Issuu on Google+

01-JST041 Ok.qxd

21/09/11

19:24

Page 1

du jeudi 22 septembre au mercredi 5 octobre 2011

N°41

A nous la fête !

Jérôme Panconi

La fête de la ville et des associations mettra de l’ambiance dans tout le centre-ville, les samedi 24 et dimanche 25 septembre. Rencontres, repas, concert de l’Orchestre national de Barbès, arts de la rue sont au programme de ce grand week-end de retrouvailles annuelles. > Quatre pages spéciales en cahier central

interview du maire

culture

« Une ville qui bouge »

Lancement de saison

A l’occasion de la rentrée, Jacqueline Rouillon aborde les grands sujets qui concernent les Audoniens : sécurité, stationnement, projet des Docks, intercommunalité…

Forum, expositions, concerts, spectacles, performances. marqueront cette année la saison culturelle sur le thème « Cultures nées de ville ». Un avant-goût prometteur sera offert aux Audoniens les 30 septembre et 1er octobre dans différents lieux de la ville.

> p.2

> p.5 journaldesaintouen.fr

reconquête de l’espace public Les habitants du quartier Hugo/Payret/Zola multiplient les initiatives pour créer un climat de respect dans leur lieu de vie. Retour sur la soirée qu’ils ont organisée le 14 septembre. > p.7


02-03-JST041.qxd

21/09/11

19:25

Jacqueline Rouillon

Page 2

«Saint-Ouen est une Grands chantiers en ville, sécurité, Red Star, stationnement payant, intercommunalité, crise internationale… la maire aborde l’ensemble des dossiers de la rentrée. _Visites de quartier

La maire et les élus ont rencontré les habitants en juin.

« Un moment précieux » «Ces rencontres ont été à nouveau un moment précieux pour dire ce qui est engagé par la Ville, par la police, par tous les acteurs qui interviennent sur les questions de sécurité. Donc de mesurer un peu l’efficacité de ce qui est fait et de tout ce qui reste à faire pour traiter de façon durable et profonde ce qui perturbe aujourd’hui beaucoup la vie des habitants. Ces rencontres sont aussi le moment de se poser et de s’écouter mutuellement sur ce que c’est aujourd’hui de vivre à Saint-Ouen. »

_L’été 2011 à Saint-Ouen

« Pour tous ceux qui ne partaient pas »

Malgré la météo, l’estivale a connu un franc succès.

« On peut dire que l’été a été paisible à SaintOuen. Je me félicite évidemment de la 2e édition de l’estivale avec de belles journées de vacances au bord de l’eau, à la plage pour tous ceux qui ne partaient pas, même si la météo n’a pas toujours été de la partie... Et puis, je pense évidemment à la libération des otages et de notre Audonien Stéphane Taponier. C’était inattendu. Nous étions mobilisés depuis une année et demie. De nombreux Audoniens sont venus faire la fête pour ce moment exceptionnel. C’est un enfant de Saint-Ouen à qui il est arrivé une histoire terrible. On a vécu là un moment fort. »

_La crise internationale

« Les mesures envisagées vont aggraver la situation »

« Tout l’enjeu des prochaines semaines et dans les prochains mois va être de proposer aux habitants que l’on réfléchisse ensemble, à partir de notre identité audonienne, à une intercommunalité qui renforce la richesse de notre territoire. »

« Plus que jamais, l’international nous ramène ici, à Saint-Ouen. Tout cela conduirait à justifier plus d’austérité, qu’il faudrait encore se serrer la ceinture, moins de service public, et de ce point de vue l’été m’a beaucoup inquiétée. Je crains que, s’il n’y a pas de résistance, de riposte et de construction d’autre chose, les mesures envisagées n’aggravent la situation de beaucoup de gens ici. Franchement, à Saint-Ouen, il y a beaucoup de familles qui n’ont pas besoin de cela et qui sont suffisamment dans la difficulté pour qu’on vienne en rajouter dans de nouvelles privations de toutes sortes.» Non à la réforme des retraites.

2

du jeudi 22 septembre au mercredi 5 octobre 2011


02-03-JST041.qxd

21/09/11

19:25

Page 3

ne ville qui bouge» _La sécurité

_Les grands travaux en ville

« Offrir des réponses qui n’existent pas aujourd’hui »

« Le chantier des Docks est lancé »

« Incontestablement, Saint-Ouen est une ville plus surveillée. Où les personnes qui font l’économie parallèle sont plus contrôlées. Depuis quelques semaines, les consommateurs sont aussi plus interpellés. Depuis l’arrivée en juin de la brigade spéciale territoriale (BST), tout le monde la voit au travail. C’est une action essentielle de réassurance pour les habitants à laquelle j’attache une grande importance. Mais il faut encore développer des moyens nouveaux et offrir des réponses qui n’existent pas aujourd’hui. L’école, la formation professionnelle, c’est là-dessus qu’il faut s’engager. Je le dis solennellement, si le monde du travail n’ouvre pas ses portes de façon massive, je crains que nous ne puissions endiguer durablement ce fléau. »

La brigade spéciale territoriale est arrivée en juin.

_Le stationnement payant

« Un stationnement qui règne de façon anarchique »

« Les habitants disent eux-mêmes que Saint-Ouen bouge. On peut voir concrètement les effets de cette politique avec tous ces immeubles qui se transforment, rénovés, embellis. Le quartier Victor-Hugo se termine. C’est aussi la poursuite du développement des services publics avec les équipements sportifs (les pelouses du Red Star et du terrain de rugby, les tennis), l’antenne de propreté à Debain, le square Helbronner, les écoles… Le grand chantier des Docks a été lancé cet été avec beaucoup de démolitions en attendant les nouvelles habitations. »

_L’intercommunalité

« Que l’on réfléchisse ensemble» «Nous avons pris le temps de bien réfléchir au regard de la loi et de nos besoins. De voir quel serait le meilleur territoire compte tenu de la position très singulière que nous avons avec Paris, les Hauts-de-Seine et la Seine-Saint-Denis. Tout l’enjeu des prochaines semaines et dans les prochains mois va être de proposer aux habitants que l’on réfléchisse ensemble, à partir de notre identité audonienne, à une intercommunalité qui renforce la richesse de notre territoire. Avec l’intercommunalité, nous aurons aussi une écoute plus attentive de l’Etat, de la Région, du Département, de la SNCF ou de la RATP… tout en apportant à Plaine commune notre dynamisme et notre ouverture sur la capitale. Saint-Ouen est un territoire très parisien, c’est donc un atout pour Plaine commune. Notre ville est mixte en matière d’emplois, de catégories sociales, d’origines de ceux qui y vivent. Tout cela va donner un nouveau relief à cette intercommunalité et plus de moyens pour poursuivre notre développement. »

Plaine-Commune avec Saint-Ouen.

_Le Red Star FC 93

_Saint-Ouen en fêtes les 24 et 25 septembre

« Il faut fédérer »

« C’est vraiment le vivre ensemble»

«Il faut fédérer des acteurs autour d’une équipe et d’un projet, engager d’autres partenaires publics (Conseil général, Conseil régional, Ville de Paris, Plaine commune…) parce que cela fait un moment que l’on évoque l’idée du deuxième grand club en Ile-de-France. Le projet de développement du Red Star, s’il est toujours axé sur la formation et les valeurs du sport, nous conduit à penser à un nouvel équipement dans un nouvel environnement mieux adapté aux attentes d’aujourd’hui. Les stades offrent plus de capacité mais aussi d’autres fonctions polyvalentes. Nous en visitons...»

Deux jours de réjouissances.

« La fête de la ville et la fête des associations, c’est d’abord le plaisir de retrouver tous les habitants. Quand on évoque le mot association, c’est le mélange, le métissage dans tous les domaines de la vie des gens qui viennent à l’esprit ; ils font que des centaines d’habitants, de jeunes se retrouvent, donnent du temps aux autres pour faire la fête, parler entre eux, monter des projets… Plus que jamais cette année, c’est vraiment le vivre ensemble qui est au cœur de notre projet municipal. Je donne rendez-vous aux habitants pour venir découvrir lors de ces festivités la singularité et la force de notre ville. » Propos recueillis par Christophe Disic Photos : Pascal Raynaud et Jérôme Panconi

Le stationnement devient payant le 3 octobre.

