Issuu on Google+

DNP “Il n’y a pas de problèmes; il n’y a que des solutions” – André GIDE

DAUPHINE NEWSPAPER UNIVERSITE PARIS DAUPHINE Winter Edition – n°1

2010 Romain REGNIER

Amélie PERARD

Axel DE NOVION


DAUPHINE NEWSPAPER Winter Edition – n°1

 

Romain  REGNIER               Ces   trois   géants   se   lancent   dans   un   conflit   épique   avec    

Google vs. Apple vs. Microsoft

Politique  

.03

Economie  

.08

High  Tech  

.09

des  milliards  de  dollars  et  des  industries  entières  en  jeu.     Il  est  difficile  de  saisir  la  complexité  de  cet  affrontement,  tant  son   ampleur   est   à   couper   le   souffle,   et   tant   les   tenants   et   aboutissants  sont  nombreux.     Les   conséquences   de   ce   conflit   de   concurrence   qui   dure   depuis   des   années   modifieront   durablement   le   paysage   technologique   du  monde.  Cependant,  ceci  n’est  pas  uniquement  lié  à  la  taille  de   Microsoft  ou  d’Apple,  qui  sont  des  entreprises  pionnières  et  des   titans    du  secteur.  En  effet,  ce  qui  est  le  plus  choquant  et  ce  qui   provoque  le  plus  de  vague  aujourd’hui  n’est  autre  que  la  vitesse   de  croissance  du  troisième  belligérant,  Google.  En  à  peine  10  ans   cette   entreprise   est   devenue   la   plus   importante   sur   la   toile,   tissant   des   fils   sur   tout   ce   que   l’Internet   touche   à   une   vitesse   ahurissante,   à   la   manière   d’un   virus.   D’un   simple   moteur   de   recherche,   elle   s’est   étendue   aux   livres   numériques,   vidéos,   téléphones   portables,   systèmes   d’exploitation,   et   bientôt   à   nos   téléviseurs.     Suite  p.09  


1 2

Politique

Axel  DE  NOVION  

Le boycott, la solution au conflit israelopalestinien? Le   17   novembre   dernier,   Le   Monde   a   publié   un   article   sous   forme   de   point   de   vue   au   sujet   du   boycott  d’Israël  par  le  mouvement  “BDS”.         Le   BDS   est   un   mouvement   international   non-­‐ violent   et   populaire   qui   se   développe   aux   quatre   coins   du   monde,   et   ce   depuis   plusieurs   années.   Syndicats,   ONG,   associations,   Eglises,   universités,   municipalités,   personnalités   de   renommée   mondiale   et   simples   citoyens   se   retrouvent   pour   défendre   un   même   objectif:   “l’application   du   droit”.     L’article   du   Monde   fait,   en   effet,   état   d’un   manquement   clair   depuis   plusieurs   décennies   de   la   part   d’Israêl   au   sujet   du   respect   des   règles   les   plus   élémentaires   du   droit   international.   Ce   sont   ainsi   plus   de   30   résolutions   du   Conseil   de   sécurité   de   l’ONU   qu’Israël   a   refusé   ou   refuse   encore   de   respecter.    

L’article   pose   la   question   d’impunité.   “Que   font   nos   gouvernements   ?   Que   font   nos   représentants   de   la   communauté   des   nations   ?   Exercent-­‐ils   des   pressions   sur   Israël   ?   Non.”   C’est   alors   fort   de   ce   constat   que   la   société   civile   palestinienne   a   invité   la   société  civile  internationale  à  se  charger  elle-­‐ même   de   faire   pression   sur   Israêl   et   sur   nos   gouvernements,  “pour  que  l’impunité  cesse”.     Les  animateurs  de  la  campagne  BDS  ont  donc   jugé   nécessaire   d’avoir   recours   à   l’arme   du   boycott   international,   prétextant   que   leur   combat   n’est   pas   fondé   sur   le   rejet   d’un   peuple   mais   qu’il   s’agit,   en   réalité,   d’exercer   une   réelle   pression   sur   l’Etat   d’Israël,   en   développant   un   boycott   économique,   diplomatique,   et   un   boycott   des   institutions   académiques,   sportives   et   culturelles   israéliennes.     Le   Monde   note   déjà   l’action   de   personnalités  

