Au 17 AVRIL 2009 Quartier : Maupas, Banlay, Victor-Hugo Ecoles : Blaise-Pascal maternelle & élémentaire / Georges-Guynemer maternelle & élémentaire / Alix-Marquet / Victor-Hugo élémentaire / Lucette-Sallé maternelle & élémentaire. Se munir de : - justificatif de domicile (quittance de loyer, quittance EDF/GDF, Téléphone fixe, datant de moins de 3 mois) - livret de famille (et en cas de divorce copie du jugement) - certificat de radiation pour les enfants ayant déjà été scolarisés. Contact : 03 86 68 45 05 / 45 52 / 45 53

Ils nous ont quittés le 3 : le 12 :

le 15 : le 16 : le 17 : le 19 : le 20 : le 21 : le le le le le

22 24 25 26 27

: : : : :

le 30 : le 31 :

Suzanne COUTANT née BAILLARD (84 ans) Rolande BRUERE née NASLOT (63 ans) Germaine AVIZARD née LAMY (86 ans) Carmen RAGOUGNEAU née PARDIEU (83 ans) Guy MANSARD (75 ans) Georges PERRIN (88 ans) Yvonne GUÉNOT née BÉQUIGNAT (86 ans) Gérard DE MEYER (59 ans) André CHASSIGNOL (84 ans) René ROBIOT (80 ans) Nicole GOLTRANT (73 ans) René BONDOUX (79 ans) Octavie AUBOIRON née SIMONIN (96 ans) Jean TÉTREL (80 ans) Yvonne ROUSSEAU née NAUDIN (96 ans) Daniel CHAMON (86 ans) Etienne CHARETTE (70 ans) Paulette TARDIVON née ARRIVEAU (85 ans) Omer CHOLLET (86 ans) André GAULON (81 ans) René DUROCH (48 ans) Lydie VACHET née KOULAGUINE (83 ans)

N’apparaissent pas, dans cette rubrique, ceux qui ont émis la volonté que leur nom ne soit pas publié dans la presse.

34

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

REJOIGNEZ LA NAFSEP ! La NAFSEP (Association Française des Sclérosés en Plaques) recherche un(e) bénévole sur le département. Ce message s’adresse aux personnes directement ou indirectement concernées par la sclérose en plaques. Volontaire et disponible, le bénévole deviendra le correspondant de la NAFSEP dans son département. Il aura pour mission de faire connaître l’association et la maladie en menant régulièrement des actions au plan local, par le biais de rencontres amicales, de réunions d’information, de groupes de paroles ou de manifestations de collectes de fonds. Il est nécessaire d’avoir le sens de l’écoute pour soutenir les personnes atteintes de sclérose en plaques, les informer et les orienter dans leurs démarches administratives. Afin de mener à bien sa mission, le bénévole bénéficiera d’une formation, et, sera encadré par les membres du siège social. Présente sur le terrain depuis 1962, la NAFSEP apporte, jour après jour, un soutien sans cesse croissant aux personnes atteintes de sclérose en plaques. L’association offre de nombreux autres services à ses adhérents, mais aussi à l’ensemble des personnes atteintes de SEP, avec un service social, des permanences juridiques, une permanence téléphonique de soutien psychologique, et un réseau de 110 délégués et correspondants départementaux, tous bénévoles. Enfin, le site www.nafsep.org a permis de créer des espaces d’échanges et de témoignages qui comptent aujourd’hui plus de 750 inscrits et plus de 25 000 visites par mois. Si vous souhaitez rejoindre notre association, téléphonez-nous au 05 34 55 77 00 ou par mail nafsep@nafsep.org


L’association La Prévention Routière, dans le cadre de ses actions de sensibilisation sur le risque circulation, organise, en partenariat avec la préfecture de la Nièvre, un stage réservé aux séniors, intitulé :

LES SENIORS au volant Ce stage, animé par des bénévoles de l’association la Prévention routière et des professionnels de la route, se tiendra Jeudi 2 avril , au circuit automobile de Nevers/Magny-Cours (Visiocenter) de 8 h 45 à 17 h 30. Ce q’il faut en attendre : - une remise à niveau des connaissances par rapport à une réglementation en constante évolution, - une occasion, de const ater que la signi f cation de bien des p anneaux a p arfois été oubliée, - une réponse aux préoccupations quotidiennes, - une évaluation des capacités de conduite par des professionnels de la conduite. Le nombre de conducteurs ét ant limité à 50, les bulletins d’inscriptions devront être demandés à l’association La Prévention Routière à Nevers et retournés dans les meilleurs délais, accompagnés du règlement f xé à 15 euros par personne. Date limite d’inscription : 27 mars 2009. La Prévention Routière - (association reconnue d'utilité publique) Comité Départemental de la Nièvre - 17, rue du Rivage à Nevers Tél : 03 86 59 07 50 e-mail : preventionroutiere58@wanadoo.fr

Animations “Prévention routière” Le service Animation Education Sports de la Ville de Nevers propose plusieurs cycles et séances de Sécurité routière à destination des jeunes cyclistes sur la piste de Sécurité routière du parc Roger-Salengro. C’est gratuit ! Sont concernés, les enfants âgés de 6 à 8 ans (scolaire du CP au CE2), possédant un vélo et sachant en faire. Vélo et casque sont donc obligatoires. Il convient également de fournir un certificat médical de non contre-indication à la pratique du vélo. L’encadrement sera assuré par deux éducateurs territoriaux. Trois cycles de trois séances chacun sont organisés (les mercredis de14h à16h) : - Cycle 1 : Les mercredis 25 mars, 1er avril et 8 avril. - Cycle 2 : Les mercredis 15 avril, 6 et 13 mai. - Cycle 3 : Les mercredis 20, 27 mai et 3 juin, Trois séances de rattrapage sont programmées en cas de mauvais temp s (pluie) Les mercredis 10 et 17 et 24 juin. Inscriptions Gratuites : à p artir du lundi 9 mars au secrét ariat de la Maison des Sports – Bd Pierre de Coubertin. Tél : 03 86 68 47 30

MALONOREILLES !

Jeu radiophonique sur Bac FM du 6 au 10 avril Ces dernières années, les ventes de baladeurs numériques ont explosé, en particulier celles de lecteurs MP3. L’écoute de la musique diffusée par ces appareils à une forte intensité et pendant une longue exposition constitue une menace pour l’audition. Pour sensibiliser les jeunes accrocs ou non à ce type de pratique, la DDASS et BAC FM organisent pour la deuxième année, du 6 au 10 avril : MALONOREILLES ! un jeu-concours radiophonique sur les dangers auditifs. Les auditeurs devront répondre par téléphone ou internet, à une question quotidienne pourtant sur les effets du bruit sur la santé. Elle sera posée à 7h30, 13 h et 17 h. Chaque jour, les gagnants désignés par tirage au sort, parmi les bonnes réponses, remporteront un lecteur MP3 et 10 places pour un concert au Café-Charbon. A la fin, un gagnant, tiré au sort p armi tous les participants ayant donné le plus grand nombre de bonnes réponses recevra un ordinateur portable Net Book. Ecoutez BAC FM 106.1 Répondre au 03 86 59 36 36 ou www .bacfm.net N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

35


sports CHAMPIONNATS RÉGIONAUX DE CROSS-COUNTRY

Sur la route de Londres La chronique d’Antoine De Wilde

Antoine De Wilde (AON) a pris les choses en main dès le départ avant d’effectuer un cavalier seul.

Quentin Blondeau a retrouvé la forme et s’est imposé sur le cross court.

L’ex-pongiste Emilie Lasserre termine 11è et première nivernaise.

Les Nivernais assurent Avec sept titres et de nombreux podiums, les athlètes nivernais n’ont pas manqué le rendez-vous de Chevenon, parfaitement organisé par l’AON. ean-Luc Cottin et toute l’équipe de l’A.O. Nivernaise peuvent être satisfaits : les championnats régionaux de cross-country ont connu une totale réussite, le 1er février dernier autour de l’étang de Chevenon. Avec sept titres, les athlètes nivernais ont eux aussi parfaitement négocié ce rendez-vous à domicile. Parmi les principaux faits, on notera le succès de la cadette Attika Trabelsi (EA 58), le retour en forme de Quentin Blondeau (AON), vainqueur du cross court, et bien sûr la démonstration d’Antoine De Wilde (AON) lors de la course Elite. Le fer de lance de l’athlètisme départemental a d’entrée pris les commandes des opérations avant d’effectuer un cavalier seul qui en dit long sur le sérieux de sa préparation et sur ses intentions pour les mois à venir.

J

(1)

La route qui mène aux JO de Londres 2012 est un chemin pavé d’incertitudes. Pourtant, Antoine De Wilde s’est promis d’être à l’heure anglaise. Le compte à rebours est lancé. Chaque mois, le Neversois nous fait partager sa préparation et nous livre ses sentiments.

N

ice, 11 janvier 2009. Prom’Classic. Après des mois d’une redoutable préparation, l’heure est venue de rentrer en scène. Nous sommes sur la promenade des Anglais, face à la Grande bleue. Un soleil généreux vient illuminer près de 5000 coureurs venus des quatre coins de la planète. Les conditions sont idéales. 24 heures auparavant, le thermomètre affichait -7°c dans la cité ducale… Rude hiver. Aujourd’hui marque la fin d’une époque, mais le début d’une conquête, «la » conquête, « ma » conquête. Aujourd’hui, mes foulées ne vont pas bondir sur un agressif tartan, ni cavaler sur un noble champ de cross, mais elles vont se cadencer sur le macadam, sur cet asphalte, dur et rapide, au vallonnement urbain. Nouveau terrain de jeu… 10KM, petite sœur du marathon, distance à apprivoiDOSSARD ser obligatoirement avant de défier les supérieures… Il y a 4 mois, j’ai réalisé 30’36 tout seul à Dijon. Je suis 2012 plus fort aujourd’hui, je le sens. Je pars pour descendre sous les 30’, barre fatidique, symbolique. Il me faut tenir à 20km/h, sans fléchir… C’est aussi ma première course sous les couleurs de mon nouvel équipementier - qui est aussi l’organisateur de l’épreuve. Je réceptionne mon dossard, les numéros compris entre 2000 et 2200 sont pour les élites. Heureux hasard ou signe du destin ? J’hérite du 2012… ! London 2012 ! 10H. C’est le grand départ, je me cale tout de suite dans le groupe de tête, on est déjà sur de bonnes bases. Je suis régulier dans l’allure. On passe en 8’38 au 3ème km, rapide mais je suis bien. Toujours dans le groupe. Si je tiens, le chrono est au bout... Je commence à éprouver des difficultés, c’est parti vite, mais c’est mieux ainsi plutôt que de se retrouver tout seul entre deux pelotons. Toutefois, je coince au 8ème, la grande ligne droite me paraît interminable mais je m’accroche. Icône de ma jeunesse, Benoît Z (recordman d’Europe du marathon) est derrière moi, je dois le battre. Et je termine devant lui. Et devant David Ramard (vainqueur des Foulées de Nevers en 2008). Je suis 10ème en 29’47. Contrat rempli, record pulvérisé, même si je suis déçu d’avoir autant craqué sur la fin. Je pense être sur la bonne voie... Je suis rassuré : 2’58 de moyenne au kilomètre. Il y a encore un an, me paraissait invraisemblable… (1) : athlète à l’AO Nivernaise, champion de France Juniors de cross-country, champion de France Seniors sur 3000 m steeple National.

Echange fructueux L

Les Nivernais Anthony Pannier, Loïc Monsarat et Emmanuelle Reydet se sont classés dans le Top 15.

36

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

es deux athlètes s’étaient croisés lors d’un stage national en 2001 puis ils s’étaient perdus de vue jusqu’à ce qu’Antoine de Wilde parte en Ethiopie l’hiver dernier. C’est à ce moment là que Karim Tahri, le frère de l’international Bob, a repris contact avec le Neversois. Du coup, les deux spécialistes de fond et demi-fond ont décidé de préparer ensemble la saison 2009. Après une semaine passée à courir sur les parcours favoris d’Antoine, les deux amis se retrouveront pour un stage en altitude prévu en avril.

A Nevers, Antoine De Wilde et Karim Tahri ont peaufiné leur préparation hivernale.


100

sports

En forme à 100 ans

Centenaire depuis le 9 janvier dernier, le Neversois Jean Bertrand reste un adepte de la pétanque. Il ne manque aucune occasion de lancer les boules. é le 9 janvier 1909 à Balleray, Jean Bertrand a donc fêté son siècle d’existence en ce début d’année. De nombreux témoignages de sympathie ont célébré cet événement. Dans l’appartement de la rue de Gonzague qu’ils occupent depuis 1962, Jean et Simone (sa seconde femme, avec laquelle il s’est marié il y a cinquante-huit ans) ont multiplié les réceptions et ont dû répondre au flot de sollicitations. “Un peu éprouvant”, admet la “jeune” épouse, du haut de ses 80 printemps. Commis de ferme, puis chauffeur-livreur, Jean Bertrand fut aussi ambulancier au Maroc de 1953 à 1960 avant de terminer sa carrière professionnelle aux Etablissements Chautard. Rugbyman dans les années 1940, Jean fut l’un des premiers à lancer les boules, aux côtés des Fournier et autres Berthelot, initiateurs de la discipline à Nevers. Trois fois champion départemental (en triplette avec notamment Goury), il a rarement manqué un concours aux alentours. Son assiduité SOUPE ET ... est telle que cet hiver encore, il a bravé le CHOCOLAT froid pour rejoindre ses amis de l’ACPN au boulodrome RogerFouvielle. L’occasion pour le président du club, Pierre Liévin, de saluer la vitalité de Jean Bertrand en lui offrant sa galette de roi et sa licence 2009. “J’attends surtout les beaux jours pour jouer aux Eduens, précise Jean. En attendant, je fais quotidiennement ma petite culture physique dans la salle de bain. Un peu de vélo d’appartement aussi.... Ma recette ? Une bonne soupe, matin et soir avec un verre d’eau citronnée et une pomme... et puis, un morceau de chocolat. C’est bon, le chocolat !”

photo : Christophe Deschanel

N

Autrefois habile tireur, Jean Bertrand se contente désormais de “pointer”. Il fut, dans les années 70, trois fois champion de la Nièvre en triplette et participa aux championnats de France. Aujourd’hui, à la moindre occasion, le centenaire alerte rejoint ses amis au boulodrome.