« Je rappelle qu’un Audonien sur deux ne possède pas de véhicule, donc beaucoup de voitures viennent d’ailleurs. Face à un stationnement qui règne de façon anarchique, l’idée est de rendre cette ville aux piétons, à la circulation douce pour une mobilité normale. Il y a trop d’endroits où les parents qui amènent leurs enfants à l’école le matin sont obligés de zigzaguer entre les voitures. Le stationnement est payant dans toutes les villes limitrophes et, du coup, nous supportons une bonne partie de leurs véhicules. Il fallait stopper cela. »

Les démolitions ont commencé dans le parc Abel-Mézières.

Autour de la maire, toutes les grandes collectivités se mobilisent.

Interview vidéo du maire sur www.ville-saintouen.fr

du jeudi 22 septembre au mercredi 5 octobre 2011

3


04-05-JST041 V3.qxd

19:26

Page 4

1er octobre

Helbronner : un nouvel espace de vie

venir…

23 septembre

_ Il était une fois le quartier Zola, balade urbaine avec l’office de tourisme

_ Saint-Ouen en fêtes 25 septembre

_ Concours de fleurissement : remise des prix

27 septembre

_ Grève dans l’Education

C’est une bien belle façon de fêter ses 60 ans ! Créé en 1950, le square Helbronner a été totalement réaménagé, des espèces végétales aux abords extérieurs. Les tilleuls ancestraux font désormais un bout de chemin avec des pins et des sumacs de Virginie. Fougères, genévriers, rosiers et pervenches garnissent les parterres tandis que les capucines grimpent sur les grilles du jardin et forment une clôture végétalisée pour éviter les intrusions. La nouvelle physionomie du parc a été élaborée en étroite concertation avec les riverains. « Nous les avons vus à trois reprises. Chaque réunion nous a permis de réajuster nos propositions en fonction de leurs réflexions », rappelle Morgane Garnier, adjointe à l’environnement et au cadre de vie. Pour répondre aux besoins de tous

nationale

29 septembre

_ Pantagruel, banquet spectacle à Commune image

1er octobre

_ Red Star FC93-Bayonne à Bauer

3 octobre

_ Mise en place du stationnement payant

8 octobre

_ Fête de la science

ceux qui fréquentent le parc, tout a été remis à plat. Les aires de jeux pour enfants ont été réaménagées. Des tables de ping-pong ont été ajoutées, un nouveau revêtement de sol permet la pratique du roller. Pour que le parc garde son identité familiale, le gazon autorise les pique-niques, la pergola les rendez-vous ombragés et les allées pavées la circulation des poussettes. L’éclairage aussi a été revu : priorité aux cheminements piétons et aux économies d’énergie. Ce n’est pas tout. Une entrée supplémentaire a été créée, qui rend le square plus ouvert et plus

Pascal Raynaud

Neuf mois de travaux ont entièrement redessiné le petit poumon vert du centre-ville. Inauguration du square samedi 1er octobre à 16 heures.

24 et 25 septembre

sûr. Car la sécurité, c’était la pierre angulaire de la rénovation. La rue Miston est désormais limitée à 30 km/h ; des îlots et des ralentisseurs ont été placés dans les rues Godefroy et Helbronner. Le montant total de la rénovation se chiffre à 720 000 euros. Le square Marmottan devrait lui aussi connaître une cure de jouvence. Les services municipaux ont déjà lancé les études et la concertation avec les usagers va être engagée. Mise en service prévue en 2012.

Jacqueline Martinez

s

::1er octobre:: ::6 octobre::::::::::::::::::::::::::::

_ Cours de yoga Tous les

Ça swingue à Saint-Ouen!

eniors

vendredis de 15 heures à 16 heures, jusqu’au 16 décembre, l’unité animation des retraités propose un cours de yoga aux retraités audoniens. Premier cours le 30 septembre. Participation: 5 euros la séance. N’oubliez pas d’apporter un petit coussin!

Afin de découvrir la riche tradition musicale de la ville, l’office de tourisme organise, samedi 1er octobre à partir de 13 h 30, un grand jeu de piste autour de la musique. Muni d’un carnet de route rempli d’énigmes, chaque participant sera entraîné dans un parcours à travers ruelles, parcs et marchés. Cette année, l’office de tourisme a soigné la présentation de son jeu avec des carnets de route en forme de guitare, customisés par les enfants des centres de loisirs, qu’il expose dans sa vitrine (30 av. Gabriel-Péri) jusqu’au 28 septembre. Autre innovation majeure, une version Smartphone du carnet, qui permettra d’effectuer le parcours avec son « téléphone intelligent ».

e

n savoir plus

Espace Valérie-Geoffroy, 41 rue Albert-Dhalenne – Tél.: 01 49 45 77 01

e

n savoir plus

Thé dansant à Mains d’œuvres Chaque premier dimanche du mois, de 15 h à 18 h 30, Mains d’œuvres organise un thé dansant. Tarif : 5 euros. Boissons et mets à petits prix.

Berceau de la ville, le Vieux Saint-Ouen est un quartier atypique qui a connu des bombardements, des phases de reconstruction et de rénovation. Pour que les Audoniens puissent s’approprier leur ville et leur quartier, le service des archives poursuit la mise en œuvre de son projet «Quartiers en histoire(s)»*. Jusqu’en avril 2012, il propose des ateliers mensuels visant à apporter un éclairage sur l’évolution du Vieux Saint-Ouen, à recueillir les témoignages oraux des habitants de longue date et à permettre aux plus récents de mieux connaître leur lieu de vie. Ces rencontres animées par Pierre-Jacques Derainne – historien et spécialiste des projets mémoire – débuteront jeudi 6 octobre à 19 heures à la maison de quartier du Landy. Le «Saint-Ouen agricole» ouvrira le bal. Les participants se pencheront ensuite sur le « vieux village et le logement », « les populations», «le renouveau du Vieux Saint-Ouen», «les écoles», «le travail et la vie économique», «les fêtes et les distractions». Des lectures, une exposition et un programme de restitution des ateliers, prévoyant notamment la réalisation d’un livret historique, émailleront l’année. Tous ceux qui souhaitent élaborer collectivement une histoire du quartier sont bienvenus.

Isabelle Terrassier

Nombre de places limité! Inscription obligatoire au 01 40 11 77 36,sur infos@st-ouen-tourisme.com ou sur le stand de l’office de tourisme lors de Saint-Ouen en fêtes.

_ 2 octobre

Raconte-moi le Vieux Saint-Ouen

::9 octobre::::::::::::::::::::

* L’étude historique menée l’an dernier dans le quartier Debain-Michelet a rassemblé 400 participants et s’est conclue par l’édition d’un livret.

e

n savoir plus

Archives municipales – Tél. : 01 71 86 62 68. Maison de quartier du Landy – Tél. : 01 49 45 77 73

Tous à la braderie du Vieux Saint-Ouen De 9 h 30 à 18 heures, dimanche 9 octobre, la foule devrait une nouvelle fois investir le parc Abel-Mézières pour dénicher la perle rare ou s’équiper de toutes sortes d’objets qui font la joie des amateurs de vide-greniers. Pour bénéficier d’un emplacement lors de cette manifestation organisée par les Restos du cœur, le Secours populaire et l'Apeis, inscrivez-vous le 24 septembre sur le stand des Restos du cœur à Saint-Ouen en fêtes. Les inscriptions se poursuivront salle des Marronniers (1 avenue des Marronniers), du lundi 26 au vendredi 30 septembre (sauf le jeudi), de 18 h 30 à 20 h 30. Tarif : 12 euros l’emplacement. Se munir de sa carte d’identité.

e

n savoir plus

Mains d’œuvres, 1 rue CharlesGarnier – Tél.:01 40 11 25 25.

Web :www.mainsdoeuvres.org

4

du jeudi 22 septembre au mercredi 5 octobre 2011

La place d'Armes en 1957.

Archives municipales

à

21/09/11


04-05-JST041 V3.qxd

21/09/11

19:26

Page 5

1er octobre

Saison culturelle : les arts urbains Octobre sonne l’heure de la rentrée culturelle, les arts sortent de leur torpeur estivale ! Le lever de rideau se fera sur le thème des « cultures nées de la ville ��. A l’affiche : performance jazz graphique interactive, concert d’instruments insolites et bien d’autres expériences inédites.