3  


4 3

Politique Le  boycott,  la  solution  au  conflit  israelo-­‐palestinien  (suite)  

mondialement  reconnues  comme  Michel  Platini  et   Desmond   Tutu,   ainsi   que   la   création   du   mouvement   de   Boycott   From   Within   qui   vont   dans  le  sens  du  boycott  initié  par  BDS.     L’article  conclu  enfin  sur  l’exemple  sud-­‐africain  et   la   campagne   victorieuse   de   boycott   contre   le   régime   d’apartheid,   en   invoquant   une   possible   application  au  conflit  israélo  palestinien.       Il   nous   est   alors   apparu   indispensable   de   revenir   sur  ce  point  de  vue  pour  le  moins  radical  dans  un   conflit  aussi  sensible.  Notons,  par  ailleurs,  que  ce   mouvement   est   supporté   par   des   personnalités   politiques  françaises  du  PS,  du  NPA,  de  la  Gauche   initaire  européenne  ou  encore  des  Verts.     Nous   pourrions   commencer   par   un   exemple,   une   histoire,  pourquoi  pas?    L’histoire  d’un  film  diffusé   sur   une   chaîne   de   télévision   publique   israélienne   et   inspirée   de   faits   réels.   C’est   l’histoire   du   petit   Ahmed  Al-­‐Khatib,  un  garçon    du  camp  de  réfugiés   de   Jénine,   en   Cisjordanie.   Il   n’avait   que   12   ans   quand   il   a   été   touché   par   les   balles   des   soldats   israéliens.   Il   a   été   transporté   dans   un   hôpital   israélien,   mais   les   médecins   n’ont   pas   réussi   à   le   sauver.  On  a  contacté  son  père  pour  lui  dire  qu’il   avait  perdu  son  fils  et  lui  demander  s’il  autorisait   le  don  d’organes  au  profit  d’un  enfant  israélien.  Le   père,   en   deuil,   a   téléphoné   à   ses   proches,   aux   hommes  de  religion  du  camp  et  à  des  membres  de   mouvements   de   la   résistance   palestinienne.   Tous   lui  ont  conseillé  de  faire  en  sorte  que  d’autres  vies   puissent   être   sauvées.   «  Mais   les   organes   risquent   d’être  implantés  dans  les  corps  d’enfants  juifs  »,  a   objecté  Ismaël  Al-­‐Khatib,  désemparé,  au  chef  des   Brigades  des  martyrs  d’Al-­‐Aqsa  (branche  armée  du   Fatah)   du   camp.   Celui-­‐ci   lui   a   alors   rétorqué:   “Ce   n’est   pas   un   don   à   un   Juif,   mais   à   un   être   humain.”.  Le  père  fit  alors  le  don.     C’était   l’une   des   rares   fois   que   le   public   israélien   avait   l’occasion   de   comprendre   que   les   Palestiniens   vivant   de   l’autre   côté   du   mur   de   séparation  n’étaient  pas  des  ennemis  sauvages  et   impitoyables   –   comme   veulent   le   faire   croire   la   plupart   des   chaînes   de   télévision   israéliennes   –   mais  des  êtres  qui  aiment  leurs  enfants  et  aspirent    

