Page 1

L'Élection à la Condamnation: Châtiment éternel ou non-existence

Page 1 of 13

     

Châtiment éternel   ou non-existence  par Jean leDuc          

                             

 

file://C:\Documents and Settings\Neokoros\My Documents\christobible.org\bible_et_sou... 2010-12-06


L'Élection à la Condamnation: Châtiment éternel ou non-existence

Page 2 of 13

                                

TABLE DES MATIÈRES    

Introduction  Un scandale pour le bon sens   L'état de la personne après la mort   L'état final du croyant   L'état Intermédiaire  a)  L'idée moderne du Shéol-Hadès  b)  Le Purgatoire   c)  Le Sommeil des âmes   d)  Annihilation et immortalité conditionnelle   e)  Deuxième Probation   L'existence de l'enfer  a)  La première catégorie   b)  La deuxième catégorie   Témoignage de l'Ancien Testament   Témoignage du Nouveau Testament  Témoignage de la tradition païenne   L'immortalité de l'âme dans l'antiquité   La Damnation éternelle   Conclusion    Preuves bibliques du Châtiment Éternel                 

INTRODUCTION:     Pourquoi un chrétien, un enfant de Dieu, qui a l'assurance du salut et la vie éternelle se  tracasserait-il avec la doctrine de l'enfer ou du châtiment éternel quand ce n'est point sa  destination finale.  Ne sommes-nous pas exhorté par la Parole de Dieu à "chercher les choses qui  sont en haut, où Christ est assis à la droite de Dieu" (Col. 3: 1).  Mais puisque le sujet de l'enfer et  du châtiment éternel des réprouvés est enseigné dans le Texte Sacré et que son enseignement fut  tordu, déformé et faussé par plusieurs sectes, il nous convient de mettre l'affaire au clair pour  fermer la bouche aux faux frères et pour réveiller ceux qui ont été séduits par leurs fausses  doctrines.     La doctrine de l'enfer ou du châtiment éternel des réprouvés fut longtemps regardée comme une  doctrine secondaire, voir même tertiaire; faute de réaliser que cette doctrine touche directement le  sacrifice de la croix.  Christ a payé pour nous le châtiment éternel qui nous était réservé à cause  de nos péchés et nous a délivré du jugement à venir.  S'il n'existe aucun châtiment éternel Christ  est mort en vain, le sacrifice de la croix devient sans effet, la justice de Dieu est annulé et nous  sommes les plus misérables des hommes car le salut nous a échappé.  Dans cet optique, la  doctrine de l'enfer ou du châtiment éternel des réprouvés doit être considéré comme une doctrine  primaire, et la doctrine de la non -existence doit être condamnée comme une doctrine  extrêmement dangereuse par tous les élus.  Dû au fait que la doctrine de l'Enfer ou du Châtiment  Éternel est relié étroitement à la doctrine de la Double Prédestination qui comprend l'Élection des 

file://C:\Documents and Settings\Neokoros\My Documents\christobible.org\bible_et_sou... 2010-12-06


L'Élection à la Condamnation: Châtiment éternel ou non-existence

Page 3 of 13

élus et la Réprobation des réprouvés, les élus doivent combattre davantage pour la foi qui fut  transmise au saints une fois pour toute (Jude 3). (Voir La Double Prédestination ainsi que La  Responsabilité du Chrétien face à la Prédestination ).       L'enfer existe. Il est impossible de représenter fidèlement la conception biblique de l'au -delà sans  l'évoquer. Combien il serait plus facile de penser que cette notion n'est qu'une invention des  religieux afin de pouvoir mieux exercer leur autorité sur leurs sujets !      Mais force est de constater que le Christ parle autrement. Et si nous sommes sincères dans notre  désir de connaître sa pensée, nous sommes obligés de l'écouter même quand nous trouvons son  message désagréable ou en désaccord avec notre avis personnel.      Certes, Jésus est venu annoncer un message d'amour, de paix, et de pardon. Le monde a bien  besoin d'entendre clairement cette bonne nouvelle. Mais chacun doit aussi savoir ce qui l'attend  au-delà du tombeau devant le Juge de l'univers, afin de pouvoir s'y préparer. Jésus et ses disciples  nous ont laissé de solennels avertissements, et nous devons y faire attention.      De nouveau, il est nécessaire de bien distinguer entre les déclarations retenues des auteurs  bibliques et les pitoyables rajouts imaginés par les religieux des siècles suivants. Quand nous  lisons les descriptions repoussantes et délirantes de Dante et d'autres écrivains du Moyen Âge,  quand nous voyons les dessins absurdes de tortures entre les mains de diables, nous comprenons  facilement pourquoi peu de gens aujourd'hui croient à de telles atrocités. La perspective biblique  est bien différente, mais loin d'être rassurante. Quelle est alors la conception de l'enfer présentée  par Jésus et ses disciples ? Essayons de résumer brièvement leur enseignement et de comprendre  autant que possible le sens de leurs paroles.      UN SCANDALE POUR LE BON SENS ?     Aucun sujet n’est plus propre à faire reculer. Il apparaît cependant nécessaire de le considérer une  fois de plus. Faut-il regarder la doctrine des peines éternelles comme l’héritage de traditions  religieuses inacceptables et périmées, ou, au contraire, est -elle fondée dans l’Écriture ?  En  réalité, la question n’est pas nouvelle. Il y a bien longtemps que, en divers points de la chrétienté  mais surtout dans le protestantisme libéral, on conteste l ’affirmation de l’éternité des peines.   Mais de nos jours la pseudo orthodoxie évangélique est largement envahie par la négation de ces  peines éternelles. Elle rejoint en cela bien des sectes plus ou moins nouvelles, et l ’on voit cette  négation gagner du terrain jusque dans les milieux que l ’on aurait pensés les mieux défendus  contre elle. Elle n’utilise guère pourtant d’autres arguments que ceux qui ont été réfutés par nos  devanciers.     Plusieurs mouvements sectaires nient la réalité d'un enfer éternel.  Selon eux, le Saint -Esprit  enseignerait qu'il n'existe pas d'enfer éternel dans la Bible.  C'est très grave, et nous devons en  convenir que la situation est alarmante.  Nous aurons amplement l'occasion de prouver dans cet  exposé que la négation de l'enfer et la non-existence d'un châtiment éternel est anti-biblique, antichrétien et anti-Calviniste; et que le Saint-Esprit enseigne bien qu'il existe un enfer éternel,  contrairement aux affirmations des apostasiés qui outragent le Saint -Esprit et qui veulent séduire  les élus avec leurs prétentions.  D'autres insensés enseignent que l'enfer peut avoir une certaine  durée plus ou moins longue, mais qu'un jour, il aura une fin.  Ils enseignent que les âmes des  perdus seront un jour anéanties après une période plus ou moins longue de tourments, négligeant  que le temps n'existe point dans l'éternité.  Ils ignorent que la mort éternelle consiste dans  l'éloignement des réprouvés de la présence de Dieu, et que cette seconde mort dans le lac de feu  n'est certes pas un état d'inconscience ni de non-existence.  Mais viendra le jour ou ils le  réaliseront car ils ne se trouvera point d'incrédule en enfer.      L'ÉTAT DE LA PERSONNE APRÈS LA MORT:     Bien que la vie dans la foi commence ici et maintenant, elle n'atteint son achèvement glorieux  qu'à la fin, à la mort et la résurrection.  Par conséquent, le dernier sujet à étudier de la vie dans la  foi est la vie qui continue au-delà de la tombe.  Sur ce sujet, Dieu ne tient pas à donner  satisfaction à notre curiosité en répondant à toutes les questions qui surgissent dans nos esprits.   Nous devons constamment faire preuve d'une grande prudence en examinant ce sujet.  Mais il 

file://C:\Documents and Settings\Neokoros\My Documents\christobible.org\bible_et_sou... 2010-12-06