L’irrésistible ascension de Kevin Graillot Titré au niveau national l’an passé, le Neversois Kevin Graillot s’est imposé récemment lors de la Coupe d’ Autriche.

E

n s’imposant de façon magistrale dans sa catégorie (14 ans; +70 kg) lors de la Coupe d’Autriche, Kevin Graillot a confirmé tout son talent de karatéka. Quelques mois après son titre national, le jeune sociétaire du KGC de Nevers a offert à son club et ses proches un succès des plus retentissants. “Kevin est très polyvalent, il pratique le combat (kumite) mais aussi le loisir (kata), souligne son entraîneur, Jean-Luc Doisne. Depuis ses débuts, il y a huit ans, il ne cesse de progresser, mais sans se prendre la tête. Au lendemain de cette victoire, Kevin participait, et remportait, le championnat de la Nièvre.” Ce tempérament symbolise l’état d’esprit amical et ouvert du club présidé par Rémi Peuvot.

Kevin Graillot à l’échauffement (ci-dessus) peu avant son succès lors de la Coupe d’Autriche le 24 janvier dernier. A 14 ans, le jeune sociétaire du Karaté-Gym-Club de Nevers est monté sur la plus haute marche d’un podium international. N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

37


sports COUPE

INTERRÉGIONALE DE TRAMPOLINE

Nevers décolle Les trampolinistes neversois ont dominé la coupe interrégionale qui se disputait à La Baratte le 1er février. Vainqueurs par équipes, ils ont décroché dix billets pour les championnats de France. econde étape des Coupes interrégionales, sélectives pour les championnats de France, la réunion de Nevers, le 1er février dernier, a confirmé la belle homogénéité des représentants de NeversGym Trampoline. Les “élèves” de Joël Duclay ont trusté les podiums, réalisant au passage un joli tir groupé. Déjà dominateurs lors de la sélective précédente à Rambouillet, les trampolinistes

S

neversois ont remporté le classement par équipes, devant les pourtant solides formations de Cusset et Chamalières. Voilà qui situe bien la performance des protégés du président Jean-Luc Bernadou. Les représentants de NGT décrochent au passage dix qualifications pour les “France” qui auront lieu à Grenoble en mai. SONT QUALIFIÉS : Baptiste Bernadou (minime); Pauline Jacquemin et Saskia Bariller (cadettes); Shirley Plumerand et Julie Bernadou (juniors); Clément Bourdens (junior); Yann Bariller (senior); Julie Bernadou-Shirley Plumerand, Clément Bourdens-Marion Lépée, Saskia Bariller-Pauline Jacquemin (synchro mixte). Le groupe de Nevers Par ailleurs, notons les succès en interrégioGym Trampoline en nale des Neversois Deschamps, Berginiat, compagnie de l’un Héléne Georgelin, Bourdens, Marine Berginiat de ses dirigeants, Daniel Georgelin. et Garcia.

28è

RANDONNÉE

NEVERS-MONTENOISON

LE

5 AVRIL

C’est la butte finale... Association des Randonneurs Nivernais, 12, rue de la Mère Poulard 58000 Nevers Tél : 03 86 36 55 10 - 03 86 71 69 10 03 86 57 36 55 - 02 48 76 29 17 diaz.miguel@wanadoo.fr michel.grammont@orange.fr mallet.maurice@orange.fr Comité Départemental FFRandonnée Châtillon-en-Bazois Tél : 03 86 84 05 66 MAISON DES SPORTS DE NEVERS Permanence les 2 et 3 Avril de 17h à 19h OFFICE DE TOURISME DE NEVERS, Rue Sabatier à NEVERS Tél : 03 86 68 46 00

a 28ème édition de la plus célèbre des randonnées nivernaises se déroulera donc le 5 avril et proposera aux marcheurs pas moins de six parcours. Ceux-ci partiront de Nevers (55 km), Montigny-aux-Amognes (40 km), Saint-Sulpice (34 km), Nolay (20 km) et Prémery (12 km). Le dernier itinéraire étant une boucle de 9 km autour du site de Montenoison.

L

Les randonneurs devront prévoir leur arrivée à Montenoison avant 17h30. Ils trouveront assistance et ravitaillement sur un sentier qui empruntera la vallée de la Nièvre - et notamment l’ancien chemin du "tacot" - la traversée des Amognes, l'église du XIIème de M o n t i g n y, l e c h â t e a u d e Pruneveaux et son parc dessiné par Le Nôtre avant d’atteindre la butte de Montenoison au somment de laquelle la vue incomparable sur le Nivernais constitue , à elle seule , une belle récompense... 38

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

Après l’effort... le réconfort au sommet de la butte


ESPOIR

sports

DU CYCLO-CROSS

Champion départemental et régional, huitième du Challenge National, onzième et premier bourguignon lors des France Espoirs, Luc Lutsen a mené cet hiver sa plus belle campagne de cyclocross. Le sociétaire de la JGS Nevers songe désormais à la saison Elite à venir...

Le bel hiver du lutin vert C

ET HIVER, UNE TUNIQUE VERTE S’EST TRÈS SOUVENT DÉTACHÉE DE CES TROUPES QUI BRAVENT LES FRIMAS SUR DEUX ROUES, APPUYANT SUR LES PÉDALES, BATTANT LE CAILLOU ET LA GLAISE, ÉQUILIBRISTES DES PRAIRIES, SE JOUANT DE LEURS MONTURES, COMME LE FERAIENT DES

COSAQUES.

LUC LUTSEN - 21 ans Club : JGS Nevers Discipline : cyclo-cross Principaux résultats 2008-2009 : champion de la Nièvre, champion de Bourgogne, 8è du challenge National Espoirs, 11è des championnats de France Espoirs. Passe en catégorie Elite pour la saison 2009/2010. Titulaire d’un diplôme consulaire en gestion et management Travaille comme téléconseiller chez Look Cycles.

Parmi ces soldats de boue, un combattant de chaque instant, émerge de la grisaille tel un rayon de soleil. Un petit lutin nommé Lutsen. Luc de son prénom. Lutin, c’est ainsi que le milieu du cyclo-cross aime à surnommer le jeune homme de Saint-Eloi. Pour son côté habile, vif. Pour son regard rieur, un rien espiègle. Pour sa morphologie aussi, sans doute. Gabarit de poche (1m68; 58 kg) à l’heure d’une standardisation “longiligne” du cycliste, cyclo-crossman compris. N’empêche, on l’avait vu venir, Luc, depuis deux saisons, sans cesse sur la bonne pente. Depuis qu’il avait pris ses marques lors des “Régionaux” 2006 et d’un certain cyclo-cross de Saint-Saulge qui le vit taquiner les pros. Dominateur des championnats de la Nièvre puis de Bourgogne en décembre dernier, le téléconseiller de Look Cycles mena crescendo son parcours lors du Challenge National. Seizième au Mont Revel, onzième à Revel, huitième à Quelneuc, le coureur de la Jeune Garde se classait finalement à une très bonne huitième place finale. Un standing qu’il confirma lors des championats de France , en LA TRADITION DES terminant onzième sur le roulant tracé de Pontchâteau. De quoi donner un large sourire à son président, Bernard Roy, mais CYCLO-CROSSMEN aussi au tout nouveau président du comité de la Nièvre, Pierre Matonnat. Histoire de rappeler au passage que la Nièvre nourNIVERNAIS rit une belle histoire avec le cyclo-cross. Sur les traces des Fayon, Semence, Komakoff, Martinez, Arbault, Demarigny, Geffroy, Fabien et autres Geoffroy, le “lutin” est sorti du bois - de la Garenne - et on l’attend encore plus fort et plus rusé en 2009. “Je serai Elite et ça va changer la donne, mais je vais tout faire pour être en forme dès septembre, assure -t-il. J’attaquerai par la route, histoire de gagner en puissance et puis je tâcherai de disputer une course de VTT chaque mois.” En attendant, histoire de changer sensiblement de registre en cette fin d’hiver, Luc s’adonne aux joies de l’enduro en compagnie de Simon, son frère. Toujours sur deux-roues... et loin du bitume. N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

39


sports TROPHÉES INPI

DE L’INNOVATION

2008

Une nouvelle victoire pour LOOK Après l’Etoile du Design puis le Trophée de l’Innovation en région Bourgogne, Look Cycle vient d’être récompensée une troisième fois en l’espace de quelques semaines. Dernière distinction en date pour l’entreprise de Dominique Bergin : le Trophée national INPI de l’Innovation. haque année, l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) récompense les meilleures PME ainsi qu’un centre de recherche ayant su se développer avec la propriété industrielle. Il y a quelques semaines, Hervé Novelli, secrétaire d’Etat chargé du commerce, de l’artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme et des services, a salué les performances de Look Cycle et n’a pas manqué de féliciter son directeur, Dominique Bergin. Déjà lauréate du Trophée en région Bourgogne, Look devient la première entreprise du cycle à recevoir le Prix de l’innovation sur le plan national. «Il n’y a pas de croissance durable sans recherche

C

CYCLOSPORTIVE Rendez-vous le 19 avril AVANCÉE

DE QUELQUES SEMAINES SUR LE CALENDRIER, LA LOOK SE D É RO U L E R A C E T T E A N N É E L E DIMANCHE 19 AVRIL À NEVERS.

Comme d’habitude, trois parcours s’offrent au choix des pédaleurs, Les deux plus longs (160 et 85 km) sont chronométrés, contrairement à celui de 57 km, réservé aux randonneurs. Parrainée par Bernard Hinault, qui célèbre en 2009 les 25 ans de l’utilisation de la pédale automatique Look en course, la cyclosportive sera la première épreuve du challenge Grand Trophée mais aussi du Trophée de Bourgogne. Notons que les

Hervé Novelli, secrétaire d’Etat chargé du commerce, de l’artisanat, des petites et moyennes entreprises, du tourisme et des services a remis hier soir à Paris lors de la soirée nationale de l’INPI, le Trophée de l’Innovation 2008 à Dominique Bergin, le PDG de Look.

et innovation, explique Dominique Bergin. D’autant plus en temps de crise. C’est grâce à notre volonté toujours plus forte en matière de développement que nos produits sont aujourd’hui vendus dans le monde entier. C’est aussi grâce à la maîtrise de notre outil de production, à notre savoir-faire que la Chine a choisi Look pour équiper ses athlètes au plus haut niveau. Lors des L’INNOVATION JO de Pékin, où nous avons remporté EST NOTRE ADN cinq médailles, les coureurs chinois roulaient avec la technologie Look. Un choix dont nous pouvons être fiers à l’heure où 95% de l’industrie mondiale du cycle est sous-traitée en Chine ». L’innovation est donc au cœur de l’histoire de Look Cycle. “C’est notre ADN, souligne le directeur. Look a été le premier créateur des fixations de ski, puis des pédales automatiques, ensuite des cadres en carbone...” La marque neversoise, qui équipe notamment les formations professionnelles Cofidis, Quick Step ou Astana, n’a de cesse d’être à la pointe de la technologie. Et la meilleure illustration se situe sur le terrain, ou plutôt sur la route, avec moult distinctions, comme celle décernée par le très compétent et objectif magazine Le Cycle, lequel a désigné le Look 586 vélo de l’anneée 2008.

G ROUPEMENT

parcours de 160 et 85 km, sensiblement identiques à ceux de 2008, feront l’objet d’un tirage au sort, avec à la clé, un séjour à l’Ile Maurice ainsi qu’un cadre 585. Départ au Parc Salengro (8h30) et arrivées sur l’esplande du Palais ducal. Infos et engagements : www.sportcommunication.com

DE PÊCHEURS SPORTIFS

Les jeunes font mouche L’école de pêche du GPS de Nevers peut être fière. Ses jeunes s’illustrent au plus haut niveau, à l’image de Baptiste Carrat, champion de France en rivière.

Un sacre, décroché en Savoie, sur le Guiers. Une belle récompense pour le club qui fonctionne toute l’année, aussi bien en réservoir qu’en rivière. Que ce soit dans les eaux de l’Yonne que le mercredi après-midi en Mouësse (pour l’école).

L Baptiste Carrat, champion de France

e Groupement de Pêcheurs Sportifs de Nevers, dont nous vous avons présenté les activités et sa dynamique école de pêche dans notre N° 149, a réalisé une excellente saison 2008. Grâce notamment à deux de ses L’OR POUR CARRAT plus jeunes membres. Lucas Pointeau, tout d’abord, qui est devenu champion de Bourgogne cadets en réservoir, et puis Baptiste Carrat, qui a conquis le titre de champion de France minimes de pêche à la mouche en rivière. N e v e r s

Renseignements : GPS (président : Stanislas Lech) 03 86 59 06 25 ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

41


Portrait A 30 ans, Pascal Lambert -alias Kalouf - a fait de sa passion, le Graff, son métier. Sollicité de toute part pour des chantiers, des décos de devantures, de vitrines ou chez les particuliers, il décide de créer sa micro-entreprise - Kaligraff- en 2003... Aujourd’hui, Kalouf, vit de son art, sans oublier l’essence même du graff : le collectif. Il est aussi très impliqué dans la vie locale. Portrait.