à  une  humanité  sans  frontières.     C’était   aussi   l’occasion   de   montrer   le   contraste   entre   ce   père,   qui   a   pris   une   décision   aussi   difficile   que   de   permettre   le   don   d’organes   à   l’Etat   et   au   peuple   qui   venaient  de  tuer  son  fils,  et  la  barbarie  d’une   occupation   où   l’on   tue   un   enfant   qui   jouait   avec   un   fusil   en   plastique   en   compagnie   de   ses  camarades.       Certes,   ce   film   n’a   pas   mis   un   terme   à   l’occupation   israélienne   ni   abouti   à   la   création   d’un   Etat   palestinien   souverain,   mais  il  a  réussi,  pendant  deux  heures,  à  faire   douter   les   Israéliens   et   à   toucher   leur   conscience.         Pour   ce   qui   est   des   Palestiniens,   beaucoup   considèrent   ce   film   comme   une   forme   inacceptable   de   “normalisation”.   Nombreux   sont   ceux   dans   le   monde   arabe   qui   considèrent   que   toute   forme   de   rapports   –   culturels,  sportifs,  politiques,  universitaires  –   avec   n’importe   quelle   instance   israélienne   est  à   bannir.  Force  est   de   constater  que  leur   approche   ne   contribue   pas   à   faire   avancer   la   cause  palestinienne.       Pour   donner   un   autre   exemple   avant   d’arriver   à   notre   démonstration   critique   envers   le   boycott,   citons   les   chercheurs   arabes   spécialistes   du   conflit   israélo-­‐arabe.   Ces   derniers   donnent   des   conférences   partout   dans   le   monde,   à   l’exception   d’Israël.     Ainsi,   les   Palestiniens   de   1948   (qui   sont   restés  après  la  création  d’Israël  et  qui  ont  la   nationalité   israélienne)   se   retrouvent   seuls   à   devoir   combattre   le   discours   politique   israélien,   et   les   lecteurs   israéliens   restent   prisonniers  des  sources  sionistes.       Contrairement   à   l’idée   reçue,   le   rejet   des   échanges   n’a   pas   contraint   Israël   à   changer   de   politique   et   il   apparaît   nécessaire  

4  


6 5

Politique Le  boycott,  la  solution  au  conflit  israelo-­‐palestinien  (suite)    

d’aborder  trois  points  dans  ce  débat.       Premièrement,   le   regard   que   porte   Israël   sur   ses   relations   avec   le   monde   arabe.   Israël   apparaît   comme   indifférent   face   au   boycott   arabe.   Dès   la   création  de  leur  Etat,  ils  ont  trouvé  d’autres  alliés   dans  la  région  et  ont  établi  des  relations  avec  les   Etats-­‐Unis,  la  diaspora  juive  et  les  pays  européens   qui   leur   permettent   de   ne   pas   avoir   besoin   d’en   entretenir  avec  les  Arabes.     Le   boycott   d’Israël   sous   le   signe   du   nationalisme   arabe  ne  contribue  pas  à  changer  cette  politique.   Les  seuls  qui  en  souffrent  étant  les  intellectuels  et   activistes   israéliens   de   gauche   qui   voudraient   militer   conjointement   avec   les   Arabes   contre   l’occupation.       Deuxièmement,   l’échec   des   tentatives   d’imposer   une   politique   par   des   sanctions.   L’on   peut   alors   citer   de   nombreux   exemples   à   travers   le   monde   qui   ont   prouvé   l’inefficacité   des   boycotts   et   des   sanctions.   Est-­‐ce   qu’on   a   réussi,   après   quatre   mouvements   de   sanctions   contre   l’Iran,   à   le   contraindre   à   se   plier   aux   demandes   de   la   communauté  internationale  concernant  le  dossier   nucléaire?  Cela  n’a-­‐t-­‐il  pas  contribué  au  contraire   à   pousser   son   gouvernement   à   se   montrer   inflexible   aux   yeux   de   sa   population?   Le   blocus   décrété  par  Israël  autour  de  la  bande  de  Gaza  a-­‐t-­‐ il   brisé   le   Hamas?   Cela   n’a-­‐t-­‐il   pas   contribué   au   contraire  à  renforcer  le  Hamas  et  à  consolider  son   pouvoir?   Et   le   régime   irakien,   avait-­‐il   été   affaibli   par   les   sanctions   internationales?   Celles-­‐ci   n’avaient-­‐elles  pas  simplement  affamé  et  privé  de   médicaments   et   d’accès   aux   soins   les   Irakiens,   tandis   que   les   membres   du   régime   se   procuraient   tout   ce   qu’ils   voulaient?   En   réalité,   les   sanctions   contribuent   seulement   à   consolider   la   mainmise   des  régimes  sur  leur  population,  exténuée  à  cause   de   ces   sanctions   mêmes   et   amenées   à   se   resserrer  autour  de  ses  dirigeants.       Troisième  et  dernier  point,  l’article  du  Monde  fait   un   parallèle   entre   l’exemple   sud-­‐africain   et   le   conflit   israélo   arabe.   Le   Monde   oublie   toutes   les   différences   qui   distinguent   ce   pays   d’Israël.    

