Page 1

Avril 2011

Perspectives

La situation du Japon //////// Analyse Macro Japon : effet local ou global ? //////// Analyse Secteur Obligations : privilègier la sélectivité en 2011 //////// Focus Expertise

www.am.natixis.com Banque de financement & d'investissement / épargne / Services financiers spécialisés


SOMMAIRE 4

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Analyse secteur

6

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

indices internationaux

7

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

focus Atelier Natixis AM /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 8 focus expertise ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////// 10 actualités contacts

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

14

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

15

Mentions légales Agréments, autorisations de commercialisation et prospectus Les OPCVM cités dans ce document ont reçu l’agrément de l’Autorité des marchés financiers ou sont autorisés à la commercialisation en France. Les prospectus et les documents périodiques sont disponibles sans frais au siège des sociétés de gestion (Natixis Asset Management et Natixis Multimanager) selon les OPCVM et sur les sites Internet : www.am.natixis.com et www.multimanager.natixis.com. Natixis Asset Management invite les personnes intéressées à en prendre connaissance. Par ailleurs, il est rappelé que le prospectus simplifié doit être remis au souscripteur préalablement à la souscription. Performances Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. La valeur d’une action de Sicav ou d’une part de FCP est soumise à l’évolution des marchés financiers et enregistre des fluctuations. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les références à un classement, un prix ou à une notation d’un OPCVM ne préjugent pas des résultats futurs de ce dernier. Informations présentées Les informations qui paraissent dans ce document sont données à titre purement indicatif. Elles constituent une présentation des produits, des études et des analyses conçues et réalisées par les sociétés de gestion Natixis Asset Management et/ou Natixis Multimanager à partir de sources qu’elles estiment fiables. Néanmoins, Natixis Asset Management et Natixis Multimanager déclinent toute responsabilité quant à l'exactitude, l'exclusivité et l'utilisation par toute personne physique ou morale des informations fournies ou en cas d’erreur ou omission. Les deux sociétés de gestion se réservent la possibilité de modifier les informations présentées dans ce document à tout moment et sans préavis. Il est en effet rappelé que la description des processus de gestion ne constitue en aucun cas un engagement de la part de Natixis Asset Management et/ou Natixis Multimanager, ces dernières se réservant la possibilité de faire évoluer lesdits processus notamment en fonction de l’évolution des marchés et dans le cadre de la réglementation en vigueur. Les informations fournies dans ce document ne constituent, ni ne peuvent être

Natixis Asset Management 21, quai d'Austerlitz - 75634 Paris cedex 13 Tél. +33 1 78 40 80 00 Société anonyme au capital de 50 434 604,76 € Agréée en qualité de Société de Gestion de Portefeuille sous le numéro GP 90-009 en date du 22 mai 1990 Immatriculée au RCS de Paris sous le numéro 329 450 738 www.am.natixis.com

Responsable de la publication : F. Lenoir /// Comité de rédaction : Th. Benoist, B. Boulay-Mégard, H. Henriques, Ch. Lacoste, K. Massicot, Ph. Le Mée, R. Monclar, F. Nicolas, Ch. Point, S. de Quelen, ML. Rouy, JP. Snel, B. Thiery, Ph. Waechter ///

interprétées comme une offre, un démarchage ou une sollicitation, notamment en vue de l'achat ou la vente de tous instruments financiers ou autres produits d'investissement ni comme un conseil ou une recommandation quelconque de la part de Natixis Asset Management et/ou Natixis Multimanager. Les produits peuvent ne pas être appropriés à tous les investisseurs. En conséquence, vous êtes invités à vous rapprocher d'un intermédiaire financier habilité si vous souhaitez investir dans un instrument financier et obtenir un conseil personnalisé sur la possibilité, les risques et l'opportunité de procéder à un tel investissement ainsi que sur la fiscalité applicable. Risque Les risques liés à l’investissement dans un OPCVM sont décrits dans le prospectus de cet OPCVM. Fiscalité Dans l’hypothèse où un OPCVM fait l’objet d’un traitement fiscal particulier, il est précisé que ce traitement dépend de la situation individuelle de chaque client et qu’il est susceptible d’être modifié ultérieurement. Droits d’auteur Le présent document ne peut faire l'objet de copies qu'à titre d'information, la copie étant réservée au seul usage privé. Il ne peut pas être utilisé, reproduit, diffusé ou communiqué à des tiers en tout ou partie sans le consentement écrit préalable de Natixis Asset Management. Territorialité Il est conseillé à tout investisseur de s’assurer au préalable qu’il est juridiquement autorisé à souscrire les produits et services présentés dans ce document. Politique d’exclusion en matière de mines anti-personnel et BASM Dans le cadre de sa politique de responsabilité sociétale et conformément aux conventions signées par la France, Natixis Asset Management exclut des fonds qu’elle gère directement toute entreprise impliquée dans la fabrication, le commerce et le stockage de mines anti-personnel et de bombes à sous munitions.

Document exclusivement destiné aux clients professionnels. Vous souhaitez vous abonner au mensuel Perspectives ? Contactez votre chargé d'affaires habituel (contacts en page 15) ou écrivez-nous à l'adresse suivante : communication@am.natixis.com VL des fonds disponibles sur www.am.natixis.com

Coordination - Rédaction : C. Boutou, N. Clémot /// Conception graphique : F. Dupertuys /// Ont aussi contribué à ce numéro : A. Demode, R. Cyrille, P. Berthelot, D. Rolley, S. Potard.

Document réalisé par la Direction de la Communication de Natixis Asset Management - Direction du Développement - Photo de couverture : © Elpis Loannidis/Shutterstock - Impression écoresponsable.

Analyse Macro


PAGE 3

Editorial

palmarès Depuis le tremblement de terre du 11 mars dernier, la situation du Japon continue de susciter de nombreuses interrogations. Interrogations auxquelles les experts de Natixis AM ont cherché à apporter des éléments de réponse lors de l’Atelier du 23 mars dernier consacré à la question "Crise japonaise, matières premières, énergie : quels scénarios ?".