De l’ombre à la lumière l est devenu une référence nationale dans l’art du Graffiti. Pascal Lambert, plus connu sous le pseudo de Kalouf, n’en finit plus de semer son art dans l’Hexagone. À 30 ans, ce grand brun au cheveu court, et à la barbe fournie a fait de l’une de ses passions - le graffiti - son métier. À la tête de Kaligraff, la micro-entreprise qu’il a créée en 2003, Pascal a plus d’une corde à son arc. Né au Gabon, il débarque en France alors qu’il n’a que cinq ans, et toute la petite famille s’installe à Châtillonen-Bazois. En 1995, il arrive à Nevers et découvre le graff dans une vidéo. “Ça m’a plu, j’ai acheté des bombes et j’ai commencé à tagger, à signer les murs illégalement, la nuit, à la seule lueur de la lune, se souvient-il. Esthète et curieux par nature Kalouf se tourne trés vite vers le graff. “Depuis que je suis en âge de tenir un crayon, je dessine. Au fil du temps, les bombes de peinture ont remplacé les crayons de couleur et les feutres, et les murs sont devenus des supports d’expression”. Au grè des rencontres nait le collectif de graffeurs ACC Crew qui regroupe ce qui se fait de mieux en la matière à Nevers et dans les villes voisines. “Le groupe, c’est l’essence même du graff. On est plus mobiles, on se déplace plus facilement pour trouver des endroits où poser nos fresques. Entrepôts désaffectés, murs à l’abandon...en rase campagne.” Entre désamour et fascination, l’art du graff ne laisse personne indifférent. Aujourd’hui, les collectivités, les institutions font appel à Kalouf pour un

I

42

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

transfo EDF, un mur d’école, une animation, une fresque gigantesque comme celle réalisée pour le centenaire du Tour de France cycliste qui faisait étape à Nevers en 2003. “Avec ACC-Crew nous avons pris cela comme un challenge. Réaliser une fresque de 17 mètres de long et de 4 mètres de haut le temps d’un étape du Tour de France, c’était aussi l’occasion pour nous de montrer au grand public que nous étions capables de créer de belles choses légalement, d’être reconnus”. Le collectif, le groupe, est essentiel pour Pascal, un retour aux sources nécessaires pour le plaisir de se retrouver entre amis. “Rester connecté avec ce qu’est le graff, c’est

“Il y a un vrai dynamisme ici à Nevers, dans la Nièvre. Plein de choses sont organisées, beaucoup de gens se bougent”. ce qui me plait aussi”. Pour Pascal, il y a une vie en dehors du Graff. Théâtre, acrobaties, musiques sont autant de sources d’épanouissement pour celui qui, il y a encore quelques années, était le prince des raquettes et du lancer-franc sur les terrains de basket. Longtemps animateur sportif au sein de la FSGT (Fédération Sportive et Gymnique du Travail), Kalouf a raccroché le sport sans pour autant l’abandonner. “Je fais partie d’une troupe de théâtre: les Melting-Potes. C’est un théâtre burlesque qui mélange le cirque, les acrobaties, la musique et beaucoup d’humour. C’est une façon pour moi

de faire autre chose.” La modestie aussi, c’est Kalouf. Les Melting-potes commencent à se faire un nom, à tourner. Ils ont fait un passage remarqué lors du festival des Zaccros d’ma rue. “ Dans les différents spectacles que nous créons, mon truc c’est l’acrobatie, ce qui me permet de faire encore un peu de sport, cette dicipline demande de l’entraînement et de la rigueur”. Depuis peu, Kalouf s’est mis au violon, un peu comme il s’est mis au Graff. Il a entendu, ça lui a plu, et il a décidé d’en jouer. “J’aime’bien la sonorité de l’instrument. Je débute, mais j’éspère que d’ici un an je pourais jouer du violon avec les melting-potes”. Gageons que s’il est devenu un virtuose du Graff, pour le violon... Niveau projet, il en est un autre pour lequel Kalouf formule un voeu : celui de voir se dérouler à Nevers les rencontres régionales de cirque en 2010 avec Accroball-circus comme association support, association dont il est membre du conseil d’administration. “Il y a un vrai dynamisme ici à Nevers, dans la Nièvre. Plein de choses sont organisées, beaucoup de gens se bougent. C’est le message que je veux faire passer, quand on est motivé, qu’on a une idée, il faut y aller. Il y aura toujours quelqu’un, une association, une mairie pour soutenir des jeunes dans leurs projets, les accompagner, comme Arko nous a épaulés à l’époque pour développer le graff à Nevers”. Kalouf : 06 20 65 09 11 loufka@yahoo.fr


Jeunesse

PAC DES OUCHES

Les Droits de l’Homme selon le Pac des Ouches Un projet d’éducation aux Droits de l’Homme auquel une quinzaine de jeunes participent sera présenté à Nevers en avril, puis à Strasbourg au mois de mai. ’est une action qui prend corps dans le cadre européen. Une quinzaine de jeunes y sont associés, dont dix de Nevers (cinq garçons et cinq filles) et cinq autres jeunes de Strasbourg. Pour Jérôme Langlassé, responsable du Pac “Ce

C

projet se construit autour d’un échanges entre jeunes sur différentes pratiques artistiques mises en scène pour les sensibiliser aux Droits de l’Homme. Même si les jeunes sont sensibles à ces causes humanitaires, notre travail est de les aider à y mettre des mots, du contenu et de la réflexion, à trouver des modes d’action adaptés et porteurs”. Deux ateliers sont organisés durant les vacances de printemps. Du 20 au 23 avril, les jeunes neversois se rendront à Strasbourg à la

rencontre des jeunes qui participent au projet, pour travailler sur la thématique des Droits de l’Homme. Puis, dans un second temps, des ateliers de pratiques artistiques se dérouleront au Pac des Ouches du 27 au 30 avril. Musique, danse hip-hop, théâtre ... pour une mise en scène originale sur le thème des Droits de l’Homme. “Pour cette création le Pac s’appuie sur des professionnels pour construire quelque chose de solide au public de Nevers, puis de Strasbourg” explique

Frimousse

Répétition pour les danseuses d’Extrava’danses. Ici, un tableau de la chorégraphie où les danseuses portent chacune l’image d’un enfant sur un drap blanc.

que les jeunes de cette classe puissent confectionner les costumes grandeur nature et créer un évènement autour de cette action humanitaire, explique Jérôme. Ces créations, nous voulions les présenter au public autrement que par un défilé, un peu conventionnel et froid. C’est pourquoi, nous avons demandé à Patricia Combes et à ses danseuses d’imaginer une mise en scène”. Au lycée, les élèves s’activent. Deux groupes sont chargés de confectionner les poupées, pendant qu’un autre se charge des costumes de scène. “Les jeunes costumières ont rencontrées les danseuses. C’est important que chacune des parties prenne la mesure de ce que sera le spectacle. C’est d’ailleurs lors de cette

Dates à retenir : Jeudi 30 avril au Café Charbon : représentation du spectacle mis en scène pendant les vacances de printemps. 9 et 10 mai : présentation du spectacle à Strasbourg. Infos : Pace des Ouches 03 86 61 42 67. pac.ouches@wanadoo.fr

“Le passage”, c’est le titre du spectacle, traite du passage de la vie à la mort, et la manière dont celui-ci est ressenti. Pendant toute la durée du spectacle, les poupées seront sur la scène, tantôt dans le blanc (la vie), tantôt dans le noir (la mort). Et à la fin...”. Une chorégraphie qui mêle plusieurs danses imaginée par Patricia (et Yohann Le Broc pour la partie Hip-Hop), et qui ne laissera pas le spectateur indifférent.Tout cela sans perdre de vue l’idée de départ : soutenir et promouvoir l’action d’Unicef.

Une poupée Frimousse achetée (20 euros) = un enfant vacciné à vie ! Une chaîne de solidarité en faveur des enfants en souffrance dans le monde avec l’Unicef. UN TAPIS BLANC AU CENTRE DE LA SCÈNE, ET DE CHAQUE CÔTÉ, DEUX BANDES DE TISSUS CE COULEUR NOIRE. L’un représente la vie, les deux autres la mort. Ce spectacle imaginé, créé et mis en scène par Patricia Combes et les danseuses de son atelier chorégraphique Extrava’danses, sera le bouquet final du projet mené conjointement par l’Unicef et le Pac des Ouches dans le cadre de l’opération nationale “Poupeés Frimousses”. Un projet dont l’essence est de mettre en vente des poupées. Chaque poupée vendue permettant à un enfant d’être vacciné à vie. Jérôme Langlassé, responsable du Pac des Ouches et coordinateur de l’opération “Nous avons sollicité la classe de Terminale des Métiers de la Mode et des Industries Connexes du lycée JeanRostand, pour la confection des poupées. Dans le même temps, nous souhaitions

Nadia Rabhi, animatrice au Pac des Ouches. Cette initiative s’inscrit dans la continuité des actions déjà menées par le Pac (Shinous, Echanges) liées aux thèmes de société en partenariat et en soutien aux actions humanitaires. Un travail éducatif est entrepris sur le sens de l’information pour aider les jeunes à prendre du recul, à prendre leurs marques et à se forger un esprit critique sur le sens de l’image, et de l’information. L’égalité entre les sexes, l’accès aux soins, la lutte contre toutes les formes de discrimination sont autant de thèmes qui reviennent dans les projest menés par le Pac en direction des jeunes et du public. “Notre objectif est d’impliquer les jeunes dans la durée, d’organiser des rencontres de manière régulière et de favoriser des échanges internationaux, dans les rapports Nord-Sud ou avec les pays d’Europe de l’Est, sur ce thème des Droits de l’Homme”.

rencontre que les filles ont vu la chorégraphie et ont compris que les costumes imaginés pour les danseuses n’étaient pas adaptés” explique Patricia. De part et d’autre, tout le monde s’active. Répétitions pour les danseuses, essayages et retouches pour les stylistes. Les élèves du Pôle d’Actions et de Remobilisation (PAR) quant à eux se chargent de la communication et e la confection de panneaux pour présenter ce qu’est l’Unicef (rappel historique, buts et objectifs, actions...). Tout doit être prêt pour le 14 mars prochain. La pression est là. “On bosse sur ce projet depuis le mois d’août, insiste Patricia. Les filles s’investissent à fond, ce thème les touche énormément”. N e v e r s

“Le passage”, samedi 14 mars à partir de 19h à la Maison de la Culture. Les enfants de la chorale de Marzy assureront la première partie. Entrée : 3 euros.

Essayages des tenues de scène ... ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

43


Jeunesse Bureau Information

Jeunesse

De gauche à droite : (accroupis) Stéphane Bruère, Salah Hamdaoui, Majid Boudjniba. (Debout) : Redouane Bouregba, Eddy Ramos, Abdellah Sghir, Nabil Lamini, Hicham Bouregba, Moussa Cissé. Absent : Tanju Bozkurt.

IL Y AURA UNE FÊTE DES ASSOCIATIONS EN 2009. Programmée le samedi 3 octobre de 10h à 18h30 au parc Roger-Salengro, la fête des associations est destinée à promouvoir tout ce que le département compte de Forces Vives.Toutes les associations souhaitant participer à cette journée doivent s’inscrire avant le 31 mars prochain en s’adressant au BIJ : 03 86 59 30 42. Les formulaires d’inscription sont également téléchargeables en ligne sur le site www.ville-nevers.fr ou sur le www.ij.bourgogne.com.

Foot toujours Une équipe fort sympathique. Les jeunes du quartier du Banlay, passionnés de foot, ont décidé de s’inscrire dans le championat Ufolep de foot à 7. À Quelques minutes du match qui les oppose à la Ville de Nevers, rencontre avec Salah Hamdaoui animateur de l’espace Jeunes de la Maison du Banlay.

Semaine de l’audition du 9 au 13 mars. Dans les locaux du BIJ : - Exposition proposée par le CODES - Animation autour d’un jeu pédagogique à destination de tous les publics. - Distribution de kits de prévention et de sensibilisation des risques auditifs à l’ensemble des usagers.

NCMB : Pourquoi avoir engagé une équipe en championnat Ufolep ? Salah : Nous avons l’habitude de jouer au foot en salle dans le gymnase du quartier. Il y a une vraie demande des jeunes pour ce sport. Et puis, nous avions envie de leur proposer une activité plus cadrée, plus structurée avec des règles et un petit brin de compétition. Le championnat Ufolep est

Semaine d’information sur la contraception et la prévention des IVG, du 23 au 27 mars. - Ateliers-jeux sur les modes de contraception et les symptômes de la grossesse avec les Francas : le mercredi 25 mars dans les locaux du BIJ dès 14h30. - Théâtre interactif avec la compagnie “entrées de jeu” sur les relations amoureuses : Jeudi 26 mars à la Maison de la Culture, salle Lauberty à 14h30. -Toute la semaine, distribution de kits de prévention, expos et docs sur la contraception.

À la médiathèque Bouqui’Net, le club de lecture des 8-16 ans : Venez livrer vos derniers coups de coeur et échanger autour de vos lectures! les samedis à 14h15 : samedi 14 mars 2009 samedi 11 avril 2009 samedi 16 mai 2009 Infos : 03 86 68 4857.

Pensez-y !

Vos demandes de Jobs d’été c’est maintenant ! Le Bureau Information Jeunesse est à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches et vos recherches d’emplois saisonniers. Rédaction de CV, lettres de motivation... Infos : 03 86 59 30 42.

44

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

idéal pour tout cela. Avec l’autoarbitrage c’est une manière de responsabiliser les jeunes. NCMB : Ce sont tous des jeunes du Banlay ? Salah : Oui, tous les joueurs habitent le quartier et ont entre 17 et 24 ans. Il y a un véritable engouement des jeunes autour de cette équipe. Ils sont nombreux à vouloir nous rejoindre. Mais, nous verrons l’année prochaine pour engager une seconde équipe. Ceux qui jouent aujourd’hui sont là depuis le début, ils se sont engagés. Nous réflechissons aussi à l’engagement d’une équipe féminine en Hand ou en Volley, toujours en Ufolep. NCMB : Comment se passe le championnat ? Salah : D’un point de vue sportif, bien. Nous sommes en tête du championnat. Sur le plan “humain”, le constat est tout aussi excellent. Il y a une bonne

Séances d’histoires pour les 18 mois 3 ans. Le samedi de 10h30 à 11h : 1 5 7

- samedis 14 et 28 mars 2009 - samedis 4 et 18 avril 2009 - samedis 16 et 30 mai 2009 Sur inscription auprès du secteur jeunesse de la médiathèque. Séance d’histoires pour les 4-7 ans, Le jeudi 30 avril 2009 à 15h. Grotte bleue, 2ème étage. Infos : 03 86 68 48 57.

ambiance, un bon état d’esprit entre les jeunes et avec les équipes que nous rencontrons. C’est une grosse satisfaction. NCMB : Quelles sont vos attentes, vos objectifs ? Salah : Prendre du plaisir, se respecter soi, respecter les autres, organiser des matchs avec des équipes d’horizons variés, de tous âges, de tous milieux. Et puis, nous allons participer aux rencontres nationales Ufolep qui se tiennent les 22 et 23 mai prochains au Puy-en-Velay. Nous allons représenter Nevers et le Banlay et tous en sont fiers !

Pour organiser des matchs amicaux, contacter Salah au 03 86 61 22 57. Blog : espacejeunes58.skyrock.com Les tenues des joueurs (maillot, short, chaussettes) ont été offerts par l’Auto Ecole Avenir installée sur le quartier du Banlay


Jeunesse

LYCÉE DE LA COMMUNICATION ALAIN-COLAS

A l’affiche des 20 ans

On a pas tous les jours

20 ans !