Prétoria  n’avait  pas  d’allié  puissant  tel  que  les   Etats-­‐Unis,   et   les   Blancs   d’Afrique   du   Sud   n’étaient   pas �� soutenus   par   un   groupe   de   pression   tel   que   l’AIPAC   (lobby   pro-­‐israélien   très  influent  sur  la  politique  américaine).  Face   à   Israël,   les   Européens   ne   cessent   d’hésiter   avant   d’envisager   des   sanctions   aussi   sérieuses  que  celles  qu’ils  avaient  imposées  à   l’Afrique  du  Sud.     Par   ailleurs,   ce   ne   sont   pas   les   sanctions   qui   ont  été  l’élément  déterminant  pour  l’abolition   de   l’apartheid   en   Afrique   du   Sud   puisqu’elles   n’ont   coûté   au   pays   que   1%   de   son   PIB   et   que   l’embargo  sur  les  ventes  d’armes  ont  été  une   aubaine   pour   l’industrie   sud-­‐africaine.   L’élément   déterminant   a   été   la   lutte   intérieure   des   Noirs   –   avec   des   Blancs   –   ainsi   que   la   vision   politique   de   Nelson   Mandela   fondée  sur  la  création  d’un  Etat  démocratique   pour  les  Noirs  et  les  Blancs.     Seulement   voilà,   en   Palestine,   Il   n’y   a   pour   l’instant  pas  de  Mandela.     Par   ailleurs,   la   vision   politique   qui   a   uni   les   Noirs   et   les   Blancs   en   Afrique   du   Sud   n’a   jusqu’à   présent   pas   sont   équivalent   au   Moyen-­‐Orient.       L’appel   au   boycott   est   donc   dénué   de   toute   vision   politique   et   incapable   d’infléchir   la   politique   israélienne.   Ses   adeptes   ne   se   rendent   pas   compte   qu’ils   vont   dans   le   sens   de  l’extrême  droite  israélienne,  affaiblissant  le   camp   de   la   paix,   déjà   fort   réduit,   qui   reste   convaincu   qu’il   existe   un   partenaire   arabe   pour   la   paix   qui   déteste   l’occupation   sans   détester  les  juifs.       L’idée   qu’il   faudrait   interdire   tout   contact   est   absurde.   Il   faudrait   plutôt   établir   des   normes   et   critères   pour   la   normalisation.   Toute   rencontre  avec  un  israélien  ne  relève  pas  de  la   trahison,   surtout   si   elle   a   pour   but   de   montrer   à   la   majorité   des   Israéliens   l’injustice   de   l’occupation.   Aux   conflits   intergroupes   tel   que   celui-­‐ci,   seul   un   dialogue   libre   et   quotidien   entre   les   peuples   dits   “ennemis”   apparaît   comme  solution  pour  la  paix.    

5  


1

Politique

Amélie  PERARD  

Lefevre a du renoncer à ses parts dans sa société de conseil en raison de conflit d’intérêt

Monsieur Hirsch monte au front au travers de son livre : pour en finir avec les conflits d’intérêts

Depuis   le   remaniement   du   gouvernement   annoncé   le   dimanche   14   novembre   2010,   une   question   planait.   Nommé   au   gouvernement,   qu'allait   faire   Frédéric   Lefebvre   des   parts   de   sa   société  de  conseil?  Le  secrétaire  d'Etat,  à  qui  il  a   déjà   été   fait   le   reproche   de   potentiels   conflits   d'intérêts   a   annoncé   qu'il   lançait   la   procédure   adéquate  pour  ne  plus  détenir  de  parts  dans  des   sociétés:   l'une   spécialisée   dans   le   conseil   aux   entreprises   et   le   lobbying,   l'autre   dans   la   production   audiovisuelle.   Frédéric   Lefebvre   annonce  renoncer  aussi  à  sa  charge  d'avocat.      