Depuis le début de l’année, Natixis Asset Management a été récompensée, à plusieurs reprises, pour la qualité de sa gestion et sa capacité à créer de la performance sur la durée lors des :

Selon Philippe Waechter, Directeur de la Recherche économique et Franck Nicolas, Directeur Allocation globale et ALM, au-delà du drame humain, c’est l'économie nippone qui est ébranlée et les inconnues sont nombreuses : impacts réels du tremblement de terre sur le pays et le reste du monde, modalités de la reconstruction, possible remise en question du nucléaire… Si tous les effets de cette catastrophe restent difficilement mesurables à l’heure actuelle, ces récents événements ne sauraient néanmoins remettre durablement en cause l’activité globale et le dynamisme de l’économie japonaise selon les deux experts. Dans ce numéro d’avril, retrouvez par ailleurs en pages 10 à 13 un Focus Expertise dédié aux marchés obligataires, marchés sur lesquels il faudra faire preuve d’une réactivité et sélectivité accrues en 2011. Natixis Asset Management a ainsi choisi de privilégier 3 stratégies afin de tirer parti des opportunités offertes par les taux (le high yield, la dette émergente et la thématique inflation) notamment à travers les fonds Natixis Euro High Income Fund, Loomis Sayles Emerging Debt and Currencies Fund et Natixis Global Inflation Fund. Bonne lecture,

Pour en savoir plus, rendez-vous page 14

Philippe zaouati Directeur Général délégué Directeur du Développement

Les références à un classement, un prix ou à une notation d’un OPCVM ne préjugent pas des résultats futurs de ce dernier.

Agenda Salon CIP - 25 et 26 mai 2011 L’équipe commerciale Distribution Externe de Natixis Asset Management vous donne rendez-vous au Palais des Congrès de Paris à l’occasion de la 14e édition du salon de la Chambre des Indépendants du Patrimoine. www.independants-patrimoine.fr

Natixis Asset Management

Perspectives /// avril 2011


PAGE 4

ANALYSE MACRO

La situation du Japon Depuis le tremblement de terre le 11 mars dernier, la situation du Japon suscite de nombreux commentaires et interrogations. Au-delà du drame humain, il convient de réfléchir aux évolutions possibles de l'économie nippone. Plusieurs interrogations subsistent en effet : celle de la reconstruction, de la diffusion des conséquences du tremblement de terre vers le reste du monde et enfin, celles liées au nucléaire.

 Les enseignements du passé En 1995, l'impact immédiat du tremblement de terre de Kobe avait été un repli de - 2,6 % de la production industrielle au niveau national en janvier de la même cette année. On avait néanmoins enregistré un rebond significatif dès février (+ 2,2 %) et mars (+ 0,95 %). Cette capacité à réagir s'est aussi retrouvée dans une dynamique de reconstruction rapide. 15 mois après le tremblement de terre, 98 % de la capacité productive du secteur manufacturier avait été remise sur pied.

Philippe waechter Directeur de la Recherche économique

Un choc d'une telle ampleur peut provoquer des craintes importantes de diffusion vers le reste du monde...

Perspectives /// avril 2011

Les études précises sur l'impact de tels événements (tsunamis, tremblements de terre...) sont récentes puisque, la première date de 1993. Elles démontrent que, dans ce type de situation, la capacité de réaction d'un pays touché est très dépendante de son niveau de développement. Des institutions fortes et structurées permettent de sélectionner rapidement les projets prioritaires et leurs modalités de mise en route. Un capital humain éduqué facilite la mise en œuvre de la reconstruction. En effet, la production résulte de la mise en œuvre d'une combinaison du travail et du capital. Lors d'un tremblement de terre, le capital détruit doit être remplacé par du travail et plus ce capital humain est éduqué, mieux il s'adapte à cette nouvelle combinaison. En d'autres termes, plus un pays est développé, plus sa capacité à réagir est rapide. Sur un autre plan, l'impact de la reconstruction aura un effet positif sur la productivité puisque les nouveaux équipements installés incorporeront davantage de progrès technique. Cela facilitera l'élimination du choc et le retour à une situation économique plus favorable. Le Japon devrait donc reconstruire rapidement son économie même si l'ampleur du choc récemment subi est bien supérieure à celle

de Kobe. À court terme, néanmoins, il est probable que l'activité nippone s'infléchisse avant de repartir. Il se peut également que le Japon soit touché par des arbitrages régionaux liés à une redistribution de l'activité. Si, au niveau global, l'activité d’un pays développé peut être relativement épargnée, la région qui a subi le choc peut voir son activité durablement pénalisée.

 La diffusion vers le reste du monde Le Japon est la 3e économie mondiale et le ralentissement qu'il subira à court terme pourrait pénaliser l'activité globale. Sur ce point, deux éclairages distincts mais complémentaires peuvent être apportés : n Les exportations des grands pays industrialisés vers le Japon sont assez réduites. Les exportations de biens et services des ÉtatsUnis vers le Japon représentent par exemple 6 % de leurs exportations en 2010 contre environ 2 % des exportations (hors zone euro) pour la zone euro. Ainsi, le ralentissement n'aura pas d'effet mécanique marquant pour les pays industrialisés occidentaux. Côté chinois, les exportations vers le Japon se situent légèrement en-deçà de 8 % de ses exportations totales. Parmi les pays avancés, l'Australie sera la plus touchée en raison de l’importance de ses exportations de matières premières vers le pays du Soleil Levant. En d'autres termes, l'effet direct d'une réduction des exportations à destination du Japon sera limité et n’inversera pas la tendance globale de l'activité, d'autant que celle-ci est robuste si l'on en croit les premières informations conjoncturelles disponibles pour 2011.

Natixis Asset Management


PAGE 5

ANALYSE MACRO

n Les indicateurs d'enquêtes du type PMI donnent en effet les signaux d'une activité dont la progression est soutenue et assez bien distribuée géographiquement. La situation économique globale est plutôt bonne ; chaque région du monde en bénéficiant. Cette dynamique permettra de compenser l'éventuel impact négatif en provenance du Japon. Deux réflexions supplémentaires : n À court terme, du fait d'une globalisation plus forte qu'en 1995, des mouvements d'ajustement pourront s'opérer, liés, d’une part, à la non disponibilité immédiate des stocks de produits japonais et d’autre part, à la production de produits substituables à ceux fabriqués au Japon dans des pays de la région (Corée du sud, Taïwan...). n Un dernier point important réside dans le financement de la reconstruction. Le rapatriement des capitaux japonais peut

être envisagé, le Japon ayant une position extérieure nette* très largement positive. Les placements effectués dans le reste du monde, notamment en obligations, pourraient être vendus en fonction des besoins.

en témoigne le contre-exemple de 2001 où une plus grande aversion au risque était attendue pour l'ensemble des économies occidentales après les attentats du 11 septembre mais ne s’est finalement pas matérialisée.