Polymorphes et innovantes, les cultures urbaines repoussent sans cesse les limites de l’imagination. Preuve en sera (à nouveau) faite en deuxième partie de soirée avec le collectif européen Acrylonumérik. Les médias et les arts se conjuguent pour créer le temps d’un spectacle une œuvre unique sur laquelle interagissent une dizaine d’artistes :

La culture, c’est la ville! La culture est empreinte des mutations et des évolutions urbaines. Nous sommes aujourd’hui dans un paysage culturel qui s’affirme de plus en plus : le cluster de la création, les studios Besson… La Ville est dans une dynamique de création culturelle insLutherie urbaine propose un concert de haute voltige avec des instruments «made in déchetterie».

infographistes, graffeurs, musiciens, ingénieurs, plasticiens. Le décor est simple, avec une toile blanche tendue sur la scène face à des ordinateurs équipés de vidéo projecteurs. « Les artistes se répondent, s’écoutent et improvisent – un peu à la manière des jazzmen, explique Nick Torgoff, membre du collectif. Nous suivons tout de même une trame pour garder la cohérence de l’œuvre. Saint-Ouen sera la première ville à accueillir notre nouveau spectacle, Ghetto Blaster. A l’heure des iPod et autres MP3, que reste-t-il des haut-parleurs des ghettos ? »

Géraldine Bouton

e

n savoir plus

Lutherie urbaine (19h30) et Acrylonumérik (21h15) sous le chapiteau du parc Abel-Mézières, samedi 1er octobre. Gratuit. Réservation conseillée au 01 49 45 77 51 ou culture@mairie-saint-ouen.fr

La culture dont vous êtes le héros… Tout au long de l’année, les différentes structures culturelles de la ville proposent une pléiade de stages et autres master-class. D’ici la fin de l’année, trois compagnies en résidence à l’Espace 1789 invitent les Audoniens à s’initier aux arts. Stage de théâtre pour adultes amateurs par le metteur en scène Didier Ruiz, fabrication de théâtres optiques avec la vidéaste Mélusine Thiry, atelier de soundpainting ou de bruitage par les musiciens de la formation Surnatural Orchestra, etc. Place aussi à la culture scientifique. Cette année encore, l’Atlas multiplie les ateliers (photo argentique, cinéma d’animation, robotique, etc.) pour des équations parfaites. La

crite dans le temps. Le lancement de la saison culturelle sera l’occasion de montrer que les prati-

Programme de lancement

ques se mêlent et évoluent. Du

Vendredi 30 septembre

récit d’une saga familiale au

_ Ateliers et rencontres avec les intervenants des structures culturelles de 17 heures à 21 heures au parc Abel-Mézières ; exposition Atroa à l’Espace 1789, par le collectif Akatre (établi à Mains d’œuvres), avec vernissage à 19 heures.

XXe siècle avec Raymonde l’Odonienne à la performance multimédia d’Acrylonumérik. La scène locale sera également mise à l’honneur. Enfin, tout au

Samedi 1er octobre

long de l’année, les Audoniens

_ Raymonde l’Odonienne (théâtre) à la médiathèque Persépolis, à 16 heures (voir page 12). _ Eaux fortes (lecture) à Persépolis, à 17 h 30. _ Nad Baaz et Banga (création d’une fresque murale), sur la grande scène du parc AbelMézières, à 17 h 30. _ Aliens d’Art (concert de jeunes Audoniens qui ont participé à Banlieues Bleues), sous le chapiteau du parc Abel-Mézières, à 18 h 30.

pourront s’emparer et faire vivre cette culture à travers Quartiers en histoire(s), Traversée d’art, l’Odyssée de l’Espace, le conservatoire ou encore l’école des beaux-arts.

prochaine en date, le 15 octobre, mêle science et cuisine. La médiathèque Persépolis reconduit l’expérience des ateliers multimédia. Néophytes et amateurs s’adonneront aux joies de la création 2.0. Première session en novembre. Mains d’œuvres innove. Si les classiques tels que les stages de conception graphique demeurent, des nouveautés seront à découvrir, comme un atelier cabaret ou des cours de théâtre.

Acrylonumérik créera une œuvre unique.

e

n savoir plus

Espace 1789 (01 40 11 65 67) ; Atlas (01 71 86 63 40);Mains d’œuvres (01 40 11 55 56); Persépolis (01 71 86 63 00).

DR

Culture plurielle

HAYAT DHALFA

Adjointe au maire à la culture et à l’animation de la cité

Jérôme Panconi

Haro sur les samples et les tempos usés ! Programmé le 1er octobre au parc Abel-Mézières, Lutherie urbaine fait swinguer les gouttières en PVC, les capsules de bouteille, les roues de vélo, les tambours de machine à laver. L’étonnant combo – quatre musiciens, une chanteuse – propose un concert de haute voltige, Le fil d’Ariane, avec des instruments « made in déchetterie ». «J’étais à la recherche de nouvelles sonorités, explique Jean-Louis Méchali, fondateur de Lutherie urbaine, musicien et compositeur de son état. Je voulais faire de la musique un art à la portée de tous. » Puis vint l’idée. A force de slalomer entre les encombrants qui jonchent parfois les trottoirs de la capitale, Jean-Louis imagine des instruments faits de matériaux de récupération. Ainsi naît – au début des années 2000 – l’association Lutherie urbaine. Depuis, musiciens et luthiers mêlent leurs savoir-faire. Le fil d’Ariane est une invitation au voyage dans un dédale de créations sonores. «Ce spectacle est un parcours entre les musiques que nous avons ramenées de nos différentes résidences à travers le monde. Yémen, Mozambique, Congo, Corse… Chacune de ces expériences nous a permis de nous imprégner de sonorités et de créer des instruments différents », souligne Jean-Louis, compositeur de l’œuvre. Sur scène, les musiciens jonglent entre une trentaine d’instruments créés de toutes pièces. Ici, des descentes de gouttières sur lesquelles le percussionniste frappe à coup de raquettes de ping-pong, là une rencontre improbable entre une meuleuse à béton et un bidon… Le tout pour une explosion de sonorités inattendues.

du jeudi 22 septembre au mercredi 5 octobre 2011

5


06-07-JST041.qxd

21/09/11

19:27

Page 6

Carnet de notes en mains, le jury a arpenté toute la journée les espaces fleuris de Saint-Ouen, le 12 septembre.

Arrêtés anti-expulsions

La justice contre la précarité ? Pascal Raynaud

Associations, élus et citoyens ont pris le chemin du tribunal administratif de Montreuil, le 8 septembre, pour soutenir les 12 maires du département qui avaient signé des arrêtés contre les expulsions locatives.

::fleurissement:::::::::::: Une prime à la biodiversité

Les villes convoquées au tribunal entendent poursuivre leur action contre les expulsions locatives.

C’est la deuxième fois cette année qu’une dizaine d’élus de Seine-Saint-Denis* sont assignés par l’Etat devant le tribunal. Les faits reprochés ? Avoir pris, au lendemain de la trêve hivernale, des arrêtés anti-expulsions. Voilà trois ans que la municipalité audonienne adopte ce type de mesure. « Nous continuerons tant que nos arrêtés ne feront pas jurisprudence, s’obstine Françoise Arnaud, conseillère municipale déléguée à la prévention des expulsions locatives. Et nous songeons même à aller plus loin avec des arrêtés interdisant les coupures d’eau et d’énergie pour les populations les plus fragiles. » Jusqu’ici, chacun des arrêtés pris a été retoqué. Pourtant, durant leur plaidoirie, les avocats des différentes communes ont invoqué la nécessité pour les édiles d’adopter ces textes afin de maintenir l’ordre public, une compétence qui relève des pouvoirs de police du maire. « Est-il déraisonnable de penser qu’une expulsion sans relogement soit une menace à l’ordre public ? » a lancé l’un des avocats à l’attention des magistrats.

« Les hébergements d’urgence sont saturés, a avancé un autre. Les familles se retrouvent à la rue ou dans des logements de fortune. N’est-ce pas là un risque de trouble à l’ordre public, un risque pour l’hygiène et la sécurité des personnes? C’est pour prévenir ces risques que les villes ont pris des arrêtés.» En cause également, la non application de la loi Boutin, qui prévoit normalement une proposition de relogement avant toute expulsion. « Si nous prenons ces arrêtés, ce n’est pas pour défendre les mauvais payeurs mais pour venir en aide à nos voisins, à nos amis, à nos citoyens en difficulté à l’heure où l’Etat se désengage », a plaidé un élu montreuillois. Le jugement a été mis en délibéré. La décision devrait être rendue d’ici la fin septembre.