Martin   Hirsch   s’explique   au   travers   de   son   livre  :   comment   éviter   la   confusion   entre   intérêts  général  et  privé?     En   pleine   affaire   Woerth-­‐Bettencourt,   l'ex-­‐ membre  de  l'équipe  Fillon  désormais  à  la  tête   de   l'Agence   du   service   civique   signe   un   livre   de   réflexion   qui   tombe   à   pic.   Pourquoi   ce   livre  ?     L'année   2010   a   été   marquée   par   une   série   d'événements  sans  lien  apparent  -­‐  la  tempête  

6  


2

Politique Pour  en  finir  avec  les  conflits  d’intérêts  (suite)  

Xynthia,   la   grippe   A,   les   affaires   Proglio   puis   Woerth-­‐Bettencourt.   Pourtant   toutes   ont   un   point  commun,  le  conflit  d'intérêts.     Après  Xynthia  -­‐  50  morts  dans  la  nuit  du  27  au  28   février,   l'on   a   appris   qu'une   élue   locale   délivrait   des   permis   de   construire   à   son   fils   promoteur   immobilier,  lui  permettant  de  lotir  sur  des  terrains   en   zone   inondable.   Le   cumul   de   la   présidence   d'EDF  avec  celle  de  Veolia  par  Henri  Proglio  a  fait   l'objet   de   deux   mois   de   débats.   La   célérité   avec   laquelle  des  experts  de  l'OMS  ont  recommandé  la   vaccination  contre  la  grippe  A  a  créé  le  doute  sur   les   liens   qu'ils   pouvaient   entretenir   avec   les   laboratoires  fabriquant  ces  produits.  Enfin,  depuis   le   mois   de   juin,   le   terme   de   conflit   d'intérêts   est   utilisé   matin,   midi   et   soir   dans   les   articles   sur   l'affaire   Woerth-­‐   Bettencourt   sans   que   personne   n'explique   vraiment   ce   que   c'est,   ni   surtout   comment  les  prévenir.  Or  j'ai  été  confronté  à  ces   problèmes   à   plusieurs   reprises   dans   mon   parcours,   en   particulier   à   mes   débuts,   dans   la   santé   publique,   une   période   marquée   par   de   grands   drames,   le   sang   contaminé,   l'hormone   de   croissance,   l'amiante,   tous   amplifiés   par   de   terribles   conflits   d'intérêts.   C'est   le   Dr   Garretta,   censé  être  garant  de  la  gratuité  du  don  et  qui  crée   des   sociétés   lucratives.   C'est   aussi   ce   système   de   transfusion   sanguine   qui   peine   à   concilier   le   respect  des  normes  sanitaires  et  les  impératifs  de   gestion.  Mon  premier  travail  a  été  d'élaborer  la  loi   réformant   la   transfusion   sanguine,   en   1992.   J'ai   fait  partie  de  ceux  qui  ont  construit  le  mécanisme   de   prévention   des   conflits   d'intérêts   dans   le   domaine   sanitaire   afin   d'éviter   qu'un   expert   consulté   pour   la   mise   sur   le   marché   d'un   médicament   soit   en   même   temps   payé   par   le   laboratoire  qui  le  fabrique  !         La   lutte   contre   les   conflits   d'intérêts   est   un   préalable   pour   que   les   citoyens   aient   confiance   dans   la   politique   et   la   vie   publique.   C'est   pour   cela  que  j'ai  ressenti  le  besoin  impérieux  d'écrire   ce  livre.        