 La question du nucléaire

n Le second point porte sur la remise en cause du nucléaire comme source d'énergie. Les besoins d'énergie supplémentaires sont très importants pour le développement des pays émergents et une remise en cause du nucléaire nécessiterait de lui trouver des énergies alternatives telles que le gaz, le pétrole ou encore le charbon. Cela se traduirait par un renchérissement du prix de ces matières premières et par une recrudescence des émissions de CO2. ///

Cette question revêt deux aspects cruciaux : n Le premier est l'impact que pourrait avoir un choc nucléaire si la centrale de Fukushima n'était pas maîtrisée. Cet article s’est essentiellement appuyé sur l'hypothèse de cette maîtrise. Si cela n'était pas le cas, l’aversion au risque beaucoup plus marquée à l’égard du Japon ne se limiterait pas aux marchés financiers. Elle pourrait créer un coup d'arrêt dans le redressement de l'économie nippone. à noter cependant : l’emploi du conditionnel se justifie ici comme

Rédigé le 28/03/2011

Japon - Production Industrielle - Variation mois par mois post-Kobe 3,00 2,00 1,00 0,00 -1,00 -2,00 -3,00

Tremblement de terre de Kobe jan 94

juil 94

jan 95

juil 95

jan 96

juil 96

Source : Datastream - Natixis Asset Management

* La position extérieure nette du Japon est le solde entre les avoirs détenus en dehors du Japon et les avoirs détenus par des non résidents au Japon. Ces avoirs peuvent être des actifs réels (usines par exemple) ou financiers (obligations).

Natixis Asset Management

Perspectives /// avril 2011


PAGE 6

ANALYSE SECTEUR

Japon : effet local ou global ? Le mois de mars a été marqué par les événements qui ont frappé le Japon. Le pire semble avoir été évité même s’il est trop tôt pour en tirer toutes les conclusions. Les conséquences sont nombreuses pour ce pays déjà fortement endetté : paralysie d’une partie de la production japonaise, efforts onéreux de reconstruction à moyen terme, remise en cause possible du nucléaire et impacts sur les énergies traditionnelles. Tous les effets de cette catastrophe sont difficilement mesurables à l’heure actuelle, mais ne remettront pas en cause, a priori, la croissance globale.

franck nicolas Directeur Allocation Globale et ALM Classes de risques

Sous-classes de risques

Allocation tactique* 02/11(1) 03/11(2)

TAUX actions TAUX

+ = = -

=

émetteurs Corporate euro

+

+

actions

états-Unis Euro Grande-Bretagne Japon Pays émergents

= + = + -

+ = = = -

Dollar Yen Livre Sterling

-

= = -

=

=

-

-

++

++

devises (face à l’euro)

états-Unis Euro Grande-Bretagne Pays émergents Japon

matiÈres Pétrole premiÈres Or Matériaux industriels

(1) Comité d’investissement stratégique du 24/02/2011. (2) Comité d’investissement stratégique du 16/03/2011.

échelle allant de - - à ++ * Ecart de pondération par rapport à une allocation stratégique de référence d’un investisseur.

Perspectives /// avril 2011

Natixis Asset Management a néanmoins réduit le risque dans son portefeuille modèle en optant pour une posture plus prudente face à la multiplication des tensions toujours vives au Proche et Moyen-Orient, à la hausse des matières premières susceptible d’être renforcée par les événements géopolitiques, aux propos de la BCE quant à d’éventuels resserrements monétaires dès avril ou encore face aux difficultés de la Banque d’Angleterre et de certaines régions émergentes à contenir l’inflation.

Taux Pour le moment au sein des taux, mieux vaut privilégier des réserves de liquidité importantes et conserver des obligations indexées sur l’inflation. En effet, des sorties de politiques monétaires accommodantes (fin du quantitative easing prévue pour juin aux États-Unis) se profilent et des risques d’inflation importée pourraient faire monter les taux longs. Si le crédit représente un risque modéré, sa performance absolue pourrait être impactée par la possible remontée des taux. Enfin, investir sur les obligations émergentes semble risqué car des poussées inflationnistes s’expriment dans plusieurs de ces zones. Les autorités monétaires vont en effet devoir faire un choix en défaveur de la croissance à court terme à un moment où les denrées alimentaires sont chères.

Actions Natixis Asset Management a légèrement réduit son exposition aux actions en neutralisant une surexposition affichée depuis plusieurs mois et renforcée depuis fin 2010. Le retour sur des segments de

marchés plus défensifs (par exemple : retour sur les États-Unis, renforcement sur les secteurs cycliques plus retardés en Europe, allègement sur les financières soumises à de nouveaux tests de solvabilité d’ici l’été…) ont également participé à la réduction du risque global. L’exposition aux émergents a été souspondérée compte tenu des incertitudes temporaires sur ces zones. À noter : la dynamique de l’économie mondiale, les résultats des entreprises et la liquidité demeurent bien orientés.

Devises Des préoccupations sur le Japon subsistent puisque la tentation est forte de financer certains travaux via des rapatriements de capitaux placés en obligations américaines. Cela pourrait engendrer des effets négatifs en faisant monter le yen contre le dollar. Certaines banques centrales du G20 se sont donc mobilisées pour essayer d’enrayer la hausse du yen. Dans le même ordre d’idée, mais pour d’autres raisons, les devises émergentes continuent d’être favorisées par les tensions sur les taux inhérentes à la lutte contre l’inflation importée. Le policy-mix idéal reste encore à trouver puisque ce phénomène est surtout contré par la hausse des devises mais reste pénalisant, en retour, pour le commerce extérieur d’un pays.

Matières premières Les matières premières sont restées fermes, alimentant l’inflation globale de plusieurs régions du monde avec des risques de transmission à l’inflation core via les coûts de production. /// Rédigé le 29/03/2011