Géraldine Bouton Photo : Pascal Raynaud

« C'était un petit jardin, qui sentait bon le métropolitain, qui sentait bon le bassin parisien…» Cette chanson de Jacques Dutronc a bourdonné toute la journée dans la tête des membres du jury du concours de fleurissement. Cette année, 124 concurrents se sont alignés sur cette compétition locale soutenue par les bailleurs Semiso et Habitat public Saint-Ouen, l’office de tourisme et l’association des commerçants Acada. Lundi 12 septembre, c’est de fort bonne humeur que les juges ont arpenté les rues de Saint-Ouen pour observer à la loupe les compositions des candidats au premier prix. Sur leur carnet de notes, quatre catégories : fenêtres ; balcons et terrasses ; jardins ; commerces, entreprises et associations. Ambiance sportive aussi. Il fallait lever le cou sur les façades, se hisser sur la pointe des pieds afin de deviner les contours d’un jardin, pousser une porte dérobée pour découvrir une véritable forêt vierge. Le jury a été attentif aux efforts des concurrents pour favoriser la biodiversité. Ils ont recherché les plantes qui attirent les abeilles, les niches pour les oiseaux, les récipients pour récupérer l’eau, l’attention portée à varier les espèces ainsi que les composteurs. Dans les jardins partagés, ils ont observé comment les plantes et les fruits ont été agencés. Les plus aguerris d’entre eux ont même pu détecter l’absence de pesticide. Les prix seront remis dimanche 25 septembre à la salle Barbara à partir de 14 heures. Pour chaque catégorie, un prix spécial biodiversité sera attribué.

Jacqueline Martinez

::journées du patrimoine: Succès « historique »

* Blanc-Mesnil, Bobigny, Bondy, La Courneuve, Montreuil, Sevran, SaintDenis, Saint-Ouen, Stains, Tremblay-en-France, Villetaneuse et Villepinte.

::stationnement payant:::::::::

Pascal Raynaud

Nadia Soltani, la maire Jacqueline Rouillon, Rémi Fargeas et Paul Macédo ont expliqué aux commerçants les raisons du stationnement payant. 6

Près de deux cents commerçants se sont rendus jeudi 15 septembre à la salle Barbara pour la réunion d’information sur la mise en place du stationnement payant. Ils avaient affûté leurs questions. « Beaucoup ne travaillent pas seuls dans leur enseigne, dit une vétérinaire. N’y aura-t-il vraiment qu’un seul abonnement pour toute la clinique ? » Un responsable d’auto-école s’inquiète pour ses six véhicules : « Nous avons déjà un budget location très lourd, faudra-t-il y ajouter un budget pour les amendes ? » En réponse à l’appel au « sens civique » lancé par Rémi Fargeas, adjoint aux transports, un pâtissier souligne qu’il veut bien changer ses habitudes, « devenir écolo » et prendre les transports en commun, « mais à trois heures du matin, il n’y a plus de métro ». Les questions des emplacements pour les handicapés et des espaces motos ont également été posées. Par ailleurs, la situation particulière du quartier des Puces fera l’objet d’une commission de travail, a promis la maire Jacqueline Rouillon. De son côté, Paul Macedo, conseiller municipal délégué au commerce et à l’artisanat, a rappelé: «C’est vous les premiers qui nous avez alertés sur les problèmes de stationnement, les désagréments causés par les voitures ventouses et le manque d’espace pour les livraisons.» Le stationnement payant devrait contribuer à fluidifier le trafic et à libérer des places en surface. A partir du 3 octobre.

du jeudi 22 septembre au mercredi 5 octobre 2011

J. M.

Sébastien Bossi

La Ville à l’écoute des commerçants

Balades, spectacles, rencontres ont émaillé les Journées européennes du patrimoine à Saint-Ouen, les 17 et 18 septembre. Parmi les initiatives proposées : deux excursions – historique et botanique – dans les Docks. Une occasion d’en savoir un peu plus sur le site en plein développement. Peu avares d’anecdotes, les guides du jour ont livré aux nombreux visiteurs (presque) tous les secrets des lieux.

::erratum::::::::::::::::::::: Une coquille s’est glissée dans notre édition de l’été. La rafle du Vel d’hiv s’est déroulée en juillet 1942 et non en 1943, comme écrit par erreur.


06-07-JST041.qxd

21/09/11

19:27

Page 7

Hugo/Payret/Zola

La fête mobilise trois cents habitants Le « barbecue géant » organisé par les habitants le 14 septembre a rassemblé de nombreuses personnes pour reconquérir l’espace public. Un succès, des promesses. Il fallait oser. Elle l’a fait. « On ne vend pas ce soir », a lancé Claudie, ce mercredi 14 septembre dans la coursive de la rue Levasseur. Tréteaux sous le bras, elle a pris symboliquement la place des dealers. D’autres l’ont rejointe : un, puis deux, puis cent… Au final, près de trois cents personnes ont répondu à l’appel de l’amicale des locataires Pasteur-Zola pour un rassemblement contre la violence et le trafic de drogue. Un mouvement que la maire, Jacqueline Rouillon, est venue encourager, accompagnée de son équipe municipale et du député Bruno Leroux. La place est symbolique. La date aussi. Il y a deux ans, deux jeunes gens sont tombés ici sous les balles d’une guerre de gangs. « Nous faisions la fête dans la salle Charlotte-Mananga, se souvient Abdallah Fraygui, président de l’amicale. Tout s’est arrêté après les coups de feu, mais nous, nous avons fait du porte-à-porte pour appeler les voisins à se rassembler dès le

lendemain matin. » Deux ans plus tard, non seulement la mobilisation n’a pas faibli, mais elle a fait tâche d’huile. Zouina a appris à inonder ses amis de SMS, la maison de quartier Pasteur s’est chargée des tracts, le service de la vie associative a mis à disposition la sono, les chaises et les barbecues. Il y avait même des musiciens : ceux du Surnatural Orchestra en résidence à l’Espace 1789, venus jouer gratuitement, dispersés dans la foule bon enfant. Perché sur une tribune improvisée, Abdallah n’a pas besoin de grands discours pour convaincre « de ne plus faire porter l’action sur les seules épaules des locataires ». Il propose la création d’un comité de quartier englobant ceux de la cité et ceux d’en face, les propriétaires. Il a été entendu avant l’heure. Non seulement trois familles de propriétaires sont là avec leurs enfants, mais aussi d’autres Audoniens qui n’ont pas manqué les appels à la radio toute la journée. Danièle, Aimée et Josiane, du Vieux Saint-Ouen, voudraient

Les Audoniens ont envoyé un message fort:ici, c'est chez nous!

que « les hommes s’en mêlent un peu plus ». Et puis, il y a Pierre qui a acheté un appartement, rue Emile-Cordon : « Depuis un an, la situation s’est vraiment dégradée. Je vois des petits de 7 ans aller acheter des sodas pour les guetteurs. Ils sont leurs héros, on ne peut pas l’accepter. » Le barbecue géant est aussi l’occasion de discuter de la suite. « Si on nettoie Arago et que le trafic se déplace à Cordon, on n’a rien réglé du tout, dit Pierre. Il faut que les habitants se mobilisent sur la ville entière. »

Jacqueline Martinez Photo : Sébasien Bossi

1 140 rue du Docteur-Bauer Ravalement. Occupation du domaine public jusqu’au 26 octobre. 2 5 à 21 rue Debain Réaménagement de voirie. Circulation et stationnement perturbés jusqu’au 30 septembre. 3 11 rue Louis-Blanc Ravalement. Occupation du domaine public. Stationnement interdit jusqu’au 16 déc. 4 33 rue Lécuyer Ravalement. Occupation du domaine public. Stationnement interdit jusqu’à la mi-octobre. 5 9 quai de Seine Travaux sur tabliers métalliques SNCF. Occupation du domaine public jusqu’au 30 septembre.

13

Rue Parmentier Intervention sur réseau GRDF. Circulation interdite le 13 octobre toute la journée. 6

5

7 Rue Pierre Intervention sur réseau GRDF. Occupation du domaine public du 28 septembre au 14 octobre.

15

8 7 au 23 rue de Clichy Intervention sur réseau GRDF. Stationnement interdit du 28 septembre au 31 octobre.

