Page 1

L'HYPOCRISIE DE  L'ARMINIANISME ÉVANGÉLIQUE  Par Jean leDuc 

Le temple des hypocrites où chacun voit à sa façon


2


TABLE DES MATIÈRS

INTRODUCTION……………………………………………………………………PG.5 L'HÉRÉSIE………………………………………………………………………….PG.7  LA CHUTE.PG…………………………………………………………………….PG.10  LA RÉPROBATION………………………………………………………………PG.13  L'APOSTASIE…………………………………………………………………….PG.16  L'ÉCHAPPATOIRE……………………………………………………………….PG.20  LA DUPLICITÉ……………………………………………………………………PG.22  LA SÉPARATION………………………………………………………………...PG.28

3


4


INTRODUCTION Ceux qu'on appelle les rationalistes synergistes ou Arminiens, que nous pouvons  nommer  aussi  ‘néo­catholiques’,  affirment  que  Dieu  voudrait  sauver  tous  les  hommes,  mais  que  tous  ne  le  seront  pas  parce  qu'ils  ne  font  pas  ce  qu'il  faut  pour  cela, ils  négligent les  efforts  convenables  au  salut.  Sachant  cela, il  n'a  élu  pour le salut que ceux dont il savait à l'avance qu'ils croiraient et persévéreraient  dans la foi. C'est une erreur dont la conséquence logique est que, si je suis élu,  c'est  parce  que  Dieu  savait  de  toute  éternité  que  je  ferais  le  nécessaire  pour  croire  et  persévérer  dans  la  foi.  Dans  ce  cas,  mon  élection  et  donc  mon  salut  final  reposent  sur  mes  bonnes  dispositions  et  ne  sont  plus  des  gratuités  du  Seigneur.  Si  la  souveraineté  de  Dieu  est  niée  dans  l'évangélisation  et  si  la  liberté  de  l'homme est affirmée face à la Parole de Dieu, la substance de l'appel devient: «il  faut  acceptez  Jésus  comme  son  Sauveur  personnel»;  autrement  dit,  c'est  l'individu qui est souverain, puisqu'il a la possibilité d'accepter ou de refuser, de  croire ou de ne pas croire. Cette négation de la souveraineté de Dieu a corrompu  les  églises  et  a  formé  un  grand  nombre  de  pseudo­chrétiens  qui  se  croient  sauvés. Les gens ne viennent plus rendre un culte à Dieu, en esprit et en vérité,  et  rejettent  l’Esprit  qui  ouvre  leur  intelligence  pour  comprendre  sa  Parole,  car  l’Esprit a des désirs contraires à la chair; c'est l'assemblée, au contraire, qui est  souveraine.  Le  prédicateur  et  sa  prédication  doivent  plaire  à  l'auditoire  et  le  pasteur  devient  un  petit  pape  qui  domine  sur  les  consciences  des  indolents  et  des ignorants.  En  face  de  la  trahison  des  mouvements  dits  Évangéliques  au  synergisme  Arminien, la vérité que nous présentons doit être constamment maintenue. Tous  les  partisans  de  l’Arminianisme  Évangélique  moderne  qui  proclament  que  «la  volonté  de  l’homme  est  capable  de  choisir  le  salut  grâce  aux  forces  nouvelles  reçues  de  Dieu»  affirment  enseigner  le  salut  par  grâce,  alors  qu’en  réalité,  ils  désavouent  cette  doctrine  qu’ils  remplacent par  celle  du  salut  par la  justice  des  œuvres.  L’Arminianisme  se  sépare  du  Calvinisme  lorsque  par  sa  doctrine  du  libre  choix  il  nie  que  la  grâce  seule  (sola  gratia)  sauve  les  pécheurs.  Les  Évangéliques  vont  jusqu’à  prétendent  que la  conversion  et  le  salut  de  l’homme  dépendent de sa coopération et de l’exercice de sa libre volonté. L’Arminianisme  rejoint ainsi le Synergisme qui repousse aussi la grâce seule en affirmant que la  conversion  de  l’homme  dépend  pour  une  part  de  sa  conduite  droite,  et  d’une  autre  part  de  sa libre décision.  La  doctrine  du  libre  choix  est  foncièrement  anti­  chrétienne et, si elle est retenue, elle est un obstacle à la conversion réelle des  pécheurs puisque la Foi  ne  peut  naître  que dans  un  cœur  contrit  par la  Loi qui  n’attend son salut que de la grâce divine souveraine. Ils confondent ainsi la Loi et  l’Évangile et s’opposent à la grâce.  En  ces  derniers  temps  de  tiédeurs,  nous  avons  besoin  d'un  retour  à  un  christianisme combatif pour la vérité de la double prédestination, d’une puissante  proclamation sans compromis de l’Évangile de la Souveraineté de Dieu. Le salut

5


doit conduire  à  l'action  et  au  service,  au  service  du  Dieu  Créateur  et  seul  Sauveur,  à  savoir  Jésus­Christ  qui  est  notre  seul  Souverain,  Roi  des  rois  et  Seigneur des seigneurs, qui règne présentement dans le cœur de ses élus.  Jean leDuc

6


L'HÉRÉSIE La tendance Évangélique moderne, qu'elle soit Baptiste, Pentecôtiste, Darbyste,  Adventiste, ou de quelques autres sectes dites chrétiennes, est à l'Arminianisme  et  cela  est  évident  et  incontestable.  Voici  ce  que  dit  un  dénommé  Charles  F.  Stanley sur ce sujet: «Depuis le temps d'Arminius, bon nombre de théologiens et  de  pasteurs  respectés,  dont  John  Wesley,  ont  épousé  ce  point  de  vue.  Aujourd'hui,  les  principales  doctrines  de  l'arminianisme  sont  enseignées  par  l'église  de  Nazareth,  l'église  Wesleyan,  et  d'autres  confessions,  y  compris  la  Christian  Holiness  Association.  L'arminianisme  moderne  fait  partie  de  la  sphère  évangélique.»  Les  sectes  évangéliques  prétendent  être  issue  du  courant  de  la  Réforme  protestante,  ce  qui  est  entièrement  faux.  Il  y  a  une  grande  différence  entre les Évangéliques du temps de la Réforme et les Évangéliques modernes.  Vrai  que  le  mouvement  Évangélique  original  débuta  en  Europe  et  pénétra  graduellement  en  Amérique  au  début  de  la  colonisation.  Mais  au  commencement,  le  mouvement  Évangélique  était  Calviniste,  et  lentement  il  fut  infiltré  avec  le  poison  de  l'Arminianisme  dont  la  source  provenait  de  l'église  Anglicane,  des  Baptistes  et  des  Méthodistes  pour  devenir  ce  qu'il  est  de  nos  jours,  une  des  pires  falsifications  du  christianisme  qui  existe  sur  la  face  de  la  terre.  On  peut  en  effet  qualifier  le  mouvement  Évangélique  moderne  de  néo­  catholicisme  à  cause  de  son  oecuménisme,  mais  bibliquement  il  correspond  plutôt à l'église de Laodicée mentionnée dans Apoc. 3:14­18, celle qui est vomie  de  la  bouche  du  Seigneur  pour  sa  tiédeur.  Malheureusement  la  masse  commune  des  Évangéliques  est  ignorante  du  sujet,  sauf  bien  sur  les  pasteurs et quelques curieux qui ont prit la peine de s'informer. Néanmoins l'élite  Évangélique  s'assure  que  le  principe de l'Arminianisme  demeure  peu  connu  en  son sein ou lui donne une définition qui en dissimule le motif vital en le formulant  d'une manière subtile qui plait aux oreilles de tous. De cette façon les ignorants  deviennent  des  proies  aisées  et  sont  facilement  manipulé  et  séduit  par  cette  fausse doctrine, et les dirigeants peuvent maintenir leur autorité en dominant sur  leur foi.  Le  calvinisme  et  l’arminianisme  sont  les  deux  systèmes  théologiques  qui  cherchent  à  expliquer  la  relation  entre  la  souveraineté  de  Dieu  et  la  responsabilité  de  l’être  humain  concernant  le  salut.  Le  calvinisme  est  nommé  après  Jean  Calvin,  un  théologien  français  qui  vécut  de  1509­1564.  L’arminianisme est nommé après Jacobus Arminius, un théologien hollandais qui  vécut  de  1560­1609.  Bref,  le  Calvinisme  se  caractérise  par  la  souveraineté  absolue de Dieu, et l'Arminianisme se caractérise par le libre choix dans le salut.  Le  renommé,  J.I.  Packer,  résume  l’opposition  radicale  entre  ces  deux  compréhensions  protestantes  de  l’Évangile  biblique:  «L’interprétation  calviniste  proclame  un  Dieu  qui  sauve,  et  celle  d’Arminius  présente  un  Dieu  qui  permet  à  l’homme  de  se  sauver  par  lui­même...  Ainsi  ces  deux  théologies  conçoivent  le  plan  du  salut  de  manière  tout  à  fait  différente.  Pour  l’une  le  salut  dépend  de  l’œuvre de Dieu, alors que l’autre s’appuie sur une œuvre d’homme. L’une inclut  la foi dans le don divin du salut, alors que l’autre la conçoit comme la contribution  de  l’homme  à  son  salut.  L’une  donne  à  Dieu  toute  la  gloire  pour  le  salut  des

7


croyants, alors  que  pour  l’autre  Dieu  et  l’homme  se  partagent  la  louange.  (…)  [Dans l’arminianisme] Christ nous sauve grâce à notre aide, ce qui revient à dire,  si  nous  y  réfléchissons,  que  nous  nous  sauvons  avec  l’aide  du  Christ.»  Les  Arminiens  insistent  sur  le  caractère  universel  de  la  rédemption  du  Christ  et  la  liberté  de  chacun  par  rapport  à  la  grâce.  Leur  Église  adhère  au  Conseil  œcuménique  des  Églises.  Or,  qui  ne  sais  que  l'Arminianisme  est  l'opposé  du  Calvinisme, l'adversaire de la souveraineté de Dieu qui glorifie la dignité humaine  et qui se veut le maître de son destin.  L'Arminianisme oppose Dieu et l'homme en se concentrant sur la question de la  capacité  de  la  volonté  humaine,  il  se  trompe  en  assumant  que  la  nature  pécheresse  est  normale  et  que  l'homme  a  la  capacité  de  répondre  librement;  ainsi  l'homme  s'élève  lui­même  à  la  foi  par  une  décision  personnelle  duquel  dépend  son  salut.  Selon  l'hérésie  de  Jacobus  Arminius,  l'homme  demeure  libre  d'accepter  ou  de  refuser  la  grâce  de  Dieu.  Il  est  donc  très  simple  de  dénicher un faux chrétien, pas besoin de cours en théologie ni d'études sans fin  sur le sujet de l'Arminianisme, vous n'avez qu'à demander à une personne qui se  dit chrétienne si elle pense avoir le libre choix de croire pour être sauvée. Vous  remarquerez  ainsi  que  la  grande  majorité  de  ceux  qui  se  disent  chrétiens  ont  sombré  dans  cette  hérésie.  Il  est  important  de  remarquer  ici  que  le  mot  «hérésie» signifie littéralement dans le Grec «capacité de choisir ou libre choix»,  identifiant  l’Arminianisme  comme  étant  la  source  du  poison  qui  infiltrent  le  christianisme  moderne.  L'Arminianisme  devint  très  vite  l'affirmation  de  l'autonomie des actes et des pensées de l'homme vis­à­vis de Dieu, de telle  sorte,  remarque  LECERF,  que  «le  libre  arbitre,  conçu  comme  indépendance  absolue  à  l'égard  de  Dieu,  devint  comme  le  mot  d'ordre  de  la  grande  majorité  des  réformés  français  cultivés  (A.  LECERF  distingue  (Texte  de  1932:  Les  destinées du calvinisme dans le protestantisme français pp. 125­133))». Dans la  grande  synthèse  théologique  de  L'Institution  Chrétienne  de  Jean  Calvin,  la  doctrine de la double prédestination trouve sa place au même titre que les autres  vérités de la foi. Calvin la définit très clairement: «Nous appelons prédestination  le  conseil  éternel  de  Dieu,  par  lequel  il  a  déterminé  ce  qu'il  voulait  faire  d'un  chacun  homme.  Car  il ne  les  crée  pas  tous en  pareille  condition,  mais  ordonne  les  uns  à  la  vie  éternelle,  les  autres  à  éternelle  damnation  [...]  Le  Seigneur  marque ceux qu'il a élus en les appelant et justifiant; aussi au contraire en privant  les  réprouvés  de  la  connaissance  de  sa  parole  ou  de  la  sanctification  de  son  Esprit,  il  démontre  par  tels  signes  quelle  sera  leur  fin  et  quel  jugement  leur  est  préparé.»  Une des plus grande grâce historique est que le Calvinisme donna naissance au  mouvement Puritain. Le Puritanisme Calviniste, dont faisait parti le célèbre John  Bunyan,  auteur  du  Voyage  du  Pèlerin,  n'aspirait  en  effet  qu'à  une  seule  chose:  rendre grâces, autant qu'il le peut, au Dieu d'amour, souverain absolu, qui sauve  l'homme  selon  son  bon  plaisir  malgré  son  indignité.  Évidemment  cela  était  contraire  au  Putanisme  Arminianiste  dans  lequel  l'homme  peut  être  sauvé  si  seulement  il  le  désire,  rendant  ainsi  gloire  à  un  Dieu  impuissant  dont  la  grâce