Natixis Asset Management


PAGE 7

INDICES INTERNATIONAUX

Chiffres au 28/02/2011 France

Valeur

1 an

CAC 40 CAC Mid 100 IT CAC 20 SBF 120 SBF 250

4 110,35 7 538,90 4 029,39 3 071,81 3 005,88

10,83 % 24,46 % 21,21 % 12,87 % 13,10 %

Europe

Valeur

1 an

MSCI Europe EuroStoxx 50 DAX Footsie

99,17 3 013,09 4 249,07 5 994,01

16,16 % 10,43 % 25,79 % 11,94 %

états-Unis

Valeur

1 an

Dow Jones S&P 500 Nasdaq Brent Crude Future

12 226,34 1 327,22 2 782,27 111,80

Asie

Valeur

Nikkeï Hong Kong Singapour Shanghaï

10 624,09 23 338,02 3 010,21 315,14

2011 8,03 % 4,21 % 9,17 % 7,36 % 7,33 %

2011

Valeur

1 an

1 351,65

19,26 %

Taux

5,60 % 5,53 % 4,88 % 17,99 %

1 an

0,689 % 1,094 % 1,379 % 1,767 % 0,150 %

1 an 0,370 0,438 0,421 0,552 0,020

2011 -0,128 0,088 0,152 0,260 0,020

Obligataire

2011 OAT 5 ans USTN 5 ans OAT 10 ans USTN 10 ans OAT 30 ans USTN 30 ans

2011

4,92 % 13,24 % 9,44 % 24,04 %

MSCI Monde

Eonia Euribor 3 mois Euribor 6 mois Euribor 1 an Fed Funds

3,98 % 7,89 % 4,82 % 1,59 %

18,41 % 20,17 % 24,31 % 44,06 %

Monde

Monétaire Taux

3,86 % 1,31 % -5,63 % 3,55 %

2,677 % 2,135 % 3,547 % 3,413 % 4,036 % 4,489 %

1 an 0,399 -0,149 0,144 -0,179 -0,003 -0,041

2011 0,54 0,127 0,185 0,126 0,155 0,15

Devises Valeur Euro/Dollar Euro/Yen (100) Euro/Sterling Dollar/Yen

2011 5,59 %

1,3812 113,1617 0,8492 81,9300

1 an

2011

1,21 % -6,69 % -5,27 % -7,80 %

2,96 % 4,00 % -0,89 % 1,02 %

Indice du mois Production industrielle mondiale et indice des matières premières 350

160

Indice des matières premières - CRB*

150

300

140

250

130

200

120

150

110

100 50 2000

Production industrielle 2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

100 90

2011

La dynamique du prix des matières premières dépend principalement de la dynamique de l'activité. Comme en témoigne ce graphique, le profil de l'indice CRB* des matières premières (hors énergie) suit celui de la production industrielle mondiale. Cette dynamique de l'activité a été conditionnée par celle des pays émergents, surtout par l'Asie et notamment la Chine. Ces pays se développent rapidement, s'appuyant principalement sur l'industrie et le secteur manufacturier, ce qui engendre une hausse forte et soutenue des cours de produits industriels comme les métaux, les matériaux de base ou encore le pétrole.

La hausse du prix des matières premières ne reflète pas un comportement de spéculation. Elle indique avant tout un changement de régime dans l'activité des pays émergents. Sources : CPB, Datastream, Natixis Asset Management

Les conditions monétaires très favorables avec des taux d'intérêt très bas peuvent accentuer ces tendances. Cependant, ces accélérations ne peuvent exister qu'en raison de la progression très rapide de cette demande émergente. * Commodity Research Bureau.

Natixis Asset Management

Perspectives /// avril 2011


PAGE 8

FOCUS Atelier NATIXIS AM

Crise japonaise, matières premières, énergie : quels scénarios ? Consacré à la problématique des matières premières, l’Atelier Natixis Asset Management du 23 mars dernier, a rassemblé près de 200 participants autour de la question "Crise japonaise, matières premières, énergie : quels scénarios ?". Une interrogation à laquelle les experts de Natixis AM sont venus apporter des éléments de réponse avec les interventions et analyses de Philippe Waechter, Directeur de la Recherche économique, Franck Nicolas, Directeur Allocation globale & ALM, Brigitte Le Bris, Directeur Gestion Taux internationaux et devises, Hervé Guez, Responsable de la Recherche extrafinancière et Emmanuel Bourdeix, Directeur Gestions Actions, diversifiée et structurée.

Un impact limité sur l'économie japonaise Les récents événements venus toucher le Japon ne devraient avoir qu’un impact limité sur l’économie mondiale. "Les régions touchées ne représentent que 6-7 % de l’économie japonaise. Les études montrent qu’avec des institutions stables et un niveau de qualification notable de la population, un tremblement de terre dans un pays développé ne remet pas profondément en cause la dynamique de croissance", explique Philippe Waechter, Directeur de la Recherche économique. Et de rappeler que quinze mois après le séisme de Kobe, le Japon avait récupéré 98 % de sa capacité de production industrielle.

L’envolée du prix des matières premières La hausse des prix des matières premières sera en revanche durable. Un changement de tendance s'amorce depuis le début des années 2000, comme l’illustre le graphique ci-dessous. Jusqu’alors, aux hausses succédaient des baisses. Cela ne semble plus être le cas : la rupture résulte de l’augmentation de la demande des pays émergents. Leur poids dans la demande totale est passé de 33 % en 1995 à 47 % aujourd’hui et atteindra 50 % en 2040 puisque, selon les projections, 90 % de la croissance des besoins viendront de cette zone. "à court terme, cette nouvelle donne impacte les résultats des entreprises et modifie le comportement des ménages qui réduisent leur consommation. Elle pèse également sur les comptes publics et génère une hausse des taux d’intérêt visant à contrer la reprise de l’inflation", commente Philippe Waechter. Indice CRB* des matières premières 300

Des politiques monétaires divergentes 25 banques centrales ont remonté leur taux et la BCE s’apprête à en faire de même en avril. Un tiers de la baisse des taux intervenue après la faillite de la banque Lehman a d’ores et déjà été gommée. La hausse des taux longs devrait toutefois rester contenue. "La Fed donne toujours la priorité à la croissance et l’emploi sur l’inflation. De plus, les pays émergents, qui sont ceux où les tensions inflationnistes sont les plus fortes, peuvent la contrer en agissant sur le cours de leurs devises", souligne Brigitte Le Bris, Directeur Gestion Taux internationaux et devises. Selon elle, la hausse des taux courts pourrait être en revanche un peu plus forte et entraîner un aplatissement de la courbe des taux. Les événements du Japon et la remise en cause du nucléaire qui les accompagne, ont entraîné une remontée de l’aversion au risque. Elle pourrait se poursuivre, voire s’accentuer à court terme, si le problème du nucléaire ou les tensions au Moyen-Orient s’aggravaient ou si les budgets d’austérité imposés à la Grèce, l’Irlande ou le Portugal généraient des tensions sociales fortes. Pour Emmanuel Bourdeix, Directeur Gestions Actions, diversifiée et structurée, "à moyen terme cependant, plusieurs facteurs plaident pour une moindre aversion au risque : l’abondance des liquidités, le niveau toujours bas des taux d’intérêt, même après une légère hausse, et l’amélioration de la situation des entreprises liée à la reprise économique".

Base 100 en 2010

250 200 150 100 50 0 1951

1956

1961

1966

1971

* Commodity Research Bureau.