Expositions : Alain-Colas, le navigateur. (expo prêtée par le musée de Clamecy) Trombinoscope de l’établissement, de 20 ans à nos jours.

Il y a vingt ans, un nouveau lycée faisait son apparition à Nevers. D’abord appelé Lycée numéro 3, puis lycée de la communication, son appellation définitive sera : Lycée de la communication Alain-Colas. n anniversaire à la saveur particulière ! C’est ce que s’apprête à vivre tous ceux qui, à un moment de leur existence, ont fréquenté La Com’. Parce que 20 ans, ça se fête, tout le personnel du lycée de la communication Alain-Colas et tous les élèves sont mobilisés pour cet évènement qui se tiendra du 18 au 21 mars. Quatre journées de festivité pour faire le point au bout de vingt années de fonc-

U

tionnement “C’est une étape dans la vie d’un établissement. Nous devons nous projeter vers l’avenir”, souligne Lionel Pierdon, proviseur du lycée depuis 2007. “Avec l’aide des professeurs, nous allons réunir un maximum d’anciens élèves aux parcours singuliers et variés et qui travaillent aujourd’hui un peu partout en France et à l’étranger. Nous allons organiser une rencontre entre les anciens et les élèves actuels. L’idée étant de montrer les multiples débouchés qu’apportent les enseignements proposés par le lycée”. Donner de l’espoir aux élèves actuels au travers certaines trajectoires atypiques comme le fût celle d’Alain-Colas qui était professeur d’anglais au départ. Son intérêt pour la voile étant le fruit de sa rencon-

Mercredi 18 mars : “les mercredis de l’architecture” avec la présence de monsieur Lotiron, architecte du lycée .

Lionel Pierdon proviseur du lycée de la communication Alain-Colas.

tre avec Eric-Tabarly au cours d’un séjour en Australie. “Dire oui à tous les défis”, oser, avoir confiance en soi et entreprendre, c’est le message essentiel, le fil rouge de ce 20ème anniversaire, et du 30ème anniversaire de la disparition d’Alain-Colas. Durant ces quatre jours, se tiendront également les journées portes-ouvertes de l’établissement le samedi 21 mars toute la journée.

Il y a 30 ans... Alain Colas disparaissait !

Alain-Colas 1943-1978

Il y a presque 30 ans, le 16 novembre 1978, le navigateur Alain-Colas, originaire de Clamecy, disparaissait lors de la première route du Rhum à bord de son bateau “Manureva”. Le lycée de la communication, baptisé du nom du navigataur en 1991 rendra hommage à cet homme dont la devisse “dire oui à tous les

défis” est devenue une sorte de leitmotiv pour les élèves, les enseignants et tout le personnel du lycée de la Com’. Une partie de l’expo consacrée au skipper nivernais sera présentée du 15 au 25 mars au sein de l’établissement et accompagnée de travaux réalisés par les élèves sur le thème de la mer.

Vendredi 20 mars : Itinéraires : Rencontres, échanges avec les anciens élèves au sein du lycée ou via Internet. Parcours culturels : Au sein de l’établissement, en déambulation - théâtre, danse, musique, projections... Carnaval 2009, concert des élèves, soirée de l’amicale du personnel. Concerts privés : Anciens élèves, élèves actuels assureront la tenue de ce concert qui se tiendra à la Maison des Montôts (sur invitation ) : Liz Van Deuq, Morfine... Samedi 21 mars : Conférence sur Alain -Colas : en présence de son frère et de condisciples du navigateur. Inauguration officielle de l’expositon suivie d’un apéritif.

Le visuel, les affiches, ont été réalisées par Manuel Zener, étudiant à l’Ecole Supérieure d’Arts Appliquées de Bourgogne (Esaab). Trois affiches différentes symbolisant l’une le ciré de marin, l’autre le bonnet, et la troisième la fleur d’Ibiscus, symbole de la Polynésie Française chère au navigateur Alain-Colas. N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

45


Education

Bien choisir son orientation Choisir son orientation n’est pas chose aisée, surtout lorsque l’on est encore au collège. Ce choix peut s’avérer un véritable parcours du combattant pour les élèves et leurs parents. Pour les accompagner dans les méandres des filières, le Centre d’Information et d’Orientation offre une documentation riche et des conseils personnalisés. u veux faire quoi plus tard ? Quel métier t’intéresse ?”. Qui n’a jamais eu à répondre à cette question ? Le Centre d’Information et d’Orientation de Nevers (CIO) est là pour aider les jeunes et leurs parents à trouver une ou plusieurs réponses à cette interrogation. Dominique Torsat, directrice du CIO de Nevers : “Nos missions principales sont d’informer et d’orienter les jeunes vers une filière qui leur correspond. Nous avons aussi des person-

“T

46

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

nes en situation de recherche d’emploi ou qui souhaitent prendre un virage dans leur carrière qui viennent nous consulter. Précise - t - elle. Nous sommes dans une période où l’on peut reprendre des études à tout moment. Beaucoup de gens qui ont arrêté leurs études souhaitent reprendre le chemin du lycée ou de l’Université”. Cependant, le moment clef dans l’orientation scolaire reste la troisième de collège. Chaque élève bénéficie d’un 1 5 7

entretien obligatoire avec son professeur principal. La partie la plus importante de l’orientation se passe au sein du collège. Aujourd’hui, les enseignants s’occupent de plus en plus de l’orientation des jeunes, le CIO apportant son soutien et un appui technique de deux manières. Les conseillers d’orientation sont présents dans l’enceinte scolaire pour deux tiers de leur temps de travail, l’autre tiers étant consacré à l’accueil des jeunes

au CIO pour des entretiens individuels. Chaque conseiller a un potentiel de 1 000 élèves (contre une moyenne nationale de 1 400). Bien dans sa peau, bien dans son métier. L’idée est de faire découvrir aux jeunes les opportunités qui existent en fonction de leur potentiel, de leur donner envie. Les conseillers d’orientation ne sont pas là uniquement pour dire les choses,

L’orientation vers les études supérieures peut s’avérer un vrai casse-tête. Le CIO est là pour aider les jeunes, collégiens et lycéens, à trouver le cursus le mieux adapté.


pour dicter une conduite à tenir ou déterminer l’orientaion des jeunes. C’est d’un échange dont il s’agit, un soutien dans le tracé du parcours d’orientation. “Je crois que nous devons être en mesure de donner confiance aux jeunes dans leur potentiel, de les amener vers plus d’autonmie dans leurs choix” confie Dominique Torsat. Les parcours de découvertes professionnelles proposées aux élèves dès la troisième contribuent à une certaine forme d’autonomie dans leurs choix à venir. La moitié des jeunes qui viennent au CIO sont accompagnés de leurs parents. A consulter sur place. Outre l’accueil des jeunes pour des entretiens, qui se fait sur rendez-vous, le CIO est ouvert du lundi au vendredi (sauf le mardi matin) et offre une documentation fournie à consulter sur place. “Nous avons mis en place un nouveau système d’auto-documentation, plus visuel, plus facile pour les recherches avec un système de couleurs selon les filières. Nous offrons en plus, des accès gratuits à Internet pour éffectuer toutes sortes de recherches ou de démarches en ligne. Mais pour nous, il est important, pour ne pas dire primordial, de conserver une documentation papier suffisamment riche en complément d’Internet. Cela favorise l’échange avec les conseillers”, précise la responsable. Les jeunes ont de plus en plus de difficultés à s’orienter, le processus est complexe et il

est parfois difficile de s’y retrouver. C’est pourquoi, en plus de l’accueil individualisé, il y a toujours un conseiller disponible dans la salle pour répondre aux interrogations des jeunes et de leurs parents. Des procédures nouvelles Le CIO n’a pas vocation à convaincre les jeunes de se diriger vers une filière plus qu’une autre. Le principe est de les aider à s’y retrouver . Car il ne faut pas perdre de vue que l’objectif, à terme, de l’orientation est de trouver un emploi. A l’heure ou certains secteurs affichent complet d’autres souffrent d’un manque de main d’oeuvre. L’information donnée aux jeunes doit être la plus large possible, et la plus juste compte tenu des compétences et des envies. Toutes les formations post-bac sont aujourd’hui accessibles au plus grand nombre. L’ascenseur social existe. Les jeunes titulaires d’un BEP ont tous loisirs de raccrocher un cursus d’enseignement supérieur (BTS, IUT).

Une nouvelle procédure d’inscription vers les établissements d’enseignement supérieur a été mise en place. Une procédure d’orientation active destinée aux élèves de terminale afin de conduire 50% d’entre eux vers un diplôme d’enseignement supérieur. Les élèves doivent se pré-inscrire dès le début du second semestre. Un dossier unique de candidature qui sera ensuite transmis aux Universités pour examen. En fonction du projet du jeune, de son parcours et de la filière demandée, l’Université pourra conforter le futur étudiant dans son choix, lui conseiller une filière plus adaptée ou encore, lui proposer un entretien pour un conseil personnalisé ou une information collective oragnisée par l’Université.

Infos : CIO, rue de la Chaumière 03 86 71 99 30 http://www.cio-nevers.fr/ http://www.education.gouv.fr/ http://www.admission-postbac.fr/

CIO : quelques chiffres On compte trois Centre d’Information et d’Orientation dans la Nièvre (Nevers, Cosne sur Loire et Decize). A Nevers, 7 conseillers d’orientation se partagent le territoire. En 2007, 3 333 jeunes ont été accueillis par le CIO de Nevers.

Education Témoignage

Manon, 14 ans, actuellement en troisième de collège est venue à la pêche aux informations pour son orientation scolaire et professionnelle. “ Je suis venue chercher des informations pour mon orientation professionnelle. Je souhaite faire le métier de coiffeuse. Je suis venue chercher des réponses aux questions que je me posais : quelle filière, quels débouchés, les diplômes nécessaires pour se mettre à son compte... Nos professeurs nou ont invité à nous rapprocher du CIO pour obtenir toutes ces informations. C’est plutôt positif. Je repars d’ici avec les réponses à mes questions”. Manon est venue accompagnée de sa tante Maria, 33 ans, qui est actuellement en congés parental. “Je profite d’accompagner ma nièce pour me renseigner sur les carrières juridiques. Je souhaite profiiter de la fin de mon congès parental pour chercher une autre voie professionnelle, prendre un virage dans ma carrière. Comme quoi, même si on est plus lycéen ou étudiant, le CIO offre une mine d’informations pour orienter sa carrière”.

Le nouveau système d’archivage et de classement des documents d’orientation. Un classement par couleurs qui permet de s’y retrouver plus facilement. N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

47


expression politique

En application de la loi n° 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité, publiés engagent l’unique responsabilité de leurs auteurs et ne reflètent que leurs seules

Quand réforme rime avec régression...

I

l arrive que les mots mentent. Depuis mai 2007, Nicolas Sarkozy et le gouvernement Fillon fondent leur action sur une prétendue “réforme”, horizon ultime d’un gouvernement autiste qui ne comprend décidemment pas les préoccupations des gens. Le petit Larousse définit la réforme comme “un changement opéré en vue d’une amélioration”. Pour ce qui est du changement, de la rupture selon le verbe sarkozyste, les gens le subissent tous les jours. Pour ce qui est de “l’amélioration”, je vous laisse juge… La réforme de l’assurance maladie ? Une “amélioration” qui aboutit à nous faire payer des franchises médicales ; la réforme de l’éducation ? Une “amélioration” qui se compte en suppressions de classes (combien, déjà, à Nevers ?) et de postes d’enseignants, 13 000 prévoient-ils cette année ; la réforme du code du travail ? Une “amélio-

ration” qui nous permet de travailler jusqu’à 70 ans, les dimanches compris ; la réforme de l’audio-visuel ? Une “amélioration” qui nous ramène 40 ans en arrière ; la RGPP (réforme générale des politiques publiques) ? Une “amélioration” qui casse les services publics et abandonne toute politique d’aménagement du territoire. La “réforme” selon Sarkozy, c’est le fauxnez de la régression sociale, d’une politique destructrice. Nous proposons, en tant que représentants d’une gauche responsable et efficace, une réforme véritable qui allie modernisation et progrès social. Ainsi, nous proposons la relance à la fois par l’investissement et la consommation, revenant sur les désastreux bouclier et paquet fiscaux. Nous sommes pour un Etat régulateur qui conditionne les aides aux entreprises à l’absence de licenciement, qui plafonne les rémunérations grands patrons compris, ce que se refuse à faire Sarkozy, qui rééquilibre la redistribution des richesses au profit du monde du travail, alors que depuis 10

ans, la part revenant au capital ne fait qu’augmenter. Nous soutenons la recherche et l’innovation par la mise en place d’un véritable plan de soutien et en pariant sur la jeunesse et l’éducation. La réforme, c’est la transformation de la société par la gauche, alors que la droite ne fait qu’en utiliser le verbe pour mieux le vider de sa substance. Patrice Corde, au nom des élus socialistes et apparentés : Didier Boulaud, Florent Sainte Fare Garnot, Martine CarillonCouvreur, Thierry Boidevezy, Florence Ombret, Béatrice Canler, Jacqueline Richard, Alain Frémont, Jean-Pierre Manse, Assana El-Kassabi, Christophe Warnant, Delphine Fleury, Jean-Louis Balleret, Daniel Warein, Evelyne Billois, Cyril Clarisse, Françoise Cosson, Christiane Inconnu, Tarek Khaidouri, Pascale Massicot, Paulette Fontanilles, Richard Impengé, Claude-Marie Lepère, Carlos Oliveira, Yvette Morillon

L’autre voie de la fiscalité neversoise

E

n neuf mois en 2008, nous avons partagé avec le Maire et son équipe nos premières recettes pour baisser rapidement la taxe d'habitation et la ramener à la moyenne des villes de notre taille tout en offrant le même niveau de services. Ceci permettra de rendre du pouvoir d'achat aux Neversois en cette période de crise. Aucune des mesures suivantes n'a d’impact sur les budgets du social, du culturel, de l’associatif et du sportif. Et toutes relèvent des règles de saine gestion « de bonne mère ou de bon père de famille » : - Réduction du tirage de Nevers ça me botte de 35.000 à 22.000 exemplaires pour correspondre au nombre de foyers (trop nombreux exemplaires jetés non lus) : 70.000 € économisés par an. - Qualité moins luxueuse du papier de Nevers ça me botte : 70.000 € économisés par an. - Réduction des envois des courriers municipaux systématiques à des dizaines de milliers

48

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

d'exemplaires et remplacement par des annonces dans Nevers Ca Me Botte, Le Journal du Centre et Koikispass et Site Internet Mairie : 80.000 € économisés par an - Suppression du budget de consultants externes : 100.000 € économisés en 2008 pour faire faire le travail des élus par les élus, sans le sous-traiter. - Retour à 12 Adjoints comme pour la précédente mandature (contre 16 Adjoints à ce jour), en nommant 4 conseillers municipaux dotés de délégation de Quartier en lieu et place des Adjoints de Quartier (solution moins onéreuse utilisée par d'autres mairies dans notre situation) : 366.000 € économisés sur la mandature. - Cession des actifs immobiliers de la mairie au prix du marché au lieu de les brader : 80.000 € auraient été gagnés depuis mars 2008. - Subvention des associations uniquement dans le cadre de leur objet social : 20.000 € économisés en 2008. - Mutualisation avec l’ADN du coût des jume-

lages (14 villes) et opérations extérieures, de nombreux membres d'association de jumelage et leurs présidents habitant hors de Nevers : 40.000 € d'économie potentielle. - Simplification du réseau d'accès Internet à la mairie (aujourd'hui dupliqué entre France Telecom et une petite société de la mouvance Niverlan). 70.000 € économisés. - Envoi par électronique d'une partie des voeux dans le cadre du plan e-region : 14.000 € économisés en 2008. - Revue à la normale de l'ambition du projet "piscine" : réduction de 500.000 € du budget d'études préalables. Ces saines économies pour 1, 410 millions d’euros proposées au seul actif de l'année 2008 ont toutes été rejetées par le Maire et son premier Adjoint. Seul le déplacement des jumelages vers l'ADN sera potentiellement remonté par le maire . "Pourquoi pas ?" nous a-t-il indiqué. Emmanuel GISSEROT Conseiller Municipal d’Opposition


un espace d’expression est réservé à chacun des groupes représentés au sein du Conseil municipal. Les textes, informations et chiffres opinions. Ils sont placés sous l’imprimatur du maire de Nevers, directeur de publication du magazine municipal.