8


souveraine de son amour infini est entravée par le libre choix de l'homme. Dans  cette  prostitution  spirituelle  qu'est  l'Arminianisme,  la  double  prédestination  (l'élection  au  salut  et la réprobation  à la  perdition)  est  donc  perçue  comme  une  menace pour les Évangéliques modernes, et au­delà, pour la liberté de l’homme.  Elle  est  donc  violemment  rejetée  comme  nocive  et  perverse,  tout  comme  les  Pharisiens  rejetèrent  le  Seigneur  Jésus  en  l'accusant  de  chasser  des  démons  par  Béelzébul.  Un  exemple  de  cette  prostitution  spirituelle  se  trouve  dans  «Le  monde  en  Flammes  de  Billy  Graham».  Il  écrit  ceci: «Il  y  a  aussi  une  résolution  volontaire.  La  volonté  est  nécessairement  impliquée  dans  la  conversion.  Les  gens peuvent passer par des conflits mentaux et des crises émotionnelles sans  être convertis. Tant qu’ils n’exerceront pas la prérogative de cette liberté morale  et de leur volonté pour être convertis, ils ne pourront être convertis. Cette action  de  la  volonté  est  un  acte  d’acceptation  et  d’engagement.  Ils  acceptent  volontairement la grâce de Dieu et reçoivent le Fils de Dieu et s’engagent eux­  mêmes à faire la volonté de Dieu. Dans chaque vraie conversion, la volonté de  l’homme s’enligne avec la volonté de Dieu. Presque les derniers mots de la bible,  il y a cette invitation: «Que celui qui veut, prenne de l’eau de la vie, gratuitement»  (Apocalypse 22:17).  Ça  dépend  de  vous.  Vous  devez  «vouloir»  être  sauvé.  C’est  la  volonté  de  Dieu,  mais  ça  doit  devenir  votre  volonté  aussi»  (page  134,  édition  livre  de  poche).  De  nouveau  je  vous demande,  quelle  sorte  de  Dieu  est  Celui  qui  désire  votre  salut,  mais  attend  avec  impatience  que  votre  volonté  se  conforme  à  la  Sienne?  L’Arminianisme  des  Évangéliques  place  tellement  de  puissance  entre  vos  mains,  que  ce  sera  vous  qui  finalement  déterminera  votre  salut et ce genre de salut ne sera qu'une contrefaçon qui fera de vous des faux  chrétiens. En disant que nous avons le libre choix de croire ou non, la foi devient  un  oeuvre,  et  le  salut  le  résultat  d'un  acte  méritoire.  En  d’autres  mots,  la  justification par le choix n’est nulle autre que le salut par les œuvres. Il ne peut  en  être  autrement.  Il  est intéressant  de remarquer  que le  mot  "oeuvre"  vient  du  Grec  "ERGON"  et  signifie:  action,  tâche,  faire,  acte,  ouvrage,  effort,  travail.  Ainsi faire de la Foi une condition et un effort que l'homme a le choix d'exercer  ou  non,  fait  de  la  Foi  un  "acte"  qui  provient  de  la  capacité  du  raisonnement  charnel,  c'est  à  dire  "une  faculté  intellectuelle".  C'est  ce  qui  se  nomme  de  la  religiosité  par  laquelle  une  personne  cherche  à  contribuer  à  son  salut,  croyant  plaire  à  Dieu.  Par  son  libre  choix  illusoire,  une  personne  s'élève  au  même  niveau  que  Dieu  (Gen.  3:5)  et  les  mérites  du  sacrifice  de  Christ  deviennent  simplement  un  moyen  d'apaiser  sa  conscience  charnelle  et  justifier  son  raisonnement erroné.

9


LA CHUTE  La  doctrine  de  l'Arminianisme  n'est  pas  nouvelle,  elle  ne  débute  pas  avec  les  conflits du temps de la Réforme où elle fut élaborée, mais dans le Jardin d'Eden  même.  On  voit  cela  dans  la  désignation  «libre  arbitre»  qui  est  une  expression  ancienne (mais  dont  l'usage  a  persisté  dans les débats  religieux) pour  désigner  la liberté de choisir (entre le bien et le mal, entre le salut et la perdition) pour un  individu.  La  Genèse  nous  indique  clairement  que  le  premier  homme  et  la  première femme ont été créé avec le libre choix. Ils étaient libre en toutes choses  sauf une interdiction, celle de ne pas manger le fruit défendu. Il ne s'agit pas ici  de  manger  un  fruit  littéral,  mais  d'une  déclaration  d'indépendance  envers  Dieu. Dans l'exercice de leur libre choix, Adam et Ève choisirent pour toute la  race humaine de se déclarer indépendant de Dieu, de choisir pour eux­mêmes  ce  qu'ils  considéraient  être  bien  ou  mal  pour  leur  existence,  plutôt  que  de  renoncer à eux­mêmes et de faire confiance en Dieu dans ses choix pour eux. Ils  se  déclarèrent  ainsi  maîtres  de  leur  destin.  Le  libre  choix  a  été  posé  pour  chacun  de  nous  dès  le  début,  cette  action  est  irrévocable  et  implique  tout  le  genre  humain.  Depuis  ce  moment  initial  de  la  Chute,  la  liberté  de  choisir  de  croire  et  d'obéir  à  Dieu  a  cessée,  elle  nous  a  été  enlevé  et  nous  avons  été  chassé de cette grâce de laisser Dieu agir à notre place. Non pas que l'homme  n'a plus la capacité de choisir, mais que cette capacité est esclave de la chair et  du  péché  et  l'homme  ne  peut  plus  plaire  à  Dieu,  il  demeure  sous  la  condamnation  de  cette  première  transgression.  Le  fait  de  faire  des  choix  à  chaque jour de notre vie en est l'évidence indéniable, ce n'est plus Dieu qui fait le  choix  pour  nous  mais  notre  nature  corrompue  et  rebelle.  Il  est  impossible  à  l'homme de choisir de croire car il est mort à Dieu et ses dispositions ne sont que  corruptions.  Ceux  qui  prétendent  autrement  sont  non  seulement  des  menteurs,  mais aussi des blasphémateurs et des ennemis de la croix, ils profanent le sang  de l'Alliance et outragent l'Esprit de la grâce (Héb. 10:29). La Parole de Dieu dit  clairement: «Il n'y a personne qui ait de l'intelligence; il n'y en a point qui cherche  Dieu. Tous se sont égarés, et se sont tous ensemble corrompus; il n'y en a point  qui fasse le bien, non pas même un seul... Car tous ont péché, et sont privés de  la  gloire  de  Dieu.  (Rom.  3:11,12,23)»  Mais  les  Évangéliques  disent  non  seulement  qu'ils  cherchent  Dieu,  mais  qu'ils  peuvent  l'atteindre  par  leur  libre  choix de croire et coopérer avec lui dans la gloire leur salut. Que peut­on ajouter  à  cette  perversion  de  la  vérité  sauf  ce  que  dit la  Parole  de  Dieu  à  leur  propos:  «Leur  gosier  est  un  sépulcre  ouvert;  ils  se  sont  servis  de  leurs  langues  pour  tromper; il y a un venin d'aspic sous leurs lèvres. (Rom. 3:13).»  En  mangeant  du  fruit  défendu,  Adam  commettait  un  péché  contre  Dieu.  C’était  un  péché  de  désobéissance  contre  l’ordre  express  qu’il  avait  reçu  de  Dieu.  Ce  péché de désobéissance contre Dieu, c’était aussi une détermination consciente,  délibérée,  de  cesser  de  remplir  le  but  pour  lequel  il  avait  été  créé.  Adam  ne  voulait  plus  rien  savoir  de  Dieu  et  de  sa  gloire.  Il  avait  choisi  de  faire  partie  du  camp  de  l’ennemi,  l'esprit  de  la  chair,  dans  son  plan  abominable  de  voler  le  monde à son Créateur. Il tourna délibérément dos au Dieu du ciel et de la terre  par  ce  seul  acte  de  désobéissance,  car  l'indépendance  et  l'autosuffisance

10


sont réservé à Dieu seul, mais il voulu se faire comme un dieu (Gen. 3:5). Voila  ce  qui  rendait  son péché  si horrible.  C’était  commis  contre  Dieu,  une  agression  directe à sa souveraineté. Jusqu’à maintenant, et dans toute l’histoire de ce triste  monde,  il  n’y  a  jamais  eu  autre  sorte  de  péché.  Ceci,  nous  devons  le  comprendre. Ça ne donne rien de parler du péché en terme de relations sociales  ou d’inadaptation sociale. Le péché est contre le Dieu du ciel et de la terre. C’est  pour cette raison que le châtiment du péché est tellement grand.  Le  châtiment  est  donc,  que  Dieu  fit  mourir  Adam.  Vous  pouvez  comprendre  pourquoi c’était nécessaire. Dieu avait créé Adam, afin qu’Il représente Sa cause  dans  le  monde,  et  qu’il  puisse  glorifier  son  Créateur.  C’était  le  seul  but  de  son  existence, et il refusa de faire cela. Il choisit de glorifier l'esprit de sa chair. Ce fut  le désir d’Adam dans son choix de lui­même. Pour cette raison, il n’y avait plus  de place pour lui dans le monde de Dieu. Alors, Dieu fit mourir Adam. «Le jour où  tu en mangeras, tu mourras sûrement (Gen. 2:17).» Que signifie, Dieu fit mourir  Adam?  Il  n’est  pas  tombé  mort  au  pied  de  l’arbre,  comme  nous  le  savons  très  bien.  Premièrement,  ça  signifie  que  Dieu  a  déversé  sur  Adam  la  fureur  de  Sa  colère  et  de  Sa  haine.  Dieu  a  détesté  Adam.  Ça  ne  pouvait  être  autrement  si  Dieu voulait maintenir Sa Sainteté comme Il l’a toujours fait et qu’Il doit le faire à  cause  de  son  nom.  Il  ne  pouvait  aimer  quelqu’un  qui  avait  péché  et  qui  n’était  aussi  saint  que  Lui.  Vous  comprenez  que  cela  est  maintenant  en  dehors  de  Christ. Nous savons que Adam a été sauvé en Christ. Mais en ce qui concerne la  mort qui est venue sur Adam par l'exercice de son libre choix, Dieu a déversé sur  lui Sa colère. C’était dans la nature de Dieu même, d’agir ainsi. En déclarant son  indépendance et en se faisant maître de son propre destin, Adam était séparé de  Dieu. Comme il fut chassé du Paradis, il fut aussi privé de la présence de Dieu.  Sa  vie  qui  avait  été  ensoleillée  par  la  faveur  de  Dieu,  était  devenue  ombragée  par les nuages de la colère de Dieu. Il avait connu la joie, la paix, le bonheur et  une vie en relation avec son Créateur, mais maintenant, ce n’était que détresse,  séparation, colère, trouble, affliction, angoisse et la mort.  Deuxièmement,  le  fait  que  Dieu  fit  mourir  Adam  a  amené  sur  Adam  la  dépravation  totale.  Voila  ce  que  la  mort  signifie.  La  mort  et  la  dépravation  sont  synonymes. Comment l’apôtre Paul l’exprime­t­il dans Éphésiens 2:5? «… alors  que nous étions spirituellement morts à cause de nos fautes, il nous a fait revivre  les uns et les autres avec le Christ.» Le châtiment pour la terrible transgression  d’Adam,  fut  que  Dieu  apporta  sur  Adam  l’horreur  de  la  dépravation  totale.  Il  le  rendit  esclave  du péché  dans  son  être  et  dans  sa  nature  au  complet.  C’était  la  punition  du  péché,  et  c’est  en  terme  de  punition  du  péché,  que  nous  devons  considérer  la  vérité  de  la  dépravation  totale.  Puisque  le  péché  est  si  terrible,  il  mérite  une  punition  terrible.  La  dépravation  totale  de  la  nature  de  l’homme  dans  tout  son  être  et  tous  ses  choix  est  la  punition  du  péché.  Ainsi  tous  depuis  Adam,  homme,  femme  et  enfant,  tous  sont  totalement  dépravés  et  sont  privé  du  libre  choix.  Comment  est­ce  possible  que  tous  les  hommes  sont  totalement dépravés au point même que leur capacité de choisir est esclave du  péché  et  de  la  chair  ?  Brièvement,  nous  devons  mentionner  deux  raisons.  La