L'Élection à la Condamnation: Châtiment éternel ou non-existence

Page 4 of 13

nous a révélé beaucoup et ceci ne peut être ignoré.      Selon l'Écriture, l'homme, avec sa personnalité, demeure conscient après la mort, condition qui  est valable aussi bien pour les fidèles chrétiens que pour les non -croyants (Ecc. 12: 7; Luc 16: 22,  23; Phil. 1: 23).  Pour ces derniers, c'est l'existence sans fin sous la colère de Dieu qui les  attendent.  Pour le croyant, élu de Dieu, elle consistera en une vie éternelle de communion  bienheureuse, ininterrompue et indicible avec notre Dieu et Sauveur, le Seigneur Jésus -Christ.   Que le châtiment ainsi que le bonheur éternel se passent dans des lieux réels ou dans un état d'être  spirituel mais corporel, il est impossible pour nous de le savoir avec exactitude.      En ce qui nous concerne, cela signifie que l'état céleste commence immédiatement après la mort.   Il n'existe par conséquent pas de "sommeil de l'âme" jusqu'à la résurrection.  Il n'y a pas non plus  de besoin de purification ou de préparation pour la vie céleste dans le purgatoire.  De telles  théories ne sont que l'importation d'éléments païens qui ont trouvé écho parmi certaines églises et  parmi certains chrétiens nominaux.      Nous nous opposons aussi bien à l'idée de "l'âme en sommeil" qu'à l'idée qu'elle doit se purifier  dans le séjour des morts.  Elles sont en contradiction avec les Écritures parce qu'elles ôtent aux  croyants la consolation que Dieu leur offre et déshonorent le Sauveur qui a accompli un salut  complet et effectif pour son peuple racheté (2 Cor. 5: 10; Luc 23: 43).      Ceux qui sont morts dans le Seigneur sont appelés "les esprits des justes rendus parfaits" (Hébr.  12: 23).  Non seulement ils continuent dans l'union avec Christ, leur Chef, mais encore leur  relation est devenue parfaite.  Ils participent à sa gloire à la droite du Père, et ils règnent avec lui  dans le ciel (Apoc. 3: 21).  Ainsi, ils sont capables de servir et de louer Dieu avec la même  perfection et le même zèle que ses saints anges.      Nous sommes en outre informés que dans la vie éternelle, la relation ordinaire du mariage et de la  famille ne sera plus ce qu'elle est ici-bas (Matt. 22: 30).  Notre principal intérêt dans le ciel ne  consistera pas à cultiver nos rapports avec la famille et les amis, quoique dans l'union des frères et  des sœurs élus nous formeront le Corps de Christ dans une nouvelle relation ou alliance dans  l'Assemblée des Élohims; mais plutôt dans le bonheur de la communion parfaite avec Dieu.  De  nombreux Psaumes le confirment:  "Quant à moi, je contemple ta face dans la justice; je serai  satisfait lorsque je m'éveillerai en contemplant ton visage".  Apocalypse 21: 3, 4 décrit également  la gloire du ciel.      L'ÉTAT FINAL DU CROYANT:     La Parole de Dieu nous révèle le sort réservé à nos corps, puisque nous avons été créés corps et  âme, ou plutôt corps animé; puisque Christ est mort pour sauver notre personne toute entière,  l'œuvre du salut n'atteint son accomplissement complet et glorieux qu'après le Jugement Final.      "Le dernier jour", au son de la trompette, nos corps ressusciteront de la tombe dans laquelle ils  avaient été posés.  Les méchants, non repentis, ressusciteront eux aussi, mais ce sera pour la  honte et la séparation éternelle d'avec Dieu (Dan. 12: 2).  Le fait que les méchants ressusciteront  met un frein absolu à la fausse doctrine de l'immortalité de l'âme maintenue par plusieurs.  Dieu  ramène les méchants à la vie pour les juger, il ne leur accorde point la vie éternelle comme à ses  élus, mais une existence de mort éternelle dans laquelle ils seront conscient de leur état de  condamnation dans des souffrances sans fin.  Les corps des croyants, eux, ressusciteront dans  l'incorruptibilité, comme des instruments parfaits de leur personnalité exempte de tout mal (1  Cor. 15: 42-44), et ils seront tous transformé en l'image de Christ.  Il faut nous opposer aussi à la  fausse doctrine de l'enlèvement de l'Église qui est enseignée par les apostasiés Pré -millénaristes et  Dispensationalistes qui supportent la fausse notion de trois résurrections différentes, dont une  avant l'enlèvement, une autre au retour de Jésus après la supposé tribulations, et une dernière à la  fin de leur royaume mythique de 1,000 ans.  Ces sectes de Futuristes doivent être combattues  avec tous les armes de l'Esprit.      Tous et chacun comparaîtront devant le Christ lorsqu'il reviendra le dernier jour pour la  restauration de toutes choses, mais il n'y aura aucune condamnation pour les élus (Rom. 8: 1).   Les paiens seront jugé d'après la loi naturelle.  Les Juifs d'après la révélation qu'ils ont reçue dans 

file://C:\Documents and Settings\Neokoros\My Documents\christobible.org\bible_et_sou... 2010-12-06