Prendre aux riches pour l’avenir de l’école publique

L

es attaques gouvernementales contre notre système éducatif vont tous azimuts : suppressions de postes, refonte des programmes, généralisation de la semaine de 4 jours, remise en cause des RASED, menaces sur l’avenir de l’école maternelle…, dans le cadre d’une politique de réduction drastique des dépenses publiques et de mise en cause de la solidarité nationale. Tout cela s’inscrit dans un projet de société dominé par la marchandisation de toutes les activités humaines, la mise en concurrence des uns avec les autres, une conception de l’école visant à former des individus “employables” plutôt que des citoyens dotés d’un esprit critique d’homme ou de femme libre. Face à la cohérence de ces attaques il faut une riposte cohérente à la hauteur des enjeux. La mobilisation des parents d’élèves, enseignants, élus, organisations politiques de Gauche, organisations syndicales

et associatives est indispensable pour faire front commun aux atteintes portées à l’enseignement public. Pour les élus communistes le développement d’un mouvement populaire est précieux pour construire un rapport de forces donnant davantage de poids aux exigences communes mettant en cause la loi de l’argent. C’est indispensable. Mais pour que les choses changent vraiment, il faut des choix politiques radicalement nouveaux. C’est le sens des mobilisations sociales dont l’importante journée du 29 janvier, et c’est le sens de notre action politique pour une société qui réponde aux besoins humains plutôt que d’obéir en tous domaines à la rentabilité financière responsable de la crise économique et sociale internationale actuelle. L’éducation et la formation ne sont pas des dépenses, elles sont un investissement pour l’avenir. Il faut augmenter leur moyens bud-

gétaires en prenant l’argent où il est : doubler le taux de l’Impôt sur la Fortune, taxer les revenus financiers, supprimer le “bouclier fiscal” de 15 milliards d’€, augmenter la participation des entreprises au coût global de la formation… C’est une question de choix politiques. C’est pourquoi non seulement nous soutenons la défense de l’école publique, mais nous affirmons notre entière disponibilité d’élus communistes pour prendre, comme actuellement, une part active aux actions conjointes visant à faire reculer le gouvernement et à faire prévaloir une politique éducative digne de l’intérêt que l’on doit porter à l’avenir de nos enfants dans une société de liberté, d’égalité et de solidarité.

Christian LEBATTEUR pour le groupe des élus communistes et républicains

Après le succés du 29 janvier, la lutte doit continuer

À

Nevers comme dans tout le pays, la journée du 29 janvier a été un succès. Tous ceux qui ont participé à la manifestation en sont revenus avec un moral retrouvé. Les travailleurs ne sont pas seulement inquiets, mais mécontents et en colère. Contre le patronat et le gouvernement, contre les licenciements, contre les bas salaires, contre la précarité, contre ce gouvernement qui trouve des milliards pour arroser banquiers et patrons mais rien pour les salariés. Les travailleuses de la SIL ont été licenciées fin décembre. Ceux de Cascade à La Machine sont menacés dans quelques semaines. Rien n'est garanti non plus pour ceux de CPC Nevers, ex-

Raffestin à Jouet-sur-l'Aubois. Et le chômage partiel ampute le salaire de nombreux travailleurs. Le 29 janvier, les travailleurs avec ou sans emploi, les jeunes, les retraités ont été nombreux à répondre à l'appel des syndicats. Bien sûr, personne ne peut penser qu'une seule journée, même réussie, suffira pour faire reculer patronat et gouvernement. D'ailleurs la réponse du gouvernement est toujours la même : un nouveau cadeau de 28 milliards pour le patronat avec la suppression de la taxe professionnelle que l'on fera payer, au bout du compte, par les contribuables. Le gouvernement affirme qu'il n'est pas question d'arrêter les "réformes", c'est-à-dire les mesures anti-ouvrières et il ose

appeler à "se serrer les coudes". Mais c'est la classe capitaliste, les grands industriels et les banquiers, et leur système économique qui portent l'entière responsabilité de la crise, pas les travailleurs ! Et c'est aux travailleurs que le gouvernement voudrait en faire payer le prix, pendant que patronat et banquiers encaissent les aides de l'État. Le monde du travail a montré clairement son opposition à cette politique, mais seule une réaction massive des travailleurs pourra faire reculer patronat et gouvernement. C'est ce qu'il faut préparer. Geneviève LEMOINE Conseillère municipale Lutte Ouvrière

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

49


rèss urrè Jau J AN Ja JE Jeudi 23 avri avril il 2009, sp spectacle ecta acle « J’écoute J’éco oute e dans dans le Noir » :

BOUQUINET, BOUQUINET T, le e club de le lecture cturre des 8-16 a ans ns : RDV samedi RD V le sa medi à 14h15 : - samedi 14 mars mars 2009 vril i 2009 - samedi 11 a avril - samedi 16 mai 2009

Séances à 15h0 Séances 15h00 00 p pour our les 5-8 ans et à 16h30 p pour o our da ans la grotte grro ottee bleue au 2ème étag ge; les 9-12 ans ; dans étage; sur inscription au a 03.86.68.48.57.

Jeudi 14 ma maii 2009 2 de 12h30 à 13h15, Philippe Ph hilippe Depalle, Depalle e, rédaction et correschef de la ré d tion au Journal du Centre dac Centre e correspondant depuis 1994, p ondant du Monde M 1994, évoque év voque q et échange échange autour Méridienne.. auttour o de son n métier / La Méridienne

Renseignements au 03.86.68.48.57. ; sous la v eerrièrre, au Secteur Secteur e jeunesse. jeunesse. verrière,

thèque

MARS-AVRIL M AI 2009 MÉDIA

17, rue Jean Ja Site : http:///me urès - 58000 Neversdiatheque.villle Tél.. :03.886.68.4 --nevers.fr 8.50.

Le L e jeudi à 13h45 ou 19h00, le Comité Comité de le lecture ecture adulte adult te se rréunit éunit é : - jeudi 12 mars 2009 2009 - jeudi 9 a avril vril 2009 200 09 2009 - jeudi 14 mai 20 09

Sous S ous la verrière verrièrre ; café café offer offertt ; renseignements renseignements e au 03.86.68.48.52.

 /'

Inscrivez-vous au 03.86 Inscrivez-vous 03.86.68.48.58. 6.68.48.58. Espac Franç a ois F.-Mitterrand, F..-Mitttteerrrand a d, 2ème étage Espacee François étage..

Samedi S amedi 21 mars mars 2009, 20 009, ateliers ate eliers mots ccroisés roiséss ay ayant yant pour toile toile de fond d le Noir av vec Jea n Rossat Rossat : pour avec Jean atelier adul lte (g rille de 600 cases). - à 10h, atelier adulte (grille Public adult e ; souss la v errière ; durée durée : 1h30mn. 1h30mn. Public adulte verrière atelier adult te (g rille de 100 cases). - à 15h, atelier adulte (grille Public adult e ; sous la v errière ; durée durée : 20 mn n par Public adulte verrière grille. grille. - à 16h30, 16h30 atelier atelier jeunesse. jeu unesse. A par partir tir de 11 ans ; dur durée rée é : 20 mn ; sous la v verrière. errièree. Renseignements au 03.86 6.68.48.58. 03.86.68.48.58.

ECOUTER Le L e sa samedi medi de 10h30 à 11h00, séa séance nce d’histoires d’histto oire es pour p us : our les 18 mois et plus plu mars 2009 - samedi 14 et 28 mars - samedi 4 et 18 a avril vril 2009 2 - samedi 16 et 30 mai 2009 2 Grotte Gr rott o te bleue bleue, e, 2ème étage étage.. 03.86.68.4 48.57. Sur inscription au 03.86.68.48.57.

Séance d’histoires Séance d’histto oires p pour ou ur les 4-7 a ans, ns, jeudi 30 avril 2009 à 15h00. 15h00. Grotte Gro ottte bleue bleue, e, 2ème étage étage.. Renseignements au 03.86.68.48.57. 03.86.68.4 48.57.

Jeudi 19 mars mars 2009 entre entrre e 12h30 et 13h15, atelier sonore animé a telier de ccréation réation sono ore a nimé parr Olivier Méridienne.. pa Olivier Sebillotte Sebillottte / La a Méridienne Sous S ous la v verrière errièrre ; café café offer offertt ; renseignements ren enseignements au 03.86.68.48.83. 03.86.68.48.83 3.

Vendredi V endr e redi 27 ma mars rs 2009 à 19h00, C Conférence onférence ""Energie noire, matière noire, noir" """Ener gie noire e, ma tière noire e, ll’univers ’univ vers e outre no oir" parr Jean-Michel p pa Jean n-M Michel Alimi, Alimi, directeur dirrecte eur de recherches recherrches c au C CNRS. TTout o public ; Espace out Espace François-Mitterrand Franç a ois-Mitterrrand au 2ème étage ; rrenseignements e enseignements au 03.86.68.48.58.

Vendredi V e endrredi 3 avril 2009 à 18h 18h30, h30, cconférence onférence de e M. B oudard d, professeurr d'histoire d''h histo oire « Journau Journaux ux ett Boudard, journalistes jou urnalisttes e niv nivernais verna e is sous la Troisième Trroisième République République »

Salle S allle Henriette e de Clèv Clèves es (P (Palais alais du ducal) ucal) ; rrenseignements en enseignements g 03.86.68.48.52. au 03.86.68.48.52.

Mercredi Me errcr credi 15 avril 2009 de 12 12h30 2h30 à 13h15, Cha Chantal nta al et Marc Ma arc Moreau nous entraînent entraîne ent en Chine, Chine e, l’une l’une des étapes éttapes de leur tour to our du monde mond de à vélo vélo é / La Méridienne Méridienne..

SSous ouss la vverrière errière ; café café ouvert ouvert offer offertt ; rrenseignements e enseignements au 03.86.68.48.58 03.86.68.48.58. 8. A noter notter que p our La La Méridienne la Médiathèque Méédiathèque reste reste ouverte ouverte en pour contiinu de 10 à 18h ! continu

Du D u 9 au 21 mars ma ars 2009, 2009 e exposition x xposition "La La p poésie oésie s’affiche s’affiche, e, ma mars rss avril 2009 » Dans D ans toute toute o e la Méd Médiathèque diathèque ; en par partenariat tenariat e av avec veec Nièvre, ARKO la Bibliothèque dee la Nièvr re, l’l’association ’a association ARK KO ett la MCNN, MCNN, dans le ccadre adrre du 11ème P Printemps rinttemps e des p poètes. oètees.

Du D u 14 mars mars au 30 avril 2009, Exposition Exposition n « Le Le Noir vu par par les photographes phottogr g aphes : carte carte blanche blanche au a Ciné Photo Photto Club de Nevers Nevers e s ». Galerie G alerie d d’ d’exposition ’eexposition n ; renseignements renseignements e au 03.86.68. 03 03.86.68.48.50 86 68 48.50 48 50.

S amedi 14 mars marss 2009 à 15h00, atelier ate elier gr ravure Samedi gravure proposé pa rancis C apdebosq à un gr roup o e proposé parr F Francis Capdebosq groupe de 10 enf fants à partir partir de 8 ans ans : initiation n à la gravure grravur a e enfants bois ou sur linoléum; liinoléum; impression impression des œuvres œuvrre es sur sur bois presse épreuves. pr esse à épr reuv e ve es. Renseignements et inscription i au 03.86.68.48.59. ; dur d durée réée : 2 heur heures res e ; Espac E F-M -Mittteerrrand a d au 2ème 2è étage ét Espacee F-Mitterrand étage..

Samedi S amedi 14 mars mars 2009 à 15h00, atelier ate elier d d’écriture ’écriture animé : animé par par Jean-Michel Jean--Michel Espitallier Espittallier a Sous S ous la verrière veerrièrre ; public public ado-adulte ado-adultee ; rrenseignements enseignements e s et inscriptions au 03.86.68.48.58. En partenariat partenariat e av ec la a Bibliothèque de la Nièvr re, l’l’association ’ass a sociation ARK KO avec Nièvre, ARKO MCNN, dans le ccadre adrre du 11ème Printemps Prrinttemps e des p poètes. oèt ètes e. et la MCNN,

Vendredi V endr e redi 20 ma mars rss 2009 à 20h30, diffusion Pierrot Jean-Luc Godard. de « P ierrot i le fou u » de Jea n-Luc Go dard d. En partenariat parteenariat av avec ec l’l’ACNE ’ACNE ; à l’l’auditorium ’a audito orium ; rrenseignements enseigne e ements au 03.86.68.48.60.