11


première, tous  les  hommes  en  Adam  sont  responsables  du  péché  qu’Adam  a  commis. Adam était la tête de la race humaine, comme Christ est la Tête de Son  peuple élu. L’apôtre Paul l’exprime en ces mots: «Car tous meurent en Adam, de  même  aussi  tous  seront  vivifiés  en  Christ. (I Cor.  15:22)»  Adam  était la  tête  de  tous  les  hommes,  et  tous  les  hommes  sont  ainsi  responsables  de  sa  transgression.  La  deuxième,  Adam  étant  le  père  de  tout le  genre  humain,  nous  avons  hérité  de  la  corruption  et  de  la  dépravation  transmise  par  Adam.  David  l’avait  chanté  dans  sa  complainte:  «Voila  j’ai  été  formé  dans  l’iniquité,  et  ma  mère  m’a  conçu  dans  le  péché.  (Psm.  51:7)»  C’est  ainsi  que  la  dépravation  totale  est  venue  sur  tous les  hommes  et  qu'aucun  n'a la  capacité  de  choisir de  croire  en  Christ.  Ceci  est  la  preuve  la  plus  évidente  que  tous  les  Arminiens  ou  disciples  du  libre  choix,  qu'ils  soient  traditionnels,  évangéliques  ou  autres,  sont  tous  des  faux  chrétiens  dont  un  grand  nombre  sont  destiné  aux  châtiments  éternels dans un enfer réel selon le décret de Dieu.

12


LA RÉPROBATION  Dans ce contexte, nous devons mentionner aussi la vérité de la Réprobation qui  est  rejetée  par  tous les  Évangéliques.  En  premier  lieu,  on  doit  souligner  que  la  vérité  de  l’élection  et  de  la  réprobation  se  tiennent  ou  tombent  ensemble.  Nier l’élection est de nier la réprobation. Nier la réprobation est de nier l’élection.  Croire en l’élection est de croire en la réprobation. Croire en la réprobation est de  croire en l’élection. Il n’y a aucun compromis sur ce point. Calvin a une très belle  citation  sur  ce  sujet  dans  son  Institution  Chrétienne.  Il  écrit  dans  le  Livre  III,  Chapitre XXIII, Para. 1: «Plusieurs, en effet, comme s’ils voulaient éviter la haine  de Dieu, admettent l’élection d’une telle façon à nier que certains sont réprouvés.  (C’est  le  cas  de  la  grande  majorité  des  Baptistes  et  des  mouvements  dits  Évangéliques qui se refusent l’appellation de Arminiens.) Mais ceci est puéril et  absurde,  parce  que  l’élection  elle­même  ne  pourrait  pas  exister  sans  avoir  son  opposée dans la réprobation. Dieu sépare ceux qui sont sauvé de ceux qui sont  perdu.  Ceux  que  Dieu  laisse  de  côté  il les  réprouve,  et  cela  pour aucune  autre  cause  que  sa  détermination  de  les  exclure  de  l’héritage  qu’il  a  prédestiné  pour  ses  enfants.  Or  l’irritabilité  des  hommes  est  intolérable,  si  elle  refuse  d’être  retenue par la Parole de Dieu qui traite de son conseil incompréhensible, adorés  par les anges eux­mêmes.»  Le  décret  de  Dieu  sur  la  réprobation  est  également  un  décret  de  son  conseil  souverain,  éternel  et  inchangeable.  Selon  ce  décret  dans  lequel  nous  voyons  que  la  Chute  fut  prédéterminée  d’une  manière  absolue,  Dieu  détermina  de  révéler sa justice, sa colère, et sa haine du péché, et de cette façon la sainteté  de  son  propre  être  divin,  dans  des  vaisseaux  de  colère  préparés  pour  la  destruction et punis éternellement dans l’enfer en raison de leurs péchés.  Il n’est pas du tout étrange que cette vérité de la double prédestination soit niée  presque  universellement,  car  elle  expose  les  réprouvés  pour  ce  qu'ils  sont.  Aujourd'hui il est évident que ceux qui adoptent la position Arminienne ne parlent  plus  aucunement  de  la  prédestination.  Cette  vérité  divine,  longtemps  négligée,  ne se retrouve plus dans le christianisme moderne apostasié, car l’Arminianisme  n'a pas de place pour la prédestination, ni désirent­ils la reconnaître. Et quand ils  lui  donnent  quelques  assentiments  prétentieux,  ce  n’est  que  pour  en  torde  le  sens à leur propre perte, confirmant ainsi leur réprobation sans qu’ils le réalisent.  Plusieurs nient la vérité de la double prédestination en soulevant des objections  contre  la  doctrine.  Ces  objections  sont  aussi  anciennes  que  la  doctrine  elle­  même.  Les  mêmes  objections  que  nous  entendons  aujourd'hui  ont  déjà  été  formulées aux jours d'Augustin ­ en effet, aux jours même de l’apôtre Paul. Une  catégorie de ces objections se résume en une charge de fatalisme. Il est dit que  la  vérité  de  la  double  prédestination  est  fataliste  et  qu'elle  est  semblable  à  l’horrible  doctrine  de  l’Islam.  Mais  l’Islam  n’a  aucune  place  dans  sa  théologie  pour un Dieu d’amour, ni pour un Rédempteur.  Ces objections, qui proviennent  surtout des mouvements Évangéliques et Œcuméniques, veulent signifier que la  vérité  de  la  double  prédestination  rend  les  hommes  négligents  et  en  fait  des

13


pécheurs profanes.  Cette  doctrine  réveillerait  chez  les  hommes  l’affirmation:  "laissez­nous  péché  que  la  grâce  surabonde."  Cette  doctrine  forcerait  les  hommes  à  dire:  "Si  je  suis  un  élu,  je  vais  aller  au  ciel  que  ce  soit  quoique  je  fasse  ­ même si je commets les péchés que je désire faire. Ainsi je m'amuserai  dans  cette  vie,  parce  que  mon  péché  ne  peut  pas  changer  mon  élection.  Et,  d'autre  part,  si  je  ne  suis  pas  un  élu,  je  n’irai  pas  au  ciel  même  si  je  vis  une  bonne vie. Par conséquent j'irai sûrement en enfer si je suis un reprouvé quoique  je  vive  saintement.  Donc,  je  suis  aussi  bien  jouir  de  la  vie  et  péché  autant  que  possible.  Rien  ne  peut  changer la  détermination  éternelle  de  Dieu."  Ainsi, il  est  dit, la doctrine de la double prédestination selon la Souveraineté de Dieu détruit  la  responsabilité  de  l’homme  et  la  raison  de  son  existence,  et  fait  de  lui  qu’un  stock vendu aux enchères.  Cet  enseignement  de  la  Réprobation  ne  peut  être  accepté  par  ceux  qui  cherchent  à  se  justifier  devant  Dieu  par  leur  libre  choix,  leur  obéissance,  leur  conduite  ou  leurs  mérites.  Ainsi  ils  soulèvent  contre  Dieu  l'accusation  d'être  injuste,  comme  si  Dieu  leur  devait le  Salut  éternel,  malgré  leur  rébellion  et  leur  dépravation  totale.  Ceci  ne  se  justifie  nullement,  nous  dit  A.R.  Kayayan,  "Révélation et Connaissance du Salut": «On pourrait parler d'injustice de Dieu si  l'homme  pouvait  avoir  une  quelconque  prétention  par  rapport  à  Dieu.  Mais  la  situation  est  totalement  autre.  Car  tous  les  hommes,  sans  exception,  ont  abandonné  Dieu  pour  s'adonner  au  péché.  Personne  n'a  le  droit  de  contester  Dieu pour son élection ou sa réprobation.  Dans le contexte de la Prédestination,  Dieu  serait  injuste  s'il  n'avait  pas  appelé  les  élus  au  salut  (Mat.20:14,15;  Rom.9:14,15).  La  doctrine  du  Salut  par  la Grâce  est  nulle  autre  que  la  doctrine  de  la  Prédestination  qui  comporte  deux  parties:  l'Élection  et  la  Réprobation.  La  doctrine de l'élection laisse entendre, naturellement, que Dieu n'a pas choisi ou  élu  tout  le  monde  pour  être  sauvé.  S'il  a  décidé  de  sauver  les  uns,  il  a  aussi  décidé  de  réprouver  ou  de  ne  pas  sauver  les  autres.  La  réprobation  peut  être  définie  comme  «le  dessein  éternel  de  Dieu  d'exclure  certains  hommes  de  sa  grâce  spéciale  pour  les  punir  à  cause  de  leurs  péchés  pour  manifester  sa  justice».  Plusieurs  faux  chrétiens  s'opposent  avec  véhémence  à  la  doctrine  de  la  Réprobation,  prétendant  qu'elle  n'est pas  enseignée  dans les  Écritures.  Mais la  Parole  de  vérité  renverse  leur  faux  raisonnement:  "Car  avant  que  les  enfants  fussent nés, et qu'ils eussent fait ni bien ni mal, afin que le dessein arrêté selon  l'élection de Dieu demeurât, non point par les oeuvres, mais par celui qui appelle,  il lui fut dit: le plus grand sera asservi au moindre. Ainsi qu'il est écrit: J'ai aimé  Jacob,  et  j'ai  hais  Ésaü.  Que  dirons­nous  donc?  Y  a  t'il  de l'iniquité en  Dieu?  A  Dieu  ne  plaise!"  (Rom.9:11­14);  "Et  qu'est­ce  si  Dieu,  en  voulant  montrer  sa  colère,  et  donner  à  connaître  sa  puissance,  a  toléré  avec  une  grande  patience  les vaisseaux de colère, préparés pour la perdition; et afin de donner à connaître  les richesses de sa gloire dans les vaisseaux de miséricorde, qu'il a préparé pour  la  gloire"  (Rom.9:22,23);  "L'Éternel  a  fait  tout  pour  soi­même,  et  même  le  méchant  pour  le  jour  de  la  calamité"  (Pro.16:4);  "La  Pierre  que  ceux  qui

14


bâtissaient ont  rejetée,  est  devenue  la  Pierre  maîtresse  du  coin,  une  Pierre  d'achoppement, et une Pierre de scandale; lesquels ceux­ci se heurtent contre la  Parole,  et  sont  rebelles;  à  quoi  aussi  ils  ont  été  destiné"  (1  Pi.2:7,8);  "Car  quelques­uns se sont glissés parmi vous, qui dès longtemps auparavant ont été  écrits  pour  une  telle  condamnation;  gens  sans  pitié,  qui  changent  la  grâce  de  notre Dieu en dissolution, et qui renoncent le seul dominateur Jésus­Christ, notre  Dieu et Seigneur" (Jude 4; Version Martin).  D'autres  qui  suivent  la  Théologie  Libérale  de  Karl  Barth,  prétendent  que  la  Réprobation dépend uniquement de l'homme qui rejette la révélation de Dieu en  Christ; doctrine qui est appuyé sur le libre choix de l'individuel, et que nous avons  démontré  être  fausse.  Selon  Daniel  G.  Reid,  "  Dictionary  of  Christianity  in  America",  la  Théologie  Libérale  de  Karl  Barth  (1886­1968)  avec  son  nouveau  modernisme,  exerça  un  impact  considérable sur le  Protestantisme  Américain  et  sur  le  mouvement  évangélique;  mais  elle  fut  rejetée  par  le  grand  théologien  Réformé Cornélius Van Til comme une perversion de la vérité. On ne peut donc  point  s'étonner  de  voir  ce  poison  s'infiltrer  dans  tous  les  adeptes  du  libre  choix  qui prétendent être chrétiens, au détriment de la vérité biblique.