Perspectives /// avril 2011

1976

1981

1986

1991

1996

2001

2006

2011

Source : Datastream - Natixis AM

Natixis Asset Management


PAGE 9

FOCUS Atelier NATIXIS AM

Matières premières et opportunités d’investissements Les matières premières constituent une classe d’actifs à part entière, décorellée des actions. Elles offrent des opportunités d’investissement à des périodes différentes de celles des actions, notamment dans le contexte actuel de reflation. Elles sont également particulièrement performantes* dans un environnement de taux bas car elles ne délivrent pas de rendement. Les gains proviennent alors exclusivement des plusvalues en capital. "La sélection des matières premières selon leur cycle (court pour les produits agricoles, long pour les matières épuisables), les courbes à terme (etc.) sont autant de signaux tactiques qui permettent d’optimiser la performance", explique Franck Nicolas, Directeur Allocation globale et ALM. "Mais leur utilisation exige de maîtriser leur mise en œuvre opérationnelle avec des éléments

tels que le choix des indices, la logique ISR, la liquidité des sousjacents, la livraison physique etc." . La hausse des prix des matières premières est en effet une donnée de long terme. "Depuis 1800, la population mondiale a été multipliée par 10 alors qu’elle a seulement doublé dans la période précédente. Elle atteindra 9 milliards d’individus en 2040. Or, les réserves ne se comptent plus qu’en dizaines d’années", rappelle Hervé Guez, Responsable de la Recherche extrafinancière. "Toutes les prospections pour trouver de nouvelles sources d’énergie coûteront de plus en plus cher. Il faudra aller de plus en plus loin et sécuriser la production contre les aléas climatiques". Les prix devraient rester également volatils car ils échappent de plus en plus au cartel des producteurs.

Hervé Guez souligne, pour conclure, que le choc japonais ouvre la voie à un débat sur le rôle du nucléaire laissé de côté à Copenhague. "Il ne pourra pas ne pas influer dans le poids respectif des différentes énergies. Les énergies renouvelables devraient profiter du contexte actuel et de la poursuite des débats sur le nucléaire, en particulier l’énergie solaire qui, après une phase difficile de mise en place et une autre d’euphorie proche d’une bulle, devrait retrouver les faveurs des investisseurs". * Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

L'Atelier Natixis Asset Management du 23 mars dernier a rassemblé près de 200 participants.

Retrouvez le détail des échanges dans la newsletter de l'Atelier disponible sur : www.am.natixis.com Natixis Asset Management

Perspectives /// avril 2011


PAGE 10

FOCUS Expertise

Perspectives 2011 Les risques naturels au Japon et géopolitiques dans les pays arabes semblent contrebalancer les anticipations de hausse des taux directeurs de la BCE. Ainsi, les perspectives obligataires pour 2011 demeurent inchangées à ce stade. Les actifs risqués sont en effet toujours soutenus par : n les politiques de taux bas dans les pays développés, n la croissance américaine plus forte et davantage tirée par la demande privée, n une réduction déficits publics,

progressive

des

n les fondamentaux des entreprises toujours solides, n la stabilisation de la situation du système bancaire. La remontée graduelle des taux d’intérêt et de l'inflation tirée par les matières premières offre un environnement favorable à la recherche de rendements sur les différents segments des marchés obligataires internationaux : n high yield : portage favorable et taux de défaut attendus très faibles, n émergents : flux en décélération mais des fondamentaux toujours bien orientés, n indexées : exposition à la hausse du prix des matières premières.

Obligations : quelles opportunités en 2011 ? Les équipes de gestion de Natixis Asset Management ont dégagé trois thèmes principaux afin de saisir les opportunités de marchés : actions, marchés obligataires et sélectivité et thématiques de la volatilité. Après avoir traité la thématique des actions le mois dernier, le Focus Expertise de ce numéro est consacré à la sélectivité sur les marchés obligataires pour l'année 2011.

Taux : trois stratégies privilégiées Afin d’accroître le rendement tout en limitant l’exposition au risque souverain euro, Natixis Asset Management privilégie une approche de gestion active au sein des compartiments de diversification suivants : n deux stratégies de portage privilégiant les segments de marché aux rendements attractifs tels que le high yield et la dette émergente qui offre une source de valeur supplémentaire via les devises ; n l’exposition aux emprunts indexés sur l’inflation afin de bénéficier de l’impact de la hausse des prix des matières premières.

1. Le high yield Grâce à la poursuite du développement de son marché primaire (émissions au plus haut historique l’an passé), le high yield devrait continuer d’offrir de nombreuses opportunités d’investissement, compte tenu des besoins de financement des émetteurs cherchant des alternatives au crédit bancaire et au niveau des spreads actuels.

2. La dette émergente Concernant les obligations émergentes en devises offrant des rendements toujours attrayants, le modèle multiboutique de Natixis Global Asset Management offre un accès privilégié à deux expertises complémentaires : celle de Natixis Asset Management en Europe ou celle de Loomis Sayles & Co, L.P. aux états-Unis, détaillées en pages 12 et 13.

3. L'inflation sur les marchés obligataires Pour ceux qui ne peuvent bénéficier de la hausse des matières premières via d’autres classes d’actifs (actions notamment), les obligations indexées internationales présentent une alternative porteuse pour les prochains mois. n En effet, même si le prix du pétrole se stabilise, la hausse passée devrait continuer à se répercuter dans les prix pendant plusieurs mois. n Les spécialistes de Natixis Asset Management anticipent par ailleurs de nouvelles tensions sur les prix alimentaires.

Perspectives /// avril 2011

Natixis Asset Management


PAGE 11

FOCUS Expertise

Thématique : le high yield Dans un contexte de taux bas et de croissance modérée, les obligations crédit de catégorie spéculative proposent un couple rendement/risque attractif. Les entreprises se refinancent massivement sur le marché obligataire compte tenu des taux bas et du durcissement de l’octroi de prêts bancaires lié à la mise en place de Bâle 3.

Focus sur Natixis Euro High Income Fund Pourquoi le high yield ? Les obligations crédit notées high yield(2) (ou haut rendement) présentent de nombreux attraits : n leur rendement moyen est très supérieur à celui des obligations investment grade en contrepartie d’une plus forte volatilité, offrant ainsi un couple rendement/risque attractif ; n le high yield constitue également une bonne source de diversification, cette classe d’actifs étant faiblement ou négativement corrélée avec les autres classes d’actifs ;

Philippe Berthelot Directeur de la Gestion Crédit Natixis Asset Management

ne  nfin, avec une très forte progression de la taille et du volume d’émissions ces dernières années, le marché des obligations high yield n’est désormais plus considéré comme un marché de niche.

Après deux années excellentes pour le crédit high yield est-il encore temps d’investir ? 2009 et 2010 ont été deux belles années pour l’émission de dette obligataire high yield. Les valorisations restent attrayantes en 2011, mais nous sommes encore loin des niveaux normalisés. Nous nous attendons à un resserrement des primes de risque. Nous pensons néanmoins qu’il n’est pas trop tard car les fondamentaux des entreprises restent solides et que leur taux de défaut est attendu en baisse.