L'Élection à la Condamnation: Châtiment éternel ou non-existence

Page 5 of 13

l'Alliance; ceux qui auront entendu l'Évangile seront jugés d'après l'Évangile.  Dieu accordera son  dû à tout homme.  La terre sera alors purifiée par le feu (2 Pierre 3: 7 -10) de tout ce qui est  imparfait et mauvais, et les rachetés hériteront les nouveaux cieux et la nouvelle terre dans  laquelle demeurera la justice (2 Pierre 3: 12, 13).  D'après des textes évangéliques, tels Matt. 25:  14-23, nous concluons qu'il y aura des degrés de béatitude.  Ce sera la récompense donnée en  accord avec notre fidèlité dans l'amour et le service de Dieu.  Mais ce ne sont pas des mérites  gagnés.  La récompense aussi est une grâce qui nous est accordée dans le plan de l'Élection, et  notre joie ne sera jamais imparfaite ou incomplète au ciel (1 Cor. 2: 9).      L'ÉTAT INTERMÉDIAIRE:     Les opinions divergent quant aux conditions de l'homme entre sa mort et sa résurrection  générale.  Les théories les plus importantes doivent être discutées.      a) L'idée moderne du Shéol-Hadès:     Cette idée est prédominante.  Selon elle, les âmes des pieux et des iniques descendent, après leur  mort, dans l'état intermédiaire que l'Ancien Testament appelait "Shéol" et que le Nouveau  Testament appelle "Hadès".  Ce lieu n'est pas un lieu de récompense ou de punition, mais un  endroit où tous partagent le même sort, un lieu de séjour redoutable où la vie n'est que le reflet de  la vie sur terre, un lieu de mauvaise conscience, d'inactivité, où la vie a perdu tout intérêt et où les  joies de vivre se sont tournées en tristesse.      Cependant, cela est à peine biblique.  Si les termes "Shéol" et "Hadès" dénotent toujours un  endroit où descendent aussi bien les gens pieux que les méchants, comment cette descente peut elle être une aide, un avertissement aux méchants ?  (Es. 91: 17; Prov. 5: 5; 7: 27; 9: 18; 15: 24;  23: 14).  Pourquoi l'Écriture parlerait-elle de la colère de Dieu comme consumant ?  (Deut. 32:  22).  Ce fut dans l'Hadès que l'homme riche leva les yeux (Luc 16: 23), et il l'appelle un endroit  de tourment (Luc 16: 28).  Il est plus vraisemblable de supposer que les termes Shéol et Hadès ne  sont pas toujours employés dans le même sens.  Parfois ils dénotent la tombe (Gen. 42: 38; Psm.  16: 10), parfois l'état, la condition de la mort est représentée comme une place (1 Sam. 2: 6; Psm.  86: 48) et parfois l'endroit du châtiment éternel:  (Deut. 32: 22; Psm. 9: 17; Prov. 9: 18).      b) Le Purgatoire, le Limbus Patrum et le Limbus infantum:     Selon Rome, les âmes de ceux qui sont parfaits au moment de la mort sont aussitôt admises au  ciel (Matt. 25: 46; Phil. 1: 23), mais ceux qui ne sont pas parfaitement purifiés au moment de leur  mort, et c'est la condition de tous les croyants, entrent dans un endroit de purification appelé  Purgatoire.  La longueur du séjour varie selon les cas individuels et selon le besoin de purification  (sans mentionné le besoin de remplir les coffres de l'église Romaine), et peut être écourté par les  prières, les bonnes oeuvres et les messages que les gens pieux, amis ou familles, accomplissent  ou font célébrer à leur intention.  Ainsi Rome rempli ses poches de l'argent de ces gens pieux qui  ne savent pas mieux que d'écouter les vaines superstitions de la curie romaine.  Cette doctrine n'a  absolument pas de fondement biblique.  Le Limbus Patrum est l'endroit où, selon Rome, les âmes  des croyants de l'Ancien Testament seraient retenues jusqu'à ce que le Christ les ait libérées entre  sa mort et sa résurrection.  Le Limbus Infantum est l'endroit de séjour supposé des enfants non  baptisés.  Ils y entrent sans aucune espérance de délivrance, sans souffrance ni punition positive,  mais exclus des bénédictions du ciel.  Aucune de ces théories ne trouve de véritable fondement  dans la Bible.     c) Le Sommeil des âmes:     Cette idée selon laquelle l'âme entre, à la mort, dans un état d'inconscience ou de sommeil, a été  défendue par des sectes dans le passé, et actuellement, elle jouit d'une grande audience dans de  nombreux cercles théologiques.  Cette théorie trouve l'approbation de ceux qui ont de la peine à  admettre une conscience permanente sans l'activité cérébrale.  Ses tenants s'appuient sur des  textes tels que Matt. 9: 24; Actes 7: 60; 1 Thes. 4: 13, qui semblent dire que les morts sont  inconscients (Psm. 6: 3, 5; 30: 9; 115: 17; 146: 4).  Mais si les premiers parlent de la mort comme  d'un sommeil à cause de la similarité entre un corps mort et un corps endormi, les derniers  soulignent simplement le fait que les morts ne peuvent plus participer aux activités du monde 

file://C:\Documents and Settings\Neokoros\My Documents\christobible.org\bible_et_sou... 2010-12-06


L'Élection à la Condamnation: Châtiment éternel ou non-existence

Page 6 of 13

présent; les croyants sont représentés comme jouissant d'une vie consciente immédiatement après  leur mort (Luc 16: 19, 31; 23: 43; 2 Cor. 5: 8; Phil. 1: 23; Apoc. 6: 9).      d) Annihilation et immortalité conditionnelle:     Selon ces enseignements, il n'existe pas d'existence consciente, si existence il y a, pour le  méchant après la mort.  Ces tenants enseignent que l'homme a été créé immortel, mais ceux qui  continuent à pécher sont, par un acte positif de Dieu, privés de l'immortalité et finalement détruits  de toute conscience.      Cependant, selon la doctrine de l'immortalité conditionnelle, l'homme a été créé mortel, et il n'y a  que les croyants qui reçoivent le don de l'immortalité en et par Christ.  Les méchants iront périr  définitivement, perdre toute conscience.  Le résultat est le même dans les deux cas; les tenants de  ces enseignements croient trouver un appui dans le fait que la Bible représente la vie éternelle  comme un don de Dieu en Christ (Jean 10: 27) et menace les pécheurs de mort et de destruction.      Or la Bible enseigne clairement que les pécheurs continuent à exister (Matt. 25: 46; Apoc. 14: 11;  20: 10), et qu'il y aura un degré de punition pour les méchants (Luc 12: 47; Rom. 2: 12).   L'Écriture affirme que les impies seront confinés dans un lieu appelé Enfer.  Certains chrétiens  nient l'existence d'un tel lieu, et ils le considèrent comme une condition morale.  Cependant, le  sens biblique de l'enfer est bien celui d'un lieu qui peut aussi représenté figurativement un état  d'être spirituel tout en étant corporel.  Il est appelé Lac de Feu, fournaise de feu, prison, etc...   Dans ce lieu ou cet état de châtiment, l'impie non repenti sera privé de la faveur divine.  On y  expérimentera un trouble infini et on y souffrira des douleurs de l'âme, des tourments de la  conscience, de l'angoisse et du désespoir.  Selon l'Écriture, il y aura des degrés de châtiments.  Il  est aussi clair que le châtiment sera éternel.  Le sens usuel du mot veut dire "sans fin" (voir  LA  CONDAMNATION DU PÉCHÉ: A. R. Kayayan, édité par Jean Leduc).     e) Deuxième Probation:     D'après certains, ceux qui meurent dans leurs péchés auront une autre occasion après la mort pour  accepter Christ.  Aucun homme ne périra définitivement sans avoir reçu une occasion favorable  pour connaître et pour accepter le Seigneur et le Sauveur.  Ils font appel à des textes bibliques tels  que: Eph. 4: 8, 9; 1 Cor. 15: 24-28; Phil. 2: 9-11; Col. 1: 19, 20; 1 Pierre 3: 19; 4: 6, mais ces  textes ne prouvent pas de telles doctrines.  En outre, l'Écriture représente l'état des incroyants  après leur mort comme un état fixé sans possibilité de changement.  Le jugement subi dépend de  leur conduite dans la vie présente.  Le pécheur rebelle sera privé de la présence favorable de  Dieu.  Il subira sans arrêt la colère portée sur le péché.  Le péché portera constamment devant son  regard le châtiment qu'il mérite.      Quel désespoir sans remède !  La Colère divine est une réalité inévitable; elle nous invite dès à  présent à la repentance et à la conversion.  Personne plus que Jésus n'avait autant souligné la  sévérité de Dieu ainsi que la rétribution à venir de nos  œuvres.  Il a dépeint avec des images  saisissantes le sort qui attend le pécheur s'il persiste dans son incrédulité.     