Place de la République angle rue Diderot Intervention sur réseau GRDF. Circulation interdite du 28 septembre au 21 octobre. 9

9

7

14

10 Rue Jean Intervention sur réseau GRDF. Circulation et stationnement interdits le 30 septembre toute la journée. 11 8 et 8 bis rue Ferry Intervention sur réseau GRDF. Stationnement interdit du 26 septembre au 14 octobre.

6 3

16

12

10

8

12 3 au 17 impasse Aubert Intervention sur réseau GRDF. Stationnement interdit du 26 septembre au 14 octobre.

11

13 9 au 15 rue des Chantiers Intervention sur voirie. Circulation et stationnement interdits du 26 septembre au 7 octobre. 14 Rues Ampère et Diderot Fête de la ville. Circulation et stationnement interdits du 23 au 25 septembre.

1

2 4

15 4 au 8 quai de Seine Abattage d’arbres. Circulation interdite du 26 septembre au 21 octobre. 16 42 à 46 av. Michelet Travaux. Occupation du domaine public à partir du 1er octobre et jusque mi-décembre

du jeudi 22 septembre au mercredi 5 octobre 2011

7


08-09-JST041.qxd

21/09/11

19:29

Page 8

LES GROUPES DE L’ opposition municipale

LES GROUPES DE LA majorité municipale

Groupe Saint-Ouen en toute liberté

Groupe citoyen, communiste, républicain

« L’École, c’est tous ensemble que nous gagnerons la bataille ».

Des actions qui font sens

Notre École va mal ! Pourquoi sommes nous arrivés à une telle inefficacité et Wahiba Zedouti à une telle inégalité de l’École de la République ? Ce constat alarmant est vrai en France et encore plus à Saint-Ouen, où il conduit à la fuite des écoliers vers le privé et menace la mixité sociale. La bataille pour reconquérir une École qui redonne un sens aux mots Liberté, Égalité et Fraternité, c’est tous ensemble qu’elle se gagnera. Ensemble, car la réussite passe par l’implication des parents dans la vie scolaire de leurs enfants. Ensemble, avec des élus locaux qui répondent « présents » aux conseils d’école et qui ne seraient non plus des messagers municipaux mais des acteurs actifs avec des solutions concrètes et ambitieuses. Ensemble, avec le soutien et la volonté des enseignants, résignés et fatigués, qui ont besoin d’être rassurés car c’est à eux

qu’il revient de transmettre le savoir, de susciter des vocations et de mettre en valeur des talents. C’est ensemble que se gagnera la bataille de l’intelligence pour tous dans une École où sa première mission est de former un homme independant et un citoyen emancipe. L’éducation de la population est le meilleur rempart contre l’appauvrissement de la société. Tous ensemble, car qui comprendrait qu’on puisse prendre le risque de sacrifier l’avenir de nos enfants à des intérêts partisans ? Enfin, comme disait Victor Hugo « Ouvrez une école, vous fermerez une prison ». Bonne rentrée à tous. www.audonien.com Permanence tél pour rdv : 01 49 45 66 08

William Delannoy _ Marina Venturini _ Wahiba Zedouti _ Brigitte Zucchiati

La représentation conflictuelle et inquiétante du monde entretenue par les médias, les inquiétudes susciHayat Dhalfa tées par la situation de crise favorisent les confusions. Le risque est grand de voir se développer, replis, conflits, affrontements de tous ordres entre citoyens se sentant relégués, méprisés ou tout simplement fragilisés. Développer « le vivre ensemble » favoriser la rencontre, l’échange, la solidarité constitue le meilleur anti-dot à ces dangers. La seconde édition de Saint-Ouen l’Estivale qui s’est déroulée du 26 juin au 15 août 2011 a connu un grand succès de participation. De nombreuses familles audoniennes, enfants adolescents ont ainsi vécu des vacances à domicile. Ils ne sont pas venus consommer un produit offert, ils ont vécu ensemble de bons moments, se sont découverts, ont cimenté des liens, fait patrimoine social en quelque sorte ! …

La richesse et la diversité du patrimoine à Saint-Ouen est aussi trop méconnu. Elles ne sont pas seulement constituées de beaux objets ou œuvres d’art témoignages du passé, elles incarnent la vie au sens large, une ambiance… Nous avons à cœur de le faire découvrir à l’occasion des journées européennes du patrimoine. Le patrimoine est création permamente et le thème retenu pour l’ouverture de la saison culturelle « les cultures nées de la ville » se veut exprimer cette construction collective qui s’enracine dans une réalité historique, sociale et économique. Ensemble ces manifestations font sens. Elles construisent les chemins de la découverte, de l’appropriation et de la connaissance ! …

Hayat Dhalfa _ Jacqueline Rouillon _ Paul Planque _ Nicole Amédro _ Nadia Soltani _ François Giunta _ Monique Tesseyre _ Hakim Hallouch _ Françoise Arnaud _ Gnamé Bagayoko _ Roger Guérin _ Sandrine Besse _ Gilbert Haustant _ Ndeye Fatou Kébé _ Emilie Lecroq

Groupe Union centriste-UDF-Modem

Groupe socialiste et citoyen

Au- delà du propre et du sale

Primaires citoyennes à Saint-Ouen : votre choix pour faire gagner la gauche en 2012 !

C’est un constat amère que nous faisons lorsque nous nous promenons dans la ville. Immondices Tiziana Zumbopartout, poubelles de Vital rue cassées, excréments qui sur les trottoirs nous invitent à slalomer, distributeurs de sacs canins vides. Lorsque que l’on fait le tour des aires de jeu pour enfants, bien trop rares à Saint Ouen, on constate vite les dégradations ou simplement le vieillissement des structures qui ne sont pas entretenues. Si on a la chance d’habiter près de la porte de Clignancourt ou de la porte de Montmartre, une chasse au trésor peut d’ailleurs être organisée pour trouver dans les parcs les objets les plus insolites : cannettes de bière, mégots de cigarettes, préservatifs ou perfusions... Mais pourquoi d’un côté du périph’, à Paris, les squares sont-ils propres et invitent au loisir et de l’autre coté,

à Saint Ouen, les squares sont-ils sales et repoussants? Parce que, bien évidemment, l’entretien et la création de parcs où enfants et parents pourraient trouver des moments de détente ne sont pas une préoccupation pour la majorité en place. Quelle excuse trouve-t-on d’ailleurs dans les rangs socialistes de la majorité pour expliquer cette déliquescence : « Une ville vit 7 jours sur 7 », histoire de dire nous, on n’y est pour rien. Qu’on ne s’y trompe pas : si les parents fuient les parcs, la municipalité fuit ses responsabilités et n’a rien d’autre à proposer comme projet de ville que la laideur et la saleté et ce malgré les efforts des employés municipaux qui font de leur mieux dans un contexte si difficile. contact@modem-saintouen.fr www.modem-saintouen.fr Albert Kalaydjian _ Tiziana Zumbo-Vital

Les 9 et 16 octobre prochains le Parti Socialiste et le Parti Radical de Gauche Henri Lelorrain organisent des Primaires Citoyennes pour désigner leur candidat(e) à l’élection présidentielle. Tous les audoniens inscrits sur les listes électorales de la Ville avant le 31 décembre 2010 pourront participer au scrutin à condition de verser 1 euro et de signer une charte d’adhésion aux valeurs de la Gauche. Les bureaux seront ouverts de 9h à 19h. Vous trouverez ci-dessous la liste des cinq bureaux de vote à Saint-Ouen. Ils regroupent chacun plusieurs bureaux de vote traditionnels. - Café Restaurant La Rotonde, 2 Place de la République : si vous votez habituellement dans les bureaux N°1, 2, 3, 4 et 17 - Pizzeria L’Arena, 92 Avenue Michelet : si vous votez habituellement dans les bureaux N°5, 6, 7, 8 et 9

- Café Restaurant La Margarita, 94 Rue des Rosiers : si vous votez habituellement dans les bureaux N°10 et 11 - Café Restaurant La Bonne Table, 13 Rue Emile Zola : si vous votez habituellement dans les bureaux N°12, 13, 14, 15 et 16 - Café Restaurant Le Fer à Cheval, 1 Rue Jean-Jacques Rousseau : si vous votez habituellement dans les bureaux N°18, 19, 20 et 21 Vous pouvez retrouver toutes les informations nécessaires sur le site national des primaires citoyennes : www.lesprimairescitoyennes.fr , ainsi que sur notre blog : www.saint-ouen-socialiste.fr

Sophie Jacquot-Gautun _ Abdelhak Kachouri _ Morgane Garnier _ Yassir Fichtali _ Karim Bouamrane _ Dominique Garcia-Durocher _ Mustapha Krimat _ Henri Lelorrain _ Paul Macedo _ Jean-Claude Le Ny _ Élisabeth Auerbacher _ Elise Boscherel _ Estelle Villard

Association Saint-Ouen ensemble autrement - La gauche indépendante

Groupe Europe Ecologie Les Verts de Saint-Ouen

Une crèche ! Pour quoi faire ?