La Belgique en mal d’identité nationale : un conflit d’identité Le   Royaume   de   Belgique   est   aujourd’hui   gangrené   de   l’intérieur   par   des   idées   séparatistes,  un  manque  d’espoir  et  une  identité   oubliée   voire   dévalorisée.   L’identité   du   belge   à   l’étranger   ne   s’éloigne   pas   fort   du   cliché   «  bouffeur   de   frites,   amateur   de   bières   à   l’accent   pas   possible  ».   Ramener   le   belge   aux   stéréotypes   courants  est  très  réducteur  et  la  faute  revient  aux   Belges.   En   effet   une   majorité   a   tendance   à   pratiquer   l’autodérision   plutôt   que   de   vendre   les   mérites  de  son  pays.  Ainsi,  un  étranger  visitant  la   Belgique   se   rend   facilement   compte   du   peu   d’esprit  national  qui  y  règne.     L’image  de  la  Belgique  est  entachée  par  le  peu  de   cohésion   entre   le   Nord   et   le   Sud   du   pays.   Les   récents   problèmes   communautaires   au   sein   des   sphères   politiques   n’ont   fait   qu’envenimer   le   désespoir   de   certains   et   les   mœurs   séparatistes   d’autres.   Qu’a   donc   fait   le   belge   de   sa   devise   nationale:  L’union  fait  la  force.    

7  


1 2

Economie

Amélie  PERARD  

Les conflits d’intérêt dans les métiers de l’audit. L'audit  comptable  et  financier  est  un  examen  des   états   financiers   de   l'entreprise,   visant   à   vérifier   leur   sincérité,   leur   régularité,   leur   conformité   et   leur   aptitude   à   refléter   l'image   fidèle   de   l'entreprise.   Cet   examen   est   effectué   par   un   professionnel   indépendant   appelé   «   auditeur»   appartenant  le  plus  souvent  à  un  cabinet  d’audit.       L’audit   comptable   et   financier   est   la   forme   moderne   de   contrôle,   de   vérification,   d’inspection,   de   surveillance   des   comptes,   en   apportant   une   dimension   critique.  Ainsi   chaque   entreprise   est   dans   la   situation   ubuesque   où   les   cabinets   d'audit   sont   payés   et   mandatés   par   les   gens  dont  ils  sont  chargés  de  vérifier  les  comptes.   On   comprend   vite   que   le   rapport   de   force   n'est   pas   toujours   du   côté   de   l'auditeur,   surtout   si   l'entreprise   auditée   est   de   taille   importante   et   représente   une   partie   importante   du   chiffre   d'affaire  du  cabinet.  Un  auditeur  qui  souhaiterait     déclarer  que  les  comptes  de  son  client  ne  sont  ni  

fiables,   ni   sincères,   ni   fidèles,   se   verrait   instantanément   rappeler   à   l'ordre   par   son   client,  qui  lui  rappellerait  le  gros  chèque  qu'il   est  censé  lui  signer  à  la  fin  de  la  mission.       La   seule   solution   qu’ont   trouvé   les   cabinets   pour   corriger   partiellement   cet   embarrassant   conflit   d’intérêt   a   été   de   pouvoir   porter   des   réserves   sur   des   comptes   qu'ils   n'ont   pu   examiner,   manière   discrète   de   dire   qu'ils   n'avalisent   pas   intégralement   les   comptes   réalisés  par  l'entreprise.     Si   les   investisseurs   de   Madoff,   avaient   eux-­‐ mêmes   choisi,   mandaté,   et   payé   le   cabinet   d'audit   qui   aurait   vérifié   les   comptes   de   Madoff,   il   est   probable   qu'il   n'aurait   jamais   prospéré  tranquillement  à  l'abri  des  soupçons,   l'auditeur  n'ayant,  dans  ce  cas,  aucun  intérêt  à   camoufler   la   mauvaise   santé   de   la   société   auditée.  