Du D u 3 avril au 31 mai mai 2009, 2 exposition exxposition "La presse niv nivernaise" veernaise" : L'exposition L 'exp exposition illustre illustrre le ccatalogue atalogue de Guy Thuillier. Thuillier u r. Duu 3 au 26 avril au PPalais D alais dducal, ducall, SSalle alle Fernand Fernand e Chalandre. Médiathèque Chalandrre. Ensuite Ensuite à la Mé diathèque JJean-Jaurès, ean--JJaurrèèss, Espace Espace François-Mitterrand. Fraanççois-Mitterrraandd. Renseignements au 03.86.68.48.59. 03..86.68.48.59.

Mardi Ma rdi 14 avril 2009 9 à 20h, diffusion de « R Renaissance en naissance » de Christia Christian nV Volckman olck o kman A l’l’auditorium ’a audittorium o JJean ean Jau Jaurès rès è ; rrenseignements enseignements e au 03.86.6 03.86.68.48.60. 68.48.60.


humain et événementiel

eixposition nternationale 1937

pbavillon erry-nivernais le

« Quand vous serez las de courir les stands, les parcs et les pavillons, quand, devant l’étourdissante ingéniosité des techniciens et l’imagination compliquée des artistes modernes, vous éprouverez le besoin d’un peu de simplicité et de vérité, allez au Centre Régional : vous n’y découvrirez rien que vous n’ayez déjà vu, mais vous y trouverez tout ce que vous aimez. » Le contexte général de l’Exposition de 1937 est un des plus troubles que le seul pavillon l’on puisse imaginer. Sur fond de terminé crise éconoà temps ! mique, le Front Populaire prend le pouvoir au moment où le projet est sur les rails : des grèves retardent les chantiers et l’exposition sera inaugurée inachevée. Des bruits de bottes et de bombes retentissent en Europe : Picasso présente sa grande toile, “Guernica”, dans le pavillon de l’Espagne républicaine ; les gigantesques pavillons de l’Allemagne nazie et de l’URSS se font

Bien que récente, l’histoire de la contribution neversoise à la dernière grande exposition internationale française est aujourd’hui presque oubliée. Pourtant, l’architecte Jacques Palet, le faïencier Jean Montagnon, le décorateur Georges Parent ont - entre autres - largement contribué au succès du pavillon regroupant le meilleur des départements du Cher, de l’Indre et de la Nièvre, réunis sous la bannière “BerryNivernais” au Centre Régional. Retour sur une aventure mêlant régionalisme et modernité, nourritures terrestres et spirituelles…

face dans une sinistre prémonition. Mais, au pied du “nouveau Trocadéro” l’heure est tout de même à l’optimisme et à la foi dans le progrès : électricité, transports, radio sont mis en avant, et le maître-mot du projet est modernisme. A un point tel que la France rurale et provinciale se sent délaissée : un “Centre Régional”, véritable village de cinq hectares posé en bord de Seine, lui permettra de s’exprimer. Le Commissariat général de la manifestation en trace les contours : le Centre Régional ne sera pas une reconstitution, ni un bazar ni une foire, mais le spectacle infiniment varié d’une France au travail. Ce sera la seule, mais fort plaisante concession faite au passé, dans une exposition franchement orientée vers l’avenir… Mais l’affaire n’est pas simple, à commencer par le découpage et la dénomination des “régions” appelées à bâtir un des pavillons, qui, après des querelles byzantines, seront finalement vingtsept. L’un d’eux, qui porte le numéro 6 bis, regroupera les départements de l’Indre, du Cher et de la Nièvre, sous le vocable “Berry-Nivernais”. Les trois Conseils généraux et les Chambres de commerce lèvent des fonds (750.000 F) et peaufinent l’idée

de cette étonnante vitrine. Les artistes et artisans de la région sont invités à proposer leurs productions “à caractère local” lors d’une exposition de sélection qui se Motif héraldique tient à Bourges. Le 20 “modernisé” du janvier 1937, on pose service d’apparat du restaurant la première pierre du (porcelaine de pavillon. Le chantier Mehun-sur-Yèvre). est mené tambour battant : la réception des travaux a lieu le 24 mai, et le président Albert Lebrun inaugure l’Exposition quatre jours plus tard. Au Centre Régional, un seul des vingt-sept pavillons est terminé : celui de la région 6 bis…

Au fil du patrimoine - Fiche n°55 - Janvier 2009


patrimoine humain et événementiel

architecture

décoration

la création du pavillon

visite de l’intérieur

L

PRÈS UNE ROTONDE DÉCORÉE de panneaux d’Yves Brayer, où trône une immense jarre en grès de La Borne, le rez-de-chaussée du pavillon se partage entre un comptoir de dégustation de produits régionaux, et des stands où oeuvrent en alternance des artisans (faïencier, graveur, potier, luthier…) sous les yeux des visiteurs. Le 1er étage abrite le Salon d’honneur (décors de Bernard Naudin autour de l’œuvre de George Sand), une bibliothèque et quelques vitrines d’art décoratif. Au 2ème étage est reconstitué l’appartement d’un important chef de culture, meublé par les maisons Giblin (Cosne) et Jean-Marie Guyot (Nevers). Au mur, des peintures de Claude Rameau et de son jeune élève, le varzycois Rex Barrat. Le restaurant occupe les combles : il est conçu par l’architecte Jacques Palet et décoré par Georges Parent de scènes en camaïeu présentant de manière humoris31 millions tique les trésors de la gastronode visiteurs mie locale. Son chiffre d’affaires, à l’Exposition ainsi que celui du bar, permettront aux organisateurs de la “région 6 bis” de boucler l’exposition en dégageant un bénéfice ! Prévu un temps pour fonctionner aussi en 1938, le Centre Régional sera finalement démantelé, comme le reste des pavillons de l’Exposition, à l’exception du Palais de Chaillot qui en marquait l’entrée monumentale et dévoilait l’imposante perspective du Champ-de-Mars. 31 millions de visiteurs en auront franchi le seuil, dans une naïve insouciance.

CENTRE RÉGIONAL imposait des pavillons de conception moderne, rappelant sans servitude l’esprit traditionaliste architectural des régions. C’est l’architecte en chef de la ville de Bourges, Marcel Pinon, qui est choisi pour diriger le projet. Lui sont adjoints : Jacques Barge (Châteauroux) qui coordonnera le chantier ; Jacques Pascault (Bourges) qui signe le premier étage du pavillon ; et le neversois Jacques Palet qui prend en charge le restaurant sous les combles. Marcel Pinon - qui édifie à la même époque ce qui deviendra la Maison de la Culture de Bourges dessine un bâtiment de 35 x 8 mètres, inspiré du Palais Jacques-Cœur et du Palais ducal de Nevers, flanqué d’une tour d’angle rappelant à la fois les bastions féodaux et… un pigeonnier. Placé à l’entrée du Centre, le pavillon impose sa silhouette “comme une proue de vaisseau”, même si l’immense beffroi de la région Flandres-Hainaut-Artois lui fait un peu d’ombre. De larges pilastres recouverts de crépi façon brique scandent les façades. Entre eux, surmonentre le pastiche tant les hautes fenêtres de l’étage d’honneur, de grands panneaux en carreaux de faïence de Renaissance Nevers (Jean Montagnon, sur des dessins de et l’ordre Georges Parent) présentent les armoiries des monumental dix principales villes de la région, encadrées de Art-déco personnages et d’attributs symboliques. Des bas-reliefs du sculpteur Popineau, représentant des scènes de la vie agricole, artisanale et industrielle, animent le soubassement du bâtiment. “Tradition et modernité” sont les maîtres mots de cette éphémère pochade architecturale dont le style balance entre le past i c h e Renaissance et l’ordre monumental Ar t-déco. Pendant six mois, sa tour sera le point de ralliement des Nivernais “montés” à Paris voir l’Expo… E CAHIER DES CHARGES DU

A

Hormis quelques-uns des grands panneaux armoriés en carreaux de faïence, rien ne subsiste de ce pavillon, pas même des éléments du service d’apparat du restaurant, en porcelaine de Mehun-surYèvre. Afin de poursuivre les recherches sur ce sujet quasi inédit, appel est fait à ceux qui posséderaient de la documentation sur le pavillon, qu’il s’agisse de photographies, d’éléments de mobilier ou de décoration, ou d’archives personnelles. Contact : Jean-Michel Roudier (Conservation des Musées de la Nièvre - Conseil général) au 03.86.60.68.55. ou par mail : jeanmichel.roudier@cg58.fr Service Animation du Patrimoine : Agathe Maugis au 03.86.68.46.25.

Ci-dessus : Banquet au restaurant du pavillon, sous la présidence de Jean Locquin, premier adjoint au maire de Nevers. Au fond, un panorama de Nevers par Georges Parent et André Deslignères. En haut à droite : Panneau en carreau de faïence : “Nevers” (Montagnon et Parent). 1,30 x 1,60 m. Collection privée. En haut à gauche : Elévation de la façade du pavillon (Archives Départementales de la Nièvre)

in magazine Nevers ça me botte n°157 - février/mars 2009

Appel à témoins


carte postale

La petite Suisse Avec son imposant territoire forestier, ses sentiers escarpés, ses nombreux coteaux et ses multiples hameaux, Chaulgnes a des airs de commune montagnarde. Où il fait bon vivre.

. . ... . . .. . .. . . . .. . . . .. . . .

Saint-Amand en Puisaye

Clamecy Yonne

Cosne

A

À LA PORTE DE L’ÉPAISSE FORÊT DES BERTRANGES, PARMI LES COTEAUX OÙ LA MULTITUDE DE HAMEAUX N’A D’ÉGALE QUE LA VARIÉTÉ DES ORCHIDÉES,

UN JOLI VILLAGE SE BLOTTIT AU CREUX DE VALLONS PRONONCÉS. UN DÉCOR

ET UNE AMBIANCE QUASI MONTAGNARDE. TOUT CELA, À UN QUART D’HEURE

DE NEVERS. BIENVENUE À CHAULGNES... Pour parvenir au bourg, il faut immanquablement emprunter des sentiers ou des routes au profil tortueux. Que l’on vienne du nord-ouest (La Charité), du sud-ouest (Pougues) ou du sud-est (Guérigny), le promeneur ou l’automobiliste grimpe avant de plonger sur cette charmante bourgade. Les anciens d’ici racontent qu’autrefois Chaulgnes, c’était la Petite Suisse. Pour son relief et ses nombreux châteaux. On en recensa jusqu’à sept sur la commune... Du coup, Christophe Tiennot a décidé d’appeler sa jeune association (fondée en décembre 2007) Les randonneurs de la

Depuis vingt ans, Michelle Finot propose des produits du terroir, bio, mais également issus du commerce équitable dans son épicerie fine. 54

N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

Petite Suisse. “On a établi une vingtaine de sentiers d’une dizaine de kilomètres chacun”, explique-til. Chaulgnes est également traversée par le célèbre GR3 (sentier de grande randonnée) qui relie le Mont Gerbier de Jonc à Nantes. Au gré de la balade printanière, le marcheur ne saurait manquer l’une des quelque 19 espèces d’orchidées - protégées - qui se plaisent à éclore ici. “Notre qualité de vie est assez priviligiée, note Isabelle Cassar, maire de la commune

Tannay

Donzy

Varzy

Pouilly La Charité

Brinon

Prémery

Corbigny

Côte d’Or

Montsauche

Chaulgnes

St-Saulge

Cher

Lormes

Nevers

St-Benin

Château-Chinon

Châtillon

Moulins-Engilbert St-Pierre Luzy Fours Dornes Decize

Allier

Saône et Loire

Dix-neuf espèces d’orchidées depuis 2003. Nous gagnons des habitants car, au-delà de la beauté du site, on trouve sur place la quasi totalité des services de base : école, garderie, cantine, centre de loisirs, relais-poste, boulangerie, commerce de proximité et autres installations sportives.” Pour autant, à l’instar de toutes les communes françaises, Chaulgnes se trouve confrontée aux nouvelles

Le hameau de Eugnes, qui surplombe le bourg au sud-est, a gardé l’aspect de l’habitat rural traditionnel. Près du lavoir, un petit panneau en explique les principes.


carte postale Chaulgnes Canton de La Charité-sur-Loire Arrondissement de Cosne-Cours-sur-Loire Communauté de communes du Pays Charitois Maire : Isabelle Cassar Population : 1358 habitants (les Chaulgnois) Superficie : 2446 ha Hameaux : Les Aubues (ancienne commune libre), Beaulieu, La Berge, Le Chaillou, Chalons-les-Coques, Le Chazeau, Chazelles, Eugnes, Langle, Pertuiseau, Les Revenus, Le Riot,Tigran, Le Tremblay. Lieux-dits : La Brosse, Le Champ des Épinards, Les Chaumes, Le Gros Chêne, Le Mambor, Le Margat, Orge, Le Quartier aux Merles, La Toussardat. Cours d’eau : la Pisserotte, le ruisseau de Chaulgnes Ecole : Groupe scolaire Raymond-Devos (147 élèves en maternelle + élémentaire) Services publics : centre de loisirs sans hébergement Commerces, accueil : Café; Epifrais (épicerie-tabac, produits du terroir); boulangerie-point Poste; gîtes à Eugnes, Langle et au Margat (+ chambres d’hôtes) Nombreux artisans Activités : musique, randonnée, football, basket, tennis, centre équestre du haras de Tigran, espace de skate-board, aire de pétanque, terrain d’aéromodélisme, étangs de pêche... Festivités, animations : 4 avril : Festival rock-ska-punk Skalimouchaulgnes; 17 mai : Vide-grenier du CCAS; 7 juin : Multi-randonnée (marche-VTT-cheval); 20 juin : Fête de la musique; 13 juillet : feu d’artifice et bal; 18 octobre : Rondes de Chaulgnes (courses pédestres); 7-8 novembre : Salon des artistes; 29 novembre : Repas des aînés. Mairie de Chaulgnes : 03 86 37 82 47 mairie.chaulgnes@wanadoo.fr

Internet : www.premiumorange.com/chaulgnes

Patrimoine

Même au coeur de l’hiver, la place de l’église de Chaulgnes ne manque pas de charme. Au premier plan, le pressoir témoigne de l’activité viticole qui animait la commune jusqu’à l’arrivée du mildiou puis du phylloxéra vers 1890. La maison natale du chanoine Jean-Marie Meunier (18621929) se trouve dans le bourg de Chaulgnes. Homme de Sciences et Lettres, il oeuvra notamment pour la rééducation des mal-entendants.