Trafic automobile et pollution atmosphérique

Chacun sait que chez nous à Saint-Ouen, la priorité absolue, c'est la création d'une maison des associations. Ouf Lias Kemache c'est chose faite! On vient de démolir à l'angle de la rue Jean et du Boulevard Gabriel Péri l'horrible maison de retraite qui défigurait le quartier. Du passé faisons table rase! A sa place bientôt, en 2013, une pure merveille d'architecture intégrée. Symbole d'une municipalité moderne qui s'intéresse de près aux associations, au point de les regrouper dans un même lieu pour mieux les entendre et les comprendre. Des mauvaises langues disent que c’est pour les contrôler! Au point en tous cas de dépenser quelques millions d'euros pour cette noble cause. Et puis il est vrai que des bâtiments anciens, vides, existants (telle l'ancienne bibliothèque qui auraient pu accueillir le projet) ne

8

sont franchement pas assez chics pour cette entreprise indispensable. Pourtant le quartier manque de crèches. Depuis maintenant des décennies les mères et les pères travaillent, surtout dans les milieux modestes, pour faire face à l'augmentation du coup de la vie incessante. C’est encore plus dur pour les parents isolés, qui sont nombreux et fragilisés. L'offre en termes d' «aides maternelles» est trop vite saturée pour permettre un choix véritable et satisfaisant à tous. Ce constat devrait prêcher pour une politique accrue en matière de création de crèches. Pas à SaintOuen où, visiblement, d'autres priorités s'imposent, ou plutôt devrions nous dire que l'on nous impose d'autres priorités. Contact : asoea93400@gmail.com ou les 1ers et 3èmes jeudi salle municipale 41 rue Saint-Denis à partir de 20 heures. Lias Kemache _ Cyrille Plomb

du jeudi 22 septembre au mercredi 5 octobre 2011

Soot Free for the Climate, un collectif d’ONG, vient de publier un classement des politiques publiques de Brigitte Marigault lutte contre la pollution dans lequel Paris est mal classée dans la lutte contre les émissions de particules fines. Bien sûr, Saint-Ouen est concernée, en raison de la proximité et de l'importance du trafic automobile : 80 à 100 000 véhicules la traversent chaque jour. Il est urgent d’agir car la pollution est responsable de l’explosion des pathologies respiratoires comme l’asthme et les cancers du poumon. En mars dernier, la publication des résultats du programme européen Aphecom évaluait à 6 mois la perte moyenne d’espérance de vie des Parisiens suite à leur exposition à la pollution atmosphérique. Europe Ecologie Les Verts préconise une

véritable politique de lutte contre la pollution, mise en œuvre nationalement et localement : Extension des Zones 30. Mise en œuvre rapide des ZAPA (zone d’action prioritaire pour l’air) pour lesquelles la France est très en retard par rapport au reste de l’Europe. Restrictions drastiques de circulation lors des pics de pollution comme l’interdiction de circulation des poids lourds dans la zone dense. Suppression des avantages fiscaux du gasoil. Ces mesures permettront aussi de lutter efficacement contre les nuisances sonores et amélioreront la qualité de l’environnement en ville. Il faudra donc réfléchir à de nouveaux usages, à de nouvelles façon de concevoir et vivre l’espace public. Brigitte Marigault _ Rémi Fargeas


08-09-JST041.qxd

21/09/11

19:29

Page 9

AUTRE SENSIBILITÉ DU conseil municipal

Ensemble pour Saint-Ouen

Des habitants se mobilisent pour leurs quartiers ! Les interventions de la police et de la justice restent indispensables mais ne suffisent plus pour réduire l’intensité Mamadou Keita de l’insécurité et de la violence qui, sans cesse, se développent et entraînent notre ville vers les basfonds. Alors, des Audoniens qui la subissent tous les jours, se mobilisent pour améliorer le cadre et la qualité de leur vie. Ainsi, je salue les mobilisations auxquelles j’ai participé dans les quartiers Arago-Payret-Zola rassemblant plus de 500 personnes à « The Last Sunday » organisé le dimanche 3 juillet 2011 par un collectif d’associations de jeunes Audoniens et plus de 300 personnes à l’appel du 14 septembre de l’Amicale des locataires Pasteur-Robespierre – Zola. Convaincus que la misère économique et sociale est la principale cause de la violence et de la délinquance, même si plus personne n’ose le dire ; nous ne devons

donc pas laisser cette question aux seuls démagogues de la tolérance zéro. Ce fléau est l’affaire de tous, ces expériences associatives et citoyennes permettent d’affirmer que pour établir la tranquillité publique il faut faire vivre des actions de prévention et de citoyenneté à Saint-Ouen.

Syctom

Relevé des rejets de poussières et gaz Les rejets atmosphériques dus à l’incinération des déchets sont mesurés par trimestre et en continu. Voici les résultats de juillet pour ces derniers. Produit

Seuil réglementaire (valeurs journalières) 10 mg/Nm3 10 mg/Nm3 50 mg/Nm3 80 mg/Nm3 50 mg/Nm3 10 mg/Nm3

Poussières Chlorure d'hydrogène Dioxyde de soufre Oxydes d'azote Monoxyde de carbone Carbone organique total

Madame le maire, conseillère générale Jacqueline Rouillon

• Les adjoints Paul Planque, 1er adjoint, finances, urbanisme, administration générale, patrimoine et travaux Abdelhak Kachouri, prévention, sécurité Morgane Garnier, environnement, cadre de vie, propreté Nicole Amédro, ressources humaines, enfance, enseignement Nadia Soltani, affaires économiques, vacances Hayat Dhalfa, culture, animation de la cité Rémi Fargeas, plan de déplacement urbain, transports, circulation, stationnement Yassir Fichtali, action sociale, politique d’insertion, CCAS Karim Bouamrane Sophie Jacquot-Gautun, petite enfance, droits des femmes, handicap François Giunta, logement, cultes

• Les conseillers municipaux délégués Monique Tesseyre, prévention, santé Hakim Hallouch, jeunesse Françoise Arnaud, retraités, prévention des expulsions locatives Gnamé Bagayoko, relations internationales, coopération décentralisée Dominique Garcia-Durocher, tourisme, promotion de la ville Roger Guérin, histoire locale, mémoire, culture de paix Mustapha Krimat, vie associative Henri Lelorrain, politique sportive Paul Macedo, commerce, artisanat, développement économique des Puces Jean-Claude Le Ny, popularisation du projet de ville

1,1 0,9 22,2 47,6 12,7 1,6

0,8 0,7 20,5 48,6 13,9 2,4

Mamadou Keita Europe Ecologie - Les Verts Président autre sensibilité de gauche “Ensemble pour Saint-Ouen”

Les contributions publiées dans ces colonnes n’engagent pas la rédaction du Journal de Saint-Ouen. Elles sont publiées sous la responsabilité de leurs auteurs.

os élus

1,7 0,9 15,7 47,7 10,3 1,6

mg : milligramme ; Nm3 : normaux mètre cube.

sur une surface donnant sur la voie publique, d’une hauteur maximum de 3,5 m. Le propriétaire est tenu de signaler au service propreté qu’il ne souhaite pas faire enlever ses graffitis, mais il devra alors le faire à ses frais.