15


L'APOSTASIE Aucun mot ne fait frémir plus les consciences réprouvées que celui d'apostasie,  tellement qu'ils en change la signification pour tenter d'apaiser leur esprit troublé  et  ne  pas  être  découvert  pour  ce  qu'ils  sont.  Voici  une  définition  de  l'apostasie  décrite par un réprouvé Évangélique et qui peut être considéré comme une des  pires  perversions  de  la  vérité:  «Apostasier  signifie  "se  couper  de  la  relation  salvatrice que l'on avait avec Christ, ou abandonner toute union vitale avec Lui,  et toute foi véritable en Lui". Ainsi, l'apostasie individuelle n'est possible que  pour  ceux  qui  ont  d'abord  expérimenté  le  salut,  la  régénération,  et  le  renouvellement  du  Saint­Esprit.  Elle  contient  deux  aspects  distincts:  1)  L'apostasie  doctrinale,  c'est­à­dire  le  rejet  d'une  partie,  ou  de  la  totalité  des  enseignements  de  Christ  et  des  apôtres;  2)  L'apostasie  morale,  c'est­à­dire  le  fait,  pour  quelqu'un  qui  était  Chrétien,  de  cesser  de  demeurer  en  Christ,  pour  redevenir  esclave  du  péché  et  de  l'immoralité».  Dans  le  cadre  de  la  théologie  traditionnelle  Arminienne  et  Évangélique,  l'apostasie  se  définit  simplement  comme suit: un croyant né de nouveau authentique peut perdre son salut s'il  se détourne de sa foi chrétienne (c'est­à­dire, en ne croyant plus en Christ ou en  ne lui faisant plus confiance). Une telle personne pourrait être considérée comme  "apostate".  L'apostasie  est  ainsi  définie  par  ces  réprouvés  comme  "une  répudiation  délibérée  et  l'abandon  de  la  foi  de  quelqu'un  qui  l'avait  professée."  Les  individus  qui  soutiennent  ce  point  de  vue  interprètent  souvent  les  Écritures  qui font référence à être " tombé " ou avoir " abandonné " comme l'apostasie. La  question pour les partisans de ce point de vue est la foi initiale au salut ainsi que  la confiance que nous devons avoir en Christ à chaque moment et à chaque jour  de  notre  vie.  Leur  théologie  ne  fait  aucune  place  à  l'échec  moral  et  éthique  temporaire  du  croyant.  Le  fait  qu'un  croyant  commette  un  péché  n'est  pas  nécessairement  un  signe qu'il  a perdu  son  salut.  Toutefois,  selon  eux,  l'homme  ou  la  femme  qui  se  détourne  délibérément  de  l'église  (généralement  de  leur  dénomination  particulière),  de  Christ,  et  de  tout  ce  qu'il  croyait  (qui  serait  contraire au genre de foi qu'ils professent), est sûrement sorti du royaume de la  lumière  pour  retourner  vers  celui  des  ténèbres.  Après  tout,  ils  argumentent  que, si nous sommes libres de choisir Christ, pourquoi ne le serions­nous  pas  de  nous  en  éloigner?  Il  est  évident  que  ces  gens  n'ont  aucune  sécurité  envers leur salut, et cela est normal puisqu'il est basé sur la prétention d'un libre  choix  et  d'une  obéissance  inconsistante  dont  la  source  est  le  coeur  rebelle  de  l'homme.  En d'autres mots, ils n'ont aucun salut à perdre puisqu'ils ne sont pas  sauvé  et  ne  connaissent  rien  de  la  grâce  souveraine  qu'ils  remplacent  par  la  dignité humaine, et ne font que s'illusionner qu'ils sont chrétiens.  La  contagion  Arminienne  est  tellement  répandue  à  tous  les  niveaux  de  notre  société que même nos dictionnaire moderne en donne une étymologie douteuse  et  la  décrive  comme:  «Abandon  publique  et  volontaire  d'une  religion,  particulièrement de le foi chrétienne; renoncement à l'état sacerdotal ou religieux;  abandon d'un parti, d'une doctrine (Dictionnaire Larousse). Le mot apostasie est  un  terme  Grec  qui  est  utilisé  seulement  à  deux  reprises  dans  le  Nouveau  Testament. Nous le retrouvons uniquement dans Ac. 21:21 et 2 Thes. 2:3 et il est

16


traduit différemment  dans  ces  deux  contextes  comme  nous  voyons  dans  différentes  versions  de  la  Bible.  La  Segond  et  la  Darby  le  traduisent  dans  Ac.21:21 par «renoncer», mais dans 2 Thes. 2:3 le terme n'est pas traduit mais  translittéré  du  Grec  et  demeure  «apostasie»,  ce  qui  nous  indique  que  ces  traducteurs  ont  refusé  de  le  traduire  pour  quelque  raison  obscure  ou  qu'ils  n'avaient aucune notion juste du mot, ce qui semble improbable. Toutefois, nous  voyons  que  la  Bible  Martin  et  la  Bible  Ostervald  portent  elles  aussi  «renoncer»  dans Ac. 21:21, mais dans 2 Thes. 2:3 le terme a été traduit par «révolte», nous  donnant  un  sens  plus  précis  de  ce  qu'est  l'apostasie.  Or  le  terme  «révolte»  implique la violence, l'agitation, l'agression, la faction, le sectarisme, le viol, etc.  Le  Dictionnaire  Grec­Français  de  J.  Planche  (1860)  donne  les  différentes  nuances du mot «apostasie» comme: «séparation, abandon, défection, distance,  éloignement,  insurrection,  trancher,  exclure,  accaparer,  enlever  une  chose  ou  une  partie  ou  portion  de...»  Renoncer  à  quelque  chose  est  un  abandon  ou  délaissement  qui  implique  une  rupture  véhémente  ou  un  viol  des  principes  ou  doctrines  maintenus  par  un  groupe  quelconque  sans  nécessairement  les  avoir  professer auparavant. Il n'est aucunement nécessaire qu'une personne professe  les même doctrines pour ce genre d'abandon. Lorsqu'un Musulman renonce à la  foi  chrétienne  c'est  qu'il  la  rejette  comme  non  valide  et  qu'il  s'y  oppose  avec  véhémence.  Il  n'est  aucunement  nécessaire  pour  lui  d'avoir  professer  la  même  foi  pour  abandonner  ou  délaisser  une  religion  qu'il  considère  comme  une  menace à sa propre foi. Il abandonne la foi chrétienne non pas à cause qu'il en  faisait parti et qu'il maintenait les mêmes doctrines, mais à cause qu'il se soulève  contre et en viol les principes en profanant le sens qu'ils détiennent. La nuance  du Dictionnaire de J. Planche de «trancher, d'exclure ou d'enlever une chose ou  une partie» à un élément quelconque comme à une doctrine essentielle de la foi  chrétienne se rapporte précisément au terme apostasie dans le contexte biblique  que nous regardons. Dans Ac. 21:21 nous voyons que l'apôtre Paul est accusé  par les Juifs d'avoir retrancher ou exclu de son enseignement des principes de la  loi de Moïse qu'ils considéraient essentiels comme de «ne point circoncire leurs  enfants  et  de  vivre  selon  les  ordonnances  de  la  loi».  Il  est  évident  qu'en  retranchant ou enlevant un principe dans un enseignement ou doctrine qu'on en  change le sens pour lui donner une signification qu'il ne détenait pas auparavant.  Qui ne sait qu'enlever seulement un mot dans une phrase ou le remplacer par un  autre  donne  souvent  toute  une  autre  signification  de  ce  qu'elle  disait.  Les  accusations portées contre Paul nous donnent ainsi le contexte dans lequel nous  devons  regarder  pour  obtenir  le  sens  réel  du  terme  apostasie.  L'Apostasie  réelle consiste donc à modifier la foi en lui donnant une autre signification  qu'elle n'avait pas originellement. En d'autres mots, l'apostasie est un viol de  la  Parole  de  Dieu,  une  falsification  de  son  enseignement,  une  révolte  contre  la  souveraineté de Dieu dans son don du salut par la grâce par le moyen de la foi  qu'il  accorde  selon  son  bon  plaisir  à  ceux  qu'il  a  désigné.  Un  apostat  ou  apostasié est ainsi celui ou celle qui déforme la vérité essentielle de la foi dans le  but  d'en  présenter  une  approximation  subtile  qui  plait  aux  oreilles  de  tous.  L'interprétation  du  mot  apostasie  par  les  Arminiens  Évangéliques  et  par  la  grande  majorité  du  christianisme  traditionnel  est  donc  fausse  et  conçue