FONTAINES-DE-VAUX Le site des Fontaines-deVaux, dans la forêt des Bertranges, fut le refuge des Résistants qui créèrent le maquis Bernard le 6 juin 1944. Ici, autour d’un imposant et séculaire platane, les eaux jaillissent en trois points différents.

PRESBYTÈRE

FORÊT DES BERTRANGES Sur les 2446 hectares de la commune de Chaulgnes, 1093 sont recouverts par la forêt des Bertranges. Son exploitation était déjà mentionnée dans les écrits du XIIIè siècle.

charges sans compensations finanbonne tenue du club de football en promotion de district. cières. “Pour cela, nous travaillons à la recherche de nouvelQuant au patrimoine, il est des plus riches autour de ces coteaux les ressources par le biais de l’implantation de commerces, qui donnaient un vin de qualité d’entreprises ou jusqu’à l’arrivée du encore de servi- Un tissu associatif phylloxéra. Chaulgnes ces liés à la perune tuilerie, fourni et efficace posséda sonne”, précise un four à chaux ainsi Isabelle Cassar. L’activité artisaqu’une huilerie exploitant les noix nale, culturelle ou sportive de de la région jusqu’en 1970. Enfin, Chaulgnes est une réalité qui se à l’image de Fontaines-de-Vaux (voir ci-dessus), les sources abontraduit par de belles réussites, comme le festival dent sur le territoire communal. Comme un témoignage de vie... Skalimouchaulgnes ou encore la

Construit à la fin du XVIIIè et au début du XIXè siècle, le bâtiment, typique de l’architecture bourgeoise d’alors, a fait l’objet d’une restauration récente et la mairie de Chaulgnes y a trouvé sa place.

Le célèbre GR3 suivant le fil de la Loire traverse la commune de Chaulgnes. N e v e r s

ç a

m e

b o t t e

!

N °

1 5 7

55


la poésie

en mars-avril

s’affiche en ville

Supplément culturel du magazine Nevers, ça me botte ! n°157


D’JAZZ

Thomas et les autres Rien à jeter sur l’affiche de mars proposée par l’association D’Jazz... De Dutronc à Oliva, laissez-vous (em)porter ! Mercredi 11 mars : Thomas Dutronc et les Esprits Manouches (France) à la MCNN à 20h30. Concert co-accueilli par D’Jazz et la Maison de la Culture. Vendredi 13 mars : “L’intranquillité” de Fernando Pessoa (France). Avec Christophe Marguet et Frédéric Pierrot. Auditorium Jean-Jaurès à 20h30. Entrée libre. Dans le cadre du “Printemps des Poètes” en association avec la Médiathèque. Vendredi 20 mars : Stéphan Oliva solo Stéphan Oliva “Ghosts of Bernard (photo Cécil Mathieu) Herrmann” (France). En 1ère partie : le contrebassiste neversois François Perrin “My Favorite Song(e)s”. Petit théâtre à 20h30. Du 23 au 27 mars : “Entre traditions orientales et improvisation contemporaine” (France). Avec Alain Blesing et Senem Diyici. Lundi 23 : Château-Chinon à 20h30 / mardi 24 : Corbigny à 20h30 / mercredi 25 : Luzy à 20h30 / jeudi 26 : Decize à 20h30 / vendredi 27 : Clamecy à 21h. En Thomas partenariat avec les communes. Contact D’Jazz au Dutronc 03.86.57.88.51. / www.neversdjazz.com

CINÉ-ACNÉ

bobines à dévorer Rendez-vous, sauf exception, au Mazarin avec l’Acné... dont deux rencontres en mars : un réalisateur puis une actrice !

Plus tard tu comprendras (Pierre Grise distribution)

Jeudi 12 mars (et les dimanche 15, lundi 16 et mardi 17) : Le bal des actrices de Maïwenn. Film français (2007). Jeudi 19 mars : Il est dur d'être aimé par des cons de Daniel Leconte. Film français (2008). Débat à l’issue de la séance. Les 19, 22, 26 et 29 mars : 3èmes Rencontres Cinéma-tographiques Nivernaises. Demandez le 2

N e v e r s ,

ç a

m e

b o t t e !

L e

programme spécifique. Vendredi 20 mars : Pierrot le fou de Jean-Luc Godard. Film français (1965) avec Jean-Paul Belmondo et Anna Karina. Projection suivie d’une discussion à 20h30 à l’auditorium Jean-Jaurès. Entrée gratuite. Dimanche 22 mars (et les lundi 23 et mardi 24) : Le chant des oiseaux de Albert Serra. Film espagnol (2008). Attention : séance du mardi à 20h30 en présence du réalisateur. Jeudi 25 mars (et les dimanche 29, lundi 30 et mardi 31) : Frozen river de Courtney Hunt. Film américain (2008). Grand Prix du Jury “Sundance 2008”. Lundi 6 et mardi 7 avril : Plus tard tu comprendras de

G u i d e - N ° 1 5 7

musique L’orchestre des Concerts Nivernais, sous la direction de Michelle Ambrosetti, se produira à la Maison de la Culture à 17h le dimanche 15 mars. A noter que ce concert intitulé “Musique d’Europe”, programmé dans un premier temps le 29 mars, est avancé... Au répertoire : “Mise en bouche” de Kozeluh ; “Concerto en ré majeur pour alto” de Hoffmeister ; “Concerto n°1 pour piano” de Liszt ; et “Danses de Galanta” de Kodaly. Sur scène, l’ensemble musical accompagnera deux solistes de haut niveau : Joseph Kaputska (piano) et Adrien Boisseau (alto). Le pre- Joseph Kaputska mier, Joseph Kaputska, né en Pologne, est diplômé de la Juilliard School de New York et de la Royal Academy of Music de Londres. Finaliste du concours “Artiste international” à New York en 1991, il est également lauréat du Grand Prix du Conservatoire de Paris. Kaputska, qui s’est produit

CONFERENCE L’association “Ecoute et Vie” propose une conférence le mercredi 25 mars à 20h à l’hôpital PierreBérégovoy (salle RenéMarlin). Sur le thème : “Ces fins de vie qui n’en finissent pas et qui questionnent notre humanité...” Intervenant : docteur Hubert Tesson, chef de service de soins palliatifs. Entrée libre. Contact association au 03.86.59.03.94. Amos Gitaï. Film francoisraëlien (2008) avec Jeanne Moreau, Hippolyte Girardot et Dominique Blanc. Attention : séance du mardi à 20h30 en présence de l’actrice Denise Aron-Schropfer.


CONSERVATOIRE

d’Europe partout dans le monde, vit et travaille en France depuis 1992. Le second soliste, Adrien Boisseau, âgé de dix-huit ans, Adrien Boisseau est né à Nevers. Il est un ancien élève de l’Ecole Nationale de Musique où il a commencé ses études d’alto dès l’âge de cinq ans... A 14 ans, il obtenait sa médaille d’Or dans la classe de Maud Gastinel. Puis il a intégré le CNS de Paris. Lauréat de plusieurs concours, il a remporté l’an dernier, le 2nd prix de la FMAJI, lequel lui offrait une saison de six concerts dans le Val d’Oise en qualité de soliste ! Déjà professionnel, il est désormais sur la route d’une brillante carrière... Entrée 13 euros / 7 euros en tarif réduit / gratuit pour les mineurs et les élèves musiciens. Billetterie à l’ENM et à la MCNN. Contact au 06.86.14.56.90. Ou par mail : concertsnivernais@wanadoo.fr Samedi 7 mars : Soirée rock avec “ENVRAAC” à 20h30. Amateur de pop-rock à la française, teinté british, ce trio neversois fait partie de la nouvelle vague des jeunes rockeurs français. En première partie : BOXON (country, rythm and blues, folk). Mais aussi, une projection de courts-métrages en partenariat avec GLISS UP SKATESHOP. Vendredi 13 mars : Soirée punk-hardcore avec TA G A D A JONES et BENSOUSSAN à 20h30. Ve n d r e d i 20 mars : “Irish session #2” à 20h. Bœuf musical

(prin)temps musical Voici les prochains rendez-vous programmés dans le cadre de la saison de l’Ecole Nationale de Musique. Le mercredi 18 mars à 20h à l’auditorium Jean-Jaurès : “Audition de la classe de piano” (professeur : Emmanuel Kiswa). Entrée libre. A noter qu’à l’ENM, toutes les auditions de classes sont gratuites et ouvertes à tous, que l’on soit parent d’élève ou non. Le dimanche 22 mars à 17h à la Maison de la Culture : “Colors” de Bert Appermont. (concerto pour trombone basse et orchestre d’harmonie) ; “Variations” d’Alexandre Kosmicki ; et “Extrême make-over” de Johan de Meij. Concert de l’Orchestre d'Harmonie de la Ville de Nevers, avec Jean-Pierre Moutot au trombone, et le concours du quatuor de cuivres graves “Ah, les Gros !”. Entrée payante : 6 euros. Billetterie le 18 mars au centre Jean-Jaurès et le 22, une heure avant le concert. Le jeudi 2 avril à 12h30 à l’auditorium Jean-Jaurès : “Concert Sandwich” proposé par l’association “Da Camera”. Entrée : 3 euros. Le dimanche 10 mai à 17h à la Maison de la Culture : "Hotchpotch Concerto" de Jean Michel Maury. Concert de l’Orchestre d’Harmonie de la Ville de Nevers, avec Marine Wertz à la clarinette. Entrée payante. Ecole Nationale de Musique : allée des Ursulines à Nevers. Renseignements au 03.86.68.48.80.

CAFÉ-CHARBON

un air de nouveauté Rock, punk hardcore, reggae, indie-rock et musiques irlandaises font le charbon de ce printemps avant... un festival ! consacré aux musiques irlandaises sous la forme d ’ a p é r o c o n c e r t . Soirée gratuite en collaboration avec l’AMDTN. Samedi 21 mars : Soirée reggae avec MAXXO et ABDOUDAY à 20h30. Mercredi 1er avril : Scène découverte à 19h (gratuit). Samedi 11 avril : Soirée indie-rock avec NEÏMO et THE DODOZ à 20h30 Et bientôt, une nouveauté : L’association Au Charbon organise la 1ère édition de son nouveau festival “Les Echos du Charbon” du 7 au 9 mai prochains. Désormais, chaque N e v e r s ,

MAXXO et ABDOUDAY (en bas à gauche) assureront la soirée reggae du 21 mars.

année, cet événement inédit proposera une conclusion de la thématique principale de la programmation de la saison écoulée. Cette année, il s’agit des musiques électroniques. Voici un avant-goût de l’affiche : SAYAG JAZZ MACHINE ; SILVOUPLAY ; RUBIN STEINER D’J SET. A suivre... Contact Café-charbon au 03.86.61.23.52. ç a

m e

b o t t e !

L e

G u i d e - N ° 1 5 7

3


PASSION

Christian-sur-Loire Le neversois Christian Vallé aura attendu l’approche de la retraite pour savourer son plaisir de toujours, la Loire, et s’adonner à une drôle d’activité devenue passion : le travail du bois flotté.

Dans son atelier où abondent socles et autres vernis, Christian s’emploie à faire de chaque bois flotté... une oeuvre d’art !

Contact exposition au 03.86.57.88.46.

Il y a un peu du collectionneur, du sculpteur, de l’artisan, dans la démarche de Christian, mais beaucoup du promeneur, curieux et rêveur, que son imagination a rattrapé... En vérité, Christian Vallé a une âme d’artiste, l’âme d’un contemplatif, jamais repu de cet amour pour la Loire qui le tient depuis toujours. Ce fleuve dont il habite un bord, du côté de Marzy... Au point de le rendre animiste, comme l’ont défini ses amis, c’est à dire “qui redonne une âme”... Une âme à ces souches et ces racines, que l’on appelle bois flottés, auxquelles son regard offre une seconde vie - une fois ramassées, séchées puis travaillées - celle d’un corps, d’un objet ou d’un animal. “C’est au détour d’une balade sur l’île Verte, confie-t-il, que l’idée m’est venue...” 70 pièces et quelques expos plus tard, entre autres au Pac des Ouches, Christian est aujourd’hui l’un des rares artistes nivernais dans cette spécialité. Une toute autre vie - entre passion et création pour ce Neversois de 61 ans, qui a connu celle de l’usine comme technicien-chauffagiste, après dix-neuf ans passés à Alfa-Laval.

ART DÉCORATIF

Infos MCNN Le Système Ribadier. Bruno Solo pour la première fois sur scène dans une comédie burlesque de Feydeau, maitre du genre. “Pour tromper en tout quiétude son épouse jalouse, Ribadier a inventé un système imparable : l’hypnose”. Une succession de scènes drôles et burlesques, du sur-mesure pour Bruno Solo. Deux heures de rires, de gags parfois insensés... Vendredi 20 mars à 20h30 Grande salle de la MCNN Tarifs : 36 € / 38 €.

Liz Van-Deuq à la MCNN le 3 avril. Le projet Liz Van Deuq est né en juin 2006 autour des compositions de Vanessa Dequiedt qui allient textes français et musiques écrites au piano. Des textes pointus et des mélodies à la fois souples et incisives. A (re) découvrir le 3 avril prochain en première partie de CALI. Grande salle de la MCNN à 20h30.

les textiles d’Hélène Invitée des “Jardins de Saint-Pierre”, la créatrice neversoise Hélène Manche expose pour la première fois à Nevers ! Pour fêter leurs trente ans d’installation, “Les Jardins de SaintPierre” - enseigne située rue de la Préfecture - ont souhaité honorer le talent d’une créatrice neversoise, Hélène Manche, en proposant une exposition de ses bijoux et accessoires décoratifs en textile, du 28 février au 8 mars. Agée de 27 ans, Hélène Manche est née à Nevers ; elle est aujourd’hui designer et styliste-photo à Paris où elle collabore aussi avec la presse pour enfants. Avant de monter étudier à l’Ecole Supérieure d’Arts Appliqués, l’artiste fut élève à l’école Fénelon. Elle a également suivi les cours de dessin de Colette Abitbol à l’atelier “Ellipse”. “C’est ma première exposition à Nevers” souligne Hélène, qui ne cache pas son émotion de retrouver sa terre natale. Un retour qu’elle doit au coup de coeur des fleuristes Nathalie et Philippe Rousselet, propriétaires des Jardins, tombés en admiration devant son travail et sous le charme d’un sens créatif prometteur. Hélène qui a déjà participé à plusieurs salons et répondu à de nombreuses commandes, participait en 2008 à la “Biennale Internationale du Design”. Vernissage le 27 février. Exposition ouverte aux horaires du magasin. Entrée libre.