L'EXISTENCE DE L'ENFER:     L'existence d'un enfer éternel a rencontré deux sortes d'adversaires:  les uns rejettent l'existence  d'un lieu de supplices pour les réprouvés; les autres, tout en admettant l'Enfer, ne le croient pas  éternel.     a) La première catégorie:     Dans celle-ci nous trouvons les athées, qui nient l'existence de Dieu; les Panthéistes, qui croient  que tout est Dieu; et les matérialistes, qui disent que l'homme n'a pas d'âme spirituelle.      b) La deuxième catégorie:     Ici il nous faut ranger les universalistes.  Ainsi appelle -t-on tous ceux qui prétendent que, après  un certain temps d'expiation, il y aura réconciliation universelle entre Dieu et ses créatures 

file://C:\Documents and Settings\Neokoros\My Documents\christobible.org\bible_et_sou... 2010-12-06


L'Élection à la Condamnation: Châtiment éternel ou non-existence

Page 7 of 13

coupables.  Les partisans de cette erreur sont: Origène au 3" siècle qui enseigna que Satan et les  démons seraient sauvé; et de nos jours, la plupart des Protestants libéraux, les spirites et les  théosophes qui croient que les esprits se purifient par la métempsycose, puis vont au ciel.  Mais  les plus dangereux et les plus subtils sont les Rationalistes qui n'admettent pas l'éternité des  peines ou le châtiment éternel, parce qu'ils la jugent inconciliable avec l'amour, la miséricorde, la  justice et la sagesse de Dieu.      Que les réprouvés qui meurent dans leurs péchés subiront les supplices d'un châtiment éternel est  clairement attesté dans les Écritures.      Témoignage de l'Ancien Testament:     "Ceux qui dorment dans la poussière de la terre, dit le prophète Daniel (12: 2), se réveilleront les  uns pour la vie éternelle, les autres pour un opprobre éternel".  Job, les Psaumes, les Proverbes,  l'Ecclésiaste, devant le spectacle de la disproportion des misères et des vertus ici -bas, parlent des  sanctions futures pour remettre les choses en ordre.  Les versets qui en témoignent sont trop  nombreux pour les mentionner.  Nous vous encourageons donc à faire comme les gens de Bérée  et de scruter les Écritures par vous-même (Ac. 17: 10, 11).      Témoignage du Nouveau Testament:     Il n'est peut-être pas de sujet sur lequel le Seigneur Jésus revienne plus souvent que celui de  l'enfer.  Il annonce qu'il y aura à la fin du monde un jugement qui séparera les bons des méchants,  les élus des réprouvés, que ces derniers seront maudits de Dieu et iront au feu éternel (Matt. 25:  14-46).  Pour mieux frapper l'esprit de ses auditeurs, il compare souvent l'enfer à une géhenne de  feu dans laquelle l'on jette les damnés, et il presse ses disciples de ne reculer devant rien pour  éviter ce lieu de supplices:  "Si ta main te scandalise, coupe -la, il vaut mieux entrer manchot dans  la vie éternelle que d'aller avec ses deux mains dans la géhenne, où leur ver ne meurt point et le  feu ne s'éteint point" (Marc 9: 42, 43).  Le même avertissement est présenté parfois par le  Seigneur sous la forme de paraboles:  la parabole de l'ivraie (Matt. 13: 24, 30); la parabole du filet  Mat. 13: 47-50; la parabole des noces (Matt. 22: 1-14; la parabole des vierges sages et des vierges  folles (Matt. 25: 1-13; et la parabole des talents (Matt. 25: 14 -30).     Témoignage de la tradition païenne:     L'idée de l'enfer n'est pas seulement une croyance de la nation juive, et du christianisme; elle se  retrouve aussi dans la tradition des peuples païens.  Le fleuve du Styx qu'on ne retraverse jamais  lorsqu'on en a franchi les rives; l'infortuné Tantale, roi de Phrygie, condamné à une faim et à une  soif éternelles pour avoir offensé les dieux; le pauvre Sisyphe, tyran de Corinthe, célèbre par sa  cruauté, qui roule éternellement une pierre vers le sommet d'une montagne sans jamais y  parvenir; les Danaïdes qui, pour avoir assassiné leurs maris, ont pour punition de remplir un  tonneau sans fond, sont autant de mythes qui proclament la foi des païens à un supplice éternel,  établi par leur divinité comme juste sanction des crimes de cette terre.  Que nous retrouvions le  concept de l'enfer dans la mythologie, nous indique qu'à un temps reculé dans l'antiquité son  enseignement pénétra l'aspect spirituel des peuples de la terre.  Son origine ne peut venir que de  la Genèse de l'humanité où nous voyons la condamnation apporté par le péché à la chute:  "Mais  quant à l'arbre de la science du bien et du mal, tu n'en mangeras point; car, dès le jour que tu en  mangeras, tu mourras de mort" (Gen. 2: 17).     L'IMMORTALITÉ DE L'ÂME DANS L'ANTIQUITÉ:     Les  Égyptiens  de  l’Antiquité  croyaient  en  l’immortalité  de  l’âme,  et  ils  avaient  leur  propre  conception  de  l’au-delà.  Un  trait  étonnamment  dominant  de  la  religion  égyptienne  était  son  intérêt pour les morts et le souci d’assurer leur confort et leur bonheur après le "changement", le  décès.  La  croyance  en  la  réincarnation  ou  en  la  transmigration  de  l’âme  imprégnait  tout.  On  croyait  l’âme  immortelle,  mais  on  pensait  qu’il  fallait  quand  même  conserver  le  corps  humain  pour que l’âme puisse à l’occasion y revenir et s’en servir. C’est à cause de cette croyance que les  Égyptiens embaumaient leurs morts. La tombe où ils plaçaient le corps momifié était considérée  comme  la  “  maison  ”  du  défunt.  Par  ailleurs  La Nouvelle Encyclopédie britannique  explique:  "Dans  la  description  des  textes funéraires égyptiens,  le  chemin  qui  mène  au  monde d’après  est 

file://C:\Documents and Settings\Neokoros\My Documents\christobible.org\bible_et_sou... 2010-12-06


