Page 1

Quand la nature s’invite en ville

L’élement minéral

Cet espace de 280 mètres sur 110 est planté de 300 Tilleuls d’alignement. Le végétal occupe donc une grande place au sein de cette vaste place puisqu’elle offre aussi 2 500 m2 de pelouses accessibles. C’est un espace très vert qui fait le trait d’union entre le centre-ville et le grand Parc Jouvet. Cette liaison se fait en douceur avec quelques palmiers sur la place Aristide Briand, de nombreux végétaux sur l’esplanade et un véritable espace vert au niveau du Parc, qui se termine avec le Rhône comme le montrent les dégradés de vert sur l’illustration ci-dessous. La nature s’invite aussi en ville de part l’incroyable vue sur le Château de Crussol et les contreforts calcaires d’Ardèche. En balcon sur le Rhône, frontière entre Drôme et Ardèche, le Champ de Mars est conçu comme un espace contemporain avec son esplanade urbaine utilisant les codes du jardin, du salon d’extérieur et permettant la déambulation pour le citadin. Sources : geoportail; réalisation: Nelly Kempf Un immense poumon vert De nombreux éléments naturels ponctuent la place : on y trouve deux grandes fontaines musicales et lumineuses qui scandent un hymne au Rhône et à la musique. Les espaces enherbés sont encadrés de jets à même le sol, avec des jeux d’eau. L’élément aquatique est aussi présent sur la place Aristide Briand avec une fontaine et un cheminement creusé qui rappelle les canaux de Valence et le fleuve. Un lien important existe aussi entre l’esplanade et les monts d’Ardèche : en effet, outre le lien visuelle, de nombreux éléments de la place sont construits en pierre de Crussol (le mur de soutènement et les socles des différentes statues notamment). Tout au long de l’année, des massifs fleurissent aussi la promenade. Les arbustes choisis ont en effet des périodes de floraison décalées (ou sont persistants) ce qui permet de créer une animation au fil des saisons. Les couleurs sont, elles aussi, variées, tout comme les odeurs avec la présence de nombreux aromates. On trouve dans ces massifs des essences telles que des Nepetas, Roses Golden Wings, Lataniers, Grenadiers à fleurs ou encore Roseaux de Chine. Le mobilier urbain, très présent de par son nombre mais discret à travers son design épuré et en bois rappelle une fois encore l’élément naturel. L’esplanade accueille aussi quatre kiosques-pergola intégrés dans les « bandes jardins » sont construits en bois afin de les intégrer parfaitement à leur environnement. Le Champ de Mars est donc un endroit où il fait bon se promener pour échapper quelques instants aux tumultes de la ville. Une forte présence d’élements naturels Source : sud-extincteur.fr

Malgré une forte empreinte naturelle, le minéral trouve très bien sa place sur l’esplanade. Le cadre bâti est d’ailleurs plus ancien que la promenade. À l’est et au sud, la place est bordée d’immeubles de type haussmanniens qui donnent un caractère noble à l’espace. Leur aspect imposant est cependant estompé par les dimensions monumentales de la place, ce qui permet de créer un espace suffisamment grand pour permettre au promeneur d’admirer l’architecture. On trouve notamment — à l’angle entre les avenues du Champ de Mars et Gambetta – un bâtiment considéré comme l’une des plus belles maisons de Valence. Elle est occupée depuis sa construction en 1826 par la Marseillaise de Crédit. Les autres constructions encadrant la place sont presque toutes de style haussmannien, composées de quatre étages avec un commerce en rez-de-chaussée (notons par ailleurs que lesdits commerces sont exclusivement des établissements bancaires le long de l’avenue du Champ de Mars, et des cafés ainsi que des magasins d’appareillage médical sur la place Aristide Briand). De manière générale, les premiers étages comportent des balcons ornés de décorations en pierre ; les seconds étages ne possèdent pas de balcon et sont peu décorés (ou disposent d’une petite balustrade). Sous les toits, le balcon réapparait, en fer forgé cette fois. Les toitures sont agrémentées de génoises. On remarque que les bâtiments au sud-est de. l’esplanade sont moins richement décorés et moins hauts ; ils ne possèdent que trois étages. Cette dissymétrie se retrouve avec les deux statues se faisant face de part et d’autre des espaces enherbés : en effet, la statue de Championnet (un général-chef des armées), créée en 1844 sur une proposition d’Henri Dourille, un écrivain, est plus haute que celle du Monument aux enfants de la Drôme morts pour la patrie installé en 1913 en souvenir de la guerre de 1870-1871 au sud du Champ de Mars. Les deux édifices mesurent l’un et l’autre 1/3 de la hauteur des bâtiments qui l’entoure

Plan masse de l’esplanade Réalisation: Nelly Kempf

19 m

7,5 m 1

3m

2m

Coupe de l’esplanade Réalisation : Nelly Kempf

A

espace enherbé

fontaine

massif

surface en sable stabilisé

promenade en béton désactivé

chaussée

trottoir

A’