Contact exposition au 03.86.61.08.94. ou 06.63.72.71.06. N e v e r s ,

ç a

m e

b o t t e !

L e

G u i d e - N ° 1 5 7

5


PASSION

Christian-sur-Loire Le neversois Christian Vallé aura attendu l’approche de la retraite pour savourer son plaisir de toujours, la Loire, et s’adonner à une drôle d’activité devenue passion : le travail du bois flotté.

Dans son atelier où abondent socles et autres vernis, Christian s’emploie à faire de chaque bois flotté... une oeuvre d’art !

Contact exposition au 03.86.57.88.46.

Il y a un peu du collectionneur, du sculpteur, de l’artisan, dans la démarche de Christian, mais beaucoup du promeneur, curieux et rêveur, que son imagination a rattrapé... En vérité, Christian Vallé a une âme d’artiste, l’âme d’un contemplatif, jamais repu de cet amour pour la Loire qui le tient depuis toujours. Ce fleuve dont il habite un bord, du côté de Marzy... Au point de le rendre animiste, comme l’ont défini ses amis, c’est à dire “qui redonne une âme”... Une âme à ces souches et ces racines, que l’on appelle bois flottés, auxquelles son regard offre une seconde vie - une fois ramassées, séchées puis travaillées - celle d’un corps, d’un objet ou d’un animal. “C’est au détour d’une balade sur l’île Verte, confie-t-il, que l’idée m’est venue...” 70 pièces et quelques expos plus tard, entre autres au Pac des Ouches, Christian est aujourd’hui l’un des rares artistes nivernais dans cette spécialité. Une toute autre vie - entre passion et création pour ce Neversois de 61 ans, qui a connu celle de l’usine comme technicien-chauffagiste, après dix-neuf ans passés à Alfa-Laval.

ART DÉCORATIF

Infos MCNN Le Système Rabadier. Bruno Solo pour la première fois sur scène dans une comédie burlesque de Feydeau, maitre du genre. “Pour tromper en tout quiétude son épouse jalouse, Ribadier a inventé un système imparable : l’hypnose”. Une succession de scènes drôles et burlesques, du sur-mesure pour Bruno Solo. Deux heures de rires, de gags parfois insensés... Vendredi 20 mars à 20h30 Grande salle de la MCNN Tarifs : 36 € / 38 €.

Liz Van Deuq sur scène à la MCNN le 3 avril. Le projet Liz Van Deuq, né en juin 2006 autour des compositions de Vanessa Dequiedt qui allient textes français et musiques écrites au piano. Des textes pointus et des mélodies à la fois souples et incisives. A (re) découvrir le 3 avril prochain en première partie de CALI. Grande salle de la MCNN à 20h30.

les textiles d’Hélène Invitée des “Jardins de Saint-Pierre”, la créatrice neversoise Hélène Manche expose pour la première fois à Nevers ! Pour fêter leurs trente ans d’installation, “Les Jardins de SaintPierre” - enseigne située rue de la Préfecture - ont souhaité honorer le talent d’une créatrice neversoise, Hélène Manche, en proposant une exposition de ses bijoux et accessoires décoratifs en textile, du 28 février au 8 mars. Agée de 27 ans, Hélène Manche est née à Nevers ; elle est aujourd’hui designer et styliste-photo à Paris où elle collabore aussi avec la presse pour enfants. Avant de monter étudier à l’Ecole Supérieure d’Arts Appliqués, l’artiste fut élève à l’école Fénelon. Elle a également suivi les cours de dessin de Colette Abitbol à l’atelier “Ellipse”. “C’est ma première exposition à Nevers” souligne Hélène, qui ne cache pas son émotion de retrouver sa terre natale. Un retour qu’elle doit au coup de coeur des fleuristes Nathalie et Philippe Rousselet, propriétaires des Jardins, tombés en admiration devant son travail et sous le charme d’un sens créatif prometteur. Hélène qui a déjà participé à plusieurs salons et répondu à de nombreuses commandes, participait en 2008 à la “Biennale Internationale du Design”. Vernissage le 27 février. Exposition ouverte aux horaires du magasin. Entrée libre.

Contact exposition au 03.86.61.08.94. ou 06.63.72.71.06. N e v e r s ,

ç a

m e

b o t t e !

L e

G u i d e - N ° 1 5 7

5


DU

5 AU 14

JUILLET

le petit livre rouge des Zaccros A l’occasion de son 10ème anniversaire, le festival “Les Zaccros d’ma rue” prépare un livre-souvenir, en souscription jusqu’au 15 avril, ainsi qu’une prochaine édition sur fond de rouge(s) : rouge passion, rouge émotion, rouge poisson... “Ce livre est un véritable carnet d’aventures au coeur de dix ans de festival, précise Françoise Ducourtioux, directrice artistique. Dix ans de vie dans les rues de la ville, de spectacles et de rencontres, d’émotions et d’audaces, de coups de coeur et de joies... On y trouvera des photos et des commentaires, mais aussi des témoignages, des impressions...” Cet ouvrage, pour lequel une souscription est ouverte jusqu’au 15 avril (12 euros au lieu de 16 à sa parution), rassemblera environ 150 illustrations en couleurs. La rédaction a été confiée à Thierry Voisin, journaliste à Télérama et France-Info. Ce livre-souvenir, attendu en juin, sera en vente dans toutes les librairies mais aussi sur les lieux du festival. Une édition exceptionnelle, toute de rouge vêtue, et participative, pour fêter “10 ans de passion(s)”... avec notamment un concours de vitrines commerçantes sur ce thème. Au fil du festival : grande parade rouge des artistes et des habitants le 5 juillet ; ballades dans l’agglo du 6 au 9 ; week-end des arts de la rue du 10 au 13 ; parade et feu d’artifice le 14.

Le bulletin de souscription est disponible sur le site des Zaccros :

zaccros.org et dans les librairies. Vous pouvez le recevoir en retour en envoyant un mail à l’association A la rue (zaccrosdmarue@ wanadoo.fr)

ROTARY

Gilda, femme-jazz Concert exceptionnel : Gilda Solve est l’invitée du RotaryClub le 25 mars, accompagnée d’un quartet jazz de choix... Le Rotary-Club de Nevers organise son concert annuel le mercredi 25 mars prochain à 20h45 au Théâtre municipal. Belle soirée de jazz en perspective, avec la venue sur scène de la grande chanteuse américaine Gilda Solve, accompagnée du non moins prestigieux quartet de Patrice Galas... Quartet de haut niveau composé du batteur Sylvain Glevarec, du contrebassiste Jean-Pierre Rebillard, du saxophoniste et clarinettiste Claude Tissendier, autour de Patrice Galas, pianiste et organiste de renom. Gilda Solve, quant à elle, égrenera les inoubliables standards du répertoire de jazz. Cette californienne, venue de San Francisco, possède tout à la fois, une parfaite technique vocale, une incomparable présence scénique et un irrésistible charme. Au programme donc : sensualité, swing et émotion... Au fil de sa carrière, Gilda a troublé tous les publics, en France comme à l’étranger : celui des festivals - de Marciac à Juan-les-Pins - celui des clubs de jazz parisiens et celui des plus grandes salles du monde. Cette soirée à Nevers est organisée au profit des oeuvres du Rotary. 6

N e v e r s ,

ç a

m e

b o t t e !

L e

G u i d e - N ° 1 5 7

Gilda Solve et Patrice Galas.

Entrée : 20 euros. Billetterie au “Paramédical Bernamont” (rue de Rémigny) ou sur place, le soir même. Contact Alain Martinez au 03.86.38.58.96.


22

ÈME

SALON

Après un dernier salon mémorable, par la venue de Bernard Pivot (plus de 2000 visiteurs et 1500 livres vendus), voici une 22ème édition un brin allégée : vingt-cinq auteurs attendus au lieu de quarante, et une ventedédicaces concentrée sur le seul après-midi du dimanche 1er mars. Mais les Dames restent fidèles à elles-mêmes : un salon de qualité !

Madeleine Chapsal

plus proche du livre Président du salon : Jean Favier (photo ci-contre), chartriste et universitaire, directeur général des Archives de France, président de la BNF, membre de l’Institut. Invités d’honneur : Jean-Louis Debré et Annie Duperey. Parmi les auteurs attendus : Janine Boissard ; Marc Bressant ; Jean-Paul et Laurence Caracalla ; Madeleine Chapsal ; Denise Epstein ; Lorraine Fouchet ; Stéphanie Hochet ; Dominique Jamet ; Jean-François Kahn ; Sylvain Larue ; Antonin Malroux ; Henri Quinson ; François Rouvillois ; Mikhail Rudy ; Jean-Pierre Soisson ; Denis Tillinac ; Nina Vidrovitch ; Tina de Vogue ; Emmanuel de Waresquiel ; et Charles Zorgibe. Quatre conférences... Le vendredi 27 février à 15h à la Chambre de Commerce (CCI) : “Les cent jours : de mars à juillet 1815” par Emmanuel de Waresquiel, docteur en histoire, chercheur à l’Ecole pratique des hautes études. Le sujet : alors que le pays est au bord de la guerre civile, occupé comme il ne l’a jamais été (viols, pillages, destructions, habitants fusillés, frais d’occupation, économie ruinée)... Le samedi 28 février au Théâtre municipal : “Les hommes et l’amour” par Madeleine Chapsal et Stéphanie Hochet à 14h30 ; “Le bon roi René d’Anjou” par Jean Favier à 16h ou le destin étonnant du duc d’Anjou (1409-1480), comte de Provence, duc de Lorraine, mais aussi poète et mécène... ; puis débat à partir de 18h entre les journalistes-écrivains Denis Tillinac et Jean-François Kahn autour du thème : “On ne peut plus rien dire ! Les nouvelles censures : la liberté de penser en France estelle une fiction ?”. Chaque conférence sera suivie d’une signature de livre(s). Entrée : 8 euros la conférence / 5 euros en tarif réduit pour les lycéens et les étudiants / forfait 20 euros pour trois conférences et 24 euros pour les quatre. Vente et dédicaces le dimanche 1er mars : de 13h45 à 18h dans les Stéphanie salons du Palais ducal. Hochet N e v e r s ,

ç a

Sylvain Larue et Jean-François Kahn

Contact association “Salon des Dames” (présidente Michèle Eymère) au 03.86.58.11.58. m e

b o t t e !

L e

G u i d e - N ° 1 5 7

7


EVENEMENT

la

poésie

Cette année, la poésie prend l’air en ville... A l'occasion du 11ème Printemps des Poètes, elle s'échappe du livre, se frotte aux arts plastiques et vient à la rencontre des passants ! Autour de l'affiche “revue murale de poésie”, la voici placardée en grand format dans les espaces publicitaires urbains ou déclamée par un auteur en résidence… Expositions, lectures, conférences, débats, ateliers d'initiation à la poésie contemporaine sont au programme de ce projet inédit à Nevers : à découvrir en mars et avril prochains !

s’affiche en ville ! Didier Vergnaud directeur des éditions “Le bleu du ciel”

“L'Affiche”, revue murale de poésie : Conçue comme une revue, cette publication - chaque fois unique - est trimestrielle. Elle est contenue dans une seule page (1,20m x 1,76m) et réunie un texte littéraire et une proposition plastique. Le 1er numéro est paru en octobre 1990 à l'initiative de Didier Vergnaud. Les 49 numéros existants, réalisés par des poètes contemporains et/ou des plasticiens, sont régulièrement exposés dans le mobilier urbain des villes, les bibliothèques, librairies ou centres culturels. La Bibliothèque de la Nièvre conserve la totalité de ces affiches, exposées pour la première fois dans le département.

Jean-Michel Espitallier est un poète inclassable

8

N e v e r s ,

ç a

m e

b o t t e !

L e

“La poésie s’affiche” : Inauguration de la manifestation et vernissage de l'exposition du plasticien Michel Herreria, “L’envers du décor" le vendredi 13 mars à 18h30 à la MCNN. Exposition jusqu’au 2 mai. Lecture de textes inédits avec Jean-Michel Espitallier, à 19h. “Mieux comprendre et apprécier la poésie d’aujourd’hui” : Lecture-conférence par Didier Vergnaud, vendredi 13 mars, de 14h30 à 17h à la Bibliothèque de la Nièvre à VarennesVauzelles). Entrée gratuite. Lecture suivie d'une séance de dédicaces de Jean-Michel Espitallier pour la sortie de son dernier livre : "Syd Barrett, le rock et autres trucs" en collaboration avec la Librairie Le Cyprès. “L’Affiche”, revue murale de poésie” : Exposition dans tout le centre-ville de Nevers (sur 15 supports publicitaires) du 9 mars au 30 avril et à la médiathèque Jean-Jaurès du 9 au 21 mars. “Revue Futura 1965 – 1967” : Exposition des 26 numéros de la revue Futura publiée aux éditions Hansjörg Mayer. Galerie Arko du 20 mars au 16 mai. Vernissage le vendredi 20 mars à 18h30. “Initiation à la G u i d e - N ° 1 5 7

poésie contemporaine” : atelier animé par Jean-Michel Espitallier, ouvert aux adolescents et adultes. Le jeudi 12 mars de 18h30 à 20h à la bibliothèque de Bazoches ; le samedi 14 mars de 10h à 11h30 à la bibliothèque de Decize ; et le samedi 14 mars de 15h30 à-17h à la médiathèque Jean-Jaurès de Nevers (sur réservation au 03.86.68.48.50). L’opération se déroule aussi à : Guérigny, Prémery, Varennes-Vauzelles, Lormes, La Charité, Clamecy, Châtillon-en-Bazois et Fourchambault. Et avec la communauté de communes Entre Nièvre et Forêts (bibliothèques de Champlemy, Giry, Lurcy-le-Bourg et Prémery). Partenaires : éditions “Le bleu du ciel” ; galerie Arko ; Bibliothèque de la Nièvre ; médiathèque Jean-Jaurès : MCNN... Renseignements : Cécile Archambeaud au 03.86.57.93.22 ou 06.08.91.06.98.


NCMB 157