L'Élection à la Condamnation: Châtiment éternel ou non-existence

Page 8 of 13

semé de  terribles dangers: monstres épouvantables,  lacs de  feu, portes que l’on ne peut franchir  sans  formules  magiques,  et  un  sinistre  passeur  dont  il  faut  déjouer  par  la  magie  les  desseins  maléfiques."    Les religions indo-iraniennes ont  forgé diverses croyances sur la vie après la  mort. Par  exemple  l’éthique et le comportement d’un hindou sont intimement liés à la loi du Karma, selon laquelle  chaque  acte  porte  des  fruits,  bons  ou  mauvais.  C’est  le  Karma  qui  détermine  chacune  des  renaissances que connaîtra l’âme par le jeu de la transmigration, ou réincarnation.      À  l'évidence,  ce  qui  sous-tend   la  croyance  en  l'immortalité  de  l'âme,  c’est  la  doctrine  selon  laquelle l’homme réel ne meurt pas vraiment quand meurt son corps de chair, mais que quelque  chose  —  souvent  appelé  une  âme  —  survit  à  la  mort  du  corps.  Cette  doctrine,  comme  nous  l’avons  vu  précédemment,  remonte  aux  premiers  Sumériens  et  Babyloniens  de  Mésopotamie  et  trouve sa source avec Cain qui fut exilé de la terre pour le meurtre de son frère Abel:  " Alors Caïn  renonça à la présence de l'Éternel, et habita dans l'astre  errant de Nod (errer, planète), et s'éleva  contre la Grâce de Dieu.. Puis, en ce lieu, Caïn réalisa son existence, qui conçut et engendra  une initiation  à  une nouvelle naissance;  et  il  érigea  une  vengeance  terrible  contre Dieu,  qu'il  appela  Hénoc, du nom de sa condition de disgrâce " (Gen. 4: 16, 17; Bible de l'Épée).      

Plus tard, cette croyance a été adoptée par les Grecs, et peaufinée par leurs philosophes, comme  Platon.  Elle  fut  raffinée  dans  le  dualisme  “du  corps  et  de  l’âme”  et  s’est  introduite  dans  les  croyances tardives du judaïsme à partir de l'époque hellénistique. On peut en retrouver des traces  dans les livres apocryphes ou deutérocanoniques, qui sont des livres non-inspirés, ainsi que dans  les Pseudopigraphes.     Quand  les  “chrétiens”  ont-ils  adopté  la  croyance  en  l'immortalité  de  l'âme.   Un  dictionnaire  théologique  (Nuovo  dizionario  di  teologia)  explique  qu’en  lisant  les  Pères  de  l’Église,  par  exemple  Augustin  et  Ambroise,  “nous  prenons  conscience  de  quelque  chose  de  nouveau  par  rapport  à  la  tradition  de  la  Bible:  l’émergence  de  l’eschatologie  grecque,  fondamentalement  différente de celle des judéo-chrétiens”. Ce nouvel enseignement s’appuyait sur “l’immortalité de  l’âme  [et]  sur  le  jugement  individuel  dont  découlerait  la  récompense  ou  la  punition  immédiatement après la mort selon le concept de la mythologie païenne ”.    L’Encyclopædia  Universalis  déclare  en  effet:  “L’Apocalypse  de  Pierre  (2"  siècle:  voir  L'Apocalypse de Pierre traduite pour la première fois en français) est le premier ouvrage chrétien  qui  décrit  les  punitions  et  les  tortures  des  pécheurs  dans  l’enfer”.  Une  autre  encyclopédie  (The  New Encyclopoedia Britannica) dit également : A partir du milieu du IIème siècle, les chrétiens  qui  avaient  une  certaine  connaissance  de  la  philosophie  grecque  commencèrent  à  éprouver  le  besoin  d'exprimer  leur  foi  selon  les  termes  de  cette  philosophie,  tant  pour  leur  satisfaction  intellectuelle que pour convertir des païens instruits. La philosophie qui leur convenait le mieux  était  le  platonisme".  Deux  philosophes  des  premiers  siècles  :  Origène  d'Alexandrie  et  Augustin  d'Hippone, étaient profondément influencés par les idées de Platon et ont contribué à fondre ces  idées  avec  les  enseignements  chrétiens.   C'est  Platon,  dans  son  ouvrage  Le  Phaëdon,  qui  réintroduisit la croyance en une âme immortelle. Elle se répandit dans le monde gréco-romain et  l'église  romaine,  qui  en  réalité  est  l'église  Mythraique  du  culte  du  Soleil  sous  un  déguisement  chrétien, en fit un pilier de sa doctrine. Très tôt donc, l'amour et l'affection du Dieu Tout -Puissant  ont été occultés dans l'empire Romain par l'image d'un Dieu tyran et terrorisant ses créatures, ce  qui  convenait  à  la  papauté  pour  obtenir  le  pouvoir  et  le  monopole  des  conscience.  Puis  nous  voyons  même  que  parmi  les  Pères  de  l’église  Catholique  primitive  régnaient  de  nombreux  désaccords au sujet de leur enfer mythique. Justin, Clément d’Alexandrie, Tertullien et Cyprien,  dont aucun ne fut réellement chrétien, penchaient pour un enfer de feu comme celle qu'on retrouve  dans  la  mythologie.  Origène,  le  grand  apostasié,  a  essayé  de  donner  à  cet  enfer  une  valeur  réparatrice, en affirmant que les pécheurs confinés en ce lieu imaginaire finiraient par être sauvés,  de même que Satan et les démons. Il a été suivi de plus ou moins près par Grégoire de Nazianze et  Grégoire  de  Nysse.  Mais  Augustin  a  mis  un  terme  à  ces  conceptions  douces  de  l’enfer  et  la  doctrine s'est finalement retrouvé dans sa juste position.        L'église  romaine  "amalgama"  et  "romanisa"  de  nombreux  cultes,  titres  et  attributs  païens.  Les  traditions païennes ont pénétrées dans l'Église naissante du vivant même des apôtres qui ont luttés 

file://C:\Documents and Settings\Neokoros\My Documents\christobible.org\bible_et_sou... 2010-12-06