8  


High Tech  

Apple Quelques  chiffres   -­‐

250  millions  d’iPods  vendus   depuis  2001  

-­‐

40  millions  d’iPhones  vendus   depuis  2007  

-­‐

Environ  150  000  d’apps  sur   l’App  Store  (400  000  en  2011)  

Apple  vs.  Google  (CA)  

 

Romain  REGNIER  

Google vs. Apple vs. Microsoft Les  amis  sont  devenus  des  ennemis.  Des  ennemis  de  plus   en   plus   paranoïaques  ;   et   ils   ont   raison   car   Google   ne   tardera  pas  à  rattraper  son  retard.   Dans   les   années   1990   c’était   Microsoft   qui   donnait   l’impression   de   se   répandre   comme   un   virus.   C’était   Microsoft   qui   était   assigné   en   justice   pour   non   respect   des   lois   «  antitrust  »   (contre   les   monopoles).   Partout   où   il   y   avait   de   l’informatique,   il   y   avait   Microsoft.   Cependant,   aujourd’hui   Apple   a   la   main   mise   sur   le   marché  de   la   musique   numérique,   avec   iTunes,   qui   lui   permet   aussi   de   verrouiller   ses   clients   et   de   vendre   des   produits   compatible   uniquement   avec   ce   service   (iPod,   iPad,   iPhone).   Ensuite  Apple  a  révolutionné  le  marché  de  la  téléphonie  mobile  en   introduisant   l’iPhone   en   2007.   Son   écran   entièrement   tactile,   son   interface  simplifiée  et  intuitive,  son  système  d’applications  et  son   design   ont   en   effet   séduit   le   public   à   une   vitesse   extraordinaire.   C’est   aussi   Apple   qui   vient   de   réinventer   les   tablettes   informatiques   en   introduisant   l’iPad.   Cette   dynamique   n’est   plus   partagée  par  Microsoft,  qui  aujourd’hui  est  complètement  dépassé   par  les  capacités  d’innovation  d’Apple  et  de  Google.   Les   enjeux   de   cet   affrontement,   qui   aujourd’hui   migre   vers   le   champs   de   la   téléphonie   mobile,   sont   de   taille   et   seront   déterminants   dans   l’écriture   de   l’histoire   à   venir.   Ce   conflit   de   concurrence   tend   donc   à   devenir   une   guerre   d’idéologies,   dans   laquelle   chacun   tente   d’imposer   sa   conception   du   futur   de   l’informatique  :   Google   et   l’internet,   Apple   et   les   applications   mobiles,  et  Microsoft  et  les  ordinateurs.  

9  


1 2

High Tech

Romain  REGNIER  

L’iPhone 4 crée la polémique chez les utilisateurs, et au sein même d’Apple. Lancé  en  Juin  2010,  l’iPhone  4  s’est  déjà  vendu  à   plus  de  14  millions  d’exemplaires  dans  le  monde.   Pourtant  son  lancement  a  été  plus  que  balbutiant.   En   effet,   la   polémique   a   été   lancée   immédiatement   autour   des   problèmes   de   réception   de   l’appareil   lorsqu’il   était   tenu   en   main.   Ceci   se   traduisait   par   une   perte   quasi-­‐ complète   du   signal,   ce   qui   est   plus   que   préjudiciable  pour  un  téléphone  mobile.  

 

Cette   polémique   sans   précédente   dans   l’histoire   d’Apple  a  par  ailleurs  été  attisée  par  les  propos  de   son   dirigeant,   Steve   Jobs,   qui   a   nié   en   bloc   tous   les   arguments   mettant   en   avant   des   problèmes   de  conception  de  l’appareil  :  "Tenir  n'importe  quel   téléphone   aboutira   à   l'atténuation   des   performances  de  son  antenne,  certaines  positions   étant   pires   que   d’autres   selon   le   placement   des   antennes.   C'est   une   réalité   sur   n'importe   quel   téléphone   sans   fil.   Si   vous   rencontrez   ces   problèmes   sur   votre   iPhone   4,   évitez   de   le   tenir  

par   le   coin   inférieur   gauche   dans   votre   main   d'une  manière  qui  couvre  les  deux  côtés  de  la   bande   noire,   ou   utilisez   simplement   une   des   nombreuses   housses   de   protection   disponibles."   Cette   réaction   pour   le   moins   surprenante   a   attisé   le   mécontentement   de   nombreux   spécialistes   et   meneurs   d’opinion,   pourtant   cela   n’a   pas   empêché   l’entreprise   d’écouler   un  nombre  extraordinaire  d’appareils.       Appliquant   le   célèbre   adage   «  seuls   les   idiots   ne  changent  pas  d’avis  »,  Apple  a  par  la  suite   admis   qu’il   y   avait   un   véritable   problème   de   réception,  mais  en  a  cependant  différencié  la   cause  :   «  Après   enquête,   nous   avons   été   surpris   de   voir   que   la   technique   utilisée   pour   calculer   les   nombres   de   barres   de   puissance   du   signal   à   afficher   est   totalement   fausse.   Notre  formule,  dans  de  nombreux  cas,  affiche   à   tort   2   barres   de   plus   que   ce   qu’il   devrait   y  

