Issuu on Google+

Stargazer 2010


Matière grise

Thomas Schunke


Matière grise Thomas Schunke

installation et performances 16 janvier – 6 février samedi 16 janvier MATIÈRE G/CRISE, performance

jeudi 28 janvier CARTE GRISE, rencontre avec l’artiste et ses invités

samedi 6 février Performance Abri en béton. On est à l’intérieur mais on a peur. Qui veut avoir peur ? C’est la question que s’est posé l’artiste Thomas Schunke lorsqu’il est entré la première fois dans l’abri vide. « Le spectacle est là. Après être resté un moment, je comprends. La matière grise est un capital. Une matière virtuelle à exploiter. De manière plus péjorative elle est manipulatrice et en même temps manipulée. En fait c’est notre cerveau notre seul abri. » Dans la sonorité de cette chambre de résonance hyper-sèche et l’écho des ondes très courtes, Thomas dit encore : « J’aime le béton et j’ai l’impression que le béton m’aime bien. »


Vous avez foi en un palais de cristal à jamais indestructible Murièle Begert et Cicero Egli


Vous avez foi en un palais de cristal à jamais indestructible Murièle Begert et Cicero Egli

installation et lecture 6 – 26 mars vendredi 26 mars lecture avec Cyrille Wolschlag Cette reconstitution d’un lieu de vie, d’un univers fictionnel évoque le protagoniste des Carnets du sous-sol (1864) de F.M. Dostoïevski, entraîné par une puissance incantatoire dans son entreprise vaine. Cet espace réduit à une table, une chaise et un lit de fortune, par urgence, par fatalisme ? une existence qui s’affranchit du destin, en prônant une liberté absolue.


Vivarium

BenoĂŽt Billotte


Vivarium Benoît Billotte

installation 20 avril – 7 mai Nycthémère L’archipel Wonderland est par définition isolé du monde. Il serait situé dans l’Océan Pacifique, lat. 16° et long. 182° E. Vivarium offre un échantillonnage de cet archipel utopique, inspiré par les architectures de plaisance comme l'île Palmier au large de Dubaï, ou encore Coney Island et ses anciens parcs à thèmes. L’espace d’exposition devient à cette occasion un lieu de conservation, préservant hors du temps quelques fragments de cette fiction construite. La structure de l’archipel dépend plus de la volonté humaine que naturelle, parfois les routes ont un parcours concentrique, points d’eau et rivières sont irréels, avec les conséquences spécifiques qui en découlent, sur la faune, la flore et le monde géologique.


Tales of the south pacific Maxime Bondu


Tales of the south pacific Maxime Bondu

installation 14 mai – 4 juin L’exposition porte le titre d’une série de nouvelles de J.A Michener parues en 1948, y sont relatés par de courts récits, les épisodes de guerre menés par l'armée Américaine dans le pacifique sud. Fonctionnant sur le même mode et à la manière d'un historien, Maxime Bondu fouille, cherche et travaille à partir d'archives et de documents photographiques afin de construire ses récits. Avec la collection de l'île de Guam, diapositives acquises sur des sites internet de ventes aux enchères, il nous offre une vision heureuse et mélancolique, paysages presque clichés, montagneux et désertiques sur fond d'océan. La faune, la flore, les habitants, les coutumes, les paysages idylliques, nous font oublier que cette île n'est pas qu'un paradis. Colonie espagnole, puis lieu de conversion forcé au catholicisme, elle est cédée aux Etats-Unis qui en font une base d'escale aérienne. Occupée un temps par les Japonais, elle est reprise par les USA en 1944 et devient en 1950 une base militaire. Un document accompagne l’exposition, il montre un groupe de personnes assises sur des fauteuils habituellement utilisés aux Etats-Unis pour la contemplation de paysages. À bord d’un porte-avions, elles assistent à une explosion nucléaire.


Mer des Crises

Nicole Kaech et Miguel Sanchez


Mer des Crises Nicole Kaech et Miguel Sanchez

photographies 18 juin– 9 juillet 50JPG 2010 Mer des Crises, je suis bien dans la lune, c’est très beau vu d’en haut. J’oublie les promesses une à une, par un étrange matin pluvieux.


RelevĂŠs

Isabelle Klaus et Barbara Versluis


Relevés Isabelle Klaus et Barbara Versluis

photographies 18 juin– 9 juillet 50JPG 2010

Relevés est une série de photographies réalisées durant plusieurs mois dans le quartier, elles ont été obtenues à l’aide d’un sténopé.


Fallbeispiel

Gabriela Lรถffel


Fallbeispiel Gabriela Löffel

installation vidéo et dessins 18 juin– 9 juillet 50JPG 2010 Des danseurs-ses et comédien-nes se soumettent à la réalité physique et répétée de la chute. Le moment même de la chute est éludé dans l’image, elle est investie par plusieurs pistes audio qui font entendre des coups secs et durs, des vibrations, des bruissements et palpitations des corps. Ce projet qui étudie les dimensions temporelles de ces chutes, permet aussi d’approcher sa propre réalité physique. L’effet rythmique donné par la bande-son et les subtils passages d’apparitions et de disparitions laissent ouverts nombre d’interprétations. Nous pouvons associer cette installation à des événements réels, mais aussi au moment où nous identifions que des personnes se donnent jusqu’à l’épuisement pour finalement être remplacées par d’autres.


Challenge the day

Tentatives d’évasion reconductibles

Séverin Guelpa


Challenge the day Tentatives d’évasion reconductibles

Séverin Guelpa

installation 11 – 27 novembre A l’horizon, ce pourrait être une esquisse, des points de fuite comme perspectives de contestation, où la quête du lendemain pourrait parler d’actes de résistance. De ces moments du jour à saisir, accepter sa condition, sa destinée, ou au contraire s’y soustraire. Fuir la réalité et dessiner le tracé de nouveaux instants détournés


Polymer

Andreas Kressig


Polymer Andreas Kressig

installation 16 décembre 10– 15 janvier 11 Des cartons de transports internationaux sont utilisés comme socles, des œuvres dont le dénominateur commun est un plastique, le polystyrène. Modèles réduits d’une époque qui baigne dans l’huile et le nucléaire. Des sculptures, réalisées à partir des cadres des pièces détachées, forment des monuments aux poisons et autres animaux que ces machines perturbent. Aquariums, où des avions ont l’air de papillons de nuit accrochés au plafond, à proximité d’éléments naturels, lichens, bois, eau, sables, galaxies et autres planètes, éclairés par des couleurs et des reflets.


Stargazer — 28-30 ernest-pictet — 1203 geneve — +41 (0)22 345 03 50 — mail@stargazer.ch



Stargazer 2010