L'Élection à la Condamnation: Châtiment éternel ou non-existence

Page 9 of 13

pour maintenir l'esprit de vérité jusqu'à leur mort.   Aujourd’hui, le  sens donné  au  mot "enfer"  est  celui  que  mettent  en  scène  Dante dans  la  Divine Comédie qui  fut  basée  sur  l'Apocalypse  de  Pierre  et  J.  Milton  dans  Paradis perdu.  Cette  signification  qui  est  complètement  étrangère  à  la  Parole  de  Dieu  se  retrouve  aussi  bien  dans  le  bouddhisme, le taoïsme, l'hindouisme, ou l'islâm.     La doctrine des tourments éternels de la Mythologie Greco-romaine fut, sans nul doute, introduite  dans le christianisme par la Papauté afin d'amener les païens à se joindre à elle et à soutenir son  système  diabolique.  Elle  florissait  à  l'époque  où  les  combats  de  taureaux  et  les  tournois  de  gladiateurs étaient les amusements publics les plus goûtés; lorsque les croisades étaient appelées  des guerres saintes; lorsque les hommes ou les femmes, qui se permettaient de penser ou de parler  contrairement  à  la doctrine  des papes,  étaient appelés  « hérétiques  » et  souvent massacrés;  dans  les  temps  où  le  soleil des  vérités  évangéliques  était obscurci,  où  la  Parole  de Dieu  était tombée  dans l'oubli et où nul n'était autorisé à la lire, dont l'amour pour le prochain se manifestait souvent  en  torturant  les  hérétiques  pour  les  forcer  de  se  rétracter  et  d'abjurer  leur  foi  et  leur  Bible  afin,  comme  ils  l'expliquaient  de  les  sauver,  si  possible,  des  tortures  bien  plus  atroces  du  tourment  éternel  qui  leur  était  réservé.  Cette  doctrine  mythologique  qui  fut  empruntée  aux  païens,  fut  développée par la papauté en une doctrine des plus cruelles et diaboliques que l'homme n'avait pu  jamais  inventé.  Oh!  quelle  honte  et quelle  confusion  couvriront  la face  de  beaucoup  d'hommes,  même  bien  pensants,  qui  croyaient  servir  Dieu  en  propageant  cette  doctrine  blasphématoire,  lorsqu'à  la résurrection, ils se réveilleront pour apprendre à connaître la vrai Justice de Dieu, et  qu'ils  s'  apercevront  que  la  Bible  n'enseigne  pas  cette  hérésie  diabolique  du  tourment  éternel  mythologique comme nous retrouvons dans l'Apocalypse de Pierre, hérésie qui déshonore Dieu et  voile  la  vérité;  mais  qu'elle  enseigne  la  doctrine  d'un  châtiment  éternel  qui  surpasse  de  loin  les  fables des mythomanes dont l'imagination ne peut concevoir les tourments réels qui les attendent  dans le Lac de Feu pour l'éternité.     LA DAMNATION ÉTERNELLE:     Au  Jugement  dernier,  une  séparation  complète  et  éternelle  sera  établie  entre  les  justes  et  les  injustes (Matt. 25: 46).  L'Écriture enseigne la doctrine de la damnation éternelle si clairement et  si  définitivement  que  seuls  peuvent  la  nier  ceux  qui  rejettent  la  divine  autorité  de  la  Parole  de  Dieu.  Quiconque prétend rejeter le châtiment éternel, doit aussi rejeter la vie éternelle puisqu'ils  sont placés côte à côte, contrastant l'un avec l'autre.      L'argument selon  lequel  l'idée  d'un châtiment  éternel  est  inconciliable avec  la  justice et  l'amour  divins, se fonde sur la spéculation humaine et non sur la Parole de Dieu; il est donc sans valeur  puisque  Dieu  ne  peut  être  jugé  par  nos  faiblesses  (1  Tim.  6:  16;  Rom.  11:  33-36).   En  résumé,  l'Écriture nous montre que les souffrances corporelles et spirituelles des damnés dépassent de loin  tout  ce  que  nous  pouvons  concevoir,  puisqu'elles  sont  à  la  fois  continues  et  éternelles,  le  feu  brûlant sans fin et ne se consumant point (Marc 3: 29).      La question de savoir si le feu de l'enfer est matériel ou immatériel est sans importances, puisque  dans  son  sens  figuratif  le  terme  désigne  une  angoisse  indescriptible  (Es.  66:  24).   Ceux  qui  s'y  trouveront  le  saurons  mieux  que  nous.   Je  fais  remarquer  aux  esprits  curieux  qu'il  est  plus  profitable de chercher à échapper à l'agonie de l'enfer que de discuter au sujet de ce que le feu de  l'enfer  peut  être  ou  ne  pas  être.   En  fait,  pour  ceux  qui  posent  la  question:   Qu'est-ce  que  Dieu  faisait avant d'avoir créé le monde, je répond:  Il préparait l'enfer pour les curieux.  Dans l'enfer il  n'y aura pas d'athées, puisque le tourment incessant des damnés les convaincra de l'existence d'un  Juge juste et tout-puissant dont la souveraineté doit être reconnue (Luc 16: 27, 28).  Mieux vaut se  soumettre à l'Évangile de la Souveraineté de Dieu en ce monde que dans l'autre. 

file://C:\Documents and Settings\Neokoros\My Documents\christobible.org\bible_et_sou... 2010-12-06