::secours populaire::::::

v

Moyenne des valeurs journalières Four 1 Four 2 Four 3

Les autres conseillers municipaux de la majorité Brigitte Marigault, Gilbert Haustant, Estelle Villard, Elisabeth Auerbacher, Sandrine Besse, Elise Boscherel, Ndeye Fatou Kébé, Emilie Lecroq

• Les conseillers municipaux de l’opposition Vivre et s’épanouir à Saint-Ouen William Delannoy, Brigitte Bachelier, Albert Kalaydjian, Marina Venturini, Lias Kemache, Tiziana Zumbo-Vital, Cyrille Plomb, Wahiba Zedouti Ensemble pour Saint-Ouen Mamadou Keita

• Permanences Madame le maire, conseillère générale, tous les mercredis matin sur rendez-vous uniquement. Adressez votre demande exclusivement par courrier en mairie. Bruno Le Roux,député,sur rendez-vous un vendredi matin sur deux.Tél.:01 40 63 68 58. Mathieu Hanotin, conseiller général, lundi après-midi à partir de 16 h, sur rendez-vous au 01 43 93 93 30. EELV de Saint-Ouen tous les mardis de 17 h à 19 h en mairie, sur rendez-vous uniquement. Tél. : 06 85 27 16 10. Saint-Ouen Ensemble Autrement Europe Ecologie/Les Verts le 3e jeudi de chaque mois de 20 h à 22 h, salle municipale, 69 rue des Rosiers. Email : asoea93@yahoo.fr Abdelhak Kachouri, adjoint au maire en charge de la prévention/sécurité et vice-président du Conseil régional d’Ile-de-France en charge de la citoyenneté/politique de la ville/sécurité, tous les mercredis de 9 h à 17 h 30 en mairie, sur rendez-vous uniquement.

Recherche bénévoles La section audonienne du Secours populaire recherche des bénévoles libres l’après-midi. Son local, rue des Rosiers, est ouvert tous les mardis de 15 h à 17 h 30.

e

n savoir plus

Service propreté : 01 49 45 68 17 ou 01 49 45 60 41

e

::espoirs de l’économie:

n savoir plus

Secours populaire, 32 rue des Rosiers – Tél.: 01 40 12 26 81 ou 06 08 66 13 51

Trophées 2012

::graffitis :::::::::::::::::::::

Dans le cadre du forum Réussir en SeineSaint-Denis, le 1er décembre, sont organisés les Trophées espoirs de l'économie 2012, qui saluent la réussite de créateurs ou de repreneurs d'entreprise. Les entreprises peuvent s’inscrire au 0820 012 112 (0.12 euro/min) ou sur inscription.creation93@ccip.fr. Date limite de dépôt des dossiers : 30 septembre.

Arrêté d’enlèvement modifié L’équipe municipale chargée de l’enlèvement des graffitis est désormais autorisée à agir sans demande du propriétaire. Le service, gratuit pour le propriétaire, se limite à une intervention

é

tat civil Naissances _ Zahzouh Marwa _ Hurisse Alycia _ Antari Abdellah _ Rameshkumar Mabishan _ Doura Safa _ Jubert Léon _ Sy Djibril _ Dordevic Mila _ Saidi Lyana _ Nsimba Kisolokele Ngolo _ Soilihi Djoumbe Amila _ Kennedy Itembe Ylana-May _ Allagbe Doryne _ Kabembo Duma Océane _ Mohand Kaci Belaïd _ Bekhouche Rayan _ Théard Louna _ Tshiala Lolo Fabio _ Patnelli Aliyana _ Lopato-Kato Sola _ Sakine Youssouf _ Vergiat Louisa _ Ignane Issam _ Vangu Justine Morgan Melody Masisa _ Marigault Mathieu Jacques Maurice _ Tirera Aminata _ Charif Syrine _ Soumahoro Fatim _ Jeannot Eloïsha Leïla _ Abada Rémi Zoubir Daniel _ Genot Marechal Orhan André _ Mouaouya Anis _ Dioum Mouhamed Bachir _ Duvernoy Augustin _ Jardel-Jardin Gauthier Jean Marc Alain _ El Jakouri Rayhana _ Ziane Amira _ Grumeza Elisa _ Rubinski Hannah Salomé _ Derbal Adel Aymen Mariages _ Assia Chouchan et Larbi Hanafi _ Zouina Amzal et Merzouk Hadj Hamou _ Nathalie Da Silva et Thomas Pillet _ Yumiko Matsuzaki et Julien Raffin _ Waraporn Songnonsung et Mehdi Benrabah _ Stephanie James et Pascal Mederic _ Yasmina Rouabah et Sayphi Bouzerna _ Elodie Francheteau et Marc Payen _ Martine Flandin et Patrick Paquier _ Nacila Mohamad et Nisar Jagabar Ali _ Imane Raddadi et Amin At Taghzouti

Décès _ Chicheportiche Vve Sellem Meriem _ Keus Jeanne Michele _ Ville Pascal _

_

_

_

Capron Bernard Louis Robert Benko Eric Haddach El Houssaïne Chagny Pierre

6 rue Diderot 93406 Saint-Ouen Cedex tél. : 01 49 45 67 89 fax : 01 49 45 77 08 courriel : lejournal@mairie-saint-ouen.fr web : ville-saintouen.fr DIRECTRICE DE LA PUBLICATION : Jacqueline Rouillon DIRECTRICE DE LA COMMUNICATION : Monique Valageas RÉDACTEUR EN CHEF : Christophe Disic RÉDACTRICE EN CHEF ADJOINTE : Isabelle Terrassier SECRÉTAIRE DE RÉDACTION : Pierre Desirat RÉDACTION : Géraldine Bouton, Pierre Desirat, Christophe Disic, Jacqueline Martinez, Isabelle Terrassier PHOTOGRAPHES : Pascal Raynaud, Jérôme Panconi A PARTICIPÉ À CE NUMÉRO : Sébastien Bossi DESSINS : Dalaine CONCEPTION ÉDITORIALE ET GRAPHIQUE : Anatome MAQUETTE : DGC 01 48 03 50 30 Bertrand Bourn, Jean-Charles Lardeau IMPRESSION : Public Imprim PUBLICITÉ : Médias et Publicité 01 49 46 29 46 CE NUMÉRO A ÉTÉ IMPRIMÉ SUR PAPIER RECYCLÉ À 25 400 EXEMPLAIRES. Prochain numéro jeudi 6 octobre

du jeudi 22 septembre au mercredi 5 octobre 2011

9


10-11-JST041 V3zn.qxd

21/09/11

19:32

Page 10

La maire Jacqueline Rouillon, accompagnée d’Henri Lelorrain, conseiller municipal délégué à la politique sportive, et Patrice Haddad, président du Red Star FC93, a donné le coup d'envoi de Red Star-Cherbourg.

Claude Bartolone, président du Conseil général «On peut réussir à montrer qu’il y a un club de la capitale et un club de banlieue. Avec “banlieue” écrit en lettres d’or. Cela comptera beaucoup pour le Red Star, pour Saint-Ouen, pour la Seine-Saint-Denis …»

Red Star

JACQUELINE ROUILLON

Maire de Saint-Ouen

Le Red Star aura besoin d’accompagnement financier qui n’est pas du seul ressort de la puissance publique. Je compte accompagner et m’engager pour créer un club d’entreprises. Et pour assurer la réussite et la progression du club, le territoire des Docks pourrait accueillir tous les équipements à la hauteur de ses ambitions.

::ateliers multisports::: Début le 28 septembre Les ateliers multisports proposés par la Ville aux enfants de 6 à 11 ans reprennent fin septembre. Ils permettent aux jeunes de découvrir de nombreuses activités sportives (athlétisme, hand, basket, rugby, course d’orientation, etc.) au cours de l’année. Ils se déroulent le mercredi, de 9h30 à 12 heures pour les 6-8 ans et de 14 heures à 16h30 pour les 9-11 ans.

e

n savoir plus

Renseignements et inscriptions au service des sports, 17 rue Claude-Monet – Tél. : 01 49 45 68 42 ou 68 43

10

Tous ensemble, tous ensemble!

Francis Parny, vice-président du Conseil régional «La région ne soutient pas directement les clubs mais peut soutenir les activités de formation. Pour moi, la banlieue c'est capital. Il y a un regard attentif de chacun sur le Red Star.»