Le fonds en bref Natixis Euro High Income Fund(1) : pour diversifier et dynamiser son portefeuille en cherchant à profiter du rendement des obligations crédit haut rendement. Spécificités du fonds n Un univers d’investissement high yield corporate (incluant les financières) n Une approche bottom-up utilisant de la recherche fondamentale crédit n Une source d’alpha principale : la sélection de titres n Des ressources dédiées importantes : • 2 gérants crédit séniors • 11 analystes crédit expérimentés • 2 analystes quantitatifs Caractéristiques Société de gestion : Natixis Global Associates Gestionnaire financier par délégation : Natixis Asset Management Nature juridique : compartiment de SICAV (1) Date de création : 18 novembre 2010 Durée minimum de placement : 3 ans Actif net : 104,21 millions EUR au 28/02/2011 Code ISIN : LU0556616935 (I/C EUR) Frais TER(3) : 1 % Droits d’entrée maximum : 3 % Souscription minimale initiale : 100 000 EUR Gérants n Philippe Berthelot, CFA

(1) Natixis Euro High Income Fund est un compartiment de la SICAV de droit luxembourgeois Natixis International Funds (Lux) I. dont les principaux risques sont le risque crédit (incluant le risque high yield) et le risque de perte en capital. Pour une revue exhaustive des risques, reportez-vous au prospectus disponible sur www.am.natixis.com.

n Vincent Marioni

(2) Notation inférieure à BBB- (Standard & Poor's Ratings Services), Baa3 (Moody's Investors Service, Inc.) ou équivalente pour Fitch Ratings. (3) Total Expense Ratio.

Natixis Asset Management

Perspectives /// avril 2011


PAGE 12

FOCUS Expertise

Thématique : la dette émergente Les obligations émergentes constituent une source de diversification dans une allocation globale. L’intérêt des investisseurs pour cette classe d’actifs est alimenté par la croissance économique élevée des pays émergents couplée à leurs fondamentaux solides.

Focus sur Loomis Sayles Emerging Debt and Currencies Fund Pourquoi la dette émergente ?

David Rolley Gérant de portefeuille Loomis Sayles & Co, L.P.

2010, dans le sillage de 2009, a été une bonne année pour la dette émergente. Croissance économique et désendettement forment un cercle vertueux. D’une part, la croissance des pays émergents est supérieure à celle des pays développés. D’autre part, les fondamentaux des pays émergents s’améliorent et sont, dans bien des cas, supérieurs à ceux des pays développés. Le rating des pays émergents s’améliore, avec un poids croissant des émissions investment grade dans l’indice JP Morgan GBI-EM global diversified index par exemple. Enfin, les rendements moyens de la dette émergente, notamment celle émise en devise locale, sont supérieurs à ceux de la dette développée.

Le fonds en bref Loomis Sayles Emerging Debt and Currencies Fund(1) : pour diversifier son portefeuille obligataire grâce à une approche opportuniste sur les obligations émergentes. Spécificités du fonds n Un fonds opportuniste focalisé sur les obligations émergentes n Une sélection d’obligations, souveraines et corporate, émises en devises locales n Un biais value dans la sélection de titres et le choix de devises n Un spécialiste reconnu de la gestion obligataire : Loomis Sayles & Company, L.P. Caractéristiques

Comment tirez-vous parti de ces opportunités avec le fonds Loomis Sayles Emerging Debt and Currencies Fund ? Nous privilégions la dette émergente émise en devise locale, un marché qui s’est considérablement développé ces dernières années. Nous avons une approche opportuniste fondée sur une vision de long terme, axée sur la recherche et l’acquisition de titres sous-évalués. Sur un univers d’investissement couvrant à la fois la dette souveraine émergente et les corporates, nos deux principales sources de valeur ajoutée sont la sélection de pays / devises et le positionnement sur la courbe.

Que penser de la possible remontée des taux d’intérêt en lien avec les craintes inflationnistes sur les pays émergents ? Si une remontée des taux pénaliserait le moteur "obligataire" du fonds, elle favoriserait en revanche le moteur "devises". Le fonds Loomis Sayles Emerging Debt and Currencies Fund devrait donc être également en mesure de tirer profit de ce contexte spécifique.

Société de gestion : Natixis Global Associates Gestionnaire financier par délégation : Loomis Sayles & Company, L.P. Nature juridique : compartiment de SICAV (1) Indice de référence : JP Morgan Government Bond Index Emerging Markets global diversified (à titre indicatif) Date de création : 27 septembre 2006 Durée minimum de placement : 3 ans Actif net : 110,85 millions USD au 28/02/2011 Code ISIN : LU0255249772 (I/C USD) Frais TER(2) : 1,10 % Droits d’entrée maximum : 3 % Souscription minimale initiale : 100 000 USD Gérants

(1) Loomis Sayles Emerging Debt and Currencies Fund est un compartiment de la SICAV de droit luxembourgeois ; Natixis International Funds (Lux) I. dont les principaux risques sont le risque de taux, le risque de crédit, inflationniste, volatilité et liquidité. Pour une revue exhaustive des risques, reportez-vous au prospectus disponible sur www.am.natixis.com.

n David Rolley, CFA n Edgardo Sternberg

(2) Total Expense Ratio.

Perspectives /// avril 2011

Natixis Asset Management


PAGE 13

FOCUS Expertise

Thématique : l'inflation Entre hausse des taux d’intérêts et de l’inflation globale, enjeux géopolitiques et évolutions réglementaires, les obligations indexées à l’inflation représentent une alternative attractive sur les marchés obligataires.

Focus sur Natixis Global Inflation Fund Après un début d'année mouvementé sur les marchés financiers, quelles sont les perspectives pour Natixis Global Inflation Fund ?

Sophie Potard Responsable de la Gestion Govies et inflation Natixis Asset Management

Sur les taux d’intérêts, nos perspectives sont partagées entre un durcissement des discours des banquiers centraux des pays développés et les incertitudes concernant les impacts de la catastrophe nipponne. Pour l’inflation, la croissance des pays émergents et les crises au Moyen-Orient alimentent la hausse du prix des matières premières. Même si nous ne voyons pas de tension sur les inflations sous-jacentes, l’inflation globale est tout de même à la hausse dans toutes les zones géographiques. Avec une composante taux plutôt neutre et une composante inflation à la hausse, le contexte est particulièrement favorable au fonds.

Comment gérez-vous les dichotomies d’anticipations d’inflation entre pays émergents et pays développés dans le fonds ? L'univers d'investissement mondial de Natixis Global Inflation Fund offre de multiples opportunités. Dans un contexte de marché favorable aux émergents, nous pouvons bénéficier d’un surplus de rendement via des stratégies de diversification : n le portage d’inflation avec des arbitrages en faveur des obligations indexées émergentes par rapport à celles des pays du G7 ; nu  ne exposition aux devises émergentes, et principalement celles des pays exportateurs de matières premières.