17


spécifiquement dans  un  but  de  dissimuler  la  vérité  et  de  séduire  les  gens.  Ils  portent la condamnation d'avoir modifié la justification par la foi en la remplaçant  subtilement par la justification par le choix. Ils ont altéré la signification du don de  la  foi  en  la  transformant  en  une  faculté  intellectuelle  qui  dépend  de  leur  libre  choix, et ce faisant ils s'érigent comme des dieux (Gen. 3:5).  En faisant du salut une décision personnelle qui est accessible par le libre choix  de croire de l'individuel, celui­ci se déclare inévitablement non seulement maître  de  son  destin  mais  aussi  maître  de  son  salut,  ce  qui  l'élève  au  niveau  de  la  divinité.  Nous  obtenons  ainsi  une  meilleure  compréhension  des  passages  2  Thes.  2:3,4  dont  la  signification  demeure  énigmatique  pour  un  grand  nombre  à  cause  du  temps  d'apostasie  dans  lequel  nous  vivons.  L'apôtre  Paul  dit:  «Que  personne  ne  vous  séduise  en  aucune  manière;  car  il  faut  que  la  révolte  (apostasie) soit arrivée auparavant, et qu'on ait vu paraître l'homme du péché, le  fils  de  la  perdition,  l'adversaire  et  celui  qui  s'élève  au­dessus  de  tout  ce  qu'on  appelle  Dieu,  ou  qu'on  adore,  jusqu'à  s'asseoir  comme  dieu  dans  le  temple  de  Dieu, se proclamant lui­même dieu.» (2 Thess. 2: 3, 4).» Comme nous avons vu,  dans  le  contexte  de  ces  passages,  le  mot  «apostasie»  ne  signifie  pas  abandonner la foi mais «déformer la foi». Il n'est donc pas étonnant de voir que  les  déformateurs  Évangéliques  attribuent  ces  passages  à  un  Antichrist  à  venir  qui siègerait dans un temple reconstruit à Jérusalem où il se proclamerait comme  Dieu.  Avec  les  extravagances  mythiques  d'une  telle  interprétation  ils  jettent  du  sable  aux  yeux  des  gens  afin  de  cacher  la  lumière  de  la  vérité  qui  les  expose  comme  des  apostats.  L'Écriture  s'interprète  elle  même  sans  l'aide  de  folles  conjectures  sophistiquées  issues  de  leur  raisonnement  fautif  et  dépravé.  Il  ne  s'agit  ici  aucunement  d'un  temple  littéral  reconstruit,  mais  du  temple  du  corps  dans lequel l'Esprit habite, comme l'indique clairement l'apôtre Paul: «Ne savez­  vous  pas  que  vous  êtes  le  temple  de  Dieu,  et  que  l'Esprit  de  Dieu  habite  en  vous?  Si  quelqu'un  pollue  le  temple  de  Dieu,  Dieu  le  ravagera  de  la  même  manière; car le temple de Dieu est saint, et vous êtes ce temple (1 Cor. 3:16,17);  Ne  savez­vous  pas  que  votre  corps  est  le  temple  du  Saint­Esprit,  qui  est  en  vous, et qui vous a été donné de Dieu, et que vous n'êtes point à vous­mêmes?  (1  Cor.  6:19)»  Dans  cette  optique  nous  voyons  que  Paul  nous  parle  dans  le  contexte  de  2  Thes  2:3,4  d'un  faux  temple,  d'un  temple  adversaire  qui  est  une  contrefaçon  de  celui  qui  est  authentique  dans  lequel  «le  fils  de  la  perdition»  se  déclare  être  Dieu.  En  d'autres  mots,  Paul  nous  parle ici  d'un  faux  christianisme  dans  lequel  les  gens,  sous  la  prétention  d'être  chrétien  (des  faux  temples),  s'élèvent comme Dieu, et cela ce rapporte directement à la doctrine Arminienne  du libre choix dont nous savons que l'expression signifie «hérésie» dans le Grec  original. Il est très important de remarquer que l'expression «fils de perdition» est  attribué  à  Judas  qui  a  trahit  Jésus  (Jean  6 :  70,  71),  ce  qui  nous  indique  que  dans  ces  passages  elle  détient  une  désignation  collective,  nous  indiquant  que  l’Arminianisme Évangélique est une traîtrise envers la vérité de la foi chrétienne  qu'il  déforme  à  sa  guise  afin  de  séduire  les  ignorants.  Ces  passages  nous  indiquent aussi une période qui était à venir et qui maintenant est avec nous où  la souveraineté de l'homme dominera dans le christianisme mondialement par sa

18


doctrine du  libre  choix  de  croire.  Si  ces  passages  nous  parlent  d'un  Antichrist,  celui­ci  n'est  pas  un  homme  comme  les  apostats  le  prétendent,  mais  une  doctrine  d'hommes  qui  en  fait  des  dieux.  Cette  période  de  séduction  mondiale  est  ce  que  plusieurs  nomment  «la  Grande  Apostasie»,  et  Il  n'y  a  aucun  doute  que  ces  passages  sont  relié  à  cette  période  d'épreuve  que  le  Seigneur  Jésus  mentionne dans l'Apocalypse: «Parce que tu as gardé la Parole de ma patience,  moi­même  je  te  garderai  de  l'heure  de  la  tentation  qui  doit  venir  sur  le  monde  entier, pour éprouver les habitants de la terre. (Apoc. 3:10)» Même qu'il y existe  aussi  une  relation  très  étroite  avec la  courte  période  vers la  fin  du  temps  de  la  grâce  (2  Pi.  3:8;  Apoc.  20:2)  dans  laquelle  Satan  est  délié  de  sa  prison:  «Et  quand  les  mille  ans  seront  accomplis,  le  rival  sera  délivré  de  sa  prison. Et  il  sortira  pour  séduire  les  nations  qui  sont  aux  quatre  coins  de  la  terre,  Gog  et  Magog, et il les assemblera pour combattre; et leur nombre est comme le sable  de la mer. Et ils montèrent sur la surface de la terre, et ils environnèrent la base  de la foi des saints et la disposition bien­aimée du salut par la grâce; mais un feu  venant de Dieu descendit du ciel et les dévora. Et la concurrence séductrice, qui  les  trompait,  fut  jeté  dans  l'étang  de  feu  et de  soufre,  où  sont la  malignité  et le  faux prophète; et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles (Apoc.  20:7­10;  Bible  Épée).»  En  regardant  l'état  du  christianisme  traditionnel  et  Évangélique dans le temps présent, on ne peut plus avoir aucun doute que tout  le  christianisme  en  entier  est  tombé  dans  l'apostasie  de  l'Arminianisme,  sauf  quelques­uns que le Seigneur s'est réservé, et que la fin est proche. L'apparition  finale  du  Seigneur  Jésus  dans  laquelle  il  détruira  tous  nos  ennemis  est  pour  bientôt, et nous nous en réjouissons et nous en réjouirons éternellement.

19


L'ÉCHAPPATOIRE Nous  vivons  dans  une  ère  de  déception  et  de  duplicité  sans  pareille  dans  laquelle l’apostasie  est rampante  dans  tous les  domaines  du  christianisme.  Les  prétentions  à  la  vérité  sont  légions,  et  le  mot  CHRÉTIEN  a  perdu  sa  valeur  d’autrefois,  tellement  qu'il  est  presque  honteux  d'en  porter  le  nom.  La  Bible  est  discréditée  et  falsifiée  par  des  interprétations  erronées  qui  valorisent  les  différentes dénominations. L’œcuménisme est de vague et être chrétien signifie  simplement  pour  tous,  même  pour  le  Catholicisme  idolâtre  qui  a  adopté  la  terminologie  évangélique,  «d’accepter  Jésus  comme  son  Sauveur  personnel».  Le  libre  choix  est  valorisé  à  tous  les  niveaux  du  christianisme  et  la  dignité  de  l’être humain est honorée par tous ceux qui se disent chrétiens. Le Christianisme  a  sombré  dans  une  tiédeur  inimaginable  et  très  peu  sont  ceux  qui  peuvent  distinguer entre la vraie foi et son imitation psychologique moderne. Tellement de  gens  s’illusionnent  pensant  être  chrétiens  qu’on  pourrait  se  demander  sincèrement si de vrais chrétiens existent encore de nos jours. On pourrait même  parfois  avoir  l’impression  que  le  christianisme  authentique  a  disparu  complètement  de  la  face  de  la  terre.  Or,  nous  savons  autrement,  nous  savons  aussi que l’enjeux est sérieux et que le combat pour la vérité est de plus en plus  difficile dans ces temps de ténèbres. Des millions et des millions de gens qui se  disent chrétiens s'en vont en enfer Bible à la main et un cantique sur leur lèvres.  Nul  ne  réalise  pleinement  les  dangers  que  représentent  les  sectes  dites  Évangéliques,  qui  ne  s'auraient  exister  sans  les  gens  ordinaires  qui  les  composent et qui les supportent aveuglement.  La  grande  majorité  des  Évangéliques  sont  des  gens  communs  qui  assistent  à  des  assemblées  dites  chrétiennes.  Sauf  quelques  exceptions  très  rares,  ces  gens  sont  ignorants  en  ce  qui  concerne  le  Calvinisme  et  l'Arminianisme  et  considèrent  ces  choses  nuisibles  et  même  inutiles,  tout  simplement  à  cause  qu'ils  ne  veulent  pas  se  donner  la  peine  d'étudier  le  sujet  à  fond  et  prendre  position. Passifs et indolents, ils craignent la liberté et n'aiment pas être dérangé  dans leur piètre confort, ils préfèrent être dit quoi croire, quoi penser, quoi dire et  quoi faire par leurs pasteurs. Tout ce qu'ils savent des doctrines n'est que du ouï­  dire  qu'ils  entendent  dans  des  discussions  entre  les  membres  avant  et  après  leurs  réunions,  et  ils  forment  leurs  opinions  absurdes  sur  ces  choses  qu'ils  s'imaginent être la vérité. En fait, ces dans ce genre de rencontre que se pratique  le don par excellence des Évangéliques, à savoir le commérage. Leur forme de  christianisme consiste seulement à s'asseoir sur les bancs de leurs églises une  fois par semaine pour chanter des cantiques et gober tout ce que leurs pasteurs  leurs disent sans question demandé. S'il en advient de vérifier avec les Écritures  les enseignements qu'ils reçoivent, ils le font sous les directives de leur pasteur  qu'ils  vénèrent  comme  une  vache  sacrée.  Le  pasteur  leur  affirme  que  ce  qu'il  enseigne  est  dans  la  Bible  et  il  leur  donne  les  passages  précis  où  vérifier.  Ils  ouvrent  le  livre  et  voit  les  passages  et  cela  suffit  pour  les  convaincre  que  leur  pasteur  dit  vrai  et  qu'ils  sont  dans  la  bonne  voie.  Ils  ont  des  oreilles  pour  entendre  mais  ne  comprennent  rien,  ils  ont  des  yeux  pour  voir  mais  ne

20


perçoivent rien, ils lisent mais ne savent pas lire car ils voient avec leurs préjugés  et les oeillères de leur dénomination particulière.  En ce qui concerne l'Arminianisme, ces gens en ont aucune notion ou très peu.  S'il  arrive  qu'ils  en  entendent  parler,  leur  ignorance  et  leur  paresse  les  empêchent  de  prendre  position  par  rapport  à  ce  sujet  essentiel.  Ils  cherchent  ainsi un échappatoire pour se tirer d'embarras dans une tentative de se montrer  intelligent, et afin d'éviter leur responsabilité de combattre pour la foi et la vérité.  L'excuse  la  plus  répandue  est  évidemment  la  Bible  à  laquelle  ils  se  réfèrent.  Voici en gros leur principe: «La Bible nous offre une théologie plus humaine que  le Calvinisme, plus divine que l'Arminianisme, et plus chrétienne que les deux.»  Ces comme dire: «Vu que la Bible ne parle pas du café ni du thé, nous devons  conclure  qu'il  est  plus  chrétien  de  ne  pas  en  discuter,  car  on  risquerait  d'être  obligé de prendre position et de déclarer que soit le café est bon et que le thé est  méchant, soit que le café est méchant et que le thé est bon.» Aussi ridicule que  cela  puisse  être,  c'est  en  fait  la  logique insensé  et  fautive  des ignorants  et  des  lâches  qui  remplissent  les  bancs  des  églises  dites  Évangéliques.  La  Parole  de  Dieu  dit  à  propos  de  ces  gens:  «Que  celui  qui  a  des  oreilles,  écoute  ce  que  l'Esprit  dit  aux  Églises.  Écris  aussi  à  l'ange  de  l'Église  de  LAODICÉE:  Voici  ce  que dit l'Amen, le Témoin fidèle et véritable, le Principe de la création de Dieu: Je  connais tes œuvres; je sais que tu n'es ni froid ni bouillant. Oh! si tu étais froid ou  bouillant!  Ainsi,  parce  que  tu  es  tiède,  ni  froid,  ni  bouillant,  je  te  vomirai  de  ma  bouche... (Apoc. 3:13­16)» Il n'y a aucun doute que ces prétendus chrétiens sont  dans un égarement total, ils croient au mensonge et récolteront le salaire qui leur  est  du  et  leur  libre  choix  ne  pourra  pas  les  sauver  de  la  condamnation.  Ils  pensent que Dieu n'impose pas sa volonté à l'homme libre, mais ils se trompent  grandement car la Parole de Dieu affirme le contraire: «C'est pourquoi Dieu leur  enverra un esprit efficace d'égarement, pour qu'ils croient au mensonge; Afin que  tous  ceux  qui  n'ont  pas  cru  à  la  vérité,  mais  qui  ont  pris  plaisir  dans  l'injustice,  soient condamnés. (2 Thes. 2:11,12)» Les Arminiens peuvent croire dur comme  fer  qu'ils  ont  le  libre  choix,  mais  Dieu  ne  leur  donne  pas  le  choix  et  ils  périront  tous  dans  leur  égarement  comme  nous  voyons  dans  la  doctrine  de  la  double  prédestination. Ils refusent de croire que Dieu a déterminé certaines personnes à  la perdition éternelle, mais en enfer il n'y aura pas d'incroyant.