10  


3

High Tech L’iPhone  4  crée  la  polémique  (suite)  

avoir  pour  un  signal  donné.  Par  exemple,  nous  avons  parfois  4  barres   affichées   alors   qu’en   réalité,   il   ne   devrait   y   en   avoir   que   2.   Les   utilisateurs   qui   observent   une   chute   de   plusieurs   barres   lorsqu’ils   tiennent   leur   iPhone   d’une   certaine   manière   se   situent   en   réalité   dans  une  zone  à  faible  signal,  mais  ils  ne  le  savent  pas  car  la  valeur   de   départ   est   fausse.  »   Suite   à   cette   déclaration,   Apple   a   effectué   une   mise   à   jour   système   rendant   effectivement   moins   visible   la     perte   d’intensité   de   signal.   Cependant,   cela   n’a   pas   complétement   Défaut  de  conception   réglé   le   problème,   et   c’est   suite   à   cela   que   la   thèse   du   défaut   de   Comme  les  spécialistes  le  pensaient  au   conception  est  revenue  à  l’ordre  du  jour,  mais  cette  fois-­‐ci  avec  un   départ,   l’iPhone   4   est   sujet   à   un   nouveau  lot  d’arguments.  Ceci  a  aussi  permis  de  se  rendre  compte   problème   de   conception   majeur.   En   que   cette   polémique   était   en   fait   la   conséquence   d’un   conflit   plus   effet,   lorsque   l’iPhone   est   tenu   en   main,   la   peau   crée   un   pont   entre   profond,  interne  à  Apple,  et  refoulé  par  Steve  Jobs.   l’antenne   wifi   et   l’antenne   3G.   Ce   pont     empêche   alors   chacune   des   deux   de   fonctionner   Le  site  Bloomberg  explique  que  l'année  dernière,  alors  que  l'iPhone   antennes   normalement,   en   créant   des   4   était   encore   en   phase   de   développement,   Ruben   Caballero,   interférences.   ingénieur   spécialisé   dans   les   antennes,   avait   évoqué   les   problèmes   de  réception  que  le  design  retenu  pouvait  entrainer.  Un  «  opérateur   partenaire  »   aurait   également   soulevé   la   question   de   ce   problème   d'antenne   avant   le   lancement   de   l'iPhone   4.   Bloomberg   indique   qu'Apple  n'a  pas  souhaité  faire  de  commentaire  et  refusé  que  Ruben   Caballero   s'exprime.   Ceci   témoigne   donc   bien   de   l’existence   d’un   conflit   d’autorité   et   d’intérêt   au   sein   de   l’entreprise.   Bien   sûr,   personne  n’a  jamais  eu  le  fin  mot  de  cette  histoire.     In   fine,   les   options   d’Apple   face   a   cette   polémique   étaient   au   nombre   de   deux  :   soit   rappeler   en   urgence   tous   les   appareils   vendus,   ce   qui   engendrait   un   coût   de   près   de   1,5   milliard   de   dollars,   soit   proposer   des   housses   gratuites,   pour   un   coût   de   quelques   millions  de  dollars.  Evidemment  le  choix  a  été  vite  fait,  et  malgré  la   polémique   les   ventes   ont   atteint   des   records.   Ceci   soulève   d’ailleurs   Après   avoir   nié   les   faits,   la   question   des   motivations   d’achat   des   utilisateurs   d’iPhone   et   de   Apple   accuse   les   l’existence  d’un  esprit  critique.   utilisateurs   de   mal   tenir  

leur  téléphone  

 

11  


Journal - Gestion des Conflits