L'Élection à la Condamnation: Châtiment éternel ou non-existence

Page 10 of 13

   CONCLUSION:       Vu la description terrible de la perdition dans les Écritures, d'aucuns préfèrent croire que ces  textes ne décrivent pas un état de châtiment éternel, mais plutôt le moyen que Dieu utilise pour  anéantir ceux qui s'opposent à lui. C'est la position, par exemple, des Témoins de Jéhovah et de  ceux qu'ils ont séduit avec leur fausse doctrine. Le Lac de Feu, les ténèbres du dehors, la  séparation d'avec Dieu, et la mort, selon eux, ne sont pas un état, mais expriment le jugement  ponctuel et la destruction des rebelles. Cette position a l'avantage d'être moins désagréable à  l'esprit de l'homme, mais malheureusement elle est impossible à défendre quand nous lisons les  textes bibliques sans a priori. Si la mort était la fin de tout pour les perdus, pourquoi Jésus  parlerait-il de l'enfer comme une destinée à craindre beaucoup plus, en disant : " Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l'âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l'âme et le corps dans la géhenne ?"   Dans un autre passage, il affirme que les condamnés iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle . Et l'apôtre Paul écrit que le châtiment  réservé à ceux qui ne connaissent pas Dieu est une ruine éternelle loin de la face du Seigneur.         L'approche de ceux qui tiennent à cette fausse doctrine, qui annule le sacrifice de la croix pour  eux, est qu'ils disent que la doctrine du châtiment éternel est incompatible avec l'amour de Dieu.   Toutes les tentatives de contourner les déclarations claires de Christ au sujet de l'enfer sont dues à  cette répugnance devant un châtiment irrévocable qui leur semble trop sévère. L'argument est  simple et puissant: Une mère qui aime son enfant ne pourrait jamais accepter de le punir d'une  telle manière - combien moins Dieu, dont l'amour dépasse celui d'une femme !  Le même  argument est utilisé par le Catholicisme pour faire de Marie la co -rédemptrice.  C'est ce qu'on  appelle rationaliser la Justice de Dieu en l'abaissant au niveau de l'expérience humaine.          Il est certain que si l'idée de l'enfer contredit la vérité de l'amour de Dieu, elle est à rejeter. Mais  est-ce bien le cas ?  Est-il réellement possible que Jésus, quand il a parlé si clairement à la fois de  l'amour de Dieu et de son jugement terrible, ait émis des idées contradictoires ?  Ou faut -il peutêtre revoir nos conceptions de l'amour et de la justice de Dieu ?  Une vérité demeure  fondamentale dans toute la Bible: Dieu est juste, miséricordieux et parfait dans tout ce qu'il fait.  Mais qui sera assez compétent pour lui dire ce qui est juste ? Une mère, parfois pour des raisons  tout à fait égoïstes, ne porterait pas un jugement contre son fils meurtrier et violeur. Mais un juge  qui est juste n'hésiterait pas à lui imposer la peine la plus sévère, et cela avec l'entière approbation  des mères des victimes.         Chacun de nous peut croire ce qu'il veut, cela ne change pas la vérité du châtiment éternel pour  les pécheurs selon la doctrine de la Réprobation dans la Prédestination; mais en réalité, nos  opinions n'ont pas beaucoup de poids. La révélation de l'Élection et de la Réprobation dans la  doctrine de la Prédestination est le seul fondement qui détermine la vérité.          Voici ce que disent les Canons de Dordrecht sur le châtiment éternel des réprouvés:       XV.  Au  reste,  l'Écriture  sainte  rend  d'autant  plus  illustre  et  recommandable  cette  grâce  éternelle  et  gratuite  de  notre  élection,  qu'elle  témoigne,  en  outre,  que  tous  les  hommes  ne  sont  point  élus,  mais qu'il y en a de non élus, ou qui ne sont point fait participants de l'élection éternelle de Dieu;  à savoir ceux que Dieu, selon son bon plaisir très libre, très juste, irrépréhensible et immuable, a  décidé de laisser dans la misère commune, où ils se sont précipités par leur propre faute, et de ne  pas  leur  donner  la  foi  salutaire,  ni  la  grâce  de  la  conversion;  mais,  les  ayant  abandonnés  dans  leurs  voies,  et  sous  un  juste  jugement,  de les condamner et de les punir éternellement,  non 

file://C:\Documents and Settings\Neokoros\My Documents\christobible.org\bible_et_sou... 2010-12-06


L'Élection à la Condamnation: Châtiment éternel ou non-existence

Page 11 of 13

seulement  à  cause  de  leur  infidélité,  mais  aussi  pour  tous  leurs  autres  péchés,  et  cela  pour  la  manifestation de sa justice.      Je ne suis pas capable de déterminer ce qui est juste, et je ne désire aucunement imposer mes  convictions. Mais je suis profondément convaincu que Dieu a révélé dans la Bible sa pensée, et  que cette révélation comprend le châtiment éternel des réprouvés aussi clairement que la vie  éternelle des élus.  Ceux à qui fut révélé la doctrine de la Double Prédestination ne peuvent dire  autrement sans s'opposer à la fondation de leur foi trouvée dans les Canons de Dordrecht, qui  précisent la Parole de Dieu avec exactitude.  Il est impensable qu'un Calviniste s'oppose à la  doctrine du châtiment éternel, car il mettrait par cela son salut en jeux.        S'il n'existe aucun châtiment éternel Christ ne l'a pas subit à notre place, mais nous savons que  dans son sacrifice sur la croix il a payé pleinement le châtiment qui nous était réservé.  Un élu  oserait-il s'opposer au sacrifice de la croix en adoptant une doctrine qui annule le sacrifice de  Christ pour lui ?  Sûrement que non !  Mais nous savons que plusieurs faux prophètes tenteront de  séduire les élus mêmes, s'il était possible (Marc 13: 22).  Or "ne soyons plus des petits enfants,  flottant et emportés ça et là à tous vents de doctrine, par la tromperie des hommes, et par leur  adresse à séduire artificieusement.  Mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions  en toutes choses dans celui qui est le chef, Christ" (Eph. 4: 14, 15).        PREUVES BIBLIQUES DU CHÂTIMENT ÉTERNEL:       Comme nous avons vue, ceux qui proclament l'annihilation de l'âme et la non-existence du  châtiment éternel le font par une rationalisation des Écritures.  Leur nature humaine, ne pouvant  accepter que Dieu est juste dans sa colère pour le péché et qu'il punit les pécheurs d'une  condamnation éternelle, se livrent à des raisonnements coûteux des Écritures qui en tordent le  sens et les opposent à Dieu même.  Si le Seigneur Jésus et les apôtres n'ont jamais enseigné la  condamnation d'un châtiment éternel, donc nous serions des menteurs et nous serions nous mêmes des réprouvés.  Mais la vérité est toute autre, comme nous allons voir:        "...car il vaut mieux que tu entres boiteux ou manchot dans la vie, que d'avoir deux pieds ou deux  mains, et d'être jeté au feu éternel" (Matt. 18: 8).  Jésus lui-même affirme l'existence d'une  condamnation dans un feu éternel.  Pourquoi existerait-il un feu éternel s'il n'y aurait pas un  châtiment éternel pour les pécheurs; le feu serait absolument inutile dans un tel cas.        "...Maudits ! retirez-vous de moi, et allez au feu éternel, qui est préparé au diable et à ses  anges" (Matt. 25: 41).  Encore une fois Jésus affirme l'existence d'un feu éternel où se trouveront  les réprouvés avec le diable et ses anges.  Certains tenteront de dire que cela est peut -être vrai,  mais que ça ne prouve aucunement l'existence de peines éternelles pour les réprouvés.  Ils seront  simplement anéantis et cesseront d'exister, car Dieu est un Dieu d'amour et ne trouve aucun  plaisir dans les tortures de personnes.  Or, à ceux qui maintiennent un tel faux raisonnement, nous  les prions de regarder le passage suivant.       "Et ceux-ci s'en iront aux peines éternelles; mais les justes iront jouir de la vie éternelle" (Matt.  25: 46).  Oups, sûrement que Jésus s'est trompé; après tout il n'était que le Fils de Dieu et ne  connaissait pas toutes choses.  Mais vraiment, que faut-il pour que les égarés ouvrent leurs yeux,  ne sont-ils pas capable de lire un texte aussi clair que celui -ci.  Pourquoi donc faire du Seigneur  Jésus un menteur et dire qu'il n'existe aucunes peines éternelles quand Jésus l'affirme lui même  d'une manière claire et précise ?  Repentez-vous donc de votre fausse doctrine et changé votre  manière de penser.  Ne résistez pas par orgueil, admettez que vous avez tort.  Voulez -vous  tellement subir la colère de Dieu que vous oseriez continuer à vous opposer au Seigneur Jésus lui -

file://C:\Documents and Settings\Neokoros\My Documents\christobible.org\bible_et_sou... 2010-12-06