21


LA DUPLICITÉ  Un des plus grands propagateurs du poison de l’Arminianisme Évangélique, est  le  renommé  Alfred  Kuen  qui,  dans  son  livre  «Il  faut  que  vous  naissiez  de  nouveau»,  monte  une  défensive  pour  la  fausse  doctrine  du libre  choix  sous  les  rubriques  «L’HOMME  EST  UNE  CRÉATURE  LIBRE»  et  «CARACTÈRE  CONDITIONNEL DU SALUT». S’appuyant, pour valider son point vu, sur les plus  grands  philosophes  de  l’Antiquité  (Socrate,  Platon,  Aristote),  du  Moyen­Age  (Duns,  Scot)  et  des  temps  modernes  (Descartes,  Leibnitz,  Spinoza,  Kant,  Bergson), Kuen procède à dire: «La Bible n’enseigne nulle part de façon explicite  que  l’homme  pécheur  soit  libre.  Mais  elle  nous  apporte  à  cet  égard  une  révélation capitale, que l’apôtre Paul a résumée de manière saisissante dans son  épître  aux  Ephésiens  1:  3­14.»  Ayant  cité  les  passages  bibliques  les  plus  importants qui proclament la souveraineté de Dieu et non la liberté de l’homme,  Kuen  poursuit  sa  pensée  illogique  et  contradictoire  en  disant  immédiatement  après: «En d’autres termes, à l’heure où, sous quelque forme que ce soit (parole  écrite,  témoignage,  prédication,  expérience,  vision,  etc.)  et  conformément  à  l’Écriture,  l’Évangile  nous  est  annoncé  et  le  salut  nous  est  offert,  Dieu,  par  le  Saint­Esprit et à cause de Jésus­Christ, nous accorde la liberté de l’accepter ou  de  le  refuser  consciemment.»  Si  tel  serait  le  cas,  une  telle  liberté  serait  donné  avant la conversion et cela est contraire à la Parole de Dieu. Une personne non  convertie n'a  pas l'Esprit, et l'Esprit  n'accorde  aucunement  à  une  personne  non  régénéré  la  liberté  d'accepter  ou  de  refuser  Christ.  Un  tel  enseignement  est  complètement  étrange  aux  Saintes  Écritures.  Ça  serait  une  abomination  mensongère  et  aberrante  que  de  dire  que  la  Parole  de  Dieu  supporterait  une  telle doctrine. La liberté que nous accorde l'Esprit est d'être libre du péché et de  la  condamnation,  et  non libre  d'accepter  ou de  rejeter  Christ.  Le  salut n'est  pas  un  choix,  mais  un  don  (Éph.  2:8,9),  non  un  don  que  nous  sommes  libre  d'accepter ou de rejeter, mais une faveur que Dieu impose à ceux qu'il a choisi  d'entre  tous  genres  d'hommes.  Sans  une  telle  imposition  il  serait  impossible  d'être sauvé car le pécheur est mort spirituellement et un mort n'a pas la vie en  lui, il n'a pas la capacité de choisir de croire ou non, il est mort et ses dispositions  ne  sont  que  corruption.  Oserions  nous  dire  que  Lazare  qui  était  mort  depuis  quatre  jour  et  dont  le  corps  était  en  état  de  décomposition  avait  le  choix  de  revenir  à  la  vie  et  était  libre  de  venir  à  Christ  ou  de  refuser  (Jean  11:23­44)  ?  Pourtant c'est bien cela que Kuen et tous les Évangéliques essaye de nous dire.  Allons­nous  croire  les  radotages  insensés  de  ces  réprouvés  ou  la  Parole  de  Dieu?  Telle  est  la  confession  de  foi  d'un  évangélique.  Quelle  horreur.  Elle  est  une  véritable  déclaration  de  révolte  contre  Dieu.  Le  don  le  plus  précieux  qu'offre  Kuen  est  une  souveraineté  indépendante  de  Dieu  qui  provient  de  l'arbre  de  la  connaissance  du  bien  et  du  mal.  Non  seulement  Kuen  contredit  les  Écritures,  mais  il  en  tord  le  sens  pour  valider  sa  fausse  doctrine.  Ceci  se  voit  davantage  sous  la  deuxième  rubrique:  «L’homme  est  libre  de  répondre  à  cet  appel  au  salut…  Affirmer  que  l’homme  n’a  aucun  rôle  à  jouer  pour  que  son  salut  devienne  effectif,  c’est  donc  se  mettre  en  opposition  avec  l’enseignement

22


biblique. Sa  participation,  limitée  à  l’appropriation  volontaire  des  bénédictions  acquises par Christ, ne ternit en rien l’œuvre de Christ et elle sauvegarde le don  le  plus  précieux  qu’en  Jésus­Christ  Dieu  rende  à  l’homme:  la  liberté.»  Note  de  bas  de  page  du  même  livre:  «Au  cours  de  toute  l’histoire  du  salut,  Dieu  n’agit  jamais  mécaniquement  et  sans  poser  aucune  condition…  L’annonce  de  l’Évangile  divise  les  hommes  en  deux  camps  opposés;  elle  est  une  occasion  offerte par Dieu à l’homme de passer d’un camp à l’autre, en usant de la liberté  qui  lui  est  rendue  en  Christ…  De  la  même manière  Jésus  a  traversé  toutes  les  générations de tous les siècles. Il a divisé les hommes en deux camps: ceux qui  choisissaient  de  le  suivre  et  ceux  qui  choisissaient  de  le  rejeter…»  Notes  du  même  livre:  «…bon  nombre  de  théologiens  bien  connus  affirment  la  nécessité  d’une participation active de l’homme… La nouvelle naissance, dit le professeur  E. Brunner, c’est la nouvelle créature par la foi, et cette foi en Christ exige notre  participation  active…  La  peur  du  pélagianisme  catholique,  de  la  justification  par  les œuvres, ne doit pas nous amener à perdre le personnalisme, c’est à dire la  vision  de  la  responsabilité  de  la  personne…  Qu’on  appelle  cela  synergisme  ou  non,  nous  avons  à  faire  quelque  chose  nous­même…  Les  deux  pôles  de  l’œuvre  créatrice  de  Dieu  et  de  la  réponse  volontaire  de  l’homme  sont  à  considérer comme essentiels et réciproques… Dieu veut que tous les hommes  soient sauvés, mais seuls ceux qui le veulent seront sauvés… La volonté de  l’homme est engagée dès le début; et, dans ce sens, est croyant ou incroyant qui  veut…» S'il y a un choix à faire ici c'est de vomir cet écœuranterie Évangélique  abominable.  Il  s’agit  ici  de  citer  simplement  quelques  passages  de  la  Parole  inspirée de Dieu pour exposer la traîtrise subtile et subversive de Alfred Kuen qui  influence fortement les mouvements dits Évangéliques:  «L'Éternel  a  fait  tout  pour  soi­même;  et  même  le  méchant  pour  le  jour  de  la  calamité.» (Prov. 16:4)  «Éternel, je connais que la voie de l'homme  ne dépend pas de lui, et qu'il n'est  pas au pouvoir de l'homme qui marche, de diriger ses pas.» (Jer. 10:23)  «Mais  à  tous  ceux  qui  l’ont  reçu,  il  leur  a  donné  le  droit  d’être  faits  enfants  de  Dieu; savoir à ceux qui croient en son nom; lesquels ne sont point nés de sang,  ni  de  la  volonté  de  la  chair,  ni  de  la  volonté  de  l’homme;  mais  ils  sont  nés  de  Dieu» (Jean 1: 12, 13; Bible Martin).  «Je ne parle point de vous, je sais ceux que j’ai élus…» (Jean 13: 18).  «Car il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus» (Matt. 22: 14).  «Ce  n’est  pas  vous  qui  m’avez  élu  (choisi),  mais  c’est  moi  qui  vous  ai  élus  (choisi)…» (Jean 15: 16).  «…et tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle, crurent» (Actes 13: 48).  «parce  qu’il  vous  a  été  gratuitement  donné  dans  ce  qui  a  rapport  à  Christ,  non  seulement de croire en lui, mais aussi de souffrir pour lui» (Phil. 1: 29).  «selon  qu’il  nous  avait  élus  en  lui  avant  la  fondation  du  monde…  nous  ayant  prédestinés pour nous adopter à soi par Jésus­christ, selon le bon plaisir de sa  volonté» (Eph. 1: 4, 5).  «Car vous êtes sauvés par grâce, par la foi; et cela ne vient point de vous, c’est  le don de Dieu» (Eph. 2: 8).

23


Il est  évident  que  le  synergisme  Arminien  des  mouvements  Évangéliques  entraîne ses partisans dans d’insolubles contradictions et engendre la confusion  doctrinale partout où il est enseigné; en effet, si d’un côté il affirme la coopération  de l’homme à sa conversion, c’est à dire la nécessité de ses propres efforts dans  sa  régénération  et  son  salut,  de  l’autre,  il  insiste  sur  la  grâce  comme  seule  espérance du pécheur. Le synergisme Arminien Évangélique est donc, en même  temps, une affirmation et une négation, un mélange de la grâce et de la nature  humaine,  qui  aboutit  à  la  destruction  de  la  vérité  chrétienne  centrale,  savoir  la  justification par la grâce seule, et, avec elle, de la certitude de l’amour de Dieu et  du salut éternel.  Dans  notre  investigation  du  sujet  que  nous  traitons  sur  l'Arminianisme,  nous  avons rencontré et parlé avec un grand nombre de personnes, incluant plusieurs  pasteurs,  particulièrement  des  Baptistes  et  des  Pentecôtistes.  Lorsque  questionné  par  rapport  à  l'Arminianisme,  tous  les  pasteurs  sont  unanimes  pour  dire  qu'ils  ne  sont  pas  Arminiens  et qu'ils  rejettent l'Arminianisme.  Mais  lorsque  nous  vérifions  de  plus  prêt  leurs  enseignements,  il  est  facile  de  voir  que  leurs  affirmations est contraire à ce qu'ils disent. Les pires hypocrites que nous avons  rencontré  face à l'Arminianisme  sont  les  pasteurs  Baptistes du  Québec,  surtout  ceux qui détiennent des liens avec le Séminaire Baptiste Évangélique du Québec  (S.E.M.B.E.Q.),  le  nid  de  l'apostasie  que  nous  avons  surnommé:  Société  Emphatique des Manipulateurs Baptistes Empiriques du Québec. Ils se disent ni  Calviniste  ni  Arminien,  mais  strictement  biblique,  et  comme  nous  savons,  cela  est  le  faux­fuyant  par  excellence  des  gens  irresponsables,  ce  n'est  qu'une  tentative de se tirer d'embarras d'une façon habile et subtile. Il n'existe pas trois  positions  sur  la  grâce  du  salut,  le  Calvinisme,  l'Arminianisme,  et  la  Bible,  mais  deux seuls et seulement une est véritable et solidement biblique. Le Calvinisme  déclare  directement  ce  que  la  Bible  dit  sans  détours  ni  subtilités,  comme  nous  voyons dans les doctrines de la grâce élaborées dans TULIPE. Il n'existe pas de  zones  grises  entre  le  Calvinisme  et  l'Arminianisme,  on  est  soit  pour  la  Souveraineté  de  Dieu  ou  la  souveraineté  de  l'homme  dans  le  salut,  et  la  Bible  déclare  la  Souveraineté  absolu  de  Dieu  sur  toutes  choses.  Non  seulement  ces  pasteurs Baptistes sont des Arminiens mais ils sont aussi des menteurs subtils et  raffinés.  Voici  ce  que  déclare  l'Église  Baptiste  Évangélique  de  Rivières  des  Prairies  de  Montréal,  Québec,  qui  fait  partie  de  «l'association  des  églises  baptistes évangéliques au Québec» et qui est associée à S.E.M.B.E.Q. Dans un  de  ses  articles  qui  représente  la  position  générale  de  tous  les  Baptistes  du  Québec  et  qui  se  nomme  se  nomme  «Cinq  pas  vers  le  salut»,  nous  trouvons: «C’est à vous maintenant de prendre une décision. Si vous désirez  recevoir  maintenant  ce  don  gratuit  qu'est  le  salut  en  Jésus­Christ.»  Dans  cette  courte  phraséologie  subtile,  deux  point  ressortent  qui  attirent  notre  attention.  Premièrement  le  titre  de  l'article  même  est  teinté  de  l'Arminianisme,  il  indique  qu'une  personne  doit  faire  quelque  chose  pour  obtenir  son  salut,  faire  des  pas  est  l'indice  d'un  effort  et  tout  effort  est  une  oeuvre.  Pour  ceux  qui  ont  du  discernement,  et  très  peu  en ont, il  est  évident  ici  que  les  Baptistes  enseignent