Quels profils d'investisseurs pour ce fonds ? Natixis Global Inflation Fund est particulièrement adapté à deux types d’investisseurs : n ceux voulant se prémunir contre l'inflation dans leur allocation obligataire puisqu’un fonds d’obligations indexées à l’inflation est structurellement attractif à long terme, en jouant tout à la fois un rôle d’amortisseur en cas de hausse des taux et un rôle de protection contre le risque d’inflation ; n ceux voulant participer à la revalorisation des actifs risqués mais qui sont contraints en termes de consommation de fonds propres(3) et pour lesquels les obligations indexées représentent une bonne alternative.

Le fonds en bref Natixis Global Inflation Fund(1) : pour bénéficier de la diversification offerte par les obligations internationales indexées sur l'inflation. Spécificités du fonds n Investi principalement en obligations souveraines indexées sur l’inflation n Un univers large : des pays du G7 aux pays émergents n Une double exposition aux obligations indexées et aux devises n 5 sources de performances : arbitrage d’inflation, exposition aux taux d’intérêts réels, stratégies break-even, sélection de dette souveraine euro et deux stratégies de diversification (exposition aux devises matières premières et aux obligations indexées à l’inflation des pays émergents) Caractéristiques Société de gestion : Natixis Global Associates Gestionnaire financier par délégation : Natixis Asset Management Nature juridique : compartiment de SICAV (1) Indice de référence : Barclays World Government Inflation Linked All Maturities Index hedgé en euro Date de création : 30 juin 2006 Durée minimum de placement : 2 ans Actif net : 46,03 millions EUR au 28/02/2011 Code ISIN : LU0255251166 (I/C EUR), LU0390502267 (I/C USD) Frais TER(2) : 0,65 % Droits d’entrée maximum : 2,50 % Souscription minimale initiale : 100 000 € (I/C EUR), 100 000 $ (I/C USD) Gérante n Sophie Potard

(1) Natixis Global Inflation Fund est un compartiment de la SICAV de droit luxembourgeois Natixis International Funds (Lux) I. dont les principaux risques sont le risque de taux et de devises. Pour une revue exhaustive des risques, reportezvous au prospectus disponible sur www.am.natixis.com. (2) Total Expense Ratio. (3) En lien avec les règles de Solvency II.

Natixis Asset Management

Perspectives /// avril 2011


PAGE 14

ACTUALITÉS

Natixis AM à la rencontre des institutionnels Natixis AM se distingue n Grands Prix Le Monde / Eurofonds-Fundclass : Natixis AM, meilleure société de gestion française À l’occasion de l’édition 2011 des Grands Prix Eurofonds-Fundclass décernés par Le Monde, Natixis AM a remporté pour la 4e année consécutive la 1ère place des sociétés de gestion françaises parmi les grands acteurs européens gérant plus de 100 fonds(2). Natixis AM a donné rendez-vous à ses clients à l’occasion du Forum 2011 de la Gestion Institutionnelle les 16 et 17 mars derniers, consacré cette année au bilan des effets de la nouvelle donne économique et financière en termes de mutations, de risques mais aussi d’opportunités. Un rendez-vous incontournable pour Natixis AM qui gère plus de 75 % de ses 302 milliards d’euros d’actifs(1)pour le compte d’institutionnels.

n Natixis AM à la rencontre des institutionnels Durant deux jours, les équipes commerciales ont renseigné les clients et visiteurs sur l’offre et les solutions d’investissement proposées par Natixis AM. Une nouveauté cette année : les produits de H2O AM notamment mis en avant avec une vidéo de Bruno Crastes et Vincent Chailley, respectivement CEO et CIO d'H2O AM, société de gestion entrepreneuriale spécialisée dans la gestion obligataire internationale et la gestion de type global macro multistratégies.

n Table ronde : Natixis AM et le marché de la dette souveraine Brigitte Le Bris, Directeur Gestion Taux internationaux et devises de Natixis AM, a participé à une table ronde sur le thème : "Marché de la dette souveraine : entre Europe, États-Unis et zones émergentes, comment construire sa stratégie d'allocation ?". Cette table ronde était animée par Frédéric Debaere, Directeur de l'Activité Conseil en Investissement, chez CFA - MERCER France. "Cette 7 édition du salon fut, comme chaque année, une occasion privilégiée de rencontrer nos clients et d'échanger avec eux sur leurs besoins d'investissement et les solutions que nous pouvons leur proposer dans le cadre du modèle multiboutique", expliquent Jean-Pierre Snel, Directeur commercial Institutionnels, et Roland Monclar, Directeur commercial Grands Comptes de Natixis AM. e

(1) Données au 31/12/2010.

En savoir plus : www.am.natixis.com Perspectives /// avril 2011

n Lipper Fund Awards (France) 2 fonds gérés par Natixis AM primés Natixis AM a été récompensée lors des Lipper Fund Awards (France) 2011 pour la qualité de sa gestion et sa capacité à créer de la performance sur la durée pour deux de ses fonds : CNP Assur France et Natixis Horizon 2015(3).

n Victoires des SICAV/La Tribune -

EuroPerformance

Un fonds géré par Natixis AM en tête de sa catégorie Natixis AM a également su tirer son épingle du jeu lors de l’édition 2011 des Victoires des SICAV(4) décernées par La Tribune en partenariat avec EuroPerformance pour sa gestion du fonds CNP Assur Performance qui a remporté la 1ère place de sa catégorie "Diversifiés - Gestion flexible internationale". Autant de prix qui témoignent de la qualité de la gestion de Natixis AM et de sa capacité à créer de la performance, sur la durée, et dans un cadre de risques maîtrisé. (2) Sociétés dont les fonds sont notés par Fundclass depuis au moins 4 ans au 31/12/2010 et ayant plus de 100 fonds enregistrés à la vente en Europe (Source : Le Monde Argent 12/03/2011). (3) Les Certificats Lipper sont décernés aux fonds autorisés à la commercialisation en France avec un historique de performance d’au moins 36 mois au 31/12/2010, qui affichent les meilleurs rendements au sein de leur catégorie sur une ou plusieurs périodes en fonction de l'univers (Source : Lipper). (4) Les Prix sont calculés au sein de chaque univers national (SICAV et FCP domestiques et fonds étrangers enregistrés à la vente en France). Seuls les fonds enregistrés dans la base de données EuroPerformance comme disponibles à la vente sur le marché local sont susceptibles de recevoir un Prix et doivent disposer d’un historique de notation EuroPerformance sur 5 ans au 31/12/2010. (Source : Supplément La Tribune – Les Victoires des SICAV, 01/04/2011). Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les références à un classement, un prix ou à une notation d’un OPCVM ne préjugent pas des résultats futurs de ce dernier.