Le 9 septembre, c’était jour de fête à Bauer. La nouvelle pelouse synthétique installée par la Ville était officiellement inaugurée. C’était également l’occasion pour les collectivités de renouer avec le club pour une nouvelle page d’histoire et un nouveau projet. Deux bonnes raisons d’être joyeux : une nouvelle pelouse et une entrée en National.L’ouverture de la saison ce 9 septembre a permis de voir réunis en un seul lieu les joueurs, les supporters – près de 2 000 ce soir-là ! –, les élus et les entreprises.Tous comme un seul homme derrière le Red Star et la maire,Jacqueline Rouillon, qui donne symboliquement le coup d’envoi de la rencontre. A l’occasion de la réception de Cherbourg,pour le compte de la 6e journée de National,de nombreux élus locaux sont donc venus saluer l’accession du Red Star en « troisième division ». Toutes les collectivités territoriales de la région parisienne sont représentées. La municipalité audonienne, évidemment, avec la maire Jacqueline Rouillon et de nombreux élus*. Le Conseil général est représenté par Claude Bartolone, son président ; le Conseil régional, par son vice-président chargé des loisirs et des sports, Francis Parny. Le président de Plaine commune,Patrick Braouezec,a également fait le déplacement en compagnie d’Azzedine Taïbi, vice-président. Tous délivrent le même message.Le soutien à un «club formateur» (Francis Parny), qui vise à « éduquer, former, accompagner les jeunes dans leur développement ;le 93 est une pépinière de talents », affirme Patrice Haddad. Le Red Star est « enraciné dans sa

du jeudi 22 septembre au mercredi 5 octobre 2011

ville et son territoire, porteur de ses valeurs : la Patrick Braouezec, solidarité, l’épanouissement personnel, le plai- président de Plaine commune sir collectif », développe Jacqueline Rouillon. «Nous avons besoin d'un Citant le partenariat établi avec le collège deuxième grand club populaire… Michelet, elle souhaite que « le parcours spor- Si l’on peut faire reposer l’équilibre tif [du club] épouse le parcours de vie » des jeufinancier du club sur les forces nes Audoniens. Après avoir souligné « le gros vives de notre pays et le soutien investissement de la Ville (près d’un million d’eu- de nos entreprises,nous n’aurons ros)» pour la pelouse synthétique et salué «l’efpas perdu notre temps car nous fort des services techniques»,elle se «réjouit de aurons réussi à construire un voir des entreprises présentes ce soir, prêtes à véritable club métropolitain.» s’engager aux côtés du Red Star ». Il faut désormais réussir un « partenariat entre les collectivités publiques et les entreprises afin de viser plus haut », analyse-t-elle.

Pierre Desirat Photos : Pascal Raynaud * Nicole Amédro, Françoise Arnaud, Karim Bouamrane, Hayat Dhalfa, Dominique Garcia Durocher, Morgane Garnier, Roger Guérin, Gilbert Haustant, Sophie Jacquot-Gautun, Abdelhak Kachouri, Lias Kemache, Henri Lelorrain, JeanClaude Le Ny, Paul Planque.

e

n savoir plus

_ www.redstarfc93.fr - www.allezredstar.com/ http://collectifredstar.over-blog.com/ _ Retrouvez l’intégralité des discours sur www.ville-saintouen.fr

Patrice Haddad, président du Red Sar FC 93 «Redonner au Red Star sa place dans le football francilien et bâtir un projet autour de la formation,de la jeunesse...Relever ces défis est un signe fort de la réussite de notre projet.»


10-11-JST041 V3zn.qxd

21/09/11

19:32

Page 11


12-JST041.qxd

21/09/11

19:34

Page 12

Béatrice Jongy

« Ma grand-mère, ce héros » « Y’a deux Saint-Ouen, disait Raymonde. Y’a Saint-Ouen et puis y’a l’Vieux Saint-Ouen. Alors moi, je suis née dans l’Vieux Saint-Ouen. »

Comme un « je » de miroir, Béatrice Jongy, 38 ans, raconte sur scène Raymonde, sa grand-mère audonienne. Une héroïne ordinaire dont le cours de la vie se confond avec celui de l’Histoire. Le Saint-Ouen ouvrier, la guerre, le communisme… « Qui c’est qu’ça va intéresser ma vie ? » Raymonde, la gouaille en bandoulière, est une vieille dame « née en 15 » recroquevillée sur ses souvenirs, mais portée par la fraîcheur de Béatrice. A 18 ans, sa pétillante petite-fille a une furieuse envie d’en savoir plus sur cette grand-mère. « Je la connaissais à peine. Des histoires de famille nous avaient éloignées. » A peine sortie de l’adolescence, la jeune fille fait fi des mises en garde parentales et voit Raymonde… en cachette. « J’allais frapper à la fenêtre de sa cuisine tous les jeudis après-midi, se souvient-elle, non sans malice. Je n’avais pas cours ce jour-là et son petit appartement ouvrier n’était qu’à quelques encablures de mon lycée. » Les soixante dernières années de sa vie, Raymonde avait quitté Saint-Ouen

12

pour d’autres horizons : les 17e et 18e arrondissements ! « “Salut Raymonde l’Audonienne !” lui lançai-je à chacune de mes arrivées. C’était devenu un rituel. » Le temps du silence et de l’absence a vite laissé place à une complicité hors norme. « Il arrivait que nous parlions cinq à six heures d’affilée. De sa vie et de la mienne aussi. » Très vite, germe l’idée de garder une trace de l’histoire de Raymonde. La dame est une enfant du Vieux Saint-Ouen. Celui d’avant-guerre. Celui où les enfants jouaient dans la rue pendant « qu’le daron » causait avec le voisinage. « Au fil du récit de sa vie, je suis devenue comme nostalgique de cette époque que j’ai appris à connaître à travers elle… et mon père, raconte la comédienne. Je me suis mise à regarder

du jeudi 22 septembre au mercredi 5 octobre 2011

le cinéma des années 1950. Ma grand-mère aurait pu faire partie des Enfants du paradis de Carné. Il y avait de l’Arletty en elle ! » Avec un sens de la nuance évident, Raymonde aimait préciser qu’« y’a deux Saint-Ouen. Y’a Saint-Ouen et puis y’a l’Vieux Saint-Ouen. Alors moi, je suis née dans l’Vieux SaintOuen ». Une phrase qui ouvre les nombreuses heures d’enregistrement consignées dans le petit dictaphone et la mémoire de Béatrice. La grand-mère y raconte son certif’ à l’école Emile-Zola, les heures passées derrière la caisse enregistreuse chez Félix Potin, le mariage forcé à l’âge de 18 ans avec « un maçon, un bon parti de 26 ans qu’avait déjà jeté sa gourme et qui voulait s’établir pour avoir 12 enfants », puis l’Occupation, la Résistance, etc. « Je ne comprenais pas son fatalisme. Raymonde a subi une partie de sa vie. Ses envies étaient tout autres : elle voulait enseigner, épouser le petit voisin du troisième… “C’était comme ça à mon époque”, me répétait-elle. Il y avait comme une résonance. Elle me racontait tout ça au moment où je commençais ma vie de femme. » Béatrice est alors une jeune fille bien dans son époque. Elle sort, chante dans les bars, voyage, poursuit ses études littéraires – bac + 5, 6… –, pilote une moto, prend des cours de chant et de théâtre. Deux générations s’observent. Et ça les amuse. Parfois, depuis le salon de Raymonde, craquait un vieux 78-tours. Berthe Silva, Lucienne Delyle, Mouloudji, Ferré… « Je lui mettais de la musique. Des chansons que mon père fredonne aussi depuis toujours. » Des « airs de famille » qui ponctuent aujourd’hui le spectacle de Béatrice comme ils ont accompagné la vie de son aïeule. Sur scène, elle incarne tour à tour Raymonde, ses maris – elle en a eu deux –, ses parents ; elle est aussi Mademoiselle Penut, son propre rôle. « A l’origine, je voulais faire de mes échanges avec ma grandmère un livre. J’écris depuis que je suis enfant. Mais je tenais à garder cette voix, ses intonations à la Prévert, cette poésie du Paris populaire. » Puis un jour, Béatrice, devenue universitaire, organise, dans le cadre de ses recherches, une rencontre autour des relations intergénérationnelles. « Je me suis lancée. Il manquait un spectacle. J’ai rassemblé mes notes, ma mémoire et mes enregistrements et j’ai écrit la pièce en quelques semaines. » Il suffira d’une représentation pour convaincre la jeune femme de ne pas en rester là. « Les gens se sont reconnus ou y ont vu un parent », se souvient Béatrice, émue. La dame « née en 15 » n’est plus mais laisse derrière elle un héritage encore bien vivace. La preuve avec ce spectacle qui tourne depuis quelque temps déjà sur la scène parisienne. Sûr qu’elle s’rait fière, Raymonde…

e

Géraldine Bouton Photo : Sébastien Bossi

n savoir plus

_ Raymonde l’Odonienne,Vie super-héroïque par la compagnie Laura Ley,le 1er octobre à 16 heures à l’auditorium de la médiathèque Persépolis.Gratuit.http://lauraley.blog.free.fr


JST041 BD