24


un salut  par  les  oeuvres  sous  déguisement  d'un  salut  par  la  grâce.  Deuxièmement, la déclaration qu'il faut prendre «une décision» est sans aucun  doute  la  position  Arminienne  du  libre  choix.  Cela  est  évident,  il  faudrait  être  aveugle  pour  ne  pas le  voir.  Ceci  est la  plus  belle  évidence  que  tous  ces  gens  sont des hypocrites de la pire espèce et des faux chrétiens. Nous voyons un peu  la  même  chose  dans  une  déclaration  de  l'Église  Baptiste  de  Vaudreuil  au  Québec: «je puis maintenant me tourner vers Jésus afin que je sois entièrement  pardonné.  C'est une  grâce  et c'est à  moi  de  la  recevoir. Jésus n'espère  que  mon  choix  (Église  Baptiste  Évangélique  de  Vaudreuil:  http://eglisevaudreuil.com)»  On  tente  de  nous  passer  de  telle  saleté  sous  couverture  chrétienne  enrobée  d'une  fausse  humilité.  Mais  les  Baptistes  du  Québec ne  sont  pas les  seuls, la  contagion est  mondiale  à  tous les niveaux  du  christianisme.  L'abomination  de  l'Arminianisme  se  présente  sous  différentes  formes,  les  aberrations  sont  nombreuses  et  variées  mais  elles  reviennent  tous  au  même  point.  Voici  la  position  Pentecôtiste  d'après  un  hérétique  du  nom  de  Paul  Gosselin  que  nous  avons  trouvé  sur  le  site  SAMIZDAT  (http://www.samizdat.qc.ca/vc/theol/predest.htm):  «Je  pense  qu'à  quelque  part  bien des calvinistes ont une image de Dieu d'un dieu pas trop sûr de lui, un peu  insécure, à qui l'idée du libre arbitre humain rendrait mal à l'aise, comme si son  honneur en était menacé. Ce dieu a donc besoin de sa souveraineté absolue et  le  garde  jalousement  car  sinon  il  serait  déshonoré.  À  mon  avis,  la  volonté  humaine  n'est  pas  corrompu,  ni  incorrompu.  Il  est  ni  l'un  ni  l'autre.  Il  s'agit  simplement un fait observable, lié à l'existence humaine, tout comme le fait que  l'être  humain  est  composé  d'un  corps  et  d'un  âme  ou  encore  que  les  êtres  humains  sont  soit  du  sexe  mâle  ou  femelle.  La  Chute  de  l'homme  n'y  change  rien.»  Ce  torchon  écoeurant  est  une  offense  à  Dieu  directement,  à  sa  Parole  inspirée et à tous les chrétiens réels. Voyons maintenant la Confession de Foi de  l'Alliance  Baptiste  de  France  ou  l'ABF  que  nous  retrouvons  sur  le  site  suivant:  http://alliance.baptiste.free.fr/principes.html: «Nous croyons ­ que Dieu, dans Sa  souveraineté,  a  donné  à  l'homme  perdu  un  libre­arbitre  lui  permettant  de  choisir sa destinée éternelle, de croire au Fils pour avoir la vie ou de le refuser  pour  sa  condamnation  (Jean  3/36).  ­Nous  croyons  que  les  élus  ne  sont  pas  prédestinés à être sauvés, ni choisis arbitrairement, puisque Dieu veut que tous  les  hommes  soient  sauvés  (I  Timothée  2/4),  mais  qu'ils  sont  élus  selon  la  prescience de Dieu (I Pierre 1/2) qui connaissait d'avance ceux qui allaient croire  en Son Fils... ­Nous ne soutenons ni la thèse calviniste ni la pensée arminienne  sur  le  salut.»  Rien  de  nouveau  sous le  soleil. Ces  hypocrites affirment  qu'ils ne  soutiennent  pas  «la  pensée  arminienne»  tout  en  disant que «l'homme  a  le libre  arbitre de choisir sa destinée éternelle», ce qui est la position de l'Arminianisme.  Soit qu'ils sont aveugles et ignorants ou que leur position a été conçue dans le  but  spécifique  de  séduire  les  gens.  Nous  retrouvons  la  même  chose  dans  la  Confession de Foi de l'Église Biblique Baptiste de Rouen en France, mais avec  plus  de  détails  qui  les  exposent  comme  des  réprouvés:  «L’obtention  du  salut  dépend en partie de Dieu... en conséquence de quoi, nous rejetons la déviation

25


doctrinale communément  appelée  calvinisme...  L’obtention  du  salut  est  impossible  en  dehors  d’une  décision  personnelle  et  volontaire  du  pécheur...  Quant  aux  dons  spirituels,  l’Esprit  agit  en  pleine  souveraineté,  les  distribuant  à  chaque  croyant  comme  Il  veut  (I  Corinthiens  12:11),  ce  qui  exclut  tout  choix  personnel...  La  Parole  de  Dieu  enseigne  également  la  sécurité  éternelle  du  croyant.  Dès  la  régénération  et  pour  toute  éternité,  le  salut  du  croyant  est  assuré.  Nous  rejetons  par  conséquent  la  déviation  doctrinale  communément  appelée  arminianisme.  (Église  Biblique  Baptiste  de  Rouen:  http://www.eglise­biblique­baptiste­  rouen.net/site/home_bis.php?page=4&lang=fr).» Il est clair pour ceux qui ont des  yeux pour voir, que cette duplicité est en contradiction totale avec elle­même. Ils  affirment  fortement  rejeter  le  Calvinisme  et  l'Arminianisme  tout  en  disant  que  «l'obtention  du  salut  est  impossible  en  dehors  d'une  décision  personnelle  et  volontaire du pécheur», lorsque cela est du pur Arminianisme. Dire que les gens  se laissent avoir si facilement par de telles aberrations. Regardons maintenant la  Confession de Foi de l'Église Baptiste de Malzéville en France: «Nous croyons à  la liberté de conscience: chaque homme et chaque femme est libre de choisir  de  suivre  l'enseignement  de  Jésus­Christ  ou  de  le  rejeter.  Nous  croyons  que  cette  décision,  essentielle,  est  une  question  personnelle  entre  Dieu  et  chaque  être  humain...  Comme  nul  ne  peut  prendre  pour  un  autre  la  décision  de  la  foi,  nous  ne  baptisons  pas  les  enfants...  Puisqu'on  ne  devient  chrétien  que  par  une  décision  personnelle,  l'Eglise  ne  peut  que  respecter  la  liberté  de  chaque  homme  et  chaque  femme.  (Église  Baptiste  de  Malzéville,  France:  http://www.baptistes.com/).» Un aspect intéressant dans cette Confession de Foi  est  qu'elle  nous  donne  l'explication  pourquoi  les  Baptistes  refusent  le  baptême  des  enfants  et  nous  voyons  que  cette  décision  d'agir  ainsi  est  basée  sur  les  principes du libre choix de l'Arminianisme. Sur un site Évangélique Africains nous  trouvons cette abomination: «Comment devient­on chrétien évangélique ? La  prééminence  du  rôle  de  Jésus­Christ  est  liée  à  la  doctrine  de  la  conversion  personnelle.  Un  «  changement personnel  suite  à  une  expérience  religieuse,  la  conversion s’interprète chez les protestants évangéliques comme un processus.  L’individu reconnaît Jésus­Christ comme son « sauveur » mort pour ses péchés  et ressuscité pour son salut. Cette étape s’accompagne de la repentance (regret  du  mal  commis)  et  d’un  choix  d’obéissance  («  suivre  Jésus  »),  engendrant une  reconfiguration  globale  de  l’itinéraire  biographique  du  converti.»Cette  conversion est toujours une décision personnelle et libre. C’est pourquoi les  évangéliques  sont  attachés  à  la  notion  de  liberté  de  conscience  et  de  liberté  d’expression  de  la  foi.  À  quelques  rares  exceptions,  ils  manifestent  leur  conversion par le baptême reçu à l’âge adulte. Ils ne baptisent pas leurs enfants  pour  leur  conserver  la  liberté  de  choix  lorsqu’ils seront  capables  de décider  par  eux­mêmes.  (http://www.ekklesia­kabylie.com/page1004.html)»  Encore  une  fois  nous  voyons  que  les  Évangéliques  se  basent  toujours  sur  l'exercice  du  libre  choix dans le salut. Sur un site à poubelle oecuménique qui supporte Benni Hin,  Kenneth  Copeland,  Billy  Graham  et  toute  cette  rapace,  nous  trouvons  l'abomination  suivante:  «la  Bible  dit  que  tout  homme  est  perdu  et  a  besoin  de  salut, pour cela il faut que l’homme se tourne vers l’auteur du salut : Et c’est là

26


une décision  personnelle,  un  choix  individuel,  personne  ne  peut  le  faire  à  votre  place,  vos  parents  ne  peuvent  pas  vous  offrir  le  salut,  même  s’ils  ont  essayé de vous inculquer quelques valeurs morales soi­disant religieuses. Je le  répète, le salut est personnel, c’est un choix personnel, personne ne peut le  prendre à votre place, personne ne peut vous y obliger, seul l’Esprit de Dieu, qui  est  un  Esprit  d’amour,  peut  toucher  votre  cœur,  ouvrir  votre  intelligence  et  vos  yeux, pour comprendre que sans Jésus vous ne pourrez voir le Père, sans Jésus  vous ne pourrez vivre éternellement, sans Jésus vous ne pouvez obtenir la paix  éternelle  et  le  bonheur  qui  dépend  de  Lui.  Cela  revient  à  dire  que  c’est  votre  décision  qui  est  prise  en  compte.  Soit  vous  acceptez,  soit  vous  refusez  !  Soit  vous êtes sauvé, soit vous êtes perdu ! (www.enseignemoi.com)» Rien n'est plus  clair, tous les Évangéliques sans exception prêchent un faux évangile, l'évangile  du libre choix est l'évangile Arminien et même à une destruction certaine.  Nous  pourrions  multiplier  les  citations  à  l'infini  tellement  les  abominations  de  l'Arminianisme sont nombreuses. Mais nous allons terminer ce chapitre avec une  citation  du  faux  prophète  John  Darby.  Malgré  qu'il  est  un  apostat  qui  rejette  la  double  prédestination,  il  a  su  frappé  juste  sur  le  sujet  du  libre  arbitre:  «L’arminianisme, ou plutôt le pélagianisme, prétend que l’homme peut choisir, et  qu’ainsi le vieil homme s’améliore par la chose qu’il a acceptée. — Je crois que  nous  devons  nous  tenir  à  la  Parole ;  mais,  philosophiquement  et  moralement  parlant, le libre arbitre est une théorie fausse et absurde. Le libre arbitre est  un  état  de  péché.  L’homme  ne  devrait  pas  avoir  à  choisir,  comme  étant  en  dehors du bien. Pourquoi est­il dans cet état ? Il devait ne pas avoir une volonté,  un choix quelconque à faire. Il devait obéir et jouir en paix. S’il doit choisir le bien,  il  ne  l’a  donc  pas  encore.  Il  est  sans  ce  qui  est  bon  en  soi,  de  toute  manière,  puisqu’il ne s’est pas décidé. Mais, de fait, l’homme est disposé à suivre ce qui  est mauvais. Quelle cruauté de proposer un devoir à l’homme qui est déjà tourné  vers  le  mal !  De  plus,  philosophiquement  parlant,  pour  choisir,  il  doit  être  indifférent,  autrement  il  a  déjà  choisi  quant  à  sa  volonté  —  il  doit  être  donc  absolument indifférent. Or, s’il est absolument indifférent, qu’est­ce qui décidera  son  choix ?  Une  créature  doit  avoir  un  motif,  mais  il  n’en  a  point,  puisqu’il  est  indifférent; s’il ne l’est pas, il a choisi. Au reste, il n’en est point ainsi: l’homme a  une  conscience ;  mais  il  a  une  volonté  et  des  convoitises,  et  elles  le  mènent.  L’homme  était  libre  dans  le  paradis,  mais  alors  il  jouissait  de  ce  qui  est  bon.  Il  s’est  servi  de  son  libre  arbitre,  et,  partant,  il  est  pécheur.  Le  laisser  à  son  libre  arbitre, maintenant qu’il est disposé à faire le mal, serait une cruauté. Dieu lui a  présenté le choix ; mais c’était pour convaincre la conscience du fait qu’en aucun  cas l’homme ne voulait ni le bien, ni Dieu. (Darby).»