www.am.natixis.com Rubrique À propos de Natixis AM > Palmarès Natixis Asset Management


PAGE 15

CONTACTS

Christophe Point Directeur Commercial christophe.point@am.natixis.com 01 78 40 80 70

Pour joindre directement vos interlocuteurs n Par téléphone : composer le 01 78 40 suivi des 4 chiffres entre parenthèses n Par mail : sur le modèle prenom.nom@am.natixis.com

Antoine Tiago

Directeur Commercial Adjoint

(81 68)

Céline Ferrand

Responsable Relations Consultants

(83 40)

Direction Institutionnels Jean-Pierre Snel

Chargés d'affaires

Dominique Bourgeois Anne Breil David Hascal Anne-Laure Lenormand Bertrand Quiminal

(83 36) (83 37) (90 63) (88 41) (80 92)

Assistante

Julie Fontes

(88 23)

Chargés d'affaires

Sylvie Barbier de Chalais Lionel Allouche Julien Scellier

(83 10) (32 84) (83 99)

Assistante

Touria Neau

(83 98)

Chargées d'affaires

Catherine Morvan Angélie Reynier Sophie Torikian

(83 13) (85 05) (38 92)

Assistante

Tounsia Sebaa

(83 15)

Nathalie Corrao Philippe Guéret Hector Henriques

(83 58) (37 29) (37 34) (39 38)

Directeur (83 27)

Direction Grands Comptes Roland Monclar

Directeur (83 97)

Direction Banques et Institutions Financières Philippe Le Mée

Directeur (83 12)

Direction Entreprises Chargés d'affaires

Thomas Benoist

Directeur (37 71)

Assistante

Direction Distribution Externe Stefan de Quelen

Directeur (83 30)

CGPI & Compagnies d'assurances-vie Responsable Chargé d'affaires

Mehdi Rachedi Geoffrey Repellin Assistante

Multigérants et Banques Privées

(83 55) Responsable (83 24) Chargés d'affaires Sandrine Spieler

Roxane St-Martin Fabien Ize Philippe Secnazi

(39 54) (86 34) (32 85)

(83 28)

Contacts Service Clients Contacts Clientèles directes de Natixis Asset Management Par téléphone : 01 78 40 83 72 - 01 78 40 32 81 - 01 78 40 86 21 Par mail : nam-service-clients@am.natixis.com

Natixis Asset Management

Contacts Clientèles Distribution Externe Par téléphone : 01 78 40 84 00 Par mail : serviceclientsdistribution@am.natixis.com

Perspectives /// avril 2011


u lt r a

distingué. Régularité et performance sur la durée • 1

ère

société de gestion française

(1)

Grands Prix Le Monde Eurofonds/Fundclass 2011

• 2 • 3

e

prix - Gamme spécialisée obligations

e

prix - Gamme large obligations

(2)

Victoires des SICAV - La Tribune/Morningstar 2010

(3)

• Trophée d’Or - Meilleure gamme obligations internationales • Trophée d’Argent - Meilleure gamme obligations en euros • Trophée d’Argent - Meilleure gamme fonds sectoriels

(4)

(2)(5)

(5)(6)

Trophées du Revenu - SICAV et fonds 2010

(7)

• Prix du jury “Innovation” - Impact Funds Climate Change

(8)(9)

Les Actifs du Patrimoine - L’Agefi Actifs 2010

• 3 corbeille d'or • prix de la meilleure gamme actions (6)(10)

e

(6)(10)

Corbeilles Mieux Vivre Votre Argent 2010

• LAURIER D’OR

(11)

Lauriers de la gestion collective 2010 - Investir Magazine

• PRIX DU MEILLEUR LAnCEMENT DE FONDS EUROPéEN

(9)(12)

Funds Europe Awards 2010

Avec 302 milliards d’euros d’actifs sous gestion au 31 décembre 2010, Natixis Asset Management apporte à ses clients de nouvelles solutions de création de valeur. Expert européen de Natixis Global Asset Management Les chiffres cités ont trait aux années écoulées. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures. Les références à un classement, un prix ou à une notation d’un OPCVM ne préjugent pas des résultats futurs de ce dernier. (1) Catégorie “Sociétés de gestion de plus de 100 fonds notés”. Fonds enregistrés à la vente en Europe et classés par Fundclass depuis au moins 4 ans au 31/12/2010 (Source : Le Monde Argent du 11/03/2011). (2) OPCVM gérés par Natixis Asset Management et commercialisés via le réseau Caisse d’Épargne. (3) Catégorie “Établissements”. Fonds enregistrés à la vente en France et notés par Morningstar depuis au moins 5 ans au 31/12/2009 (Source : supplément - La Tribune - Les Victoires des SICAV du 26/03/2010). (4) Catégorie “Établissements spécialisés” sur 3 ans. (5) Catégorie “Banques à réseau” sur 3 ans. (6) OPCVM gérés par Natixis Asset Management et commercialisés via le réseau Banque Populaire. (7) SICAV et FCP européens autorisés par l’AMF et commercialisés en France, notés par EuroPerformance depuis au moins 3 ans au 31/03/2010 (Source : n° spécial - Le Revenu Placements - 06/2010). (8) Catégorie “OPCVM”. Prix du Jury des Actifs de l’Innovation (Source : L’ Agefi Actifs du 11/06/2010). Période de référence : produits lancés ou enrichis entre le 01/04/2009 et le 31/03/2010. (9) Impact Funds Climate Change est un compartiment de la SICAV luxembourgeoise Impact Funds autorisé à la commercialisation en France par l’AMF. Le capital investi et les performances ne sont pas garantis. (10) Catégorie "Banques grand public". Fonds enregistrés à la vente en France et notés par EuroPerformance depuis 1 an au 25/06/2010 (Source : Mieux Vivre Votre Argent - 10/2010). (11) Catégorie “Gestion obligataire” sur 5 ans pour 6 OPCVM gérés par Natixis Asset Management pour le compte de la CNP. Période de référence : 30/09/2005 à 30/09/2010. (Source : Investir Magazine n°52 - 12/2010 et 01/2011). (12) Catégorie “Lancement du fonds européen de l’année”. Ce prix récompense le lancement d’un fonds effectué au cours des 12 derniers mois précédant le 30/06/2010 et qui a marqué l’entrée d’un nouveau produit sur le marché. Caractéristiques observées : innovation, date de lancement, objectifs et résultats de la campagne marketing,actifs générés par le produit au cours de la période (Source : Funds Europe - 12/2010).

www.am.natixis.com BANQUE DE FINANCEMENT & D'INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS

perspectives_04.2011  

perspectives_04.2011

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you