L'Élection à la Condamnation: Châtiment éternel ou non-existence

Page 12 of 13

même.  A Dieu ne plaise, mais nous vous prions, changez vos voies et abandonnez vos faux  raisonnements.       "Mais quiconque aura blasphémé contre le Saint-Esprit, n'aura jamais de pardon, mais il sera  soumis à une condamnation éternelle" (Marc 3: 29).  Voila le résultat de ceux qui osent parler  en mal contre le Saint-Esprit.  Voudriez-vous risquer la condamnation éternelle en prétendant que  c'est l'Esprit de Dieu qui vous a enseigné à mentir en vous disant qu'il n'existe aucun châtiment  éternel ?       "Et étant en enfer, et élevant ses yeux, comme il était dans les tourments, il vit de loin  Abraham, et Lazare dans son sein.  Et s'écriant, il dit: Père Abraham, aie pitié de moi, et envoie  Lazare, qui mouillant dans l'eau le bout de son doigt, vienne rafraîchir ma langue: car  je suis grièvement tourmenté dans cette flamme" (Luc 16: 23, 24).  Que voulons nous de plus.  Jésus  déclare sans équivoque l'existence d'un enfer où il y a des tourments horribles dans un feu qui fait  souffrir les réprouvés.  Pourquoi donc persister à dire le contraire ?  Auriez -vous tellement peur  des souffrances éternelles dans un feu qui ne s'éteint point que vous refusiez d'en reconnaître la  réalité de crainte que cela serait votre destination après la mort?  Or ne craigniez point, car Christ  a payé à la place de ses élus le châtiment éternel qui leur était réservé, et il n'existe maintenant  plus aucune condamnation pour nous (Esaie 53: 4, 5; Rom. 8: 1).        "Ne soyez point étonnés de cela: car l'heure viendra en laquelle tous ceux qui sont dans les  sépulcres, entendront sa voix: et ils sortiront; savoir, ceux qui auront bien fait, en résurrection de  vie; et ceux qui auront mal fait, en résurrection de condamnation" (Jean 5: 28, 29).  Qu'il y aura  une résurrection de condamnation est indéniable, et que cette condamnation est éternelle et non  pour un moment lors du Jugement dernier, est amplement attesté par le Seigneur Jésus comme  nous avons vue plus haut dans Marc 3: 29.  Qui peut dire le contraire quand nous avons de telles  preuves de la bouche du Seigneur même.  Qui donc est menteur !  De crainte qu'on dise que les  apôtres non jamais enseignés les peines d'un châtiment éternel dans un lac de feu qui ne s'éteint  point, regardons les verset suivants:       "...lorsque le Seigneur Jésus sera révélé du ciel avec les anges de sa puissance; avec des flammes  de feu, exerçant la vengeance contre ceux qui ne connaissent point Dieu, et contre ceux qui  n'obéissent point à l'Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ; lesquels seront punis d'une perdition éternelle, par la présence du Seigneur, et par la gloire de sa force" (2 Thess. 1: 7 -9).   L'apôtre Paul, qui avait reçu la révélation de Christ, ne se trompe point en déclarant l'existence  des peines d'une perdition éternelle.  Connaîtrions -nous mieux que lui qui a écrit presque tout le  Nouveau Testament en entier sous la direction du Saint-Esprit.       "de la doctrine des baptêmes, et de l'imposition des mains, de la résurrection des morts, et  du jugement éternel" (Hébr. 6: 2). Non seulement ce verset affirme qu'il existait plusieurs baptêmes  sous l'ancienne alliance, mais Paul affirme la même chose que Jésus en déclarant l'existence d'un  jugement éternel, et nous savons que le jugement portes des peines et des souffrances éternelles  dans un feu qui ne s'éteint point.       "Car il y aura une condamnation sans miséricorde sur celui qui n'aura point usé de  miséricorde..." (Jac. 2: 13).  Voici donc pour ceux qui refusent de reconnaître comment terrible  sera la colère de Dieu contre les pécheurs.  Chaque péché aura sa juste condamnation dans les  peines les plus horribles qu'on puissent s'imaginer.  Dieu est juste dans son Jugement, voudriez vous continuer à juger le Juge qui va vous juger à la fin des temps ?        "Et le diable qui les séduisait, fut jeté dans  l'étang de feu et de soufre, où est la bête et le faux 

file://C:\Documents and Settings\Neokoros\My Documents\christobible.org\bible_et_sou... 2010-12-06


L'Élection à la Condamnation: Châtiment éternel ou non-existence

Page 13 of 13

prophète; et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles" (Apoc. 20: 10).  Voilà  pour finir le gâteau en espérant qu'il n'a pas été trop brûlé par les flammes.  Que pouvons -nous  avoir de plus clair que cela.  Les déclarations de ce verset sont en parfait accord avec tout le reste  des textes que nous avons vue ci-haut, donc impossible de lui donner une interprétation figurative  pour tenter d'en changer le sens; son contexte est clair et précis pour ceux qui ont des yeux pour  voir.  Les pécheurs seront tourmentés éternellement (sans fin) dans l'étang de feu et il est  impossible de dire le contraire à moins de blasphémé contre l'Esprit de la Parole de Dieu.          J'espère ne vous avoir pas trop rôti dans mon exposé, mais parfois il est nécessaire de monter la  chaleur pour que les gens ouvrent leurs yeux aux danger qui les attendent avec la fausse doctrine  de la non-existence.  Et si quelqu'un vous demande pourquoi la température devient de plus en  plus chaude chaque été; répondez lui:  c'est parce que l'enfer approche de plus en plus pour les  réprouvés :)       Shalom, la paix de Dieu soit avec vous tous.       "A Christ seul soit la gloire"       Quelques articles anglaise sur le prix du châtiment éternel payé par Christ pour nos péchés, et sur  le pourquoi de l'existence de l'enfer:       The Death Of Christ by C. H. Spurgeon       The Ransom       Why Does Hell Exist       The Biblical Doctrine of Hell Examined       The Doctrine of Endless Punishment  

file://C:\Documents and Settings\Neokoros\My Documents\christobible.org\bible_et_sou... 2010-12-06


Châtiment éternel ou non-existence ?  

Pourquoi un chrétien, un enfant de Dieu, qui a l'assurance du salut et la vie éternelle se tracasserait-il avec la doctrine de l'enfer ou du...

Advertisement
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you