27


LA SÉPARATION  Pour  conclure  notre  document,  nous  allons  nous  baser  sur  l'enseignement  du  grand  prédicateur,  Charles  Spurgeon  tout  simplement  à  cause  qu'il  était  un  Baptiste  et  Calviniste  et  qu'il  est  très  bien  connu  au  niveau  des  soit  disant  Évangéliques.  Spurgeon  était  surnommé  "le  Prince  des  prêcheurs"  dans  la  tradition  puritaine,  et  était  également  apprécié  des  Presbytériens  et  Congrégationalistes,  avec  lesquels  il  s'opposa  pourtant  farouchement  sur  la  question  du  baptême  des  enfants  (qu'il  rejetait,  malgré  son  propre  calvinisme).  Voici ce qu'il disait sur les faux chrétiens qui remplissent les Églises: «Ah ! mes  frères,  il  y  a  de  grandes  taches  dans  l'Église,  il  y  a  de  grands  scandales.  Des  brebis  tarées  se  sont  introduites  dans  le  troupeau.  De  faux  frères  se  glissent  parmi  nous,  comme  des  serpents  sous  l'herbe,  et  le  plus  souvent  on  ne  les  découvre  que  lorsqu'ils  ont  infligé  une  douloureuse  blessure  à  la  religion,  et  occasionné  un  sérieux  dommage  à  la  glorieuse  cause  de  notre  Maître.  Je  le  répète  avec  une  profonde  tristesse,  mais  avec  une  pleine  conviction,  il  y  en  a  plusieurs dans nos Églises ­ (et je parle également des Églises dissidentes et de  l'Église établie) ­ auxquels ne s'appliquent que trop bien ces sévères paroles de  l'Apôtre:  Ils  ont  leur  ventre  pour  Dieu...  Je  le  sais,  mes  bien­aimés,  je  dis  des  choses dures, mais ce sont des choses vraies, c'est pourquoi je ne puis les taire.  Mon  sang  bouillonne  quelquefois  dans  mes  veines,  lorsque  je  rencontre  des  hommes  dont  la  conduite  me  fait  honte,  à  côté  desquels  j'oserais  à  peine  m'asseoir, et qui pourtant me traitent avec assurance de « Frère »... Oui, s'il y a  en  enfer  des  chaînes  plus  lourdes  que  les  autres,  s'il  y  a  des  prisons  plus  sombres,  des  flammes  plus  brûlantes,  des  angoisses  plus  cruelles,  des  tourments  plus  intolérables,  assurément  ils  seront  le  partage  de  ceux  dont  la  profession de piété n'a été qu'un indigne mensonge !» Il n'y a aucun doute que  Spurgeon nous parle ici de la rapace Arminiennes qui se dit chrétienne, de ces  hypocrites  subtils  qui  tordent  le  sens  du  glorieux  Évangile  du  Seigneur  Jésus­  Christ avec leur doctrine du libre choix. Spurgeon continu en disant: «En vérité,  pour ma part, je préférerais mourir pécheur scandaleux que chrétien hypocrite...  Je  ne  pourrais  pas  prêcher  comme  un  arminien...  Il  y  a  trois  raisons  pour  lesquelles  la  rédemption  universelle  des  arminiens,  malgré  les  apparences,  ne  permet  pas  une  annonce  authentique  de  l'Évangile...  Si  Christ  n'est  pas  mort  pour certains de façon précise, l'homme est l'architecte de son salut. C'est lui qui  se sauve... par sa réponse. Mais qui va répondre ? Personne peut­être... Qui le  peut ? Quelqu'un insistera que Christ est mort pour tous. Mais pourquoi tous ne  sont­ils pas sauvés ? Parce que tous ne veulent pas croire. C'est à dire que la foi  est nécessaire afin que le sang de Christ soit efficace pour la rédemption. Nous  tenons cela pour un gros mensonge.. il y a dix mille fois plus d'espérance dans le  calvinisme  que  dans  l'arminienisme  qui dit  qu'il y  a  de  la  place  pour  tous,  mais  que  s'ils ne  veulent  pas  venir  ils ne  viendront  pas  et  c'est  là  la  fin  de  la  chose.  Non, pour le calvinisme le pécheur est un cadavre mais Christ est la résurrection  et la vie.»  Spurgeon  était  un  calviniste  convaincu,  tellement  qu'il  déclarait  qu'il  est  impossible  d'être  chrétien  sans  être  calviniste,  tandis  que  la  quasi  totalité  de la

28


conception actuelle  du  salut  chez  les  évangéliques  est  plutôt  arminienne  (c­à­d  que  c'est  le  pécheur  qui  détermine  son  salut  en  donnant  son  coeur  à  Jésus).  Depuis la publication en 1859 de l'ouvrage de Darwin L'origine des espèces, les  attaques  contre  la  foi  chrétienne  avaient  produit  une  semence  qui,  en  levant,  avait  donné  lieu  à  une  vague  libérale  dans  le  Corps  de  Christ.  Vers  1880,  on  écrivit à Spurgeon, pour lui parler de pasteurs baptistes de Grande Bretagne qui,  par incrédulité, venaient d'abandonner la foi. C'est dans ce contexte que Charles  Spurgeon écrivit en août 1887 dans son magazine ­ L'épée et la truelle cet article  intitulé  "La  dégringolade".  Cet  article  eut  pour  résultat  une  scission  dans  le  monde  chrétien  et  surtout  baptiste  de  l'époque.  «Quiconque  aime  l’Évangile  ne  pourra se dissimuler le fait  que les jours sont mauvais. Pourtant, nous avons la  conviction  solennelle  que  la  situation  dans  beaucoup  d’églises  dépasse  de  beaucoup  ce  qu’on  peut  imaginer  et  qu’on  se  trouve  en  pleine  dégringolade.  Lisez  ces  journaux  qui  représentent  cette  école  de  la  «nouvelle  théologie»  et  demandez­vous: Jusqu’où vont­ils aller? Quelle doctrine reste­t­il à abandonner?  Quelle autre vérité vont­ils encore traîner dans la boue? Une nouvelle religion est  née,  qui  diffère  du  christianisme  autant  que  l’eau  du  vin.  Dénuée  de  toute  honnêteté  morale,  elle  se  présente  comme  la  foi  chrétienne  historique  «légèrement  améliorée»  et,  sous  ce  déguisement,  elle  usurpe  des  chaires  qui  furent  construites  pour  la  prédication  de  l’Évangile.  On  repousse  la  rédemption  avec mépris, on tourne l’inspiration de l’Écriture en dérision, on abaisse le Saint­  Esprit  au  simple  rang  d’influence,  le  châtiment  du  péché  devient  fiction  et  la  résurrection un mythe antique. Et pourtant, ces ennemis de notre foi s’attendent  à ce que nous les appelions frères, que nous leur restions unis! Avec la fausseté  doctrinale vient un déclin naturel de la vie spirituelle qu’on voit dans un goût pour  les  amusements  douteux  et  la  désertification  des  réunions  de  prière.  En  fait,  beaucoup voudraient marier l’église et le théâtre, les jeux et la prière, la danse et  les cultes. Quand la foi ancienne disparaît et que l’enthousiasme pour l’Évangile  s’éteint, il n’y a pas à s’étonner que les gens cherchent d’autres délices.»  Spurgeon poursuivit, par des mots de cette nature, sa description de l’apostasie  prévalente  et  de  la  mort  spirituelle  qu’elle  provoquait  dans  un  grand  nombres  d’églises.  Il  exprima  sa  tristesse  profonde devant  cette  situation, puis  aborda la  question  du  chrétien  qui  reste  en  association  avec  ceux  qui  nient  la  Parole  de  Dieu. Sa déclaration revêt autant d’importance pour aujourd’hui qu’à son époque:  «La  question  se  pose  maintenant  sérieusement  de  savoir  jusqu’où  ceux  qui  demeurent dans la foi donnée aux saints une fois pour toutes doivent fraterniser  avec  ceux  qui  s’en  détournent  pour  un  autre  évangile.  L’amour  chrétien  a  ses  exigences et on doit éviter les divisions comme un mal grave, mais dans quelle  mesure avons­nous le droit de nous unir avec ceux qui se détournent de la vérité  ? Il est difficile de répondre à cette question tout en gardant l’équilibre entre nos  différents  devoirs.  Il  incombe  aujourd’hui  aux  croyants  de  faire  preuve  de  prudence  afin  de  ne  pas donner  leur  soutien  et  leur  encouragement  à  ceux  qui  trahissent  le  Seigneur.  Il  est  une  chose  que  de  surmonter  les  barrières  des  dénominations  pour  l’amour  de  la  vérité.  Nous  espérons  que  tout  homme  pieux  fera  cela  de  plus  en  plus.  Mais  il  s’agit  de  tout  autre  chose  que  de  sacrifier  et

29


d’assujettir la défense de la vérité à la prospérité et à l’unité d’une dénomination.  Beaucoup  de  gens  accommodants  ferment  les  yeux  sur  l’erreur,  du  moment  qu’elle  vienne  d’un  homme  intelligent  ou  d’un  frère  doué  d’une  bonne  nature,  dont  on  a  tant  de  bien  à  dire.  Que  chaque  croyant  juge  pour  lui­même.  Pour  notre part, nous avons renforcé notre porte et mis des verrous supplémentaires.  Car, sous couleur de mendier l’amitié du serviteur, il y en a qui visent à dérober  le MAITRE.»  Réfléchissant à la question de savoir s'il aidait ceux qui reniaient le Seigneur en  restant associé à eux, Spurgeon conclut son 3e article par ces mots: «Une chose  nous  semble  claire:  on  ne  peut  s'attendre  à  ce  que  nous  fassions  partie  de  la  même  Union  que  ceux  dont  l'enseignement  sur  les  points  fondamentaux  s'oppose  diamétralement  à  ce  qui  nous  est  cher.  Avec  un  profond  regret,  nous  ne  pouvons  nous  assembler  avec  ceux  que  nous  aimons  tendrement  et  respectons  de  tout  notre  coeur,  puisque  cela  nous  impliquerait  dans  une  confédération  où  se  trouvent  ceux  avec  qui  nous  ne  pouvons  avoir  aucune  communion  dans  le  Seigneur.»  A  ces  paroles  de  Spurgeon  nous  pouvons  que  dire un grand AMEN.  A Christ seul soit la Gloire

30

L'Hypocrisie de l'Arminianisme Évangélique  

En ces derniers temps de tiédeurs, nous avons besoin d'un retour à un christianisme combatif pour la vérité de la double prédestination, d’u...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you