La place du Champ de Mars

Un lieu de rassemblement

L’union du végétal et du minéral crée une place sur laquelle il est très agréable de se promener, déambuler... un des objectifs premiers de la revalorisation de cet espace était d’ailleurs de l’identifier comme une esplanade-jardin dans laquelle le piéton est à l’aise. L’appropriation du Champ de Mars s’est faite très rapidement par les riverains, heureux de disposer d’un espace agréable pour déjeuner par exemple. Dès l’arrivée des beaux jours, de nombreux Valentinois viennent s’asseoir sur les pelouses, accessibles, ou sur les nombreux bancs. En hiver, le lieu est uniquement traversé, notamment par les lycéens qui se rendent à leur établissement Émile Loubet, mais très vite, ils réintègrent les lieux aux heures d’entrée et de sortie des classes. Pour rendre la place attrayante face au Parc Jouvet, tout proche, de nombreux efforts ont été faits : jeux d’eau et de lumière (dans les fontaines, bassins et masses végétales grâce à de nombreux spots installés dans des points stratégiques, à différentes hauteurs), animations musicales, œuvres d’art, plantes odorantes ou odoriférantes... Depuis Mars, une œuvre contemporaine de Georges Pelissier et Julien Darnis, le « Chicky Giant » 3 m de haut et 600 kg trône sur la pelouse sud de l’esplanade. Chacun trouve son compte dans l’aménagement du Champ de Mars, qui mixe grands espaces ouverts et coins intimes : grandes pelouses, massifs intimistes et alignements arborés se succèdent, chacun avec du mobilier adapté. On trouve en effet de grands bancs propices au rassemblement entre les arbres et de petits sièges se faisant face pour des moments plus privés entourés de massifs arbustifs par exemple. Chacun de ces espaces est bien défini et les arbustes servent de séparation visuelle entre chacun d’eux. Ainsi, un couple ne sera pas dérangé par le bruit des enfants jouant sur la pelouse. Cela crée aussi un effet de surprise au fur et à mesure de la promenade.

Les différents espaces de l’esplanade, entre ouverts et intimes

Source : Nelly Kempf

Les différents éléments ne sont cependant pas décousus car tous se rejoignent au centre, au niveau du Kiosque Peynet, un lieu de rassemblement emblématique de Valence. De nombreux événements festifs sont d’ailleurs organisés autour du Kiosque : fête de la Musique, de Printemps, manifestations... La place Aristide Briand est quand à elle occupée par les terrasses des cafés qui y sont installés. Quelques bancs, face au Kiosque fête du Printemps, une des manifetations Peynet au travers duquel on découvre les montagnes d’Ardèche, La organisées au Champ de Mars permettent de s’attarder quelques instants au soleil. Source : valence.fr Avec sa construction très géométrique (tant sur l’axe horizontal que vertical) s’intégrant parfaitement à son environnement et sa position idéale au cœur de la ville de Valence, l’esplanade-jardin du Champ de Mars s’est donc imposée, depuis sa requalification en 2002, comme un lieu clé de la ville, où les citadins aiment se retrouver. De par sa qualité architecturale et paysagère ainsi que la présence du célèbre Kiosque Peynet, elle est utilisée chaque jour par des promeneurs, Valentinois ou touristes, traversant la place pour se rendre au Parc ou au lycée, flânant, se retrouvant sous le kiosque... Nelly Kempf

L’esplanade du Champ de Mars au coeur de la ville

Une esplanade-jardin de 3 hectares au centre de la ville de Valence. Un espace enpreint d’Histoire

Le Champ de Mars était autrefois une grande promenade ombragée, imaginée par un évêque de Valence (Fiacre François de Grave) vers la fin du XVIIIe siècle. En 1773 il décide de créer une promenade publique à l’extérieur des remparts, au sud. Externe à son inauguration, elle devient cœur de ville avec le développement de la cité.

Nord

Source : fond cartographique : IGN 2004; réalisation: Nelly Kempf

temps été enrichi de divers aménagements (serres, pavillon, œuvres d’art...) et propose aujourd’hui une fontaine monumentale, une roseraie, des canaux ainsi que plus de 700 essences d’arbres. Au sud, la place est délimitée par l’imposant lycée Emile Loubet, inauguré en 1902. Le Champ de Mars au début du XXe siècle Enfin, au nord, une large voie de circulation menant au Source : archives.ladrome.fr Pont des Lônes qui permet de traverser le Rhône deLe kiosque à musique, au centre de la composition, a été construit puis 1967 ferme le périmètre de l’esplanade du Champ en 1862. Il faut cependant attendre 1942 et les dessins de Ray- de Mars. mond Peynet, immortalisant un couple d’amoureux dans le pavillon pour qu’il acquière sa renommée. Classé monument historique en Cette délimitation est d’autant plus franche que le 1982 il a entièrement été réhabilité selon les plans originaux de Champ de Mars est construit sur une esplanade person architecte, Eugène Poitoux. mettant de rendre imperceptible le dénivelé de 4,5m L’esplanade se poursuit à l’est avec la place Aristide Briand. entre le centre-villle et le Parc Jouvet, qui descend vers Construite durant la seconde moitié du XIXe siècle, elle accueillait les rives du Rhône. autrefois les foires aux bovins. Requalifiée en 2002, l’objectif La place est donc au même niveau que le coeur de ville a été de mettre en avant les atouts urbanistiques, paysagers et tandis qu’un mur de soutainement encadre les trois côtés nord, sud et ouest de celle-ci. architecturaux de l’espace. L’esplanade fut elle aussi totalement réaménagée entre 1998 et 2002 autour du Kiosque Peynet pour devenir un grand jardin avec fontaines musicales, bassins et espaces verts. Un périmètre clairement délimité A l’ouest, un belvédère offre depuis 1905 un point de vue imprenable sur le Parc Jouvet (du nom du donateur du terrain : Théodore Jouvet), poumon vert de 7 hectares en plein cœur de Valence. Considéré comme le plus bel espace vert de la vallée du Rhône, cet espace a, au fil du

Le mur de soutainement du Champ de Mars Source : Nelly Kempf

Brochure aménagement esplanade de Valence  
Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you